Etude de la couverture vaccinale dans le canton de Vaud après la première campagne de vaccination contre le papillomavirus (HPV), année scolaire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Etude de la couverture vaccinale dans le canton de Vaud après la première campagne de vaccination contre le papillomavirus (HPV), année scolaire"

Transcription

1 Etude de la couverture vaccinale dans le canton de Vaud après la première campagne de vaccination contre le papillomavirus (HPV), année scolaire Dr. Virgile Woringer, pédiatre FMH, MPH Service de santé des écoles de la ville de Lausanne, chef du projet cantonal HPV 25 janvier 2010

2 A. Introduction Le 17 novembre 2007, à l instar des pays européens, le Département de l Intérieur a édicté une ordonnance sur la prise en charge de la vaccination contre le papillomavirus, qui prévoyait que les coûts du vaccin et de la prestation technique seraient couverts par l assurance de base obligatoire, sans franchise ni participation, dans le cadre de programmes cantonaux, pour les jeunes de 15 à 19 ans. La campagne de vaccination devait se dérouler du 1 er janvier 2008 au 31 décembre 2012 et devait satisfaire aux exigences minimales suivantes l information des groupes cibles et de leurs parents/représentants légaux sur la disponibilité des vaccins et les recommandations de l OFSP et de la CFV est assurée, l achat des vaccins est centralisé, la vaccination complète (schéma de vaccination selon les recommandations de l OFSP et de la CFV) est l objectif visé, les prestations et les obligations des responsables du programme, des médecins chargés de la vaccination et des assureurs maladie sont définies, la collecte des données, le décompte, les flux informatif et financier sont réglés, aucune franchise n est prélevée sur cette prestation. Les négociations qui ont eu lieu au niveau national entre les assureurs maladie et les responsables cantonaux de la santé ont abouti en avril 2008 à un prix unique est pour la première année de la campagne de Fr prestation technique comprise (contre Fr en pharmacie). Les cantons prennent en charge les frais de la campagne de vaccination, et se font rembourser par leur consortium cantonal des caisses maladie. Ces dispositions, connues mais prises de manière successive sur quelques mois, ont conduit à un certain nombre d incertitudes dans le public, qui pensait comme d habitude que la gratuité de la vaccination serait acquise dès l annonce initiale du chef du département si on la faisait auprès du médecin à son cabinet, malgré que le prix ordinaire en pharmacie soit d une centaine de francs plus élevé. B. Planification B1. principes La préparation du plan cantonal vaudois avait commencé bien avant ces décisions, dès l automne 2007, au sein d un groupe ad hoc comprenant principalement : le Dr. Eric Masserey, pédiatre FMH, MPH, médecin cantonal adjoint (DSAS), le Dr. Olivier Duperrex, pédiatre FMH, MPH, médecin responsable cantonal pour la santé scolaire (DSAS et DFJC), Mme Monique Archambault, infirmière-cheffe à l OMSV, Mme Monique Grand, infirmière-cheffe au service de santé des écoles de la ville de Lausanne (SSE), Mme Margaretha Mignon, licenciée en sciences hospitalières, infirmière responsable de l éducation pour la santé (SSE), le Dr Virgile Woringer, pédiatre FMH, MPH, chef du service de santé de la ville de Lausanne (chef de projet pour cette campagne de vaccination), le Dr. François de Techtermann, pédiatre FMH, représentant du groupement des médecins scolaires vaudois (GMSV), et le Dr. Bernard Vaudaux, pédiatre FMH, médecin adjoint en infectiologie au DMCP (CHUV). Malgré l annonce de la campagne, relativement peu de matériel d information avait été fourni par l OFSP, hormis un canevas de brochure tout public, adaptable aux différentes régions 2

3 linguistiques, et une documentation scientifique de base très complète. Le soin était implicitement laissé aux cantons d élaborer leur propre démarche, malgré qu il y ait eu dans la presse plus d avis critiques sur des points en partie secondaires qu une discussion utile de type santé publique. Le prix du vaccin à lui seul nécessitait une organisation très contrôlée. On a prévu de plus de faire usage de la ristourne de 2% sur le prix pour payement à 30 jours prévue par le fabricant pour financer une partie de la campagne. Les problèmes à résoudre étaient de: de développer préalablement à toute communication une réflexion sur la valeur de santé publique de cette démarche de vaccination généralisée, au point de vue éthique, médical, et économique, élaborer en fonction des élèves, de leurs parents, et du grand public des moyens d information adéquats, utilisables jusqu à la fin de la campagne, et de trouver les canaux de communication pertinents, élaborer une campagne de vaccination qui permette aux différents bénéficiaires un accès facile à la prestation, pour la majorité dans le cadre de leur vie scolaire, organiser une gestion par un réseau cantonal particulier garantissant la disponibilité des vaccins, un approvisionnement échelonné, et un recueil sûr des prestations effectuées, Il avait été fixé d emblée qu une vaccination générale de «rattrapage» serait faite pour toute la tranche d âge qui pouvait en bénéficier, en combinant une vaccination déployée dans les lieux de formation et un accès à la prestation en cabinet médical. Cette prestation en cabinet médical doit persister jusqu à fin B2. pratique Cette phase de planification a nécessité de fixer 3 périodes dans l année scolaire durant lesquelles se ferait la vaccination, d une durée à calculer, de manière à laisser des intervalles de 2 mois entre les 1 ère et 2 ème doses et de 4 mois entre la 2 ème et la 3 ème doses selon les indications scientifiques. Une période libre au mois de juin devait être prévue puisque les établissements scolaires secondaires ont des échéances scolaires qui compliquent déjà leur organisation, et pour le rattrapage de cas particuliers en fin de campagne. Les directions d enseignement concernées avaient été averties au printemps par le DFJC de fixer en collaboration avec les médecins et infirmières scolaires une organisation qui permette effectivement de prendre en compte les besoins pédagogiques et le temps nécessaire à vacciner. On a organisé 2 types d équipes différents, l un pour le secondaire inférieur, et l autre pour secondaire supérieur et les écoles professionnelles concernées. Le secteur secondaire inférieur englobait tous les établissements secondaires de la scolarité obligatoire et les institutions du SES accueillant des élèves de cet âge. Le niveau secondaire supérieur comprenait les gymnases, les écoles d enseignement professionnel, les écoles de formation d apprentis, les OPTI, le COFOP, et les institutions du SES de l âge correspondant. Les écoles de grade supérieur dépendant des Institutions rattachées à la Direction des affaires universitaires et celles rattachées à la Direction de la HEP (Université, Hautes écoles, école de 3

4 gestion, Ecole hôtelière, etc.) n étaient pas concernées par la campagne même si elles accueillaient des élèves de moins de 20 ans révolus. Les écoles privées, dûment renseignées sur le projet, ont bénéficié d un contact avec le chef de projet comme soutien dans l organisation de la campagne en leur sein, pour les médecins privés qu elles ont désignés. La durée de ces périodes a été fixée pour l ensemble du canton à 7 semaines en fonction du temps dévolu à la prestation technique de 5 minutes par élève, et le nombre d élèves à prendre en charge, en théorie de quelques 28'000. Une phase d information préalable de 4 semaines était prévue dès la rentrée scolaire, avant la vaccination de la première dose. Au-delà de l année d introduction, la prestation doit rester accessible en milieu scolaire, dans le canton de Vaud pour les 7 ème année dès l année scolaire , et simultanément au cabinet médical afin d intégrer les cas particuliers (changement d opinion dans le sens d une acceptation, décision positive indépendante de l avis des parents pour une adolescente en fonction de sa capacité de discernement, retour en Suisse après l année d introduction, requérant d asile, réfugié, etc.). Une programmation interne à chaque établissement a été faite au printemps 2008 avec les médecins scolaires, pour les 3 périodes de vaccination de l année scolaire suivante, de manière à faire passer environ une classe par heure, journées d activité particulière ou de congé étant exclues. La répartition du travail prévue était que : l infirmière titulaire devait s occuper, le cas échéant avec une infirmières supplémentaire, de l information préalable durant les 4 semaines dévolues à cette activité, distribuer les documents, renseigner tous les enseignants et les parents qui le demandaient, recueillir les acceptations écrites de la vaccination, mettre à jour les liste de classes pour les vaccination à faire, organiser les contacts avec le enseignants de l établissement, veiller au moment de la vaccination au tournus des classes, et faire les rattrapages pour les doses manquées dès que possible, une équipe de 2 infirmières constituée soit avec des infirmières scolaires travaillant en heures supplémentaires, soit avec des infirmières intérimaires, viendrait selon un planning établi pour exécuter la seule prestation technique de vaccination. Ce dispositif permettait de laisser à l infirmière titulaire sa liberté de mouvement et d aider en cas de malaise de manière que cela n interfère pas trop avec le déroulement de la séance de vaccination. Des séances d information ont été organisées pour les parents des élèves concernés dans chaque établissement de la scolarité publique. Le médecin scolaire était sollicité de participer aux séances de vaccination à la place d une infirmière de l équipe, dans la mesure de ses possibilités, étant entendu que le programme ne pouvait être modifié en raison de son manque de disponibilité. Cette contrainte nouvelle était justifiée par le fait que la programmation et l engagement des infirmières pour les séances de vaccination faites à plusieurs devaient être tout à fait réglés plusieurs mois d avance et ne pouvait ensuite être modifiés. La rétribution des différents participants se ferait à l heure, au tarif cantonal pour les médecins. 4

5 Pour la vaccination des personnes qui n étaient pas en formation, la possibilité de s adresser au médecin privé a été prévue avec garantie de la gratuité, et la prestation technique du médecin payée directement par l Etat sur la base d un formulaire complété. Au-delà de la campagne qui s est déroulée dans les lieux de formation, la possibilité de se faire vacciner en privé si l on répond aux conditions de résidence et d un âge inférieur à 20 ans révolus au moment de la première dose reste valable jusqu à fin Cela a fait l objet d une information spécifique aux communes vaudoises, aux différentes organisations s occupant de jeunes, et aux médecins privés à l automne 2009 au moyen d une affichette et de la brochure d information aux élèves. C. Réflexion de santé publique sur la vaccination contre le HPV La discussion sur la valeur de santé publique de cette vaccination nouvellement introduite n a pas été développée de manière suffisante, ou du moins n a pas été présentée de manière que les enjeux soient bien compris du public, ni des confrères praticiens installés. Nous sommes dans une situation où la carcinogenèse virale, conceptualisée dès 1975, a été confirmée par le Prof Harald zur Hausen pour le cancer du col de l utérus en 1983 pour les virus HPV 16 et en 1984 pour le type 18 (il a obtenu en 2008 le prix Nobel, conjointement au Prof Luc Montagnier et au Prof Françoise Barré-Sinoussi pour le HIV). Cela a permis de mettre au point d un vaccin efficace qui permet d éviter la carcinogenèse induite par la contamination virale, à titre réellement préventif. Les conditions sont donc totalement modifiées par la mise au point d un vaccin efficace qui empêche la carcinogenèse d apparaître. L ancienne prise en charge se limitait aux moyens connus, au dépistage par le frottis (Papanicolaou dès 1950), et à l intervention chirurgicale, donc clairement à des mesures uniquement thérapeutiques suite à un dépistage positif. L ampleur quantitativement insuffisante du dépistage en Suisse, où globalement seule 1 femme sur 2 seulement l est correctement, laisse une énorme lacune, qui se paye par la morbidité et la mortalité que l on sait (le frottis est remboursé par les caisses maladie tous les 2 ans). La maladie est à transmission strictement interhumaine, par contact, à l analogue de l hépatite B. Le but n est pas d atteindre un certain taux de couverture vaccinale dans la population pour obtenir une immunité de groupe suffisante qui évite ou restreint sa propagation, qui n est d ailleurs pas saisonnière. Il convient de vacciner le maximum de personnes pour qu elles soient personnellement protégées et qu elles ne puissent de ce fait pas non plus transmettre la maladie. La diminution de l incidence et de la prévalence des conséquences d une possible infection sera en relation directe de la proportion de femmes vaccinées, et apparaîtra avec un retard d une décennie ou plus par rapport à la vaccination en fonction du développement des lésions. La diminution possible d une circulation du virus chez les hommes (non vaccinables actuellement) et qui, non contaminés, ne seront pas non plus vecteurs de transmission, n est pas encore discutée au plan scientifique. On a donc une opportunité unique, facile d administration par rapport aux «modifications des conditions de vie» et en particulier de l alimentation (quand elles sont utiles), d influencer l apparition d un cancer, pour un coût annuel 6 fois moins élevé que les mesures de dépistage actuelles (et qui ne touchent actuellement que la moitié des femmes environ en Suisse!). 5

6 C est sur ces opportunités qu il convenait d axer la présentation, où une mesure préventive de base qui aboutit à une non-apparition de la maladie s ajoute à des mesures de dépistage déjà en place, pour un coût somme toute marginal. Le seul point à discuter encore, mais qui ne peut l être à ce stade, est celui de la modification des indications, de la forme et de la fréquence des contrôles des dépistages dans les années à venir, chez les personnes vaccinées et non-vaccinées. D. Information des professionnels de la santé et du public Cette information des professionnels de la santé scolaire a eu lieu en 4 séances régionales réunissant les médecins et les infirmières appelés à collaborer au printemps L information des professionnels a été structurée de manière à : les renseigner sur les aspects purement immunologiques de la vaccination, pour les vaccins vivants et les vaccins inactivés les plus courants, afin de consolider leurs connaissances (Dr B.Vaudaux), présenter le problème de l infection par les papillomavirus du point de vue clinique et les aspects de santé publique (Dr V.Woringer), situer les infections à papillomavirus dans le spectre des maladies infectieuses, et de rappeler les notions de base de santé publique et d infectiologie qui sont à la base de leur classification, et de rappeler les décisions fédérales qui ont mis en route cette campagne de vaccination nouvelle (Dr E.Masserey), présenter les bases du dispositif de vaccination cantonal, dans la mesure où se tenants et aboutissants n ont pas été présentés à l ensemble des participants déjà sollicités de fixer des dates et des disponibilités dans le cadre scolaire (Mme M. Archambault), discuter dans le détail les aspects pratiques du déroulement, sur la base d un dialogue avec les infirmières scolaires titulaires des établissements scolaires (Dr V.Woringer). Dans chaque établissement secondaire, des séances d information destinées aux parents ont eu lieu, où étaient aussi invités les médecins de la région, avec intervention sur demande locale du chef de projet. Les infirmières scolaires ont informé les jeunes filles et les garçons sur cette vaccination par une discussion d une période scolaire qui a eu lieu en classe ou de manière groupée. Pour chaque établissement une semaine avait été consacrée à cette phase d information. Un premier flyer de style «manga» a été conçu sur la base du modèle fédéral, et distribué au printemps à toutes les jeunes filles et leurs parents. A l automne, une bande dessinée, au format de brochure, de 32 pages, de promotion de la vaccination de la vaccination contre le HPV a été conçue par un groupe ad hoc comprenant Mme M. Archambault et Mme M. Mignon, et le dessinateur M. Bûche, dans le cadre du master en étude avancée en santé publique, IMSP, Université de Genève. Cette brochure a été distribuée à chaque élève garçon ou fille dans les établissements, et mise gratuitement à disposition des médecins installés. 6

7 Une affichette, basée sur les dessins de la brochure, au format A3, a été élaborée et distribuée aux communes lausannoises et aux professionnels en contact avec des jeunes, dans le but est de rappeler la poursuite de la campagne jusqu à fin 2012 et les moyens de se faire vacciner avant 20 ans. Tous ces moyens d information ont aussi été mis à disposition, gratuitement, des écoles membres de l Association vaudoise des écoles privées. Pour le grand public, un jeu de questions-réponses a été élaboré fin 2007, inséré dans le site SANIMEDIA du Service de la santé publique, et proposé à d autres structures s occupant de jeunes (ProFa, etc.). E. Déroulement de la campagne de vaccination La vaccination scolaire a commencé selon la planification à l automne 2008, après la phase d information, dès la fin du mois de septembre et jusqu à fin juin La vaccination a eu lieu par classe à l infirmerie de l établissement, durant les heures scolaires, en même temps que le rattrapage d autres vaccins (Di, Te, Per, Pol), ou la primo-vaccination contre l hépatite B, sur la base des indications du carnet de vaccination. [Le rappel de la 2ème dose, voire le cas échéant l administration de la première dose du vaccin ROR (rougeoleoreillons-rubéole) posait problème. Les indications scientifiques pour le vaccin contre le HPV ne certifiaient en effet pas sa compatibilité avec le vaccin ROR. La vaccination ROR a donc été déplacée, ou faite préalablement.] Pour la vaccination en cabinet médical, les directives du Service de la santé publique fixaient qu il fallait une ordonnance médicale pour chaque dose retirée à la pharmacie, gratuitement, le médecin étant remboursé pour sa prestation technique après annonce sur formulaire ad hoc. Les règles valables pour une éventuelle consultation lors de cette vaccination sont celle de la Lamal. Approvisionnement Vu le prix du vaccin et la remise de 2% accordée pour paiement à 30 jours, une planification rigoureuse des doses nécessaires dans le secteur scolaire, au jour près, était indispensable. Afin de rapprocher les stocks des utilisateurs, un réseau de 16 pharmacies a été crée dans le canton, pour servir de lieu de stockage d une capacité certes limitée à environ 600 doses, mais qui évitait de longs trajets aux infirmières pour aller chercher le vaccin. Les infirmières ne devaient pas faire de stocks dans leurs frigos d infirmerie au-delà de la consommation quotidienne et d une petite marge, et ne venir chercher les vaccins nécessaires que la veille du jour d utilisation, pour éviter les risques de perte. Les commandes, au minimum hebdomadaires, étaient soumises à plusieurs contraintes de : prévoir exactement les besoins au jour le jour, en tenant compte des modifications du programme de vaccination, tenir compte de l absence de livraison les lundis, 7

8 maintenir une réserve correspondant aux capacités de stockage des pharmacies, vérifier le stock chaque fin de semaine, pour tenir compte de l utilisation effective des vaccins. Ceci a très bien fonctionné grâce à la collaboration des pharmacies engagées, et le stock initial de 8'000 doses pour la commande initiale des 2 premières semaines de vaccination, estimée sur un 100% de candidates, a pu être réduit selon utilisation à un stock résiduel de 390 doses à la fin des vaccinations. Les pharmacies commandaient les doses nécessaires pour les médecins privés par le circuit habituel de leurs grossistes. F. Méthodes statistiques D après le recensement fédéral, le collectif éligible était évalué pour le canton de Vaud à environ 28'000 personnes dans le groupe d âge de 14 à 20 ans. Mais cela n était pas suffisant puisque certaines femmes, éligibles par l âge, seraient de fait exclues par le choix de la vaccination en milieu de formation. Cette planification ne renseignait que sur le nombre maximal de candidates à la vaccination. Un recueil exact était donc nécessaire. Une base de donnée (Excel) a été créée pour recenser précisément à la fois le nombre de jeunes filles vaccinées, l origine cantonale (pour des questions d assurance), le niveau scolaire, la filière pour les 7 ème années seulement, la date de naissance (avant/après le 1 er janvier 1988, pour des problèmes d assurance), le nombre de personnes vaccinées respectivement pour la 1 ère, 2 ème et 3 ème doses. Pour la vaccination scolaire, chaque établissement ou lieu de formation (en tout 106) disposait d une feuille particulière dans le fichier Excel, contenant les renseignements pour les 3 doses successives, de manière à vérifier les renseignements donnés par les infirmières. Chaque établissement était tenu de communiquer dans les 2 semaines suivant la vaccination les renseignements demandés. L élaboration de macros a permis, en totalisant par catégorie, de suivre en temps réel l évolution de la couverture pour l ensemble du canton. Les données de la vaccination en cabinet ont été collectées par les ordonnances pour remise de vaccin reçues dans les pharmacies, et ont fait l objet d une saisie particulière. Ce sont ainsi 5'023 doses qui ont été utilisées. G. Résultats Résultats globaux et par secteur de la vaccination scolaire 8

9 Sur 25'278 jeunes filles et femmes éligibles dans les établissements et lieux de formation choisis, on a vacciné pour la 1 ère dose 14'359 personnes (56,80%), pour la 2 ème 14'198 (56,17%), et pour la 3 ème 14'054 (55,60%), soit une perte à chaque dose d environ 0,5%. Hors scolarité obligatoire, seuls 269 élèves sur 13'543 proviennent d un autre canton romand ou d encore plus loin, soit 2%. [Tous les nombres d élèves vaccinées sont exacts, tandis que le nombre total de personnes éligibles a pu varier de manière insignifiante au gré des mutations en cours d année scolaire, et seul l effectif éligible pour la première dose a été établi.] Pour le secteur secondaire inférieur, y compris les enfants relevant de l enseignement spécialisé, des classes de raccordement et de développement, on a vacciné dans un collectif de 9'820 jeunes filles pour la 1 ère dose élèves (69,3%), pour la 2 ème dose élèves (68,7%), et pour la 3 ème dose (69,3%). En 7 ème année de scolarité, le pourcentage décroît graduellement de 76,7% en VSO, à 68,4% en VSG, et 56,1% en VSB. Globalement, la couverture de 7 ème année est de 65,6%, contre 69,7% pour les 8 ème et 71,9% pour les 9 èmes, et même 71,9% pour les classes de 10 ème de raccordement. Pour les gymnases, le taux de couverture cantonal est de 50,1%, avec une perte entre les doses de l ordre de 0,5%. Dans les écoles professionnelles, le taux moyen est de 39,0% (perte de 0,9% entre les doses). Dans les OPTI, on obtient 70,2% (perte de 2% entre chaque dose). Résultats de la vaccination scolaire par région ou régions urbaines Les résultats ont aussi été regroupés par région, soit Alpes vaudoises, Broye, CRENOL, Côte et ville de Lausanne, pour les analyser après classement dans les 3 catégories d élèves décrites ci-dessus (OPTI exclus). En comparant les résultats pour la 1 ère dose (voir annexe), on observe une décroissance des taux de couverture en passant de la scolarité obligatoire à 67% - 72%, aux gymnases à 43% - 58%, puis aux écoles professionnelles à 34% - 42%. Une certain effet régional est remarqué, avec des taux plus bas dans les régions Broye et surtout Côte, particulièrement pour la scolarité obligatoire (- 5%) et les gymnases (-14%), pour des effectifs comparables entre régions. En regroupant pour la scolarité obligatoire (classes de 7 ème, 8 ème et 9 ème ) les résultats des villes de Nyon, Yverdon, Vevey et Montreux, on obtient un taux moyen de 68,9%, comparable à celui de la ville de Lausanne (74,0%). Résultats de la vaccination en privée en cabinet médical, globaux et par district 9

10 Les résultats sont détaillés dans les 11 districts vaudois, plus la ville de Lausanne qui a été détachée de son district pour l analyse. Ce sont en tout doses qui ont été retirées dans les pharmacies. Le détail des ordonnances faites par les médecins permet dans une proportion très élevée de situations de connaître l âge de la jeune fille. Le tableau montre qu il y a eu un quart de ces doses utilisées pour des jeunes filles de 11 à 15 ans, et trois quart de 16 à 20 ans. La population des districts est connue par le Service cantonal de recherches et d information statistiques (SCRIS), qui donne pour la dernière fois en 2008 l effectif des filles des différentes communes et districts. Sur la base du domicile du cabinet médical où la vaccination a eu lieu, et de ces effectifs d enfants, on obtient en divisant le nombre de doses par district par ces effectifs le taux de couverture additionnel ainsi obtenu. Ces taux varient de 1% à 8% par district et globalement pour toutes les doses retirées en pharmacie sur l ensemble du canton le taux moyen est de 4,0%. On note qu à Lausanne et Nyon, région aussi urbanisée, les taux additionnels sont les plus élevés, par opposition à des régions à prédominance rurale, l Ouest lausannois et le district de Lausanne sans la ville de Lausanne ne présentant pas les mêmes caractéristiques. Si l on fait la répartition du nombre de doses administrées par médecin, on voit que la plupart des médecins a administré moins de 20 doses, alors qu à l autre extrême certains ont dépassé la centaine de doses. H. Discussion Le contexte médiatique, une prédominance de critiques, et une discussion avortée sur les vrais enjeux faisaient craindre que la campagne ne soit pas un succès. Nous avons dû au niveau cantonal prendre le relais et compenser ces lacunes. Après voir correctement et extensivement informés d abord les professionnels directement impliqués dans la campagne, et tenu des conférences avec les parents, les différents problèmes en relation avec les sujets d incompréhension potentielle ont été en majorité résolus. Le changement des habitudes de programmation a été un élément réellement nouveau pour les professionnels de la santé en milieu scolaire, et bousculait quelques habitudes et des possibilités d adaptation locales aux aléas. La bonne collaboration, la discipline de l immense majorité d entre eux a fait que les problèmes ont été surmontés, sans qu il y ait rupture de stock ou obstacle mis à la vaccination des élèves aux moments prévus. La hiérarchie connue pour les vaccinations déjà introduites des taux de couverture décroissant en passant de la VSB, à la VSG puis à la VSO est retrouvé intégralement. La précédent expérience de la vaccination contre l hépatite B, introduite en 3 doses en 1997, est un point de comparaison utile pour une campagne se déroulant dans les mêmes régions, pour une maladie encore moins connue du grand public, et dont l impact sur la santé des femmes était beaucoup moins médiatisé que pour le cancer du sein. 10

11 La comparaison, par exemple pour la ville de Lausanne, entre le taux de couverture obtenu la première année de vaccination contre l hépatite B en 1997, 58,7%, et celui pour la vaccination pour le HPV, 70,1%, est très encourageant. C est le reflet d une tendance générale, lente, d élévation des taux de couverture complète en fonction de l âge de tous les vaccins traditionnels de l ordre de 1,0% à 1,5% par an. [Le taux de couverture moyen dans le canton de Vaud ne peut être calculé parce que l année scolaire ne correspond pas à l année civile qui sert de base au calcul de la couverture dans le privé]. I. Conclusion Cette campagne de vaccination a permis de transmettre et de discuter des notions encore inconnues du grand public : la carcinogenèse virale, l atteinte primaire asymptomatique, l absence de moyen simple de détecter la persistance in situ du virus, le long délai jusqu à l apparition des premières lésions détectables, la transmission de l infection par des partenaires qui ne pouvaient être vaccinés efficacement, la protection seulement partielle par la vaccination en raison de la multiplicité des virus infectants, l utilité de se vacciner même si l on avait déjà eu des relations sexuelles (risque dépendant du nombre de partenaires), la nécessité établie de continuer les contrôles de dépistage, l incertitude sur la nécessité d un rappel de vaccination ultérieur, et in finem le potentiel d économie de la vaccination généralisée malgré le prix unitaire surprenant et élevé de la dose de vaccin. D après les résultats à l issue de cette campagne initiale d introduction de la vaccination, on note un certain nombre d éléments favorables : une couverture vaccinale élevée d emblée, supérieure à celle de l hépatite B en 1997, pas de vrai gradient du taux de couverture au niveau de la scolarité obligatoire entre l Est et l Ouest du canton de Vaud, comme cela avait été le cas pour l hépatite B en raison de la polémique française (présente aussi pour le HPV!), des taux comparables entre ville et campagne, aucune réaction de type allergique vrai. Parmi les éléments moins satisfaisants, on note la persistance de l effet bien connu, inverse, entre les compétences scolaires et le taux de couverture mis en évidence au niveau des 3 filières de 7 ème année, et dans les gymnases dont les élèves sont tous issus de VSB, le taux de couverture relativement faible dans les écoles professionnelles, en opposition avec la position des élèves, à priori plus impliqués dans la vie active et plus proches de 11

12 la fin de leur formation. Cet élément pourrait être dû au système de formation duale, qui fait que les apprentis ne suivent que 2 jours de cours, et que la vaccination est ainsi plus difficile à organiser, comme les occasions perdues d être rattrapées. Quoi qu il en soit, le fait de vacciner une proportion élevée de la population féminine jusqu à 20 ans révolus. Cela est très encourageant et permettra certainement de mesurer dans le futur, avec quelques années d avance, les effets de réduction de la carcinogenèse chez les personnes vaccinées. 12

13 total 4 régions scolarité obligatoire Effectif total des filles dans l'établissement par filière de formation dose HPV 1ère 2ème 3ème Taux couverture 1ère dose 7ème VSO % 7ème VSG % 7ème VSB % 8ème (filles) % 9ème (filles) % 10ème RACC % SESAF /Développement /Autres % taux de couverture moyen 69.3% 68.7% 69.3% total filles total 4 régions - gymnases Effectif total des filles dans l'établissement par filière de formation dose HPV 1ère 2ème 3ème gymnase (nées avant 1er janvier 1988) gymnase (nées après 1er janvier 1988) taux de couverture moyen 50.1% 49.5% 48.8% total filles

14 total 4 régions - écoles professionnelles Effectif total des filles dans l'établissement par filière de formation dose HPV 1ère 2ème 3ème école professionnelle (avant ) école professionnelle (après ) taux de couverture moyen 39.0% 38.8% 37.3% total filles total OPTI Effectif total des filles dans l'établissement par filière de formation dose HPV 1ère 2ème 3ème OPTI (avant ) OPTI (après ) taux de couverture moyen 70.2% 68.3% 66.0% total filles

15 Alpes vaudoises - scol obl Effectif total des filles dans l'établissement par filière de formation 1ère 2ème 3ème Broye - scol obligatoire Effectif total des filles dans l'établissement par filière de formation * 1ère 2ème 3ème 7ème VSO ème VSG ème VSB ème (filles) ème (filles) ème RACC SESAF /Développement /Autres taux de couverture moyen 71.8% 70.1% 72.2% 69.0% 68.4% 67.8% total filles CRENOL - scol obligatoire Effectif total des filles dans l'établissement par filière de formation 1ère 2ème 3ème COTE - scol obligatoire Effectif total des filles dans l'établissement par filière de formation 1ère 2ème 3ème 7ème VSO ème VSG ème VSB ème (filles) ème (filles) ème RACC SESAF /Développement /Autres taux de couverture moyen 70.7% 69.8% 70.0% 66.8% 67.3% 68.4% total filles

16 gymnase (nées avant 1er janvier 1988) gymnase (nées après 1er janvier 1988) Alpes vaudoises - gymnases Effectif total des filles dans l'établissement par filière de formation 1ère 2ème 3ème Broye -gymnases Effectif total des filles dans l'établissement par filière de formation 1ère 2ème 3ème taux de couverture moyen 58.0% 58.2% 59.7% 42.9% 42.7% 41.2% total filles gymnase (nées avant 1er janvier 1988) gymnase (nées après 1er janvier 1988) CRENOL - gymnases Effectif total des filles dans l'établissement par filière de formation * 1ère 2ème 3ème COTE - gymnases Effectif total des filles dans l'établissement par filière de formation * 1ère 2ème 3ème taux de couverture moyen 52.8% 51.9% 49.8% 43.8% 43.1% 44.3% total filles

17 Alpes vaudoises - écoles prof Effectif total des filles dans l'établissement par filière de formation * 1ère 2ème 3ème Broye - écoles prof Effectif total des filles dans l'établissement par filière de formation * 1ère 2ème 3ème école professionnelle (avant ) école professionnelle (après ) taux de couverture moyen 33.4% 32.3% 31.8% 39.9% 42.0% 38.7% total filles CRENOL - écoles prof COTE - écoles prof Effectif total des filles dans l'établissement par filière de formation * 1ère 2ème 3ème Effectif total des filles dans l'établissement par filière de formation * 1ère 2ème 3ème école professionnelle (avant ) école professionnelle (après ) taux de couverture moyen 41.6% 40.8% 39.8% 35.2% 35.0% 32.6% total filles

18 TOTAL - scolarité obligatoire pour la 1ère dose Alpes vaudoises Broye Crenol Côte Lausanne effectif vaccinées taux de couverture effectif vaccinées taux de couverture effectif vaccinées taux de couverture effectif vaccinées taux de couverture effectif vaccinées taux de couverture Taux couverture 1ère dose 7ème VSO (filles) % % % % % 79.1% 7ème VSG (filles) % % % % % 69.1% 7ème VSB (filles) % % % % % 56.8% 8ème (filles) % % % % % 70.2% 9ème (filles) % % % % % 72.4% 10ème RACC (filles) % % % % 69.6% SESAF/Dév/Autres (filles) % % % % 77.3% OPTI (avant ) 0 0 OPTI (après ) % total filles % total OPTI Taux global 70.1% taux de couverture moyen par région % % % % % 18

19 Nombre de doses en cabinet médical privé et proportion du collectif des jeunes filles vaccinées en fonction de l'année en cours % % 600 année en cours % 3.0% 2.0% proportion effectif proportion des vaccinées en privé % 0 11ème 12ème 13ème 14ème 15ème 16ème 17ème 18ème 19ème 20ème nombre de doses 0.0% 19

20 Taux de couverture additionnel obtenu par la vaccination en cabinet médical privé en fonction du district 7.0% 6.0% 5.0% 4.0% 3.0% 2.0% doses taux de couverture en privé 1.0% 0.0% Gros-deVaud Jura-Nord vaudois Lausanne (- ville) Lausanne Ville Lavaux-Oron Morges Nyon Ouest lausannois Riviera-Pays d'enhaut district 20 Broye-Vully Aigle nombre de doses taux de couverture additionnel

Le règlement du service dentaire scolaire ci-après :

Le règlement du service dentaire scolaire ci-après : Règlement du service dentaire scolaire (S D S) de la commune municipale de Court Règlement du service dentaire scolaire (SDS) L assemblée municipale de la commune de Court, en vertu de l article 60 de

Plus en détail

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est 28 Objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 2013 Objectif 5 Améliorer la santé maternelle Faits en bref XX En Asie de l Est, en Afrique du Nord et en, la mortalité maternelle a diminué

Plus en détail

PAPRICA Petite enfance

PAPRICA Petite enfance PAPRICA PETITE ENFANCE PHYSICAL ACTIVITY PROMOTION IN PRIMARY CARE PAPRICA Petite enfance Concept de formation La sédentarité du jeune enfant augmente de manière inquiétante. Or, la promotion du mouvement

Plus en détail

Conditions supplémentaires d assurance (CSA) de l assurance d hospitalisation CLINICA selon la LCA. Edition 01. 10

Conditions supplémentaires d assurance (CSA) de l assurance d hospitalisation CLINICA selon la LCA. Edition 01. 10 (CSA) de l assurance d hospitalisation CLINICA selon la LCA Edition 01. 10 Sommaire :: I. Généralités 3 Art. 1. Bases juridiques 3 Art. 2. But 3 Art. 3. Offre d assurance 3 Art. 4. Conclusion d assurance

Plus en détail

EDITION 2015. Conditions de participation au système de bonus BENEVITA. POUR LA MEILLEURE DES MÉDECINES.

EDITION 2015. Conditions de participation au système de bonus BENEVITA. POUR LA MEILLEURE DES MÉDECINES. EDITION 2015 Conditions de participation au système de bonus BENEVITA. POUR LA MEILLEURE DES MÉDECINES. Système de bonus BENEVITA: Informations destinées aux clients. Les informations ci-après vous donneront

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL REVISION DU CHAPITRE 5 DU GUIDE D ÉLABORATION D UN PROGRAMME D ACCÈS À L ÉGALITÉ COMMISSION DES DROITS DE LA PERSONNE

DOCUMENT DE TRAVAIL REVISION DU CHAPITRE 5 DU GUIDE D ÉLABORATION D UN PROGRAMME D ACCÈS À L ÉGALITÉ COMMISSION DES DROITS DE LA PERSONNE DOCUMENT DE TRAVAIL REVISION DU CHAPITRE 5 DU GUIDE D ÉLABORATION D UN PROGRAMME D ACCÈS À L ÉGALITÉ COMMISSION DES DROITS DE LA PERSONNE ET DES DROITS DE LA JEUNESSE (CDPDJ) OCTOBRE 2005 LLee ppr réésseennt

Plus en détail

Éléments hors bilan Rapport de vérification final Rapport N o 20/12 18 février 2013

Éléments hors bilan Rapport de vérification final Rapport N o 20/12 18 février 2013 Éléments hors bilan Rapport de vérification final Rapport N o 20/12 18 février 2013 Diffusion : Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef de la direction financière

Plus en détail

DOSSIER «PRATIQUE PRIVEE»

DOSSIER «PRATIQUE PRIVEE» DOSSIER «PRATIQUE PRIVEE» Autorisation de pratiquer Prestations Remboursement Non Bilans, suivis, examens psychologiques, expertises, supervisions Par les assurances complémentaires ; le patient doit vérifier

Plus en détail

MARDI 03 JUIN 2014 10H30

MARDI 03 JUIN 2014 10H30 CONFéRENCE DE PRESSE MARDI 03 JUIN 2014 10H30 dépistage du cancer du col de l utérus à mayotte SOMMAIRE 1- présentation de l association Fonctionnement de l association Territoire d intervention Population

Plus en détail

Information aux parents. Elèves de 8 à 12 ans

Information aux parents. Elèves de 8 à 12 ans leo > Degré primaire Années 5P à 8P (numérotation HarmoS) DÉPARTEMENT DE LA FORMATION, DE LA JEUNESSE ET DE LA CULTURE Présentation du Cycle 2 Information aux parents Elèves de 8 à 12 ans Dans le canton

Plus en détail

Evolution scolaire des enfants qui ont fréquenté les classes vertes ou d accueil de la ville de Lausanne (années 2000 à 2003)

Evolution scolaire des enfants qui ont fréquenté les classes vertes ou d accueil de la ville de Lausanne (années 2000 à 2003) Evolution scolaire des enfants qui ont fréquenté les classes vertes ou d accueil de la ville de Lausanne (années 2000 à 2003) Dr Virgile Woringer chef du service de santé des écoles avril 2006 1 Collectif

Plus en détail

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Texte allemand : EQM/Misereor, janvier 2012 Traduction : Service des langues de MISEROR, mars 2012 Ce document

Plus en détail

Comparaison de la réussite dans la scolarité obligatoire des enfants lausannois dyslexiques et non dyslexiques EXTRAIT

Comparaison de la réussite dans la scolarité obligatoire des enfants lausannois dyslexiques et non dyslexiques EXTRAIT Comparaison de la réussite dans la scolarité obligatoire des enfants lausannois dyslexiques et non dyslexiques EXTRAIT Dr. Virgile Woringer, pédiatre FMH, diplômé en santé publique et en médecine tropicale

Plus en détail

Ordonnance sur la diffusion de la formation suisse à l étranger

Ordonnance sur la diffusion de la formation suisse à l étranger Ordonnance sur la diffusion de la formation suisse à l étranger (Ordonnance sur les écoles suisses à l étranger, OESE) 418.01 du 28 novembre 2014 (Etat le 1 er janvier 2015) Le Conseil fédéral suisse,

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH Juillet 2012 Contexte Les prix et les bourses spéciales du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) forment

Plus en détail

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 25.11.2011 COM(2011) 832 final 2007/0229 (COD) COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN conformément à l'article 294, paragraphe 6, du traité sur le fonctionnement

Plus en détail

RÈGLEMENT DE CERTIFICATION

RÈGLEMENT DE CERTIFICATION QSE_DOC_015 V4.0 RÈGLEMENT DE CERTIFICATION Systèmes de management Tél. : 01 41 98 09 49 - Fax : 01 41 98 09 48 certification@socotec.com Sommaire Introduction 1. Déroulé d une prestation de certification

Plus en détail

3.01 Prestations de l AVS Rentes de vieillesse et allocations pour impotent de l AVS

3.01 Prestations de l AVS Rentes de vieillesse et allocations pour impotent de l AVS 3.01 Prestations de l AVS Rentes de vieillesse et allocations pour impotent de l AVS Etat au 1 er janvier 2015 1 En bref Lorsque vous atteignez l âge ordinaire de la retraite, vous avez droit à une rente

Plus en détail

S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D A T I O N S E N S A N T É P U B L I Q U E

S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D A T I O N S E N S A N T É P U B L I Q U E S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D A T I O N S E N S A N T É P U B L I Q U E Recommandations pour le dépistage du cancer du col de l utérus en France Juillet 2010 Ces recommandations s inscrivent

Plus en détail

FEAS. Fédération suisse des employés en assurances sociales Commission romande des examens

FEAS. Fédération suisse des employés en assurances sociales Commission romande des examens FEAS Fédération suisse des employés en assurances sociales Commission romande des examens Examen professionnel pour l obtention du brevet en assurances sociales Session d automne 2007 à Lausanne Examen

Plus en détail

Certification en fin de 11 e année. Information aux parents

Certification en fin de 11 e année. Information aux parents leo > Degré secondaire I Année 11S DÉPARTEMENT DE LA FORMATION, DE LA JEUNESSE ET DE LA CULTURE Certification en fin de 11 e année Information aux parents L école obligatoire se déroule sur onze ans. Elle

Plus en détail

CONTRAT DE TRAVAIL D ASSISTANTE MEDICALE

CONTRAT DE TRAVAIL D ASSISTANTE MEDICALE 1 CONTRAT DE TRAVAIL D ASSISTANTE MEDICALE Docteur et Nom de l'assistante Conviennent ce qui suit : Pour ne pas alourdir le texte, la forme féminine est privilégiée. Elle s applique aux deux sexes. I.

Plus en détail

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT?

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Accueil de jour de la petite enfance ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Propositions en vue d un partenariat public privé pour la mise en place de crèches et garderies Lausanne Région Août 2002

Plus en détail

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES GUIDE DES ETUDIANTS Ce guide est destiné à vous introduire au fonctionnement du Collège et du Département d études économiques européennes, en présentant les

Plus en détail

3.03 Prestations de l AVS Rentes de survivants de l AVS

3.03 Prestations de l AVS Rentes de survivants de l AVS 3.03 Prestations de l AVS Rentes de survivants de l AVS Etat au 1 er janvier 2015 1 En bref La rente de survivants est là pour empêcher que le décès du conjoint ou d un des parents ne mette financièrement

Plus en détail

Mode de calcul basé sur les dépenses déterminantes (coûts réels plafonnés) Sommaire

Mode de calcul basé sur les dépenses déterminantes (coûts réels plafonnés) Sommaire Mode de calcul basé sur les dépenses déterminantes (coûts réels plafonnés) Guide à l intention des institutions (prestataires) reconnues par les cantons suisses, pour leurs demandes d obtention des subventions

Plus en détail

Programme TAEHIL. Formation contractualisée pour l emploi

Programme TAEHIL. Formation contractualisée pour l emploi Programme TAEHIL Deux Mesures concrètes pour le programme TAEHIL Formation contractualisée pour l emploi Formation qualifiante ou de reconversion Objectif FCE: Formation contractualisée pour l emploi La

Plus en détail

FORMATION SELON LE SYSTEME DUAL L APPRENTISSAGE CFC DANS LE DOMAINE SOCIAL (ASSISTANT SOCIO EDUCATIF / ASE)

FORMATION SELON LE SYSTEME DUAL L APPRENTISSAGE CFC DANS LE DOMAINE SOCIAL (ASSISTANT SOCIO EDUCATIF / ASE) Département de l'éducation de la culture et du sport Service de la formation Departement für Erziehung, Kultur und Sport Dienststelle für Berufsbildung FORMATION SELON LE SYSTEME DUAL L APPRENTISSAGE CFC

Plus en détail

Plan de prévoyance 94

Plan de prévoyance 94 valable dès le 1er janvier 2015 Plan de prévoyance 94 Assurance d interruption Objectif L assurance d interruption a pour objectif d assurer la couverture de risques pour les personnes de moins de 50 ans,

Plus en détail

MISE EN PLACE D UNE CONSULTATION D INFORMATION SUR LES IST ET DE DEPISTAGE DU VIH POUR LES PERSONNES EXERCANT LA PROSTITUTION A GENEVE

MISE EN PLACE D UNE CONSULTATION D INFORMATION SUR LES IST ET DE DEPISTAGE DU VIH POUR LES PERSONNES EXERCANT LA PROSTITUTION A GENEVE Département de médecine communautaire, de premier recours et des urgences Service de médecine de premier recours Programme santé migrants MISE EN PLACE D UNE CONSULTATION D INFORMATION SUR LES IST ET DE

Plus en détail

Annexe à la circulaire 450 relative à la politique salariale 2014

Annexe à la circulaire 450 relative à la politique salariale 2014 Annexe à la circulaire 450 relative à la politique salariale 2014 - Grille salariale 2014 - Grille salariale 2014 des directeurs - Rémunération des enseignants spécialisés remplaçants - Rémunération des

Plus en détail

Réforme «Spécialiste du commerce de détail»

Réforme «Spécialiste du commerce de détail» Réforme «Spécialiste du commerce de détail» Directives relatives au déroulement des examens de validation des modules pour les futurs spécialistes du commerce de détail (Les dénominations de personnes

Plus en détail

Ordonnance du DFF concernant les prêts hypothécaires à taux bonifié

Ordonnance du DFF concernant les prêts hypothécaires à taux bonifié Ordonnance du DFF concernant les prêts hypothécaires à taux bonifié (Ordonnance du DFF sur les prêts hypothécaires) du 10 décembre 2001 Le Département fédéral des finances, vu l art. 116, al. 1, de l ordonnance

Plus en détail

Définition d'un modèle de calcul du coût de la formation et de la recherche académiques médicales dans les hôpitaux universitaires

Définition d'un modèle de calcul du coût de la formation et de la recherche académiques médicales dans les hôpitaux universitaires Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Santé, éducation et sciences Définition d'un modèle de calcul du coût de la formation et de la recherche académiques médicales

Plus en détail

Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp

Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp D après une initiative de Champ AGJIR Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp www.remplachamp.fr Contacts : Sylvain DURIEZ, Président de Champ AGJIR, president@champagjir.fr Jacques

Plus en détail

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement 2.0 Total des dépenses de santé par source de financement Points saillants du chapitre La répartition des dépenses de santé entre les secteurs privés et publics est stable depuis plus de 10 ans En 2012,

Plus en détail

Projet de Service spécifique Antenne PSE de Coronmeuse 2014-2020

Projet de Service spécifique Antenne PSE de Coronmeuse 2014-2020 2014-2020 ANTENNE PSE DE CORONMEUSE Place Coronmeuse, 21 4040 HERSTAL 04/248 80 58 pse.herstal-coron@provincedeliege.be Code Fase : 5605 Projet de Service spécifique Antenne PSE de Coronmeuse 2 Sommaire

Plus en détail

Collège de médecine de premier recours Journée nationale de vaccination contre la grippe du 7.11.2014 1

Collège de médecine de premier recours Journée nationale de vaccination contre la grippe du 7.11.2014 1 MESSAGES CLÉS Journée nationale de vaccination contre la grippe organisée par les médecins de premier recours suisses, vendredi 7 novembre 2014 «SE VACCINER CONTRE LA GRIPPE» 1. Pourquoi vacciner contre

Plus en détail

SERVICE DE GARDE D ENFANTS MALADES A DOMICILE FICHE D INSCRIPTION

SERVICE DE GARDE D ENFANTS MALADES A DOMICILE FICHE D INSCRIPTION SERVICE DE GARDE D ENFANTS MALADES A DOMICILE Coordonnées de l enfant FICHE D INSCRIPTION Nom :. Prénom(s) :. Date de naissance : Coordonnées des parents ou tuteurs de l enfant Nom : Prénom : Lien de parenté

Plus en détail

Bien comprendre et bien choisir votre complémentaire santé

Bien comprendre et bien choisir votre complémentaire santé Bien comprendre et bien choisir votre complémentaire santé Forfait 18 euros Parodontologie Auxiliaires médicaux Bien comprendre et bien choisir votre complémentaire santé SOMMAIRE P. 3 A quoi sert une

Plus en détail

MATURITÉ PROFESSIONNELLE

MATURITÉ PROFESSIONNELLE MATURITÉ PROFESSIONNELLE commerciale (MPC) La maturité professionnelle complète une formation par apprentissage, afin de permettre l accès aux niveaux supérieurs de formation. Il existe différentes orientations

Plus en détail

Santé Manitoba GUIDE DU PROGRAMME DE PAIEMENT PAR MENSUALITÉS DE LA FRANCHISE DU RÉGIME D ASSURANCE-MÉDICAMENTS

Santé Manitoba GUIDE DU PROGRAMME DE PAIEMENT PAR MENSUALITÉS DE LA FRANCHISE DU RÉGIME D ASSURANCE-MÉDICAMENTS Santé Manitoba GUIDE DU PROGRAMME DE PAIEMENT PAR MENSUALITÉS DE LA FRANCHISE DU RÉGIME D ASSURANCE-MÉDICAMENTS Juin 2010 Remarque : Les renseignements fournis dans ce guide étaient à jour au moment de

Plus en détail

leo > Présentation du Cycle 2 Information aux parents Degré primaire www.vd.ch/scolarite Années 5P à 8P

leo > Présentation du Cycle 2 Information aux parents Degré primaire www.vd.ch/scolarite Années 5P à 8P leo > Degré primaire Années 5P à 8P DÉPARTEMENT DE LA FORMATION, DE LA JEUNESSE ET DE LA CULTURE Présentation du Cycle 2 Information aux parents L école obligatoire se déroule sur onze ans. Elle vise à

Plus en détail

Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance

Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance (Articles L.533-18 du code monétaire et financier et 314-75 du règlement général de l Autorité des Marchés Financiers) I Présentation

Plus en détail

Accès aux courriers électroniques d un employé absent

Accès aux courriers électroniques d un employé absent Accès aux courriers électroniques d un employé absent Les maîtres-mots en la matière : mesures préventives, responsabilisation, proportionnalité et transparence 1. Il convient, à ce sujet, de se référer

Plus en détail

Axe prioritaire I: Capacité d insertion professionnelle :

Axe prioritaire I: Capacité d insertion professionnelle : ANNEXE 1 au dossier de présentation pour la presse au sujet du lancement du 2 e tour du PIC EQUAL Présentation des axes prioritaires avec une esquisse des mesures cofinancées pour l exercice 2004-2006:

Plus en détail

PLAN DE PRÉVOYANCE C

PLAN DE PRÉVOYANCE C PLAN DE PRÉVOYANCE C RÈGLEMENT, 1 re partie Valable à partir du 1 er janvier 2010 Mis en vigueur par le Conseil de fondation le 9 novembre 2009 Le présent plan de prévoyance s applique à toutes les personnes

Plus en détail

PRÉVOYANCE VIEILLESSE THÉORIE RAIFFEISEN TRANSMISSION DE CONNAISSANCES DANS LE DOMAINE BANCAIRE

PRÉVOYANCE VIEILLESSE THÉORIE RAIFFEISEN TRANSMISSION DE CONNAISSANCES DANS LE DOMAINE BANCAIRE PRÉVOYANCE VIEILLESSE 1 THÉORIE RAIFFEISEN TRANSMISSION DE CONNAISSANCES DANS LE DOMAINE BANCAIRE RAIFFEISEN PRÉVOYANCE VIEILLESSE (ÉTAT 2015) PR É VOYA N C E V IE ILLE SS E 1.1 PRÉVOYANCE ÉTATIQUE 1 ER

Plus en détail

Etat du Valais. Maternité / Adoption. Service du personnel et de l'organisation

Etat du Valais. Maternité / Adoption. Service du personnel et de l'organisation Etat du Valais Maternité / Adoption Service du personnel et de l'organisation 1 INTRODUCTION Le 1 er juillet 2005 est entrée en vigueur la modification du 3 octobre 2003 de la loi fédérale sur les allocations

Plus en détail

Aide-mémoire. Le présent aide-mémoire vous donne un aperçu de l application des dispositions relatives à la taxe spéciale.

Aide-mémoire. Le présent aide-mémoire vous donne un aperçu de l application des dispositions relatives à la taxe spéciale. Janvier 2015 Aide-mémoire relatif à l obligation de s acquitter de la taxe spéciale pour les requérants d asile, les personnes admises à titre provisoire et les personnes à protéger Le présent aide-mémoire

Plus en détail

4 Description des chiffres-clés répertoriés

4 Description des chiffres-clés répertoriés 4 Description des chiffres-clés répertoriés La partie tableaux donne, pour chaque hôpital de Suisse, une sélection de chiffres-clés. Celle-ci se fonde sur l ancienne publication de la VESKA/H+ «Statistique

Plus en détail

Rapport annuel 2013 FORMATION EN DEUX PHASES

Rapport annuel 2013 FORMATION EN DEUX PHASES Rapport annuel 213 FORMATION EN DEUX PHASES La formation en deux phases en 213 Bilan intermédiaire Le bpa a remis son rapport sur la formation en deux phases avec les résultats de son évaluation au printemps

Plus en détail

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT APPUI CONSEIL «GESTION DES AGES» dans le cadre du Contrat de génération Le présent

Plus en détail

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS Champ d application de la politique La présente politique expose les politiques de la Bourse relatives aux emprunts contractés

Plus en détail

Ordonnance concernant l exercice de la profession d infirmière et infirmier

Ordonnance concernant l exercice de la profession d infirmière et infirmier 8.7 Ordonnance concernant l exercice de la profession d infirmière et infirmier du 30 novembre 993 Le Gouvernement de la République et Canton du Jura, vu les articles 46, alinéa, lettre g, et 47 à 58 de

Plus en détail

DOSSIER. SORTIES ET VOYAGES SCOLAIRES dans le second degré

DOSSIER. SORTIES ET VOYAGES SCOLAIRES dans le second degré DOSSIER SORTIES ET VOYAGES SCOLAIRES dans le second degré Bruxelles, le 27 juin 2011 1 INTRODUCTION Les voyages et sorties scolaires participent par nature à la mission d un établissement scolaire. Leurs

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES POUR LA MEDECINE DENTAIRE SCOLAIRE ET LES DEPISTAGES DENTAIRES. Version du 7 octobre 2013

CAHIER DES CHARGES POUR LA MEDECINE DENTAIRE SCOLAIRE ET LES DEPISTAGES DENTAIRES. Version du 7 octobre 2013 CAHIER DES CHARGES POUR LA MEDECINE DENTAIRE SCOLAIRE ET LES DEPISTAGES DENTAIRES Version du 7 octobre 2013 Mise à jour des en-têtes et pieds-de-page, ainsi que des annexes. Annexe 1 Résultats du dépistage

Plus en détail

Règlement interne de la Société suisse de crédit hôtelier

Règlement interne de la Société suisse de crédit hôtelier Règlement interne de la Société suisse de crédit hôtelier (Règlement interne de la SCH) du 26 février 2015 Approuvé par le Conseil fédéral le 18 février 2015 L administration de la Société suisse de crédit

Plus en détail

TOUS LES TERMES UTILISES DOIVENT ETRE COMPRIS DANS LEUR SENS EPICENE. La Direction du ceff Centre de formation professionnelle Berne francophone,

TOUS LES TERMES UTILISES DOIVENT ETRE COMPRIS DANS LEUR SENS EPICENE. La Direction du ceff Centre de formation professionnelle Berne francophone, CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE BERNE FRANCOPHONE Règlement spécifique à la filière de formation CFC plein temps et maturité professionnelle (MP) dans le domaine Santé-social relatif aux conditions

Plus en détail

Assistant en pharmacie CFC / Assistante en pharmacie CFC Valable à partir de 2011

Assistant en pharmacie CFC / Assistante en pharmacie CFC Valable à partir de 2011 Procédure de qualification TRAVAUX PRATIQUES Assistant en pharmacie CFC / Directive Assistante en pharmacie CFC Valable à partir de 2011 TRAVAIL PRATIQUE IMPOSÉ 1. INSTRUCTIONS (OBLIGATOIRES) 1.1. Répartition

Plus en détail

Proposition de la CRUS et de la KFH pour la discussion sur les articles 1, 2, 4 et 33-36 du projet de consultation pour la LAHE

Proposition de la CRUS et de la KFH pour la discussion sur les articles 1, 2, 4 et 33-36 du projet de consultation pour la LAHE Loi fédérale sur l aide aux hautes écoles et la coordination dans le domaine suisse des hautes écoles (LAHE) Proposition de la CRUS et de la KFH pour la discussion sur les articles 1,, 4 et 33-36 du projet

Plus en détail

INSTITUT DE FORMATION AIDES SOIGNANTS CENTRE HOSPITALIER DE SECLIN

INSTITUT DE FORMATION AIDES SOIGNANTS CENTRE HOSPITALIER DE SECLIN INSTITUT DE FORMATION AIDES SOIGNANTS CENTRE HOSPITALIER DE SECLIN Rentrée scolaire : le 2 septembre 2015 Clôture des inscriptions : 3 Février 2015 (cachet de la poste faisant foi) Epreuve écrite d admissibilité

Plus en détail

Table des matières. Énoncé du vérificateur... 1. I. Introduction... 2 Contexte... 2 Objectif... 2 Portée... 2 Critères... 3. II. Méthodologie...

Table des matières. Énoncé du vérificateur... 1. I. Introduction... 2 Contexte... 2 Objectif... 2 Portée... 2 Critères... 3. II. Méthodologie... Vérification des enquêtes de sécurité sur le personnel RAPPORT Division de la vérification et de l évaluation Juillet 2003 Table des matières Énoncé du vérificateur... 1 I. Introduction... 2 Contexte...

Plus en détail

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch Le projet QualiCarte a été initié par la Conférence suisse de la formation professionnelle en collaboration avec des organisations suisses du monde du travail, et plus particulièrement l Union suisse des

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Permettre l accès aux soins des personnes à revenus modestes

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Permettre l accès aux soins des personnes à revenus modestes COMMUNIQUÉ DE PRESSE Permettre l accès aux soins des personnes à revenus modestes Malakoff Médéric lance Ma Complémentaire Santé ACS, la première complémentaire santé individuelle conçue pour les bénéficiaires

Plus en détail

MODALITES DE SUBVENTIONNEMENT DES PRIMES

MODALITES DE SUBVENTIONNEMENT DES PRIMES Département des finances, des institutions et de la santé Service de la santé publique Departement für Finanzen, Institutionen und Gesundheit Dienststelle für Gesundheitswesen MODALITES DE SUBVENTIONNEMENT

Plus en détail

CHAPITRE PREMIER Généralités

CHAPITRE PREMIER Généralités Règlement d'introduction de la loi fédérale sur le nouveau régime de financement des soins Le Conseil d Etat de la République et Canton de Neuchâtel, vu la loi fédérale sur l'assurance-maladie (LAMal),

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Département de la formation, de la jeunesse et de la culture. Repères statistiques

Département de la formation, de la jeunesse et de la culture. Repères statistiques Département de la formation, de la jeunesse et de la culture Repères statistiques 18 août 2015 Sommaire L année scolaire écoulée 2014-2015 en quelques chiffres... 3 Scolarité obligatoire 3 Formation postobligatoire

Plus en détail

Séminaire Intersession du Groupe Francophone Jeudi 28 mai 2015, Hôtel Royal, Genève

Séminaire Intersession du Groupe Francophone Jeudi 28 mai 2015, Hôtel Royal, Genève COMPTE-RENDU Séminaire Intersession du Groupe Francophone Jeudi 28 mai 2015, Hôtel Royal, Genève SYNTHÈSE GÉNÉRALE En vue de préparer sa participation à la 29 e session du Conseil des droits de l Homme

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GENERALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/63/57 13 mars 2011 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITE EXECUTIF DU FONDS MULTILATERAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

Vérification des procédures de démarcation de l encaisse en fin d exercice 2010-2011. Rapport de vérification interne

Vérification des procédures de démarcation de l encaisse en fin d exercice 2010-2011. Rapport de vérification interne Vérification des procédures de démarcation de l encaisse en fin d exercice 2010-2011 Rapport de vérification interne Octobre 2011 TABLE DES MATIÈRES 1.0 INTRODUCTION... 3 1.1 CONTEXTE... 3 1.2 ÉVALUATION

Plus en détail

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE 14 TÉTANOS ET LA ROUGEOLE 14.1 INTRODUCTION Soumaïla MARIKO Comme on l a déjà précisé au chapitre 1, des tests de dépistage de l immunité contre le tétanos et

Plus en détail

916.402. Dispositions générales. du 16 novembre 2011 (Etat le 1 er juin 2012)

916.402. Dispositions générales. du 16 novembre 2011 (Etat le 1 er juin 2012) Ordonnance concernant la formation de base, la formation qualifiante et la formation continue des personnes travaillant dans le secteur vétérinaire public 916.402 du 16 novembre 2011 (Etat le 1 er juin

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

OFSP & Commission Fédérale Vaccinations 2012 SMPR 2010

OFSP & Commission Fédérale Vaccinations 2012 SMPR 2010 Objectifs QUELLES VACCINATIONS RECOMMANDER CHEZL ADULTE? N. Junod Perron et J P. Humair Enseignement en Médecine Ambulatoire SMPR 26.3.2014 2014 Connaître les vaccins recommandés chez les adultes de la

Plus en détail

CAISSE DE PENSION FREELANCE

CAISSE DE PENSION FREELANCE Caisse de pension Freelance CAISSE DE PENSION FREELANCE du syndicat des médias comedia RÉSUMÉ DU RÈGLEMENT 2007 Valable dès le 01.01.2007 Caisse de pension Freelance 1/6 RESUME DES DISPOSITIONS LES PLUS

Plus en détail

Règlement des stages Février 2015

Règlement des stages Février 2015 Règlement des stages Février 2015 Article 1.- Valorisation du stage 1.1. Les étudiants inscrits dans le bloc 2 du master en droit à la Faculté de droit et de criminologie de l ULB ont la possibilité d

Plus en détail

CNRACL AGE DE DEPART EN RETRAITE DES FONCTIONNAIRES DE LA CATEGORIE ACTIVE à partir du 1 er janvier 2010

CNRACL AGE DE DEPART EN RETRAITE DES FONCTIONNAIRES DE LA CATEGORIE ACTIVE à partir du 1 er janvier 2010 Réf. : CDG-INFO2010-6/MDE/CVD Personnes à contacter : Christine DELEBARRE Thérèse SMOLAREK Valérie TANSSORIER Date : le 25 février 2010 : 03.59.56.88.28/29 CNRACL AGE DE DEPART EN RETRAITE DES FONCTIONNAIRES

Plus en détail

COMPTE EPARGNE-TEMPS

COMPTE EPARGNE-TEMPS COMPTE EPARGNE-TEMPS n 2010-531 du 20 mai 2010, qui a modifié le décret n 2004-878 du 26 août 2004 ; on pourra également se référer à la circulaire du 31 mai 2010 présentant la réforme Par rapport à l

Plus en détail

Caisse cantonale genevoise de compensation. Assurance-maternité cantonale genevoise

Caisse cantonale genevoise de compensation. Assurance-maternité cantonale genevoise Caisse cantonale genevoise de compensation Assurance-maternité cantonale genevoise Etat au 1 er juillet 2001 Introduction L'assurance-maternité est une assurance perte de gain obligatoire dans le Canton

Plus en détail

Services ProCare de GM Description des services

Services ProCare de GM Description des services Aperçu des services offerts Chaque site Web bénéficiant du forfait de marketing numérique GM aura droit à des services ProCare visant les objectifs suivants : Respect de la stratégie globale de marketing:

Plus en détail

RAPPORT DES CONCLUSIONS DE L ENQUÊTE DE LA COMMISSAIRE

RAPPORT DES CONCLUSIONS DE L ENQUÊTE DE LA COMMISSAIRE RAPPORT DES CONCLUSIONS DE L ENQUÊTE DE LA COMMISSAIRE Loi sur le droit à l information et la protection de la vie privée Affaire : 2013-1598-AP-852 Le 3 février 2014 «Un Ministère a failli à son obligation

Plus en détail

Impôt à la source. Simplification administrative et Harmonisation intercantonale. Qui sont concernés?

Impôt à la source. Simplification administrative et Harmonisation intercantonale. Qui sont concernés? Impôt à la source Simplification administrative et Harmonisation intercantonale 1 Impôt à la source Qui sont concernés? Sont concernés : Les «employeurs», personnes physiques ou morales,(plus de 11 000

Plus en détail

CONVOCATION DES MEMBRES DU COMITE

CONVOCATION DES MEMBRES DU COMITE REGLEMENT INTERIEUR DU COMITE D HYGIENE DE SECURITE ET DE CONDITIONS DE TRAVAIL DE L UNIVERSITE DE REIMS CHAMPAGNE ARDENNE Document validé par le CHSCT au cours de sa séance du 18 septembre 2012 Mis à

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

Dispositions d application des directives sur les qualifications didactiques du personnel d enseignement de la HES-SO

Dispositions d application des directives sur les qualifications didactiques du personnel d enseignement de la HES-SO Dispositions d application des directives sur les qualifications didactiques du personnel d enseignement de la HES-SO relatives à l attribution d équivalences et à la reconnaissance d acquis pour la formation

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE HORAIRES ET CONGES ANNEE UNIVERSITAIRE 2014/2015

FICHE TECHNIQUE HORAIRES ET CONGES ANNEE UNIVERSITAIRE 2014/2015 Pôle Ressources Humaines Le 07/07/2014 FICHE TECHNIQUE HORAIRES ET CONGES ANNEE UNIVERSITAIRE 2014/2015 La présente note a pour objectif de rappeler de manière aussi synthétique que possible le dispositif

Plus en détail

Décision concernant la planification de la médecine hautement spécialisée (MHS) dans le domaine des tumeurs rares de la moelle épinière

Décision concernant la planification de la médecine hautement spécialisée (MHS) dans le domaine des tumeurs rares de la moelle épinière Décision concernant la planification de la médecine hautement spécialisée (MHS) dans le domaine des tumeurs rares de la moelle épinière L Organe de décision de la Convention intercantonale relative à la

Plus en détail

Séance parents 8P Genolier

Séance parents 8P Genolier Séance parents 8P Genolier 8 octobre 2013 Intervention et rôle de l OSP Dès la 10e et 11e : Information et aide au choix séances d information en classe entretiens individuels avec les élèves et leurs

Plus en détail

Passerelle de la maturité professionnelle à l université pour l espace BEJUNE Page 1/5

Passerelle de la maturité professionnelle à l université pour l espace BEJUNE Page 1/5 Direction de l instruction publique du canton de Berne Département de la formation, de la culture et des sports de la République et canton du Jura Département de l éducation, de la culture et des sports

Plus en détail

Monsieur Mars di Bartolomeo Président de ia Chambre des Député-e-s Luxembourg. Luxembourg, le 24 octobre 2014. CHAMBKL 0 i DLPUTES Enîréf

Monsieur Mars di Bartolomeo Président de ia Chambre des Député-e-s Luxembourg. Luxembourg, le 24 octobre 2014. CHAMBKL 0 i DLPUTES Enîréf Monsieur Mars di Bartolomeo Président de ia Chambre des Député-e-s Luxembourg Luxembourg, le 24 octobre 2014 CHAMBKL 0 i DLPUTES Enîréf Monsieur le Président, n Iji. i. / tui Par la présente et conformément

Plus en détail

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Guide juridique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Cette fiche vous présente le régime juridique des exonérations de cotisations de sécurité sociale

Plus en détail

PASSAGE. Projet d'approche Solidaire en SAnté GEnésique

PASSAGE. Projet d'approche Solidaire en SAnté GEnésique PASSAGE Projet d'approche Solidaire en SAnté GEnésique EuropeAid/120804/C/G/Multi Compte rendu de l assemblée générale de la mutuelle de santé communautaire de Meskine (MuSaCoM) Maroua, Cameroun 27 mai

Plus en détail

Loi fédérale sur l assurance-maladie

Loi fédérale sur l assurance-maladie Projet de la Commission de rédaction pour le vote final Loi fédérale sur l assurance-maladie (LAMal) (Financement hospitalier) Modification du 21 décembre 2007 L Assemblée fédérale de la Confédération

Plus en détail

L intégration professionnelle des chirurgiens-dentistes citoyens français à diplôme hors Union Européenne

L intégration professionnelle des chirurgiens-dentistes citoyens français à diplôme hors Union Européenne L intégration professionnelle des chirurgiens-dentistes citoyens français à diplôme hors Union Européenne - RAPPORT - Pôle des Chirurgiens-Dentistes FPS Juin 2003 FPS-SNPAC Page 1 sur 5 L intégration professionnelle

Plus en détail

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et Conseil de recherches en sciences humaines

Plus en détail

Cas de discrimination déclarés en 2013

Cas de discrimination déclarés en 2013 Cas de discrimination déclarés en 2013 Total : 70 cas activité lucrative assurances sociales assurances privées droit des étrangers santé publique droit d'entrée et de séjour service militaire divers violations

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR «Rien ne sert de bien sélectionner, il faut aussi savoir intégrer à point!» Si un recrutement réussi dépend avant toute chose d une solide procédure de sélection,

Plus en détail