WORL ECONOMY RESEARCH INSTITUTE. Stratégie des banques polonaises après l entrée dans l Union Européenne dans le contexte de la globalisation

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "WORL ECONOMY RESEARCH INSTITUTE. Stratégie des banques polonaises après l entrée dans l Union Européenne dans le contexte de la globalisation"

Transcription

1 WORL ECONOMY RESEARCH INSTITUTE Stratégie des banques polonaises après l entrée dans l Union Européenne dans le contexte de la globalisation ElŜbieta Chrabonszczewska No 280 Warszawa 2007

2 Introduction Conditions externes du choix de la stratégie Globalisation des marchés financiers Création de l Union économique et monétaire Réalisation de la stratégie de développement des banques polonaises jusqu en Phase de privatisation et de consolidation Deuxième phase de consolidation Stratégie des banques après l adhésion à l Union européenne Troisième phase de consolidation Internationalisation du secteur bancaire en Pologne Chances et défis pour le secteur bancaire polonais...21 Conclusions...25 Bibliographie...27

3 Introduction Les mutations intervenant dans le milieu financier ont des conséquences importantes pour les banques opérant à un niveau global, européen et national. Différents types de stratégies sont appliqués par les banques, en fonction des facteurs qui ont une influence sur la limitation du choix dans la pratique. Le marché bancaire international contemporain se distingue de celui des années 80. Il est soumis à une plus grande pression de la concurrence, résultant de la globalisation, de la déréglementation, des innovations technologiques, des nouveaux instruments financiers et des sociétés non bancaires qui offrent des services financiers. Les institutions bancaires traditionnelles ont perdu leur position de monopole sur le marché financier. Les innovations financières ont été l un des facteurs de ce déclin. Les innovations majeures concurrençant les services bancaires traditionnels sont : les fonds de tutelle, les «junk bonds» (obligations pourries), l augmentation du marché des titres de commerce et la titrisation, c est-à-dire la transformation des prêts bancaires et des autres actifs en titres. Ces innovations, en raison de leur élasticité et de leur caractère sûr, ont commencé à supplanter les services bancaires traditionnels sur le marché. La perte de la prédominance concurrentielle, surtout dans le cadre des services traditionnels, a forcé les banques à rechercher de nouvelles stratégies de développement, aussi bien sur les marchés nationaux que sur les marchés internationaux. La stratégie la plus souvent employée fut celle de la consolidation. L économie mondiale et les marchés financiers ont réagi aux mutations du milieu par une intégration commerciale, monétaire, une vague de fusions et d acquisitions dans le secteur économique et financier. Ceci a eu lieu également, même si dans une moindre mesure, en Europe et en Pologne. Pour comprendre la statégie des banques polonaises, il faut répondre à la question suivante : dans quelles conditions ces banques 1

4 fonctionnent-elles? Quelles sont les limitations dans le choix d une stratégie? Le but de cette étude est l analyse de l influence du milieu financier sur les choix stratégiques des banques polonaises. Ce milieu est envisagé aussi bien dans son aspect global que sous l angle régional-européen. Le postulat de base de cet exposé est le suivant : Les mutations dans le milieu financier international, l émergence d un marché financier homogène en Europe, l entrée de la Pologne dans l Union européenne ont eu une influence importante sur le choix de la stratégie de développement des banques polonaises. L exposé comporte trois points. Le premier présente les conditions internes du choix de la stratégie, le second la réalisation de la stratégie de développement des banques en Pologne jusqu en Le dernier montre le développement du processus d internationalisation du secteur bancaire ainsi que les chances et les défis qui se posent au secteur bancaire après l adhésion à l Union européenne. 1. Conditions externes du choix de la stratégie Parmi les conditions externes les plus importantes pour les banques polonaises, on peut noter la globalisation des marchés financiers et l émergence d un marché financier européen homogène avec, simultanément, une monnaie commune l euro Globalisation des marchés financiers Les mutations qui ont eu lieu sur le marché financier global ont partiellement façonné les marchés de l Union européenne et ceux des autres pays, en ce compris la Pologne. L ouverture de plus en plus grande des économies, la libéralisation des transferts de capitaux, des biens et des services, ainsi que de la main d œuvre sont la cause d une augmentation de l interdépendance entre pays respectifs, institutions et instruments financiers. 2

5 La structure des marchés financiers devient de plus en plus compliquée et, réciproquement, les liens sont de moins en moins visibles. Ces phénomènes ont lieu dans des conditions où les disproportions augmentent entre un niveau élevé de standardisation des marchés financiers et un bas niveau de l intégration et de la standardisation de l économie mondiale. La globalisation entraîne l augmentation du risque de déstabilisation des marchés financiers, la hausse de la sensibilité des marchés financiers, la croissance de la vitesse de propagation des crises, l augmentation de la concurrence, l augmentation de l échelle des flux de capitaux, le développement du marché des instruments dérivés. La globalisation financière a eu également des conséquences positives : elle a permis la diminution des frais de capital, elle a facilité le transfert de technologie et elle a stimulé le développement du système bancaire. Les institutions bancaires font partie intégrante des marchés financiers, comprenant les marchés monétaires, les marchés des capitaux, les marchés des assurances et les marchés des instruments dérivés. La globalisation signifie la jonction de ces marchés, ce qui fait que les événements qui se déroulent sur l un des segments des marchés financiers se dérouleront sur les autres marchés ou exerceront une influence sur ces derniers. Le secteur bancaire est, d une part, l une des forces motrices de la globalisation mais, d autre part, il doit aussi répondre à son défi. Les banques, face à la concurrence croissante et aux risques encourus, ont dû ajouter à leur offre de nouveaux produits maîtrisant le risque de taux d intérêt et de change, effectuer des regroupements de leurs forces en formant des groupes bancaires ; une vague de fusions et d acquisitions a déferlé de par le monde, le nombre des institutions financières a diminué. 3

6 Sur le marché financier global en mutation, où sont en vigueur des normes de sécurité définies 1, opèrent des banques qui mènent une activité internationale, que ce soit des petites banques ou de grands groupes bancaires. Les banques mettent à profit les possibilités qu offre la globalisation. Elles cherchent des bénéfices à travers le monde entier, ce qui est visible dans le niveau croissant d internationalisation de l activité bancaire. La libéralisation des marchés a entraîné l augmentation de la concurrence entre les banques opérant à un niveau global et régional. La concurrence concerne non seulement les banques mais également la relation banques institutions financières non bancaires. Les banques, souhaitant lutter contre la concurrence, forment des groupes bancaires et mettent en place une stratégie de consolidation. La valeur globale des services financiers qui ont été soumis aux fusions et acquisitions est passée de 36 milliards de dollars en 1986 à 439 milliards de dollars en l an 2000, c est-à-dire qu elle a augmenté de plus de douze fois. Néanmoins, elle a atteint son sommet en , années durant lesquelles la valeur des fusions et acquisitions s est élevée à 671 milliards, dont 78% ont eu lieu dans le secteur bancaire (Cfr graphique n o 1). Seuls 23% de la valeur des fusions et acquisitions mondiales étaient des fusions tranfrontalières («cross-border»). Aux États-Unis, les fusions internationales ont à peine représenté 12,7% des fusions et acquisitions mondiales. Les fusions tranfrontalières en Europe se sont élevées à 20,0%, ce qui signifie que, principalement, les banques européennes ont acquis des banques américaines 2. Vraisemblablement, suite aux changements survenus dans l environnement international des banques, une troisième vague de fusions et d acquisitions va commencer, ce qui pourrait entraîner une 1 Il s agit des 12 normes de sécurité des marchés financiers internationaux établies par le Financial stability forum (Forum sur la stabilité financière). 2 Selon : Smith R.C., I. Walter, Global Banking. Oxford University Press 2003, p

7 limitation importante du nombre des banques opérant à un niveau global. Les analystes bancaires suggèrent que 50 des plus grandes banques américaines pourraient se transformer en 15 lors d une prochaine vague de fusions et d acquisitions 3. Peut ici jouer un rôle important la possibilité de réduire les coûts, liée aux innovations technologiques. On estime que les technologies d information (en anglais IT) devraient entraîner une limitation des frais des banques d environ 15-20%. Graphique 1 Structure des fusions et acquisitions mondiales dans les services financiers en % services bancaires titres assurances gestion des actifs Source : Smith. R., Walter I., Global banking, p. 365 La valeur des fusions et acquisitions mondiales dans le secteur financier, durant les années , n était pas très élevée et augmentait lentement. La valeur des fusions et acquisitions a soudain augmenté dans les années pour atteindre son plus haut 3 Spigel J., Gart A., Gart S., Banking Redefined. IRWIN Chicago 1996, p. 64 5

8 niveau dans les années , s élevant alors à 671 milliards de dollars. 4 Tableau 1 Concentration dans le secteur bancaire. Nombre des banques possédant 75% des parts du marché Pays Grande-Bretagne États-Unis Japon Singapour Suisse Source : Triennale Central Bank Survey. BIS. March 2005, p.11 Les processus de consolidation ont eu pour conséquence une augmentation du taux de concentration dans le secteur bancaire. Au Japon, à Singapour, cet indice a augmenté, dans les années , de plus du double. C est en Suisse que le taux de concentration du secteur bancaire s est avéré le plus élevé en 2004 dans ce pays, 5 banques à peine possédaient 75% des parts du marché bancaire 1.2. Création de l Union économique et monétaire Les tendances mondiales n ont pas manqué d influencer le marché européen, où ont eu lieu également des processus semblables. La décision de l Union économique et monétaire du 1 er janvier 1999 marque le couronnement d une longue période d intégration économique et monétaire. Cet événement, et plus particulièrement l introduction d une monnaie commune dans la zone euro, a modifié de 4 Source : Smith R.C., I. Walter, Global Banking. Oxford University Press 2003, p

9 manière fondamentale les conditions de fonctionnement des banques en Europe. Le risque de change a diminué. Le nombre de transactions monétaires, ainsi que d opérations sur le marché monétaire, a chuté. Les banques ont vu leur rôle d intermédiaire financier se limiter, dans la mesure où des entités économiques indépendantes opéraient sur le marché. La concurrence a augmenté du côté des institutions financières non bancaires. L harmonisation des règles de base n a pas signifié l uniformisation des réglementations nationales concernant les institutions financières, ce qui a entraîné une grande différenciation des systèmes bancaires des pays de l Union européenne. Les exigences minimales concernant les institutions financières dans l Union européenne ont été régulées par des directives bancaires adoptées par le Conseil de l Union européenne. Les directives bancaires ont joué un rôle essentiel dans le fonctionnement du marché bancaire, en particulier la Première Directive bancaire et la Deuxième Directive bancaire 5. Les directives ont créé des conditions permettant de traiter de la même manière les banques nationales et les filiales des banques à l étranger, et elles ont défini les règles de fonctionnement du marché bancaire dans l Union européenne. La création de l euro a été un événement marquant pour le fonctionnement du marché bancaire et le développement du secteur bancaire. Grace à la monnaie commune, les prix des services bancaires ont gagné en transparence. Les banques ont été soumises à une forte pression de la concurrence et ont été forcées de rechercher des moyens de diminuer les coûts. Ceci concernait principalement les banques traditionnelles de la zone euro. La dérégulation de l activité bancaire a eu pour conséquence une augmentation de l intérêt des banques pour de nouveaux types d activités comme les services bancaires d investissement, la gestion de 5 Première Directive bancaire du 12 décembre 1977 (77/780/CEE), Deuxième Directive bancaire du 15 décembre 1989 (89/646/CEE) 7

10 portefeuille d actifs et les assurances. Dans le même temps, les banques européennes réalisaient une stratégie de consolidation (fusions et acquisitions) tant au niveau national qu au niveau transfrontalier. La vague de fusions et d acquisitions qui a eu lieu dans les pays de l Union européenne a trouvé son origine dans l émiettement relativement important du secteur bancaire européen par rapport aux banques américaines et japonaises. Investir dans le développement des banques est un processus qui demande du temps ; c est la raison pour laquelle, dans les pays de l Union européenne, l accent a surtout été mis sur la stratégie de consolidation, qui permet un développement rapide, sur l expansion vers de nouveaux marchés et sur la construction d une position forte. Le processus de consolidation dans l Union européenne a entraîné une diminution importante du nombre des institutions financières. Le graphique ci-dessous montre les changements au niveau du nombre des institutions bancaires dans l Union européenne depuis la création de l Union monétaire jusqu en Durant cette période, institutions ont été supprimées alors que 317 nouvelles institutions à peine étaient créées. Ce qui signifie, en réalité, une diminution du nombre des institutions de unités. Si l on prend en compte le fait qu il y avait en 2005, dans les 15 pays de l Union européenne, institutions financières, on peut affirmer que leur nombre a diminué de près de 20%. 8

11 Graphique 2 Changements au niveau du nombre des institutions financières dans l Union européenne durant les années BE DE GR ES FR IE IT LU NL AT PT FI SE UK DK Source : ECB.MFI sector analises. http//www.ecb.int/mfi/eulist.htm Dans le secteur bancaire de l Union européenne, on observe une augmentation du taux de concentration. Ce taux peut être mesuré grâce à l indice CR5, indiquant la part de marché des 5 banques les plus importantes. Le graphique 3 ci-dessous montre le taux de concentration du secteur bancaire dans les 15 anciens pays de l Union européenne et le taux moyen de concentration dans les 10 nouveaux pays de l Union européenne. Il ressort des données reprises au graphique 3 que le taux le plus bas de concentration du secteur bancaire a été enregistré, en 2005, en Allemagne (environ 20%), le taux le plus élevé de concentration du secteur bancaire en Belgique (85%), et que la France avait un taux de concentration semblable au taux moyen de l Europe des 15. En revanche, le taux de concentration en Grande-Bretagne se situait en-dessous de la moyenne de l Europe des 15. Quant aux nouveaux pays membres de l Union européenne, ils affichaient un taux de concentration moyen plus élevé que celui des anciens pays de 9

12 l Union européenne. En Pologne, le taux de concentration du secteur bancaire, pour l année 2005, était proche du taux moyen des anciens pays de l Europe des 15. Graphique 3 Part des 5 banques les plus importantes dans les actifs du secteur bancaire en Europe en % Pologne UE-10 Belgique G. Bretagne France Allemagne Portugal UE Source : EU Banking Structures, ECB October 2006 La création de l Union économique et monétaire et l introduction d une monnaie commune ont renforcé, au sein de l Union européenne, les processus déja en cours sur le marché financier global. Les banques de l Union ont mené une stratégie de consolidation, qui a entraîné une augmentation de la concentration du secteur bancaire. Le processus d élargissement de l Union européenne a signifié, pour les banques européennes, la possibilité d une expansion accrue vers l est, vers les nouveaux pays membres et candidats à l Union européenne. 10

13 2. Réalisation de la stratégie de développement des banques polonaises La globalisation des marchés financiers et les processus de consolidation qui ont eu lieu sur le marché bancaire européen ont conduit à des phénomènes semblables au niveau des institutions bancaires en Pologne. La perspective de l entrée de la Pologne dans l Union européenne et l augmentation progressive de la présence des banques étrangères ont accéléré le processus de consolidation du secteur bancaire polonais. Avant l année 1989, il n y avait pratiquement pas de marché financier en Pologne. C est seulement avec les réformes entreprises du secteur bancaire et la libéralisation de l économie que le développement du secteur bancaire a été rendu possible. Le marché bancaire a été le premier segment du marché financier créé. Une structure à deux degrés du système bancaire a été mise en place, le processus de privatisation des banques nationales a démarré et des banques étrangères ont commencé à apparaître. En 1989, sur le marché polonais, on comptait 20 banques commerciales et banques coopératives. En 2004, il y avait 63 banques commerciales et 596 banques coopératives. À la fin de l année 2006, on comptait 55 banques commerciales et 585 banques coopératives L Accord européen, qui est entré en vigueur le 1 er février 1994, obligeait la Pologne à mener des actions ayant pour but d adapter le droit bancaire polonais aux Directives de l Union européenne. Le nouveau droit bancaire, qui date de l année 1998, tenait en grande partie compte des régulations comprises dans les directives bancaires de l Union européenne. Le but de ces adaptations était de créer, pour les banques polonaises, des conditions de concurrence vis-à-vis d un marché européen homogène et d augmenter la compétitivité des banques polonaises par rapport aux établissements de crédits étrangers de plus en plus présents en Pologne. 11

14 L adhésion de la Pologne à l Union européenne le 1 er mai 2004 a entraîné l inclusion du marché bancaire polonais au marché de l Union européenne. D une part, l intégration a permis le développement du secteur bancaire polonais ; d autre part, une forte concurrence est apparue du côté des banques étrangères, qui offraient leurs services sur le marché polonais. Le secteur bancaire en Pologne a été soumis à la forte expansion des banques occidentales. Parmi les quatre statégies d accès au marché (la vente directe transfrontalière de produits bancaires, l ouverture à l étranger de filiales et de banques sous forme de sociétés dépendantes, la consolidation, des alliances stratégiques), c est la stratégie de consolidation qui a été le plus souvent appliquée en Pologne. La privation et la stratégie de consolidation ont joué un rôle essentiel dans les mutations sur le marché bancaire polonais. On peut distinguer 3 phases de développement du secteur bancaire en Pologne : Première phase - durant les années Deuxième phase - durant les années Troisième phase - après l année Première phase de privatisation et de consolidation Durant la période initiale de la réforme du système bancaire, le système bancaire était dominé par les opérations de privatisation. Le nombre de banques privées augmentait rapidement. En 1989, 4 banques privées ont été créées. En 1990, on en comptait 37 et, en 1996, les banques privées étaient au nombre de 63. Les banques étrangères, quant à elles, sont apparues durant l année En 1996, elles étaient au nombre de 18 et 3 filiales de banques étrangères avaient été créées. Jusqu en 1992, des règles assez libérales étaient en vigueur pour ce qui est de l accord des licences aux banques, y compris les banques étrangères, et, à cette époque, 6 banques étrangères étaient présentes. En 1993, conformément aux exigences de la Deuxième Directive bancaire de l Union européenne, les critères d attribution des licences 12

15 aux nouvelles banques sont devenus plus rigoureux. Le capital de départ a été augmenté et fixé à 5 millions d euros. Dans les années , on a renforcé les conditions d admission du capital étranger dans le secteur bancaire et, dans le même temps, deux banques étrangères supplémentaires se sont installées en Pologne et 3 filiales de banques étrangères. L entrée en vigueur de l Accord européen a entraîné une nouvelle libéralisation des conditions d admission sur le marché bancaire polonais, et l adaptation du système bancaire polonais aux directives bancaires européennes a entraîné une augmentation du nombre des banques étrangères à 18. Durant cette période initiale de développement du système bancaire, les acquisitions et les fusions qui ont eu lieu avaient pour but de renforcer et d organiser le système bancaire en Pologne. Les investisseurs étrangers ont effectué le rachat de paquets d actions minoritaires des banques issues de la NBP (Banque centrale de Pologne) ou ont renforcé, par un apport de capital, les banques les plus faibles. Dans les années , 8 banques ont profité de l aide d investisseurs étrangers. Elles ont obtenu au total une aide de 77,6 millions de PLN, et ce sous la forme principalement de prêts sur 8 ans à bas taux d intérêt, d achat d obligations à 8 ans (émises par la Prosper Bank), d une aide technique et d un placement sur 6,5 ans Deuxième phase de consolidation La deuxième phase de consolidation du secteur bancaire, c est la période de fonctionnement du nouveau droit bancaire et des changements qui visaient à préparer le secteur bancaire à l entrée dans l Union européenne. Durant cette phase ont eu lieu des processus de consolidation, renforçant la position concurrentielle des banques et élargissant leurs domaines d activité. 13

16 Tableau 2 Processus de regroupement provoqués par les décisions des propriétaires de banques Nombre de Nombre de banques reprises banques reprenant Année consolidations procédures de réparation Source : Nadzór bankowy , p. 44 Au début de cette période, un nombre important de banques privées fonctionnait sur le marché, dont la situation n était pas des meilleures. Les banques coopératives étaient également dans une situation financière critique et possédaient d assez faibles fonds propres. La Commission de contrôle bancaire et la NBP (Banque centrale de Pologne) ont mené des actions de restructuration dans le secteur bancaire, ayant pour but de le rendre stable. La mise en place d un nouveau droit bancaire a rendu possible l intensification des processus de consolidation. Il faut souligner ici que le Droit bancaire introduit en 1997 était conforme aux Directives de l Union européenne, ce qui a permis un fonctionnement sûr des banques. Les processus de consolidation dans le secteur bancaire se sont déroulés grâce à une participation importante du capital étranger. Les investisseurs étrangers ont acquis les paquets d actions majoritaires des moyennes et des grandes banques polonaises. 6 Contrôle bancaire NBP Warszawa 2007, pp

17 C est dans les années que les processus de consolidation dans le secteur bancaire polonais se sont intensifiés. Durant cette période, 29 banques commerciales ont fusionné avec d autres banques ou ont été reprises. Les banques qui étaient créées étaient plus grandes et pouvaient entrer en concurrence avec les banques étrangères. Durant les années , ce processus s est fortement ralenti. À cette époque également, on assiste au niveau mondial à un ralentissement du rythme des consolidations entre les grands groupes bancaires. À la fin de l année 2004 en Pologne ont lieu seulement deux reprises de banques. Suite aux processus de restructurisation et de consolidation, le nombre des banques commerciales a chuté, en 7 ans, de 81 à 57, et plus particulièrement : - le nombre des banques où dominait le capital d État est passé de 15 à 5, - le nombre des banques où dominait le capital polonais est passé de 39 à 8, - le nombre des banques où dominait le capital étranger est passé de 29 à 41. Dans le même temps, le nombre des banques coopératives a diminué de à 659. Le graphique 4 présente l évolution du nombre et de la structure des banques commerciales. La libéralisation de la politique d accès du capital étranger sur le marché bancaire a mené à la maîtrise progressive du secteur des banques commerciales par le capital étranger. À la fin de cette période, le système bancaire polonais était en majeure partie dominé par le capital étranger, ce qui s exprime aussi bien dans le nombre des banques que dans la part des actifs du secteur bancaire. Seuls 6,6% du capital du secteur des banques commerciales et des banques coopératives étaient dans des mains polonaises, et il s agissait de banques plutôt petites avec des actifs modestes. 15

18 Graphique 4 Nombre des banques commerciales exerçant une activité opérationnelle en Pologne avec prédominance du capital d État avec prédominance du capital privé polonais avec prédominance du capital étranger Source : Rozwój systemu finansowego w Polsce w roku 2004, p. 45 Dans les années , les transactions de consolidations ont surtout été menées par les banques, grandes et moyennes, dominées par les investisseurs étrangers. Les années peuvent être considérées comme une période mettant un terme aux réformes de base du secteur bancaire. Les changements dans le secteur bancaire avaient un caractère non seulement quantitatif mais aussi qualitatif. Ont été introduites à grande échelle les technologies modernes et les méthodes de gestion des risques. Le secteur bancaire polonais s est profondément diversifié. La part des institutions d assurances, des fonds de retraite et des fonds d investissement a augmenté. Néanmoins, la part des banques était toujours importante, s élevant à 74,2%, ce que montre le graphique 5. 16

19 Graphique 5 Part des banques dans la structure des actifs du secteur financier polonais en ,6 0,6 5,2 0,8 10,7 Banques Institutions d assurances Fonds ouverts de retraite Caisses d épargne coopératives Fonds d investissement Sociétés de courtage 74,2 Source : Rozwój systemu finansowego w Polsce w 2004 NBP, p Stratégie des banques après l adhésion à l Union européenne 3.1. Troisième phase de consolidation Les banques polonaises, en comparaison des banques européennes, étaient petites et c est pourquoi les processus de fusions et d acquisitions sont devenus plus intenses avec l approche de l entrée dans l Union européenne. En accord avec la règle du passeport unique (single passport), un établissement de crédit peut mener une activité en Pologne soit par la création d une filiale, soit par la prestation de services, soit par une présence physique en Pologne. Les processus de consolidation du secteur bancaire étaient toujours menés mais leur importance était nettement plus réduite. Suite au processus d expansion des banques de l ancienne Union européenne, on a assisté à l augmentation de la part des actifs bancaires en possession des investisseurs étrangers dans les nouveaux pays de l Union. Cette part est nettement plus importante que 17

20 dans les anciens pays de l Union européenne en 2001, elle s y élevait à 21% alors qu elle était de 69% en Pologne (cfr graphique 6). Graphique 6 Part des actifs des banques contrôlées par les investisseurs étrangers dans les actifs des secteurs bancaires des pays d Europe centrale et de l Union des 15 en 2001, ainsi que de l Union des 25 en 2004 en % Pologne R. Tch. Slovaquie Hongrie Slovénie UE Les données pour l Union européenne de 2004 concernent 25 pays, et celles de 2001 concernent 15 pays. Source : Rozwój systemu bankowego w Polsce w 2004 NBP 2005, p. 47 Il ressort des données ci-dessus que, du point de vue du contrôle des actifs par les investisseurs étrangers, c est le secteur bancaire de la République Tchèque et de la Slovaquie qui est le plus touché. À la différence des anciens pays de l Union européenne, où l on assiste à une chute importante du nombre des institutions financières, ce nombre a augmenté dans les nouveaux pays membres de l Union européenne, et ce principalement en Pologne (augmentation de 78). Cela 18

21 concerne néanmoins les nouvelles institutions non bancaires. Le nombre des institutions financières n a diminué qu en République Tchèque, à Chypres et en Hongrie (cfr graphique 7). Graphique 7 Changements du nombre des institutions financières dans les nouveaux pays de l Union de mai 2004 à fin CZ EE CY LV LT HU MT PL SI SK 3.2. Internationalisation du secteur bancaire en Pologne Un des effets de la stratégie réalisée par les banques polonaises est l augmentation du taux d internationalisation du secteur bancaire. On mesure l internationalisation d une part par l afflux des investissements étrangers en Pologne, d autre part par les investissements polonais réalisés à l étranger. Après la période de diminution des afflux des investissements étrangers avant l entrée de la Pologne dans l Union européenne, on note en 2004 une augmentation importante de ces investissements (plus du double si l on compare avec l année 2003 cfr graphique 8). Les investissements étrangers dans le secteur bancaire ont également doublé en Néanmoins, l année 2005 marque la baisse tant de tous les investissements étrangers directs que des investissements faits dans le secteur bancaire. Ont diminué les investissements dans les 19

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Dans sa dernière publication, RIAD, l Association internationale

Plus en détail

COMMENT PAYEZ-VOUS? COMMENT VOUDRIEZ-VOUS PAYER?

COMMENT PAYEZ-VOUS? COMMENT VOUDRIEZ-VOUS PAYER? COMMENT PAYEZ-VOUS? COMMENT VOUDRIEZ-VOUS PAYER? 2/09/2008-22/10/2008 329 réponses PARTICIPATION Pays DE - Allemagne 55 (16.7%) PL - Pologne 41 (12.5%) DK - Danemark 20 (6.1%) NL - Pays-Bas 18 (5.5%) BE

Plus en détail

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Claire de Kermadec* Les habitudes culturelles, la taille et la dynamique des marchés modèlent le paysage du commerce de détail en Europe.

Plus en détail

Guide SEPA Paramétrage Experts Solutions SAGE depuis 24 ans

Guide SEPA Paramétrage Experts Solutions SAGE depuis 24 ans Guide SEPA Paramétrage Axe Informatique Experts Solutions SAGE depuis 24 ans Installation Paramétrage Développement Formation Support Téléphonique Maintenance SEPA Vérification du paramétrage des applications

Plus en détail

Je suis sous procédure Dublin qu est-ce que cela signifie?

Je suis sous procédure Dublin qu est-ce que cela signifie? FR Je suis sous procédure Dublin qu est-ce que cela signifie? B Informations pour les demandeurs d une protection internationale dans le cadre d une procédure de Dublin en vertu de l article 4 du Règlement

Plus en détail

Délégation Côte d Azur Formation Geslab 203 module dépenses 1

Délégation Côte d Azur Formation Geslab 203 module dépenses 1 Délégation Côte d Azur Formation Geslab 203 module dépenses 1 Déroulement de la journée Tiers Recherches et Couguar Créations et particularités Demandes d achats Principes et création Commandes Informations

Plus en détail

Paiements transfrontaliers

Paiements transfrontaliers Paiements transfrontaliers Transférer rapidement et facilement des fonds à partir de et vers un compte à l étranger Valable à partir du 1 e janvier 2007 Valable à partir du 1 e janvier 2007 La vie actuelle

Plus en détail

Notes explicatives concernant le formulaire d opposition

Notes explicatives concernant le formulaire d opposition OFFICE DE L HARMONISATION DANS LE MARCHÉ INTÉRIEUR (OHMI) (marques, dessins et modèles) Notes explicatives concernant le formulaire d opposition 1. Remarques générales 1.1 Utilisation du formulaire Le

Plus en détail

B o u r s e d e m o b i l i t é B E E p o u r l e s d é p a r t s e n 2 0 1 2 1

B o u r s e d e m o b i l i t é B E E p o u r l e s d é p a r t s e n 2 0 1 2 1 1 B o u r s e d e m o b i l i t é B E E p o u r l e s d é p a r t s e n 2 0 1 2 1 Objectif : Acquérir une expérience professionnelle en réalisant un stage en entreprise de 3 mois à temps plein à l étranger

Plus en détail

LES CONDITIONS DE VIE DANS L UNION EUROPÉENNE

LES CONDITIONS DE VIE DANS L UNION EUROPÉENNE Eurobaromètre Standard 81 Printemps 2014 LES CONDITIONS DE VIE DANS L UNION EUROPÉENNE RAPPORT Terrain : juin 2014 Cette étude a été commandée et coordonnée par la Commission européenne, Direction générale

Plus en détail

FIN-INTER-01 LE CONTEXTE

FIN-INTER-01 LE CONTEXTE FIN-INTER-01 LE CONTEXTE Public concerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 2 heures Objectifs : Positionner le domaine de la finance internationale dans son contexte. Pré requis : Néant. Modalités

Plus en détail

Prix de l énergie dans l Union européenne en 2010

Prix de l énergie dans l Union européenne en 2010 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 249 Septembre 2011 Prix de l énergie dans l Union européenne en 2010 OBRVATION ET STATISTIQU ÉNERG En 2010, le prix du gaz a diminué dans l Union européenne

Plus en détail

12. Le système monétaire

12. Le système monétaire 12. Le système monétaire Le rôle de la monnaie est fondamental. Imaginez une situation où aucun moyen de paiement ne ferait l unanimité : - Economie de «troc». - On échange des biens et services contre

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

Communication commune sur l application de l arrêt «IP Translator» v1.2, 20 février 2014

Communication commune sur l application de l arrêt «IP Translator» v1.2, 20 février 2014 1 Communication commune sur l application de l arrêt «IP Translator» v1.2, 20 février 2014 Le 19 juin 2012, la Cour a rendu son arrêt dans l affaire C-307/10 «IP Translator», répondant de la manière suivante

Plus en détail

Tableau de bord européen de l innovation 2003

Tableau de bord européen de l innovation 2003 Edition n o 20 - Décembre 2003 S u p p l é m e n t C o r d i s focus Tableau de bord européen de l innovation 2003 www.cordis.lu/trendchart PUBLIÉ PAR LA COMMISSION EUROPÉENNE - INNOVATION Ce document

Plus en détail

J ai demandé l asile dans l Union européenne quel pays sera responsable de l analyse de ma demande?

J ai demandé l asile dans l Union européenne quel pays sera responsable de l analyse de ma demande? FR J ai demandé l asile dans l Union européenne quel pays sera responsable de l analyse de ma demande? A Informations sur le règlement de Dublin pour les demandeurs d une protection internationale en vertu

Plus en détail

Commission de Surveillance du Secteur Financier

Commission de Surveillance du Secteur Financier COMMUNIQUE DE PRESSE 13/20 PUBLICATION DU RAPPORT D ACTIVITES 2012 DE LA COMMISSION DE SURVEILLANCE DU SECTEUR FINANCIER (CSSF) Même si cela peut paraître surprenant par des temps aussi mouvementés, l

Plus en détail

2 OCTOBRE 2015 Sommaire

2 OCTOBRE 2015 Sommaire OCTOBRE Ce document est disponible sur le site internet de la versions française et anglaise sur www.banque-france.fr Pays Code ISO Date d entrée dans la zone euro Allemagne Autriche Belgique Chypre Espagne

Plus en détail

ETUDE SUR LES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES AUPRES DES MENAGES

ETUDE SUR LES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES AUPRES DES MENAGES Eurobaromètre spécial 381 ETUDE SUR LES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES AUPRES DES MENAGES RAPPORT Terrain : décembre 2011 Publication : juin 2012 Cette étude a été commandée par la Commission européenne,

Plus en détail

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La réforme de la politique agricole commune doit intervenir d ici 2013. Une consultation publique officielle sur la PAC de

Plus en détail

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées.

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées. Nom Organisation n de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL ATConf/6-WP/49 14/2/12 SIXIÈME CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN Montréal, 18 22 mars 2013 Point 2 : 2.2 Examen de questions

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

ETUDE SUR LES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES AUPRES DES MENAGES

ETUDE SUR LES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES AUPRES DES MENAGES Eurobaromètre spécial 396 ETUDE SUR LES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES AUPRES DES MENAGES RÉSUMÉ Terrain : Février - Mars 2013 Publication: Novembre 2013 Cette étude a été commandée par la Commission européenne,

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1419878L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1419878L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et du développement international PROJET DE LOI autorisant l approbation de l arrangement concernant les services postaux de paiement NOR : MAEJ1419878L/Bleue-1

Plus en détail

Activités et résultats 2011

Activités et résultats 2011 Activités et résultats rci en bref RCI Banque est la captive financière de l Alliance Renault Nissan et assure à ce titre le financement des ventes des marques Renault, Renault Samsung Motors (RSM), Dacia,

Plus en détail

LES HABITUDES MÉDIATIQUES DANS L UNION EUROPÉENNE

LES HABITUDES MÉDIATIQUES DANS L UNION EUROPÉENNE Eurobaromètre Standard 80 Automne 2013 LES HABITUDES MÉDIATIQUES DANS L UNION EUROPÉENNE RAPPORT Terrain : novembre 2013 Cette étude a été commandée et coordonnée par la Commission européenne, Direction

Plus en détail

ANNEX 1 ANNEXE RÈGLEMENT DÉLÉGUÉ (UE) N /.. DE LA COMMISSION

ANNEX 1 ANNEXE RÈGLEMENT DÉLÉGUÉ (UE) N /.. DE LA COMMISSION COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 26.11.2014 C(2014) 8734 final ANNEX 1 ANNEXE au RÈGLEMENT DÉLÉGUÉ (UE) N /.. DE LA COMMISSION remplaçant les annexes I et II du règlement (UE) n 1215/2012 du Parlement

Plus en détail

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005.

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005. Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005 Summary in French Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005 Résumé Le soutien accordé aux producteurs

Plus en détail

WS32 Institutions du secteur financier

WS32 Institutions du secteur financier WS32 Institutions du secteur financier Session 1 La vision chinoise Modernisation du système financier chinois : fusion de différentes activités bancaires et financières, accès des ménages au marché des

Plus en détail

Crises financières et de la dette

Crises financières et de la dette Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-2 Crises financières

Plus en détail

Single Euro Payments Area S PA

Single Euro Payments Area S PA Single Euro Payments Area S PA SEPA 3 Table des matières p.4 p. 6 p. 6 p. 8 p. 9 p.14 Qu est-ce que le SEPA? Pourquoi introduire le SEPA? Où le SEPA s applique-t-il? A partir de quand le SEPA s appliquera-t-il?

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

L ESPACE UNIQUE DES PAIEMENT EN EUROS (SEPA) Vers une harmonisation des moyens de paiement européens. Direction des affaires économiques de la CGPME

L ESPACE UNIQUE DES PAIEMENT EN EUROS (SEPA) Vers une harmonisation des moyens de paiement européens. Direction des affaires économiques de la CGPME L ESPACE UNIQUE DES PAIEMENT EN EUROS (SEPA) Vers une harmonisation des moyens de paiement européens Direction des affaires économiques de la CGPME SEPA (Single Euro Payment Area) Harmonisation des moyens

Plus en détail

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse (Ordonnance de la Banque nationale, OBN) Modification du 7 mai 2014 La Banque nationale suisse arrête: I L ordonnance du 18 mars 2004

Plus en détail

Le système suisse d innovation en comparaison internationale Une sélection d indicateurs du tableau de bord européen de l innovation 2005

Le système suisse d innovation en comparaison internationale Une sélection d indicateurs du tableau de bord européen de l innovation 2005 Indicateurs «Science et Technologie» Le système suisse d innovation en comparaison internationale Une sélection d indicateurs du tableau de bord européen de l innovation 2005 Neuchâtel, 2006 La série «Statistique

Plus en détail

L activité financière des sociétes d assurances

L activité financière des sociétes d assurances L activité financière des sociétes d assurances Les marchés boursiers ont repris au cours de l année 2003. Par conséquent, les plus-values latentes sur actifs des sociétés d assurances augmentent. Les

Plus en détail

Liste des tarifs. Liste des tarifs. Tarifs en vigueur à partir du 01/09/2015 (sujets à modifications)

Liste des tarifs. Liste des tarifs. Tarifs en vigueur à partir du 01/09/2015 (sujets à modifications) Liste des tarifs Liste des tarifs Tarifs en vigueur à partir du 01/09/2015 (sujets à modifications) Applicables aux comptes Hello bank! à usage privé (Pour les consommateurs) Liste des tarifs 2 Sommaire

Plus en détail

collection Etudes et perspectives

collection Etudes et perspectives MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Hauts fonctionnaires en Europe Gestion et conditions de travail des cadres supérieurs de la fonction publique dans les Etats membres

Plus en détail

VI. TENDANCES DE L INVESTISSEMENT DIRECT ÉTRANGER DANS LES PAYS DE L OCDE

VI. TENDANCES DE L INVESTISSEMENT DIRECT ÉTRANGER DANS LES PAYS DE L OCDE VI. TENDANCES DE L INVESTISSEMENT DIRECT ÉTRANGER DANS LES PAYS DE L OCDE Introduction L investissement direct étranger a des effets bénéfiques sur l économie L investissement direct étranger (encadré

Plus en détail

Le prélèvement SEPA Quels impacts pour votre entreprise?

Le prélèvement SEPA Quels impacts pour votre entreprise? Vous êtes chef d entreprise, profession libérale, professionnel, expert comptable, Directeur Administratif et Financier. L harmonisation de Moyens de Paiement vous concerne Le prélèvement SEPA Quels impacts

Plus en détail

L implantation des banques marocaines en Afrique

L implantation des banques marocaines en Afrique L implantation des banques marocaines en Afrique L intégration de l économie marocaine à l économie mondiale est désormais une évidence qui fait l unanimité, le dynamisme de cette intégration a été rendu

Plus en détail

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Depuis 25 ans, la structure de l épargne financière des ménages a été singulièrement modifiée par l essor

Plus en détail

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Compte d exploitation 2013 Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Editorial Chère lectrice, cher lecteur, En 2013, Swiss Life a une nouvelle fois fait la preuve éclatante de sa stabilité financière,

Plus en détail

Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011

Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 366 Novembre 2012 Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011 OBRVATION ET STATISTIQU ÉNERG En 2011, le prix du gaz a augmenté dans tous

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii

CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii Consolider les dettes publiques: un processus au long cours Les dysfonctionnements européens

Plus en détail

Le rôle des sociétés mutuelles au XXI e siècle

Le rôle des sociétés mutuelles au XXI e siècle DIRECTION GÉNÉRALE DES POLITIQUES INTERNES DÉPARTEMENT THÉMATIQUE A: POLITIQUES ÉCONOMIQUES ET SCIENTIFIQUES EMPLOI ET AFFAIRES SOCIALES Le rôle des sociétés mutuelles au XXI e siècle Résumé ÉTUDE Les

Plus en détail

Title: OED Précis no. 149 - L'ajustement de la Roumanie après la guerre froide Job number: 98F0486 Language: English Translations: French Country:

Title: OED Précis no. 149 - L'ajustement de la Roumanie après la guerre froide Job number: 98F0486 Language: English Translations: French Country: Title: OED Précis no. 149 - L'ajustement de la Roumanie après la guerre froide Job number: 98F0486 Language: English Translations: French Country: Romania Input date: 12/28/98 L ajustement de la Roumanie

Plus en détail

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Direction Épargne et Clientèle Patrimoniale Date de diffusion : 26 janvier 2015 N 422 CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Dans une démarche d accompagnement auprès de vos clients, plusieurs communications

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

2.1.1. Le constat : un nombre élevé de programmes de rachat, mais plus limité en ce qui concerne les établissements de crédit

2.1.1. Le constat : un nombre élevé de programmes de rachat, mais plus limité en ce qui concerne les établissements de crédit 2. LES RACHATS PAR LES ENTREPRISES DE LEURS PROPRES ACTIONS : QUELLES LEÇONS PEUT-ON TIRER UN AN APRES LA REFORME? QUEL IMPACT POUR LES ETABLISSEMENTS DE CREDIT COTES? Patrick Branthomme et Dominique Marchal

Plus en détail

Canada-Inde Profil et perspective

Canada-Inde Profil et perspective Canada-Inde Profil et perspective Mars 2009 0 L Inde et le Canada : un bref profil Vancouver Calgary Montréal Toronto INDE 3 287 263 km² 1,12 milliard 1 181 milliards $US 1 051 $US Source : Fiche d information

Plus en détail

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Janone Ong, département des Marchés financiers La Banque du Canada a créé un nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien,

Plus en détail

Annexe à l article A. 114-4

Annexe à l article A. 114-4 Annexe à l article A. 114-4 Les renseignements généraux du compte rendu détaillé annuel sont les suivants : a) La raison sociale de la mutuelle ou de l union, son adresse, la date de sa constitution et

Plus en détail

La stabilité des prix : pourquoi est-elle importante pour vous? Brochure d information destinée aux élèves

La stabilité des prix : pourquoi est-elle importante pour vous? Brochure d information destinée aux élèves La stabilité des prix : pourquoi est-elle importante pour vous? Brochure d information destinée aux élèves Que peut-on acheter pour dix euros? Et si, avec cet argent, vous pouviez acheter deux maxi CD

Plus en détail

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs Ben S. C. Fung (+852) 2878 718 ben.fung@bis.org Robert N. McCauley (+852) 2878 71 robert.mccauley@bis.org Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs La demande de comptes bancaires

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION On constate trois grandes phases depuis la fin de la 2 ème guerre mondiale: 1945-fin 50: Deux blocs économiques et

Plus en détail

Guide SEPA «Votre guide pour préparer la migration de vos flux vers l Europe des Moyens de Paiement»

Guide SEPA «Votre guide pour préparer la migration de vos flux vers l Europe des Moyens de Paiement» Guide SEPA «Votre guide pour préparer la migration de vos flux vers l Europe des Moyens de Paiement» Le Crédit Agricole accompagne les Entreprises dans le nouvel environnement des Moyens de Paiement Le

Plus en détail

U41 Analyse diagnostique des marchés étrangers. Corrigé SOCONA

U41 Analyse diagnostique des marchés étrangers. Corrigé SOCONA Session 2012 Brevet de Technicien Supérieur COMMERCE INTERNATIONAL à référentiel commun européen U41 Analyse diagnostique des marchés étrangers Corrigé SOCONA Première partie Élaboration d un diagnostic

Plus en détail

EUROBAROMETRE Spécial 355 «PAUVRETE ET EXCLUSION SOCIALE» Pauvreté et exclusion sociale. Terrain : août septembre 2010 Publication : décembre 2010

EUROBAROMETRE Spécial 355 «PAUVRETE ET EXCLUSION SOCIALE» Pauvreté et exclusion sociale. Terrain : août septembre 2010 Publication : décembre 2010 Eurobaromètre Eurobaromètre spé Eurobaromètre spécial 355 EUROBAROMETRE Spécial 355 «PAUVRETE ET EXCLUSION SOCIALE» Commission Européenne Pauvreté et exclusion sociale Rapport Eurobaromètre spécial 355

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

2 analyses. Encadré 2.1 : Répartition géographique des investissements de portefeuille du luxembourg 106. bulletin bcl 2010 3 97

2 analyses. Encadré 2.1 : Répartition géographique des investissements de portefeuille du luxembourg 106. bulletin bcl 2010 3 97 analyses 2 2 analyses 1 La position extérieure globale du Luxembourg 98 1.1 Introduction 98 1.2 La position nette par catégorie d actifs : vue d ensemble 99 1.3 La position d investissements directs 11

Plus en détail

Fonds de placement Le modèle adapté à chaque type d investisseur.

Fonds de placement Le modèle adapté à chaque type d investisseur. Fonds de placement Le modèle adapté à chaque type d investisseur. Bienvenue. Des arguments qui comptent Les points forts des fonds de placement du Credit Suisse. De nets avantages Les fonds de placement:

Plus en détail

La surveillance prudentielle du secteur financier

La surveillance prudentielle du secteur financier La surveillance prudentielle du secteur financier Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre II Chapitre I Chapitre VII Chapitre VI Chapitre V Chapitre IV Chapitre III Chapitre

Plus en détail

Innover à l'ère du numérique : ramener l'europe sur la bonne voie Présentation de J.M. Barroso,

Innover à l'ère du numérique : ramener l'europe sur la bonne voie Présentation de J.M. Barroso, Innover à l'ère du numérique : ramener l'europe sur la bonne voie Présentation de J.M. Barroso, Président de la Commission européenne, au Conseil européen des 24 et 25 octobre 213 Indice de compétitivité

Plus en détail

Préparez-vous au virement SEPA

Préparez-vous au virement SEPA OCTOBRE 2012 ENTREPRENEURS N 6 PAIEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Préparez-vous au virement SEPA FBF - 18 rue La Fayette - 75009

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

la voie bilatérale reste la meilleure option

la voie bilatérale reste la meilleure option WWW.ELECTIONS.CH FICHE THEMATIQUE : SUISSE-UE la voie bilatérale reste la meilleure option L UE est un des principaux partenaires commerciaux de la Suisse. A l inverse, la Suisse est le deuxième partenaire

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur,

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur, Version de : juillet 2013 Le point sur... Informations fournies par le ministère fédéral des Finances Les mécanismes européens de stabilité Sur la voie de l Union de la stabilité 1 2 3 4 ème volet Editorial

Plus en détail

1 Le secteur bancaire luxembourgeois 52

1 Le secteur bancaire luxembourgeois 52 50 BANQUE CENTRALE DU LUXEMBOURG 2 Le secteur financier 1 Le secteur bancaire luxembourgeois 52 Le secteur financier 1.1 Le secteur bancaire 52 1.1.1 L évolution de l effectif dans le secteur bancaire

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

Préparez-vous au virement

Préparez-vous au virement octobre 2012 Entrepreneurs n 6 paiement Les mini-guides bancaires www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Préparez-vous au virement SEPA FBF - 18 rue La Fayette - 75009

Plus en détail

Situation et perspectives du transport routier de marchandises et de la logistique en Allemagne

Situation et perspectives du transport routier de marchandises et de la logistique en Allemagne Transport routier international dans la région euro-méditerranéenne Situation et perspectives du transport routier de marchandises et de la logistique en Allemagne Bonn, 28 mars 2006 Deutscher Speditions-

Plus en détail

LES EUROPEENS ET LES LANGUES

LES EUROPEENS ET LES LANGUES Eurobaromètre Commission européenne LES EUROPEENS ET LES LANGUES Terrain : Mai Juin 2005 Publication : Septembre 2005 Eurobaromètre Spécial 237-Vague 63.4 TNS Opinion & Social Sondage commandité et coordonné

Plus en détail

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées COMMUNIQUE DE PRESSE 1 er septembre 2015 Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées Chiffre d affaires

Plus en détail

Le virement SEPA. www.lesclesdelabanque.com. Novembre 2007 LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Le site d informations pratiques sur la banque et l argent

Le virement SEPA. www.lesclesdelabanque.com. Novembre 2007 LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Le site d informations pratiques sur la banque et l argent 027 www.lesclesdelabanque.com Le site d informations pratiques sur la banque et l argent Le virement SEPA LES MINI-GUIDES BANCAIRES FBF - 18 rue La Fayette - 75009 Paris cles@fbf.fr Novembre 2007 Ce mini-guide

Plus en détail

Private Banking. Lorem ipsum est Enim Corpus Apolonius ipsum est Doloris CREDIT SUISSE (LUXEMBOURG) S.A. Tableau des frais et commissions

Private Banking. Lorem ipsum est Enim Corpus Apolonius ipsum est Doloris CREDIT SUISSE (LUXEMBOURG) S.A. Tableau des frais et commissions Private Banking Lorem ipsum est Enim Corpus Apolonius ipsum est Doloris CREDIT SUISSE (LUXEMBOURG) S.A. Tableau des frais et commissions Sommaire A. Information générale sur CREDIT SUISSE (LUXEMBOURG)

Plus en détail

MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES

MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES XIIème Conférence sur la Transition Economique Les services financiers et bancaires au cœur de la transition économique Bruxelles, les 21 et 22 février 2008 Système

Plus en détail

Chapitre 2 : La logistique. Pour le commerce international, les modes de transport utilisés sont :

Chapitre 2 : La logistique. Pour le commerce international, les modes de transport utilisés sont : I) La chaine logistique internationale. A. Le concept de logistique. Chapitre 2 : La logistique. Les activités de logistique et de transport permettent de gérer l ensemble des flux de matières et de produits,

Plus en détail

Votre partenaire en gestion privée

Votre partenaire en gestion privée Votre partenaire en gestion privée Société Générale Private Banking 2 800 collaborateurs Une présence dans 22 pays 75,4 milliards d euros d actifs sous gestion, au 31 décembre 2009 Nos récompenses 2010

Plus en détail

20 ANS. du marché unique européen. Ensemble pour une nouvelle croissance. Principales réalisations. Marché intérieur et services

20 ANS. du marché unique européen. Ensemble pour une nouvelle croissance. Principales réalisations. Marché intérieur et services 20 ANS du marché unique européen Ensemble pour une nouvelle croissance Principales réalisations Marché intérieur et services Europe Direct est un service destiné à vous aider à trouver des réponses aux

Plus en détail

istockphoto/romrodinka Une Europe sans frontières L espace Schengen Migration et affaires intérieures

istockphoto/romrodinka Une Europe sans frontières L espace Schengen Migration et affaires intérieures istockphoto/romrodinka Une Europe sans frontières L espace Schengen Migration et affaires intérieures 1 L espace Schengen États membres de l UE faisant partie de l espace Schengen États membres de l UE

Plus en détail

Tests d accès pour les concours généraux

Tests d accès pour les concours généraux Tests d accès pour les concours généraux EPSO/AD/53-62/06 Administrateurs (AD5) de citoyennetés chypriote, tchèque, estonienne, hongroise, lituanienne, lettone, maltaise, polonaise, slovène, slovaque dans

Plus en détail

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale)

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale) 55/2015-27 mars 2015 Commerce international de biens en 2014 Principaux partenaires commerciaux de l UE en 2014: les États-Unis pour les exportations, la Chine pour les importations Le commerce entre États

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

Sécurité des patients et qualité des soins de santé Rapport

Sécurité des patients et qualité des soins de santé Rapport Eurobaromètre spécial Commission européenne Sécurité des patients et qualité des soins de santé Rapport Terrain : septembre - octobre 2009 Publication : avril 2010 Eurobaromètre 327 / Vague TNS Opinion

Plus en détail

Livre blanc Compta Le SEPA : Comment bien préparer sa migration?

Livre blanc Compta Le SEPA : Comment bien préparer sa migration? Livre blanc Compta Le SEPA : Comment bien préparer sa migration? Notre expertise en logiciels de gestion et rédaction de livres blancs Compta Audit. Conseils. Cahier des charges. Sélection des solutions.

Plus en détail

I) L ouverture des économies à l international

I) L ouverture des économies à l international L autarcie s oppose au système du libreéchange. I) L ouverture des économies à l international A) La mesure des échanges de biens et services. La balance des transactions courantes. Cette balance retrace

Plus en détail

RAPPORT DE SYNTHÈSE "EST" (SOUS-PROJET 1)

RAPPORT DE SYNTHÈSE EST (SOUS-PROJET 1) RAPPORT DE SYNTHÈSE "EST" (SOUS-PROJET 1) Compétences en langues pour les industries de la langue et les professions langagières Rapport de synthèse pour l Europe de l'est I. Introduction Ce rapport de

Plus en détail

Chiffre d affaires 2014 pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M

Chiffre d affaires 2014 pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M Communiqué de presse Chiffre d affaires pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M Paris, le 19 mars 2015 Le Conseil d administration du Groupe Sopra Steria, réuni le 17 mars

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse KOF Centre de recherches conjoncturelles ETH Zurich LEE G 116 Leonhardstrasse 21 892 Zurich Tél. +41 44 632 8 3 Fax +41 44 632 12 18 www.kof.ethz.ch globalization@kof.ethz.ch Communiqué de presse Zurich,

Plus en détail

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil Le

Plus en détail

Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière

Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière Les grandes étapes de la crise financière Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière (Banque de France, février 2009), qui a pour objet d expliquer le passage d une crise

Plus en détail