«DE LA RELATION DE CONFIANCE À L ALLIANCE THÉRAPEUTIQUE»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«DE LA RELATION DE CONFIANCE À L ALLIANCE THÉRAPEUTIQUE»"

Transcription

1 V ARIATION Joëlle BASTIAN, cadre infirmier, Unité de Soins pour Grands Adolescents, Polyclinique de psychiatrie, CHU Montpellier. Jean Luc VALDEYRON, infirmier, Unité de Soins pour Grands Adolescents, Polyclinique de psychiatrie, CHU Montpellier. Véronique VAQUIER, infirmière, Unité de Soins pour Grands Adolescents, Polyclinique de psychiatrie, CHU Montpellier. «DE LA RELATION DE CONFIANCE À L ALLIANCE THÉRAPEUTIQUE» Étude conceptuelle et son application dans les soins infirmiers Notre étude s inscrit dans la politique de développement de la recherche clinique menée par la Direction du service de soins infirmiers au sein du Centre hospitalier universitaire de Montpellier. Notre étude conceptuelle du construit «établir une relation de confiance» s inscrit dans un projet de recherche clinique en soins infirmiers. Elle a été retenue au Programme hospitalier de recherche clinique national 2000, ce qui lui confère une nouvelle dimension quant aux possibilités d investigations, de collaborations avec d autres équipes. Il s agit d une étude exploratoire et descriptive de l évaluation de l alliance thérapeutique entre infirmiers et adolescents, dans une unité de soins pour grands adolescents et jeunes adultes. 1 INTRODUCTON 1-1 CONTEXTE DU TERRAIN L Unité de Soins pour Grands Adolescents de la Polyclinique de psychiatrie adulte a ouvert le 29 avril 1996, elle est la seule unité de ce type dans la région Languedoc Roussillon. Sa création constitue donc une réponse aux besoins en terme de santé publique, en tant que dispositif de soins adapté aux troubles spécifiques de l adolescence. L unité d hospitalisation, sous la responsabilité du Dr Brès, accueille des adolescents de 15 à 25 ans, qui présentent des «troubles émotionnels et de la conduite» (CIM 10, pédopsychiatrie). Le mal-être des jeunes hospitalisés dans notre structure, se manifeste par des conduites à risque, passages à l acte, conduites addictives, conduites alimentaires perturbées, comportements sociaux déviants. L équipe de soins est pluriprofessionnelle et majoritairement composée de volontaires pour travailler dans la structure. Les soins infirmiers dispensés dans l unité ont été élaborés sur la base du projet médical qui pose comme condition «l accord» de l adolescent, de sa famille ou de ses responsables légaux, pour une hospitalisation. Les entrées sont négociées au cours d une consultation médicale et programmée, elles se font en dehors de l urgence et ne sont pas soumises à la sectorisation psychiatrique. Les soins infirmiers sont essentiellement relationnels, ils s insèrent dans une prise en charge pluriprofessionnelle, c est-à-dire au sein d une organisation où se définissent les valeurs qui visent à promouvoir le travail en collaboration, par la facilitation des échanges et le respect de la prise de parole. Ils s effectuent par des entretiens infirmiers et des soins à médiation (eau et thérapie, art thérapie, vidéo-thérapie, relaxation, ) * Cette étude a été presentée lors des journées d études de l ARSI en janvier 2001 Mots clés : confiance - infirmiere - adolescent - alliance therapeutique. 93

2 V ARIATION «DE LA RELATION DE CONFIANCE À L ALLIANCE THÉRAPEUTIQUE» dans le cadre de prises en charge individuelles et de groupe. Ce type de soins nécessite l instauration d une relation de confiance, la prise en compte du contexte éducatif et familial de l adolescent, de son histoire et de son vécu actuel. 1-2 ORIGINES DE NOTRE ÉTUDE C est un questionnement lié à une observation qui est à l origine de cette étude. Alors que l axe du projet médical consiste à trouver un accord avec les adolescents, que le travail infirmier en référence au projet de soins insiste sur l offre d une écoute et le développement des compétences psychosociales, nous observons que les jeunes hospitalisés sont plutôt en désaccord et méfiants vis-à-vis des adultes, que leurs propos renvoient au manque de confiance en eux et envers les autres. Ce qui se traduit par des répétitions de passage à l acte ou par de l inhibition à agir et du repli sur soi, par une persistance d un mode conflictuel de relation. Les écrits infirmiers en matière d accueil et de soins relationnels révèlent une action préalable ou intention, «d établir une relation de confiance» avec la personne soignée sans en définir les enjeux et ce qui est en jeu dans cet acte de soins. Ce qui a généré pour nous le questionnement suivant : compte tenu de l originalité de ces prises en charge et de la pauvreté des écrits sur le sujet, qu en est-il des acteurs et des enjeux dans ce type de relation et dans le contexte qui nous intéresse? 1-3 CITATION D UN CAS CLINIQUE Ce texte écrit par le psychanalyste Carl Gustav JUNG, illustre pour nous les enjeux relationnels de la relation de confiance. Dans ce passage JUNG soigne un malade depuis neuf ans et il écrit : «Dès le début, je sus de quoi il souffrait réellement, mais je vis aussi que la moindre tentative pour lui faire entrevoir la vérité se heurtait à des réactions de défense si violentes qu elles menaçaient de rompre tout contact entre nous. Que cela me plût ou non, il me fallait faire de mon mieux pour préserver la continuité de nos rapports, et suivre son inclination, qui trouvait un appui dans ses rêves, et nous entraînait toujours loin des racines de sa névrose. Nos discussions se perdaient en digressions telles que je m accusais souvent d égarer mon malade. Seul le fait que son état s améliorait lentement, mais visiblement, m empêcha de le confronter brutalement avec la vérité. Au cours de la dixième année, toutefois, mon malade se déclara guéri, et délivré de tout symptôme morbide. J en fus surpris, car théoriquement, son état était incurable. Remarquant mon étonnement, il sourit, et dit en substance : «Je veux vous remercier pour le tact infaillible et la patience dont vous avez fait preuve en me permettant de tourner autour de la cause pénible de ma névrose. Aujourd hui, je suis prêt à tout vous raconter. Si j avais eu le pouvoir d en parler librement, je l aurai fait dès ma première consultation. Mais cela aurait détruit tout rapport entre nous. Et que serais-je donc devenu? J aurai fait moralement faillite. Au long de ces dix ans, j ai appris à vous faire confiance. Et au fur et à mesure que ma confiance croissait, mon état s améliorait. Il s est amélioré parce que ce lent processus m a permis de recommencer à croire en moimême. Aujourd hui, je me sens assez fort pour parler avec vous de ce qui me détruisait.» C. G. JUNG «L homme et ses symboles» Définitions 2 LA RELATION DE CONFIANCE Tout d abord quelques définitions du dictionnaire 5 concernant les termes de ce construit conceptuel. Le mot «relation» est défini par le rapport ou le lien entre deux êtres ou deux choses. Quant au terme de «confiance», le dictionnaire nous dit que c est le fait de croire avec assurance, de se fier à quelqu un. Cela peut être un sentiment de sécurité, de confiance en soi. Notre recherche bibliographique a balayé les champs des sciences humaines qui traitent de la relation de confiance. Nous avons pu trouver différents attributs conceptuels qui caractérisent surtout la relation entre deux adultes dont l un a une position de thérapeute et l autre de patient ou de client. 4 C. G. JUNG- L homme et ses symboles, Paris, ed. Robert Laffont. 5 Dictionnaire historique de la langue française Le Robert, Paris,

3 «DE LA RELATION DE CONFIANCE À L ALLIANCE THÉRAPEUTIQUE» 2-2 Attributs conceptuels de la relation de confiance : Dans le sens commun Selon BELLENGER 6 la confiance interpersonnelle se construit dans un processus où chacun prend progressivement de petits risques l un envers l autre. Elle s identifie selon trois facteurs : - L engagement d au moins une des personnes. - Le respect mutuel des personnes en relation. - La volonté de s engager et négocier ce processus de risque pendant un certain temps. La notion de processus nous informe qu il ne s agit pas seulement d établir une relation de confiance mais de lui permettre d apparaître, de se développer et de se maintenir. Cette notion souligne également les mouvements possibles du niveau de confiance entre les personnes qui à leur tour vont influer sur les variations de la distance relationnelle. La notion de prise de risque est directement liée aux concepts de confiance en soi et de sentiment de soi qui entrent dans la construction de l identité des personnes. C est donc le sentiment de se sentir suffisamment fort qui va autoriser la personne à cette prise de risques. Pour l infirmier cette notion témoigne de son engagement personnel dans cette relation. En psychologie et psychothérapie Comme nous venons de le voir, la confiance aux autres est tributaire de la confiance en soi. Selon BELLENGER 7 et BRANDEN 8, il n y a pas de confiance dans les autres s il n y a pas un bon dosage de confiance en soi. Pour ces auteurs l enjeu de la confiance en soi est considérable aux vues des conséquences de ses manifestations : oser, réaliser, se donner des objectifs et les atteindre. La problématique de la confiance en soi tient vraisemblablement à la qualité de la construction d un Moi assez solide et aux influences plus ou moins favorables d un contexte social capable de remodeler des tendances inscrites très tôt en dur. Nous sommes là dans les théories de construction de l identité où les auteurs FREUD 9, BOESCH 10 et BER- NARD 11 abordent le concept de Soi, ils décrivent et mettent en évidence que les instances psychiques avec leurs mécanismes de défense sont à l œuvre dans l édification du sentiment de confiance en soi et d estime de soi. La notion de dissymétrie entre les acteurs de la relation, nous paraît également un attribut intéressant dans les situations de soins. MUCHIELLI 12 et PEPLAU 13 révèlent que dans ce genre de situation, relation duelle de rôles sociaux, chacun des acteurs est à une place sociale qui rend la relation dissymétrique quant au pouvoir, au savoir et au jugement potentiel. Cette dissymétrie tend à favoriser les mécanismes de défense dans les cas où elle est trop importante. Ces mécanismes peuvent à leur tour gêner l établissement d une relation de confiance. La dissymétrie, toujours selon ces auteurs, est néanmoins présente dans les rapports sociaux et peut, quand elle est analysée, permettre de dynamiser les soins relationnels dans l établissement d une relation de confiance. 2-3 Contextualiser l étude conceptuelle Comme nous l avons déjà souligné notre étude conceptuelle s est orientée sur l établissement d une relation de confiance entre des personnes adultes et dans le cadre psychothérapeutique. Le travail de contextualisation s efforcera de mettre en lien l éclairage conceptuel et les caractéristiques du terrain : de soins auprès d adolescents, dans un projet de soin, dans le cadre des thérapies institutionnelles et des soins infirmiers en psychiatrie. Les adolescents que nous accueillons présentent des perturbations dans leurs relations aux autres et dans leur confiance en eux qui sont «normales» à cette période de maturation et/ou s inscrivent dans une pathologie propre à cette tranche d âge. L engagement relationnel sera de ce fait plus difficile pour eux. 6 L. BELLENGER La confiance en soi, col. Formation permanente en Sciences Humaines, op. Cit. 8 N. BRANDEN «Avoir confiance en soi», dossier OSER, revue Psychologie, mai 1998, p.58 9 G. BORDESSOULE Se libérer de la violence par la parole, vol. 1, Monaco, ed. de Rocher, coll. Les guides du développement personnel, E. BOESCH Psychologie de la connaissance de soi. Paris, PUF, col. Psychologie d aujourd hui, P. BERNARD Le développement de la personnalité. Paris, Masson, A. MUCHIELLI Les réactions de défense dans les relations inter personnelles. Paris, ESF, H. E. PEPLAU Relations interpersonnelles en soins infirmiers. Paris, Inter éditions,

4 La façon dont un adolescent perçoit l écoulement du temps diffère également de la perception adulte, cette notion interviendra dans la construction relationnelle et les aléas du processus. Les adolescents ont également participés au travail de contextualisation, indirectement dans les études de cas clinique et directement par leurs critiques au moment de la construction des outils exploratoires. Lorsque l adolescent donne son accord pour un temps d hospitalisation, il va devoir également s accorder sur un plan relationnel. Cet «accordage» avec un infirmier se construira, comme pour l établissement d une relation de confiance, dans l intersubjectivité de la relation interindividuelle. Dans ce cas-là, la personnalité et les représentations que les acteurs de la relation ont l un de l autre, vont influer sur le processus d établissement. La contextualisation passera donc par l étude des représentations de chacun des acteurs, c est-à-dire la prise en considération du discours, des idées et des images qu ont chacune des personnes sur les notions de confiance en soi et aux autres. Le pré-test du questionnaire sur ces représentations auprès des infirmiers et des adolescents a mis en lumière que la confiance constitue bien un enjeu relationnel dans les soins, que les représentations des acteurs entre eux sont riches et d une différence témoignant d un travail exploratoire possible. Ce travail d exploration constitue une prochaine étape de notre étude, il s effectuera au moyen de questionnaires dont nous vous présentons quelques exemples d items. QUESTIONNAIRES SUR LES REPRÉSENTATIONS Version adolescent (4) Qu attendez-vous d un (e) infirmier (ère)? (11) Donnez des exemples de ce qui vous inspire confiance chez un adulte? (12) Donnez des exemples de ce qui ne vous inspire pas confiance chez un adulte? Version infirmier (7) D après vous qu est ce qui caractérise un adolescent? (8) Quels sont les signes repérables qu un adolescent en difficulté peut présenter? (12) Donnez des exemples de ce qui vous inspire confiance chez un adolescent? 3 L ALLIANCE THÉRAPEUTIQUE 3-1 L ALLIANCE Selon le dictionnaire 14 elle désigne une union par engagement mutuel, un accord. Vient du verbe allier : alligare = «attacher à, mettre avec». Les apports de l évolution du concept dans l histoire 15 : L alliance dans l histoire biblique : Nom donné dans la bible à des contrats, promesses ou accords passés entre Dieu et des individus, Dieu et la nation d Israël, entre plusieurs individus : ces alliances sont sanctionnées par un serment, la plus caractéristique étant l alliance de Dieu avec Moise, scellée par les dix commandements. Les historiens distinguent deux sortes d alliance, celles conclues entre un suzerain et un vassal (voir relation dissymétrique) et celles qui sont conclues entre égaux : La première : le supérieur décide et l inférieur, en échange de son accord se voit offrir sécurité et protection. La seconde : est fondée sur la réciprocité, l engagement mutuel et des obligations bilatérales. L alliance dans les conflits armés : On trouve leur présence dès la préhistoire, c est à l âge de bronze qu elles ont pris la forme de traités. 14 Op. Cit. 15 Encyclopaedia Universalis, France S.A.,

5 «DE LA RELATION DE CONFIANCE À L ALLIANCE THÉRAPEUTIQUE» L alliance dans le mariage : Met en évidence, l engagement mutuel, la réciprocité est scellée par l anneau et la signature. L alliance est un concept universel, de toute civilisation et de tout temps et se retrouve présente dans les situations où l enjeu pour la survie de l homme et son devenir est présent et essentiel. 3-2 L ALLIANCE THÉRAPEUTIQUE Dans les psychothérapies La recension des écrits concernant les psychothérapies est tirée des travaux de HORVATH A. O., LUBORSKY L., The role of the Thérapeutic Alliance in Psychothérapy, Journal of Consulting and Clinical Psychology, 1993, vol 61, n 4 et de GERIN P. et DAZORD A., Recherche planifiée sur les psychothérapies, INSERM, Paris Ce concept est abordé par FREUD 16 en 1912 dans la dynamique du transfert. Il pensait que l attitude de maintien d un «intérêt sérieux» pour le client, dans une «compréhension bienveillante» permettait à la partie saine du moi du client de construire un attachement positif avec l analyste et de développer un engagement avec le thérapeute «réel». Le thérapeute pouvait alors assumer la tâche de guérir. GRENSON 17 en 1965 a élaboré sur ce concept de collaboration basée sur la réalité entre un thérapeute et un client et a inventé le terme d alliance de travail (working alliance). Il a proposé un modèle à trois composantes : le transfert, l alliance de travail et la relation. Il définit l alliance comme la composante non névrotique de la relation qui détermine la capacité du client à travailler activement et de façon délibérée dans le cadre de la situation thérapeutique. C est ZETZEL 18 qui a introduit la notion d alliance thérapeutique, comme découlant de l attachement du patient au thérapeute. Elle argumente que dans une analyse couronnée de succès, le client a oscillé entre des périodes dominées par le transfert et des périodes dominées par l alliance de travail ROGERS 19, a émit l hypothèse que le thérapeute devait assurer certaines conditions, nécessaires et suffisantes pour qu un changement bénéfique apparaisse chez le client : l empathie, le regard inconditionnellement positif et l authenticité du thérapeute. Des travaux ultérieurs ont montré que ces variables et en particulier l empathie du thérapeute telle qu elle est perçue par le client, jouent un rôle important mais ne peuvent pas être généralisées à toutes les thérapies. En 1968 STRONG 20 a suggéré et conceptualisé théoriquement que plus le patient percevait le thérapeute comme digne de confiance, attirant et compétent, plus le thérapeute avait de chance d influencer les attitudes et de permettre un changement. Cette conception a apporté peu de chose à la pratique clinique. En 1975, BORDIN 21 a tenté de généraliser le concept psychanalytique d alliance de travail. Il insiste sur la collaboration positive du client avec le thérapeute contre leur adversaire commun, la souffrance et la dépression. Il identifie 3 éléments primordiaux : the tasks, the bonds et the goals : The tasks : les tâches, se réfèrent aux comportements de conseil et aux processus cognitifs qui forment la substance du processus de conseil. Dans une relation qui fonctionne bien, les deux parties doivent percevoir ces tâches comme appropriées et efficaces, ensuite chacun doit accepter la responsabilité d accomplir ces actions. The goals : les buts. Une alliance de travail solide est caractérisée par le fait que le thérapeute et le client, réciproquement, adhèrent aux buts de l intervention et en évaluent les objectifs, ou cibles. The bonds : les engagements. Le concept d engagement englobe le lien d attachement positif personnel qui s est tissé entre le client et le thérapeute, qui inclus 16 Journal of Counsulting and Clinical Psychologie, vol. 61, n 4, GRENSON in Journal of Counsulting and Clinical Psychologie, vol. 61, n 4, ZETZEL in Journal of Counsulting and Clinical Psychologie, vol. 61, n 4, ROGERS in Journal of Counsulting and Clinical Psychologie, vol. 61, n 4, STRONG in Journal of Counsulting and Clinical Psychologie, vol. 61, n 4, BORDIN in Journal of Counsulting and Clinical Psychologie, vol. 61, n 4,

6 la confiance réciproque l acceptation et la confidence en tant que résultat. Ce point de vue réunit les aspects techniques et relationnels du traitement en un concept plus large, celui de l alliance. Il définit la collaboration patient thérapeute comme l élément essentiel de cette alliance. L alliance ne dépend plus que des contributions du thérapeute ou du patient mais de l alchimie qui se développe entre eux. Le modèle synergique de BORDIN 22 contraste avec la proposition de ROGERS 23 qui suggère que le client réponde automatiquement à l attitude positive du thérapeute. Cette conceptualisation a engendré le courant de recherche de la validation des méthodes d évaluation des paramètres de l alliance psychothérapeutique. responsabilité de sa propre évolution. Le type 2 est plus typique des phases suivantes du traitement. La revue de la littérature met en évidence une conception de l alliance composée de deux éléments essentiels, l un chargé de mesurer le lien relationnel, traduisant un facteur d ordre plutôt affectif, et l autre mesurant la collaboration des partenaires en relation. Le patient ainsi que le thérapeute pouvant contribuer de façon positive ou négative à l alliance. L intérêt de cette échelle pour les soins infirmiers : Elle est valide pour toutes les psychothérapies, qu elles soient comportementales, cognitives, psychanalytiques, gestaltistes. D autre part, elle a été validée audelà des situations duelles de psychothérapies, en France, dans des prises en charges institutionnelles, par l équipe INSERM de Lyon. Son évaluation Au cours des dix dernières années cinq instruments principaux ont été développés pour évaluer cette alliance thérapeutique et dégager les relations entre l alliance et les différents paramètres de l évolution. Nous avons choisi l échelle des alliances aidantes de LUBORSKY 24, qui comme BORDIN 25 se situe dans le courant psychodynamique. Type 1 cette alliance thérapeutique repose sur le fait que le patient vit son thérapeute comme lui apportant aide et soutien, elle est plus évidente au début de la thérapie; Type 2 : elle est basée sur le fait que le patient a le sentiment d un travail en commun, d une coopération avec son thérapeute dans une même lutte contre ce qui le gène avec en particulier l impression de partager la Sa transposition : Afin de la transposer dans les soins infirmiers, nous avons remplacé les mots psychothérapeute par infirmier, psychothérapie par hospitalisation et séances par entretien infirmier. Pour évaluer la présence de deux niveaux d alliance, nous effectuerons 2 mesures en début et fin d hospitalisation. En conclusion, nous en sommes à un bilan d étape, notre intention était de constituer une base de données sur le développement de la relation de confiance, que nous considérons maintenant comme un attribut de l alliance thérapeutique. Si les résultats obtenus par l évaluation sont significatifs, dans les soins infirmiers auprès d adolescents, les outils présentés pourront être utilisés par d autres équipes. 22 Op. Cit. 23 Op. Cit. 24 GERIN P., DAZORD A., SALI A. Psychothérapie et changement : méthodologie de leurs évaluations, Paris, PUF, coll. Nodules. 25 Op. Cit. 98

7 «DE LA RELATION DE CONFIANCE À L ALLIANCE THÉRAPEUTIQUE» oui c est bien vrai c est plutôt vrai c est plutôt faux non c est tout à fait faux QUELQUES ITEMS DE L ECHELLE DE LUBORSKY Version infirmier Actuellement (4) Je me sens jouer un rôle, me donner une contenance devant lui (11) Ce patient veut pouvoir compter sur moi (18) Je sens que nous travaillons ensemble, ce patient et moi. Nous faisons équipe Version adolescent (4) L infirmier(ère) joue un rôle, il se donne une contenance, devant moi (11) Je sens que je peux compter sur l infirmier(ère) (18) Je sens que nous travaillons ensemble, l infirmier(ère) et moi : nous faisons équipe BIBLIOGRAPHIE ANGELERGUES R., ANZIEU D., BOESCH E., BRES Y., PONTALIS J.-B., ZAZZO R. - Psychologie de la connaissance de soi. Paris, PUF, Col. Psychologie d aujourd hui, 1975, 362 p. BELLENGER L. - La confiance en soi. Col. Formation permanente en Sciences Humaines, BERNARD P. - Le développement de la personnalité. Paris, Masson, 1979, 154 p. BORDESSOULE G. - Se liberer de la violence par la parole vol 1. Monaco, éditions du Rocher, col. Les guides du développement personnel, 1995, 335 p. BRANDEN N. «Avoir confiance en soi», dossier OSER, revue Psychologie, mai 1998, p. 58. Encyclopaedia Universalis, France S.A.,

8 GERIN P., DAZORD A. Recherches cliniques «planifiées» sur les psychothérapies, INSERM, Paris, 1992, 177 p. GERIN P., DAZORD A., SALI A. Psychothérapie et changement : méthodologie de leur évaluation, Nodule PUF, Paris, 1991, 110 p. HORVATH A. O. et LUBORSKY L. The Role of the Thérapeutic Alliance in Psychotherapy, in Journal of Consulting and Clinical Psychology, 1993, vol 61, n 4, p 561 à 573. JUNG C. G. L homme et ses symboles, Paris, ed. Robert Laffont. LE ROBERT - Dictionnaire historique de la langue française. Paris, Le Robert, 1998, 4303 p. MUCHIELLI A. - Les réactions de défense dans les relations interpersonnelles. Paris, ESF, 1980, 92 p. PEPLAU H. E. - Relations interpersonnelles en soins infirmiers. Paris, Inter Éditions, 1995, 325 p. 100

L alliance thérapeutique

L alliance thérapeutique L alliance thérapeutique UE 4.2 S3 Le 5 septembre 2012 FC Un peu d histoire (1) Terme employé par FREUD dès 1913: Alliance forte entre patient et thérapeute indispensable dans le cadre d une psychothérapie

Plus en détail

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la 1 Mon stage en résumé Je dois avouer avoir de la difficulté à faire un bilan qui va au-delà du déjà dit dans mes rapports antérieurs, parce que j ai l impression d y avoir presque tout écrit. Par contre,

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Les souffrances des adolescents sont réelles et conséquentes, dans une période du développement de la personne, empreinte de bouleversements.

Plus en détail

QUAND UNE CONSIGNE DEVIENT ELLE THERAPEUTIQUE? Du Coaching aux Thérapies Comportementales et Cognitives

QUAND UNE CONSIGNE DEVIENT ELLE THERAPEUTIQUE? Du Coaching aux Thérapies Comportementales et Cognitives QUAND UNE CONSIGNE DEVIENT ELLE THERAPEUTIQUE? Du Coaching aux Thérapies Comportementales et Cognitives Benoît MELET (Paris) Dr DINTRANS Jean Roger (Paris) I Les quatre champs du coaching L univers sportif

Plus en détail

«Mettre en Synergie nos compétences pour faire émerger vos projets»

«Mettre en Synergie nos compétences pour faire émerger vos projets» «Mettre en Synergie nos compétences pour faire émerger vos projets» Santé et bien- être au travail Risques psychosociaux du travail- Handicap- Gestion des âges Diversité. SynergenceA propose aux entreprises

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

ATELIER 2: Les «bénéfices psychologiques» de l ETP: psychothérapie, thérapie cognitivocomportementale. quels équilibres?

ATELIER 2: Les «bénéfices psychologiques» de l ETP: psychothérapie, thérapie cognitivocomportementale. quels équilibres? 12èmes Journées Régionales d échanges en Education du Patient EDUCATION DU PATIENT : «Entre bénéfices possibles et attendus.vers de nouveaux équilibres» jeudi 29 et vendredi 30 novembre 2012 ATELIER 2:

Plus en détail

C. DAVID, C. PAITRAULT, B. LEVOIVENEL, R.E NOTO L'Analyse de la Pratique 1

C. DAVID, C. PAITRAULT, B. LEVOIVENEL, R.E NOTO L'Analyse de la Pratique 1 de la Pratique 1 1. Objectifs Sensibiliser l étudiant à l intérêt et aux objectifs de l APP Structurer la rédaction de l APP : pertinence du choix de la situation et de sa description, pertinence du questionnement

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Un apprentissage de la Communication NonViolente

Un apprentissage de la Communication NonViolente Un apprentissage de la Communication NonViolente De quoi s agit-il? Un outil soutenant une démarche pédagogique pour : développer un savoir-faire en communication au service d un savoir-être en relation

Plus en détail

Enquête de PSMT ENQUÊTE DE PSMT 1

Enquête de PSMT ENQUÊTE DE PSMT 1 Enquête de PSMT Qu est-ce que PSMT? Protégeons la santé mentale au travail est un ensemble exhaustif de ressources uniques, fondées sur des données probantes, qui ont été conçues dans le but d évaluer

Plus en détail

L alliance thérapeutique dans différents contextes de soin

L alliance thérapeutique dans différents contextes de soin Institut Universitaire de Psychothérapie L alliance thérapeutique dans différents contextes de soin Yves de Roten Marvel et al. (1999) JAMA 281(3) 283-287 Communication centrée sur le patient 315 patients

Plus en détail

COMPETENCES INFIRMIERES 1

COMPETENCES INFIRMIERES 1 COMPETENCES INFIRMIERES 1 Evaluer une situation clinique et établir un diagnostic dans le domaine des soins infirmiers Communiquer et conduire une relation dans un contexte de soins Concevoir et conduire

Plus en détail

BILAN DE CARRIERE. La convergence de 2 mondes : Les Ressources Humaines Le développement personnel & l engagement relationnel www.elansol.

BILAN DE CARRIERE. La convergence de 2 mondes : Les Ressources Humaines Le développement personnel & l engagement relationnel www.elansol. - 1 - Conseil RH et Formation BILAN DE CARRIERE La convergence de 2 mondes : Les Ressources Humaines Le développement personnel & l engagement relationnel www.elansol.fr L heure est au changement et, pour

Plus en détail

NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES

NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES Récemment, dans un texte : - j ai identifié les souffrances et les modes défensifs que les travailleurs utilisent pour faire face

Plus en détail

DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL

DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL 1 1. Le raisonnement clinique Définition Face à une demande de soin, le professionnel infirmier axe son raisonnement clinique

Plus en détail

Impact d un déménagement de service sur la satisfaction relative au soins

Impact d un déménagement de service sur la satisfaction relative au soins Impact d un déménagement de service sur la satisfaction relative au soins MONTPELLIER JOURNEES DE MEDECINE PERINATALE 19 OCTOBRE 2012 Bénédicte Belgacem SANTE PUBLIQUE CHU Clermont-Fd PEPRADE La satisfaction

Plus en détail

Savoir déléguer CADRES DE SANTE

Savoir déléguer CADRES DE SANTE Savoir déléguer CADRES DE SANTE Le 3 avril 2015 Walter DALLE VEDOVE Qu est-ce que déléguer? Nous avons vu que le manager: répartit le travail entre ses subordonnés coordonne les activités (dans son équipe

Plus en détail

Formation AVS/EVS Adaptation à l Emploi 2013/2014

Formation AVS/EVS Adaptation à l Emploi 2013/2014 Formation AVS/EVS Adaptation à l Emploi 2013/2014 PRÉVENTION/GESTION DES CONFLITS J-L NIGAUD PRÉAMBULE CONFLIT : Un des modes d expression parmi d autres du «Vivre ensemble» dans tout groupe social. Système

Plus en détail

LA BIENTRAITANCE ET L AMÉLIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES

LA BIENTRAITANCE ET L AMÉLIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES Docteur Christian PETEL, Directeur FORMATIONS FRACTALE SUR SITE ANNÉES 2009-2010 LA BIENTRAITANCE ET L AMÉLIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES La bientraitance met au centre du travail la préoccupation

Plus en détail

Rôle et place de l infirmière référente dans le suivi de la maladie de Parkinson à ses différents stades d évolution

Rôle et place de l infirmière référente dans le suivi de la maladie de Parkinson à ses différents stades d évolution Rôle et place de l infirmière référente dans le suivi de la maladie de Parkinson à ses différents stades d évolution Cheffe de projet Brigitte itt Victor, infirmière iè responsable d unité, service de

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie Etudes cliniques dans l autisme Marie-Christine Picot Congrès Epsylon 5 avril 2013 Introduction Mesurer la Qualité de Vie liée à la Santé : Evaluer les

Plus en détail

www.cadredesanté.com «En quoi les espaces de réflexion permettent-ils aux soignants de dispenser des soins de qualité?».

www.cadredesanté.com «En quoi les espaces de réflexion permettent-ils aux soignants de dispenser des soins de qualité?». Une pratique réflexive pour des soins de qualité Descriptif : Une recherche clinique, réalisée auprès d infirmières et de puéricultrices, illustre l enrichissement des pratiques de soins par la création

Plus en détail

RISQUES PSYCHOSOCIAUX Prévenir le stress, le harcèlement ou les violences

RISQUES PSYCHOSOCIAUX Prévenir le stress, le harcèlement ou les violences RISQUES PSYCHOSOCIAUX Prévenir le stress, le harcèlement ou les violences prévenir. Troubles de la concentration, du sommeil, dépression Un nombre grandissant de salariés déclarent souffrir de symptômes

Plus en détail

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens.

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation Yann FORNER RÉSULTATS Nom: Sexe: 15/04/2010 Féminin Âge: 17 Étalonnage: Lycéens Introduction Le Questionnaire de Motivation en situation de Formation

Plus en détail

Recherche sur le Burnout en Belgique

Recherche sur le Burnout en Belgique Recherche sur le Burnout en Belgique Outil de détection précoce STRAETMANS Mélanie, psychologue melanie.straetmans@emploi.belgique.be SPF Emploi, Travail et Concertation sociale Direction générale Humanisation

Plus en détail

DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?»

DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?» DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?» UVA FOREZ Nathalie Monge Rodriguez 1 PLAN DE L INTERVENTION I. Communiquer :quelques rappels théoriques. II. De la communication à la relation.

Plus en détail

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement.

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. Centre - Pays de Loire CHRU Tours COMMUNICATION «Conflits internes et Cohérence personnelle» SOMMAIRE Introduction page 3 Communication Page 4 Les paramètres d

Plus en détail

Instance Régionale d Education et de Promotion de la Santé Pays de la Loire

Instance Régionale d Education et de Promotion de la Santé Pays de la Loire Instance Régionale d Education et de Promotion de la Santé Pays de la Loire «Les ateliers d écriture», Expérimentation d un outil en Education pour la Santé Patrick Berry sociologue chargé de mission IREPS

Plus en détail

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION APERÇU La compétence de communication englobe l ensemble des aptitudes

Plus en détail

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire -

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Juin 2009 1 Objectifs Réalisée par CROP pour le compte de l Association québécoise d établissements

Plus en détail

PROTOCOLE DE PARTENARIAT

PROTOCOLE DE PARTENARIAT DISPOSITIF EXPÉRIMENTAL POUR LA PRISE EN CHARGE DES ENFANTS MINEURS LORS D UN FÉMINICIDE OU D UN HOMICIDE AU SEIN DU COUPLE PROTOCOLE DE PARTENARIAT entre le Conseil général, via l Observatoire des violences

Plus en détail

Carl Rogers et la Relation d Aide 1

Carl Rogers et la Relation d Aide 1 Carl Rogers et la Relation d Aide 1 Il ne paraît guère possible quand il est fait référence à la «juste distance» de ne pas évoquer la «relation d aide», cadre dans lequel cette question s est posée et

Plus en détail

Le projet de soins palliatifs : Quels objectifs, quels outils?

Le projet de soins palliatifs : Quels objectifs, quels outils? Le projet de soins palliatifs : Quels objectifs, quels outils? 3 Février 2015 Sophie Chrétien Infirmière Clinicienne, MSc «Sciences cliniques en soins Infirmiers» EMASP, Hôpital Bichât, Paris 2 PLAN Approche

Plus en détail

Compte rendu de la conférence sur la prévention des conduites à risques chez l adolescent (05/12/2003)

Compte rendu de la conférence sur la prévention des conduites à risques chez l adolescent (05/12/2003) Compte rendu de la conférence sur la prévention des conduites à risques chez l adolescent (05/12/2003) INTERVENTION DE MARIE CHOQUET Le suicide est la 2 ième cause de mortalité des 16/25 ans. On compte

Plus en détail

L évaluation des besoins des personnes atteintes de cancer et de leurs proches par les infirmières pivots en oncologie (IPOs)

L évaluation des besoins des personnes atteintes de cancer et de leurs proches par les infirmières pivots en oncologie (IPOs) L évaluation des besoins des personnes atteintes de cancer et de leurs proches par les infirmières pivots en oncologie (IPOs) Brigitte Fournier, IPO Clinique d oncologie ambulatoire M.Sc. Infirmières (candidate)

Plus en détail

Pour Faire Quoi? Avec Qui? Quelles Etapes?Quel

Pour Faire Quoi? Avec Qui? Quelles Etapes?Quel Pour Faire Quoi? Avec Qui? Quelles Etapes?Quel Budget? Envies & Réalisation Pour Faire Quoi? Un accompagnement personnel afin de faire le point sur sa carrièreet ses choix de formation ou professionnel.

Plus en détail

Tous pour un... un pour tous!

Tous pour un... un pour tous! Tous pour un... un pour tous! Activités de développement de la solidarité Élèves du primaire GUIDE D ANIMATION À L INTENTION DES ENSEIGNANTS proposé par 5935, St-Georges, bureau 310 Lévis (Québec) G6V

Plus en détail

LA PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX

LA PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX LA PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX Présentation des différents RPS et de leurs mécanismes La prévention collective des RPS: étapes, objectifs, ressources Sur le plan physique Migraines, maux d'estomac,

Plus en détail

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 2 ème année bachelor

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 2 ème année bachelor Semestre automne printemps Répétition Lieu de période de formation pratique Institution : Nom de l'étudiant-e : Service : Promotion : Site de formation : Période du / au : PFP 3 PFP 4 ÉVALUATION DES COMPÉTENCES

Plus en détail

PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance)

PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance) partenaire de Créateurs d avenirs PREPAVOGT Yaoundé, le 28 mars 2015 B.P. : 765 Yaoundé Tél. : 22 01 63 72 / 96 16 46 86 E-mail. : prepavogt@yahoo.fr www.prepavogt.org PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance)

Plus en détail

Formation Ennéagramme & Coaching

Formation Ennéagramme & Coaching Formation Ennéagramme & Coaching Formation au métier de coach professionnel Troisième cycle de la formation CEE Diplôme de coach en 12 jours de formation pour les certifiés CEE Ouvert aux participants

Plus en détail

Introduction. Pourquoice livre?... Comment utiliser ce livre?... Que contient ce manuel?... Chapitre 1

Introduction. Pourquoice livre?... Comment utiliser ce livre?... Que contient ce manuel?... Chapitre 1 " Table des matières Introduction Pourquoice livre?... Comment utiliser ce livre?... Que contient ce manuel?... 7 8 8 Chapitre 1 Connaître les bases de l'affirmation de soi et de la communication Les comportements

Plus en détail

Compétences attendues des infirmiers en pédopsychiatrie

Compétences attendues des infirmiers en pédopsychiatrie Compétences attendues des infirmiers en pédopsychiatrie 1 Le rôle infirmier en pédopsychiatrie Le rôle infirmier prend en compte l enfant et/ou l adolescent dans sa globalité et respecte ses différences

Plus en détail

Les annonces en cancérologie : Dimensions psychologiques et relationnelles

Les annonces en cancérologie : Dimensions psychologiques et relationnelles Les annonces en cancérologie : Dimensions psychologiques et relationnelles St Malo 5 février 2010 Audrey Lesieur Psychologue Le dispositif d annonce Plan Cancer 2005 ( Mesure 40) Apporter une information

Plus en détail

LES PSYCHOTHÉRAPIES. Filipe Galvão

LES PSYCHOTHÉRAPIES. Filipe Galvão LES PSYCHOTHÉRAPIES Filipe Galvão PLAN Introduction / définitions Psychothérapie de soutien Thérapies comportementales et cognitives Psychanalyse Hypnose Thérapies à médiation corporelle Thérapies collectives

Plus en détail

Facteurs liés au rendement des élèves au Test de mathématiques, 9 e année, de l OQRE

Facteurs liés au rendement des élèves au Test de mathématiques, 9 e année, de l OQRE n Quelles sont les différences et les similarités, d après certaines caractéristiques du milieu familial et les réponses au questionnaire, entre les élèves de 9 e année inscrits au cours théorique et au

Plus en détail

Pour une meilleure prise en compte de la santé mentale et de ses troubles

Pour une meilleure prise en compte de la santé mentale et de ses troubles 1 Pour une meilleure prise en compte de la santé mentale et de ses troubles En inter établissements à Montpellier plusieurs modules de formation à destination des travailleurs sociaux, éducateurs, psychologues,

Plus en détail

Jennifer REGNIER Educatrice en Activité Physique Adaptée Service Education Diabétique - CHU Michallon de Grenoble - Personnel de recherche

Jennifer REGNIER Educatrice en Activité Physique Adaptée Service Education Diabétique - CHU Michallon de Grenoble - Personnel de recherche Jennifer REGNIER Educatrice en Activité Physique Adaptée Service Education Diabétique - CHU Michallon de Grenoble - - Association ProxYDiab 38 Personnel de recherche - Laboratoire SENS - UFRAPS de Grenoble

Plus en détail

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e Les objectifs pédagogiques Savoir délimiter les trois phases distinctes de la recherche Savoir identifier, pour chacune des trois

Plus en détail

UE 3.4 S6 Initiation à la démarche de recherche UE 5.6 S6 Analyse de la qualité et traitement des données scientifiques et professionnelles

UE 3.4 S6 Initiation à la démarche de recherche UE 5.6 S6 Analyse de la qualité et traitement des données scientifiques et professionnelles UE.4 S6 Initiation à la démarche de recherche 6. Évaluation Le moment viendra où le jury mettra fin à l entretien. L épreuve étant terminée, acceptez cette limite même s il ne vous semble pas avoir fait

Plus en détail

Une perspective de changement de pratiques en violence conjugale et familiale

Une perspective de changement de pratiques en violence conjugale et familiale Une perspective de changement de pratiques en violence conjugale et familiale François Lepage travailleur social, Option, Montréal Annie Simard travailleuse sociale, Option, Montréal OP+ION «Une alternative

Plus en détail

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Un livre illustré Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Résumé de la tâche Domaines généraux de formation Compétences transversales Domaines d apprentissage et compétences

Plus en détail

CHARTE DE QUALITE DE LA MEDIATION PAR LES PAIRS POUR LES

CHARTE DE QUALITE DE LA MEDIATION PAR LES PAIRS POUR LES ET DE LA LUTTE CONTRE LES VIOLENCES EN MILIEU SCOLAIRE CHARTE DE QUALITE DE LA MEDIATION PAR LES PAIRS POUR LES INTERVENANTS DANS LES ECOLES, COLLEGES, LYCEES Août 2013 PREAMBULE L École est un lieu d

Plus en détail

mots pour maux burnout

mots pour maux burnout mots pour maux burnout burnout Définition Le terme de burnout était primairement utilisé pour définir le surchauffement d une fusée résultant de l épuisement de carburant. Puis H. Freudenberg, un psychanalyste

Plus en détail

http://www.superviseurs.ch/

http://www.superviseurs.ch/ FICHE DE LECTURE CONTRIBUTION SCIENTIFIQUE TIRÉE DE : TRAVAIL DE DIPLÔME DU DAS SUPERVISEURS Auteur-e-s de la fiche : Isabelle Kolly Ottiger et Georges Rais Date de publication sur le site : Mots-clés

Plus en détail

La gestion d une équipe vie scolaire. Quelques petits conseils pour être un super manager!

La gestion d une équipe vie scolaire. Quelques petits conseils pour être un super manager! La gestion d une équipe vie scolaire Quelques petits conseils pour être un super manager! Les facteurs de stress Dans une équipe, on peut repérer différents facteurs de stress Une direction trop autoritaire

Plus en détail

Education Thérapeutique pour les patients coronariens et insuffisants cardiaques

Education Thérapeutique pour les patients coronariens et insuffisants cardiaques Education Thérapeutique pour les patients coronariens et insuffisants cardiaques L expérience de l équipe de Rééducation cardiaque du C.H.U. de Nîmes Intervention du 22/03/2012 à la Réunion de l Association

Plus en détail

L entretien infirmier. UE 4.2 S3 C6 Soins Relationnels

L entretien infirmier. UE 4.2 S3 C6 Soins Relationnels L entretien infirmier UE 4.2 S3 C6 Soins Relationnels 1 Objectifs Expliquez les éléments participant au cadre d un entretien Citez les différents types d entretiens infirmiers Décrire les différentes phases

Plus en détail

COMPÉTENCES CLINIQUES - SANTÉ MENTALE CONNAISSANCES PRÉALABLE OBJECTIFS 1. ENTRETIEN PSYCHIATRIQUE. 1.1. Les buts de l entretien psychiatrique

COMPÉTENCES CLINIQUES - SANTÉ MENTALE CONNAISSANCES PRÉALABLE OBJECTIFS 1. ENTRETIEN PSYCHIATRIQUE. 1.1. Les buts de l entretien psychiatrique CONNAISSANCES PRÉALABLE Les séminaires de compétences cliniques de santé mentale se basent sur l enseignement «Anamnèse et compétences psychosociales» du N. Blondel & C. Salathé (2014) et les cours de

Plus en détail

Situations à risque. But de la présentation. Qualité de vie. Qualité de vie. Ce que disent les enseignant-e-s qui ont participé à des séminaires

Situations à risque. But de la présentation. Qualité de vie. Qualité de vie. Ce que disent les enseignant-e-s qui ont participé à des séminaires Comment favoriser la qualité de vie des professionnel-le-s dans les établissements scolaires? Marc Thiébaud Jürg Bichsel But de la présentation Présenter les pratiques développées en Suisse romande pour

Plus en détail

Les domaines de compétences

Les domaines de compétences ACCOMPAGNEMENT ET AIDE individualisée aux personnes dans les actes de la vie quotidienne Associer aux actes essentiels de la vie quotidienne des moments d échange privilégiés. Veiller au respect du rythme

Plus en détail

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage LE RAPPORT DE STAGE Le rapport de stage a pour objet de présenter des faits et des réflexions sur un stage d apprentissage qui, généralement, s est déroulé dans le cadre d un programme de formation professionnelle.

Plus en détail

Réponse et temps de réponse aux items en psychométrie. R. Trouillet M.C.F. H.D.R. Lab. Epsylon EA4556

Réponse et temps de réponse aux items en psychométrie. R. Trouillet M.C.F. H.D.R. Lab. Epsylon EA4556 Réponse et temps de réponse aux items en psychométrie R. Trouillet M.C.F. H.D.R. Lab. Epsylon EA4556 Thérapies psychodynamiques Levy & Ablond (2009). Handbook of Evidence-Based Psychodynamic Psychotherapy..

Plus en détail

Sébastien Lédé Infirmier anesthésiste. JLAR 2 avril 2015 1

Sébastien Lédé Infirmier anesthésiste. JLAR 2 avril 2015 1 Sébastien Lédé Infirmier anesthésiste JLAR 2 avril 2015 1 Déclaration d aucun conflit d intérêt JLAR 2 avril 2015 2 Plan de la présentation Place du mémoire IADE dans le nouveau cursus Rôle du directeur

Plus en détail

Rapport de stage au Sénégal. Par. Mélissande DEMERS-TREMBLAY [610] Travail présenté à. Réjean Tessier. Dans le cadre du cours

Rapport de stage au Sénégal. Par. Mélissande DEMERS-TREMBLAY [610] Travail présenté à. Réjean Tessier. Dans le cadre du cours Rapport de stage au Sénégal Par Mélissande DEMERS-TREMBLAY [610] Travail présenté à Réjean Tessier Dans le cadre du cours GPL-3153 : Stage de sensibilisation interculturelle en psychologie I École de Psychologie

Plus en détail

PSYCHOTHÉRAPIES DES AUTEURS DE VIOLENCES SEXUELLES. Pr Jean Louis Senon Master Pro criminologie

PSYCHOTHÉRAPIES DES AUTEURS DE VIOLENCES SEXUELLES. Pr Jean Louis Senon Master Pro criminologie PSYCHOTHÉRAPIES DES AUTEURS DE VIOLENCES SEXUELLES Pr Jean Louis Senon Master Pro criminologie Définition Une psychothérapie est un traitement actif par des moyens psychologiques (Senon, 1995) «toute utilisation

Plus en détail

Accompagnement et aide individualisée aux personnes dans les actes de la vie quotidienne

Accompagnement et aide individualisée aux personnes dans les actes de la vie quotidienne Référentiel Fonction / Activités fonctions Accompagnement et aide individualisée aux personnes dans les actes de la vie quotidienne Accompagnement dans la relation à l environnement / Maintien de la vie

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 5 Choisir ses sources documentaires 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 5 Choisir ses sources documentaires Avertissement Dans la présente leçon, on se préoccupe du choix adéquat

Plus en détail

La Communication NonViolente pour les acteurs de la santé et de la Relation d Aide ou d Accompagnement

La Communication NonViolente pour les acteurs de la santé et de la Relation d Aide ou d Accompagnement La Communication NonViolente pour les acteurs de la santé et de la Relation d Aide ou d Accompagnement Formation animée par le Dr Pascale Molho, formatrice certifiée par le Centre pour la Communication

Plus en détail

Prévention des risques psychosociaux : bien-être et efficacité au travail

Prévention des risques psychosociaux : bien-être et efficacité au travail RÉF. : PS14 PRÉVENTION GÉNÉRALE Prévention des risques psychosociaux : bien-être et efficacité au travail Définir les risques psychosociaux et comprendre leurs mécanismes Identifier l impact des RPS sur

Plus en détail

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément»

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» «3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» Leçon 15 : Comment être un coach, un thérapeute, un indépendant aligné et puissant. Célébration? Mon intention C est une leçon en 2 parties qui

Plus en détail

Comment engager une personne durablement dans une activité physique

Comment engager une personne durablement dans une activité physique Comment engager une personne durablement dans une activité physique Christine LE SCANFF «PSYCHOLOGIE DES PRATIQUES PHYSIQUES» Université Paris-Sud 11, UFR STAPS OBJECTIFS Quels sont les modèles théoriques

Plus en détail

IREPS Pays de la Loire POLE SARTHE. 84-100 rue du miroir 72100 Le Mans. Tel 02 43 78 25 06 fax 02 43 78 21 46. Email: ireps72@irepspdl.

IREPS Pays de la Loire POLE SARTHE. 84-100 rue du miroir 72100 Le Mans. Tel 02 43 78 25 06 fax 02 43 78 21 46. Email: ireps72@irepspdl. Renforcer les compétences psychosociales des enfants et adolescents. Repères pour démarrer un projet Pour tous renseignements concernant le programme MAGALI SEGRETAIN msegretain@irepspdl.org Pour les inscriptions

Plus en détail

lim Fischer Page I Mardi, 20. mai 2014 1:56 13 Les concepts fondamentaux de la psychologie de la santé

lim Fischer Page I Mardi, 20. mai 2014 1:56 13 Les concepts fondamentaux de la psychologie de la santé lim Fischer Page I Mardi, 20. mai 2014 1:56 13 Les concepts fondamentaux de la psychologie de la santé lim Fischer Page II Mardi, 20. mai 2014 1:56 13 lim Fischer Page III Mardi, 20. mai 2014 1:56 13 P

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

L ACQUISITION DU LANGAGE CHEZ LE TOUT PETIT EN VIE COLLECTIVE INSTITUTIONNELLE

L ACQUISITION DU LANGAGE CHEZ LE TOUT PETIT EN VIE COLLECTIVE INSTITUTIONNELLE N 220 - ROUFIDOU Irini L ACQUISITION DU LANGAGE CHEZ LE TOUT PETIT EN VIE COLLECTIVE INSTITUTIONNELLE Pendant notre recherche du D.E.A., nous avons étudié l acquisition du langage chez le tout petit en

Plus en détail

Intérêt pour les personnes 1.9. 9.9 Club social. 5.5 Compromis 1.1. 9.1 Laisser-faire. Intérêt pour la tâche. Travail équipe.

Intérêt pour les personnes 1.9. 9.9 Club social. 5.5 Compromis 1.1. 9.1 Laisser-faire. Intérêt pour la tâche. Travail équipe. Cours 12 Le pouvoir au sein d une organisation Les liens entre pouvoir, autorité et obéissance Le leadership et les traits personnels Les théories du leadership situationnel Pouvoir Capacité d un individu

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION

PROGRAMME DE FORMATION PROGRAMME DE FORMATION FORMATION LEADERSHIP ACCOMPAGNEMENT PROFESSIONNELS STRUCTURE DU PROGRAMME Programme de formation : 15 jours Siège social : 3B, Rue Taylor, CS 20004 75481 PARIS Cedex 10 Programme

Plus en détail

Enquête menée par le Cnesco Redoublement : qu en pensent les collégiens et les lycéens?

Enquête menée par le Cnesco Redoublement : qu en pensent les collégiens et les lycéens? 26 janvier 2015 Enquête menée par le Cnesco Redoublement : qu en pensent les collégiens et les lycéens? La parole des élèves est peu analysée dans la recherche. C'est pourquoi le Cnesco a décidé de mener

Plus en détail

Stage RésoLP 2012. Isabelle LYONNET LP L.LABE -Lyon

Stage RésoLP 2012. Isabelle LYONNET LP L.LABE -Lyon Stage RésoLP 2012 Isabelle LYONNET LP L.LABE -Lyon Celui qui acquiert les compétences définies par le programme à chaque niveau du cursus et dans chaque APSA :la «C.A.» avec son versant «moteur» et son

Plus en détail

FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY

FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY I- Le processus de risk management selon ISO 27001(2005), NSIT : 8000 (2002) et Frosdick (1997) : Ce processus inclut

Plus en détail

- - - + + + Exemples. 1 J ai des convictions fermes que je ne modifie qu après mûre réflexion Confiance en soi/ identité

- - - + + + Exemples. 1 J ai des convictions fermes que je ne modifie qu après mûre réflexion Confiance en soi/ identité Documentation C Autoévaluation des compétences sociales et personnelles Vous avez rempli le justificatif des prestations fournies pour l année relatif à votre travail concernant la prise en charge de votre

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL PROGRAMME D ÉDUCATION PRÉSCOLAIRE ET ENSEIGNEMENT PRIMAIRE ANALYSE RÉFLEXIVE

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL PROGRAMME D ÉDUCATION PRÉSCOLAIRE ET ENSEIGNEMENT PRIMAIRE ANALYSE RÉFLEXIVE UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL PROGRAMME D ÉDUCATION PRÉSCOLAIRE ET ENSEIGNEMENT PRIMAIRE ANALYSE RÉFLEXIVE Travail remis à JEAN-CLAUDE LESSARD Dans le cadre du cours FPM1550-33 Sensibilisation à la réalité

Plus en détail

l atelier collectif : une nouvelle approche de la sante sexuelle des PVVIH

l atelier collectif : une nouvelle approche de la sante sexuelle des PVVIH l atelier collectif : une nouvelle approche de la sante sexuelle des PVVIH Mercredi 7 Octobre 2015 NANTES JF. Souchon, M. Laprevotte, N. Edeb, A. Simon, O Benveniste Département de Médecine Interne Pôle

Plus en détail

Plate-forme pédagogique

Plate-forme pédagogique Plate-forme pédagogique Le programme éducatif «Accueillir la petite enfance» En tant que CPE, nous appliquons le programme éducatif du ministère «Accueillir la petite enfance». Ce programme a pour but

Plus en détail

La communication en 1 ère STG : des connaissances de base pour la mercatique en Tle mercatique

La communication en 1 ère STG : des connaissances de base pour la mercatique en Tle mercatique La communication en 1 ère STG : des connaissances de base pour la mercatique en Tle mercatique INFORMATION ET COMMUNICATION THEMES A. LE COMPORTEMENT DES INDIVIDUS Introduction : interaction individu/groupe

Plus en détail

QUESTIONNAIRE SUR LA PERCEPTION DE LA MALADIE (IPQ-R) (Moss-Morris et coll. 2002, v.f. : Nebal Al Anbar, Roland Dardennes & Kelley Kaye 2005)

QUESTIONNAIRE SUR LA PERCEPTION DE LA MALADIE (IPQ-R) (Moss-Morris et coll. 2002, v.f. : Nebal Al Anbar, Roland Dardennes & Kelley Kaye 2005) QUESTIONNAIRE SUR LA PERCEPTION DE LA MALADIE (IPQ-R) (Moss-Morris et coll. 2002, v.f. : Nebal Al Anbar, Roland Dardennes & Kelley Kaye 2005) Nom : Date : VOTRE VISION DE LA MALADIE DE VOTRE ENFANT Ci-dessous

Plus en détail

TNS Behaviour Change. Accompagner les changements de comportement TNS 2014 TNS

TNS Behaviour Change. Accompagner les changements de comportement TNS 2014 TNS Accompagner les changements de comportement TNS 2014 Comprendre et accompagner les changements de comportement Inciter et accompagner les changements de comportements des individus est un enjeu fondamental

Plus en détail

Édith Lecourt Découvrir la psychanalyse

Édith Lecourt Découvrir la psychanalyse Édith Lecourt Découvrir la psychanalyse, 2006 ISBN : 2-7081-3602-X Table des matières Introduction... 1 Partie I Historique Chapitre 1 : De l hypnose à la psychanalyse... 11 Vienne... 13 Freud (1856-1939)...

Plus en détail

TABLE RONDE DU 21/11/2001

TABLE RONDE DU 21/11/2001 TABLE RONDE DU 21/11/2001 Devenir parents est une aventure qui se construit au quotidien avec ses enfants. Dans notre société, les modifications récentes de la structure familiale comme les familles monoparentales

Plus en détail

Fonction éducative, fonctions psychologiques, deux réalités d une intervention. Jérôme THONON 1

Fonction éducative, fonctions psychologiques, deux réalités d une intervention. Jérôme THONON 1 Fonction éducative, fonctions psychologiques, deux réalités d une intervention. Jérôme THONON 1 Dans la prise en charge d adolescents en grande difficulté, de nombreuses personnes sont mobilisées autour

Plus en détail

Le prélèvement d organes anticipé/prémédité. Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon

Le prélèvement d organes anticipé/prémédité. Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon Le prélèvement d organes anticipé/prémédité Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon Déclaration des conflits d intérêt Médecin de la coordination

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

Bénévoles en EHPAD ;

Bénévoles en EHPAD ; Bénévoles en EHPAD ; Ils accompagnent la vie! Delphine Delahaye - Psychologue EHPAD - Centre Hospitalier de Corbie (80800) delphine.delahaye@ch-corbie.fr Mots-clés : EHPAD, lieu de vie, accompagnement,

Plus en détail

De l injonction à l invitation Les défis de l intervention

De l injonction à l invitation Les défis de l intervention De l injonction à l invitation Les défis de l intervention Steven Bélanger Psychologue Coordonnateur clinique Pro-gam Centre d intervention et de recherche en violence conjugale et familiale 1 La nature

Plus en détail

Aspects déontologiques en santé mentale

Aspects déontologiques en santé mentale Aspects déontologiques en santé mentale Nancy Guilbeault Conseillère en soins infirmiers France Ouellet Conseillère clinicienne en soins infirmiers, Santé mentale Juin 2012 Plan de la présentation Introduction

Plus en détail