NUMÉRO 13 DU 2 AU 8 FÉVRIER lejournaldugrandparis.fr ENTREPRISES / TERRITOIRES / INNOVATIONS / ATTRACTIVITÉ

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "NUMÉRO 13 DU 2 AU 8 FÉVRIER 2015. lejournaldugrandparis.fr ENTREPRISES / TERRITOIRES / INNOVATIONS / ATTRACTIVITÉ"

Transcription

1 NUMÉRO 13 DU 2 AU 8 FÉVRIER 2015 LA PHRASE «Intégrer l intercommunalité, c est accepter de partager un peu de son pouvoir» Jean-Marc Nicolle, conseiller-régional d Ilede-France PORTRAIT Emmanuel de Maistre Ascensionnel p. 12 LE CHIFFRE 160 % c est l augmentation des prix médians d achat des appartements anciens sur le territoire de la future métropole du Grand Paris entre 2001 et 2011 SUR NOTRE SITE Safran / Tradelab / Ennesys / Neteven / Buzzcar / Ineval / Bulldozair / LBMG Worklabs / Altran / Neosquat / YesPark / Usine IO / Cornis / Theravectys / Centimeo / Dualo / Trinov / Pefpartner / Finexkap / Particeep / egreen / NCC / Prologis / Kap multiservices / Sulzer / DataMedCare / Finsquare / Flamefly / Verteego / Airboxlab lejournaldugrandparis.fr ENTREPRISES / TERRITOIRES / INNOVATIONS / ATTRACTIVITÉ SOMMAIRE ENTREPRISES ACTUALITÉS P. 2 À 4 Aux Ardoines, deux ZAC pour relier l activité et la ville Les travaux commencent cette année pour ce projet qui vise à développer l activité Haropa citée en exemple par «Doing business 2015» Les dirigeants affichent des résultats encourageants malgré la crise Améliorer les financements pour «débrider l innovation» Un rapport de la CCIP pose différentes pistes pour soutenir l innovation CRÉATEURS P. 5 Perfpartner Transition numérique Buzzcar Auto-location MyCryoFirm Machines cryogéniques ÉVÉNEMENT P. 6-7 Interview de Laurent Lafon «En réalité, la métropole avance plus vite qu on ne le dit» MARCHÉS PUBLICS P. 9 Les futures règles pour vos marchés publics TERRITOIRES ACTUALITÉS P Dans l usine à gaz métropolitaine La mission de préfiguration de la métropole vient de publier un descriptif des ressources financières et fiscales de la métropole L Abécédaire de la métropole (tome 2), démonstrateur de projets Métropole : passer des palabres aux projets n va y arriver. Les trois points nodaux de la discussion qui vient de se dérouler au Sénat, à propos des O contours de la future métropole du Grand Paris, ne sont pas insolubles. Le conseil des élus de la métropole souhaite, majoritairement, qu une commune opposée au plan local d urbanisme (PLU) qui sera élaboré par les territoires puisse s y soustraire. Que les offices publics de l habitat (OPH) demeurent communaux. Et que l on attende quelques années avant de décider si la cotisation foncière des entreprises (CFE) doit ou non être transférée des territoires à la métropole, privant les EPT d une fiscalité propre. Rien qui remette en cause, en réalité, la construction métropolitaine. Et ses projets. Les députés vont en débattre de nouveau dans quelques jours. Mais au final, et sans jouer les pythies, la loi devrait reprendre les composantes du compromis trouvé dans une métropole à l intégration raisonnée. Quelque part entre l amendement gouvernemental et la résolution du conseil des élus. Ensuite, l équilibre se trouvera en marchant. Pourquoi faudrait-il que tout soit déjà en place, que la partition soit déjà écrite, alors que la structure n existe pas? ÉDITORIAL par Jacques Paquier rédacteur en chef La carte des territoires de la métropole du Grand Paris sera définitivement scellée à l automne. L optimisme est également permis concernant la question des périmètres intercommunaux. Là aussi, malgré les apparences et les postures, tout devrait en réalité rentrer assez vite dans l ordre. Le 20 février prochain, le conseil des élus de la mission de préfiguration se réunira avec, à l ordre du jour, le rappel des grands principes qui doivent présider à la définition des territoires d au moins habitants, qui constitueront l échelon intermédiaire entre les communes et la métropole. La nécessité de leur homogénéité sera notamment rappelée aux maires concernés, dont certains, à l ouest notamment, ourdissent actuellement des périmètres de près d un million d habitants pour pouvoir tenir tête à Paris La majorité des acteurs s accorde pour considérer que habitants constituent la bonne taille, si l on veut des territoires efficients. Quoi qu il en soit, et au terme de la concertation en cours, le gouvernement publiera le décret fixant chaque périmètre avant l été et, après de probables recours devant le Conseil d Etat, la carte des territoires de la métropole du Grand Paris sera définitivement scellée à l automne. Il sera alors grands temps de passer des palabres aux projets.

2 ENTREPRISES / ACTUALITÉS En bref Aménagement Projet Foch : le retour. On reparle du vaste projet de mutation de l avenue Foch à Paris, qui comprend sa végétalisation, le concept mêlant création de logements et de promenades paysagées. L objectif serait de déposer les premiers permis de construire de cet ambitieux projet, qui s étend de l Arc de triomphe à l ambassade de Russie, fin 2016 ou début Axe Seine : urbanisme concerté. Les six agences d urbanisme des territoires de l axe Seine, sur les trois régions concernées (Ile-de-France, Basse et Haute-Normandie), ont signé, fin 2014, une charte de coopération afin de mettre en œuvre une série d actions communes. Central Park, 62 mètres maximum. On ignore si le projet de Central Park fera ou non l objet d une opération d intêret national (OIN). Une certitude, a confié Marc Rozenblat (CDU), devant le club des entreprises du Grand Paris, le débat sur la hauteur n y aura pas lieu. La zone est située dans le cône de déroutage de l aéroport du Bourget, interdisant toute construction supérieure à 62 m. VAL-DE-MARNE Aux Ardoines, deux ZAC pour relier l activité et la ville Développer l activité, ouvrir la ville sur la Seine, tenir compte du risque inondation... Voici quelques-uns des défis de l aménagement des deux ZAC des Ardoines où les travaux commencent cette année. C e territoire, situé entre les rails du RER B et le fleuve, accueillera en 2020 une gare de la ligne 15 du Grand Paris express, et sera traversé par le TZen5 qui le reliera à Paris. Deux ZAC y encadrent une zone industrielle, elle aussi en plein renouvellement, puisque la grande emprise d EDF (45 ha) va, par exemple, faire l objet d une importante mutation. Sanofi (30 ha) ou Air liquide sont aussi présentes sur la zone aux côtés de 400 entreprises. L activité, bien présente sur ce territoire, est un peu coupée des habitations. Un des objectifs de cet aménagement est donc de faire émerger un quartier mixte afin de relier les deux. Dans ce but, des échanges avec les entreprises doivent permettre de connaître celles qui veulent s implanter durablement sur le site. Au nord, à côté de la gare RER de Vitry, ce sont 37 ha qui vont être renouvelés pour faire émerger m 2 de logements, m 2 de bureaux, m 2 d activités. Germe & JAM architecture-territoires avec Mageo, les agences Hilaire et Zoom a été désigné comme architecte coordinateur. «Nous souhaitons recréer un lien entre la gare et la Seine avec la création de nouvelles voiries et des espaces publics», explique Anne Maïkovsky, directrice de projet à l EPA-Orly Rungis Seine Amont (EPA-Orsa) qui assure la maîtrise d ouvrage. Les travaux vont commencer cette année avec, comme première livraison, un collège en 2017 puis un secteur résidentiel en Six partenaires immobiliers L EPA a initié un partenariat début 2014 avec six opérateurs immobiliers (Alsei, Brémond, Eiffage immobilier, Nexity, Sogaris et Spirit) afin de travailler en amont sur des programmes denses d activités et de logements. «L idée est de pouvoir signer des promesses de vente à partir de la fin 2015», signale la directrice de projet. Toutefois, seul un plan de référence a été arrêté pour le moment sur cette zone dont l aménagement s étalera sur 15 à 20 ans. Au sud, ce sont 49 ha plus orientés vers l activité qui seront transformés autour de la gare des Ardoines, futur point de passage du Grand Paris express, et de l A86. Un site de maintenance des infrastructures de la ligne 15 est aussi prévu à côté des m 2 de bureaux, m 2 de logements et m 2 d activités. La désignation d un architecte coordinateur est en cours pour ce secteur. De plus, un maître d oeuvre sera annoncé au printemps pour bâtir un large franchissement des voies ferrées puis de la Seine vers Alfortville. La ZAC de la gare des Ardoines avance avec un petit décalage, puisque l année 2015 sera consacrée aux procédures administratives, le chantier devant débuter l an prochain. RAPHAËL RICHARD Urbanisme : Scot et Sdrif. Dans l entourage de Jean-Paul Huchon, on souhaite simplifier le travail de la future métropole : «Le schéma de cohérence territoriale (Scot) que doit élaborer la métropole ne doit être que la déclinaison métropolitaine du schéma directeur d Ile-de- France, résume un proche du président de la Région. Faut-il rappeler que la métropole du Grand Paris est située en Ile-de-France?» Plan Juncker : appel à projets. Les 315 milliards d euros du plan d investissement de l Union européenne ne sont pas tous mobilisés. Avis aux porteurs de projets, notamment des Grandes opérations d aménagement et de logements, que l UE souhaite soutenir en Ilede-France et qui ont leur nom de code : «GOAL». YVELINES Un projet de téléphérique entre le pont de Sèvres et Vélizy Le maire de Vélizy-Villacoublay (Yvelines) envisage de faire construire un téléphérique urbain. Il relierait la commune au pont de Sèvres, sur une distance de 5,5 km. Le premier objectif est de désengorger la N218, très encombrée aux heures de pointe, lorsque les salariés rejoignent ou quittent les nombreuses entreprises de Vélizy. Le second objectif est de contribuer à fluidifier le transport de passagers vers l OIN (opération d intérêt national) Paris-Saclay : une voie de bus en site propre est d ailleurs envisagée pour relier Saclay à la station de téléphérique de Vélizy. «Ce projet de téléphérique, qui est actuellement à l étude, intéresse aussi le maire de Sèvres et les responsables de la Société du Grand Paris», précise Pascal Thévenot, le maire (UMP) de Vélizy-Villacoublay. «Le téléphérique serait en effet lié au pôle de transport multimodal du pont de Sèvres», et à la gare du Grand Paris express, qui devrait voir le jour d ici à C.D. VAL-DE-MARNE Créteil : un écoquartier sur le site Pernod L ancienne usine d embouteillage de Pernod à Créteil (Val-de-Marne), fermée depuis dix ans, va laisser la place à un nouvel ensemble immobilier de m 2 porté par Bouygues immobilier. Ce nouvel ensemble développera, sur quatre îlots, 619 logements sociaux et en accession à la propriété, 2 résidences étudiantes totalisant 260 chambres, m 2 de commerces et des services de proximité. La conception de l ensemble revient à quatre architectes : BDVA architectes, Jacques Menninger, Christian Devillers et Atelier au bord de l eau. Situé à 300 mètres de la gare RER D du Vert de Maisons, il sera connecté à la ligne 15 du Grand Paris express. Il a, de plus, reçu la labellisation BiodiverCity, le premier en France selon Bouygues. Les travaux de démolition pourront débuter dès que ce dernier aura signé l acquisition de la parcelle de 3,6 ha avec Pernod. En revanche, l avenir du centre de recherche de Pernod-Ricard n est pas encore fixé. F.P. 2 Le journal du Grand Paris N 13 Du 2 au 8 février 2015

3 ENTREPRISES / ACTUALITÉS HAROPA TRANSPORT Globalement, les trafics d Haropa sont boostés par les conteneurs. Haropa citée en exemple par «Doing Business 2015» Les dirigeants de la réunion des ports du Havre, Rouen et Paris affichent des résultats encourageants malgré la crise. Et de nombreux projets en Ile-de-France. L e rapport 2015 Doing Business, qui mesure les réglementations favorables et défavorables à l activité commerciale dans 189 pays à travers le monde, prend pour exemple Haropa et la simplification des procédures administratives existantes, notamment grâce aux déclarations électroniques et au nombre minimum des documents douaniers requis», se félicitent les dirigeants d Haropa, qui dressaient, mercredi 28 janvier, leur bilan annuel. La structure, qui réunit les ports du Havre, de Rouen et de Paris, consent en effet un effort intense pour améliorer l offre portuaire. Haropa mène, par exemple, un travail de marketing consistant à élaborer une série d indicateurs clés auprès de ses clients. Globalement, les trafics d Haropa sont boostés par les conteneurs : l activité maritime des ports de l axe Seine a connu une croissance sensible en 2014 pour l activité conteneurs, tandis que les vracs solides et liquides, reflets de l atonie de l économie, ont décru. L activité «Croisière maritime» d Haropa a le vent en poupe pour sa part, (7 % passagers). A Gennevilliers (92), Haropa annonce la signature d un contrat signé avec Vailog, le promoteur italien en immobilier logistique, pour la construction d un entrepôt sur deux niveaux, de deux fois m 2, sur huit hectares. Il s agit d une première technique depuis le durcissement de la réglementation ICPE (Installations classées pour la protection de l environnement). Le début de l exploitation est prévu pour A noter également l entrée d Haropa Ports de Paris aux côtés de la Caisse des dépôts au capital de la SCI Sogaris Paris. Une opération qui permet à Sogaris de financer le développement de son activité dédiée à la logistique urbaine (Hôtel logistique La Chapelle) et à Haropa Ports de Paris de renforcer ses positions sur la logistique propre de desserte de la capitale. Sur le port de Gennevilliers toujours, Solvalor investit deux millions d euros pour une ambition de trafic fluvial de terres polluées de t. par an entre les chantiers de la région parisienne et le site de traitement des terres au Jonquay. Le débat public relatif au Port Seine Métropole Ouest (PSMO) s achève. Pour rappel, le schéma directeur d évacuation des déblais de la Société du Grand Paris prévoit la création de quatre plateformes de transbordement fluvial : l île de Monsieur (92), les Grésillons (92), Aubervilliers Canal (93) et les Ardoines (94). J.P. LES CHIFFRES DE LA SEMAINE (Source DRIEE) 90 % de la consommation énergétique de l Ile- de - France est importée. 1 million, c est le nombre de véhicules électriques ou hybrides rechargeables prévus sur les routes franciliennes d ici à mégawatts, c est la puissance supplémentaire nécessaire pour répondre aux besoins en électricité du Grand Paris à l horizon 2030 : 400 MW pour le Grand Paris express, 800 MW pour le résidentiel (nouveaux logements nets), MW activités tertiaires et industrielles, 500 MW véhicules électriques, 1000 MW pour les data centers. ILE-DE-FRANCE La CCIP et le pôle ASTech signent un partenariat La chambre de commerce et le pôle de compétitivité aérospatial ont annoncé, le 27 janvier 2015, un accord prévoyant des actions conjointes et des échanges de prestations et de services. Premier accord de ce type, selon la CCI Paris Ile-de- France, ce partenariat s inscrit dans le cadre de sa mission d accompagnement, dont l objectif est «d aider les entreprises franciliennes à maintenir et développer leur activité, à prospecter de nouveaux marchés, à s ouvrir à l international, mais aussi à innover et à tirer parti d un environnement législatif et réglementaire complexe», précise-t-elle. Outre des actions conjointes, la chambre et ASTech Paris région prévoient, par ce rapprochement, des échanges de prestations et de services. Les entreprises du pôle de compétitivité pourront par exemple bénéficier de diagnostics technologiques opérés par les conseillers de la CCI. LA PHRASE «Malgré les efforts de Londres suite aux JO, l Ile-de- France reste leader pour le tourisme et encore plus pour le tourisme d affaires» Abédécaire de la future métropole (tome2) Apur / IAU Le journal du Grand Paris N 13 Du 2 au 8 février

4 ENTREPRISES / ACTUALITÉS En bref Start-up INNOVATION Appel à candidatures dans le VRM La Société Générale et l Institut Open Innovation lancent un appel à candidatures dans le cadre d un programme d accélération business dédié au VRM (vendor relationship management) et au partage des données personnelles. «Cette initiative vise à explorer les opportunités d innovation associées à l empowerment de l individu et à imaginer une plateforme mêlant plusieurs services innovants, des fonctionnalités de base du VRM telles que la centralisation automatique de l information pour le client, avec visualisation, gestion d alertes, outil de comparaison et de partage, à des applications plus en rupture, créatrices de valeur», précisent les deux initiateurs. PARISTECH 22 nouvelles start-up en 2014 Dans son bilan 2014, l incubateur ParisTech entrepreneurs indique avoir accueilli 22 nouvelles start-up dans des domaines variés comme la santé, la finance, le juridique, le transport intelligent et les objets connectés, etc. Les entreprises accompagnées «ont créé près de emplois, levé plus de 170 millions d euros de fonds et elles génèrent plus de 100 millions d euros de chiffre d affaires annuel», précise-t-il. PARIS mètres carrés de coworking mètres carrés d espace de coworking répartis sur six niveaux : «Le Tank» a ouvert ses portes le 23 janvier 2015 à Bastille, rue des Taillandiers (11 e arr.). «L agence de communication Spintank a investi euros pour rénover l immeuble d origine», indique le directeur Damien Cahen. DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE Améliorer les financements pour «débrider l innovation» Un rapport de la chambre de commerce et d industrie Paris Ile-de-France (CCIP) pose différentes pistes pour soutenir l innovation dont plusieurs concernent le financement des PME. S elon ce rapport, 61 % des PME abandonnent leurs projets innovants faute de moyens pour les mener à bien. Un enseignement sur lequel s appuie Daniel Schaeffer pour bâtir les propositions de son rapport intitulé «Débrider l innovation : enjeux pour les entreprises et l emploi, défi pour les politiques publiques», publié le 26 janvier. Les chiffres ne manquent pas pour faire état d un problème financier en France en la matière. L enquête, réalisée par la CCIP à cette occasion, rapporte par exemple que 94 % des entreprises franciliennes ayant cherché à innover en 2013 n ont pas bénéficié d aides à l innovation. Le retard ne provient toutefois pas nécessairement d un déficit d investissement puisque, si la France se situe au 6e rang mondial en matière de dépenses de R&D, elle n est qu à la 17 e place s agissant de l innovation. «Il y a urgence à agir : près de RECHERCHE Safran inaugure un centre de recherche à Saclay L équipementier spécialisé dans l aéronautique et la défense a ouvert, le 27 janvier, Safran Tech, son centre de recherche et technologie qui accueillera 300 chercheurs et ingénieurs d ici à Déjà en relation avec plusieurs institutions du campus de Saclay, dont l université d Orsay ou Centrale, le nouveau centre de Safran a donc été installé à leur proximité, à Châteaufort (Yvelines). Il est dirigé par Stéphane Cueille depuis le 1 er janvier «Le groupe fait aujourd hui le choix d intensifier et mutualiser ses efforts de recherche et technologie (R&T) sur les grandes ruptures technologiques que sont notamment l électrification de l avion, la recherche de nouvelles architectures de propulsion et le développement des technologies de l information et des communications», indique l entreprise. Safran Tech visera à favoriser l innovation ouverte en associant en son sein universités, organismes publics, partenaires industriels et start-up innovantes qui travailleront en collaboration avec les équipes du centre dans des laboratoires communs. R.R. la moitié des PME françaises n ont pas entrepris de démarche d innovation au cours de ces deux dernières années», note le rapport. Simplifier l accès des PME «La région-capitale constitue un terrain d expérimentation idéal pour un appui plus adapté et plus proactif en direction des PME, auquel la CCI Paris Ile-de-France contribuera pleinement», indique Daniel Schaeffer qui avance donc une série de propositions à destination des pouvoirs publics et une autre pour la chambre elle-même. Aux acteurs publics, il est notamment suggéré de «sanctuariser» le crédit impôt recherche et de «rationaliser» les dispositifs de soutien à la recherche public-privé. Dans ces deux cas, le rapport appelle à en simplifier l accès pour les PME. Stimuler le financement privé de l innovation, en facilitant par exemple la création de société de business angels, ou rendre les marchés SANTÉ Carmat assure son développement publics d innovation «plus accessibles» font partie des autres recommandations. Parmi les actions que pourrait mettre en œuvre la CCIP, l auteur préconise principalement des améliorations en termes de communication, dont : former les acteurs publics et les entreprises, en particulier les grands groupes, à l achat innovant ; rendre plus accessible l offre de BPIfrance ; doper les dispositifs d accompagnement au développement des entreprises. La création de vitrines territoriales et de lieux d exposition permanents est aussi abordée par le rapport. «L enjeu consiste à mettre en œuvre, dans un premier temps, des mesures pragmatiques et à fort impact en termes d emploi et, dans un deuxième temps, des mesures plus structurelles qui produiront des effets sur le temps long», précise Daniel Schaeffer qui se prononce pour de premières mises en œuvre dès RAPHAËL RICHARD Basé à Vélizy-Villacoublay (Yvelines), le concepteur et développeur du cœur artificiel devant permettre de pallier le manque de greffons a signé un nouvel accord de financement avec le fonds d investissement Kepler Cheuvreux, lui permettant d engager sereinement la phase clinique de son développement. Ce financement en fonds propres porte sur un montant total de 50 millions d euros, mais il se déclenchera en trois tranches de 12 mois chacune, en fonction des besoins de Carmat. Prévue dès 2015, la 1 ère tranche mobilisera 20 millions d euros (soit 6,5 % du capital de Carmat), les deux autres optionnelles sont fixées à 15 millions d euros. De quoi conforter la trésorerie (7,7 millions au 30 juin 2014) de la société cotée sur Nyse Alternext, et compléter ses autres sources de financement. «Cette solution flexible nous assure des marges de manœuvre et de sécurité nécessaires pour poursuivre notre développement», commente Marcello Convité, directeur général de Carmat. F.P. 4 Le journal du Grand Paris N 13 Du 2 au 8 février 2015

5 CRÉATEURS L Atrium, l aide à la création d entreprise par Est ensemble Transférée, avec la compétence développement économique, de la ville à la communauté d agglomération Est ensemble (Seine-Saint-Denis) il y a deux ans, la pépinière l Atrium à Montreuil accueille entre 20 et 25 entreprises dans un bâtiment de m 2. Un lieu où l on croise sur quatre étages aussi bien des ébénistes que des modélisateurs de cheveux, et bien d autres encore... PERFPARTNER Transition numérique Perfpartner chiffre les impacts économiques de la digitalisation avant de conseiller à ses clients les bons outils pour assurer la transition vers le numérique. Parmi les principes de la start-up figure le fait de ne pas vendre de système. «Nous ne voulons pas pousser un client à s adapter à nos solutions, nous partons de leurs usages pour déterminer les outils dont ils ont besoin», explique Jérôme Géraci, le président. La première réponse consiste toutefois à installer une plateforme qui peut se connecter à tous les logiciels de l entreprise et assurer quelques fonctionnalités essentielles. Pour les briques supplémentaires, Perfpartner peut assurer le développement rapide en cas de besoins spécifiques ou recommander des logiciels libres. BUZZCAR Auto-location Après le rachat de Citizen Car en 2013, Buzzcar compte aujourd hui plus de utilisateurs inscrits à son service de location de véhicules entre particuliers. Née en 2011, la société est un des premiers projets de Via-ID, fonds d investissement de Mobivia groupe (Norauto, Midas, etc.). Elle voit le jour à l initiative de Robin Chase, une Américaine qui a connu le succès outre-atlantique avec le réseau d auto-partage Zipcar. «L enjeu pour Buzzcar est de trouver des propriétaires pour qui il est souvent difficile de franchir le pas», rapporte Caroline Longin, «evangelist». Cette dernière, chargée de concevoir des nouveaux services pour et avec les clients, souhaite développer cette année des offres en lien avec les autres sociétés du groupe. MYCRYOFIRM Machines cryogéniques Julien Paris, fondateur de MyCryoFirm, conçoit, assemble et teste des machines cryogéniques pour des laboratoires de recherche fondamentale, notamment en physique et optique. Elles n ont toutefois de cryogénique que le nom puisque ses créations «n utilisent pas de fluide cryogénique, précise-t-il. Mes dispositifs permettent de travailler dans un environnement à 270 Celsius ce qui permet de faire des mesures optiques très précises». Avec trois machines réalisées en 2014 et un objectif de cinq en 2015, cet ingénieur propose des produits uniques au monde qui ont notamment intéressé le CNRS ou des laboratoires de grandes écoles. Son activité, qui se développe par le bouche à oreille, pourrait l amener à recruter pour répondre à la demande. Date de création : 2014 Activité : Conseil en transition numérique Dirigeant : Jérôme Géraci Site web : Contact : Date de création : 2011 Activité : Location de voitures Dirigeant : Nicolas Le Douarec Site web : Contact : Date de création : 2013 Activité : Conception de machines Dirigeant : Julien Paris Site web : Contact : Telex L actualité des start-up, incubateurs et pépinières d Ile-de-France HUNTEED Date de création : 2014 Activité : plateforme de recrutement collaborative. Vient de se lancer. Dirigeant : Sylvie Fleury Site web : Contact : Partech Shaker Adresse : 33 rue du Mail Paris NUMERGY Date de création : 2012 Activité : solutions de cloud computing public. Vient de recevoir la Flèche de l innovation de Plaine commune. Dirigeant : Guy Roussel Site web : Contact : Adresse : 25 rue Madeleine Vionnet Aubervilliers PRYNT Date de création : 2014 Activité : imprimante pour smartphone. A largement dépassé son objectif de crowdfunding sur Kickstarter. Dirigeant : Clément Perrot Site web : Contact : Adresse : Agoranov, 96 bis boulevard Raspail Paris JNUINE Date de création : 2008 Activité : appli de gestion de photo. Vient de mettre en ligne son nouveau site. Dirigeant : Jérémy Gateff Site web : jnuine.com Contact : Adresse : Pépinière rue du Chemin Vert Paris Le journal du Grand Paris N 13 Du 2 au 8 février

6 ÉVÉNEMENT INTERVIEW «En réalité, la métropole avance plus vite qu on ne le dit» Laurent Lafon, maire UDI de Vincennes et président de l Association des collectivités territoriales de l Est parisien (Actep), explique pourquoi il considère que la construction métropolitaine ne peut s affranchir d une montée en charge progressive. Et pourquoi le mouvement entamé est désormais irréversible. JGP : Quel regard portez-vous sur la gestationcomplexe de la métropole du Grand Paris? Laurent Lafon : Le texte de loi voté en catimini à l Assemblée nationale, le fameux article 12 de la loi de modernisation de l action publique territoriale et d affirmation des métropoles (Maptam), ne prenait pas en compte les contraintes locales. Il pouvait séduire sur le papier, mais ses modalités pratiques auraient été extrêmement difficiles à mettre en œuvre. Il fallait sortir de cette phase. C est ce que nous avons essayé de faire pendant l été en travaillant, au sein du conseil des élus de la mission de préfiguration de la métropole du Grand Paris, à une proposition qui ne remette pas en cause l objectif de la mise en place de la métropole, mais qui soit beaucoup plus réaliste, en termes de calendrier et d adéquation, entre la réalité des territoires et l émergence de la métropole. Cette résolution a été votée par 90 % des membres du conseil des élus. Il ne s agit pas d un texte partisan. On est, au contraire, sur un texte qui rassemble, et qui doit servir de pivot à la future métropole. Ce que je souhaite, c est que la question de la métropole parisienne ne soit pas un sujet dogmatique ni un sujet politique, mais qu elle soit abordée sereinement, en prenant en compte le fait qu une évolution de cette nature et de cette ampleur nécessite du temps. On reste sur un temps court, mais il faut comprendre que l on ne peut rattraper un certain nombre d années de retard en quelques mois. Il faut commencer par poser les bases intelligemment de telle sorte que l édifice repose sur des fondations solides. JGP : Pourtant, certains s impatientent et estiment que l on a d ores et déjà renoncé à une véritable mutualisation des moyens Très franchement, on ne peut concevoir l avenir d une métropole de six millions d habitants sur des positions dogmatiques et politiques. Il faut le concevoir de manière pragmatique. Le maintien de la cotisation foncière des entreprises (CFE) aux territoires, par exemple, est nécessaire. Il faut prendre en compte le fait qu actuellement, ce sont les territoires qui portent un certain nombre de projets. Demain, ils conserveront un rôle important. Encore une fois, n imaginons pas que du jour au lendemain, la métropole pourra assumer une série de compétences qui lui sont, par définition, inconnues puisqu elle n existe pas... Une métropole, cela se construit dans le temps. Regardez tous les exemples, que ce soit en France ou à l étranger : jamais une métropole ne s est construite ex nihilo, en quelques semaines. Il faut donc prévoir et anticiper les différentes étapes. JGP : Quelles sont-elles? La première consiste à procéder à une répartition équilibrée des compétences et des ressources, entre métropole et territoire. Il s agit de laisser le temps à la métropole d émerger, de se construire, de se bâtir, afin qu un climat de confiance s établisse entre ses membres tout en faisant en sorte que les territoires continuent d exister. Ce temps-là peut être assez court, de trois à cinq ans. Puis se posera la question d aller éventuellement plus loin dans l intégration. Mais n allons pas trop vite au risque de déstabiliser l ensemble. JGP : Une majorité de sénateurs a milité pour que les Plans locaux QU EN PENSE-T-IL? LOGEMENT Il y a une forme de facilité à faire croire ou à laisser dire qu une fois que les maires n auront plus la compétence logement, tout sera résolu. FINANCES Ne fantasmons pas en se disant que l on disposera des moyens d agir à partir de cette seule DGF métropolitaine. CALENDRIER Se donner des échéanciers me paraît beaucoup plus pertinent que d être dans l excès en voulant aller trop vite. d urbanisme (PLU) puissent être rédigés par les communes si une minorité de blocage se manifestait. Vous partagez leur combat? Je fais partie de ceux qui pensent que la question du transfert des PLU, que ce soit aux territoires ou à la métropole, n est pas la panacée. Si c était la seule clé pour résoudre le problème du logement, il aurait été résolu depuis très longtemps. Il y a une forme de facilité à faire croire ou à laisser dire qu une fois que les maires n auront plus la compétence logement, tout sera résolu. C est faux. Je n imagine pas une seconde que tout va se résoudre quand le PLU sera transféré. Cela dit, j estime que le PLU doit être élaboré au niveau des territoires, qui constitueront des ensembles d au moins habitants. On ne peut donc nous reprocher une vision étriquée, limitée à nos territoires communaux. Et ces territoires peuvent fonctionner assez rapidement, puisqu il s agira, dans certains cas, d une simple transformation de communautés d agglomération existantes. Ailleurs, des habitudes de travail ou des dynamiques sont d ores et déjà en place, qui permettront aux territoires d être opérationnels assez rapidement. Mais je ne crois pas au caractère opérationnel d un transfert global de la compétence logement à la métropole au 1 er janvier On risque, en effet, de connaître une période de flottement assez longue avant que cette métropole ne soit opérationnelle. JGP : Les sénateurs ont demandé que le fonds d investissement métropolitain soit explicitement inscrit dans la loi. Qu en pensezvous? Qu il soit ou non inscrit dans la loi, ce fonds ne sera pas à la hauteur des 6 Le journal du Grand Paris N 13 Du 2 au 8 février 2015

7 ÉVÉNEMENT REPÈRES 1995 : conseiller municipal de Vincennes 2002 : élu maire de Vincennes 2004 : devient conseiller régional d Ile-de-France 2014 : réélu maire de Vincennes l oblige à se concentrer sur un certain nombre de compétences d origine, celles qui donnent sens à la région. Je pense au transport par exemple, car concevoir un système de transport sur le territoire métropolitain n aurait pas de sens. Mais aujourd hui, la région s est éparpillée en multipliant son intervention dans les domaines où elle n aurait pas dû aller. Ce qui fait qu aujourd hui, elle n est pas en mesure de se mobiliser suffisamment sur ses compétences lourdes, le transport par exemple, et elle n est pas efficace sur les autres compétences Laurent Lafon, maire de Vincennes, figure parmi les précurseurs de la métropole du Grand Paris L Actep, territoire de projet L Association des collectivités territoriales de l est parisien (Actep) est née, il y a une dizaine d années, du regroupement d élus qui éprouvaient le besoin de disposer d une instance propre pour évoquer leurs problématiques spécifiques, en termes de logement, de développement économique ou d aménagement urbain. «Nous ne parvenions pas à traiter ces questions au sein des autres instances, qu elles soient régionales ou départementales», fait valoir l élu. L Actep s est enjeux. Parce que la métropole ne bénéficiera pas de recettes nouvelles. L exercice consiste à concevoir une répartition différente des recettes existantes. Il ne faut pas l oublier. Les recettes fiscales ne seront plus réparties entre communes et intercommunalités comme c est le cas actuellement, mais entre communes, territoires et métropole. Cela dit, pas un euro supplémentaire n est injecté dans l organisation, à l exception du surplus de Dotation globale de fonctionnement (DGF) que ne percevaient pas des territoires comme Paris, puisqu ils n appartenaient à aucune intercommunalité. Cela représente environ 75 millions d euros. Ce qui est dérisoire. Ne fantasmons donc pas en se disant que l on disposera des moyens d agir à partir de cette seule DGF métropolitaine. Il est certainement possible de rééquilibrer le niveau de recettes perçu par les différents territoires, mais ce n est pas en soi suffisant. Là aussi, il faut être pragmatique et raisonnable. Ne cassons pas quelque chose qui fonctionne, même si ce n est pas totalement satisfaisant, par quelque chose qui n existe pas encore. JGP : Quelle articulation entre métropole et région Ile-de-France? L émergence de la métropole va obliger une remise en question de la région, de son devenir, de ses compétences. Selon moi, la métropole ne remet pas en cause la région mais transformée il y a plusieurs mois, en syndicat mixte et devrait devenir un territoire de la future métropole. «Nous dialoguons encore avec les communes ou les territoires riverains, puisqu un certain nombre de communes frappent à la porte», indique Laurent Lafon. L Actep regroupe 14 communes et habitants. «La question des limites territoriales doit aussi se poser par rapport à la nature des compétences qui seront exercées», souligne Laurent Lafon. JGP : Ne convient-il pas d accélérer le processus de construction métropolitaine, face aux défis du temps présent? Cette construction par étapes est nécessaire. Elle est inéluctable. Lorsque vous regardez ce qui s est fait ailleurs, vous constatez que cela s est toujours passé comme ça. On ne peut brûler les étapes, quitte à donner des dates intermédiaires, pourquoi pas 2020, pour procéder alors à de nouvelles évolutions institutionnelles, en intégrant, par exemple, les conséquences de la suppression des conseils généraux, qui est elle aussi inéluctable. Très rapidement, l on va s apercevoir que ça n a pas de sens de construire une métropole en préservant des conseils généraux. La question des aéroports se posera également. Si on ne peut les intégrer aujourd hui à la métropole, il faudra sans doute le faire un jour. Se donner des échéanciers me paraît beaucoup plus pertinent que d être dans l excès en voulant aller trop vite. En réalité, le sujet de la métropole avance plus vite qu on ne le dit. En 2008, la question de la métropole se posait à peine. Le temps d un mandat, on a fait en sorte que le sujet soit incontournable. On ne peut pas imaginer, sur ce sujet-là comme sur tant d autres, que tout le monde avance au même rythme et dans la même direction. Si l on veut faire évoluer les choses, il faut créer une dynamique. Personne n imagine qu il n y aura pas la métropole du Grand Paris demain. La métropole du Grand Paris existera au 1 er janvier En revanche, la métropole du Grand Paris au 1 er janvier 2016 ne ressemblera pas à celle qui existera en 2020 ou en PROPOS RECUEILLIS PAR JACQUES PAQUIER Le journal du Grand Paris N 13 Du 2 au 8 février

8 BPD MARIGNAN, un grand nom de la promotion immobilière francaise depuis 45 ans La Garenne-Colombes - Prochainement UNE FORTE PRÉSENCE SUR LES GRANDS PÔLES D ACTIVITÉ EN ILE-DE-FRANCE Gennevilliers - Urban Concept Puteaux - Esprit Carmin Rueil-Malmaison - Jadis & Demain Promoteur national, BPD Marignan déploie son activité au cœur et autour des principales métropoles régionales ainsi que sur les marchés locaux privilégiant les relations de proximité avec ses clients et ses partenaires. BPD Marignan est filiale de BPD, la division immobilière de Rabo Real Estate Group dont la maison-mère, Rabobank, est l une des banques privées les mieux notées au monde. Capable de mobiliser rapidement des fonds importants, BPD Marignan accompagne tout type d opérations en termes d habitat, d immobilier d entreprises ou de résidences services. Conscient des enjeux et des exigences du développement durable, le Groupe intègre dans sa stratégie et dans tous les aspects de l entreprise, la RSE (Responsabilité Sociale, Sociétale et Environnementale). BPD Marignan encourage et privilégie des choix éthiques et responsables qui protègent et améliorent la qualité de vie. Une société de Rabo Real Estate Group Direction Paris - Ile-de-France - 70, rue de Villiers Levallois-Perret Tél. : + 33 (0) bpd-marignan.com BPD Marignan SAS - RCS Nanterre Document et informations non contractuels. Illustrations à caractère d ambiance, non contractuelles - 01/2015.

9 Retrouvez toute l actualité des entreprises sur LEJOURNALDUGRANDPARIS.FR MARCHÉS PUBLICS LE DÉCODEUR Les futures règles pour vos marchés publics Un projet d ordonnance constituant le socle des nouvelles règles de la commande publique a été rendu public. Il sera adopté dans les prochains mois et sera complété par des textes réglementaires. DE NOUVEAUX CAS 1 D EXCLUSION D ENTREPRISES Il sera possible d exclure d office la candidature d une entreprise au motif : qu elle a été sanctionnée par la résiliation d un ancien marché pour défaillance dans l exécution de ses obligations (résiliation pour faute) ; qu elle a entrepris d influer indûment le processus décisionnel de l acheteur ou d obtenir des informations confidentielles susceptibles de lui donner un avantage indu, ou a fourni des informations trompeuses susceptibles d influencer la procédure ; qu elle a participé (directement ou non), à la préparation de la procédure de passation d un marché public, au point d avoir accès à des informations susceptibles de créer une distorsion de concurrence par rapport aux autres candidats ; que l acheteur dispose d éléments suffisamment plausibles pour conclure à une entente faussant la concurrence ; qu elle a créé, «par sa candidature», un conflit d intérêts, auquel «il ne peut y être remédié par d autres moyens». Ces exclusions s appliqueront, sauf si l entreprise établit «dans un délai raisonnable et par tout moyen, que son professionnalisme et sa fiabilité ne peuvent être remis en cause». EXCEPTIONS AUX RÈGLES 2 HABITUELLES Non seulement la Commission d appel d offres ne s imposera pas en procédure adaptée (contrairement aux pratiques très répandues des collectivités qui créent des commissions ad hoc), mais il est également envisagé d en exonérer les marchés égaux ou supérieurs aux seuils européens, «en cas d urgence impérieuse». Pour les marchés estimés à plus de 100 millions d euros HT, il est envisagé d imposer à l acheteur d établir une évaluation avant le lancement de la procédure de passation afin de comparer les incidences financières «en coût complet» avec les autres montages contractuels envisageables. Les marchés dont la valeur estimée en euros HT est égale ou supérieure aux seuils européens, et subventionnés à plus de 50 % par un pouvoir adjudicateur, sont soumis au CMP (sauf certains articles relatifs au volet financier) lorsqu ils ont pour objet des activités de génie civil ; des travaux de construction d hôpitaux, d équipements sportifs, récréatifs et de loisirs, de bâtiments scolaires et universitaires ou à usage administratif ; ou des services liés à l un de ces marchés de travaux. 3 OBLIGATION D ALLOTISSEMENT Depuis la version 2006 du CMP, l al- POSSIBILITÉ D EXIGER UNE PRODUCTION LOCALE lotissement a été érigé comme étant la règle, sous réserve d exceptions devant être dument justifiées. L ordonnance du 6 juin 2005 (précitée) ne comportait pas un tel dispositif. La future ordonnance envisage d appliquer désormais le dispositif actuel à tous les pouvoirs adjudicateurs sans distinction. Il est aussi prévu d interdire de «présenter des offres variables selon le nombre de lots susceptibles d être obtenus» (idée, par exemple, de proposer un rabais financier si plusieurs lots sont remportés par une même entreprise). Cela serait uniquement possible lorsque le pouvoir adjudicateur aurait recours malgré tout à un allotissement alors qu il n y était pas tenu : hypothèse des contrats subventionnés, marchés globaux, ou de partenariat. En revanche, il sera possible de limiter le nombre de lots auxquels un opérateur économique peut postuler ou le nombre de lots pouvant être attribués à une même entreprise (comme le Conseil d Etat l avait validé dans son arrêt du 20 février 2013, «Ste Laboratoire Biomnis», req. n ). La future ordonnance devrait autoriser l exigence d un localisme de production pour n importe quel marché public. Cela signifie que «les acheteurs publics [pourraient] imposer que les moyens utilisés pour exécuter un marché public, pour maintenir ou pour moderniser les produits acquis soient localisés sur le territoire des Etats membres de l UE afin, notamment, de prendre en compte des considérations environnementales ou sociales ou d assurer la sécurité des informations et des approvisionnements». Attention, cela ne signifie pas pour autant, une production «française» mais une production «européenne». En bref Jurisprudence ECLAIRAGE PUBLIC DE LA VILLE DE PARIS Pas de transfert de contrats de travail La mairie de Paris a conclu un marché de performance énergétique des installations d éclairage public. Pour le Conseil d Etat, il peut y avoir un transfert de contrats de travail d un employeur à un autre, via un marché public, si l activité est poursuivie par le nouvel employeur. Or en l espèce, le titulaire n assurait pas les prestations d exploitation des installations sur Paris intra-muros. CE, 7 janvier 2015, req. n DÉLAI DE SUSPENSION Une notification obligatoire Selon la Cour de cassation, un marché ne peut pas être signé légalement si la notification de l attribution de celui-ci ne comportait aucune indication sur le délai de suspension pendant lequel les candidats non retenus pouvaient exercer un recours précontractuel. Si l acheteur n a pas notifié à la société évincée, le délai de suspension (délai d attente avant l attribution au titulaire) ne court pas, et donc si le marché est signé avant son expiration, celui-ci a été notifié illégalement. C. Cass., 6 janvier 2015, n DÉCOMPTE GÉNÉRAL Acte détachable Un décompte général ne doit pas nécessairement être notifié par le maître d œuvre pour revêtir un caractère définitif. Cette absence de notification par le maître d œuvre ne justifie pas, à elle seule, l illégalité d un marché. CE, 19 janvier 2015, req. n L AUTEUR Jérôme Michon, consultant, enseignant, auteur de nombreux ouvrages, intervient à vos côtés pour tous vos besoins en marchés publics. Contact : Le journal du Grand Paris N 13 Du 2 au 8 février

10 TERRITOIRES / ACTUALITÉS En bref Coulisses LOI NOTRE Le 17 février La Loi NOTRe sera examinée en en séance publique le 17 février. La seconde lecture aura lieu après les cantonales, pour une adoption au printemps. PARIS MÉTROPOLE Groupe projet Autour de Pierre Mansat ou de Jacques JP Martin, le groupe projet de Paris métropole se réunira le 10 février prochain. PÉRIMÈTRES Concertation Eric Cesari (Seine-Défense), Olivier Klein (Clichy-sous-Bois), Jean-Marc Nicolle (Ile-de-France) et Stéphanie Daumin (Chevilly- Larue) poursuivent, autour du préfet Lucas, les concertations préalables au décret qui arrêtera les périmètres des territoires de la future métropole du Grand Paris. FINANCES Dans l usine à gaz métropolitaine La mission de préfiguration de la métropole du Grand Paris vient de publier un descriptif des ressources financières et fiscales de la métropole et de ses territoires. Terrible. C onformément aux règles qui régissent l intercommunalité, les finances de la métropole se caractériseront par une tuyauterie parallèle de flux ascendants et descendants entre ses différents échelons, avec un raffinement supplémentaire puisque la MGP ne comprend pas deux mais trois niveaux (mairies, établissements publics territoriaux (EPT), métropole). Prenons l exemple de la cotisation sur la valeur ajoutée des entrepreneurs, aujourd hui perçue par une intercommunalité et attribuée, à compter du 1 er janvier 2016, à la métropole. La métropole n en conservera que la part représentée par le montant des compétences qu elle exercera, le reste redescendant vers l EPT concerné. Avec une logique semblable entre les communes et leurs EPT, à laquelle s ajoute néanmoins une sophistication supplémentaire. Elle concerne l affectation du produit de la fiscalité additionnelle à la fiscalité ménage perçue aujourd hui par certaines intercommunalités. Ce produit, et le taux correspondant, serait attribué aux communes à compter du 1 er janvier 2016, mais ces dernières devront reverser aux EPT une dotation égale au produit moyen annuel perçu au titre de cette fiscalité additionnelle par les EPCI concernés au cours des cinq années précédentes. Autrement dit, les communes ne garderont dans leur budget que la croissance éventuelle du produit de la fiscalité additionnelle perçue aujourd hui par les intercos existantes. Avec le risque que les EPT perçoivent ainsi, au final, une somme qui excède le montant nécessaire pour exercer leurs compétences. C est pourquoi une commission locale d évaluation des charges transférées (Clect) se réunira chaque année, réunissant chaque EPT et ses communes membres, pour définir le montant des éventuels trop perçus «Tout se passe comme si le gouvernment avait voulu faire passer le message suivant aux élus, commente un expert : vous avez voulu créer des EPT. Eh bien, débrouillez vous avec.» Si la loi Chevènement relative à l intercommunalité de 1999 se caractérisa par une grande générosité de l Etat pour les communes qui se regroupaient, la création des métropoles s effectue dans des conditions nettement moins favorables. Ce qui explique en partie la difficulté qu ont les élus à s entendre sur le meccano fiscal de la future organisation. JP Bulletin d abonnement Je souhaite m abonner pour un an, je choisis ma formule : Abonnement web Solo Abonnement web Multi Abonnement web & édition papier Tarif annuel 830 HT Offre de lancement : 730 HT (745,33 TTC) soit 2 par jour 800 HT/licence Offre de lancement : 700 HT (714,70 TTC) soit 1,90 par jour 999 HT Offre de lancement : 900 HT (918,90 TTC) soit 2,5 par jour Accès au site Internet Newsletter quotidienne L hebdo en PDF + L hebdo papier (48 numéros/an) Adresse de livraison : Mode de paiement : Nom : Organisme : Adresse : CP/Ville : Pays (si hors France) : Téléphone : de l abonné ou de l administrateur Chèque bancaire à l ordre de JGPmedia Virement bancaire au Crédit Mutuel Code IBAN : FR Carte bancaire American Express Mastercard Visa N : Code de sécurité (3 derniers chiffres au dos) : Date d expiration : / Signature Cachet Abonnement en ligne : visitez la rubrique abonnement du site Retournez ce bulletin à : JGPmedia 27 rue du Chemin vert, Paris // contact : 10 Le journal du Grand Paris N 13 Du 2 au 8 février 2015

11 TERRITOIRES / ACTUALITÉS TERRITOIRE AMÉNAGEMENT L Abécédaire de la métropole (tome 2), démonstrateur de projets Le second volet de l Abécédaire de la future métropole du Grand Paris, élaboré par l Apur et l IAU Ile-de- France, sous l égide de la mission de préfiguration, vient de sortir. Une mine. L abécédaire de la future métropole du Grand Paris - Carnet 2 : une métropole de toutes les échelles», que vient de publier l Agence parisienne d urbanisme (Apur) et l Institut d aménagement et d urbanisme (IAU), sous l égide de la mission de préfiguration de la métropole du Grand Paris, vise «à alimenter le débat et à nourrir la démarche d élaboration du futur projet métropolitain». Autant dire qu il y parvient largement. Loin des débats parfois picrocholins autour de l article 12 de la loi Maptam, il brosse tout d abord le portrait statistique de la métropole dans son environnement, régional, national et mondial. L occasion de rappeler, ce qui ne peut nuire, que la région capitale détient de multiples atouts, qui font de notre territoire le seul avec Londres à se classer parmi les 20 métropoles de rayonnement mondial, «par leur poids et leur dynamisme démographiques En bref ainsi que par leurs concentrations respectives en matière de pouvoir de décision, puissance économique, rayonnement culturel, capacités de recherche, d innovation, etc.» Cartes à l appui, ce vade-mecum du Grand Paris décrit les futures lignes de transports en commun franciliennes, Grand Paris express, naturellement, mais aussi tangentielles, T-zen, tramway, prolongements de lignes existantes : l ensemble des mutations en cours et à venir du réseau de transport francilien est utilement passé en revue. Mais le plus intéressant, le plus frais, pour tout dire, réside dans une description de multiples projets engagés, d outils ou de méthodes mise en œuvre aux quatre coins de la métropole, présentés sous forme de fiches pratiques et classés par thèmes : l emploi et l activité économique, logement et services au habitants, voies majeurs, centralités, l énergie et le recyclable, le patrimoine et les paysages. J.P. BUDGET millions d euros d investissements en Essonne Avant la pause électorale, l Essonne a adopté le 26 janvier 2015 des investissements à hauteur de 240 millions d euros pour «Nous souhaitons continuer nos efforts considérables d investissement en maintenant le même niveau que les années précédentes», a déclaré le rapporteur du budget Carlos da Silva. 27 % de cette somme seront consacrés aux transports et 20 % à l éducation et la jeunesse. En cumulant fonctionnement et investissement, c est toutefois les dépenses du «bouclier social» qui sont les plus importantes avec 571 millions d euros inscrits à ce titre pour l an prochain. Pour la politique des déplacements, 127 millions d euros seront mobilisés, dont 63 millions pour financer les transports scolaires, l entretien des routes et des espaces verts, ainsi que la viabilité hivernale des routes départementales. 52 millions d euros seront consacrés au lancement de grands projets d aménagement (rénovation totale de la gare de Juvisy, prolongement du T7, etc.) FORUM GRAND PARIS : «INNOVER POUR RÉUSSIR» 9 février 2015 / De 9 h à 19 h au 27 avenue de Friedland, Paris 9H00 Introduction Pierre-Antoine Gailly, président, CCIR Pierre Simon, président, Paris-Ile de France Capitale Economique 9H15 Aménagement et Logement - Les Grands Bâtisseurs Grand témoin : Thierry Lajoie, PDG de l AFTRP, avec Catherine Carely, président, Chambre des notaires de Paris, Patrick Hocreitere, avocat (Fidal), Gilles Ricour de Bourgies, président, Fnaim du grand Paris et Alain Taravella, président, Altarea Cogedim 10H15 Le facteur temps : Les Accélérateurs Grand témoin : Guillaume Poitrinal, président de Woodeum, président du Conseil de la simplification, avec Philippe de Fontaine vive, vice-président BEI, Jean-Christophe Fromantin, député-maire de Neuilly sur Seine et Président, Expofrance 2025, Pierre-René Lemas*, DG de la CDC 11H30 Mobilité : Les Piliers de l Infrastructure Grand témoin : Jean-Paul Huchon, Président, conseil régional IDF, et Pascal Cuche, avocat associé chez Freshfields Bruckhaus Deringer, avec Jean-Pierre Farandou*, président du directoire Keolis, Christian Galivel, membre du comex, directeur général adjoint RATP, Pierre Messulam, directeur général adjoint de Transilien, Augustin de Romanet, président directeur général ADP, Philippe Yvin, président du directoire Société du Grand Paris, Jo Van Onsem, vice-président monde, président du Groupe International Transport et Gouvernement, Xerox 14H45 Valorisation foncière : La porte d entrée des investisseurs Grand Témoin : Jean Daubigny, préfet, région IDF avec Serge Grzybowski, président, Pourquoi un Forum sur le Grand Paris? Par Chiara Corazza, Directeur Général de Paris-Ile de France Capitale Economique L objectif de ce forum, organisé par Paris-Ile de France Capitale Economique, qui agit comme ambassadeur du projet, est de mobiliser les grands acteurs économiques pour répondre aux nombreuses attentes que suscite le Grand Paris tant en Ile-de- France qu à l étranger. Les Franciliens en attendent croissance et emplois, ainsi qu une meilleure qualité de vie. Les investisseurs internationaux perçoivent le projet comme un signe de dynamisme mais ont désormais besoin d opportunités concrètes pour s engager. Le forum fera le point des avancées et des challenges nouveaux. Jean Lemierre, président de BNP Paribas, viendra notamment présenter les propositions de Paris-Ile de France Capitale Economique pour mobiliser plus vite et mieux les investissements et accélérer les réalisations. Depuis la mise en place du groupe de travail qu il a présidé, de nombreuses avancées ont été annoncées par le Premier ministre. Il reste à les concrétiser et surtout, à tirer le meilleur parti du projet sur tous les plans pour faire de la Région Capitale une métropole intelligente, performante et attractive. Icade, Thierry Laroue- Pont*, président du directoire BNP Real Estate, Xavier Lepine, président du directoire La Française, Frédéric Nouel, avocat à la Cour, Gide-Loyrette-Nouel 16H00 Attractivité et excellence : les Facilitateurs Grand témoin : Etienne Guyot, préfet directeur général, CCIR, avec Gabriele Fioni, directeur de pôle sciences de la matière CEA, Stéphane Layani, président directeur général Semmaris, Nadra Moussalem, Principal - Co-Head Europe Colony Capital, Hugues Parant, préfet directeur général Epadesa, Pierre Veltz, président directeur général, Saclay 17H00 Innovations et Smart-city : Les Incontournables Grand témoin : Robert Vassoyan, directeur général, Cisco France, avec Jean-Louis Blanc, membre du comex, directeur commercial innovation et nouveaux métiers GDF-Suez, Marc Dixon*, président directeur général Régus, Thierry Lassus, directeur des activités ferroviaires «Infrastructures» ABB, Bernard Michel, président, Gecina 18H00 Financement: Best practices internationales Grand témoin : Jean Lemierre, président BNP Paribas, avec Xavier Huillard*, président directeur général Vinci, Hervé Le Bouc*, président directeur général Colas. Conclusion : Emmanuel Macron, ministre de l Économie, de l Industrie et du Numérique Les tables rondes sont animées par Chiara Corazza, Directeur Général de Paris-Ile de France Capitale Economique * En attente de confirmation Le journal du Grand Paris N N 1 Du 15 3 au octobre 9 novembre

12 XXXX COULISSES / XXXX/ PORTRAIT Emmanuel de Maistre, lauréat du prix de l ingénieur numérique En bref Coulisses LOGEMENT Eloge de la densité «Le coût du foncier, celui de la construction, mais aussi et surtout le coût du conservatisme, de la prudence excessive qui aboutit à une sous-densité interdisant de rentabiliser les projets.» Thierry Lajoie, président de l AFTRP, résume en ces termes les raisons de la crise de la construction du logement en Ile-de-France. PATRICK DEVEDJIAN Métropolitain Le sens du dialogue dont fait preuve le nouveau président de Paris Métropole inquiète ses opposants. Certains élus s interrogent sur ses intentions. S il ne peut prétendre à ce jour à siéger au sein de l exécutif métropolitain, il suffirait d amender l article 12 en ce sens EMPRUNTS TOXIQUES Mauvaise passe L envolée du cours du franc suisse par rapport à l euro ne fait pas les affaires d une série de communes franciliennes - et d hôpitaux - qui conservent, dans leur encours, des lignes de crédits structurés indexés sur l Euro/CHF. En l état, certains taux dépassent 25 %. OIN ET PIL L attente De même que la liste de l opérations d intérêt national multisites, le décret précisant les contours de la procédure intégrée pour le logement (PIL) est très attendu. Cet outil pourrait accélérer sensiblement la réalisation des projets, puisqu avec cette procédure, «les projets s imposeront à la norme, et non l inverse», selon les termes de Thierry Lajoie. G.B. PORTRAIT Emmanuel de Maistre Ascensionnel À 31 ans, Emmanuel de Maistre est déjà un multi-entrepreneur à succès. Fin 2012, il mise sur le drone civil en créant RedBird. Depuis, le secteur a pris son envol et lui aussi. ans le dédale de D start-up qui peuplent l incubateur Boucicault (Paris 15 e ), Red- Bird annonce la couleur. Rouge. Les murs, les stylos et... les drones. Il est encore tôt. Bientôt les salariés aujourd hui au nombre de 22 s affaireront. Emmanuel de Maistre, cofondateur de la société, parle les yeux rivés sur le fond de sa tasse à café. Mais point de timidité là-dedans. L homme est plutôt téméraire. 31 ans, marié, trois enfants, amateur de sports extrêmes... dont l entrepreneuriat. Trois entreprises à son actif. Trois succès. La dernière en date, RedBird, est un opérateur de drone civil dont la spécificité est aussi de traiter et d analyser les données «photographiées» par ces engins volants pour les secteurs de l industrie et de l agriculture. Un univers finalement assez éloigné de celui d Emmanuel. Un normalien féru de biologie qui a complété son cursus par un passage à HEC-entrepreneurs pour «allier les deux compétences». Une bonne alchimie qui lui permet de «comprendre le travail des chercheurs et de le traduire aux investisseurs». Ce «bilinguisme» l a conduit assez naturellement à travailler dans les biotechnologies. D abord pour une banque d affaires où, financier, il se charge des sociétés spécialisées dans les biotechs. Puis, en 2008, il se jette dans le grand bain de l entrepreneuriat en créant, avec des chercheurs du CNRS, Man- Ros Therapeutis, une société qui «développe des médicaments pour lutter contre le cancer et les maladies neurodégénératives à partir de molécules issues d organismes marins». Sa partie : finance et stratégie. L aventure, qui dure deux ans, l amène à quitter Paris pour les côtes finistériennes. Et ce n est pas pour déplaire à cet amateur du monde marin. Sans doute la madeleine de Proust du gamin qu il était, fasciné par BIO EXPRESS 2006 Diplômé de l ENS (biologie) et d un mastère HEC- Entrepreneurs 2008 Cofonde ManRos Therapeutics 2012 Cofonde RedBird, opérateur de drones civils 2013 Cocrée et préside la Fédération professionnelle du drone civil 2014 Reçoit le prix de l ingénieur numérique le commandant Cousteau. «La Calypso! Le scaphandre autonome...» pour explorer de nouveaux territoires (comme d autres se mettent en quête de nouvelles conquêtes économiques...). Du flair En 2010, il revend ses parts chez Man- Ros, reprend le chemin de la capitale, travaille pour le secteur de la chimie verte tout en passant son brevet de pilote. Puis un jour... «Avec des amis pilotes, nous nous sommes demandés quelles seraient les conséquences sur le vol des avions de la nouvelle réglementation sur les drones, etc.» Une curiosité qui l amène à se rendre compte qu un «marché s ouvrait avec cet outil qui permet d acquérir automatiquement des informations précises à moindre coût». RedBird va naître en six mois à peine. «Monitoring de chantier, inspection d ouvrage, diagnostic d un réseau d infrastructure... Une fois traitées, les données recueillies par les drones sont des mines d informations qui aident à la décision», explique le chef d entreprise rodé à l exercice du communicant. La société signe avec de grands groupes (Areva, GRTgaz, SNCF, etc.) et fait entrer Monnoyeur, géant des travaux publics, dans son capital. Le marché explose. «A l époque, nous étions une cinquantaine d opérateurs contre un millier actuellement», relève celui qui est aussi président de la fédération professionnelle du drone civil. Une structure qu il a cofondée en Là encore, «nous avons démarré à quatre. Nous sommes aujourd hui 300.» «L oiseau rouge» a encore de belles heures de vol devant lui. Et 2015 s annonce bien avec une levée de fonds de plusieurs millions et de nouveaux marchés en perspective, après l Amérique du Sud, l Afrique et l Europe de l est. L explorateur a trouvé son eldorado... jusqu au prochain. Car des projets, Emmanuel en a toujours. «Mais il y a encore à faire avec RedBird» pour que la start-up atteigne sa vitesse de croisière... ou le mur du son. G.B. Société éditrice JGPmedia au capital de euros, 27 rue du Chemin Vert Paris - Tél CPPAP : 1116 T ISSN : Directeur de la publication : Jacques Paquier Rédacteur en chef délégué : Raphaël Richard Rédaction : Géraldine Bouton, Jérôme Michon, Fabienne Proux, Marie Bidault Directrice de clientèle : Dominique Pillas Conception graphique : Rampazzo & Associés Imprimerie : ISI Print, 15 rue F. de Pressensé, La Plaine-Saint-Denis 12 Le journal du Grand Paris N 13 Du 2 au 8 février 2015

contrats de développement territorial (CDT) projet de territoire de long terme

contrats de développement territorial (CDT) projet de territoire de long terme 2 3 Situé dans la vallée de la Seine, à moins de trois kilomètres au sud de Paris, desservi aujourd hui par les RER C et D, l autoroute A 86 et demain par le réseau du Grand Paris Express, le territoire

Plus en détail

Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris

Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris Paris, mardi 12 juillet 2011 SEMINAIRE «THE GREATER PARIS PROJECT : FINANCIAL AND REAL ESTATE INVESTMENT OPPOTUNITIES» LONDRES, ROYAUME

Plus en détail

ZFU - TERRITOIRES ENTREPRENEURS ET MESURES FISCALES DE SOUTIEN AUX COMMERCES DE PROXIMITÉ

ZFU - TERRITOIRES ENTREPRENEURS ET MESURES FISCALES DE SOUTIEN AUX COMMERCES DE PROXIMITÉ ZFU - TERRITOIRES ENTREPRENEURS ET MESURES FISCALES DE SOUTIEN AUX COMMERCES DE PROXIMITÉ DIRECTION DE LA VILLE ET DE LA COHÉSION URBAINE Bureau du développement économique et de l emploi Février 2015

Plus en détail

Agir pour le développement économique et l innovation dans les vallées hydrauliques

Agir pour le développement économique et l innovation dans les vallées hydrauliques Agir pour le développement économique et l innovation dans les vallées hydrauliques Raphaël Mehr Directeur de l Unité de Production Hydraulique Est EDF s engage en faveur du développement économique et

Plus en détail

Le Nouveau Grand Paris : Les convictions de la Région Ile-de-France ont rencontré la volonté du Gouvernement Ayrault

Le Nouveau Grand Paris : Les convictions de la Région Ile-de-France ont rencontré la volonté du Gouvernement Ayrault Service de presse Le Nouveau Grand Paris : Les convictions de la Région Ile-de-France ont rencontré la volonté du Gouvernement Ayrault Dossier de presse Contacts presse William Beuve-Méry william.beuve-mery@iledefrance.fr

Plus en détail

Le plan de déplacements urbains d Île-de-France. Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015

Le plan de déplacements urbains d Île-de-France. Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015 Le plan de déplacements urbains d Île-de-France Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015 Le PDUIF : enjeux, objectifs, défis Le PDUIF : un document essentiel de la politique des déplacements en Ile-de-France

Plus en détail

Préambule. Charte anti-spéculative. Entre la Ville de Paris

Préambule. Charte anti-spéculative. Entre la Ville de Paris Charte anti-spéculative Entre la Ville de Paris Et. Préambule Un an après la signature du Pacte Logement pour tous en juin 2014, la Ville de Paris propose à ses partenaires propriétaires fonciers et aux

Plus en détail

Seine-Amont, la communauté d agglomération de Choisy-le-Roi, Ivry-sur-Seine, Vitry-sur-Seine

Seine-Amont, la communauté d agglomération de Choisy-le-Roi, Ivry-sur-Seine, Vitry-sur-Seine Seine-Amont, la communauté d agglomération de Choisy-le-Roi, Ivry-sur-Seine, Vitry-sur-Seine 185000 habitants Val-de-Marne Dans le cadre de la montée en charge de la CASA Recrute par voie de mise à disposition

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM IN ACTION auprès des équipes de Maitrise d Œuvre Cette consultation a pour objectif d

Plus en détail

http://www.economie.gouv.fr

http://www.economie.gouv.fr PIERRE MOSCOVICI MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES http://www.economie.gouv.fr Discours de Pierre MOSCOVICI, Ministre de l Economie et des Finances Conférence de presse pour le lancement de la Banque

Plus en détail

LA DEFENSE / SEINE ARCHE OIN LA DEFENSE

LA DEFENSE / SEINE ARCHE OIN LA DEFENSE LA DEFENSE / SEINE ARCHE Le périmètre d intervention de l EPAD créé en 1958, est devenu périmètre d Opération d Intérêt National en 1983. Celui-ci a été scindé en deux le 19 décembre 2000 entre d une part

Plus en détail

Prise en compte du développement durable dans les marchés publics :

Prise en compte du développement durable dans les marchés publics : Prise en compte du développement durable dans les marchés publics : Cahier des charges pour un programme de formation à l attention des agents des institutions publiques (Collectivités locales, services

Plus en détail

Concertation sur le projet d aménagement «Route de Toulouse»

Concertation sur le projet d aménagement «Route de Toulouse» Concertation sur le projet d aménagement «Route de Toulouse» Compte-rendu de la 2 e du groupe de travail I. Rappel du contexte général Société Publique Locale, la Fabrique Métropolitaine de La Cub («La

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM DATA auprès des collectivités et des bailleurs sociaux Cette consultation a pour objectif

Plus en détail

POSITION DE LA FIEEC (SUITES DU RAPPORT DE LA MISSION D EXPERTISE SUR LA FISCALITE DE L ECONOMIE NUMERIQUE CONFIEE A MM.

POSITION DE LA FIEEC (SUITES DU RAPPORT DE LA MISSION D EXPERTISE SUR LA FISCALITE DE L ECONOMIE NUMERIQUE CONFIEE A MM. Développement du numérique POSITION DE LA FIEEC SUR LA FISCALITE DE L ECONOMIE NUMERIQUE (SUITES DU RAPPORT DE LA MISSION D EXPERTISE CONFIEE A MM. COLLIN ET COLIN) Février 2013 2 FISCALITE DU NUMERIQUE

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour les personnes âgées FICHE ACTION N 22 Répondre aux

Plus en détail

entreprendre et réussir en seine-et-marne

entreprendre et réussir en seine-et-marne entreprendre et réussir en seine-et-marne 3 métiers : informer Etre informé, c est pouvoir agir en connaissance de cause. Alimentée par son réseau de partenaires, l agence recueille toutes les informations

Plus en détail

Programme d Investissements d Avenir

Programme d Investissements d Avenir www.caissedesdepots.fr Programme d Investissements d Avenir Créateur de solutions durables Programme d Investissements d Avenir L État investit 35 milliards d euros Pilotage 0 gestionnaires 5 priorités

Plus en détail

CHARTE DE LA COMMUNE NOUVELLE

CHARTE DE LA COMMUNE NOUVELLE BOURG DE THIZY, LA CHAPELLE DE MARDORE, MARDORE, MARNAND, THIZY CHARTE DE LA COMMUNE NOUVELLE PRINCIPES FONDATEURS Les communes de BOURG DE THIZY, LA CHAPELLE DE MARDORE, MARDORE, MARNAND et THIZY ont

Plus en détail

4 AXES STRATEGIQUES. Plan de mandature

4 AXES STRATEGIQUES. Plan de mandature 4 AXES STRATEGIQUES Plan de mandature Un projet pour notre territoire 9 ObjECTIFS OPERATIONNELS B âtir un programme au service de l économie dans lequel une large majorité d entre vous se reconnaît est

Plus en détail

La construction métropolitaine en Ile-de-France

La construction métropolitaine en Ile-de-France 1 La construction métropolitaine en Ile-de-France Eléments d actualité: La réforme territoriale Le devenir du Grand Paris 29 Novembre 2012 Intercommunalité et Métropolisation en Ile-de-France 2 Eléments

Plus en détail

Mutation des territoires d activités économiques à Aulnay-sous-Bois. Une expérience de redynamisation territoriale

Mutation des territoires d activités économiques à Aulnay-sous-Bois. Une expérience de redynamisation territoriale Mutation des territoires d activités économiques à Aulnay-sous-Bois Une expérience de redynamisation territoriale 2 structures : Développer l emploi l entrepreneuriat et l attractivité économique de la

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Pour participer il vous suffit de retourner votre dossier de candidature accompagné d une copie de vos cartes d étudiant, diplôme ou attestation du statut étudiant entrepreneur avant le lundi 15 décembre

Plus en détail

REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES

REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES Le Schéma Régional de Développement Economique prévoit dans son orientation intitulée Promouvoir une attractivité économique durable, axe 5 une stratégie foncière pour

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Mardi 10 février 2015 : Comité syndical du SYANE

DOSSIER DE PRESSE. Mardi 10 février 2015 : Comité syndical du SYANE Annecy, le 10 février 2015 DOSSIER DE PRESSE Mardi 10 février 2015 : Comité syndical du SYANE Un budget 2015 de 155 M, dont un programme de travaux de 70 M avec le maintien d un haut niveau d investissements

Plus en détail

Rapport pour la commission permanente du conseil régional JUILLET 2015

Rapport pour la commission permanente du conseil régional JUILLET 2015 Rapport pour la commission permanente du conseil régional JUILLET 2015 Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france LANCEMENT DE DEUX CONSULTATIONS EN APPEL D OFFRES OUVERT

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE REGROUPEMENT DES SERVICES CENTRAUX DU MINISTERE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTES AU PARC DU MILLENAIRE - PARIS 19 EME

DOSSIER DE PRESSE REGROUPEMENT DES SERVICES CENTRAUX DU MINISTERE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTES AU PARC DU MILLENAIRE - PARIS 19 EME DOSSIER DE PRESSE REGROUPEMENT DES SERVICES CENTRAUX DU MINISTERE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTES AU PARC DU MILLENAIRE - PARIS 19 EME Signature du protocole entre l Etat et la société Icade Jeudi 22 décembre

Plus en détail

PROJET D ACTIVITÉ 2015

PROJET D ACTIVITÉ 2015 PROJET D ACTIVITÉ 2015 LA DÉFENSE DES INTÉRÊTS DU SECTEUR LES ENJEUX INSTITUTIONNELS 1. Les partenaires engagés 2. Les partenaires à consolider et développer 3. Les élections départementales et régionales

Plus en détail

Lancement du Club «Grand Orly Entreprises»

Lancement du Club «Grand Orly Entreprises» 18 juin 2013 Lancement du Club «Grand Orly Entreprises» Les entreprises et acteurs économiques du Grand Orly se mobilisent pour la desserte du pôle d Orly, 2ème pôle économique d Ile-de-France Le territoire

Plus en détail

Icade et Architecture Studio réaliseront le projet immobilier autour. Établissement recevant du public (ERP) ou assimilé

Icade et Architecture Studio réaliseront le projet immobilier autour. Établissement recevant du public (ERP) ou assimilé 3. > Immobilier 4. > Icade et Architecture Studio réaliseront le projet immobilier autour de la gare Issy RER du Grand Paris Express Immobilier Politique des transports Icade et Architecture Studio réaliseront

Plus en détail

LA MÉTROPOLE DU GRAND PARIS

LA MÉTROPOLE DU GRAND PARIS LA MÉTROPOLE DU GRAND PARIS 7 M d habitants en 2014 dont 1,6 millions de jeunes de moins de 20 ans LA NAISSANCE D UNE MÉTROPOLE MONDIALE UNE MÉTROPOLE ET DES TERRITOIRES UNE ARCHITECTURE À DEUX NIVEAUX

Plus en détail

QU EST CE QU UN MARCHÉ PUBLIC?

QU EST CE QU UN MARCHÉ PUBLIC? QU EST CE QU UN MARCHÉ PUBLIC? - Un marché public est un contrat conclu à titre onéreux entre un pouvoir adjudicateur (collectivité territoriale, Etat ) et un opérateur économique public ou privé pour

Plus en détail

résidence condorcet - aubervilliers (93) investissement LMNP Scellier-Bouvard

résidence condorcet - aubervilliers (93) investissement LMNP Scellier-Bouvard résidence condorcet - aubervilliers (93) investissement LMNP Scellier-Bouvard Sommaire La résidence au cœur d un quartier en plein essor P03 plan d accès à la résidence P04 La résidence et les étudiants

Plus en détail

Cahier des charges assistance juridique de l Apur 13 août 2013

Cahier des charges assistance juridique de l Apur 13 août 2013 Cahier des charges assistance juridique de l Apur 13 août 2013 1 Présentation de l Apur 2 1.1 Création, missions 2 1.2 Statuts et membres 2 1.3 Fonctionnement 2 2 Contexte général de la mission 3 3 Prestation

Plus en détail

Avis sur investir pour la Vallée de la Seine : vers un premier contrat de plan interrégional 2015-2020

Avis sur investir pour la Vallée de la Seine : vers un premier contrat de plan interrégional 2015-2020 Décembre 2014 Avis sur investir pour la Vallée de la Seine : vers un premier contrat de plan interrégional 2015-2020 Résultat du vote : UNANIMITÉ Rapporteur : M Antoine LAFARGE Initié en 2009 sous sa forme

Plus en détail

CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009

CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009 Communiqué de presse Paris, 15 février 2010 CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009 Activité commerciale 2009 très soutenue dans toutes les classes d actifs Maintien du chiffre d affaires à hauteur

Plus en détail

PRESENTATION DU 08/03/07

PRESENTATION DU 08/03/07 PRESENTATION DU 08/03/07 1 RAPPEL DES 5 ENJEUX STRATEGIQUES IDENTIFIES A PARTIR DU DIAGNOSTIC PARTAGE 1 - UNE REGION SOLIDAIRE : Promouvoir un développement équilibré qui concilie efficacité économique,

Plus en détail

COMPTE RENDU SOMMAIRE DU CONSEIL MUNICIPAL

COMPTE RENDU SOMMAIRE DU CONSEIL MUNICIPAL COMPTE RENDU SOMMAIRE DU CONSEIL MUNICIPAL Séance du mercredi 10 Décembre 2014 Après avoir approuvé le compte rendu de la réunion du 12 novembre 2014, le conseil municipal a examiné les dossiers et pris

Plus en détail

APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015

APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015 APPEL A PROJETS USINE DU FUTUR CENTRE VAL DE LOIRE 2015 Contexte et enjeux : Depuis plusieurs années la politique économique de la Région Centre - Val de Loire s est fixée comme objectif de soutenir la

Plus en détail

Résidence étudiante MAGELLAN. Paris la Défense Colombes Éco- quartier de la Marine

Résidence étudiante MAGELLAN. Paris la Défense Colombes Éco- quartier de la Marine Résidence étudiante MAGELLAN Paris la Défense Colombes Éco- quartier de la Marine SITUATION DE LA RÉSIDENCE Au pied du tramway relié directement à la Défense, proche des grands pôles universitaires, à

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE LA MISSION DE PREFIGURATION. Aux termes de la loi, la mission de préfiguration comprend, et d un seul tenant :

REGLEMENT INTERIEUR DE LA MISSION DE PREFIGURATION. Aux termes de la loi, la mission de préfiguration comprend, et d un seul tenant : REGLEMENT INTERIEUR DE LA MISSION DE PREFIGURATION Aux termes de la loi, la mission de préfiguration comprend, et d un seul tenant : - une présidence confiée au préfet de la région Île-de-France et au

Plus en détail

Accélérer les projets de géoservices des PME. Réunion d information Paris, le 17 juillet 2014

Accélérer les projets de géoservices des PME. Réunion d information Paris, le 17 juillet 2014 ign.fr En partenariat avec Accélérer les projets de géoservices des PME 1 ère ÉDITION JUILLET 2014 Réunion d information Paris, le 17 juillet 2014 Nicolas Lambert (IGN) Eric Dubois (Cap Digital) LE PROGRAMME

Plus en détail

CLÉS. pour réussir votre implantation d entreprise en Ardèche

CLÉS. pour réussir votre implantation d entreprise en Ardèche E 7 CLÉS pour réussir votre implantation d entreprise en Ardèche 1 Défi nir «votre» localisation géographique idéale Choisir un emplacement adapté, c est tout d abord définir le barycentre de votre future

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 13-DCC-80 du 3 juillet 2013 relative à la prise de contrôle conjoint du pôle de compétences urbaines de Bordeaux par la société Midi Foncière 2 et la Caisse des Dépôts et

Plus en détail

REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013

REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013 REGLEMENT APPEL A PROJETS D ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE EN SEINE-SAINT-DENIS ANNEE 2013 ARTICLE 1 : CONTEXTE Dans le prolongement de son Agenda 21 qui s intègre dans une logique de développement durable,

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêts Economie numérique

Appel à manifestation d intérêts Economie numérique Appel à manifestation d intérêts Economie numérique CONTEXTE La Région considère comme prioritaire le secteur numérique, vecteur essentiel de performance, de modernité et d attractivité du territoire,

Plus en détail

BP 50135 75263 PARIS Cedex 06

BP 50135 75263 PARIS Cedex 06 Pour participer il vous suffit de retourner votre dossier de candidature accompagné d une copie de vos cartes d étudiant, diplôme ou attestation du statut étudiant entrepreneur avant le mardi 15 décembre

Plus en détail

pour une métropole solidaire et attractive

pour une métropole solidaire et attractive pour une métropole solidaire et attractive A l origine de Paris Métropole 5 décembre 2001 : premier débat à la Maison de la RATP o 400 acteurs publics du cœur de l agglomération o réunis pour envisager

Plus en détail

«Avec les bons plans de la MNT, je me simplifie le quotidien à prix mini!» mois offerts* en santé. * Voir conditions à l intérieur du dépliant.

«Avec les bons plans de la MNT, je me simplifie le quotidien à prix mini!» mois offerts* en santé. * Voir conditions à l intérieur du dépliant. Offre «JEUNE AGENT» «Avec les bons plans de la MNT, je me simplifie le quotidien à prix mini!» 2 en santé mois offerts* * Voir conditions à l intérieur du dépliant. Couverture santé, projets d installation,

Plus en détail

Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation

Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation Décembre 2013 Mission Bassin Minier décembre 2013 Page 2 Préambule Depuis 1982, le

Plus en détail

Droit des marchés publics

Droit des marchés publics série 1 - champ D application Du code Des marchés publics et principes fondamentaux 1. la notion de La MarChÉ notion de public marché public Le Code des marchés publics de 2006 distingue, en les intégrant

Plus en détail

05 novembre 2015 IREV - Lille

05 novembre 2015 IREV - Lille 05 novembre 2015 IREV - Lille 1. OBJECTIFS GENERAUX Objectifs généraux Objectifs généraux Présenter le club d entreprises FACE MEL, ses actions et spécificités Présenter notre méthodologie de développement

Plus en détail

Prise en compte du développement durable dans les marchés publics :

Prise en compte du développement durable dans les marchés publics : Prise en compte du développement durable dans les marchés publics : Cahier des charges pour un programme de formation à l attention des agents des institutions publiques soumises à l Ordonnance du 23 juillet

Plus en détail

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Pourquoi encourager la création de Centres Intercommunaux d Action Sociale est une réponse pertinente aux difficultés sociales auxquelles

Plus en détail

2013 DVD 240 Prolongation du dispositif de subvention pour l'achat de cyclomoteurs électriques et de vélos à assistance électrique.

2013 DVD 240 Prolongation du dispositif de subvention pour l'achat de cyclomoteurs électriques et de vélos à assistance électrique. Direction de la Voirie et des Déplacements 2013 DVD 240 Prolongation du dispositif de subvention pour l'achat de cyclomoteurs électriques et de vélos à assistance électrique. PROJET au 16 / 07 / 08 Version

Plus en détail

Règlement DRIM in Saclay. Article 1 : Organisation

Règlement DRIM in Saclay. Article 1 : Organisation Règlement DRIM in Saclay Article 1 : Organisation Le présent événement, dénommé DRIM in Saclay, est co-organisé par la CCI Essonne dont le siège social est situé 2 cours Monseigneur Roméro à Evry France,

Plus en détail

CAPURBA 2015, ÉVÈNEMENT FÉDÉRATEUR POUR

CAPURBA 2015, ÉVÈNEMENT FÉDÉRATEUR POUR DU 02 AU 04 JUIN 2015 LYON EUREXPO FRANCE www.capurba.com AU CŒUR DES VILLES INTELLIGENTES & INNOVANTES Parce que la ville a laissé place à la Smart City, le salon CapUrba propose une réflexion globale

Plus en détail

Concertation, vote en ligne : Amiens Métropole invite la population à prendre le tram en marche!

Concertation, vote en ligne : Amiens Métropole invite la population à prendre le tram en marche! Communiqué de presse Mercredi 27 mars 2013 Concertation, vote en ligne : Amiens Métropole invite la population à prendre le tram en marche! Fin 2012, le Conseil d Amiens Métropole choisissait de se doter

Plus en détail

amur La Défense dans le Grand Paris: l enjeu de son Territoire-Réseau mastère spécialisé promotion 2012-2013 Directeur d étude Partenaire

amur La Défense dans le Grand Paris: l enjeu de son Territoire-Réseau mastère spécialisé promotion 2012-2013 Directeur d étude Partenaire amur promotion 2012-2013 La Défense dans le Grand Paris: l enjeu de son Territoire-Réseau mastère spécialisé Partenaire Equipe Projet Laure Bellon-Serre Marie Chevillotte Clément Javouret Pierre Le Moual

Plus en détail

Plaquette de présentation Comité Innovation Routes et Rues(CIRR) 2014-2015. 1. L actualisation du principal outil de soutien à l innovation routière

Plaquette de présentation Comité Innovation Routes et Rues(CIRR) 2014-2015. 1. L actualisation du principal outil de soutien à l innovation routière Plaquette de présentation Comité Innovation Routes et Rues(CIRR) 2014-2015 1. L actualisation du principal outil de soutien à l innovation routière 1.1 Le Comité d Innovation Routes et Rues (CIRR) est

Plus en détail

La Région rencontre les 13 communes concernées par la montée en débit des sous-répartiteurs dans le cadre du déploiement du très haut débit

La Région rencontre les 13 communes concernées par la montée en débit des sous-répartiteurs dans le cadre du déploiement du très haut débit La Région rencontre les 13 communes concernées par la montée en débit des sous-répartiteurs dans le cadre du déploiement du très haut débit Basse-Terre, le 14 octobre 2015 La Région Guadeloupe a engagé

Plus en détail

Laon le jeudi 1 er octobre 2015 DOSSIER DE PRESSE AISNE : UNE ETAPE MAJEURE POUR LE DEPLOIEMENT DU TRES HAUT DEBIT

Laon le jeudi 1 er octobre 2015 DOSSIER DE PRESSE AISNE : UNE ETAPE MAJEURE POUR LE DEPLOIEMENT DU TRES HAUT DEBIT Laon le jeudi 1 er octobre 2015 DOSSIER DE PRESSE AISNE : UNE ETAPE MAJEURE POUR LE DEPLOIEMENT DU TRES HAUT DEBIT COMMUNIQUE DE PRESSE Laon, le jeudi 1 er octobre 2015 AISNE : UNE ETAPE MAJEURE POUR LE

Plus en détail

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme)

PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD. NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) PROJET D AMENAGEMENT DU MAS LOMBARD NOTICE D OBJECTIFS Dossier de concertation prealable (L 300-2 du code de l Urbanisme) 1) Les modalités de la Concertation 2) Plan de situation 3) Contexte 4) Les études

Plus en détail

TEXTE ADOPTE no 511 Petite loi ASSEMBLEE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 ONZIEME LEGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 1999-2000 23 mai 2000 PROJET DE LOI ADOPTE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE EN NOUVELLE

Plus en détail

Autopromotion/Habitat Participatif

Autopromotion/Habitat Participatif Autopromotion/Habitat Participatif L autopromotion est un regroupement de familles qui mutualisent leurs ressources pour concevoir réaliser et financer ensemble leur logement au sein d un bâtiment collectif,

Plus en détail

Directive Régionale d Aménagement

Directive Régionale d Aménagement Directive Régionale d Aménagement Développer les fonctions de centralité autour des quartiers de gare Cahier d intentions Septembre 2010 Mise en œuvre du Schéma Régional d Aménagement et de Développement

Plus en détail

STIF Concertation prolongement ligne 1 75443 PARIS CEDEX 9. Madame, Monsieur,

STIF Concertation prolongement ligne 1 75443 PARIS CEDEX 9. Madame, Monsieur, STIF Concertation prolongement ligne 1 75443 PARIS CEDEX 9 2015-006/GD/GL/CL Créteil, le 8 janvier 2015 Département Projets de territoire et collectivités Affaire suivie par Catherine LAINE et Raphaël

Plus en détail

Quelle place pour la logistique en Essonne? Débats/groupes de travail du 22 octobre 2010 Synthèses des échanges et propositions d actions

Quelle place pour la logistique en Essonne? Débats/groupes de travail du 22 octobre 2010 Synthèses des échanges et propositions d actions Quelle place pour la logistique en Essonne? Débats/groupes de travail du 22 octobre 2010 Synthèses des échanges et propositions d actions La logistique contribue, de manière significative, au développement

Plus en détail

Ouverture d une Pépinière dédiée à la finance 5 rue d UZès

Ouverture d une Pépinière dédiée à la finance 5 rue d UZès Ouverture d une Pépinière dédiée à la finance 5 rue d UZès Présentation à l attention des PME candidates Mercredi 30 juin 2010 www.finance-innovation.org 1 La création d une pépinière dédiée aux entreprises

Plus en détail

2012 DF 34 Participation à la création d une Société d Economie Mixte «Energies POSIT IF» PROJET DE DELIBERATION EXPOSE DES MOTIFS

2012 DF 34 Participation à la création d une Société d Economie Mixte «Energies POSIT IF» PROJET DE DELIBERATION EXPOSE DES MOTIFS DIRECTION DES FINANCES Sous-Direction des Partenariats Public-Privé Bureau des Sociétés d Economie Mixte 2012 DF 34 Participation à la création d une Société d Economie Mixte «Energies POSIT IF» PROJET

Plus en détail

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Association Rhône Alpes des professionnels des Développeurs Economiques Locaux 14 rue Passet 69007 Lyon Tél. : 04

Plus en détail

Projet Bordeaux-Euratlantique : diagnostic «point 0» Dossier de presse

Projet Bordeaux-Euratlantique : diagnostic «point 0» Dossier de presse Projet Bordeaux-Euratlantique : diagnostic «point 0» Dossier de presse INSEE Aquitaine 33 rue de Saget 33 076 Bordeaux Cedex www.insee.fr Contact : Michèle CHARPENTIER Tél. : 05 57 95 03 89 Mail : michele.charpentier@insee.fr

Plus en détail

Un port urbain, multisite, en 2016, aux Ardoines, à Vitry-sur Seine

Un port urbain, multisite, en 2016, aux Ardoines, à Vitry-sur Seine Communiqué de presse Choisy-le-Roi, le 8 juillet 2014 Un port urbain, multisite, en 2016, aux Ardoines, à Vitry-sur Seine L EPA Orly Rungis Seine Amont, HAROPA-Ports de Paris, la ville de Vitry-sur-Seine,

Plus en détail

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Lorraine

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Lorraine Tournée régionale ADCF / ADGCF Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés Lorraine 1. Caractéristiques géographiques et démographiques 1 1. Caractéristiques

Plus en détail

APPEL A INTERET : DIAGNOSTIC ENERGETIQUE MAISON INDIVIDUELLE

APPEL A INTERET : DIAGNOSTIC ENERGETIQUE MAISON INDIVIDUELLE APPEL A INTERET : DIAGNOSTIC ENERGETIQUE MAISON INDIVIDUELLE 0 1 Objectifréno.fr Le projet «Objectifréno» du PETR du Pays Sud Toulousain est lauréat de l Appel à Manifestation d Intérêt (AMI) de l ADEME

Plus en détail

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Vu le décret n 2006-672 du 8 juin 2006 relatif à la création, à la composition et au fonctionnement de commissions

Plus en détail

Décisions du Bureau du 16 novembre 2015

Décisions du Bureau du 16 novembre 2015 Mardi 17 novembre 2015 Décisions du Bureau du 16 novembre 2015 Les élus du Bureau de la Métropole Rouen Normandie se sont réunis hier soir, lundi 16 novembre. Les délibérations prises par les élus confirment

Plus en détail

Opération d intérêt national Bordeaux Euratlantique. Point d étape

Opération d intérêt national Bordeaux Euratlantique. Point d étape Opération d intérêt national Bordeaux Euratlantique Point d étape Une feuille de route initiale Un enjeu économique : - créer un centre d affaires européen (tertiaire supérieur) - faire un effet levier

Plus en détail

Les enjeux du projet Cœur de Quartier sont :

Les enjeux du projet Cœur de Quartier sont : Communiqué de presse 23 avril 2014 Établissement public d aménagement de La Défense Seine Arche 55 Place Nelson Mandela 92024 Nanterre Cedex L Etablissement Public d Aménagement de La Défense Seine Arche

Plus en détail

MISSION D ACCOMPAGNEMENT POUR LA TRANSFORMATION D UN OFFICE DE TOURISME ASSOCIATIF ET LA CREATION D UNE STRUCTURE COMMERCIALE

MISSION D ACCOMPAGNEMENT POUR LA TRANSFORMATION D UN OFFICE DE TOURISME ASSOCIATIF ET LA CREATION D UNE STRUCTURE COMMERCIALE MISSION D ACCOMPAGNEMENT POUR LA TRANSFORMATION D UN OFFICE DE TOURISME ASSOCIATIF ET LA CREATION D UNE STRUCTURE COMMERCIALE Commune de Cauterets Cahier des Charges 1 1 GENERALITES 1.1 Contexte Nichée

Plus en détail

Dispositif : Entreprenariat et entreprises

Dispositif : Entreprenariat et entreprises Dispositif : Entreprenariat et entreprises Axe 2 Objectif Thématique 3 : Améliorer la compétitivité des PME Investissement prioritaire A : Promotion de l esprit d entreprise, en particulier en facilitant

Plus en détail

PLUi HI PLAN LOCAL D URBANISME INTERCOMMUNAL TENANT LIEU DE PROGRAMME LOCAL DE L HABITAT CONCERTATION DU PUBLIC

PLUi HI PLAN LOCAL D URBANISME INTERCOMMUNAL TENANT LIEU DE PROGRAMME LOCAL DE L HABITAT CONCERTATION DU PUBLIC I PLAN LOCAL D URBANISME INTERCOMMUNAL TENANT LIEU DE PROGRAMME LOCAL DE L HABITAT CONCERTATION DU PUBLIC CAHIER N 1 / AVRIL 2015 LANCEMENT DE LA PROCÉDURE Le a pour objectif de définir un projet urbain

Plus en détail

La mutualisation du stationnement

La mutualisation du stationnement La mutualisation du stationnement Eric GANTELET, Président SARECO SARECO est un bureau d études spécialisé sur les questions de stationnement qui conseille les collectivités territoriales depuis la définition

Plus en détail

F O R M A T I O N 2 0 1 5

F O R M A T I O N 2 0 1 5 HABITAT A R C H I T E C T U R E S F O R M A T I O N 2 0 1 5 LOGEMENTS COLLECTIFS *Les Conseils d Architecture, d Urbanisme et de l Environnement (CAUE) sont des associations départementales créées par

Plus en détail

Paris bâtit un programme stratégique de ville intelligente et accélère sur l open data

Paris bâtit un programme stratégique de ville intelligente et accélère sur l open data Paris bâtit un programme stratégique de ville intelligente et accélère sur l open data Dossier de presse Mardi 23 juin 2015 1 Sommaire Edito de Jean-Louis Missika 3 Paris bâtit un programme stratégique

Plus en détail

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 PRESENTATION HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 Zone aéroparc2 Contact : M Jean-Claude REBISCHUNG 3 rue des Cigognes Email : info@hrexcellium.fr 67960 Strasbourg-aéroport Site web : www.hrexcellium.fr (en

Plus en détail

Concertation sur le projet d aménagement «Route de Toulouse»

Concertation sur le projet d aménagement «Route de Toulouse» Concertation sur le projet d aménagement «Route de Toulouse» Compte-rendu de la réunion publique du 20 mai 2015 I. Rappel du contexte général Société Publique Locale, la Fabrique Métropolitaine de La Cub

Plus en détail

Investissements dans la maturation de projets innovants

Investissements dans la maturation de projets innovants Investissements dans la maturation de projets innovants Préambule Créée en Janvier 2012, la SATT Conectus Alsace est une Société par Actions Simplifiées (SAS) de 1 million d euros de capital social dont

Plus en détail

CDT CŒUR ECONOMIQUE DE ROISSY TERRES DE FRANCE Comité de pilotage du 30 avril 2013 au siège d Air France

CDT CŒUR ECONOMIQUE DE ROISSY TERRES DE FRANCE Comité de pilotage du 30 avril 2013 au siège d Air France au siège d Air France CDT CERTF CR COMITE DE PILOTAGE 2013 OBJET DE LA REUNION Comité de Pilotage de validation du projet de CDT et de son évaluation environnementale ORDRE DU JOUR 8 Mot de bienvenue de

Plus en détail

LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE

LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE Dossier de Presse : Grand Paris, le temps des réalisations Fiche 4 LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE Placer le Grand Paris au service de la croissance et de l emploi, en élément moteur de l économie nationale.

Plus en détail

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES SOMMAIRE PAGE 5 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE PAGE 6 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES PAGE 7 3. DES AMBITIONS PARTAGEES ET DES OBJECTIFS COMMUNS PAGE 8 4.UN

Plus en détail

L immobilier d entreprise artisanale

L immobilier d entreprise artisanale e s c a L immobilier d entreprise artisanale n l B e E n j e u x L i v r S t r a t é g i P r o p o s i t i o n s Ile-de-France Rhône-Alpes Le Livre Blanc de l immobilier d entreprise artisanale Pourquoi?

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Dossier de candidature Bourse Charles Foix édition 2015 Le dossier est à retourner avant le vendredi 24 juillet 2015 à minuit par mail ou par courrier (le cachet faisant foi) à : S I L V E R V A L L E

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

UN EXEMPLE DE SOCIETE D ECONOMIE MIXTE DANS LE DOMAINE DES TRANSPORTS TaM 1978-2008

UN EXEMPLE DE SOCIETE D ECONOMIE MIXTE DANS LE DOMAINE DES TRANSPORTS TaM 1978-2008 22 & 23 janvier 2008, Skhirat, Maroc UN EXEMPLE DE SOCIETE D ECONOMIE MIXTE DANS LE DOMAINE DES TRANSPORTS TaM 1978-2008 Marc le Tourneur, Directeur Général SOMMAIRE 1. L ORGANISATION DES DEPLACEMENTS

Plus en détail

Avis d'appel public à la concurrence. Animation de 3 séminaires à destination des élus et des cadres

Avis d'appel public à la concurrence. Animation de 3 séminaires à destination des élus et des cadres Avis d'appel public à la concurrence Animation de 3 séminaires à destination des élus et des cadres Identification de l'organisme qui passe le marché : Service Marchés Publics, Mairie de Noisy-le-Sec,

Plus en détail

Témoignage SCoT et PCET du Pays du Mans

Témoignage SCoT et PCET du Pays du Mans Témoignage SCoT et PCET du Pays du Mans Julien Roissé Chargé du SCoT du Pays du Mans Référent technique Grand Ouest de la Fédération Nationale des SCoT Séminaire SCoT Energie Bordeaux 04 novembre 2014

Plus en détail

mois offerts* en santé «Bientôt une mutation, une nouvelle vie commence! Avec la MNT, mon projet est facilité.» Jusqu à

mois offerts* en santé «Bientôt une mutation, une nouvelle vie commence! Avec la MNT, mon projet est facilité.» Jusqu à Offre «Mutation» «Bientôt une mutation, une nouvelle vie commence! Avec la MNT, mon projet est facilité.» Jusqu à 3 en santé mois offerts* * Voir conditions à l intérieur du dépliant. En cas de mutation,

Plus en détail

directs, les Sem jouent un rôle majeur dans l immobilier, l aménagement et la gestion des services publics locaux.

directs, les Sem jouent un rôle majeur dans l immobilier, l aménagement et la gestion des services publics locaux. ? Sem, vrai ou faux Avec 1 115 sociétés recensées et 54 200 emplois directs, les Sem jouent un rôle majeur dans l immobilier, l aménagement et la gestion des services publics locaux. Mais que connaissez-vous

Plus en détail

Casablanca Lundi 21 avril 2014 0/6

Casablanca Lundi 21 avril 2014 0/6 Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement A l occasion de la Cérémonie de lancement du Cluster Solaire Casablanca Lundi 21 avril 2014 0/6 Monsieur

Plus en détail