1. INTRODUCTION 2. LEGISLATION 3. DEFINITION 4. CATEGORISATION DES ENTRETIENS 5. LE CADRE DE L ENTRETIEN 6. LES PHASES DE L ENTRETIEN

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1. INTRODUCTION 2. LEGISLATION 3. DEFINITION 4. CATEGORISATION DES ENTRETIENS 5. LE CADRE DE L ENTRETIEN 6. LES PHASES DE L ENTRETIEN"

Transcription

1 1. INTRODUCTION 2. LEGISLATION 3. DEFINITION 4. CATEGORISATION DES ENTRETIENS 5. LE CADRE DE L ENTRETIEN 6. LES PHASES DE L ENTRETIEN

2 1.LEGISLATION n Dans le cadre du rôle propre infirmier n Dans le domaine de la santé mentale

3 2.DEFINITION (1) n Pierre Vermersch (psychologue et psychothérapeute) : «Ensemble de pratiques d écoute basé sur des grilles de repérage de ce qui est dit et de techniques de reformulations de relances (questions, reformulations, silences) qui visent à aider, à accompagner la mise en mots d un domaine particulier de l expérience en relation avec des buts personnels et institutionnels divers.» Vermersch L entretien d explicitation

4 2.DEFINITION(2) n Selon D Friard, infirmier en psychiatrie, n «L entretien est un dispositif par lequel un soignant répondant professionnellement à une demande d aide concernant un patient, favorise la production d un discours de ce patient pour obtenir des informations et agir sur la problématique subjective de ce patient.»[1] [1] Friard Approche technique de l entretien infirmier

5 2.DEFINITION(3) n Christian Rybak (Cadre de Santé Supérieur Hôpital Ste Anne à Paris) «une technique de soins relationnels permettant de répondre au besoin d information du patient, de l aider à formuler ses demandes, et de recueillir des données de qualité pour élaborer ensemble un projet de soins. C est un moment privilégié d échange où il peut exprimer ses difficultés. C est aussi un temps d accompagnement pour l aider à exprimer son vécu.»[1] n [1] Rybak L entretien infirmier en santé mentale, ressources et compétences du patient

6 2.DEFINITION(3) L entretien infirmier N EST PAS :

7 CATEGORISATION DES ENTRETIENS Selon : n La méthode de conduite de l entretien n La configuration de l entretien n Le but de l entretien

8 Types d entretien selon la méthode de n Entretien directif : conduite il est conduit sur le mode d un questionnaire organisé et préparé. Il ne permet pas une grande implication personnelle de la part de la personne soignée.

9 Types d entretien selon la méthode de conduite n Entretien semi-directif : Il part d une idée ou d une hypothèse posée par l infirmier qui cadre le discours.

10 Types d entretien selon la méthode de conduite n Entretien non directif : Le soignant accompagne le discours de la personne dans son cheminement. Ses interventions se limitent à faciliter la communication.

11 Types d entretien selon la configuration n Entretien informel structuré: Il se déroule souvent sur un temps assez court.il est indiqué quand le patient est peu participant, que la situation revêt une certaine urgence et que l information à passer ou à recueillir est précise.

12 Types d entretien selon la configuration n Entretien informel non structuré : Il est le plus souvent ponctuel, décidé par les circonstances, à l initiative du soignant ou le personne soignée.

13 Types d entretien selon la configuration n Entretien formel et structuré Le choix du thème est à l initiative du soignant. Cette forme d entretien est très adaptée à l entretien éducatif.

14 Types d entretien selon la configuration n Entretien formel non structuré Ce type d entretien est programmé. L infirmier se centre sur le patient et le suit dans son cheminement de pensée. L objectif est de favoriser chez le patient la conscience de soi. Il est particulièrement indiqué aux personnes endeuillés, souffrant de maladie engageant le pronostic vital ou en fin de vie.

15 Types d entretien selon le but L entretien d accueil n n Réalisé à la demande de l institution, Il a pour objectif d accueillir, d établir le contact avec la personne soignée, de répondre à ses questions, d instaurer une relation de confiance.

16 Types d entretien selon le but L entretien d accueil L objectif est : n L accueil de la personne n Le recueil des demandes et attentes du patient n L élaboration d un climat de confiance n D évaluer les capacités cognitives n De favoriser la transition du chez soi du patient à l hôpital

17 Types d entretien selon le but L entretien de recueil de données : n L objectif est d obtenir les informations sur les habitudes de vie de la personne soignée et mieux la connaître afin de personnaliser les soins. n Les 14 besoins de Virginia Henderson sont une grille pour le recueil de données. n Formalisé dans le dossier de soins.

18 Types d entretien selon le but L entretien d information ou de conseil à caractère éducatif n L objectif est d expliquer, montrer et éduquer la personne aux soins nécessaires pour maintenir sa maladie stabilisée et l aider dans son quotidien

19 Types d entretien selon le but L entretien d écoute de la personne en crise n n L objectif est de réduire l état de crise, l angoisse ou l agitation. Il s agit de pouvoir établir une communication pour envisager les soins adaptés

20 Types d entretien selon le but L entretien de soutien psychologique ou entretien d aide n Il a pour objectif de permettre à la personne soignée de parler de ses difficultés, de ses craintes, de son vécu avec le but de la soutenir dans les moments difficiles et de réduire sa souffrance psychique.

21 Types d entretien selon le but L entretien psychothérapeutique n Sous prescription médicale et utilisé en psychiatrie. C est une technique de médiation, nécessite une formation de la part de l infirmier.

22 5. LE CADRE DE L ENTRETIEN n Le lieu. n Le temps n L action

23 LES PHASES DE L ENTRETIEN n 1. La préparation à l entretien n 2. Le début de l entretien n 3. Le corps de l entretien n 4. La fin de l entretien n 5. La régulation

24 5. LE CADRE DE L ENTRETIEN La préparation à l entretien n Relire le CR de l entretien précédent n Préciser les attentes, les objectifs n Identifier le moment de la journée et la durée de l entretien n Préparer le lieu de la rencontre : discrétion, confort n S assurer que les moyens nécessaires sont disponibles. n Informer les collègues du temps et lieu

25 5. LE CADRE DE L ENTRETIEN Le début de l entretien n L entretien débute au moment où les deux personnes entrent en contact. n Présentation du soignant et des objectifs ou buts de l entretien n le soignant doit s assurer que les modalités de l entretien sont comprises par la personne soignée. Il s agit essentiellement de la durée de l entretien et de sa confidentialité.

26 5. LE CADRE DE L ENTRETIEN Le corps de l entretien n Les objectifs ou buts de l entretien servent de fil conducteur au soignant et au soigné. n Le soignant encourage l expression de la personne soignée, en reformulant, en l amenant à se centrer sur elle-même, en utilisant les différentes techniques de communication.

27 5. LE CADRE DE L ENTRETIEN La fin de l entretien n Commence au moment où le but de l entretien est atteint n Faire un rappel du but poursuivi et d évaluer sa réalisation. n Indiquer les étapes à venir.

28 5. LE CADRE DE L ENTRETIEN La régulation n Faire une transmission. n Faire apparaître la direction de la personne soignée. n Identifier les points importants concernant l expression du vécu, le degré d atteinte des objectifs de l entretien et la suite envisagée. n Autoévaluation dans la conduite de l entretien

LES SOINS RELATIONNELS

LES SOINS RELATIONNELS LES SOINS RELATIONNELS LES SOINS RELATIONNELS LES SOINS RELATIONNELS «situation de trouble, due à une rupture d équilibre et dont l issue est déterminante pour l individu ou la société». Le deuil: «détresse

Plus en détail

UE 3.1 S1 Raisonnement et démarche clinique infirmière Promotion

UE 3.1 S1 Raisonnement et démarche clinique infirmière Promotion UE 3.1 S1 Raisonnement et démarche clinique infirmière Promotion 2015-2018 Introduction Compétence n 1 : Evaluer une situation clinique et établir un diagnostic dans le domaine infirmier. Rechercher et

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIERE (1)

CAHIER DES CHARGES INFIRMIERE (1) 1. DEFINITION DE LA FONCTION Au service du Projet de Vie Institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel, droit

Plus en détail

utilisant les connaissances enseignées dans les UNITES d ENSEIGNEMENT

utilisant les connaissances enseignées dans les UNITES d ENSEIGNEMENT CENTRE HOSPITALIER SAINT JEAN DE DIEU 290 route de Vienne 69008 LYON DESCRIPTIF des ACTIVITES permettant l apprentissage de COMPETENCES utilisant les connaissances enseignées dans les UNITES d ENSEIGNEMENT

Plus en détail

Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution

Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution et soins des enfants et des adolescents Les souffrances des adolescents sont réelles et conséquentes, dans une période du développement de la personne, empreinte de bouleversements. La spécificité de la

Plus en détail

COREVIH Ile de France Centre

COREVIH Ile de France Centre A. Simon, S. Consoli, M. Laprevotte, A.M. Ané, A. Afroun N. Edeb, M. Saulnier, S. Dionou, S. Herson Médecine Interne Pr S. Herson COREVIH Ile de France Centre Pôle Immuno-Infectieux-Inflammatoire Médecine

Plus en détail

Référentiel professionnel DEES du 20 juin 2007

Référentiel professionnel DEES du 20 juin 2007 Diplôme d Etat d éducateur spécialisé ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL 1.1. Définition de la profession et du contexte de l intervention L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales

Plus en détail

Prise en charge des résidents présentant des troubles psychiques en EHPAD

Prise en charge des résidents présentant des troubles psychiques en EHPAD Prise en charge des résidents présentant des troubles psychiques en EHPAD Public : l équipe pluriprofessionnelle Durée : 5 jours par groupe (2 j + 2 j + 1 j à 6 mois) Calendrier : à définir Nombre de participants

Plus en détail

La démarche de soin. Rôle de l aide-soignant(te)

La démarche de soin. Rôle de l aide-soignant(te) La démarche de soin Rôle de l aide-soignant(te) 1 Généralités L aide soignant réalise des actes sous la responsabilité de l infirmière dans le cadre de son rôle propre. (Article R4311.4 du code de santé

Plus en détail

Projet professionnel Licence 1 de psychologie UPJV. Intervention du 7 mars Dufeil SOUNGA

Projet professionnel Licence 1 de psychologie UPJV. Intervention du 7 mars Dufeil SOUNGA Projet professionnel Licence 1 de psychologie UPJV Intervention du 7 mars 2016 Dufeil SOUNGA leybrodneil@yahoo.fr Dufeil SOUNGA Psychologue clinicien Psychologue cognitivo-comportementaliste Psychothérapeutique

Plus en détail

L'AIDE MÉDICO-PSYCHOLOGIQUE

L'AIDE MÉDICO-PSYCHOLOGIQUE MINISTERE DE L EMPLOI, DE LA COHESION SOCIALE ET DU LOGEMENT MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES L'AIDE MÉDICO-PSYCHOLOGIQUE Décret 2006- du portant création du diplôme d Etat d aide médico-psychologique

Plus en détail

Les unités du Pôle de Psychiatrie du Sujet Agé EPSM Etienne Gourmelen Quimper. EPSM Etienne Gourmelen Quimper

Les unités du Pôle de Psychiatrie du Sujet Agé EPSM Etienne Gourmelen Quimper. EPSM Etienne Gourmelen Quimper Les unités du Pôle de Psychiatrie du Sujet Agé EPSM Etienne Gourmelen Quimper EPSM Etienne Gourmelen Quimper Les hôpitaux de jour L hôpital de jour, pour qui? Hôpital de jour «L Estran» - Concarneau Toute

Plus en détail

TRAVAILLER AVEC LES FAMILLES EN INSTITUTION. Journées CRFTC 2-4 avril 2012 Patricia de COLLASSON Psychologue clinicienne

TRAVAILLER AVEC LES FAMILLES EN INSTITUTION. Journées CRFTC 2-4 avril 2012 Patricia de COLLASSON Psychologue clinicienne TRAVAILLER AVEC LES FAMILLES EN INSTITUTION Journées CRFTC 2-4 avril 2012 Patricia de COLLASSON Psychologue clinicienne Pourquoi travailler avec les familles? «Plus personne ne prétend soigner le patient

Plus en détail

Décret n du 20 mars 2009

Décret n du 20 mars 2009 Décret n 2009-322 du 20 mars 2009 relatif aux obligations des établissements et services accueillant ou accompagnant des personnes handicapées adultes n ayant pu acquérir un minimum d autonomie JO du 26

Plus en détail

PSYCHOLOGUE. Psychologue Personnel de catégorie A

PSYCHOLOGUE. Psychologue Personnel de catégorie A FICHE METIER PSYCHOLOGUE FONCTION MISSION Le(La) psychologue contribue à la définition et à la mise en œuvre des projets éducatifs et d orientation en articulation avec les autres professionnels de l équipe.

Plus en détail

Arrêté du 20 juin 2007 relatif au diplôme d Etat de moniteur-éducateur

Arrêté du 20 juin 2007 relatif au diplôme d Etat de moniteur-éducateur Arrêté du 20 juin 2007 relatif au diplôme d Etat de moniteur-éducateur ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL 1.1. Définition de la profession et du contexte de l intervention Le moniteur-éducateur participe

Plus en détail

AIDE MEDICO-PSYCHOLOGIQUE ANNEXE 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.3 DOMAINES DE COMPETENCES

AIDE MEDICO-PSYCHOLOGIQUE ANNEXE 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.3 DOMAINES DE COMPETENCES DOMAINE DE COMPETENCES COMPETENCES INDICATEURS DE COMPETENCES DC1 : CONNAISSANCE DE LA PERSONNE 1/1 Situer la personne aidée au stade de son développement - Connaissance générale des différentes étapes

Plus en détail

Pratiquer l Education Thérapeutique du Patient

Pratiquer l Education Thérapeutique du Patient 2014 Pratiquer l Education Thérapeutique du Patient Formation de 42 heures en éducation thérapeutique du patient pour les praticiens de l ETP En externe En interne PARTENAIRES DE LA FORMATION Partenaires

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d'état d'éducateur de jeunes enfants DE EJE

Référentiel professionnel pour le Diplôme d'état d'éducateur de jeunes enfants DE EJE Référentiel professionnel pour le Diplôme d'état d'éducateur de jeunes enfants DE EJE Annexe de l arrêté du 16 novembre 2005 publié au bulletin officiel du ministère de l'emploi, de la cohésion sociales

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d'état de moniteur éducateur DE ME

Référentiel professionnel pour le Diplôme d'état de moniteur éducateur DE ME Référentiel professionnel pour le Diplôme d'état de moniteur éducateur DE ME Annexe 1 de l arrêté du 20 juin 2007, Journal Officiel n 168 du 7 juillet 2007. Contexte de l intervention Le moniteur-éducateur

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d'état de Moniteur Éducateur

Référentiel professionnel pour le Diplôme d'état de Moniteur Éducateur Référentiel professionnel pour le Diplôme d'état de Moniteur Éducateur Annexe 1 de l arrêté du 20 juin 2007 relatif au Diplôme d État de Moniteur Éducateur fixant les modalités d accès à la formation,

Plus en détail

L infirmière au cœur du parcours de soin du patient douloureux chronique.

L infirmière au cœur du parcours de soin du patient douloureux chronique. L infirmière au cœur du parcours de soin du patient douloureux chronique. Christine BERLEMONT Infirmière Ressource Douleur Unité d Evaluation et Traitement de la Douleur Centre Hospitalier de Meaux France

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT DES ÉQUIPES EN RÉANIMATION

ACCOMPAGNEMENT DES ÉQUIPES EN RÉANIMATION ACCOMPAGNEMENT DES ÉQUIPES EN RÉANIMATION Les services de réanimation sont un espace de crise où se projette avec violence tout l irrationnel des familles dont l exigence idéalisée est à la mesure de leur

Plus en détail

ASSISTANT DE SOINS EN GERONTOLOGIE. MODULE I : DF1 (35 h)

ASSISTANT DE SOINS EN GERONTOLOGIE. MODULE I : DF1 (35 h) INFOR SANTE ASSISTANT DE SOINS EN GERONTOLOGIE CENTRE MODULE I : DF1 (35 h) Concourir à l élaboration et à la mise en œuvre du projet individualisé dans le respect de la personne - Repérer les besoins

Plus en détail

Démarche de la création du référentiel de formation. basé sur le référentiel de compétence validé par le Groupe Interministériel et Associatif

Démarche de la création du référentiel de formation. basé sur le référentiel de compétence validé par le Groupe Interministériel et Associatif Démarche de la création du référentiel de formation basé sur le référentiel de compétence validé par le Groupe Interministériel et Associatif Enseignements fondamentaux DF 1 Individu, handicap et environnements

Plus en détail

L ENQUÊTE PAR ENTRETIEN

L ENQUÊTE PAR ENTRETIEN INITIATION A LA DEMARCHE DE RECHERCHE UE3.4 semestre 4 LE CHAMP DE LA PSYCHOLOGIE L ENQUÊTE PAR ENTRETIEN Carine Segrestan-Crouzet Psychologue, PhD PLAN 1) L entretien : définitions et position dans la

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLOME D'ÉTAT DE MONITEUR-ÉDUCATEUR

RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLOME D'ÉTAT DE MONITEUR-ÉDUCATEUR Institut du Travail Social Tours RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLOME D'ÉTAT DE MONITEUR-ÉDUCATEUR Annexe 1 de l arrêté du 20 juin 2007, Journal Officiel n 168 du 7 juillet 2007. Contexte de l intervention

Plus en détail

PSYCHOMOTRICIEN. 1 Objectifs/Résultats attendus

PSYCHOMOTRICIEN. 1 Objectifs/Résultats attendus Famille de métier : Soins Statut (métier/emploi type) : Si emploi type, fiche métier source : PSYCHOMOTRICIEN 1 Objectifs/Résultats attendus Viser à l harmonie des fonctions psychiques et motrices Etablir

Plus en détail

Infirmière référente en LISP au CH de Saint Die des Vosges

Infirmière référente en LISP au CH de Saint Die des Vosges Infirmière référente en LISP au CH de Saint Die des Vosges Evolution et adaptation des missions d une infirmière référente. Muriel Jouchter infirmière référente LISP Christine Blot cadre de santé 1 2 Pour

Plus en détail

Intérêt d un réseau de santé dans le parcours de soins d un patient atteint d une maladie chronique

Intérêt d un réseau de santé dans le parcours de soins d un patient atteint d une maladie chronique Intérêt d un réseau de santé dans le parcours de soins d un patient atteint d une maladie chronique Brigitte GALAUP Pascale LESTIEU Réseau RELIENCE SOMMAIRE Présentation du réseau L orientation maladie

Plus en détail

Formation Education Thérapeutique du Patient 40h

Formation Education Thérapeutique du Patient 40h Formation Education Thérapeutique du Patient 40h Depuis 2009, Le groupe Confluent est engagé dans une recherche en Education Thérapeutique du Patient. L équipe éducative qui mène cette expérience de l

Plus en détail

HYPNOSE & SEVRAGE TABAGIQUE. Mme MARY VIROT, Psychologue RENNES 2016

HYPNOSE & SEVRAGE TABAGIQUE. Mme MARY VIROT, Psychologue RENNES 2016 HYPNOSE & SEVRAGE TABAGIQUE Mme MARY VIROT, Psychologue RENNES 2016!1 1. OBJECTIFS Comment accompagner une personne à guérir de l habitude de fumer, en utilisant par le biais de l hypnose, ses propres

Plus en détail

Clinique EVC/EPR : Notions psychologiques

Clinique EVC/EPR : Notions psychologiques CRFTC Hôpital Broussais 14 Mai 2012 N. GEGOUT Psychologue clinicien Unité EVC/EPR Korian Canal de l Ourcq 75019 gegoutnicolas@gmail.com Clinique EVC/EPR : Notions psychologiques 1 PRESENTATION: Préambule

Plus en détail

2, Boulevard du 19 Mars 1962 BP GONESSE CEDEX

2, Boulevard du 19 Mars 1962 BP GONESSE CEDEX Formation d Aide Soignant La rentrée a lieu la première semaine du mois de septembre. La durée de la formation est de 41 semaines soit 1435 heures d enseignement théorique et clinique en institut de formation

Plus en détail

AIDE MÉDICO-PSYCHOLOGIQUE ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL Définition de la profession et du contexte de l intervention

AIDE MÉDICO-PSYCHOLOGIQUE ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL Définition de la profession et du contexte de l intervention AIDE MÉDICO-PSYCHOLOGIQUE ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL 1.1. Définition de la profession et du contexte de l intervention L aide médico-psychologique (A.M.P.) exerce une fonction d accompagnement

Plus en détail

L Education Thérapeutique du Patient dans les maladies rares : quelles opportunités? Marie-Pierre BICHET Chargée de projet ETP

L Education Thérapeutique du Patient dans les maladies rares : quelles opportunités? Marie-Pierre BICHET Chargée de projet ETP L Education Thérapeutique du Patient dans les maladies rares : quelles opportunités? Marie-Pierre BICHET Chargée de projet ETP Forum Auvergne Alliance Maladies Rares Vendredi 14 novembre 2014 L ETP dans

Plus en détail

HYPNOSE CONVERSATIONNELLE EN DOULEUR AIGUE. Dr OLIVIER FLEUREAUX, Médecin anesthésiste RENNES 2016

HYPNOSE CONVERSATIONNELLE EN DOULEUR AIGUE. Dr OLIVIER FLEUREAUX, Médecin anesthésiste RENNES 2016 HYPNOSE CONVERSATIONNELLE EN DOULEUR AIGUE Dr OLIVIER FLEUREAUX, Médecin anesthésiste RENNES 2016!1 1. OBJECTIFS Cet atelier se propose d aborder les outils hypnotiques utiles pour une hypnose conversationnelle

Plus en détail

L ASSISTANT FAMILIAL 1. Référentiel professionnel 1.1. Définition de la profession et du contexte de l intervention

L ASSISTANT FAMILIAL 1. Référentiel professionnel 1.1. Définition de la profession et du contexte de l intervention L ASSISTANT FAMILIAL 1. Référentiel professionnel 1.1. Définition de la profession et du contexte de l intervention L assistant familial est un travailleur social qui exerce une profession définie et réglementée

Plus en détail

Education thérapeutique du patient

Education thérapeutique du patient Présentation du dispositif de réhabilitation Rhône Alpes Centre 2 juin 2016 Education thérapeutique du patient S.MANGIN (IDE) Dr M.BONAÏTI Département de réhabilitation psychosociale Définitions - Objectifs

Plus en détail

FICHE DE POSTE Page :-1/6. Assistant Socio-Educatif IDENTIFICATION DU POSTE

FICHE DE POSTE Page :-1/6. Assistant Socio-Educatif IDENTIFICATION DU POSTE FICHE DE POSTE Page :-1/6 Direction : Direction des Ressources Humaines Service : Socio-éducatif IDENTIFICATION DU POSTE Fonction : Assistant-e de service social en Service de Psychiatrie Adulte Grade

Plus en détail

La continuité de la relation. dans le champ addictologique. Présentation par Marion Epitalon (psychologue)

La continuité de la relation. dans le champ addictologique. Présentation par Marion Epitalon (psychologue) La continuité de la relation dans le champ addictologique Présentation par Marion Epitalon (psychologue) Plan de la présentation 1. Introduction 2. L apport du psychologue 3. L apport de l équipe au psychologue

Plus en détail

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL L ÉDUCATEUR DE JEUNES ENFANTS 1.1. Définition de la profession et du contexte de l intervention

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL L ÉDUCATEUR DE JEUNES ENFANTS 1.1. Définition de la profession et du contexte de l intervention ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL L ÉDUCATEUR DE JEUNES ENFANTS 1.1. Définition de la profession et du contexte de l intervention L éducateur de jeunes enfants exerce une fonction d accueil des jeunes

Plus en détail

CSAPA CENTRE DE SOINS, D ACCOMPAGNEMENT ET DE PREVENTION EN ADDICTOLOGIE 5, SAINT-QUENTIN

CSAPA CENTRE DE SOINS, D ACCOMPAGNEMENT ET DE PREVENTION EN ADDICTOLOGIE 5, SAINT-QUENTIN CSAPA CENTRE DE SOINS, D ACCOMPAGNEMENT ET DE PREVENTION EN ADDICTOLOGIE 5, rue Arnaud Bisson 02100 SAINT-QUENTIN Tél. : 03.23.05.03.33 Fax. : 03.23.62.46.72 Mail. : csapa@ch-stquentin.fr Permanences :

Plus en détail

MONITEUR EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

Fiche de poste PSYCHOLOGUE DU TRAVAIL

Fiche de poste PSYCHOLOGUE DU TRAVAIL Fiche de poste PSYCHOLOGUE DU TRAVAIL La fiche de fonction est un outil d organisation du travail. Elle a pour but de répertorier les missions et les principales activités associées à la fonction de psychologue

Plus en détail

CHANTIER D INSERTION PREQUALIFIANT AUX METIERS DES SERVICES A LA PERSONNE 2011 EHPAD SIVOM LA ROUVIERE

CHANTIER D INSERTION PREQUALIFIANT AUX METIERS DES SERVICES A LA PERSONNE 2011 EHPAD SIVOM LA ROUVIERE CHANTIER D INSERTION PREQUALIFIANT AUX METIERS DES SERVICES A LA PERSONNE 2011 EHPAD SIVOM LA ROUVIERE Présentation des fiches de poste 1. Animateur de personnes âgées... page 2 2. Agent social... page

Plus en détail

LE HANDICAP COMPLEXE

LE HANDICAP COMPLEXE LE HANDICAP COMPLEXE «Articuler les actions de soins, d éducation, d apprentissage, de loisirs pour favoriser un meilleur état de Santé» 30 e Journées Nationales de formation des Personnels MAS/ FAM Organisées

Plus en détail

Livret de suivi du stagiaire

Livret de suivi du stagiaire logo CE LIVRET EST UNE PROPOSITION, UN OUTIL PEDAGOGIQUE MIS A DISPOSITION DES ADHERENTS DU GERACFAS POUR REPONDRE AU CAHIER DES CHARGES CONCERNANT LES ASG Pas de valeur officielle Chacun est libre de

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

PSYCHOLOGUE Centre de Soins Spécialisés en Toxicomanie

PSYCHOLOGUE Centre de Soins Spécialisés en Toxicomanie FICHE DE POSTE PSYCHOLOGUE Centre de Soins Spécialisés en Toxicomanie Localisation Centre de Soins Spécialisés en Toxicomanie d Arpajon (91) CSAPA rattaché à l Etablissement Public de Santé d Etampes.

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL TECHNICIEN DE L INTERVENTION SOCIALE ET FAMILIALE Contexte de l intervention

RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL TECHNICIEN DE L INTERVENTION SOCIALE ET FAMILIALE Contexte de l intervention RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL TECHNICIEN DE L INTERVENTION SOCIALE ET FAMILIALE 1.1. Contexte de l intervention Les techniciens de l intervention sociale et familiale effectuent une intervention sociale préventive,

Plus en détail

projet institutionnel : développer un outil d évaluation commun pour les intervenants diplômés des CMS lausannois

projet institutionnel : développer un outil d évaluation commun pour les intervenants diplômés des CMS lausannois projet institutionnel : développer un outil d évaluation commun pour les intervenants diplômés des CMS lausannois 26 août 2015 1 Quand l éducation thérapeutique devient une philosophie de prise en soins.

Plus en détail

Consultation diététique réalisée par un diététicien

Consultation diététique réalisée par un diététicien ASSOCIATION DES DIÉTÉTICIENS DE LANGUE FRANÇAISE Evaluation des pratiques professionnelles Consultation diététique réalisée par un diététicien Grilles pour l évaluation et l amélioration des pratiques

Plus en détail

Qualité de la prise en charge des patients recevant des soins. Évaluation des pratiques professionnelles

Qualité de la prise en charge des patients recevant des soins. Évaluation des pratiques professionnelles Qualité de la prise en charge des patients recevant des soins palliatifs Évaluation des pratiques professionnelles Définition de l EPP Analyse de la pratique professionnelle destinée à identifier des écarts

Plus en détail

L intérêt du binôme aide soignant infirmière

L intérêt du binôme aide soignant infirmière L intérêt du binôme aide soignant infirmière INTRODUCTION Nécessité d appliquer de manière stricte la liste d acte Travail pluridisciplinaire Dans le cadre théorique suivant: Le rétablissement La Thérapie

Plus en détail

Projet d établissement Résidence Emile Gibier «Les Cheveux Blancs» ORVAULT

Projet d établissement Résidence Emile Gibier «Les Cheveux Blancs» ORVAULT Projet d établissement 2012-2017 Résidence Emile Gibier «Les Cheveux Blancs» 44700 ORVAULT Avis favorable du Comité d Entreprise du 25 octobre 2012 Avis favorable de la CRUQPC du 11 octobre 2012 Avis favorable

Plus en détail

Enquête Famille. Cette enquête, par questionnaire (cf dossier joint), comportait deux volets et explorait trois domaines :

Enquête Famille. Cette enquête, par questionnaire (cf dossier joint), comportait deux volets et explorait trois domaines : Enquête Famille Le contexte : Le Centre Ressource Handicap Psychique des Pays de la Loire participe à développer une réflexion collective régionale sur l évolution de la place des familles dans le soin

Plus en détail

Catalogue des formations continues 2016

Catalogue des formations continues 2016 Vous envisagez une formation spécifique au sein de votre structure Centre Polyvalent de Formation Professionnelle «La Rouatière» Site de Perpignan 1, Rue Charles Percier 66000 Perpignan Tél : 04.68.51.15.29

Plus en détail

L équipe santé mentale jeunesse du CSSSAM-N

L équipe santé mentale jeunesse du CSSSAM-N L équipe santé mentale jeunesse du CSSSAM-N Soins infirmiers en santé mentale jeunesse Présentation du guichet d accès SMJ Elvira Gallant inf.b.sc. 8 Mai 2008 1 Plan de la présentation 1. Plan d action

Plus en détail

PROFIL DE POSTE ORTHOPHONISTE

PROFIL DE POSTE ORTHOPHONISTE PROFIL DE POSTE ORTHOPHONISTE HDJ Michel ANGE Objet Domaine d application Ce document a pour objet de définir les fonctions de l orthophoniste en pédopsychiatrie. Poste d orthophoniste à 100% Ou : deux

Plus en détail

Retour d expérience Urgences Adultes HÔPITAL de la TIMONE AP-HM COPACAMU 2016

Retour d expérience Urgences Adultes HÔPITAL de la TIMONE AP-HM COPACAMU 2016 Retour d expérience Urgences Adultes HÔPITAL de la TIMONE AP-HM COPACAMU 2016 Août 2013 : Constat de départ Agression Urgences CONCEPTION et Hôpital NORD Mobilisation des médias et des institutions État

Plus en détail

L éducation thérapeutique collective

L éducation thérapeutique collective L éducation thérapeutique collective Dr Cécile BRUNET-CARTIER, médecin coordonnateur du programme régional ETP VIH adulte en Pays de la Loire M. Pascal MALO, représentant associatif AIDES, membre du comité

Plus en détail

L INFORMATION DU PATIENT, UNE NECESSITE DIFFICILE A METTRE EN ŒUVRE. Céline DEGASNE LORCY Psychologue clinicienne CHU de Rennes

L INFORMATION DU PATIENT, UNE NECESSITE DIFFICILE A METTRE EN ŒUVRE. Céline DEGASNE LORCY Psychologue clinicienne CHU de Rennes L INFORMATION DU PATIENT, UNE NECESSITE DIFFICILE A METTRE EN ŒUVRE Céline DEGASNE LORCY Psychologue clinicienne CHU de Rennes LA PARTICULARITE DE LA RELATION SOIGNANT/SOIGNE UNE SITUATION DE CRISE LES

Plus en détail

CONCEPT DE SOIN. Compétence 1: Accompagner une personne dans les actes de la vie courante en tenant compte de ses besoins et de son degré d autonomie

CONCEPT DE SOIN. Compétence 1: Accompagner une personne dans les actes de la vie courante en tenant compte de ses besoins et de son degré d autonomie CONCEPT DE SOIN Compétence 1: Accompagner une personne dans les actes de la vie courante en tenant compte de ses besoins et de son degré d autonomie 1 Objectifs du cours Identifier le concept de soin Expliquer

Plus en détail

Usagers-ELSA rencontres à conditions. Dano Corinne, Addictologie CHU Angers

Usagers-ELSA rencontres à conditions. Dano Corinne, Addictologie CHU Angers Usagers-ELSA rencontres à conditions Dano Corinne, Addictologie CHU Angers codano@chu-angers.fr Les missions d ELSA S'exercent - En direction des patients (évaluation, orientation, sensibilisation), -

Plus en détail

Référentiel de compétence Technicien de l Intervention Sociale et Familiale - IDS 1/5

Référentiel de compétence Technicien de l Intervention Sociale et Familiale - IDS 1/5 ÉLABORATION, MISE EN ŒUVRE et évaluation du projet individualise Contribue à l élaboration du projet d établissement ou de service. Communique avec les responsables de l établissement ou du service et

Plus en détail

POLYARTHRITE RHUMATOIDE Information éducation des patients Place et intervention de l infirmière

POLYARTHRITE RHUMATOIDE Information éducation des patients Place et intervention de l infirmière POLYARTHRITE RHUMATOIDE Information éducation des patients Place et intervention de l infirmière Liliane Brière, infirmière Patricia Stunault, infirmière, Nadine Martiny, cadre infirmier Sophie Delpeuch,

Plus en détail

DIFFICULTES DE L ACCOMPAGNEMENT PARAMEDICAL DANS LE CADRE DU DISPOSITIF D ANNONCE

DIFFICULTES DE L ACCOMPAGNEMENT PARAMEDICAL DANS LE CADRE DU DISPOSITIF D ANNONCE DIFFICULTES DE L ACCOMPAGNEMENT PARAMEDICAL DANS LE CADRE DU DISPOSITIF D ANNONCE Anne PACH - Infirmière Hôpital de jour Hématologie clinique CHU AMIENS 25/01/2011 1 4ème Journée Régionale de cancérologie

Plus en détail

L annonce du décès. en situation d urgence. Stéphanie Tomé, psychologue clinicienne

L annonce du décès. en situation d urgence. Stéphanie Tomé, psychologue clinicienne L annonce du décès en situation d urgence Stéphanie Tomé, psychologue clinicienne Arrêt irréversible des fonctions vitales La mort Rupture brutale de la relation La mort fait partie de la vie Humanité

Plus en détail

Référentiel Fonction / Activités Educateur Spécialisé

Référentiel Fonction / Activités Educateur Spécialisé Référentiel Fonction / Activités Fonction 1 Fonction 2 Fonction 3 Fonction 4 Établissement d une relation, Diagnostic éducatif Accompagnement éducatif de la personne ou du groupe Conception et conduite

Plus en détail

Mieux accompagner la fin de vie en France

Mieux accompagner la fin de vie en France Repères à l usage des professionnels de santé Loi Fin de Vie du 2 février 2016 Mieux accompagner la fin de vie en France La fin de vie Parlons-en avant La fin de vie : vous êtes les mieux placés pour en

Plus en détail

Pré-requis : Positionnement de la démarche réflexive et l A.P.P. Projet : Semestre 1 : Document de synthèse - Novembre 2011

Pré-requis : Positionnement de la démarche réflexive et l A.P.P. Projet : Semestre 1 : Document de synthèse - Novembre 2011 Positionnement de la démarche réflexive et l A.P.P Projet : 2011 2012-2013 Document de synthèse - Novembre 2011 Pré-requis : Semestre 1 : Introduction au dispositif de formation : présentation aux étudiants

Plus en détail

LANCEMENT D UN GROUPE DE TRAVAIL CONCERNANT L INTÉGRATION OU LE MAINTIEN DANS L EMPLOI DE PERSONNES ATTEINTES D UN HANDICAP PSYCHIQUE ET/OU MENTAL

LANCEMENT D UN GROUPE DE TRAVAIL CONCERNANT L INTÉGRATION OU LE MAINTIEN DANS L EMPLOI DE PERSONNES ATTEINTES D UN HANDICAP PSYCHIQUE ET/OU MENTAL LANCEMENT D UN GROUPE DE TRAVAIL CONCERNANT L INTÉGRATION OU LE MAINTIEN DANS L EMPLOI DE PERSONNES ATTEINTES D UN HANDICAP PSYCHIQUE ET/OU MENTAL Le cadre de la réflexion Les aides mobilisables par les

Plus en détail

1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION

1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L'Educateur Technique Spécialisé (ETS) est un travailleur social. Il contribue à l'intégration sociale et à l'insertion professionnelle

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ASSISTANTS FAMILIAL

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ASSISTANTS FAMILIAL LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ASSISTANTS FAMILIAL 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ASSISTANT FAMILIAL 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

HYPNOSE ET TRAUMA. Dr LEONARD AMETEPE, Médecin psychiatre RENNES 2016

HYPNOSE ET TRAUMA. Dr LEONARD AMETEPE, Médecin psychiatre RENNES 2016 HYPNOSE ET TRAUMA Dr LEONARD AMETEPE, Médecin psychiatre RENNES 2016!1 1. OBJECTIFS Il existe de nombreux arguments qui valident l hypothèse de l efficacité de l hypnose dans le trauma tels que certains

Plus en détail

Programme de formation au titre professionnel Enseignant de la sécurité et de la conduite routière

Programme de formation au titre professionnel Enseignant de la sécurité et de la conduite routière Programme de formation au titre professionnel Enseignant de la sécurité et de la routière Les modules communs Activité 1 Activité 2 ; CCP1 CCP2 Nom du module Items du module Profils des Module Pédagogique

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION. Formation de base à l éducation thérapeutique du patient vivant avec une pathologie chronique dans un ACT

PROGRAMME DE FORMATION. Formation de base à l éducation thérapeutique du patient vivant avec une pathologie chronique dans un ACT PROGRAMME DE FORMATION Formation de base à l éducation thérapeutique du patient vivant avec une pathologie chronique dans un ACT Formation en 2 temps (total de 6 jours) 1 er session (3 jours) : 26-27-28

Plus en détail

Accès aux documents de Transmission de l information. promotion Collière 30 septembre 2014 MH FERRY FOURNIER. En collaboration avec M A RIBEIRO

Accès aux documents de Transmission de l information. promotion Collière 30 septembre 2014 MH FERRY FOURNIER. En collaboration avec M A RIBEIRO Accès aux documents de Transmission de l information promotion Collière 30 septembre 2014 MH FERRY FOURNIER En collaboration avec M A RIBEIRO CADRE SUPERIEUR DE SANTE CHU UN PEU D HISTOIRE. La mémoire

Plus en détail

L entretien motivationnel

L entretien motivationnel L entretien motivationnel K. M bailara Psychologue clinicienne, C.H. Charles Perrens, Bordeaux Enseignant-chercheur en psychologie, Université Bordeaux DU Education thérapeutique 10-12-2011 L entretien

Plus en détail

Éducation Thérapeutique de Proximité du Patient Diabétique (ETPPD)

Éducation Thérapeutique de Proximité du Patient Diabétique (ETPPD) FMC VAL DE CREUSE 18 NOVEMBRE 2009 Éducation Thérapeutique de Proximité du Patient Diabétique (ETPPD) SENSIBILISATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ SENSIBILISATION À LÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE OBJECTIFS: Intégrer

Plus en détail

Transmission et circulation de l information en situation palliative

Transmission et circulation de l information en situation palliative Transmission et circulation de l information en situation palliative Chantal Bauchetet-Delan Géraldine Thevenet 3eme congrès de soins palliatifs en hématologie et oncologie GRASPHO Cadre législatif 1)

Plus en détail

FORMATION. Accompagnateur en psychiatrie de l âge avancé. pour les aides et les détenteurs de CFC dans les soins*, l animation, et le secteur hôtelier

FORMATION. Accompagnateur en psychiatrie de l âge avancé. pour les aides et les détenteurs de CFC dans les soins*, l animation, et le secteur hôtelier Cours FAP 1 à 11 Programme 2009 FORMATION Accompagnateur en psychiatrie de l âge avancé pour les aides et les détenteurs de CFC dans les soins*, l animation, et le secteur hôtelier VOUS soignez ou accompagnez,

Plus en détail

parcours EN SANTÉ MENTALE ATELIER SANTÉ VILLE NARBONNE POUR ADULTES

parcours EN SANTÉ MENTALE ATELIER SANTÉ VILLE NARBONNE POUR ADULTES parcours de soins EN SANTÉ MENTALE ATELIER SANTÉ VILLE NARBONNE POUR ADULTES AVANT PROPOS Selon l Organisation Mondiale de la Santé, la santé mentale est «un état de bien-être dans lequel une personne

Plus en détail

Un groupement solidaire

Un groupement solidaire Un groupement solidaire Appui Conseil Emploi Un groupement solidaire de 4 associations L Oeuvre Falret désignée comme mandataire. Association d entraide VIVRE. Club ARHIM. Lieu Ressource. 2 Présentation

Plus en détail

Jean-Philippe TARD. 19 juin Analyse de pratique 1

Jean-Philippe TARD. 19 juin Analyse de pratique 1 Analyse de pratique Jean-Philippe TARD Analyse de pratique 1 Déroulement de la soirée 30 mn d introduction pour présenter l APP, ses différentes modalités, ses différents "niveaux", la différence avec

Plus en détail

(LES PRINCIPAUX AXES DU PROJET)

(LES PRINCIPAUX AXES DU PROJET) (LES PRINCIPAUX AXES DU PROJET) Projet Médical : Premier pilier du projet d établissement, les orientations médicales constituent l expression de nos ambitions au service du patient. En voici les points

Plus en détail

Livret d Informations Accueil de Jour

Livret d Informations Accueil de Jour Livret d Informations Accueil de Jour Résidence Simone VEIL 10 rue Bourgelat 94700 Maisons-Alfort 01.49.77.64.00. 10 rue Bourgelat 94700 Maisons-Alfort - -Tél. 01.49.77.64.00 Fax 01.49.77.85.88 Intervenir

Plus en détail

LA FIN DE VIE. Dr MOREAU Francine EMSP & HAD CH Châtellerault Rudy GUILLAUDAT Psychologue EMSP CH Châtellerault

LA FIN DE VIE. Dr MOREAU Francine EMSP & HAD CH Châtellerault Rudy GUILLAUDAT Psychologue EMSP CH Châtellerault LA FIN DE VIE Dr MOREAU Francine EMSP & HAD CH Châtellerault Rudy GUILLAUDAT Psychologue EMSP CH Châtellerault Mardi 02 février 2016 1 La Législation La demande sociétale actuelle des Français est de voir

Plus en détail

ARRÊT DES TRAITEMENTS

ARRÊT DES TRAITEMENTS ARRÊT DES TRAITEMENTS Dr François Chaumier UMASP - CHRU de Tours Journée Régionale AFSOS - Blois, 6 avril 2017 Cadre légal et sociétal Loi n 99-477 du 9 juin 1999 Code de Santé publique : articles L 1110-5

Plus en détail

Le partage du secret professionnel : gardons l usager au centre de nos pratiques et évaluons l effet sur la relation d aide. Claire MEERSSEMAN,

Le partage du secret professionnel : gardons l usager au centre de nos pratiques et évaluons l effet sur la relation d aide. Claire MEERSSEMAN, Le partage du secret professionnel : gardons l usager au centre de nos pratiques et évaluons l effet sur la relation d aide Claire MEERSSEMAN, Psychologue, psychothérapeute et formatrice La confiance,

Plus en détail

Journée hygiène risque et qualité chez la personne âgée

Journée hygiène risque et qualité chez la personne âgée Journée hygiène risque et qualité chez la personne âgée Accueil du résident par l infirmier à l entrée dans l institution Nîmes,27/09/2012 Intervenants: Me Callejon M. Infirmière CHU Nîmes M. Largo Torres,

Plus en détail

Table ronde 3 : Prévenir et agir : initiatives à promouvoir, actions possibles. Docteur Eric GALAM

Table ronde 3 : Prévenir et agir : initiatives à promouvoir, actions possibles. Docteur Eric GALAM Table ronde 3 : Prévenir et agir : initiatives à promouvoir, actions possibles Docteur Eric GALAM SOIGNER LES SOIGNANTS ET PRESERVER NOTRE «CAPITAL SOINS» Ni vous ni moi, mais. 101 DES DONNEES DERANGEANTES...

Plus en détail

Un(e) psy pour les soignants : pour quoi faire? Martine Ruszniewski 23 novembre 2012

Un(e) psy pour les soignants : pour quoi faire? Martine Ruszniewski 23 novembre 2012 Un(e) psy pour les soignants : pour quoi faire? Martine Ruszniewski 23 novembre 2012 1 Pourquoi? Un(e) psy exclusivement pour les soignants, Est-ce : - nécessaire ou superflu? - original ou banal? - une

Plus en détail

Passage des soins pédiatriques vers les soins pour adultes chez les jeunes atteints de maladies chroniques

Passage des soins pédiatriques vers les soins pour adultes chez les jeunes atteints de maladies chroniques Passage des soins pédiatriques vers les soins pour adultes chez les jeunes atteints de maladies chroniques Enora Le Roux Responsables : P r Corinne Alberti & D r Serge Gottot Journées de l ED393 Saint-Malo

Plus en détail

PATIENTS PARTENAIRES DE L EDUCATION THERAPEUTIQUE : L EXEMPLE D UNE ASSOCIATION FRANÇAISE DE PATIENTS HEMOPHILES

PATIENTS PARTENAIRES DE L EDUCATION THERAPEUTIQUE : L EXEMPLE D UNE ASSOCIATION FRANÇAISE DE PATIENTS HEMOPHILES PATIENTS PARTENAIRES DE L EDUCATION THERAPEUTIQUE : L EXEMPLE D UNE ASSOCIATION FRANÇAISE DE PATIENTS HEMOPHILES XVI ème Journée de l IPCEM 25 novembre 2008 Thomas Sannié Lydie Wintz Claude Guérois 1.

Plus en détail

DIPLÔME D'UNIVERSITE DROIT ET CONSOLIDATION DES SAVOIRS EN PSYCHIATRIE

DIPLÔME D'UNIVERSITE DROIT ET CONSOLIDATION DES SAVOIRS EN PSYCHIATRIE DIPLÔME D'UNIVERSITE DROIT ET CONSOLIDATION DES SAVOIRS EN PSYCHIATRIE RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Autres dipl. nationaux niv. form. bac+3 Domaine ministériel : Droit, Economie, Gestion Présentation

Plus en détail

Formation soins palliatifs et qualité de vie

Formation soins palliatifs et qualité de vie Formation soins palliatifs et qualité de vie Le soutien aux proches durant la maladie: informer et soutenir Martine Hennuy Introduction La maladie grave = traumatisme, séisme pour le malade et les proches

Plus en détail

Tutorat des étudiants en soins infirmiers. Dossier de candidature

Tutorat des étudiants en soins infirmiers. Dossier de candidature Tutorat des étudiants en soins infirmiers Dossier de candidature Ce dossier de candidature est à renseigner par l infirmier libéral qui souhaite recevoir un étudiant en soins infirmiers en stage dans le

Plus en détail

Education Thérapeutique en Psychiatrie : Représentations des soignants, des patients et des familles

Education Thérapeutique en Psychiatrie : Représentations des soignants, des patients et des familles Education Thérapeutique en Psychiatrie : Représentations des soignants, des patients et des familles Delphine VIARD PLAN INTRODUCTION METHODE RESULTATS Représentations des soignants Représentations des

Plus en détail