«DE LA RELATION DE CONFIANCE À L ALLIANCE THÉRAPEUTIQUE»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«DE LA RELATION DE CONFIANCE À L ALLIANCE THÉRAPEUTIQUE»"

Transcription

1 V ARIATION Joëlle BASTIAN, cadre infirmier, Unité de Soins pour Grands Adolescents, Polyclinique de psychiatrie, CHU Montpellier. Jean Luc VALDEYRON, infirmier, Unité de Soins pour Grands Adolescents, Polyclinique de psychiatrie, CHU Montpellier. Véronique VAQUIER, infirmière, Unité de Soins pour Grands Adolescents, Polyclinique de psychiatrie, CHU Montpellier. «DE LA RELATION DE CONFIANCE À L ALLIANCE THÉRAPEUTIQUE» Étude conceptuelle et son application dans les soins infirmiers Notre étude s inscrit dans la politique de développement de la recherche clinique menée par la Direction du service de soins infirmiers au sein du Centre hospitalier universitaire de Montpellier. Notre étude conceptuelle du construit «établir une relation de confiance» s inscrit dans un projet de recherche clinique en soins infirmiers. Elle a été retenue au Programme hospitalier de recherche clinique national 2000, ce qui lui confère une nouvelle dimension quant aux possibilités d investigations, de collaborations avec d autres équipes. Il s agit d une étude exploratoire et descriptive de l évaluation de l alliance thérapeutique entre infirmiers et adolescents, dans une unité de soins pour grands adolescents et jeunes adultes. 1 INTRODUCTON 1-1 CONTEXTE DU TERRAIN L Unité de Soins pour Grands Adolescents de la Polyclinique de psychiatrie adulte a ouvert le 29 avril 1996, elle est la seule unité de ce type dans la région Languedoc Roussillon. Sa création constitue donc une réponse aux besoins en terme de santé publique, en tant que dispositif de soins adapté aux troubles spécifiques de l adolescence. L unité d hospitalisation, sous la responsabilité du Dr Brès, accueille des adolescents de 15 à 25 ans, qui présentent des «troubles émotionnels et de la conduite» (CIM 10, pédopsychiatrie). Le mal-être des jeunes hospitalisés dans notre structure, se manifeste par des conduites à risque, passages à l acte, conduites addictives, conduites alimentaires perturbées, comportements sociaux déviants. L équipe de soins est pluriprofessionnelle et majoritairement composée de volontaires pour travailler dans la structure. Les soins infirmiers dispensés dans l unité ont été élaborés sur la base du projet médical qui pose comme condition «l accord» de l adolescent, de sa famille ou de ses responsables légaux, pour une hospitalisation. Les entrées sont négociées au cours d une consultation médicale et programmée, elles se font en dehors de l urgence et ne sont pas soumises à la sectorisation psychiatrique. Les soins infirmiers sont essentiellement relationnels, ils s insèrent dans une prise en charge pluriprofessionnelle, c est-à-dire au sein d une organisation où se définissent les valeurs qui visent à promouvoir le travail en collaboration, par la facilitation des échanges et le respect de la prise de parole. Ils s effectuent par des entretiens infirmiers et des soins à médiation (eau et thérapie, art thérapie, vidéo-thérapie, relaxation, ) * Cette étude a été presentée lors des journées d études de l ARSI en janvier 2001 Mots clés : confiance - infirmiere - adolescent - alliance therapeutique. 93

2 V ARIATION «DE LA RELATION DE CONFIANCE À L ALLIANCE THÉRAPEUTIQUE» dans le cadre de prises en charge individuelles et de groupe. Ce type de soins nécessite l instauration d une relation de confiance, la prise en compte du contexte éducatif et familial de l adolescent, de son histoire et de son vécu actuel. 1-2 ORIGINES DE NOTRE ÉTUDE C est un questionnement lié à une observation qui est à l origine de cette étude. Alors que l axe du projet médical consiste à trouver un accord avec les adolescents, que le travail infirmier en référence au projet de soins insiste sur l offre d une écoute et le développement des compétences psychosociales, nous observons que les jeunes hospitalisés sont plutôt en désaccord et méfiants vis-à-vis des adultes, que leurs propos renvoient au manque de confiance en eux et envers les autres. Ce qui se traduit par des répétitions de passage à l acte ou par de l inhibition à agir et du repli sur soi, par une persistance d un mode conflictuel de relation. Les écrits infirmiers en matière d accueil et de soins relationnels révèlent une action préalable ou intention, «d établir une relation de confiance» avec la personne soignée sans en définir les enjeux et ce qui est en jeu dans cet acte de soins. Ce qui a généré pour nous le questionnement suivant : compte tenu de l originalité de ces prises en charge et de la pauvreté des écrits sur le sujet, qu en est-il des acteurs et des enjeux dans ce type de relation et dans le contexte qui nous intéresse? 1-3 CITATION D UN CAS CLINIQUE Ce texte écrit par le psychanalyste Carl Gustav JUNG, illustre pour nous les enjeux relationnels de la relation de confiance. Dans ce passage JUNG soigne un malade depuis neuf ans et il écrit : «Dès le début, je sus de quoi il souffrait réellement, mais je vis aussi que la moindre tentative pour lui faire entrevoir la vérité se heurtait à des réactions de défense si violentes qu elles menaçaient de rompre tout contact entre nous. Que cela me plût ou non, il me fallait faire de mon mieux pour préserver la continuité de nos rapports, et suivre son inclination, qui trouvait un appui dans ses rêves, et nous entraînait toujours loin des racines de sa névrose. Nos discussions se perdaient en digressions telles que je m accusais souvent d égarer mon malade. Seul le fait que son état s améliorait lentement, mais visiblement, m empêcha de le confronter brutalement avec la vérité. Au cours de la dixième année, toutefois, mon malade se déclara guéri, et délivré de tout symptôme morbide. J en fus surpris, car théoriquement, son état était incurable. Remarquant mon étonnement, il sourit, et dit en substance : «Je veux vous remercier pour le tact infaillible et la patience dont vous avez fait preuve en me permettant de tourner autour de la cause pénible de ma névrose. Aujourd hui, je suis prêt à tout vous raconter. Si j avais eu le pouvoir d en parler librement, je l aurai fait dès ma première consultation. Mais cela aurait détruit tout rapport entre nous. Et que serais-je donc devenu? J aurai fait moralement faillite. Au long de ces dix ans, j ai appris à vous faire confiance. Et au fur et à mesure que ma confiance croissait, mon état s améliorait. Il s est amélioré parce que ce lent processus m a permis de recommencer à croire en moimême. Aujourd hui, je me sens assez fort pour parler avec vous de ce qui me détruisait.» C. G. JUNG «L homme et ses symboles» Définitions 2 LA RELATION DE CONFIANCE Tout d abord quelques définitions du dictionnaire 5 concernant les termes de ce construit conceptuel. Le mot «relation» est défini par le rapport ou le lien entre deux êtres ou deux choses. Quant au terme de «confiance», le dictionnaire nous dit que c est le fait de croire avec assurance, de se fier à quelqu un. Cela peut être un sentiment de sécurité, de confiance en soi. Notre recherche bibliographique a balayé les champs des sciences humaines qui traitent de la relation de confiance. Nous avons pu trouver différents attributs conceptuels qui caractérisent surtout la relation entre deux adultes dont l un a une position de thérapeute et l autre de patient ou de client. 4 C. G. JUNG- L homme et ses symboles, Paris, ed. Robert Laffont. 5 Dictionnaire historique de la langue française Le Robert, Paris,

3 «DE LA RELATION DE CONFIANCE À L ALLIANCE THÉRAPEUTIQUE» 2-2 Attributs conceptuels de la relation de confiance : Dans le sens commun Selon BELLENGER 6 la confiance interpersonnelle se construit dans un processus où chacun prend progressivement de petits risques l un envers l autre. Elle s identifie selon trois facteurs : - L engagement d au moins une des personnes. - Le respect mutuel des personnes en relation. - La volonté de s engager et négocier ce processus de risque pendant un certain temps. La notion de processus nous informe qu il ne s agit pas seulement d établir une relation de confiance mais de lui permettre d apparaître, de se développer et de se maintenir. Cette notion souligne également les mouvements possibles du niveau de confiance entre les personnes qui à leur tour vont influer sur les variations de la distance relationnelle. La notion de prise de risque est directement liée aux concepts de confiance en soi et de sentiment de soi qui entrent dans la construction de l identité des personnes. C est donc le sentiment de se sentir suffisamment fort qui va autoriser la personne à cette prise de risques. Pour l infirmier cette notion témoigne de son engagement personnel dans cette relation. En psychologie et psychothérapie Comme nous venons de le voir, la confiance aux autres est tributaire de la confiance en soi. Selon BELLENGER 7 et BRANDEN 8, il n y a pas de confiance dans les autres s il n y a pas un bon dosage de confiance en soi. Pour ces auteurs l enjeu de la confiance en soi est considérable aux vues des conséquences de ses manifestations : oser, réaliser, se donner des objectifs et les atteindre. La problématique de la confiance en soi tient vraisemblablement à la qualité de la construction d un Moi assez solide et aux influences plus ou moins favorables d un contexte social capable de remodeler des tendances inscrites très tôt en dur. Nous sommes là dans les théories de construction de l identité où les auteurs FREUD 9, BOESCH 10 et BER- NARD 11 abordent le concept de Soi, ils décrivent et mettent en évidence que les instances psychiques avec leurs mécanismes de défense sont à l œuvre dans l édification du sentiment de confiance en soi et d estime de soi. La notion de dissymétrie entre les acteurs de la relation, nous paraît également un attribut intéressant dans les situations de soins. MUCHIELLI 12 et PEPLAU 13 révèlent que dans ce genre de situation, relation duelle de rôles sociaux, chacun des acteurs est à une place sociale qui rend la relation dissymétrique quant au pouvoir, au savoir et au jugement potentiel. Cette dissymétrie tend à favoriser les mécanismes de défense dans les cas où elle est trop importante. Ces mécanismes peuvent à leur tour gêner l établissement d une relation de confiance. La dissymétrie, toujours selon ces auteurs, est néanmoins présente dans les rapports sociaux et peut, quand elle est analysée, permettre de dynamiser les soins relationnels dans l établissement d une relation de confiance. 2-3 Contextualiser l étude conceptuelle Comme nous l avons déjà souligné notre étude conceptuelle s est orientée sur l établissement d une relation de confiance entre des personnes adultes et dans le cadre psychothérapeutique. Le travail de contextualisation s efforcera de mettre en lien l éclairage conceptuel et les caractéristiques du terrain : de soins auprès d adolescents, dans un projet de soin, dans le cadre des thérapies institutionnelles et des soins infirmiers en psychiatrie. Les adolescents que nous accueillons présentent des perturbations dans leurs relations aux autres et dans leur confiance en eux qui sont «normales» à cette période de maturation et/ou s inscrivent dans une pathologie propre à cette tranche d âge. L engagement relationnel sera de ce fait plus difficile pour eux. 6 L. BELLENGER La confiance en soi, col. Formation permanente en Sciences Humaines, op. Cit. 8 N. BRANDEN «Avoir confiance en soi», dossier OSER, revue Psychologie, mai 1998, p.58 9 G. BORDESSOULE Se libérer de la violence par la parole, vol. 1, Monaco, ed. de Rocher, coll. Les guides du développement personnel, E. BOESCH Psychologie de la connaissance de soi. Paris, PUF, col. Psychologie d aujourd hui, P. BERNARD Le développement de la personnalité. Paris, Masson, A. MUCHIELLI Les réactions de défense dans les relations inter personnelles. Paris, ESF, H. E. PEPLAU Relations interpersonnelles en soins infirmiers. Paris, Inter éditions,

4 La façon dont un adolescent perçoit l écoulement du temps diffère également de la perception adulte, cette notion interviendra dans la construction relationnelle et les aléas du processus. Les adolescents ont également participés au travail de contextualisation, indirectement dans les études de cas clinique et directement par leurs critiques au moment de la construction des outils exploratoires. Lorsque l adolescent donne son accord pour un temps d hospitalisation, il va devoir également s accorder sur un plan relationnel. Cet «accordage» avec un infirmier se construira, comme pour l établissement d une relation de confiance, dans l intersubjectivité de la relation interindividuelle. Dans ce cas-là, la personnalité et les représentations que les acteurs de la relation ont l un de l autre, vont influer sur le processus d établissement. La contextualisation passera donc par l étude des représentations de chacun des acteurs, c est-à-dire la prise en considération du discours, des idées et des images qu ont chacune des personnes sur les notions de confiance en soi et aux autres. Le pré-test du questionnaire sur ces représentations auprès des infirmiers et des adolescents a mis en lumière que la confiance constitue bien un enjeu relationnel dans les soins, que les représentations des acteurs entre eux sont riches et d une différence témoignant d un travail exploratoire possible. Ce travail d exploration constitue une prochaine étape de notre étude, il s effectuera au moyen de questionnaires dont nous vous présentons quelques exemples d items. QUESTIONNAIRES SUR LES REPRÉSENTATIONS Version adolescent (4) Qu attendez-vous d un (e) infirmier (ère)? (11) Donnez des exemples de ce qui vous inspire confiance chez un adulte? (12) Donnez des exemples de ce qui ne vous inspire pas confiance chez un adulte? Version infirmier (7) D après vous qu est ce qui caractérise un adolescent? (8) Quels sont les signes repérables qu un adolescent en difficulté peut présenter? (12) Donnez des exemples de ce qui vous inspire confiance chez un adolescent? 3 L ALLIANCE THÉRAPEUTIQUE 3-1 L ALLIANCE Selon le dictionnaire 14 elle désigne une union par engagement mutuel, un accord. Vient du verbe allier : alligare = «attacher à, mettre avec». Les apports de l évolution du concept dans l histoire 15 : L alliance dans l histoire biblique : Nom donné dans la bible à des contrats, promesses ou accords passés entre Dieu et des individus, Dieu et la nation d Israël, entre plusieurs individus : ces alliances sont sanctionnées par un serment, la plus caractéristique étant l alliance de Dieu avec Moise, scellée par les dix commandements. Les historiens distinguent deux sortes d alliance, celles conclues entre un suzerain et un vassal (voir relation dissymétrique) et celles qui sont conclues entre égaux : La première : le supérieur décide et l inférieur, en échange de son accord se voit offrir sécurité et protection. La seconde : est fondée sur la réciprocité, l engagement mutuel et des obligations bilatérales. L alliance dans les conflits armés : On trouve leur présence dès la préhistoire, c est à l âge de bronze qu elles ont pris la forme de traités. 14 Op. Cit. 15 Encyclopaedia Universalis, France S.A.,

5 «DE LA RELATION DE CONFIANCE À L ALLIANCE THÉRAPEUTIQUE» L alliance dans le mariage : Met en évidence, l engagement mutuel, la réciprocité est scellée par l anneau et la signature. L alliance est un concept universel, de toute civilisation et de tout temps et se retrouve présente dans les situations où l enjeu pour la survie de l homme et son devenir est présent et essentiel. 3-2 L ALLIANCE THÉRAPEUTIQUE Dans les psychothérapies La recension des écrits concernant les psychothérapies est tirée des travaux de HORVATH A. O., LUBORSKY L., The role of the Thérapeutic Alliance in Psychothérapy, Journal of Consulting and Clinical Psychology, 1993, vol 61, n 4 et de GERIN P. et DAZORD A., Recherche planifiée sur les psychothérapies, INSERM, Paris Ce concept est abordé par FREUD 16 en 1912 dans la dynamique du transfert. Il pensait que l attitude de maintien d un «intérêt sérieux» pour le client, dans une «compréhension bienveillante» permettait à la partie saine du moi du client de construire un attachement positif avec l analyste et de développer un engagement avec le thérapeute «réel». Le thérapeute pouvait alors assumer la tâche de guérir. GRENSON 17 en 1965 a élaboré sur ce concept de collaboration basée sur la réalité entre un thérapeute et un client et a inventé le terme d alliance de travail (working alliance). Il a proposé un modèle à trois composantes : le transfert, l alliance de travail et la relation. Il définit l alliance comme la composante non névrotique de la relation qui détermine la capacité du client à travailler activement et de façon délibérée dans le cadre de la situation thérapeutique. C est ZETZEL 18 qui a introduit la notion d alliance thérapeutique, comme découlant de l attachement du patient au thérapeute. Elle argumente que dans une analyse couronnée de succès, le client a oscillé entre des périodes dominées par le transfert et des périodes dominées par l alliance de travail ROGERS 19, a émit l hypothèse que le thérapeute devait assurer certaines conditions, nécessaires et suffisantes pour qu un changement bénéfique apparaisse chez le client : l empathie, le regard inconditionnellement positif et l authenticité du thérapeute. Des travaux ultérieurs ont montré que ces variables et en particulier l empathie du thérapeute telle qu elle est perçue par le client, jouent un rôle important mais ne peuvent pas être généralisées à toutes les thérapies. En 1968 STRONG 20 a suggéré et conceptualisé théoriquement que plus le patient percevait le thérapeute comme digne de confiance, attirant et compétent, plus le thérapeute avait de chance d influencer les attitudes et de permettre un changement. Cette conception a apporté peu de chose à la pratique clinique. En 1975, BORDIN 21 a tenté de généraliser le concept psychanalytique d alliance de travail. Il insiste sur la collaboration positive du client avec le thérapeute contre leur adversaire commun, la souffrance et la dépression. Il identifie 3 éléments primordiaux : the tasks, the bonds et the goals : The tasks : les tâches, se réfèrent aux comportements de conseil et aux processus cognitifs qui forment la substance du processus de conseil. Dans une relation qui fonctionne bien, les deux parties doivent percevoir ces tâches comme appropriées et efficaces, ensuite chacun doit accepter la responsabilité d accomplir ces actions. The goals : les buts. Une alliance de travail solide est caractérisée par le fait que le thérapeute et le client, réciproquement, adhèrent aux buts de l intervention et en évaluent les objectifs, ou cibles. The bonds : les engagements. Le concept d engagement englobe le lien d attachement positif personnel qui s est tissé entre le client et le thérapeute, qui inclus 16 Journal of Counsulting and Clinical Psychologie, vol. 61, n 4, GRENSON in Journal of Counsulting and Clinical Psychologie, vol. 61, n 4, ZETZEL in Journal of Counsulting and Clinical Psychologie, vol. 61, n 4, ROGERS in Journal of Counsulting and Clinical Psychologie, vol. 61, n 4, STRONG in Journal of Counsulting and Clinical Psychologie, vol. 61, n 4, BORDIN in Journal of Counsulting and Clinical Psychologie, vol. 61, n 4,

6 la confiance réciproque l acceptation et la confidence en tant que résultat. Ce point de vue réunit les aspects techniques et relationnels du traitement en un concept plus large, celui de l alliance. Il définit la collaboration patient thérapeute comme l élément essentiel de cette alliance. L alliance ne dépend plus que des contributions du thérapeute ou du patient mais de l alchimie qui se développe entre eux. Le modèle synergique de BORDIN 22 contraste avec la proposition de ROGERS 23 qui suggère que le client réponde automatiquement à l attitude positive du thérapeute. Cette conceptualisation a engendré le courant de recherche de la validation des méthodes d évaluation des paramètres de l alliance psychothérapeutique. responsabilité de sa propre évolution. Le type 2 est plus typique des phases suivantes du traitement. La revue de la littérature met en évidence une conception de l alliance composée de deux éléments essentiels, l un chargé de mesurer le lien relationnel, traduisant un facteur d ordre plutôt affectif, et l autre mesurant la collaboration des partenaires en relation. Le patient ainsi que le thérapeute pouvant contribuer de façon positive ou négative à l alliance. L intérêt de cette échelle pour les soins infirmiers : Elle est valide pour toutes les psychothérapies, qu elles soient comportementales, cognitives, psychanalytiques, gestaltistes. D autre part, elle a été validée audelà des situations duelles de psychothérapies, en France, dans des prises en charges institutionnelles, par l équipe INSERM de Lyon. Son évaluation Au cours des dix dernières années cinq instruments principaux ont été développés pour évaluer cette alliance thérapeutique et dégager les relations entre l alliance et les différents paramètres de l évolution. Nous avons choisi l échelle des alliances aidantes de LUBORSKY 24, qui comme BORDIN 25 se situe dans le courant psychodynamique. Type 1 cette alliance thérapeutique repose sur le fait que le patient vit son thérapeute comme lui apportant aide et soutien, elle est plus évidente au début de la thérapie; Type 2 : elle est basée sur le fait que le patient a le sentiment d un travail en commun, d une coopération avec son thérapeute dans une même lutte contre ce qui le gène avec en particulier l impression de partager la Sa transposition : Afin de la transposer dans les soins infirmiers, nous avons remplacé les mots psychothérapeute par infirmier, psychothérapie par hospitalisation et séances par entretien infirmier. Pour évaluer la présence de deux niveaux d alliance, nous effectuerons 2 mesures en début et fin d hospitalisation. En conclusion, nous en sommes à un bilan d étape, notre intention était de constituer une base de données sur le développement de la relation de confiance, que nous considérons maintenant comme un attribut de l alliance thérapeutique. Si les résultats obtenus par l évaluation sont significatifs, dans les soins infirmiers auprès d adolescents, les outils présentés pourront être utilisés par d autres équipes. 22 Op. Cit. 23 Op. Cit. 24 GERIN P., DAZORD A., SALI A. Psychothérapie et changement : méthodologie de leurs évaluations, Paris, PUF, coll. Nodules. 25 Op. Cit. 98

7 «DE LA RELATION DE CONFIANCE À L ALLIANCE THÉRAPEUTIQUE» oui c est bien vrai c est plutôt vrai c est plutôt faux non c est tout à fait faux QUELQUES ITEMS DE L ECHELLE DE LUBORSKY Version infirmier Actuellement (4) Je me sens jouer un rôle, me donner une contenance devant lui (11) Ce patient veut pouvoir compter sur moi (18) Je sens que nous travaillons ensemble, ce patient et moi. Nous faisons équipe Version adolescent (4) L infirmier(ère) joue un rôle, il se donne une contenance, devant moi (11) Je sens que je peux compter sur l infirmier(ère) (18) Je sens que nous travaillons ensemble, l infirmier(ère) et moi : nous faisons équipe BIBLIOGRAPHIE ANGELERGUES R., ANZIEU D., BOESCH E., BRES Y., PONTALIS J.-B., ZAZZO R. - Psychologie de la connaissance de soi. Paris, PUF, Col. Psychologie d aujourd hui, 1975, 362 p. BELLENGER L. - La confiance en soi. Col. Formation permanente en Sciences Humaines, BERNARD P. - Le développement de la personnalité. Paris, Masson, 1979, 154 p. BORDESSOULE G. - Se liberer de la violence par la parole vol 1. Monaco, éditions du Rocher, col. Les guides du développement personnel, 1995, 335 p. BRANDEN N. «Avoir confiance en soi», dossier OSER, revue Psychologie, mai 1998, p. 58. Encyclopaedia Universalis, France S.A.,

8 GERIN P., DAZORD A. Recherches cliniques «planifiées» sur les psychothérapies, INSERM, Paris, 1992, 177 p. GERIN P., DAZORD A., SALI A. Psychothérapie et changement : méthodologie de leur évaluation, Nodule PUF, Paris, 1991, 110 p. HORVATH A. O. et LUBORSKY L. The Role of the Thérapeutic Alliance in Psychotherapy, in Journal of Consulting and Clinical Psychology, 1993, vol 61, n 4, p 561 à 573. JUNG C. G. L homme et ses symboles, Paris, ed. Robert Laffont. LE ROBERT - Dictionnaire historique de la langue française. Paris, Le Robert, 1998, 4303 p. MUCHIELLI A. - Les réactions de défense dans les relations interpersonnelles. Paris, ESF, 1980, 92 p. PEPLAU H. E. - Relations interpersonnelles en soins infirmiers. Paris, Inter Éditions, 1995, 325 p. 100

La supervision en soins infirmiers

La supervision en soins infirmiers La supervision en soins infirmiers (article en deux parties : version jumelée) La pratique de la supervision en soins infirmiers étant peu courante en France et les écrits la concernant de même, bien que

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

Relation soignant / soigné

Relation soignant / soigné Relation soignant / soigné 3 métiers impossibles selon Freud : gouverner soigner éduquer Car met les personnes dans une situation de dépendance et d autorité Relation = activité ou une situation dans laquelle

Plus en détail

COMPÉTENCES CLINIQUES - SANTÉ MENTALE CONNAISSANCES PRÉALABLE OBJECTIFS 1. ENTRETIEN PSYCHIATRIQUE. 1.1. Les buts de l entretien psychiatrique

COMPÉTENCES CLINIQUES - SANTÉ MENTALE CONNAISSANCES PRÉALABLE OBJECTIFS 1. ENTRETIEN PSYCHIATRIQUE. 1.1. Les buts de l entretien psychiatrique CONNAISSANCES PRÉALABLE Les séminaires de compétences cliniques de santé mentale se basent sur l enseignement «Anamnèse et compétences psychosociales» du N. Blondel & C. Salathé (2014) et les cours de

Plus en détail

ATELIER 2: Les «bénéfices psychologiques» de l ETP: psychothérapie, thérapie cognitivocomportementale. quels équilibres?

ATELIER 2: Les «bénéfices psychologiques» de l ETP: psychothérapie, thérapie cognitivocomportementale. quels équilibres? 12èmes Journées Régionales d échanges en Education du Patient EDUCATION DU PATIENT : «Entre bénéfices possibles et attendus.vers de nouveaux équilibres» jeudi 29 et vendredi 30 novembre 2012 ATELIER 2:

Plus en détail

Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise.

Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise. Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise. Docteur David ATTAL. Psychiatre. Praticien Hospitalier. Centre Hospitalier Régional Universitaire de Marseille.

Plus en détail

Réponse et temps de réponse aux items en psychométrie. R. Trouillet M.C.F. H.D.R. Lab. Epsylon EA4556

Réponse et temps de réponse aux items en psychométrie. R. Trouillet M.C.F. H.D.R. Lab. Epsylon EA4556 Réponse et temps de réponse aux items en psychométrie R. Trouillet M.C.F. H.D.R. Lab. Epsylon EA4556 Thérapies psychodynamiques Levy & Ablond (2009). Handbook of Evidence-Based Psychodynamic Psychotherapy..

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Y A-T-IL COUPLE? Introduction. Pour qu il y ait couple, il faut du temps

Y A-T-IL COUPLE? Introduction. Pour qu il y ait couple, il faut du temps Introduction Y A-T-IL COUPLE? Au fil des siècles et au fil des années, la société se transforme et avec elle, la valeur accordée à la réussite sociale, à la famille mais surtout à l amour. Dans le monde

Plus en détail

Projet : Prévention de la violence dans les cours de récréation

Projet : Prévention de la violence dans les cours de récréation Informations aux parents Projet : Prévention de la violence dans les cours de récréation Recherche-action sous la direction du Professeur Willy Lahaye Chercheurs responsables : Bruno Humbeeck, Frédéric

Plus en détail

DEONTOLOGIE ET ETHIQUE EN SCIENCES MEDICO SANITAIRE CHEZ LES INFIRMIERES, LES SAGES FEMMES ET LES TECHNICIENS MEDICO SANITAIRES

DEONTOLOGIE ET ETHIQUE EN SCIENCES MEDICO SANITAIRE CHEZ LES INFIRMIERES, LES SAGES FEMMES ET LES TECHNICIENS MEDICO SANITAIRES DEONTOLOGIE ET ETHIQUE EN SCIENCES MEDICO SANITAIRE CHEZ LES INFIRMIERES, LES SAGES FEMMES ET LES TECHNICIENS MEDICO SANITAIRES I. INTRODUCTION Dans le cadre du séminaire d imprégnation des personnels

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

Évaluation et recommandations

Évaluation et recommandations ÉVALUATION ET RECOMMANDATIONS 13 Évaluation et recommandations Les personnes souffrant de troubles mentaux s intègrent mal sur le marché du travail. En Belgique, par rapport aux personnes qui ont une bonne

Plus en détail

«Tout le monde devrait faire une psychothérapie.»

«Tout le monde devrait faire une psychothérapie.» «Tout le monde devrait faire une psychothérapie.» Moins je me connais, mieux je me porte. Clément Rosset, Loin de moi, 1999 Faut-il tout «psychiatriser»? Tout événement de vie difficile tel qu une rupture

Plus en détail

Projet de loi n o 21 (2009, chapitre 28)

Projet de loi n o 21 (2009, chapitre 28) PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 21 (2009, chapitre 28) Loi modifiant le Code des professions et d autres dispositions législatives dans le domaine de la santé mentale et

Plus en détail

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement.

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. Centre - Pays de Loire CHRU Tours COMMUNICATION «Conflits internes et Cohérence personnelle» SOMMAIRE Introduction page 3 Communication Page 4 Les paramètres d

Plus en détail

LES MATINALES DE LA FONDATION

LES MATINALES DE LA FONDATION LES MATINALES DE LA FONDATION «Point du vue d un pédopsychiatre sur l autisme aujourd hui» Conférence du Professeur Pierre DELION, Pédopsychiatre, Chef du Service Psychiatrie de l Enfant et de l Adolescent,

Plus en détail

ACCÈS AUX SOINS. La santé mentale. dans le 5 e a Lyon

ACCÈS AUX SOINS. La santé mentale. dans le 5 e a Lyon ACCÈS AUX SOINS La santé mentale dans le 5 e a Lyon décembre 2010 ACCÈS AUX SOINS Le Conseil Local de Santé Mentale du 5 e arrondissement : qu est-ce que c est? Le Conseil Local de Santé Mentale du 5 e

Plus en détail

Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés

Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés IEN/CTR ASH 2011-2012 Comportements inappropriés / Troubles de la conduite et du comportement

Plus en détail

Conseiller en Bilans de Compétences : un métier exigeant.

Conseiller en Bilans de Compétences : un métier exigeant. Conseiller en Bilans de Compétences : un métier exigeant. Par Myriam Bousselet Directrice de CBC, formatrice et coach mai 2008 Les conseillers bilans sont pour partie des psychologues, mais les centres

Plus en détail

Se libérer de la drogue

Se libérer de la drogue Chacun doit savoir qu il peut se libérer de la drogue à tout moment. Se libérer de la drogue Je ne maîtrise plus la situation Longtemps encore après la première prise de drogue, le toxicomane croit pouvoir

Plus en détail

TROUBLES ENVAHISSANTS DU COMPORTEMENT (TEC)

TROUBLES ENVAHISSANTS DU COMPORTEMENT (TEC) TROUBLES ENVAHISSANTS DU COMPORTEMENT (TEC) Comprendre, prévenir et prendre en charge la clinique du mouvement et de l agir de l enfant Pierre Delion 1. Actualité Les enfants sont préoccupants sur ce point

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation?

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation? THÈME DE L INDIVIDU À L ACTEUR L organisation, que ce soit une association, une administration ou une entreprise, ne peut pas fonctionner sans la mise en œuvre de processus de gestion assurant la coordination

Plus en détail

Une échelle d évaluation semistructurée. B. Gravier

Une échelle d évaluation semistructurée. B. Gravier Une échelle d évaluation semistructurée : la HCR-20 B. Gravier Exemple de jugement clinique structuré: The Historical Clinical Risk Management 20 item scale HCR - 20 Echelle utilisée par les cliniciens

Plus en détail

POSTURE PROFESSIONNELLE ENSEIGNANTE EN QUESTION?

POSTURE PROFESSIONNELLE ENSEIGNANTE EN QUESTION? N 372 LAMEUL Geneviève 1 POSTURE PROFESSIONNELLE ENSEIGNANTE EN QUESTION? Le développement croissant de l usage des technologies perturbe l école dans son organisation interne, dans son rapport à la société,

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient

MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient Catherine Tourette-Turgis Maître de conférences en sciences de l éducation Responsable du master en éducation thérapeutique à l université

Plus en détail

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie Etudes cliniques dans l autisme Marie-Christine Picot Congrès Epsylon 5 avril 2013 Introduction Mesurer la Qualité de Vie liée à la Santé : Evaluer les

Plus en détail

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Estime de soi MOI Affirmation de soi AUTRES Confiance en soi ACTION Contexte Règles fondamentales de la communication 1) On ne peut pas décider, par

Plus en détail

Questionnaire. sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes adultes

Questionnaire. sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes adultes Questionnaire Université du Luxembourg, Version novembre 2013 Ulla Peters, Julia A. Jäger, Danielle Lellinger sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes

Plus en détail

L ACQUISITION DU LANGAGE CHEZ LE TOUT PETIT EN VIE COLLECTIVE INSTITUTIONNELLE

L ACQUISITION DU LANGAGE CHEZ LE TOUT PETIT EN VIE COLLECTIVE INSTITUTIONNELLE N 220 - ROUFIDOU Irini L ACQUISITION DU LANGAGE CHEZ LE TOUT PETIT EN VIE COLLECTIVE INSTITUTIONNELLE Pendant notre recherche du D.E.A., nous avons étudié l acquisition du langage chez le tout petit en

Plus en détail

PSYCHOTHÉRAPIES DES AUTEURS DE VIOLENCES SEXUELLES. Pr Jean Louis Senon Master Pro criminologie

PSYCHOTHÉRAPIES DES AUTEURS DE VIOLENCES SEXUELLES. Pr Jean Louis Senon Master Pro criminologie PSYCHOTHÉRAPIES DES AUTEURS DE VIOLENCES SEXUELLES Pr Jean Louis Senon Master Pro criminologie Définition Une psychothérapie est un traitement actif par des moyens psychologiques (Senon, 1995) «toute utilisation

Plus en détail

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET Le médecin de prévention face aux RPS Docteur Isabelle THOMINET 1. Définition des RPS Les risques psychosociaux sont souvent résumés par simplicité sous le terme de «stress». En réalité, ils recouvrent

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

Université d été de l AFORPEL 30 juillet 4 août 2012. La Gestalt et les «état limite» (Borderline)

Université d été de l AFORPEL 30 juillet 4 août 2012. La Gestalt et les «état limite» (Borderline) La Gestalt et les «état limite» (Borderline) Les patients qui souffrent du trouble borderline (plus de 2% de la population active, 10% des consultations externes des médecins psychiatres et 15 à 20% des

Plus en détail

Calendrier des formations INTER en 2011

Calendrier des formations INTER en 2011 Calendrier des formations INTER en 2011 THEMES Liste des formations INTER MOTIVEZ ET DYNAMISEZ VOS EQUIPES 98 % de participants satisfaits et se sentant reconnus à la sortie de nos formations! L environnement

Plus en détail

Cecile Meignant. Infographie - Illustration - photographie. 42 ans. cecile.meignant@wanadoo.fr 06 88 75 07 99

Cecile Meignant. Infographie - Illustration - photographie. 42 ans. cecile.meignant@wanadoo.fr 06 88 75 07 99 Formation a l ESAG (atelier Met de Penninghen), Paris en 5 ans Salariée en milieu associatif : responsable de communication et monteuse de projets culturels En Free lance depuis 7 ans Cecile Meignant 42

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

HARCÈLEMENT CRIMINEL. Poursuivre quelqu un, ce n est pas l aimer!

HARCÈLEMENT CRIMINEL. Poursuivre quelqu un, ce n est pas l aimer! HARCÈLEMENT CRIMINEL Poursuivre quelqu un, ce n est pas l aimer! Qu est-ce que c est? Le harcèlement criminel est un crime. Généralement, il s agit d une conduite répétée durant une période de temps qui

Plus en détail

Dans le cadre du décret Education Permanente. La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE. (11 074 signes espaces compris)

Dans le cadre du décret Education Permanente. La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE. (11 074 signes espaces compris) 1 Dans le cadre du décret Education Permanente La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE (11 074 signes espaces compris) Le volontariat et ses limites dans le secteur social et des soins

Plus en détail

Les défis du mandat d une Équipe itinérante : prévenir les glissements

Les défis du mandat d une Équipe itinérante : prévenir les glissements Résumé Les défis du mandat d une Équipe itinérante : prévenir les glissements Ce texte fait partie d une banque de 50 récits de pratiques d intervention en itinérance qui ont été réalisés avec quatre Équipes

Plus en détail

Dix valeurs pour les soins infirmiers

Dix valeurs pour les soins infirmiers Dix valeurs pour les soins infirmiers La valeur n attendant pas le nombre des années, deux étudiantes en soins infirmiers se sont interrogées sur les valeurs dont l infirmière a besoin pour mieux adapter

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

Introduction. Pourquoice livre?... Comment utiliser ce livre?... Que contient ce manuel?... Chapitre 1

Introduction. Pourquoice livre?... Comment utiliser ce livre?... Que contient ce manuel?... Chapitre 1 " Table des matières Introduction Pourquoice livre?... Comment utiliser ce livre?... Que contient ce manuel?... 7 8 8 Chapitre 1 Connaître les bases de l'affirmation de soi et de la communication Les comportements

Plus en détail

DEVENIR INTERVENANT CERTIFIE WELLSCAN

DEVENIR INTERVENANT CERTIFIE WELLSCAN DEVENIR INTERVENANT CERTIFIE WELLSCAN Vous êtes un professionnel consultant, coach, formateur et vous accompagnez les individus ou les entreprises dans leurs enjeux de performance sociale, managériale

Plus en détail

Formation Ennéagramme & Coaching

Formation Ennéagramme & Coaching Formation Ennéagramme & Coaching Formation au métier de coach professionnel Troisième cycle de la formation CEE Diplôme de coach en 12 jours de formation pour les certifiés CEE Ouvert aux participants

Plus en détail

Impact d un déménagement de service sur la satisfaction relative au soins

Impact d un déménagement de service sur la satisfaction relative au soins Impact d un déménagement de service sur la satisfaction relative au soins MONTPELLIER JOURNEES DE MEDECINE PERINATALE 19 OCTOBRE 2012 Bénédicte Belgacem SANTE PUBLIQUE CHU Clermont-Fd PEPRADE La satisfaction

Plus en détail

Lignes directrices de la Société suisse de psychiatrie d assurance pour l expertise médicale des troubles psychiques*

Lignes directrices de la Société suisse de psychiatrie d assurance pour l expertise médicale des troubles psychiques* Lignes directrices de la Société suisse de psychiatrie d assurance pour l expertise médicale des troubles psychiques* Société suisse de psychiatrie d assurance, Association suisse d experts médicaux pour

Plus en détail

Entre mal-être et bien être : comment vont les étudiants. Premiers résultats. Damien BERTHILIER Président La Mutuelle des Étudiants LMDE-EPSE

Entre mal-être et bien être : comment vont les étudiants. Premiers résultats. Damien BERTHILIER Président La Mutuelle des Étudiants LMDE-EPSE Entre mal-être et bien être : comment vont les étudiants Premiers résultats Damien BERTHILIER Président La Mutuelle des Étudiants LMDE-EPSE Objectifs de l enqul enquête Mieux identifier la souffrance psychique

Plus en détail

CARACTERISTIQUES DE L APPROCHE GESTALT EN ORGANISATION

CARACTERISTIQUES DE L APPROCHE GESTALT EN ORGANISATION CARACTERISTIQUES DE L APPROCHE GESTALT EN ORGANISATION Société des Coaches Gestaltistes Coordinateur projet: Marius Moutet INTRODUCTION Un coaching d individus ou d équipe inspiré de la posture humaniste

Plus en détail

FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT

FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT Que vous soyez parent, enseignant, formateur, pédagogue, coach, manager Que votre activité professionnelle ou simplement la quête de vous-même vous

Plus en détail

Formation à la systémique pour consultants et personnels RH

Formation à la systémique pour consultants et personnels RH J.A. Malarewicz Conseil Conseil, Formation, Supervision, Coaching S.A.S. au capital de 8OOO TVA : FR 36478450471 SIRET : 478 450471 00014 N formateur 11921445592 Région IdF 11 rue du Professeur Leroux

Plus en détail

Or, la prévention des risques psychosociaux relève de l obligation générale de l employeur de protéger la santé physique et mentale des salariés.

Or, la prévention des risques psychosociaux relève de l obligation générale de l employeur de protéger la santé physique et mentale des salariés. Introduction Les symptômes du stress (troubles du sommeil, de l appétit, agressivité, épuisement, troubles de la concentration ), touchent un nombre croissant de salariés en France : un salarié sur 6 déclare

Plus en détail

Droits des malades en fin de vie. Connaître la loi Leonetti et l appliquer

Droits des malades en fin de vie. Connaître la loi Leonetti et l appliquer Droits des malades en fin de vie Connaître la loi Leonetti et l appliquer Lorsque la médecine trouve ses limites et que la personne, avec ses proches, se situe dans la perspective d une échéance annoncée,

Plus en détail

PSYCHOSOMATIQUE, RELAXATION, PSYCHOTHERAPIES A MEDIATION CORPORELLE

PSYCHOSOMATIQUE, RELAXATION, PSYCHOTHERAPIES A MEDIATION CORPORELLE UNIVERSITE MONTPELLIER 1 DIPLOME UNIVERSITAIRE PSYCHOSOMATIQUE, RELAXATION, PSYCHOTHERAPIES A MEDIATION CORPORELLE Option A: Psychosomatique, thérapies de relaxation. Option B: Psychosomatique et psychothérapies

Plus en détail

Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux

Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE ÉDITION 2014 Indicateurs de diagnostic des risques psychosociaux OUTILS DE LA GRH 1/ La présente annexe propose une

Plus en détail

Management Responsabilité

Management Responsabilité L évaluation professionnelle : un enjeu pour l évolution du management hospitalier Identifier la problématique de l évaluation professionnelle Utiliser l entretien annuel d activité comme levier de changement

Plus en détail

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant Vivre avec un trouble dépressif Septembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin

Plus en détail

Problèmes d accès aux soins?

Problèmes d accès aux soins? Problèmes d accès aux soins? Une étude exploratoire par entretiens avec des professionnels (Synthèse) Beat Sottas, Adrienne Jaquier, Sarah Brügger 1. Contexte : qui est «socialement défavorisé»?... 2 2.

Plus en détail

Code d éthique de l ATTrueQ

Code d éthique de l ATTrueQ Code d éthique de l ATTrueQ Version 2009 Table des matières Introduction..3 1. Devoirs et obligations..4 1.1 Déclarations du travailleur de rue...4 1.2 Dispositions générales du travailleur de rue...6

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

Comment la proposer et la réaliser?

Comment la proposer et la réaliser? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment la proposer et la réaliser? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les professionnels de santé dans la mise en œuvre d un programme

Plus en détail

Association Autonomie Aquitaine

Association Autonomie Aquitaine M1 : le contexte législatif et réglementaire de la démarche qualité en secteur médico- social: o La Loi du 2 janvier 2002 : o ses fondements o La démarche de projet o Le règlement de fonctionnement o Le

Plus en détail

Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress. Dr N. Lafay

Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress. Dr N. Lafay Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress Dr N. Lafay Introduction Stress = événements de vie Stress, bases physiologiques Événements de vie, bases épidémiologiques Adaptation du sujet à une

Plus en détail

La psychothérapie. Se poser les bonnes questions

La psychothérapie. Se poser les bonnes questions La psychothérapie Se poser les bonnes questions? LA PSYCHOTHÉRAPIE Au Québec, la psychothérapie est une activité réservée par la loi * depuis juin 2012, ce qui signifie que seules les personnes autorisées,

Plus en détail

Manuel de recherche en sciences sociales

Manuel de recherche en sciences sociales Résumé de QUIVY R; VAN CAMPENHOUDT L. 95, "Manuel de recherches en sciences sociales", Dunod Cours de TC5 du DEA GSI de l intergroupe des écoles Centrales 11/2002 Manuel de recherche en sciences sociales

Plus en détail

Cohésion d Equipe - Team Building

Cohésion d Equipe - Team Building Public concerné : Cadres et cadres supérieurs. Cohésion d Equipe - Team Building Objectifs : Comprendre les mécanismes de fonctionnement d une équipe. Comprendre les rôles de chacun et le rôle de l encadreur.

Plus en détail

Code d éthique Version révisée février 2011

Code d éthique Version révisée février 2011 Code d éthique Version révisée février 2011 Table des matières Introduction...3 1. Devoirs et obligations...4 1.1. Déclarations de la personne accompagnatrice... 4 1.2. Dispositions générales de la personne

Plus en détail

9.11 Les jeux de hasard et d argent

9.11 Les jeux de hasard et d argent 9.11 Les jeux de hasard et d argent Maud Pousset, Marie-Line Tovar 288 Les jeux de hasard et d argent (JHA) constituent une activité ancienne et répandue, mais longtemps interdite. Leur offre s est étoffée,

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

LA SANTÉ MENTALE EN ONTARIO

LA SANTÉ MENTALE EN ONTARIO LA SANTÉ MENTALE EN ONTARIO Document d orientation pour l engagement des partenaires francophones en vue de valider les priorités en santé mentale et lutte contre les dépendances en Ontario Réseau franco-santé

Plus en détail

9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION

9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION 9 PROPOSITIONS POUR UNE MEILLEURE ACCESSIBILITE AU SYSTEME DE SANTE DES PERSONNES EN SITUATION DE GRANDE EXCLUSION De par ses missions d écoute, d orientation, d accueil et de prise en charge notamment

Plus en détail

Méthodes d apprentissage

Méthodes d apprentissage UNIVERSITÉ DE FRIBOURG SUISSE FACULTÉ DES SCIENCES UNIVERSITÄT FREIBURG SCHWEIZ MATHEMATISCH-NATURWISSENSCHAFTLICHE FAKULTÄT Annexe au plan d études du BMed en médecine humaine Méthodes d apprentissage

Plus en détail

Formation postgraduée en psychothérapie pour l obtention du titre de spécialiste FMH en psychiatrie et psychothérapie

Formation postgraduée en psychothérapie pour l obtention du titre de spécialiste FMH en psychiatrie et psychothérapie Formation postgraduée en psychothérapie pour l obtention du titre de spécialiste FMH en psychiatrie et psychothérapie Reconnu par la Société suisse de psychiatrie et psychothérapie (SSPP) Hornweg 28, 8700

Plus en détail

02/12/2014. Institut Jean-Pierre Lallemand. Historique. Historique. Théorie de la communication

02/12/2014. Institut Jean-Pierre Lallemand. Historique. Historique. Théorie de la communication Institut Jean-Pierre Lallemand Théorie de la communication Chapitre 6 PNL (30 périodes) Bachelier Educateur spécialisé Niveau I Approche conceptuelle I Année académique 2010-2011 Cours de Daniel Cornelis

Plus en détail

Accompagner le changement et mieux communiquer

Accompagner le changement et mieux communiquer Accompagner le changement et mieux communiquer Catalogue Formations 2009/2010 Dédiées aux acteurs du monde de la communication Management opérationnel des équipes de communication Manager efficacement

Plus en détail

SOINS ET ACCOMPAGNEMENTS. Professionnels de la psychiatrie. www.psycom.org

SOINS ET ACCOMPAGNEMENTS. Professionnels de la psychiatrie. www.psycom.org SOINS ET ACCOMPAGNEMENTS Professionnels de la psychiatrie www.psycom.org Professionnels de la psychiatrie SOMMAIRE Organisation des soins psychiatriques Professionnels de la psychiatrie Psychiatre et pédopsychiatre

Plus en détail

Fonction éducative, fonctions psychologiques, deux réalités d une intervention. Jérôme THONON 1

Fonction éducative, fonctions psychologiques, deux réalités d une intervention. Jérôme THONON 1 Fonction éducative, fonctions psychologiques, deux réalités d une intervention. Jérôme THONON 1 Dans la prise en charge d adolescents en grande difficulté, de nombreuses personnes sont mobilisées autour

Plus en détail

Un besoin identifié : les jeunes et leur santé (état des lieux et constat)

Un besoin identifié : les jeunes et leur santé (état des lieux et constat) Un besoin identifié : les jeunes et leur santé (état des lieux et constat) «Si, globalement, les adolescents se disent en meilleure santé que les adultes, il convient, au regard des résultats qui suivent

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 5 Choisir ses sources documentaires 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 5 Choisir ses sources documentaires Avertissement Dans la présente leçon, on se préoccupe du choix adéquat

Plus en détail

Des formations pour la prévention du stress et des performances managériales

Des formations pour la prévention du stress et des performances managériales Des formations pour la prévention du stress et des performances managériales Après dix ans de recherche, huit docteurs en Sciences Humaines ont conçu une méthode innovante au service du savoir-être et

Plus en détail

Esprit critique et dérives psychologique

Esprit critique et dérives psychologique Esprit critique et dérives psychologique L'esprit critique et l'autodéfense intellectuelle... Psy : clés d interprétation de notre environnement La construction et la transmission du savoir recouvre des

Plus en détail

Le programme de soutien des soins primaires pour diabétiques de London : Des soins pour diabétiques différents

Le programme de soutien des soins primaires pour diabétiques de London : Des soins pour diabétiques différents Le programme de soutien des soins primaires pour diabétiques de London : Des soins pour diabétiques différents S U C C E S S S T O R Y 1 Diabetes Care with a Difference: The London Primary Care Diabetes

Plus en détail

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite Guide à l intention des familles AU COEUR du trouble de personnalité limite À propos du trouble de personnalité limite Ce document a été élaboré en 2001 par madame France Boucher, infirmière bachelière,

Plus en détail

TNS Behaviour Change. Accompagner les changements de comportement TNS 2014 TNS

TNS Behaviour Change. Accompagner les changements de comportement TNS 2014 TNS Accompagner les changements de comportement TNS 2014 Comprendre et accompagner les changements de comportement Inciter et accompagner les changements de comportements des individus est un enjeu fondamental

Plus en détail

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire -

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Juin 2009 1 Objectifs Réalisée par CROP pour le compte de l Association québécoise d établissements

Plus en détail

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Mai 2012 Préambule Le contenu et les qualités de l information Les modalités de la délivrance de l information L information du mineur, du

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention,

Plus en détail

Table des matières. D autres prestations peuvent être offertes selon les désirs et besoins spécifiques de chaque institution ou entreprise.

Table des matières. D autres prestations peuvent être offertes selon les désirs et besoins spécifiques de chaque institution ou entreprise. PRESTATIONS _ Table des matières 1 Vivre, communiquer et évoluer ensemble 2 Prendre sa place au sein d un groupe 3 Travailler en réseau 4 Bien vivre les changements 5 Nouvelles situations, nouvelles compétences

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive.

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive. L ANALYSE ET L INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS Une fois les résultats d une investigation recueillis, on doit les mettre en perspective en les reliant au problème étudié et à l hypothèse formulée au départ:

Plus en détail

Le coaching d entreprise. Réalisé par: Tarik KELLAF

Le coaching d entreprise. Réalisé par: Tarik KELLAF Le coaching d entreprise Réalisé par: Tarik KELLAF L intérêt du sujet L importance de la pratique du coaching au sein de l entreprise afin d orienter le personnel, booster sa motivation et mettre en place

Plus en détail

Guide d intervention sur. l intimidation. destiné aux intervenants - 1 -

Guide d intervention sur. l intimidation. destiné aux intervenants - 1 - Guide d intervention sur l intimidation destiné aux intervenants - 1 - Rédaction Linda Laliberté : Mélanie Blais : Michèle Gariépy : Joanie Charrette : Espace Bois-Francs InterVal Pacte Bois-Francs organisme

Plus en détail

Et psy j allais consulter?

Et psy j allais consulter? Et psy j allais consulter? Des conseils pour bien choisir MUTUALITE CHRETIENNE La solidarité, c est bon pour la santé. 2 Sommaire Et psy j allais consulter? 4 Psychologue, psychiatre, psychanalyste et

Plus en détail

Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016

Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016 Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016 Date unique de clôture : 14 septembre 2015 Procédure de demande de financement Cet appel à projets est ouvert aux centres hospitaliers du secteur public,

Plus en détail

Fiche descriptive : DEAMP

Fiche descriptive : DEAMP Fiche descriptive : DEAMP FICHE METIER L'aide médico-psychologique (AMP) exerce une fonction d'accompagnement et d'aide dans la vie quotidienne. A ce titre, il intervient auprès d'enfants, d'adolescents,

Plus en détail