VILLE DE REIMS. Analyse financière rétrospective ( ) et prospective ( ) CABINET MICHEL KLOPFER. Consultants Finances Locales

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "VILLE DE REIMS. Analyse financière rétrospective (2003-2007) et prospective (2008-2013) CABINET MICHEL KLOPFER. Consultants Finances Locales"

Transcription

1 CABINET MICHEL KLOPFER Consultants Finances Locales VILLE DE REIMS Analyse financière rétrospective ( ) et prospective ( ) Vivien GROUD Grégoire VINCENOT 6 rue du Général de Larminat PARIS Tél. : Fax : site :

2 PRESENTATION DU CABINET MICHEL KLOPFER Le présent document a été réalisé par le Cabinet Michel KLOPFER (CMK), société indépendante de tout groupe industriel, commercial ou financier, comme de toute attache partisane, et dont l intégralité du capital appartient, de par ses statuts, à ses consultants et salariés (aucun actionnaire extérieur). Spécialisé dans la gestion financière des collectivités locales, le Cabinet compte à ce jour plus de 700 références, parmi lesquelles 31 des 37 villes de plus de habitants, 78 des 100 conseils généraux, 24 des 26 conseils régionaux, 73 des 171 communautés d agglomération et 11 des 14 communautés urbaines. Ses consultants sont également formateurs auprès de nombreux organismes, dont la Cour des comptes, le Ministère de l Economie et des Finances et le Ministère de l Equipement, ainsi que la plupart des associations d élus (AMF, ADF, ARF et AdCF) et six Chambres régionales des comptes. Ils sont auteurs de «Gestion financière des collectivités locales», ouvrage publié aux Editions du Moniteur en 2005 (4e édition) ainsi que d articles dans différentes publications, dont «Les Notes bleues de Bercy», «La Revue du Trésor», «Le Monde», etc. CMK participe également à la rédaction du «Jurisclasseur collectivités locales», du «Guide Lamy Collectivités locales» et du «Mémento- Guide du financement des collectivités locales». CABINET MICHEL KLOPFER 1

3 SYNTHESE DE L ANALYSE FINANCIERE L analyse rétrospective et prospective menée sur les comptes consolidés de la Ville de Reims (après retraitement, visant à conférer aux données comptables une réelle pertinence économique) met en lumière le maintien d une situation financière encore éloignée des seuils d alerte, mais toutefois plus dégradée que fin En effet, au 31 décembre 2007, la capacité de désendettement communale s élève à 8,4 années, ce qui signifie que plus de 8 années seraient (en théorie) nécessaires à la Ville pour apurer la totalité de sa dette, si elle y consacrait l ensemble de son épargne brute. Ce ratio de solvabilité est tout à la fois : inférieur à la zone considérée comme critique, qui s établit autour de 12/15 ans ; supérieur de 45% à la moyenne des villes de à habitants ; plus «tendu» que celui constaté au terme de la précédente analyse rétrospective (7,2 années de capacité de désendettement au 31 décembre 2005). Cette situation résulte à la fois d une nouvelle dégradation de l épargne brute (malgré un ressaut observable en 2006 et qui est pour l essentiel lié à la hausse de 4,3% des taux fiscaux décidée au cours de ce même exercice), et d un accroissement continu de la dette communale (+18% par rapport à 2005). L épargne brute de la Ville, d abord, a été affectée par le rythme soutenu des dépenses de fonctionnement (+4,8%), supérieur à celui des recettes (+4,1%). En outre, le moindre dynamisme des frais de personnel (+3,6% entre 2005 et 2007) ne constitue pas le signe d une moindre rigidité de ces charges : Ce ralentissement de la croissance des dépenses de personnel résulte en grande partie de transferts (DSIT...) en direction de la CAR, qui ont favorisé une hausse des reversements vers l intercommunalité et donc des charges générales de la Ville. La faible part de ces dépenses au sein des charges de fonctionnement (33%) résulte avant tout de choix de gestion, la Ville privilégiant une gestion en partie externalisée de ses services publics. CABINET MICHEL KLOPFER 2

4 SYNTHESE DE L ANALYSE FINANCIERE A contrario, malgré le dynamisme de plusieurs dotations à vocation péréquatrice reçues par la Ville (DSU et DNP en 2008), la progression des recettes courantes a été freinée par le faible dynamisme des bases fiscales, la Ville affichant un potentiel fiscal inférieur de 6% à la moyenne de la strate. De ce fait, seule une nette augmentation de la pression fiscale en 2006 lui a permis de supporter le dynamisme de ses charges de fonctionnement sans dégrader ses capacités d épargne. Parallèlement, l effort d investissement est demeuré soutenu (162,3 M investis total au cours des exercices 2006 et 2007), et se situe à un niveau supérieur (+15%) à la moyenne de la strate. Pour faire face à ces dépenses d équipement, et malgré un autofinancement encore substantiel (plus 50% des investissements sont autofinancées en 2006/2007), la Ville a dû à nouveau recourir à l emprunt, portant son stock de dette (consolidé) à 328,4 M fin Dans ce contexte, les différents scénarios illustrent les contraintes qui pèseront à l avenir sur les marges de manoeuvre financières de la Ville, et la grande difficulté pour celle-ci à réaliser l ensemble des investissements programmé dans le cadre du PPI. D abord, la Ville de Reims aura vraisemblablement à faire face à une forte contrainte de recette à partir de 2009 : Le «levier fiscal», à travers une hausse d imposition, ne constitue pas une variable d ajustement.` De fortes incertitudes pèsent sur les principaux concours de l Etat : une indexation de l ensemble de l enveloppe normée (à laquelle pourraient être intégrés les dégrèvements de fiscalité ainsi que le FCTVA) sur la seule inflation apparaît comme une hypothèse probable. En outre, d autres ressources pourraient être figées (dotation de solidarité communautaire) voire enregistrer des replis significatifs (droits de mutation) à compter de CABINET MICHEL KLOPFER 3

5 SYNTHESE DE L ANALYSE FINANCIERE Dans ce contexte, et sauf à envisager une progression plus rapide qu attendu des bases fiscales (laquelle est par définition incertaine), une nouvelle dégradation de l épargne brute constitue un scénario incontournable : Cette dégradation pourrait conduire dès 2011/2012 à une situation d insolvabilité (capacité de désendettement de 58 ans en 2011, épargne brute «épuisée» en 2013) dans l hypothèse où seraient reconduits à l avenir les taux de croissance des charges de gestion observés précédemment (+5% en moyenne entre 2003 et 2007). Elle est également avérée dans l hypothèse d une plus grande maîtrise de la croissance de ses charges de gestion par la Ville (+2,7% entre 2008 et 2013) : dans ce contexte, la réalisation de l ensemble du PPI conduirait à une forte «tension» de la capacité de désendettement, à 30,5 ans au terme de la prospective. Le financement des projets envisagés apparaît donc incompatible avec le maintien d une solvabilité acceptable. De ce fait, il appartiendra à la Ville de Reims de «jouer» sur les différents «leviers» financiers dont elle dispose pour éviter une rapide dégradation de sa situation financière : un redimensionnement du programme d investissement envisagé : en contenant à +2,7% par an le taux d évolution des dépenses de gestion, et avec l objectif d une capacité de désendettement de 12 ans en 2013, le potentiel d investissement annuel communal ressort à 30,5 M. une plus grande maîtrise des dépenses de gestion : l analyse de sensibilité menée sur les comptes prévisionnels de Reims montre qu une limitation de 2 points de leur taux de croissance occasionnerait (à condition d être pérenne) un «gain» annuel de 20 M en termes de capacité à investir. Précisément, Un effort particulièrement intense sur la section de fonctionnement (stabilité des dépenses de gestion communales) pourrait permettre à la Ville de concilier le maintien de flux d investissements conséquents avec l objectif du maintien de ses ratios de solvabilité à leur niveau de Ainsi, dans cette hypothèse, une capacité de désendettement de 9 ans à l horizon 2013 serait compatible avec la réalisation de 64,5 M d investissements annuels. CABINET MICHEL KLOPFER 4

6 1 ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE Objectif et méthode La section de fonctionnement L épargne brute Les dépenses Les recettes : la fiscalité directe Les recettes : les dotations d Etat Les recettes : les autres produits La section d investissement Le niveau des dépenses Structure de financement La dette Conclusion sur la solvabilité de la Ville de Reims au 31 décembre 2007

7 OBJECTIFS ET METHODE DE L ANALYSE RETROSPECTIVE La présente étude a été menée sur les comptes 2003 à 2007 de la Ville de Reims. Son objectif est d apprécier la solvabilité communale au terme du dernier exercice clos, ainsi que de caractériser la politique financière suivie. Un éclairage particulier sera jeté sur les exercices 2006 et 2007, dans la mesure où cette analyse fait suite à une première étude menée sur la période Le travail qui suit a été mené sur la base de comptes consolidés intégrant, en plus du budget principal, les budgets annexes sont susceptibles bénéficier de subventions d équilibre et apparaissent donc «en interaction» avec celui-ci : lotissement port-sec, restaurant municipal, baux commerciaux, usine relais, aérodrome Reims Prunay, boucle locale et laboratoire municipal d hydrologie (budget créé au 1er janvier 2006). L analyse a été menée à partir des agrégats et ratios suivants : Les recettes réelles de fonctionnement sont les recettes de fonctionnement récurrentes encaissées par la Ville (déduction faite des opérations d ordre). Les dépenses réelles de fonctionnement correspondent aux charges de gestion courante auxquelles sont ajoutées les charges financières supportées par la Ville. L épargne de gestion est le solde restant sur les recettes réelles de fonctionnement après financement des dépenses réelles de gestion. L épargne brute (ou autofinancement brut) est le solde entre les recettes réelles de fonctionnement et les dépenses réelles de fonctionnement. Elle correspond donc à l épargne de gestion déduction faite du résultat financier. Le taux d épargne brute désigne le ratio épargne brute / recettes réelles de fonctionnement. La capacité de désendettement est un indicateur de solvabilité financière exprimé en années qui rapporte l encours de dette à l épargne brute - celle-ci constituant sa principale source de remboursement. CABINET MICHEL KLOPFER 6

8 OBJECTIFS ET METHODE DE L ANALYSE RETROSPECTIVE Les données «brutes» contenues dans les comptes administratifs de la Ville nécessitent un travail de retraitement visant à leur conférer une véritable pertinence financière, au-delà de leur seule signification comptable. Schématiquement, ces retraitements répondent à trois logiques : restaurer l annualité des exercices : ceci suppose un rattachement scrupuleux des charges et des produits à l exercice - en effet, un ralentissement du rythme des mandatements ou une émission de titres anticipée peut améliorer fictivement le résultat ordinaire ; extraire de la section de fonctionnement les mouvements à caractère exceptionnel ou patrimonial : l objectif de ce travail, qui consiste à «basculer» en section d investissement toutes les dépenses et recettes à caractère exceptionnel, est de garantir le caractère récurrent des différents soldes d épargne (de gestion, brute) ; neutraliser l impact des «flux croisés» : les flux qui unissent le budget principal aux budgets annexes sont supprimés en recettes et en dépenses, afin de ne pas gonfler artificiellement les masses financières en jeu. Deux remarques sur la méthode utilisée :. La plupart des retraitements détaillés ci-après pour les comptes 2006 et 2007 se situent dans la continuité de ceux opérés dans le cadre de la rétrospective , afin d assurer la cohérence de l analyse.. L analyse qui suit inclut également des ratios de niveau (rapportant des données économiques à la population communale), afin de permettre des comparaisons avec d autres structures comparables. Dans le cadre de ces comparaisons, elles-mêmes établies à partir des données de la DGCL et de la DGCP pour l année 2007 (qui ne font par définition l objet d aucun travail de retraitement), les ratios de la Ville de Reims sont présentés hors retraitement, par souci de cohérence. CABINET MICHEL KLOPFER 7

9 OBJECTIFS ET METHODE DE L ANALYSE RETROSPECTIVE Consolidation des comptes et neutralisation des «flux croisés» Les données utilisées dans le cadre de la présente étude sont issues de comptes consolidés, après retraitement des «flux croisés» (subventions d équilibre et remboursements de frais notamment) : Chiffres 2006 en k Dépenses BUDGET PRINCIPAL Recettes BUDGETS ANNEXES BA restaurant municipal (recettes) BA aérodrome (recette) BA boucle locale de télécommunications (dépense) BA laboratoire municipal (recette et dépense) Prise en charge frais de personnel : 98,6 * Subvention d'équilibre : 137,4 Subvention d'équilibre : 134,8 Subvention d'équilibre : 867,5 Remboursement de frais : 12,6 Remboursement de frais : 20,9 * Ecart de 5 k entre les flux du budget principal et du budget annexe, lié à la prise en compte de la TVA Chiffres 2007 en k Dépenses BUDGET PRINCIPAL Recettes BUDGETS ANNEXES BA restaurant municipal (recettes) BA aérodrome (recette) BA boucle locale de télécommunications (dépense) BA laboratoire municipal (recette et dépense) Prise en charge frais de personnel : 90,0 * Subvention d'équilibre : 130,1 Subvention d'équilibre : 232,5 Remboursement de frais : 15 Subvention d'équilibre : 879,7 Remboursement de frais : 36,4 * Ecart de 4,5 k entre les flux du budget principal et du budget annexe, lié à la prise en compte de la TVA CABINET MICHEL KLOPFER 8

10 OBJECTIFS ET METHODE DE L ANALYSE RETROSPECTIVE Opérations de rattachement 1. La mise en place de services mixtes entre la Ville et la Communauté d agglomération donne lieu à des flux (recettes/ dépenses) entre les deux structures : au compte sont retracés les montants versés à la CAR, tandis que le compte fait apparaître les sommes reçues par la Ville de la part de la Communauté au titre des services mixtes. Afin d apprécier de façon plus fine l évolution des charges de gestion de la Ville, et conformément à la logique retenue dans le cadre de la précédente analyse rétrospective, les montants enregistrés au (4,8 M en 2006 et 3,6 M en 2007) sont supprimés des recettes de fonctionnement et parallèlement soustraits des dépenses de fonctionnement. La clé de répartition retenue comme base de travail est la suivante : 80% des charges facturées à la CAR sont supposées correspondre à des frais de personnel (012) ; 20% sont considérés relever des charges à caractère général (011). 2. En outre, afin de retracer là encore le plus précisément possible l évolution des charges supportées par la Ville, les dépenses réelles d investissement constatées au compte 23 sont directement déduites pour chacun des deux exercices des recettes réelles d investissement comptabilisées au compte 23. De même, les flux passés au compte et qui correspondent aux allers/retours comptables sur les emprunts revolving sont défalqués des recettes et des dépenses de la Ville. 3. Les 1,4 M de recettes comptabilisées en 2007 au compte et qui correspondent au contentieux relatif aux passeports et cartes d identité engagé par la Ville contre l Etat ont été défalquées des recettes de fonctionnement de la Ville, impactant par là même le fonds de roulement accumulé au 31 décembre CABINET MICHEL KLOPFER 9

11 OBJECTIFS ET METHODE DE L ANALYSE RETROSPECTIVE Retraitement des flux à caractère exceptionnel 1. De la même façon, les frais d étude et de recherche comptabilisés au 617 sont supprimés de la section de fonctionnement et viennent abonder en 2006 et en 2007 les dépenses d équipement de la Ville. 2. Les recettes correspondant à des cessions d actifs (compte 775) sont considérées comme des recettes d investissement et retraitées comme telles. 3. Enfin, les recettes titrées au compte 773 (annulations de mandats) ont fait l objet d un retraitement spécifique : en 2006, leur montant s élève à 0,86 M, ce qui correspond à peu près au flux incompressible et par conséquent récurrent d annulations généralement observé pour une commune de la taille de Reims ; en 2007 en revanche, le montant de ces annulations de mandats atteint 1,6 M, du fait d annulations exceptionnelles : par conséquent, 1 M d annulations ont été considérées comme des recettes non pérennes et basculées en section d investissement. 4. Un retraitement spécifique concerne les intérêts courus non échus comptabilisés en 2006 et en 2007 : par souci de cohérence avec la méthode mise en oeuvre dans le cadre de l analyse , les montants rattachés au cours des deux derniers exercices au compte 66 ont été défalquées des comptes de la Ville et considérées comme des opérations d ordre : il en va de 1 M en 2006 et de 0,85 M en Les deux tableaux présentés ci-après détaillent chacun de ces retraitements, en mettant en exergue leur impact sur les comptes de la Ville : ainsi sont comparés dans les deux colonnes de gauche les données «brutes» (avant retraitement) du budget principal et les comptes (consolidés et retraités) effectivement utilisés dans le cadre de cette analyse financière. CABINET MICHEL KLOPFER 10

12 OBJECTIFS ET METHODE DE L ANALYSE RETROSPECTIVE Impact des retraitements sur les comptes 2006 (montants en M ) CA 2006 non retraité (budget principal) CA 2006 retraité (comptes consolidés) Impact de la consolidation des comptes Flux réels budgets annexes (retraités) Suppression des flux croisés BP/BA 70 services mixtes défalqué des dépenses 011/012 Impact des rattachements Retraitement des ICNE 2006 Recette au 23 défalquée des dépenses Impact des retraitements de flux exceptionnels Cessions d'actifs Etudes (617) 1 2 Recettes réelles de gestion Dépenses réelles de gestion 228,4 225,1 +4,8-1,3-4,8-2,1 175,0 171,3 +2,7-1,3-4,8-0,4 3 = 1-2 Epargne de gestion 53,5 53,7 +2,0 +0,0 +0,0-2,1 +0,4 4 Frais financiers 13,6 10,3 +0,7-4,0 5 = Dépenses réelles de fonctionnement 188,5 181,6 +3,4-1,3-4,8-4,0 +0,0-0,4 6 = 3-4 Epargne brute 40,0 43,6 +1,3 +0,0 +0,0 +4,0-2,1 +0,4 7 Remboursement d'emprunt 33,2 34,5 +1,4 8 = 6-7 Epargne nette 6,9 9,1-0,0 +0,0 +0,0 +4,0-2,1 +0,4 9 Dépenses d'équipement 80,8 85,6 +4,4-0,0 +0,4 10 Recettes d'équipement hors emprunt 19,9 22,6 +0,6-0,0 +2,1 11 Emprunts 62,0 68,3 +6, = ( ) - (5+7+9) 14 = 12 / 6 Stock de dette de fin d'exercice Variation du fonds de roulement de l'exercice Capacité de désendettement 301,3 312,9 +11,6 7,9 14,5 +2,5 +0,0 +0,0 +4,0 +0,0 +0,0 +0,0 7,5 7,2 CABINET MICHEL KLOPFER 11

13 OBJECTIFS ET METHODE DE L ANALYSE RETROSPECTIVE Impact des retraitements sur les comptes 2007 (montants en M ) CA 2007 non retraité (budget principal) CA 2007 retraité (comptes consolidés) Impact de la consolidation des comptes Flux réels budgets annexes (retraités) Suppression des flux croisés BP/BA 70 service mixte défalqué des dépenses 011/012 Retraitement des ICNE 2007 Impact des rattachements Recette au 23 défalquée des dépenses Neutralisation des recettes excédentaires 2007 * Neutralisation des A/R sur revolving Impact des retraitements de flux exceptionnels Cessions d'actifs Flux à caractère exceptionnel ** Etudes (617) 1 2 Recettes réelles de gestion Dépenses réelles de gestion 233,9 230,6 +4,9-1,4-3,6-1,4-0,8-1,0 181,2 179,5 +3,7-1,4-3,6-0,4 3 = 1-2 Epargne de gestion 52,7 51,1 +1,2 +0,0 +0,0-1,4-0,8-1,0 +0,4 4 Frais financiers 12,5 12,2 +0,5-0,9 5 = Dépenses réelles de fonctionnement 193,8 191,6 +4,2-1,4-3,6-0,9 +0,0 +0,0-0,4 6 = 3-4 Epargne brute 40,2 39,0 +0,8 +0,0 +0,0 +0,9-1,4-0,8-1,0 +0,4 7 Remboursement d'emprunt 59,3 33,7 +1,1-26,7 8 = 6-7 Epargne nette -19,1 5,3-0,3 +0,0 +0,0 +0,9-1,4 +26,7-0,8-1,0 +0,4 9 Dépenses d'équipement 72,9 74,2 +1,0-0,1 +0,0 +0,4 10 Recettes d'équipement hors emprunt 22,7 24,4 +0,0-0,1 +0,8 +1,0 11 Emprunts 75,9 49,3 +0,1-26, = ( ) - (5+7+9) Stock de dette de fin d'exercice Variation du fonds de roulement de l'exercice 317,9 328,4 +10,6 6,6 4,8-1,2 +0,0 +0,0 +0,9 +0,0-1,4 +0,0 +0,0 +0,0 +0,0 14 = 12 / 6 Capacité de désendettement 7,9 8,4 * Recettes de 1,4 M titrées en 2007 suite au contentieux cartes d'identité et passeports mais annulées en 2008 ** Annulations de mandats exceptionnelles CABINET MICHEL KLOPFER 12

14 LA SECTION DE FONCTIONNEMENT : L EPARGNE BRUTE Au centre de l analyse de toute collectivité locale se trouve le concept d épargne brute, qu il convient d expliciter. DEPENSES RECETTES Le terme «épargne brute» désigne le solde restant sur les recettes réelles de fonctionnement après financement des dépenses réelles de fonctionnement : il s agit donc du flux de liquidités dégagé par le fonctionnement courant de la structure, qui est disponible pour couvrir tout ou partie de l investissement (dépenses d équipement proprement dites, ou remboursement en capital de la dette). En d autres termes, l épargne brute constitue le témoin à la fois : de l aisance de la section de fonctionnement : une épargne brute élevée suppose, toutes choses égales par ailleurs, un potentiel d absorption de nouvelles dépenses de fonctionnement ; de la capacité à se désendetter et/ou à investir : l épargne brute représente donc la «capacité d autofinancement» de la Commune (d où l usage du terme «autofinancement brut»). Ainsi, l épargne brute conditionne la capacité de la Commune à engager de nouveaux investissements, dans une proportion qui n est pas de «1 pour 1» mais de «1 ou pour 10» («1» d épargne brute récurrente permet de couvrir une annuité de «1» soit à peu de choses près un emprunt de «10»). FONCTIONNEMENT INVESTISSEMENT Dépenses de fonctionnement EPARGNE BRUTE Dépenses d'investissement dont remboursement en capital de la dette Recettes de fonctionnement EPARGNE BRUTE Recettes d'investissement dont emprunts CABINET MICHEL KLOPFER 13

15 LA SECTION DE FONCTIONNEMENT : L EPARGNE BRUTE L examen du compte administratif 2007 (consolidé et retraité, cf. supra) fait apparaître : DEPENSES RECETTES des recettes réelles de fonctionnement (recettes de gestion, auxquelles doivent être ajoutés quelque 56 k de produits financiers) de 230,7 M ; des dépenses réelles de fonctionnement qui atteignent 191,6 M, dont 12,2 M de frais financiers ; une épargne brute (recettes - dépenses) de 39 M. Comment apprécier ce volume d épargne dégagé par la Ville en section de fonctionnement? L indicateur le plus pertinent est celui du taux d épargne brute (ratio épargne brute / recettes réelles de fonctionnement), qui représente la part des produits de fonctionnement dont dispose la Ville après financement de ses charges de fonctionnement. Dans le cas de la Ville de Reims, il représente 16,9%. Le taux d épargne de la Ville est donc supérieur à la moyenne des communes de à habitants constatée en 2007 (13,7% hors retraitement). Il se situe également nettement au-delà du seuil d alerte, lequel est généralement fixé à 7/8%. FONCTIONNEMENT INVESTISSEMENT Dépenses de gestion Frais financiers EPARGNE BRUTE Capital dette Investissements 179,5 12,2 74,2 Recettes de gestion 39,0 Produits financiers 33,7 Excédent de clôture de 4,8 M EPARGNE BRUTE Recettes définitives 230,6 0,1 39,0 24,4 Emprunt 49,3 CABINET MICHEL KLOPFER 14

16 LA SECTION DE FONCTIONNEMENT : L EPARGNE BRUTE D un point de vue «dynamique», le volume d épargne brute de 39 M dégagé en 2007 apparaît en retrait par rapport à celui enregistré en 2006 (43,6 M, soit un «sursaut» en partie lié à des facteurs ponctuels, cf. infra), et surtout par rapport aux niveaux atteints en 2003/2004 (47,1 M en 2003, soit un taux d épargne de 23,3%). Evolution de l'épargne brute (en M ) RECETTES REELLES DE FONCTIONNEMENT (échelle de gauche) DEPENSES REELLES DE FONCTIONNEMENT (échelle de gauche) EPARGNE BRUTE ,1 44,8 38,4 43,6 39, CABINET MICHEL KLOPFER 15

17 LA SECTION DE FONCTIONNEMENT : L EPARGNE BRUTE Effectivement, deux temps peuvent être distingués dans l histoire financière récente de la Ville : Entre 2003 et 2005 peut être observé un «effet de ciseau» au sein de la section de fonctionnement, les dépenses progressant plus rapidement que les recettes (6% en moyenne entre 2003 et 2005 contre 2,5%). De ce fait, l épargne brute a perdu près de 1 M en deux ans. Entre 2005 et 2007, l épargne brute affiche au contraire une stabilisation, laquelle est là encore directement liée au rapport entre le dynamisme des recettes (+4,1% en moyenne) et celui des dépenses (4,8%). 2003/ / / /2007 Variation des recettes réelles de fonctionnement 2,5% 2,6% 5,8% 2,4% Variation des dépenses réelles de fonctionnement 4,7% 7,3% 4,1% 5,6% Précisément, le redressement de l épargne brute observé en 2006 («gain» de 5 M environ) est directement lié au relèvement de 4,3% des trois taxes «ménages» voté par la Ville : en neutralisant l effet de cette hausse de la fiscalité, les recettes de fonctionnement ne se seraient accrues «que» de 3,9% (principalement grâce à l accroissement de 1 M environ des participations versées à la Ville). Cela signifie que l amélioration du niveau d épargne de Reims a été essentiellement obtenu en 2006 au prix d un accroissement de la pression fiscale, auxquels s est ajouté, de manière non pérenne, une réduction des charges exceptionnelles sur opérations de gestion (compte 6718) ainsi que des subventions d équipement versées aux associations (compte 6745) - lesquelles n ont pas été retraitées, en l absence d informations plus précises. Inversement, les dépenses de gestion ont quant à elles continué de progresser à un rythme soutenu (+4,1%). CABINET MICHEL KLOPFER 16

18 LA SECTION DE FONCTIONNEMENT : L EPARGNE BRUTE En effet, alors que la hausse de taux votée en 2006 par le conseil municipal a permis de limiter «l effet de ciseau» dépenses/recettes observé précédemment, l évolution des recettes réelles de fonctionnement aurait été nettement moins favorable en l absence de tout accroissement de la pression fiscale. Evolution des recettes et dépenses de fonctionnement (base 100 en 2003) 125 DEPENSES REELLES DE FONCTIONNEMENT RECETTES REELLES DE FONCTIONNEMENT RECETTES REELLES DE FONCTIONNEMENT hors effet relèvement des taux fiscaux 123, , , ,3 111,2 110,4 108, ,7 105,1 104,2 102,5 102, CABINET MICHEL KLOPFER 17

19 LA SECTION DE FONCTIONNEMENT : L EPARGNE BRUTE Ainsi, hors relèvement des taux fiscaux (hypothèse théorique), l épargne brute de la Ville se serait légèrement accrue en 2006 (impact ponctuel de la réduction de certaines charges à caractère exceptionnel au cours de cet exercice) avant de poursuivre sa décrue en 2007, à 31,6 M (contre une épargne brute «réelle de 30 M ). Cela justifie (de ce point de vue), les hausses de pression fiscale auxquelles il a été procédé. A contrario, ce constat illustre la difficulté pour la Ville de Reims à supporter le dynamisme de ses dépenses de gestion sans recourir au levier fiscal. Impact des modifications de pression fiscale sur l'épargne brute (en M ) 48 47, ,8 44,0 EPARGNE BRUTE REELLE EPARGNE BRUTE A TAUX CONSTANTS 43, ,4 39, ,4 37, ,6 CABINET MICHEL KLOPFER 18

20 LA SECTION DE FONCTIONNEMENT : LES DEPENSES Les dépenses réelles de fonctionnement se donc accrues de 4,1% en 2006 puis de 5,6% en 2007 (après retraitement, cf. supra) : les rythmes de progression tout à fait significatifs qui avaient été observées entre 2003 et 2005 ont donc été maintenus au cours des deux derniers exercices. Leur structure en 2007 apparaît sensiblement équivalente à celle constatée fin A noter toutefois l accroissement de la part représentée par les charges financières (5,6% contre 4,4% en 2005), et la stabilité des charges de personnel (32,7% contre 33%), en proportion des recettes réelles de fonctionnement. Structure des dépenses réelles de fonctionnement en 2007 (en % des recettes réelles de fonctionnement) Epargne brute 16,9% Autres dépenses 0,4% Personnel 32,7% Subventions 27,0% Achats externes 17,7% Frais financiers 5,3% CABINET MICHEL KLOPFER 19

21 LA SECTION DE FONCTIONNEMENT : LES DEPENSES Par rapport aux autres communes de la strate, et hors retraitements comptables (cf. supra), la Ville de Reims affiche un volume général de dépenses inférieur à la moyenne des communes de à habitants en 2007 (1011 par habitant contre 1146 par habitant). Ce constat rejoint celui formulé dans le cadre de l analyse , la position de la Reims par rapport aux autres communes de la strate n ayant pas évolué sur ce point. Dépenses de fonctionnement des communes de à habitants en 2007 (en /hab.) REIMS = 1011 /hab Moyenne = 1146 /hab BREST VILLEURBANNE AMIENS LE MANS MONTPELLIER METZ REIMS CAEN CLERMONT-FD MULHOUSE TOULON NANCY RENNES LIMOGES STRASBOURG LILLE BESANCON ORLEANS AIX-EN-PROV NANTES SAINT-DENIS DIJON ANGERS TOURS PERPIGNAN BORDEAUX ROUEN LE HAVRE ST-ETIENNE NIMES GRENOBLE BOULOGNE-BILL. CABINET MICHEL KLOPFER 20

22 LA SECTION DE FONCTIONNEMENT : LES DEPENSES L examen de la structure des dépenses réelles appelle également les mêmes remarques que celles formulées dans le cadre de l analyse rétrospective REIMS = 399 /hab. Dépenses de personnel des communes de à habitants en 2007 (en /hab.) Moyenne = 600 /hab. Le poids des charges de personnel apparaît inférieur à la moyenne des villes comparables, laquelle atteint 608 par habitant. Inversement, le volume des subventions versées est, en proportion de la population communale, le plus important de la strate, ce qui semble signifier que la Ville a plutôt privilégié jusqu à présent une gestion externalisée d une partie de ses services publics. Les charges financières s élèvent à 68 par habitant, légèrement audessus de la moyenne de la strate (43 par habitant). A noter donc que la faiblesse relative des frais de personnel ne constitue pas le signe d une moindre rigidité des dépenses de fonctionnement BREST 50 0 AMIENS REIMS VILLEURBANNE METZ MONTPELLIER AMIENS TOULON MONTPELLIER BOULOGNE-BILLANCOURT BREST LE MANS LE MANS CAEN Moyenne = 160 /hab. NANCY ANGERS NANTES LIMOGES MULHOUSE ORLEANS AIX-EN-PROV CLERMONT-FD NIMES RENNES BESANCON TOULON STRASBOURG LE HAVRE LILLE DIJON BORDEAUX Subventions versées par les communes de à habitants en 2007 (en /hab.) SAINT-DENIS ST-ETIENNE REIMS = 374 /hab. ROUEN TOURS GRENOBLE PERPIGNAN BOULOGNE-BILL. CLERMONT-FERRAND VILLEURBANNE DIJON PERPIGNAN LILLE ROUEN NANCY TOURS METZ STRASBOURG MULHOUSE LE HAVRE LIMOGES RENNES CAEN NIMES BESANCON ORLEANS ST-ETIENNE AIX-EN-PROV ANGERS NANTES SAINT-DENIS BORDEAUX GRENOBLE REIMS CABINET MICHEL KLOPFER 21

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2004-2007) ET PROSPECTIVE (2008-2014)

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2004-2007) ET PROSPECTIVE (2008-2014) CABINET MICHEL KLOPFER Consultants Finances Locales ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2004-2007) ET PROSPECTIVE (2008-2014) Commune de Chécy 20 JUIN 2008 Laëtitia HACQUARD Michel KLOPFER 6 rue du Général

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT.

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. -=-=-=- L étude porte sur la situation à la clôture de l exercice 2 (se reporter au compte administratif de 2). Il n est pas tenu compte du budget annexe du

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr

Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr Jean-Christophe BERGE Tél : 01 55 34 40 13 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : jcberge@fcl.fr Ville de Gisors 24 juin 2014 87 rue St-Lazare

Plus en détail

«Mécanismes» et contraintes budgétaires

«Mécanismes» et contraintes budgétaires Ville de Viry-Châtillon / Bilan 2008 2013 et prospective financière 2014-2020 Intervention du 25 septembre 2014 87 rue St-Lazare I 75009 Paris Tél. 01 55 34 40 00 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : fcl@fcl.fr

Plus en détail

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES La participation des communes au plan d économies initié par l Etat va modifier substantiellement les équilibres financiers des collectivités locales et notamment

Plus en détail

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Ville de Clamart PARTENAIRES Finances Locales Avril 2015 Ville de Clamart 1 Présentation de PARTENAIRES Finances Locales PARTENAIRES Finances Locales

Plus en détail

COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS

COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS Principaux enseignements de l audit financier réalisé en octobre 2014 26 JANVIER 2015 4 rue Galilée 75782 PARIS cedex 16 Tél. : 01 43 06 08 10 Web : www.cabinetmichelklopfer.fr

Plus en détail

ANALYSE FINANCIÈRE PROSPECTIVE 2004/2008 DE LA COMMUNE D AUBERVILLIERS

ANALYSE FINANCIÈRE PROSPECTIVE 2004/2008 DE LA COMMUNE D AUBERVILLIERS CABINET MICHEL KLOPFER Consultants Finances Locales ANALYSE FINANCIÈRE PROSPECTIVE 2004/2008 DE LA COMMUNE D AUBERVILLIERS janvier 2009 DOCUMENT DE TRAVAIL 6 rue du Général de Larminat 75015 PARIS Tél.

Plus en détail

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Eléments de cadrage de la situation financière de la Commune de Bourcefranc-le- Chapus Les soldes intermédiaires

Plus en détail

Territoires et Finances

Territoires et Finances Territoires et Finances Étude sur les finances des communes et des intercommunalités Bilan 2 14 et projections 215-217 214 : une forte baisse de l épargne brute et des investissements qui cristallisent

Plus en détail

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine 1 SOMMAIRE I. INTRODUCTION... 3 1.1 Les indicateurs de la santé financière d'une

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010 ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE () SICTOBA Mai 2010 Pascal HEYMES Stratorial Finances Agence de Montpellier 2, rue des Arbousiers 34070 MONTPELLIER Tél. : 04 99 61 47 05 - Fax : 04 99 61 47 09 www.stratorial-finances.fr

Plus en détail

Audit financier rétro-prospectif 2009-2018

Audit financier rétro-prospectif 2009-2018 Audit financier rétro-prospectif 2009-2018 Commune de Pierre-Olivier Hofer Directeur associé Ludivine Louette Consultante Toulouse, le 20 mai 2014 E14-0514 EXFILO Tél : 01.83.62.86.35 Fax : 01.83.62.86.34

Plus en détail

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude localnova OBS Observatoire des finances locales des Petites Villes de France novembre # Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude financière prospective

Plus en détail

Fiche synthétique du Compte Administratif 2013 de la commune d'amuré

Fiche synthétique du Compte Administratif 2013 de la commune d'amuré Fiche synthétique du Compte Administratif 2013 de la commune d'amuré Le service Finances de la CAN a élaboré cette fiche à partir des documents transmis par les communes en juillet 2014 : - Compte Administratif

Plus en détail

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015 Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014 Débat d Orientation Budgétaire 2015 Le budget 2015 sera le premier de ce nouveau mandat 2014-2020 Il est construit sur le Plan de mandat financier en

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 L équilibre général du budget primitif 2014 s est établi à 3 822,6 M, dont 2 790,9 M au titre de la section de fonctionnement et 1 031,7

Plus en détail

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales 1 Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales Gilles TESTUD, ECOFINANCE Frédéric ric DUPUIS, DEXIA CL Réunions avec les élus du Territoire de Belfort 07 juin 2012 Sommaire 2 1. Introduction

Plus en détail

Ville de Hyères les Palmiers

Ville de Hyères les Palmiers Ville de Hyères les Palmiers Analyse financière rétrospective et prospective du budget principal de la ville Conseil Municipal du 16 septembre 2014 16 septembre 2014 Ville de Hyères / slide 1 Sommaire

Plus en détail

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS Le 4 février 2015 Jean-Pierre COBLENTZ Adel KARMOUS STRATORIAL FINANCES www.stratorial-finances.fr Tour GAMMA A 193 rue de Bercy

Plus en détail

Trébeurden Synthèse financière

Trébeurden Synthèse financière Jeudi 27 juin 2013 Trébeurden Synthèse financière Yvan Pellé Réunion publique Méthodologie (1) 2 Charges courantes ( personnel, fluides, entretien, contrats..) Excédent brut courant Produits courants (impôts,

Plus en détail

ANALYSE FINANCIèRE. RéTROSPECTIVE DU BUDGET PRINCIPAL DE L Agglomération CôTE BASQUE ADOUR 2003-2012

ANALYSE FINANCIèRE. RéTROSPECTIVE DU BUDGET PRINCIPAL DE L Agglomération CôTE BASQUE ADOUR 2003-2012 ANALYSE FINANCIèRE RéTROSPECTIVE DU BUDGET PRINCIPAL DE L Agglomération CôTE BASQUE ADOUR 2003-2012 RESSOURCES CONSULTANTS FINANCES SOCIÉTÉ D ETUDE, RECHERCHE ET PROSPECTIVE EN FINANCES LOCALES S.A. au

Plus en détail

PROSPECTIVE FINANCIERE 2014-2017 DE LA VILLE VERSION 16 AVRIL 2014!

PROSPECTIVE FINANCIERE 2014-2017 DE LA VILLE VERSION 16 AVRIL 2014! PROSPECTIVE FINANCIERE 2014-2017 DE LA VILLE VERSION 16 AVRIL 2014! Christian Escallier Cabinet Michel Klopfer 6 bis, rue de Larminat 75015 Paris Tél. : 01 43 06 08 10 Fax : 01 47 34 15 83 cescallier@cabinetmichelklopfer.fr

Plus en détail

L IMPACT DE LA MUTUALISATION SUR LES RESSOURCES HUMAINES

L IMPACT DE LA MUTUALISATION SUR LES RESSOURCES HUMAINES ANNEXES L ISTE DES ANNEXES ANNEXE I : ANNEXE II : ANNEXE III : ANNEXE IV : ÉVOLUTION DES DEPENSES DES COMMUNES ET DES EPCI DE 2006 A 2013 OUTILS JURIDIQUES DE MUTUALISATION A DISPOSITION DES ACTEURS LOCAUX

Plus en détail

LES PACTES FINANCIERS ET FISCAUX COMMUNES INTERCOMMUNALITE ET LA MUTUALISATION

LES PACTES FINANCIERS ET FISCAUX COMMUNES INTERCOMMUNALITE ET LA MUTUALISATION LES PACTES FINANCIERS ET FISCAUX COMMUNES INTERCOMMUNALITE ET LA MUTUALISATION 1 PRESENTATION Le présent document a été réalisé par le Cabinet Michel Klopfer, conseil indépendant dont le capital appartient

Plus en détail

VILLE D AUBERVILLIERS PROSPECTIVE FINANCIERE 2007-2010

VILLE D AUBERVILLIERS PROSPECTIVE FINANCIERE 2007-2010 CABINET MICHEL KLOPFER 6, rue du Général de Larminat 75015 PARIS Tel : 01 43 06 08 10 Fax : 01 47 34 15 83 VILLE D AUBERVILLIERS PROSPECTIVE FINANCIERE 2007-2010 Céline BACHARAN 18 octobre 2006 Sommaire

Plus en détail

Le compte administratif 2011

Le compte administratif 2011 Le compte administratif 2011 Le compte administratif 2011 de MIONS en quelques chiffres Budget principal. 16 590 970 de recettes réalisées, dont :. 13 003 158 en fonctionnement dont 165 000 de rattachements.

Plus en détail

Conseil municipal du 19 décembre 2013

Conseil municipal du 19 décembre 2013 BUDGET PRIMITIF 2014 Conseil municipal du 19 décembre 2013 1 Un budget stable hors impact des rythmes scolaires Des dépenses de fonctionnement globales en croissance de 2,99 % par rapport au BP 2013. Mais

Plus en détail

Rapport financier 2014

Rapport financier 2014 Ville de Rennes Rapport financier 2014 Sommaire Préambule 1 La capacité d autofinancement (épargne) 2 Partie 1 - Le budget principal 3 L investissement 4 Le financement de l investissement 5 L investissement

Plus en détail

Ville de Schiltigheim. Audit financier version définitive

Ville de Schiltigheim. Audit financier version définitive Ville de Schiltigheim Audit financier version définitive 10 octobre 2014 Préliminaire Le présent document vise à présenter les conclusions de l audit financier réalisé entre les mois de juillet 2014 et

Plus en détail

DIAGNOSTIC SOCIO-ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE BILAN-SANTÉ DES COMMUNES

DIAGNOSTIC SOCIO-ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE BILAN-SANTÉ DES COMMUNES LE BILAN-SANTÉ DES COMMUNES EYSINES FÉVRIER 214 POPULATION Population 1999 (sans double compte) Population 26 (municipale) Population 211 (municipale) Classement en fonction de la population (211) Rangs

Plus en détail

GUIDE FONCTIONNEL. Réaliser une analyse prospective à l aide du tableau financier de Mairie-conseils

GUIDE FONCTIONNEL. Réaliser une analyse prospective à l aide du tableau financier de Mairie-conseils GUIDE FONCTIONNEL Réaliser une analyse prospective à l aide du tableau financier de Mairie-conseils SOMMAIRE I - Objectifs 1 - Calculer des indicateurs financiers 2 - Animer la réflexion prospective II

Plus en détail

DIAGNOSTIC SOCIO-ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE BILAN-SANTÉ DE L'INTERCOMMUNALITÉ

DIAGNOSTIC SOCIO-ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE BILAN-SANTÉ DE L'INTERCOMMUNALITÉ DIAGNOSTIC SOCIO-ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE BILAN-SANTÉ DE L'INTERCOMMUNALITÉ FÉVRIER 214 IDENTIFICATION / POPULATION Commune siège : Pau Type de fiscalité : Fiscalité professionnelle unique (FPU) Commune

Plus en détail

PAYS BEAUME-DROBIE FINANCES INTERCOMMUNALES COMMUNAUTÉ DE COMMUNES

PAYS BEAUME-DROBIE FINANCES INTERCOMMUNALES COMMUNAUTÉ DE COMMUNES COMMUNAUTÉ DE COMMUNES PAYS BEAUME-DROBIE FINANCES INTERCOMMUNALES contact : Sophie Blanc - responsable administrative 04 75 89 80 80 - fax : 04 75 89 80 98 - La Chastelanne 07260 Joyeuse administration@pays-beaumedrobiefr

Plus en détail

Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés. Septembre 2014

Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés. Septembre 2014 Audit financier rétro-prospectif de la Communauté d Agglomération du Pays d Aubagne et de l Etoile éléments clés Septembre 2014 Synthèse du diagnostic financier de l Agglo du Pays d Aubagne et de l Etoile

Plus en détail

www.pwc.com 20 novembre 2014 Le Taillan-Médoc Analyse organisationnelle RH et financière Rapport Final

www.pwc.com 20 novembre 2014 Le Taillan-Médoc Analyse organisationnelle RH et financière Rapport Final www.pwc.com Le Taillan-Médoc Analyse organisationnelle RH et financière Rapport Final Table of Contents Section Overview Page 1 Etat des lieux de l organisation 1 2 Audit Financier 5 2.1 Etat des lieux

Plus en détail

AVIS DU CESER Séance plénière du 14 novembre 2014

AVIS DU CESER Séance plénière du 14 novembre 2014 AVIS DU CESER Séance plénière du 14 novembre 2014 Orientations Budgétaires 2015 ORIENTATIONS BUDGÉTAIRES 2015 AVIS SUR LE RAPPORT GÉNÉRAL DU PRÉSIDENT DU CONSEIL RÉGIONAL Président : Patrick TASSIN Séance

Plus en détail

Audit financier et fiscal

Audit financier et fiscal Audit financier et fiscal Eléments synthétiques tiques extraits de l auditl Juin 2008 Territoires & Conseil 12 rue de Castiglione 75001 Paris Territoires-et-conseil@wanadoo.fr Tél.: 01.53.34.07.17 1 La

Plus en détail

ANNEXE III. Le nouveau schéma de financement des collectivités territoriales après la réforme de la taxe professionnelle

ANNEXE III. Le nouveau schéma de financement des collectivités territoriales après la réforme de la taxe professionnelle ANNEXE III Le nouveau schéma de financement des collectivités territoriales après la réforme de la taxe professionnelle SOMMAIRE 1. DIFFERENTS PRINCIPES DIRECTEURS ONT GUIDE LA MISE EN ŒUVRE DE LA REFORME

Plus en détail

L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015

L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015 L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015 Note mise à jour de la loi de finances pour 2015 Sommaire Explications préalables... 3 Application aux

Plus en détail

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL Compte Administratif 2014 SECTION DE FONCTIONNEMENT DEPENSES CA 2013 CA 2014 Alloué Réalisé Alloué Réalisé 011 Charges à caractère général 445 615 424 289,55 448 291 411 184,65 012 Charges

Plus en détail

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du Le budget 2013 Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances Conseil Municipal du 8 février 2013 Les documents budgétaires : Le budget selon la nomenclature M14; Les documents annexes; Le budget

Plus en détail

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) -

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - - Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises (CVAE)

Plus en détail

COMPTE. administratif. note de présentation. Ville de Brest. Direction Générale des Finances et de Gestion Direction des finances

COMPTE. administratif. note de présentation. Ville de Brest. Direction Générale des Finances et de Gestion Direction des finances 2009 COMPTE administratif note de présentation Direction Générale des Finances et de Gestion Direction des finances Ville de Brest 2009 COMPTE administratif note de présentation Direction Générale des

Plus en détail

Débat d Orientation Budgétaire 2013

Débat d Orientation Budgétaire 2013 Débat d Orientation Budgétaire 2013 Rappel Les échanges de ce débat d orientation budgétaire permettront de préciser les grands axes du budget 2013 en préparation qui sera soumis au vote lors de la présentation

Plus en détail

Assemblée des départements de France. Prospective des budgets des départements (2011-2015)

Assemblée des départements de France. Prospective des budgets des départements (2011-2015) Assemblée des départements de France Prospective des budgets des départements (2011-2015) Guy Gilbert Professeur - Département de Sciences Sociales ENS Cachan Alain Guengant Directeur de recherche au CNRS

Plus en détail

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 BUDGET COMMUNE La tenue du débat d orientations budgétaires est obligatoire dans les régions, les départements, les communes de plus de 3 500 habitants, leurs établissements

Plus en détail

Bilan de mandat municipal

Bilan de mandat municipal Association des Maires de la Corrèze Bilan de mandat municipal Brive-la-Gaillarde, le vendredi 12 avril 2013 Intervention de Patrice LALANNE Ancien conseiller du Président du Sénat Consultant formateur

Plus en détail

LES DOTATIONS DES COMMUNES NOUVELLES

LES DOTATIONS DES COMMUNES NOUVELLES LES DOTATIONS DES COMMUNES NOUVELLES Réunion d information à destination des élus des communes lundi 30 mars 2015 à Avranches mars 2015 1 LES DOTATIONS DES COMMUNES NOUVELLES : Dotation Globale de Fonctionnement

Plus en détail

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014 Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 COMPTE ADMINISTRATIF 2009 Des résultas de gestion satisfaisants mais une marge de manœuvre

Plus en détail

Dans un premier temps, le travail qui a été mené consiste à partir de l existant afin d être en mesure de comparer ce qui est comparable.

Dans un premier temps, le travail qui a été mené consiste à partir de l existant afin d être en mesure de comparer ce qui est comparable. Réunion du 12 mai 2011 1 Premiers éléments de caractérisation financière du territoire Dans un premier temps, le travail qui a été mené consiste à partir de l existant afin d être en mesure de comparer

Plus en détail

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local?

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Le 3 juillet 2014 Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Guy Gilbert * et Alain Guengant ** Les résultats qui suivent sont obtenus sous l hypothèse que les comportements

Plus en détail

LEVET COMMUNE DE LEVET

LEVET COMMUNE DE LEVET LEVET COMMUNE DE LEVET Conseil Municipal du 4 juin 2015 Le Compte Administratif présenté aujourd hui découle de la gestion de l exercice 2014 : il constitue notre socle de gestion pour l avenir. Compte

Plus en détail

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Références à rappeler : FP/033003555/ROD II Monsieur le Maire, Par lettre du 20 août 2009, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes d Aquitaine

Plus en détail

Bordeaux, le 14 mars 2012. Le Président Références à rappeler : CM/ROD1/040011 197 COMMUNE DE MORCENX. Monsieur le Maire,

Bordeaux, le 14 mars 2012. Le Président Références à rappeler : CM/ROD1/040011 197 COMMUNE DE MORCENX. Monsieur le Maire, Le Président Références à rappeler : CM/ROD1/040011 197 COMMUNE DE MORCENX Bordeaux, le 14 mars 2012 Monsieur le Maire, Par lettre du 5 mai 2011, vous avez été informé que la chambre régionale des comptes

Plus en détail

Mauriac, samedi 30 mai 2015. 4, rue Galilée 75116 PARIS Tél. : 01 43 06 08 10 Web : www.cabinetmichelklopfer.fr Mail : cmk@cabinetmichelklopfer.

Mauriac, samedi 30 mai 2015. 4, rue Galilée 75116 PARIS Tél. : 01 43 06 08 10 Web : www.cabinetmichelklopfer.fr Mail : cmk@cabinetmichelklopfer. Impact de la baisse des concours d Etat sur la situation financière des collectivités locales et données financières des communes et communautés du Cantal Mauriac, samedi 30 mai 2015 4, rue Galilée 75116

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DES COMPTES ANNEXES D EAU ET D ASSAINISSEMENT DE LA CAB!

ANALYSE FINANCIERE DES COMPTES ANNEXES D EAU ET D ASSAINISSEMENT DE LA CAB! ANALYSE FINANCIERE DES COMPTES ANNEXES D EAU ET D ASSAINISSEMENT DE LA CAB! 16 septembre 2014 Caroline GRAOUER & Christian ESCALLIER Cabinet Michel Klopfer 6 bis, rue de Larminat 75015 Paris Tél. : 01

Plus en détail

Baisse de l autofinancement et des investissements : un défi pour l action publique locale

Baisse de l autofinancement et des investissements : un défi pour l action publique locale Serge Bayard Président du conseil d administration La Banque Postale Collectivités Locales Jean-Pierre Balligand Président du Comité d orientation des finances locales La Banque Postale Thomas Rougier

Plus en détail

ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2014

ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2014 Intervention du Président du Conseil général ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2014 www.cg47.fr Diapositive n 1 : Section de fonctionnement : évolution des dépenses réelles en M 350 300 250 200 150 100 50 0 Evolution

Plus en détail

Présentation des indicateurs techniques du Budget Général

Présentation des indicateurs techniques du Budget Général Présentation des indicateurs techniques du Budget Général Thomas Duquesne Février 2015 Pourquoi utiliser des indicateurs techniques? Notre compte administratif (bilan comptable annuel) est contrôlé par

Plus en détail

Portrait financier. Analyse comparée CA 2005-2010. MARLY 11 967 habitants

Portrait financier. Analyse comparée CA 2005-2010. MARLY 11 967 habitants Portrait financier Analyse comparée CA 25-21 Direction régionale NORD - PAS DE CALAIS 19 avenue Le Corbusier - 59 4 LILLE cedex Directeur régional : Valérie-Marie AUBIN Votre correspondant Géraldine MOREAU

Plus en détail

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014 ( 20 000 habitants) Juin 2014 Sommaire Les petites en France 3 Les volumes d intervention 4 Les principales ressources courantes 5-6 L épargne brute 7 Les dépenses d investissement 8 L encours de dette

Plus en détail

Compte Administratif 2013

Compte Administratif 2013 Compte Administratif 2013 Bilan de l exercice écoulé, le compte administratif nous rend compte de la gestion et des réalisations de l exercice 2013. Dans un contexte économique national difficile et malgré

Plus en détail

Territoires et Finances

Territoires et Finances Territoires et Finances Étude sur les finances des communes et intercommunalités 2013-2014 2013 : statu quo sur les équilibres financiers avant de nouveaux défis à relever L année 2013 conclut un mandat

Plus en détail

Délibérations DOB 2014 du 18 octobre 2013

Délibérations DOB 2014 du 18 octobre 2013 Délibérations DOB 2014 du 18 octobre 2013 1 CONSEIL GENERAL DU JURA Réunion du : 4ème trimestre 2013 Type : DOB 2014 Service : DMI/FINANCES Rapporteur : Christophe PERNY Thème : FINANCES - GARANTIES D'EMPRUNT

Plus en détail

Présentation des indicateurs techniques du Budget Général

Présentation des indicateurs techniques du Budget Général Présentation des indicateurs techniques du Budget Général Thomas Duquesne conseil du 17 octobre 2014 Pourquoi utiliser des indicateurs techniques? Notre compte administratif (bilan comptable annuel) est

Plus en détail

Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales

Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales Depuis maintenant plusieurs années, les collectivités locales s'efforcent d'augmenter leur épargne afin d'autofinancer

Plus en détail

LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET SES CONSEQUENCES SUR L ENSEMBLE DE LA FISCALITE LOCALE

LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET SES CONSEQUENCES SUR L ENSEMBLE DE LA FISCALITE LOCALE LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET SES CONSEQUENCES SUR L ENSEMBLE DE LA FISCALITE LOCALE 1 LES OBJECTIFS DE LA REFORME DE LA TP - favoriser la compétitivité des entreprises françaises - en particulier

Plus en détail

Non aux violentes hausses d impôts à Grenoble et à la Métro. Priorité au social et à la solidarité

Non aux violentes hausses d impôts à Grenoble et à la Métro. Priorité au social et à la solidarité www.ades-grenoble.org www.lesverts38.org www.alternatifs.org/38 Conférence de presse du mercredi 10 décembre 2008 Non aux violentes hausses d impôts à Grenoble et à la Métro. Priorité au social et à la

Plus en détail

Panorama financier 2 0 1 1

Panorama financier 2 0 1 1 Panorama financier 2 1 1 des communautés de communes Les communautés sont appelées à connaître dans les années qui viennent de nombreux bouleversements : effets de la réforme fiscale de 29, implications

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

SIVOM DE LA VALLEE DU CADY PRESENTATION DU BUDGET PRIMITIF 2015

SIVOM DE LA VALLEE DU CADY PRESENTATION DU BUDGET PRIMITIF 2015 SIVOM DE LA VALLEE DU CADY PRESENTATION DU BUDGET PRIMITIF 2015 PREAMBULE 1) POUR LA PREMIÈRE FOIS EN 2015, LE BUDGET M49 DES SERVICES EAU POTABLE ET ASSAINISSEMENT EST VOTÉ EN HORS TAXES. PAR CONSÉQUENT,

Plus en détail

DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE

DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE Séance de Conseil Municipal du 26 février 2015 DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE Le contexte De beaux équipements (médiathèque, CLSH, espace culturel Armorica, espace loisirs sportifs) MAIS

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 - Introduction - Tableaux de synthèse - Synthèse des grands équilibres du Budget Primitif 2015 1 INTRODUCTION Le Budget Primitif 2014,

Plus en détail

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 Le Code Général des Collectivités Territoriales prévoit dans les communes de plus de 3 500 habitants, les départements, les régions et les EPCI la tenue d un débat

Plus en détail

Rapport financier - Exercice 2013

Rapport financier - Exercice 2013 Rapport financier - Exercice 2013 Sommaire Le budget réalisé en 2013 // Résultat de l'exercice 2013 page 4 // Origine des recettes page 4 // Destination des dépenses page 4 Les grands équilibres financiers

Plus en détail

SECRÉTARIAT D ETAT CHARGE DU BUDGET. publique. Le Ministre de l Intérieur,

SECRÉTARIAT D ETAT CHARGE DU BUDGET. publique. Le Ministre de l Intérieur, MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE SECRÉTARIAT D ETAT CHARGE DU BUDGET MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR Direction du Trésor Direction de la Comptabilité publique Direction générale des collectivités

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

Réunions publiques janvier 2013. Présentation du Débat d Orientation Budgétaire

Réunions publiques janvier 2013. Présentation du Débat d Orientation Budgétaire Réunions publiques janvier 2013 Présentation du Débat d Orientation Budgétaire 7 février 2011 LE CONTEXTE Une économie mondiale très ralentie En zone Euro : des incertitudes autour de la crise de la dette

Plus en détail

Analyse financière de la ville de Bagnolet

Analyse financière de la ville de Bagnolet Analyse financière de la ville de Bagnolet Synthèse Ville de Bagnolet 1 Plan de l intervention I Analyse financière rétrospective : Bagnolet une Commune surendettée A Objectifs et méthodologie B Un budget

Plus en détail

DOSSIER DE GESTION. Sommaire

DOSSIER DE GESTION. Sommaire 102 Allée de Barcelone 31000 TOULOUSE Forme juridique : ENTREPRISE INDIVIDUELLE Régime fiscal : R. Simplifié Date exercice : 01/07/2012 au 30/06/2013-12 DOSSIER DE GESTION Sommaire Présentation de l'exploitation

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. Du provisionnement des emprunts à risques

GUIDE PRATIQUE. Du provisionnement des emprunts à risques Ministère de l Égalité des territoires et du Logement Ministère de l Économie et des Finances GUIDE PRATIQUE Du provisionnement des emprunts à risques Application aux Offices Publics de l Habitat à comptabilité

Plus en détail

Le financement adossé de l immobilier en gestion de patrimoine : une modélisation simple

Le financement adossé de l immobilier en gestion de patrimoine : une modélisation simple Le financement adossé de l immobilier en gestion de patrimoine : une modélisation simple Laurent Batsch ahier de recherche n 2005-01 Le financement adossé est une des modalités de financement de l investissement

Plus en détail

Guide comptable. Les inscriptions comptables

Guide comptable. Les inscriptions comptables Guide comptable Les inscriptions comptables les ressources d emprunt Les emprunts sont exclusivement destinés à financer des investissements, qu'il s'agisse d'un équipement spécifique ou d'un ensemble

Plus en détail

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace Avis 17 juin 2015 Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace 17 juin 2015 2 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE MONT DE LANS. Réunion Publique du 6 Aout 2015

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE MONT DE LANS. Réunion Publique du 6 Aout 2015 SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE MONT DE LANS Réunion Publique du 6 Aout 2015 LE BUDGET PRIMITIF COMMUNAL 2015 BUDGET GLOBAL (13,53 M ) INVESTISSEMENT 2,87M FONCTIONNEMENT 10,66M Dépenses (2,87 M

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE. Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux»

UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE. Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux» UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux» Nantes, 19 juin 2014 1 Elaborer le budget de sa commune : Les fondamentaux

Plus en détail

BROCHURE DESTINÉE A ACCOMPAGNER LA MISE EN OEUVRE DE LA PART INCITATIVE DE LA TAXE D ENLEVEMENT DES ORDURES MENAGERES

BROCHURE DESTINÉE A ACCOMPAGNER LA MISE EN OEUVRE DE LA PART INCITATIVE DE LA TAXE D ENLEVEMENT DES ORDURES MENAGERES BROCHURE DESTINÉE A ACCOMPAGNER LA MISE EN OEUVRE DE LA PART INCITATIVE DE LA TAXE D ENLEVEMENT DES ORDURES MENAGERES SOMMAIRE I- AVANT-PROPOS I.1- LES TROIS MODES DE FINANCEMENT DU SERVICE PUBLIC D ÉLIMINATION

Plus en détail

Les temps forts de l année 2000. Les grandes masses budgétaires 1995-2000. Les résultats de la politique financière. La dette régionale et le bilan

Les temps forts de l année 2000. Les grandes masses budgétaires 1995-2000. Les résultats de la politique financière. La dette régionale et le bilan S O M M A I R E Les temps forts de l année 2000 Les grandes masses budgétaires 1995-2000 L équilibre financier 2000 et les dépenses par secteurs d intervention Les résultats de la politique financière

Plus en détail

Note sur la simplification de l instruction budgétaire et comptable M14

Note sur la simplification de l instruction budgétaire et comptable M14 Note sur la simplification de l instruction budgétaire et comptable M14 L instruction budgétaire et comptable M14 est appliquée aux collectivités locales depuis 1997 soit bientôt près de dix ans. Elle

Plus en détail

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL Le vote du budget constitue l acte politique majeur de la vie de la collectivité. Il doit impérativement être voté avant le 31 mars de l année qu il intéresse. Toutefois,

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

BILAN 2011. - Le résultat comptable est en bonne évolution après avoir été limité en 2010 et 2009

BILAN 2011. - Le résultat comptable est en bonne évolution après avoir été limité en 2010 et 2009 BILAN 211 - Le résultat comptable est en bonne évolution après avoir été limité en 21 et 29 - Les dépenses de fonctionnement sont en baisse et les recettes augmentent - Ainsi la capacité d autofinancement

Plus en détail

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES 11 mai 2010 «Variantes de durée d assurance et d âges de la retraite» Dossier technique préparé par le secrétariat général du COR Document N 1 Document de travail, n

Plus en détail

1. Vue d ensemble des budgets I 3 I

1. Vue d ensemble des budgets I 3 I Sommaire 1. Vue d ensemble des budgets 2. Contexte des finances locales en 2014 3. Section de fonctionnement 4. Section d investissement 5. Synthèse et conclusion I 2 I 1. Vue d ensemble des budgets I

Plus en détail

états FINANCIERS ARRêTéS AU 31 DéCEMBRE 2013

états FINANCIERS ARRêTéS AU 31 DéCEMBRE 2013 états FINANCIERS ARRêTéS AU 31 DéCEMBRE 2013 SOCIETE DE GESTION DES PARTICIPATIONS DE L ETAT TOURISME & HOTELLERIE ENTREPRISE DE GESTION HOTELIERE CHAINE EL AURASSI SOCIETE PAR ACTIONS AU CAPITAL DE 1.500.000.000

Plus en détail