LE BEAU. AU-DELÀ des apparences MALAISE. Samuel Archibald et Geneviève Pettersen. J ai un bar. VIVRE ENSEMBLE le confort et la différence

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE BEAU. AU-DELÀ des apparences MALAISE. Samuel Archibald et Geneviève Pettersen. J ai un bar. VIVRE ENSEMBLE le confort et la différence"

Transcription

1 HYPERLOCAL & INDÉPENDANT Vol. 1 Nº 1 Automne 2014 NOUVEAU et gratuit! LE BEAU MALAISE CHRONIQUE URBAINE VIVRE ENSEMBLE le confort et la différence J ai un bar DANS MA COUR PORTRAIT de FAMILLE Les auteurs Samuel Archibald et Geneviève Pettersen EMBOURGEOISEMENT AU-DELÀ des apparences

2 MERCI À TOUS NOS PARTENAIRES LOCATIFS DE LA RUE MASSON Le groupe Shiller est fier de contribuer au développement de Rosemont depuis 1954 Le Groupe Shiller et ses partenaires de la rue Masson souhaitent bonne chance et longue vie au magazine RueMasson.com et invitent tous ses lecteurs à encourager l achat local! Masson Acomptax Aquarium Café Bar Basha Bijouterie La Puce Boucherie Aux Deux Gaulois Boulangerie de Père en Fils Boutique d animaux Chico Boutique Mystik Brasserie Artisanale La Succursale Brûlerie St.Denis Buffet Casa Corfu Café Lézard Café Starbucks Caisse Desjardins De Lorimier-Villeray Charcuterie Varsovie Chocolaterie du Vieux-Rosemont Dépanneur Couche-Tard Frites Alors! Fruiterie Premier Choix Juste Nouilles L Heureux Bouddha La Culotte à l Envers La Presqu île La Source La Tête Dans Les Chaudrons Le Roi des Impôts Le SuperClub Vidéotron M sur Masson Madre Mëdz Salon Naturiste Nettoyeur De Luxe Oeuf & Bœuf Olive & Olives Pâtes & Compagnie Piri Piri Renaissance Restaurant Bon-D Sport Uptown Studio 3019 Coiffure Sushi Time Tandoori Masson Tik Tak Toc Vêtements Reda groupeshiller.com Karine Brazeau Conseillère en location poste 1512

3 HYPERLOCAL & INDÉPENDANT Vol. 1 Nº 1 Automne 2014 Sommaire 4 À QUI APPARTIENT Rosemont? Est-ce qu un quartier appartient à ses résidents? 6 Les sinueuses définitions DE L'EMBOURGEOISEMENT Phénomène économique et culturel 7 LE PREMIER BOURGEOIS DE ROSEMONT À Rosemont, ils ne datent pas d hier. 10 La nouvelle CLASSE MOYENNE PORTRAIT DE FAMILLE Rencontre avec Samuel Archibald et Geneviève Pettersen 13 J'AI UN BAR dans ma cour Une cohabitation pas toujours harmonieuse 14 LE LOGEMENT Nerf de la guerre L'accessibilité au logement est au cœur de la question de l'embourgeoisement. 17 UN ÉQUILIBRE COMMERCIAL FRAGILE «Pour faire vivre une artère commerciale diversifiée, ça prend de l'argent.» 18 Vivre ensemble LE CONFORT ET LA DIFFÉRENCE On en parle, on l'exige, on la souhaite. Mais qu'apporte la mixité sociale dans un quartier? 19 LE BEAU MALAISE CHRONIQUE mot de la rédaction Sacré papier. Il faut être un peu fous pour publier sur papier en Partout, les journaux ferment ou passent à des versions web. Pourquoi alors se lancer dans cette aventure à contre-courant? Bien établi sur le web depuis cinq ans, RueMasson.com est un média indépendant qui couvre les nouvelles du quartier dans tous les domaines. Nous parlons de ce qui dessine Rosemont : ses résidents, ses entreprises, sa culture, sa vie politique, ses organismes, son architecture, son histoire et son développement. Nous offrons des contenus informatifs sur cet endroit que nous aimons beaucoup. Ce magazine est une corde supplémentaire à notre arc pour couvrir des dossiers de fond. Le papier aura toujours cet indéniable avantage de se transporter facilement et de permettre à tous, technos ou pas, de rester informés. Mais aussi, l espace d un instant, de se débrancher. On peut enfin se concentrer sur un sujet, sans être interrompus toutes les quatre minutes par un texto, une vidéo de chats ou une batterie faible. En lançant le magazine RueMasson.com, on voulait faire les choses différemment. Sortir de l instantanéité, de «l exclusif» et du «dernière heure» pour prendre notre temps. Pour approfondir les histoires qui façonnent l identité de notre quartier. Notre identité. C est notre plaisir et notre privilège de pouvoir en témoigner. Stéphanie Lalut, rédactrice en chef LE MAGAZINE ruemasson.com VOL. 1 Nº 1 AUTOMNE 2014 Éditeur : Factorie l agence Éditeur délégué : André Bérubé Directrice artistique : Mylène Gingras Infographistes : Mariana Marques, Martin Lebrun Directeur de production : Richard Galarneau Chargée de projet : Monique Lampron Coordonnateur : Olivier Badeau Photographe couverture : Jimmy Hamelin Maquilleuse/coiffeuse : Virginie Vandelac Rédaction : RueMasson.com (Hyperlocal Média Inc) Rédactrice en chef : Stéphanie Lalut Journalistes : Cécile Gladel, Lisa Marie Noël Chroniqueur : David Bruneau Réviseurs : Philippe Antoun, Jeanne Lalut Imprimeur : Imprimerie Solisco Distributeurs : Diffumag, Publicité Sauvage Publicité : Factorie l agence Le magazine RueMasson.com est publié par Factorie l agence, 5425, rue de Bordeaux, bureau 329, Montréal QC H2H 2P9. Le contenu du magazine RueMasson.com ne peut être reproduit, en tout ou en partie, sans le consentement écrit de l éditeur. Dépôt légal aux bibliothèques nationales du Québec et du Canada. ISSN

4 À QUI APPARTIENT Rosemont? Par Cécile Gladel et Lisa Marie Noël Est-ce qu un quartier appartient à ses résidents? À ses propriétaires ou à ses locataires? Est-ce que les souhaits de ceux installés depuis trois générations sont plus respectables que ceux des jeunes familles récemment établies ou des étudiants de passage? Il n y a pas de petites réponses. Néanmoins, tout ce beau monde ne voit pas du même œil l embourgeoisement du quartier, inexistant pour les uns, créateur d inégalités pour les autres. La directrice générale de la SDC Promenade Masson, Doris Laflamme, soutient qu il n y a pas d embourgeoisement. «On me dit souvent qu on devient comme le Plateau et je ne suis pas d accord. On n a pas le même type de commerces. On est dans un quartier très familial avec beaucoup de parcs, des centres de loisirs, des écoles et des bibliothèques», soutient celle qui travaille dans Rosemont depuis 31 ans. Même le porte-parole du Front d action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU), François Saillant, qui habite ici depuis les années 90, ne pense pas qu on se soit tellement embourgeoisés. Toutefois, des «signes» sont à surveiller comme l augmentation de la proportion de propriétaires, la perte de logements locatifs et la conversion des immeubles en copropriétés. «On a perdu 3000 logements dans Rosemont entre 2006 et 2011 et on a gagné plus de 5000 propriétés», dit-il. D autres signes ne trompent pas. Les maisonnettes d un étage de type shoebox sont remplacées par des immeubles et des propriétaires transforment leur duplex en maison individuelle. Selon l urbaniste Gérard Beaudet, on assiste à un embourgeoisement léger et graduel. «Certains y trouvent leur compte en vendant leur maison à prix d or pour avoir une retraite confortable. Pour les locataires, c est plus compliqué», reconnaît l universitaire, qui habite lui aussi le quartier. «Rosemont donne l impression d être un quartier relativement aisé. Cette image cache beaucoup de pauvreté qui est dissimulée par les nouveaux développements», soutient Jacques Brosseau, président de la Corporation de développement communautaire de Rosemont (CDC). Un quartier trop à la mode Le quartier est redevenu à la mode depuis une douzaine d années. Il n a même plus besoin du qualificatif de Nouveau-Plateau. Pour Jacques Brosseau, il est clair que cet engouement l a rendu de moins en moins accessible pour les gens à faibles revenus. «Il y a une gentrification majeure. Le défi des groupes communautaires est de soutenir ces personnes pour qu elles fassent valoir leurs droits.» D autres préfèrent parler de revitalisation. Paul Lewis, doyen de la Faculté de l aménagement de l Université de Montréal, leur donne raison. «Sinon on condamne les gens à vivre dans des ghettos. Ça fait des années qu on se plaint que les gens partent en banlieue. Quand ils reviennent ou s ils décident de rester en ville, on les accuse d embourgeoisement?» Le retour de la classe moyenne L arrivée de nouveaux résidents a rajeuni le quartier et a ramené l ambiance qui primait du début du 20 e siècle jusqu aux années 50. «À cette époque, il y avait une diversité de statuts sociaux et économiques. Avec la migration des gens au statut économique le plus élevé vers la banlieue, il y a eu homogénéisation de la population restée sur place. On assiste aujourd hui au retour de résidents avec de bons revenus et donc un retour à la mixité, qui s était atténuée lors de leur départ vers la banlieue», explique Gérard Beaudet. «Sans être richissimes, les nouveaux résidents ont de l argent, sont plus éduqués et plus écologistes», remarque la députée de Gouin Françoise David, qui s est établie dans le Vieux-Rosemont il y a 35 ans. «On ne plantait pas de fleurs quand je suis arrivée», raconte-t-elle. Aujourd hui, les ruelles vertes se multiplient et les citoyens entretiennent les carrés d arbres. Françoise David reconnaît qu on a réussi à maintenir un bel équilibre, mais elle s inquiète grandement pour l accessibilité au logement. Si ces nouveaux arrivants ne sont pas des riches, ils sont loin d être sur le seuil de la pauvreté. Jacques Brosseau se méfie des chiffres. «L indice de pauvreté tend à diminuer lorsque des gens avec des revenus supérieurs s établissent. Les pauvres sont toujours pauvres, mais ils ont l air plus riches, à cause des statistiques qui trompent la réalité!» ruemasson.com p. 4

5 À QUI APPARTIENT Rosemont? Photo : Cécile Gladel Les années tough Rosemont ne l a pas eu facile dans les années En effet, des repaires de criminels avaient pignon sur rue à deux pas de la rue Masson, des explosions de bombes et même des enlèvements faisaient la une des journaux. Doris Laflamme se souvient du temps où plusieurs locaux étaient vacants et où des commerces étaient entre les mains du crime organisé. Elle dit avoir travaillé avec acharnement avec les élus et les autorités pour éradiquer le climat d insécurité qui régnait à cette période. «On a amélioré les commerces et le mobilier urbain. Les gens en profitent et se sentent encore plus chez eux», soutient Mme Laflamme. Le sujet n est pas nouveau Le producteur et agent d artistes Jacques K. Primeau, qui s est fait connaître avec RBO, a été élevé dans Rosemont et y habite encore. Il parlait déjà d embourgeoisement dans les années 80 alors qu il était journaliste, notamment pour CIBL. «Il y a gentrification, mais plus lentement que dans d autres quartiers, et elle est plus harmonieuse. Estce de l embourgeoisement que de vouloir un café au lait et des restaurants de qualité? Alors peut-être que je me suis embourgeoisé Mais je vois des gens de toutes sortes et j ai l impression de vivre dans un endroit avec une belle mixité, ce qui en fait mon quartier préféré.» Il ne faut pas oublier que les mentalités ont changé dans toute la société québécoise. «On ne mange pas aujourd hui comme on mangeait il y a 30 ans, il faut mettre ça en perspective», croit Christian Yaccarini, président et chef de la direction de la Société de développement Angus, qui habite le quartier depuis Les gens ne se contentent plus du cheddar jaune ou du vin en vinier, savent cuisiner le quinoa, troquent le café filtre pour un espresso allongé et sont soucieux de leur alimentation. Cette demande se reflète dans l offre commerciale. De nouveaux restos gastronomiques ouvrent leurs portes, les anciennes tavernes deviennent des bars prisés et le barbier du coin passe son ciseau aux chics stylistes. Mais il demeure toujours dans le quartier les magasins à 1 $, les prêteurs sur gages, les restos rapides et les boutiques d articles usagés. «On continue d avoir des magasins pour les gens avec moins de sous. J espère que ça va rester comme ça», précise la députée Françoise David. Denis Leclerc, directeur général de la CDC Rosemont fait le même souhait. «La cohabitation est harmonieuse entre des gens de différentes classes sociales et de différents horizons. C est ça la beauté de Rosemont!» UN PLACEMENT TOUT-EN-UN POUR AMINA MAMAN ORGANISÉE LES PORTEFEUILLES DIAPASON UNE OCCASION À SAISIR MAINTENANT Facilitez-vous la vie avec un placement qui se gère tout seul et qui offre un bon potentiel de rendement. Parlez-en à votre conseiller de la Caisse Desjardins De Lorimier-Villeray desjardins.com/diapason Les Fonds Desjardins ne sont pas garantis, leur valeur fluctue fréquemment et leur rendement passé n est pas indicatif de leur rendement futur. Un placement dans un organisme de placement collectif peut donner lieu à des frais de courtage, des commissions de suivi, des frais de gestion et d autres frais. Veuillez lire le prospectus avant d investir. Les Fonds Desjardins sont offerts par des courtiers inscrits dont Desjardins Cabinet de services financiers inc., un courtier en épargne collective appartenant au Mouvement Desjardins, qui distribue les Fonds dans les caisses du Québec et de l Ontario ainsi qu au Centre financier Desjardins. ruemasson.com p. 5

6 Les sinueuses définitions de l embourgeoisement Par David Bruneau et Cécile Gladel Gentrification, embourgeoisement, revitalisation, régénération, les termes ne manquent pas pour tenter d identifier ce phénomène qui est certes économique, mais également social et culturel. Certains préfèrent utiliser le terme gentrification, qui vient de l anglais gentry. Considéré comme un anglicisme, gentry fait référence à la noblesse, ce qui n est pas le cas du terme «bourgeois». Sa première utilisation remonte à 1963 par la sociologue britannique Ruth Glass dans une étude portant sur la ville de Londres. En quelques mots, l embourgeoisement c est «l arrivée de classes sociales supérieures qui s installent dans des quartiers ouvriers», résume Paul Lewis, doyen de la Faculté de l aménagement de l Université de Montréal. Sauf que les quartiers de Montréal que l on dit gentrifiés ou embourgeoisés comme Rosemont La Petite-Patrie, le Plateau-Mont-Royal et Villeray ne sont pas historiquement seulement ouvriers. Même Hochelaga abritait le bourgeois village de Maisonneuve. «Ces quartiers étaient mixtes avec des rues de petits bourgeois et d ouvriers», explique Paul Lewis. La rue Dandurand en est un exemple éloquent : les immeubles sont de plus en plus bourgeois au fur et à mesure qu on avance vers Pie-IX; on se logeait ainsi plus loin du bruit et de la pollution des usines. Phénomène économique et culturel On peut avoir tendance à voir l embourgeoisement comme étant essentiellement un phénomène économique. C est un peu ce que croyait le défunt géographe britannique Neil L. Smith qui a proposé un indicateur, le «différentiel de loyer», qui analyse l écart entre l évolution des revenus des résidents et l évolution de la valeur foncière des immeubles. En d autres mots : si le revenu des résidents augmente plus rapidement que la valeur foncière, c est que le quartier a un bon potentiel de gentrification (c est le terme qu il utilisait). Cette définition réduit l embourgeoisement à un phénomène essentiellement spéculatif où les résidents-propriétaires sont d abord des acteurs économiques attirés par le profit et les bonnes affaires. Le choix d un quartier n est pourtant pas qu une affaire d argent. Il faut considérer l aspect culturel. Car au-delà du prix d un condo ou d un plex et du nombre de restaurants trois étoiles à distance de marche, parmi les «facteurs d attraction» on trouve des concepts plus symboliques comme le besoin d identité et de différenciation, le mode de vie, «l ambiance», la qualité et la variété des services. Ainsi, l essor des ruelles vertes dans le quartier, l accès à une certaine offre culturelle de proximité (cinéma, expositions, concerts dans les parcs), l accès à des produits biologiques et «équitables» et des initiatives simples comme les bibliothèques libre-service sont des exemples de facteurs attractifs du quartier qui caractérisent l embourgeoisement culturel. Sur la résonance des mots Si «embourgeoisement» et «gentrification» ont une connotation négative, il en est autrement de «revitalisation». Dans le cas de Rosemont, il serait juste de prétendre que le quartier vit d abord une revitalisation, si on tient compte du fait qu il a été plus riche dans le passé. Si toute revitalisation ne mène pas systématiquement à un embourgeoisement, elle en est souvent un catalyseur. Chose certaine, la mutation des quartiers centraux est un sujet d actualité dans la plupart des grandes villes du monde. ruemasson.com p. 6

7 LE PREMIER BOURGEOIS DE ROSEMONT Par Lisa Marie Noël À Rosemont, les bourgeois ne datent pas d hier. Grâce à quelques recherches historiques, on a retrouvé le premier bourgeois en 1871! En 1871, un habitant de la Côte-de-la-Visitation (le village avant Rosemont) déclare, comme profession, être bourgeois. Il s agit de Hardoin Lyonais, 63 ans. Il habite sur la rue Colborne (aujourd hui De Lorimier) avec son épouse Henriette et ses enfants, alors dans la vingtaine. Ses trois fils aînés sont respectivement imprimeur, teneur de livres et étudiant. Mais Côte-de-la-Visitation est loin d être un quartier chic de Montréal. Il s agit plutôt d une paroisse agricole fondée en Le village se résume alors à quelques fermes parsemées le long du chemin de la Côte-de-la-Visitation, aujourd hui le boulevard Rosemont. Des champs à perte de vue Plusieurs terres appartiennent déjà à des familles dont le nom perdure : les Nesbitt, Molson ou Bourbonnière. Les familles anglophones et francophones se côtoient et un peu plus de la moitié de la population est canadienne-française. L immense terre Crawford, une des plus grandes du village, deviendra le lieu des premiers développements du Vieux-Rosemont. RECENSEMENT DE des 139 travailleurs sont cultivateurs 440 personnes réparties dans 73 familles 246 Canadiens-français 106 Irlandais 61 Écossais 27 Anglais Une grande proportion des travailleurs de Côte-de-la-Visitation sont des agriculteurs. Dans les années 1880, en plus de cultiver la terre, au moins sept familles du village font l élevage de vaches laitières de race Ayrshire. James Drummond, qui possède une terre aux alentours de l actuelle avenue Bourbonnière, est un prospère éleveur de vaches. Photo : istock En 1871, on retrouve entre autres au village une dizaine de charrons et d apprentis (fabricants de chariots et brouettes), presque autant de forgerons, quatre couturières, trois cordonniers, une institutrice, un étudiant en philosophie et notre fameux bourgeois. On compte également une trentaine de journaliers. Ces derniers pouvaient aussi bien travailler dans les fermes du village que dans les carrières de calcaire qui se trouvaient à proximité. Le promoteur U.H. Dandurand nomme Rosemont en l'honneur de sa mère Rose Phillips. ORIGINE DES TRAVAILLEURS EN Français 165 Anglais 25 Écossais 24 Italiens 21 Irlandais 11 Autres Source : Société d'histoire Rosemont-Petite-Patrie 5 Chinois 4 Polonais 2 Inconnus ou illisibles 1 Grec 1 Russe BRAVO à RueMasson.com pour cette parution papier. Vous êtes précieux dans notre quartier par la qualité de vos informations et par vos commentaires pertinents. Longue vie! FRANÇOISE DAVID Députée de Gouin ruemasson.com p. 7

8 Rosemont est loin d être un quartier résidentiel confortable. Les égouts et l éclairage de rue ne commencent à être construits qu à partir de 1907 et de façon plutôt imparfaite. Les résidences sont également à proximité des usines Angus et des carrières de calcaire que l on retrouvait à l époque à Montréal. Fermées dans les années 1930, ces carrières sont pour la plupart devenues des parcs (Pélican, Lafond, Père-Marquette, Jardin botanique). Usine Angus : entrée de la rue Rachel Mettre Rosemont sur les rails Source : Société d'histoire Rosemont-Petite-Patrie En 1903, les promoteurs immobiliers Ucal-Henri Dandurand et Herbert Samuel Holt (des bourgeois) achètent la terre du défunt cultivateur Alexandre Crawford qui est laissée à l abandon (les limites approximatives sont de la 1 ère à la 10 e Avenue et du boulevard Rosemont jusqu au boulevard St-Joseph). Ils divisent cette terre en lots pour les vendre aux futurs ouvriers des usines Angus, grand atelier de fabrication de matériel ferroviaire du Canadien Pacifique. C est ainsi qu une partie du village de la Petite-Côte devient Rosemont. Entre 1906 et 1910, différents territoires de Rosemont sont successivement annexés à la Cité de Montréal. Les rues du Vieux-Rosemont portent des noms de bourgeois notables : Holt et Dandurand bien sûr, mais aussi Masson, qui est le premier millionnaire canadien-français. Ça roule pour le quartier À son ouverture, l usine embauche plusieurs milliers d ouvriers. Mais ceux-ci n adoptent pas instantanément Rosemont comme lieu de résidence. L essor démographique se remarque davantage durant la décennie , selon Marie-Hélène Lachance, auteure du mémoire De l espace rural à la banlieue industrielle : le quartier Rosemont de 1892 à En se basant sur le recensement de 1911, elle indique que Rosemont comporte «une population ouvrière comptant une majorité de travailleurs qualifiés disposant de salaires relativement élevés. Contrairement à d autres quartiers ouvriers, une proportion importante des chefs de ménage sont propriétaires de leur logement. Même si plusieurs groupes ethniques sont représentés, la population est surtout partagée entre Canadiens-français et Canadiens-anglais sans toutefois qu il y existe de différenciation spatiale». La rue Masson est ouverte en 1904, mais prend son réel essor commercial dans les années Avec les Amis du Jardin botanique de Montréal profitez d une porte ouverte sur la nature! Famille : 84 $ Adulte : 45 $ Aîné : 42 $ Étudiant : 34 $ Incluant un abonnement à la revue Quatre-Temps. Tous les détails sur : amisjardin.com ruemasson.com p. 8

9 LE PREMIER BOURGEOIS DE ROSEMONT Au fil du temps on y retrouve des boutiques de vêtements, des magasins à rayons, des cinémas, des tavernes, des ferronneries, des marchés rien de bien bourgeois. La rue Masson connaît un coup dur avec l ouverture des premiers centres commerciaux à Montréal dans les années 1950 comme le centre Le boulevard situé au coin des rues Jean-Talon et Pie-IX. Dans les années 30, il y a encore quelques fermes, mais l ensemble résidentiel continue à progresser. Le début de la fin Pendant la Deuxième Guerre mondiale, les usines Angus roulent au maximum avec près de employés qui s affairent à construire des chars d assaut. Mais après la guerre, la demande pour du matériel ferroviaire décline. Dans les années 50, l automobile gagne en popularité suivie du transport aérien dans les années 60. Ce qu il y a de bourgeois et de mieux nantis s exile en banlieue, considérée à l époque comme le nouvel Eldorado. En 1970, une grande partie de l usine Angus ferme, puis, en 1992, on met la clé dans la porte de tout le complexe industriel. C est la crise! Dans les années 1980, les temps sont durs dans Rosemont, mais aussi dans tout Montréal. Les secteurs industriels très lucratifs qui ont fait la gloire de Montréal n ont plus la cote. «L annonce de la fermeture des usines Angus en 1991, montre bien qu une page de l histoire manufacturière de Montréal est tournée», écrit l historien Paul-André Linteau dans Histoire de Montréal depuis la Confédération. Les vieux quartiers en voie de désindustrialisation, comme Rosemont, sont durement touchés par le chômage. De plus, la population fait face à une pénurie de logements et les taux d intérêt atteignent des sommets himalayens! TAUX D INTÉRÊT DES PRÊTS HYPOTHÉCAIRES Septembre 1981 : 21,46 % Mars 1982 : 19,41 % Octobre 1982 : 16,2 % Taux sur 5 ans. Source : Banque du Canada Entre en scène la riche société Marathon, une filiale du Canadien Pacifique, qui entend développer Rosemont à sa manière, c est-à-dire en construisant un immense centre commercial d un million de pieds carrés et places de stationnement. Pour ce faire, elle vise le grand terrain de 100 acres à l est de St-Michel, laissé vacant par la première fermeture des usines Angus dans les années Menés par Allan Koury, propriétaire de la Mercerie Allan, les petits commerçants de la rue Masson s opposent farouchement à la venue du centre commercial, qu ils voient comme un concurrent. De leur côté, les associations de locataires réclament du logement abordable, qui manque cruellement dans le quartier. À coup de consultations et de pressions politiques, les Rosemontois obtiennent que la Ville de Montréal et le gouvernement du Québec achètent le terrain. C est ensuite l OBNL la Société des terrains Angus (SOTAN) qui a le mandat de le réaménager (de 1983 à 1993). Les associations de locataires maintiennent la pression pour que des logements sociaux soient construits. Afin de permettre à tous de s y installer, autant les mieux nantis que les populations à plus faible revenu, logements sont construits dont 40 % sont des coopératives ou des logements sociaux. Parmi les nouveaux noms de rue de ce développement à forte mixité sociale, on rend hommage non seulement à des bourgeois (les notaires Guillet et l ingénieur Marius Dufresne) mais aussi à un ouvrier, Moïse Picard, chaudronnier aux usines Angus. BISTRO DE QUARTIER 2876, rue Masson msurmasson.com ruemasson.com p. 9

10 PORTRAIT DE FAMILLE La nouvelle CLASSE MOYENNE Samuel Archibald et Geneviève Pettersen Par Cécile Gladel Elle est chroniqueuse. Il est professeur. Ils partagent un amour pour l écriture, deux enfants, bientôt trois, un colley qui s exprime un peu trop et un petit cottage du début du 20 e siècle aux planchers à géométrie variable. Très loin de leur Saguenay natal, ils ont choisi de s enraciner à Rosemont pour élever leur famille. Ce couple, c est d abord Geneviève Pettersen, alias Madame Chose. Sa chronique dans La Presse+ offre aux lecteurs des conseils naviguant entre la philosophie, la nostalgie et un pragmatisme bien assumé. La Déesse des mouches à feu, son premier roman, a été bien accueilli tant par la critique que par le public. Son mari Samuel Archibald (ils se sont mariés devant le notaire en haut d un Jean Coutu), auteur du roman Arvida, est professeur au Département d études littéraires de l UQAM. Son essai Le sel de la terre : confessions d un enfant de la classe moyenne, publié en 2013 par Atelier 10, examinait notre relation mitigée avec cette notion de classe moyenne. Sous le charme Habitant le quartier depuis sept ans, ils se plaisent à dire que Rosemont les a choisis. «Avant, on habitait Hochelaga-Maisonneuve. En déménageant ici, je n étais pas certaine d aimer le coin. Ce n était pas très bien desservi par le transport en commun», se rappelle Geneviève. «Ça ne l est toujours pas!», réplique Samuel. Après deux semaines, elle avait changé d avis. «Pour la première fois, j avais le sentiment d être chez moi, peut-être car j avais des enfants. J aime le côté village de Rosemont, les petits vieux, les ruelles qui sont moins trash. On parle à nos voisins et on ne peut pas aller sur Masson sans rencontrer quelqu un qu on connaît, comme à Chicoutimi.» Ce choix, ils l ont fait aussi pour la qualité de vie et pour les espaces publics qui sont vivants. «J ai peur pour la survie de ces espaces en banlieue et en région. Les enfants jouent dans les cours. Ici, en ville, on sort, on va au parc Lafond rencontrer les amis, à la piscine, dans les commerces», constate Samuel Archibald. Et dans la ruelle. «À 17 h, c'est l heure magique dans notre ruelle, les mêmes familles y jouent. En hiver, c est la guerre des tuques!», ajoute la jeune maman. «Dans Rosemont, il y a un fond ouvrier, une vraie classe moyenne, ça nous ressemblait plus», souligne son mari. ruemasson.com p. 10

11 ENTREVUE Rester en ville : un défi financier Le couple a acheté dans le Vieux-Rosemont à l est de Saint-Michel. Un achat qu ils ne pourraient plus se permettre. «Aujourd hui, acheter l équivalent aurait été impossible avec la montée fulgurante des prix. Mais Rosemont est encore un coin où les familles peuvent devenir propriétaires», concède Samuel. «À Montréal, on est très chanceux par rapport à des villes comme Toronto, New York ou Paris, où il faut être riche pour habiter au centre-ville.» Ils se défendent bien d être des gentrificateurs. Au contraire, les voisins étaient bien heureux qu une famille achète la maison, qu ils comptent rénover en respectant l architecture d origine. Le couple avoue avoir fait un effort financier lourd de conséquences pour rester en ville, par choix. «Ceux qui disent qu on est riches devraient regarder notre compte de banque. Le côté négatif de la popularité du quartier, c est qu on a de la misère à payer nos taxes qui augmentent. Les riches, ils sont plutôt dans Angus mais on est toujours le bourgeois de quelqu un d autre», lance Geneviève. Photos : Jimmy Hamelin ruemasson.com p. 11

12 ENTREVUE Un peu cliché? Parlant de bourgeois, se sentent-ils vaguement comme les dignes représentants d une certaine classe sociale accusée d envahir le quartier? «Jamais personne ne nous a fait de reproches. Et nous sommes des piliers chez Corvette!» dément avec humour Samuel. Ils se sont toujours sentis bien accueillis et bienvenus. RueMasson.com c est une équipe dynamique, toujours à l avant-garde, des passionnés de leur quartier, un média de qualité et de proximité. Tout simplement, un incontournable dans Rosemont! JEAN-FRANÇOIS LISÉE Député de Rosemont 3308, boulevard Rosemont jflisee.org «Je vois un changement de clientèle à l école de nos enfants, les gens ne sont pas plus riches, mais ils n ont pas les mêmes préoccupations, les mêmes métiers. Il y a maintenant plus d artistes et de professionnels», soutient Geneviève. Son conjoint n est pas totalement d accord. «Il y a toujours des familles défavorisées, même s il est vrai qu elles sont moins nombreuses. De toute manière, la classe moyenne est loin d être homogène.» Contrairement à Samuel, Geneviève n aime pas les bars de la rue Masson. «Je suis une vraie grand-mère, je ne sors pas et je n aime pas la faune qui les fréquente. Rosemont s est plutôt endouchifié», dit-elle en conjuguant le mot «douchebag». Si la jeune femme fuit les foules devant les bars, le couple fait ses courses dans les commerces du quartier : chez Paulines, Pâtes et compagnie, le Frigo de Bacchus, La Culotte à l Envers, Tik Tak Toc. «Notre but est d en faire le plus possible à pied.» Mais Geneviève avoue fréquenter assidûment le Loblaws depuis qu elle a une voiture. «L auto est l ennemi des petits commerces», conclut-elle. Les deux ont toujours un projet d écriture sous le coude. Geneviève Pettersen publie un nouveau livre Vie et mort du couple, du dating au divorce le 27 octobre, aux éditions La Presse et prépare une BD dont l action se déroulera dans le quartier. Samuel Archibald sortira deux romans jeunesse début ruemasson.com p. 12

EXEMPLE DE QUESTIONNAIRE SONDAGE

EXEMPLE DE QUESTIONNAIRE SONDAGE BOÎTE À OUTILS DU PROJET VERSION JUIN 2012 EXEMPLE DE QUESTIONNAIRE SONDAGE Sondage en ligne du QVAS PlateauEst Juin 2010 Toute forme de reproduction et de diffusion des outils du projet QVAS est encouragée

Plus en détail

LA CAISSE DESJARDINS DE QUÉBEC

LA CAISSE DESJARDINS DE QUÉBEC GUIDE À L USAGE DE L EMPLOYEUR LA CAISSE DESJARDINS DE QUÉBEC un partenaire incontournable dans l intégration réussie de votre main-d œuvre immigrante Visitez-nous au desjardins.com/caissedequebec Être

Plus en détail

coopératives d habitation

coopératives d habitation Répertoire des coopératives d habitation dans le quartier Rosemont à Montréal 2 Les coopératives d habitation Qui vit dans une coopérative Qu est-ce qu une coopérative C est une personne morale regroupant

Plus en détail

JOLY Mélissandre, Mai 2012 Etudiante infirmière 3 ème année. STAGE à L ETRANGER MONTREAL, CANADA. Explo ra Sup. IFSI Rockefeller, Lyon

JOLY Mélissandre, Mai 2012 Etudiante infirmière 3 ème année. STAGE à L ETRANGER MONTREAL, CANADA. Explo ra Sup. IFSI Rockefeller, Lyon JOLY Mélissandre, Mai 2012 Etudiante infirmière 3 ème année STAGE à L ETRANGER MONTREAL, CANADA Explo ra Sup IFSI Rockefeller, Lyon 1 Introduction J ai effectué un stage infirmier dans une maison de santé

Plus en détail

Planification financière personnalisée pour :

Planification financière personnalisée pour : Document 2.2 Planification financière personnalisée pour : Questionnaire n o 1 Profil de la situation financière personnelle et familiale Date : Lieu : Questionnaire n o 1 Profil de la situation personnelle

Plus en détail

Résultats de l enquête auprès des consommateurs, des gens d affaires et des travailleurs de Marieville

Résultats de l enquête auprès des consommateurs, des gens d affaires et des travailleurs de Marieville Résultats de l enquête auprès des consommateurs, des gens d affaires et des travailleurs de Marieville Présentation préparée pour le Comité consultatif de revitalisation du centre-ville de Marieville Caroline

Plus en détail

MÉMOIRE SUR LE PROJET DE PLAN D ACTION FAMILLE DE MONTRÉAL

MÉMOIRE SUR LE PROJET DE PLAN D ACTION FAMILLE DE MONTRÉAL MÉMOIRE SUR LE PROJET DE PLAN D ACTION FAMILLE DE MONTRÉAL NOVEMBRE 2007 Montréal, le 23 novembre 2007 À l attention de Madame Jocelyne Beaudet, Présidente Commission de l Office de consultation publique

Plus en détail

MES BESOINS ET MES VALEURS

MES BESOINS ET MES VALEURS MES BESOINS ET MES VALEURS Besoins : C est ce qu il faut pour me sentir bien avec moi-même. Exemples : - Pour me sentir bien, j ai besoin d être assuré d une grande sécurité d emploi. - Pour me sentir

Plus en détail

Sommaire. www.guidesulysse.com. http://www.guidesulysse.com/catalogue/ficheproduit.aspx?isbn=9782894644591

Sommaire. www.guidesulysse.com. http://www.guidesulysse.com/catalogue/ficheproduit.aspx?isbn=9782894644591 Sommaire www.guidesulysse.com 8Sommaire Introduction 12 1 La question financière 15 Coût des études universitaires 17 Budget minimum pour étudier à Montréal 18 Se faire un budget 18 La grille budgétaire

Plus en détail

Contact Personnel. Personal Contact. Chers partenaires,

Contact Personnel. Personal Contact. Chers partenaires, Édition du printemps 2012 Bulletin d information pour les partenaires de La Personnelle Chers partenaires, Comme annoncé en novembre dernier, notre équipe de la commercialisation a travaillé, au cours

Plus en détail

Comment faire fortune grâce à l immobilier?

Comment faire fortune grâce à l immobilier? Comment faire fortune grâce à l immobilier? Un E-book qui vous explique les différents types d investissements. Saviez-vous qu il existe des techniques qui ne requièrent aucun temps et qui sont très rentables?

Plus en détail

Perplex & Duplex O4-005 Version 2014

Perplex & Duplex O4-005 Version 2014 Perplex & Duplex O4-005 Version 2014 ÉNONCÉ PROGRAMME DE FORMATION PROFESSIONNELLE CPA CANADA Mise à jour par : MARJOLAINE BEAUDRY, CPA, CA Ordre des comptables professionnels agréés du Québec CPA Canada,

Plus en détail

Reconduire le programme AccèsLogis Québec et assurer un développement soutenu de logements sociaux et communautaires

Reconduire le programme AccèsLogis Québec et assurer un développement soutenu de logements sociaux et communautaires Reconduire le programme AccèsLogis Québec et assurer un développement soutenu de logements sociaux et communautaires Automne 2014 UN PROGRAMME PERTINENT ET NÉCESSAIRE Les besoins de logements abordables

Plus en détail

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011 Septembre 2011 Faits saillants Selon les données émises par la Chambre immobilière du Grand Montréal, la revente de résidences dans l agglomération de Montréal a atteint les 16 609 transactions en 2010,

Plus en détail

Stratégie locale d inclusion de logements sociaux et abordables et de lutte à l insalubrité

Stratégie locale d inclusion de logements sociaux et abordables et de lutte à l insalubrité Stratégie locale d inclusion de logements sociaux et abordables et de lutte à l insalubrité Introduction Un milieu de vie inclusif et sain Rosemont La Petite-Patrie est reconnu comme un milieu de vie complet

Plus en détail

RE/MAX Du Cartier A.S. - Division Commerciale

RE/MAX Du Cartier A.S. - Division Commerciale RE/MAX Du Cartier A.S. - Division Commerciale Un chef de file dans les immeubles à revenus au Québec! RE/MAX Du Cartier A.S. Division Commerciale 1290 Avenue Bernard Montréal (QC) H2V 1V9 Albert Sayegh

Plus en détail

QUESTIONNAIRE N O I PROFIL DE LA SITUATION PERSONNELLE ET FAMILIALE

QUESTIONNAIRE N O I PROFIL DE LA SITUATION PERSONNELLE ET FAMILIALE QUESTIONNAIRE N O 1 1 QUESTIONNAIRE N O I PROFIL DE LA SITUATION PERSONNELLE ET FAMILIALE 1. Renseignements généraux Nom(s) et prénom(s) État civil Date de naissance (âge) Occupation(s) Adresse Résidence

Plus en détail

La différence COMMUNAUTAIRE

La différence COMMUNAUTAIRE LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF EN HABITATION La différence COMMUNAUTAIRE LE RQOH, UN RÉSEAU EN MOUVEMENT! Les OSBL d habitation Au Québec, des organismes sans but lucratif (OSBL) ont mis en place des

Plus en détail

RAPPORT Marche exploratoire. Réalisée à Montréal, dans le quartier de Verdun District Champlain Île-des-Sœurs. PRÉSENTÉ PAR Action Prévention Verdun

RAPPORT Marche exploratoire. Réalisée à Montréal, dans le quartier de Verdun District Champlain Île-des-Sœurs. PRÉSENTÉ PAR Action Prévention Verdun RAPPORT Marche exploratoire Réalisée à Montréal, dans le quartier de Verdun District Champlain Île-des-Sœurs PRÉSENTÉ PAR Action Prévention Verdun Le 7 mai 2014 Table des matières Préambule... 3 Mise en

Plus en détail

Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux

Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux Symposium international sur les services bancaires postaux John Anderson 613-290-0016 andersjs1@gmail.com «Ils sont des millions à ne pas avoir

Plus en détail

faut le voir pour le croire!

faut le voir pour le croire! cahier spécial Produit par 8 pages Un concept unique au Canada! l incroyable succès de la formule condo 5042213 un investissement incroyable découvrez LE DOMAINE DE LA FLORIDA C EST quoi? 2 LE DOMAINE

Plus en détail

L accessibilité universelle : Un engagement de la Ville de Montréal Des réalisations concrètes (Version en langage simplifié) Édition 2010

L accessibilité universelle : Un engagement de la Ville de Montréal Des réalisations concrètes (Version en langage simplifié) Édition 2010 L accessibilité universelle : Un engagement de la Ville de Montréal Des réalisations concrètes (Version en langage simplifié) Édition 2010 Table des matières Lexique... 5 Mot du maire Gérard Tremblay...

Plus en détail

Présentation. Villeray Saint-Michel Parc-Extension

Présentation. Villeray Saint-Michel Parc-Extension Villeray Saint-Michel Parc-Extension Présentation Villeray Saint-Michel Parc-Extension est l un des arrondissements centraux de la ville de Montréal. Bordés au nord par Ahunstic-Cartierville et Montréal-Nord,

Plus en détail

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire PROJET D ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE OCTOBRE 2014 TABLE DES MATIÈRES POURQUOI UN ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE?...

Plus en détail

GATINEAU, QUÉBEC, LE 7 MAI 2007. Société d=histoire de l=outaouais C.P. 1007, Succ. Hull Gatineau (Québec) J8X 3X5 michel.prevost@uottawa.

GATINEAU, QUÉBEC, LE 7 MAI 2007. Société d=histoire de l=outaouais C.P. 1007, Succ. Hull Gatineau (Québec) J8X 3X5 michel.prevost@uottawa. MÉMOIRE DE LA SOCIÉTÉ D'HISTOIRE DE L'OUTAOUAIS SOUMIS À LA SÉANCE EXTRAORDINAIRE DU COMITÉ CONSULTATIF D URBANISME SUR L AVENIR DU CENTRE-VILLE DE GATINEAU GATINEAU, QUÉBEC, LE 7 MAI 2007 Société d=histoire

Plus en détail

PLAN D ACTION 2014-2015 Présenté à l assemblée générale annuelle du 18 juin 2014

PLAN D ACTION 2014-2015 Présenté à l assemblée générale annuelle du 18 juin 2014 PLAN D ACTION 2014-2015 Présenté à l assemblée générale annuelle du 18 juin 2014 NOTE Il faut considérer que le CV est constitué d une petite équipe et de finances limitées. Il faut conserver de l espace

Plus en détail

Le marché locatif de la RMR de Montréal

Le marché locatif de la RMR de Montréal Le marché locatif de la RMR de Montréal DAVID L HEUREUX Analyste principal de marché, SCHL Votre clientèle locative Au programme L état du marché locatif Texte Votre clientèle locative Tendances et perspectives

Plus en détail

Mon argent pour la vie

Mon argent pour la vie Mon argent pour la vie Bâtir son épargne. Protéger ses avoirs. Prendre sa retraite en toute confiance. QUESTIONNAIRE SUR LE STYLE DE VIE À LA RETRAITE NAME DATE CURRENT AGE AGE YOU HOPE TO RETIRE La vie

Plus en détail

Un milieu de vie à définir > imaginer

Un milieu de vie à définir > imaginer Programme particulier d urbanisme Secteur Henri-Bourassa Ouest Un milieu de vie à définir > imaginer > intégrer > partager > créer Cahier du participant ateliers de réflexion mai 2013 Introduction Le Plan

Plus en détail

Les médias en quelques statistiques

Les médias en quelques statistiques Les médias en quelques statistiques Daniel Giroux Secrétaire général, Centre d études sur les médias, Université Laval Avec la collaboration de Sébastien Charlton Le fait que les Québécois passent de plus

Plus en détail

Est-ce que les coopératives d habitations sont des résidences universitaires traditionnelles?

Est-ce que les coopératives d habitations sont des résidences universitaires traditionnelles? FAQ // coopératives d habitations étudiante Est-ce que les coopératives d habitations sont des résidences universitaires traditionnelles? Pas du tout! Mise à part qu elles soient dédiées à la population

Plus en détail

Un guichet unique auquel confier l ensemble de vos communications

Un guichet unique auquel confier l ensemble de vos communications Un guichet unique auquel confier l ensemble de vos communications Dossier de présentation Mission Comm1tout est un guichet unique auquel confier l ensemble de vos communications! Relations publiques, conception

Plus en détail

HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Continuers. (Section I Listening and Responding) Transcript

HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Continuers. (Section I Listening and Responding) Transcript 2014 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript Familiarisation Text M: Bonjour Yasmine. Ça va? F: Ah bonjour! Oui, ça va bien. Écoute, ce weekend

Plus en détail

Mémoire de la FOHM présenté à l office de consultations publique de Montréal sur. Le 7400 St Laurent

Mémoire de la FOHM présenté à l office de consultations publique de Montréal sur. Le 7400 St Laurent Mémoire de la FOHM présenté à l office de consultations publique de Montréal sur Le 7400 St Laurent Décembre 2010 PRÉSENTATION DE LA FOHM La Fédération des OSBL d habitation de Montréal (FOHM) est une

Plus en détail

pôle position Le 7250 Mile-End allie emplacement pratique et choix stratégique.

pôle position Le 7250 Mile-End allie emplacement pratique et choix stratégique. pôle position Le 7250 Mile-End allie emplacement pratique et choix stratégique. Avec une superficie totale de plus de 300 000 pi ca répartie sur 8 étages, cet immeuble de bureaux propose de vastes espaces

Plus en détail

TIM S.A., une aventure d Homme

TIM S.A., une aventure d Homme Comité d entreprise 1 Sommaire Edito de M. Hans-Jürgen Hellich, Directeur Général de Tim SA p. 9 Edito de Cyril Terrière, Secrétaire du Comité d Entreprise Tim SA p. 11 Itinéraires croisés d une entreprise

Plus en détail

FKF34005 (10-13) Investir en harmonie avec votre style de vie. 69061_Broch_FED_FKF34005.indd 2

FKF34005 (10-13) Investir en harmonie avec votre style de vie. 69061_Broch_FED_FKF34005.indd 2 FKF34005 (10-13) Investir en harmonie avec votre style de vie 69061_Broch_FED_FKF34005.indd 2 13-09-27 17:26 LES PORTEFEUILLES DIAPASON Plus qu une solution pour vos placements Vous avez des obligations

Plus en détail

Indications pédagogiques E2 / 42

Indications pédagogiques E2 / 42 à la Communication Objectif général Indications pédagogiques E2 / 42 E : APPRECIER UN MESSAGE Degré de difficulté 2 Objectif intermédiaire 4 : PORTER UN JUGEMENT SUR UN MESSAGE SIMPLE Objectif opérationnel

Plus en détail

TÂCHE 1 - INTERACTION FICHE Nº 1

TÂCHE 1 - INTERACTION FICHE Nº 1 TÂCHE 1 - INTERACTION FICHE Nº 1 Temps de préparation : 1 minute Intervention par couple : 4-5 minutes CANDIDAT A CADEAU D ANNIVERSAIRE Votre collègue et vous allez acheter un CADEAU D ANNIVERSAIRE pour

Plus en détail

RACHETER OU REMBOURSER UN CREDIT

RACHETER OU REMBOURSER UN CREDIT RACHETER OU REMBOURSER UN CREDIT Faites le bon choix et appréciez le bonheur d une vie sans dette C est plus simple qu il n y parait Avertissement : Toute reproduction, intégrale ou partielle, ou toute

Plus en détail

Mémoire de la Corporation de développement communautaire de Côte-des-Neiges portant sur le projet de Schéma d aménagement et de développement de l

Mémoire de la Corporation de développement communautaire de Côte-des-Neiges portant sur le projet de Schéma d aménagement et de développement de l Mémoire de la Corporation de développement communautaire de Côte-des-Neiges portant sur le projet de Schéma d aménagement et de développement de l agglomération de Montréal Novembre 2014 Mémoire sur le

Plus en détail

Une offre à la hauteur de votre réussite

Une offre à la hauteur de votre réussite Offre Distinction Avantages pour les membres particuliers Transactions courantes Une offre à la hauteur de votre réussite Desjardins est fier d être partenaire de l Association du Jeune Barreau de Montréal

Plus en détail

VOTRE BILAN. VOTRE ACTIF Vous Votre conjoint. Liquidités Comptes chèques Comptes épargne Obligations d épargne Autres. Sous-total!

VOTRE BILAN. VOTRE ACTIF Vous Votre conjoint. Liquidités Comptes chèques Comptes épargne Obligations d épargne Autres. Sous-total! VOTRE BILAN 6455, rue Jean-Talon Est VOTRE ACTIF Vous Votre conjoint Liquidités Comptes chèques Comptes épargne Obligations d épargne REÉR et régimes de retraite Placements garantis Fonds d investissement

Plus en détail

CONSOLIDATION des ESPACES OUVERTS

CONSOLIDATION des ESPACES OUVERTS PPU Le Quartier Latin - Îlot Saint-Sulpice CONSOLIDATION des ESPACES OUVERTS NOVEMBRE 2012 LES TERRASES ST-SULPICE PPU Le Quartier Latin - Îlot Saint-Sulpice Plan d actions du Quartier Latin CONSOLIDATION

Plus en détail

Recommandez Sunrise. Un partenaire de confiance.

Recommandez Sunrise. Un partenaire de confiance. Recommandez Sunrise Un partenaire de confiance. Soins de longue durée et soins pour personnes semi-autonomes Soins pour personnes souffrant de l Alzheimer ou éprouvant des troubles de la mémoire Soins

Plus en détail

L ANALYSE DE LA SITUATION FINANCIÈRE

L ANALYSE DE LA SITUATION FINANCIÈRE B L ANALYSE DE LA SITUATION FINANCIÈRE ANNEXE CONTENU 1 QUESTIONNAIRE N o 1 Profil de la situation personnelle et familiale 2 QUESTIONNAIRE N o 2 Profil de la situation financière 1. Ces questionnaires,

Plus en détail

PLAN DIRECTEUR DE QUARTIER VIEUX-QUÉBEC HAUTE-VILLE - BASSE-VILLE ET CAP-BLANC DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LES ORIENTATIONS ET LES OBJECTIFS

PLAN DIRECTEUR DE QUARTIER VIEUX-QUÉBEC HAUTE-VILLE - BASSE-VILLE ET CAP-BLANC DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LES ORIENTATIONS ET LES OBJECTIFS PLAN DIRECTEUR DE QUARTIER VIEUX-QUÉBEC HAUTE-VILLE - BASSE-VILLE ET CAP-BLANC DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LES ORIENTATIONS ET LES OBJECTIFS Note : La consultation publique a lieu le lundi, 27 mars, 18

Plus en détail

Bernier Léa 3 1. Rapport de stage. Sallard immobilier. Photo de Sallard immobilier

Bernier Léa 3 1. Rapport de stage. Sallard immobilier. Photo de Sallard immobilier Bernier Léa 3 1 Rapport de stage Sallard immobilier Photo de Sallard immobilier 1 Sommaire 1 e partie : Enquête sur l entreprise 1) Présentation de l entreprise... p.3 2) Situation de l entreprise... p3-4

Plus en détail

Vous achetez une première habitation? Sachez RAPer sans déraper!

Vous achetez une première habitation? Sachez RAPer sans déraper! Vous achetez une première habitation? Sachez RAPer sans déraper! Recherche et rédaction Julien Michaud (Autorité des marchés financiers) Collaborateurs Vincent Ardouin (Cégep Marie-Victorin) Marylaine

Plus en détail

Épreuve de Compréhension orale

Épreuve de Compréhension orale 60 questions (4 sections) 40 minutes L épreuve de compréhension orale rassemble 4 sections comprenant 60 questions (questions 51 à 110). SECTION A SECTION B 8 questions Associer des illustrations à des

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

Le Baromètre MLS du marché résidentiel. Faits saillants. Province de Québec. 2 e trimestre 2010

Le Baromètre MLS du marché résidentiel. Faits saillants. Province de Québec. 2 e trimestre 2010 Province de Québec Le Baromètre MLS du marché résidentiel Faits saillants Premier ralentissement des ventes en cinq trimestres Seuls quelques centres urbains sont parvenus à être dynamiques Remontée dans

Plus en détail

LOCATAIRE, OUVRE-MOI!

LOCATAIRE, OUVRE-MOI! LOCATAIRE, OUVRE-MOI! LOCATAIRE, OUVRE-MOI! Les relations entre un propriétaire et un locataire ne sont pas toujours faciles. C est pourquoi il existe des lois et des règlements. Ce petit document tente

Plus en détail

Impact économique de l industrie canadienne du camping et analyse des tendances SOMMAIRE EXÉCUTIF. www.ccrvc.ca

Impact économique de l industrie canadienne du camping et analyse des tendances SOMMAIRE EXÉCUTIF. www.ccrvc.ca Impact économique de l industrie canadienne du camping et analyse des tendances SOMMAIRE EXÉCUTIF Le camping est une belle occasion de passer du temps en famille, de créer de beaux souvenirs qui dureront

Plus en détail

à vendre IMMEUBLE SEMI-COMMERCIAL À VENDRE 7961-7969, RUE HOCHELAGA MONTRÉAL (QUÉBEC) PRIX DEMANDÉ : 1 450 000 $ Caractéristiques

à vendre IMMEUBLE SEMI-COMMERCIAL À VENDRE 7961-7969, RUE HOCHELAGA MONTRÉAL (QUÉBEC) PRIX DEMANDÉ : 1 450 000 $ Caractéristiques IMMEUBLE SEMI-COMMERCIAL À VENDRE 7961-7969, RUE HOCHELAGA MONTRÉAL (QUÉBEC) PRIX DEMANDÉ : 1 450 000 $ Caractéristiques La Caisse Desjardins d Anjou-Tétreaultville désire vous informer de la mise en marché

Plus en détail

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce?

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce? 1 LA FAMILLE 1.1 Lecture premier texte Nadja va passer quatre mois de la prochaine année scolaire en France. Aujourd hui, elle a reçu cette lettre de sa famille d accueil. Chère Nadja, Je m appelle Martine

Plus en détail

Enquête 2013. Immobilier - santé - famille Les besoins en France des expatriés français. http://www.myexpat.fr/

Enquête 2013. Immobilier - santé - famille Les besoins en France des expatriés français. http://www.myexpat.fr/ Immobilier - santé - famille Les besoins en France des expatriés français http://www.myexpat.fr/ Sommaire My Expat... Résumé de l étude... Qui sont les Français de l étranger?... Où les Français partent-ils

Plus en détail

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario avril Situation financière des ménages au et en Au cours des cinq dernières années, les Études économiques ont publié quelques analyses approfondies sur l endettement des ménages au. Un diagnostic sur

Plus en détail

Manifeste des Citoyens du Bloc Bourgeoys!

Manifeste des Citoyens du Bloc Bourgeoys! À l occasion de la Consultation Publique de l OCPM sur le Développement des terrains du CN. Le mercredi 22 octobre 2009 Manifeste des Citoyens du Bloc Bourgeoys! Qui nous sommes - une coalition de citoyens,

Plus en détail

CONDOLIAISON RITZ-CARLTON LUXE ET RAFFINEMENT

CONDOLIAISON RITZ-CARLTON LUXE ET RAFFINEMENT CONDOLIAISON Vol. 15 I N 1 I Hiver 2014 REVUE D INFORMATION DU REGROUPEMENT DES NAIRES ET COPROPRIÉTAIRES DU QUÉBEC 2000 AVENUE MC GILL COLLEGE, BUREAU 1600, MONTRÉAL, (QUÉBEC) H3A 3H3 ENVOI DE PUBLICATION

Plus en détail

offre distinction pour les membres de l ajbm

offre distinction pour les membres de l ajbm offre distinction pour les membres de l ajbm L offre Distinction, à la hauteur de votre réussite Desjardins est fier de vous offrir, en tant que membre de l Association du Jeune Barreau de Montréal, des

Plus en détail

PROJET DE DÉVELOPPEMENT DU MARCHE SAINT-JACQUES

PROJET DE DÉVELOPPEMENT DU MARCHE SAINT-JACQUES PROJET DE DÉVELOPPEMENT DU MARCHE SAINT-JACQUES --- Mémoire de la CDEC CENTRE-SUD / PLATEAU MONT-ROYAL --- Présenté à l OFFICE DE CONSULTATION PUBLIQUE DE MONTRÉAL Mars 2013 La Corporation de développement

Plus en détail

PROGRAMME PARTICULIER D URBANISME QUARTIER DES GRANDS JARDINS

PROGRAMME PARTICULIER D URBANISME QUARTIER DES GRANDS JARDINS PROGRAMME PARTICULIER D URBANISME QUARTIER DES GRANDS JARDINS Y DES FEMMES DE MONTRÉAL MÉMOIRE POUR L OFFICE DE CONSULTATION PUBLIQUE DE MONTREAL MONTREAL, 14 AVRIL 2011 PRÉSENTÉ PAR : ELISABETH ALARIE

Plus en détail

Quelles ressources pour vivre seul, en 2014, dans une commune du Doubs? Essai d évaluation

Quelles ressources pour vivre seul, en 2014, dans une commune du Doubs? Essai d évaluation 1 Septembre 2014 Quelles ressources pour vivre seul, en 2014, dans une commune du Doubs? Essai d évaluation Grand-Charmont est une commune de 5200 habitants qui compte 57 % de logements sociaux. Les revenus

Plus en détail

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous?

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? L INSEE EN BREF L Insee en bref Le recensement de la population À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? La population des 36 680 communes françaises Quelles régions

Plus en détail

I ON S S IR E OI R ULT U R A MO S AV LE LIVRE, AU CŒUR DE LA CULTURE. Plan d action sur le livre

I ON S S IR E OI R ULT U R A MO S AV LE LIVRE, AU CŒUR DE LA CULTURE. Plan d action sur le livre P A HI S S S T C R I ON M Ê IR E ULT U R A MO V ÉM E O IR E UR S AV OI R E LE LIVRE, AU CŒUR DE LA CULTURE Plan d action sur le livre OCCUPATION : DÉVOREUSE DE LIVRES VOTRE LIBRAIRE, AUTEUR DE PETITS BONHEURS

Plus en détail

Mesdames et messieurs, chers actionnaires,

Mesdames et messieurs, chers actionnaires, Allocution de monsieur Réal Raymond président et chef de la direction de la Banque Nationale du Canada Fairmont Le Reine Elizabeth Montréal, le 8 mars 2006 Mesdames et messieurs, chers actionnaires, Permettez-moi

Plus en détail

Choisir et décider ensemble

Choisir et décider ensemble Choisir et décider ensemble Catherine Ollivet Présidente de l'association France Alzheimer 93, coordinatrice du groupe de réflexion et de recherche "éthique et vieillesse", Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

Manucure à la mode. Ronde préliminaire Cas en marketing. Place à la jeunesse 2013

Manucure à la mode. Ronde préliminaire Cas en marketing. Place à la jeunesse 2013 Manucure à la mode Cas en marketing Place à la jeunesse 2013 UNE ÉPIPHANIE ÉLÉGANTE Leila Roussel, 27 ans, est une consultante de style dans une boutique de mode haute-gamme dans la capitale nationale,

Plus en détail

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014 L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS Juin 2014 Contacts BVA : Céline BRACQ Directrice BVA Opinion Lilas BRISAC Chargée d études 01 71 16 88 00

Plus en détail

OPTIMISEZ VOTRE PORTEFEUILLE AVEC UNE APPROCHE INNOVANTE

OPTIMISEZ VOTRE PORTEFEUILLE AVEC UNE APPROCHE INNOVANTE OPTIMISEZ VOTRE PORTEFEUILLE AVEC UNE APPROCHE INNOVANTE VISEZ PLUS HAUT AVEC VOTRE INVESTISSEMENT Votre vie est bien remplie. Votre carrière et votre vie personnelle vous nourrissent d une multitude de

Plus en détail

Conseils utiles pour les clients qui font des transactions immobilières

Conseils utiles pour les clients qui font des transactions immobilières Le contenu de ce document est offert à titre éducatif et informatif seulement et ne remplace en aucun cas des conseils juridiques. Ce document a pour but de souligner des éléments clés des et commerciales.

Plus en détail

French 3200 Public Examination SECTION A TOTAL VALUE: 25%

French 3200 Public Examination SECTION A TOTAL VALUE: 25% French 3200 Public Examination SECTION A TOTAL VALUE: 25% Tâche 1 5 Vous allez entendre deux fois une série d annonces. Examinez les séries d images cidessous, puis, écoutez bien. Choisissez l image de

Plus en détail

La question financière. www.guidesulysse.com

La question financière. www.guidesulysse.com 1 La question financière Connaître le coût des études à Montréal, faire un budget efficace et réaliste, trouver des moyens pour financer ses études et comprendre les conséquences de l endettement, voilà

Plus en détail

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Prise de position de Caritas_mars 2011 Migration: un plus pour la Suisse En bref: Quel est l effet de

Plus en détail

GRAP. dans l émergence d entreprises d économie sociale en Estrie

GRAP. dans l émergence d entreprises d économie sociale en Estrie dans l émergence d entreprises d économie sociale en Estrie Illustration de deux cas d entreprises tirés de la recherche du Groupe régional d activités partenariales en économie sociale de l Estrie (GRAP-Estrie)

Plus en détail

CINQ ERREURS COURANTES

CINQ ERREURS COURANTES ÉVALUATION D'UN PORTEFEUILLE COMMENT SE PORTENT VOS ACTIFS? ANDRÉ DUBUC LA PRESSE 13 avril 2014 CINQ ERREURS COURANTES Deux gestionnaires de portefeuille ont relevé cinq erreurs courantes dans le portefeuille

Plus en détail

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 1211122 GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 RAPPORT SOMMAIRE Cette proposition présente les recommandations de Genworth Financial Canada («Genworth») au Comité permanent des

Plus en détail

Néo-ruralité et embourgeoisement des campagnes québécoises : un regard nuancé

Néo-ruralité et embourgeoisement des campagnes québécoises : un regard nuancé Néo-ruralité et embourgeoisement des campagnes québécoises : un regard nuancé Laurie Guimond Coordonnatrice de recherche, INRS Doctorante en géographie, U. d Ottawa Myriam Simard Professeure, INRS Atelier

Plus en détail

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Jalousie Du même auteur Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Dominique R. Michaud Jalousie Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com

Plus en détail

À retenir... 1. Ce qu en disent les acteurs communautaires

À retenir... 1. Ce qu en disent les acteurs communautaires 1 Volet 4 : Ainé-e-s Table des matières À retenir... 1 Ce qu en disent les acteurs communautaires... 1 1. Un portrait des aîné e s du quartier... 2 1.1 Répartition des personnes âgées de 65 ans et plus...

Plus en détail

Produits laitiers de ferme

Produits laitiers de ferme Produits laitiers de ferme Produits laitiers de ferme CRIOC, novembre 2008 Agenda 1. Objectifs 2. Méthodologie 3. Consommation de produits laitiers de ferme 4. Perception des produits laitiers de ferme

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

PAROLES D ACTIFS. 1. Les personnes qui travaillent font partie LEÇON DU

PAROLES D ACTIFS. 1. Les personnes qui travaillent font partie LEÇON DU 1 Acteurs économiq PAROLES D ACTIFS 1. Les personnes qui travaillent font partie de la population active. a. Lisez la leçon du jour ci-contre. b. Dites si les affirmations suivantes sont vraies ou fausses.

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL SUR LES RÉGIMES DE RETRAITE PRIVÉS DU MINISTÈRE DES FINANCES (JANVIER 2009)

DOCUMENT DE TRAVAIL SUR LES RÉGIMES DE RETRAITE PRIVÉS DU MINISTÈRE DES FINANCES (JANVIER 2009) RÉPONSE DU SYNDICAT CANADIEN DES COMMUNICATIONS, DE L ÉNERGIE ET DU PAPIER au DOCUMENT DE TRAVAIL SUR LES RÉGIMES DE RETRAITE PRIVÉS DU MINISTÈRE DES FINANCES (JANVIER 2009) «Renforcer le cadre législative

Plus en détail

Débat participatif. La vie chère. «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse»

Débat participatif. La vie chère. «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse» Débat participatif La vie chère «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse» Ségolène ROYAL Les enjeux de notre débat : Réconcilier les Français

Plus en détail

5 clés pour plus de confiance en soi

5 clés pour plus de confiance en soi ASSOCIATION JEUNESSE ET ENTREPRISES Club SEINE-ET- MARNE 5 clés pour plus de confiance en soi Extrait du guide : «Vie Explosive, Devenez l acteur de votre vie» de Charles Hutin Contact : Monsieur Jackie

Plus en détail

Un plan de développement qui ne reflète pas les besoins des locataires à faible revenu. 27 août 2013

Un plan de développement qui ne reflète pas les besoins des locataires à faible revenu. 27 août 2013 Un plan de développement qui ne reflète pas les besoins des locataires à faible revenu 27 août 2013 Soumis par Projet Genèse / 4735 Côte-Ste-Catherine, Montréal, Qc H3W 1M1 // 514.738.2036 Présentation

Plus en détail

9h à 16h Séminaire d une journée avec Luc Jetté. Nouvelle formule cette année!

9h à 16h Séminaire d une journée avec Luc Jetté. Nouvelle formule cette année! Québec, le 3 mars 2011 Liste préliminaire des conférenciers et des sujets traités Colloque 2011 de l APAPI 24, 25, 26 et 27 mai 2011 Afin de débuter vos demandes de libération pour le colloque 2011 avant

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR AVANT DE COMMENCER :

CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR AVANT DE COMMENCER : DEMANDE DE SERVICES JURIDIQUES PRO BONO (MATIÈRES FAMILIALES) CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR AVANT DE COMMENCER : DÉLAIS L examen de votre demande peut prendre au moins deux semaines. De plus, Pro Bono Québec

Plus en détail

POLITIQUE FAMILIALE DU CANTON DE WESTBURY

POLITIQUE FAMILIALE DU CANTON DE WESTBURY POLITIQUE FAMILIALE DU CANTON DE WESTBURY «Penser et agir famille» LES OBJECTIFS 1. Accueillir les familles avec respect et ouverture d esprit dans toutes leurs formes et leurs différences. 2. Stimuler

Plus en détail

Habiter ma ville. Résumé de la politique d habitation de la Ville de Gatineau

Habiter ma ville. Résumé de la politique d habitation de la Ville de Gatineau Habiter ma ville Résumé de la politique d habitation de la Ville de Gatineau L habitation constitue une composante essentielle à la qualité de vie des citoyens et une préoccupation constante dans l ensemble

Plus en détail

AGIRFINANCES. Votre partenaire Budget. Son objectif est de vous permettre d établir votre budget.

AGIRFINANCES. Votre partenaire Budget. Son objectif est de vous permettre d établir votre budget. Votre partenaire Budget Ce guide vous est offert Son objectif est de vous permettre d établir votre budget. Pourquoi? Parce que sans cette étape, il n est pas possible de bien gérer son compte bancaire

Plus en détail

Bulletin de l AQDR Rosemont 5350 rue Lafond, Montréal (Québec) Décembre 2011. Joyeuses Fêtes

Bulletin de l AQDR Rosemont 5350 rue Lafond, Montréal (Québec) Décembre 2011. Joyeuses Fêtes 5350 rue Lafond, Montréal (Québec) Décembre 2011 Le mot de la présidente.. 2 Nos souhaits 3 On tourne la page 2011.. 4 Pour amorcer la nouvelle Année... 4 Hommage à Claude Major.. 4 Votre association s

Plus en détail

L ASSOMPTION BAT AU RYTHME DE SA COMMUNAUTÉ

L ASSOMPTION BAT AU RYTHME DE SA COMMUNAUTÉ L ASSOMPTION BAT AU RYTHME DE SA COMMUNAUTÉ La ville de L Assomption est plus dynamique et plus belle que jamais, reconnue ici et ailleurs pour sa qualité de vie et son environnement exceptionnel. Dans

Plus en détail

Prévisions budgétaires 2015

Prévisions budgétaires 2015 Prévisions budgétaires SOCIÉTÉ D HABITATION ET DE DÉVELOPPEMENT DE MONTRÉAL TABLE DES MATIÈRES Message du président et de la directrice générale 1 Mission et organigramme de la Société 2 Programmes 3 Provenance

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. 1.1 Introduction.. 1. 1.2 Profil des familles de Stanstead 2. 1.3 Nature de la politique 3. Volet 1 : Prendre racine à Stanstead

TABLE DES MATIÈRES. 1.1 Introduction.. 1. 1.2 Profil des familles de Stanstead 2. 1.3 Nature de la politique 3. Volet 1 : Prendre racine à Stanstead PROGRAMME D AIDE FINANCIÈRE ET DE SOUTIEN AUX FAMILLES DE LA VILLE DE STANSTEAD EN COLLABORATION AVEC LA CAISSE DESJARDINS DE STANSTEAD DANS LE CADRE DE SA POLITIQUE DE BIENVENUE Projet rédigé par : Le

Plus en détail

La trousse financière pour les nouveaux arrivants. Feuilles de travail

La trousse financière pour les nouveaux arrivants. Feuilles de travail La trousse financière pour les nouveaux arrivants Investissements Feuilles de travail Ottawa Community Loan Fund Fonds d emprunt Communautaire d Ottawa 22 O Meara St., Causeway Work Centre, Ottawa, ON

Plus en détail

INFORMATIONS UTILES À DESTINATION DES ÉTUDIANTS VENANT À MALTE ET GOZO POUR APPRENDRE L ANGLAIS

INFORMATIONS UTILES À DESTINATION DES ÉTUDIANTS VENANT À MALTE ET GOZO POUR APPRENDRE L ANGLAIS INFORMATIONS UTILES À DESTINATION DES ÉTUDIANTS VENANT À MALTE ET GOZO POUR APPRENDRE L ANGLAIS INTRODUCTION Bienvenue. Cette brochure a pour but de vous donner des conseils pratiques et des informations

Plus en détail