/.ES REACTEURS fotripes FUSION-FISSION. C.S./l. Service d'etudes des Réacteurs et de Mathœnêtiques Appliquées Centre d'etudes Nucléaires de SACLAÏ

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "/.ES REACTEURS fotripes FUSION-FISSION. C.S./l. Service d'etudes des Réacteurs et de Mathœnêtiques Appliquées Centre d'etudes Nucléaires de SACLAÏ"

Transcription

1 DCIS-mf 9429 /.ES REACTEURS fotripes FUSION-FISSION J.B. THOMAS C.S./l. Service d'etudes des Réacteurs et de Mathœnêtiques Appliquées Centre d'etudes Nucléaires de SACLAÏ î - INTRODUCTION Le principe des hybrides fusion-fission est l'association d'une source de neutrons de fusion et d'une couverture de noyaux lourds multipliant neutrons et énergie par fission.. Dans un réacteur de fission, chaque fission produit 200 Mev mais l'entretien du cycle de combustible (régénération des noyaux fissiles) impose une rigoureuse économie de neutrons.. Dans un réacteur de fusion, l'amorçage et l'entretien de la réaction sont difficiles. Chaque fusion ne produit que 18 Mev. Il est nécessaire (au moins dans le cycle D-T) de régénérer un noyau de tritium. Un produit remarquable de la réaction est le neutron de 14 Mev. Il ne sert pas à l'entretien de la fusion, mais porte la plus grande partie de l'énergie et permet de régénérer le noyau de tritium, par une réaction de conversion sur le lithium. Or son potentiel d'utilisation est remarquable dans une couverture de noyaux lourds. Par réactions(n,xn)et surtout par fission rapide des noyaux fertiles, il produit de l'énergie et une cascade de neutrons secondaires. Ceux-ci peuvent à la fois régénérer le noyau de tritium et produire par conversion des noyaux fissiles utilisables dans un parc de réacteurs de fission associé. L'amplification obtenue par cett~ utilisation du neutron de fusion est considérable.

2 - 2 - Le réacteur hybride se présente donc comme un réacteur â source. Le système qui comprend l'hybride et le parc de- réacteurs de fission qu'il entretient opère une symbiose des cycles de fusion et de fission. Ce système est auto-entretenu, assurant la régénération du tritium et des noyaux fissiles consommés. Par le rapport des énergies produites dans une réaction de fission et une réaction de fusion, la source de fusion a dans le système un poids limite, ce qui permet de s'accommoder d'un coût élevé, d'un rendement faible, d'une souplesse d'exploitation modeste (c'est le parc de fission qui fournit au réseau l'essentiel de l'énergie). Par contre, le bilan du système est sensible au taux de régénération propre du parc de fission. En résumé, l'hybride semble pouvoir résoudre, par complémentarité, les problèmes actuels de la fusion : régénération du tritium, faible rendement et coût élevé, et de la fission : régénération des noyaux fissiles. Par contre, l'hybride peut également présenter simultanément les défauts des deux filières dans certains domaines. Historiquement, le principe des hybrides fusion-fission a été exploré dès les années cinquante, dans un autre cadre. i Le récent regain d'intérêt paraît dû : - au caractère surgénérateur de l'hybride, sans aucun inventaire initial de noyaux fissiles ni contrainte de temps de doublement, exploitant directement les stocks d'uranium appauvri pour entretenir un parc de réacteurs existants, tout en bénéficiant fortement de toute amélioration éventuelle de leur cycle (augmentation du facteur de conversion, quasi-breeders). L'utilisation exhaustive des noyaux lourds est alors possible, la consommation de lithium est modérée ;

3 aux progrès de la fusion. Ceux-ci déterminent les filières les plus performantes vis-à-vis de la physique des plasmas et mettent en évidence les contraintes d'architecture (conception, technologie) qui s'imposent à elles. Il faut alors introduire l'ensemble des critères qui s'appliquent aux systèmes de production d'énergie : sûreté, économie, fiabilité, souplesse d'exploitation, afin de confirmer le choix des filières, orienter leur développement (en particulier par le choix des systèmes de chauffage, de traitement des impuretés), définir les étapes menant à un réacteur de fusion optimisé. L'hybride apparaît en ce sens comme une étape possible dans le développement et l'orientation des systèmes de fusion. Dans un premier temps, il permet de s'accommoder d'un rendement faible, d'un coût élevé et d'une souplesse d'exploitation limitée (fonctionnement puisé, par exemple) de la source de fusion, tout en aidant à résoudre le problème de régénération du tritium. Ultérieurement, en fonction des progrès de la fusion, l'équilibre peut se déplacer vers une conception différente ou l'abandon de la symbiose au profit de. la fusion. Dans cette perspective, le concept de l'hybride se trouve lié aux études de système à long terme plutôt qu'à une alternative vis-à-vis de la fusion pure. En fait, les deux motivations précédemment exposées sont présentes dans la plupart des nombreuses études menées sur les hybrides durant ces dernières années, en particulier aux USA et en URSS. " Ces études ont mené à envisager plusieurs types d'hybrides et de cycles de combustible, aussi bien au niveau du réacteur de fusion, en confinement magnétique (réacteur à miroir, Tokamak) ou inertiel, du cycle de fusion (cycle DT ou cycles avancés), qu'au niveau de la couverture (uranium, thorium, réfrigérants divers) et du parc de fission associé, à cause de l'importance du facteur de conversion atteint. Ces études ont également contribué à une réévaluation plus générale des systèmes symbiotiques fondés sur un réacteur à source, la source pouvant être un accélérateur de particules produisant une cascade de neutrons secondaires par des réactions de spallation et d'cvaporation dans une cible primaire.

4 - 4 - Ce foisonnement de concepts rend difficile une comparaison et un jugement précis, s'agissant de systèmes peu ou pas éprouvés et parfois d'évaluations purement prospectives. Dans la suite, un seul exemple sera envisagé : un réacteur hybride dont la source serait un Tokamak entretenu de petite taille, tel que les travaux menés en France et dans la Communauté permettent de le concevoir dès à présent, avec un cycle de fusion D,T. Les paramètres principaux influençant ses performances et sa faisabilité seront examinés. Les conclusions de la plupart des études paramétriques sont peu tributaires de ce choix particulier. II - PRINCIPE Le principe de l'hybride est l'amplification par la fission de noyaux lourds des produits de la fusion : énergie et neuttons. L'hybride possède en principe deux composants : - la source de fusion - la couverture de noyaux lourds. Le système énergétique auto-entretenu en combustible nucléaire associé à l'hybride comprend également le parc de réacteurs de fission consommant l'excédent éventuel de noyaux fissiles produit par la couverture. Le principe de l'hybride est illustré par les schémas ci-dessous 1 + conversion / fissiles Figure 1 : Schéma de principe

5 - 5 - Equations des cycles de : - Fusion D + T -> a Li 7 + n * Li + n-> Li nat + n (3.5 Mev) + n (14.1 Mev) ' a + T + n Mev J L a + T +4.8 Mev \ (14.1 Mev)-»- environ 1.7 T inatj l 92 6 % de Li t.de Li Fission Fission U n * 2PF + v n Mev Réactions U 238 (n,xn) Conversion U n ->... > Pu 239 Le même type de réactions peut être produit v = 4 sur le.5 à 14 Mev Th i 232 Figure 2 Exemple de bilan indicatif de noyaux et d'énergie 1n 1T 2 Pu 239 -v - 15 Mev Mev <\» Mev Figure 3

6 - 6 - Figure 4 Illustration de la symbiose fusionfission Uranium naturel ou appauvri ou thorium 1. Plasma 2. Couverture 3. Chauffage Figure 5 : Schéma de principe d'un réacteur hybride de type Tokamak d'aprôs ([!])

7 Plasma 2. U ou Th 3. Li 1. Plasma 2. Couverture U ou Th 3. Couverture Li 4. Enveloppe et protection 5. Chauffage 6. Divertor 1. Plasma 2. Couverture U ou Th 3. Couverture Li 4. Enveloppe et protection 5. Chauffage 6. Divertor Figure 6 : Schéma de principe d'une couverture d'hybride - couverture idéale : taux de couverture sr = 1 - couverture externe (Tokamak) - couvertures externe (U + Li) et interne (Li) Le problème peut, être décomposé en deux termes liés aux deux cycles nucléaires concernes : la fusion (cycle D-T) et la fission. Le cycle D-T et le problème de la régénération du tritium sont résumés par les tableaux suivants : - Figure 7 : Equations - Figure 8 : Sections efficaces de production de T sur Li et Li 7 - Figure 9 : Production de tritium en fonction du taux de couverture (noyaux de tritium par fusion)

8 - 8 - D + T-> Li 7 + n Li 6 + n a (3. 5 Mev) + n (14.1 Mev) + T+n Mev L. Nat a + T Mev + a > ' Li Nat + n (14.1 Mev) * environ 1.7 T (92.6 l de Li 7 % de Li 6 '... Figure" 7 : Equations a barns A 'A N - \\ Eo Mev Li 6 (nt) He 4 o millibarns / / / / Eo Mev Li 7 (n,n'at) Figure 8 : Sections efficaces de production du T sur Li et Li7 Figure 9 : Production de tritium en fonction du taux de couverture (noyaux de tritium par fusion)

9 - 9 - La fermeture du cycle du tritium est essentielle, car un déficit systématique ne pourrait pas être compensé raisonnablement par un parc de réacteurs de fission. Si l'on dispose par exemple d'un excédent idéal de 1 noyau de tritium par fission, on ne peut alimenter une production de 17.6 Mev de fusion qu'en provoquant une fission de 200 Mév, sans assurer la régénération du combustible fissile. Dans un cas plus réaliste où l'on utilise des réacteurs de fission existants en considérant le tritium comme un sous-produit, on peut espérer obtenir environ 0.1 noyau de tritium par fission. Pour compenser un déficit systématique de 0.1 noyau de tritium par fusion, la disproportion des puissances installées selon les deux modes serait donc considérable. La régénération du tritium doit donc être efficace (1.05 noyau par fusion, par exemple) et continue car pour les mêmes raisons la gestion des stocks ne permet pas d'envisager un long fonctionnement sans appoint. Un facteur de régénération de l'ordre de 1.7 serait atteint dans des conditions idéales, grâce aux réactions sur le Li (fig. 7). Néanmoins, la fermeture du cycle est sujette à des incertitudes de calcul et de conception. En effet, pour représenter la configuration réelle du réacteur, il faut tenir compte : - de la première paroi et des structures ainsi que des effets de streaming (fuites et diffusions radiales de neutrons, par exemple à travers un réfrigérant gazeux) ; - du taux de couverture (fraction de la première paroi enveloppée par la couverture) qui peut devenir très inférieur à 1. (chauffage, divertor...) La variation des performances en fonction du taux de couverture est illustrée en figure 9, à l'aide d'un modèle simplifié, dans trois schémas de conversion différents :

10 dopage par un multiplicateur de neutrons. lithium naturel. lithium naturel et structures. Si on fixe, compte tenu des incertitudes, la valeur de conception du facteur de régénération à 1.1, on voit que le taux. de couverture doit être maintenu à une valeur élevée. Les noyaux susceptibles d'améliorer la régénération du tritium sont essentiellement le Be, le Pb et les noyaux lourds, fissiles pour les neutrons de fusion. Vu les valeurs élevées de v pour les neutrons de fusion, la multiplication neutronique paraît un moyen efficace pour réaliser la régénération recherchée avec des configurations réalistes et procure simultanément un gain énergétique élevé,. A l'inverse, si l'on suppose que la régénération du tritium est facilement assurée par une voie quelconque et laisse un excédent de 0.3 neutron par fusion, un autre type de symbiose est valable. Cette symbiose consiste à convertir, derrière la couverture tritigène, de VU 238 en Pu 239 ou du Th 232 en U 233, sans fission à condition d'extraire fréquemment ou en continu les noyaux fissiles. L'excédent d'énergie récupérable dans un parc de fission thermique conventionnel associé serait de l'ordre de 90 Mev (ou plus avec un cycle avancé) pour une fusion de 18 Mev. Ces deux exemples illustrent la valorisation réciproque du neutron de fusion et du noyau lourd (fertile) pour la multiplication des neutrons et de l'énergie. Réactions de fission Le potentiel de multiplication neutronique et énergétique d'un massif de noyaux lourds, pour un neutron de fusion est également illustré en figure 10 où sont représentés des paramètres et des bilans neutroniques caractéristiques.

11 '.' Par la suite, pour évaluer l'amplification globale résultant du système hybride (le réacteur hybride et le parc de fission associé entretenu par l'excédent éventuel de noyaux fissiles), on accordera à chaque noyau fissile produit un potentiel conventionnel de 270 Mev, qui correspond à une étude de cycle simplifiée sur un réacteur de type PWR à eau légère avec un cycle adapté. Il est évident que dans le cas d'un réacteur thermique quasi régénérateur le potentiel, pour le cycle à l'équilibre, est nettement supérieur. i Jï - A.o. / / ' o.s" 0' } o. ^ ^ Jto. to. {M«*) E = Mev (b) o V vof an, a.n, fn 2n 3n U Th Figure 10 : Sections efficaces de fission Multiplication des neutrons à 14 Mev

12 III - POTENTIEL V'UN REACTEUR HVSRWE - ELEMENTS V'ETUVE PARAMETRIQUE ([2]) Le potentiel de l'hybride doit être évalué en tenant compte des divers composants du système : la source, la couverture, le parc de fission associé. III. î - La couvea.tun.e. Nous ne cherchons pas ici à définir une couverture réelle mais à analyser les tendances vis-à-vis des principaux paramètres de conception.. III Coi de. Kzizn.vn.ee. Ils sont représentés par l'expérience de Weale (fig. 11) d'après [3] et le calcul d'un massif infini d'u 238 (fig. 12). Dans le deuxième cas, on a effectué une simple provision de 1.1 neutron de conversion pour le tritium, en supposant que le pouvoir de multiplication neutronique du massif n'était pas sensiblement affecté par la ' réduction de taille nécessaire aux fuites. U 23S U 238 U 238 U 238 U 238 Fuites Cn, (n, Cn, Cn, (n, f) ) Y) 2n) 3n) Figure 11 : Expérience de WEALE ([3]) Effets de l'irradiation d'un massif d'unat par un neutron de fusion Taux de réaction par fusion

13 , Cas E fission couverture E totale couverture E fission parc associe E totale système U 238 UC uo S Figure 12 : Calcul d'un massif infini On effectue une provision de 1.1. neutron de conversion pour le tritium. On compte 19 Mev par neutron de fusion, 200 Mev par fission, 270 Mev par noyau de plutonium (PWR). III.T.2 - Le Les couvertures rapides s'avèrent préférables, par leur meilleure utilisation du neutron de fusion (particulièrement pour l'uranium appauvri). Les couvertures thermiques présentent une diminution simultanée de l'enrichissement critique et de l'enrichissement d'équilibre. A même enrichissement, l'amplification énergétique croît par l'effet du facteur = r- et l'on tend à devenir consommateur net de noyaux fissiles. Jîî Elêmzivti de. compaacuaon U 238/Tk 232 Le Th 232 est moins bon multiplicateur de neutrons par fission et ne compense pas ce handicap par sa supériorité en réactions (n, Xn). '. La qualité de l'u 233 dans les réacteurs thermiques réduit l'écart. De plus, on peut utiliser l'u 238 comme amplificateur et produire derrière de l'u 233.

14 ' III EwUcltliivnent [&lq. 13) - EpaliAziva ( 3. 14) L'enrichissement est profitable, du point de vue des performances. t En contrepartie, en augmentant l'enrichissement,' - on s'approche de la criticité (surtout compte tenu de l'évolution) ; - la densité de puissance augmente - la puissance unitaire du système hybride croît - l'investissement en combustible et en puissance installée dans une couverture complexe et coûteuse augmente et il est mal utilisé dans l'hybride (fonctionnement puisé, dégradation du combustible, facteur de charge incertain). D'autres systèmes subissent moins l'effet de taille unitaire et se prêtent mieux à l'enrichissement. L'hybride considéré semble plutôt adapté,' au moins dans un premier temps, à la production de noyaux fissiles à partir d'uranium appauvri. w) 3000 ENERGIE TOTALK BYSrEMB ENEIIGIE TOTALE COUVKHTUKE FUSION Figure 13 : Calcul d'un massif infini Effet de l'enrichissement en Pu 239

15 - t5 - rv T i FISSIONS 3 - <. «. t.o 1 ^* -O.S S) C (an) Figure 14 : Effet de l'épaisseur d'u 238 sur une couverture à deux zones radiales (U 238 et Li) (remplissage conventionnel). Taux de réaction par fusion. I1J Compoiëtion du combustible. H-Lg. 12] Diverses compositions du coirbustible ont été testées, confirmant le classement suivant : uranium métallique, UC, U0 2. Des combustibles tels que U-Mo, U,Si se rapprochent de l'uranium métallique Taux de. COWJQMSJAZ [fcg. 15) L'effet du taux de couverture sur les performances du système a été évalué en imposant un taux fixe de régénération du tritium de 1.1, ce qui conduit à une épaisseur variable. La production locale et différée d'énergie décroît rapidement avec le taux de couverture. Ceci limite l'efficacité de la couverture de noyaux lourds comme remède à l'encombrement de la

16 -16- -, première paroi, d'autant plus que la couverture fissile ne peut pas être située, dans un Tokamak, tout autour du plasma. Corrélativement, cet aspect favorise certaines solutions. de chauffage ou de traitement des impuretés. Les réacteurs à miroir paraissent bénéficier là d'un, avantage de principe, car ils peuvent atteindre plus facilement des taux de couverture de l'ordre de L'enrichissement de couches minces de noyaux lourds placées en tête de la couverture permettrait d'obtenir la régénération recherchée pour des taux de couverture inférieurs, au prix d'un coût et d'une complexité accrus. 1 i i / «y / y * " B, à.9 ' 1000 MBV - SOOMev On du Ef Ec ET réalise un taux de régénération tritium imposé : 1.1 : énergie de fusion : énergie dégagée dans la couverture : énergie totale dégagée dans le système Figure 15 : Effet du taux de couverture sur les performances d'une couverture U 238/Li ÏII.?.7 - EUmzrvU d'tvodbmtlon d'une. à deux zonza Pour tenir compte d'une conception plus réaliste vis-à-vis de la source choisie (un Tokamak de petite taille avec chauffage par injection de neutres), on a cherché à estimer les performances d'une

17 - 17 couverture â deux zones distinctes : vers l'intérieur du tore, une zone tritigène avec un taux de couverture de 0.25 et vers l'extérieur, une zone hybride avec un taux de couverture de 0.5. Avec les compositions idéales adoptées, on obtient une production d'énergie dans la couverture de 93 Mev et dans le parc de fission de T80 Mev, soit au total 273 Mev. Si on réduit les performances multiplicatrices de 25 I pour tenir compte de la composition du combustible et des structures, on atteint 75 Mev dans la couverture et 113 Mev dans le parc de fission, soit 188 Mev. Le potentiel de l'hybride décroît donc nettement, depuis le cas idéal du massif infini où l'on effectue une simple provision pour la régénération du tritium jusqu'à un schéma de principe plus réaliste mais encore éloigné d'une conception concrète (structures réelles, streaming). III.2 - Nous allons rechercher l'influence sur les performances du système des deux autres composants : la source et le parc de fission. Cette influence est illustrée par la figure 16. La source est caractérisée par : - son rendement énergétique représenté par Q (puissance de fusion/puissance injectée dans le plasma) et le rendement des injecteurs : nj ; - le taux de couverture accessible. Le parc est caractérisé par l'énergie produite par un noyau fissile d'appoint au cours d'un cycle à l'équilibre, avec retraitement. On néglige ainsi l'aspect de l'inventaire initial de noyaux fissiles des premières charges. La couverture est en U 238 et on n'a pas tenu compte d'un possible enrichissement.

18 ' Du point de vue de la source, on a cherché à illustrer deux alternatives : - un système formé d'une couverture de noyaux lourds entourant un accélérateur. Cette référence sert de seuil pour l'hybride. - un hybride dont la source est un réacteur â miroir, qui autorise un bon taux de couverture, avec un bilan énergétique très serré. Il faut noter que du point de vue économique, la contrainte de recycler une fraction élevée de l'énergie produite, dans le cas d'une source peu efficace, est pénalisante par l'excès d'investissements imposé.. ' Pour le Tokamak, il convient de porter le taux de couverture à son niveau maximum aussi bien par le choix des dispositifs de chauffage (RF/injection de neutres) que par la conception de la couverture. Compte tenu dés limites prévisibles pour le taux de couverture, il semble raisonnable de travailler avec un bilan énergétique de la source favorable (Q * 5 par exemple). L'influence du parc a été simulée par un doublement arbitraire de l'énergie produite par un noyau fissile d'appoint, traduisant une amélioration importante du facteur de conversion par rapport à la situation actuelle, dans les réacteurs PWR. Ce gain est accessible, mais la perspective des réacteurs hybrides ou de la fourniture de l'appoint par des systèmes surrégénérateurs ne semble pas devoir motiver à elle seule un bouleversement du parc ou du cycle de combustible à l'horizon considéré. En définitive, il paraît possible à terme d'assurer avec le système hybride auto-entretenu en combustible, une production nette de l'ordre de 100 Mevêl, pour une fusion de 17.6 Mevth, avec une faible

19 - 19 -, fraction d'énergie recyclée. Ceci constitue une amplification considérable. Il faut alors s'assurer de la faisabilité et de la viabilité économique du système. ' Figure 16 : Influence des composants sur les performances du système t6.1 - Eléments d'amélioration envisageables d'une filisre Source peu efficace. Taux ia couverture réduit Q» 1, Hj " 0.5,ïïj = 0.5, û 2 = 0.2S 17.6 Mevél Q - 1 b 17.6 Mevth >114 Mevth mevth UT - O.S nth» 0.35 th = liewth < 40 Mevél 60 Mevél Source efficace. Taux de couverture réduit Q * S, nj " 0.7, S, O.S, û 2 = O.ZS 65 Mevél 3.5 Movél Q - 5 > 17.6 Mevth > 100 Mewth Mevth H T ' nth «= 0.3S th = 0.33 «.35 Mevêl L 60 Mo\-él 90 Movél 5.5 MevSl Source efficace. Taux de couverture réduit. Cycle avancé : Q = S, nj = 0.7,?j = 0,5, û 2 * 0.2S Q S» 17.6 Mevth» 100 Mevth 360 >fc«h nth «0.3S th «0.33 < 35 Mevél. 120Msvél ISO Jfcvél Source efficaje. Taux de couverture élevé Q» S, nj = 0.7, ûj» Msvél Q «S s Mev?Ji ^ 1S0 tovth ^fevth H c t,0.7., t»th = 0.35 nth = Mevél - 52 Mevél 125 Mevél 172Mevél

20 Figure 16 : Influence des composants sur les performances (suite) du système Illustration d'alternatives Source peu efficace. Taux de couverture élève 1 ' ' Q " 1» "j - 0.5, ÔT, Mevél Q-- 1 M7.6 Mevth 35 tevél 1<j4 Mevth Mevth nth = 0.3S nth = 0.33 S7 MevéX v 125 Mevêl.N147 Msvél Cette presentation d'une alternative du type réacteur 3 miroir peut seriler pessimiste. Les performances montrent néararains son intérêt, même avec ces hypothèses Rfactcur 3 accélérateur source : nacc Mev - In (6 Mev) na» Mavêl 97 Mevth Mevth nth = 0.3S nth ' Mevfil. + 16'. Hwél 150 I-fevêl JV - FAISABILITE Compte tenu des diverses options possibles pour la conception, l'implantation et la technologie de la couverture, on ne peut avancer qu'un ordre de grandeur des performances d'un hybride conçu selon le modèle présenté. Une étude- de conception d'avant-projet petit Tokamak a mené aux résultats suivants : fondée sur un

21 P fusion : 340 MWth (Q = 1.7, ^ = 0.S) P gl nette : de 200 à 300 MWél Production annuelle : de 450 à 700 Kg de Pu fissile (avec un facteur de charge ^0.7) permettant d'alimenter une puissance installée de 0.7 à 1 GWél pour un parc de PWR. La conclusion provisoire est qu'un Tokamak acceptable pour un hybride devrait être une source plus performante et que la limite supérieure de ses caractéristiques est plutôt fixée par la puissance unitaire de l'hybride. De plus, il faut chercher à gagner de la place vers le centre du tore et à réduire l'encombrement de tous les systèmes auxiliaires et en particulier du chauffage. V - PARAMETRES ECOHOUIQUES On peut distinguer essentiellement : - les coûts d'investissement des composants : source de fusion, couverture, parc de fission ; - les coûts dû cycle de combustible. Compte tenu des opérations successives de fabrication et de retraitement nécessaires, le coût du cycle de combustible devrait être voisin des valeurs actuelles, malgré l'absence de minerai et d'enrichissement. Pour illustrer l'influence des coûts d'investissement de chaque composant, on prend conventionnellement comme référence un coût unité par unité de puissance thermique installée d'un réacteur PWR (correspondant par exemple à 1 F/Wth). On situe arbitrairement le coût unitaire de la source de fusion à 4 (respectivement 2), le coût unitaire de la couverture à 1.5 (respectivement 1.2). Pour le système hybride considéré (Q = S, <o- = O.S, w- = 0.25, parc de PWR) le surcoût par rapport au parc de PWR de même puissance électrique nette cédée au réseau (et consommateur de noyaux fissiles) est de 58 % (respectivement 32 I).

22 Est-il possible de réduire le surcoût du système hybride au-dessous de 25 %? Au-delà d'un certain seuil, les gains sur la source sont peu essentiels et le surcoût de la couverture devient irréductible. Deux points importants sont : - les performances de la couverture qui sont liées directement à la conception de la source (taux de couverture, flux à la paroi) ; m.- l'efficacité de conversion du parc de fission, au moins lorsqu'on s'intéresse plus à l'appoint à effectuer au cycle à l'équilibre qu'à l'inventaire fissile initial du premier coeur. Mais un surcoût du parc de fission est alors probable pour ces cycles avancés. Ces deux points jouent sur la capacité à associer un grand nombre de chaudières classiques à un seul réacteur hybride. En résumé, il n'y a pas d'obstacle de principe I la viabilité économique d'un système hybride, mais une évaluation réaliste suppose le progrès des études de conception et de cycles et il semble prématuré de chercher à établir la compétitivité de ce système pour la période correspondant à son déploiement possible. n - UTILISATION VES RESSOURCES - VITESSE VE VEPL01EMENT VALORISATION VES STOCKS ET VU PARC EXISTANT Parmi les avantages spécifiques du système hybride, un des plus importants est l'absence d'inventaire initial de noyaux fissiles (bien qu'un enrichissement ultérieur, éventuellement obtenu à partir des noyaux fissiles produits après leur recyclage dans les réacteurs de fission, puisse être favorable).

23 L'hybride peut donc exploiter directement les stocks. d'uranium appauvri et sa vitesse de déploiement n'est limitée par aucun temps de doublement (sauf pour le tritium). L'utilisation finale des noyaux lourds est également excellente. Enfin, l'hybride ne se substitue pas au parc existant, mais le complète en lui fournissant un appoint tiré des résidus de son démarrage. VU - CONCLUSION L'exposé ci-dessus ne présente qu'une partie des systèmes symbiotiques comprenant un réacteur à source, et même une partie des systèmes hybrides fusion-fission, puisque la source considérée est un Tokamak entretenu, avec un cycle D-T. Des problèmes tels que la sûreté, la protection n'y ont pas été évoqués. La conclusion provisoire est que pour réaliser son potentiel extrêmement attrayant au niveau des cycles nucléaires de fusion et de fission, l'hybride fondé sur le Tokamak, doit utiliser un réacteur: - plus avancé que les versions minimalistes couramment envisagées dans divers projets de ce type ; - possédant un taux de couverture maximal par la conception du Tokamak (taille et géométrie, chauffage, traitement des impuretés) et de la couverture. Pour un système plus performant, on peut redouter d'atteindre rapidement des puissances unitaires élevées (par l'effet de taille sur le Tokamak et l'amélioration des performances de la couverture). A moyen terme, les performances de la couverture et l'ensemble des cycles de combustible (tritium et noyaux fissiles) devront être évalués avec une précision croissante sur des configurations concrètes et complexes, au fur et à mesure que les options de conception se préciseront. En effet, les performances du système y sont très sensibles tant du point de vue de la régénération du tritium que du bilan énergétique.

24 Les premières études menées ont mis en lumière l'importance des problèmes liés : - au cycle du tritium ; - à l'évolution des matériaux dans l'environnement (première paroi, cyclages) (essais de modules de couvertures) ; - à la protection et à la sûreté. S'il paraît prématuré d'affirmer la nécessité d'une symbiose fusion-fission et d'en déterminer la forme optimale, l'étude de système des hybrides semble cohérente avec la recherche des orienta- tions pour la conception d'un réacteur de fusion prenant en compte l'ensemble des critères qui s'appliquent aux systèmes énergétiques. o o o REFERENCE [1] Status of Westinghouse Tokamak Hybrid studies. R.P. Rose presented at the second DMFE Fusion-Fission energy Systems review meeting - Washington, D.C [2] Elements d'évaluation d'un système hybride fusion-fission. D. JAGER, J.B. THOMAS, présenté à la réunion organisée à la SFEN, le (Note SERMA T-1242) [3] Measurements of the reaction rate distribution produced by a source of 14 Mev neutrons at the centre of a uranium metal pile. J.W. WEALE et al. Reactor Science and Technology, 1961, Vol. 14.

FUSION PAR CONFINEMENT MAGNÉTIQUE

FUSION PAR CONFINEMENT MAGNÉTIQUE FUSION PAR CONFINEMENT MAGNÉTIQUE Séminaire de Xavier GARBET pour le FIP 06/01/2009 Anthony Perret Michel Woné «La production d'énergie par fusion thermonucléaire contrôlée est un des grands défis scientifiques

Plus en détail

Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX

Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX T ale S Introduction : Une réaction nucléaire est Une réaction nucléaire provoquée est L'unité de masse atomique est une unité permettant de manipuler aisément

Plus en détail

Energie nucléaire. Quelques éléments de physique

Energie nucléaire. Quelques éléments de physique Energie nucléaire Quelques éléments de physique Comment produire 1 GW électrique Nucléaire (rendement 33%) Thermique (38%) Hydraulique (85%) Solaire (10%) Vent : 27t d uranium par an : 170 t de fuel par

Plus en détail

8/10/10. Les réactions nucléaires

8/10/10. Les réactions nucléaires Les réactions nucléaires En 1900, à Montréal, Rutherford observa un effet curieux, lors de mesures de l'intensité du rayonnement d'une source de thorium [...]. L'intensité n'était pas la même selon que

Plus en détail

Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie

Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie Connaissances et savoir-faire exigibles : () () (3) () (5) (6) (7) (8) Définir et calculer un défaut de masse et une énergie de liaison. Définir et calculer l énergie

Plus en détail

A retenir : A Z m n. m noyau MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE

A retenir : A Z m n. m noyau MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE CP7 MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE 1 ) Relation d'équivalence entre la masse et l'énergie -énergie de liaison 2 ) Une unité d énergie mieux adaptée 3 ) application 4

Plus en détail

Renouvellement à 50000MW étalé sur 20 ans (2020-2040) rythme de construction nucléaire: 2500MW/an

Renouvellement à 50000MW étalé sur 20 ans (2020-2040) rythme de construction nucléaire: 2500MW/an L uranium dans le monde 1 Demande et production d Uranium en Occident U naturel extrait / année 40.000 tonnes Consommation mondiale : 65.000 tonnes La différence est prise sur les stocks constitués dans

Plus en détail

La Fusion Nucléaire (Tokamak) Nicolas Carrard Jonathan Carrier Guillomet 12 novembre 2009

La Fusion Nucléaire (Tokamak) Nicolas Carrard Jonathan Carrier Guillomet 12 novembre 2009 La Fusion Nucléaire (Tokamak) Nicolas Carrard Jonathan Carrier Guillomet 12 novembre 2009 La matière L atome Les isotopes Le plasma Plan de l exposé Réactions nucléaires La fission La fusion Le Tokamak

Plus en détail

Quel avenir pour l énergie énergie nucléaire?

Quel avenir pour l énergie énergie nucléaire? Quel avenir pour lénergie l énergie nucléaire? Origine de l énergie nucléaire État critique du réacteur Utilité des neutrons retardés Quel avenir pour le nucléiare? 2 Composant des centrales nucléaires

Plus en détail

A) Les réactions de fusion nucléaire dans les étoiles comme le Soleil.

A) Les réactions de fusion nucléaire dans les étoiles comme le Soleil. INTRODUCTION : Un enfant qui naît aujourd hui verra s éteindre une part importante de nos ressources énergétiques naturelles. Aujourd hui 87% de notre énergie provient de ressources non renouvelables (Charbon,

Plus en détail

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable.

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. DE3: I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. Aujourd hui, nous obtenons cette énergie électrique en grande partie

Plus en détail

Lycée Galilée Gennevilliers. chap. 6. JALLU Laurent. I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2

Lycée Galilée Gennevilliers. chap. 6. JALLU Laurent. I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2 Lycée Galilée Gennevilliers L'énergie nucléaire : fusion et fission chap. 6 JALLU Laurent I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2 II. Équivalence masse-énergie... 3 Bilan de masse de la

Plus en détail

Groupe professionnel énergie de Centrale Nantes Intergroupe des centraliens de l énergie

Groupe professionnel énergie de Centrale Nantes Intergroupe des centraliens de l énergie Groupe professionnel énergie de Centrale Nantes Intergroupe des centraliens de l énergie Conférence du 19 mai 2006 rue Jean Goujon, 19h certitudes et incertitudes sur la fusion nucléaire - rôle d ITER

Plus en détail

Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre)

Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre) Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre) 1. A la découverte de la radioactivité. Un noyau père radioactif est un noyau INSTABLE. Il se transforme en un noyau fils STABLE

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - 1 Suite énoncé des exos du Chapitre 14 : Noyaux-masse-énergie I. Fission nucléaire induite (provoquée)

Plus en détail

C3. Produire de l électricité

C3. Produire de l électricité C3. Produire de l électricité a. Electricité : définition et génération i. Définition La matière est constituée d. Au centre de l atome, se trouve un noyau constitué de charges positives (.) et neutres

Plus en détail

INTRODUCTION A LA FUSION THERMONUCLEAIRE

INTRODUCTION A LA FUSION THERMONUCLEAIRE INTRODUCTION A LA FUSION THERMONUCLEAIRE I) PRINCIPE Considérons l'énergie de liaison par nucléons pour différents noyaux (Fig. I.1). En examinant la figure I-1, nous constatons que deux types de réactions

Plus en détail

Transformations nucléaires

Transformations nucléaires I Introduction Activité p286 du livre Transformations nucléaires II Les transformations nucléaires II.a Définition La désintégration radioactive d un noyau est une transformation nucléaire particulière

Plus en détail

Équivalence masse-énergie

Équivalence masse-énergie CHPITRE 5 NOYUX, MSSE ET ÉNERGIE Équivalence masse-énergie. Équivalence masse-énergie Einstein a montré que la masse constitue une forme d énergie appelée énergie de masse. La relation entre la masse (en

Plus en détail

Les effets de température

Les effets de température Les effets de température 1. Introduction La chaleur issue du combustible est transférée au caloporteur (eau) grâce au gradient de température qui existe entre ces deux milieux. Combustible Gaine Eau Profil

Plus en détail

EXERCICES SUPPLÉMENTAIRES

EXERCICES SUPPLÉMENTAIRES Questionnaire EXERCICES SUPPLÉMENTAIRES SCP 4010-2 LE NUCLÉAIRE, DE L'ÉNERGIE DANS LA MATIÈRE /263 FORME C Version corrigée: Équipe sciences LeMoyne d'iberville, septembre 2006. QUESTION 1 (5 pts) 1. La

Plus en détail

A. Énergie nucléaire 1. Fission nucléaire 2. Fusion nucléaire 3. La centrale nucléaire

A. Énergie nucléaire 1. Fission nucléaire 2. Fusion nucléaire 3. La centrale nucléaire Énergie Table des A. Énergie 1. 2. 3. La centrale Énergie Table des Pour ce chapitre du cours il vous faut à peu près 90 minutes. A la fin de ce chapitre, vous pouvez : -distinguer entre fission et fusion.

Plus en détail

Chap 2 : Noyaux, masse, énergie.

Chap 2 : Noyaux, masse, énergie. Physique. Partie 2 : Transformations nucléaires. Dans le chapitre précédent, nous avons étudié les réactions nucléaires spontanées (radioactivité). Dans ce nouveau chapitre, après avoir abordé le problème

Plus en détail

La physique nucléaire et ses applications

La physique nucléaire et ses applications La physique nucléaire et ses applications I. Rappels et compléments sur les noyaux. Sa constitution La représentation symbolique d'un noyau est, dans laquelle : o X est le symbole du noyau et par extension

Plus en détail

Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission

Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1re B et C 11 Réactions nucléaires, radioactivité et fission 129 Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1. Définitions a) Nucléides (= noyaux atomiques) Les nucléides renferment les

Plus en détail

Programme nucléo-énergétique du Brésil

Programme nucléo-énergétique du Brésil Programme nucléo-énergétique du Brésil Les études faites par le gouvernement brésilien sur la situation énergétique du pays pour les 25 ou 30 années à venir montrent que les centrales hydroélectriques

Plus en détail

Centre d'etudes Nucléaires de Fontenay-aux-Roses Direction des Piles Atomiques Département des Etudes de Piles

Centre d'etudes Nucléaires de Fontenay-aux-Roses Direction des Piles Atomiques Département des Etudes de Piles CEA-N-1195 Note CEA-N-1195 Centre d'etudes Nucléaires de Fontenay-aux-Roses Direction des Piles Atomiques Département des Etudes de Piles Service d'etudes de Protections de Piles PROPAGATION DES NEUTRONS

Plus en détail

5 >L énergie nucléaire: fusion et fission

5 >L énergie nucléaire: fusion et fission LA COLLECTION > 1 > L atome 2 > La radioactivité 3 > L homme et les rayonnements 4 > L énergie 6 > Le fonctionnement d un réacteur nucléaire 7 > Le cycle du combustible nucléaire 8 > La microélectronique

Plus en détail

SCIENCES TECHNOLOGIES

SCIENCES TECHNOLOGIES R essources MICHEL WAUTELET SCIENCES TECHNOLOGIES et SOCIÉTÉ Questions et réponses pour illustrer les cours de sciences De Boeck Introduction générale 5 Sciences, technologies, société 1. Quels sont les

Plus en détail

DM 10 : La fusion nucléaire, l énergie de l avenir? CORRECTION

DM 10 : La fusion nucléaire, l énergie de l avenir? CORRECTION Physique Chapitre 4 Masse, énergie, et transformations nucléaires DM 10 : La fusion nucléaire, l énergie de l avenir? CORRECTION Date :. Le 28 juin 2005, le site de Cadarache (dans les bouches du Rhône)

Plus en détail

Montrouge, le 9 février 2015. Centre national d équipement nucléaire (CNEN) EDF 97 avenue Pierre Brossolette 92120 MONTROUGE

Montrouge, le 9 février 2015. Centre national d équipement nucléaire (CNEN) EDF 97 avenue Pierre Brossolette 92120 MONTROUGE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIRECTION DES CENTRALES NUCLEAIRES Montrouge, le 9 février 2015 Réf. : CODEP-DCN-2015-002998 Monsieur le Directeur Centre national d équipement nucléaire (CNEN) EDF 97 avenue Pierre

Plus en détail

Introduction à la physique nucléaire et aux réacteurs nucléaires

Introduction à la physique nucléaire et aux réacteurs nucléaires Introduction à la physique nucléaire et aux réacteurs nucléaires Nassiba Tabti A.E.S.S. Physique (A.E.S.S. Physique) 5 mai 2010 1 / 47 Plan de l exposé 1 La Radioactivité Découverte de la radioactivité

Plus en détail

À propos d ITER. 1- Principe de la fusion thermonucléaire

À propos d ITER. 1- Principe de la fusion thermonucléaire À propos d ITER Le projet ITER est un projet international destiné à montrer la faisabilité scientifique et technique de la fusion thermonucléaire contrôlée. Le 8 juin 005, les pays engagés dans le projet

Plus en détail

Stage : "Développer les compétences de la 5ème à la Terminale"

Stage : Développer les compétences de la 5ème à la Terminale Stage : "Développer les compétences de la 5ème à la Terminale" Session 2014-2015 Documents produits pendant le stage, les 06 et 07 novembre 2014 à FLERS Adapté par Christian AYMA et Vanessa YEQUEL d après

Plus en détail

Principe et fonctionnement des bombes atomiques

Principe et fonctionnement des bombes atomiques Principe et fonctionnement des bombes atomiques Ouvrage collectif Aurélien Croc Fabien Salicis Loïc Bleibel http ://www.groupe-apc.fr.fm/sciences/bombe_atomique/ Avril 2001 Table des matières Introduction

Plus en détail

ITER et la fusion. R. A. Pitts. ITER Organization, Plasma Operation Directorate, Cadarache, France

ITER et la fusion. R. A. Pitts. ITER Organization, Plasma Operation Directorate, Cadarache, France ITER et la fusion R. A. Pitts ITER Organization, Plasma Operation Directorate, Cadarache, France This report was prepared as an account of work by or for the ITER Organization. The Members of the Organization

Plus en détail

par Alain Bonnier, D.Sc.

par Alain Bonnier, D.Sc. par Alain Bonnier, D.Sc. 1. Avons-nous besoin d autres sources d énergie? 2. Qu est-ce que l énergie nucléaire? 3. La fusion nucléaire Des étoiles à la Terre... 4. Combien d énergie pourrait-on libérer

Plus en détail

Energie Nucléaire. Principes, Applications & Enjeux. 6 ème - 2014/2015

Energie Nucléaire. Principes, Applications & Enjeux. 6 ème - 2014/2015 Energie Nucléaire Principes, Applications & Enjeux 6 ème - 2014/2015 Quelques constats Le belge consomme 3 fois plus d énergie que le terrien moyen; (0,56% de la consommation mondiale pour 0,17% de la

Plus en détail

Chapitre 6. Réactions nucléaires. 6.1 Généralités. 6.1.1 Définitions. 6.1.2 Lois de conservation

Chapitre 6. Réactions nucléaires. 6.1 Généralités. 6.1.1 Définitions. 6.1.2 Lois de conservation Chapitre 6 Réactions nucléaires 6.1 Généralités 6.1.1 Définitions Un atome est constitué d électrons et d un noyau, lui-même constitué de nucléons (protons et neutrons). Le nombre de masse, noté, est le

Plus en détail

TS1 TS2 02/02/2010 Enseignement obligatoire. DST N 4 - Durée 3h30 - Calculatrice autorisée

TS1 TS2 02/02/2010 Enseignement obligatoire. DST N 4 - Durée 3h30 - Calculatrice autorisée TS1 TS2 02/02/2010 Enseignement obligatoire DST N 4 - Durée 3h30 - Calculatrice autorisée EXERCICE I : PRINCIPE D UNE MINUTERIE (5,5 points) A. ÉTUDE THÉORIQUE D'UN DIPÔLE RC SOUMIS À UN ÉCHELON DE TENSION.

Plus en détail

Lycée français La Pérouse TS. L énergie nucléaire CH P6. Exos BAC

Lycée français La Pérouse TS. L énergie nucléaire CH P6. Exos BAC SVOIR Lycée français La Pérouse TS CH P6 L énergie nucléaire Exos BC - Définir et calculer un défaut de masse et une énergie de liaison. - Définir et calculer l'énergie de liaison par nucléon. - Savoir

Plus en détail

CENTRE NUCLÉAIRE D ÉLÉCTRICITÉ. EDF Nogent-sur-Seine

CENTRE NUCLÉAIRE D ÉLÉCTRICITÉ. EDF Nogent-sur-Seine CENTRE NUCLÉAIRE DE PRODUCTION D ÉLÉCTRICITÉ EDF Nogent-sur-Seine Le groupe EDF DES ENJEUX ÉNERGÉTIQUES MONDIAUX SANS PRÉCÉDENT LA CROISSANCE DÉMOGRAPHIQUE ET ÉCONOMIQUE VA ENTRAÎNER L AUGMENTATION DES

Plus en détail

Groupe Areva Usine de La Hague Métier CNP

Groupe Areva Usine de La Hague Métier CNP Groupe Areva Usine de La Hague Métier CNP Jean-Christophe Dalouzy ANP 17 Novembre 2014 Rencontres Jeunes Chercheurs Sommaire Présentation du groupe AREVA Présentation du cycle du combustible Présentation

Plus en détail

CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques

CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques VIII. 1 Ce chapitre porte sur les courants et les différences de potentiel dans les circuits. VIII.1 : Les résistances en série et en parallèle On

Plus en détail

première S 1S7 Géothermie

première S 1S7 Géothermie FICHE 1 Fiche à destination des enseignants Type d'activité Activité documentaire Notions et contenus du programme de première S Radioactivité naturelle et artificielle. Activité. Lois de conservation

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. Etude de faisabilité : Version septembre 2011. Chaufferie bois. Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie

CAHIER DES CHARGES. Etude de faisabilité : Version septembre 2011. Chaufferie bois. Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie CAHIER DES CHARGES Etude de faisabilité : Version septembre 2011 Chaufferie bois Agence de l'environnement et de la Maîtrise de l'energie Direction Régionale Ile de France Page 1/8 SOMMAIRE A.- OBJECTIFS

Plus en détail

P17- REACTIONS NUCLEAIRES

P17- REACTIONS NUCLEAIRES PC A DOMICILE - 779165576 P17- REACTIONS NUCLEAIRES TRAVAUX DIRIGES TERMINALE S 1 Questions de cours 1) Définir le phénomène de la radioactivité. 2) Quelles sont les différentes catégories de particules

Plus en détail

PROBLEMES D'ORDONNANCEMENT AVEC RESSOURCES

PROBLEMES D'ORDONNANCEMENT AVEC RESSOURCES Leçon 11 PROBLEMES D'ORDONNANCEMENT AVEC RESSOURCES Dans cette leçon, nous retrouvons le problème d ordonnancement déjà vu mais en ajoutant la prise en compte de contraintes portant sur les ressources.

Plus en détail

U-31 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES

U-31 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES Session 200 BREVET de TECHNICIEN SUPÉRIEUR CONTRÔLE INDUSTRIEL et RÉGULATION AUTOMATIQUE E-3 SCIENCES PHYSIQUES U-3 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES Durée : 2 heures Coefficient : 2,5 Durée conseillée Chimie

Plus en détail

Compétence 3-1 S EXPRIMER A L ECRIT Fiche professeur

Compétence 3-1 S EXPRIMER A L ECRIT Fiche professeur Compétence 3-1 S EXPRIMER A L ECRIT Fiche professeur Nature de l activité : Réaliser 3 types de productions écrites (réécriture de notes, production d une synthèse de documents, production d une argumentation)

Plus en détail

Energie photovoltaïque. Filière Physique des Composants Nanostructurés. PHELMA Septembre 2010

Energie photovoltaïque. Filière Physique des Composants Nanostructurés. PHELMA Septembre 2010 Energie photovoltaïque Filière Physique des Composants Nanostructurés PHELMA Septembre 2010 Anne Kaminski 1, Mathieu Monville 2 1 INP Grenoble - INSA Lyon 2 Solarforce 1 PLAN DU COURS 1- Panorama de l

Plus en détail

Chapitre 8 production de l'énergie électrique

Chapitre 8 production de l'énergie électrique Chapitre 8 production de l'énergie électrique Activité 1 p 116 But Montrer que chaque centrale électrique possède un alternateur. Réponses aux questions 1. Les centrales représentées sont les centrales

Plus en détail

L'expérience acquise par la Corée dans la mise en œuvre de son programme d'équipement nucléo-énergétique

L'expérience acquise par la Corée dans la mise en œuvre de son programme d'équipement nucléo-énergétique L'expérience acquise par la Corée dans la mise en œuvre de son programme d'équipement nucléo-énergétique par M. Byoung Whie Lee, Directeur, Bureau de l'énergie atomique. Ministère des sciences et de la

Plus en détail

La fusion : rêve de physicien, bluff de technocrate

La fusion : rêve de physicien, bluff de technocrate Monique et Raymond Sené 1 La fusion : rêve de physicien, bluff de technocrate Pour ces physiciens, les questions environnementales posées par ITER ne sont pas négligeables,puisque la radioactivité générée

Plus en détail

La fée électricité sous le capot?

La fée électricité sous le capot? La fée électricité sous le capot? Quand on analyse les nouvelles motorisations proposées pour les véhicules on s aperçoit vite qu elles reposent pratiquement toutes sur l emploi de moteurs électriques

Plus en détail

Qu est ce qu un matériau de référence?

Qu est ce qu un matériau de référence? Qu est ce qu un matériau de référence? Guide ISO 30 : Matériau de référence (ou MR) = Matériau ou substance dont certaines propriétés sont suffisamment homogènes et bien définies pour permettre de les

Plus en détail

*EP001146655A1* EP 1 146 655 A1 (19) (11) EP 1 146 655 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (43) Date de publication: 17.10.2001 Bulletin 2001/42

*EP001146655A1* EP 1 146 655 A1 (19) (11) EP 1 146 655 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (43) Date de publication: 17.10.2001 Bulletin 2001/42 (19) Europäisches Patentamt European Patent Office Office européen des brevets *EP0011466A1* (11) EP 1 146 6 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN (43) Date de publication: 17.10.2001 Bulletin 2001/42 (1)

Plus en détail

Mise en œuvre et suivi de l ISO 14001 sur l établissement COGEMA Cadarache

Mise en œuvre et suivi de l ISO 14001 sur l établissement COGEMA Cadarache COGEMA Mise en œuvre et suivi de l ISO 14001 sur l établissement COGEMA Cadarache Roger FANTON Chef des services QSSE Directeur Adjoint Journées SFRP, les 17 et 18 novembre 2005 COGEMA L'énergie, cœur

Plus en détail

Synthèse OBJECTIF DE L ÉTUDE

Synthèse OBJECTIF DE L ÉTUDE "Bilan énergétique et des émissions de gaz à effet de serre tout au long du cycle de vie du gaz naturel et du mazout comme combustible pour le chauffage domestique" Synthèse I.1. OBJECTIF DE L ÉTUDE Il

Plus en détail

LE TRIPLE VITRAGE AVANTAGES

LE TRIPLE VITRAGE AVANTAGES ET LE TRIPLE VITRAGE AVANTAGES ET CONTRAINTES SOMMAIRE Caractéristiques des Triples vitrages p.3 Comparatif entre Doubles et Triples vitrages p.4 Bilan p.5 Conclusion p.6 Annexe 1 p.7 Méthodes Industrielles

Plus en détail

Rapport du Directeur général

Rapport du Directeur général Mis en distribution générale le 7 mars 2007 (Ce document a été mis en distribution générale à la réunion du Conseil du 7 mars 2007.) Conseil des gouverneurs GOV/2007/8 22 février 2007 Français Original:

Plus en détail

Avis et communications

Avis et communications Avis et communications AVIS DIVERS COMMISSION GÉNÉRALE DE TERMINOLOGIE ET DE NÉOLOGIE Vocabulaire de l ingénierie nucléaire (liste de termes, expressions et définitions adoptés) NOR : CTNX1329843K I. Termes

Plus en détail

Introduction. I Étude rapide du réseau - Apprentissage. II Application à la reconnaissance des notes.

Introduction. I Étude rapide du réseau - Apprentissage. II Application à la reconnaissance des notes. Introduction L'objectif de mon TIPE est la reconnaissance de sons ou de notes de musique à l'aide d'un réseau de neurones. Ce réseau doit être capable d'apprendre à distinguer les exemples présentés puis

Plus en détail

Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques

Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques Historique des versions : Date Contenu de la mise à jour Version 10 mars 2008 1 Préambule : Cette fiche d application présente les différents

Plus en détail

LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT. Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec

LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT. Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec Introduction L'un des principes directeurs de la politique

Plus en détail

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR CPTF et CSC CYCLES COMBINES A GAZ (CCG) COGÉNÉRATION DÉVELOPPEMENT DES RENOUVELABLES SOLUTIONS DE STOCKAGE CPTF ET CSC Le parc thermique est un outil essentiel pour ajuster l offre et la demande, indispensable

Plus en détail

I.1. OBJECTIF DE L ETUDE I.2. CHAMP DE L'ETUDE

I.1. OBJECTIF DE L ETUDE I.2. CHAMP DE L'ETUDE "Bilan énergétique et des émissions de gaz à effet de serre tout au long du cycle de vie du gaz naturel et du mazout comme combustible pour le chauffage domestique" Synthèse I.1. OBJECTIF DE L ETUDE Il

Plus en détail

L énergie solaire DOSSIER RESSOURCE

L énergie solaire DOSSIER RESSOURCE DOSSIER RESSOURCE SOMMAIRE 1. Pourquoi les énergies renouvelables?... 3 2. L'énergie solaire... 4 3. Principe de fonctionnement du panneau solaire... 5 4. Pourquoi orienter les panneaux solaires?... 6-2

Plus en détail

LE PROBLEME DU PLUS COURT CHEMIN

LE PROBLEME DU PLUS COURT CHEMIN LE PROBLEME DU PLUS COURT CHEMIN Dans cette leçon nous définissons le modèle de plus court chemin, présentons des exemples d'application et proposons un algorithme de résolution dans le cas où les longueurs

Plus en détail

Copropriété: 31, rue des Abondances 92100 Boulogne-Billancourt

Copropriété: 31, rue des Abondances 92100 Boulogne-Billancourt Eléments utilisés: Copropriété: 31, rue des Abondances 92100 Boulogne-Billancourt Notice explicative sur la ventilation de la facture EDF annuelle entre les différents postes de consommation à répartir

Plus en détail

Guide pratique pour planifier la reprise après sinistre de manière rentable

Guide pratique pour planifier la reprise après sinistre de manière rentable Livre blanc www.novell.com Guide pratique pour planifier la reprise après sinistre de manière rentable Table des matières Table des matières...2 Évaluation du coût d'investissement...3 Évaluation des performances...4

Plus en détail

Convertisseurs statiques d'énergie électrique

Convertisseurs statiques d'énergie électrique Convertisseurs statiques d'énergie électrique I. Pourquoi des convertisseurs d'énergie électrique? L'énergie électrique utilisée dans l'industrie et chez les particuliers provient principalement du réseau

Plus en détail

Maison Modèle BIG BOX Altersmith

Maison Modèle BIG BOX Altersmith Maison Modèle BIG BOX Altersmith SOLUTIONS D ENVELOPPE & DE SYSTÈMES PERFORMANCES RT 2005 & LABELS I. Présentation de la maison BIG BOX - T3...2 II. Enveloppes...3 1. Présentation de l enveloppe...3 2.

Plus en détail

Jouve, 18, rue Saint-Denis, 75001 PARIS

Jouve, 18, rue Saint-Denis, 75001 PARIS 19 à Europâisches Patentamt European Patent Office Office européen des brevets Numéro de publication : 0 645 740 A1 12 DEMANDE DE BREVET EUROPEEN @ Numéro de dépôt : 94402079.1 @ Int. ci.6: G07B 17/04,

Plus en détail

L énergie nucléaire aujourd hui

L énergie nucléaire aujourd hui Développement de l énergie nucléaire L énergie nucléaire aujourd hui AGENCE POUR L ÉNERGIE NUCLÉAIRE Développement de l énergie nucléaire L énergie nucléaire aujourd hui AGENCE POUR L ÉNERGIE NUCLÉAIRE

Plus en détail

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES A 99 PHYS. II ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES, ÉCOLES NATIONALES SUPÉRIEURES DE L'AÉRONAUTIQUE ET DE L'ESPACE, DE TECHNIQUES AVANCÉES, DES TÉLÉCOMMUNICATIONS, DES MINES DE PARIS, DES MINES DE SAINT-ÉTIENNE,

Plus en détail

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE 0-06 Novembre, 00, Sousse,Tunisie ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE A. Benmansour A. Benzerdjeb Laboratoire de mécanique appliquée,

Plus en détail

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES CHAPITRE 1 NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1 suite Chapitre 1 : NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1.1 Généralités 1.2 L'énergie dans le monde 1.2.1 Qu'est-ce que l'énergie? 1.2.2 Aperçu sur

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 1 décembre 2014 Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Session du Conseil Emploi, politique sociale,

Plus en détail

Energie: quelques chiffres

Energie: quelques chiffres J. Ongena, D. Van Eester et F. Durodié LPP ERM/KMS Mai 1999 Consommation d'énergie Différentes méthodes sont à notre disposition pour "produire" de l'énergie et ainsi satisfaire aux besoins en énergie

Plus en détail

1 METHODOLOGIE BIM [BUILDING INFORMATION MODELING] Avantages & principes

1 METHODOLOGIE BIM [BUILDING INFORMATION MODELING] Avantages & principes 1 METHODOLOGIE BIM [BUILDING INFORMATION MODELING] 1.1 Avantages & principes 1.2 Process de fonctionnement BIM ESQUISSE CONCEPTION EVALUATION CONSTRUCTION GESTIONS Acquisition de données Intégration logiciel

Plus en détail

Déclaration d'intention pour un projet intégré de voiture électrique à batterie

Déclaration d'intention pour un projet intégré de voiture électrique à batterie INSTITUT NATIONAL DE RECHERCHE SUR LES TRANSPORTS ET LEUR SECURITE LABORATOIRE TRANSPORTS ET ENVIRONNEMENT Bron, le 6 avril 2005 J-P. Roumégoux Déclaration d'intention pour un projet intégré de voiture

Plus en détail

C4: Réactions nucléaires, radioactivité et fission

C4: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1re B et C C4 Réactions nucléaires, radioactivité et fission 30 C4: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1. Définitions a) Nucléides (= noyaux atomiques) Les nucléides renferment les nucléons:

Plus en détail

Technique de pointe. Une autoconsommation efficace de l'électricité solaire

Technique de pointe. Une autoconsommation efficace de l'électricité solaire Technique de pointe Une autoconsommation efficace de l'électricité solaire Concernant les installations photovoltaïques destinées aux particuliers, jusqu à présent il n a pas été fait de distinction en

Plus en détail

Coopération mondiale à la fusion nucléaire: un historique de progrès constants

Coopération mondiale à la fusion nucléaire: un historique de progrès constants Coopération mondiale à la fusion nucléaire: un historique de progrès constants Plusieurs pays coopèrent et mettent en commun ressources et connaissances pour réaliser un réacteur à fusion expérimental

Plus en détail

Besoin en puissance d une chaufferie

Besoin en puissance d une chaufferie Besoin en puissance d une chaufferie Le surdimensionnement fréquent des anciennes chaufferies trouve son origine dans le fait que les chauffagistes ou les bureaux d'étude avaient pour habitude de prendre

Plus en détail

ÉLECTRONIQUE DE LA PORTE

ÉLECTRONIQUE DE LA PORTE EVVA SALTO : PRÉSENTATION DU CONCEPT SALTO (Smart Access Locking TechnOlogy) est une plate-forme technologique d'evva qui propose une solution optimale pour répondre aux exigences d'un système électronique

Plus en détail

RÉALISER UNE CAMPAGNE DE SENSIBILISATION

RÉALISER UNE CAMPAGNE DE SENSIBILISATION RÉALISER UNE CAMPAGNE DE SENSIBILISATION Dernière révision du document : juillet 2012 Voici en 4 étapes clé quelques conseils à respecter afin de réaliser une campagne de sensibilisation efficace en matière

Plus en détail

- 05 - GESTION DE LA TRESORERIE D EXPLOITATION PARTIE 2

- 05 - GESTION DE LA TRESORERIE D EXPLOITATION PARTIE 2 - 05 - GESTION DE LA TRESORERIE D EXPLOITATION PARTIE 2 Objectif(s) : o Pré-requis : Relation de la variation de la Trésorerie d'exploitation avec l'excédent Brut d'exploitation (E.B.E.) et la variation

Plus en détail

SERVICE PATRIMOINE CONSULTATION POUR DEMANDE DE DEVIS

SERVICE PATRIMOINE CONSULTATION POUR DEMANDE DE DEVIS SERVICE PATRIMOINE CONSULTATION POUR DEMANDE DE DEVIS CAHIER DES CHARGES RELATIF A UN AUDIT DE PERFORMANCE ENERGETIQUE DE L'INSTITUT FRANÇAIS DE MECANIQUE AVANCEE Date limite d envoi de l'offre : 30 avril

Plus en détail

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles Objectif 01. Une entreprise peut acquérir des éléments incorporels ou peut elle-même les développer. Ces éléments peuvent constituer des

Plus en détail

Changements au régime d'assurance collective au 1 er janvier 2015 qui s appliquent aux retraités du Mouvement Desjardins. Questions et réponses

Changements au régime d'assurance collective au 1 er janvier 2015 qui s appliquent aux retraités du Mouvement Desjardins. Questions et réponses Changements au régime d'assurance collective au 1 er janvier 2015 qui s appliquent aux retraités du Mouvement Desjardins Questions et réponses Q-1 Pourquoi modifier à nouveau le régime d'assurance collective

Plus en détail

BILAN FONCTIONNEL. Pour répondre au mieux à cette préoccupation, nous étudierons les points suivants :

BILAN FONCTIONNEL. Pour répondre au mieux à cette préoccupation, nous étudierons les points suivants : BILAN FONCTIONNEL Avoir une activité, générer des résultats, nécessite des moyens de production que l'on évalue en étudiant la structure de l'entreprise. L'étude de la structure financière va permettre

Plus en détail

Watts et volt-ampères : comprendre les différences majeures

Watts et volt-ampères : comprendre les différences majeures Watts et volt-ampères : comprendre les différences majeures Par Neil Rasmussen Livre blanc n 15 Résumé de l'étude Ce document a pour objectif d'expliquer les différences entre les watts et les volt-ampères

Plus en détail

L accueil du projet ITER en France Jérôme Paméla, Directeur de l Agence ITER France

L accueil du projet ITER en France Jérôme Paméla, Directeur de l Agence ITER France JOURNEE DEDIEE AUX INDUSTRIELS ET AUX MEMBRES DU RESEAU A.P.I INTERESSES PAR ITER ET LE NUCLEAIRE CIVIL 1 Décembre 2010 L accueil du projet ITER en France Jérôme Paméla, Directeur de l Agence ITER France

Plus en détail

LA PERFORMANCE ENERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS (PEB)

LA PERFORMANCE ENERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS (PEB) LA PERFORMANCE ENERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS (PEB) Dernière révision du document : juillet 2012 CONTEXTE La directive européenne 2002/91/CE sur la performance énergétique des bâtiments vise la réduction de

Plus en détail

THEMES SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES - SESSION 2.1 Moins ou pas de déchets : quand, comment? Le retraitement-recyclage à l épreuve des faits Yves Marignac Directeur de WISE-Paris 8 octobre 2005 Débat public

Plus en détail

Chapitre 5 : les immobilisations

Chapitre 5 : les immobilisations Chapitre 5 : les immobilisations Définition des immobilisations Nous avons vu que l'entreprise achète des marchandises pour les revendre et des matières premières pour les consommer dans son processus

Plus en détail

Avis de l IRSN sur la tenue en service des cuves des réacteurs de 900 MWe, aspect neutronique et thermohydraulique

Avis de l IRSN sur la tenue en service des cuves des réacteurs de 900 MWe, aspect neutronique et thermohydraulique Avis DSR/2010-065 26 février 2010 Avis de l IRSN sur la tenue en service des cuves des réacteurs de 900 MWe, aspect neutronique et thermohydraulique Par lettre du 19 février 2009, l Autorité de sûreté

Plus en détail

Les matières premières nucléaires

Les matières premières nucléaires 041-050 Bigot 31/03/10 14:43 Page 41 Les matières premières nucléaires ÉNERGIE 41 Depuis 1990, la production annuelle des mines d uranium ne couvre que de 50 à 60 % de la consommation totale des réacteurs.

Plus en détail