SYMPOSIUM - COUNSELING : L ALLIANCE DE TRAVAIL AU CŒUR DE L ARTICULATION DES DROITS DE L HOMME ET DU CITOYEN

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SYMPOSIUM - COUNSELING : L ALLIANCE DE TRAVAIL AU CŒUR DE L ARTICULATION DES DROITS DE L HOMME ET DU CITOYEN"

Transcription

1 SYMPOSIUM - COUNSELING : L ALLIANCE DE TRAVAIL AU CŒUR DE L ARTICULATION DES DROITS DE L HOMME ET DU CITOYEN Vincent GUILLON - David J. BOURNE - Réginald SAVARD - Conrad LECOMTE FRANCE chargé d'enseignement et de recherche en psychologie du counseling Symposium :français / Symposium :French Nom des intervenants & Institutions d appartenance / Name of contributors & Institutions belonging: Vincent GUILLON - Inetop-Cnam (Paris, France) Réginald SAVARD - Université de Sherbrooke (Sherbrooke, Québec, Canada) David J. BOURNE - OTT Partners (Londres, Royaume Uni) Conrad LECOMTE - Université de Montréal (Montréal, Québec, Canada) Axe de la communication: Les pratiques de l orientation et du conseil Champ du thème: L individu Line of thinking of the theme: Career guidance and counselling practice The main field of the theme: The Individual CIOM Career s guidance International Conference, France, September 24th to 27th. p. 1

2 SYMPOSIUM - COUNSELING : L ALLIANCE DE TRAVAIL AU CŒUR DE L ARTICULATION DES DROITS DE L HOMME ET DU CITOYEN Coordination du symposium, introduction VG0 et communication VG1 Vincent GUILLON Docteur en psychologie, Chargé d enseignement et de recherche en psychologie du counseling, Directeur de centre d information et d orientation, Inetop/Cnam, 41 rue Gay Lussac Paris France Vincent Guillon - Notice de présentation Vincent Guillon est directeur de CIO et docteur en psychologie. Il enseigne la psychologie du counseling à l Inetop-Cnam et à l université Paris Ouest Nanterre La Défense. Membre de l équipe de recherche de psychologie de l orientation au sein du Centre de recherche sur le travail et le développement (CRTD, EA 4132) et chercheur associé au Laboratoire parisien de psychologie sociale (LAPPS, EA 4386), ses recherches portent sur l alliance de travail, les processus et l efficacité du counseling de carrière/conseil en orientation ainsi que sur les liens entre dissonance cognitive et comparaison sociale. Communication VG2 David J. BOURNE Psychologue et Responsable Recherche & Développement, OTT Partners, Londres United Kingdom Communications VG3 et VG4 Conrad LECOMTE Ph.D Professeur, Département de psychologie, Université de Montréal, Montréal, Québec CIOM Career s guidance International Conference, France, September 24th to 27th. p. 2

3 Canada Communications VG3 et VG4 Réginald SAVARD, Ph.D Professeur, Département d¹orientation scolaire et professionnelle, Université de Sherbrooke, Sherbrooke, Québec Canada poste CIOM Career s guidance International Conference, France, September 24th to 27th. p. 3

4 SYMPOSIUM COUNSELING : L ALLIANCE DE TRAVAIL AU CŒUR DE L ARTICULATION DES DROITS DE L HOMME ET DU CITOYEN Vincent GUILLON (Coordination du symposium, introduction VG0 et communication VG1) Introduction au symposium L alliance de travail et les droits de l homme et du citoyen en counseling, counseling de carrière et psychothérapie dans les bases de données en psychologie David J. BOURNE (Communication VG2) Congé individuel de formation, types psychologiques et visions du monde : l enjeu du collectif et de l individuel dans l alliance de travail Réginald SAVARD et Conrad LECOMTE (Communication VG3) L alliance de travail un facteur déterminant dans la pratique du conseil en orientation Conrad LECOMTE et Réginald SAVARD (Communication VG4) Pourquoi établir et maintenir une alliance de travail est-il si complexe et si crucial? CIOM Career s guidance International Conference, France, September 24th to 27th. p. 4

5 VG0 - Vincent Guillon Introduction au symposium Pour qui s intéresse à l importance de la relation et de l alliance de travail entre consultant et aidant professionnel dans le domaine de la psychothérapie et du counseling et tout particulièrement du conseil en orientation ou encore counseling de carrière, la question proposée comme thème du congrès international de l AIOSP, L orientation, un droit de l Homme ou du Citoyen? n a qu une réponse possible : le «ou» est conjonctif, pas disjonctif. Dans ce symposium, nous nous centrerons sur le counseling conçu comme une interaction continue de face à face entre un conseiller et un client prenant pour cible privilégiée les problématiques qu il apporte et notamment celles relatives à l orientation. Après certains rappels justifiant en préalable la nécessité de considérer tout uniment counseling, counseling de carrière et psychothérapie, la première communication du symposium présente les résultats d une recherche dans les bases de données en psychologie croisant les mots clefs du champ du counseling avec les mots clefs proposés pour le thème du congrès. S interrogeant sur la relative faiblesse des résultats obtenus, elle rappelle que l efficacité de l alliance de travail se comprend désormais à la lumière d un modèle contextuel qui fait une large place à la culture et qu elle est, elle-même, traversée de part en part, et à tout instant, par toutes les notions qui font sens pour la citoyenneté. La deuxième communication s inscrit précisément dans les grandes lignes du modèle contextuel qui vient d être évoqué à propos d un objet éminemment social, la demande de congé individuel de formation, dont elle montre combien il se situe tout autant sur le versant collectif de l affiliation que sur le seul versant de l individu face au monde. Elle propose que les caractéristiques psychologiques du conseiller et du bénéficiaire, définies dans un contexte de typologie jungienne, entrent à ce point en interaction, par les «visions du monde» qu elles emportent avec elles, que le renoncement constaté dans 50% des cas suite au premier entretien leur soit partiellement dû par impossibilité de parvenir à une alliance de travail suffisamment positive. La troisième communication fait entrer de plain-pied avec l alliance de travail, ses définitions les plus reconnues et l absolue nécessité de son établissement et de son maintien dans les domaines diversifiés du conseil en orientation, de la réadaptation et de la réinsertion professionnelle dont la visée d intégration sociale est constante. Rappelant combien les trois caractéristiques de l alliance, un accord sur les buts et sur les tâches, l existence d un lien émotionnel de confiance entre conseiller et «client», sont interdépendantes, elle souligne l importance de ce dernier enjeu émotionnel, tant pour l accord sur les tâches et les buts que pour la poursuite de l intervention, l existence de difficultés et de tensions relationnelles étant très souvent responsable des abandons constatés. Soulignant combien les personnes souffrant de marginalisation, voire d exclusion et d incompréhension sociale sont particulièrement sensibles à la qualité de l alliance et à ses fluctuations et ruptures, la quatrième communication expose l importance des communications procédurales relationnelles implicites ou encore para-linguistiques dans la régulation intersubjective se jouant en permanence entre conseiller et consultant. Elle entre dans le détail de toutes les modalités qui les constituent, labiles et néanmoins toujours reliées CIOM Career s guidance International Conference, France, September 24th to 27th. p. 5

6 aux communications explicites qui occupent le counseling. Au travers d exemples d intervention concrets, elle montre la complexité sous-jacente à ces communications et la possibilité d y être sensible par la recherche permanente d une conscience réflexive de soi en interaction. CIOM Career s guidance International Conference, France, September 24th to 27th. p. 6

7 VG1 - Vincent Guillon L alliance de travail et les droits de l homme et du citoyen en counseling, counseling de carrière et psychothérapie dans les bases de données en psychologie La littérature scientifique relative à la relation d aide et à l alliance de travail en conseil en orientation (counseling de carrière) s est-elle intéressée aux questions des droits de l homme et du citoyen? Un historique rappelle tout d abord les raisons qui amènent à considérer le counseling de carrière comme partie intégrante du champ du counseling et de la psychothérapie et à vouloir sortir ainsi de l isolement qui est souvent le sien (Lecomte & Guillon, 2000) : a) - le partage d un même «objet», l être humain dans sa totalité, et de la même visée, celle de l aide au changement dans des situations problématiques ; b) - le peu d intérêt empirique du counseling de carrière pour l efficacité de ses actions quand les recherches en counseling et psychothérapie sont innombrables (Guillon, 2013a) ; c) - l existence de processus, - très peu étudiés en conseil en orientation quand ils le sont de façon considérable en counseling et psychothérapie (Norcross, 2011) -, dont tout amène à penser qu ils sont en grande partie semblables avec, au cœur de ces processus, l importance de l alliance de travail (Guillon, 2013b ; Muran & Barber, 2010 ; Perdrix et al. 2010). La communication fait ensuite état du résultat des recherches réalisées dans les bases de données en psychologie en matière de processus ou de résultats lorsque l on croise les mots clefs alliance de travail, alliance thérapeutique, alliance d aide, relation d aide, relation thérapeutique avec ceux proposés pour le thème du congrès, solidarité, lien social, citoyenneté, cohésion, tolérance, civilité, mutualisation, coopération, justice, altérité, intégration, réciprocité, partage, life designing, respect, inclusion (alliances, cohésion et coopération également proposés étant exclus parce que marqueurs spécifiques de l alliance de travail). Une trentaine de résultats sont obtenus (aucun en counseling de carrière). Ils sont présentés dans leurs grandes lignes. En un premier temps, leur très faible nombre relativement au regard des résultats disponibles en matière de processus ou d effets en counseling et psychothérapie interpelle. En étant centrés sur l individu, le counseling et la psychothérapie dans leur partie la plus centrale, la relation d aide et l alliance de travail, ne s intéresseraientils donc pas à la question des droits du citoyen? ne seraient-ils en définitive qu apologie de l individualisme? C est oublier que le modèle actuel le plus explicatif de l efficacité du conseil est contextuel (Anderson, Lunnen, & Ogles, 2010). Loin du modèle médical classique et de son «universalisme» occidental (Wampold, 2001), il fait une place essentielle à l importance des contextes culturels, à l importance des attitudes, croyances, valeurs et modes préférentiels d interaction des consultants aussi bien que des conseillers (Muran, 2007), la communication suivante en est une illustration, et à l existence indispensable, enfin, d une relation de confiance émotionnellement chargée avec une personne aidante sans laquelle rien n est possible. C est oublier enfin que l alliance de travail est, en elle-même, un processus traversé de part en part et à tout instant par les notions de mutualité, coopération, collaboration, réciprocité, CIOM Career s guidance International Conference, France, September 24th to 27th. p. 7

8 partage, accord, tolérance, respect et de régulation intersubjective permanente (Lecomte et al., 2004), formant une sorte de modèle pour le «vivre ensemble», comme le développent les deux dernières communications qui soulignent en outre tous les enjeux d appartenance et de ré-affiliation souvent sous-jacents aux démarches de counseling. Références Anderson, T., Lunnen, K. M., & Ogles, B. M. (2010). Putting models and techniques in context. In Barry L. Duncan, Scott D. Miller, Bruce E. Wampold and Mark A. Hubble (Eds.), The heart and soul of change: delivering what works in psychotherapy (2nd ed., pp ). Washington DC: American Psychological Association. Guillon, V. (2013a). Counseling de carrière, counseling et psychothérapie : quelle efficacité? In I. Olry-Louis, I., V. Guillon, & E. Loarer (Dir.), Psychologie du conseil en orientation. A paraître. De Boeck. Guillon, V. (2013b). L alliance de travail en psychothérapie, counseling et counseling de carrière. In I. Olry-Louis, I., V. Guillon, & E. Loarer (Dir.), Psychologie du conseil en orientation. A paraître. De Boeck. Lecomte, C., & Guillon, V. (2000). Counseling personnel, counseling de carrière et psychothérapie. L Orientation Scolaire et Professionnelle, 29(1), Lecomte, C., Savard, R., Drouin, M.?S., & Guillon, V. (2004). Qui sont les psychothérapeutes efficaces? Implications pour la formation en psychologie. Revue Québecoise de Psychologie, 25(3), 73?102. Muran, J. C. (2007). Dialogues on difference: studies of diversity in the therapeutic relationship. Washington DC: American Psychological Association. Muran, J. C., & Barber J. (Eds.). (2010). The therapeutic alliance: an evidence-based guide to practice. New York, NY: The Guilford Press. Norcross J. C. (Ed.). (2011a). Psychotherapy relationships that work: evidence-based responsiveness (2 nd ed.). New York, NY: Oxford University Press. Perdrix, S., de Roten, Y., Kolly, S. et Rossier, J. (2010). The psychometric properties of the WAI in a career counseling setting: Comparison with a personal counseling sample. Journal of Career Assessment, 18, Wampold, B. E. (2001). The great psychotherapy debate: Models, methods, and findings. Mahwah, NJ: Lawrence Erlbaum Associates. Mots clefs : alliance de travail, conseil en orientation, counseling, droits de l homme et du citoyen, psychothérapie CIOM Career s guidance International Conference, France, September 24th to 27th. p. 8

9 VG2 David J. Bourne - Congé individuel de formation, types psychologiques et visions du monde : l enjeu du collectif et de l individuel dans l alliance de travail Près d un million de personnes ont bénéficié du Congé Individuel Formation institué depuis Au service de projets de reconversion, de mobilité, de qualification, le CIF semble donc présenter un aspect personnel essentiellement individuel. Mais, dans le même temps, les enjeux économiques collectifs, en lien avec les politiques de l emploi, n ont jamais été vraiment absents. Et c est ainsi que le CIF est l aboutissement d un parcours construit avec des conseillers en mobilité professionnelle exerçant dans le cadre de FONGECIF créés afin de répondre aux besoins des salariés et du tissu économique des territoires. De même, l apparition plus récente du Droit Individuel à la Formation requiert-il l accord de l employeur sur le choix de l action de formation et amplifie cette volonté d ancrage dans l économique. Tout comme la notion de «formation tout au long de la vie» vient signifier combien maintenir et développer son employabilité a vocation à améliorer la performance collective. Mais au-delà de l économique d autres considérations montrent combien il serait illusoire de ne voir dans le CIF qu un instrument «individualiste». Ceux qui y recourent sont en effet, bien souvent, en situation potentielle de désaffiliation de leurs communautés de travail et le CIF représente alors un effort pour retrouver de nouveaux collectifs d appartenance, relevant de l entreprise aussi bien que du secteur associatif et social. Cela, les conseillers FONGECIF l expérimentent très vite lors du premier entretien qu ils considèrent comme une occasion particulièrement importante de créer la rencontre avec le bénéficiaire et d établir avec lui une solide alliance de travail, véritable clef de voute du processus d accueil et d accompagnement. Force est pourtant de constater que moins de 50 % des personnes ainsi reçues déposent, effectivement, un dossier de demande de CIF à l issue de ce premier entretien. Que se joue-t-il donc dans cette expérience interpersonnelle supposée inaugurer le processus d accompagnement? Pour des auteurs comme Jung (1950) et Beebe (2001), les déterminants des pratiques d accompagnement renvoient essentiellement aux types psychologiques du praticien et du bénéficiaire. Un rapport de consonance/dissonance s établirait entre les types psychologiques en présence. Et ce rapport aurait un impact important dans l établissement de l alliance de travail au point de rendre possible ou non, aux yeux du bénéficiaire, la poursuite du processus d accompagnement. Dans cette communication, nous développons l hypothèse que ce rapport mobilise, d un côté, la «vision du monde du conseiller» (Guichard, 1997) et, de l autre, celle du salarié. Si, comme l indique Guichard, les déterminants des pratiques d accompagnement sont à la fois d ordre sociologique, scientifique, politique et éthique et constituent le soubassement de la vision du monde des conseillers, alors l écart peut être grand avec la vision du monde exprimée, en première intention, par le bénéficiaire sous forme d un projet individuel, de valeurs personnelles et d attentes particulières. Médiatisée par l écart entre des visions du monde différentes, plus collectives ou plus individuelles, une dissonance fondamentale entre le type psychologique du conseiller et celui du bénéficiaire pourrait ainsi être partiellement à l origine du renoncement au projet de CIF. Cette idée est congruente avec les perspectives développées dans les deux communications suivantes qui, à partir des travaux récents sur la relation (pour une revue approfondie, voir Norcross, 2011a) et sur l alliance de travail (pour des revues, voir : Guillon, 2013 ; Muran & Barber, 2010), mettent en effet CIOM Career s guidance International Conference, France, September 24th to 27th. p. 9

10 l accent sur l importance des caractéristiques du conseiller (voir par ex. Laska et al., 2013), du consultant (Bohart & Tallman, 2010) et sur la nature interactive de la relation entre conseiller et bénéficiaire (Norcross, 2011b) dans laquelle une dialectique collectif/individuel a toute sa place et doit être travaillée (Frank & Frank, 1991, p. xv). Références Beebe, J. (2001). Types psychologiques. Cahiers jungiens de psychanalyse, 102. Bohart, A. C., & Tallman, K. (2010). Clients: the neglected common factor in psychotherapy. In B. L. Duncan, S. D. Miller, B. E. Wampold and M. A. Hubble (Eds.), The heart and soul of change: delivering what works in psychotherapy (2nd ed., pp ). Washington, DC: American Psychological Association. Frank, J. D., & Frank, J. B. (1991). Persuasion and healing: a comparative study of psychotherapy (3rd ed.). Baltimore: John Hopkins University Press. Guichard, J. (1997). Quelques enjeux pour l orientation à l aube du XXIème siècle. Questions d Orientation, 4, Guillon, V. (2013). L alliance de travail en psychothérapie, counseling et counseling de carrière. In I. Olry- Louis, I., V. Guillon, & E. Loarer (Dir.), Psychologie du conseil en orientation. A paraître, De Boeck. Jung, C.G. (1950). Types psychologiques. Paris : Buchet/Chastel. Laska, K. M., Smith, T. L., Wislocki, A. P., Minami, T., & Wampold, B. E. (2013). Uniformity of evidence-based treatments in practice? Therapist effects in the delivery of cognitive processing therapy for PTSD. Journal of Counseling Psychology, 60(1), Muran, J. C., & Barber J. (Eds.). (2010). The therapeutic alliance: an evidence-based guide to practice. New York, NY: The Guilford Press. Norcross J. C. (Ed.). (2011a). Psychotherapy relationships that work: evidence-based responsiveness (2 nd ed.). New York, NY: Oxford University Press. Norcross, J. C. (Ed.). (2011b). Adapting the therapy relationship to the individual patient. Journal of Clinical Psychology: In Session, 67(2), entire issue. Mots clefs : accompagnement, alliance de travail, congé individuel de formation, Fongecif, types psychologiques CIOM Career s guidance International Conference, France, September 24th to 27th. p. 10

11 VG3 - Réginald Savard et Conrad Lecomte - L alliance de travail un facteur déterminant dans la pratique du conseil en orientation Sa vie durant, l être humain cherche, au travers de multiples expériences interactives de communications explicites et implicites, des relations fiables et significatives pour se construire, développer ses valeurs, intérêts et compétences, s intégrer socialement. On sait que plus une personne a connu des liens fiables d attachement, des expériences de validation empathique et de mentalisation, plus elle manifeste des capacités de prise de décision, d adaptation personnelle, professionnelle et sociale (Sroufe, 2005). Or, 50% des personnes environ ne connaissent pas suffisamment de telles expériences émotionnelles et vivent, souvent, doute, indécision et anxiété dans leurs processus d adaptation. Quand elles viennent consulter un conseiller ou un psychologue du conseil en orientation, créer un lien fiable de confiance se révèle alors déterminant. L établissement d une alliance de travail est en effet un enjeu fort du processus de conseil en orientation (Masdonati, Massoudi, & Rossier, 2009 ; Massoudi et al. 2008), de réadaptation ou de réinsertion professionnelle (Lecomte, Savard, & Guillon, 2011). L enjeu émotionnel est double. Tout d abord, l alliance implique un processus de collaboration, ou engagement mutuel, pour la définition de buts et la réalisation de tâches dont la réussite, signée par les participations actives du consultant et de l intervenant, n existe que si un lien émotionnel de confiance et de perception de fiabilité, se met en place. Car lien, buts et tâches sont interdépendants (Bordin, 1994). Ensuite, et tout aussi fondamental, les résultats de méta-analyses indiquent que plus de 40% des consultants abandonnent le processus de relation d aide suite, pour l essentiel, à des difficultés et des tensions relationnelles (Lambert, 2007). Cela n est pas vraiment surprenant : si les personnes se sont construites en relation alors c est en relation qu elles peuvent espérer poursuivre leur développement et leur intégration sociale. Les recherches et les pratiques n ont pourtant que très peu porté sur l alliance de travail en réadaptation ou en counseling de carrière (Guillon, 2013). D une façon générale, on constate que plus le travail de conseil se définit comme relevant d une démarche rationnelle, linéaire et objective et se centre sur les variables sociodémographiques et la sévérité des symptômes ou sur les services et techniques pouvant être offerts aux personnes, moins les facteurs subjectifs comme l expérience du consultant et l alliance de travail sont étudiés (Lecomte & Guillon, 2000 ; Lecomte & Savard, 2005). On a ainsi méconnu ce que les études d efficacité soulignent de façon récurrente : la prépondérance dans la variabilité des résultats de la variabilité due aux intervenants sur celle due aux techniques employées et traitements utilisés (Lecomte et al., 2004). Dans ce contexte, l alliance de travail apparaît comme le critère pouvant le mieux servir à distinguer un intervenant efficace d un intervenant qui l est moins (Horvath, Del Re, Flückiger, & Symonds, 2011 ; Lecomte et al. 2004). Dans le champ, par exemple, de la réinsertion sociale et de la réadaptation au travail, plus la personne souffre d exclusion, de stigmatisation et de désaffiliation, plus le besoin d un lien fiable et sécurisé est important, plus l influence de la qualité de l alliance est déterminante, sur toute la durée et en toutes les étapes du processus (Lecomte et al., 2011 ; Lecomte & Savard, 2005). CIOM Career s guidance International Conference, France, September 24th to 27th. p. 11

12 Préciser et mieux comprendre ce que font les intervenants capables d établir, de maintenir et de réguler, dans des moments et situations difficiles, une alliance de travail optimale fait l objet d une autre communication du symposium. Références Bedi, R.P. (2004). The therapeutic alliance and the interface of career counseling and personal counseling. Journal of Employment Counseling, 41(3), Horvath, A. O., Del Re, A. C., Flückiger, C., & Symonds, D. (2011). Alliance in individual psychotherapy. Psychotherapy, 48(1), Lambert, M. J. (2007). Presidential address: What have learned from a decade of research at improving psychotherapy outcome in routine care. Psychotherapy Research, 17(1), Lecomte, C., & Guillon, V. (2000). Counseling personnel, counseling de carrière et psychothérapie. L Orientation Scolaire et Professionnelle, 29(1), Lecomte, C., & Savard, R. (2005). Les effets d'une intervention de counseling sur la réadaptation de travailleurs accidentés à risque de chronicité. Rapport R-448. Montréal : IRSST. Lecomte, C., Savard, R., Drouin, M.?S, & Guillon, V. (2004). Qui sont les psychothérapeutes efficaces? Implications pour la formation en psychologie clinique. Revue Québécoise de Psychologie, 25(3), Lecomte, C., Savard, R., & Guillon, V. (2011). Alliance de travail : élément pivot de la réadaptation au travail. In M. Corbière et M.-J. Durand (dir.), Du trouble mental à l incapacité au travail (pp ). Québec : Presses de l Université du Québec. Masdonati, J., Massoudi, K., & Rossier, J. (2009). Effectiveness of career counseling and the impact of the working alliance. Journal of Career Development, 36(2), Massoudi, K., Masdonati, J., Clot-Siegrist, E., Franz, S. etrossier, J. (2008). Évaluation des effets du counseling d orientation: Influence de l alliance de travail et des caractéristiques individuelles. Pratiques Psychologiques, 14, Sroufe, L. A. (2005). Attachment and development: A prospective, longitudinal study from birth to adulthood. Attachment and Human Development, 7, Mots-clefs : alliance de travail, attachement, conseil de réadaptation professionnelle, efficacité, pratiques du conseil CIOM Career s guidance International Conference, France, September 24th to 27th. p. 12

13 CIOM Career s guidance International Conference, France, September 24th to 27th. p. 13

14 VG4 - Conrad Lecomte et Réginald Savard - Pourquoi établir et maintenir une alliance de travail est-il si complexe et si crucial? Les recherches soulignent que les personnes souffrant de difficultés d insertion professionnelle vivent souvent des expériences d incompréhension sociale, d exclusion, de désaffiliation, de marginalisation voire de stigmatisation et qu elles sont particulièrement sensibles à la qualité de l alliance, à ses fluctuations et, - l instauration d une alliance positive n étant jamais établie une fois pour toutes -, à ses ruptures (Castel, 1994; Wahl, 1999). Lorsque l alliance est rompue, l enjeu de sa restauration est encore plus central avec ces personnes qu avec celles qui n ont pas connu de telles expériences (Lecomte, Savard, & Guillon, 2011). Sans cela, le risque est grand en effet qu elles abandonnent le processus ou pâtissent d effets négatifs (Lecomte et al. 2004). La restauration repose sur des processus dynamiques non-linéaires de régulation interactive entre l intervenant et le consultant et de régulation de soi dans lesquels la disponibilité émotionnelle à soi, et à l autre, occupent à chaque moment une place centrale. La régulation mutuelle concerne le lien, les objectifs et les tâches d orientation (Stern, 2004) sous peine, dès que l accordage émotionnel fluctue, que le consultant se sente bousculé par un changement de rythme dû à l intervenant et que l alliance en soit perturbée (Eubanks-Carter, Safran, & Muran, 2010). Le premier défi est d arriver à créer un climat de confiance et de sécurité avec ces personnes qui n ont pas vécu, ou peu, d expériences de liens fiables et qui varient considérablement, selon leur histoire de vie relationnelle, dans leurs perceptions de ce qui est fiable, aidant et utile. Le deuxième est de composer avec son incontournable subjectivité, ses attentes et sa propre histoire relationnelle (Lecomte & Richard, 2003).Le troisième est d arriver à un établissement rapide de l alliance dans un processus d intervention souvent court et intermittent. La piste peut-être la plus féconde pour que le consultant se sente validé et compris, très tôt, est de rechercher une position au plus près de lui pour avoir accès à son expérience et arriver à se «sentir avec», voir «comme si» et considérer avec lui les enjeux et risques associés à la prise de décision et au changement. Dans ce parti-pris, l alliance se construit au travers de communications explicites conscientes mais aussi de communications relationnelles procédurales implicites (Schore, 2009). Ces dernières, reliées aux aspects explicites des échanges, relèvent d une communication paralinguistique, non-verbale et proxémique toute en manifestations faciales et corporelles des émotions, rythme, tonalité, modulations du discours, silences, gestes, postures, orientation spatiale. La sensibilité à ces diverses modalités permet de suivre au plus près l expérience affective du consultant. Elle requiert de l intervenant une disponibilité et une acceptation de ses limites auxquelles il peut parvenir par une recherche de conscience réflexive de soi en interaction. Maintenir un lien de confiance avec un personne qui, - suite à des expériences d invalidation, de découragement, d échec, d épuisement professionnel, de perte du lien d emploi -, a organisé son expérience en un système de survie fondé sur des convictions émotionnelles défensives rigides (comme la certitude de ne pouvoir faire confiance à l autre, le sentiment d impuissance ) n a rien de simple (Schore, 2009). Fluctuations et ruptures relationnelles sont alors inévitables sans qu il s agisse de leur trouver un responsable unique mais bien d explorer et de comprendre le processus de détérioration de l alliance avec la conviction que l intervenant participe aussi à ce processus d une façon implicite ou explicite (Muran, Safran, CIOM Career s guidance International Conference, France, September 24th to 27th. p. 14

15 & Eubanks-Carter, 2010). Des exemples concrets d intervention éclairent et illustrent ces processus complexes. Références Castel, R. (1994). La dynamique des processus de marginalisation : de la vulnérabilité à la désaffiliation. Cahiers de Recherche Sociologique, 22, Eubanks-Carter, C., Muran, J. C., & Safran, J. D. (2010). Alliance ruptures and resolution. In J. C. Muran and J. P. Barber (Eds.), The therapeutic alliance: an evidence-based guide to practice (pp ). New York, NY: The Guilford Press. Lecomte, C., & Richard, A. (2003). De la subjectivité à l intersubjectivité : pour une psychothérapie pleinement relationnelle. Revue de Psychologie de la Motivation, 35, Lecomte, C., Savard, R., Drouin, M.?S, & Guillon, V. (2004). Qui sont les psychothérapeutes efficaces? Implications pour la formation en psychologie clinique. Revue Québécoise de Psychologie, 25(3), Lecomte, C., Savard, R., & Guillon, V. (2011). Alliance de travail : élément pivot de la réadaptation au travail. In M. Corbière et M.-J. Durand (dir.), Du trouble mental à l incapacité au travail (pp ). Québec : Presses de l Université du Québec. Muran, J. C., Safran, J. D., & Eubanks-Carter, C. (2010). Developing therapists abilities to negotiate alliance ruptures. In J. C. Muran and J. P. Barber (Eds.), The therapeutic alliance: an evidence-based guide to practice (pp ). New York, NY: The Guilford Press. Schore, A. (2009). La régulation affective. Montréal: Les Éditions du Reflet. Stern, D. N. (2004). The present moment in psychotherapy and everyday life. New York: W.W. Norton. Wahl, O. F. (1999). Mental health consumers experience of stigma. Schizophrenia Bulletin, 25(3), Mots-clefs : alliance de travail, fluctuations, intersubjectivité, ruptures d alliance, restauration d alliance CIOM Career s guidance International Conference, France, September 24th to 27th. p. 15

Titre de la formation : Pratique fondée sur les données probantes / secrets des psychothérapeutes efficaces

Titre de la formation : Pratique fondée sur les données probantes / secrets des psychothérapeutes efficaces Yves Gros-Louis, psychologue Centre Psycho-Solutions, centre@psycho-solutions.qc.ca http://www.psycho-solutions.qc.ca Titre de la formation : Pratique fondée sur les données probantes / secrets des psychothérapeutes

Plus en détail

POUR INSTALLER UNE FORTE ALLIANCE, REJOINDRE LE MONDE DU CLIENT

POUR INSTALLER UNE FORTE ALLIANCE, REJOINDRE LE MONDE DU CLIENT Yves Gros-Louis, psychologue Centre Psycho-Solutions, centre@psycho-solutions.qc.ca http://www.psycho-solutions.qc.ca POUR INSTALLER UNE FORTE ALLIANCE, REJOINDRE LE MONDE DU CLIENT «Avant de juger quelqu

Plus en détail

MOI-questionnaire sur le concept de soi

MOI-questionnaire sur le concept de soi MOI-questionnaire sur le concept de soi Wilfrid LAROCHELLE QUEBEC conseiller d'orientation Atelier de pratique :français / Workshop of practices :French Nom des intervenants & Institutions d appartenance

Plus en détail

Plan de la présentation

Plan de la présentation Expérimentation d une mesure d alliance thérapeutique entre éducateurs et adolescents de foyers de groupe au Centre jeunesse de Québec-Institut universitaire Karyne Giguère, chef de service, foyer Du Parc

Plus en détail

L alliance thérapeutique dans différents contextes de soin

L alliance thérapeutique dans différents contextes de soin Institut Universitaire de Psychothérapie L alliance thérapeutique dans différents contextes de soin Yves de Roten Marvel et al. (1999) JAMA 281(3) 283-287 Communication centrée sur le patient 315 patients

Plus en détail

DÉPASSER SES CRAINTES ET RETROUVER SA CONFIANCE EN SOI POUR APPRIVOISER LE MARCHÉ DU TRAVAIL

DÉPASSER SES CRAINTES ET RETROUVER SA CONFIANCE EN SOI POUR APPRIVOISER LE MARCHÉ DU TRAVAIL DÉPASSER SES CRAINTES ET RETROUVER SA CONFIANCE EN SOI POUR APPRIVOISER LE MARCHÉ DU TRAVAIL Jane Prudhomme, étudiante à la maîtrise en carriérologie (UQÀM) OBJECTIFS Objectif général : Travailler le sentiment

Plus en détail

La théorie du Flow. Psychologie du bonheur. Psychologie de l expérience optimale

La théorie du Flow. Psychologie du bonheur. Psychologie de l expérience optimale La théorie du Flow Psychologie du bonheur Psychologie de l expérience optimale Olivier Guillaneux Double activité : Consultant en management, Groupe Ressources & Changement wwwressources-et-changementcom

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Services d orientation pour adultes

Services d orientation pour adultes Services d orientation pour adultes Le c.o. pour adultes est le spécialiste de la relation entre l individu, le travail et la formation. Se réorienter Trouver un travail à sa mesure Faire le point sur

Plus en détail

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES Sous-Direction de l Action Sociale Le 30 janvier 2014 Département PREVENTION, PREPARATION A LA RETRAITE, ETUDES ET PROSPECTIVE MPP/NC G:\DAR\SDAS_DBVRP\3_Etudes_Prospectives\Etudes\Charge_Etude\TABLE RONDE

Plus en détail

Formations Continues en Cliniques psychothérapeutiques

Formations Continues en Cliniques psychothérapeutiques UNIVERSITE LIBRE DE BRUXELLES Formations Continues en Cliniques psychothérapeutiques Systémique Infanto-juvénile Psychanalytique Cognitivo-comportementale Université coordinatrice: Université partenaire:

Plus en détail

L alliance thérapeutique suite à l application des mesures disciplinaires

L alliance thérapeutique suite à l application des mesures disciplinaires L alliance thérapeutique suite à l application des mesures disciplinaires Vanessa Gatti, B.sc Candidate à la maîtrise Dirigée par Louis-Georges Cournoyer, Ph. D. École de criminologie, Université de Montréal

Plus en détail

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Auteurs : Christelle FOURASTIE Marion GUILLOIS Cours ICL

Plus en détail

Agissant comme un trait d union entre les différentes dimensions et parties prenantes de l entreprise, Nous aidons nos clients

Agissant comme un trait d union entre les différentes dimensions et parties prenantes de l entreprise, Nous aidons nos clients Un trait d union Cabinet de conseil en management et ressources humaines, PRANA aide les organisations à faire de la relation de travail et des relations au travail une source d énergie et de création

Plus en détail

Formation et supervision en counseling : une approche psycho-sociale au service de la personne, dans le respect des droits de l'homme et du citoyen

Formation et supervision en counseling : une approche psycho-sociale au service de la personne, dans le respect des droits de l'homme et du citoyen Formation et supervision en counseling : une approche psycho-sociale au service de la personne, dans le respect des droits de l'homme et du citoyen Alain LEU - Brigitte BOURCIER - Nadine CHARESSON - Liliane

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

Pour une meilleure prise en compte de la santé mentale et de ses troubles

Pour une meilleure prise en compte de la santé mentale et de ses troubles 1 Pour une meilleure prise en compte de la santé mentale et de ses troubles En inter établissements à Montpellier plusieurs modules de formation à destination des travailleurs sociaux, éducateurs, psychologues,

Plus en détail

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises politique adoptée par le CECS le 6 novembre 2002 Suite à l adoption par le Comité des études de cycles supérieurs en psychologie du projet de modification

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

Master spécialité «Communication et ressources humaines» : formation par la voie de l apprentissage

Master spécialité «Communication et ressources humaines» : formation par la voie de l apprentissage Master spécialité «Communication et ressources humaines» : formation par la voie de l apprentissage [document mis à jour le 3.05.13] Ce document présente la formation en apprentissage. Il est à lire avant

Plus en détail

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie Etudes cliniques dans l autisme Marie-Christine Picot Congrès Epsylon 5 avril 2013 Introduction Mesurer la Qualité de Vie liée à la Santé : Evaluer les

Plus en détail

UNE ÉQUIPE DE CONSULTANTS-COACHES SPÉCIALISÉS EN DÉVELOPPEMENT D'ÉQUIPES ET DE DIRIGEANTS UNE APPROCHE PAR LE JEU POUR PLUS D IMPACT ET D EFFICACITE

UNE ÉQUIPE DE CONSULTANTS-COACHES SPÉCIALISÉS EN DÉVELOPPEMENT D'ÉQUIPES ET DE DIRIGEANTS UNE APPROCHE PAR LE JEU POUR PLUS D IMPACT ET D EFFICACITE UNE ÉQUIPE DE CONSULTANTS-COACHES SPÉCIALISÉS EN DÉVELOPPEMENT D'ÉQUIPES ET DE DIRIGEANTS UNE APPROCHE PAR LE JEU POUR PLUS D IMPACT ET D EFFICACITE 18 rue du Bœuf St Paterne, 45000 Orléans / 10 rue St

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

QUAND UNE CONSIGNE DEVIENT ELLE THERAPEUTIQUE? Du Coaching aux Thérapies Comportementales et Cognitives

QUAND UNE CONSIGNE DEVIENT ELLE THERAPEUTIQUE? Du Coaching aux Thérapies Comportementales et Cognitives QUAND UNE CONSIGNE DEVIENT ELLE THERAPEUTIQUE? Du Coaching aux Thérapies Comportementales et Cognitives Benoît MELET (Paris) Dr DINTRANS Jean Roger (Paris) I Les quatre champs du coaching L univers sportif

Plus en détail

«PRATICIEN DU CHANGEMENT & PROFESSIONNEL DE LA RELATION»

«PRATICIEN DU CHANGEMENT & PROFESSIONNEL DE LA RELATION» «PRATICIEN DU CHANGEMENT & PROFESSIONNEL DE LA RELATION» PROMO 7 La formation au coaching QUI SOMMES-NOUS? Nous sommes des coachs professionnels, hommes et femmes, témoins et acteurs de l évolution des

Plus en détail

Jeu problématique / pathologique: quels mécanismes psychologiques? Martial Van der Linden

Jeu problématique / pathologique: quels mécanismes psychologiques? Martial Van der Linden Jeu problématique / pathologique: quels mécanismes psychologiques? Martial Van der Linden Unité de Psychopathologie et Neuropsychologie Cognitive, Université de Genève Jeu problématique / pathologique:

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

M me Florence Chanut. «Injection : Comment articuler prévention, éducation et réduction des risques?»

M me Florence Chanut. «Injection : Comment articuler prévention, éducation et réduction des risques?» M me Florence Chanut Psychiatre Responsable du programme de psychiatrie des toxicomanies du Centre Hospitalier Universitaire de Montréal (CHUM) Professeur adjoint de clinique au département de psychiatrie

Plus en détail

LA BIENTRAITANCE ET L AMÉLIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES

LA BIENTRAITANCE ET L AMÉLIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES Docteur Christian PETEL, Directeur FORMATIONS FRACTALE SUR SITE ANNÉES 2009-2010 LA BIENTRAITANCE ET L AMÉLIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES La bientraitance met au centre du travail la préoccupation

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Politique de développement et de gestion des ressources humaines

Politique de développement et de gestion des ressources humaines RÈGLEMENT N 3 Politique de développement et de gestion des ressources humaines Adopté par le Conseil d administration Le 26 mars 1996 - Résolution n o 1931 Table des matières I. Préambule... 3 II. Objectifs

Plus en détail

L expérience du patient partenaire au suivi intensif dans la communauté à Sherbrooke. Daniel Boleira Guimarães; Luce Côté

L expérience du patient partenaire au suivi intensif dans la communauté à Sherbrooke. Daniel Boleira Guimarães; Luce Côté L expérience du patient partenaire au suivi intensif dans la communauté à Sherbrooke Daniel Boleira Guimarães; Luce Côté 27e Entretiens Jacques Cartier Sherbroke, le 6 octobre 2014 Le suivi intensif dans

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Les souffrances des adolescents sont réelles et conséquentes, dans une période du développement de la personne, empreinte de bouleversements.

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

Quand une équipe profite de sa participation à un projet de recherche pour rendre ses interventions plus efficientes

Quand une équipe profite de sa participation à un projet de recherche pour rendre ses interventions plus efficientes Quand une équipe profite de sa participation à un projet de recherche pour rendre ses interventions plus efficientes Mylène Lévesque, psychologue Caroline Beaulieu, ergothérapeute Projet de recherche printemps

Plus en détail

Évaluation du retard de développement. Lignes directrices

Évaluation du retard de développement. Lignes directrices Évaluation du retard de développement Lignes directrices Aucun instrument de mesure n est légalement réservé à un professionnel ou à un autre. Par contre, dans ce domaine, des règles de compétence s appliquent,

Plus en détail

Vos stratégies d attraction et de rétention vous permettent-elles d attirer et de fidéliser les meilleurs talents?

Vos stratégies d attraction et de rétention vous permettent-elles d attirer et de fidéliser les meilleurs talents? > pour un meilleur rendement des organisations et des personnes Vos stratégies d attraction et de rétention vous permettent-elles d attirer et de fidéliser les meilleurs talents? L optimisation du capital

Plus en détail

Notre programme de formation conduit à devenir coach, à un niveau ACC ou PCC de L International Coach Federation (ICF).

Notre programme de formation conduit à devenir coach, à un niveau ACC ou PCC de L International Coach Federation (ICF). 3 INTRODUCTION AU PROGRAMME COACHING WAYS Notre programme de formation conduit à devenir coach, à un niveau ACC ou PCC de L International Coach Federation (ICF). Cette approche intégrative est particulièrement

Plus en détail

CHARTE des RELATIONS. entre. les PARTENAIRES. La BANQUE ALIMENTAIRE. BEARN et SOULE

CHARTE des RELATIONS. entre. les PARTENAIRES. La BANQUE ALIMENTAIRE. BEARN et SOULE CHARTE des RELATIONS entre les PARTENAIRES de La BANQUE ALIMENTAIRE en BEARN et SOULE 2 PRÉAMBULE La présente CHARTE vise à définir les relations entre les partenaires sur la base de principes partagés

Plus en détail

Management Responsabilité

Management Responsabilité L évaluation professionnelle : un enjeu pour l évolution du management hospitalier Identifier la problématique de l évaluation professionnelle Utiliser l entretien annuel d activité comme levier de changement

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

Quelques témoignages d entreprises* sur le dialogue social :

Quelques témoignages d entreprises* sur le dialogue social : Présentée sous forme de témoignages d entreprises et de références incontournables en santé et sécurité au travail, cette brochure est destinée aux entreprises. Elle contribuera au développement d actions

Plus en détail

Salon Préventica Lille 2013

Salon Préventica Lille 2013 Centre de gestion de la Fonction Publique Territoriale du Nord www.cdg59.fr Risques psychosociaux : méthodologie d intervention pluridisciplinaire du pôle prévention du CDG 59 Salon Préventica Lille 2013

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège LASNIER, Monique. Plan institutionnel d'aide à la réussite et à la persistance.collège

Plus en détail

Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation

Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation Les professeurs et les personnels d éducation mettent en œuvre les missions que la nation assigne à l école. En leur qualité de fonctionnaires

Plus en détail

Patrice Laroche. Les relations sociales en entreprise

Patrice Laroche. Les relations sociales en entreprise Patrice Laroche Les relations sociales en entreprise Dunod, Paris, 2009 ISBN 978-2-10-054248-2 Sommaire Introduction 1 Chapitre 1 Le contexte et les principaux acteurs des relations sociales en France

Plus en détail

Groupe d Analyse de Pratiques Professionnelles

Groupe d Analyse de Pratiques Professionnelles Groupe d Analyse de Pratiques Professionnelles en Santé et Qualité de Vie au Travail A destination des préventeurs, psychologues, IPRP, responsables HSE 1 SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 L ANALYSE DE PRATIQUES

Plus en détail

Maîtrise mentale et comportementale

Maîtrise mentale et comportementale Maîtrise mentale et comportementale Conception et animation Fabrice De Ré Formation, coaching Maîtrise mentale et comportementale +33 (0) 618 951 340 - contact@aikievolutis.com Formation pour les métiers

Plus en détail

Notre approche de développement local

Notre approche de développement local Notre approche de développement local Renforcer le pouvoir d agir des personnes et des collectivités La grande marche de la démocratie La Déclaration universelle des droits de l homme adoptée en 1948 affirme

Plus en détail

L ACQUISITION DU LANGAGE CHEZ LE TOUT PETIT EN VIE COLLECTIVE INSTITUTIONNELLE

L ACQUISITION DU LANGAGE CHEZ LE TOUT PETIT EN VIE COLLECTIVE INSTITUTIONNELLE N 220 - ROUFIDOU Irini L ACQUISITION DU LANGAGE CHEZ LE TOUT PETIT EN VIE COLLECTIVE INSTITUTIONNELLE Pendant notre recherche du D.E.A., nous avons étudié l acquisition du langage chez le tout petit en

Plus en détail

Une recomposition de champ entre l éducation et le travail Discussion Pour une sociologie de l action publique en matière d éducation et de formation

Une recomposition de champ entre l éducation et le travail Discussion Pour une sociologie de l action publique en matière d éducation et de formation Dossier Une recomposition de champ entre l éducation et le travail Discussion Pour une sociologie de l action publique en matière d éducation et de formation ÉRIC VERDIER Laboratoire d économie et de sociologie

Plus en détail

2014-2015. Programme régional de formation

2014-2015. Programme régional de formation 2014-2015 Programme régional de formation L E C A D R E, U N G E S T I O N N A I R E D E P E R S O N N E S D A N S U N C O N T E X T E D E R É S E A U X D E S E R V I C E S À L A P O P U L A T I O N À

Plus en détail

L entretien semi-dirigé du Psychologue et du Sociologue

L entretien semi-dirigé du Psychologue et du Sociologue L entretien semi-dirigé du Psychologue et du Sociologue en recherche qualitative Méthodologie de la recherche qualitative dans le domaine de la santé Séminaire 28 & 30 septembre 2015 (Besançon et Dijon)

Plus en détail

Accompagnement de la démarche de prévention des risques psychosociaux. Notre programme d interventions

Accompagnement de la démarche de prévention des risques psychosociaux. Notre programme d interventions Accompagnement de la démarche de prévention des risques psychosociaux Notre programme d interventions Contexte Depuis plusieurs années, les questions de santé au travail occupent une place croissante,

Plus en détail

La Menace du Stéréotype

La Menace du Stéréotype La Menace du Stéréotype Fabrice GABARROT Bureau M6158 - Uni Mail Université de Genève 40, Bld du Pont d'arve CH-1205 Genève SUISSE Courriel : Fabrice.Gabarrot@pse.unige.ch Les stéréotypes sont, pour simplifier,

Plus en détail

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES SOMMAIRE PAGE 5 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE PAGE 6 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES PAGE 7 3. DES AMBITIONS PARTAGEES ET DES OBJECTIFS COMMUNS PAGE 8 4.UN

Plus en détail

Remerciements...VII Avant-propos...XV Préface...XVII Liste des auteurs... XIX

Remerciements...VII Avant-propos...XV Préface...XVII Liste des auteurs... XIX Table des matières Remerciements....VII Avant-propos....XV Préface....XVII Liste des auteurs... XIX Introduction générale... 1 Catherine Teiger et Marianne Lacomblez Partie I Analyses du travail, formations

Plus en détail

DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?»

DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?» DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?» UVA FOREZ Nathalie Monge Rodriguez 1 PLAN DE L INTERVENTION I. Communiquer :quelques rappels théoriques. II. De la communication à la relation.

Plus en détail

L Ecoute Centrée sur la Personne selon l approche de Carl R. Rogers DANS LA RELATION D AIDE

L Ecoute Centrée sur la Personne selon l approche de Carl R. Rogers DANS LA RELATION D AIDE efmap Ecole Française des Méthodes d Action et de Psychodrame humanistes Soizick Roulinat Responsable du programme de formation L Ecoute Centrée sur la Personne selon l approche de Carl R. Rogers DANS

Plus en détail

Santé mentale: Prévenir, Gérer l absence et Favoriser le retour au travail

Santé mentale: Prévenir, Gérer l absence et Favoriser le retour au travail Santé mentale: Prévenir, Gérer l absence et Favoriser le retour au travail Michèle Parent, MScA, CRHA Vice-présidente adjointe, Invalidité groupe, Québec et Est de l Ontario 1er décembre 2014 PRÉVENIR,

Plus en détail

Stage RésoLP 2012. Isabelle LYONNET LP L.LABE -Lyon

Stage RésoLP 2012. Isabelle LYONNET LP L.LABE -Lyon Stage RésoLP 2012 Isabelle LYONNET LP L.LABE -Lyon Celui qui acquiert les compétences définies par le programme à chaque niveau du cursus et dans chaque APSA :la «C.A.» avec son versant «moteur» et son

Plus en détail

APPUI INDIVIDUEL A L ORIENTATION ET AUX PROJETS. Université d Artois - SEPIA 1

APPUI INDIVIDUEL A L ORIENTATION ET AUX PROJETS. Université d Artois - SEPIA 1 APPUI INDIVIDUEL A L ORIENTATION ET AUX PROJETS - SEPIA 1 SOMMAIRE MODULE 1 «ENTRETIEN APPROFONDI ET CONTRACTUALISATION» MODULE 2 «INTERETS, MOTIVATIONS ET VALEURS» MODULE 3 «COMPETENCES» MODULE 4 «METHODOLOGIE

Plus en détail

En route vers FORMATIONS RAPTCCQ 2015

En route vers FORMATIONS RAPTCCQ 2015 En route vers Lac-Delage FORMATIONS RAPTCCQ 2015 23 AU 25 SEPTEMBRE 2015 Manoir du Lac Delage 40, avenue du Lac, Lac Delage, Québec G3C 5C4 418-848-2551 FORMATIONS RAPTCCQ 2015 DU 23 AU 25 SEPTEMBRE Manoir

Plus en détail

TNS Behaviour Change. Accompagner les changements de comportement TNS 2014 TNS

TNS Behaviour Change. Accompagner les changements de comportement TNS 2014 TNS Accompagner les changements de comportement TNS 2014 Comprendre et accompagner les changements de comportement Inciter et accompagner les changements de comportements des individus est un enjeu fondamental

Plus en détail

La formation initiale des assistants de justice : des fondamentaux pour l esthétique d une intervention sociale dans un système démocratique.

La formation initiale des assistants de justice : des fondamentaux pour l esthétique d une intervention sociale dans un système démocratique. Henri WATERVAL Responsable formation supervision Conseiller Service Expertise Direction Générale des Maisons de Justice Service Public Fédéral Justice Belgique La formation initiale des assistants de justice

Plus en détail

Non déterminante ORGANISATION. Cliquer ici pour visualiser le planning détaillé cours par cours

Non déterminante ORGANISATION. Cliquer ici pour visualiser le planning détaillé cours par cours Niveau : Section : CONTEXTE DE L UNITÉ DE FORMATION 428 98 30 08 U36 D1 (DOMAINE 903) Enseignement supérieur pédagogique de type court Bachelier en éducation spécialisée en accompagnement psycho-éducatif

Plus en détail

PLANIFICATION STRATÉGIQUE COMPLÉMENT 2013-2015 DU CENTRE JEUNESSE DE LAVAL ET DU CENTRE DE RÉADAPTATION EN DÉPENDANCE LAVAL

PLANIFICATION STRATÉGIQUE COMPLÉMENT 2013-2015 DU CENTRE JEUNESSE DE LAVAL ET DU CENTRE DE RÉADAPTATION EN DÉPENDANCE LAVAL PLANIFICATION STRATÉGIQUE COMPLÉMENT 2013-2015 DU CENTRE JEUNESSE DE LAVAL ET DU CENTRE DE RÉADAPTATION EN DÉPENDANCE LAVAL PLANIFICATION STRATÉGIQUE Complément 2013 2015 du Centre jeunesse de Laval et

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Pour un continuum de services intégrés

Pour un continuum de services intégrés Trois applications Trois niveaux d interventions différents 2 e partie de l atelier 3-VS4 Des moyens pour faire face à la complexité (suite ) Pour un continuum de services intégrés 1 3e Congrès Biennal

Plus en détail

La Communication NonViolente pour les acteurs de la santé et de la Relation d Aide ou d Accompagnement

La Communication NonViolente pour les acteurs de la santé et de la Relation d Aide ou d Accompagnement La Communication NonViolente pour les acteurs de la santé et de la Relation d Aide ou d Accompagnement Formation animée par le Dr Pascale Molho, formatrice certifiée par le Centre pour la Communication

Plus en détail

1ère fédération en France exclusive Coaching de Vie!

1ère fédération en France exclusive Coaching de Vie! Dossier de Presse Septembre 2015 1ère fédération en France exclusive Coaching de Vie! 2015 Création de la FEDERATION DE COACHING DE VIE! Vivre l accompagnement Coaching de Vie FCV Fédération de Coaching

Plus en détail

Wellness Management 66 Avenue des Champs-Elysées 75008 - PARIS www.wellness-management.com contact@wellness-management.com. Feel Well Work Well

Wellness Management 66 Avenue des Champs-Elysées 75008 - PARIS www.wellness-management.com contact@wellness-management.com. Feel Well Work Well Wellness Management 66 Avenue des Champs-Elysées 75008 - PARIS www.wellness-management.com contact@wellness-management.com Feel Well Work Well POUR MIEUX TRAVAILLER ensemble LE CAPITAL HUMAIN RESTE LA

Plus en détail

Finalités de l ouvrage

Finalités de l ouvrage Introduction Il est commun de souligner que la fonction ressources humaines a subi des évolutions rapides et profondes depuis les années qui ont suivi la seconde guerre mondiale. Le rôle du DRH n a cessé

Plus en détail

TROUBLES PSYCHOLOGIQUES

TROUBLES PSYCHOLOGIQUES TROUBLES PSYCHOLOGIQUES DANS LA SEP Pr Michèle Montreuil Professeur de psychologie Université Paris 8 La dépression, l anxiété et la labilité émotionnelle ne sont pas rares Dans la sclérose en plaques,

Plus en détail

Thème 1 Handicap en général - Fiche 1

Thème 1 Handicap en général - Fiche 1 Thème 1 Handicap en général - Fiche 1 Enfants de 9 à 12 ans Elèves de l enseignement secondaire inférieur 1 - Aborder le thème de la différence - Quelle place a la personne handicapée dans la société -

Plus en détail

Stage de «Communication NonViolente et Coaching»

Stage de «Communication NonViolente et Coaching» La Communication NonViolente (CNV) est un processus de communication très simple et surtout concret, qui permet de se relier à ce qui est essentiel pour nous, à ce qui nous anime. A partir du langage et

Plus en détail

ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE

ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE APIRG/14-WP/29 ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE GROUPE REGIONAL AFI DE PLANIFICATION ET DE MISE EN OEUVRE QUATORZIEME REUNION (APIRG/14) (Yaoundé, Cameroun, 23 27 juin 2003) Point 6 de

Plus en détail

Se former au bilan de compétences

Se former au bilan de compétences Se former au bilan de compétences formation Se former au bilan de compétences Comprendre et pratiquer la démarche Claude LEMOINE Préface de Jacques AUBRET 4 e édition Claude LEMOINE est professeur émérite

Plus en détail

mobiliser les acteurs et assurer le risque

mobiliser les acteurs et assurer le risque Prix OCIRP Acteurs Economiques & Handicap mobiliser les acteurs et assurer le risque pour faire avancer la cause du handicap Le Prix OCIRP Acteurs Économiques & Handicap Un prix référence un jury reconnu

Plus en détail

Pour une politique de prévention des risques psychosociaux

Pour une politique de prévention des risques psychosociaux Note de la CSL Pour une politique de prévention des risques psychosociaux Luxembourg, le 25.05.2016 1/6 Situation actuelle et constats : Les pays européens assistent depuis une quinzaine d années à une

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

L ORIENTATION AU LYCéE

L ORIENTATION AU LYCéE L ORIENTATION AU LYCéE L orientation, construite, progressive est au cœur de la rénovation des voies générale, technologique et professionnelle. Ce document a vocation à aider les équipes dans les établissements

Plus en détail

LA TÉLÉRÉADAPTATION : UN NOUVEL ACCÈS AUX SERVICES

LA TÉLÉRÉADAPTATION : UN NOUVEL ACCÈS AUX SERVICES LA TÉLÉRÉADAPTATION : UN NOUVEL ACCÈS AUX SERVICES Brigitte Fillion Chargée de projets, CRLB Virtuel Nicole Beaudoin Conseillère aux affaires cliniques, AERDPQ Colloque Aides techniques 2.0 12 mai 2011

Plus en détail

Créer de solides relations de travail entre des équipes indo-américaines

Créer de solides relations de travail entre des équipes indo-américaines Créer de solides relations de travail entre des équipes indo-américaines Dr Reddy s Laboratories Dr. Reddy s Laboratories est un groupe pharmaceutique mondial indien qui produit des médicaments génériques

Plus en détail

Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki. Ambassadeur Representant du Maroc

Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki. Ambassadeur Representant du Maroc Débat du Conseil de Sécurité Sur Le Maintien de la paix multidimensionnel Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki Ambassadeur Representant du Maroc New York, 21 Janvier 2013 Prière de vérifier à l audition

Plus en détail

Rôle et place de l infirmière référente dans le suivi de la maladie de Parkinson à ses différents stades d évolution

Rôle et place de l infirmière référente dans le suivi de la maladie de Parkinson à ses différents stades d évolution Rôle et place de l infirmière référente dans le suivi de la maladie de Parkinson à ses différents stades d évolution Cheffe de projet Brigitte itt Victor, infirmière iè responsable d unité, service de

Plus en détail

Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie

Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie 1 Le cap fixé : - le projet académique 2011-2015 - et sa lecture par et pour l action des médecins et infirmier(e)s de l E.N Deux postulats : Le

Plus en détail

ASSOCIATION L ETAPE PROJET ASSOCIATIF 2013 2018

ASSOCIATION L ETAPE PROJET ASSOCIATIF 2013 2018 ASSOCIATION L ETAPE PROJET ASSOCIATIF 2013 2018 PREAMBULE Le projet associatif constitue avec les statuts, les fondements de toute association. Il est l expression collective des personnes qui décident

Plus en détail

Les Services de Santé au Travail et l impératif de pluridisciplinarité

Les Services de Santé au Travail et l impératif de pluridisciplinarité Projet de recherche Les Services de Santé au Travail et l impératif de pluridisciplinarité Phase 1 du projet de recherche: phase exploratoire Version résumée Mots-clés : Santé au travail Préventeurs Pluridisciplinarité

Plus en détail

Accompagnement des personnes surendettées ou financièrement fragiles. Programme de formation 1er trimestre 2014

Accompagnement des personnes surendettées ou financièrement fragiles. Programme de formation 1er trimestre 2014 Association Crésus Île-de-France Paris Riches de notre solidarité Accompagnement des personnes surendettées ou financièrement fragiles Programme de formation 1er trimestre 2014 Personnes concernées Les

Plus en détail

LICenCe En savoir + www.u-bordeaux.fr/formation Psychologie

LICenCe En savoir + www.u-bordeaux.fr/formation Psychologie Licence Psychologie Carte d identité de la formation Diplôme Licence Sciences humaines et sociales Mention Psychologie Conditions d accès Être titulaire d un baccalauréat Pour tout autre diplôme : admission

Plus en détail

PROJETS ARTISTIQUES COMMUNAUTAIRES

PROJETS ARTISTIQUES COMMUNAUTAIRES PROJETS ARTISTIQUES COMMUNAUTAIRES ART COMMUNAUTAIRE CONTEXTE Les arts communautaires ne sont pas nouveaux. Ils se différencient des autres formes artistiques par leur engagement social. C est une méthode

Plus en détail

Nous vous rappelons dans le présent courrier, nos propositions de formation prévues au deuxième semestre 2013.

Nous vous rappelons dans le présent courrier, nos propositions de formation prévues au deuxième semestre 2013. A l attention de Mme et M. le Responsable - Services adoption des Conseils généraux - Directions départementales de la cohésion sociale - Directions régionales de la cohésion sociale - Unions départementales

Plus en détail

Dispositifs. Évaluation. Des informations clés pour évaluer l impact de chaque session et piloter l offre de formation

Dispositifs. Évaluation. Des informations clés pour évaluer l impact de chaque session et piloter l offre de formation Dispositifs d Évaluation Des informations clés pour évaluer l impact de chaque session et piloter l offre de formation > Innovant : une technologie SaaS simple et adaptable dotée d une interface intuitive

Plus en détail

Comment travaille le thérapeute systémicien avec un seul patient? Nicolas Duruz nicolas.duruz@unil.ch

Comment travaille le thérapeute systémicien avec un seul patient? Nicolas Duruz nicolas.duruz@unil.ch Comment travaille le thérapeute systémicien avec un seul patient? Nicolas Duruz nicolas.duruz@unil.ch CFTF, Liège 27 janvier 2012 I. ENJEU IDÉOLOGIQUE Y a-t-il une place pour la psychothérapie individuelle

Plus en détail

La Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE) en Suisse

La Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE) en Suisse La Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE) en Suisse Laetitia Gill, Directerice du Réseau et Développement Philias Forum 20 ans Mode d Emploi 16 novembre UNIL Lausanne www.philias.org www.philias.org

Plus en détail

"#$!%&!'(')$$*&!+%)!,#!-.(&,/*.0#!#-!,#!01-(0*.'2*,#3! $45*00#!,41$67#!#-!'.#&8!,*&!#&7*$9! :%-'$(;#0#&-!

#$!%&!'(')$$*&!+%)!,#!-.(&,/*.0#!#-!,#!01-(0*.'2*,#3! $45*00#!,41$67#!#-!'.#&8!,*&!#&7*$9! :%-'$(;#0#&-! "#$%&'(')$$*&+%),#-.(&,/*.0##-,#01-(0*.'2*,#3 $45*00#,41$67##-'.#&8,*&#&7*$9 :%-'$(;#0#&- La continuité d une carrière enrichie par le changement Expert depuis plus de 25 ans en outplacement et conseil

Plus en détail

DE L INTÉRÊT DES SCIENCES HUMAINES DANS L INTERVENTION HUMANITAIRE

DE L INTÉRÊT DES SCIENCES HUMAINES DANS L INTERVENTION HUMANITAIRE DE L INTÉRÊT DES SCIENCES HUMAINES DANS L INTERVENTION HUMANITAIRE Département de management et technologie École des sciences de la gestion Université du Québec à Montréal Chronique éditoriale DE L INTÉRÊT

Plus en détail