Edito N 13 3 EME &4 EME TRIMESTRE 2012

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Edito N 13 3 EME &4 EME TRIMESTRE 2012"

Transcription

1 Edito N 13 3 EME &4 EME TRIMESTRE 2012 En décembre 2011, le Secours Catholique, la Croix Rouge et l UNCCAS ont publié un Manifeste pour l inclusion bancaire en France des populations fragiles. Archime d, dont une des missions est d œuvrer pour un meilleur usage du crédit et du découvert en vue de prévenir le surendettement, a décidé de soutenir ce Manifeste. Les travaux de ce Manifeste seront largement représentés dans quelques jours, à l occasion de la Conférence de lutte contre la pauvreté et pour l inclusion sociale, organisée par le Gouvernement et visant à alimenter un grand projet interministériel. Un des chantiers de cette conférence sera en effet «le surendettement et l accès aux services bancaires». Le titre de ce chantier, qui semble conclure à la fatalité du surendettement pour les plus pauvres, est interpellant. Ces derniers ne peuvent-ils vraiment éviter les impayés de factures, les résiliations de contrats, les coupures d énergie l exclusion bancaire et le surendettement? Les situations rencontrées sur le terrain nous amènent souvent à penser dans ce sens. Comment viser l équilibre du compte bancaire quand les ressources disponibles après paiement de charges contraintes se limitent à peau de chagrin? Le découvert et le crédit peuvent-il raisonnablement constituer une réponse? Faire de la prévention de difficultés futures est-il réaliste quand le présent est si problématique? Comme beaucoup, nous serions tentés de baisser les bras, participant ainsi à la chaîne d exclusion. Car la pauvreté fait peur; la pauvreté fait fuir : les banquiers qui craignent de se sentir assimilés à des services d aide sociale et de ne pas savoir répondre à une telle attente; les bailleurs, même sociaux, qui veulent éviter des impayés de loyers face auxquels ils seront pieds et points liés; les travailleurs sociaux qui se sentent souvent démunis, au bout des outils disponibles; les amis et la famille qui se protègent des demandes d aide financière. La pauvreté exclut. Pourtant, nous ne pouvons pas et ne voulons pas abandonner. Parce que même si toutes les études affirment que l on ne peut pas vivre avec des ressources inférieures à un certain seuil, il y a des millions de Français qui vivent ainsi. Pour eux, nous avons choisi de porter un regard sur leur budget et la façon de le vivre et de chatouiller deux tabous : celui du bénéfice de la procédure de surendettement, souvent seule bonne solution pour recouvrer un niveau de vie décent et la sérénité. Celui de l épargne, réponse rarement envisagée, trop exigeante, mais tellement intéressante et rassurante pour des acteurs de prévention comme nous. Découvrir des expérimentations dans ce domaine est une note d optimisme. Catherine Martin - Directrice Dans les pages suivantes : P2 Approche de la notions de pauvreté P3 - Equilibrer son budget : les pauvres face aux obstacles P4 - Pauvreté et surendettement : quelle relation? P5 - Les freins face au dispositif de surendettement P6 Promouvoir le dispositif de surendettement? P7 - Développer l épargne auprès des pauvres : une utopie?

2 Une approche de la notion de pauvreté Par Jacques Fleurette, administrateur bénévole d Archime d, Bartholomé Masurel, PSPE, Face et Réseau Alliances Page 2/7 La notion de pauvreté est difficile à analyser car sa mesure repose sur des données trompeuses : contrairement aux idées reçues, le taux de pauvreté des ménages a fortement baissé depuis 30 ans, passant de 15% à 6 % des ménages entre 1970 et Pour mieux comprendre, deux concepts sont à distinguer : celui de pauvreté monétaire, et celui de pauvreté ressentie La pauvreté monétaire : Sa mesure est basée sur la notion de «seuil de pauvreté» qui s exprime en pourcentage du revenu médian du pays considéré. La pauvreté d un français et celle d un grec sont donc de niveaux très différents. Une première difficulté apparaît, c est que plus le revenu médian d un pays augmente, plus le seuil de pauvreté augmente dans les mêmes proportions L indice ne traduit pas du tout la même réalité selon que les revenus sont dispersés ou concentrés autour de la médiane. On pourrait dire sous forme de boutade que lorsque notre voisin s achète une grosse voiture, notre niveau de vie relatif baisse. Une seconde difficulté provient du fait que l INSEE, l institut français de la statistique, utilise le pourcentage de 50% du revenu médian, alors que l institut européen, EUROSAT, utilise quant à lui le pourcentage de 60% pour comparer la pauvreté dans les pays de l Union Européenne. En France, une personne seule est considérée pauvre si ses revenus sont inférieurs à 803 euros (définition française) ou 964 euros (définition européenne). Avec le seuil de 60% au lieu de 50%,le taux de pauvreté des ménages français double, en passant de 6% à 12% La troisième difficulté provient du fait que la notion de pauvreté s appréhende par foyer et non par individu, et qu il a fallu moduler l indice en fonction de la constitution du ménage : à l intérieur d un foyer, un adulte va compter pour une valeur1, un adolescent de 14 ans pour 0,5 et un enfant pour 0,3 «unités de consommation». La pauvreté ressentie : La quatrième difficulté et non la moindre, provient du fait que cette notion de pauvreté dite «monétaire», ne coïncide pas vraiment avec celle de pauvreté «ressentie»qui se traduit par le sentiment de privation de biens ou de services jugés indispensables pour la vie courante. On observe une dichotomie importante entre pauvreté monétaire et pauvreté ressentie : La pauvreté monétaire a baissé en France entre 1970 et 1990 (où l on est passé de 9 à 8 millions de pauvres dans une population en croissance). Puis elle a stagné. Entre 1970 et 2010 le seuil de pauvreté a doublé en euros constants en passant de 400 à 800 euros. Les pauvres d aujourd hui sont deux fois plus riches que ceux d hier mais ils ne vivent pas dans la même société : les besoins ne sont plus du tout les mêmes. 98% des ménages disposent aujourd hui d un bain ou d une douche ainsi que d un téléphone. Nos grands parents n exprimaient pas un ressenti de pauvreté parce que leur logement ne comportait pas de salle de bains. Le téléphone et l internet apparaissent aujourd hui comme des besoins dont on peut difficilement se priver, ils n existaient pas dans la majorité des ménages français des années 60. Ceci montre à quel point la notion de pauvreté est relative. 4 types de dépenses expliquent à elles seules la plus grande partie de cette montée en puissance de la pauvreté ressentie : le logement, la santé, les transports et la communication, les dépenses de consommation socialisées. De 1960 à aujourd hui, le logement, qui représentait 9,7% du budget d un ménage, en représente désormais 19,4%; son poids a plus que doublé. Les transports et la communication sont passés de 9,5% à 13,5%. La santé est passée de 1,9 à 2,6%. Les dépenses de consommations «socialisées», part prise en charge par la collectivité en matière d éducation, de santé et de logement, sont quant à elle passées de 14,1 à 23,2%. Un autre enseignement peut être tiré d une analyse de l INSEE (revue Economie et Statistique numéro 383 à ) qui identifie 3 causes situées en amont du phénomène : la santé, la pauvreté relationnelle et la pauvreté subjective, liée notamment au comportement consistant à vouloir vivre au dessus de ses moyens. Les autres pauvretés : monétaire, conditions de vie, accès à l emploi, ne seraient que les conséquences des premières. Tout ceci montre combien la notion de pauvreté est complexe, relative et subjective. Certaines idées reçues sont à remettre en cause, la pauvreté monétaire est insuffisante pour traduire les réalités sociales.

3 Equilibrer son budget : les pauvres face aux obstacles Au-delà des critiques faites aux banques, nous avons recherché les nombreuses pratiques administratives et commerciales, peu aidantes vis-à-vis des pauvres désireux d équilibrer leur budget. Elles découragent les bonnes volontés et aggravent la pauvreté. Des bonnes volontés, nous en rencontrons au cours des séances de formation collective, dans les centres sociaux de Roubaix. Pour nos lecteurs qui trouveront l inventaire ci-dessous anecdotique, nous les invitons à venir rencontrer ces publics, comprendre à quel point il est difficile de mettre de l argent de côté quand on en a peu; d accuser le coup d une journée de décalage dans le versement des allocations quand les frais bancaires ne pardonnent pas; de maîtriser une facture de téléphone quand on n a pas internet; de contrôler et limiter chaque sou dépensé quand les paiements espèces deviennent impossibles, Inventaire à la Prévert des obstacles rencontrés par les pauvres Du côté des administrations : La fixation de l APL en fonction d une base de revenus passés Le paiement des impôts l année suivant la perception des ressources surtout quand on n en a quasi plus Les délais de transferts d un dispositif de ressources à un autre (passage des Assedic vers le RSA, des indemnités maladies vers le RSA, sans oublier les changements de CAF suite à déménagement) L ajustement des lois fiscales qui changent les règles du jeu en cours d année (taxe d habitation par exemple) Les dates aléatoires de versement des IJSS pour les personnes en longue maladie L ajustement trimestriel du RSA activité sur les revenus passés Les retraites complémentaires trimestrielles L absence de services de renseignements et d aide à la prévision des ressources en cas de changement de situation Les erreurs et incompréhensions dans les démarches, de part et d autres, qui se transforment en indûs Du côté des fournisseurs d énergie et des bailleurs : Les régularisations de factures une fois par an pour les personnes mensualisées L exigence du prélèvement automatique pour fixer un échéancier mensuel Le diagnostic énergie payant pour ceux qui dépensent beaucoup, ne peuvent régler leur facture et rêvent de pistes d économie La difficulté à mettre en adéquation le coût des logements et les budgets Pour tous les acteurs commerciaux et bancaires : Les services après-vente accessibles uniquement par internet ou téléphone, payants La consultation de factures et relevés de comptes par internet L exigence du paiement par prélèvement; le refus du paiement espèces; la facturation des mandats Les prélèvements qui se représentent x fois en cas d impayés La nécessité de payer pour rééditer certains justificatifs (relevés de banque, factures énergie) Les pénalités en cas de retards de paiement sans recours possible vers d autres fautifs éventuels Page 3/7 Mr E. : «je n y arriverai jamais» Mr E. a 57 ans. Ses ressources sont à peine supérieures au RSA; il ne travaille que 2h par semaine. Mr E a sollicité Archime d pour un micro-crédit en vue de déménager. Mr E. prépare son budget chaque mois. Toutes ses dépenses sont mensualisées et contrôlées. Il a été SDF et connaît la privation. Mr E a malgré tout des stress fréquents : à chaque début de trimestre avec le recalcul de son complément RSA : il vit comme un piège tant les pertes de salaire impactant le présent, que les quelques euros résultant d heures supplémentaires, impactant le futur en fin d année avec la régularisation de ses factures d EDF. L an dernier, il a été tellement choqué de devoir régler 300 (ce que nous l avons aidé à faire en combinant différents outils), qu il souhaitait résilier son abonnement!

4 Pauvreté et surendettement : quelle relation? Les Commissions de surendettement fixe des seuils au-dessous desquels les déposants sont considérés «sans capacité de remboursement» (cf tableau ci-dessous). Combien de Français entreraient dans cette catégorie s ils sollicitaient le dispositif? Il y a déjà les 1,4 millions de bénéficiaires du RSA socle (ex RMI). On atteint 2 millions si on prend en compte les bénéficiaires du RSA activité. 2,7 millions de Français sont rémunérés au SMIC et la plupart vont rencontrer la même contrainte budgétaire. En parallèle, l INSEE évalue à 12,5% la part de ménages français (soit 3,4 millions) vivant sous le seuil de pauvreté. A la vue des ces chiffres, nous nous interrogeons tout d abord sur la possibilité et le bien-fondé de l accès au crédit pour toutes ces personnes, aussi social soit-il. Nous nous interrogeons ensuite sur le fait que moins de personnes par an (plutôt autour de si l on ne retient que les déposant vivant sous le seuil de pauvreté) sollicitent le bénéfice de la commission de surendettement. Quid de ceux qui restent, de leur mode de vie, des réponses qu ils trouvent? Montant laissé pour les besoins quotidiens : l évaluation de la Banque de France : Toutes dépenses hors charges contraintes : logement, énergie, assurances, téléphone, impôts. Page 4/7 Zoom sur 20 dossiers de personnes pauvres accompagnés vers le surendettement (ménages ayant des ressources moyennes de 1 060, et 529 / personne) Archime d ne retrouve pas ici le dossier moyen de la Banque de France : les dettes moyennes sont de avec de crédits et découverts, contre respectivement et pour un dossier de surendettement «moyen». Seul montant en phase avec le dossier de surendettement moyen : les indûs et amendes... Taille de la famille 1 personne 2 personnes 3 personnes Budget vie courante alloué Toutefois, certaines charges fixes étant retenues forfaitairement (avec des conséquences pénalisantes pour les dépenses d énergie par exemple souvent subies pour des logements mal isolés), les résultats des commissions sont souvent difficiles à anticiper. Ainsi, certaines personnes sollicitant le bénéfice de la procédure se retrouvent avec un montant supérieur et d autres avec un montant plus faible. Montant disponible pour les besoins quotidiens : approche de la réalité Le budget d une personne au RSA Ressources RMI 475 Allocations logement 250 A. TOTAL DES RESSOURCES 725 Charges contraintes loyers et charges locatives 350 électricité - gaz - eau (Chauffage) 40 Assurances (logt, RC) 10 taxes (habitation / foncière / redevance TV) Assurance voiture pas de voiture Mutuelle santé CMU téléphone fixe, portable, internet 40 impôts exonéré frais bancaires 4 B. TOTAL DES DEPENSES 444 A-B Montant disponible pour vie courante 281 Le budget d une personne au SMIC Ressources Salaire Allocations logement 100 A. TOTAL DES RESSOURCES Charges contraintes loyers et charges locatives 500 électricité - gaz - eau (Chauffage) 80 Assurances (logt, RC) 10 taxes (habitation / foncière / redevance TV) 30 Assurance voiture 60 Mutuelle santé 50 téléphone fixe, portable, internet 40 impôts frais bancaires 4 B. TOTAL DES DEPENSES 774 A-B Montant disponible pour vie courante 344

5 Les freins au dépôt de dossier de surendettement Difficile d imaginer que, dans les milieux défavorisés, le dispositif de surendettement ne soit pas connu. Face aux difficultés, génératrices de contact avec un travailleur social ou une association, il sera généralement abordé. Ceci ne signifie toutefois pas qu il soit activé. Chez Archime d, seul un quart des personnes préoccupées par des dettes qui nous sollicitent va au bout du dépôt de dossier. 10% préfèrent une médiation de dettes et 10% trouvent d autres procédures de résolution (aides sociales, remise de dettes, vente de biens). Restent 55% qui abandonnent ou repartent hésitants suite à un premier entretien : une minorité d entre eux trouvent des solutions pour liquider leurs dettes (aides de la famille, arbitrages dans les modes de vie, ); nous supposons qu un grand nombre jongle durablement sans solution. Certains reprendront la démarche quelques mois plus tard; d autres auront peut-être la chance de constater l abandon des poursuites des créanciers. Les causes identifiées de non recours sont les suivantes : La renonciation devant des démarches qui paraissent trop compliquées (nombreux justificatifs à rassembler) Les craintes liées aux conséquences de la procédure (fichage, perte d accès au découvert et au crédit, sans lesquels la vie devient inimaginable, saisie de la voiture, impact sur un tiers : conjoint, parent, ami, ) Le refus de solliciter de l aide, de subir le regard ou les questions d un tiers La honte face aux dettes et à l incapacité de mener une vie décente Page 5/7 L envie d honorer ses dettes Mr et Mme U. : «je ne pourrais plus faire face à mon employeur». Mr et Mme U. ont de nombreux arriérés de factures et une coupure EDF imminente. Ils ont choisi à un moment de solliciter l aide financière de l employeur de monsieur mais les difficultés sont loin d être résolues. Mr n oserait plus se présenter devant son patron s il déposait un dossier de surendettement. Le couple se voit donc piégé, s enfonce, sans trouver la force de réagir. Melle A. «j ai fait des erreurs, j assume, je vais rembourser» Melle A. a 30 ans et vit seule avec ses 3 enfants. Elle a pris un congé parental de 3 ans et perçoit 1200 d allocations. Elle trouve la force de porter un regard positif et confiant sur la vie. Face aux difficultés pour rembourser des crédits renouvelables, souscrits de longue date, elle consulte Archime d. Nous lui suggérons différentes solutions, dont le surendettement. Melle A. analyse les budgets simulés et choisit une médiation de dettes, moins avantageuses pour elle sur le plan financier. Elle indique qu elle rationalisera son mode de vie. Elle déménage effectivement pour un logement moins onéreux Consciente de ses limites et soucieuse de protéger ses enfants, elle revient voir Archime d à chaque évènement délicat. Le dossier de surendettement est préparé à 2 reprises mais non déposé à ce jour. Mr P. : «j ai refusé la procédure de rétablissement personnel» Mr P. vit de petits boulots depuis des années. Il n arrive pas à être à jour de ses charges car dérape à chaque interruption de contrat de travail et ne remonte jamais la pente. Il rencontre aussi des aléas, comme des pannes de voiture, qui ne facilitent pas sa situation financière. Il a emprunté pour régler des dettes, pensant que cela l aiderait, et souscrit un micro-crédit pour remplacer son véhicule. Il est reconnaissant à certains prêteurs de lui avoir fait confiance malgré sa situation. Quand il se résout à déposer un dossier de surendettement, il change vite d avis à réception de la décision de la Banque de France qui envisage une procédure d effacement. C est hors de question : il dit qu il y mettra le temps qu il faut mais il remboursera nous souhaitons seulement que ses créanciers l entendent et l aident avant qu il ne s use.

6 Surendettement : promouvoir le dispositif? Page 6/7 Le non recours au droit (c est-à-dire la non sollicitation d un dispositif légal existant) est toujours interpellant. Dans le cas du surendettement, il amène de nombreuses personnes à vivre dans des conditions misérables, sujettes aux poursuites de créanciers, aux mesures de coupure d énergie et d expulsion Etvivre avec des dettes non résolues est bien plus problématique que de vivre avec un plan de surendettement. Si nous n avons jamais entendu personne soutenir que le surendettement était une solution face à la pauvreté, la pratique de terrain tend pourtant à démontrer l inverse. Que proposer d autre quand plus aucune aide n est activable et que les ressources couvrent à peine les charges? Et s il reste une petite capacité d apurement, ce sont parfois les créanciers qui la méprisent et se ferment à toutes propositions, préférant le risque de tout perdre au compromis (cfencart ci-dessous). Faut-il donc voir dans le surendettement une solution miracle, satisfaisante pour tous, et mener des campagnes d information, voire d incitation au dépôt de dossier de surendettement? On touche là une question d ordre politique qui effraie et remet en cause l ordre moral, économique et social. Promouvoir le dispositif de surendettement ne généraliserait-il pas tout d abord l idée que toute personne gagnant moins d un seuil de ressources soit légitimement déchargée de régler ses dettes? et par suite éventuellement ses factures, préexistantes aux dettes? Jusqu où risque-ton un appel d air à tous ceux qui s efforcent de tenir? Ensuite, il faut rappeler que les conséquences du surendettement (effacement total ou partiel des créances; réduction des facturations contractuelles) sont financièrement à charge des créanciers. Jusqu où peut-on forcer leur «solidarité»? Quelles conséquences économiques en attendre, surtout dans le contexte de crise que nous traversons (faillites d entreprises, licenciements, )? Et puis, étant donné le système de libre-entreprise qui est le notre, difficile d imaginer que cela n ait pas de conséquences sur l accroissement de l exclusion des plus pauvres. On constate déjà la dureté de certains bailleurs, même sociaux, à proposer des solutions de relogement, et suspectons qu ils aient l arrière-pensée d activer une procédure d expulsion. Pour ces différentes raisons, Archime d envisagerait difficilement des campagnes publiques de promotion du dispositif de surendettement. Nous sommes satisfaits qu il offre un «possible»; nous ne souhaitons pas en faire une procédure «normale». En outre, une mesure de surendettement constituant malheureusement rarement une solution suffisante, nous préconisons que le dispositif soit revisité, pour intégrer conseil et accompagnement. Ceci permettrait de mobiliser les moyens nécessaires à la réinstauration d une vie digne. Cela contribuerait aussi à mieux identifier les problématiques et à alimenter les travaux de lutte contre la pauvreté. Le coût d un tel dispositif serait peut-être, au moins à court terme, plus important que le traitement productif des dossiers de surendettement. Mais n a-t-on pas tous à y gagner à moyen terme? Les créanciers : des promoteurs du dispositif de surendettement malgré eux? Mr N. : «je voulais payer ils n ont pas voulu» Mr N. a souscrit un crédit revolving lorsqu il travaillait. Il a perdu son emploi depuis longtemps et perçoit le RSA. Pour 5000 dus, il rembourse 200 par mois. Il a toujours réglé mais il n en peut plus. Il veut toutefois rembourser, mais à un rythme plus adapté. Il envisage 50 par mois. La société de crédit qualifie cette proposition de ridicule. Mr N. décide de déposer un dossier de surendettement, humilié, découragé et révolté à la fois. Mr et Mme O. : «s ils ne veulent pas faîtes-nous un crédit» Mr et Mme O. et leurs 2 enfants vivent d un demi SMIC, d un complément de RSA et d allocations. Leurs charges d énergie sont conséquentes et ils ont cumulé 2600 d arriérés (gaz, électricité, eau). Ils cherchent à obtenir des apurements mais les fournisseurs refusent d envisager un accord sur plus de 10 mois. Hors de leur capacité! Le dépôt d un dossier de surendettement devient pour eux la seule issue.

7 Développer l épargne des pauvres : une utopie? Page 7/7 Le crédit n est rien autre qu une épargne à l envers. C est ce que nous expliquons aux personnes rencontrées qui souhaitent emprunter mais se déclarent incapables de mettre le moindre argent de côté. A la différence du crédit, l épargne est toutefois source de beaucoup plus de sérénité. L initiative d incitation à l épargne, menée par le Réseau de Financement Alternatif nous parait donc digne du plus grand intérêt. Épargner sans son banquier Le microcrédit est de plus en plus largement connu. Son pendant, la micro-épargne, l'est un peu moins. Le Réseau Financement Alternatif a conçu plusieurs initiatives pour lancer des personnes à faibles revenus sur les traces de l'épargne et de la solidarité. L'épargne n'est pas toujours une chose acquise d'emblée. Nombre de personnes disposant de faibles revenus pensent qu'elles n'ont pas assez de ressources pour pouvoir mettre de l'argent de côté, n'en perçoivent pas l'intérêt immédiat, ou encore n'arrivent pas à laisser leur épargne de côté sans y toucher. Plusieurs études montrent pourtant que, dans la plupart des cas, il est possible d'épargner et, qu'en outre, l'épargne, pour les personnes précarisées, sert véritablement de filet de sécurité en cas de coups durs ou d'imprévus. Fort de ce constat, le Réseau Financement Alternatif (RFA) mène depuis 2011 des projets de microépargne. En 2011, le Réseau Financement Alternatif a recruté plus de 180 personnes à faibles revenus par l'intermédiaire des CPAS (centres publics d'action sociale). Le programme prévoyait que les épargnants mettent chaque mois une petite somme de côté et qu'au bout d'un an, ils récupèrent leur épargne majorée de 50 % (1). En échange, ils s'engageaient à épargner de manière régulière (au minimum 7 fois sur 12) et à assister à des rencontres et animations sur la gestion budgétaire, le crédit et l épargne. Pour éviter aux participants toute tracasserie administrative (notamment en leur obligeant de fournir la preuve au RFA que l'épargne avait bien été versée chaque mois), le Réseau Financement Alternatif a ouvert des comptes d'épargne au nom de l'association, sur lequel les participants étaient invités à directement verser leur épargne. Les résultats de ce programme furent positifs. Sur les 180 participants, pratiquement la moitié a réussi à épargner sur le long terme. Plus précisément, 52 % des inscrits n'ont pratiquement pas ou absolument jamais participé au programme et 48 % ont rempli les conditions pour recevoir la bonification en fin d'année. Le montant moyen épargné est de 263,81, ce qui représente une épargne moyenne de 21,9 par mois. Les résultats qualitatifs de l'étude montrent également que les personnes qui ont épargné, sont heureuses et fières d'avoir pu le faire (nombre d'entre elles pensait ne pas en être capables) et jugent très positivement le fait que leur argent soit plus difficilement accessible. Plusieurs se sont dites prêtes à continuer à épargner, même sans bonification. Le Réseau a donc entamé un deuxième programme cette année. Cette fois, le programme a été ouvert à un public plus large et l incitant financier a été supprimé. Les participants ont le choix entre trois formules : participer à un groupe de micro-épargne, une tontine ou une communauté autofinancée (CAF). La première formule leur permet de verser chaque mois un somme d'argent versée sur un compte ouvert au nom du RFA. Dans la tontine et la CAF, le groupe gère l'épargne. Chaque mois, les participants se retrouvent et versent de l'argent dans un «pot commun». Dans le système de tontine, chaque participant à tour de rôle, reprend la cagnotte. En revanche, dans la CAF, les participants décident librement de la somme qu'ils souhaitent épargner chaque mois et s'ils emprunteront ou pas dans le pot commun, en fonction de leur besoin. Les raisons pour les participants d épargner au sein d'une CAF plutôt qu'à la banque sont multiples. Ils aiment la flexibilité mais aussi le fait de se rencontre et de s entraider. Laurence Roland (1) La bonification était plafonnée à 120, ce qui correspond à une épargne mensuelle de 20 pendant un an.

La procé duré dé suréndéttémént

La procé duré dé suréndéttémént La procé duré dé suréndéttémént Vous commencez à avoir des difficultés à rembourser vos crédits et plus généralement vos dettes non professionnelles? Il ne faut pas attendre que votre situation soit trop

Plus en détail

BIENVENUE SUR LA PLATEFORME RSA. Cette action est cofinancée par l Union Européenne

BIENVENUE SUR LA PLATEFORME RSA. Cette action est cofinancée par l Union Européenne BIENVENUE SUR LA PLATEFORME RSA Cette action est cofinancée par l Union Européenne Présentation de la plateforme Vous êtes nouvellement bénéficiaires du Revenu de Solidarité Active (RSA). Les partenaires

Plus en détail

LES RISQUES DU CREDIT

LES RISQUES DU CREDIT FACTEURS Prévention Santé Environnement E1 LES RISQUES DU CREDIT 1- Analyse de la situation. Le surendettement survient de plus en plus à la suite d une perte d emploi, de la maladie ou d un divorce. C

Plus en détail

Le regroupement de crédits, la solution?

Le regroupement de crédits, la solution? JANVIER 2014 N 28 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Le regroupement de crédits, la solution? Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE

Plus en détail

AGIR ENSEMBLE POUR VOUS, PARTOUT

AGIR ENSEMBLE POUR VOUS, PARTOUT AGIR ENSEMBLE POUR VOUS, PARTOUT Deux grands acteurs de proximité s associent pour vous simplifier la vie. Tout près de chez vous. 2 LES CCAS/CIAS Plus de 7 500 Centres Communaux ou Intercommunaux d Action

Plus en détail

QUESTIONS / REPONSES

QUESTIONS / REPONSES QUESTIONS / REPONSES Peut-on tout acheter avec un crédit personnel? Oui, dans la mesure où le montant du crédit correspond à votre besoin. Jusqu à 75000 maximum, votre prêt personnel peut répondre à tous

Plus en détail

Maîtriser son endettement

Maîtriser son endettement JUIN 2014 N 8 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Maîtriser son endettement Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE Pourquoi et

Plus en détail

Maîtriser son endettement

Maîtriser son endettement JUIN 2014 N 8 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES Maîtriser son endettement sec_01-2 Ce mini-guide vous est offert par : Pour toute information complémentaire, nous contacter : info@lesclesdelabanque.com

Plus en détail

Maîtriser son endettement

Maîtriser son endettement DÉCEMBRE 2013 N 8 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Maîtriser son endettement Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE Pour toute

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Crédit, rachat de crédit : que pensent les internautes? Contact presse : mael.resch@empruntis.com 01.55.80.58.

DOSSIER DE PRESSE. Crédit, rachat de crédit : que pensent les internautes? Contact presse : mael.resch@empruntis.com 01.55.80.58. DOSSIER DE PRESSE Crédit, rachat de crédit : que pensent les internautes? Contact presse : mael.resch@empruntis.com 01.55.80.58.66 Empruntis.com en partenariat avec Market Audit a mené une étude auprès

Plus en détail

Mon calendrier budgétaire

Mon calendrier budgétaire LES FICHES PRATIQUES DE FINANCES & PÉDAGOGIE Mon calendrier budgétaire Sommaire Tableau des recettes-dépenses mensuelles...2-4 Calendrier Mode d emploi...5-6 Janvier Février revenus revenus Juillet Août

Plus en détail

La procédure de surendettement

La procédure de surendettement JUILLET 2012 N 22 DIFFICULTÉS LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent La procédure de surendettement 1 FBF - 18 rue La Fayette - 75009 Paris cles@fbf.fr

Plus en détail

Maîtriser son taux d endettement

Maîtriser son taux d endettement LES MINI-GUIDES BANCAIRES FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE Les Mini-guides Bancaires: La banque dans le creux de la main topdeluxe FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE Repère n 8 Maîtriser son taux d endettement

Plus en détail

CIL-PASS assistance DOSSIER N :

CIL-PASS assistance DOSSIER N : CIL-PASS assistance DOSSIER N : Date d ouverture dossier : Date de clôture dossier : SITUATION DU MÉNAGE ÉTAT CIVIL DEMANDEUR CONJOINT Nom Prénom Nom de jeune fille Né(e) le Lieu et Département Nationalité

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Mémoire de l'alliance canadienne des associations étudiantes Résumé Depuis 2008, le gouvernement du Canada

Plus en détail

Demande dʼintervention sociale

Demande dʼintervention sociale Demande dʼintervention sociale DOCUMENT CONFIDENTIEL DEMANDEUR Nom :... Prénoms :... Nom de jeune fille :... Date de naissance : Adresse :... Code postal : Ville :... Tél. domicile : Portable : Courriel

Plus en détail

Bénéficiaire (s) : NOM Prénom : Adresse : BILAN D ACCOMPAGNEMENT BUDGÉTAIRE ET SOCIAL MASP-AEB

Bénéficiaire (s) : NOM Prénom : Adresse : BILAN D ACCOMPAGNEMENT BUDGÉTAIRE ET SOCIAL MASP-AEB ANNEXE 3 Bénéficiaire (s) : NOM Prénom : Adresse : BILAN D ACCOMPAGNEMENT BUDGÉTAIRE ET SOCIAL MASP-AEB Date : Travailleur social : Dates du contrat : du au contrat initial Date début de mesure : 1 er

Plus en détail

FAQ PRÊT VERT OCTROI D UN NOUVEAU CREDIT :

FAQ PRÊT VERT OCTROI D UN NOUVEAU CREDIT : FAQ PRÊT VERT OCTROI D UN NOUVEAU CREDIT : 1. Un prêteur peut-il décider librement de proposer ou non des contrats de prêt avec bonification d intérêt aux consommateurs et donc de s engager volontairement

Plus en détail

Maîtriser son endettement

Maîtriser son endettement JANVIER 2013 N 8 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Maîtriser son endettement Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE Pour toute

Plus en détail

Créer son propre emploi

Créer son propre emploi Vous souhaitez voir intervenir, au sein de votre établissement, un de nos conseillers régionaux : prenez contact avec lui pour établir, ensemble, une proposition adaptée à vos besoins et à votre public.

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DU PRET SOCIAL CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE BOURG EN BRESSE CHAPITRE I

CONDITIONS GENERALES DU PRET SOCIAL CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE BOURG EN BRESSE CHAPITRE I CONDITIONS GENERALES DU PRET SOCIAL CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE DE BOURG EN BRESSE CHAPITRE I PRESENTATION Article 1 Le CCAS de Bourg en Bresse, participe depuis juin 2003 à la coordination des aides

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

GERER SON BUDGET 1- LE BUDGET

GERER SON BUDGET 1- LE BUDGET D1 GERER SON BUDGET 1- LE BUDGET 1- Analyse de la situation. Caroline, 26 ans, a sélectionné un séjour en Espagne d un montant de 420 tout compris, pour ses vacances du 1 er au 15 aout. Elle devra régler

Plus en détail

ACCOMPAGNER LES FAMILLES EN SITUATION DE FRAGILITÉ FINANCIÈRE

ACCOMPAGNER LES FAMILLES EN SITUATION DE FRAGILITÉ FINANCIÈRE ACCOMPAGNER LES FAMILLES EN SITUATION DE FRAGILITÉ FINANCIÈRE L accompagnement des familles confrontées à des situations budgétaires tendues est l une des priorités de l action sociale des institutions

Plus en détail

Deux dispositifs de soutien au revenu des travailleurs modestes : le RSA activité et la PPE

Deux dispositifs de soutien au revenu des travailleurs modestes : le RSA activité et la PPE Deux dispositifs de soutien au revenu des travailleurs modestes : le RSA activité et la PPE Franck von Lennep Directeur de la recherche, des études, de l évaluation et des statistiques 17/09/2014 1 Un

Plus en détail

GUIDE DE GESTION BANCAIRE

GUIDE DE GESTION BANCAIRE GUIDE DE GESTION BANCAIRE À DESTINATION DES JEUNES PRIS EN CHARGE PAR LES SERVICES DE L AIDE SOCIALE À L ENFANCE ET AUX FAMILLES Pour vos premiers pas dans la gestion de vos biens R1400020-2 4 novembre

Plus en détail

Gestion du budget familial-1

Gestion du budget familial-1 Gestion du budget familial-1 Qu est-ce qu un budget? A quoi cela sert-il? C est un plan prévisionnel qui nous sert à bien gérer notre argent dans le temps. Le budget est un tableau qui enregistre pour

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ Conclusion Dans le cadre de ses missions, le CCSF a confié au CRÉDOC une étude portant sur l accès aux services bancaires des ménages en situation de pauvreté. Cette étude s inscrit en continuité de celle

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

Connaissance du dispositif. Projet. État civil. Les renseignements communiqués sont confidentiels. Ils serviront à répondre au mieux à la demande

Connaissance du dispositif. Projet. État civil. Les renseignements communiqués sont confidentiels. Ils serviront à répondre au mieux à la demande Connaissance du dispositif Les renseignements communiqués sont confidentiels. Ils serviront à répondre au mieux à la demande Affiche dans un centre d aide sociale Affiche dans une agence bancaire Panneau

Plus en détail

Assurer mon cre dit immobilier

Assurer mon cre dit immobilier Assurer mon cre dit immobilier Pour concrétiser votre projet immobilier, vous avez besoin d obtenir un crédit immobilier ainsi qu une assurance emprunteur. L assurance emprunteur sera mise en jeu lorsqu

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. Présentation. Fonds de Solidarité pour le Logement. Juin 2012 page 1/9

GUIDE PRATIQUE. Présentation. Fonds de Solidarité pour le Logement. Juin 2012 page 1/9 Présentation Guide d accompagnement à l application du Règlement Intérieur 2012 à l usage des partenaires Juin 2012 page 1/9 Plan du guide Qu est-ce que le FSL? Comment saisir le Fonds? Les critères généraux

Plus en détail

Comment réagir en cas de perte de revenus?

Comment réagir en cas de perte de revenus? NOVEMBRE 2014 N 12 DIFFICULTÉS LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Comment réagir en cas de perte de revenus? Ce mini-guide vous est offert

Plus en détail

Santé Manitoba GUIDE DU PROGRAMME DE PAIEMENT PAR MENSUALITÉS DE LA FRANCHISE DU RÉGIME D ASSURANCE-MÉDICAMENTS

Santé Manitoba GUIDE DU PROGRAMME DE PAIEMENT PAR MENSUALITÉS DE LA FRANCHISE DU RÉGIME D ASSURANCE-MÉDICAMENTS Santé Manitoba GUIDE DU PROGRAMME DE PAIEMENT PAR MENSUALITÉS DE LA FRANCHISE DU RÉGIME D ASSURANCE-MÉDICAMENTS Juin 2010 Remarque : Les renseignements fournis dans ce guide étaient à jour au moment de

Plus en détail

Atelier Finance du 2 mai

Atelier Finance du 2 mai Atelier Finance du 2 mai Les GRT du Québec nous disent toujours qu il y une seule question à laquelle les accompagnants ne doivent jamais répondre : «Combien coûte un projet?» avant qu il ne soit finalisé.

Plus en détail

Il faut que tout le monde travaille ensemble pour supprimer ces problèmes. Aujourd hui, je vous demande de faire confiance au Gouvernement.

Il faut que tout le monde travaille ensemble pour supprimer ces problèmes. Aujourd hui, je vous demande de faire confiance au Gouvernement. Le mardi 3 juillet 2012, le Premier Ministre de la France a parlé aux Députés. Le Premier Ministre est le chef du Gouvernement de la France. Il y a plusieurs Ministres dans le Gouvernement. Le Premier

Plus en détail

PRÊT SOCIAL Pour les agents de l AP-HP

PRÊT SOCIAL Pour les agents de l AP-HP DOSSIER N :. PRÊT SOCIAL Pour les agents de l AP-HP Emprunteur Co-emprunteur Mr Mme Mr Mme Nom d usage (en majuscules) :..... Nom de famille (nom de jeune fille) :.. Prénoms :.. Nom d usage (en majuscules)

Plus en détail

1. Les comptes de dépôt et d épargne

1. Les comptes de dépôt et d épargne 1. Les comptes de dépôt et d épargne 1.1 Les comptes de dépôt 1.1.1 Le taux de possession d un compte de dépôt Le premier constat est celui d un accès important aux comptes de dépôt, quelle que soit la

Plus en détail

GERER SON BUDGET 1- LE BUDGET

GERER SON BUDGET 1- LE BUDGET D1 GERER SON BUDGET 1- LE BUDGET 1- Analyse de la situation. Caroline, 26 ans, a sélectionné un séjour en Espagne d un montant de 420 tout compris, pour ses vacances du 1 er au 15 aout. Elle devra régler

Plus en détail

DEMANDE d ENTRAIDE. Dossier confidentiel. Nom :... Prénom :... Adresse :... ... CP :... Ville :... Téléphone :... Portable :...

DEMANDE d ENTRAIDE. Dossier confidentiel. Nom :... Prénom :... Adresse :... ... CP :... Ville :... Téléphone :... Portable :... DEMANDE d ENTRAIDE CE : A l initiative de l Agence Dossier confidentiel A l initiative du demandeur Nom :...................................... Prénom :............................... Adresse :...................................................................................

Plus en détail

Endettement des jeunes adultes

Endettement des jeunes adultes Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS 20 Situation économique et sociale de la population Neuchâtel, Août 2012 Endettement des jeunes adultes Analyses complémentaires

Plus en détail

Germain Dulac Ph.D. N 2. Les pensions alimentaires payées par les pères au Québec

Germain Dulac Ph.D. N 2. Les pensions alimentaires payées par les pères au Québec Ph.D. N 2 Les pensions alimentaires payées par les pères au Québec Montréal, 1er mai 2008 Les pensions alimentaires payées par les pères au Québec Page 2 Table des matières LA LOI ET LA PERCEPTION DES

Plus en détail

Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire

Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire Eléments de calendrier 1. Conférence nationale contre la pauvreté et pour l'inclusion sociale des 10 et 11 décembre 2012 Rapport de M. François

Plus en détail

Le Revenu de solidarité active

Le Revenu de solidarité active 1 1. Qui est concerné? Le Revenu de solidarité active Pour percevoir le RSA, il faut : résider en France de manière stable et effective, être français ou titulaire depuis plus de cinq ans d un titre autorisant

Plus en détail

Le microcrédit personnel accompagné

Le microcrédit personnel accompagné OCTOBRE 2013 N 36 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Le microcrédit personnel accompagné Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE

Plus en détail

Chap 2 : Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement. I. Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement d exploitation

Chap 2 : Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement. I. Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement d exploitation Chap 2 : Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement I. Le cycle d exploitation et le besoin en fonds de roulement d exploitation A. Le cycle d exploitation L activité de l unité commerciale

Plus en détail

Demande de Prise en charge Fonds de solidarité Carrefour Market

Demande de Prise en charge Fonds de solidarité Carrefour Market Demande de Prise en charge Fonds de solidarité Carrefour Market Le document doit être rempli intégralement et accompagné de pièces justificatives. Dans le cas contraire, la demande ne pourra pas être traitée.

Plus en détail

LOI LAGARDE DE REFORME DU CREDIT A LA

LOI LAGARDE DE REFORME DU CREDIT A LA CHRISTINE LAGARDE MINISTRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI LOI LAGARDE DE REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION 1ER NOVEMBRE 2010 LE 1 ER NOVEMBRE ENTRENT EN VIGUEUR LES MESURES DE LA LOI LAGARDE

Plus en détail

IDENTIFICATION DU DEMANDEUR. NOM : Prénom : Coordonnées : IDENTIFICATION DU OU DES BENEFICIAIRE(S) NOM : Prénom : DATE DE LA DEMANDE :

IDENTIFICATION DU DEMANDEUR. NOM : Prénom : Coordonnées : IDENTIFICATION DU OU DES BENEFICIAIRE(S) NOM : Prénom : DATE DE LA DEMANDE : DIRECTION DE LA SOLIDARITE 3, Rue François de Guise B.P. 504 55012 BAR LE DUC CEDEX IDENTIFICATION DE L INSTRUCTEUR NOM : Qualité : FICHE DE SAISINE SERVICE INSERTION ET DEVELOPPEMENT SOCIAL Demande de:

Plus en détail

Les approches de la précarité : entre vision par le budget disponible et vision par les conditions de vie Bruno MARESCA CREDOC

Les approches de la précarité : entre vision par le budget disponible et vision par les conditions de vie Bruno MARESCA CREDOC Les approches de la précarité : entre vision par le budget disponible et vision par les conditions de vie Bruno MARESCA CREDOC Réunion du Cotech du 19 juin Les notions de pauvreté et de précarité Les définitions

Plus en détail

Le Statut Auto-Entrepreneur

Le Statut Auto-Entrepreneur Le Statut Auto-Entrepreneur Le Statut Auto-Entrepreneur en 10 points http://www.declaration-auto-entrepreneur.com L auto-entrepreneur est caractérisé par différents points clés. Lorsque l ont décide de

Plus en détail

Demande de délais de paiement ou de remise de paiement

Demande de délais de paiement ou de remise de paiement Demande de délais de paiement ou de remise de paiement QUAND UTILISER CE MODELE Vous devez faire face à des difficultés financières qui vous mettent dans l impossibilité de payer l impôt dû. Recommandée

Plus en détail

FICHE N 41 LE SURENDETTEMENT

FICHE N 41 LE SURENDETTEMENT Textes FICHE N 41 LE SURENDETTEMENT - Code de la consommation. Partie législative : livre III, titre III Traitement des situations de surendettement : articles L330-1 à L333-8. Partie règlementaire : livre

Plus en détail

Prediagri Retraite. Préparer sa retraite, c est essentiel. Solutions Assurances Agriculteurs

Prediagri Retraite. Préparer sa retraite, c est essentiel. Solutions Assurances Agriculteurs Solutions Assurances Agriculteurs Complément de retraite Préparer sa retraite, c est essentiel. Votre retraite, c est à vous d en décider. Plus tôt vous la préparez, plus vous mettez d atouts de votre

Plus en détail

Gérer son budget, les bons réflexes

Gérer son budget, les bons réflexes GUIDE PRATIQUE Gérer son budget, les bons réflexes PRÉVOIR VOTRE BUDGET MAÎTRISER VOTRE BUDGET GÉRER VOTRE ARGENT ET VOS PROJETS ON A TOUS BESOIN DE CONSEILS POUR SON BUDGET L argent participe au bonheur

Plus en détail

Le traitement des pensions alimentaires pour enfants dans les programmes sociaux: une discrimination envers les enfants les plus pauvres!

Le traitement des pensions alimentaires pour enfants dans les programmes sociaux: une discrimination envers les enfants les plus pauvres! Le traitement des pensions alimentaires pour enfants dans les programmes sociaux: une discrimination envers les enfants les plus pauvres! Fédération des associations de familles monoparentales et recomposées

Plus en détail

Le surendettement des ménages 2013 183

Le surendettement des ménages 2013 183 LIMOUSIN 183 Région Limousin en chiffres Surendettement Données 2013 2 874 dossiers déposés 3 147 personnes surendettées a) 456 dossiers pour 100 000 habitants b) : 36 202 euros c) Contexte socioéconomique

Plus en détail

Résumé de la réforme des pensions février 2012

Résumé de la réforme des pensions février 2012 NOTE AU BUREAU DU PARTI 27 février 2012 Résumé de la réforme des pensions février 2012 Ce résumé ne concerne que les pensions du secteur privé. Un autre document suivra lorsque la réforme des pensions

Plus en détail

23ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES

23ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES 23ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES présenté par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université Paris Ouest - Mercredi 6 avril 2011-1 La diffusion des crédits recule toujours

Plus en détail

Prévention d impayés de loyer - Rapport d activité 2008

Prévention d impayés de loyer - Rapport d activité 2008 Logis de l agglomération Grenobloise : 04 76 49 84 29 logisdesiles2@wanadoo.fr D A N S C E N U M É R O : Nos missions et réponses 2 Commission 2 Caractéristiques des publics Intérêt du dispositif 3 4 Bilan

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE D AIDE AU TITRE DU DISPOSITIF APPUI APPRENTI Année civile 2014

DOSSIER DE DEMANDE D AIDE AU TITRE DU DISPOSITIF APPUI APPRENTI Année civile 2014 ANNEXE 1 DOSSIER DE DEMANDE D AIDE AU TITRE DU DISPOSITIF APPUI APPRENTI Année civile 2014 PRINCIPES GENERAUX Le dispositif «Appui Apprenti» est une mesure sociale destinée à venir en aide aux apprentis

Plus en détail

L encadrement du crédit par la loi Française

L encadrement du crédit par la loi Française L encadrement du crédit par la loi Française Le législateur a, depuis les années 70, mis en place des dispositions visant à mieux protéger les emprunteurs et les personnes en situation de fragilité financière,

Plus en détail

Mesure du surendettement en Europe

Mesure du surendettement en Europe Mesure du surendettement en Europe Conférence du 24 juin 2008 Didier Davydoff, Directeur de l OEE 0EE - Observatoire de l'épargne européenne 1 Introduction: l augmentation des encours de crédit aux ménages

Plus en détail

Organiser. son Budget. Les supports proposés...2 Échéancier...3-6 Budget... Mode d emploi...7 Conseils pratiques...8

Organiser. son Budget. Les supports proposés...2 Échéancier...3-6 Budget... Mode d emploi...7 Conseils pratiques...8 LES FICHES PRATIQUES DE FINANCES & PÉDAGOGIE Dépenser : se comporter en consommateur avisé Organiser Ajuster : réagir rapidement aux événements son Budget Sommaire Les supports proposés...2 Échéancier....3-6

Plus en détail

Un partenaire à vos côtés

Un partenaire à vos côtés Un partenaire à vos côtés Afin de permettre aux fonctionnaires d'etat qui résident en Ile-de- France d'accéder à un crédit responsable à des conditions négociées, la SRIAS a signé une convention de partenariat

Plus en détail

Le sondage santé comprend trois parties. Les questions concernent - le système de santé - les assureurs-maladies - les assurés

Le sondage santé comprend trois parties. Les questions concernent - le système de santé - les assureurs-maladies - les assurés Le sondage santé comprend trois parties. Les questions concernent - le système de santé - les assureurs-maladies - les assurés Sur les 1210 personnes interrogées, 1043 personnes sont en âge de voter, soit

Plus en détail

UNE DEMANDE DE RMI EN HAUSSE

UNE DEMANDE DE RMI EN HAUSSE Une année mitigée En 2008, en Poitou-Charentes, le bilan social est mitigé. Le nombre d allocataires de l ASS et de l API décline. De même, le nombre de bénéficiaires de la CMUc est en retrait. Cela peut

Plus en détail

On vous réclame une dette : ce qu il faut savoir

On vous réclame une dette : ce qu il faut savoir Dessins : Gérard Gautier - Création et réalisation : Esprit Graphique F. Fullenwarth - Impression : Hauts de Vilaine On vous réclame une dette : ce qu il faut savoir Maison de la consommation et de l environnement

Plus en détail

L essentiel sur. Le crédit à la consommation

L essentiel sur. Le crédit à la consommation L essentiel sur Le crédit à la consommation Prêt personnel Prêt affecté Crédit renouvelable Qu est ce que c est? Le crédit à la consommation sert à financer l achat de biens de consommation (votre voiture,

Plus en détail

Argent : ce qu il faut faire

Argent : ce qu il faut faire GÉRARD HUGUENIN Argent : ce qu il faut faire Et que vous ne savez pas Éditions Eyrolles, 2005 ISBN : 2-7081-3082-X 2 Économiser L essentiel 1. Constituer son épargne progressivement et sans efforts. 2.

Plus en détail

Les particularités des rémunérations des réservistes militaires

Les particularités des rémunérations des réservistes militaires Les particularités des rémunérations des réservistes militaires PRESENTATION Pour favoriser le développement et l attractivité de la réserve militaire, les rémunérations versées aux réservistes sont exonérées

Plus en détail

Tableau synthétique des différentes aides au bénéfice des personnes handicapées. Document réalisé par la MDPH 04 Mise à jour : mai 2013 1

Tableau synthétique des différentes aides au bénéfice des personnes handicapées. Document réalisé par la MDPH 04 Mise à jour : mai 2013 1 Tableau synthétique des différentes aides au bénéfice des personnes handicapées Document réalisé par la MDPH 04 Mise à jour : mai 2013 1 Prestations financières pour adultes handicapés Prestation financière

Plus en détail

Les Crédits et ouverture de crédit

Les Crédits et ouverture de crédit Les Crédits et ouverture de crédit Contexte général Besoin d une nouvelle voiture, votre machine à lessiver tombe en panne ou besoin d effectuer quelques travaux dans votre maison? De grosses dépenses

Plus en détail

%#) ))# /-,$-%/00.,&.!&%-1 #7! "E#!

%#) ))# /-,$-%/00.,&.!&%-1 #7! E#! %#) +#"'. B, "C"%,- ))#,$-$-.$$%&/ /-,$-%/00.,&.!&%-1 9"

Plus en détail

LA PRÉCARITÉ ÉNERGÉTIQUE

LA PRÉCARITÉ ÉNERGÉTIQUE Analyse des besoins sociaux (ABS) LA PRÉCARITÉ ÉNERGÉTIQUE Commission aménagement et développement durable - Résultats de l analyse quantitative et de l enquête qualitative 19 février 2014 Réf. 14/ 28

Plus en détail

- 4 - L aide ménagère

- 4 - L aide ménagère - 4 - L aide ménagère Règlement départemental d aide sociale 2007 - Personnes handicapées - Personnes âgées 49 LES 4 4 - L aide ménagère. Dispositions générales. Article 1.1 Objectifs. L aide ménagère

Plus en détail

GROUPE S - CASI L ENGAGEMENT DE SERVICE

GROUPE S - CASI L ENGAGEMENT DE SERVICE { GROUPE S - CASI L ENGAGEMENT DE SERVICE L ENGAGEMENT DE SERVICE La caisse d assurances sociales du GROUPE S est un maillon indispensable entre l Administration et le citoyen. Elle contribue de concert

Plus en détail

Le rapport d Amours revisité

Le rapport d Amours revisité Le rapport d Amours revisité Selon le rapport D Amours, plus de 1 700 000 travailleurs québécois ne participent à aucun régime d épargne collective. Un travailleur sur deux n a donc comme protection en

Plus en détail

Montant maximum : 2 000 - sans intérêts Les frais de dossier représentent 1,5 % du capital prêté et seront déduits du capital versé

Montant maximum : 2 000 - sans intérêts Les frais de dossier représentent 1,5 % du capital prêté et seront déduits du capital versé DEMANDE DE «PRÊT SOCIAL» Montant maximum : 2 000 - sans intérêts Les frais de dossier représentent 1,5 % du capital prêté et seront déduits du capital versé Bénéficiaires : agents de droit public rémunérés

Plus en détail

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Une réforme pour réduire le coût des crédits renouvelables et

Plus en détail

LE DEPOT DE GARANTIE

LE DEPOT DE GARANTIE LE DEPOT DE GARANTIE Rubrique : Logement Source : site «service-public.fr» Attention : ne pas confondre dépôt de garantie et caution. Le dépôt de garantie est une somme en argent déposée par le locataire

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 17 octobre 2014

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 17 octobre 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 17 octobre 2014 La pauvreté et le bien-être en Belgique Chiffres de la pauvreté selon l'enquête SILC Le risque de pauvreté reste stable autour de 15% en Belgique ; 21%

Plus en détail

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 L UCM a créé un indicateur de conjoncture pour les PME wallonnes et bruxelloises. Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses

Plus en détail

Demande d aide financière

Demande d aide financière Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre Service départemental. Demande d aide financière Dossier parrainé par NOM :. Prénom : Date et lieu de naissance :. Adresse : Email : Téléphone

Plus en détail

25 La protection sociale

25 La protection sociale 25 La protection sociale F. Durand Sipa. CHOIX DU MÉDECIN TRAITANT : 40 % DES ASSURÉS SOCIAUX ONT RENVOYÉ LEUR FORMULAIRE EN SIX MOIS Hier, à trois jours du coup d envoi du dispositif du médecin traitant,

Plus en détail

Nouvel achat. Résumé. Table des matières. - Pré-autorisation. - Pour se qualifier

Nouvel achat. Résumé. Table des matières. - Pré-autorisation. - Pour se qualifier Nouvel achat Résumé Table des matières - Pour se qualifier - Confirmation des revenus - Salariés - Travailleurs autonomes - Travailleurs à commissions - Travailleurs saisonniers - Autres revenus - Familles

Plus en détail

Crises agricoles : la MSA Grand Sud à vos côtés

Crises agricoles : la MSA Grand Sud à vos côtés Crises agricoles : la MSA Grand Sud à vos côtés Organisme de sécurité sociale chargé de la mission de service public d encaisser les cotisations et d assurer le service des prestations au regard de la

Plus en détail

Le besoin de trésorerie

Le besoin de trésorerie OCTOBRE 2015 ENTREPRENEURS N 3 lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent FINANCEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES & aveclespme.fr Le nouveau site pratique de la Fédération Bancaire

Plus en détail

Lutter contre le surendettement

Lutter contre le surendettement Relations banque/clients Lutter contre le surendettement Mis à jour le 02/02/16 Les banques sont engagées depuis longtemps dans la lutte contre le surendettement, notamment grâce à une distribution responsable

Plus en détail

Conseil national de l information statistique

Conseil national de l information statistique Conseil national de l information statistique Commission Système financier et financement de l économie Accessibilité et inclusion bancaire 25 septembre 2014 1 Pourquoi la Croix-Rouge française s occupe-t-elle

Plus en détail

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT 15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT Les aides au logement (allocation de logement familiale (ALF), allocation de logement sociale (ALS) et aide personnalisée au logement (APL)) permettent de

Plus en détail

Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES. Un point sur la situation française

Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES. Un point sur la situation française Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES Un point sur la situation française I. L état des finances publiques La situation actuelle Le PIB 2160 milliards d euros en 2012 (source : FMI). Taux de croissance

Plus en détail

CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse

CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse Stratégie du CECODHAS sur l efficacité énergétique et la prévention de la précarité énergétique dans le

Plus en détail

Montant maximum : 2 400 au taux d intérêt annuel fixe de 3% Les frais de dossier représentent 3 % du capital prêté et seront déduits du capital versé

Montant maximum : 2 400 au taux d intérêt annuel fixe de 3% Les frais de dossier représentent 3 % du capital prêté et seront déduits du capital versé DEMANDE DE PRÊT «AMELIORATION DU CADRE DE VIE» Montant maximum : 2 400 au taux d intérêt annuel fixe de 3% Les frais de dossier représentent 3 % du capital prêté et seront déduits du capital versé Bénéficiaires

Plus en détail

Régime québécois d assurance parentale

Régime québécois d assurance parentale Régime québécois d assurance parentale Table des matières 1. Caractéristiques du RQAP 3 2. Conditions d admissibilité 4 3. Types de prestations offerts 4 4. Moment pour faire une demande de prestations

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE ASSET MANAGEMENT Les jeunes actifs et la retraite

CREDIT AGRICOLE ASSET MANAGEMENT Les jeunes actifs et la retraite CREDIT AGRICOLE ASSET MANAGEMENT Les jeunes actifs et la retraite 1er juillet 2008 Présentation F. Chassagne Résultats Enquête TNS Sofres FICHE TECHNIQUE Étude réalisée pour CREDIT AGRICOLE ASSET MANAGEMENT

Plus en détail

DECISION FORMULAIRE UNIQUE DE DEMANDE D'AIDE FINANCIERE OU D'ACCOMPAGNEMENT SOCIAL OU MEDICO-SOCIAL NATURE DE L AIDE SOLLICITÉE :

DECISION FORMULAIRE UNIQUE DE DEMANDE D'AIDE FINANCIERE OU D'ACCOMPAGNEMENT SOCIAL OU MEDICO-SOCIAL NATURE DE L AIDE SOLLICITÉE : FORMULAIRE UNIQUE DE DEMANDE D'AIDE FINANCIERE OU D'ACCOMPAGNEMENT SOCIAL OU MEDICO-SOCIAL NATURE DE L AIDE SOLLICITÉE : N dossier familial (IODAS) : Centre Médico-Social de Mende Travailleur Social Travailleur

Plus en détail

Fiche 15 LA PRESTATION DE COMPENSATION DU HANDICAP

Fiche 15 LA PRESTATION DE COMPENSATION DU HANDICAP Fiche 15 LA PRESTATION DE COMPENSATION DU HANDICAP La prestation de compensation du handicap (PCH) a été instaurée par la loi n 2005-102 du 11 février 2005. Elle est attribuée à la personne qui présente

Plus en détail

p e r s o n n e l solidaire

p e r s o n n e l solidaire Le m i c r o c r é d i t p e r s o n n e l solidaire du Fonds Social Juif Unifié Dossier de demande de prêt Cachet de la structure accompagnante : FSJU Comm - Illustration : Hephez Nom et prénom de l accompagnant(e)

Plus en détail