La valorisation des bois d œuvre de feuillu en circuit court : une étude de cas

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La valorisation des bois d œuvre de feuillu en circuit court : une étude de cas"

Transcription

1 ACTIVITÉS, PRODUITS ET MARCHÉS La valorisation des bois d œuvre de feuillu en circuit court : une étude de cas Benjamin Poilvet Gilles Barreau L étude dont le présent article rend compte a été réalisée dans le cadre d une troisième année de la FIF AgroParisTech ENGREF (Poilvet, 2011). La définition du circuit court qui a été retenue est celle qui a été précisée dans le plan d actions pour le développement des circuits courts du ministère de l Alimentation, de l Agriculture et de la Pêche (2009), c est-à-dire «un mode de commercialisation qui s exerce soit par la vente directe du producteur au consommateur, soit par la vente indirecte à condition qu il n y ait qu un seul intermédiaire». Nous avons admis que certaines contraintes et limites liées à la transformation ou à la commercialisation pourraient être réduites par le biais de la sous-traitance, celle-ci permettant de rester dans le circuit court : le donneur d ordre reste le même, de l arbre sur pied jusqu au produit fini vendu au consommateur. Dans le contexte actuel d augmentation du commerce des denrées agricoles en circuit court, couplé à une tendance de la consommation vers les produits naturels et à faible impact environnemental, se questionner sur ces schémas alternatifs de commercialisation dans le domaine forestier prend tout son sens. Notre étude tente de traiter le sujet dans sa globalité et en insistant sur certains points qui paraissent adaptés aux circuits courts de bois d œuvre, en particulier la valorisation optimale d une ressource qui ne peut pas être assurée par l outil industriel. Dans ce sens, nous étudierons les possibilités d établir une offre complémentaire aux offres standardisées, qui valorise la singularité d une origine et qui s ouvre avec souplesse aux demandes particulières. Ainsi, le circuit court de commercialisation a été appréhendé comme moyen pour mieux valoriser une ressource sous forme de produits pour des usages spécifiques liés à des marchés de niche. Nous verrons les possibilités de mise en place d un circuit court de bois d œuvre depuis la forêt, en nous concentrant entre autres :sur les marchés qui semblent possibles à investir ;sur l organisation technique et commerciale ; sur la rentabilité. L objectif est à la fois de montrer la faisabilité dans un cas pratique et tenter de dégager quelques réflexions à portée générale. Ce travail s appuie sur la forêt de Giroussens, qui s étend sur 600 hectares dans le département du Tarn, appartenant à un groupement forestier et gérée par IF Consultants. Ce massif se prête particulièrement à cette étude. D une part pour sa situation périurbaine (à 40 km de Toulouse et d Albi), et d autre part pour l état de sa ressource et du marché. En effet, la majorité des peuplements sont constitués de chênes sessiles en conversion de taillis en futaie. Jusqu alors les éclaircies produisaient principalement des petits bois (diamètre moyen inférieur ou égal à 27,5 cm) valorisés en bois de chauffage. Le diamètre moyen des coupes augmentant, nous nous interrogeons aujourd hui sur les possibilités de valorisation des bois Rev. For. Fr. LXIV

2 BENJAMIN POILVET -GILLES BARREAU moyens (classes de diamètre 30 à45), qui sont un peu gros pour une valorisation en bois de chauffage rentable mais un peu petits pour les scieries de Chêne traditionnelles. Les coupes concernent également quelques gros bois de bonne qualité mais qui représentent un volume trop faible pour une valorisation via les marchés standards. Le volume considéré est de 250 m 3 /an. Les prélèvements étaient jusqu alors valorisés en bois de chauffage et commercialisés en circuit court à50 /m 3. Cette étude a surtout un objectif pratique, elle se base sur une approche clairement pragmatique. Ainsi, elle pourra être utilisée en tant qu outil d aide méthodologique à la mise en forme de la réflexion et de l anticipation pour le propriétaire ou le gestionnaire qui souhaite s investir dans un projet commercial avec une logique de filière courte. ÉTUDE PROSPECTIVE DES MARCHÉS :MÉTHODE ET RÉSULTATS Nous avons commencé par une démarche prospective basée sur des entretiens afin d identifier les différentes pistes de marché et finalement ne retenir que les plus concluantes. Pour les marchés retenus, nous avons pris en considération et comparé différentes alternatives envisageables en matière de produit, de transformation et de distribution, pour finalement conclure sur ce qui est réalisable, comment et avec quel potentiel. Méthode d enquête L enquête relative aux marchés a pour objectifs de valider ou infirmer des intuitions sur la base d une étude de terrain (entretiens d enquête). Un ensemble d interlocuteurs a permis de tirer des conclusions sur les différentes possibilités de marché, leur potentiel, leur clientèle et ses besoins (tableau I, p. 57). Le périmètre d investigation a été adapté à la présence des interlocuteurs ciblés. Lorsque le nombre était suffisant nous nous sommes limités aux départements du Tarn et de la Haute-Garonne (par exemple pour l auto-écoconstruction) ; lorsqu il l était moins nous avons élargi à la région (par exemple pour les menuisiers et ébénistes privilégiant le bois local) ou au niveau national (par exemple pour les concepteurs de modèles). Mis à part la réalisation d entretiens d enquête, les outils qui ont été retenus pour le recueil d informations sont les relevés des produits et des prix en magasin et sur internet, et la bibliographie. Opportunités de marché et potentiel Quatre grands secteurs produits-marchés sont identifiés comme des opportunités relativement accessibles et porteuses dans le cadre d un circuit court : Les débits pour entreprises spécialisées en produits éthiques, Les débits rabotés et non traités (marché des particuliers et entreprises d écoconstruction), Le mobilier et la décoration «design brut», Les débits d essences secondaires et bois figurés pour le petit artisanat. Nous pouvons ajouter les marchés suivants, qui n ont pas été qualifiés de porteurs en raison d une concurrence forte ou d une demande relativement faible : Charpente traditionnelle et bois pour aménagements paysagers, Charpente traditionnelle avec choix de l arbre sur pied, 56 Rev. For. Fr. LXIV

3 Activités, produits et marchés Tableau I Pistes retenues Pistes et interlocuteurs retenus Interlocuteurs entretenus Nombre d enquêtés (répondants) Associations... 1 Auto-écoconstruction (produits de charpente principalement) Charpente traditionnelle Menuiserie ébénisterie (débits plot et sur quartier) Sculpteurs tourneurs (carrelets principalement) Produits éthiques, écoconçus (mobilier et décoration) Décoration, mobilier conception en bois brut Bois pour aménagements paysagers (carrelets et traverses) Auto-constructeurs particuliers... 2 Entreprises d accompagnement à la maîtrise d ouvrage... Architecte spécialisé... 1 Artisans spécialisés... 2 Charpentier charpente traditionnelle... 3 Charpentier «Bâtiments de France»... 2 Architecte des bâtiments de France... 1 Menuisiers ébénistes utilisateurs de bois local.. 7 Professionnels... 2 Maisons d édition... 3 Concepteurs de modèles... 1 Paysagistes Débits menuiserie - ébénisterie (plots d essences secondaires, débits sur quartier de «bois maillés», débits dans la ronce). N oublions pas qu il s agit cependant de marchés de niche qui correspondent à des volumes relativement faibles. POSSIBILITÉS DE VALORISATION TECHNIQUE Première transformation Le sciage de long à la tronçonneuse permet de travailler dans les endroits les plus difficiles et d obtenir des sciages de qualité correcte, le tout avec un matériel qui demande peu d entretien, durable et qui représente un investissement faible (de 800 à2600 HT pour un dispositif de sciage et une tronçonneuse). En revanche, le rendement est plus faible qu avec une scie à ruban et la productivité reste limitée. Le sciage à la scierie mobile à ruban permet d obtenir des débits de bonne qualité avec un bon rendement etune productivité plus intéressante. Enrevanche, il nécessite une place dégagée, peu pentue et accessible, avec les grumes débardées. L investissement est plus important. Le coût varie fortement selon les modèles et leur capacité (de 5000 à65000 HT). Cependant le sciage à la scierie mobile peut être sous-traité à un entrepreneur qui le réalise à façon (coût Rev. For. Fr. LXIV

4 BENJAMIN POILVET -GILLES BARREAU de l ordre de 60 /m 3 grume HT). Sous-traiter àunentrepreneur nécessite un volume minimum à transformer ainsi que la présence et la disponibilité d un scieur mobile local. En conclusion, nous pouvons dire que pour la première transformation, la scierie mobile est à privilégier dès que le volume est suffisant (à partir de 7m 3 de grumes). Le sciage de long àla tronçonneuse, limité par sa productivité, est à réserver pour la valorisation d arbres qui n ont dans l absolu aucune valeur du fait de leur isolement : chablis, arbres dépérissants, endommagés ou encore des arbres hors forêt. Cette découpe demande plus de temps par unité de volume produit mais permet de valoriser la partie supérieure de l arbre et les parties mal conformées. C est pourquoi le sciage de long à la tronçonneuse pourrait également être adapté à la valorisation d essences rares à forte valeur ajoutée ayant des débouchés pour les débits de faible dimension, telles les essences à bois d artisanat. Séchage Bien qu il soit encore possible de vendre ponctuellement des sciages verts à certains artisans, les débits doivent être séchés. Le séchage à l air nécessite le respect d un certain nombre de règles et d un minimum d infrastructures de conditionnement, conditions pour éviter des pertes considérables. La réalisation d un hangar bardé permet d assurer des conditions de séchage optimales et constitue un lieu de stockage sûr. Il apparaît comme le gros investissement incontournable pour la mise en place d un circuit court. Nous nous sommes basés sur le prix moyen d un hangar agricole en bardage et sans revêtement au sol (de l ordre de 250 /m 2 ). Le séchage artificiel est un coût supplémentaire en prestation et en transport. Il est donc préférable de ne réaliser un séchage artificiel qu en cas de demande et de vente assurée, àunprix comprenant le coût de la prestation. Deuxième et troisième transformation Il est évident que la création de produits finis depuis la forêt trouve rapidement ses limites compte tenu des investissements et du savoir-faire à mobiliser. Il est difficile de proposer des produits élaborés sans se transformer en artisan à part entière. Cet ensemble de contraintes et de limites pourrait être dépassé par le biais de la sous-traitance. Cependant tout un ensemble d opérations de deuxième et troisième transformation reste envisageable bien qu elles soient beaucoup plus gourmandes en main-d œuvre et chronophages que celles de première transformation. Aussi, elles permettent de maximiser la valeur ajoutée, ce qui devrait être recherché lorsqu on opère à partir de volumes faibles. L investissement matériel reste abordable mais le choix se situe dans une gamme de prix et de qualités très vaste. Ce choix, àréaliser par le porteur de projets, est àréfléchir sur la base de la disponibilité en main-d œuvre et du volume de production des produits considérés. Tout l art consiste donc à construire une gamme de produits qui nécessitent un minimum de deuxième et troisième transformation en termes de main-d œuvre principalement puis de moyens techniques, le tout selon le degré d investissement souhaité par le porteur de projets et sans s écarter des marchés porteurs identifiés. 58 Rev. For. Fr. LXIV

5 Activités, produits et marchés Élaboration de gammes de produits Si l on prend en considération la ressource de la forêt de Giroussens, compte tenu des marchés, il est préférable de produire en priorité :1)les produits «design brut», 2) les prédébits d essences secondaires pour l artisanat, 3) les débits sur quartier pour la meilleure qualité. Viennent ensuite la charpente et les bois pour aménagements paysagers. Bien qu identifiées comme «non porteuses», ces deux dernières catégories de produits ont été choisies car elles permettent de valoriser la plus basse qualité et nécessitent peu ou pas de transformation après le sciage. De plus si l on prend en compte l avantage concurrentiel de l origine locale des bois et la possibilité de concurrencer les scieries sur les prix, le marché pourrait être plus important. Et enfin ceci offre la possibilité de choisir l arbre sur pied pour les artisans de la rénovation du patrimoine, mais ceci représente un volume faible. Nous avons ainsi créé deux gammes de produits pour les chênes de la forêt de Giroussens :une gamme d objets et mobilier «design brut»(figure 1, ci-dessous) et une gamme charpente et bois pour aménagements paysagers. FIGURE 1 GAMME «DESIGN BRUT», VUES D ENSEMBLE Source : Autodesk Inventor, Benjamin Poilvet FISCALITÉ :IMPÔTS SUR LES BÉNÉFICES Pour les produits pouvant être utilisés comme matière première et s il n y apas de vente en installation fixe, le régime d imposition reste celui d un forfait agricole (figure 2, p. 60). Dans le cas contraire, le régime fiscal est celui du régime réel simplifié ou normal, qui impliquent un impôt sur le bénéfice. L impôt sur les bénéfices est un critère important à considérer. Selon les projets, il sera plus ou moins déterminant pour le choix du mode de vente et des gammes de produits. Rev. For. Fr. LXIV

6 BENJAMIN POILVET -GILLES BARREAU FIGURE 2 FISCALITÉ EN MATIÈRE D IMPÔTS SUR LE BÉNÉFICE Sciage mobile Produits pouvant être utilisés comme matière première Produits ne pouvant pas être utilisés comme matière première Vente par le propriétaire en installation fixe Activité àcaractère industriel et commercial Pas de vente en installation fixe CA CA > Imposition selon un forfait agricole Régime réel simplifié Régime réel normal MODES DE VENTE ET STRATÉGIE DE MARKETING Tableau II Atouts et contraintes par modalités de vente (Un signe +signifie atouts ;unsigne contraintes) Mode de vente DIRECTE Besoins en disponibilité Contraintes techniques optimisation des stocks Frais Efficacité de vente Fiscalité (cas de produits matière première) Sur le lieu de production / Par correspondance... +/ +/ +/ + Àlademande Via unprescripteur Contrat avec un artisan / + INDIRECTE Via uncommerçant détaillant. + +/ +/ + Point de vente collectif.... +/ + +/ ++ Il ressort que plusieurs modes de vente seraient intéressants mais leur efficacité pour vendre en volume est très limitée. Ce sont :lavente àlademande et par contrat avec un artisan. Àl inverse, la vente par correspondance comporte un risque au niveau de la gestion des commandes : nombre de commandes devenu ingérable, rupture de stock. La vente via un commerçant détaillant (un intermédiaire autorisé selon la définition du circuit court, voir en page 55, premier alinéa) engage une commission sur les ventes non négligeable entraînant une hausse du prix de vente. De plus leur efficacité pour les ventes n est pas toujours certaine. 60 Rev. For. Fr. LXIV

7 Activités, produits et marchés La vente sur le lieu de production est très dépendante de la situation du lieu (accessibilité, accueil). Elle peut donc être avantageuse dans certains cas. Aussi la présence d une installation pour la vente engendre la soumission à un régime fiscal plus contraignant, ce qui est aussi le cas pour un point de vente collectif. La vente via un prescripteur (architecte, décorateur d intérieur ou paysagiste selon les produits) semble être particulièrement avantageuse :un prescripteur représente un seul interlocuteur pour des ventes régulières, qui aura une certaine connaissance de ses besoins (optimisation de stocks) et qui jouera un rôle d ambassadeur des produits auprès du consommateur final. En ce qui concerne la forêt de Giroussens, l objectif principal étant de limiter les frais au minimum, et le choix du mode de distribution devant être adapté àlacible et au produit, nous retiendrons les modalités de vente suivantes :vente sur le lieu de production pour tirer avantage de la situation périurbaine et de la forte fréquentation du site ;puis vente via des prescripteurs autant que possible ;ceci pourra être complété par des contrats avec des artisans et de la vente à la demande. Il est nécessaire d y associer une politique de promotion adaptée, afin d optimiser les ventes. Nous retiendrons qu il est préférable d adopter une stratégie progressive qui mobilise les formes de vente en commençant par les marchés les plus faciles à atteindre avec un investissement restreint, pour un affrontement progressif des obstacles, afin que le processus de production se rode et que le forestier teste sa capacité à vendre. Pour ce qui est de la stratégie marketing, il faut savoir que la prise de conscience du rôle du consommateur dans son acte d achat est en train de se généraliser. Ce phénomène a été porté par l essor du développement durable, progressivement perçu comme un concept universel et primordial pour la société. Ainsi, les concepts du développement durable viennent maintenant s ajouter à d autres jugements subjectifs préexistants pour constituer la valeur d estime des produits. Les circuits courts offrent un avantage concurrentiel fort dans ce domaine qu il convient de valoriser par une communication adaptée. Pour cela, il faut être capable de démontrer de façon crédible les bénéfices du produit pour l environnement. Cependant, n oublions pas que la majorité des consommateurs est prête à choisir des produits respectueux de l environnement si toutes choses sont égales par ailleurs en termes de qualité, de prix et de garantie. Les moyens de communication à mettre en œuvre devront varier selon la gamme de produits qui correspond à une certaine clientèle à cibler. PRIX DE REVIENT ET MARGES D EXPLOITATION Le calcul du prix de revient aété réalisé pour deux scénarios de production : scénario 1 : une production sans deuxième transformation et sans installation pour la vente (hors impôt sur le bénéfice) ; scénario 2 : une production avec seconde transformation et installation pour la vente (soumise à l impôt sur le bénéfice). Le premier scénario 1 concerne la réalisation de produits charpente et bois pour aménagements paysagers àpartir de 250 m 3 grume. Le prix de revient total tous sciages confondus est de 386 /m 3 scié après un ressuyage de 6 mois sous hangar et comprenant les frais de vente et de promotion (tableau III, p. 62). Rev. For. Fr. LXIV

8 BENJAMIN POILVET -GILLES BARREAU Tableau III Scénario 1:dépenses Coûts de mobilisation moyens bois œuvre (euros/m 3 ) 20 Mobilisation Facteur de correction dispersion 2 Volume bois œuvre mobilisé (m 3 ) 250 Coût total de mobilisation (euros) Coût moyen dusciage (euros/m 3 ) 60 Cadence (m 3 grume/jour) 10 Sciage et empilement Coût horaire ouvrier (euros/h) 34 Hommes mobilisés 1 Coût total sciage et empilement (euros) Surface hangar (m 2 ) 180 Coût hangar (euros/m 2 ) 250 Durée d amortissement (années) 20 Coût de réalisation hangar (euros) Coût annuel hangar (euros/an) 2250 Ntraverses de soubassement/pile 2 Coût unitaire traverse (euros) 20 Séchage Taux annuel de renouvellement traverses 0,10 Coût total soubassement des piles (traverses) (euros) 1190 Coût total annuel soubassement des piles (traverses) (euros) 119 Ratio m 3 baguettes/m 3 sciages 0,05 Coût baguettes (euros/m 3 ) 500 Volume baguettes mobilisé (m 3 ) 6 Taux annuel de renouvellement baguettes 0,15 Coût total de baguettage (euros) 3119 Coût total annuel de baguettage (euros/an) 468 Durée de séchage (années) 0,5 Immobilisation Prix du bois sur pied (euros/m 3 ) 50 Coût d immobilisation du bois (euros) 664 Entretien et réparation Coûts annuels (euros/an) 225 Total des investissements (euros) Coût annuel des intérêts (euros/an) 519 Somme des coûts annuels (hors immobilisation des bois) (euros/an) Apport vente des chutes grumes (euros) 8983 Coût total de l opération (pour 250 m 3 grume) (euros) Coût avec vente des chutes (euros) Coût total (euros/m 3 sec) 263 Temps moyen consacré àlavente (homme-jour/an) 30 Temps moyen consacré àlapromotion (homme-jour/an) 7 Coût homme-jour vente (euros) 272 Coût homme-jour promotion (euros) 650 Coût/an lié àlavente (euros/an) 8160 Coût/an lié àlapromotion (euros/an) 4550 Coût/m 3 liés àlavente (euros/an) 79 Coût/m 3 liés àlapromotion (euros/m 3 ) 44 Coût total avec vente et promotion (euros) Coût total avec vente et promotion (euros/m 3 ) Rev. For. Fr. LXIV

9 Activités, produits et marchés FIGURE 3 SCÉNARIO 1:DÉCOMPOSITION DU PRIX DE REVIENT Le principal poste de dépense concerne l opération de sciage et empilement (figure 3, ci-contre) qui nécessite 20 journées de travail à 2hommes-jours. Pour l ensemble des calculs, un seul taux a été utilisé : 3 %. Le choix d un seul taux et avec une valeur faible est justifié par une mobilisation en capitaux faible à un risque relativement faible. Dans le cas Coût annuel desintérêts 1% Mobilisation 21 % Immobilisation du bois 1% Sciage et empilement 45 % d une mobilisation importante en capital, associée à des risques forts, ce taux doit être vu à la hausse et en distinguant la part du capital fourni en apports propres et la part des emprunts. Les prix de vente se basent sur les prix de vente au détail pratiqués sur le marché (tableau IV). Vente 17 % Entretien et réparation 0% Séchage 6% Promotion 9% Tableau IV Catégorie produit Gamme bois aménagements paysagers Gamme charpente Autre Scénario 1:recettes (hypothèse de vente totale) Produit Nunités produits Prix unitaire estimé (euros) Prix HT (euros) Prix HT au m 3 (euros) Total produit HT (euros) traverse ,3 19, ,7 traverse ,0 31, ,0 chevron ,0 31, ,0 poteau ,0 137, ,5 poteau ,5 112, ,3 panne ,0 104, ,0 poutre ,8 7, ,8 poutre ,1 9, ,0 poutre ,5 10, ,1 poutre ,0 14, ,3 poutre ,5 26, ,3 poutre ,0 34, ,0 poutre ,0 52, ,0 débit quartier ,0 1228, ,0 poutre cheminée ,0 33, ,1 poutre cheminée ,0 10, ,9 poutre cheminée ,5 7, ,3 poutre cheminée ,0 29, ,4 poutre cheminée ,0 25, ,7 Chiffre d affaires (en euros HT) ,0 Rev. For. Fr. LXIV

10 BENJAMIN POILVET -GILLES BARREAU Dans le cas d une vente complète de 103 m 3 de sciages, la marge nette d exploitation (1) s élève à 46 %du chiffre d affaires. Le bilan de l opération montre que la vente sur pied aurait été trois fois moins profitable aupropriétaire (en comparaison avec une vente sur pied à50 /m 3,voir p. 56). Tableau V Mobilisation Sciage et empilement Séchage Immobilisation Scénario 2:dépenses de première transformation Coûts de mobilisation moyens bois œuvre (euros/m 3 ) 20 Facteur de correction dispersion 2 Volume bois œuvre mobilisé 150 Coût total de mobilisation (euros) Coût moyen dusciage (euros/m 3 ) 60 Cadence (m 3 grume/jour) 10 Coût horaire ouvrier (euros/h) 34 Hommes mobilisés 1 Coût total sciage et empilement (euros) Surface hangar (m 2 ) 250 Coût hangar (euros/m 2 ) 250 Durée d amortissement (années) 20 Coût de réalisation hangar (euros) Coût annuel hangar (euros/an) 3125 Ntraverses de soubassement/pile 2 Coût unitaire traverse (euros) 20 Taux annuel de renouvellement traverses 0,10 Coût total soubassement des piles (traverses) (euros) 857 Coût total annuel soubassement des piles (traverses) (euros/an) 86 Ratio m 3 baguettes/m 3 sciages 0,05 Coût baguettes (euros/m 3 ) 500 Volume baguettes mobilisé 4 Taux annuel de renouvellement baguettes 0,15 Coût total de baguettage (euros) Coût total annuel de baguettage (euros/an) 334 Durée de séchage (années) 2 Prix du bois sur pied (euros/m 3 ) 50 Coût d immobilisation du bois (euros) Entretien et réparation Coûts annuels (euros/an) 313 Total des investissements (euros) Coût annuel des intérêts (euros/an) 20 Somme des coûts annuels (hors immobilisation des bois) (euros/an) Apport vente des chutes grumes (euros) Coût total de l opération (pour 150 m 3 grume) (euros) Coût avec vente des chutes (euros) Coût total (euros/m 3 sec) 295 (1) La marge nette d exploitation est le rapport du résultat net d un exercice sur le chiffre d affaires de cet exercice. Elle indique quel est le résultat net que l entreprise réalise en moyenne àchaque fois qu elle vend un produit ou un service pour Rev. For. Fr. LXIV

11 Activités, produits et marchés Le second scénario 2porte sur une gamme de mobilier et objets décoratifs àpartir de 150 m 3 grume. Ce volume est plus faible que pour le scénario 1 car d une part nous avons fixé une surface maximale de hangar à 250 m 2, et d autre part ces produits nécessitent deux ans de séchage (l emprise du volume mobilisé par an a donc été multipliée par deux). Le coût total de l opération s élève à près de (tableau V, p. 64 et tableau VI, cidessous) après un séchage de deux ans sous hangar et comprenant les frais de vente et de promotion. Tableau VI Scénario 2:dépenses de seconde transformation et coût total Coûts del investissement matériel Matériel Coût (HT) Taux d amortissement Gabarit àtourillons % Raboteuse électroportative % Ponceuse électroportative % Perceuse % Scie sur table % Établi àpresse verticale % Valet d établi % Aspirateur faible débit % Coût annuel des fournitures (lames, abrasifs, huile, etc.) Coût total annuel 7238 Coûts liés àlavente etlapromotion Temps moyen consacré àlavente (Homme-jour) Temps moyen consacré àlapromotion (Homme-jour/an)... 7 Coût Homme-jour vente Coût Homme-jour promotion Coûts/an liés àlavente Coûts/an liés àlapromotion Coût annuel 9990 Coûts demain-d œuvre Coût horaire ouvrier Nhomme-jour Coût annuel Coût total annuel de seconde transformation Coût total annuel de l opération Rev. For. Fr. LXIV

12 BENJAMIN POILVET -GILLES BARREAU Sciage brut sec 25 % Matériel 1% Fournitures 7% Vente 5% Promotion 5% Le premier poste de dépense concerne la main-d œuvre (figure 4) pour les opérations de seconde transformation et de finition. Ceci représente 205 hommes-jours de travail, ce qui correspond à un emploi à plein temps. Main d œuvre 57 % FIGURE 4 SCÉNARIO 2:DÉCOMPOSITION DU PRIX DE REVIENT Les prix de vente se basent sur les prix de vente au détail pratiqués sur le marché (tableau VII, ci-dessous). Dans le cas d une vente totale des produits, la marge nette d exploitation s élève Tableau VII Scénario 2:recettes (hypothèse de vente totale) Catégorie produit Produit Nunités produits Prix de revient unitaire (euros) Prix unitaire estimé (euros TTC) Prix unitaire estimé (euros HT) Marge indicative (euros) Total produit (euros HT) Cube Cube Cube Rondin Tabouret bas Tabouret haut Banc rondin Gamme «design brut» Gamme paysage Banc traverse Table basse traverse Table basse carrelets Table salle àmanger Étagère grand modèle Étagère petit modèle Pavés (unité m 2 ) Chiffre d affaires (en euros HT) Rev. For. Fr. LXIV

13 Activités, produits et marchés après impôt sur le bénéfice à 49 % du chiffre d affaires. La vente sur pied aurait été 17 fois moins profitable (toujours en comparaison avec une vente sur pied à50 /m 3 ). Les calculs montrent un bénéfice net très profitable en se basant sur les prix de vente minimaux pratiqués sur le marché. En revanche ces résultats sont à relativiser puisqu ils se fondent sur l hypothèse de la vente totale des produits au bout d un an. APPORTS DE L ÉTUDE ET PERSPECTIVES Les circuits courts agricoles alimentaires se développent actuellement sous l impulsion de plusieurs facteurs complémentaires. Si les arguments en faveur des circuits courts agricoles ne sont pas tous transposables à un circuit court de bois d œuvre, certains le sont et peuvent être mis en avant : Les consommateurs recherchent de plus en plus des produits locaux en circuit court dans un souci de traçabilité et de contribution au développement local ; Le contexte environnemental (coût de l énergie, réchauffement climatique) et institutionnel (Grenelle de l environnement) va dans le sens d une réduction des transports et du bilan carbone, donc dans le sens des circuits courts ; Le consommateur est très réceptif à l image et à la communication que portent les concepts liés au circuit court : produit local, produit écologique, faible bilan carbone, maintien ou création d une activité locale. Les circuits courts depuis la forêt organisés par les propriétaires sont quasi absents (un seul identifié). Les entretiens qui ont été menés montrent qu il existe une attente des consommateurs envers une offre visible et diversifiée de bois local. Si d un côté cette demande souhaitée et identifiée reste faible, de l autre une offre en bois local adaptée et visible par le consommateur est totalement absente. Il est donc difficile de parler de la véritable demande qui ne s exprime pas compte tenu de l absence totale d offre. Cependant, nous pouvons certifier que des marchés à investir dans le cadre de circuits courts existent, au moins à une échelle de niche. Cette étude montre d ores et déjà que la mise en place d un circuit court pour le cas de la forêt de Giroussens serait rentable et ce pour de petits volumes majoritairement de mauvaise qualité, en pratiquant les prix bas du marché standard. Ainsi, nous pouvons dire que la mise en place d un circuit court est réalisable à l échelle d une propriété et ce avec des investissements rapidement rentabilisés dans le cas d une vente totale des produits. Les risques restent faibles au regard de la faiblesse des investissements et du gain comparé à une valorisation en filière standard. L une des principales limites réside dans la faiblesse des volumes du fait des capacités techniques qui restent limitées si l on ne veut pas basculer dans des investissements coûteux. En revanche, les opérations étudiées restent rentables à volume faible : pour la gamme charpente et bois pour aménagements paysagers, la rentabilité n est inférieure àcelle de la vente sur pied qu en deçà d un volume de 70 m 3 grume (toujours dans un cas de vente totale). En ce qui concerne la gamme «design brut», la rentabilité de l opération est supérieure à la vente sur pied jusqu à des volumes dérisoires (inférieurs à 10 m 3 grume). Cependant cette dernière gamme concerne un marché faible, qui serait rapidement saturé. La limite la plus conséquente concerne la nécessité d investissement humain relativement fort de la part du propriétaire ou d un gestionnaire. L activité de vente mobilise du temps dont l importance varie selon les volumes et surtout le mode de vente choisi. La vente mobilisera au Rev. For. Fr. LXIV

14 BENJAMIN POILVET -GILLES BARREAU minimum une journée par semaine dans le cas d une vente directe sur le lieu de production. D autre part, un minimum de compétences est nécessaire pour le suivi économique et l étude du marché local qui est fortement conseillée. Une démarche commerciale avec une promotion est également nécessaire. En ce qui concerne les produits esthétiquement plus élaborés, l appel à un concepteur de modèles est relativement onéreux et les modèles existants appartiennent à leur auteur. Il est nécessaire de vérifier ce dernier point avant de lancer un produit. Les circuits courts ne concurrencent pas les circuits longs qui valorisent d autres produits et qui maintiennent un approvisionnement de la filière bois en place. Pour la filière bois, les circuits courts seraient complémentaires aux circuits longs dans le sens où ils pourraient apporter de manière rentable une offre à une demande qui ne peut être satisfaite par l outil industriel. Là où le circuit long trouve ses limites en raison de la substitution du capital au travail, le circuit court trouve les réponses par sa logique inverse. Le manque de réels circuits courts de bois d œuvre ne permet pas d avoir de recul sur la mise en place d un projet de circuit court par un forestier. Puisse donc cette étude contribuer à y remédier en sensibilisant les forestiers aux possibilités qu offrent les circuits courts. Benjamin POILVET Ingénieur AgroParisTech FIF-ENGREF «Puyguilhem» F CASTELS Gilles BARREAU Directeur technique IF Consultants 505 chemin de la Reule F GRAGNAGUE BIBLIOGRAPHIE APCE. Régime du bénéfice réel. [En ligne] : (consulté le 10 mai 2011). BERNEMAN (C.), LANOIE (P.), PLOUFFE (S.), VERNIER (M.-F.). L Éco-conception : quels retours économiques pour l entreprise? Études et fiches entreprises?. Institut de développement produit (Québec) ; Saint- Étienne/Monbrison : CCI, p. DEON (I.), COTTIN (D.), VERGNAUD (J.-P.). Le Bois et ses dérivés : le marketing d un produit renouvelable. Paris :CTBA, p. JOLY (P.), MORE CHEVALIER (F.). Théorie, pratique et économie du séchage des bois. Dourdan : Éditions H. Vial, p. LAROCHE (M.), BERGERON (J.), BARBARO-FORLEO (G.). Targeting consumers who are willing to pay more for environmentally friendly products. Journal of consumer marketing, vol. 18, n 6, 2001, pp LAVORATA (L.), BINNINGER (A.-S.), PARGUEL (B.), ROBERT (I.), VERNIER (M.-F.). 50 fiches sur le marketing durable. Paris : Éditions Bréal, p. LECOMPTE (A.), VALETTE-FLORENCE (P.). Mieux connaître le consommateur socialement responsable. Décisions marketing, n 80, 2006, pp MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L ALIMENTATION ET DE LA PÊCHE. Rapport du groupe de travail «circuits courts de commercialisation». Paris : MAAP, mars p. 68 Rev. For. Fr. LXIV

15 Activités, produits et marchés MOLLIÈRE (C.), REURE (G. de). Guide fiscal de la forêt. Paris : Centre d études d économie et de gestion de la forêt privée (CEEG), p. PASIECZNIK (N.), BREWER (M.), FEHR (C.), SAMUEL (J.). De l arbre au bois débité : un guide pour le sciage de long à la tronçonneuse. Coventry, UK : Henry Doubleday Research Association, p. POILVET (B.). Le Potentiel des circuits courts pour une valorisation du bois d œuvre de feuillu en marge des marchés traditionnels. Nancy : AgroParisTech ENGREF ; IF Consultants. 110 p. (Mémoire de fin d études de la Formation des ingénieurs forestiers). RONDEAU (N.). La Déclaration à l impôt sur le revenu. Forêts de France, n 542, 2011, pp LA VALORISATION DES BOIS D ŒUVRE DE FEUILLU EN CIRCUIT COURT :UNE ÉTUDE DE CAS (Résumé) Dans le contexte actuel d augmentation des modes de commercialisation en circuit court, il est pertinent de s interroger sur la faisabilité des circuits courts depuis la forêt. Ce travail porte sur le potentiel que représentent les circuits courts de commercialisation pour valoriser du bois d œuvre qui est en marge des marchés standards pour des raisons de qualité ou de volume faible. Pour cela, plusieurs pistes sont étudiées et hiérarchisées. Puis, sur la base d un cas concret, ce travail expose un ensemble de gammes de produits envisageables avec une étude de faisabilité technico-économique depuis l exploitation jusqu à l étape finale de mise sur le marché. Les résultats montrent qu une telle opération est envisageable moyennant un minimum de volonté et d investissement de la part du propriétaire ou d un gestionnaire. De manière plus générale, les circuits courts offrent d intéressantes perspectives à étudier. SHORT-CHANNEL MARKETING OF WOOD PRODUCTS FROM HARDWOOD TIMBER A CASE STUDY (Abstract) In the current context of increasing short-channel marketing alternatives, it is worth exploring short-channel feasibility in the forest sector. This work deals with direct channel potential for producing revenue from timber sales that for reasons of volume or quality cannot be marketed through conventional channels. Several marketing opportunities are studied and ranked. On the basis of a case study, this article then describes a set of potential product ranges using a technical and economic feasibility study covering the complete process from the logging stage to the marketing of the final product. Results show that such an activity is possible providing the forest owner or manager is willing to invest both effort and money. More generally, short channels offer perspectives that are worth exploring. Rev. For. Fr. LXIV

FIBRA. Étude de marché des sciages en Rhône-Alpes. Intervenant : Vincent MERCIER

FIBRA. Étude de marché des sciages en Rhône-Alpes. Intervenant : Vincent MERCIER FIBRA Étude de marché des sciages en Intervenant : Vincent MERCIER OBJECTIFS DE L ETUDE Apporter aux scieurs : Un état des lieux quantitatif et qualitatif de l offre et de la demande Les préconisations

Plus en détail

Développement du bois énergie : quel impact à terme sur le marché du bois en France?

Développement du bois énergie : quel impact à terme sur le marché du bois en France? Développement du bois énergie : quel impact à terme sur le marché du bois en France? Le développement du bois énergie va se traduire par une situation de concurrence entre les différents acteurs économiques

Plus en détail

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR Date Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcomconseil.com SOMMAIRE SOMMAIRE...2 LE PORTEUR...4 L IDEE DE DEPART...5 L ETUDE DE MARCHE...6 Le marché et son environnement...6

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION

PROGRAMMES DE GESTION RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION DIRECTION GÉNÉRALE DU CYCLE PREPARATOIRE & DE L'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE Direction de la Pédagogie & des Normes du cycle préparatoire et de l'enseignement

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION & DE LA FORMATION DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES & DE LA FORMATION CONTINUE Direction des Programmes & des Manuels Scolaires PROGRAMMES DE GESTION 3 ème

Plus en détail

La scie mobile. Une solution pour valoriser les bois à domicile

La scie mobile. Une solution pour valoriser les bois à domicile Une solution pour valoriser les bois à domicile Devant la raréfaction des scieries de proximité qui font de moins en moins de produits sur mesure (débits sur liste), la scierie mobile est un moyen pour

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

LES CLES D UNE BONNE STRATEGIE A L EXPORT

LES CLES D UNE BONNE STRATEGIE A L EXPORT LES CLES D UNE BONNE STRATEGIE A L EXPORT CCI TOURAINE, pour le Colloque Techniloire, le 09/07/2009 Une bonne stratégie à l export ne s improvise pas CCI TOURAINE, pour le Colloque Techniloire, le 09/07/2009

Plus en détail

PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES

PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Jacques Villeneuve, c.a. Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE Charte du réseau «boutique métiers d art» PREAMBULE La FNAA, soutenue par des institutionnels publics, a lancé un réseau de

Plus en détail

RAPPORT D'EVALUATION Exemple

RAPPORT D'EVALUATION Exemple RAPPORT D'EVALUATION Exemple Rapport d'évaluation 2/7 Nous souhaitons attirer l'attention sur le fait que les informations contenus dans ce rapport (chiffres, tableaux, hypothèses) ont été élaborées à

Plus en détail

L ESSENTIEL DE LA COMPTABILITÉ ANALYTIQUE

L ESSENTIEL DE LA COMPTABILITÉ ANALYTIQUE DIDIER LECLÈRE L ESSENTIEL DE LA COMPTABILITÉ ANALYTIQUE Cinquième édition LES ESSENTIELS DE LA FINANCE, 1997, 2001, 2002, 2004, 2011 ISBN : 978-2-212-54964-5 PREMIÈRE PARTIE L analyse des coûts complets

Plus en détail

GALLILEO. Business Consulting. Etude stratégique marketing sur les produits feuillus. Assemblée Générale du 19 décembre 2013 DECEMBRE 2013

GALLILEO. Business Consulting. Etude stratégique marketing sur les produits feuillus. Assemblée Générale du 19 décembre 2013 DECEMBRE 2013 GALLILEO Business Consulting DECEMBRE 2013 Etude stratégique marketing sur les produits feuillus Assemblée Générale du 19 décembre 2013 Avec le soutien de : GALLILEO BUSINESS CONSULTING 29 rue Jean-Jacques

Plus en détail

Monaco s engage contre la déforestation

Monaco s engage contre la déforestation Compte rendu des deux réunions sur l élaboration de la Charte sur le Bois en Principauté Contexte des réunions Deux réunions de travail ont été organisées le jeudi 1 er juin et le mercredi 6 juin 2011

Plus en détail

Comment l entreprise produit-elle?

Comment l entreprise produit-elle? Comment l entreprise produit-elle? Trouvez des questions permettant de répondre aux paragraphes proposés. Cet exercice doit vous permettre de mieux mémoriser le cours mais aussi de travailler les consignes.

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE ET SIG IUT GRENOBLE FEVRIER 2013. OLIVIER PARENT 06.16.71.46.72 oparent@seedsolutions.fr

ANALYSE FINANCIERE ET SIG IUT GRENOBLE FEVRIER 2013. OLIVIER PARENT 06.16.71.46.72 oparent@seedsolutions.fr ANALYSE FINANCIERE ET SIG IUT GRENOBLE FEVRIER 2013 OLIVIER PARENT 06.16.71.46.72 oparent@seedsolutions.fr L ANALYSE FINANCIERE : éléments de base Nous avons vu les différentes composantes du bilan et

Plus en détail

MUTUELLES ET ASSURANCES

MUTUELLES ET ASSURANCES LIVRE BLANC E-MARKETING MUTUELLES ET ASSURANCES MARKETING VISIBILITE PERFORMANCE 13/02/13 - Page 2/9 01. Edito Comment être visible sur le net? Sur quoi être visible? Comment adopter une stratégie digitale

Plus en détail

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 Première partie : Analyse du contexte : 1. Justifiez, en mobilisant les références théoriques pertinentes, pourquoi la démarche suivie par Octave

Plus en détail

3.5 Schéma récapitulatif. Marge ou résultat d exploitation PRIX DE VENTE. Charges directes et indirectes d achat. Coût d achat. Achats.

3.5 Schéma récapitulatif. Marge ou résultat d exploitation PRIX DE VENTE. Charges directes et indirectes d achat. Coût d achat. Achats. LES COÛTS COMPLETS 1 Introduction 2 Les différents types de charges 2.1 Les charges directes 2.2 Les charges indirectes 2.3 Les charges supplétives 2.4 Les charges non-incorporables 2.5 Les charges incorporées

Plus en détail

TAUX DE TRANSFORMATION

TAUX DE TRANSFORMATION Table des matières 1 Le choix des produits...2 2 La politique tarifaire...4 Introduction Afin de convertir efficacement vos visiteurs en acheteurs, il faut veiller à ne jamais les décevoir. La cause première

Plus en détail

Canevas de l étude de faisabilité

Canevas de l étude de faisabilité Canevas de l étude de faisabilité Comment évaluer un projet? Créer de nouvelles richesses, satisfaire les besoins de consommation et d équipement et créer de l emploi dépend systématiquement de la promotion

Plus en détail

CONNAISSANCES DE GESTION DE BASE

CONNAISSANCES DE GESTION DE BASE MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION CONNAISSANCES

Plus en détail

NOM DE L ENTREPRISE NO, RUE MUNICIPALITÉ (QUÉBEC) CODE POSTAL Téléphone d entreprise

NOM DE L ENTREPRISE NO, RUE MUNICIPALITÉ (QUÉBEC) CODE POSTAL Téléphone d entreprise NOM DE L ENTREPRISE NO, RUE MUNICIPALITÉ (QUÉBEC) CODE POSTAL Téléphone d entreprise Nom du promoteur Terminé le : insérer DATE TABLE DES MATIÈRES NOTE AU LECTEUR...4 1. LE PROJET...5 1.1 RÉSUMÉ DU PROJET...5

Plus en détail

L immobilier en centre ville

L immobilier en centre ville L immobilier en centre ville Photos non contractuelles FACTEURS DE RISQUES Vous investissez dans une SCPI fiscale «Déficits fonciers», permettant au porteur de parts de bénéficier du régime fiscal dit

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

FONDS D ÉCONOMIE SOCIALE DU CLD DE LA MRC DE CHARLEVOIX-EST

FONDS D ÉCONOMIE SOCIALE DU CLD DE LA MRC DE CHARLEVOIX-EST FONDS D ÉCONOMIE SOCIALE DU CLD DE LA MRC DE CHARLEVOIX-EST GUIDE DE RÉDACTION DU PLAN D AFFAIRES Nom de l organisme : Montant total du projet : Montant demandé au FES : Nombre d emplois créés ou maintenus

Plus en détail

FAISABILITE DU RAPPROCHEMENT DES LABELS FSC ET PAFC EN AFRIQUE CENTRALE

FAISABILITE DU RAPPROCHEMENT DES LABELS FSC ET PAFC EN AFRIQUE CENTRALE FAISABILITE DU RAPPROCHEMENT DES LABELS FSC ET PAFC EN AFRIQUE CENTRALE Etude commanditée par le MAP et le MAE 2005-2006 1 1. Contexte de l étude 1. Contexte et objectifs de l étude 2. Analyse comparative

Plus en détail

- 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG)

- 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG) - 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG) Objectif(s) : o Méthode d'évaluation des Soldes Intermédiaires de Gestion, o Interprétation des Soldes Intermédiaires de

Plus en détail

Plan d affaires. Nom de l'entreprise. Nom du promoteur. par. Fait en collaboration avec le. Adresse complète. No de téléphone.

Plan d affaires. Nom de l'entreprise. Nom du promoteur. par. Fait en collaboration avec le. Adresse complète. No de téléphone. Nom de l'entreprise par Nom du promoteur Fait en collaboration avec le Adresse complète No de téléphone No de télécopie Courriel Site Internet Date SOMMAIRE EXÉCUTIF Description de l entreprise (ou du

Plus en détail

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL :

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : ANALYSE CONCURRENTIELLE ET STRATEGIE MARKETING INTERNATIONAL : L entreprise a le choix entre 3 grands types de stratégie : La standardisation

Plus en détail

REALISER L ETUDE FINANCIERE

REALISER L ETUDE FINANCIERE REALISER L ETUDE FINANCIERE Cette étape va vous permettre de mesurer la viabilité de votre projet, ainsi que sa pérennité sur le long terme. Le plan de financement vous aidera à déterminer les ressources

Plus en détail

L ANALYSE COUT-EFFICACITE

L ANALYSE COUT-EFFICACITE L ANALYSE COUT-EFFICACITE 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L analyse coût-efficacité est un outil d aide à la décision. Il a pour but d identifier la voie la plus efficace, du point de vue

Plus en détail

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA sur l économie par Frank Bodmer Economiste indépendant et chargé de cours, Université de Bâle Etude demandée par l Administration fédérale des

Plus en détail

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F.Adm.A., CMC Conseiller en gestion Direction de la gestion

Plus en détail

PME : quels sont les leviers d'optimisation des coûts permettant de gagner 15% sur votre résultat net?

PME : quels sont les leviers d'optimisation des coûts permettant de gagner 15% sur votre résultat net? PME : quels sont les leviers d'optimisation des coûts permettant de gagner 15% sur votre résultat net? Petit Déjeuner Syntec_Costalis, le 17 novembre 2009 L optimisation des coûts dans vos PME : Quelles

Plus en détail

LES ETAPES DE LA CREATION

LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION DE VOTRE ENTREPRISE L ELABORATION DU PROJET p. 13 A/ L étude commerciale p. 13 B/ L étude financière p. 18 C/ L étude juridique p. 27 LES FORMALITES

Plus en détail

Phase 3 : Les solutions adéquates à votre démarche entrepreneuriale

Phase 3 : Les solutions adéquates à votre démarche entrepreneuriale Phase 3 : Les solutions adéquates à votre démarche entrepreneuriale Une fois que vous avez défini les besoins de votre clientèle, il faut que vous sachiez répondre aux solutions convaincantes en adéquation

Plus en détail

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC

LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC LA DEMARCHE DE GESTION DE PROJET POUR L EPREUVE DU CPPC La gestion de projet ne présente pas de difficultés particulières mais une méthodologie qui va demander énormément de précisions tout au long de

Plus en détail

Avec 464 000 entreprises et un chiffre

Avec 464 000 entreprises et un chiffre 8.1 Chiffres clés de la construction Avec 464 entreprises et un chiffre d affaires de 272 milliards d euros en 211, la construction représente 16 % des entreprises et 7 % du chiffre d affaires de l ensemble

Plus en détail

Rencontres Bois Energie Intervention réalisée par ProfessionsBois lors du Mois du Bois. Avec le soutient de

Rencontres Bois Energie Intervention réalisée par ProfessionsBois lors du Mois du Bois. Avec le soutient de Rencontres Bois Energie Intervention réalisée par ProfessionsBois lors du Mois du Bois Avec le soutient de Les atouts du bois-énergie Une combustion neutre vis-à-vis des émissions de gaz à effet de serre

Plus en détail

FILIÈRE BOIS. A l occasion d interventions nécessaires à la gestion forestière, ici par exemple la création de cloisonnements (zone de circulation)

FILIÈRE BOIS. A l occasion d interventions nécessaires à la gestion forestière, ici par exemple la création de cloisonnements (zone de circulation) FILIÈRE BOIS A l occasion d interventions nécessaires à la gestion forestière, ici par exemple la création de cloisonnements (zone de circulation) la réalisation de coupes ... l élargissement de pistes...

Plus en détail

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION Depuis quelques années, on constate une grande évolution de la fonction vente ; avec le passage de la notion de l acte de vente à

Plus en détail

MARQUE PARC NATUREL REGIONAL

MARQUE PARC NATUREL REGIONAL MARQUE PARC NATUREL REGIONAL La présente fiche traite du cas concret du PNR du Morvan. C est un exemple méthodologique transférable à d autres territoires pour l éligibilité du processus de marquage «Parc

Plus en détail

SCPI URBAN PIERRE N 3

SCPI URBAN PIERRE N 3 SCPI URBAN PIERRE N 3 La note d information relative à la première augmentation de capital a reçu de l Autorité des Marchés Financiers le visa SCPI n 15-04 en date du 01/04/2015. Elle peut être obtenue

Plus en détail

SCPI URBAN PIERRE N 3

SCPI URBAN PIERRE N 3 SCPI URBAN PIERRE N 3 La note d information relative à la première augmentation de capital a reçu de l Autorité des Marchés Financiers le visa SCPI n 15-04 en date du 01/04/2015. Elle peut être obtenue

Plus en détail

LE CONCEPT VADWAY et le «CONTRÔLE DE GESTION»

LE CONCEPT VADWAY et le «CONTRÔLE DE GESTION» Le concept de VAD (Valeur Ajoutée Directe), est à la base de nos missions portant sur le «Contrôle de gestion», appliqué aux PME. 1. LE CONCEPT LA VALEUR AJOUTEE DIRECTE (VAD) Rappel : L entreprise achète,

Plus en détail

COMPETITIVITE ENERGETIQUE DES PMI AGRO ALIMENTAIRES Déclencher l action par la formation de 1000 dirigeants

COMPETITIVITE ENERGETIQUE DES PMI AGRO ALIMENTAIRES Déclencher l action par la formation de 1000 dirigeants COMPETITIVITE ENERGETIQUE DES PMI AGRO ALIMENTAIRES Déclencher l action par la formation de 1000 dirigeants Okavango energy 18 rue Gounod 92210 Saint-Cloud contact@okavango-energy.com tel : 09 81 02 95

Plus en détail

Simplifier vos projets d avenir

Simplifier vos projets d avenir Simplifier vos projets d avenir FINANCEMENT Ouvrir à nos clients l accès aux marchés de capitaux publics et privés par le biais de formules innovatrices d emprunt et de recapitalisation. S O L U T I O

Plus en détail

Guide d information de la bourse du tournoi de golf bénéfice du CLD de la MRC d Antoine-Labelle - APPEL DE PROJETS 2009 -

Guide d information de la bourse du tournoi de golf bénéfice du CLD de la MRC d Antoine-Labelle - APPEL DE PROJETS 2009 - Guide d information de la bourse du tournoi de golf bénéfice du CLD de la MRC d Antoine-Labelle - APPEL DE PROJETS 2009-1) Objectif de la bourse du golf du CLD Ce fonds constitue, en soi, un incitatif

Plus en détail

Bases de l économie d entreprise Examen

Bases de l économie d entreprise Examen Examen modulaire SVF-ASFC Edition Printemps 2010 Bases de l économie d entreprise Examen Durée de l examen: 60 minutes Moyens auxiliaires autorisés: Calculatrice standard non programmable Collez ici votre

Plus en détail

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin 1 ENQUETE ENTREPRISES ET TIC 2008 : TIC ET INNOVATION : LE CAS DES PME BRETONNES Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin Ces dix dernières années, la majorité des entreprises a massivement investi

Plus en détail

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca La recherche antérieure a montré que la majorité des consommateurs canadiens affichent une préférence marquée pour l achat de produits alimentaires canadiens par rapport aux produits d importation. Est-ce

Plus en détail

Impact économique du vélo en 2030 avec un objectif de 10% de part modale

Impact économique du vélo en 2030 avec un objectif de 10% de part modale Impact économique du vélo en 2030 avec un objectif de 10% de part modale La problématique de l impact économique du vélo est complexe tant elle touche à des domaines variés parfois difficiles à délimiter.

Plus en détail

Tableau 1. Comptes de résultat prévisionnels (CPC prévisionnel)

Tableau 1. Comptes de résultat prévisionnels (CPC prévisionnel) Tableau 1 Comptes de résultat prévisionnels (CPC prévisionnel) Avant de se lancer dans une activité génératrice de revenu, le porteur de projet doit, au préalable, s assurer que son projet est viable afin

Plus en détail

Avant-propos. L utilité du plan marketing

Avant-propos. L utilité du plan marketing Avant-propos L Avant-propos E PLAN MARKETING est l exercice annuel des chefs de produit, des directeurs marketing et des comités de direction des entreprises. Le chef de produit le réalise pour la gamme

Plus en détail

LES DETENTIONS INDIRECTES

LES DETENTIONS INDIRECTES LES DETENTIONS INDIRECTES Actualisée le : 27 avril 2011 LES SCPI Concept du produit Les SCPI offrent aux épargnants la possibilité d acquérir des parts d une société qui acquière et gère elle-même des

Plus en détail

EXAMEN D ECONOMIE INDUSTRIELLE Cours de Marc Bourreau et Marianne Verdier Master IREN Année 2012

EXAMEN D ECONOMIE INDUSTRIELLE Cours de Marc Bourreau et Marianne Verdier Master IREN Année 2012 EXAMEN D ECONOMIE INDUSTRIELLE Cours de Marc Bourreau et Marianne Verdier Master IREN Année 2012 Tous les documents et les calculatrices sont interdits. PARTIE 1 : QUESTIONS DE COURS Précisez la ou les

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Dossier de candidature Introduction: Avant d entreprendre la création d une entreprise, mais également à l occasion du développement d une nouvelle activité, il est absolument conseillé d élaborer un business

Plus en détail

Mieux gérer le personnel. 6 manières d optimiser le personnel et la rentabilité grâce aux données de trafic

Mieux gérer le personnel. 6 manières d optimiser le personnel et la rentabilité grâce aux données de trafic Mieux gérer le personnel 6 manières d optimiser le personnel et la rentabilité grâce aux données de trafic Améliorer la gestion du personnel et obtenir des résultats financiers en contrôlant le trafic

Plus en détail

PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE. www.ffps.fr 2013 (données 2012)

PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE. www.ffps.fr 2013 (données 2012) PANORAMA DE BRANCHE PARFUMERIE SELECTIVE www.ffps.fr 2013 (données 2012) 1 SOMMAIRE Données économiques La Parfumerie Sélective p 3 Le marché de la Parfumerie Sélective p 3 L organisation du marché p 5

Plus en détail

10.CARBON DESKTOP : RÉDUIRE SES COÛTS GRÂCE A UN SUIVI INFORMATISE DES DONNÉES DÉCHETS ET ÉNERGIE

10.CARBON DESKTOP : RÉDUIRE SES COÛTS GRÂCE A UN SUIVI INFORMATISE DES DONNÉES DÉCHETS ET ÉNERGIE ÉTUDE DE BENCHMARKING SUR LES DÉCHETS DANS LES MÉTHODOLOGIES D ACTION SUR LES COÛTS ET SUR LES 10.CARBON DESKTOP : RÉDUIRE SES COÛTS GRÂCE A UN SUIVI INFORMATISE DES DONNÉES DÉCHETS ET ÉNERGIE Type de

Plus en détail

Exposé d étude : Sage 100 gestion commerciale

Exposé d étude : Sage 100 gestion commerciale Exposé d étude : Sage 100 gestion commerciale Présenté par : Demb Cheickysoul 1 INTRODUCTION Parfaitement adapté à l organisation de l entreprise par sa puissance de paramétrage, Sage 100 Gestion Commerciale

Plus en détail

11 114 annexe 1. Appel à projets «Circuits alimentaires de proximité et de qualité» de la Région des Pays de la Loire

11 114 annexe 1. Appel à projets «Circuits alimentaires de proximité et de qualité» de la Région des Pays de la Loire Appel à projets «Circuits alimentaires de proximité et de qualité» de la Région des Pays de la Loire 1. Contexte et objectifs visés par l appel à projets Menée dans le cadre du Schéma Régional de l Economie

Plus en détail

La planification financière

La planification financière La planification financière La planification financière est une phase fondamentale dans le processus de gestion de l entreprise qui lui permet de limiter l incertitude et d anticiper l évolution de l environnement.

Plus en détail

Performance et valorisation RH

Performance et valorisation RH Performance et valorisation RH Document téléchargeable à des fins de consultation. Toute utilisation à des fins commerciales proscrite sans autorisation expresse de l auteur. 1 La fonction «Ressources

Plus en détail

Parcours développement stratégique commercial

Parcours développement stratégique commercial P01 Parcours professionnalisant de formation Parcours développement stratégique commercial Partenaires : Avec le soutien de : P02 Parcours professionnalisant de formation INTERVENANTS Sophie DESCHAMPS

Plus en détail

ENQUÊTE «BOIS ÉNERGIE sur l ouest Cornouaille»

ENQUÊTE «BOIS ÉNERGIE sur l ouest Cornouaille» ENQUÊTE «BOIS ÉNERGIE sur l ouest Cornouaille» Auprès des Entreprises de paysage, de travaux agricoles ou forestiers À renseigner pour le 25 Avril 2014 Les 4 Communautés de communes de l ouest Cornouaille,

Plus en détail

Approche technicoéconomiques. des pratiques respectueuses. de l environnement

Approche technicoéconomiques. des pratiques respectueuses. de l environnement Station Régionale ITV Midi-Pyrénées Approche technicoéconomiques des pratiques respectueuses de l environnement 40 - Viticulture durable et environnement - Décembre 2007 Station Régionale ITV Midi-Pyrénées

Plus en détail

Annexe 1. Tableau de bord de la société Armand Ratio Calcul Valeur société Armand année N

Annexe 1. Tableau de bord de la société Armand Ratio Calcul Valeur société Armand année N ÉNONCÉ 1 Analyse globale Créée en N-5, la société Armand est devenue sous-traitante d une entreprise qui gère une librairie électronique. Armand assure la logistique de cette entreprise : elle achète,

Plus en détail

51 Idées pour créer son entreprise

51 Idées pour créer son entreprise Écrit et réalisé par William Le Rolland 51 Idées pour créer son entreprise Première impression : janvier 2011 Dernière édition le : 7 mars 2013 Ce même livre a été créé pour le format ebook et livre papier

Plus en détail

CHAPITRE 5 COMPTABILITÈ ANALYTIQUE D EXPLOITATION ( CAE) COÛTS COMPLETS ET PARTIELS

CHAPITRE 5 COMPTABILITÈ ANALYTIQUE D EXPLOITATION ( CAE) COÛTS COMPLETS ET PARTIELS CHAPITRE 5 COMPTABILITÈ ANALYTIQUE D EXPLOITATION ( CAE) COÛTS COMPLETS ET PARTIELS LE PASSAGE DES CHARGES DE LA CG AUX CHARGES DE LA CAE La CAE doit fournir des informations économiquement significatives

Plus en détail

Enquête sur l industrie des ser. vices de taxi et de limousine. Système de documentation des données statistiques Numéro de référence 4707

Enquête sur l industrie des ser. vices de taxi et de limousine. Système de documentation des données statistiques Numéro de référence 4707 Enquête sur l industrie des ser vices de taxi et de services limousine Système de documentation des données statistiques Numéro de référence 4707 Concepts Énoncé de la qualité des données Enquête unifiée

Plus en détail

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 Associer le financement et les poliaques pour medre en œuvre un programme de développement post- 2015 porteur de changement 22 juin 2015, Ministère des Affaires

Plus en détail

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités Simulations de l impact de politiques économiques sur la pauvreté et les inégalités L analyse de l évolution des conditions de vie et des comportements des classes moyennes, à la lumière de l observation

Plus en détail

Votre implantation à l étranger

Votre implantation à l étranger Votre implantation à l étranger Afin de déterminer la forme de présence la plus adaptée à la commercialisation de vos produits et de vos services, un choix est nécessaire entre quelques grandes options

Plus en détail

Une stratégie Bas Carbone

Une stratégie Bas Carbone Colloque UFE - Mardi 17 juin 2014 Une stratégie Bas Carbone au service de la Transition énergétique Comment réussir la Transition énergétique à moindre coût? 1 12 Contexte A la veille de la présentation

Plus en détail

Dispositif d'accompagnement

Dispositif d'accompagnement PRÉFET DE LA RÉGION POITOU-CHARENTES Direction régionale des s, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l Emploi de Poitou-Charentes Pôle 3E Service développement économique-innovationentreprises

Plus en détail

La cession «en bloc» des titres à une SPFPL : Pas si simple!

La cession «en bloc» des titres à une SPFPL : Pas si simple! La cession «en bloc» des titres à une SPFPL : Pas si simple! Août 2013 La SFPFL (Société de participations financières de profession libérale) est un outil juridique supplémentaire mis à la disposition

Plus en détail

Techniques des prévisions de ventes

Techniques des prévisions de ventes Techniques des prévisions de ventes Introduction Les techniques des prévisions de ventes servent à : Anticiper, à éviter les risques et à maitriser au mieux l avenir dans un contexte concurrentiel. PLAN

Plus en détail

Enquête sur l innovation. wallonnes

Enquête sur l innovation. wallonnes Enquête sur l innovation chez les TPE/PME wallonnes 7 TPE/PME wallonnes sur 10 innovent Lorsqu elles innovent et qu elles se font aider pour cela, elles enregistrent une croissance de 27,5% de leurs marges

Plus en détail

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce Année Universitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Année Etudes Supérieures Commerciales & Sciences Comptables DECISIONS FINANCIERES Note de cours N 2

Plus en détail

J ÉTABLIS MON DOSSIER FINANCIER PRÉVISIONNEL

J ÉTABLIS MON DOSSIER FINANCIER PRÉVISIONNEL J ÉTABLIS MON DOSSIER FINANCIER PRÉVISIONNEL 17 parazit - Fotolia.com Étape 3 > Mes prévisions financières > Mon plan de financement > Mon compte de résultat prévisionnel > Mon seuil de rentabilité > Mon

Plus en détail

IND N ICA C TEURS S CL C ES

IND N ICA C TEURS S CL C ES INDICATEURS CLES LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE DEFINITION Un indicateur est : - Une donnée c'est-à-dire un élément ou un ensemble d éléments d information significative, ex un taux. - un indice

Plus en détail

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI 3 R A LLER PL US L OI CRM et GRC, la gestion de la relation client Comment exploiter et déployer une solution de relation client dans votre entreprise? Les usages d une CRM Les fonctionnalités d une CRM

Plus en détail

Aujourd hui vous franchissez un grand pas : vous êtes décidé, «vous créez votre entreprise»!

Aujourd hui vous franchissez un grand pas : vous êtes décidé, «vous créez votre entreprise»! 1 Aujourd hui vous franchissez un grand pas : vous êtes décidé, «vous créez votre entreprise»! La démarche rationnelle qui vise à élaborer un projet de création ou de reprise d entreprise doit se traduire

Plus en détail

Les clés de l évaluation. Hervé Bardin

Les clés de l évaluation. Hervé Bardin Les clés de l évaluation Hervé Bardin Evaluation d entreprise : principes généraux Evaluation d entreprise : principes généraux Que veut-on évaluer? Contexte de l évaluation Typologie des méthodes d évaluation

Plus en détail

Fiche 15 Le système des prix de cession interne.

Fiche 15 Le système des prix de cession interne. Analyse des coûts Fiche 15 Le système des prix de cession interne. 1. Définition. Les orientations actuelles ou récentes de la gestion publique (par exemple, le développement des centres de responsabilité

Plus en détail

1. LES SOURCES. L enquête annuelle d entreprise (EAE)

1. LES SOURCES. L enquête annuelle d entreprise (EAE) 1. LES SOURCES L enquête annuelle d entreprise (EAE) L enquête annuelle d entreprise (EAE) est élaborée dans le cadre du règlement européen n 58 / 97 du Conseil du 20 décembre 1996 relatif aux statistiques

Plus en détail

Une renaissance de la loi Girardin

Une renaissance de la loi Girardin AVOCATS RECHTSANWÄLTE LAWYERS 29, RUE DU FAUBOURG SAINT-HONORÉ, 75008 PARIS EMAIL bmh@ bm ha voca ts. com TÉLÉPHONE (33)(0)1 42 66 63 19 FAX (33)(0)1 42 66 64 81 Olivier Hoebanx Associé Une renaissance

Plus en détail

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles La lutte contre la fraude aux finances publiques a été renforcée ces dernières années et a

Plus en détail

Yakdhane ABASSI http://yakdcours.webou.net 86

Yakdhane ABASSI http://yakdcours.webou.net 86 CHAPITRE 8 : LES TABLEUAX DE BORD 8.1 L utilité et le contenu des tableaux de bord : Le contrôle par les tableaux de bord vise à combler certaines insuffisances révélées par le contrôle budgétaire et le

Plus en détail

AVIS. 19 décembre 2013

AVIS. 19 décembre 2013 AVIS Projet d ordonnance modifiant l ordonnance du 19 juillet 2001 relative à l'organisation du marché de l'électricité en Région de Bruxelles-Capitale et l ordonnance du 1er avril 2004 relative à l'organisation

Plus en détail

TABLE DES MATIERES CDPME Tome 1 «Concepts, outils, problématiques»

TABLE DES MATIERES CDPME Tome 1 «Concepts, outils, problématiques» Avant-propos Mode d emploi du guide TABLE DES MATIERES CDPME Tome 1 «Concepts, outils, problématiques» Chapitre 1 Les PME : Spécificités et problématiques liées au développement 1.1 Le monde méconnu des

Plus en détail

Profession : Expert-Comptable

Profession : Expert-Comptable Profession : Expert-Comptable La profession d expert comptable : La passion du conseil Le monde de l entreprise évolue, la profession d expert comptable aussi. L expert comptable, le conseiller financier

Plus en détail

La diversification des marques de presse professionnelle. Etude quantitative en ligne (2009)

La diversification des marques de presse professionnelle. Etude quantitative en ligne (2009) La diversification des marques de presse professionnelle Etude quantitative en ligne (2009) Presse Pro initie la première étude sur les diversifications des marques médias professionnelles La presse professionnelle

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

De : Les comptables. I- Le taux de rentabilité interne

De : Les comptables. I- Le taux de rentabilité interne De : Les comptables A : La direction de Moréa Annexe : Le compte de résultat prévisionnel du projet Date : 21/09/2009 Objet : L impact des résultats financiers RAPPORT Nous avons réalisé un compte de résultat

Plus en détail

CONSTRUCTION ET CHIMIE IE VERTE + INNOVATION N ET R&D

CONSTRUCTION ET CHIMIE IE VERTE + INNOVATION N ET R&D COMPTE-RENDU CHAMPAGNE ARDENNE ATELIER VALORISATION COMPLETE DU BOIS : NOUVEAUX PRODUITS BOIS IS- CONSTRUCTION ET CHIMIE IE VERTE + INNOVATION N ET R&D Cadrage du thème de travail Périmètre et définition

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail