RECOMMANDATIONS TECHNIQUES DETAILLEES POUR LA REALISATION DU FIBROTEST ET DU FIBROMAX

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RECOMMANDATIONS TECHNIQUES DETAILLEES POUR LA REALISATION DU FIBROTEST ET DU FIBROMAX"

Transcription

1 ANNEXE 1 RECOMMANDATIONS TECHNIQUES DETAILLEES POUR LA REALISATION DU FIBROTEST ET DU FIBROMAX FibroTest et ActiTest permettent d évaluer respectivement l étendue de la fibrose et l importance de l activité nécroticoinflammatoire du foie. Actuellement, ils sont considérés comme une alternative à la biopsie hépatique chez les patients atteints d hépatite C chronique (1)(2). Le FibroTest et l ActiTest sont calculés à partir des résultats des dosages de six paramètres biochimiques. Les algorithmes de calcul, établis et validés au cours de diverses études cliniques, sont aujourd hui brevetés. Les dosages des paramètres du FibroTest et de l ActiTest ont été réalisés selon des méthodes analytiques standardisées par rapport aux méthodes de références et/ou étalons de référence. Le FibroMAX associe en plus du FibroTest, le SteatoTest et selon les facteurs de risque : - l ActiTest pour les patients atteints d hépatites virales chroniques C et B, - le NashTest pour les patients atteints de stéatose métabolique (surpoids, diabète, hyperlipidémie) - et l AshTest pour les patients atteints de stéatose inflammatoire alcoolique (hépatique alcoolique aigüe). Les biologistes des laboratoires d analyses médicales souhaitant calculer des FibroTests et/ou des FibroMAX à partir des résultats biologiques dont ils disposent, sont tenus de prendre connaissance des conditions à respecter pour la réalisation des différentes analyses: précautions liées au prélèvement lui même, méthodes d analyses, calibration, critères de fiabilité des dosages. Les recommandations analytiques sont décrites dans ce document. Les différentes analyses biologiques Le FibroTest associe 5 paramètres biochimiques - alpha2-macroglobuline - haptoglobine - apolipoprotéine A1 - GGT (gamma glutamyltranspeptidase) - bilirubine totale L ActiTest associe les mêmes paramètres plus l ALAT (alanine aminotransférase). Si l ActiTest n est pas prescrit, la valeur par défaut à saisir pour l ALAT est Les résultats des dosages sont ajustés en fonction de l âge et du sexe et permettent le calcul du FibroTest et de l ActiTest (1)(2). 1/17

2 Le FibroMAX associe les paramètres du FibroTest et de l ActiTest plus 4 paramètres supplémentaires : - ASAT, - Cholestérol, - Triglycérides, - Glycémie à jeun. Les résultats des dosages sont ajustés en fonction de l âge, du sexe, du poids et de la taille et permettent le calcul du FibroMAX. 2/17

3 A - ETAPE PRE-ANALYTIQUE : CONDITIONS A RESPECTER Milieu biologique, modalité de recueil Les analyses sont réalisées sur sérum ou plasma. Le sang est recueilli chez un patient de préférence à jeun, sur un tube sec de 5 ou 7 ml. L échantillon sanguin est centrifugé dans les 2 heures suivant le prélèvement. Les conditions de centrifugation, vitesse et durée, doivent être conformes aux recommandations du fournisseur des tubes de prélèvements. Conditions de conservation et de transport, prétraitement avant analyse Les dosages des 6 paramètres biochimiques se font de préférence sur le sérum frais ou décanté et conservé 72 heures au maximum à +2 C / +8 C, à l abri de la lumière (protection de la bilirubine). Le dosage des protéines spécifiques (alpha2-macroglobuline, haptoglobine, et apolipoprotéine A1) peut être réalisé sur le sérum conservé à +2 C /+8 C pendant 5 jours. Dans le cas ou les paramètres ne pourraient être dosés dans le délai requis le sérum doit être congelé d emblée à -80 C. Les prélèvements congelés ne doivent pas être décongelés plus d une fois. Après décongélation à la température du laboratoire, les sérums doivent être centrifugés 10 minutes à 1500g. Interférences La lipémie et l hémolyse interfèrent sur les dosages. Il est toujours possible de diluer les sérums déjà centrifugés et légèrement lipémiques selon les conditions des méthodes standardisées. Tout sérum lactescent et/ou hémolysé doit être rejeté. 3/17

4 B - METHODES ANALYTIQUES UTILISEES POUR LES DOSAGES DU FIBROTEST ET DE L ACTITEST (1)(2) Les performances des méthodes de dosage des paramètres du FibroTest et de l ActiTest ont été vérifiées sur les automates et dans les conditions ci dessous listées. Elles garantissent la qualité des résultats FibroTest. Dosages des protéines spécifiques Méthodes immunonéphélémétriques : Dosages de l alpha2-macroglobuline, de l haptoglobine, de l apolipoprotéine A1 Automates BN2 et BNProspec (Société Dade Behring). Réactifs commercialisés par le fournisseur de l automate. Contrôle de qualité interne Dade Behring et contrôle de qualité externe. Automate Immage (Société Beckman Coulter) [voir Remarque C]. Nouvel antisérum du fournisseur pour l alpha2-macroglobuline et ajustement spécifique [voir Remarque C] pour le résultat d apolipoprotéine A1. Contrôle de qualité interne et externe. Méthodes immunoturbidimétriques : Dosages de l alpha2-macroglobuline Automates Modular et Integra (Société Roche ). Réactifs Diagam [voir Remarque D] ou réactifs Dako Cytomation (Elitech France) avec ajustement spécifique [voir Remarque B] pour les résultats de l alpha2-macroglobuline. Automates AU400, AU600, AU640 et AU 2700 (Société Olympus). Réactifs Dako Cytomation (Elitech France). Automates Konelab 20, 20XT, 30, 60, Prime (Société Thermo Fisher Scientific). Réactifs Diagam [voir Remarque D] ou réactifs Dako Cytomation (Elitech France). Automates T20, T20XT, T30, T60 Nouvelle Génération (Société ). Réactifs Diagam [voir Remarque D] ou réactifs Dako Cytomation (Elitech France). Automate Architect c8000 (Société Abbott). Réactifs Diagam. [voir Remarque D]. Automate Advia (Société ). Réactifs Diagam [voir Remarque D] ou réactifs Dako Cytomation (Elitech France). Dosages de l haptoglobine et de l apolipoprotéinea1 Automates Integra 400 et Modular (Société Roche ). Réactifs commercialisés par le fournisseur de l automate. Contrôle de qualité interne Roche Diagnostic et contrôle de qualité externe. Automates RxL et ArX (Société Dade Behring) [voir Remarque A]. Réactifs commercialisés par le fournisseur de l automate. Contrôle de qualité interne Dade Behring et contrôle de qualité externe. Automates AU400, AU600, AU640 et AU 2700 (Société Olympus) [voir Remarque E]. Réactifs commercialisés par le fournisseur de l automate. Contrôle de qualité interne Olympus et contrôle de qualité externe. Automates Konelab 20, 20XT, 30, 60, Prime (Société Thermo Fisher Scientific). Réactifs commercialisés par le fournisseur de l automate. Contrôle de qualité interne Thermo Fisher Scientifc et contrôle de qualité externe. 4/17

5 Automates T20, T20XT, T30, T60 Nouvelle Génération (Société ). Réactifs commercialisés par le fournisseur de l automate. Contrôle de qualité interne et contrôle de qualité externe. Automate Architect c8000 (Société Abbott). Réactifs commercialisés par le fournisseur de l automate. Contrôle de qualité interne Abbott et contrôle de qualité externe. Automate Advia (Société ). [voir Remarque F]. Réactifs commercialisés par le fournisseur de l automate. Contrôle de qualité interne et contrôle de qualité externe. Les méthodes de dosage de l alpha2-macroglobuline et de l haptoglobine sont standardisées par rapport au matériau de référence CRM 470, certifié par le Bureau communautaire de référence à Bruxelles (CR) et sélectionné par l IFCC (International Federation of Clinical Chemistry) et CAP (College of American Pathologists) (3)(4). Le dosage de l apolipoprotéine A1 est standardisé par rapport à la préparation de référence WHO- IFCC SP1-01 (World Health Organization International Federation of Clinical Chemistry SP1-01) (5). Mesure des activités de la GGT, de l ALAT et de l ASAT Afin de sécuriser la transférabilité des résultats des activités enzymatiques (GGT, ALAT, ASAT) entre le système analytique utilisé pour la validation des FibroTests et les autres systèmes analytiques, il est nécessaire de calibrer à l aide du CFAS (valeur IFCC pour ASAT, ALAT et GGT utiliser la valeur GGT liquide, standardisation par rapport à la méthode IFCC). Automates Hitachi 917, Modular, Integra 400 (Société Roche Diagnostic). Réactifs commercialisés par le fournisseur des automates. Les mesures des activités enzymatique à 37 C sont initialement calibrées à l aide du CFAS (Calibrator For Automated Systems Société Roche Diagnostic) (6)(7). Pour la GGT : méthode en méthode IFCC (8). Pour l ALAT : méthode enzymatique en méthode de référence décrite par l IFCC et avec du phosphate de pyridoxal (9). Contrôle de qualité interne Roche et contrôle externe ASQUALAB. Automates RxL, ArX, XPAND (Société Dade-Behring). Réactifs commercialisés par le fournisseur des automates. Automates AU400, AU600, AU640 et AU 2700 (Société Olympus). Réactifs commercialisés par le fournisseur des automates. [Remarque E] Automates Konelab 20, 20XT, 30, 60, Prime (Société Thermo Fisher Scientific). Réactifs commercialisés par le fournisseur des automates. Automates T20, T20XT, T30, T60 Nouvelle Génération (Société ). Réactifs commercialisés par le fournisseur des automates. Automate Architect c8000 (Société Abbott). Réactifs commercialisés par le fournisseur des automates. Calibration Cfas Roche pour GGT, ALT, AST. Automate Advia (Société ). Réactifs commercialisés par le fournisseur des automates. 5/17

6 Remarques : Pour la GGT : méthode enzymatique en méthode de référence décrite par l IFCC. Pour l ALAT : méthode enzymatique en méthode de référence décrite par l IFCC et avec du phosphate de pyridoxal (9). Afin de sécuriser la transférabilité des résultats des activités enzymatiques (GGT, ALAT, ASAT) entre le système analytique utilisé pour la validation des FibroTests et les autres sytèmes analytiques, il est nécessaire : - soit de calibrer à l aide du CFAS (valeur IFCC pour ASAT et ALAT et valeur Szasz pour GGT), - soit d inclure ce calibrateur dans la série des échantillons à analyser afin de déterminer, si besoin, un facteur permettant de corriger les résultats. Les activités enzymatiques de la GGT, de l ALAT et de l ASAT sont exprimées en Unités Internationales par litre (). Dosage de la bilirubine totale Automates Hitachi 917, Integra 400 et Modular (Société Roche Diagnostic). Réactifs commercialisés par la Société Roche. Méthodes de dosage : diazoréactions -selon Jendrassik Grof (10) pour l Hitachi 917, selon Malloy- Evelyn (11) pour l Integra 400, selon Wahlefeld (12) pour le Modular. Les différentes méthodes ont été initialement calibrées avec le C.F.A.S Roche. Contrôle de qualité interne Roche et contrôle externe ASQUALAB. Automates RxL, ArX et XPAND (Société Dade-Behring). Méthodes de dosage : diazoréactions selon la Méthode de Doumas modifiée. Contrôler auprès des fournisseurs que la traçabilité aux systèmes de référence des résultats des automates a été établie. Automates AU400, AU600, AU640 et AU 2700 (Société Olympus). Méthodes de dosage : diazoréactions (DPD) Contrôler auprès des fournisseurs que la traçabilité aux systèmes de référence des résultats des automates a été établie. Automates Konelab 20, 20XT, 30, 60, Prime (Société Thermo Fisher Scientific). Méthodes de dosage : diazoréactions (DPD) Contrôler auprès des fournisseurs que la traçabilité aux systèmes de référence des résultats des automates a été établie. Automates T20, T20XT, T30, T60 Nouvelle Génération (Société ). Méthodes de dosage : diazoréactions (DPD) Contrôler auprès des fournisseurs que la traçabilité aux systèmes de référence des résultats des automates a été établie. Automate Architect c8000 (Société Abbott). Méthodes de dosage : diazoréactions (accélérateur surfactant non décrit par le fournisseur) Contrôler auprès des fournisseurs que la traçabilité aux systèmes de référence des résultats des automates a été établie. 6/17

7 Automate Advia (Société ). Méthodes de dosage : diazoréactions (DPD) Contrôler auprès des fournisseurs que la traçabilité aux systèmes de référence des résultats des automates a été établie. Les résultats sont exprimés en micromoles par litre. Tableau 1 : Méthodes d analyse préconisées pour les dosages du FibroTest et du FibroMax(1)(2). Cette liste est provisoire. Des études sont en cours pour l étendre à des automates et réactifs proposés par d autres fournisseurs. Les CV de reproductibilité doivent être inférieur à 5 % pour tous les paramètres. Paramètres Automates Réactifs Matériau ou méthode de référence Méthodes Analytiques Unités Alpha-2 macroglobuline BN2 BN-Prospec Modular Dade-Behring CRM 470 Néphélémétrie Diagam ou Dako Cytomation Elitech France CRM 470 Pas de facteur pour Diagam [Remarque D] Facteur à 0,84 pour Dako [Remarque B] Intégra canal utilitaire Diagam ou Dako Cytomation Elitech France CRM 470 Pas de facteur pour Diagam [Remarque D] Facteur à 0,87 pour Dako [Remarque B] Immage Beckman CRM 470 Néphélémétrie [Remarque C] AU400, AU600, AU640 AU2700 Dako Cytomation Elitech France CRM 470 7/17

8 Paramètres Automates Réactifs Matériau ou méthode de référence Méthodes Analytiques Unités Alpha-2 macroglobuline (suite) Konelab 20, 20XT, 30, 60, Prime Diagam ou Dako Cytomation Elitech France CRM 470 Pas de facteur pour Diagam [Remarque D] T20, T20XT, T30, T60, T60 Nouvelle Génération Diagam ou Dako Cytomation Elitech France CRM 470 Pas de facteur pour Diagam [Remarque D] Haptoglobine Architect c8000 Diagam CRM 470 Pas de facteur [Remarque D] Advia Diagam CRM 470 Pas de facteur [Remarque D] BN2 Dade-Behring CRM 470 Néphélémétrie BN-Prospec RxL ArX Modular Dade-Behring CRM 470 Roche Modular Diagam CRM 470 [Remarque D] Integra Roche Immage Beckman CRM 470 Néphélémétrie [Remarque C] AU400, AU600, Olympus CRM 470 AU640 [Remarque E] AU2700 Konelab 20, 20XT, 30, 60, Prime Thermo Fisher Scientific CRM 470 T20, T20XT, T30, T60, T60 Nouvelle Génération CRM 470 Architect c8000 Abbott CRM 470 8/17

9 Paramètres Automates Réactifs Matériau ou méthode de référence Méthodes Analytiques Unités Haptoglobine (suite) Advia CRM 470 ApolipoprotéineA1 BN2 BN-Prospec Dade-Behring WHO-IFCC SP1-01 Néphélémétrie Néphélémétrie RxL ArX Dade-Behring WHO-IFCC SP1-01 Modular Integra Roche Ou Diagam WHO-IFCC SP1-01 Pas de facteur [Remarque D] Immage Beckman Coulter WHO-IFCC SP1-01 Néphélémétrie [Remarque C] AU400, AU600, AU640 AU2700 Konelab 20, 20XT, 30, 60, Prime Olympus WHO-IFCC SP1-01 [Remarque E] Thermo Fisher Scientific WHO-IFCC SP1-01 T20, T20XT, T30, T60, T60 Nouvelle Génération WHO-IFCC SP1-01 Advia WHO-IFCC SP1-01 Facteur correctif [Remarque F] Architect c8000 Abbott WHO-IFCC SP1-01 Gamma-GT Hitachi 917 Modular Integra Roche Méthode en conformité avec la méthode IFCC (8). Méthode en méthode IFCC (8). 9/17

10 Paramètres Automates Réactifs Matériau ou méthode de référence Méthodes Analytiques Unités Gamma-GT (suite) RxL ArX Dade-Behring IFCC (4). Méthode en méthode IFCC XPAND AU400, AU600, AU640 AU2700 Olympus IFCC (4). Méthode en méthode IFCC Konelab 20, 20XT, 30, 60, Prime Thermo Fisher Scientific IFCC (4). Méthode en méthode IFCC T20, T20XT, T30, T60, T60 Nouvelle Génération IFCC (4). Méthode en méthode IFCC Architect c8000 Abbott IFCC (4). Advia Méthode en méthode IFCC Calibration Cfas Roche Méthode IFCC modifiée. Méthode en méthode IFCC Bilirubine Totale Hitachi 917 Modular Integra Roche Technique de référence de Doumas (13). Standard de référence par le SRM Diazoréactions: Jendrassik Grof (10) modifiée par Wahlefeld (12); Malloy- Evelyn (11) µmol/l RxL ArX Dade-Behring Technique de référence de Doumas (13). Méthode de Doumas modifiée µmol/l XPAND 10/17

11 Paramètres Automates Réactifs Matériau ou méthode de référence Méthodes Analytiques Unités Bilirubine Totale (suite) AU400, AU600, AU640 AU2700 Olympus Technique de référence de Doumas (13). Standard de référence par le SRM Diazoréactions (DPD) µmol/l Konelab 20, 20XT, 30, 60, Prime Thermo Fisher Scientific Malloy Evelyn Diazoréactions (DPD) µmol/l T20, T20XT, T30, T60, T60 Nouvelle Génération Malloy Evelyn Diazoréactions (DPD) µmol/l Architect c8000 Abbott NIST SRM 916a Diazoréactions µmol/l Advia Oxydation par le VANADATE Méthode de référence AACC µmol/l ALAT Hitachi 917 Modular Integra Roche IFCC avec du phosphate de pyridoxal (9). Méthode enzymatique en méthode de référence IFCC. RxL, ArX, XPAND AU400, AU600, AU640 AU2700 Konelab 20, 20XT, 30, 60, Prime Dade-Behring Olympus Thermo Fisher Scientific IFCC avec du phosphate de pyridoxal (9). IFCC avec du phosphate de pyridoxal (9). IFCC avec du phosphate de pyridoxal (9). Méthode enzymatique en méthode de référence IFCC. Méthode enzymatique en méthode de référence IFCC. Méthode enzymatique en méthode de référence IFCC. 11/17

12 Paramètres Automates Réactifs Matériau ou méthode de référence Méthodes Analytiques Unités ALAT (suite) T20, T20XT, T30, T60, T60 Nouvelle Génération IFCC avec du phosphate de pyridoxal (9). Architect c8000 Abbott IFCC avec du phosphate de pyridoxal (9). Advia IFCC modifiée avec du phosphate de pyridoxal (9). Méthode enzymatique en méthode de référence IFCC. Méthode enzymatique en méthode de référence IFCC. Calibration Cfas Roche Méthode enzymatique en méthode de référence IFCC. ASAT Tableau 2 : Méthodes d analyses préconisées pour les dosages complémentaires du FibroMAX. Paramètres Matériau ou méthode de référence IFCC avec du phosphate de pyridoxal Méthodes Analytiques Méthode enzymatique en conformité avec la méthode de référence IFCC. (Calibration initiale avec Cfas Roche pour l Architect c8000 de Abbott) CHOLESTEROL TOTAL Test colorimètrique (20) Méthode enzymatique standardisée par hydrolyse enzymatique des esters de cholesterol suivie d une réaction de Trinder TRIGLYCERIDES Test colorimètrique (20) Méthode enzymatique standardisée par hydrolyse enzymatique des esters de cholesterol suivie d une réaction de Trinder Unités mmol/l mmol/l GLUCOSE Test UV (21) à l hexokinase mmol/l 12/17

13 CRM: Certified Reference Material for 14 serum proteins, Bureau Communautaire de référence à Bruxelles (BCR), International Federation of Clinical Chemistry (IFCC), College of American Pathologists-(CAP); SRM: Standard Reference Material; CFAS (Roche ): Calibrator For Automated Systems; WHO-IFCC SP1-01 : World Health Organization and International Reference Material. Pour les automates déjà en place dans les laboratoires, s assurer auprès des fournisseurs que la traçabilité des résultats aux systèmes de référence a été vérifiée, en accord avec les Directions Européennes DIVD mises en place pour la fin Si des corrections sont à apporter à la programmation des tests, bien s assurer auprès des fournisseurs qu elles ont été faites sur l automate utilisé. Remarque A : Une étude sur 150 patients atteints d hépatite C chronique a permis de valider le FibroTest sur les automates de la Gamme Dimension (Haptoglobine, Apolipoprotéine A1, GGT, ALAT, Bilirubine totale). Prendre contact avec la Société Dade Behring (tél. : ) pour obtenir le rapport de l étude (18). Remarque B : Une étude comportant 146 patients a permis de valider le dosage turbidimétrique de l alpha2- macroglobuline et le FibroTest sur automate Roche (19). Une différence d environ 15 % entre la néphélémétrie et la turbidimétrie pour ce dosage a été observée. Dans le cadre du FibroTest, l introduction d un facteur de correction de 0,84 pour Modular et 0,87 pour Cobas Intégra est nécessaire pour assurer la concordance des résultats entre le système pris comme référence (néphélémétrie Behring) et le système DakoCytomation-Roche (turbidimétrie). Ces facteurs de correction ont été établis dans des conditions analytiques très strictes. Le biologiste désireux de réaliser le dosage de l'alpha2-macroglobuline dans le cadre du FibroTest sur automate Roche, devra se conformer aux recommandations suivantes: Utiliser les réactifs, calibrateur et contrôles DakoCytomation. Se conformer aux instructions de la fiche technique d'adaptation sur l'automate fournie par le distributeur du réactif pour l'analyseur Modular P et par Roche pour les analyseurs Cobas Intégra. Introduire dans chaque série de dosage les deux contrôles de niveaux différents proposés par DakoCytomation. (distribués par ELITECH France) Les valeurs trouvées des contrôles doivent être impérativement comprises entre plus ou moins 5 % de la valeur cible annoncée par le fabricant. Valider la série, puis appliquer le facteur de correction. TEL ROCHE : ou TEL DAKOCYTOMATION distribué par J2L ELITECH : /17

14 Remarque C : Différentes études comparatives des résultats des protéines de FT- AT (alpha2-macroglobuline, apolipoprotéinea1, haptoglobine) ont été réalisées entre les néphélémètres Immage de la Société Beckman Coulter et les néphélémètres BN2 et BNProspec de la Société Dade Behring. Les résultats de ces études ont conduits à des modifications concernant le dosage d alpha2- macroglobuline (nouvel antisérum) afin d obtenir des résultats similaires à ceux obtenus dans le laboratoire ayant validé le FibroTest. A l état actuel, les résultats d apolipoprotéinea1 obtenus sur automate Immage nécessitent d être corrigés par un facteur établi au cours de deux études différentes. Contacter la Société Beckman Coulter (Mme Isabelle PELISSOLO, Téléphone : ) pour plus d information sur les réactifs à utiliser pour l Alpha2-Macroglobuline et le facteur à appliquer pour les résultats d ApolipoprotéineA1. Remarque D : Les réactifs de la Société Diagam ont été évalués sur les automates Modular (Société Roche ) pour les dosages turbidimétriques des protéines du FibroTest (alpha2- macroglobuline, haptoglobine, apolipoprotéinea1). Leur application est désormais disponible pour différents automates et les résultats des dosages ne nécéssitent pas de facteur de correction. Contacter la Société Diagam (Mr Ameryckx téléphone : ) Remarque E : Une étude sur 150 patients atteints d hépatite C chronique a permis de valider le FibroTest sur les automates de la Gamme Olympus (Haptoglobine, Apolipoprotéine A1, GGT, ALAT, Bilirubine totale). Contacter la Société Olympus Remarque F : En ce qui concerne l Apolipoprotéine A1 sur Advia (référence ) un facteur correctif de doit être appliqué aux résultats d Apolipoprotéine A1. Contacter la Société Siemens Healthcare (Service Technique : ) 14/17

15 C- REFERENCES 1- Imbert- Bismut F, Ratziu V, Pieroni L, Charlotte F, Benhamou Y, Poynard T. Biochemical markers of liver fibrosis in patients with hepatitis C virus infection : a prospective study. Lancet, 2001, 357, 9262, Poynard T, Imbert- Bismut F, Ratziu V, Chevret S, Jardel C, Moussali J. Biochemical markers of liver fibrosis in patients infected by hepatitis C virus : longitudinal validation in a randomized trial. J. Viral. Hepat, 2002, 9, Bienvenu J, Doche C, Later R, Manceaux J.C, Pontet E, Pressac M, Vassault A, Dumont G. Améliorations apportées par le matériau de référence CRM 470 dans la standardisation du dosage des protéines sériques. Ann. Bio. Clin, 1997, 55, Dati F, Schumann G, Thomas L, Aguzzi F, Baudner S, Bienvenu J, Blaabjerg O, Blirup- Jensen S, Carlstrom A, Petersen PH, Johnson AM, Milford- Ward A, Ritchie RF, Svendsen PJ, Whicher J. Consensus of a group of professional societies and diagnostic companies for interim reference ranges for 14 proteins in serum based on the standardization against the IFCC/BCR/CAP Reference Material (CRM 470). International Federation of Clinical Chemistry. Community Bureau of Reference of the commission of the European Communities. College of American Pathologists. Eur. J. Clin.Chem.Clin.Biochem, 1996, 34, (6), Albers J.J, Marcovina S.M, and H. KennedyInternational Federation of Clinical Chemistry Standardization Project for Measurement of Apolipoproteins A1 and B. II Evaluation and Selection of Candidate Reference Materials. Clin. Chem., 1992, 38, 5, Myara A, Ferard G, Guéchot J, Imbert- Bismut F, Lasnier E, Piton A, Voitot H, Dhumeaux D. Calibration to achieve standardization in enzymology, example of ALT. Clin. Chem. Lab. Med.,2001,39, Special Supplement pp S1-S Groupe de Travail SFBC ( Lessinger J.M, Doffoel S, Ferard G, Grafmeyer D, Schiele F, Vassault A, Vialle A) -Assurance de Qualité en Enzymologie Clinique- et Hépatites- (Myara A, Guéchot J, Imbert- Bismut F, Lasnier E, Piton A, Voitot H). Le calibrage en enzymologie clinique : principe, conditions d application et résultats. Ann Biol Clin, 2002, 60, Schumann G et al. IFCC Primary Reference Procedures for the Measurement of Catalytic Activity Concentrations of γ-glutamyl-transferase. Clin Chem Lab Med 2002 ; 40(7) : Bergmeyer HU, Horder M, Rej R. Approved recommendation (1985) on IFCC methods for the measurement of catalytic concentration of enzyms. Part 3. IFCC method for alanineaminotransférase. J. Clin. Chem. Biochem, 1986, 24, Jendrassik Grof. Vereinfachte Photometrische Methoden zur Bestimmung des Blutbilirubins. Biochem Z, 1938, 297, Malloy HT, Evelyn KA. The determination of bilirubin with photoelectric colorimeter J. Biol. Chem, 1937, 19, /17

16 12- Wahlefeld AW, Herz G, Bernt E. Modification of the Malloy- Evelyn method for a simple, reliable determination of total bilirubin in serum. Scand. J. Clin. Lab. Invest, 1972, 29, supp 26,. Abstract Doumas BT, Perry BN, Sasse EA et al. Standardization in bilirubin assays : Evaluation of selected methods and stability of bilirubin solutions. Clin. Chem, 1973, 19, Halfon P, Imbert-Bismut F, Messous D, Antoniotti G, Benchetrit D, Cart-Lamy P, Delaporte G, Doutheau D, Klump T, Sala M, Thibaud D, Trepo E, Robert P. Myers RP, Poynard T. A prospective assessment of the inter-laboratory variability of biochemical markers of fibrosis (FibroTest) and activity (ActiTest) in patients with chronic liver disease Comp Hepatol 2002; 2: Imbert-Bismut F, Messous D, Thibaut V, Myers RB, Piton A, Thabut D, Devers L, Hainque B, Mercadier A, Poynard T. Intralaboratory analytical variability of biochemical markers of fibrosis (FibroTest) and activity (ActiTest) and reference ranges in healthy blood donors. Clin Chem Lab Med 2004; 42: Rosenthal-Allieri MA, Peritore M, Tran A, Halfon P, Benzakena S, Bernada A. Analytical variability of the FibroTest proteins. Clin Biochem 2005; 38; Rosenthal-Allieri MA, Tran A, Halfon P, Peritore ML, Imbert-Bismut F, Munteanu M, Messous D, Poynard T, Bernard A. Inter-technique variability of FibroTest-ActiTest proteins assays in chronic hepatitis C patients. Gastroenterol Clin Biol 2005; 29: 902. (Abstract). 18- Imbert-Bismut F, Messous D, Raoult A, Poynard T, Bertrand JJ, Marie PA, Louis V, Audy C, Thouy JM, Hainque B, Piton A. Results transferability on RXL, ARX, X-Pand, BN2 (Dade Behring) and modular DP (Roche ) analysers: application to component assays of FibroTest and ActiTest. Ann Biol Clin 2005; 63: Piton A, Messous D, Imbert-Bismut F, Berges J, Munteanu M, Poynard T, Hainque B. Alpha 2 macroglobulin immunoturbidimetric assays (DakoCytomation reagents) on Roche Diagnostic analysers (Modular P, Cobas Integra). Application to FibroTest-ActiTest (FT-AT). Ann Biol Clin 2005; 63: Trinder P. Ann Clin Biochem.1969 ;6 : Peterson JL and young DS. Anal Biochemistry 1958;23:301 16/17

17 PRECAUTIONS D EMPLOI DU FIBROTEST ANNEXE 2 Compte tenu des différents facteurs de risque de faux positifs et de faux négatifs les précautions suivantes doivent être signalées aux utilisateurs : Respecter les recommandations analytiques pour l utilisation des automates et des réactifs. Différer la prescription en cas de situation transitoire favorisant une modification des composants de FibroTest : o Hémolyse aiguë (Accès palustre, médicaments entraînant une hémolyse comme la ribavirine, l azathioprine) susceptible de diminuer l haptoglobine et d augmenter la bilirubine non conjuguée. o Hépatite aiguë quelle qu en soit la cause, médicamenteuse, virale (surinfection par virus HAV, HBV, EBV), ou auto-immune. La nécrose hépatique massive, entraîne une augmentation majeure des transaminases et de la bilirubine totale. o Inflammation aiguë comme une infection bactérienne ou virale aiguë concomitante : infection broncho-pulmonaire ou urinaire. L augmentation importante de l haptoglobine peut entraîner des faux négatifs. o Cholestase extra-hépatique, comme une lithiase biliaire. Demander l avis d un spécialiste des maladies du foie pour l interprétation lors de situation chronique où les composants peuvent être modifiés : o Hémolyse chronique en particulier chez les patients ayant une valve cardiaque. o Maladie de Gilbert, où FibroTest et ActiTest doivent être calculés, en utilisant la valeur médiane de la bilirubine totale (10µmol/l). o Les inhibiteurs de protéases utilisés dans l infection VIH peuvent augmenter la bilirubine non conjuguée (Indinavir, Atazanavir) ou les GGT et ALAT (Ritonavir) L interprétation de FibroTest a été validée chez les transplantés rénaux Chez les patients avec insuffisance rénale ou en dialyse, le FibroTest a une valeur diagnostique acceptable, moindre par rapport aux transplantés. De nouvelles études sont nécessaires. D une façon générale l existence de valeurs extrêmes de l un des six composants doit entraîner une prudence dans l interprétation des résultats, en particulier : o Haptoglobine inférieure à 0,12 g/l, où une hémolyse doit être éliminée o Haptoglobine supérieure à 3.2 g/l, où une inflammation aiguë doit être éliminée o Transaminases supérieures à 622 UI/L où une hépatite aiguë doit être éliminée o Bilirubine supérieure à 30 micromoles/l et GGT inférieure à 50 UI/L où une maladie de Gilbert doit être suspectée. o Alpha2-macroglobuline supérieure à 5.0. En cas de discordance entre le résultat d une biopsie et d un FibroTest, il est conseillé d en discuter avec un spécialiste des maladies du foie. Les causes de ces discordances peuvent être dues à un défaut du FibroTest précédemment énuméré ou à un défaut de la biopsie. La biopsie du foie, même dans les conditions de qualité (un seul fragment, taille d au moins 15 mm et nombre d espaces portes au moins égal à 5), a une variabilité intrinsèque (entre 2 biopsies du même foie) importante : variabilité d au moins un stade de fibrose dans 33% des cas et d au moins un grade d activité dans 24% des cas. Une étude prospective a montré que des discordances importantes, d au moins 2 stades et deux grades entre FibroTest ActiTest et la biopsie, pratiqués le même jour ont été observées chez 28.7% et était attribués à la biopsie dans 18.1% des cas. 17/17

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Bilan lipidique - Cholestérol total - Triglycérides - Cholestérol-HDL - Cholestérol-LDL - Apolipoprotéine A1 - Apolipoprotéine

Plus en détail

PLACE DES MARQUEURS NON INVASIFS DE FIBROSE ET DE L ELASTOMETRIE

PLACE DES MARQUEURS NON INVASIFS DE FIBROSE ET DE L ELASTOMETRIE PLACE DES MARQUEURS NON INVASIFS DE FIBROSE ET DE L ELASTOMETRIE DANS LA PRISE EN CHARGE DES HEPATITES DOCTEUR LAURENT CASTERA SERVICES D HEPATO-GASTROENTEROLOGIE, C.H.U. BORDEAUX Introduction La quantification

Plus en détail

LD-P PRINCIPE ECHANTILLON. Coffret référence 442660. REVISION ANNUELLE Date. Date APPLICATION

LD-P PRINCIPE ECHANTILLON. Coffret référence 442660. REVISION ANNUELLE Date. Date APPLICATION Systèmes SYNCHRON CX Mode d emploi Copyright 2007 Beckman Coulter, Inc. Lactate déshydrogénase Coffret référence 442660 Pour utilisation diagnostique in vitro REVISION ANNUELLE Revu par : Date Revu par

Plus en détail

Les marqueurs de fibrose

Les marqueurs de fibrose Les marqueurs de fibrose J. P. ZARSKI, Unité INSERM U 548, C.H.U. de Grenoble Tirés à part : Jean-Pierre Zarski Département d Hépato-Gastroentérologie Unité INSERM U 548, CHU de Grenoble, BP 217, 38043

Plus en détail

Bilan lipidique: nouvelles recommandations, nouvelles nomenclature

Bilan lipidique: nouvelles recommandations, nouvelles nomenclature PROBIOQUAL E.P.U. de BIOLOGIE Séance du 13/03/06 Bilan lipidique: nouvelles recommandations, nouvelles nomenclature Agnès SASSOLAS, biologiste P.H. UF Lipides- Dyslipidémies - Biochimie Groupe Hospitalier

Plus en détail

CONCOURS DE L INTERNAT EN PHARMACIE

CONCOURS DE L INTERNAT EN PHARMACIE Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche Ministère de la santé et des sports CONCOURS DE L INTERNAT EN PHARMACIE Valeurs biologiques usuelles Edition de Novembre 2009 (6 pages) Conseil

Plus en détail

Best of Hépatologie 2010. Dr Anais VALLET-PICHARD Hépatologie Hôpital Cochin

Best of Hépatologie 2010. Dr Anais VALLET-PICHARD Hépatologie Hôpital Cochin Best of Hépatologie 2010 Dr Anais VALLET-PICHARD Hépatologie Hôpital Cochin Evaluation de la fibrose Analyse des échecs de l élastométrie impulsionnelle Castera L et al. Hepatology 2010;51 (3): 828-35

Plus en détail

Restandardisation du dosage de la bilirubine totale

Restandardisation du dosage de la bilirubine totale 06/08 06 novembre 2008 Restandardisation du dosage de la bilirubine totale Produit TBILI (Total Bilirubin liquid) Réf. 11 822 721 190 Roche/Hitachi 904, 911, 912 Réf. 11 822 730 190 Roche/Hitachi 902,

Plus en détail

APPLICATION QMS TACROLIMUS Beckman Coulter AU480 /AU680 /AU5800

APPLICATION QMS TACROLIMUS Beckman Coulter AU480 /AU680 /AU5800 APPLICATION QMS TACROLIMUS Beckman Coulter AU480 /AU680 /AU5800 Réactif Beckman Coulter REF A53727 Le dosage immunologique QMS Tacrolimus est destiné à déterminer la quantité de tacrolimus dans le sang

Plus en détail

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic des Hépatites virales B et C P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic VHC Dépistage: pourquoi? Maladie fréquente (Ac anti VHC chez 0,84% de la population soit 367 055

Plus en détail

Index sérique. Mesure d assurance qualité

Index sérique. Mesure d assurance qualité Index sérique Mesure d assurance qualité Sources d erreur possibles pour les résultats des patients L objectif de tout laboratoire consiste à fournir des résultats corrects, en peu de temps et à faible

Plus en détail

FEUILLET TECHNIQUE. Réactif VITROS Chemistry Products IgA

FEUILLET TECHNIQUE. Réactif VITROS Chemistry Products IgA FEUILLET TECHNIQUE Réactif VITROS Chemistry Products IgA IgA 680 1732 Application Pour usage in vitro. Le réactif VITROS Chemistry Products IgA permet d effectuer le dosage quantitatif de l immunoglobuline

Plus en détail

Christian TREPO, MD, PhD

Christian TREPO, MD, PhD PEG INTERFERON MONOTHERAPI E Christian TREPO, MD, PhD Unmet medical needs in chronic HBV infection Inhibition of viral replication Normalisation of ALT Improvement in liver necroinflammation Improvement

Plus en détail

Un nouveau test sanguin performant pour le diagnostic non-invasif de steatohépatite non alcoolique chez les patients avec une NAFLD

Un nouveau test sanguin performant pour le diagnostic non-invasif de steatohépatite non alcoolique chez les patients avec une NAFLD Un nouveau test sanguin performant pour le diagnostic non-invasif de steatohépatite non alcoolique chez les patients avec une NAFLD J Boursier, A Guillet, S Michalak, Y Gallois, F Oberti, I Fouchard-Hubert,

Plus en détail

Hépatite C une maladie silencieuse..

Hépatite C une maladie silencieuse.. Hépatite C une maladie silencieuse.. F. Bally Centre de Maladies Infectieuses et Epidémiologie Institut Central des Hôpitaux Valaisans Histoire Années 70 Hépatite non-a-non-b = hépatite post-transfusionelle

Plus en détail

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 Objectifs de la présentation Décrire l évolution clinique et la prise en charge d

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale ARN du virus de l hépatite C : ARN-VHC ARN-VHC 03VHC1 Novembre 2003 Edité : mars 2006 Annales ARN-VHC 03VHC1 1 / 8 ARN-VHC 03VHC1

Plus en détail

Exploration d une anomalie lipidique (EAL) en 2015: Place du dosage de l Apo A et de l Apo B

Exploration d une anomalie lipidique (EAL) en 2015: Place du dosage de l Apo A et de l Apo B Exploration d une anomalie lipidique (EAL) en 2015: Place du dosage de l Apo A et de l Apo B Nabiha KAMAL Laboratoire de Biochimie Faculté de Médecine et de Pharmacie de Casablanca CHU Ibn Rochd de Casablanca

Plus en détail

RAPPORT GLOBAL DEFINITIF MONITORING THERAPEUTIQUE ENQUETE 2014/1

RAPPORT GLOBAL DEFINITIF MONITORING THERAPEUTIQUE ENQUETE 2014/1 EXPERTISE, PRESTATIONS DE SERVICE ET RELATIONS CLIENTS QUALITE DES LABORATOIRES MEDICAUX COMMISSION DE BIOLOGIE CLINIQUE COMITE DES EXPERTS EVALUATION EXTERNE DE LA QUALITE DES ANALYSES EN BIOLOGIE CLINIQUE

Plus en détail

USAGERS DE DROGUE ET VHC ADIJA CHAMPAGNOLE MARDI 17 MARS

USAGERS DE DROGUE ET VHC ADIJA CHAMPAGNOLE MARDI 17 MARS USAGERS DE DROGUE ET VHC ADIJA CHAMPAGNOLE MARDI 17 MARS RAPPELS Répartition des patients VHC 15% Nosocomial 20% Autres + Inconnue 3% Activité prof. 37 % Transfusion 1 % sexuel 25 % Toxicomanie IV D'après

Plus en détail

Logiciels de laboratoire et analyseurs d hémostase

Logiciels de laboratoire et analyseurs d hémostase Logiciels de laboratoire et analyseurs d hémostase DIU hémostase biologique 26/01/2015 Lyon antoine.tournoys@chru-lille.fr INTRODUCTION 1 - L AUTOMATE D HEMOSTASE 1-1 Caractéristiques générales 1-2 Le

Plus en détail

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B Actualisation février 2009 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique C

Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique C Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Hépatite chronique C Juillet 2015 ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE N 6 HÉPATITE CHRONIQUE C Ce document est

Plus en détail

AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE

AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE CONCOURS EXTERNE Session 2005 TRAVAUX PRATIQUES DE BIOCHIMIE PHYSIOLOGIE ALCOOL ET FOIE L éthanol, psychotrope puissant, est absorbé passivement dans l intestin

Plus en détail

APPLICATION QMS AMIKACINE Système intégré Ortho Clinical Diagnostics VITROS 5600, systèmes de chimie VITROS 5,1 FS et 4600

APPLICATION QMS AMIKACINE Système intégré Ortho Clinical Diagnostics VITROS 5600, systèmes de chimie VITROS 5,1 FS et 4600 Microgenics Corporation Entreprise de Thermo Fisher Scientific APPLICATION QMS AMIKACINE Système intégré Ortho Clinical Diagnostics VITROS 5600, systèmes de chimie VITROS 5,1 FS et 4600 Réf. 0373910 Destiné

Plus en détail

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Définition Pourcentage des patients âgés de 18 ans et plus qui sont atteints d hypertension et qui ont subi tous les tests suivants

Plus en détail

PLACE DES DOSAGES DES APOLIPOPROTEINES A1 ET B

PLACE DES DOSAGES DES APOLIPOPROTEINES A1 ET B PLACE DES DOSAGES DES APOLIPOPROTEINES A1 ET B DANS LE BILAN LIPIDIQUE TEXTE COURT SEPTEMBRE 2008 Service évaluation des actes professionnels 2 avenue du Stade de France 93218 Saint-Denis La Plaine CEDEX

Plus en détail

Virus de l hépatite B

Virus de l hépatite B Virus de l hépatite B Virus de l hépatite B Hépatite aiguë B Virus de l hépatite B Hépatite aiguë B Persistance de l antigène HBs 10% - 90% Virus de l hépatite B Hépatite aiguë B faible ou absente Persistance

Plus en détail

TABLE DES MATIERES COMITE D'EXPERTS IMMUNOESSAIS / CHIMIE / TDM... 3 TABLE DE CONVERSION IMMUNOESSAIS... 4 INTRODUCTION... 5

TABLE DES MATIERES COMITE D'EXPERTS IMMUNOESSAIS / CHIMIE / TDM... 3 TABLE DE CONVERSION IMMUNOESSAIS... 4 INTRODUCTION... 5 INSTITUT SCIENTIFIQUE DE SANTE PUBLIQUE SERVICE QUALITE DES LABORATOIRES MEDICAUX & COMMISSION DE BIOLOGIE CLINIQUE COMITE DES EXPERTS RAPPORT GLOBAL EVALUATION EXTERNE DE LA QUALITE DES ANALYSES EN BIOLOGIE

Plus en détail

Glycémie capillaire. Questions-Réponses. * Une Promesse pour la Vie

Glycémie capillaire. Questions-Réponses. * Une Promesse pour la Vie Glycémie capillaire Questions-Réponses * Une Promesse pour la Vie Pourquoi? un tel document Le dosage de la glycémie à l aide d un lecteur de glycémie est une analyse simple, rapide, destinée au suivi

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Plombémie Plombémie 07PLO1 ; 07PLO2 ; 07PLO3 et 07PLO4 2007 Edition : décembre 2008 Afssaps -143/147, Bd Anatole France F-93285

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

Information de sécurité importante. Interférence de médicaments avec des tests basés sur la réaction de Trinder

Information de sécurité importante. Interférence de médicaments avec des tests basés sur la réaction de Trinder Information de sécurité importante FSN-RPD-2014-008 ) RPD / Chimie clinique, entièrement automatisée Version 3 18 mai 2015 Interférence de médicaments avec des tests basés sur la réaction Nom du produit

Plus en détail

Réalisé avec la collaboration du Dr Colas. Pour vous, jour après jour. - FRDBT00584 - Septembre 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés.

Réalisé avec la collaboration du Dr Colas. Pour vous, jour après jour. - FRDBT00584 - Septembre 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés. Pour vous, jour après jour. - FRDBT00584 - Septembre 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés. INVENTIV HEALTH COMMUNICATIONS EUROPE Tout savoir sur son HbA1c Réalisé avec la collaboration du

Plus en détail

VI) MARQUEURS BIOLOGIQUES DU CANCER THYROIDIEN

VI) MARQUEURS BIOLOGIQUES DU CANCER THYROIDIEN VI) MARQUEURS BIOLOGIQUES DU CANCER THYROIDIEN 1) Thyroglobuline a) Indications et fréquence Exclusivement sécrétée par la thyroïde Marqueur de choix pour le suivi du cancer différencié de la thyroïde

Plus en détail

Edjème-Aké A. 1,2 sérique du cholestérol-ldl : Comparaison

Edjème-Aké A. 1,2 sérique du cholestérol-ldl : Comparaison , pp. 52-59 EDUCI 2010 52 Edjème-Aké A. 1,2 Hauhouot-A. M.L 1 Ahiboh H. 1 Yayo Sagou E. 1 Cakou Kipré G. 1 Monnet D. 1 Détermination de la concentration sérique du cholestérol-ldl : Comparaison entre une

Plus en détail

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite Chronique C

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite Chronique C GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE Hépatite Chronique C Mai 2006 Ce guide médecin est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication 2 avenue du Stade de France F 93218

Plus en détail

Traitement des hépatites virales B et C

Traitement des hépatites virales B et C Traitement des hépatites virales B et C GFMER Yaoundé 26 Novembre 2007 Dr José M Bengoa foie cirrhotique foie normal Vitesse de développement de la fibrose fibrose VHD VHB VHC années Indications au traitement

Plus en détail

Exploration du métabolisme lipidique

Exploration du métabolisme lipidique Exploration du métabolisme lipidique Les principaux lipides le cholestérol (utilisé par les cellules pour la synthèse de leurs membranes) les triglycérides (substrat énergétique) les phospholipides (constituants

Plus en détail

Communiqué de presse. Direction Communication Externe/Interne Sylvie Nectoux TEL : 01 44 34 65 73 Email : sylvie.nectoux@boehringeringelheim.

Communiqué de presse. Direction Communication Externe/Interne Sylvie Nectoux TEL : 01 44 34 65 73 Email : sylvie.nectoux@boehringeringelheim. Les données des études pivots de phase III STARTVerso démontrent l'efficacité du faldaprevir * dans des populations de patients difficiles à guérir telles que celles co-infectées par le VIH et celles avec

Plus en détail

Bonne lecture!! et si vous souhaitez consulter le document de l AFEF dans son intégralité, c est ici

Bonne lecture!! et si vous souhaitez consulter le document de l AFEF dans son intégralité, c est ici Un résumé des recommandations éditées par l AFEF le 1 er juin 2015 Les recommandations de l AFEF vont plus loin que celles de l EASL. Le Pr Victor De Lédinghen, du CHU de Bordeaux, et secrétaire général

Plus en détail

Directeurs de laboratoires d analyses médicales. Modification de la liste des actes de biologie médicale pris en charge par l Assurance Maladie

Directeurs de laboratoires d analyses médicales. Modification de la liste des actes de biologie médicale pris en charge par l Assurance Maladie Directeurs de laboratoires d analyses médicales Décisions UNCAM du 9 juin et du 6 juillet 2009 Modification de la liste des actes de biologie médicale pris en charge par l Assurance Maladie Référence :

Plus en détail

Traitement de l hépatite C: données récentes

Traitement de l hépatite C: données récentes Traitement de l hépatite C: données récentes J.-P. BRONOWICKI (Vandœuvre-lès-Nancy) Tirés à part : Jean-Pierre Bronowicki Service d Hépatogastroentérologie, CHU de Nancy, 54500 Vandœuvre-lès-Nancy. Le

Plus en détail

Comment évaluer la fibrose hépatique en dehors de la PBH?

Comment évaluer la fibrose hépatique en dehors de la PBH? Comment évaluer la fibrose hépatique en dehors de la PBH? Introduction La fibrose hépatique est la conséquence de toutes les maladies chroniques du foie quelle qu en soit la cause. La cirrhose représente

Plus en détail

Lipoprotéines et bilan lipidique Risque cardiovasculaire et athérome

Lipoprotéines et bilan lipidique Risque cardiovasculaire et athérome Lipoprotéines et bilan lipidique Risque cardiovasculaire et athérome Dr Claude Bendavid MCU-PH Biochimie Hôpital Sud claude.bendavid@univ-rennes1.fr PCEM2 «Cœur et vaisseaux» Biochimie Rennes 2009-2010

Plus en détail

Traitement des hépatites virales

Traitement des hépatites virales Traitement des hépatites virales Philippe Sogni Hépato-gatroentérologie gatroentérologie,, Hôpital Cochin et Faculté de Médecine Paris 5 Sogni 1 Hépatite chronique C Sogni 2 Prévalence en France des Ac..

Plus en détail

ELISA PeliClass human IgG subclass kit REF M1551

ELISA PeliClass human IgG subclass kit REF M1551 Sanquin Reagents Plesmanlaan 5 0 CX Amsterdam The Netherlands Phone: +.0.5.599 Fax: +.0.5.570 Email: reagents@sanquin.nl Website: www.sanquinreagents.com M55/ November 007 ELISA PeliClass human IgG subclass

Plus en détail

Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb. Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger

Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb. Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger Contexte Hépatite B = risque professionnel pour les soignants Passé futur

Plus en détail

ARTICLE IN PRESS. La Revue de médecine interne (2006) Mise au point

ARTICLE IN PRESS. La Revue de médecine interne (2006) Mise au point Modele+ ARTICLE IN PRESS 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 Résumé Mise au

Plus en détail

Le titrage de l AgHBs: un témoin du statut du patient et de la réponse au traitement. Denis Ouzan Institut Arnault Tzanck, Saint-Laurent-du-Var

Le titrage de l AgHBs: un témoin du statut du patient et de la réponse au traitement. Denis Ouzan Institut Arnault Tzanck, Saint-Laurent-du-Var Le titrage de l AgHBs: un témoin du statut du patient et de la réponse au traitement Denis Ouzan Institut Arnault Tzanck, Saint-Laurent-du-Var Objectifs pédagogiques Connaitre les problèmes pratiques posés

Plus en détail

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé Document destiné aux professionnels de santé Agence relevant du ministère de la santé La maladie rénale chronique Un risque pour bon nombre de vos patients Clés pour la dépister et ralentir sa progression

Plus en détail

Disque de réactif au bilan lipidique plus Piccolo

Disque de réactif au bilan lipidique plus Piccolo Disque de réactif au bilan lipidique plus Piccolo Service à la clientèle et service technique : 800-822-2947 Avril 2008 PN : 400-7155 Rev. : G 2005, Abaxis, Inc., Union City, CA 94587 Dérogation CLIA :

Plus en détail

Suivi Biologique des Nouveaux Anticoagulants

Suivi Biologique des Nouveaux Anticoagulants Suivi Biologique des Nouveaux Anticoagulants M.M. Samama, M-H. Horellou, C. Flaujac, J. Conard Groupe Hémostase-Thrombose Hôtel-Dieu L. Le Flem, C. Guinet, F. Depasse Biomnis - Ivry sur Seine TFPI TFPI

Plus en détail

Ingénieur c est bon pour la Santé? 10 ans de X-Biotech FM, 17 mars 2014

Ingénieur c est bon pour la Santé? 10 ans de X-Biotech FM, 17 mars 2014 Ingénieur c est bon pour la Santé? 10 ans de X-Biotech FM, 17 mars 2014 biomérieux 50 ans. Pure player de diagnostic in vitro (#1 en microbiologie clinique, #1 en contrôle industriel). > 8 000 personnes

Plus en détail

PICT DOSAGE DES ANTICOAGULANTS 1. PEFAKIT PICT. Dosage chronométrique. PEFAKIT PiCT. PEFAKIT PiCT Calibrateur HNF. PEFAKIT PiCT Contrôles HNF

PICT DOSAGE DES ANTICOAGULANTS 1. PEFAKIT PICT. Dosage chronométrique. PEFAKIT PiCT. PEFAKIT PiCT Calibrateur HNF. PEFAKIT PiCT Contrôles HNF Dosage chronométrique PICT 1. PEFAKIT PICT Nombre de tests 8-505-01 coffret 80 3 flacons d activateur (2 ml) 3 flacons de réactif Start (2 ml) Mesure des anticoagulants par méthode chronométrique. 1 2

Plus en détail

Professeur Patrice FAURE

Professeur Patrice FAURE UE1 : Biochimie métabolique Chapitre 2 : Méthodes d étude du glucose en biologie Professeur Patrice FAURE Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Plan

Plus en détail

MISES EN GARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI

MISES EN GARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI 1 MISES EN ARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI Mises en garde Ce médicament est TERATOENE. Une contraception efficace est obligatoire chez les femmes en âge de procréer. Ce médicament est soumis

Plus en détail

Mesure de la glycémie en milieu hospitalier : du pré-analytique au post-analytique. Dr Michel Rossier, PD LCCC, HUG Septembre 2006

Mesure de la glycémie en milieu hospitalier : du pré-analytique au post-analytique. Dr Michel Rossier, PD LCCC, HUG Septembre 2006 Mesure de la glycémie en milieu hospitalier : du pré-analytique au post-analytique Dr Michel Rossier, PD LCCC, HUG Septembre 2006 Introduction La glycémie: une analyse simple dans un monde complexe On

Plus en détail

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies Cholestérol 89 Cholestérol L hypercholestérolémie est un facteur de risque d athérosclérose comme l ont établi de grandes enquêtes épidémiologiques. Dans le sang, le cholestérol est transporté par des

Plus en détail

Le VIH et votre foie

Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Que dois-je savoir au sujet de mon foie? Votre foie joue un rôle incroyablement important. Il filtre votre sang en éliminant les substances nocives (toxiques)

Plus en détail

PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE

PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE RECOMMANDATIONS Ce document est une actualisation des Recommandations de Bonne Pratique "Prise en charge des dyslipidémies" publiées par l'afssaps

Plus en détail

Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie. Recommandations générales

Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie. Recommandations générales Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie La diversité des étiologies et la variété des traitements utilisés en hépatologie rendent difficile la

Plus en détail

SECRELUX. 100 U poudre et solvant pour solution injectable. Information aux patients Notice

SECRELUX. 100 U poudre et solvant pour solution injectable. Information aux patients Notice SECRELUX 100 U poudre et solvant pour solution injectable Information aux patients Notice SECRELUX Nom du médicament SECRELUX Substance active : penta chlorhydrate de sécrétine Statut réglementaire Sur

Plus en détail

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée C. Rondé-Oustau, JY. Jenny,J.Sibilia, J. Gaudias, C. Boéri, M. Antoni Hôpitaux

Plus en détail

RAPPORT DU CONTROLE DE MARCHE DES DISPOSITIFS MEDICAUX DE DIAGNOSTIC IN VITRO DE DOSAGE DE THYROGLOBULINE

RAPPORT DU CONTROLE DE MARCHE DES DISPOSITIFS MEDICAUX DE DIAGNOSTIC IN VITRO DE DOSAGE DE THYROGLOBULINE Direction de l'evaluation des Dispositifs Médicaux Département Surveillance du Marché Unité Evaluation et Contrôle du Marché - DIV RAPPORT DU CONTROLE DE MARCHE DES DISPOSITIFS MEDICAUX DE DIAGNOSTIC IN

Plus en détail

Polyarthrite rhumatoïde et biologie

Polyarthrite rhumatoïde et biologie Polyarthrite rhumatoïde et biologie Le point de vue de l'immunologiste Sylvain Laboratoire d'immunologie, sdubucquoi@univ univ-lille2. -lille2.fr FR et PR Définition Auto-anticorps anti-fragment Fc des

Plus en détail

PATHOLOGIES DU METABOLISME LIPIDIQUE ET EXPLORATION BIOLOGIQUE DES DYSLIPIDEMIES

PATHOLOGIES DU METABOLISME LIPIDIQUE ET EXPLORATION BIOLOGIQUE DES DYSLIPIDEMIES PATHOLOGIES DU METABOLISME LIPIDIQUE ET EXPLORATION BIOLOGIQUE DES DYSLIPIDEMIES RAPPEL Les lipides sont un groupe hétérogène de substances qui ont des acides gras dans leur structure ou une molécule qui

Plus en détail

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas HEPATITES VIRALES 22/09/09 Mme Daumas Infectieux Introduction I. Hépatite aigu II. Hépatite chronique III. Les différents types d hépatites A. Hépatite A 1. Prévention de la transmission 2. Vaccination

Plus en détail

Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique B

Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique B Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Hépatite chronique B Février 2015 Ce document est téléchargeable sur : www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé Service des

Plus en détail

TECHNOLOGIE APPLIQUÉE. Expérience. KEYWORDS Lab automation, consolidation, integration, clinical chemistry, immunoassay

TECHNOLOGIE APPLIQUÉE. Expérience. KEYWORDS Lab automation, consolidation, integration, clinical chemistry, immunoassay Ronan TALEC*, Daniel BOUIGE** Expérience d automation et de consolidation en biochimie et immunoanalyse au Groupe Hospitalier du Havre Expérience RÉSUMÉ En 2003, le Groupe Hospitalier du Havre a lancé

Plus en détail

abc pratique quotidienne O. Calatayud 1 J.M. Tenias 2 X. Castells 1

abc pratique quotidienne O. Calatayud 1 J.M. Tenias 2 X. Castells 1 abc Ann Biol Clin 2006 ; 64 (2) : 157-61 Détermination des électrolytes dans des échantillons de sérum et de plasma, et stabilité dans des tubes ouverts pendant 2 heures à température ambiante O. Calatayud

Plus en détail

Hypo-HDLémie? Que Faire devant une. Pascale Benlian. Laboratoire de Référence R. pour le Diagnostic des Maladies Rares

Hypo-HDLémie? Que Faire devant une. Pascale Benlian. Laboratoire de Référence R. pour le Diagnostic des Maladies Rares Que Faire devant une Hypo-HDLémie? Pascale Benlian Laboratoire de Référence R pour le Diagnostic des Maladies Rares Endocrinologie, INSERM U 538 Hôpital Saint Antoine, Paris pascale.benlian@sat.aphp.frsat.aphp.fr

Plus en détail

Les hépatites virales chroniques B et C

Les hépatites virales chroniques B et C Les hépatites virales chroniques B et C www.aqodad.ma Service d hépato-gastroentérologie CHU HASSAN II; Fès 6èmes journées médicales d Al Hoceima; Le 28 09 2013 1 Introduction Problème majeur de santé

Plus en détail

Lipides, lipoprotéines, apolipoprotéines et bilan cardiovasculaire?

Lipides, lipoprotéines, apolipoprotéines et bilan cardiovasculaire? Lipides, lipoprotéines, apolipoprotéines et bilan cardiovasculaire? Richard W. James, Labo des Lipides, Dépt. de Médecine Interne, Faculté de Médecine, Université de Genève, Genève Lipides, lipoprotéines

Plus en détail

INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES

INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES QU EST-CE QUE LE MDRD? Il s agit d une formule permettant d estimer le débit de filtration glomérulaire et donc la fonction rénale La formule est la suivante :

Plus en détail

EXPLORATION DES LIPIDES ET LIPOPROTEINES

EXPLORATION DES LIPIDES ET LIPOPROTEINES Faculté de médecine Laboratoire de biochimie EXPLORATION DES LIPIDES ET LIPOPROTEINES S.A HAMMA PLAN DU COURS I- INTRODUCTION II- BILAN LIPIDIQUE 1- Bilan lipidique systématique 2- Bilan lipidique orienté

Plus en détail

Hyperuricémie : un facteur de risque souvent négligé

Hyperuricémie : un facteur de risque souvent négligé Hyperuricémie : un facteur de risque souvent négligé MEH CHERIFI,M ARAB ; A RAMDANI, F ALIBDESSAMED, Z GUECHI 21ème Congrès National de Médecine Interne. Tlemcen 15, 16 et 17 mai Introduction I PM : 168

Plus en détail

LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES. Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris

LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES. Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris 8 Avant l introduction des traitements antirétroviraux hautement actifs (HAART), la majorité des patients

Plus en détail

Leçons de Base de Contrôle de Qualité au Laboratoire

Leçons de Base de Contrôle de Qualité au Laboratoire Bio-Rad Laboratories C o n t r ô l e d e Q u a l i t é Leçons de Base de Contrôle de Qualité au Laboratoire Cahier de Travail de CQ Leçons de Base de Contrôle de Qualité au Laboratoire Ecrit par Greg Cooper,

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

Ordonnance collective

Ordonnance collective Centre de Santé et de Services sociaux de Québec-Nord NUMÉRO DE L ORDONNANCE: OC-31 Ordonnance collective Nom de l ordonnance: Initier des analyses de laboratoire pour le suivi de la clientèle présentant

Plus en détail

Hépatites Auto-Immunes. Critères et Scores Diagnostiques

Hépatites Auto-Immunes. Critères et Scores Diagnostiques Hépatites Auto-Immunes Critères et Scores Diagnostiques Olivier CHAZOUILLERES Service d Hépatologie Centre de référence des maladies inflammatoires des voies biliaires Paris Saint Antoine HAI: Modes de

Plus en détail

L investigation chez la personne infectée par le VIH

L investigation chez la personne infectée par le VIH P O U R Q U O I P A R L E R D U V I H E N 2 0 0 4? 2 L investigation chez la personne infectée par le VIH quand et comment utiliser les différents tests de laboratoire? par Harold Dion Paul, un homme de

Plus en détail

CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD?

CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD? CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD? Hélène MANGEARD François MALADRY Tuberculose : infection mycobactérienne Infection mycobactérienne chronique (M. Tuberculosis ++ ou bacille

Plus en détail

Algorithme d utilisation des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS)

Algorithme d utilisation des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) Algorithme d utilisation des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) Édition Conseil du médicament www.cdm.gouv.qc.ca Coordination Anne Fortin, pharmacienne Élaboration Conseil du médicament Fédération

Plus en détail

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Marc DUBERNET* et Françoise GRASSET* Laboratoire DUBERNET - 9, quai d Alsace - 11100 Narbonne France 1. Objet Méthode

Plus en détail

Utilisation du contrôle de qualité

Utilisation du contrôle de qualité Bio-Rad Laboratories Contrôle de qualité Utilisation du contrôle de qualité Les fondements d un haut niveau de soins des patients passent par l amélioration des performances au laboratoire Bio-Rad Laboratories

Plus en détail

Diabète. Evaluation de l analyseur G8 et du logiciel PIANO (Tosoh Bioscience) pour la détermination de l hémoglobine A1c RÉSUMÉ ÉVALUATION

Diabète. Evaluation de l analyseur G8 et du logiciel PIANO (Tosoh Bioscience) pour la détermination de l hémoglobine A1c RÉSUMÉ ÉVALUATION ÉVALUATION Simon SAMAAN 1, Andrée LESELLIN 1, Stéphanie BARON 1, Michèle ONRÈDE 1 Evaluation de l analyseur G8 et du logiciel PIANO (Tosoh Bioscience) pour la détermination de l hémoglobine A1c RÉSUMÉ

Plus en détail

Actualités sur l hépatite C. 20 Janvier 2004

Actualités sur l hépatite C. 20 Janvier 2004 Actualités sur l hépatite C 20 Janvier 2004 Guérison sans séroconversion? CONTAMINATION 4 à 12 semaines HEPATITE AIGUE 15-45 % 55-85 % GUERISON ARN VHC- 25-40% INFECTION CHRONIQUE ARN VHC+ 60-75% ALAT

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL D ACTIVITÉS SCIENTIFIQUES 2005 DU COMITÉ

RAPPORT ANNUEL D ACTIVITÉS SCIENTIFIQUES 2005 DU COMITÉ RAPPORT ANNUEL D ACTIVITÉS SCIENTIFIQUES 2005 DU COMITÉ D ASSURANCE QUALITÉ EN BIOCHIMIE LABORATOIRE DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC MARS 2006 AUTEUR Comité d assurance qualité en biochimie MEMBRES DU COMITÉ

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique?

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Références : Pr Samama Journée de Biologie Praticienne Décembre 2011 I. Gouin-Thibault Journée de Biologie Clinique 2012

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, l hépatite chronique C

La prise en charge de votre maladie, l hépatite chronique C G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre maladie, l hépatite chronique C Vivre avec une hépatite chronique C Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde 1 ETSL Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde TP 1 GABIN-GAUTHIER 13/11/2009 I. LA MALADIE... 2 II. TECHNIQUES QUALITATIVES... 2 1. PRINCIPE... 2 2. MODE OPERATOIRE... 3 2.1. WRST ou Waaler Rose

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. 10 décembre 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. 10 décembre 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 décembre 2008 VIRAFERONPEG 50 µg/ 0.5 ml, poudre et solvant pour solution injectable B/1 : code CIP 355 189.3 B/4 : code CIP 355 191.8 VIRAFERONPEG, stylo pré-rempli

Plus en détail

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux Epidémiologie Cholestérol et accidents ischémiques cérébraux: plan I Lipides et atteintes des grosses artères cérébrales: 4 Epidémiologie lipides et risque

Plus en détail

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE 1- Définition : Le diabète sucré se définit par une élévation anormale et chronique de la glycémie. Cette anomalie est commune à tous les types de diabète sucré, mais

Plus en détail

Hépatite = inflammation du foie. Pr Bronowicki CHU Nancy - 17.11.2011 Conférence mensuelle - section de Forbach

Hépatite = inflammation du foie. Pr Bronowicki CHU Nancy - 17.11.2011 Conférence mensuelle - section de Forbach Hépatite = inflammation du foie Pr Bronowicki CHU Nancy - 17.11.2011 Conférence mensuelle - section de Forbach 1 Hépatites virales chroniques 2 Histoire naturelle Hépatite aiguë Guérison Hépatite chronique

Plus en détail

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RAPPEL DEFINITIONS Hyperlipidémie g/l mmol/l Triglycérides < 2 < 2.2 Cholestérol Total

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Un AVC toutes les 4 minutes 1 130 000 AVC par an en France 1 770 000 personnes ont été victimes

Plus en détail

Diagnostic et suivi virologique des hépatites virales B et C. Marie-Laure Chaix Virologie Necker

Diagnostic et suivi virologique des hépatites virales B et C. Marie-Laure Chaix Virologie Necker Diagnostic et suivi virologique des hépatites virales B et C Marie-Laure Chaix Virologie Necker OUTILS DIAGNOSTIQUES VHC Transaminases Recherche des Anticorps! Tests indirects - Anticorps! ELISA! RIBA

Plus en détail