Les plus belles émotions du numérique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les plus belles émotions du numérique"

Transcription

1 CAHIER de développement durable 2011 Les plus belles émotions du numérique

2 SOMMAIRE 01 PREAMBULE 02 NOS DIX CHAMPS D ACTION PRIORITAIRES DE DEVELOPPEMENT DURABLE 04 Ethique et conduite des affaires 11 Protection et accompagnement de la jeunesse 18 Promotion de la diversité culturelle 26 Partage des connaissances 35 Protection des données personnelles 40 Valorisation des contenus et innovation 43 Vigilance à l égard des fournisseurs 47 Valorisation des ressources humaines 56 Développement des territoires 63 Respect de l environnement 71 INDICATEURS DE DEVELOPPEMENT DURABLE Indicateurs liés aux enjeux spécifiques 76 Indicateurs économiques 77 Indicateurs de gouvernement d entreprise 79 Indicateurs sociaux 85 Indicateurs environnementaux 89 Méthodologie de reporting 91 Rapport d examen de l un des Commissaires aux comptes 94 Contacts et informations utiles

3 PREAMBULE Articulation du et du Rapport d activité et de développement durable 2011 Vivendi mène une politique rigoureuse de développement durable, qui met en perspective les performances économiques, sociales, sociétales et environnementales liées à ses activités et à son implantation géographique. Outre les piliers classiques du développement durable, Vivendi a défini, dès 2003, trois enjeux spécifiques à son cœur de métier : protection et accompagnement de la jeunesse, promotion de la diversité culturelle et partage des connaissances. Afin de traiter pleinement l ensemble des enjeux de sa responsabilité liés à l activité du groupe, ceux-ci ont été valorisés en dix champs d action prioritaires en Le présent Cahier de développement durable complète, détaille et illustre les informations relatives à ces dix champs d action prioritaires présentés de façon synthétique dans le Rapport d activité et de développement durable 2011 (RADD 2011 p ). Il présente également de façon exhaustive les indicateurs de développement durable de l exercice 2011, la méthodologie de reporting et le rapport d examen de l un des Commissaires aux comptes. Figurent également dans le Rapport d activité et de développement durable 2011, disponible sur le site institutionnel de Vivendi et sur simple demande (voir les contacts p. 94) : p. 24 Interview de Jean-Yves Charlier, membre du Conseil du surveillance p. 26 Notre politique de développement durable p. 28 Mise en œuvre de la politique p. 30 Dialogue avec nos parties prenantes p. 34 Progrès 2011 et perspectives p. 36 Partage de la valeur en 2011 p. 37 Nos dix champs d action prioritaires (tableau de correspondances entre notre précédente classification par enjeux et les dix champs d action) 02

4 NOS DIX CHAMPS D ACTION PRIORITAIRES DE DEVELOPPEMENT DURABLE 03

5 champ d action ÉTHIQUE ET CONDUITE DES AFFAIRES Être un groupe mondial ne repose pas seulement sur la mise en commun de ressources financières, de technologies et de savoir-faire, mais aussi sur la cohésion d équipes qui, au-delà de leur ouverture à toutes les cultures, partagent l ambition de contribuer collectivement au développement durable. Les règles de conduite spécifiées dans le Programme de vigilance définissent l éthique et la conduite des affaires pour Vivendi et ses filiales. Commentaires et actions 2011 Promouvoir le cadre référentiel Garantir la bonne gouvernance du groupe Lutter contre la corruption Rendre compte des litiges et enquêtes* S assurer de la mise en œuvre du Programme de vigilance Appliquer la Charte sur la protection des données et des contenus Respecter le Pacte mondial des Nations unies S'assurer de l indépendance des membres du Conseil de surveillance Préserver la transparence Sensibiliser et informer les salariés Déployer des systèmes d alerte Impliquer les fournisseurs et sous-traitants Contentieux boursier Contentieux en droit de la concurrence Contentieux fiscal Le Programme de vigilance de Vivendi comprend sept règles d éthique générales, dont les droits sociaux fondamentaux, applicables à chaque collaborateur du groupe. Leur respect est une condition d appartenance à Vivendi. Chaque filiale a décliné, à partir de ce programme, un code éthique adapté à son cœur de métier. Aucune violation aux règles de conduite du groupe n a été relevée. Vivendi a participé à la consultation des entreprises lancée par l Autorité de la concurrence sur les programmes de conformité. La Charte sur la protection des données et des contenus définit les engagements de Vivendi en matière de protection des données personnelles, de déontologie des contenus et de respect de la propriété intellectuelle. Vivendi a transmis son rapport «Communication sur le progrès» au Pacte mondial des Nations unies, dont le 10 e principe porte sur la lutte contre la corruption. SFR a adhéré au Pacte mondial des Nations unies. Vivendi adhère pleinement au code consolidé AFEP/MEDEF en matière de gouvernance : Plus de 80 % des membres sont indépendants. Au sein de chacun des quatre comités, une large majorité des membres est indépendante. La durée des mandats des membres est fixée à quatre ans. Chaque année, les filiales rendent compte de leur conformité au Programme de vigilance et des actions menées. Ce rapport est présenté par le Secrétaire général au Comité d audit. Celui-ci s est réuni le 24 février 2012 pour examiner le bilan de l année La lutte contre la corruption est un principe essentiel inscrit dans les Codes de conduite du groupe. À l instar des formations spécifiques organisées au sein des filiales, une réunion d information sur la prévention des conflits d intérêts et les dispositions du UK Bribery Act a eu lieu au siège de Vivendi. Les salariés des filiales du continent américain disposent de hotlines spécifiques (ou procédures de whistleblowing). Le groupe n a enregistré qu une seule plainte pour fraude avérée. Toutes les filiales ont intégré une clause se référant à leur code de conduite dans leurs contrats fournisseurs, couvrant ainsi la lutte contre la corruption. En juillet 2011, GVT a également intégré une clause liée aux dix principes du Pacte mondial des Nations unies. Dans le litige portant sur la Securities Class Action aux États-Unis, le juge, en application de la décision Morrison, a limité le dossier aux actionnaires ayant acquis leurs titres sur la bourse de New York (décision du 17 février). La demande d appel formulée par les plaignants a été rejetée par la Cour d appel fédérale le 20 juillet. Le 27 janvier 2012, le juge a également rejeté les plaintes des actionnaires individuels ayant acheté des titres sur la Bourse de Paris. Suite à la décision rendue par l Autorité de la concurrence du 20 septembre, Vivendi et le Groupe Canal+ ont à nouveau notifié l opération d acquisition de CanalSatellite et TPS le 24 octobre. Le 4 novembre, Vivendi et le Groupe Canal+ ont introduit une requête devant le Conseil d État aux fins d annulation de la décision du 20 septembre. Le 5 août, l organisme national brésilien de coordination des politiques fiscales a publié un projet de résolution qui permettrait d engager des négociations concernant la taxe ICMS sur les services Internet et haut débit. À ce jour, GVT a conclu des accords dans ce cadre avec une douzaine d États du pays. * Pour une information complète sur les litiges et enquêtes, consultez la section 3 du chapitre II du Document de référence

6 Promouvoir le cadre référentiel / S assurer de la mise en œuvre du Programme de vigilance Vivendi Le Programme de vigilance de Vivendi comprend sept règles générales d éthique. Il affirme dès le préambule qu : «agir avec probité, respecter la légalité, respecter la dignité et les droits individuels des salariés, protéger la confidentialité, subordonner la recherche de la performance économique au respect de l éthique commerciale, protéger les biens et les ressources du groupe sont autant de principes qui doivent guider le comportement professionnel des collaborateurs pour que les activités du groupe s exercent selon l éthique et le droit.» Les règles de conduite énoncées dans le Programme de vigilance couvrent les droits des salariés, la sincérité et la protection de l information, la prévention des conflits d intérêts, l éthique commerciale et le respect des règles de concurrence, l utilisation des biens et des ressources appartenant au groupe, l éthique financière et le respect de l environnement. Le Programme a pour objectif de responsabiliser les collaborateurs, de leur donner un outil de référence en fixant des repères susceptibles de les aider à déterminer leur ligne de conduite. Ces règles générales sont déclinées en aval, par chaque entité opérationnelle, sur l ensemble des territoires où le groupe est présent afin d y intégrer les spécificités des activités des filiales ainsi que les particularités des législations locales. Les principales entités ont mis en place un code d éthique additionnel spécifiquement consacré à leurs activités. Les sept règles de conduite du Programme de vigilance de Vivendi Le responsable du Programme de vigilance pour le groupe et les responsables dédiés dans chaque entité opérationnelle les «compliance officers» assurent sa mise en œuvre. Au début de chaque année, les filiales du groupe font parvenir à Vivendi un rapport sur les actions menées au cours de l exercice précédent. Ce rapport est présenté par le Secrétaire général au Comité d audit qui le valide, au Conseil de surveillance, au Directoire puis est envoyé aux «compliance officers» des filiales. En France, en octobre 2011, l Autorité de la concurrence a consulté les entreprises sur les programmes de conformité ou de vigilance dont elles se sont pourvues. Vivendi a participé aux groupes de travail de l AFEP et du Medef qui ont répondu à cette consultation. Chaque filiale a décliné, à partir du Programme de vigilance de Vivendi, un code de conduite adapté à son cœur de métier. Chacune d elle remet un exemplaire de ce code, lequel est disponible et accessible via leur «Intranet», à tout nouveau salarié lors de son entrée dans l entreprise. Au sein de certaines filiales - Activision Blizzard, Universal Music Group, GVT notamment - les salariés destinataires du code doivent certifier par écrit l avoir bien reçu, en avoir pris connaissance et s engager à s y conformer. 05

7 Activision Blizzard La procédure permettant aux employés et aux directeurs d Activision Blizzard de certifier leur conformité au Code de conduite de l entreprise a été traduite en neuf langues. Fin 2011, plus de employés avaient certifié être en conformité avec ce Code, soit plus de 97 % des effectifs du groupe. Par ailleurs, en 2011, l entreprise a demandé au top management d aller plus loin dans la certification en répondant à un questionnaire en ligne portant sur certains sujets abordés dans le Code. 214 dirigeants (soit 99,5 % des dirigeants auxquels avait été adressé le questionnaire) y ont répondu. Universal Music Group Le Code de conduite d Universal Music Group s applique dans tous les pays où UMG est présent. En 2011, les taux de certification de conformité au Code par le top management d UMG Amérique du nord étaient de 95,7 % au Canada, de 94,9 % aux USA et de 100 % au Mexique. En 2011, chez UMG, presque 100 % des salariés américains et canadiens ont bénéficié d une formation en ligne au Code de conduite, que les Mexicains suivront en 2012 en espagnol. SFR L opérateur dispose d une structure d écoute et de conseil, le Comité d application du code, afin d aider chaque collaborateur à appliquer correctement les principes et engagements du Code d éthique et d engagements de SFR, et ce en toute confidentialité. Promouvoir le cadre référentiel / Appliquer la Charte sur la protection des données et des contenus Vivendi Les principes cités dans la Charte sur la protection des données et des contenus de Vivendi portent sur les thèmes suivants : protection des données personnelles ; sécurité des échanges et des droits du consommateur en ligne ; protection et déontologie des contenus ; respect de la propriété intellectuelle. Les engagements de cette Charte ont été pris au nom et pour le compte de l ensemble des filiales du groupe. En effet, Vivendi a décidé de créer cette Charte sur la protection des données et des contenus qui énonce les principes à respecter par chacun des métiers selon son activité et son organisation propre dans chacun des pays où il est présent. Dans cette logique, Vivendi s assure que ses partenaires commerciaux respectent les valeurs et règles de conduite énoncées par elle dans chacun des pays où l une de ses filiales exerce ses activités. Lutter contre la corruption / Sensibiliser et informer les salariés Vivendi En mai 2011, le Secrétariat général et la Direction de la communication et du développement durable de Vivendi ont organisé une session d information consacrée à la lutte contre la corruption. Soixante salariés du siège ont bénéficié de cette formation au cours de laquelle de nombreux éclaircissements ont pu être apportés sur des exemples concrets de conflits d intérêts, de corruption ou de fraude. L entrée en vigueur du UK Bribery Act le 1 er juillet 2011 a été portée à l ordre du jour de cette session d information. Ce texte britannique figure parmi les plus sévères instruments de lutte contre la corruption. Il crée en effet une nouvelle source de responsabilité pénale pour toute personne morale exerçant des activités au Royaume-Uni : le manquement à l obligation de prévention de la corruption. Activision Blizzard Les nouveaux cadres dirigeants qui intègrent Activision Blizzard, et particulièrement ceux qui sont localisés ou en charge de l expansion de l activité en Asie, suivent une formation individuelle interne sur la lutte contre la corruption. 06

8 Au début de l année 2011, en raison de l expansion de la société en Chine et dans d autres pays d Asie, les Directions de l audit interne et juridique ont organisé la présence sur place d équipes à plein temps en Asie pour assurer les fonctions d audit interne et examiner notamment la thématique anti-corruption. Activision Blizzard dispose de huit règlements destinés à réduire tout risque de comportement antitrust ou anticoncurrentiel et auxquels sont régulièrement formées les équipes (Contact with Competitors, Customer Resale Pricing, Clear Business Writing, Category Management, Trade Associations, Parallel Trade, Competitive Information Collection, Separation of Customer Teams). En 2010 et 2011, Activision Blizzard a mené des audits de conformité aux lois antitrust et anticoncurrentielles aux Etats-Unis et en Europe. En 2011, Activision Blizzard a mis à jour sa politique anti-corruption afin de prendre en compte les nouvelles dispositions requises par le UK Bribery Act. Il est prévu qu elle soit distribuée à tous les employés en Universal Music Group En 2011, Universal Music France a organisé une session de sensibilisation au droit de la concurrence à destination des managers des équipes de la finance et du commercial. SFR Dans le cadre de son programme de formation pluriannuel relatif au code éthique, SFR a fait un point particulier en 2011 sur le rappel des règles strictes inhérentes à la prohibition de tout acte ayant pour objet ou effet de corrompre une autorité, ou toute personne ayant un pouvoir décisif, direct ou indirect dans le cadre des relations commerciales de l opérateur. A cet effet, l ensemble de la force commerciale de SFR Business Team (division entreprise de l opérateur), y compris celle en lien avec les marchés publics, a été formé. Maroc Telecom En 2011, Maroc Telecom a adopté et diffusé une note de service rappelant à l ensemble des collaborateurs certains principes et règles sur les conflits d intérêts. Par ailleurs, en quatre ans, Maroc Telecom a formé 99 personnes spécifiquement à la prévention et à la détection des fraudes. En janvier 2012, Maroc Telecom a reçu le prix Vigeo qui récompensait notamment l action volontaire menée par l opérateur en matière de lutte contre la corruption. Lutter contre la corruption / Déployer des systèmes d alerte Activision Blizzard Les salariés d Activision Blizzard peuvent appeler une hotline susceptible d être saisie dans le monde entier 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, en cas de suspicion de fraude, corruption ou autre violation du code. Cette procédure est anonyme si le salarié le souhaite. Les salariés peuvent également soumettre des rapports en ligne via un site Internet sécurisé. Universal Music Group Les salariés d UMG disposent d une hotline identique à celle d Activision Blizzard. La hotline est gérée par un tiers indépendant, lequel envoie un rapport au Secrétaire général d UMG Amérique du nord, déclenchant un processus d investigation et de vérification du cas. GVT En plus d une procédure de whistleblowing similaire à celles décrites précédemment, les salariés de GVT peuvent faire appel à un médiateur (ombudsman), lequel reçoit les éventuels rapports sur des violations éthiques ou légales, fournit des conseils et gère les conflits d'intérêts. Groupe Canal+ Dans le cadre de la lutte contre la fraude, la Direction de l audit de Canal+ a défini et mis en œuvre, en 2011, une procédure de signalement et de traitement des fraudes. Ce document, disponible en français et en anglais, est accessible à l ensemble des collaborateurs du groupe via l Intranet. 07

9 Lutter contre la corruption / Impliquer les fournisseurs et sous-traitants Activision Blizzard Activision Blizzard dispose d un Vendor Code of Conduct définissant les exigences qu Activision Blizzard a à l égard de ses fournisseurs, particulièrement ceux opérant dans les marchés les moins développés. Ce Code couvre également les thématiques liées au travail des enfants, aux conditions de travail, au harcèlement sexuel, à l'anti-corruption, à la douane et à la conformité légale générale. Ce Code doit être revu en Universal Music Group En plus du Code de conduite qui couvre l enjeu de la concurrence de façon globale, Universal Music Group USA a mis en place une session de formation en ligne dédiée à la lutte contre la corruption. En 2011, Universal Music Group International (monde sauf USA) a redistribué le Manuel de conformité antitrust à tous les directeurs exécutifs et tous les directeurs financiers, lesquels doivent confirmer leur conformité. UMG Australie dispose, par ailleurs, d un programme de conformité à la loi Trade Practices Act, auquel chaque salarié doit se conformer. Maroc Telecom La lutte contre la corruption est l un des thèmes du Code d éthique de Maroc Telecom. Celui-ci réaffirme l engagement du Groupe à lutter contre la corruption sous toutes ses formes (active, passive, directe, indirecte). Il exige en particulier le respect des lois anti-corruption ainsi qu une vigilance particulière dans les relations avec les tiers. En effet, chaque collaborateur doit avoir avec les clients et les fournisseurs des rapports loyaux et honnêtes dans le strict respect des contrats souscrits et des lois et règlements applicables. La démarche entreprise par Maroc Telecom a été saluée par l agence de notation Vigeo qui lui a décerné le trophée du «Top performer RSE 2011» dans les domaines de l éthique aux affaires et l engagement sociétal, notamment pour sa politique volontaire de lutte contre la corruption. 08 Nicole Notat (à gauche), Présidente de Vigeo, remet le trophée du «Top performer RSE 2011» à Abdeslam Ahizoune (à droite), Président du Directoire de Maroc Telecom. Photothèque Maroc Telecom L intégralité des contrats fournisseurs, sous-traitants et mandataires signés par Maroc Telecom intègrent une clause relative au respect du Code d éthique et à la lutte contre la corruption. «Le prestataire est informé qu IAM (Maroc Telecom) a adopté un Code d éthique et de bonnes pratiques, auquel l ensemble des salariés ont adhéré et dont les principes directeurs ont pour objectif d assurer un climat d affaires sain basé sur la transparence, l équité et la lutte contre toute forme de corruption. Le prestataire s engage à adhérer à ses principes et à adopter, dans ses rapports avec IAM, ses soustraitants et ses salariés, une attitude conforme à ces principes directeurs et notamment en refusant et dénonçant toute tentative d extorsion de fonds et en mettant en œuvre des mesures de sensibilisation sur ce thème dans sa sphère d influence.»

10 GVT Le Code de conduite de GVT, révisé en 2011, a renforcé les règles à suivre par les employés en matière de relations avec les fournisseurs. Il stipule que les fournisseurs doivent appliquer ce code, agir en accord et en cohérence avec les valeurs de GVT, être en conformité notamment avec les lois relatives au travail, à la fiscalité et à l environnement ; ne pas se rendre coupable de fraude, de contrebande ou de corruption ; et respecter tout autre principe que GVT considère comme essentiel dans le cadre du contrat. Les fournisseurs qui commettraient une violation de ces engagements sont susceptibles de voir le contrat annulé ou de se voir infliger d autres types de pénalités prévues par la loi et/ou le contrat. Des audits visant à vérifier la conformité des fournisseurs à ce Code de conduite vont être mis en place en Les fournisseurs devaient se conformer à la loi brésilienne générale, couvrant les principaux enjeux de développement durable. Mais depuis juillet 2011, une clause se référant au Pacte mondial des Nations unies et à ses 10 principes a été intégrée dans les contrats avec les fournisseurs et sous-traitants. GVT mène une politique d'achat qui s applique lors de toute acquisition de biens ou services. Celle-ci est fondée sur les lignes suivantes : les négociations avec les fournisseurs doivent être conduites de façon équitable et non biaisée, selon les principes de base d impartialité, de moralité et des meilleures conditions d activité, tout en maintenant un processus d'achat aussi transparent que possible, des comportements éthiques et impartiaux doivent être observés par ceux qui influencent directement ou indirectement le processus d'achat. Les salariés impliqués dans ce processus ne peuvent utiliser leur position à leur avantage personnel ou pour l'avantage de n'importe quel fournisseur actuel ou potentiel. Litiges et enquêtes / Contentieux boursier Vivendi Securities class action aux Etats-Unis Dans une décision du 17 février 2011, publiée le 22 février 2011, le juge, en application de la décision Morrison, a fait droit à la demande de Vivendi en rejetant les demandes de tous les actionnaires ayant acquis leurs titres sur la bourse de Paris et a limité le dossier aux seuls actionnaires français, américains, britanniques et néerlandais ayant acquis des American Depository Receipts (ADRs) sur la bourse de New York. Le juge a refusé d homologuer le verdict du jury, comme cela lui était demandé par les plaignants, estimant que cela était prématuré et que le processus d examen des demandes d indemnisation des actionnaires devait d abord être mené. Le juge n a pas non plus fait droit aux post trial motions de Vivendi contestant le verdict rendu par le jury. Le 8 mars 2011, les plaignants ont formé une demande d appel, auprès de la Cour d appel fédérale pour le Second Circuit, de la décision du juge du 17 février Cette Cour d appel fédérale l a rejetée, le 20 juillet 2011, et a écarté de la procédure les actionnaires ayant acquis leurs titres sur la bourse de Paris. Dans une décision en date du 27 janvier 2012, en application de la décision Morrison, le juge a également rejeté les plaintes des actionnaires individuels ayant acheté des actions ordinaires de la société sur la Bourse de Paris. Litiges et enquêtes / Contentieux en droit de la concurrence Groupe Canal+ Enquête sur l exécution des engagements pris dans le cadre du rapprochement entre CanalSatellite et TPS (en France) 09 L Autorité de la concurrence s est saisie d office de l exécution des engagements souscrits par Vivendi et le Groupe Canal+ dans le cadre du rapprochement des sociétés TPS et CanalSatellite. L Autorité de la concurrence a rendu le 20 septembre 2011 une décision par laquelle elle constate que le Groupe Canal+ n a pas respecté plusieurs engagements dont certains jugés par elle essentiels auxquels était subordonnée la décision autorisant en 2006 l acquisition de TPS et CanalSatellite par Vivendi et le Groupe Canal+. En conséquence, l Autorité de la concurrence a retiré la décision d autorisation de l opération, obligeant ainsi Vivendi et le Groupe Canal+ à lui notifier à nouveau l opération dans un délai d un mois.

11 L Autorité a par ailleurs prononcé à l encontre du Groupe Canal+ une sanction pécuniaire de 30 millions d euros. Le 24 octobre 2011, l opération a de nouveau été notifiée auprès de l Autorité de la concurrence. Celle-ci a prononcé la complétude du dossier le 21 février Le 4 novembre 2011, Vivendi et le Groupe Canal+ ont introduit une requête devant le Conseil d Etat aux fins d annulation de la décision de l Autorité de la concurrence. Litiges et enquêtes / Contentieux fiscal GVT Actions dans le cadre de la taxe ICMS (au Brésil) Dans plusieurs Etats du Brésil, GVT est partie à différents litiges concernant l application de la taxe «ICMS» (Impostos sobre circulaçãos de mercadorias e pretaçãos de serviços) sur les services Internet et haut débit qu elle fournit. L ICMS est une taxe sur les transactions relatives à la circulation des biens et la fourniture de services de transport, de communication et d électricité. Des décisions favorables à GVT ont été rendues dans plusieurs Etats, mais la Cour suprême fédérale brésilienne n a pas encore statué sur le sujet. Le 5 août 2011, la Confza, organisme national de coordination des politiques fiscales des Etats brésiliens, a publié un projet de résolution qui, s il était accepté par chaque Etat concerné, permettrait à GVT, ainsi qu à toutes les autres sociétés qui contestent l application de l ICMS sur les services Internet et haut débit, d engager des négociations en vue d apurer le passé et de clarifier les règles applicables à l avenir. A ce jour, GVT a conclu des accords dans ce cadre avec une douzaine d Etats du pays. En outre, dans plusieurs Etats du Brésil GVT est partie à des litiges concernant l application de l ICMS sur les services voix du téléphone. GVT soutient que l ICMS ne devrait pas être prélevé sur le forfait mensuel. Sur les 18 procédures initiées par GVT, toutes ont fait l objet de décisions favorables et neuf ne sont plus susceptibles d appel. 10

12 champ d action Protection et accompagnement de la jeunesse Dans ce nouvel environnement numérique, Vivendi a la responsabilité de protéger et d accompagner les jeunes publics dans leurs pratiques culturelles et médiatiques et de donner aux parents les outils leur permettant de mieux maîtriser les contenus et les usages liés aux produits et services du groupe. Commentaires et actions 2011 Promouvoir des règles déontologiques Sensibiliser les jeunes internautes et les parents Adapter l outil de contrôle parental à l environnement multimédia Accompagner les jeunes publics dans leurs pratiques médiatiques Mettre en œuvre la Charte sur la protection des données et des contenus Contribuer aux travaux de la CEO Coalition to make the Internet a better place for kids Mobiliser les filiales du groupe Mieux faire connaître les initiatives des filiales à caractère éducatif Faire évoluer le contrôle parental mobile Déployer le contrôle parental sur les nouveaux supports de diffusion audiovisuels Contribuer au Safer Internet Forum Développer la plateforme d expression Pan-EU Youth Les engagements de Vivendi en matière de protection des contenus portent sur la promotion des moyens de choix ou de contrôle des contenus, la promotion de règles déontologiques dans ses activités, la coopération avec les autorités compétentes dans la lutte contre les contenus illégaux et la sensibilisation des parents et des enfants sur les usages des nouveaux médias. Vivendi est l un des membres fondateurs d une initiative lancée par la Commission européenne, visant à faire d Internet un espace d expression qui garantisse le mieux possible la sécurité des enfants. Universal Music France se réfère à la Charte de protection des données et contenus du groupe sur son site Internet. Activision Publishing et Blizzard Entertainment appliquent les référentiels de classification des âges et des contenus édités par PEGI (Pan European Game Information), PEGI Online et ESRB (Entertainment Software Rating Board). Canal+ a défini dans sa Charte éthique des engagements en matière de classification des programmes. SFR applique les règles de son Code d éthique et d engagements et celles de plusieurs chartes (Charte multimédia mobile, Chartes de prestataires de services d hébergement en ligne, Charte de déontologie SMS+/MMS+). Maroc Telecom a défini une charte déontologique relative au contenu des services kiosques SMS et une charte de modération applicable aux espaces de discussion. Universal Music Group appose la mention Parental advisory explicit content sur les CD afin d avertir les parents que les textes comportent des paroles inappropriées pour les enfants. Activision Publishing présente des vidéos éducatives sur son site Internet afin d aider les parents à contrôler l expérience de jeu de leurs enfants. SFR réserve un espace dédié aux parents sur son site Web (SFR.fr/parents) et publie un guide à l usage des parents qui met à leur disposition des outils d accompagnement de leurs enfants dans leurs usages du mobile et d Internet. Il propose également des ateliers de formation pour les parents dans les lieux de vente SFR appelés X-Store*. GVT met à disposition des enfants, des parents et des enseignants un site Web éducatif dédié au meilleur usage de l Internet et permet d accéder gratuitement à son Guide pour un usage responsable d Internet sur les tablettes et smartphones. Menara, filiale de Maroc Telecom, a mis en ligne sur son portail dédié aux jeunes, Menara junior, des articles de sensibilisation à destination des jeunes internautes sur les précautions à prendre pour une navigation sécurisée sur Internet. SFR a fait évoluer son contrôle parental mobile pour permettre aux jeunes utilisateurs de naviguer sur Internet en bénéficiant d un filtrage des sites inappropriés. Un portail Junior spécialement conçu pour les plus jeunes a été mis en place pour les accompagner dans leur navigation Web. Canal+ a étendu le contrôle parental restreignant l accès aux contenus télévisuels sur les nouveaux supports de réception de ses programmes (télévision sur ordinateur, Xbox) et intègre de nouvelles fonctionnalités dans chaque nouvelle génération de décodeurs permettant l application du contrôle parental au-delà des exigences légales. Vivendi est partenaire du programme Safer Internet et a participé à la troisième édition du panel paneuropéen des jeunes pour un Internet plus sûr en intervenant au sein de la table ronde intitulée Policy Shaping through Youth Participation. Vivendi a soutenu la création et le développement de la plateforme Pan-EU Youth qui offre aux jeunes internautes de l Union européenne un espace d expression sur l impact des nouvelles technologies dans leur vie quotidienne au travers de consultations en ligne, de blogs, de sondages, de forums ou de jeux de rôle interactifs. 11 * Expérience Store : situés dans les grandes agglomérations, les X-Store donnent l opportunité au grand public de découvrir les nouvelles innovations, les nouvelles expériences du numérique proposées par SFR.

champ d action Commentaires et actions 2011

champ d action Commentaires et actions 2011 champ d action ÉTHIQUE ET CONDUITE DES AFFAIRES Être un groupe mondial ne repose pas seulement sur la mise en commun de ressources financières, de technologies et de savoir-faire, mais aussi sur la cohésion

Plus en détail

champ d action Commentaires et actions 2011

champ d action Commentaires et actions 2011 champ d action PROTECTION DES DONNÉES PERSONNELLES, dont les activités sont fondées sur le modèle économique de l abonnement, recueille des données destinées à la gestion de la relation commerciale avec

Plus en détail

La politique de responsabilité sociétale de Vivendi Pascale Thumerelle Directrice de la responsabilité sociétale d entreprise (RSE)

La politique de responsabilité sociétale de Vivendi Pascale Thumerelle Directrice de la responsabilité sociétale d entreprise (RSE) 4 avril 203 Formation IDSE 2012 10 mai 2012 La politique de responsabilité sociétale de Vivendi Pascale Thumerelle Directrice de la responsabilité sociétale d entreprise (RSE) 12 mars 2015 1 Vivendi est

Plus en détail

4 avril. Formation IDSE 2012 10 mai 2012

4 avril. Formation IDSE 2012 10 mai 2012 4 avril 203 Formation IDSE 2012 10 mai 2012 La politique de responsabilité sociétale de Vivendi, enjeux et gouvernance Pascale Thumerelle Directrice de la responsabilité sociétale d entreprise (RSE) Webinaire

Plus en détail

CHARTE ÉTHIQUE GROUPE

CHARTE ÉTHIQUE GROUPE CHARTE ÉTHIQUE GROUPE L électricité n est pas un bien comme un autre : c est pourquoi la produire, la transporter, la distribuer et la commercialiser concourent à une mission d intérêt général. Cette mission

Plus en détail

RSE Charte Responsabilité Sociétale Vignal Lighting Group

RSE Charte Responsabilité Sociétale Vignal Lighting Group RSE Charte Responsabilité Sociétale Vignal Lighting Group «Comment Vignal Lighting Group intègre les problématiques de développement durable dans son activité» Page 1 Mot du Président Le Développement

Plus en détail

La Charte de Responsabilité sociale de la CGEM & Analyse comparée. Octobre 2012

La Charte de Responsabilité sociale de la CGEM & Analyse comparée. Octobre 2012 La Charte de Responsabilité sociale de la CGEM & la Norme ISO 26000 Analyse comparée Octobre 2012 Sommaire 1. Introduction 2. Les instruments permettant d orienter les démarches RSE 3. La Charte de responsabilité

Plus en détail

Secrétariat d Etat auprès de la Ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale, chargé de la Famille

Secrétariat d Etat auprès de la Ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale, chargé de la Famille Secrétariat d Etat auprès de la Ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale, chargé de la Famille ENGAGEMENTS DU SECTEUR DE L INDUSTRIE DU JEU VIDEO ET DE LA DISTRIBUTION EN FAVEUR D UNE MEILLEURE

Plus en détail

ETHIQUES & ENGAGEMENTS SOCIE TE EDIPOST ----------------------- MISE A JOUR :

ETHIQUES & ENGAGEMENTS SOCIE TE EDIPOST ----------------------- MISE A JOUR : ETHIQUES & ENGAGEMENTS SOCIE TE EDIPOST ----------------------- MISE A JOUR : Mercredi 2 Février 2011 ----------------------- Mercredi 2 Février 2011 Auteur : Direction Générale EDIPOST Page : 2 sur 13

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION

INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION (En application du paragraphe 2 sur la Résolution 1/8 relative

Plus en détail

L essentiel. Offrir le meilleur à la génération numérique

L essentiel. Offrir le meilleur à la génération numérique L essentiel Offrir le meilleur à la génération numérique Panorama Vivendi a pour ambition d offrir le meilleur à la génération numérique. Il est au cœur des univers des contenus, des plateformes et des

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

La démarche de responsabilité sociétale de l AFD et de Proparco

La démarche de responsabilité sociétale de l AFD et de Proparco La démarche de responsabilité sociétale de l AFD et de Proparco La responsabilité sociétale pour le groupe AFD, c est Une obligation générée par le droit international des conventions fondamentales et

Plus en détail

COMMUNICATION SUR LE PROGRÈS (COPS) DANS L INTÉGRATION DES PRINCIPES DU PACTE MONDIAL DES NATIONS UNIES. Paris, le 09/05/2014

COMMUNICATION SUR LE PROGRÈS (COPS) DANS L INTÉGRATION DES PRINCIPES DU PACTE MONDIAL DES NATIONS UNIES. Paris, le 09/05/2014 COMMUNICATION SUR LE PROGRÈS (COPS) DANS L INTÉGRATION DES PRINCIPES DU PACTE MONDIAL DES NATIONS UNIES Paris, le 09/05/2014 1 1 Global Compact o Lancé en 2000, le Pacte Mondial des Nations Unies est un

Plus en détail

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société»)

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») AUTORITÉ Le conseil d administration de la Société (le «conseil») établit les politiques générales de la Société,

Plus en détail

POINT DE CONTACT NATIONAL MAROCAIN pour les Principes directeurs de l OCDE à l'intention des entreprises multinationales

POINT DE CONTACT NATIONAL MAROCAIN pour les Principes directeurs de l OCDE à l'intention des entreprises multinationales POINT DE CONTACT NATIONAL MAROCAIN pour les Principes directeurs de l OCDE à l'intention des entreprises multinationales LE POINT DE CONTACT NATIONAL MAROCAIN (PCN) En 2009: Adhésion du Royaume du Maroc

Plus en détail

Olivier Huart Directeur Général

Olivier Huart Directeur Général J ai souhaité, dès mon arrivée à la tête du Groupe TDF, doter l entreprise de valeurs fortes pour rassembler les collaborateurs et créer la confiance de nos partenaires. Ces valeurs, au nombre de cinq

Plus en détail

Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise)

Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise) Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise) Nos engagements et nos actions pour les générations futures Les questions liées au Développement Durable et à la RSE sont

Plus en détail

CHECK-LIST. du label Valais excellence PHASE 2

CHECK-LIST. du label Valais excellence PHASE 2 CHECK-LIST du label Valais excellence PHASE 2 La check-list Valais excellence a pour objectif de compléter les exigences ISO 9001 et ISO 14001 par celles 1) de la création de richesse en Valais 2) correspondantes

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos le

RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos le RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos le Exco. Reproduction interdite sans autorisation écrite préalable. Sommaire Préambule 11 Présentation du réseau EXCO et de KRESTON INTERNATIONAL LTD 22 Présentation

Plus en détail

GOF. Code belge de déontologie pour une utilisation plus sûre des téléphones mobiles par les adolescents et les enfants

GOF. Code belge de déontologie pour une utilisation plus sûre des téléphones mobiles par les adolescents et les enfants Code belge de déontologie pour une utilisation plus sûre des téléphones mobiles par les adolescents et les enfants Préambule En février 2007, les opérateurs de téléphonie mobile et fournisseurs de contenu

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE ET CONSOMMATION Arrêté du 31 décembre 2013 relatif aux factures des services de communications

Plus en détail

Charte Achats et Responsabilité d Entreprise. www.thalesgroup.com

Charte Achats et Responsabilité d Entreprise. www.thalesgroup.com www.thalesgroup.com Charte Achats et Responsabilité d Entreprise Introduction Thales, leader mondial des systèmes d information critiques sur les marchés de l Aéronautique et de l Espace, de la Défense

Plus en détail

Charte des Achats Responsables

Charte des Achats Responsables Charte des Achats Responsables Norske Skog Golbey Avant-propos Depuis plus de 10 ans, Ouverture, Honnêteté et Coopération sont les trois valeurs fondamentales qui guident nos comportements et nos décisions

Plus en détail

Charte de Compliance ERGO Insurance sa

Charte de Compliance ERGO Insurance sa Charte de Compliance ERGO Insurance sa Introduction Sur la base de la circulaire PPB/D. 255 du 10 mars 2005 sur la compliance adressée aux entreprises d assurances, une obligation légale a été imposée

Plus en détail

5 Evaluation simplifiée AFAQ 26000

5 Evaluation simplifiée AFAQ 26000 Le Groupe AFNOR et ses métiers www.afnor.org Comprendre la norme ISO 6000 Lignes directrices relatives à la Identifier, valoriser, évaluer, soutenir le déploiement & la diffusion de «solutions de référence»

Plus en détail

Code de conduite des fournisseurs de Bombardier

Code de conduite des fournisseurs de Bombardier Code de conduite des fournisseurs de Bombardier 1 À PROPOS DE BOMBARDIER Bombardier croit qu un solide engagement et une approche stratégique à l égard de la responsabilité d entreprise sont essentiels

Plus en détail

CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013

CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013 1 CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013 2 Groupama Asset Management s engage par le biais de cette présente Charte à appliquer et promouvoir une politique de Responsabilité Sociale de

Plus en détail

Code d éthique du CIO

Code d éthique du CIO Ce texte est un extrait du document complet. Code d éthique du CIO PRÉAMBULE Le Comité International Olympique, chacun de ses membres comme l administration, les Comités Nationaux Olympiques, les Fédérations

Plus en détail

Préambule CHARTE DEONTOLOGIQUE

Préambule CHARTE DEONTOLOGIQUE Préambule Le secteur des Technologies de l Information et de la Communication (T.I.C.) est souvent mal connu par les entreprises et les organisations susceptibles de les utiliser. Cette méconnaissance

Plus en détail

SYSTÈME DE MANAGEMENT DE LA QUALITÉ ET POLITIQUE DÉVELOPPEMENT DURABLE

SYSTÈME DE MANAGEMENT DE LA QUALITÉ ET POLITIQUE DÉVELOPPEMENT DURABLE SYSTÈME DE MANAGEMENT DE LA QUALITÉ ET POLITIQUE DÉVELOPPEMENT DURABLE Mars 2014 SOMMAIRE Faire équipe avec vous 3 SFR Business Team, 1 er opérateur alternatif 4 Notre gouvernance Qualité et Développement

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

Ethics & Compliance. Instruction du Groupe relative aux Dons aux organisations caritatives

Ethics & Compliance. Instruction du Groupe relative aux Dons aux organisations caritatives Instruction du Groupe relative aux Dons aux organisations caritatives Ethics & Compliance 1/6 1. Préambule Le Code d Éthique d Alstom est essentiel. Il décrit la bonne conduite que les collaborateurs doivent

Plus en détail

Propositions de Transparency International France sur la transparence de la vie économique

Propositions de Transparency International France sur la transparence de la vie économique Propositions de Transparency International France sur la transparence de la vie économique Lors de ses vœux aux corps constitués le 20 janvier dernier, le Président de la République a annoncé l élaboration

Plus en détail

2.5. Pacte mondial des Nations Unies

2.5. Pacte mondial des Nations Unies 2.5. Pacte mondial des Nations Unies Priorité stratégique : soutenir les principes du Pacte Nous sommes l un des signataires du Pacte, la plus importante initiative au monde dans le domaine de la responsabilité

Plus en détail

champ d action Protection et accompagnement

champ d action Protection et accompagnement champ d action Protection et accompagnement de la jeunesse Dans ce nouvel environnement numérique, a la responsabilité de protéger et d accompagner les jeunes publics dans leurs pratiques culturelles et

Plus en détail

X) Exco. Rapport de transparence. Exercice clos le 30 septembre 2014 Cabinet EXCO S & W Associés

X) Exco. Rapport de transparence. Exercice clos le 30 septembre 2014 Cabinet EXCO S & W Associés X) Exco Rapport de transparence Exercice clos le 30 septembre 2014 Cabinet EXCO S & W Associés I 751 t._iiiii[ X) Exco Table des matières Préambule 1 Présentation de Kreston International LTD 2 Structure

Plus en détail

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001-

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Forum QHSE - QUALITE Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Laurent GUINAUDY OC2 Consultants Atelier ISO 9001 1 Présentation du Cabinet OC2 Consultants Cabinet créé en 1996 Zone d

Plus en détail

Concours européen 2013 des meilleurs contenus en ligne pour les jeunes

Concours européen 2013 des meilleurs contenus en ligne pour les jeunes Concours européen 2013 des meilleurs contenus en ligne pour les jeunes PROGRAMME SAFER INTERNET FRANCE - SAFER INTERNET DAY 2014 Un événement organisé par Internet Sans Crainte avec le soutien de PanelParents,

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

Charte relative à l investissement socialement responsable de l Etablissement de Retraite additionnelle de la Fonction publique

Charte relative à l investissement socialement responsable de l Etablissement de Retraite additionnelle de la Fonction publique Charte relative à l investissement socialement responsable de l Etablissement de Retraite additionnelle de la Fonction publique 30 mars 2006 Introduction Le conseil d administration de l ERAFP a décidé,

Plus en détail

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL 1. Généralités GROUPE TMX LIMITÉE (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité

Plus en détail

LES PRINCIPES ET VALEURS ESSILOR

LES PRINCIPES ET VALEURS ESSILOR LES PRINCIPES ET VALEURS ESSILOR Essilor International 147, rue de Paris 94220 Charenton-le-Pont, France www.essilor.com Conception et réalisation : lilcreative les PrInCIPes et Valeurs essilor 2 FACILITER

Plus en détail

Dossier de Presse 3 juillet 2009. Publicité et Jeux d argent

Dossier de Presse 3 juillet 2009. Publicité et Jeux d argent Dossier de Presse 3 juillet 2009 Publicité et Jeux d argent 1 Sommaire Le marché des jeux en France p.3 Le dispositif de régulation professionnelle de la publicité p.4 Elaboration de la nouvelle Recommandation

Plus en détail

REGLEMENT SUR LE SERVICE D AUDIT INTERNE DE LA SOCIETE ANONYME «COMPAGNIE NATIONALE «ASTAN EXPO-2017»

REGLEMENT SUR LE SERVICE D AUDIT INTERNE DE LA SOCIETE ANONYME «COMPAGNIE NATIONALE «ASTAN EXPO-2017» «Approuvé» Par la décision du Conseil des Directeurs de la SA «CN «Astana EXPO-2017» du 29 août 2013 Protocole N 6 avec des amendements introduits par la décision du Conseil des Directeurs de la SA «CN

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT Comité d audit 1.1 Membres et quorom Au moins quatre administrateurs, qui seront tous indépendants. Tous les membres du comité d audit doivent posséder des compétences financières

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE

POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE Section I : Dispositions générales 1. But La Ville de Kirkland établit par la présente politique des règles en matière de gestion contractuelle afin de favoriser la transparence,

Plus en détail

«MÉMORANDUM DE CRACOVIE» d EUROSHNET La normalisation au service de produits sûrs

«MÉMORANDUM DE CRACOVIE» d EUROSHNET La normalisation au service de produits sûrs 3e Conférence européenne sur la normalisation, les essais et la certification Des produits plus sûrs pour des lieux de travail compétitifs Cracovie, Pologne, 11 12 septembre 2008 «MÉMORANDUM DE CRACOVIE»

Plus en détail

Le 08 décembre 2014. PACTE MONDIAL utb

Le 08 décembre 2014. PACTE MONDIAL utb Le 08 décembre 2014 PACTE MONDIAL utb CoP 2014 SOMMAIRE 1- ENGAGEMENT DE SOUTIEN AU PACTE MONDIAL DU PDG 2- PRESENTATION D UTB 3- ACTIONS PRATIQUES ET MESURE DES RESULTATS Principes illustrés dans cette

Plus en détail

DACHSER Code de conduite

DACHSER Code de conduite DACHSER Code de conduite 1. Préambule Toute action chez Dachser repose sur le respect des dispositions juridiquement contraignantes aux niveaux national et international ainsi que sur tous les engagements

Plus en détail

Charte Européenne IAB Europe relative à la Publicité Comportementale en Ligne

Charte Européenne IAB Europe relative à la Publicité Comportementale en Ligne Introduction Définitions La Charte Charte Européenne IAB Europe relative à la Publicité Comportementale en Ligne Introduction Les sociétés signataires (les Sociétés ) ont élaboré une charte de bonnes pratiques

Plus en détail

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET D ÉTHIQUE

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET D ÉTHIQUE Page 1 MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET D ÉTHIQUE Le comité de gouvernance et d éthique («comité») est un comité du conseil d administration de Groupe SNC-Lavalin inc. («Société») qui aide le conseil

Plus en détail

Mérylle AUBRUN. ISO 26000 Responsabilité Sociétale

Mérylle AUBRUN. ISO 26000 Responsabilité Sociétale Mérylle AUBRUN ISO 26000 Responsabilité Sociétale Le concept de RSO RSO RSE = Responsabilité Sociétale des Entreprises Préservation de l environnement Agenda 21 Progrès = le Développement social Durable

Plus en détail

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans

Plus en détail

CHARTE ETHIQUE SOMMAIRE

CHARTE ETHIQUE SOMMAIRE CHARTE ETHIQUE SOMMAIRE AVANT PROPOS 3 I. POURQUOI UNE? 4 II. LES VALEURS COMMUNES ET REGLES 5 III GUIDES DE BONNE CONDUITE 7 IV. MISE EN ŒUVRE DE LA CHARTE 9 Mis à jour le 27/06/2013 2 AVANT PROPOS QUALITROPIC

Plus en détail

Questions. Étapes clés. Formats d apprentissage. Offres sur mesures. Investissement. mais

Questions. Étapes clés. Formats d apprentissage. Offres sur mesures. Investissement. mais 3 Questions 4 Étapes clés 2 Formats d apprentissage 4 mais Investissement s sur mesures 1 Qu est-ce que T-BOOK? T-BOOK c est une plateforme de MLERANING/BLENDED qui permet: La mise en place d une application

Plus en détail

DECRET N /PM DU portant Code de déontologie des communicateurs des administrations publiques et parapubliques

DECRET N /PM DU portant Code de déontologie des communicateurs des administrations publiques et parapubliques REPUBLIQUE DU CAMEROUN PAIX TRAVAIL PATRIE -------------- --------------- DECRET N /PM DU portant Code de déontologie des communicateurs des administrations publiques et parapubliques LE PREMIER MINISTRE,

Plus en détail

CODE OF CONDUCT. à l intention des fournisseurs et partenaires commerciaux

CODE OF CONDUCT. à l intention des fournisseurs et partenaires commerciaux CODE OF CONDUCT à l intention des fournisseurs et partenaires commerciaux Version : 2.0 Valable à partir du : 01/01/2015 Contact : MAN SE, Compliance Awareness & Prevention, Oskar-Schlemmer-Straße 19-21,

Plus en détail

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs»

Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» Conseil National de la Consommation 12 mai 2015 Avis du Conseil National de la Consommation sur les informations des consommateurs-sites «comparateurs» N NOR : EINC1511480V Trouver un produit, comparer

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET

POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET LA BANQUE DE NOUVELLE ÉCOSSE POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET PROCÉDURES Y AFFÉRENTES Supplément au Code d éthique Octobre 2015 BANQUE SCOTIA Table des matières SECTION 1 INTRODUCTION... 3 SECTION 2 RAISON

Plus en détail

Code de conduite en matière de jeu responsable

Code de conduite en matière de jeu responsable Code de conduite en matière de jeu responsable 1 Notre mission Loto-Québec a pour mission première d exploiter dans l ordre et la mesure les jeux de hasard et d argent au Québec. Créée en 1969 afin d implanter

Plus en détail

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051)

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051) 4.13 Politique culturelle et linguistique (Résolution : CC.2014-051) PRÉAMBULE La nouvelle politique culturelle et linguistique favorise la dimension culturelle comme levier incontournable pour mettre

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

Recommandation de la Commission du 18 mai 2005 relative à la gestion collective transfrontière du droit d auteur et des droits voisins dans le

Recommandation de la Commission du 18 mai 2005 relative à la gestion collective transfrontière du droit d auteur et des droits voisins dans le Recommandation de la Commission du 18 mai 2005 relative à la gestion collective transfrontière du droit d auteur et des droits voisins dans le domaine des services licites de musique en ligne (Texte présentant

Plus en détail

Projet de loi n o 76 (2010, chapitre 1)

Projet de loi n o 76 (2010, chapitre 1) PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 76 (2010, chapitre 1) Loi modifiant diverses dispositions législatives concernant principalement le processus d attribution des contrats des

Plus en détail

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE Charte du réseau «boutique métiers d art» PREAMBULE La FNAA, soutenue par des institutionnels publics, a lancé un réseau de

Plus en détail

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni.

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni. Principes de Belgrade sur la relation entre les Institutions nationales des droits de l Homme et les Parlements (Belgrade, Serbie, les 22-23 février 2012) Le séminaire international de février 2012 sur

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE 1. OBJET La présente politique vise à garantir la conformité D EXANE SA, EXANE DERIVATIVES, EXANE OPTIONS, EXANE LIMITED et leurs succursales concernées

Plus en détail

ANNEXE 4 CHARTE DE CONCEPTION DES SERVICES SMS+ / MMS+

ANNEXE 4 CHARTE DE CONCEPTION DES SERVICES SMS+ / MMS+ ANNEXE 4 CHARTE DE CONCEPTION DES SERVICES SMS+ / MMS+ L Editeur s engage à n adresser de SMS-MT ou MMS-MT surtaxés dans le cadre de son Service qu en réponse à une requête d un Utilisateur, formulée par

Plus en détail

PROCESSUS RÉGISSANT L UTILISATION DE LA LIGNE ÉTHIQUE DU BUREAU DE L INSPECTEUR GÉNÉRAL DE LA VILLE DE MONTRÉAL

PROCESSUS RÉGISSANT L UTILISATION DE LA LIGNE ÉTHIQUE DU BUREAU DE L INSPECTEUR GÉNÉRAL DE LA VILLE DE MONTRÉAL PRÉAMBULE OBJECTIFS PROCESSUS RÉGISSANT L UTILISATION DE LA LIGNE ÉTHIQUE DU BUREAU DE L INSPECTEUR GÉNÉRAL DE LA VILLE DE MONTRÉAL PRÉAMBULE Considérant la reconnaissance par la Ville de Montréal (ci-après

Plus en détail

Procédures de traitement des plaintes relatives à la comptabilité et à la vérification

Procédures de traitement des plaintes relatives à la comptabilité et à la vérification Procédures de traitement des plaintes relatives à la comptabilité et à la vérification Secrétariat Corporate Service corporatif August 7, 2014 V1.0 7 août 2014 V9.0 Pour usage interne Table des matières

Plus en détail

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique 2 ORIENTATIONS DE L'OCDE POUR LES POLITIQUES CONCERNANT LE CONTENU NUMÉRIQUE Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique Le contenu numérique est devenu un élément de plus

Plus en détail

POLITIQUE EN MATIERE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS

POLITIQUE EN MATIERE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS POLITIQUE EN MATIERE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS Janvier 2014 KURMA PARTNERS 5/7 rue de Monttessuy F-75340 Paris cedex 07, France Agrément AMF n GP 09000027 Pour nous contacter Tel +33 (0)1 58 19

Plus en détail

# 07 Charte de l audit interne

# 07 Charte de l audit interne Politiques et bonnes pratiques # 07 de l audit Direction générale fédérale Service Redevabilité & Qualité Janvier 2015 Approuvé par le Comité des audits Juin 2013 Approuvé par le Directoire fédéral Juillet

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE ET D ENGAGEMENTS

CODE D ÉTHIQUE ET D ENGAGEMENTS CODE D ÉTHIQUE ET D ENGAGEMENTS SOMMAIRE 01. 02. 03. 04. NOS PRINCIPES ÉTHIQUES DANS LA CONDUITE DES AFFAIRES NOS OBJECTIFS ET ENGAGEMENTS VIS-À-VIS DE NOS PRINCIPAUX PUBLICS PROMOTION ET APPLICATION DU

Plus en détail

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4 FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES Mandats des comités du conseil d administration 2.4 2.4.2 Comité de vérification et de la gestion des risques 1. Mandat Le Comité de vérification et

Plus en détail

stratégie RTS 2013-2014 TÉLÉVISION RADIO MULTIMÉDIA

stratégie RTS 2013-2014 TÉLÉVISION RADIO MULTIMÉDIA stratégie RTS 2013-2014 TÉLÉVISION RADIO MULTIMÉDIA V Stratégie RTS 2013-2014 ous trouverez dans ce document un résumé de la stratégie RTS pour 2013-2014. Les principaux objectifs qui y figurent seront

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord entre le Gouvernement de la République française, le Conseil fédéral suisse et l Organisation européenne

Plus en détail

PACTE MONDIAL L engagement du Groupe CIS

PACTE MONDIAL L engagement du Groupe CIS PACTE MONDIAL L engagement du Groupe CIS Depuis 1992, CIS a développé une gamme complète de services pour ses clients du secteur pétrolier et parapétrolier (Total, Shell, Bouygues, Technip, KBR, Hyundaï,

Plus en détail

Comité consultatif sur l application des droits

Comité consultatif sur l application des droits F WIPO/ACE/10/13 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 1 ER SEPTEMBRE 2015 Comité consultatif sur l application des droits Dixième session Genève, 23 25 novembre 2015 OUTILS PÉDAGOGIQUES POUR LA PROMOTION DU RESPECT

Plus en détail

POLITIQUE VISANT À CONTRER LE HARCÈLEMENT ET LA VIOLENCE AU TRAVAIL

POLITIQUE VISANT À CONTRER LE HARCÈLEMENT ET LA VIOLENCE AU TRAVAIL POLITIQUE POLITIQUE VISANT À CONTRER LE HARCÈLEMENT ET LA VIOLENCE AU TRAVAIL # 61-03 Adoption le 14 juin 2005 Amendement le Mise en vigueur le 14 juin 2005 Résolution # C.C.-1865-06-05 Autorisation Susan

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000

Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000 Nations Unies S/RES/1306 (2000) Conseil de sécurité Distr. générale 5 juillet 2000 Résolution 1306 (2000) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000 Le Conseil de sécurité,

Plus en détail

ANNEXE 4 : ENSEMBLE DES REGLES APPLICABLES A LA CONCEPTION DES SERVICES

ANNEXE 4 : ENSEMBLE DES REGLES APPLICABLES A LA CONCEPTION DES SERVICES ANNEXE 4 : ENSEMBLE DES REGLES APPLICABLES A LA CONCEPTION DES SERVICES L Editeur ne peut adresser des SMS-MT ou MMS-MT surtaxés dans le cadre de son Service exclusivement qu en réponse à une requête d

Plus en détail

Rapport du Comité d audit

Rapport du Comité d audit Cote du document: EB 2008/94/R.34 Point de l ordre du jour: 16 b) i) Date: 19 août 2008 Distribution: Publique Original: Anglais F Rapport du Comité d audit Conseil d administration Quatre-vingt-quatorzième

Plus en détail

Charte RSE fournisseurs

Charte RSE fournisseurs Charte RSE fournisseurs La Fnac s'est engagée à respecter et à promouvoir dans ses activités et sa sphère d'influence les principes relatifs aux Droits de l'homme, au Droit du Travail, à l'environnement

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPERATION EN MATIERE DE BREVETS (UNION DU PCT) ASSEMBLEE

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPERATION EN MATIERE DE BREVETS (UNION DU PCT) ASSEMBLEE OMPI PCT/A/34/4 ORIGINAL : anglais DATE : 15 août 2005 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F UNION INTERNATIONALE DE COOPERATION EN MATIERE DE BREVETS (UNION DU PCT) ASSEMBLEE Trente-

Plus en détail

Rapport de transparence. Exercice clos le 30 juin 2014 Cabinet EXCO COTE D'AZUR

Rapport de transparence. Exercice clos le 30 juin 2014 Cabinet EXCO COTE D'AZUR Rapport de transparence Exercice clos le 30 juin 2014 Cabinet EXCO COTE D'AZUR Table des matières Préambule... 1 Présentation de Kreston International LTD... 2 Structure juridique et principaux chiffres...

Plus en détail

Politique de gestion des ressources humaines

Politique de gestion des ressources humaines Politique de gestion des ressources humaines Adopté au conseil d administration le 18 octobre 2005 Résolution numéro 2068 Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro 2592

Plus en détail

SITES INTERNET CREATION ET FONCTIONNEMENT D UN SITE INTERNET POUR UN LABORATOIRE DE BIOLOGIE MEDICALE

SITES INTERNET CREATION ET FONCTIONNEMENT D UN SITE INTERNET POUR UN LABORATOIRE DE BIOLOGIE MEDICALE SECTION G CREATION ET FONCTIONNEMENT D UN SITE INTERNET POUR UN LABORATOIRE DE BIOLOGIE MEDICALE SITES INTERNET Recommandations du Conseil central de la section G ONP/CCG Janvier 2012 A l heure où les

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA 1 APPEL D OFFRES ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA JUILLET 2013 2 1. OBJET DE L APPEL D OFFRE Réalisation d un accompagnement

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES A L USAGE DES SITES WEB DES SYNDICATS CFDT SANTÉ-SOCIAUX - Annexe au règlement intérieur SOMMAIRE

CHARTE DES BONNES PRATIQUES A L USAGE DES SITES WEB DES SYNDICATS CFDT SANTÉ-SOCIAUX - Annexe au règlement intérieur SOMMAIRE CHARTE DES BONNES PRATIQUES INTERNET CHARTE DES BONNES PRATIQUES A L USAGE DES SITES WEB DES SYNDICATS CFDT SANTÉ-SOCIAUX - Annexe au règlement intérieur SOMMAIRE PRÉAMBULE La Charte des bonnes pratiques

Plus en détail

La protection des associés en droit congolais et en droit OHADA

La protection des associés en droit congolais et en droit OHADA Le statut des associés des sociétés commerciales La protection des associés des sociétés commerciales constitue une avancée du droit OHADA sur le droit congolais La République démocratique du Congo (RDC)

Plus en détail

CHARTE DE PARTENARIAT

CHARTE DE PARTENARIAT CHARTE DE PARTENARIAT ENTRE Représenté par Ci-après dénommé «le Signataire de la Charte» D UNE PART, ET La Chambre nationale des conseils en gestion de patrimoine Syndicat professionnel créé en 1978, enregistré

Plus en détail

GDF SUEZ CODE DE CONDUITE A L USAGE DES FINANCIERS DU GROUPE

GDF SUEZ CODE DE CONDUITE A L USAGE DES FINANCIERS DU GROUPE CODE DE CONDUITE A L USAGE DES FINANCIERS DU GROUPE SOMMAIRE Préambule 1 Article 1 2 Conflits d Intérêts Article 2 3 Qualité de l information du Public Article 3 3 Respect des lois, règles et règlements

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

CODE D ETHIQUE ET DE BONNE CONDUITE (LE «CODE») Date : 27 Septembre 2013

CODE D ETHIQUE ET DE BONNE CONDUITE (LE «CODE») Date : 27 Septembre 2013 CODE D ETHIQUE ET DE BONNE CONDUITE (LE «CODE») Date : 27 Septembre 2013 Table des Matières 1. INTRODUCTION ET OBJET... 3 2. VALEURS ETHIQUES... 3 3. PRINCIPES D'ETHIQUE GENERAUX POUR LES EMPLOYES... 4

Plus en détail

Présentation du guide relatif à la prévention des manquements d initiés imputables aux dirigeants des sociétés cotées

Présentation du guide relatif à la prévention des manquements d initiés imputables aux dirigeants des sociétés cotées Présentation du guide relatif à la prévention des manquements d initiés imputables aux dirigeants des sociétés cotées Bernard Esambert, membre du Collège Benoît de Juvigny, secrétaire général adjoint Conférence

Plus en détail