LE POTENTIEL D'INCLUSION FINANCIÈRE DU "MOBILE BANKING". UNE ÉTUDE EXPLORATOIRE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE POTENTIEL D'INCLUSION FINANCIÈRE DU "MOBILE BANKING". UNE ÉTUDE EXPLORATOIRE"

Transcription

1 LE POTENTIEL D'INCLUSION FINANCIÈRE DU "MOBILE BANKING". UNE ÉTUDE EXPLORATOIRE Djamchid Assadi et Anaïs Cudi Management Prospective Ed. Management & Avenir 2011/6 - n 46 pages 227 à 243 ISSN Article disponible en ligne à l'adresse: Pour citer cet article : Assadi Djamchid et Cudi Anaïs, «Le potentiel d'inclusion financière du "Mobile Banking". Une étude exploratoire», Management & Avenir, 2011/6 n 46, p DOI : /mav Distribution électronique Cairn.info pour Management Prospective Ed.. Management Prospective Ed.. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit.

2 Le potentiel d inclusion financière du Mobile Banking. Une étude exploratoire par Djamchid Assadi 71 et Anaïs Cudi 72 Résumé Abstract Face au nombre de non-bancarisés dans le monde et au nombre croissant de téléphones portables en usage, le Mobile Banking semble être la solution pour diffuser des services financiers et bancariser une nouvelle population. Pourtant certains investisseurs privés et institutions financières rechignent à servir ces populations pour des raisons d inaccessibilité, d éloignement géographique ou de coût. Ce papier a pour but d examiner l attitude des professionnels de la microfinance face à l introduction de services M-Banking aux populations non-bancarisées des pays développés et en développement. Les résultats ont montré le fort potentiel du téléphone portable à donner accès aux services financiers aux non-bancarisés des pays en développement tout en baissant le coût des transactions. Marché à fort potentiel, le Mobile Banking semble avoir un avenir très favorable au sein des pays en développement alors que celui-ci ne semble pas apporter une solution durable aux problèmes de non-bancarisation des pays développés. Regarding the number of unbanked in the world and the growing number of mobile phones in use, the Mobile Banking seems to be the solution to deliver financial services to an unbanked population. Yet some private investors and financial institutions are reluctant to serve this people for inaccessibility reasons, geographical distance or cost. This paper aims to examine the attitudes of microfinance professionals vis-à-vis the introduction of Mobile Banking services to unbanked people from developed and developing countries. Results have shown the huge potential of mobile phones to provide access to financial services to unbanked in developing countries while lowering transactions costs. High potential market, Mobile Banking seems to have a very positive future in developing countries while it does not seem to provide a lasting solution for the unbanked in developed countries. Il existe encore 2,455 milliards d individus dans le monde qui n ont pas accès aux services bancaires (Chaia et al, 2009). La majorité des personnes nonbancarisées se trouve dans les pays sous-développés, pays à faible niveau de vie où 80% de la population mondiale vit (Banque Mondiale). 80% des adultes en 71. Djamchid Assadi, Groupe ESC Dijon Bourgogne, CEREN, 72. Anaïs Cudi, Business Manager, Arrow Financial Consulting UK, 227

3 46 Afrique sub-saharienne, 67% au Moyen-Orient, 65% en Amérique latine, 59% en Asie de l Est et du Sud-Est et 58% en Asie du Sud sont à ce jour non-bancarisés. Par ailleurs, plus de 43% des adultes en Europe de l Est et de l Asie centrale et 8% des adultes des pays OCDE sont également exclus du système bancaire (Chaia et al., 2009). Pour parer à la non-bancarisation en général et celle des pauvres en particulier, la microfinance est présentée comme une solution efficace. Le Bangladais Muhammad Yunus, lauréat du Prix Nobel de la paix 2006, a créé officiellement en 1983 la Grameen Bank pour offrir des microcrédits aux exclus du système bancaire et contribuer à leur réinsertion sociale. Depuis, son modèle a été copié partout dans le monde, jusque dans les pays développés. Aujourd hui, il existe plus de institutions de microfinance qui servent environ 150 millions de familles, soit 750 millions d individus. La microfinance se caractérise par le fait qu elle donne accès à des services financiers aux personnes qui sont exclues du système bancaire et financier conventionnel ; l objectif étant de leur permettre de démarrer et soutenir des activités économiques de petite taille et/ou d aider à résoudre des problèmes de liquidité temporaire. Le montant moyen d un microcrédit en Asie ou en Afrique est d environ 300 et peut tomber jusqu à quelques euros. Celui-ci est supérieur à 1000 en Europe de l Est et de l ordre de 2500 en France (la Lettre Vernimmen. net n 53 de décembre 2006). Aujourd hui, la microfinance ne se limite plus au microcrédit et comprend progressivement de nouveaux produits tels que la microépargne et la micro-assurance. Toutefois, malgré le développement ininterrompu de la microfinance et son extension sur Internet depuis 2005, le nombre de non-bancarisés reste toujours élevé. Il suffit de comparer les deux chiffres précités : presque 2,5 milliards de non-bancarisés et seulement 750 millions d individus servis par la microfinance (Chaia et al., 2009). Mais quelles sont les raisons qui empêchent les investisseurs privés et surtout les institutions financières traditionnelles de servir les non-bancarisés? Sont considérés comme principaux facteurs d exclusion bancaire : l inaccessibilité (absence des réseaux de distribution), l éloignement géographique (Kempson et al., 1999 ; Doyle et al., 1998 ; Beshouri et al., 2010) et les coûts de transaction qui poussent les banques commerciales à ne pas servir les petits comptes et prêts pour des raisons évidentes de rentabilité. Akula (2010), fondateur de l institution de microfinance à but lucratif SKS, considère les coûts de transaction, à côté du petit volume du capital disponible et la capacité faiblement efficiente de la gestion des opérations, comme un frein 228

4 Le potentiel d inclusion financière du Mobile Banking. Une étude exploratoire important au développement des services micro-financiers. Pour Akula (2010), l origine du coût élevé des transactions financières s explique par le coût élevé du service lié à la collecte hebdomadaire des remboursements, le volume insuffisant des échéances pour couvrir les frais généraux et finalement la nécessité des provisions pour prévenir les risques de non-remboursement éventuels à cause de l absence de garantie. Pour résoudre le problème d exclusion financière, Kempson et al. (1999) insistent sur une nécessaire flexibilité des banques concernant les conditions d accès aux services bancaires ainsi qu une revue de la tarification des services compte tenu des faibles revenus des non-bancarisés. Le taux d intérêt élevé est également présenté comme solution, quoique plus discutable d un point de vue éthique. Aujourd hui, le taux d intérêt moyen de la microfinance est d environ 28% (Rosenberg et al., 2009), ce taux élevé s expliquant par le rapport défavorable entre le coût fixe et le faible montant de la transaction (Rosenberg, 2007 ; Rhyne et al., 2007 ; Ashta et al., 2009). Tout en soulignant l importance des mesures spécifiques telles que le don et l emprunt subventionné, la solution que nous explorons ici s inscrit dans le cadre général des solutions commerciales, à savoir celles qui rendraient le marché des non-bancarisés financièrement intéressant aux yeux des investisseurs privés et banques conventionnelles - comme tout autre marché servi normalement. Dans cette perspective, notre question de recherche est de comprendre quel serait l impact de la téléphonie mobile du fait de son potentiel de réduction des coûts des transactions financières et d accès aux populations habitant dans les zones géographiques éloignées, sur l attitude pour le moment réticente des banques conventionnelles à l égard des non bancarisés. Il nous semble toutefois que le seul potentiel de réduction des coûts d une nouvelle technologie ne peut suffire, à lui seul, à déterminer la stratégie de l offre d une firme à l égard d un nouveau marché. En l occurrence, les banques pourraient toujours se garder d offrir leurs produits aux non-bancarisés, même s ils sont équipés massivement de la téléphonie mobile, à cause de la méconnaissance qu elles éprouvent à l égard de ce marché et du coût que la compréhension de celui-ci encourrait. La peur de l impact négatif sur leur image de marque auprès des clients à forte valeur ajoutée pourrait également dissuader les banques d offrir leurs produits aux non-bancarisés équipés de la téléphonie mobile. Notre démarche est par conséquent exploratoire et qualitative, et à ce titre, se distingue d une approche quantitative qui viserait à valider ou invalider des hypothèses telles que : «les banques conventionnelles offriront des services bancaires aux non-bancarisés, équipés de la téléphonie mobile par le fait de son potentiel de réduction des coûts et facilitation d accès». 229

5 46 Notre démarche consiste à explorer les attitudes et les questionnements des différents types de professionnels de la microfinance à l égard du marché des non-bancarisés, de l introduction massive de la téléphonie mobile auprès des non-bancarisés et finalement la possibilité d inclusion des non-bancarisés à travers la téléphonie mobile. Dans cette perspective, nous analyserons dans un premier temps les facteurs de non-bancarisation et les attitudes de la population non-bancarisée à l égard de l inclusion bancaire. Dans la deuxième partie, nous évaluerons le potentiel du téléphone mobile en tant que canal de distribution de produits bancaires aussi bien dans les pays développés qu en développement. Finalement, nous interrogerons dans une approche qualitative les professionnels du monde bancaire pour explorer l impact que le développement de la téléphonie mobile peut avoir sur la diffusion des services financiers auprès des populations non-bancarisées via le M-banking (Mobile Banking). Les résultats de cette étude serviront non seulement les professionnels du M-banking mais également les acteurs de la microfinance Le «marché» des non-bancarisés dans le monde Pour explorer le potentiel d un marché des produits et services pour les nonbancarisés, deux questions sous-jacentes seront étudiées : Pourquoi les banques ont exclu certaines catégories de leurs marchés-cibles (afin de savoir si elles peuvent changer de stratégie à cet égard)? Les non-bancarisés souhaitent-ils accéder aux services bancaires et financiers? 1.1. Les facteurs de la non-bancarisation La non-bancarisation se définit comme une situation où des consommateurs potentiels n ont pas accès aux services financiers de base, tels que le compte bancaire, le compte chèque ou le compte épargne et ne peuvent corrélativement accéder à un crédit à taux normal (Geach, 2007 ; Caskey, 2002 ; Carbo et al., 2007 ; Panigyrakis et al., 2002 ; Kempson et al., 2000 ; Anderson, 2006). Aujourd hui 2,455 milliards d adultes dans le monde n auraient pas accès aux services financiers traditionnels soit 53% de la population mondiale (Chaia et al., 2009). Plusieurs facteurs sont évoqués pour expliquer l exclusion financière. Kempson et al. (1999) ont montré que les consommateurs potentiels peuvent être exclus par l accès (proximité des banques, fermetures d agences ), par la condition (conditions requises pour accéder aux services), par le prix (coût trop élevés des services de base), le marketing (ciblage marketing des consommateurs les plus rentables) et peuvent également s auto-exclure pour des raisons personnelles.

6 Le potentiel d inclusion financière du Mobile Banking. Une étude exploratoire Carbo et al. (2007) expliquent également que les femmes, les personnes âgées, les jeunes, les personnes ayant reçu une éducation moindre, les sans-emplois mais également certaines minorités ethniques auraient tendance à être plus exclus du système bancaire que d autres. Les facteurs d exclusion bancaire sont-ils différents entre les pays développés et en développement? Plusieurs études ont montré que les facteurs d exclusion financière sont, d une manière générale, similaires entre les pays développés et en développement. Ainsi, la non-bancarisation s expliquerait par les difficultés d accès aux banques et aux comptes bancaires (Caskey, 1997 et 2002 ; Anderson, 2006 ; Beshouri et al., 2010 ; De Sousa, 2010 ; Lyons et al., 2004 ; Kempson et al., 1999). Le niveau de revenu de certains individus ne leur permettrait également pas de s acquitter des frais liés à la tenue d un compte (Moran K., 2006 ; Djankov et al., 2008 ; Lyons et al., 2004 ; De Sousa, 2010 ; Anderson, 2006 ; Caskey, 1997, 2002). Certains consommateurs potentiels estiment également que les services proposés ne seraient pas adaptés à leurs besoins mais qu ils cibleraient les consommateurs les plus rentables. (Kempson et al., 1999 ; Beshouri et al., 2010 ; De Sousa, 2010 ; Lyons et al., 2004 ; Caskey, 1997 et 2002, Kempson et al., 2000 ; Carbo et al., 2007). Tous ces facteurs rendent ainsi l environnement bancaire intimidant et en qui les non-bancarisés ont peu confiance (Anderson, 2006 ; Caskey, 1997 et 2002 ; Beshouri et al., 2010). Enfin certaines personnes s excluent volontairement des services bancaires afin de gérer leur argent confidentiellement via des réseaux informels (Djankov et al., 2008 ; Caskey, 1997 et 2002). Facteurs offre Facteurs de demande Tableau 1 : Les facteurs de la non- bancarisation dans le monde Pays développés Accessibilité (Caskey, 1997 ; Caskey, 2002 ; Anderson, 2006) ; Coûts élevés de services (Caskey, 2002) ; Ciblage discriminatoire (Kempson et al., 2000 ; Carbo et al., 2007 ; Kempson et al., 1999 ; Caskey, 2002) ; Distance (Caskey, 1997 ; Caskey, 2002 ; Kempson et al., 1999) ; Services non adaptés (Kempson et al., 1999). Niveau de revenu (Caskey, 1997 ; Caskey, 2002 ; Anderson, 2006) ; Phobie de banque (Caskey, 1997 ; Caskey, 2002 ; Anderson, 2006) ; Auto-exclusion (Caskey, 2002). Pays en développement Accessibilité (Beshouri et al., 2010 ; De Sousa, 2010 ; Lyons et al., 2004) ; Coûts élevés de services (Beshouri et al., 2010 ; De Sousa, 2010 ; Lyons et al., 2004) ; Ciblage discriminatoire (Beshouri et al., 2010 ; De Sousa, 2010 ; Lyons et al., 2010) ; Distance (Beshouri et al., 2010 ; Chaia et al., 2010 ; De Sousa, 2010 ; Lyons et al., 2004) ; Services non adaptés (Chaia et al., 2010 ; De Sousa, 2010 ; Lyons et al., 2004). Niveau de revenu (Moran K., 2006 ; Djankov et al., 2008 ; Lyons et al., 2004) ; Phobie de banque (Beshouri et al., 2010 ; Chaia et al., 2010 ; Moran K., 2006 ; De Sousa, 2010 ; Djankov et al., 2008) ; Autoexclusion (Djankov et al., 2008). 231

7 Les motivations des non-bancarisés à l égard des services bancaires Pour évaluer le marché, l analyse des facteurs de non-bancarisation, si importante soit-elle, ne suffit pas. Il faudrait également savoir si les non-bancarisés éprouvent une certaine volonté d inclusion financière. Dans les pays développés, plusieurs facteurs d importance inégale sont évoqués pour motiver la bancarisation. La possibilité de recevoir un salaire semble être la plus vive des motivations, la non-bancarisation étant un frein à l emploi puisque le versement des salaires se fait généralement sur un compte bancaire. Le compte bancaire permettrait également d effectuer des paiements, d accéder aux crédits à court terme ou d épargner (Kempson et al., 1999). L ouverture d un compte permettrait ainsi aux non-bancarisés de trouver non seulement un emploi, mais également de réduire les coûts associés aux transactions et transferts de fonds (Geach, 2007). Dans les pays en développement, les motivations de bancarisation des exclus sont aussi fortes, mais quelque peu différentes. Ici, comme la rémunération s effectue généralement en espèce et au quotidien, la possibilité de recevoir son salaire sur un compte ne fait pas partie des motivations premières de bancarisation. En revanche, l accès aux comptes pour déposer, économiser et épargner de l argent (Moran K., 2006) et la possibilité de quitter les réseaux informels et chers pour accéder aux réseaux bancaires conventionnels seraient les principales raisons qui pousseraient les individus à se bancariser (Beshouri et al., 2010 ; Chaia et al., 2010 ; De Sousa, 2010). 2. Le canal de distribution du téléphone portable et le potentiel d inclusion bancaire Afin d explorer le potentiel de la téléphonie mobile en ce qui concerne l inclusion financière des non-bancarisés, nous analyserons d abord la diffusion statistique de la téléphonie mobile, puis étudierons l état des lieux de l offre des services bancaires sur téléphone portable («M-banking») dans le monde. Ces deux analyses nous permettront de savoir si la téléphonie mobile donne effectivement accès aux services financiers aux non-bancarisés dans le monde, et dans l affirmative, dans quelles conditions l offre des produits financiers sur la téléphonie mobile peut intéresser les institutions financières conventionnelles Diffusion de la téléphonie mobile Le taux de diffusion du téléphone portable a été spectaculaire : 30% de la population mondiale en 2005 (Ahonen, 2005) et 68% en 2009 (ITU, 2009). Ainsi, 115% de la population au sein des pays développés et 58% au sein des pays

8 Le potentiel d inclusion financière du Mobile Banking. Une étude exploratoire émergents avaient accès à la téléphonie mobile en Aujourd hui, plusieurs fonctionnalités et services sont proposés aux 4,7 milliards de détenteurs de téléphones portables (ITU, 2009) et aux 2,455 milliards de personnes nonbancarisées dans le monde (Chaia et al., 2009), comme la communication (appels, SMS, MMS), le paiement mobile (M-Payment) et le M-Commerce (téléchargements, achat de tickets, etc.) Etat des lieux des offres des produits et services bancaires sur téléphone mobile Le M-Banking est une composante du commerce sur téléphone portable qui permet au consommateur d accéder à l internet par le biais d un dispositif sans fil, afin de procéder à des transactions (Varshney et al., 2010 ; Weitenberner et al., 2006 ; Wei et al., 2009). Le M-Banking est donc un canal par le biais duquel le client interagit avec une banque via un dispositif mobile (Barnes et al., 2003 ; Scornavacca et al., 2004) pour effectuer des paiements ou utiliser d autres services financiers mobiles avec une indépendance de temps et de lieu (Mobey Forum, 2008). L impact du M-Banking est différent selon les pays (Porteous D., 2006 ; Porteous D., 2007). Les pays développés, de par leur fort taux de pénétration et le faible nombre de non-bancarisés, utiliseraient le M-Banking comme un canal additif dans la distribution des services financiers mobiles et dans l accès aux comptes bancaires permettant ainsi aux consommateurs existants de consulter leur solde, leur historique, de transférer de l argent, passer des ordres, régler des factures ou encore localiser des agences bancaires. Offert uniquement par les banques et par le biais de leurs agences, des call-center ou d Internet et indissociable d un compte bancaire traditionnel, le M-Banking ne touche en conséquence aucun non-bancarisé mais permet néanmoins de réduire les frais structurels des banques. Assadi et Cudi (2010) affirment que les différences de ciblage seraient expliquées par le taux de pénétration des banques au sein des pays. En revanche, dans la plupart des pays en développement, le M-Banking est souvent le seul canal qui permet aux populations généralement non-bancarisées d accéder aux services bancaires. Les services M-Banking sont majoritairement distribués par les opérateurs de téléphonie mobile qui détiennent déjà la clientèle captive ainsi que les infrastructures requises. Ces nouvelles offres, distribuées par le biais d intermédiaires (commerce de proximité tels que pharmacies, épiceries, stations essences ) permettent ainsi de fidéliser une clientèle délaissée par les banques conventionnelles en leur offrant l opportunité de déposer et retirer de l argent, d effectuer des transferts entre personnes, transférer des fonds à l étranger, régler des achats ou des factures par le biais d un code SMS, recevoir un salaire mais également accéder à l épargne et aux services microfinance pour certains fournisseurs. Curieusement, il semble que certains services financiers 233

9 46 mobiles soient plus développés dans les pays émergents qu au sein des pays développés (Fiorina, 2009). Les technologies utilisées pour diffuser les services M-Banking diffèrent également entre les pays. Au sein des pays développés, les trois plateformes, à savoir les SMS, l Internet Mobile et les applications mobiles (Juniper Research 2010), sont toutes largement utilisées. L amélioration continue des technologies ainsi que la généralisation des Smartphones permettent une large diffusion des services. Aujourd hui, un Européen sur huit utilise les services M-Banking (Hesse A., 2010) et ceci ne peut que croître compte tenu des ventes croissantes de Smartphones qui ont augmenté de 23,8% entre 2008 et 2010 (Gartner, 2009) et de la forte culture du téléphone portable avec un taux de pénétration prévisionnel de 116,1% au sein des pays développés pour 2010 (Etude ITU 2010). En revanche, au sein des pays en développement, les services financiers mobiles sont majoritairement proposés sur des plateformes SMS (Short Message Service) ou USSD (Unstructured Supplementary Service Data). Les services plus élaborés restent inaccessibles financièrement à une grande majorité de personnes dans ces pays. Toutefois, les perspectives de croissance des services financiers mobiles dans les pays en développement restent également bien soutenues compte tenu de la non-bancarisation des 63% de la population de ces pays (Chaia et al., 2010) et de leur forte attente de services bancaires surtout dans les régions isolées (Rosenberg, 2009). Les trois plateformes du M-banking, SMS, Internet et applications, ont toutes pour objectif d améliorer la rentabilité des banques en déplaçant les consommateurs des canaux traditionnels vers les canaux digitaux, qui seraient moins coûteux (Grimes, 2010). S y ajoute également l image valorisante que le Mobile Banking procure à la marque bancaire. La politique tarifaire du M-Banking diffère encore une fois entre les pays développés et les pays en développement du fait des marchés et des objectifs marketing différents. S adressant uniquement à la clientèle existante des banques au sein des pays développés, le M-Banking est ainsi un moyen de fidéliser la clientèle tout en la transférant sur des canaux digitaux reconnus moins coûteux. D après Grimes (2010), une transaction en agence coûterait 4$ à la banque, une transaction callcenter 3,75$ alors que le coût d une transaction mobile ou internet reviendrait à seulement 0,08$. Toutefois, il est difficile de convaincre un consommateur habitué à utiliser d autres outils pour la gestion de son argent. Pour y parer, les banques 234

10 Le potentiel d inclusion financière du Mobile Banking. Une étude exploratoire pratiquent une politique tarifaire incitative afin de stimuler le consommateur à utiliser ce canal et de ce fait à réduire les frais de gestion. Pour augmenter leurs parts de marché et asseoir leur réputation, elles appliquent souvent une politique d accès gratuit déclenchant une guerre des prix. Au sein des pays en développement, les fournisseurs de services financiers mobiles se doivent souvent de facturer leurs services, puisque, touchant principalement les non-bancarisés, aucun frais annexe ne peut être prélevé pour la gestion d un compte bancaire comme le font les banques dans les pays développés. Néanmoins, lorsque les services proposés par la téléphonie mobile se développent dans les pays en développement, les fournisseurs qui cherchent à attirer une nouvelle clientèle, offrent gratuitement l inscription et ne facturent généralement pas les frais de dépôts d argent ou de rechargement des crédits de communication. 3. La méthodologie de la recherche Les précédentes analyses montrent le potentiel de la téléphonie mobile à donner accès aux services financiers aux non-bancarisés, tout en baissant le coût des transactions financières. Mais ce potentiel incitera-t-il les professionnels à offrir des produits et services aux non-bancarisés équipés de la téléphonie mobile? Quels sont leurs attitudes et questionnements à cet égard? Pour y répondre, nous menons une étude qualitative auprès des experts des services financiers mobiles sélectionnés sur les réseaux professionnels en ligne LinkedIn, Viadeo et Plaxo. 18 professionnels (directeur, entrepreneur/fondateur, cadre, analyste et ingénieur consultant, cadre ONU, banquier et chercheur), experts en technologie téléphonique mobile et/ou produits et services adaptés à cette technologie, ont répondu à nos questions ouvertes. La littérature spécialisée et une enquête pilote ont contribué à la définition des catégories thématiques d analyse du guide d entretien, tout en respectant les conditions de validité des catégories retenues selon Berelson (1971), à savoir, l exhaustivité, l homogénéité, l exclusivité, la pertinence et l objectivité. Concernant la littérature spécialisée, en théorie, l adoption des nouvelles technologies se justifie par des facteurs sociétaux et individuels comme le montre le tableau suivant. 235

11 Tableau 2 : Critères d adoption d une nouvelle technologie Facteurs sociétaux Facteurs économiques : PIB par habitant, inflation, inégalités de revenus (Carlsson et al., 2006 ; Bagchi et al., 2003 ; Pohjola, 2003). Facteurs culturels : influence de la culture nationale (Robey et al., 1990 ; Bagchi et al., 2003). Facteurs institutionnels : niveau de corruption, régulation, système légal (Bagchi et al., 2003). Facteurs individuels Utilité (Davies, 1989 ; Luarn et al., 2005 ; Lai et al., 2005 ; Meso et al., 2005). Facilité d utilisation (Davies, 1989 ; Luarn et al., 2005 ; Lai et al., 2005 ; Meso et al., 2005). Efficacité (Luarn et al., 2005 ; Lai et al., 2005). Crédibilité (Lai et al., 2005). Accessibilité (Meso et al., 2005). Coût (Luarn et al., 2005). Cognitifs : (Carlsson et al., 2006 ; Mobey Forum, 2008). L étude pilote (Assadi, Cudi, 2010), réalisée auprès des professionnels des pays développés (3) et en développement (7), montre l importance que les interviewés accordent aux différences entre les pays en ce qui concerne le ciblage marketing, les frais d infrastructure et les coûts de diffusion des services. Les catégories d analyse ainsi trouvées constituent notre guide d entretien en cinq parties : la définition et les raisons de la non-bancarisation, les perspectives d adoption de la téléphonie mobile par les non-bancarisés, l attitude des interviewés à l égard de la diffusion des produits financiers selon le type de technologie adoptée, les motivations et freins des non-bancarisés à l égard de la consommation des produits financiers sur la téléphonie mobile et finalement l identité des participants à savoir leurs fonctions, entreprises et responsabilités vis-à-vis des services financiers mobiles. 4. Discussion des résultats de l enquête qualitative Le corpus obtenu à partir des réponses libres des interviewés est analysé afin de déterminer les éléments objectivement exprimés par rapport aux unités thématiques d analyse. Une fois les tableaux des réponses établies, nous avons défini le sens latent du corpus par une démarche interprétative. Les résultats sont regroupés autour des 6 principales idées Les profils des non-bancarisés En ce qui concerne les facteurs de non-bancarisation, notre recherche confirme les énoncés déjà évoqués dans la revue de littérature. Elle procure toutefois des résultats qui sont souvent inexplorés ou sous-explorés dans les travaux précédents.

12 Le potentiel d inclusion financière du Mobile Banking. Une étude exploratoire Tableau 3 Les profils des non-bancarisés (Chiffres entre parenthèses correspondant aux numéros des interrogés) Pays développés Age Géronte (3,), mineur (14), Particularité identitaire Faible niveau d éducation et d expérience bancaire préalable Niveau de revenu bas Lieu d habitation et inaccessibilité des réseaux bancaires Attitude et comportement Politique des institutions financière Appartenance ethnique et raciale (8,), immigré clandestin (10,), exclusion à cause du comportement frauduleux (13,), dépendant (14,), sans domicile (10,) 1, 3, 6, 7, 8, 10, 15 Pays en développement Appartenance ethnique et raciale (8,), absence de carte d identité (12, 14, 17), 1, 2, 3, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 14, 15 1, 3, 8, 10 1, 3, 4, 8, 11, 13, 17 1, 6, 9, 10 Manque de besoin ressenti (1), habitude des opérations en espèce (2, 10,), méfiance (7), refus d entrer dans le système à cause du taxe, etc. (9, 11, 14, 18), Faible motivation financière (4, 7, 13, 17), coûts de transaction élevé (9,), produits inadaptés (9, 10, 16), coût d intérêt élevé (9,), 1, 3, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 17 Habitude des opérations en espèce (2, 10, 18), refus d entrer dans le système à cause de la pièce d identité, etc. (4), Réseaux informel (9, 18) Faible motivation financière (7, 8, 10, 11, 13, 17), Produits inadaptés (2, 4, 9, 11), frais de dossier (15), manque de transparence (15,) 4.2. Les perspectives d adoption de la technologie téléphonique mobile L utilisation du téléphone portable comme canal de distribution des services financiers et bancaires pour les zones rurales et difficilement accessibles dépendra du degré d adoption de cette technologie par les non-bancarisés. Or, tous les interrogés, en se référant aux expériences réelles et vécues, pensent que les non-bancarisés aussi bien dans les pays développés qu en développement adoptent massivement la technologie mobile, entre autre à cause du bon rapport utilité/prix et de la facilité d usage même pour les utilisateurs illettrés. Un interrogé précise que les utilisateurs du téléphone portable sont approximativement dix fois plus nombreux que les détenteurs de comptes bancaires. Un autre déclare que le téléphone portable est même massivement adopté par les Indiens qui n ont pas encore accès à l eau potable et à l électricité dans leurs villages. Il existe toutefois un écart entre les technologies utilisées. Dans les pays en développement, le réseau 2G ne peut pas supporter les services plus sophistiqués 237

13 46 qui sont proposés dans les pays développés grâce aux réseaux 3G et même 4G. Aussi, les services non-vocaux sont beaucoup plus répandus dans les pays développés que dans les pays en développement. Une autre différence réside dans le fait que les services du téléphone mobile sont payés avant la consommation («pre-paid») dans les pays en développement et après la consommation dans les pays développés («post-paid»). Par ailleurs, le paiement se fait toujours par un support physique dans les pays en développement et via des réseaux informatiques dans les pays développés Les impacts de la technologie mobile sur le comportement des non-bancarisés L impact du téléphone mobile sur le comportement des non-bancarisés est considéré comme certain par pratiquement tous les interrogés. Dans la vie privée, les utilisateurs de téléphones portables peuvent sécuriser leurs espèces et éviter les déplacements tout en étant à tout moment joignables. Dans les pays en développement, les ruraux qui doivent aller dans les grandes villes pour travailler peuvent ainsi rester en contact avec leurs familles et même leur envoyer de l argent. Cette observation correspond à la notion de «freedom of contact» proposée par Castells et al. (2007) pour suggérer que la téléphonie mobile permet à son utilisateur d être ubiquitaire en transcendant l espace par le fait de rendre la communication possible à tout moment et de partout. Un interrogé insiste sur le fait que les pauvres dans les pays en développement sont obligés d être en permanence mobiles et à ce titre, peuvent considérablement bénéficier du téléphone portable. Dans la vie professionnelle, le téléphone portable valorise considérablement la chaîne de valeur des micro-entrepreneurs et fermiers en facilitant les relations et les transactions entre partenaires. Toutefois, l utilisation du téléphone portable ne dépend pas que de la technologie. L environnement légal et les régulations ne sont pas moins importants Les motivations et les freins des non-bancarisés à l égard du M-banking Selon les interrogés, les non-bancarisés sont non seulement motivés pour la téléphonie mobile, mais également pour l utilisation de celle-ci afin d accéder aux produits bancaires. Les motivations des non-bancarisés à l égard du M-Banking semblent être les mêmes dans tous les pays pour la majorité des interrogés. Ainsi, la plupart ont mis en avant le fait que l utilisation des services financiers mobiles permettait un gain de temps non négligeable puisqu aucun déplacement n est nécessaire pour effectuer une transaction permettant ainsi une indépendance de temps et de lieu dans la gestion de son argent.

14 Le potentiel d inclusion financière du Mobile Banking. Une étude exploratoire L utilisation de ces services serait bien facile puisque les consommateurs dans tous les pays, sont habitués au téléphone portable. Le M-Banking serait par ailleurs un avantage pour les populations illettrées grâce à des procédures administratives moins lourdes. La notion de coût a également été fortement évoquée comme une motivation majeure. Le M-Banking serait une alternative moins coûteuse et plus adaptée que les services financiers conventionnels pour offrir les produits plus adaptés tels que le microcrédit et la micro-assurance à une plus large population des non-bancarisés. Enfin, plus spécifiquement dans les pays en développement, les non-bancarisés éprouveraient une motivation forte pour le M-Banking à cause d absence de structures bancaires à proximité de leur domicile et pour sortir des réseaux financiers informels moins sécurisés et plus chers. En ce qui concerne les freins, les interrogés ont mentionné le coût des services, des procédures d inscription trop lourdes ou compliquées, une technologie difficile d utilisation et la méfiance que pourraient avoir les utilisateurs à la suite des problèmes de sécurité, surtout pour les pays développés. Les difficultés technologiques telles que la couverture réseau ou le débit seraient également pris en compte. Enfin, pour certains, gérer son argent par le biais du Mobile Banking entraîne une perte d anonymat lors des transactions financières, ce qui représenterait un certain frein Les typologies de téléphonie mobile pour les services financiers et bancaires Les réponses obtenues corroborent la revue de littérature concernant le choix technologique dans la diffusion des services financiers mobiles. Compte tenu du type de téléphones vendus et des coûts des plateformes, les interrogés ont pour la grande majorité mentionné les applications mobiles et l Internet Mobile liés à l expansion des Smartphones au sein des pays développés et les SMS ou l USSD au sein des pays en développement. Pratiquement tous les interrogés ont confirmé qu une convergence technologique était possible et nécessaire entre les pays développés et en développement. Les populations des pays en développement ont aujourd hui une meilleure culture technologique et adoptent plus facilement les nouvelles technologies. Un transfert technologique des pays développés vers les pays en développement permettrait de répondre à une nouvelle demande internationale concernant le transfert d argent. Cette convergence serait également nécessaire aux pays en développement afin de réduire leurs coûts de déploiement et de bénéficier du niveau de sécurité offert par les pays développés. 239

15 46 Il faut finalement rappeler que les services financiers sont directement fournis par les agences et les bornes bancaires dans les pays développés alors qu ils sont relayés par les commerçants locaux au sein des pays en développement Le potentiel du marché des non-bancarisés En vertu de ce qui précède, le potentiel du marché des non-bancarisés semble être certain. Le marché des non-bancarisés est qualifié de noms bien suggestifs tels que marché de masse (à la différence du marché de qualité), économie d espèce, économie de l ombre, ou vaste, étendu, peu profond. Le grand potentiel de ce marché est reconnu pratiquement unanimement par tous les interrogés. Le nombre de clients du «marché non-bancarisé» est estimé bien supérieur à celui des clients du marché bancaire traditionnel. Alors que le secteur agricole représente la plus importante activité économique dans plusieurs pays en développement, les zones rurales sont souvent exclues des services financiers et bancaires à cause de l accès difficile. Pour certains interrogés, offrir aux non-bancarisés des produits et services adaptés comme l épargne et le crédit pour échapper aux réseaux informels peut être au moins aussi profitable que le marché des clients solvables. A ce titre, le buzz est considéré comme le meilleur mode de communication. En plus des perspectives de profits considérables, la baisse des coûts liée à l augmentation du nombre de clients servis et le fait d engager la responsabilité de ceux-ci dans le remboursement des emprunts obtenus par les paris, incitent encore davantage les banquiers à s intéresser aux non-bancarisés. Conclusion Il est certain que le marché des non-bancarisés est un marché à fort potentiel. Face aux 2,455 milliards d exclus du système bancaire conventionnel dans le monde (Chaia et al., 2009) et aux ventes de téléphone portable, le Mobile Banking ne peut avoir qu un avenir certain. Pour autant, son impact est totalement différent entre les pays en développement et développés. Au sein des pays en développement, le faible taux de pénétration des banques et le nombre de téléphones portables vendus a permis aux fournisseurs de téléphonie mobile de comprendre l intérêt marketing et financier que représentait ce moyen de communication. Possédant déjà la clientèle, les opérateurs ont ainsi pu offrir de nouveaux services, permettant à leurs clients de gérer leur argent à distance sans passer par une agence bancaire. L effort marketing et le coût qu il entraîne, a été fortement réduit, tout comme les coûts liés à l infrastructure, grâce à un réseau de téléphonie déjà existant. Le téléphone portable, devenu portefeuille, a ainsi permis aux souscripteurs, dans la plupart des cas non-bancarisés, d accéder à un premier niveau d inclusion financière. Outre le développement économique,

16 Le potentiel d inclusion financière du Mobile Banking. Une étude exploratoire ces nouveaux services ont permis un développement social non négligeable, entraînant une demande de services plus complexes. Par le biais de partenariats avec les instituts de microfinance, les fournisseurs de téléphonie mobile ont ainsi pu proposer des offres de micro-crédit, de micro-épargne ou de micro-assurance. Ces services étant proches des services bancaires conventionnels proposés par les banques, nous pouvons cette fois-ci parler de bancarisation, entraînant un développement économique, social et culturel important. Les téléphones portables sont donc un excellent moyen de proposer des services financiers aux plus démunis au sein des pays en développement. Les populations non-bancarisées étant souvent en zone rurale, il est très difficile pour une banque de les servir pour des raisons de coûts. La création d agences, l emploi de banquiers mais également le transport d argent ne serait pas possible et surtout non rentable pour la banque compte tenu de la population ciblée. Au sein des pays développés, l impact reste minime puisque le Mobile Banking est considéré comme un canal additif, non dissociable d un compte bancaire. Proposant un spectre de services beaucoup moins large que ce qu offrent les pays en développement et n intégrant pas ou peu de solutions de paiement, ces services restent incomplets et ne permettent pas aux populations nonbancarisées d accéder à un premier niveau d inclusion bancaire. Il est donc difficile de proposer le Mobile Banking comme une solution à la non-bancarisation des pays développés. Il est également important de préciser que l accès aux banques au sein des pays développés est facilité grâce à un taux de pénétration important et à un bon quadrillage des agences. Avec 8% de personnes non-bancarisées dans les pays de l OCDE (Beshouri et al., 2010), les banques ne voient pas l intérêt financier de développer des plateformes et de gérer ces clients pour des raisons évidentes de rentabilité. Bibliographie Ahonen T. (2005), «The mobile phone is the only device that 30% of the world s population carry», The Financial Times, September Akula V. (2010), A Fistful of Rice, My Unexpected Quest to End Poverty Through Profitability, Harvard Business Review Press, Boston. Anderson S. Being unbanked. What is it? What are the implications? [en ligne]. University of Minnesota Extension, 2006 Disponible sur : <http://www.extension.umn. edu/distribution/familydevelopment/components/8434-unbanked.pdf> Ashta A., Bush M., (2009), «Ethical Issues of NGO Principals in Sustainability, Outreach and Impact of Microfinance : Lessons in Governance from the Banco Compartamos I P O», Management Online Review, Vol. November, p Assadi D., Cudi A. (2010), «Le Mobile Banking est-il efficace pour offrir des services financiers aux non-bancarisés? Une étude exploratoire», IN : ITEM2, «Microfinance : de la charité aux affaires», 9 et 10 décembre 2010, Dijon. Bagchi K., Cerveny R., Hart P., Peterson M. (2003), «The Influence of National Culture in 241

17 46 Information Technology Product Adoption», AMCIS 2003 Proceedings, paper 119. Banque Mondiale Glossaire [en ligne] Disponible sur beyond/beyondfr/glossary.html Barnes S.-J., Corbitt B. (2003), «Mobile banking : concept and potential», International Journal of Mobile Communications, Vol. 1, n 3, p Berelson B. (1971), Analyse du contenu dans la recherche de communication, Glencoe, défectuosité/ Pression libre, première édition Beshouri C., Gravråk J., Capturing the promise of mobile banking in emerging markets [en ligne]. McKinsey Quarterly, 2010, Disponible sur <https://www.mckinseyquarterly.com/ Capturing_the_promise_of_mobile_banking_in_emerging_markets_2539> Carbo S., Gardener E., Molyneux P. (2007), «Financial Exclusion in Europe», Public Money and Management, Vol. 27, N 1,p Carlsson C, Waiden P., Bouwman H. (2006), «Adoption of 3G+ services in Finland», International Journal Mobile Communications, Vol 4, N 4, p Caskey J., (2002), «Bringing Unbanked Households into the Banking System» Brookings Institution s Capital Xchange series. Caskey J. (1997), Lower income Americans, higher cost financial services, Filene Research Institute, Madison, WI. Castells M., Fernandez-Ardevol M., Linchuaun Qui J., Sey A. (2007), Mobile Communication and Society : A Global Perspective, The MIT Press. Chaia A., Dalal A., Goland T., Gonzalez M.-J., Morduch J., Schiff R. (2009), «Half of the World is Unbanked», Financial Access Initiative Framing Note, October Chaia A., Goland T., Schiff R. (2010), Counting the world s unbanked [en ligne]. McKinsey Quarterly, Disponible sur < https://www.mckinseyquarterly.com/financial_services/ Counting_the_worlds_unbanked_2552> Davies F.-D. (1989), «Perceived Usefulness, Perceived Ease of Use, and User Acceptance of Information Technology», MIS Quarterly, Vol. 13, n 3, p De Sousa S. (2010), «The role of payment systems in reaching the unbanked», Journal of Payments Strategy and Systems, Vol. 4, N 2, p Djankov S., Miranda P., Seira E., Sharma S. (2008), «Who are the unbanked?», World Bank Policy Research Working Paper Series, Vol Doyle J., Lopez J., Saidenberg M. (1998), «How Effective is Lifeline Banking in Assisting the Unbanked?», Current Issues in Economics and Finance, Vol. 4, No.6. Fiorina P., Les services mobiles dans la relation client, In : Investance Institute. A new customer relationship Management : between loyalty and profitability, 12/03/2009, Paris, France. Gartner (2009), Gartner Says Worldwide Mobile Phone Sales to End Users Grew 8 Per Cent in Fourth Quarter 2009 ; Market Remained Flat in 2009 [en ligne] United Kingdom : Disponible sur < Geach N. (2007), «The Digital Divide, Financial Exclusion and Mobile Phone Technology : Two Problems, One Solution», Journal of international Trade Law and Policy, Vol. 6, n 1, p Grimes C. (2010), «Beyond «Check-the box» mobile banking and payment», Illinois Banker, Janvier 2010, p. 13 à 22. Hesse A. (2010), The State Of Mobile Banking In Europe : 2010 [en ligne] Forrester Research, Disponible sur < banking_in_europe_2010/q/id/56748/t/2> International Telecommunication Union (ITU). World Telecommunication / ICT Indicators Database [en ligne]. Disponible sur : < Ivatury G., Mas I. (2008), «Les premières expériences de la banque à distance», Note Focus Vol. 46. Kempson E., Whyley C., Caskey J., Collard S. (2000), In or out? Financial exclusion: A literature and research review, Financial Services Authority, United Kingdom. 242

18 Le potentiel d inclusion financière du Mobile Banking. Une étude exploratoire Kempson E., Whyley C. (1999), Kept Out or Opted Out? Understanding and Combating Financial Exclusion, Policy Press, Bristol : United Kingdom. Juniper Research (2010), Mobie Banking Goes Mainstream, Whitepaper, June. Disponible sur <http://www.juniperresearch.com/shop/viewwhitepaper.php?whitepaper=117> Lai V., Li H. (2005), «Technology acceptance model for internet banking: an invariance analysis», Information & Management. Vol. 42, p Luarn P., Lin H. (2005), «Toward an understanding of the behavioral intention to use mobile banking», Computers in Human Behavior, Vol. 21, n 6, p Lyons A., Scherpf E. (2004), «Moving from unbanked to banked : evidence from the Money Start Program», Financial Services Review, Vol. 13, p Meso P., Musa P., Mbarika V. (2005), «Towards a model of consumer use of mobile information and communication technology in LDCs : the case of Sub-Saharan Africa», Information Systems Journal, Vol. 15, p Mobey Forum Association (2008), Best Practice for Mobile Financial Services, Finland : Mobey Forum Association Mobile Marketing Association, Europeans Opt for Mobile Banking in Increasing Numbers [en ligne]. Mobile Marketing Association, Disponible sur : <http://mmaglobal.com/ news/europeans-opt-mobile-banking-increasing-numbers> Moran K. (2006), Pilot Survey Highlights, FinScope Mobile Banking, Afrique du Sud. Panigyrakis G.-G., Theodoridis P.-K. & Veloutsou C.-A. (2002), «All customers are not treated equally : Financial exclusion in isolated Greek islands», Journal of Financial Services Marketing, Vol. 7, p Pohjola M. (2003), «The adoption and diffusion of ICT across countries : patterns and determinants», The New Economy Handbook, p Porteous D. (2006), The enabling environment for mobile banking in Africa, DFID, Etats- Unis, DFID Porteous D. (2007), Just How Transformational is M-Banking?, Afrique du Sud: FinMark Trust. Rhyne E. & Guimon A. (2007), «The Banco Compartamos Initial Public Offering», Accion Insight, Vol. 23. Robey D., Gupta S., Rodriguez-Diaz A., «Implementing information systems in developing countries : organizational and cultural considerations», In: Bhatnagar S., Bjorn-Anderson N., Information Technology in Developing Countries, 1990 North-Holland, Amsterdam. Rosenberg R., Gonzalez A., Narain S. (2009), «The New Moneylenders : Are the Poor Being Exploited by High Microcredit Interest Rates?», CGAP Occasional Paper, Vol. 15. Rosenberg R. (2007), «CGAP Reflections on the Compartamos Initial Public Offering : A Case Study on Microfinance Interest Rates and Profits», Focus Note, Scornavacca E., Barnes S.-J. (2004), «M-banking services in Japan : a strategic perspective», International Journal of Mobile Communications, Vol. 2, N 1, Suoranta M., Mattila M., Munnukka J. (2005), «Technology-based services : a study on the drivers and inhibitors of mobile banking», International Management and Decision Making, Vol. 6, N 1, p Varshney G., Madan P. (2010), «A study of functionality Dilemma and Barriers to Optimal usage of M-Commerce», Curie Journal, Vol. 3, n 1, p Vernimmen (2006), la Lettre Vernimmen.net n 53 de décembre 2006 Wei T.-T., Marthandan G., Chong A.-Y.-L., Ooi K.-B., Arumugam S. (2009), «What drives Malaysian m-commerce adoption? An empirical analysis», Industrial Management & Data Systems, Vol. 109, N 3, p Weitenberner C., Chapman M., Miranda G., Tobar S., Wagoner E., Akasaki D., Seal K. (2006), «United States and South East Asian mobile markets : a comparative analysis of infrastructure and cultural differences», International Journal of Mobile Marketing, Vol. 1, N 1, p

Conférence du 14 juin 2012

Conférence du 14 juin 2012 Soutenu par : Conférence du 14 juin 2012 «Mobile banking : les premiers succès et les défis du futur» Présentation Le mobile banking est un formidable vecteur d inclusion financière. Des offres de mobile

Plus en détail

Micro crédit-bail et l'expérience de la Grameen Bank

Micro crédit-bail et l'expérience de la Grameen Bank Micro crédit-bail et l'expérience de la Grameen Bank BIM n 114-3 avril 2001 Karin BARLET Le crédit-bail ou leasing est une opération simple, pratiquée depuis longtemps dans de nombreux pays. Aujourd hui

Plus en détail

Le financement de l apprentissage informel

Le financement de l apprentissage informel Études de cas Financial arrangements in informal apprenticeships: Determinants and effects. Findings from urban Ghana, Working Paper n o 49, ILO, 2007. Financement de l apprentissage informel : zoom sur

Plus en détail

The impacts of m-payment on financial services Novembre 2011

The impacts of m-payment on financial services Novembre 2011 The impacts of m-payment on financial services Novembre 2011 3rd largest European postal operator by turnover The most diversified European postal operator with 3 business lines 2010 Turnover Mail 52%

Plus en détail

Le Baromètre Semestriel d Inclusion Bancaire et Financière en Tunisie (Evolution des Indices d Inclusion au 2ème Semestre 2013)

Le Baromètre Semestriel d Inclusion Bancaire et Financière en Tunisie (Evolution des Indices d Inclusion au 2ème Semestre 2013) Le Baromètre Semestriel d Inclusion Bancaire et Financière en Tunisie (Evolution des Indices d Inclusion au 2ème Semestre 213) 1. Exposé des motifs et référentiels internationaux. La circularité des concepts

Plus en détail

Reconnaitre la complexité de l environnement multicanal

Reconnaitre la complexité de l environnement multicanal La gestion du risque dans un environement client multicanal Rachel Hunt Head, EMEA IDC Financial Insights #IDC-FI Reconnaitre la complexité de l environnement multicanal 2 1 Les nouvelles stratégies de

Plus en détail

La question sociale globale et les migrations. Présentation de Jean Michel Severino aux semaines sociales, 28 Novembre 2010

La question sociale globale et les migrations. Présentation de Jean Michel Severino aux semaines sociales, 28 Novembre 2010 La question sociale globale et les migrations Présentation de Jean Michel Severino aux semaines sociales, 28 Novembre 2010 1. Nous connaissons un moment sans précédent de victoire contre la pauvreté 2.

Plus en détail

Téléphonie mobile une nouvelle voie d accès aux services financiers

Téléphonie mobile une nouvelle voie d accès aux services financiers Téléphonie mobile une nouvelle voie d accès aux services financiers range Sénégal urent Marie Kiba S manager ONTEXTE Le taux d urbanisation est de 41%, soit 59% de ruraux ; cependant Dakar occupe 0,3%

Plus en détail

Exemple d utilisation des outils MicroSave-Africa au Brésil

Exemple d utilisation des outils MicroSave-Africa au Brésil Retour au sommaire Exemple d utilisation des outils MicroSave-Africa au Brésil BIM n 05-12 février 2002 Karin BARLET ; Bonnie BRUSKY Nous vous présentions en novembre dernier les outils d étude de marché

Plus en détail

Baromètre du paiement électronique Vague 2

Baromètre du paiement électronique Vague 2 pour Baromètre du paiement électronique Vague 2 Frédéric Micheau Directeur adjoint Département Opinion et Stratégies d entreprise frederic.micheau@ifop.com Janvier 2012 Laurent Houitte Directeur Marketing

Plus en détail

Des attentes irréalistes qui mettent en péril le secteur

Des attentes irréalistes qui mettent en péril le secteur Des attentes irréalistes qui mettent en péril le secteur Adrian Gonzalez, Chercheur, Microfinance Information Exchange Dans un récent article du New York Times, Muhammad Yunus a proposé que les gouvernements

Plus en détail

Mobile Money : Innovation, développement des populations de la BoP et démocratisation des services financiers.

Mobile Money : Innovation, développement des populations de la BoP et démocratisation des services financiers. MobileMoney:Innovation,développementdespopulationsdelaBoP etdémocratisationdesservicesfinanciers. EcoleCentraleParis EcoledoctoraleSciencespourl ingénieur287 LaboratoireGI,EquipederechercheEPOCC Directeurdethèse:EléonoreMounoud,HDRsectionCNU06

Plus en détail

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée.

PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. PIB : Définition : mesure de l activité économique réalisée à l échelle d une nation sur une période donnée. Il y a trois approches possibles du produit intérieur brut : Optique de la production Optique

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

Forum International de la Finance en Afrique Subsaharienne 1ère Edition

Forum International de la Finance en Afrique Subsaharienne 1ère Edition Forum International de la Finance en Afrique Subsaharienne 1ère Edition Réguler l économie régionale: Quels produits financiers adaptés pour réduire la situation de surliquidité bancaire et drainer l Epargne

Plus en détail

Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne. Résumé

Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne. Résumé Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne Résumé 1 Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne Au cours de la dernière décennie,

Plus en détail

Le mobile en masse: L éveil du marché marocain

Le mobile en masse: L éveil du marché marocain Le mobile en masse: L éveil du marché marocain Enjeux et perspectives de la libéralisation Casablanca, le 24 février 2005 Lara Srivastava Note: Unité des Stratégies et Politiques Union Internationale des

Plus en détail

United Nations, World Population Prospects, CD ROM; The 2008 Revision.

United Nations, World Population Prospects, CD ROM; The 2008 Revision. SOURCES SOURCE Data Sources Population : Labour Force: Production: Social Indicators: United Nations, World Population Prospects, CD ROM; The 2008 Revision. International Labour Organisation (ILO). LaborStat

Plus en détail

LA FINANCE POUR TOUS? POLITIQUES ET ECUEILS DU DEVELOPPEMENT DE

LA FINANCE POUR TOUS? POLITIQUES ET ECUEILS DU DEVELOPPEMENT DE LA FINANCE POUR TOUS? POLITIQUES ET ECUEILS DU DEVELOPPEMENT DE L ACCES AUX FINANCES RAPPORT DE LA BANQUE MONDIALE SUR LES POLITIQUES DE DEVELOPPEMENT Résumé Un nouveau rapport de la Banque mondiale sur

Plus en détail

Ameth Saloum NDIAYE. Colloque régional UEMOA-CRDI 2009 1

Ameth Saloum NDIAYE. Colloque régional UEMOA-CRDI 2009 1 Ameth Saloum NDIAYE CEPOD, Ministère de l Economie et des Finances, Sénégal Colloque régional UEMOA-CRDI, Ouagadougou, Burkina Faso, 8-10 décembre 2009 1 Problématique et justification Objectifs du papier

Plus en détail

Stratégie IT : au cœur des enjeux de l entreprise

Stratégie IT : au cœur des enjeux de l entreprise Stratégie IT : au cœur des enjeux de l entreprise Business Continuity Convention Tunis 27 Novembre 2012 Sommaire Sections 1 Ernst & Young : Qui sommes-nous? 2 Stratégie IT : au cœur des enjeux de l entreprise

Plus en détail

Networking Solutions. Worldwide VSAT Maintenance VSAT dans le Monde Entretien. Satellite Communications Les Communications par Satellite

Networking Solutions. Worldwide VSAT Maintenance VSAT dans le Monde Entretien. Satellite Communications Les Communications par Satellite www.dcs-eg.com DCS TELECOM SAE is an Egyptian based Information Technology System Integrator company specializes in tailored solutions and integrated advanced systems, while also excelling at consulting

Plus en détail

4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance

4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance 4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance OUTILS DÉCISIONNELS DU FIDA EN MATIÈRE DE FINANCE RURALE 4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance Action: Mener à bien le

Plus en détail

Au service des prêteurs d espoir

Au service des prêteurs d espoir Au service des prêteurs d espoir GRAMEEN ET CREDIT AGRICOLE s allient pour lutter contre la pauvreté Fondée en 1983 par Muhammad Yunus, la Grameen Bank (banque des villages) a développé au Bangladesh le

Plus en détail

Intérêts fixes VS intérêts dégressifs Quelle est la différence?

Intérêts fixes VS intérêts dégressifs Quelle est la différence? MFTRANSPARENCY FONDAMENTAUX DE LA FIXATION DES PRIX Intérêts fixes VS intérêts dégressifs Quelle est la différence? Le taux d intérêt est l une des composantes principales du coût d un crédit. Ce concept

Plus en détail

La République de Maurice Centre Financier International. www.abaxservices.com

La République de Maurice Centre Financier International. www.abaxservices.com La République de Maurice Centre Financier International L ile Maurice d aujourd hui Paysage : Stabilité sociale, politique et économique; démocratie parlementaire Population multi-ethnique / culturelle

Plus en détail

L AFD et LA MICROFINANCE

L AFD et LA MICROFINANCE AFD André Pouillès-Duplaix L AFD et LA MICROFINANCE Plus de vingt ans d expérience Encourager l extension géographique et la diversification des services de microfinance en République Démocratique du Congo

Plus en détail

Résumé. La transformation du système de crédit du Brésil. Que peuvent apprendre les pays africains de la croissance et du développement du Brésil?

Résumé. La transformation du système de crédit du Brésil. Que peuvent apprendre les pays africains de la croissance et du développement du Brésil? Que peuvent apprendre les pays africains de la croissance et du développement du Brésil? Résumé de recherche : Affectation de crédit pour l'investissement, la stabilité et la croissance : Leçons tirées

Plus en détail

Mobile Banking. laurent.kiba@orange-sonatel.com. laurent.kiba@orange-sonatel.com

Mobile Banking. laurent.kiba@orange-sonatel.com. laurent.kiba@orange-sonatel.com Mobile Banking De la voix aux données Des données aux services transactionnels Services voix Services données Services transactionnels Mobile banking Pourquoi un opéra Marché fortement marqué par le phénomène

Plus en détail

Faites l expérience d un monde où les interactions avec vos clients se portent de mieux en mieux.

Faites l expérience d un monde où les interactions avec vos clients se portent de mieux en mieux. Faites l expérience d un monde où les interactions avec vos clients se portent de mieux en mieux. NCR SERVICES Brochure Title Goes Here Gestion Sub-header proactive, / description maintenance goes here

Plus en détail

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale 1. Le secteur informel en Afrique : définition et caractéristiques générales Le secteur informel est défini comme l'ensemble des unités

Plus en détail

Research Insight L efficacité, clé pour l obtention de taux d intérêts plus faibles dans la microfinance. Executive Summery

Research Insight L efficacité, clé pour l obtention de taux d intérêts plus faibles dans la microfinance. Executive Summery Research Insight L efficacité, clé pour l obtention de taux d intérêts plus faibles dans la microfinance Executive Summery Mars 14 Résumé Grâce à la microfinance, des centaines de millions de ménages défavorisés

Plus en détail

Norme comptable pour l assurance : trouver la bonne mesure

Norme comptable pour l assurance : trouver la bonne mesure Norme comptable pour l assurance : trouver la bonne mesure Denis Duverne et Antoine Lissowski Membres du CFO Forum Paris, le 25 juillet 2006 Sommaire Qui sommes-nous? Quelle est la finalité de la comptabilité?

Plus en détail

SAN07 IBM Social Media Analytics:

SAN07 IBM Social Media Analytics: SAN07 IBM Social Media Analytics: Vos clients partagent leurs connaissances Déployez une stratégie gagnante! Eric Martin Social Media Analytics Leader Europe IBM SWG, Business Analytics @Eric_SMA 1 Le

Plus en détail

Mobile Paiement: perspectives et axes de développement

Mobile Paiement: perspectives et axes de développement 1 Mobile Paiement: perspectives et axes de développement Intervenants : Laurent Marie KIBA Directeur Mobile Payments Orange - Sonatel Bertrand MARTIN Directeur Marketing Orange Money Groupe France Télécom

Plus en détail

Solution Multi canal de paiement électronique des taxes municipales. Par Bertin Homanin (Directeur General - etranzact Côte d Ivoire)

Solution Multi canal de paiement électronique des taxes municipales. Par Bertin Homanin (Directeur General - etranzact Côte d Ivoire) Solution Multi canal de paiement électronique des taxes municipales Par Bertin Homanin (Directeur General - etranzact Côte d Ivoire) Novembre 2014 CONTENU DE LA PRESENTATION BREVE PRESENTATION DE LA SOCIETE

Plus en détail

Loi sur l aide financière à la Banque Commerciale du Canada. Canadian Commercial Bank Financial Assistance Act CODIFICATION CONSOLIDATION

Loi sur l aide financière à la Banque Commerciale du Canada. Canadian Commercial Bank Financial Assistance Act CODIFICATION CONSOLIDATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Canadian Commercial Bank Financial Assistance Act Loi sur l aide financière à la Banque Commerciale du Canada S.C. 1985, c. 9 S.C. 1985, ch. 9 Current to September 10,

Plus en détail

L'impact économique total (Total Economic Impact ) de PayPal France

L'impact économique total (Total Economic Impact ) de PayPal France L'impact économique total (Total Economic Impact ) de PayPal France Sebastian Selhorst Consultant TEI Forrester Consulting 29 Mars 2011 1 2011 Forrester Research, Inc. Reproduction 2009 Prohibited Forrester

Plus en détail

Comptabilité à base d activités (ABC) et activités informatiques : une contribution à l amélioration des processus informatiques d une banque

Comptabilité à base d activités (ABC) et activités informatiques : une contribution à l amélioration des processus informatiques d une banque Comptabilité à base d activités (ABC) et activités informatiques : une contribution à l amélioration des processus informatiques d une banque Grégory Wegmann, Stephen Nozile To cite this version: Grégory

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION

PROGRAMME DE FORMATION PROGRAMME DE FORMATION AUX POLITIQUES DE LA FAO Programme de renforcement des capacités sur les politiques et les stratégies relatives à l'agriculture et au développement rural Ressources en ligne pour

Plus en détail

Le Micro Insurance Network

Le Micro Insurance Network Le Micro Insurance Network Seul réseau international pour la microassurance 70 membres institutionnels et 25 membres individuels dans plus de 40 pays Plusieurs Groupes de travail sur des thématiques importantes

Plus en détail

Paribas dans les régions d Amérique latine, d Asie et d Europe de l Est. 1. Les initiatives microfinance des banques représentées

Paribas dans les régions d Amérique latine, d Asie et d Europe de l Est. 1. Les initiatives microfinance des banques représentées Microfinance à l international et les banques : Engagement sociétal ou pur Business? Evènement co-organisé par le Groupe Solidarité d HEC Alumni et le Club Microfinance Paris Rappel du thème : L Engagement

Plus en détail

Coût des opérations bancaires

Coût des opérations bancaires Bureau de la consommation Coût des opérations bancaires Coût des opérations bancaires On peut obtenir cette publication sur demande en médias substituts. Communiquer avec le Centre de diffusion de l information

Plus en détail

General Export Permit No. Ex. 18 Portable Personal Computers and Associated Software

General Export Permit No. Ex. 18 Portable Personal Computers and Associated Software CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION General Export Permit No. Ex. 18 Portable Personal Computers and Associated Software Licence générale d exportation n o Ex. 18 Ordinateurs personnels portatifs et logiciels

Plus en détail

Small Businesses support Senator Ringuette s bill to limit credit card acceptance fees

Small Businesses support Senator Ringuette s bill to limit credit card acceptance fees For Immediate Release October 10, 2014 Small Businesses support Senator Ringuette s bill to limit credit card acceptance fees The Senate Standing Committee on Banking, Trade, and Commerce resumed hearings

Plus en détail

Seuls 37 % des. investisseurs sont. confiants sur. leur capacité. à financer une. retraite confortable.

Seuls 37 % des. investisseurs sont. confiants sur. leur capacité. à financer une. retraite confortable. «Seuls 37 % des investisseurs sont confiants sur leur capacité à financer une retraite confortable.» WHY BLACKROCK BlackRock helps millions of people, as well as the world s largest institutions and governments,

Plus en détail

Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud

Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud Sommaire Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Comment définir

Plus en détail

SERVICES PARTAGÉS RÉUSSIR LA MISE EN PLACE DE VOTRE CENTRE DE

SERVICES PARTAGÉS RÉUSSIR LA MISE EN PLACE DE VOTRE CENTRE DE 15 SE LIT EN MINUTES RÉUSSIR LA MISE EN PLACE DE VOTRE CENTRE DE SERVICES PARTAGÉS Ou comment la dématérialisation dans le cloud vous assiste dans vos initiatives de gestion globale. RÉUSSIR LA MISE EN

Plus en détail

PLAIDOYER POUR UN ESPACE BUDGÉTAIRE ADÉQUAT POUR LA SANTÉ

PLAIDOYER POUR UN ESPACE BUDGÉTAIRE ADÉQUAT POUR LA SANTÉ PLAIDOYER POUR UN ESPACE BUDGÉTAIRE ADÉQUAT POUR LA SANTÉ UNICEF BUREAU RÉGIONAL DE L AFRIQUE DE L OUEST ET DU CENTRE Atelier régional HHA pour le renforcement des capacités de la société civile, des parlementaires

Plus en détail

Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique»

Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique» Justine BERTHEAU Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique» Intervenants : - Yann Gauthier, directeur du Centre International du

Plus en détail

La vidéoconférence nouvelle génération. Améliorer la productivité des collaborateurs nomades

La vidéoconférence nouvelle génération. Améliorer la productivité des collaborateurs nomades La vidéoconférence nouvelle génération Améliorer la productivité des collaborateurs nomades Par Debra Chin Directeur Général - Palmer Research Mai 2011 SOMMAIRE Édito 3 Une réalité : la décentralisation

Plus en détail

La stratégie des PME influence-t-elle leur adoption des outils ERP? Une analyse empirique

La stratégie des PME influence-t-elle leur adoption des outils ERP? Une analyse empirique La stratégie des PME influence-t-elle leur adoption des outils ERP? Une analyse empirique Résumé : L offre de logiciels intégrés auprès des petites entreprises s accroit. Cependant, l acquisition d un

Plus en détail

Stratégies gagnantes pour les prestataires de services : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants

Stratégies gagnantes pour les prestataires de services : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Centres d évaluation de la technologie inc. Le cloud computing : vue d ensemble Les sociétés de services du monde entier travaillent dans un environnement en pleine

Plus en détail

ESC Programme CORE COURSES (Master level) 2011/2012

ESC Programme CORE COURSES (Master level) 2011/2012 CORE COURSES (Master level) 2011/2012 Language (F : French - E : English) Semester (1 : Fall - 2 : Spring) M-ESC-4-06-99-10-E M-ESC-4-06-99-10-F M-ESC-4-05-99-05-F M-ESC-4-05-99-05-E M-ESC-4-02-99-03-E

Plus en détail

Etude sur l efficacité marketing des entreprises luxembourgeoises Bilan en demi-teinte

Etude sur l efficacité marketing des entreprises luxembourgeoises Bilan en demi-teinte Etude sur l efficacité marketing des entreprises luxembourgeoises Bilan en demi-teinte Sommaire Méthodologie et approche 3 Le département marketing au Luxembourg: une fonction clef dans le support de la

Plus en détail

Les Grandes Tendances d Investissement Informatique en 2011/ 2012. Rachel Hunt

Les Grandes Tendances d Investissement Informatique en 2011/ 2012. Rachel Hunt Les Grandes Tendances d Investissement Informatique en 2011/ 2012 Rachel Hunt Un retour a la croissance pour l investissement informatique Croissance de 3 a 5% en 2011/12 La croissance est tirée par les

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE. #ConnectedCommerce Global Survey 2015

COMMUNIQUE DE PRESSE. #ConnectedCommerce Global Survey 2015 COMMUNIQUE DE PRESSE #ConnectedCommerce Global Survey 2015 Les attentes du consommateur connecté 2015 : Expérience multi-screen, Social Shopping et Personnalisation Bruxelles, 23 April 2015 L étude mondiale

Plus en détail

À VOS CÔTÉS LE GROUPE BNP PARIBAS AU LUXEMBOURG. Données chiffrées au 31/12/2012

À VOS CÔTÉS LE GROUPE BNP PARIBAS AU LUXEMBOURG. Données chiffrées au 31/12/2012 BGL BNP Paribas S.A. (50, avenue J.F. Kennedy L-2951 Luxembourg R.C.S. Luxembourg : B6481) Communication Mars 2013 LE GROUPE BNP PARIBAS AU LUXEMBOURG À VOS CÔTÉS 2013 Données chiffrées au 31/12/2012 Le

Plus en détail

Liens entre communication. environnementale et performance. d entreprise : l implication des doctorants HEC

Liens entre communication. environnementale et performance. d entreprise : l implication des doctorants HEC Liens entre communication environnementale et performance d entreprise : l implication des doctorants HEC Plusieurs doctorants travaillent sur les thématiques reliées à la Chaire. Rodolophe Durand supervise

Plus en détail

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Les faits saillants Highlights L état financier du MAMROT est très complexe et fournit de nombreuses informations. Cette

Plus en détail

Réflexions sur les causes et conséquences de la crise financière Axel Miller Managing Director Partner PETERCAM

Réflexions sur les causes et conséquences de la crise financière Axel Miller Managing Director Partner PETERCAM Forum Financier, Namur 25 Novembre 2009 Réflexions sur les causes et conséquences de la crise financière Axel Miller Managing Director Partner PETERCAM 700 Subprimes USA : issuance of private-label RMBS

Plus en détail

PRESENTATION AFD- juin 2004

PRESENTATION AFD- juin 2004 PRESENTATION AFD- juin 2004 Présentation de FINADEV Bénin- Groupe FINANCIAL AFD Paris - juin 2004 1 1. PRESENTATION GENERALE Si vous le permettez, avant de vous exposer la situation de FINADEV BENIN, première

Plus en détail

Gemalto : chiffre d affaires du 4 ème trimestre et de l exercice 2006 1

Gemalto : chiffre d affaires du 4 ème trimestre et de l exercice 2006 1 Gemalto : chiffre d affaires du 4 ème trimestre et de l exercice 2006 1 Chiffre d affaires 1 2006 : 1 698 millions d euros, comparable à celui de l exercice précédent Chiffre d affaires du 4 ème trimestre

Plus en détail

Inclusion financière des jeunes dans le Monde Arabe. Rabat - Maroc 12-13 Mars 2013

Inclusion financière des jeunes dans le Monde Arabe. Rabat - Maroc 12-13 Mars 2013 Inclusion financière des jeunes dans le Monde Arabe Rabat - Maroc 12-13 Mars 2013 PRÉSENTATION AL BARID BANK Missions et Objectifs Al Barid Bank, filiale bancaire de Barid Al Maghrib (Poste Maroc) a démarré

Plus en détail

Copyright 2013, Oracle and/or its affiliates. All rights reserved.

Copyright 2013, Oracle and/or its affiliates. All rights reserved. 1 Les achats 2.0 Procurement Service Julien LAFORET Consultant Achats Gilles PATRIS DE BREUIL Consultant Achats François GENIN Directeur Solutions ERP EMEA 2 Safe Harbor Statement The following is intended

Plus en détail

Question from Gabriel Bernardino (Session I)

Question from Gabriel Bernardino (Session I) /06/204 Question from Gabriel Bernardino (Session I) Do you believe that harmonised EU regulation will indeed lead to less national regulatory details? Croyez-vous que l harmonisation des lois européennes

Plus en détail

D Expert en Finance et Investissements

D Expert en Finance et Investissements MODULES FINAL D Expert en Finance et Investissements Copyright 2014, AZEK AZEK, Feldstrasse 80, 8180 Bülach, T +41 44 872 35 35, F +41 44 872 35 32, info@azek.ch, www.azek.ch Table des matières 1. Modules

Plus en détail

Un Agenda Offensif pour le commerce des services en Afrique: mode 4 et outsourcing. Phil English World Bank

Un Agenda Offensif pour le commerce des services en Afrique: mode 4 et outsourcing. Phil English World Bank Un Agenda Offensif pour le commerce des services en Afrique: mode 4 et outsourcing Phil English World Bank Mode 4 Mouvement temporaire des personnes en plein croissance Populations vieillisantes (et dimunantes)

Plus en détail

Le financement de la formation professionnelle

Le financement de la formation professionnelle Idées, concepts et politiques Le financement de la formation professionnelle Financing vocational training, Professeur Adrian Ziderman, Bar-Ilan University, Israël, zidera@mail.biu.ac.il Le système de

Plus en détail

Semaine de la finance pour les enfants et les jeunes Journées portes ouvertes du 10 au 14 mars 2014

Semaine de la finance pour les enfants et les jeunes Journées portes ouvertes du 10 au 14 mars 2014 Semaine de la finance pour les enfants et les jeunes Journées portes ouvertes du 10 au 14 mars 2014 La monnaie Les moyens de paiement La banque La bourse Qui protège l épargne et les dépôts du public dans

Plus en détail

Développement d une Stratégie PME

Développement d une Stratégie PME Développement d une Stratégie PME Thèmes Introduction Part I. Principes Clés pour un Programme Réussi de Prêt PME Part II. Preliminaire à l elaboration d une stratégie PME Part III. Développement d une

Plus en détail

S-9.05 Small Business Investor Tax Credit Act 2003-39 RÈGLEMENT DU NOUVEAU-BRUNSWICK 2003-39 NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39. établi en vertu de la

S-9.05 Small Business Investor Tax Credit Act 2003-39 RÈGLEMENT DU NOUVEAU-BRUNSWICK 2003-39 NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39. établi en vertu de la NEW BRUNSWICK REGULATION 2003-39 under the SMALL BUSINESS INVESTOR TAX CREDIT ACT (O.C. 2003-220) Regulation Outline Filed July 29, 2003 Citation........................................... 1 Definition

Plus en détail

SECTEUR BANCAIRE ETAT DES LIEUX DE L EXPERIENCE OMNICANAL EN LIGNE

SECTEUR BANCAIRE ETAT DES LIEUX DE L EXPERIENCE OMNICANAL EN LIGNE SECTEUR BANCAIRE ETAT DES LIEUX DE L EXPERIENCE OMNICANAL EN LIGNE Copyright Eptica 2014 1/ ETAT DES LIEUX 2014 LE SECTEUR BANCAIRE Dans son étude 2014, Eptica a étudié la qualité du Service Client en

Plus en détail

Le Marketing au service des IMF

Le Marketing au service des IMF Le Marketing au service des IMF BIM n 06-20 février 2002 Pierre DAUBERT Nous parlions récemment des outils d étude de marché et de la clientèle créés par MicroSave-Africa, qui s inscrit dans la tendance

Plus en détail

Devenir le principal fournisseur de services financiers au Royaume-Uni. Avril 2014

Devenir le principal fournisseur de services financiers au Royaume-Uni. Avril 2014 Devenir le principal fournisseur de services financiers au Royaume-Uni Avril 2014 Ordre du jour Notre patrimoine en matière de services financiers Les services financiers aujourd hui Notre vision pour

Plus en détail

Étude nationale sur les besoins des clients

Étude nationale sur les besoins des clients Étude nationale sur les besoins des clients Rapport sommaire Canadian Legal Information Institute Institut canadien d information juridique Octobre 2012 CorbinPartners Inc. 2012 Contexte et méthodologie

Plus en détail

Postal Imports Remission Order. Décret de remise visant les importations par la poste CONSOLIDATION CODIFICATION

Postal Imports Remission Order. Décret de remise visant les importations par la poste CONSOLIDATION CODIFICATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Postal Imports Remission Order Décret de remise visant les importations par la poste SI/85-181 TR/85-181 Current to September 27, 2015 À jour au 27 septembre 2015 Published

Plus en détail

La gestion de la relation client (CRM)

La gestion de la relation client (CRM) La gestion de la relation client (CRM) HISTORIQUE De l ère de la consommation de masse : Produits et services standardisés Consommation indifférenciée Au retour de la consommation personnalisée : Produits

Plus en détail

The Promotion of Employee Ownership and Participation

The Promotion of Employee Ownership and Participation The Promotion of Employee Ownership and Participation Study prepared by the Inter-University Centre for European Commission s DG MARKT (Contract MARKT/2013/0191F2/ST/OP) Final report October 2014 French

Plus en détail

Accès des populations rurales au capital en Agroland

Accès des populations rurales au capital en Agroland PROGRAMME DE FORMATION AUX POLITIQUES DE LA FAO Programme de renforcement des capacités sur les politiques et les stratégies relatives à l'agriculture et au développement rural Ressources en ligne pour

Plus en détail

Association PME & Créateurs d Entreprise

Association PME & Créateurs d Entreprise Association PME & Créateurs d Entreprise Lausanne 27 mai 2011 1 De 1990 à 1996 1990: Démarrage enthousiaste avec un capital de CHF 160k 1991: Première restructuration 1992: Vente des deux premières licences

Plus en détail

Jean Sykes Nereus, la collaboration européenne, et le libre accès

Jean Sykes Nereus, la collaboration européenne, et le libre accès Jean Sykes Nereus, la collaboration européenne, et le libre accès Keynote Item Original citation: Originally presented at UNESCO DKN project steering group meeting, 29 June 2006, Paris, France [Name of

Plus en détail

BIOMETRICS FOR HIGH-VALUE SERVICES

BIOMETRICS FOR HIGH-VALUE SERVICES BIOMETRICS FOR HIGH-VALUE SERVICES L utilisation de la biométrie constitue désormais une tendance de fond sur le marché grand public. Elle redéfinit l expérience utilisateur de l authentification en conciliant

Plus en détail

PROGRAMME INTERNATIONAL POUR LE SUIVI DES ACQUIS DES ÉLÈVES QUESTIONS ET RÉPONSES DE L ÉVALUATION PISA 2012 DE LA CULTURE FINANCIÈRE

PROGRAMME INTERNATIONAL POUR LE SUIVI DES ACQUIS DES ÉLÈVES QUESTIONS ET RÉPONSES DE L ÉVALUATION PISA 2012 DE LA CULTURE FINANCIÈRE PROGRAMME INTERNATIONAL POUR LE SUIVI DES ACQUIS DES ÉLÈVES QUESTIONS ET RÉPONSES DE L ÉVALUATION PISA 2012 DE LA CULTURE FINANCIÈRE TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 3 QUESTION NIVEAU 1: FACTURE... 4

Plus en détail

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Aperçu Au cours de la première moitié des années 1990, le Canada était

Plus en détail

Frank LASCK. Courriel : f.lasch@montpellier-bs.com Fonction : Professeur. Biographie

Frank LASCK. Courriel : f.lasch@montpellier-bs.com Fonction : Professeur. Biographie Frank LASCK Courriel : f.lasch@montpellier-bs.com Fonction : Professeur Biographie Frank Lasch, professeur en entrepreneuriat, a rejoint le Groupe Sup de Co Montpellier Business School en septembre 2003

Plus en détail

Document de travail des services de la Commission. Consultation sur les comptes bancaires

Document de travail des services de la Commission. Consultation sur les comptes bancaires COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale du marché intérieur et des services Direction générale de la santé et des consommateurs 20.3.2012 Document de travail des services de la Commission Consultation

Plus en détail

Chapitre I : Introduction

Chapitre I : Introduction Chapitre I : Introduction 1.1) Problématique A partir des années soixante, l environnement des entreprises a connu une mutation capitale, sans précédant historique dans le climat des affaires. Ces changements

Plus en détail

Coup de projecteur : Transferts d'argent des migrants et produits financiers associés

Coup de projecteur : Transferts d'argent des migrants et produits financiers associés Coup de projecteur : Transferts d'argent des migrants et produits financiers associés BIM n - 19 février 2008 Ce BIM est réalisé en partenariat avec le Portail francophone de la microfinance : www.lamicrofinance.org.

Plus en détail

Programme ESC 2. Les MAJEURES du semestre d automne 2013. Septembre à décembre

Programme ESC 2. Les MAJEURES du semestre d automne 2013. Septembre à décembre Programme ESC 2 Les MAJEURES du semestre d automne 2013 Septembre à décembre Les étudiants accueillis en séjour d études à l ESC PAU choisissent un programme d études spécialisé. Chaque Majeure compte

Plus en détail

Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français

Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français Etude des stratégies de distribution multi-canal des assureurs français Copyright Copyright 2010 2010 Accenture All Rights All Rights Reserved. Accenture, its logo, and High Performance Delivered are trademarks

Plus en détail

A / BIOGRAPHY. 2005-2009 : Doctorat en Sciences Economiques et de Gestion (Ph.D.), Louvain School of Management Université catholique de Louvain

A / BIOGRAPHY. 2005-2009 : Doctorat en Sciences Economiques et de Gestion (Ph.D.), Louvain School of Management Université catholique de Louvain Albert B.R. LWANGO, PhD. Finance, Innovation and Entrepreneurship Groupe ESC Troyes Contact address : 217 avenue Pierre Brossolette BP 710 10002 Troyes cedex - France Phone : +33(0)3 25 71 22 79 Mail :

Plus en détail

Orange Money un service de paiement et de transfert d argent mobile pour l Afrique

Orange Money un service de paiement et de transfert d argent mobile pour l Afrique dossier de presse 24 novembre 2011 Orange Money un service de paiement et de transfert d argent mobile pour l Afrique Conférence de presse «Orange Money» - 24 novembre 2011-1 Partie 1 L Afrique, un enjeu

Plus en détail

HUAWEI TECHNOLOGIES CO., LTD. channelroad. A better way. Together.

HUAWEI TECHNOLOGIES CO., LTD. channelroad. A better way. Together. HUAWEI TECHNOLOGIES CO., LTD. channelroad A better way. Together. Partenaires sur la nouvelle Route de la soie Progresser le long d une nouvelle Route de la soie et être partenaire de Huawei présentent

Plus en détail

Monétisation des données : comment identifier de nouvelles sources de revenus au sein des Big data?

Monétisation des données : comment identifier de nouvelles sources de revenus au sein des Big data? Monétisation des données : comment identifier de nouvelles sources de revenus au sein des Big data? Dr Wolfgang Martin Analyste et adhérant du Boulder BI Brain Trust Les Big data Démystifier les Big data.

Plus en détail

La gestion des risques IT et l audit

La gestion des risques IT et l audit La gestion des risques IT et l audit 5èmé rencontre des experts auditeurs en sécurité de l information De l audit au management de la sécurité des systèmes d information 14 Février 2013 Qui sommes nous?

Plus en détail

Impact du mobile banking sur les comportements d épargne et de transferts à Madagascar. Florence Arestoff Baptiste Venet

Impact du mobile banking sur les comportements d épargne et de transferts à Madagascar. Florence Arestoff Baptiste Venet Impact du mobile banking sur les comportements d épargne et de transferts à Madagascar Florence Arestoff Baptiste Venet 1 Introduction : contexte du contrat de recherche Ce contrat de recherche fait suite

Plus en détail

Les évolutions stratégiques de la Data Quality en 2012 : Comment s adapter aux nouvelles habitudes digitales du consommateur?

Les évolutions stratégiques de la Data Quality en 2012 : Comment s adapter aux nouvelles habitudes digitales du consommateur? Les évolutions stratégiques de la Data Quality en 2012 : Comment s adapter aux nouvelles habitudes digitales du consommateur? Un Livre Blanc Experian Marketing Services d après une enquête menée par le

Plus en détail

Atteindre les populations non-bancarisées: La Banque à Distance en Afrique

Atteindre les populations non-bancarisées: La Banque à Distance en Afrique Atteindre les populations non-bancarisées: La Banque à Distance en Afrique Offrir une solution fiable et économique pour acquérir de nouveaux clients Septembre 2014 iveri Atteindre les populations non-bancarisées:

Plus en détail