Territoires d Europe/Territoires du monde. Nadine Cattan 1

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Territoires d Europe/Territoires du monde. Nadine Cattan 1 nadine.cattan@parisgeo.cnrs.fr"

Transcription

1 Territoires d Europe/Territoires du monde ORATE / ESPON : un réseau de coopération pour un meilleur aménagement du territoire européen ou tout ce que vous avez toujours voulu savoir sans jamais oser le demander Nadine Cattan 1 Claude Grasland 2 UMS 2414 RIATE CNRS, DATAR, Université Paris 7 SDEC/ESDP, PEATE/SPESP, ORATE/ESPON, il est souvent difficile pour l observateur extérieur de s y retrouver dans la prolifération de ces différents sigles français et anglais qui dissimulent l émergence progressive et complexe d une véritable politique européenne d aménagement du territoire européen appuyé sur des réseaux de recherche et d aide à la décision en matière de planification territoriale. Il vaut pourtant la peine de tenter de démêler cet écheveau politico-scientifique qui tisse progressivement depuis une dizaine d année la trame de ce qui deviendra peut-être un jour l équivalent européen de la DATAR ou du Commissariat Général du Plan. La recherche d une meilleure harmonisation territoriale des politiques sectorielles développées par l Union Européenne a longtemps butté sur la faiblesse des instances politiques d aménagement du territoire tant nationales qu européenne, face aux institutions et ministères spécialisés dans un secteur précis (transport, agriculture, recherche & développement, ). On retrouve en fait au niveau européen un problème bien connu au niveau français : la faiblesse des instances d aménagement du territoire face à des ministères ou des directions spécialisées dans un domaine précis et jalouses de leur indépendance. Ce n est que lorsqu elles sont rattachées directement à la tête de l exécutif et dotées de compétences transversales que les instances de planification territoriale réussissent réellement à imposer des politiques efficaces et durables d aménagement du territoire. Or, ce qui est apparu déjà difficile à imposer au niveau national semblait pratiquement impossible au niveau de l Union européenne dès lors que les rivalités sectorielles se sont vues immédiatement redoublées par des conflits de compétence entre le niveau européen, le niveau national, voire les instances régionales dans les pays fortement 1 Chargée de recherche au CNRS 2 Professeur à l Université Paris 7 141

2 ORATE/ESPON un réseau de coopération décentralisés. Il faut enfin noter que ce n est qu avec le Traité d Amsterdam, en octobre 1997, que la dimension proprement territoriale de l objectif de cohésion est véritablement affirmée de façon explicite. Les traités antérieurs, notamment le traité de l Union de 1992 mentionnaient l objectif de cohésion de façon beaucoup plus vague et sans référence précise au rôle des inégalités territoriales. Durant la dernière décennie, la plupart des travaux analytiques sur le développement du territoire européen ont montré que les disparités entre les États se réduisent fortement mais que les différentiels régionaux n affichent pas toujours et partout cette même tendance encourageante. Si dans certains cas et dans certaines parties du territoire de l Union, les disparités se sont atténuées, il n en demeure pas moins que la convergence est lente et que de fortes disparités persistent entre les régions d un même pays ou de deux ou plusieurs pays différents. Dans ce contexte, la recherche d une meilleure cohésion territoriale devient une priorité ou du moins un sujet de débats et de discussions dans la plupart des pays européens. De plus en plus conscients du fait que l aménagement du territoire peut s avérer décisif pour atteindre les objectifs de cohésion économique et sociale, les États membres en coopération avec la Commission Européenne ont approuvé, en 1999 à Potsdam, le premier Schéma de Développement de l Espace Communautaire (SDEC). Le Schéma de Développement de l Espace Communautaire (SDEC/ESDP) constitue une étape importante dans la mise en place d une politique communautaire d aménagement du territoire. Bien que les politiques d aménagement du territoire relèvent, eu égard au principe de subsidiarité, de la seule compétence des États, l approbation du SDEC illustre une nouvelle volonté politique des États membres et un tournant important consistant à mieux prendre en compte à l avenir la question du développement spatial dans la construction européenne. La cohésion territoriale acquiert «ses lettres de noblesse» au même titre que la cohésion économique et sociale. Cela signifie que les territoires ne sont plus considérés comme de simples supports des stratégies de développement et de redistribution mais qu ils deviennent des acteurs de ces politiques... avec toutes les difficultés que cela induit tant en termes théoriques que pratiques! Fruit d un long processus de dialogue engagé dès 1994 entre la Commission et les États membres, ce document n a aucun aspect contraignant. Il énonce les principes très généraux d une politique européenne de cohésion territoriale. Il est explicitement précisé que «le SDEC ne justifie pas de nouvelles compétences communautaires». Mais la publication de ce document a constitué une étape symboliquement très importante en fournissant pour la première fois «un cadre d orientation politique pour les États membres, pour leurs régions et collectivités locales, ainsi que pour la Commission Européenne dans leurs domaines de compétences respectifs». Le Programme d Étude sur l Aménagement du Territoire Européen (PEATE/SPESP) a constitué une étape dans la mise en place d une intégration politique et scientifique des positions européennes en matière de planification territoriale. De 1998 à 1999, le PEATE a permis de tester la validité opérationnelle de ce concept de réseau européen de recherche et d aide à la décision en matière de planification territoriale et, malgré les difficultés qu il a rencontrées, a fourni une moisson de résultats, de nature à justifier la mise en place par la Commission et les États membres d une structure plus pérenne. L Observatoire en Réseau de l Aménagement du Territoire Européen (ORATE/ESPON), qui voit le jour en 2002, demeure encore une structure provisoire. Il s agit d un programme de recherche financé sur les crédits INTERREG, mais il dispose d une durée ( ) et de moyens de fonctionnement très supérieurs à ceux du Programme d Étude. S appuyant sur le double réseau des décideurs politiques qui ont mis en place le SDEC et des équipes de recherche ou instituts de planification territoriale qui ont participé au 142 Territoires 2020 Territoires d Europe / Territoires du monde

3 Territoires d Europe / Territoires du monde programme d étude, l ORATE constitue sans nul doute une occasion exceptionnelle d enraciner la politique d aménagement du territoire au cœur du projet européen et de la doter des moyens à la fois politiques et intellectuels de dépasser les clivages sectoriels et internationaux. L objectif de cet article est de retracer brièvement les étapes qui ont jalonné la naissance du programme ORATE puis de détailler le fonctionnement et les objectifs de ce dernier afin que les acteurs politiques et les chercheurs français spécialistes d aménagement du territoire puissent s y impliquer pleinement. Le Schéma de Développement de l Espace Communautaire Un cadre de coopération pour le développement territorial Le SDEC constitue un cadre politique non contraignant et flexible visant à définir les grandes lignes directrices d une politique d aménagement du territoire européen, afin d améliorer la coopération en matière de développement spatial entre les États membres d une part et entre leurs régions et collectivités locales d autre part. La coopération par delà les frontières nationales entre les collectivités territoriales est également fortement encouragée. L objectif du SDEC est de parvenir à un développement équilibré et durable du territoire européen, en favorisant notamment une meilleure intégration des politiques sectorielles européennes et nationales qui ont un impact sur le territoire. Cette intégration devrait se faire tant d un point de vue horizontal c est-à-dire d une meilleure complémentarité entre les différentes politiques sectorielles mais également entre les territoires que d un point de vue vertical c est-à-dire d une meilleure coopération entre les différents niveaux territoriaux et aussi entre les différents niveaux de pouvoir dans un territoire donné. Afin de tendre vers un développement durable et équilibré de l espace européen, le SDEC préconise de poursuivre simultanément et dans toutes les régions de l UE les trois objectifs politiques fondamentaux suivants : La cohésion économique et sociale La préservation des bases naturelles de la vie et du patrimoine culturel Une compétitivité plus équilibrée du territoire européen La nécessité de prendre en considération les interactions qui existent entre ces trois objectifs est fortement soulignée dans le Schéma de Développement qui précise par ailleurs qu aucun des objectifs ne doit être privilégié par rapport aux autres au risque de compromettre la mission d ensemble du projet : celle d un développement cohérent et équilibré de l ensemble européen. Construire et atteindre une meilleure cohésion territoriale dans l ensemble européen n est pas chose simple. C est autour de trois principes directeurs approuvés, en 1994, par les Ministres chargés de l aménagement du territoire que le SDEC envisage d y parvenir : Le développement d un système urbain équilibré et polycentrique et une nouvelle relation ville-campagne L assurance d une parité d accès aux infrastructures et au savoir Le développement durable, la gestion intelligente et la préservation de la nature et du patrimoine culturel. Parce qu il est basé sur l analyse des dynamiques territoriales des quinze États membres et sur l évaluation des conséquences potentielles des décisions de planification, le SDEC est un processus concerté, progressif et permanent. Il doit constamment être soumis à des révisions périodiques vis-àvis notamment de l élargissement de l UE, de l approfondissement du dialogue euro-méditerranéen 143

4 ORATE/ESPON un réseau de coopération et plus généralement de l ensemble des processus politiques qui ont une incidence sur le développement spatial de l Europe, de la dynamique de la mondialisation à la montée des revendications de développement local. Le territoire de l Union Européenne se caractérise par une grande diversité. Le grand défi de la démarche territoriale préconisée dans le SDEC est d élaborer des stratégies ayant une vision de la totalité du territoire européen mais tout en respectant la diversité et la multiplicité des territoires européens. Le succès de la démarche repose sur le développement de stratégies suffisamment intégrées pour favoriser une meilleure cohérence et complémentarité entre les différentes politiques mises en œuvre et suffisamment flexibles de manière à respecter le principe de subsidiarité, les institutions existantes et également de laisser le temps à chaque État membre de donner au SDEC la suite qu il souhaite. La complexité et la difficulté de mener à bien la réflexion territoriale au niveau de l ensemble du territoire de l Union ont conduit les États membres et la Commission Européenne à créer un réseau européen d experts dans le domaine de l aménagement du territoire ORATE qui aurait pour vocation de promouvoir les propositions du SDEC, d assurer la continuelle actualisation des évaluations territoriales et de construire une expertise intégrée en matière d aménagement et de développement territorial à l échelon européen susceptible d éclairer et d aider les acteurs et les responsables politiques de l aménagement du territoire. Le programme d étude : succès et limites Fin 1998, un programme d étude a été lancé pour examiner la validité opérationnelle du cadre proposé par le SDEC et pour en améliorer la base scientifique en vue d un développement ultérieur. Intitulé programme d étude sur l Aménagement du territoire européen (SPESP), cette action pilote a été mise en place suivant l article 10 du règlement du FEDER. Elle avait pour objectifs d éclairer la décision politique en matière d aménagement du territoire en précisant les objectifs du SDEC et en examinant comment leur donner une portée opérationelle. Les travaux étaient organisés autour de trois axes de recherche : la construction d indicateurs de différenciation territoriale l analyse des nouvelles formes de partenariat ville-campagne les illustrations cartographiques des politiques européennes du SDEC À l intérieur de chacun des axes de recherche, des groupes de travail étaient définis qui associaient obligatoirement des équipes de recherche d au moins deux pays différents. Au moment de la formation des groupes de travail, on a cherché à diversifier au maximum les points de vue, en croisant grands et petits pays, pays septentrionaux et pays méridionaux, etc. (Figure 1). Des réunions périodiques permettaient de soumettre les résultats provisoires de chacun des groupes de travail à l ensemble des représentants des 15 pays de l Union européenne, afin d éviter que la composition des groupes de travail n affecte les résultats. Ce mode de fonctionnement s est révélé particulièrement utile, par exemple dans le cas des indicateurs d intégration sociale où des approches économiques de certains pays ont été enrichies par des approches développées par des chercheurs de pays différents intégrant plus explicitement les facteurs sociaux, ethniques, culturels. 144 Territoires 2020 Territoires d Europe / Territoires du monde

5 Territoires d Europe / Territoires du monde Figure 1 : Axes de recherche et groupes de travail du SPESP Malgré sa brièveté et la faiblesse des moyens accordés, le Programme d Étude a constitué un succès allant bien au-delà des espérances de ses commanditaires. Rassemblant plus de 200 chercheurs des 15 pays de l Union, le Programme d Étude a constitué la première tentative de bâtir une véritable culture scientifique commune en matière d aménagement du territoire européen. Le rapport final du Programme d Étude et les 13 rapports des groupes de travail constituent une véritable encyclopédie de plus de 1500 pages qui permet de proposer pour la première fois une image des savoirs et des savoirs-faire en matière de planification territoriale au niveau européen. 145

6 ORATE/ESPON un réseau de coopération Figure 2 : Typologie des formes d intégration transfrontalières Source : Study Program on European Spatial Planning, Final Report, p.78 Esquisse d une représentation de la notion d intégration spatiale à propos des régions transfrontalières. Sont présentées pour différents thèmes les situations de non-intégration (à gauche), d intégration (au centre), ainsi que le processus (à droite) permettant d accroître le degré d intégration. On en déduit une série de politiques possibles pour le développement de l intégration des espaces transfrontaliers. Mais cette liste doit être complétée et les effets combinés des politiques suggérées peuvent s avérer contradictoires. 146 Territoires 2020 Territoires d Europe / Territoires du monde

7 Territoires d Europe / Territoires du monde Malheureusement, ces documents sont longtemps demeurés confidentiels car les documents produits n étaient accessibles en anglais que sur le site web du coordinateur qui ne disposait pas du budget nécessaire pour en produire une version imprimée. Ce n est qu avec la publication d une version imprimée du rapport final en anglais et en allemand sous les auspices du «point focal allemand» que les résultats du programme d étude ont commencé à se diffuser un peu plus largement. Pour ce qui concerne la publication des résultats en français, une première synthèse critique des résultats a été mise en ligne dès 1999 sur le site WEB du GDR Libergéo 1 et la publication du rapport officiel est en cours d achèvement à la Documentation Française. Si les travaux du Programme d Étude ont permis des avancées notables en ce qui concerne la clarification de certains concepts, notamment celui de l intégration (Figure 2), les résultats sont beaucoup moins probants en ce qui concerne la mise en place de bases de données et d indicateurs harmonisés à l échelle de l ensemble de l Union européenne. Il existe donc un décalage très sensible entre les avancées conceptuelles et la disponibilité des sources statistiques permettant leur mise en œuvre opérationnelle. L observatoire en réseau de l aménagement du territoire européen Les missions générales et le fonctionnement L Observatoire en Réseau de l Aménagement du Territoire Européen (ORATE) est un programme INTERREG III financé à 50% par les États de l Union et à 50 % par la Commission Européenne (Peyrony, 2002). Cet observatoire a pour mission de mobiliser un réseau européen de chercheurs afin d élaborer une culture scientifique commune dans le domaine du développement territorial et de fournir des réponses opérationnelles aux attentes des décideurs politiques et des acteurs de l aménagement du territoire. Les missions générales du programme ORATE se structurent autour des sept objectifs suivants : Enrichir les recherches sur l aménagement du territoire menées dans le cadre de chaque pays en leur donnant une dimension européenne. Confronter les expériences et mettre à jour les contradictions entre les politiques nationales et européennes (y compris les problèmes posés par l élargissement de l Union). Examiner les implications du Schéma de Développement de l Espace Communautaire en termes d orientations politiques existantes ou futures. Développer les outils (instruments ou institutions) nécessaires pour une meilleure perception et une meilleure application des recommandations du SDEC par les acteurs politiques à tous les niveaux. Contribuer à une meilleure compréhension de la dimension territoriale des politiques de cohésion, des fonds structurels ou des politiques sectorielles, au niveau européen comme au niveau national Explorer les manières dont les décisions territoriales prises à différents niveaux (UE, États, régions, ) et dans différents secteurs (transport, R&D, ) pourraient faire l objet d une meilleure coordination. Combler le fossé entre les politiques, les scientifiques et les administratifs dans le domaine de l aménagement du territoire. Créer une communauté scientifique européenne structurée, fonctionnant en réseau, dans le domaine particulièrement hétérogène des recherches sur le développement territorial. Les travaux de l ORATE devant alimenter et éclairer le débat politique entre les États membres et la Commission, les missions qui lui sont confiées sont liées à l avancement des principaux dossiers de la politique communautaire ayant des implications territoriales : La promotion et l approfondissement du Schéma de Développement de l Espace Communautaire

8 ORATE/ESPON un réseau de coopération La réforme des fonds structurels après 2006 La politique agricole commune (PAC) La politique urbaine (Urban Agenda et Urban Community Initiative) Le programme Interreg III Les conséquences de l élargissement de l Union, à court, moyen et long terme. L élaboration du 3 e Rapport sur la Cohésion L organisation de l ORATE est une structure complexe. Le comité de pilotage politique du programme est constitué des représentants des 15 États membres (pour la France : la DATAR) et de la Commission européenne (Peyrony 2002). Les pays candidats à l Union et les autres pays européens pourront à terme se joindre au programme. L unité de coordination de ce programme est basée au Luxembourg. S appuyant sur un réseau de point de contact (Espon Contact Point = ECP) dans chacun des 15 pays, cette unité gère et anime le programme. Les points de contacts doivent, dans leurs pays respectifs, informer les chercheurs intéressés par les questions d aménagement du territoire à l échelle européenne de l état d avancement du programme et des thématiques qui y sont développées. En France, le point de contact est le RIATE (Réseau Interdisciplinaire pour l Aménagement du Territoire Européen) qui est une «unité mixte de service» mise en place par la DATAR, le CNRS et l Université Paris VII (Figure 3). Figure 3 : La structure d ORATE 148 Territoires 2020 Territoires d Europe / Territoires du monde

9 Territoires d Europe / Territoires du monde Il faut ici souligner que les montants mis à disposition de l ORATE par les États membres et par l Union Européenne demeurent relativement faibles, eu égard aux ambitions du projet et au nombre d équipes et de chercheurs mobilisés. Les projets et les actions envisagés Fort des approches élaborées dans le cadre du SDEC et de certaines réflexions ébauchées dans le 2e Rapport sur la Cohésion, ORATE se place d emblée dans un contexte où le développement territorial est un enjeu incontournable des politiques communautaires. Dans l introduction du programme ORATE, il est rappelé que le développement territorial ou spatial est un processus complexe et qu il ne peut ni être réduit aux deux seuls aspects économiques et sociaux, ni être couvert par des politiques dont l orientation est à finalité économique. Le développement spatial n est par ailleurs pas uniquement concerné par le problème des régions en retard de développement. Il a une portée beaucoup plus large, plus englobante. Le développement spatial renvoie à l intégration et l équilibre de l ensemble des territoires ainsi qu aux facteurs qui participent de cette cohésion, qu ils soient économiques, culturels, naturels ou sociaux. C est dans ce contexte ambitieux que le programme pluriannuel de l ORATE organise trois types de projets différents et complémentaires : i) les projets thématiques, ii) les projets sur l impact territorial des politiques, iii) les projets transversaux. Chaque type de projet est structuré autour de mesures qui sont elles-mêmes déclinées en priorités (Tableau 1). Tableau 1 : Les projets, les mesures et les priorités de ORATE THEMATIC PROJECTS ON IMPORTANT SPATIAL DEVELOPMENT I.1 Cities, polycentric development and urban-rural relations I.1.1 The role, specific situation and potential of urban areas as nodes of polycentric development ( ) I.1.2 Urban rural relations ( ) I.1.3 Particular effects of the enlargement and beyond for the polycentric spatial issues ( ) I.1.4 The spatial effects of demographic trends and migration ( ) I.2 Parity access to infrastructure and knowledge I.2.1 Transport services and networks : territorial trends and basic supply of infrastructure for the territorial cohesions ( ) I.2.2 (Tele-)communication and energy services and networks: territorial trends and basic supply of infrastructure for territorial cohesion ( ) I.2.3 Identification of spatially relevant aspects of the information society ( ) I.3 Natural and cultural heritage I.3.1 The spatial effects and management of natural and technological hazards in the general relation to climate change ( ) Management of the natural heritage ( ) I.3.3 The role and spatial effects of cultural heritage and identity ( ) 149

10 ORATE/ESPON un réseau de coopération POLICY IMPACT PROJECTS II.1 The territorial effects of sector policies II.1.1 Spatial diversification by the infrastructure policy of TENs ( ) II.1.2 Spatial effects / territorial impact of the EU R&D policy ( ) II.1.3 Spatial effects / territorial impact of the EU Agricultural Policy with particular reference to the environmental dimension and policy ( ) II.1.4 Energy services and networks and territorial impact of EU energy policy II.2 New territorial aspects of the Structural Funds and related Funds II.2.1 The territorial effects of the Structural Funds ( ) II.2.2 The territorial effects of pre-accession aid and Phare/Tacis/ISPA ( ) II.2.3 The effects of Structural Funds in urban areas ( ) II.3 Institution and instruments of spatial policies II.3.1 The application and effects of the ESDP in Member States ( ) II.3.2 The governance of territorial and urban oriented policy from the EU to the local level ( ) III COORDINATING CROSS-THEMATIC PROJECTS III.1 Integrated tools for the European spatial development ( ) III.1.1 Integration of European spatial databases III.1.2 Clarification of the concepts of spatial and social integration III.1.3 Specification of potential thematic fields for Community intervention III.2 Spatial Scenarios and orientation towards the ESDP and the Cohesion Policy ( ) ESPON RESEARCH BRIEFING AND SCIENTIFIC NETWORKING IV.1. Data navigator: preparatory surveys on data access Ce sont les priorités qui correspondent aux travaux de recherche engagés dans le cadre du Programme ORATE. De façon comparable à un appel d offre classique européen, la publication des priorités dans les journaux officiels concernés marque le lancement du projet, et la sélection des consortiums européens par des représentants du Comité de pilotage et de l unité de coordination du Programme clos la procédure. Ces consortiums se voient alors confier la mission, chacun dans le cadre de son projet précis, d apporter des éléments de réponse à la question centrale du SDEC qui est, rappelons le, de favoriser l émergence d un territoire européen plus équilibré et durable. Le programme ORATE ayant une forte dimension opérationnelle, ces consortiums doivent veiller à ce que les rapports finaux proposent impérativement des recommandations pour l action. Ces consortiums sont appelés Groupes de Projets Transnationaux (Transnational Project Group = TPG). Comme dans tous les programmes européens, il existe plusieurs niveaux de participation aux projets de recherche que nous avons résumés dans l encadré suivant. 150 Territoires 2020 Territoires d Europe / Territoires du monde

11 Territoires d Europe / Territoires du monde Les différents niveaux de participation au programme ORATE La participation d une équipe de recherche à l un ou à plusieurs des 19 projets d ORATE se fait dans le cadre des Groupes de Projets Transnationaux (TPG) après le lancement officiel du projet par un appel d offre. Bien que la structure soit assez complexe, on peut dire qu il existe trois niveaux différents de participation à un projet: 1. Coordination d un groupe de projet transnational L institution assure le rôle de Lead Partner pour le projet considéré. Cela signifie : constituer un réseau associant des équipes de plusieurs pays (au moins 3 pour certains projets, 6 pour d autres) avoir la responsabilité totale (administrative, financière, scientifique...) du projet gérer et piloter l ensemble du projet scientifique : appel d offre, rapports intermédiaires et finaux Participation à un groupe de projet transnational L institution participe en tant que partenaire principal ou consultatif à un projet. Elle reçoit un budget de l institution qui assure le rôle de Lead Partner à hauteur de son implication dans le projet. Elle doit alors fournir un ou des rapports correspondant aux thématiques dont elle a la charge. 3. Rôle d expertise ou de consultation pour le compte du point de contact national Chaque point de contact national est censé donner un avis critique sur l ensemble des projets engagés dans ORATE. Lorsque aucune institution nationale ne participe à l élaboration d un projet donné, le point de contact peut solliciter une institution compétente dans le domaine et lui demander, si elle est d accord, d expertiser le projet en question. À ce jour, neuf priorités ont déjà été lancées et quatre autres sont en cours (tableau 1). Des équipes françaises participent, en tant que coordinatrice ou en tant que partenaire à quatre d entre elles à savoir : Le rôle, la situation spécifique et les potentiels des aires urbaines comme nœuds d un développement polycentrique ( ) priorité Relations urbain-rural ( ) priorité Effets spatiaux des réseaux, des transports et des télécommunications ( ) priorité Outils intégrés pour le développement spatial européen mesure 3.1 Il n est pas question ici de présenter, de façon détaillée, chacun des projets envisagés dans le cadre général d ORATE. Cependant, il nous a semblé nécessaire d exposer succinctement quelques exemples de questions soulevées et d objectifs poursuivis. Les projets thématiques Les projets thématiques sont considérés comme des études sur les dynamiques générales de l espace communautaire. Ils sont distingués en trois mesures. La première est relative aux villes, au développement polycentrique et aux relations urbain-rural. La seconde concerne l accès aux infrastructures et au savoir. La troisième a trait à l héritage naturel et culturel. Nous détaillons, à titre d exemple, les objectifs de la première mesure : conformément aux objectifs du SDEC, les structures spatiales les plus à même de fournir un développement équilibré et durable sont polycentriques et les aires urbaines sont considérées comme les moteurs de l intégration et du développement territorial. Devenu l enjeu majeur d une politique spatiale pour l Union, le polycentrisme renvoie à des mécanismes différenciés et des stratégies d intervention spécifiques selon l échelle territoriale considérée. L objectif 151

12 ORATE/ESPON un réseau de coopération général de cette mesure est d évaluer et de définir, à tous les échelons territoriaux, les processus qui agissent en faveur de l émergence d un fonctionnement polycentrique du système spatial européen. Quatre analyses prioritaires devraient permettre d y parvenir. La première priorité consiste à analyser le rôle et le potentiel des aires urbaines dans une organisation polycentrique de l espace européen. Ce projet tente de comprendre comment de nouvelles structurations spatiales ou de nouvelles redistributions de l activité aboutissant à l émergence de villes-portes, d euro-corridors et de zones d intégration globale pourraient favoriser un développement plus équilibré du territoire européen et ce, à tous les niveaux géographiques, de la région, à l enveloppe nationale et au contexte spatial européen des quinze mais également élargi aux pays candidats. Directement liée à cette première priorité, la deuxième action porte un intérêt particulier aux nouvelles relations entre les aires urbaines et rurales, en terme d interdépendances, de liens institutionnels, et d échanges de procédés. Elle cherche à répondre à la question suivante : quels potentiels et opportunités de développement faut-il soutenir afin de faire émerger et de renforcer des régions polycentriques et durables? La troisième priorité soulève la question des effets de l élargissement aux pays candidats et même au-delà, aux autres pays européens. Analyser et concevoir les processus d intégration en fonction de l option politique prise par le SDEC relative à la promotion d un développement spatial polycentrique est le défi majeur auquel doit s atteler cette priorité. Ces travaux accorderont également une place importante à l étude des effets de barrières et de discontinuités tant il est vrai qu ils réduisent encore grandement les processus d intégration et de cohésion. La quatrième traite des effets spatiaux des tendances démographiques et migratoires. Les liens entre les migrations et le développement doivent être explicités notamment en terme d effets sur les modifications de la division spatiale du travail. Les projets sur l impact territorial des politiques Les projets sur l impact territorial des politiques sont des études qui évaluent l effet territorial des politiques sectorielles ou d aménagement spatial, européennes ou nationales, afin de dégager les interactions et les contradictions qui peuvent exister entre les différents niveaux d interventions. Trois mesures organisent ce champ d action. La première est une évaluation des effets territoriaux des politiques sectorielles. La seconde soulève la question des nouveaux aspects territoriaux des fonds structurels et des fonds qui en sont dépendants. La troisième concerne les institutions et les instruments des politiques spatiales. Dans la première mesure, eu égard aux options politiques du SDEC, trois politiques sectorielles constituent les priorités majeures : les politiques de transport, les politiques relatives à la recherche/développement et les politiques agricoles avec une attention spécifique aux politiques environnementales. L objectif principal de ces trois priorités est d améliorer la coordination territoriale des politiques de la Communauté européenne. Pour ce faire, chaque étude doit évaluer les effets spécifiques de la politique sectorielle dont elle a la responsabilité mais également répondre à des questions plus générales liées aux principes directeurs du SDEC à savoir : Comment les politiques concernées prennentelles en compte le concept du développement polycentrique? Quels sont les effets spatiaux escomptés pour le présent mais aussi pour le futur? Comment s effectue la coordination entre les politiques communautaires et les politiques nationales? Comment ces politiques tiennent-elles compte de la diversité régionale? 152 Territoires 2020 Territoires d Europe / Territoires du monde

13 Territoires d Europe / Territoires du monde Comment ces politiques intègrent-elles la question de l élargissement? Les projets transversaux Les projets transversaux ont pour fonction de synthétiser et d intégrer les résultats de l ensemble des projets d ORATE, de mettre à jour les liens entre les résultats des différents groupes de travail et éventuellement de combler des lacunes ou de résoudre les contradictions entre les résultats de deux groupes de travail. Ils doivent plus précisément mettre au point des bases de données intégrées, des typologies des territoires, des scenarii d évolution. La première mesure vise à mettre en place des outils intégrés pour l aménagement du territoire européen et couvre la période La seconde mesure intitulée «Scénarii prospectifs et mise en œuvre du SDEC et de la politique de Cohésion» débutera en et, se fondant sur la base analytique antérieure, proposera de lancer des analyses prospectives. La question de l harmonisation des bases de données statistiques et cartographiques est ici particulièrement cruciale car le programme ORATE doit absolument fournir la preuve que les concepts proposés dans le cadre du SDEC sont susceptibles de déboucher sur des politiques opérationnelles intégrant l ensemble des dimensions sectorielles dans un tout cohérent. L établissement de typologies territoriales utilisant les résultats de l ensemble des groupes de travail doit permettre de repérer les caractéristiques des régions présentant des atouts ou des faiblesses spécifiques (régions montagneuses, régions périphériques, régions en difficultés). Les études d impact des politiques sectorielles doivent permettre de repérer les meilleurs niveaux territoriaux de coordination des différentes politiques européennes et de proposer une méthodologie reproductible et un système d indicateurs permettant d évaluer l effet des politiques menées. Les résultats généraux escomptés Sans décliner toutes les nuances que chaque projet et chaque thématique peuvent apporter à la construction de l édifice, on peut donner un aperçu utile des principales expectatives que suscite le programme ORATE. Développer un corpus de connaissance sur les dynamiques territoriales européennes. En effet, à l heure actuelle, il existe un grand nombre de travaux fragmentaires et de compétences dispersées dans les pays de l Union. Il s agit ici de les réunir, de les confronter enfin de les appliquer le cas échéant sur l ensemble du territoire européen. Évaluer l impact territorial des politiques. La dualisation sociale s est doublée durant les deux dernières décennies d une dualisation territoriale. Depuis peu, les États membres ont compris les méfaits de la conjugaison des deux aspects de la ségrégation sociale et spatiale. Cette prise de conscience a joué en faveur d une augmentation des besoins en matière d évaluation de l effet spatial des politiques, tant leur coordination que leur territorialisation s avèrent être les futurs enjeux majeurs des acteurs de l aménagement du territoire et également des responsables du développement économique et social dans son ensemble. Proposer des outils et des concepts intégrés. La mise en place d un dictionnaire évolutif et interactif des principaux concepts de l aménagement du territoire est un objectif commun à l ensemble des thématiques développés dans le cadre d ORATE. Il ne s agit pas de produire un cadre normatif mais des conditions indispensables pour promouvoir et soutenir une réflexion pertinente sur ce que sont aujourd hui, en Europe, les principales notions clés de l aménagement du territoire. Élaborer des scénarios prospectifs de l évolution, à court et moyen terme, de l espace européen est un complément indispensable à l évaluation de la situation actuelle des forces et des faiblesses des territoires européens ainsi qu à l analyse des tendances qui ont conduit à la situation présente. 153

14 ORATE/ESPON un réseau de coopération Ces scénarios seront élaborés en respectant les trois objectifs fondamentaux du SDEC. Formuler des recommandations stratégiques concrètes destinées aux aménageurs afin d élaborer et de soutenir un système spatial de développement polycentrique, équilibré et durable pour l ensemble du territoire européen est le dernier mais le plus attendu des résultats. Conformément aux objectifs du SDEC, ces formulations doivent respecter les spécificités et la diversité des régions européennes. Définir des indicateurs appropriés. Tous les instigateurs et les participants au Programme sont conscients du fait que, en préalable à toute analyse de dossiers politiques précis, il faut construire une base d informations et d indicateurs harmonisés à l échelle de l ensemble du territoire européen, dans tous les domaines ayant des implications politiques. Sans ces investigations prioritaires, il serait vain de vouloir élaborer des scenarii prospectifs ou mettre en place de nouvelles formes d action politique territoriale. Nous ne pouvons conclure une telle partie sans préciser que le mot d ordre du Programme ORATE relatif aux résultats délivrés est celui de l opérationnalité. Terrain de rencontre privilégiée entre l action et la recherche, ORATE constitue autant un défi motivant pour le corpus scientifique et pour le milieu de l action qu un objet de questionnements et de débats inachevés! ORATE : entre frustrations et espoirs ORATE est le programme par excellence pour mener une investigation critique sur les liens qui existent et qui se développent entre «le savant et le politique». Il interpelle la démarche scientifique à plus d un titre. Instrument privilégié d une évaluation par les scientifiques d un cadre politique - le SDEC - dont les principales orientations sont déjà définies et approuvées par les Ministres responsables de l aménagement du territoire, ORATE est la scène où peuvent se cristalliser toutes les frustrations ou au contraire être le foyer où peuvent éclore tous les espoirs. Il n est pas possible de développer ici l ensemble des réflexions que soulève cette interrogation fondamentale. Nous limiterons notre propos sur la démesure qui existe entre l investigation nécessaire pour mener à bien un tel programme et les moyens disponibles et mis en œuvre ainsi que les délais impartis. Cette constatation n est pas nouvelle. La plupart des travaux scientifiques liés à des attentes opérationnelles s effectuent dans des conditions souvent similaires. Mais ce constat prend une toute autre signification dans le cadre de l ORATE, parce que rarement un programme politique, en sciences sociales, a mobilisé volontairement et avec une telle ampleur des chercheurs de tous les pays de l Union et de plusieurs horizons disciplinaires certes tous liés à des compétences dans l aménagement du territoire. Pour en revenir aux frustrations, évoquons tout d abord la question du temps. Les temporalités dans les milieux de l action ne sont pas les mêmes que les temporalités d une recherche scientifique rigoureuse. D autres facteurs viennent alimenter l édifice complexe des frustrations! Mener à bien ce Programme signifie collecter de l information pour les 15 pays de l Union et également pour les 12 pays candidats, harmoniser ces informations et ensuite mettre en œuvre des méthodologies comparables pour leur traitement. Les moyens financiers accordés à ce programme ne sont pas à la hauteur de ses ambitions! Il n est pas exagéré de dire que le programme ORATE connaît actuellement une certaine schizophrénie en raison des demandes contradictoires qui lui sont adressées : D un côté, on a une demande d expertise de très court terme (2003) qui est avant tout liée à la préparation du 3 e rapport sur la cohésion et des négociations politiquement délicates que va entraîner le double dossier de l élargissement européen à l Est et de la réforme des fonds structurels. Lors du lancement de l appel d offres 154 Territoires 2020 Territoires d Europe / Territoires du monde

15 Territoires d Europe / Territoires du monde ORATE, la Commission a clairement indiqué que c était sur ces questions urgentes et concrètes que devrait porter l effort principal des équipes de recherche du programme ORATE dans les deux premières années et que, faute de résultats tangibles, l expérience ne serait pas reconduite après D un autre côté, on a une demande de mise en place sur le moyen et le long terme d une véritable structure permanente de planification territoriale qui est soutenue par plusieurs États Membres, notamment ceux qui ont une longue tradition nationale de la planification et d aménagement du territoire. Cette demande qui vise implicitement à faire d ORATE le noyau d une future agence européenne de l aménagement du territoire s inscrit évidemment dans une temporalité différente de celle de la Commission et implique une réflexion beaucoup plus poussée mais aussi beaucoup plus progressive sur les bases de données, les outils et les concepts qui permettraient de rendre opérationnelles les propositions politiques du SDEC. Il n est pas évident pour le programme ORATE de répondre simultanément à ces deux demandes contradictoires car, dans de nombreux domaines (bases de données, concepts, méthodes, ) les méthodes permettant d aboutir rapidement à des réponses pragmatiques ne sont pas les plus efficaces ou les plus pertinentes sur le moyen et le long terme. D un autre côté, il serait dommage pour le programme ORATE de manquer l occasion historique qui lui est offerte de faire ses preuves en fournissant aux décideurs politiques de nouveaux outils et de nouveaux concepts d aménagement du territoire à la fois innovants et opérationnels. 155

16 ORATE/ESPON un réseau de coopération Bibliographie COMMISSION EUROPÉENNE 2001, 2 e rapport sur la Cohésion économique et sociale. ESPON, 2006 Programme ESPON, 2006 Programme Complement SCHÉMA DE DÉVELOPPEMENT DE L ESPACE COMMUNAUTAIRE 1997, Réunion informelle des Ministres responsables de l aménagement du territoire des États membres de l Union européenne. SCHÉMA DE DÉVELOPPEMENT DE L ESPACE COMMUNAUTAIRE 1999, Vers un développement spatial équilibré et durable du territoire de l Union européenne. STUDY PROGRAMME ON EUROPEAN SPATIAL PLANNING 2001, Final report, Bundesamt für Bauwesen und Raumordnung, Bonn. PEYRONY J. 2002, (avec la collaboration de M.C. Hingray) Le schéma de développement de l espace communautaire, DATAR La documentation française. Résumé En complément du SDEC (Schéma de développement de l espace communautaire), l observatoire en réseau de l aménagement du territoire européen (ORATE) se présente comme une tentative d établir la pertinence du cadre d action esquissé par ce premier document européen d aménagement. Si des résultats intéressants ont déjà été obtenus pour préciser certains concepts (comme celui d intégration), les principales attentes concernent l harmonisation des bases de données, l impact territorial des politiques communautaires et l établissement de typologies territoriales pertinentes. Toutefois, cet outil de connaissance qu est l ORATE est également mobilisé pour répondre à certaines interrogations relatives à l élargissement. Mots clés SDEC, politique régionale, statistiques européennes, INTERREG, prospective. 156 Territoires 2020 Territoires d Europe / Territoires du monde

17 Territoires d Europe/Territoires du monde Les enjeux territoriaux du libre-échange euro-méditerranéen Henri Regnault 1 Jean Pierre Domecq 2 Muriel Sajoux Ben Seddik 3 Dans la première moitié des années 90, l Union européenne a modifié son approche régionale en direction du Sud et de l Est de la Méditerranée et a proposé aux PSEM (Pays du Sud et de l Est de la Méditerranée) de conclure des accords d association prévoyant notamment la mise en place d un libre-échange industriel et, plus lentement, une plus grande libéralisation des échanges agricoles. Les premiers accords de ce type ont été conclus en 1995 avec la Tunisie (UE-Tunisie, 1998) puis le Maroc (UE-Maroc, 2000). Aujourd hui (fin du premier semestre 2002), tous les pays du pourtour méditerranéen avec qui l Europe négociait ont signé, à l exception de la Syrie encore en négociation et de la Libye qui n a jamais eu d accord avec l Europe. La Turquie se trouve en situation d Union Douanière avec l U.E. (libre-échange plus tarif extérieur commun). Au terme des périodes transitoires de mise en place des accords, se dessine ainsi à l horizon 2010, espère-t-on, une vaste zone commerciale euromed, pour le moment limitée à l industrie. Semble donc s affirmer la mise en place d un régionalisme euromed, de type nord-sud, entre des pays à des niveaux de développement très différents. L objet de cet article, qui s inspire d une étude réalisée pour la DATAR 4, est de s interroger sur les enjeux territoriaux de ce libre-échange, plus particulièrement au sud de la Méditerranée, et tout spécialement au Maghreb. Dans la première phase d analyse de la problématique, des entretiens réalisés au Maghreb au printemps 2001, avec notamment des interlocuteurs dans les administrations marocaine et tunisienne d Aménagement du Territoire, ont révélé clairement l intérêt de cette démarche et simultanément son caractère novateur. Il semble que le lien entre l instauration d un libre-échange euro-méditerranéen et les préoccupations d aménagement du territoire ne soit pas encore très explicitement posé au Sud de la Méditerranée, à supposer qu il le soit au Nord, il est vrai moins concerné. La durée relativement longue (10 à 12 ans) des phases transitoires des accords de libre-échange et l articulation de ces phases transitoires, qui renvoient les impacts potentiellement les plus traumatisants en fin de période, expliquent probablement cette absence de préoccupation immédiate. Plus généralement, le libre-échange euroméditerranéen apparaît largement comme un pari sur l avenir qui débouche sur une terra incognita. L appréciation à porter sur le projet euro-méditerranéen, avant même d envisager des impacts terri- 1 Professeur à l Université de Pau et des Pays de l Adour, Directeur du GDRI CNRS «Economie Méditerranée Monde Arabe» 2 Maître de Conférences à l Université de Pau et des Pays de l Adour, Directeur du DESS «Economie et Gestion des Systèmes Agroalimentaires» 3 Docteur en Sciences Economiques, Université de Pau et des Pays de l Adour 4 REGNAULT H., DOMECQ J.P, SAJOUX BEN SEDDIK, Le libre-échange euro-méditerranéen : impacts économiques et enjeux territoriaux, UPPA-CATT, Etude pour la DATAR, juin 2002, multig. 124 p. 157

18 Les enjeux territoriaux du libre-échange euro-méditerranéen toriaux, est loin d être évidente. Il s agit d un projet d intégration Nord-Sud, entre des pays à niveaux de développement très hétérogènes, non comparable à l intégration européenne élargie à l Est (en dépit de l hétérogénéité de plus en plus prononcée de cet ensemble) mais aussi très différent de l intégration Nord-Sud américaine en cours (ALENA) ou envisagée (ZLEA : zone de libreéchange des Amériques). On peut même se demander si, au delà de l effet d annonce des accords d association entre l Union Européenne et divers partenaires du Sud et de l Est de la Méditerranée, le processus intégratif ira jusqu au terme prévu d une vaste zone de libre-échange euroméditerranéenne (ZLEM), et s il peut y aller, à quelles conditions de refonte des accords et de mise en place d institutions et de financements? Il va de soi que la prospective territoriale est soumise à ces incertitudes. Au sud, les préoccupations premières, face à ce pari du libre-échange, sont de nature macro et micro-économiques. La traduction spatiale des impacts économiques du libre-échange euromed est d autant plus perçue dans un flou complet qu elle n est pas toujours facile à distinguer des tendances et des problèmes résultant de la dynamique territoriale proprement nationale ou induits par diverses facettes des politiques de libéralisation adoptées à partir des années 80 - sous l injonction pressante des bailleurs de fonds internationaux (FMI, Banque Mondiale, Club de Paris ) et qui se déclinent tout autant aux plans interne et multilatéral qu au niveau régional euro-méditerranéen. La définition d un cadre méthodologique d approche s avère donc indispensable pour distinguer les impacts territoriaux spécifiques à la nouvelle donne commerciale euro-méditerranéenne et qui pourraient éventuellement faire l objet de politiques euro-méditerranéennes. Cette définition fait l objet de la première partie de cet article «Intégration euro-méditerranéenne et territoires : une approche générale». Cette approche nous permettra de cerner deux thèmes particulièrement importants et sensibles face à la nouvelle donne euro-méditerranéenne, l environnement et les espaces ruraux et agricoles, qui feront l objet des deuxième et troisième parties de l article. Intégration euromed et territoires : une approche générale L articulation des accords euromed impose de traiter séparément le dossier industriel (libreéchange en cours d instauration) et le dossier agricole (libéralisation envisagée dans les accords, mais pas encore à l œuvre). En effet, alors que le libre-échange industriel est mis en œuvre par les accords euromed signés à partir de 1995, avec des phases transitoires d une douzaine d années, ces mêmes accords renvoient à plus tard la libéralisation des marchés agricoles. Le dossier industriel et ses implications territoriales et environnementales Ce dossier industriel ne concerne directement que les PSEM, qui vont mettre en œuvre un désarmement commercial vis-à-vis de l Europe, alors que cette dernière, qui avait déjà supprimé, depuis la fin des années 70, la quasi-totalité de ses obstacles commerciaux à l entrée des produits industriels des PSEM sous réserves de restrictions quantitatives en matière de textiles - ne peut à l évidence leur accorder plus : ce dossier industriel est donc totalement asymétrique. La suppression des obstacles tarifaires et non-tarifaires aux échanges a pour conséquence première une modification des prix relatifs des biens importés par rapport aux biens nationaux, toutes choses égales par ailleurs (pas de dévaluation, pas de modification des taxes intérieures). Cette modification des prix relatifs va entraîner un processus dynamique, interactif, de réarticulation interne / repositionnement externe de l économie nationale qui va se décliner sur les trois registres 158 Territoires 2020 Territoires d Europe / Territoires du monde

19 Territoires d Europe / Territoires du monde de la production, de la consommation et des échanges. Ce processus de réarticulation / repositionnement va entraîner divers impacts territoriaux et environnementaux potentiels (ITEP) : des ITEP de consommation. Par exemple, la baisse de prix des voitures importées, du fait de la suppression des droits de douane (de l ordre de 20 à 45% suivant les pays du Maghreb, avant libreéchange), pourrait se traduire par une forte augmentation des achats de voitures neuves. Un tel impact ne doit pas forcément être interprété négativement : l augmentation du parc automobile se traduit certes par la saturation du réseau, l augmentation des embouteillages et de la pollution ; mais, d un autre côté, la baisse des prix des voitures neuves ouvre une possibilité de renouvellement accéléré du parc automobile dont l âge moyen diminue, accroissant ainsi la sécurité et favorisant le remplacement des carburants au plomb par les carburants sans plomb et diminuant donc un type de pollution. Par ailleurs, la libre importation des biens peut accroître les exigences de qualité des consommateurs, impliquer la modification des conditionnements de produits et, à travers l évolution des modes de consommation, déboucher sur une augmentation des déchets ménagers avec tous les problèmes de traitement et de recyclage qui s en suivent. des ITEP de production. On pourrait voir apparaître des friches industrielles du fait de la disparition d industries nationales développées pendant la période antérieure de substitution à l importation, à l abri d une forte protection douanière, qui ne résistent pas au libre-échange ; là encore, l impact est ambivalent : on peut en retenir le seul aspect négatif mais on peut aussi y voir une opportunité de réaffecter un espace en milieu urbain à d autres activités. Par ailleurs, de nouvelles activités peuvent venir s installer dans une toute autre logique: certaines localisations productives peuvent intervenir pour échapper à une législation environnementale trop contraignante dans les pays développés, l implantation au sud se faisant dans une logique de «paradis des pollueurs» (Chatelus, 2000). des ITEP de logistique. La multiplication des flux internationaux de biens échangés avec les partenaires au libre-échange, biens finals pour la consommation et biens intermédiaires dans le cadre d une intensification de la division internationale des processus productifs, va se traduire par un effet d encombrement des infrastructures existantes, notamment au niveau des points d entrée et de sortie des territoires (aéroports, ports ). Ces ITEP sont à comprendre comme des effets primaires du libre-échange, toutes choses égales par ailleurs. Dans le cas de la zone euromed, pour le domaine industriel, ils concernent presque uniquement les PSEM et très peu l Europe (sauf à travers les ITEP de logistique, sur des points de passages sensibles tel que le Détroit de Gibraltar et au-delà les systèmes de transports espagnols et les passages pyrénéens si les flux d échanges augmentaient considérablement). La traduction concrète de ces ITEP du libre-échange dans les réalités territoriales et environnementales des PSEM dépendra des politiques qui seront adoptées et des moyens disponibles pour les mettre en œuvre. Les ITEP de consommation sont probablement les plus faciles à traiter, surtout lorsqu ils relèvent de biens uniquement importés ; si la forte augmentation d une consommation résultant de la suppression des droits de douanes est considérée comme néfaste ou prématurée dans l état des infrastructures du pays, elle peut être découragée par une augmentation des taxes intérieures : la seule contrainte est que ces taxes ne soient pas discriminatoires entre les biens importés et les biens nationaux. On doit être, par contre, plus inquiet en ce qui concerne la capacité des PSEM à traiter les ITEP de production et en particulier à échapper à la tentation de fermer les yeux sur des implantations polluantes : les besoins d emplois, particulièrement criants, font que les responsables nationaux et encore plus locaux risquent d accepter des installations dommageables pour l environnement ; la concurrence entre pays et régions pour attirer des emplois pourrait inciter trop d acteurs à ignorer les dispositions législatives et réglementaires environnementales, inégales suivant les 159

20 Les enjeux territoriaux du libre-échange euro-méditerranéen PSEM. Enfin les ITEP de logistique peuvent être une occasion de moderniser les grandes infrastructures de transport et d interfaces internationales : le problème des PSEM en la matière est celui des moyens ; de ce point de vue, l absence de fonds structurels au bénéfice des PSEM va rendre difficile une mise à niveau comme ont pu la connaître l Espagne ou le Portugal grâce aux fonds européens ; vis-à-vis des pays de l Est qui, en entrant dans l UE vont bénéficier de ces fonds structurels, les PSEM seront victimes de véritables distorsions de concurrence. Les PECO, comme les PSEM, vont subir une diminution de leurs recettes budgétaires via la suppression progressive de leurs droits de douane sur les importations en provenance de l UE, mais les premiers bénéficieront de fonds européens importants, sans commune mesure avec les fonds MEDA à disposition des seconds. Les impacts régionaux du libre-échange seront la traduction des localisations géographiques des impacts territoriaux et environnementaux effectifs (ITEE) du libre-échange, tels qu ils résulteront des politiques mises en œuvre pour traiter les ITEP et pour améliorer l attractivité des territoires sur les investissements extérieurs (investissements étrangers, mais aussi investissements à partir des épargnes nationales placées à l étranger). Ces politiques d attractivité (mise à niveau des infrastructures, améliorations du cadre de vie et aménités urbaines diverses pour attirer les résidents étrangers ), vont devoir se focaliser sur des zones précises ; les défis territoriaux de l internationalisation des économies accrue par la mise en place du libre-échange vont donc conduire à l amplification des phénomènes de métropolisation et à l accentuation des disparités régionales et des hiérarchies urbaines. Ces phénomènes seront, bien sûr, amplifiés ou pondérés par l importance des réajustements agricoles que nous allons maintenant aborder. Incertitudes et enjeux économiques et territoriaux du dossier agricole euromed Depuis leur origine, les relations agricoles euromed fonctionnent selon le principe dit de l exception agricole (Regnault, 1997), c est à dire d un régime d échange très encadré, sans rapport avec la donne commerciale industrielle. Cette exception agricole a été confirmée par les récents accords d association. Si le système mis en place dans les années 80 à l occasion de l élargissement communautaire à des pays du sud de l Europe a été réajusté à plusieurs reprises, notamment à l occasion des nouveaux accords d association, les grands principes de l entrée des produits agricoles PSEM en Europe sont restés identiques : l Europe reconnaît le droit à l entrée de fruits et légumes PSEM, en dérogation au principe de préférence communautaire, mais pas n importe quand (d où les calendriers) et pas à n importe quel prix (d où des mécanismes de régulation des prix de mise à disposition sur le marché communautaire). Toutefois, les contradictions du dossier agricole euromed sont telles qu une refonte en profondeur de la donne agricole euromed peut sembler inéluctable : les enjeux territoriaux et environnementaux d une telle refonte seraient considérables. Les articles 16 des accords d association signés en 1995 entre l U.E. et le Maroc ou entre l U.E. et la Tunisie (même rédaction des deux articles 16) indiquent «La Communauté et le Maroc mettent en œuvre de manière progressive une plus grande libéralisation de leurs échanges réciproques de produits agricoles et de la pêche». Même si les négociations conduites en 2000 entre l UE et la Tunisie n ont pas débouché sur une refonte profonde du régime agricole, on peut se demander si à plus long terme, l exception agricole pourra se maintenir durablement. On peut lui reprocher notamment de ne pas permettre aux PSEM de valoriser leurs avantages comparatifs en matière de production et d exportation de fruits et légumes vers l Europe, à un moment où son tissu industriel risque de souffrir du libre-échange et où de nouvelles ressources d exportation sont indispensables pour compenser la montée en puissance des importations de biens manufacturés. Hormis la reconduction pure et simple du régime actuel, trois pistes d évolution semblent envisa- 160 Territoires 2020 Territoires d Europe / Territoires du monde

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 INVESTISSEMENT TERRITORIAL INTÉGRÉ POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 Les nouvelles règles et la législation régissant le prochain financement de la politique européenne de cohésion pour la période 2014-2020

Plus en détail

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation FORMATIONS Europe Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation 1. Démocratie locale, participation des citoyens : enjeux et réponses européens NOUVEAU p.2 2. Europe : actualité et

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Dialogue sur le financement

Dialogue sur le financement CONSEIL EXÉCUTIF EB137/3 Cent trente-septième session 20 mai 2015 Point 5 de l ordre du jour provisoire Dialogue sur le financement Rapport du Secrétariat INTRODUCTION 1. Par la décision WHA66(8), l Assemblée

Plus en détail

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 1. L expérience analysée L animation de la concertation dans le processus d élaboration du Plan Communal de Développement (PCD) de Jean

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT

TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT DIAGNOSTIC DE L INNOVATION ET DE L ETAT DE LA VALORISATION DES RESULTAS DE LA RECHERCHE AU SENEGAL 1/8 1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION Levier essentiel

Plus en détail

Bilan du groupe de travail «Gestion de l espace» sur la période 2009-2011

Bilan du groupe de travail «Gestion de l espace» sur la période 2009-2011 Bilan du groupe de travail «Gestion de l espace» sur la période 2009-2011 2 ème partie : le fonctionnement du groupe L objectif de ce cadre est de faciliter le travail de bilan des groupes de travail.

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

PLAN DE GESTION CENTRE HISTORIQUE DE PORTO

PLAN DE GESTION CENTRE HISTORIQUE DE PORTO PLAN DE GESTION CENTRE HISTORIQUE DE PORTO LE BESOIN D UN PLAN DE GESTION Le patrimoine culturel et naturel fait partie des biens inestimables et irremplaçables non seulement de chaque pays mais de toute

Plus en détail

VERS UN CADRE EURO MEDITERRANEEN DES QUALIFICATIONS Reconnaissance et transfert des compétences et des qualifications au sein de l UpM

VERS UN CADRE EURO MEDITERRANEEN DES QUALIFICATIONS Reconnaissance et transfert des compétences et des qualifications au sein de l UpM VERS UN CADRE EURO MEDITERRANEEN DES QUALIFICATIONS Reconnaissance et transfert des compétences et des qualifications au sein de l UpM ELEMENTS DE CONTEXTE La Déclaration commune du sommet de Paris pour

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GÉNÉRALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/68/12 2 novembre 2012 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Fiche projet La révision du projet d aménagement d une station touristique future Version du 26 novembre 2010

Fiche projet La révision du projet d aménagement d une station touristique future Version du 26 novembre 2010 République Tunisienne Ministère de l Environnement et du Développement Durable Coopération Technique Allemande Elaboration de la stratégie nationale d adaptation au changement climatique du secteur touristique

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

FONDS AQUI-INVEST. I. Présentation de l action. Contexte Développement de l action et enjeux

FONDS AQUI-INVEST. I. Présentation de l action. Contexte Développement de l action et enjeux FONDS AQUI-INVEST I. Présentation de l action AQUI-INVEST, est le premier fonds de co-investissement en capital risque régional français. Il s'agit d une nouvelle génération d investissement public impulsée

Plus en détail

Appel à Manifestation d Intérêt / Programme CoMun pour la contractualisation de Consultants et/ou Bureaux d études dans divers domaines d expertises

Appel à Manifestation d Intérêt / Programme CoMun pour la contractualisation de Consultants et/ou Bureaux d études dans divers domaines d expertises Appel à Manifestation d Intérêt / Programme CoMun pour la contractualisation de Consultants et/ou Bureaux d études dans divers domaines d expertises du développement urbain Août-Septembre 2015 I. Brève

Plus en détail

Assurer une coordination stratégique et opérationnelle des acteurs et des zones

Assurer une coordination stratégique et opérationnelle des acteurs et des zones Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Assurer une coordination stratégique et opérationnelle des acteurs

Plus en détail

Plan d'actions communes inter-instituts

Plan d'actions communes inter-instituts Plan d'actions communes inter-instituts AFSSET, INERIS, INRETS, InVS, IRSN "Les instituts d'expertise nationaux face aux évolutions de la gouvernance des activités et situations à risques pour l'homme

Plus en détail

Présentation du Programme : Phase II

Présentation du Programme : Phase II PROGRAMME D APPUI A LA MISE EN ŒUVRE DE L ACCORD D ASSOCIATION Présentation du Programme : Phase II L Accord d Association constitue le cadre juridique L Accord d Association constitue le cadre juridique

Plus en détail

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici.

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici. Introduction Cet ouvrage a été conçu à partir de sollicitations exprimées par des managers de terrain soucieux de donner une dimension plus opérationnelle à leur management au quotidien. Il rassemble des

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle EVALUATION FINALE CVE/071 Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle FICHE SYNTHÉTIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Cap-Vert Projet d appui

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE SPECIFIQUES ELABORATION D UNE STRATEGIE ET D UN PLAN DE FORMATION POUR LA MISE EN OEUVRE DE LA REFORME DES FINANCES PUBLIQUES

TERMES DE REFERENCE SPECIFIQUES ELABORATION D UNE STRATEGIE ET D UN PLAN DE FORMATION POUR LA MISE EN OEUVRE DE LA REFORME DES FINANCES PUBLIQUES TERMES DE REFERENCE SPECIFIQUES ELABORATION D UNE STRATEGIE ET D UN PLAN DE FORMATION POUR LA MISE EN OEUVRE DE LA REFORME DES FINANCES PUBLIQUES FCW BENEFICIAIRES 2009 LOT N 11 : Macro économie, Statistiques,

Plus en détail

Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE

Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE Ville de Dakar PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATEGIQUE ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE ATELIER DE PARTAGE 05 janvier 2012 BUTS DE L ATELIER C est aider à mieux faire comprendre la décision du Conseil Municipal

Plus en détail

I. Check-list du développement de programmes - Frontières intérieures de l UE 2007-2013

I. Check-list du développement de programmes - Frontières intérieures de l UE 2007-2013 I. Check-list du développement de programmes - Frontières intérieures de l UE 2007-2013 25 juillet 2006 Etapes du développement de programmes Conditions interinstitutionnelles Actions nécessaires Structure

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

Expert(e) International(e) en santé publique Délégué(e) à la co-gestion de la composante «Appui à la demande de soins» Sénégal

Expert(e) International(e) en santé publique Délégué(e) à la co-gestion de la composante «Appui à la demande de soins» Sénégal Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP)

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) CDCPP (2012) 9 le 20 mars 2012 lère Session Plénière Strasbourg, 14-16 mai 2012 CONVENTION EUROPEENNE DU PAYSAGE 10e Réunion du Conseil

Plus en détail

Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques

Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques 1. OBJECTIFS DE LA FORMATION La valeur ajoutée de cette formation de haut niveau réside dans son caractère

Plus en détail

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement La République de Madagascar Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Thème : Les Nouvelles Approches

Plus en détail

Avis du CCRE. Sur le plan d action européen 2011-2015 pour l administration en ligne

Avis du CCRE. Sur le plan d action européen 2011-2015 pour l administration en ligne COUNCIL OF EUROPEAN MUNICIPALITIES AND REGIONS CONSEIL DES COMMUNES ET REGIONS D EUROPE Inscrit au registre des représentants d intérêts de la Commission européenne. Numéro d inscription : 81142561702-61

Plus en détail

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Cahier des charges pour la réalisation d une étude Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Sommaire Sommaire...2 Article 1 Objet du marché...3 Article 2 Contexte...3

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

Charte de la concertation territoriale

Charte de la concertation territoriale LIGNE A GRANDE VITESSE POITIERS-LIMOGES Charte de la concertation territoriale La présente charte constitue le cadre de la démarche de la concertation territoriale conduite par Réseau ferré de France Elle

Plus en détail

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST)

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST) POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO Présenté par: Prof. Dr. Djénéba TRAORE Directrice Générale Institut de l Afrique de l Ouest Email: Djeneba.Traore@iao.gov.cv Site web: www.westafricainstitute.org

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

Prise en compte du développement durable dans les marchés publics :

Prise en compte du développement durable dans les marchés publics : Prise en compte du développement durable dans les marchés publics : Cahier des charges pour un programme de formation à l attention des agents des institutions publiques (Collectivités locales, services

Plus en détail

Thème : Vers un Nouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan?

Thème : Vers un Nouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan? Thème : Vers un ouveau Management Public des stratégies de développement : Quel rôle pour le Haut Commissariat au Plan? Auteur : Mr Mhamed MOUAACHA, Chef de Division au Haut Commissariat au Plan (HCP)

Plus en détail

Proposition de la CRUS et de la KFH pour la discussion sur les articles 1, 2, 4 et 33-36 du projet de consultation pour la LAHE

Proposition de la CRUS et de la KFH pour la discussion sur les articles 1, 2, 4 et 33-36 du projet de consultation pour la LAHE Loi fédérale sur l aide aux hautes écoles et la coordination dans le domaine suisse des hautes écoles (LAHE) Proposition de la CRUS et de la KFH pour la discussion sur les articles 1,, 4 et 33-36 du projet

Plus en détail

Préparation des programmes européens 2007-2013

Préparation des programmes européens 2007-2013 Préparation des programmes européens 2007-2013 Présentation AGILE 9h30-10h30 8 Préparation des programmes européens 2007-2013 Le contexte La méthode de travail État d avancement des travaux : bilan, diagnostic

Plus en détail

ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de

ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de la Commission de l UEMOA Ouagadougou, 05 Mars 2015 1

Plus en détail

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Lorraine

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Lorraine Tournée régionale ADCF / ADGCF Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés Lorraine 1. Caractéristiques géographiques et démographiques 1 1. Caractéristiques

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 DÉVELOPPEMENT LOCAL MENÉ PAR LES ACTEURS LOCAUX POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 Les nouvelles règles et la législation régissant le prochain financement de la politique européenne de cohésion pour la période

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Le 23 mai 2000 marque le début d une nouvelle période dans la coopération continentale

Le 23 mai 2000 marque le début d une nouvelle période dans la coopération continentale Les nouvelles opportunités d Interreg III A Coopération transfrontalière Provinces, départements et cantons dans les zones de frontière contiguës Création de pôles socio-écomiques transfrontaliers Italie

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST. Synthèse des conclusions et recommandations

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST. Synthèse des conclusions et recommandations SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST Synthèse des conclusions et recommandations Bamako les 14-15 et 16 février 2005 Page 1 sur 5 Les 14, 15 et 16 février 2005, a eu lieu à Bamako

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises politique adoptée par le CECS le 6 novembre 2002 Suite à l adoption par le Comité des études de cycles supérieurs en psychologie du projet de modification

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux ASSEMBLÉE NATIONALE Suite à l Audition du 20 juillet 2010 de la FÉDÉRATION CFDT SANTÉ-SOCIAUX Représentée par Nathalie CANIEUX, Secrétaire générale

Plus en détail

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE PENSÉE ET VISION STRATÉGIQUE Avoir une perspective globale des enjeux actuels et futurs du client ainsi que de définir des orientations visant

Plus en détail

Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20

Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20 Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20 Conférence introductive InEE CNRS Paris, 4 avril 2012 Laurence Tubiana Institut du Développement Durable et des Relations Internationales

Plus en détail

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles La lutte contre la fraude aux finances publiques a été renforcée ces dernières années et a

Plus en détail

CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN

CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN (approuvée par le 8 ème congrès français de la nature 26 mai 2008) L Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) est le plus important

Plus en détail

Rapports du Corps commun d inspection

Rapports du Corps commun d inspection COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Vingt et unième réunion Point 3.5 de l ordre du jour provisoire EBPBAC21/6 31 octobre 2014 Rapports du Corps commun d inspection

Plus en détail

Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session

Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session 197 EX/PG/Recommandations PARIS, le 24 septembre 2015 Original anglais/français RECOMMANDATIONS ADRESSÉES PAR LE GROUPE PRÉPARATOIRE À LA 197 e SESSION

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE

Plus en détail

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé Les défis du développement du gouvernement électronique Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé La révolution numérique a engendré une pression sur les gouvernements qui doivent améliorer leurs prestations

Plus en détail

Stratégie Nationale sur le Changement Climatique

Stratégie Nationale sur le Changement Climatique Publié par la En collaboration avec le Ministère de l Equipement, de l Aménagement du Territoire et du Développement Durable Stratégie Nationale sur le Changement Climatique Synthèse Publié par Bureau

Plus en détail

Avec le soutien de. Lignes directrices. pour l élaboration et la mise en œuvre des stratégies régionales pour la biodiversité

Avec le soutien de. Lignes directrices. pour l élaboration et la mise en œuvre des stratégies régionales pour la biodiversité Avec le soutien de Lignes directrices pour l élaboration et la mise en œuvre des stratégies régionales pour la biodiversité Le Comité français de l UICN (Union Internationale pour la Conservation de la

Plus en détail

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Groupe de travail Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Les participants ont tous reçu une copie du rapport particulièrement riche du précédent groupe de travail. A l issue des rapports des représentantes

Plus en détail

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers

Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan. Proposition commune des associations d usagers 1 Gouvernance et pilotage du Plan Autisme 2013-2016 Suivi de la mise en œuvre du Plan Proposition commune des associations d usagers (document élaboré sur la base de la note publique rédigée par Saïd Acef)

Plus en détail

S T E DELTA-C FORMATION UNIVERSITAIRE. Centre de Formation et d Appui Conseil pour le Développement Local

S T E DELTA-C FORMATION UNIVERSITAIRE. Centre de Formation et d Appui Conseil pour le Développement Local DELTA-C Centre de Formation et d Appui Conseil pour le Développement Local FORMATION UNIVERSITAIRE ETABLI EN 2009 PROGRAMMES DE LMD (LICENCES-MASTERS-DOCTORATS) Fiche Scientifique et Pédagogique DOMAINE

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA 1 APPEL D OFFRES ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA JUILLET 2013 2 1. OBJET DE L APPEL D OFFRE Réalisation d un accompagnement

Plus en détail

Synthèse de l'atelier 2 : "Economie des territoires ruraux" et "Ressources Humaines et formation"

Synthèse de l'atelier 2 : Economie des territoires ruraux et Ressources Humaines et formation Synthèse de l'atelier 2 : "Economie des territoires ruraux" et "Ressources Humaines et formation" Abdel Hakim T. in Chassany J.P. (ed.), Pellissier J.-P. (ed.). Politiques de développement rural durable

Plus en détail

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni.

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni. Principes de Belgrade sur la relation entre les Institutions nationales des droits de l Homme et les Parlements (Belgrade, Serbie, les 22-23 février 2012) Le séminaire international de février 2012 sur

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

Ainsi, les TEPOS représentent la deuxième phase de cet appel à projets national.

Ainsi, les TEPOS représentent la deuxième phase de cet appel à projets national. - 1 - APPEL A PROJETS TEPOS QU EST-CE QU UN TERRITOIRE A ÉNERGIE POSITIVE? Contexte L énergie, nécessaire à tous les domaines et besoins de la vie quotidienne, devient, du fait de sa raréfaction, de plus

Plus en détail

Consultation générale sur le Plan métropolitain d aménagement et de développement du Grand Montréal (PMAD)

Consultation générale sur le Plan métropolitain d aménagement et de développement du Grand Montréal (PMAD) Consultation générale sur le Plan métropolitain d aménagement et de développement du Grand Montréal (PMAD) Mémoire présenté à la Communauté métropolitaine de Montréal Septembre 2011 TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine

Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine CAS D'EXPÉRIENCE Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine Présentation du cas d expérience de la Commission de l UEMOA relatif au Projet de renforcement des capacités en matière de

Plus en détail

RAPPORT FINAL DE PROJET

RAPPORT FINAL DE PROJET REPUBLIQUE DU TCHAD --------------- PRIMATURE --------------- MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L EAU ET DES RESSOURCES HALIEUTIQUES --------------- PROJET PNUD/FEM/ANCR/PIMS/2452/G3 --------------- Project

Plus en détail

Atelier "INVENTAIRES" - PARIS 10-12 décembre 2008 DOCUMENT DE REFERENCE

Atelier INVENTAIRES - PARIS 10-12 décembre 2008 DOCUMENT DE REFERENCE Euromed Heritage IV Un programme financé par l Union Européenne EUROMED HERITAGE Cadre institutionnel et légal Atelier "INVENTAIRES" - PARIS 10-12 décembre 2008 DOCUMENT DE REFERENCE Coordination : Frank

Plus en détail

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU Institut de leadership en éducation OUTIL D AUTOÉVALUATION DU L EADERSHIP Instructions Ministère de l Éducation INSTRUCTIONS ET RECOMMANDATIONS POUR L UTILISATION EFFICACE DE L OUTIL Les recherches montrent

Plus en détail

ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005)

ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005) ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005) ETAT DES LIEUX DE LA GESTION STRATEGIQUE DU SYSTEME STATISTIQUE NATIONAL DU MALI 1 1. Introduction

Plus en détail

Évaluation du Plan stratégique de développement

Évaluation du Plan stratégique de développement C.A. 08.11.26.10 Évaluation du Plan stratégique de développement Devis d évaluation Document soumis au comité d évaluation lors de la deuxième rencontre le 7 novembre 2008 Table des matières 1. Introduction...2

Plus en détail

Pourquoi une stratégie nationale? Rôle et importance de la statistique. Pourquoi une stratégie nationale (suite et fin)?

Pourquoi une stratégie nationale? Rôle et importance de la statistique. Pourquoi une stratégie nationale (suite et fin)? Stratégie nationale de de la Stratégie de de la de la République de Guinée Equatoriale. 2003-2008 Séminaire de présentation de la Stratégie de de la de la Guinée Equatoriale. Malabo, 25 janvier 2005 Présentation

Plus en détail

PRÉSENTATION GÉNÉRALE

PRÉSENTATION GÉNÉRALE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Cadrage institutionnel : Arrêté du 27 août 2013 fixant le cadre national des formations dispensées au sein des masters «métiers de l enseignement, de l éducation et de la formation»

Plus en détail

Innovations des statistiques officielles

Innovations des statistiques officielles MINISTERE DU PLAN ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ------------------- CENTRE NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ETUDES ECONOMIQUES DIRECTION DES STATISTIQUES ECONOMIQUES ---------------- SERVICE DES STATISTIQUES

Plus en détail

# 07 Charte de l audit interne

# 07 Charte de l audit interne Politiques et bonnes pratiques # 07 de l audit Direction générale fédérale Service Redevabilité & Qualité Janvier 2015 Approuvé par le Comité des audits Juin 2013 Approuvé par le Directoire fédéral Juillet

Plus en détail

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud FIC/Inf.1 15 juin 2011 Le Cap, Afrique du Sud ELABORATION D EXPOSES DIDACTIQUES POUR LE FORUM DES PARTENARIATS 2012 Note : ce document d information sera présenté dans la rubrique «Questions diverses»

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Liste des auteurs... Sommaire... Liste des principales abréviations... Avant-propos... I. LES ACTEURS DE LA GOUVERNANCE

TABLE DES MATIÈRES. Liste des auteurs... Sommaire... Liste des principales abréviations... Avant-propos... I. LES ACTEURS DE LA GOUVERNANCE TABLE DES MATIÈRES Liste des auteurs................................................... Sommaire........................................................... Liste des principales abréviations...................................

Plus en détail

Programme d Appui à la Société Civile en Tunisie (PASC Tunisie)

Programme d Appui à la Société Civile en Tunisie (PASC Tunisie) Termes de Référence Evaluation Intermédiaire Programme d Appui à la Société Civile en Tunisie (PASC Tunisie) Composante géré par EPD Introduction Le Programme d'appui à la Société Civile en Tunisie (PASC

Plus en détail

Livre bleu. Vers une politique maritime nationale intégrée

Livre bleu. Vers une politique maritime nationale intégrée Livre bleu Vers une politique maritime nationale intégrée Rouen, 30 mars 2010 France et politique maritime Jusqu en 2009, pas de véritable politique maritime en France superposition de politiques sectorielles,

Plus en détail

Termes de référence. «Stratégie de mobilisation sociale autour de l Ecole Marocaine» ****

Termes de référence. «Stratégie de mobilisation sociale autour de l Ecole Marocaine» **** Termes de référence «Stratégie de mobilisation sociale autour de l Ecole Marocaine» Contexte général **** La mobilisation nationale autour des réformes entamées depuis 2000 dans le secteur de l éducation,

Plus en détail

Benbada affirme la priorité du produit national et la poursuite des efforts d ouverture sur le commerce mondial

Benbada affirme la priorité du produit national et la poursuite des efforts d ouverture sur le commerce mondial Entretien accordé par Monsieur Le Ministre du Commerce à l APS ( 31/01/2014) Points abordés : Protection du produit national, Crédit à la consommation, L accord commercial préférentiel "Algérie-Tunisie,

Plus en détail

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil :

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : Journée de l Ingénieur Tunisien Tunis, 30 octobre 2010

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail