iceps 2015 Objectifs de la Présentation Efficacité des Thérapies Comportementales et Cognitives pour les Troubles Mentaux Swendsen

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "iceps 2015 Objectifs de la Présentation Efficacité des Thérapies Comportementales et Cognitives pour les Troubles Mentaux Swendsen"

Transcription

1 iceps 2015 Efficacité des Thérapies Comportementales et Cognitives pour les Troubles Mentaux Joel Swendsen, Ph.D. CNRS 5287 CNRS / Université de Bordeaux / EPHE Sorbonne Objectifs de la Présentation Tapez le titre ici 1

2 Objectifs de la Présentation 1. Débats et controverses dans l évaluation de l efficacité des psychothérapies Objectifs de la Présentation 1. Débats et controverses dans l évaluation de l efficacité des psychothérapies 2. Fondements méthodologiques d une évaluation rigoureuse Tapez le titre ici 2

3 Objectifs de la Présentation 1. Débats et controverses dans l évaluation de l efficacité des psychothérapies 2. Fondements méthodologiques d une évaluation rigoureuse 3. Principaux résultats et conclusions de l Expertise INSERM et 10 ans après Débats et Controverses la psychothérapie est-elle un soin? les objectifs des psychothérapies ne sont pas les mêmes les psychothérapies ne peuvent pas être évaluées des enjeux moins nobles Tapez le titre ici 3

4 La méthode d évaluation 1. La question Tapez le titre ici 4

5 1. La question Quelle est l efficacité clinique des différentes psychothérapies, quels que soient leurs objectifs annoncés, pour un trouble donné 2. Quelles formes de psychothérapie Tapez le titre ici 5

6 2. Quelles formes de psychothérapie Psychodynamique (psychanalytique) Cognitive et comportementale Thérapie familiale 3. Quels critères Tapez le titre ici 6

7 3. Quels critères Diagnostic (nosologie DSM/CIM) 3. Quels critères Diagnostic (nosologie DSM/CIM) Mesures des symptômes et syndromes; fonctionnement du patient Tapez le titre ici 7

8 3. Quels critères Diagnostic (nosologie DSM/CIM) Mesures des symptômes et syndromes; fonctionnement du patient Les troubles les plus fréquents ou handicapants 4. Types d Études Retenues Tapez le titre ici 8

9 4. Types d Études Retenues Études Randomisées contrôlées Besoin d une comparaison 5 4,5 4 3,5 3 2,5 2 1,5 1 0,5 0 Groupe Contrôle Amélioration clinique Tapez le titre ici 9

10 Besoin d une comparaison 5 4,5 4 3,5 3 2,5 2 1,5 1 0,5 0 Groupe Thérapie Contrôle A Amélioration clinique Besoin d une comparaison 5 4,5 4 3,5 3 2,5 2 1,5 1 0,5 0 Thérapie B Thérapie A Amélioration clinique Tapez le titre ici 10

11 4. Types d Études Retenues Études Randomisées contrôlées 4. Types d Études Retenues Études Randomisées contrôlées Revues systématiques Tapez le titre ici 11

12 4. Types d Études Retenues Études Randomisées contrôlées Revues systématiques Méta-analyses étude 1 étude 2 étude 3 étude 4 étude 5 étude 6 étude 7 étude 8 étude 9 étude 10 étude 11 étude 12 étude 13 étude 14 étude 15 étude 16 Tapez le titre ici 12

13 Taille d effet moyenne 5. Quelle Démarche Tapez le titre ici 13

14 5. Quelle Démarche Participation des experts de chaque perspective 5. Quelle Démarche Participation des experts de chaque perspective Identification d études par centre documentation Inserm Tapez le titre ici 14

15 5. Quelle Démarche Participation des experts de chaque perspective Identification d études par centre documentation Inserm Littérature complétée par experts Évaluation de la qualité de chaque étude Tapez le titre ici 15

16 Évaluation de la qualité de chaque étude Études Randomisées Contrôlées Notation Symptômes clairement définis 0 0,5 1 Mesures validées 0 0,5 1 Évaluateur indépendant et aveugle 0 0,5 1 Évaluateur entraîné et fiable 0 0,5 1 Traitement présenté dans un manuel 0 0,5 1 Randomisation 0 0,5 1 Fidélité au traitement 0 0,5 1 Pas d autre traitement concomitant 0 0,5 1 Mesures et entretiens d évaluation multimodaux 0 0,5 1 Durée du traitement optimale 0 0,5 1 Évaluation de la qualité de chaque étude Méta-analyses Notation Inclusion de tous les essais de qualité sur le sujet 0 0,5 1 Critères de jugement clairement définis 0 0,5 1 Utilisation de méthodes statistiques adéquates 0 0,5 1 Prise en compte de la puissance statistique 0 0,5 1 Comparaison des tailles d effet 0 0,5 1 Test de l homogénéité des études 0 0,5 1 Estimation des études non publiées 0 0,5 1 Tapez le titre ici 16

17 Plus de 1000 études identifiées Résultats : schizophrénie Efficacité établie (A) ou présomption d efficacité (B) Schizophrénie (phase aiguë) avec médicaments Thérapie psycho-éducative familiale sur taux de rechute à 2 ans (A) Schizophrénie (stabilisée suivie en ambulatoire) avec médicaments Approche psycho-éducative familiale (A) Approche TCC (acquisition d habiletés sociales, gestion des émotions) (B) Tapez le titre ici 17

18 Résultats : troubles de l humeur Efficacité établie (A) ou présomption d efficacité (B) Trouble bipolaire avec médicaments Approche psycho-éducative familiale et approche TCC (B) Dépression majeure hospitalisée sous antidépresseurs Approche TCC (A) Dépression majeure non-hospitalisée Approche TCC et thérapie interpersonnelle (A) Résultats : troubles anxieux Efficacité établie (A) ou présomption d efficacité (B) Trouble panique Approche TCC (A) Approche psychodynamique brève avec antidépresseurs (B) Stress post-traumatique Approche TCC (dont EMDR) (A) Approche psychodynamique brève (B) TAG Approche TCC (A) TOC Approche TCC (A) Phobies Approche TCC (A) Tapez le titre ici 18

19 Résultats : troubles comportements alimentaires Efficacité établie (A) ou présomption d efficacité (B) Boulimie Approche TCC (A) Anorexie Thérapies familiales chez les patients jeunes (B) Approche TCC pour la prévention des rechutes (B) Résultats : troubles substances Efficacité établie (A) ou présomption d efficacité (B) Alcoolodépendance Thérapie familiale et approche TCC dans le maintien de l abstinence (A) Tapez le titre ici 19

20 Résultats: troubles de la personnalité Efficacité établie (A) ou présomption d efficacité (B) Troubles de la personnalité Approche psychodynamique (A) Approche TCC (A) l Expertise Inserm Chaque thérapie est efficace pour au moins un trouble examiné ; différences importantes entre les thérapies Thérapies efficaces, sans substitution des symptômes ou durée plus limitée La formation des cliniciens en France, doit-elle évoluer? Tapez le titre ici 20

21 Le progrès continue? Exemple: La schizophrénie TCC pour le clinicien! Une des raisons pour lesquelles TCC a du mal à s installer dans le traitement de la psychose est la conviction du thérapeute: Idées délirantes trop fixes Patient trop atteint Schizophrénie è maladie sans espoir Ce patient ne peut jamais avoir de/d : travail relation intime amis Tapez le titre ici 21

22 Quel pourcentage de patients atteints de schizophrénie arrive à un état de rémission? % % USA- Iowa CHRONIC 68 Switerland- Zurich CHRONIC Japan- Urban MOSTLY 1st EPISODE USA- Vermont CHRONIC % Rémission 74 USA- New York!st EPISODE USA- Chicago CHRONIC WHO- International MOSTLY 1st Episode Switzerland- Berne CHRONIC Germany- Bonn MIXED Nova Scotia- Halifax Australia- Melbourne 1st EPISODE USA- Los Angeles 1st EPISODE From Liberman, R.(2008).Recovery From Disability: Manual of Psychiatric Rehabilitation. Washington: APA. Tapez le titre ici 22

23 Harrow et al., 2005 l Etude de suivi de Chicago (15 ans) l 41% remplit les critères de rémission: Période minimum de 2 ans Absence de symptômes positifs ou négatifs Aucune hospitalisation Fonctionnement psychosocial adéquat Travail au moins à mi-temps Absence de problèmes relationnels importants Essais cliniques CBT, SST et CBSST pour les psychoses ça marche Tapez le titre ici 23

24 Interventions psychosociales fondées sur des preuves pour la schizophrénie Recommandations de l US-PORT/APA/VA, UK- NICE, CA-CPA/CAMH/PHAC, v Travail soutenu v Traitement dans la communauté v Psychoéducation v Thérapie familiale comportementale v Entraînement pour habiletés sociales (SST) v Thérapie comportementale et cognitive (CBT) CBT l 6 à 9 mois l Individuelle ou Groupe l Focalisée sur: Education: Modèles cognitifs et vulnérabilitéstress Mise en question pensées génératrices d affect négatif ou de dysfonction Expérimentation comportementale Tapez le titre ici 24

25 Wykes et al. (2008) Meta-Analyse 22 Etudes de CBT Large Medium Small (N=1,964) 1 0,9 0,8 0,7 0,6 0,5 0,4 0,3 0,2 0,1 0 Target Symptom (33 studies) Note: (# Studies) Positive Symptoms (32 studies) Effect Size Negative Symptoms (23 studies) Functioning (15 studies) Mood (15 studies) Social Anxiety (2 studies) Entraînement aux habiletés sociales (SST) v Intervention psychosociale essentiellement comportementale, focalisée sur l entraînement aux tâches pragmatiques de la vie quotidienne (e.g., jeux de rôles entraînement communication) v 6 mois à 2 ans v Typiquement en groupe v Focalisée sur: Psychoéducation Capacités de communication (jeux de rôles) Entraînement sur résolution de problèmes Diverses habiletés (affirmation de soi, travail, refus de substances, gestion des médicaments, coping avec symptômes, plannification de loisirs, hygiène, etc.) Tapez le titre ici 25

26 Kurtz & Mueser (2008) Meta-Analysis of 22 RCT s of SST Very Large Large Medium Small (n=1,521) CBT+SST=CBSST Pourquoi ajouter CBT à SST? Parfois les gens ont des capacités mais ne les utilisent pas. Ceci est souvent parce que leurs pensées les empêchent de le faire. Tapez le titre ici 26

27 CBSST Essais Cliniques Baseline Intake Evaluation Randomization (n =128) Goal-Focused Supportive Contact (n=60) CBSST (2 hr/week group X 36 weeks; n=68) 4.5, 9, 15 & 21 Months After Baseline Outcome Domains: Psychosocial Functioning Skill Mastery Symptom Ratings Neurocognitive Functioning Maîtrise des habiletés CBSST v. TAU Comprehensive Module Test End of Treatment Time 54 (mos.) TAU CBSST Better Worse Tapez le titre ici 27

28 Capacités de vivre autonome (ILSS) CBSST v. TAU ILSS Composite End of Treatment TAU CBSST Time (mos.) Better Worse Capacités de vivre autonome (ILSS) CBSST v. GFSC ILSS Composite Treatment End Median # sessions CBT Median # sessions SC Time in Months Better Worse Tapez le titre ici 28

29 Amélioration de motivation/ sociabilité CBSST v. GFSC SANS Diminished Motivation Treatment End Median # sessions CBT Median # sessions SC Time in Months Better Worse Amélioration PANSS Positive pour les deux groupes PANSS Positive Treatment End Median # sessions CBT Median # sessions SC Time in Months Better Worse Tapez le titre ici 29

30 Sévérité réduite des Attitudes Défaitistes par CBSST DPAS Total Treatment End Median # sessions CBT Median # sessions SC Time in Months Better Worse Bénéfices de CBSST par état neuropsychologique 20 TAU 0.80 CBSST TAU CBSST Skill Knowledge (CMT) at Follow-up Functioning (ILSS) at Follow-up Poor Good Global Neurocognition T-Score at Baseline 0.60 Poor Good Global Neurocognition T-Score at Baseline Tapez le titre ici 30

31 Nos Faiblesses en TCC Essais Cliniques Contrôlés (Foa & Meadows, 1997, Maxfield et al., 2002) Randomisation au thérapie ou groupe contrôle Evaluateurs indépendants et aveugles Evaluateurs entraînés et fiables Symptômes clairement définis Mesures et instruments validés Mesures multimodales et entretiens cliniques Durée optimale de traitement Manuel de traitement Vérification d adhérence au manuel Contrôle pour traitements concomitants Tapez le titre ici 31

32 NIMH Treatment of Depression Collaborative Research Program Elkin et al., Archives of General Psychiatry. 1989;46: patients atteints dépression, randomisés aux thérapies Cognitives, Interpersonnelles, Imipramine ou Placebo Tout traitement actif= supérieur au placebo Thérapies Cognitives et Interpersonnelles sont équivalentes NIMH Treatment of Depression Collaborative Research Program Ablon & Jones, American Journal of Psychiatry. 2002;159: Analyse des enregistrements des séances de thérapie cognitive ou interpersonnelle Evaluation des techniques thérapeutiques par des évaluateurs indépendants et aveugles Thérapie cognitive classifiée comme thérapie cognitive. Thérapie interpersonnelle classifiée comme Thérapie cognitive!! Tapez le titre ici 32

33 Avons-nous tirer les leçons des autres thérapies passionnantes? Avons-nous tirer les leçons des autres thérapies passionnantes? Tapez le titre ici 33

34 Quelles sont les preuves les plus solides pour le Mindfulness? Plus de 300 investigations par an? De multiples meta-analyses? Essais cliniques randomisés et contrôlés Tapez le titre ici 34

35 Essais Cliniques Contrôlés (Foa & Meadows, 1997, Maxfield et al., 2002) Randomisation au thérapie ou groupe contrôle Evaluateurs Independent et aveugle Evaluateurs entrainés et fiable Symptômes clairement définis Mesures et instrument validés Mesures multimodaux et entretiens cliniques Durée optimale de traitement Manuel de traitement Vérification d adhérence au manuel Contrôle pour traitements concomitants Essais Cliniques Contrôlés (Foa & Meadows, 1997, Maxfield et al., 2002) Score / 10 Tapez le titre ici 35

36 TOP 10 des études les plus citées Web of Science, 3600 citations Brown et al. Journal of Personality and Social Psychology. 2003;84: Teasdale et al. Journal of Consulting and Clinical Psychology. 2000;4: Davidson et al. Psychosomatic Medicine. 2003;65: Kabat-Zinn et al. American Journal of Psychiatry. 1992;149: Ma et al. Journal of Consulting and Clinical Psychology. 2004;72: Speca et al., Psychosomatic Medicine. 2000;62: Shapiro et al., Journal of Behavioral Medicine. 1998;21: Kabat-Zinn et al., Psychosomatic Medicine. 1998;60: Carlson et al. Psychosomatic Medicine. 2003;65: Tang et al., Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America. 2007;104: Méthodologie RandomisaAon Evaluateurs aveugle Evaluateurs fiable Symptômes définis Mesures validés Mesures mulamodaux Duré opamal Manuel Adhérence au manuel Autres traitements Etude TOTAL Tapez le titre ici 36

37 Méthodologie RandomisaAon Evaluateurs aveugle Evaluateurs fiable Symptômes définis Mesures validés Mesures mulamodaux Duré opamal Manuel Adhérence au manuel Autres traitements Etude TOTAL n/a n/a n/a n/a n/a Manuel de Thérapie C est le même Mindfulness? Nous avons adapté et standardisé le programme développé par Kabat-Zinn suite aux suggestions reçues de nos patients Tapez le titre ici 37

38 Manuel de Thérapie C est le même Mindfulness? + mindfulness selon le programme développé par Kabat-Zinn plus une intervention nouvelle qui s appelle Méditation du Pardon. Manuel de Thérapie C est le même Mindfulness? + Les patients dans le groupe qui on reçu mindfulness ont pu choisir s ils voulaient continuer les exercices de mindfulness Ou écouter de la harpe! Tapez le titre ici 38

39 Manuel de Thérapie C est le même Mindfulness? + Résultats Généraux Score global de qualité = 5.4 /10 Meilleurs scores: définition des symptômes, mesures validées, durée optimale Plus bas scores: évaluateurs aveugles, évaluateurs fiables, adhérence au manuel, autres traitements Score Moyen= 2/5 Tapez le titre ici 39

COMPÉTENCES CLINIQUES - SANTÉ MENTALE CONNAISSANCES PRÉALABLE OBJECTIFS 1. ENTRETIEN PSYCHIATRIQUE. 1.1. Les buts de l entretien psychiatrique

COMPÉTENCES CLINIQUES - SANTÉ MENTALE CONNAISSANCES PRÉALABLE OBJECTIFS 1. ENTRETIEN PSYCHIATRIQUE. 1.1. Les buts de l entretien psychiatrique CONNAISSANCES PRÉALABLE Les séminaires de compétences cliniques de santé mentale se basent sur l enseignement «Anamnèse et compétences psychosociales» du N. Blondel & C. Salathé (2014) et les cours de

Plus en détail

Internet, jeux vidéo, téléphone portable: frontière entre utilisation intensive et dépendance comportementale

Internet, jeux vidéo, téléphone portable: frontière entre utilisation intensive et dépendance comportementale Internet, jeux vidéo, téléphone portable: frontière entre utilisation intensive et dépendance comportementale Derniers résultats de la recherche Gregor Waller, MSc Berne, le 7 mars 2013 Forum national

Plus en détail

«Tout le monde devrait faire une psychothérapie.»

«Tout le monde devrait faire une psychothérapie.» «Tout le monde devrait faire une psychothérapie.» Moins je me connais, mieux je me porte. Clément Rosset, Loin de moi, 1999 Faut-il tout «psychiatriser»? Tout événement de vie difficile tel qu une rupture

Plus en détail

AEU de Thérapies Comportementales et Cognitives (Niveau 1)

AEU de Thérapies Comportementales et Cognitives (Niveau 1) AEU de Thérapies Comportementales et Cognitives (Niveau 1) Responsables scientifiques et pédagogiques : Jérôme Palazzolo et Galina Iakimova Jérôme Palazzolo Psychiatre - Psychothérapeute (MD, PhD, HDR)

Plus en détail

Une échelle d évaluation semistructurée. B. Gravier

Une échelle d évaluation semistructurée. B. Gravier Une échelle d évaluation semistructurée : la HCR-20 B. Gravier Exemple de jugement clinique structuré: The Historical Clinical Risk Management 20 item scale HCR - 20 Echelle utilisée par les cliniciens

Plus en détail

Hommes Femmes. Taux pour 100 000 personnes 26,7 24,7 9,0 7,2

Hommes Femmes. Taux pour 100 000 personnes 26,7 24,7 9,0 7,2 Quel est le profil d utilisation de services de santé par les jeunes qui se sont suicidés? Johanne Renaud M.D. M.Sc. FRCPC Université McGill, Groupe McGill d études sur le suicide Directrice médicale Programme

Plus en détail

Trouble bipolaire en milieu professionnel: Du diagnostic précoce àla prise en charge spécialisée

Trouble bipolaire en milieu professionnel: Du diagnostic précoce àla prise en charge spécialisée Trouble bipolaire en milieu professionnel: Du diagnostic précoce àla prise en charge spécialisée Dr G. Fournis Service de Psychiatrie et d Addictologie CHU Angers Faculté de Médecine Angers 1 Introduction

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

Ce document présente la synthèse des travaux du groupe d experts réunis par l Inserm dans le cadre de la procédure d expertise collective, pour

Ce document présente la synthèse des travaux du groupe d experts réunis par l Inserm dans le cadre de la procédure d expertise collective, pour Ce document présente la synthèse des travaux du groupe d experts réunis par l Inserm dans le cadre de la procédure d expertise collective, pour répondre aux questions posées par la Direction générale de

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

Programme d Enseignement EPTHECC «Enseignement de la Psychopathologie et des Thérapies Comportementales et Cognitives»

Programme d Enseignement EPTHECC «Enseignement de la Psychopathologie et des Thérapies Comportementales et Cognitives» Programme d Enseignement EPTHECC «Enseignement de la Psychopathologie et des Thérapies Comportementales et Cognitives» SOMMAIRE Pages Présentation de la Formation EPTHECC 2 Les objectifs de la Formation

Plus en détail

Introduction. Pourquoice livre?... Comment utiliser ce livre?... Que contient ce manuel?... Chapitre 1

Introduction. Pourquoice livre?... Comment utiliser ce livre?... Que contient ce manuel?... Chapitre 1 " Table des matières Introduction Pourquoice livre?... Comment utiliser ce livre?... Que contient ce manuel?... 7 8 8 Chapitre 1 Connaître les bases de l'affirmation de soi et de la communication Les comportements

Plus en détail

Fonctionnement neural et troubles cognitifs chez le patient bipolaire: preuve ou surinterprétation

Fonctionnement neural et troubles cognitifs chez le patient bipolaire: preuve ou surinterprétation DIALOGUE ESPRIT / CERVEAU : CIRCULARITE CRP -OU Santé ANTAGONISME? Fonctionnement neural et troubles cognitifs chez le patient bipolaire: preuve ou surinterprétation Charles Pull Directeur du «Laboratoire

Plus en détail

PROGRAMME DES TROUBLES PSYCHOTIQUES CATÉGORIE : STAGE OPTIONNEL (SÉLECTIF) NIVEAU : SENIORAT (R-IV, R-V) DURÉE : 2 À 6 PÉRIODES

PROGRAMME DES TROUBLES PSYCHOTIQUES CATÉGORIE : STAGE OPTIONNEL (SÉLECTIF) NIVEAU : SENIORAT (R-IV, R-V) DURÉE : 2 À 6 PÉRIODES Stage de psychiatrie des toxicomanies PROGRAMME DES TROUBLES PSYCHOTIQUES CATÉGORIE : STAGE OPTIONNEL (SÉLECTIF) NIVEAU : SENIORAT (R-IV, R-V) DURÉE : 2 À 6 PÉRIODES Milieux de stage Toxicomanie et santé

Plus en détail

Avis de l Ordre des psychologues du Québec. sur. l hypnose et l hypnothérapie

Avis de l Ordre des psychologues du Québec. sur. l hypnose et l hypnothérapie Avis de l Ordre des psychologues du Québec sur l hypnose et l hypnothérapie 26 avril 2013 1 Mise en contexte À l automne 2012, on nous a demandé si la pratique de l'hypnothérapie constitue une forme de

Plus en détail

Le case management de transition (CMT) Une illustration de pratique avancée en soins infirmiers

Le case management de transition (CMT) Une illustration de pratique avancée en soins infirmiers XIIe Congrès Européen Lausanne, le 22 novembre 2013 Le case management de transition (CMT) Une illustration de pratique avancée en soins infirmiers Cécile Morgan & Patricia Jaunin, Infirmières spécialisées

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Évaluation et traitement de l insomnie associée au cancer

Évaluation et traitement de l insomnie associée au cancer Évaluation et traitement de l insomnie associée au cancer Josée Savard, Ph.D. Professeure titulaire École de psychologie, Université Laval Centre de recherche du CHU de Québec et Centre de recherche sur

Plus en détail

1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies :

1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies : 1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies : a. Les troubles fonctionnels digestifs sont définis par les critères de Paris b. En France, le syndrome de l intestin irritable touche

Plus en détail

Stratégie de développement de l activité physique chez les patients schizophrènes et bipolaires

Stratégie de développement de l activité physique chez les patients schizophrènes et bipolaires Stratégie de développement de l activité physique chez les patients schizophrènes et bipolaires Quelles actions pour améliorer la santé physique de nos patients? P-M LLORCA Mortalité chez les patients

Plus en détail

Vous êtes proche d une personne qui souffre d un trouble psychique?

Vous êtes proche d une personne qui souffre d un trouble psychique? rfsm fnpg fribourgeois de santé mentale er Netzwerk für psychische Gesundheit Vous êtes proche d une personne qui souffre d un trouble psychique? Vous vivez des moments difficiles : Nous sommes là pour

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 2 avril 2014 DERMOVAL, gel flacon de 20 ml (CIP : 34009 326 130 4 5) DERMOVAL 0,05 POUR CENT, crème tube de 10 g (CIP : 34009 320 432 9 3) Laboratoire GLAXOSMITHKLINE

Plus en détail

Nouvelles addictions. Dr Marie VERSCHAVE Praticien hospitalier Service de médecine interne E et addictologie

Nouvelles addictions. Dr Marie VERSCHAVE Praticien hospitalier Service de médecine interne E et addictologie Nouvelles addictions comportementales Dr Marie VERSCHAVE Praticien hospitalier Service de médecine interne E et addictologie Item N 77. Addictions comportementales Diagnostiquer, évaluer le retentissement

Plus en détail

La dépression qui ne répond pas au traitement

La dépression qui ne répond pas au traitement La dépression qui ne répond pas au traitement Mise à j our Wilfrid Boisvert, MD Présenté dans le cadre de la conférence : À la rencontre de l humain, Collège québécois des médecins de famille, novembre

Plus en détail

«LA PLEINE CONSCIENCE»

«LA PLEINE CONSCIENCE» «LA PLEINE CONSCIENCE» Dominique Lanctôt PhD Psychologue Colloque de la 3ième journée de formation des 3L La survivance Vendredi 25septembre 2015 MONTRÉAL Plan de présentation 1-Définition de la pleine

Plus en détail

L analyse documentaire : Comment faire des recherches, évaluer, synthétiser et présenter les preuves

L analyse documentaire : Comment faire des recherches, évaluer, synthétiser et présenter les preuves L analyse documentaire : Comment faire des recherches, évaluer, synthétiser et présenter les preuves Cet atelier portera sur 1. la recherche dans la documentation de sources pertinentes; 2. l évaluation

Plus en détail

La schizophrénie est une maladie évolutive; elle comporte 5 phases, qui se succèdent souvent dans l ordre 2 :

La schizophrénie est une maladie évolutive; elle comporte 5 phases, qui se succèdent souvent dans l ordre 2 : Qui peut être atteint de schizophrénie? La schizophrénie est une maladie mentale qui touche environ 1 % de la population canadienne. Elle frappe autant les hommes que les femmes, et se déclare généralement

Plus en détail

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie Etudes cliniques dans l autisme Marie-Christine Picot Congrès Epsylon 5 avril 2013 Introduction Mesurer la Qualité de Vie liée à la Santé : Evaluer les

Plus en détail

Stress des soignants et Douleur de l'enfant

Stress des soignants et Douleur de l'enfant 5e rencontre francophone Suisse et France voisine de la douleur chez l enfant Stress des soignants et Douleur de l'enfant Céline ROUSSEAU-SALVADOR Psychomotricienne - Psychologue Clinicienne Service d

Plus en détail

Comment la proposer et la réaliser?

Comment la proposer et la réaliser? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment la proposer et la réaliser? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les professionnels de santé dans la mise en œuvre d un programme

Plus en détail

Hospital Anxiety and Depression Scale (HADS)

Hospital Anxiety and Depression Scale (HADS) dmt Risques psychosociaux : out ils d é va lua t ion FRPS 13 CATÉGORIE ATTEINTE À LA SANTÉ PHYSIQUE ET MENTALE Hospital Anxiety and Depression Scale (HADS) LANGEVIN V.*, FRANÇOIS M.**, BOINI S.***, RIOU

Plus en détail

Dr Benoit Dutray Centre Hospitalier de Rouffach, France

Dr Benoit Dutray Centre Hospitalier de Rouffach, France Intervention en remédiation cognitive, psychoéducation et thérapie comportementale pour le TDAH chez l'enfant: comment transposer les résultats d'evidence based dans ces domaines dans la pratique clinique

Plus en détail

Thérapies Comportementales et Cognitives et Prévention de la Rechute

Thérapies Comportementales et Cognitives et Prévention de la Rechute 2 emes Journée Universitaire de l addictologie en Poitou Charentes Thérapies Comportementales et Cognitives et Prévention de la Rechute Docteur Charly Cungi Route de Chêne, 26 CH 1207 Genève cungi@ifforthecc.org

Plus en détail

La prise en charge d un trouble bipolaire

La prise en charge d un trouble bipolaire GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge d un trouble bipolaire Vivre avec un trouble bipolaire Décembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

La prise en charge des personnes avec autisme et troubles envahissants du développement : l'intervention adaptée et individualisée

La prise en charge des personnes avec autisme et troubles envahissants du développement : l'intervention adaptée et individualisée Approche neurocognitive de l autisme Symposium 2008 Samedi 18 octobre 2008 La prise en charge des personnes avec autisme et troubles envahissants du développement : l'intervention adaptée et individualisée

Plus en détail

ÉTAT DES LIEUX. Niveau de preuve et gradation des recommandations de bonne pratique

ÉTAT DES LIEUX. Niveau de preuve et gradation des recommandations de bonne pratique ÉTAT DES LIEUX Niveau de preuve et gradation des recommandations de bonne pratique Avril 2013 Les recommandations et leur synthèse sont téléchargeables sur www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé Service

Plus en détail

Marie-Noëlle LEVAUX. Collaborateurs : Martial Van der Linden Frank Laroi Unité de Psychopathologie Cognitive de Liège

Marie-Noëlle LEVAUX. Collaborateurs : Martial Van der Linden Frank Laroi Unité de Psychopathologie Cognitive de Liège Marie-Noëlle LEVAUX Collaborateurs : Martial Van der Linden Frank Laroi Unité de Psychopathologie Cognitive de Liège Jean-Marie Danion Isabelle Offerlin-Meyer Unité Inserm 666 de Strasbourg Toute utilisation

Plus en détail

9.11 Les jeux de hasard et d argent

9.11 Les jeux de hasard et d argent 9.11 Les jeux de hasard et d argent Maud Pousset, Marie-Line Tovar 288 Les jeux de hasard et d argent (JHA) constituent une activité ancienne et répandue, mais longtemps interdite. Leur offre s est étoffée,

Plus en détail

TRAITEMENT DES MAUX DE TÊTE PAR EMDR INTÉGRÉ

TRAITEMENT DES MAUX DE TÊTE PAR EMDR INTÉGRÉ TRAITEMENT DES MAUX DE TÊTE PAR EMDR INTÉGRÉ «Un atelier de deux jours en spécialité EMDR» Présenté par Dr Steven MARCUS,, Ph.D 30 AVRIL & 1er MAI 2011 A PARIS SAMEDI 30 AVRIL : 9H - 16H30 - DIMANCHE 1ER

Plus en détail

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant Vivre avec un trouble dépressif Septembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE COGNITIVE ET COMPORTEMENTALE DU JOUEUR PATHOLOGIQUE (Jeux de hasard et d argent)

LA PRISE EN CHARGE COGNITIVE ET COMPORTEMENTALE DU JOUEUR PATHOLOGIQUE (Jeux de hasard et d argent) LA PRISE EN CHARGE COGNITIVE ET COMPORTEMENTALE DU JOUEUR PATHOLOGIQUE (Jeux de hasard et d argent) Colloque Européen et International THS 10, le 14 octobre 2011 Marthylle LAGADEC Marie GRALL-BRONNEC,

Plus en détail

La dépendance et les troubles mentaux sur un même tableau

La dépendance et les troubles mentaux sur un même tableau La dépendance et les troubles mentaux sur un même tableau LES RELATIONS ENTRE L ABUS, LA DÉPENDANCE ET LES TROUBLES MENTAUX par Karen Fortin Christophe est un jeune homme de 20 ans qui éprouve des difficultés

Plus en détail

d'un Congrès à l'autre...

d'un Congrès à l'autre... 110e session Post Scriptum d'un Congrès à l'autre... N 14 110e session : le second rapport du CPNLF Conférence Warot : qu'apportent les neurosciences aux psychiatres? Les Échos du CPNLF Post Scriptum,

Plus en détail

Guide d accompagnement pour la prise en charge des troubles anxieux chez l enfant

Guide d accompagnement pour la prise en charge des troubles anxieux chez l enfant Guide d accompagnement pour la prise en charge des troubles anxieux chez l enfant Guide d accompagnement pour la prise en charge des troubles anxieux chez l enfant MYLÈNE GINCHEREAU M.SC. PSYCHOÉDUCATION

Plus en détail

Audrey Meloche B.Sc, M.I.T Conseillère clinicienne en soins infirmiers Directrice de l essai: Andrée Bellavance, Ph.D

Audrey Meloche B.Sc, M.I.T Conseillère clinicienne en soins infirmiers Directrice de l essai: Andrée Bellavance, Ph.D Les pistes et stratégies d interventions auprès d une clientèle avec Trouble concomitant: Trouble lié à une substance, trouble psychotique et trait de personnalité antisociale. Audrey Meloche B.Sc, M.I.T

Plus en détail

La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux

La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux La réhabilitation psychosociale est à la mode. Ce n est jamais bon signe. Cela risque de conduire à perdre le sens initial de cette démarche. La

Plus en détail

Les ateliers de pratique réflexive lieu d intégration des données probantes, moteur de changement de la pratique

Les ateliers de pratique réflexive lieu d intégration des données probantes, moteur de changement de la pratique Les ateliers de pratique réflexive lieu d intégration des données probantes, moteur de changement de la pratique Préparé par: Rose-Anne Buteau, Inf. Ph D. (c) Sylvie Garand-Rochette, M.Sc.. Monique Thibault,

Plus en détail

Avis 29 mai 2013. XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA.

Avis 29 mai 2013. XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA. COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 29 mai 2013 XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA DCI Code ATC (2012) Motif de l examen Liste

Plus en détail

Quand faut-il adresser une personne âgée à un neuropsychologue?

Quand faut-il adresser une personne âgée à un neuropsychologue? Quand faut-il adresser une personne âgée à un neuropsychologue? fournissent une approche systématique, factuelle et globale pour évaluer le fonctionnement cognitif et émotionnel d une personne, en plus

Plus en détail

Sophie Blanchet, Frédéric Bolduc, Véronique Beauséjour, Michel Pépin, Isabelle Gélinas, et Michelle McKerral

Sophie Blanchet, Frédéric Bolduc, Véronique Beauséjour, Michel Pépin, Isabelle Gélinas, et Michelle McKerral Le traumatisme cranio-cérébral léger chez les personnes âgées : impact sur les processus mnésiques et exécutifs - Mise en relation avec les habitudes de vie Sophie Blanchet, Frédéric Bolduc, Véronique

Plus en détail

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite Guide à l intention des familles AU COEUR du trouble de personnalité limite À propos du trouble de personnalité limite Ce document a été élaboré en 2001 par madame France Boucher, infirmière bachelière,

Plus en détail

Ensemble pour soutenir les femmes atteintes et leurs proches

Ensemble pour soutenir les femmes atteintes et leurs proches Ensemble pour soutenir les femmes atteintes et leurs proches Sara Vaillancourt, travailleuse sociale en oncologie CHU de Québec Centre des maladies du sein Deschênes-Fabia Cancer du sein - Mise à jour

Plus en détail

Projet de loi n o 21 (2009, chapitre 28)

Projet de loi n o 21 (2009, chapitre 28) PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 21 (2009, chapitre 28) Loi modifiant le Code des professions et d autres dispositions législatives dans le domaine de la santé mentale et

Plus en détail

FORMATIONS 2015 PRATIQUES ÉDUCATIVES & SOCIALES PRATIQUES EN MANAGEMENT & COACHING PRATIQUES EN PSYCHOTHÉRAPIE

FORMATIONS 2015 PRATIQUES ÉDUCATIVES & SOCIALES PRATIQUES EN MANAGEMENT & COACHING PRATIQUES EN PSYCHOTHÉRAPIE FORMATIONS 2015 Centre de Formation et de Perfectionnement aux Pratiques Éducatives, Sanitaires, Sociales et Psychothérapeutiques PRATIQUES ÉDUCATIVES & SOCIALES PRATIQUES EN MANAGEMENT & COACHING PRATIQUES

Plus en détail

The Over-60 Research Unit UCSF 2007 adaptation en français en 2013

The Over-60 Research Unit UCSF 2007 adaptation en français en 2013 The Over-60 Research Unit UCSF 2007 adaptation en français en 2013 Adaptée par Amandine Capber Titulaire d'un Master 2 recherche, étudiante en Master 2 professionnel Neuropsychologie et Psychopathologie

Plus en détail

Dr Julie Dauphin, Ph.D. Psychologue clinicienne

Dr Julie Dauphin, Ph.D. Psychologue clinicienne CHAMPS D EXPERTISE Dr Julie Dauphin, Ph.D. Psychologue clinicienne Hôpital Louis- H. Lafontaine Institut Universitaire en santé mentale Programme des troubles psychotiques - Clinique Sherbrooke 7401 Hochelaga

Plus en détail

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 2.1. ETUDES REALISEES PAR LES SERVICES DES CAISSES D ASSURANCE MALADIE 5 2.2. ANALYSE DE LA LITTERATURE 5 2.3. ANALYSE DES VENTES 6 2.4. COMPARAISONS

Plus en détail

INTRODUCTION 1. DESCRIPTION DU MILIEU

INTRODUCTION 1. DESCRIPTION DU MILIEU Recueil d internats en psychologie clinique (oriientatiion clliiniique et neuropsychollogiie) Édition 2013-2014 CSSS Allphonse-Desjjardiins,, centtre hospiittalliier uniiversiittaiire de Léviis 2 Table

Plus en détail

Description des résidants dans les IHP et les MSP

Description des résidants dans les IHP et les MSP I RAPPORT NATIONAL RPM 1999 Description des résidants dans les IHP et les MSP Données d admission D après le tableau 1 A (p.1), au 30 juin 1999, les initiatives d habitation protégée comptaient 2853 résidants

Plus en détail

Méthodologie documentaire spécifique au repérage d actions de terrain

Méthodologie documentaire spécifique au repérage d actions de terrain Méthodologie documentaire spécifique au repérage d actions de terrain Journée de la préventions 2014 Atelier : «Repérer des actions de prévention : l exemple du tabac» Céline DEROCHE, Sandra KERZANET -

Plus en détail

Formation, Coaching et Thérapie- Tel : 06 47 89 49 52 ekoexistences@gmail.com

Formation, Coaching et Thérapie- Tel : 06 47 89 49 52 ekoexistences@gmail.com Formation, Coaching et Thérapie- Tel : 06 47 89 49 52 ekoexistences@gmail.com La confiance : Agir ensemble, établir un lien et construire en toute transparence une dynamique tournée vers un but commun.

Plus en détail

Le système CelestHealth

Le système CelestHealth Le système CelestHealth Craig J. Bryan, PsyD, ABPP, Université de l Utah et National Center for Veterans Studies craig.bryan@utah.edu Stephen Mark Kopta, Ph. D., HSPP, Université d Evansville Bryan D.

Plus en détail

Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence

Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence On pose fréquemment le diagnostic de migraine sévère à l urgence. Bien que ce soit un diagnostic commun,

Plus en détail

Nathalie Hannhart. Psychologue de la Prévention

Nathalie Hannhart. Psychologue de la Prévention Nathalie Hannhart Psychologue de la Prévention Instructrice MBCT 2014 Spirituelle ou religieuse Relaxation Faire le vide dans sa tête Analyse conceptuelle «La Pleine Conscience «est un état de conscience

Plus en détail

Rôle de l infirmière au SI et SIV

Rôle de l infirmière au SI et SIV Rôle de l infirmière au SI et SIV Colloque AQIISM 22 mai 2015 cnesm 22 mai 2015 1 Olivier Jackson Miriam Hayes Infirmier et infirmière cadre conseil au CNESM Qui sommes nous? cnesm 22 mai 2015 2 Sujets

Plus en détail

Échelle d'évaluation globale du fonctionnement et durée du traitement médicopsychiatrique

Échelle d'évaluation globale du fonctionnement et durée du traitement médicopsychiatrique Échelle d'évaluation globale du fonctionnement et durée du traitement médicopsychiatrique Introduction Le résumé psychiatrique minimum (RPM) révèle qu'entre l'admission médicale et la sortie, des patients

Plus en détail

Intérêt de la Thérapie Comportementale et Cognitive dans la prise en charge thérapeutique du PTSD

Intérêt de la Thérapie Comportementale et Cognitive dans la prise en charge thérapeutique du PTSD Intérêt de la Thérapie Comportementale et Cognitive dans la prise en charge thérapeutique du PTSD F.OLIVIER P. LAMY Journée Scientifique «La recherche en psychiatrie : Etat de stress posttraumatique» ALBI

Plus en détail

PSYCHOTHÉRAPIES DES AUTEURS DE VIOLENCES SEXUELLES. Pr Jean Louis Senon Master Pro criminologie

PSYCHOTHÉRAPIES DES AUTEURS DE VIOLENCES SEXUELLES. Pr Jean Louis Senon Master Pro criminologie PSYCHOTHÉRAPIES DES AUTEURS DE VIOLENCES SEXUELLES Pr Jean Louis Senon Master Pro criminologie Définition Une psychothérapie est un traitement actif par des moyens psychologiques (Senon, 1995) «toute utilisation

Plus en détail

Recherche documentaire et autoformation. Lecture critique d un article médical. Recommandations pour la pratique. Les maladies orphelines

Recherche documentaire et autoformation. Lecture critique d un article médical. Recommandations pour la pratique. Les maladies orphelines 18. Recherche documentaire et autoformation. Lecture critique d un article médical. Recommandations pour la pratique. Les maladies orphelines KARILA LAURENT - APPRENTISSAGE DE L EXERCICE MÉDICAL + Objectifs

Plus en détail

EVALUATION DES METHODES D AIDE A L ARRET DU TABAGISME

EVALUATION DES METHODES D AIDE A L ARRET DU TABAGISME EVALUATION DES METHODES D AIDE A L ARRET DU TABAGISME Docteur Jean PERRIOT Dispensaire Emile Roux Clermont-Ferrand jean.perriot@cg63.fr DIU Tabacologie Clermont-Ferrand - 2015 NOTIONS GENERALES INTRODUCTION.

Plus en détail

S Y L V I E W Y L E R

S Y L V I E W Y L E R La Méthode NADA S Y L V I E W Y L E R E L E A N O R E H I C K E Y M É L I N D A A K O N G O S I O N, 7 S E P T E M B R E 2 0 1 1 F O R U M D R O G U E S S U R L E S A P P R O C H E S A L T E R N A T I

Plus en détail

ATELIER 2: Les «bénéfices psychologiques» de l ETP: psychothérapie, thérapie cognitivocomportementale. quels équilibres?

ATELIER 2: Les «bénéfices psychologiques» de l ETP: psychothérapie, thérapie cognitivocomportementale. quels équilibres? 12èmes Journées Régionales d échanges en Education du Patient EDUCATION DU PATIENT : «Entre bénéfices possibles et attendus.vers de nouveaux équilibres» jeudi 29 et vendredi 30 novembre 2012 ATELIER 2:

Plus en détail

Titre : Hémiplégie Alternante : une étude des épisodes paroxystiques.

Titre : Hémiplégie Alternante : une étude des épisodes paroxystiques. I.B.AHC 1. DESCRIPTION DE L ETUDE Titre : Hémiplégie Alternante : une étude des épisodes paroxystiques. Auteurs : Elisa De Grandis MD PhD, G Gaslini Institute, University of Genoa Melania Giannotta MD,

Plus en détail

Le retour au travail après une absence prolongée en

Le retour au travail après une absence prolongée en Le retour au travail après une absence prolongée en raison de trouble mental transitoire: des pistes d'encadrement de la démarche. Marie-José Durand, PhD, Professeure titulaire, Directrice du CAPRIT Les

Plus en détail

Traitements du syndrome dysexécutif

Traitements du syndrome dysexécutif Traitements du syndrome dysexécutif Philippe Azouvi Service de MPR, Hôpital Raymond Poincaré, Garches Université de Versailles-Saint-Quentin Plan Stratégies de restauration Résolution de problèmes Aspects

Plus en détail

Handicap psychique en Poitou-Charentes : état des lieux quantitatif

Handicap psychique en Poitou-Charentes : état des lieux quantitatif Avril 2014 HANDICAP PSYCHIQUE ADULTES POITOU-CHARENTES ETAT DES LIEUX Handicap psychique en Poitou-Charentes : état des lieux quantitatif Rapport n 158 Avril 2014 Handicap psychique en Poitou-Charentes

Plus en détail

«Les jeux en ligne, quelle influence en France?»

«Les jeux en ligne, quelle influence en France?» Les multiples facettes du jeu Québec, 30 mai 2012 «Les jeux en ligne, quelle influence en France?» M. Grall-Bronnec, G. Bouju, M. Lagadec J. Caillon, J.L. Vénisse Le contexte des jeux de hasard et d argent

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT Sommaire Comment se fait la recherche sur un nouveau médicament? (page 1) A quoi sert la recherche sur un nouveau médicament? (page

Plus en détail

Gestion du stress : principes et indications

Gestion du stress : principes et indications Gestion du stress : principes et indications 105 Chapitre 6 Gestion du stress : principes et indications «La méthode psychique exige avant tout du patient qu il agisse sur lui-même» S. Zweig La gestion

Plus en détail

ACCÈS AUX SOINS. La santé mentale. dans le 5 e a Lyon

ACCÈS AUX SOINS. La santé mentale. dans le 5 e a Lyon ACCÈS AUX SOINS La santé mentale dans le 5 e a Lyon décembre 2010 ACCÈS AUX SOINS Le Conseil Local de Santé Mentale du 5 e arrondissement : qu est-ce que c est? Le Conseil Local de Santé Mentale du 5 e

Plus en détail

Développement, validation et diffusion d une batterie d évaluation multidimensionnelle et intégrée dans la schizophrénie

Développement, validation et diffusion d une batterie d évaluation multidimensionnelle et intégrée dans la schizophrénie Développement, validation et diffusion d une batterie d évaluation multidimensionnelle et intégrée dans la schizophrénie F Laroi, J Laloyaux, J Burnay Batterie d évaluation : adaptée aux patients souffrant

Plus en détail

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE!

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! rétablissement et psychose / Fiche 1 JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! JJérôme s énerve : «Je ne suis pas psychotique! Vous ne dites que des conneries! Je suis moi, Jérôme, et je ne vois pas le monde comme vous,

Plus en détail

TROUBLES BIPOLAIRES ET ADDICTIONS. Damien FOUQUES ET Lucia ROMO

TROUBLES BIPOLAIRES ET ADDICTIONS. Damien FOUQUES ET Lucia ROMO Conférence Argos 2001 du 27/01/2011 au FIAP (30 rue Cabanis - 75014 Paris) TROUBLES BIPOLAIRES ET ADDICTIONS Damien FOUQUES ET Lucia ROMO Psychologues cliniciens, maîtres de conférences à l Université

Plus en détail

C est quoi mon diagnostic,docteur? Natalie Ménard

C est quoi mon diagnostic,docteur? Natalie Ménard Le trouble de la personnalité limite C est quoi mon diagnostic,docteur? Natalie Ménard 2 «Je suis malade» (Serge Lama) L un des principes directeurs du plan d action en santé mentale du Québec est de permettre

Plus en détail

Score au MMSE et capacité à conduire UMF ST-HUBERT

Score au MMSE et capacité à conduire UMF ST-HUBERT Score au MMSE et capacité à conduire SANDRA DEMERS, R1 UMF ST-HUBERT Quelques statistiques Accidents automobiles chez les 75 ans et plus: 9,7% des accidents avec décès au Québec 8% des accidents avec blessés

Plus en détail

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique Jean-Marie BOHER, PhD, Institut Paoli-Calmettes, Marseille Novembre 2011 Typologie

Plus en détail

Réponse et temps de réponse aux items en psychométrie. R. Trouillet M.C.F. H.D.R. Lab. Epsylon EA4556

Réponse et temps de réponse aux items en psychométrie. R. Trouillet M.C.F. H.D.R. Lab. Epsylon EA4556 Réponse et temps de réponse aux items en psychométrie R. Trouillet M.C.F. H.D.R. Lab. Epsylon EA4556 Thérapies psychodynamiques Levy & Ablond (2009). Handbook of Evidence-Based Psychodynamic Psychotherapy..

Plus en détail

La migraine chronique

La migraine chronique La migraine chronique - Céphalées chroniques quotidiennes -Abus médicamenteux Avec le soutien des laboratoires Novartis Un concept en évolution 1ère classification IHS 1988 : pas de mention 1982: Mathew

Plus en détail

Double diagnostic. Rapport sommaire. Recommendations. Définitions. Quelques statistiques. Décembre 2005. Parmi les sujets prioritaires,

Double diagnostic. Rapport sommaire. Recommendations. Définitions. Quelques statistiques. Décembre 2005. Parmi les sujets prioritaires, Double diagnostic Association canadienne pour la santé mentale, section d Ottawa Karen Shipman, Gestionnaire de programme kshipman@cmhaottawa.ca Rapport sommaire Décembre 2005 Hôpitaux spécialisées de

Plus en détail

PSYCHOSOMATIQUE, RELAXATION, PSYCHOTHERAPIES A MEDIATION CORPORELLE

PSYCHOSOMATIQUE, RELAXATION, PSYCHOTHERAPIES A MEDIATION CORPORELLE UNIVERSITE MONTPELLIER 1 DIPLOME UNIVERSITAIRE PSYCHOSOMATIQUE, RELAXATION, PSYCHOTHERAPIES A MEDIATION CORPORELLE Option A: Psychosomatique, thérapies de relaxation. Option B: Psychosomatique et psychothérapies

Plus en détail

Proportion des élèves du secondaire ayant reçu au moins un diagnostic médical d anxiété, de dépression ou d un trouble de l alimentation (EQSJS)

Proportion des élèves du secondaire ayant reçu au moins un diagnostic médical d anxiété, de dépression ou d un trouble de l alimentation (EQSJS) Proportion des élèves du secondaire ayant reçu au moins un diagnostic médical d anxiété, de dépression ou d un trouble de l alimentation (EQSJS) (N de ligne du PCS : 14, 176) (N de fiche EQSJS : 12.3)

Plus en détail

CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS:

CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS: CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS: Infirmier(e)s et aides soignant(e)s ETUDE ORSOSA État de santé, conditions de travail

Plus en détail

Mise en place d un essai thérapeutique

Mise en place d un essai thérapeutique C Mémoire Mise en place d un essai thérapeutique Analyse et mise en place d un protocole Montpellier le 17 Mars 2010 Renaud DAVID Mathilde LAYE Sommaire Présentation du protocole Mise en place Déroulement

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003

Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003 Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19 Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003 Plans et objectifs Pendant la grossesse Troubles mineurs, dépressions

Plus en détail

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en

d infirmières et d infirmiers Pour être admissible au répit spécialisé sur référence Des services spécialisés intégrés en DES SERVICES DES INTERVENTIONS DE RÉADAPTATION CIBLÉES ET SPÉCIFIQUES VISANT LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DE LA PERSONNE ET AYANT COMME OBJECTIFS de favoriser l intégration et la participation sociales de

Plus en détail

Bases de données et RefWorks Sylvain Fiset - Automne 2008. Bases de données et Refworks. Sylvain Fiset

Bases de données et RefWorks Sylvain Fiset - Automne 2008. Bases de données et Refworks. Sylvain Fiset Bases de données et Refworks Sylvain Fiset 1 Plan de l atelier Démontrer l utilisation des bases de données dans un contexte pédagogique. Démontrer l utilisation des bases de données et de RefWorks dans

Plus en détail

LES MATINALES DE LA FONDATION

LES MATINALES DE LA FONDATION LES MATINALES DE LA FONDATION «Point du vue d un pédopsychiatre sur l autisme aujourd hui» Conférence du Professeur Pierre DELION, Pédopsychiatre, Chef du Service Psychiatrie de l Enfant et de l Adolescent,

Plus en détail

Qu avez-vous appris pendant cet exposé?

Qu avez-vous appris pendant cet exposé? Qu avez-vous appris pendant cet exposé? Karl VINCENT, DC IFEC 2010 Diplôme Universitaire de Méthodes en Recherche Clinique Institut de Santé Publique d Epidémiologie et de développement ISPED Bordeaux

Plus en détail

La recherche clinique au cœur du progrès thérapeutique

La recherche clinique au cœur du progrès thérapeutique 2 èmes Assises de l Innovation Thérapeutique Paris, 05-11-2014 La recherche clinique au cœur du progrès thérapeutique Pr. Jean-François DHAINAUT Président du Groupement Inter-régional de la Recherche Clinique

Plus en détail