Professeur Charles-Siegfried PERETTI Président de l ARSPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Professeur Charles-Siegfried PERETTI Président de l ARSPG"

Transcription

1 PROGRAMME FINAL / LIVRE DES ABSTRACTS Contact : Inscriptions : Logistique : AVEC LE PARRAINAGE DE : La Faculté de Médecine Saint-Antoine, Pitié-Salpêtrière La revue La Lettre du Psychiatre

2 PRÉSIDENT DU CONGRÈS Pr. Eduard VIETA (Barcelone) PRÉSIDENT D'HONNEUR Pr. Maurice FERRERI (Paris) COMITÉ SCIENTIFIQUE Pr. Maurice FERRERI (Paris) Pr. Charles-Siegfried PERETTI (Paris) Pr. Florence THIBAUT (Rouen) Pr. Maurice CORCOS (Paris) Dr. Philippe LOEFFEL (Reims) Dr. Philippe NUSS (Paris) Dr. Harald SONTAG (Strasbourg) COMITÉ D ORGANISATION Pr. Charles-Siegfried PERETTI (Paris) Pr. Florence THIBAUT (Rouen) Dr. Harald SONTAG (Strasbourg) Dr. Marie-Victoire CHOPIN (Paris) ORGANISATION LOGISTIQUE DSO Eric TORDJMAN Nadège SCOTTON Sophie MARGERIDON ÉDITORIAL DU CONGRÈS ARSPG 2012 " TRAITER DEMAIN : QUEL DIALOGUE ENTRE PSYCHOTHÉRAPIE ET PHARMACOTHÉRAPIE? " Comme si la dichotomie allait de soi, était fondée sur une évidence naturelle, il est communément accepté de concevoir la vie mentale comme la conjugaison de facteurs biologiques et psychologiques. En continuité de cette hypothèse, pharmacothérapie et psychothérapie paraissent résumer, parfois opposer, les approches thérapeutiques en psychiatrie. Si l une fait référence à l activité biologique cérébrale, l autre se fonde sur la spécificité de la vie psychique. Comme s il fallait s assurer de la validité de cette approche binaire, chacun des deux protagonistes s est vu presque caricaturé. La biologie a étendu son manteau sur la pharmacothérapie. Elle a posé ses pieds sur le socle de la science et son regard, portant loin, a prétendu éclairer le général en proposant un soin universel. La psychologie, quant à elle, s est affichée sous l étendard de l intime. Si sa voix parle des profondeurs, son oreille est au service du singulier, oui mais le singulier de l universel humain. Pharmacothérapie et psychothérapie se proposent ainsi de résumer le paysage de la vie mentale dans ses aspects thérapeutiques. Cette vision, dans un premier temps confortable, ne résiste ni à la pratique, ni à la réflexion. Pourquoi penser que la vie mentale ne se nourrit que de ces deux seules racines? Bien d autres registres peuvent en effet décrire l expérience humaine qu il s agisse de la métaphysique, de la sociologie, de la philosophie, de l histoire, de la culture, du politique. En outre, ni la biologie cérébrale ni la psychologie ne peuvent se définir comme des entités univoques. La biologie moléculaire, la génétique, l imagerie fonctionnelle, la pharmacologie, les essais randomisés sur les médicaments ne sont pas l expression d une même hypothèse. Les courants psychanalytiques, les théories cognitives, les modèles systémiques, les thérapies à médiation non verbale ne sont-ils pas eux-aussi les différentes facettes d une hypothétique vie mentale nucléaire? Les frontières entre pharmacothérapie et psychothérapie se font aujourd hui moins étanches. C est ainsi que de nombreux auteurs considèrent aujourd hui les médicaments comme des modulateurs informationnels (Kapur S. Am J Psychiatry. 2003), des modificateurs et stabilisateurs d attribution (Harmer C, Molecular Psychiatry, 2011). Ils mettent l accent sur les effets psychologiques des molécules psychotropes. De même, de nombreux travaux mettent en évidence les modifications biologiques induites par les effets des psychothérapies. (Houdé O. Med Sci. 2011). Les enjeux relationnels dans la prescription médicamenteuse sont majeurs et soulignent l importance des représentations tant chez le patient que chez le thérapeute. Ces réflexions ne visent pas à justifier une attitude désabusée qui laisserait entendre que la dichotomie psychothérapie/pharmacothérapie est obsolète, inopérante. Bien au contraire, mettre en lumière la diversité des composantes biologiques et psychiques de l esprit humain les rend d avantage perceptibles grâce à leur spécificité que de les fondre dans une dichotomie qui n émergerait que par l opposition des contraires. C est ainsi au dialogue entre ces deux univers qu il faut nous livrer afin d ensemencer les principes thérapeutiques qui nous aideront demain à mieux soigner. Identifier les registres et leurs complémentarités est certainement fructueux. Toutes les méta-analyses le montrent, il y a un bénéfice significatif à conjuguer ces deux approches. (Cuijpers P. Clin Psychol Rev. 2011) C est pourquoi notre Congrès : «La Psychiatrie dans tous ses états» a voulu faire le point cette année sur ce sujet central de nos pratiques : «Traiter demain : Quel dialogue entre psychothérapie et pharmacothérapie?». Au cours de 4 journées d exposés et d ateliers divers, nous explorerons des champs aussi différents que la psychogériatrie, les psychotraumatismes, la psychose, les troubles de l humeur, les pathologies de la personnalité, les troubles bipolaires à l adolescence. Nous le ferons dans un esprit à la fois de rigueur et de pragmatisme thérapeutique. D autres sujets d interface comme le suicide, la violence seront également abordés. Ils mettront en lumière les expressions et les attentes sociétales de ces expressions disruptives de la vie mentale. Une session sera bien sûr dédiée à la question de la méthodologie des études comparatives : médicaments / psychothérapies. Des symposiums seront aussi proposés par nos partenaires de l industrie pharmaceutique. Comme à l accoutumée, des orateurs français et étrangers nous feront partager leur savoir dans un esprit d échange et d ouverture. J espère vous retrouver toujours aussi nombreux, comme ces dernières années, interactifs et attentifs au cours du Congrès «La Psychiatrie dans tous ses états» pour son dixième anniversaire en Professeur Charles-Siegfried PERETTI Président de l ARSPG 2 DU 27 AU 30 MARS 2012

3 SOMMAIRE Éditorial Plan de l exposition et liste des exposants Synopsis Les ateliers de formation PROGRAMME DÉTAILLÉ Mardi 27 mars 2012 Mercredi 28 mars 2012 Jeudi 29 mars 2012 Vendredi 30 mars INFORMATIONS IMPORTANTES Informations générales Informations Air France Informations aux intervenants et auteurs Le congrès de A à Z LIVRE D ABSTRACTS Communications orales Communications posters Index des auteurs LES SALONS DE L AVEYRON - 17, RUE DE L AUBRAC - PARIS 12ÈME 3

4 PLAN DE L EXPOSITION Salon Levezou Salon Aubrac Salon Les Grandes Causses 1 EUTHÉRAPIE 2 ASTRAZENECA 2 bis BIOCODEX Podium 9 JANSSEN 8 SANOFI Buffet 3 EUSA PHARMA 4 LILLY LUNDBECK EISAI BMS & OTSUKA Salon Carladès ASC Ecran A Ecran B Ecran C Salon Ségala Toilettes Hommes Toilettes Femmes LISTE DES EXPOSANTS Remerciements : Le Pr. Eduard VIETA (Barcelone), Président du congrès, le Professeur Charles-Siegfried PERETTI, Président de l ARSPG, ainsi que les membres des Comités Scientifique et d Organisation adressent leurs plus vifs remerciements aux laboratoires. 4 DU 27 AU 30 MARS 2012

5 SYNOPSIS MARDI 27 MARS 2012 MERCREDI 28 MARS 2012 JEUDI 29 MARS 2012 VENDREDI 30 MARS 2012 ATELIER 2011N 2 : PSYCHOTRAUMATISME (8h30 9h30) STRESS ET TRAUMA SYMPOSIUM «Dépression : l évaluation clinique au cœur de la rémission» SYMPOSIUM «Troubles bipolaires : vers un traitement personnalisé?» ATELIER N 4 : PRISE EN CHARGE DU PATIENT VIOLENT EN PSYCHIATRIE (8h30 9h30) TRAITEMENT DU PATIENT SUICIDANT SYMPOSIUM «Schizophrénie : prendre en charge plus tôt, plus longtemps?» ATELIER 2011 N 6 : CONTROVERSE CONCERNANT LA BIPOLARITÉ CHEZ L'ADULTE JEUNE (8h30 9h30) COMMENT TRAITER LES POPULATIONS A RISQUE : MIGRANTS, POPULATION PÉNITENTIAIRE, PATIENTS VIOLENTS? SYMPOSIUM «Au delà de la prise en charge efficace du patient bipolaire : une prise en charge efficiente» COCKTAIL DÉJEUNATOIRE COCKTAIL DÉJEUNATOIRE COCKTAIL DÉJEUNATOIRE INTRODUCTION PSYCHO-GÉRIATRIE ATELIER N 1 : ECT ET TRAITEMENT DES TROUBLES DE L HUMEUR RÉSISTANTS (16h30 17h30) ATELIER N 8 : LES MANIFESTATIONS PSYCHOSOMATIQUES DE L'ANXIÉTÉ (17h30 18h30) SYMPOSIUM «Complémentarité des thérapies médicamenteuses et non médicamenteuse : deux exemples en psychiatrie» REMISE DES PRIX «CONFRONTATIONS PSYCHIATRIQUES» COMMENT TRAITER LES PSYCHOSES AUJOURD HUI? PRISE EN CHARGE DES TROUBLES DE LA PERSONNALITÉ ATELIER N 3 : TRAITER L ADOLESCENT DÉPENDANT AU CANNABIS (18h00 19h00) ATELIER N 7 : LES NOUVELLES PSYCHOTHÉRAPIES : LES TIPARS (13h30 14h30) SYMPOSIUM «Symptômes résiduels et troubles bipolaires» BIOLOGIE ET VIE PSYCHIQUE : QUELS FONDEMENTS? QUELLES PRATIQUES? ATELIER N 5 : SUIVI ET PRISE EN CHARGE DES PATIENTS BORDERLINE (17h00 18h00) 2011 LES PRÉMICES DU TROUBLE BIPOLAIRE À L ADOLESCENCE REMISE DES PRIX «POSTERS» THÉRAPEUTIQUES EN PSYCHIATRIE : ENTRE NATURE ET CULTURE LES SALONS DE L AVEYRON - 17, RUE DE L AUBRAC - PARIS 12ÈME 5

6 LES ATELIERS DE FORMATION Votre inscription au congrès vous donne droit à un atelier de formation au choix inclus dans votre forfait. Il vous sera possible de choisir un atelier complémentaire en supplément. Les personnes invitées au congrès par un laboratoire ne bénéficient pas d'un atelier inclus dans leur inscription mais peuvent profiter d'un tarif préférentiel. ATELIER N 1 : ATELIER N 2 : ATELIER N 3 : ATELIER N 4 : ATELIER N 5 : ATELIER N 6 : ATELIER N 7 : ATELIER N 8 : ECT ET TRAITEMENT DES TROUBLES DE L HUMEUR RÉSISTANTS Dr. Stéphane MOUCHABAC (Paris) Sponsorisé par Mardi 27 mars 2012 de 16h30 à 17h30 PSYCHOTRAUMATISME Pr. Louis JEHEL (Fort de France) Mercredi 28 mars 2012 de 8h30 à 9h30 TRAITER L ADOLESCENT DÉPENDANT AU CANNABIS Dr. Amine BENYAMINA (Paris) Mercredi 28 mars 2012 de 18h00 à 19h00 PRISE EN CHARGE DU PATIENT VIOLENT EN PSYCHIATRIE Pr. Franck BAYLE (Paris) & Dr. Jacques BOUCHEZ (Villejuif) Jeudi 29 mars 2012 de 8h30 à 9h30 SUIVI ET PRISE EN CHARGE DES PATIENTS BORDERLINE Dr. Marie-Victoire CHOPIN (Paris) Jeudi 29 mars 2012 de 17h00 à 18h00 CONTROVERSE CONCERNANT LA BIPOLARITÉ CHEZ L'ADULTE JEUNE Pr. David COHEN (Paris) Sponsorisé par Vendredi 30 mars 2012 de 8h30 à 9h30 LES NOUVELLES PSYCHOTHÉRAPIES : LES TIPARS Pr. Thierry BOTTAI (Martigues) Jeudi 29 mars 2012 de 13h30 à 14h30 Sponsorisé par LES MANIFESTATIONS PSYCHOSOMATIQUES DE L'ANXIÉTÉ Dr. Philippe NUSS (Paris) Mardi 27 mars 2012 de17h30 à 18h30 Sponsorisé par RAPPEL : COÛT DE L ATELIER SUPPLÉMENTAIRE : Tarif jusqu au 21 février 2012 inclus Tarif à partir du 22 février TTC / atelier 66 TTC / atelier Tarif préférentiel proposé aux personnes invitées par un laboratoire : 40 TTC. 6 DU 27 AU 30 MARS 2012

7 PROGRAMME DÉTAILLÉ MARDI 27 MARS h30 14h30 INTRODUCTION Pr. Eduard VIETA, Président du congrès (Barcelone), Pr. Maurice FERRERI, Président d'honneur de la 10 ème édition du congrès "La Psychiatrie dans tous ses états" (Paris) PSYCHO-GÉRIATRIE Présidente de séance : Pr. Anne-Sophie RIGAUD (Paris) 14h30 15h00 15h00 15h30 15h30 16h00 16h00 16h30 16h30 17h30 17h30 18h30 MODÈLES ÉTIOPATHOLOGIQUES ET NOUVEAUX TRAITEMENTS DANS LA MALADIE D'ALZHEIMER - O101 Dr. Emmanuelle DURON (Paris) QUALITÉ DE VIE ET APPROCHES PHARMACOLOGIQUES ET NON PHARMACOLOGIQUES DES PERSONNES ATTEINTES DE LA MALADIE D'ALZHEIMER ET DE LEURS AIDANTS - O102 Pr. Vincent CAMUS (Tours) LES NOUVELLES TECHNOLOGIES DANS LA PRISE EN CHARGE DE LA MALADIE D'ALZHEIMER - O103 Pr. Anne-Sophie RIGAUD (Paris) PAUSE CAFÉ ATELIER N 1 ECT ET TRAITEMENT DES TROUBLES DE L HUMEUR RÉSISTANTS Dr. Stéphane MOUCHABAC (Paris) ATELIER N 8 LES MANIFESTATIONS PSYCHOSOMATIQUES DE L'ANXIÉTÉ Dr. Philippe NUSS (Paris) LES SALONS DE L AVEYRON - 17, RUE DE L AUBRAC - PARIS 12ÈME 7

8 MERCREDI 28 MARS h30 9h30 ATELIER N 2 PSYCHOTRAUMATISME Pr. Louis JEHEL (Fort de France) STRESS ET TRAUMA Présidents de séance : Pr. Louis JEHEL (Fort de France) & Pr. Abdelkrim KELLOU (Algérie) 9h30 10h00 10h00 10h30 10h30 11h30 11h30 11h45 STRESS ET PRÉPARATION AU COMBAT CHEZ LES MILITAIRES : RETOUR D'EXPÉRIENCE SUR LE SOUTIEN DES FORCES EN AFGHANISTAN - O201 Pr. Patrick CLERVOY (Toulon) EMDR : UNE PSYCHOTHÉRAPIE EFFICIENTE DES STRESS POST TRAUMATIQUES - O202 Dr. France HAOUR (Paris) DÉPRESSION : L ÉVALUATION CLINIQUE AU CŒUR DE LA RÉMISSION Pr. Charles-Siegfried PERETTI (Paris) & Pr. Pierre-Michel LLORCA (Clermont-Ferrand) LA DIMENSION ANXIEUSE DANS LA DÉPRESSION Dr. Amine BENYAMINA (Paris) L AMÉLIORATION PRÉCOCE : FACTEUR DE PRONOSTIC? Pr. Pierre-Michel LLORCA (Clermont-Ferrand) PAUSE CAFÉ 11h45 12h45 TROUBLES BIPOLAIRES : VERS UN TRAITEMENT PERSONNALISÉ? Pr. Louis JEHEL (Fort de France) L'APPROCHE MULTIDIMENSIONNELLE DANS LES TROUBLES BIPOLAIRES Dr. Franck BELLIVIER (Créteil) NOUVELLE OPTION MÉDICAMENTEUSE ET PERSONNALISATION DU TRAITEMENT PHARMACOLOGIQUE Dr. Florian FERRERI (Paris) QUELLES PSYCHOTHÉRAPIES DANS LES TROUBLES BIPOLAIRES? Dr. Raphaël GIACHETTI (Toulouse) 12h45 14h15 14h15 15h15 COCKTAIL DÉJEUNATOIRE COMPLÉMENTARITÉ DES THÉRAPIES MÉDICAMENTEUSES ET NON MÉDICAMENTEUSE : DEUX EXEMPLES EN PSYCHIATRIE Pr. Pierre-Michel LLORCA (Clermont-Ferrand) PRISE EN CHARGE DES COMORBIDITÉS ADDICTIVES: UN OBJECTIF OU UN CHEMIN? Dr. Philippe NUSS (Paris) THÉRAPIE INTERPERSONNELLE ET AMÉNAGEMENT DES RYTHMES SOCIAUX (TIPARS) ET TROUBLES BIPOLAIRES Pr. Fréderic KOCHMAN (Lille) 15h15 15h30 REMISE DES PRIX «CONFRONTATIONS PSYCHIATRIQUES» 15h30 16h00 PAUSE CAFÉ COMMENT TRAITER LES PSYCHOSES AUJOURD HUI? Président de séance : Pr. Dominique PRINGUEY (Nice) 16h00 16h30 16h30 17h00 L'IMAGERIE FONCTIONNELLE DES CERVEAUX PSYCHOTIQUES : À LA RECHERCHE DE LA "SCHIZE"? - O301 Dr. Jack FOUCHER (Strasbourg) LA REMÉDIATION COGNITIVE DANS LE TRAITEMENT DES PSYCHOSES : QUELS FONDEMENTS? QUELLES PRATIQUES? - O302 Pr. Nicolas FRANCK (Lyon) PRISE EN CHARGE DES TROUBLES DE LA PERSONNALITÉ Présidente de séance : Pr. Emmanuelle CORRUBLE (Le Kremlin Bicêtre) 17h00 17h30 17h30 18h00 ACTUALITÉS SUR LES ÉTATS LIMITES - O401 Dr. Alexandra PHAM-SCOTTEZ (Paris) PERSONNALITÉ ET RISQUES DÉPRESSIFS - O402 Pr. Julien-Daniel GUELFI (Paris) 18h00 19h00 ATELIER N 3 TRAITER L ADOLESCENT DÉPENDANT AU CANNABIS Dr. Amine BENYAMINA (Paris) 8 DU 27 AU 30 MARS 2012

9 JEUDI 29 MARS h30 9h30 ATELIER N 4 PRISE EN CHARGE DU PATIENT VIOLENT EN PSYCHIATRIE Pr. Franck BAYLE (Paris) & Dr. Jacques BOUCHEZ (Villejuif) TRAITEMENT DU PATIENT SUICIDANT Présidente de séance : Dr. Marie CHOQUET (Paris - INSERM) 9h30 10h00 10h00 10h30 10h30 11h00 APPORT DE L ÉPIDÉMIOLOGIE À LA CLINIQUE DU SUICIDE - O501 Dr. Marie CHOQUET (Paris - INSERM) LA NOUVELLE CLINIQUE DU SUICIDE - O502 Pr. Philippe COURTET (Montpellier) PAUSE CAFÉ 11h00 12h00 SCHIZOPHRÉNIE : PRENDRE EN CHARGE PLUS TÔT, PLUS LONGTEMPS? Pr. Dominique DRAPIER (Rennes) DE LA CONTRAINTE VERS L ALLIANCE : LA LOI DU 5 JUILLET 2011? Dr. Nidal NABHAN-ABOU (Laval) LES APAP : UNE AVANCÉE PHARMACOLOGIQUE, UN RÉFLEXE POUR LE PATIENT? Dr. Mocrane ABBAR (Nîmes) 12h00 13h30 COCKTAIL DÉJEUNATOIRE 13h30 14h30 ATELIER N 7 LES NOUVELLES PSYCHOTHÉRAPIES : LES TIPARS Pr. Thierry BOTTAI (Martigues) 14h30 15h30 15h30 16h00 SYMPTÔMES RÉSIDUELS ET TROUBLES BIPOLAIRES Pr. Pierre VANDEL (Besançon) TROUBLE BIPOLAIRE : LA PÉRIODE INTER-CRITIQUE EST-ELLE EUTHYMIQUE? Dr. Sébastien GARD (Bordeaux) SYMPTÔME RÉSIDUEL : ENJEUX DANS LA CONSOLIDATION DU TRAITEMENT Dr. Philippe NUSS (Paris) PAUSE CAFÉ BIOLOGIE ET VIE PSYCHIQUE : QUELS FONDEMENTS? QUELLES PRATIQUES? Président de séance : Pr. Christophe LANCON (Marseille) 16h00 16h30 16h30 17h00 LA DOUBLE LECTURE : UNE COMPLÉMENTARITÉ POUR UNE NOUVELLE PSYCHOPATHOLOGIE - O601 Dr. Lisa OUSS-RYNGAERT (Paris) COMMENT COMPARER AUJOURD HUI LES TRAITEMENTS DES TROUBLES MENTAUX? - O602 Pr. Christophe LANCON (Marseille) 17h00 18h00 ATELIER N 5 SUIVI ET PRISE EN CHARGE DES PATIENTS BORDERLINE Dr. Marie-Victoire CHOPIN (Paris) LES SALONS DE L AVEYRON - 17, RUE DE L AUBRAC - PARIS 12ÈME 9

10 VENDREDI 30 MARS h30 9h30 ATELIER N 6 CONTROVERSE CONCERNANT LA BIPOLARITÉ CHEZ L'ADULTE JEUNE Pr. David COHEN (Paris) COMMENT TRAITER LES POPULATIONS A RISQUE : MIGRANTS, POPULATION PÉNITENTIAIRE, PATIENTS VIOLENTS? Présidents de séance : Dr. Alain MERCUEL (Paris) & Pr. Mohamed TEDJIZA (Algérie) 9h30 10h00 10h00 10h30 10h30 11h00 11h00 12h00 12h00 13h30 ENJEUX PSYCHIQUES ACTUELS CHEZ LES DÉTENUS : QUELLES VIOLENCES? QUELLES RÉPONSES? - O701 Dr. Mathieu LACAMBRE (Montpellier) VALIDITÉ DU CONCEPT D HÉBOÏDOPHRÉNIE, 120 ANS PLUS TARD? - O702 Pr. Pierre THOMAS (Lille) PAUSE CAFÉ AU DELÀ DE LA PRISE EN CHARGE EFFICACE DU PATIENT BIPOLAIRE : UNE PRISE EN CHARGE EFFICIENTE Pr. Chantal HENRY (Créteil) PATIENT BIPOLAIRE STABLE, EST-CE L UNIQUE OBJECTIF? Dr. Stéphane MOUCHABAC (Paris) MANIE BIPOLAIRE : ROMPRE LE BALANCIER Dr. Michel MARON (Lille) COCKTAIL DÉJEUNATOIRE LES PRÉMICES DU TROUBLE BIPOLAIRE À L ADOLESCENCE Présidents de séance : Pr. David COHEN (Paris) & Dr. Philippe CLERY MELIN (Garches) 13h30 14h00 14h00 14h30 14h30 14h45 14h45 15h15 FORMES CLINIQUES PRÉCOCES DES TROUBLES BIPOLAIRES - O801 Dr. Mocrane ABBAR (Nîmes) MODALITÉS THÉRAPEUTIQUES DU TROUBLE BIPOLAIRE EN ÉTABLISSEMENT DE COURT SÉJOUR - O802 Dr. Philippe CLERY MELIN (Garches) REMISE DES PRIX POSTERS PAUSE CAFÉ THÉRAPEUTIQUES EN PSYCHIATRIE : ENTRE NATURE ET CULTURE Présidents de séance : Pr. Sami TAWIL (Paris) & Pr. Alain VANIER (Paris) 15h15 15h45 15h45 16h15 16h15 16h45 16h45 17h15 17h15 17h30 LA PSYCHIATRIE ARABO-MUSULMANE : ENTRE PHARMACOTHÉRAPIE ET PSYCHOTHÉRAPIE - O901 Pr. Sami TAWIL (Paris) PLACE DE LA CRÉNOTHÉRAPIE EN THÉRAPEUTIQUE PSYCHIATRIQUE - O902 Dr. Olivier DUBOIS (Saujon) THÉRAPEUTIQUE PSYCHANALYTIQUE APPLIQUÉE AUX TROUBLES DE L IDENTITÉ - O903 Pr. Alain VANIER (Paris) TCC DANS LES COMPULSIONS SEXUELLES - O904 Pr. Pascal DE SUTTER (Louvain) CONCLUSION Pr. Charles-Siegfried PERETTI (Paris) 10 DU 27 AU 30 MARS 2012

11 INFORMATIONS IMPORTANTES LES SALONS DE L AVEYRON - 17, RUE DE L AUBRAC - PARIS 12ÈME 11

12 INFORMATIONS GÉNÉRALES INSCRIPTIONS Les droits d inscription incluent l accès aux sessions scientifiques, aux zones de l exposition et des posters scientifiques, aux cocktails déjeunatoires et aux pauses café ainsi que dans certains cas aux ateliers souscrits. Chaque participant se verra également remettre un badge ainsi que le porte-documents du congrès incluant ce programme final / livre des abstracts. La facture ainsi que l attestation de présence sont remises aux participants pendant le congrès ou sur simple demande auprès de DSO. TARIFS Forfait Psychiatre du 27 au 30 mars 2012 (soit 3,5 jours) AVEC 1 ATELIER AU CHOIX OFFERT Forfait Psychologue du 27 au 30 mars 2012 (soit 3,5 jours) AVEC 1 ATELIER AU CHOIX OFFERT Forfait interne / infirmier / étudiant en psychologie du 27 au 30 mars 2012 (soit 3,5 jours) AVEC 1 ATELIER AU CHOIX OFFERT 315 TTC jusqu au 21 février 2012 inclus 200 TTC jusqu au 21 février 2012 inclus 168 TTC jusqu au 21 février 2012 inclus 378 TTC à partir du 22 février TTC à partir du 22 février TTC à partir du 22 février 2012 FORMATION Le congrès est cette année encore agréé par le département de Formation Médicale Continue de la Faculté de Médecine Pierre et Marie Curie. A ce titre, il donne droit à des crédits de FMC. Le département de FMC de l UPMC enverra un certificat aux participants ayant rempli et signé les documents attestant de leur présence ainsi que la fiche d évaluation du congrès. L ARSPG est inscrite auprès de la DRTEFP (Direction Régionale du Travail, de l Emploi et de la Formation Professionnelle) et en respecte les règles. L ARSPG dispose d un numéro de formation n : la prise en charge au titre de la formation continue professionnelle est possible pour chacune des sessions académiques. Le barème des points est le suivant : 4 points par ½ journée. ACCÈS LES SALONS DE L AVEYRON 17, rue de l Aubrac Paris BUS N 62 - Dijon Lachambaudie N 24 - Dijon Lachambaudie MÉTRO Ligne 14 - Cour Saint-Émilion VOITURE Sortie Porte de Bercy Direction Paris centre par la voie express G. Pompidou Prendre la 1ère sortie Bercy Terroirs / Parking Saint-Émilion Tourner à droite au feu avenue des Terroirs de France et aller jusqu au rond-point Tourner à gauche rue Baron le Roy jusqu à l hôtel Kyriad Prendre la rue de l Aubrac à gauche en face de cet hôtel Parking public Saint-Émilion à proximité du Pullman Paris Bercy. BUREAU DU CONGRÈS ORGANISATION LOGISTIQUE PENDANT LE CONGRÈS : Bureau d accueil du congrès, niveau RDC Les Salons de l Aveyron 17, rue de l Aubrac Paris Tél. : Fax : OUVERTURE : Mardi 27 mars 2012 : 12h30 18h00 Mercredi 28 mars 2012 : 8h00 19h30 Jeudi 29 mars 2012 : 8h00 18h30 Vendredi 30 mars 2012 : 8h30 18h00 SITE INTERNET DU CONGRÈS : APRÈS LE CONGRÈS : DSO Eric TORDJMAN Nadège SCOTTON Sophie MARGERIDON 15, rue Cugnot PARIS Tél. : Fax : DU 27 AU 30 MARS 2012

13 INFORMATIONS AIR FRANCE ÉVÉNEMENT : 10 ÈME CONGRÈS DE L'ARSPG, LA PSYCHIATRIE DANS TOUS SES ÉTATS - CODE IDENTIFIANT : 14203AF - VALABLE POUR TRANSPORT : DU 22/03/2012 AU 04/04/ LIEU DE L'ÉVÉNEMENT : PARIS, FRANCE Réductions sur une très large gamme de tarifs publics sur l'ensemble des vols Air France et KLM du monde, pouvant aller jusqu'à -47% sur les lignes de France métropolitaine (Corse incluse)**. Connectez-vous sur le lien Internet de l'événement ou sur pour : obtenir les tarifs préférentiels consentis, effectuer votre réservation, faire émettre votre billet électronique **, choisir votre siège à bord *, établir votre carte d'embarquement *. Si vous réservez via le site Air France et KLM Global Meetings, un justificatif sera joint à votre billet électronique. Si vous préférez traiter votre réservation et achat de billet par l'intermédiaire d'un point de vente Air France ou KLM, ou par une agence de voyage, vous devez garder ce document pour justifier l'application des tarifs préférentiels. Veillez à être en possession de l'un ou l'autre des justificatifs selon votre mode de réservation car il peut vous être demandé à tout moment lors de votre voyage. Pour connaître votre agence Air France et KLM la plus proche, consultez : Vous devrez citer la référence ci-dessus pour identifier la manifestation enregistrée sur la base Air France : GGAIRAFEVENTNEGO. Les programmes de fidélisation des compagnies partenaires d'air France et KLM permettent d'accumuler des miles en utilisant des vols Air France ou KLM. * soumis à conditions ** non disponible dans certains pays Société Air France, société anonyme au capital de euros Siège social : 45 rue de Paris, F95704 Roissy Charles de Gaulle cedex, France RCS Bobigny Société KLM Lignes aériennes royales néerlandaises (également connue sous l'appellation KLM Royal Dutch Airlines) Siège officiel : Amsterdamseweg 55, 1182 GP Amstelveen, Pays-Bas Enregistré sous le numéro Document édité par Air France et KLM Global Meetings : JH.VC LES SALONS DE L AVEYRON - 17, RUE DE L AUBRAC - PARIS 12ÈME 13

14 INFORMATIONS AUX INTERVENANTS ET AUTEURS VOUS ÊTES PRÉSIDENT DE SESSION : Nous vous remercions de bien vouloir vous rendre en Salle de conférences au minimum 10 minutes avant le début de la session que vous présidez. Les orateurs sont tenus de se conformer au temps de parole qui leur est imparti. Nous vous remercions de bien vouloir veiller à faire appliquer cette consigne. VOUS ÊTES ORATEUR : Nous vous remercions de bien vouloir vous présenter en Salle de conférences au minimum 15 minutes avant le début de la session dans laquelle vous intervenez. Merci de vous conformer aux instructions du président de votre session. Nous recommandons à chaque orateur de vérifier sa présentation orale suffisamment à l avance en la prévisualisant dans la salle de pré-projection prévue à cet effet selon le planning transmis. VOUS ÊTES AUTEUR DE POSTERS : Les posters seront affichés pendant toute la durée du congrès au cœur même de l exposition, dans les Salons LEVEZOU et AUBRAC, et le foyer situés niveau -1 près de la Salle de conférences LES GRANDS CAUSSES. Des fixations seront disponibles au bureau d accueil du congrès. Les auteurs sont priés d installer et de retirer leurs travaux selon le planning suivant : MONTAGE : à partir de 12h30 le mardi 27 mars 2012 DÉMONTAGE : entre 16h00 et 18h00 le vendredi 30 mars 2012 Les posters qui ne seront pas récupérés le vendredi à 18h00 pourront être détruis. L'organisation ne pourra être tenue pour responsable. Nous vous remercions de bien vouloir vous tenir à proximité de votre poster pendant les pauses café et cocktails déjeunatoires de manière à pouvoir en discuter avec les congressistes. La remise des prix posters est prévue le vendredi 30 mars 2012 à 14h30. VOUS ÊTES FORMATEUR : Les ateliers de formation se déroulent dans la Salle de conférences située au niveau -1. Nous vous remercions de bien vouloir vous présenter dans la salle au minimum 15 minutes avant le début de l atelier. Le formateur doit s assurer que les participants émargent au début de l atelier. Nous rappelons aux formateurs qu ils doivent veiller à ce que les participants répondent aux QCM au début et à la fin de l atelier. Nous recommandons à chaque formateur de vérifier sa présentation orale suffisamment à l avance en la prévisualisant dans la salle de pré-projection prévue à cet effet selon le planning transmis. 14 DU 27 AU 30 MARS 2012

15 LE CONGRÈS DE A À Z ABSTRACTS (LIVRE D ABSTRACTS) : Les abstracts des orateurs des sessions académiques ainsi que ceux des auteurs de posters sont inclus dans le programme final ainsi que sur le site internet sous forme de document pdf. ATELIERS DE FORMATION : Des ateliers de formation ont été mis en place. Participation optionnelle et sur inscription obligatoire. Les ateliers se déroulent dans la Salle de conférences située au niveau -1. BADGES : Le port du badge est obligatoire sur toute la zone du congrès (sessions plénières, zone d exposition et zone posters). Badges VERT pour les CONGRESSISTES Badges ROUGE pour les INTERVENANTS - INVITÉS Badges BLEU pour les EXPOSANTS Badges JAUNE pour l ORGANISATION COCKTAILS DÉJEUNATOIRES : Les cocktails déjeunatoires seront servis dans les Salons AUBRAC et LEVEZOU situés au niveau -1 (même niveau que la salle plénière), au coeur même de l exposition afin de faciliter les échanges entre les partenaires de l industrie pharmaceutique et les congressistes. CONFÉRENCES : Les conférences auront lieu dans le Salon LES GRANDS CAUSSES au niveau -1. Les communications orales sont codifiées par la lettre «O», le n du thème suivi de l ordre de passage dans la session. EXPOSITION : L exposition est située dans les Salons AUBRAC et LEVEZOU, niveau -1 (même niveau que la salle plénière). NON FUMEUR : Conformément à la loi, l ensemble du congrès est une zone non fumeur. OBJETS PERDUS : Tout objet trouvé devra être rapporté aux bornes d accueil du congrès. N hésitez pas à consulter les hôtesses d accueil du congrès en cas de perte. PORTABLES : Afin de ne pas perturber le déroulement des sessions scientifiques, nous vous rappelons que les téléphones portables doivent être éteints dans la Salle de conférences. LES SALONS DE L AVEYRON - 17, RUE DE L AUBRAC - PARIS 12ÈME 15

16 LIVRE D ABSTRACTS COMMUNICATIONS ORALES 16 DU 27 AU 30 MARS 2012

17 PSYCHO-GÉRIATRIE O101 - MODÈLES ÉTIOPATHOLOGIQUES ET NOUVEAUX TRAITEMENTS DE LA MALADIE D ALZHEIMER Dr. Emmanuelle DURON Hôpital Broca, 54 rue Pascal Paris En raison du vieillissement de la population, la maladie d Alzheimer (MA) constitue un problème de santé publique majeur. À l heure actuelle, deux types de traitements symptomatiques existent : les anti-cholinestérasiques et la mémantine. Ils ralentissent l évolution de la maladie (études randomisées contre placebo sur 6 mois) mais sont classés ASM4 selon la Haute Autorité de Santé. De nombreuses études thérapeutiques ont pour cible les substrats neuro-pathologiques de la MA. Il s agit de la protéine β-amyloïde qui s agrège au niveau de l espace extracellulaire et des dégénérescences neuro-fribrillaires constituées de protéine Tau (protéine normale du microtubule) hyperphosphoryllée. La présence de ces anomalies, longtemps avant les symptômes cognitifs, conduit à la mort neuronale par un mécanisme encore inconnu mais dont l étape ultime est l entrée intracellulaire de Calcium. Des études ont été conduites sur des modèles animaux de MA et certaines sont actuellement en phase 2 ou 3 chez l homme. La majorité des études conduites concernent la voie amyloïde. L immunothérapie active anti Aβ a permis une diminution des plaques amyloïdes dans le cerveau de souris transgéniques et une amélioration comportementale. Ceci a été testé chez l humain : il y avait bien une diminution de la charge amyloïde cérébrale mais 6 % des patients traités ont développé une encéphalite ce qui a entrainé l arrêt de l essai. Des études sur l immunisation passive anti-aβ ont donné des résultats encourageants sur les modèles animaux et ces études sont en cours chez l humain. D autres études ont pour but d inhiber les enzymes conduisant à la formation de la protéine Aβ toxique. Aucune de ces études anti-amyloïdes n a donc encore été positive. Quelques études ont concerné l hyper-phosphorylation de Tau ou son agrégation. Le lithium inhibe la phosphorylation de Tau et a montré un bénéfice (anatomopathologique) dans des modèles animaux de MA. Des études à long terme des patients présentant des MA pré-clinques s avèrent nécessaires. O102 - QUALITÉ DE VIE ET APPROCHES PHARMACOLOGIQUES ET NON PHARMACOLOGIQUES DES PERSONNES ATTEINTES DE LA MALADIE D'ALZHEIMER ET DE LEURS AIDANTS Pr. Vincent CAMUS (Tours) La maladie d'alzheimer ne se limite pas, dans sa présentation clinique, à une altération des fonctions cognitives. Elle comporte aussi des symptômes affectifs et comportementaux qui contribuent de manière significative à la sévérité du tableau clinique. Les stratégies de traitement pharmacologiques et non pharmacologiques visent autant à la stabilisation ou la réduction des symptômes, qu'à la réduction de leur impact en terme d'altération de qualité de vie du patient et de ses aidants. À partir de données issues d'études cliniques seront discutés les déterminants de la qualité de vie des personnes souffrant de la maladie d'alzheimer et de leurs aidants. La place des différentes stratégies d'intervention pharmacologiques et non pharmacologiques seront discutées quant à leur impact potentiel en termes de qualité de vie. O103 - LES NOUVELLES TECHNOLOGIES DANS LA PRISE EN CHARGE DE LA MALADIE D'ALZHEIMER Pr. Anne-Sophie RIGAUD Hôpital Broca, AP-PH, Université Paris Descartes L augmentation du nombre des personnes souffrant de maladie d Alzheimer amène à poser la question de leur accompagnement au domicile lorsque la maladie entraine une dépendance dans la vie quotidienne. Les Nouvelles Technologies de l Information et de la Communication pourraient jouer un rôle d aidant supplémentaire sans pour autant se substituer aux aidants familiaux ou professionnels. Ces gérontechnologies pourraient contribuer à pallier certains déficits cognitifs en aidant les patients dans leurs activités de vie quotidienne (rappel de prise des médicaments, aide à la gestion de l agenda, du budget, à la confection des repas), à mobiliser les ressources intellectuelles résiduelles du patient par des interventions de stimulation cognitive informatisée, à réduire les troubles psychiques : anxiété et dépression des personnes par un contact visuel (webconférence) avec la famille et les professionnels, à faciliter la sécurité du patient en détectant des chutes ou des situations d errance et aider les familles (programmes psycho-éducatifs informatisés) et les professionnels (formation à distance) dans la prise en charge des patients. Nous illustrerons par quelques exemples comment évaluer les besoins des utilisateurs dans ce domaine et la capacité de ces personnes à accepter ces technologies. LES SALONS DE L AVEYRON - 17, RUE DE L AUBRAC - PARIS 12ÈME 17

18 STRESS ET TRAUMA O201 - STRESS ET PRÉPARATION AU COMBAT CHEZ LES MILITAIRES Pr. Patrick CLERVOY Professeur au Val de Grâce Titulaire de la Chaire de psychiatrie et de psychologie médicale appliquées aux armées Les opérations militaires modernes sont des interventions où s enchaînent et se mêlent différentes postures : des actions d interposition et de maintien de la paix, des missions de police au profit du tribunal pénal international, de la lutte contre la piraterie, de l action humanitaire et la guerre contre le terrorisme. Ces interventions ont des aspects complexes impossibles à penser selon un simple schéma manichéen. À tout moment le soldat peut être menacé et à chaque temps il peut être amené à engager le combat. Il n y a pas de front, pas de répit. La menace est ubiquitaire. Elle peut autant venir d un homme armé en uniforme, facilement identifiable, que d une banale personne civile. C est encore plus difficile lorsque l ennemi se cache ou se dévoile sous les traits d une femme ou d un enfant. Les blessés et les morts sont plus le fait des pièges et des attentats que le fait de combats directs. Les théâtres d opération sont lointains. Les engagements sont multinationaux, sous mandat de l ONU ou de l OTAN. Les équipements sont à la pointe de la technologie, mais les procédures sont lourdes. En face, furtif, l insurgé est équipé tantôt d une arme rustique, tantôt d une bombe artisanale, et d un téléphone portable. Cette asymétrie perturbe les repères moraux et l équilibre psychologique des militaires des forces de la coalition. Les moments traumatiques sont parfois évidents, comme lors d un péril vital direct et prolongé ; ils sont parfois insidieux comme lors de confrontations au spectacle de réfugiés en souffrance, à la détresse des rescapés au milieu des ruines ou aux images atroces des charniers. Le psychiatre, dans les temps de préparation, intervient par une information sur les troubles psychiques en opération et leur dépistage. Sur le terrain, se sont quelques interventions individuelles et beaucoup d interventions au niveau collectif dans le cadre de cellules médico-psychologiques. Puis il y a les interventions au retour, dans la prise en charge de militaires présentant des états anxieux chroniques avec leur cortège de troubles du comportement, particulièrement les comportements violents et les conduites suicidaires. Ce panorama est illustré de choses vues et montrées lors d une mission récente en Afghanistan. O202 - LA THÉRAPIE EMDR (EYE MOVEMENT DESENSITIZATION AND REPROCESSING) : UNE PSYCHOTHÉRAPIE EFFICIENTE DES STRESS POST TRAUMATIQUES Dr. France HAOUR Directeur de Recherche INSERM, Psychothérapeute EMDR Association EMDR France, 30 place St Georges Paris La psychothérapie EMDR repose sur des concepts issus d observations et de traitement réalisés pour des patients dans un état de stress post traumatique (EPST), (SHAPIRO F., 2001, 2007) ; (HAOUR F. et SERVAN-SCHREIBER D., 2009). Il s appuie sur les données de la neurobiologie ainsi que sur les travaux d observation clinique de Pierre Janet. Dans l EPST les souvenirs difficiles ou traumatiques du passé deviennent des mémoires dys-fonctionnelles qui sont actives dans le présent. Elles gardent leurs caractéristiques brutes initiales sans intégration neuro-émotionnelle complète. Il est possible cependant d activer des mécanismes naturels de traitement de l information et de transformation. Ceux-ci sont naturellement présents chez l individu et tendent vers l intégration adaptée des épisodes traumatiques (paradigme du traitement adaptatif de l information TAI). Grâce à un protocole rigoureux de base, comportant des périodes de stimulation bilatérale alternée dans une attention duale, la thérapie EMDR permet l intégration neuro-émotionnelle de mémoires non ou partiellement traitées par le système de traitement de l information. Le protocole met en jeu les cognitions, les émotions et les sensations corporelles qui sont associées à l épisode traité (cible), au passé puis au présent (symptôme et déclencheurs) et au futur (schémas et actions adaptées). Le protocole est particulièrement adapté, rapide et efficace pour les traumatismes tels que guerre, torture, violence sexuelle, catastrophes naturelles. Il est utilisé avec succès dans le cas de violences éducationnelles, conjugales ou sociales ainsi que dans les cas de menaces concernant la sécurité, la possibilité de choix et la responsabilité. Les séances de thérapie sont en général de plus d une heure mais les résultats rapides permettent de réaliser des thérapies de courte durée. Le processus de changement adaptatif de l information est complexe et est «synclectique», c est à dire qu il fait appel à des éléments actifs dans différentes autres approches thérapeutiques. Des recherches scientifiques et des méta-analyses ont démontré l efficacité (type A) de cette approche dans l EPST (INSERM 2004). Dans les traumatismes simples, le traitement est efficace en un nombre limité de séances. Dans le soin des pathologies les plus complexes, le nombre des séances est plus élevé. Les différentes applications et les perspectives que peut offrir cette approche seront exposées sur des cas cliniques. SHAPIRO F., 2001, "Eye Movement Desensitization and Reprocessing (EMDR): Basic principles, Protocoles and Procedure", Guilford Press, USA. Traduction en Français; SHAPIRO F., 2007, Dunod InterEdition. HAOUR F., SERVAN-SCHREIBER D., 2009, "Les bases neuroscientifiques de l EMDR, in Neurosciences et thérapies cognitives et comportementales", Ed. Jean Cottraux, Masson Elsevier. INSERM. "Psychothérapie : Trois approches évaluées", Les Editions INSERM, 101 rue de Tolbiac 75013, Paris. 18 DU 27 AU 30 MARS 2012

19 COMMENT TRAITER LES PSYCHOSES AUJOURD HUI? O301 - L'IMAGERIE FONCTIONNELLE DES CERVEAUX PSYCHOTIQUES : À LA RECHERCHE DE LA "SCHIZE"? Dr. Jack R. FOUCHER et Daniel ROQUET Lorsque Bleuler forgea le terme de schizophrénie, c était pour souligner la perte de cohérence de l'activité mentale. Celle-ci était déjà reconnue par lui et ses contemporains comme étant au cœur de la psychose. Avant même que le terme existe, Wernicke avait opérationnalisé l'idée sous le terme de séjonction et postulé que le trouble était au niveau de la substance blanche. Les moyens d'investigation de l'époque ne lui ont malheureusement pas permis de valider son hypothèse. Aujourd'hui, les techniques d'imagerie peuvent mettre en évidence cette schize / séjonction, qui rejoint le concept de connectivité fonctionnelle. Appliqués à la schizophrénie telle qu'elle est définie actuellement, des déficits de connectivité ont été observés. Ceux-ci ont majoritairement été décrits entre les régions frontales impliquées dans le contrôle et les régions postérieures impliquées dans les fonctions instrumentales. Cependant, l étude de la connectivité n a pas révélé uniquement des déficits. Les liens inter-hémisphériques en particulier peuvent être anormalement surdéveloppés, ce qui n'est pas sans rappeler l'hypothèse d'un déficit de latéralisation hémisphérique. On retrouve également cette hyper-connectivité entre des régions qui ne devraient pas participer à la réalisation d'une tâche. Ces régions normalement inactives viennent en plus perturber les régions impliquées dans la tâche. Cette hyper-connectivité est supposée être responsable de l'émergence d'une sorte de "bruit structuré comme une pensée". Ceci expliquerait la survenue de pensées qui ne peuvent pas être intégrées au flux principal et qui seraient donc reconnues comme étrangères, c est-à-dire des hallucinations. Cette idée est en partie supportée par les données expérimentales. Comme l'avait supposé Wernicke il y a plus d'un siècle, si des anomalies de la substance blanche sont responsables des anomalies de la connectivité fonctionnelle, alors les différentes formes cliniques des psychoses s'expliqueraient par l'atteinte préférentielle de l'une ou l'autre des voies de substance blanche. Aussi avait-il développé une clinique extrêmement détaillée des troubles psychotiques. Ce travail a été poursuivi et enrichi par ses élèves, qui sont parvenus à une classification certes plus complexe, mais aussi plus valide par comparaison avec des classifications internationales. En reprenant deux des phénotypes ainsi décris, l'imagerie fonctionnelle a révélé une double dissociation. Les psychoses cycloïdes et les paraphrénies affectives présentaient un profil très différent entre eux (et différents des sujets sains), alors que tous les patients répondaient aux critères du DSM 4R pour la schizophrénie. Il paraît donc envisageable qu'à la variabilité des anomalies de connectivité anatomique et fonctionnelle réponde la variabilité clinique des psychoses. Reste à savoir comment moduler cette connectivité fonctionnelle à des fins thérapeutiques. L'effet des traitements médicamenteux n'est pas connu et mériterait d'être vérifié. Les techniques de neuromodulation par stimulation magnétiques trans-crânienne ou stimulation électriques par courants continus sont une piste prometteuse. Une autre piste serait l'utilisation des techniques de remédiation cognitive. Ces approches pourraient bien entendu se potentialiser l'une l'autre Cette intuition centenaire de la schize est donc une piste prometteuse non seulement pour mieux comprendre les troubles psychotiques, mais également développer les traitements de demain. O302 - LA REMÉDIATION COGNITIVE DANS LE TRAITEMENT DES PSYCHOSES : QUELS FONDEMENTS? QUELLES PRATIQUES? Pr. Nicolas FRANCK Service Universitaire de Réhabilitation (CH Vinatier) - CNRS (UMR 5229) & Université Lyon 1 Les sciences cognitives permettent de mieux comprendre les difficultés de traitement de l information associées à la schizophrénie. Ces troubles cognitifs, qui sont hétérogènes, touchent en particulier l attention, la mémoire, les fonctions exécutives et la cognition sociale. Ils contribuent fortement au handicap fonctionnel des patients et participent de façon notable à leur désinsertion socio professionnelle. Ils sont la cible de la remédiation cognitive, ensemble de techniques rééducatives qui reposent sur l entraînement des fonctions déficitaires ou sur le renforcement des fonctions préservées. La remédiation cognitive, dont l action est destinée à compléter les effets de la psychothérapie et de la médication, est l un des outils favorisant la réhabilitation, à côté notamment de la psycho éducation, de l entraînement des compétences sociales, du soutien des familles, de la mise en situation professionnelle sans exigence de productivité et de la déstigmatisation. Quatre programmes de remédiation cognitive sont actuellement principalement utilisés en France : CRT, IPT, RECOS et Rehacom. Chacun d entre eux a des indications spécifiques découlant de ses particularités (programme groupal vs individuel, programme informatisé vs papier-crayon, programme ciblant spécifiquement les fonctions altérées vs programme aspécifique). Les perspectives actuelles concernent d une part le développement de nouveaux outils (centrés notamment sur la cognition sociale, peu pris en compte dans les programmes actuels) et d autre part la place grandissante accordée aux facteurs subjectifs (dont la métacognition et la motivation), à l interface entre processus cognitifs et handicap fonctionnel. LES SALONS DE L AVEYRON - 17, RUE DE L AUBRAC - PARIS 12ÈME 19

20 PRISE EN CHARGE DES TROUBLES DE LA PERSONNALITÉ O401 - ACTUALITÉS SUR LES ÉTATS LIMITES Dr. Alexandra PHAM-SCOTTEZ (Paris) Nous envisageons de présenter les hypothè ses é tiopathogé niques concernant les états limites, elles sont trè s diverses, associant facteurs environnementaux pendant l enfance (carences de soins, abus sexuels, distorsions du rô le parental...), aspects socio-culturels (changements des modalité s de transaction et de fonctionnement au sein de la socié té et de la famille) et vulné rabilité individuelle (niveau d impulsivité, tempé rament, dé pressivité...), mais les é tudes dans ce domaine souffrent la plupart du temps de limitations mé thodologiques (petits effectifs, pas de suivi, absence de groupe contrô le...). Nous aborderons ce champ à la lumière des études les plus récentes. O402 - PERSONNALITÉ ET RISQUES DÉPRESSIFS Pr. Julien-Daniel GUELFI Professeur émérite de Paris Descartes CMME, Service du Pr. F. ROUILLON 100 rue de la santé Paris Cedex 14 L existence d un lien entre personnalité et dépression est présente dans la littérature médicale depuis l Antiquité. La nature exacte de ce lien est toujours discutée. Cette communication résumera les études classiques de même que leurs principales insuffisances méthodologiques. Les connaissances acquises sur les facteurs de personnalité «prédisposant» à la dépression ou «à risque dépressif» ont progressé avec les premières études longitudinales prospectives : Ormel et al en 2004 ou Kendler et al en La revue générale sur Personnalité et dépression la plus récente est celle de D.N. Klein, R. Kotov et S.J. Bufferd : "Personality and Depression: Explanatory Models and Review of the Evidence" publiée fin 2011 dans la revue Annu. Rev. Clin. Psychol 2011,7 : , disponible online : clinpsy.annualreviews.org. Parmi les caractéristiques qui augmentent le plus le risque dépressif figurent le névrosisme ou instabilité émotionnelle et les traits de la personnalité dépressive. D autres traits de personnalité interviennent aussi dans le risque dépressif, catégorie elle-même hétérogène, méritant d être démembrée sur le plan nosographique. Il en est ainsi de l anxiété, du caractère consciencieux, ou de la dimension d autocritique. Certains troubles de la personnalité influencent enfin négativement l évolution des états dépressifs et leur réponse au traitement. L exemple des personnalités borderline, chez lesquelles les dépressions sont très fréquentes, illustre cette difficulté. 20 DU 27 AU 30 MARS 2012

ACCÈS AUX SOINS. La santé mentale. dans le 5 e a Lyon

ACCÈS AUX SOINS. La santé mentale. dans le 5 e a Lyon ACCÈS AUX SOINS La santé mentale dans le 5 e a Lyon décembre 2010 ACCÈS AUX SOINS Le Conseil Local de Santé Mentale du 5 e arrondissement : qu est-ce que c est? Le Conseil Local de Santé Mentale du 5 e

Plus en détail

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

AEU de Thérapies Comportementales et Cognitives (Niveau 1)

AEU de Thérapies Comportementales et Cognitives (Niveau 1) AEU de Thérapies Comportementales et Cognitives (Niveau 1) Responsables scientifiques et pédagogiques : Jérôme Palazzolo et Galina Iakimova Jérôme Palazzolo Psychiatre - Psychothérapeute (MD, PhD, HDR)

Plus en détail

«Tout le monde devrait faire une psychothérapie.»

«Tout le monde devrait faire une psychothérapie.» «Tout le monde devrait faire une psychothérapie.» Moins je me connais, mieux je me porte. Clément Rosset, Loin de moi, 1999 Faut-il tout «psychiatriser»? Tout événement de vie difficile tel qu une rupture

Plus en détail

Fonctionnement neural et troubles cognitifs chez le patient bipolaire: preuve ou surinterprétation

Fonctionnement neural et troubles cognitifs chez le patient bipolaire: preuve ou surinterprétation DIALOGUE ESPRIT / CERVEAU : CIRCULARITE CRP -OU Santé ANTAGONISME? Fonctionnement neural et troubles cognitifs chez le patient bipolaire: preuve ou surinterprétation Charles Pull Directeur du «Laboratoire

Plus en détail

Programme Scientifique

Programme Scientifique Programme Scientifique L AFTAD est un organisme de FMC Agrément n 100381 Le Congrès Les Journées de l AFTAD donne droit à 12 crédits de FMC au titre de la Formation Présentielle, pour les médecins libéraux

Plus en détail

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant Vivre avec un trouble dépressif Septembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin

Plus en détail

DIPLOMES UNIVERSITAIRES DE PSYCHIATRIE Faculté Médecine Poitiers Année 2002 Professeur J. L. SENON Psychiatrie

DIPLOMES UNIVERSITAIRES DE PSYCHIATRIE Faculté Médecine Poitiers Année 2002 Professeur J. L. SENON Psychiatrie DIPLOMES UNIVERSITAIRES DE PSYCHIATRIE Faculté Médecine Poitiers Année 2002 Professeur J. L. SENON Psychiatrie Accompagnement des Personnes Atteintes de Maladies Génétiques et de leur Famille D.U. - 1

Plus en détail

TROUBLES ENVAHISSANTS DU COMPORTEMENT (TEC)

TROUBLES ENVAHISSANTS DU COMPORTEMENT (TEC) TROUBLES ENVAHISSANTS DU COMPORTEMENT (TEC) Comprendre, prévenir et prendre en charge la clinique du mouvement et de l agir de l enfant Pierre Delion 1. Actualité Les enfants sont préoccupants sur ce point

Plus en détail

L INTELLIGENCE CHEZ L ENFANT (Bases neurologiques, Déficience, Précocité) 1 er et 2 octobre 2015

L INTELLIGENCE CHEZ L ENFANT (Bases neurologiques, Déficience, Précocité) 1 er et 2 octobre 2015 Le Centre Régional de Diagnostic des Troubles d'apprentissage organise, dans le cadre de son activité de formation universitaire, cinq sessions de 2 jours et deux sessions d une journée dédiées aux troubles

Plus en détail

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite Guide à l intention des familles AU COEUR du trouble de personnalité limite À propos du trouble de personnalité limite Ce document a été élaboré en 2001 par madame France Boucher, infirmière bachelière,

Plus en détail

Internet, jeux vidéo, téléphone portable: frontière entre utilisation intensive et dépendance comportementale

Internet, jeux vidéo, téléphone portable: frontière entre utilisation intensive et dépendance comportementale Internet, jeux vidéo, téléphone portable: frontière entre utilisation intensive et dépendance comportementale Derniers résultats de la recherche Gregor Waller, MSc Berne, le 7 mars 2013 Forum national

Plus en détail

SUPPLEMENT AU DIPLÔME

SUPPLEMENT AU DIPLÔME SUPPLEMENT AU DIPLÔME Le présent supplément au diplôme (annexe descriptive) suit le modèle élaboré par la Commission européenne, le Conseil de l'europe et l'unesco/cepes. Le supplément vise à fournir des

Plus en détail

LES MATINALES DE LA FONDATION

LES MATINALES DE LA FONDATION LES MATINALES DE LA FONDATION «Point du vue d un pédopsychiatre sur l autisme aujourd hui» Conférence du Professeur Pierre DELION, Pédopsychiatre, Chef du Service Psychiatrie de l Enfant et de l Adolescent,

Plus en détail

La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux

La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux La Réhabilitation Psychosociale : philosophie et enjeux La réhabilitation psychosociale est à la mode. Ce n est jamais bon signe. Cela risque de conduire à perdre le sens initial de cette démarche. La

Plus en détail

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR

Atelier Cognisud. Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Atelier Cognisud Contribution à PIRSTEC pour un appel d offre ANR Ces notes sont une contribution à la réflexion dans le cadre de PIRSTEC, faite par le réseau Cognisud suite à un atelier organisé le Jeudi

Plus en détail

Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux

Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux Entretien du professeur Dartigues, directeur de l unité Inserm U897 de l Université de Bordeaux - Que pensez vous du débat suscité par l article paru dans Sciences et Avenir sur l association entre benzodiazépines

Plus en détail

COMPÉTENCES CLINIQUES - SANTÉ MENTALE CONNAISSANCES PRÉALABLE OBJECTIFS 1. ENTRETIEN PSYCHIATRIQUE. 1.1. Les buts de l entretien psychiatrique

COMPÉTENCES CLINIQUES - SANTÉ MENTALE CONNAISSANCES PRÉALABLE OBJECTIFS 1. ENTRETIEN PSYCHIATRIQUE. 1.1. Les buts de l entretien psychiatrique CONNAISSANCES PRÉALABLE Les séminaires de compétences cliniques de santé mentale se basent sur l enseignement «Anamnèse et compétences psychosociales» du N. Blondel & C. Salathé (2014) et les cours de

Plus en détail

L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest

L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest Cancers, Individu id & Société L état des lieux d un pari Le Rapport Cordier 1 Biomarqueurs prédictifs 2 L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest Cancers, Individu & Société

Plus en détail

Président du comité d organisation. Pr Philippe Courtet (Montpellier),

Président du comité d organisation. Pr Philippe Courtet (Montpellier), 110 e Président du comité d organisation Pr Philippe Courtet (Montpellier) Comité scientifique Pour les thématiques Histoire & Sciences Humaines : Pr Pierre Michel Llorca (Clermont-Ferrand), Pr Julien

Plus en détail

QUEL MEILLEUR INVESTISSEMENT D AVENIR QU UNE ÉTUDE SUR LA SANTÉ DES JEUNES ADULTES?

QUEL MEILLEUR INVESTISSEMENT D AVENIR QU UNE ÉTUDE SUR LA SANTÉ DES JEUNES ADULTES? QUEL MEILLEUR INVESTISSEMENT D AVENIR QU UNE ÉTUDE SUR LA SANTÉ DES JEUNES ADULTES? I-SHARE SUIVRA L ÉTAT DE SANTÉ DE 30 000 JEUNES PENDANT 10 ANS «Les grandes cohortes doivent contribuer à éclairer les

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

La prise en charge des personnes avec autisme et troubles envahissants du développement : l'intervention adaptée et individualisée

La prise en charge des personnes avec autisme et troubles envahissants du développement : l'intervention adaptée et individualisée Approche neurocognitive de l autisme Symposium 2008 Samedi 18 octobre 2008 La prise en charge des personnes avec autisme et troubles envahissants du développement : l'intervention adaptée et individualisée

Plus en détail

PSYCHIATRIE MEDICO-LEGALE (27.01.2014)

PSYCHIATRIE MEDICO-LEGALE (27.01.2014) PSYCHIATRIE MEDICO-LEGALE (27.01.2014) (Diplôme Interuniversitaire de) avec Besançon et Dijon Objectifs : Ce DIU a pour objectif de garantir une formation théorique et clinique de haut niveau aux praticiens

Plus en détail

Médecine et société / Le normal et la pathologique; histoire de la médecine

Médecine et société / Le normal et la pathologique; histoire de la médecine O B J E C T I F S Programme llongiitudiinall : Introduction Personne, santé, société (PSS) Cours d introduction - Présentation du cours PSS. - Importance des dimensions psycho-sociales dans la pratique

Plus en détail

SOMMAIRE. METHODE VITTOZ... P3 La Méthode... P3 Le champ d action... P3. Centre de formation AKOUO : CCCM 77 rue Ste Cécile 13005 Marseille

SOMMAIRE. METHODE VITTOZ... P3 La Méthode... P3 Le champ d action... P3. Centre de formation AKOUO : CCCM 77 rue Ste Cécile 13005 Marseille FORMATION A LA METHODE VITTOZ Centre Culturel CCCM 77 rue Ste Cécile 13005 Marseille Tel 04 91 25 88 89 Mail : centre.culturel.cccm@free.fr Site : http://centre.culturel.cccm.free.fr http://vittoz-akouo-formation-marseille.com

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Juillet 2011 Démarche diagnostique et d évaluation du fonctionnement chez l adulte Généralités Diagnostic

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Trouble bipolaire en milieu professionnel: Du diagnostic précoce àla prise en charge spécialisée

Trouble bipolaire en milieu professionnel: Du diagnostic précoce àla prise en charge spécialisée Trouble bipolaire en milieu professionnel: Du diagnostic précoce àla prise en charge spécialisée Dr G. Fournis Service de Psychiatrie et d Addictologie CHU Angers Faculté de Médecine Angers 1 Introduction

Plus en détail

Université d été de l AFORPEL 30 juillet 4 août 2012. La Gestalt et les «état limite» (Borderline)

Université d été de l AFORPEL 30 juillet 4 août 2012. La Gestalt et les «état limite» (Borderline) La Gestalt et les «état limite» (Borderline) Les patients qui souffrent du trouble borderline (plus de 2% de la population active, 10% des consultations externes des médecins psychiatres et 15 à 20% des

Plus en détail

Relation soignant / soigné

Relation soignant / soigné Relation soignant / soigné 3 métiers impossibles selon Freud : gouverner soigner éduquer Car met les personnes dans une situation de dépendance et d autorité Relation = activité ou une situation dans laquelle

Plus en détail

Projet de loi n o 21 (2009, chapitre 28)

Projet de loi n o 21 (2009, chapitre 28) PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 21 (2009, chapitre 28) Loi modifiant le Code des professions et d autres dispositions législatives dans le domaine de la santé mentale et

Plus en détail

ATELIER 2: Les «bénéfices psychologiques» de l ETP: psychothérapie, thérapie cognitivocomportementale. quels équilibres?

ATELIER 2: Les «bénéfices psychologiques» de l ETP: psychothérapie, thérapie cognitivocomportementale. quels équilibres? 12èmes Journées Régionales d échanges en Education du Patient EDUCATION DU PATIENT : «Entre bénéfices possibles et attendus.vers de nouveaux équilibres» jeudi 29 et vendredi 30 novembre 2012 ATELIER 2:

Plus en détail

Esprit critique et dérives psychologique

Esprit critique et dérives psychologique Esprit critique et dérives psychologique L'esprit critique et l'autodéfense intellectuelle... Psy : clés d interprétation de notre environnement La construction et la transmission du savoir recouvre des

Plus en détail

Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise.

Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise. Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise. Docteur David ATTAL. Psychiatre. Praticien Hospitalier. Centre Hospitalier Régional Universitaire de Marseille.

Plus en détail

FACULTE DE MEDECINE D'ANGERS Rue Haute de Reculée 49045 ANGERS CEDEX 01

FACULTE DE MEDECINE D'ANGERS Rue Haute de Reculée 49045 ANGERS CEDEX 01 UNIVERSITE D'ANGERS FACULTE DE MEDECINE D'ANGERS Rue Haute de Reculée 49045 ANGERS CEDEX 01 Pr B. GOHIER Pr Ph. DUVERGER Professeur des Universités - Praticien Hospitalier Professeur des Universités -

Plus en détail

eduscol Santé et social Enseignement d'exploration

eduscol Santé et social Enseignement d'exploration eduscol Consultation nationale sur les programmes Projets de programmes de la classe de seconde générale et technologique Santé et social Enseignement d'exploration L'organisation de la consultation des

Plus en détail

Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés

Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés IEN/CTR ASH 2011-2012 Comportements inappropriés / Troubles de la conduite et du comportement

Plus en détail

l enfant La douleur Quelles réponses? SÉANCES THÉMATIQUES Vendredi 9 décembre 2011 Jeudi 8 décembre 2011 ATELIERS DE FORMATION

l enfant La douleur Quelles réponses? SÉANCES THÉMATIQUES Vendredi 9 décembre 2011 Jeudi 8 décembre 2011 ATELIERS DE FORMATION ASSOCIATION POUR LE TRAITEMENT DE LA DOULEUR DE L ENFANT journées La douleur de l enfant Quelles réponses? Vendredi 9 décembre 2011 SÉANCES Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et

Plus en détail

DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6. La stimulation cognitive

DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6. La stimulation cognitive DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6 La stimulation cognitive Emilie Wenisch Psychologue CMMR-IDF Hôpital Broca Stimulation Cognitive : terminologie SC : terme vaste «Ateliers mémoire» Pratiquée

Plus en détail

Intérêt de la Thérapie Comportementale et Cognitive dans la prise en charge thérapeutique du PTSD

Intérêt de la Thérapie Comportementale et Cognitive dans la prise en charge thérapeutique du PTSD Intérêt de la Thérapie Comportementale et Cognitive dans la prise en charge thérapeutique du PTSD F.OLIVIER P. LAMY Journée Scientifique «La recherche en psychiatrie : Etat de stress posttraumatique» ALBI

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

PSYCHOTHÉRAPIES DES AUTEURS DE VIOLENCES SEXUELLES. Pr Jean Louis Senon Master Pro criminologie

PSYCHOTHÉRAPIES DES AUTEURS DE VIOLENCES SEXUELLES. Pr Jean Louis Senon Master Pro criminologie PSYCHOTHÉRAPIES DES AUTEURS DE VIOLENCES SEXUELLES Pr Jean Louis Senon Master Pro criminologie Définition Une psychothérapie est un traitement actif par des moyens psychologiques (Senon, 1995) «toute utilisation

Plus en détail

d'un Congrès à l'autre...

d'un Congrès à l'autre... 110e session Post Scriptum d'un Congrès à l'autre... N 14 110e session : le second rapport du CPNLF Conférence Warot : qu'apportent les neurosciences aux psychiatres? Les Échos du CPNLF Post Scriptum,

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

L expertise en droit commun. Maître Daniel Bernfeld Docteur Anne Peskine

L expertise en droit commun. Maître Daniel Bernfeld Docteur Anne Peskine L expertise en droit commun Maître Daniel Bernfeld Docteur Anne Peskine Les règles de procédure Principe du contradictoire Principe de l imputabilité La mission, toute la mission, rien que la mission Place

Plus en détail

9.11 Les jeux de hasard et d argent

9.11 Les jeux de hasard et d argent 9.11 Les jeux de hasard et d argent Maud Pousset, Marie-Line Tovar 288 Les jeux de hasard et d argent (JHA) constituent une activité ancienne et répandue, mais longtemps interdite. Leur offre s est étoffée,

Plus en détail

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009 L aide aux aidants Aude Comberieu Psychologue clinicienne Hôpital Émile Roux Capacité de gériatrie mars 2009 Définition L aidant naturel L aidant non professionnel L aidant familial «L aidant familial

Plus en détail

Vous êtes proche d une personne qui souffre d un trouble psychique?

Vous êtes proche d une personne qui souffre d un trouble psychique? rfsm fnpg fribourgeois de santé mentale er Netzwerk für psychische Gesundheit Vous êtes proche d une personne qui souffre d un trouble psychique? Vous vivez des moments difficiles : Nous sommes là pour

Plus en détail

LICENCE. Parcours Santé Soins Infirmiers. BAC + 1 2 3 4 5 Domaine

LICENCE. Parcours Santé Soins Infirmiers. BAC + 1 2 3 4 5 Domaine LICENCE 2013-2014 Mention Administration économique et sociale (AES) Parcours Santé Soins Infirmiers BAC + 1 2 3 4 5 Domaine 1. Editorial du responsable La licence AES-santé s'inscrit dans la perspective

Plus en détail

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V.

Le décret du 2 mars 2006 a institué le Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique de niveau V. Siège social : 9 bis, rue Armand Chabrier 47400 TONNEINS Tél. : 05.53.64.61.57 Fax : 05.53.64.63.12 e-mail : adestonneins@yahoo.fr Site : www.adesformations.fr Antenne de Bazas 7 chemin Larriou 33430 BAZAS

Plus en détail

La prise en charge d un trouble bipolaire

La prise en charge d un trouble bipolaire GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge d un trouble bipolaire Vivre avec un trouble bipolaire Décembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

Hommes Femmes. Taux pour 100 000 personnes 26,7 24,7 9,0 7,2

Hommes Femmes. Taux pour 100 000 personnes 26,7 24,7 9,0 7,2 Quel est le profil d utilisation de services de santé par les jeunes qui se sont suicidés? Johanne Renaud M.D. M.Sc. FRCPC Université McGill, Groupe McGill d études sur le suicide Directrice médicale Programme

Plus en détail

Fiche descriptive : DEAMP

Fiche descriptive : DEAMP Fiche descriptive : DEAMP FICHE METIER L'aide médico-psychologique (AMP) exerce une fonction d'accompagnement et d'aide dans la vie quotidienne. A ce titre, il intervient auprès d'enfants, d'adolescents,

Plus en détail

Une échelle d évaluation semistructurée. B. Gravier

Une échelle d évaluation semistructurée. B. Gravier Une échelle d évaluation semistructurée : la HCR-20 B. Gravier Exemple de jugement clinique structuré: The Historical Clinical Risk Management 20 item scale HCR - 20 Echelle utilisée par les cliniciens

Plus en détail

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET Le médecin de prévention face aux RPS Docteur Isabelle THOMINET 1. Définition des RPS Les risques psychosociaux sont souvent résumés par simplicité sous le terme de «stress». En réalité, ils recouvrent

Plus en détail

2013-2014. psychologie. UFR des Sciences de l Homme

2013-2014. psychologie. UFR des Sciences de l Homme 2013-2014 DU LYCÉE À L UNIVERSITÉ psychologie UFR des Sciences de l Homme OBJECTIFS de la formation Vous êtes intéressé par les études de psychologie? A l Université Bordeaux Segalen, cette formation s

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Université d été de la performance en santé - 29 août 2014- Lille Monsieur le président, Monsieur le directeur général,

Plus en détail

Unité Hospitalière de Psychiatrie de la Personne Âgée (UHPG)

Unité Hospitalière de Psychiatrie de la Personne Âgée (UHPG) Unité Hospitalière de Psychiatrie de la Personne Âgée (UHPG) Filière : SANTE MENTALE Carte d'identité Nom de l'institution : FONDATION DE NANT- SECTEUR PSYCHIATRIQUE DE L EST VAUDOIS Nom du service : UNITE

Plus en détail

TRAITEMENT DES MAUX DE TÊTE PAR EMDR INTÉGRÉ

TRAITEMENT DES MAUX DE TÊTE PAR EMDR INTÉGRÉ TRAITEMENT DES MAUX DE TÊTE PAR EMDR INTÉGRÉ «Un atelier de deux jours en spécialité EMDR» Présenté par Dr Steven MARCUS,, Ph.D 30 AVRIL & 1er MAI 2011 A PARIS SAMEDI 30 AVRIL : 9H - 16H30 - DIMANCHE 1ER

Plus en détail

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Mai 2012 Préambule Le contenu et les qualités de l information Les modalités de la délivrance de l information L information du mineur, du

Plus en détail

PSYCHOSOMATIQUE, RELAXATION, PSYCHOTHERAPIES A MEDIATION CORPORELLE

PSYCHOSOMATIQUE, RELAXATION, PSYCHOTHERAPIES A MEDIATION CORPORELLE UNIVERSITE MONTPELLIER 1 DIPLOME UNIVERSITAIRE PSYCHOSOMATIQUE, RELAXATION, PSYCHOTHERAPIES A MEDIATION CORPORELLE Option A: Psychosomatique, thérapies de relaxation. Option B: Psychosomatique et psychothérapies

Plus en détail

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008 Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation Septembre 2008 Louis Plamondon Centre de recherche de l institut universitaire de gériatrie

Plus en détail

INFORMATIONS PRATIQUES

INFORMATIONS PRATIQUES INFORMATIONS PRATIQUES Dates, lieu et horaires Du mardi 31 mars au mercredi 1er avril 2015 Parc des expositions de Paris Porte de Versailles Pavillon 3 Ouverture au public : le 31 mars de 9h à 19h le 1

Plus en détail

Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire?

Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire? Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire? L épilepsie concerne plus de 500 000 personnes en France, dont la moitié sont des enfants ou des adolescents.

Plus en détail

Diplôme Universitaire d expertise judiciaire psychiatrique et psychologique

Diplôme Universitaire d expertise judiciaire psychiatrique et psychologique Université Claude- Bernard LYON I (Institut universitaire A. Lacassagne) Centre Hospitalier Le Vinatier (Pôle santé mentale des détenus et psychiatrie légale) Diplôme Universitaire d expertise judiciaire

Plus en détail

la maladie d Alzheimer

la maladie d Alzheimer Prévenir... les difficultés de vie avec un proche atteint de la maladie d Alzheimer 27 La maladie d Alzheimer n est pas la maladie d une seule personne 800 000 français sont atteints par la maladie d Alzheimer

Plus en détail

Santé Travail Lille 2014

Santé Travail Lille 2014 Santé Travail Lille 2014 Premier carrefour d échanges entre les professionnels de santé au travail et le monde des entreprises Du 3 au 6 juin 2014 Lille Grand Palais Lille Grand Palais -1 Bd des Cités

Plus en détail

MASTER 2 BIOLOGIE SANTE SPÉCIALITÉ METIERS DE LA SANTE ASSOCIES A LA RECHERCHE CLINIQUE

MASTER 2 BIOLOGIE SANTE SPÉCIALITÉ METIERS DE LA SANTE ASSOCIES A LA RECHERCHE CLINIQUE MASTER 2 BIOLOGIE SANTE SPÉCIALITÉ METIERS DE LA SANTE ASSOCIES A LA RECHERCHE CLINIQUE RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Présentation

Plus en détail

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation Assistant socio-éducatif 4 diplôme d état d assistant de service social 4 formation diplômante sur 3 ans dont 12 mois de stages pratiques 4 accueil, écoute, évaluation, information, orientation des personnes

Plus en détail

Livret d accueil du centre de soins d accompagnement et de prévention en addictologie de l Aveyron

Livret d accueil du centre de soins d accompagnement et de prévention en addictologie de l Aveyron A.N.P.A.A. 12 8 avenue de Paris Immeuble «La Parisienne» 12000 RODEZ Tél. : 05 65 67 11 50 Fax : 05 65 42 24 96 E-mail : comite12@anpa.asso.fr Livret d accueil du centre de soins d accompagnement et de

Plus en détail

NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé

NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé NOUVELLE THEMATIQUE A L EXPLORATOIRE! Les métiers au service de la santé L Exploratoire raconte la «belle histoire» d un territoire engagé à maintenir et accroître le niveau de santé de toute sa population,

Plus en détail

Stress des soignants et Douleur de l'enfant

Stress des soignants et Douleur de l'enfant 5e rencontre francophone Suisse et France voisine de la douleur chez l enfant Stress des soignants et Douleur de l'enfant Céline ROUSSEAU-SALVADOR Psychomotricienne - Psychologue Clinicienne Service d

Plus en détail

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris)

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) 1. Contexte local Géographie La psychiatrie adulte de l hôpital Sainte-Anne est orientée vers 7 secteurs psychiatriques adultes, que ce soit pour les hospitalisations,

Plus en détail

Drogues, toxicomanies, conduites addictives

Drogues, toxicomanies, conduites addictives Drogues, toxicomanies, conduites addictives Jean-Etienne PODIK Mots clefs Addictions, dépendance Toxicomanies Politique de réduction des risques Comportements à risques Coûts Tabac Alcool Drogues licites,

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie Une formation approfondie à la réflexion éthique appliquée aux secteurs du soin et de la santé En formation continue,

Plus en détail

Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention. Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009

Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention. Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009 Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009 Introduction L attention est une fonction de base dont l intégrité est nécessaire au bon fonctionnement cognitif

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT Sommaire Comment se fait la recherche sur un nouveau médicament? (page 1) A quoi sert la recherche sur un nouveau médicament? (page

Plus en détail

Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante

Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante Le Plan s inscrit dans le défi santé/bien-être de l Agenda stratégique pour la recherche, le transfert et l innovation (France Europe 2020).

Plus en détail

8 ème Journée d Echanges Interprofessionels du CEFIEC Reims, Mardi 21 Avril 2015

8 ème Journée d Echanges Interprofessionels du CEFIEC Reims, Mardi 21 Avril 2015 Infirmier Spécialiste Clinique Un nouvel acteur dans le champ de la santé 8 ème Journée d Echanges Interprofessionels du CEFIEC Reims, Mardi 21 Avril 2015 «Le jugement clinique, de la formation initiale

Plus en détail

LA SANTÉ MENTALE EN ONTARIO

LA SANTÉ MENTALE EN ONTARIO LA SANTÉ MENTALE EN ONTARIO Document d orientation pour l engagement des partenaires francophones en vue de valider les priorités en santé mentale et lutte contre les dépendances en Ontario Réseau franco-santé

Plus en détail

Les stagiaires, au nombre de 12 maximum, disposent de tables de travail et de chaises.

Les stagiaires, au nombre de 12 maximum, disposent de tables de travail et de chaises. Créé en 2005, l Institut Mots pour Maux est une association d accompagnement et d aide à la personne. Son objectif est de favoriser et de développer l amélioration de la condition de l être humain et son

Plus en détail

Insuffisance cardiaque

Insuffisance cardiaque Insuffisance cardiaque Connaître son évolution pour mieux la vivre Guide d accompagnement destiné au patient et ses proches Table des matières L évolution habituelle de l insuffisance cardiaque 5 Quelles

Plus en détail

VIOLENCES CONJUGALES ET SECURITE DU SYSTEME FAMILIAL

VIOLENCES CONJUGALES ET SECURITE DU SYSTEME FAMILIAL VIOLENCES CONJUGALES ET SECURITE DU SYSTEME FAMILIAL Par Sandrine Bodson, Claire Gavroy, Nadia Uwera du CVFE En matière de violence conjugale, l évaluation de la dangerosité des situations est un enjeu

Plus en détail

«Les jeux en ligne, quelle influence en France?»

«Les jeux en ligne, quelle influence en France?» Les multiples facettes du jeu Québec, 30 mai 2012 «Les jeux en ligne, quelle influence en France?» M. Grall-Bronnec, G. Bouju, M. Lagadec J. Caillon, J.L. Vénisse Le contexte des jeux de hasard et d argent

Plus en détail

Mieux connaître les publics en situation de handicap

Mieux connaître les publics en situation de handicap Mieux connaître les publics en situation de handicap Plus de 40 % des Français déclarent souffrir d une déficience 80 Comment définit-on le handicap? au moins une fois au cours de leur vie et 10 % indiquent

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

Qu est-ce que la maladie de Huntington?

Qu est-ce que la maladie de Huntington? Qu est-ce que la maladie de Huntington? Description sommaire Qu est-ce que la maladie de Huntington? La maladie de Huntington (MH) est une maladie neurodégénérative longtemps connue sous le nom de Chorée

Plus en détail

Année Universitaire 2008-2009

Année Universitaire 2008-2009 Année Universitaire 2008-2009 1 ère Année DIPLOME INTER UNIVERSITAIRE de SEXOLOGIE et du DIU D ETUDES BIOLOGIQUES, PSYCHOLOGIQUES, et SOCIALES de la SEXUALITE HUMAINE Les cours auront lieu : Le Vendredi

Plus en détail

Livret d accueil. Edition : Août 2015 UNITÉ PÉDOPSYCHIATRIQUE D ACCUEIL ET D HOSPITALISATION. Psychiatrie infanto-juvénile U.P.A.H

Livret d accueil. Edition : Août 2015 UNITÉ PÉDOPSYCHIATRIQUE D ACCUEIL ET D HOSPITALISATION. Psychiatrie infanto-juvénile U.P.A.H Psychiatrie infanto-juvénile UNITÉ PÉDOPSYCHIATRIQUE D ACCUEIL ET D HOSPITALISATION Edition : Août 2015 Franck RENAUDIN U.P.A.H Pavillon «l Orme» 20 avenue du 19 mars 1962 72703 ALLONNES Cédex 02.43.43.51.20

Plus en détail

accompagner Alzheimer Pourquoi et comment février 9 h à 17 h Hôtel Delta

accompagner Alzheimer Pourquoi et comment février 9 h à 17 h Hôtel Delta 12 février 9 h à 17 h Hôtel Delta Trois-Rivières Alzheimer Pourquoi et comment accompagner Programme officiel Joignez-vous à des experts québécois et français et découvrez l approche Carpe Diem à travers

Plus en détail

Placebo Effet Placebo. Pr Claire Le Jeunne Hôtel Dieu- Médecine Interne et Thérapeutique Faculté de Médecine Paris Descartes

Placebo Effet Placebo. Pr Claire Le Jeunne Hôtel Dieu- Médecine Interne et Thérapeutique Faculté de Médecine Paris Descartes Placebo Effet Placebo Pr Claire Le Jeunne Hôtel Dieu- Médecine Interne et Thérapeutique Faculté de Médecine Paris Descartes Plan Définitions Placebo dans les essais thérapeutiques Effet placebo Médicaments

Plus en détail

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Questions / Réponses Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Quelques chiffres sur les troubles du sommeil et la consommation de benzodiazépines

Plus en détail

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre Avril 2011 La longue expérience de la Mutualité Française dans la mise en œuvre d actions de prévention,

Plus en détail

L Influence des Relations d Attachement sur le Développement de l Enfant. Ellen Moss

L Influence des Relations d Attachement sur le Développement de l Enfant. Ellen Moss L Influence des Relations d Attachement sur le Développement de l Enfant Ellen Moss Nos projets d études Suivi de 20 ans auprès de 200 familles Mesures des caractéristiques familiales, du développement

Plus en détail

Calendrier des formations INTER en 2011

Calendrier des formations INTER en 2011 Calendrier des formations INTER en 2011 THEMES Liste des formations INTER MOTIVEZ ET DYNAMISEZ VOS EQUIPES 98 % de participants satisfaits et se sentant reconnus à la sortie de nos formations! L environnement

Plus en détail

LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés.

LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés. LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés. -Avril 2014- Article premier Les dispositions qui suivent constituent la charte d

Plus en détail

Qu est-ce que le métier d aide-soignante?

Qu est-ce que le métier d aide-soignante? Au sein de l'équipe médicale, l'aide-soignante assure l'hygiène et le confort des patients. C'est sans doute la personne la plus proche, à l'écoute des souffrances et des inquiétudes des malades. Qu est-ce

Plus en détail