Le Président de la République félicite ses homologues du Malawi et de l'union des Comores

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le Président de la République félicite ses homologues du Malawi et de l'union des Comores"

Transcription

1 Formation sur l image dans les médias au centre culturel égyptien Lire page 5 HORIZONS Imsakiya Mardi 20 Ramadan Ftour :...19 h 44 Imsak:...4 h 56 Mercredi 21 Ramadan Ftour :...19 h 44 Imsak:... 4 h 57 QUOTIDIEN NATIONAL D INFORMATIONS - ÉDITÉ PAR L AGENCE MAURITANIENNE D INFORMATION - N 6550 DU MARDI 07 JUILLET 2015 PRIX : 100 UM Le Président de la République félicite ses homologues du Malawi et de l'union des Comores Le Sénat, sous la présidence de son président Mohamed El Hacen Ould El Haj, a tenu, hier, une séance plénière consacrée à la réponse du ministre des Finances, M. Moctar Ould Diay, à la question orale posée par le sénateur Mohamed Ould Ghadda. Dans sa réponse à cette question, le ministre a indiqué de prime à bord qu'il n'est pas d'accord avec les suppositions évoquées par l'auteur de la question et que la situation financière du pays est bonne. Il a ensuite souligné que tous les indicateurs le confirment et que le système bancaire a connu une amélioration depuis 2009 tant en ce qui concerne le nombre de banques, les prêts accordés qu'en matière d'opportunités d'emplois. Il a affirmé que le gouvernement ne prétend pas avoir mis fin à la gabegie, mais qu'il atteste que de grands pas ont été franchis sur cette voie. Lire page 3 Le Président de la République, Son Excellence Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, a adressé des messages de félicitations au Président du Malawi, Monsieur Peter Mutharika, et au Président de République de l'union des Comores, Monsieur Ikililou Dhoinine, à l'occasion de la célébration de la fête nationale de leurs pays. Dans ces deux messages, le Président de la République leur a exprimé, au nom du peuple et du gouvernement mauritaniens, comme en mon nom personnel, ses chaleureuses félicitations et ses meilleurs vœux de santé et de bonheur pour eux-mêmes et plus de progrès et de prospérité pour leurs peuples. Il les a également assurés de sa détermination à poursuivre l'action visant le renforcement de la coopération exemplaire existant entre la Mauritanie et leurs pays. Lire page 3 Le ministre des Finances devant le Sénat : Le système bancaire a connu une amélioration depuis 2009 A l'assemblée nationale Adoption du projet de loi portant code des hydrocarbures bruts L'Assemblée nationale a adopté, hier, au cours d'une séance plénière, présidée par M. Mohamed Ould Boilil, son président, le projet de loi n 15/047 modifiant et complétant certaines dispositions de la loi n du 20 juillet 2010, telle que modifiée par la loi n du 25 octobre 2011, portant code des hydrocarbures bruts. La mise en application de ce code des hydrocarbures bruts a montré la nécessité de modifier certaines dispositions au domaine pétrolier national afin de permettre à l'etat de pouvoir explorer tout son territoire, à l'exception des zones qualifiées d'interdites aux opérations pétrolières. Lire page 3 Les ministres du Commerce et de l'agriculture visitent la Mauritanienne des laits La ministre du Commerce, de l'industrie et du Tourisme, Mme Naha Mint Hamdi Ould Mouknass, a visité, hier soir à Nouakchott, en compagnie du ministre de l'agriculture, M. Brahim Ould M'Bareck Ould Mohamed El Moctar, la Mauritanienne des laits. Au cours de cette visite, les deux ministres se sont informés sur la situation de cette société créée en 2008 par des investisseurs nationaux. La délégation ministérielle a entendu, à cette occasion, des explications fournies par les responsables de la société sur les différentes étapes qu elle a franchies ainsi que sur sa production et ses perspectives d'avenir dans la couverture des besoins du pays en produits de qualité. Lire page 4 Mines, pêches, élevage et agriculture Grands secteurs pourvoyeurs d emplois Lire en page 6-7 Pluviométrie : Des précipitations enregistrées dans plusieurs localités du pays Lire en page 5

2 HORIZONS N 6550 DU MARDI 07 JUILLET 2015 Page 2 ADRESSES UTILES Police Secours 17 Sapeurs Pompiers 18 Brigade Maritime Brigade Mixte SOMELEC (Dépannage) SNDE Météo Avis aux Employeurs COMMISSARIATS DE POLICE Commissariat TZ Commissariat TZ Commissariat Ksar Commissariat Ksar Commissariat El Mina Commissariat El Mina Commissariat Sebkha Commissariat Sebkha Commissariat Riadh Commissariat Riadh Commissariat Arafat Commissariat Toujounine Commissariat Dar Naïm Commissariat Dar Naïm Commissariat Teyarett Commissariat Teyarett Commissariat Spécial Aéroport Commissariat Voie publique Direction Régionale de la Sûreté Police Judiciaire HÔPITAUX Centre Hospitalier National Hôpital Cheikh Zayed Polyclinique PMI Pilote PMI Ksar PMI Teyarett CLINIQUES Clinique Moulaty Clinique Najar Clinique Kissi Clinique Dr. Moumine Clinique Makam Ibrahim Clinique Ben Sina Clinique Tisram Clinique Clinique El Qods Clinique Adama Diani Clinique Bien-être Clinique Chiva BANQUES BAMIS BADH BMCI BNM BCI BACIM BANK CHINGUETTI BANK GBM SOCIETE GENERALE MAURITANIE ATTIJARIBANK MAURITANIE Le Directeur Général de la CNSS informe l'ensemble des employeurs affiliés à la Sécurité Sociale qu'au terme de l'arrêté n 561/MFPTMA du 7 avril 2015, les déclarations sont désormais trimestrielles et doivent être déposées à la Caisse avec le règlement correspondant, dans les 15 premiers jours de chaque trimestre civil, pour les cotisations du trimestre civil précédent. Les employeurs occupant plus de 19 travailleurs ne sont plus tenus de déposer des déclarations mensuelles, HORIZONS QUOTIDIEN NATIONAL D INFORMATION ÉDITÉ PAR L AGENCE MAURITANIENNE D INFORMATION DIRECTEUR DE PUBLICATION, DIRECTEUR GÉNÉRAL DE L AGENCE MAURITANIENNE D INFORMATION: Yarba Ould Sghaïr DIRECTEUR DE LA RÉDACTION : Le Directeur Général Mohamed Aly DEDEW Mohamed Saleh Ould Chighaly AMI FAX: B P: 371/ 467 Département Promotion et Distribution: Siège: / RÉDACTEUR EN CHEF : SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DE LA RÉDACTION : Diagana Babouna Baba Dianfa Traoré RESPONSABLE DE LA MAQUETTE : Elhadrami Ould Ahmedou TIRAGE : IMPRIMERIE NATIONALE

3 HORIZONS N 6550 DU MARDI 07 JUILLET 2015 ACTUALITE Page 3 Le Président de la République félicite ses homologues du Malawi Le Président de la République, Son Excellence Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, a adressé le message de félicitations qui suit au Président de République de l'union des Comores, Monsieur Ikililou Dhoinine, à l'occasion de la célébration de la fête nationale de son pays : "Excellence et Cher frère, A l'occasion de la célébration de la fête nationale de la République de l'union des Comores, je suis heureux de vous exprimer, au nom du peuple et du gouvernement mauritaniens comme en mon nom personnel, nos chaleureuses félicitations et Le Président de la République, Son Excellence Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, a adressé le message de félicitations qui suit au Président du Malawi, Monsieur Peter Mutharika, à l'occasion de la célébration de la fête nationale de son pays : " Excellence et cher frère A l'occasion de la célébration de la fête nationale de la République du Malawi, je suis heureux de vous exprimer, au nom du peuple et du gouvernement mauritaniens comme en mon nom personnel, nos chaleureuses félicitations et nos meilleurs voeux de santé et de bonheur pour vous même et plus de progrès et de prospérité pour peuple malawi frère. Je tiens à vous assurer notre détermination à poursuivre l'action visant le renforcement de la coopération exemplaire existant entre nos deux pays dans l'intérêt mutuel des nos deux peuples frères. Je vous prie d'agréer, Excellence et cher frère, l'expression de ma très haute considération. Votre frère Mohamed Ould Abdel Aziz". et de l'union des Comores nos meilleurs vœux de santé et de bonheur pour vous même et davantage de progrès et de prospérité pour le peuple comorien frère. Je vous réaffirme notre détermination à poursuivre l'action visant le renforcement des relations de coopération exemplaires existant entre nos deux pays dans l'intérêt mutuel de nos deux peuples frères. Je vous prie d'agréer, Excellence et cher frère, l'expression de ma très haute considération. Votre frère: Mohamed Ould Abdel Aziz". Le ministre des Finances devant le Sénat : Le système bancaire a connu une amélioration depuis 2009 Le Sénat, sous la présidence de son président Mohamed El Hacen Ould El Haj, a tenu, hier, une séance plénière consacrée à la réponse du ministre des Finances, M. Moctar Ould Diay, à la question orale suivante posée par le sénateur Mohamed Ould Ghadda : " La situation financière de l'etat a connu des secousses se traduisant par les détournements répétés des fonds du Trésor public et l'écroulement de l'une des banques privées, ce qui a mis en évidence la fragilité du système financier et la faiblesse des outils de contrôle. Pourquoi le gouvernement n'a-t-il pas pu empêcher les détournements répétés des fonds publics. Pourquoi n'a-t-il pas pu défendre le système bancaire raison pour laquelle les biens des dépositaires se sont trouvés exposés aux menaces?" Dans sa réponse à cette question, le ministre a indiqué de prime à bord qu'il n'est pas d'accord avec les suppositions évoquées par l'auteur de la question et que la situation financière du pays est bonne. Il a ensuite souligné que tous les indicateurs le confirment et que le système bancaire a connu une amélioration depuis 2009 tant en ce qui concerne le nombre de banques, les prêts accordés qu'en matière d'opportunités d'emplois. Il a affirmé que le gouvernement ne prétend pas avoir mis fin à la gabegie, mais qu'il atteste que de grands pas ont été franchis sur cette voie. Dans ce cadre, a-t-il ajouté, un arsenal juridique a été mis en œuvre et les institutions chargées du contrôle A l'assemblée nationale Adoption du projet de loi portant code des hydrocarbures bruts L'Assemblée nationale a adopté, hier, au cours d'une séance plénière, présidée par M. Mohamed Ould Boilil, son président, le projet de loi n 15/047 modifiant et complétant certaines dispositions de la loi n du 20 juillet 2010, telle que modifiée par la loi n du 25 octobre 2011, portant code des hydrocarbures bruts. Dans son intervention devant les députés, le ministre du Pétrole, de l'energie et des Mines, M. Ahmed Salem Ould Béchir, a indiqué que la mise en application de ce code des ont été redynamisées afin qu'elles jouent de la meilleure façon leur rôle, précisant que l'inspection générale d'etat (DGI) pratique dans ce sens une politique de dissuasion. Le ministre a fait remarquer que les inspections menées par la DGI en 2014 ont fait ressortir l'existence de malversations de l'ordre de 8,2 milliards d ouguiyas dans une des missions du pays à l'étranger et des inspections à l'intérieur dont des montants importants ont été remboursés au trésor public. En ce qui concerne le retrait des autorisations bancaires, il s'agit, a-t-il dit, d'une mesure réglementaire conforme à la loi bancaire et que le gouvernement ne ménage aucun effort pour protéger les citoyens et leurs biens. Par ailleurs, en réponse aux questionnements des sénateurs, le ministre a indiqué que l'imposition en Mauritanie s'applique en toute transparence et justice sur les bénéfices et sur la valeur ajoutée. Il a ensuite précisé que ces impôts sont minimes par rapport à ceux appliqués dans les pays voisins. Le ministre a également soutenu que les investissements se renforcent jour après jour et que les recettes fiscales des dernières années ont servi, entre autres, au paiement des salaires des fonctionnaires qui ont connu une augmentation de l'ordre de 46 milliards d'ouguiyas après 2009, à l'équipement des forces armées et de sécurité, à la construction d'hôpitaux, d'écoles et de routes. hydrocarbures bruts a montré la nécessité de modifier certaines dispositions au domaine pétrolier national afin de permettre à l'etat de pouvoir explorer tout son territoire, à l'exception des zones qualifiées d'interdites aux opérations pétrolières. Il a ajouté que l'article 7 du code, tel que conçu actuellement ne permet pas d'attribution de permis sur les surfaces contiguës aux limites du territoire national et qui ne peuvent être subdivisées en unités cadastrales de 5 km de côté. Le ministre a souligné que cette situation, qui prive le pays de la possibilité de valoriser une partie de ses ressources en hydrocarbures bruts, empêche le développement des champs s'étendant sur lesdites portions de surfaces. M. Ahmed Salem Ould Béchir a précisé que le gouvernement a entrepris d'importants efforts pour développer le secteur minier pour faire de notre pays un Etat minier à travers la mise en place d'un cadre législatif favorable pouvant attirer l'attention des investisseurs et les orienter vers les zones recelant d'importantes potentialités minières avant de révéler que les zones touchées jusqu'à présent par les recherches sont réduites. De leur côté, les députés ont souligné l'importance de ce projet de loi qui va lever les contraintes auxquelles fait face l'exploitation des ressources minières, particulièrement celles se trouvant au niveau des frontières du pays. Ils ont également insisté sur l'exploitation judicieuse des ressources minières et pétrolières dans l'intérêt de tous les Mauritaniens. Les députés ont encore demandé au ministère de tout mettre en œuvre pour établir une carte minière nationale. L'Assemblée nationale a adopte le protocole de Nagoya Par ailleurs, l'assemblée Nationale a adopté, au cours d'une séance plénière tenue hier soir à Nouakchott, sous la présidence de M. Mohamed Ould Boilil, son président, le projet de loi autorisant la ratification du protocole de Nagoya sur l'accès aux ressources génétiques et le partage juste et équitable des avantages découlant de leur utilisation, relatif à la convention sur la diversité biologique. Dans son intervention devant les députés, le ministre de l'environnement et du Développement durable, M. Amedi Camara, a présenté un exposé sur le protocole adopté au cours de la 10eme conférence des parties des Nations Unies sur la diversité biologique le 29 octobre 2010 à Nagoya, au Japon. Il a noté que notre pays a signé cette convention le 18 mai M. Amédi Camara a, en outre, précisé que le protocole a pour but de garantir l'utilisation continue des ressources génétiques, le renforcement de l'échange technologique en la matière et le partage équitable des ressources découlant de l'utilisation de ces ressources qu'elles soient végétales, animales ou bactériennes ou d'autres produits à usage commercial ou de recherche ou autres. Le ministre a souligné que l'article 4 du protocole a défini les ressources génétiques comme étant les produits d'origine végétale, animale ou microbienne ou tout autre produit renfermant des éléments génétiques actives. Les députés ont loué le protocole qui permet à la Mauritanie de renforcer sa coopération avec les pays signataires dans les différents domaines d'utilisation des ressources naturelles et génétiques. Ils ont insisté sur la nécessité de préserver l'environnement et d'éviter tout ce qui est de nature à lui porter préjudice.

4 HORIZONS N 6550 DU MARDI 07 JUILLET 2015 ACTUALITE Page 4 Le ministère des Affaires islamiques offre un iftar aux oulémas et imams La ministre des Affaires étrangères reçoit l'ambassadeur des USA La ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Mme Vatma Vall Mint Soueinae, a reçu, hier en audience à Nouakchott, SEM Larry André, ambassadeur des Etats Unis d Amérique en Mauritanie. L'entrevue s'est déroulée en présence de M. Mohamed Lemine Ould Mohamed Abdellahi Ould Chamre, directeur adjoint du département Amérique-Asie au ministère des Affaires étrangères et de la Coopération. Le ministère des Affaires islamiques et de l'enseignement originel a organisé, hier soir, en collaboration avec l'association des Oulémas mauritaniens, à l'hôtel Wissal de Nouakchott, un iftar (rupture de jeun) au profit des imams et des responsables des mahadras. A cette occasion, le ministre des Affaires islamiques et de l'enseignement originel, M. Ahmed Ould Ehel Daoud, a indiqué que l'etat trouve indispensable de consolider l'esprit de solidarité et de tolérance au-delà du mois béni du Ramadan, en guise de contribution aux orientations du Président de la République, Son Excellence Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, visant à bâtir une société unie, savante et productive. Il a également déclaré que le rôle des oulémas dans la construction du pays est indispensable, et ce à travers l'orientation, les conseils et la diffusion de la culture de l'islam en vue de conduire tous les citoyens, en particulier les jeunes, sur la bonne voie, celle des valeurs islamiques appelant à la fraternité, à la solidarité et à l'ouverture, loin du radicalisme et de la dérive. La cérémonie de l'iftar s'est déroulée en présence du secrétaire général de l'association des Oulémas de Mauritanie et de celui du département des Affaires islamiques et de l'enseignement originel. Le ministre de l'hydraulique s informe sur l'aftout Essahli Les ministres du Commerce et de l'agriculture visitent la Mauritanienne des laits La ministre du Commerce, de l'industrie et du Tourisme, Mme Naha Mint Hamdi Ould Mouknass, a visité, hier soir à Nouakchott, en compagnie du ministre de l'agriculture, M. Brahim Ould M'Bareck Ould Mohamed El Moctar, la Mauritanienne des laits. Au cours de cette visite, les deux ministres se sont informés sur la situation de cette société créée en 2008 par des investisseurs nationaux. La délégation ministérielle a entendu, à cette occasion, des explications fournies par les responsables de la société sur les différentes étapes qu elle a franchies ainsi que sur sa production et ses perspectives d'avenir dans la couverture des besoins du pays en produits de qualité. Dans une déclaration à l'ami, le ministre de l'agriculture a indiqué, que cette visite s'inscrit dans le cadre des orientations du Président de la République, Son Excellence Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, qui a appelé, récemment à Rosso, les départements concernés à s'intéresser davantage à cette société et à ses activités. Il a ajouté que la délégation ministérielle a enregistré, à l'occasion de cette visite, de bonnes impressions sur la société qui constitue, a-t-il dit, un exemple à suivre. Il a, en outre, insisté sur la nécessité d'observer les normes de qualité requises en matière de production de lait. Le ministre a enfin appelé à une définition des problèmes qui se posent à la société pour leur trouver les solutions idoines. La Mauritanienne des laits, qui couvre 75% des besoins du pays, emploie 410 travailleurs. Elle entretient de solides relations avec 730 éleveurs. La Mauritanienne des laits offre des appuis matériels aux éleveurs à travers des prêts qu elle leur accorde et la création de conditions appropriées de conservation des produits. La ministre de l'elevage visite le grand complexe avicole de Nouakchott Dr Fatima Habib, ministre de l'elevage, a visité hier soir, le grand complexe avicole dans la moughataa de Sebkha à Nouakchott Ouest. La ministre s'est informée, à cette occasion de cette visite qui s'inscrit dans le cadre du suivi des activités des services et sociétés relevant du ministère pour s'assurer du respect des normes de qualité et sur les phases de production de poussins. Le complexe en question produit actuellement poussins par semaine et devrait passer dans quelques mois à par semaine. La ministre a aussi visité le chantier de construction d'une unité de production d'œufs d'une capacité de 17 millions d'œufs par an ce qui couvre les besoins du pays dans ce domaine. Elle s'est ensuite rendue au centre d'amélioration de la race des camelins au km 17 sur la route Nouakchott-Rosso où elle s'est informée sur cette expérience unique en son genre dans la sous région qui sera gérée en collaboration avec la FAO. La ministre était accompagnée du secrétaire général du département, Dr Fall Moctar et du conseiller technique, Dr Lemrabott Ould Mekhalla ainsi que des directeurs du développement des filières animales et des services vétérinaires, respectivement M. Mohamed Lemine Ould Haki et Dr Mohamed Ould Baba. La situation météorologique en Mauritanie sera caractérisée, au cours des prochaines 24 heures, par la pénétration d'air humide maritime le long du littoral accompagnée par des baisses de températures sur les wilayas situées sur le littoral. Sur le nord du pays, le flux des vents venant du sud et la présence de la dépression thermique sur l'adrar et le sud du Tiris-Zemmour favoriseront des hausses de températures et une visibilité affectée par sable sur ces wilayas. Le Front Intertropical (FIT) se positionnera au nord du Tagant, à l'extrême nord du Hodh El Charghi Le ministre de l'hydraulique et de l'assainissement, M. Mohamed Ould Khouna, a effectué hier, une visite d'information et de reconnaissance au niveau de certaines installations de l'aftout Essahli dans la localité de Beni Naadji dans la wilaya du Trarza. Le ministre a visité, dans ce cadre, la station de pompage de l'eau du fleuve et celle du traitement ainsi que le réservoir hydraulique de 129 mille mètres cubes de capacité. Des explications détaillées lui ont été fournies par les responsables des ouvrages visités notamment sur le drainage de l'eau fluviale, son traitement, son analyse et ses spécificités techniques. Le ministre a indiqué que l'objectif de sa visite est de s'informer sur l'état de déroulement des travaux, rappelant la stratégie tracée par son département, après cinq années d'exploitation de ces installations, fondée sur la maintenance, la formation des ressources humaines et la fourniture des pièces de rechange pour parer à toute rupture d'approvisionnement en eau de la capitale Nouakchott. Evoquant le réservoir visité, il a souligné qu'il permettra d'approvisionner la ville de Nouakchott en eau potable pendant 48 heures en cas de panne signalée au niveau des canalisations de pompage. Le ministre s'est informé également sur les travaux de réalisation d'un forage pour alimenter le village d Oueivya en eau potable. Au cours de la visite, le ministre était accompagné par le wali du Trarza, M. Mohamed Moustapha Ould Mohamed Vall, ainsi que par plusieurs responsables du département de l'hydraulique et de l'assainissement. MÉTÉO Le FIT sera au nord du Tagant et au centre de l'adrar passant par le centre et l'est de l'adrar. Des activités pluvio-orageuses seront attendues sur le Guidimagha, le Gorgol, le sud du Trarza, l'assaba, le Tagant, les deux Hodhs, le sud du Tiris-Zemmour et l'adrar. Météorologie marine Au niveau du Cap-Blanc et du Cap-Timiris, la mer restera peu agitée à agitée sur le long du littoral. La houle sera, quant à elle, de direction nord-ouest au nord et de sudouest au sud du littoral tandis que la hauteur des vagues variera de 1.25 à 2.5 mètres.

5 HORIZONS N 6550 DU MARDI 07 JUILLET 2015 ACTUALITE Page 5 Le ministre de l'enseignement supérieur souligne que l'action se poursuit pour développer le secteur Le ministre de l'enseignement supérieur et de la Recherche scientifique Dr Sidi Ould Salem a tenu hier à Rosso une réunion avec les responsables de l Institut supérieur de Technologie en compagnie du wali du Trarza M. Mohamed Moustapha Ould Mohamed Vall. Le ministre a, au cours de cette réunion, passé en revue la politique générale du département soulignant que les efforts se poursuivent pour développer et moderniser le secteur de l'enseignement supérieur afin de lui permettre de répondre aux exigences économiques et de développement du pays. Il a précisé que le département a tiré profit des études et statistiques menées par le ministère pour diagnostiquer les lacunes et insuffisances afin de les transcender et garantir la redynamisation du système pédagogique. Il a exprimé son admiration pour les performances scientifiques et professionnelles de l'institut ainsi que pour son niveau d'organisation et sa méthodologie à travers ses différents laboratoires spécialisés. Auparavant, le ministre s'était informé sur l'état des différentes classes de l'institut et écouté son directeur expliquer son parcours scientifique. La visite du ministre a englobé les classes de la production et de la prévention des plantes mais aussi les sciences de la nutrition, du génie mécanique, du génie agricole et des systèmes environnementaux ainsi que les salles d'examen. Le ministre s'est entretenu au cours de ces différentes étapes avec les chercheurs nationaux et internationaux des classes visitées sur la nature des prestations présentées. Il a enfin visité l'unité de production du charbon de bois à partir de la plante "Tiffa" et des résidus du riz, unité financée par l'union Européenne et l'ong "GRET" qui a réglé beaucoup de problèmes environnementaux dans la zone en rendant disponible le charbon sans faire pression sur les forêts. Distribution de 50 tonnes de poisson à Dakhlet Nouadhibou Une opération de distribution de 50 tonnes de poisson au profit des habitants les plus démunis de la wilaya de Dakhlet Nouadhibou, a débuté hier à Nouadhibou. Supervisée par le wali, M. Mohamed Vall Ould Mohamed Youra, l'opération organisée par le ministère des Pêches et de l'economie maritime à travers la Société Nationale de Distribution du Poisson, a pour objectif d 'aider les franges les plus pauvres de la wilaya en ce mois béni du Ramadan. Le hakem de la moughataa de Nouadhibou, M. Mohamed Ould M'Khaitir, a indiqué, à cette occasion, que l'opération s'inscrit dans le cadre de l'exécution des instructions du Président de la République, Son Excellence Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz visant à soutenir les citoyens en cette période du Ramadan. Le hakem a rappelé que sur les 50 tonnes, 30 sont destinées à la commune de Nouadhibou, 5 à celle de Boulenouar et 15 sont réservées à la moughataa de Chami. Le représentant de la Société Nationale de Distribution du Poisson, M. Didi Ould Mohamed, a indiqué, de son côté, que ces distributions rentrent dans le cadre de l'exécution d'une nouvelle politique du ministère des Pêches et de l'economie maritime visant l'approvisionnement des 15 wilayas du pays en poisson. Formation sur l image dans les médias au centre culturel égyptien Pluviométrie : Des précipitations enregistrées sur des villes et localités du pays Une session de formation au profit de quarante jeunes journalistes de la presse publique et privée a démarré, hier, au Centre Culturel Egyptien de Nouakchott. Cette session de formation de trois jours, qui traite de l'image dans les médias, partagée entre l'accélération de l'événement et les défis professionnels, est organisée par l'union des Jeunes Journalistes Mauritaniens en collaboration avec l'ambassade de la République arabe d'egypte. Le chargé de mission au ministère des Relations avec le Parlement et de la Société civile, M. Mohamed Mahmoud Ould Mohamed Ahmed, a indiqué au nom du ministre, à cette occasion, que cette rencontre est un nouveau fruit des relations historiques et solides qui unissent la Mauritanie et l'egypte. Il a mis également en exergue l'importance de l'image sur la scène médiatique changeante, en raison de la rapidité des événements, précisant que cette situation requiert la prise en compte des exigences de l'éthique et de la responsabilité, d'une part, et des acquis de la liberté et de la démocratie, d'autre part. Le chargé de mission a rappelé par ailleurs le souci du département de renforcer ces acquis réalisés par le pays dans le domaine médiatique en concrétisation des orientations du Président de la République, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, indiquant que ces acquis ont permis à la Mauritanie d'occuper les premières places en matière de liberté de presse sur le plan arabe au cours des dernières années Pour sa part, le directeur du Centre Culturel Egyptien, Dr Achraf Azazi, a exprimé la disponibilité de son établissement à organiser toute session de formation au profit des journalistes mauritaniens, ainsi qu'à accueillir toutes les idées constructives qui contribuent au développement de l'action culturelle commune. Dans son intervention, le président de l'union des Jeunes Journalistes Mauritaniens, M. Seyid Ould Hachem, a souligné l'importance de l'image médiatique qui exige des journalistes le décryptage de ses différentes dimensions, indiquant que la conjugaison des expériences égyptienne et mauritanienne profitera beaucoup aux participants à cette session de formation. Le président du Syndicat des Journalistes Mauritaniens, M. Ahmed Salem Ould Moctar Salem, s est félicité de l'appui constant apporté par le Centre Culturel Egyptien aux efforts de formation des journalistes de manière générale et des jeunes journalistes en particulier, soulignant que la présente formation vient à point nommé pour la mise à niveau des journalistes, de manière à accompagner les avancées prodigieuses de l'audiovisuel. Un message du Réseau Administratif de Commandement (RAC) du ministère de l'intérieur et de la Décentralisation indique que les hauteurs suivantes ont été enregistrées dans les villes et localités de: Adel Bagrou... 6 mm Amourj... 6 mm Aoueinatt Z'bel mm Aoueinatt Rajat...11 mm Bassiknou mm Bousteilla... 3 mm Djigueni... 2 mm Fassala Néré mm Nema mm Nouawdar mm Timbédra mm Ain Farba... 7 mm Doueirara... 5 mm Galeb Elkhair mm Ghlig Ehel Odje...11 mm Gougui mm Koboni mm Medbougou mm Touil mm Voulaniya mm Baediam... 2 mm Diougountourou...12 mm Ghabou mm Gouraye mm Guedjewel mm Guemou mm Hassi Chegar mm Koubandaw mm Melgue mm Sabouciré... 7 mm Selibaby mm Sollou mm Tektake Samba N'Gouma...13 mm DONNER DU SANG POUR SAUVER UNE VIE

6 HORIZONS N 6550 DU MARDI 07 JUILLET 2015 NATION Page 6 MINES,PECHES,ELEVAGE ET AGRICULTURE Grands secteurs pou Il est établi que sur le plan sectoriel, les principaux piliers de l économie nationale sont la pêche, les mines (y compris les hydrocarbures), l agriculture, l élevage, la petite et moyenne transformation et les services. La stratégie d emploi n a de chances d abou tir à des résultats positifs que si ces secteurs sont mis à contribution, au maximum des possibilités qu ils peuvent offrir. La lutte contre le chômage est indissociable de la définition et de la mise en œuvre de politiques sectorielles ayant la création d emplois comme critère majeur. Si le rôle des départements sectoriels n est pas de créer directement des emplois, il leur revient d inciter le secteur privé dans ce sens. Le secteur des pêches, par exemple, n accorde pas aux sociétés artisanales (fortement créatrices d emplois) la place qui leur convient. Les efforts, encore timides, doivent être décuplés en vue de l expansion des pêches artisanale et côtière et de l accroissement de l effort de ces pêcheries, notamment des espèces pélagiques qui restent très largement sous-exploitées. La pêche artisanale est un véritable gisement d emploi qui devrait permettre d offrir des milliers d emplois. La transformation artisanale des produits de la pêche offre également des possibilités d emploi aux femmes. Le développement de l emploi dans le secteur des pêches demande avant tout un engagement fort et un volontarisme de la part des décideurs et des responsables sectoriels. Le niveau de financement et le programme de formation des pêcheurs (artisanaux, côtiers à la ligne, etc.) ne sont pas complexes et permettent d envisager d aller relativement vite dans la création d emplois. A court terme, ce secteur devrait mener une étude d adéquation formation/emploi, en vue de réorienter les efforts vers les créneaux porteurs créateurs d emploi. Le secteur des mines et des hydrocarbures connaît un regain d intérêt, avec l expansion de la prospection et l accroissement du nombre de sociétés étrangères actives dans ce domaine. La demande mondiale de produits miniers et d hydrocarbures est en hausse sensible : les explorations se poursuivront encore pour une longue période. L exploitation pétrolière a commencé depuis 2006, de même que l exploitation de nouveaux gisements miniers dans l Inchiri. L impact de ces productions en termes d emploi est toutefois limité, du fait notamment de la faible qualification de la maind œuvre nationale. Un effort particulier doit être entrepris dans le domaine de la formation, en vue de répondre à la demande créée par l existence des sociétés d exploitation et à la demande attendue des résultats des explorations en cours. Les fonds destinés à la formation existant actuellement doivent être orientés vers des filières ciblées garantissant le placement des bénéficiaires. Ministère chargé de l Emploi doit être pleinement associé à la définition et à la mise en œuvre de tels programmes de formation professionnelle et technique. Le développement rural : un secteur en plein essor Le secteur rural constitue le premier employeur en Mauritanie en offrant de nombreux emploi, particulièrement aux diplômés chômeurs. Dans le domaine des cultures, la tendance était à la baisse des productions toutes spéculations confondues, il y a quelques années, en raison notamment de politiques inap propriées et de contraintes institutionnelles, techniques et de financement qui rendaient la production nationale peu concurrentielle sur le double plan de la qualité et des prix. Aujourd hui, avec le renchérissement spectaculaire des prix des principales denrées alimentaires, nos produits gagnent en concurrence. Le gouvernement devrait réfléchir à une nouvelle politique de développement agricole, basée essentiellement sur les techniques et les spéculations intensives en maind œuvre, en prenant les mesures d accompagnement nécessaires dans le domaine de la sensibilisation des populations inactives, notamment les jeunes, de la formation, du financement et de l encadrement technique. Plusieurs filières offrent des opportunités de création d emplois salariés ou indépendants, comme les céréales traditionnelles, le riz, les légumes et fruits, de même que les activités de transformation

7 HORIZONS N 6550 DU MARDI 07 JUILLET 2015 NATION Page 7 rvoyeurs d emplois des produits agricoles (réalisées le plus souvent par des femmes). L élevage, de plus en plus revalorisé L élevage, un secteur viable dans notre vient de bénéficier d une attention particulière des pouvoirs publics. Il est, actuellement, en pleine réorganisation. Plusieurs filières du secteur sont en train d être revue pour être améliorées et développées. L élevage comprend également des filières dont le développement permettra de créer des emplois : la filière cuirs et peaux offre la possibilité de création d unités de traitement et de tannage des peaux avant leur exportation en Europe. Bien encadrées, les coopératives féminines peuvent développer cette filière au profit de leurs adhérentes ; la filière lait peut être encouragée dans les zones sud-est où la production permet d envisager la création d une ou plusieurs unités semi-industrielles de production laitière, à l instar des unités existant à Nouakchott (Tiviski et Toplait). Les unités de production d aliments de bétail devraient constituer un autre créneau porteur, au regard de l importance de tels produits. Par ailleurs, il convient d étudier l incidence de la sédentarisation de la population sur l emploi dans le sous-secteur de l élevage. En effet, on observe de plus en plus le remplacement des employés nationaux par des étrangers (gardiennage, abreu vement, etc.). Le développement du bâtiment et travaux publics (BTP), du tourisme et des services au cours des dernières années n a pas pleinement profité à l emploi des mauritaniens. Les filières les plus porteuses dans ces domaines doivent faire l objet de formations adaptées pour couvrir les besoins du marché. A l heure où le tourisme constitue une priorité pour tous les pays du monde en raison de ses avantages multiples, il n est pas raisonnable de ne pas créer les conditions de son développement en particulier, en matière de formation aux activités touristiques. L industrie manufacturière est encore peu développée dans notre pays : sa contribution au PIB est inférieure à 6%, les investissements cumulés n atteignent pas 20 milliards d UM et la maind œuvre qu elle emploie est inférieure à personnes. Une bonne part de la maind œuvre qualifiée est d ailleurs étrangère, du fait du manque de profils et d une réglementation qui ne protège pas suffisamment l emploi national.la signature d accords de partenariat avec l Europe (APE) et les facilités commerciales accordées par les Etats-Unis (AGOA), couplées avec le surenchérissement des prix des denrées agricoles, offre l occasion de développer notre industrie manufacturière pour accroître les exportations et couvrir nos besoins intérieurs. Les choix technologiques pour développer l industrie doivent privilégier l emploi. Un Conseil Supérieur pour l Emploi : harmoniser toutes les initiatives de création d emplois La formation professionnelle, un moyen efficace pour lutter contre le chômage L emploi est le nœud des politiques macroéconomiques et sociales : il doit, autant que les objectifs d inflation, de croissance, d éducation et de santé, dicter le choix des politiques publiques. L Etat régulateur a un rôle déterminant dans la définition et l accompagnement de politiques de lutte contre le chômage, en particulier des jeunes et des femmes. Dans une économie à forte composante informelle comme la nôtre, la croissance économique seule ne suffit pas à induire la création d un nombre suffisant d emplois. Phénomène économique, l emploi est au cœur des préoccupations de l ensemble des acteurs institutionnels : les ménages, le secteur privé, la société civile et l Etat. Phénomène social, l emploi est synonyme de revenus et de pouvoir d achat. C est par l emploi que le pays assurera un développement durable et stable et une répartition plus équitable des richesses. L emploi crée la valeur ajoutée et la croissance ; il permet, à travers la redistribution des revenus au sein de la société, de lutter contre la pauvreté. Les deux générations de documents de Cadre Stratégique de Lutte Contre la Pauvreté ( ) et ( ) ont pris en compte l emploi. Ils ont fixé quelques objectifs clés comme la réduction du chômage, notamment des jeunes et des femmes, la promotion de l auto-emploi et de la micro et petite entreprise, le développement de la formation professionnelle et l émergence d un marché du travail organisé. Une cible de taux de chômage a été fixée pour 2010 (<25%), ce qui constitue un signe encourageant de l intérêt des pouvoirs publics. Cela est d autant plus intéressant que notre économie a, pourtant, besoin d un nombre grandissant d artisans, d ouvriers, de techniciens et de techniciens supérieurs et autres qualifications techniques et professionnelles, dans des domaines aussi variés que le BTP, le tourisme, l industrie de petite et moyenne transformation, la pêche artisanale, l économie agro-pastorale, etc. Le taux de chômage restera d ailleurs élevé, tant que les mentalités n ont pas radicalement changé et que des emplois n ont pas été créés massivement au profit de ces catégories de populations. Le Conseil Supérieur pour l Emploi, la Formation et le Travail (CCEFT) a pour mission de coordonner et suivre toutes les actions et mesures destinées à promouvoir l emploi, l insertion, la formation professionnelle, le travail et la sécurité sociale. Il a pour tâche d harmoniser toutes les initiatives de création d emplois et de faire converger les efforts de tous les acteurs vers l atteinte des objectifs sectoriels. Il donne un avis sur l ensemble des textes juridiques et réglementaires portant sur l em ploi, l insertion, le travail et la sécurité sociale. Il appuie le ministre de l'emploi dans sa mission de secrétariat du Comité interministériel char- gé de l emploi. Le CCEFT constituera également le cadre approprié du dialogue social (Etat, patronat, syndicat des travailleurs). Il comprend l'ensemble des acteurs institutionnels concernés (Etat, secteur privé, patronat, syndicats, représentants des demandeurs d emplois, société civile). L ensemble des directions centrales, ainsi que le chargé de mission et les conseillers du ministère de l'emploi en sont membres. Les partenaires au développement pourront être impliqués comme observateurs. Le secrétariat est assuré à tour de rôle par les directeurs centraux, en fonction des points dominants de l ordre du jour.

8 HORIZONS N 6550 DU MARDI 07 JUILLET 2015 MAGAZINE Page 8 Hygiène de vie La gastro entérite est une infection du système digestif qui cause nausées, vomissements, crampes abdominales et diarrhée. Dans la majorité des cas, elle est de courte durée. Les symptômes surviennent rapidement et disparaissent généralement au bout de 1 à 3 jours. La gastro entérite a de multiples causes. Il peut s agir de différents virus, bactéries ou autres micro-organismes (comme les amibes) qui se transmettent principalement par les mains, l eau et les aliments contaminés. L intensité et la durée des symptômes varient selon la cause. Les gastro entérites virales sont de loin les plus fréquentes (plus des deux tiers des cas). De nombreux virus peuvent être en cause. Chez les adultes, les norovirus (ou calicivirus) sont reconnus comme les agents les plus souvent impliqués dans les flambées épidémiques de gastro entérite virale. Le plus connu d entre eux est le virus de Norwalk, identifié pour la première fois en 1968 dans une école de Norwalk aux États-Unis, lors d'une épidémie de gastro entérite. Quant au rotavirus, c est le type de virus le plus fréquemment coupable de gastro entérites chez les jeunes enfants (plus de la moitié des cas). Il y a aussi des gastro entérites qui sont causées par des bactéries comme la Salmonelle, le Campylobacter, le Shigella, E.coli, Vibrio, Yersinia et le Clostridium difficile. Des parasites peuvent aussi être en cause comme des amibes, le Giardia et le Cryptosporidium. La diarrhée du voyageur peut se La salmonellose est une infection à une bactérie nommée Salmonella ou salmonelle. Il s agit de l une des principales causes d intoxication alimentaire au Canada. La plupart des personnes infectées souffrent de crampes au ventre, de diarrhée et de fièvre. Ces symptômes apparaissent de 12 à 72 heures après l ingestion de l aliment contaminé. La salmonelle se retrouve surtout dans les aliments crus ou insuffisamment cuits : la volaille, la viande, les fruits de mer et les œufs. Elle peut aussi contaminer des légumes ou des aliments laissés sans réfrigération durant plusieurs heures. Les animaux domestiques (surtout les oiseaux et les reptiles) peuvent également transmettre une infection à la salmonelle. Habituellement, le rétablissement se produit en 4 à 7 jours, sans nécessiter de traitement. L infection peut cependant être grave et même fatale pour les personnes âgées ou malades ainsi que pour les nourrissons. La gastro entérite : qu est-ce que c est? rencontrer chez environ la moitié des visiteurs qui se rendent en Asie (hors Singapour), le continent africain (sauf l afrique du sud) et en amérique centrale et du sud. Elle est causée par l eau ou des aliments contaminés. Le plus fréquemment par la bactérie E Coli, puis la Salmonelle, le Campylobacter et le Shigella. Elle survient de 4 à 14 jours après l arrivée. Elle dure en général de 1 à 5 jours. On estime qu environ un cas de gastroentérite sur cinq est causé par une intoxication alimentaire bactérienne. Trois mécanismes peuvent être à l œuvre : Ingestion d aliments contaminés par une toxine. Certaines bactéries (staphylocoque, B Cereus) produisent une toxine dans les aliments, avant qu ils soient consommés. Cette toxine résiste à la chaleur. La période d incubation est de 1 à 6 heures et la maladie dure environ 24 heures. Ingestion d aliments contaminés par des bactéries qui produisent une toxine une fois qu ils sont rendus dans l intestin (C Perfringens, E Coli toxinogène). Ingestion d aliments contaminés par une bactérie qui peut pénétrer dans la paroi de l intestin et qui cause une diarrhée inflammatoire (E Coli entérohémorragique, Salmonelle, Shigelle, Vibrio) Certains antibiotiques peuvent causer une gastroentérite à Clostridium Difficile. Cette gastroentérite peut être très sévère et mortelle, surtout chez les personnes âgées ou affaiblies par une maladie. C est une des raisons pour laquelle il ne faut pas prendre des antibiotiques sans raison valable. Prévalence La salmonellose Qui est touché? Selon Santé Canada, environ 2 millions de Canadiens seraient victimes d une intoxication alimentaire chaque année. De à cas de salmonellose sont déclarés chaque année1. Cependant, le nombre de cas réels serait beaucoup plus élevé car plusieurs n ont que des symptômes légers qui, parfois, passent même inaperçus. Les enfants sont plus à risque de salmonellose : ceux âgés de moins de 5 ans en sont 5 fois plus touchés que l ensemble de la population. Dur pour les intestins... La majorité des germes sont détruits par l acidité de l estomac. La salmonelle y est particulièrement sensible. Mais lorsqu'un nombre suffisant de bactéries y survit, elles parviennent éventuellement aux intestins et s y multiplient. Elles libèrent alors des toxines irritantes (les entérotoxines), ce qui provoque une inflammation aiguë de la paroi intestinale et une diarrhée. Chaque année, des épidémies de gastro entérite touchent des millions de personnes dans le monde, surtout des enfants. Au Canada, comme en Europe ou aux États- Unis, il y a recrudescence de gastro entérites virales durant l hiver. Le novovirus cause la majorité des épidémies de gastroentérite à tout âge. Elle cause de sévères vomissements et durent de 12 à 60 heures. Quant aux gastro entérites bactériennes, elles surviennent en toute saison, mais elles sont nettement moins fréquentes que les gastro entérites virales dans les pays industrialisés. Plusieurs études menées au Canada ont constaté que, en moyenne, les Canadiens souffraient de 1,3 gastro entérite par an 9,10, d intensité plus ou moins importante. Selon les études, on estime que de 1 enfant de moins de 5 ans sur 200 à 1 enfant sur 80 est hospitalisé chaque année dans les pays développés pour une gastro entérite à rotavirus. Au Québec, à hospitalisations par an sont liées à cette maladie. Mode de transmission La gastro entérite se contracte par l une ou l autre des deux voies suivantes : Par intoxication alimentaire (gastro entérites bactériennes surtout). La consommation d aliments ou d'eau contaminés par des germes peut causer une gastro entérite. Les aliments qui en véhiculent le plus souvent sont, par ordre d importance, les fruits de mer, les fruits et les légumes mal lavés, la volaille, le bœuf et les œufs. Par contact avec une personne ou un objet contaminé (gastro entérites virales surtout). C est la voie dite «oro-fécale». On peut contracter la maladie si, après avoir touché une personne contagieuse ou des objets ou surfaces contaminés, on porte les mains au visage ou on prépare un repas sans s être bien lavé les mains. Une personne atteinte est contagieuse à partir du moment où les symptômes commencent et jusqu à environ 48 heures après leur disparition. Quelques aliments pouvant causer des intoxications alimentaires Du bœuf haché insuffisamment cuit, contaminé par la bactérie E. coli 0157:H7. Ce type d intoxication porte le nom de maladie du hamburger ou syndrome du barbecue. Des huîtres fraîches contaminées par la bactérie Vibrio vulnificus. Des légumes à feuilles vertes contaminés par la bactérie E. coli 0157:H7. En 2006, aux États-Unis et au Canada, près de 200 personnes ont été intoxiqués après avoir consommé des épinards crus préemballés, contaminés par cette bactérie. Des oeufs contaminés par la bactérie Salmonella. De l eau ou de la nourriture contaminée par le virus de Norwalk. Des fruits contaminés par la bactérie E. coli entérotoxinogène (ETEC) dans un pays où les conditions sanitaires sont déficientes.des champignons vénéneux. L hygiène dans la chaîne alimentaire Les vaches, la volaille, les poissons et les crustacés sont porteurs de bactéries, de virus et de parasites. Les mesures d'hygiène et les inspections mises en œuvre par l'industrie agroalimentaire permettent d'éliminer une bonne partie de ces germes. Mais le consommateur est aussi un maillon très important de la chaîne, car les étapes de préparation et de cuisson des aliments contribuent aussi à éliminer les germes. Le fait de recongeler un produit décongelé ou de briser la chaîne de froid à l une ou l autre des étapes peut, par exemple, provoquer la croissance des micro-organismes nocifs. Complications possibles Bien que généralement anodine dans les pays industrialisés, la gastro entérite s avère souvent mortelle dans plusieurs régions du monde (1,5 à 2,5 millions de morts par an des suites d une diarrhée aiguë). En particulier, le rotavirus est particulièrement sévère, cause très souvent de la déshydratation. Elle affecte particulièrement les jeunes enfants et cause 500,000 décès par années dans le monde. Si elle n est pas prise en charge correctement, elle peut avoir de graves conséquences chez les personnes de constitution fragile (par exemple les nourrissons, les jeunes enfants et les personnes malades ou âgées) en raison de la déshydratation qu'elle entraîne. La déshydratation survient lorsque le corps perd trop de liquide et de sels minéraux, essentiels au fonctionnement de l organisme. Un enfant peut se déshydrater très gravement après seulement 1 jour ou 2 de diarrhée. À noter que dans de très rares cas, des intoxications graves, particulièrement les toxi-infections à la bactérie E. coli, peuvent causer des dommages aux reins. Ces intoxications débutent par des symptômes courants de gastro entérite comme la diarrhée -, mais peuvent dégénérer et entraîner la mort. La gastroentérite (colite) à C Difficile peut aussi être très grave et est parfois mortelle. Quand consulter? Il faut consulter un médecin dans les plus brefs délais si l un ou l autre des symptômes suivants se manifeste. Chez le nourrisson : Des signes de déshydratation : une soif importante et des couches sèches, les yeux cernés et comme «enfoncés» dans les orbites, la bouche sèche, l absence de larmes, les fontanelles plus marquées que d habitude. Du sang dans les selles, qui peut être rouge ou noir. Une léthargie ou un sommeil excessif (il est difficile de réveiller le bébé). Des vomissements depuis plusieurs heures. Une fièvre supérieure à 38,5 C (101,3 F). Une respiration rapide, haletante. Chez l adulte : Remarque. La diarrhée et les vomissements peuvent nuire à l'absorption des médicaments, ce qui peut les rendre moins efficaces. C est également le cas pour la pilule contraceptive. Dans le doute, consulter un médecin. Des vomissements ou de la diarrhée qui mènent à des symptômes de déshydratation, et qu'on n arrive pas à contrecarrer avec une solution de réhydratation (voir plus bas). L incapacité d uriner durant plus de 12 heures. Vomir du sang ou avoir du sang dans les selles. De fortes douleurs abdominales durant plus de 2 heures. Une fièvre de 40 C (104 F) ou plus. Sidi Moustapha Ould BELLALI

9 HORIZONS N 6550 DU MARDI 07 JUILLET 2015 ANNONCES Page 9 MINISTERE DE L' AGRICULTURE Avis d'appel d'offres International (AAOI) Objet: Appel d'offres International pour les travaux de réhabilitation du périmètre de Maghama III. Cet Avis d'appel d'offres fait suite à l'avis Général de Passation des Marchés paru dans HO- RIZONS en date du 03/03/ Le Gouvernement de la République Islamique de Mauritanie à travers le Ministère de l'agriculture, souhaite exécuter le projet de réhabilitation du périmètre irrigué de Maghama III. Le Ministère de l'agriculture a confié à la Société Nationale pour le Développement Rural (SONADER), la maîtrise d'ouvrage déléguée. 2.La SONADER lance un avis d'appel d'offres International pour la réalisation de travaux de réhabilitation du périmètre Maghama III et invite les soumissionnaires éligibles et qualifiés à présenter leur soumission cachetée en vue pour exécuter les Travaux qui porteront sur la i) réhabilitation des canaux d'irrigation et drains, (ii) la construction des ouvrages ainsi que (iii) le réseau de pistes et digues. Le délai de construction/fourniture est de dix huit (1) mois maximum. 3.Les candidats intéressés peuvent obtenir des informations auprès de la SONADER sise à Rosso, B.P. 321 ;Tél: / Fax: (+222) ; et prendre connaissance des documents d'appel d'offres aux adresses mentionnées ci-haut de 9h 00 à 16h Chaque soumissionnaire, sous peine de disqualification, doit obligatoirement et à sa charge, participer à la visite des sites afin d'apprécier lui-même la consistance ainsi que les difficultés des travaux. La visite des lieux sera conduite, en un seul temps, par la SONADER le 01 Aout 2015 à 08 heures TU. Le lieu de départ de la visite est la Direction régionale de la SO- NADER à Kaédi. Une attestation de visite signée et cachetée par le Représentant de la SO- NADER sera remise au participant et devra être obligatoirement jointe à la soumission. 5.Les exigences en matière de qualifications sont: a.avoir, preuve à l'appui, réalisé durant les (5) cinq dernières années, un chiffre d'affaires total de Cinq (5) milliards ( ) OUGUIYAS, soit un chiffre d'affaires annuel moyen d'au moins 1 milliard d'ouguiyas. Ce chiffre d'affaires doit être certifié par un organisme agréé. b.la présentation des états financiers certifiés durant les (5) cinq dernières années est obligatoire sous peine de rejet. c.disposer ou donner la preuve de possibilité d'accès à une ligne de crédit ou d'autofinancement, autres que l'avance de démarrage éventuelle, pour au moins Sept Cent millions ( ) MRO. d.avoir, preuve à l'appui (attestations de travaux faits, fournies par une Administration publique ou parapublique reconnue), exécuté durant les cinq dernières années, l'ensemble des catégories de travaux ci-après: un ou au maximum deux (2) marchés de travaux d'aménagement ou de réhabilitation de périmètres agricoles d'une superficie totale supérieure ou égale à 700 ha, un ou au maximum deux (2) marchés de travaux de génie civil d'envergure totale au moins équivalente à celle des travaux objet du présent DAOI ( m3 de béton) un ou au maximum deux (2) marchés de travaux de terrassements d'envergure totale au moins équivalente à celle des travaux objet du présent DAOI (1 million de m3 de terrassement sous forme de remblais compacté pour au moins m3 et de déblais) e.disposer des moyens en personnels et matériels nécessaires minimum requis et précisés dans les clauses du présent appel d'offres 6.Le Dossier d'appel d'offres complet en langue française peut être acheté par les soumissionnaires intéressés aux adresses ci-dessous contre paiement au trésor public d'un montant non remboursable de Ouguiyas: Service de marchés/ Ministère de l'agriculture au cabinet du ministère BP 366, Tel: ; Nouakchott Société Nationale de Développement Rural (SONADER), BP: Boite postale: 321; Numéro de téléphone: ; Numéro de télécopie: ; Rosso- Mauritanie et cela tous les jours (Lundi à Jeudi) de 08 heures à 17 heures TU et le Vendredi de 08h à 12 h TU. 7.Les offres devront être soumises à l'adresse ci-après: Monsieur le Président de la Commission de Passation des Marchés Publics des Secteurs Rural Immeuble Mouna/AV M. Moctar Ould Daddah au plus tard le 01/09/2015 à 10 heures, TU. Les offres parvenues au-delà de cette date ne seront pas acceptées. 8.Les offres seront ouvertes, en présence des représentants des candidats qui le souhaitent, à la Commission de Passation des Marchés Publics du Secteur Rural Immeuble Mouna/AV M. Moctar Ould Daddah le 01/09/2015 à 10 heures, TU. 9.Les Soumissions doivent demeurer valides pour une période de quatre vingt dix (90) jours à compter de la date de dépôt des offres. 10.Les Soumissions doivent être accompagnées d'une garantie de soumission pour un montant de MRO ou son équivalent dans une monnaie librement convertible. Cette garantie doit être d'une validité de cent vingt (120) jours à compter de la date de dépôt des offres. Nouakchott, le 06/07/2015 LE DIRECTEUR GENERAL DE LA SONADER OUMAR COULIBALY MINISTERE DU PETROLE, DE L ENERGIE ET DES MINES SOCIETE MAURITANIENNE D ELECTRICITE (SOMELEC) COMMISSION DES MARCHES D INVESTISSEMENTS AVIS D ATTRIBUTION DEFINITIVE DE MARCHE Numéro du DAO Dénomination marché Nombre d offres reçues 08 Date d ouverture des offres Nom et adresse de l attributaire Montant du Marché 02/CMI/2015 Construction et équipement d une ligne aérosouterraine 33kV équipée de câble OPGW pour l alimentation du Nouvel Aéroport International de Nouakchott à partir du poste source Nord 13/04/2015 GENISERVICES, ILOT N 193. COPLE- MENT LOTIS N EXT MODULE CTZ, BP : 2280 Nouakchott, Mauritanie UM TTC Reférence Procès Verbal de La Commission des Marchés 20/CMI/2015 du 25/06/2015 Délai d exécution 04(quatre) mois DEPISTAGE DU VIH/SIDA Où dois-je me rendre? - Au Centre National d Hygiène (CNH)/Centre de Dépistage Volontaire et Anonyme (CDVA) - Au CNTS (Centre National de Transfusion Sanguine) - Au Centre de Kiffa - A l Hôpital militaire de Nouakchott. - Au Centre médical Alpha de Sebkha sis cinéma Saada. D autres centres seront ouverts dans les capitales régionales. Les analyses du dépistage du VIH sont gratuites et confidentielles, vos résultats ne seront connus que par vous.

10 HORIZONS N 6550 DU MARDI 07 JUILLET 2015 ANNONCES Page 10 COMMUNIQUE DE PRESSE APPEL A CANDIDATURES POUR LA 7ème EDITION DU SAlIT BAMAKO L'Organisation Africaine de la Propriété Intellectuelle (OAPI) organise, du 28 octobre au 1 er novembre 2015, à Bamako (Mali), la 7ème édition du Salon Africain de l'invention et de l'innovation Technologique (SAlIT). La manifestation a pour objectif de détecter et de faire émerger les meilleurs résultats de recherche, inventions et innovations susceptibles d'aboutir à la création d'entreprises dans les Etats membres de l'oapi. Placé sous le haut patronage du Président de la République du Mali, le SAlIT offre un lieu d'échange privilégié entre inventeurs, chercheurs, partenaires financiers et opérateurs économiques à la recherche de créneaux porteurs. A l'occasion de la 7ème édition, un appel à candidatures est lancé pour sélectionner les meilleures œuvres devant être exposées. Il est ouvert aux centres et laboratoires de recherche, aux équipes de recherche, institutions de R&D, aux établissements d'enseignement, aux écoles d'ingénieurs, aux entreprises industrielles, aux inventeurs et chercheurs isolés, etc. résidant sur le territoire OAPI ou à l'étranger. La sélection des oeuvres se fera sur la base des critères suivants: nouveauté, niveau d'inventivité et opportunité commerciale. La date limite de dépôt des œuvres auprès de l'oapi est fixée au 15 août Les dossiers de candidatures peuvent être déposés directement au siège de l'organisation ou auprès des Structures Nationales de Liaison avec l'oapi (SNL) où les formulaires d'inscription peuvent être retirés. Les inscriptions peuvent également être faites en ligne à partir du site web du salon à l'adresse: Plusieurs prix dont le Grand Prix du Président de la République seront décernés aux meilleures œuvres. En plus des prix qui sont offerts et des rencontres d'affaires, l'oapi apporte un soutien financier et un encadrement technique aux trois meilleures œuvres du Salon en vue de favoriser leur exploitation industrielle. Tous les domaines de la technologie et des sciences appliquées sont concernés par l'appel à candidatures, y compris la médecine et la pharmacopée traditionnelles et les TIC. Les renseignements complémentaires sur le présent appel à candidatures peuvent être obtenus auprès de la SNL, sise au ministère chargé de l'industrie de chaque pays membre, au siège de l'oapi à Yaoundé; Tél. : (+237) // // ; ou sur les sites web ci-après: et Ministère des Relations avec le Parlement et de la Société civile RADIO MAURITANIE - SA (RM-SA) AVIS D'ATTRIBUTION PROVISOIRE DE MARCHE Appel d'offre N :001/RM/CPMPSACC/2015. Date de publication de l'avis d'appel d'offres International: le mardi 07 avril Dénomination du marché: Fourniture et installation de matériel informatique et de licences pour l'extension de la plateforme de production audionumérique de Radio Mauritanie. Nombre d'offres reçues: Deux (02). Date d'üûverture des offres: le mardi 26 mai 2015 à 12 H 00 GMT. Nom et adresse de l'attributaire provisoire: DALET- SA, 16, rue Rivay, Levallois Perret France; Telephône/ Telecopies: ; Nom de l'attributaire et montant de l'offre retenue provisoirement: DALET-SA pour un montant de six cent un mille huit cent quatre-vingt-dix Euros et trente-six cent ( ,36 Euro) en TTC. Délai d'exécution: Quatre mois et dix-huit jours à partir de la date de notification du marché. La publication du présent avis est effectuée en application des Articles 41 et 42 du Code des Marchés publics. Elle ouvre le recours auprès de la Commission de Règlement des Différends de l'autorité de Régulation des Marchés publics, en vertu de l'article 53 dudit Code. Nouakchott, le 30/06/2015. DAHID OULD EL GHASSEM Président de la Commission de Passation des Marchés Publics des Secteurs de l'administration, de la Culture et de la Communication Dossier d Appel d Offres de la SAFIA N SAFA /005/2015. Pour la vente de Ferraille AVIS D APPEL D OFFRES OUVERT ET INTERNATIONAL 1) La Société arabe du fer et de l Acier (SAFA) filiale du Groupe SNIM, porte à l attention des sociétés intéressées qu elle compte procéder à la vente d une quantité de ferraille estimée à 30000T composée de 3 lots distincts : Premier lot de 6000T de traverses métalliques sur la voie ferrée Nouadhibou/Zouerate, Deuxième lot de T de rails reparties le long de la voie ferrée Nouadhibou/Zouerate, Troisième lot de 7309 T de carcasses d engins miniers sur les sites de Nouadhibou et Zouerate. 2) Les soumissionnaires peuvent soumissionner pour l un ou plusieurs lots. Les soumissionnaires intéressés pourront retirer le dossier de l Appel d Offres à compter du 30/06/2015 au 15/07/2015 à 12H00 GMT, à l adresse ci-dessous, moyennant le versement (tout frais exclus) de $ ou sa contre valeur en monnaie locale dans l un des comptes SAFA ci-dessous : Pour le versement en Dollars sur l un des comptes suivants : BNM: SGM: BPM: NBM: 5380 BEA: ATTIJARI BANK: Pour le versement en MRO sur l un des comptes suivants : BNM: 5913 BMCI: /65 SGM: BPM: BEA: BMS : 6520 BIM : NBM : 5379 SAFA Direction Générale, BP 114 Nouadhibou. Téléphone: Télécopie: ) - Les offres doivent être déposées à l adresse indiquée ci-dessus au plus tard le 31/08/2015 à 14h GMT. Les soumissionnaires pourront avoir de plus amples renseignements auprès de la Direction Générale de la SAFA et visiter s ils le souhaitent les sites de ferraille. Cette visite est vivement recommandée et elle est à la charge du soumissionnaire.

11 HORIZONS N 6550 DU MARDI 07 JUILLET 2015 ANNONCES Page 11 AVIS D APPEL D OFFRES Suivi des travaux de dragage du chenal d accès au port minéralier de la SNIM à Nouadhibou République Islamique de Mauritanie 1.Objet L Appel d Offres a pour objet de recruter un bureau, ayant les capacités humaines et matérielles adéquates et suffisantes pour réaliser, pour le compte de la SNIM, le suivi des travaux de dragage du chenal d accès à son port minéralier à Nouadhibou. 2.Validité des offres : Les offres seront valables pendant une période de 180 jours à compter de la date limite de remise des offres. 3.Visite des lieux : Pas obligatoire. 4.Retrait du dossier d appel d offres : Le DAO est obtenu moyennant le versement (tous frais exclus) de 1000 (mille Euros) ou de leurs contre-valeurs en monnaie librement convertible ou encore de leurs équivalents en monnaie locale (Ouguiya) convertis au taux du jour de la Banque Centrale de Mauritanie, dans l un des comptes ci-dessous, prévus à cet effet, en indiquant «DAO- Suivi des travaux de dragage du chenal d accès au port minéralier de la SNIM à Nouadhibou» : Société Générale(France) Banque Agence N Compte Clé IBAN : FR SWIFT : SOGEFRPP Banque Mauritanienne pour le Commerce International (Mauritanie) N Compte : SWIFT : BMCIMRMR Le Dossier d Appel d Offres sera fourni sur support électronique à tous les soumissionnaires qui transmettront à la SNIM ( pièces justificatives suivantes : Reçu de versement comportant l adresse complète du Soumissionnaire et l objet du DAO. Une attestation autorisant le retrait du DAO comportant le nom de la personne autorisée, l adresse complète de l entreprise et l adresse de la personne à contacter. Seuls les versements effectués les jours ouvrés du 25/06/2015 au 15/07/2015 seront pris en compte. Pour toutes informations complémentaires : Contacter SNIM - DPS - BP 42 Nouadhibou - République Islamique de Mauritanie - Tél. : ; 5.Date limite de remise des offres : La date limite de remise des offres est fixée au 05/08/2015 à 10H30 GMT. 6.Lieu de livraison des offres : Les offres seront remises à Nouadhibou sous pli fermé et anonyme contre accusé de réception à l adresse suivante : SNIM - Direction Des Projets - BP 42 Nouadhibou - République Islamique de Mauritanie. Ministère des Relations avec le Parlement et de la Société civile Agence Mauritanienne d'information (AMI) AVIS D'ATTRIBUTION PROVISOIRE DE MARCHE Présidence de la République Autorité de la Zone Franche de Nouadhibou Appel d'offre N :001/AMI/CPMPSACC/15 Date de publication de l'avis d'appel d'offres: 20 mai 2015 Dénomination du marché: Acquisition de véhicules au profit de l'agence Mauritanienne d'information(ami) en deux lots distincts Nombre d'offres reçues: Trois (03) Date d'ouverture des offres: le lundi 22 juin 2015 à 12 H 00 GMT Noms et adresses des attributaires provisoires: Lot N l: CMDA -SA, BP: 1517, Lot N 62 Ksar Ancien Nktt, Tel: , Fax: Lot N 2: CFAO MOTORS MAURITANIE, Avenue Habib Bourguiba-Ksar, BP: 629 Nktt, Tel: , Fax: ,-RIM Noms des attributaires et montants des offres retenues provisoirement: Lot N 1 (deux véhicules 4x4 station wagon) : CMDA -SA pour un montant de vingt neuf millions six cents mille Ouguiyas ( ) UM TTC et un délai de livraison de 30 jours après la date de notification du marché Lot N 2 (trois véhicules légers) : CFAO MOTORS MAURITANIE pour un montant de vingt quatre millions six cents milles Ouguiyas ( ) UM TTC et un délai de livraison de 45 jours après la date de notification du marché La publication du présent avis est effectuée en application des Articles 41 et 42 du Code des Marchés publics. Elle ouvre le recours auprès de la Commission de Règlement des Différends de l'autorité de Régulation des Marchés publics, en vertu de l'article 53 dudit Code. Nouakchott,le 29/06/2015 DAHID OULD EL GHASSEM Président de la Commission de Passation des Marchés Publics des Secteurs de l Administration, de la Culture et de la Communication COMMUNIQUÉ L Autorité de la Zone Franche de Nouadhibou (AN-ZF) informe le public qu elle procédera à la vente aux enchères publiques de parcelles non bâties et d immeubles relevant de son Domaine. Pour plus d informations, les personnes physiques ou morales intéressées par cette vente doivent prendre contact avec les services concernés de l AN-ZF à partir du lundi 22 Juin Nouadhibou, le 16 juin 2015 L Autorité de la Zone Franche de Nouadhibou

12 HORIZONS N 6550 DU MARDI 07 JUILLET 2015 SP RTS Sidi - Brahim dit Dieng Page 12 Championnat d Afrique des Nations (CHAN) 2016 Mali Mauritanie en octobre prochain Résultats CHAN 2016 Zone Ouest A Mali - Guinée-Bissau 3-1 (1-1) Liberia Guinée 1-1 (1-3) Gambie Sénégal 0-1 (1-3) Football / Eusebio La "Panthère noire", repose au Panthéon national Les Aiglons auront à affronter les Mourabitounes locaux en dernier tour éliminatoire et qualificatif pour le CHAN 2016, à l issue de la double confrontation ayant opposé la Guinée - Bissau et le Mali. En match aller, les deux sélections se sont séparées sur le score de 1 but partout. Au retour, les Maliens se sont imposés par 3 buts à 1 à domicile. Le Mozambique facile, le Kenya et la Tanzanie out Le premier tour des éliminatoires du CHAN Rwanda 2016 n a pas apporté de surprise. Les équipes les mieux placées dans la hiérarchie continentale ont passé sans trop d encombre l avant-dernière étape sur la route de la qualification. Honneur au Mozambique, qui dans une rencontre, il est vrai largement à sa portée, a dominé les Seychelles non sans un certain brio. Vainqueurs 5-1 à Maputo, les Mambas ont récidivé à Victoria devant les Seychelles en s imposant par 4 buts à 0. Ils ont marqué tous leurs buts en l espace de trente minutes au cours de la première période (Luis 14, Isac 20, Reginaldo 37, Reinildo 44). On attendait mieux du Botswana qui s est fait sortir par le Lesotho alors qu il avait, semble-il, fait le plus dur en allant obtenir le nul à Maseru. Chez lui le Botswana n a pu faire mieux qu un nouveau nul, mais avec buts cette fois. Le but de Brown, à l entrée des dix dernières minutes pour le Lesotho, s est révélé décisif et ce n est pas l égalisation de Kgaswane six minutes plus tard qui a remis en cause sa qualification. Des autres résultats, il faut relever la bonne résistance des Comores qui ont réussi à préserver leur cage inviolée à Moroni lors du match retour avec le Zimbabwe mais surtout, une fois encore l échec du Kenya et de la Tanzanie, décidément les mauvais élèves de le zone Est et Centre. Ils n y arrivent pas et voient, comme d habitude, un nouveau grand rendez-vous continental qui se jouera sans eux. La dernière apparition dans une CAN remonte à 2004 pour le Kenya et à 1980 pour la Tanzanie, et les deux sélections n ont jamais participé au CHAN. Enfin la Zambie, dont la victoire à la CAN 2012 paraît de plus en plus lointaine, a dû avoir recours aux tirs au but pour se défaire de la Namibie. Le dernier tour, qualificatif celui-là, se déroulera dans la deuxième quinzaine du mois d octobre sauf pour la zone Nord qui avait opté pour un tournoi triangulaire, Maroc, Tunisie, Libye, dont la phase retour est prévue mi-août en Tunisie. Zone Est et Centre Ouganda Tanzanie 1-1 (3-0) Burundi Djibouti 2-0 (2-1) Kenya - Ethiopie 0-0 (0-2) Zone Sud Comores Zimbabwe 0-0 (0-2) Botswana - Lesotho 1-1 (0-0) Zambie - Namibie 2-1 (6-5p)(1-2) Seychelles - Mozambique 0-4 (1-5) Maurice - Afrique du Sud 0-2 (0-3) Angola Swaziland 2-0 (2-2) Programme du dernier tour (16/18 octobre ; 23/25 octobre) Zone Nord (2 qualifiés) Tournoi retour en Tunisie Tunisie - Maroc Tunisie - Libye Maroc Libye Classement (après la phase aller): 1.Maroc 4pts, 2.Tunisie 3pts, 3.Libye 1pt Zone Ouest A (2 qualifiés) Mali - Mauritanie Guinée Sénégal Zone Ouest B (3 qualifiés) Ghana - Côte d Ivoire Nigeria - Burkina Faso Niger - Togo Zone Centrale (3 qualifiés) RD Congo - Centrafrique Cameroun - Congo Tchad - Gabon Zone Centre-Est (3 qualifiés dont le Rwanda, pays organisateur) Ouganda - Soudan Burundi Ethiopie Zone Sud (3 qualifiés) Zimbabwe - Lesotho Zambie - Mozambique Afrique du Sud - Angola Coupe du Monde féminine 2015 Les Américaines championnes du monde Les Etats-Unis ont remporté dimanche à Vancouver leur troisième Coupe du Monde féminine après celles de 1991 et 1999 en écrasant le Japon 5-2 (mi-temps: 4-1), grâce notamment à un match exceptionnel de leur N.10 Carli Lloyd, auteure d'un triplé. Montées en puissance tout au long du tournoi, les Américaines sont désormais championnes du monde et championnes olympiques. Elles ont aussi pris leur revanche sur les Japonaises, qui les avaient privées du titre en 2011 en Allemagne en les battant aux tirs au but en finale.dimanche à Vancouver, il y a eu du spectacle tout du long mais la finale n'a en fait duré qu'un quart d'heure. Le temps pour des Américaines déchaînées, emmenées par leur capitaine Carli Lloyd qui a joué le match d'une vie, de tout emporter sur leur passage.au bout de cinq minutes, les Japonaises étaient menées 2-0 alors qu'elles n'avaient pas encore mis un pied dans la surface de réparation de Hope Solo. Les deux buts étaient signés Lloyd, à chaque fois sur des coups de pied arrêtés (3e et 5e). A la 14e minute, Holiday marquait le troisième but d'une belle volée sur une nouvelle errance de la défense japonaise. Et le chef d'oeuvre venait à la 16e minute quand Lloyd, encore, trompait Kaihori d'un lob de 50 mètres! Le fameux but que Pelé n'a pas marqué en 1970 contre la Tchécoslovaquie. A la 18e minute, Lloyd a mis une tête à côté et il y a eu comme un instant de stupeur dans les tribunes du BC Stadium de Vancouver tant la N.10 américaine semblait absolument marcher sur l'eau. 4-0 après moins de 20 minutes, que pouvaient bien faire les Japonaises? Se réunir en cercle après chaque but encaissé, réorganiser une défense naufragée avec la sortie de la malheureuse Iwashimizu, prise sur les trois premiers buts, et surtout marquer. Le but inscrit par Ogimi à la 27e, le premier encaissé par les Américaines depuis le premier match du tournoi, a ainsi redonné un souffle de vie aux Nadeshiko et à cette finale, disputée devant plus de spectateurs. Et celui de la 52e minute, marqué par Johnston contreson-camp a pu laisser penser que les Américaines étaient en danger. Mais cela n'a pas duré plus de deux minutes, Heath redonnant immédiatement trois buts d'avance aux joueuses de Jill Ellis (5-2, 54e). La suite a été équilibrée et a montré que le Japon valait beaucoup mieux que son cataclysmique premier quart d'heure. Le scenario du match et les faiblesses japonaises ne doivent pas non plus faire oublier la qualité du parcours des Américaines, sorties de la poule la plus relevée puis tombeuses de l'allemagne championne d'europe en demi-finale et du Japon, tenant du titre mondial en finale. Quant à Abby Wambach, légende de la discipline, elle est entrée en jeu à un quart de la fin et a enfin réalisé son rêve: elle est championne du monde. La dépouille du légendaire Eusébio, "roi" des footballeurs portugais, a fait son entrée solennelle vendredi au Panthéon national après avoir traversé la ville de Lisbonne lors d'un ultime hommage rendu par ses compatriotes. Le décès le 5 janvier 2014 d'eusbio da Silva Ferreira à l'âge de 71 ans, premier joueur noir à être élu Ballon d'or en 1965, avait suscité une vive émotion au Portugal et à travers le monde du football. Le jour de son enterrement, des dizaines de milliers de personnes étaient sorties dans les rues de Lisbonne pour pleurer l'ancienne gloire de l'équipe nationale, qu'il avait portée jusqu'à la troisième place de la Coupe du monde 1966, et du Benfica, son club de toujours. Ils étaient nettement moins nombreux vendredi au long du parcours d'une vingtaine de kilomètres qui s'est terminé sur le parvis du Panthéon pour une cérémonie officielle en présence des plus hautes personnalités de l'etat et du football portugais, à l'exception de Cristiano Ronaldo et de José Mourinho. "Je rends ici mon hommage à un compagnon inégalable, un homme admirable, au plus grand sportif que le Portugal a jamais connu", a déclaré dans son éloge funèbre l'ancien coéquipier d'eusebio, Antonio Simoes. "C'est une des personnalités les plus captivantes que j'ai rencontrées, qui faisait preuve d'une humilité aussi grande que son génie", a souligné le président de la République Anibal Cavaco Silva. Un peu plus loin, plusieurs centaines de Lisboètes agitaient des mouchoirs blancs en criant "au revoir Eusebio", "merci!" Premier sportif En février dernier, les députés avaient décidé à l'unanimité d'accorder les honneurs du Panthéon national à Eusebio, premier sportif à y faire son entrée. Il y a rejoint la diva du fado, Amalia Rodrigues, ainsi que plusieurs écrivains et diverses personnalités politiques. Vendredi en milieu d'après-midi, le corbillard contenant son cercueil, recouvert du drapeau portugais, a donc quitté le cimetière de Lumiar, dans le nord de Lisbonne. Le convoi, escorté par une vingtaine de motos de la gendarmerie nationale, s'est d'abord arrêté pour une messe en présence des proches du footballeur. Le cortège a ensuite fait le tour de l'extérieur du stade de la Luz, où le Benfica avait érigé une statue d'eusebio de son vivant, avant de s'engager dans les grands boulevards en direction de la Fédération portugaise de football puis du Parlement national, où il s'est arrêté brièvement. Le cercueil, posé alors sur une charrette et tiré par un attelage de chevaux, a longé le cours du Tage à travers le vieux Lisbonne jusqu'à la colline où s'élève la coupole du Panthéon, une bâtisse de style baroque datant de la fin du 17e siècle. Icône du Portugal des 'trois F' "Avec Amalia, Eusebio reste le plus grand représentant du Portugal dans le monde. C'est comme Pelé au Brésil", a témoigné José Manuel Campos, un retraité de 63 ans vêtu du maillot rouge du Benfica, qui attendait le passage du cortège aux abords du Panthéon. Né le 25 janvier 1942 à Lourenco Marques (aujourd hui Maputo), capitale du Mozambique, alors une des colonies africaines du Portugal, Eusebio a été recruté à 19 ans par le Benfica pour ses exceptionnelles qualités techniques et physiques. Surnommé la "Panthère noire", ou simplement le "Roi", il a remporté en 1962 l'ancêtre de la Ligue des champions, la Coupe d'europe des clubs champions, en signant deux des buts d'une finale d'anthologie remportée par le Benfica face au Real Madrid de Puskas et Di Stefano (5-3). Les 733 buts inscrits en 745 matches sur l'ensemble de sa carrière en disent long sur ce redoutable attaquant, véloce et puissant. Empêché par le dictateur Antonio Salazar de signer pour un club étranger, Eusebio était resté 15 ans au Benfica, devenant malgré lui une des icônes du Portugal des "trois F" - fado, football et Fatima - à l'instar d'amalia Rodrigues.

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

Visite de travail et d inspection dans la wilaya de Blida de Monsieur Mustapha Benbada, Ministre du Commerce

Visite de travail et d inspection dans la wilaya de Blida de Monsieur Mustapha Benbada, Ministre du Commerce Visite de travail et d inspection dans la wilaya de Blida de Monsieur Mustapha Benbada, Ministre du Commerce Source APS 19/10/10 Mustapaha Benbada présente un exposé sur son secteur devant la commission

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles République Islamique de Mauritanie Honneur Fraternité - Justice Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles Communication de Madame la Secrétaire d Etat Fatimetou Mint

Plus en détail

Investissement au Maroc

Investissement au Maroc Investissement au Maroc Pourquoi le Maroc La compétitivité des coûts A seulement 14 km de l Europe, le Maroc se positionne comme une plateforme compétitive à l export: o Des charges salariales réduites

Plus en détail

L EMPLOYABILITE DES JEUNES AU MAROC

L EMPLOYABILITE DES JEUNES AU MAROC L EMPLOYABILITE DES JEUNES AU MAROC Remerciements : Je tiens, tout d abord, à remercier l Université de Barcelone et tous les Organisateurs et les Organisatrices de cette Conférence LINKING-MED-GULF de

Plus en détail

Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal

Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal Session plénière : Séance introductive De l'importance de l'investissement productif des migrants en milieu rural Stéphane Gallet (Ministère

Plus en détail

Les opportunités d affaires aux Comores

Les opportunités d affaires aux Comores Agence Nationale pour la Promotion des Investissements ( ANPI) Les opportunités d affaires aux Comores Vendredi 24 Octobre 2014, MORONI Sommaire Les opportunités d affaires aux Comores 1. Fiche d identité

Plus en détail

Termes de références Elaboration de normes environnementales pour les activités de l industrie pétrolière et gazière en Mauritanie

Termes de références Elaboration de normes environnementales pour les activités de l industrie pétrolière et gazière en Mauritanie PROGRAMME «BIODIVERSITÉ, GAZ, PÉTROLE» Avec le soutien de : Termes de références Elaboration de normes environnementales pour les activités de l industrie pétrolière et gazière en Mauritanie 1 Préambule

Plus en détail

Croissance, emploi et protection sociale

Croissance, emploi et protection sociale Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Croissance, emploi et protection sociale Juillet 1998 Document de travail n 32 La problématique croissance, emploi et protection sociale

Plus en détail

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES?

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Mai 2010 POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Direction Générale des Statistiques Ministère de l Economie, du Commerce, de l Industrie et du Tourisme Pourquoi le Gabon a-t-il besoin

Plus en détail

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA»

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA» REPUBLIQUE DU SENEGAL =-=-=-= PRIMATURE =-=-=-= ECOLE NATIONALE D ADMINISTRATION =-=-=-= «LES MERCREDI DE L ENA» Edition spéciale Termes de référence THEME : «REFORMES DES FINANCES PUBLIQUES DANS LES PAYS

Plus en détail

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST)

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST) POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO Présenté par: Prof. Dr. Djénéba TRAORE Directrice Générale Institut de l Afrique de l Ouest Email: Djeneba.Traore@iao.gov.cv Site web: www.westafricainstitute.org

Plus en détail

Casablanca Lundi 21 avril 2014 0/6

Casablanca Lundi 21 avril 2014 0/6 Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement A l occasion de la Cérémonie de lancement du Cluster Solaire Casablanca Lundi 21 avril 2014 0/6 Monsieur

Plus en détail

Politique de développement du secteur privé au Mali

Politique de développement du secteur privé au Mali Politique de développement du secteur privé au Mali Les reformes entreprises par l Etat malien au niveau macro-économique ont été accompagnées d un d appui au renforcement du secteur privé. Le Mali a consacré

Plus en détail

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 Hôtel Serena Kigali, Rwanda 30 octobre-2 novembre 2012 Promouvoir le développement inclusif et durable en Afrique dans une période d incertitude pour l économie mondiale

Plus en détail

AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE L EMPLOI CONTRIBUTION DE L ANPE A L ATELIER DE CONSULTATION TRIPARTITE SUR LA MESURE DU TRAVAIL DECENT AU NIGER

AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE L EMPLOI CONTRIBUTION DE L ANPE A L ATELIER DE CONSULTATION TRIPARTITE SUR LA MESURE DU TRAVAIL DECENT AU NIGER AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE L EMPLOI CONTRIBUTION DE L ANPE A L ATELIER DE CONSULTATION TRIPARTITE SUR LA MESURE DU TRAVAIL DECENT AU NIGER 09-11 AOUT 2011 27/10/2011 1 27/10/2011 2 Introduction

Plus en détail

PROJET DE SEMINAIRES ITINERANTS SUR LE TEMPS ET LE CLIMAT AU PROFIT DES AGRICULTEURS ET ELEVEURS DE LA MAUTRITANIE RAPPORT

PROJET DE SEMINAIRES ITINERANTS SUR LE TEMPS ET LE CLIMAT AU PROFIT DES AGRICULTEURS ET ELEVEURS DE LA MAUTRITANIE RAPPORT PROJET DE SEMINAIRES ITINERANTS SUR LE TEMPS ET LE CLIMAT AU PROFIT DES AGRICULTEURS ET ELEVEURS DE LA MAUTRITANIE RAPPORT Lors de la réunion des Experts sur

Plus en détail

REPUBLIQUE TOGOLAISE. Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET NUTRITION

REPUBLIQUE TOGOLAISE. Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET NUTRITION REPUBLIQUE TOGOLAISE Travail Liberate Patria MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE PROGRAMME NATIONAL D INVESTISSEMENT AGRICOLE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE -PNIASA - PLAN D ACTION DU VOLET

Plus en détail

Le financement pour le développement industriel inclusif et durable

Le financement pour le développement industriel inclusif et durable REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI ****** 3 ème Conférence internationale sur le financement du développement --------- Communication de Monsieur Amadou BA, Ministre de l Economie, des

Plus en détail

Formation. Position. Les défis

Formation. Position. Les défis Position Formation Outre le partenariat social, la formation est l un des plus importants facteurs du succès de l économie suisse. Elle a aussi un rôle clé lorsqu il s agit de combattre la pénurie de main-d

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA)

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- Le Conseil des Ministres REGLEMENT N 04/2007/CM/UEMOA PORTANT CREATION ET MODALITES DE FONCTIONNEMENT DU COMITE CONSULTATIF SUR L

Plus en détail

2 ème Forum de l Energie de Rabat **** Intervention du Dr Abdelkader Amara Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement

2 ème Forum de l Energie de Rabat **** Intervention du Dr Abdelkader Amara Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement 2 ème Forum de l Energie de Rabat **** Intervention du Dr Abdelkader Amara Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement Rabat, le 25 février 2015 Messieurs les Ministres, Monsieur le

Plus en détail

14 ème RENCONTRE GOUVERNEMENT / SECTEUR PRIVE Thème : «Problématique du financement des PME/PMI au Burkina Faso : enjeux, défis et perspectives»

14 ème RENCONTRE GOUVERNEMENT / SECTEUR PRIVE Thème : «Problématique du financement des PME/PMI au Burkina Faso : enjeux, défis et perspectives» De 14 ème RENCONTRE GOUVERNEMENT / SECTEUR PRIVE Thème : «Problématique du financement des PME/PMI au Burkina Faso : enjeux, défis et perspectives» Mot liminaire de la Chambre de Commerce et d Industrie

Plus en détail

République Algérienne Démocratique et Populaire

République Algérienne Démocratique et Populaire République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère du Travail, de l Emploi, et de la Sécurité Sociale Allocution de Monsieur Mohamed EL GHAZI Ministre du Travail, de l Emploi et de la Sécurité Sociale

Plus en détail

Priorités de l ACIC. pour le budget fédéral de 2015. La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie

Priorités de l ACIC. pour le budget fédéral de 2015. La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie Priorités de l ACIC pour le budget fédéral de 2015 La croissance dépend de notre compétitivité : pourquoi la DAA est essentielle à notre économie Mémoire présenté au Comité permanent des finances Association

Plus en détail

ENVIRONMENT DES AFFAIRES ET OPPORTUNITIES D INVESTISSEMENTS AU BURKINA FASO

ENVIRONMENT DES AFFAIRES ET OPPORTUNITIES D INVESTISSEMENTS AU BURKINA FASO ENVIRONMENT DES AFFAIRES ET OPPORTUNITIES D INVESTISSEMENTS AU BURKINA FASO Chambre de Commerce et d Industrie Avril 2015 1 BURKINA FASO Votre porte d accès au marché ouest africain 2 AGENDA Contexte géographique

Plus en détail

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE Les présentes orientations stratégiques ministérielles ont reçu l avis favorable du CHSCT ministériel de l éducation nationale, en sa séance du 10 octobre 2012 Direction générale des ressources humaines

Plus en détail

AGRICULTURE. Note technique thématique

AGRICULTURE. Note technique thématique AGRICULTURE Note technique thématique CONTEXTE DE L AGRICULTURE SENEGALAISE La pauvreté rurale, la sécurité alimentaire et l'agriculture durable constituent des défis pressants au Sénégal. Les trois problèmes

Plus en détail

L écosystème de l ESS en Languedoc-Roussillon

L écosystème de l ESS en Languedoc-Roussillon L écosystème de l ESS en Languedoc-Roussillon Debate 7. Muriel Nivert-Boudou DG Cress LR www.cresslr.org www.coventis.org Bref historique de l ESS en France L Economie sociale est née et a pris son essor

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE ÉDITION 2014 TABLE DES MATIÈRES 1. À propos du CETEQ 2. Politique de développement durable 3. Notre vision du développement durable 4. L intégration de la responsabilité

Plus en détail

Ramadhan: des marchés de proximité pour les produits nationaux

Ramadhan: des marchés de proximité pour les produits nationaux A l occasion du mois de Ramadhan 2015, le Ministère du Commerce et l Union Général des travailleurs Algériens ont organisé une cérémonie pour le lancement d une opération visant l organisation de marchés

Plus en détail

La coordination interministérielle du programme national nutrition santé

La coordination interministérielle du programme national nutrition santé PROGRAMME NATIONAL NUTRITION SANTÉ 55 La coordination interministérielle du programme national nutrition santé Le Programme national nutrition santé (PNNS, 2001-2005), financé par l Etat et l assurance

Plus en détail

Étude du portefeuille de crédit des

Étude du portefeuille de crédit des Étude du portefeuille de crédit des caisses du réseau ANACAPH PROJET : «RENFORCEMENT DU RESEAU DE L ANACAPH DANS L ACCOMPAGNEMENT DU CREDIT ORIENTE VERS LES MPE» Mai 2009 Dorlus Jackson MBA, Comptable

Plus en détail

favoriser l emploi au profit de la jeune population.

favoriser l emploi au profit de la jeune population. Comme dans beaucoup de pays, l Algérie est confrontée aujourd hui à des défis majeurs, et plus particulièrement celui de la création d emploi avec comme priorité, de favoriser l emploi au profit de la

Plus en détail

1/ Objectifs du congrès:

1/ Objectifs du congrès: 1/ Objectifs du congrès: - Mettre en évidence les mécanismes de partenariat et de la coopération technologiques entre les deux secteurs : privé et public sur les niveaux national, arabe et international

Plus en détail

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 Associer le financement et les poliaques pour medre en œuvre un programme de développement post- 2015 porteur de changement 22 juin 2015, Ministère des Affaires

Plus en détail

AGOA Programme des Organisations pour la société civile du

AGOA Programme des Organisations pour la société civile du AGOA Programme des Organisations pour la société civile du 14 e Forum sur la coopération économique et commerciale entre les États-Unis et l Afrique AGOA 15 ans : Les organisations de la société civile

Plus en détail

premier pays producteur mondial de cacao avec environ 1, 4 million de tonnes chaque année, soit 40% de l offre mondiale

premier pays producteur mondial de cacao avec environ 1, 4 million de tonnes chaque année, soit 40% de l offre mondiale 10 ème ANNIVERSAIRE Contexte et justification L économie ivoirienne est basée sur son agriculture. Le secteur agricole qui comprend les productions végétales, animales et les industries agroalimentaires,

Plus en détail

REPUBLIQUE DE GUINÉE Travail Justice Solidarité

REPUBLIQUE DE GUINÉE Travail Justice Solidarité REPUBLIQUE DE GUINÉE Travail Justice Solidarité MINISTERE D ETAT CHARGE DES AFFAIRES ETRANGERES ET DES GUINEENS DE L ETRANGER ====== MINISTERE DELEGUE DES GUINEENS DE L ETRANGER INTERVENTION DE MADAME

Plus en détail

Fiches de synthèse AGRICULTURE

Fiches de synthèse AGRICULTURE CERCAM Fiches de synthèse AGRICULTURE Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali Mars 2014 1- Secteur agricole au Sénégal Foncier Le foncier sénégalais appartient à 95 % au domaine national

Plus en détail

Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec

Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec Consultation du Groupe conseil sur l actualisation de la Stratégie québécoise de la recherche et de l innovation 8 septembre 2009 Préambule

Plus en détail

Colloque Rabat : 9-10 décembre 2013 Mohamed KAANICHE

Colloque Rabat : 9-10 décembre 2013 Mohamed KAANICHE La Micro finance au Maghreb,quelles perspectives pour le développement économique et social et la lutte contre le chômage des jeunes Colloque Rabat : 9-10 décembre 2013 Mohamed KAANICHE Le rôle de la BTS

Plus en détail

LA GESTION DE LA SECURITE ROUTIERE AU BENIN. Nestor VITODEGNI nesvito@yahoo.fr

LA GESTION DE LA SECURITE ROUTIERE AU BENIN. Nestor VITODEGNI nesvito@yahoo.fr LA GESTION DE LA SECURITE ROUTIERE AU BENIN Nestor VITODEGNI nesvito@yahoo.fr Pays de l Afrique de l Ouest limité par : l Océan Atlantique au sud le Nigeria à l Est le Togo à l Ouest le Niger au Nord Est

Plus en détail

Rétrospective sur le projet de démonstration, en partenariat stratégique et portant sur le développement des transports urbains en Chine

Rétrospective sur le projet de démonstration, en partenariat stratégique et portant sur le développement des transports urbains en Chine Rétrospective sur le projet de démonstration, en partenariat stratégique et portant sur le développement des transports urbains en Chine LIU Liya, Directrice de bureau à la NDRC (Commission nationale du

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

Le pacte de responsabilité et de solidarité

Le pacte de responsabilité et de solidarité Le pacte de responsabilité et de solidarité Direccte CENTRE Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi Qu est ce que le pacte de responsabilité

Plus en détail

TOXI-INFECTIONS INFECTIONS ALIMENTAIRES COLLECTIVES HELENE DALMAS

TOXI-INFECTIONS INFECTIONS ALIMENTAIRES COLLECTIVES HELENE DALMAS TOXI-INFECTIONS INFECTIONS ALIMENTAIRES COLLECTIVES HELENE DALMAS I-DEFINITION Les TIAC sont définies par l apparition d au moins 2 cas d une symptomatologie gastro-intestinale dont on peut rapporter la

Plus en détail

Les Fiches de projet et leur canevas

Les Fiches de projet et leur canevas Les Fiches de projet et leur canevas République du Burundi Ministère de la Sécurité Publique Agence nationale d exécution : Fiche de Projet1 Titre du Projet : Renforcement des capacités de planification

Plus en détail

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS?

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS? STRUCTURE DU CADRE DE POLITIQUE D INVESTISSEMENT DE LA CEDEAO Dr Jonathan A Aremu Consultant Marché commun d investissement de la CEDEAO Département du Secteur Privé Tel: 234-1-8033061476 E-mail: marketlinkconsults@yahoo.com

Plus en détail

PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE ------------------- PRIMATURE ------------------- SECRETARIAT GENERAL

PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE ------------------- PRIMATURE ------------------- SECRETARIAT GENERAL REPUBLIQUE DU TCHAD PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE PRIMATURE SECRETARIAT GENERAL Unité Travail Progrès ------------- ALLOCUTION DE SON EXCELLENCE KALZEUBE PAYIMI DEUBET, PREMIER MINISTRE, CHEF DU GOUVERNEMENT

Plus en détail

P R I M A T U R E REPUBLIQUE DU MALI ------------ UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI SECRETARIAT GENERAL DU ---------------- GOUVERNEMENT ------------

P R I M A T U R E REPUBLIQUE DU MALI ------------ UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI SECRETARIAT GENERAL DU ---------------- GOUVERNEMENT ------------ P R I M A T U R E REPUBLIQUE DU MALI ------------ UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI SECRETARIAT GENERAL DU ---------------- GOUVERNEMENT ------------ Communiqué du Conseil des Ministres du mercredi 17 septembre

Plus en détail

NOR : DEV O 08 1 5 9 0 7 C

NOR : DEV O 08 1 5 9 0 7 C REPUBLIQUE FRANCAISE MINISTERE DE L ECOLOGIE, DE L ENERGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE DIRECTION DE L'EAU Sous-Direction de l'action territoriale, De la directive cadre

Plus en détail

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L INDUSTRIE DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE ET DE LA PROMOTION DE L INVESTISSEMENT

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L INDUSTRIE DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE ET DE LA PROMOTION DE L INVESTISSEMENT REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L INDUSTRIE DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE ET DE LA PROMOTION DE L INVESTISSEMENT Titre du projet «Appui à la mise en œuvre de la stratégie

Plus en détail

L emploi rural et l emploi informel : Précarité et vulnérabilité au travail

L emploi rural et l emploi informel : Précarité et vulnérabilité au travail Policy Brief Employment Royaume du Maroc Ministère de l Emploi et des Affaires ociales International Labour Office Note synthétique de politique L emploi rural et l emploi informel : Précarité et vulnérabilité

Plus en détail

table ronde La part de la production locale dans la restauration collective

table ronde La part de la production locale dans la restauration collective LA RÉUNION, TERRE D AVENIR table ronde La part de la production locale dans la restauration collective dossier de presse 12 décembre 2014 table ronde - enjeux et perspectives Préambule La Réunion est riche

Plus en détail

Impact économique de l industrie canadienne du camping et analyse des tendances SOMMAIRE EXÉCUTIF. www.ccrvc.ca

Impact économique de l industrie canadienne du camping et analyse des tendances SOMMAIRE EXÉCUTIF. www.ccrvc.ca Impact économique de l industrie canadienne du camping et analyse des tendances SOMMAIRE EXÉCUTIF Le camping est une belle occasion de passer du temps en famille, de créer de beaux souvenirs qui dureront

Plus en détail

Présentation du Programme : Phase II

Présentation du Programme : Phase II PROGRAMME D APPUI A LA MISE EN ŒUVRE DE L ACCORD D ASSOCIATION Présentation du Programme : Phase II L Accord d Association constitue le cadre juridique L Accord d Association constitue le cadre juridique

Plus en détail

Respecter ses engagements. budget. Forger une économie productive et durable. le 23 février 2005

Respecter ses engagements. budget. Forger une économie productive et durable. le 23 février 2005 Respecter ses engagements Le budget de 2005 Forger une économie productive et durable le 23 février 2005 Les résultats économiques et financiers remarquables du Canada Depuis l élimination du déficit en

Plus en détail

CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES

CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES REUNION DU 20 DECEMBRE 2013 RAPPORT N CR-13/06.653 CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES Stratégie régionale de formation des jeunes et

Plus en détail

Salon PRODEXPO SOMMAIRE 1-Communiqué de presse

Salon PRODEXPO SOMMAIRE 1-Communiqué de presse Dossier de presse Salon PRODEXPO SOMMAIRE 1- Communiqué de presse 2- Maroc-Fédération de Russie : Focus économique 3- Les atouts du Maroc agroalimentaire pour se positionner dans le marché russe. 4- Perspectives

Plus en détail

Présentation à l Institut Canadien de la retraite et des avantages sociaux

Présentation à l Institut Canadien de la retraite et des avantages sociaux Bureau du surintendant des institutions financières Bureau de l actuaire en chef Office of the Superintendent of Financial Institutions Des régimes de retraite mieux financés dans un système équilibré

Plus en détail

Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II.

Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II. Projet : 00061946 Plateformes Solaires Multifonctionnelles pour la lutte contre la pauvreté en Mauritanie : Phase II. 1. L objectif du projet : Le programme s inscrit dans le programme pays du PNUD, dans

Plus en détail

EDITION DE DECEMBRE 2015

EDITION DE DECEMBRE 2015 REPUBLIQUE DU BENIN Fraternité Justice Travail @@@@@ MINISTERE DE L'ECONOMIE, DES FINANCES ET DES PROGRAMMES DE DENATIONALISATION @@@@@ DIRECTION GENERALE DES AFFAIRES ECONOMIQUES @@@@@ DIRECTION DE LA

Plus en détail

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Crise économique mondiale et impacts réels sur les entreprises manufacturières québécoises et canadiennes EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Agenda I Crises et conséquences

Plus en détail

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI ****** MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN PROCESSUS PREPARATOIRE DE LA TROISIEME CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Thème: Innovations en matière de financement des SPE. Expérience africaine innovante (cas de l ANPE du Niger)

Thème: Innovations en matière de financement des SPE. Expérience africaine innovante (cas de l ANPE du Niger) Thème: Innovations en matière de financement des SPE Expérience africaine innovante (cas de l ANPE du Niger) Présentée par: Monsieur Chégou Kochi MAINA Directeur Général Dakar, Sénégal du 16 au 18 Septembre

Plus en détail

Clôture du Sommet Bancaire Francophone en France

Clôture du Sommet Bancaire Francophone en France Clôture du Sommet Bancaire Francophone en France Yousif: Vers la création d une union de banques francophones Torbey: Importance du rôle financier de Beyrouth Obolensky: Nécessité de promouvoir la coopération

Plus en détail

Association de l industrie touristique du Canada (AITC) Mémoire présenté au Comité des finances de la Chambre des communes, avril 2014

Association de l industrie touristique du Canada (AITC) Mémoire présenté au Comité des finances de la Chambre des communes, avril 2014 Association de l industrie touristique du Canada (AITC) Mémoire présenté au Comité des finances de la Chambre des communes, avril 2014 Par David Goldstein, président directeur général de l AITC 2 Association

Plus en détail

N 362. Votre Revue de Presse Du 24/ 03 /2015. press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059 CONECT 2015

N 362. Votre Revue de Presse Du 24/ 03 /2015. press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059 CONECT 2015 N 362 By Votre Revue de Presse Du 24/ 03 /2015 press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059 CONECT 2015 Création d entreprises Nouveaux promoteursle parcours d obstacles Les jeunes promoteurs

Plus en détail

Stratégie de prospection. et de développement. des marchés hors Québec. 2009 sommaire

Stratégie de prospection. et de développement. des marchés hors Québec. 2009 sommaire Stratégie de prospection et de développement des marchés hors Québec 2009 sommaire 2013 1 Rédaction Direction du développement des marchés et de l exportation Transformation Alimentaire Québec Ministère

Plus en détail

I. Le Forum mondial de l eau

I. Le Forum mondial de l eau Evénements soutenus par le 6 ème Forum Mondial de l Eau I. Le Forum mondial de l eau Historique Co-organisé tous les trois ans par le Conseil Mondial de l Eau d une part, un pays et une ville hôte d autre

Plus en détail

NOTE INTERNE SUR LA SITUATION DE L EPIDEMIE DE GRIPPE H1N1

NOTE INTERNE SUR LA SITUATION DE L EPIDEMIE DE GRIPPE H1N1 NOTE INTERNE SUR LA SITUATION DE L EPIDEMIE DE GRIPPE H1N1 APPARITION DE LA MALADIE Dans l état actuel de la connaissance du dossier, le virus de la grippe H1N1 qui circule au Mexique se transmet d homme

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 17/06/2014 Angoulême 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national: la reprise économique se dessine, mais le chômage frappe encore trop fort notre pays.

Plus en détail

CADRE DECENNAL DE PROGRAMMATION CONCERNANT LES MODES DE CONSOMMATION ET DE PRODUCTION DURABLES (10YFP) RIO + 20 ADOPTE LE 10YFP

CADRE DECENNAL DE PROGRAMMATION CONCERNANT LES MODES DE CONSOMMATION ET DE PRODUCTION DURABLES (10YFP) RIO + 20 ADOPTE LE 10YFP CADRE DECENNAL DE PROGRAMMATION CONCERNANT LES MODES DE CONSOMMATION ET DE PRODUCTION DURABLES (10YFP) RIO + 20 ADOPTE LE 10YFP La Conférence des Nations Unies sur le développement durable (Rio +20) a

Plus en détail

La recherche au Maroc

La recherche au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières La recherche au Maroc Octobre 1997 Document de travail n 23 La recherche au Maroc Octobre 1997 2 1- Etat des lieux Les dépenses en matière

Plus en détail

Mémoire de l Association des Fournisseurs de Services Pétroliers et Gaziers du Québec (AFSPG)

Mémoire de l Association des Fournisseurs de Services Pétroliers et Gaziers du Québec (AFSPG) Mémoire de l Association des Fournisseurs de Services Pétroliers et Gaziers du Québec (AFSPG) Déposé dans le cadre des consultations publiques au sujet des évaluations environnementales stratégiques sur

Plus en détail

République de Maurice

République de Maurice Cote du document: EB 2009/96/R.18 Point de l ordre du jour: 10 b) iii) Date: 25 mars 2009 Distribution: Publique Original: Anglais F République de Maurice Mémorandum du Président Programme de diversification

Plus en détail

Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé

Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé Cabinet du ministre Communiqué de presse BUDGET 2013-2014 COMMUNIQUÉ N 2 BUDGET 2013-2014 Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé Québec, le 20 novembre 2012 «Pour accélérer la croissance

Plus en détail

PAYS DE LA LOIRE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS?

PAYS DE LA LOIRE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Version étudiée : version adoptée par la Commission européenne le 16/12/2014. PAYS DE LA LOIRE STRUCTURE GLOBALE DU

Plus en détail

L OIE et les instruments de gestion de risques pour les maladies épidémiques du bétail

L OIE et les instruments de gestion de risques pour les maladies épidémiques du bétail L OIE et les instruments de gestion de risques pour les maladies épidémiques du bétail La gestion de risques et de crises en assurance agraire Conférence Internationale du 15 mars 2010, Madrid Présentée

Plus en détail

Note d information sur les transferts en espèces pour lutter contre la malnutrition

Note d information sur les transferts en espèces pour lutter contre la malnutrition Note d Information 3 République Islamique de Mauritanie Cas d investissement sur la nutrition en Mauritanie Note d information sur les transferts en espèces pour lutter contre la malnutrition Produit par

Plus en détail

REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE Honneur Fraternité Justice

REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE Honneur Fraternité Justice PREMIER MINISTERE REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE Honneur Fraternité Justice Visa -DGLTE -DBC -CF Décret n 092-2007 / PM fixant les attributions du ministre chargé de la Jeunesse et des Sports et l

Plus en détail

Le tourisme durable dans l espace francophone

Le tourisme durable dans l espace francophone Le tourisme durable dans l espace francophone De la valorisation des patrimoines culturels et naturels vers une économie verte I. Contexte et justification Le tourisme, en plein essor, est reconnu comme

Plus en détail

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance)

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) Pour plus d'informations, veuillez visiter le site: http://www.mop.gov.eg/vision/egyptvision.aspx La culture La stratégie

Plus en détail

MINISTERE DE L ENERGIE ET DU PETROLE

MINISTERE DE L ENERGIE ET DU PETROLE MINISTERE DE L ENERGIE ET DU PETROLE Pétrole et l organisation de l administration Centrale de son département. ARTICLE PREMIER : Le Ministre de l Energie et du Pétrole a pour mission générale d élaborer,

Plus en détail

Nourrissons et jeunes enfants sont particulièrement vulnérables aux maladies d origine alimentaire. Populations exposées

Nourrissons et jeunes enfants sont particulièrement vulnérables aux maladies d origine alimentaire. Populations exposées Nourrissons et jeunes enfants sont particulièrement vulnérables aux maladies d origine alimentaire. Populations exposées Si tout le monde risque de contracter une maladie d origine alimentaire, il y a

Plus en détail

Association pour la Formation, le Développement, l Education et la Culture

Association pour la Formation, le Développement, l Education et la Culture TERMES DE REFERENCES POUR L ELABORATION DE PLANS D AFFAIRES ET STRATEGIES MARKETING EN FAVEUR DES GIE «Moutakoung» DE TAMBANABA, «Nianibaly mantinelong» DE TAMBANANDING ET «Alla teintu» DE BADIAR / REGION

Plus en détail

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE?

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? LE RÔLE DES CONTRATS COLLECTIFS D ENTREPRISE La dépendance se caractérise par des restrictions dans la réalisation des activités de la vie quotidienne et sociale.

Plus en détail

D A N S L E S E C T E U R A G R I C O L E D U S É N É G A L

D A N S L E S E C T E U R A G R I C O L E D U S É N É G A L O P P O R T U N I T É S D I N V E S T I S S E M E N T D A N S L E S E C T E U R A G R I C O L E D U S É N É G A L 1. Contexte Sommaire 2. Présentation du secteur agricole sénégalais 3. Potentiel naturel

Plus en détail

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE MINISTERE DELEGUE A LA COHESION SOCIALE ET A LA PARITE V E I L L E S T A T I S T I Q U E service des droits des femmes et de l'égalité V E I L L E S T A T I S T I Q U E LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

Plus en détail

Surveillance des toxi-infections alimentaires collectives

Surveillance des toxi-infections alimentaires collectives Surveillance des toxi-infections alimentaires collectives Données de la déclaration obligatoire, 2013 En 2013, 1 346 foyers de toxi-infections alimentaires collectives (TIAC) ont été déclarés en France,

Plus en détail

Pour un avenir Durable: Nos choix & voix sur le climat

Pour un avenir Durable: Nos choix & voix sur le climat Pour un avenir Durable: Nos choix & voix sur le climat Regard des communautés sur les impacts du changement climatique «Nos maisons sont emportées par l avancée de la mer. Nous sommes obligés de partir

Plus en détail

Commission des affaires européennes

Commission des affaires européennes X I V e L É G I S L A T U R E Communication Mardi 7 juillet 2015 15 heures Commission des affaires européennes Communication de la Présidente Danielle Auroi sur la proposition d initiative législative

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. www.europe-en-aquitaine.eu POUR LES ENTREPRISES DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES INNOVATION

GUIDE PRATIQUE. www.europe-en-aquitaine.eu POUR LES ENTREPRISES DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES INNOVATION DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES GUIDE PRATIQUE POUR LES ENTREPRISES Programme compétitivité régionale et emploi 2007-2013 INNOVATION www.europe-en-aquitaine.eu 1 2 3 L Aquitaine avance, l Europe

Plus en détail

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle EVALUATION FINALE CVE/071 Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle FICHE SYNTHÉTIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Cap-Vert Projet d appui

Plus en détail

Rôle de l économie verte dans l émergence de la Côte d Ivoire à l horizon 2020. - Orientation générale -

Rôle de l économie verte dans l émergence de la Côte d Ivoire à l horizon 2020. - Orientation générale - COMITE DE CONCERTATION ETAT/SECTEUR PRIVE REUNION DES POINTS FOCAUX Rôle de l économie verte dans l émergence de la Côte d Ivoire à l horizon 2020 - Orientation générale - DIRECTION DE L ECONOMIE VERTE

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

Journée mondiale de la santé 2015 7 avril. La sécurité sanitaire des aliments

Journée mondiale de la santé 2015 7 avril. La sécurité sanitaire des aliments Journée mondiale de la santé 2015 7 avril La sécurité sanitaire des aliments 1 1 Déclaration mondiale FAO/OMS sur la nutrition (1992) «l accès à des aliments nutritionnellement appropriés et sans danger

Plus en détail