Compte rendu du 7 ème colloque organisé par Groupama Asset Management, CEPII-CIREM, le 22 octobre 2009

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Compte rendu du 7 ème colloque organisé par Groupama Asset Management, CEPII-CIREM, le 22 octobre 2009"

Transcription

1 Compte rendu du 7 ème colloque organisé par Groupama Asset Management, CEPII-CIREM, le 22 octobre 2009 Politiques budgétaires et marchés obligataires européens : quel avenir? L ampleur des déficits publics peut-elle engendrer en Europe un krach obligataire et une banqueroute de certains pays? Quelles politiques budgétaires doivent être mises en œuvre et quelle gouvernance au niveau européen? Tels ont été les deux grands thèmes du 7 ème colloque organisé par Groupama Asset Management et CEPII-CIREM (*) le 22 octobre 2009 à Paris. (*) CEPII : Centre d Etudes Prospectives et d Informations Internationales CIREM : Centre d Information et de Recherche sur l Economie Mondiale Francis Ailhaud, directeur général de Groupama AM, introduit les débats. On respire : le risque de crise systémique a disparu, les banques ont retrouvé de la liquidité, la croissance est supérieure aux anticipations Mais doit-on être complètement rassuré? Les économies occidentales sont confrontées à deux problèmes : la hausse du chômage qui devrait atteindre un niveau jamais vu depuis la seconde guerre mondiale et qui induit une baisse de la consommation et l ampleur des déficits budgétaires. Les recettes seront-elles suffisantes pour faire face au paiement de la dette dans un contexte de faible croissance et de faible inflation? Telle est la grande question. Cela suppose que la politique monétaire reste accommodante et que les mesures prises soient coordonnées à l échelle européenne afin de rassurer les marchés. Il faut enfin trouver les moyens de relancer la croissance. Y arriverons-nous? 1 ERE TABLE RONDE : GESTION DES DETTES PUBLIQUES ET EVOLUTION DES MARCHES OBLIGATAIRES Autour d Agnès Bénassy-Quéré, directrice du CEPII, Michel Aglietta, professeur à l université Paris Ouest Nanterre et conseiller économique de Groupama Asset Management et du CEPII, Laurent Berrebi, directeur des Etudes Economiques de Groupama AM, Marie Brière, responsable de la stratégie Taux, Change et Volatilité chez Crédit Agricole Asset Management, Laurence Boone, chef économiste France chez Barclays Capital et Philippe Mills, directeur général à l Agence France Trésor. Michel Aglietta, professeur à l Université Paris Ouest Nanterre et conseiller économique de Groupama Asset Management et du CEPII

2 La soutenabilité de la dette dépend de l excédent primaire, des taux et de la croissance. Les dettes publiques n ont pas à être remboursées. Leur montant pourrait donc croître à l infini. Mais en raison même du processus d accumulation, la charge de la dette, elle, a ses limites. Sa soutenabilité dépend de trois facteurs : l excédent primaire, les taux d intérêt et le taux de croissance. Dégager plus d excédent budgétaire passe par une hausse des impôts ou une baisse des dépenses. Or on constate une certaine inertie de la fiscalité liée notamment à l injustice fiscale et à des mouvements d évasion. D autre part, certaines dépenses contribuent à la hausse du taux de croissance. Il ne faut agir que sur les autres. Deuxième variable : les taux d intérêt. On peut espérer qu ils resteront bas et qu à l instar de ce qui s est passé entre 1947 et 1954, la Fed et le Trésor américain passent un accord pour maintenir les taux bas. Il faut enfin de la croissance, ce qui est le plus problématique. Les économistes ont simulé l impact de ces trois variables : c est la trajectoire du point Selle. Plus on s en éloigne, moins la dette apparaît soutenable. Laurent Berrebi, directeur des Etudes Economiques de Groupama AM Les taux ne sont pas si bas que cela : effet d illusion nominale La faiblesse des taux d intérêt est mise en avant pour expliquer que la hausse des déficits est «soutenable». Or, il s agit d une illusion : l illusion des taux nominaux bas. Compte tenu de la faiblesse de la croissance et de l inflation, les taux réels ne sont en réalité pas si bas que cela. Pendant la décennie 90, c est l importance de l écart entre le taux de croissance et les taux d intérêt qui ont permis à des pays comme l Irlande ou l Espagne d améliorer leur solde budgétaire. La croissance future le permettra-t-elle? Si tous les pays enregistrent une hausse de leurs déficits, les besoins d ajustement des soldes budgétaires pour stabiliser les dettes ne sont pas les mêmes : ils représentent 5 points de PIB en Allemagne, 8 points en France, 10 en Espagne, 18 en Irlande. De même, au regard des comportements depuis le début des années 80, les délais d ajustement du solde budgétaire ne sont pas non plus identiques : ils sont 3 à 4 fois plus élevés en Irlande et en Italie qu en Allemagne et qu aux Pays-Bas. Le cas de l Irlande apparaît problématique : sa dette publique qui représentait 25% du PIB en 2007, devrait s élever à 80% en 2010 et pourrait par la suite augmenter d autant si des décisions drastiques n étaient pas prises. Marie Brière, responsable de la stratégie Taux, Change et Volatilité chez Crédit Agricole Asset Management Les écarts de spread entre les Etats devraient perdurer La crise a engendré une hausse des taux mais surtout des augmentations différenciées. Jamais la zone euro depuis sa création n avait connu une telle

3 dispersion. Au contraire, d avril 1999 à juin 2006, les écarts étaient devenus quasi-inexistants. Vont-ils de nouveau disparaître avec la sortie de crise? Rien n est moins sûr! Le mouvement s est fait en plusieurs étapes. Les taux ont commencé à monter uniformément. Puis ils se sont différenciés. Depuis février, ils chutent mais la dispersion reste forte. Ces écarts de spread peuvent s expliquer par une importance accrue des facteurs domestiques venus s ajouter à l aversion au risque. Ces facteurs, ce sont notamment le montant du déficit public par rapport au PIB et l exposition de l Etat au secteur financier. Or sur ces deux points, tous les pays ne sont pas dans la même situation. La recapitalisation des banques représente un effort beaucoup plus important par exemple pour la Hollande, la Grèce ou l Irlande que pour la France ou l Italie. Les écarts de taux risquent donc de perdurer. Laurence Boone, chef économiste France Barclays Capital Les marchés peuvent absorber la forte augmentation des émissions obligataires des Etats L aversion au risque des investisseurs pendant la crise qui les a conduit à se réfugier dans les produits monétaires et obligataires, a permis d absorber la hausse des émissions obligataires des Etats. En sera-t-il de même en période de sortie de crise? Je le pense! Les besoins des Etats et des banques centrales sont colossaux. En Europe, le montant des émissions pourrait dépasser 900 milliards d euros cette année contre 368 milliards en Aux Etats-Unis entre 1000 et 1500 milliards de dollars. Néanmoins, je ne pense pas qu il y ait un risque de krach obligataire à deux ans. Pour trois raisons. Il y a un appétit pour ces émissions qui sont sursouscrites. La part des emprunts d Etat dans les actifs totaux est faible : 4,3% dans la zone euro contre une moyenne historique de 7%. Enfin, la régulation qui va être mise en place suite aux accords du G20, obligera les banques à accroître le volume de capitaux liquides. Pour les banques anglaises, il pourrait passer de 220 milliards de livres à plus de 600 et pour les banques américaines de 1100 à 1700 voire 2200 milliards de dollars à quatre ans. Dans le passé, on a réussi à réduire la dette. On devrait y parvenir de nouveau même si ce sera long et douloureux. Philippe Mills, directeur général de l Agence France Trésor L environnement est favorable au financement des dettes publiques La baisse continue des taux facilite les émissions pour tous les Etats de la zone euro. Les différences de taux s expliquent en partie par des raisons techniques et notamment par la concentration des émissions en début d année. L inflation restant sous contrôle (inférieure à 2%), les taux devraient rester bas. Enfin, les différences de niveau de dettes entre les Etats ne sont pas aussi importantes que

4 cela. Selon les chiffres de Moody s, ce niveau tourne entre 85 et 95% du PIB : 90% en France, 85% en Allemagne, 94% au Royaume Uni La France a pour elle sa notation Triple A. Si bien que lorsqu il émet, l Etat a aujourd hui le même délai d exécution qu avant la crise. L augmentation de la demande des banques et des établissements de crédit, les nouvelles règles imposées par Solvency 2 aux assureurs permettent d accroître le montant des émissions. Question : Existe-t-il un consensus sur le niveau de la croissance future dans la zone euro? Laurence Boone : Les écarts d estimation sur la croissance potentielle tant du FMI, de l OCDE ou de la Commission européenne sont aujourd hui importants. Laurent Berrebi : Au-delà des différences de mesure de la croissance potentielle entre les différents instituts, les faibles hausses des prix prévues pour les prochaines années réduisent sensiblement le taux de croissance de long terme nominale des économies. Question : N y a t-il pas un risque d éviction des émetteurs privés? Laurence Boone : Aujourd hui les émissions souveraines représentent 78% du marché et les émissions privées 22%. Les besoins des entreprises sont moins importants. Jusqu alors, elles ont pu émettre sans difficulté. Mais c est vrai que la baisse du recours au crédit devrait les inciter à augmenter leurs émissions. Il faudra surveiller cela de près. Philippe Mills : En 2009, on n a pas constaté de phénomène d éviction. Le volume des émissions corporate a augmenté et progressivement les conditions de marché ont permis le retour des émetteurs moins bien notés. Question : Quelle appétence du reste du monde pour les titres de la zone euro? Philippe Mills : La proportion de la dette publique détenue par les non résidents est passée de 60 à 66%. Un tiers dans la zone euro, un tiers en dehors. Depuis 2006 par exemple, tous les mois, les investisseurs asiatiques sont des acheteurs nets en flux. 2 EME TABLE RONDE : L AVENIR DES POLITIQUES BUDGETAIRES ET LA GOUVERNANCE DE L EUROPE Autour de Francis Ailhaud, Philippe Herzog, président de Confrontations Europe, ancien député européen, Philippe Marini, rapporteur de la Commission des Finances du Sénat, Jean Pisani-Ferry, directeur de Bruegel et Agnès Benassy-Quéré.

5 Philippe Herzog, président de Confrontations Europe, ancien député européen Se saisir du budget européen pour agir En dépit des déclarations de José Manuel Barroso prônant le renforcement de la convergence et une meilleure coordination des politiques pour réussir une sortie de crise durable, on constate l inverse. Certains pays ont entamé une cure d austérité (Royaume Uni, Irlande, Espagne, Pays d Europe centrale), d autres continuent d augmenter leurs déficits Or l ampleur des déficits, l évolution démographique défavorable, l existence de petits pays au sein de l Union imposent une politique commune, une meilleure gouvernance qui permettrait de prévenir les risques systémiques et d éviter la formation de bulles, de définir l action que pourraient avoir les banques centrales pour inciter les banques à faire du crédit, de revoir les sujets d intérêt commun Le Traité de Lisbonne offrira un nouveau cadre. Il permettra d élaborer une politique pour l eurozone. Mais ce n est pas suffisant. Nous ne pouvons pas en rester à une gouvernance technique. C est un défi démocratique. Nous devons utiliser le budget européen pour agir et ce, en cohérence avec les politiques nationales. Sans cela, il existe un vrai risque de repli national. Philippe Marini, rapporteur de la Commission des Finances du Sénat Les Etats sont en apesanteur financière Le pacte de stabilité même assoupli en 2005 n a rien pu éviter. Depuis la crise, les Etats sont en apesanteur financière. Les normes communes s évanouissent. Chacun s efforce dans le respect de son modèle national de gérer au mieux les difficultés. Preuve que la crise met à mal toutes les croyances : les deux pays qui connaissent l accroissement le plus fort de la dette publique (Espagne, Royaume uni) étaient ceux qui étaient les plus vertueux avant la crise. L Espagne avait, par exemple, un solde budgétaire positif égal à 2,2 points de PIB. Même si elle peut apparaître légère car les Etat émettent aujourd hui des obligations à moins de trois mois à taux d intérêt bas voire négatifs, la dette publique pour bien des Etats risque de ne pas être soutenable. C est «l insoutenable légèreté de la dette publique». Or, il faudra bien revenir à l équilibre et cela se fera sous la pression des pairs et des marchés. Déjà avec le relèvement des taux de la banque d Australie, après les derniers commentaires de la BCE, le retournement des politiques monétaires n est peut être pas aussi éloigné qu on le pensait il y a encore quelques semaines. Or une hausse de 1% des taux, c est pour l Etat français, 2,5 milliards d euros de hausse de la charge de la dette. Plus inquiétant encore, même si elle affirme qu elle ne laissera pas tomber un de ses membres, l Europe n a pas défini de mécanisme de solidarité. Le FMI impose actuellement à la Lituanie une déflation sans que la zone euro ait son mot à dire alors même que c est Bruxelles qui lui apporte son aide financière.

6 Peut-on dans ces conditions continuer à exprimer l idée d une extension de la zone euro? Autre remise en cause : la classification des dettes en vertueuses ou calamiteuses. Les frontières sont en train de bouger. Le Royaume Uni est le seul pays à avoir intégré que la crise allait avoir non seulement des effets conjoncturels mais structurels et que ceux-ci seraient durables sur le PIB potentiel. Si la croissance est inférieure à 2%, les efforts devront être plus importants. Jean Pisani-Ferry, directeur de Bruegel L Europe a besoin d un nouvel outil de régulation Les économies vont devoir prendre la mesure de ce qui les attend. Une baisse de la croissance potentielle induit une augmentation des déficits. Pour le Royaume-Uni par exemple, une perte de 5 points de PIB génère une hausse supplémentaire de 2,5 points du déficit. On change de paradigme. Or a-t-on les instruments pour gérer cette évolution? Le pacte de stabilité n a pas été fait pour cela. Il a été conçu pour traiter le cas de quelques Etats s écartant de la norme, pas de tous! L Europe a besoin d un nouveau dispositif d ajustement et de définir les ordres de priorité. Il n y a aucune raison de retarder la consolidation du secteur bancaire. La réduction des déficits doit venir ensuite et seulement après la révision de la politique monétaire. La coopération européenne est souhaitable mais la discipline budgétaire est avant tout une question nationale. L Allemagne et le Royaume-Uni se sont dotés de règles. Les autres pays devront suivre. Agnès Bénassy-Quéré, directrice du CEPII La crise remet en cause les dogmes Tous les pays devant s ajuster en même temps, les marchés vont être abreuvés d actifs publics ce qui aura un impact sur les taux. La crise implique une meilleure coordination des politiques d ajustement. Surtout, la crise met à mal les dogmes macro-économiques. Avant, on pensait que l impact des dépenses publiques et de la fiscalité était proche de zéro et qu une crise avait le mérite de purger les excès et de permettre la relance de la croissance. Aujourd hui, on estime que le multiplicateur keynesien est supérieur à zéro, que l instabilité est plus onéreuse que la régulation. Assistera-t-on à un nouveau revirement une fois sorti de la crise? Il n y a pas de raison en effet pour que le multiplicateur keynesien reste élevé. Le pacte de stabilité a montré également ses failles. Les premiers de la classe en termes de déficit budgétaire sont devenus les derniers. En se focalisant sur les dépenses publiques, le pacte n a pas suffisamment pris en compte l importance du solde extérieur. Le règlement des déficits publics qui ne pourra pas faire l économie de hausses d impôt implique enfin une plus grande coordination des pays sur la fiscalité.

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14 TABLE DES MATIERES Préface... 5 Avant- propos... 9 Partie 1 Approches macroéconomique et fiscale Introduction à la première partie... 14 CHAPITRE 1 La politique budgétaire est- elle encore efficace pour

Plus en détail

Crises financières et de la dette

Crises financières et de la dette Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-2 Crises financières

Plus en détail

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 CONTRAT SOCIAL 28/03/2014 J.Blanchard NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 ----ooo---- ECONOMIE MONDIALE : sans changement notable sauf crises graves Les dernières prévisions pour 2014 et 2015 confirment les

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur,

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur, Version de : juillet 2013 Le point sur... Informations fournies par le ministère fédéral des Finances Les mécanismes européens de stabilité Sur la voie de l Union de la stabilité 1 2 3 4 ème volet Editorial

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont

Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont CHAPITRE 1 LES FACTEURS STRUCTURELS DE LA HAUSSE DE L ENDETTEMENT PUBLIC DANS LES PAYS AVANCÉS Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont revenues au cœur

Plus en détail

Consolidation budgétaire et croissance économique

Consolidation budgétaire et croissance économique Consolidation budgétaire et croissance économique Gilbert Koenig * La stratégie européenne fondée exclusivement sur des mesures d assainissement des finances publiques s est révélée peu efficace. En effet,

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

la quête du Graal? Michel Aglietta Université Paris Ouest et Cepii

la quête du Graal? Michel Aglietta Université Paris Ouest et Cepii Finances publiques et croissance : la quête du Graal? Michel Aglietta Université Paris Ouest et Cepii Piège de croissance et impuissance de la politique économique 2 Pourquoi la crise est-elle plus grave

Plus en détail

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ mai 2014 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 INTRODUCTION L heure semble au découplage entre les Etats-Unis et l Europe. Alors que de l autre côté de l Atlantique, certains plaident

Plus en détail

La croissance des pays développés au cours des trente dernières

La croissance des pays développés au cours des trente dernières Éditions La Découverte, collection Repères, Paris, 213 II / Dette et croissance Benjamin Carton* La croissance des pays développés au cours des trente dernières années s est accompagnée d une hausse de

Plus en détail

Réduire la dette publique, une priorité?

Réduire la dette publique, une priorité? Réduire la dette publique, une priorité? Henri STERDYNIAK La priorité est, nous dit-on, de réduire les dettes publiques, pour rétablir la confiance, faire baisser les impôts, relancer la croissance. Selon

Plus en détail

CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii

CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii Consolider les dettes publiques: un processus au long cours Les dysfonctionnements européens

Plus en détail

Colloque Groupama AM CEPII. La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle?

Colloque Groupama AM CEPII. La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle? Colloque Groupama AM CEPII La Zone EURO: Où en est-elle? Où va-t-elle? Table ronde 1 : la stabilité et l unité du système financier européen vont- elles être rétablies? Patrick Goux et Christophe h Morel

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux...

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux... Liste des figures... Liste des tableaux... XI XV Liste des encadrés.... XVII Préface à l édition française... XIX Partie I Introduction... 1 Chapitre 1 Un tour du monde.... 1 1.1 La crise.... 1 1.2 Les

Plus en détail

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte Partie 3: L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte On abandonne l hypothèse d économie fermée Les échanges économiques entre pays: importants, en

Plus en détail

L accumulation de réserves de change est-elle un indicateur d enrichissement d une nation?

L accumulation de réserves de change est-elle un indicateur d enrichissement d une nation? L accumulation de réserves de change est-elle un indicateur d enrichissement d une nation? Edouard VIDON Direction des Analyses macroéconomiques et de la Prévision Service des Études macroéconomiques et

Plus en détail

FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC

FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC Rabat, 19 octobre 21 M. Ahmed HAJOUB Adjoint au Directeur du Trésor et des Finances Extérieures chargé du pôle macroéconomie I- Consolidation budgétaire: expérience

Plus en détail

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA)

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA) La BNS capitule: Fin du taux plancher Alain Freymond (BBGI Group SA) Changement radical de politique monétaire le 15/1/2015 Les taux d intérêt négatifs remplacent le taux plancher 1. Abandon du taux plancher

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

credit crunch ou non?

credit crunch ou non? ANALYSE FEB Financement des investissements : credit crunch ou non? Octobre 2013 8,1% II recul des investissements en comparaison avec leur niveau le plus élevé avant la crise 13,9% II l augmentation de

Plus en détail

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Stéphane Gallon Caisse des Dépôts stephane.gallon@caissedesdepots.fr https://educnet.enpc.fr/course/view.php?id=2 1 Macroéconomie : croissance à

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

La stabilité des prix : pourquoi est-elle importante pour vous? Brochure d information destinée aux élèves

La stabilité des prix : pourquoi est-elle importante pour vous? Brochure d information destinée aux élèves La stabilité des prix : pourquoi est-elle importante pour vous? Brochure d information destinée aux élèves Que peut-on acheter pour dix euros? Et si, avec cet argent, vous pouviez acheter deux maxi CD

Plus en détail

Synthèse n 16, Février 2012. Financement de la croissance verte et orientation de la création monétaire

Synthèse n 16, Février 2012. Financement de la croissance verte et orientation de la création monétaire Synthèse n 16, Février 2012 Financement de la croissance verte et orientation de la création monétaire ----------- 1. Les investissements nécessaires à la transition vers un modèle de croissance durable

Plus en détail

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège La crise de 1929 Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Expliquer la crise de 1929? La crise de 1929 a été l objet de nombreuses publications tentant d expliquer ses causes,

Plus en détail

Flash Stratégie n 2 Octobre 2014

Flash Stratégie n 2 Octobre 2014 Flash Stratégie n 2 Octobre 2014 Vers un retour de l or comme garantie du système financier international. Jean Borjeix Aurélien Blandin Paris, le 7 octobre 2014 Faisant suite aux opérations de règlement

Plus en détail

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010 Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne FMI Département Afrique Mai 21 Introduction Avant la crise financière mondiale Vint la grande récession La riposte politique pendant le ralentissement

Plus en détail

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Dans sa dernière publication, RIAD, l Association internationale

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LES REGIMES DE CHANGES

CHAPITRE 1 : LES REGIMES DE CHANGES CHAPITRE 1 : LES REGIMES DE CHANGES I- un bref survol historique du système monétaire international Le Système Monétaire International (SMI) représente le cadre institutionnel des échanges internationaux.

Plus en détail

Méfiez-vous du modèle d austérité canadien

Méfiez-vous du modèle d austérité canadien Méfiez-vous du modèle d austérité canadien Andrew Jackson Le présent essai a été rédigé à la suite d articles des médias selon lesquels l ex-ministre des Finances et ex-premier ministre canadien Paul Martin

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

Vers un système monétaire international multipolaire? Agnès Bénassy-Quéré Jécos, Lyon, 10 novembre 2011

Vers un système monétaire international multipolaire? Agnès Bénassy-Quéré Jécos, Lyon, 10 novembre 2011 Vers un système monétaire international multipolaire? Agnès Bénassy-Quéré Jécos, Lyon, 10 novembre 2011 Que reproche-t-on au SMI? Des déséquilibres importants et durables des balances de paiements Discipline

Plus en détail

Faut-il encourager les ménages à épargner?

Faut-il encourager les ménages à épargner? Faut-il encourager les ménages à épargner? Analyse du sujet : Nature du sujet : Sujet de type «discussion». Problématique explicite. Mots-clés : Ménages ; épargner épargne des ménages Encourager Epargne

Plus en détail

L Europe face à la crise économique et financière

L Europe face à la crise économique et financière L Europe face à la crise économique et financière Benoît Cœuré (École polytechnique) Centre d excellence Jean Monnet Rennes, 26 janvier 2009 Plan 1. La crise financière et sa transmission à l Europe 2.

Plus en détail

BANQUE CENTRALE DE TUNISIE DETTE EXTERIEURE DE LA TUNISIE 2011

BANQUE CENTRALE DE TUNISIE DETTE EXTERIEURE DE LA TUNISIE 2011 البنك المركزي التونسي BANQUE CENTRALE DE TUNISIE DETTE EXTERIEURE DE LA TUNISIE 2011 DECEMBRE 2012 DETTE EXTERIEURE DE LA TUNISIE 2011 DECEMBRE 2012 SOMMAIRE Pages Introduction... 5 Endettement extérieur

Plus en détail

DES PAROLES ET DES ACTES : LES 4 MENSONGES DE MONSIEUR LENGLET

DES PAROLES ET DES ACTES : LES 4 MENSONGES DE MONSIEUR LENGLET Cette fiche élaborée par la commission économie du Parti de Gauche révèle les 4 "erreurs" fondamentales issues de l'argumentaire que Monsieur Lenglet a opposé à Jean-Luc Mélenchon lors de l'émission des

Plus en détail

2015 et l investissement en actions : la prise de risque est-elle justifiée?

2015 et l investissement en actions : la prise de risque est-elle justifiée? Flash Stratégie Janvier 2015 2015 et l investissement en actions : la prise de risque est-elle justifiée? Jean Borjeix Paris, le 20 janvier 2015 Dans ce document nous allons tout d abord rapprocher nos

Plus en détail

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté 18 ans après le référendum de 1995 Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté présenté par Marcel Leblanc, économiste pour le comité de travail sur la souveraineté

Plus en détail

Compte rendu Cogefi Rendement Conférence téléphonique du 13/03/15 avec Lucile Combe (gérant)

Compte rendu Cogefi Rendement Conférence téléphonique du 13/03/15 avec Lucile Combe (gérant) Compte rendu Cogefi Rendement Conférence téléphonique du 13/03/15 avec Lucile Combe (gérant) Présentation Cogefi Gestion est la société de gestion, filiale à 100% de la maison mère Cogefi. Elle fait partie

Plus en détail

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Direction Épargne et Clientèle Patrimoniale Date de diffusion : 26 janvier 2015 N 422 CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Dans une démarche d accompagnement auprès de vos clients, plusieurs communications

Plus en détail

TD n 1 groupe 1 : Vendredi 30 novembre 2007 Bertrand Lapouge Stéphane Perot Joël Maynard

TD n 1 groupe 1 : Vendredi 30 novembre 2007 Bertrand Lapouge Stéphane Perot Joël Maynard TD n 1 groupe 1 : Vendredi 30 novembre 2007 Bertrand Lapouge Stéphane Perot Joël Maynard Note de synthèse : Les avantages et les inconvénients d une politique de changes flexibles La politique de change

Plus en détail

10. L épargne, l investissement et le système financier

10. L épargne, l investissement et le système financier 10. L épargne, l investissement et le système financier 1. Le système financier Un système financier = ensemble des institutions financières qui ont pour objet de mettre en relation les besoins de financement

Plus en détail

ATELIER : Comment expliquer l instabilité de la croissance économique?

ATELIER : Comment expliquer l instabilité de la croissance économique? ATELIER : Comment expliquer l instabilité de la croissance économique? A_Que nous-dis le programme? NOTIONS : Fluctuations économiques, crise économique, désinflation, croissance potentielle, dépression,

Plus en détail

L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité

L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité Université citoyenne d Attac Toulouse, 22 août 2008 Jean-Marie Harribey et Dominique Plihon Les principes néolibéraux Théories de Hayek, Friedman

Plus en détail

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local?

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Le 3 juillet 2014 Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Guy Gilbert * et Alain Guengant ** Les résultats qui suivent sont obtenus sous l hypothèse que les comportements

Plus en détail

Info Finance. et Prévoyance. En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale attractive!

Info Finance. et Prévoyance. En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale attractive! Allianz Suisse Case postale 8010 Zurich www.allianz-suisse.ch Info Finance 01 YDPPR267F et Prévoyance Édition 01, mars 2013 EXCÉDENTS LPP En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale

Plus en détail

«Quelle fiscalité pour le capital à risque?»

«Quelle fiscalité pour le capital à risque?» Réception de Nouvel An «Quelle fiscalité pour le capital à risque?» Bruno Colmant Administrateur délégué d Euronext Belgique, Docteur en Economie Appliquée (ULB) Membre du Conseil Supérieur des Finances,

Plus en détail

Avril 2011. Qui détient. www.fondapol.org. Guillaume Leroy

Avril 2011. Qui détient. www.fondapol.org. Guillaume Leroy Avril 2011 Qui détient la dette publique? www.fondapol.org Guillaume Leroy www.fondapol.org Qui détient la dette publique? Guillaume Leroy La Fondation pour l innovation politique est un think tank libéral,

Plus en détail

Résumé Comme d autres, nous faisons le constat que la France se trouve au bord d une grave crise de surendettement

Résumé Comme d autres, nous faisons le constat que la France se trouve au bord d une grave crise de surendettement Résumé Comme d autres, nous faisons le constat que la France se trouve au bord d une grave crise de surendettement. Depuis 1974, l Etat n a pas proposé à ses citoyens un budget équilibré. Aujourd hui,

Plus en détail

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire d hier et d aujourd hui Hier Autrefois, les Etats battaient monnaie et les banques centrales dépendaient directement

Plus en détail

Dans quelle mesure la baisse des taux d intérêt permet-elle de relancer la croissance?

Dans quelle mesure la baisse des taux d intérêt permet-elle de relancer la croissance? Dans quelle mesure la baisse des taux d intérêt permet-elle de relancer la croissance? BIEN COMPRENDRE LES DOCUMENTS Document 1 m Mots clés bandes centrales baisse des taux politique monétaire lutte contre

Plus en détail

RAPPORT D'EXPERT SUR LE COÛT DE LA DETTE FINANCIÈRE BANQUE NATIONALE

RAPPORT D'EXPERT SUR LE COÛT DE LA DETTE FINANCIÈRE BANQUE NATIONALE A Demande R-3541 2004 RAPPORT D'EXPERT SUR LE COÛT DE LA DETTE FINANCIÈRE BANQUE NATIONALE LOUIS SIMARD ET PAUL-ANDRÉ PINSONNAULT Original: 2004-09-30 HQD-11, Document 8 Page 1 de 33 LE FINANCEMENT D

Plus en détail

Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics. Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget

Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics. Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget 1 Une reprise de l activité qu il faut conforter La reprise est en cours : +1,0%

Plus en détail

APPEL A COMMUNICATIONS

APPEL A COMMUNICATIONS APPEL A COMMUNICATIONS Colloque régional UEMOA-CRDI sur Intégration régionale et stratégies régionales de réduction de la pauvreté 8-10 décembre 2009, Ouagadougou, Burkina Faso Délai de soumission de résumé

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles Le modèle Mundell-Flemming avec parfaite mobilité des capitaux Le modèle Mundell-Flemming (Robert Mundell, Marcus Flemming, début années 1960) est l extension du modèle IS-LM en économie ouverte. Il partage

Plus en détail

L activité financière des sociétes d assurances

L activité financière des sociétes d assurances L activité financière des sociétes d assurances Les marchés boursiers ont repris au cours de l année 2003. Par conséquent, les plus-values latentes sur actifs des sociétés d assurances augmentent. Les

Plus en détail

L importance des investissements publics pour l économie. Analyse thématique Finances locales

L importance des investissements publics pour l économie. Analyse thématique Finances locales L importance des investissements publics pour l économie Analyse thématique Finances locales Belfius Research Mars 2015 Introduction En septembre 2014, les normes SEC 2010 1 ont été appliquées intégralement

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

L -franc en 16 points

L -franc en 16 points L -franc en 16 points Résumé : Nous faisons deux constats : Premièrement, nous vivons une massification de la pauvreté et une précarisation du salariat : 5 millions de chômeurs (sans compter les découragés

Plus en détail

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005.

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005. Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005 Summary in French Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005 Résumé Le soutien accordé aux producteurs

Plus en détail

Les marchés ont-ils pris le pouvoir en Europe?

Les marchés ont-ils pris le pouvoir en Europe? Neuilly sur Seine, le 25 novembre 2011 Les marchés ont-ils pris le pouvoir en Europe? En tout état de cause, la défiance des investisseurs envers les politiques à mener des projets et réformes ambitieuses

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

DORVAL FLEXIBLE MONDE

DORVAL FLEXIBLE MONDE DORVAL FLEXIBLE MONDE Rapport de gestion 2014 Catégorie : Diversifié International/Gestion flexible Objectif de gestion : L objectif de gestion consiste à participer à la hausse des marchés de taux et

Plus en détail

Comité monétaire et financier international

Comité monétaire et financier international Comité monétaire et financier international Trente-et-unième réunion 18 avril 2015 Déclaration de Mr. Regis Immongault Ministre de l économie, de la promotion des investissements et de la prospective Gabon

Plus en détail

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH»

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» 193-202.qxp 09/11/2004 17:19 Page 193 L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» Département analyse et prévision de l OFCE La rentabilité des entreprises s'est nettement redressée en 2003 et 2004. Amorcée aux

Plus en détail

L activité financière des sociétes d assurances

L activité financière des sociétes d assurances L activité financière des sociétes d assurances L année 2002 est de nouveau marquée par une forte baisse des marchés financiers. Celle-ci entraîne une diminution des plus-values latentes et des produits

Plus en détail

4.1.2. Le système de Bretton-Woods (1945-1971)

4.1.2. Le système de Bretton-Woods (1945-1971) 4.1.2. Le système de Bretton-Woods (1945-1971) La genèse du nouveau système Les leçons de l entre-deux-guerres L effondrement du SMI au cours des années 1930 a marqué les responsables de la reconstruction

Plus en détail

L'économie libanaise et le système bancaire libanais: Faits et chiffres

L'économie libanaise et le système bancaire libanais: Faits et chiffres La croissance économique L'économie libanaise et le système bancaire libanais: Faits et chiffres 1- Le Liban a connu une croissance économique exceptionnelle et solide à partir de 2007 jusqu'en 2010, le

Plus en détail

Quels enseignements de l expérience française (1983-1990)

Quels enseignements de l expérience française (1983-1990) Développement des marchés de capitaux Quels enseignements de l expérience française (1983-1990) Séminaire de clôture Tunis, le 23 mai 2013 Françoise Drumetz Directeur de la coopération extérieure CONTEXTE

Plus en détail

Structure de l épargne et croissance Olivier Davanne

Structure de l épargne et croissance Olivier Davanne Structure de l épargne et croissance Olivier Davanne Introduction du débat organisé par l IEFP 5 décembre 2007 1 Plan de la présentation 1. Volume de l épargne et croissance en union monétaire. 2. Structure

Plus en détail

Épargne et investissement. L épargne...

Épargne et investissement. L épargne... Épargne et investissement Les marchés financiers en économie fermée Basé sur les notes de Germain Belzile L épargne... Une personne désire se lancer en affaires (bureau de services comptables) Elle fait

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

Épargne et investissement. L épargne...

Épargne et investissement. L épargne... Épargne et investissement Les marchés financiers en économie fermée V2.3 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile L épargne... Une personne désire se lancer en affaires (bureau de services comptables)

Plus en détail

Sortie de crise : pourra-t-on éviter une hausse de la pression fiscale?

Sortie de crise : pourra-t-on éviter une hausse de la pression fiscale? Working paper n 35 Septembre 2009 Sortie de crise : Rencontre de Lisbonne Compte rendu des débats du 17 juin 2009 Avec Alain Lambert, sénateur de l Orne, ancien ministre délégué au Budget et à la Réforme

Plus en détail

LE DOLLAR. règne en maître, par défaut

LE DOLLAR. règne en maître, par défaut LE DOLLAR règne en maître, par défaut Les arrangements monétaires internationaux sont examinés à la loupe depuis la crise financière mondiale Eswar Prasad LE DOLLAR a été la principale monnaie mondiale

Plus en détail

Délibérations DOB 2014 du 18 octobre 2013

Délibérations DOB 2014 du 18 octobre 2013 Délibérations DOB 2014 du 18 octobre 2013 1 CONSEIL GENERAL DU JURA Réunion du : 4ème trimestre 2013 Type : DOB 2014 Service : DMI/FINANCES Rapporteur : Christophe PERNY Thème : FINANCES - GARANTIES D'EMPRUNT

Plus en détail

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL

Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Coup d œil sur l assurance prêt hypothécaire de la SCHL Au Canada, en vertu de la loi, les prêteurs assujettis à la réglementation fédérale et la plupart des institutions financières assujetties à une

Plus en détail

Les échanges Internationaux. L environnement monétaire international

Les échanges Internationaux. L environnement monétaire international Les échanges Internationaux L environnement monétaire international Caractéristiques du système monétaire international (SMI) SMI : structure mondiale de relations commerciales et financières au sein desquelles

Plus en détail

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES 11 mai 2010 «Variantes de durée d assurance et d âges de la retraite» Dossier technique préparé par le secrétariat général du COR Document N 1 Document de travail, n

Plus en détail

Perspectives économiques 2013-2014

Perspectives économiques 2013-2014 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2013-2014 L amélioration de l économie atténuée par l incertitude politique Prix du pétrole:

Plus en détail

Chapitre 2 : l évaluation des obligations

Chapitre 2 : l évaluation des obligations Chapitre 2 : l évaluation des obligations 11.10.2013 Plan du cours Flux monétaires, prix et rentabilité Bibliographie: caractéristiques générales Berk, DeMarzo: ch. 8 obligations zéro-coupon obligations

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Sciences économiques et sociales - Terminale ES Enseignement spécifique Science économique Thème n 2 : Mondialisation, finance internationale et

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

Perspective des marchés financiers en 2014

Perspective des marchés financiers en 2014 Perspective des marchés financiers en 2014 21/01/2014 13 ième édition 1 Outil d aide à la décision : The Screener OUTIL D AIDE À LA DÉCISION : THESCREENER Des analyses sur les valeurs boursières Disponible

Plus en détail

Nature et risques des instruments financiers

Nature et risques des instruments financiers 1) Les risques Nature et risques des instruments financiers Définition 1. Risque d insolvabilité : le risque d insolvabilité du débiteur est la probabilité, dans le chef de l émetteur de la valeur mobilière,

Plus en détail

L immobilier de bureaux en Europe 2010 : une parenthèse dans la crise

L immobilier de bureaux en Europe 2010 : une parenthèse dans la crise ÉTUDE EN BREF Octobre 2011 L immobilier de bureaux en Europe 2010 : une parenthèse dans la crise Pour les investisseurs, l Europe de l immobilier de bureaux n est pas celle qui est délimitée par les accords

Plus en détail

Épargne et investissement. L épargne...

Épargne et investissement. L épargne... Épargne et investissement Les marchés financiers en économie fermée V2.2 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile L épargne... Une personne désire se lancer en affaires (bureau de services comptables)

Plus en détail

Lecture commentée du rapport 2004 de la Banque Nationale

Lecture commentée du rapport 2004 de la Banque Nationale Fondation Travail-Université Chaussée de Haecht, 579 1030 - BRUXELLES PG/BL/B.1.4./04052005/05.035. Lecture commentée du rapport 2004 de la Banque Nationale François MARTOU 1. L environnement international

Plus en détail

MAI 2012 N 4. Documents et débats LA CRISE DE LA DETTE SOUVERAINE

MAI 2012 N 4. Documents et débats LA CRISE DE LA DETTE SOUVERAINE MAI 2012 N 4 Documents et débats LA CRISE DE LA DETTE SOUVERAINE 291 0004 «Aucune représentation ou reproduction, même partielle, autre que celles prévues à l article L. 122-5. 2 e et 3 e a) du Code de

Plus en détail

Délais de paiement : Le grand écart

Délais de paiement : Le grand écart Délais de paiement : Le grand écart Conférence de Presse, Paris, le 28 juin 2012 Ludovic Subran, Chef Economiste Arnaud Roger, Directeur des Indemnisations Maxime Lemerle, Responsable des Etudes Macroéconomiques

Plus en détail