Rapport financier 2014

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport financier 2014"

Transcription

1 Ville de Rennes Rapport financier 2014

2 Sommaire Préambule 1 La capacité d autofinancement (épargne) 2 Partie 1 - Le budget principal 3 L investissement 4 Le financement de l investissement 5 L investissement dans les grandes villes françaises 6 L endettement 7-10 L encours de la dette 7 L annuité de la dette 8 L extinction de la dette 9 Caractéristiques de la dette 10 Les charges de fonctionnement 11 Les transferts 12 Les produits de fonctionnement 13 La fiscalité directe 14 Le produit de la fiscalité 3 taxes 15 Comparaison fiscales 16 Impôts directs et taxes 17 Partie 2 - Le budget général (ou consolidé) 18 Chaîne de financement consolidé 19 Les masses financières de Répartition du fonctionnement consolidé 21 Répartition de l investissement consolidé 22 Dépenses d investissement et encours de dette 23 Dette d organismes exterieurs garantie par la Ville 24 Lexique 25-26

3 Préambule À l occasion du vote du compte administratif de l année 2014, première année du présent mandat municipal, il nous a paru utile de poursuivre l édition du Rapport financier, document au travers duquel sont rappelées de façon synthétique, depuis plusieurs années, les principales informations financières de la ville de Rennes. Ce rapport, présenté au conseil municipal, s adresse aux élus, aux partenaires de la ville, financiers ou non, aux investisseurs locaux ou non, mais aussi aux Rennais souhaitant connaître la situation financière de leur collectivité et l affectation des deniers publics. La situation financière de la ville de Rennes reste saine puisque, au compte principal 2014, le solde d épargne brute s élève, comme en 2013, à 46 M donnant un délai de désendettement (encours / épargne brute) de seulement 3,8 années. L épargne nette progresse quant à elle de 25 à 27 M. Il est utile de rappeler que l année 2014 enregistrait la première baisse nationale des dotations de l Etat (1,5 milliard au plan national soit une réduction pour la ville de 2,3 M ). La ville de Rennes a par ailleurs maintenu cette année son engagement vers l investissement en réalisant près de 80 M de dépenses d équipement (aménagement, travaux, développement urbain ) au seul compte principal pour une moyenne annuelle au cours du mandat précédent de 77 M, y compris l année 2009 du plan de relance. Au cours des cinq dernières années, Rennes a d ailleurs plus investi que les autres avec une moyenne de 373 pour chaque rennais contre 346 par habitant dans les villes comparables. Cette politique volontariste s est effectuée dans un souci d endettement maitrisé, l encours de la dette étant, fin 2014, limité à 172 M. Par habitant, l encours de dette 2013 n était que de 732 contre dans les grandes villes de la métropole. En complément, il est intéressant de préciser que le produit communal 2013 de taxe d habitation et foncier bâti était comparable à Rennes (618 ) et dans les autres grandes villes (594 ). Pour le mandat actuellement en cours, face aux baisses importantes de dotations programmées de 2015 à 2017 (11 milliards au plan national soit localement une perte estimée à 17 M ), la ville se doit de poursuivre la maitrise de ses dépenses de fonctionnement et d engager des efforts dans sa gestion afin de garder, dans une orientation politique de stabilisation des taux d imposition, ses fondamentaux financiers à de bons niveaux. Elle entend aussi maintenir les investissements en faveur du développement et de l aménagement au profit de tous les Rennais. Il convient enfin d indiquer que depuis la création au 1 er janvier 2015 de la métropole de Rennes, différentes compétences exercées jusqu à présent par les communes le sont par Rennes Métropole (voirie, éclairage public, assainissement, réseaux de chaleur...) : ces transferts seront neutres financièrement pour les diverses collectivités puisque les charges nettes transférées à la Métropole (dépenses moins recettes) seront déduites des reversements effectués par la Métropole à ses communes membres. Partant de cette situation, l agence de notation Fitch vient de confirmer le «AA» de la ville de Rennes en mentionnant en particulier que «la note repose sur ses performances budgétaires saines, son endettement modéré, sa gouvernance de qualité et son économie dynamique. La perspective stable indique que la ville devrait être en mesure de maintenir des performances financières compatibles avec la notation actuelle, malgré leur affaiblissement prévisible». Nous vous souhaitons une lecture agréable de ce Rapport financier. Marc Hervé Adjoint aux Finances, à l Administration générale aux relations économiques, au commerce et à l artisanat Nathalie Appéré Maire de Rennes 1

4 La capacité d autofinancement (épargne) L épargne brute, proche de la capacité d autofinancement brute (CAF brute), varie au compte principal de 40,2 M en 2009 à 45,6 M en En 2014, le capital de la dette à rembourser (18,7 M ) ne représente que 41 % de l épargne brute (le seuil d alerte se situe à 100 %, l épargne brute devant être suffisante pour couvrir le remboursement de la dette). L épargne nette, mesurant l autofinancement après remboursement du capital de la dette, s établit à 26,9 M en La ville de Rennes dispose donc à fin 2014 de marges d épargne très satisfaisantes. Chaine de l épargne En M Produits de fonctionnement courant 278,9 287,0 298,7 303,9 306,5 310,8 M ,7 +1,2 5,3 48,4-0,7 3,6 18,7 - Charges de fonctionnement courant 232,2 236,8 241,6 249,2 255,8 262,4 = EXCEDENT BRUT COURANT (EBC) 46,7 50,2 57,1 54,7 50,7 48, ,7 + Produits exceptionnels 2,1 1,5 1,4 1,5 1,1 2,7 - Charges exceptionnelles 3,3 3,6 2,2 2,7 2,1 1,9 = EPARGNE DE GESTION (EG) 45,5 48,1 56,3 53,5 49,7 49,2 - Intérêts 5,3 5,3 4,4 4,9 4,1 3, EG EBC EB EN 19,4 26,9 EN EB EG EBC = EPARGNE BRUTE (EB) 40,2 42,8 51,9 48,6 45,6 45,6 - Capital 20,7 20,8 22,8 19,1 20,6 18,7 = EPARGNE NETTE (EN) 19,4 22,0 29,1 29,5 25,0 26,9 CAPITAL/EPARGNE BRUTE 52 % 49 % 44 % 39,3% 45,2% 41% Épargne nette Capital Intérêts Solde excep. = Ch. except - Prod except. 2

5 Le budget principal Partie 1 Cette partie est consacrée au budget principal, lequel n intègre pas les budgets annexes spécialisés dans une compétence : eau, assainissement, ZAC En 2014, les dépenses réelles totales de la balance du budget principal atteignent 448,4 M. Après neutralisation des remboursements temporaires de dette (31,5 M ) et hors mouvement sur exercice antérieur (38,3 M ) les dépenses réelles totales s établissent en 2014 à : 378,6 M Ce montant total se décompose en 264,3 M de dépenses de fonctionnement hors intérêts et 92 M de dépenses d investissement hors capital. S y ajoute l annuité de la dette de 22,3 M, dont 18,7 M de capital, et 3,6 M d intérêts. Dépenses totales Fonct. hs intérêts 264,3 M (69,8 %) TOTAL = 378,6 M Inv. hs dette 92 M (24,3 %) Capital 18,7 M (4,9 %) Intérêts 3,6 M (1 %) DI 110,7 M AD 22,3 M (5,9 %) DF 267,9 M DF = Dépenses de Fonctionnement avec intérêts dette DI = Dépenses d'investissement avec capital dette AD = Annuité Dette (capital + intérêts) 3

6 L investissement Les dépenses d investissement hors dette 1 recouvrent les opérations apportant un renouvellement ou un accroissement du patrimoine de la Ville, ainsi que les subventions d équipement (au profit de tiers). Les dépenses d équipement (comptes 20 2, 21, 23) concernent les immobilisations : acquisitions de matériel et biens immobiliers, travaux de construction ou de réfection. Les dépenses financières et diverses hors dette concernent les acquisitions de participations, les reversements de subventions Structure moyenne du financement Les dépenses d investissement hors dette du budget principal atteignent en moyenne 80,0 M par an, dont 77,0 M de dépenses et subventions d équipement ,3 3 1, ,0 3,8 0, ,7 73,1 4,5 1,2 67,4 74,2 4,6 3,9 65,7 76,1 7,3 1,2 67,6 92,0 6,2 12,8** 73,0 1 Hors dette = hors remboursement du capital des emprunts. 2 Compte 20 hors 204 (subventions d équipement) * En M Moyenne 2009* Dépenses d investissement hors dette 80,0 98,3 66,0 73,1 74,2 76,1 92,0 Dépenses d équipement 71,6 94,0 61,7 67,4 65,7 67,6 73,0 Dépenses financières et diverses hors dette 3,3 1,3 0,5 1,2 3,9 1,2 12,8** Subventions d équipement 4,9 3,0 3,8 4,5 4,6 7,3 6,2 L addition des dépenses d équipement et des subventions d équipement donne les dépenses totales d équipement (79 M en 2014). * Le pic d investissement constaté en 2009 correspond à la mise en œuvre du plan de relance. ** Les dépenses financières 2014 intègrent le versement d une avance de trésorerie à Territoires de 9,5 M dans le cadre de la ZAC Baud Chardonnet. 4

7 Le financement de l investissement budget principal Les dépenses d investissement sont financées par : l épargne nette (ou autofinancement net), c est-à-dire les moyens dont dispose la Ville après avoir payé toutes ses charges de fonctionnement et remboursé l annuité de sa dette ; les ressources propres d investissement (RPI) : fonds de compensation de la TVA, taxe locale d équipement, produit des cessions, participations ; les subventions reçues et fonds affectés (amendes de police) ; l emprunt. Si le financement de l investissement est supérieur/inférieur aux dépenses d investissement, l excédent global de clôture augmente/diminue d autant. En moyenne, le financement de l investissement est composé par 31 % d épargne nette, 32 % de ressources propres d investissement (RPI), 11 % de divers et par 26 % d emprunt. L emprunt moyen annuel est d environ 20,0 M. En 2014, le recours a été plus fort avec 35,0 M en raison de la mise en place d une avance de trésorerie à Territoires de 9,5 M Dépenses d'investissement hors dette Epargne nette Ressources propres d'investissement (RPI) Divers Emprunts En M Moyenne % 100 % 26 % Emprunts 11 % Divers 32 % RPI 31 % Épargne nette Dépenses d'investissement hors dette 80,0 98,3 66,0 73,1 74,2 76,1 92,0 Financement de l investissement 80,5 96,5 74,5 74, ,5 92,0 Epargne nette 25,3 19,4 22,0 29,1 29,5 25,0 26,9 Ressources propres d investissement (RPI) 25,5 36,3 30,3 30,8 18,3 16,9 20,3 Divers 9,0 10,6 8,2 8,8 7,2 9,4 9,7 Emprunt 20,7 30,2 14,0 5,8 17,0 22,2 35,1 Variation de l excédent +0,5-1,8 8,5 1,3-2,3-2,6 0 5

8 L investissement dans les grandes villes françaises budget principal En 2014, les dépenses d investissement atteignent à Rennes 79,2 M au budget principal soit 370 par habitant (moyenne des villes non disponible actuellement). Ce montant est supérieur à celui de 2013 où il était de 352 par habitant. Ce niveau d investissement était comparable à la moyenne des villes de la strate. De 2009 à 2013, la ville de Rennes a investi 373 /habitant contre 346 en moyenne dans sa strate démographique. Investissement - budget principal (2013 en /hab) Moyenne AMGVF 373 Bordeaux Strasbourg Reims Lille Saint-Étienne Rennes Le Havre Montpellier Grenoble Toulouse Angers Nantes Brest

9 L endettement budget principal L encours de la dette L encours de la dette, représentant le stock de dette en capital restant à rembourser, est en légère diminution sur la période, passant de 180,1 M au 31 décembre 2009 à 172,1 M au 31 décembre 2014 (- 8 M ). Le délai de désendettement demeure faible en 2014 (3,8 années), en légère baisse par rapport à celui de début de période (4,5 en 2009). M Encours/Épargne brute Encours de la dette au 31 décembre Encours Enc/EB ans En M Encours 180,1 173,3 156,2 154,1 155,7 172,1 Epargne brute 40,2 42,7 51,9 48,6 45,6 45,6 = Encours/Epargne brute 4,5 4,1 3,0 3,2 3,4 3, Le «délai de désendettement» est égal au rapport entre l encours de la dette et l épargne brute. L encours de la dette correspond au capital emprunté restant dû par la Ville. L épargne brute indique les moyens dont dispose la Ville une fois payés les intérêts de sa dette, les charges de fonctionnement courant et les charges exceptionnelles. Le ratio encours de dette / épargne brute mesure le nombre d années qui serait nécessaire à la Ville pour rembourser intégralement sa dette si l épargne brute (c est-à-dire la capacité d autofinancement) était consacrée en totalité à rembourser le stock d emprunts. Cette durée apparaît donc tout à fait théorique mais fournit cependant une information intéressante quant aux potentialités dont dispose la Ville pour faire face à ses engagements à l égard des prêteurs. Un délai de désendettement inférieur à 5 années est considéré, en analyse financière, comme une situation très satisfaisante. Dette par habitant au 01/01/2014 (encours en par habitant) AMGVF* St-Étienne Reims Grenoble Lille Le Havre Bordeaux Montpellier Caen Nantes Rennes Strasbourg Brest Angers Toulouse La Ville de Rennes a en 2014 un ratio d'endettement par habitant de 731 contre 1085 (-33 %) pour la catégorie démographique. * Association des Maires de Grandes Villes de France, villes de à habitants 7

10 L annuité de la dette L annuité de la dette est la somme des intérêts (corrigés ici des ICNE*) et du capital à rembourser annuellement. L annuité de la dette diminue sur la période, passant de 26,0 M à 22,3 M entre 2009 et 2014, en raison de la diminution des intérêts (baisse des taux) et de l amortissement plus faible (emprunts 2013 et 2014 «in fine»). *ICNE : Intérêts Courus Non Échus Annuité de la dette (budget principal) En M Capital 20,7 20,8 22,8 19,1 20,6 18,7 Intérêts 5,3 5,3 4,4 5,0 4,1 3,6 Annuité de la dette 23,7 26,0 26,1 27,2 24,1 22, Intérêts Capital 5 Annuité Capital 84 % Intérêts 16 % 8

11 L extinction de la dette Hors nouveaux emprunts, la dette de la ville s éteint en Fin 2020, c est-à-dire dans cinq ans, 46 % de l encours sera remboursé et fin 2025, d ici dix ans, 75 %. Plan d extinction de la dette (encours en millions d ) au 1 er janvier 2015 (hors nouveaux emprunts) 180 Encours au 31 décembre 2014 : 172,1 M La durée de vie moyenne de l'encours de la dette s'élève à 7,6 ans* * la durée moyenne d'extinction de l'encours de la dette s'élève à 10,7 ans 9

12 budget principal* Caractéristiques de la dette (au 31/12/2014) Au 31/12/2014, l encours de la dette au budget principal s établit à 172,1 M. Il comprend 64 % de taux fixe et 36 % de taux variable. Le taux moyen de l encours total est de 2,4 %. Encours selon le type de taux Taux moyens selon le type d encours Répartition de la dette par prêteur Variable 36,2 % 4,4 % Caisse d'épargne 19 % Fixe barrière 0,3 % Fixe classique 63,2 % 3,1 % 2,2 % 1,3 % 2,4 % Emprunts obligataires 32 % Autres 17 % Fixe pente 0,3 % Variable classique = taux variable sur toute la durée Fixe classique = taux fixe sur toute la durée Fixe pente = intérêts payés en fonction de la structure de la courbe des taux Fixe barrière = taux fixe pouvant basculer à taux variable Fixe Barrière Fixe pente Variable (dont livret A) Ensemble dette Crédit Agricole 8 % Caisse des Dépôts et Consignations 10 % SFIL (ex. Dexia) 14 % * L encours de dette des budgets annexes s élève au 31 décembre 2014 à 42,9 M au budget de l assainissement, à 4,3 M au budget des réseaux de chaleur et à 7,4 M aux budgets des ZAC, soit un encours total au budget général de 226,7 M. La dette relative aux budgets assainissement et réseaux de chaleur est transférée depuis le 1 er janvier 2015 à la Métropole de Rennes, celle-ci ayant pris en charge les compétences. 10

13 Les charges de fonctionnement budget principal Les charges de fonctionnement passent de 240,9 M en 2009 à 267,9 M en 2014, progressant en moyenne annuelle de 2,1 % par an (soit de 0,8 % une fois enlevée une inflation annuelle moyenne de 1,30 %). Les dépenses de personnel représentent en 2014, avec 160,9 M, 60,1 % des charges de fonctionnement. Charges de fonctionnement En M Charges à caractère général (011) 42,6 42,0 42,2 45,2 46,2 44,2 Charges de personnel (012) 141,8 145,6 149,6 150,9 154,7 160,9 Charges de gestion courante (65) 47,5 48,8 49,4 52,8 54,7 57,2 Autres charges 3,7 3,9 2,6 3,1 2,3 2,0 Intérêts (6611) 5,3 5,3 4,4 4,9 4,1 3,6 Charges de fonctionnement 240,9 245,7 248,2 256,9 262,0 267,9 Évolution nominale moyenne Charges à caractère général (011) 0,8 % - 1,4 % 0,5 % 7,2 % 2,2 % -4,4 % Charges de personnel (012) 2,6 % 2,7 % 2,7 % 0,9 % 2,5 % 4,0 % Charges de gestion courante (65) 3,7 % 2,8 % 1,3 % 6,7 % 3,3 % 4,6 % Autres charges -9,8 % 6,4 % -34,2 % 19,7 % -21,4 % -9,3 % Intérêts (6611) -7,8 % - 0,4 % -16,8 % 11,9 % -17,4 % -13,1 % Charges de fonctionnement 2,1 % 1,7 % 2,0 % 1,0 % 3,5 % 2,3 % Structure Charges à caractère général (011) 17,7 % 16,5 % Charges de personnel (012) 58,9 % 60,1 % Charges de gestion courante (65) 19,8 % 21,3 % Charges de gestion courante 21,3 % Autres charges 0,8 % Intérêts 1,3 % Charges à caractère général 16,5 % Autres charges 1,4 % 0,8 % Intérêts (6611) 2,2 % 1,3 % Charges de fonctionnement 100,0 % 100,0 % Charges de personnel 60,1 %

14 Les transferts budget principal Subventions de fonctionnement... 47,3 M - 89,3 % Participations et contributions... 5,6 M - 10,7 % Total... 52,9 M % Socio-éducatif 21,6 % Culture 23,9 % 11,4 M 12,7 M Participations et contributions 10,7 % Sport 5,8 % Enseignement enfance 11,5 % 3,1 M 6,0 M 4,2 M 52,9 M 15,5 M Autres 7,9 % Social 29,3 % (dont subvention CCAS 11,0 M ) Subventions de fonctionnement 89,3 % 12

15 Les produits de fonctionnement budget principal Ils se composent essentiellement de ressources fiscales, de dotations, participations, subventions diverses (État, Département, Région, CAF...) et de recettes d exploitation des services et du domaine. La fiscalité directe sur les trois taxes ménages constitue la principale ressource vraiment maîtrisable par la ville via le vote des taux. Les concours financiers de l État relèvent pour l essentiel d une enveloppe normée nationale. Celle-ci a été gelée entre 2011 et 2013 et a fait l objet d une réduction de 1,5 Md en Au niveau de la ville, les dotations relevant de cette enveloppe ont baissé de 2M entre 2009 et 2013 et de 2,6 M en Par ailleurs, la baisse de la dotation communautaire en 2013 s explique par la prise en compte du transfert de l axe Est-Ouest République. Produits de fonctionnement En M Impôts et taxes (73) 158,1 167,4 175,1 179,9 182,8 184,7 3 taxes (TH, FB, FNB) 110, ,2 126,2 130,1 132,3 Dotation communautaire 33,9 33,9 33,9 33,9 33,4 33,4 Autres impôts et taxes 14,0 15,4 19,0 19,8 19,3 19,0 Dotations et participations (74) 88,3 86,9 88,4 88,3 87,1 87,7 DGF + compensations fiscales hors TH 69,5 68,7 67,8 67,4 67,1 64,5 Participations diverses 18,8 18,2 20,6 20,9 20,0 23,2 Produits d exploitation et divers 34,6 34,2 36,6 37,3 37,7 41,0 Produits de fonctionnement 281,1 288,5 300,1 305,5 307,6 313,4 Entre 2009 et 2014, les produits de fonctionnement passent de 281,1 M à 313,4 M, progressant en moyenne de 2,2 % par an. Les impôts et taxes varient de 3,2 % par an et les produits d exploitation sont en hausse (+ 3,5 %). Les dotations et compensations de l État (hors TH) s inscrivent en diminution depuis Les impôts et taxes représentent, en 2014, 58,9 % du total des produits de fonctionnement contre 56,2 % en La part des dotations et compensations de l État diminue de 24,7 % à 20,6 % et celle des produits d exploitation et divers reste stable (de 12,3 % à 13,1 %). Structure Impôts et taxes (73) 56,2 % 58,9 % DGF et compensations 24,7 % 20,6 % de l État (74) Participations diverses 6,7 % 7,4 % Produits d exploitation 12,3 % 13,1 % et divers Produits de fonctionnement 100,0 % 100,0 % Moyenne 2009/2014 Evolution nominale Evolution hors inflation Impôts et taxes (73) 3,2 % 1,9 % DGF + compensations fiscales hors TH -1,5 % -2,8 % Participations diverses 4,3 % 3,0 % Produits d exploitation et divers 3,5 % 2,2 % Produits de fonctionnement 2,2 % 0,9 % Produits d'exploitation et divers 13,1 % Participations diverses 7,4 % DGF et compensations hors TH 20,6 % 2014 Impôts et taxes 58,9 % 13

16 La fiscalité directe budget principal La Ville perçoit la taxe d habitation (TH), la taxe sur le foncier bâti (FB) et la taxe sur le foncier non bâti (FNB). La part communale de la fiscalité directe payée par les contribuables correspond à l application d un taux (voté par la Ville) à une base d imposition (valeur locative des constructions et des propriétés, après abattements TH et exonérations FB). L évolution du produit fiscal peut donc provenir : d un effet taux : les élus de la Ville décident d augmenter ou de diminuer les taux, d un effet bases : la croissance du nombre de logements et du foncier des activités économiques génère une croissance «physique» des bases. En outre, le Parlement arrête chaque année une revalorisation forfaitaire des valeurs locatives (+ 0,9 % en 2014). Les taux d imposition de la Ville de Rennes La Ville de Rennes a maintenu ses taux en Taux TH 21,04 % 21,99 % 21,99 % 21,99 % 21,99 % 21,99 % Taux FB 24,65 % 25,76 % 25,76 % 25,76 % 25,76 % 25,76 % Taux FNB 37,64 % 39,33 % 39,33 % 39,33 % 39,33 % 39,33 % L évolution physique des bases d imposition L évolution physique des bases d imposition se mesure hors revalorisation forfaitaire nationale généralement indexée sur l indice d inflation prévisonnelle. Elle détermine l accroissement des bases lié notamment aux constructions et à l amélioration du bâti résidentiel, industriel et commercial. Evolution physique moyenne Base TH 1,4 % 0,7 % 1,3 % 1,8 % 2,2 % 1,0 % Base FB 1,1 % 1,8 % 1,9 % 1,0 % 0,6 % 1,1 % Base FNB 6,4 % - 7,4 % 0,6 % 2,2 % 2,8 % 21,7 % La croissance élevée des bases de TH en 2013 (+2,2 %) s explique pour partie par l élargissement de l imposition à la taxe d habitation aux locaux vacants depuis plus de 2 ans (5 ans auparavant). Celle de 2014 est indiquée ici après neutralisation des effets de la loi de finance 2015 dont le maintien de l exonération pour certains contribuables. 14

17 Le produit de la fiscalité 3 taxes budget principal Le produit fiscal 3 taxes s élève à 132,3 M en 2014 contre 130,1 M en 2013 soit une évolution de + 1,7 %. Les parts représentées par la taxe d habitation et la taxe sur le foncier bati sont comparables, celle de la taxe sur le foncier non bati étant très faible. Produit de fiscalité 3 taxes ,3 M TH 68,4 M 51,7 % FB 63,7 M 48,1 % FNB 0,2 M 0,2 % FB 48,1 % TH 51,7 % FNB 0,2 % 15

18 Comparaisons fiscales budget principal Les taux d imposition de Rennes sont de 21,99 % sur la taxe d habitation (TH) et de 25,76 % sur le foncier bâti (FB). Ces taux sont un peu supérieurs à la moyenne. En additionnant la taxe d habitation et le foncier bâti, le produit fiscal rennais par habitant se situe légèrement au dessus de la moyenne : 618 contre 594 soit + 4 %. Taux de Taxe d Habitation ville (en %) Taux de Foncier Bâti ville (en %) Moyenne à h 20,81 % Moyenne à h 24,27 % Lille Strasbourg Nantes Bordeaux Montpellier Rennes Grenoble Brest Reims St-Étienne Le Havre Angers Caen Toulouse 24,06 % 24,04 % 22,98 % 22,49 % 21,99 % 21,52 % 20,84 % 20,75 % 20,16 % 19,84 % 17,70 % 17,34 % 15,87 % ,55 % Grenoble Angers Montpellier Caen Reims Le Havre Bordeaux Nantes Rennes Brest Lille St-Étienne Strasbourg Toulouse Produit fiscal TH + FB ville (en par habitant) 36,73 % 32,98 % 31,18 % 30,73 % 30,71 % 29,00 % 28,10 % 27,51 % 25,76 % 24,33 % 23,56 % 23,55 % 21,30 % 17,64 % 16 Compte tenu des disparités de valeurs locatives entre les villes et des différences en terme de politiques d abattement, la comparaison des taux peut biaiser les résultats et doit donc être complétée par une étude du produit fiscal. Moyenne à h Grenoble Bordeaux Montpellier Reims Nantes Angers Rennes Caen St-Étienne Le Havre Lille Strasbourg Brest Toulouse

19 Impôts directs et taxes Les schémas suivants illustrent le poids de la fiscalité «part communale et intercommunale» pour un ménage rennais avec un enfant, une fois intégrées les taxes d ordures ménagères, d eau et d assainissement. Ce ménage est propriétaire d un logement de 70 m 2 et ne bénéficie d aucune réduction de TH ou FB selon ses revenus. À titre indicatif, 51 % des ménages rennais bénéficient d une réduction de leur TH d après leurs revenus. Impôts locaux et taxes pour services rendus (hors réductions possibles de TH et FB) Eau et assainissement - taxes communales 1,180 Taux de la taxe d enlèvement des déchets ménagers * Taxe 2014 (en %) Lille 16, Rennes Métropole 402 Ville de Rennes 1,110 Total /m 3 Redevance assainissement Le Havre Montpellier Strasbourg Nantes Caen 13,85 11,25 10,98 10,73 9, Rennes Métropole Angers Toulouse 9,18 8, Ville de Rennes Surtaxe eau Redevance assainissement Taxe déchets ménagers 0,070 Année 2014 Surtaxe eau Rennes Bordeaux 8,27 St-Étienne 7,55 Rennes 5,54 Année 2014 Foncier bâti Taxe d'habitation Pour une consommation annuelle de 120 m 3, le prix total d un m 3 d eau (part Véolia, surtaxe, redevances, TVA) est de 3,341 en * Pour Rennes la taxe est perçue par Rennes Métropole 17

20 Le budget général (ou consolidé) Partie 2 Une consolidation est opérée en agrégeant au budget principal l ensemble des 20 budgets annexes concernant l eau, l assainissement, les réseaux de chaleur, le service extérieur des pompes funèbres et les ZAC. Cette consolidation forme le budget général. Budget général Dépenses hors retraitements 2014 En 2014, les dépenses réelles totales de la balance du budget général ressortent à 513,9 M, dont 448,4 M pour le budget principal (87,2 %) et 65,5 M pour les budgets annexes (12,8 %). Après neutralisation des remboursements temporaires de dette (50,2 M ) et hors mouvements sur exercice antérieur, les dépenses réelles totales s établissent en 2014 à 415,0 M, dont : 282,2 M en fonctionnement hors intérêts ; 105,3 M en investissement hors capital ; 27,5 M d annuité de dette. Budget principal 87,2 % Pompes funèbres 0,01 % Assainissement 7,6 % Service des eaux 0,7 % Réseaux de chaleur 1,4 % Total budgets ZAC 3,1 % TOTAL = 513,9 M 18

21 Chaîne de financement consolidé budget général Budget général (retraité * ) 2014 En M Impôts 3 taxes 132,3 + Dotations État (enveloppe normée) 64,5 + Dotation communautaire 33,4 + Revenus de gestion courante 43,4 + Autres recettes de fonctionnement 58,0 = Total recettes de fonctionnement (a) ** 331,6 Charges de personnel 165,7 Charges à caractère général 55,2 Charges de gestion courante 58,6 Autres dépenses de fonctionnement 2,5 Total dépenses de fonctionnement hors intérêts 282,0 Intérêts de la dette 5,3 Total dépenses de fonctionnement (b) ** 287,3 Epargne nette compte général 21,9 + Fonds de compensation de la TVA 11,1 + Produit des cessions 7,4 + Autres ressources d investissement 21,2 = Recettes d investissement avant emprunts 61,6 + Emprunts 36,6 = Recettes totales d investissement (d) ** 98,1 Investissements réels nouveaux 92,4 Dépenses financières d investissement 13,0 Total dépenses d investissement hors dette (e) ** 105,4 Variation de fonds de roulement (f = d e) -7,2 Fonds de roulement au 1 er janvier 27,0 Solde de clôture budget général 19,8 Epargne brute compte général (c = a b) 44,3 - Remboursement du capital de la dette 22,4 = Epargne nette compte général 21,9 * Le retraitement concerne la prise en compte des recettes de cessions en recettes d investissement et la neutralisation des opérations de remboursement temporaire de dette. ** Le total est ici inscrit hors mouvements sur exercice antérieur. 19

22 Les masses financières de 2014 Budget général En millions d euros Fonds de roulement au 1 er janvier 2014 : 27,0 M Dépenses de fonctionnement 287,3 M Recettes de fonctionnement 331,6 M Dépenses de personnel Charges à caractère général Charges de gestion courante Autres charges Intérêts de la dette Épargne brute 165,7 55,2 58,6 2,5 5,3 44,3 91,4 64,5 132,3 43,4 Autres recettes (yc Dot com) Dotations État (enveloppe) Impôts 3 taxes Revenus gestion courante Dépenses d'investissement 127,7 M (avec capital dette) Recettes d'investissement 120,5 M (avec épargne brute) Remboursement capital Dépenses financières 22,4 13,0 44,3 Épargne brute Investissements réels 92,4 36,6 39,7 Emprunts Autres recettes Fonds de roulement au 31 décembre 2014 : 19,8 M 20

23 Répartition du fonctionnement consolidé CA 2014 dépenses de fonctionnement hors intérêts de dette : 282,0 M Culture, sport et vie sociale 66,3 M Action socio-éducative (11,5 M ) ; CRR (5,6 M ) ; Bibliothèques (5,0 M ) ; Piscines (4,7 M ) ; Opéra (4,3 M ) ; Stades et salles (3,8 M ) ; Subvention TNB (3,2 M ) ; Animation sportive (3,2 M ) ; Information-communication (3,1 M ) ; MBA (2,3 M ) Enseignement et enfance 65,5 M Crèches (16,1 M ) ; Restaurants d'enfants (13,2 M ) ; Enseignement 1 er degré (10,4 M ) ; CLSH (5,8 M ) ; Centres aérés (2,7 M ) ; Activités périscolaires (1,7 M ) ; Aménagement, environnement 56,7 M et services urbains Espaces verts (17,9 M ) ; Réseau assainissement (9,4 M ) / eau (1,9 M ) ; Propreté publique (6,1 M ) ; Éclairage-signalisation (3,7 M ) ; Stationnement (2,7 M ) Services généraux 50,9 M Santé et interventions sociales 18,5 M Subvention CCAS (11,0 M ) ; Centres sociaux (2,3 M ) ; Service communal d'hygiène et santé (0,9 M ) Urbanisme et logement 11,4 M ZAC (5,8 M ) ; Actions quartiers (2,4 M ) ; Contrat urbain de cohésion sociale (0,4 M ) Prestations publiques 8,6 M Police municipale (3,1 M ) ; État civil (1,2 M ) ; Formalités générales (1,0 M ) ; Cimetières (0,8 M ) Action économique 4,0 M Actions pour l'emploi (2,2 M ) ; Commerces - diverses actions (0,6 M ) 21

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette LES PRINCIPAUX SOLDES INTERMEDIAIRES 1-Epargne de gestion : Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement Il s agit de l excédent de recettes réelles de fonctionnement sur les

Plus en détail

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL Le vote du budget constitue l acte politique majeur de la vie de la collectivité. Il doit impérativement être voté avant le 31 mars de l année qu il intéresse. Toutefois,

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 - Introduction - Tableaux de synthèse - Synthèse des grands équilibres du Budget Primitif 2015 1 INTRODUCTION Le Budget Primitif 2014,

Plus en détail

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Eléments de cadrage de la situation financière de la Commune de Bourcefranc-le- Chapus Les soldes intermédiaires

Plus en détail

Trébeurden Synthèse financière

Trébeurden Synthèse financière Jeudi 27 juin 2013 Trébeurden Synthèse financière Yvan Pellé Réunion publique Méthodologie (1) 2 Charges courantes ( personnel, fluides, entretien, contrats..) Excédent brut courant Produits courants (impôts,

Plus en détail

3 099 704,29 RECETTES 2013 61 220,81

3 099 704,29 RECETTES 2013 61 220,81 BUDGET 2013 EQUILIBRE GENERAL Le budget global 2013 se monte à 5 146 475,64 en recettes pour 4 615 844,79 en dépenses. Ces chiffres intègrent à la fois l année 2013 en fonctionnement et investissement

Plus en détail

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du Le budget 2013 Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances Conseil Municipal du 8 février 2013 Les documents budgétaires : Le budget selon la nomenclature M14; Les documents annexes; Le budget

Plus en détail

Rapport financier - Exercice 2013

Rapport financier - Exercice 2013 Rapport financier - Exercice 2013 Sommaire Le budget réalisé en 2013 // Résultat de l'exercice 2013 page 4 // Origine des recettes page 4 // Destination des dépenses page 4 Les grands équilibres financiers

Plus en détail

«Mécanismes» et contraintes budgétaires

«Mécanismes» et contraintes budgétaires Ville de Viry-Châtillon / Bilan 2008 2013 et prospective financière 2014-2020 Intervention du 25 septembre 2014 87 rue St-Lazare I 75009 Paris Tél. 01 55 34 40 00 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : fcl@fcl.fr

Plus en détail

LEVET COMMUNE DE LEVET

LEVET COMMUNE DE LEVET LEVET COMMUNE DE LEVET Conseil Municipal du 4 juin 2015 Le Compte Administratif présenté aujourd hui découle de la gestion de l exercice 2014 : il constitue notre socle de gestion pour l avenir. Compte

Plus en détail

Trésorerie de SERIGNAN

Trésorerie de SERIGNAN ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SERIGNAN Trésorerie de SERIGNAN OCTOBRE 212 SOMMAIRE Introduction... 3 Principaux constats... 3 A) Composantes des charges et des produits réels de fonctionnement...

Plus en détail

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) -

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - - Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises (CVAE)

Plus en détail

Mairie de Fenouillet Audit de début de mandat

Mairie de Fenouillet Audit de début de mandat ABCD SECTEUR PUBLIC Mairie de Fenouillet Audit de début de mandat Conseil Municipal du 24 juin 2014 Anne-Laure Caumette Rappel des objectifs de l étude confiée à KPMG Disposer d une analyse objective et

Plus en détail

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL Compte Administratif 2014 SECTION DE FONCTIONNEMENT DEPENSES CA 2013 CA 2014 Alloué Réalisé Alloué Réalisé 011 Charges à caractère général 445 615 424 289,55 448 291 411 184,65 012 Charges

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010 ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE () SICTOBA Mai 2010 Pascal HEYMES Stratorial Finances Agence de Montpellier 2, rue des Arbousiers 34070 MONTPELLIER Tél. : 04 99 61 47 05 - Fax : 04 99 61 47 09 www.stratorial-finances.fr

Plus en détail

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015 Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014 Débat d Orientation Budgétaire 2015 Le budget 2015 sera le premier de ce nouveau mandat 2014-2020 Il est construit sur le Plan de mandat financier en

Plus en détail

Trésorerie de Felletin

Trésorerie de Felletin ANALYSE FINANCIERE ET FISCALE DE LA COMMUNE DE FELLETIN 211//213 Trésorerie de Felletin INTRODUCTION L analyse financière rétrospective, réalisée en avril 214, concerne la période de gestion des exercices

Plus en détail

LES ÉTABLISSEMENTS PUBLICS LOCAUX (E.P.L.) SITUES HORS DU CHAMP DE L INTERCOMMUNALITE

LES ÉTABLISSEMENTS PUBLICS LOCAUX (E.P.L.) SITUES HORS DU CHAMP DE L INTERCOMMUNALITE LES ÉTABLISSEMENTS PUBLICS LOCAUX (E.P.L.) SITUES HORS DU CHAMP DE L INTERCOMMUNALITE Les centres communaux d action sociale 2 (CCAS) Ils ont vocation à fournir des prestations d action sociale en nature

Plus en détail

Commune de LOMPRET Exercices budgétaires 2014-2015. Conseil municipal - 17 mars 2015 - www.lompret.fr

Commune de LOMPRET Exercices budgétaires 2014-2015. Conseil municipal - 17 mars 2015 - www.lompret.fr Commune de LOMPRET Exercices budgétaires 2014-2015 1 Rappel du schéma d un budget 2 BUDGET DE FONCTIONNEMENT BUDGET D'INVESTISSEMENT DEPENSES RECETTES RECETTES DEPENSES Charges à caractère général Energie-électricité,

Plus en détail

Mission d audit financier de début de mandat

Mission d audit financier de début de mandat Ville de Louveciennes Mission d audit financier de début de mandat Synthèse 23 octobre 2014 Vos interlocuteurs : MAZARS Secteur public 61, rue Henri Regnault 92075 La Défense Cedex Thierry GREGOIRE Senior

Plus en détail

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM Budget Primitif 2014 Conseil Municipal du 18 décembre 2013 Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM «Actes» budgétaires Mandat 2008-2014 La préparation budgétaire 2014 clôture l exercice pluriannuel 2008 Début

Plus en détail

La construction du budget communal. 25 avril 2015

La construction du budget communal. 25 avril 2015 La construction du budget communal 25 avril 2015 Le budget : un acte fondamental, très encadré Un acte de prévision et d autorisation Prévoit chaque année les recettes et dépenses de la commune Autorise

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2014. Communauté de Communes de la Vallée du Lot et du Vignoble

BUDGET PRIMITIF 2014. Communauté de Communes de la Vallée du Lot et du Vignoble BUDGET PRIMITIF 2014 Communauté de Communes de la Vallée du Lot et du Vignoble 2 Dans le cadre de la continuité de certains dossiers, le budget primitif 2014 ne contiendra aucune action nouvelle engageant

Plus en détail

Refonte des fiches fiscalités du Site Internet VDH 27/03/2015 RUBRIQUE N 6 : LE DICO DE L IMPOTS

Refonte des fiches fiscalités du Site Internet VDH 27/03/2015 RUBRIQUE N 6 : LE DICO DE L IMPOTS RUBRIQUE N 6 : LE DICO DE L IMPOTS ABATTEMENTS Sommes forfaitaires qui, appliquées à la valeur locative brute d un bien, permettent de la faire baisser et donc de faire diminuer le montant de l impôt ;

Plus en détail

PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015. Commune de Poisat 23 février 2015

PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015. Commune de Poisat 23 février 2015 PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015 Commune de Poisat 23 février 2015 Sommaire Le budget communal : quelques points de compréhension 1. Principes budgétaires 2. Préparation du budget 3. Exécution du budget

Plus en détail

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine 1 SOMMAIRE I. INTRODUCTION... 3 1.1 Les indicateurs de la santé financière d'une

Plus en détail

LE BUDGET DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VOLVESTRE. Le compte Administratif 2007

LE BUDGET DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VOLVESTRE. Le compte Administratif 2007 LE BUDGET DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VOLVESTRE Le budget est l'acte par lequel sont prévues et autorisées par l'assemblée délibérante les recettes et les dépenses d'un exercice. Le budget de la Communauté

Plus en détail

Le compte administratif 2011

Le compte administratif 2011 Le compte administratif 2011 Le compte administratif 2011 de MIONS en quelques chiffres Budget principal. 16 590 970 de recettes réalisées, dont :. 13 003 158 en fonctionnement dont 165 000 de rattachements.

Plus en détail

UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE. Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux»

UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE. Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux» UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux» Nantes, 19 juin 2014 1 Elaborer le budget de sa commune : Les fondamentaux

Plus en détail

Fiche synthétique du Compte Administratif 2013 de la commune d'amuré

Fiche synthétique du Compte Administratif 2013 de la commune d'amuré Fiche synthétique du Compte Administratif 2013 de la commune d'amuré Le service Finances de la CAN a élaboré cette fiche à partir des documents transmis par les communes en juillet 2014 : - Compte Administratif

Plus en détail

Audit de début de mandat. Commune de Saint-Nom la Bretèche

Audit de début de mandat. Commune de Saint-Nom la Bretèche Audit de début de mandat Commune de Saint-Nom la Bretèche Analyse de la situation financière à fin 2013 Septembre 2014 CALIA Conseil Siège 24 rue Michal 75013 PARIS Antenne de Lyon Tour Part Dieu 129 Rue

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 L équilibre général du budget primitif 2014 s est établi à 3 822,6 M, dont 2 790,9 M au titre de la section de fonctionnement et 1 031,7

Plus en détail

budget primitif 2015

budget primitif 2015 budget primitif 2015 Budget principal Budgets annexes Balance générale globalisée Budget principal 1 Section de fonctionnement RECETTES DEPENSES BUDGET PRIMITIF 2015 Produits d'exploitation Fonctionnement

Plus en détail

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014 ( 20 000 habitants) Juin 2014 Sommaire Les petites en France 3 Les volumes d intervention 4 Les principales ressources courantes 5-6 L épargne brute 7 Les dépenses d investissement 8 L encours de dette

Plus en détail

Compte administratif pour l exercice

Compte administratif pour l exercice Compte administratif pour l exercice 2014 Etats spéciaux d arrondissements SOMMAIRE Libellé Pages MAIRIE DU 1er ARRONDISSEMENT Vue d ensemble - Présentation générale par chapitres. 5 à 7 Balance générale

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

KPMG SECTEUR PUBLIC Mairie de Saint Gaudens Audit financier de la commune

KPMG SECTEUR PUBLIC Mairie de Saint Gaudens Audit financier de la commune KPMG SECTEUR PUBLIC Mairie de Saint Gaudens Audit financier de la commune Présentation du 10 juin 2014 François Saint Martin Anne-Laure Caumette Rappel des objectifs de l étude confiée à KPMG Disposer

Plus en détail

Panorama financier 2 0 1 1

Panorama financier 2 0 1 1 Panorama financier 2 1 1 des communautés de communes Les communautés sont appelées à connaître dans les années qui viennent de nombreux bouleversements : effets de la réforme fiscale de 29, implications

Plus en détail

1. Vue d ensemble des budgets I 3 I

1. Vue d ensemble des budgets I 3 I Sommaire 1. Vue d ensemble des budgets 2. Contexte des finances locales en 2014 3. Section de fonctionnement 4. Section d investissement 5. Synthèse et conclusion I 2 I 1. Vue d ensemble des budgets I

Plus en détail

DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE

DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE Séance de Conseil Municipal du 26 février 2015 DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE Le contexte De beaux équipements (médiathèque, CLSH, espace culturel Armorica, espace loisirs sportifs) MAIS

Plus en détail

Exercices 2011 à 2013

Exercices 2011 à 2013 ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE PLOUGUERNEAU Exercices 211 à 213 Avril 214 Centre des Finances Publiques de LANNILIS PRESENTATION DE LA COLLECTIVITÉ Cette étude porte sur les exercices 211 à 213 et

Plus en détail

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales 1 Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales Gilles TESTUD, ECOFINANCE Frédéric ric DUPUIS, DEXIA CL Réunions avec les élus du Territoire de Belfort 07 juin 2012 Sommaire 2 1. Introduction

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT.

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. -=-=-=- L étude porte sur la situation à la clôture de l exercice 2 (se reporter au compte administratif de 2). Il n est pas tenu compte du budget annexe du

Plus en détail

PRESENTATION DES BUDGETS. Présentation de JC PEYRIN 1er adjoint en charge des Finances

PRESENTATION DES BUDGETS. Présentation de JC PEYRIN 1er adjoint en charge des Finances PRESENTATION DES BUDGETS DE LA VILLE DE MEYLAN Présentation de JC PEYRIN 1er adjoint en charge des Finances Un budget construit sous le signe de fortes contraintes et en adéquation avec les réformes en

Plus en détail

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014 Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 COMPTE ADMINISTRATIF 2009 Des résultas de gestion satisfaisants mais une marge de manœuvre

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

Fiche n 1 : Les ratios de niveau SITUATION FINANCIERE : commune de SAINT-REMY-LES-CHEVREUSE

Fiche n 1 : Les ratios de niveau SITUATION FINANCIERE : commune de SAINT-REMY-LES-CHEVREUSE Fiche n 1 : Les ratios de niveau SITUATION FINANCIERE : commune de SAINT-REMY-LES-CHEVREUSE 1 Département : Yvelines Poste : 785 Instruction comptable : M14 N INSEE : 575 Population avec double comptes

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat.

conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat. conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat. Les enfants des écoles vont régulièrement rencontrer les résidents des logements-foyers. PoitiersMag page

Plus en détail

LA LOI DE FINANCES POUR 2012. Le solde général du budget de l Etat. Exécution 2010

LA LOI DE FINANCES POUR 2012. Le solde général du budget de l Etat. Exécution 2010 LA LOI DE FINANCES POUR 2012 Le solde général du budget de l Etat (en milliards d euros) Exécution 2010 Prévisions 2011 PLF 2012 Dépenses 422,60 Md 361,90 Md 366,00 Md Recettes nettes 271,80 Md 270,00

Plus en détail

REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET NOUVEAU PANIER

REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET NOUVEAU PANIER Février 2010 REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET NOUVEAU PANIER DE RESSOURCES POUR LES COLLECTIVITES LOCALES 1 RE PARTIE PRESENTATION DES GRANDS PRINCIPES Depuis le 1 er janvier 2010, les entreprises

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE SAINT GERMAIN D ESTEUIL

ANALYSE FINANCIERE DE SAINT GERMAIN D ESTEUIL ANALYSE FINANCIERE DE SAINT GERMAIN D ESTEUIL Trésorerie de LESPARRE-MEDOC PRESENTATION DE LA COLLECTIVITÉ SAINT GERMAIN D ESTEUIL est une commune rurale. Sa population est de 1 195 habitants. Elle se

Plus en détail

PRESENTATION BUDGETAIRE. Comptes Administratifs 2009 Budgets Primitifs 2010

PRESENTATION BUDGETAIRE. Comptes Administratifs 2009 Budgets Primitifs 2010 PRESENTATION BUDGETAIRE Comptes Administratifs 2009 Budgets Primitifs 2010 Budget Bâtiments Industriels Dépenses Recettes CA 2009 BP 2010 CA 2009 BP 2010 Fonctionnement Investissement 147 092.35 155 692.15

Plus en détail

Connaissance partagée des politiques fiscales et financières de l ensemble intercommunal. Mise à jour de la rétrospective de la Communauté de Communes

Connaissance partagée des politiques fiscales et financières de l ensemble intercommunal. Mise à jour de la rétrospective de la Communauté de Communes Communauté de communes Tarn et Dadou Connaissance partagée des politiques fiscales et financières de l ensemble intercommunal Mise à jour de la rétrospective de la Communauté de Communes Présentation du

Plus en détail

budget primitif 2015 économie scolaire petite enfance jeunesse sports social

budget primitif 2015 économie scolaire petite enfance jeunesse sports social économie budget primitif 2015 scolaire petite enfance jeunesse sports Le budget primitif 2015 : entre rigueur et maintien du niveau de service social Avec un montant total de 38 millions d euros, le budget

Plus en détail

Trésorerie de BEAUCAIRE en collaboration avec le service CEPL-PFDL de la Trésorerie générale du Gard

Trésorerie de BEAUCAIRE en collaboration avec le service CEPL-PFDL de la Trésorerie générale du Gard ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE BELLEGARDE Trésorerie de BEAUCAIRE en collaboration avec le service CEPL-PFDL de la Trésorerie générale du Gard PRESENTATION DE LA COMMUNE La Commune de Bellegarde compte

Plus en détail

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 Le Code Général des Collectivités Territoriales prévoit dans les communes de plus de 3 500 habitants, les départements, les régions et les EPCI la tenue d un débat

Plus en détail

Département des Bouches-du-Rhône. Rapport Financier. Shutterstock

Département des Bouches-du-Rhône. Rapport Financier. Shutterstock Département des Bouches-du-Rhône Rapport Financier 2014 Shutterstock LA DETTE PROPRE Rapport financier 2014 La dette propre Au 31 décembre 2014, l encours de dette représente 517, contre 369 en 2013. Le

Plus en détail

SIVOM DE LA VALLEE DU CADY PRESENTATION DU BUDGET PRIMITIF 2015

SIVOM DE LA VALLEE DU CADY PRESENTATION DU BUDGET PRIMITIF 2015 SIVOM DE LA VALLEE DU CADY PRESENTATION DU BUDGET PRIMITIF 2015 PREAMBULE 1) POUR LA PREMIÈRE FOIS EN 2015, LE BUDGET M49 DES SERVICES EAU POTABLE ET ASSAINISSEMENT EST VOTÉ EN HORS TAXES. PAR CONSÉQUENT,

Plus en détail

COMMUNAUTE D AGGLOMERATION BEAUNE COTE SUD

COMMUNAUTE D AGGLOMERATION BEAUNE COTE SUD ANALYSE DE LA SITUATION DE LA COMMUNAUTE D AGGLOMERATION COMMUNAUTE D AGGLOMERATION BEAUNE COTE SUD Document du 26 janvier 2015 Jean-Pierre COBLENTZ Pierre BEJJAJI Adel KARMOUS STRATORIAL FINANCES wwwstratorial-financesfr

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

Avis du Conseil Economique Social et Environnemental sur le rapport N 1 du Conseil Régional du 27 mai 20 11 intitulé :

Avis du Conseil Economique Social et Environnemental sur le rapport N 1 du Conseil Régional du 27 mai 20 11 intitulé : REGION LANGUEDOC-ROUSSILLON CONSEIL ECONOMIQUE, SOCIAL & ENVIRONNEMENTAL Session plénière du 25 mai 2011 Avis adopté à l unanimité (-10 abstentions / Groupe CGT) Le Président Gérard MAURICE Avis du Conseil

Plus en détail

DOL DE BRETAGNE ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2011

DOL DE BRETAGNE ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2011 DOL DE BRETAGNE ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2011 Février 2011 1 LES ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2011 1. L EVOLUTION DU BUDGET DE FONCTIONNEMENT 2. L ENDETTEMENT 3. LES PERSPECTIVES POUR LES ANNEES A VENIR 4.

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

Budget 2015 DOSSIER DE PRESSE DP 03-2015. Point presse du lundi 23 mars 2015 à 10 h Salle L'Eglantier. Contact

Budget 2015 DOSSIER DE PRESSE DP 03-2015. Point presse du lundi 23 mars 2015 à 10 h Salle L'Eglantier. Contact DOSSIER DE PRESSE DP 03-2015 Budget 2015 Point presse du lundi 23 mars 2015 à 10 h Salle L'Eglantier Contact Corinne GROHEUX Service Communication Mairie de Challans 02 51 49 79 66 et 06 18 01 47 48 com@challans.fr

Plus en détail

ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR L ANNEE 2006

ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR L ANNEE 2006 VILLE DE PLOEMEUR 31 octobre 2005 Service Financier ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR L ANNEE 2006 En application de l article L 2312-1 du Code Général des Collectivités Territoriales, un débat d orientations

Plus en détail

Mairie de Portets Audit financier Rapport de mission Projet

Mairie de Portets Audit financier Rapport de mission Projet Mairie de Portets Audit financier Rapport de mission Projet KPMG Secteur public 12 décembre 2014 Sommaire page 1. Analyse financière rétrospective 2008-2013.. 3 2. Analyse financière prospective.. 23 Conclusion.

Plus en détail

Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma?

Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma? Audit financier 2009 2018 Quelle situation financière pour Balma? 1 EXFILO cabinet de conseil en finances publiques locales Ce document a été réalisé par les consultants du cabinet EXFILO, conseil en finances

Plus en détail

Budget 2015 de la Ville de Rennes > Séance budgétaire du lundi 9 mars 2015

Budget 2015 de la Ville de Rennes > Séance budgétaire du lundi 9 mars 2015 Service de presse Ville de Rennes/Rennes Métropole Tél. 02 23 62 22 34 Vendredi 6 mars 2015 Conseil municipal Budget 2015 de la Ville de Rennes > Séance budgétaire du lundi 9 mars 2015 Sommaire > Communiqué

Plus en détail

2) Les principales évolutions des montants (budget principal + budgets annexes)

2) Les principales évolutions des montants (budget principal + budgets annexes) DDOPF cr 25/03/2016 Observations Compte Administratif 2015 - Séance du 28/03/2016 (à partir des documents CA 2014 et CA 2015) A NOTER, à compter de 2015, la ville dispose de 4 budgets annexes assujettis

Plus en détail

Les finances de la Ville des Abymes L HERITAGE. LES REPONSES APPORTEES Par l actuelle mandature.

Les finances de la Ville des Abymes L HERITAGE. LES REPONSES APPORTEES Par l actuelle mandature. Les finances de la Ville des Abymes *** L HERITAGE La mandature précédente a laissé en héritage une situation très difficile et un emprunt toxique pour y remédier avant les élections de 28. Un déficit

Plus en détail

Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés. Septembre 2014

Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés. Septembre 2014 Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés Septembre 2014 Synthèse du diagnostic financier de l Agglo du Pays d Aubagne et de l Etoile

Plus en détail

Audit financier rétro-prospectif 2009-2018

Audit financier rétro-prospectif 2009-2018 Audit financier rétro-prospectif 2009-2018 Commune de Pierre-Olivier Hofer Directeur associé Ludivine Louette Consultante Toulouse, le 20 mai 2014 E14-0514 EXFILO Tél : 01.83.62.86.35 Fax : 01.83.62.86.34

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE POSTE COMPTABLE DE : LE TOUVET M49

REPUBLIQUE FRANCAISE POSTE COMPTABLE DE : LE TOUVET M49 REPUBLIQUE FRANCAISE 38000140 COMMUNE DE CROLLES POSTE COMPTABLE DE : LE TOUVET SERVICE PUBLIC LOCAL DE L EAU M49 BUDGET PRIMITIF BUDGET EAU ANNEE 2015 S O M M A I R E Pages I - Informations générales

Plus en détail

Ville de Saint-Péray. Analyse financière de la ville de Saint-Péray 2008-2020. Juillet 2014

Ville de Saint-Péray. Analyse financière de la ville de Saint-Péray 2008-2020. Juillet 2014 Ville de SaintPéray Analyse financière de la ville de SaintPéray 20082020 Juillet 2014 1 Fiche d identité de la commune DONNEES 2013 Le territoire de Saint Peray L appréciation de la richesse financière

Plus en détail

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude localnova OBS Observatoire des finances locales des Petites Villes de France novembre # Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude financière prospective

Plus en détail

COMMUNE DE SAINT - GAUDENS

COMMUNE DE SAINT - GAUDENS COMMUNE DE SAINT - GAUDENS 1 REUNION PUBLIQUE SUR LES FINANCES DE LA VILLE M ERCREDI 6 MAI 2015 UN CONTEXTE TRES DIFFICILE 2 1. Audit financier KPMG du 10 juin 2014 2. Situation financière comparée avec

Plus en détail

Budget 2016 DOSSIER DE PRESSE DP 05-2016. Point presse du lundi 21 mars 2016 à 10 h 30 Salle L'Eglantier. Contact Presse

Budget 2016 DOSSIER DE PRESSE DP 05-2016. Point presse du lundi 21 mars 2016 à 10 h 30 Salle L'Eglantier. Contact Presse DOSSIER DE PRESSE DP 05-2016 Budget 2016 Point presse du lundi 21 mars 2016 à 10 h 30 Salle L'Eglantier Contact Presse Corinne GROHEUX Service Communication Mairie de Challans 02 51 49 79 66 et 06 18 01

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE M49

REPUBLIQUE FRANCAISE M49 REPUBLIQUE FRANCAISE BRIANCE COMBADE / SPANC AGREGE AU BUDGET PRINCIPAL DE BRIANCE - COMBADE POSTE COMPTABLE DE TRESOR PUBLIC CHATEAUNEUF LA FORET SERVICE PUBLIC LOCAL M49 COMPTE ADMINISTRATIF BRIANCE

Plus en détail

Ville de Beaucourt. Analyse financière rétrospective 2005-2012. Conseil municipal du 18 juin 2013

Ville de Beaucourt. Analyse financière rétrospective 2005-2012. Conseil municipal du 18 juin 2013 Ville de Beaucourt Analyse financière rétrospective 2005-2012 Conseil municipal du 18 juin 2013 Sommaire Page Fiscalité 2 Budget de fonctionnement 7 Soldes intermédiaires de gestion 13 Investissements

Plus en détail

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 Conseil Municipal du 26 février 2015 Table des matières Préambule I - Analyses et perspectives économiques 2015 a) Contexte international et national b) L impact

Plus en détail

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 1. Eléments de contexte A. Un contexte économique en légère reprise L année 2016 est marquée par une légère reprise de la croissance. Le

Plus en détail

ANALYSE FINANCIèRE. RéTROSPECTIVE DU BUDGET PRINCIPAL DE L Agglomération CôTE BASQUE ADOUR 2003-2012

ANALYSE FINANCIèRE. RéTROSPECTIVE DU BUDGET PRINCIPAL DE L Agglomération CôTE BASQUE ADOUR 2003-2012 ANALYSE FINANCIèRE RéTROSPECTIVE DU BUDGET PRINCIPAL DE L Agglomération CôTE BASQUE ADOUR 2003-2012 RESSOURCES CONSULTANTS FINANCES SOCIÉTÉ D ETUDE, RECHERCHE ET PROSPECTIVE EN FINANCES LOCALES S.A. au

Plus en détail

SOMMAIRE. Page Jointes Sans objet. x x x x

SOMMAIRE. Page Jointes Sans objet. x x x x SOMMAIRE Page Jointes Sans objet 3 Balances générales et tableaux de synthèses x 41 IV Annexes 43 A Eléments du bilan 45 A1 Présentation croisée par fonction (1) x 77 A2 Etat de la dette x 79 Service de

Plus en détail

LES FINANCES DE LA COMMUNE S AMELIORENT MAIS LA VIGILANCE RESTE D ACTUALITE

LES FINANCES DE LA COMMUNE S AMELIORENT MAIS LA VIGILANCE RESTE D ACTUALITE LES FINANCES DE LA COMMUNE S AMELIORENT MAIS LA VIGILANCE RESTE D ACTUALITE Une maîtrise des dépenses de fonctionnement : -7% - 17% sur les charges générales (consommation d énergie, consommables, prestations

Plus en détail

COMPTE ADMINISTRATIF 2014 pour le Budget principal modifié. Conseil municipal du 26 juin 2015

COMPTE ADMINISTRATIF 2014 pour le Budget principal modifié. Conseil municipal du 26 juin 2015 COMPTE ADMINISTRATIF 2014 pour le Budget principal modifié COMPTE ADMINISTRATIF 2014 RECETTES DE FONCTIONNEMENT Remboursement / personnel 0.16 Produits des services 1.36 Impôts et taxes (dont AC) 15.5

Plus en détail

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace Avis 17 juin 2015 Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace 17 juin 2015 2 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

3. Dépenses et recettes budgétaires pour 2015

3. Dépenses et recettes budgétaires pour 2015 1 Introduction 1. Généralités Le particulier est confronté à titre principal à trois impositions : - l imposition de sa consommation (TVA, taxes sur les carburants, tabacs, alcools,...) : c est l imposition

Plus en détail

3LES FINANCES DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009

3LES FINANCES DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 3LES FINANCES DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES 3-1 Les administrations publiques locales dans les comptes de la nation 42 3-2 Les comptes des administrations

Plus en détail

V I L L E D E L A R I V I E R E - D E - C O R P S EXTRAIT DES DECISIONS DU CONSEIL MUNICIPAL

V I L L E D E L A R I V I E R E - D E - C O R P S EXTRAIT DES DECISIONS DU CONSEIL MUNICIPAL V I L L E D E L A R I V I E R E - D E - C O R P S EXTRAIT DES DECISIONS DU CONSEIL MUNICIPAL La séance ouverte à 19h00 est présidée par Madame Véronique SAUBLET SAINT MARS Conseil Municipal Séance du 15

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE POSTE COMPTABLE : SERVICE PUBLIC LOCAL M49 BUDGET PRIMITIF. BUDGET Assainissement VILLEBRET

REPUBLIQUE FRANCAISE POSTE COMPTABLE : SERVICE PUBLIC LOCAL M49 BUDGET PRIMITIF. BUDGET Assainissement VILLEBRET REPUBLIQUE FRANCAISE 21030314500044 Assainissement VILLEBRET POSTE COMPTABLE : SERVICE PUBLIC LOCAL M49 BUDGET PRIMITIF BUDGET Assainissement VILLEBRET ANNEE 2015 SOMMAIRE Pages I. Informations générales

Plus en détail

Définitions des principales variables diffusées

Définitions des principales variables diffusées Définitions des principales variables diffusées Achats de carburants : achats de carburants (essence, super, gazole, GPL, kérosène, fuel, biocarburants, additifs) destinés à faire fonctionner les moyens

Plus en détail

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU VENDREDI 10 FEVRIER 2012

SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU VENDREDI 10 FEVRIER 2012 SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU VENDREDI 10 FEVRIER 2012 Pour 2012, 4 axes majeurs Pour soutenir la consommation des ménages, Ne pas augmenter les impôts locaux. Pour soutenir I activité économique, Investir

Plus en détail

Projet «Municipales»

Projet «Municipales» Projet «Municipales» Tableau de bord des communes Performance en transparence Décembre 213 Projet «Municipales» - Performance en transparence 1 Sommaire Synthèse annuelle de la gestion communale Santé

Plus en détail

Présentation des indicateurs techniques du Budget Général

Présentation des indicateurs techniques du Budget Général Présentation des indicateurs techniques du Budget Général Thomas Duquesne conseil du 17 octobre 2014 Pourquoi utiliser des indicateurs techniques? Notre compte administratif (bilan comptable annuel) est

Plus en détail

Réunions publiques janvier 2013. Présentation du Débat d Orientation Budgétaire

Réunions publiques janvier 2013. Présentation du Débat d Orientation Budgétaire Réunions publiques janvier 2013 Présentation du Débat d Orientation Budgétaire 7 février 2011 LE CONTEXTE Une économie mondiale très ralentie En zone Euro : des incertitudes autour de la crise de la dette

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE MONT DE LANS. Réunion Publique du 6 Aout 2015

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE MONT DE LANS. Réunion Publique du 6 Aout 2015 SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE MONT DE LANS Réunion Publique du 6 Aout 2015 LE BUDGET PRIMITIF COMMUNAL 2015 BUDGET GLOBAL (13,53 M ) INVESTISSEMENT 2,87M FONCTIONNEMENT 10,66M Dépenses (2,87 M

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SAUVETERRE DE GUYENNE

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SAUVETERRE DE GUYENNE ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SAUVETERRE DE GUYENNE Trésorerie de Sauveterre de Guyenne PRESENTATION DE LA COLLECTIVITÉ La commune de SAUVETERRE DE GUYENNE est située au cœur de l Entre Deux mers.

Plus en détail

Commune de Nieppe. Audit de début de mandat Présentation dans le cadre du conseil municipal 26/11/2014. Jacques Dufour - associé

Commune de Nieppe. Audit de début de mandat Présentation dans le cadre du conseil municipal 26/11/2014. Jacques Dufour - associé Commune de Nieppe Audit de début de mandat Présentation dans le cadre du conseil municipal 26/11/2014 Jacques Dufour - associé Aurélie Serrano Maxime Gallet Objet de la mission La ville de Nieppe a confié

Plus en détail

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES La participation des communes au plan d économies initié par l Etat va modifier substantiellement les équilibres financiers des collectivités locales et notamment

Plus en détail