CHAMPLAIN REGIONAL COLLEGE, CAMPUS DE SAINT-LAMBERT

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CHAMPLAIN REGIONAL COLLEGE, CAMPUS DE SAINT-LAMBERT"

Transcription

1 ALLOCUTION DE LOUIS AUDET PRÉSIDENT ET CHEF DE LA DIRECTION DE COGECO FORUM «DES IDÉES POUR LE QUÉBEC» CHAMPLAIN REGIONAL COLLEGE, CAMPUS DE SAINT-LAMBERT LE 14 SEPTEMBRE 2014 (La version prononcée fait foi)

2 2 Monsieur le Premier Ministre, Mesdames et Messieurs les Ministres, Madame la Présidente du panel, Chers participants, Bonjour, C est un vif plaisir pour moi d être ici avec vous ce matin au terme de trois journées de réflexion riches en idées de toutes sortes sur les stratégies qui s offrent au Québec pour profiter au maximum du virage numérique, pour maximiser ses impacts bénéfiques sur l innovation et ainsi accélérer la croissance de l économie du Québec. Je remercie Monsieur le premier ministre Couillard pour son invitation ainsi que les organisateurs de ce colloque, en particulier son principal architecte, M. Jean-François Garneau, pour l opportunité qui m est donnée de tenter de résumer en quelques minutes les principales tendances qui se dégagent des présentations des conférenciers qui m ont précédé. Par la suite, je m efforcerai d articuler les pistes qui, d après nos réflexions entre collaborateurs chez Cogeco, nous apparaissent les plus porteuses. Une chose est certaine, c est que les présentations et les échanges entendus jusqu ici sont très enthousiasmants. Dès l ouverture du Forum, notre premier ministre, Monsieur Philippe Couillard, nous a invités à nous pencher sur les façons de stimuler l innovation au Québec, entre autres en optimisant les contributions du potentiel numérique sous-exploité au Québec afin d accroître le niveau de vie des Québécois et de redonner au Québec le pouvoir de faire des choix. Monsieur Alain Rousset, qui a pris la parole par la suite, a su nous inspirer et nous convaincre, expérience à l appui, que de susciter l innovation peut et doit faire partie de l agenda politique d une nation. Samedi matin, en première partie, nos quatre conférenciers, Messieurs Jim De Wilde, Jacques Nantel, Louis Duhamel et Sabin Boily nous ont entretenus sur le caractère un peu aléatoire que prend chaque innovation, en insistant sur le fait qu il est possible de créer les conditions favorables à l émergence de nouvelles idées, sans pour autant être trop déterministes quant à leur contenu. Ils ont également insisté sur la nécessité de voir grand lorsque l on envisage le potentiel d une innovation. Par la suite, nos deux conférenciers Dan Lyons et Claude Évin ont couvert les perspectives sur l innovation en santé et services sociaux en insistant sur la nécessité de revoir les processus en

3 3 profondeur pour arriver à des résultats concluants, en partant de la réalité propre à chaque société. Samedi après-midi, Monsieur Martin Kon et Monsieur Jean Raby ont partagé avec nous leur expérience quant aux conditions à mettre en place pour attirer les talents et investissements, en s inspirant notamment de l expérience vécue par la ville de New York. Par la suite, le professeur Michel Cartier a partagé avec nous ses inquiétudes face aux fractures qui se profilent au sein de la société québécoise. Lui ont succédé Messieurs Michel Hervé et Daniel Ratier, les représentants de la France, un pays qui à l évidence a beaucoup investi dans sa quête de la définition d une stratégie numérique. Certains conférenciers ont beaucoup insisté sur le potentiel du numérique pour rapprocher les gouvernements de leurs citoyens, simplifier l offre de services et pour faciliter la compréhension des grands enjeux de société chez les électeurs. Ce matin, Messieurs Jean-François Barsoum, David Hotte et Pierre Fortin nous ont tracé le portrait de ce que pourraient être les villes intelligentes du Québec comme foyer de gestation d idées novatrices, et comme lieux de vie plus fonctionnels et de développement durable. Il m incombe donc maintenant de partager avec vous ce que nous inspirent, à nous de Cogeco, les idées que les conférenciers précédents ont articulées. Jusqu ici, on vous a servi du champagne et du caviar avec les présentations sur l expérience de la ville de New York et sur les Villes intelligentes. Pour ma part, j ai bien peur que ce que je peux vous offrir ce matin, ce sont du pain, du beurre et des œufs durs. Nous avons également fait un survol de la documentation disponible sur le sujet des «Stratégies Numériques». Nous avons recensé les stratégies du Québec, lesquelles sont principalement axées sur la diffusion de la culture, du Canada, lesquelles sont axées sur les initiatives gouvernementales.. Nous avons également examiné les plans de l Irlande, l Union européenne, le Mexique, la France, la Suède, la Finlande, Singapour et les États-Unis. Et nous additionnons ces observations aux contributions entendues au cours des derniers jours dans ce Forum. Ce qui se dégage de ces témoignages, c est la nécessité pour le gouvernement du Québec de formellement mettre en place une stratégie numérique pour le Québec. Une stratégie numérique qui mettra à l avant-plan une utilisation accrue des plateformes numériques, des architectures en nuage ainsi que des applications mobiles, lesquelles

4 4 aideront notre productivité et nos exportations. Plusieurs études ont démontré que plus un pays progresse dans l utilisation des TIC 1, plus il devient productif. Pour une exécution gagnante, cette stratégie doit catalyser les petites et grandes industries, le système éducatif ainsi que tous les décideurs politiques. Elle ne doit pas relever du Conseil du Trésor, comme par le passé, mais bien d un ministre du Numérique relevant directement du premier ministre lui-même. Pourquoi cela? Parce que les bénéfices d une stratégie numérique requerront des suivis énergiques, qu il y aura de la résistance au changement à chaque étape et finalement, et de façon plus fondamentale, parce que les interactions et les bénéfices qui en découlent sont transversaux et impliquent tous les ministères. Bien sûr, la nomination d un comité consultatif multipartite incluant les représentants de l entreprise privée, assurera que les retombées se fassent sentir dans l économie globale du Québec. Nous sommes conscients que l heure est aux coupures plutôt qu à la création d un nouveau ministère, mais nous ne pouvions passer cette idée sous silence. Le deuxième constat nous ramène vite sur terre : chaque stratégie nationale dépend de l état des infrastructures existantes et de l économie propre à chaque pays. Ainsi la stratégie initiale de Singapour, pays qui ne disposait au départ que d un réseau de paires de cuivres vétustes, était forcément différente de celle du Canada où règne une abondance d infrastructures de fibre optique et de centres de données. Les stratégies répondent souvent à des besoins pointus propres à chaque situation. C est ainsi que Stockholm en a profité par la même occasion pour optimiser et réduire le trafic automobile pour désengorger Gamla Stan, son minuscule centre-ville et augmenter ainsi sa productivité. Donc : chacun doit donc faire son analyse, laquelle est collée à sa réalité! Cette analyse pour le Québec, elle existe déjà, mais les morceaux n ont, à notre connaissance, pas encore été réunis en un tout cohérent. Et au milieu de cette discussion, il y a aussi des mythes qui sont des distractions qui nous éloignent de l essentiel, ou sont désirables sans être prioritaires à ce moment-ci. Tentons tous ensemble de nous y retrouver. Le mythe le plus distrayant à l heure actuelle est celui de l infrastructure. Certains ont postulé le besoin d instaurer à court terme des branchements à capacité minimale de 1 Gbps dans tous les foyers et 10 Gbps dans toutes les places d affaires comme prérequis à l avènement d une prospérité magique qui descendrait du ciel sur le Québec. Rien n est plus loin de la réalité. 1 TIC : Technologies de l Information et des Communications

5 5 En effet, le Québec est déjà équipé d infrastructures de pointe en réseaux de transmission optiques et en centres de données performants. L industrie privée fait évoluer ses réseaux en effectuant des investissements substantiels qui croissent en adéquation avec les besoins concrets des résidences et des places d affaires qu elle dessert. Déjà, les entreprises qui le requièrent sont alimentées par les fournisseurs de services avec des branchements à haut débit variant entre 10Mbps et 10 Gbps et même davantage. Notre expérience corporative est que seulement 8 % de nos clients majeurs utilisent une connexion à 10 Gbps et plus. Pourquoi? Parce qu ils n en requièrent pas davantage. Et on parle ici de très grosses entreprises. Les résidences, elles, ont déjà accès à un minimum de 120 Mpbs et ce chiffre croît d année en année. Selon le CEFRIO 2, plus de 80 % des adultes québécois ont utilisé internet en juillet Ces branchements sont à haut débit dans 85 % des cas. 97 % des foyers qui ont des enfants sont branchés. Le taux de branchement et la performance de ces branchements ne sont donc pas en cause ici. Ce qui est en cause, basé sur toutes nos recherches, c est l utilisation qu on en fait. Je m explique. Nos données sur l évolution du trafic au Québec et ailleurs au Canada ressemblent de très près aux données ailleurs dans le monde : 75 % de toute la bande passante utilisée par les résidences est consacrée au divertissement : vidéo en ligne, musique, jeux et transfert d images. Le problème n est donc pas que nous manquons de bande passante pour être innovateurs. En cours de route, l étude PEICA 3 de l OCDE 4 datant de mai 2014 nous a rappelé qu il y a encore au Québec 1 adulte sur 5 (soit 19 %) qui est analphabète fonctionnel. Moins bien que la moyenne canadienne qui est de 15,5 % et moins bien que la dernière recherche de l OCDE sur ce sujet datant de Si vous me disiez qu ils ne sont pas branchés, je n en serais pas surpris. Le journal La Presse nous confirmait un taux d analphabétisme financier de 63 % le mois dernier. J ouvrirai ici une parenthèse pour rappeler que l OCDE a publié son rapport sur le Canada intitulé «Étude Économique sur le Canada 2014» à l occasion du Forum International des Amériques en juin dernier. Celui-ci est très utile puisqu il identifie avec grande précision les déficits de 2 CEFRIO : Centre Francophone d Informatisation des Organisations 3 PEICA : Programme d Évaluation Internationale des Compétences des Adultes 4 OCDE : Organisme pour la Coopération et le Développement Économique

6 6 compétences de la main-d œuvre et les façons d y remédier, ce qui est rare. Je ferme la parenthèse. Si l on doit s occuper «des vraies affaires», que sont-elles donc? Les intervenants que nous avons rencontrés pouvaient différer d opinion sur certains points, mais ils se rejoignent tous, unanimement, sur le point suivant : cela ne suffit pas d amener les possibilités du numérique jusqu aux utilisateurs, ceux-ci doivent ensuite se l approprier. Et c est ici, à ce point précis de la discussion, que l on commence à se poser «les vraies questions». Après mûre réflexion et amples consultations et discussions, nous en avons conclu que la stratégie numérique du Québec doit être centrée en priorité sur l appropriation du potentiel numérique par le plus grand nombre afin de bénéficier à un maximum de Québécois dans les 3 domaines qui suivent : les deux premiers, la santé et l éducation sont les deux principaux postes de dépenses du budget provincial. Le troisième domaine, c est l exportation, puisque comme chacun le sait, c est en exportant leur production d idées, de services, et surtout de biens que les pays bâtissent la richesse pour leurs citoyens. Et c est le passage obligé pour combler l écart défavorable du PIB par personne qui existe entre le Québec et les autres juridictions nord-américaines. Comme vous pouvez le voir, nous sommes loin du rêve et collés sur la réalité. Bien sûr, je suis aussi enthousiaste que d autres sur le potentiel des villes intelligentes. Le secteur privé fait des investissements substantiels et nous sommes à la disposition de tous nos clients tant municipaux, que d affaires et résidentiels, pour les aider à réaliser leurs aspirations. Les infrastructures sont là. Mais ce sont les applications qui font défaut. Et pour être bien franc, et sans vouloir insulter qui que ce soit, les applications d avenir dont j entends parler quand on me parle de «villes intelligentes» relèvent beaucoup plus de l amélioration de la qualité de vie, laquelle est nécessaire, je l entends bien, que de l augmentation du PIB et de la richesse collective. Passons donc en revue successivement la Santé, l Éducation et l Exportation pour mieux saisir l ampleur des défis qui nous attendent. La Santé La Santé représente 43,4 % du budget annuel de dépenses du gouvernement du Québec, soit 32,3 milliards de dollars en De nos consultations, nous sommes ressortis convaincus que la manne en Santé peut être abondante. Mais pour cela, il faudra changer les processus de base pour aiguiller et traiter les patients à travers le système de santé. Le problème ne semble pas

7 7 vraiment être le nombre d équipes, de milieux, d agences, de clientèle ou de centres de services; il réside surtout dans une multitude de façons de transmettre l information, mésadaptées au numérique, ce qui rend ce passage difficile. Chaque médecin et chaque institution devront changer et harmoniser leurs façons de communiquer pour passer à l âge numérique et en récolter les bénéfices. Il y aura de la résistance au changement et ce sera pénible. Mais il faut le faire. Certaines initiatives du CEFRIO en matière de santé permettront d établir des modèles qui pourront être répliqués à plus grande échelle. À notre point de vue, la courroie de transmission entre les initiatives du CEFRIO et les champs d application n est pas assez puissante. Et, incidemment, cette dernière observation ne se limite pas uniquement au domaine de la Santé. Où commencer? Nos recherches ne nous ont pas permis de trouver le passage. Mais les directives issues d un plan gouvernemental sont essentielles. Une façon concrète de commencer pourrait être de dire que tout bébé né après le 1er janvier 2017 sera suivi uniquement en numérique au plan médical et administratif et qu il ne sera pas nécessaire à cette nouvelle personne de voyager pour se faire diagnostiquer dans les cas où cela peut être fait à la maison ou à distance tout au long de sa vie. Voici une idée beaucoup trop simple, je le sais très bien, mais elle a le mérite de forcer la réflexion sur les prérequis à mettre en place. L Éducation L éducation et la culture représentent 23,8 % du budget annuel de dépenses du gouvernement du Québec, soit 17,7 milliards de dollars en Ce secteur est fascinant puisqu il englobe à la fois la gestion du système et la pertinence des contenus transmis aux étudiants. Au plan du fonctionnement du système et de l excellence de la formation qui en résulte, nos rencontres avec Monsieur Ron Canuel, Président de l Association canadienne d éducation nous ont convaincu que de donner plus de liberté aux enseignants dans la méthode d enseignement résulte généralement en un taux de performance scolaire et de diplomation accru. Monsieur Canuel nous a fait remarquer que le système d éducation qui prévaut en Amérique du Nord a été conçu par Charles Taylor en 1920, époque à laquelle les modèles de rationalisation industrielle de l école prenaient le pas sur l encouragement à la créativité. L approche actuelle donne lieu à un taux de décrochage cumulatif après 6 ans de 25 %. Quel gaspillage! Comment optimiser la productivité et l innovation par l économie numérique quand le quart de la relève ne suit pas? Et je vous ai déjà parlé du taux d analphabétisme fonctionnel et financier un peu plus tôt

8 8 Et s il est vrai qu initiative et liberté d action sont au cœur de l innovation, il n en reste pas moins qu il y a un cadre nécessaire à l obtention de cette excellence. L utilisation du numérique comme moyen d apprentissage en classe ne peut pas être laissée au bon vouloir de chaque enseignant individuel. La mise en place d un cadre numérique structurant est nécessaire, obligatoire et urgente. Nos rencontres avec M. Namir Anani, Président, directeur général du Conseil des Technologies de l Information et des Communications, un organisme financé à hauteur de 50 % par le gouvernement fédéral, nous démontre que les programmes de CÉGEP et d université ne répondent pas suffisamment aux véritables besoins des secteurs des TIC, n étant pas suffisamment axés sur les besoins de l industrie. Voilà une lacune à laquelle le ministère de l Éducation peut aisément remédier par le moyen de consultations relativement simples. Le CTIC prévoit que d ici 2018, le secteur des Technologies de l information au Canada, c est-à-dire, la base et l expertise même d une stratégie numérique, une main-d œuvre qualifiée, fera face à un déficit de 16 %, soit emplois, sur une base nationale canadienne d environ emplois dans ce domaine. Ce déficit frappe au cœur de nos faiblesses, car il amplifie notre déficit collectif dans le développement d applications numériques nécessaires à une économie performante. Et ce, dans le contexte de libre échange porteur d opportunités, mais aussi de défis concurrentiels. Vu d un peu plus haut, il est de notre devoir de redonner tout son sens à la culture de la volonté de prendre des risques, d innover et d entreprendre. Le ministère de l Éducation et le gouvernement du Québec dans son ensemble sont ici directement interpellés à supporter davantage l entrepreneuriat avec nos jeunes. L Exportation C est ici que nos recherches ont livré les résultats les plus inattendus. Quand on parle d exportation, on commence à réellement parler de création de richesse. Tout d abord, selon des chiffres fournis par la Banque de Développement du Canada, il est désolant de constater que seulement 4 % des entreprises québécoises sont actives sur les marchés d exportation et 92 % des exportations sont réalisées par seulement 12 % des entreprises actives sur les marchés étrangers. Notre rencontre avec Mme Jacqueline Dubé, Présidente et directrice générale du CEFRIO a été captivante. Elle nous renseigne éloquemment sur la sous-exploitation

9 9 chronique des technologies de l information et donc du potentiel numérique dans les entreprises du Québec, incluant les exportateurs. Ce constat nous a également été communiqué par Madame Lydia Divri, Présidente et directrice générale de Techno Montréal. La promotion de l usage des TIC au Québec doit donc devenir prioritaire. Voici quelques observations. Le CEFRIO nous enseigne que les Québécois achètent pour près de 8 milliards de dollars par année par des transactions en ligne. Toutefois, si près des deux tiers des PME québécoises se sont dotées d un site Internet, seulement 15 % d entre elles font de la vente en ligne. Donc, les consommateurs québécois achètent en ligne, mais ce ne sont majoritairement pas les commerçants québécois qui en bénéficient. Deuxièmement, le CEFRIO nous a également parlé de la réalité dans les entreprises manufacturières du Québec, ce qu aucun autre groupe n avait été capable de faire. Nous avons appris qu en général, les équipements de production de nos entreprises, les grandes comme les petites, sont à la fine pointe de la technologie et de la robotisation. Mais ils ne sont pas reliés aux systèmes de gestion de l entreprise qui sont souvent rudimentaires. Donc, les systèmes de gestion sont peu adaptés à la nouvelle réalité des marchés. Voici quelques exemples de taux d adoption par les PME du Québec : progiciel de gestion intégré ou ERP 5 32 %, progiciel de gestion de la relation client ou CRM 6 : 22 %, progiciel de gestion de la chaîne logistique ou SCM 7 : 8 %. Ceuxci sont souvent sous-utilisés parce que les entreprises ne se sont pas donné la peine de faire la réingénierie de leurs processus. Ces lacunes empêchent les exportateurs du Québec d optimiser leurs exportations, de bien comprendre les marchés canadiens et étrangers et de s y lancer s ils n y sont pas déjà. Suivant la taille des entreprises, les solutions peuvent être assez simples. Le défi sera d aider les entreprises de 25 employés ou moins qui n ont pas l expertise numérique et n ont pas les moyens financiers suffisants pour engager des consultants pour pallier au fait qu elles n ont pas l expertise numérique. 5 ERP : Enterprise Resource Planning 6 CRM : Customer Relationship Management 7 SCM : Supply Chain Management

10 10 Ces lacunes sont, dans l absolu, faciles à surmonter. Mais les petites et moyennes entreprises du Québec ont besoin d aide. En fait, cette réalité existe à l échelle du Canada où les PME de moins de 10 employés représentent tout de même 75 % de l emploi. Et c est à ce segment qu il faut s intéresser puisque les grandes entreprises ont davantage de moyens et n ont pas ce problème. Une fiscalité simplifiée et axée sur les résultats doit être mise en place. Certains nous ont suggéré que les programmes de crédits d impôt pour l achat d équipement de TIC ne sont pas nécessaires, car ces équipements seront achetés de toute façon. Ces crédits pourraient être remplacés par des programmes d aide à l appropriation du numérique pour l achat des logiciels appropriés et la réingénierie des processus. Il en émergera probablement une cohorte de PME de consultants en expertise numérique capable d aider les PME dans leur transition, et ce, à moindre coût. À cette étape de notre recherche, vous conviendrez avec moi que l utilisation fortement accrue du numérique pour favoriser l innovation ne repose pas sur une seule mesure et n est pas vraiment une question d infrastructure au Québec. Nous avons beaucoup d autres mises à niveau à faire, elles sont délicates, complexes et difficiles à réaliser, car elles vont au cœur de la façon dont les processus de livraison de biens et de services sont construits. Faisons donc ensemble un résumé des actions requises. La recommandation la plus importante est que le gouvernement mette en place une stratégie numérique pour le Québec, relevant d un ministre du Numérique. Les secteurs de la Santé, de l Éducation et des Exportations devraient être les priorités désignées de cette stratégie numérique. Dans le secteur de la santé, il est urgent d harmoniser les façons de transmettre l information entre tous les intervenants du milieu pour améliorer nos prestations de services. En éducation, la créativité, l envie d innover et le désir d entreprendre doivent être revalorisés par notre système d éducation. Le recours aux technologies numériques en classe doit devenir obligatoire. Analphabétisme et décrochage scolaire sont des plaies sociales à enrayer.

11 11 Les programmes de CÉGEP et d université en matière de numérique et des TIC doivent d urgence être réalignés sur les besoins de l industrie. Les programmes de promotion de l excellence dans l éducation et de la fierté de bien réussir doivent être remis à l ordre du jour. Un cours de sensibilisation à l économie dont notre entreprise, Cogeco, se fait le porteétendard depuis l automne 2013, doit être instauré au niveau secondaire pour faire comprendre à nos jeunes quelle est leur place et leur contribution dans le système économique qui est le nôtre, quels sont les avantages qu ils en retirent et les responsabilités qui s y rattachent, et ainsi en faire des citoyens à part entière. Cette nécessité découle de l étude de CROP intitulée «La Solidarité économique au Québec, attitudes et attentes à l égard des gouvernements et des entreprises» que Cogeco a commanditée et dévoilée le 28 janvier 2014 (disponible sur Au plan des exportations, selon nous, la création d un programme d appui fiscal pour les PME qui se dotent de systèmes informatiques de gestion intégrés pourrait aller loin pour appuyer nos PME, nos exportations et la création de richesse. Toutes ces mises à niveau dont je viens de vous parler, et dont plusieurs sont majeures, doivent être réalisées si nous voulons combler le déficit de productivité du Québec qui résulte du manque de recours au numérique et aux TIC. Comme vous pouvez le constater, nous parlons ici d une œuvre d amélioration de milliers de détails, qu il nous est impossible de coordonner individuellement, mais qu il nous faut mettre en mouvement par le choix judicieux des incitatifs appropriés. Les solutions qui se résument en quelques mots ne satisferont pas aux exigences de la tâche qui nous attend. À cet égard, l expertise du CEFRIO doit être mise à contribution et ses moyens financiers accrus substantiellement pour faciliter le transfert d expertise à partir de modèles de passage au numérique pour chaque secteur industriel. Je me permets d ailleurs d attacher une note d information du CEFRIO datée du 19 août 2014 à ce texte qui résume bien les stratégies à mettre en place (voir document à la fin). J espère vous avoir convaincu que l économie numérique, dans notre pays, n est pas une question d infrastructure, mais bien une question d appropriation. Les gains à réaliser se situent aux extrémités des réseaux là ou l usager doit changer ses façons de faire et se doter de logiciels et d applications pour rendre son activité économique plus performante. Ceci permettra de faire croître l activité économique du Québec et de

12 12 stimuler nos exploitations. Et vous aurez remarqué, une fois de plus, que toutes les pistes mènent au besoin d élever le niveau d éducation de la population. Voilà une réalité fondamentale et inexorable. Avant de vous quitter, je ressens le besoin de clarifier notre position. Nous appuyons avec enthousiasme les projets de valorisation de l attractivité de notre milieu ainsi que l évolution vers les concepts de Villes intelligentes. Toutefois, nous croyons que pour bien réussir et bâtir une société qui tire profit de la révolution numérique au maximum, nous devons intervenir en amont pour que le plus grand nombre de citoyens puisse en bénéficier. Nous croyons d ailleurs que ces initiatives ne sont pas mutuellement exclusives, mais bien cumulatives. Je vous remercie de l opportunité que vous nous avez donnée et je serais heureux d échanger avec nos panelistes et avec les membres de l assemblée.

13 NOTE D INFORMATION Le 19 août EXPORTATIONS 1.1 QUELQUES FAITS ET CONSTATS En 2009, le Québec comptait établissements exportateurs de biens vers l étranger. De ce total, 94,1 % des établissements avaient moins de 200 employés (soit établissements) et la valeur de leurs exportations représentait seulement 51,9 % de la valeur totale des exportations. Autrement dit, 48,1 % de la valeur totale des exportations en 2009 avait été concrétisée par les 5,9 % d établissements exportateurs ayant plus de 200 employés 1. La taille des entreprises compte également lorsque l on analyse la provenance des ventes en ligne des entreprises du Québec. Pour l ensemble des entreprises, 21 % du chiffre d affaires provenant de commandes reçues par Internet est issu de clients hors Québec. Pour les entreprises de plus de 250 employés, 45 % des ventes par le commerce électronique proviennent de clients hors Québec 2. Dans son rapport intitulé «Pour des PME de classe mondiale 3», Secor souligne que l accélération de l économie numérique ouvre des nouvelles possibilités pour soutenir la capacité d exportation des PME. Selon le CEFRIO, le développement de la capacité numérique des PME va permettre de capter ces opportunités et de favoriser l exportation et la croissance. Le secteur aérospatial du Québec présente une caractéristique intéressante. Alors que ce secteur est un fleuron québécois à l international, une part importante des entreprises du secteur, les soustraitants, n ont pas suffisamment diversifié leurs clients à l étranger. Ceci fragilise ces derniers face aux grands donneurs d ordres qui ont commencé à se tourner vers des sous-traitants internationaux. L enjeu pour ces sous-traitants consiste à donc à se donner la capacité d être présent à l international. Finalement, le numérique génère aussi des nouveaux modèles d affaires créateurs de nouveaux types d entreprises. Comme le souligne un article de la revue de l OCDE «Small international businesses are flourishing on the back of new technology, and becoming more multinational than much larger international corporations. [ ].» Alors que les données démontrent normalement que les grandes entreprises sont au cœur des exportations des pays, les nouvelles études tendent à démontrer que les plateformes de vente en ligne changent la donne : «[ ] a remarkably high 85% of business sellers on ebay were engaged in cross-border sales in This is much higher than the offline number which varies between 5% and 15%. Moreover, size matters less 4». 1 MEIE (2014), «Le commerce extérieur du Québec : Le calepin, édition juillet 2014». 2 Institut de la statistique du Québec (2013), «L intégration d Internet aux processus d affaires dans les entreprises québécoises». 3 SECOR (2011), «Pour des pme de classe mondiale. Analyse des résultats de l enquête pme : innovation/ exportation auprès de 550 dirigeants québécois». 4 OCDE Observer (2014), ebay and the rise of the micro-multinationals Pierre-Louis Vézina, Research Fellow, University of Oxford. 1

14 2. COMMERCE ÉLECTRONIQUE 2.1 QUELQUES FAITS ET CONSTATS En 2013, selon les données du CEFRIO, 79 % des adultes du Québec ont effectué au moins un achat en ligne. Il s agissait d une augmentation de 12 points de pourcentage par rapport à Le CEFRIO estime que le montant total dépensé en ligne au Québec au cours de l année 2013 est de 7,3 milliards de dollars, soit une augmentation de 7,4 % par rapport à La situation est moins encourageante du côté de nos entreprises. En effet, selon les données de l enquête NetPME 2011 du CEFRIO, seulement 15,2% des PME de 5 à 499 employés possédant un site web font de la vente en ligne. En 2012, l Institut de la Statistique du Québec publiait également des résultats comparables sur cette mesure, ce qui permet au CEFRIO d affirmer que la présence de nos entreprises québécoises demeure encore trop faible en matière de commerce électronique. À l automne 2014, le CEFRIO doit débuter une mesure inédite auprès des entreprises de 5 employés et plus du Québec relativement à leurs activités de commerce électronique. Cette mesure conduira à des stratégies d action adaptées pour le passage au numérique. Penser à la gestion du «back office» et à l intégration des systèmes Le commerce électronique est intimement lié à l ensemble des systèmes de l entreprise et doit donc être pensé ainsi. Le commerce électronique offre aux PME un moyen accessible pour accélérer leur développement et leur croissance locale ou à l étranger. Cependant, l entreprise qui se lance dans cette aventure doit préalablement opérer un travail de planification, de formalisation et d intégration de ses processus d affaires. Trois défis sont associés au démarrage d activités de vente en ligne : o planifier les impacts sur la production. L entreprise doit pouvoir faire face à une montée soudaine de la demande. Dans le commerce de détail, plusieurs entreprises se sont lancées dans la vente en ligne et n ont pas été en mesure de soutenir leur croissance en raison d une gestion des inventaires déficiente. o améliorer ses systèmes de gestion. Par exemple, l implantation d un système intégré de gestion de type ERP. o Finalement, s assurer d avoir accès aux compétences nécessaires pour opérer cette transition. Ceci implique des compétences technologiques, en vente, en marketing et communication, en gestion, en logistique, etc. Il faut aussi développer les compétences numériques des gestionnaires et des travailleurs. 3. SYSTÈMES INTÉGRÉS DE GESTION 3.1 QUELQUES FAITS Selon une enquête du CEFRIO 5, les PME sont équipées des logiciels suivants : o Progiciel de gestion intégrée ou ERP : 32,3% 6 o Progiciels de gestion de la relation client (CRM) : 22,2% o Progiciels de gestion de la chaîne logistique (SCM) : 8% o Site internet : 65,7% 5 CEFRIO, «NetPME 2011». 6 Le Québec est la province la mieux positionnée à ce chapitre, 2

M. Godin fait partie des bâtisseurs de l industrie des technologies de l information. Il a pavé la voie pour de nombreux autres entrepreneurs

M. Godin fait partie des bâtisseurs de l industrie des technologies de l information. Il a pavé la voie pour de nombreux autres entrepreneurs Monsieur l Ambassadeur, Monsieur le Délégué général, Monsieur Maynard - Président la Chambre de commerce France-Canada, Monsieur Godin, Distingués invités, Mesdames et Messieurs, Mon nom est Eric Lemieux,

Plus en détail

Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec

Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec Consultation du Groupe conseil sur l actualisation de la Stratégie québécoise de la recherche et de l innovation 8 septembre 2009 Préambule

Plus en détail

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing Création d un programme de Préparé par Hana Cherif, professeure, Département de stratégie des affaires Danielle Maisonneuve, professeure, Département de communication sociale et publique Francine Charest,

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé

Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé Cabinet du ministre Communiqué de presse BUDGET 2013-2014 COMMUNIQUÉ N 2 BUDGET 2013-2014 Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé Québec, le 20 novembre 2012 «Pour accélérer la croissance

Plus en détail

Monsieur ou Madame la présidente, Monsieur le ministre, Mesdames et messieurs les députés,

Monsieur ou Madame la présidente, Monsieur le ministre, Mesdames et messieurs les députés, MÉMOIRE présenté à la Commission des finances publiques dans le cadre de l étude du projet de loi no 123 Loi sur la fusion de la Société générale de financement du Québec et d Investissement Québec préparé

Plus en détail

UN SERVICE À VOTRE IMAGE

UN SERVICE À VOTRE IMAGE UN SERVICE À VOTRE IMAGE Un service Un service de de Mutuelles qui qui inspire inspire la fierté! la fierté! Depuis 2012, Depuis l AQEI 2012, offre l AQEI un offre outil un sur outil mesure à mesure ses

Plus en détail

Stratégie de prospection. et de développement. des marchés hors Québec. 2009 sommaire

Stratégie de prospection. et de développement. des marchés hors Québec. 2009 sommaire Stratégie de prospection et de développement des marchés hors Québec 2009 sommaire 2013 1 Rédaction Direction du développement des marchés et de l exportation Transformation Alimentaire Québec Ministère

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

Résumé : «Diagnostic sectoriel de la main-d œuvre du secteur des technologies de l information et des communications 2011»

Résumé : «Diagnostic sectoriel de la main-d œuvre du secteur des technologies de l information et des communications 2011» Résumé : «Diagnostic sectoriel de la main-d œuvre du secteur des technologies de l information et des communications 2011» (Étude préparée par Raymond Chabot Grant Thornton) Faits: Le PIB généré par le

Plus en détail

De meilleures données pour de meilleures décisions :

De meilleures données pour de meilleures décisions : De meilleures données pour de meilleures décisions : un appui pour des soins plus efficaces et appropriés Amélioration de l expérience client. Perfectionnement de la planification des programmes et capacité

Plus en détail

Résumé du rapport remis aux centres de formation à la suite de la rencontre du 27 janvier 2011. Présenté à : Par :

Résumé du rapport remis aux centres de formation à la suite de la rencontre du 27 janvier 2011. Présenté à : Par : Stratégies pour des avenues de formation aux fins du secteur des contenus numériques interactifs québécois particulièrement pour les industriels du jeu vidéo Résumé du rapport remis aux centres de formation

Plus en détail

État des lieux Constats et réflexions Politique nationale de la recherche et de l innovation

État des lieux Constats et réflexions Politique nationale de la recherche et de l innovation État des lieux Constats et réflexions Politique nationale de la recherche et de l innovation 32 e colloque de l ADARUQ, 18 novembre 2015, Montréal Marie-Josée Blais Directrice générale Secteur de l innovation,

Plus en détail

Budget provincial 2015

Budget provincial 2015 Budget provincial 2015 Le 26 mars 2015, le gouvernement du Québec a déposé son budget 2015-2016. Parmi les nouvelles mesures annoncées, certaines pourraient avoir un impact sur les membres de l Association

Plus en détail

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat rendra possible la collaboration d un

Plus en détail

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI ****** MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN PROCESSUS PREPARATOIRE DE LA TROISIEME CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Priorités de l ACIC. pour le budget fédéral de 2015. La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie

Priorités de l ACIC. pour le budget fédéral de 2015. La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie Priorités de l ACIC pour le budget fédéral de 2015 La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie Mémoire présenté au Comité permanent des finances Association

Plus en détail

L ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE : ((LE GÉNIE POUR L INDUSTRIE))

L ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE : ((LE GÉNIE POUR L INDUSTRIE)) L ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE : ((LE GÉNIE POUR L INDUSTRIE)) Notes pour l allocution prononcée par M. Pierre Lucier, président de l université du Québec, lors de la collation des grades de l ÉCole

Plus en détail

Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture. Mémoire Sommet économique 2015. Le 1 er avril 2015

Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture. Mémoire Sommet économique 2015. Le 1 er avril 2015 Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture Mémoire Sommet économique 2015 Le 1 er avril 2015 Déploiement d une approche unique d innovation collaborative en agriculture

Plus en détail

Plan stratégique 2004-2007

Plan stratégique 2004-2007 Plan stratégique 2004-2007 Mot du directeur général Au cours des dernières années, plusieurs travaux importants et consultations tant à l interne qu à l externe ont conduit le Collège à l adoption de nombreux

Plus en détail

LE PARTENAIRE D AFFAIRES RH : CATALYSEUR DES CHANGEMENTS ORGANISATIONNELS RÉUSSIS

LE PARTENAIRE D AFFAIRES RH : CATALYSEUR DES CHANGEMENTS ORGANISATIONNELS RÉUSSIS LE PARTENAIRE D AFFAIRES RH : CATALYSEUR DES CHANGEMENTS ORGANISATIONNELS RÉUSSIS Par Jacqueline Codsi Comme le mentionne éloquemment Hervey Sériex, «Autrefois, le changement était l'exception et le statu

Plus en détail

Appel à l action relativement au chômage, au sous-emploi et à la pénurie de main-d œuvre qualifiée

Appel à l action relativement au chômage, au sous-emploi et à la pénurie de main-d œuvre qualifiée Appel à l action relativement au chômage, au sous-emploi et à la pénurie de main-d œuvre qualifiée Introduction Les diplômés des universités et des collèges du Canada sont confrontés à des taux inacceptables

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

Josée St-Pierre, Ph. D. Directrice Laboratoire de recherche sur la performance des entreprises

Josée St-Pierre, Ph. D. Directrice Laboratoire de recherche sur la performance des entreprises Le rôle des TIC sur le degré d exportation des PME : une étude exploratoire Éditorial InfoPME est publié par le Laboratoire de recherche sur la performance des entreprises (LaRePE) Institut de recherche

Plus en détail

Comment assurer le plein potentiel de votre solution analytique. Guillaume Bédard, Directeur des Solutions d Affaires Odesia

Comment assurer le plein potentiel de votre solution analytique. Guillaume Bédard, Directeur des Solutions d Affaires Odesia L Comment assurer le plein potentiel de votre solution analytique ODESIA 1155 University suite 800 Montreal, Qc, Canada H3B 3A7 Phone: (514) 876-1155 Fax: (514) 876-1153 www.odesia.com Guillaume Bédard,

Plus en détail

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé Les défis du développement du gouvernement électronique Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé La révolution numérique a engendré une pression sur les gouvernements qui doivent améliorer leurs prestations

Plus en détail

6 février 2009. Renouvellement des politiques : Directive sur la gestion des technologies de l information

6 février 2009. Renouvellement des politiques : Directive sur la gestion des technologies de l information 6 février 2009 Renouvellement des politiques : Directive sur la gestion des technologies de l information Facteurs déterminants du changement : Examens du GC Examens stratégiques, horizontaux et examens

Plus en détail

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil AGO BIAT du 28 Mai 2010 Allocution d ouverture Allocution d ouverture de Monsieur le Président du Conseil Chers Actionnaires, Mesdames, Messieurs : L année 2009 a été globalement une année très positive

Plus en détail

INSTITUT CANADIEN DE RECHERCHE SUR LES MINORITÉS LINGUISTIQUES/ CANADIAN INSTITUTE FOR RESEARCH ON LINGUISTIC MINORITIES. Politique de recherche

INSTITUT CANADIEN DE RECHERCHE SUR LES MINORITÉS LINGUISTIQUES/ CANADIAN INSTITUTE FOR RESEARCH ON LINGUISTIC MINORITIES. Politique de recherche INSTITUT CANADIEN DE RECHERCHE SUR LES MINORITÉS LINGUISTIQUES/ CANADIAN INSTITUTE FOR RESEARCH ON LINGUISTIC MINORITIES Politique de recherche Janvier 2004 Institut canadien de recherche sur les minorités

Plus en détail

Adéquation entre formation et emploi : le rôle des universités québécoises

Adéquation entre formation et emploi : le rôle des universités québécoises Adéquation entre formation et emploi : le rôle des universités québécoises 27 mai 2011 CREPUQ ADÉQUATION ENTRE FORMATION ET EMPLOI : LE RÔLE DES UNIVERSITÉS QUÉBÉCOISES TABLE DES MATIÈRES Introduction...

Plus en détail

MOT DU PRÉSIDENT-DIRECTEUR GÉNÉRAL

MOT DU PRÉSIDENT-DIRECTEUR GÉNÉRAL Plan d action de développement durable 2009-2013 MOT DU PRÉSIDENT-DIRECTEUR GÉNÉRAL Il me fait plaisir de présenter le plan d action de développement durable du Centre de la francophonie des Amériques

Plus en détail

Documents de travail 1/5

Documents de travail 1/5 Documents de travail 1/5 La prospection des investissements directs étrangers (IDE) Préambule Les organismes de prospection d investissement étranger définissent différemment l investissement direct étranger

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Mise en valeur des ressources naturelles et de l énergie

Mise en valeur des ressources naturelles et de l énergie Mise en valeur des ressources naturelles et de l énergie Développement durable des ressouces naturelles et de l énergie Les Premières Nations font partie intégrante de l avenir des ressources naturelles

Plus en détail

LES POLITIQUES D INTÉGRATION DES IMMIGRANTS AU QUÉBEC

LES POLITIQUES D INTÉGRATION DES IMMIGRANTS AU QUÉBEC LES POLITIQUES D INTÉGRATION DES IMMIGRANTS AU QUÉBEC NOTES POUR UNE ALLOCUTION DE LA VICE-PRÉSIDENTE DE L ASSEMBLÉE NATIONALE DU QUÉBEC MME MARYSE GAUDREAULT À L OCCASION DE LA 18 E ASSEMBLÉE PLÉNIÈRE

Plus en détail

Consultation pré-budgétaire. Préparé à l attention du ministre des Finances

Consultation pré-budgétaire. Préparé à l attention du ministre des Finances Consultation pré-budgétaire Préparé à l attention du ministre des Finances Saint-Antoine, Nouveau-Brunswick Octobre 2009 Les priorités du CÉNB : - le Plan d action pour l autosuffisance du nord du Nouveau-Brunswick;

Plus en détail

DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES

DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LA RÉGLEMENTATION DU PRIX DE VENTE AU PUBLIC DES LIVRES NEUFS IMPRIMÉS ET NUMÉRIQUES COMMENTAIRES DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA

Plus en détail

Portrait de la rémunération globale

Portrait de la rémunération globale CHAPITRE 1 Portrait de la rémunération globale pendant longtemps, on a surtout considéré les programmes de rémunération comme un mal nécessaire pour attirer des employés compétents et les fidéliser. Pour

Plus en détail

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique 2 ORIENTATIONS DE L'OCDE POUR LES POLITIQUES CONCERNANT LE CONTENU NUMÉRIQUE Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique Le contenu numérique est devenu un élément de plus

Plus en détail

OBSERVATOIRE QUÉBÉCOIS SUR LA MALTRAITANCE ENVERS LES ENFANTS

OBSERVATOIRE QUÉBÉCOIS SUR LA MALTRAITANCE ENVERS LES ENFANTS OBSERVATOIRE QUÉBÉCOIS SUR LA MALTRAITANCE ENVERS LES ENFANTS Décembre 2013 Pourquoi un observatoire sur la maltraitance? Sérieux problème Multitude d acteurs Fragmentation Besoin de convergence La maltraitance

Plus en détail

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012 L AVENIR DE LA PROFESSION D ÉDUCATRICE ET D ÉDUCATEUR EN ESE, UN STATUT À VALORISER, À PROTÉGER ON S EN OCCUPE Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations

Plus en détail

Sondage réalisé par American Express MD auprès des entreprises de taille moyenne

Sondage réalisé par American Express MD auprès des entreprises de taille moyenne Sondage réalisé par American Express MD auprès des entreprises de taille moyenne Les décideurs financiers des entreprises de taille moyenne du Canada ont un point de vue éclairé quant à la conjoncture

Plus en détail

Principaux résultats

Principaux résultats Principaux résultats Le rapport préparé pour la réunion de l OCDE au niveau des ministres de 2001 et intitulé «La nouvelle économie : mythe ou réalité?» concluait que les technologies de l information

Plus en détail

Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances du Québec, M me Monique Jérôme-Forget, lors des consultations

Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances du Québec, M me Monique Jérôme-Forget, lors des consultations Commentaires du Conseil du patronat du Québec présentés à la ministre des Finances du Québec, M me Monique Jérôme-Forget, lors des consultations prébudgétaires provinciales 2008-2009 Conseil du patronat

Plus en détail

Indice de densité numérique au Canada: un guide pour la transformation numérique

Indice de densité numérique au Canada: un guide pour la transformation numérique Indice de densité numérique au Canada: un guide pour la transformation numérique Indice de densité numérique au Canada: un guide pour la transformation numérique L étude d Accenture menée en 2014 sur la

Plus en détail

Littératie financière : un investissement dans l avenir

Littératie financière : un investissement dans l avenir Littératie financière : un investissement dans l avenir Allocution de Terry Campbell Président Association des banquiers canadiens Prononcée devant La Conférence de Montréal Le 12 juin 2012 Montréal SEUL

Plus en détail

Le retard en matière de marketing en ligne» dans l industrie hôtelière: une tendance inquiétante

Le retard en matière de marketing en ligne» dans l industrie hôtelière: une tendance inquiétante Septembre 2009 Le retard en matière de marketing en ligne» dans l industrie hôtelière: une tendance inquiétante par Max Starkov Comme spécialistes du marketing hôtelier en ligne depuis bientôt 15 ans,

Plus en détail

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire?

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Cette question s inscrit dans le contexte où plusieurs acteurs

Plus en détail

Le Plan libéral pour les soins familiaux

Le Plan libéral pour les soins familiaux Le Plan libéral pour les soins familiaux 1 Le Plan libéral pour les soins familiaux AUX CÔTÉS DES FAMILLES CANADIENNES Les membres d une famille s appuient entre eux. Les familles canadiennes veulent s

Plus en détail

Informatique en nuage

Informatique en nuage Services d infrastructure, solutions et services-conseils Solutions Informatique en nuage Jusqu à maintenant, la gestion de l infrastructure des TI consistait à négocier les limites : puissance de traitement,

Plus en détail

Dispositif : Entreprenariat et entreprises

Dispositif : Entreprenariat et entreprises Dispositif : Entreprenariat et entreprises Axe 2 Objectif Thématique 3 : Améliorer la compétitivité des PME Investissement prioritaire A : Promotion de l esprit d entreprise, en particulier en facilitant

Plus en détail

Mise en réseau des écoles Québécoises par les TIC

Mise en réseau des écoles Québécoises par les TIC Jean Bouchard, directeur général Direction générale du financement et de l équipement 28 mai 2004 Mise en réseau des écoles Québécoises par les TIC Séminaire de l OCDE-PEB Plan de la présentation 1. Tendances

Plus en détail

CONSEIL SIMULATION SPÉCIALE DU CONSEIL

CONSEIL SIMULATION SPÉCIALE DU CONSEIL Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL C-WP/Simulation 5/12/14 CONSEIL SIMULATION SPÉCIALE DU CONSEIL DÉFIS RELATIFS AUX PRÉVISIONS DE PÉNURIE DE PERSONNEL AÉRONAUTIQUE QUALIFIÉ

Plus en détail

L immigration : une solution à la rareté de maind œuvre et un levier de développement économique? 35 e Congrès de l ASDEQ 13 mai 2010

L immigration : une solution à la rareté de maind œuvre et un levier de développement économique? 35 e Congrès de l ASDEQ 13 mai 2010 L immigration : une solution à la rareté de maind œuvre et un levier de développement économique? 35 e Congrès de l ASDEQ 13 mai 2010 Mission PÔLE Québec Chaudière-Appalaches a pour mission de contribuer

Plus en détail

NOTRE MISSION HISTORIQUE CE QUE NOUS FAISONS

NOTRE MISSION HISTORIQUE CE QUE NOUS FAISONS Exposé présenté par l Association des agents financiers autochtones du Canada à la 33 e Assemblée générale annuelle de l Assemblée des Premières Nations Palais des congrès du Toronto métropolitain du 17

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE 1.1 Mission Le Centre local de développement (CLD) de Mirabel gère trois (3) fonds destinés à la création et au maintien d emploi par le biais d

Plus en détail

Sondage 2011 des Garanties collectives sur la satisfaction des consultants des Groupes nationaux

Sondage 2011 des Garanties collectives sur la satisfaction des consultants des Groupes nationaux Sondage 2011 des Garanties collectives sur la satisfaction des consultants des Groupes nationaux Le sondage Merci pour votre opinion C est notre deuxième sondage à l intention des consultants (le premier

Plus en détail

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles République Islamique de Mauritanie Honneur Fraternité - Justice Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles Communication de Madame la Secrétaire d Etat Fatimetou Mint

Plus en détail

Innovation en matière de logistique et de gestion de la chaîne d approvisionnement au Canada

Innovation en matière de logistique et de gestion de la chaîne d approvisionnement au Canada Innovation en matière de logistique et de gestion de la chaîne d approvisionnement au Canada Contexte À mesure que la concurrence devient plus mondiale, l innovation passe du niveau entreprise-à-entreprise

Plus en détail

Gestionnaires. Parcoursd apprentissage

Gestionnaires. Parcoursd apprentissage Gestionnaires Parcoursd apprentissage V2 VOTRE PARTENAIRE EN APPRENTISSAGE L École de la fonction publique du Canada offre des produits d apprentissage et de formation qui contribuent au renouvellement

Plus en détail

PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009

PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009 CONSTRUCTION DE DÉFENSE (1951) LIMITÉE PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009 (Modifie et abrège le profil en date

Plus en détail

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences

ARTICLE. La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences ARTICLE La réussite des étudiants à l'université du Québec à Chicoutimi passe par le respect de tous et le respect des différences Carole Dion Professeure Département des sciences des sciences de l'éducation

Plus en détail

SOMMAIRE EXÉCUTIF SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR PRINCIPALES FORCES ET FAIBLESSES DÉFIS ET ENJEUX ORIENTATIONS ET PISTES DE DÉVELOPPEMENT

SOMMAIRE EXÉCUTIF SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR PRINCIPALES FORCES ET FAIBLESSES DÉFIS ET ENJEUX ORIENTATIONS ET PISTES DE DÉVELOPPEMENT SOMMAIRE EXÉCUTIF PORTRAIT DU SECTEUR Taille et structure de l industrie Livraisons et commerce international Production Ressources humaines Recherche et développement Développement durable PRINCIPALES

Plus en détail

Avis du CCRE. Sur le plan d action européen 2011-2015 pour l administration en ligne

Avis du CCRE. Sur le plan d action européen 2011-2015 pour l administration en ligne COUNCIL OF EUROPEAN MUNICIPALITIES AND REGIONS CONSEIL DES COMMUNES ET REGIONS D EUROPE Inscrit au registre des représentants d intérêts de la Commission européenne. Numéro d inscription : 81142561702-61

Plus en détail

L utilisation des TIC par le personnel enseignant. Marie-José Roy FRÉQUENCE D UTILISATION ET INTERNET

L utilisation des TIC par le personnel enseignant. Marie-José Roy FRÉQUENCE D UTILISATION ET INTERNET L utilisation des TIC par le personnel enseignant Marie-José Roy Depuis l apparition des micro-ordinateurs dans les années 1980, la tâche des enseignantes et enseignants s est vue modifiée à mesure que

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION OMPI SCIT/5/6 ORIGINAL : anglais DATE : 18 mai 2000 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION COMITÉ PLÉNIER Cinquième session Genève,

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

L impératif des gains de productivité

L impératif des gains de productivité COLLOQUE ANNUEL DE L ASDEQ MONTRÉAL Plan de présentation Montréal, 9 décembre 9 L impératif des gains de productivité Partie L importance de rehausser notre productivité La diminution du bassin de main-d

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

GlaxoSmithKline Inc. Audience devant le Comité sénatorial permanent des affaires sociales, des sciences et de la technologie

GlaxoSmithKline Inc. Audience devant le Comité sénatorial permanent des affaires sociales, des sciences et de la technologie GlaxoSmithKline Inc. Audience devant le Comité sénatorial permanent des affaires sociales, des sciences et de la technologie Allocution de Paul N. Lucas, Président et chef de la direction, GlaxoSmithKline

Plus en détail

Services d affaires mondiaux IBM. Centre national des sondages IBM

Services d affaires mondiaux IBM. Centre national des sondages IBM Services d affaires mondiaux IBM Centre national des sondages IBM Saviez-vous que dans votre organisation se cachent des trésors de connaissances que vous pourriez découvrir et mettre à profit? Un système

Plus en détail

Le partenariat : indispensable pour supporter le plan d aménagement de l offre de formation

Le partenariat : indispensable pour supporter le plan d aménagement de l offre de formation Le partenariat : indispensable pour supporter le plan d aménagement de l offre de formation Association des cadres scolaires du Québec Le 7 février 2008 Caroline Dion, responsable FPT MELS et Hélène Fortin,

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

UN SYSTÈME DE SÉCURITÉ DES PIPELINES CLASSE MONDIALE EMPLOIS, CROISSANCE ET PROSPÉRITÉ À LONG TERME

UN SYSTÈME DE SÉCURITÉ DES PIPELINES CLASSE MONDIALE EMPLOIS, CROISSANCE ET PROSPÉRITÉ À LONG TERME UN SYSTÈME DE SÉCURITÉ DES DE PIPELINES CLASSE MONDIALE EMPLOIS, CROISSANCE ET PROSPÉRITÉ À LONG TERME INTRODUCTION À l échelle du pays, les pipelines acheminent tous les jours, de façon sûre et fiable,

Plus en détail

PLAN D ACTION MINISTÉRIEL POUR L ANALYSE COMPARATIVE ENTRE LES SEXES

PLAN D ACTION MINISTÉRIEL POUR L ANALYSE COMPARATIVE ENTRE LES SEXES PLAN D ACTION MINISTÉRIEL POUR L ANALYSE COMPARATIVE ENTRE LES SEXES EN RÉPONSE AUX CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS CONTENUES DANS LE CHAPITRE 1 «L ANALYSE COMPARATIVE ENTRE LES SEXES» DU RAPPORT DU PRINTEMPS

Plus en détail

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBALISATION ET TRANSFORMATION RH UNE RÉPONSE FACE À L EXIGENCE DE PERFORMANCE ET DE COMPÉTITIVITÉ La globalisation des entreprises, accélérée par

Plus en détail

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Centre de formation communautaire de la Mauricie CFCM Depuis sa création en 1988, le Centre de formation communautaire de la Mauricie (CFCM) se

Plus en détail

Consultations prébudgétaires 2016. Mémoire présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes

Consultations prébudgétaires 2016. Mémoire présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2016 Mémoire présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Comptables professionnels agréés du Canada 277, rue Wellington Ouest, Toronto (0ntario) Canada

Plus en détail

Étapes suivantes du plan d action du Manitoba

Étapes suivantes du plan d action du Manitoba Juillet 2005 Pour aller de l avant : L apprentissage et la garde des jeunes enfants Étapes suivantes du plan d action du Manitoba Introduction En novembre 1999, le gouvernement du Manitoba a confirmé son

Plus en détail

2015 : PARTOUT. POUR TOUS. PLAN STRATÉGIQUE QUINQUENNAL DE CBC/RADIO-CANADA

2015 : PARTOUT. POUR TOUS. PLAN STRATÉGIQUE QUINQUENNAL DE CBC/RADIO-CANADA 2015 : PARTOUT. POUR TOUS. PLAN STRATÉGIQUE QUINQUENNAL DE CBC/RADIO-CANADA La radiodiffusion publique dans un monde en évolution CBC/Radio-Canada dessert le deuxième plus grand pays du monde et l un de

Plus en détail

L école éloignée en réseau. Organisation pour les commissions scolaires Des conditions pour faciliter le changement. Au plan administratif

L école éloignée en réseau. Organisation pour les commissions scolaires Des conditions pour faciliter le changement. Au plan administratif L école éloignée en réseau Organisation pour les commissions scolaires Des conditions pour faciliter le changement Au plan administratif La gestion et l organisation d un projet ÉÉR dans une commission

Plus en détail

Le contenu numérique original : un atout de taille pour la société canadienne

Le contenu numérique original : un atout de taille pour la société canadienne Le contenu numérique original : un atout de taille pour la société canadienne Mémoire du Regroupement des producteurs multimédia (RPM) Déposé dans le cadre de la Consultation sur l économie numérique du

Plus en détail

Déclaration présentée au Comité permanent du commerce international de la Chambre des communes

Déclaration présentée au Comité permanent du commerce international de la Chambre des communes Déclaration présentée au Comité permanent du commerce international de la Chambre des communes au sujet de l accord de partenariat économique global (APEG) Canada-Inde Ailish Campbell, vice-présidente,

Plus en détail

LA RECHERCHE, LA FORMATION ET L INNOVATION POUR UNE ÉCONOMIE DU XXI e SIÈCLE CONCURRENTIELLE

LA RECHERCHE, LA FORMATION ET L INNOVATION POUR UNE ÉCONOMIE DU XXI e SIÈCLE CONCURRENTIELLE LA RECHERCHE, LA FORMATION ET L INNOVATION POUR UNE ÉCONOMIE DU XXI e SIÈCLE CONCURRENTIELLE Une présentation au Comité permanent des finances de Recherches en sciences et en génie Canada (CRSNG) Octobre

Plus en détail

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Un leadership fort Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Le gouvernement Harper tient sa promesse de rétablir l équilibre budgétaire en 2015. Le Plan d action

Plus en détail

Pénétration du marché par les petites et moyennes entreprises du Québec. Rapport d analyse

Pénétration du marché par les petites et moyennes entreprises du Québec. Rapport d analyse Pénétration du marché par les petites et moyennes entreprises du Québec Rapport d analyse Sommaire Aéro Montréal, forum de concertation stratégique de la grappe aérospatiale du Québec, a demandé à PwC

Plus en détail

SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI

SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI LE PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE DE 2013 Le Plan d action économique de 2013 représente le prochain volet du plan à long terme du gouvernement pour renforcer

Plus en détail

Renforcez votre entreprise grâce à l expertise d Applied

Renforcez votre entreprise grâce à l expertise d Applied : : A P P L I E D S U P P O R T : : Renforcez votre entreprise grâce à l expertise d Applied Maximisez votre investissement technologique LE SUCCÈS DE VOTRE ENTREPRISE DÉPEND DE LA PERFORMANCE DE VOS CAPACITÉS

Plus en détail

La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie

La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie Par Serge Lamarche, vice-président, Service à la clientèle, ADP Canada Dénicher des employés qualifiés dans le secteur du commerce de

Plus en détail

GROUPE GIROUX MÉNARD. Roger Giroux, CPA, CA Associé fondateur. Éric Laprés, CPA, CA Associé fondateur. Josée Charbonneau, CPA, CA Associée fondatrice

GROUPE GIROUX MÉNARD. Roger Giroux, CPA, CA Associé fondateur. Éric Laprés, CPA, CA Associé fondateur. Josée Charbonneau, CPA, CA Associée fondatrice GROUPE GIROUX MÉNARD Le Groupe Giroux Ménard vous offre des services en certification, en fiscalité et en financement ainsi que des services-conseils. La firme peut également vous conseiller en matière

Plus en détail

Intervention en entreprise

Intervention en entreprise Intervention en entreprise ADM-170 Séance 6 - Informatique Semaine du 16 juin 2008 Ordre du jour Les données et l information Distinction entre données et information L évaluation de la valeur de l information

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Dossier de candidature Introduction: Avant d entreprendre la création d une entreprise, mais également à l occasion du développement d une nouvelle activité, il est absolument conseillé d élaborer un business

Plus en détail

Audit du cadre de gestion de Sécurité et assurance de mission

Audit du cadre de gestion de Sécurité et assurance de mission Audit du cadre de gestion de Sécurité et assurance de mission RAPPORT D AUDIT Projet # 14/15 01 02 préparé par la Direction, audit et évaluation JUIN 2015 AUDIT DU CADRE DE GESTION DE SÉCURITÉ ET ASSURANCE

Plus en détail

Excellent service, soins prodigués avec compassion

Excellent service, soins prodigués avec compassion Centre d accès aux soins communautaires du Centre Plan stratégique (2014-2017) Sommaire Excellent service, soins prodigués avec compassion EXCELLENT SERVICE, SOINS PRODIGUÉS AVEC COMPASSION Le Plan stratégique

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

L internationalisation de sa PME : certainement possible!

L internationalisation de sa PME : certainement possible! L internationalisation de sa PME : certainement possible! 1 L internationalisation de sa PME : certainement possible! Depuis la fin des années 1980, l accélération du rythme des changements dans l économie

Plus en détail

Stimuler le rayonnement, le professionnalisme l efficacité et le développement des affaires

Stimuler le rayonnement, le professionnalisme l efficacité et le développement des affaires Programme de formations et de conférences Stimuler le rayonnement, le professionnalisme l efficacité et le développement des affaires Outils concrets, actualisés et flexibles pour professionnels, gestionnaires,

Plus en détail

L avenir de l éducation médicale au Canada. Rapport à l intention du public. Volet sur l éducation médicale postdoctorale. www.afmc.

L avenir de l éducation médicale au Canada. Rapport à l intention du public. Volet sur l éducation médicale postdoctorale. www.afmc. L avenir de l éducation médicale au Canada Volet sur l éducation médicale postdoctorale Rapport à l intention du public www.afmc.ca/fmecpg Un projet financé par Santé Canada 1 Introduction Le volet sur

Plus en détail

Enjeux régionaux et recommandations prébudgétaires 2010 Gouvernement du Canada

Enjeux régionaux et recommandations prébudgétaires 2010 Gouvernement du Canada Enjeux régionaux et recommandations prébudgétaires 2010 Gouvernement du Canada Recommandations de la Chambre de commerce de la MRC de Rivière-du-Loup 298, boulevard Armand-Thériault Rivière-du-Loup (Québec)

Plus en détail