«DE LA RELATION DE CONFIANCE À L ALLIANCE THÉRAPEUTIQUE»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«DE LA RELATION DE CONFIANCE À L ALLIANCE THÉRAPEUTIQUE»"

Transcription

1 V ARIATION Joëlle BASTIAN, cadre infirmier, Unité de Soins pour Grands Adolescents, Polyclinique de psychiatrie, CHU Montpellier. Jean Luc VALDEYRON, infirmier, Unité de Soins pour Grands Adolescents, Polyclinique de psychiatrie, CHU Montpellier. Véronique VAQUIER, infirmière, Unité de Soins pour Grands Adolescents, Polyclinique de psychiatrie, CHU Montpellier. «DE LA RELATION DE CONFIANCE À L ALLIANCE THÉRAPEUTIQUE» Étude conceptuelle et son application dans les soins infirmiers Notre étude s inscrit dans la politique de développement de la recherche clinique menée par la Direction du service de soins infirmiers au sein du Centre hospitalier universitaire de Montpellier. Notre étude conceptuelle du construit «établir une relation de confiance» s inscrit dans un projet de recherche clinique en soins infirmiers. Elle a été retenue au Programme hospitalier de recherche clinique national 2000, ce qui lui confère une nouvelle dimension quant aux possibilités d investigations, de collaborations avec d autres équipes. Il s agit d une étude exploratoire et descriptive de l évaluation de l alliance thérapeutique entre infirmiers et adolescents, dans une unité de soins pour grands adolescents et jeunes adultes. 1 INTRODUCTON 1-1 CONTEXTE DU TERRAIN L Unité de Soins pour Grands Adolescents de la Polyclinique de psychiatrie adulte a ouvert le 29 avril 1996, elle est la seule unité de ce type dans la région Languedoc Roussillon. Sa création constitue donc une réponse aux besoins en terme de santé publique, en tant que dispositif de soins adapté aux troubles spécifiques de l adolescence. L unité d hospitalisation, sous la responsabilité du Dr Brès, accueille des adolescents de 15 à 25 ans, qui présentent des «troubles émotionnels et de la conduite» (CIM 10, pédopsychiatrie). Le mal-être des jeunes hospitalisés dans notre structure, se manifeste par des conduites à risque, passages à l acte, conduites addictives, conduites alimentaires perturbées, comportements sociaux déviants. L équipe de soins est pluriprofessionnelle et majoritairement composée de volontaires pour travailler dans la structure. Les soins infirmiers dispensés dans l unité ont été élaborés sur la base du projet médical qui pose comme condition «l accord» de l adolescent, de sa famille ou de ses responsables légaux, pour une hospitalisation. Les entrées sont négociées au cours d une consultation médicale et programmée, elles se font en dehors de l urgence et ne sont pas soumises à la sectorisation psychiatrique. Les soins infirmiers sont essentiellement relationnels, ils s insèrent dans une prise en charge pluriprofessionnelle, c est-à-dire au sein d une organisation où se définissent les valeurs qui visent à promouvoir le travail en collaboration, par la facilitation des échanges et le respect de la prise de parole. Ils s effectuent par des entretiens infirmiers et des soins à médiation (eau et thérapie, art thérapie, vidéo-thérapie, relaxation, ) * Cette étude a été presentée lors des journées d études de l ARSI en janvier 2001 Mots clés : confiance - infirmiere - adolescent - alliance therapeutique. 93

2 V ARIATION «DE LA RELATION DE CONFIANCE À L ALLIANCE THÉRAPEUTIQUE» dans le cadre de prises en charge individuelles et de groupe. Ce type de soins nécessite l instauration d une relation de confiance, la prise en compte du contexte éducatif et familial de l adolescent, de son histoire et de son vécu actuel. 1-2 ORIGINES DE NOTRE ÉTUDE C est un questionnement lié à une observation qui est à l origine de cette étude. Alors que l axe du projet médical consiste à trouver un accord avec les adolescents, que le travail infirmier en référence au projet de soins insiste sur l offre d une écoute et le développement des compétences psychosociales, nous observons que les jeunes hospitalisés sont plutôt en désaccord et méfiants vis-à-vis des adultes, que leurs propos renvoient au manque de confiance en eux et envers les autres. Ce qui se traduit par des répétitions de passage à l acte ou par de l inhibition à agir et du repli sur soi, par une persistance d un mode conflictuel de relation. Les écrits infirmiers en matière d accueil et de soins relationnels révèlent une action préalable ou intention, «d établir une relation de confiance» avec la personne soignée sans en définir les enjeux et ce qui est en jeu dans cet acte de soins. Ce qui a généré pour nous le questionnement suivant : compte tenu de l originalité de ces prises en charge et de la pauvreté des écrits sur le sujet, qu en est-il des acteurs et des enjeux dans ce type de relation et dans le contexte qui nous intéresse? 1-3 CITATION D UN CAS CLINIQUE Ce texte écrit par le psychanalyste Carl Gustav JUNG, illustre pour nous les enjeux relationnels de la relation de confiance. Dans ce passage JUNG soigne un malade depuis neuf ans et il écrit : «Dès le début, je sus de quoi il souffrait réellement, mais je vis aussi que la moindre tentative pour lui faire entrevoir la vérité se heurtait à des réactions de défense si violentes qu elles menaçaient de rompre tout contact entre nous. Que cela me plût ou non, il me fallait faire de mon mieux pour préserver la continuité de nos rapports, et suivre son inclination, qui trouvait un appui dans ses rêves, et nous entraînait toujours loin des racines de sa névrose. Nos discussions se perdaient en digressions telles que je m accusais souvent d égarer mon malade. Seul le fait que son état s améliorait lentement, mais visiblement, m empêcha de le confronter brutalement avec la vérité. Au cours de la dixième année, toutefois, mon malade se déclara guéri, et délivré de tout symptôme morbide. J en fus surpris, car théoriquement, son état était incurable. Remarquant mon étonnement, il sourit, et dit en substance : «Je veux vous remercier pour le tact infaillible et la patience dont vous avez fait preuve en me permettant de tourner autour de la cause pénible de ma névrose. Aujourd hui, je suis prêt à tout vous raconter. Si j avais eu le pouvoir d en parler librement, je l aurai fait dès ma première consultation. Mais cela aurait détruit tout rapport entre nous. Et que serais-je donc devenu? J aurai fait moralement faillite. Au long de ces dix ans, j ai appris à vous faire confiance. Et au fur et à mesure que ma confiance croissait, mon état s améliorait. Il s est amélioré parce que ce lent processus m a permis de recommencer à croire en moimême. Aujourd hui, je me sens assez fort pour parler avec vous de ce qui me détruisait.» C. G. JUNG «L homme et ses symboles» Définitions 2 LA RELATION DE CONFIANCE Tout d abord quelques définitions du dictionnaire 5 concernant les termes de ce construit conceptuel. Le mot «relation» est défini par le rapport ou le lien entre deux êtres ou deux choses. Quant au terme de «confiance», le dictionnaire nous dit que c est le fait de croire avec assurance, de se fier à quelqu un. Cela peut être un sentiment de sécurité, de confiance en soi. Notre recherche bibliographique a balayé les champs des sciences humaines qui traitent de la relation de confiance. Nous avons pu trouver différents attributs conceptuels qui caractérisent surtout la relation entre deux adultes dont l un a une position de thérapeute et l autre de patient ou de client. 4 C. G. JUNG- L homme et ses symboles, Paris, ed. Robert Laffont. 5 Dictionnaire historique de la langue française Le Robert, Paris,

3 «DE LA RELATION DE CONFIANCE À L ALLIANCE THÉRAPEUTIQUE» 2-2 Attributs conceptuels de la relation de confiance : Dans le sens commun Selon BELLENGER 6 la confiance interpersonnelle se construit dans un processus où chacun prend progressivement de petits risques l un envers l autre. Elle s identifie selon trois facteurs : - L engagement d au moins une des personnes. - Le respect mutuel des personnes en relation. - La volonté de s engager et négocier ce processus de risque pendant un certain temps. La notion de processus nous informe qu il ne s agit pas seulement d établir une relation de confiance mais de lui permettre d apparaître, de se développer et de se maintenir. Cette notion souligne également les mouvements possibles du niveau de confiance entre les personnes qui à leur tour vont influer sur les variations de la distance relationnelle. La notion de prise de risque est directement liée aux concepts de confiance en soi et de sentiment de soi qui entrent dans la construction de l identité des personnes. C est donc le sentiment de se sentir suffisamment fort qui va autoriser la personne à cette prise de risques. Pour l infirmier cette notion témoigne de son engagement personnel dans cette relation. En psychologie et psychothérapie Comme nous venons de le voir, la confiance aux autres est tributaire de la confiance en soi. Selon BELLENGER 7 et BRANDEN 8, il n y a pas de confiance dans les autres s il n y a pas un bon dosage de confiance en soi. Pour ces auteurs l enjeu de la confiance en soi est considérable aux vues des conséquences de ses manifestations : oser, réaliser, se donner des objectifs et les atteindre. La problématique de la confiance en soi tient vraisemblablement à la qualité de la construction d un Moi assez solide et aux influences plus ou moins favorables d un contexte social capable de remodeler des tendances inscrites très tôt en dur. Nous sommes là dans les théories de construction de l identité où les auteurs FREUD 9, BOESCH 10 et BER- NARD 11 abordent le concept de Soi, ils décrivent et mettent en évidence que les instances psychiques avec leurs mécanismes de défense sont à l œuvre dans l édification du sentiment de confiance en soi et d estime de soi. La notion de dissymétrie entre les acteurs de la relation, nous paraît également un attribut intéressant dans les situations de soins. MUCHIELLI 12 et PEPLAU 13 révèlent que dans ce genre de situation, relation duelle de rôles sociaux, chacun des acteurs est à une place sociale qui rend la relation dissymétrique quant au pouvoir, au savoir et au jugement potentiel. Cette dissymétrie tend à favoriser les mécanismes de défense dans les cas où elle est trop importante. Ces mécanismes peuvent à leur tour gêner l établissement d une relation de confiance. La dissymétrie, toujours selon ces auteurs, est néanmoins présente dans les rapports sociaux et peut, quand elle est analysée, permettre de dynamiser les soins relationnels dans l établissement d une relation de confiance. 2-3 Contextualiser l étude conceptuelle Comme nous l avons déjà souligné notre étude conceptuelle s est orientée sur l établissement d une relation de confiance entre des personnes adultes et dans le cadre psychothérapeutique. Le travail de contextualisation s efforcera de mettre en lien l éclairage conceptuel et les caractéristiques du terrain : de soins auprès d adolescents, dans un projet de soin, dans le cadre des thérapies institutionnelles et des soins infirmiers en psychiatrie. Les adolescents que nous accueillons présentent des perturbations dans leurs relations aux autres et dans leur confiance en eux qui sont «normales» à cette période de maturation et/ou s inscrivent dans une pathologie propre à cette tranche d âge. L engagement relationnel sera de ce fait plus difficile pour eux. 6 L. BELLENGER La confiance en soi, col. Formation permanente en Sciences Humaines, op. Cit. 8 N. BRANDEN «Avoir confiance en soi», dossier OSER, revue Psychologie, mai 1998, p.58 9 G. BORDESSOULE Se libérer de la violence par la parole, vol. 1, Monaco, ed. de Rocher, coll. Les guides du développement personnel, E. BOESCH Psychologie de la connaissance de soi. Paris, PUF, col. Psychologie d aujourd hui, P. BERNARD Le développement de la personnalité. Paris, Masson, A. MUCHIELLI Les réactions de défense dans les relations inter personnelles. Paris, ESF, H. E. PEPLAU Relations interpersonnelles en soins infirmiers. Paris, Inter éditions,

4 La façon dont un adolescent perçoit l écoulement du temps diffère également de la perception adulte, cette notion interviendra dans la construction relationnelle et les aléas du processus. Les adolescents ont également participés au travail de contextualisation, indirectement dans les études de cas clinique et directement par leurs critiques au moment de la construction des outils exploratoires. Lorsque l adolescent donne son accord pour un temps d hospitalisation, il va devoir également s accorder sur un plan relationnel. Cet «accordage» avec un infirmier se construira, comme pour l établissement d une relation de confiance, dans l intersubjectivité de la relation interindividuelle. Dans ce cas-là, la personnalité et les représentations que les acteurs de la relation ont l un de l autre, vont influer sur le processus d établissement. La contextualisation passera donc par l étude des représentations de chacun des acteurs, c est-à-dire la prise en considération du discours, des idées et des images qu ont chacune des personnes sur les notions de confiance en soi et aux autres. Le pré-test du questionnaire sur ces représentations auprès des infirmiers et des adolescents a mis en lumière que la confiance constitue bien un enjeu relationnel dans les soins, que les représentations des acteurs entre eux sont riches et d une différence témoignant d un travail exploratoire possible. Ce travail d exploration constitue une prochaine étape de notre étude, il s effectuera au moyen de questionnaires dont nous vous présentons quelques exemples d items. QUESTIONNAIRES SUR LES REPRÉSENTATIONS Version adolescent (4) Qu attendez-vous d un (e) infirmier (ère)? (11) Donnez des exemples de ce qui vous inspire confiance chez un adulte? (12) Donnez des exemples de ce qui ne vous inspire pas confiance chez un adulte? Version infirmier (7) D après vous qu est ce qui caractérise un adolescent? (8) Quels sont les signes repérables qu un adolescent en difficulté peut présenter? (12) Donnez des exemples de ce qui vous inspire confiance chez un adolescent? 3 L ALLIANCE THÉRAPEUTIQUE 3-1 L ALLIANCE Selon le dictionnaire 14 elle désigne une union par engagement mutuel, un accord. Vient du verbe allier : alligare = «attacher à, mettre avec». Les apports de l évolution du concept dans l histoire 15 : L alliance dans l histoire biblique : Nom donné dans la bible à des contrats, promesses ou accords passés entre Dieu et des individus, Dieu et la nation d Israël, entre plusieurs individus : ces alliances sont sanctionnées par un serment, la plus caractéristique étant l alliance de Dieu avec Moise, scellée par les dix commandements. Les historiens distinguent deux sortes d alliance, celles conclues entre un suzerain et un vassal (voir relation dissymétrique) et celles qui sont conclues entre égaux : La première : le supérieur décide et l inférieur, en échange de son accord se voit offrir sécurité et protection. La seconde : est fondée sur la réciprocité, l engagement mutuel et des obligations bilatérales. L alliance dans les conflits armés : On trouve leur présence dès la préhistoire, c est à l âge de bronze qu elles ont pris la forme de traités. 14 Op. Cit. 15 Encyclopaedia Universalis, France S.A.,

5 «DE LA RELATION DE CONFIANCE À L ALLIANCE THÉRAPEUTIQUE» L alliance dans le mariage : Met en évidence, l engagement mutuel, la réciprocité est scellée par l anneau et la signature. L alliance est un concept universel, de toute civilisation et de tout temps et se retrouve présente dans les situations où l enjeu pour la survie de l homme et son devenir est présent et essentiel. 3-2 L ALLIANCE THÉRAPEUTIQUE Dans les psychothérapies La recension des écrits concernant les psychothérapies est tirée des travaux de HORVATH A. O., LUBORSKY L., The role of the Thérapeutic Alliance in Psychothérapy, Journal of Consulting and Clinical Psychology, 1993, vol 61, n 4 et de GERIN P. et DAZORD A., Recherche planifiée sur les psychothérapies, INSERM, Paris Ce concept est abordé par FREUD 16 en 1912 dans la dynamique du transfert. Il pensait que l attitude de maintien d un «intérêt sérieux» pour le client, dans une «compréhension bienveillante» permettait à la partie saine du moi du client de construire un attachement positif avec l analyste et de développer un engagement avec le thérapeute «réel». Le thérapeute pouvait alors assumer la tâche de guérir. GRENSON 17 en 1965 a élaboré sur ce concept de collaboration basée sur la réalité entre un thérapeute et un client et a inventé le terme d alliance de travail (working alliance). Il a proposé un modèle à trois composantes : le transfert, l alliance de travail et la relation. Il définit l alliance comme la composante non névrotique de la relation qui détermine la capacité du client à travailler activement et de façon délibérée dans le cadre de la situation thérapeutique. C est ZETZEL 18 qui a introduit la notion d alliance thérapeutique, comme découlant de l attachement du patient au thérapeute. Elle argumente que dans une analyse couronnée de succès, le client a oscillé entre des périodes dominées par le transfert et des périodes dominées par l alliance de travail ROGERS 19, a émit l hypothèse que le thérapeute devait assurer certaines conditions, nécessaires et suffisantes pour qu un changement bénéfique apparaisse chez le client : l empathie, le regard inconditionnellement positif et l authenticité du thérapeute. Des travaux ultérieurs ont montré que ces variables et en particulier l empathie du thérapeute telle qu elle est perçue par le client, jouent un rôle important mais ne peuvent pas être généralisées à toutes les thérapies. En 1968 STRONG 20 a suggéré et conceptualisé théoriquement que plus le patient percevait le thérapeute comme digne de confiance, attirant et compétent, plus le thérapeute avait de chance d influencer les attitudes et de permettre un changement. Cette conception a apporté peu de chose à la pratique clinique. En 1975, BORDIN 21 a tenté de généraliser le concept psychanalytique d alliance de travail. Il insiste sur la collaboration positive du client avec le thérapeute contre leur adversaire commun, la souffrance et la dépression. Il identifie 3 éléments primordiaux : the tasks, the bonds et the goals : The tasks : les tâches, se réfèrent aux comportements de conseil et aux processus cognitifs qui forment la substance du processus de conseil. Dans une relation qui fonctionne bien, les deux parties doivent percevoir ces tâches comme appropriées et efficaces, ensuite chacun doit accepter la responsabilité d accomplir ces actions. The goals : les buts. Une alliance de travail solide est caractérisée par le fait que le thérapeute et le client, réciproquement, adhèrent aux buts de l intervention et en évaluent les objectifs, ou cibles. The bonds : les engagements. Le concept d engagement englobe le lien d attachement positif personnel qui s est tissé entre le client et le thérapeute, qui inclus 16 Journal of Counsulting and Clinical Psychologie, vol. 61, n 4, GRENSON in Journal of Counsulting and Clinical Psychologie, vol. 61, n 4, ZETZEL in Journal of Counsulting and Clinical Psychologie, vol. 61, n 4, ROGERS in Journal of Counsulting and Clinical Psychologie, vol. 61, n 4, STRONG in Journal of Counsulting and Clinical Psychologie, vol. 61, n 4, BORDIN in Journal of Counsulting and Clinical Psychologie, vol. 61, n 4,

6 la confiance réciproque l acceptation et la confidence en tant que résultat. Ce point de vue réunit les aspects techniques et relationnels du traitement en un concept plus large, celui de l alliance. Il définit la collaboration patient thérapeute comme l élément essentiel de cette alliance. L alliance ne dépend plus que des contributions du thérapeute ou du patient mais de l alchimie qui se développe entre eux. Le modèle synergique de BORDIN 22 contraste avec la proposition de ROGERS 23 qui suggère que le client réponde automatiquement à l attitude positive du thérapeute. Cette conceptualisation a engendré le courant de recherche de la validation des méthodes d évaluation des paramètres de l alliance psychothérapeutique. responsabilité de sa propre évolution. Le type 2 est plus typique des phases suivantes du traitement. La revue de la littérature met en évidence une conception de l alliance composée de deux éléments essentiels, l un chargé de mesurer le lien relationnel, traduisant un facteur d ordre plutôt affectif, et l autre mesurant la collaboration des partenaires en relation. Le patient ainsi que le thérapeute pouvant contribuer de façon positive ou négative à l alliance. L intérêt de cette échelle pour les soins infirmiers : Elle est valide pour toutes les psychothérapies, qu elles soient comportementales, cognitives, psychanalytiques, gestaltistes. D autre part, elle a été validée audelà des situations duelles de psychothérapies, en France, dans des prises en charges institutionnelles, par l équipe INSERM de Lyon. Son évaluation Au cours des dix dernières années cinq instruments principaux ont été développés pour évaluer cette alliance thérapeutique et dégager les relations entre l alliance et les différents paramètres de l évolution. Nous avons choisi l échelle des alliances aidantes de LUBORSKY 24, qui comme BORDIN 25 se situe dans le courant psychodynamique. Type 1 cette alliance thérapeutique repose sur le fait que le patient vit son thérapeute comme lui apportant aide et soutien, elle est plus évidente au début de la thérapie; Type 2 : elle est basée sur le fait que le patient a le sentiment d un travail en commun, d une coopération avec son thérapeute dans une même lutte contre ce qui le gène avec en particulier l impression de partager la Sa transposition : Afin de la transposer dans les soins infirmiers, nous avons remplacé les mots psychothérapeute par infirmier, psychothérapie par hospitalisation et séances par entretien infirmier. Pour évaluer la présence de deux niveaux d alliance, nous effectuerons 2 mesures en début et fin d hospitalisation. En conclusion, nous en sommes à un bilan d étape, notre intention était de constituer une base de données sur le développement de la relation de confiance, que nous considérons maintenant comme un attribut de l alliance thérapeutique. Si les résultats obtenus par l évaluation sont significatifs, dans les soins infirmiers auprès d adolescents, les outils présentés pourront être utilisés par d autres équipes. 22 Op. Cit. 23 Op. Cit. 24 GERIN P., DAZORD A., SALI A. Psychothérapie et changement : méthodologie de leurs évaluations, Paris, PUF, coll. Nodules. 25 Op. Cit. 98

7 «DE LA RELATION DE CONFIANCE À L ALLIANCE THÉRAPEUTIQUE» oui c est bien vrai c est plutôt vrai c est plutôt faux non c est tout à fait faux QUELQUES ITEMS DE L ECHELLE DE LUBORSKY Version infirmier Actuellement (4) Je me sens jouer un rôle, me donner une contenance devant lui (11) Ce patient veut pouvoir compter sur moi (18) Je sens que nous travaillons ensemble, ce patient et moi. Nous faisons équipe Version adolescent (4) L infirmier(ère) joue un rôle, il se donne une contenance, devant moi (11) Je sens que je peux compter sur l infirmier(ère) (18) Je sens que nous travaillons ensemble, l infirmier(ère) et moi : nous faisons équipe BIBLIOGRAPHIE ANGELERGUES R., ANZIEU D., BOESCH E., BRES Y., PONTALIS J.-B., ZAZZO R. - Psychologie de la connaissance de soi. Paris, PUF, Col. Psychologie d aujourd hui, 1975, 362 p. BELLENGER L. - La confiance en soi. Col. Formation permanente en Sciences Humaines, BERNARD P. - Le développement de la personnalité. Paris, Masson, 1979, 154 p. BORDESSOULE G. - Se liberer de la violence par la parole vol 1. Monaco, éditions du Rocher, col. Les guides du développement personnel, 1995, 335 p. BRANDEN N. «Avoir confiance en soi», dossier OSER, revue Psychologie, mai 1998, p. 58. Encyclopaedia Universalis, France S.A.,

8 GERIN P., DAZORD A. Recherches cliniques «planifiées» sur les psychothérapies, INSERM, Paris, 1992, 177 p. GERIN P., DAZORD A., SALI A. Psychothérapie et changement : méthodologie de leur évaluation, Nodule PUF, Paris, 1991, 110 p. HORVATH A. O. et LUBORSKY L. The Role of the Thérapeutic Alliance in Psychotherapy, in Journal of Consulting and Clinical Psychology, 1993, vol 61, n 4, p 561 à 573. JUNG C. G. L homme et ses symboles, Paris, ed. Robert Laffont. LE ROBERT - Dictionnaire historique de la langue française. Paris, Le Robert, 1998, 4303 p. MUCHIELLI A. - Les réactions de défense dans les relations interpersonnelles. Paris, ESF, 1980, 92 p. PEPLAU H. E. - Relations interpersonnelles en soins infirmiers. Paris, Inter Éditions, 1995, 325 p. 100

LES PSYCHOTHÉRAPIES. Filipe Galvão

LES PSYCHOTHÉRAPIES. Filipe Galvão LES PSYCHOTHÉRAPIES Filipe Galvão PLAN Introduction / définitions Psychothérapie de soutien Thérapies comportementales et cognitives Psychanalyse Hypnose Thérapies à médiation corporelle Thérapies collectives

Plus en détail

L alliance thérapeutique

L alliance thérapeutique L alliance thérapeutique UE 4.2 S3 Le 5 septembre 2012 FC Un peu d histoire (1) Terme employé par FREUD dès 1913: Alliance forte entre patient et thérapeute indispensable dans le cadre d une psychothérapie

Plus en détail

lim Fischer Page I Mardi, 20. mai 2014 1:56 13 Les concepts fondamentaux de la psychologie de la santé

lim Fischer Page I Mardi, 20. mai 2014 1:56 13 Les concepts fondamentaux de la psychologie de la santé lim Fischer Page I Mardi, 20. mai 2014 1:56 13 Les concepts fondamentaux de la psychologie de la santé lim Fischer Page II Mardi, 20. mai 2014 1:56 13 lim Fischer Page III Mardi, 20. mai 2014 1:56 13 P

Plus en détail

Compétences attendues des infirmiers en pédopsychiatrie

Compétences attendues des infirmiers en pédopsychiatrie Compétences attendues des infirmiers en pédopsychiatrie 1 Le rôle infirmier en pédopsychiatrie Le rôle infirmier prend en compte l enfant et/ou l adolescent dans sa globalité et respecte ses différences

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

Objectifs : Connaître les grands principes de la relation médecin-malade. Connaître les principes de l annonce d une maladie grave.

Objectifs : Connaître les grands principes de la relation médecin-malade. Connaître les principes de l annonce d une maladie grave. CHAPITRE 1 LA RELATION MÉDECIN-MALADE L ANNONCE D UNE MALADIE GRAVE. L INFORMATION DU PATIENT ATTEINT DE MALADIE CHRONIQUE. LA PERSONNALISATION DE LA PRISE EN CHARGE MÉDICALE Module 1 : «Apprentissage

Plus en détail

Santé mentale. lien. créent du. Soins. Respect. Les Établissements MGEN. Quand. les soins. Aides. Psychiatrie. Dépistage.

Santé mentale. lien. créent du. Soins. Respect. Les Établissements MGEN. Quand. les soins. Aides. Psychiatrie. Dépistage. Dépistage Soins Respect Orientations Éducation thérapeutique Quand les soins créent du lien Aides Séjours personnalisés Santé mentale Les Établissements MGEN Relais Équipes soignantes Qualité de soins

Plus en détail

Parinet Formation Pour Humaniser les Relations

Parinet Formation Pour Humaniser les Relations Parinet Formation Pour Humaniser les Relations Stages de développement personnel Formation à la relation d aide & Consultations individuelles Adultes, adolescents, enfants, couples Programme 2012-2013

Plus en détail

La supervision en soins infirmiers

La supervision en soins infirmiers La supervision en soins infirmiers (article en deux parties : version jumelée) La pratique de la supervision en soins infirmiers étant peu courante en France et les écrits la concernant de même, bien que

Plus en détail

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée Auteur : J.-A. M. Relecteurs : C. Q., C. L. Statistiques ECN 2008, dossier 4 2008, dossier 7 2010, dossier

Plus en détail

COMPETENCES INFIRMIERES 1

COMPETENCES INFIRMIERES 1 COMPETENCES INFIRMIERES 1 Evaluer une situation clinique et établir un diagnostic dans le domaine des soins infirmiers Communiquer et conduire une relation dans un contexte de soins Concevoir et conduire

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Les souffrances des adolescents sont réelles et conséquentes, dans une période du développement de la personne, empreinte de bouleversements.

Plus en détail

QUAND UNE CONSIGNE DEVIENT ELLE THERAPEUTIQUE? Du Coaching aux Thérapies Comportementales et Cognitives

QUAND UNE CONSIGNE DEVIENT ELLE THERAPEUTIQUE? Du Coaching aux Thérapies Comportementales et Cognitives QUAND UNE CONSIGNE DEVIENT ELLE THERAPEUTIQUE? Du Coaching aux Thérapies Comportementales et Cognitives Benoît MELET (Paris) Dr DINTRANS Jean Roger (Paris) I Les quatre champs du coaching L univers sportif

Plus en détail

COMPÉTENCES CLINIQUES - SANTÉ MENTALE CONNAISSANCES PRÉALABLE OBJECTIFS 1. ENTRETIEN PSYCHIATRIQUE. 1.1. Les buts de l entretien psychiatrique

COMPÉTENCES CLINIQUES - SANTÉ MENTALE CONNAISSANCES PRÉALABLE OBJECTIFS 1. ENTRETIEN PSYCHIATRIQUE. 1.1. Les buts de l entretien psychiatrique CONNAISSANCES PRÉALABLE Les séminaires de compétences cliniques de santé mentale se basent sur l enseignement «Anamnèse et compétences psychosociales» du N. Blondel & C. Salathé (2014) et les cours de

Plus en détail

L alliance thérapeutique dans différents contextes de soin

L alliance thérapeutique dans différents contextes de soin Institut Universitaire de Psychothérapie L alliance thérapeutique dans différents contextes de soin Yves de Roten Marvel et al. (1999) JAMA 281(3) 283-287 Communication centrée sur le patient 315 patients

Plus en détail

Formation Postgraduée en Psychothérapie Psychanalytique de l Arc Jurassien (FPPP-AJ)*

Formation Postgraduée en Psychothérapie Psychanalytique de l Arc Jurassien (FPPP-AJ)* Séminaire Psychanalytique de l Arc Jurassien Formation Postgraduée en Psychothérapie Psychanalytique de l Arc Jurassien (FPPP-AJ)* Direction : SPJBB Dr Laslo Pataki Psychiatre et psychothérapeute FMH 2713

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

Évaluation et recommandations

Évaluation et recommandations ÉVALUATION ET RECOMMANDATIONS 13 Évaluation et recommandations Les personnes souffrant de troubles mentaux s intègrent mal sur le marché du travail. En Belgique, par rapport aux personnes qui ont une bonne

Plus en détail

Cognitivo-comportementale

Cognitivo-comportementale Approches psycho-sexuelles Cognitivo-comportementale Cette thérapie qui porte sur les cognitions (manière de penser), mais aussi sur les sensations et les comportements, apprend à modifier sa manière de

Plus en détail

APPROCHES PSYCHOTHERAPEUTIQUES DU PATIENT DOULOUREUX CHRONIQUE

APPROCHES PSYCHOTHERAPEUTIQUES DU PATIENT DOULOUREUX CHRONIQUE APPROCHES PSYCHOTHERAPEUTIQUES DU PATIENT DOULOUREUX CHRONIQUE GENERALITES Douleur chronique = douleur qui évolue depuis plus de 6 Mois. Douleur «maladie» qui évolue par elle même Douleur «traumatisme»:

Plus en détail

HÔPITAL RIVIÈRE-DES-PRAIRIES

HÔPITAL RIVIÈRE-DES-PRAIRIES HÔPITAL RIVIÈRE-DES-PRAIRIES L Hôpital Rivière-des-Prairies (HRDP), situé dans le nord-est de l île de Montréal, est un centre hospitalier de soins psychiatriques, d'enseignement et de recherche, affilié

Plus en détail

AIDE MÉDICO-PSYCHOLOGIQUE. ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL 1.1. Définition de la profession et du contexte de l intervention

AIDE MÉDICO-PSYCHOLOGIQUE. ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL 1.1. Définition de la profession et du contexte de l intervention AIDE MÉDICO-PSYCHOLOGIQUE ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL 1.1. Définition de la profession et du contexte de l intervention L aide médico-psychologique (A.M.P.) exerce une fonction d accompagnement

Plus en détail

Édith Lecourt Découvrir la psychanalyse

Édith Lecourt Découvrir la psychanalyse Édith Lecourt Découvrir la psychanalyse, 2006 ISBN : 2-7081-3602-X Table des matières Introduction... 1 Partie I Historique Chapitre 1 : De l hypnose à la psychanalyse... 11 Vienne... 13 Freud (1856-1939)...

Plus en détail

Relation soignant / soigné

Relation soignant / soigné Relation soignant / soigné 3 métiers impossibles selon Freud : gouverner soigner éduquer Car met les personnes dans une situation de dépendance et d autorité Relation = activité ou une situation dans laquelle

Plus en détail

Institutionnalisation et émergence du service de soins infirmiers

Institutionnalisation et émergence du service de soins infirmiers Institutionnalisation et émergence du service de soins infirmiers Quelques mois après la mise en place de la réforme hospitalière de juillet 1991, une enquête permet d évaluer les réactions des professionnels

Plus en détail

La communication en 1 ère STG : des connaissances de base pour la mercatique en Tle mercatique

La communication en 1 ère STG : des connaissances de base pour la mercatique en Tle mercatique La communication en 1 ère STG : des connaissances de base pour la mercatique en Tle mercatique INFORMATION ET COMMUNICATION THEMES A. LE COMPORTEMENT DES INDIVIDUS Introduction : interaction individu/groupe

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE II

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE II ANNEXE II DIPLÔME D ÉTAT D INFIRMIER RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

ATELIER 2: Les «bénéfices psychologiques» de l ETP: psychothérapie, thérapie cognitivocomportementale. quels équilibres?

ATELIER 2: Les «bénéfices psychologiques» de l ETP: psychothérapie, thérapie cognitivocomportementale. quels équilibres? 12èmes Journées Régionales d échanges en Education du Patient EDUCATION DU PATIENT : «Entre bénéfices possibles et attendus.vers de nouveaux équilibres» jeudi 29 et vendredi 30 novembre 2012 ATELIER 2:

Plus en détail

Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise.

Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise. Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise. Docteur David ATTAL. Psychiatre. Praticien Hospitalier. Centre Hospitalier Régional Universitaire de Marseille.

Plus en détail

LA BIENTRAITANCE ET L AMÉLIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES

LA BIENTRAITANCE ET L AMÉLIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES Docteur Christian PETEL, Directeur FORMATIONS FRACTALE SUR SITE ANNÉES 2009-2010 LA BIENTRAITANCE ET L AMÉLIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES La bientraitance met au centre du travail la préoccupation

Plus en détail

LES MATINALES DE LA FONDATION

LES MATINALES DE LA FONDATION LES MATINALES DE LA FONDATION «Point du vue d un pédopsychiatre sur l autisme aujourd hui» Conférence du Professeur Pierre DELION, Pédopsychiatre, Chef du Service Psychiatrie de l Enfant et de l Adolescent,

Plus en détail

Réponse et temps de réponse aux items en psychométrie. R. Trouillet M.C.F. H.D.R. Lab. Epsylon EA4556

Réponse et temps de réponse aux items en psychométrie. R. Trouillet M.C.F. H.D.R. Lab. Epsylon EA4556 Réponse et temps de réponse aux items en psychométrie R. Trouillet M.C.F. H.D.R. Lab. Epsylon EA4556 Thérapies psychodynamiques Levy & Ablond (2009). Handbook of Evidence-Based Psychodynamic Psychotherapy..

Plus en détail

FICHE METIER DE MUSICOTHERAPEUTE

FICHE METIER DE MUSICOTHERAPEUTE FICHE METIER DE MUSICOTHERAPEUTE La profession Intitulé du métier Musicothérapeute Définition de l'emploi/métier «La musicothérapie est une pratique de soin, d aide, de soutien ou de rééducation qui consiste

Plus en détail

Projet : Prévention de la violence dans les cours de récréation

Projet : Prévention de la violence dans les cours de récréation Informations aux parents Projet : Prévention de la violence dans les cours de récréation Recherche-action sous la direction du Professeur Willy Lahaye Chercheurs responsables : Bruno Humbeeck, Frédéric

Plus en détail

«Mettre en Synergie nos compétences pour faire émerger vos projets»

«Mettre en Synergie nos compétences pour faire émerger vos projets» «Mettre en Synergie nos compétences pour faire émerger vos projets» Santé et bien- être au travail Risques psychosociaux du travail- Handicap- Gestion des âges Diversité. SynergenceA propose aux entreprises

Plus en détail

Le JEU en Psychomotricité. Plan de cours

Le JEU en Psychomotricité. Plan de cours Université Pierre et Marie Curie Le JEU en Psychomotricité. Plan de cours Psychomotricité deuxième année 2003-2004 Fabien Joly Mise à jour : 24 novembre 2003 2/6 Le JEU en Psychomotricité. Plan de cours

Plus en détail

PRAXIS. Parcours métiers. Consolidation des savoirs et des pratiques pour les infirmiers nouvellement affectés en psychiatrie DPC.

PRAXIS. Parcours métiers. Consolidation des savoirs et des pratiques pour les infirmiers nouvellement affectés en psychiatrie DPC. Réf. : 1539 PRAXIS Parcours métiers Consolidation des savoirs et des pratiques pour les infirmiers nouvellement affectés Certifiant Le CNEH est habilité par l ISQ-OPQF à délivrer le certificat professionnel

Plus en détail

Y A-T-IL COUPLE? Introduction. Pour qu il y ait couple, il faut du temps

Y A-T-IL COUPLE? Introduction. Pour qu il y ait couple, il faut du temps Introduction Y A-T-IL COUPLE? Au fil des siècles et au fil des années, la société se transforme et avec elle, la valeur accordée à la réussite sociale, à la famille mais surtout à l amour. Dans le monde

Plus en détail

Regroupement CPE / Intervention Gestion de conflit 1 et 2 décembre 2014

Regroupement CPE / Intervention Gestion de conflit 1 et 2 décembre 2014 Regroupement CPE / Intervention Gestion de conflit 1 et 2 décembre 2014 Objectifs : 1. Echanger en groupe autour de situations vécues de conflits 2. Eclairer les pratiques par des apports conceptuels et

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

Réparation juridique du dommage corporel : données propres à la psychiatrie. Pr Senon Faculté de Médecine Université de Poitiers

Réparation juridique du dommage corporel : données propres à la psychiatrie. Pr Senon Faculté de Médecine Université de Poitiers Réparation juridique du dommage corporel : données propres à la psychiatrie Pr Senon Faculté de Médecine Université de Poitiers Problèmes posés en psychiatrie Le PTSD : une clinique encore mal connue La

Plus en détail

OBJECTIFS ET APPRENTISSAGES

OBJECTIFS ET APPRENTISSAGES La formation Notre approche Intervalle est un cabinet de conseil, d étude et de formation qui accompagne les dynamiques humaines et organisationnelles. Nous intervenons pour des entreprises, des collectivités

Plus en détail

L affirmation de soi. Docteur Dominique Servant Unité stress et anxiété CHRU de Lille

L affirmation de soi. Docteur Dominique Servant Unité stress et anxiété CHRU de Lille L affirmation de soi Docteur Dominique Servant Unité stress et anxiété CHRU de Lille S affirmer «Communiquer de façon affirmée, c est exprimer ses sentiments et ses façons de voir, par des mots, des gestes,

Plus en détail

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement.

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. Centre - Pays de Loire CHRU Tours COMMUNICATION «Conflits internes et Cohérence personnelle» SOMMAIRE Introduction page 3 Communication Page 4 Les paramètres d

Plus en détail

TCA et thérapies? Quelques informations pour vous éclairer?

TCA et thérapies? Quelques informations pour vous éclairer? TCA et thérapies? Quelques informations pour vous éclairer? Pour pouvoir guérir des troubles du comportement alimentaire, il est indispensable d accepter une prise en charge pluridisciplinaire : à la fois

Plus en détail

Filière d études sanctionnée par un diplôme pour les enseignant-e-s de culture générale exerçant dans les écoles professionnelles (DCG)

Filière d études sanctionnée par un diplôme pour les enseignant-e-s de culture générale exerçant dans les écoles professionnelles (DCG) Filière d études sanctionnée par un diplôme pour les enseignant-e-s de culture générale exerçant dans les écoles professionnelles (DCG) Description des modules Modules Module 1 Identifier le contexte de

Plus en détail

Projet de loi n o 21 (2009, chapitre 28)

Projet de loi n o 21 (2009, chapitre 28) PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 21 (2009, chapitre 28) Loi modifiant le Code des professions et d autres dispositions législatives dans le domaine de la santé mentale et

Plus en détail

Un apprentissage de la Communication NonViolente

Un apprentissage de la Communication NonViolente Un apprentissage de la Communication NonViolente De quoi s agit-il? Un outil soutenant une démarche pédagogique pour : développer un savoir-faire en communication au service d un savoir-être en relation

Plus en détail

DEONTOLOGIE ET ETHIQUE EN SCIENCES MEDICO SANITAIRE CHEZ LES INFIRMIERES, LES SAGES FEMMES ET LES TECHNICIENS MEDICO SANITAIRES

DEONTOLOGIE ET ETHIQUE EN SCIENCES MEDICO SANITAIRE CHEZ LES INFIRMIERES, LES SAGES FEMMES ET LES TECHNICIENS MEDICO SANITAIRES DEONTOLOGIE ET ETHIQUE EN SCIENCES MEDICO SANITAIRE CHEZ LES INFIRMIERES, LES SAGES FEMMES ET LES TECHNICIENS MEDICO SANITAIRES I. INTRODUCTION Dans le cadre du séminaire d imprégnation des personnels

Plus en détail

PSYCHOTHERAPIES ET PSYCHANALYSE Texte exclusif Doc-Etudiant.fr, composé par SANDYS UNE PSYCHOTHERAPIE: POURQUOI? COMMENT?

PSYCHOTHERAPIES ET PSYCHANALYSE Texte exclusif Doc-Etudiant.fr, composé par SANDYS UNE PSYCHOTHERAPIE: POURQUOI? COMMENT? PSYCHOTHERAPIES ET PSYCHANALYSE Texte exclusif Doc-Etudiant.fr, composé par SANDYS Grâce aux médias, et notamment la télévision, chacun sait que tous les «maux de l âme» méritent une prise en charge psychologique.

Plus en détail

RAPPORT DU CONGRES D OSLO SUR LA PREVENTION DES ABUS SEXUELS ET DE LA MALTRAITANCE EN EUROPE (*)

RAPPORT DU CONGRES D OSLO SUR LA PREVENTION DES ABUS SEXUELS ET DE LA MALTRAITANCE EN EUROPE (*) RAPPORT DU CONGRES D OSLO SUR LA PREVENTION DES ABUS SEXUELS ET DE LA MALTRAITANCE EN EUROPE (*) A travers ce que nous avons pu écouter et échanger au congrès d Oslo, en mai 1995, ainsi que ce que nous

Plus en détail

Projet de loi n o 21. Présentation. Présenté par Madame Kathleen Weil Ministre responsable de l application des lois professionnelles

Projet de loi n o 21. Présentation. Présenté par Madame Kathleen Weil Ministre responsable de l application des lois professionnelles PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 21 Loi modifiant le Code des professions et d autres dispositions législatives dans le domaine de la santé mentale et des relations humaines

Plus en détail

Aristote. L enseignement est conçu, sur des bases scientifiques dans une alternance entre théorie d une part, et pratique, d autre part.

Aristote. L enseignement est conçu, sur des bases scientifiques dans une alternance entre théorie d une part, et pratique, d autre part. "Trouver le moyen de donner sens à vos circonstances et appliquer les principes qui vous guideront le mieux, cela s'appelle Philosophie appliquée ou Sagesse pratique" Aristote Programme : Il a été élaboré

Plus en détail

ATELIER LA PRÉVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX

ATELIER LA PRÉVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX ATELIER LA PRÉVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX Centre de gestion 85 17, 26, 30 septembre 2014 Performance des organisations Santé au travail Déroulement de l atelier RPS : Comprendre et agir Les RPS,

Plus en détail

COMMENT L APP0 EST-IL PERÇU PAR LES ETUDIANTS?

COMMENT L APP0 EST-IL PERÇU PAR LES ETUDIANTS? COMMENT L APP0 EST-IL PERÇU PAR LES ETUDIANTS? Retour sur l expérience vécue par les tuteurs et réflexion sur le ressenti des étudiants ETOUNDI Ulrich, HENRIEL Théo, NAHORNYJ Robin Etudiants en 4 ème année,

Plus en détail

Établissement Public de la Santé Mentale de la Vallée de l Arve de la Roche sur Foron

Établissement Public de la Santé Mentale de la Vallée de l Arve de la Roche sur Foron Établissement Public de la Santé Mentale de la Vallée de l Arve de la Roche sur Foron Depuis le 6 juin 2012, l Etablissement Public de Santé Mentale a intégré des locaux neufs et adaptés. Chaque patient

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D EDUCATEUR DE JEUNES ENFANTS 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL

Plus en détail

Aspects psychologiques et motivationnels de l observance à la Pression Positive Continue

Aspects psychologiques et motivationnels de l observance à la Pression Positive Continue Intitulé de la formation Aspects psychologiques et motivationnels de l observance à la Pression Positive Continue FICHE SIGNALETIQUE Présentiel /à distance Sur site 6 modules de 3h Théorie & Pratique Finalité

Plus en détail

Psy-3 : Vivre ensemble ; l être psychosocial. Psy-6 : Corps et psyché ; Psychosomatisation

Psy-3 : Vivre ensemble ; l être psychosocial. Psy-6 : Corps et psyché ; Psychosomatisation SEMINAIRES EN PSYCHOLOGIE Psy-1 : Anticiper et gérer les conflits Psy-3 : Vivre ensemble ; l être psychosocial Psy-4 : Les mécanismes de défenses du Moi Psy-5 : Le Test de l Arbre Psy-6 : Corps et psyché

Plus en détail

Master Sciences humaines et sociales mention Psychologie parcours Psychologie du Développement, Education, Handicap

Master Sciences humaines et sociales mention Psychologie parcours Psychologie du Développement, Education, Handicap Master Sciences humaines et sociales mention Psychologie parcours Psychologie du Développement, Education, Handicap Master 1 Présentation et objectifs de la formation Le Master première année (M1) de Psychologie

Plus en détail

APPROCHE DE LA RECHERCHE CLINIQUE EN PSYCHOLOGIE

APPROCHE DE LA RECHERCHE CLINIQUE EN PSYCHOLOGIE Avec Jean Louis PEDINIELLI APPROCHE DE LA RECHERCHE CLINIQUE EN PSYCHOLOGIE Cette conférence a été presentée lors des journées d étude de CARS1 les 28 et 29 janvier 1999. Mots clés : PS chologie clinique

Plus en détail

Le Projet de soins. c a l m e. Première formalisation dans le cadre du Projet d établissement. Fondements du Projet de Soins

Le Projet de soins. c a l m e. Première formalisation dans le cadre du Projet d établissement. Fondements du Projet de Soins Le Projet de soins c a l m e Première formalisation dans le cadre du Projet d établissement. L article L.6143-2 du CSP prévoit que le Projet d établissement «comporte un projet de prise en charge des patients

Plus en détail

Enseigner les psychothérapies à l Université? Intérêts et limites

Enseigner les psychothérapies à l Université? Intérêts et limites Enseigner les psychothérapies à l Université? Intérêts et limites 2002 Marie Santiago Delefosse Professeur, Clinique de la santé et de l activité Université de Picardie Jules Vernes, Amiens UMR-CNRS 6053,

Plus en détail

ACCÈS AUX SOINS. La santé mentale. dans le 5 e a Lyon

ACCÈS AUX SOINS. La santé mentale. dans le 5 e a Lyon ACCÈS AUX SOINS La santé mentale dans le 5 e a Lyon décembre 2010 ACCÈS AUX SOINS Le Conseil Local de Santé Mentale du 5 e arrondissement : qu est-ce que c est? Le Conseil Local de Santé Mentale du 5 e

Plus en détail

DIPLÔME UNIVERSITAIRE D ÉTUDES DE PSYCHOSOMATIQUE PSYCHANALYTIQUE

DIPLÔME UNIVERSITAIRE D ÉTUDES DE PSYCHOSOMATIQUE PSYCHANALYTIQUE DIPLÔME UNIVERSITAIRE D ÉTUDES DE PSYCHOSOMATIQUE PSYCHANALYTIQUE 2006 Responsable : Marianne Baudin Formation créée par Gisèle HARRUS-REVIDI UNIVERSITÉ PARIS 7 DENIS DIDEROT U.F.R. SCIENCES HUMAINES CLINIQUES

Plus en détail

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 3 ème année bachelor

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 3 ème année bachelor Semestre automne printemps Répétition Lieu de période de formation pratique Institution : Nom de l'étudiant-e : Service : Promotion : Site de formation : Période du / au : PFP 5 PFP 6 ÉVALUATION DES COMPÉTENCES

Plus en détail

Se libérer de la drogue

Se libérer de la drogue Chacun doit savoir qu il peut se libérer de la drogue à tout moment. Se libérer de la drogue Je ne maîtrise plus la situation Longtemps encore après la première prise de drogue, le toxicomane croit pouvoir

Plus en détail

LE DOCTEUR M. LACAMBRE, PSYCHIATRE AU CHRU DE MONTPELLIER «LE CIRQUE, UN OUTIL THÉRAPEUTIQUE?»

LE DOCTEUR M. LACAMBRE, PSYCHIATRE AU CHRU DE MONTPELLIER «LE CIRQUE, UN OUTIL THÉRAPEUTIQUE?» CONFÉRENCE AVEC LE DOCTEUR M. LACAMBRE, PSYCHIATRE AU CHRU DE MONTPELLIER DANS UN EXPOSÉ DE SA THÈSE INTITULÉ «LE CIRQUE, UN OUTIL THÉRAPEUTIQUE?» 14 OCTOBRE 2010 À L UFCV TOULOUSE Dans la lignée des événements

Plus en détail

«Tout le monde devrait faire une psychothérapie.»

«Tout le monde devrait faire une psychothérapie.» «Tout le monde devrait faire une psychothérapie.» Moins je me connais, mieux je me porte. Clément Rosset, Loin de moi, 1999 Faut-il tout «psychiatriser»? Tout événement de vie difficile tel qu une rupture

Plus en détail

Description des orientations spécifiques De la Maîtrise universitaire (Master) en sciences sociales

Description des orientations spécifiques De la Maîtrise universitaire (Master) en sciences sociales Description des orientations spécifiques De la Maîtrise universitaire (Master) en sciences sociales Parcours de vie, inégalités et politiques sociales, p. 2 Droits humains, Diversité et Globalisation,

Plus en détail

La prise en charge des enfants exposés aux violences conjugales par le département enfants/adolescents de l Institut de victimologie.

La prise en charge des enfants exposés aux violences conjugales par le département enfants/adolescents de l Institut de victimologie. La prise en charge des enfants exposés aux violences par le département enfants/adolescents de l Institut de victimologie. PRÉSENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation L Institut

Plus en détail

La charte des professionnels de la. Maison de Retraite Debrou

La charte des professionnels de la. Maison de Retraite Debrou La charte des professionnels de la Maison de Retraite Debrou M A I S O N D E R E T R A I T E D E B R O U 3 rue debrou, 37 300 Joué les Tours Téléphone: 02.47.68.41.41 Télécopie: 02.47.68.41.55 Site internet:

Plus en détail

Programme 2015. Cursus en Consultation Infirmière. Institut de Soins Infirmiers Supérieurs

Programme 2015. Cursus en Consultation Infirmière. Institut de Soins Infirmiers Supérieurs Institut de Soins Infirmiers Supérieurs Organisme de formation continue pour les professionnels du secteur de la santé Institut de Soins Infirmiers Supérieurs Programme 2015 Cursus en Consultation Infirmière

Plus en détail

Mais où est donc passée l équipe mobile?

Mais où est donc passée l équipe mobile? 12e journée genevoise d addictologie 26 septembre 2013 Mais où est donc passée l équipe mobile? Dr Stéphane Morandi Unité de psychiatrie mobile Service de psychiatrie communautaire D OU VIENT-ELLE? Contexte

Plus en détail

Fondation Pro Familia

Fondation Pro Familia Centre Polyvalent pour Enfants Services pour femmes et leurs enfants en détresse Centre de Consultation et de Médiation Familiale Centre de Formation Psycho-Familiale www.profamilia.lu Contact Fondation

Plus en détail

Dépression, thérapie interpersonnelle et rythmes. Dominique SERVANT Clinique de psychiatrie

Dépression, thérapie interpersonnelle et rythmes. Dominique SERVANT Clinique de psychiatrie Dépression, thérapie interpersonnelle et rythmes sociaux Dominique SERVANT Clinique de psychiatrie CHRU de Lille La psychothérapie réduit la récidive Seule ou associée à un antidépresseur est recommandée

Plus en détail

Simple suivi de mémoire ou gouvernance de l alternance? Le cas du travail de fin d études en Institut de Formation en Soins Infirmiers

Simple suivi de mémoire ou gouvernance de l alternance? Le cas du travail de fin d études en Institut de Formation en Soins Infirmiers Simple suivi de mémoire ou gouvernance de l alternance? Le cas du travail de fin d études en Institut de Formation en Soins Infirmiers Sylvie MONLUCQ Laboratoire des processus d accompagnement et de formation

Plus en détail

NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES

NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES Récemment, dans un texte : - j ai identifié les souffrances et les modes défensifs que les travailleurs utilisent pour faire face

Plus en détail

Problèmes d accès aux soins?

Problèmes d accès aux soins? Problèmes d accès aux soins? Une étude exploratoire par entretiens avec des professionnels (Synthèse) Beat Sottas, Adrienne Jaquier, Sarah Brügger 1. Contexte : qui est «socialement défavorisé»?... 2 2.

Plus en détail

Alcool : où trouver de l aide à Rennes?

Alcool : où trouver de l aide à Rennes? Alcool : où trouver de l aide à Rennes? En parler... Se faire aider... Consulter... S informer... ALCOOL Où TROUVER DE L AIDE À RENNES? L alcoolisme est une maladie caractérisée par la dépendance psychique

Plus en détail

TROUBLES ENVAHISSANTS DU COMPORTEMENT (TEC)

TROUBLES ENVAHISSANTS DU COMPORTEMENT (TEC) TROUBLES ENVAHISSANTS DU COMPORTEMENT (TEC) Comprendre, prévenir et prendre en charge la clinique du mouvement et de l agir de l enfant Pierre Delion 1. Actualité Les enfants sont préoccupants sur ce point

Plus en détail

Les domaines de compétences

Les domaines de compétences ACCOMPAGNEMENT ET AIDE individualisée aux personnes dans les actes de la vie quotidienne Associer aux actes essentiels de la vie quotidienne des moments d échange privilégiés. Veiller au respect du rythme

Plus en détail

Ifforthecc. Formation continue des médecins, des psychologues et du personnel para médical

Ifforthecc. Formation continue des médecins, des psychologues et du personnel para médical Ifforthecc Formation continue des médecins, des psychologues et du personnel para médical Ifforthecc -10 Avenue Gantin - 74150 Rumilly - France - Tel: 00 33 4 50 66 17 71 Fax : 00 33 4 50 64 58 46 - secretariat@ifforthecc.org

Plus en détail

Névroses Q266. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année Universitaire 2002-2003

Névroses Q266. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année Universitaire 2002-2003 Névroses Q266 Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année Universitaire 2002-2003 Plans et objectifs Hystérie Névrose d angoisse Phobies TOC PTSD Diagnostic d une conversion hystérique Diagnostic

Plus en détail

Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés

Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés IEN/CTR ASH 2011-2012 Comportements inappropriés / Troubles de la conduite et du comportement

Plus en détail

mots pour maux burnout

mots pour maux burnout mots pour maux burnout burnout Définition Le terme de burnout était primairement utilisé pour définir le surchauffement d une fusée résultant de l épuisement de carburant. Puis H. Freudenberg, un psychanalyste

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE POUR ADULTES

FORMATION PROFESSIONNELLE POUR ADULTES PROGRAMMATION DES FORMATIONS 2015 NOM DE LA FORMATION DURÉE DATES SESSION N Formation des tuteurs de stage 2 jours 19/20 janvier 24/25 septembre session 1 session 2 1 Approche de développement de la personne

Plus en détail

MODULE 2 : TRAITEMENTS PSYCHANALYTIQUES AVEC LES ENFANTS ET LES ADOLESCENTS.

MODULE 2 : TRAITEMENTS PSYCHANALYTIQUES AVEC LES ENFANTS ET LES ADOLESCENTS. MODULE 2 : TRAITEMENTS PSYCHANALYTIQUES AVEC LES ENFANTS ET LES ADOLESCENTS. Responsables : Alejandro Rojas- Urrego et Catherine Krähenbühl Module ouvert 30 heures Dates : 21 et 28 mai, 4, 11,18 et 25

Plus en détail

Accompagnement et aide individualisée aux personnes dans les actes de la vie quotidienne

Accompagnement et aide individualisée aux personnes dans les actes de la vie quotidienne Référentiel Fonction / Activités fonctions Accompagnement et aide individualisée aux personnes dans les actes de la vie quotidienne Accompagnement dans la relation à l environnement / Maintien de la vie

Plus en détail

Mention «Psychologie»

Mention «Psychologie» Diplôme Bac + 3 Parcours - - - - - Contacts UFR LLSHS Lettres, Langues, Sciences Humaines et des Sociétés /lshs/ Secrétariat Licence "Psychologie" - Bureau C313 : tél.: 01 49 40 44 65 / 31 66 Contact formation

Plus en détail

CFTTA Centre de formations et de thérapies transgénérationnelles d Aquitaine

CFTTA Centre de formations et de thérapies transgénérationnelles d Aquitaine PROGRAMME DE LA FORMATION PSYCHOGENEALOGIE ET ANALYSE TRANSGENERATIONNELLE PARIS 2013-2014 L impact des situations souffrantes du passé familial se fait douloureusement sentir chez les descendants créant

Plus en détail

Programmes. Process Thérapie Model Process Guidance Model. Ateliers cliniques PTM 1 PTM 2 PTM 3

Programmes. Process Thérapie Model Process Guidance Model. Ateliers cliniques PTM 1 PTM 2 PTM 3 Programmes Process Thérapie Model Process Guidance Model Process Thérapie Model PTM 1 PTM 2 PTM 3 Ateliers cliniques Initiation hypnose Ericksonienne Les doubles contraintes Initiation Analyse Transactionnelle

Plus en détail

FORMATIONS en PSYCHANALYSE et PSYCHOTHERAPIE

FORMATIONS en PSYCHANALYSE et PSYCHOTHERAPIE I. F. A. P. P. Institut de Formation A la Psychanalyse et la Psychothérapie analytique AIX-en-PROVENCE - MARSEILLE - ORANGE FORMATIONS en PSYCHANALYSE et PSYCHOTHERAPIE RESPONSABLE DES FORMATIONS : Philippe

Plus en détail

Management Responsabilité

Management Responsabilité L évaluation professionnelle : un enjeu pour l évolution du management hospitalier Identifier la problématique de l évaluation professionnelle Utiliser l entretien annuel d activité comme levier de changement

Plus en détail

Education Thérapeutique pour les patients coronariens et insuffisants cardiaques

Education Thérapeutique pour les patients coronariens et insuffisants cardiaques Education Thérapeutique pour les patients coronariens et insuffisants cardiaques L expérience de l équipe de Rééducation cardiaque du C.H.U. de Nîmes Intervention du 22/03/2012 à la Réunion de l Association

Plus en détail

L ACQUISITION DU LANGAGE CHEZ LE TOUT PETIT EN VIE COLLECTIVE INSTITUTIONNELLE

L ACQUISITION DU LANGAGE CHEZ LE TOUT PETIT EN VIE COLLECTIVE INSTITUTIONNELLE N 220 - ROUFIDOU Irini L ACQUISITION DU LANGAGE CHEZ LE TOUT PETIT EN VIE COLLECTIVE INSTITUTIONNELLE Pendant notre recherche du D.E.A., nous avons étudié l acquisition du langage chez le tout petit en

Plus en détail

DEVENIR UN PRATICIEN RÉFLEXIF ET CONGRUENT. I) Qu est-ce qu un praticien réflexif et congruent?

DEVENIR UN PRATICIEN RÉFLEXIF ET CONGRUENT. I) Qu est-ce qu un praticien réflexif et congruent? DEVENIR UN PRATICIEN RÉFLEXIF ET CONGRUENT I) Qu est-ce qu un praticien réflexif et congruent? Dans la lettre que j ai adressé début 2007 aux membres de la SFC et qui figure sur le site de la SFC, j énonçais

Plus en détail

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET Le médecin de prévention face aux RPS Docteur Isabelle THOMINET 1. Définition des RPS Les risques psychosociaux sont souvent résumés par simplicité sous le terme de «stress». En réalité, ils recouvrent

Plus en détail

Une échelle d évaluation semistructurée. B. Gravier

Une échelle d évaluation semistructurée. B. Gravier Une échelle d évaluation semistructurée : la HCR-20 B. Gravier Exemple de jugement clinique structuré: The Historical Clinical Risk Management 20 item scale HCR - 20 Echelle utilisée par les cliniciens

Plus en détail