FONDS AFRICAIN DE DEVELOPPEMENT PROJET DE CONSTRUCTION D URGENCE D UNE AEROGARE PROVISOIRE A L AEROPORT INTERNATIONAL JOMO KENYATTA

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "FONDS AFRICAIN DE DEVELOPPEMENT PROJET DE CONSTRUCTION D URGENCE D UNE AEROGARE PROVISOIRE A L AEROPORT INTERNATIONAL JOMO KENYATTA"

Transcription

1 FONDS AFRICAIN DE DEVELOPPEMENT PROJET : PROJET DE CONSTRUCTION D URGENCE D UNE AEROGARE PROVISOIRE A L AEROPORT INTERNATIONAL JOMO KENYATTA PAYS : KENYA DEPARTEMENTS OITC/EARC Octobre 2013 Document traduit

2 1. INTRODUCTION 1.1 Par la présente, la Direction soumet au Conseil d administration une demande du Gouvernement du Kenya relative à l utilisation des économies de coûts d un montant de 17,82 millions d UC, dont 14,69 millions d UC représentent le reliquat du Projet d amélioration de la route Nairobi-Thika, approuvé par les Conseils en novembre 2007, et 3,13 millions d UC le reliquat du Projet Éducation III, approuvé par le Conseil en décembre La demande du Gouvernement du Kenya et les informations de base sur les deux projets sont présentées à l annexe 1 et à l annexe 2, respectivement. L exécution de ces projets s est achevée conformément aux prévisions. Les reliquats serviront à financer les travaux de construction d une aérogare provisoire à l Aéroport international Jomo Kenyatta (JKIA), dans le cadre des mesures de redressement d urgence prises par le Gouvernement du Kenya, à la suite des dégâts causés par l incendie survenu dans cet aéroport le 7 août Le JKIA a été construit en 1978 pour une capacité nominale de 2,5 millions de passagers par an. C est l installation aéronautique la plus importante et l aéroport le plus fréquenté non seulement au Kenya, mais aussi dans la région de l Afrique de l Est. Le JKIA accueille actuellement plus de 6 millions de passagers et environ tonnes de fret par an. Il est le point de départ de vols réguliers à destination de plus de 50 pays. Le transport aérien occupe une place de plus en plus importante dans l économie kenyane, dans la mesure où il soutient l industrie du tourisme et facilite l accès aux marchés mondiaux des fleurs fraîches et des produits horticoles. 1.3 Le JKIA compte trois unités de départ (unités 1, 2 et 3) et le hall des arrivées. Les installations de traitement du hall des arrivées ont été entièrement détruites, et le hall lui-même est à l abandon depuis l incendie du 7 août De même, les zones de départ des unités 1 et 2 ne sont que partiellement opérationnelles. L unité 3, qui assurait auparavant le traitement des opérations des vols intérieurs, gère provisoirement à présent les vols internationaux, avec beaucoup de difficultés sur les plans de la logistique et des capacités. 1.4 Afin de faciliter les opérations au JKIA, plusieurs tentes ont été dressées sur le tarmac même pour les opérations de départ et d arrivée des vols internationaux. Pour les vols intérieurs, les opérations sont assurées au terminal fret. Le nouveau parking est devenu le hall des arrivées et ne peut donc plus être utilisé comme aux fins initialement prévues. Il devient ainsi de plus en plus difficile de trouver une place pour garer un véhicule. 1.5 Pour améliorer la situation qui prévaut actuellement au JKIA, y compris le démantèlement des tentes dressées sur le tarmac et la réouverture du parking pour les véhicules, les propositions suivantes ont été formulées : la construction d installations d arrivée en face du parking, l aménagement d une salle d embarquement avec transfert par bus à la porte 4, la construction d une salle de transit et d une salon d attente au-dessus de l unité 3, et la construction d une aérogare provisoire. 2. LE TRANSPORT AÉRIEN AU KENYA Le sous-secteur du transport aérien 2.1 L objectif du sous-secteur du transport aérien au Kenya est de faciliter la fluidité de la connectivité, par la fourniture d installations et de services aéroportuaires efficients et efficaces, qui soient durables sur le plan environnemental et qui dépassent les attentes des parties prenantes.

3 2.2 Au Kenya, le sous-secteur du transport aérien est géré par les entités suivantes : l Autorité des aéroports du Kenya (KAA), qui fournit les installations et les services aéronautiques ; l Autorité de l aviation civile du Kenya, qui est chargée de la réglementation du sous-secteur et des services de la navigation aérienne ; et la Direction des transports du Ministère des Transports et de l Infrastructure, à qui incombe la responsabilité des politiques et de la tarification. 2.3 Le sous-secteur du transport aérien facilite la commercialisation des produits frais, des marchandises générales et des cargaisons sèches, ainsi que le tourisme et les voyages d affaires, les opérations humanitaires et de sécurité, l emploi, les sports et l accès au monde entier. Ce soussecteur joue donc un important rôle de principal catalyseur de la Vision du Kenya à l horizon 2030, dans le cadre de la promotion du développement économique du Kenya. 2.4 La KAA est une société créée en 1991 par une loi du parlement qui lui assigne la mission de fournir et de gérer l infrastructure, les installations et les services aéronautiques. Elle gère le JKIA et neuf autres aéroports au Kenya. Au nombre des fonctions spécifiques assumées par la KAA figurent l administration, le contrôle et la gestion des aérodromes ; la fourniture et l entretien des installations indispensables à l exploitation efficiente des aéronefs ; la construction, l exploitation et l entretien des aérodromes et les autres activités connexes ; et la fourniture d autres commodités ou installations aux passagers et autres personnes utilisant ses installations ou services. 2.5 Le JKIA dessert actuellement plus de six (6) millions de passagers par an, contre une capacité nominale de 2,5 millions. La capacité des pistes, qui est de mouvements d aéronefs par an, est opérationnelle à 83 %, d où la nécessité et l urgence de l amélioration et de l extension de l aérogare et des installations aéroportuaires. Il est également nécessaire de construire une deuxième piste à même d accueillir les avions de la nouvelle génération. Programme d extension du JKIA 2.6 En 2006, la KAA a lancé les travaux d extension des installations aéroportuaires du JKIA, qui comprenaient les lots suivants: le lot 1 portant sur la construction d aires de stationnement supplémentaires pour les aéronefs, dont les travaux se sont achevés en avril 2008 ; le lot 2 relatif à la construction de l unité 4 de l aérogare, dont les travaux doivent s achever en décembre 2014, avec un parking à étages pour les voitures, dont l achèvement des travaux de construction est prévu en mars 2014 ; le lot 3 portant sur la rénovation et la restructuration des unités 1, 2 et 3 existantes de l aérogare, avec leurs halls des arrivées, dont les travaux doivent démarrer en novembre 2014 pour une durée de trois ans ; le lot 4a relatif à la construction de 16 aires de stationnement supplémentaires et à la réhabilitation de la piste existante. Les travaux de construction des aires de stationnement devraient s achever en novembre 2013, tandis que les travaux de rénovation de la piste devraient commencer en mars 2014 et prendre 30 mois. L exécution de ces lots devrait permettre de porter la capacité du JKIA de 2,5 millions à 10 millions de passagers par an d ici Selon les prévisions du plan directeur, finalisées en février 2011, la demande annuelle au JKIA devrait passer à 10 millions de passagers d ici 2015, puis à 35 millions de passagers d ici Conformément aux pratiques modèles en matière de capacité des aéroports, il est recommandé une longueur d avance de cinq ans pour la capacité, par rapport à la demande, afin d atténuer le risque d engorgement et de faire face à toute croissance imprévue. Le JKIA devait avoir une capacité de 17 millions de passagers d ici 2015, mais sa capacité effective ne sera que de 5 millions de passagers. 2

4 3. PROPOSITION RELATIVE À L UTILISATION DES RELIQUATS DES PRÊTS Objectif de la demande 3.1 L objectif primordial de la demande est d aider le Gouvernement du Kenya à rétablir les niveaux des services au JKIA, après la sérieuse détérioration causée par l incendie. Le prestige du JKIA, en tant qu aéroport régional et pôle économique de l Afrique de l Est, risque de pâtir de situations telles que les désagréments causés aux passagers, l inefficience des opérations et l engorgement. L appui de la Banque, outre le rétablissement du niveau des services, va permettre de combler le déficit de capacités jusqu à l achèvement des projets d extension en Travaux proposés 3.2 Les travaux à financer sur les soldes non utilisés des prêts portent sur la construction d une aérogare provisoire d une superficie globale de m 2. Cette aérogare est appelée à gérer un trafic annuel de 2,5 millions de passagers au départ et à l arrivée des vols internationaux et des vols intérieurs. La structure est celle de panneaux sandwichs isolants de façade, avec vitrage approprié. La toiture sera en toile enduite, d une durée de vie de plus de 10 ans. Le plancher sera de préférence un plancher technique reposant sur un sol dur ne nécessitant pas de béton. L aérogare provisoire sera implantée à l extrémité des terminaux déportés en cours de construction, dont l achèvement des travaux est prévu en novembre L aérogare provisoire va améliorer sensiblement l efficience opérationnelle et ce dans un contexte de confort, de sûreté et de sécurité, à la faveur de la séparation physique des passagers à l arrivée et au départ, conformément aux normes internationales. 3.4 Selon les prévisions, les travaux de génie civil à exécuter dans le cadre de la construction de l aérogare et portant sur le terrassement, le remblai à des endroits choisis, le revêtement de la chaussée en direction du parking et de la route d accès, l évacuation des eaux de pluie, l assainissement, l alimentation en électricité et d autres services connexes, devraient démarrer avant la construction de l aérogare provisoire et constitueront un lot distinct à financer par le Gouvernement du Kenya. 3.5 Le projet de construction de l aérogare couvre les activités suivantes : la conception, la fourniture de matériels et la construction du bâtiment de l aérogare ; la mise en place du système de manutention des bagages (BHS) au départ et à l arrivée ; l installation de systèmes spéciaux à l aéroport ; la mise en interphase des services et réseaux avec les systèmes d approvisionnement existants ; et l essai et la mise en service du bâtiment de l aérogare. Coût estimatif 3.6 Le coût total des travaux de construction de l aérogare provisoire est estimé à 18,25 millions d UC (soit 27,66 million d USD). Le tableau 1 ci-dessous présente un état récapitulatif du coût estimatif. 3

5 Composante Tableau 1 État récapitulatif du coût estimatif Millions d UC Millions d USD Devises Monnaie locale Total Devises Monnaie locale Conception, fourniture de matériels et construction de 16,93 1,32 18,25 25,66 2,00 27,66 l aérogare Plan de financement 3.7 La Banque prendra en charge la totalité du coût en devises, qui s élève à 16,93 millions d UC, et 67 % (soit 0,89 million d UC) du coût en monnaie nationale, tandis que le Gouvernement du Kenya financera le solde du coût en monnaie locale, soit 0,43 million d UC, tel que cela ressort du tableau 2 ci-dessous. Millions d UC Coût Source Coût en devises monnaie locale Tableau 2 Plan de financement Millions d USD en Coût total Coût en Coût devises monnaie locale en Coût total Total FAD 16,93 0,89 17,82 25,66 1,35 27,01 97,65 Gouvernement du Kenya 0,00 0,43 0,43 0,00 0,65 0,65 2,35 Total 16,93 1,32 18,25 25,66 2,00 27, % 4. EXÉCUTION DES TRAVAUX PROPOSÉS Organisation et gestion 4.1 La KAA sera l organe d exécution du projet. La KAA a une longue expérience en matière de collaboration avec les bailleurs de fonds bilatéraux et multilatéraux dans l exécution des projets. Bien structurée, elle est dotée du personnel technique compétent et expérimenté nécessaire pour exécuter un projet de cette envergure et de cette complexité. Une loi du parlement lui a confié mandat de fournir et de gérer l infrastructure, les installations et les services aéronautiques. L organe d exécution a été évalué et jugé apte à conduire la passation de marchés et à assurer le suivi et l établissement des rapports prévus au titre du projet. Le PDG de la KAA désignera un ingénieur pour la gestion quotidienne du projet. 4.2 Le projet de construction de l aérogare, à financer la Banque, fera l objet d un marché unique. La composante relative aux travaux de génie civil, que finance le Gouvernement du Kenya, sera un lot distinct. La supervision des travaux sera assurée par le consultant chargé des lots 2 et 3 actuels, à savoir le cabinet M/s Netherland Airport Consultants (NACO), au titre d un avenant au contrat existant de prestation de services de consultants et dans le cadre d un financement distinct. 4

6 Modalités de gestion financière et de décaissement 4.3 Le système de gestion financière de la KAA, qui est l organe d exécution du projet, a été évalué par un expert en gestion financière et jugé satisfaisant. Les risques liés au projet sont considérés comme faibles pour les raisons suivantes : i) le personnel chargé de la gestion financière est compétent et expérimenté ; ii) un comité d audit est en place et veille à la conformité avec les normes établies, tout en appuyant les fonctions de gouvernance ; iii) le logiciel de comptabilité SAP a été installé en avril 2013 pour soutenir la fonction comptable ; iv) les audits légaux et spéciaux sont tous conduits conformément aux Normes internationales d audit ; v) les états financiers trimestriels et annuels sont préparés suivant des modèles acceptables pour la Banque et conformément à des normes internationales d information financière également acceptables pour la Banque ; et vi) un manuel approprié des procédures financières pertinentes pour la tenue des livres comptables a été préparé. Les atouts de l unité de la KAA chargée de la gestion financière seront mis à contribution pour l exécution du projet de la Banque. 4.4 Audit externe : Pour ses projets, la KAA fait conduire les audits légaux et spéciaux conformément aux exigences des financiers de ces projets. Ces audits sont conduits annuellement par le Bureau national d audit du Kenya (KENAO). La mission d audit est confirmée par un protocole d accord soumis à la KAA, qui fait des Normes internationales d audit la base des audits. Le KENAO a émis une réserve sur l audit légal de l exercice clos en juin 2012, en raison d une comptabilisation incorrecte des contrats de location. En revanche, il a émis une opinion sans réserve pour les comptes spéciaux. La période couverte par les rapports financiers établis pour le projet de la Banque sera alignée sur l exercice financier de la KAA, dont la clôture est fixée au 30 juin. 4.5 Les termes de référence de l audit, qui devront déterminer la portée de l audit, les types de rapports à établir et les délais de soumission de ces rapports, et qui devront être approuvés par la Banque, seront convenus avec le KENAO afin de renforcer la portée de l engagement et de garantir l acceptabilité du rapport d audit par la Banque. 4.6 Décaissement : La KAA pourra recourir aux méthodes de décaissement prescrites dans le manuel des décaissements de la Banque. Pour l aide dans l immédiat, la méthode des paiements directs est considérée comme l option préférée. Modalités de passation de marchés 4.7 La passation des marchés relatifs à l acquisition de tous les biens, travaux et services de consultants, à financer par la Banque, se fera conformément aux règles et procédures pertinentes de la Banque, et notamment aux «Règles et procédures pour l acquisition des biens et travaux», édition de mai 2008, révisée en juillet 2012, en utilisant les dossiers types d appel d offres pertinents de la Banque. 4.8 Travaux de génie civil : L acquisition des travaux de génie civil, d une valeur totale de 18,25 millions d UC, pour la construction du bâtiment de l aérogare provisoire, se fera suivant la procédure d appel d offres international (AOI), en utilisant les documents types d appel d offres (DTAO) de la Banque. Afin de faciliter la mise en œuvre en temps voulu de cette intervention d urgence, le Gouvernement du Kenya a demandé le recours à la procédure de passation 5

7 anticipée de marchés pour l acquisition des travaux, avec un délai de soumission des offres réduit à 28 jours, au regard de l urgence de l opération, afin d accélérer l arrivée de l entrepreneur sur le site. La Banque a examiné cette demande et l a approuvée conformément à la procédure de non-objection. 4.9 Capacités dans la passation de marchés : La responsabilité de toutes les activités de passation de marchés, au titre du projet, incombera à la KAA. Une revue du volume de travail lié à la passation de marchés, au titre des projets en cours d exécution, a été entreprise. Il en ressort que les projets (y compris l acquisition des travaux et des biens d équipement) sont à la base de l essentiel des activités de passation de marchés, avec un budget de près de 21,6 milliards de shillings kenyans (248 millions d USD) pour l exercice En conséquence, la charge supplémentaire de travail prévue au titre du présent projet (28 millions d USD) ne devrait pas constituer un défi pour l équipe. À l heure actuelle, la KAA gère également d autres projets financés par les bailleurs de fonds, en plus du volume de travail lié à la passation de marchés au titre du projet proposé, sans compter que le personnel maîtrise les règles et procédures de la Banque pour l acquisition de biens, travaux et services de consultants. Les ressources, les capacités et l expérience de la KAA, en tant qu organe d exécution, sont jugées suffisantes pour la passation de marchés au titre du projet Avis général de passation de marchés : Le texte de l avis général de passation de marchés (AGPM) a été convenu avec la KAA et cet avis sera publié dans UNDB online et le site internet de la Banque, dès l approbation de la proposition de financement par le Conseil d administration Plan de passation de marchés : L emprunteur a élaboré un plan de passation de marchés pour l exécution du projet. Ce plan a été examiné et approuvé par la Banque. L emprunteur mettra en œuvre le plan de passation de marchés de la manière convenue avec la Banque Procédures d examen : L acquisition de tous les travaux suivra la méthode de l examen préalable. Les documents suivants seront soumis à l examen et à l approbation de la Banque, avant leur publication : les avis de passation de marchés ; les dossiers d appel d offres ; les rapports d évaluation des offres, y compris les recommandations sur l attribution des marchés ; les projets de contrats, si ceux-ci sont des versions amendées des projets inclus dans les dossiers d appel d offres. Calendrier d exécution 4.13 Selon les prévisions, les travaux proposés, y compris les activités de conception et de construction, devraient être exécutés sur une période de cinq (5) mois. L annexe 3 présente le calendrier d exécution du projet. Quant aux principales étapes du calendrier d exécution proposé, elles sont présentées au tableau 3 ci-dessous. 6

8 Tableau 3 Principales étapes du calendrier d exécution du projet N Activité Organisme responsable Date cible 1 Soumission du dossier d appel d offres KAA 9 septembre Demande de passation anticipée de marchés KAA 16 septembre Approbation tacite de la demande de passation Banque 20 septembre 2013 anticipée de marchés 4 Approbation tacite du dossier d appel d offres Banque 23 septembre Appel d offres KAA 24 septembre Ouverture des plis KAA 25 octobre Soumission du rapport d évaluation KAA 5 novembre Approbation tacite du rapport d évaluation Bank 19 novembre Soumission du projet de contrat KAA 25 novembre Approbation tacite du projet de contrat Banque 28 novembre Signature du contrat KAA/entrepreneur 9 décembre Démarrage des travaux Entrepreneur 16 décembre Achèvement des travaux Entrepreneur 15 mai FAISABILITÉ DE L AÉROGARE PROVISOIRE À JKIA 5.1 Le JKIA a une capacité nominale de 2,5 millions de passagers par an, mais il dessert actuellement plus de 6 millions de passagers. Suite à l incendie du mois d août 2013, la capacité de gestion du trafic, pour les passagers, s est considérablement réduite, avec un impact négatif sur le niveau des services aux voyageurs. Avant l incendie, la note C était attribuée au niveau des services offerts par cet aéroport. Depuis lors, il y a eu une détérioration de la situation, notamment pour ce qui est de la sûreté, de la sécurité et de l efficience des opérations. Afin de rétablir les capacités de gestion en attendant l achèvement des projets de renforcement des capacités en cours d exécution, il est indispensable de construire une aérogare provisoire, compte tenu du rôle stratégique du JKIA dans la sous-région. 5.2 La construction de l aérogare provisoire proposée est donc d une importance cruciale pour améliorer la qualité des services au JKIA et permettra de prévenir toute déviation perçue du trafic aérien au détriment de cet aéroport. Du point de vue de l impact escompté de la présente intervention, la proposition de construction de l aérogare provisoire, dont le coût est estimé à près de 28 millions d USD, permettra de combler effectivement le déficit de capacités pendant la période d intervention, avant la mise en service de l unité 4 (2,5 millions de passagers par an) dont la construction est en cours, avec des capacités additionnelles d ici 2017, lorsque la nouvelle aérogare prévue devient opérationnelle. L intervention de la Banque vise à injecter une capacité additionnelle de 2,5 millions de passagers par an au JKIA, tout en renforçant l efficacité opérationnelle sur les plans du confort, de la sécurité et de la sûreté, avec la séparation physique des flux de passagers au départ et à l arrivée, conformément aux normes internationales. 5.3 L intervention de la Banque est donc confortée par le fait que le JKIA étant une infrastructure de transport aérien stratégique dans la région de l Afrique de l Est, la reprise de la totalité des opérations, après l incendie, et le renforcement des capacités pour répondre aux 7

9 besoins croissants en termes de trafic sont des mesures à prendre d urgence. Le maintien de liaisons aériennes efficientes, par le biais du JKIA en tant que principale plaque tournante du transport aérien dans la région de l Afrique de l Est, est essentiel non seulement pour les populations et les hommes d affaires du Kenya, mais aussi pour l activité économique à travers la région. Par ailleurs, le site proposé pour la construction de l aérogare provisoire devrait permettre d améliorer les opérations, en réduisant les transferts par bus entre les aéronefs et les bâtiments de l aérogare. Le présent projet, associé aux autres interventions, devrait contribuer à consolider la position du JKIA en tant que plaque tournante du transport aérien, appuyant ainsi la poursuite de la croissance économique du Kenya. 6. ENVIRONNEMENT ET CHANGEMENT CLIMATIQUE Analyse des effets sur l environnement 6.1 Selon les Procédures d évaluation environnementale et sociale (PEES) de la Banque, les projets d urgence de cette nature requièrent la conception d un plan de gestion environnementale et sociale (PGES). Les PEES recommandent que des mesures soient prises pour atténuer autant que possible les perturbations causées par ces projets sur les plans écologique et social. 6.2 La Banque a établi que la KAA, qui est l organe d exécution, a achevé récemment, et plus précisément en janvier 2013, une mise à jour de l étude d impact environnemental et social (EIES) pour le Projet de réhabilitation et d amélioration de la piste et des voies de roulement du JKIA (lot 4). Le rapport de l EIES a été approuvé par l Autorité nationale de la gestion de l environnement (NEMA) du Kenya. L EIES a couvert le site proposé pour l aérogare provisoire, et plusieurs aspects de l EIES ont été jugés suffisamment pertinents pour être pris en compte dans le Plan de gestion environnementale et sociale (PGES) pour les travaux d urgence. Le seul aspect omis par le rapport de l EIES concerne l incidence de la construction du bâtiment de l aérogare provisoire qui n a pas d effets préjudiciables notables sur l environnement. Le consultant assurant la conception et l entrepreneur qui exécutera les travaux devront élaborer un plan de santé et de sécurité pour la prise en charge des effets des travaux de construction sur la santé et la sécurité au travail. 6.3 Outre le rapport de l EIES, la KAA a élaboré les documents suivants sur les sauvegardes environnementales et la sécurité : i) la déclaration sur la politique environnementale; ii) les directives de l entité/du secteur de l aviation sur l évaluation et l audit de l impact environnemental ; iii) les orientations pour le plan de gestion environnementale des travaux de construction du projet d extension du JKIA ; iv) la cartographie et le plan de gestion des nuisances sonores au JKIA ; v) le plan de gestion des déchets au JKIA ; vi) la déclaration sur la politique en matière de sécurité ; vii) le plan de sécurité de la KAA pour les travaux de construction ; viii) le manuel sur le système institutionnel de gestion de la sécurité; et ix) le plan d urgence du JKIA. Toutes ces politiques, procédures et directives de la KAA, y compris le rapport de l EIES, ont servi de base à l élaboration du plan de gestion environnementale et sociale (PGES) pour la construction de l aérogare provisoire. 6.4 L aérogare provisoire sera située à l extrémité des terminaux déportés qui sont en construction en ce moment et dont les travaux devraient s achever en novembre En conséquence, les travaux de génie civil et de construction ne devraient pas avoir d effets négatifs 8

10 notables sur l environnement, puisqu ils seront en grande partie circonscrits. À titre d exemple, les nuisances sonores et les vibrations seront localisées dans la zone de construction des terminaux déportés ; les terrassements et les poussières qu ils occasionnent devraient être confinés au site du chantier, tandis que les travaux générant des déchets seront limités aux sites des travaux et dans le périmètre de l aéroport, les effets sur la santé et la sécurité ne concernant que les ouvriers du bâtiment et non les communautés riveraines. Il est probable que des impacts externes mineurs soient perceptibles dans les opérations d approvisionnement et de transport des matériaux, ainsi que des faibles risques de sécurité liés aux opérations des aéronefs (atterrissages et décollages). La structure du bâtiment sera conçue hors du chantier, et les matériaux finis seront ensuite livrés sur le site, pour montage. 6.5 Au nombre des retombées bénéfiques, l on pourrait citer les facteurs suivants : i) le site des travaux de construction est adjacent aux installations existantes, et il n y aura donc pas d impact sur le plan social, ni en termes de réinstallation ; ii) l aérogare va permettre de combler le déficit de capacités jusqu à l achèvement de la nouvelle aérogare ; iii) le projet va aider à consolider la position du JKIA en tant que plaque tournante du transport aérien à l échelle régionale ; iv) les installations de l aérogare provisoire vont permettre d améliorer le niveau des services et le confort pour les clients au JKIA ; et v) l opération va fournir des emplois temporaires aux ouvriers du bâtiment. A l achèvement de la nouvelle aérogare, l aérogare provisoire pourra servir à d autres fins, ce qui représente un autre avantage certain : elle peut servir pour les vols régionaux des compagnies aériennes à bas coûts ; ii) elle peut être utilisée pleinement pour les vols intérieurs ; iii) elle peut enfin être démontée et transférée à d autres aéroports du pays. Le bâtiment de l aérogare provisoire devra se conformer aux normes de l Organisation de l aviation civile internationale (OACI), et sa conception devra intégrer les principes de construction de bâtiments verts et durables, qui favorisent leur adaptation en tout lieu. Changement climatique 6.6 Selon le Plan d action national pour le changement climatique (NCCAP) du Kenya, les émissions de gaz à effet de serre (GES) dans le pays devraient augmenter, au regard de la croissance démographique et de l expansion économique, passant de 59 millions de tonnes d équivalent de dioxyde de carbone (MtCO 2 e) en 2010 à 102 MtCO 2 e en La croissance absolue la plus importante des émissions devrait intervenir dans les secteurs de l énergie (électricité) et des transports, les émissions émanant du secteur de l énergie passant de 10 MtCO 2 e en 2010 à 33 MtCO 2 e en Le NCCAP recommande que, pour passer à un processus à faible intensité de carbone et résilient face au changement climatique, les mesures à prendre à cette fin dans le secteur du transport aérien comprennent notamment la remise en état des aéroports de façon à ce qu ils soient aussi efficients que possible sur le plan énergétique. Au nombre des autres mesures prescrites dans le NCCAP et pertinentes pour le projet figurent l amélioration de la gestion de l eau et des déchets dans tous les secteurs d activité de l économie. 6.7 En appui au NCCAP, il est recommandé que la conception de l aérogare provisoire tienne compte de la gestion efficace de l utilisation des ressources, en retenant les mesures les plus appropriées pour l efficacité énergétique et la conservation de l eau, d où la nécessité pour la conception de prévoir : i) l optimisation des composantes de l enveloppe destinée aux travaux de construction ; des systèmes de chauffage, de ventilation et de climatisation (HVAC) 9

11 hautement performants ; et des systèmes d automatisation et de contrôle des bâtiments afin de contribuer à la réduction du coût de l énergie pour la KAA ; ii) l installation du système photovoltaïque pour produire une partie de l énergie dont le projet a besoin, dans la mesure où il y a des chances que la structure de l aérogare soit réinstallée dans des zones reculées du Kenya, une fois les structures permanentes disponibles ; iii) des installations de plomberie efficaces et des systèmes de collecte des eaux de pluie aux fins de réutilisation en vue de réduire l utilisation de l eau par la KAA ; iv) la mise en œuvre du plan de gestion des déchets conçu par la KAA pour les travaux de construction et les opérations de l aéroport ; v) le respect des normes écologiques dans la conception des travaux de construction de l aérogare provisoire, et notamment des directives sur les bâtiments verts, telles que les directives à la pointe de la conception énergétique et environnementale (LEED). 7. CONCLUSION ET RECOMMANDATION 7.1 La construction de l aérogare provisoire aidera considérablement le Gouvernement du Kenya à améliorer le niveau des services à l aéroport JKIA, niveau qui s est sérieusement dégradé à la suite de l incendie d août La construction de cette aérogare est indispensable pour atténuer l impact négatif de l incendie sur l économie du pays. 7.2 La demande du Gouvernement du Kenya est jugée acceptable et est conforme aux directives et politiques du Groupe de la Banque. 7.1 Conformément à la matrice de délégation de pouvoirs en vigueur depuis octobre 2012, l utilisation des économies réalisées sur les prêts pour des projets aux objectifs différents doit être approuvée par le Conseil. En conséquence, la Direction recommande que le Conseil d administration approuve la proposition d utiliser les reliquats des prêts octroyés à la République du Kenya pour le Projet d amélioration de la route Nairobi-Thika et le Projet Éducation III, d un montant total de 17,82 millions d UC, pour financer le Projet de construction d urgence de l aérogare provisoire de l Aéroport international Jomo Kenyatta. 10

12 ANNEXE 1 RÉPUBLIQUE DU KENYA TRÉSOR NATIONAL Telegraphic Address: THE NATIONAL TREASURY Finances Nairobi PO BOX Fax No: NAIROBI Telephone: Référence à rappeler Ref. : EA/FA 237/38/01/122 M. Gabriel Negatu Directeur régional Centre régional de ressources de l Afrique de l Est NAIROBI Monsieur Negatu, OBJET : DEMANDE D APPUI FINANCIER POUR LA RÉHABILITATION DE L AÉROPORT INTERNATIONAL JOMO KENYATTA (JKIA) Le Gouvernement du Kenya est reconnaissant à la Banque africaine de développement pour sa marque de sympathie, suite à l incendie intervenu le 7 août 2013, qui a fortement perturbé les activités de l Aéroport international Jomo Kenyatta (JKIA) et qui a amené la Banque à envoyer sur le terrain une mission spéciale pour évaluer l ampleur des dégâts causés et de la perturbation des opérations de l aéroport. L incendie a ravagé, entre autres installations, le hall des arrivées des vols internationaux et les sections contiguës à l aéroport, entraînant de graves dysfonctionnements au niveau des opérations de l aéroport. Le Gouvernement a mis en place un plan de redressement prévoyant notamment des mesures à court et moyen termes pour maintenir les opérations à l aéroport le moins de perturbations que possible. Les dégâts au niveau du hall des arrivées des vols internationaux et des parties contiguës à l aéroport ont été considérables et vont nécessiter d importantes ressources pour rendre de nouveau l aéroport pleinement opérationnel. Au regard de ce qui précède, le Gouvernement sollicite auprès de la Banque un appui financier d urgence principalement pour l exécution de son plan à court terme qui couvre notamment la fourniture des matériels nécessaires pour répondre aux besoins urgents et la construction d une aérogare provisoire.

13 L objet de la présente lettre est donc d inviter la Banque à octroyer au Gouvernement un don d urgence de 1 million d USD et à approuver l utilisation d un montant total de 27 millions d USD représentant les économies réalisées sur deux opérations achevées, à savoir le Projet d amélioration de la route Nairobi-Thika et le Projet Éducation III. Nous tenons à exprimer notre gratitude à la Banque pour son appui constant à nos efforts de développement. Je vous prie d agréer, Monsieur, l assurance de ma haute considération. Dr. Kamau Thugge, EBS Secrétaire principal / Trésor National cc. M. Nduva Mull Secrétaire général Ministère des Transports et de l Infrastructure NAIROBI - 2 -

14 ANNEXE 2 DONNÉES DE BASE SUR LES PRÊTS EXISTANTS Description Projet d amélioration de la route Nairobi- Projet Éducation III Thika Emprunteur République du République du Kenya Kenya Numéro du prêt Numéro SAP P-KE-DB0-016 P-KE-IZA-001 Date d approbation par le Conseil 21 novembre décembre 2003 Montant du prêt (en millions d UC) 117,85 24,26 Date de fermeture actuelle 31 décembre juin 2013 Ratio de décaissement (%) 87,53 80,68 Solde disponible (en millions d UC) 14,69 3,13

15 ANNEXE 3 CONSTRUCTION DE L AÉROGARE DE L AÉROPORT JKIA CALENDRIER D EXÉCUTION Activité Sep Oct Nov Déc Jan Fév Mar Avr Mai Jun Sélection de l entrepreneur Signature du contrat Démarrage des travaux Exécution du contrat Achèvement des travaux Test et mise en service

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN SPECIALISTE EN PASSATION DES MARCHES

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN SPECIALISTE EN PASSATION DES MARCHES BURKINA FASO ----------------------------- MINISTERE DE LA JEUNESSE, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DE L EMPLOI PROJET EMPLOIS DES JEUNES ET DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES AU BURKINA FASO (PEJEDEC/BF)

Plus en détail

INSTRUCTION N 02 - ACM/DANA/SNA. relative au processus de conception des procédures de vols aux instruments

INSTRUCTION N 02 - ACM/DANA/SNA. relative au processus de conception des procédures de vols aux instruments INSTRUCTION N 02 - ACM/DANA/SNA relative au processus de conception des procédures de vols aux instruments 1 GÉNÉRALITÉS 1.1 La présente Instruction contient des dispositions générales pour le processus

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTIOND UNE STRUCTURE DE FORMATION

TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTIOND UNE STRUCTURE DE FORMATION «LA MAÎTRISE DES DÉPENSES ÉNERGÉTIQUES LIÉES À L EXPLOITATION DES BÂTIMENTS» TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTIOND UNE STRUCTURE DE FORMATION L Institut de l énergie et de l environnement de la Francophonie

Plus en détail

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ L ORGANE DIRECTEUR, PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT Rappelant que la Stratégie de financement a pour objectifs

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

REPUBLIQUE DE GUINEE PROGRAMME NATIONAL D APPUI AUX ACTEURS DES FILIERES AGRICOLES (PNAAFA) DOCUMENT DE CONCEPTION DE PROGRAMME RAPPORT PRINCIPAL

REPUBLIQUE DE GUINEE PROGRAMME NATIONAL D APPUI AUX ACTEURS DES FILIERES AGRICOLES (PNAAFA) DOCUMENT DE CONCEPTION DE PROGRAMME RAPPORT PRINCIPAL REPUBLIQUE DE GUINEE PROGRAMME NATIONAL D APPUI AUX ACTEURS DES FILIERES AGRICOLES (PNAAFA) DOCUMENT DE CONCEPTION DE PROGRAMME RAPPORT PRINCIPAL Annexe IV : Passation des marchés, décaissements, comptabilité

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE 1.1 Mission Le Centre local de développement (CLD) de Mirabel gère trois (3) fonds destinés à la création et au maintien d emploi par le biais d

Plus en détail

19 th ACI AFRICA REGION CONFERENCE SÛRETÉ DE L AVIATION EN AFRIQUE: RÔLE des Exploitants D AÉROPORTS ABUJA (NIGERIA), le 16 septembre 2010 Présentation faite par Barnabé METOHOUE, Expert OACI en Sûreté

Plus en détail

Opérations régionales. Évaluation du Programme de logement dans les réserves d' AINC DATE D'APPROBATION : 22/02/2011 DATE D ACHÈVEMENT PRÉVUE

Opérations régionales. Évaluation du Programme de logement dans les réserves d' AINC DATE D'APPROBATION : 22/02/2011 DATE D ACHÈVEMENT PRÉVUE COMPTE RENDU SUR L ÉTAT DE LA MISE EN ŒUVRE DU RAPPORT AU COMITÉ D ÉVALUATION, DE MESURE DU RENDEMENT ET D EXAMEN EN DU 30 SEPTEMBRE 2013 D'APPROBATION : 22/02/2011 Il est recommandé que, en collaboration

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN SPECIALISTE EN GESTION FINANCIERE

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN SPECIALISTE EN GESTION FINANCIERE BURKINA FASO ----------------------------- MINISTERE DE LA JEUNESSE, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DE L EMPLOI PROJET EMPLOIS DES JEUNES ET DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES AU BURKINA FASO (PEJEDEC/BF)

Plus en détail

Terme de référence Spécialiste Gestion financière

Terme de référence Spécialiste Gestion financière Terme de référence Spécialiste Gestion financière Sous la supervision générale du Directeur Général de l A.N.P.I, Agence d Exécution du projet les consultants auront pour mission : 1. Le SGF sera responsable

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DU COMITE D AUDIT ET DES RISQUES AU CONSEIL D ADMINISTRATION EXERCICE 2012

RAPPORT ANNUEL DU COMITE D AUDIT ET DES RISQUES AU CONSEIL D ADMINISTRATION EXERCICE 2012 RAPPORT ANNUEL DU COMITE D AUDIT ET DES RISQUES AU CONSEIL D ADMINISTRATION EXERCICE 2012 Avril 2013 TABLE DES MATIERES INTRODUCTION.2 AUDIT INTERNE 2 AUDIT EXTERNE.4 GESTION DES RISQUES..5 OPINION GLOBALE

Plus en détail

FEDERATION FRANCAISE DE BASEBALL ET SOFTBALL REGLEMENT FINANCIER

FEDERATION FRANCAISE DE BASEBALL ET SOFTBALL REGLEMENT FINANCIER FEDERATION FRANCAISE DE BASEBALL ET SOFTBALL REGLEMENT FINANCIER ANNEXE DU REGLEMENT INTERIEUR ARTICLE 88 Validé par le Comité Directeur du 5 Novembre 2005 Adopté par l Assemblée Générale du 18 mars 2006

Plus en détail

Mission de monitoring du Projet d Appui à l Intégration Régionale en Afrique Centrale - PAIRAC

Mission de monitoring du Projet d Appui à l Intégration Régionale en Afrique Centrale - PAIRAC EUROPEAID/ 119860/C/SV/multi LOT N 11 REQUEST N Termes de Référence Spécifiques Mission de monitoring du Projet d Appui à l Intégration Régionale en Afrique Centrale - PAIRAC 1 ANTECEDENTS : La Communauté

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION D UNE STRUCTURE DE FORMATION

TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION D UNE STRUCTURE DE FORMATION «LA MAÎTRISE DES DEPENSES ENERGETIQUES DANS L INDUSTRIE ET LE RÔLE DU RESPONSABLE ENERGIE» TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION D UNE STRUCTURE DE FORMATION L Institut de l énergie et de l environnement

Plus en détail

Spécialiste en gestion financière de projet

Spécialiste en gestion financière de projet Termes de référence Spécialiste en gestion financière de projet 1. Contexte du projet Le projet appuie la mise en œuvre du cadre de gouvernance prévue dans la nouvelle constitution marocaine, à travers

Plus en détail

NOUVEL AÉROPORT INTERNATIONAL BLAISE DIAGNE

NOUVEL AÉROPORT INTERNATIONAL BLAISE DIAGNE NOUVEL AÉROPORT INTERNATIONAL BLAISE DIAGNE Révision : 16/04/07 Impression : 16/04/07 NOUVEL AÉROPORT INTERNATIONAL BLAISE DIAGNE 2 JUSTIFICATION DU PROJET Le Sénégal a connu depuis la dévaluation de 1994

Plus en détail

Audit des contrôles de base de Diversification de l économie de l Ouest Canada

Audit des contrôles de base de Diversification de l économie de l Ouest Canada Audit des contrôles de base de Diversification de l économie de l Ouest Canada Octobre 2014 Bureau du contrôleur général du Canada Importance de l audit Aux termes de la Loi sur la gestion des finances

Plus en détail

Certification des aérodromes au sens de l OACI et santé publique. Nika Meheza MANZI, Regional Officer AGA ICAO, WACAF Office

Certification des aérodromes au sens de l OACI et santé publique. Nika Meheza MANZI, Regional Officer AGA ICAO, WACAF Office Certification des aérodromes au sens de l OACI et santé publique Nika Meheza MANZI, Regional Officer AGA ICAO, WACAF Office Sommaire Généralités sur la certification des aérodromes Référentiels Exigences

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE. [sur le rapport de la Cinquième Commission (A/48/801/Add.2)]

RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE. [sur le rapport de la Cinquième Commission (A/48/801/Add.2)] NATIONS UNIES A Assemblée générale Distr. GÉNÉRALE A/RES/48/218 B 12 août 1994 Quarante-huitième session Point 121 de l ordre du jour RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE [sur le rapport de la Cinquième

Plus en détail

CONSEIL SIMULATION SPÉCIALE DU CONSEIL

CONSEIL SIMULATION SPÉCIALE DU CONSEIL Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL C-WP/Simulation 5/12/14 CONSEIL SIMULATION SPÉCIALE DU CONSEIL DÉFIS RELATIFS AUX PRÉVISIONS DE PÉNURIE DE PERSONNEL AÉRONAUTIQUE QUALIFIÉ

Plus en détail

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Comité permanent 56 e réunion Distr. : restreinte 12 février 2013 Français Original : anglais et français Suivi des recommandations du Comité des commissaires

Plus en détail

Organisation de l aviation civile internationale RÉUNION RÉGIONALE SPÉCIALE DE NAVIGATION AÉRIENNE (RAN) AFRIQUE-OCÉAN INDIEN (AFI)

Organisation de l aviation civile internationale RÉUNION RÉGIONALE SPÉCIALE DE NAVIGATION AÉRIENNE (RAN) AFRIQUE-OCÉAN INDIEN (AFI) Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL SP AFI/08-WP/45 17/10/08 RÉUNION RÉGIONALE SPÉCIALE DE NAVIGATION AÉRIENNE (RAN) AFRIQUE-OCÉAN INDIEN (AFI) Durban (Afrique du Sud), 24

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT d un(e) ASSISTANT ADMINISTRATIF CONTRATS-FINANCES-MARCHES (AACFM) auprès du RAF ECOFAC V du RAPAC

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT d un(e) ASSISTANT ADMINISTRATIF CONTRATS-FINANCES-MARCHES (AACFM) auprès du RAF ECOFAC V du RAPAC TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT d un(e) ASSISTANT ADMINISTRATIF CONTRATS-FINANCES-MARCHES (AACFM) auprès du RAF ECOFAC V du RAPAC Autorité hiérarchique : Secrétaire Exécutif du RAPAC (SE), Expert-Responsable

Plus en détail

Termes de références Elaboration de normes environnementales pour les activités de l industrie pétrolière et gazière en Mauritanie

Termes de références Elaboration de normes environnementales pour les activités de l industrie pétrolière et gazière en Mauritanie PROGRAMME «BIODIVERSITÉ, GAZ, PÉTROLE» Avec le soutien de : Termes de références Elaboration de normes environnementales pour les activités de l industrie pétrolière et gazière en Mauritanie 1 Préambule

Plus en détail

European Aviation Safety Agency: Ottoplatz 1, D-50679 Cologne, Germany - easa.europa.eu

European Aviation Safety Agency: Ottoplatz 1, D-50679 Cologne, Germany - easa.europa.eu Opinion 06/2008 Description: Language: [FR]-Opinion 06/2008 - Explanatory Note French Opinion number: 06/2008 Related regulation(s): Commission Regulation (EC) No 1194/2009; Commission Regulation (EU)

Plus en détail

Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève

Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève SOIXANTE-SEPTIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A67/52 Point 23.2 de l ordre du jour provisoire 6 mai 2014 Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève Rapport du Directeur

Plus en détail

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Comité permanent 59 e réunion Distr. : restreinte 11 février 2014 Français Original : anglais et français Suivi des recommandations du Comité des commissaires

Plus en détail

Juin 2013 COMPTE RENDU SUR L'ÉTAT DE LA MISE EN OEUVRE DU PLAN D'ACTION RAPPORT AU COMITÉ DE VÉRIFICATION EN DATE DU 30 SEPTEMBRE 2013

Juin 2013 COMPTE RENDU SUR L'ÉTAT DE LA MISE EN OEUVRE DU PLAN D'ACTION RAPPORT AU COMITÉ DE VÉRIFICATION EN DATE DU 30 SEPTEMBRE 2013 Vérification des pratiques de gestion du Secteur du dirigeant principal des finances () 1. Le dirigeant principal des finances () doit s assurer qu on dispose d une vue consolidée et intégrée des structures

Plus en détail

Conseil de recherches en sciences humaines du Canada

Conseil de recherches en sciences humaines du Canada Conseil de recherches en sciences humaines du Canada Annexe à la Déclaration de responsabilité de la direction englobant le contrôle interne en matière de rapports financiers (non auditée) Exercice 2014-2015

Plus en détail

La finalité de cet appel à projet est de favoriser la fluidité des parcours en augmentant la capacité d accompagnement de ce type de mesures.

La finalité de cet appel à projet est de favoriser la fluidité des parcours en augmentant la capacité d accompagnement de ce type de mesures. Cahier des charges de l appel à projet lancé par le Conseil général pour la création de 0 places de PEAD (placement éducatif à domicile) dans le département du Finistère I - identification des besoins

Plus en détail

DÉCLARATION SUR L ATTÉNUATION DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE DUES AU TRANSPORT AÉRIEN DE PASSAGERS

DÉCLARATION SUR L ATTÉNUATION DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE DUES AU TRANSPORT AÉRIEN DE PASSAGERS DÉCLARATION SUR L ATTÉNUATION DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE DUES AU TRANSPORT AÉRIEN DE PASSAGERS 1. INTRODUCTION 1.1 Le transport aérien de passagers est étroitement associé au tourisme, lequel

Plus en détail

Politique de gestion intégrée des risques

Politique de gestion intégrée des risques 5, Place Ville Marie, bureau 800, Montréal (Québec) H3B 2G2 T. 514 288.3256 1 800 363.4688 Téléc. 514 843.8375 www.cpaquebec.ca Politique de gestion intégrée des risques Émise par la Direction, Gestion

Plus en détail

Organisation de l Aviation Civile Internationale Bureau Afrique Orientale et Australe

Organisation de l Aviation Civile Internationale Bureau Afrique Orientale et Australe Organisation de l Aviation Civile Internationale Bureau Afrique Orientale et Australe Onzième Réunion du sous-groupe Services de la circulation Aérienne/Service d Information Aéronautique/ Recherches et

Plus en détail

Organisation. n de l aviation. ATConf/6-WP/80 1. Point 1 : 1.1 SOUVERAINETÉ. peut par contre. site web. Références : 1. CONTEXTE. un principe 1.

Organisation. n de l aviation. ATConf/6-WP/80 1. Point 1 : 1.1 SOUVERAINETÉ. peut par contre. site web. Références : 1. CONTEXTE. un principe 1. Organisation n de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL ATConf/6-WP/80 1 4/ 3/13 SIXIÈME CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN Montréal, 18 22 mars 2013 Point 1 : 1.1 Aperçu général des tendances

Plus en détail

RÉSUMÉ: PLAN DE GESTION ENVIRONMENTALE ET SOCIALE (PGES) Titre du Projet : Parc de technologie numérique du Sénégal Pays: Sénégal Division: OITC3

RÉSUMÉ: PLAN DE GESTION ENVIRONMENTALE ET SOCIALE (PGES) Titre du Projet : Parc de technologie numérique du Sénégal Pays: Sénégal Division: OITC3 RÉSUMÉ: PLAN DE GESTION ENVIRONMENTALE ET SOCIALE (PGES) Titre du Projet : Parc de technologie numérique du Sénégal Pays: Sénégal Division: OITC3 Projet No: Introduction: Le Gouvernement du Sénégal, à

Plus en détail

Directive de la Présidence

Directive de la Présidence Directive de la Présidence Date : 5 mars 2004 DIRECTIVE RELATIVE À LA CONSTITUTION DE FONDS D AFFECTATION SPÉCIALE DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE Section première Dispositions générales 1.1. La présente

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

Proposition. Obtenir l approbation du conseil concernant les modifications proposées à la charte du Comité d audit

Proposition. Obtenir l approbation du conseil concernant les modifications proposées à la charte du Comité d audit Proposition N o : 2015-S05f Au : Conseil d administration Pour : DÉCISION Date : 2015-04-22 1. TITRE Modifications à la charte du Comité d audit 2. BUT DE LA PROPOSITION Obtenir l approbation du conseil

Plus en détail

Attendu que. Attendu que. La Partie italienne a exprimé sa disponibilité à financer la réalisation du projet susnommé;

Attendu que. Attendu que. La Partie italienne a exprimé sa disponibilité à financer la réalisation du projet susnommé; PROTOCOLE D ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE ITALIENNE ET LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE TUNISIENNE CONCERNANT LE PROJET FONDS D ETUDES ET D EXPERTISE Le Gouvernement de la République Italienne,

Plus en détail

1143 Apples, le 19 mai 2014

1143 Apples, le 19 mai 2014 1143 Apples, le 19 mai 2014 M U N I C I P A L I T E APPLES Préavis N 04/2014 de la Municipalité au Conseil communal concernant : la demande d'un crédit de Fr. 730'000. pour le développement des études

Plus en détail

Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement et du Fonds des Nations Unies pour la population

Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement et du Fonds des Nations Unies pour la population Nations Unies DP/2004/28 Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement et du Fonds des Nations Unies pour la population Distr. générale 7 juin 2004 Français Original: anglais

Plus en détail

POLITIQUE 2500-031. ADOPTÉE PAR : Conseil d administration Résolution : CA-2013-05-27-11. MODIFICATION : Conseil d administration Résolution :

POLITIQUE 2500-031. ADOPTÉE PAR : Conseil d administration Résolution : CA-2013-05-27-11. MODIFICATION : Conseil d administration Résolution : POLITIQUE 2500-031 TITRE : Politique de gestion intégrée des risques ADOPTÉE PAR : Conseil d administration Résolution : CA-2013-05-27-11 MODIFICATION : Conseil d administration Résolution : ENTRÉE EN

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT Décembre 2014 CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT 1. CRÉATION Le Conseil d administration de la Banque du Canada (le «Conseil») est constitué en vertu de l article 5 de la Loi sur la Banque du Canada (la «Loi»).

Plus en détail

Exploitation technique des aéronefs

Exploitation technique des aéronefs Normes et pratiques recommandées internationales Extraits de l'annexe 6, Partie I concernant la gestion des risques lies à la fatigue Annexe 6 à la Convention relative à l aviation civile internationale

Plus en détail

Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques de catastrophe

Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques de catastrophe CONVENTION SUR LES ZONES HUMIDES (Ramsar, Iran, 1971) 48 e Réunion du Comité permanent Gland, Suisse, 26 30 janvier 2015 SC48 28 Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques

Plus en détail

Plan d affaires. Nom de l'entreprise. Nom du promoteur. par. Fait en collaboration avec le. Adresse complète. No de téléphone.

Plan d affaires. Nom de l'entreprise. Nom du promoteur. par. Fait en collaboration avec le. Adresse complète. No de téléphone. Nom de l'entreprise par Nom du promoteur Fait en collaboration avec le Adresse complète No de téléphone No de télécopie Courriel Site Internet Date SOMMAIRE EXÉCUTIF Description de l entreprise (ou du

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

Charte du comité de direction et d évaluation des risques du conseil d administration de La Banque de Nouvelle-Écosse

Charte du comité de direction et d évaluation des risques du conseil d administration de La Banque de Nouvelle-Écosse Charte du comité de direction et d évaluation des risques du conseil d administration de La Banque de Nouvelle-Écosse Attributions, obligations et responsabilités du Comité de direction et d évaluation

Plus en détail

Ordonnance sur la sécurité des ouvrages d accumulation

Ordonnance sur la sécurité des ouvrages d accumulation Ordonnance sur la sécurité des ouvrages d accumulation (Ordonnance sur les ouvrages d accumulation, OSOA) 721.102 du 7 décembre 1998 (Etat le 30 décembre 2003) Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 3 bis

Plus en détail

Fonds pour l adaptation

Fonds pour l adaptation Fonds pour l adaptation Conseil du Fonds pour l adaptation Deuxième réunion Bonn, 16-19 juin 2008 AFB/B.2/10 22 mai 2008 Point 6h) de l ordre du jour FONCTIONS ET ATTRIBUTIONS DE L ADMINISTRATEUR DU FONDS

Plus en détail

AVIS D APPEL A CANDIDATURE POUR LE RECRUTEMENT D UN ASSISTANT ADMINISTRATIF ET FINANCIER

AVIS D APPEL A CANDIDATURE POUR LE RECRUTEMENT D UN ASSISTANT ADMINISTRATIF ET FINANCIER MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT TECHNIQUE ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ------------- 01 BP 3771 Abidjan 01 Tel : 21 21 26 20 / 21 21 26 26 Fax : 21 21 26 36 / 37 AVIS D APPEL A CANDIDATURE POUR LE RECRUTEMENT

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009)

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) OBJET La Ligne directrice relative à l examen des installations destinées aux

Plus en détail

DOUZIÈME CONFÉRENCE DE NAVIGATION AÉRIENNE PROJET DE RAPPORT DU COMITÉ SUR LE POINT 3 DE L ORDRE DU JOUR

DOUZIÈME CONFÉRENCE DE NAVIGATION AÉRIENNE PROJET DE RAPPORT DU COMITÉ SUR LE POINT 3 DE L ORDRE DU JOUR 23/11/12 Révision 26/11/12 DOUZIÈME CONFÉRENCE DE NAVIGATION AÉRIENNE Montréal, 19 30 novembre 2012 PROJET DE RAPPORT DU COMITÉ SUR LE POINT 3 DE L ORDRE DU JOUR Le projet ci-joint de rapport sur le point

Plus en détail

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION 1. Le Comité de la vérification (le «comité»)

Plus en détail

Fonds de financement de la transition énergétique

Fonds de financement de la transition énergétique Fonds de financement de la transition énergétique Convention particulière de mise en œuvre de l appui financier au projet «Territoire à énergie positive pour la croissance verte» Entre La ministre de l

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GENERALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/63/57 13 mars 2011 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITE EXECUTIF DU FONDS MULTILATERAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société»)

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») AUTORITÉ Le conseil d administration de la Société (le «conseil») établit les politiques générales de la Société,

Plus en détail

Plan d action de la direction Vérification des contrôles de base du Tribunal canadien des droits de la personne. SGDDI n 1053640 1

Plan d action de la direction Vérification des contrôles de base du Tribunal canadien des droits de la personne. SGDDI n 1053640 1 Plan d action de la direction Vérification des contrôles de base du Tribunal canadien des droits de la personne Opinion du Tribunal canadien des droits de la personne sur le rapport de vérification J ai

Plus en détail

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DES RISQUES ASSOCIÉS À LA SÉCURITÉ, AU MILIEU DE TRAVAIL ET AUX PROJETS

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DES RISQUES ASSOCIÉS À LA SÉCURITÉ, AU MILIEU DE TRAVAIL ET AUX PROJETS Page 1 MANDAT DU COMITÉ DES RISQUES ASSOCIÉS À LA SÉCURITÉ, AU MILIEU DE TRAVAIL ET AUX PROJETS Le comité des risques associés à la sécurité, au milieu de travail et aux projets («comité») est un comité

Plus en détail

GUIDE POUR L'ELABORATION DES PROPOSITIONS DE PROJET

GUIDE POUR L'ELABORATION DES PROPOSITIONS DE PROJET GUIDE POUR L'ELABORATION DES PROPOSITIONS DE PROJET INTRODUCTION L'objectif principal de SHELTER-AFRIQUE est la promotion de l'habitat en Afrique. Dans le but d'atteindre cet objectif, la Société travaille

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Principales responsabilités ~~ Être responsable de l évaluation du rendement, de la rémunération et de

Plus en détail

LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL AU SUJET DU CHANGEMENT CLIMATIQUE 2015

LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL AU SUJET DU CHANGEMENT CLIMATIQUE 2015 ATTENTION : AVANT DE SIGNER LA LETTRE, MERCI DE BIEN VOULOIR LA LIRE JUSQU A LA FIN ET DE CLIQUER SUR LE LIEN ASSOCIE. FORUM D ACTION DES ENTREPRISES POUR LE CHANGEMENT CLIMATIQUE LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL

Plus en détail

ADMINISTRATION DES CONTRATS DE RECHERCHE, Numéro : 6 DE CONSULTATION ET DES ESSAIS INDUSTRIELS Date : 2011-04-21 Page : 1 de 7

ADMINISTRATION DES CONTRATS DE RECHERCHE, Numéro : 6 DE CONSULTATION ET DES ESSAIS INDUSTRIELS Date : 2011-04-21 Page : 1 de 7 Page : 1 de 7 BUT DÉFINITIONS Déterminer la marche à suivre pour l administration des contrats de recherche, de consultation professionnelle et d essais industriels. Contrat de recherche Projet de recherche

Plus en détail

CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE

CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL CEANS-WP/5 15/4/08 CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE Montréal, 15 20 septembre 2008 Point 1

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014

Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014 Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef de la direction financière Premier

Plus en détail

la séparation totale des activités des postes et télécommunications;

la séparation totale des activités des postes et télécommunications; LE CADRE GENERAL D ASSISTANCE PAR CONSULTANTS POUR L ELABORATION ET LA MISE EN OEUVRE D UN CADRE LEGAL APPROPRIE POUR LE SECTEUR DES TELECOMMUNICATIONS CONTEXTE GENERAL Le Gouvernement [PAYS] a adopté,

Plus en détail

Le PNRA prévoit 6 actions pour atteindre cet objectif :

Le PNRA prévoit 6 actions pour atteindre cet objectif : Termes de référence Consultant national en coordination du travail gouvernemental I. Information sur la mission Intitulé de la mission: Type de contrat : Lieu de la mission : Durée de la mission : Date

Plus en détail

Rapport de vérification interne. Cadre de gestion et de contrôle des demandes d agrément. de la Division des régimes de retraite privés

Rapport de vérification interne. Cadre de gestion et de contrôle des demandes d agrément. de la Division des régimes de retraite privés Rapport de vérification interne du Cadre de gestion et de contrôle des demandes d agrément de la Division des régimes de retraite privés du Bureau du surintendant des institutions financières Novembre

Plus en détail

La ventilation de la salle de gymnastique et des locaux vestiaires et sanitaires sera également assainie.

La ventilation de la salle de gymnastique et des locaux vestiaires et sanitaires sera également assainie. 2 plans d exécution a été adjugée au bureau LZ&A Architectes SA. Ce dernier a établi un devis général, effectué un relevé précis et préparé les plans pour les appels d offres. La mise à l enquête pour

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Bureau du vérificateur général du Canada Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Revues des pratiques effectuées au cours de l exercice 2011-2012 Juillet 2012 Revue des pratiques et audit

Plus en détail

du GCF à travers le CSE-NIE

du GCF à travers le CSE-NIE Forum Régional du CTCN pour les Entités Nationales Désignées Accès aux Ressources du FA et du GCF à travers le CSE-NIE Par Aïssata B. SALL et Déthié S. NDIAYE Unité Finances Climat- Centre de Suivi Ecologique

Plus en détail

Vu l arrêté du ministre des transport du 30 septembre 1989 relatif à la licence et aux qualifications du personnel navigant complémentaire;

Vu l arrêté du ministre des transport du 30 septembre 1989 relatif à la licence et aux qualifications du personnel navigant complémentaire; Décision du Ministre du Transport N 107 du 05 Septembre 2007 Relative aux conditions d approbation des centres de formation des compagnies de transport aérien. Le Ministre du Transport, Sur proposition

Plus en détail

REGLEMENT SUR LE SERVICE D AUDIT INTERNE DE LA SOCIETE ANONYME «COMPAGNIE NATIONALE «ASTAN EXPO-2017»

REGLEMENT SUR LE SERVICE D AUDIT INTERNE DE LA SOCIETE ANONYME «COMPAGNIE NATIONALE «ASTAN EXPO-2017» «Approuvé» Par la décision du Conseil des Directeurs de la SA «CN «Astana EXPO-2017» du 29 août 2013 Protocole N 6 avec des amendements introduits par la décision du Conseil des Directeurs de la SA «CN

Plus en détail

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4 FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES Mandats des comités du conseil d administration 2.4 2.4.2 Comité de vérification et de la gestion des risques 1. Mandat Le Comité de vérification et

Plus en détail

Mise en service. Formation nationale sur la mise en service, 2006. Exposé présenté par Paul Sra et Mike Cavan

Mise en service. Formation nationale sur la mise en service, 2006. Exposé présenté par Paul Sra et Mike Cavan Mise en service Formation nationale sur la mise en service, 2006 Exposé présenté par Paul Sra et Mike Cavan 1 Portée de l exposé Aperçu sur la mise en service Exigences de mise en service par rapport aux

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Plan d action de la direction Vérification des contrôles de base à la Commission des champs de bataille nationaux

Plan d action de la direction Vérification des contrôles de base à la Commission des champs de bataille nationaux Plan d action de la direction Vérification des contrôles de base à la Commission des champs de bataille nationaux Opinion de la Commission des champs de bataille nationaux sur le rapport de vérification

Plus en détail

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne?

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Les récentes inondations au Pakistan illustrent les effets dévastateurs que les événements naturels peuvent avoir sur

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT Comité d audit 1.1 Membres et quorom Au moins quatre administrateurs, qui seront tous indépendants. Tous les membres du comité d audit doivent posséder des compétences financières

Plus en détail

PROJET DE BONNE GOUVERNANCE DANS LE SECTEUR MINIER COMME FACTEUR DE CROISSANCE (PROMINES) UNITE D EXECUTION DU PROJET

PROJET DE BONNE GOUVERNANCE DANS LE SECTEUR MINIER COMME FACTEUR DE CROISSANCE (PROMINES) UNITE D EXECUTION DU PROJET PROJET DE BONNE GOUVERNANCE DANS LE SECTEUR MINIER COMME FACTEUR DE CROISSANCE (PROMINES) UNITE D EXECUTION DU PROJET ID Projet : P106982 IDA H589 ZR TF010744 Création d un comité de formation continuelle

Plus en détail

PROGRAMME NATIONAL D ASSAINISSEMENT LIQUIDE -EXPÉRIENCE DE L ONEE/BRANCHE EAU-

PROGRAMME NATIONAL D ASSAINISSEMENT LIQUIDE -EXPÉRIENCE DE L ONEE/BRANCHE EAU- Office National de l Electricité et de l Eau potable -Direction Assainissement et Environnement- PROGRAMME NATIONAL D ASSAINISSEMENT LIQUIDE -EXPÉRIENCE DE L ONEE/BRANCHE EAU- 21 Mai 2013 1 Plan Cadre

Plus en détail

RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999

RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999 NATIONS UNIES S Conseil de sécurité Distr. GÉNÉRALE S/RES/1270 (1999) 22 octobre 1999 RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999 Le Conseil de sécurité,

Plus en détail

Une proposition de partenariat pour l éducation primaire

Une proposition de partenariat pour l éducation primaire Une proposition de partenariat pour l éducation primaire Le Gouvernement de la République Démocratique du Congo et la communauté internationale poursuivent un objectif commun pour la stabilité et le développement

Plus en détail

CHARTE D ASSISTANCE AUX PERSONNES HANDICAPEES ET AUX PERSONNES A MOBILITE REDUITE SUR L AEROPORT DE NIMES

CHARTE D ASSISTANCE AUX PERSONNES HANDICAPEES ET AUX PERSONNES A MOBILITE REDUITE SUR L AEROPORT DE NIMES CHARTE D ASSISTANCE AUX PERSONNES HANDICAPEES ET AUX PERSONNES A MOBILITE REDUITE SUR L AEROPORT DE NIMES REGLEMENT N 1107/2006 Aéroport Nîmes Alès Camargue Cévennes 2013 1 TABLE DES MATIERES Pages A INTRODUCTION

Plus en détail

Responsable en Passation de Marchés Page 1

Responsable en Passation de Marchés Page 1 Le Projet de Renforcement des Capacités Institutionnelles pour l Efficacité Gouvernementale (PRCIEG) Titre : Termes de référence pour le recrutement d un Responsable de Passation de Marchés (RPM) 1. Contexte

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION D UN CABINET D EXPERTISE EN VUE D ASSISTER

TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION D UN CABINET D EXPERTISE EN VUE D ASSISTER 128, Boulevard du 13 janvier BP : 2704 Lomé Togo Tél. : (228) 22 21 68 64 Fax. : (228) 22 21 86 84 bidc@bidc-ebid.org www.bidc-ebid.org TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION D UN CABINET D EXPERTISE EN

Plus en détail

Loi n 0005/2008 du 11 juillet 2008 portant création, organisation et fonctionnement de l Agence Nationale de l Aviation civile

Loi n 0005/2008 du 11 juillet 2008 portant création, organisation et fonctionnement de l Agence Nationale de l Aviation civile - 1 - Loi n 0005/2008 du 11 juillet 2008 portant création, organisation et fonctionnement de l Agence Nationale de l Aviation civile L Assemblée nationale et le Sénat ont délibéré et adopté Le Président

Plus en détail

Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments

Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments Fonds structurels 2014-2020 Guide pratique Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments Vous définissez à l heure actuelle les Programmes opérationnels

Plus en détail

Exigences préalables et documents d appui pour un projet d immobilisations dans le secteur de l énergie

Exigences préalables et documents d appui pour un projet d immobilisations dans le secteur de l énergie d appui pour un projet d immobilisations dans le secteur de l énergie Les exigences préalables et les documents d appui sont déterminés en fonction du statut du demandeur : s il est un gouvernement municipal

Plus en détail

I. Introduction et renseignements concernant la Banque.

I. Introduction et renseignements concernant la Banque. Banque de la République du Burundi LA DIRECTION TERMES DE REFERENCE POUR L EVALUATION DES BESOINS DES CELLULES DU SERVICE SUPERVISION BANCAIRE ET MICROFINANCE CHARGEES DE SUPERVISER LES ETABLISSEMENTS

Plus en détail

Athénée de Luxembourg Structure temporaire

Athénée de Luxembourg Structure temporaire Athénée de Luxembourg Structure temporaire DOSSIER DE PRESSE 26 mai 2011 1/9 Contexte Le bâtiment de l Athénée de Luxembourg sur le campus Geesseknaeppchen datant des années soixante, nécessite des travaux

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT Arrêté du 8 février 2012 modifiant l arrêté du 15 septembre 2006 relatif au

Plus en détail

RÉSUMÉ DES OBSERVATIONS ET DES RECOMMANDATIONS

RÉSUMÉ DES OBSERVATIONS ET DES RECOMMANDATIONS RÉSUMÉ DES OBSERVATIONS ET DES RECOMMANDATIONS Observation n o Observations Recommandations Chef de projet Plan d action Date d achèvement prévue 1. Gouvernance 1.1 1.2 1.3 1.4 Le Comité spécial des sous-

Plus en détail

RESPONSABILITÉ DGA SG

RESPONSABILITÉ DGA SG RÈGLEMENT DE LÉGATION DE FONCTIONS ET DE POUVOIRS GÉNÉRAL - DROITS, POUVOIRS ET OBLIGATIONS 1. Adoption de toute mesure jugée appropriée pour pallier temporairement toute situation d urgence et rapport

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR L AUDIT EXTERNE DES PROJETS FINANCÉS PAR LE GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

TERMES DE REFERENCE POUR L AUDIT EXTERNE DES PROJETS FINANCÉS PAR LE GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT Annexe 4 TERMES DE REFERENCE POUR L AUDIT EXTERNE DES PROJETS FINANCÉS PAR LE GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT 1. CONTEXTE 1.1 Le Groupe de la Banque africaine de développement (la Banque)

Plus en détail