Séquence 2. Mondialisation, finance internationale et intégration européenne. 2. Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Séquence 2. Mondialisation, finance internationale et intégration européenne. 2. Comment s opère le financement de l économie mondiale?"

Transcription

1 Séquence 2 Mondialisation, finance internationale et intégration européenne Sommaire Introduction 1. Quels sont les fondements du commerce international et de l internationalisation de la production? 2. Comment s opère le financement de l économie mondiale? 3. Quelle est la place de l Union européenne dans l économie globale? Corrigés des activités Corrigés des exercices 1

2 Introduction insertion dans le commerce international est un des objectifs des L politiques économiques au même titre que la croissance-(cf séquence1). Les échanges n ont cessé de s accroître sous l impulsion des pays mais aussi des entreprises qui sont désormais des acteurs essentiels de ces échanges. D autres acteurs, financiers, prennent aussi part à la mondialisation et la finance s internationalise, ce qui aboutit parfois à des dérives. Dans ce contexte, les pays européens qui se sont regroupés dans le cadre de l Union Européenne et de la zone euro ont une place toute particulière. 3

3 1 Quels sont les fondements du commerce international et de l internationalisation de la production? Introduction Nous consommons quotidiennement des produits fabriqués ailleurs et importés en France. Ces produits sont donc des biens échangés dans le cadre du commerce international. L étude de ces échanges sera l objet de ce chapitre. Pré-requis gains à l échange, spécialisation, échange marchand. Notions à acquérir Avantage comparatif, dotation factorielle, libre échange et protectionnisme, commerce intra-firme, compétitivité prix et hors prix, délocalisation, externalisation, firmes multinationales. Sensibilisation : Qu est-ce que le commerce international? Activité 1 Document n 1 «Designed by Apple in California. Assembled in China». La mention gravée au dos de chaque ipod et de chaque iphone pourrait donner à penser que la Chine est le principal bénéficiaire du succès commercial des produits phares d Apple. Il n en est pourtant rien. [ ] En fait, la valeur ajoutée dégagée par l assemblage réalisé sur le sol chinois est inférieure à quatre dollars! Les composants clés de l ipod proviennent en effet de fournisseurs japonais, coréens ou américains. L entreprise qui assemble les ipod en Chine n est d ailleurs pas chinoise, mais taïwanaise. Malgré les apparences, l économie chinoise ne profite que donc peu du succès de l ipod. Le constat est similaire sur le plan de l emploi. [ ] Les emplois situés en dehors du territoire américain sont à une majorité écrasante des emplois d ouvriers dans la production. C est presque exclusivement le cas en Chine. Les Etats-Unis concentrent quant à eux l essentiel des emplois d ingénieurs de cadres, mais aussi des postes dans les fonctions commerciales. Ainsi, bien que l ipod soit responsable de deux fois plus d emplois en dehors des États-Unis que sur son sol, la somme des salaires payés aux Etats Unis reste plus de deux fois plus importante que celle des salaires payés à l étranger. Made in china? Pas vraiment..., Marc Chevalier, Alternatives économiques n 292 juin 2010 www. alternatives-economiques.fr 4

4 Questions Décrivez le processus de production d un ipod. Pourquoi assembler l ipod en Chine? Pourquoi ne pas le produire entièrement en Chine? Que peut-on en conclure sur la spécialisation des pays cités ici? Pourquoi? Dans cet exemple quels sont les produits échangés dans le cadre du commerce international? Problématique Le commerce international désigne l ensemble des échanges de biens et de services entre agents résidents sur des territoires économiques différents. Le commerce international n est donc pas uniquement constitué d échanges de produits à destination des consommateurs finaux (exemple : des voitures japonaises pour des clients français). Une partie importante des échanges se fait dans le cadre du processus de production. On peut alors de demander : Pourquoi les pays et les entreprises réalisent-ils des échanges? Après avoir décrit les échanges internationaux et leurs évolutions, nous verrons les raisons de l échange avant d aborder le rôle des entreprises. A Un panorama des évolutions du commerce international 1. Un essor des échanges Activité 2 Document n 2 % Parts du commerce international (exports + imports) dans le PIB, en % Asie de l Est et Pacifique Afrique subsaharienne Moyen-Orient et Afrique du Nord Europe centrale et orientale Amérique latine et Caraïbes Asie du Sud 5

5 Question Comment a évolué la part du commerce international dans la production nationale depuis 1990? A retenir Depuis le milieu du 20ème siècle, la croissance des échanges internationaux est supérieure à celle de la production mondiale. Il y a donc un accroissement de l interdépendance entre les pays puisque la part du commerce mondial dans le PIB de chaque pays ne cesse de s accroître. 2. Une évolution structurelle des échanges Activité 3 Document n 3 Volume du commerce des marchandises par grands groupe de produits, (indices de volume 1950 = 100) Échelle log Variation annuelle moyenne en pourcentage Exportations totale Produits manufacturés Combustibles Produits agricoles 6,0 7,0 4,0 3,5 Produits manufacturés Combustibles Produits agricoles OMC, statistiques de commerce international, Questions Décrivez l évolution des trois groupes de produits. Comment pouvez-vous expliquer vous la relativement faible croissance des échanges de produits agricoles et la forte augmentation des produits manufacturés? 6

6 Activité 4 Questions Calculez les parts afin de compléter le tableau ci-dessous Les échanges mondiaux de biens et services En 2005 En 2008 En milliards de $ En % En milliards de $ En % Services Total Faites une phrase de lecture avec chacun de vos résultats A retenir Si les produits primaires (produits agricoles et combustibles) ont dominé les échanges internationaux jusqu au milieu du XXe siècle, ce n est plus le cas depuis, car le commerce international des produits manufacturés a progressé plus rapidement que celui des produits agricoles et des combustibles. Même la forte croissance du commerce des services depuis le début des années quatre-vingt ne parvient pas à détrôner le poids des produits manufacturés dans l ensemble des échanges. Le commerce international des services, représente environ 20 % de l ensemble des échanges mondiaux. 3. Une nouvelle géographie des échanges a) Régionalisation et tripolarisation Activité 5 Document n 4 CEI=Communauté d États indépendants OMC, statistiques de commerce international,

7 Questions Où peut-on, dans le document, voir le commerce intra-régional? Que représentait le commerce intra-européen en 2009 dans le commerce européen? Complétez la phrase suivante (donnée chiffrée) des exportations de l Asie sont restées dans la région. Faites une phrase de lecture avec le nombre 48 (pour l Amérique du Nord). Quels sont les principaux destinataires des échanges extra régionaux? Afin de répondre à cette question complétez le tableau ci-dessous. En provenance des pays Premier destinataire Second destinataire Pays Chiffre Pays chiffre d Amérique du Nord d Europe d Asie d Afrique A retenir Un commerce dominé par trois groupes de pays Pour la plupart des pays, le commerce intra-régional domine le commerce mondial. En Europe, Amérique du nord et en Asie, le commerce se fait principalement à l intérieur de la région et bien moins avec le Moyen Orient, CEI, l Afrique, l Amérique centrale et du Sud. D autre part, pour ces pays où le commerce international ne domine pas les échanges, les principales destinations d exportation restent l Europe, l Asie et l Amérique du Nord, on parle ainsi parfois de tripolarisation des échanges. b) Vers une redistribution des rôles? Activité 6 Pour traiter cette activité reprenez le document n 2 A retenir Les pays d Asie et plus particulièrement d Asie de l Est prennent une place de plus en plus importante dans le commerce international, et connaissent l évolution la plus impressionnante. Cela s explique notamment par le dynamisme de la Chine. A partir du document n 2 identifiez dans quelle zone le commerce international est le plus important. À partir du document n 2 identifiez dans quelle zone se développe surtout le commerce international. 8

8 Activité 7 Document n 5 Les pays pauvres commercent plus que les autres Part du commerce international (exports + imports) dans le PIB, en % ,6 46,7 48,3 38,9 58,4 44,9 55,9 45, ,1 36, , ,2 26,5 31,2 31,9 30,4 32,4 30,7 32,2 32,3 16,9 20,3 20,9 Pays à bas revenus Pays les moins développés Pays à revenus moyens Monde Pays riches Questions Comparez le poids du commerce international dans le PIB des pays riches par rapport à la moyenne mondiale. Comment peut-on l expliquer? Quels pays commencent le plus avec les autres? A retenir Il faut nuancer le constat traditionnel des échanges triangulaires puisque ce sont surtout les pays à bas revenu qui commercent le plus avec les autres, et ce poids ne cesse de s accroître. 9

9 B Pourquoi échanger? Nous allons ici aborder les justifications théoriques au libre échange. Les raisonnements, même s ils diffèrent, ont pour point commun d être au niveau macroéconomique. 1. Des avantages absolus aux avantages comparatifs a) L échange est justifié par la théorie des avantages absolus Pour A Smith ( ), économiste classique, chaque pays a intérêt à se spécialiser dans la production et l exportation de produits pour lesquels il dispose d avantages absolus, c est-à-dire des coûts de production plus faibles que dans les autres pays. Pour Smith, qui s oppose donc au protectionnisme, le commerce international est un jeu à somme positive puisque la spécialisation et l échange font qu il est possible d obtenir une production de biens supérieure à celle obtenue en situation d autarcie. Smith affirme que les pays, dès lors qu ils disposent d un avantage absolu, ont mutuellement intérêt à se spécialiser et à s ouvrir. Parallèlement, l échange serait aussi, selon lui, un instrument de pacification des rapports sociaux. Un avantage comparatif (ou rela- tif) consiste, pour les producteurs les plus efficaces, à produire un bien ou un service au coût unitaire relatif (c est-à-dire comparé aux coûts unitaires des autres producteurs) le plus bas ou, pour les producteurs les moins efficaces, au coût unitaire relatif le plus faiblement supérieur. b) L échange est justifié par la théorie des avantages comparatifs Pour Smith, si un pays (ou un individu dans notre exemple) ne dispose d aucun avantage absolu, il ne peut prendre part aux échanges. C est pour lever cette limite que Ricardo ( ) a développé un modèle d avantages comparatifs (ou relatifs). Selon Ricardo, même si un pays dispose d avantages absolus dans la plupart des activités, il doit néanmoins se spécialiser dans les activités pour lesquelles il dispose d avantages comparatifs. La théorie des avantages comparatifs montre que les pays ont intérêt à se spécialiser dans la production où ils ont l avantage le plus fort (ou du désavantage le plus faible). Le pays va alors concentrer ses efforts dans la production pour laquelle il dispose d un avantage 10

10 comparatif, les facteurs de production seront alors utilisés de la meilleure façon possible : il y a une allocation optimale des facteurs de production. La spécialisation internationale selon les avantages comparatifs et l échange international permettent donc que les quantités de biens obtenues au niveau mondial soient supérieures aux quantités obtenues en situation d autarcie. La théorie de Ricardo repose sur des hypothèses et notamment : les facteurs de production sont immobiles au niveau international les facteurs de production sont mobiles au niveau national les biens produits sont mobiles au niveau international. Activité 8 Comprendre les avantages comparatifs Quantités de travailleurs nécessaires à la production d 1unité de chacun des biens Portugal Angleterre Drap Vin Drap/vin Vin/drap Questions Quel pays dispose d un avantage absolu dans le drap? Dans le vin? Calculez les rapports vin/drap et drap/vin pour chaque pays et complétez les deux dernières lignes du tableau. Drap/vin Vin/drap Complétez les propositions suivantes à l aide de vos résultats : Pour produire 1 unité de vin en plus, le Portugal doit renoncer à unité de drap et le Royaume Uni à unité de drap. Pour produire 1 unité de drap en plus, le Portugal doit renoncer à unité de vin et le Royaume Uni à unité de drap. Dans quelle production le Portugal est-il le plus efficient? Dans quelle production le Royaume Uni est-il le moins inefficient? Comment les pays doivent-ils se spécialiser selon Ricardo? Pourquoi peut-on dire qu en se spécialisant selon les avantages relatifs, le commerce international est un jeu à somme positive? Pour répondre à cette question vous comparerez la situation en libre échange à celle en l autarcie. 11

11 2. Échanger selon ses facteurs de production Le théorème HOS (du nom des auteurs) stipule que chaque pays doit se spécialiser selon ses dotations factorielles c est-à-dire que chaque pays doit se spécialiser dans la production utilisant les facteurs de production dont il est le plus abondamment doté. La théorie des avantages comparatifs a été approfondie au XXème siècle par les économistes Hecksher, Ohlin et Samuelson. Selon eux, la spécialisation s explique par les dotations factorielles de chaque pays. Activité 9 Activité 4 Document n 6 Suivant la théorie classique et néo-classique du commerce international, les pays se spécialisent dans les productions où ils ont un avantage comparatif. La montée en puissance de la Chine dans les échanges internationaux repose sur son avantage comparatif dans les industries intensives en travail que lui assurent des réserves quasi-illimitées de main-d œuvre. [..] Au fur et à mesure que le produit atteint sa maturité, les inputs 1 requis pour sa production changent, les coûts en capital et travail augmentent et la production tend à se déplacer vers les pays moins avancés. Dans la phase de production standardisée, la production requiert essentiellement du travail non qualifié et elle tend à se déplacer vers les pays qui ont les coûts du travail les plus bas. Questions Chine : spécialisation internationale et rattrapage technologique Françoise Lemoine & Deniz Ünal-Kesenci, Économie internationale n 92 (2002). Dans quel facteur de production la Chine dispose-t-elle d un avantage comparatif? Quels types de production ont permis la montée en puissance de la Chine dans le commerce international? 3. Les nouvelles théories du commerce international Les analyses récentes de l échange expliquent l échange par des conditions relatives à la demande : les consommateurs souhaitent acheter des produits semblables mais qui se différencient par leurs caractéristiques. Paul Krugman a ainsi, dans les années 1980, mis en évidence que le commerce international est un commerce intrabranche c est-à-dire un commerce portant sur les échanges croisés de produits similaires appartenant à une même branche. 1. *synonyme de facteur de production 12

12 Le commerce intra branche est la partie des échanges internationaux de produits qui a lieu à l intérieur d une même branche. (de l industrie ou des services.) En d autres termes, le commerce intra-branche d un pays correspond aux exportations et importations de produits appartenant à une même branche. Ces nouvelles théories considèrent que les avantages comparatifs seraient davantage une conséquence qu une cause des échanges internationaux. En effet, dans un univers très concurrentiel, la rentabilité de la production serait permise par les économies d échelle et les effets d apprentissage. D autre part la concurrence est axée sur la différenciation des produits ce qui explique ces échanges de produits similaires. Activité 10 Allez sur le site Afin de faire apparaître toutes les vidéos cliquez sur l onglet liste Visionnez la vidéo intitulée «Les avantages comparatifs» Répondez aux questions suivantes. Questions Selon la théorie des avantages comparatifs de Ricardo, en fonction de quoi les pays doivent-ils se spécialiser? Selon la théorie d Hekscher, Ohlin et Samuelson, en fonction de quoi les pays doivent-ils se spécialiser? La théorie de Ricardo permet-elle d expliquer les échanges actuels? L échange conduit à une Division Internationale du Travail. La division internationale du travail (DIT), désigne le fait que les pays se sont spécialisés : ils ne fabriquent pas tous la même chose et, de ce fait, échangent entre eux leur production. Cette spécialisation de pays ou zones repose sur les avantages comparatifs des différents pays, du moins en théorie. On distingue : La DIT traditionnelle : les pays développés produisent des biens manufacturés et des services et les pays pauvres, fournissent des produits primaires. Cependant, la division internationale du travail se transforme, les spécialisations évoluent. Ainsi certains pays du sud se sont mis à fabriquer les produits manufacturés courants (textiles, par exemple). La «nouvelle division internationale du travail» désigne la spécialisation actuelle des pays : les nouveaux pays industrialisés, asiatiques surtout, produisent aujourd hui des produits manufacturés, y compris des produits haut de gamme. Les pays développés fabriquent surtout les produits technologiques et les services dont la production nécessite de hautes qualifications. Les pays les plus pauvres restent cantonnés dans les produits primaires à faible valeur ajoutée. 13

13 C Intérêts et limites de l échange international À partir de 1947, l économie mondiale est caractérisée par une tendance au libre échange qui est cependant contestée. 1. Les avantages liés à l échange Le Libre échange est une théorie qui préconise la suppression de toute entrave aux échanges. Cette théorie s appuie sur les thèses libérales. Document n 7 Extension des marchés Économies d échelle Baisse des prix Augmentation des exportations Hausse du pouvoir d achat Libre échange Favorise la croissance économique Augmentation des importations Augmentation des revenus Hausse de la concurrence Augmentation de la compétitivité prix et hors-prix Hausse de la productivité Hausse de l innovation de l investissement 14

14 a) L échange accroît le choix des consommateurs Activité 11 À partir du document n 7, traitez la question suivante : À partir du schéma expliquez pourquoi le libre échange peut être favorable aux consommateurs. A retenir Le libre échange permet, pour les consommateurs, d accéder à des biens qui ne sont ou ne peuvent être produits localement. On peut ainsi penser à des produits agricoles tels le café ou le cacao, qui bien que non produits en France sont des produits de consommation courante. Les consommateurs peuvent aussi avoir accès à des biens qui ont des caractéristiques différentes des biens produits localement (voitures japonaises ou américaines par exemple). Le commerce international accroît donc le choix des consommateurs. b) L échange accroît la compétitivité des producteurs Activité 12 À partir du document n 7, traitez les questions suivantes : Définissez «économie d échelle» À partir du schéma expliquez pourquoi le libre échange peut-être favorable aux producteurs. Pourquoi le libre échange incite-t-il à l innovation? A retenir Le commerce international et le libre échange génèrent des avantages pour les producteurs puisqu ils permettent d accroître la productivité. En effet, en situation de libre-échange la taille des marchés s accroît (suite à l ouverture des frontières et à l abaissement des barrières aux échanges), cela permet eux entreprises de vendre plus, et donc de produire plus. Cette augmentation de la production entraîne, dans beaucoup de secteurs et notamment les secteurs industriels, la réalisation d économies d échelle et donc la baisse des coûts de production. La baisse des coûts de production permise par les économies d échelle permet la baisse des prix. Les consommateurs peuvent donc acheter une plus grande quantité de biens et de services, leur pouvoir d achat s est accru. Les producteurs doivent donc répondre à cette nouvelle demande et donc produire davantage. Cela renforce encore les économies d échelle. On a donc un «cercle vertueux» qui s enclenche entre le commerce international et la croissance économique. 15

15 Représentez le mécanisme décrit dans le paragraphe précédent par un schéma comportant les termes suivants : baisse des prix, hausse de la demande, augmentation de la production, économies d échelle, hausse du pouvoir d achat. A retenir Selon les principes libéraux le libre échange serait donc favorable aux consommateurs qui pourraient ainsi accéder à des produits plus variés et moins coûteux. D autre part le libre échange et la spécialisation en fonction des avantages comparatifs permettrait aux entreprises de gagner en compétitivité. La compétitivité est la capacité d une entreprise, d un secteur ou d une économie à faire face à la concurrence, tant sur les marchés extérieurs que sur son marché interne. La compétitivité prix est la capacité à produire des biens ou services à des prix inférieurs à ceux des concurrents. La compétitivité hors prix ou structurelle est la capacité à vendre des biens et des services pour d autres motifs que leur prix (qualité, innovation..). Enfin de manière générale, le libre échange serait, d après les économistes classiques un «jeu à somme positive» c est-à-dire que la production s accroît. Le libre échange est donc favorable à la croissance. c) L échange est donc source de croissance Activité 13 Activité 14 À partir du document n 7 et des 2 activités précédentes, rédigez un petit paragraphe afin de montrer que le libre échange est favorable à la croissance économique. Document n 8 : Croissance du volume du commerce mondial des marchandises et du PIB mondial Variation annuelle en % Volume des exportations totales Statistiques du commerce mondial OMC 2010 rapport annuel. PIB 16

16 Questions Quelle relation pouvez-vous établir entre croissance du PIB et croissance des exportations? À partir du document n 3 indiquez pour quel type de marchandises la relation entre croissance du PIB et croissance des exportations se vérifie le plus. On voit donc que le libre-échange génère des effets économiques favorables à la croissance économique : abaissement des coûts de production et des prix, économies d échelle, diversité accrue des produits. On peut cependant constater que des pratiques protectionnistes demeurent. Cette persistance indique que le libre-échange n a semble-t-il pas que des effets positifs. 2. Les limites du libre échange a) Libre échange, domination et dépendance Les effets de l ouverture internationale croissante depuis 1960 (phénomène de mondialisation) sont bien différents selon le type de spécialisation. Ainsi, les pays producteurs de matières premières sont alors dépendants de l évolution de la demande adressée principalement par les pays développés. L insertion des PED dans le commerce mondial, par l application des principes du libre-échange, se traduirait par un renforcement de la dépendance de ces pays à l égard des pays développés à économie de marché, ce qui empêche la réduction des inégalités de développement. Le libre-échange aurait donc instauré une division internationale du travail (DIT) conforme aux besoins des Pays développés à économie de marché qui dominent les pays en développement. Arghiri Emmanuel, utilise quant à lui l expression d échange inégal, pour désigner le fait que la mondialisation maintient les pays en développement qui sont aussi les moins productifs dans la production de produits de base qu ils échangent contre des biens et des services incorporant une moins grande quantité de travail. Les PED servent donc de débouchés aux pays développés. L ouverture internationale diminue l autonomie dans le choix des politiques économiques : Ainsi, un pays qui souhaite mener une politique économique de relance de manière isolée (ses partenaires commerciaux menant une politique de rigueur) verra ses capitaux fuir ce qui engendre automatiquement une dévalorisation du taux de change et une dégradation du solde commercial. Le pays sera alors rapidement contraint de mener une politique économique similaire à celle de ses partenaires commerciaux. 17

17 L ouverture crée également la dépendance dans la mesure où les pays sont désormais dépendants des autres tant pour leurs débouchés que pour leurs approvisionnements (on peut penser à la dépendance énergétique par exemple) que pour leurs politiques économiques. b) Le libre échange peut fragiliser l économie nationale Document n 9 Combien la mondialisation a-t-elle contribué à détruire d emploi en France? Une étude de l Insee avait déjà tenté de répondre à cette question en 2005 : elle concluait que l industrie française avait perdu emplois salariés par an entre 1995 et 2001, du fait des délocalisations. [ ] Or, la mondialisation se traduit aussi par des changements de soustraitants, par des restructurations avec réduction de personnel, par des pertes de parts de marché pour certaines entreprises obligées alors de réduire la voilure, etc.ref le résultat sous-estimait probablement l ampleur des effets de la mondialisation sur les suppressions d emplois. [ ] Il ne faut pas oublier non plus les effets induits. Ainsi, lorsqu un donneur d ordre décide de ne plus passer par des sous-traitants nationaux, mais d importer les produits qu il leur achetait, il ne diminue pas seulement leur activité, mais également la demande de biens et services qu ils achetaient jusqu alors sur le marché intérieur. [ ] Résultat des courses : les suppressions nettes d emplois au titre de la mondialisation auraient été de en moyenne par an pour l ensemble des branches de l économie nationale entre 2000 et Il convient cependant de relativiser l ampleur de ces effets négatifs : pour un emploi détruit du fait de la mondialisation, quatorze le sont du fait des gains de productivité. De plus ces pertes n ont pas empêché le nombre total d emplois en France de progresser de par an durant cette période. Denis clerc, «Mondialisation : des pertes d emplois réévaluées», alternatives économiques n 293 juillet août 2010 www. alternatives-economiques.fr La mondialisation serait source de destruction d emplois en France. Il y a tout d abord une destruction directe d emplois. En effet du fait des délocalisations certaines productions sont effectuées à l étranger, des emplois sont donc détruits en France (et créés dans le pays où s exercera la production). Une délocalisation consiste à fermer une usine sur le territoire national pour en ouvrir une autre à l étranger où les conditions de production sont jugées plus favorables. L externalisation consiste à faire réaliser une tâche par une autre société plutôt qu à l intérieur de l entreprise. Un des principaux éléments d explications tient au coût des facteurs de production. Des effets indirects sur l emploi existent aussi et amplifient les ef- 18

18 fets directs. En effet les entreprises sont nombreuses à sous-traiter ou à externaliser une partie de leur production. Si ces opérations se font avec des entreprises étrangères ce seront là encore des emplois en France qui seront détruits. c) Le protectionnisme : une réponse aux limites du libre échange? Face aux problèmes liés au libre échange mais aussi, dans le contexte actuel, face aux turbulences de l économie mondiale, le protectionnisme est une tentation. Cependant nous verrons que le protectionnisme comporte lui aussi des risques. Activité 15 Il va ici d agir d analyser deux documents afin de montrer les avantages et limites du protectionnisme. Document n 10 En présence d économies d échelle, les entreprises qui vendent le plus sont les plus compétitives. Il peut donc être justifié de protéger le marché intérieur, lorsque celui-ci est vaste pour permettre aux entreprises locales d atteindre une taille suffisante pour être compétitives. Un cas de figure assez proche est celui où le coût d entrée sur un marché dépend de l expérience acquise. Les nouveaux entrants, qui ont du mal à être compétitifs, peuvent le devenir si un protectionnisme temporaire leur donne la possibilité d accumuler l expérience nécessaire. [...] Lorsque l échelle nécessaire pour être compétitif est telle qu il n y a place que pour un producteur sur le marché mondial, des subventions à une entreprise nationale peuvent donner à cette dernière un avantage qui la conduit à un monopole mondial. Dans les années 1980, Barbara Brander et James spencer ont présenté des modèles s inspirant de cette idée, en l appliquant notamment au cas de la concurrence entre airbus et Boeing. Ils ont montré qu une «politique commerciale stratégique» peut donner un avantage décisif à une entreprise sur l autre. Un cas très différent est la situation dans laquelle une activité économique dégage des externalités positives. Si par exemple, les industries culturelles comme le cinéma dégagent des externalités positives, sous la forme de cohésion nationale ou de capital humain, ces externalités peuvent justifier des mesures de protection. La difficulté est que ces externalités sont souvent impossibles à mesurer ; le jugement à leur sujet est purement politique. D autres arguments politiques sont invoqués en faveurs des fournisseurs de la défense nationale, considérés comme ayant une fonction stratégique, ou de l agriculture, au nom de l autosuffisance alimentaire. Ces références à l intérêt national sont vagues mais fréquentes [ ] Protectionnisme ou libre-échange? Arnaud Parienty, Alternatives économiques n 283 Septembre www. alternatives-economiques.fr 19

19 Document n 11 Le principal problème soulevé par le protectionnisme est que les mesures arrêtes ne le sont pas toujours en fonction de l intérêt général, mais en fonction des intérêts de groupes de pression particuliers. [ ] Faut-il alors refuser d échanger? Si le commerce extérieur est globalement favorable, mieux vaut indemniser les détenteurs du facteur perdant en utilisant une partie du surplus obtenu grâce à l échange. Cependant, les perdants préfèrent demander des mesures protectionnistes, plus faciles à obtenir, car pénalisant en apparence les entreprises étrangères. C est évidemment une illusion : le protectionnisme entraîne la hausse des prix, car des concurrents efficaces sont éliminés du marché ou pénalisées, et provoque un transfert de revenu des consommateurs vers les entreprises protégées. [ ] La situation est donc asymétrique : d un côté, le protectionnisme est vital pour certains groupes de producteurs, de l autre, il coûte cher à l ensemble des consommateurs, mais ne représente qu une petite somme pour chacun d entre eux. Les premiers sont prêts à se battre pour obtenir une protection, les seconds sont d autant plus indifférents qu ils sont mal informés. Les groupes de pression seront d autant plus facilement entendus que leur capacité de nuisance ou leur poids politique est élevée. [ ] Il est alors facile de comprendre qu un État risque de prendre des mesures protectionnistes contraires à l intérêt général. Même dans le cas où les décisions politiques sont motivées par l intérêt général, il n est pas toujours facile de choisir quelles industries mérites d être protégées. [ ] Enfin, les méthodes protectionnistes concrètement employées, qui sont choisies pour leur discrétion, sont aussi celles qui ont le plus d inconvénients. Ainsi, un droit de douane influe sur la concurrence, mais ne la supprime pas ; il rapporte de l argent à l Etat, prélevé sur l importateur, c est donc une bonne mesure. Mais, malheureusement très voyante et souvent interdite par les accords internationaux. Au contraire, imposer des normes sanitaires ou techniques élimine les concurrents étrangers sans inciter les producteurs locaux à faire mieux. Quant aux quotas d importation, ils permettent aux importateurs de pratiquer des prix élevés au détriment des consommateurs (puisque leurs ventes sont de toute façon limitées) et d accumuler des rentes. Il est également plus efficace de distribuer des subventions à la production, qui encouragent les exportations et la consommation, que d abaisser le taux de change, ce qui encourage les exportations mais décourage la consommation. Malheureusement, les subventions à la production sont plus aisément repérées et condamnées que les manipulations du taux de change. Les politiques protectionnistes privilégient donc souvent des mesures à l efficacité économique douteuse. Protectionnisme ou libre-échange? Arnaud Parienty, Alternatives économiques n 283 Septembre www. alternatives-economiques.fr 20

20 Questions À partir du document n 10 identifiez et définissez les instruments du protectionnisme. À partir des documents n 10 et n 11 complétez le tableau ci-dessous afin de mettre en évidence mais aussi d expliquer des arguments pour et contre le protectionnisme. Avantages du protectionnisme Risques du protectionnisme Arguments économiques : Arguments politiques Conclusion Protectionnisme et ouverture ne sont pas à opposer. En effet il ne faut pas assimiler protectionnisme et autarcie (qui en serait la forme extrême). L autarcie ne semble envisagée par personne puisque l ouverture semble essentielle à la croissance, au développement et donne l accès (pour les entreprises) aux facteurs de production. Nous allons maintenant aborder le rôle des entreprises dans le commerce international. D Les entreprises : des acteurs majeurs du commerce international 1. Le rôle prépondérant des firmes transnationales Activité 16 Allez sur le site Afin de faire apparaître toutes les vidéos cliquez sur l onglet liste Visionnez la vidéo intitulée «Les firmes transnationales» Répondez aux questions suivantes. Questions Qu est-ce qu une firme transnationale? 21

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION On constate trois grandes phases depuis la fin de la 2 ème guerre mondiale: 1945-fin 50: Deux blocs économiques et

Plus en détail

I) L ouverture des économies à l international

I) L ouverture des économies à l international L autarcie s oppose au système du libreéchange. I) L ouverture des économies à l international A) La mesure des échanges de biens et services. La balance des transactions courantes. Cette balance retrace

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

De quoi dépendent les taux de change? Si déficit dans les échanges extérieurs M>X demande de devises étrangères contre la monnaie nationale > offre

De quoi dépendent les taux de change? Si déficit dans les échanges extérieurs M>X demande de devises étrangères contre la monnaie nationale > offre De quoi dépendent les taux de change? Si déficit dans les échanges extérieurs M>X demande de devises étrangères contre la monnaie nationale > offre de devises étrangères contre monnaie nationale dépréciation

Plus en détail

Épreuve composée. II sera tenu compte, dans la notation, de la clarté de l'expression et du soin apporté à la présentation.

Épreuve composée. II sera tenu compte, dans la notation, de la clarté de l'expression et du soin apporté à la présentation. Épreuve composée Cette épreuve comprend trois parties. 1. Pour la partie 1 (Mobilisation des connaissances), il est demandé au candidat de répondre aux questions en faisant appel à ses connaissances personnelles

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services Chap 6 : L ouverture des économies L ouverture des économies a permis une forte progression des échanges internationaux, notamment depuis la Seconde Guerre mondiale, même si tous les pays et les secteurs

Plus en détail

Fiche 8 : Libre-échange et protectionnisme

Fiche 8 : Libre-échange et protectionnisme Fiche 8 : Libre-échange et protectionnisme Plan de la fiche 1. Notions de base 2. Problèmes économiques et sociaux 3. Théories et auteurs 4. Repères historiques La croissance économique dans le monde est-elle

Plus en détail

Les investissements internationaux

Les investissements internationaux Conclusion : Doit-on réguler les IDE? Les investissements internationaux Introduction : Qu est ce qu un investissement direct à l étranger (IDE)? I) L évolution des IDE 1 Les IDE : une affaire entre riches

Plus en détail

Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie.

Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie. Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie. Introduction Lors de la campagne sur le référendum du Traité constitutionnel européen en 2005, la figure du «plombier

Plus en détail

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte Partie 3: L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte On abandonne l hypothèse d économie fermée Les échanges économiques entre pays: importants, en

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD 1. Balance des paiements 1.1. Bases comptable ˆ Transactions internationales entre résident et non-résident

Plus en détail

Chapitre 2 L économie et l échange

Chapitre 2 L économie et l échange Chapitre 2 L économie et l échange Pourquoi vivre en société? Plan du chapitre Spécialisation : quels sont les causes de la «division du travail»? Apprentissage : l intérêt dynamique de la spécialisation

Plus en détail

Le solde commercial de la France, qui était

Le solde commercial de la France, qui était 3.1 Échanges extérieurs Le solde commercial de la France, qui était positif au début des années 2, redevient négatif à partir de 25. Le solde des produits manufacturés devient alors déficitaire et va ensuite

Plus en détail

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE?

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? Françoise Lemoine & Deniz Ünal CEPII Quel impact de l expansion chinoise sur l économie mondiale? Rencontres économiques, 18 septembre

Plus en détail

C. L organisation institutionnelle du commerce international. Taux de change et régime de change. déséquilibres au sein de la balance des paiements

C. L organisation institutionnelle du commerce international. Taux de change et régime de change. déséquilibres au sein de la balance des paiements CHAPITRE 12 Commerce international, croissance et développement Ouverture La part des exportations dans le PIB de chaque groupe de pays tend à s accroître depuis 1990 : leurs exportations augmentent donc

Plus en détail

QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO?

QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO? QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO? Tous les documents sont tirées de «La Grèce peut-elle se sauver en sortant de la zone euro?», Flash éco Natixis, 08 novembre

Plus en détail

FIN-INTER-01 LE CONTEXTE

FIN-INTER-01 LE CONTEXTE FIN-INTER-01 LE CONTEXTE Public concerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 2 heures Objectifs : Positionner le domaine de la finance internationale dans son contexte. Pré requis : Néant. Modalités

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

Qu est-ce que la compétitivité?

Qu est-ce que la compétitivité? Qu est-ce que la compétitivité? Le but de ce dossier pédagogique est d expliquer la notion de compétitivité d une entreprise, d un secteur ou d un territoire. Ce concept est délicat à appréhender car il

Plus en détail

Le marché du pétrole des tensions dans le futur? Le «peg» du yuan et les conséquences.

Le marché du pétrole des tensions dans le futur? Le «peg» du yuan et les conséquences. Cours passé : Le marché du pétrole des tensions dans le futur? Aujourd hui : Le «peg» du yuan et les conséquences. - Important rappel théorique ; - Le contexte ; - L effet sur le niveau des taux d intérêt

Plus en détail

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique I. Marché des changes et balance des paiements = marché où s'échangent les monnaies nationales. Grand A : impact du taux de change E sur les exportations

Plus en détail

CHAPITRE 12 : QUELS SONT LES FONDEMENTS DU COMMERCE INTERNATIONAL ET DE L INTERNATIONALISATION DE LA PRODUCTION?

CHAPITRE 12 : QUELS SONT LES FONDEMENTS DU COMMERCE INTERNATIONAL ET DE L INTERNATIONALISATION DE LA PRODUCTION? CHAPITRE 12 : QUELS SONT LES FONDEMENTS DU COMMERCE INTERNATIONAL ET DE L INTERNATIONALISATION DE LA PRODUCTION? Sujets de bac Dissertations - Comment peut-on expliquer les échanges internationaux de marchandises?

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

Bienvenue. Procure.ch. Jeudi 26 avril 2012. Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch. Haute école de gestion Fribourg

Bienvenue. Procure.ch. Jeudi 26 avril 2012. Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch. Haute école de gestion Fribourg Bienvenue Procure.ch Jeudi 26 avril 2012 Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch 1 ère question (thème) C est grave docteur? Les principaux indicateurs économiques En préambule.. Qu est-ce qu un

Plus en détail

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions L économie ouverte Un modèle de petite économie ouverte V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile Quelques définitions Économie fermée Économie ouverte Exportations et importations Exportations nettes

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

- Introduction : la globalisation commerciale d hier et d aujourd hui

- Introduction : la globalisation commerciale d hier et d aujourd hui Plan du cours : - Introduction : la globalisation commerciale d hier et d aujourd hui - I. Les théories du commerce international - les avantages comparatifs (Ricardo) - les dotations de facteurs (HOS)

Plus en détail

101 COMMENT EXPLIQUER LA MONDIALISATION DES ECHANGES?

101 COMMENT EXPLIQUER LA MONDIALISATION DES ECHANGES? CHAP 10 QUELS SONT LES FONDEMENTS DU COMMERCE INTERNATIONAL ET DE L INTERNATIONALISATION DE LA PRODUCTION? Introduction : 1. La mondialisation peut être définie comme l extension du capitalisme et de l

Plus en détail

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale 1. Le secteur informel en Afrique : définition et caractéristiques générales Le secteur informel est défini comme l'ensemble des unités

Plus en détail

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements

La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements Identité fondamentale: Y= C + I + G + EX - IM Y: PIB (Produit Intérieur Brut) C: Consommation I: Investissement G: Dépenses

Plus en détail

La France dans la compétition économique mondiale

La France dans la compétition économique mondiale La France dans la compétition économique mondiale Bruno VALERSTEINAS (DGTPE) Pôle «Analyse des échanges et stratégies d internationalisation» Au cinquième rang des échanges mondiaux de biens, la France

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

Nous sommes dans un monde dur, dans un monde de compétition où la. Le capitalisme ou l impératif de compétitivité

Nous sommes dans un monde dur, dans un monde de compétition où la. Le capitalisme ou l impératif de compétitivité Le capitalisme ou l impératif de compétitivité Jean Peyrelevade Économiste, auteur du Capitalisme total Parce qu il est illusoire de compter sur la capacité de la communauté des États à réguler le capitalisme,

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Sciences économiques et sociales - Terminale ES Enseignement spécifique Science économique Thème n 2 : Mondialisation, finance internationale et

Plus en détail

1 L équilibre sur le marché des biens et services

1 L équilibre sur le marché des biens et services Modèle IS LM BP IMPORTANT : en aucun cas ce cours ne remplace le cours magistral de M. Gilles Dufrénot, notamment le cours sur les chapitres 4 et 5. Il est destiné à faciliter la comprehension du cours

Plus en détail

la voie bilatérale reste la meilleure option

la voie bilatérale reste la meilleure option WWW.ELECTIONS.CH FICHE THEMATIQUE : SUISSE-UE la voie bilatérale reste la meilleure option L UE est un des principaux partenaires commerciaux de la Suisse. A l inverse, la Suisse est le deuxième partenaire

Plus en détail

Note méthodologique. Les principales différences avec les TES sont mentionnées dans l encadré 1.

Note méthodologique. Les principales différences avec les TES sont mentionnées dans l encadré 1. Version intégrale Note méthodologique 1. Les tableaux des ressources et des emplois dans les comptes nationaux L élaboration des comptes nationaux de la Belgique s effectue conformément à la méthodologie

Plus en détail

Finance internationale : 04 Analyse d un cas concret : EADS Romain BAYLE Page n 2 / 10

Finance internationale : 04 Analyse d un cas concret : EADS Romain BAYLE Page n 2 / 10 FIN-INTER-05 ANALYSE D UN CAS CONCRET : EADS Public concerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 8 heures. Objectifs : o Utiliser les acquis des cours précédents sur un cas concret. Pré requis

Plus en détail

Solde Courant et Choix Intertemporel

Solde Courant et Choix Intertemporel Solde Courant et Choix Intertemporel Grégory Corcos et Isabelle Méjean ECO 434: Economie Internationale Ecole Polytechnique, 2ème Année http://isabellemejean.com/eco434 InternationalEconomics.html Plan

Plus en détail

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE 1 Qui cherche à prévoir? Les entreprises Les banques Les fonds d investissement Les investisseurs institutionnels Pourquoi chercher à prévoir? Créances et dettes en devises

Plus en détail

Epreuve de Sciences économiques et sociales

Epreuve de Sciences économiques et sociales Epreuve de Sciences économiques et sociales Sujet zéro 1 1/ Question d analyse microéconomique ou macroéconomique (6 points) Expliquer et représenter graphiquement les gains à l échange. 2/ Conduite d

Plus en détail

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Royaume du Maroc La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Table des Matières 1. Données sur la masse salariale...2 1.1. Importance de la masse salariale...2 1.2. Aggravation

Plus en détail

Dans quelle mesure les entreprises des pays développés ont-elles intérêt à s'installer dans les pays en développement?

Dans quelle mesure les entreprises des pays développés ont-elles intérêt à s'installer dans les pays en développement? Terminale Enseignement spécifique de SES Devoir type bac DISSERTATION Dans quelle mesure les entreprises des pays développés ont-elles intérêt à s'installer dans les pays en développement? DOCUMENT 1 :

Plus en détail

P A P 1 D 1 -S 1 S 1 D 1

P A P 1 D 1 -S 1 S 1 D 1 Les instruments de la politique commerciale - tarifs: source de revenu et protection des industries nationales -pécifiques : montant fixe par unité de bien importé (exemple: 100 par voiture) -Ad-valorem:

Plus en détail

Relocaliser la production industrielle, est-ce possible? Le retour du Made In France

Relocaliser la production industrielle, est-ce possible? Le retour du Made In France Relocaliser la production industrielle, est-ce possible? Le retour du Made In France Cycle Innovation & Connaissance 54 petit déjeuner Pr. Jacques COLIN 22 janvier 8h30-10h Grasse Animatrice : Valérie

Plus en détail

Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011

Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011 Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011 PRESENTATION Le groupe ALTIOS International Une société leader dans le conseil et le développement opérationnel

Plus en détail

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés Introduction La notion de système évoque l idée d organisation. Un système monétaire national est l organisation des relations monétaires dans un pays : comment les agents économiques peuvent-ils utiliser

Plus en détail

L EXTERNALISATION. Quels sont les enjeux stratégiques de l externalisation pour l entreprise actuellement?

L EXTERNALISATION. Quels sont les enjeux stratégiques de l externalisation pour l entreprise actuellement? L EXTERNALISATION Au sein des entreprises, l'heure est à la rationalisation des coûts. Pour parvenir à cet objectif, les stratégies sont nombreuses. Parmi elles, l externalisation est aujourd'hui considérée

Plus en détail

Royaume du Maroc. Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham

Royaume du Maroc. Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham Royaume du Maroc Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham Constituant une sélection mensuelle des travaux menés par les cadres de la Direction de la Politique Economique Générale, les

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Sciences économiques et sociales - Terminale ES Enseignement spécifique Science économique Thème n 2 : Mondialisation, finance internationale et

Plus en détail

THÈME 1. Ménages et consommation

THÈME 1. Ménages et consommation THÈME 1 Ménages et consommation 1 Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? SENSIBILISATION Étape 1 D où provient l argent des ménages? Revenus «primaires» Du travail

Plus en détail

Chapitre 6. Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique. Objectifs d apprentissage. Objectifs d apprentissage (suite)

Chapitre 6. Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique. Objectifs d apprentissage. Objectifs d apprentissage (suite) Chapitre 6 Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique 1 Objectifs d apprentissage Faire la distinction entre le stock de capital et de la richesse et le flux de production, de revenu,

Plus en détail

Concurrents, partenaires et clients

Concurrents, partenaires et clients Concurrents, partenaires et clients FRANÇOISE LEMOINE * LL intégration des pays d Europe centrale et orientale à l économie de l Union est déjà largement réalisée, à la fois par les échanges et par les

Plus en détail

1. La production d électricité dans le monde : perspectives générales

1. La production d électricité dans le monde : perspectives générales Quinzième inventaire Édition 2013 La production d électricité d origine renouvelable dans le monde Collection chiffres et statistiques Cet inventaire a été réalisé par Observ ER et la Fondation Énergies

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

Royaume du Maroc المرجع :

Royaume du Maroc المرجع : المملكة المغربية Royaume du Maroc المرجع : a présente note méthodologique reprend les nouvelles recommandations internationales mises en œuvre par le Maroc, pour l établissement de la balance des paiements

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE LES ECHANGES EXTERIEURS

ECONOMIE GENERALE LES ECHANGES EXTERIEURS IUFM AUVERGNE ECONOMIE - GESTION Cours de Mr DIEMER ECONOMIE GENERALE 3 ème PARTIE : LES MOTEURS DE LA CROISSANCE MOTS CLES CHAPITRE 11 LES ECHANGES EXTERIEURS - Balance commerciale, des capitaux, des

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

Flash Stratégie n 2 Octobre 2014

Flash Stratégie n 2 Octobre 2014 Flash Stratégie n 2 Octobre 2014 Vers un retour de l or comme garantie du système financier international. Jean Borjeix Aurélien Blandin Paris, le 7 octobre 2014 Faisant suite aux opérations de règlement

Plus en détail

Énergie et Mondialisation

Énergie et Mondialisation Énergie et Mondialisation Il est fréquent d affirmer que de nombreuses questions énergétiques ou environnementales ne peuvent être posées correctement qu au niveau mondial. Résolument ancré dans le réseau

Plus en détail

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances August 2014 ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances Résumé L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises membres

Plus en détail

Epargne et investissement

Epargne et investissement Epargne et investissement Nature du sujet : Sujet de type «mise en relation». Mots-clés / Définitions : Tous! «Epargne» : Part du revenu qui n est pas consommée Epargne des ménages : - Concept le plus

Plus en détail

résumé un développement riche en emplois

résumé un développement riche en emplois ne pas publier avant 00:01 Gmt le mardi 27 mai 2014 résumé un développement riche en emplois Rapport sur le Travail dans le Monde 2014 Un développement riche en emplois Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES. Françoise Lemoine, Deniz Ünal Conférence-débat CEPII, L économie mondiale 2014, Paris, 11 septembre 2013

LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES. Françoise Lemoine, Deniz Ünal Conférence-débat CEPII, L économie mondiale 2014, Paris, 11 septembre 2013 LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES 1. Facteurs structurels du ralentissement de la croissance dans les BRIC 2. Interdépendances commerciales entre les BRIC et le reste du monde Françoise Lemoine, Deniz

Plus en détail

Les conséquences de la crise financière et économique sur l implantation internationale des PME et ETI

Les conséquences de la crise financière et économique sur l implantation internationale des PME et ETI Les conséquences de la crise financière et économique sur l implantation internationale des PME et ETI Jiawei Ye Pramex International Université Paris-Dauphine - 1 - - 2 - Pramex International (cabinet

Plus en détail

LIBRE-ÉCHANGE, MONDIALISATION ET DÉLOCALISATION

LIBRE-ÉCHANGE, MONDIALISATION ET DÉLOCALISATION LIBRE-ÉCHANGE, MONDIALISATION ET DÉLOCALISATION Cette fiche présente les fondements du libre échange modèle dominant depuis plusieurs siècles. Elle s intéresse ensuite au phénomène de délocalisation pour

Plus en détail

CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit

CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit PCI -TD _ Centres Resp et Profit_Correction CAS.doc 1 / 28 CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit INTRODUCTION SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 1 NOTIONS

Plus en détail

Chapitre 20. Les options

Chapitre 20. Les options Chapitre 20 Les options Introduction Les options financières sont des contrats qui lient deux parties. Les options existent dans leur principe depuis plusieurs millénaires, mais elles connaissent depuis

Plus en détail

FCM ROBOTIQUE. contact@cm-finances.com +33 1 58 56 38 80

FCM ROBOTIQUE. contact@cm-finances.com +33 1 58 56 38 80 1 FCM ROBOTIQUE contact@cm-finances.com +33 1 58 56 38 80 Un fonds actions internationales qui investit dans des entreprises directement ou indirectement liées au secteur de la robotique. Ce FCP procède

Plus en détail

WS32 Institutions du secteur financier

WS32 Institutions du secteur financier WS32 Institutions du secteur financier Session 1 La vision chinoise Modernisation du système financier chinois : fusion de différentes activités bancaires et financières, accès des ménages au marché des

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

L accumulation de réserves de change est-elle un indicateur d enrichissement d une nation?

L accumulation de réserves de change est-elle un indicateur d enrichissement d une nation? L accumulation de réserves de change est-elle un indicateur d enrichissement d une nation? Edouard VIDON Direction des Analyses macroéconomiques et de la Prévision Service des Études macroéconomiques et

Plus en détail

Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle

Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle INSTITUT DE RECHERCHE EN PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE HENRI-DESBOIS Octobre 2005 Les chefs d entreprises de PME-PMI face à la propriété industrielle Dans un contexte de mondialisation, face à une compétitivité

Plus en détail

INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Construction des comptes de secteur

INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Construction des comptes de secteur Université Montesquieu Bordeaux IV 1 ère année Licence AES Année universitaire 2012-2013 INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Construction des comptes de secteur Questions préliminaires

Plus en détail

LES ETAPES DE LA CREATION

LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION DE VOTRE ENTREPRISE L ELABORATION DU PROJET p. 13 A/ L étude commerciale p. 13 B/ L étude financière p. 18 C/ L étude juridique p. 27 LES FORMALITES

Plus en détail

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Compte d exploitation 2013 Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Editorial Chère lectrice, cher lecteur, En 2013, Swiss Life a une nouvelle fois fait la preuve éclatante de sa stabilité financière,

Plus en détail

APPROCHE DE L ECONOMIE PAR LA PRODUCTION

APPROCHE DE L ECONOMIE PAR LA PRODUCTION APPROCHE DE L ECONOMIE PAR LA PRODUCTION Totalité des produits = Totalité des Revenus = Totalité des Dépenses DEPENSE Achats de biens et services Revenus primaires REVENU PRODUCTION redistribution des

Plus en détail

L ÉCHO de GUSTAVE La Page d Economie du Lycée Gustave Eiffel de Budapest

L ÉCHO de GUSTAVE La Page d Economie du Lycée Gustave Eiffel de Budapest L ÉCHO de GUSTAVE La Page d Economie du Lycée Gustave Eiffel de Budapest Atelier de la classe de premiere en Sciences Economiques & Sociales Revue de presse économique, politique et sociale française Janvier

Plus en détail

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs?

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? En ces temps de crise économique et de crise des dettes souveraines (ou publiques), tous les hommes politiques de gauche comme de droite

Plus en détail

L arbitrage entre consommation et épargne Activités pour l élève

L arbitrage entre consommation et épargne Activités pour l élève L arbitrage entre consommation et épargne Activités pour l élève Introduction Document DU 1 REVENU : Du revenu PRIMAIRE primaire au AU revenu REVENU disponible DISPONIBLE SERVICES PUBLICS Education Santé

Plus en détail

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie L activité économique repose sur trois rouages : Monnaie besoins production répartition consommation Échanges Marché 2 «La monnaie n

Plus en détail

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un Résumé Les pays en développement (PED) ont bénéficié, au cours de ces trente dernières années, de prêts considérables qui devraient permettre leur décollage rapide. Pour nombre d entre eux dont le Bénin,

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

PAS D ORGANISATION SANS ORGANISATION (2)

PAS D ORGANISATION SANS ORGANISATION (2) LES ORGANISATIONS BOUGENT PAS D ORGANISATION SANS ORGANISATION (2) Livret rédigé par Jean-Pascal Bricout, Daniel Chabaud et Martine Crumière SCÉRÉN-CNDP, 2007 Fondée en 1875, l entreprise familiale Babolat

Plus en détail

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions 27 novembre 213 N 5 Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions La Chine semble vouloir développer le poids du RMB comme monnaie internationale, aussi bien financière que

Plus en détail

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires POUR DIFFUSION : À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À PUBLICATION Courants contraires La baisse

Plus en détail

Le coût des politiques climatiques. Double dividende ou coûts excessifs?

Le coût des politiques climatiques. Double dividende ou coûts excessifs? Introduction La première séance : Les justifications de la politique climatique. La dialectique court terme long terme : Intuition écologique contre «raison»économique. Taux d actualisation : Prix relatif,

Plus en détail

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Établir un plan Mettre votre plan à exécution Penser à long terme SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Votre argent doit

Plus en détail

La mondialisation est-elle encore porteuse de croissance?

La mondialisation est-elle encore porteuse de croissance? Conférence de macroéconomie de M. F. Bittner, 25 mars 2009 Florian Cahagne La mondialisation est-elle encore porteuse de croissance? La mondialisation, que l on peut définir comme l émergence de marchés

Plus en détail

Fiche 3.3 : Comment les marchés imparfaitement concurrentiels fonctionnent-ils?

Fiche 3.3 : Comment les marchés imparfaitement concurrentiels fonctionnent-ils? eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 3. La coordination par le marché Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 3.3 : Comment les marchés imparfaitement

Plus en détail

ÉCONOMIE THÈME 3: MONDIALISATION, FINANCE INTERNATIONALE ET INTÉGRATION EUROPÉENNE

ÉCONOMIE THÈME 3: MONDIALISATION, FINANCE INTERNATIONALE ET INTÉGRATION EUROPÉENNE ÉCONOMIE THÈME 3: MONDIALISATION, FINANCE INTERNATIONALE ET INTÉGRATION EUROPÉENNE Partie 2: Comment s'opère le financement de l'économie mondiale? Être capable de définir Notions à acquérir en terminale

Plus en détail

Manuel de référence Options sur devises

Manuel de référence Options sur devises Manuel de référence Options sur devises Groupe TMX Actions Bourse de Toronto Bourse de croissance TSX TMX Select Equicom Produits dérivés Bourse de Montréal CDCC Marché climatique de Montréal Titres à

Plus en détail