FONDS AFRICAIN DE DEVELOPPEMENT PROJET DE CONSTRUCTION D URGENCE D UNE AEROGARE PROVISOIRE A L AEROPORT INTERNATIONAL JOMO KENYATTA

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "FONDS AFRICAIN DE DEVELOPPEMENT PROJET DE CONSTRUCTION D URGENCE D UNE AEROGARE PROVISOIRE A L AEROPORT INTERNATIONAL JOMO KENYATTA"

Transcription

1 FONDS AFRICAIN DE DEVELOPPEMENT PROJET : PROJET DE CONSTRUCTION D URGENCE D UNE AEROGARE PROVISOIRE A L AEROPORT INTERNATIONAL JOMO KENYATTA PAYS : KENYA DEPARTEMENTS OITC/EARC Octobre 2013 Document traduit

2 1. INTRODUCTION 1.1 Par la présente, la Direction soumet au Conseil d administration une demande du Gouvernement du Kenya relative à l utilisation des économies de coûts d un montant de 17,82 millions d UC, dont 14,69 millions d UC représentent le reliquat du Projet d amélioration de la route Nairobi-Thika, approuvé par les Conseils en novembre 2007, et 3,13 millions d UC le reliquat du Projet Éducation III, approuvé par le Conseil en décembre La demande du Gouvernement du Kenya et les informations de base sur les deux projets sont présentées à l annexe 1 et à l annexe 2, respectivement. L exécution de ces projets s est achevée conformément aux prévisions. Les reliquats serviront à financer les travaux de construction d une aérogare provisoire à l Aéroport international Jomo Kenyatta (JKIA), dans le cadre des mesures de redressement d urgence prises par le Gouvernement du Kenya, à la suite des dégâts causés par l incendie survenu dans cet aéroport le 7 août Le JKIA a été construit en 1978 pour une capacité nominale de 2,5 millions de passagers par an. C est l installation aéronautique la plus importante et l aéroport le plus fréquenté non seulement au Kenya, mais aussi dans la région de l Afrique de l Est. Le JKIA accueille actuellement plus de 6 millions de passagers et environ tonnes de fret par an. Il est le point de départ de vols réguliers à destination de plus de 50 pays. Le transport aérien occupe une place de plus en plus importante dans l économie kenyane, dans la mesure où il soutient l industrie du tourisme et facilite l accès aux marchés mondiaux des fleurs fraîches et des produits horticoles. 1.3 Le JKIA compte trois unités de départ (unités 1, 2 et 3) et le hall des arrivées. Les installations de traitement du hall des arrivées ont été entièrement détruites, et le hall lui-même est à l abandon depuis l incendie du 7 août De même, les zones de départ des unités 1 et 2 ne sont que partiellement opérationnelles. L unité 3, qui assurait auparavant le traitement des opérations des vols intérieurs, gère provisoirement à présent les vols internationaux, avec beaucoup de difficultés sur les plans de la logistique et des capacités. 1.4 Afin de faciliter les opérations au JKIA, plusieurs tentes ont été dressées sur le tarmac même pour les opérations de départ et d arrivée des vols internationaux. Pour les vols intérieurs, les opérations sont assurées au terminal fret. Le nouveau parking est devenu le hall des arrivées et ne peut donc plus être utilisé comme aux fins initialement prévues. Il devient ainsi de plus en plus difficile de trouver une place pour garer un véhicule. 1.5 Pour améliorer la situation qui prévaut actuellement au JKIA, y compris le démantèlement des tentes dressées sur le tarmac et la réouverture du parking pour les véhicules, les propositions suivantes ont été formulées : la construction d installations d arrivée en face du parking, l aménagement d une salle d embarquement avec transfert par bus à la porte 4, la construction d une salle de transit et d une salon d attente au-dessus de l unité 3, et la construction d une aérogare provisoire. 2. LE TRANSPORT AÉRIEN AU KENYA Le sous-secteur du transport aérien 2.1 L objectif du sous-secteur du transport aérien au Kenya est de faciliter la fluidité de la connectivité, par la fourniture d installations et de services aéroportuaires efficients et efficaces, qui soient durables sur le plan environnemental et qui dépassent les attentes des parties prenantes.

3 2.2 Au Kenya, le sous-secteur du transport aérien est géré par les entités suivantes : l Autorité des aéroports du Kenya (KAA), qui fournit les installations et les services aéronautiques ; l Autorité de l aviation civile du Kenya, qui est chargée de la réglementation du sous-secteur et des services de la navigation aérienne ; et la Direction des transports du Ministère des Transports et de l Infrastructure, à qui incombe la responsabilité des politiques et de la tarification. 2.3 Le sous-secteur du transport aérien facilite la commercialisation des produits frais, des marchandises générales et des cargaisons sèches, ainsi que le tourisme et les voyages d affaires, les opérations humanitaires et de sécurité, l emploi, les sports et l accès au monde entier. Ce soussecteur joue donc un important rôle de principal catalyseur de la Vision du Kenya à l horizon 2030, dans le cadre de la promotion du développement économique du Kenya. 2.4 La KAA est une société créée en 1991 par une loi du parlement qui lui assigne la mission de fournir et de gérer l infrastructure, les installations et les services aéronautiques. Elle gère le JKIA et neuf autres aéroports au Kenya. Au nombre des fonctions spécifiques assumées par la KAA figurent l administration, le contrôle et la gestion des aérodromes ; la fourniture et l entretien des installations indispensables à l exploitation efficiente des aéronefs ; la construction, l exploitation et l entretien des aérodromes et les autres activités connexes ; et la fourniture d autres commodités ou installations aux passagers et autres personnes utilisant ses installations ou services. 2.5 Le JKIA dessert actuellement plus de six (6) millions de passagers par an, contre une capacité nominale de 2,5 millions. La capacité des pistes, qui est de mouvements d aéronefs par an, est opérationnelle à 83 %, d où la nécessité et l urgence de l amélioration et de l extension de l aérogare et des installations aéroportuaires. Il est également nécessaire de construire une deuxième piste à même d accueillir les avions de la nouvelle génération. Programme d extension du JKIA 2.6 En 2006, la KAA a lancé les travaux d extension des installations aéroportuaires du JKIA, qui comprenaient les lots suivants: le lot 1 portant sur la construction d aires de stationnement supplémentaires pour les aéronefs, dont les travaux se sont achevés en avril 2008 ; le lot 2 relatif à la construction de l unité 4 de l aérogare, dont les travaux doivent s achever en décembre 2014, avec un parking à étages pour les voitures, dont l achèvement des travaux de construction est prévu en mars 2014 ; le lot 3 portant sur la rénovation et la restructuration des unités 1, 2 et 3 existantes de l aérogare, avec leurs halls des arrivées, dont les travaux doivent démarrer en novembre 2014 pour une durée de trois ans ; le lot 4a relatif à la construction de 16 aires de stationnement supplémentaires et à la réhabilitation de la piste existante. Les travaux de construction des aires de stationnement devraient s achever en novembre 2013, tandis que les travaux de rénovation de la piste devraient commencer en mars 2014 et prendre 30 mois. L exécution de ces lots devrait permettre de porter la capacité du JKIA de 2,5 millions à 10 millions de passagers par an d ici Selon les prévisions du plan directeur, finalisées en février 2011, la demande annuelle au JKIA devrait passer à 10 millions de passagers d ici 2015, puis à 35 millions de passagers d ici Conformément aux pratiques modèles en matière de capacité des aéroports, il est recommandé une longueur d avance de cinq ans pour la capacité, par rapport à la demande, afin d atténuer le risque d engorgement et de faire face à toute croissance imprévue. Le JKIA devait avoir une capacité de 17 millions de passagers d ici 2015, mais sa capacité effective ne sera que de 5 millions de passagers. 2

4 3. PROPOSITION RELATIVE À L UTILISATION DES RELIQUATS DES PRÊTS Objectif de la demande 3.1 L objectif primordial de la demande est d aider le Gouvernement du Kenya à rétablir les niveaux des services au JKIA, après la sérieuse détérioration causée par l incendie. Le prestige du JKIA, en tant qu aéroport régional et pôle économique de l Afrique de l Est, risque de pâtir de situations telles que les désagréments causés aux passagers, l inefficience des opérations et l engorgement. L appui de la Banque, outre le rétablissement du niveau des services, va permettre de combler le déficit de capacités jusqu à l achèvement des projets d extension en Travaux proposés 3.2 Les travaux à financer sur les soldes non utilisés des prêts portent sur la construction d une aérogare provisoire d une superficie globale de m 2. Cette aérogare est appelée à gérer un trafic annuel de 2,5 millions de passagers au départ et à l arrivée des vols internationaux et des vols intérieurs. La structure est celle de panneaux sandwichs isolants de façade, avec vitrage approprié. La toiture sera en toile enduite, d une durée de vie de plus de 10 ans. Le plancher sera de préférence un plancher technique reposant sur un sol dur ne nécessitant pas de béton. L aérogare provisoire sera implantée à l extrémité des terminaux déportés en cours de construction, dont l achèvement des travaux est prévu en novembre L aérogare provisoire va améliorer sensiblement l efficience opérationnelle et ce dans un contexte de confort, de sûreté et de sécurité, à la faveur de la séparation physique des passagers à l arrivée et au départ, conformément aux normes internationales. 3.4 Selon les prévisions, les travaux de génie civil à exécuter dans le cadre de la construction de l aérogare et portant sur le terrassement, le remblai à des endroits choisis, le revêtement de la chaussée en direction du parking et de la route d accès, l évacuation des eaux de pluie, l assainissement, l alimentation en électricité et d autres services connexes, devraient démarrer avant la construction de l aérogare provisoire et constitueront un lot distinct à financer par le Gouvernement du Kenya. 3.5 Le projet de construction de l aérogare couvre les activités suivantes : la conception, la fourniture de matériels et la construction du bâtiment de l aérogare ; la mise en place du système de manutention des bagages (BHS) au départ et à l arrivée ; l installation de systèmes spéciaux à l aéroport ; la mise en interphase des services et réseaux avec les systèmes d approvisionnement existants ; et l essai et la mise en service du bâtiment de l aérogare. Coût estimatif 3.6 Le coût total des travaux de construction de l aérogare provisoire est estimé à 18,25 millions d UC (soit 27,66 million d USD). Le tableau 1 ci-dessous présente un état récapitulatif du coût estimatif. 3

5 Composante Tableau 1 État récapitulatif du coût estimatif Millions d UC Millions d USD Devises Monnaie locale Total Devises Monnaie locale Conception, fourniture de matériels et construction de 16,93 1,32 18,25 25,66 2,00 27,66 l aérogare Plan de financement 3.7 La Banque prendra en charge la totalité du coût en devises, qui s élève à 16,93 millions d UC, et 67 % (soit 0,89 million d UC) du coût en monnaie nationale, tandis que le Gouvernement du Kenya financera le solde du coût en monnaie locale, soit 0,43 million d UC, tel que cela ressort du tableau 2 ci-dessous. Millions d UC Coût Source Coût en devises monnaie locale Tableau 2 Plan de financement Millions d USD en Coût total Coût en Coût devises monnaie locale en Coût total Total FAD 16,93 0,89 17,82 25,66 1,35 27,01 97,65 Gouvernement du Kenya 0,00 0,43 0,43 0,00 0,65 0,65 2,35 Total 16,93 1,32 18,25 25,66 2,00 27, % 4. EXÉCUTION DES TRAVAUX PROPOSÉS Organisation et gestion 4.1 La KAA sera l organe d exécution du projet. La KAA a une longue expérience en matière de collaboration avec les bailleurs de fonds bilatéraux et multilatéraux dans l exécution des projets. Bien structurée, elle est dotée du personnel technique compétent et expérimenté nécessaire pour exécuter un projet de cette envergure et de cette complexité. Une loi du parlement lui a confié mandat de fournir et de gérer l infrastructure, les installations et les services aéronautiques. L organe d exécution a été évalué et jugé apte à conduire la passation de marchés et à assurer le suivi et l établissement des rapports prévus au titre du projet. Le PDG de la KAA désignera un ingénieur pour la gestion quotidienne du projet. 4.2 Le projet de construction de l aérogare, à financer la Banque, fera l objet d un marché unique. La composante relative aux travaux de génie civil, que finance le Gouvernement du Kenya, sera un lot distinct. La supervision des travaux sera assurée par le consultant chargé des lots 2 et 3 actuels, à savoir le cabinet M/s Netherland Airport Consultants (NACO), au titre d un avenant au contrat existant de prestation de services de consultants et dans le cadre d un financement distinct. 4

6 Modalités de gestion financière et de décaissement 4.3 Le système de gestion financière de la KAA, qui est l organe d exécution du projet, a été évalué par un expert en gestion financière et jugé satisfaisant. Les risques liés au projet sont considérés comme faibles pour les raisons suivantes : i) le personnel chargé de la gestion financière est compétent et expérimenté ; ii) un comité d audit est en place et veille à la conformité avec les normes établies, tout en appuyant les fonctions de gouvernance ; iii) le logiciel de comptabilité SAP a été installé en avril 2013 pour soutenir la fonction comptable ; iv) les audits légaux et spéciaux sont tous conduits conformément aux Normes internationales d audit ; v) les états financiers trimestriels et annuels sont préparés suivant des modèles acceptables pour la Banque et conformément à des normes internationales d information financière également acceptables pour la Banque ; et vi) un manuel approprié des procédures financières pertinentes pour la tenue des livres comptables a été préparé. Les atouts de l unité de la KAA chargée de la gestion financière seront mis à contribution pour l exécution du projet de la Banque. 4.4 Audit externe : Pour ses projets, la KAA fait conduire les audits légaux et spéciaux conformément aux exigences des financiers de ces projets. Ces audits sont conduits annuellement par le Bureau national d audit du Kenya (KENAO). La mission d audit est confirmée par un protocole d accord soumis à la KAA, qui fait des Normes internationales d audit la base des audits. Le KENAO a émis une réserve sur l audit légal de l exercice clos en juin 2012, en raison d une comptabilisation incorrecte des contrats de location. En revanche, il a émis une opinion sans réserve pour les comptes spéciaux. La période couverte par les rapports financiers établis pour le projet de la Banque sera alignée sur l exercice financier de la KAA, dont la clôture est fixée au 30 juin. 4.5 Les termes de référence de l audit, qui devront déterminer la portée de l audit, les types de rapports à établir et les délais de soumission de ces rapports, et qui devront être approuvés par la Banque, seront convenus avec le KENAO afin de renforcer la portée de l engagement et de garantir l acceptabilité du rapport d audit par la Banque. 4.6 Décaissement : La KAA pourra recourir aux méthodes de décaissement prescrites dans le manuel des décaissements de la Banque. Pour l aide dans l immédiat, la méthode des paiements directs est considérée comme l option préférée. Modalités de passation de marchés 4.7 La passation des marchés relatifs à l acquisition de tous les biens, travaux et services de consultants, à financer par la Banque, se fera conformément aux règles et procédures pertinentes de la Banque, et notamment aux «Règles et procédures pour l acquisition des biens et travaux», édition de mai 2008, révisée en juillet 2012, en utilisant les dossiers types d appel d offres pertinents de la Banque. 4.8 Travaux de génie civil : L acquisition des travaux de génie civil, d une valeur totale de 18,25 millions d UC, pour la construction du bâtiment de l aérogare provisoire, se fera suivant la procédure d appel d offres international (AOI), en utilisant les documents types d appel d offres (DTAO) de la Banque. Afin de faciliter la mise en œuvre en temps voulu de cette intervention d urgence, le Gouvernement du Kenya a demandé le recours à la procédure de passation 5

7 anticipée de marchés pour l acquisition des travaux, avec un délai de soumission des offres réduit à 28 jours, au regard de l urgence de l opération, afin d accélérer l arrivée de l entrepreneur sur le site. La Banque a examiné cette demande et l a approuvée conformément à la procédure de non-objection. 4.9 Capacités dans la passation de marchés : La responsabilité de toutes les activités de passation de marchés, au titre du projet, incombera à la KAA. Une revue du volume de travail lié à la passation de marchés, au titre des projets en cours d exécution, a été entreprise. Il en ressort que les projets (y compris l acquisition des travaux et des biens d équipement) sont à la base de l essentiel des activités de passation de marchés, avec un budget de près de 21,6 milliards de shillings kenyans (248 millions d USD) pour l exercice En conséquence, la charge supplémentaire de travail prévue au titre du présent projet (28 millions d USD) ne devrait pas constituer un défi pour l équipe. À l heure actuelle, la KAA gère également d autres projets financés par les bailleurs de fonds, en plus du volume de travail lié à la passation de marchés au titre du projet proposé, sans compter que le personnel maîtrise les règles et procédures de la Banque pour l acquisition de biens, travaux et services de consultants. Les ressources, les capacités et l expérience de la KAA, en tant qu organe d exécution, sont jugées suffisantes pour la passation de marchés au titre du projet Avis général de passation de marchés : Le texte de l avis général de passation de marchés (AGPM) a été convenu avec la KAA et cet avis sera publié dans UNDB online et le site internet de la Banque, dès l approbation de la proposition de financement par le Conseil d administration Plan de passation de marchés : L emprunteur a élaboré un plan de passation de marchés pour l exécution du projet. Ce plan a été examiné et approuvé par la Banque. L emprunteur mettra en œuvre le plan de passation de marchés de la manière convenue avec la Banque Procédures d examen : L acquisition de tous les travaux suivra la méthode de l examen préalable. Les documents suivants seront soumis à l examen et à l approbation de la Banque, avant leur publication : les avis de passation de marchés ; les dossiers d appel d offres ; les rapports d évaluation des offres, y compris les recommandations sur l attribution des marchés ; les projets de contrats, si ceux-ci sont des versions amendées des projets inclus dans les dossiers d appel d offres. Calendrier d exécution 4.13 Selon les prévisions, les travaux proposés, y compris les activités de conception et de construction, devraient être exécutés sur une période de cinq (5) mois. L annexe 3 présente le calendrier d exécution du projet. Quant aux principales étapes du calendrier d exécution proposé, elles sont présentées au tableau 3 ci-dessous. 6

8 Tableau 3 Principales étapes du calendrier d exécution du projet N Activité Organisme responsable Date cible 1 Soumission du dossier d appel d offres KAA 9 septembre Demande de passation anticipée de marchés KAA 16 septembre Approbation tacite de la demande de passation Banque 20 septembre 2013 anticipée de marchés 4 Approbation tacite du dossier d appel d offres Banque 23 septembre Appel d offres KAA 24 septembre Ouverture des plis KAA 25 octobre Soumission du rapport d évaluation KAA 5 novembre Approbation tacite du rapport d évaluation Bank 19 novembre Soumission du projet de contrat KAA 25 novembre Approbation tacite du projet de contrat Banque 28 novembre Signature du contrat KAA/entrepreneur 9 décembre Démarrage des travaux Entrepreneur 16 décembre Achèvement des travaux Entrepreneur 15 mai FAISABILITÉ DE L AÉROGARE PROVISOIRE À JKIA 5.1 Le JKIA a une capacité nominale de 2,5 millions de passagers par an, mais il dessert actuellement plus de 6 millions de passagers. Suite à l incendie du mois d août 2013, la capacité de gestion du trafic, pour les passagers, s est considérablement réduite, avec un impact négatif sur le niveau des services aux voyageurs. Avant l incendie, la note C était attribuée au niveau des services offerts par cet aéroport. Depuis lors, il y a eu une détérioration de la situation, notamment pour ce qui est de la sûreté, de la sécurité et de l efficience des opérations. Afin de rétablir les capacités de gestion en attendant l achèvement des projets de renforcement des capacités en cours d exécution, il est indispensable de construire une aérogare provisoire, compte tenu du rôle stratégique du JKIA dans la sous-région. 5.2 La construction de l aérogare provisoire proposée est donc d une importance cruciale pour améliorer la qualité des services au JKIA et permettra de prévenir toute déviation perçue du trafic aérien au détriment de cet aéroport. Du point de vue de l impact escompté de la présente intervention, la proposition de construction de l aérogare provisoire, dont le coût est estimé à près de 28 millions d USD, permettra de combler effectivement le déficit de capacités pendant la période d intervention, avant la mise en service de l unité 4 (2,5 millions de passagers par an) dont la construction est en cours, avec des capacités additionnelles d ici 2017, lorsque la nouvelle aérogare prévue devient opérationnelle. L intervention de la Banque vise à injecter une capacité additionnelle de 2,5 millions de passagers par an au JKIA, tout en renforçant l efficacité opérationnelle sur les plans du confort, de la sécurité et de la sûreté, avec la séparation physique des flux de passagers au départ et à l arrivée, conformément aux normes internationales. 5.3 L intervention de la Banque est donc confortée par le fait que le JKIA étant une infrastructure de transport aérien stratégique dans la région de l Afrique de l Est, la reprise de la totalité des opérations, après l incendie, et le renforcement des capacités pour répondre aux 7

9 besoins croissants en termes de trafic sont des mesures à prendre d urgence. Le maintien de liaisons aériennes efficientes, par le biais du JKIA en tant que principale plaque tournante du transport aérien dans la région de l Afrique de l Est, est essentiel non seulement pour les populations et les hommes d affaires du Kenya, mais aussi pour l activité économique à travers la région. Par ailleurs, le site proposé pour la construction de l aérogare provisoire devrait permettre d améliorer les opérations, en réduisant les transferts par bus entre les aéronefs et les bâtiments de l aérogare. Le présent projet, associé aux autres interventions, devrait contribuer à consolider la position du JKIA en tant que plaque tournante du transport aérien, appuyant ainsi la poursuite de la croissance économique du Kenya. 6. ENVIRONNEMENT ET CHANGEMENT CLIMATIQUE Analyse des effets sur l environnement 6.1 Selon les Procédures d évaluation environnementale et sociale (PEES) de la Banque, les projets d urgence de cette nature requièrent la conception d un plan de gestion environnementale et sociale (PGES). Les PEES recommandent que des mesures soient prises pour atténuer autant que possible les perturbations causées par ces projets sur les plans écologique et social. 6.2 La Banque a établi que la KAA, qui est l organe d exécution, a achevé récemment, et plus précisément en janvier 2013, une mise à jour de l étude d impact environnemental et social (EIES) pour le Projet de réhabilitation et d amélioration de la piste et des voies de roulement du JKIA (lot 4). Le rapport de l EIES a été approuvé par l Autorité nationale de la gestion de l environnement (NEMA) du Kenya. L EIES a couvert le site proposé pour l aérogare provisoire, et plusieurs aspects de l EIES ont été jugés suffisamment pertinents pour être pris en compte dans le Plan de gestion environnementale et sociale (PGES) pour les travaux d urgence. Le seul aspect omis par le rapport de l EIES concerne l incidence de la construction du bâtiment de l aérogare provisoire qui n a pas d effets préjudiciables notables sur l environnement. Le consultant assurant la conception et l entrepreneur qui exécutera les travaux devront élaborer un plan de santé et de sécurité pour la prise en charge des effets des travaux de construction sur la santé et la sécurité au travail. 6.3 Outre le rapport de l EIES, la KAA a élaboré les documents suivants sur les sauvegardes environnementales et la sécurité : i) la déclaration sur la politique environnementale; ii) les directives de l entité/du secteur de l aviation sur l évaluation et l audit de l impact environnemental ; iii) les orientations pour le plan de gestion environnementale des travaux de construction du projet d extension du JKIA ; iv) la cartographie et le plan de gestion des nuisances sonores au JKIA ; v) le plan de gestion des déchets au JKIA ; vi) la déclaration sur la politique en matière de sécurité ; vii) le plan de sécurité de la KAA pour les travaux de construction ; viii) le manuel sur le système institutionnel de gestion de la sécurité; et ix) le plan d urgence du JKIA. Toutes ces politiques, procédures et directives de la KAA, y compris le rapport de l EIES, ont servi de base à l élaboration du plan de gestion environnementale et sociale (PGES) pour la construction de l aérogare provisoire. 6.4 L aérogare provisoire sera située à l extrémité des terminaux déportés qui sont en construction en ce moment et dont les travaux devraient s achever en novembre En conséquence, les travaux de génie civil et de construction ne devraient pas avoir d effets négatifs 8

10 notables sur l environnement, puisqu ils seront en grande partie circonscrits. À titre d exemple, les nuisances sonores et les vibrations seront localisées dans la zone de construction des terminaux déportés ; les terrassements et les poussières qu ils occasionnent devraient être confinés au site du chantier, tandis que les travaux générant des déchets seront limités aux sites des travaux et dans le périmètre de l aéroport, les effets sur la santé et la sécurité ne concernant que les ouvriers du bâtiment et non les communautés riveraines. Il est probable que des impacts externes mineurs soient perceptibles dans les opérations d approvisionnement et de transport des matériaux, ainsi que des faibles risques de sécurité liés aux opérations des aéronefs (atterrissages et décollages). La structure du bâtiment sera conçue hors du chantier, et les matériaux finis seront ensuite livrés sur le site, pour montage. 6.5 Au nombre des retombées bénéfiques, l on pourrait citer les facteurs suivants : i) le site des travaux de construction est adjacent aux installations existantes, et il n y aura donc pas d impact sur le plan social, ni en termes de réinstallation ; ii) l aérogare va permettre de combler le déficit de capacités jusqu à l achèvement de la nouvelle aérogare ; iii) le projet va aider à consolider la position du JKIA en tant que plaque tournante du transport aérien à l échelle régionale ; iv) les installations de l aérogare provisoire vont permettre d améliorer le niveau des services et le confort pour les clients au JKIA ; et v) l opération va fournir des emplois temporaires aux ouvriers du bâtiment. A l achèvement de la nouvelle aérogare, l aérogare provisoire pourra servir à d autres fins, ce qui représente un autre avantage certain : elle peut servir pour les vols régionaux des compagnies aériennes à bas coûts ; ii) elle peut être utilisée pleinement pour les vols intérieurs ; iii) elle peut enfin être démontée et transférée à d autres aéroports du pays. Le bâtiment de l aérogare provisoire devra se conformer aux normes de l Organisation de l aviation civile internationale (OACI), et sa conception devra intégrer les principes de construction de bâtiments verts et durables, qui favorisent leur adaptation en tout lieu. Changement climatique 6.6 Selon le Plan d action national pour le changement climatique (NCCAP) du Kenya, les émissions de gaz à effet de serre (GES) dans le pays devraient augmenter, au regard de la croissance démographique et de l expansion économique, passant de 59 millions de tonnes d équivalent de dioxyde de carbone (MtCO 2 e) en 2010 à 102 MtCO 2 e en La croissance absolue la plus importante des émissions devrait intervenir dans les secteurs de l énergie (électricité) et des transports, les émissions émanant du secteur de l énergie passant de 10 MtCO 2 e en 2010 à 33 MtCO 2 e en Le NCCAP recommande que, pour passer à un processus à faible intensité de carbone et résilient face au changement climatique, les mesures à prendre à cette fin dans le secteur du transport aérien comprennent notamment la remise en état des aéroports de façon à ce qu ils soient aussi efficients que possible sur le plan énergétique. Au nombre des autres mesures prescrites dans le NCCAP et pertinentes pour le projet figurent l amélioration de la gestion de l eau et des déchets dans tous les secteurs d activité de l économie. 6.7 En appui au NCCAP, il est recommandé que la conception de l aérogare provisoire tienne compte de la gestion efficace de l utilisation des ressources, en retenant les mesures les plus appropriées pour l efficacité énergétique et la conservation de l eau, d où la nécessité pour la conception de prévoir : i) l optimisation des composantes de l enveloppe destinée aux travaux de construction ; des systèmes de chauffage, de ventilation et de climatisation (HVAC) 9

11 hautement performants ; et des systèmes d automatisation et de contrôle des bâtiments afin de contribuer à la réduction du coût de l énergie pour la KAA ; ii) l installation du système photovoltaïque pour produire une partie de l énergie dont le projet a besoin, dans la mesure où il y a des chances que la structure de l aérogare soit réinstallée dans des zones reculées du Kenya, une fois les structures permanentes disponibles ; iii) des installations de plomberie efficaces et des systèmes de collecte des eaux de pluie aux fins de réutilisation en vue de réduire l utilisation de l eau par la KAA ; iv) la mise en œuvre du plan de gestion des déchets conçu par la KAA pour les travaux de construction et les opérations de l aéroport ; v) le respect des normes écologiques dans la conception des travaux de construction de l aérogare provisoire, et notamment des directives sur les bâtiments verts, telles que les directives à la pointe de la conception énergétique et environnementale (LEED). 7. CONCLUSION ET RECOMMANDATION 7.1 La construction de l aérogare provisoire aidera considérablement le Gouvernement du Kenya à améliorer le niveau des services à l aéroport JKIA, niveau qui s est sérieusement dégradé à la suite de l incendie d août La construction de cette aérogare est indispensable pour atténuer l impact négatif de l incendie sur l économie du pays. 7.2 La demande du Gouvernement du Kenya est jugée acceptable et est conforme aux directives et politiques du Groupe de la Banque. 7.1 Conformément à la matrice de délégation de pouvoirs en vigueur depuis octobre 2012, l utilisation des économies réalisées sur les prêts pour des projets aux objectifs différents doit être approuvée par le Conseil. En conséquence, la Direction recommande que le Conseil d administration approuve la proposition d utiliser les reliquats des prêts octroyés à la République du Kenya pour le Projet d amélioration de la route Nairobi-Thika et le Projet Éducation III, d un montant total de 17,82 millions d UC, pour financer le Projet de construction d urgence de l aérogare provisoire de l Aéroport international Jomo Kenyatta. 10

12 ANNEXE 1 RÉPUBLIQUE DU KENYA TRÉSOR NATIONAL Telegraphic Address: THE NATIONAL TREASURY Finances Nairobi PO BOX Fax No: NAIROBI Telephone: Référence à rappeler Ref. : EA/FA 237/38/01/122 M. Gabriel Negatu Directeur régional Centre régional de ressources de l Afrique de l Est NAIROBI Monsieur Negatu, OBJET : DEMANDE D APPUI FINANCIER POUR LA RÉHABILITATION DE L AÉROPORT INTERNATIONAL JOMO KENYATTA (JKIA) Le Gouvernement du Kenya est reconnaissant à la Banque africaine de développement pour sa marque de sympathie, suite à l incendie intervenu le 7 août 2013, qui a fortement perturbé les activités de l Aéroport international Jomo Kenyatta (JKIA) et qui a amené la Banque à envoyer sur le terrain une mission spéciale pour évaluer l ampleur des dégâts causés et de la perturbation des opérations de l aéroport. L incendie a ravagé, entre autres installations, le hall des arrivées des vols internationaux et les sections contiguës à l aéroport, entraînant de graves dysfonctionnements au niveau des opérations de l aéroport. Le Gouvernement a mis en place un plan de redressement prévoyant notamment des mesures à court et moyen termes pour maintenir les opérations à l aéroport le moins de perturbations que possible. Les dégâts au niveau du hall des arrivées des vols internationaux et des parties contiguës à l aéroport ont été considérables et vont nécessiter d importantes ressources pour rendre de nouveau l aéroport pleinement opérationnel. Au regard de ce qui précède, le Gouvernement sollicite auprès de la Banque un appui financier d urgence principalement pour l exécution de son plan à court terme qui couvre notamment la fourniture des matériels nécessaires pour répondre aux besoins urgents et la construction d une aérogare provisoire.

13 L objet de la présente lettre est donc d inviter la Banque à octroyer au Gouvernement un don d urgence de 1 million d USD et à approuver l utilisation d un montant total de 27 millions d USD représentant les économies réalisées sur deux opérations achevées, à savoir le Projet d amélioration de la route Nairobi-Thika et le Projet Éducation III. Nous tenons à exprimer notre gratitude à la Banque pour son appui constant à nos efforts de développement. Je vous prie d agréer, Monsieur, l assurance de ma haute considération. Dr. Kamau Thugge, EBS Secrétaire principal / Trésor National cc. M. Nduva Mull Secrétaire général Ministère des Transports et de l Infrastructure NAIROBI - 2 -

14 ANNEXE 2 DONNÉES DE BASE SUR LES PRÊTS EXISTANTS Description Projet d amélioration de la route Nairobi- Projet Éducation III Thika Emprunteur République du République du Kenya Kenya Numéro du prêt Numéro SAP P-KE-DB0-016 P-KE-IZA-001 Date d approbation par le Conseil 21 novembre décembre 2003 Montant du prêt (en millions d UC) 117,85 24,26 Date de fermeture actuelle 31 décembre juin 2013 Ratio de décaissement (%) 87,53 80,68 Solde disponible (en millions d UC) 14,69 3,13

15 ANNEXE 3 CONSTRUCTION DE L AÉROGARE DE L AÉROPORT JKIA CALENDRIER D EXÉCUTION Activité Sep Oct Nov Déc Jan Fév Mar Avr Mai Jun Sélection de l entrepreneur Signature du contrat Démarrage des travaux Exécution du contrat Achèvement des travaux Test et mise en service

MONITORING DE LA COMPÉTITIVITÉ DU TRANSPORT AÉRIEN SUISSE

MONITORING DE LA COMPÉTITIVITÉ DU TRANSPORT AÉRIEN SUISSE MONITORING DE LA COMPÉTITIVITÉ DU TRANSPORT AÉRIEN SUISSE 2015 Résumé Le niveau et la dynamique de développement du transport aérien suisse sont analysés et évalués dans le cadre d un vaste monitoring

Plus en détail

Conseil d administration 322 e session, Genève, 30 octobre-13 novembre 2014 GB.322/PFA/3

Conseil d administration 322 e session, Genève, 30 octobre-13 novembre 2014 GB.322/PFA/3 BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL Conseil d administration 322 e session, Genève, 30 octobre-13 novembre 2014 GB.322/PFA/3 Section du programme, du budget et de l administration Segment du programme, du

Plus en détail

FONDS AFRICAIN DE DEVELOPPEMENT

FONDS AFRICAIN DE DEVELOPPEMENT FONDS AFRICAIN DE DEVELOPPEMENT PROJET : AMENAGEMENT DE LA ROCADE DE NAIROBI IMPROVEMENT PAYS : KENYA RAPPORT D EVALUATION DE PROJET DEPARTEMENT OITC Octobre 2013 TABLE DES MATIÈRES ÉQUIVALENCES MONETAIRES...

Plus en détail

Conseil d administration 313 e session, Genève, 15-30 mars 2012 GB.313/PFA/3/2

Conseil d administration 313 e session, Genève, 15-30 mars 2012 GB.313/PFA/3/2 BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL Conseil d administration 313 e session, Genève, 15-30 mars 2012 GB.313/PFA/3/2 Section du programme, du budget et de l administration PFA Date: 26 mars 2012 Original: anglais

Plus en détail

NOUVEL AÉROPORT INTERNATIONAL BLAISE DIAGNE

NOUVEL AÉROPORT INTERNATIONAL BLAISE DIAGNE NOUVEL AÉROPORT INTERNATIONAL BLAISE DIAGNE Révision : 16/04/07 Impression : 16/04/07 NOUVEL AÉROPORT INTERNATIONAL BLAISE DIAGNE 2 JUSTIFICATION DU PROJET Le Sénégal a connu depuis la dévaluation de 1994

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE DE DELIVRANCE DU PERMIS D EXPLOITATION AERIENNE. Réf.- F-DSA-402-OPS-01

FORMULAIRE DE DEMANDE DE DELIVRANCE DU PERMIS D EXPLOITATION AERIENNE. Réf.- F-DSA-402-OPS-01 REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE MINISTERE DE L EQUIPEMENT ET DES TRANSPORTS AGENCE NATIONALE DE L AVIATION CIVILE FORMULAIRE DE DEMANDE DE DELIVRANCE DU PERMIS D EXPLOITATION AERIENNE Réf.- F-DSA-402-OPS-01

Plus en détail

PROJET TOSA INFORMATIONS GÉNÉRALES

PROJET TOSA INFORMATIONS GÉNÉRALES PROJET TOSA INFORMATIONS GÉNÉRALES 1 LE BUS DU FUTUR EST SUISSE Grande première suisse et même mondiale, TOSA est un bus articulé à batterie rechargeable pour la desserte des villes. L'énergie de propulsion

Plus en détail

3Nouvelles AVSEC BIENVENUE TABLE DES MATIÈRES AMÉLIORER LA SÛRETÉ DE L AVIATION CIVILE AFRICAINE

3Nouvelles AVSEC BIENVENUE TABLE DES MATIÈRES AMÉLIORER LA SÛRETÉ DE L AVIATION CIVILE AFRICAINE 3Nouvelles AVSEC Lettre BIENVENUE AMÉLIORER LA SÛRETÉ DE L AVIATION CIVILE AFRICAINE d information n 3 d IATA/AVSEC Global pour la sûreté de l aviation (AVSEC) - Octobre 2014 Voici le troisième numéro

Plus en détail

Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève

Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève CONSEIL EXÉCUTIF EB136/39 Cent trente-sixième session 12 décembre 2014 Point 13.2 de l ordre du jour provisoire Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève Rapport du Directeur

Plus en détail

La ventilation de la salle de gymnastique et des locaux vestiaires et sanitaires sera également assainie.

La ventilation de la salle de gymnastique et des locaux vestiaires et sanitaires sera également assainie. 2 plans d exécution a été adjugée au bureau LZ&A Architectes SA. Ce dernier a établi un devis général, effectué un relevé précis et préparé les plans pour les appels d offres. La mise à l enquête pour

Plus en détail

AFFRETEMENT D UN TRANSPORTEUR AERIEN PAR UN ORGANISATEUR DE VOYAGES

AFFRETEMENT D UN TRANSPORTEUR AERIEN PAR UN ORGANISATEUR DE VOYAGES AFFRETEMENT D UN TRANSPORTEUR AERIEN PAR UN ORGANISATEUR DE VOYAGES Ce document s adresse aux nouveaux arrivants dans le domaine de l affrètement et aux affréteurs occasionnels. Il a pour but de leur fournir

Plus en détail

RAPPORT 25/09/2013. Direction générale de l Aviation civile. Secrétariat général. Mission Plan d Administration Exemplaire - PAE

RAPPORT 25/09/2013. Direction générale de l Aviation civile. Secrétariat général. Mission Plan d Administration Exemplaire - PAE RAPPORT Direction générale de l Aviation civile Secrétariat général Mission Plan d Administration Exemplaire - PAE 25/09/2013 Historique du document : Version : Date : Commentaire : 1 22/02/2013 Rédaction

Plus en détail

CHARTE D ASSISTANCE AUX PERSONNES HANDICAPEES ET AUX PERSONNES A MOBILITE REDUITE SUR L AEROPORT DE NIMES

CHARTE D ASSISTANCE AUX PERSONNES HANDICAPEES ET AUX PERSONNES A MOBILITE REDUITE SUR L AEROPORT DE NIMES CHARTE D ASSISTANCE AUX PERSONNES HANDICAPEES ET AUX PERSONNES A MOBILITE REDUITE SUR L AEROPORT DE NIMES REGLEMENT N 1107/2006 Aéroport Nîmes Alès Camargue Cévennes 2013 1 TABLE DES MATIERES Pages A INTRODUCTION

Plus en détail

7. Analyse des coûts collectifs et bilan énergétique du projet

7. Analyse des coûts collectifs et bilan énergétique du projet 7. Analyse des coûts collectifs et bilan énergétique du projet 7.1. Méthodologie 7.1.1. Calcul des coûts socio-économiques L intérêt du projet de prolongement de la ligne T1 vers Val de Fontenay est évalué

Plus en détail

014 54es Journées d études et de formation IHF, Tous droits réservés - Toute reproduction même partielle est interdite. Aéroports de Paris :

014 54es Journées d études et de formation IHF, Tous droits réservés - Toute reproduction même partielle est interdite. Aéroports de Paris : Aéroports de Paris : Bernard CATHELAIN Directeur Général Adjoint Aménagement et Développement Juin 2014 Sommaire A. Présentation de l activité B. La diversité des projets C. L organisation de la maîtrise

Plus en détail

Incarner un aéroport différent, à taille humaine

Incarner un aéroport différent, à taille humaine Incarner un aéroport différent, à taille humaine Notre aéroport dispose d un des plus forts potentiels de développement en Europe. Notre ambition est d incarner un aéroport différent. A taille humaine.

Plus en détail

Pose de la passerelle de la future gare «Entzheim-Aéroport»

Pose de la passerelle de la future gare «Entzheim-Aéroport» DOSSIER DE PRESSE 24 juin 2008 Tram-train Strasbourg-Bruche-Piémont des Vosges Pose de la passerelle de la future gare «Entzheim-Aéroport» Strasbourg, le 24 juin 2008 Dossier de presse Tram-train Strasbourg-Bruche-Piémont

Plus en détail

Casablanca - Maroc Pour un système de Transport moderne

Casablanca - Maroc Pour un système de Transport moderne Casablanca - Maroc Pour un système de Transport moderne 1 GRANDE METROPOLE AFRICAINE Grands projets de développements Cité Financière Internationale. Hub Pour l Afrique 1 200 Km² avec 70 Km de littoral

Plus en détail

l utilisation opérationnelle des drones en Europe

l utilisation opérationnelle des drones en Europe Proposition de création de règles communes pour l utilisation opérationnelle des drones en Europe easa.europa.eu/drones septembre 2015 Proposition de création de règles communes pour l utilisation opérationnelle

Plus en détail

Entente administrative sur la certification de produits conclue entre. la Direction générale de Transports Canada, Aviation civile (TCAC)

Entente administrative sur la certification de produits conclue entre. la Direction générale de Transports Canada, Aviation civile (TCAC) Entente administrative sur la certification de produits conclue entre la Direction générale de Transports Canada, Aviation civile (TCAC) et l Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA) (ci-après

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE COORDONNATEUR DE LA PLATEFORME DE DIALOGUE DU SECTEUR DES TRANSPORTS

TERMES DE REFERENCE POUR LE COORDONNATEUR DE LA PLATEFORME DE DIALOGUE DU SECTEUR DES TRANSPORTS TERMES DE REFERENCE POUR LE COORDONNATEUR DE LA PLATEFORME DE DIALOGUE DU SECTEUR DES TRANSPORTS 1. INFORMATIONS GÉNÉRALES... 1 1.1. Pays bénéficiaire... 1 1.2. Autorité contractante... 1 2. CONTEXTE...

Plus en détail

Opération : 103/105 rue Raymond Losserand / 49 rue de Gergovie 75014. Réunion du 25 Novembre 2009

Opération : 103/105 rue Raymond Losserand / 49 rue de Gergovie 75014. Réunion du 25 Novembre 2009 Opération : 103/105 rue Raymond Losserand / 49 rue de Gergovie 75014 Réunion du 25 Novembre 2009 Opération : 103/105 rue Raymond Losserand / 49 rue de Gergovie 75014 1. Situation et contexte urbain 2.

Plus en détail

Promouvoir une énergie sûre, compétitive et durable en Europe

Promouvoir une énergie sûre, compétitive et durable en Europe Promouvoir une énergie sûre, compétitive et durable en Europe L une des priorités stratégiques de l Union européenne consiste à promouvoir une énergie sûre, compétitive et durable pour l Europe. La BEI

Plus en détail

II.6) Début prévisionnel des appels d offres et période contractuelle : 13.10.2014

II.6) Début prévisionnel des appels d offres et période contractuelle : 13.10.2014 Chapitre I : Pouvoir Adjudicateur Information Préliminaire Marché public I.1) Nom, adresses et personnes de contact : Nom Bundesamt für Bauwesen und Raumordnung Rue Deichmanns Aue 31-37 Code postal & lieu

Plus en détail

Organisation de l aviation civile internationale Bureau Afrique Occidentale et Centrale

Organisation de l aviation civile internationale Bureau Afrique Occidentale et Centrale AOP SG/11 - WP/9.1 Organisation de l aviation civile internationale Bureau Afrique Occidentale et Centrale Onzième réunion du Sous-groupe de planification opérationnelle d aérodromes (AOP SG/11) (Dakar,

Plus en détail

MEMORANDUM OBJET : EGYPTE PROJET DE DEVELOPPEMENT DE L AEROPORT DE CHARM EL-CHEIKH *

MEMORANDUM OBJET : EGYPTE PROJET DE DEVELOPPEMENT DE L AEROPORT DE CHARM EL-CHEIKH * BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT Date probable de présentation au Conseil 15 avril 2015 ADB/BD/WP/2015/37 3 avril 2015 Préparé par : OITC Original : Anglais POUR EXAMEN MEMORANDUM AU : CONSEIL D ADMINISTRATION

Plus en détail

FONDATION D ENTREPRISE LISEA CARBONE

FONDATION D ENTREPRISE LISEA CARBONE FONDATION D ENTREPRISE LISEA CARBONE REGLEMENT D APPEL A PROJETS - 1 ère EDITION 2013 - «AMELIORATION DE LA PERFORMANCE ENERGETIQUE DU PATRIMOINE BATI» OUVERTURE DE L APPEL A PROJETS : 1 er juillet 2013

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2014 DE SNCF

RÉSULTATS ANNUELS 2014 DE SNCF COMMUNIQUÉ PARIS, LE 12 FEVRIER 2015 RÉSULTATS ANNUELS 2014 DE SNCF Préambule : le présent communiqué s inscrit dans le contexte de la mise en œuvre de la Loi du 4 août 2014 portant réforme ferroviaire

Plus en détail

Mémoire technique Aide à la rédaction

Mémoire technique Aide à la rédaction Mémoire technique Aide à la rédaction Pour apprécier la valeur technique de l offre, le maître d ouvrage peut exiger des candidats la fourniture d un mémoire technique. Deux cas de figure s offrent alors

Plus en détail

CONSEIL SIMULATION SPÉCIALE DU CONSEIL

CONSEIL SIMULATION SPÉCIALE DU CONSEIL Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL C-WP/Simulation 5/12/14 CONSEIL SIMULATION SPÉCIALE DU CONSEIL DÉFIS RELATIFS AUX PRÉVISIONS DE PÉNURIE DE PERSONNEL AÉRONAUTIQUE QUALIFIÉ

Plus en détail

états FINANCIERS ARRêTéS AU 31 DéCEMBRE 2013

états FINANCIERS ARRêTéS AU 31 DéCEMBRE 2013 états FINANCIERS ARRêTéS AU 31 DéCEMBRE 2013 SOCIETE DE GESTION DES PARTICIPATIONS DE L ETAT TOURISME & HOTELLERIE ENTREPRISE DE GESTION HOTELIERE CHAINE EL AURASSI SOCIETE PAR ACTIONS AU CAPITAL DE 1.500.000.000

Plus en détail

Western Climate Initiative, inc. Budget révisé pour l année civile 2015 et dépenses prévues en 2016 6 mai 2015

Western Climate Initiative, inc. Budget révisé pour l année civile 2015 et dépenses prévues en 2016 6 mai 2015 Western Climate Initiative, inc. Budget révisé pour l année civile 2015 et dépenses prévues en 2016 6 mai 2015 Table des matières Introduction... 1 Services de plafonnement et d échange... 2 Système de

Plus en détail

Annexe - document CA 118/9. Termes de référence. Audit fonctionnel et organisationnel de l OTIF

Annexe - document CA 118/9. Termes de référence. Audit fonctionnel et organisationnel de l OTIF Annexe - document CA 118/9 Termes de référence Audit fonctionnel et organisationnel de l OTIF Index 1 Description de l organisation... 3 2 Contexte de la mission... 4 3 Objet de la mission... 4 3.1 Objectif

Plus en détail

Manuel des Politiques du Programme de Garanties Partielles du Risque de Crédit (post-séisme)

Manuel des Politiques du Programme de Garanties Partielles du Risque de Crédit (post-séisme) 1 Manuel des Politiques du Programme de Garanties Partielles du Risque de Crédit (post-séisme) Novembre 2010 2 Table des matières Introduction... 3 Politique générale de garantie de crédit... 5 Les grandes

Plus en détail

QUESTIONNAIRE «R.C. GESTIONNAIRE D AERODROME»

QUESTIONNAIRE «R.C. GESTIONNAIRE D AERODROME» QUESTIONNAIRE «R.C. GESTIONNAIRE D AERODROME» RENSEIGNEMENTS GENERAUX : Le proposant : Nom, Prénom ou Raison Sociale :... Adresse :... Code Postal :... Localité :... Adresse email:... Téléphone :... N

Plus en détail

SWISS limite les pertes à 200 millions de CHF au premier trimestre

SWISS limite les pertes à 200 millions de CHF au premier trimestre Communiqué de presse 27 mai 2003 SWISS limite les pertes à 200 millions de CHF au premier trimestre La compagnie aérienne SWISS a réalisé un chiffre d affaires de 1 044 milliards de francs suisses au cours

Plus en détail

Rapport d évaluation EMPREINTE CARBONE COMPARATIVE D UNE SOLUTION CONSTRUCTIVE BOIS + + + + + COMMANDITAIRE : SYBOIS Groupe Millet Industrie

Rapport d évaluation EMPREINTE CARBONE COMPARATIVE D UNE SOLUTION CONSTRUCTIVE BOIS + + + + + COMMANDITAIRE : SYBOIS Groupe Millet Industrie EMPREINTE CARBONE COMPARATIVE D UNE SOLUTION CONSTRUCTIVE BOIS Rapport d évaluation + + + + + ACV et Evaluation environnementale Outils logiciels R&D Transfert de compétences Eco-conception Eco-communication

Plus en détail

1 Informations générales

1 Informations générales PAMEC-CEEAC Programme d Appui aux Mécanismes de Coordination et au renforcement des capacités de la CEEAC pour la mise en œuvre et le suivi du PIR Communauté Economique des Etats de l Afrique Centrale

Plus en détail

COMMANDE REF ADMIN-CS-540-CDD

COMMANDE REF ADMIN-CS-540-CDD Pôle de compétitivité mondial Aéronautique, Espace, Systèmes embarqués COMMANDE REF ADMIN-CS-540-CDD Objet : Prestation d assistance dans le cadre de l action collective AEROLEAN K portée par le pôle de

Plus en détail

S engager à agir pour le développement durable dans une période de changement

S engager à agir pour le développement durable dans une période de changement Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 13 avril 2015 Français Original: anglais E/ECE/1471/Rev.1 Commission économique pour l Europe Soixante-sixième session Genève, 14-16 avril 2015

Plus en détail

Plan de travail du Bureau de l audit et de la surveillance du FIDA pour 2011

Plan de travail du Bureau de l audit et de la surveillance du FIDA pour 2011 Cote du document: EB 2010/101/R.41 Point de l'ordre du jour: 17 b) Date: 9 novembre 2010 Distribution: Publique Original: Anglais F Plan de travail du Bureau de l audit et de la surveillance du FIDA pour

Plus en détail

Invitation à soumissionner n PTD/10/056. Annexe I Cahier des charges

Invitation à soumissionner n PTD/10/056. Annexe I Cahier des charges Invitation à soumissionner n PTD/10/056 Annexe I Cahier des charges Sommaire : I II III IV Introduction générale Descriptif des bâtiments à libérer (P&G et CAM) Descriptif du bâtiment à occuper (Nouveau

Plus en détail

Planifier la trésorerie

Planifier la trésorerie Planifier la trésorerie SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Prévision de la trésorerie Gestion de la trésorerie SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Planifier les flux de trésorerie Situation L argent file et on se

Plus en détail

PLUS QU UNE GARE, UN NOUVEAU MODE DE VILLE GRAND PÔLE INTERMODAL JUVISY 2020. EXE_PLAQUETTE_INSTITUTIONNELLE_A4_2015.indd 1 28/01/15 16:59

PLUS QU UNE GARE, UN NOUVEAU MODE DE VILLE GRAND PÔLE INTERMODAL JUVISY 2020. EXE_PLAQUETTE_INSTITUTIONNELLE_A4_2015.indd 1 28/01/15 16:59 PLUS QU UNE GARE, UN NOUVEAU MODE DE VILLE GRAND PÔLE INTERMODAL JUVISY 2020 EXE_PLAQUETTE_INSTITUTIONNELLE_A4_2015.indd 1 28/01/15 16:59 EXE_PLAQUETTE_INSTITUTIONNELLE_A4_2015.indd 2 28/01/15 16:59 SOMMAIRE

Plus en détail

Inauguration du nouvel Atelier Central des CFL 11.05.2015

Inauguration du nouvel Atelier Central des CFL 11.05.2015 Inauguration du nouvel Atelier Central des CFL 11.05.2015 Pourquoi un nouvel Atelier Central? Le nouvel Atelier remplace les 2 sites actuels Atelier Nord Rocade de Bonnevoie (Gare de Luxembourg) Atelier

Plus en détail

La Réforme des Chemins de Fer: Manuel pour l Amélioration Etude de Cas : de la Performance du Secteur ferroviaire. Etude de Cas.

La Réforme des Chemins de Fer: Manuel pour l Amélioration Etude de Cas : de la Performance du Secteur ferroviaire. Etude de Cas. Etude de Cas 1 La Situation Avant la Réforme Les chemins de fer marocains ont été construits dans les années 20 et exploités par trois sociétés de concession privées sous contrôle étranger. En 1963, le

Plus en détail

Dossier de presse. /p.1. Contacts presse Elodie Billard T. 04 26 68 57 38-06 74 35 39 61 billard@sytral.fr

Dossier de presse. /p.1. Contacts presse Elodie Billard T. 04 26 68 57 38-06 74 35 39 61 billard@sytral.fr PROLONGEMENT DE LA LIGNE T2 JUSQU A EUREXPO Dossier de presse /p.1 Contacts presse Elodie Billard T. 04 26 68 57 38-06 74 35 39 61 billard@sytral.fr Roland Sabbagh T. 04 72 84 58 63 sabbagh@sytral.fr Sommaire

Plus en détail

Technique et gestion du bâtiment. Technique énergétique et technologie du trafic. Et tous les services s y rapportant.

Technique et gestion du bâtiment. Technique énergétique et technologie du trafic. Et tous les services s y rapportant. Technique et gestion du bâtiment. Technique énergétique et technologie du trafic. Et tous les services s y rapportant. Nous possédons l expérience et les compétences nécessaires pour offrir à nos clients

Plus en détail

Les Perspectives Énergétiques à l horizon 2040

Les Perspectives Énergétiques à l horizon 2040 The Outlook for Energy: A View to 24 highlights Les Perspectives Énergétiques à l horizon 24 ExxonMobil vous présente dans ses Perspectives Énergétiques sa vision à long terme de notre avenir énergétique.

Plus en détail

Copropriétés des économies à tous les étages

Copropriétés des économies à tous les étages Copropriétés des économies à tous les étages Gaël BOGOTTO EIE Marseille Provence Programme Introduction Les avancés du Grenelle II de l Environnement Les économies d énergie en copropriété Solutions Démarche

Plus en détail

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Depuis la création de Syngenta en 2000, nous avons accordé la plus haute importance à la santé, à la sécurité et à l environnement (SSE) ainsi qu

Plus en détail

3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET

3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET 3. L ÉLECTRIFICATION DES TRANSPORTS ET L ENVIRONNEMENT 3.1 Contexte et tendances L atteinte de l indépendance énergétique est une priorité gouvernementale. Cet objectif sera appuyé par plusieurs politiques,

Plus en détail

Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments

Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments Fonds structurels 2014-2020 Guide pratique Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments Vous définissez à l heure actuelle les Programmes opérationnels

Plus en détail

1.1. Introduction... 9 1.2. Un siècle de transport aérien au Brésil... 9. 1.3. Le transport aérien au Brésil... 13

1.1. Introduction... 9 1.2. Un siècle de transport aérien au Brésil... 9. 1.3. Le transport aérien au Brésil... 13 6 SOMMAIRE 1. PANORAMA...9 1.1. Introduction... 9 1.2. Un siècle de transport aérien au Brésil... 9 1.2.1. Les pionniers...9 1.2.2. La période militaire...10 1.2.3. Le retour au libéralisme....10 1.2.4.

Plus en détail

LISTE DES MARCHES PUBLICS CONCLUS EN 2013 (Article 133 du Code des marchés publics) TRAVAUX

LISTE DES MARCHES PUBLICS CONCLUS EN 2013 (Article 133 du Code des marchés publics) TRAVAUX LISTE DES MARCHES PUBLICS CONCLUS EN 2013 (Article 133 du Code des marchés publics) TRAVAUX MARCHES DE 20 000 A 89 999 EUROS HT 1 TRAVAUX DE MISE EN CONFORMITE DE 2 ETAGES DU CWTC (RELANCE) LOT 5 FAUX-PLAFONDS

Plus en détail

------------------------------------ PLAN D'ACTIONS DE L OACI POUR LA RÉPUBLIQUE DU BENIN

------------------------------------ PLAN D'ACTIONS DE L OACI POUR LA RÉPUBLIQUE DU BENIN Organisation de l Aviation Civile Internationale, Bureau Afrique Occidentale et Centrale ------------------------------------ PLAN D'ACTIONS DE L OACI POUR LA RÉPUBLIQUE DU BENIN 1 Historique 1.1 Dans

Plus en détail

et la promotion de l action en faveur du climat

et la promotion de l action en faveur du climat La Banque européenne d investissement et la promotion de l action en faveur du climat Les changements climatiques constituent l une des principales menaces d un point de vue environnemental, social et

Plus en détail

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO La BCEAO dispose dans chaque Etat membre de l UEMOA, d une agence nationale et des agences auxiliaires. L agence nationale du Niger comprend trois représentations

Plus en détail

Rapport périodique sur la mise en œuvre du Plan directeur d investissement

Rapport périodique sur la mise en œuvre du Plan directeur d investissement - 11 - Annexe C C: PLAN DIRECTEUR D INVESTISSEMENT Rapport périodique sur la mise en œuvre du Plan directeur d investissement Introduction 1. Le présent document résume les activités et les projets relatifs

Plus en détail

SOMMAIRE DU RAPPORT ANNUEL 2013 DU VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL

SOMMAIRE DU RAPPORT ANNUEL 2013 DU VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL SOMMAIRE DU RAPPORT ANNUEL 2013 DU VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL Avertissement : LE PRÉSENT DOCUMENT CONSTITUE UN CONDENSÉ DU RAPPORT ANNUEL DU VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL. VOUS ÊTES INVITÉ À CONSULTER LA VERSION INTÉGRALE

Plus en détail

Norme ISA 620, Utilisation par l auditeur des travaux d un expert de son choix

Norme ISA 620, Utilisation par l auditeur des travaux d un expert de son choix IFAC Board Prise de position définitive 2009 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 620, Utilisation par l auditeur des travaux d un expert de son choix Le présent document a été élaboré et approuvé

Plus en détail

Loi n 0005/2008 du 11 juillet 2008 portant création, organisation et fonctionnement de l Agence Nationale de l Aviation civile

Loi n 0005/2008 du 11 juillet 2008 portant création, organisation et fonctionnement de l Agence Nationale de l Aviation civile - 1 - Loi n 0005/2008 du 11 juillet 2008 portant création, organisation et fonctionnement de l Agence Nationale de l Aviation civile L Assemblée nationale et le Sénat ont délibéré et adopté Le Président

Plus en détail

La Banque européenne d investissement. en Afrique, dans les Caraïbes et le Pacifique ainsi que dans les pays et territoires d outre-mer

La Banque européenne d investissement. en Afrique, dans les Caraïbes et le Pacifique ainsi que dans les pays et territoires d outre-mer La Banque européenne d investissement en Afrique, dans les Caraïbes et le Pacifique ainsi que dans les pays et territoires d outre-mer La banque de l UE La Banque européenne d investissement, la banque

Plus en détail

SOCIÉTÉ DU PARC JEAN-DRAPEAU ÉTATS FINANCIERS

SOCIÉTÉ DU PARC JEAN-DRAPEAU ÉTATS FINANCIERS ÉTATS FINANCIERS AU 31 DÉCEMBRE 2013 ÉTATS FINANCIERS TABLE DES MATIÈRES RAPPORT DE L AUDITEUR INDÉPENDANT 3 et 4 ÉTATS FINANCIERS État de la situation financière 5 État des résultats 6 État de la variation

Plus en détail

Loi de finances pour 2015 Aides à la rénovation énergétique des bâtiments

Loi de finances pour 2015 Aides à la rénovation énergétique des bâtiments Janvier 2015 Loi de finances pour 2015 Aides à la rénovation énergétique des bâtiments (CITE, TVA à taux réduit, Eco-PTZ) INTRODUCTION La loi de finances pour 2015 introduit un certain nombre de mesures

Plus en détail

D 4.5 : MONITORING AND EVALUATION REPORT FOR MOUNTEE PILOTS

D 4.5 : MONITORING AND EVALUATION REPORT FOR MOUNTEE PILOTS mountee: Energy efficient and sustainable building in European municipalities in mountain regions IEE/11/007/SI2.615937 D 4.5 : MONITORING AND EVALUATION REPORT FOR MOUNTEE PILOTS Nom du projet-pilote

Plus en détail

guide du copropriétaire

guide du copropriétaire guide du copropriétaire 2 sommaire 6 Comment fonctionne la copropriété? 3 Edito 11 Vous êtes copropriétaires, vous devez... 14 Lexique 4 Qu est-ce que la copropriété? 12 Foire aux questions 10 La vie de

Plus en détail

GUIDE POUR L'ELABORATION DES PROPOSITIONS DE PROJET

GUIDE POUR L'ELABORATION DES PROPOSITIONS DE PROJET GUIDE POUR L'ELABORATION DES PROPOSITIONS DE PROJET INTRODUCTION L'objectif principal de SHELTER-AFRIQUE est la promotion de l'habitat en Afrique. Dans le but d'atteindre cet objectif, la Société travaille

Plus en détail

La STIB. Sur les rails du développement durable. www.stib.be Société des Transports Intercommunaux de Bruxelles

La STIB. Sur les rails du développement durable. www.stib.be Société des Transports Intercommunaux de Bruxelles La STIB Sur les rails du développement durable www.stib.be Société des Transports Intercommunaux de Bruxelles Le développement durable occupe une place prépondérante dans le domaine des transports publics.

Plus en détail

Formation Agent d'escale en Aéroport

Formation Agent d'escale en Aéroport Formation Agent d'escale en Aéroport Métiers de l'aéroport ESMA AVIATION ACADEMY Aéroport Montpellier Méditerranée CS 10005 34137 MAUGUIO Cedex France Tél. +33 (0) 4 67 13 75 00 Fax. +33 (0) 4 67 13 75

Plus en détail

La dynamique de l économie verte. Les impacts en termes de métiers, de formations,

La dynamique de l économie verte. Les impacts en termes de métiers, de formations, DE : Hervé BALEN LE janvier 2014 Troisième Révolution Industrielle La dynamique de l économie verte. Ateliers prospectifs de l emploi 16 janvier 2014 Les impacts en termes de métiers, de formations, Ne

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. Restreinte UNEP/OzL.Pro/ExCom/40/5 19 juin 2003 FRANÇAIS ORIGINAL: ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

Se raccorder à un réseau de chaleur

Se raccorder à un réseau de chaleur L habitat COMPRENDRE Se raccorder à un réseau de chaleur Le chauffage urbain peut-il être un moyen de diminuer la facture énergétique? Édition : décembre 2013 Pourquoi pas le raccordement À UN RÉSEAU DE

Plus en détail

Perspectives et stratégies sur le transport aérien

Perspectives et stratégies sur le transport aérien Perspectives et stratégies sur le transport aérien Présenté par Ravoniharoson Voahangy, Directeur des affaires juridiques et économiques de l Aviation civile de Madagascar Commission de l Océan Indien

Plus en détail

Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012

Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012 Actualisation de la formation spécifique de coordonnateur SPS suivant l arrêté du 26 décembre 2012 Tout coordonnateur SPS titulaire d une attestation de formation initiale. La réglementation : - les nouveaux

Plus en détail

Appuis de l ADEME à la Transition Energétique dans les Transports

Appuis de l ADEME à la Transition Energétique dans les Transports Appuis de l ADEME à la Transition Energétique dans les Transports Jérôme CICILE Transports, Mobilité, Qualité de l Air ADEME Direction Régionale PACA ORT- Avril 2015 De l évaluation des filières énergétique

Plus en détail

REMPLACEMENT DE DEUX TABLIERS MÉTALLIQUES

REMPLACEMENT DE DEUX TABLIERS MÉTALLIQUES PROGRAMME FIABILITÉ ÎLE-DE-FRANCE 2014-2020 LES PRINCIPAUX CHANTIERS DE L ÉTÉ 2014 REMPLACEMENT DE DEUX TABLIERS MÉTALLIQUES AU-DESSUS DU CANAL SAINT-DENIS LIGNE H REMPLACEMENT DE DEUX TABLIERS MÉTALLIQUES

Plus en détail

APPEL à MANIFESTATIONS D INTERET (AMI) INVESTISSEMENTS D AVENIR EDITION 2010

APPEL à MANIFESTATIONS D INTERET (AMI) INVESTISSEMENTS D AVENIR EDITION 2010 Direction des Investissements d Avenir Direction Villes et Territoires Durables Service Bâtiment Direction Recherche et Prospective Service Recherche et Technologies avancées APPEL à MANIFESTATIONS D INTERET

Plus en détail

APRES AVOIR EXPOSE CE QUI SUIT

APRES AVOIR EXPOSE CE QUI SUIT CONVENTION ENTRE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA REGION DE NOZAY ET LA SELA POUR LA GESTION DE LA COPROPRIETE DU BATIMENT SITUE TERRASSES DE LA CHESNAIE 44170 NOZAY 1 /7 ENTRE LES SOUSSIGNEES : La Communauté

Plus en détail

République de Guinée. Ministère de l Economie et des Finances. Unité de Coordination et d Exécution des Projets

République de Guinée. Ministère de l Economie et des Finances. Unité de Coordination et d Exécution des Projets République de Guinée Ministère de l Economie et des Finances Unité de Coordination et d Exécution des Projets PROJET D APPUI AU RENFORCEMENT DES CAPACITES DE GESTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE (PARCGEF)

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT d un(e) ASSISTANT ADMINISTRATIF CONTRATS-FINANCES-MARCHES (AACFM) auprès du RAF ECOFAC V du RAPAC

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT d un(e) ASSISTANT ADMINISTRATIF CONTRATS-FINANCES-MARCHES (AACFM) auprès du RAF ECOFAC V du RAPAC TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT d un(e) ASSISTANT ADMINISTRATIF CONTRATS-FINANCES-MARCHES (AACFM) auprès du RAF ECOFAC V du RAPAC Autorité hiérarchique : Secrétaire Exécutif du RAPAC (SE), Expert-Responsable

Plus en détail

Formulaire de déclaration du risque Assurance Responsabilité Civile Exploitant et/ou Gestionnaire d'aérodrome

Formulaire de déclaration du risque Assurance Responsabilité Civile Exploitant et/ou Gestionnaire d'aérodrome Assurances DECOTTIGNIES 22 rue du Général Leclerc 02600 VILLERS COTTERETS Tél : 03 23 55 10 22 Fax : 03 51 08 11 45 Email : assurances.decottignies@gmail.com Site web : http://www.assurance-decottignies.fr/

Plus en détail

la climatisation automobile

la climatisation automobile Un équipement en question : la climatisation automobile LES TRANSPORTS la climatisation en question La climatisation automobile, grand luxe il y a encore peu de temps, devient presque banale pour tous

Plus en détail

LYCEE LEONARD DE VINCI A SAINT- GERMAIN-EN-LAYE (78)

LYCEE LEONARD DE VINCI A SAINT- GERMAIN-EN-LAYE (78) Rapport pour la commission permanente du conseil régional NOVEMBRE 2014 Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france LYCEE LEONARD DE VINCI A SAINT- GERMAIN-EN-LAYE (78)

Plus en détail

Aperçu général de la nouvelle JICA

Aperçu général de la nouvelle JICA Aperçu général de la nouvelle JICA 1 Naissance de la nouvelle JICA : La plus grande agence de coopération bilatérale du monde L Agence Japonaise de Coopération Internationale (JICA) va renaître le 1er

Plus en détail

Annexe VI au Protocole au Traité sur l Antarctique relatif à la protection de l environnement

Annexe VI au Protocole au Traité sur l Antarctique relatif à la protection de l environnement MESURE 1 - ANNEXE Annexe VI au Protocole au Traité sur l Antarctique relatif à la protection de l environnement Responsabilité découlant de situations critiques pour l environnement Les Parties, Préambule

Plus en détail

Pose de la première pierre ADMINISTRATION DE LA NATURE ET DES FORETS A DIEKIRCH

Pose de la première pierre ADMINISTRATION DE LA NATURE ET DES FORETS A DIEKIRCH Pose de la première pierre ADMINISTRATION DE LA NATURE ET DES FORETS A DIEKIRCH DOSSIER DE PRESSE 4 décembre 2012 Historique Mars 2000 : Acquisition de l ancien Hôtel du Midi (83-85, avenue de la Gare)

Plus en détail

Opération. de l Habitat

Opération. de l Habitat Communauté de Communes du Pays d Azay-le-Rideau Opération Programmée d Amélioration de l Habitat Etude pré opérationnelle Opération Mission de suivi et Locale d animation pour un programme d intérêt d

Plus en détail

A- CLASSEMENT DE L ETABLISSEMENT Il s agit d un établissement de Type U «Etablissement de soins sans hébergement»

A- CLASSEMENT DE L ETABLISSEMENT Il s agit d un établissement de Type U «Etablissement de soins sans hébergement» MAITRE D OUVRAGE COMMUNAUTE DE COMMUNES DES PLAINES ET VALLEES DUNOISES Mairie de Donnemain Saint Mamès 28200 Donnemain Saint Mamès Objet : Permis de construire «POLE SANTE D EQUILIBRE» Construction d

Plus en détail

Le nouvel Atelier Central

Le nouvel Atelier Central Luxembourg, le 11 mai 2015 Le nouvel Atelier Central Sa raison d être Pour les CFL, les dernières années étaient surtout marquées par le renouvellement de la majeure partie de notre parc de matériel roulant.

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social E/ECE/1478/Rev.1 Distr. générale 13 avril 2015 Français Original: anglais, français, russe Commission économique pour l Europe Soixante-sixième session Genève,

Plus en détail

Guide de garantie des investissements

Guide de garantie des investissements Guide de garantie des investissements Agence multilatérale de garantie des investissements Groupe de la Banque mondiale La MIGA: des atouts uniques au service de ses clients L Agence multilatérale de garantie

Plus en détail

PRÉAVIS N 53 AU CONSEIL COMMUNAL

PRÉAVIS N 53 AU CONSEIL COMMUNAL PRÉAVIS N 53 AU CONSEIL COMMUNAL Patrimoine immobilier communal Demande d un crédit de CHF 892 000.- TTC pour l établissement d une expertise technique systématique Délégué municipal : M. Claude Uldry

Plus en détail

RESTRUCTURATION DU SERVICE DE RESTAURATION

RESTRUCTURATION DU SERVICE DE RESTAURATION CP 12-742 Rapport pour la commission permanente du conseil régional NOVEMBRE 2012 Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france LYCEE COLBERT A LA CELLE

Plus en détail

Répondre aux nouveaux enjeux de la filière automobile française. Dossier de presse

Répondre aux nouveaux enjeux de la filière automobile française. Dossier de presse Répondre aux nouveaux enjeux de la filière automobile française Dossier de presse Octobre 2014 Après de trop longues années de crise, un léger vent d optimisme souffle enfin sur notre industrie automobile.

Plus en détail

Un plan de mobilité pour votre entreprise

Un plan de mobilité pour votre entreprise Un plan de mobilité pour votre entreprise Observatoire Universitaire de la Mobilité (OUM) - UNIGE tél. +41 22 379 83 35 fax. +41 22 379 89 58 U n e o c c a s i o n d e r e p e n s e r l a m o b i l i t

Plus en détail

O. PREAMBULE TECHNOLOGIES ET ECONOMIE VERTES

O. PREAMBULE TECHNOLOGIES ET ECONOMIE VERTES O. PREAMBULE TECHNOLOGIES ET ECONOMIE VERTES 1. Energies renouvelables et accès à l énergie : les modes de consommation et de production d aujourd hui et de demain. Innovations: éolien, hydroélectricité,

Plus en détail

La cartographie des 4 programmes de recherche

La cartographie des 4 programmes de recherche 1 La cartographie des 4 programmes de recherche Première étape des séances de think tank créativité du pôle «identification des thèmes de recherche» visant à structurer les 4 programmes de recherche, ce

Plus en détail

EPLEFPA "LES SARDIERES" 79 AVENUE DE JASSERON 01 000 BOURG EN BRESSE Tel : 04.74.45.50.80

EPLEFPA LES SARDIERES 79 AVENUE DE JASSERON 01 000 BOURG EN BRESSE Tel : 04.74.45.50.80 Maître d'ouvrage : EPLEFPA "LES SARDIERES" 79 AVENUE DE JASSERON 01 000 BOURG EN BRESSE Tel : 04.74.45.50.80 Objet : Récupération des eaux pluviales pour le jardin partagé des Sardières CAHIER DES CHARGES

Plus en détail

En vigueur le 1 er juillet 2012. Frais d utilisation des services financiers pour les entreprises

En vigueur le 1 er juillet 2012. Frais d utilisation des services financiers pour les entreprises En vigueur le 1 er juillet 2012 Frais d utilisation des services financiers pour les entreprises TABLE DES MATIÈRES Tarification à la pièce 2 Opérations courantes (comptes et forfaits) Services complémentaires

Plus en détail