DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES LOT 07 CHAUFFAGE VENTILATION - PLOMBERIE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES LOT 07 CHAUFFAGE VENTILATION - PLOMBERIE"

Transcription

1 Maître d ouvrage Association AIDERA VAR 16, rue des citronniers LAGARDE Assistant à Maître d ouvrage SAGEM 132, Rue Le Corbusier BP LA GARDE Opération Construction d une Maison d Accueil Spécialisée «La goélette» à CUERS (83) Mission Maitrise d œuvre fluides DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES LOT 07 CHAUFFAGE VENTILATION - PLOMBERIE Indice B 07/03/2014 Réf. I/1261 Maitrise d œuvre Architecte Maitrise d œuvre fluides Coordination SSI Bureau de contrôle OLIVIER DETROYAT Architecte Urbaniste. 109, littoral Frédéric Mistral Tel : Fax : SOL.A.I.R. 47 bd de la République Aix en Provence Tel : Fax : SOL.A.I.R. 47 bd de la République Aix en Provence Tel : Fax : Bureau Veritas ZAC Valgora La Valette du Var Tel :

2 CONSTRUCTION D UNE MAISON D ACCUEIL SPECIALISEE A CUERS C.C.T.P. LOT N 07 CHAUFFAGE / VENTILATION / PLOMBERIE SOMMAIRE 1. - GENERALITES NOTE PRELIMINAIRE ETENDUE DES TRAVAUX QUALIFICATIONS DE L ENTREPRENEUR REGLEMENTATIONS - NORMES Documents de référence contractuels Responsable des études CONTENU DES PRIX DOCUMENTS A FOURNIR PAR L ENTREPRISE Avec sa proposition Avant les travaux Pendant les travaux A la réception Après réception CONTROLES RECEPTION MISE EN SERVICE - ESSAIS Contrôles des travaux Epreuves préalables à la réception Réception - essais Mise en service D.I.U.O PRESCRIPTIONS GENERALES RELATIVES AUX MATERIELS ET AUX TUYAUTERIES PRESCRIPTIONS GENERALES RELATIVES AUX MATERIELS ET A LEUR MISE EN ŒUVRE Caractéristiques des matériels et équipements Garanties diverses Qualité des matériels Marques et références Protection du matériel Protection électrique des installations DISPOSITIONS GENERALES RELATIVES AUX TUYAUTERIES TRADITIONNELLES Traversées Pente, parallélisme, vidange, purge, équilibrage Protection externe des tubes Supports et fixation des canalisations Ecartements des canalisations Dilatations et points fixes Calorifugeage Mesures et contrôles Sommaire

3 2.2.9 Détecteurs de température Repérage - schémas PRESCRIPTIONS GENERALES RELATIVES AUX TUYAUTERIES EN POLYETHYLENE RETICULE Description succincte Identification des tubes Identification des raccords Domaine d emploi accepté Mise en œuvre Raccords SPECIFICATIONS TECHNIQUES PARTICULIERES SPECIFICATIONS TECHNIQUES PARTICULIERES CHAUFFAGE Circulateurs SPECIFICATIONS TECHNIQUES PARTICULIERES VENTILATION SPECIFICATIONS TECHNIQUES PARTICULIERES TRAVAUX D ELECTRICITE SPECIFICATIONS TECHNIQUES ACOUSTIQUES RELATIVES AUX LOTS TECHNIQUES PRINCIPES FONCTIONNELS PRINCIPE FONCTIONNEL CHAUFFAGE - RAFRAICHISSEMENT Principes fonctionnels de chauffage et de rafraichissement Production de Chauffage Rafraichissement PRINCIPE FONCTIONNEL PLOMBERIE PRINCIPE FONCTIONNEL VENTILATION PRINCIPE FONCTIONNEL DESENFUMAGE EXIGENCES ACOUSTIQUES BASES DE DIMENSIONNEMENT DIMENSIONNEMENT DE LA PLOMBERIE Alimentation en eau Evacuation des eaux Débits de base des appareils Détermination des descentes E.P Collecteurs généraux Transmissions et vibrations phoniques DIMENSIONNEMENT DU CHAUFFAGE Conditions extérieures Conditions intérieures à maintenir dans les locaux Rafraîchissement Hypothèses concernant le chauffage Hypothèses concernant le rafraîchissement Estimation des occupations (à confirmer par la maîtrise d ouvrage) : Déperditions thermiques et besoins de chauffage Dimensionnement des réseaux de chauffage Dimensionnement des émetteurs de chauffage Dimensionnement du réseau ECS DIMENSIONNEMENT DE LA VENTILATION Débits de base Vitesse de l air dans les gaines Réseau de ventilation Sommaire

4 6. - DESCRIPTION DES TRAVAUX TRANCHE FERME TRAVAUX DE CHAUFFAGE Equipement des locaux techniques Production de chauffage Equipement du local technique Expansion Bouteille de mélange Dispositif anti boue Pompes de circulation Armoires de commande du local technique Ventilation des locaux techniques Calorifuge Ecoulement des eaux des locaux techniques Conditionnement du réseau de chauffage Plan local technique Tuyauteries Acier primaires et secondaires en local technique Compteurs de calorie Régulation DISTRIBUTION PRINCIPALE DE CHALEUR Tuyauteries EQUILIBRAGE EN TETE DES CIRCUITS CALORIFUGEAGE DES RESEAUX CHAUFFAGE PLANCHERS CHAUFFANTS REVERSIBLES BOUCLES TERMINALES DES PLANCHERS EQUILIBRAGE TERMINALE DES BOUCLES DE PLANCHERS AUTRES PRESTATIONS LIEES AUX PLANCHERS REVERSIBLES Conditionnement du fluide caloporteur VENTILOCONVECTEURS Equilibrage des réseaux de chauffage RAFRAICHISSEMENT DU LOCAL CFA Groupe extérieur Réseau de distribution en tube cuivre Cassette TRAVAUX DE VENTILATION MECANIQUE CONTROLEE Entrées d air Bouche d extraction autoréglable Bouches d extraction hygroréglables Conduit VMC Conduits verticaux Conduits horizontaux CAISSON D EXTRACTION VMC hygroréglable VMC classique PIEGES A SONS GRILLES EXTERIEURES TRAVAUX DE VENTILATION DE CONFORT GRILLE DE DIFFUSION ET DE REPRISE Grilles d extraction grilles de soufflage d air neuf CONDUITS VERTICAUX CONDUITS HORIZONTAUX CALORIFUGEAGE DES GAINES CENTRALE DE TRAITEMENT D AIR Centrale SAM ASSERVISSEMENTS DES VENTILATEURS Arrêt d urgence ventilation Asservissements des ventilateurs TRAVAUX DE VENTILATION DE LA ZONE CUISSON PRINCIPE FONCTIONNEL SPECIFICATIONS Sommaire

5 Tourelle d extraction Tourelle laverie Centrale cuisine Conduits d air circulaire Sortie de toiture ASSERVISSEMENTS DES VENTILATEURS Salle restauration et cuisine Arrêt d urgence ventilation TRAVAUX DE DESENFUMAGE Les volets SUR GAINE pour Amenée d air Ouvrants de façade asservis pour amenées d air Ouvrants en menuiserie asservis pour amenées d air Conduits de désenfumage Dossier SSI TRAVAUX DE PLOMBERIE ALIMENTATION EN GAZ Principe et généralités Coffrets extérieurs Canalisations Electrovanne Coffret coup de poing ALIMENTATION EN EAU FROIDE Conduite principale Alimentation des chambres Alimentation de la cuisine Autres alimentations d eau froide Réseau d arrosage extérieur PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE CUISINE Adoucisseur Adoucisseur cuisine Ballon d'eau chaude sanitaire PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE SOLAIRE Raccordement des différents sous ensembles du poste de production d eau solaire Capteurs solaires Stockage solaire Module hydraulique de transfert Vases d expansion Soupape de sécurité Régulation Mesure de performance de l installation ALIMENTATION EAU CHAUDE Mitigeur de bouclage Circulateur de bouclage Thermomètres Conduite principale Boucle de distribution Alimentation des chambres Alimentation de la cuisine Autres alimentations Calorifugeage réseau d eau chaude sanitaire Equilibrage des colonnes d ECS DESINFECTION AVANT MISE EN SERIVCE EVACUATIONS DES EAUX USEES ET EAUX VANNES Branchement des appareils et accessoires Chutes verticales d'eaux usées et d'eaux vannes Collecteur général EVACUATIONS DES EAUX PLUVIALES Chutes verticales Collecteur EVACUATIONS DES EAUX USEES GRASSES CUISINE Branchement des appareils et accessoires Réseau d évacuation APPAREILS SANITAIRES DES CHAMBRES Cuvette chambre Douche chambres Sommaire

6 Vasques chambres Barre de maintien Siphon de sol salle de bains APPAREILS SANITAIRES des AUTRES LOCAUX Attentes Lavabos Lave-mains Ensemble cuvette / réservoir Ensemble cuvette / réservoir sanitaire handicapé Receveur de douche : Poste d eau Auge à eau Siphons de sol en locaux techniques Siphons de sol Siphons de sol et caniveau cuisine Barre d appui wc pmr Evier OUVRAGES DIVERS Extincteurs Tableau d'affichage des consignes de sécurité Séparateur à graisse et à fécules Isolation phonique des chutes EU et EP TRAVAUX D ELECTRICITE Courant fort Courant Faible (Régulation) DESCRIPTION DES TRAVAUX TRANCHE CONDITIONNELLE PREAMBULE TRAVAUX DE CHAUFFAGE RESEAUX ET COLLECTEURS EXTERIEURS EQUIPEMENTS THERMIQUES DU LOCAL TECHNIQUE CHAUFFAGE Pompe à chaleur eau/eau et accessoires Ballon de chauffage Pompes primaire et secondaire Ventilation d urgence Réalisation d une ventilation d urgence conformément à la NF EN Ventilateur Conduits horizontaux et grille en façade Instrumentation et mesure de l installation Télé-relève à assurer DESCRIPTION DES TRAVAUX TRANCHE CONDITIONNELLE PREAMBULE TRAVAUX DE CHAUFFAGE EQUIPEMENTS THERMIQUES DE LA LOCAL TECHNIQUE CHAUFFAGE Pompe à chaleur air/eau et accessoires COORDINATION - LIMITES DE LOTS COORDINATION ENTRE LES LOTS RECEPTION DES SUPPORTS LIMITES DE LOTS LOT 01 : Terrassements / VRD Prestations dues par le lot CVC Prestations dues par le lot terrassements, VRD LOT 02 : Gros œuvre Prestations dues par le lot CVC Prestations dues par le lot Gros Œuvre LOT 03 : Charpente / Couverture Prestations dues par le lot CVC Prestations dues par le lot charpente couverture LOT 04 : Étanchéité Sommaire

7 Prestations dues par le lot CVC Prestations dues par le lot étanchéité LOT 05A : Menuiseries intérieures bois Prestations dues par le lot CVC Prestations dues par le lot Menuiseries intérieures LOT 05B : Menuiseries extérieures Prestations dues par le lot CVC Prestations dues par le lot Menuiseries extérieures LOT 06 : Cloisons / Faux plafonds Prestations dues par le lot CVC Prestations dues par le lot Cloisons et doublages en plaques de plâtre LOT 07 : Plomberie / Chauffage / Ventilation LOT 08 : Électricité Courants forts / Courants faibles Prestations dues par le lot CVC Prestations dues par le lot Electricité CFO CFA LOT 09 : FORAGE Prestations dues par le lot CVC Prestations dues par le lot forage LOT 10 : Revêtements Sols et muraux Prestations dues par le lot CVC Prestations dues par le lot Revêtements de sols durs et souples LOT 11 : Serrurerie Prestations dues par le lot CVC Prestations dues par le lot serrurerie LOT 12 : Facade LOT 13 : Peinture Prestations dues par le lot CVC Prestations dues par le lot peinture LOT 14 : Cloisonnements isothermes / Équipement de cuisine Prestations dues par le lot CVC Prestations dues par le lot équipements de cuisine Divers Prestations dues par le lot CVC Prestations dues par l ensemble des lots Sommaire

8 1. - GENERALITES 1.1 NOTE PRELIMINAIRE L'entrepreneur du présent lot est tenu de prendre connaissance : - des pièces générales du marché, où il trouvera les conditions générales du Marché et les obligations de tous les corps d'états, - de l'ensemble du présent C.C.T.P., où il trouvera les obligations concernant le présent lot, - de l ensemble des pièces jointes au CCTP à savoir : les plans de chauffage, de ventilation et de plomberie les schémas hydraulique et synoptique LOT 07 CHAUFFAGE VENTILATION PLOMBERIE Format Echelle Désignation Niveaux N de plan A3 - Coupe du plancher chauffant Tous bâtiments CVC 01 A1 1/20 Schémas hydrauliques - Implantation en locaux techniques Tous bâtiments CVC 02 A0 1/50 Plan Chauffage ventilation Plomberie sanitaires Maisonnée - VS CVCPB 11 A0 1/50 Plan Chauffage ventilation Plomberie sanitaires Maisonnée - RdC CVCPB 12 A0 1/50 Plan Chauffage ventilation Plomberie sanitaires Maisonnée - Toiture CVCPB 13 A0 1/50 Plan Chauffage ventilation Plomberie sanitaires Accueil jour VS CVCPB 21 A0 1/50 Plan Chauffage ventilation Plomberie sanitaires Accueil jour RdC CVCPB 22 A0 1/50 Plan Chauffage ventilation Plomberie sanitaires Accueil jour Toiture CVCPB 23 - des C.C.T.P. et plans des autres corps d'état susceptibles d'avoir des répercussions sur son propre lot (VRD, ELECTRICITE, CLOISONS FAUX PLAFONDS, etc.). Il lui appartient de réclamer ces documents au Maître d'œuvre, en temps utile. Le présent CCTP ne peut être dissocié des autres CCTP et des documents écrits ou graphiques dont l'ensemble constitue le dossier Marché qui est réputé parfaitement connu, dans toutes ses parties, par l'entreprise. La manutention, le levage, la distribution des matériaux et la fourniture des fluides, le nettoyage de ses ouvrages après pose, le nettoyage des locaux dans lesquels il est intervenu, sont à la charge du présent lot. Le Marché étant traité à prix global et forfaitaire, l'entrepreneur devra assurer toutes les fournitures et travaux de sa profession, nécessaires et utiles au complet achèvement de l'ouvrage selon les Règles de l'art. Il ne pourra arguer d'omission ou d'oubli dans ce CCTP et devra se renseigner auprès des Maîtres d'œuvre pour tout ce qui pourrait lui paraître incomplet, erroné ou ambigu. Page L07-8 / 95

9 1.2 ETENDUE DES TRAVAUX Les travaux consistent à réaliser les installations de chauffage, de ventilation et de plomberie sanitaire, du projet de construction de la Maison d Accueil Spécialisée «La goélette» située à : MAISON D ACCUEIL SPÉCIALISÉE «LA GOELETTE» ZAC de la POUVERINE CUERS 1.3 QUALIFICATIONS DE L ENTREPRENEUR L Entrepreneur réalisant les travaux du présent lot devra : Soit posséder les certifications QUALIBAT suivantes : 5312 installations thermiques (technicité confirmée) Plomberie sanitaire (technicité confirmée) Installations de pompe à chaleur géothermiques Qualification QUALISOL Qualification QualiPac Soit présenter des références équivalentes. 1.4 REGLEMENTATIONS - NORMES DOCUMENTS DE REFERENCE CONTRACTUELS Les travaux et matériels fournis par l'entreprise devront répondre aux normes et règlements en vigueur à la date de la passation des marchés et devront satisfaire plus particulièrement aux documents suivants (liste indicative non exhaustive) : Les arrêtés et décrets : - règles de construction : décret n modifié du 14 Juin décret n du 7 décembre 1984 : règles relatives à l'aération et à l'assainissement des locaux de travail, en particulier article R qui fixe les débits d'air en fonction du nombre d'occupants - normes et règlements relatifs au niveau sonore et notamment : - arrêtés des 14 juin 1969 et 22 décembre 1975 relatifs à l'isolation phonique. - arrêté du 06 octobre 1978 modifié le 23 février 1983 relatif à l'isolement acoustique des bâtiments contre les bruits de l'espace extérieur. - règlement de sécurité contre l'incendie concernant les établissements recevant du public +Décret n du 31 Octobre 1973, codifié sous les n R123.1 à R du code de la construction et de l'habitation. +arrêté du 25 juin 1980, du ministère de l'intérieur (J.O. du 14/8/80) modifié, et ses décrets d application en particulier l arrêté du 19 novembre concernant les structures d accueil pour personnes âgées et personnes handicapées (type J). - circulaire du 18/12/77 relative à l'application de l'arrêté du 20/06/75 concernant l'équipement et l'exploitation des installations thermiques en vue de réduire la pollution atmosphérique et d'économiser l'énergie - arrêté du 23 Juin 1978 relatif aux installations fixes destinées au chauffage et à l'alimentation en eau chaude sanitaire des bâtiments d'habitation, de bureaux ou recevant du public. - arrêté du 30 novembre 2005 modifiant l'article 36 de l'arrêté du 23 Juin Arrêté du 26 octobre 2010 et du 28/12/12 relatif aux caractéristiques thermiques et aux exigences de performance énergétique des bâtiments nouveaux et des parties nouvelles de bâtiments - Décret no du 26 octobre 2010 et du 28/12/12 relatif aux caractéristiques thermiques et à la performance énergétique des constructions Page L07-9 / 95

10 - arrêté du 1 février 2010 relatif à la surveillance des légionnelles dans des installations de production, de stockage et de distribution d eau chaude sanitaire. - La nouvelle réglementation acoustique (NRA), instituée par l'arrêté du 28 octobre 1994 relatif à l'isolation acoustique dans les bâtiments d'habitation Les DTU et règles professionnelles : - D.T.U : Fumisterie - D.T.U : Etanchéité - D.T.U. 60 : Plomberie - D.T.U. 64 : Assainissement - D.T.U : Installations de gaz - D.T.U 65 : Installation de chauffage - D.T.U. 68 : installations de ventilation. - D.T.U : Installations électriques. - D.T.U : Equipements de cuisine. - D.T.U. 21, 26.2, 51.2, 52.1, Les règles professionnelles - Règles professionnelles UCH Les Normes : - normes NF S 31 : Acoustique - normes NF P 40 : Plomberie - normes NF P 41 : Distribution d eau - normes NF P 42 : Installation de cuisine - normes NF P 43 : Robinetterie de bâtiment - normes NF P 45 : Distribution de gaz - normes NF D 30 et 35 : Chaudières - normes NF C : Installations électriques basses tension - normes NF P 52 : Chauffage - normes NF P 51 : Fumisterie - normes NF P 50 : Conduits aérauliques - normes NF A 49 : Tuyauterie acier - normes NF E 29 : Robinetterie - normes NF P 75 : Isolants thermiques - normes NFEN 442 : Corps de chauffe - normes NF D 11 à 18 : Equipements sanitaires - normes NF S 61 : matériel de secours et de lutte contre l incendie - normes et règlements concernant la ventilation + arrêté R du Code de la Construction + circulaire n 220 du du Ministère des Sports et des Loisirs, concernant les débits d'air. Les règlements suivants : - Réglementation incendie pour les établissements de type J - Règlement Sanitaire Départemental Type - Code du travail - Code de la Construction et de l'habitation, art. R Instruction Technique 246 relative au désenfumage des établissements recevant du public. - Recueil des éléments utiles à l'établissement et à l'exécution des projets de marchés de bâtiments en France (REEF). - Spécifications Techniques éditées par le Centre de GDF auquel est rattaché le chantier. Page L07-10 / 95

11 1.4.2 RESPONSABLE DES ETUDES Le maître d œuvre est responsable de la conception. La réalisation des plans de chantier des ouvrages est à la charge du présent lot tout comme les plans EXE. L ensemble des documents EXE nécessaire à une validation de la maitrise d œuvre et du bureau de contrôle sont à la charge du titulaire du présent lot. Les notes de calculs des débits des sections seront établies par l'entreprise et devront avoir reçu l accord du BET et du bureau de contrôle avant tout commencement des travaux. 1.5 CONTENU DES PRIX Les prix comprennent tous les travaux accessoires et nécessaires pour des installations complètes et en état de fonctionnement, la façon de prototypes éventuels, le transport, le montage et la pose à toute hauteur et toutes les sujétions, sans qu'il soit possible à l'entrepreneur de réclamer POUR QUELQUE CAUSE QUE CE SOIT, telle que difficulté de réalisation ou imprécision dans le présent document. Les prix comprennent tous les essais, réglages, contrôles, démarches, mises en état et nettoyage après exécution des travaux, tous les rebouchages divers. L'entrepreneur doit également la protection des canalisations et des appareillages, par tout moyen approprié, jusqu'à la réception des travaux et le remplacement pur et simple de tout ouvrage endommagé pendant la durée du chantier, étant entendu qu'il lui appartient de se retourner contre le responsable des dégradations pour en obtenir réparation financière. 1.6 DOCUMENTS A FOURNIR PAR L ENTREPRISE AVEC SA PROPOSITION Les documents généraux de la consultation et en particulier le CCAP, précisent les conditions et les délais dans lesquels les entreprises doivent remettre leurs propositions, ainsi que les principales pièces à fournir. Le bordereau quantitatif estimatif est à compléter de manière très détaillée, avec les prix unitaires. Les marques des matériels ainsi que leurs caractéristiques doivent être précisées au moment de la proposition ; aussi lorsque celles-ci sont indiquées dans le CCTP, l'entreprise doit s'y conformer ou proposer du matériel strictement équivalent AVANT LES TRAVAUX A partir du projet réalisé par le bureau d'études, le bureau d étude et l'entreprise doivent fournir : - les plans d exécution et les notes de calculs détaillées - les schémas de principe de fonctionnement et d'implantation des matériels - les implantations des tuyauteries - les détails des réservations, incorporations, passages, massifs, caniveaux, ventilation sous forme de plans guide. Pendant la période de préparation suivant le calendrier fixé au planning, l'entreprise remettra les plans et la liste des matériels avec leurs caractéristiques au Maître d'ouvrage, lequel fera connaître son avis. Les modifications éventuelles seront alors apportées, sous huit jours, par l'entreprise. L'entreprise proposera au Maître d'ouvrage un échantillonnage des matériels entrant dans la réalisation des ouvrages. Une attention toute particulière sera apportée à ceux qui ne sont pas explicitement définis dans le présent document ou font l'objet d'un choix esthétique PENDANT LES TRAVAUX Il appartiendra aux entrepreneurs de provoquer en temps voulu, toute demande de renseignements techniques qui s'avéreraient nécessaires pour la bonne compréhension des travaux à exécuter. Si l'entreprise est amenée à établir des plans modificatifs pendant ces travaux, chaque plan modifié Page L07-11 / 95

12 sera indicé et daté, il fera l'objet d'une diffusion pour avis. En face de l'indice, seront indiquées clairement les raisons de la modification. Une liste récapitulative de tous les plans émis comportera la date de chaque plan origine ainsi que les indices et dates de toutes les modifications A LA RECEPTION Avant la réception, l'entreprise devra fournir les documents d'exploitation suivants : - une notice d'exploitation des pompes, régulation, des mitigeurs, etc. (ou d'utilisation) comportant : les caractéristiques principales de l'installation, des instructions de marche précises et détaillées sur la conduite et l'entretien des installations les instructions de mise en route, de sécurité et d'entretien les schémas électriques détaillés, ainsi que les schémas de régulation, accompagnés du manuel de programmation et d'une indication explicite de tous les points de consigne - pour chaque matériel, les notices détaillées de mise en service et de maintenance émanant des constructeurs, avec copie des certificats de garantie et le cas échéant, d'épreuves ou essais réglementaires - les schémas de dépannage de l'installation représentant celle-ci sous forme de simplifiée permettant d'identifier sans équivoque les divers éléments Après visa, ces documents seront fournis en trois exemplaires, plus un reproductible au maître d'œuvre pour constituer le dossier des ouvrages exécutés ; les instructions et schémas feront l'objet d'un cinquième exemplaire collé et plastifié, à apposer dans les locaux techniques et armoires d'appareillage correspondants APRES RECEPTION Dans un délai maximal de trois mois après réception, l'entreprise complétera les plans d'exécution pour les mettre en conformité avec les travaux réellement exécutés ; pour les installations de chauffage et de rafraîchissement les caractéristiques et réglages définitifs résultant de la période d'essai couvrant une saison de chauffage et une saison de rafraîchissement seront fournis dans un délai maximal d un an après la mise en service. Après approbation, ces plans seront fournis en quatre exemplaires, plus un reproductible, au maître d'œuvre qui les diffusera auprès des intéressés en complément du dossier des ouvrages exécutés. L'entreprise transmettra également les résultats des analyses du fluide caloporteur de l installation de chauffage lors du remplissage puis après 90 jours de fonctionnement. 1.7 CONTROLES RECEPTION MISE EN SERVICE - ESSAIS CONTROLES DES TRAVAUX En cours de chantier, à intervalles réguliers ou autant que nécessaire, le Maître d'œuvre procédera à des opérations de contrôle portant sur la qualité des matériels et leur mise en œuvre. Les installations enterrées ou encastrées feront l'objet d'une attention particulière. S'il est procédé aux fermetures, coulages ou remblaiements avant vérification, l'entrepreneur devra exécuter, à la demande du Maître d'œuvre, toutes opérations d'ouverture et de fermeture, de démontage et de remontage, des parties d'installations jugées essentielles, pour permettre de procéder aux divers contrôles, essais et mesures. Les sous-ensembles construits en dehors du chantier, tableaux de répartition, générateurs, machines diverses,... seront soumis tant en usine ou atelier qu'après montage à une série de contrôles destinés à juger de la qualité de leur réalisation, des commodités de montage et de maintenance ainsi que de leurs aptitudes à assurer le service auquel ils sont destinés. Avant la pose des calorifuges, et après raccordements gaz et électricité, une vérification générale de l'installation sera réalisée (jour à fixer en commun par le maître d œuvre et l'entreprise) EPREUVES PREALABLES A LA RECEPTION Avant les essais de réception, l'entreprise doit avoir réalisé Page L07-12 / 95

13 - le nettoyage et le rinçage de la totalité de l'installation - la mise en eau et purge d'air - ses essais de mise au point et de contrôle conformément aux documents techniques COPREC RECEPTION - ESSAIS Les modalités de réception des ouvrages sont décrites dans les pièces administratives jointes au présent dossier. Les frais de réception sont à la charge de l'entreprise titulaire du lot. Les essais sont effectués par les entreprises. Le maître d œuvre doit être informé des dates de leur exécution, 10 jours à l'avance, afin de pouvoir, éventuellement y assister. Les essais personnels de l'entreprise auront été réalisés préalablement. Procès-verbaux : Des fiches détaillées seront établies par l'entreprise et communiquées au maître d'œuvre ainsi qu'au bureau de contrôle ; présentation conforme aux documents COPREC. Des essais complémentaires sont décrits ci-après. Description des essais : On distingue d'une part les essais et épreuves contrôlant la terminaison des ouvrages à réaliser pour la réception et d'autre part les essais de vérification des résultats, à réaliser en période de chauffage lorsque les conditions extérieures le permettent, donc éventuellement après la mise en service. A - Le contrôle de la terminaison des ouvrages concerne principalement : a) le P.V. de mise en route du fabricant de l'installation de régulation b) les essais de mise en température réalisés tel que décrit ci-dessous : L'installation est soumise à deux cycles de chauffage jusqu'à obtention de la température maximale de fonctionnement normal de l'installation. On vérifie en particulier que les appareils ne subissent pas de détérioration, qu'ils ne se déplacent pas sur leur support, que les dilatations se font sans bruit et sans déformations anormales. On vérifie également le bon fonctionnement des dispositifs d'expansion. c) les essais d'étanchéité hydraulique à froid et à chaud de l'ensemble des installations: canalisations, vannes, pompes... On rappelle que la pression d'épreuve est au minimum de 1,5 fois la pression de service, ce minimum étant porté à 6 bars pour les appareils d'émission, sauf indication contraire au chapitre. d) la vérification des organes d'automaticité, de régulation, de programmation, d asservissement entre soufflage et extraction, etc. e) le bon fonctionnement des organes de sécurité (thermostats, aquastats, pressostats limites, soupapes de sécurité) et d'alarme (sonore et lumineux). f) les essais des installations électriques, continuité de l'alimentation et mesures d'isolement, contrôle des armoires de puissance (mise en sécurité, test de contrôle, etc.). g) le bon fonctionnement des appareils mécaniques, électromécaniques ou électroniques : vannes motorisées 3 voies, relevé des débits-pression des pompes et des ventilateurs, débits des bouches de soufflage et de reprise, etc. h) le contrôle du niveau sonore des appareils bruyants : circulateurs, ventilateurs, etc. B - Essais pour la vérification des résultats : Principe : L'essai consiste à constater les caractéristiques de fonctionnement réelles pour une température extérieure donnée et à vérifier que ces caractéristiques sont homogènes avec les conditions fixées au marché. Durée de l'essai : La durée de l'essai comprend la durée des constatations proprement dites augmentée des vingtquatre heures précédant ces mesures. Page L07-13 / 95

14 Conditions de l'essai : L'essai de chauffage doit se dérouler pendant la période où la température extérieure est en permanence inférieure à la valeur obtenue en ajoutant à la température extérieure de base la moitié de l'écart de base (différence entre la température intérieure contractuelle et la température extérieure de base) pour les locaux choisis. La température extérieure doit en outre ne pas varier d environ 20 % de l'écart de base par rapport à la moyenne de la température extérieure pendant la durée de l'essai. Les valeurs sont précisées au chapitre. Pendant la durée de l'essai les commandes des émetteurs sont toutes en position ouverte. Les locaux sont clos, portes et fenêtres fermées. Pendant les vingt-quatre heures précédant les constatations, la température intérieure ne doit pas avoir varié de plus de 2 c par rapport à la moyenne de la température intérieure pendant la durée de l'essai. Valeurs mesurées : Le constat des conditions de fonctionnement réelles se fait par enregistrement des valeurs suivantes : Température sèche extérieure ; et en été humidité relative Température des locaux ; Pour les installations comprenant un sous-ensemble de production de chaleur par combustion, régime et durée de fonctionnement des générateurs ; Pour les installations à fluide, température de départ à chaque circuit régulé, après régulation ; Pour les installations de chauffage électrique et de production de froid, puissance absorbée ou durée de mise sous tension. Mesures des températures : Les températures sont mesurées à 0,5 c près par des appareils enregistreurs. Ces appareils doivent être contrôlés par comparaison avec un thermomètre de précision étalonné à 0,1 c près. Emplacement des appareils de mesures : La température extérieure est mesurée en un emplacement abrité du rayonnement solaire, choisi d'un commun accord entre le maître d'ouvrage et l'entrepreneur. Les températures intérieures sont mesurées autant que possible au centre des pièces à 1,5 mètre environ du sol, dans les locaux désignés par le maître d'ouvrage. Sauf indication différente du C.C.T.P. le nombre des points de mesure est de un par 250 mètres carrés de plancher (arrondi à l'unité supérieure). Fourniture des appareils de mesure : sauf indication contraire du C.C.T.P., la fourniture des appareils de mesure pendant la durée de l'épreuve est à la charge de l'entrepreneur MISE EN SERVICE Sauf modalités particulières décrites au CCAP, la mise en service intervient normalement après réception. Pendant cette période, l'entreprise doit procéder aux réglages définitifs et informer le personnel d'exploitation des modalités de mise en route, de conduite et d'arrêt des installations, en liaison avec les documents d'exploitation fournis à la réception D.I.U.O. Le projet est soumis à la loi du 31/12/93 sur la coordination de sécurité et de protection de la santé des travailleurs. L entreprise respectera les recommandations du Coordonnateur SPS pendant le chantier et fournira en 3 exemplaires en fin de chantier les notices d entretien, consignes de maintenance, schémas et plans, etc., nécessaires à une maintenance satisfaisante. Les réglages, dosages, etc., définitifs seront transmis au coordonnateur après une saison de fonctionnement. Page L07-14 / 95

15 2. - PRESCRIPTIONS GENERALES RELATIVES AUX MATERIELS ET AUX TUYAUTERIES 2.1 PRESCRIPTIONS GENERALES RELATIVES AUX MATERIELS ET A LEUR MISE EN ŒUVRE CARACTERISTIQUES DES MATERIELS ET EQUIPEMENTS Les caractéristiques générales des matériels devront leur permettre de répondre aux conditions d'environnement, d'entretien et de dépannage, et de respecter de manière non discutable, les contraintes résultant tant de la source que des utilisations. A ce titre, on respectera strictement les règles fixées par les fascicules du cahier des clauses techniques générales applicables aux marchés publics de travaux : fascicule dimensionnement et fascicule réalisation des installations de chauffage central à eau chaude ou à eau surchauffée à basse température. Son champ d'application concerne principalement - les ensembles de production de chaleur : pompes de circulation d'eau, régulation, matériel et mise en œuvre - les réseaux et canalisations y compris robinetterie - les appareils d'émission - les prescriptions relatives à l'ensemble de l'installation expansion-sécurité, vidange, évacuation, purge d'air, calorifugeage, peinture antirouille, repérage, schémas, mesures de contrôles - les prescriptions relatives à l'équipement électrique des installations GARANTIES DIVERSES Garantie concernant les fournitures : Le matériel fourni par l'entreprise est garanti contre tous les vices de construction et d'usure anormale pendant une durée d'au moins deux ans à dater de la réception. L'entreprise fournira les justificatifs relatifs aux garanties "fabricant" sur les matériels. Garantie de fonctionnement : L'entrepreneur restera garant de l'étanchéité des circuits d'eau et d'air, pendant 2 ans, à compter de la réception. Il restera garant du fonctionnement des appareils pendant deux ans à compter de la même date. Il assurera les réglages et mises au point pendant cette période, au cours de laquelle il devra toutes les réparations, y compris celles des désordres dus au dégât des eaux, ainsi que le remplacement des pièces défectueuses, y compris la main d'œuvre de montage et démontage QUALITE DES MATERIELS Toutes les fournitures, matériels, appareillages..., seront neufs et reconnus de qualité. Ils devront être conformes aux normes homologuées au moment de l'exécution des travaux, au point de vue de la fabrication, des caractéristiques, du montage, de la mise en œuvre et de l'emploi. Les fournitures électriques porteront l'estampille USE et celles de chauffage l'estampille NF dans tous les cas où cette catégorie de matériel aura fait l'objet d'une réglementation et d'une attribution du label de qualité. Toute dérogation à cette règle devra faire l'objet d'un accord préalable du Maître d'œuvre. En l'absence de normes, les fournitures, matériels et appareillages..., devront être de fabrication suivie et courante. Il appartient à l'entreprise qui demeure seule responsable des travaux, de vérifier et de contrôler l'origine des matériels et des appareillages, selon les caractéristiques et les principes de fonctionnement. L'entrepreneur devra, avant tout commencement d'approvisionnement et de mise en œuvre, présenter un échantillonnage des matériels non définis explicitement et proposés dans les catalogues de divers constructeurs et obtenir l'accord du Maître d'ouvrage ou de son représentant. L'entrepreneur ne pourra présenter aucune réclamation pour approvisionnement de matériel non agréé. Page L07-15 / 95

16 L'acceptation d'un matériel par le Maître d'ouvrage ou par le Maître d'œuvre ne pourra avoir pour effet de dégager la responsabilité de l'entrepreneur MARQUES ET REFERENCES Pendant les travaux, l'entreprise ne pourra, de son propre chef, apporter aucun changement aux appareils prévus, de plus elle ne pourra pas faire état du refus des modifications proposées pour justifier d'un quelconque retard dans ses travaux. Faute de s'être conformée à cette clause, l'entreprise sera tenue, sur l'ordre du Maître d'ouvrage ou du Maître d'œuvre, de faire immédiatement remplacer ou de reconstruire, à ses frais, les installations qui ne seraient pas conformes aux dispositions demandées PROTECTION DU MATERIEL Protection contre la corrosion : Les pièces métalliques autres que celles en acier galvanisé susceptibles d'être attaquées seront traitées de telle sorte qu'aucune corrosion ne soit possible. Protection contre les inductions : Les équipements et les liaisons seront protégés contre les signaux parasites : - en reliant les appareils au même point de masse - en éloignant les circuits de contrôle des circuits de puissance PROTECTION ELECTRIQUE DES INSTALLATIONS a) Règles générales L'équipement électrique des installations de chauffage est réalisé conformément aux dispositions de la norme NF C et du cahier des charges D.T.U. n 70-1 "Installations électriques des bâtiments à usage d'habitation", au décret du 14 Novembre 1962 sur les protections des travailleurs contre les courants électriques, et aux articles EL de la réglementation des établissements recevant du public et des immeubles de grande hauteur. Le cahier des charges D.T.U. n 70-2 concernant les installations électriques des bâtiments à usage collectif renvoie pour les locaux techniques chauffage au cahier des charges D.T.U. n La sélectivité des protections électriques devra être assurée. b) Réalisation des armoires et pupitres de commande Les organes de commande et de protection ainsi que les voyants de signalisation et d'alarme des appareils commandés depuis le même local sont groupés dans un ou plusieurs tableaux, armoires ou pupitre conformes aux normes en vigueur. Les appareils non directement visibles depuis le tableau, pupitre ou armoire générale, sont en outre, munis individuellement d'un dispositif de coupure omnipolaire. Sont concernés en particulier les appareils situés hors de la local technique chauffage, qu'il convient d'équiper d'une double commande en série. Les armoires et les pupitres résistent à la corrosion. Ils doivent pouvoir être fermés à clef. La protection des armoires et pupitres en tôle d'acier peut être réalisée par peinture cuite au four, par métallisation ou par plastification. Les armoires et pupitres sont mis à la terre. La liaison équipotentielle entre les parties métalliques non solidaires telles que porte et armoire se fait normalement par une tresse métallique souple. Les boutons et voyants sont repérés par des étiquettes inaltérables solidement fixées. Les raccordements électriques à l'intérieur de l'armoire (entrée et sortie) se font sur une réglette générale. Chaque raccordement est repéré par un numéro correspondant à celui d'un plan de câblage détaillé qui doit être placé à l'intérieur de l'armoire ou du pupitre, et réalisé de façon à rester lisible dans le temps. L'ensemble des voyants lumineux doit pouvoir être activé par un bouton de test situé sur la façade de l'armoire. c) Protection électrique - On garantit la sélectivité des protections électriques des installations. - La terre sera raccordée à la terre générale de l électricien. Page L07-16 / 95

17 - Continuité électrique : lorsqu un assemblage est de conception telle qu il provoque une discontinuité électrique non voulue, la continuité est rétablie. Les assemblages par vissage sont supposés assurer cette continuité. 2.2 DISPOSITIONS GENERALES RELATIVES AUX TUYAUTERIES TRADITIONNELLES TRAVERSEES Dans la traversée d'une paroi, plancher, etc., une tuyauterie est rectiligne et ne comporte aucun piquage ni assemblage mécanique. Elle est nécessairement faite sous fourreau. Les fourreaux de traversée de plancher sont arasés au nu inférieur du plancher et dépassent de 5 cm le niveau fini supérieur du plancher dans les pièces humides et de 1 cm dans les autres cas. Un fourreau doit éviter les transmissions de bruit et ne doit pas affaiblir un éventuel degré coupe-feu grâce à l'utilisation éventuelle de matériaux spéciaux. Dans un parcours inaccessible, les canalisations ne comportent aucun raccord fileté, assemblage mécanique, compensateur, etc., sauf indication contraire au CCTP. Les tuyauteries enterrées ne comportent pas de joint mécanique PENTE, PARALLELISME, VIDANGE, PURGE, EQUILIBRAGE Les tuyauteries d'allure horizontale sont posées avec une pente permettant leur vidange et leur dégazage, avec un minimum de 5 pour Tout point bas sera équipé d'un robinet de vidange accessible. Pour les réseaux de chauffage les points hauts où une accumulation de gaz est possible comportent des bouteilles de purge accessibles équipées d'un purgeur d'air à flotteur isolable par robinet à boisseau, et d'un robinet de contrôle de diamètre 15/21. Les tuyauteries Aller et Retour seront parallèles, avec un souci d'esthétique lorsqu'elles sont visibles. Chaque colonne montante ou partie d'installation comporte un organe d'équilibrage, généralement monté sur le retour. Celui-ci ne doit pouvoir être manœuvré que par le personnel d'exploitation à l'aide d'un outillage spécial. A cet effet, les volants ou dispositifs de manœuvre habituels seront déposés. La position du réglage sera clairement indiquée. Pour les réseaux de plomberie chaque colonne montante ou chaque partie d'installation sera munie d'organes de sectionnement et comporte un robinet de vidange sur la canalisation aller et la canalisation retour ; les vannes et robinets d'isolement seront parfaitement étanches, de type 1/4 de tour à boisseau sphérique PROTECTION EXTERNE DES TUBES Peinture antirouille : Toutes les parties de l'installation en métaux ferreux non galvanisés, et non préteintes en usine, et notamment les canalisations, sauf celles directement encastrées ou enrobées dans le béton, sont revêtues d'une peinture antirouille, qu'elles doivent ou non être calorifugées ou placées sous fourreau, ou d'une protection externe conforme aux normes expérimentales : NF P (bandes adhésives) ou NF P (bandes imprégnées). La protection antirouille est réalisée en 2 couches de teintes différentes. Le traitement antirouille sera effectué en deux couches de teintes différentes. Page L07-17 / 95

18 2.2.4 SUPPORTS ET FIXATION DES CANALISATIONS Les canalisations ne prennent en aucun cas appui sur un appareil ou une autre canalisation. Les supports permettent la libre dilatation des canalisations sans émission de bruit ainsi que leur démontage. Espacement des supports : Les supports sont choisis et espacés en fonction des efforts auxquels ils sont soumis, de telle façon que les tuyauteries n'accusent jamais de déformations anormales ou inesthétiques. Pour les tubes en acier, sauf contraintes extérieures particulières (chocs, etc.), on satisfait à cette prescription avec les valeurs suivantes : Diamètre extérieur inférieur à 50 mm : d = 3 m Diamètre compris entre 50 et 110 mm : d = 4 m Le cheminement des canalisations ne devra jamais gêner l'ouverture totale d'une fenêtre, d'une porte, d'un vasistas ou obstruer un passage quelconque ECARTEMENTS DES CANALISATIONS Les canalisations non calorifugées traversant des locaux chauffés sont disposées avec un écartement tel qu'il permettra le peinturage de la canalisation et la pose des revêtements éventuels de paroi. Les autres canalisations sont disposées de façon que l'espace entre deux canalisations, calorifuge compris s'il y en a, ou entre une canalisation et une paroi ne soit pas inférieur à : - 0,04 m pour les canalisations de diamètre extérieur inférieur ou égal à 150 mm - 0,08 m pour les canalisations de diamètre extérieur supérieur à 150 mm DILATATIONS ET POINTS FIXES Dilatations Des dispositifs de guidage sont disposés sur les canalisations afin de contrôler les déplacements de celles-ci. Toutes les précautions seront prises pour éviter les bruits occasionnés par le frottement des tubes sur les colliers ou autres supports. Points fixes Les points fixes sont réalisés de façon à résister aux efforts sans permettre le glissement des tuyauteries. Cette condition nécessite dans tous les cas la soudure sur la canalisation soit d'un collier, soit d'une butée. Le simple serrage d'un collier n'est pas considéré comme suffisant CALORIFUGEAGE Epaisseur : En zone non chauffée, la résistance thermique du calorifugeage des canalisations répondra aux caractéristiques définies dans les prescriptions techniques spécifiques. Mise en œuvre : Les tuyauteries parallèles sont toujours calorifugées séparément. Les supports seront maintenus en dehors des calorifuges. Ils pourront être recouverts d'éléments de calorifuge démontables MESURES ET CONTROLES Les appareils de mesure doivent être mis en oeuvre de manière à en permettre une lecture facile. Les thermomètres et manomètres doivent pouvoir être échangés sans vidange d'aucune partie de l'installation. Les thermomètres ont une résolution de lecture minimum de 1 C dans la gamme des températures mesurées (5 C pour les températures de fumées). Les thermomètres à tube de verre et les thermomètres électriques sont conformes à la norme NF B Les thermomètres à applique sont à éviter, sauf cas particulier. Leur choix en fonction du diamètre du support et leur calorifugeage sont alors à examiner avec soin. Page L07-18 / 95

19 Les manomètres sont tels qu'ils permettent d'apprécier 5 p.100 de la mesure utile faite, avec un minimum de 0,1 bar DETECTEURS DE TEMPERATURE Les détecteurs de température intérieure et thermostats d'ambiance sont disposés à des endroits où la température détectée est représentative de la température à réguler. Ils ne sont pas placés sur des parois extérieures froides, ni à proximité de toute source de chaleur (radiateurs, appareils d'éclairage, etc..) ou à des emplacements ensoleillés. Eviter de les placer sur des parois soumises à des vibrations REPERAGE - SCHEMAS L'installation comporte les plaques nécessaires au repérage des principaux organes et appareils, dont les indications doivent rester lisibles dans le temps. Les numéros ou repères mentionnés sur ces plaques sont rappelés sur un schéma général de l'installation affiché en local technique chauffage ou sous-station. Ce schéma est réalisé de sorte à rester lisible dans le temps. Les différentes branches du réseau sont repérées aux vannes d'isolement soit en clair, soit par les repères faisant références au schéma général. En local technique chauffage et sous-station et dans les bâtiments sur les réseaux principaux des bâtiments, les canalisations sont repérées par des bandes aux teintes conventionnelles et des flèches indiquant le sens de circulation de l'eau. 2.3 PRESCRIPTIONS GENERALES RELATIVES AUX TUYAUTERIES EN POLYETHYLENE RETICULE DESCRIPTION SUCCINCTE. Système de canalisations à base de tubes en polyéthylène réticulé destiné aux installations de chauffage, de distribution d eau chaude et froide sanitaire sous avis technique conforme à la norme NF T Dimensions des tubes : DN 12 à Raccords à sertir ou à compression associés au laiton IDENTIFICATION DES TUBES Les éléments de marquage relatifs à la certification CSTBat sont définis dans le règlement technique «Systèmes de canalisations de distribution d eau ou d évacuation des eaux». Les tubes sont de couleur rouge ou grise, ils doivent être marqués d une manière indélébile. Ce marquage doit comporter au moins les indications suivantes : l identification du fabricant (nom ou sigle) et/ou l appellation commerciale du produit le diamètre extérieur nominal et l épaisseur nominale du tube l identification du matériau : PER les classes de température et pressions maximales admissibles correspondantes le numéro de l avis technique le logo CSTBat suivi des deux dernières parties du numéro du certificat les repères de fabrication permettant la traçabilité : date (jour, mois, année) et un code d identification de lot le métré, tous les mètres, dans le cas de couronnes IDENTIFICATION DES RACCORDS Les raccords doivent porter, individuellement, au moins le marquage suivant : l'identification du fabricant (nom ou sigle) le code à étoiles correspondant à la destination : pour les Classes 0, 2 et ECFS le diamètre nominal du tube associé l'épaisseur du tube associé 1 2 le numéro de l'avis Technique Page L07-19 / 95

20 le logo CSTBat suivi des deux dernières parties du numéro de certificat, ou à défaut lamention CSTBat, seule et en toutes lettres DOMAINE D EMPLOI ACCEPTE Identique au domaine proposé : Application chauffage o Classe 0 : circuits de liquide dont la température peut être de 90 C en permanence, et pouvant subir des pointes accidentelles à 110 C (4). La Pression Maximale Admissible (PMA) pour cette Classe est de 6 bars. o Classe 2 : installations de chauffage du type «Basse Température» (ex. planchers chauffants) dont la température est normalement inférieure ou égale à 50 C, et pouvant subir des pointes accidentelles à 65 C. Un dispositif particulier limite impérativement la température de l eau à 65 C au plus. La Pression Maximale Admissible (PMA) pour cette Classe est de 6 bars. Application distribution d eau chaude et froide sanitaire : o Classe ECFS : installations parcourues par de l eau dont la température est au plus de 80 C, mais pouvant subir des pointes accidentelles à 100 C. Toutefois l arrêté du 23 juin 1978 limitant la température de l eau sanitaire à 60 C au point de puisage, le calcul de la contrainte admissible sur les tubes pour une durée de vie de 50 ans est effectué à cette température. L utilisation des tubes pour une installation calculée pour une température d eau distribuée à 80 C en permanence (boucles de distribution à 80 C) n est pas visée. La Pression Maximale Admissible (PMA) pour cette Classe est de 6 bars MISE EN ŒUVRE La mise en œuvre doit être effectuée : pour les tubes en couronnes : - en Classe 2 (planchers chauffants) : conformément au DTU 65-8 "Exécution de planchers chauffants à eau chaude utilisant des tubes en matériau de synthèse noyés dans le béton". - en Classes 0 et ECFS : conformément au "Cahier des Prescriptions Techniques (CPT) de mise en œuvre des systèmes de canalisations à base de tubes en matériaux de synthèse Tubes semi-rigides en couronnes" pour les tubes en barres droites : - en Classes 0 et ECFS les dispositions générales applicables concernant les types de pose (pose en accessible/inaccessible des tubes et raccords, obligation d'un fourreau ou pas...) sont celles définies dans le DTU Note : pour interprétation du CPT ou du DTU en ce qui concerne les possibilités d'encastrement des assemblages, il y a lieu de considérer que les raccords sont : démontables pour les raccords à compression Rehau ou Beulco. Ces raccords doivent donc toujours être accessibles. indémontables (soit assimilés à un raccord soudé ou collé au sens du DTU 65-10) pour les raccords à sertir Rehau ne comportant que des liaisons par sertissage. Le cheminement des canalisations ne devra jamais gêner l'ouverture totale d'une fenêtre, d'une porte, d'un vasistas ou obstruer un passage quelconque RACCORDS ~ Raccords à sertir (DN 12 à 110) Le principe d'assemblage (figure 1 et 2) consiste dans un premier temps à évaser le tube de façon à permettre son montage sur le corps du raccord, puis à ramener jusqu'à butée contre le corps du raccord une bague de sertissage qui vient comprimer le tube. Les opérations d'évasement et de sertissage ne doivent être réalisés qu'à l'aide des outillages spécifiques proposés par le fabricant. La gamme des raccords comporte notamment des raccords mixtes, coupleurs, coudes et tés. ~ Raccords à compression Les raccords à compression se composent : Page L07-20 / 95

21 pour les DN 75 : - d'un corps comportant un insert cannelé destiné à recevoir le tube, - d'une bague biconique fendue, - d'un écrou de serrage. - pour les DN 90 : - d'un insert pour le tube, - d'un joint torique, un anneau de centrage et une bague de compression, - de deux brides à assembler par écrou. La gamme des raccords comporte notamment des raccords mixtes, coupleurs, coudes et tés. Page L07-21 / 95

22 3. - SPECIFICATIONS TECHNIQUES PARTICULIERES 3.1 SPECIFICATIONS TECHNIQUES PARTICULIERES CHAUFFAGE CIRCULATEURS Partie hydraulique : corps de pompe in line à orifices filetés, en fonte. Moteur 2 pôles, à rotor noyé, coussinets auto lubrifiés par le liquide pompé. Vitesse variable. Protection moteur intégrée et automatique par sonde isothermique, classe du circulateur IP44. Chaque circulateur sera équipé de vannes d isolement à quart de tour et de manomètre à lecture différentielle. Le circulateur sera soigneusement dimensionné en fonction du débit et de la perte de charge du réseau. 3.2 SPECIFICATIONS TECHNIQUES PARTICULIERES VENTILATION Lors de la livraison des gaines sur le chantier, prévoir de les entreposer à l abri de l humidité et de la poussière. Toutes les gaines devront être nettoyées intérieurement avant leur montage. En fin de chantier l entreprise devra fournir une attestation (à joindre au DOE) indiquant que les gaines ont bien été nettoyées intérieurement avant leur montage. Après montage, les réseaux devront être soumis à des essais d étanchéité. Les groupes électro-ventilateurs seront de la catégorie 4 (400 C, 1/2 heure). Chaque groupe sera constitué par : - un caisson enveloppe métallique en acier galvanisé revêtu intérieurement de matériau absorbant genre Fiberglass dans le cas des ventilateurs de V.M.C. - un ventilateur centrifuge à turbine à ailettes à fonctionnement silencieux et haut rendement, arbre en acier supporté par deux paliers lisses ou à roulements à aiguilles, volute en tôle d'acier raidie par profilés, munie d'un trou de poing de nettoyage obturé par plaque fixée par écrous à oreilles et protégé intérieurement contre la corrosion dûe aux condensations. - une transmission par courroies trapézoïdales calculées de manière que la rupture de l'une d'elles n'affecte pas le fonctionnement de l'ensemble. - un moteur électrique silencieux à paliers lisses, protégé par ipsotherm, fixé sur glissières formant tendeur de courroies et refroidi par prise d'air additionnelle. - les raccordements du caisson aux gaines seront réalisés par des manchettes souples démontables répondant à la réglementation du L'ensemble du groupe sera fixé à un socle de maçonnerie reposant sur antivibratiles fournis par l'entrepreneur du présent lot. Les plots antivibratiles seront calculés en fonction des charges supportées. Leur nombre et leur type dépendra des matériels installés. L'Entrepreneur fournira une note de calcul attestant que le filtrage obtenu égale 95%. Les ventilateurs seront calculés selon les prescriptions des bases de calculs du présent Cahier ; en outre, ils seront sélectionnés pour que la vitesse maximale d'air au refoulement (becquet) soit inférieure à 8 m/s. Le refoulement de l'air sera assuré sur l'extérieur à l'aide d'une gaine en acier galvanisé (ou béton). 3.3 SPECIFICATIONS TECHNIQUES PARTICULIERES TRAVAUX D ELECTRICITE Tableau électrique Armoire étanche IP 54 au minimum, en tôle d acier du 1,5 à 2 m/m peinte intérieurement et extérieurement couleur RAL 7032, porte emboutie avec joint d étanchéité en néoprène, charnières, réglages, vis de terre, supports pour fixation et réglage, fermeture par bouton verrou à serrure de sûreté équipée d un châssis avec longerons, plaque de fond perforée pour fixation des composants, de rail DIN pour réalisation des borniers, de goulotte PVC pour passage de la filerie et tous accessoires de câblage (colliers RILSAN, gaines, presses étoupe, repérage des fils, câbles et matériels). Le repérage comprend la fourniture du schéma d armoire. Page L07-22 / 95

23 . sectionneur général. transformateur de tension 24 V. bouton de test des lampes sur la face avant, coupure d urgence sur enveloppe extérieure de l armoire. prise de courant 220 V, 2A dans l armoire, avec protection différentielle 30 ma. câblage : on séparera clairement la puissance de la régulation. sirène. synthèse des défauts Les composants électriques (disconnecteurs, protections, interrupteurs, voyants, etc) seront du type TELEMECANIQUE ou équivalent. La signalisation s effectuera par relais à l exclusion des diodes. L armoire abritera la régulation du local technique. Prévoir en sus place disponible avec 20% de marge. Définition de la fonction de commande (circulateurs) Les ensembles fonctionnels à intégrer dans l armoire comprennent les dispositifs de commande, la protection, l asservissement et signalisation, ainsi que les borniers et goulottes complémentaires. Les pompes comportent un voyant marche et un voyant défaut avec une commutation automatique. Informations à prendre en compte - présence tension : à prendre au niveau du sectionneur avant le contacteur général - marche et défaut pompes et autres appareils - manque de pression : sur le pressostat manque de pression Remarque importante : - les contacts de marche seront à fermeture (ouvert à l arrêt) - les contacts de défaut seront à ouverture (fermé = absence de défaut) Alarmes Les fonctions défauts, signalisation et télésurveillance seront renvoyés à l alarme technique du lot électricité. 3.4 SPECIFICATIONS TECHNIQUES ACOUSTIQUES RELATIVES AUX LOTS TECHNIQUES Note explicative relative au dimensionnement des silencieux Le dimensionnement d'un silencieux doit être déterminé à partir de l'atténuation minimale et de la régénération maximale, par bandes d'octave, de ce silencieux installé dans la veine d'air. L'atténuation minimale du silencieux est fonction de : la puissance acoustique par bandes d'octave du ventilateur, du réseau à insonoriser : soufflage, reprise, air neuf ou rejet. Ces valeurs prennent, éventuellement, en compte l'atténuation apportée par le montage du ventilateur dans le caisson. Ceci entraîne des valeurs de puissance acoustique différentes au soufflage et à la reprise. l'atténuation du réseau de gaines. Elle est calculée compte tenu de la géométrie exacte du réseau de gaines. Toute modification de cette géométrie entraîne obligatoirement une variation dans l'atténuation. Elle prend en compte l'atténuation : des coudes circulaires ou rectangulaires, revêtus d'absorbant ou non, des dérivations, des longueurs droites, des bouches, des filtres, grilles ou autres. Page L07-23 / 95

24 la puissance acoustique du bruit rayonné par la bouche dans le local. Cette valeur est estimée et moyennée. Elle peut être sujette à des écarts (sauf local à caractéristiques particulières) de plus ou moins 3 db par bandes d'octave. du critère de niveau sonore retenu dans le local. Le critère de niveau sonore à prendre en compte pour le dimensionnement du piège à son à mettre en place sur un réseau devra être inférieur de 3 à 5 db(a) au critère de niveau sonore à respecter dans le local. En effet, le niveau sonore résultant dans le local de réception est la somme du niveau sonore induit par le réseau de soufflage et de celui induit par le réseau de reprise. La régénération du silencieux doit être déterminée de façon à ne pas amoindrir la performance du silencieux et l'emplacement de ce dernier devra être le plus proche de la centrale. Le dimensionnement de ces silencieux sera présenté par l entreprise sur une planche de calcul pour approbation par le bureau d étude. Centrales de ventilation Les centrales de ventilation reposeront directement sur un support métallique et seront équipées d'une enveloppe de double peau. Les ventilateurs de ces centrales seront posés sur plots antivibratiles dimensionnés conformément aux prescriptions retracées paragraphe 2.1 et seront raccordés à la centrale par manchette souple. Nous attirons l'attention des entreprises sur le fait que les constructeurs dimensionnent rarement de façon correcte les plots antivibratiles des ventilateurs. Pour respecter les critères de niveaux sonores cités page précédente, les pièges à son à mettre en place sur les réseaux de soufflage, d'aspiration, de rejet et d'air neuf, seront dimensionnés conformément aux prescriptions. Les bouches de reprise d'air et de soufflage seront dimensionnées afin que leur puissance acoustique due à leur régénération, soit compatible avec le critère de niveau sonore du lieu considéré, ainsi qu'avec leur quantité et implantation. Elles seront sélectionnées pour satisfaire une puissance acoustique inférieure à NR 35. Toutes les canalisations seront raccordées à ces pompes à l'aide de manchettes ou raccords souples. Page L07-24 / 95

25 4. - PRINCIPES FONCTIONNELS 4.1 PRINCIPE FONCTIONNEL CHAUFFAGE - RAFRAICHISSEMENT Attention : L entreprise de CVC effectuera le calcul justificatif final concernant RT 2012, en coordination avec tous les corps d état dont les prestations ont une incidence sur les résultats (dont maçonnerie, isolation, menuiseries extérieures, électricité -éclairage, plomberie) PRINCIPES FONCTIONNELS DE CHAUFFAGE ET DE RAFRAICHISSEMENT Chaque bâtiment comportera un local technique chauffage conçue de telle sorte que chacun des bâtiments soit indépendants et que l on puisse l'isoler hydrauliquement lorsque nécessaire sans perturber les autres bâtiments. Depuis chaque local technique, des circuits régulés alimenteront les différents émetteurs. Schéma de principe fonctionnel PRODUCTION DE CHAUFFAGE Production de chaleur : La production de chauffage est assurée par des forages verticaux de 100m et de diamètre 140mm, qui reçoivent chacun 2 épingles en PER. Le fluide caloporteur se réchauffe au contact du sol qui est à environ 13 C en moyenne. La production de froid est assurée par les mêmes forages verticaux. Le fluide caloporteur se refroidit au contact du sol qui est à environ 13 C en moyenne. Au niveau des conditions d implantation, la disposition des capteurs suivant une maille carrée est à proscrire en raison des interférences thermiques entre forages. Par contre, une disposition des capteurs en ligne est recommandée avec des variantes possibles : lignes parallèles avec intervalles décalés ou lignes perpendiculaires. Page L07-25 / 95

26 Distribution de chaleur : Plusieurs circuits de chauffage régulés alimentent les zones et suivantes : Bâtiment Accueil de jour : circuit 1 : Cuisine circuit 2 : Circulations, locaux de soins, administration circuit 3 : Ateliers, Bâtiment Maisonnée : circuit 1 : Locaux lingerie, circuit 2 : Circulations, Locaux communs SAM, Salon, circuit 3 : Chambres L émission de chaleur : Chambres, salles de bains Cuisine Locaux de soins, offices Administration bureaux Dégagements et circulations Restauration SAM, salon Atelier accueil jour : Plancher chauffant + radiant électrique (SdB) : Plancher chauffant + Diffuseur d air en plafond : Plancher chauffant : Plancher chauffant : Plancher chauffant : Diffuseurs d air en plafond, plancher chauffant : Plancher chauffant + ventilo-convecteur RAFRAICHISSEMENT La production par PAC eau-eau situé en local technique alimente les batteries froides des CTA et les réseaux des locaux ainsi que pour les chambres et les locaux bureaux. Mise en œuvre d un plancher réversible dont le principe repose sur l inversion du sens d action du plancher, suivant que le réseau de grilles qui lui est incorporé est parcouru par un fluide à une température supérieur ou inférieure à la température ambiante. Avec un fluide chaud, le plancher se comportera comme un émetteur l Hiver, et avec de l eau rafraichie en absorbeur durant l Eté. Il s agit bien en fonctionnement estival, d un rafraichissement de confort par abaissement de la température résultante, sans modification de l humidité spécifique. Le plancher chauffant rafraichissant répondra au Cahier des prescriptions techniques n 3164 édité par le CSTB. Page L07-26 / 95

27 4.2 PRINCIPE FONCTIONNEL PLOMBERIE Production d eau chaude sanitaire : L eau chaude sanitaire des chambres est produite en accumulé par un ballon électro solaire. L eau chaude de la cuisine est produite localement par un ballon électro solaire. Un surchauffeur électrique complète la température du rinçage au niveau de la machine à laver. Distribution ECS Le réseau de bouclage d eau chaude sanitaire sera maintenu à la température de 60 C avec un retour à 55 C. Chaque bloc sanitaire sera équipé d un mitigeur secondaire pour distribuer de l eau à 45 C, et chaque point d eau (vasque, douche ) sera équipé d un mitigeur avec sécurité anti brûlure. Le seul traitement de l eau pour la production d eau chaude sanitaire sera un léger adoucissement. Il n est pas prévu de traitement préventif de la légionellose. Réseaux : Réseaux d eau froide et d eau chaude sanitaire en polyéthylène réticulé avec barrière d oxygène. Nota : le cuivre n est pas envisagé pour des raisons de coût et de risque de vol sur chantier. Réseaux d évacuation unitaire (EU/EV) avec procédé de chute unique (amélioration de l acoustique). Réseau d évacuation des eaux pluviales en PVC, passage en gaines techniques. Appareils : Equipement sanitaire en céramique. Vasque sur plan fournie par le menuisier. Robinetterie mitigeuse chromée, temporisée. Page L07-27 / 95

28 4.3 PRINCIPE FONCTIONNEL VENTILATION Principe de ventilation mécanique contrôlée Ventilation mécanique simple flux avec entrées d'air hygroréglables en façade des chambres des résidents, des bureaux et locaux secs du personnel, extraction dans les pièces humides (cuisine, salles de bains des résidents, WC collectifs) ainsi que dans les locaux à pollution spécifique (ménage, entretien, stockage, TGBT, etc) ou à forte occupation (salon, salle à manger), par des bouches à fortes pertes de charge. L extraction par les sanitaires individuels des chambres se fera au travers de bouches hygroréglables (ventilation hygro B). Un réseau de conduits verticaux et horizontaux reliera les bouches d'extractions aux ventilateurs. Le réseau vertical passera dans les gaines techniques. Les extracteurs rejetteront l'air extrait hors toiture du bâtiment. Afin de limiter l effet acoustique «téléphone» entre 2 chambres, le réseau de conduits d extraction séparant les 2 bouches des chambres contiguës aura une longueur minimale d une hauteur d étage (Piquage intermédiaire en gaine pour l alimentation d une chambre / piquage en partie haute pour la chambre voisine). L installation de VMC des chambres et des locaux à pollution spécifique sera de type à «fonctionnement permanent» selon l article CH43 2 (arrêté du 14/02/2000). Les installations de ventilation des locaux techniques et d entretien ainsi que les installations de traitement d air des salles communes ne répondent pas à la définition de la ventilation des locaux spécifiques. En conséquence, ils devront pouvoir être coupées en cas de sinistre (ventilation «de confort»). Principe de ventilation cuisine et salle commune - Principe de ventilation de la cuisine La cuisine sera équipée d une hotte, comportant un caisson d extraction et un caisson de soufflage. Les débits sont tels que la zone cuisson soit maintenue en dépression par rapport aux locaux voisins. Soufflage et extraction sont asservis entre eux. Le contrôle du bon fonctionnement de l extraction autorise l ouverture de la vanne gaz d alimentation du piano. L extracteur de la zone de cuisson doit pouvoir servir au désenfumage de la cuisine. - Centrales de traitement de l air : Des centrales de traitements d'air permettront d'assurer le chauffage et le renouvellement d'air hygiénique des locaux suivants : CENTRALE CONCERNE CARACTERISTIQUES Centrale n 01 Salle SAM o Débit 750 m3/h, o fonctionnement en tout air neuf, o Asservissement du débit d'air neuf grâce à une sonde de qualité d'air CO2, o batterie électrique o batterie froide Centrale n 02 cuisine o Débit 1500 m3/h, o fonctionnement en tout air neuf, o Asservissement du débit d'air neuf à la hotte cuisine, o batterie électrique o Le soufflage et la reprise se feront au niveau du faux plafond par l intermédiaire de diffuseurs plafonnier à tôle perforée. Les gaines seront équipées de filtres opacimétriques en amont ce qui évitera leur encrassement. Page L07-28 / 95

29 4.4 PRINCIPE FONCTIONNEL DESENFUMAGE L ensemble des circulations encloisonnées et halls de circulations seront désenfumés naturellement conformément à l instruction IT 246 (Arrêté du 22/03/2004). Les équipements d air neuf et d extraction seront asservis au SSI selon le scénario de mise en sécurité et intégrés en façade ou dans des conduits unitaires. Le principe du désenfumage est naturel. Base calcul : circulations = 0,5 m 3 /s par UP Locaux = débit 12xV 1,5 m 3 /s limité à 3 m 3 /s EQUIPEMENTS Volet d air neuf Les amenées d air seront réalisées avec : - Des ouvrants de façade conformes à la norme NFS asservis équipés de contre cadre et de grilles pare pluie / grillage anti volatiles - Des volets à portillons normalement fermés avec grille aluminium asservis installés dans des conduits collectifs (DAS conforme NFS ) Volet d extraction - Par exutoire en toiture 4.5 EXIGENCES ACOUSTIQUES ISOLATION ACOUSTIQUE Niveau sonore de la ventilation : Le bruit d'équipement à fonctionnement continu (niveau de pression acoustique normalisé Ln AT) dans les locaux traités sera inférieur à 38dB (A); il devra être inférieur à 33dB (A) dans les chambres. Solutions techniques : Les caissons de traitement d air seront équipés d atténuateurs acoustiques à l aspiration et au refoulement. Leurs localisations seront adaptées à l objectif visé. Il sera réalisé en parois double peau. Les extracteurs de la VMC du bâtiment seront situés en toiture, à bonne distance des colonnes d extraction. Des chicanes seront posées pour limiter «l effet téléphone» entre chambre. Les bouches d extraction seront à fortes pertes de charge. Isolement aux bruits d impact dans le bâtiment L isolement de la dalle béton sera complété par un revêtement isophonique posé sous dalle plastique afin d obtenir une pression inférieure à 60 db lors de l essai de chocs. Page L07-29 / 95

30 5. - BASES DE DIMENSIONNEMENT Attention : L'entreprise reste entièrement responsable du dimensionnement de ses équipements. 5.1 DIMENSIONNEMENT DE LA PLOMBERIE ALIMENTATION EN EAU Les calculs de dimensionnement des canalisations d'alimentation seront effectués conformément aux prescriptions du DTU n Vitesses d'eau limitées à : 1.00 m/s pour les canalisations de raccordement des appareils 1.50 m/s pour les canalisations en vide sanitaire, faux-plafonds et les colonnes montantes Pour le bâtiment : concernant l eau mitigée le coefficient de simultanéité sera de 1.0/ (x-1) pour le collecteur, concernant l eau froide le coefficient de simultanéité sera de 0.6 pour les vasques et les douches, Les caractéristiques moyennes de l'eau distribuée sur l'ensemble de l'opération doivent être recueillies auprès du Service de distribution de l'eau. En tout état de cause, toute précaution sera prise pour que la pression maximale n'excède pas 3 bars aux robinets les plus favorisés. La pression de l'eau à tous les robinets n'est pas inférieure à 0,7 bar, ni supérieure à 3 bars. Estimations des consommations ECS (à confirmer par la maîtrise d ouvrage) : Cuisine : Besoins ECS à 55 C = 5l / repas / jour 174 repas quotidiens ; conso journalière = 870 litres par jour Lave vaisselle prévu avec alimentation eau chaude Maisonnée : balnéothérapie : 6 bains par semaine (eau mitigée 35 C) également repartis sur la semaine. chambres : 1 douche / jour (eau mitigée 35 C) le matin ou le soir consommation journalière : 600 litres / jour EVACUATION DES EAUX Les calculs de dimensionnement des canalisations d évacuation seront effectués conformément aux prescriptions du DTU n La pente des canalisations ne sera pas inférieure à : 2 cm par mètre Débits de base des appareils Les prestations seront réalisées an prenant comme référence le DTU Détermination des descentes E.P. Les prestations seront réalisées an prenant comme référence le NF P Collecteurs généraux Les prestations seront réalisées an prenant comme référence la NF P Formule de M. BAZIN. Page L07-30 / 95

31 5.1.3 TRANSMISSIONS ET VIBRATIONS PHONIQUES La conception de l'installation devra tenir compte : - des vitesses maximales pour les distributions générales. Les calculs de débit et de simultanéité conduisant à calculer les diamètres en conséquence (ce calcul sera effectué également pour limiter les pertes de charge des canalisations intérieures), - dans les installations particulières à l'intérieur des locaux, la pression de l'eau dans les canalisations devra être limitée entre 2 et 3 bars au puisage des robinets, - fixation des tuyauteries aux structures en B.A. de l'immeuble et non aux cloisonnements légers, - interposition d'une bague isolante entre collier et tuyauterie genre MUPRO ou équivalent. 5.2 DIMENSIONNEMENT DU CHAUFFAGE CONDITIONS EXTERIEURES La Ville de Cuers se situe en zone climatique H3. Les calculs seront menés suivant la Nouvelle Réglementation Thermique dit RT 2012, à partir des températures suivantes : HIVER ETE Température sèche - 5 C + 35 C Température humide - 3 C + 21 C Hygrométrie relative 90 % + 33 % L entreprise fournira le calcul des déperditions pièces par pièces realisé a l aide d un logiciel agrée (type climawin ou équivalent) CONDITIONS INTERIEURES A MAINTENIR DANS LES LOCAUX Bâtiment Accueil jour Température ETE ( C) Pour 35 extérieur OCCUPATION Température HIVER ( C) INNOCCUPATION Température ETE ( C) Hall / entrée non contrôlé administration non contrôlé Sanitaires / vestiaires non contrôlé Atelier non contrôlé Cuisine non contrôlé Salles à manger non contrôlé Bureau / locaux de soins non contrôlé Température HIVER ( C) + 16 (<48h) + 07 (>48h) + 16 (<48h) + 07 (>48h) + 16 (<48h) + 07 (>48h) + 16 (<48h) + 07 (>48h) + 16 (<48h) + 07 (>48h) + 16 (<48h) + 07 (>48h) + 16 (<48h) + 07 (>48h) Local technique électricité non contrôlé non contrôlé non contrôlé non contrôlé Local technique serveur Maisonnée Chambres non contrôlé Salles de bains des chambres, balnéo non contrôlé Locaux communs, salle à manger non contrôlé Locaux lingerie non contrôlé + 16 (<48h) + 07 (>48h) + 16 (<48h) + 07 (>48h) + 16 (<48h) + 07 (>48h) + 16 (<48h) + 07 (>48h) Local technique électricité non contrôlé non contrôlé non contrôlé non contrôlé Page L07-31 / 95

32 Pour les sanitaires, les déperditions tiendront compte également du débit extrait dans cette pièce. Ces déperditions seront calculées sur la différence entre la température des salles d'eau ou des salles d activité (21 c) et la température moyenne des autres locaux RAFRAICHISSEMENT - Surpuissance : les équipements seront dimensionnées pour permettre un fonctionnement à vitesse moyenne HYPOTHESES CONCERNANT LE CHAUFFAGE - Tous les locaux seront chauffés, à l exception des locaux visés à l article Coefficient de surpuissance : Une surpuissance de 15% minimum est demandée sur les appareils (réseau, émetteurs) par rapport aux déperditions calculées - Zone de vent : W - Production d Eau chaude sanitaire : les calculs seront menés pour garantir un débit d eau chaude satisfaisant dans les salles de bains des chambres ainsi que dans la cuisine (plonge et machine à laver la vaisselle) HYPOTHESES CONCERNANT LE RAFRAICHISSEMENT - Apports dus aux luminaires : 10 W/m² - apports moyens dus aux équipements informatiques : o 200 W pour PC o 70 W pour terminal seul - Apports dus aux occupants : 126 W/personne ESTIMATION DES OCCUPATIONS (A CONFIRMER PAR LA MAITRISE D OUVRAGE) : Les réseaux seront dimensionnés pour une utilisation des locaux communs avec une capacité simultanée de personnes définie par le nombre de places assises inscrites sur les plans du projet (suivant modifications), à confirmer par la maîtrise d Ouvrage : Bâtiment Maisonnée chambres : 24 chambres avec 1 occupant Salon : 6 personnes Salle télévision : 3 personnes Salle à manger : 10 personnes bureaux : chaque bureau avec 1 occupant. salle à manger/cuisine : 174 repas /jour Bâtiment Accueil jour salle polyvalente : 4 personnes Salle de réunion : 10 personnes Salle à manger : 30 personnes bureaux locaux de soins : chaque bureau avec 1 occupant psychomotricité : 5 personnes bureaux administration : chaque bureau avec 1 occupant Atelier : 7 personnes. Page L07-32 / 95

33 5.2.7 DEPERDITIONS THERMIQUES ET BESOINS DE CHAUFFAGE Les déperditions thermiques permettent de définir la puissance de chauffage (en Watt). Les déperditions thermiques sommaire ont été calculées par zone et ont été calculées pour l ensemble du bâti, avec une température de 19 C dans chaque zone (donc pas de déperditions entre zones). Le calcul des déperditions a été effectué à partir des caractéristiques des parois définies dans la notice thermique. Déperditions totales (l ensemble est chauffé) W Déperditions totales avec surpuissance W - zone 1 : accueil jour zone 2 : maisonnée zone 2 : maisonnée TOTAL (W) Puissance de chauffage pour chauffer l ensemble des bâtiments, avec une surpuissance de 15% : 103 kw DIMENSIONNEMENT DES RESEAUX DE CHAUFFAGE Le calcul des débits des réseaux de distribution collective résulte du calcul de puissance lié aux déperditions extérieures, sans tenir compte de transfert thermique entre locaux (ceci de manière à éviter un débit dans la boucle collective trop important). Le dimensionnement des réseaux de distribution de chaleur sera déterminé pour ne pas dépasser la perte de charge maximale limitée à j = 12 mmce/ml de canalisation Pour les circuits en dérivation sur le circuit le plus défavorisé, on tiendra compte de la charge résiduelle calculée aux piquages pour déterminer la perte de charge moyenne admissible, mais on limitera en tout cas la vitesse de circulation à : 2 m/s pour les tubes d'un diamètre supérieur à 100 mm 1,5 m/s pour les tubes d'un diamètre inférieur à 100 mm DIMENSIONNEMENT DES EMETTEURS DE CHAUFFAGE Les besoins de chauffage tiennent compte des déperditions thermiques du bâtiment vers l'extérieur, des transferts possibles entre les différents locaux à l'intérieur de ce même bâtiment. Le dimensionnement des émetteurs est effectué pièce par pièce en prenant en compte une température intérieure d'au moins la moitié des appartements voisins égale à 15 C. Il faut néanmoins s'assurer que la surpuissance disponible sur les déperditions de base soit au moins de 15%. Le calcul des émetteurs tiendra compte de la température du réseau DIMENSIONNEMENT DU RESEAU ECS Les calculs seront menés pour garantir un débit d eau chaude satisfaisant dans les salles de bains des chambres ainsi que dans la cuisine (plonge et machine à laver la vaisselle). L'eau chaude sanitaire sera produite et stockée à une température maximale de 55 C avec chute maximale de 5 C au robinet le plus défavorisé. Page L07-33 / 95

34 5.3 DIMENSIONNEMENT DE LA VENTILATION DEBITS DE BASE Les débits d'extraction à grand débit dont devront être capables les installations sont les suivants : Chambres : 30 m3/h/occupant Bureau : 30 m3/h/occupant Locaux collectifs : 18 m3/h/occupant Local salle à manger : 22 m3/h par personne Les réseaux de ventilation permettront l adaptation du débit suivant l occupation des locaux. Les réseaux de ventilation seront dimensionnés pour une utilisation des locaux communs avec une capacité simultanée maximale de personnes définie par le nombre de places assises inscrites sur les plans du projet (suivant modifications), à confirmer par l entreprise, Local salle à manger du RdC : 7 personnes Salon TV : 5 personnes Salon détente : 5 personnes VITESSE DE L AIR DANS LES GAINES La distribution se fera aux vitesses suivantes : Soufflage 3 m/s Extraction d'air 4 m/s La vitesse de passage de l'air dans les conduits verticaux sera limitée à 3,5 m/sec. pour le débit maximal, et à 4,5 m/sec. dans les conduits horizontaux RESEAU DE VENTILATION Les calculs des pertes de charge seront faits d'après les abaques du REEF. Les installations seront calculées de façon que la perte de charge entre 2 bouches extrêmes prises sur une même gaine n'excède pas 1 mm de C.E. pour le débit minimum de la gaine. La perte de charge minimale des bouches d'extraction est de 10 mm. de C.E., pour favoriser l équilibrage et limiter l effet acoustique «téléphone» entre 2 chambres. Page L07-34 / 95

35 6. - DESCRIPTION DES TRAVAUX TRANCHE FERME 6.1 TRAVAUX DE CHAUFFAGE EQUIPEMENT DES LOCAUX TECHNIQUES Production de chauffage Voir tranches conditionnelles 1 et Equipement du local technique La local technique chauffage comportera les équipements suivants : Les collecteurs aller et retour raccordés sur une bouteille d équilibre calculée selon la règle des «3D» Un filtre général avec manomètre de contrôle Un pot à boues et un vase d introduction de produit inhibiteur de corrosion Une ligne d alimentation en eau froide avec comptage et disconnection Un système d expansion par vases sous pression et manomètre de contrôle Une armoire de commande contenant les commandes, les protections, les asservissements, les régulations, les programmations et les alarmes de fonctionnement Un réseau de récupération des vidanges, des purges, et des soupapes de sécurité (PVC H.T.A. ou acier protégé) Expansion L'expansion de la local technique chauffage sera assurée par un système de type ballon d expansion à pression d azote, avec vanne d isolement à commande déposée et soupape de sûreté raccordée sur l évacuation Bouteille de mélange Réalisation d une bouteille de mélange verticale en acier de forte épaisseur traité antirouille, conçue selon la règle des 3D et dimensionnée pour que la vitesse d eau reste toujours inférieure à 0.07 m/s, calcul à effectuer par l entreprise. comportant : 1 robinet de dégazage à écoulement visible, raccordé à l évacuation 1 purgeur d air industriel type Vasasett raccordé avec renvoi de purge au sol 1 robinet de vidange rapide en partie basse, avec bouchon fileté 50/60, bouchonnée, équipée d un siphon et raccordée au bac de récupération d eau protection antirouille 2 couches piquages pour le raccordement à la production, avec vannes d isolement piquages pour les circuits secondaires, avec vannes ¼ de tour à bille d isolement sur chaque piquage et bouchons filetés sur attentes. 1 pressostat manque de pression, assurant l arrêt de l installation en cas de baisse anormale de pression supportage anti-basculement, thermomètres à alcool, chasse d évacuation D 50/60 avec bouchon et évacuation, etc., toutes sujétions comprises (dont peinture antirouille). La prestation sera complète, fixation de la bouteille incluse, ainsi que tous les équipements nécessaires : Concerne : 1 bouteille en local technique 300 mini (à confirmer par l entreprise). Important : L intervention sur circuit, primaire ou secondaire, ne doit jamais nécessiter la vidange de la bouteille. Page L07-35 / 95

36 Dispositif anti boue Objet : éviter le dépôt des boues. Prestation complète comportant au moins - traitement du fluide par produit filmogène et anti-boue Pompes de circulation Toutes les pompes seront de type jumelé et de marque SALMSON ou GRUNDFOSS à débit variable. Les commandes seront réalisées pour obtenir un démarrage automatique de la pompe de secours sur défaut de fonctionnement de la pompe en service. Les commandes seront de type AUTO / POMPE 1 / POMPE 2 / ARRET pour chaque pompe. La hauteur manométrique de la pompe de charge sera calculée. Cette pompe sera asservie au fonctionnement du réseau de chaleur. Concerne : - les circuits de chauffage Armoires de commande du local technique Le courant fourni sera 400 volts + N + T. Les transformations nécessaires à la basse tension sont du ressort du présent lot. Les limites de prestations avec le lot Electricité seront les suivantes : - les alarmes techniques des locaux techniques (chauffage et ECS) font l objet d une synthèse réalisée par le présent lot. Un contact sec est mis à disposition du lot électricité qui le renverra sur l alarme technique. - le Lot Electricité laisse les câbles (force) en attente au droit des armoires de commande du présent lot, et à proximité des équipements. L'ensemble des circuits électriques de commande, de régulation et d'automatisme, l'ensemble des organes de commande de protection et de régulation seront regroupés dans cette armoire. Les canalisations électriques seront placées sur chemin de câbles aériens. Les armoires seront réalisées suivant les prescriptions de la 1 ère partie du présent document Les voyants seront impérativement de type LED. La face avant regroupera les informations de fonctionnement ou de défauts pour chaque appareils (chaudière, pompes, brûleurs, etc ) Il sera prévu un sectionneur général, un bouton d arrêt d urgence, un voyant présence tension, un bouton test lampes en sus des commandes et voyants des appareils Ventilation des locaux techniques Seuls des ventilations haute seront calculées de manière à obtenir une ventilation du local. La ventilation haute sera réalisée par un conduit métallique en acier galvanisé débouchant en toiture. Prestation complète à la charge du présent lot y compris pièces de traversée et d étanchéité avec dispositif de rétablissement du degrée coupe-feu jusqu en sortie de toiture. Page L07-36 / 95

37 Calorifuge Dans les locaux technqiues, calorifugeage de toutes les tuyauteries en acier noir et des bouteilles de mélange par coquille d isolant a cellule fermées l ARMAFLEX M1 classe 3 ; finition PVC M1, (sauf bouteille de mélange, finition métallique), manchettes de finition à toutes les interruptions, toutes sujétions comprises. Epaisseur du calorifuge : Diamètre Epaisseur minimale d isolant Ø < mm 25 < Ø < mm 35 < Ø < mm Ø > mm Hors local technique chauffage, on utilisera de l ARMAFLEX M1; finition PVC M1 dans les tronçons horizontaux qui seraient apparents Ecoulement des eaux des locaux techniques Tous les écoulements d eau (vidangeage, bouteille de mélange, etc.) seront centralisés, puis acheminées vers le réseau d'évacuation des eaux usées le plus proche. Concerne la réalisation des réseaux d évacuation des eaux usées en acier. Section et pente adaptées aux débits.prestation complète Conditionnement du réseau de chauffage Objet : rendre l eau de chauffage non agressive et éviter le dépôt des boues. Prestation complète comportant au moins - rinçage soigné des réseaux avant mise en route - analyse de l eau brute : TH, ph, TA et TAC, résistivité. Copie remise au Maître d œuvre, avant traitement - relèvement du ph à une valeur de 9,5 pour les eaux de chauffage avec injection de «PYRATOX» de la société SOCOMARI ou équivalent. - traitement du fluide par produit filmogène et anti-boue - analyse du fluide caloporteur après 3 mois de fonctionnement. Valeur remise au Maître d œuvre (mêmes grandeurs qu avant mise en route) Plan local technique Réalisation de plans format A2 plastifiés sur support rigide pour chaque local technique représentant le schéma hydraulique «filaire» des installations contenues dans chacun des locaux concernés. Concerne : 2 locaux techniques maisonnée (ECS + chauffage) 2 locaux techniques accueil jour (ECS + chauffage) Tuyauteries Acier primaires et secondaires en local technique Fourniture et pose de canalisations en acier noir, alimentation bitube, diamètres à déterminer par l entreprise, protégées par 2 couches distinctes contre la corrosion, supportage avec colliers antivibratiles, prestations complètes, toutes sujétions comprises. Page L07-37 / 95

38 Compteurs de calorie Le comptage suivant sera prévu pour l énergie de chauffage sur chaque circuit au départ. Le modèle permettra le comptage également du rafraichissement (modèle réversible). Fourniture et pose d un compteur d'eau de calorie agréé CEE pour le chauffage. Modèle CF55 de ITRON ou techniquement équivalent. Localisation : en local technique, Régulation De la bouteille d équilibre en local technique chauffage partiront différents circuits : Liste des circuits secondaires : Bâtiment Accueil de jour : circuit 1 : Cuisine circuit 2 : Circulations, locaux de soins, administration circuit 3 : Ateliers, Bâtiment Maisonnée : circuit 4 : Locaux lingerie, circuit 5 : Circulations, Locaux communs SAM, Salon, circuit 6 : Chambres Chacun d eux, selon le cas rencontré, sera constitué de : une régulation par vanne 3 voies avec sondes, régulateur, moteur, vanne et accessoires deux pompes de circulation, ou 1 circulateur double les vannes, robinets, appareils de mesure et accessoires nécessaires. La programmation de fonctionnement des installations de chauffage sera assurée pour chaque circuit par une horloge digitale à réglage annuel. Chaque régulation intégrera par horloge digitale annuelle la programmation des ralentis, assurera les fonctions économiseur, le démarrage automatique des pompes, la régulation des réseaux de chauffage. Elle comprendra les sondes extérieures, d'ambiance et à plongeur, les aquastats, les moteurs et les vannes, les transformations de courant. La régulation sera de marque SIEMENS, ou équivalent et gèrera en particulier les fonctions Optimisation et Economie avec arrêt des pompes. Elle sera constituée par : les régulateurs les sondes, moteurs et vannes les modules d applications Dans chaque bâtiment, la régulation prendra en compte au minimum les points suivants : température départ réseaux plancher chauffant (3 entrées) température retour réseaux plancher chauffant (3 entrées) température extérieure comptage EF comptage ECS et ECS solaire défaut technique de synthèse local technique chauffage défaut de pression d eau en local technique chauffage Les points en sortie seront au minimum : vannes 3 voies réseau radiateurs et plancher chauffant (3 sorties) pompes réseaux secondaires (3 pompes doubles) pompes de charge PAC (1 pompes doubles) pompe réseau de bouclage ECS (1 pompe double) fonction anti-légionellose Page L07-38 / 95

39 6.1.2 DISTRIBUTION PRINCIPALE DE CHALEUR Dans chacun des bâtiments, l installation de distribution de chauffage et/ou rafraichissement comprend 3 circuits distincts qui correspondent chacun à un profil d occupation particulier ou à une orientation spécifique Tuyauteries Concerne les réseaux circulants en nappe en vide sanitaire depuis le local technique, en nappe au RdC et en colonnes véhiculant le porteur d eau chaude ou d eau glacée selon la saison et le circuit. Réalisation des circuits de chauffage (alimentation bitube) depuis le local technique, en acier noir, protections antirouille, 2 couches, calorifugé. Réalisation d un réseau secondaire pour la distribution du chauffage et du rafraichissement, par circuit bitube, en tuyauteries acier isolées qui alimenteront chacune des colonnes, après un cheminement en nappe en toiture, depuis l origine en local technique chauffage. Dans le bâtiment, toutes les canalisations non apparentes sont calorifugées. Coquille de polyuréthane 20mm conformément au Les parties visibles seront peintes par le lot peinture. Les canalisations seront calculées de façon que la vitesse de circulation de l eau reste toujours inférieure à 0,70 m/s dans les parties habitées et il ne sera pas fait usage de tubes d un diamètre intérieur inférieur à 14 mm, pour la distribution. Les points hauts seront équipés de purgeurs avec robinets ramenés à hauteur d'homme. Les points bas seront vidangeables (notamment dans les vides sanitaires). Les colonnes de distribution seront isolables et vidangeables à l'aller et au retour, une vanne de réglage TA CONTROL ou techniquement équivalent sera placée sur chaque colonne retour. Les vidanges seront réalisées par boisseaux de diamètre 15. Toutes les robinetteries et vannes d'isolement seront du type 1/4 de tour à bille. L'entrepreneur se référera à l'analyse détaillée de l'eau fournie par le service distributeur local (il lui appartient de réclamer ce document s'il n'est pas fourni au dossier). Il est prévu un conditionnement du fluide caloporteur par le lot CVC. Diamètres à déterminer par l entreprise de sorte que les pertes de charges linéaires restent inférieures à 30 mm ce/m. Les tuyauteries acier d allure horizontale sont posées avec une pente permettant leur vidange et leur dégazage, avec un minimum de 5 pour Tout point bas sera équipé d un robinet de vidange accessible. Chaque point haut sera équipé d un purgeur.(notamment les têtes de colonnes Aller et Retour) Dilatation : des dispositifs de guidage sont disposés sur les canalisations afin de contrôler les déplacements de celles-ci. Points fixes : les points fixes sont réalisés de façon à résister aux efforts sans permettre le glissement des tuyauteries. Cette condition nécessite dans tous les cas la soudure sur la canalisation soit d un collier, soit d une butée. Le simple serrage d un collier n est pas considéré comme suffisant. Les reprises d isolation des parties soudées sur chantier se feront, après achèvement de l épreuve de pression par l utilisation de kit de mousse polyuréthane coulée dans une manchette en polyéthylène ou autre. Etanchéité assurée par un joint ou manchette thermo-rétractable. Sur le retour, chaque pied de colonne sera équipé d une vanne de réglage dotée de prise de pression. Page L07-39 / 95

40 EQUILIBRAGE EN TETE DES CIRCUITS L ensemble de l installation de distribution collective du chauffage par le sol sera équilibré après calcul, au niveau des vannes d équilibrage situées sur les antennes et colonnes retours des circuits planchers. Une fois réglées les vannes d équilibrage seront plombées. L entreprise fournira un carnet de réglage. L équilibrage final sera contrôlé par l entreprise en hiver lorsque les conditions météorologiques le permettront. Les valeurs des réglages des tés seront jointes au DOE et DIUO par l entreprise CALORIFUGEAGE DES RESEAUX CHAUFFAGE Réalisation du calorifugeage de toutes les tuyauteries (Aller et Retour) depuis leurs sorties du local technique chauffage jusqu à leur pénétration dans les gaines techniques, puis dans les gaines verticales et dans les faux plafonds. La pose garantira une continuité parfaite entre les différents éléments, tout le long des canalisations protégées, et incorporera les vannes. Concerne : tous les circuits Matériaux : Armaflex, classement M0, classe 3 RT2012, finition à l extérieur par coquille d aluminium rigide en extérieur et coquille PVC souple dans les gaines techniques et les faux plafonds, collerettes de finition, etc, Localisation : selon plans PLANCHERS CHAUFFANTS REVERSIBLES Le principe du plancher réversible repose sur l inversion du sens d action du plancher, suivant que le réseau de grilles qui lui est incorporé est parcouru par un fluide à une température supérieur ou inférieure à la température ambiante. Ainsi, avec un fluide chaud, le plancher se comportera comme un émetteur l Hiver, et avec de l eau rafraichie en absorbeur durant l Eté. Il s agit bien en fonctionnement estival, d un rafraichissement de confort par abaissement de la température résultante, sans modification de l humidité spécifique. Le plancher sera d abord, un plancher chauffant et par conséquent toutes les spécifications applicables aux planchers chauffants (DTU, normes) sont applicables aux planchers réversibles. Enfin de chantier, l installateur fournira un repérage par étiquetage renvoyant à un plan de repérage des vannes et des positions de celles-ci avec indication du mode Eté, Hiver, ainsi qu un résumé des opérations manuelles de basculement. L installation de planchers réversible sera en tout point commun au CPT 3164 "Cahier des Prescriptions Techniques sur la conception et la mise en œuvre des planchers chauffants réversibles à eau basse température" qui reprend les bonnes pratiques mises au point par les professionnels BOUCLES TERMINALES DES PLANCHERS La prestation est complète, hormis la dalle (chape) d enrobage de béton due par le gros œuvre A partir des collecteurs Aller et Retour implantés : dans les gaines techniques ou dans le coffret d encastrement spécifique qui sera fournis par le présent lot pour être incorporés par le maçon dans l épaisseur des murs des sanitaires RdC, réalisation en tube PER, certifié NF des boucles de panneaux de sols. Page L07-40 / 95

41 Distribution encastrée dans la chape, depuis les collecteurs jusqu à chaque local tel que représenté sur les vues en plans des installations techniques CVC 11 et CVC22. Constitution : Le plancher chauffant sera en tout point conforme au détail graphique disponible dans les plans archi et technique CVC01(coupe de principe plancher chauffant rafraichissant) et sera composé : - de collecteurs (ou "clarinettes") Aller et Retour, avec vis micrométrique de réglage, thermomètre et débitmètre sur chaque retour ; Vanne d isolement avec filtre visitable et interchangeable en charge sur l Aller en amont du répartiteur et vanne d isolement sur le retour, purgeur, vanne de vidage - de tubes polyéthylène réticulés noyés dans le béton, de diamètre 16x1,5 ou 20x1,9 avec un pas moyen de 20 cm - d un isolant de sol, qui assure la désolidarisation souple de la dalle béton d enrobage des tubes, complété par une bande périphérique mise en place dans chaque pièce et d un film polyane posé sur l isolant de sol, relevé sur les bords empêchant la laitance du béton de descendre dans l isolant et les éventuelles condensats de mouiller l isolant. - d un dispositif de fixation des tubes par agrafages sur l isolant ou par rails, - d un dispositif qui garantit l enrobage de 2 cm minimum des tubes chauffants (treillis soudé traité anticorrosion) en partie inférieure du tube, et de 4 cm en partie supérieure - d une dalle béton d enrobage réalisée par le gros œuvre comportant un adjuvant fourni par le présent lot améliorant la liquéfaction du béton. Remarques générales : L isolant sera posé par le chauffagiste après qu il aura réceptionné la dalle support. Le coulage du béton se fera en présence du chauffagiste, les tubes de plancher étant maintenus sous pression d essai pendant toute la durée du coulage et du séchage. Le franchissement des joints de dilatation par les tubes chauffants est interdit, sauf ponctuellement par dispositif particulier à soumettre pour validation au bureau de contrôle et maître d œuvre. L ensemble sera conforme au DTU Le système de plancher chauffant bénéficiera d un avis technique en cours de validité. Aucun panneau chauffant ne fera plus de 40 m², et sa diagonale sera inférieure à 8 ml. La longueur de chaque boucle de plancher chauffant sera limitée de telle sorte que la perte de charge de la boucle reste toujours inférieure à 1 mce. Un calcul détaillé accompagnant un plan de pose précis après un calcul de déperditions pièce par pièce sera établi par l entreprise et proposé au VISA du Maître d Œuvre avant toute réalisation. Chaque local chauffé, comportera au moins un circuit. Nature de l isolant de sol : Polystyrène, dalle à plots (certification ACERMI supérieure à ), c est-à-dire isolant de classe I selon le DTU Installation conforme au DTU61.14 L isolant sera posé par le chauffagiste après avoir réceptionné la dalle support réalisée par le GO. Calorifugeage : Tous les tronçons de tuyauteries (acier ou polyéthylène) aériens ainsi que les collecteurs seront soigneusement calorifugés anti condensation. Localisation : dans les zones tel que décrit sur les plans CVC 11 et CVC EQUILIBRAGE TERMINALE DES BOUCLES DE PLANCHERS L ensemble de l installation sera équilibré après calcul. L équilibrage final sera contrôlé par l entreprise en hiver lorsque les conditions météorologiques le permettront. Les valeurs des réglages des tés seront jointes au DOE et DIUO par l entreprise. Concerne l ensemble des boucles de plancher par la fourniture, la pose et raccordement de vanne d équilibrage. Page L07-41 / 95

42 Localisation : sur chaque retour de boucle au niveau des répartiteurs AUTRES PRESTATIONS LIEES AUX PLANCHERS REVERSIBLES. Coffret d encastrement des collecteurs dans la cloison.. Description : le présent lot fournira au lot GO, 4 coffrets d encastrement en tôle adapté aux dimensions des collecteurs. Coffret disponible auprès des fabriquant de planchers. Quantité : 4 Localisation : maisonnées pour le circuit n Conditionnement du fluide caloporteur. Description : anti boue (dispersant) et anticorrosion assurant une protection durable de toute l installation de chauffage VENTILOCONVECTEURS L entreprise titulaire du présent lot prévoira la fourniture, la pose et le raccordement de ventiloconvecteur gainable avec les caractéristiques suivantes : Cassette avec batterie à eau 2 tubes (réversibles) tôle galvanisée tubes cuivre ailettes aluminium purgeur d air et de vidange partiel hauteur max 295 mm. Référence : CIAT ou techniquement équivalent Les ventilo-convecteurs seront intégrés dans le plénum du faux plafond avec trappe d accès pour la maintenance si faux plafond non démontable. La ventilation sera paramétrable en fonction de la hauteur sous plafond grâce à un moteur de ventilation à vitesse variable. Pour une meilleure efficacité en mode chauffage, une sonde d ambiance sera positionnée sur la cloison à 1.40 m du sol. L évacuation des condensats de chaque ventilo-convecteurs sera raccordée au réseau EU sur une gaine à proximité (pente minimale 3%). Il sera prévu un siphon grande garde afin d éviter des remontées d odeur en hiver. L'évacuation de ces condensats fera l'objet par l'entreprise du présent lot, d'essais d'écoulement appareil par appareil, et ce, avant mise en place des faux plafonds, cette vérification systématique sera concrétisée par un bordereau daté et signé par l'entrepreneur avec le repérage de chaque appareil testé. Y compris thermostat programmable dans chaque atelier (programmation individuel par atelier) Y compris évacuation des condensats ; Y compris supportages métallique spécifique en faux plafond Y compris gaines, et diffuseurs d air en plafond. Localisation : 4 ateliers du bâtiment accueil jour Page L07-42 / 95

43 6.1.5 EQUILIBRAGE DES RESEAUX DE CHAUFFAGE L ensemble de l installation sera équilibré après calcul. L entreprise fournira un carnet de réglage. Le rapport d équilibrage doit contenir au moins les valeurs des nombres de tours et les débits obtenus sur les différents organes de réglage. Les valeurs des réglages seront jointes au DOE et DIUO par l entreprise. L équilibrage final sera contrôlé par l entreprise en hiver lorsque les conditions météorologiques le permettront (le réglage doit permettre d obtenir le débit nécessaire dans tous les radiateurs aux conditions extérieures de base). La position des organes ainsi réglés devra alors être verrouillée RAFRAICHISSEMENT DU LOCAL CFA Groupe extérieur L entreprise titulaire du présent lot aura à charge la fourniture, la pose et le raccordement d un groupe extérieur de condensation en toiture du bâtiment : Puissance frigorifique nominale : 5000W Raccordement sur cassette en faux plafond ou Température eau : Froid 7/12 Modèle MONOSPLIT de chez AIRWELL ou équivalent Evacuation des eaux de condensation par bonde siphoïde et tuyauterie PVC ; accessible pour raccordement au niveau du châssis support côté dégagement filtres. Fixation sur dalle béton étanchée par supports anti-vibratiles élastiques Les traversées de murs et leur calfeutrement seront réalisées par le présent lot et respecteront les caractéristiques acoustiques et au feu des parois traversées. Tous les raccordements sont dus par le présent lot depuis l armoire électrique depuis protections Réseau de distribution en tube cuivre La liaison frigorifique sera réalisée à l aide de tube cuivre pré-isolée «INABA» - Paire de tubes cuivre recuit en bobine de 20M - Isolant thermique haute qualité constitué d une pellicule résistante aux températures et limitant la condensation - Epaisseur de cuivre 0.8mm pour les tubes en 1/4", 1/2", et 3/8. - Epaisseur de cuivre 1 mm pour en 5/8 et 3/4, En règle générale les tuyauteries ne devront transmettre aucune vibration aux locaux voisins. Le circuit sera calculé de manière à permettre la libre dilatation de l ouvrage. A la traversée des planchers, murs, cloisons les canalisations comporterons des fourreaux pour assurer le libre mouvement. Les traversées de murs et leur calfeutrement respecteront les caractéristiques acoustiques et au feu des parois traversées. Tous les appareils et tous les réseaux devront pouvoir être isolés, purgés et vidangés si nécessaire individuellement Cassette L émission de froid dans les locaux se fera par cassettes en faux plafond. Modèle 4 voies de chez AIRWELL ou équivalent avec les caractéristiques suivantes : - Installation en faux plafond et aisée. - Panneau frontal lavable - Fonctionnement silencieux de l'unité intérieure - L'unité intérieure possède également un bouton marche/arrêt sur le panneau frontal. Le débit d air de chaque appareil permettra d assurer un taux de brassage de 5 à l intérieur du local. Page L07-43 / 95

44 Ils seront équipés d un bac de récupération des condensats et de conduits d évacuation des condensats avec une pente minimale de 3% vers l extérieur. Ces bacs de récupération des condensats auront obligatoirement la possibilité d une évacuation de chaque côté avec réglage possible de la pente du bac. Le raccordement électrique des ventilo-convecteurs sera assuré par le présent lot sur le tableau électrique des bureaux, y compris protection. La sera équipée d un thermostat individuel posé par le présent lot permettant une gestion de la température dans la pièce. L'ensemble de la filerie et des commandes sera encastré y compris toutes sujétions. Le modèle de thermostat (à faire agréer par le MOE) sera de type apparent. Localisation : local cfa du bâtiment accueil jour Page L07-44 / 95

45 6.2 TRAVAUX DE VENTILATION MECANIQUE CONTROLEE Entrées d air Fourniture au lot menuiserie de bouches d entrée d air hygro-réglables de débit 30 m 3 /h ou 45 m 3 /h dans les chambres maisonnées et auto-réglables pour le reste. Le dispositif comportera les éléments suivants : 1 dispositif auto ou hygro selon besoin 1 déflecteur intérieur 1 Grille anti moustique 1 dispositif extérieur pare-pluie Les éléments du dispositif seront démontables pour nettoyage ou échange. Le présent lot fournira un plan d'exe indiquant les emplacements et débits. Référence ANJOS ou techniquement équivalent Bouche d extraction autoréglable Fourniture et pose de bouches d extraction auto réglables adaptées au débit requis et à débit fixe. Les bouches seront à fortes pertes de charge. Raccordement au conduit de ventilation principale par des antennes en acier galvanisé rigide. Localisation et débit : bureau, lingerie, salle commune, etc. Prestation complète, y compris découpe en cloisons ou faux plafond pour fixation. Le présent lot reste responsable des performances acoustiques d'isolation entre locaux et de bruit d'équipement Bouches d extraction hygroréglables Fourniture et pose de bouches d extraction pour système d extraction hygroréglables adaptées au débit requis fixées (suivant le type de pièce) sur gaine technique ou faux plafond selon plan de repérage. Raccordement au conduit de ventilation principale par des antennes en acier galvanisé acoustique flexible. Les bouches seront à fortes pertes de charge. La bouche d'extraction aura un régulateur constitué d'un élément sensible à l'humidité et d'un volet rigide protégé par une grille amovible et assurera le débit pour une pression variant de 50 à 150 Pa. L'isolement acoustique sera au minimum de 55dB (Dne, W(c)) Localisation et débit : chambres, bureaux et locaux suivant plans. Référence BAHIA de ALDES ou techniquement équivalent. Découpe cloisons ou faux plafond pour fixation à la charge du présent lot qui reste responsable des performances acoustiques d'isolation entre locaux et de bruit d'équipement Conduit VMC Les antennes reliant les bouches aux conduits verticaux seront réalisées en conduit acier galvanisé rigide. Il n'y a pas de foisonnement à considérer. Page L07-45 / 95

46 Conduits verticaux Les conduits verticaux seront en tôle d'acier galvanisé spiralé "BS" ou "ES". Les conduits seront désolidarisés des structures par interposition d'un matériau résilient (type à soumettre à l'agrément du Bureau de Contrôle), aux traversées des murs, cloisons et à chaque collier de fixation. Fixation par colliers avec garniture insonorisante et tiges galvanisés (2 par niveau). Aux traversées des planchers, les conduits des chambres comporteront systématiquement un clapet coupe-feu. Chaque gaine verticale comprendra : - En partie basse, un tampon de ramonage démontable facilement et aisément accessible, situé à 0,50 m. environ du plancher bas du 1er niveau desservi (à placer en face de la trappe de visite). - En partie haute, un té ou double té sur lequel viendront s'adapter les gaines horizontales. La traversée de toiture s effectuera sous un édicule maçonné et étanché (lots gros œuvre étanchéité). Le présent lot réalisera l étanchéité des traversées (horizontales) de cet édicule par un cordon d élastomère autour des conduits métalliques. Le ramonage devra être aisé. - Les tés et piquages de raccordement des chambres ou groupe de locaux par niveau. - Etanchéité par mastic et bandes adhésives. - Clapets coupe-feu aux traversées de planchers des conduits des chambres. La vitesse maximale devra toujours être inférieure à 3,5 m/sec, ceci sans admettre de coefficient de simultanéité. Y compris sujétions pour dévoiement des gaines en plafond, si nécessaire. Les volets de réglage devront toujours être disposés dans une partie commune visitable. Sections : suivant calculs Conduits horizontaux Les collecteurs horizontaux raccordant les conduits verticaux d extraction au caisson d'extraction seront réalisés par des gaines rondes spiralées en tôle d'acier galvanisé spiralé "BS" ou "ES". Les tés seront du type aéraulique genre "AC". Fixation par colliers démontables à contre - partie et tiges galvanisés, sur plots béton à prévoir au présent lot. Une fixation sera prévue tous les 2 ml et à chaque changement de direction. Les plots béton seront posés sur un matériau résilient à soumettre à l'approbation du Bureau de Contrôle. Les joints de raccordement seront obtenus par bande adhésive spéciale et pâte à joint, à faire agréer par le Bureau de Contrôle. Les conduits souples seront M0. Sections : suivant calculs. Page L07-46 / 95

47 6.2.5 CAISSON D EXTRACTION Raccordement par manchette souple. Pose sur plot anti vibratile VMC hygroréglable Fourniture, pose, raccordements aérauliques et électrique de Caissons d'extraction VMC catégorie 4 à courbe plate et basse consommation d'énergie. Caisson en tôle d'acier galvanisé. Le moto ventilateur sera double ouïe centrifuge à action, transmission par poulie courroie équipée du système SdR Des plots antivibratiles seront interposés entre le châssis et les consoles de support. Type de fonctionnement : permanent. Référence : C.VEC microwatt de ALDES ou techniquement équivalent. La régulation de pression constante se fera par un régulateur rt-control équipé d'un filtre antiparasitage - grille de protection - interrupteur IP55 monté. Concerne : - Caisson CE n 11 : chambres maisonnée 1 - Caisson CE n 21 : chambres maisonnée 2 Les débits sont à confirmer par l entreprise VMC classique Caisson d'extraction VMC. Caisson en tôle galvanisée. Ventilateur centrifuge à action, double ouïe à accouplement direct avec protection thermique. Type de fonctionnement : non permanent. Référence : C.VEC microwatt de ALDES ou techniquement équivalent. Concerne : - Caisson CE n 12 : locaux communs maisonnée 1 - Caisson CE n 22 : locaux communs maisonnée 2 - Caisson CE n 31 : accueil jour - cuisine Les débits sont à confirmer par l entreprise PIEGES A SONS Fourniture et pose de piège à sons circulaire en acier galvanisé sur la ou les branches du collecteur, à l'aspiration des caissons et centrales. Les pièges à sons répondront à la NRA et aux spécifications définies au chapitre «spécifications techniques». Le piège à sons comportera un isolant acoustique d'environ 50mm, revêtu d'une tôle perforée. Caractéristiques d'atténuation à vérifier par rapport au spectre acoustique du caisson. Caractéristique : section suivant débit / longueur 2 x 1m Quantité : 1 par ventilateur Objectif : conformité à la NRA pour tous les locaux. Page L07-47 / 95

48 6.2.7 GRILLES EXTERIEURES Fourniture d'une grille extérieure à ailettes pare pluie en acier galvanisé avec grillage anti volatile (maille 10mm maxi) intérieur, référence France AIR ou techniquement équivalent : Maisonnée : 150 x 150 mm pour la ventilation des locaux lingerie (section libre de 1.5 dm²) 200 x 200 mm pour la ventilation des locaux techniques (section libre de 2 dm²) Bâtiment accueil jour : 300 x 200 mm pour la ventilation des ateliers (section libre de 3 dm²) 300 x 300 mm pour la ventilation de la cuisine (section libre de 4 dm²) 200 x 200 mm pour la ventilation des locaux techniques (section libre de 2 dm²) Scellement à la charge du lot gros œuvre. 6.3 TRAVAUX DE VENTILATION DE CONFORT GRILLE DE DIFFUSION ET DE REPRISE Les grilles de diffusion seront capables des débits et pertes de charges indiqués aux bases de calcul, sans création de bruit gênant. L'indice de diaphonie doit être supérieur à 51 db(a). Les grilles seront prévues M1. Les grilles seront à forte perte de charge. Les grilles seront placées en partie haute des locaux. Elles seront démontables par clips à partir du local desservi. Elles seront raccordées aux gaines verticales et horizontales par conduit rigide en tôle d'aluminium muni, côté local, d'une manchette de raccordement - étanchéité par mastic et bande adhésive. Les éléments du dispositif seront démontables pour nettoyage ou échange. Coordination avec lot faux plafond pour la pose de l ensemble des grilles Grilles d extraction Les grilles seront de type plafonnier carrés à quadrillage fixe incliné pare vision et parfaitement adaptés au montage pour faux plafond 600 x 600. Ils seront équipés de registres intégrés dans le cas de réglage du dosage du débit nécessaire. Les grilles seront de type GAP88 de chez France AIR ou techniquement équivalent (teinte à faire agréer par le Maître d œuvre) grilles de soufflage d air neuf Dans la salle à manger, les grilles seront de type circulaire, à multicônes réglables afin de modifier la portée et parfaitement adaptés au montage pour faux plafond 600 x 600. Ils seront équipés de registres intégrés dans le cas de réglage du dosage du débit nécessaire. Dans la buanderie et les ateliers, les bouches seront linéaires à forte perte de charge, type LAC de chez FRANCE AIR, ou équivalent (RAL au choix de l Architecte) avec une hauteur maximale de 75mm. Les bouches seront placées en partie haute des locaux au niveau des parties de faux plafonds verticales (correspondant aux décaissé de faux plafond) et soffites. Elles seront démontables par clips à partir des locaux desservis. Elles seront raccordées aux gaines horizontales par conduit flexible en tôle d'aluminium muni, d'une manchette de raccordement - étanchéité par mastic et bande adhésive. Page L07-48 / 95

49 6.3.2 CONDUITS VERTICAUX Fourniture et pose de conduits verticaux rectangulaires conformes aux spécifications et Sections et localisation : suivant plans CONDUITS HORIZONTAUX Fourniture et pose de conduits horizontaux rectangulaires et circulaires (suivant emplacement) conformes aux spécifications du et Sections et localisation : suivant plans CALORIFUGEAGE DES GAINES Gaine CTA : Les conduits d air et les silencieux seront calorifugés avec isolation 3 cm de mousse de polyuréthanne. Badigeonnage au produit bitumineux anti-condensation entre l isolant et la gaine. Travail soigné, sans aucune partie métallique sans calorifuge. Le présent lot prévoit l ensemble des flocages coupe feu sur réseau aéraulique en combles. Localisation : terrasse et gaine technique. Autres gaines en terrasse : A l extérieur des locaux, le calorifuge sera protégé par une double peau en aluminium rigide, étanche à l eau. Concerne toutes les gaines présentant un risque de condensation, et/ou dont les déperditions sont à éviter (toutes sauf celles de la VMC) et conduits d extraction de caisson. Classement au feu : le calorifuge des conduits sera classés M1 s ils sont installés à l extérieur et M0 s ils sont installés à l intérieur CENTRALE DE TRAITEMENT D AIR Centrale SAM Fourniture, pose, raccordement de la centrale de traitement d air située en toiture terrasse destinée au chauffage, rafraîchissement et renouvellement d air du local SAM, toutes sujétions comprises. Caisson de traitement d air d allure horizontale fonctionnant en tout air neuf, comportant un ventilateur centrifuge à 2 vitesses de 400 à 750 m3/h (à confirmer par l entreprise), Centrale a récupération d énergie (échangeur 60%) Les raccordements aérauliques se feront par manchettes souples. Composition de la centrale : 1 ventilateur Basse Pression centrifuge aubes à action avec poulie réglable, moteur 1 caisson 1 voie de prise d air neuf 1 batterie de chauffage électrique et thermostat de sécurité 120 C 1 batterie froide tubes cuivre, ailettes aluminium, montage en tiroir sur glissières alimentées en eau à 7/12 C Echangeur statique à récupération d énergie 60% 1 thermostat antigel avec sonde capillaire associé à 1 registre de fermeture automatique panneaux double paroi avec isolation intégrée 50 mm Une manchette antivibratile au soufflage, une protection anti-pluie à l aspiration, Pressostat raccordé à l alarme technique, Coupure électrique de proximité sur l appareil, Commande M/A et vitesse 1, vitesse 2 commandée par horloge. Page L07-49 / 95

50 Châssis en aluminium extrudé et Paroi extérieure laquée Certification EUROVENT exigée Châssis antivibratil sur plots ressorts manchette souple intérieure. Face interne de la CTA doit être classée au feu M0 Référence : CLIMACIAT AIRTOP de CIAT ou équivalent Etanchéité de l enveloppe : classe A L ensemble pour position en toiture terrasse du batiment 1 section de filtration comprenant 1 filtre d efficacité G4 (90% gravimétrique) 1 filtre d efficacité F7 (85% opacimétrique) avec prises de pression amont / aval et manomètre à lecture différentielle laissés à demeure. 1 piège à son mis en place au soufflage 1 vanne 3 voies de régulation et son régulateur Asservissement avec sonde CO2 à mettre en œuvre par le présent lot dans la salle à manger. Arrêt de la batterie électrique en cas d arrêt du ventilateur ASSERVISSEMENTS DES VENTILATEURS Arrêt d urgence ventilation Le CMSI (lot électricité) doit pouvoir couper l ensemble des ventilateurs d extraction et les centrales de soufflage de confort (CTA SAM, VMC 31, VMC 12 et 22), à l exclusion des caissons de VMC à fonctionnement continu. Cette coupure peut être obtenue manuellement depuis un contacteur réarmable à clé. Fourniture pose et raccordement d un arrêt d urgence avec mise en attente du câble dans le local TGBT. Raccordement au lot Electricité Courants forts. Localisation : Arrêt d urgence situé dans le hall d entrée Asservissements des ventilateurs Les registres, ventilateurs et centrales de traitement d air seront asservis sur horloges programmables, Page L07-50 / 95

51 6.4 TRAVAUX DE VENTILATION DE LA ZONE CUISSON PRINCIPE FONCTIONNEL La cuisine sera équipée d une hotte d extraction des fumées, comportant un caisson d extraction et un caisson de soufflage. Les débits sont tels que la zone cuisson soit maintenue en dépression par rapport aux locaux voisins. Soufflage et extraction sont asservis entre eux. La compensation d air neuf sera chauffée sur 30% du débit total d introduction d air. La prestation comprend, en coordination avec le lot Cuisine : les réalisations des conduits métalliques de soufflage et de reprise d air à charge du présent lot, La réalisation des conduits métalliques de soufflage et de reprise d air extérieurs. La fourniture, pose, mise en service, réglage, des hottes et des boîtiers de commande seront effectués par le lot cuisine, SPECIFICATIONS Tourelle d extraction Fourniture, pose, raccordement d une tourelle d extraction des fumées destinée à la cuisine sera installé, fournie et raccordée par le présent lot, toutes sujétions comprises. Tourelle d extraction des fumées, buées et polluants collectés par la hotte, avec trappes d accès pour la maintenance, comportant un ventilateur centrifuge, interrupteur de proximité cadenassable, pressostat raccordé à l asservissement de la vanne gaz. Moteur à débit variable, de 0 à 6000 m3/h, variateur de débit d air. Doublage isophonique classé M1. Montage sur plots antivibratiles. Manchette antivibratile résistant au feu, au raccordement sur conduit acier galvanisé. Les raccordements aérauliques sont à acharge du présent lot. Le présent lot prévoit l ensemble des flocages coupe feu sur réseau aéraulique en combles Tourelle laverie Une tourelle d extraction des buées de la hotte de la laverie sera installé, fournie et raccordée par le présent lot, toutes sujétions comprises. Buées et polluants collectés par la hotte équipée d un filtre, avec trappes d accès pour la maintenance, turbine à réaction accouplée directement au moteur, agrément au feu 400 c/2h, interrupteur de proximité cadenassable, Moteur à débit fixe. Les tourelles seront boulonnées sur un socle métallique fourni par le présent lot et scellé par le maçon sur les plots béton de traversée. Doublage isophonique classé M1. Montage sur plots antivibratiles. Manchette antivibratile résistant au feu, au raccordement sur conduit acier galvanisé Centrale cuisine Fourniture, pose, raccordement de la centrale de traitement d air située en toiture terrasse destinée au chauffage, et renouvellement d air de la cuisine, toutes sujétions comprises. Caisson de traitement d air d allure horizontale fonctionnant en tout air neuf, comportant un ventilateur centrifuge à 2 vitesses de 3000 à 6000 m3/h (à confirmer par l entreprise), Les raccordements aérauliques se feront par manchettes souples. Page L07-51 / 95

52 Composition de la centrale : 1 ventilateur Basse Pression centrifuge aubes à action avec poulie réglable, moteur 1 caisson 1 voie de prise d air neuf 1 batterie de chauffage électrique et thermostat de sécurité 120 C 1 thermostat antigel avec sonde capillaire associé à 1 registre de fermeture automatique panneaux double paroi avec isolation intégrée 50 mm Une manchette antivibratile au soufflage, une protection anti-pluie à l aspiration, Pressostat raccordé à l alarme technique, Coupure électrique de proximité sur l appareil, Commande M/A et vitesse 1, vitesse 2 commandée par horloge. Châssis en aluminium extrudé et Paroi extérieure laquée Certification EUROVENT exigée Châssis antivibratile sur plots ressorts manchette souple intérieure. Référence : CLIMACIAT AIRTOP de CIAT ou équivalent Etanchéité de l enveloppe : classe A L ensemble pour position en toiture terrasse du batiment 1 section de filtration comprenant 1 filtre d efficacité G4 (90% gravimétrique) 1 filtre d efficacité F7 (85% opacimétrique) avec prises de pression amont / aval et manomètre à lecture différentielle laissés à demeure. 1 piège à son mis en place au soufflage 1 vanne 3 voies de régulation et son régulateur Asservissement avec hotte d extraction. Arrêt de la batterie électrique en cas d arrêt du ventilateur Conduits d air circulaire Spécifications identiques à celles vues en ventilation ( et ), sauf : pas de clapet coupe-feu trappe de visite obligatoire sur le tronçon horizontal d extraction pour permettre le nettoyage intérieur au conduit Les conduits de soufflage seront soigneusement calorifugés sur la totalité de leurs parcours, jusqu'à la hotte. La traînasse horizontale devra pouvoir être nettoyée sur toute sa périphérie (maintenir un espace suffisant entre traînasse et paroi carrelée). Le présent lot prévoira la fourniture, la pose et le raccordement du conduit d extraction de la centrale cuisine à l extérieur pour le rejet à plus de huit mètres de toutes entrées d air et prises d air extérieures raccordé sur sortie de toiture défini ci après. Le présent lot prévoit l ensemble des flocages coupe feu sur réseau aéraulique en combles Sortie de toiture La traversée de toiture s effectuera au travers d une souche à installer en toiture par le présent lot. La souche permettra le supportage des tourelles d extraction. L étanchéité des traversées verticales sera réalisée par le lot Charpente. Les sorties en toiture seront en acier galvanisé et fixées sur charpente par pattes vissées composées : D un chapeau pare pluie, Une plaque de support de couverture équipé de feuillard de fixation Page L07-52 / 95

53 Un fût de raccordement pour le conduit. Concernant l amenée d air en laverie, la sortie de toit sera de type STE de chez ALDES ou techniquement équivalent (teinte à faire agréer par le Maître d œuvre) ASSERVISSEMENTS DES VENTILATEURS Salle restauration et cuisine Concerne : la ventilation de la laverie cuisine. Réalisation d un asservissement entre l ouverture du registre motorisé et la hotte de la cuisine. Prestation complète Arrêt d urgence ventilation Fourniture et pose d un tableau électrique de ventilation pour les équipements de cuisine. Le CMSI (lot courants faibles) doit pouvoir couper l ensemble des ventilateurs d extraction et les centrales de soufflage de confort, à l exclusion des caissons de VMC à fonctionnement continu. Cette coupure peut être obtenue manuellement depuis un contacteur réarmable à clé. Le tableau électrique comportera les éléments suivants : Protection des équipements de ventilation, Asservissement du soufflage/extraction, Coupure d urgence manuelle locale du soufflage, passage automatique en grande vitesse de l extraction en cas d incendie, Dispositif électronique d asservissement des débits de soufflage et d extraction. Page L07-53 / 95

54 6.5 TRAVAUX DE DESENFUMAGE Le présent lot doit : la fourniture et la pose des volets d amenées d air en façade, menuiserie et sur conduits, ainsi que leurs cadres de scellement, le bon fonctionnement de l ensemble, en relation avec les autres lots concernés La garantie sur les débits d amenée d air est due par le présent lot : elle est à vérifier sur la totalité des bouches raccordées à l installation de désenfumage. Les alimentations électriques sont dues par l électricien. Les tensions de maintien ou d ouvertures sont dues par le lot électricité. Le présent lot doit se coordonner avec ces différents lots, préciser les tensions et puissances requises LES VOLETS SUR GAINE POUR AMENEE D AIR Volet de désenfumage à portillon avec cadre en acier galvanisé à 1 vantail ou 2 vantaux (suivant plans) en matériau réfractaire incombustible et coupe feu (sans amiante), boîtier de déclenchement d ouverture et ventouses à la rupture d émission, système anti-retour pour s assurer de l ouverture du volet. Etanchéité à froid par chicanage et joint mousse. Etanchéité à chaud par joint intumescent. Résistance au feu 2h. Mécanisme conforme à NFS par ventouse électromagnétique. Contacts de position d attente et de sécurité. Montage avec précadre fournit au lot gros œuvre ou cloison. Façade d habillage en acier galvanisé fixée par batteuse. Réarmement manuel. Localisation : dans les circulations OUVRANTS DE FAÇADE ASSERVIS POUR AMENEES D AIR Ouvrant à lames extrudées articulées en aluminium anodisé, isolées thermiquement (K = 2,44 W/m² c), joints à lèvres, totalement étanche à l air et à l eau en position fermée. Mécanisme d ouverture conforme à la norme NFS , par ventouse électromagnétique à l émission. Contacts de fin de course (début et fin). Réarmement manuel. Précadre fournit au lot gros œuvre, en acier galvanisé 12/10. Grille d habillage pour la face extérieure avec ailette pare pluie, dimensionnée pour respecter le passage libre requis. Dimension 500x398 (h). Localisation : selon plans, niveau supérieur à 1 m au maximum du sol fini OUVRANTS EN MENUISERIE ASSERVIS POUR AMENEES D AIR Ouvrant de désenfumage intégré dans menuiserie extérieure. Mécanisme d ouverture conforme à la norme NFS , par ventouse électromagnétique à l émission. Contacts de fin de course (début et fin). Réarmement manuel. Précadre fournit au lot menuiserie, en aluminium. Grille d habillage pour la face intérieure avec ailette pare pluie, dimensionnée pour respecter le passage libre requis. Composition Cadres dormant et ouvrant en aluminium extrudé Mécanismes "invisibles" intégrés dans les feuillures des profils menuisés Ferrages : relevant (extérieur), Finitions laquées, teintes RAL et anodisations colorées selon choix Architecte. Page L07-54 / 95

55 Menuiserie à rupture de pont thermique (RPT) Performance Acoustique : Rw=48 (-2 ;-6) db Performances selon EN Déclenchement Fonctionnement SUE Basse température Automatique + manuel Tenue statique au vent WL = 1500 Pa Élévation température B 300 C Motorisation Type A et B (ouverture seule et ouverture / fermeture) Selon dimensions, angle et type d ouverture T 00 C (T -15 C en cours) électrique Matériel conforme à la NFS comportant un PV l attestant en cours de validité. Le PV DAS sera transmis en fin de chantier au coordinateur SSI. Dimensions : 550 x 850 mm Modèle : EXUBAIE de chez SOUCHIER Localisation : salle à manger des maisonnées, niveau supérieur à 1 m au maximum du sol fini CONDUITS DE DESENFUMAGE Les conduits seront réalisés par le lot cloison doublage DOSSIER SSI Fourniture des documents nécessaires à l'établissement du dossier SSI et demandé par le coordonnateur SSI. Page L07-55 / 95

56 6.6 TRAVAUX DE PLOMBERIE ALIMENTATION EN GAZ Principe et généralités Le gaz sera livré par une cuve gaz propane jusqu au coffret de coupure situé en façade du bâtiment. Il sera ensuite distribué en basse pression jusqu à la cuisine. Les plans d'exécution seront établis par l'entrepreneur et seront soumis à l'approbation du Bureau de Contrôle, avant toute exécution des travaux. L'entrepreneur devra fournir au Bureau de Contrôle les certificats d'agrément des soudeurs. L'entrepreneur devra procéder aux essais selon les dispositions prévues par les normes et réglementations en vigueur, notamment l art. 9 de l'arrêté du , et ce en présence du Bureau de Contrôle. Il devra fournir au Maître de l'ouvrage, avant réception des travaux, les certificats de gaz Coffrets extérieurs CUISINE Fourniture et pose d un coffret de coupure en façade de la cuisine, manomètres amont et aval, régulateur avec sécurité, filtre, robinets d entrée, etc. Mise en place d une vanne de coupure sous boîtier dormant et protection de la remontée par une goulotte métallique sur une hauteur de 2 mètres si nécessaire. Raccordement sur attente laissée par le lot VRD Canalisations Canalisations principales en tubes soudés en acier répondant à la spécification ATG B 521, conformes aux normes NF A , 142, 145, y compris protection par revêtement "E" ou par peinture antirouille, suivant les cas, à charge du présent lot - diamètre suivant débit. Exécution conforme aux Spécifications Techniques relatives aux canalisations Gaz. Concernant l alimentation gaz de la cuisine (zone cuisson), le passage de la canalisation gaz se fera en vide sanitaire dans conduits fibrociment 25 X 25 ventilés (à charge du présent lot). Traversées de murs et planchers sous fourreau étanche en matière inerte compatible avec les degrés coupe-feu exigés pour chaque paroi. Distribué en basse pression en cuisine par canalisations cuivre apparentes, diamètres calculés en fonction des puissances à desservir et des longueurs des dérivations. L'entrepreneur doit l'amenée de gaz en tube cuivre jusqu'à proximité immédiate des appareils. L ensemble conforme à la norme NFE et Electrovanne Fourniture et pose d une électrovanne gaz à l extérieur au niveau de l arrivée gaz après le coffret de détente au niveau de la pénétration ; asservissement de celle-ci au fonctionnement de la hotte par le titulaire du lot chauffage ventilation. Fourniture d'une grille extérieure à ailettes pare pluie en acier galvanisé avec grillage anti volatile intérieur, référence France AIR ou techniquement équivalent du à la présence de l électrovanne en préparation chaude (section libre de 2 dm² à confirmer par l entreprise) Scellement à la charge du lot gros œuvre. Page L07-56 / 95

57 Coffret coup de poing Fourniture et pose d un coffret type «coup de poing» installé sur mur à proximité du piano et de plaques avec inscription indélébile «arrêt gaz», repères pour position OUVERT ou FERME du robinet de barrage et consignes de sécurité y compris vanne d arrêt ALIMENTATION EN EAU FROIDE Conduite principale A partir de l attente du lot VRD, l'entrepreneur doit : - le raccordement du réseau intérieur - la distribution en vide sanitaire, pour atteindre le local technique - disconnecteur général, - vanne et compteur volumétrique, - réducteur de pression équipé de manomètres en amont et aval pour une pression de service de 2 à 3 bars, - la canalisation principale en galerie technique, l arrivée générale, les piquages jusqu aux colonnes, aux appareils situés au rez de chaussée, - Le réseau principal seront réalisés en PVC pression conforme aux spécifications techniques du sections en fonction des débits et de la vitesse limite imposée - fixation en sous-face des planchers, par colliers et tiges galvanisées, avec interposition de matériau souple entre colliers et tuyaux. - fourniture et pose de fourreaux souples étanches en matière inerte compatible avec le degré coupe-feu de chaque paroi à chaque traversée de murs et planchers. - une manchette témoin sera installée sur l'alimentation EF à la pénétration du bâtiment ainsi qu'un by pass muni de vannes d'isolement permettant le contrôle ultérieur des canalisations Sont dues toutes les vannes, robinets de vidange du réseau Alimentation des chambres A partir des piquages réalisés sur les canalisations principales en vide sanitaire, il sera prévu pour chaque gaine palière, Nature : tube Multicouche conforme aux spécifications techniques du 2.3 Fixation : par colliers avec interposition de matériau souple, 2 fixations par niveau. Chaque colonne sera munie : - d un dispositif anti-bélier en tête - d un robinet d'arrêt à boisseau sphérique en pied de la partie montante de la colonne accessible depuis le 1 er étage - des différentes pièces pour dérivations vers les chambres Depuis la gaine technique palière, il sera prévu à chaque niveau un piquage de diamètre adapté pour l alimentation des chambres, avec une vanne d arrêt ¼ de tour à boisseau sphérique. Ces distributions seront réalisées en tube multicouche posé sur colliers avec garniture insonorisante incorporée. A partir de la vanne d arrêt, le réseau alimentera des clarinettes eau froide prévues dans la gaine technique. Les clarinettes seront démontables avec tés de réglage incorporés et fixées sur aux structures en B.A. de l immeuble et non aux cloisonnements légers. Depuis ces clarinettes, pour l ensemble des chambres, partiront les départs en tube PER encastré vers les appareils de la salle de bains et en tubes cuivre pour la distribution apparente. Le présent lot devra la pose des conduites en plénum, et en encastrés dans la cloison à partir de la gaine technique jusqu à proximité de l équipement de la douche. L alimentation du lavabo se fera en apparent avec une distribution posée le plus haut possible afin de ne pas être visibles. Diamètres minima à prévoir : - alimentation douche : 12x1,1 - alimentation lavabo : 12x1,1 - alimentation WC : 12x1,1. Localisation : selon plans Page L07-57 / 95

58 Alimentation de la cuisine A partir des piquages réalisés sur la canalisation principale depuis la local technique chauffage, il sera prévu l alimentation de l ensemble des équipements de la cuisine suivant le tableau descriptif fourni par le lot Cuisine. Nature : multicouche conforme aux spécifications techniques du 2.3 avec coquille métallique Fixation : par colliers avec interposition de matériau souple, 2 fixations par niveau. Les colonnes seront munies : - d un dispositif anti-bélier en tête - d un robinet d'arrêt à boisseau sphérique en pied de la partie montante de la colonne accessible depuis le 1 er étage Depuis la distribution principale en faux plafond de la cuisine, il sera prévu un piquage de diamètre adapté pour l alimentation de chaque équipement, avec une vanne d arrêt ¼ de tour à boisseau sphérique avec étiquette dylophane et clapet anti retour sur chaque puisage. Ces distributions seront réalisées en tube multicouche posé sur colliers avec garniture insonorisante incorporée. A partir de la vanne d arrêt, partiront les départs en tube multicouche encastré (saignées + rebouchage à prévoir par le présent lot) dans les cloisons vers les appareils et en tubes cuivre pour la distribution apparente. Le présent lot prévoira le raccordement des équipements en coordination avec le lot cuisine. Diamètres minima à prévoir : - Suivant tableau descriptif des équipements de cuisine Localisation : selon plans Autres alimentations d eau froide A partir de la canalisation principale en vide sanitaire, d autres colonnes montantes ou descendantes desserviront tous les autres points d eau du bâtiment. Chaque alimentation sera munie d'une vanne d'arrêt. Nature : multicouhe conforme aux spécifications techniques du 2.3 de diamètre adapté ou cuivre si apparent. Fixation : par colliers avec interposition de matériau souple, 2 fixations par niveau. Sont dues toutes les vannes d arrêt permettant d isoler chaque piquage, les dispositifs anti-bélier en tête de chaque colonne montante, les tés, raccords et toutes pièces nécessaires à une parfaite réalisation. Localisation : selon plans Réseau d arrosage extérieur Le présent lot devra l installation du système d arrosage automatique pour les espaces verts situées à l extérieur (en coordination avec le lot VRD). Depuis l arrivée d eau froide en placard technique (maisonnée) et collecteur en accueil jour, mise en place d un départ arrosage équipé de : vanne générale de coupure, manchon entre vanne (pour la mise en place d un programmateur ultérieur), un comptage spécifique pour la consommation eau verte, départs vers les espaces verts, le raccordement à la vanne extérieur situé dans le regard prévu à cet effet (posé par le lot VRD), Page L07-58 / 95

59 Le réseau intérieur sera en PVC pression et le réseau extérieur sera enterré pour atteindre le regard extérieur. Page L07-59 / 95

60 6.6.3 PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE CUISINE Adoucisseur Réalisation de l alimentation en eau froide adoucie de l eau chaude sanitaire par un adoucisseur assurant un débit de pointe de 2.5 l/s à confirmer par l'entreprise. TH à atteindre : TH10 Composition de l'adoucisseur : Vanne automatique avec programmateur chronométrique, déclenchement de la régénération en fonction du temps écoulé Un corps d'adoucisseur, en acier galvanisé Une charge de résine, agréée alimentaire, à haut pouvoir d'échange, Un tube crépine, en PVC, reprenant l'eau adoucie après passage sur résine, Un bac à sel, en polyéthylène sans soudure, avec plancher, tuyauterie souple d'alimentation bac à sel/adoucisseur Adoucisseur cuisine L'alimentation en eau froide adoucie en local ECS pour la production d eau chaude sanitaire sera à la charge du présent lot comprenant : un filtre et un clapet antiretour contrôlable adoucisseurs CILLIT RUBIS BIO un pot à déplacement Traitement à prévoir : Eau froide adoucie pour le four : TH5 TH7 (durée d utilisation de 3 heures/jour) Eau chaude adoucie pour la machine à laver : TH5 TH7 (100l/h, durée d utilisation de 5 heures/jour) Réalisation de l alimentation en eau froide adoucie de l eau chaude sanitaire par un adoucisseur assurant un débit de pointe de 2.5 l/s à confirmer par l'entreprise. TH à atteindre : TH10 Composition de l'adoucisseur : Vanne automatique avec programmateur chronométrique, déclenchement de la régénération en fonction du temps écoulé Un corps d'adoucisseur, en acier galvanisé Une charge de résine, agréée alimentaire, à haut pouvoir d'échange, Un tube crépine, en PVC, reprenant l'eau adoucie après passage sur résine, Un bac à sel, en polyéthylène sans soudure, avec plancher, tuyauterie souple d'alimentation bac à sel/adoucisseur Ballon d'eau chaude sanitaire Fourniture et pose d'un ballon d'eau chaude sanitaire mixte (primaire et résistances électriques) : Volume 500L (maisonnées) et 1000L (accueil jour) Cuve en alliage de métal et de matériau de synthèse à l intérieur parfaitement lisse et non poreux, bénéficiant de l attestation de conformité sanitaire. Insensibilité aux chocs thermiques ou chimiques Diélectrique supprimant tout risque d effet de pile électrochimique avec les tuyauteries de l installation. Finition extérieure par peinture antirouille époxy deux couches. Température maximum = 95 C Calorifugeage démontable M1, laine de verre épaisseur 100mm, jaquette souple PVC Thermoplongeur électrique blindée 15 kw: épingle en acier inoxydable, 230/400V, coffret régulation / sécurité (fonctionnement uniquement en heures creuses) Trou d'homme de 400mm isolé Robinet de chasse. Purgeur industriel Le ballon d ECS bénéficiera d une garantie d au moins 10 ans de la part du fabricant. Page L07-60 / 95

61 Référence : LACAZE ou techniquement équivalent PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE SOLAIRE Tous les matériels et matériaux mis en place devront pouvoir supporter une température de 95 C Raccordement des différents sous ensembles du poste de production d eau solaire Réalisation de la boucle solaire raccordant les capteurs entre eux et entre les capteurs et le ballon solaire. Aucune vanne d isolement, ni robinet d arrêt ne doivent être intercalés entre les capteurs solaires et le module de transfert. ( à l exception des vannes d équilibrage) Les canalisations en cuivre seront isolées par des coquilles en mousse de polyuréthane épaisseur classe 5 (RT 2012). Le calorifugeage devra être soigné et incorporer les vannes, les piquages non utilisés Les canalisations situées à l extérieur seront protégées des intempéries et des rayons ultraviolets par une coquille métallique. La pénétration des canalisations en toiture se fera au travers d un plot en béton. Les points hauts comporteront systématiquement un purgeur manuel, repéré, facilement accessible. Remplissage de l installation par du fluide antigel caloporteur de type alimentaire, prêt à l emploi, et protégeant l installation pour une température extérieure de 18 C (Saint Martin de Crau). PH 9,5 Un soin particulier sera porté au dégazage de l installation Capteurs solaires Fourniture et pose de capteurs solaires à fluide caloporteur antigel avec vitrage trempé et absorbeur sélectif en cuivre, coffre d une seule pièce de tôle d aluminium embouti. Pente : 45 Ils doivent bénéficier d un avis technique du CSTB et d une garantie de 5 ans. Caractéristiques minimales optiques et thermiques : η = 0.73 K=4.5 W/m²K Isolation par 50 mm d isolant. Mode de pose : en toiture terrasse, le champ de capteur sera fourni et posé sur console, par le présent lot. Montage sur toiture avec pattes de fixation sur chevrons, profilés de montage et vis à tête marteau. Les pattes de fixations seront adaptées au type de couverture. Le montage en série et parallèle des capteurs sera fonction des indications du fabricant Stockage solaire Fourniture et pose d'un ballon d'eau sanitaire solaire (sans appoint) de capacité 500L (maisonnées) et 1000l (accueil jour) : Cuve en alliage de métal et de matériau de synthèse à l intérieur parfaitement lisse et non poreux, bénéficiant de l attestation de conformité sanitaire. Insensibilité aux chocs thermiques ou chimiques Diélectrique supprimant tout risque d effet de pile électrochimique avec les tuyauteries de l installation. Finition extérieure par peinture antirouille époxy deux couches. Température maximum = 95 C Calorifugeage démontable M1, laine de verre épaisseur 100mm, jaquette souple PVC M1. Trou d'homme de 400mm isolé Robinet de chasse. Purgeur industriel Le ballon bénéficiera d une garantie d au moins 10 ans de la part du fabricant Module hydraulique de transfert Fourniture et pose d un module hydraulique de transfert qui comportera tous les équipements nécessaires au fonctionnement de l installation solaire. Le groupe de transfert sera équipé notamment : Page L07-61 / 95

62 1 échangeur à plaques inox 1 circulateur primaire 3 vitesses 1 circulateur secondaire 1 régulation solaire avec 2 sondes 1 boîtier de régulation manomètre à cadran vannes clapet anti-retour purgeur et embout à clef de purge robinet de rinçage, remplissage vanne de réglage du débitmètre débitmètre Vases d expansion Fourniture et pose d un vase d expansion mis en place sur le retour du circuit primaire. Il sera raccordé directement au circuit primaire sans vanne ni robinet d isolement. Veillez à laisser suffisamment de place sous le vase d expansion pour l accessibilité à la valve. Localisation : à proximité du stockage solaire Soupape de sécurité Fourniture et pose d une soupape de sécurité raccordée sur le circuit primaire tarée à 6 bars. En cas de surpression, le fluide antigel s écoulera gravitairement vers un bidon de 20 litres Régulation Afin d'obtenir un système cohérent et communicant, le système de commande-régulation devra être constitué d'un seul ensemble électronique permettant de réaliser l'acquisition des différentes températures ainsi que de commander tous les actionneurs de l'installation. Cette solution permet notamment de ne pas générer de sondes redondantes. Le système de commande régulation devra entre autre permettre : la visualisation des températures ainsi que des états de fonctionnement de modifier les paramètres de réglage de l installation (température maximale ballon, différentiel, etc.) d'envoyer le retour bouclage dans le ballon solaire ou le ballon d'appoint suivant la température des ballons. de forcer des modes de fonctionnement afin de permettre la maintenance du système, de réaliser les purges à la mise en route et de vérifier le fonctionnement effectif des actionneurs. Les sondes placées en doigt de gant seront disposées en sortie des capteurs solaires et en bas du stockage solaire. Elles seront doublées par des thermomètres à colonne de liquide gradués en degré, mise sous doigt de gant. Fourniture et pose de la vanne directionnelle permettant d'envoyer le retour bouclage dans le ballon solaire ou le ballon d'appoint. Liste des points d'acquisition : C1 T1 T2 T3 T4 T5 T6 DESIGNATION : Compteur volumétrique d'eau chaude sanitaire Température du fluide dans les capteurs solaires Température du fluide à l'entrée de l échangeur tubulaire Température du fluide à la sortie de l échangeur tubulaire Température du réservoir de stockage ECS situé dans l «Accumulateur combiné» Température d'arrivée d'eau froide du réservoir de stockage de l «Accumulateur combiné Température de sortie du réservoir (circuit distribution ECS préchauffée) Page L07-62 / 95

63 Liste des actionneurs : S1 DESIGNATION : Circulateur de la boucle primaire Les sondes placées en doigt de gant seront disposées en sortie des capteurs solaires et en bas du ballon solaire. Elles seront doublées par des thermomètres à colonne de liquide gradués en degré, mis sous doigt de gant Mesure de performance de l installation La mesure de performance se traduit par une instrumentation de l installation permettant le suivi des performances dans le temps comprenant les équipements suivants : Un compteur d énergie permettant de mesurer l énergie solaire distribuée vers l échangeur du ballon solaire, Une sonde sur l eau froide alimentant le bâtiment, Au contacteur de commande du circulateur, Au contact auxiliaire de commande de la vanne 3 voies + contact fin de course de la vanne Aux compteurs à impulsion situés sur l alimentation d eau froide alimentant la production d eau chaude sanitaire, Au compteur d énergie de l appoint hydraulique, Les sondes seront de type PT ou Ni 1000 ohms à plongeur, Les grandeurs mesurées seront : L énergie solaire distribuée vers l échangeur du ballon solaire par le relevé du compteur, Le débit total des besoins en eau chaude sanitaire du bâtiment L énergie totale pour la production d eau chaude sera connue par le produit du débit total par l écart de température entre l eau froide et 55 C L énergie d appoint par relevé du compteur. Les grandeurs calculées seront : L énergie des pertes de distribution par soustraction de l ensemble à l énergie totale ALIMENTATION EAU CHAUDE Mitigeur de bouclage Fourniture et pose de mitigeurs thermostatiques à cellule automotive, filtres et clapets anti retour intégrés, accessibles sans démontage du mécanisme. Température de réglage = 55 C à 60 C. Débit 140 l/min. Taille 1"1/2 pour les maisonnées Température de réglage = 55 C à 60 C. Débit 100 l/min. Taille 1"1/4 pour la cuisine du bâtiment accueil jour Dimensionnement à confirmer par l entreprise. Le retour du bouclage sera au minimum à 55 C Circulateur de bouclage Fourniture et pose de pompes de circulation de débit permettant de limiter la chute de température à 5 C, hauteur manométrique maximale égale à la perte de charge calculée lors du dimensionnement des canalisations, avec vannes d isolement et raccordement électrique au tableau existant compris schéma électrique de raccordement et toutes sujétions. Débit : 12m3/h pour les 3 bouclages, à confirmer. Localisation : local technique ECS Thermomètres Fourniture et pose de thermomètres disposés en doigts de gant, gradués en degrés Celsius ( C). Page L07-63 / 95

64 Conduite principale L entrepreneur doit : - la canalisation principale en vide sanitaire, les piquages jusqu aux colonnes et les appareils du RDC. - le réseau d eau chaude sera réalisé en PVC pression conforme aux spécifications techniques du 2.3, avec coquille métallique de maintien - sections en fonction des débits et de la vitesse limite imposée. - fixation en sous-face des planchers, par colliers et tiges galvanisées, avec interposition de matériau souple entre colliers et tuyaux. - fourniture et pose de fourreaux souples étanches en matière inerte compatible avec le degré coupe-feu de chaque paroi à chaque traversée de murs et planchers. Sont dues toutes les vannes (au minimum 20 vannes de pied de colonne), robinets de vidange du réseau, tés en attente et pièces spéciales nécessaires. Localisation : selon plans Boucle de distribution L entrepreneur réalisera le bouclage du réseau principal de distribution d eau chaude. Chaque colonne sera bouclée au plus près du dernier mitigeur pour limiter au maximum les bras morts. Le bouclage sera calorifugé conformément aux spécifications techniques du Cheminement : distribution par colonne avec vanne de réglage sur chaque retour Nature : PVC pression conforme aux spécifications techniques du 2.3 avec coquille métallique, de section adaptée aux débits nécessaires pour un refroidissement maximum de 5 c et calorifuge par coquille polyuréthane 20mm sur la totalité du parcours. Traversées de murs et planchers sous fourreau étanche en matière inerte compatible avec les degrés coupe-feu exigés pour chaque paroi. Sont dus toutes les vannes d arrêt, vannes micrométriques de réglage, pompe de circulation adaptée, clapets anti-retour, robinets de vidange du réseau, tés en attente et pièces spéciales nécessaires. Localisation : selon plan Alimentation des chambres A partir des piquages réalisés sur la canalisation principale en vide sanitaire, il sera prévu pour chaque gaine, une colonne EC desservant les chambres. Nature : multicouche conforme aux spécifications techniques du 2.3 avec coquille métallique Fixation : par colliers avec interposition de matériau souple, 2 fixations par niveau. Chaque colonne sera munie : - d un robinet d'arrêt à boisseau sphérique en pied de colonne accessible depuis le RdC - des différentes pièces pour dérivations vers les chambres Depuis la gaine technique palière, il sera prévu à chaque niveau un piquage de diamètre adapté pour l alimentation des chambres, avec une vanne d arrêt ¼ de tour à boisseau sphérique. Chaque piquage sera équipé d'un mitigeur thermostatique, avec clapet anti retour, pour distribution d'eau mitigée à 45 C, avec sécurité anti brûlure et clapet anti retour. A partir de la vanne d arrêt, le réseau alimentera des clarinettes eau chaude prévues dans la gaine technique. Les Clarinettes seront démontables avec tés de réglage incorporés et fixées sur aux structures en B.A. de l immeuble et non aux cloisonnements légers. Depuis ces clarinettes, pour l ensemble des chambres, partiront les départs en tube multicouche encastré vers les appareils de la salle de bains et en tubes cuivre pour la distribution apparente. Le présent lot devra la pose des conduites en plénum, et en encastrés dans la cloison à partir de la gaine technique jusqu à proximité de l équipement de la douche. L alimentation du lavabo se fera en apparent avec une distribution posée le plus haut possible afin de ne pas être visibles. Page L07-64 / 95

65 Diamètres minima à prévoir : - alimentation douche : 12x1,1 - alimentation vasque : 12x1, Alimentation de la cuisine A partir des piquages réalisés sur la canalisation principale depuis la local technique chauffage, il sera prévu l alimentation de l ensemble des équipements de la cuisine suivant le tableau descriptif fourni par le lot Cuisine. Nature : multicouche conforme aux spécifications techniques du 2.3 avec coquille métallique Fixation : par colliers avec interposition de matériau souple, 2 fixations par niveau. Les colonnes seront munies : - d un dispositif anti-bélier en tête - d un robinet d'arrêt à boisseau sphérique en pied de la partie montante de la colonne accessible depuis le 1er étage Depuis la distribution principale en faux plafond de la cuisine, il sera prévu un piquage de diamètre adapté pour l alimentation de chaque équipement, avec une vanne d arrêt ¼ de tour à boisseau sphérique avec étiquette dylophane et clapet anti retour sur chaque puisage. Ces distributions seront réalisées en tube multicouche posé sur colliers avec garniture insonorisante incorporée. A partir de la vanne d arrêt, partiront les départs en tube multicouche encastré (saignées + rebouchage à prévoir par le présent lot) dans les cloisons vers les appareils et en tubes cuivre pour la distribution apparente. Le présent lot prévoira le raccordement des équipements en coordination avec le lot cuisine. Diamètres minima à prévoir : - Suivant tableau descriptif des équipements de cuisine Localisation : selon plans Autres alimentations A partir de la canalisation principale en vide sanitaire, d autres colonnes montantes ou descendantes desserviront tous les autres points d eau du bâtiment. Chaque alimentation sera munie d'une vanne d'arrêt. Nature : multicouche conforme aux spécifications techniques du 2.3 ou cuivre si apparent. Fixation : par colliers avec interposition de matériau souple. Sont dues toutes les vannes d arrêt permettant d isoler chaque piquage, les dispositifs anti-bélier en tête de chaque colonne montante, les tés, raccords et toutes pièces nécessaires à une parfaite réalisation. Localisation : selon plans Calorifugeage réseau d eau chaude sanitaire Réalisation du calorifugeage de toutes les tuyauteries EF, ECS, REC, depuis leur sortie de la local technique chauffage jusqu à leur pénétration dans les locaux assurant un niveau d'isolation de classe 3 (cf RT2012). La pose garantira une continuité parfaite entre les différents éléments, tout le long des canalisations protégées, et incorporera les vannes. Matériaux : Armaflex, classement M0, classe 3 (RT2012), finition à l extérieur par coquille d aluminium rigide (en local technique chauffage et extérieur), et coquille PVC (dans les gaines techniques et faux plafond) y compris collerettes de finition, etc. Page L07-65 / 95

66 Localisation : selon plans PB11, PB12, PB13, PB21, PB22, PB Equilibrage des colonnes d ECS L ensemble de l installation de distribution d eau chaude collective sera équilibré après calcul, au niveau des 14 têtes de colonne retour de boucle situées dans les gaines et en vide sanitaire. Une fois réglées les vannes d équilibrage seront plombées. L entreprise fournira un carnet de réglage. L équilibrage final sera contrôlé par l entreprise avec un soutirage le plus simultané possible des logements. Les valeurs des réglages des tés seront jointes au DOE et DIUO par l entreprise DESINFECTION AVANT MISE EN SERIVCE Les circuits d eau chaude sanitaire et d eau froide seront rincés au maximum de débit possible de façon à entraîné les éventuelles particules, copeaux ou débris inhérents à leur fabrication. Les circuits doivent être ensuite désinfectés conformément à l article R du Code de la Santé Publique (décret n du 11 Janvier 2007 art. 1XXV). Le procédé utilisé ne devra en aucun cas mettre en œuvre des produits susceptibles de générer la formation de halophormes et chloramines. L entreprise remettra à la fin de l opération une attestation mentionnant : Le nom de l entreprise qui a réalisée la désinfection, Le numéro de l Avis technique du procédé de désinfection, La date et l heure d intervention, La signature du responsable de l opération avec le cachet de l entreprise. La désinfection aura lieu avant chaque mise en service de partie de bâtiment, soit à la fin de chacune des deux phases. Page L07-66 / 95

67 6.6.7 EVACUATIONS DES EAUX USEES ET EAUX VANNES L évacuation des eaux des équipements sanitaires et chambres se fera au travers de canalisations séparées EU et EV en parcours horizontaux situés dans les chambres et sanitaires et de façon unitaire dans les gaines verticales et les collecteurs de pieds de chutes Branchement des appareils et accessoires Canalisation en tube PVC M1 ; raccordements sur chutes uniques par l intermédiaire de culottes spéciales; les orifices de branchement non utilisés seront obturés. Pente des branchements : 2 cm/m au minimum, y compris raccordement siphon. En ce qui concerne les règles d'évacuation des appareils groupés, les règles de l'article 3,22 du DTU seront strictement respectées. Traversées de murs et planchers sous fourreau étanche en matière inerte compatible avec les degrés coupe-feu exigés pour chaque paroi. Réservation à fournir au lot gros œuvre. Tous les branchements devront être visitables. Le raccordement sur la chute se fera au travers de culottes spéciales et pièces de raccordement adaptées au procédé d évacuation par chute unitaire isophonique. Aux traversées de gaines techniques, au droit des raccordements des branchements sur la chute unique, un bouchage soigné autour des canalisations sera réalisé avec interposition d une gaine souple d épaisseur suffisante (5 mm) type «TALMISOL» et dépassant largement (100 mm) de part et d autre des parois. Localisation : selon plans Chutes verticales d'eaux usées et d'eaux vannes Chutes uniques verticales isophonique en PVC M1 de NICOLL ou équivalent - diamètre 100 mm - raccordements aux évacuations d appareils par culotte spéciale sous avis technique soit 14 chutes au total telles que présentées sur le schéma 11PF2. La ventilation primaire de chaque chute sera sortie en toiture terrasse ou en toiture en tube PVC simple. Chaque ventilation haute en terrasse sortira horizontalement des souches maçonnées. Coordination avec les lots GO et ETANCHEITE. L'entrepreneur doit tous les dévoiements nécessaires et les tampons de dégorgement à chaque changement de direction. Les dévoiements éventuels seront réalisés conformément aux règles de l art. Fixation des chutes par colliers galvanisés (2 par niveau), avec interposition d'un joint souple entre collier et tuyau qui permet de désolidariser la chute de la structure du bâtiment et d atténuer les transmissions des bruits solidiens. Traversées de murs et planchers sous fourreau étanche en matière inerte compatible avec les degrés coupe-feu exigés pour chaque paroi. Localisation : selon plans Localisation : Selon plans plomberie Evacuations PB11 PB 12 PB13, PB 21, PB22, PB23 et schémas de principe PB01 et PB 02 Page / 95

68 Collecteur général Toutes les chutes seront récupérées dans le collecteur général situé en vide sanitaire. Canalisations en PVC M1 ou en fonte selon les eaux à évacuer - diamètres suivant débits - avec tampon de visite à chaque changement de direction. Pose par colliers avec garniture insonorisante sur ossature rigide et tiges galvanisés (l'ensemble des fixations doit être rigide : la pose suspendue est prohibée). Y compris tous les dévoiements nécessaires. Pente minimale de 3%. Traversées de murs et planchers sous fourreau étanche en matière inerte compatible avec les degrés coupe-feu exigés pour chaque paroi. Il sera prévu 2 raccordements par le présent lot, sur le réseau enterré établi par le lot VRD. Localisation : Selon plans plomberie Evacuations PB11 PB 12 PB13, PB 21, PB22, PB23 et schémas de principe PB01 et PB EVACUATIONS DES EAUX PLUVIALES Chutes verticales Concerne la réalisation du réseau intérieur aérien d évacuation des eaux pluviales en PVC, de classement au feu M1, depuis les attentes ménagées en terrasse par le titulaire du lot étanchéité. Sections et pentes adaptées aux débits, tampons hermétiques sur chaque descente. Traversée des planchers sous fourreau étanche en matière inerte compatible avec les degrés coupe-feu exigés pour chaque paroi. Localisation : selon plans, toutes les canalisations intérieures verticales jusqu aux regards extérieurs Collecteur Toutes les chutes seront récupérées dans le collecteur général situé en galerie technique. Le présent lot pose les tuyaux avec une pente de 2%. Canalisations en PVC M1 - diamètres suivant débits - avec tampon de visite à chaque changement de direction. Pose par colliers avec garniture insonorisante sur ossature rigide et tiges galvanisés (l'ensemble des fixations doit être rigide : la pose suspendue est prohibée). Traversées de murs et planchers sous fourreau étanche en matière inerte compatible avec les degrés coupe-feu exigés pour chaque paroi. Il sera prévu 3 raccordements par le présent lot, sur le réseau enterré établi par le lot VRD. Localisation : selon plans Page / 95

69 6.6.9 EVACUATIONS DES EAUX USEES GRASSES CUISINE Toutes les évacuations eaux grasses de la cuisine seront récupérées dans un collecteur général enterré. Le collecteur général sera accessible de part et d autre, d un coté par un regard de visite extérieur (à charge du lot VRD), et de l autre part un coude à 45 sortant de la dalle pour l accessibilité au réseau. Tous les équipements de la cuisine seront raccordés au collecteur général pour évacuation vers le bac à graisse Branchement des appareils et accessoires Le présent lot prévoira le raccordement de l ensemble des équipements du lot Cuisine. Le présent lot prévoira, la pose et le raccordement des siphons de sol fourni par le lot Cuisine ainsi que les caniveaux. Raccordements sur collecteur fonte en enterré raccordé sur le séparateur à graisses et à fécules (réseau spécifique pour l éplucheur). Localisation : enterré sous la dalle du bâtiment existant Réseau d évacuation Les eaux spécifiques de la cuisine seront récupérées dans un collecteur en fonte raccordé sur le bac à graisse, lui-même raccordé sur le collecteur général en PVC. Toutes les évacuations eaux grasses de la cuisine seront récupérées dans le collecteur général. Canalisations en fonte selon les eaux à évacuer - diamètres suivant débits - avec tampon de visite à chaque changement de direction. Pose par colliers avec garniture insonorisante sur ossature rigide et tiges galvanisés (l'ensemble des fixations doit être rigide : la pose suspendue est prohibée). Y compris tous les dévoiements nécessaires. Pente minimale de 3%. Traversées de murs et planchers sous fourreau étanche en matière inerte compatible avec les degrés coupe-feu exigés pour chaque paroi. Traversée de plancher des évacuations au travers de platines métalliques permettant le recouvrement par le complexe d étanchéité du sol de la cuisine. L entrepreneur prévoira la fourniture et la pose de l ensemble des platines nécessaires pour la traversée du plancher. Il sera prévu le raccordement par le présent lot de l ensemble des évacuations de la cuisine. Localisation : selon plans Page / 95

70 APPAREILS SANITAIRES DES CHAMBRES Tous les appareils seront prévus complètement installés et raccordés, y compris robinetteries, vidages, siphons, fixations et accessoires de pose. Un échantillonnage complet des matériels sera soumis à l'approbation du Maître de l'ouvrage et du Maître d'œuvre, avant passation des commandes. Les joints entre appareils et parois sur lesquelles ils sont fixés seront réalisés avec un mastic adhérent et élastique blanc ou incolore, à charge du présent lot Cuvette chambre Ensemble cuvette sur pied fixée au sol type ALLIA PRIMA, sans réservoir, commande par robinet temporisé pour chasse directe (y compris poussoir, rosace inox diamètre 195, garantie 10ans), avec abattant double rigide - coloris blanc. Alimentation EF en tube cuivre 10/12 depuis l arrivée générale. Evacuation par une pipe PVC blanc DN 100 jusqu'à la chute unique ou le collecteur en vide sanitaire. Concerne : toutes les chambres résidents, Douche chambres Mitigeur TEMPOMIX 3/4 temporisé 30 sec. pour pose en encastré avec boîtier d'encastrement étanche (profondeur réglable de 10 à 30 mm) et robinets d'arrêt, sous plaque laiton chromé 160x220, avec réglage de température sur le volant-poussoir, limitation de température maximale, et débit 12 l./mn. réglable par l'extérieur sans couper l'eau ni démonter le mitigeur. Corps en laiton massif chromé avec clapets anti-retour et filtres. Marque DELABIE type Mitigeur TEMPOMIX. Ensemble de douche mural chromé comprenant support de douche, et douchette avec système anti-calcaire, flexible metallique de 150 cm, marque GROHE ou équivalent. Alimentations EF / EC en tubes cuivre 14/16 depuis l'arrivée générale, y compris encastrement des canalisations dans les parois. Concerne : toutes les chambres avec mitigeur en position décalée par rapport à la douchette Vasques chambres Vasque en matériau composite - coloris blanc - dim. 48 cm environ - y compris bonde à surverse et siphon polypropylène décalé sur la partie arrière pour passage d un fauteuil roulant. Intégration dans plan de travail pour l encastrement des vasques en coordination avec le lot menuiserie compris découpe pour encastrement de la vasque, y compris toutes sujétions. Robinetterie mitigeuse mono commande temporisée monotrou 1/2 " en laiton chromé, bec mobile + aérateur. Cartouche à disques céramiques - résistant à la corrosion et à l entartrage. Régulateur de débit incorporé, sécurité «S» interdisant le blocage en écoulement continu, avec robinets d arrêt filtres. marque GROHE ou équivalent. Concerne : toutes les chambres, Barre de maintien Barre de maintien en inox poli brillant fixe verticale servant de barre de maintien dans la douche ou de relèvement. Longueur : 1 x 80 cm. Pose de la partie basse entre 70 et 80 cm. Localisation : douche des chambres PMR (1 par maisonnée) Barre d appui fixée sur le mur arrière, avec renforts de cloison éventuels. Page / 95

71 Siphon de sol salle de bains Siphon de sol 150x150 mm en acier inox, encastré dans forme de pente, pose en relation avec le lot Gros oeuvre / CARRELAGES Localisation : en salles de bain des chambres APPAREILS SANITAIRES DES AUTRES LOCAUX Attentes A partir des réseaux d eau froide et d ECS, le présent lot fournira des attentes. Le présent lot posera des attentes d arrivée d eau froide, d eau chaude et une évacuation EU, à 0,15 m du sol, munies : - De vannes d isolement sur l aller EF et EC - De bouchons filetés sur les alimentations et évacuations Concerne : - salle de bain des maisonnées - appareils de lingerie (machine à laver) - évier dans espace cuisine maisonnée Les attentes EF, EFA et ECS seront terminées par une vanne d arrêt à boisseau sphérique M ¾ fixé sur une applique chromée appropriée. Les attentes évacuation seront de type siphon de machine à laver à grande garde d eau en PVC, avec bouchon de visite et sortie verticale orientable à coller Mâle DN 40. Ces attentes seront raccordées par le titulaire du présent lot sur les collecteurs EU les plus proches Lavabos Lavabo sur colonne en céramique dimensions 55 cm - coloris blanc y compris bonde à surverse et siphon polypropylène décalé sur la partie arrière pour passage d un fauteuil roulant. Robinetterie mitigeuse monotrou 1/2 " en laiton chromé, bec mobile. Cartouche à disques céramiques - marque GROHE ou équivalent Alimentations terminales EF / EC en tubes cuivre 12/14 depuis l arrivée générale. Evacuation en PVC DN 40 jusqu'à la chute unique ou le collecteur en vide sanitaire. Concerne : WC studio et vestiaire, Lave-mains Lave mains en céramique émaillé, fixé au mur, dimension 40 x 20 cm environ. Alimentation en EF en tube cuivre 10/12. Evacuation en PVC DN 30 jusqu au collecteur. Robinetterie mitigeuse monotrou 1/2 " en laiton chromé, bec mobile + aérateur, à cellule photoélectrique. Cartouche à disques céramiques. Concerne : Sanitaires local surveillant (maisonnée), Ensemble cuvette / réservoir Ensemble cuvette réservoir bas en céramique émaillée avec abattant double rigide - coloris blanc - à sortie arrière cachée - marque ALLIA série PRIMA ou équivalent - fonctionnement mixte à 3 ou 6 litres - Y compris robinet d'arrêt, vis cache tête sur fixation au sol et accessoires de raccordement. Page / 95

72 Alimentations EF en tube cuivre 10/12 sur colliers depuis l arrivée générale. Evacuation par une pipe PVC blanc DN 100 jusqu'à la chute unique ou le collecteur en vide sanitaire, avec prise pour clapet de décompression si la chute n est pas à proximité immédiate de l appareil. Concerne : sanitaires du local surveillant (maisonnée), Ensemble cuvette / réservoir sanitaire handicapé Ensemble cuvette réservoir rehaussée bas en céramique émaillée avec abattant double rigide - coloris blanc - à sortie arrière cachée - marque ALLIA série PRIMA ou équivalent - fonctionnement mixte à 3 ou 6 litres - Y compris robinet d'arrêt, vis cache tête sur fixation au sol et accessoires de raccordement. Alimentations EF en tube cuivre 10/12 sur colliers depuis l arrivée générale. Evacuation par une pipe PVC blanc DN 100 jusqu'à la chute unique ou le collecteur en vide sanitaire. Concerne : sanitaires personnel (accueil jour), Receveur de douche : Receveur de douche à poser, dimensions 800 x 800, en céramique sanitaires à poser, couleur blanche - marque ALLIA série PRIMA ou équivalent - avec bonde à sortie latérale ou verticale selon évacuation. Joint mastic. Robinetterie mitigeuse chromée murale. Cartouche à disques céramiques - marque GROHE série EUROECO ou équivalent. Ensemble comportant un bouton poussoir à fermeture temporisée, mécanique, autonettoyant, système de sécurité interdisant le blocage en écoulement continu. Ensemble de douche mural chromé comprenant barre de douche hauteur 600 mm environ, support orientable, système anti-calcaire, flexible de 150 cm. Concerne : vestiaires du personnel dans accueil jour Poste d eau Poste d eau en grès émaillé de marque ALLIA ou équivalent, avec grille mobile support de seaux en inox, siphon polypropylène, bonde à bouchon et chaînette, Vidoir sur pieds en céramique sanitaire. Robinetterie mélangeuse chromée murale avec bec mobile - Cartouche à disques céramiques - marque GROHE série ATLANTA CONFORT ou équivalent. Alimentations EF / EC en tubes cuivre 12/14 sur colliers. Evacuation en PVC DN 40 jusqu'à la chute unique ou le collecteur en vide sanitaire. Concerne : vidoir en local entretien, lingerie des maisonnées Page / 95

73 Auge à eau Auge porcelaine blanche 1200*365. accessible pour les personnes PMR Fixation sur consoles métalliques laquées. Équipement : Dossier percé pour deux points d eau Robinetterie eau froide temporisée. Corps en laiton massif chromé. Débit préréglé à 6 litres/mn, ajustable à l'installation. Vidage : siphon en polypropylène blanc décalé sur l arrière pour passage de fauteuil roulant. Alimentations EF / EC en tubes cuivre 12/14 sur colliers. Evacuation en PVC DN 40 jusqu'à la chute unique ou le collecteur en vide sanitaire. Concerne : à l extérieur des ateliers (2 unité) Siphons de sol en locaux techniques Siphon de sol 150x150 mm en acier inox, encastré dans forme de pente, pose en relation avec le lot GROS OEUVRE Localisation : locaux techniques (local technique chauffage) Siphons de sol Siphon de sol 100x100 mm en acier inox, encastré dans forme de pente, pose en relation avec le lot SOLS SOUPLES / CARRELAGES Localisation : en vestiaire, Siphons de sol et caniveau cuisine Pose et raccordement des siphons de sols et caniveau fournis par le lot cuisine. Localisation : en cuisine RdC du bâtiment existant Barre d appui wc pmr Barre d appui en inox poli brillant fixe avec angle de 135 servant de barre d appui ou de relèvement. Longueur : 2 x 40 cm. Pose de la partie horizontale entre 70 et 80 cm. Localisation : WC PMR et chambre Barre d appui relevable de type HEWI ou équivalent, fixée sur le mur arrière, avec renforts de cloison éventuels Evier En acier inox 18/10 - dimensions 0,60 x 1,40 m - 2 cuves et 1 égouttoir marque MODERNA type Azur inox ou équivalent - isolation phonique par plaques de feutre bitumineux collées. Pose sur meuble bas, en matériau CTBX revêtu mélaminé blanc, double face et chants plaqués, équipé de 2 étagères de 12 mm et d'un fond, avec portes à charnières invisibles zinguées réglables à rappel par ressort à lamelles, fermeture du vantail par loqueteaux magnétiques, plinthe 16 mm mélaminé toutes faces et une réservation pour accueillir le lave-vaisselle. Fixation contre la paroi par équerres métalliques. Y compris découpes des réservations permettant le passage des canalisations. Mitigeur monotrou à disque céramique avec bec tube mobile - marque GROHE, type EUROECO ou équivalent. Siphon et bonde en polypropylène - 2 bouchons avec chaînette chromée. Alimentations EF / EC en tubes cuivre 12/14 sur colliers. Evacuation en PVC DN 50 jusqu'à la chute Localisation : studio Page / 95

74 OUVRAGES DIVERS Extincteurs Extincteurs à eau pulvérisée de 6 l répartis à raison de 1 à chaque accès de niveau, y compris support et crochet galvanisés. Localisation : position suivant souhaits du Service Prévention Incendie. Quantité estimée : 12 Extincteurs à CO 2 de 2 kg pour risque électrique. Localisation : local TGBT et locaux techniques Quantité estimée : Tableau d'affichage des consignes de sécurité Tableau d'affichage des consignes de sécurité, et des plans d évacuation et plan d intervention pompier dans l ensemble des bâtiments conformément à la réglementation.. Localisation : plan et consigne de sécurité dans chaque circulation (maisonnée et accueil jour) Plan d intervention pompier à l entrée de chaque bâtiment (maisonnée et accueil jour). Consigne de sécurité dans chacune des chambres des maisonnées Séparateur à graisse et à fécules Séparateur à graisse avec débourbeur incorporé et séparateur à fécules monobloc, avec dispositif d aspiration à distance dimensionné pour 175 repas/jour ; cuve en polyester armé de fibre de verre avec trou d homme, colonne d aspiration équipée d un raccord symétrique DN 100 et d un manchon filtrant en façade, rampe d arrosage avec mise en route simultanée avec éplucheuse, y compris ventilation. Localisation : a l extérieur (terrassement à charge du lot VRD) Seront fournis par le présent lot (rappel 175 repas) : Le bac à graisse (avec son raccordement EF par électrovanne) conforme aux normes DIN-4040 et p.r.en-1825 pour son rinçage. Liaison électrique incluse, Le bac à fécule (avec son raccordement EF par électrovanne pour son rinçage). Liaison électrique incluse Isolation phonique des chutes EU et EP Toutes les chutes EU et EP intérieures recevront systématiquement, y compris au droit des dévoiements, un habillage soigné par 2 couches de laine de verre ou de roche de 50 mm d'épaisseur chacune, à charge du présent lot. L'entrepreneur doit prévoir l'encombrement de cette isolation dans le dimensionnement des gaines techniques. Cette isolation sera posée avant passage du lot cloison. Page / 95

75 6.7 TRAVAUX D ELECTRICITE COURANT FORT En aval du lot électricité, l entreprise titulaire du présent lot chauffage doit : Les armoires en locaux techniques chauffage et ECS (6 unités) liaisons électriques sur chemins de câbles en local technique, le raccordement des caissons VMC, le raccordement des extracteurs de désenfumage, la liaison équipotentielle de tous les matériels et tuyauteries, le tableau armoire ventilation cuisine, Chaque armoire électrique sera conforme aux spécifications du paragraphe COURANT FAIBLE (REGULATION) La prestation de régulation communicante programmation est totalement due par le titulaire du présent lot. Elle comprend la conception détaillée de l installation, la fourniture, la pose, le câblage, le paramètrage des matériels nécessaires à son fonctionnement, la réalisation de l imagerie facilitant son utilisation, le raccordement. Fonctionnalité de la régulation en sous station bâtiment «LA GOELETTE» : Réseau alimentant la bouteille : Etat, commande de permutation automatique des pompes jumelées, remise en route automatique pour protection antigel des réseaux. Asservissement au réseau de chaleur. Réseaux secondaires Des programmations horaires permettront deux niveaux de température : réduit et normal (programmation annuelle). Température de départ en fonction de la température extérieure et de l ensoleillement, commande de permutation automatique des pompes jumelées, remise en route automatique pour protection antigel des réseaux. Sécurité manque d eau dans l installation : 1er niveau d alarme : signalisation alarme, 2ème niveau : arrêt pompes. Production d eau chaude sanitaire (pour local technique ECS): Fonctionnement des pompes du préparateur en fonction de la température de consigne du ballon de stockage ECS. Autorisation de fonctionnement lorsque le réseau primaire fonctionne. Résistance électrique : autorisation de fonctionnement lorsque le réseau primaire est coupée. Contrôle température départ et retour : alarme en cas de non respect de ces température pendant x minutes. Comptage: Comptage thermique primaire solaire : alarme en cas de non modification de la valeur pendant 15 jours. Page / 95

76 7. - DESCRIPTION DES TRAVAUX TRANCHE CONDITIONNELLE PREAMBULE La tranche conditionnelle 1 sera affermie après la confirmation des disponibilités géologiques de fournir l énergie suffisante pour le chauffage des bâtiments suite à la réalisation du TRT (réalisé par le lot forage). Les présents travaux concernent donc la réalisation de l ensemble de la distribution extérieure et de la production de chauffage par pompe à chaleur eau/eau. 7.2 TRAVAUX DE CHAUFFAGE RESEAUX ET COLLECTEURS EXTERIEURS Réalisation des réseaux extérieurs pour le raccordement de l ensemble des sondes. La distribution sera de type Tickelmann. Toutes les liaisons entre les tubes PEHD seront exécutées au moyen de raccords électro-soudables normalisés. Les sondes géothermiques seront raccordées à un ensemble collecteur/distributeur par l'intermédiaire des éléments suivants : Raccords DN 32mm en PEHD électro-soudables Deux pièces en Y 2 X DN 32mm - 1 X DN 40mm installés sur la tête de sonde permettant de joindre les deux entrées et les deux sorties des tuyauteries en U. Deux raccords coudés à 45 DN 40mm en PEHD électro-soudables Les conduites entre chaque sonde et les regards enterrés des collecteurs seront réalisés en PEHD (PE100) DN 40mm, posé sur lit de sable et recouvert de sable suivant une pente ascendante régulière de 1% et ne devront pas comporter de point haut. Chaque regard collecteur sera dimensionné pour permettre toute intervention ultérieure sur les raccords et sera muni d'un tampon de visite en fonte avec joint. Les fonds de regard seront suffisamment étanches pour constituer un bac de rétention en cas de fuite du fluide caloporteur. Les traversées des tuyauteries seront rendues étanches pour éviter le remplissage du regard par les eaux pluviales. Les canalisations en provenance de chaque forage seront raccordées au collecteur principal par l'intermédiaire de : une vanne d'isolement sur l'aller DN 32mm une vanne d'isolement et de réglage sur le retour DN 32mm une vanne de purge placée en point haut de chaque collecteur. La liaison entre chaque regard et le local technique comprenant les PAC sera réalisée par deux conduites en PEHD (PE100) DN 63mm. Les canalisations aller et retour seront au moins distantes de 20cm dans les tranchées (réalisées par le lot VRD), elles seront posées sur un lit de sable de 10cm puis recouvertes de sable. Liquide caloporteur Le liquide caloporteur sera constitué d'un mélange d'eau et de mono-propylène glycol assurant une protection antigel jusqu'à -20 C. Les tests d'étanchéité et de mise en pression seront réalisés conformément au document technique QUALIFORAGE. Essais et mise en service Le titulaire du présent marché aura à sa charge tous les essais nécessaires au fonctionnement nominal des installations. Un compte-rendu de tous les essais, débits, pressions, etc. sera établi et fourni par le titulaire du lot vat la réception des travaux. Page / 95

77 Au cas où les essais donneraient des résultats insuffisants, l'entrepreneur devra procéder à la mise en conformité des installations à ses frais, et ce jusqu'à l'obtention de résultats favorables sanctionnés par un procès-verbal d'autocontrôle. Tous ces travaux d'essais et de contrôle seront réalisés et validés avant le remblayage des tranchées. Les essais d'étanchéité à réaliser seront les suivants : Test de pression pour chaque circuit complet, ce test est réalisé à 3 bars, pendant 2h30 min. Ce test est réalisé avant le raccordement définitif du circuit en local technique, et avant remblayage des tranchées, pour que l'essai soit concluant, la pression ne doit pas chuter de plus de 0,6 bars après 30mn, puis de 0,2 bars supplémentaires après une nouvelle période de 2h. Pour effectuer les équilibrages hydrauliques, les circuits seront au préalable remplis avec le liquide caloporteur. Le matériel d'équilibrage (marque et type uniformes dans toute l'installation) et la procédure d'équilibrage sont soumis à l'approbation du maître d'œuvre. Les positions de réglage des organes d'équilibrage seront verrouillées en fin de procédure et consignées sur une fiche annexée au dossier des ouvrages exécutés. Installation et raccordement des tubes collecteurs horizontaux Les fouilles et remblais entre les têtes de forages et les collecteurs dans le regard extérieur sont à la charge du lot VRD. Les tuyauteries seront posées dans un lit de sable, grillage avertisseur et remblaiement tout venant. Les tubes à utiliser doivent être en matériaux de synthèse comme décrit ci-avant, être équipés d un dispositif de filtration pour éviter l usure prématurée des sondes par d éventuels corps solides et être : - Inertes par rapport au sol, - Inertes par rapport aux liquides antigels, - Inertes par rapport aux matériaux de remplissage (bentonite). Dans les tuyauteries, la vitesse de l eau sera déterminée de manière à respecter une perte de charge linéaire comprise entre 100 Pa/m et 150 Pa/m. Les tuyauteries seront raccordées sur les collecteurs prévus au lot chauffage et posés dans le regard extérieur. Nota : Le dimensionnement de la pompe de circulation pour l alimentation du circuit des capteurs enterrés doit être effectué à partir des puissances thermiques extraites du sol en hiver. L ajout de mono propylène glycol non polluant dans le réseau entraîne une augmentation des pertes de charges dont il faut tenir compte pour la sélection de la pompe. La puissance maximale de cette pompe sera de 20 W/kW soutirés au sol. Le circulateur devra être également asservi à la PAC et être apte à véhiculer l eau froide sans risque de courts circuits électriques. Remplissage Le remplissage du réseau géothermique se fera par les collecteurs par le biais d une bouteille de remplissage. Le glycol sera injecté dans le réseau par pompe sous pression. Les caractéristiques minimales du glycol à 0 C seront les suivantes : - conductibilité thermique : W/m.K - viscosité cinématique (ı) : 1.28E-05 - masse volumique : kg/m3 - nombre de Prandtl : Pénétration dans le bâtiment A la pénétration dans le bâtiment (aller et retour), toutes les mesures devront être prises pour rétablir l étanchéité et l isolation thermique. Les tubes auront une longueur suffisante afin qu ils ne tirent pas sur les collecteurs. Les séquences suivantes seront effectuées : - Des manchons de diamètre permettant la libre dilatation des tuyauteries sont posés dans les trous circulaires réalisés dans les murs et dépassant de par et d autre de ces parois. Page / 95

78 - Les manchons sont scellés avec du mortier de part et d autre du mur, l isolation thermique et l étanchéité étant établies avec des matériaux adaptés. Le vide entre tuyauteries et manchons est rempli avec un matériau élastique incombustible. - Toutes les précautions sont prises afin que les collecteurs ne puissant s endommager en cas de tassement différentiel du terrain. Remblaiement Le remblaiement ne pourra débuter qu après les essais de mise en pression indiqués ci avant. Vérifications en cours de travaux. Elles auront lieu avant le rebouchage des fouilles. Elles s'effectueront en présence du maître d'oeuvre, du bureau d études et de l'installateur. Il sera procédé à la vérification : de la mise en oeuvre du matériel, de la conformité des installations en fonction des prestations figurant au cahier des charges et selon les modifications approuvées en cours de chantier, de l'état du matériel, tous les essais pourront être différés tant qu'une partie quelconque des fournitures ou de leur mise en oeuvre ne sera pas acceptée. un test de pression sera réalisé pour chaque sonde. Ce test sera réalisé à une pression de3 bars sera effectué avant remplissage du forage. test de pression pour chaque circuit (jusqu au collecteur) avant rebouchement des tranchées. Les conséquences en découlant restent à la charge de l'entreprise. Essais COPREC suivant réglementation actuelle EQUIPEMENTS THERMIQUES DU LOCAL TECHNIQUE CHAUFFAGE Pompe à chaleur eau/eau et accessoires Fourniture, pose, raccordements et mise en service d une pompe à chaleur (réversible) monobloc à condensation à eau. La PAC doit avoir une puissance chaud : Bâtiment maisonnée : de 35 kw pour un régime de 3 C/0 C avec un régime de température 30 C/ 35 C. Bâtiment accueil jour : de 43 kw pour un régime de 3 C/0 C avec un régime de température 30 C/ 35 C. La PAC sera couplée à un ballon tampon monté en parallèle qui fera office de découplage hydraulique (secondaire PAC / circuit de chauffage) et de volume de stockage d énergie anti court cycle. Le type de configuration en parallèle permettra de garantir un débit et un delta T constant au secondaire de la PAC afin d assurer la pérennité de l installation. L adjonction d un filtre à tamis sur la tuyauterie retour ballon tampon - PAC sera obligatoire pour éviter l encrassement de l évaporateur. Le pot à boue devant être placé sur le retour chauffage devra être fourni avec la PAC. La PAC devra avoir tous ses composants accessibles et devra être facilement transportable via des points de levage. Un échangeur à plaque intermédiaire est obligatoire pour protéger la pompe à chaleur contre les eaux de nappe agressives. Matériel conforme aux directives : Machines (2006/42/CE) CEM (92/31/CE - 93/68/CE) modifiée 2004/108/CE Base tension ( 93/68/CE ) modifiée 2006/95/CE DESP 97/23/CE : Catégorie II Matériel conforme aux normes : EN EN COMPRESSEUR(S) HERMETIQUE(S) SCROLL Page / 95

79 pompe à huile centrifuge, voyant d'huile, moteur intégré refroidi par les gaz aspirés, protection du moteur par thermostat interne de bobinage ensemble monté sur amortisseurs anti-vibratiles - 1 EVAPORATEUR(S) A PLAQUES BRASEES ISOLE(S) Contenance totale en eau 3.6 l Plaques d'extrémité, et plaques internes en acier inoxydable AISI 316 Profil des plaques optimisé hautes performances Isolation thermique Prévoir un filtre de 800 microns au minimum Encrassement : m2 C/W - 1 CONDENSEUR(S) A PLAQUES BRASEES Contenance totale en eau 3.6 l Plaques d'extrémité, et plaques internes en acier inoxydable AISI 316 Profil des plaques optimisé hautes performances Prévoir un filtre qualité supérieur à 800 microns. Encrassement : m2 C/W - 1 MODULE HYDRAULIQUE Option comprenant : 1 pompe hydraulique centrifuge monocellulaire : Pompe simple N 40 Puissance pompe : 0.75 kw Débit : 7.4 m3/h Pression disponible installation :13.0 mce 1 Ballon de 150 Litres 1 vase d'expansion, capacité 24 Litres 1 Soupape de sécurité (4 bars) 1 Orifice de vidange avec vanne 1 purge d'air Nota : les pompes seront prévues pour fonctionner sur une boucle d'eau fermée ( NPSH faible ). - ARMOIRE ELECTRIQUE (conforme aux normes NF C15100 et EN ) Interrupteur général de sécurité Transformateur circuit télécommande Numérotation filerie armoire électrique Protection des circuits de puissance et de commande Contacteur moteur compresseur Prise de terre générale 1 MODULE ELECTRONIQUE DE REGULATION ET DE SIGNALISATION assurant les fonctions suivantes : Régulation de la température d'eau glacée (sur le retour) Régulation de la température d'eau chaude (pompe à chaleur) Régulation à partir d'une loi d'eau,fonction de la température extérieure (PCR) Régulation auto-adaptative lorsque le compresseur fonctionne en court cycle Gestion de l'anti-court cycle Affichage des températures sur le terminal Contrôle des paramètres de fonctionnement Diagnostics des défauts Relais contrôle de phases : (option) Contrôle sens de rotation des phases Détection absence une ou plusieurs phases Contrôle de sur tension et sous tension Contrôle asymétrie des phases Page / 95

80 - ALIMENTATION ELECTRIQUE STANDARD Triphasé 400V 50Hz + Terre Tolérance tension +/- 10% - COMPOSANTS FRIGORIFIQUES STANDARDS Filtre(s) déshydrateur(s) Détendeur(s) thermostatique(s) Voyant(s) hygroscopique(s) Vanne(s) 4 voies d'inversion de cycle - APPAREILS DE REGULATION ET DE SECURITE Pressostat(s) de sécurité haute et basse pression Contrôleurs de circulation d'eau sur l'évaporateur et le condenseur Sonde antigel sur l'évaporateur et le condenseur Sonde de régulation eau chaude Sonde de régulation eau glacée Sonde de température extérieure - STRUCTURE DE L'APPAREIL Appareil monobloc carrossée Habillage en tôle galvanisée laquée RAL RAL Larges panneaux d'accès démontable facilitant les opérations de maintenance. Raccordements par le dessus facilitant l'installation et réduisant la surface au sol nécessaire. Montage antivibratiles spécifique permettant un niveau sonore très bas. La PAC devra être mise en service par le fabricant, attestation à transmettre au plus tard lors des OPR. Récapitulatif des éléments à fournir 1 PAC avec habillage 1 Pot à boues 1 ½ 1 Mise en service par technicien constructeur Modèle : Dynaciat ILG de chez CIAT. Modèle 120V pour bâtiment accueil jour. Modèle 120V pour bâtiment maisonnée. Implantation : local technique Ballon de chauffage Fourniture et pose d'un ballon tampon : Volume 1000L Cuve en alliage de métal et de matériau de synthèse à l intérieur parfaitement lisse et non poreux, Insensibilité aux chocs thermiques ou chimiques Diélectrique supprimant tout risque d effet de pile électrochimique avec les tuyauteries de l installation. Finition extérieure par peinture antirouille époxy deux couches. Température maximum = 95 C Calorifugeage démontable M1, laine de verre épaisseur 100mm, jaquette souple PVC Trou d'homme de 400mm isolé Robinet de chasse. Page / 95

81 Purgeur industriel Le ballon d ECS bénéficiera d une garantie d au moins 10 ans de la part du fabricant. Référence : LACAZE ou techniquement équivalent Pompes primaire et secondaire Fourniture, pose et raccordement de pompes double de circulation de type jumelé et de marque SALMSON ou GRUNDFOSS à débit variable. Les commandes seront réalisées pour obtenir un démarrage automatique de la pompe de secours sur défaut de fonctionnement de la pompe en service. Les commandes seront de type AUTO / POMPE 1 / POMPE 2 / ARRET pour chaque pompe. La hauteur manométrique de la pompe de charge sera calculée. Cette pompe sera asservie au fonctionnement de la pompe à chaleur Ventilation d urgence Réalisation d une ventilation d urgence conformément à la NF EN 378. Ventilateur Caisson d'extraction VMC catégorie 4. Caisson en tôle galvanisée. Ventilateur centrifuge à action, double ouïe à accouplement direct asservi à un interrupteur situé à l entrée du local à charge du présent lot. Y compris étiquetage sur interrupteur pour signalisation. Type de fonctionnement : non permanent. Référence : mini VEC de ALDES ou techniquement équivalent. Concerne : - Locaux techniques PAC (250 m3/h) Les débits sont à confirmer par l entreprise. Conduits horizontaux et grille en façade Les collecteurs horizontaux raccordant les conduits verticaux d extraction au caisson d'extraction seront réalisés par des gaines rondes spiralées en tôle d'acier galvanisé spiralé "BS" ou "ES". Les tés seront du type aéraulique genre "AC". Fixation par colliers démontables à contre - partie et tiges galvanisés, sur plots béton à prévoir au présent lot. Une fixation sera prévue tous les 2 ml et à chaque changement de direction. Les plots béton seront posés sur un matériau résilient à soumettre à l'approbation du Bureau de Contrôle. Les joints de raccordement seront obtenus par bande adhésive spéciale et pâte à joint, à faire agréer par le Bureau de Contrôle. Rétablissement du coupe feu avec flocage sur conduit si nécessaire. Fourniture d une grille en façade pour évacuation de la ventilation. Page / 95

82 Instrumentation et mesure de l installation Le présent lot prévoira l ensemble des dispositifs pour permettre une mesure de performance de l installation conformément au cahier des charges de l ADEME permettant un suivi de l installation afin de garantir les subventions. Ainsi, le présent lot prévoira notamment : Pour chaque champ de sondes : un compteur d énergie thermique Pour chaque pompe de circulation (entre sondes et PAC) : un compteur d électricité Pour chaque pompe à chaleur : un compteur d électricité Pour chaque départ de chauffage / rafraîchissement : un compteur d énergie thermique Pour chaque départ de chauffage / rafraîchissement. un compteur d électricité des pompes Chaque bâtiment aura son propre enregistreur de données raccordé sur le réseau internet pour transmission des données sur les passerelles extérieure de l ADEME. Toutes ces instrumentations sont valables pour les 3 installations du projet. Le but du suivi mis en place est de fournir à la base de données de l ADEME, avec un pas de temps mensuel, les mesures télé-relevées, des consommations des équipements avec la définition de l efficacité et du COP de l installation. - Energie issue des sondes géothermiques (Qsonde) - Consommation d énergie électrique nécessaire pour une production de chauffage (Qpac) - consommation d électricité distribution (Q AUX ) - energie de chauffage distribuée (Qchauf) Cette mesure sera réalisée à l'aide d'un compteur électrique divisionnaire, en aval duquel seront câblés les différents auxiliaires électriques nécessaires au fonctionnement de l'installation : - Circulateur(s) de la boucle primaire - Circulateur(s) des circuits secondaires Les Tableaux Divisionnaires seront équipées d un compteur qui mesure l énergie électrique consommée par un circuit monophasé ou triphasé en aval du compteur de distribution d énergie. Tous les compteurs seront équipés d un afficheur numérique. Il permettra l affichage de la consommation d énergie Page / 95

83 a) Sondes de température Les sondes utilisées seront de type Pt1000. La mesure de la température de l'eau devra s'effectuer à l'aide d'une sonde adaptée à la plage de température mesurée, et notamment aux températures maximales pouvant être atteintes par l'installation, en fonction de leur emplacement. La sonde de température du capteur doit supporter la température de stagnation du capteur sans que sa précision n'en soit altérée de plus de 1K. Celle du ballon de stockage doit supporter de 0 C à 100 C, sans varier de plus de 1K. Les mesures de température s'effectueront à l aide de thermistances dont la résistance diminue avec la température (sondes de platine du type Pt1000). Elles transmettent un signal électrique proportionnel à la température. Suivant la norme NF EN la classe de précision pour les sondes de températures sera la classe A Classe de tolérance Tolérance (ou de précision) ( C) A T B T T valeur absolue de la température ( C) Le câble de liaison entre la sonde et le boîtier d'acquisition devra avoir une section de 0,9 mm². Le raccordement sera un raccordement de type 2 fils. Les câbles de raccordement de la sonde capteur devront résister aux températures maximales pouvant être atteintes par l'installation de manière à pouvoir être placés le long des canalisations. Des câbles en silicone supportant des températures jusqu'à 180 C seront à privilégier. Dans le cas de la mesure de température d'un liquide en amont et en aval d'un échangeur thermique, l entreprise devra sélectionner des couples de sonde de température appairés, et devra conserver une longueur de câble de liaison identique pour les deux sondes concernées. La longueur excédentaire de câble sera enroulée pour conserver une longueur identique sur toutes les sondes. Si le câble doit être prolongé, le prolongement s'effectuera par câble 2 x 1 mm², raccordé par épissure soudée et parfaitement isolée avec utilisation de gaine thermo-rétractable Les sondes devront être accessibles pour assurer les opérations d'entretien et de maintenance. Les sondes de températures seront obligatoirement posées en doigt de gant. Le doigt de gant devra être rempli de pâte conductrice ou d'huile silicone à grande conductivité thermique. La longueur de la sonde devra être adaptée au diamètre de la canalisation de telle manière à ce que l'élément sensible (extrémité du plongeur) se situe au centre de la canalisation. Les sondes devront être mises en place : - Soit sur une canalisation droite, le plongeur sera alors incliné à 45 et placé à contrecourant, - Soit dans un coude. Les sondes mises en œuvre devront être calorifugées et protégées des infiltrations d'eau. Le degré de protection des sondes de température est au minimum IP34. b) Mesureurs de volume (eau froide) ou débit (eau chaude) La consommation d Eau Chaude sera mesurée par un capteur hydraulique qui, placé à l'entrée du ballon ou de l'échangeur, émettra un signal chaque fois qu une quantité volumique ou massique de fluide caloporteur le traverse. Il devra créer aussi peu de pertes de charge possible. Page / 95

84 Les compteurs d eau seront des compteurs volumétriques à impulsion. Pour les immeubles de logements, le débit de pertes pour le choix du compteur sera calculer à l'aide des formules suivantes : VPointe = 50 * N * S [litres/10min] Avec S : coefficient de simultanéité S = 1 / (N - 1) + 0,17 N : nombre de logements standards : N = Σ (p * Nombre de logements réels) Type Equipement coefficient p F1 1 douche 0,6 F2 1 baignoire 1 F3 1 baignoire 1 F4 1 baignoire+ 1 douche 1,3 F5 2 baignoires 1,5 Les compteurs d'eau froide seront de classe de précision C Les compteurs d'eau chaude seront de classe de précision D Les compteurs à turbine ou à hélices devront être impérativement installés horizontalement (sauf préconisation spécifique du fabricant) et respecteront en amont et en aval du compteur des longueurs droites préconisées par le fabricant (pouvant être remplacées parfois par des nids d abeilles ou à grille). L entreprise prevoira l ensemble des équipements suivant : - Un filtre en amont qui devra être facilement démontable. - Des vannes d'isolement, - Robinet de vidange, - Organes de purge, clapet anti-retour (en aval du compteur)... - Raccordement par câbles blindés. Pour le télérelevé, les compteurs seront munis d'un dispositif d émission à impulsions. c) Compteurs d énergie thermique Le compteur fournira la quantité d énergie thermique en unités de mesure légales (kilowattheure). Un compteur d énergie thermique sera compose des sous-ensembles suivants : 1- un capteur hydraulique qui, placé à l'entrée du ballon ou de l'échangeur et traversé par le liquide caloporteur, émettra un signal fonction du débit volumique ou massique. Avec les mêmes prescriptions que le chapitre précédent. Le calibre du capteur hydraulique sera choisi en fonction du débit traversant. Ce dernier sera déterminé par la formule suivante, : Qn estimé = ( 0,86 x Pmax ) / DTestimé [m3/h] Avec Qn : débit auquel peut fonctionner le capteur hydraulique 24/24 Connaissant la puissance maximum Pmax à fournir, et l écart de température DTestimé sur le circuit (par défaut 20 C pour l eau chaude, 70 C pour l eau surchauffée) 2- une paire de sondes de température montées avec doigt de gant, qui mesure les températures du liquide caloporteur à l'entrée et à la sortie du circuit d'échange thermique, 3- un calculateur qui recevra des signaux du capteur hydraulique et des sondes de température et qui calculera par intégration des différentes données successives mesurées, la quantité d'énergie thermique échangée selon la formule de calcul suivante : Page / 95

85 P = Q x Cv x T [en kw] Avec Cv : capacité calorifique, fonction des propriétés du liquide caloporteur aux températures et à la pression correspondantes Conformément à la norme européenne EN , les capteurs hydrauliques des compteurs d'énergie thermique devront appartenir à la classe tolérance 1 et à la classe d environnement B. Le compteur d énergie thermique devra être installé conformément aux instructions du fournisseur, et des règles de l art. L entreprise prendra toute les dispositions nécessaires pour éviter, lors de conditions hydrauliques défavorables (cavitation, surpression, coup de bélier), d occasionner des détériorations au compteur d énergie thermique (vibrations, chocs, ). Ce dernier sera également être installé à une distance suffisante des sources de perturbations électromagnétiques (appareillage de commutation, moteurs électriques, lampes fluorescentes ). Il sera relié à la terre et/ou être protégé par un dispositif externe de protection contre les surintensités dues à la foudre. Les deux sondes de température à plongeur seront installées de façon similaire et placées sur des canalisations droites. Les sondes appairées ne devront pas être dissociées. Les câbles transmettant les signaux de mesures ne devront pas être positionnés directement le long d autres câbles, tels que les câbles d alimentation du secteur, les câbles d alimentation basse tension et les câbles de commutation de données, et devront être fixés séparément. La distance entre ces deux groupes de câbles ne devra pas être inférieure à 50mm. Les compteurs seront équipés d'un report d information de type impulsionnel (tout ou rien) ou M-Bus (adressage des différentes mesures, voire états d erreur, ). d) Compteur d énergie électrique Les compteurs d'énergie électrique seront posés conformément aux règles de sécurité électrique, dans le tableau électrique de chaque local technique. Les compteurs électriques seront de classe 1. Leur calibre sera choisi en fonction de la puissance des résistances électriques qu'ils alimentent (cas des générateurs d'appoint) ou des auxiliaires (pompes, vannes, etc ). Télé-relève à assurer Dans le cadre d un télérelevé, chaque site sera équipé d un module intelligent (télécontrôleur ou concentrateur) permettant de relever, stocker et transmettre, à échéances programmées vers l ADEME (plateforme de centralisation des informations), l ensemble des valeurs mesurées par les sondes de température, les capteurs hydrauliques et les compteurs d énergie thermique, électrique que comporte l installation solaire thermique, à pas de temps réguliers. Page / 95

86 Figure - Schéma de principe de fonctionnement du télécontrôleur. a) Raccordement d un compteur ou d un capteur hydraulique Ils seront reliés au télécontrôleur : - par un câblage fil à fil (via des entrées analogiques adaptées au raccordement de sondes passives et actives, ou via des entrées logiques adaptées au raccordement de compteurs), b) Raccordement des sondes Les sondes passives du type sondes de température à résistance platine (Pt1000) sont alimentées par le télécontrôleur afin de transformer leur variation de résistance en variation de tension. Les signaux analogiques standards utilisés (afin de faciliter la constitution des systèmes de télégestion et de gestion technique), sont : - en intensité : 4-20 ma - en tension : 0-10 V c) Transmission des données Le télécontrôleur devra permettre la transmission des données vers l'ademe. Pour cela, l'appareil sera directement paramétrable et configurable pour envoyer automatiquement à l'observatoire les fichiers requis de données et résultats correspondant aux spécifications requises. Le télécontrôleur sera programmé pour que le micro-processeur puisse effectuer les calculs et enregistrements nécessaires à l écriture des données selon le proforma ci-dessous détaillé : La liaison pour transmission des données vers la plateforme de centralisation des informations (serveur de l ADEME), sera assurée par le biais des réseaux de télécommunication fixe (RTC, Ethernet) d) Fichiers de données Le télécontrôleur collectera deux fichiers de données : - le premier fichier enregistrera l ensemble des valeurs mesurées (températures / énergies / compteurs identifiées ), au pas de temps de 10 minutes. Il ne sera pas télérelevé automatiquement, mais conservé au sein même de la mémoire du télécontroleur, de manière à garder l'information au cas où un transfert ponctuel serait demandé par l ADEME. Page / 95

Lot n 6: Electricité - Chauffage électrique et VMC CHAPITRE 3 GENERALITES VMC...29 03.01 PRESCRIPTIONS REGLEMENTAIRES...29

Lot n 6: Electricité - Chauffage électrique et VMC CHAPITRE 3 GENERALITES VMC...29 03.01 PRESCRIPTIONS REGLEMENTAIRES...29 CHAPITRE 3 GENERALITES VMC...29 03.01 PRESCRIPTIONS REGLEMENTAIRES...29 03.02 BASE DE CHOIX ET CALCUL...29 03.03 QUALITE DES INSTALLATIONS...29 03.03.01 Matériels...29 03.03.02 Installations électriques...30

Plus en détail

DESCRIPTIF PHASE D.C.E.

DESCRIPTIF PHASE D.C.E. MAITRE D'OUVRAGE : COMMUNE DE VEUREY-VOROIZE! OBJET CHANTIER : CONSTRUCTION MAISON DE LA NATURE LIEU DU CHANTIER : SECTEUR DES JAYERES 38113 VEUREY-VOROIZE DESCRIPTIF PHASE D.C.E. LOT 4 PLOMBERIE - SANITAIRES

Plus en détail

LOT N 05 PLOMBERIE VENTILATION CHAUFFAGE

LOT N 05 PLOMBERIE VENTILATION CHAUFFAGE ETABLISSEMENT THERMAL DE LUZ SAINT SAUVEUR CCTP LOT N 05 PLOMBERIE VENTILATION CHAUFFAGE PAGE N 1/12 LOT N 05 PLOMBERIE VENTILATION CHAUFFAGE ETABLISSEMENT THERMAL DE LUZ SAINT SAUVEUR CCTP LOT N 05 PLOMBERIE

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES ( C C T P )

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES ( C C T P ) Maître d Ouvrage COMMUNE DE SAINT ETIENNE DE CROSSEY 134 Rue de la Mairie 38960 SAINT ETIENNE DE CROSSEY Tél : 04 76 06 00 11 - Fax : 04 76 06 00 73 Mise en accessibilité des toilettes publiques et d une

Plus en détail

C.C.T.P./ PRO LOT N 15 APPAREIL ELEVATEUR

C.C.T.P./ PRO LOT N 15 APPAREIL ELEVATEUR REHABILITATION DU BATIMENT 33 SITE DE LA GAILLARDE VILLE DE MONTPELLIER C.C.T.P./ PRO LOT N 15 APPAREIL ELEVATEUR ZAC de Tournezy 23 rue Nelson Mandela 34070 Montpellier Tél. 04.99.52.81.40 Fax. 04.99.52.81.49

Plus en détail

30. SPECIFICATIONS TECHNIQUES DETAILLEES 30.1. TRAVAUX DIVERS. Sous total 30.1. 30.2. PRODUCTION DE CHALEUR

30. SPECIFICATIONS TECHNIQUES DETAILLEES 30.1. TRAVAUX DIVERS. Sous total 30.1. 30.2. PRODUCTION DE CHALEUR 30. SPECIFICATIONS TECHNIQUES DETAILLEES 30.1. TRAVAUX DIVERS 30.1.1. Bloc-porte métallique coupe-feu 1 heure à un vantail Dépose de l ancienne porte inutilisée Bâti métallique en tôle d acier pliée de

Plus en détail

D.P.G.F. D.C.E. Juin 2015. Reconstruction de la Salle Polyvalente

D.P.G.F. D.C.E. Juin 2015. Reconstruction de la Salle Polyvalente MAITRE DE L OUVRAGE Commune de Mairie 62170 Tél. : 03 21 1 46 56 E-mail : mairie.beaumerie@wanadoo.fr Reconstruction de la Salle Polyvalente D.C.E. Juin 2015 LOT PLOMBERIE SANITAIRE CHAUFFAGE V.M.C. Décomposition

Plus en détail

AMÉNAGEMENT DE BUREAUX AU 1 ETAGE, AMENAGEMENT D'ARCHIVES AU SS ET REFECTION DES FACADES DU SIEGE SOCIAL CCAF

AMÉNAGEMENT DE BUREAUX AU 1 ETAGE, AMENAGEMENT D'ARCHIVES AU SS ET REFECTION DES FACADES DU SIEGE SOCIAL CCAF 1408 AMÉNAGEMENT DE BUREAUX AU 1 ETAGE, AMENAGEMENT D'ARCHIVES AU SS ET REFECTION DES FACADES DU SIEGE SOCIAL CCAF 14 rue de Lesquerde 66 220 SAINT PAUL DE FENOUILLET Maître d'ouvrage Architecte COMMUNAUTÉ

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX Procédure ADAPTEE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES C.C.T.P. MAIRIE - BOESCHEPE (59299) (DEPARTEMENT DU NORD)

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX Procédure ADAPTEE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES C.C.T.P. MAIRIE - BOESCHEPE (59299) (DEPARTEMENT DU NORD) MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX Procédure ADAPTEE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES C.C.T.P. Maître de l Ouvrage : MAIRIE - BOESCHEPE (59299) (DEPARTEMENT DU NORD) Objet du marché : RENOVATION D UN

Plus en détail

LOT 04 PLOMBERIE SANITAIRES

LOT 04 PLOMBERIE SANITAIRES LOT 04 PLOMBERIE SANITAIRES page 1 1 CLAUSES ET PRESCRIPTIONS GENERALES 1.1 OBJET DE LA NOTICE Le présent CCTP concerne la description des travaux du lot PLOMBERIE SANITAIRES pour la construction des nouvelles

Plus en détail

LOT N 13 : CHAUFFAGE VENTILATION - PLOMBERIE

LOT N 13 : CHAUFFAGE VENTILATION - PLOMBERIE Lot N 13 : CHAUFFAGE GAZ- VENTILATION - PLOMBERIE SANITAIRE - DPGF - page 1 LOT N 13 : CHAUFFAGE VENTILATION - PLOMBERIE 1 PRODUCTION D'EAU CHAUDE SOLAIRE 2 COMPTAGE 3 VENTILATION 4 PLOMBERIE SANITAIRE

Plus en détail

Prestations Plomberie Sanitaires

Prestations Plomberie Sanitaires Entretien et maintenance des installations techniques de l Hôtel tertiaire Numerica ZAC des Portes du Jura Prestations Plomberie Sanitaires Sommaire 1. OBJET ET ÉTENDUE... 2 1.1 Nature des prestations...

Plus en détail

SOMMAIRE ARTIPRIX PIQUAGES - FORAGES - PERCEMENTS DES MURS FORAGES DANS MURS FORAGES DANS PLANCHERS PERCEMENTS SAIGNÉES SCELLEMENTS

SOMMAIRE ARTIPRIX PIQUAGES - FORAGES - PERCEMENTS DES MURS FORAGES DANS MURS FORAGES DANS PLANCHERS PERCEMENTS SAIGNÉES SCELLEMENTS 1 2 3 4 5 6 7 PIQUAGES - FORAGES - PERCEMENTS DES MURS FORAGES DANS MURS FORAGES DANS PLANCHERS 15 PERCEMENTS 16 SAIGNÉES SCELLEMENTS FRAIS DIVERS D'INTERVENTION DE DÉPANNAGE RECONNAISSANCE DES TRAVAUX

Plus en détail

COMMUNE DE MILLANÇAY «EXTENSION DE LA BIBLIOTHEQUE ET BUREAUX» Rue des hauts châteaux 41200 MILLANÇAY SOCIETE D ARCHITECTURE BOITTE

COMMUNE DE MILLANÇAY «EXTENSION DE LA BIBLIOTHEQUE ET BUREAUX» Rue des hauts châteaux 41200 MILLANÇAY SOCIETE D ARCHITECTURE BOITTE COMMUNE DE MILLANÇAY «EXTENSION DE LA BIBLIOTHEQUE ET BUREAUX» Rue des hauts châteaux 41200 MILLANÇAY Lot n 07 - Chauffage MAITRE D ŒUVRE : SOCIETE D ARCHITECTURE BOITTE Siège social Agence de Romorantin

Plus en détail

LOT N 8 - CHAUFFAGE - VENTILATION - PLOMBERIE

LOT N 8 - CHAUFFAGE - VENTILATION - PLOMBERIE LOT N 8 - CHAUFFAGE-VENTILATION-PLOMBERIE 1 LOT N 8 - CHAUFFAGE - VENTILATION - PLOMBERIE 8-3 - CADRE DE DECOMPOSITION DU PRIX GLOBAL ET FORFAITAIRE 1 DEPOSE - Dépose et neutralisation des réseaux de chauffage,

Plus en détail

Commune de Chambly RENOVATION DES INSTALLATIONS DE CHAUFFAGE AU GYMNASE ARISTIDE BRIAND CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.

Commune de Chambly RENOVATION DES INSTALLATIONS DE CHAUFFAGE AU GYMNASE ARISTIDE BRIAND CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T. Commune de Chambly RENOVATION DES INSTALLATIONS DE CHAUFFAGE AU GYMNASE ARISTIDE BRIAND CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P) 1 SOMMAIRE GENERALITES...3 1.1 OBJET DU MARCHE...3 1.2 INTERVENANTS...3

Plus en détail

DEFINITION DES TRAVAUX...2

DEFINITION DES TRAVAUX...2 SOMMAIRE Page 1 1 DEFINITION DES TRAVAUX...2 1.1 LES LIMITES DE CES PRESTATIONS SONT :...2 1.1.1 Pour la distribution d'eau froide...2 1.1.2 Pour la distribution d'eau chaude sanitaire...2 1.1.3 Pour les

Plus en détail

DOSSIER RESSOURCES. Dossier RESSOURCES. Session 2013. Durée : 4h Coefficient : 3 Page 1 / 14

DOSSIER RESSOURCES. Dossier RESSOURCES. Session 2013. Durée : 4h Coefficient : 3 Page 1 / 14 DOSSIER Durée : 4h Coefficient : 3 Page 1 / 14 Maison de retraite Les Hortensias Générateur d air chaud, type SOMAT puissance estimée 400 kw et équipé d un brûleur fioul SIGMA. Cuve fioul acier de 3000

Plus en détail

Travaux d Aménagement de la Mairie

Travaux d Aménagement de la Mairie Maître d'ouvrage COMMNE DE FRESNAY L EVÊQE 3, Rue de la Mairie 28 310 FRESNAY L EVÊQE Travaux d Aménagement de la Mairie 3, Rue de la Mairie 28 310 Fresnay l Evêque Phase PRO - DCE Lot n 5 : CHAFFAGE VENTILATION

Plus en détail

Construction d un bâtiment industriel de type atelier relais 01500 CHATEAU GAILLARD. Décomposition du Prix Global et Forfaitaire (D.P.G.F.

Construction d un bâtiment industriel de type atelier relais 01500 CHATEAU GAILLARD. Décomposition du Prix Global et Forfaitaire (D.P.G.F. Communauté de Communes de la Plaine de l Ain 143 rue du Château 01150 CHAZEY SUR AIN Construction d un bâtiment industriel de type atelier relais 01500 CHATEAU GAILLARD Décomposition du Prix Global et

Plus en détail

LOT N 5 PLOMBERIE - ELECTRICITE

LOT N 5 PLOMBERIE - ELECTRICITE PLOMBERIE - SANITAIRE 1 GENERALITES 11 PRESCRIPTIONS GENERALES 11 1 TEXTES GENERAUX Le présent document a pour objet de décrire et de définir les travaux afférents aux corps d état concernés par la Réfection

Plus en détail

Cahier des clauses techniques Particulières

Cahier des clauses techniques Particulières Cahier des clauses techniques Particulières REMPLACEMENT DES GENERATEURS GAZ LOT N 1 secteur 401 - Fleury Les Aubrais (45400) : HP 0506-17 et 19 rue Gabriel Péri 12 logements collectifs LOT N 2 - secteur

Plus en détail

Avis Technique 14/05-980 Annule et remplace l Avis Technique 14+15/00-593 ACOME MT

Avis Technique 14/05-980 Annule et remplace l Avis Technique 14+15/00-593 ACOME MT Avis Technique 14/05-980 Annule et remplace l Avis Technique 14+15/00-593 Raccords pour tubes en matière plastique Plastic pipe fitting Klemmverbinder Ne peuvent se prévaloir du présent Avis Technique

Plus en détail

Mairie de Colligny 4, rue Principale 57530 COLLIGNY

Mairie de Colligny 4, rue Principale 57530 COLLIGNY Monneren le 04 avril 2014 Mairie de Colligny 4, rue Principale 57530 COLLIGNY Agrandissement et réhabilitation de la mairie COLLIGNY LOT N 08 VENTILATION - PLOMBERIE - SANITAIRES DÉCOMPOSITION DU PRIX

Plus en détail

PARTIE A - CHAUFFAGE / VENTILATION

PARTIE A - CHAUFFAGE / VENTILATION LOT N 8 : CHAFFAGE / VENTI LATION / PLOMBERIE SANITAIRE N ART DESIGNATION DES OVRAGES QTE P.. P.. x Q PARTIE A - CHAFFAGE / VENTILATION 1 GENERALITES 1.1à 1.9.2 Pour mémoire PM 2 DONNEES TECHNIQES 2.1

Plus en détail

Mise aux normes PMR de la zone publique CCTP DCE - 1 SOMMAIRE 1 SPECIFICATIONS TECHNIQUES... 2

Mise aux normes PMR de la zone publique CCTP DCE - 1 SOMMAIRE 1 SPECIFICATIONS TECHNIQUES... 2 Mise aux normes PMR de la zone publique CCTP DCE - 1 SOMMAIRE 1 SPECIFICATIONS TECHNIQUES... 2 1.1 GENERALITES... 2 1.1.1 OBJET... 2 1.1.2 BASE DE CALCULS NORMES ET REGLEMENTS... 2 1.1.3 CONTROLES ET ESSAIS...

Plus en détail

LOT 07 PLOMBERIE, CHAUFFAGE, SANITAIRES, CLIMATISATION, VMC

LOT 07 PLOMBERIE, CHAUFFAGE, SANITAIRES, CLIMATISATION, VMC LOT 07 PLOMBERIE, CHAUFFAGE, SANITAIRES, CLIMATISATION, VMC 1 1 CLAUSES ET PRESCRIPTIONS GENERALES 1.1 OBJET DE LA NOTICE Le présent CCTP concerne la description des travaux du lot n 06 PLOMBERIE, CHAUFFAGE,

Plus en détail

COMMUNE DES CONTAMINES MONTJOIE 4 Route de Notre Dame de la Gorge 74170 LES CONTAMINES MONTJOIE Tél : 04.50.47.04.24. Devis

COMMUNE DES CONTAMINES MONTJOIE 4 Route de Notre Dame de la Gorge 74170 LES CONTAMINES MONTJOIE Tél : 04.50.47.04.24. Devis COMMUNE DES CONTAMINES MONTJOIE 4 Route de Notre Dame de la Gorge 74170 LES CONTAMINES MONTJOIE Tél : 04.50.47.04.24 Devis Marché passé selon la procédure adaptée (Article 28 du Code des marchés publics)

Plus en détail

GMP Standard GROUPE DE MAINTIEN DE PRESSION. Groupe de Maintien de Pression GMP Standard GMP Eau-surchauffée Vacuopress Maxipress - Minipress

GMP Standard GROUPE DE MAINTIEN DE PRESSION. Groupe de Maintien de Pression GMP Standard GMP Eau-surchauffée Vacuopress Maxipress - Minipress GMP Standard GROUPE DE MAINTIEN DE PRESSION Groupe de Maintien de Pression GMP Standard GMP Eau-surchauffée Vacuopress Maxipress - Minipress LES AVANTAGES La directive européenne des équipements sous pression

Plus en détail

Aménagement d'un point Multi-services

Aménagement d'un point Multi-services 1 MAITRE D'OUVRAGE VILLE DE FEYZIN Aménagement d'un point Multi-services (marché n 10.054 T) CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUE PARTICULIERES (C.C.T.P) LOT N 2 SERRURERIE 2 SOMMAIRE 1 OBJET DU MARCHE... 3 1.1

Plus en détail

Ventilation SYSTEME D avec récupération de chaleur

Ventilation SYSTEME D avec récupération de chaleur Ventilation SYSTEME D avec récupération de chaleur 1. GENERALITES L'ensemble doit satisfaire aux normes suivantes: NBN D 50.001 NBN EN 308 Exigences PEB NBN S 01-400-1 (confort acoustique) Réglementation

Plus en détail

Commune d ORGELET Construction d une Maison de Santé pluridisciplinaire 39270 ORGELET. Lot n 13 FORAGES SONDES GEOTHERMIQUES. C.C.T.P et D.Q.

Commune d ORGELET Construction d une Maison de Santé pluridisciplinaire 39270 ORGELET. Lot n 13 FORAGES SONDES GEOTHERMIQUES. C.C.T.P et D.Q. Commune d ORGELET Construction d une Maison de Santé pluridisciplinaire 39270 ORGELET Maître d'oeuvre : D. BEURET & V. RATEL 2, Rue des Rochettes 39000 LONS LE SAUNIER Lot n 13 FORAGES SONDES GEOTHERMIQUES

Plus en détail

REMPLACEMENT de la CHAUDIERE CAHIER DES CHARGES

REMPLACEMENT de la CHAUDIERE CAHIER DES CHARGES REMPLACEMENT de la CHAUDIERE CAHIER DES CHARGES 1 I MODALITES DU MARCHE 1.1. PREAMBULE Le présent document a pour but de définir les travaux nécessaires au REMPLACEMENT de la CHAUDIERE du Centre de Formation

Plus en détail

Décomposition du Prix Global et Forfaitaire

Décomposition du Prix Global et Forfaitaire Décomposition du Prix Global et Forfaitaire Création d'un espace périscolaire Et d'une nouvelle mairie A CUSE et ADRISANS Rue PATARD 25 680 CUSE et ADRISANS Lot n 3 Ventilation - Plomberie sanitaire Maître

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P)

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P) CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P) Marché privé de travaux - pièce n 3 Maître de l ouvrage : Fonds Calédonien de l Habitat Objet du marché : RESTRUCTURATION DE 103 LOGEMENTS «Rivière

Plus en détail

Complément 5. label promotelec performance évolutions & mises à jour du cahier des prescriptions techniques PRO 1248-10 (septembre 2012)

Complément 5. label promotelec performance évolutions & mises à jour du cahier des prescriptions techniques PRO 1248-10 (septembre 2012) Sommaire des mises à jour Mise à jour du processus d attribution...3 Mise à jour de la surface de référence pour les calculs thermiques en construction...3 Mise à jour pour tous système...4 Mise à jour

Plus en détail

Lot 4 - FLUIDES TECHNIQUES. Communauté Rurale des Monts de Flandre

Lot 4 - FLUIDES TECHNIQUES. Communauté Rurale des Monts de Flandre Communauté Rurale des Monts de Flandre Réhabilitation d une travée de bâtiment industriel en bureau D P G F Lot 4 - FLUIDES TECHNIQUES Maître d Ouvrage Maîtrise d Œuvre V1.1 - Avril 2011 Communauté Rurale

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES MAINTENANCE DES CHAUDIERES ET DES SYSTEMES DE CLIMATISATION

CENTRE HOSPITALIER CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES MAINTENANCE DES CHAUDIERES ET DES SYSTEMES DE CLIMATISATION CENTRE HOSPITALIER 1, rue du Docteur Paul Martinais 37600 LOCHES 02 47 91 33 33 02 47 91 32 00 CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES MISE EN CONCURRENCE PORTANT SUR MAINTENANCE DES CHAUDIERES ET

Plus en détail

Mutualité Sociale Agricole 17, avenue André Malraux 57000 METZ

Mutualité Sociale Agricole 17, avenue André Malraux 57000 METZ Monneren le 03/12/2014 Mutualité Sociale Agricole 17, avenue André Malraux 57000 METZ REAMENAGEMENT DES LOCAUX RDC ET R+4 METZ LOT N 8 CHAUFFAGE - VENTILATION - PLOMBERIE - SANITAIRES DÉCOMPOSITION DU

Plus en détail

INTITULE DE L OPERATION : TRAVAUX DE REMPLACEMENT D EQUIPEMENTS FRIGORIFIQUES

INTITULE DE L OPERATION : TRAVAUX DE REMPLACEMENT D EQUIPEMENTS FRIGORIFIQUES REPUBLIQUE FRANÇAISE INSTITUT NATIONAL DE LA RECHERCHE AGRONOMIQUE Centre de Recherche de Clermont-Ferrand Theix Lyon SITE : ABATTOIR EXPERIMENTAL SITE DE THEIX. INTITULE DE L OPERATION : TRAVAUX DE REMPLACEMENT

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES ECOLE EMILE GERBAULT CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES 22 MARS 2010 DIRECTION DES BÂTIMENTS 6 place François Mitterrand Tél : 02 47 45.85.85 37270 MONTLOUIS SUR LOIRE Fax : 02 47 45.15.74 CHAUFFAGE

Plus en détail

Avis Technique 14/09-1458 Raccords métalliques à glissement Raccords pour tubes en matière plastique Plastic pipe fittings Kunststoffrohre Verbindungen Ferroplast Titulaire : Braseli Tubos y Accesorios

Plus en détail

LOT N 10 : CHAUFFAGE VENTILATION

LOT N 10 : CHAUFFAGE VENTILATION Maître d'ouvrage Février 2011 Ville du CODRAY 32, rue du Gord 28630 LE CODRAY - o O o - Construction d un restaurant scolaire Groupe scolaire «Léonard de Vinci» Rue des Chaises 28630 LE CODRAY LOT N 10

Plus en détail

DESCRIPTIF TECHNIQUE Lot unique Fourniture et Installation de deux systèmes de chauffe-eau solaires

DESCRIPTIF TECHNIQUE Lot unique Fourniture et Installation de deux systèmes de chauffe-eau solaires Marché à procédure adaptée DESCRIPTIF TECHNIQUE Lot unique Fourniture et Installation de deux systèmes de chauffe-eau solaires Maître de l'ouvrage : INSTITUT NATIONAL DE LA RECHERCHE AGRONOMIQUE Etablissement

Plus en détail

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance.

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance. 9.5. PRODUCTION D EAU CHAUDE sanitaire Les équipements doivent être dimensionnés au plus juste en fonction du projet et une étude de faisabilité doit être réalisée pour les bâtiments collectifs d habitation

Plus en détail

Avis Technique 14/14-2017. Giacoflex PE-RT

Avis Technique 14/14-2017. Giacoflex PE-RT Avis Technique 14/14-2017 Annule et remplace l Avis Technique 14/09-1499*V1 Tubes en PE-RT Système de canalisations en PE-RT PE-RT piping system PE-RT Rohresystem Ne peuvent se prévaloir du présent Avis

Plus en détail

C.C.T.P. Cahier des Charges Techniques Particulières Partie 1/2: GENERALITES

C.C.T.P. Cahier des Charges Techniques Particulières Partie 1/2: GENERALITES 1/13 Maître d Ouvrage : Le village 26 380 PEYRINS ETENSION ET AMENAGEMENT DE L ECOLE MATERNELLE DCE LOT N 06 Plomberie - Sanitaire C.C.T.P. Cahier des Charges Techniques Particulières Partie 1/2: GENERALITES

Plus en détail

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES LOT 09 FORAGES ET SONDES GEOTHERMIQUES

DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES LOT 09 FORAGES ET SONDES GEOTHERMIQUES Maître d ouvrage Association AIDERA VAR 16, rue des citronniers 83130 LAGARDE Assistant à Maître d ouvrage SAGEM 132, Rue Le Corbusier BP 50024-83951 LA GARDE Opération Construction d une Maison d Accueil

Plus en détail

C.C.T.P. D.P.G.F. LOT 8

C.C.T.P. D.P.G.F. LOT 8 Communauté de communes de la MONTAGNE BOURBONNAISE CONSTRUCTION D UN BATIMENT LOCATIF A USAGE ARTISANAL OU INDUSTRIEL Zone d activités du Mornier 03250 LE MAYET DE MONTAGNE Marché de travaux C.C.T.P. D.P.G.F.

Plus en détail

MAIRIE DE REMIRE-MONTJOLY DEPARTEMENT DE LA GUYANE GROUPE SCOLAIRE MOULIN A VENT 97350 REMIRE-MONTJOLY CONSTRUCTION DE QUATRES CLASSES MATERNELLE

MAIRIE DE REMIRE-MONTJOLY DEPARTEMENT DE LA GUYANE GROUPE SCOLAIRE MOULIN A VENT 97350 REMIRE-MONTJOLY CONSTRUCTION DE QUATRES CLASSES MATERNELLE MAIRIE DE REMIRE-MONTJOLY DEPARTEMENT DE LA GUYANE GROUPE SCOLAIRE MOULIN A VENT 97350 REMIRE-MONTJOLY CONSTRUCTION DE QUATRES CLASSES MATERNELLE LOT N 8 : PLOMBERIE Cahier des Clauses Techniques Particulières

Plus en détail

DESCRIPTIF BUREAUX (BATIMENTS D ET E) NOTICE DESCRIPTIVE SOMMAIRE

DESCRIPTIF BUREAUX (BATIMENTS D ET E) NOTICE DESCRIPTIVE SOMMAIRE DESCRIPTIF BUREAUX (BATIMENTS D ET E) NOTICE DESCRIPTIVE SOMMAIRE Notice descriptive sommaire 1 1. CONCEPTION DU BATIMENT Locaux à usage de bureaux assujettis au code du Travail et ERP 5 ème catégorie

Plus en détail

Décomposition du Prix Global et Forfaitaire. SALLE COMMUNALE ''DES HUTTES'' 18 Route de Chaillé Les Marais 85370 NALLIERS

Décomposition du Prix Global et Forfaitaire. SALLE COMMUNALE ''DES HUTTES'' 18 Route de Chaillé Les Marais 85370 NALLIERS BP 112-85000 LA ROCHE SR YON Bureau d Etudes Techniques tous fluides F i l i a l e d u g r o u p e A R E A Tél. 02 51 37 48 88 - Fax 02 51 62 22 07 areaelr.bet@orange.fr / www.areaetudes.net MAITRE D OVRAGE

Plus en détail

Les différentes architectures des réseaux bouclés Notions de dimensionnement L équilibrage Quelques exemples de défauts de conception

Les différentes architectures des réseaux bouclés Notions de dimensionnement L équilibrage Quelques exemples de défauts de conception Les réseaux bouclés Les différentes architectures des réseaux bouclés Notions de dimensionnement L équilibrage Quelques exemples de défauts de conception 91/204 La distribution d eau chaude sanitaire Bouclage

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Pôle de Coordination Avenue Borgnis Desbordes 56000 VANNES Tél. 02.97.40.22.86 Fax. 02.97.40.22.87 Dossier n V2001515 Rénovation complète d'une maison 32 rue d'ambon 56750 DAMGAN CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES

Plus en détail

Contrat de maintenance NOTICE D ENTRETIEN DE L INSTALLATION SOLAIRE Exemple type

Contrat de maintenance NOTICE D ENTRETIEN DE L INSTALLATION SOLAIRE Exemple type Contrat de maintenance NOTICE D ENTRETIEN DE L INSTALLATION SOLAIRE Exemple type 1 - PREAMBULE Cette notice s adresse au personnel qui aura à charge l entretien de l installation de production d eau chaude

Plus en détail

Annexe Notice descriptive prévue par les articles R. 231-4 et R. 232-4 du Code de la construction et de l'habitation

Annexe Notice descriptive prévue par les articles R. 231-4 et R. 232-4 du Code de la construction et de l'habitation Page 1 sur 8 Textes, année 1991 : 27 novembre 1991 - Arrêté du 27 novembre 1991 fixant la notice descriptive prévue par les articles R. 231-4 et R. 232-4 du Code de la construction et de l'habitation relatifs

Plus en détail

Couverture de la halle à VIC EN BIGORRE (65)

Couverture de la halle à VIC EN BIGORRE (65) Atelier Etudes Charpentes 5, rue Marcel LAMARQUE 65600 SEMEAC Tél. : 05.62.37.19.13 Fax : 05.62.53.16.81 e.mail : aecexpertises65@aol.com Couverture de la halle à VIC EN BIGORRE (65) C.C.T.P. LOT 04 :

Plus en détail

LES MARCHÉS PUBLICS ET PRIVÉS

LES MARCHÉS PUBLICS ET PRIVÉS Roger Cadiergues MémoCad ma04.a LES MARCHÉS PUBLICS ET PRIVÉS SOMMAIRE MA02.1. Le cadre juridique général MA02.2. Les textes officiels MA02.3. Les codes et leurs articulations MA02.4. Annexe : textes officiels

Plus en détail

Construction d'un bâtiment de 4 logements collectifs à Joucas (84) DPGF lot 11 - Plomberie CCTP Description Type Qt Unitaire H.T. Total HT 1 OBJET PM

Construction d'un bâtiment de 4 logements collectifs à Joucas (84) DPGF lot 11 - Plomberie CCTP Description Type Qt Unitaire H.T. Total HT 1 OBJET PM 1 OBJET PM 2 GENERALITES 2.6.5 Renseignements et documents à fournir 2.6.5.2 Avant exécution Selon CCTP ENS 2.6.5.4 A la réception Selon CCTP ENS 1 2.6.8 Protection des ouvrages ENS 1 2.6.10 Contrôles

Plus en détail

CONSULTATION DES ENTREPRISES RENOVATION ENERGETIQUE. Foyer communal

CONSULTATION DES ENTREPRISES RENOVATION ENERGETIQUE. Foyer communal CONSULTATION DES ENTREPRISES RENOVATION ENERGETIQUE Foyer communal Maitre d Ouvrage Mairie de Selommes Bureau d études Adresse BSE 10 Rue Henry Dunant 45140 INGRE Tel 02.38.70.87.00 Préambule Dans le cadre

Plus en détail

DOSSIER RESSOURCES EP1 PREPARATION D ACTIVITES PROFESSIONNELLES BEP INSTALLATION DES SYSTEMES ENERGETIQUES ET CLIMATIQUES

DOSSIER RESSOURCES EP1 PREPARATION D ACTIVITES PROFESSIONNELLES BEP INSTALLATION DES SYSTEMES ENERGETIQUES ET CLIMATIQUES BEP INSTALLATION DES SYSTEMES ENERGETIQUES ET CLIMATIQUES EP1 PREPARATION D ACTIVITES PROFESSIONNELLES DOSSIER RESSOURCES Ce dossier comporte 10 pages format A3 numérotées de 1/10 à 10/10 Session EP1 2012

Plus en détail

JCS DCE. Construction de 26 logements individuels & intermédiaires. JCS architectes

JCS DCE. Construction de 26 logements individuels & intermédiaires. JCS architectes JCS ARCHITECTES Commune de Jarville - Meurthe & Moselle Construction de 26 logements individuels & intermédiaires Rue Joseph Piroux date : 04/03/2011 format : éch : Lot 10 Chauffage gaz - VMC Maîtrise

Plus en détail

DOSSIER DCE CCTP PLOMBERIE

DOSSIER DCE CCTP PLOMBERIE DOSSIER DCE CCTP PLOMBERIE LOT N 011 PLOMBERIE mardi 20 octobre 2009 1/7 1 GENERALITES 1 1 Prescriptions générales Les entreprises sont tenues de se reporter pour tout ce qui est liaisons entre elles,

Plus en détail

Kit PLANCHER CHAUFFANT SUNAMBIANCE PILOTE Réf. PC SP

Kit PLANCHER CHAUFFANT SUNAMBIANCE PILOTE Réf. PC SP Kit PLANCHER CHAUFFANT SUNAMBIANCE PILOTE Réf. PC SP Document n 1179-1~0IKI0250 12/05/2004 FR Notice de référence A conserver par l utilisateur pour consultation ultérieure Présentation du matériel Instruction

Plus en détail

CHAPITRE 1 - GENERALITES - Mission exécution Ens 1 CHAPITRE 2 - BASES DES CALCULS. ens 2 0 - Tube PEHD en tranchée 0 DN50 ml 10 0

CHAPITRE 1 - GENERALITES - Mission exécution Ens 1 CHAPITRE 2 - BASES DES CALCULS. ens 2 0 - Tube PEHD en tranchée 0 DN50 ml 10 0 629 Logements ROBERTY DECAUVILLE 8413 LE PONTET Références au descriptif U Quantités Prix Produits Les quantités sont obligatoirement à vérifier sous la responsabilité de l'entreprise. CHAPITRE 1 GENERALITES

Plus en détail

Arcoa 2. Pompe à chaleur monobloc inverter. Chauffage / ECS. tarifs p. 132. Chauffage / ECS en logement > pompes à chaleur

Arcoa 2. Pompe à chaleur monobloc inverter. Chauffage / ECS. tarifs p. 132. Chauffage / ECS en logement > pompes à chaleur en logement > pompes à chaleur 113 Fonctionnement air/eau réversible Puissance De 6 à 24 kw Technologie Inverter Modulation de 30 à 140 % Gaz frigorifique R410 a Arcoa 2 Pompe à chaleur monobloc inverter

Plus en détail

LES CHAUDIÈRES À BÛCHES

LES CHAUDIÈRES À BÛCHES LES CHAUDIÈRES À BÛCHES Descriptif de la technologie Ce sont les appareils qui permettent de tirer le meilleur parti du bois. On trouve aujourd'hui sur le marché différents types de chaudières à bûches

Plus en détail

C.C.T.P. PROJET D'AMENAGEMENT D'UN CENTRE SOCIAL DANS UN BATIMENT EXISTANT LOT N 04 - PLOMBERIE SANITAIRE - ZINGUERIE DEPARTEMENT DE LA HAUTE-GARONNE

C.C.T.P. PROJET D'AMENAGEMENT D'UN CENTRE SOCIAL DANS UN BATIMENT EXISTANT LOT N 04 - PLOMBERIE SANITAIRE - ZINGUERIE DEPARTEMENT DE LA HAUTE-GARONNE DEPARTEMENT DE LA HAUTE-GARONNE COMMUNE DE SAINT-JORY PROJET D'AMENAGEMENT D'UN CENTRE SOCIAL DANS UN BATIMENT EXISTANT C.C.T.P. vvv LOT N 04 - PLOMBERIE SANITAIRE - ZINGUERIE L Entrepreneur : Le Maître

Plus en détail

DEMOLITION DE LA SALLE DES FETES

DEMOLITION DE LA SALLE DES FETES NATURE DES TRAVAUX: Démolition de la salle des fêtes Affaire N : 1129 Maître d'ouvrage : Mairie de Sainte-Marie-de-Ré 32, rue de la République 17740 Sainte-Marie-de-Ré SALLE D'ANTIOCHE DEMOLITION DE LA

Plus en détail

DESSIN D1 Séquence 17

DESSIN D1 Séquence 17 Consignes Après lecture du descriptif plomberie (pages 2 et 3), étude du plan (page 4), et des règles d implantation des appareils sanitaires (page 5): 1 : sur la page 7 (vue en plan de la cuisine à l

Plus en détail

LOT N 08bis ISOLATION SOUS TOITURE SOMMAIRE

LOT N 08bis ISOLATION SOUS TOITURE SOMMAIRE LOT N 08bis ISOLATION SOUS TOITURE SOMMAIRE 1. PRESCRIPTIONS GENERALES...2 1.1 OBJET DU CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES...2 1.2 TYPE DE MARCHE...2 1.3 PIECES A FOURNIR PAR L ENTREPRISE TITULAIRE

Plus en détail

Quantité proposée TOTAL.

Quantité proposée TOTAL. CCTP Mars 2015 - Page 2/12 1 - DESCRIPTION D PROJET Pour mémoire PM 0,00 TOTAL DESCRIPTION D PROJET 0,00 Euros HT 2 - INTERVENTIONS PREALABLES 21 - Principe général Pour mémoire PM 0,00 PRINCIPE GENERAL

Plus en détail

Commune de Brignoles. Service des Travaux neufs

Commune de Brignoles. Service des Travaux neufs Commune de Brignoles Service des Travaux neufs MARCHE A PROCEDURE ADAPTE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES 14/10/2011 1 SOMMAIRE 1 GENERALITES... 3 1.1 OBJET DU MARCHE... 3 1.2 INTERVENANTS...

Plus en détail

Octobre 1999. Statut. Analyse. Ce document a été approuvé par le Groupe spécialisé n 14 le 6 novembre 1998

Octobre 1999. Statut. Analyse. Ce document a été approuvé par le Groupe spécialisé n 14 le 6 novembre 1998 Octobre 1999 Groupe spécialisé n 14 - équipements de génie climatique, procédés solaires Planchers réversibles à eau basse température Cahier des Prescriptions Techniques sur la conception et la mise en

Plus en détail

COMMUNAUTE DE COMMUNE DU GRAND CHAMBORD

COMMUNAUTE DE COMMUNE DU GRAND CHAMBORD COMMUNAUTE DE COMMUNE DU GRAND CHAMBORD CONSTRUCTION D UNE PLATEFORME BOIS ENERGIE 41 250 BRACIEUX Lot n 08 Sanitaires, MAITRE D ŒUVRE : SOCIETE D ARCHITECTURE BOITTE Siège social Agence de Romorantin

Plus en détail

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE FICHE TECHNIQUE Eau chaude sanitaire 2 5 6 6 CONNAÎTRE > Les besoins d eau chaude sanitaire > Les modes de production > La qualité de l eau > Les réseaux de distribution > La température de l eau REGARDER

Plus en détail

Procédure adaptée article 28 et suivants du Code des Marchés Publics.

Procédure adaptée article 28 et suivants du Code des Marchés Publics. CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P) PLOMBERIE/SANITAIRE/CHAUFFAGE. PERSONNE PUBLIQUE : MAIRIE D HAILLICOURT OBJET DU MARCHE : Rénovation Plomberie/Sanitaire/Chauffage au Presbytère. PROCEDURE

Plus en détail

Installation de la station FS36

Installation de la station FS36 Installation de la station FS36 Plancher sans chape CaleôSol, Mur Chauffant CaleôMur Introduction Le chauffage par le sol à base d'eau est dit à basse température, ce qui signifie que la température d'écoulement

Plus en détail

L'ADEME - Le chauffage, la régulation, l eau chaude

L'ADEME - Le chauffage, la régulation, l eau chaude L'ADEME - Le chauffage, la régulation, l eau chaude Les énergies Comment ça fonctionne Avantages Inconvénients Chauffage central - la chaleur est produite en un seul endroit : par une chaudière, des capteurs

Plus en détail

TVA à 5,5 % - Travaux d'amélioration de la qualité énergétique

TVA à 5,5 % - Travaux d'amélioration de la qualité énergétique Les professionnels de L expertise comptable vous informent Le 04/03/2014 TVA à 5,5 % - Travaux d'amélioration de la qualité énergétique Bercy commente l'application de la TVA à 5,5 % aux travaux d'amélioration

Plus en détail

FTA 10/05-C Page 1 sur 5

FTA 10/05-C Page 1 sur 5 FTA 10/05-C Page 1 sur 5 FICHE TECHNIQUE FTA/10/05-C Robinets à membrane. Date d approbation : 16 mai 2013 Nombre de pages : 5 NOTES PRELIMINAIRES 1) S'il est fait mention de normes, de plans types, de

Plus en détail

RELEVE TECHNIQUE PARTIE COMMUNE

RELEVE TECHNIQUE PARTIE COMMUNE Rue de la Mouillère - 25 000 Besançon MAITRE D OUVRAGE Reynaud Immobilier Services 22 Bis Rue de Dole 25 000 BESANCON Tél. :03.81.61.94.84 Fax : 03.81.61.95.80 E-Mail : contact@reynaud-immobilier.com RELEVE

Plus en détail

VILLE DE FEYZIN PÔLE LOGISTIQUE ET BÂTIMENTS CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) TRAVAUX DE REFECTION D'ETANCHEITE

VILLE DE FEYZIN PÔLE LOGISTIQUE ET BÂTIMENTS CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) TRAVAUX DE REFECTION D'ETANCHEITE Département du Rhône (69) VILLE DE FEYZIN PÔLE LOGISTIQUE ET BÂTIMENTS CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) TRAVAUX DE REFECTION D'ETANCHEITE CENTRE DE LOISIRS 1 RUE DES BLEUETS Ville

Plus en détail

LOT N 16B AMENAGEMENT CUISINE & SALLE D'EAU

LOT N 16B AMENAGEMENT CUISINE & SALLE D'EAU LOT N 16B AMENAGEMENT CUISINE & SALLE D'EAU 1 - PRESCRIPTIONS GENERALES 1.1 - CONSISTANCE DES TRAVAUX Le présent lot a pour objet l'exécution des travaux suivants : - Fourniture et pose d éviers 2 bacs

Plus en détail

COMMUNEAUTE DE COMMUNES DU PAYS DES COULEURS BATIMENT ARTISANS D ART 38510 - MORESTEL. Cahier des Clauses Techniques et Particulières CCTP.

COMMUNEAUTE DE COMMUNES DU PAYS DES COULEURS BATIMENT ARTISANS D ART 38510 - MORESTEL. Cahier des Clauses Techniques et Particulières CCTP. 1 COMMUNEAUTE DE COMMUNES DU PAYS DES COULEURS BATIMENT ARTISANS D ART 38510 - MORESTEL Cahier des Clauses Techniques et Particulières CCTP Lot 4 METALLERIE Février 2013 ATÉCO Economiste de la Construction

Plus en détail

069. TRAVAUX D'ASCENSEURS ET D'INSTALLATIONS DE LEVAGE

069. TRAVAUX D'ASCENSEURS ET D'INSTALLATIONS DE LEVAGE 069. TRAVAUX D'ASCENSEURS ET D'INSTALLATIONS DE LEVAGE Centre de Ressources des Technologies de l'information pour le Bâtiment 069.1. Clauses techniques générales 069.2. Clauses techniques particulières

Plus en détail

DEVELOPPEMENT DURABLE. Le crédit d impôt dédié au développement durable. Quelles sont les dépenses concernées par cette mesure?

DEVELOPPEMENT DURABLE. Le crédit d impôt dédié au développement durable. Quelles sont les dépenses concernées par cette mesure? CREDIT D IMPOT DEDIE AU DEVELOPPEMENT DURABLE Le crédit d impôt dédié au développement durable Avertissement : le document ci après a été rédigé pour apporter une aide aux lecteurs pour une meilleure compréhension

Plus en détail

Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil

Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil Notice de sécurité Etablissement Recevant du Public (ERP) de 5 ème catégorie avec locaux à sommeil Cette notice a été établie à l'attention des exploitants d Etablissements Recevant du Public (ERP), afin

Plus en détail

Textes généraux. Ministère de l économie, des finances et de l industrie

Textes généraux. Ministère de l économie, des finances et de l industrie J.O n 12 du 15 janvier 1998 page 623 texte n Textes généraux Ministère de l économie, des finances et de l industrie Décret no 98-28 du 8 janvier 1998 relatif à la composition du cahier des clauses techniques

Plus en détail

Décomposition du Prix Global et Forfaitaire - Phase : DCE

Décomposition du Prix Global et Forfaitaire - Phase : DCE N Désignation U Qté Prix Unitaire Montant HT 08 LOT CHAUFFAGE GAZ VENTILATION 08.1 OBJET 08.2 GENERALITE 08.2.5 Renseignements et documents à fournir : DOSSIER D'EXECUTION et DES OUVRAGES EXECUTES 08.2.5.2

Plus en détail

On retrouve généralement les réseaux séparatifs dans les petites et moyennes agglomérations ou dans les extension des villes.

On retrouve généralement les réseaux séparatifs dans les petites et moyennes agglomérations ou dans les extension des villes. Préambule et domaine d'application Le présent document a été créé dans le but pour permettre le dimensionnement des installations de plomberie sanitaire. C'est un document de synthèse, Il reprend partiellement

Plus en détail

FOURNITURE ET POSE DE DEUX ESCALIERS EXTERIEURS EN ACIER SALLE DE SPORTS PENNY BROOKES

FOURNITURE ET POSE DE DEUX ESCALIERS EXTERIEURS EN ACIER SALLE DE SPORTS PENNY BROOKES Ville de Cysoing Hôtel de Ville 2, place de la République BP 67 59830 CYSOING Tél : 03.20.79.44.70. Fax : 03.20.79.57.59. N Cys FOURNITURE ET POSE DE DEUX ESCALIERS EXTERIEURS EN ACIER SALLE DE SPORTS

Plus en détail

DOSSIER DCE CCTP CLOISON AMMOVIBLE

DOSSIER DCE CCTP CLOISON AMMOVIBLE DOSSIER DCE CCTP CLOISON AMMOVIBLE LOT N 013 CLOISON AMMOVIBLE mardi 20 octobre 2009 1/6 1 GENERALITES 1 1 Prescriptions générales Les entreprises sont tenues de se reporter pour tout ce qui est liaisons

Plus en détail

LOT N 7 CHAUFFAGE GAZ - VMC PREAMBULE

LOT N 7 CHAUFFAGE GAZ - VMC PREAMBULE EXTENSION DE 2 CLASSES + PREAU - ÉCOLE THIMERT-GATELLES DCE janv 2011 Lot 7/1 LOT N 7 CHAUFFAGE GAZ - VMC PREAMBULE : L'entreprise établira son offre en 2 parties distinctes : 1 Tranche ferme : Préau :

Plus en détail

COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DE COLMAR. COLMARIENNE DES EAUX 18, Rue Edouard Bénès - 68027 COLMAR Cedex

COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DE COLMAR. COLMARIENNE DES EAUX 18, Rue Edouard Bénès - 68027 COLMAR Cedex DEPARTEMENT DU HAUT-RHIN COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DE COLMAR COLMARIENNE DES EAUX 18, Rue Edouard Bénès - 68027 COLMAR Cedex CCTP Renouvellement de l armoire électrique de la station de relevage Belfort

Plus en détail

Grille d'évaluation Compétences reliées aux activités Evaluation du stage en entreprise

Grille d'évaluation Compétences reliées aux activités Evaluation du stage en entreprise Page 1 sur 6 Grille d'évaluation Compétences reliées aux activités Evaluation du stage en entreprise Nom élève:.. Entreprise: Nom et fonction du professeur:. Dates de stage:.. Zone de compétence: Zone

Plus en détail

COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS DE LA PETITE PIERRE ******** Maintenance préventive et curative des installations techniques *******

COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS DE LA PETITE PIERRE ******** Maintenance préventive et curative des installations techniques ******* MARCHÉ PUBLIC DE PRESTATIONS DE SERVICE passé "selon la procédure adaptée" COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS DE LA PETITE PIERRE ******** Maintenance préventive et curative des installations techniques *******

Plus en détail

Ville de Bihorel. Cuisine centrale René COTY. Modification du réseau d'eau chaude sanitaire

Ville de Bihorel. Cuisine centrale René COTY. Modification du réseau d'eau chaude sanitaire Cuisine centrale René COTY CCTP Cahier des Clauses Techniques Particulières Lot unique plomberie Maîtrise d ouvrage Ville de Bihorel 48, rue d'etancourt 76 420 Bihorel Tél. : 02.35.59.56.25 Fax : 02.35.59.56.59

Plus en détail

PHASE PROJET. Notice RT 2012

PHASE PROJET. Notice RT 2012 Maître d ouvrage Association AIDERA VAR 16, rue des citronniers 83130 LAGARDE Assistant à Maître d ouvrage SAGEM 132, Rue Le Corbusier BP 50024-83951 LA GARDE Opération Construction d une Maison d Accueil

Plus en détail