La valorisation des bois d œuvre de feuillu en circuit court : une étude de cas

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La valorisation des bois d œuvre de feuillu en circuit court : une étude de cas"

Transcription

1 ACTIVITÉS, PRODUITS ET MARCHÉS La valorisation des bois d œuvre de feuillu en circuit court : une étude de cas Benjamin Poilvet Gilles Barreau L étude dont le présent article rend compte a été réalisée dans le cadre d une troisième année de la FIF AgroParisTech ENGREF (Poilvet, 2011). La définition du circuit court qui a été retenue est celle qui a été précisée dans le plan d actions pour le développement des circuits courts du ministère de l Alimentation, de l Agriculture et de la Pêche (2009), c est-à-dire «un mode de commercialisation qui s exerce soit par la vente directe du producteur au consommateur, soit par la vente indirecte à condition qu il n y ait qu un seul intermédiaire». Nous avons admis que certaines contraintes et limites liées à la transformation ou à la commercialisation pourraient être réduites par le biais de la sous-traitance, celle-ci permettant de rester dans le circuit court : le donneur d ordre reste le même, de l arbre sur pied jusqu au produit fini vendu au consommateur. Dans le contexte actuel d augmentation du commerce des denrées agricoles en circuit court, couplé à une tendance de la consommation vers les produits naturels et à faible impact environnemental, se questionner sur ces schémas alternatifs de commercialisation dans le domaine forestier prend tout son sens. Notre étude tente de traiter le sujet dans sa globalité et en insistant sur certains points qui paraissent adaptés aux circuits courts de bois d œuvre, en particulier la valorisation optimale d une ressource qui ne peut pas être assurée par l outil industriel. Dans ce sens, nous étudierons les possibilités d établir une offre complémentaire aux offres standardisées, qui valorise la singularité d une origine et qui s ouvre avec souplesse aux demandes particulières. Ainsi, le circuit court de commercialisation a été appréhendé comme moyen pour mieux valoriser une ressource sous forme de produits pour des usages spécifiques liés à des marchés de niche. Nous verrons les possibilités de mise en place d un circuit court de bois d œuvre depuis la forêt, en nous concentrant entre autres :sur les marchés qui semblent possibles à investir ;sur l organisation technique et commerciale ; sur la rentabilité. L objectif est à la fois de montrer la faisabilité dans un cas pratique et tenter de dégager quelques réflexions à portée générale. Ce travail s appuie sur la forêt de Giroussens, qui s étend sur 600 hectares dans le département du Tarn, appartenant à un groupement forestier et gérée par IF Consultants. Ce massif se prête particulièrement à cette étude. D une part pour sa situation périurbaine (à 40 km de Toulouse et d Albi), et d autre part pour l état de sa ressource et du marché. En effet, la majorité des peuplements sont constitués de chênes sessiles en conversion de taillis en futaie. Jusqu alors les éclaircies produisaient principalement des petits bois (diamètre moyen inférieur ou égal à 27,5 cm) valorisés en bois de chauffage. Le diamètre moyen des coupes augmentant, nous nous interrogeons aujourd hui sur les possibilités de valorisation des bois Rev. For. Fr. LXIV

2 BENJAMIN POILVET -GILLES BARREAU moyens (classes de diamètre 30 à45), qui sont un peu gros pour une valorisation en bois de chauffage rentable mais un peu petits pour les scieries de Chêne traditionnelles. Les coupes concernent également quelques gros bois de bonne qualité mais qui représentent un volume trop faible pour une valorisation via les marchés standards. Le volume considéré est de 250 m 3 /an. Les prélèvements étaient jusqu alors valorisés en bois de chauffage et commercialisés en circuit court à50 /m 3. Cette étude a surtout un objectif pratique, elle se base sur une approche clairement pragmatique. Ainsi, elle pourra être utilisée en tant qu outil d aide méthodologique à la mise en forme de la réflexion et de l anticipation pour le propriétaire ou le gestionnaire qui souhaite s investir dans un projet commercial avec une logique de filière courte. ÉTUDE PROSPECTIVE DES MARCHÉS :MÉTHODE ET RÉSULTATS Nous avons commencé par une démarche prospective basée sur des entretiens afin d identifier les différentes pistes de marché et finalement ne retenir que les plus concluantes. Pour les marchés retenus, nous avons pris en considération et comparé différentes alternatives envisageables en matière de produit, de transformation et de distribution, pour finalement conclure sur ce qui est réalisable, comment et avec quel potentiel. Méthode d enquête L enquête relative aux marchés a pour objectifs de valider ou infirmer des intuitions sur la base d une étude de terrain (entretiens d enquête). Un ensemble d interlocuteurs a permis de tirer des conclusions sur les différentes possibilités de marché, leur potentiel, leur clientèle et ses besoins (tableau I, p. 57). Le périmètre d investigation a été adapté à la présence des interlocuteurs ciblés. Lorsque le nombre était suffisant nous nous sommes limités aux départements du Tarn et de la Haute-Garonne (par exemple pour l auto-écoconstruction) ; lorsqu il l était moins nous avons élargi à la région (par exemple pour les menuisiers et ébénistes privilégiant le bois local) ou au niveau national (par exemple pour les concepteurs de modèles). Mis à part la réalisation d entretiens d enquête, les outils qui ont été retenus pour le recueil d informations sont les relevés des produits et des prix en magasin et sur internet, et la bibliographie. Opportunités de marché et potentiel Quatre grands secteurs produits-marchés sont identifiés comme des opportunités relativement accessibles et porteuses dans le cadre d un circuit court : Les débits pour entreprises spécialisées en produits éthiques, Les débits rabotés et non traités (marché des particuliers et entreprises d écoconstruction), Le mobilier et la décoration «design brut», Les débits d essences secondaires et bois figurés pour le petit artisanat. Nous pouvons ajouter les marchés suivants, qui n ont pas été qualifiés de porteurs en raison d une concurrence forte ou d une demande relativement faible : Charpente traditionnelle et bois pour aménagements paysagers, Charpente traditionnelle avec choix de l arbre sur pied, 56 Rev. For. Fr. LXIV

3 Activités, produits et marchés Tableau I Pistes retenues Pistes et interlocuteurs retenus Interlocuteurs entretenus Nombre d enquêtés (répondants) Associations... 1 Auto-écoconstruction (produits de charpente principalement) Charpente traditionnelle Menuiserie ébénisterie (débits plot et sur quartier) Sculpteurs tourneurs (carrelets principalement) Produits éthiques, écoconçus (mobilier et décoration) Décoration, mobilier conception en bois brut Bois pour aménagements paysagers (carrelets et traverses) Auto-constructeurs particuliers... 2 Entreprises d accompagnement à la maîtrise d ouvrage... Architecte spécialisé... 1 Artisans spécialisés... 2 Charpentier charpente traditionnelle... 3 Charpentier «Bâtiments de France»... 2 Architecte des bâtiments de France... 1 Menuisiers ébénistes utilisateurs de bois local.. 7 Professionnels... 2 Maisons d édition... 3 Concepteurs de modèles... 1 Paysagistes Débits menuiserie - ébénisterie (plots d essences secondaires, débits sur quartier de «bois maillés», débits dans la ronce). N oublions pas qu il s agit cependant de marchés de niche qui correspondent à des volumes relativement faibles. POSSIBILITÉS DE VALORISATION TECHNIQUE Première transformation Le sciage de long à la tronçonneuse permet de travailler dans les endroits les plus difficiles et d obtenir des sciages de qualité correcte, le tout avec un matériel qui demande peu d entretien, durable et qui représente un investissement faible (de 800 à2600 HT pour un dispositif de sciage et une tronçonneuse). En revanche, le rendement est plus faible qu avec une scie à ruban et la productivité reste limitée. Le sciage à la scierie mobile à ruban permet d obtenir des débits de bonne qualité avec un bon rendement etune productivité plus intéressante. Enrevanche, il nécessite une place dégagée, peu pentue et accessible, avec les grumes débardées. L investissement est plus important. Le coût varie fortement selon les modèles et leur capacité (de 5000 à65000 HT). Cependant le sciage à la scierie mobile peut être sous-traité à un entrepreneur qui le réalise à façon (coût Rev. For. Fr. LXIV

4 BENJAMIN POILVET -GILLES BARREAU de l ordre de 60 /m 3 grume HT). Sous-traiter àunentrepreneur nécessite un volume minimum à transformer ainsi que la présence et la disponibilité d un scieur mobile local. En conclusion, nous pouvons dire que pour la première transformation, la scierie mobile est à privilégier dès que le volume est suffisant (à partir de 7m 3 de grumes). Le sciage de long àla tronçonneuse, limité par sa productivité, est à réserver pour la valorisation d arbres qui n ont dans l absolu aucune valeur du fait de leur isolement : chablis, arbres dépérissants, endommagés ou encore des arbres hors forêt. Cette découpe demande plus de temps par unité de volume produit mais permet de valoriser la partie supérieure de l arbre et les parties mal conformées. C est pourquoi le sciage de long à la tronçonneuse pourrait également être adapté à la valorisation d essences rares à forte valeur ajoutée ayant des débouchés pour les débits de faible dimension, telles les essences à bois d artisanat. Séchage Bien qu il soit encore possible de vendre ponctuellement des sciages verts à certains artisans, les débits doivent être séchés. Le séchage à l air nécessite le respect d un certain nombre de règles et d un minimum d infrastructures de conditionnement, conditions pour éviter des pertes considérables. La réalisation d un hangar bardé permet d assurer des conditions de séchage optimales et constitue un lieu de stockage sûr. Il apparaît comme le gros investissement incontournable pour la mise en place d un circuit court. Nous nous sommes basés sur le prix moyen d un hangar agricole en bardage et sans revêtement au sol (de l ordre de 250 /m 2 ). Le séchage artificiel est un coût supplémentaire en prestation et en transport. Il est donc préférable de ne réaliser un séchage artificiel qu en cas de demande et de vente assurée, àunprix comprenant le coût de la prestation. Deuxième et troisième transformation Il est évident que la création de produits finis depuis la forêt trouve rapidement ses limites compte tenu des investissements et du savoir-faire à mobiliser. Il est difficile de proposer des produits élaborés sans se transformer en artisan à part entière. Cet ensemble de contraintes et de limites pourrait être dépassé par le biais de la sous-traitance. Cependant tout un ensemble d opérations de deuxième et troisième transformation reste envisageable bien qu elles soient beaucoup plus gourmandes en main-d œuvre et chronophages que celles de première transformation. Aussi, elles permettent de maximiser la valeur ajoutée, ce qui devrait être recherché lorsqu on opère à partir de volumes faibles. L investissement matériel reste abordable mais le choix se situe dans une gamme de prix et de qualités très vaste. Ce choix, àréaliser par le porteur de projets, est àréfléchir sur la base de la disponibilité en main-d œuvre et du volume de production des produits considérés. Tout l art consiste donc à construire une gamme de produits qui nécessitent un minimum de deuxième et troisième transformation en termes de main-d œuvre principalement puis de moyens techniques, le tout selon le degré d investissement souhaité par le porteur de projets et sans s écarter des marchés porteurs identifiés. 58 Rev. For. Fr. LXIV

5 Activités, produits et marchés Élaboration de gammes de produits Si l on prend en considération la ressource de la forêt de Giroussens, compte tenu des marchés, il est préférable de produire en priorité :1)les produits «design brut», 2) les prédébits d essences secondaires pour l artisanat, 3) les débits sur quartier pour la meilleure qualité. Viennent ensuite la charpente et les bois pour aménagements paysagers. Bien qu identifiées comme «non porteuses», ces deux dernières catégories de produits ont été choisies car elles permettent de valoriser la plus basse qualité et nécessitent peu ou pas de transformation après le sciage. De plus si l on prend en compte l avantage concurrentiel de l origine locale des bois et la possibilité de concurrencer les scieries sur les prix, le marché pourrait être plus important. Et enfin ceci offre la possibilité de choisir l arbre sur pied pour les artisans de la rénovation du patrimoine, mais ceci représente un volume faible. Nous avons ainsi créé deux gammes de produits pour les chênes de la forêt de Giroussens :une gamme d objets et mobilier «design brut»(figure 1, ci-dessous) et une gamme charpente et bois pour aménagements paysagers. FIGURE 1 GAMME «DESIGN BRUT», VUES D ENSEMBLE Source : Autodesk Inventor, Benjamin Poilvet FISCALITÉ :IMPÔTS SUR LES BÉNÉFICES Pour les produits pouvant être utilisés comme matière première et s il n y apas de vente en installation fixe, le régime d imposition reste celui d un forfait agricole (figure 2, p. 60). Dans le cas contraire, le régime fiscal est celui du régime réel simplifié ou normal, qui impliquent un impôt sur le bénéfice. L impôt sur les bénéfices est un critère important à considérer. Selon les projets, il sera plus ou moins déterminant pour le choix du mode de vente et des gammes de produits. Rev. For. Fr. LXIV

6 BENJAMIN POILVET -GILLES BARREAU FIGURE 2 FISCALITÉ EN MATIÈRE D IMPÔTS SUR LE BÉNÉFICE Sciage mobile Produits pouvant être utilisés comme matière première Produits ne pouvant pas être utilisés comme matière première Vente par le propriétaire en installation fixe Activité àcaractère industriel et commercial Pas de vente en installation fixe CA CA > Imposition selon un forfait agricole Régime réel simplifié Régime réel normal MODES DE VENTE ET STRATÉGIE DE MARKETING Tableau II Atouts et contraintes par modalités de vente (Un signe +signifie atouts ;unsigne contraintes) Mode de vente DIRECTE Besoins en disponibilité Contraintes techniques optimisation des stocks Frais Efficacité de vente Fiscalité (cas de produits matière première) Sur le lieu de production / Par correspondance... +/ +/ +/ + Àlademande Via unprescripteur Contrat avec un artisan / + INDIRECTE Via uncommerçant détaillant. + +/ +/ + Point de vente collectif.... +/ + +/ ++ Il ressort que plusieurs modes de vente seraient intéressants mais leur efficacité pour vendre en volume est très limitée. Ce sont :lavente àlademande et par contrat avec un artisan. Àl inverse, la vente par correspondance comporte un risque au niveau de la gestion des commandes : nombre de commandes devenu ingérable, rupture de stock. La vente via un commerçant détaillant (un intermédiaire autorisé selon la définition du circuit court, voir en page 55, premier alinéa) engage une commission sur les ventes non négligeable entraînant une hausse du prix de vente. De plus leur efficacité pour les ventes n est pas toujours certaine. 60 Rev. For. Fr. LXIV

7 Activités, produits et marchés La vente sur le lieu de production est très dépendante de la situation du lieu (accessibilité, accueil). Elle peut donc être avantageuse dans certains cas. Aussi la présence d une installation pour la vente engendre la soumission à un régime fiscal plus contraignant, ce qui est aussi le cas pour un point de vente collectif. La vente via un prescripteur (architecte, décorateur d intérieur ou paysagiste selon les produits) semble être particulièrement avantageuse :un prescripteur représente un seul interlocuteur pour des ventes régulières, qui aura une certaine connaissance de ses besoins (optimisation de stocks) et qui jouera un rôle d ambassadeur des produits auprès du consommateur final. En ce qui concerne la forêt de Giroussens, l objectif principal étant de limiter les frais au minimum, et le choix du mode de distribution devant être adapté àlacible et au produit, nous retiendrons les modalités de vente suivantes :vente sur le lieu de production pour tirer avantage de la situation périurbaine et de la forte fréquentation du site ;puis vente via des prescripteurs autant que possible ;ceci pourra être complété par des contrats avec des artisans et de la vente à la demande. Il est nécessaire d y associer une politique de promotion adaptée, afin d optimiser les ventes. Nous retiendrons qu il est préférable d adopter une stratégie progressive qui mobilise les formes de vente en commençant par les marchés les plus faciles à atteindre avec un investissement restreint, pour un affrontement progressif des obstacles, afin que le processus de production se rode et que le forestier teste sa capacité à vendre. Pour ce qui est de la stratégie marketing, il faut savoir que la prise de conscience du rôle du consommateur dans son acte d achat est en train de se généraliser. Ce phénomène a été porté par l essor du développement durable, progressivement perçu comme un concept universel et primordial pour la société. Ainsi, les concepts du développement durable viennent maintenant s ajouter à d autres jugements subjectifs préexistants pour constituer la valeur d estime des produits. Les circuits courts offrent un avantage concurrentiel fort dans ce domaine qu il convient de valoriser par une communication adaptée. Pour cela, il faut être capable de démontrer de façon crédible les bénéfices du produit pour l environnement. Cependant, n oublions pas que la majorité des consommateurs est prête à choisir des produits respectueux de l environnement si toutes choses sont égales par ailleurs en termes de qualité, de prix et de garantie. Les moyens de communication à mettre en œuvre devront varier selon la gamme de produits qui correspond à une certaine clientèle à cibler. PRIX DE REVIENT ET MARGES D EXPLOITATION Le calcul du prix de revient aété réalisé pour deux scénarios de production : scénario 1 : une production sans deuxième transformation et sans installation pour la vente (hors impôt sur le bénéfice) ; scénario 2 : une production avec seconde transformation et installation pour la vente (soumise à l impôt sur le bénéfice). Le premier scénario 1 concerne la réalisation de produits charpente et bois pour aménagements paysagers àpartir de 250 m 3 grume. Le prix de revient total tous sciages confondus est de 386 /m 3 scié après un ressuyage de 6 mois sous hangar et comprenant les frais de vente et de promotion (tableau III, p. 62). Rev. For. Fr. LXIV

8 BENJAMIN POILVET -GILLES BARREAU Tableau III Scénario 1:dépenses Coûts de mobilisation moyens bois œuvre (euros/m 3 ) 20 Mobilisation Facteur de correction dispersion 2 Volume bois œuvre mobilisé (m 3 ) 250 Coût total de mobilisation (euros) Coût moyen dusciage (euros/m 3 ) 60 Cadence (m 3 grume/jour) 10 Sciage et empilement Coût horaire ouvrier (euros/h) 34 Hommes mobilisés 1 Coût total sciage et empilement (euros) Surface hangar (m 2 ) 180 Coût hangar (euros/m 2 ) 250 Durée d amortissement (années) 20 Coût de réalisation hangar (euros) Coût annuel hangar (euros/an) 2250 Ntraverses de soubassement/pile 2 Coût unitaire traverse (euros) 20 Séchage Taux annuel de renouvellement traverses 0,10 Coût total soubassement des piles (traverses) (euros) 1190 Coût total annuel soubassement des piles (traverses) (euros) 119 Ratio m 3 baguettes/m 3 sciages 0,05 Coût baguettes (euros/m 3 ) 500 Volume baguettes mobilisé (m 3 ) 6 Taux annuel de renouvellement baguettes 0,15 Coût total de baguettage (euros) 3119 Coût total annuel de baguettage (euros/an) 468 Durée de séchage (années) 0,5 Immobilisation Prix du bois sur pied (euros/m 3 ) 50 Coût d immobilisation du bois (euros) 664 Entretien et réparation Coûts annuels (euros/an) 225 Total des investissements (euros) Coût annuel des intérêts (euros/an) 519 Somme des coûts annuels (hors immobilisation des bois) (euros/an) Apport vente des chutes grumes (euros) 8983 Coût total de l opération (pour 250 m 3 grume) (euros) Coût avec vente des chutes (euros) Coût total (euros/m 3 sec) 263 Temps moyen consacré àlavente (homme-jour/an) 30 Temps moyen consacré àlapromotion (homme-jour/an) 7 Coût homme-jour vente (euros) 272 Coût homme-jour promotion (euros) 650 Coût/an lié àlavente (euros/an) 8160 Coût/an lié àlapromotion (euros/an) 4550 Coût/m 3 liés àlavente (euros/an) 79 Coût/m 3 liés àlapromotion (euros/m 3 ) 44 Coût total avec vente et promotion (euros) Coût total avec vente et promotion (euros/m 3 ) Rev. For. Fr. LXIV

9 Activités, produits et marchés FIGURE 3 SCÉNARIO 1:DÉCOMPOSITION DU PRIX DE REVIENT Le principal poste de dépense concerne l opération de sciage et empilement (figure 3, ci-contre) qui nécessite 20 journées de travail à 2hommes-jours. Pour l ensemble des calculs, un seul taux a été utilisé : 3 %. Le choix d un seul taux et avec une valeur faible est justifié par une mobilisation en capitaux faible à un risque relativement faible. Dans le cas Coût annuel desintérêts 1% Mobilisation 21 % Immobilisation du bois 1% Sciage et empilement 45 % d une mobilisation importante en capital, associée à des risques forts, ce taux doit être vu à la hausse et en distinguant la part du capital fourni en apports propres et la part des emprunts. Les prix de vente se basent sur les prix de vente au détail pratiqués sur le marché (tableau IV). Vente 17 % Entretien et réparation 0% Séchage 6% Promotion 9% Tableau IV Catégorie produit Gamme bois aménagements paysagers Gamme charpente Autre Scénario 1:recettes (hypothèse de vente totale) Produit Nunités produits Prix unitaire estimé (euros) Prix HT (euros) Prix HT au m 3 (euros) Total produit HT (euros) traverse ,3 19, ,7 traverse ,0 31, ,0 chevron ,0 31, ,0 poteau ,0 137, ,5 poteau ,5 112, ,3 panne ,0 104, ,0 poutre ,8 7, ,8 poutre ,1 9, ,0 poutre ,5 10, ,1 poutre ,0 14, ,3 poutre ,5 26, ,3 poutre ,0 34, ,0 poutre ,0 52, ,0 débit quartier ,0 1228, ,0 poutre cheminée ,0 33, ,1 poutre cheminée ,0 10, ,9 poutre cheminée ,5 7, ,3 poutre cheminée ,0 29, ,4 poutre cheminée ,0 25, ,7 Chiffre d affaires (en euros HT) ,0 Rev. For. Fr. LXIV

10 BENJAMIN POILVET -GILLES BARREAU Dans le cas d une vente complète de 103 m 3 de sciages, la marge nette d exploitation (1) s élève à 46 %du chiffre d affaires. Le bilan de l opération montre que la vente sur pied aurait été trois fois moins profitable aupropriétaire (en comparaison avec une vente sur pied à50 /m 3,voir p. 56). Tableau V Mobilisation Sciage et empilement Séchage Immobilisation Scénario 2:dépenses de première transformation Coûts de mobilisation moyens bois œuvre (euros/m 3 ) 20 Facteur de correction dispersion 2 Volume bois œuvre mobilisé 150 Coût total de mobilisation (euros) Coût moyen dusciage (euros/m 3 ) 60 Cadence (m 3 grume/jour) 10 Coût horaire ouvrier (euros/h) 34 Hommes mobilisés 1 Coût total sciage et empilement (euros) Surface hangar (m 2 ) 250 Coût hangar (euros/m 2 ) 250 Durée d amortissement (années) 20 Coût de réalisation hangar (euros) Coût annuel hangar (euros/an) 3125 Ntraverses de soubassement/pile 2 Coût unitaire traverse (euros) 20 Taux annuel de renouvellement traverses 0,10 Coût total soubassement des piles (traverses) (euros) 857 Coût total annuel soubassement des piles (traverses) (euros/an) 86 Ratio m 3 baguettes/m 3 sciages 0,05 Coût baguettes (euros/m 3 ) 500 Volume baguettes mobilisé 4 Taux annuel de renouvellement baguettes 0,15 Coût total de baguettage (euros) Coût total annuel de baguettage (euros/an) 334 Durée de séchage (années) 2 Prix du bois sur pied (euros/m 3 ) 50 Coût d immobilisation du bois (euros) Entretien et réparation Coûts annuels (euros/an) 313 Total des investissements (euros) Coût annuel des intérêts (euros/an) 20 Somme des coûts annuels (hors immobilisation des bois) (euros/an) Apport vente des chutes grumes (euros) Coût total de l opération (pour 150 m 3 grume) (euros) Coût avec vente des chutes (euros) Coût total (euros/m 3 sec) 295 (1) La marge nette d exploitation est le rapport du résultat net d un exercice sur le chiffre d affaires de cet exercice. Elle indique quel est le résultat net que l entreprise réalise en moyenne àchaque fois qu elle vend un produit ou un service pour Rev. For. Fr. LXIV

11 Activités, produits et marchés Le second scénario 2porte sur une gamme de mobilier et objets décoratifs àpartir de 150 m 3 grume. Ce volume est plus faible que pour le scénario 1 car d une part nous avons fixé une surface maximale de hangar à 250 m 2, et d autre part ces produits nécessitent deux ans de séchage (l emprise du volume mobilisé par an a donc été multipliée par deux). Le coût total de l opération s élève à près de (tableau V, p. 64 et tableau VI, cidessous) après un séchage de deux ans sous hangar et comprenant les frais de vente et de promotion. Tableau VI Scénario 2:dépenses de seconde transformation et coût total Coûts del investissement matériel Matériel Coût (HT) Taux d amortissement Gabarit àtourillons % Raboteuse électroportative % Ponceuse électroportative % Perceuse % Scie sur table % Établi àpresse verticale % Valet d établi % Aspirateur faible débit % Coût annuel des fournitures (lames, abrasifs, huile, etc.) Coût total annuel 7238 Coûts liés àlavente etlapromotion Temps moyen consacré àlavente (Homme-jour) Temps moyen consacré àlapromotion (Homme-jour/an)... 7 Coût Homme-jour vente Coût Homme-jour promotion Coûts/an liés àlavente Coûts/an liés àlapromotion Coût annuel 9990 Coûts demain-d œuvre Coût horaire ouvrier Nhomme-jour Coût annuel Coût total annuel de seconde transformation Coût total annuel de l opération Rev. For. Fr. LXIV

12 BENJAMIN POILVET -GILLES BARREAU Sciage brut sec 25 % Matériel 1% Fournitures 7% Vente 5% Promotion 5% Le premier poste de dépense concerne la main-d œuvre (figure 4) pour les opérations de seconde transformation et de finition. Ceci représente 205 hommes-jours de travail, ce qui correspond à un emploi à plein temps. Main d œuvre 57 % FIGURE 4 SCÉNARIO 2:DÉCOMPOSITION DU PRIX DE REVIENT Les prix de vente se basent sur les prix de vente au détail pratiqués sur le marché (tableau VII, ci-dessous). Dans le cas d une vente totale des produits, la marge nette d exploitation s élève Tableau VII Scénario 2:recettes (hypothèse de vente totale) Catégorie produit Produit Nunités produits Prix de revient unitaire (euros) Prix unitaire estimé (euros TTC) Prix unitaire estimé (euros HT) Marge indicative (euros) Total produit (euros HT) Cube Cube Cube Rondin Tabouret bas Tabouret haut Banc rondin Gamme «design brut» Gamme paysage Banc traverse Table basse traverse Table basse carrelets Table salle àmanger Étagère grand modèle Étagère petit modèle Pavés (unité m 2 ) Chiffre d affaires (en euros HT) Rev. For. Fr. LXIV

13 Activités, produits et marchés après impôt sur le bénéfice à 49 % du chiffre d affaires. La vente sur pied aurait été 17 fois moins profitable (toujours en comparaison avec une vente sur pied à50 /m 3 ). Les calculs montrent un bénéfice net très profitable en se basant sur les prix de vente minimaux pratiqués sur le marché. En revanche ces résultats sont à relativiser puisqu ils se fondent sur l hypothèse de la vente totale des produits au bout d un an. APPORTS DE L ÉTUDE ET PERSPECTIVES Les circuits courts agricoles alimentaires se développent actuellement sous l impulsion de plusieurs facteurs complémentaires. Si les arguments en faveur des circuits courts agricoles ne sont pas tous transposables à un circuit court de bois d œuvre, certains le sont et peuvent être mis en avant : Les consommateurs recherchent de plus en plus des produits locaux en circuit court dans un souci de traçabilité et de contribution au développement local ; Le contexte environnemental (coût de l énergie, réchauffement climatique) et institutionnel (Grenelle de l environnement) va dans le sens d une réduction des transports et du bilan carbone, donc dans le sens des circuits courts ; Le consommateur est très réceptif à l image et à la communication que portent les concepts liés au circuit court : produit local, produit écologique, faible bilan carbone, maintien ou création d une activité locale. Les circuits courts depuis la forêt organisés par les propriétaires sont quasi absents (un seul identifié). Les entretiens qui ont été menés montrent qu il existe une attente des consommateurs envers une offre visible et diversifiée de bois local. Si d un côté cette demande souhaitée et identifiée reste faible, de l autre une offre en bois local adaptée et visible par le consommateur est totalement absente. Il est donc difficile de parler de la véritable demande qui ne s exprime pas compte tenu de l absence totale d offre. Cependant, nous pouvons certifier que des marchés à investir dans le cadre de circuits courts existent, au moins à une échelle de niche. Cette étude montre d ores et déjà que la mise en place d un circuit court pour le cas de la forêt de Giroussens serait rentable et ce pour de petits volumes majoritairement de mauvaise qualité, en pratiquant les prix bas du marché standard. Ainsi, nous pouvons dire que la mise en place d un circuit court est réalisable à l échelle d une propriété et ce avec des investissements rapidement rentabilisés dans le cas d une vente totale des produits. Les risques restent faibles au regard de la faiblesse des investissements et du gain comparé à une valorisation en filière standard. L une des principales limites réside dans la faiblesse des volumes du fait des capacités techniques qui restent limitées si l on ne veut pas basculer dans des investissements coûteux. En revanche, les opérations étudiées restent rentables à volume faible : pour la gamme charpente et bois pour aménagements paysagers, la rentabilité n est inférieure àcelle de la vente sur pied qu en deçà d un volume de 70 m 3 grume (toujours dans un cas de vente totale). En ce qui concerne la gamme «design brut», la rentabilité de l opération est supérieure à la vente sur pied jusqu à des volumes dérisoires (inférieurs à 10 m 3 grume). Cependant cette dernière gamme concerne un marché faible, qui serait rapidement saturé. La limite la plus conséquente concerne la nécessité d investissement humain relativement fort de la part du propriétaire ou d un gestionnaire. L activité de vente mobilise du temps dont l importance varie selon les volumes et surtout le mode de vente choisi. La vente mobilisera au Rev. For. Fr. LXIV

14 BENJAMIN POILVET -GILLES BARREAU minimum une journée par semaine dans le cas d une vente directe sur le lieu de production. D autre part, un minimum de compétences est nécessaire pour le suivi économique et l étude du marché local qui est fortement conseillée. Une démarche commerciale avec une promotion est également nécessaire. En ce qui concerne les produits esthétiquement plus élaborés, l appel à un concepteur de modèles est relativement onéreux et les modèles existants appartiennent à leur auteur. Il est nécessaire de vérifier ce dernier point avant de lancer un produit. Les circuits courts ne concurrencent pas les circuits longs qui valorisent d autres produits et qui maintiennent un approvisionnement de la filière bois en place. Pour la filière bois, les circuits courts seraient complémentaires aux circuits longs dans le sens où ils pourraient apporter de manière rentable une offre à une demande qui ne peut être satisfaite par l outil industriel. Là où le circuit long trouve ses limites en raison de la substitution du capital au travail, le circuit court trouve les réponses par sa logique inverse. Le manque de réels circuits courts de bois d œuvre ne permet pas d avoir de recul sur la mise en place d un projet de circuit court par un forestier. Puisse donc cette étude contribuer à y remédier en sensibilisant les forestiers aux possibilités qu offrent les circuits courts. Benjamin POILVET Ingénieur AgroParisTech FIF-ENGREF «Puyguilhem» F CASTELS Gilles BARREAU Directeur technique IF Consultants 505 chemin de la Reule F GRAGNAGUE BIBLIOGRAPHIE APCE. Régime du bénéfice réel. [En ligne] : (consulté le 10 mai 2011). BERNEMAN (C.), LANOIE (P.), PLOUFFE (S.), VERNIER (M.-F.). L Éco-conception : quels retours économiques pour l entreprise? Études et fiches entreprises?. Institut de développement produit (Québec) ; Saint- Étienne/Monbrison : CCI, p. DEON (I.), COTTIN (D.), VERGNAUD (J.-P.). Le Bois et ses dérivés : le marketing d un produit renouvelable. Paris :CTBA, p. JOLY (P.), MORE CHEVALIER (F.). Théorie, pratique et économie du séchage des bois. Dourdan : Éditions H. Vial, p. LAROCHE (M.), BERGERON (J.), BARBARO-FORLEO (G.). Targeting consumers who are willing to pay more for environmentally friendly products. Journal of consumer marketing, vol. 18, n 6, 2001, pp LAVORATA (L.), BINNINGER (A.-S.), PARGUEL (B.), ROBERT (I.), VERNIER (M.-F.). 50 fiches sur le marketing durable. Paris : Éditions Bréal, p. LECOMPTE (A.), VALETTE-FLORENCE (P.). Mieux connaître le consommateur socialement responsable. Décisions marketing, n 80, 2006, pp MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L ALIMENTATION ET DE LA PÊCHE. Rapport du groupe de travail «circuits courts de commercialisation». Paris : MAAP, mars p. 68 Rev. For. Fr. LXIV

15 Activités, produits et marchés MOLLIÈRE (C.), REURE (G. de). Guide fiscal de la forêt. Paris : Centre d études d économie et de gestion de la forêt privée (CEEG), p. PASIECZNIK (N.), BREWER (M.), FEHR (C.), SAMUEL (J.). De l arbre au bois débité : un guide pour le sciage de long à la tronçonneuse. Coventry, UK : Henry Doubleday Research Association, p. POILVET (B.). Le Potentiel des circuits courts pour une valorisation du bois d œuvre de feuillu en marge des marchés traditionnels. Nancy : AgroParisTech ENGREF ; IF Consultants. 110 p. (Mémoire de fin d études de la Formation des ingénieurs forestiers). RONDEAU (N.). La Déclaration à l impôt sur le revenu. Forêts de France, n 542, 2011, pp LA VALORISATION DES BOIS D ŒUVRE DE FEUILLU EN CIRCUIT COURT :UNE ÉTUDE DE CAS (Résumé) Dans le contexte actuel d augmentation des modes de commercialisation en circuit court, il est pertinent de s interroger sur la faisabilité des circuits courts depuis la forêt. Ce travail porte sur le potentiel que représentent les circuits courts de commercialisation pour valoriser du bois d œuvre qui est en marge des marchés standards pour des raisons de qualité ou de volume faible. Pour cela, plusieurs pistes sont étudiées et hiérarchisées. Puis, sur la base d un cas concret, ce travail expose un ensemble de gammes de produits envisageables avec une étude de faisabilité technico-économique depuis l exploitation jusqu à l étape finale de mise sur le marché. Les résultats montrent qu une telle opération est envisageable moyennant un minimum de volonté et d investissement de la part du propriétaire ou d un gestionnaire. De manière plus générale, les circuits courts offrent d intéressantes perspectives à étudier. SHORT-CHANNEL MARKETING OF WOOD PRODUCTS FROM HARDWOOD TIMBER A CASE STUDY (Abstract) In the current context of increasing short-channel marketing alternatives, it is worth exploring short-channel feasibility in the forest sector. This work deals with direct channel potential for producing revenue from timber sales that for reasons of volume or quality cannot be marketed through conventional channels. Several marketing opportunities are studied and ranked. On the basis of a case study, this article then describes a set of potential product ranges using a technical and economic feasibility study covering the complete process from the logging stage to the marketing of the final product. Results show that such an activity is possible providing the forest owner or manager is willing to invest both effort and money. More generally, short channels offer perspectives that are worth exploring. Rev. For. Fr. LXIV

FIBRA. Étude de marché des sciages en Rhône-Alpes. Intervenant : Vincent MERCIER

FIBRA. Étude de marché des sciages en Rhône-Alpes. Intervenant : Vincent MERCIER FIBRA Étude de marché des sciages en Intervenant : Vincent MERCIER OBJECTIFS DE L ETUDE Apporter aux scieurs : Un état des lieux quantitatif et qualitatif de l offre et de la demande Les préconisations

Plus en détail

La Synergie Lavogez Filière courte : de l arbre à l établi

La Synergie Lavogez Filière courte : de l arbre à l établi La Synergie Lavogez Filière courte : de l arbre à l établi Une démarche de développement durable Coupe en forêts locales Charpentiers du Conception en bureau d études chez CSB Assemblage et taille en atelier

Plus en détail

GALLILEO. Business Consulting. Etude stratégique marketing sur les produits feuillus. Assemblée Générale du 19 décembre 2013 DECEMBRE 2013

GALLILEO. Business Consulting. Etude stratégique marketing sur les produits feuillus. Assemblée Générale du 19 décembre 2013 DECEMBRE 2013 GALLILEO Business Consulting DECEMBRE 2013 Etude stratégique marketing sur les produits feuillus Assemblée Générale du 19 décembre 2013 Avec le soutien de : GALLILEO BUSINESS CONSULTING 29 rue Jean-Jacques

Plus en détail

Etude de marché. Idée de depart. Etude de l environnement et des offres existantes. Clients. actuels. Choix de la cible précise

Etude de marché. Idée de depart. Etude de l environnement et des offres existantes. Clients. actuels. Choix de la cible précise Etude de marché Selon l Agence Pour la Création d Entreprise (APCE), 70% des cas de défaillance ont pour origine la mauvaise qualité des études de marché, que celles-ci soient mal réalisées ou de manière

Plus en détail

La Charte. forestière. du Pilat. Un engagement collectif pour une gestion durable de la forêt

La Charte. forestière. du Pilat. Un engagement collectif pour une gestion durable de la forêt La Charte forestière du Pilat Un engagement collectif pour une gestion durable de la forêt Réalisation Jecom - RCS 493 898 043 - Avril 2011 - Imprimé sur papier issues de forêts françaises et belges gérées

Plus en détail

LES CLES D UNE BONNE STRATEGIE A L EXPORT

LES CLES D UNE BONNE STRATEGIE A L EXPORT LES CLES D UNE BONNE STRATEGIE A L EXPORT CCI TOURAINE, pour le Colloque Techniloire, le 09/07/2009 Une bonne stratégie à l export ne s improvise pas CCI TOURAINE, pour le Colloque Techniloire, le 09/07/2009

Plus en détail

Le bois, la première des énergies renouvelables

Le bois, la première des énergies renouvelables Le bois, la première des énergies renouvelables Chiffres clés du bois-énergie en France La France dispose de l un des plus importants massifs européens avec une forêt qui couvre près de 1/3 du territoire

Plus en détail

CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit

CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit PCI -TD _ Centres Resp et Profit_Correction CAS.doc 1 / 28 CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit INTRODUCTION SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 1 NOTIONS

Plus en détail

LA GESTION DURABLE DES FORÊTS PUBLIQUES

LA GESTION DURABLE DES FORÊTS PUBLIQUES LA GESTION DURABLE DES FORÊTS PUBLIQUES 2015 AGENCE DE FONTAINEBLEAU L OFFI CE NATIONAL DES FORÊTS PREMIER GESTIONNAIRE D ESPACES NATURELS EN FRANCE Établissement public à caractère industriel et commercial

Plus en détail

LE CONCEPT VADWAY et le «CONTRÔLE DE GESTION»

LE CONCEPT VADWAY et le «CONTRÔLE DE GESTION» Le concept de VAD (Valeur Ajoutée Directe), est à la base de nos missions portant sur le «Contrôle de gestion», appliqué aux PME. 1. LE CONCEPT LA VALEUR AJOUTEE DIRECTE (VAD) Rappel : L entreprise achète,

Plus en détail

Evaluation du LIDAR et de solutions innovantes pour la chaîne d approvisionnement du bois : les résultats du projet européen FlexWood

Evaluation du LIDAR et de solutions innovantes pour la chaîne d approvisionnement du bois : les résultats du projet européen FlexWood Evaluation du LIDAR et de solutions innovantes pour la chaîne d approvisionnement du bois : les résultats du projet européen FlexWood Le projet de recherche européen FlexWood («Flexible wood supply chain»)

Plus en détail

Rapport sur l intérêt des producteurs maraîchers de la région de Montréal quant aux modèles associatifs de mise en marché en circuits courts

Rapport sur l intérêt des producteurs maraîchers de la région de Montréal quant aux modèles associatifs de mise en marché en circuits courts Rapport sur l intérêt des producteurs maraîchers de la région de Montréal quant aux modèles associatifs de mise en marché en circuits courts par Équiterre 30 novembre 2011 Objet de l étude Cette étude

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Site Internet Filière Bois du Cher

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Site Internet Filière Bois du Cher COMMUNIQUÉ DE PRESSE Site Internet Filière Bois du Cher Le 1 er site internet départemental de la région Centre à destination du grand public! Susciter l envie des consommateurs à utiliser et découvrir

Plus en détail

Monaco s engage contre la déforestation

Monaco s engage contre la déforestation Compte rendu des deux réunions sur l élaboration de la Charte sur le Bois en Principauté Contexte des réunions Deux réunions de travail ont été organisées le jeudi 1 er juin et le mercredi 6 juin 2011

Plus en détail

ENQUETE SUR LE PRIX DES COMBUSTIBLES BOIS EN 2013-2014

ENQUETE SUR LE PRIX DES COMBUSTIBLES BOIS EN 2013-2014 ENQUETE SUR LE PRIX DES COMBUSTIBLES BOIS EN -2014 Etude réalisée par CODA Stratégies NOVEMBRE 2014 Pour le compte du département Bioressources de l ADEME Présentation finale CODA STRATEGIES - 4 rue Galvani

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

Définition des objectifs Caractéristiques de l offre définitive Marché cible positionnement. Evaluation du potential de vente

Définition des objectifs Caractéristiques de l offre définitive Marché cible positionnement. Evaluation du potential de vente Chapitre 3 Lancement et développement de la jeune entreprise Une fois, l étude de marché réalisée, le créateur doit maintenant l explorer, c'est-à-dire en tirer les éléments qui serviront à la rédaction

Plus en détail

MUTUELLES ET ASSURANCES

MUTUELLES ET ASSURANCES LIVRE BLANC E-MARKETING MUTUELLES ET ASSURANCES MARKETING VISIBILITE PERFORMANCE 13/02/13 - Page 2/9 01. Edito Comment être visible sur le net? Sur quoi être visible? Comment adopter une stratégie digitale

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document:

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document: COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 22.4.2015 SWD(2015) 88 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT accompagnant le document: Rapport de la Commission au Parlement

Plus en détail

LES ETAPES DE LA CREATION

LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION DE VOTRE ENTREPRISE L ELABORATION DU PROJET p. 13 A/ L étude commerciale p. 13 B/ L étude financière p. 18 C/ L étude juridique p. 27 LES FORMALITES

Plus en détail

3 ème année. Cet appel à proposition s inscrit dans la continuité du travail engagé en année 1 et 2.

3 ème année. Cet appel à proposition s inscrit dans la continuité du travail engagé en année 1 et 2. Appel à proposition Projet Alimen terre Un système d'alimentation local sur le Pays de Vannes 3 ème année Avec près de 60 % de surfaces agricoles, l agriculture demeure prépondérante sur notre territoire.

Plus en détail

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER LE DISPOSITIF DE FINANCEMENT EUROPÉEN LEADER AU SERVICE DE L ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : Le programme LEADER est un outil au service de la mise en œuvre du projet de territoire

Plus en détail

Elaboration et Suivi des Budgets

Elaboration et Suivi des Budgets Elaboration et Suivi des Budgets 1 1- La Notion Du contrôle de Gestion 2- La Place du Contrôle de Gestion dans le système organisationnel 3- La Notion des Centres de responsabilité 4- La procédure budgétaire

Plus en détail

Initiation à la Comptabilité

Initiation à la Comptabilité Bertrand LEMAIRE http://www.bertrandlemaire.com Initiation à la Comptabilité Document sous licence Creative Commons L auteur autorise l impression et l utilisation gratuites de ce document dans un cadre

Plus en détail

Le Conseil général élabore un agenda 21

Le Conseil général élabore un agenda 21 J e u d i 1 7 n o v e m b r e 2 0 1 1 dossier de presse Le Conseil général élabore un agenda 21 pour le département de la Loire Par Bernard BONNE, Président du Conseil général et Jean GILBERT, Conseiller

Plus en détail

Immeuble de bureaux Ilot T8 ZAC de Tolbiac Paris 13e

Immeuble de bureaux Ilot T8 ZAC de Tolbiac Paris 13e Immeuble de bureaux Ilot T8, ZAC Tolbiac à Paris R. Ricciotti, O. Gaujard 1 Immeuble de bureaux Ilot T8 ZAC de Tolbiac Paris 13e Rudy Ricciotti Architecte FR-Bandol Olivier Gaujard Gaujard Technologie

Plus en détail

Conséquences macroéconomiques de la «sortie du nucléaire» : Evaluation des scénarios de l UFE à l aide du modèle NEMESIS.

Conséquences macroéconomiques de la «sortie du nucléaire» : Evaluation des scénarios de l UFE à l aide du modèle NEMESIS. Conséquences macroéconomiques de la «sortie du nucléaire» : Evaluation des scénarios de l UFE à l aide du modèle NEMESIS. Baptiste Boitier 1, Lionel Lemiale 2, Arnaud Fougeyrollas 3, Pierre Le Mouël 4

Plus en détail

Un projet Bois Energie Citoyen?

Un projet Bois Energie Citoyen? Un projet Bois Energie Citoyen? Filière bois énergie : les attendus les entrants Filière usuelle : circuit long Filière d avenir : circuit court Chaîne de production d énergie thermique HQE : Analyse systèmique

Plus en détail

www.btsag.com 31 Coûts complets

www.btsag.com 31 Coûts complets www.btsag.com 31 Coûts complets Claude Terrier btsag.com 1/24 11/10/2010 Pérennisation de l entreprise Auteur : C. Terrier; mailto:webmaster@btsag.com ; http://www.btsag.com Utilisation: Reproduction libre

Plus en détail

L'amélioration des performances économiques des territoires : méthodologie des cartes de performance. Application à la liaison Grenoble Sisteron

L'amélioration des performances économiques des territoires : méthodologie des cartes de performance. Application à la liaison Grenoble Sisteron L'amélioration des performances économiques des territoires : méthodologie des cartes de performance Application à la liaison Grenoble Sisteron **** 1 Sommaire Introduction : les facteurs de développement

Plus en détail

Diane Patrimoine. Document non contractuel communiqué à titre indicatif

Diane Patrimoine. Document non contractuel communiqué à titre indicatif Diane Patrimoine La forêt : un investissement long terme avec un rendement régulier qui permet également de régler son ISF et réduire sa base imposable. Il existe du fait de la loi en faveur du Travail,

Plus en détail

11 114 annexe 1. Appel à projets «Circuits alimentaires de proximité et de qualité» de la Région des Pays de la Loire

11 114 annexe 1. Appel à projets «Circuits alimentaires de proximité et de qualité» de la Région des Pays de la Loire Appel à projets «Circuits alimentaires de proximité et de qualité» de la Région des Pays de la Loire 1. Contexte et objectifs visés par l appel à projets Menée dans le cadre du Schéma Régional de l Economie

Plus en détail

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Ville de Clamart PARTENAIRES Finances Locales Avril 2015 Ville de Clamart 1 Présentation de PARTENAIRES Finances Locales PARTENAIRES Finances Locales

Plus en détail

TABLEAU DE BORD DES INDICATEURS DE VIABILITE FINANCIERE POUR LES SYSTEMES NATIONAUX DES AIRES PROTEGEES

TABLEAU DE BORD DES INDICATEURS DE VIABILITE FINANCIERE POUR LES SYSTEMES NATIONAUX DES AIRES PROTEGEES TABLEAU DE BORD DES INDICATEURS DE VIABILITE FINANCIERE POUR LES SYSTEMES NATIONAUX DES AIRES PROTEGEES Tableau de bord des indicateurs financiers Première Partie Situation financière globale du Système

Plus en détail

MESURER LA VALEUR ET LE ROI D UN PROJET DE RÉSEAU SOCIAL D ENTREPRISE

MESURER LA VALEUR ET LE ROI D UN PROJET DE RÉSEAU SOCIAL D ENTREPRISE Livre Blanc MESURER LA VALEUR ET LE ROI D UN PROJET DE RÉSEAU SOCIAL D ENTREPRISE Une méthode opérationnelle proposée par un groupe de professionnels (DSI et experts des RSE) pour analyser la valeur d

Plus en détail

AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 3. Leçon n 3 : la détermination et l enchaînement des coûts

AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 3. Leçon n 3 : la détermination et l enchaînement des coûts AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 3 Leçon n 3 : la détermination et l enchaînement des coûts 1 PLAN DE LA LEÇON : 1.De la comptabilité générale à la comptabilité

Plus en détail

Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale

Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale Résumé L intérêt et la motivation à tous les niveaux politiques en faveur du développement durable,

Plus en détail

Les cours d ébénisterie sont susceptibles de se donner du lundi au vendredi de 17h30 à 21h20 et le samedi (horaire décalé).

Les cours d ébénisterie sont susceptibles de se donner du lundi au vendredi de 17h30 à 21h20 et le samedi (horaire décalé). ébéniste Les cours d ébénisterie sont susceptibles de se donner du lundi au vendredi de 17h30 à 21h20 et le samedi (horaire décalé). ACTIVITE Dans un souci d esthétique, du respect du style ou de sa recherche,

Plus en détail

D 4.5 : MONITORING AND EVALUATION REPORT FOR MOUNTEE PILOTS

D 4.5 : MONITORING AND EVALUATION REPORT FOR MOUNTEE PILOTS mountee: Energy efficient and sustainable building in European municipalities in mountain regions IEE/11/007/SI2.615937 D 4.5 : MONITORING AND EVALUATION REPORT FOR MOUNTEE PILOTS Nom du projet-pilote

Plus en détail

Gilles Sainsaulieu Aménager les combles de sa maison ancienne

Gilles Sainsaulieu Aménager les combles de sa maison ancienne Gilles Sainsaulieu Aménager les combles de sa maison ancienne Groupe Eyrolles, 2008 ISBN : 978-2-212-12209-1 III Les travaux d aménagement / Créer un escalier intérieur Créer un escalier intérieur H 1,80

Plus en détail

SCPI URBAN PIERRE N 3

SCPI URBAN PIERRE N 3 SCPI URBAN PIERRE N 3 La note d information relative à la première augmentation de capital a reçu de l Autorité des Marchés Financiers le visa SCPI n 15-04 en date du 01/04/2015. Elle peut être obtenue

Plus en détail

SCPI URBAN PIERRE N 3

SCPI URBAN PIERRE N 3 SCPI URBAN PIERRE N 3 La note d information relative à la première augmentation de capital a reçu de l Autorité des Marchés Financiers le visa SCPI n 15-04 en date du 01/04/2015. Elle peut être obtenue

Plus en détail

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Les entrepreneuriales - soirée Tools 1

Les entrepreneuriales - soirée Tools 1 TOOL 2 Pourquoi réaliser une étude de marché? Les entrepreneuriales - soirée Tools 1 Chambre de Métiers et de l Artisanat du Morbihan Intervenante : Florence MOUNIER Conseillère en Développement Économique

Plus en détail

Opération Collective de Modernisation de l Artisanat, du Commerce et des Services (OCMACS) PAYS LOIRE BEAUCE

Opération Collective de Modernisation de l Artisanat, du Commerce et des Services (OCMACS) PAYS LOIRE BEAUCE Opération Collective de Modernisation de l Artisanat, du Commerce et des Services (OCMACS) PAYS LOIRE BEAUCE Règlement d intervention, conditions d éligibilité des projets concernant l outil de travail

Plus en détail

PARC DES EXPOSITIONS DE LA BEAUJOIRE

PARC DES EXPOSITIONS DE LA BEAUJOIRE PARC DES EXPOSITIONS DE LA BEAUJOIRE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC Pour l'exploitation du Parc des expositions de la Beaujoire RAPPORT DE PRESENTATION DES CARACTERISTIQUES DU SERVICE DELEGUE 1 er juin 2010

Plus en détail

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE BUSINESS PLAN Partie 2 : Le dossier financier 1 Vous êtes prêt à créer votre entreprise? Ce dossier va vous permettre de préciser et de mettre en forme votre projet de

Plus en détail

MACHINES A BOIS FRANCAISES : Le Groupe FINEGA affirme son ambition

MACHINES A BOIS FRANCAISES : Le Groupe FINEGA affirme son ambition MACHINES A BOIS FRANCAISES : Le Groupe FINEGA affirme son ambition Avec les rachats des sites GILLET-RENNEPONT, MEM et des actifs de la société SEGEM intervenus au cours de l année 2013, le Groupe FINEGA

Plus en détail

Avec quel bois. se chauffer?

Avec quel bois. se chauffer? Avec quel bois se chauffer??? Pourquoi choisir l énergie bois? Le bois énergie est bon marché Contrairement aux prix des énergies fossiles, celui du bois est stable. Le faible coût de ce combustible, associé

Plus en détail

PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES

PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Jacques Villeneuve, c.a. Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

Les principales méthodes d évaluation

Les principales méthodes d évaluation Attention : Cette fiche n a pas pour objet de fixer administrativement la valeur des biens. Elle ne doit pas être assimilée à une instruction administrative. Elle propose les principales méthodes d évaluation

Plus en détail

ÉLÉMENTS INDICATIFS DE CORRIGÉ. BARÈME GLOBAL sur 140 points

ÉLÉMENTS INDICATIFS DE CORRIGÉ. BARÈME GLOBAL sur 140 points BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2011 SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA GESTION ÉPREUVE ÉCRITE DE SPÉCIALITÉ : COMPTABILITÉ ET FINANCE D'ENTREPRISE ÉLÉMENTS INDICATIFS DE CORRIGÉ Ce dossier comporte

Plus en détail

RENCONTRES REGIONALES POUR L AVENIR DU BOIS EN BRETAGNE. Thématique : Projets d entreprise et accès aux financements

RENCONTRES REGIONALES POUR L AVENIR DU BOIS EN BRETAGNE. Thématique : Projets d entreprise et accès aux financements RENCONTRES REGIONALES POUR L AVENIR DU BOIS EN BRETAGNE Thématique : Projets d entreprise et accès aux financements Introduction: objectifs et cadre général (1/2) ATELIERS REGIONAUX THEMATIQUES Objectifs

Plus en détail

1 Qu appelle-t-on «marge»? Résumé

1 Qu appelle-t-on «marge»? Résumé 1 Qu appelle-t-on «marge»? Résumé Il convient tout d abord de s entendre sur le vocabulaire et de s assurer que l on parle de la même chose. Le terme «marge» est ambigu. Couramment utilisé dans le langage

Plus en détail

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre

Les variations des prix des matières premières agricoles, telles qu observées entre Perspectives des marchés des matières premières de l alimentation animale Analyse prospective des écarts de prix de l aliment porcin dans l UE, aux Etats-Unis et au Les variations des prix des matières

Plus en détail

Analyse des coûts. 1 ère année DUT GEA, 2005/2006 Analyse des coûts

Analyse des coûts. 1 ère année DUT GEA, 2005/2006 Analyse des coûts Analyse des coûts Les techniques de calcul et d analyse des coûts portent le nom de comptabilité analytique ou comptabilité de gestion. Ces deux termes seront utilisés indifféremment dans ce cours. Contrairement

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE GUIDE PRATIQUE. Guide Travaux Le guide pour réussir ses travaux

GUIDE PRATIQUE GUIDE PRATIQUE. Guide Travaux Le guide pour réussir ses travaux GUIDE PRATIQUE GUIDE PRATIQUE Guide Travaux Le guide pour réussir ses travaux SOMMAIRE 1. Obtenir des devis pour les travaux souhaités 1.1 Le devis travaux : définition et contenu du devis 1.2 Les différents

Plus en détail

FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES

FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES L ENVIRONNEMENT EN FRANCE 2 FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES des initiatives locales et des actions de long terme VERS UN RAPPROCHEMENT DES ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES ET DE L ENVIRONNEMENT? INTRODUCTION L OBSERVATION

Plus en détail

Lire et analyser son Bilan (14 H) à REIMS

Lire et analyser son Bilan (14 H) à REIMS Lire et analyser son Bilan (14 H) à REIMS Public : Artisans et conjoints collaborateurs, salarié(s). Objectifs : Analyser son bilan Extraire les chiffres clés de son entreprise Permettre une analyse financière

Plus en détail

Travaux d isolation et de finitions (peinture, revêtements, plâtrerie, ) Parc

Travaux d isolation et de finitions (peinture, revêtements, plâtrerie, ) Parc Activité Travaux d isolation et de finitions (peinture, revêtements, plâtrerie, ) Parc PNR Monts d Ardèche 1-Dynamique du marché Caractéristiques du secteur d activité et perspectives (au niveau national)

Plus en détail

L État et la TVA SENS ET PORTÉE DE L ÉTUDE

L État et la TVA SENS ET PORTÉE DE L ÉTUDE L État et la TVA 25 C H A P I T R E8 SENS ET PORTÉE DE L ÉTUDE La TVA représente plus de 40 % des recettes de l État. Son importance justifie l étude de son fonctionnement pour lequel les entreprises jouent

Plus en détail

Questionnaire. Groupe de travail Biens de consommation UNIFA. Président : Jean-Claude RICOMARD. Rapporteurs : Clarisse REILLE Caroline LEBOUCHER

Questionnaire. Groupe de travail Biens de consommation UNIFA. Président : Jean-Claude RICOMARD. Rapporteurs : Clarisse REILLE Caroline LEBOUCHER Questionnaire Groupe de travail Biens de consommation UNIFA Président : Jean-Claude RICOMARD Rapporteurs : Clarisse REILLE Caroline LEBOUCHER 1 DIAGNOSTIC DE LA SITUATION ACTUELLE ET IDENTIFICATION DES

Plus en détail

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS»

5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» 5. Filière «GESTION ET VALORISATION DES DECHETS» Le marché du recyclage est en croissance constante depuis 2002 en France et a atteint un chiffre d affaires de 13 Mds, avec 30 000 personnes employées en

Plus en détail

Gestion présenté par Catherine Quelven Assurance présenté par Pierre Giffo International présenté par Emmanuelle Carriot

Gestion présenté par Catherine Quelven Assurance présenté par Pierre Giffo International présenté par Emmanuelle Carriot Gestion présenté par Catherine Quelven Assurance présenté par Pierre Giffo International présenté par Emmanuelle Carriot Catherine Quelven Société COGIRHA Conseil en optimisation de Gestion Co-pilote d

Plus en détail

Origine France Garantie : l une des réponses vous permettant de résister aux fenêtres d importation

Origine France Garantie : l une des réponses vous permettant de résister aux fenêtres d importation Valorisez la fabrication française de vos menuiseries extérieures Origine France Garantie : l une des réponses vous permettant de résister aux fenêtres d importation L UFME, en partenariat avec Pro France

Plus en détail

DOSSIER GUIDE DE CREATION ET REPRISE D'ENTREPRISE

DOSSIER GUIDE DE CREATION ET REPRISE D'ENTREPRISE DOSSIER GUIDE DE CREATION ET REPRISE D'ENTREPRISE SOMMAIRE I. PRÉSENTATION DU PORTEUR DE PROJET. PAGE 3 I.1- Présentation générale I.2- Situation familiale I.3- Scolarité et formation professionnelle II.

Plus en détail

Animation du Plan Bois Energie sur les Pyr. Animation du. Animation, Information. Conseils et accompagnement des projets.

Animation du Plan Bois Energie sur les Pyr. Animation du. Animation, Information. Conseils et accompagnement des projets. Le Bois Énergie Animation du Plan Bois Energie sur les Pyr Animation du sur les Pyrénées Orientales Animation, Information Conseils et accompagnement des projets Réalisation de pré-diagnostics tecnico-économiques

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT ET DE L AMÉNAGEMENT DURABLES Décret n o 2007-1303 du 3 septembre 2007 fixant les règles nationales d éligibilité

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

Taille optimale dans l industrie du séchage du bois et avantage compétitif du bois-énergie : une modélisation microéconomique.

Taille optimale dans l industrie du séchage du bois et avantage compétitif du bois-énergie : une modélisation microéconomique. Taille optimale dans l industrie du séchage du bois et avantage compétitif du bois-énergie : une modélisation microéconomique Alexandre SOKI cole Supérieure du ois Atlanpôle P 10605 Rue hristian Pauc 44306

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

Conseil Interrégional des Chambres des Métiers de la GR 2

Conseil Interrégional des Chambres des Métiers de la GR 2 Initiative du CICM Proposition au Sommet de la GR "Green Deal en vue d une politique énergétique et climatique efficiente dans la GR en coopération avec les PME de l artisanat" L Artisanat de la Grande

Plus en détail

Michel Fortin 1 er Vice-président FTPF 26 janvier 2011

Michel Fortin 1 er Vice-président FTPF 26 janvier 2011 Présentation par Michel Fortin 1 er Vice-président FTPF 26 janvier 2011 STANDARD DE GESTION FORESTIÈRE FSC FOREST STANDARD SHIP COUNCIL Historique du FSC Créé en 1993 suite au Sommet de la terre de Rio

Plus en détail

La création d entreprise en milieu rural

La création d entreprise en milieu rural La création d entreprise en milieu rural Une définition du milieu rural Définir le monde rural à partir de la taille des communes nous paraît insuffisant. En effet, il est important de prendre en compte

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE PARTIE A : PRESENTATION DU PROJET ET DU(ES) CREATEUR(S)

DOSSIER DE CANDIDATURE PARTIE A : PRESENTATION DU PROJET ET DU(ES) CREATEUR(S) DOSSIER DE CANDIDATURE PARTIE A : PRESENTATION DU PROJET ET DU(ES) CREATEUR(S) Entreprise/Projet Nom CA Année 1 CA Année 2 CA Année 3 Effectif Année 1 Effectif Année 2 Effectif Année 3 Secteur d activité

Plus en détail

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La réforme de la politique agricole commune doit intervenir d ici 2013. Une consultation publique officielle sur la PAC de

Plus en détail

CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC PARTIE 1 : LA STRUCTURE DU BUSINESS PLAN POUR LA GSVC SELON BERKELEY

CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC PARTIE 1 : LA STRUCTURE DU BUSINESS PLAN POUR LA GSVC SELON BERKELEY CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC Selon les critères de la GSVC établis par la Haas School of Business de Berkeley, à la différence d un business plan classique, un business plan social

Plus en détail

Analyse des coûts d investissement en méthanisation agricole. Comparaison France et Allemagne

Analyse des coûts d investissement en méthanisation agricole. Comparaison France et Allemagne Analyse des coûts d investissement en méthanisation agricole Comparaison France et Allemagne Février 2013 1 Le développement de la méthanisation en Bourgogne dans le Programme Energie Climat Bourgogne

Plus en détail

STRUCTURE ET PERSPECTIVES DES MARCHES DE LA METALLERIE SYNTHESE

STRUCTURE ET PERSPECTIVES DES MARCHES DE LA METALLERIE SYNTHESE Union des Métalliers 10, rue du Débarcadère 75017 Paris Tél. 01 40 55 13 00 Fax. 01 40 55 13 01 Union@metallerie.ffbatiment.fr STRUCTURE ET PERSPECTIVES DES MARCHES DE LA METALLERIE SYNTHESE NOVEMBRE 2012

Plus en détail

Guyane. Bilan carbone et gestion forestière

Guyane. Bilan carbone et gestion forestière Guyane Bilan carbone et gestion forestière Séminaire organisé dans le cadre du projet CARPAGG «le carbone en forêt et en prairies issues de déforestation en Guyane, 1 octobre 2013» Le contexte de la forêt

Plus en détail

INTRODUCTION AU MARKETING

INTRODUCTION AU MARKETING INTRODUCTION AU MARKETING L avènement du marketing Le marketing est une fonction dont l aboutissement est le résultat d un long processus de développement de l entreprise. Phases principales identifient

Plus en détail

SCPI Renovalys 5. Communication à caractère promotionnel

SCPI Renovalys 5. Communication à caractère promotionnel SCPI Renovalys 5 Communication à caractère promotionnel A V E R T I S S E M E N T F ACTEURS DE RISQUES Vous investissez dans une SCPI de type fiscal «déficit foncier», qui permet au porteur de parts de

Plus en détail

Livret 10. Mise à jour février 2008. Département Tertiaire

Livret 10. Mise à jour février 2008. Département Tertiaire Élaborer mon étude financière Livret 10 Calculer mon seuil de rentabilité Mise à jour février 2008 Département Tertiaire Avertissement au lecteur Le présent fascicule fait l'objet d'une protection relative

Plus en détail

ACQSION 2% d honoraires 10, rue de SUEZ 13007 Marseille 04 86 12 51 12 RCS Marseille 503903270

ACQSION 2% d honoraires 10, rue de SUEZ 13007 Marseille 04 86 12 51 12 RCS Marseille 503903270 ACQSION 2% d honoraires 10, rue de SUEZ 13007 Marseille 04 86 12 51 12 RCS Marseille 503903270 Etude du bien appartenant à Sis à Aix en Provence Estimation par comparaison 2 Estimation par rentabilité

Plus en détail

LES SCPI CHEZ SPIRICA Description et méthodes de valorisation MARS 2013

LES SCPI CHEZ SPIRICA Description et méthodes de valorisation MARS 2013 1 LES SCPI CHEZ SPIRICA Description et méthodes de valorisation MARS 2013 2 Sommaire Contexte et objectifs 3 Les Principales Caractéristiques des SCPI 4 Les SCPI dans un contrat Spirica 13 Exemple de calculs

Plus en détail

Audition ADEME. au Conseil d Orientation pour l Emploi. 24 novembre 2009 *** Matthieu ORPHELIN Directeur de cabinet de la Présidence de l ADEME

Audition ADEME. au Conseil d Orientation pour l Emploi. 24 novembre 2009 *** Matthieu ORPHELIN Directeur de cabinet de la Présidence de l ADEME udition DEME au Conseil d Orientation pour l Emploi 24 novembre 2009 *** Matthieu ORPHELIN Directeur de cabinet de la Présidence de l DEME Plan de la présentation Connaître et préparer l évolution des

Plus en détail

La valeur présente (ou actuelle) d une annuité, si elle est constante, est donc aussi calculable par cette fonction : VA = A [(1-1/(1+k) T )/k]

La valeur présente (ou actuelle) d une annuité, si elle est constante, est donc aussi calculable par cette fonction : VA = A [(1-1/(1+k) T )/k] Evaluation de la rentabilité d un projet d investissement La décision d investir dans un quelconque projet se base principalement sur l évaluation de son intérêt économique et par conséquent, du calcul

Plus en détail

La filière forestière. bois énergie. Réseau Rural Guyane 18 octobre 2012. Pôle R&D Cayenne

La filière forestière. bois énergie. Réseau Rural Guyane 18 octobre 2012. Pôle R&D Cayenne La filière forestière bois énergie Réseau Rural Guyane 18 octobre 2012 Pôle R&D Cayenne Le contexte Forte augmentation des besoins en énergie sur la Guyane forte attente sur le renouvelable dont biomasse

Plus en détail

CREATIVE WORK VALORISATION DE LA PI

CREATIVE WORK VALORISATION DE LA PI CREATIVE WORK VALORISATION DE LA PI ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES REGION TOULOUSE MIDI-PYRENEES Julien DUFFAU, Expert-Comptable Les facteurs de croissance et de compétitivité de nos PME se déplacent aujourd

Plus en détail

Bourse foncière forestière Cœur de Savoie : Bases moyennes de valeurs des parcelles forestières

Bourse foncière forestière Cœur de Savoie : Bases moyennes de valeurs des parcelles forestières Avec le soutien financier de : Bourse foncière forestière Cœur de Savoie : Bases moyennes de valeurs des parcelles forestières http://boursefonciere.fr/metropole-savoie/coeur-de-savoie/ Afin de répondre

Plus en détail

Les 9, 10 et 11 octobre 2014

Les 9, 10 et 11 octobre 2014 Les 9, 10 et 11 octobre 2014 PREPARER SA VISITE AUX «COULISSES DU BATIMENT» Sommaire 1. QU EST CE QUE LE BATIMENT?... 3 Qu entend on concrètement par «Bâtiment»? Erreur! Signet non défini. Bâtiment ou

Plus en détail

Le Plan de Continuité d Activité (PCA / BCP)

Le Plan de Continuité d Activité (PCA / BCP) Le Plan de Continuité d Activité (PCA / BCP) Comment le mettre en œuvre et vérifier qu il restera opérationnel? Bruno KEROUANTON RSSI Clear Channel France - CISSP 16 juin 2004 - Paris Introduction, définitions

Plus en détail

«La Fiscalité Forestière» FOGEFOR 15 novembre 2014. Ph. LADEN C.R.P.F. de Lorraine Alsace Aurélien HAAZ Expert Forestier

«La Fiscalité Forestière» FOGEFOR 15 novembre 2014. Ph. LADEN C.R.P.F. de Lorraine Alsace Aurélien HAAZ Expert Forestier «La Fiscalité Forestière» FOGEFOR 15 novembre 2014 Ph. LADEN C.R.P.F. de Lorraine Alsace Aurélien HAAZ Expert Forestier Spécificités forestières : Phases d investissements lourdes et longues Risques (sanitaires,

Plus en détail

MICHEL ET AUGUSTIN DOSSIER 1 : Conquérir un nouveau secteur géographique

MICHEL ET AUGUSTIN DOSSIER 1 : Conquérir un nouveau secteur géographique Session 2013 BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR NÉGOCIATION ET RELATION CLIENT Corrigé E5 : Management et gestion d activités commerciales VERSION 23 MAI 2013 MICHEL ET AUGUSTIN DOSSIER 1 : Conquérir un nouveau

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION

PROGRAMMES DE GESTION RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION DIRECTION GÉNÉRALE DU CYCLE PREPARATOIRE & DE L'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE Direction de la Pédagogie & des Normes du cycle préparatoire et de l'enseignement

Plus en détail

METTRE EN PLACE UNE DÉMARCHE RSE :

METTRE EN PLACE UNE DÉMARCHE RSE : METTRE EN PLACE UNE DÉMARCHE RSE : UNE RÉELLE OPPORTUNITÉ POUR VOTRE ENTREPRISE! Salon des Entrepreneurs Mercredi 4 février 2015 Intervenants Frédéric CURIER o Président de Bio Crèche Emilie DAMLOUP o

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

Animation de la démarche Santé et Sécurité au Travail pour Les Crudettes SAS

Animation de la démarche Santé et Sécurité au Travail pour Les Crudettes SAS MINISTERE DE L AGRICULTURE LES CRUDETTES SAS www.lescrudettes.com MÉMOIRE DE FIN D ÉTUDES présenté pour l obtention du diplôme d ingénieur agronome spécialisation : Agro-alimentaire option : QUALI-RISQUES

Plus en détail

ANCRÉ PAR NOS RESSOURCES

ANCRÉ PAR NOS RESSOURCES ANCRÉ PAR NOS RESSOURCES VOUS VOULEZ DIVERSIFIER VOS ACTIVITÉS? VOUS DÉSIREZ UN APPROVISIONNEMENT GARANTI POUR VOTRE ENTREPRISE? DÉVELOPPER DE PLUS GRANDS MARCHÉS ET DISCUSTER DIRECTEMENT AVEC LES CONSOMMATEURS?

Plus en détail

b. Détermination du coût de Production------------------------------------------------14

b. Détermination du coût de Production------------------------------------------------14 I. INTRODUCTION ----------------------------------------------------------------------------------- 3 II. LA PAGE DE COUVERTURE ------------------------------------------------------------------ 5 III.

Plus en détail