ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT."

Transcription

1 ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. -=-=-=- L étude porte sur la situation à la clôture de l exercice 2 (se reporter au compte administratif de 2). Il n est pas tenu compte du budget annexe du service de l eau qui est devenu sans incidence depuis le transfert de la compétence «assainissement» au SIDEN, le service étant aujourd hui financièrement indépendant. Elle comporte une présentation succincte de l évolution de la population locale, puisqu il n y a pas eu de recensement depuis la dernière analyse financière de ce type qui remonte à mars 23 et qui prenait en compte les chiffres du recensement de la population de Le prochain est prévu en 28. La deuxième partie est essentiellement composée de ratios qui permettent de comparer la situation financière de la commune et ses particularités, avec les communes de mêmes catégories de la région picarde. SOMMAIRE I Données statistiques sur la population Page 2 Evolution de la population de 197 à 2 page 2 II Données financières Page 4 Ratios 1 et 2 (Dépenses de fonctionnement) page 4 Ratios 3 et 4 (Dépenses de fonctionnement) page Ratios et 6 ((Recettes de fonctionnement) page 6 Ratios 7 et 8 (Impôts et taxes) page 7 Ratios 9 (Potentiel fiscal) page 8 Ratios 1 et 11 (Fiscalité) page 11 Ratios 12, 13 et 14 (Epargne) page 12 Ratios 1 et 16 (Epargne et équipements) page 13 Ratios 17 et 18 (Equipements et dette) page 14 Ratios 19 et 2 (Dette) page 1 Ratio 21 (Dette) page 16 Ratios 22 et 23 (Dette) page 17 Ratios 24 et 2 (Dette et fond de roulement) page 18 III Synthèse Page 19 Conclusion Page 21 1 Analyse financière de mars 26

2 I. DONNEES STATISTIQUES SUR LA POPULATION Au 8 mars 1999, date du dernier recensement officiel de la population, Itancourt comptait 1 48 habitants (32 hommes et 16 femmes), soit une densité de 147 habitants au Km². La population est en légère hausse par rapport au recensement précèdent. En neuf ans, depuis 199, la commune a gagné habitants. En vingt-quatre ans, depuis 197, la commune a gagné 377 habitants. Le prochain recensement aura lieu en 28. Une estimation actuelle porte à le nombre d habitants. La population depuis 1962 (insertion graphique) Source : Insee, recensements de la population L évolution de la population de 197 à 2 Au cours des années quatre vingt-dix, l excédent naturel a contribué à la hausse de la population. En effet, entre les deux derniers recensements, on a enregistré 116 naissances et 4 décès dans la commune ; l excédent naturel s élève donc à 76 personnes. Par ailleurs, le déficit des entrées sur les sorties de population est de 26 personnes. Naissances Décès Solde naturel Solde apparent Variation de la population Analyse financière de mars 26

3 Solde naturel : différence entre le nombre de naissances et le nombre de décès au cours de la période. Solde apparent des entrées-sorties : différence entre la variation de la population entre les deux recensements de 199 et 1999 et le solde naturel. Il représente à la fois le solde des flux de population ayant affecté la zone (entrées moins sorties) et la différence de qualité entre les deux recensements. Comparaison de l'évolution de la population de 197 à 2 avec les communes de même strate Commune Référence Référence = moyenne nationale des communes appartenant à la même strate démographique 3 2 Itancourt 199 Itancourt 1999 Référence ans -9 ans 1-14 ans 1-19 ans 2-39 ans 4-9 ans 6-74 ans + 7 ans Evolution de la population par tranches d âge 3 Analyse financière de mars 26

4 II. DONNEES FINANCIERES 1 Charges de gestion générale / dépenses réelles de fonctionnement (DRF) Part des dépenses réelles de fonctionnement affectée aux charges de gestion générale. Calcul : chapitre 11 / DRF Valeurs pour la commune : / =,31 Communes de même importance en Picardie = ,4 2,4 Itancourt 2 Itancourt 22 Référence 2 - Frais de personnel / dépenses réelles de fonctionnement Part des dépenses réelles de fonctionnement affectée aux frais de personnel Ratio de l article L du CGCT. Calcul : chapitre 12 / DRF Le ratio moyen oscille entre 37 et 43% et pour les plus grandes villes autour de 4 et %. Valeurs pour la commune : / =,44 Communes de même importance en Picardie = ,9 3,3 4,3 Itancourt 2 Itancourt 22 Référence 4 Analyse financière de mars 26

5 3 - Intérêts payés de la dette / DRF Part des dépenses réelles de fonctionnement affectée aux intérêts de la dette. Intérêts payés de la dette : dépenses du compte 661 en mouvements réels et, le cas échéant, dépenses du compte en mouvements réels (ICNE). Calcul : 661 / DRF Avec la totalité du chapitre 66, les intérêts des emprunts, des comptes courants, les intérêts bancaires, les pertes de change (666), les charges nettes sur cession de valeurs mobilières de placement, les pénalités de renégociation (668) sont prises en compte. Même si certains comptes sont sujets à des variations plus ou moins prévisibles, l ensemble de ces dépenses présente un caractère incontournable. Valeurs pour la commune : / =,39 Communes de même importance en Picardie = Itancourt 2 Itancourt 22 Référence 4 - Autres charges de gestion courante / DRF Part des dépenses réelles de fonctionnement affectée aux autres charges de gestion courante. Calcul : 6 / DRF Certaines de ces charges ont un caractère obligatoire (compte 6) d autres, facultatif, ou correspondent à l exercice d une mission ou d un intérêt communal (compte 67 : subventions). Valeurs pour la commune : / =,172 Communes de même importance en Picardie =, ,4 22,7 17,2 Itancourt 2 Itancourt 22 Référence Analyse financière de mars 26

6 Coefficient de rigidité structurelle des dépenses Frais de personnel (12) + contingents et participations obligatoires (6) + annuité de la dette (dép. de fonctionnement compte dép. d investissement compte 16) Calcul : / RRF Seuil d alerte : Plus de, 6 (communes de moins de 2 habitants) Plus de, 6 (communes comprises entre 2 et habitants) Plus de, 7 (communes de plus de habitants) Pour un seuil statistique fixé à, 6 ou, 7 en fonction du nombre d habitants, le dépassement de ces valeurs signifie qu une commune n a plus qu une marge de manœuvre très restreinte quand elle a fait face à ses dépenses de personnel, au paiement de sa dette et aux contingents et participations obligatoires. Il faut ajouter, le cas échéant, au montant des annuités de la dette le montant des redevances versées par la commune au titre de certains engagements hors bilan comme les marchés d entreprise de travaux publics (METP). Les conclusions à retirer de cet indicateur sont à nuancer, car la commune peut réduire ses charges propres de personnel lorsqu elle en transfère une partie sur des organismes ayant reçu délégation pour gérer certains services (eau et assainissement par exemple) voire sur des organismes de coopération intercommunale. Beaucoup de grandes villes centres ont ainsi procédé ces dernières années. Valeurs pour la commune : / =,431 Valeur 22 :, Ventes de produits, prestations de services, marchandises / RRF (recettes réelles de fonctionnement) Part relative des ventes de produits, prestations de services, marchandises dans le total des recettes réelles de fonctionnement. Calcul : 7 / RRF Valeurs pour la commune : / =,12 Communes de même importance en Picardie =, Itancourt 2 Itancourt 22 Référence 6 Analyse financière de mars 26

7 7 - Impôts et taxes / RRF Part relative des impôts et taxes dans le total des recettes réelles de fonctionnement. Calcul : 73 / RRF Valeurs pour la commune : / =,48 Communes de même importance en Picardie =, Itancourt 2 Itancourt 22 Référence 8 - Taux d évolution des bases et taux d imposition ainsi que des produits d une année sur l autre. Il est intéressant de mesurer l évolution des bases d imposition, des taux votés et des produits constatés dans la commune. Calcul : Bases 2 bases 22 x 1 Bases 2 Valeurs pour la commune : ( ) X 1 / = 2,3% Evolution des bases Evolution des produits Analyse financière de mars 26

8 Taux votés de 1997 à T.H ,88 8,88 8,88 F.B ,34 9,34 9,34 F.N.B ,84 17,84 17,84 T.P ,3 3,3 3, TP FNB FB TH 9 - Potentiel fiscal Indicateur de richesse fiscale défini à l article L du C.G.C.T. (Code général des collectivités territoriales). Le potentiel fiscal d une commune est égal à la somme que produiraient les 4 taxes directes de cette collectivité si l on appliquait aux bases communales de ces 4 taxes le taux moyen national d imposition à chacune de ces taxes. Les taux moyens nationaux sont calculés sur l ensemble du secteur communal (communes et groupements). Les bases utilisées sont les bases brutes servant à l assiette des impositions communales, minorées le cas échéant des bases écrêtées de taxe professionnelle. De plus, à partir de 2, le potentiel fiscal est majoré de la compensation versée au titre de la suppression de la part «salaires» des bases de taxe professionnelle (TP). Les bases d imposition prises en compte pour le calcul du potentiel fiscal sont les suivantes : 8 Analyse financière de mars 26

9 a) Bases d imposition à la taxe foncière sur les propriétés bâties : Bases brutes, c est à dire après abattement forfaitaire de % des valeurs locatives et minoration du montant des bases exonérées sur décision nationale : Au profit des constructions nouvelles (articles 1383 et 1387 du Code des impôts). Depuis la suppression de l exonération de courte durée (2 ans), les bases d imposition prises en compte intègrent les bases de constructions nouvelles ; Au profit de certaines entreprises nouvelles (article 1383 A du Code des impôts). b) Bases d imposition à la taxe foncière sur les propriétés non-bâties : Bases brutes, c est à dire après abattement forfaitaire de 2% des valeurs locatives et minoration du montant des bases exonérées en application des articles 1394 et 139 du Code des impôts. c) Bases d imposition à la taxe d habitation : Valeur locative brute des locaux, non diminuée de l abattement obligatoire pour charges de famille et des abattements à la base facultatifs. d) Bases d imposition à la taxe professionnelle : Bases imposées majorées du montant des bases exonérées en application des articles 1464, 1464 A et 146 du Code des impôts (entreprises nouvelles, entreprises de spectacle, aménagement du territoire), mais minorées du montant des bases écrêtées au profit du fonds départemental de péréquation de la taxe professionnelle. La base ainsi obtenue est abattue de 16 %. e) Compensation de la suppression de la part salaires : Elle est calculée en appliquant aux bases exonérées de 2 le taux voté par la commune en 24. A compter de 2, pour tenir compte du gel découlant de la référence aux bases 1999, la compensation ainsi calculée est indexée sur le taux de la DGF. La population retenue ici comporte le nombre de résidences secondaires, ce critère étant celui utilisé pour la répartition de la DGF de chaque commune. Le potentiel fiscal ainsi calculé sur l exercice 2 est celui utilisé pour la répartition des dotations de l Etat en 26. Le potentiel fiscal 3 taxes est un potentiel calculé sur les 3 taxes «ménages» : taxe d habitation foncier bâti et foncier non bâti. Calcul : R + compensation de la suppression de la part «salaires» de bases de TP / nombre d habitants (soit la population DGF connue : somme de la population réelle + 1 habitant par résidence secondaire). 9 Analyse financière de mars 26

10 Valeurs pour la commune : Base brute communale 2 Taux moyen national Résultat T.H ,17% F.B ,12% F.N.B ,14% T.P ,34% Potentiel fiscal global (R) Potentiel fiscal par habitant : / = 1 77,93 Valeur 22 : 1 84,7 Communes de même importance en Picardie = 382, ,93 184, Itancourt 2 Itancourt 22 Référence 1 Analyse financière de mars 26

11 1 - L effort fiscal L effort fiscal est l indicateur de la pression fiscale pesant sur les ménages. Il correspond à la somme du produit de la taxe d habitation, des deux taxes foncières, de la taxe ou redevance pour l enlèvement des ordures ménagères plus les exonérations accordées dans les taxes précédentes, divisée par le potentiel fiscal global diminué de la part correspondant à la taxe professionnelle. Valeurs pour la commune : / = 2,47 % Communes de même importance en Picardie = 66,% 7 66, ,47,23 Itancourt 2 Itancourt 22 Référence 11 - Epargne brute dénommée aussi autofinancement brut Calcul : RRF DRF Valeurs pour la commune : = Valeur 22 : Analyse financière de mars 26

12 12 - Taux d épargne brute Part des recettes réelles de fonctionnement affectée à la couverture des dépenses d investissement. Calcul : épargne brute / RRF Ce ratio est un indicateur important d une analyse de solvabilité car il exprime la part des ressources courantes qui ne sont pas mobilisées par la couverture des charges courantes et qui sont ainsi disponibles pour rembourser la dette et pour investir. Valeurs pour la commune : / = 3,36% Communes de même importance en Picardie = 22,7% ,36 37,47 Itancourt 2 Itancourt 22 22,7 Référence 13 - Epargne nette Calcul : épargne brute remboursement du capital des emprunts (art. 16) Valeurs pour la commune : = 3 67 Valeur 22 : Taux d épargne nette Calcul : épargne nette / RRF Valeurs pour la commune : 3 67 / = 23,4% Valeur 22 : 28,7% 12 Analyse financière de mars 26

13 1 - Coefficient d épargne Recettes dépenses de gestion des services / RRF Recettes de gestion des services : chap Dépenses de gestion des services : chap Calcul : [( ) ( )] / RRF Seuils d alerte Moins de, 2 pour les communes de moins de 2 habitants Moins de, 1 pour les communes de plus de 2 habitants Valeurs pour la commune : / =, ,7 28,7 2 Itancourt 2 Itancourt 23 Référence 16 - Dépenses d équipement brut Dépenses réelles des comptes 2 (immobilisations incorporelles), 21 (immobilisations corporelles : biens meubles et immeubles), 23 (travaux en cours), 4 auxquelles il convient d ajouter, le cas échéant, les travaux en régie (R 72). Calcul : (+ éventuellement R 72) Valeurs pour la commune : Itancourt 2 Itancourt Référence 13 Analyse financière de mars 26

14 17 - Taux d équipement Comparaison de l effort d équipement au niveau des recettes réelles de fonctionnement. Ratio de l article L du CGCT. Calcul : ( ) / RRF Valeurs pour la commune : / = 17.19% Communes de même importance en Picardie = 34,8% ,8 24,77 17,19 Itancourt 2 Itancourt 23 Référence 18 - Taux d endettement ou taux de charge de la dette Traduit la part des recettes réelles de fonctionnement correspondant à la charge de la dette. Calcul : ( ) / RRF La production de cet indicateur est rendue obligatoire et figure dans les informations générales pour les communes de plus de 1 habitants. Un critère de bonne gestion normalement admis est un taux d endettement ne dépassant pas 1%, ceci afin de ne pas compromettre les équilibres fondamentaux du budget. Moins de, 2 pour les communes de moins de 2 habitants Moins de, 1 pour les communes de plus de 2 habitants Valeurs pour la commune : / =, ,94 Itancourt 2 Itancourt 23 Référence 14 Analyse financière de mars 26

15 19 - Encours de la dette au 1/1/n/RRF Ce ratio exprime le poids de la dette en nombre d années de recettes courantes. Ratio de l article L du CGCT. Calcul : encours dette au 31/12/RRF Seuil d alerte : Plus de 1, 2 pour les communes de moins de habitants Plus de 1, 3 pour les communes de plus de habitants En règle générale, la dette en capital d une commune correspond à l équivalent d une année de recettes réelles de fonctionnement. Tant qu une commune se situe dans cet ordre de grandeur, son endettement demeure acceptable. Par contre, si une collectivité doit, pour couvrir le remboursement du capital restant dû, faire appel à l équivalent de 2 ou 3 années de ses recettes de fonctionnement, la situation est a priori difficile en raison d un surendettement manifeste. Valeurs pour la commune : / =,6 1,2 1,2 1,8,6,6,61,4,2 Itancourt 2 Itancourt 23 Référence 2 - Encours de la dette au 31/12/n/épargne brute Ce ratio exprime le poids de la dette en nombre d années d épargne. Indicateur de désendettement. Ce ratio détermine le nombre d années d autofinancement brut nécessaires à la collectivité pour rembourser la dette en capital au 1 er janvier. Calcul : encours dette au 31/12/épargne brute Indicateur de désendettement ou de solvabilité. Analyser la solvabilité d un organisme consiste à répondre à la question suivante : avec quoi l emprunteur est-il capable de rembourser sa dette? 1 Analyse financière de mars 26

16 Critères d appréciation pour une commune : Moins de 8 ans : correct De 8 à 11 ans : zone médiane De 11 à 1 ans : zone orange Plus de 1 ans : dangereux Le nombre d années qui apparaît en calculant le ratio doit être apprécié, au regard de la durée d endettement de la collectivité. Valeurs pour la commune : / = 1,7 dangereux 18 Orange 1 Médiane 11 Correct 8 Itancourt 23 Itancourt 2 1,64 1, Marge d autofinancement courant (MAC) = Dépenses réelles de fonctionnement et remboursement de dette / RRF Ratio de l article L du CGCT. Dépenses réelles de fonctionnement : moins travaux en régie et moins le cas échéant la recette d ordre 79 correspondant aux charges à répartir sur plusieurs exercices (ces charges pouvant être financées par emprunt). Remboursements de dette : D 16 D Calcul : [DRF (- R 72 R 79)] + (D 16 D 16881) / RRF Un ratio supérieur à 1 exprime que la charge de la dette n est pas totalement financée par les recettes courantes. Cet indicateur : est influencé par le rythme d amortissement du capital des emprunts et est donc très sensible au mode de gestion de la dette ; souffre d un important facteur d inertie, ce qui signifie concrètement qu en cas de détérioration des comptes (dette jeune), il peut encore rester positif quelque temps ; en revanche, en période de redressement où l encours s amortit rapidement, il reflète avec retard cette amélioration générale de la situation financière. Valeurs pour la commune : / =,717 Valeur 22 :, Analyse financière de mars 26

17 22 - Dette en capital au 1er/1/habitant Capital restant dû au 1 er janvier sur les dettes contractées / nombre d habitants. Valeurs pour la commune : / = 78,39 Communes de même importance en Picardie = Itancourt 2 Itancourt 23 Référence 23 - Coût moyen de l encours = intérêts de la dette / dette en capital au 1/1 Poids moyen des intérêts de la dette par rapport à l encours de la dette en début d exercice. Calcul : 6611 / dette en capital au 1er janvier Ce ratio permet de voir si les prêts en portefeuille se situent au-dessus, au même niveau ou en dessous des taux d intérêts en vigueur sur les marchés financiers. Le résultat permettra de voir si la collectivité doit engager une renégociation d une partie de son encours visiblement trop onéreux par rapport aux taux actuels. Valeurs pour la commune : / = 4,2% Communes de même importance en Picardie =,4% ,6,6 4,2 Itancourt 2 Itancourt 23 Référence 17 Analyse financière de mars 26

18 24 - Dette totale / potentiel fiscal global Potentiel fiscal global (cf. ratio 23) : R + éventuellement la compensation part «salaires» à partir de 22. Ce ratio se situe fréquemment entre 2 et 4. S il est supérieur à (une dette supérieure à fois le potentiel fiscal de la commune est considérée comme lourde), l endettement de la collectivité est alors préoccupant et une pause devrait en principe s imposer. Valeurs pour la commune : / = , 2 1, 1,,67,36 Itancourt 2 Itancourt 23 Référence 2 - Fond de roulement au 1/1 Il correspond à l équivalent en jour de dépenses réelles que le fond de roulement permet d assurer. Dépenses réelles totales de l année : DRI + DRF de l année. Calcul : excédent global de clôture de l exercice n 1 x 36 / Dépenses réelles totales de l année n Valeurs pour la commune : 23 x 36 / = 14,4 (3 mois et 1 j) Communes de même importance en Picardie = 3 mois et 7 jours ,4 74,8 11 Itancourt 2 Itancourt 23 Référence 18 Analyse financière de mars 26

19 SYNTHESE -=-=-=-=-=- La présente étude financière prend en compte des données statistiques sur la population qui permettent de constater : que la population est, depuis 1962, en constante augmentation, que la population locale est une population jeune, ce qui permet de mieux cibler ses besoins ou ses attentes, que les logements sont plutôt récents et en général en bon état, que la majorité des habitants est propriétaire de logements généralement confortables. Le deuxième volet de l étude porte sur les données financières du dernier exercice clos, soit 2, comparées aux chiffres de 22, date de la précédente étude du même type. Il faut préciser que le service des eaux n est plus pris en considération puisqu il a son autonomie financière. En fonction de ces éléments, les ratios présentés sont les plus représentatifs, dont certains, définis par la direction générale de la comptabilité publique, doivent être regardés avec un maximum de soins. Ainsi, il est noté que les charges de gestion générale (ratio 1), les intérêts de la dette (ratio 3) et les autres charges de gestion courante (ratio 4) sont normaux et sans variation majeure depuis 22 tout comme les charges de personnel qui restent en dessous des valeurs de référence. Le coefficient de rigidité structurelle des dépenses (ratio ) figure sur la liste des ratios du «réseau d alerte» utilisés par la DGCP (Direction Générale de la Comptabilité Publique) et la DGCL (Direction Générale des Collectivités locales) pour détecter les communes à situation dégradée ou préoccupante. Pour Itancourt, il est plus que convenable (.431 contre,493 en 22 pour un seuil d alerte fixé à.6). Le ratio 6 met en évidence la faiblesse des produits domaniaux, plus conséquents dans les communes qui exploitent des forêts ou des peupleraies par exemple. Les impôts et taxes (ratios 7 et 8) sont très élevés à Itancourt en raison de la présence de deux établissements industriels d importance, Nestlé France et C.P.F. Les taux communaux n ont pas augmenté depuis 23, mais la progression des bases due à l activité de ces entreprises entraîne malgré tout une augmentation globale des produits perçus par la commune même si certaines années les bases (T.P. notamment) étaient en légère diminution. 19 Analyse financière de mars 26

20 Le potentiel fiscal (ratio 9), qui mesure la richesse fiscale des communes, confirme ces données, puisqu Itancourt est largement au dessus des moyennes constatées pour les communes de mêmes strates de population (1 77,93 contre 1 84,7 pour une valeur référence de 382,4). L effort fiscal (ratio 1) indique que la pression fiscale exercée sur les ménages de la commune est inférieure à celle des communes de référence (2,47 contre 66,). L épargne brute (ratios 11 et 12) correspond à l autofinancement de la section d investissement. Elle est diminuée du remboursement en capital des emprunts en cours, pour donner l épargne nette (ratios 13 et 14), qui sert directement au financement des investissements. Ces valeurs restent très élevées pour la commune, malgré les gros investissements réalisés ces dernières années (bâtiment communal, columbarium, salle de sports ) Le ratio 1, coefficient d épargne, qui figure également sur le «réseau d alerte», est satisfaisant pour la commune puisqu il est de,4 (,29 en 22), inférieur au seuil d alerte (moins de,2) Le ratio 16 indique que les dépenses d équipement (salle de sports notamment) de 2 ont été plus importantes que dans les communes de référence, sans pour autant dépasser les capacités de la commune puisque cette valeur, comparée aux recettes réelles de fonctionnement (ratio 17), est largement inférieure aux communes de référence. Les ratios 18 à 21 ont rapport à l endettement de la commune, et à ses capacités à poursuivre ses investissements et son développement. Le taux d endettement est faible par rapport aux recettes réelles de fonctionnement (ratios 18 et 24), tout comme l encours de la dette (ratio 19) qui prend en compte le capital restant dû des emprunts en cours : deux fois moins que les communes de même catégorie. Les ratios 2 et 21, inscrits sur la liste du «réseau d alerte» confirment les dispositions favorables de la commune à rembourser sa dette. Le coût moyen de l encours (ratio 23) indique que les taux appliqués aux emprunts de la commune se rapprochent de ceux du marché actuel : 4,2% (,6% en 22), contre,6% pour les communes de même catégorie en 2. Le fonds de roulement (ratio 2), qui conditionne la trésorerie de la commune est revenu à un meilleur niveau qu en 22. Malgré les gros investissements il n y a pas eu de problème de trésorerie ni de retard de paiement des fournisseurs et des entreprises. -=-=-=-=- 2 Analyse financière de mars 26

21 CONCLUSION -=-=-=-=-=- L analyse des données démographiques, surtout développée sur le document établi en mars 23 nous avait amenés à constater la relative jeunesse de la population locale, ses équipements satisfaisants, son travail, et ainsi mieux mesurer les besoins que la commune est appelée à satisfaire. C est dans cet esprit que le conseil municipal a concrétisé, entre autres, son projet de salle de sports. D après les résultats de la présente analyse, il ressort que les investissements réalisés depuis 3 ans n ont pas déséquilibré les finances communales puisque tous les indicateurs sont favorables. La capacité d autofinancement laisse encore espérer des possibilités d investissement non négligeables, eu regard à la «richesse» de la commune mesurée par son potentiel fiscal, qui résulte essentiellement de la présence d établissements «exceptionnels» sur son territoire. Ces dispositions sont renforcées par le constat du taux d endettement qui n augmente pas. En effet, le projet de salle de sports a été largement subventionné par les partenaires publics, et a bénéficié de la réserve financière que le conseil municipal s était constituée à cet effet. De plus, deux prêts de 79 et 28 seront remboursés intégralement dans les deux ans avec la TVA à récupérer sur la construction de la salle. L endettement à moyen terme pour cette réalisation se limite à un prêt de 1 sur 1 ans et un prêt de 3 sur 12 ans. Il faut encore souligner les marges de manœuvre qui existent en matière de fiscalité puisque les taux communaux n atteignent pas les moyennes départementales et régionales, sans perdre de vue les décisions qui pourraient être prises au niveau intercommunal et qui pèsent également sur les contribuables locaux (redevance pour enlèvement des ordures ménagères par exemple). Cette situation confirme la prudence qui reste de mise en matière d économie à poursuivre sur les dépenses de fonctionnement, et la recherche des meilleurs financements pour les futurs investissements que la commune a la possibilité de réaliser. -=-=-=- 21 Analyse financière de mars 26

Présentation des indicateurs techniques du Budget Général

Présentation des indicateurs techniques du Budget Général Présentation des indicateurs techniques du Budget Général Thomas Duquesne Février 2015 Pourquoi utiliser des indicateurs techniques? Notre compte administratif (bilan comptable annuel) est contrôlé par

Plus en détail

«Mécanismes» et contraintes budgétaires

«Mécanismes» et contraintes budgétaires Ville de Viry-Châtillon / Bilan 2008 2013 et prospective financière 2014-2020 Intervention du 25 septembre 2014 87 rue St-Lazare I 75009 Paris Tél. 01 55 34 40 00 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : fcl@fcl.fr

Plus en détail

Présentation des indicateurs techniques du Budget Général

Présentation des indicateurs techniques du Budget Général Présentation des indicateurs techniques du Budget Général Thomas Duquesne conseil du 17 octobre 2014 Pourquoi utiliser des indicateurs techniques? Notre compte administratif (bilan comptable annuel) est

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Eléments de cadrage de la situation financière de la Commune de Bourcefranc-le- Chapus Les soldes intermédiaires

Plus en détail

COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS

COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS Principaux enseignements de l audit financier réalisé en octobre 2014 26 JANVIER 2015 4 rue Galilée 75782 PARIS cedex 16 Tél. : 01 43 06 08 10 Web : www.cabinetmichelklopfer.fr

Plus en détail

Trébeurden Synthèse financière

Trébeurden Synthèse financière Jeudi 27 juin 2013 Trébeurden Synthèse financière Yvan Pellé Réunion publique Méthodologie (1) 2 Charges courantes ( personnel, fluides, entretien, contrats..) Excédent brut courant Produits courants (impôts,

Plus en détail

DIAGNOSTIC SOCIO-ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE BILAN-SANTÉ DES COMMUNES

DIAGNOSTIC SOCIO-ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE BILAN-SANTÉ DES COMMUNES LE BILAN-SANTÉ DES COMMUNES EYSINES FÉVRIER 214 POPULATION Population 1999 (sans double compte) Population 26 (municipale) Population 211 (municipale) Classement en fonction de la population (211) Rangs

Plus en détail

Fiche synthétique du Compte Administratif 2013 de la commune d'amuré

Fiche synthétique du Compte Administratif 2013 de la commune d'amuré Fiche synthétique du Compte Administratif 2013 de la commune d'amuré Le service Finances de la CAN a élaboré cette fiche à partir des documents transmis par les communes en juillet 2014 : - Compte Administratif

Plus en détail

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 BUDGET COMMUNE La tenue du débat d orientations budgétaires est obligatoire dans les régions, les départements, les communes de plus de 3 500 habitants, leurs établissements

Plus en détail

Audit financier et fiscal

Audit financier et fiscal Audit financier et fiscal Eléments synthétiques tiques extraits de l auditl Juin 2008 Territoires & Conseil 12 rue de Castiglione 75001 Paris Territoires-et-conseil@wanadoo.fr Tél.: 01.53.34.07.17 1 La

Plus en détail

ANALYSE FINANCIèRE. RéTROSPECTIVE DU BUDGET PRINCIPAL DE L Agglomération CôTE BASQUE ADOUR 2003-2012

ANALYSE FINANCIèRE. RéTROSPECTIVE DU BUDGET PRINCIPAL DE L Agglomération CôTE BASQUE ADOUR 2003-2012 ANALYSE FINANCIèRE RéTROSPECTIVE DU BUDGET PRINCIPAL DE L Agglomération CôTE BASQUE ADOUR 2003-2012 RESSOURCES CONSULTANTS FINANCES SOCIÉTÉ D ETUDE, RECHERCHE ET PROSPECTIVE EN FINANCES LOCALES S.A. au

Plus en détail

DIAGNOSTIC SOCIO-ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE BILAN-SANTÉ DE L'INTERCOMMUNALITÉ

DIAGNOSTIC SOCIO-ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE BILAN-SANTÉ DE L'INTERCOMMUNALITÉ DIAGNOSTIC SOCIO-ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE BILAN-SANTÉ DE L'INTERCOMMUNALITÉ FÉVRIER 214 IDENTIFICATION / POPULATION Commune siège : Pau Type de fiscalité : Fiscalité professionnelle unique (FPU) Commune

Plus en détail

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales 1 Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales Gilles TESTUD, ECOFINANCE Frédéric ric DUPUIS, DEXIA CL Réunions avec les élus du Territoire de Belfort 07 juin 2012 Sommaire 2 1. Introduction

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010 ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE () SICTOBA Mai 2010 Pascal HEYMES Stratorial Finances Agence de Montpellier 2, rue des Arbousiers 34070 MONTPELLIER Tél. : 04 99 61 47 05 - Fax : 04 99 61 47 09 www.stratorial-finances.fr

Plus en détail

MONTGERON TOUT CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LA SITUATION FINANCIÈRE DE LA VILLE DE

MONTGERON TOUT CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LA SITUATION FINANCIÈRE DE LA VILLE DE TOUT CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR SUR LA SITUATION FINANCIÈRE DE LA VILLE DE MONTGERON FISCALITÉ, ENDETTEMENT, FONCTIONNEMENT, INVESTISSEMENT, ÉQUIPEMENTS PUBLICS, ÉPARGNE, CRÉDIT, SERVICES PUBLICS CHIFFRES

Plus en détail

Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr

Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr Jean-Christophe BERGE Tél : 01 55 34 40 13 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : jcberge@fcl.fr Ville de Gisors 24 juin 2014 87 rue St-Lazare

Plus en détail

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) -

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - - Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises (CVAE)

Plus en détail

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine 1 SOMMAIRE I. INTRODUCTION... 3 1.1 Les indicateurs de la santé financière d'une

Plus en détail

Audit financier rétro-prospectif 2009-2018

Audit financier rétro-prospectif 2009-2018 Audit financier rétro-prospectif 2009-2018 Commune de Pierre-Olivier Hofer Directeur associé Ludivine Louette Consultante Toulouse, le 20 mai 2014 E14-0514 EXFILO Tél : 01.83.62.86.35 Fax : 01.83.62.86.34

Plus en détail

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 Le Code Général des Collectivités Territoriales prévoit dans les communes de plus de 3 500 habitants, les départements, les régions et les EPCI la tenue d un débat

Plus en détail

Bordeaux, le 14 mars 2012. Le Président Références à rappeler : CM/ROD1/040011 197 COMMUNE DE MORCENX. Monsieur le Maire,

Bordeaux, le 14 mars 2012. Le Président Références à rappeler : CM/ROD1/040011 197 COMMUNE DE MORCENX. Monsieur le Maire, Le Président Références à rappeler : CM/ROD1/040011 197 COMMUNE DE MORCENX Bordeaux, le 14 mars 2012 Monsieur le Maire, Par lettre du 5 mai 2011, vous avez été informé que la chambre régionale des comptes

Plus en détail

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL Compte Administratif 2014 SECTION DE FONCTIONNEMENT DEPENSES CA 2013 CA 2014 Alloué Réalisé Alloué Réalisé 011 Charges à caractère général 445 615 424 289,55 448 291 411 184,65 012 Charges

Plus en détail

LEVET COMMUNE DE LEVET

LEVET COMMUNE DE LEVET LEVET COMMUNE DE LEVET Conseil Municipal du 4 juin 2015 Le Compte Administratif présenté aujourd hui découle de la gestion de l exercice 2014 : il constitue notre socle de gestion pour l avenir. Compte

Plus en détail

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014 ( 20 000 habitants) Juin 2014 Sommaire Les petites en France 3 Les volumes d intervention 4 Les principales ressources courantes 5-6 L épargne brute 7 Les dépenses d investissement 8 L encours de dette

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Ville de Clamart PARTENAIRES Finances Locales Avril 2015 Ville de Clamart 1 Présentation de PARTENAIRES Finances Locales PARTENAIRES Finances Locales

Plus en détail

www.pwc.com 20 novembre 2014 Le Taillan-Médoc Analyse organisationnelle RH et financière Rapport Final

www.pwc.com 20 novembre 2014 Le Taillan-Médoc Analyse organisationnelle RH et financière Rapport Final www.pwc.com Le Taillan-Médoc Analyse organisationnelle RH et financière Rapport Final Table of Contents Section Overview Page 1 Etat des lieux de l organisation 1 2 Audit Financier 5 2.1 Etat des lieux

Plus en détail

PAYS BEAUME-DROBIE FINANCES INTERCOMMUNALES COMMUNAUTÉ DE COMMUNES

PAYS BEAUME-DROBIE FINANCES INTERCOMMUNALES COMMUNAUTÉ DE COMMUNES COMMUNAUTÉ DE COMMUNES PAYS BEAUME-DROBIE FINANCES INTERCOMMUNALES contact : Sophie Blanc - responsable administrative 04 75 89 80 80 - fax : 04 75 89 80 98 - La Chastelanne 07260 Joyeuse administration@pays-beaumedrobiefr

Plus en détail

Rapport financier - Exercice 2013

Rapport financier - Exercice 2013 Rapport financier - Exercice 2013 Sommaire Le budget réalisé en 2013 // Résultat de l'exercice 2013 page 4 // Origine des recettes page 4 // Destination des dépenses page 4 Les grands équilibres financiers

Plus en détail

Réunions publiques janvier 2013. Présentation du Débat d Orientation Budgétaire

Réunions publiques janvier 2013. Présentation du Débat d Orientation Budgétaire Réunions publiques janvier 2013 Présentation du Débat d Orientation Budgétaire 7 février 2011 LE CONTEXTE Une économie mondiale très ralentie En zone Euro : des incertitudes autour de la crise de la dette

Plus en détail

Panorama financier 2 0 1 1

Panorama financier 2 0 1 1 Panorama financier 2 1 1 des communautés de communes Les communautés sont appelées à connaître dans les années qui viennent de nombreux bouleversements : effets de la réforme fiscale de 29, implications

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 L équilibre général du budget primitif 2014 s est établi à 3 822,6 M, dont 2 790,9 M au titre de la section de fonctionnement et 1 031,7

Plus en détail

Bilan de mandat municipal

Bilan de mandat municipal Association des Maires de la Corrèze Bilan de mandat municipal Brive-la-Gaillarde, le vendredi 12 avril 2013 Intervention de Patrice LALANNE Ancien conseiller du Président du Sénat Consultant formateur

Plus en détail

GUIDE FONCTIONNEL. Réaliser une analyse prospective à l aide du tableau financier de Mairie-conseils

GUIDE FONCTIONNEL. Réaliser une analyse prospective à l aide du tableau financier de Mairie-conseils GUIDE FONCTIONNEL Réaliser une analyse prospective à l aide du tableau financier de Mairie-conseils SOMMAIRE I - Objectifs 1 - Calculer des indicateurs financiers 2 - Animer la réflexion prospective II

Plus en détail

ANNEXE III. Le nouveau schéma de financement des collectivités territoriales après la réforme de la taxe professionnelle

ANNEXE III. Le nouveau schéma de financement des collectivités territoriales après la réforme de la taxe professionnelle ANNEXE III Le nouveau schéma de financement des collectivités territoriales après la réforme de la taxe professionnelle SOMMAIRE 1. DIFFERENTS PRINCIPES DIRECTEURS ONT GUIDE LA MISE EN ŒUVRE DE LA REFORME

Plus en détail

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES La participation des communes au plan d économies initié par l Etat va modifier substantiellement les équilibres financiers des collectivités locales et notamment

Plus en détail

DOSSIER DE GESTION. Sommaire

DOSSIER DE GESTION. Sommaire 102 Allée de Barcelone 31000 TOULOUSE Forme juridique : ENTREPRISE INDIVIDUELLE Régime fiscal : R. Simplifié Date exercice : 01/07/2012 au 30/06/2013-12 DOSSIER DE GESTION Sommaire Présentation de l'exploitation

Plus en détail

BILAN 2011. - Le résultat comptable est en bonne évolution après avoir été limité en 2010 et 2009

BILAN 2011. - Le résultat comptable est en bonne évolution après avoir été limité en 2010 et 2009 BILAN 211 - Le résultat comptable est en bonne évolution après avoir été limité en 21 et 29 - Les dépenses de fonctionnement sont en baisse et les recettes augmentent - Ainsi la capacité d autofinancement

Plus en détail

Suppression de la taxe professionnelle et création de la Contribution Economique Territoriale (CET)

Suppression de la taxe professionnelle et création de la Contribution Economique Territoriale (CET) Suppression de la taxe professionnelle et création de la Contribution Economique Territoriale (CET) (Articles 2, 47, 77, 78 et 99 de la loi de finance pour 2010) Actuellement, la taxe professionnelle (TP)

Plus en détail

Le compte administratif 2011

Le compte administratif 2011 Le compte administratif 2011 Le compte administratif 2011 de MIONS en quelques chiffres Budget principal. 16 590 970 de recettes réalisées, dont :. 13 003 158 en fonctionnement dont 165 000 de rattachements.

Plus en détail

Portrait financier. Analyse comparée CA 2005-2010. MARLY 11 967 habitants

Portrait financier. Analyse comparée CA 2005-2010. MARLY 11 967 habitants Portrait financier Analyse comparée CA 25-21 Direction régionale NORD - PAS DE CALAIS 19 avenue Le Corbusier - 59 4 LILLE cedex Directeur régional : Valérie-Marie AUBIN Votre correspondant Géraldine MOREAU

Plus en détail

Dans un premier temps, le travail qui a été mené consiste à partir de l existant afin d être en mesure de comparer ce qui est comparable.

Dans un premier temps, le travail qui a été mené consiste à partir de l existant afin d être en mesure de comparer ce qui est comparable. Réunion du 12 mai 2011 1 Premiers éléments de caractérisation financière du territoire Dans un premier temps, le travail qui a été mené consiste à partir de l existant afin d être en mesure de comparer

Plus en détail

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude localnova OBS Observatoire des finances locales des Petites Villes de France novembre # Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude financière prospective

Plus en détail

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Références à rappeler : FP/033003555/ROD II Monsieur le Maire, Par lettre du 20 août 2009, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes d Aquitaine

Plus en détail

UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE. Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux»

UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE. Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux» UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux» Nantes, 19 juin 2014 1 Elaborer le budget de sa commune : Les fondamentaux

Plus en détail

Territoires et Finances

Territoires et Finances Territoires et Finances Étude sur les finances des communes et des intercommunalités Bilan 2 14 et projections 215-217 214 : une forte baisse de l épargne brute et des investissements qui cristallisent

Plus en détail

Recettes de fonctionnement et capacité d'épargne

Recettes de fonctionnement et capacité d'épargne 1 - Recettes réelles de fonctionnement/population Recettes réelles de fonctionnement : total des recettes de la colonne mouvements réels de la balance générale en section de fonctionnement. Evaluation

Plus en détail

Ville de Hyères les Palmiers

Ville de Hyères les Palmiers Ville de Hyères les Palmiers Analyse financière rétrospective et prospective du budget principal de la ville Conseil Municipal du 16 septembre 2014 16 septembre 2014 Ville de Hyères / slide 1 Sommaire

Plus en détail

Madame la Maire, Je vous prie d agréer, Madame la Maire, l expression de ma considération la plus distinguée.

Madame la Maire, Je vous prie d agréer, Madame la Maire, l expression de ma considération la plus distinguée. La Présidente Lyon, le 22 Juillet 2013 N Recommandée avec A.R. REF : ma lettre n 508 du 20 juin 2013 P.J. : 1 Madame la Maire, Par lettre citée en référence, je vous ai communiqué le rapport d observations

Plus en détail

Ville de Schiltigheim. Audit financier version définitive

Ville de Schiltigheim. Audit financier version définitive Ville de Schiltigheim Audit financier version définitive 10 octobre 2014 Préliminaire Le présent document vise à présenter les conclusions de l audit financier réalisé entre les mois de juillet 2014 et

Plus en détail

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS Le 4 février 2015 Jean-Pierre COBLENTZ Adel KARMOUS STRATORIAL FINANCES www.stratorial-finances.fr Tour GAMMA A 193 rue de Bercy

Plus en détail

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015 Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014 Débat d Orientation Budgétaire 2015 Le budget 2015 sera le premier de ce nouveau mandat 2014-2020 Il est construit sur le Plan de mandat financier en

Plus en détail

COMMUNE DE SAINT - GAUDENS

COMMUNE DE SAINT - GAUDENS COMMUNE DE SAINT - GAUDENS 1 REUNION PUBLIQUE SUR LES FINANCES DE LA VILLE M ERCREDI 6 MAI 2015 UN CONTEXTE TRES DIFFICILE 2 1. Audit financier KPMG du 10 juin 2014 2. Situation financière comparée avec

Plus en détail

L IMPACT DE LA MUTUALISATION SUR LES RESSOURCES HUMAINES

L IMPACT DE LA MUTUALISATION SUR LES RESSOURCES HUMAINES ANNEXES L ISTE DES ANNEXES ANNEXE I : ANNEXE II : ANNEXE III : ANNEXE IV : ÉVOLUTION DES DEPENSES DES COMMUNES ET DES EPCI DE 2006 A 2013 OUTILS JURIDIQUES DE MUTUALISATION A DISPOSITION DES ACTEURS LOCAUX

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE MONT DE LANS. Réunion Publique du 6 Aout 2015

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE MONT DE LANS. Réunion Publique du 6 Aout 2015 SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE MONT DE LANS Réunion Publique du 6 Aout 2015 LE BUDGET PRIMITIF COMMUNAL 2015 BUDGET GLOBAL (13,53 M ) INVESTISSEMENT 2,87M FONCTIONNEMENT 10,66M Dépenses (2,87 M

Plus en détail

Rapport financier 2014

Rapport financier 2014 Ville de Rennes Rapport financier 2014 Sommaire Préambule 1 La capacité d autofinancement (épargne) 2 Partie 1 - Le budget principal 3 L investissement 4 Le financement de l investissement 5 L investissement

Plus en détail

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local?

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Le 3 juillet 2014 Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Guy Gilbert * et Alain Guengant ** Les résultats qui suivent sont obtenus sous l hypothèse que les comportements

Plus en détail

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014 Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 COMPTE ADMINISTRATIF 2009 Des résultas de gestion satisfaisants mais une marge de manœuvre

Plus en détail

PROSPECTIVE FINANCIERE 2014-2017 DE LA VILLE VERSION 16 AVRIL 2014!

PROSPECTIVE FINANCIERE 2014-2017 DE LA VILLE VERSION 16 AVRIL 2014! PROSPECTIVE FINANCIERE 2014-2017 DE LA VILLE VERSION 16 AVRIL 2014! Christian Escallier Cabinet Michel Klopfer 6 bis, rue de Larminat 75015 Paris Tél. : 01 43 06 08 10 Fax : 01 47 34 15 83 cescallier@cabinetmichelklopfer.fr

Plus en détail

Sommaire. PARTIE 1 Les principes fondamentaux de la modélisation comptable

Sommaire. PARTIE 1 Les principes fondamentaux de la modélisation comptable Sommaire PARTIE 1 Les principes fondamentaux de la modélisation comptable Thème 1 Les notions de patrimoine et d activité de l entreprise 15 1 Bilan de départ simplifié 15 2 Bilans successifs et détermination

Plus en détail

lecture du budget communal

lecture du budget communal lecture du budget communal atteindre la maîtrise nécessaire pour pouvoir communiquer sur les questions budgétaires 1. notions de base Acquérir les notions fondamentales pour comprendre les grandes lignes

Plus en détail

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL Il donne une vision plus économique, il présente la manière dont les emplois sont financés par les ressources. Il permet de mieux comprendre le fonctionnement de

Plus en détail

LES ETAPES DE LA CREATION

LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION DE VOTRE ENTREPRISE L ELABORATION DU PROJET p. 13 A/ L étude commerciale p. 13 B/ L étude financière p. 18 C/ L étude juridique p. 27 LES FORMALITES

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 - Introduction - Tableaux de synthèse - Synthèse des grands équilibres du Budget Primitif 2015 1 INTRODUCTION Le Budget Primitif 2014,

Plus en détail

PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015. Commune de Poisat 23 février 2015

PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015. Commune de Poisat 23 février 2015 PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015 Commune de Poisat 23 février 2015 Sommaire Le budget communal : quelques points de compréhension 1. Principes budgétaires 2. Préparation du budget 3. Exécution du budget

Plus en détail

Les produits prévisionnels de fiscalité directe des collectivités locales en 2013

Les produits prévisionnels de fiscalité directe des collectivités locales en 2013 N 99 Janvier 2014 Marie-Christine FLOURY, Département des études et des statistiques locales LA FISCALITE DIRECTE LOCALE EN 2013 : les produits économiques en forte hausse En 2013, les collectivités locales

Plus en détail

FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC

FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC Rabat, 19 octobre 21 M. Ahmed HAJOUB Adjoint au Directeur du Trésor et des Finances Extérieures chargé du pôle macroéconomie I- Consolidation budgétaire: expérience

Plus en détail

Délibérations DOB 2014 du 18 octobre 2013

Délibérations DOB 2014 du 18 octobre 2013 Délibérations DOB 2014 du 18 octobre 2013 1 CONSEIL GENERAL DU JURA Réunion du : 4ème trimestre 2013 Type : DOB 2014 Service : DMI/FINANCES Rapporteur : Christophe PERNY Thème : FINANCES - GARANTIES D'EMPRUNT

Plus en détail

La Lettre. Les comptes de la commune ------------------------------------------------------------------------------

La Lettre. Les comptes de la commune ------------------------------------------------------------------------------ ------------------------------------------------------------------------------ La Lettre informations n 2 - avril 2015 Les comptes de la commune --------------- contexte économique national Pour la première

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2004-2007) ET PROSPECTIVE (2008-2014)

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2004-2007) ET PROSPECTIVE (2008-2014) CABINET MICHEL KLOPFER Consultants Finances Locales ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2004-2007) ET PROSPECTIVE (2008-2014) Commune de Chécy 20 JUIN 2008 Laëtitia HACQUARD Michel KLOPFER 6 rue du Général

Plus en détail

DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE

DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE Séance de Conseil Municipal du 26 février 2015 DES ÉLÉMENTS DE CONTEXTE : UN HÉRITAGE DIFFICILE Le contexte De beaux équipements (médiathèque, CLSH, espace culturel Armorica, espace loisirs sportifs) MAIS

Plus en détail

LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4

LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4 Décembre 2003 Département Finances Développement Économique LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4 APPLICABLES A COMPTER DU 1 ER JANVIER 2004 Le Comité de Finances Locales, lors de sa séance du

Plus en détail

FINANCES ENDETTEMENT DE LA COMMUNE

FINANCES ENDETTEMENT DE LA COMMUNE FINANCES ET ENDETTEMENT DE LA COMMUNE LES CARACTERISTIQUES D UN PRÊT TOXIQUE Prêt toxique Emprunt structuré Phase 1 : Bonification d intérêt et taux fixe (5 ans) Phase 2 : Spéculation sur un indice (20

Plus en détail

ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4

ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4 409 ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4 Les tableaux suivants présentent les éléments nécessaires à la confection des documents de synthèse figurant au compte de gestion. Ils permettent d associer

Plus en détail

L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015

L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015 L AMF vous aide à estimer l impact de la baisse de la DGF des communes et des communautés en 2015 Note mise à jour de la loi de finances pour 2015 Sommaire Explications préalables... 3 Application aux

Plus en détail

GESTION FINANCIERE ET COMPTABLE DES OFFICES DE TOURISME EN EPIC 4 ET 5 FEVRIER 2010 1 . LE FONCTIONNEMENT D UN ETABLISSEMENT PUBLIC A CARACTERE INDUSTRIEL ET COMMERCIAL 2 DEUX MODES DE GESTION COMPTABLE

Plus en détail

Fiches pédagogiques. Intercommunalité. Finances locales

Fiches pédagogiques. Intercommunalité. Finances locales Fiches pédagogiques Intercommunalité Finances locales SOMMAIRE I - Présentation des budgets et des comptes 5 Les satellites de la commune 6 Les budgets et les comptes 7 Les différents documents budgétaires

Plus en détail

,ES DES RÏGLEMENTAIRES DES PAR #OLLECTION 4EXTES

,ES DES RÏGLEMENTAIRES DES PAR #OLLECTION 4EXTES .............................................................. 5................... 7........ 77..... 132................ 141..................................................... 156................................................

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTÉ n 749 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012 17 octobre 2011 PROJET DE LOI de finances rectificative pour 2011,

Plus en détail

SIVOM DE LA VALLEE DU CADY PRESENTATION DU BUDGET PRIMITIF 2015

SIVOM DE LA VALLEE DU CADY PRESENTATION DU BUDGET PRIMITIF 2015 SIVOM DE LA VALLEE DU CADY PRESENTATION DU BUDGET PRIMITIF 2015 PREAMBULE 1) POUR LA PREMIÈRE FOIS EN 2015, LE BUDGET M49 DES SERVICES EAU POTABLE ET ASSAINISSEMENT EST VOTÉ EN HORS TAXES. PAR CONSÉQUENT,

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DES COMPTES ANNEXES D EAU ET D ASSAINISSEMENT DE LA CAB!

ANALYSE FINANCIERE DES COMPTES ANNEXES D EAU ET D ASSAINISSEMENT DE LA CAB! ANALYSE FINANCIERE DES COMPTES ANNEXES D EAU ET D ASSAINISSEMENT DE LA CAB! 16 septembre 2014 Caroline GRAOUER & Christian ESCALLIER Cabinet Michel Klopfer 6 bis, rue de Larminat 75015 Paris Tél. : 01

Plus en détail

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL Le vote du budget constitue l acte politique majeur de la vie de la collectivité. Il doit impérativement être voté avant le 31 mars de l année qu il intéresse. Toutefois,

Plus en détail

Les temps forts de l année 2000. Les grandes masses budgétaires 1995-2000. Les résultats de la politique financière. La dette régionale et le bilan

Les temps forts de l année 2000. Les grandes masses budgétaires 1995-2000. Les résultats de la politique financière. La dette régionale et le bilan S O M M A I R E Les temps forts de l année 2000 Les grandes masses budgétaires 1995-2000 L équilibre financier 2000 et les dépenses par secteurs d intervention Les résultats de la politique financière

Plus en détail

COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E. Orientations budgétaires 2010

COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E. Orientations budgétaires 2010 COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E Orientations budgétaires 2010 Conseil Communautaire du 1 ER Mars 2010 3 - FINANCES Débat d orientations budgétaires 2010 Notre communauté, créée il y a maintenant plus

Plus en détail

COMPTES ANNUELS CONSOLIDATION DU 01/07/2009 au 30 Juin 2010

COMPTES ANNUELS CONSOLIDATION DU 01/07/2009 au 30 Juin 2010 F D C N FDC COMPTES ANNUELS CONSOLIDATION DU 01/07/2009 au 30 Juin 2010. ACTIF. PASSIF. RESULTAT 2 BILAN ACTIF CONSOLIDATION durée de l'exercice 12 mois Brut Am.& Prov. ACTIF IMMOBILISE Immobilisations

Plus en détail

Epargne Brute 20 758 461,56 - Remboursement du capital (annuité de l'exercice) 15 183 559,26 = Epargne nette 5 574 902,30

Epargne Brute 20 758 461,56 - Remboursement du capital (annuité de l'exercice) 15 183 559,26 = Epargne nette 5 574 902,30 Ville de Montreuil Elu-pilote : Philippe LAMARCHE Direction des Finances Service Budget Projet de note de synthèse CONSEIL MUNICIPAL DU 26 JUIN 2014 Objet : Compte administratif et affectation des résultats

Plus en détail

ANALYSE FINANCIÈRE PROSPECTIVE 2004/2008 DE LA COMMUNE D AUBERVILLIERS

ANALYSE FINANCIÈRE PROSPECTIVE 2004/2008 DE LA COMMUNE D AUBERVILLIERS CABINET MICHEL KLOPFER Consultants Finances Locales ANALYSE FINANCIÈRE PROSPECTIVE 2004/2008 DE LA COMMUNE D AUBERVILLIERS janvier 2009 DOCUMENT DE TRAVAIL 6 rue du Général de Larminat 75015 PARIS Tél.

Plus en détail

FINANCEMENT D'UN INVESTISSEMENT ÉTUDE SUR 7 ANS

FINANCEMENT D'UN INVESTISSEMENT ÉTUDE SUR 7 ANS FINANCEMENT D'UN INVESTISSEMENT ÉTUDE SUR 7 ANS S.A.R.L DANLE TP Bill NEEDMONEY 22 Rue de la Chaussée 49000 ANGERS Tél : 02 40 456 789 Fax : 02 23 234 432 E-mail : contact@danle-tp.fr Cabinet Expert Atlantique

Plus en détail

COMPTE. administratif. note de présentation. Ville de Brest. Direction Générale des Finances et de Gestion Direction des finances

COMPTE. administratif. note de présentation. Ville de Brest. Direction Générale des Finances et de Gestion Direction des finances 2009 COMPTE administratif note de présentation Direction Générale des Finances et de Gestion Direction des finances Ville de Brest 2009 COMPTE administratif note de présentation Direction Générale des

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2015 LES RECETTES. M. Faivre, Rapporteur de la commission «Finances, administration générale et économie» RAPPORT DE M.

BUDGET PRIMITIF 2015 LES RECETTES. M. Faivre, Rapporteur de la commission «Finances, administration générale et économie» RAPPORT DE M. Direction des finances - 1DEPARTEMENT DES VOSGES Extrait des délibérations du Conseil général Réunion du 19 janvier 2015 BUDGET PRIMITIF 2015 LES RECETTES M. Faivre, Rapporteur de la commission «Finances,

Plus en détail

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE BUSINESS PLAN Partie 2 : Le dossier financier 1 Vous êtes prêt à créer votre entreprise? Ce dossier va vous permettre de préciser et de mettre en forme votre projet de

Plus en détail

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace Avis 17 juin 2015 Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace 17 juin 2015 2 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

Territoires et Finances

Territoires et Finances Territoires et Finances Étude sur les finances des communes et intercommunalités 2013-2014 2013 : statu quo sur les équilibres financiers avant de nouveaux défis à relever L année 2013 conclut un mandat

Plus en détail

Pérennisation de l entreprise. Participation au contrôle de gestion

Pérennisation de l entreprise. Participation au contrôle de gestion btsag.com 1/15 26/09/2011 Pérennisation de l entreprise Auteur : C. Terrier; mailto:webmaster@btsag.com ; http://www.btsag.com Utilisation: Reproduction libre pour des formateurs dans un cadre pédagogique

Plus en détail

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE Conférence de presse 13 mars 2012 SOMMAIRE Introduction p. 3 CALCULS DE RENTABILITE IMMOBILIERE Cinq exemples avec des prélèvements sociaux portés à 15,5 %...p.

Plus en détail

SECRÉTARIAT D ETAT CHARGE DU BUDGET. publique. Le Ministre de l Intérieur,

SECRÉTARIAT D ETAT CHARGE DU BUDGET. publique. Le Ministre de l Intérieur, MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE SECRÉTARIAT D ETAT CHARGE DU BUDGET MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR Direction du Trésor Direction de la Comptabilité publique Direction générale des collectivités

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG DROIT FISCAL session 2013 CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur Dossier 1 : IMPOSITION DES BÉNÉFICES 7,5 points 1) Calculer pour l exercice 2012 le résultat

Plus en détail