La situation financière des SNF françaises Quelques éléments de diagnostic élaborés à partir des comptes nationaux

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La situation financière des SNF françaises Quelques éléments de diagnostic élaborés à partir des comptes nationaux"

Transcription

1 La situation financière des SNF françaises Quelques éléments de diagnostic élaborés à partir des comptes nationaux 21 novembre 2014 Gilbert Cette

2 1. Définitions et sources Valeur ajoutée aux coûts des facteurs VACF VACF = VA aux prix de base + Autres subventions sur la production Autres impôts sur la production Excédent brut d exploitation aux coûts des facteurs EBECF EBECF = VACF Coûts salariaux (yc Contributions sociales) Taux de marge aux coûts des facteurs TMCF TMCF = EBECF / VACF Epargne brute aux coûts des facteurs EBCF EBCF = EBECF Impôts sur les sociétés Revenus de la propriété Taux d épargne brute aux coûts des facteurs TEBCF TEBCF = EBCF / VACF Taux d autofinancement aux coûts des facteurs TACF TACF = EBCF / FBCF Capacité (besoin) de financement aux coûts des facteurs CFCF CFCF = EBCF FBCF Variations de stocks Transferts Calculs à partir des données de comptabilité nationale, sources INSEE et Eurostat. Source taux d endettement : BdF-DGS 2

3 Plan 1. Définitions et sources 2. Le taux de marge 3. Le taux d épargne 4. Le taux d endettement 5. Le changement de base 6. Principaux messages Annexe 3

4 2. Taux de marge aux coûts des facteurs en France Selon différentes modalités de correction de la non-salarisation Ensemble de l économie - En % Correction uniforme Correction par branche Correction 2/3 revenu mixte 4

5 Taux de marge aux coûts des facteurs en France Selon le champ Correction non salarisation par branches En % de la valeur ajoutée aux coûts des facteurs Sociétés non financières Ensemble de l'économie Sociétés financières et non financières Secteur marchand 5

6 2. Taux de marge aux coûts des facteurs en France Sociétés non financières En % de la valeur ajoutée aux coûts des facteurs

7 2. Taux de marge aux coûts des facteurs en France Sociétés non financières En % de la valeur ajoutée aux coûts des facteurs

8 Taux de marge aux coûts des facteurs en France Sociétés non financières Contributions annuelles moyennes aux évolutions En pp de la valeur ajoutée aux coûts des facteurs du coût réel du travail de la productivité des termes de l'échange Total 8

9 2. Taux de marge aux coûts des facteurs Sociétés non financières En % de la valeur ajoutée aux coûts des facteurs France Allemagne Italie Etats-Unis 9

10 Plan 1. Définitions et sources 2. Le taux de marge 3. Le taux d épargne 4. Le taux d endettement 5. Le changement de base 6. Principaux messages Annexe 10

11 3. Taux de marge et taux d épargne brute Sociétés non financières françaises En % de la valeur ajoutée aux coûts des facteurs 37,5 25,0 35,0 22,5 32,5 20,0 30,0 17,5 27,5 15,0 25,0 12,5 22,5 10,0 Taux de marge (Echelle de gauche) Taux d'épargne brute (Echelle de droite) 11

12 3. Taux de marge et taux d épargne brute sociétés non financières françaises En % de la valeur ajoutée aux coûts des facteurs 37,5 25,0 35,0 22,5 32,5 20,0 30,0 17,5 27,5 15,0 25,0 12,5 22,5 10,0 Taux de marge (Echelle de gauche) Taux d'épargne brute (Echelle de droite) 12

13 3. Taux d épargne des sociétés non financières En % de la valeur ajoutée aux coûts des facteurs France Allemagne Italie Etats-Unis 13

14 3. Revenus de la propriété (nets), impôts sur les sociétés et investissements Sociétés non financières françaises En % de la valeur ajoutée aux coûts des facteurs Revenus de la propriété Impôts sur les sociétés Investissements 14

15 3. Revenus de la propriété (nets), dividendes (nets) et frais financiers (nets) Sociétés non financières françaises En % de la valeur ajoutée aux coûts des facteurs Revenus de la propriété Dividendes Frais financiers 15

16 3. Taux d épargne brute et taux d autofinancement Sociétés non financières françaises En % Taux d'épargne brute (Echelle de gauche) Taux d'autofinancement (Echelle de droite) 16

17 Plan 1. Définitions et sources 2. Le taux de marge 3. Le taux d épargne 4. Le taux d endettement 5. Le changement de base 6. Principaux messages Annexe 17

18 4. Taux d endettement des sociétés non financières En % de la valeur ajoutée France Allemagne Espagne Italie Etats-Unis Zone Euro 18

19 Plan 1. Définitions et sources 2. Le taux de marge 3. Le taux d épargne 4. Le taux d endettement 5. Le changement de base 6. Principaux messages Annexe 19

20 5. Taux de marge aux coûts des facteurs en France Sociétés non financières En % de la valeur ajoutée aux coûts des facteurs données 2013 données

21 5. Taux d épargne aux coûts des facteurs en France Sociétés non financières En % de la valeur ajoutée aux coûts des facteurs 25,0 22,5 20,0 17,5 15,0 12,5 10,0 7,5 données 2013 données

22 5. Intérêts (nets) versés Sociétés non financières françaises En % de la valeur ajoutée aux coûts des facteurs données 2013 données

23 5. Dividendes (nets) versés Sociétés non financières françaises En % de la valeur ajoutée aux coûts des facteurs données 2013 données

24 5. Taux d investissement Sociétés non financières françaises En % de la valeur ajoutée aux coûts des facteurs 30,0 27,5 25,0 22,5 20,0 17,5 15,0 données 2013 données

25 5. Taux d autofinancement Sociétés non financières françaises En % données 2013 données

26 Plan 1. Définitions et sources 2. Le taux de marge 3. Le taux d épargne 4. Le taux d endettement 5. Le changement de base 6. Principaux messages Annexe 26

27 6. Principaux messages 1. Les évolutions des indicateurs de TMCF diffèrent selon les conventions de calculs et le champ étudié. 2. Après deux décennies de fluctuations autour d un niveau stable, le TMCF connait une forte baisse depuis Son niveau en 2013 est comparable à ceux du milieu des années Cette baisse du TMCF résulte comptablement de gains de productivité du travail plus faibles que la hausse du coût réel du travail, la contribution des termes de l échange étant marginale. 4. Le TEBCF fluctue depuis la fin des années 1980 autour d un niveau stable. Son niveau en 2013 est comparable à celui des 25 dernières années. 5. Cet écart d évolution du TMCF et du TEBCF depuis 2008 s explique par une baisse (en points de VA) de l IS et des revenus de la propriété nets versés. 6. La baisse des revenus de la propriété nets versés s explique par celle des frais financiers (malgré la hausse du taux d endettement) et des dividendes. 7. Les niveaux récents du taux d investissement et du taux d autofinancement sont comparables à ceux des 25 dernières années. 27

28 6. Principaux messages 8. Les évolutions du TMCF sont assez semblables, en particulier sur les dernières années, en nouvelle et en ancienne base. 9. Les évolutions récentes du TEBCF sont moins défavorables en nouvelle base qu en ancienne base. 10. Cet écart s explique par une évolution des revenus de la propriétés nets versés (dividendes et intérêts) plus favorable en nouvelle qu en ancienne base. 28

29 Plan 1. Définitions et sources 2. Le taux de marge 3. Le taux d épargne 4. Le taux d endettement 5. Le changement de base 6. Principaux messages Annexe 29

30 Du taux de marge au taux d épargne des SNF en 2013 En % de la valeur ajoutée aux coûts des facteurs Italie Etats-Unis France Allemagne Belgique Finlande Danemark Pays-Bas Epargne brute Dividendes Intérêts versés Impôts sur les sociétés 30

Compétitivité française : Quelques constats

Compétitivité française : Quelques constats Compétitivité française : Quelques constats Gilbert Cette Banque de France et Université d Aix-Marseille Gilbert Cette 1 Sommaire 1.1 Dégradation alarmante 1.2 Dégradation stoppée 1.3 En particulier vis-à-vis

Plus en détail

Les chiffres du MEDEF. Analyse de la compétitivité des entreprises françaises

Les chiffres du MEDEF. Analyse de la compétitivité des entreprises françaises Les chiffres du MEDEF Analyse de la compétitivité des entreprises françaises 2 12 arts de marché 1 - oids de la dans les exportations mondiales 5 4,7 Exportations françaises/exportations mondiales (marchandises,

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

3. Agrégats, ratios et équilibres macroéconomiques

3. Agrégats, ratios et équilibres macroéconomiques 3. Agrégats, ratios et équilibres macroéconomiques Le calcul du PIB (1) PIB : Résultat final de l activité de production des unités productrices résidentes 3 façons de le mesurer : Par la production Par

Plus en détail

ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE

ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE ELEMENTS DE COMPTABILITE NATIONALE Cours de M. Di Roberto Université Victor Segalen Bordeaux 2 Bibliographie Ce cours s inspire largement des ouvrages essentiels suivants. Merci à leurs auteurs. BOSSERELLE

Plus en détail

D. Glaymann Université Paris Est INTEFP, 2015 1. A) Les différents types de revenus. B) La répartition primaire. C) La redistribution

D. Glaymann Université Paris Est INTEFP, 2015 1. A) Les différents types de revenus. B) La répartition primaire. C) La redistribution A) Les différents types de revenus B) La répartition primaire C) La redistribution D) Le budget des ménages Salaires, traitements, bénéfices, honoraires, primes, dividendes, intérêts, loyers Mécanismes

Plus en détail

Le modèle de croissance de la Belgique est-il compétitif? ULB 27/03/2014

Le modèle de croissance de la Belgique est-il compétitif? ULB 27/03/2014 1 Le modèle de croissance de la Belgique est-il compétitif? ULB 27/03/2014 1 Compétitivité 2 Même taux de croissance et taux d emploi qu une économie de taille et de niveau de développement comparable

Plus en détail

Les comptes nationaux et le SEC 2010

Les comptes nationaux et le SEC 2010 Les comptes nationaux et le SEC 2010 7 ème séminaire de la Banque nationale de Belgique pour enseignants en économie du secondaire Bruxelles, le 22 octobre 2014 Catherine RIGO Plan de l exposé Introduction

Plus en détail

MacSim Un logiciel pour l évaluation des politiques macroéconomiques

MacSim Un logiciel pour l évaluation des politiques macroéconomiques 2015 MacSim Un logiciel pour l évaluation des politiques macroéconomiques JEAN-LOUIS BRILLET GILBERT CETTE IAN GAMBINI THOMAS LAGOARDE-SEGOTEGOT 1 2 LE LOGICIEL MACSIM Sommaire général 2015 Sommaire général

Plus en détail

L Etat et le financement de l économie

L Etat et le financement de l économie L Etat et le financement de l économie Présentation du rapport public thématique Jeudi Le financement de l économie Intermédiation Epargne ménages secteur financier Etat sociétés non financières ménages

Plus en détail

Section : SCIENCES ECONOMIQUES ET SOCIALES

Section : SCIENCES ECONOMIQUES ET SOCIALES CAPES CONCOURS EXTERNE ET CAFEP Section : SCIENCES ECONOMIQUES ET SOCIALES EPREUVES D ADMISSIBILITE EPREUVES D ADMISSION Ministère de l Education nationale > www.education.gouv.fr - Sujet de dissertation

Plus en détail

2. Présentation de la comptabilité nationale

2. Présentation de la comptabilité nationale 2. Présentation de la comptabilité nationale Introduction (1) Comptabilité nationale : Système Européen des Comptes (SEC 95) => Technique de synthèse statistique représentation quantifiée de l économie

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE Conférence de presse du 22 juin 2001 Fiscalité des produits d épargne: une comparaison internationale Il n existe pas de véritable point de vue européen en matière de fiscalité des produits d épargne.

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE. 2ème Bac Sciences Economiques

ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE. 2ème Bac Sciences Economiques Economie Générale et Statistique ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE 2ème Bac Sciences Economiques Première partie: Les concepts économiques de base 3- Les agrégats de la comptabilité nationale 27/10/2014

Plus en détail

Observation et Conjoncture Économique. Économie Nationale approche par les revenus

Observation et Conjoncture Économique. Économie Nationale approche par les revenus Observation et Conjoncture Économique Économie Nationale approche par les revenus qu est ce que le Revenu? La rémunération des facteurs de production? Le capital Le travail La consommation intermédiaire

Plus en détail

Partie 2 : Qui crée la monnaie?

Partie 2 : Qui crée la monnaie? Partie 2 : Qui crée la monnaie? Marché monétaire Masse monétaire Banque centrale Prêteur en dernier ressort Notions clés I. La mesure de la création monétaire : la masse monétaire La masse monétaire n

Plus en détail

Comptes financiers des agents non financiers. France Zone euro

Comptes financiers des agents non financiers. France Zone euro ANALYSE Comptes financiers des agents non financiers 3ème trimestre 213 mise à jour 28/2/214 Contact : DGS-DSMF sesof@banque-france.fr Sociétés non financières : financement Les flux nets d emprunts bancaires

Plus en détail

MacSim. Un logiciel pour l évaluation des politiques macro-économiques

MacSim. Un logiciel pour l évaluation des politiques macro-économiques Octobre 2012 MacSim Un logiciel pour l évaluation des politiques macro-économiques JEAN-LOUIS BRILLET, GILBERT CETTE ET IAN GAMBINI 1 LE LOGICIEL MACSIM Sommaire général Octobre 2012 Sommaire général I.

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE06 FINANCE D ENTREPRISE - session 2013 Proposition de CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 DIAGNOSTIC FINANCIER - 11 points 1. Complétez le

Plus en détail

Conjoncture de l industrie française à l automne 2015

Conjoncture de l industrie française à l automne 2015 Conjoncture de l industrie française à l automne 2015 Denis Ferrand Directeur Général de Coe-Rexecode 26 Novembre 2015 Agenda 1 3 faits marquants du paysage économique mondial pour l industrie 2 L activité

Plus en détail

Dépenses nationales totales 3.0 3.4 2.3

Dépenses nationales totales 3.0 3.4 2.3 Chiffres clés pour l'économie belge Pourcentages de variation en volume - sauf indications contraires Dépenses de consommation finale des particuliers 2.0 2.6 1.4 Dépenses de consommation finale des pouvoirs

Plus en détail

Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 2012

Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 2012 Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 212 Ronan Mahieu* L économie française s est beaucoup transformée depuis l après-guerre, avec à la fois des évolutions lentes et continues

Plus en détail

Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28

Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28 194/2014-15 décembre 2014 Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28 Par rapport à 2013, le revenu agricole réel par actif 1 a diminué de 1,7% dans

Plus en détail

PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE

PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE PARTIE I DIAGNOSTIC FINANCIER DE L ENTREPRISE CHAPITRE I ACTEURS, OBJECTIFS ET MODALITES DU DIAGNOSTIC FINANCIER 1) Les champs d application et les acteurs du diagnostic financier ACTEURS CONCERNES Dirigeants

Plus en détail

Initiation à la Macroéconomie - Licence 1 Economie Gestion

Initiation à la Macroéconomie - Licence 1 Economie Gestion Initiation à la Macroéconomie - Licence 1 Economie Gestion 1 1 Remi.Bazillier@univ-orleans.fr http://remi.bazillier.free.fr Université d Orléans Plan 1 Définitions et mesures Définition 2 la VAN Critère

Plus en détail

RAPPORT D ANALYSE RAPPORT D ANALYSE

RAPPORT D ANALYSE RAPPORT D ANALYSE RAPPORT D ANALYSE RAPPORT D ANALYSE PONTON Fanny Blossier Analyste Financier 16 rue Victor Hugo BP 54000 Nancy Tél : 06 65 66 87 42 E-mail : fanny.blossier@pretup.fr 1. DESCRIPTION DE L ENTREPRISE Fiche

Plus en détail

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale La comptabilité nationale recense deux types de production des intermédiaires financiers. La première est directement

Plus en détail

Du taux de marge dans l industrie note hussonet n 61, 15 octobre 2013

Du taux de marge dans l industrie note hussonet n 61, 15 octobre 2013 Du taux de marge dans l industrie note hussonet n 61, 15 octobre 2013 Le taux de marge mesure la part du profit (EBE) dans la valeur ajoutée d une entreprise. C est donc un bon indicateur de la répartition

Plus en détail

LE PARTAGE DE LA VALEUR AJOUTÉE EN FRANCE *

LE PARTAGE DE LA VALEUR AJOUTÉE EN FRANCE * LE PARTAGE DE LA VALEUR AJOUTÉE EN FRANCE * Xavier Timbeau Directeur du Département analyse et prévision de l OFCE L évolution du partage de la valeur ajoutée a connu en France des évolutions très contrastées.

Plus en détail

Si la BCE attend pour sortir du Quantitative Easing : alors cette sortie n aura pas lieu avant de nombreuses années.

Si la BCE attend pour sortir du Quantitative Easing : alors cette sortie n aura pas lieu avant de nombreuses années. ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE juin N Espérons que la BCE comprend qu il ne faut pas sortir trop tard du Quantitative Easing Si la BCE attend pour sortir du Quantitative Easing : soit que les réformes structurelles

Plus en détail

Pioneer Investments, 27 février 2003

Pioneer Investments, 27 février 2003 Pioneer Investments, 27 février 2003 1995-2002 Heurs et malheurs des épargnants européens par André Babeau Président du Comité d orientation Conseiller Scientifique au BIPE 1 Le choc de l année 2000 la

Plus en détail

Initiation à la Macroéconomie - Licence 1 Economie Gestion

Initiation à la Macroéconomie - Licence 1 Economie Gestion Initiation à la Macroéconomie - Licence 1 Economie Gestion 1 1 Remi.Bazillier@univ-orleans.fr http://remi.bazillier.free.fr Université d Orléans Plan général du cours 1 Introduction: présentation de la

Plus en détail

Présentation des indicateurs techniques du Budget Général

Présentation des indicateurs techniques du Budget Général Présentation des indicateurs techniques du Budget Général Thomas Duquesne conseil du 17 octobre 2014 Pourquoi utiliser des indicateurs techniques? Notre compte administratif (bilan comptable annuel) est

Plus en détail

RESULTATS AU 31 MARS 2015 COMMUNIQUE DE PRESSE DU 11 MAI 2015 :

RESULTATS AU 31 MARS 2015 COMMUNIQUE DE PRESSE DU 11 MAI 2015 : Jacquet Metal Service - Rapport d activité 31 mars 2015 1 2 RESULTATS AU 31 MARS 2015 COMMUNIQUE DE PRESSE DU 11 MAI 2015 : 1 er trimestre 2015 Chiffre d affaires 316,5 m (+8,5% vs T1 2014) EBITDA +14,2

Plus en détail

Patrick ARTUS Directeur de la Recherche et des Etudes - NATIXIS Forum Financier de Belgique Liège - 31 janvier 2011

Patrick ARTUS Directeur de la Recherche et des Etudes - NATIXIS Forum Financier de Belgique Liège - 31 janvier 2011 "Un retour sur les causes profondes de la crise de la zone euro". Patrick ARTUS Directeur de la Recherche et des Etudes - NATIXIS Forum Financier de Belgique Liège - 31 janvier 11 Emploi manufacturier

Plus en détail

LES DONNES DE LA MACROECONOMIE

LES DONNES DE LA MACROECONOMIE CHAPITRE 1 LES DONNES DE LA MACROECONOMIE I Le circuit économique. II Le Produit Interieur Brut. Le Produit intérieur brut est une mesure de la richesse nationale Le PIB correspond à : - La production

Plus en détail

Indicateurs harmonisés

Indicateurs harmonisés Département présidentiel DGI - Service de surveillance des communes Secteur des finances communales Indicateurs harmonisés Finances communales genevoises en 2013 Présentation de la situation financière

Plus en détail

Un essai de mesure de la ponction actionnariale note hussonet n 63, 7 novembre 2013

Un essai de mesure de la ponction actionnariale note hussonet n 63, 7 novembre 2013 Un essai de mesure de la ponction actionnariale note hussonet n 63, 7 novembre 2013 L objectif de cette note est de présenter une mesure de la ponction actionnariale. Son point de départ est un double

Plus en détail

H PERFORMANCE 7 TITRES DE CRÉANCE PRÉSENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET À L ÉCHÉANCE

H PERFORMANCE 7 TITRES DE CRÉANCE PRÉSENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET À L ÉCHÉANCE H PERFORMANCE 7 TITRES DE CRÉANCE PRÉSENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET À L ÉCHÉANCE Plusieurs opportunités de remboursement automatique anticipé pour un gain (1) potentiel de : ou

Plus en détail

La crise des dettes souveraines*

La crise des dettes souveraines* La crise des dettes souveraines* ANTON BRENDER, FLORENCE PISANI & EMILE GAGNA (*) La découverte 1. Table des matières I Dette souveraine, dette privée II D une crise à l autre III Le piège japonais IV

Plus en détail

Partage primaire du revenu et rendement du capital : quelques repères empiriques pour plusieurs grands pays industrialisés

Partage primaire du revenu et rendement du capital : quelques repères empiriques pour plusieurs grands pays industrialisés Partage primaire du revenu et rendement du capital : quelques repères empiriques pour plusieurs grands pays industrialisés Le niveau du taux de marge, qui est la résultante d un conflit d intérêt entre

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

6.1. PRÉLÈVEMENTS SOCIAUX, COÛT DU TRAVAIL ET COMPÉTITIVITÉ : UNE ANALYSE COMPARÉE DE LA FRANCE ET DES PRINCIPAUX PAYS EUROPÉENS

6.1. PRÉLÈVEMENTS SOCIAUX, COÛT DU TRAVAIL ET COMPÉTITIVITÉ : UNE ANALYSE COMPARÉE DE LA FRANCE ET DES PRINCIPAUX PAYS EUROPÉENS 6.1. PRÉLÈVEMENTS SOCIAUX, COÛT DU TRAVAIL ET COMPÉTITIVITÉ : UNE ANALYSE COMPARÉE DE LA FRANCE ET DES PRINCIPAUX PAYS EUROPÉENS Le coût du travail est un élément décisif de la compétitivité. Mais il n

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

CAP 160. Cadre d investissement : contrat d assurance vie ou contrat de capitalisation (support en unités de compte).

CAP 160. Cadre d investissement : contrat d assurance vie ou contrat de capitalisation (support en unités de compte). Generali Vie, Société Anonyme au capital de 299 197 104 euros, Entreprise régie par le Code des assurances - 602 062 481 RCS Paris, Siège social : 11 boulevard Haussmann - 75009 Paris. Téléphone : 01 58

Plus en détail

Budget 2016 Barème des contributions

Budget 2016 Barème des contributions CERN/FC/5926 Original : anglais 10 juin 2015 ORGANISATION EUROPÉENNE POUR LA RECHERCHE NUCLÉAIRE CERN EUROPEAN ORGANIZATION FOR NUCLEAR RESEARCH Suite à donner Procédure de vote Recommandation au Conseil

Plus en détail

Sait-on déterminer si, dans la zone euro, les effets de revenu ou de substitution liés à la baisse des taux d intérêt l emportent?

Sait-on déterminer si, dans la zone euro, les effets de revenu ou de substitution liés à la baisse des taux d intérêt l emportent? ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE mars N Baisse des taux d intérêt dans la zone euro est-ce l effet de revenu ou l effet de substitution qui domine? Il ne faut pas oublier qu une baisse des taux d intérêt

Plus en détail

La comptabilité nationale

La comptabilité nationale La comptabilité nationale Pol 1900 Christian Deblock Méthodologie et définitionsd Trois sources utiles : Statistique Canada : Matériel pédagogique : http://www.statcan.ca/francais/edu/index_f.htm Gouvernement

Plus en détail

193/2014-15 décembre 2014. Coûts horaires de la main-d'œuvre dans les États membres de l'ue28, 2012 (en euros)

193/2014-15 décembre 2014. Coûts horaires de la main-d'œuvre dans les États membres de l'ue28, 2012 (en euros) 193/2014-15 décembre 2014 Enquête 2012 sur les coûts de la main-d œuvre dans l UE28 Coûts de la main-d'œuvre les plus élevés dans le secteur financier et des assurances Le triple de ceux du secteur de

Plus en détail

Compétitivité des entreprises françaises

Compétitivité des entreprises françaises Compétitivité des entreprises françaises La compétitivité dépend en premier lieu de l évolution des coûts unitaires de production et des prix relatifs des biens exposés à la concurrence internationale.

Plus en détail

L économie française dans l Europe du tout-compétitivité

L économie française dans l Europe du tout-compétitivité L économie française dans l Europe du tout-compétitivité Michel Husson Fédération CGT des services d études Journée «Compétitivité», 11 décembre 2014 La compétitivité : définition et mesures Capacité (d

Plus en détail

INDICATEURS ET CHIFFRES CLES

INDICATEURS ET CHIFFRES CLES ATELIER MEDEF - ACTIV ENTREPRENDRE INDICATEURS ET CHIFFRES CLES DE VOTRE COMPTABILITÉ 24/04/2015 SOMMAIRE 1. Comprendre a) Pourquoi et pour qui tenir une comptabilité b) La structure des comptes annuels

Plus en détail

Compte de résultat de l exercice N en CHARGES TOTAL PRODUITS TOTAL

Compte de résultat de l exercice N en CHARGES TOTAL PRODUITS TOTAL L entreprise PODENSAC ( SARL au capital de 13 000 ), fabriquant de produits exotiques, est actuellement en pleine croissance. Elle vient de réaliser de nouveaux investissements qui lui permettront d augmenter

Plus en détail

3LES FINANCES DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009

3LES FINANCES DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 3LES FINANCES DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES 3-1 Les administrations publiques locales dans les comptes de la nation 42 3-2 Les comptes des administrations

Plus en détail

Pérennisation de l entreprise. Participation au contrôle de gestion

Pérennisation de l entreprise. Participation au contrôle de gestion btsag.com 1/15 26/09/2011 Pérennisation de l entreprise Auteur : C. Terrier; mailto:webmaster@btsag.com ; http://www.btsag.com Utilisation: Reproduction libre pour des formateurs dans un cadre pédagogique

Plus en détail

V I L L E D E C H A T E L - S T - D E N I S

V I L L E D E C H A T E L - S T - D E N I S V I L L E D E C H A T E L - S T - D E N I S Planification financière Note explicative Le Conseil communal transmet au Conseil général la planification et ses mises à jour pour en prendre acte (art.10 al.

Plus en détail

Numéro 25 - avril 2015. Les entreprises agroalimentaires en 2012

Numéro 25 - avril 2015. Les entreprises agroalimentaires en 2012 Agreste Les Dossiers - n 25 - avril 215 Numéro 25 - avril 215 Télécharger les données de l ensemble du dossier au format tableur Agreste Les Dossiers - n 25 - avril 215 Les entreprises agroalimentaires

Plus en détail

INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Construction des comptes de secteur

INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Construction des comptes de secteur Université Montesquieu Bordeaux IV 1 ère année Licence AES Année universitaire 2012-2013 INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Construction des comptes de secteur Questions préliminaires

Plus en détail

Présentation des indicateurs techniques du Budget Général

Présentation des indicateurs techniques du Budget Général Présentation des indicateurs techniques du Budget Général Thomas Duquesne Février 2015 Pourquoi utiliser des indicateurs techniques? Notre compte administratif (bilan comptable annuel) est contrôlé par

Plus en détail

Les soldes intermédiaires de gestion

Les soldes intermédiaires de gestion Les soldes intermédiaires de gestion Fiche 6 Objectifs Identifier les soldes intermédiaires de gestion. Pré-requis Fiches 1, 2 et 3. Mots-clés Soldes intermédiaires de gestion, tableau des soldes intermédiaires

Plus en détail

CAPES CONCOURS EXTERNE ET CAFEP

CAPES CONCOURS EXTERNE ET CAFEP CAPES CONCOURS EXTERNE ET CAFEP Section : SCIENCES ECONOMIQUES ET SOCIALES EPREUVES D ADMISSIBILITE EPREUVES D ADMISSION Ministère de l Education nationale > www.education.gouv.fr CAPES externe sciences

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le jeudi 16 avril 2015 PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES 2015-2016 LA REPRISE QUI S ANNONCE La croissance est là en 2015 et 2016. Tous les freins qui pesaient sur elle se sont levés.

Plus en détail

Situation financière des Hôpitaux de Tarentaise

Situation financière des Hôpitaux de Tarentaise Situation financière des Hôpitaux de Tarentaise Table des matières 1 Analyse financière de l hôpital d Albertville-Moûtiers... 2 1.1 Analyse de l évolution et résultat... 2 1.2 Analyse de la structure

Plus en détail

Fiche. L analyse fonctionnelle du bilan. 1 les travaux préparatoires à l établissement du bilan. fonctionnel

Fiche. L analyse fonctionnelle du bilan. 1 les travaux préparatoires à l établissement du bilan. fonctionnel L analyse fonctionnelle du bilan Fiche 1 1 les travaux préparatoires à l établissement du bilan fonctionnel Le bilan fonctionnel permet une lecture directe de l équilibre financier du bilan. Le retraitement

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

ANALYSE BILAN ET COMPTE DE RESULTAT

ANALYSE BILAN ET COMPTE DE RESULTAT ANALYSE BILAN ET COMPTE DE RESULTAT Le bilan fonctionnel : bilan simplifié Le bilan fonctionnel est un bilan dans lequel les ressources et les emplois sont classés par fonction (fonctions financement,

Plus en détail

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Stéphane Gallon Caisse des Dépôts stephane.gallon@caissedesdepots.fr https://educnet.enpc.fr/course/view.php?id=2 Séance 7 1 Deuxième partie du

Plus en détail

Ville de Saint-Péray. Analyse financière de la ville de Saint-Péray 2008-2020. Juillet 2014

Ville de Saint-Péray. Analyse financière de la ville de Saint-Péray 2008-2020. Juillet 2014 Ville de SaintPéray Analyse financière de la ville de SaintPéray 20082020 Juillet 2014 1 Fiche d identité de la commune DONNEES 2013 Le territoire de Saint Peray L appréciation de la richesse financière

Plus en détail

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français Focus n 1 1 juillet 1 L épargne des ménages français : davantage drainée par les produits réglementés qu orientée par les mécanismes de marché En flux annuels, l épargne des ménages se situe en France

Plus en détail

INVESTISSEMENT, PROGRES TECHNIQUE, CROISSANCE & CHOMAGE

INVESTISSEMENT, PROGRES TECHNIQUE, CROISSANCE & CHOMAGE INVESTISSEMENT, PROGRES TECHNIQUE, CROISSANCE & CHOMAGE I) FINANCEMENT ET DETERMINANTS DE L INVESTISSEMENT C est un enjeu économique essentiel. Il prend plusieurs formes et détermine les capacités de production

Plus en détail

Compartiment ACTIVE FIX BIOTECH

Compartiment ACTIVE FIX BIOTECH Compartiment ACTIVE FIX BIOTECH NOTICE IMPORTANTE : En application de l article 236, 2 alinéa 5 de la loi de 20 juillet 2004 relative à certaines formes de gestion collective de portefeuilles d investissement,

Plus en détail

Pourquoi la croissance potentielle est-elle aussi faible dans la zone euro?

Pourquoi la croissance potentielle est-elle aussi faible dans la zone euro? septembre 9 - N 39 Pourquoi la croissance potentielle est-elle aussi faible dans la zone euro? La croissance potentielle et la tendance des gains de productivité sont anormalement faibles dans la zone

Plus en détail

PROJET DE FUSION DES COMMUNES DE. Aubonne Montherod Saint-Oyens Saubraz

PROJET DE FUSION DES COMMUNES DE. Aubonne Montherod Saint-Oyens Saubraz AUBONNE MONTHEROD SAINT-OYENS SAUBRAZ PROJET DE FUSION DES COMMUNES DE Aubonne Montherod Saint-Oyens Saubraz Planification financière 2014 2019 Comparaison de 3 variantes de taux d imposition Pierre Busset

Plus en détail

Indicateurs harmonisés

Indicateurs harmonisés Département de l intérieur, de la mobilité et de l environnement Service de surveillance des communes Secteur des finances communales Indicateurs harmonisés Finances communales genevoises en 2011 Présentation

Plus en détail

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières 2016-05-27. observatoire du crédit. Liens:

Executive summary. Observatoire du crédit aux sociétés non financières 2016-05-27. observatoire du crédit. Liens: Observatoire du crédit aux sociétés non financières boulevard de Berlaimont 14 BE-1000 Bruxelles Tel. +32 2 221 26 99 Fax +32 2 221 31 97 TVA BE 0203.201.340 RPM Bruxelles 2016-05-27 Liens: observatoire

Plus en détail

Chapitre 1 La Production et ses transformations. Définition de la production par l Insee. Productions marchande et non marchande

Chapitre 1 La Production et ses transformations. Définition de la production par l Insee. Productions marchande et non marchande Chapitre 1 La et ses transformations 1.Définitions, typologies et évolutions Qu est-ce que produire? s marchande et non marchande s matérielles et immatérielles et productivité 2. Les unités et les facteurs

Plus en détail

Annexe 1. Tableau de bord de la société Armand Ratio Calcul Valeur société Armand année N

Annexe 1. Tableau de bord de la société Armand Ratio Calcul Valeur société Armand année N ÉNONCÉ 1 Analyse globale Créée en N-5, la société Armand est devenue sous-traitante d une entreprise qui gère une librairie électronique. Armand assure la logistique de cette entreprise : elle achète,

Plus en détail

INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS 2009 (1)

INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS 2009 (1) Société anonyme au capital de 2 362 883 330 Siège social : 36-38, avenue Kléber 75116 Paris 403 210 032 RCS PARIS INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS (1) (NON AUDITE) A - MARCHE DES AFFAIRES

Plus en détail

Introduction à la Macroéconomie INGE B1 Interrogation récapitulative du mardi 10 mai 2016 : Corrigé

Introduction à la Macroéconomie INGE B1 Interrogation récapitulative du mardi 10 mai 2016 : Corrigé Introduction à la Macroéconomie INGE B1 Interrogation récapitulative du mardi 10 mai 2016 : Corrigé Question 1 : Soit un marché du travail initialement en équilibre et on observe une vague d'immigration

Plus en détail

L ajustement du secteur immobilier espagnol. Janvier 2012

L ajustement du secteur immobilier espagnol. Janvier 2012 L ajustement du secteur immobilier espagnol Janvier 2012 Chiffres-clés du secteur immobilier espagnol La hausse des prix en Espagne 1996-2008: les fondamentaux Environnement macroéconomique favorable.

Plus en détail

Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes

Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes Fiches synthétiques des principales économies développées et émergentes CENTRE ETUDES & PROSPECTIVE DU GROUPE ALPHA Fiches pays Économies développées - Europe Zone euro... 2 Allemagne... 5 France... 8

Plus en détail

Les marchés européens du crédit immobilier en 2015 et la place de la France dans ce marché

Les marchés européens du crédit immobilier en 2015 et la place de la France dans ce marché Les marchés européens du crédit immobilier en 2015 et la place de la France dans ce marché Point presse Crédit Foncier Nicolas Pécourt Directeur Communication externe et RSE 24 Mai 2016 Plan de présentation

Plus en détail

Politique budgétaire. Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi.

Politique budgétaire. Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi. Politique budgétaire Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi. Nous continuons de supposer qu il s agit d une économie fermée mais

Plus en détail

Résultats de l exercice 2011 : + 106 % de croissance, 32,9 M de marge brute et 5% de rentabilité avant impôts

Résultats de l exercice 2011 : + 106 % de croissance, 32,9 M de marge brute et 5% de rentabilité avant impôts Communiqué de Presse Igny, le 14 mars 2012 Résultats de l exercice 2011 : + 106 % de croissance, 32,9 M de marge brute et 5% de rentabilité avant impôts Croissance de 106 % du chiffre d affaires (171,4

Plus en détail

Croissance annuelle moyenne de la population active en France (en milliers)

Croissance annuelle moyenne de la population active en France (en milliers) 23 COMMENT PEUT-ON EXPLIQUER LE CHÔMAGE? A La population active augmente-t-elle trop vite? a) Le chômage : une population active supérieure à l'emploi 1. Au niveau d une économie nationale, le chômage

Plus en détail

NOTATION FINANCIERE. réalisée d'après les comptes administratifs 2008 à 2013 SDIS DU TARN. 389 581 habitants (yc. rs)

NOTATION FINANCIERE. réalisée d'après les comptes administratifs 2008 à 2013 SDIS DU TARN. 389 581 habitants (yc. rs) LOCALNOVATM NOTATION FINANCIERE réalisée d'après les comptes administratifs 2008 à 2013 389 581 habitants (yc. rs) Examen dynamique et comparé de 6 rubriques catégorie 3 document édité le 04/11/14 Sommaire

Plus en détail

Les indicateurs de la procédure de déséquilibres macroéconomiques. Ronan Mahieu

Les indicateurs de la procédure de déséquilibres macroéconomiques. Ronan Mahieu Les indicateurs de la procédure de déséquilibres macroéconomiques Ronan Mahieu Contexte Mise en place d une procédure de déficits excessifs lors de la création de la zone euro Déficits publics < 3% du

Plus en détail

Les chiffres du MEDEF Octobre Analyse de la compétitivité des entreprises françaises. Les chiffres du MEDEF octobre

Les chiffres du MEDEF Octobre Analyse de la compétitivité des entreprises françaises. Les chiffres du MEDEF octobre Les chiffres du MEDEF Octobre 216 Analyse de la compétitivité des entreprises françaises Les chiffres du MEDEF octobre 216 1 SOMMAIRE I - PARTS DE MARCHÉ 1 - Poids de la France dans les exportations mondiales

Plus en détail

Diagnostic financier - Corrigé

Diagnostic financier - Corrigé Diagnostic financier - Corrigé Nous effectuerons ce diagnostic financier en présentant d abord une étude de rentabilité et de profitabilité du groupe Nestor, ensuite une étude de la structure financière

Plus en détail

Avec 464 000 entreprises et un chiffre

Avec 464 000 entreprises et un chiffre 8.1 Chiffres clés de la construction Avec 464 entreprises et un chiffre d affaires de 272 milliards d euros en 211, la construction représente 16 % des entreprises et 7 % du chiffre d affaires de l ensemble

Plus en détail

Résultats annuels de l exercice 2004-2005. Paris, le 19 octobre 2005

Résultats annuels de l exercice 2004-2005. Paris, le 19 octobre 2005 Résultats annuels de l exercice 2004-2005 2005 Paris, le 19 octobre 2005 1 Sommaire Les perspectives annoncées en fin du premier semestre ont été réalisées Chiffres clés de l exercice 2004-2005 Résultats

Plus en détail

Examen par le conseil d administration des résultats de l exercice 2013

Examen par le conseil d administration des résultats de l exercice 2013 Examen par le conseil d administration des résultats de l exercice 2013 CHIFFRE D AFFAIRES CONSOLIDÉ : 3 591,5 millions d euros (3 727,4 millions en 2012) RÉSULTAT BRUT D EXPLOITATION COURANT : 642,9 millions

Plus en détail

Sujet : le partage de la valeur ajoutée en France. Liste des documents

Sujet : le partage de la valeur ajoutée en France. Liste des documents Concours B/L 2010 ECONOMIE EPREUVE COMMUNE SUR DOSSIER : ORAL Jury : Julien Grenet et Élise Huillery Sujet : le partage de la valeur ajoutée en France Liste des documents Document 1 : Document 2 : Document

Plus en détail

Les banques françaises peuvent-elles encore financer l économie? Faculté des Sciences économiques de Poitiers

Les banques françaises peuvent-elles encore financer l économie? Faculté des Sciences économiques de Poitiers Les banques françaises peuvent-elles encore financer l économie? Faculté des Sciences économiques de Poitiers Intervention de Jacques Fournier Directeur général des Statistiques Banque de France 16 janvier

Plus en détail

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières Analyse Financie re 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière Table des matières Introduction :... 2 Chapitre 1 : Etude du compte de résultat... 2 I. Soldes Intermédiaires de Gestion

Plus en détail

ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE Mardi 28 juin 2011 SCIENCES ECONOMIQUES ET SOCIALES durée de l épreuve : 4h

ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE Mardi 28 juin 2011 SCIENCES ECONOMIQUES ET SOCIALES durée de l épreuve : 4h ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE Mardi 28 juin 2011 SCIENCES ECONOMIQUES ET SOCIALES durée de l épreuve : 4h Avertissement au candidat : le candidat sera évalué sur sa capacité à réaliser l ensemble

Plus en détail

http://www.irdes.fr/espaceenseignement/chiffresgraphiques/cadrage/indicateursetatsante/indicateursmortalite/causesdecesparageetsexe.

http://www.irdes.fr/espaceenseignement/chiffresgraphiques/cadrage/indicateursetatsante/indicateursmortalite/causesdecesparageetsexe. http://www.irdes.fr/espaceenseignement/chiffresgraphiques/cadrage/indicateursetatsante/indicateursmortalite/causesdecesparageetsexe.htm http://www.irdes.fr/espaceenseignement/chiffresgraphiques/cadrage/indicateursetatsante/indicateursmortalite/causesdecesparageetsexe.htm

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE FRANCE ZONE EURO 1. Crédits nouveaux au secteur privé en septembre 2012 : tassement pour les entreprises, contraction pour les ménages 2. Déficit

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances

La revue financière. Publication du ministère des Finances Publication du ministère des Finances Faits saillants 2009 : excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars a été dégagé en février 2009, comparativement

Plus en détail