ISSN Les investissements relationnels électroniques et non électroniques et la génération du capital relationnel : un modèle de recherche

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ISSN 0832-7203. Les investissements relationnels électroniques et non électroniques et la génération du capital relationnel : un modèle de recherche"

Transcription

1 ISSN Les investissements relationnels électroniques et non électroniques et la génération du capital relationnel : un modèle de recherche Par : HEC Montréal Cahier du GReSI no Avril 2003 Copyright HEC Montréal. Tous droits réservés pour tous pays. Toute traduction et toute reproduction sous quelque forme que ce soit est interdite. HEC Montréal, 3000, chemin de la Côte-Sainte-Catherine, Montréal, Québec, Canada H3T 2A7. Les textes publiés dans la série des Cahiers du GReSI n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

2 1 HEC Montréal 3000, chemin de la Côte Ste-Catherine Montréal, Québec, Canada H3T 2A7 Tel : (514) Fax : (514) L auteur souhaite remercier le CRSH et le FCAR pour leur soutien financier.

3 Résumé Les investissements relationnels électroniques et non électroniques et Bien que sous-évalué au sein des états financiers, le capital relationnel représenterait une part grandissante de la valeur au marché des organisations. Cet article propose un modèle de recherche visant à explorer les facteurs modérant la relation entre l investissement relationnel électronique et non électronique et le capital relationnel. L objectif de ce papier est d offrir des pistes de réflexion quant au débat actuel sur la divulgation d informations relatives aux actifs intangibles. Abstract Undervalued in financial statements, relationship capital is considered to represent a growing part of the total market value of public firms. This paper puts forth a research model aiming at exploring factors that moderate the relationship between electronic and non electronic investments in business relations and the value of relationship capital. The objective of this paper is to contribute to the current debate on the disclosure of non financial information related to intangible investments. Mots clés EF 07 IS Investment HA 07 Inter-organizational Systems DB 02 Accounting 3

4 1. Introduction À l aube du 21 e siècle, les actifs intangibles constituent, pour une grande majorité de firmes, une source déterminante de leur croissance et de leur richesse (Lev, 2001). Qui plus est, les actifs intangibles de ces organisations se révèlent souvent des avantages concurrentiels très importants (Hall, 1993; Pulic et Bornemann, 1999). Parmi les différentes formes d actifs intangibles, on retrouve le capital relationnel. Il s agit du segment de la valeur d une firme attribuable à la valeur de ses relations d affaires (Hogan, 2001). De plus en plus d auteurs évaluent que le capital relationnel représente une part grandissante de la valeur des organisations et que, par conséquent, le capital relationnel devrait être pris davantage en compte dans l évaluation financière des firmes (Tapscott et al., 2000; Pellet, 2001). L importance de cet actif intangible serait entre autres attribuable au fait qu un nombre croissant d organisations se différenciant par les liens qu elles tissent avec un large réseau de partenaires (Dyer, 1996; Ebers et Jarillo, 1998; Jap, 2001) de même qu à l importance stratégique grandissante que représentent les liens d affaires électroniques (Zhu et Kraemer, 2002; Chang et al, à paraître). Or, par souci de conservatisme et aux fins de publication des états financiers des entreprises, les principes comptables généralement reconnus (PCGR) n évaluent pas à leur juste valeur certains actifs intangibles, plus spécifiquement ceux générés par la firme. En effet, les PCGR exigent que les coûts associés au développement d actifs intangibles qui ne satisfont pas certains critères ne peuvent être capitalisés au bilan et doivent être affectés à l état des résultats. Ainsi, alors que les investissements tangibles sont considérés comme des actifs à juste titre et portés au bilan de la firme, la grande majorité des investissements menant à la création d actifs intangibles sont mis à la dépense. C est le cas, entre autres, des investissements en temps et en argent réalisés par la firme pour développer et maintenir ses relations d affaires. En considérant ces investissements relationnels comme des dépenses, la théorie comptable ne fait pas le lien entre le coût du développement et du maintien des relations avec les partenaires et la valeur que ces relations d affaires représentent pour la firme. Par conséquent, la valeur du capital relationnel est systématiquement sous-évaluée aux états financiers des firmes. L objectif de cet article est de proposer un modèle de recherche visant à explorer la relation entre l investissement relationnel et la valeur du capital relationnel. Plus spécifiquement, nous visons à répondre aux questions de recherche suivantes : Quels sont les facteurs liés aux relations d affaires exerçant un effet modérateur sur la relation entre l investissement et le capital relationnel, et ce tant en amont (i.e., avec les fournisseurs) qu en aval (i.e., avec les clients) de la firme? Est-ce que l effet modérateur de ces facteurs est le même en ce qui concerne tant les investissements électroniques que non électroniques? Il importe de préciser que ce papier ne constitue pas un appel à la comptabilité créatrice. Le but de ce modèle de recherche consiste à mettre en évidence les facteurs influençant significativement la création du capital relationnel afin que ces derniers fassent ultimement l objet d une divulgation obligatoire par les firmes publiques. La divulgation de ces informations permettrait aux investisseurs d évaluer la valeur des firmes publiques en prenant en considération le niveau d investissement relationnel, de même que les éléments influençant la performance de ces investissements. En fait, cet article est directement en lien avec les recommandations de Lev 4

5 (2002), adressées aux comité de la Chambre des représentants sur la réforme des pratiques de vérification comptable aux États-Unis, relativement à l importance de la divulgation obligatoire d informations concernant les actifs intangibles liés aux activités de réseautage, telles que les alliances et autres partenariats. L article présente d abord les concepts d investissements relationnels électroniques et non électroniques, poursuit sur le traitement comptable de ces investissements, avant de définir en détail la notion de capital relationnel. Le modèle de recherche proposé est ensuite introduit. Après une justification théorique du lien entre l investissement et le capital relationnel, nous nous attardons à présenter différentes propositions de recherche relativement à des facteurs susceptibles de modérer tant la force que la forme de la relation entre l investissement et le capital relationnel. 2. Investissement et capital relationnel 2.1 L Investissement relationnel électronique et non électronique Comme le soulignent Hakansson et Snehota (1989), une organisation n est pas une île : elle se doit d être constamment en conjonction avec toutes les parties prenantes de son environnement. Ainsi, la conduite des opérations d une firme nécessite généralement l établissement d un nombre important de relations d affaires. Dans le cadre d une relation d affaires, les parties doivent généralement investir une certaine quantité de temps et d argent pour bâtir et maintenir la relation. Nous désignons cet engagement calculé dans un lien interorganisationnel par le concept «d investissement relationnel» (Heide et John, 1988; Jackson, 1985; Madhok et Tallmanm 1998; Smith et Barclay, 1997). La notion d investissement relationnel concerne chacun des liens interorganisationnels qu une firme établit avec les membres de son réseau d affaires. Ainsi, la notion d investissement relationnel désigne les investissements réalisés tant en aval du réseau d affaires (i.e., avec les clients) qu en amont du réseau d affaires (i.e., avec les fournisseurs). Par exemple, une organisation investit en aval de son réseau en recrutant de nouveaux clients et en amont, en développant des processus de collaboration avec ses fournisseurs. Par ailleurs, l investissement relationnel est fonction du cycle de vie des relations d affaires (Ring et al., 1994). En effet, tout au cours du cycle de vie d une relation d affaires, une organisation doit investir en temps et en argent pour développer et bâtir le lien d affaires, s aligner avec le ou les partenaires et maintenir ses relations d affaires. Notons que la magnitude des investissements relationnels nécessaires à chacune des étapes du cycle de vie est spécifique à chaque relation. Pour les fins de notre étude, nous distinguons deux formes d investissements relationnels : «l investissement relationnel électronique» et «l investissement relationnel non électronique». L investissement électronique correspond aux investissements associés au développement de relation d affaires basée sur des liens de commerce électronique. L investissement relationnel non électronique correspond aux ressources consacrées au développement et au maintien de relations reposant sur des médiums plus traditionnels. Soulignons que ces deux formes d investissements relationnels ne sont pas mutuellement exclusives au sein d une relation d affaires. En effet, il peut se révéler nécessaire pour le développement et le maintien d une 5

6 relation que des investissements des deux types soient réalisés pour assurer un lien d affaires durable et compétitif (Gulati et al., 2000). 2.2 Le Traitement comptable des investissements relationnels tangibles et intangibles Par souci de conservatisme, les principes comptables sont généralement relativement stricts quant aux investissements relationnels pouvant être considérés comme des actifs au sein des états financiers. En fait, l objectif des PCGR est d assurer la fiabilité, la fidélité et la comparabilité des informations contenues dans les états financiers des firmes. Il importe donc que les actifs capitalisés au bilan de la firme reflètent une vision prudente de la valeur des avantages économiques futurs sous le contrôle de la firme. Ainsi, pour qu un actif soit reconnu dans les états financiers, il importe que i ) l actif procure un avantage futur à l entité qui le contrôle, ii) l actif contribue directement ou indirectement aux flux monétaires futurs de la firme, iii) l entité soit en mesure de contrôler l accès à cet avantage et iv) l actif ait une durée de vie déterminée (ICCA, chapitre ). Ainsi, dans le cas d un investissement relationnel, la question fondamentale est donc d établir si les sommes investies par la firme généreront des avantages économiques ayant de tels attributs. Si tel est le cas, l investissement doit être capitalisé au bilan à son coût historique d acquisition. Dans le cas contraire, les frais doivent être imputés à l état des résultats de la période où les coûts ont été engagés. Les investissements relationnels tangibles correspondent à ces critères et sont généralement capitalisés au bilan. C est le cas notamment d investissements relationnels non électroniques au sein d actif physique destinés en tout ou en partie à la communication, la transaction et l interaction avec les partenaires d affaires. L achat d un kiosque pour une foire commerciale est un exemple d actif relationnel tangible. En ce qui concerne les investissements relationnels électroniques, la mise en place d un système de commerce électronique occasionne également des investissements tangibles de démarrage pour acquérir les équipements et les logiciels associés au système de commerce électronique. Dans certains cas, les investissements relationnels électroniques peuvent être très élevés. Dans d autres cas, la plupart des frais sont assumés par la firme qui initie le projet de commerce électronique; les frais pour les partenaires de cette firme peuvent alors être aussi bas que le coût d un ordinateur personnel. De manière générale, le matériel informatique et les logiciels acquis par une société sont considérés comme des actifs et placés au bilan de la firme. Cependant, il appert que, dans la majorité des cas, les investissements relationnels soient de nature intangible. C est le cas par exemple des ressources investies en marketing ou en publicité et du temps et des énergies déployées pour la recherche et le développement de relations d affaires. Les investissements relationnels électroniques sont caractérisés par un contexte similaire. En effet, des investissements intangibles considérables sont fréquemment requis lors de l implantation de systèmes de commerce électronique, notamment en matière de réingénierie des processus d affaires, de paramétrisation de progiciels, de formation du personnel, etc. Gormley et al. (1998) et Willis et al. (2001) rapportent que, lors de l implantation de systèmes d information, seulement 20 % des coûts sont généralement associés à l achat du matériel informatique et de progiciels, la différence étant reliée à des investissements de nature intangible. Les normes comptables demeurent très restrictives quant à la reconnaissance des actifs intangibles au sein des états financiers. En fait, un actif intangible n est reconnu par les normes 6

7 comptables que i ) s il est identifiable et mesurable spécifiquement, ii) s il est reconnu et protégé légalement, iii) s il est sujet à la propriété privée et légalement transférable, iv) si le flux d avantages futurs attribués à l actif intangible bénéficie directement à celui qui le détient, v) s il possède une valeur au marché à l extérieur de l entité qui le contrôle ou le possède, vi) s il peut être défini en fonction d un cycle de vie spécifique, i.e. il doit être possible d établir le moment de la création ainsi que l estompement de l actif intangible avec précision (ICCA, chapitre 3060). Lorsque les investissements associés au développement d actifs intangibles ne satisfont pas aux critères mentionnés ci-dessus, les PCGR exigent que ces coûts soient considérés comme des charges et affectés à l état des résultats durant la période où ces dépenses ont été engagées. Par conséquent, compte tenu de l incertitude entourant la réalisation des avantages économiques futurs liés aux investissements relationnels de nature intangible, les principes comptables ne permettent pas d en capitaliser la très grande majorité. Ainsi, sauf exception (e.g., les frais de développement logiciel après le stade de faisabilité technique), toutes les ressources intangibles investies au sein des relations d affaires doivent être imputées à la dépense au cours de la période durant laquelle les dépenses ont été encourues. Le seul élément d actif intangible de nature relationnelle véritablement reconnu au sein des états financiers s avère l achalandage. En théorie, le concept d achalandage est destiné à représenter la valeur des relations d affaires entretenues entre l entité et ses clients fidèles (Hudges, 1984). Cependant, en pratique, les normes comptables ne reconnaissent que l achalandage issu de l acquisition d une autre société. Ainsi, les PCGR ne permettent pas de capitaliser l achalandage autogénéré par l organisation (IASC, chapitre 38.36). L achalandage n apparaît donc au bilan qu après l acquisition d une autre firme et représente la différence entre le montant de l acquisition et la valeur marchande de l actif net de la société acquise (ICCA, chapitre ). Or, comme le souligne Sundrarajna (1995), en le mesurant comme un différentiel entre le coût des actifs et la valeur payée par l acquéreur, l achalandage représente non seulement la valeur du fond de commerce de la firme acquise, mais également l ensemble des actifs intangibles non reconnus au sein des états financiers de cette firme. Des modifications récentes ont été apportées aux dispositions concernant le traitement de l achalandage tant au Canada 1 qu aux États-unis 2. Cependant, ces changements ne modifient en rien la position des PCGR relativement à l achalandage autogénéré Le Capital Relationnel Compte tenu de l importance des activités intensives en savoir (Drucker, 1993; Howitt, 1996; Romer, 1986; Thurow, 2000), divers auteurs suggèrent qu une portion significative du profit des firmes post-industrialisées n est plus générée grâce à des facteurs de production tangibles, mais à l aide du capital intangible et intellectuel de ces firmes (Lev, 2001; Sullivan, 2000; Sveiby, 1997). Une majorité de ces actifs intangibles n étant pas reconnus par les PCGR, un nombre croissant d auteurs suggèrent que le bilan financier des organisations constitue une 1 2 ICCA, Chapitre 1581 et 3062 FASB, Statement No. 141 (Accounting for Business Combination) et FASB, Statement No. 142 (Accounting for Goodwill and Intangible Assets). 7

8 représentation de moins en moins adéquate de la capacité des firmes à générer des avantages économiques futurs (Amir, Lev et Sougiannis, 2000; Chang, 1998; Lev et Zarowin, 1998). C est le cas des investissements relationnels intangibles qui, comme nous l avons vu à la section précédente, sont majoritairement imputés à la dépense. Au cours des dernières années, la notion de capital relationnel a soulevé un intérêt sans cesse grandissant autant dans la littérature managériale (e.g., Anderson 1995; Dyer, 1996; Ford et McDowell, 1998; Jap, 2001; Jap et Weitz, 1996;), que financière (e.g., Amir et Lev, 1996; Ittner et Larcker, 1999; Lev, 2001) ou professionnelle (e.g., Kothari et Libert, 2001; Tapscott et al., 2000; Sawhney et al., 2001). Ce concept désignerait le segment de la valeur d une firme attribuable à la valeur des relations qu elle entretient avec l ensemble de ses partenaires d affaires (Hogan, 2001). De plus, contrairement à la théorie comptable qui ne prend en compte que la valeur intangible des relations avec les clients, la littérature sur les intangibles distingue généralement le capital relationnel lié aux relations avec les fournisseurs (capital relationnel en amont) du capital relationnel lié aux relations avec les clients (capital relationnel en aval) (Canibano et al, 1999; Edvinsson, 1997; Ghoshal et Nahapiet, 1998; Roos et al., 1997, 1999). De plus en plus de données empiriques semblent suggérer une reconnaissance croissante du capital relationnel par les marchés financiers. D une part, des auteurs comme Amir et Lev (1996), Barth et al. (1998), Black, Carnes et Richardson (1999), Ittner et Larcker (1999) et Seethamraju (2000) suggèrent tous un certain nombre de liens entre des indicateurs de la valeur du capital relationnel (e.g., la satisfaction de la clientèle, le coût d acquisition de clients, la valeur estimée des marques de commerce et la réputation de la firme) et la valeur boursière de firmes publiques. D autre part, Subrani et Walden (2001) mettent en évidence que l annonce de projets de commerce électronique semble mener à un rendement anormal pour les actionnaires de ces compagnies. Prises conjointement, ces études semblent indiquer que les marchés financiers tendent à prendre en considération certaines informations non financières pour évaluer la portion de la valeur des firmes attribuable à la valeur de leurs relations d affaires. Or, les investisseurs ont très peu d information et d outils à leur disposition pour évaluer le capital relationnel des firmes (Gelb, 2002). D abord, peu d informations publiques sont accessibles quant aux investissements relationnels et, outre les notes aux états financiers concernant les informations sectorielles (ICCA, chapitre 1701), il n existe pas d obligation de divulgation relativement à ces investissements intangibles. Ensuite, aucune étude empirique ne s est attardée jusqu à présent à identifier les facteurs qui influencent la magnitude du capital relationnel d une firme. De surcroît, il n est pas clair que toutes les formes d investissement relationnel (e.g., électronique et non électronique) mènent au même niveau de capital relationnel et que la contribution de ces différents antécédents soit modérée par les mêmes facteurs. La prochaine section vise à présenter un modèle de recherche ayant comme objectif de mettre en lumière les facteurs influençant la génération du capital relationnel afin que cette notion puisse être évaluée avec plus de précision par les investisseurs. 3. La génération du capital relationnel Afin de développer une meilleure compréhension de la notion de capital relationnel et de préciser la relation qui unit l investissement relationnel à ce concept, le présent papier propose le modèle de recherche ci-dessous (Figure 1). La figure illustre la thèse selon laquelle 8

9 l investissement relationnel mène à la génération de capital relationnel, et que cette relation est modérée par différents facteurs liés au portefeuille de relations d affaires de la firme. Le cadre conceptuel se partage en deux parties : dans la partie supérieure, le modèle illustrant la génération du capital relationnel en amont et dans la partie inférieure, le modèle traitant de la génération du capital relationnel en aval. Par ailleurs, notons que le modèle distingue les investissements relationnels électroniques des investissements non électroniques réalisés tant au niveau des relations d affaires en amont que des relations d affaires en aval. Enfin, au centre des deux modèles se retrouve le bloc de variables correspondant aux facteurs modérateurs. Nous nous attarderons sur l effet modérateur de quatre facteurs importants de la littérature sur les relations interorganisationnelles : la durée moyenne des relations d affaires, le niveau de pouvoir que la firme exerce sur les liens d affaires qu elle entretient avec ses partenaires, le niveau de collaboration entre la firme et ses partenaires et le niveau de rendement croissant prévalant au sein du portefeuille de relations d affaires. Les prochaines sous-sections développent les justifications théoriques sous-jacentes aux différentes propositions de recherche contenues dans le modèle de recherche de la figure 1. Figure 1. Modèle de recherche proposé Investissements relationnels non électroniques en amont P1a P4a P5a P6a Facteurs relationnels en amont P3a Durée des relations d affaires en amont Pouvoir de négociation en amont Niveau de collaboration en amont Rendement croissant en amont Valeur du capital relationnel en amont Investissements relationnels électroniques en amont P2a Investissements relationnels non électroniques en aval P1b Facteurs relationnels en aval P3b Durée des relations d affaires en aval P4b P5b P6b Pouvoir de négociation en aval Niveau de collaboration en aval Rendement croissant en aval Valeur du capital relationnel en aval Investissements relationnels électroniques en aval P2b 9

10 3.1 La relation entre l investissement relationnel et le capital relationnel Il existe plusieurs écoles de pensée quant aux motivations des firmes à s engager au sein de relations d affaires. L école des coûts de transaction illustre cet avantage sous la forme d un coût inférieur (Coase, 1937; Williamson, 1975, 1985). L approche sociale considère qu une relation dégage des avantages de nature interpersonnelle, tels que la confiance ou la fidélité, qui doivent également être escomptés dans les bénéfices que les parties retirent de cette relation (Anderson et Narus, 1984; Granovetter, 1985). La théorie des ressources pointe vers l avantage concurrentiel difficilement imitable créé par la synergie des compétences et ressources uniques des parties impliquées dans la relation (Barney, 1991; Hamel et Prahalad, 1994). La théorie des choix stratégiques met en lumière le fait qu une relation d affaires peut permettre d atteindre un avantage stratégique calculé sur un marché (Harringan, 1988; Porter, 1985). L école de l apprentissage interorganisationnel met de l avant l avantage que la firme retire d une relation en matière de connaissances et de savoir-faire (Gulati., 1998; Powell. 1990; Von Hipple, 1988). Enfin, l école institutionnelle décrit l avantage en terme de la légitimité qu une firme obtient en établissant un lien avec des partenaires ayant une réputation enviable sur le marché (Barringer et al., 2000; Dimaggio et Powell, 1983). Malgré les divergences de visions entre ces différentes écoles de pensée, il n en reste pas moins qu un thème commun émerge de ce débat conceptuel. En effet, toutes ces approches convergent vers le fait que les organisations initient et maintiennent des relations d affaires pour l avantage futur que ce lien est en mesure de procurer. Or, cet avantage économique futur pourrait être envisagé sous la forme d un capital intangible. En effet, tout au cours de son cycle de vie, la relation d affaires constitue une source de flux de bénéfices potentiels. Ces flux de bénéfices futurs, une fois actualisés et escomptés en fonction du risque, représenteraient la valeur de l actif intangible issu du lien interorganisationnel, i.e. la valeur du capital relationnel (Hogan, 2001). Évidemment, le potentiel de chaque relation d affaires est très variable. Par surcroît, il est fréquent de constater qu un nombre limité de clients et de fournisseurs représentent une proportion dominante des activités d une firme et produisent un effet significatif sur la performance de la firme (Hakansson et al., 1995, 1989 ). Par conséquent, chaque relation d affaires n apporte pas à la firme le même niveau de capital relationnel (Ford et McDowell, 1999; Sawhney et al., 2001). C est pourquoi le capital relationnel d une firme doit être envisagé sous la forme d un portefeuille d actifs intangibles relationnels. La firme détiendrait ainsi un portefeuille de relations d affaires ayant toutes une valeur spécifique mais qui, prises en commun, correspondraient à la valeur du capital relationnel de la firme. Plusieurs études démontrent un lien entre l investissement relationnel et l avantage issu d une relation d affaires. Par exemple, Harrigan (1986) suggère que la combinaison des efforts et des investissements relationnels par les parties mène à la création d avantages uniques. De plus, sur la base de 220 relations entre 4 firmes du «Fortune 50» et de leurs fournisseurs, Jap (1999) conclut que la performance des parties et la création d avantages compétitifs relationnels sont liées, en outre, aux efforts conjoints et aux investissements relationnels. Dyer (1996) suggère pour sa part une relation positive entre le niveau d investissements relationnels et la performance 10

11 d un manufacturier d automobiles et d un échantillon de ses sous-traitants. Ce gain d efficience contribue à accroître les bénéfices anticipés d une relation et devrait être associé à une valeur plus importante de capital relationnel. À la lumière de la littérature décrite précédemment, il est possible de postuler que l investissement relationnel, tant électronique que non électronique, qu une firme réalise au sein de son portefeuille de relations d affaires mène à la création du capital relationnel de la firme. Nous posons donc les propositions suivantes : Propositions 1 a et b : Il existe une relation positive entre les investissements relationnels non électroniques et la valeur du capital relationnel, et ce tant en amont qu en aval. Propositions 2 a et b : Il existe une relation positive entre les investissements relationnels électroniques et la valeur du capital relationnel, et ce tant en amont qu en aval. 3.2 L effet modérateur de certains facteurs liés au portefeuille de relations d affaires Il est aisé de concevoir que la force et la forme de la relation positive entre l investissement et le capital relationnel ne soient pas toujours la même. En effet, certaines firmes parviendront à générer plus de capital relationnel que leurs pairs avec des niveaux similaires d investissements au sein de leur portefeuille de relations d affaires. Les prochaines sous-sections argumentent que ces variations de rendement sont attribuables à différents facteurs liés au portefeuille de relations d affaires. Dans le cadre de ce papier nous nous attarderons à quatre de ces facteurs : la durée moyenne des relations d affaires, le niveau de pouvoir que la firme exerce au sein de son portefeuille de relations d affaires, le niveau de collaboration entre la firme et ses partenaires et le niveau de rendement croissant prévalant au sein du portefeuille de relations. Ainsi, nous posons différentes propositions à l effet que ces facteurs modèrent la relation entre l investissement et le capital relationnel. Par ailleurs, nous mettrons en évidence les circonstances au sein desquelles les contributions de l investissement relationnel électronique et non électronique à la valeur du capital relationnel ne seraient pas modérées de façon similaire Durée de la relation. L expression «durée de la relation» désigne la période moyenne au cours de laquelle une firme entretient des liens d affaires avec son portefeuille de partenaires. La durée moyenne des relations d affaires d une firme devrait affecter positivement la relation entre l investissement et la valeur du capital relationnel étant donné que la durée d une relation est associée empiriquement à la performance à long terme des partenaires. À cet égard, Trevelen (1987) soutient qu en raison du degré d incertitude plus faible des relations à long terme, de telles relations permettent une planification et une gestion opérationnelle plus efficiente (par exemple, la gestion conjointe des inventaires). Au sein d une relation à long terme, le fournisseur développe des habilités pour sécuriser et accroître ses revenus, tandis que le client apprend à gérer plus efficacement son approvisionnement (Day, 2000; Kotler et Armstrong, 1991; Weitz et al., 1992). La durée de la relation mènerait également à un meilleur rendement de l investissement relationnel. En effet, étant donné que la majorité des investissements relationnels sont des frais fixes, la durée de la relation permet d amortir sur une plus longue période ces investissements (Dyer et Singh, 1998). Cependant, il importe de noter que certains auteurs soutiennent que la durée d une relation peut mener à un manque de flexibilité entre les 11

12 partenaires. A cet égard, Sakai (1990) et Hiroyuki (1997) rapportent le cas de certains Keiretsu japonais où les relations à long terme ont mené à une réduction de la productivité des firmes. Malgré les risques liés au manque de flexibilité des relations à long terme, nous posons les propositions suivantes : Propositions 3 a et b : La durée des relations entre la firme et ses partenaires d affaires modère positivement la relation entre les investissements relationnels (non électroniques et électroniques) et la valeur du capital relationnel, et ce tant en amont qu en aval. Aucun indice ne porte à croire que cet effet modérateur sera significativement différent entre les investissements électroniques et non électroniques Pouvoir de négociation. Le détenteur du pouvoir au sein d une relation d affaires devrait retirer un retour supérieur à la normale sur les investissements réalisés au sein des relations qu il domine, et ces relations devraient avoir une valeur relationnelle plus importante. En effet, le pouvoir se manifeste au sein d une relation d affaires par la capacité d une des parties à influencer son partenaire. Ainsi, le détenteur du pouvoir est en mesure de modeler les conditions d échange en sa faveur et de dégager un rendement supérieur à la normale au sein du lien d affaires qu il domine (Stern et Reve, 1980; Stern et El-Ansary, 1998; Watson, 2001). De plus, la maîtrise du pouvoir permet à son détenteur de réduire à son avantage les comportements opportunistes de ses partenaires (Lonsdale, 2001; Williamson, 1975). Le pouvoir procure également la capacité d amener un partenaire à investir davantage au sein de la relation, ce qui peut contribuer à réduire l investissement requis par le détenteur du pouvoir (Jap et Ganesan, 2000; Klein, Crawford et Alchian, 1978). Compte tenu du fait que la maîtrise du pouvoir semble permettre à une firme d influencer le partage des avantages économiques futurs d une relation en sa faveur, nous posons les propositions suivantes : Propositions 4 a et b : Le niveau de pouvoir de négociation d un firme au sein des relations avec ses partenaires d affaires modère positivement la relation entre les investissements relationnels (non électroniques et électroniques) et la valeur du capital relationnel, et ce tant en amont qu en aval. Cependant, aucune indication ne porte à croire que l investissement relationnel électronique et non électronique sera modéré différemment par le niveau de pouvoir prévalant au sein du portefeuille de relation d affaires Collaboration entre les partenaires d affaires. L investissement dans un portefeuille caractérisé par un degré de collaboration élevé devrait mener à la génération d un niveau plus important de capital relationnel. En effet, de nombreuses études empiriques associent la collaboration interorganisationnelle à la performance de la relation. Par exemple, certaines études indiquent que la collaboration au sein d une relation d affaires génère des bénéfices économiques indéniables, tels que la réduction des coûts d acquisition et l amélioration de la rotation des inventaires, et ce, sans sacrifier la croissance des ventes (Kalwani et Narayandas, 1995; Noordewier et al., 1990). D autres auteurs soutiennent que le niveau de collaboration entre 12

13 les partenaires d affaires influence non seulement la performance d une relation, mais se répercute également sur la performance de la chaîne d approvisionnement dans son ensemble (Corbett et al., 1999; Jap, 1999; Sydow et al., 1998). Jap et Weitz (1996) rapportent qu une collaboration réussie mène à des profits conjoints supérieurs et à une création de synergie difficile à imiter. De plus, plusieurs études reposant sur de larges échantillons démontrent le gain de performance de firmes évoluant au sein de relations collaboratives (Hagedoorn et Schakenraad, 1994; Mitchell et Singh, 1996). En somme, la collaboration entre les partenaires mène à une synergie qui procure des rendements supérieurs à la normale, et donc un flux de bénéfices futurs plus important pour chacune des parties impliquées. Ainsi, puisque la collaboration semble mener à une performance supérieure au sein des relations d affaires et à la création d avantages compétitifs interorganisationnels, nous posons la proposition selon laquelle un investissement relationnel réalisé dans le contexte d un lien d affaires collaboratif devrait générer un niveau supérieur de bénéfices futurs, et donc un capital relationnel plus important. En d autres termes, Propositions 5 a et b : Le niveau de collaboration de la firme avec ses partenaires d affaires modère positivement la relation entre les investissements relationnels (non électroniques et électroniques) et la valeur du capital relationnel, et ce tant en amont qu en aval. Rien n indique que la contribution des investissements relationnels électroniques et non électroniques à la valeur du capital relationnel seront modérés différemment en fonction du niveau de collaboration au sein du portefeuille de relations d affaires Le niveau de rendement croissant. L expression «rendement croissant» signifie que les bénéfices marginaux d un bien ou d une activité croissent avec la quantité totale produite ou consommée de ce produit (Arthur, 1996; Van den Ende et Wijnberg, 2001). Un tel phénomène est caractéristique d un produit nécessitant un investissement initial important, mais bénéficiant d un coût marginal faible ou nul. Dans le cadre de cette section, nous allons argumenter que les relations d affaires caractérisées par des phénomènes de rendement croissant détiennent le potentiel de générer des bénéfices futurs supérieurs à la normale. Ce potentiel de rendement croissant devrait modérer positivement la relation entre l investissement relationnel et la valeur du capital relationnel. Nous avons souligné précédemment qu une grande majorité des investissements relationnels sont des frais fixes qui ne varient pas avec le nombre d unités vendues (Lohtia et al., 1994). En effet, le coût d acquisition d un nouveau client, le coût requis pour s aligner avec lui, ainsi que le coût de maintenir la relation sont la plupart du temps indépendants du volume des ventes. Ainsi, il est aisé d envisager que moins un portefeuille de relations ne nécessite d investissements relationnels marginaux afin de maintenir les liens d affaires, plus l investissement relationnel initial bénéficiera d un rendement croissant important. Par ailleurs, le potentiel de rendement croissant est également influencé par la spécificité des investissements relationnels. Un investissement est considéré «spécifique» s il est idiosyncrasique à une relation en particulier et revêt une faible valeur à l extérieur de cette relation (Lohtia et al., 1994; Williamson, 1985). De plus, un investissement spécifique est 13

14 souvent irrécupérable lorsque la relation d affaires prend fin (Cannon et Perrault, 1999). Un investissement relationnel non spécifique et réutilisable à la fin d une relation d affaires devrait permettre de bénéficier d un certain niveau de rendement croissant. Le rendement croissant de l investissement relationnel devrait être d autant plus important lorsque le coût marginal d acquisition d un partenaire d affaires supplémentaire est nul ou très faible, i.e., lorsqu un même investissement relationnel permet de développer une relation d affaires avec plus d un client à la fois. Les investissements relationnels en commerce électronique sont particulièrement susceptibles de bénéficier d un tel phénomène de rendement croissant. En effet, lorsqu une firme investit pour commercer électroniquement avec ses partenaires d affaires, elle encourt des frais fixes d acquisition des logiciels et des équipements requis, en plus de certains frais d installation. En dehors de certains frais de maintenance périodiques, l utilisation du système de commerce électronique par les partenaires de la firme ne devrait pas occasionner d importants investissements relationnels supplémentaires. Ainsi, le coût marginal associé à la création d un lien d affaires électronique avec un client supplémentaire est généralement négligeable (Bakos et Brynjolfsson, 2000). De surcroît, l utilisation de places d affaires de commerce électronique pour établir des liens d affaires est également une source de rendement croissant. Une place d affaires de commerce électronique est un intermédiaire de marché agissant comme un agora virtuel où vendeurs et acheteurs établissent des liens d affaires (Bakos, 1991, 1998). Bakos (1997) et Benjamin et Wigand (1995) argumentent sur le fait que l utilisation de places d affaires de commerce électronique peut être considérablement avantageuse du point de vue des investissements relationnels. En effet, plutôt que d investir dans le développement d une relation avec chaque partenaire, la firme n a besoin d investir qu une seule fois pour s aligner avec la place d affaires, et ainsi avoir accès à l ensemble des membres de la plate-forme. Par conséquent, la présence d un phénomène de rendement croissant devrait modérer positivement la génération du capital relationnel. De plus, compte tenu de la nature des investissements électroniques, il est aisé d envisager que l effet modérateur du rendement croissant sur la relation entre l investissement et le capital relationnel sera plus important pour les investissements électroniques que non électroniques. Il convient donc de présenter les propositions suivantes : Proposition 6 a et b: Un effet de rendement croissant modère positivement la relation entre les investissements relationnels (non électroniques et électroniques) et la valeur du capital relationnel, et ce tant en amont qu en aval. De plus, l effet modérateur sera significativement plus important sur la relation qui unit l investissement relationnel électronique et le capital relationnel. 4. Conclusion Le domaine de la comptabilité traverse en ce début de siècle une période de remise en question profonde de ses pratiques. Le présent modèle de recherche vise à offrir des pistes de 14

15 réflexion quant au débat actuel sur la divulgation obligatoire, par les compagnies publiques, d informations non financières relatives aux actifs de nature intangible. Tout au cours de cet article, différentes justifications théoriques ont été mises de l avant pour supporter la thèse selon laquelle l investissement relationnel mène à la génération de capital relationnel, et que cette relation est modérée par différents facteurs liés au portefeuille de relations d affaires de la firme. Plus spécifiquement, notre attention s est portée sur quatre facteurs modérateurs tirés de la littérature sur les relations interorganisationnelles : la durée moyenne des relations d affaires, le niveau de pouvoir que la firme exerce sur les liens d affaires qu elle entretient avec ses partenaires, le niveau de collaboration entre la firme et ses partenaires et le niveau de rendement croissant prévalant au sein du portefeuille de relations d affaires. La prochaine phase de cette avenue de recherche consiste à valider empiriquement le modèle de recherche proposé dans cet article. Un projet de recherche est actuellement en cours afin de recueillir les données empiriques nécessaires à cette seconde phase. 15

16 Bibliographie Amir, E. et Lev, B., Value Relevance of Nonfinancial Information: The Wireless Communication Industry, Journal of Accounting and Economics, 22, 1996, Amit, R. et Schoemaker, P., Strategic Assets and Organization Rent, Strategic Management Journal, 14, 1993, Anderson, J.C. et Narus, A., A Model of the Distributor s Perspective of Distributor- Manufacturer Working Relationships, Journal of Marketing, 48 (Fall), 1984, Anderson, J.C. Relationship in Business Market: Exchange Episodes, Value Creation, and Their Empirical Assessment, Journal of the Academy of Marketing Science, 23, 1995, Anderson, J.C. et Narus, J.A., A Model of Distributor Firm and Manufacturer Firm Working Partnerships, Journal of Marketing Research, 54 (January), 1990, Arthur, W.B., Increasing Returns and the New World of Business, Harvard Business Review, 74 (4), 1996, Bakos, J.Y., A Strategic Analysis of Electronic Marketplaces, MIS Quarterly, 15(3), 1991, Bakos, J.Y., Reducing Buyer Search Costs: Implications for Electronic Marketplaces, Management Science, 43 (12), 1997, Bakos, J.Y., The Emerging Role of Electronic Marketplaces on the Internet, Communications of the ACM, 48 (8), 1998, Barney, J. B., Firm Resources and Sustained Competitive Advantage, Journal of Management, 17, 1991, Barringer, B.R. et Harrison, J.S., Walking a Tight Rope: Creating Value Through Interorganizational Relationships, Journal of Management, 26 (3), 2000, Barth, M., Clement, M.B., Foster, G., Kasznik, R., Brand Values and Capital Market Valuation, Review of Accounting Studies, 3 (1-2), 1998, Benjamin, R. et Wigand, R., Electronic Markets and Virtual Value Chains on the Information Superhighway, Sloan Management Review, 36 (2), 1995, Black, E., Carnes, T. et Richardson, V., The market valuation of firm reputation, Working Paper, Department of Accounting, University of Arkansas, Canibano, L., Garcia-Ayuso, M. et Sanchez, M.P., The Value Relevance and Managerial Implications of Intangibles: A Literature Review, International Symposium Measuring and Reporting Intellectual Capital: Experience, Issues and Prospects, Amsterdam, Cannon, J.P. et Perreault, W.D., Buyer-Seller Relationship in Business Markets, Journal of Marketing Research, 26, November, 1999,

17 Chang, J., The Decline in Value Relavance of Earnings and Book Values, Working Paper, Harvard University, School of Business, Chang, K., Jackson, J. et Grover, V., E-Commerce and Corporate Strategy: an Executive Perspective, Information & Management, (à paraître). Coase, R.H., The Nature of The Firm, Economica, 4, 1937, Corbett, C.J., Blackburn, J.D. et Wassenhove, L.N.V., Partnerships to Improve Supply Chains, Sloan Management Review, Summer, 1999, Cox, A., Understanding Buyer and Supplier Power: a Framework for Procurement and Supply Competence, Journal of Supply Chain Management, 37 (2), 2001a, 8-16 Cox, A., Managing with Power: Strategies for Improving Value Appropriation from Supply Relationships, Journal of Supply Chain Management, Printemps, 2001b, Day, G.S., Managing Market Relationships, Journal of the Academy of Marketing Science, 28 (1), 2000, Dimaggio, P. et Powell, W. The Iron Cage Revisited: Institutional Isomorphism and Collective Rationality in Organizational Fields, American Sociological Review, 48, 1983, Drucker, P.F. The Next Society : A Survey of the Near Future, The Economist, 261 (8246), 2001, Dyer, J.H., Specialized Supplier Network as a Source of Competitive Advantage: Evidence From the Auto Industry, Strategic Management Journal, 17 (4), 1996, Dyer, J.F. et Singh, H., The Relational View: Cooperative Strategy and Sources of Interoganizational Advantage, Academy of Management Review, 23 (4), 1998, Ebers, M. et Jarillo, J.C. The Construction, Forms, and Consequences of Industry Networks, International Studies of Management Organization, 27, 1998, Edvinsson, L., Developing Intellectual Capital at Skandia, Long Range Planning, 30 (3), 1997, FASB (Financial Accounting Standards Board), APB Opinion 17: Intangible Assets, New York, NY : American Institute of Certified Public Accountants, FASB (Financial Accounting Standards Board), Statement no. 141: Accounting for Business Combinations, New York, NY: American Institute of Certified Public Accountants, FASB (Financial Accounting Standards Board), Statement no. 142: Accounting for Goodwill and Intangible Assets,, New York, NY : American Institute of Certified Public Accountants, Ford, D., Dadde, L.-E., Hakansson, H., Lundgren, A., Snehota, I., Turnbull, P. et Wilson, D. Managing Business Relationship, New York, NY: John Willey,

18 Ford, D. et McDowell, R., Managing Business Relationships by Analyzing the Effects and Value of Different Actions, Industrial Marketing Management, 28, (5), 1999, GELB, D.S., Intangible Assets and Firms' Disclosures: an Empirical Investigation, Journal of Business Finance & Accounting, 29 (3-4), 2002, Ghoshal, S. et Nahapiet, J., Social Capital, Intellectual Capital and the Organizational Advantage, Academy of Management Review, 23 (2), 1998, Granovetter, M., Economic Action and Social Structure: The Problem of Embeddedness, American Journal of Sociology, 91, 1985, Gulati, R., Alliances and Networks, Strategic Management Journal, 19, 1998, Gulati, R. et Garino, J., Get the Right Mix of Bricks & Clicks, Harvard Business Review, 78 (3), 2000, Gormley, J., The Runaway Costs of Packaged Applications, Forrester Report, 3 (5), 1998, Hagedoorn, J. et Schakenraad, B., The Effect of Strategic Technology Alliance on Company Performance, Strategic Management Journal, 15, 1994, Hakansson, H. et Snehota, I., No Business is an Island: The Network Concept of Business Strategy, Scandinavian Journal of Management, 5 (3), 1989, Hakansson, H. et Snehota, I., Developing Relationship in Business Network, New York, NY: Routledge & Kagan Paul, Hall, R., A Framework Linking Intangible Resources and Capabilities to Sustainable Competitive Advantage, Strategic Management Journal, 14, 1993, Hamel, G. et Prahalad, C.K., Competing for the Future, Boston, MA: Harvard Business School Press, Harrigan, K.R., Managing for Joint Ventures Success, Lexinton, MA: Lexington Books, Harrigan, K.R., Joint Venture and Competitive Strategy, Strategic Management Journal, 9, 1998, Heide, J.B. et John, G., The Role of Dependence Balancing in Safeguarding Transaction- Specific Assets in Conventional Channels, Journal of Marketing, January, 1988, Hiroyuki, T., Success as the Source of Failure? Competition and Cooperation in the Japanese Economy, Sloan Management Review, 38 (2), 1997, Hogan, J.E., Expected Relationship Value: A Construct, a Methodology for Measurement and a Modeling Technique, Industrial Marketing Management, 30, 2001, Howitt, P., Implications of knowledge-based growth for micro-economic policies, Calgary, AB: University of Calgary Press,

19 Hudges, H.P., Goodwill in Accounting : A History of the Issues and Problems, Research monograph, College of Business Administration, Georgia State University, Atlanta, IASC, International Accounting Standards 38: Intangible Assets, London, UK : International Accounting Standards Committee, ICCA, Manuel de l ICCA, Toronto, ON : Institut Canadien des Comptables Agréés, Ittner, C.D. et Larcker, D.F., Are Nonfinancial Measures Leading Indicators of Financial Performance? An Analysis of Customer Satisfaction, Journal of Accounting Research, 36, 1999, Jackson, B.B., Winning and Keeping Industrial Customers: The Dynamic of Customer Relationships, Lexington, MA: Lexington Books, Jap, S.D., Pie-Expansion Effort: Collaboration Processes in Buyer-Supplier Relationships, Journal of Marketing Research, Novembre, 1999, Jap, S.D., Perspective on Joint Competitive Advantages in Buyer-Supplier Relationship, International Journal of Research in Marketing, 18 (1-2), 2001, Jap, S.D. et Weitz, B.A., Achieving Strategic Advantages in Buyer-Supplier Relationships, Working Paper No , Cambridge, MA: Marketing Science Institute, Kalwani, M. et Narayandas, N., Long-Term Manufacturer-Supplier Relationships: Do They Pay Off for Supplier Firms?, Journal of Marketing, 59, 1995, Klein, B., Crawford, R.A. et Alchian A.A., Vertical Integration, Appropriable Rents, and the Competitive Contracting Process, Journal of Law and Economics, 21, 1978, Kothari, S.P. et Libert, B., Value of Investment in Intangibles, Working Paper, MIT Sloan Management, Cambridge, Kotler, P. et Armstrong, G., Principles of Marketing, 5 th edition, Englewood, NJ: Prentice-Hall, Lev, B. et Zarowin, P., The Boundaries of Financial Reporting and How to Extend Them, Journal of Accounting Research, 37, 1999, Lev, B., Intangibles: Management, Measurement and Reporting, Washington: Brookings Institution, Lev, B., The Reform of Corporate Reporting and Auditing, Témoignage devant le Comité de l énergie et du commerce de la Chambre des représentants, Février, Washington, Lohtia, R. et Krapfel, R.E., The Impact of Transaction-Specific Investments on Buyer-Seller Relationships, Journal of Business & Industrial Marketing, 9 (1), 1994, Lonsdale, C., Locked-In to Supplier Dominance: On the Dangers of Asset Specificity for the Outsourcing Decision, Journal of Supply Chain Management, Spring, 2001,

20 Madhok, A. et Tallman, S.B., Resources, Transactions and Rents: Managing Value Through Interfirm Collaboration Relationships, Organization Science, 9 (3), 1998, Mitchell, W. et Singh, K. Survival of Business Using Collaboration Relationships to Commercialize Complex Goods, Strategic Management Journal, 17 (3), 1996, Morgan, R.M., Hunt, S.D., The Commitment and Trust Theory in Relationship Marketing, Journal of Marketing, 58 (3), 1994, Morgan, R.M. et Hunt, S., Relationship-Based Competitive Advantage: The Role of Relationship Marketing in Marketing Strategy, Journal of Business Research, 46 (3), 1999, Noordewier, T.G. et Nevin, J.G., Performance Outcomes of Purchasing Arrangement in Industrial Buyer-Seller Vendor Relationships, Journal of Marketing, 54, 1990, Pellet, J., Reinventing Stakeholder Value, Chief Executive, December, 2001, Porter, M.E., Competition Advantage, New York, NY: Free Press, Powell, W.W., Neither Market Nor Hierarchy, Network Forms Of Organization, Research in Organizational Behavior, 12, 1990, Pulic, A. et Bornemann, M., The Physical and Intellectual Capital of Austrian Banks, Working paper, Institute for International Management University Graz, Austria, Ring, P.S., Van de Ven, A.H., Development Processes of Cooperative Interorganizational Relationships, Academy of Management Review, 19 (1), 1990, Roos, J., Roos, G. et Gragonetti, N.C. et Edvinsson, K., Intellectual Capital: Navigating the New Business Landscape, London: Macmillan Press, Roos, G., et Roos, J., Intellectual Capital, New York, NY; New York University Press, Romer, P.M., Increasing Return and Long-Run Growth, Journal of Political Economy, 94 (5), 1986, Sakai, K., The Feudal World of Japanese Manufacturing, Harvard Business Review, 68, 1990, Sawhney, M. et Parikh, D., Where Value Lives in a Networked World, Harvard Business Review, January, 2001, Sawhney, M., Zabin, J. et Tapscott, D., The Seven Steps to Nirvana: Strategic Insights into ebusiness Transformation, New York, NY: McGraw-Hill, Sethuraman, R., Anderson, J.C. et Narus, J.A., Partnership Advantage and its Determinants in Distributor and Manufacturer Working Relationship, Journal of Business Research, 17, 1988,

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 PGE 2 Fall Semester 2015 Purchasing Track Course Catalogue Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 Méthodes Outils associés au Processus Opérationnel des Achats p. 3 Gestion d un Projet Achat

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBALISATION ET TRANSFORMATION RH UNE RÉPONSE FACE À L EXIGENCE DE PERFORMANCE ET DE COMPÉTITIVITÉ La globalisation des entreprises, accélérée par

Plus en détail

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F.Adm.A., CMC Conseiller en gestion Direction de la gestion

Plus en détail

Achats et parties prenantes

Achats et parties prenantes La perspective de l acheteur L échange transactionnel L émergence de l approche relationnelle Sylvie Mantel-Lacoste 1 Sylvie Mantel-Lacoste 2 La notion d échange, elle a évolué au début des années 80-90

Plus en détail

L'impact économique total (Total Economic Impact ) de PayPal France

L'impact économique total (Total Economic Impact ) de PayPal France L'impact économique total (Total Economic Impact ) de PayPal France Sebastian Selhorst Consultant TEI Forrester Consulting 29 Mars 2011 1 2011 Forrester Research, Inc. Reproduction 2009 Prohibited Forrester

Plus en détail

L influence de la relation fournisseur sur les performances de votre entreprise

L influence de la relation fournisseur sur les performances de votre entreprise L influence de la relation fournisseur sur les performances de votre entreprise John W. Henke, Jr., Ph. D. Professeur de marketing School of Business Administration Université d Oakland Rochester, Michigan,

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT ISA 610. Utilisation des travaux des auditeurs internes

NORME INTERNATIONALE D AUDIT ISA 610. Utilisation des travaux des auditeurs internes NORME INTERNATIONALE D AUDIT ISA 610 Utilisation des travaux des auditeurs internes This International Standard on Auditing (ISA) 610, Using the Work of Internal Auditors, published by the International

Plus en détail

Programme ESC 2. Les MAJEURES du semestre d automne 2013. Septembre à décembre

Programme ESC 2. Les MAJEURES du semestre d automne 2013. Septembre à décembre Programme ESC 2 Les MAJEURES du semestre d automne 2013 Septembre à décembre Les étudiants accueillis en séjour d études à l ESC PAU choisissent un programme d études spécialisé. Chaque Majeure compte

Plus en détail

D Analyste financier et Gestionnaire de fortunes

D Analyste financier et Gestionnaire de fortunes MODULES FINAL D Analyste financier et Gestionnaire de fortunes Copyright 2014, AZEK AZEK, Feldstrasse 80, 8180 Bülach, T +41 44 872 35 35, F +41 44 872 35 32, info@azek.ch, www.azek.ch Table des matières

Plus en détail

La démarche d intelligence économique

La démarche d intelligence économique PROGRAMME D APPUI AU COMMERCE ET À L INTÉGRATION RÉGIONALE Un programme financé par l Union européenne RENFORCEMENT DE LA COMPETITIVITE DES ENTREPRISES ET INTELLIGENCE ECONOMIQUE MARINA SAUZET CONSULTANTE

Plus en détail

Les stratégies d alliance

Les stratégies d alliance Les stratégies d alliance 1 I Définitions II Enjeux stratégiques III Eléments clés d une alliance 2 I Définitions 3 LES OPTIONS D ALLIANCE Les alliés apportent des actifs: de même nature de nature différente

Plus en détail

ICH Q8, Q9 and Q10. Krishnan R. Tirunellai, Ph. D. Bureau of Pharmaceutical Sciences Therapeutic Products Directorate Health Canada December 4, 2008

ICH Q8, Q9 and Q10. Krishnan R. Tirunellai, Ph. D. Bureau of Pharmaceutical Sciences Therapeutic Products Directorate Health Canada December 4, 2008 ICH Q8, Q9 and Q10 An Opportunity to Build Quality into Product Krishnan R. Tirunellai, Ph. D. Bureau of Pharmaceutical Sciences Therapeutic Products Directorate Health Canada December 4, 2008 Sequence

Plus en détail

COMPRENDRE L ACHAT. Groupe 5 : Sarra Aissa Naomi Barragan Idriss Benlakhouy Cristina Cierco De Paula Pinheiro Sarah Dénervaud Rébecca Le Roux

COMPRENDRE L ACHAT. Groupe 5 : Sarra Aissa Naomi Barragan Idriss Benlakhouy Cristina Cierco De Paula Pinheiro Sarah Dénervaud Rébecca Le Roux COMPRENDRE L ACHAT INDUSTRIEL Groupe 5 : Sarra Aissa Naomi Barragan Idriss Benlakhouy Cristina Cierco De Paula Pinheiro Sarah Dénervaud Rébecca Le Roux Plan de la présentation Introduction La situation

Plus en détail

Gestion de l information

Gestion de l information MODELE LOGIQUE DE CONSTRUCTION DES TABLEAUX DE BORD DEMARCHES PROSPECTIVES Tableau de Bord de la Performance Point «académique» sur l alignement des objectifs opérationnels et stratégiques Les démarches

Plus en détail

Management Module 3. Le diagnostic interne

Management Module 3. Le diagnostic interne Management Module 3 Le diagnostic interne Schéma général d analyse Problèmes/opportunités Analyse interne de l organisation Ressources Compétences Existe-t-il différents segments stratégiques? Analyse

Plus en détail

DOSSIER SOLUTION CA Service Assurance Mai 2010. assurez la qualité et la disponibilité des services fournis à vos clients

DOSSIER SOLUTION CA Service Assurance Mai 2010. assurez la qualité et la disponibilité des services fournis à vos clients DOSSIER SOLUTION CA Service Assurance Mai 2010 assurez la qualité et la disponibilité des services fournis à vos clients est un portefeuille de solutions de gestion matures et intégrées, qui contribue

Plus en détail

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir?

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? étude Bird & Bird et Buy.O Group Empower your Business Relationships Edito Globalisation, démocratisation de

Plus en détail

Corporate Profile (Français)

Corporate Profile (Français) Corporate Profile (Français) Mai 2009 Corporate profile TENZING partners 2009 Page 1 Notre mission Nous accompagnons les entreprises durant leurs phases de transition: Mesurer et valider les choix stratégiques

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

RÉFLEXION STRATÉGIQUE QUANT À LA MISE EN PLACE D'UN PROJET E-BUSINESS

RÉFLEXION STRATÉGIQUE QUANT À LA MISE EN PLACE D'UN PROJET E-BUSINESS RÉFLEXION STRATÉGIQUE QUANT À LA MISE EN PLACE D'UN PROJET E-BUSINESS REMARQUES PRÉLIMINAIRES Ces questions ont un double objectif. D'une part, mieux cerner les tenants et aboutissants de votre projet

Plus en détail

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin 1 ENQUETE ENTREPRISES ET TIC 2008 : TIC ET INNOVATION : LE CAS DES PME BRETONNES Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin Ces dix dernières années, la majorité des entreprises a massivement investi

Plus en détail

Comptabilité, finance et gestion des affaires

Comptabilité, finance et gestion des affaires Comptabilité, finance et gestion des affaires LCA.AX Information : (514) 376-1620, poste 388 Programme de formation Type de sanction Attestation d études collégiales permettant de cumuler 40 unités 1/3.

Plus en détail

UE 13 Contrôle de gestion. Responsables : Henri Bouquin, Professeur Stéphanie Thiéry-Dubuisson, Maître de Conférences

UE 13 Contrôle de gestion. Responsables : Henri Bouquin, Professeur Stéphanie Thiéry-Dubuisson, Maître de Conférences UE 13 Contrôle de gestion Responsables : Henri Bouquin, Professeur Stéphanie Thiéry-Dubuisson, Maître de Conférences www.crefige.dauphine.fr polycopié de TD Ouvrage de référence : Henri BOUQUIN, Comptabilité

Plus en détail

CA Oblicore Guarantee On Demand

CA Oblicore Guarantee On Demand FICHE PRODUIT : CA Oblicore Guarantee on Demand CA Oblicore Guarantee On Demand agility made possible CA Oblicore Guarantee On Demand est une solution de SaaS (Software-as-a-Service) extensible pour la

Plus en détail

Partie I Organisations, management et systèmes d information... 1

Partie I Organisations, management et systèmes d information... 1 Liste des cas d entreprise............................................................ Liste des figures..................................................................... Liste des tableaux...................................................................

Plus en détail

Accompagner la transformation vers l excellence opérationnelle. Olivier Gatti olivier.gatti@adis-innovation.com

Accompagner la transformation vers l excellence opérationnelle. Olivier Gatti olivier.gatti@adis-innovation.com Accompagner la transformation vers l excellence opérationnelle. Olivier Gatti olivier.gatti@adis-innovation.com ADIS Innovation Partner 18 ans d activité opérationnelle dans le secteur du semi-conducteur

Plus en détail

B) METHODOLOGIE ET HYPOTHESES

B) METHODOLOGIE ET HYPOTHESES B) METHODOLOGIE ET HYPOTHESES 1.1 Méthodologie Ce mémoire contient deux méthodologies différentes. La première correspond à la revue de la littérature et a pour objectif la documentation dans des sources

Plus en détail

UNE APPROCHE PLURIDISCIPLINAIRE DU CAPITAL IMMATERIEL :

UNE APPROCHE PLURIDISCIPLINAIRE DU CAPITAL IMMATERIEL : Management international APPEL A CONTRIBUTION Printemps 2014 UNE APPROCHE PLURIDISCIPLINAIRE DU CAPITAL IMMATERIEL : VERS DE NOUVELLES PERSPECTIVES? Rédacteurs en chef invités : Corinne Bessieux-Ollier,

Plus en détail

Partie I Stratégies relationnelles et principes d organisation... 23

Partie I Stratégies relationnelles et principes d organisation... 23 Introduction......................................................................... 1 1. Définition........................................................................ 2 1.1 Le CRM comme processus

Plus en détail

E-learning L optimisation des performances des entreprises

E-learning L optimisation des performances des entreprises E-learning L optimisation des performances des entreprises 70 % des connaissances acquises sur le lieu de travail proviennent d un mode de formation informelle. Les formations en mode e-learning permettent

Plus en détail

CHARGE DE RELATION MS MDSI ATOS Consulting

CHARGE DE RELATION MS MDSI ATOS Consulting CHARGE DE RELATION MS MDSI ATOS Consulting Mathis BAKARY 11/01/2013 Sommaire I. Présentation... 3 1. Activités... 3 2. Objectifs... 4 3. Localisation en Europe... 4 4. Localisation en France... 5 II. Stratégie...

Plus en détail

DDH Pierre Casanova Chun-Chun Garbit

DDH Pierre Casanova Chun-Chun Garbit Combien vaut mon Entreprise? Pierre Casanova Chun-Chun Garbit Introduction Organisation Une structure créée fin 2004 sur Marseille, après 10 ans d expérience chez General Electric, basée sur un fort réseau

Plus en détail

CLOUD PUBLIC, PRIVÉ OU HYBRIDE : LEQUEL EST LE PLUS ADAPTÉ À VOS APPLICATIONS?

CLOUD PUBLIC, PRIVÉ OU HYBRIDE : LEQUEL EST LE PLUS ADAPTÉ À VOS APPLICATIONS? CLOUD PUBLIC, PRIVÉ OU HYBRIDE : LEQUEL EST LE PLUS ADAPTÉ À VOS APPLICATIONS? Les offres de Cloud public se sont multipliées et le Cloud privé se généralise. Désormais, toute la question est de savoir

Plus en détail

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins Qu une entreprise cherche à s adapter à son environnement et/ou à exploiter au mieux ses capacités distinctives pour développer un avantage concurrentiel, son pilotage stratégique concerne ses orientations

Plus en détail

TD n 1 de fonctionnement des organisations (introduction au cours)

TD n 1 de fonctionnement des organisations (introduction au cours) TD n 1 de fonctionnement des organisations (introduction au cours) Organisations = rassemblent de personnes qui répartit des tâches : I) Présentation de l entreprise A) Approche économique et sociale 1)

Plus en détail

Stratégie, avantage concurrentiel et compétences

Stratégie, avantage concurrentiel et compétences Histoire-Géographie Analyse économique Stratégie, avantage concurrentiel et compétences Michel Claessens Professeur de Marketing, groupe ESC Nantes Atlantique. Les firmes évoluent dans un environnement

Plus en détail

Quelques réflexions introductives sur le rôle de la confiance dans le travail collaboratif

Quelques réflexions introductives sur le rôle de la confiance dans le travail collaboratif Quelques réflexions introductives sur le rôle de la confiance dans le travail collaboratif Laurent KARSENTY CRTD-CNAM (Paris) ErgoManagement (Toulouse) www.ergomanagement.fr Plan de la présentation 1.

Plus en détail

L approche agile au-delà du développement logiciel:

L approche agile au-delà du développement logiciel: L approche agile au-delà du développement logiciel: une étude descriptive des pratiques émergentes Présentation du 16 avril 2014 Par : Marie-Michèle Lévesque Maîtrise en gestion de projet (profil recherche)

Plus en détail

C o r p o r a t i o n F i n a n c i è r e C a n a d a - V i e 2007

C o r p o r a t i o n F i n a n c i è r e C a n a d a - V i e 2007 Corporation Financière Canada-Vie 2007 RAPPORT ANNUEL APERÇU DE LA COMPAGNIE La Corporation Financière Canada-Vie (la CFCV) est établie depuis 1999. Sa principale filiale, La Compagnie d Assurance du

Plus en détail

Déclaration du Capital naturel

Déclaration du Capital naturel Déclaration du Capital naturel Une déclaration du secteur financier démontrant notre engagement au sommet de Rio +20 pour tendre vers l intégration des considérations liées au capital naturel dans les

Plus en détail

Pourquoi externaliser? Petits déjeuners des PME & Start-up

Pourquoi externaliser? Petits déjeuners des PME & Start-up www.pwc.com Petits déjeuners des PME & Start-up Robert Hinterberger Senior Manager Agenda 1. Suisse 2. et les PME 3. Les principales fonctions externalisées 4. Les avantages de l externalisation 5. Les

Plus en détail

Advisory, le conseil durable Conseil en Management. Améliorer votre performance, maîtriser vos risques, réussir vos projets de transformation*

Advisory, le conseil durable Conseil en Management. Améliorer votre performance, maîtriser vos risques, réussir vos projets de transformation* Advisory, le conseil durable Conseil en Management Améliorer votre performance, maîtriser vos risques, réussir vos projets de transformation* Une capacité unique à combiner compétences sectorielles et

Plus en détail

Analyse des coûts projetés de la plate-forme SAP HANA

Analyse des coûts projetés de la plate-forme SAP HANA Étude Total Economic Impact réalisée par Forrester Pour SAP Directrice du projet : Shaheen Parks Avril 2014 Analyse des coûts projetés de SAP HANA Économies réalisables en migrant vers SAP HANA Synthèse

Plus en détail

L intégration opérationnelle des nouveaux services dans les institutions financières 1 MARIE-PIERRE SPOONER, UQÀM

L intégration opérationnelle des nouveaux services dans les institutions financières 1 MARIE-PIERRE SPOONER, UQÀM Repenser le management des services financiers 14 mai 2010 L intégration opérationnelle des nouveaux services dans les institutions financières 1 MARIE-PIERRE SPOONER, UQÀM Introduction Le développement

Plus en détail

Qualité de l information sur la responsabilité d entreprise et le développement durable

Qualité de l information sur la responsabilité d entreprise et le développement durable Qualité de l information sur la responsabilité d entreprise et le développement durable Vérification interne et externe : exemples et bénéfices 25 novembre 2009 Institut de la Gestion Financière du Canada:

Plus en détail

ITIL v3. La clé d une gestion réussie des services informatiques

ITIL v3. La clé d une gestion réussie des services informatiques ITIL v3 La clé d une gestion réussie des services informatiques Questions : ITIL et vous Connaissez-vous : ITIL v3? ITIL v2? un peu! beaucoup! passionnément! à la folie! pas du tout! Plan général ITIL

Plus en détail

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI 3 R A LLER PL US L OI CRM et GRC, la gestion de la relation client Comment exploiter et déployer une solution de relation client dans votre entreprise? Les usages d une CRM Les fonctionnalités d une CRM

Plus en détail

Plan. Quelles sont les conditions à remplir pour une approche ebusiness? Définition. Les domaines pouvant être touchés par l ebusiness

Plan. Quelles sont les conditions à remplir pour une approche ebusiness? Définition. Les domaines pouvant être touchés par l ebusiness Plan Quelles sont les conditions à remplir pour une approche ebusiness? SPI+ 1 Définition Objectifs de Quelques prévisions : 1. L orientation stratégique 2. L orientation client 3. Renforcer l efficacité

Plus en détail

Évaluez et maximisez le prix de vente de votre entreprise. Pour un transfert à sa pleine valeur

Évaluez et maximisez le prix de vente de votre entreprise. Pour un transfert à sa pleine valeur Évaluez et maximisez le prix de vente de votre entreprise Pour un transfert à sa pleine valeur 1 Énoncé d ouverture La vente d une entreprise est un processus complexe et potentiellement rempli d embuches.

Plus en détail

master Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE

master Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE Collection master BANQUE FINANCE ASSURANCE Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Table des matières Introduction... 9 Chapitre 1 L entreprise : l investissement

Plus en détail

PLAN DE COURS ADM996B Groupe 10 Du marketing inter-organisationnel au marketing relationnel Hiver 2014

PLAN DE COURS ADM996B Groupe 10 Du marketing inter-organisationnel au marketing relationnel Hiver 2014 PLAN DE COURS ADM996B Groupe 10 Du marketing inter-organisationnel au marketing relationnel Hiver 2014 Professeur: Harold Boeck, Ph.D. Courriel : Boeck.Harold@uqam.ca Cours: jeudi 9h30 à 12h30 Salle de

Plus en détail

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE Description de programme PROMOUVOIR L AUTONOMIE ÉCONOMIQUE SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE 1125, promenade Colonel By, Ottawa (Ontario) K1S 5B6 Tél. : (613) 520-2600, poste1588 Téléc. : (613) 529-3561 Courriel

Plus en détail

GÉNÉRER DE LA VALEUR ET ATTEINDRE DES RÉSULTATS AVEC LES MANAGED SERVICES

GÉNÉRER DE LA VALEUR ET ATTEINDRE DES RÉSULTATS AVEC LES MANAGED SERVICES UN GUIDE ESSENTIEL : GÉNÉRER DE LA VALEUR ET ATTEINDRE DES RÉSULTATS AVEC LES MANAGED SERVICES Vue d ensemble Dans presque tous les secteurs des services de santé aux services financiers de l industrie

Plus en détail

RBC Assurances : une force à mon service. À l usage des conseillers

RBC Assurances : une force à mon service. À l usage des conseillers À l usage des conseillers RBC Assurances : une force à mon service > Un soutien inégalé > Des outils de vente à l avant-garde de l industrie > Une gamme complète de produits > Un nom respecté, synonyme

Plus en détail

Marketing opérationnel

Marketing opérationnel Programme MASTER Les MAJEURES du Spring Semester 2011 Les étudiants accueillis en séjour d études à l ESC PAU choisissent un programme d études spécialisé. Chaque Majeure compte 210 heures de cours. Pôle

Plus en détail

GROUPE GIROUX MÉNARD. Roger Giroux, CPA, CA Associé fondateur. Éric Laprés, CPA, CA Associé fondateur. Josée Charbonneau, CPA, CA Associée fondatrice

GROUPE GIROUX MÉNARD. Roger Giroux, CPA, CA Associé fondateur. Éric Laprés, CPA, CA Associé fondateur. Josée Charbonneau, CPA, CA Associée fondatrice GROUPE GIROUX MÉNARD Le Groupe Giroux Ménard vous offre des services en certification, en fiscalité et en financement ainsi que des services-conseils. La firme peut également vous conseiller en matière

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Dossier de candidature Introduction: Avant d entreprendre la création d une entreprise, mais également à l occasion du développement d une nouvelle activité, il est absolument conseillé d élaborer un business

Plus en détail

XI Liste des tableaux et des figures. XIII Introduction 1 Les auteurs 5

XI Liste des tableaux et des figures. XIII Introduction 1 Les auteurs 5 Liste des études de cas XI Liste des tableaux et des figures XIII Introduction 1 Les auteurs 5 Partie I Concevoir le commerce électronique 7 Chapitre 1 Émergence et tendances du commerce électronique 9

Plus en détail

BROCHURE D ENTREPRISE

BROCHURE D ENTREPRISE OCTOBRE 2015 CONTENT 1 Structure de l entreprise 2 2 Airport Consulting Vienna 2 3 Airport Design Management 3 4 Nos compétences 3 VIENNA All Rights Reserved Strictly Confidential 1 7 1 STRUCTURE DE L

Plus en détail

La Supply Chain. vers un seul objectif... la productivité. Guy ELIEN

La Supply Chain. vers un seul objectif... la productivité. Guy ELIEN La Supply Chain vers un seul objectif... la productivité Guy ELIEN juin 2007 Sommaire Le contexte... 3 le concept de «chaîne de valeur»... 3 Le concept de la Supply Chain... 5 Conclusion... 7 2 La Supply

Plus en détail

12 mai 2009. L évaluation financière et la gestion d un portefeuille de Propriété Industrielle

12 mai 2009. L évaluation financière et la gestion d un portefeuille de Propriété Industrielle 12 mai 2009 L évaluation financière et la gestion d un portefeuille de Propriété Industrielle PLAN I. Les actifs immatériels constituant le portefeuille de Propriété Industrielle II. Les opportunités associées

Plus en détail

A primer on Two-sided markets

A primer on Two-sided markets A primer on Two-sided markets 21 novembre 2014 Alexis Walckiers Autorité belge de la concurrence Ecares Université libre de Bruxelles 2 Introduction très riche programme de première année introduction

Plus en détail

CONFÉRENCE MANAGÉRIALE PAR EXCELLENCE. L'interface managériale par excellence

CONFÉRENCE MANAGÉRIALE PAR EXCELLENCE. L'interface managériale par excellence TITRE L INTERFACE DE LA CONFÉRENCE MANAGÉRIALE PAR EXCELLENCE Hugues Boisvert L. Sc. comm., HEC Montréal M. Page Sc. (Operations vierge Research), pour Stanford; insérer un graphique, un tableau ou une

Plus en détail

DES SOLUTIONS DE PLACEMENT. Portefeuilles NEI Sélect

DES SOLUTIONS DE PLACEMENT. Portefeuilles NEI Sélect DES SOLUTIONS DE PLACEMENT Portefeuilles NEI Sélect Des solutions de placement sophistiquées. Une décision de placement simple. CHEZ PLACEMENTS NEI, NOUS VIVONS DANS LE MONDE RÉEL Nous définissons le

Plus en détail

Dissertation. Introduction. I - Les relations de sous-traitance traditionnelles

Dissertation. Introduction. I - Les relations de sous-traitance traditionnelles Dissertation Introduction Les différents liens que les entreprises peuvent établir entre elles sont indispensables pour leur expansion et leur compétitivité. L organisation de tels liens est capitale et

Plus en détail

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL :

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : ANALYSE CONCURRENTIELLE ET STRATEGIE MARKETING INTERNATIONAL : L entreprise a le choix entre 3 grands types de stratégie : La standardisation

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan 1. Le diagnostic stratégique: un pré-requis à la prise de décision Définition du diagnostic stratégique = Analyse conjointe de l entreprise (ses forces / ses faiblesses)

Plus en détail

Acheter mieux que la concurrence

Acheter mieux que la concurrence Acheter mieux que la concurrence Club logistique Bordeaux 7 Juin 2012 Principes généraux Curriculum Buyer planner Acheteur groupe Responsable achats Performance économique Directeur achats Consultant Supplier

Plus en détail

Qu est-ce qu une solution d affaires intégrée (ERP)? Automne 2004 Séance 1 Pierre-Majorique Léger (pierre-majorique.leger@hec.ca) 3-715-00 Automne 2004 Séance 1, page 1 1- Qu est-ce qu une solution d affaires

Plus en détail

LE RETOUR SUR INVESTISSEMENT (ROI)

LE RETOUR SUR INVESTISSEMENT (ROI) LE RETOUR SUR INVESTISSEMENT (ROI) de La Gestion des Talents L impact de la Gestion des Talents sur l entreprise 23 % 4,6 % d augmentation d augmentation du chiffre d affaires par employé de la capitalisation

Plus en détail

Politique de sécurité de l information. Adoptée par le Conseil d administration

Politique de sécurité de l information. Adoptée par le Conseil d administration Politique de sécurité de l information Adoptée par le Conseil d administration Le 10 novembre 2011 Table des matières PRÉAMBULE 1. GÉNÉRALITÉS... 3 2. RÔLES ET RESPONSABILITÉS... 4 3. DÉFINITIONS... 8

Plus en détail

DES SOLUTIONS DE PLACEMENT

DES SOLUTIONS DE PLACEMENT DES SOLUTIONS DE PLACEMENT Des solutions de placement sophistiquées. Une décision de placement simple. CHEZ PLACEMENTS NEI, NOUS VIVONS DANS LE MONDE RÉEL Nous définissons le risque comme toute perte

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 LES INSTRUMENTS FINANCIERS DE LA POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 La Commission européenne a adopté des propositions législatives concernant la politique de cohésion 2014-2020

Plus en détail

Matrice produit/marché d Ansoff

Matrice produit/marché d Ansoff 1 Matrice produit/marché d Ansoff Le modèle en bref La matrice d Ansoff propose une manière logique de déterminer l ampleur et l orientation du développement stratégique de l entreprise sur le marché.

Plus en détail

COMPRENDRE LES PROTOCOLES D ÉVALUATION VDMD

COMPRENDRE LES PROTOCOLES D ÉVALUATION VDMD COMPRENDRE LES PROTOCOLES D ÉVALUATION VDMD Aperçu Lancé en 2004 par l Association minière du Canada, le programme Vers le développement minier durable est un système de contrôle du rendement qui aide

Plus en détail

Présentation Vinci Consulting

Présentation Vinci Consulting Présentation Vinci Consulting Practice Management et Performance Janvier 2013 Vinci Consulting 25 rue d Artois 75008 Paris www.vinci-consulting.com Vinci Consulting est un cabinet de conseil en management,

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

Les affaires électroniques au service de votre entreprise

Les affaires électroniques au service de votre entreprise Les affaires électroniques au service de votre entreprise En quoi consistent les affaires électroniques? Lorsqu on évoque la notion d affaires électroniques, on pense souvent aux sites Web, qu ils soient

Plus en détail

de la formation en milieu de travail :

de la formation en milieu de travail : L évaluation du retour sur investissement de la formation en milieu de travail : indicateurs et méthodes Yves Chochard, Ph. D. Professeur à la Faculté des Sciences de l Education L évaluation du retour

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

Course List for Exchange Students PGE Program 2014-2015

Course List for Exchange Students PGE Program 2014-2015 Course List for Exchange Students PGE Program 2014-2015 Course code Course title Semester Credit Language EM145M42 Advance Seminar of Cases in Finance 1 3 en EM1F4M52B1 Basics in Financial Analysis 1 3

Plus en détail

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales

Première partie. Maîtriser les pratiques d achat fondamentales Introduction! Dans un contexte de mondialisation croissante des affaires et de forte demande de création de valeur de la part des dirigeants, l acheteur doit non seulement parfaitement maîtriser ses techniques

Plus en détail

Chapitre 8Innovation technologique et dynamique des industries

Chapitre 8Innovation technologique et dynamique des industries Chapitre 8 Innovation technologique et dynamique des industries Niveau méso-économique : Approche évolutionniste innovations technologiques comme source principale de la dynamique industrielle Vision riche,

Plus en détail

Le transfert de technologie

Le transfert de technologie Le transfert de technologie Walter DALLE VEDOVE Walter DALLE VEDOVE 1 Notre but est de vous familiariser avec le transfert de technologie et la négociation de contrats de transfert technologique Croissance

Plus en détail

Le Groupe Banque TD fera l acquisition du portefeuille de cartes de crédit de la Banque MBNA Canada.

Le Groupe Banque TD fera l acquisition du portefeuille de cartes de crédit de la Banque MBNA Canada. Le Groupe Banque TD fera l acquisition du portefeuille de cartes de crédit de la Banque MBNA Canada. La TD devient l une des principales banques émettrices de cartes de crédit au Canada. Il s agit d une

Plus en détail

RÉUSSIR SON DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL EN MODE PROJET

RÉUSSIR SON DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL EN MODE PROJET RÉUSSIR SON DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL EN MODE PROJET 7 avril 2014, Horbourg-Wihr I. NOUVEAUX MARCHÉS, NOUVEAUX PRODUITS, NOUVELLES ORGANISATIONS : L APPROCHE PROJET II. LA GESTION DE PROJET : DES RÉPONSES

Plus en détail

Norme comptable pour l assurance : trouver la bonne mesure

Norme comptable pour l assurance : trouver la bonne mesure Norme comptable pour l assurance : trouver la bonne mesure Denis Duverne et Antoine Lissowski Membres du CFO Forum Paris, le 25 juillet 2006 Sommaire Qui sommes-nous? Quelle est la finalité de la comptabilité?

Plus en détail

Pour une entreprise plus performante

Pour une entreprise plus performante Pour une entreprise plus performante Smart Technology Services Raison Sociale - Smart Technology Services llc Pôle d activités - Service et conseil dans la technologie de l information Pôle d activités

Plus en détail

Le développement par fusionsacquisitions

Le développement par fusionsacquisitions Chapitre 1 Le développement par fusionsacquisitions Le développement par fusions-acquisitions s inscrit en général dans le champ de la croissance externe. Il est proposé de clarifier les différentes définitions

Plus en détail

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici.

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici. Introduction Cet ouvrage a été conçu à partir de sollicitations exprimées par des managers de terrain soucieux de donner une dimension plus opérationnelle à leur management au quotidien. Il rassemble des

Plus en détail

Enjeux de la gouvernance interorganisationnelle des TI

Enjeux de la gouvernance interorganisationnelle des TI Enjeux de la gouvernance interorganisationnelle des TI Anne-Marie Croteau, PhD Professeure agrégée en SI Chercheure associée au CEFRIO et au CETO Fellow, CIRANO anne-marie.croteau@concordia.ca Agenda Motivations

Plus en détail

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies Experience N 52 Mars 2012 OutsourcINg Pas à pas vers de bonnes exigences Outsourcing 10 11 Pas à pas vers de bonnes

Plus en détail

We lock your IT business

We lock your IT business Accelerating Your Success We lock your IT business Financement IT pour vous et votre client finance solutions Un travail sur mesure pour chaque projet Dans le climat économique actuel très difficile, il

Plus en détail

Mise à jour du Manuel de l ICCA

Mise à jour du Manuel de l ICCA Normes et règlements Montréal, le 30 mars 2004 Mise à jour du Manuel de l ICCA La collection Normes et recommandations de l'icca sur Internet a été mise à jour pour refléter les modifications apportées

Plus en détail

ITIL V3. Stratégie des services - Processus

ITIL V3. Stratégie des services - Processus ITIL V3 Stratégie des services - Processus Création : juillet 2011 Mise à jour : Juillet 2011 A propos A propos du document Ce document de référence sur le référentiel ITIL V3 a été réalisé en se basant

Plus en détail

LES NOUVEAUX PARADIGMES DU MARKETING

LES NOUVEAUX PARADIGMES DU MARKETING Table des matières Master Recherche Management, Logistique et Stratégie Jean-Louis Moulins I. LA DEMARCHE MARKETING : CONTENU ET EVOLUTION 1. Le Protomarketing 2. Le Marketing Vente ou Marketing Commercial

Plus en détail

ESC Programme CORE COURSES (Master level) 2011/2012

ESC Programme CORE COURSES (Master level) 2011/2012 CORE COURSES (Master level) 2011/2012 Language (F : French - E : English) Semester (1 : Fall - 2 : Spring) M-ESC-4-06-99-10-E M-ESC-4-06-99-10-F M-ESC-4-05-99-05-F M-ESC-4-05-99-05-E M-ESC-4-02-99-03-E

Plus en détail

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS Frédéric Crépin MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS, 2004. ISBN : 2-7081-3140-0 5 Chapitre 1 idées reçues sur les managers et le management au quotidien Idée reçue n 1 : managers et salariés doivent avoir les

Plus en détail

ISO 9001 : Cap 2015. Réunion du Club IRIS du 05 décembre 20013. M. Marc BAZINET

ISO 9001 : Cap 2015. Réunion du Club IRIS du 05 décembre 20013. M. Marc BAZINET Réunion du Club IRIS du 05 décembre 20013 ISO 9001 : Cap 2015 M. Marc BAZINET Président de la Commission de Normalisation AFNOR «Qualité et Management» - Données d entrées - Planning de la révision - Exigences

Plus en détail