LES INTERVENTIONS DES BANQUES CENTRALES : ACHATS DE TITRES ET DE TEMPS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES INTERVENTIONS DES BANQUES CENTRALES : ACHATS DE TITRES ET DE TEMPS"

Transcription

1 LES INTERVENTIONS DES BANQUES CENTRALES : ACHATS DE TITRES ET DE TEMPS SEPTEMBRE VOLUME 2 Table des matières LES INTERVENTIONS DES PRINCIPALES BANQUES CENTRALES La Réserve fédérale des États-Unis La Banque d Angleterre La Banque centrale européenne la Banque du Japon...4 ÉVALUATION DES INTERVENTIONS DES BANQUES CENTRALES La Réserve fédérale des États-Unis La Banque d Angleterre La Banque centrale européenne la Banque du Japon...8 EFFETS SECONDAIRES DES INTERVENTIONS CONCLUSION La crise financière du début du millénaire a freiné l élan de l économie mondiale, révélant ainsi plusieurs déséquilibres. Dans l article L économie mondiale à la croisée des chemins, nous avons décrit certaines des séquelles de la crise financière, notamment le processus de désendettement dans lequel sont engagées plusieurs économies industrialisées dans un contexte de lente reprise économique. Cette reprise est d autant plus lente que les leviers fiscaux sont enrayés par le fardeau de la dette et ne peuvent contribuer à appuyer l activité économique. C est donc dans cette conjoncture d ajustements à l échelle mondiale, mais aussi face à des contraintes nationales, que les banques centrales se sont senties interpellées. Dans ce nouvel article, nous analyserons les actions, parfois inédites, des banques centrales en réaction à la conjoncture particulière que nous vivons. L ampleur de la récente crise financière a amené plusieurs banques centrales à intervenir avec vigueur. Craignant que l activité économique mondiale ne sombre dans la dépression, les autorités monétaires ont tout d abord utilisé les leviers traditionnels des taux d intérêt directeurs qu elles ont dans plusieurs cas ramenés près de zéro. Elles ont ensuite poussé plus loin l innovation en matière de politique monétaire avec l expansion spectaculaire de leurs bilans. En latin, Addenda signifie «ajout», ce qui résume parfaitement notre mission, soit celle de créer de la valeur ajoutée aux portefeuilles de nos clients.

2 Constatant en effet que la baisse des taux directeurs ne suffirait pas pour sortir les économies de la récession, les banques centrales ont convenu de tout mettre en œuvre pour éviter que le crédit interbancaire ne fige. C est ainsi que les banques centrales ont prêté leur bilan aux banques commerciales, leur créditant des liquidités contre des titres de créance que ces dernières ont déposés en garantie. 1 Ces procédures, surtout mises en place suite à la faillite de Lehman Brothers en septembre 2008, ont permis aux banques de poursuivre leurs opérations à court terme. Il fallut ensuite admettre que ces gestes étaient loin d être suffisants pour relancer l activité économique. Les banques centrales constataient aussi que les gouvernements ne pouvaient appuyer convenablement la relance, paralysés qu ils étaient par un fardeau d endettement exacerbé par la récession et ses effets à la baisse sur les revenus, à la hausse sur les dépenses. Plusieurs banques centrales ont alors résolu d augmenter la taille de leurs bilans par l achat d actifs financiers, dans l espoir de redonner de l élan à l activité économique. On peut même se demander si ces opérations n étaient pas tout simplement nécessaires pour éviter que la conjoncture économique ne se dégrade davantage à court terme, rendant la sortie de récession plus pénible encore.»constatant que la baisse des taux directeurs ne suffirait pas pour sortir les économies de la récession. (%) 45,0 40,0 35,0 30,0 Bilan des banques centrales en % du PIB FED BCE BAngl BJpn»Plusieurs banques centrales ont alors résolu d augmenter la taille de leurs bilans. 25,0 20,0 15,0 10,0 5,0»En novembre 2008, la Source : Datastream Les banques centrales exercent un suivi continu de la conjoncture économique, et la lenteur de la reprise jusqu à maintenant les a forcées à revoir périodiquement et au besoin l ampleur de leurs interventions. Nous vous proposons un bref survol de l évolution des principaux programmes d assouplissement quantitatif mis en œuvre par les banques centrales. LES INTERVENTIONS DES PRINCIPALES BANQUES CENTRALES La Réserve fédérale des États-Unis En novembre 2008, la Réserve fédérale annonçait son programme d achats d actifs à grande échelle («Large-Scale Asset Purchase program», ou LSAP) par le biais duquel elle achèterait jusqu à concurrence de 600 milliards $ de titres adossés à des créances hypothécaires et d obligations émises par des agences de garantie de prêts hypothécaires. Rappelons que le gouvernement des États-Unis avait peu de temps auparavant explicitement garanti la dette de ces agences, permettant alors à la banque centrale des États-Unis de détenir de ces titres. 2 Il y a, par ailleurs, peu à s étonner que les premières actions de la Fed aient porté sur les titres des agences de garantie de prêts hypothécaires, puisque le secteur Réserve fédérale annonçait son programme d achats d actifs à grande échelle. 1 Les programmes administrés par la Fed étaient le Term Auction Facility (TAF), le Term Asset-Backed Lending Facility (TALF), le Commercial Paper Funding Facility (CPFF), et le Money Market Investor Funding Facility (MMIFF). Le Troubled Asset Relief Program, ou TARP, était géré par le département du Trésor mais soutenu fortement par la Fed. 2 Selon ses statuts, la Réserve fédérale ne peut détenir que des titres émis ou garantis par le gouvernement des États- Unis. 2

3 »Notons que tous ces achats sont financés par la création de monnaie par la banque centrale. de l immobilier résidentiel, qui a été à la source de la crise financière, était aussi celui dont le redressement semblait, et semble toujours, prioritaire. En mars 2009, la Fed augmentait à milliards $ le montant des achats de titres adossés des agences de garantie de prêts hypothécaires en y ajoutant l achat de 200 milliards $ d obligations émises par ces mêmes agences et 300 milliards $ de titres de plus long terme émis par le gouvernement fédéral des États-Unis. Bien qu à l origine, en 2008, ce programme devait prendre fin en juin 2009, les achats ont été prolongé jusqu au début de En novembre 2010, alors que la conjoncture ne montrait toujours pas de signes d amélioration suffisante, la Fed annonçait qu elle achèterait 600 milliards $ d obligations du Trésor des États-Unis entre cette date et la mi-juin Notons que tous ces achats sont financés par la création de monnaie par la banque centrale. Par contre, en septembre 2011, dans le but d appuyer ses efforts pour contrer une augmentation des taux d intérêt de plus long terme, la Fed mettait en place un programme d allongement des échéances, le «Maturity Extension Program» ou «opération Twist», par lequel elle vendrait des titres du Trésor d une échéance de moins de trois ans et achèterait un montant équivalent de titres d échéance plus longue, comprise entre 6 et 30 ans. Ce programme, d une ampleur initiale de 400 milliards $, devait se terminer à la fin de juin 2012 (il a plutôt été prolongé jusqu à la fin de 2012 au même rythme, pour représenter 45 milliards $ par mois, soit 267 milliards $ au total). Une opération similaire avait eu lieu en 1961 dans le même but. Notons que l opération Twist n avait pas pour effet d augmenter le bilan de la Fed, puisque les achats étaient financés par le produit de la vente de titres déjà inscrits au bilan de la banque centrale. L opération Twist était donc une action stérilisée en termes financiers. INTERVENTION MONÉTAIRE STÉRILISÉE OU NON? Lorsqu une banque centrale intervient dans les marchés financiers en achetant ou en vendant des titres ou des devises, elle augmente ou réduit ses actifs au bilan et elle augmente ou réduit les réserves en circulation des banques en réglant la transaction. Si la banque centrale souhaite que l opération ne se solde pas par une augmentation ou une réduction des réserves en circulation, elle doit stériliser l intervention en effectuant une autre opération qui affecte les réserves bancaires en sens inverse. Par exemple, si la banque centrale achète des obligations de long terme, elle injecte de nouvelles réserves dans le système bancaire en payant pour ces achats. Si elle désire stériliser cette intervention, elle peut vendre des bons du Trésor. À la suite de ces deux interventions, la taille totale de son bilan demeurerait inchangée, mais elle aurait tout de même pu influencer le taux des obligations (à la baisse par ses achats) et le taux des bons du Trésor (à la hausse par ses ventes). En général, l intervention non stérilisée a un impact plus fort, car la variation des réserves en circulation déclenche habituellement une autre ronde de transactions de la part de celui qui reçoit les nouvelles réserves (par suite d un achat par la banque centrale) ou qui va tenter de reconstituer sa liquidité (à la suite d une vente par la banque centrale). Puisque «l opération Twist» allait se terminer et que la conjoncture semblait encore incertaine, la Fed a décidé, à la fin de 2012, de poursuivre ses achats de titres de plus long terme au même rythme de 45 milliards $ par mois, mais cette fois, sans financer ces opérations par la vente de titres de court terme. 3 Elle y ajouta aussi l achat de titres adossés émis par les agences de garantie de prêts hypothécaires d un montant de 40 milliards $ par mois, portant à 85 milliards $ le montant des titres qu elle inscrit à son bilan à chaque mois. 3 À ce moment la Fed avait déjà épuisé son stock d obligations de courtes échéances. 3

4 La Banque d Angleterre La Banque d Angleterre a suivi la voie tracée par la Fed par la création, en janvier 2009, de l «Asset Purchase Facility» ou APF, un programme permettant l achat de titres obligataires du gouvernement britannique. La dotation initiale de ce fonds s élevait à 150 milliards, dont jusqu à 50 milliards pouvaient servir à l achat de titres de qualité de sociétés du secteur privé. Comme ce fut le cas pour la Fed, la dotation de l APF a aussi augmenté graduellement. Les titres inscrits au bilan de la Banque d Angleterre ont atteint le maximum permis de 375 milliards et sont maintenant tous des d obligations d État (toutes les obligations de sociétés achetées antérieurement ont été vendues depuis.) À ce programme, la Banque d Angleterre a ajouté un programme de financement à terme destiné aux banques et aux sociétés de financement hypothécaire afin d inciter ces dernières à prêter davantage, et à des taux plus faibles, aux ménages et aux entreprises. Une quarantaine d institutions ont ainsi reçu des fonds à terme de la banque centrale britannique, mais la taille de ce programme demeure relativement faible (16 milliards au 30 juin 2013). La Banque centrale européenne Contrairement aux autres banques centrales normalement constituées, la Banque centrale européenne (BCE) ne dispose pas du cadre juridique lui permettant de recourir à des opérations d assouplissement quantitatif. Toutefois, à la suite de la crise financière, la BCE a mis sur pied un programme d opérations de refinancement à plus long terme, («Longer Term Refinancing Operations» ou LTRO) qui fournissait de la liquidité aux banques commerciales contre le dépôt de titres financiers en garantie. Avant la crise financière, le programme procurait de la liquidité pour une période d au plus trois mois. L échéance de ce financement a été allongée une première fois à six mois en 2008 pour ensuite être repoussée à trois ans en À l été 2012, la Banque centrale européenne annonçait qu elle procéderait à des opérations monétaires sur titres (Outright Monetary Transactions ou OMT) lui permettant d acheter des obligations d État sur le marché secondaire destinées à préserver une transmission appropriée de la politique monétaire ainsi que l unicité de la politique monétaire. 4 En contrepartie, les pays émetteurs qui bénéficieront des achats de titres en vertu de ce programme devront se soumettre aux exigences énoncées par les programmes de stabilisation financière de la BCE, soit le Fonds européen de stabilisation financière et le mécanisme européen de stabilisation. 5 L atteinte de ces objectifs des OMT se fera sans que la base monétaire n augmente, contrairement au LTRO et aux programmes d assouplissements quantitatifs des autres banques centrales. Autrement dit, ce programme est stérilisé. Notons également que le programme de la BCE portera sur l achat de titres dont les échéances s étendront d un à trois ans, alors que les achats de titres des autres banques centrales portent sur l ensemble de la courbe de rendement. La Banque du Japon Après plus de deux décennies marquées par une faible croissance économique, la Banque du Japon a renoué avec un programme d assouplissement quantitatif et qualitatif ( Quantitative and Qualitative Monetary Easing ). Ce programme de la banque centrale nippone constitue un des trois axes d intervention qui incluent aussi un volet budgétaire et réglementaire. La Banque du Japon a annoncé qu elle achèterait directement pour près de 7,5 billions d obligations du gouvernement japonais. Le programme vise à doubler la base monétaire par la création de réserves auprès de la banque centrale japonaise pour, bien sûr, stimuler l activité économique, mais aussi amener le taux d inflation à la nouvelle cible de 2 %. Rappelons que le taux d inflation au Japon demeure négatif depuis près d une quinzaine d années et qu un premier programme d assouplissement quantitatif lancé en mars 2001 et abandonné cinq ans plus tard n avait pu la relancer.»la Banque d Angleterre a suivi la voie tracée par la Fed.»La Banque centrale européenne a mis sur pied un programme d opérations de refinancement à plus long terme.»la Banque du Japon a annoncé qu elle achèterait directement pour près de 7,5 billions de yens d obligations du gouvernement japonais. 4 Banque centrale européenne, Décisions du Conseil des gouverneurs de la BCE (autres que les décisions relatives à la fixation des taux d intérêt), 21 septembre Ces programmes ont été créés en 2010 pour stabiliser les marchés financiers des pays membres de la zone euro et comprennent aussi la participation du FMI. 4

5 ÉVALUATION DES INTERVENTIONS DES BANQUES CENTRALES»Ces programmes ont amené les bilans des banques centrales à plus de 30 % du PIB mondial. Ces programmes, en plus de ceux visant à stabiliser le système financier et les programmes d appui au crédit ou à la gestion des taux de change (en Suisse, par exemple 6 ), ont amené les bilans des banques centrales à passer de 10,4 milliards $ en 2007, à l aube de la crise financière, à 20,5 billions de $ en 2012, une somme correspondant à plus de 30 % du PIB mondial. Ces interventions ont-elles réussi? La Réserve fédérale des États-Unis Avant le déploiement des programmes d assouplissement quantitatif, les programmes de financement temporaire consentis aux banques commerciales, aux banques d investissement et même aux grands fonds de marché monétaire en 2008 ont permis d éviter l enlisement du système financier. Si l on considère que le système n a pas cessé de fonctionner, que les échanges de liquidité entre»cette opération de sauvetage menée par la banque centrale des États- Unis constitue l une de ses plus grandes réussites. (%) VIX - Indice de volatilité des actions VIX 10 0 janv oct juin-2003 févr oct juil mars-2010 nov août-2013 Source : CBOE»Les achats de titres du Trésor ont forcé à la baisse toute la structure à terme des taux d intérêt. 6 La Banque nationale suisse a notamment augmenté ses réserves de change pour limiter l appréciation du franc suisse contre l euro. 7 La Fed affirme que ses achats de titres ne monétisent pas la dette du gouvernement car elle les effectue sur le marché secondaire. Strictement parlant, la banque centrale ne donne pas les fonds directement au gouvernement, mais les intervenants du marché savent que la banque centrale s est engagée à acheter des titres systématiquement, chaque mois, en injectant de nouvelles réserves tant que le programme d achats continue. institutions se sont assez vite rétablis et que les facilités exceptionnelles de crédit ont pu être éliminées après quelques mois, on peut dire avec justesse que cette opération de sauvetage menée par la banque centrale des États-Unis constitue l une de ses plus grandes réussites. Par ailleurs, l achat de titres obligataires par la Fed, une opération qui visait avant tout à faire baisser les taux de plus long terme, s est soldé par une augmentation de son bilan qui, des 900 milliards $ qu il était avant la crise, est passé à 3,6 billion $ en août De plus, ces achats (sauf ceux de l opération Twist) n étant pas stérilisés, l injection de liquidité dans le système financier vise aussi à stimuler la demande pour les actifs risqués. Les achats de titres du Trésor ont en effet forcé à la baisse toute la structure à terme des taux d intérêt des obligations gouvernementales qui servent de point d ancrage à toutes les catégories de titres de crédit (billets de dépôt des banques, obligations de sociétés, obligations à rendement élevé, etc.). Les emprunteurs ont ainsi pu lever des fonds à terme à des taux très bas. Le Trésor des États-Unis, qui doit financer des déficits record depuis la crise en plus de faire face à des refinancements constants, a profité de taux exceptionnellement bas, alors que la Fed a fini par absorber la quasi-totalité de l augmentation nette de l encours des titres du Trésor. 7 Les gouvernements locaux (états et municipalités) ont aussi bénéficié de cette baisse des taux, mais en partie seulement, car leurs coûts d emprunts ont souffert de l aversion au risque qui s est généralisée depuis la crise du crédit. 5

6 Ventes de véhicules aux États-Unis millions d'unités Autos et camions légers»le marché de l automobile est un de ceux qui ont le plus bénéficié des coûts de financement moindres janv juin-1996 nov avr sept févr juil Source : AUTODATA Le marché de l automobile est un de ceux qui ont le plus bénéficié des coûts de financement moindres et qui se sont le plus fortement redressés depuis la crise. De plus, les achats de la Fed de titres reliés aux hypothèques ont accentué la baisse des écarts de ces titres par rapport aux titres gouvernementaux, ce qui a engendré une baisse prononcée des taux hypothécaires de long terme et amélioré l abordabilité. L effet combiné de la baisse des taux hypothécaires et des prix des maisons a fini par ranimer la demande depuis environ deux ans et demi. Ce secteur, qui manquait à l appel en début de reprise alors qu il fallait digérer les excès antérieurs, est maintenant redevenu un ingrédient clé de la reprise. Ventes de maisons et condos»l effet combiné de la baisse des taux hypothécaires et des prix des maisons a fini par ranimer la demande. Milliers d'unités Nouvelles maisons (g) Maisons existantes (d) Milliers d'unités janv déc nov oct sept août-2009 juil Source : U.S. Census, NAR»Calmer l aversion au risque excessive est devenu un objectif prioritaire. Par ses achats non stérilisés, la Réserve fédérale espérait aussi que l effet de liquidité découlant de l augmentation de la base monétaire influencerait favorablement les attentes. Calmer l aversion au risque excessive des marchés financiers et redonner confiance aux ménages et aux entreprises est devenu un objectif prioritaire, quoique indirect, de ces injections de liquidité. La baisse des taux d intérêt des obligations sans risque de crédit a rehaussé l attrait relatif des actifs plus risqués, tels les 6

7 obligations de sociétés et les titres boursiers. La forte baisse des écarts de rendement des obligations de sociétés et la longue reprise boursière depuis le creux de mars 2009 témoignent de cette baisse de l aversion au risque. Ces phénomènes ont contribué à rehausser la confiance des ménages et des entreprises, quoique à un degré moindre dans le cas de ces dernières. La Fed espérait également que l augmentation de la base monétaire (l injection de réserves) inciterait les banques commerciales à recommencer à prêter, objectif qui n est que partiellement atteint à ce stade. Quant aux entreprises, malgré des profits atteignant une part du PIB sans précédent, malgré des bilans solides et un marché boursier à de nouveaux sommets, le retour de la confiance demeure mitigé et une vague plus forte de nouveaux investissements se fait encore attendre. La Banque d Angleterre»Cet effet de richesse n a eu qu un impact mitigé sur l économie réelle. Comme ce fut le cas aux États-Unis, les achats de titres par la Banque d Angleterre ont résulté en une hausse notable du prix des actifs risqués, notamment du marché boursier. Par contre, cet effet de richesse n a eu qu un impact mitigé sur l économie réelle. En effet, la baisse des taux de long terme et la hausse des cours boursiers qui ont accompagné le début de reprise à compter de la fin 2009 n ont pas empêché l économie britannique de retomber en récession en fin 2011, une récession dont elle ne semblait commencer à sortir qu au début de Produit intérieur brut - Royaume-Uni Variation trimestrielle annualisée en % 10,0 8,0 6,0 4,0 2,0 0,0-2,0-4,0-6,0-8,0-10, Source : Datastream 7

8 La Banque centrale européenne Les interventions de la BCE ont aidé les banques commerciales à financer les obligations d État qu elles détiennent. Ce soutien est devenue nécessaire lorsque, à la suite de la perte de confiance des déposants, plusieurs banques commerciales des pays ébranlés par la crise de dette souveraine ont perdu une partie importante de leur base de dépôts. Sans compter que depuis la crise du crédit, le recyclage des excédents disponibles, auparavant effectué par le marché interbancaire, a diminué de beaucoup.»les interventions de la (%) Taux 10 ans de la zone Euro Allemagne France Italie Espagne Portugal Grèce BCE ont aidé les banques commerciales à financer les obligations d État mai-07 août-08 nov.-09 févr.-11 mai-12 août-13 Source : Bloomberg Les interventions de la BCE ont permis de stabiliser les écarts de rendement des obligations d État des pays de la périphérie et d atténuer les pressions de liquidité sur les banques. La crise de confiance quant à la pérennité de l euro a pour l instant été étouffée. Toutefois, la reprise est entravée par le fait que plusieurs banques de la zone euro, encore trop faiblement capitalisées et averses au risque, sont peu disposées à prêter. On peut donc affirmer que l assouplissement quantitatif effectué à ce jour par la BCE a permis de stabiliser une situation qui menaçait de mener à l éclatement de la monnaie commune. Toutefois, l expansion du bilan de la banque centrale n a pas réussi à stimuler la croissance réelle au moment où plusieurs pays de la périphérie de la zone euro sont encore en récession profonde. Nous croyons que la BCE a fait le nécessaire pour désamorcer la crise, mais qu elle n est pas parvenue à tout mettre en œuvre pour engager la reprise.»japon...ce n est qu à plus long terme que l on pourra juger du succès de l opération. La Banque du Japon Au nombre des programmes d assouplissement quantitatif des principales banques centrales, celui de la Banque du Japon est le plus récent. Les réactions initiales aux actions de la banque centrale nippone, notamment la forte progression du marché boursier et la dépréciation souhaitée du yen, tendraient à confirmer le succès de l intervention. Toutefois, ce n est qu à plus long terme et après la mise en œuvre des réformes budgétaires et réglementaires, que l on pourra juger du succès de l opération par rapport aux objectifs de croissance et d inflation. EFFETS SECONDAIRES DES INTERVENTIONS»Nous constatons déjà un certain prix à payer pour cette grande expérience de stimulation monétaire. Ces doses d assouplissement monétaire hautement concentrées étaient peut-être nécessaires pour éviter l éclatement du système financier et sortir l économie mondiale de la Grande Récession. Comme dans la plupart des expériences en sciences sociales, nous ne pouvons que spéculer sur ce qui aurait pu se produire sans de telles interventions. Toutefois, nous constatons déjà un certain prix à payer pour cette grande expérience de stimulation monétaire. 8

9 »Les bas taux d intérêt ont créé un contexte extrêmement difficile pour certains groupes.»la persistance de taux très bas comporte des risques pour la stabilité financière.»l accommodation monétaire persistante crée des bulles en encourageant le recours excessif au levier financier Report on the funding of defined benefit pension plans in Ontario, Financial Service Commission of Ontario, août Si les bas taux d intérêt persistants ont aidé les débiteurs, il faut toutefois reconnaître qu ils ont créé un contexte extrêmement difficile pour certains groupes. On n a qu à penser aux retraités dont le revenu provient principalement des revenus d intérêt comme exemple patent des groupes les plus désavantagés par cette répression financière. Dans la même veine, les régimes de retraite à prestations déterminées ont vu leur passif exploser à la suite de la baisse des taux de long terme. Selon une étude récente s appliquant aux régimes à prestations déterminés ontariens 8, 54 % des régimes recensés étaient sous-capitalisés selon l hypothèse de continuité, et 89 % l étaient selon l évaluation de solvabilité. Cette situation, si elle persiste, menacera la viabilité de ce type de régime dont le coût est devenu prohibitif dans un contexte de très faibles rendements et d une offre de maind oeuvre qui se mondialise. Un des effets pervers de ces bas taux d intérêt, dont l objectif est d appuyer la reprise économique, est observable auprès des épargnants les plus déterminés à accumuler un montant donné de capital pour la retraite. Si ces derniers ne réduisent pas leur capital cible, les faibles rendements de leur épargne les forcent à épargner encore plus, donc à moins consommer, ce qui va à l encontre de l objectif de la politique monétaire : stimuler la reprise. Du côté des emprunteurs, la persistance de taux très bas comporte des risques pour la stabilité financière. Pour les emprunteurs hypothécaires qui n optent pas pour les plus longues échéances à taux fixes, la hausse éventuelle des taux pourrait devenir un fardeau insupportable. Pour les gouvernements, les taux anormalement bas diminuent la pression financière qui autrement les forcerait à procéder aux réformes structurelles des programmes sociaux et de la taxation qui, de toute façon, sont incontournables à moyen terme pour rétablir l équilibre budgétaire. Les tensions budgétaires à venir compliqueront la stratégie de sortie des banques centrales qui, de ce fait, pourraient voir leur indépendance compromise. Du côté de la stabilité financière, il y a, bien sûr, le risque que l accommodation monétaire persistante crée des bulles en encourageant le recours excessif au levier financier et en gonflant indûment le prix de certains actifs. Nous avons pu constater, depuis mai dernier, que les marchés pouvaient devenir très volatils lorsque la perspective d un changement de régime monétaire se précise. La transition pourrait donc donner lieu à des accidents de parcours. En mai dernier le comité de politique monétaire de la Fed semble avoir conclu que l assouplissement quantitatif comportait des risques préoccupants pour la stabilité financière et que ses bénéfices pour l économie réelle diminuaient tout en n étant plus aussi nécessaires. Il a alors signalé son intention de commencer à réduire progressivement ses achats de titres avant la fin de cette année. La banque centrale a été surprise de l ampleur de la réaction du marché obligataire à ce signal. Depuis le creux de mai, les rendements à l échéance des obligations du Trésor des États- Unis de 5 ans ont augmenté à 1,63 % (+0,98 %), celles de 10 ans à 2,87 % (+1,21 %) et celles de trente ans à 3,86 % (+1,04 %). Ces hausses de taux pourraient déjà s avérer suffisamment fortes pour ralentir la reprise du marché immobilier et des ventes de biens durables exigeant du financement. Préoccupé par ce frein potentiel sur la reprise, le comité de la Fed, à sa réunion de septembre, a préféré reporter à plus tard le moment où il commencera à réduire la cadence des achats. Qui plus est, en plus de maintenir les achats de titres au niveau actuel, le comité a aussi réaffirmé qu il entrevoit maintenir le taux directeur très bas longtemps après avoir mis un terme à ses achats de titres. CONCLUSION Les interventions des banques centrales ont permis d éviter que les conséquences de la crise de crédit et de la Grande Récession ne soient encore pires que la lenteur de la reprise que nous avons connue depuis. Essentiellement, elles ont permis de gagner du temps pour redresser l économie. 9

10 Le temps que les banques centrales ont acheté n a cependant pas permis à la croissance économique de manifester beaucoup de dynamisme. De plus, on peut se demander jusqu à quand les intervenants économiques accorderont-ils une telle licence aux banques centrales. Cette échéance sera-t-elle dictée par l inflation? Cette croissance sans précédent de la taille des bilans des banques centrales a eu des effets rapides et importants sur le prix des actifs financiers, alors que les prix dans l économie réelle demeurent remarquablement disciplinés. Si l on accepte le postulat de Milton Friedman, père du courant monétariste, que «partout et de tout temps, l inflation est un phénomène monétaire», on doit se demander pourquoi l inflation monétaire récente n a affecté que les prix des actifs financiers et escamoté les prix dans l économie réelle. Quel est le risque qu il ne s agisse que d un sursis qui ne tient qu à la longueur des délais? Dans la prochaine étude, nous nous pencherons sur l anatomie de l inflation dans l économie réelle ainsi que sur les chances que l expérience monétaire des dernières années finisse par l attiser. AUTEURS : Benoît Durocher, vice-président exécutif et chef stratège économique Richard Beaulieu, économiste principal BIBLIOGRAPHIE : Bank of England, Asset Purchase Facility, Rapport trimestriel T Bank of England, The Distributional Effects of Asset Purchases, 12 juillet 2013 Bank of England, Joyce, Michael, Tong, Matthew, and Woods, Robert, Bank of England Macro Financial Analysis Division, The United Kingdom s Quantitative Easing Policy: Design, Operation and Impact, Bulletin trimestriel T Bank of England, King, Mervin, Letter to the Chancellor of the Exchequer 29 janvier 2009 Banque des Règlements Internationaux, La politique monétaire à la croisée des chemins 83 ième rapport annuel, 1 e avril mars 2013, chapitre 6 Banque des Règlements Internationaux, Utiliser au mieux le sursis octroyé, 83ième rapport annuel, 1e avril mars 2013, chapitre 1, p.12 Board of Governors of the Federal Reserve System, Bernanke, Ben, Central Bank Independence, Transparency, and Accountability, 26 mai

11 Board of Governors of the Federal Reserve System, Bernanke, Ben, A Century of U.S. Central Banking: Goals, Framework, Accountability, 10 juillet 2013 Board of Governors of the Federal Reserve System, Bernanke, Ben, Transcript of Chairman Bernanke s Press Conference, 19 juin 2013 Board of Governors of the Federal Reserve System, Bernanke, Ben, Minutes of the Federal Open Market Committee, juin 2013 Board of Governors of the Federal Reserve System, Bernanke, Ben, Monetary Policy since the Onset of the Crisis, 31 août 2012 Board of Governors of the Federal Reserve System, Bernanke, Ben, The Crisis and the Policy Response, 13 janvier 2009 Board of Governors of the Federal Reserve System, Bernanke, Ben, Reflections on a Year of Crisis, 21 août 2009 Board of Governors of the Federal Reserve System, Bowman, David, Cai, Fang, Davies, Sally and Kamin, Steven, Quantitative Easing and Bank Lending: Evidence from Japan, juin 2011 Board of Governors of the Federal Reserve System, Carpenter, Seith B., Irig, Jane E., Klee, Elisabeth C., Quinn, Daniel W., and Boote, Alexander H., The Federal Reserve Balance Sheet and Earnings: A Primer and Projections, janvier 2013 Board of Governors of the Federal Reserve System, Kimura, Takeshi and Small, David, Quantitative Monetary Easing and Risk in Financial Asset Markets, 28 septembre 2004 Bank of Japan, Financial Markets Department, Outline of Outright Purchases of Japanese Government Bonds, 18 avril 2013 Bank of Japan, Financial Markets Department, Outline of Outright Purchases of Japanese Government Bonds, 4 avril 2013 Bank of Japan, Financial Markets Department, Quantitative and Qualitative Monetary Easing, 4 avril 2013 European Central Bank, Decision Taken by the Governing Council of the ECB (in addition to deciding settling interest rates), septembre 2012 European Central Bank, Technical Features of Outright Monetary Transactions, Communiqué de presse, Pimco insights, septembre 2012 McCulley, Paul, The Shadow Banking System and Hyman Minksy s Economic Journey, Pimco Insights, mai 2009 Schmitt-Grohé, Stéphanie and Uribe, Martin, The Making of A Great Contraction with a Liquidity Trap and a Jobless Recovery, NBER Working Paper 18544, novembre 2012 Financial Services Commission of Ontario, 2012 Report on the Funding of Defined Benefit Pension Plans in Ontario, Overview and Selected Findings , août

12 Addenda Capital inc. Addenda Capital est une firme de gestion de placements qui grâce à son engagement envers l excellence et à l attention particulière qu elle voue aux besoins de sa clientèle, crée de la valeur ajoutée en s appuyant sur des stratégies et des processus de placement rigoureux. Addenda Capital propose à sa clientèle une gamme élargie de stratégies de placement couvrant plusieurs catégories d actifs : titres à revenu fixe, hypothèques commerciales, actions canadiennes, américaines et internationales. Nos solutions de placement classiques ou novatrices englobent aussi la répartition de l actif, la gestion d investissements guidés par le passif, les stratégies de couverture des devises, de rendement absolu et de gestion par superposition. Choisir Addenda Capital, c est opter pour un partenaire chevronné qui offre des solutions optimales afin d aider ses clients à atteindre leurs objectifs de placement. Dépôt légal Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2013 Dépôt légal Bibliothèque et Archives Canada, 2013 ISBN Addenda Capital inc., Tous droits réservés. Prière de noter que la teneur du présent document et les opinions qui y sont exprimées sont sujettes à changement selon les conditions du marché ou toute autre conjoncture. La reproduction de ce texte est permise à la condition d en mentionner la source.

Crise financière et perspectives économiques

Crise financière et perspectives économiques Crise financière et perspectives économiques Genval, le 26 janvier 2009 Guy QUADEN Gouverneur de la Banque nationale de Belgique 2/ 19 La crise financière en bref Première phase (jusque septembre 2008)

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

La crise des dettes souveraines*

La crise des dettes souveraines* La crise des dettes souveraines* ANTON BRENDER, FLORENCE PISANI & EMILE GAGNA (*) La découverte 1. Table des matières I Dette souveraine, dette privée II D une crise à l autre III Le piège japonais IV

Plus en détail

La dette publique japonaise : quelles perspectives?

La dette publique japonaise : quelles perspectives? La dette publique japonaise : quelles perspectives? Le Japon est le pays le plus endetté du monde avec une dette publique représentant 213% de son PIB en 2012 (contre 176% pour la Grèce). Dans ces conditions,

Plus en détail

La situation économique

La situation économique La situation économique Assemblée Générale U.N.M.I Le 2 octobre 2013 J-F BOUILLON Directeur Associé La situation économique en 2013 3 AG UNMI 2 Octobre 2013 La croissance Les chiffres des principaux pays

Plus en détail

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Dans un contexte difficile depuis le début de la crise de 2008, les encours de crédits accordés par les banques françaises ont

Plus en détail

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? juin KBC Groupe CONJONCTURE : situation internationale Retour de la confiance dans les pays développés, hésitations en Chine Indice de confiance de l industrie

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE Encadré PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA Sur la base des informations disponibles au 23 août 2013, les services de la ont réalisé des projections concernant

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

Conjoncture et perspectives économiques mondiales

Conjoncture et perspectives économiques mondiales Conjoncture et perspectives économiques mondiales Association des économistes québécois ASDEQ 4 décembre 2012 Marc Lévesque, Vice-président et économiste-en-chef, Investissements PSP Ralentissement de

Plus en détail

comme l atteste la nouvelle progression du taux de croissance annuel de l agrégat étroit M1 qui s est établi à 4,5 % en juillet, après 3,5 % en juin.

comme l atteste la nouvelle progression du taux de croissance annuel de l agrégat étroit M1 qui s est établi à 4,5 % en juillet, après 3,5 % en juin. Paris, le 6 septembre 2012 BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE CONFÉRENCE DE PRESSE 6 SEPTEMBRE 2012 DÉCLARATION INTRODUCTIVE Mesdames et messieurs, le vice-président et moi-même sommes très heureux de vous accueillir

Plus en détail

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics Bulletin du FMI PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES MONDIALES Quelques leçons de l histoire pour maîtriser la dette publique Bulletin du FMI en ligne 27 septembre 2012 Le fronton du Trésor américain : la dette publique

Plus en détail

Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire

Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire I. Objectifs et instruments de la politique monétaire A) Les objectifs des politiques économiques Une politique économique = toute

Plus en détail

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL L activité économique mondiale en 2013 s est caractérisée par une reprise progressive dans les pays avancés, bien qu à des degrés variables selon les pays. Dans

Plus en détail

Les rendez-vous économiques et financiers

Les rendez-vous économiques et financiers Les rendez-vous économiques et financiers Les banques centrales au pilotage de l économie?... ou l Art du «Policy-mix» Novembre 2014 Prévisions 2014 & 2015 d Amundi 2014 2015 0,8% 1,3% 7,4% 7,1% Une Croissance

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Bulletin du FMI BILAN DE SANTÉ ÉCONOMIQUE France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Kevin C. Cheng et Erik de Vrijer Département Europe du FMI 27 juillet 2011 Vendanges dans le

Plus en détail

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Aperçu Au cours de la première moitié des années 1990, le Canada était

Plus en détail

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle La monnaie : INTRODUCTION 22.01.2010, Lausanne 8h45 12h 12h45 16h David Maradan, chargé de cours UNIGE et HEG-Genève; Directeur Ecosys

Plus en détail

Les Crises de Balance des

Les Crises de Balance des Les Crises de Balance des Paiements Cédric Tille Institut t des Hautes Etudes Internationales ti et du Développement, et Center for Economic Policy Research (CEPR) Journée Iconomix, 14 Novembre 2012 Structure

Plus en détail

DISSERTATION. SUJET Quels sont les effets d une politique de relance face à un choc de demande négatif?

DISSERTATION. SUJET Quels sont les effets d une politique de relance face à un choc de demande négatif? DISSERTATION Il est demandé au candidat : - de répondre à la question posée par le sujet ; - de construire une argumentation à partir d'une problématique qu'il devra élaborer ; - de mobiliser des connaissances

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

Fonds Avantage FPI hypothécaires d agences américaines

Fonds Avantage FPI hypothécaires d agences américaines Commentaire Rendement Au troisième trimestre, les FPI hypothécaires ont cédé une partie du terrain gagné plus tôt dans l année, comme en témoigne le léger recul des cours des titres adossés à des créances

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

Présentation à l Institut Canadien de la retraite et des avantages sociaux

Présentation à l Institut Canadien de la retraite et des avantages sociaux Bureau du surintendant des institutions financières Bureau de l actuaire en chef Office of the Superintendent of Financial Institutions Des régimes de retraite mieux financés dans un système équilibré

Plus en détail

2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les

2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les 2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les décisions des agents économiques. La monnaie joue un rôle

Plus en détail

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro FRANCE La croissance économique devrait gagner en vigueur en 215 et 216. La baisse des prix de l énergie, l amélioration des conditions financières, le ralentissement de l assainissement budgétaire, le

Plus en détail

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS FÉVRIER 2002 DOSSIER 02-02 La dette publique du Québec et le fardeau fiscal des particuliers Le premier ministre du Québec se plaisait

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel

Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel Obligations Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel AUTEUR : LAETITIA TALAVERA-DAUSSE Tout au long de l année en Europe, plusieurs événements ont

Plus en détail

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français Focus n 1 1 juillet 1 L épargne des ménages français : davantage drainée par les produits réglementés qu orientée par les mécanismes de marché En flux annuels, l épargne des ménages se situe en France

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015

Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015 L économie canadienne en transition Thèmes pour 2014-15: L environnement économique

Plus en détail

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire d hier et d aujourd hui Hier Autrefois, les Etats battaient monnaie et les banques centrales dépendaient directement

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015 Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 215 Banque Centrale de Tunisie Mars 215 1- ENVIRONMENT INTERNATIONAL - L environnement économique international a été marquée, ces derniers

Plus en détail

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente?

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente? Point de marché Taux européens : Plus raide sera la pente? Depuis l atteinte, le 25 avril dernier, d un rendement de 0,06% pour l obligation allemande de maturité 10 ans, les taux d intérêt à long terme

Plus en détail

Coup de frein sur l immobilier?

Coup de frein sur l immobilier? Conférence de presse Coup de frein sur l immobilier? Les indicateurs uniques Contact presse: Maël Resch: 06.32.86.92.98 / 01.55.80.58.66 mael.resch@empruntis.com Sommaire Taux : évolution et perspectives

Plus en détail

Présentation au Cercle finance du Québec

Présentation au Cercle finance du Québec PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Québec, 19 janvier 1 Présentation au Cercle finance du Québec François Dupuis Vice-président et économiste en chef Mouvement des caisses Desjardins Matières premières

Plus en détail

Choc financier et prix des matières premières

Choc financier et prix des matières premières Choc financier et prix des matières premières Olivier BIZIMANA Direction des Études Économiques http://kiosque-eco.credit-agricole.fr 15 décembre 2008 1 Olivier Bizimana 33 (0)1.43.23.67.55 olivier.bizimana@credit-agricole-sa.fr

Plus en détail

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques Economie et Marchés : Bilan 2010 et Perspectives 2011 Paris, le 27 décembre 2010 ECONOMIE Tendances 2010 : poursuite de la reprise dans les pays développés, signes de surchauffe dans certains pays émergents

Plus en détail

Caisse de retraite Université de Sherbrooke. Rendements au 31 décembre 2008. Pierre Bouvier, CFA Président, Comité de retraite Le 24 mars 2009

Caisse de retraite Université de Sherbrooke. Rendements au 31 décembre 2008. Pierre Bouvier, CFA Président, Comité de retraite Le 24 mars 2009 Caisse de retraite Université de Sherbrooke Rendements au 31 décembre 2008 Pierre Bouvier, CFA Président, Comité de retraite Le 24 mars 2009 Plan de la présentation Rétrospective 2008 Contexte économique

Plus en détail

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège La crise de 1929 Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Expliquer la crise de 1929? La crise de 1929 a été l objet de nombreuses publications tentant d expliquer ses causes,

Plus en détail

Partie 2 : Qui crée la monnaie?

Partie 2 : Qui crée la monnaie? Partie 2 : Qui crée la monnaie? Marché monétaire Masse monétaire Banque centrale Prêteur en dernier ressort Notions clés I. La mesure de la création monétaire : la masse monétaire La masse monétaire n

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Le bilan de l année 2014 Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

WORKING PAPER SERIES 2014-EQM-01

WORKING PAPER SERIES 2014-EQM-01 January 2014 WORKING PAPER SERIES 2014-EQM-01 La forte chute des revenus d intérêts des ménages belges en raison de la gestion de la crise financière Eric Dor IESEG School of Management (LEM-CNRS) IESEG

Plus en détail

Le CAC vu de Nouillorque,

Le CAC vu de Nouillorque, Le CAC vu de Nouillorque, (Sem 15, 13 avril 12) Hemve 31 Le bulletin hebdomadaire, sur votre site http://hemve.eklablog.com/ La crise redémarre en Europe Création des OAT futures, le 16 avril Profitez

Plus en détail

Si la BCE attend pour sortir du Quantitative Easing : alors cette sortie n aura pas lieu avant de nombreuses années.

Si la BCE attend pour sortir du Quantitative Easing : alors cette sortie n aura pas lieu avant de nombreuses années. ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE juin N Espérons que la BCE comprend qu il ne faut pas sortir trop tard du Quantitative Easing Si la BCE attend pour sortir du Quantitative Easing : soit que les réformes structurelles

Plus en détail

Monnaie, finance et économie réelle

Monnaie, finance et économie réelle Monnaie, finance et économie réelle Anton Brender, Florence Pisani et Émile Gagna Paris, 5 juin 15 TABLE DES MATIÈRES 1. La contrainte monétaire. Impulsion monétaire et réponse de l économie 3. Information

Plus en détail

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-117F Le 20 décembre 2004 Le dollar canadien Le dollar canadien évolue selon

Plus en détail

Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015

Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015 L économie canadienne en transition Thèmes pour 2014-15: L environnement économique

Plus en détail

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013 Se rapprocher Faciliter Optimiser Voici un résumé de la modification au Plan de la Société 2009-2013 approuvée par le Conseil d administration d EDC en mai

Plus en détail

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE I. Quelques définitions Politique conjoncturelle : C est l ensemble des décisions prisent à court terme par les pouvoirs publics dans le but de maintenir ou de rétablir

Plus en détail

Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages

Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages Mai 2005 Rapport de OEE-Etudes pour la F.F.S.A. TABLE DES MATIÈRES I. COMPORTEMENTS D'EPARGNE ET D'INVESTISSEMENT DES MENAGES EUROPÉENS

Plus en détail

Perspectives économiques 2013-2014

Perspectives économiques 2013-2014 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2013-2014 L amélioration de l économie atténuée par l incertitude politique Prix du pétrole:

Plus en détail

«Les marchés financiers, tirer les enseignements d une crise profonde».

«Les marchés financiers, tirer les enseignements d une crise profonde». «Les marchés financiers, tirer les enseignements d une crise profonde». Un contexte toujours difficile Conséquences pour les placements Conséquences pour la gestion des CARPA Reste-t-il des opportunités?

Plus en détail

Point de vue VERSION 1. De démographie et d économie

Point de vue VERSION 1. De démographie et d économie VERSION 1 sur la dynamique sur économique le marché du mondiale pétrole Février 2015 De démographie et d économie Nous voici au moment où les premiers baby boomers sont à l âge de prendre leur retraite.

Plus en détail

Sortie du creux conjoncturel avec un PIB potentiel plus faible qu attendu :

Sortie du creux conjoncturel avec un PIB potentiel plus faible qu attendu : Sortie du creux conjoncturel avec un PIB potentiel plus faible qu attendu : un contexte difficile pour faire face au choc du vieillissement de la population 39 e Congrès de l ASDEQ Ottawa 15 mai 2014 François

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa

Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa 1. But de l Énoncé L Énoncé des principes et objectifs de placement («l EPOP») décrit les objectifs,

Plus en détail

Communiqué de presse. Premier semestre 2015 Résultat solide dans un contexte difficile. Berne, le 7 août 2015

Communiqué de presse. Premier semestre 2015 Résultat solide dans un contexte difficile. Berne, le 7 août 2015 Berne, le 7 août 2015 Communiqué de presse Premier semestre 2015 Résultat solide dans un contexte difficile Au cours du premier semestre 2015, la Banque Cantonale Bernoise (BCBE) a développé ses cœurs

Plus en détail

La situation économique espagnole est très préoccupante et le

La situation économique espagnole est très préoccupante et le FICHE PAYS ESPAGNE : VERS UNE DÉCENNIE PERDUE? Danielle Schweisguth Département analyse et prévision La situation économique espagnole est très préoccupante et le spectre de la décennie perdue japonaise

Plus en détail

CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii

CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii Consolider les dettes publiques: un processus au long cours Les dysfonctionnements européens

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

La politique monétaire de la Banque du Canada

La politique monétaire de la Banque du Canada La politique monétaire de la Banque du Canada Conférence «Conjoncture et perspectives économiques 2011» Montréal, 9 décembre 2010 Laurent Martin Économiste et représentant principal Bureau du Québec, Banque

Plus en détail

BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE 1

BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE 1 1 Particularités s de la politique monétaire 2 Les particularités s du ciblage de l inflation l en Roumanie! Cible d inflation fondée sur l indice des prix à la consommation! Cible établie comme valeur

Plus en détail

Colloque sur la retraite et les placements au Québec

Colloque sur la retraite et les placements au Québec 20 novembre 2014 Colloque sur la retraite et les placements au Québec Denis Senécal, M.Sc. Premier vice-président & chef des placements, Titres à revenu fixe Stratégies de placement obligataire et solutions

Plus en détail

Licence d Economie et de Gestion Licence MASS Cours de Manon Domingues Dos Santos. Introduction Générale

Licence d Economie et de Gestion Licence MASS Cours de Manon Domingues Dos Santos. Introduction Générale Licence d Economie et de Gestion Licence MASS Cours de Manon Domingues Dos Santos Politique Economique Introduction Générale 1. Crise des «subprimes» et politique économique 1.1.Une explosion des crédits

Plus en détail

Économie Politique Générale (ECON-S-103) Partie Macroéconomie

Économie Politique Générale (ECON-S-103) Partie Macroéconomie Économie Politique Générale (ECON-S-103) Partie Macroéconomie TP d actualité économique Prof.: M. Dewatripont - C. Soil - C. Fuss Solvay Brussels School of Economics & Management ULB Année académique 2012-2013

Plus en détail

Zone euro : la mutualisation rampante ne suffira pas à sortir de la crise

Zone euro : la mutualisation rampante ne suffira pas à sortir de la crise Juillet N. Zone euro : la mutualisation rampante ne suffira pas à sortir de la crise Les gouvernements européens et les autorités européennes ont mis en place une pratique de «mutualisation rampante»,

Plus en détail

Après neuf trimestres consécutifs de baisse du PIB, le dernier

Après neuf trimestres consécutifs de baisse du PIB, le dernier FICHE PAYS ITALIE : UNE LUEUR AU BOUT DU TUNNEL? Département analyse et prévision Après neuf trimestres consécutifs de baisse du PIB, le dernier trimestre de 2013 apporte une lueur d espoir à l Italie.

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

Économie : Un retour à la normale? Spectre - 2010

Économie : Un retour à la normale? Spectre - 2010 Économie : Un retour à la normale? Spectre - 2010 Présenté par Daniel Denis Associé, SECOR 4 décembre 2009 Une croissance mondiale forte Au cours de la dernière décennie Évolution du PIB mondial Croissance

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009 L Tableau de bord mensuel Octobre 2009 Avertissement : les indications mensuelles reprises dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitives qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple

Plus en détail

Infos financières Décembre 2014

Infos financières Décembre 2014 Infos financières Décembre 14 Évolutions monétaires à Saint-Pierre-et-Miquelon au septembre 14 ÉVOLUTION FINANCIÈRE ET BANCAIRE INTERNATIONALE Conséquence d une activité mondiale plus faible que prévu

Plus en détail

LA CRISE JAPONAISE DES ANNÉES 1990

LA CRISE JAPONAISE DES ANNÉES 1990 LA CRISE JAPONAISE DES ANNÉES 1990 Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège La crise japonaise des années 1990 1980-1991 1991-2002 Taux de croissance annuel moyen du PIB par

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

La bulle spéculative de l immobilier résidentiel au Canada est-elle sur le point d éclater?

La bulle spéculative de l immobilier résidentiel au Canada est-elle sur le point d éclater? La bulle spéculative de l immobilier résidentiel au Canada est-elle sur le point d éclater? Maurice N. Marchon Professeur, Institut d économie appliquée HEC Montréal 29 septembre 2008 Toute reproduction

Plus en détail

Fiche relative au taux d intérêt

Fiche relative au taux d intérêt Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Fiche relative au taux d intérêt Juillet 1999 Document de travail n L une des priorités du Gouvernement est de hisser l économie marocaine

Plus en détail

Dette L ENDETTEMENT. fonctionnement affecté, réserves financières et fonds réservés».

Dette L ENDETTEMENT. fonctionnement affecté, réserves financières et fonds réservés». Dette Dette L ENDETTEMENT L administration municipale a recours à l emprunt à long terme principalement pour financer ses immobilisations. Pour l essentiel, le profil de l endettement est influencé par

Plus en détail

La grande déception. Krishen Rangasamy, économiste. Novembre 2010

La grande déception. Krishen Rangasamy, économiste. Novembre 2010 La grande déception Krishen Rangasamy, économiste Novembre 21 La grande déception 6 Croissance annuelle mondiale du PIB réel 5 5 % +4,4 % +3,9 % 4 +3,6 % 3 2 4 ans avant la récession 21 211 212 Prévision

Plus en détail

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions PARAMETRE DE MARCHE Rapport au 30 mars 2012 Paramètres de marché au 30 mars 2012 Le premier trimestre de l année 2012 a été marqué par l apaisement des tensions sur les dettes souveraines et une nette

Plus en détail

économique PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES : QUE NOUS RÉSERVE 2011? DÉCEMBRE 2010 JANVIER 2011 Canada États-unis Les taux d'intérêt

économique PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES : QUE NOUS RÉSERVE 2011? DÉCEMBRE 2010 JANVIER 2011 Canada États-unis Les taux d'intérêt DÉCEMBRE JANVIER 211 économique PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES : QUE NOUS RÉSERVE 211? Au passage d une année à l autre, il est de mise de s interroger sur ce que nous réserve la nouvelle année. Après la solide

Plus en détail

BDC ET LE PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE Mai 2012

BDC ET LE PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE Mai 2012 BDC ET LE PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE Mai 2012 1 BDC a aidé les entreprises canadiennes à surmonter la crise financière FCCG LE PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE (PAE) ET BDC PCE PAE CR Programme de crédit aux entreprises

Plus en détail

Catégorie d actif Minimum Cible Maximum. Actions 45 % 55 % 70 % Revenu fixe 20 % 30 % 45 % Alternatifs 0 % 15 % 25 %

Catégorie d actif Minimum Cible Maximum. Actions 45 % 55 % 70 % Revenu fixe 20 % 30 % 45 % Alternatifs 0 % 15 % 25 % Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa 1. But de l Énoncé L Énoncé des principes et objectifs de placement («l EPOP») décrit les objectifs,

Plus en détail

Résultats annuels 2010

Résultats annuels 2010 Résultats annuels 2010 Une année charnière marquée par le succès de l offre bancaire * Plus value de dilution et dépréciation de goodwill 2009 / 2010 Croissance du produit net bancaire (PNB) : +2,0 % à

Plus en détail

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Canada Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite)

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) 2 ème partie : La baisse de l euro Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

Banques, crédit et système bancaire Questions. Document 2. Questions

Banques, crédit et système bancaire Questions. Document 2. Questions Création monétaire et systèmes bancaire et monétaire Module 1 Corrigé Liens avec les programmes de SES (1 ère ) Liens avec les programmes de STG (T ale ) Banque et création monétaire La création monétaire

Plus en détail

POLITIQUE MONÉTAIRE ET TRAPPE À LIQUIDITÉ

POLITIQUE MONÉTAIRE ET TRAPPE À LIQUIDITÉ PRB 08-53F POLITIQUE MONÉTAIRE ET TRAPPE À LIQUIDITÉ Jean-François Nadeau Division des affaires internationales, du commerce et des finances Révisé le 30 avril 2009 SERVICE D INFORMATION ET DE RECHERCHE

Plus en détail

Dans quelle mesure la politique de change en Chine influence-t-elle le taux de change euro-dollar?

Dans quelle mesure la politique de change en Chine influence-t-elle le taux de change euro-dollar? Dans quelle mesure la politique de change en Chine influence-t-elle le taux de change euro-dollar? LETTRE DE PROSPECTIVE MAI 2009 - NUMERO 15 L ors du récent sommet du G20, les autorités chinoises ont

Plus en détail

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale La comptabilité nationale recense deux types de production des intermédiaires financiers. La première est directement

Plus en détail

Développements. Internationaux

Développements. Internationaux Développements Internationaux Pétrole et matières premières Le cours de l or noir a baissé à nouveau Au quatrième trimestre 2015, le cours du Brent a fluctué autour de 45 $ par baril en moyenne. L offre

Plus en détail

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN :

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS ET ÉVOLUTION RÉCENTE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-51F Le 11 décembre 2000 Qu est-ce qui détermine la valeur Externe

Plus en détail

ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003

ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003 PRB 05-40F ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003 Jean Dupuis Division de l économie Le 8 juin 2005 PARLIAMENTARY INFORMATION AND RESEARCH SERVICE SERVICE D INFORMATION ET DE RECHERCHE

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 10/19 (F) 16 février 2010 Les notes d'information au public (NIP) s inscrivent dans

Plus en détail