Guide de formation Novembre 2011

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Guide de formation Novembre 2011"

Transcription

1 Approche adaptée à la personne âgée en milieu hospitalier Module Guide de formation Novembre 2011

2 Table des matières INTRODUCTION... 3 Votre guide de référence... 3 PRINCIPES D ADAPTATION ET D AMÉNAGEMENT DE L ENVIRONNEMENT... 4 Qu est-ce que l adaptation de l environnement?... 4 Changements dans les façons de faire des organisations... 5 Comportements et attitudes au quotidien... 6 Prévention des infections... 6 Place de la famille... 7 AMÉNAGEMENT DE L ENVIRONNEMENT... 8 Aménagement général... 8 Éclairage... 8 Bruit / niveau sonore... 8 Décor... 8 Orientation / signalisation... 9 Aires communes et extérieures Hall d entrée Corridors Salles d attente Extérieur et stationnement Unités de soins et urgence Chambre Salle de toilette de la chambre Salle d eau commune Salles d urgence CATALOGUE DE PRODUITS ADAPTÉS Amplificateur vocal Barre d appui Calendrier Chaise d aisance Cloche d appel adaptée Fauteuil de chambre Horloge Lit électrique Matelas préventif Panier à marchette Pince à long manche (pince de préhension légère) Siège de toilette surélevé Table de chevet Table d examen et tabouret «salle d urgence» Téléphone adapté

3 INTRODUCTION Votre guide de référence Le présent document est un outil de référence pour aider les établissements à adapter leur environnement physique afin de répondre aux besoins spécifiques de la personne âgée. Chacun peut s en servir, de différentes façons, selon ses propres tâches. Jetez-y un coup d œil, vous verrez Il propose un ensemble de stratégies pour atteindre les objectifs, à court et moyen terme, visés par le Cadre de référence (Chapitre 4.5 et annexe D) de l Approche adaptée à la personne âgée en milieu hospitalier, publié en 2011 par le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS). Chapitre 4.5 et annexe D Loin d être une prescription, les interventions cliniques, administratives et techniques qui y sont présentées tiennent compte des soins et services à offrir à la personne hospitalisée ainsi que des réalités opérationnelle, architecturale et budgétaire des établissements. Ce sont des suggestions qui doivent être adaptées à chaque établissement, puisqu aucun n est soumis aux mêmes contraintes environnementales. Ce guide est divisé en trois sections Section 1 : Principes d adaptation et d aménagement de l environnement Présente les principes et raisons justifiant la nécessité de modifier l environnement. De plus, on y discute des changements et des défis à relever par les organisations pour adapter l environnement aux besoins particuliers de la personne âgée. Section 2 : Aménagement de l environnement Présente les actions et les gestes à poser au quotidien pour que l environnement soit un facteur déterminant dans la diminution du déclin fonctionnel. Section 3 : Catalogue de produits adaptés Présente les caractéristiques de quinze produits adaptés pour prévenir le déclin fonctionnel ainsi que les avantages qu ils procurent à la personne âgée et au personnel. Section 1 : PRINCIPES D ADAPTATION ET D AMÉNAGEMENT DE L ENVIRONNEMENT 3

4 Qu est-ce que l adaptation de l environnement? Les études démontrent qu un environnement adapté aide à compenser les difficultés ou les incapacités dont souffrent les personnes âgées, en plus de diminuer les facteurs de risque potentiels liés au delirium et au syndrome d immobilisation. D où l importance d agir sur l environnement pour contrer le déclin fonctionnel iatrogène. L adaptation de l environnement physique comporte de nombreux avantages pour les établissements qui entreprennent le virage de l approche adaptée. En posant des gestes concrets et en étant proactif, vous contribuez à : promouvoir l autonomie fonctionnelle dans les activités de la vie quotidienne; maintenir la force physique et la mobilité (marche); conserver l autonomie à l utilisation des toilettes (maintien de la continence urinaire et fécale); accroître la sécurité physique; favoriser le maintien des fonctions cognitives (ex. : orientation dans les trois sphères [temps, espace, personnes]); compenser les difficultés ou incapacités sensorielles, cognitives, motrices et affectives; diminuer les risques de sous-stimulation ou de surstimulation sensorielle; réduire les risques de chutes et de blessures. Il est donc important, pour toute nouvelle construction ou rénovation, de s assurer que l environnement physique est sécuritaire et tient compte des caractéristiques particulières du vieillissement normal de la personne âgée. Pour les établissements déjà construits depuis plusieurs années, l adaptation de l environnement ne veut pas dire remettre à neuf tout le parc immobilier et renouveler l ensemble de l équipement et du mobilier existants. Ce serait peu réaliste et certainement hors de prix. Le défi à relever consiste plutôt à procéder graduellement à des réfections mineures à des coûts raisonnables et à apporter des changements à l organisation du travail actuelle afin d optimiser les effets sur l état de santé de la personne âgée hospitalisée. Les transformations de l environnement exigent, de la part des établissements, un exercice d analyse et une planification réfléchie. Vous devrez prendre en considération les besoins particuliers des personnes âgées dans toutes vos décisions. Quand on y pense, ce n est pas uniquement la personne âgée qui profitera d un environnement adapté, mais toute la clientèle des établissements. Les exemples sont nombreux. En voici quelques-uns : une table de chevet ou un fauteuil ajustable en hauteur donne plus de confort et d autonomie, peu importe la taille ou l âge de la personne; le désencombrement des corridors facilite la mobilité de tous les patients et contribue à la diminution du déclin fonctionnel; la réduction du bruit la nuit favorise le sommeil de tous les patients; etc. Changements dans les façons de faire des organisations Pour promouvoir et faciliter l adaptation de l environnement physique, il importe que toutes les directions 4

5 de l hôpital accordent la priorité à la collaboration, laquelle est un des principes directeurs pour la transformation des pratiques, en plus d être préconisée par le cadre de référence de l Approche adaptée à la personne âgée en milieu hospitalier. Les directions doivent se consulter et harmoniser leurs efforts afin d encadrer les travaux et établir des priorités relativement à l adaptation de l environnement pour les personnes âgées. Pour ce faire, l interaction concertée est essentielle. Des intervenants sensibilisés au vieillissement normal sauront plus facilement prendre des décisions éclairées. Adapter l environnement, c est l affaire de tous! Plusieurs établissements ont mis sur pied un comité «Environnement» qui regroupe des représentants des différentes directions, toutes concernées par l adaptation de l environnement. On retrouve dans ce genre de comité les personnes suivantes : chefs d unité; personnes-ressources en soins aux personnes âgées (conseillères, par exemple); chef des services techniques; chef des achats; chef l hygiène-salubrité; responsable de la prévention des infections; représentant du service de réadaptation (ergothérapeute, physiothérapeute, etc.); chef des services financiers; etc. Faits Il faudra peut-être payer plus cher pour l achat de certains produits adaptés à la personne âgée, mais ce sera un investissement rentable, à court et moyen terme, puisqu il contribuera à la réduction du déclin fonctionnel et des coûts qui y sont associés. De plus, ces articles serviront à d autres patients plus jeunes à mobilité réduite, handicapés, etc. Plusieurs fournisseurs permettent l essai de produits avant d en faire l achat. Mythes Il est faux de croire que les diverses ententes qui lient le service des achats de votre établissement aux fournisseurs accrédités vous empêchent de vous procurer des produits adaptés, en petite ou grande quantité, auprès d autres fournisseurs. Il est faux de croire que l achat de produits adaptés est interdit par des procédures administratives rigides ou contraignantes de votre établissement. 5

6 Comportements et attitudes au quotidien Nous l avons dit, l adaptation de l environnement concerne tout le monde, sans exception, que vous soyez médecin, infirmière, préposé aux bénéficiaires, bénévole, professionnel clinique, administratif ou employé des services techniques. Engagez-vous dans le cadre de vos fonctions et de vos responsabilités. Passez à l action et regardez votre travail sous un autre angle. Faites autrement en accordant plus d attention aux aînés qui séjournent dans votre établissement. Dites-vous : «Je passe de l intention à l action au lieu de m en remettre aux autres!» Prendre part à l approche adaptée, c est maintenir l environnement sécuritaire, propre et en ordre. Par exemple, en traversant un corridor, pourquoi ne pas déplacer un chariot et, du coup, libérer une main courante pour faciliter la promenade du patient fragilisé et ainsi possiblement éviter une chute et favoriser les déplacements des personnes. N est-il pas tout aussi simple de changer la date d un calendrier pour favoriser l orientation temporelle ou d encourager un aîné qui semble anxieux? Pouvez-vous mettre votre téléavertisseur ou votre téléphone cellulaire en mode vibratoire? Réfléchissez à ce que pouvez accomplir durant votre quart de travail. Prévention des infections Il est indispensable de prendre en considération la prévention des infections nosocomiales lorsque vous adaptez l environnement physique de votre établissement. Pourquoi? Parce que vous avez la responsabilité de protéger tous les usagers, vos collègues et les visiteurs des risques infectieux en prenant les précautions requises pour prévenir et contrôler la transmission des infections dans le milieu de soins. Le «service d hygiène et de salubrité» et les personnes responsables de la prévention des infections de votre établissement sont des intervenants compétents et incontournables, en mesure de vous donner de précieux conseils afin de réduire le plus possible tout risque d infection. Leur avis est important notamment pour : le choix des matériaux et des revêtements architecturaux utilisés lors des travaux de rénovation ou de construction; le choix du mobilier, de l équipement et des accessoires : 6 la planification des achats, etc. la facilité de nettoyage, de désinfection et de stérilisation, la durabilité des revêtements; le maintien de l intégrité des surfaces;

7 Voici quelques exemples d éléments dont vous devez tenir compte pour éviter les infections liées à l environnement : porter une attention particulière au choix des matériaux (surfaces lavables, pas de matériau poreux); choisir de l équipement facile à nettoyer, ou à défaut, à usage unique (examiner avec soin le design pour éviter les recoins ou les endroits difficiles à nettoyer); établir des règles d utilisation et de désinfection du matériel de soins à usage multiple (vérifier la résistance au produit désinfectant, identifier les personnes responsables de l entretien, etc.). Un comité «Environnement» peut constituer une solution intéressante pour s assurer que tous les acteurs importants sont réunis et prennent des décisions ensemble. Voici deux documents publiés par le MSSS qui peuvent alimenter vos réflexions quant à la prévention et le contrôle des infections nosocomiales. Doc 1 : Lignes directrices en hygiène et salubrité Québec-2006.pdf Doc 2 : Principes généraux d'aménagement-2009.pdf Place de la famille L approche adaptée à la personne âgée considère la famille et les proches aidants comme des partenaires de soins. ll importe de les accueillir et de leur offrir des endroits de repos avec différents services. Les aidants doivent sentir que leur présence est la bienvenue et qu un espace est prévu pour qu ils puissent demeurer près de leur aîné. On peut leur demander de participer en leur expliquant pourquoi leur collaboration favorise le maintien ou le rétablissement de l état de santé de leur parent. Questions à poser : est-ce que les heures de visites favorisent la présence des proches aidants auprès des usagers à l hôpital? Que pouvons-nous faire? Exemples d adaptation Prévoir des chaises, des fauteuils et des rafraîchissements dans les salles d attente et les chambres. Offrir des espaces fermés pour les discussions privées. Prévoir la possibilité que les proches aidants soient présents, peu importe les heures de visites, lors d événements où la fragilité de la personne âgée est mise à rude épreuve : delirium, chirurgies, soins intensifs, etc. 7

8 Section 2 : AMÉNAGEMENT DE L ENVIRONNEMENT Aménagement général Pas facile de créer des ambiances, des décors et des messages facilitant l orientation en établissement! Il est possible de bien le faire si l on tient compte des caractéristiques spécifiques du vieillissement normal et des besoins particuliers de la personne âgée. Il est tout à fait opportun d accrocher une œuvre d art aux couleurs chaudes dans une pièce, d ajuster l éclairage d une autre selon l heure de la journée, de réduire le bruit général dans une unité pour compenser la perte auditive ou encore, d installer des mains courantes pour favoriser la mobilité. Nous verrons dans cette section des modifications significatives que vous pouvez effectuer dans les aires communes, les unités de soins et l urgence de votre établissement. L adaptation de l éclairage, des décors, de la signalisation et de l environnement sonore a sans contredit des effets bénéfiques sur l état de santé de la personne âgée en milieu hospitalier. De plus, plusieurs des propositions peuvent se faire sans aucun investissement financier. Éclairage Privilégier un éclairage naturel suffisant, mais tamisé pour éviter l éblouissement. Ajuster l éclairage selon l heure de la journée (clair le jour, sombre la nuit). Prévoir un éclairage de nuit dans les corridors et à proximité des toilettes pour faciliter l orientation et diminuer les risques de chute (veilleuse près des toilettes, au pied du lit, vers le bas du lit, etc.). Éviter les zones d ombre, d éblouissement ainsi que les changements brusques de lumière. Bruit / niveau sonore Réduire le bruit de fond ambiant. Rappeler au personnel de diminuer l intensité de la voix, surtout la nuit. Éviter le fonctionnement inutile des appareils bruyants. Acheter de l équipement silencieux (ex. : chariots de médicaments). Installer des mécanismes pour diminuer les claquements de porte. Ajouter des bandes de caoutchouc aux tiroirs pour amortir le bruit. Diminuer le volume des sonneries de téléphone en tout temps, particulièrement le soir et la nuit. Mettre les téléavertisseurs et les téléphones cellulaires (lorsque permis) en mode vibration. Réduire l utilisation de l interphone. Favoriser l utilisation d écouteurs sans fil pour le téléviseur. Disposer d amplificateurs vocaux pour parler aux patients avec déficits auditifs (page 23). Décor Choisir une peinture de couleur chaude (jaune, orangé, terra-cotta) avec un fini mat pour les murs. Éviter les couleurs pastel à faible contraste. Éviter de juxtaposer le bleu et le vert (couleurs difficiles à différencier pour la personne âgée). Accrocher des tableaux composés d images figuratives facilement discernables dans les longs corridors pour créer l illusion d une distance plus courte. Cette stratégie permet de diminuer le découragement chez le patient qui veut marcher. Éviter de placer des miroirs un peu partout. Ils peuvent provoquer la confusion et l agitation en raison des changements de l acuité visuelle et des déficits cognitifs. La pose d un miroir dans la salle de bain demeure fortement recommandée pour les ablutions. 8

9 Orientation/signalisation CALENDRIER, HORLOGE, ZONES FONCTIONNELLES Placer des calendriers à date unique jour-mois-année (page 24) et des horloges (page 26) dans les chambres et les aires communes pour favoriser l orientation dans le temps et la prévention du delirium. Démarquer les différentes zones fonctionnelles au moyen de la couleur, de la signalisation et de l aménagement physique (escaliers, portes, unités de soins) pour faciliter l orientation dans l espace. Combiner l utilisation de l affichage visuel numérique à déroulement lent avec l interphone pour appeler les patients dans les aires communes et les salles d attente. Penser à parler lentement et distinctement. PANNEAUX INDICATEURS Emplacements Placer des panneaux indicateurs aux endroits importants de l établissement à une hauteur de 90 à 140 cm du sol. Les personnes âgées, souvent courbées, ont de la difficulté à diriger leur regard vers le haut. Éclairer les panneaux indicateurs, et les autres éléments de signalisation, pour les rendre bien lisibles. PANNEAUX INDICATEURS message, couleurs et typographie Véhiculer un message clair et simple, compris de tous. Éviter la surcharge d information. Utiliser toujours la même couleur, la même forme et des symboles universels pour faciliter la compréhension d un message spécifique (toilette, sortie, etc.). Privilégier la police de caractères «Helvetica» : Opter pour une taille d au moins 16 mm pour la petite affiche (format de 13 cm); Choisir une taille d au moins 40 mm pour la grosse affiche (format visible de loin). Favoriser un contraste marqué entre le lettrage et le fond (fini mat). À privilégier Lettrage noir sur fond jaune ou gris pâle Lettrage blanc sur fond gris foncé, noir ou rouge Lettrage blanc sur fond rouge À éviter Lettrage jaune sur fond noir Lettrage jaune sur fond vert Lettrage vert sur fond bleu Lettrage rouge sur fond vert Lettrage en italique ou en majuscule 9

10 Panneaux indicateurs avec symboles universels (1) Hauteur d affichage (3, 4) et couleurs conformes (1 à 4) Positionnement aux endroits stratégiques 10

11 Aires communes et extérieures Ces lieux exigent souvent de longs déplacements et épuisent fréquemment la personne âgée. Découragée par la distance à parcourir, la peur de ne pouvoir s asseoir pour reprendre son souffle, la crainte de se perdre, la personne âgée peut choisir de réduire considérablement ses déplacements plutôt que de risquer de tomber. Ces lieux doivent être adaptés pour encourager la mobilisation. Voici des actions qui peuvent améliorer les conditions de vie de la personne hospitalisée. Hall d entrée Placer un téléphone adapté près d une chaise (page 30). Afficher un calendrier au comptoir d information et installer une horloge à gros chiffres. Rendre disponibles des fauteuils roulants et autres aides à la marche. Rendre disponible un plan d orientation à l accueil. Corridors Désencombrer l espace de circulation des corridors en rangeant le matériel sur le même côté ou dans les alcôves (chariot de plateaux, de médicaments, outils, etc.). Installer des bancs aux 30 mètres pour créer des zones de repos dans les longs corridors. Installer des mains courantes de chaque côté du corridor (diamètre de 4 à 5 cm). Éviter de polir les planchers avec une cire qui rend les surfaces glissantes et luisantes afin de réduire les risques de chute et l éblouissement. Porter attention au type de revêtement choisi : les motifs sont à éviter. Une couleur uniforme est préférable. Oui, c est possible un corridor désencombré! Espace dégagé aux fins de sécurité Main courante sur le côté Éclairage approprié Fauteuils disposés pour permettre le repos et stimuler la mobilité 11

12 Alcôve de rangement 12

13 Salles d attente Dégager l espace pour permettre les déplacements à l aide d une marchette ou d un fauteuil roulant (attention à l espace entre les rangées de bancs). Installer des chaises d environ 45 cm de hauteur avec des appuis-bras, pour faciliter les transferts. Afficher un calendrier (page 24) et installer une horloge (page 26). Installer un tableau d affichage numérique à déroulement lent avec l interphone afin de favoriser la compréhension du message. Réduire le plus possible le bruit ambiant. Rendre disponibles des sources d hydratations faciles d accès : Prévoir une fontaine d eau, une distributrice d eau, des boissons, du jus avec des verres (pas de styromousse); Demander à des bénévoles de distribuer des rafraîchissements. Prévoir un approvisionnement alimentaire de base, autre que celui de la cafétéria, pour éviter à l aidant de quitter trop longtemps le patient qui ne peut rester seul : Installer des machines distributrices; Demander à des bénévoles de distribuer des collations. Rendre disponibles des aides à la marche. Placer un téléphone public près d une chaise. Mettre des journaux, des revues à la disposition des usagers qui attendent. Est-ce une journée tranquille? Chaises de la bonne hauteur avec appuis-bras Espace d accès suffisant aux comptoirs pour les fauteuils roulants 13

14 Chaises de la bonne hauteur avec appuis-bras Téléphone public Extérieur et stationnement Numéroter les stationnements et les portes d accès pour faciliter l orientation. Placer des bancs à proximité des stationnements, des horodateurs et de la porte d entrée pour les personnes ayant besoin de se reposer. Avoir des horodateurs faciles d utilisation avec des instructions simples. Prévoir de l aide en cas de difficulté d utilisation. Entretenir une allée piétonnière déglacée en hiver et exempte de trous, pierres, etc. toute l année. 14

15 Unités de soins et urgence Les personnes âgées qui se présentent à l urgence ou qui sont déjà hospitalisées sont fragilisées et vulnérables. Dans les unités, certaines d entre elles ne marcheront pas parce qu elles ont peur de tomber dans un corridor ou une chambre trop encombrée. D autres mangeront peu si la table de chevet est trop haute, trop basse ou trop éloignée, etc. L environnement non adapté entraîne souvent des répercussions malheureuses et regrettables pour elles. Les exemples ne manquent pas dans les établissements du réseau. Voici des actions qui peuvent améliorer les conditions de vie de la personne hospitalisée. Chambre ORIENTATION Indiquer clairement les numéros de la chambre et des lits pour faciliter l orientation et y ajouter le nom des patients (écriture lisible au chevet de chaque lit). Ne pas surcharger les murs d indications cliniques pour éviter la confusion chez le patient. Installer une horloge et un calendrier à un endroit visible par les patients alités (articles choisis au comité «Environnement» par exemple, pour assurer l uniformité dans l hôpital et la compréhension commune du choix et des raisons qui l ont motivé). AMÉNAGEMENT Doter la chambre d un lit (page 27) avec matelas préventif (page 27), d un fauteuil de chambre (page 26) et d une table de chevet adaptée à la personne âgée (page 29) en plus des autres pièces de mobilier et accessoires requis. Laisser un espace suffisant pour circuler en fauteuil roulant, avec une marchette ou avec l équipement d urgence. Désencombrer la chambre pour éviter les risques de chute et de blessure. Installer, si possible, les personnes à mobilité réduite près de la porte pour limiter les obstacles à franchir et les risques de chute. Installer dans une chambre individuelle ou double la personne âgée présentant un état confusionnel afin d éviter d exacerber la confusion, le delirium et l agitation pour la personne ellemême et ses voisins. Mettre la cloche d appel, le téléphone à portée de main. Prévoir un fauteuil à chaque chevet pour permettre la mobilisation du patient et pour le proche aidant qui l accompagne. Note : Le Comité des immobilisations en prévention des infections nosocomiales (MSSS 2009) suggère dans ses lignes directrices de prévoir une distance de 1,5 m entre deux lits, et de 2 m s il y a un rideau séparateur, lors d une construction neuve ou d une rénovation fonctionnelle. PERSONNALISATION Encourager la famille à apporter des biens personnels signifiants, identifiés au nom de la personne âgée pour favoriser l orientation et le mieux-être. Installer le téléviseur plus bas que la hauteur des yeux pour pouvoir le regarder plus facilement. Assurer l intimité en tirant les rideaux autour du lit lors d une intervention. Prévoir des crochets pour les rideaux non utilisés de manière à dégager l espace et à permettre à la personne âgée d avoir une bonne vue de la chambre. 15

16 1 Chambre désencombrée pour éviter les risques de chute Horloge et calendrier à date unique Table de chevet ajustable en hauteur et avec pied en «U» Éclairage naturel et indirect Fauteuil à haut dossier avec appuis-bras et hauteur ajustable Lit à quatre demi-ridelles Identification du patient Espace pour circuler en fauteuil roulant et marchette 1 Identification au-dessus du lit Horloge et calendrier à date unique 16

17 Salle de toilette de la chambre S assurer que la personne âgée qui utilise une aide à la marche peut se déplacer aisément, tourner sur elle-même et passer la porte sans risque de blessure. Installer un siège surélevé sur la toilette (page 29) lorsque nécessaire. Installer une robinetterie à levier, sur le côté du lavabo, pour en faciliter l accès et la manipulation. Utiliser, lorsque nécessaire, la chaise d aisance dans la salle de toilette (page 25) plutôt que dans la chambre. Fermer la porte pour préserver l intimité. o o Installer une barre d appui fixe près de la toilette (oblique, entre 30 et 45 ) (page 23) ou des barres d appui (2) escamotables. Installer une étagère pour y déposer les effets personnels. Placer une chaise avec appuis-bras près du lavabo pour permettre à la personne fatiguée de se reposer. Installer un miroir inclinable, ajustable en hauteur. Installer un mécanisme permettant d ouvrir la porte de l extérieur en cas d urgence. Installer un interrupteur, à l extérieur de la salle de toilette, pour l éclairer avant d y entrer ou prévoir une petite lumière en permanence dans la salle de bain (lumière avec détecteur de mouvements). Installer une veilleuse à 30 cm du sol, à l intérieur et à l extérieur de la salle de toilette, pour faciliter l orientation. Bonne hauteur de la toilette Bonne hauteur des distributeurs de papier et de savon Barre d appui rétractable Cloche d appel Miroir incliné Poignée du lavabo à levier Grand espace pour les déplacements et les intervenants 17

18 Salle d eau commune AMÉNAGEMENT Prévoir un espace pour circuler avec une aide à la marche (un mètre pour les déplacements généraux et 75 cm pour les cadres de portes). Placer une chaise avec appuis-bras dans la pièce pour faciliter l habillage et le déshabillage. S assurer que la porte ferme adéquatement pour préserver l intimité. Prévoir des crochets pour accrocher les vêtements, une tablette pour les effets personnels. Installer un miroir inclinable, ajustable en hauteur. DOUCHE Installer un recouvrement antidérapant au fond de la douche. Poser des étagères pour les effets personnels pour ne pas avoir à se pencher pour les récupérer. Installer une douche téléphone sur rail, ajustable en hauteur et facile à décrocher, et poser des barres d appui pour faciliter l entrée dans la douche et assurer la sécurité (page 24). Équiper la douche d un banc rétractable (escamotable) ou d un siège de douche amovible pour permettre à la personne de s asseoir en cas de fatigue. BAIN Avoir à sa disposition un banc de transfert pour enjamber le bain en position assise. Poser une douche téléphone avec un interrupteur d eau sur le pommeau. Installer des barres d appui : En position oblique sur le mur du fond; En position verticale à l entrée du bain ou de la douche, sur le mur des robinets; En position horizontale sur le mur des robinets. Installer un tapis antidérapant au fond de la baignoire. Installer un support (tablette) pour les effets personnels (savon, shampoing, etc.). Bonne hauteur du séchoir et du porte-serviette Douche téléphone Tapis antidérapant Chaise de douche Barres d appui Chaise d appoint Grand espace pour les déplacements et les intervenants 18

19 Bonne hauteur de toilette Barre d appui Miroir incliné Étagère Bonne hauteur des distributeurs de papier et de savon Bonne hauteur de lavabo (poignées à levier) Chaise d appoint (préférablement avec appuis-bras) Grand espace pour les déplacements et les intervenants 19

20 Salles d urgence Utiliser de préférence des tables d examen ajustables en hauteur (descendant à 45 cm du sol). À défaut de tables d examen ajustables en hauteur, se procurer des tabourets assez grands et stables pour y placer les deux pieds complètement. Prévoir des lits d observation séparés par des murs, plutôt que des rideaux, pour aliter la clientèle agitée ou désorientée. Aménager un espace sécuritaire pour les personnes désorientées; installer un système antifugue activé au besoin par un bracelet magnétiquedisposer de fauteuils fixes à côté de chaque civière. Civière ajustable en hauteur Éclairage extérieur Chaise avec appuis-bras pour aidant Table de chevet 20

21 Mur séparateur et rideau pour préserver l intimité Chaise avec appuis-bras pour le patient lors des repas et pour l aidant Table de chevet Horloge Éclairage extérieur Espace de rangement pour fauteuils roulants et aides à la marche 21

22 Fontaine d eau et verres Distributrice de boissons et d aliments Horloge Comptoir accessible aux fauteuils roulants Grand espace de déplacement Tableau d affichage électronique Fontaine d eau Horloge Panneau indicateur numérique 22

23 Section 3 : CATALOGUE DE PRODUITS ADAPTÉS Consultez cette section pour guider vos achats d équipement adapté. Si nécessaire, discutez de vos besoins et de vos objectifs avec vos collègues. Parlez-en avec les membres du comité «Environnement». Note : La description des produits présentés est générique afin d éviter toute publicité. Vous constaterez que certaines caractéristiques peuvent différer de celles de vos fournisseurs habituels. L équipement est-il susceptible d être partagé par plusieurs patients? Si oui, les règles de nettoyage et de désinfection devraient être clairement établies. Au besoin, consultez l équipe de la prévention des infections de votre établissement. Amplificateur vocal Caractéristiques Système d amplification à volume réglable muni d un microphone pour l intervenant et d un casque d écoute (écouteurs) pour l aîné qui éprouve des pertes auditives. Note : Les modèles portatifs sont plus faciles à utiliser au quotidien (poche de sarrau, chariot de médicaments, etc.). Entretien et infection Nettoyer les casques d écoute ou écouteurs après chaque utilisation ou utiliser un modèle jetable. Avantages pour les patients Meilleure compréhension des consignes Diminution des erreurs et de la frustration Réduction du bruit ambiant Avantages pour le personnel Meilleure compréhension du patient Diminution des frustrations liées aux nombreuses répétitions Réduction du bruit ambiant Diminution des risques d erreurs 23

TOURISME CULTURE ACCESSIBLES. AIDE-MÉMOIRE RESTAURANT Pour une conception sans obstacles aux personnes à capacité physique restreinte

TOURISME CULTURE ACCESSIBLES. AIDE-MÉMOIRE RESTAURANT Pour une conception sans obstacles aux personnes à capacité physique restreinte TOURISME CULTURE ACCESSIBLES AIDE-MÉMOIRE RESTAURANT Pour une conception sans obstacles aux personnes à capacité physique restreinte MISE À JOUR MARS 2014 TABLE DES MATIÈRES STATIONNEMENT 3 ENTRÉE ET INTÉRIEUR

Plus en détail

AIDE-MÉMOIRE - ATTRAIT

AIDE-MÉMOIRE - ATTRAIT AIDE-MÉMOIRE - ATTRAIT STATIONNEMENT Éléments Espace(s) réservé(s) / nombre total de places de stationnement Dimension d un espace de stationnement réservé aux personnes handicapées Surface du stationnement

Plus en détail

Prévenir les chutes à votre domicile Une affaire personnelle!

Prévenir les chutes à votre domicile Une affaire personnelle! Prévenir les chutes à votre domicile Une affaire personnelle! TABLE DES MATIÈRES Introduction....1 Escaliers extérieurs......2 Escaliers intérieurs......4 Salle de bain.....6 Cuisine......8 Salon.. 10

Plus en détail

POUR BIEN VIEILLIR CHEZ MOI, MON DOMICILE EN TOUTE SÉCURITÉ

POUR BIEN VIEILLIR CHEZ MOI, MON DOMICILE EN TOUTE SÉCURITÉ POUR BIEN VIEILLIR CHEZ MOI, MON DOMICILE EN TOUTE SÉCURITÉ Ce livret est offert par la Carsat Nord-Picardie à : Nom, prénom :... Adresse :......... Pour bien vieillir chez moi, mon domicile en toute

Plus en détail

AIDE-MÉMOIRE ATTRAIT TOURISTIQUE

AIDE-MÉMOIRE ATTRAIT TOURISTIQUE TOURISME CULTURE ACCESSIBLES AIDE-MÉMOIRE ATTRAIT TOURISTIQUE Pour une conception sans obstacles aux personnes à capacité physique restreinte MISE À JOUR MARS 2014 TABLE DES MATIÈRES STATIONNEMENT 3 ENTRÉE

Plus en détail

Tout ce que vous devez savoir pour bien équiper vos locaux

Tout ce que vous devez savoir pour bien équiper vos locaux Hélène Renaud asstsas Louise Morissette asstsas Tout ce que vous devez savoir pour bien équiper vos locaux Vous rénovez les aires de jeux? Vous achetez de nouveaux équipements? Quels modèles choisir et

Plus en détail

Travaux d adaptation du logement pour les personnes âgées

Travaux d adaptation du logement pour les personnes âgées Fiche pratique Personnes âgées Travaux d adaptation du logement pour les personnes âgées Accéder à son logement - utiliser les escaliers - prendre l ascenseur - accéder aux équipements Profiter de son

Plus en détail

Préambule. Définition. Principes généraux

Préambule. Définition. Principes généraux Préambule Ce document a pour objectif de résumer les principes à respecter afin d aménager un milieu de vie prothétique. Dans un premier temps, une définition d un milieu de vie prothétique sera proposée.

Plus en détail

Prévention des chutes

Prévention des chutes Notre mission Dispensateur de services de première ligne et de services spécialisés, le CSSS du Suroît a la responsabilité de maintenir et d améliorer la santé et le bien-être de la population de son territoire

Plus en détail

Garder son indépendance

Garder son indépendance Pour de plus amples renseignements, appelez : Avancez de pied ferme Nipissing. (705) 474-1400 Avancez de pied ferme Parry Sound. (705) 746-5801 1-800-563-2808 Soyez actif, soyez indépendant et avancez

Plus en détail

Être en sécurité à domicile

Être en sécurité à domicile La prévention des chutes Être en sécurité à domicile CLSC de Saint-Michel CLSC de Saint-Léonard 5540, rue Jarry est Montréal (Québec) H1P 1T9 TABLE DES MATIÈRES La prévention des chutes 2 L aménagement

Plus en détail

Introduction... 3 Normes en vigueur pour l accessibilité des bâtiments et campings... 4

Introduction... 3 Normes en vigueur pour l accessibilité des bâtiments et campings... 4 Sommaire Introduction... 3 1. Le stationnement... 4 Normes en vigueur pour l accessibilité des bâtiments et campings... 4 2. Les entrées extérieures et intérieures... 6 3. Le bâtiment d accueil et les

Plus en détail

Être en sécurité à domicile

Être en sécurité à domicile La prévention des chutes Être en sécurité à domicile CLSC de Saint-Michel 3355, rue Jarry est Montréal (Québec) H1Z 2E5 Mai 2012 CLSC de Saint-Léonard 5540, rue Jarry est Montréal (Québec) H1P 1T9 Centre

Plus en détail

Parking. Les places accessibles devront être les plus proches de l entrée.

Parking. Les places accessibles devront être les plus proches de l entrée. Parking Si vous avez un parking privé, 2% des places devront être accessibles : largeur minimum 3,30 m, place et devers de pente maxi 2%, signalétique horizontale et verticale. Les places accessibles devront

Plus en détail

Liste de contrôle à utiliser pour les ménages privés

Liste de contrôle à utiliser pour les ménages privés Examen de l habitat à des fins de prévention des chutes Liste de contrôle à utiliser pour les ménages privés 1. Aspects d ordre général Ces points sont à examiner pour chaque pièce du logement utilisée

Plus en détail

Lutter contre les chutes

Lutter contre les chutes Lutter contre les chutes Réduire le risque des chutes à domicile et à l'extérieur Enjeu Personne n'est à l'abri des chutes, mais le risque augmente avec l'âge. Voici quelques mesures simples que vous pouvez

Plus en détail

ACCESSIBILITE DES ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC EXISTANTS AUX PERSONNES HANDICAPEES

ACCESSIBILITE DES ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC EXISTANTS AUX PERSONNES HANDICAPEES ACCESSIBILITE DES ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC EXISTANTS AUX PERSONNES HANDICAPEES - La loi d orientation du 30 juin 1975 en faveur des personnes handicapées, - La loi du 13 juillet 1991 portant diverses

Plus en détail

Handicap visuel. Travaux d adaptation du logement pour les personnes non voyantes ou mal voyantes. Fiche pratique

Handicap visuel. Travaux d adaptation du logement pour les personnes non voyantes ou mal voyantes. Fiche pratique Fiche pratique Handicap visuel Travaux d adaptation du logement pour les personnes non voyantes ou mal voyantes Accéder aux parties communes - sécuriser le cheminement - choisir les équipements - bien

Plus en détail

IPP-0773 BAT-0743 Le Forum de Liège Janvier 2006 Page 1 sur 21

IPP-0773 BAT-0743 Le Forum de Liège Janvier 2006 Page 1 sur 21 Janvier 2006 Page 1 sur 21 LE FORUM Rue pont d Avroy, 14 4000 Liège Tél. : 04/ 223 18 18 Fax : 04/ 223 15 43 Web : www.leforum.be 0 3 0 2 1 8 Avec le soutien financier de la Ministre de la Santé, de l

Plus en détail

L accès à l accueil de l hôtel depuis le parking se fait par le biais de l ascenseur.

L accès à l accueil de l hôtel depuis le parking se fait par le biais de l ascenseur. Radisson Blu Royal Localisation L hôtel se situe à proximité des transports en communs. Stationnement Présence d un parking couvert au sein de l hôtel. Le parking couvert comporte des emplacements PMR.

Plus en détail

Prévention des chutes. Un guide à l intention des patients et leur famille

Prévention des chutes. Un guide à l intention des patients et leur famille Prévention des chutes Un guide à l intention des patients et leur famille 1 Qu est-ce qu une chute? Une chute survient lorsque vous tombez soudainement sur le plancher ou par terre. Une blessure peut ou

Plus en détail

COMPTOIR ET SERVICES PUBLICS

COMPTOIR ET SERVICES PUBLICS OBJECTIFS a. Permettre et faciliter à tous les usagers l accès sécuritaire à tous les services publics nécessaires au bien-être et à l autonomie : téléphone, guichet automatique, comptoir, salle d essayage,

Plus en détail

SML Focus. Bien connaître les obligations qui vous concernent. Accessibilité des locaux aux personnes handicapées

SML Focus. Bien connaître les obligations qui vous concernent. Accessibilité des locaux aux personnes handicapées SML Focus Accessibilité des locaux aux personnes handicapées Bien connaître les obligations qui vous concernent Définition, types et catégories des ERP Les locaux des professionnels de santé ouverts aux

Plus en détail

Afin d éviter de générer une identité visuelle «troisième catégorie» correspondant aux personnes en situation de handicap.

Afin d éviter de générer une identité visuelle «troisième catégorie» correspondant aux personnes en situation de handicap. 8 8.1 LES TOILETTES (CABINETS D'AISANCE) FOCUS 1 : L'IMPLANTATION PRINCIPES GÉNÉRAUX DE L ACCESSIBILITÉ Les personnes utilisant un fauteuil roulant doivent pouvoir accéder et utiliser les cabinets d aisance.

Plus en détail

chutes La prévention des Être en sécurité à domicile Le CSSS Lucille-Teasdale Trois CLSC, sept centres d hébergement et un centre de crise

chutes La prévention des Être en sécurité à domicile Le CSSS Lucille-Teasdale Trois CLSC, sept centres d hébergement et un centre de crise Le CSSS Lucille-Teasdale Trois CLSC, sept centres d hébergement et un centre de crise CLSC de Hochelaga-Maisonneuve 4201, Ontario Est 514 253-2181 CLSC Olivier-Guimond 5810, Sherbrooke Est 514 255-2365

Plus en détail

MATÉRIEL ET AMEUBLEMENT

MATÉRIEL ET AMEUBLEMENT MATÉRIEL ET AMEUBLEMENT TÉLÉPHONE Paragraphe 12(1) Le titulaire de licence fournit un téléphone en état de fonctionner sur les lieux. Toutes les garderies doivent avoir un téléphone sur les lieux, et un

Plus en détail

NOM équipement. Notice accessibilité pour les établissements recevant du public

NOM équipement. Notice accessibilité pour les établissements recevant du public NOM équipement Notice accessibilité pour les établissements recevant du public Textes de référence : Loi n 2005-102 du 11 février 2005 Décret n 2006-555 du 17 mai 2006 Arrêté du 1er Règles en vigueur considérées

Plus en détail

ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC (ERP) INSTALLATIONS OUVERTES AU PUBLIC (IOP) NOTICE D ACCESSIBILITÉ AUX PERSONNES HANDICAPÉES

ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC (ERP) INSTALLATIONS OUVERTES AU PUBLIC (IOP) NOTICE D ACCESSIBILITÉ AUX PERSONNES HANDICAPÉES ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC (ERP) INSTALLATIONS OUVERTES AU PUBLIC (IOP) NOTICE D ACCESSIBILITÉ AUX PERSONNES HANDICAPÉES Textes de référence : Champ d application : Code de la Construction et de

Plus en détail

Pour un stand d exposition plus accessible Plain-Pied 2009

Pour un stand d exposition plus accessible Plain-Pied 2009 www.plain-pied.com Pour un stand d exposition plus accessible Version 2009 Avec le soutien financier du Ministre de la Santé, de l Action Sociale et de l Egalité des Chances de la Région Wallonne. Pour

Plus en détail

PRÉPOSÉ(E) AUX BÉNÉFICIAIRES

PRÉPOSÉ(E) AUX BÉNÉFICIAIRES Direction des services d hébergement Description de fonction PRÉPOSÉ(E) AUX BÉNÉFICIAIRES SUPÉRIEUR IMMÉDIAT : STATUT : QUART DE TRAVAIL : CHEF D UNITÉ, CHEFS D ACTIVITÉS EN SERVICE POSTE SYNDIQUÉ JOUR

Plus en détail

NOM équipement. Notice accessibilité pour les établissements recevant du public

NOM équipement. Notice accessibilité pour les établissements recevant du public NOM équipement Notice accessibilité pour les établissements recevant du public Textes de référence : Loi n 2005-102 du 11 février 2005 Décret n 2006-555 du 17 mai 2006 Arrêté du 1er Règles en vigueur considérées

Plus en détail

Vie Autonome Péninsule Acadienne inc. Voir au-delà du handicap. L accessibilité Une responsabilité sociale

Vie Autonome Péninsule Acadienne inc. Voir au-delà du handicap. L accessibilité Une responsabilité sociale Vie Autonome Péninsule Acadienne inc. Voir au-delà du handicap L accessibilité Une responsabilité sociale Présentation aux familles du CMA 2009 Table des matières 1. Introduction...1 2. CRVA-PA...1 3.

Plus en détail

Travaux d adaptation du logement pour les personnes handicapées moteur

Travaux d adaptation du logement pour les personnes handicapées moteur Fiche pratique Handicap moteur Travaux d adaptation du logement pour les personnes handicapées moteur Profiter de son logement - accéder - cheminer - voir - utiliser les équipements Faire sa toilette -

Plus en détail

Assister un proche dans ses déplacements

Assister un proche dans ses déplacements 2012 Assister un proche dans ses déplacements Remerciements : Merci au Ministère de la famille et des aînés du Québec pour le soutien financier ayant permis la réalisation de ce document. Merci à Josée

Plus en détail

II.3 - AIDES TECHNIQUES (Fiche 3)

II.3 - AIDES TECHNIQUES (Fiche 3) II.3 - AIDES TECHNIQUES () SITES DE VIE AUTONOME (SIVA) Les sites de vie autonome sont des lieux uniques d accueil et de traitement des demandes de personnes handicapées portant sur les aides techniques

Plus en détail

Accueillez l ensemble de votre clientèle quel que soit son handicap

Accueillez l ensemble de votre clientèle quel que soit son handicap Accueillez l ensemble de votre clientèle quel que soit son handicap Loi du 11 février 2005 modifications suite à la publication de l ordonnance du 25 septembre 2014 et du décret du 8 décembre 2014 Après

Plus en détail

Guide de l Accessibilité. des Etablissements. Recevant du Public

Guide de l Accessibilité. des Etablissements. Recevant du Public Guide de l Accessibilité des Etablissements Recevant du Public Direction du Développement Commerce Tourisme Réaliser un projet qui garantit l égalité d accès : S assurer que les entrées principales soient

Plus en détail

matière de nettoyage de l'environnemen

matière de nettoyage de l'environnemen Trousse pédagogique relative a matière de nettoyage de l'environnemen Script vidéo : Les scripts suivants vous sont fournis comme ressource supplémentaire aux vidéos des procédures de nettoyage. Pour plus

Plus en détail

KIT D AIDE A LA MISE EN ACCESSIBILITE DES ETABLISSEMENTS DE TOURISME ET DES COMMERCES Édition Février 2015 FICHE N 2A RENDRE MON HÔTEL ACCESSIBLE

KIT D AIDE A LA MISE EN ACCESSIBILITE DES ETABLISSEMENTS DE TOURISME ET DES COMMERCES Édition Février 2015 FICHE N 2A RENDRE MON HÔTEL ACCESSIBLE KIT D AIDE A LA MISE EN ACCESSIBILITE DES ETABLISSEMENTS DE TOURISME ET DES COMMERCES Édition Février 2015 FICHE N 2A RENDRE MON HÔTEL ACCESSIBLE RAPPEL : Pour les ERP classés 1, 2, 3, 4e catégorie : Ces

Plus en détail

Prévention des chutes à domicile. Catherine THOMAS, ergothérapeute ESSR le Petit Pien

Prévention des chutes à domicile. Catherine THOMAS, ergothérapeute ESSR le Petit Pien Prévention des chutes à domicile Catherine THOMAS, ergothérapeute ESSR le Petit Pien Présentation rapide du métier d ergothérapeute et du Petit Pien. Les conséquences qu on peut observer parmi les personnes

Plus en détail

PREFECTURE DE LOIR ET CHER

PREFECTURE DE LOIR ET CHER SOUS-COMMISSION DEPARTEMENTALE D ACCESSIBILITE Secrétariat : Direction Départementale des Territoires de Loir et Cher 17 quai de l Abbé Grégoire 41012 BLOIS CEDEX Tél : 02.54.55.75.22 Fax : 02.54.55.75.73

Plus en détail

La hernie discale Votre dos au jour le jour...

La hernie discale Votre dos au jour le jour... La hernie discale Votre dos au jour le jour... Votre dos est fragile. Ce document va vous aider à le préserver au jour le jour. Si vous venez de vous faire opérer, certaines activités vous sont déconseillées

Plus en détail

Liste de vérification

Liste de vérification Liste de vérification de votre sécurité à la maison Quelques simples précautions peuvent rendre votre maison plus sûre et prévenir les chutes Pour rester sur pied Mesures à prendre pour prévenir les chutes

Plus en détail

.8..COULEUR/CONTRASTE.

.8..COULEUR/CONTRASTE. énovation.8..couleu/contaste. 8.1 Concept de base Utiliser un revêtement de fini mat pour toutes les surfaces (sol, mur, plafond, comptoir, panneau d affichage, etc.). Les finis lustrés causent de l éblouissement.

Plus en détail

Guide Technique de Conception

Guide Technique de Conception Guide Technique de Conception SOMMAIRE L ACCESSIBILITÉ HORS CADRE BATI p.03 L accessibilité de la voirie et des espaces publics p.03 1 - Circulations extérieures horizontales p.03 Largueur du cheminement

Plus en détail

Guide de l Accessibilité des ERP

Guide de l Accessibilité des ERP Guide de l Accessibilité des ERP Comment rendre votre établissement accessible aux handicapés et assurer la continuité de votre accueil du public pendant les travaux de mise aux normes. Sommaire 1. Introduction

Plus en détail

Conseils pour les personnes âgées qui achètent un véhicule

Conseils pour les personnes âgées qui achètent un véhicule Types de véhicules La taille du véhicule relève d un choix personnel. Certains aînés se sentent plus en sécurité dans un véhicule plus lourd, alors que d autres considèrent que les petites voitures sont

Plus en détail

Acquisition, amélioration, réhabilitation et création de logements locatifs sociaux communaux. identification du/des logement(s) concerné(s)

Acquisition, amélioration, réhabilitation et création de logements locatifs sociaux communaux. identification du/des logement(s) concerné(s) Acquisition, amélioration, réhabilitation et création de logements locatifs sociaux communaux page 1/5 identification du/des logement(s) concerné(s) Nom du bailleur Nom de l opération Logement individuel

Plus en détail

CONFORT. à domicile. Votre

CONFORT. à domicile. Votre Cachet du pharmacien ACCOMPAGNEMENT Les anticoagulants oraux - Votre confort à domicile Le désir de grossesse - Le diabète - La pharmacie @ domicile Votre santé en tête-à-tête - Le suivi de votre traitement

Plus en détail

LOGEMENT INDIVIDUEL 1ER SEUIL DE BONIFICATION (2 500 PAR LOGEMENT)

LOGEMENT INDIVIDUEL 1ER SEUIL DE BONIFICATION (2 500 PAR LOGEMENT) LOGEMENT INDIVIDUEL 1ER SEUIL DE BONIFICATION (2 500 PAR LOGEMENT) Portes avec ouverture vers l'extérieur Portes : pose de poignées droites recourbées vers l'intérieur (en forme de "bec de canard") Éviter

Plus en détail

L ACCUEIL DU PUBLIC 3.1 REPÉRAGE DE LA BANQUE D ACCUEIL PRINCIPES GÉNÉRAUX DE L ACCESSIBILITÉ CE QUE DIT LA LOI RECOMMANDATIONS

L ACCUEIL DU PUBLIC 3.1 REPÉRAGE DE LA BANQUE D ACCUEIL PRINCIPES GÉNÉRAUX DE L ACCESSIBILITÉ CE QUE DIT LA LOI RECOMMANDATIONS 3 3.1 REPÉRAGE DE LA BANQUE D ACCUEIL PRINCIPES GÉNÉRAUX DE L ACCESSIBILITÉ L accueil doit pouvoir être identifié et atteint dès le franchissement de la porte d accès du bâtiment. Pour les personnes déficientes

Plus en détail

Accessibilité locaux existants ERP 5ème catégorie

Accessibilité locaux existants ERP 5ème catégorie Auto-évaluation(1) Accessibilité locaux existants ERP 5 ème catégorie (Est considéré comme Etablissement Recevant du Public de 5 ème catégorie tout magasin de vente dans lequel l effectif du public admis

Plus en détail

KIT D AIDE A LA MISE EN ACCESSIBILITE DES ETABLISSEMENTS DE TOURISME ET DE COMMERCE Édition Janvier 2015 FICHE N 2A RENDRE MON HÔTEL ACCESSIBLE

KIT D AIDE A LA MISE EN ACCESSIBILITE DES ETABLISSEMENTS DE TOURISME ET DE COMMERCE Édition Janvier 2015 FICHE N 2A RENDRE MON HÔTEL ACCESSIBLE KIT D AIDE A LA MISE EN ACCESSIBILITE DES ETABLISSEMENTS DE TOURISME ET DE COMMERCE Édition Janvier 2015 FICHE N 2A RENDRE MON HÔTEL ACCESSIBLE RAPPEL : Pour les ERP classés 1, 2, 3, 4e catégorie : Ces

Plus en détail

Consulter le Modèle d Accessibilité de référence. Le modèle a considéré quatre types de diversité fonctionnelle :

Consulter le Modèle d Accessibilité de référence. Le modèle a considéré quatre types de diversité fonctionnelle : Consulter le Modèle d Accessibilité de référence. Le modèle a considéré quatre types de diversité fonctionnelle : Personnes ayant une diversité fonctionnelle physique Personnes ayant une diversité fonctionnelle

Plus en détail

MAISON J Y SUIS, J Y RESTE WWW.ADAPTATION-DU-LOGEMENT.BE

MAISON J Y SUIS, J Y RESTE WWW.ADAPTATION-DU-LOGEMENT.BE Centre d Adaptation du Logement Bruxelles MA MAISON J Y SUIS, J Y RESTE WWW.ADAPTATION-DU-LOGEMENT.BE EN LIGNE Cette publication peut être consultée en ligne sur www.adaptation-du-logement.be Editeur responsable

Plus en détail

7LES MONTE-ESCALIERS. Comment choisit-on un monte-escalier?

7LES MONTE-ESCALIERS. Comment choisit-on un monte-escalier? d utiliser l escalier est souvent l élément déclenchant, celui L impossibilité qui place l aidant dans une impasse physique et le conduit à demander un placement pour la personne dépendante. De fait, les

Plus en détail

Evaluer et aménager le domicile de personnes âgées à risques de chutes. Nathanaëlle Lagadec ergothérapeute Hôpital Pitié-Salpêtrière 08 décembre 2007

Evaluer et aménager le domicile de personnes âgées à risques de chutes. Nathanaëlle Lagadec ergothérapeute Hôpital Pitié-Salpêtrière 08 décembre 2007 Evaluer et aménager le domicile de personnes âgées à risques de chutes Nathanaëlle Lagadec ergothérapeute Hôpital Pitié-Salpêtrière 08 décembre 2007 Plan Généralités L évaluation des risques de chutes

Plus en détail

GUIDE D ACCUEIL. Unité de médecine-gériatrie «Notre équipe est la vôtre»

GUIDE D ACCUEIL. Unité de médecine-gériatrie «Notre équipe est la vôtre» GUIDE D ACCUEIL Unité de médecine-gériatrie «Notre équipe est la vôtre» 2015 Ce guide a été conçu afin de rendre votre épisode d hospitalisation plus agréable et vous aider à mieux connaître les soins

Plus en détail

Systèmes de soins infantiles. Soins innovants pour les nouveaux nés

Systèmes de soins infantiles. Soins innovants pour les nouveaux nés Systèmes de soins infantiles Soins innovants pour les nouveaux nés Systèmes de soins infantiles Le CosyCrib d Inditherm est un système révolutionnaire pivotant et hautement ergonomique pour une utilisation

Plus en détail

Prévention des chutes des personnes âgée à Domicile

Prévention des chutes des personnes âgée à Domicile Prévention des chutes des personnes âgée à Domicile Dr D. Mengue Semaine bleue 2013 «CODERPA 89» États des lieux plan Quelques chiffres intéressants Les engagements publics pour prévenir la chute chez

Plus en détail

CHARIOT ELEVATEUR FICHE D INSTRUCTION. Prise de poste. Poste de conduite

CHARIOT ELEVATEUR FICHE D INSTRUCTION. Prise de poste. Poste de conduite CHARIOT ELEVATEUR Prise de poste - Munissez-vous des équipements de protection individuelle nécessaires pour le travail à effectuer : - chaussures de sécurité obligatoires - gants de protection - protections

Plus en détail

Les critères du label «Tourisme et Handicap»

Les critères du label «Tourisme et Handicap» Les critères du label «Tourisme et Handicap» Aide à la lecture du document En gras et rouge apparaissent les critères obligatoires. En non gras apparaissent les critères de confort qui ne sont pas obligatoires

Plus en détail

DOSSIER : TOURISME ET HANDICAP

DOSSIER : TOURISME ET HANDICAP DOSSIER : TOURISME ET HANDICAP Dossier à l intention des professionnels souhaitant s améliorer dans l accueil des personnes handicapées. Réaliser les aménagements fondamentaux pour l accueil des personnes

Plus en détail

Nom et adresse :...Tél :... Nom et adresse :... Qualité :... Tél :...

Nom et adresse :...Tél :... Nom et adresse :... Qualité :... Tél :... Direction Départementale des Territoires et de la Mer Aude Service Habitat et Constructions Durables Unité Accessibilité et Réglementation de la Construction janvier 2010 NOTICE D ACCESSIBILITE ETABLISSEMENTS

Plus en détail

Axe 2. Favoriser les modes d accueil intermédiaires entre l habitat individuel et l hébergement collectif en institution

Axe 2. Favoriser les modes d accueil intermédiaires entre l habitat individuel et l hébergement collectif en institution Favoriser les modes d accueil intermédiaires entre l habitat individuel et l hébergement collectif en institution Objet Financement de dépenses d investissement pour la construction, la modernisation ou

Plus en détail

RAPPORT DE DIAGNOSTIC MEDIACCESS

RAPPORT DE DIAGNOSTIC MEDIACCESS RAPPORT DE DIAGNOSTIC MEDIACCESS Date de finalisation du diagnostic : 30/10/2014 Niveau d'accessibilité de votre établissement : Repérer : 48 % L usager doit pouvoir identifier le cheminement conduisant

Plus en détail

Aide-mémoire pour assurer l accessibilité de vos événements

Aide-mémoire pour assurer l accessibilité de vos événements Guide pratique d accessibilité des événements Aide-mémoire pour assurer l accessibilité de vos événements Accessibilité extérieure Transport Service de transport collectif régulier, fréquent et à proximité.

Plus en détail

COMMERCES. Auto-évaluation accessibilité ERP existants 5 ème catégorie

COMMERCES. Auto-évaluation accessibilité ERP existants 5 ème catégorie Auto-évaluation(1) Accessibilité locaux existants ERP 5 ème catégorie (Est considéré comme Etablissement Recevant du Public de 5 ème catégorie tout magasin de vente dans lequel l effectif du public admis

Plus en détail

Fiche signalétique. Conseils d utilisation. Informations préalables. Identification de l'équipement

Fiche signalétique. Conseils d utilisation. Informations préalables. Identification de l'équipement Fiche signalétique Informations préalables - Date de l évaluation :.. - Nom des évaluateurs : - Organismes des évaluateurs : Identification de l'équipement Etablissement :... Nom et raison sociale de l'organisme

Plus en détail

Conseils déco express Comment éclairer une pièce, décorer vos murs, habiller vos fenêtres?

Conseils déco express Comment éclairer une pièce, décorer vos murs, habiller vos fenêtres? Conseils déco express Comment éclairer une pièce, décorer vos murs, habiller vos fenêtres? Textes rédigés pour le site www.mmatravodeco.com Reportage : projet de décoration Bambù, Paris 14 e Photos : Béatrice

Plus en détail

adapté à vos besoins?

adapté à vos besoins? www.woningaanpassing.be 02 240 80 81 Version française Votre logement est-il adapté à vos besoins? En ligne Cette publication peut être consultée en ligne sur www.woningaanpassing.be Editeur responsable

Plus en détail

Votre logement est-il adapté à vos besoins?

Votre logement est-il adapté à vos besoins? Version française Votre logement est-il adapté à vos besoins? Vivez chez vous le plus longtemps possible de manière confortable et sûre Introduction : adaptez maintenant votre logement pour plus tard Conseils

Plus en détail

MODELE DE NOTICE D ACCESSIBILITE ERP NEUFS OU EXISTANTS sans contrainte structurelle

MODELE DE NOTICE D ACCESSIBILITE ERP NEUFS OU EXISTANTS sans contrainte structurelle MODELE DE NOTICE D ACCESSIBILITE ERP NEUFS OU EXISTANTS sans contrainte structurelle RENSEIGNEMENTS CONCERNANT LE DEMANDEUR ET L'ETABLISSEMENT 1 DEMANDEUR (bénéficiaire de l autorisation) NOM, prénoms...

Plus en détail

Problèmes rencontrés par une personne à mobilité réduite

Problèmes rencontrés par une personne à mobilité réduite Le 17 Avril 2012 Problèmes rencontrés par une personne à mobilité réduite Hauteur de marche supérieure à 2 cm Largeur de la porte d entrée inférieure à 90cm Porte ouvrant vers l extérieur Cheminement inférieur

Plus en détail

Programme d orientation des nouveaux employés

Programme d orientation des nouveaux employés Programme d orientation des nouveaux employés Préposé aux bénéficiaires CHSLD Macamic Étapes d orientation Responsabilité de infirmière chef Tâche Avant l arrivée de l employé Préparer la grille d orientation

Plus en détail

PREVENTION DES CHUTES: L'approche des Equipes Infirmières et Aides Soignantes

PREVENTION DES CHUTES: L'approche des Equipes Infirmières et Aides Soignantes PREVENTION DES CHUTES: L'approche des Equipes Infirmières et Aides Soignantes I Ingrid VICENTE, Aide Soignante, Christine COLAS,IRUS Unité de Réadaptation Orthopédique 2EK Mars 2015 Forum :Prévention des

Plus en détail

Référentiel Handicap. Référentiel Handicap. 2 e seuil de bonification. Logement collectif neuf. Logement individuel neuf

Référentiel Handicap. Référentiel Handicap. 2 e seuil de bonification. Logement collectif neuf. Logement individuel neuf 2 e seuil de bonification page 1/5 identification du/des logement(s) concerné(s) Nom du bailleur Nom de l opération Logement individuel neuf Adresse de l opération Référence du/des logement(s) concerné(s)

Plus en détail

LABEL TOURISME ET HANDICAP CAHIER DES CHARGES HÔTELLERIE DE PLEIN AIR

LABEL TOURISME ET HANDICAP CAHIER DES CHARGES HÔTELLERIE DE PLEIN AIR LABEL TOURISME ET HANDICAP CAHIER DES CHARGES HÔTELLERIE DE PLEIN AIR 1.1 - La sensibilisation du personnel Le personnel doit être sensibilisé à l accueil et à l accompagnement des clients susceptibles

Plus en détail

Outil d autodiagnostic du niveau d accessibilité - Les cabinets médicaux -

Outil d autodiagnostic du niveau d accessibilité - Les cabinets médicaux - Outil d autodiagnostic du niveau d accessibilité - Les cabinets médicaux - 17 septembre 2014 (mis à jour le 31 octobre 2014) Afin d avoir une idée du niveau d accessibilité de son cabinet et des principales

Plus en détail

TORDEZ LE COU À 6 IDÉES REÇUES

TORDEZ LE COU À 6 IDÉES REÇUES REÇUES TORDEZ LE COU À 6 IDÉES pour bien vieillir chez vous Bien vieillir chez soi, c est possible! Adapter son logement à ses nouveaux besoins ne nécessite pas forcément beaucoup de moyens et d investissements.

Plus en détail

KIT D AIDE A LA MISE EN ACCESSIBILITE DES ETABLISSEMENTS DE TOURISME ET DE COMMERCE Édition Janvier 2015 FICHE N 2B RENDRE MON RESTAURANT ACCESSIBLE

KIT D AIDE A LA MISE EN ACCESSIBILITE DES ETABLISSEMENTS DE TOURISME ET DE COMMERCE Édition Janvier 2015 FICHE N 2B RENDRE MON RESTAURANT ACCESSIBLE KIT D AIDE A LA MISE EN ACCESSIBILITE DES ETABLISSEMENTS DE TOURISME ET DE COMMERCE Édition Janvier 2015 FICHE N 2B RENDRE MON RESTAURANT ACCESSIBLE RAPPEL : Pour les ERP classés 1, 2, 3, 4e catégorie

Plus en détail

Des aides pour se relever

Des aides pour se relever Des aides pour se relever du fauteuil, des toilettes, du lit, de la baignoire Des aides pour se relever - Solival / 1 Des aides pour se relever... L âge qui avance, un affaiblissement temporaire, une maladie,

Plus en détail

NOTICE ACCESSIBILITE POUR LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC

NOTICE ACCESSIBILITE POUR LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC NOTICE ACCESSIBILITE POUR LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC 1/30 Le demandeur et l établissement 1- Le demandeur Nom, Prénom : Adresse : Téléphone : E-mail : 2- L établissement Nom : Adresse : Activité

Plus en détail

- Grille d'autodiagnostic Villages Vacances

- Grille d'autodiagnostic Villages Vacances - Grille d'autodiagnostic Villages Vacances L objectif de ce document est de permettre aux exploitants de se forger un aperçu du niveau d accessibilité de leur établissement face aux obligations de mise

Plus en détail

Accessoires. Clinic Care Homecare Assist Process. Aucun COMPROMIS. Accessoires d origine de stiegelmeyer.

Accessoires. Clinic Care Homecare Assist Process. Aucun COMPROMIS. Accessoires d origine de stiegelmeyer. Accessoires Clinic Care Homecare Assist Process Aucun COMPROMIS. Accessoires d origine de stiegelmeyer. Accessoires de lits pour l ensemble de l hôpital. ACCESSOIRES judicieux pratiques et utiles à la

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES TRANSPORTS, DE L ÉQUIPEMENT, DU TOURISME ET DE LA MER Arrêté du 15 janvier 2007 portant application du décret n o 2006-1658 du 21 décembre 2006

Plus en détail

Commerce et Services. L A.B.C. de l accessibilité des commerces

Commerce et Services. L A.B.C. de l accessibilité des commerces www.loir-et-cher.cci.fr Commerce et Services L A.B.C. de l accessibilité des commerces Au 1 er janvier 2015, tout commerce devra être accessible à toute personne souffrant de tout handicap (Loi du 11 février

Plus en détail

Cahier des charges Mobilier. Bibliothèque de Saint Aubin du Cormier

Cahier des charges Mobilier. Bibliothèque de Saint Aubin du Cormier Cahier des charges Mobilier Bibliothèque de Saint Aubin du Cormier 1 SOMMAIRE A Objet de la consultation Pour l ensemble du mobilier p. 03 Pour les rayonnages p. 03 Pour les bacs p. 03 Pour l implantation

Plus en détail

DOMAINES MOTEUR ET SENSORIEL

DOMAINES MOTEUR ET SENSORIEL DOMAINES MOTEUR ET SENSORIEL Page 1 sur 12 OBJECTIF GÉNÉRAL : 1. AMÉLIORER LES HABILETÉS MOTRICES GLOBALES 1.1 L élève développera des stratégies pour coordonner ses mouvements. 1. Appliquer les recommandations

Plus en détail

- Grille d'autodiagnostic Restaurants

- Grille d'autodiagnostic Restaurants - Grille d'autodiagnostic Restaurants L objectif de ce document est de permettre aux exploitants de se forger un aperçu du niveau d accessibilité de leur établissement face aux obligations de mise en conformité

Plus en détail

PRÉVENTION DES CHUTES. Pour les personnes âgées vivants dans un CHSLD ou une USLD

PRÉVENTION DES CHUTES. Pour les personnes âgées vivants dans un CHSLD ou une USLD PRÉVENTION DES CHUTES Pour les personnes âgées vivants dans un CHSLD ou une USLD Il est nécessaire et possible de prévenir les chutes POURQUOI PRÉVENIR LES CHUTES? 40 % des admissions en centre d hébergement

Plus en détail

Diplôme professionnel aide-soignant Référentiel d activités

Diplôme professionnel aide-soignant Référentiel d activités Annexe IV à l arrêté du 25 janvier 2005 relatif aux modalités d organisation de la validation des acquis de l expérience pour l obtention du diplôme professionnel d aide-soignant Diplôme professionnel

Plus en détail

NORMES D AMÉNAGEMENT ET DE SÉCURITÉ DES LIEUX DES RESSOURCES INTERMÉDIAIRES

NORMES D AMÉNAGEMENT ET DE SÉCURITÉ DES LIEUX DES RESSOURCES INTERMÉDIAIRES NORMES D AMÉNAGEMENT ET DE SÉCURITÉ DES LIEUX DES RESSOURCES INTERMÉDIAIRES Septembre 2002 PRÉAMBULE L aménagement et l environnement des lieux physiques d une ressource intermédiaire doivent assurer la

Plus en détail

ASCENSEUR ET APPAREILS ÉLÉVATEURS

ASCENSEUR ET APPAREILS ÉLÉVATEURS OBJECTIFS a. Permettre d accéder facilement à tous les niveaux en toute sécurité et sans se heurter à un obstacle. b. Prévoir un accès direct à tous les niveaux d un bâtiment dès sa conception. c. Assurer

Plus en détail

Fiche n 6. Sanitaire

Fiche n 6. Sanitaire Fiche n 6 Sanitaire Réalisé par THIEBAUT Manon pour la Mission Handicap du CCAS de Nancy Février 2012 1 1 WC Hauteur de la cuvette entre à 0,45 et 0,50m Commande de chasse d eau facilement accessible et

Plus en détail

premières 48h Date Date

premières 48h Date Date L HDQ HSFA CHU L Système de mesure de l autonomie fonctionnelle SMAF Évaluation Réévaluation Réévaluation 7 premières 48h e à 9 e jour ~ 22 e jour d hospitalisation d hospitalisation Activités de la vie

Plus en détail

L accessibilité des commerces et des services de proximité (classés en 5 e catégorie au sens du règlement de sécurité)

L accessibilité des commerces et des services de proximité (classés en 5 e catégorie au sens du règlement de sécurité) L accessibilité des commerces et des services de proximité (classés en 5 e catégorie au sens du règlement de sécurité) La loi du 11 février 2005 exprime le principe «d accès à tout pour tous» qui implique

Plus en détail

.4..ESCALIER. Critères d'accessibilité répondant aux besoins des personnes ayant une déficience visuelle. 4.1 Concept de base

.4..ESCALIER. Critères d'accessibilité répondant aux besoins des personnes ayant une déficience visuelle. 4.1 Concept de base énovation.4..escalie. 4.1 Concept de base S assurer que l emplacement des escaliers soit uniforme d un étage à l autre pour que leur localisation soit prévisible. egrouper l'escalier et les principaux

Plus en détail

Siège élévateur de bain Minivator Rien de tel qu un bon bain!

Siège élévateur de bain Minivator Rien de tel qu un bon bain! Siège élévateur de bain Minivator Rien de tel qu un bon bain! Bliss Bonheur parfait, grand plaisir Dictionnaire Anglais Oxford Beaucoup de personnes rencontrent des difficultés en utilisant leur baignoire

Plus en détail

Ces fiches sont prévues pour les Mairies classées en 5ème catégorie.

Ces fiches sont prévues pour les Mairies classées en 5ème catégorie. Remplissez le questionnaire suivant et adressez-le nous afin que l on puisse vous aider dans votre démarche de mise en accessibilité de votre établissement. L adresse mail de réponse est contact@link-access.fr

Plus en détail