Conférence "les rendez-vous 18 h /20 h "-septembre

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Conférence "les rendez-vous 18 h /20 h "-septembre 2013 - http://chambre-38.notaires.fr"

Transcription

1

2 POURQUOI CREER UNE SOCIETE CIVILE? Lionel MOREAU, notaire Les sociétés civiles fascinent. Excellent instrument de la gestion patrimoniale et de la transmission, elles constituent un des piliers incontournables de la gestion de patrimoine. La société civile de famille va être constituée le plus souvent dans un objectif de transmission. La paix des familles, les besoins des jeunes générations appellent à une transmission anticipée du patrimoine, opération qui ne peut être simple car marquée par la complexité des situations à régir. En effet, les nouvelles trajectoires familiales, les familles éclatées ou recomposées, la prise en compte des intérêts des mineurs, d'incapables majeurs, de "personnes fragilisées", se traduisent sur le plan patrimonial par un besoin d'assistance permanente par des proches qualifiés et désintéressés et la mise en place de verrous juridiques visant à protéger une personne contre elle-même. Pour concilier l'ensemble de ces intérêts, dans un environnement économique et familial difficile, l'objectif est donc de transmettre son patrimoine tout en assurant sa propre sécurité, de créer des droits concurrents, de les maîtriser, de donner et de retenir. Au vrai, il s'agit de dissocier propriété et pouvoir, propriété et fruits, tout en restant respectueux des canons de notre droit patrimonial. La société civile présente, en tant que structure sociale, toute une série d'atouts pour servir les besoins exprimés dans le cadre familial. On sait que ce type de société présente une souplesse incontestée, marqué par un fort intuitu personae. La constitution est aisée, point de capital minimum ni de contrôle des apports, elle est ouverte à toute personne, fonctionnaires, professions libérales, mineurs, faillis. Son fonctionnement est par ailleurs marqué par la flexibilité, les conditions de nomination et de révocation du gérant, le droit de vote, le calcul de la majorité peuvent être statutairement aménagés. Au surplus, en dessous des seuils fixés par la loi, il n'existe aucune obligation de désigner un commissaire aux comptes, aucun dépôt de documents comptables au greffe. Il en va jusqu'au régime fiscal qui autorise soit l'option à l'is (Impôt sur les sociétés), soit de rester soumis à la fiscalité des particuliers. QUELS SONT LES AVANTAGES DE LA SOCIETE CIVILE IMMOBILIERE? Une Société civile présente de nombreux avantages parmi lesquels on peut citer : - elle permet d'éviter les aléas de l'indivision en prévoyant des majorités sur mesure en fonction du nombre d'enfants, ce qui peut être utile si vous intégrez vos héritiers dans la société.. - fort intuitu personae, ne rentre pas qui veut dans la société, ce qui permet d'ouvrir ou fermer l'accès à la Société civile, prévoir toutes les évolutions possibles.

3 - grande souplesse dans la rédaction des statuts, organiser le démembrement des parts en cas de donation, protéger un enfant mineur. - permet d'opérer une dissociation pouvoir-capital très précieuse. - loisible de fixer dans les statuts une majorité renforcée pour la nomination et la révocation du gérant, il est loisible de rendre le gérant indétrônable. - possibilité de laisser au gérant des pouvoirs considérables, comme disposer librement de l'actif social, les décisions courantes sont prises par le gérant dont les pouvoirs sont librement fixés par les statuts. - le champ de l'agrément en cas de cession de parts peut-être total. - statut fiscal à l'ir ou à l'is sur option. - pas d'abus de biens social. - clauses statutaires très souples en cas de décès, en fonction du contexte familial. En permettant une transmission progressive du patrimoine au moindre coût fiscal. Il est en effet plus facile de transmettre des parts de société qu'un immeuble entier. En procédant par donations, vous pourrez optimiser les abattements légaux et transmettre sans droits jusqu'à euros par enfants, malheureusement tous les 15 ans. En matière d'isf, les parts de société civile font généralement l'objet d'une décote de l'ordre de 10 à 20 % par rapport à la valeur des immeubles, en raison de leur manque de liquidité, avec la stipulation d'une clause d'agrément par exemple. QUELS SONT LES INCONVENIENTS? Il faut savoir que la Société civile, comme toute société, est soumise à un formalisme lourd, non seulement lors de la constitution de la société (avec un coût, formalités au greffe comprises, d'environ euros), mais aussi tout au long de sa vie (il est indispensable de faire vivre cette société, pour éviter le risque de fictivité fiscale, avec une assemblée générale par an décidant de l'affectation des résultats, et de tenir une comptabilité pour cette société, de préférence par un expert-comptable, pour sécuriser les apports en compte courant d'associés). Il est en effet recommandé pour une SCI de tenir une comptabilité et convoquer une assemblée générale au moins une fois par an pour l'approbation des comptes. A défaut, en cas de vérification, il vous sera impossible de justifier vos déclarations et les services fiscaux pourront établir une imposition d'office. Par ailleurs, il faut savoir qu'une société civile ne peut avoir qu'une : - activité purement civile, pas d'activité commerciale comme la location en meublé (sauf option pour l'is). - absence de fonctionnement et de suivi comptable dans beaucoup de SCI, très dangereuse d'un point de vue fiscal comme je l'ai évoqué à l'instant. - en cas de conflit entre les associés risque de blocage important, il s'agit de faire attention aux règles de majorité. - absence d'avantages fiscaux, comme une détention directe, la société civile est avant tout un outil d'organisation et de transmission, ce n'est pas la panacée. - les associés ont une responsabilité totale vis à vis des dettes sociales, et il faut organiser la protection du mineur.

4 QUEL EST LE STATUT DES ASSOCIES? Le choix des associés d'origine, regroupement de personnes qui décident d'instituer une société, se fait par la signature des statuts. La société civile est par nature une société fermée c'est à dire que : - on n y entre pas facilement. - on n'en sort pas facilement. Les statuts fixent assez librement les conditions d'entrée et de sortie des associés. Toutefois 2 catégories d'associés doivent retenir rapidement notre attention : les incapables et les conjoints. 1) L'incapable majeur ou le mineur Entrer dans une société civile, c'est être exposé indirectement à son passif. En effet, les associés répondent indéfiniment des dettes sociales à proportion de leur part dans le capital social à la date de l'exigibilité ou au jour de la cessation des paiements. Toutefois, les créanciers de la société ne peuvent poursuivre le paiement des dettes sociales contre les associés qu'après avoir préalablement et vainement poursuivi la personne morale. Il est important de prévoir, dans les statuts, surtout pour les associés mineurs, qu'ils ne sont tenus du passif social qu'à concurrence de la valeur nominale de leurs droits sociaux. Il est impératif, pour éviter la mise en cause du professionnel qui a rédigé les statuts, que les associés majeurs s'engagent à prendre en charge proportionnellement à leurs droits dans le capital, les dettes qui pourraient être réclamées aux associés mineurs. De sorte que lesdits associés mineurs ne soient jamais responsables indéfiniment du passif de la société ou de tout passif né pendant leur minorité, au-delà de la valeur nominale de leurs droits sociaux, c'est à dire souvent quelques centaines d'euros. Toutefois, dans l'hypothèse où le mineur tiendrait ses parts sociales d'une donation qui lui aurait été consentie par une des associés de la société, celui-ci sera tenu de l'excédent du passif qui serait attaché à la société. Il est important que toutes ces restrictions de responsabilité du majeur ou mineur protégé, soient portées à la connaissance des créanciers. 2) Le conjoint commun en biens Si un apport est fait au moyen de biens communs, le conjoint de l'apporteur peut s'inviter dans la société, dès la constitution ou plus tard. Il est donc indispensable de statuer sur l'entrée ou non du conjoint de l'apporteur dans la société. S'ils ne souhaitent pas l'associer, les associés doivent obtenir la renonciation du conjoint, à la qualité d'associé, lors de l'apport. A défaut, il sera fortement suggéré de soumettre à agrément le conjoint qui ferait usage a postériori de cette faculté.

5 Car en pratique, cette entrée tardive et brutale du conjoint de l'associé aura le plus souvent pour but non pas de participer à la vie de la société mais plutôt de faire pression sur le conjoint associé dans le cadre d'une séparation. L'époux associé peut ainsi peut ainsi perdre la majorité des droits de vote si son conjoint s'invite dans la société et qu'aucune clause d'agrément n'est prévue. QUEL EST LE REGIME FISCAL DE LA SOCIETE CIVILE? Lorsqu'elles ne sont pas assujetties à l'impôt sur les sociétés à raison de leur objet ou sur option, les sociétés civiles sont soumises au régime fiscal des sociétés de personnes. 1) La SCI soumise au régime des sociétés de personnes. Au cours de la phase de financement La SCI sera soumise au régime des sociétés de personnes conformément au Code général des impôts, chaque associé personne physique sera imposable à titre personnel dans la catégorie des revenus fonciers, pour la part de résultat correspondant à ses droits dans la société, c'est ce qu'on appelle une société transparente. Ce régime d'imposition présente les caractéristiques suivantes : - détermination du bénéfice foncier à partir des loyers encaissés et des charges payées sur l'année considérée. - non déductibilité des travaux de construction, reconstruction ou agrandissement. - imputation des déficits sur le revenu global à hauteur de euros par an, hors déficits générés par les intérêts d'emprunt, et pour le solde sur les revenus fonciers des 10 années suivantes. En cas de cession de l'immeuble Dans la mesure où la société civile reste assujettie au régime fiscal des sociétés de personnes, la plus-value dégagée lors de la revente de l'immeuble dépendra du régime des plus-values immobilières des personnes physiques. La plus-value est déterminée par différence entre le prix de cession de l'immeuble, diminué des frais afférents, et son prix d'acquisition, majoré des frais d'acquisition. Dans l'hypothèse d'une cession des parts de la SCI, la même fiscalité est applicable sur le prix de cession desdites parts par rapport à leur prix d'acquisition. Le délai de détention retenu est celui des parts. 2) La société civile soumise à l'impôt sur les sociétés. Le Code général des impôts autorise les sociétés de personnes, qui n'entrent pas en principe dans le champ d'application de l'impôt sur les sociétés, à opter expressément pour leur assujettissement audit impôt.

6 L'option permet aux associés des sociétés de personnes de n'avoir à acquitter l'impôt sur le revenu sur les bénéfices sociaux éventuellement mis en réserve qu'au moment de la distribution de ces réserves. Au cours de la phase de financement Les sociétés de personnes ayant exercé l'option pour l'is ont à supporter les mêmes charges fiscales que les sociétés de capitaux. Les associés supportent l'impôt sur le revenu, au titre des revenus de capitaux mobiliers et la mise à disposition des résultats de la SCI passera donc par une distribution de dividendes donnant lieu à une imposition au titre de l'impôt sur le revenu et rendant exigible les prélèvements sociaux. La déduction de la dotation aux amortissements des constructions et un moindre taux d'imposition permettront de réaliser une économie d'impôt substantielle, notamment sur la durée d'amortissement des constructions, ce qui est particulièrement appréciable lorsque, pendant la phase de financement, les loyers servent à rembourser les échéances de l'emprunt. Lors de la cession de l'immeuble ou des parts sociales Le régime de l'is s'avère pénalisant en cas de cession ultérieure de l'immeuble ou des parts. En cas de cession d'éléments de l'actif immobilisé, les plus-values, relavant dans leur intégralité du régime du court terme, sont soumises à l'impôt sur les sociétés suivant le régime de droit commun (33, 1/3). Ce régime d'imposition des plus-values professionnelles, qui prévoit notamment que le montant de la plus-value est déterminé par différence entre le prix de cession des éléments d'actifs cédés et leur valeur nette comptable à la date de cession (valeur bruteamortissements pratiqués dans le cas des constructions) est donc beaucoup moins favorable, par rapport au régime d'imposition des plus-values immobilières, qui prévoit un abattement pour durée de détention. Par ailleurs, le prix net d'is de la cession ne pourrait être appréhendé par les associés que par une distribution de dividendes, d'où une double imposition. En cas de cession de parts, l'option pour l'is, qui est de nature irrévocable, est susceptible de décourager les acquéreurs potentiels particuliers en cas de revente ultérieure des parts sociales. COMMENT GERER UNE SCI? Etienne NALLET, notaire Rapport entre associés, rédaction statut, fonctionnement récurent, pouvoir, coût, suivi comptabilité, co-gérance Ainsi que cela a été dit par Maître MOREAU et ainsi que cela sera étudié par Maître GLAIZE, le recours à une SCI présente des intérêts pour la détention du patrimoine professionnel et pour la détention du patrimoine civil.

7 En ce qui concerne le patrimoine professionnel la SCI permet de séparer l actif immobilier de l exploitation professionnelle permettant ainsi une plus grande liberté de gestion et une protection du patrimoine. En ce qui concerne le patrimoine privé l intérêt réside dans l organisation du patrimoine et sa transmission. Dans l approche que je vais faire de la SCI je vais aborder deux points le premier aura trait à l intérêt de la SCI comme outil de gestion et le second qui sera plus rapide aura trait aux modalités matérielles de gestion d une SCI. LA SCI COMME OUTIL DE GESTION DU PATRIMOINE L idée du recours à une SCI germe généralement lorsque se profile un projet d acquisition à plusieurs. Il s agit en conséquence d une acquisition projetée entre deux époux, entre deux concubins, entre des parents et leurs enfants, ou bien entre des associés au sein d une société d exploitation. Nous laisserons volontairement de côté l hypothèse de l acquisition entre deux époux puisque dans cette hypothèse la question de la gestion du bien acquis sera réglée par le régime matrimonial des époux et les règles s y rattachant. Dans tous les autres cas (acquisition par des concubins, des parents et des enfants, des associés) et à défaut pour les acquéreurs d avoir anticipé la question de la détention du bien, le bien sera détenu en indivision puisqu il y aura plusieurs propriétaires ayant des droits de même nature sur un même bien. Dans cette hypothèse de détention d un bien en indivision les règles qui trouvent à s appliquer sont les règles édictées par les articles 815 et suivants du Code civil, et sans qu il soit utile de toutes les étudier, on peut se contenter de rappeler que ces dernières sont extrêmement restrictives. A titre d exemple la décision de vente d un bien détenu en indivision ne pourra être prise que de manière unanime entre les indivisaires, les décisions relatives à l administration du bien devront-elles être prises à la majorité des 2/3 des droits indivis. Enfin il faut aussi rappeler que le régime de l indivision est prévu par le Code civil comme devant être un mode de détention temporaire et qu en conséquence l article 815 du Code civil prévoit la possibilité pour chaque indivisaire de sortir de l indivision en provoquant le partage de l indivision. Ces deux écueils, rigidité des règles décisionnaires et caractère temporaire, font que la détention en indivision peut être considérée comme un mode détention à proscrire. Pour être parfaitement complet il convient d évoquer la possibilité prévue par le Code civil de rédiger une convention d indivision aux termes de laquelle les indivisaires peuvent nommer un gérant, mais même cette solution est peu satisfaisante puisque cette convention ne pourra pas excéder 5 ans et que les pouvoirs qui pourront être confiés au gérant sont limités. Une autre possibilité de détention à plusieurs d un même bien immobilier peut se présenter en cas de démembrement. On est plus alors dans l hypothèse de plusieurs propriétaires

8 ayant un droit de même nature, mais dans l hypothèse où le droit de propriété est démembré entre un usufruitier et un nu-propriétaire. Une telle hypothèse peut notamment se présenter en cas de décès d un propriétaire d un bien immobilier puisque dans cette hypothèse le bien peut revenir en nue-propriété à certains héritiers et en usufruit à d autres, ou bien également dans l hypothèse d une donation lorsque le donateur se réserve l usufruit du bien donné. De nouveau dans l hypothèse d un démembrement les pouvoirs de l usufruitier et du nupropriétaire sont strictement déterminés par le Code civil. Ainsi la vente du bien démembré ne pourra avoir lieu que d un commun accord, ce qui est parfaitement logique puisque chacun vendra le droit qu il a sur le bien immobilier. Dans le cadre de la mise en location du bien par ailleurs le Code civil dispose que l usufruitier ne peut consentir des baux ayant une durée supérieure à 9 ans. Enfin le Code civil dispose que l usufruitier aura seul droit au fruit produit par le bien immobilier (et c est la nature même de son droit) et qu en cas de vente du bien immobilier le prix de vente sera réparti entre l usufruitier et le nu-propriétaire. Donc de nouveau dans le cadre du démembrement il n existe aucune liberté pour les parties puisque l ensemble des règles régissant ce statut sont déterminés par le Code civil. Une fois que cela a été dit, l intérêt du recours à une SCI semble évident puisque la SCI relève de la convention et que les associés ont alors globalement tous les pouvoirs pour organiser comme bon leur semble les modalités de gestion du bien immobilier. En effet la SCI est une société, or la société est définie par le Code civil comme un contrat, et la forme écrite de ce contrat ce sont les statuts de la société. Autrement dit, par la rédaction des statuts les associés peuvent conventionnellement décider des règles de gestion qui trouveront à s appliquer au bien immobilier qui sera acquis par la société. Schématiquement cette liberté donnée aux associés se traduira par différents aspects : - Les pouvoirs donnés au gérant ; - Les pouvoirs donnés à l assemblée générale des associés ; - Le caractère ouvert ou fermé de la société ; - La question de la répartition des bénéfices. LES POUVOIRS DONNES AU GERANT L article 1846 du Code civil dispose «la société est gérée par une ou plusieurs personnes, associées ou non, nommées soit par les statuts, soit par un acte distinct, soit par une décision des associés.» L article 1849 du même Code dispose lui que «le gérant engage la société par les actes entrant dans l objet social» Mais ces pouvoirs sont ceux prévus en l absence de dispositions statutaires puisque les associés peuvent effectivement décidés d apporter des limites aux pouvoirs du gérant, ce qui est fait dans l immense majorité des cas.

9 Mais cela permet bien de souligner l intérêt de la SCI dans la liberté qu elle offre aux associés, puisque loin de la rigueur de l indivision, les associés peuvent faire en sorte par exemple que le gérant puisse vendre seul les biens appartenant à la SCI. Sans en aller jusque-là le recours à la SCI permettra en tout état de cause au gérant de faire seuls les actes d administration (acte d exploitation ou de gestion courante du patrimoine) là ou dans le régime de l indivision ces actes nécessitent la majorité des deux tiers des droits indivis. Exemples d acte d administration : conclusion d'un bail d'habitation, encaissement des loyers, ouverture d'un compte de dépôt Au-delà de l aménagement des pouvoirs du gérant, les notaires ont l habitude d aménager les statuts et les clauses de désignation des gérants soit par la nomination de co-gérants, soit par la distinction des pouvoirs accordés aux gérants statutaires et aux gérants qui seront nommés par la suite. INTERET DE LA CO-GERANCE L intérêt de la co-gérance est principalement de pouvoir donner des pouvoirs importants aux gérants de manière individuelle, chacun pouvant agir seul conformément aux pouvoirs conférés par les statuts, tout en prévoyant que pour certaines décisions particulièrement importantes l accord de tous les co-gérants sera nécessaire. Cela permet donc d introduire si on le souhaite un premier degré de contrôle des décisions prises par le gérant. Un deuxième degré de contrôle, nous le verrons par la suite étant constitué par les pouvoirs donnés à l assemblée générale des associés. - Intérêt de la gérance statutaire : le gérant statutaire est le gérant désigné dans les statuts c est-à-dire lors de la création de la société. Il est loisible pour les associés de conférer au gérant statutaire les pouvoirs les plus étendus et sans aucune limitation. A l inverse, il sera prévu des limites statutaires pour les gérants qui seront désignés en assemblée générale, à la suite de la démission du gérant statutaire. Une telle technique permet par exemple dans le cadre d une opération familiale permet aux parents d être désignés gérants statutaires et donc d avoir des pouvoirs très importants, tout en prévoyant que le jour où un des enfants deviendra gérant alors ses pouvoirs seront plus limités. LES POUVOIRS DONNES A L ASSEMBLEE GENERALE DES ASSOCIES On est là au cœur de la question de l intérêt de la SCI dans le cadre de la gestion d un bien immobilier. On l a dit à défaut de société, un bien acquis par différents acquéreurs sera indivis et la règle de gestion sera en conséquence l unanimité. Dans le cadre d une SCI les modalités de prise des décisions relatives au bien immobilier appartenant à la SCI seront fixées par les associés eux-mêmes dans le cadre des statuts. En effet, sauf les pouvoirs accordés au gérant, la SCI se prononce par le biais de l assemblée générale des associés et des décisions qui y seront prises. Or les associés ont toute latitude pour déterminer quelles sont les décisions qui relèveront de l assemblée générale ordinaire

10 (assemblée qui statut une fois par an sur l arrêté des compte de la société et sur les décisions courantes) et quelles sont les décisions qui relèveront de l assemblée générale extraordinaire (compétent pour les décisions plus importantes). Et surtout les associés auront tout pouvoir pour déterminer quelles seront les majorités requises pour l adoption des décisions à prendre en assemblée générale ordinaire ou extraordinaire. Pour bien mesurer la liberté offerte par la SCI il convient de noter que les statuts devront déterminer si la majorité doit être appréciée par tête ou par nombre de parts, et en tenant compte de tous les associés ou des seuls associés présents. Dans l hypothèse d un démembrement des parts sociales, les statuts permettront également de déterminer qui a le droit de vote entre l usufruitier et le nu-propriétaire et donc qui a le pouvoir décisionnaire dans le cadre de la société. Assez souvent ces pouvoirs sont répartis en fonction de l objet de la résolution qui sera soumise au vote et par exemple on indique que les décisions relatives à la répartition des bénéfices le droit de vote appartiendra à l usufruitier, ce qui semble assez logique puisque c est généralement lui qui aura vocation à recevoir les bénéfices. Autrement par le recours à la SCI on passe de la tyrannie, puisqu un seul peut opposer son refus à tous, à la démocratie ou les décisions sont prises à la majorité et aux conditions arrêtées par les associés. LE CARACTERE OUVERT OU FERME DE LA SOCIETE Dans le cadre d une indivision les indivisaires ne contrôlent que partiellement le devenir puisqu outre la difficulté relative aux prises de décision en indivision, une difficulté va également se poser sur l identité des indivisaires eux-mêmes. En effet la loi prévoit un droit de préemption au bénéfice des indivisaires en cas de cession à titre onéreux, ce qui veut dire qu un indivisaire qui souhaite vendre ses droits indivis à l obligation de notifier les conditions de la vente aux autres indivisaires afin qu ils puissent les lui racheter par préférence, mais cela n autorise pas les indivisaires à proposer un autre acquéreur. Par ailleurs ce droit n existe pas en cas de décès d un indivisaire, hypothèse dans laquelle les héritiers de l indivisaire reçoivent les droits indivis et deviennent en conséquence automatiquement membre de l indivision. Dans le cadre d une SCI les associés ont la possibilité lors de la rédaction des statuts d indiquer quelles seront les formalités à respecter pour que les parts de la société soient vendues ou données. Cette possibilité se traduit par la mise en place d une clause d agrément par laquelle les associés se réservent d agréer, c est-à-dire d autoriser, le nouvel associé qui serait présenté par l associé en place qui souhaiterait céder ses parts ou bien les donner. En cas de refus d agrément les associés doivent racheter les parts ou faire racheter ces parts par un tiers ou par la société elle-même. On peut donc dans le cadre d une SCI déterminer dès l origine qui seront les associés à l avenir et donc indirectement les «propriétaires du bien immobilier» à la différence de l indivision.

11 LA QUESTION DE LA REPARTITION DES BENEFICES Dans l hypothèse de la détention en indivision d un bien immobilier qui génère des revenus la répartition de ces revenus entre les indivisaires sera très simple puisque chacun recevra une quote-part de revenu correspondant à ses droits indivis. La solution n est pas très différente dans une SCI ou la logique est que chaque associé à des droits dans le bénéfice de la société équivalent à sa participation dans le capital de la société. L intérêt de la SCI est toutefois plus avéré sur cette question dans l hypothèse d un démembrement MODALITES MATERIELLES DE GESTION D UNE SCI La SCI présente un certain nombre d intérêt quant à la gestion d un bien immobilier. Il ne faut pas oublier que la SCI doit elle-même être gérée. En effet il s agit d une personne morale, juridiquement indépendante des personnes physiques qui la composent, et elle est donc tenue à des obligations qui lui sont propres. La première de cette obligation a trait à la tenue d une comptabilité. Il ne s agit pas d une obligation juridique puisque ces sociétés relèvent du régime fiscal des sociétés de personnes. Toutefois il est strictement nécessaire qu une telle comptabilité soit tenue d une part au titre des obligations fiscales qui sont imposées à la société (nous y reviendrons ensuite), mais également parce que le Code civil impose au gérant de rendre compte de sa gestion aux associés de la société au moins une fois par an, et que la meilleurs manière de le faire et de tenir une comptabilité. En fonction de la complexité des opérations effectuées par la SCI il pourra être utile voire strictement nécessaire d avoir recours au service d un expert-comptable qui pourra tenir cette comptabilité et également procéder à la rédaction des procès-verbaux des assemblées générales qui permettront de valider ces éléments comptables. La tenue d assemblée générale annuelle constitue une autre règle de gestion de la SCI. Il est en effet primordial que tous les ans les associés soient convoqués à une assemblée générale qui permettra de nouveau gérant de rendre compte de sa gestion et qui permettra aux associés de statuer sur les comptes annuels. Outre le fait qu une telle assemblée générale soit nécessaire à la bonne circulation de l information, la tenue régulière de ces assemblées générales, ainsi que la tenue d une comptabilité, permettront le cas échéant de démontrer à l administration fiscale le caractère réel de la société en démontrant son activité et le compte rendu qui en fait annuellement. A défaut l administration fiscale pourrait être tentée de mettre en avant le caractère fictif de la personne morale.

12 COMMENT TRANSMETTRE UNE SCI? Olivier GLAIZE, notaire M et Mme BOURGOGNE ont 3 enfants mineurs. Ils sont âgés de 55 ans et mariés sous le régime de la communauté réduite aux acquêts. Actif à ce jour : - Une maison d habitation à Seyssins : Un portefeuille titres : Divers livrets : Passif : - capital restant dû sur le prêt de la maison : Projet d acquérir deux appartements : - 1 T2 à GRENOBLE de T3 à Crolles de Par recours à deux emprunts d un total de M et Mme BOURGOGNE envisagent une transmission vers 65 ans Doivent-ils acquérir ces appartements personnellement ou par l intermédiaire d une société civile? Comparons l impact du choix du mode d acquisition sur : - les donations futures aux enfants, - les ventes futures des biens et les pouvoirs que les parents peuvent conserver après ces donations. ACQUISITION PAR LES PARENTS PERSONNELLEMENT Les biens deviennent immédiatement communs Dans 10 ans lors de la donation : Les biens ne seront pas partageables : 2 biens pour 3 Les parents conserveront l usufruit et donneront la nue-propriété des 2 biens en indivision entre les 3 enfants : Enfants = en indivision sur la nue-propriété. Conserver l usufruit = je peux louer et je peux habiter mais je ne peux pas vendre, Fiscalement je donne sur la valeur des immeubles et je ne peux pas déduire le passif. Dans 20 ans usufruitier et nus propriétaires décident de vendre : - Il faut l unanimité - Il y aura répartition du prix de vente entre usufruitiers et nus propriétaires ou décision de remployer ensemble le prix de vente par subrogation. Dans le cas d un partage du prix, la valeur de l usufruit dépend de l âge de l usufruitier : plus il est âgé, moins sa part dans le prix est importante. CHOIX DE L ACQUISITION EN SOCIETE CIVILE La société civile achète les biens et emprunte. Dans 10 ans les parents donnent :

13 - L usufruit des parts sociales - Ils partagent équitablement 1/3 des parts pour chaque enfant par une donationpartage Les statuts régissent les rapports entre usufruitiers et nus propriétaires : objet social, démembrement de propriété, gérance. Par les statuts, les parents vont pouvoir aménager le pouvoir et le conserver. «La société a pour objet : -L acquisition sous toutes ses formes de biens et droits immobiliers. -La propriété, l administration et l exploitation par bail, location ou autrement de ses biens et droits immobiliers, -La gestion d un portefeuille de valeurs mobilières, notamment par arbitrage. -L acquisition, la propriété, la vente, pour son compte, de tous instruments financiers tels que notamment, titres, valeurs mobilières, droits sociaux de toute nature (à l exclusion de ceux entrainant pour leur titulaire la qualité de commerçant). -De manière exceptionnelle, la vente de tout ou partie de l actif social, à condition de respecter le caractère civil de la société et à condition de remployer le prix dans une acquisition mobilière ou immobilière si cette cession concerne la totalité des biens de la société. -Et, généralement toutes opérations quelconques, se rattachant directement ou indirectement à cet objet pourvu que celle-ci n ait pas pour effet d altérer son caractère civil». DEMEMBREMENT DES PARTS SOCIALES L usufruitier, sous réserve du droit de participation à l assemblée du nu-propriétaire exerce seul le droit de vote attaché aux titres dont la propriété est démembrée, à l exception des décisions concernant les modifications statutaires (autres que celles touchant aux droits d'usufruit grevant des parts sociales, la fusion, la dissolution, la liquidation de la société, la remise d'un immeuble constituant un actif social à la disposition gratuite d'un associé ou le retrait de la disposition gratuite d'un immeuble constituant un actif social existante au profit d'un associé) qui sont du ressort du nu-propriétaire. Le nu-propriétaire doit être régulièrement convoqué aux assemblées générales dans lesquelles l usufruitier exerce seul le droit de vote. En sa qualité d associé, le nu-propriétaire bénéficie du droit à l information et à la communication des documents sociaux. Il émet un avis consultatif sur les résolutions soumises au vote de l usufruitier et peut obtenir la consignation de ses observations, dans le procès-verbal de la délibération de l assemblée ; la même faculté lui est offerte en cas de consultation écrite Dans 20 ans, usufruitier et nus propriétaires décident de vendre : - l usufruitier a seul pouvoir de vendre (cf clause statutaire) - l usufruitier est également le gérant de la société, - il doit remployer le prix conformément à l objet social,

14 - s il décide de distribuer le prix : il faut prévoir dans les statuts une obligation de convention de quasi-usufruit. COMPARAISON FISCALE - DONATION POUR UN ENFANT ET PAR PARENT Personnes physiques Immeubles : Part du Père : Part de l enfant : Usufruit Père : NP donnée : Abattement : Reste disponible SCI Immeubles : Passif : Valeur Parts : Parts du Père : Part de l enfant : Usufruit Père : NP donnée : Abattement : Reste disponible *Economie réalisée sur les abattements : ( ) par enfant et par parent soit au total *Cette économie permet de transmettre plus aux enfants : Si à 65 ans, les parents décident de transmettre la nue-propriété de leur résidence principale, (maison de Seyssins qui vaut aujourd hui ) Fiscalement l usufruit à 65 ans équivaut à 40% de la pleine propriété et la nue-propriété 60% Les parents vont donc donner chacun ( /2) X 60% = Chacun des enfants reçoit donc /3 = Avec la SCI : pas d impôt, car on peut encore donner (solde sur abattement disponible) - Sans la SCI : impôt à payer : car l abattement disponible n est que de CONSEILS IMPORTANTS - Tenir une comptabilité avec un expert-comptable, - Bien affecter les bénéfices, soit mise en réserve, report à nouveau ou distribution - Privilégier les mises en réserve plutôt que des comptes courants d associés. - Privilégier les mises en réserve plutôt qu une distribution laissée sur les comptes courants d associés dans le cas où les associés n ont pas besoin des bénéfices. - Stipuler dans les statuts que les réserves appartiennent au nu-propriétaire et que les bénéfices distribués appartiennent à l usufruitier. - En cas de distribution du bénéfice distribué : viser que le bénéfice ordinaire va à l usufruitier ainsi que le bénéfice extraordinaire, mais que pour ce dernier l usufruitier aura une dette de restitution envers le nu-propriétaire (quasi-usufruit).

Les modalités de la vente. La société civile immobilière SCI. www.notaires.paris-idf.fr

Les modalités de la vente. La société civile immobilière SCI. www.notaires.paris-idf.fr IMMOBILIER Les modalités de la vente La société civile immobilière SCI www.notaires.paris-idf.fr Les modalités de la vente La société civile immobilière SCI Une Société Civile Immobilière (SCI) est une

Plus en détail

Investissement immobilier

Investissement immobilier Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC* *Association déclarée loi du 1 er juillet 1901 (et textes subséquents) Membre du Financial Planning Standards Board (FPSB) EXAMEN

Plus en détail

LA SOCIETE CIVILE IMMOBILIERE FICHE TECHNIQUE

LA SOCIETE CIVILE IMMOBILIERE FICHE TECHNIQUE LA SOCIETE CIVILE IMMOBILIERE FICHE TECHNIQUE Introduction : REGIME GENERAL DES SOCIETES CIVILES 1. Constitution 2. Fonctionnement 3. Statut juridique des associés LA SOCIETE CIVILE IMMOBILIERE I. Pourquoi

Plus en détail

SAVOIR TIRER PARTI DES OPPORTUNITES FISCALES DE LA SOCIETE CIVILE A L'IR

SAVOIR TIRER PARTI DES OPPORTUNITES FISCALES DE LA SOCIETE CIVILE A L'IR SAVOIR TIRER PARTI DES OPPORTUNITES FISCALES DE LA SOCIETE CIVILE A L'IR Outil d'optimisation fiscale très performant par rapport à la détention directe d'un patrimoine, la société civile permet de choisir

Plus en détail

Les sociétés agricoles

Les sociétés agricoles Les sociétés agricoles L exercice d une activité agricole peut se faire soit dans le cadre d une entreprise individuelle soit dans le cadre d une société. Dans cette dernière situation, la loi prévoit

Plus en détail

LOI RELATIVE A L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE (EIRL)

LOI RELATIVE A L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE (EIRL) LOI RELATIVE A L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE (EIRL) - Loi n 2010-658 du 15 juin 2010 - - Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 - - Arrêté du 29 décembre 2010 - Vendredi 11 Mars 2011

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS Les présentes mises à jour concernent le quatrième tirage 2000. PACS ( Pacte civil de solidarité ) - Page 6 Le régime applicable entre

Plus en détail

Les stratégies de démembrement restent-elles pertinentes? Les clés d optimisation

Les stratégies de démembrement restent-elles pertinentes? Les clés d optimisation Les stratégies de démembrement restent-elles pertinentes? Les clés d optimisation Animé par : Benoît Baron, Rédacteur en chef - L AGEFI ACTIFS Intervenants : Grégoire SALIGNON Directeur de l ingénierie

Plus en détail

Thèmes de Formation. Les fondamentaux techniques et commerciaux. Technique et commercial : les indissociables

Thèmes de Formation. Les fondamentaux techniques et commerciaux. Technique et commercial : les indissociables Thèmes de Formation Thématiques de formation délivrées par Michel Brillat, Directeur de la Formation et de l Ingénierie Patrimoniale, CGP Entrepreneurs Pour ce faire, le minimum «syndical» à savoir PEL,

Plus en détail

LE CHOIX DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE COMME STRUCTURE JURIDIQUE

LE CHOIX DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE COMME STRUCTURE JURIDIQUE 1 LE CHOIX DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE COMME STRUCTURE JURIDIQUE 1. Pourquoi choisir l entreprise individuelle La création d une entreprise individuelle est simple : pas de capital social, pas de statuts,

Plus en détail

2. Pourquoi choisir l EURL?

2. Pourquoi choisir l EURL? Le capital peut être variable. Un commissaire aux comptes n est pas obligatoire dans les petites EURL. L EURL est soumise à l impôt sur le revenu avec la possibilité d opter pour l impôt sur les sociétés.

Plus en détail

OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER

OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable DESS en Banques et Finances Commissaire aux Comptes et Professeur de droit fiscal OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER www.editions-organisation.com/livres/denos

Plus en détail

«Succession, comment ça marche?»

«Succession, comment ça marche?» «Succession, comment ça marche?» JARVILLE Jeudi 19 mars 2015 Serge CONSTANT Notaire à NANCY Président de la Chambre des Notaires PLAN I. Comment est composée la succession? Cela dépend de la situation

Plus en détail

http://www.apce.com/pid1627/comparaison-rapide.html?espace=1

http://www.apce.com/pid1627/comparaison-rapide.html?espace=1 Page 1 of 9 Comparaison rapide EIRL : entrepreneur individuel à responsabilité limitée : entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée ( unipersonnelle) : société à responsabilité limitée SA : société

Plus en détail

26 Contrat d assurance-vie

26 Contrat d assurance-vie 42 26 Contrat d assurance-vie est un contrat par lequel un assureur s engage à verser un capital en cas de vie ou de décès de l assuré, au profit du souscripteur ou d un tiers, moyennant une prime. Placement

Plus en détail

La société civile de droit commun et la planification successorale

La société civile de droit commun et la planification successorale La société civile de droit commun et la planification successorale PRIVATE BANKING WWW.INGPRIVATEBANKING.BE La société civile de droit commun et la planification successorale La société civile de droit

Plus en détail

Séance du 29 janvier 2015 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 01/2015).

Séance du 29 janvier 2015 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 01/2015). DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES SERVICE JURIDIQUE DE LA FISCALITE Sous-direction du contentieux des impôts des professionnels Bureau JF 2 B 86, allée de Bercy - Teledoc 944 75572 PARIS cedex

Plus en détail

FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE

FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE Les règles de gestion posées par la loi du 10 juillet 1965 fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis sont à compléter

Plus en détail

15 La donation-partage transgénérationnelle

15 La donation-partage transgénérationnelle LES LIBÉRALITÉS-PARTAGES 15 La donation-partage transgénérationnelle Pourquoi choisir une donationpartage transgénérationnelle? Avantages au point de vue juridique... 691 Avantages au point de vue fiscal...

Plus en détail

STATUTS D'UNE SOCIETE A RESPONSABILITE LIMITEE UNIPERSONNELLE (SARL UNIPERSONNELLE)

STATUTS D'UNE SOCIETE A RESPONSABILITE LIMITEE UNIPERSONNELLE (SARL UNIPERSONNELLE) Ce document est un simple modèle Des commentaires sont apportés sur certains points (entre parenthèse ou en pied de page). Ils n ont bien sûr pas à figurer sur le texte définitif. En outre, dans certains

Plus en détail

LA DONATION ENTRE VIFS

LA DONATION ENTRE VIFS Avec la collaboration des Instituts du C.S.N LA DONATION ENTRE VIFS La donation entre vifs est l acte par lequel le donateur se dépouille actuellement et irrévocablement d un bien ou d un droit au profit

Plus en détail

La Société civile immobilière. Pièges et opportunités

La Société civile immobilière. Pièges et opportunités La Société civile immobilière Pièges et opportunités Plan de l intervention La SCI : un outil de gestion patrimoniale Rappel des principes Fiscalité de l acquisition Gestion fiscale des revenus Plus-values

Plus en détail

Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire

Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire Dispositifs d exonération Plus-values professionnelles (BIC-BNC) Abattement

Plus en détail

Documents CARDIF - Rueil le 12/03/01 MODELES D'ACTES SOUSCRIPTIONS ET CLAUSES BENEFICIAIRES DEMEMBREES

Documents CARDIF - Rueil le 12/03/01 MODELES D'ACTES SOUSCRIPTIONS ET CLAUSES BENEFICIAIRES DEMEMBREES Documents CARDIF - Rueil le 12/03/01 MODELES D'ACTES SOUSCRIPTIONS ET CLAUSES BENEFICIAIRES DEMEMBREES 2 2 RECOMMANDATIONS - Aucune modification dans le contenu des actes ne doit être effectuée sans informer

Plus en détail

Personnes et familles. transmettre. la donation. www.notaires.paris-idf.fr

Personnes et familles. transmettre. la donation. www.notaires.paris-idf.fr Personnes et familles transmettre www.notaires.paris-idf.fr Transmettre «Donner c est donner». La donation est un acte important car le donateur transmet immédiatement et définitivement la propriété des

Plus en détail

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux Personnes et familles Vie familiale / vie à deux les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux www.notaires.paris-idf.fr Vie familiale, vie à deux LES CONTRATS DE MARIAGE ET LES RÉGIMES MATRIMONIAUX

Plus en détail

Jusqu au 1 er janvier 2007, le Pacte civil de solidarité (PACS) est demeuré soumis aux inconvénients de la

Jusqu au 1 er janvier 2007, le Pacte civil de solidarité (PACS) est demeuré soumis aux inconvénients de la Promotion Réal du MASTER II DE DROIT NOTARIAL sous la direction de Philippe Delmas Saint-Hilaire Professeur à l Université Montesquieu Bordeaux IV Bordeaux, décembre 2011 LE STATUT DES BIENS DANS LES COUPLES

Plus en détail

Donations, successions. Droits de mutation à titre gratuit

Donations, successions. Droits de mutation à titre gratuit Donations, successions Droits de mutation à titre gratuit Août 2012 Henry Royal 1 Tél : 01 47 68 96 92 contact@royalformation.com www.royalformation.com Territorialité I. - Exonérations des droits de mutation

Plus en détail

LES CLAUSES PARTICULIERES DE DONATION

LES CLAUSES PARTICULIERES DE DONATION MAJ 23/04/12 Avec la collaboration du Cridon Nord-Est LES CLAUSES PARTICULIERES DE DONATION Une donation peut imposer au donataire une ou plusieurs obligations (charge), ou prévoir une résolution de l

Plus en détail

SOMMAIRE. Introduction : le contexte. Le système de retraite. Les produits financiers. La gestion du patrimoine. SAS, SCI les nouveautés fiscales

SOMMAIRE. Introduction : le contexte. Le système de retraite. Les produits financiers. La gestion du patrimoine. SAS, SCI les nouveautés fiscales Mot d accueil SOMMAIRE Introduction : le contexte Le système de retraite Les produits financiers La gestion du patrimoine SAS, SCI les nouveautés fiscales Questions Réponses LA RETRAITE EN 2011 : QUELQUES

Plus en détail

BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE SCPI SCELLIER BBC FRUCTIRESIDENCE BBC. BANQUE & ASSURANCE www.banquepopulaire.fr

BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE SCPI SCELLIER BBC FRUCTIRESIDENCE BBC. BANQUE & ASSURANCE www.banquepopulaire.fr BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE SCPI SCELLIER BBC FRUCTIRESIDENCE BBC BANQUE & ASSURANCE www.banquepopulaire.fr Avertissement - Facteurs de risques Lorsque vous investissez dans une SCPI de type «Scellier

Plus en détail

La clause bénéficiaire démembrée

La clause bénéficiaire démembrée La clause bénéficiaire démembrée 1 Sommaire Chapitre 1 : Le démembrement du droit de propriété : Généralités Chapitre 2 : Le principe du démembrement de la clause bénéficiaire d un contrat d assurance-vie

Plus en détail

S I M O N, D A C O S T A & C A T R O U

S I M O N, D A C O S T A & C A T R O U S I M O N, D A C O S T A & C A T R O U N O T A I R E S OUVERTURE DE SUCCESSION LISTE DES PIECES A FOURNIR AU NOTAIRE Concernant le défunt : - Deux extraits de son acte de décès, - Livret de famille et

Plus en détail

LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE

LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE Jean-Marc AVELINE LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE Groupe Eyrolles, 2006 ISBN : 2-7081-3467-1 Chapitre 1 LES RELATIONS BANCAIRES : COMPTES, COFFRE, EMPRUNTS Le compte courant Les comptes courants

Plus en détail

Programme ESSEC Gestion de patrimoine

Programme ESSEC Gestion de patrimoine Programme ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «L investissement immobilier» Fiscalité de l immobilier François Longin 1 www.longin.fr Fiscalité de l immobilier Plusieurs niveaux de fiscalité (investissement

Plus en détail

Quel statut juridique, social et fiscal, choisir lorsque l on crée son entreprise?

Quel statut juridique, social et fiscal, choisir lorsque l on crée son entreprise? Quel statut juridique, social et fiscal, choisir lorsque l on crée son entreprise? Matinale Entrepreneuriale - Mardi 23 septembre 2014 Jean-Pierre Franiatte jpf@cabinetfraniatte.com 03 87 62 85 25 CABINET

Plus en détail

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC I DETERMINATION DE LA RESIDENCE Au plan fiscal, les conséquences résultant pour un résident et ressortissant français de son installation au Maroc dépendent

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Septembre 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Petits-enfants venant à une succession par suite de la renonciation de leur auteur, enfant unique : impossibilité d appliquer l abattement

Plus en détail

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011)

REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE (communication du 18/07/2011) En l absence d un accord sur le projet de réforme du patrimoine, le Gouvernement a convoqué une commission mixte paritaire afin d établir

Plus en détail

OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER

OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable DESS en Banques et Finances Commissaire aux Comptes et Professeur de droit fiscal OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER www.editions-organisation.com/livres/denos

Plus en détail

Donation de droits démembrés

Donation de droits démembrés Ed. Francis Lefebvre DEMEMBREMENT DE PROPRIETE SECTION 2 Donation de droits démembrés Les démembrements de propriété entre usufruitier et nu-propriétaire sont le plus souvent subis. Le décès d un conjoint

Plus en détail

LA LOCATION MEUBLEE. Les loyers issus des locations en meublé à usage d'habitation sont généralement exonérés de TVA.

LA LOCATION MEUBLEE. Les loyers issus des locations en meublé à usage d'habitation sont généralement exonérés de TVA. LA LOCATION MEUBLEE La location meublée d'appartements est une activité commerciale, qui relève au titre de l'impôt sur le revenu de la catégorie des BIC (bénéfices industriels et commerciaux) et non de

Plus en détail

TRANSMISSION D ENTREPRISE FAMILIALE : VAINCRE LES OBSTACLES!

TRANSMISSION D ENTREPRISE FAMILIALE : VAINCRE LES OBSTACLES! TRANSMISSION D ENTREPRISE FAMILIALE : VAINCRE LES OBSTACLES! 1 Caroline EMERIQUE GAUCHER, Etude 1768, Paris Chargée d enseignement à Paris Dauphine Hubert FABRE, Notaire SCP Rozès Fabre, Paris Chargé d

Plus en détail

Quel statut choisir entre l entreprise individuelle ou la SARL?

Quel statut choisir entre l entreprise individuelle ou la SARL? 1 Quel statut choisir entre l entreprise individuelle ou la SARL? Quand vous achetez un fonds de commerce de restaurant, choisir la structure juridique de l entreprise qui l exploitera fait partie des

Plus en détail

Programme de la certification «Conseil en Investissement Immobilier Certifié CGPC»

Programme de la certification «Conseil en Investissement Immobilier Certifié CGPC» Programme de la certification «Conseil en Investissement Immobilier Certifié CGPC» Le programme de cette épreuve est un sous-ensemble de l examen de certification CGPC/CFP. 1 / 6 BLOC 1 A-ENVIRONNEMENT

Plus en détail

DÉMEMBREMENT DE PROPRIÉTÉ

DÉMEMBREMENT DE PROPRIÉTÉ DÉMEMBREMENT DE PROPRIÉTÉ Aspects juridiques et fiscaux - 1-5 juillet 2013 ASPECTS JURIDIQUES - 2 - Aspects juridiques : les principes La propriété est l addition de deux droits o o Le droit de disposer

Plus en détail

Assurance vie, immobilier, philanthropie, le démembrement comme outil patrimonial

Assurance vie, immobilier, philanthropie, le démembrement comme outil patrimonial Assurance vie, immobilier, philanthropie, le démembrement comme outil patrimonial Animé par : Benoît BARON, Rédacteur en chef -L AGEFI ACTIFS Patrick MÜLLINGHAUSEN Associé PATRIMJURIS CONSULTANTS Co-responsable

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 91 DU 27 OCTOBRE 2009 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 5 B-27-09 INSTRUCTION DU 16 OCTOBRE 2009 REFORME DU REGIME DE DEDUCTION DES CHARGES DE GROSSES REPARATIONS

Plus en détail

Plan : PREMIERE PARTIE DROITS D ENREGISTREMENT

Plan : PREMIERE PARTIE DROITS D ENREGISTREMENT Plan : PREMIERE PARTIE DROITS D ENREGISTREMENT 1- Droit d enregistrement sur cession de fonds de commerce 2- Droit d enregistrement sur cession de titres. A/ cession d actions B/ Cession de parts sociales

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG DROIT FISCAL session 2013 CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur Dossier 1 : IMPOSITION DES BÉNÉFICES 7,5 points 1) Calculer pour l exercice 2012 le résultat

Plus en détail

L IMPÔT SUR LA FORTUNE

L IMPÔT SUR LA FORTUNE L IMPÔT SUR LA FORTUNE Cet impôt a succédé à l'«impôt sur les grandes fortunes» (IGF) créé en 1982. Créé par la loi de finances pour 1989, il reprend les mécanismes et la philosophie de l'igf, supprimé

Plus en détail

Personnes et familles. Vie à deux. www.notaires.paris-idf.fr

Personnes et familles. Vie à deux. www.notaires.paris-idf.fr Personnes et familles LE DIVORCE Vie à deux LA PRESTATION COMPENSATOIRE www.notaires.paris-idf.fr Vie à deux LE DIVORCE - LA PRESTATION COMPENSATOIRE Au fil du temps, le divorce a été simplifié et pacifié.

Plus en détail

E.I.R.L. Un nouveau statut à découvrir. Animé par : M. Yann AUBIN, expert-comptable

E.I.R.L. Un nouveau statut à découvrir. Animé par : M. Yann AUBIN, expert-comptable E.I.R.L. Un nouveau statut à découvrir Animé par : M. Yann AUBIN, expert-comptable Préambule 1. Présentation du dispositif EIRL Caractéristiques juridiques, fiscales et sociales Modalités de constitution,

Plus en détail

Comment sortir l actif immobilier d une société commerciale à moindre coût?

Comment sortir l actif immobilier d une société commerciale à moindre coût? Comment sortir l actif immobilier d une société commerciale à moindre coût? Certaines sociétés commerciales soumises à l impôt sur les sociétés possèdent un actif immobilier à leur bilan. Il s agit le

Plus en détail

LA PROTECTION DU PATRIMOINE DU CHEF D ENTREPRISE. Les petits déjeuners de l entreprise 17 11 09

LA PROTECTION DU PATRIMOINE DU CHEF D ENTREPRISE. Les petits déjeuners de l entreprise 17 11 09 LA PROTECTION DU PATRIMOINE DU CHEF D ENTREPRISE Les petits déjeuners de l entreprise 17 11 09 Avec la participation de Maître Mary-Line LEGRAND-MAMPEY, Notaire Maître Thierry BESSON, Avocat Sommaire INTRODUCTION

Plus en détail

Sommaire. La famille. L immobilier. Le couple. La gestion des biens du couple. La séparation. La gestion des biens des mineurs et des incapables

Sommaire. La famille. L immobilier. Le couple. La gestion des biens du couple. La séparation. La gestion des biens des mineurs et des incapables Sommaire La famille Le couple 1. Union 12 2. Mariage, Pacs, concubinage : que choisir? 13 La gestion des biens du couple 3. Biens meubles et immeubles 15 4. Régime primaire 17 5. Choix du régime matrimonial

Plus en détail

DE LA CREATION - DENOMINATION - SIEGE SOCIAL -OBJET

DE LA CREATION - DENOMINATION - SIEGE SOCIAL -OBJET TITRE I : DE LA CREATION - DENOMINATION - SIEGE SOCIAL -OBJET ARTICLE 1 : CREATION - DENOMINATION Entre les soussignés : Mme Marie Ange Lundu, Né à Kinshasa le 24/05/1983 de nationalité congolaise, résident

Plus en détail

L investissement Immobilier en nue-propriété

L investissement Immobilier en nue-propriété L investissement Immobilier en nue-propriété L investissement Immobilier en nue-propriété L acquisition d un bien immobilier comporte de nombreux risques pour un investisseur (vacance locative, loyers

Plus en détail

LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER. Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. TABLE DES MATIERES

LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER. Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. TABLE DES MATIERES LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER Objectif(s) : o Pré-requis : o Modalités : o o o Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. Connaissances juridiques.

Plus en détail

Ususphère en quelques mots

Ususphère en quelques mots Ususphère en quelques mots Que faisons-nous? Ususphère est une plateforme de mise en relation entre investisseurs à la recherche d un placement démembré en SCPI. Les demandes des investisseurs en usufruit

Plus en détail

le PARCOURS de vente www.notaires.paris-idf.fr

le PARCOURS de vente www.notaires.paris-idf.fr IMMOBILIER le PARCOURS de vente L acte de vente www.notaires.paris-idf.fr Le parcours de vente LʼACTE DE VENTE Toute vente immobilière doit être constatée par acte notarié. Après la signature de l avant-contrat

Plus en détail

Formation ESSEC Gestion de patrimoine

Formation ESSEC Gestion de patrimoine Formation ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «Panorama de la gestion de patrimoine» 4 ème partie : L investissement immobilier Fiscalité de l immobilier François Longin 1 www.longin.fr Plusieurs niveaux

Plus en détail

Insaisissabilité de la demeure principale [1] de l indépendant

Insaisissabilité de la demeure principale [1] de l indépendant Insaisissabilité de la demeure principale [1] de l indépendant Loi du 25 avril 2007 Moniteur Belge 8 mai 2007 Note destinée à nos collaboratrices et collaborateurs Jean-Claude Brulé 23 mai 2007 1 On entend

Plus en détail

Introduction : Droit commerciale Pr Abdelaziz SQUALLI page : 20 année 2004-2005 2. Répertoire numérique de Dalloz 1

Introduction : Droit commerciale Pr Abdelaziz SQUALLI page : 20 année 2004-2005 2. Répertoire numérique de Dalloz 1 Introduction : L entreprise est une entité économique qui implique la mise en œuvre des moyens humains et matériels en vue de la production ou de la distribution des richesses. Certes, étant une structure

Plus en détail

La location de son entreprise

La location de son entreprise La location de son entreprise La location-gérance permet à un dirigeant d une entreprise de mettre en location son entreprise. La location-gérance se fait pour un temps défini et permet au bailleur de

Plus en détail

Agriculture : Financement et gestion du patrimoine foncier

Agriculture : Financement et gestion du patrimoine foncier Agriculture : Financement et gestion du patrimoine foncier Intervenants Francis Faverdin Expert-comptable CROEC Champagne Olivier Augeraud Expert-comptable UNECA Hubert Cartel Expert-comptable CROEC Champagne

Plus en détail

Transmettre son patrimoine forestier

Transmettre son patrimoine forestier Transmettre son patrimoine forestier SOMMAIRE +,#+%-.+/(-. *,#$/$&/+$./,#$0-1$$./-$&/($ +,#2++//$$./,#$&%-(/&++4$,%(&-&(/(-.&&$((51$&+16($.&-$&/($& 3 7 Transmettre son patrimoine forestier Dans notre département,

Plus en détail

DONNER ET CONTROLER TABLE DES MATIERES

DONNER ET CONTROLER TABLE DES MATIERES DONNER ET CONTROLER TABLE DES MATIERES I. POURQUOI DONNER?... 2 I.A. NECESSITE DE LA TRANSMISSION... 2 I.B. AVANTAGES ET INCONVENIENTS DES DONATIONS MOBILIERES (REGION WALLONNE)... 3 I.B.1. AVANTAGES...

Plus en détail

Plan de l intervention

Plan de l intervention Laurent Benoudiz Plan de l intervention Intérêt de la SCI Régime juridique et fiscal Choix comptables et conséquences fiscales Faut il tenir une comptabilité? Faut il ou non amortir l immeuble détenu par

Plus en détail

4 SCI support de l immobilier d entreprise

4 SCI support de l immobilier d entreprise OPTIMISER L IMMOBILIER DANS UNE SCI 4 SCI support de l immobilier d entreprise Constitution d une SCI Maintien au bilan ou SCI? inscription au bilan... 80 immobilier frein à la transmission... 81 aspect

Plus en détail

POINT PATRIMONIAL : La transmission par la donation dans le cadre d un démembrement de propriété

POINT PATRIMONIAL : La transmission par la donation dans le cadre d un démembrement de propriété POINT PATRIMONIAL : La transmission par la donation dans le cadre d un démembrement de propriété Tout actif peut faire l objet d une donation. L intérêt d associer le mécanisme de la donation et celui

Plus en détail

Ce chiffre impactera naturellement les cases de la ligne 470 (même page).

Ce chiffre impactera naturellement les cases de la ligne 470 (même page). Déclaration annuelle des revenus : déduction des intérêts d emprunt I. Dates de déclaration des revenus La date limite de dépôt de la déclaration papier est fixée au lundi 27 mai 2013 à minuit. Les usagers

Plus en détail

Guide pratique de la SCI Pour bien gérer son patrimoine immobilier 2 ème édition 4 ème tirage

Guide pratique de la SCI Pour bien gérer son patrimoine immobilier 2 ème édition 4 ème tirage Guide pratique de la SCI Pour bien gérer son patrimoine immobilier 2 ème édition 4 ème tirage Avertissement Mise à jour sur internet Les éditions de l ouvrage sont annuelles. Entre deux éditions, la législation

Plus en détail

LE GRAND GUIDE DE L IMMOBILIER. Marthe GALLOIS Nathalie GIRAUD Valérie SAMSEL Laurent LAMIELLE. sous la direction de Jean-Michel GUERIN

LE GRAND GUIDE DE L IMMOBILIER. Marthe GALLOIS Nathalie GIRAUD Valérie SAMSEL Laurent LAMIELLE. sous la direction de Jean-Michel GUERIN LE GRAND GUIDE DE L IMMOBILIER Marthe GALLOIS Nathalie GIRAUD Valérie SAMSEL Laurent LAMIELLE sous la direction de Jean-Michel GUERIN Groupe Eyrolles, 2006 De Particulier à Particulier, 2006 ISBN : 2-7081-3608-9

Plus en détail

Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option

Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction repose sur la dissociation de l acquisition du foncier de celle

Plus en détail

L INDIVISION. légal conventionnelle régime conventionnel

L INDIVISION. légal conventionnelle régime conventionnel L INDIVISION L indivision peut résulter d une convention. Elle permet d organiser la propriété de plusieurs personnes : copropriété familiale, dont la communauté de biens entre époux est l exemple le plus

Plus en détail

La Succession et la donation

La Succession et la donation La Succession et la donation Le droit des successions Lors d un décès dans une famille, la question de la succession semble tout d abord secondaire mais peut être la source de problèmes administratifs,

Plus en détail

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Octobre 2012 Sommaire 1. IMPOT SUR LE REVENU... 2 2. TAXATION DES REVENUS DU CAPITAL AU BAREME PROGRESSIF... 3 3. TAXATION DES PLUS-VALUES

Plus en détail

Point sur la Loi Scellier BBC

Point sur la Loi Scellier BBC Point sur la Loi Scellier BBC Loi Scellier BBC : Principe général Qu'est ce que la loi Scellier BBC? La loi Scellier BBC est apparue au cours de l'année 2009, lorsque les députés ont décidé de «verdir»

Plus en détail

SCPI Renovalys 3. Editorial. SCPI Malraux à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 11 Mars 2014

SCPI Renovalys 3. Editorial. SCPI Malraux à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 11 Mars 2014 SCPI Malraux à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 11 Mars 2014 Editorial Les dernières données statistiques sur le marché locatif révèlent finalement que les loyers ont globalement augmenté

Plus en détail

CONSEILS -EN - PATRIMOINE

CONSEILS -EN - PATRIMOINE CONSEILS -EN - PATRIMOINE BILAN DE TRANSMISSION à l attention de M. et Mme XXXXXXXXXXX réalisé le XXXX par XXXXXXXXXX Préambule Ermont, le XXXXXXXXXXXXXX Bien gérer votre patrimoine, optimiser sa fiscalité

Plus en détail

Le régime des monuments historiques

Le régime des monuments historiques Cabinet Fiscal Urios André, docteur en droit, Conseil fiscal et patrimonial, conseil en investissement et transactions immobilières Le régime des monuments historiques Le régime des monuments historiques

Plus en détail

Lundi 8 octobre 2007. Nancy. Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008?

Lundi 8 octobre 2007. Nancy. Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008? Lundi 8 octobre 2007 Nancy Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008? Frédéric Gros Directeur Nancy Élise Moras Ingénieur patrimonial

Plus en détail

LA FISCALITE DE VOTRE HABITATION. www.rgf.be

LA FISCALITE DE VOTRE HABITATION. www.rgf.be LA FISCALITE DE VOTRE HABITATION 1. Acheter Vendre 2. Payer 3. Assurance Vie 4. Habiter 1. Acheter Vendre A. Acheter avec applications des droits d enregistrement B. Acheter avec TVA C. Vendre avec TVA

Plus en détail

SOCIETE CIVILE D EXPLOITATION AGRICOLE (S.C.E.A)

SOCIETE CIVILE D EXPLOITATION AGRICOLE (S.C.E.A) SOCIETE CIVILE D EXPLOITATION AGRICOLE (S.C.E.A) TEXTES CONSTITUTION GESTION Art 1845 à 1870-1 code civil Pas de capital social minimum Associés : minimum 2 associés ; associé mineur possible ; époux ou

Plus en détail

SCPI Amundi DEFI Foncier

SCPI Amundi DEFI Foncier SCPI Amundi DEFI Foncier SCPI de Déficit Foncier à capital fixe Souscription ouverte jusqu au 16 décembre 2015 - Pour bénéficier du dispositif fiscal de déficit foncier en 2014, souscription jusqu au 16

Plus en détail

L EIRL Principes fonctionnement et opportunités

L EIRL Principes fonctionnement et opportunités L EIRL Principes fonctionnement et opportunités EXPERTISE COMPTABLE COMMISSARIAT AUX COMPTES 11, rue de Mogador F-75009 PARIS Téléphone +33 (0)1 42 601 606 Fax +33 (0)1 42 613 792 EXPERTISE COMPTABLE 16,

Plus en détail

Reximmo Patrimoine 2

Reximmo Patrimoine 2 G E S T I O N D E P A T R I M O I N E Reximmo Patrimoine 2 SCPI DE TYPE «MALRAUX» Un investissement indirect dans de l immobilier ancien au cœur des villes historiques Souscription ouverte jusqu au 20

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable et Commissaire aux Comptes DESS en Banques et Finances GUIDE PRATIQUE DE LA SCI Modèles prêts à l emploi sur CD-Rom Quatrième édition, 1998, 2001, 2004, 2008

Plus en détail

L immobilier en centre ville

L immobilier en centre ville La note d information de la SCPI URBAN PATRIMOINE 2 a reçu le visa de l AMF n 11-37 en date du 18/10/2011 ; elle peut être obtenue gratuitement auprès de la Société de Gestion par demande adressée à :

Plus en détail

L évolution de l article 210 E du Code Général des Impôts. Jean-Christophe Bouchard, MRICS NMW avocats

L évolution de l article 210 E du Code Général des Impôts. Jean-Christophe Bouchard, MRICS NMW avocats L évolution de l article 210 E du Code Général des Impôts Jean-Christophe Bouchard, MRICS NMW avocats Disclaimer Ce document a été préparé par NMW avocats dans un but purement informatif et ne contient

Plus en détail

L immobilier en centre ville

L immobilier en centre ville SCPI «Scellier BBC Intermédiaire*» L immobilier en centre ville Mise à jour - 31 janvier 2012 *Le dispositif fiscal «Scellier BBC Intermédiaire» offre au souscripteur une réduction d impôt en contrepartie

Plus en détail

Caisse de pension et propriété du logement/

Caisse de pension et propriété du logement/ Encouragement à la propriété du logement (EPL) Caisse de pension et propriété du logement/ Versement anticipé et mise en gage des avoirs issus du 2 e pilier Table des matières Mobilisation des capitaux

Plus en détail

STATUTS DE MODEL SA MODEL AG - MODEL Ltd

STATUTS DE MODEL SA MODEL AG - MODEL Ltd STATUTS DE MODEL SA MODEL AG - MODEL Ltd Titre premier : Dénomination - Siège - But - Durée Article premier Il est formé, sous la raison sociale «MODEL SA», une société anonyme qui est régie par les présents

Plus en détail

N 20 14 / 001 14/02/2014

N 20 14 / 001 14/02/2014 N 20 14 / 001 14/02/2014 Origine : Direction de la Règlementation et des Affaires Juridiques Contact : Département de la Règlementation du Recouvrement Draj.reglementationrecouvrement@rsi.fr Annexes :

Plus en détail

Personnes physiques domiciliées hors de France

Personnes physiques domiciliées hors de France SECTION 3 Personnes physiques domiciliées hors de France 1. À condition que la valeur nette de leur patrimoine imposable soit supérieure à la limite de la première tranche du tarif fixé à l'article 885

Plus en détail

Le créateur. Types de projets concernés

Le créateur. Types de projets concernés Mémofiches Comparatif des structures unipersonnelles Vous entreprenez seul, sans associé, et souhaitez le rester? Vous avez le choix entre : vous installer en entreprise individuelle : classique, auto-entrepreneur

Plus en détail

STATUTS D'UNE SOCIETE A RESPONSABILITE LIMITEE. Nom de la Société AU CAPITAL DE 10 000 DINARS

STATUTS D'UNE SOCIETE A RESPONSABILITE LIMITEE. Nom de la Société AU CAPITAL DE 10 000 DINARS STATUTS D'UNE SOCIETE A RESPONSABILITE LIMITEE Nom de la Société AU CAPITAL DE 10 000 DINARS Entre les soussignés 1) Monsieur xxxxxxxxxx, marié demeurant au xxxxxx de nationalité TUNISIENNE CIN n xxxxxx

Plus en détail

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 - Mesures concernant le patrimoine - Mesures concernant l assurance vie - Zoom sur quelques dispositions du Projet de Loi de Finances

Plus en détail

ASSOCIATION «HABITER ENFIN!» Loi de 1901 STATUTS

ASSOCIATION «HABITER ENFIN!» Loi de 1901 STATUTS 1 ASSOCIATION «HABITER ENFIN!» Loi de 1901 STATUTS ARTICLE 1 - DENOMINATION La présente Association a pour dénomination : «Habiter Enfin!». ARTICLE 2 - SIEGE Le siège de l association est fixé au : 14

Plus en détail