Acceptation de la publicité mobile : focus sur la vie privée

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Acceptation de la publicité mobile : focus sur la vie privée"

Transcription

1

2

3

4 Acceptation de la publicité mobile : focus sur la vie privée Résumé : Stéphanie HERAULT Les spécialistes prévoient un essor important du marché de la publicité mobile au cours des deux prochaines années. Si l offre en terme de formats publicitaires mobiles s est considérablement enrichie, la compréhension de l efficacité de cette forme spécifique de communication n en est encore qu aux prémisses que ce soit en France ou sur le plan international. Chercheurs et praticiens s accordent sur le fait que les individus sont de plus en plus soucieux de la préservation de leur vie privée et de l utilisation faite par les entreprises de leurs données personnelles. Ce papier a pour objectif de présenter le test d un modèle d acceptation de la publicité mobile intégrant des construits individuels liés à la vie privée. Les résultats obtenus sur un échantillon de 324 individus valident au moyen d un modèle d équations structurelles le rôle de l intrusion perçue comme médiateur du processus d acceptation de la publicité mobile. Cette contribution suggère ainsi aux agences de marketing mobile et aux annonceurs de prendre en considération de manière plus importante le respect de la vie privée dans le déploiement de leurs campagnes de publicité mobile. Mots-clés : Publicité mobile Efficacité publicitaire Vie privée Caractère intrusif - EQS Abstract : Experts of mobile advertising market expect a large improvement for the coming two years. In France and worldwide, whether the commercial formats are being stronger and richer, the right understanding of mobile advertising effectiveness has only reached yet its own premises. Researchers and marketers all agree on respect of privacy and the right use of private and personal data. The aim of that paper is to introduce the first testing of a mobile advertising acceptance model based on individual statements of privacy and "private life" data. The results on a panel list of 324 individuals have been validated with use of structural equation modeling. Results show the mediating role of perceived intrusiveness in the mobile advertising acceptance process. Mobile marketing agencies and advertisers have also to pay a larger concern to privacy concerns when they launch a mobile advertising campaign. Key-words : Mobile advertising Advertising effectiveness Privacy concerns Intrusiveness - SEM 1

5 Introduction Les téléphones mobiles de type smartphones deviennent omniprésents dans le quotidien des Français (source : ARCEP 1 ). Enffet, plus de 9 français sur 10 possèdent aujourd hui un téléphone mobile (94,6%) et parmi eux, 41,6% ont la possibilité d accéder à l Internet mobile. Véritable «couteau suisse» du téléphone en mobilité, le smartphone permet de très multiples usages dont la consultation de mails ou encore l accès aux réseaux socio-numériques. Annonceurs et agences de communication spécialisées ou non en marketing mobile ont bien compris l opportunité offerte par ces technologies d information et de communication et ont développé depuis plusieurs années des formats de publicité mobile dont l une des formes les plus simples consistent en l envoi d un SMS. Grâce à des innovations technologiques dans ce domaine, les consommateurs sont aujourd hui susceptibles de recevoir des publicités sur supports mobiles diversifiées et surtout contextualisées : les possibilités offertes par la géolocalisation trouvent ici un terrain d expression très favorable. Mais si les premiers retours d efficacité de campagnes de marketing mobile par mesure de taux de clic (CTR) semblent plutôt encourageants, certains travaux ou études mettent en évidence une moindre efficacité de la publicité mobile sur des variables dites «intermédiaires» d efficacité publicitaire comme peuvent l être l agrément de l annonce ou certaines croyances relatives à la publicité mobile en général. La publicité mobile contextualisée pose notamment de manière accrue la question de la problématique de respect de la vie privée pour les consommateurs/clients. Ce papier a pour objectif de proposer une modélisation de l acceptation de la publicité mobile tenant compte de variables propres à l individu et reflétant leur perception quant au respect de leur vie privée via ce type de média. Après une synthèse de la littérature existante sur l acceptation de la publicité mobile, nous présenterons les résultats obtenus grâce à l interrogation via questionnaire de 324 individus. Les limites de cette première contribution relative à l intégration de problématiques de vie privée au sein de travaux sur l efficacité de la publicité mobile nous conduiront à proposer des voies de recherche à privilégier associées à diverses implications managériales. Revue de la littérature : par quels processus la publicité mobile est-elle acceptée par son destinataire? Depuis une dizaine d années sur le continent nord-américain et plus récemment en France, l émergence des technologies mobiles et leur utilisation croissante au sein de stratégies et tactiques marketing ont suscité un intérêt croissant de la part des chercheurs et des praticiens autour des conditions d efficacité du marketing dit «mobile». Défini par l AFMM 2 comme «l utilisation du téléphone mobile comme moyen d apporter un message commercial aux consommateurs», le marketing mobile dépasse aujourd hui la seule utilisation du terminal de téléphonie mobile pour intégrer d autres «device» comme par exemple les tablettes numériques. Quel que soit le vecteur de communication, une analyse minutieuse de différentes définitions du marketing au travers du canal mobile fait apparaître une absence de consensus. Certains voient le marketing mobile comme «la distribution de n importe quelle forme de message ou de promotion qui apporte de la valeur au consommateur tout en améliorant le bénéfice pour l entreprise» (Kalakota et Robinson 2002), d autres voient en le marketing mobile «[ ] l utilisation du téléphone mobile comme moyen d apporter un message commercial aux consommateurs» (Bauer et al. 2005) ou encore le canal dédié au déploiement de messages publicitaires mobiles (Petty 2003 ; 1 Autorité de Régulation des Communications Electroniques des Postes. Données au Association Française du Multimédia Mobile 2

6 Tsang et al. 2004). Nous distinguerons ici au sein de notre approche ce qui relève de la publicité mobile de ce qui relève d autres variables d actions marketing via support mobile (le «m-couponing» notamment) et nous retiendrons donc la définition de Li (2004) qui considère que Mobile advertising refers to any communication about products, services and ideas that involves the use of mobile devices for promotional purposes». Cette définition possède entre autres mérites celui d intégrer d autres devices que le seul terminal de téléphonie. Bien que divergents quant aux contextes d usages, les différents device mobiles ont en point commun cette capacité de s adresser aux consommateurs/clients où qu ils se trouvent et de manière personnalisée. Afin de comprendre la manière dont la publicité mobile agit sur le consommateur, il convient dans un premier temps de revenir sur les travaux menés en communication persuasive depuis plus d un demi-siècle et qui ont eu pour objectif de mettre à jour les mécanismes d impact de la publicité sur le récepteur. Synthèse des contributions théoriques en matière d efficacité publicitaire Une approche cognitive a longtemps été offerte par les chercheurs en communication persuasive comme la seule explication possible aux mécanismes de formation du comportement sous influence publicitaire. Les recherches ont en effet dans un premier temps postulé que l action était initiée par un processus de traitement de l information actif, suivi par l évaluation de cette information, la formation d une attitude pour conduire à celles de l intention et de l action. Cette conception s est appuyée sur la théorie de l action raisonnée de Fishbein et Ajzen où l ordre séquentiel est envisagé comme unique selon la séquence : cognitif/affectif/conatif. Des modèles d effets de la communication dit «hiérarchiques» (Lavidge et Steiner 1961 ; McGuire 1978) ont ainsi vu le jour, sous-tendus par les théories de l apprentissage qui permettent d expliquer le passage d une étape à une autre en cas d exposition publicitaire. Les modèles de réponse cognitive, structure cognitive puis un modèle combiné affirment alors la suprématie des réponses cognitives et des croyances au sein des processus de persuasion publicitaire (Greenwald 1968 ; Fishbein 1963 ; Lutz et Swazy 1977). L individu soumis à un message publicitaire forme donc un ensemble de jugements qu il considère comme vrais et relatifs notamment à la marque, objet de la communication. Les croyances sont alors considérées comme variables médiatrices des effets de la communication publicitaire. Les tentatives de validation de ces médiations 3 via réponses cognitives ou croyances n aboutissant pas à un véritable consensus (Olson, Toy et Dover 1982 ; Hastak et Olson 1989), les chercheurs à l instar de Krugman (1965) ou de Ray et al. (1973) ont postulé l existence de séquences hiérarchiques alternatives à un ordre séquentiel unique. Sans pour autant remettre en cause la réalité des médiateurs précédemment identifiés, il est à présent établi que la «démarche cognitiviste» (Bourgeon et Filser 1995) n offre qu une explication partielle aux mécanismes mentaux sous-jacents susceptibles d opérer en situation d exposition à une publicité. De ce constat ont découlé 3 avancées majeures qui structurent nos connaissances dans le champ de la compréhension de l efficacité publicitaire : en premier lieu, en addition à un mécanisme cognitif s appuyant donc sur un traitement intensif des informations contenues dans une annonce publicitaire et portant sur le produit, des travaux ont pu mettre en évidence le rôle central de l annonce en tant que telle comme médiatrice de l efficacité publicitaire (Petty et Cacioppo 1981 ; Lutz 1985). Des indicateurs périphériques jalonnant une route de persuasion du même nom constituent autant d éléments par lesquels la persuasion est susceptible d opérer (scénario, musique de la publicité, etc.). Un mécanisme de persuasion notamment par transfert affectif de l annonce à la marque est ainsi mis au jour ainsi que trois médiateurs validés : A ad (Attitude envers l annonce 4 ), A b (attitude envers la marque) et I b (intention d achat) (Brown et 3 Olson, Toy et Dover (1982) valident une médiation modeste des réponses cognitives sur les croyances alors que Hastak et Olson (1989) obtiennent de fortes relations causales entre ces variables. 4 Ou agrément publicitaire. 3

7 Stayman 1992). Dominante en situation de pré-test publicitaire, l hypothèse de médiation duale de Lutz (1985) s enrichit de contributions majeures posant le rôle fondamental des émotions et des Réactions Affectives Déclenchées par l Annonce (RADA) (Holbrook et Batra 1987 ; Derbaix 1995). En complément, d autres travaux viennent enrichir la compréhension de l efficacité publicitaire en identifiant et mesurant les influences respectives de variables dites «modératrices» des mécanismes d impact, variables se situant la plupart du temps en amont du processus persuasif et permettant de «dessiner» des «routes» différentes de persuasion possibles en renforçant versus inhibant les rôles respectifs des médiateurs au sein du processus de persuasion publicitaire. C est sous l influence de ces variables dites modératrices que les caractères prédictifs de l attitude et de l intention seront renforcés (versus inhibés). Les recherches menées dans le domaine de l efficacité publicitaire ont longtemps privilégié les médias historiques que sont la télévision, l affichage, la presse, la radio ou encore le cinéma. Avec l arrivée de la publicité sur Internet et celle sur terminaux mobiles (utilisés ou non en situation de mobilité), la compréhension des mécanismes d impact devient plus difficile. En effet, la publicité via médias numériques diffère de celle que l on trouve sur médias traditionnels à plusieurs titres : contexte d exposition, implication de la source, mode de réception et/ou réponse à la publicité (mode exclusif «push» versus combinaison «push»/ «pull»), etc. C est dans le champ de recherches portant sur l acceptation des innovations technologiques que se sont structurés les premiers travaux visant à comprendre le processus d acceptation de la publicité mobile. Acceptation de la publicité mobile : synthèse des travaux antérieurs Bien qu il s agisse ici de comprendre les processus d impact d une publicité, c est en premier lieu sous l angle de l acceptation des technologies de l information que les chercheurs ont modélisé l acceptation de la publicité mobile. Le cadre théorique fédérateur est en effet principalement issu des travaux sur l acceptation des nouvelles technologies et précisément le modèle TAM (Technology Acceptance Model) de Davis (1986). Modèle dérivé de la théorie de l action raisonnée (Fishbein et Ajzen 1975), le TAM a notamment été utilisé pour prédire des intentions d achat dans des contextes hors magasins physiques comme Internet ou mobile (Hoffman et Novak 1996 ; Yang 2005). D un point de vue plus général, le TAM précise les déterminants de l acceptation de comportements à l égard de technologies. La variable endogène de ce modèle (l intention de comportement/d usage) serait déterminée par l attitude par rapport à l usage découlant elle-même de 2 caractéristiques liées à l usage : son utilité perçue et sa facilité d utilisation. L utilité perçue fait référence à la croyance selon laquelle un individu pense que le système peut améliorer sa performance individuelle et la facilité d utilisation perçue se réfère à la croyance de l individu que le système sera accessible sans effort. Ce modèle TAM a été validé empiriquement dans de nombreuses situations d adoption de la technologie (Gefen et Straub 1997 ; Gefen et al ; Pavlou 2003 ; Venkatesh et Davis 2000 ; Venkatesh et al ; Hoffman, Roehrich et Mathieu 2006). Selon cette perspective, le marketing mobile a donc été considéré comme une innovation d usage. Comme le soulignent Bauer et al. (2005), pour bien appréhender l acceptation du marketing mobile, il est nécessaire d examiner les décisions d adoption et d usage comme des processus combinés. La raison du recours au TAM pour modéliser l acceptation de la publicité mobile provient donc de l explication fournie par Bauer (2005) qui considère que la publicité mobile représente un cas particulier d application du TAM. Selon l auteur, «la communication d un contenu via un média mobile ne peut être efficace qu à condition que les consommateurs permettent la réception régulière de messages publicitaires sur leur téléphone mobile». Au sein de cette modélisation, attitude et intention d usage constituent deux variables centrales du modèle qui intègre des antécédents progressivement identifiés et validés empiriquement. De conception initialement fortement 4

8 cognitive, les modèles d acceptation de la publicité mobile ont à l instar des modélisations de l efficacité de la publicité via média fixes intégrés des déterminants d ordre plus affectif, reflétant notamment l expérience vécue par l utilisateur comme déterminante dans le processus d acceptation de la publicité mobile (Hoffman et Novak, 1996 ; Holbrook et Hirschman, 1982 ; Pihlström et G.J. Brush, 2008). Deux grandes catégories de déterminants sont à présent identifiées : des caractéristiques de l innovation elle-même. Par exemple, de nombreux travaux mettent en évidence le rôle déterminant de l utilité perçue comme prérequis au processus d acceptation de la publicité mobile arguant du fait que les consommateurs n accepteront la publicité mobile que s ils en perçoivent un bénéfice (Gefen et Straub 2000 ; Kavassalis et al. 2003). Le risque perçu (Bauer, 1976 in Bauer et al., 2005), le contrôle perçu ainsi que la facilité d utilisation (Venkatesh 2000) ont également été validés en tant qu antécédents liés à l innovation elle-même. D autres facteurs comme le sacrifice perçu de réception de la publicité mobile (Merisavo et al. 2007), la confiance dans la législation sur le respect de la vie privée ou encore d autres variables comme la tendance à l innovation (Roehrich 2004) constituent quant à eux des antécédents propres à l individu. Le construit de caractère intrusif perçu Peu de recherches existent actuellement dans le domaine de la publicité mobile qui définiraient clairement les déterminants, composants et conséquences du caractère intrusif perçu d une publicité (Gauzente, 2006 ; Gauzente et al., 2008 ; Hérault, 2010). A l heure où les consommateurs en général (Roux, 2006) et les personnes exposées à des publicités développent des comportements de résistance importants, étudier les conditions précises d occurrence de ces comportements dans un contexte de persuasion publicitaire qui selon certains donnent lieu d une part, à la formation d attitudes négatives (aspect évaluatif) et/ou créées avec peu de force (dimensions non évaluatives) et d autre part, à des comportements plus marqués d évitement (Elliott et Speck 1997) devient un impératif majeur. Ce dernier type de conséquences semblerait plutôt lié à l encombrement publicitaire, lui-même fonction de la quantité de publicité présente dans un média. Pour ce qui concerne le caractère intrusif, des chercheurs arguent de l importance du contrôle perçu de l individu et de manière associée du degré possible d interaction de l audience avec le média comme antécédent potentiel du caractère intrusif perçu de la publicité (Stewart et Pavlou 2002). Ainsi, moins l individu pourrait être amené à interagir avec la publicité reçue sur mobile, plus le caractère intrusif perçu pourrait être fort donnant ainsi lieu à des comportements de résistance à la communication. C est ainsi que Mac Innis et Jaworski (1989) envisageaient de dépasser les freins liés au caractère intrusif pour aller vers une prise de rôle de l individu, prise de rôle qui sous-entend un traitement de la publicité plus expérientiel qu analytique. Dans le contexte d un essai de définition de l intrusion publicitaire sur Internet, Perraud (2011) définit l intrusion publicitaire comme une «orientation négative d un individu causée par le non-respect de ce qu il considère comme son propre espace» (Hall, 1971). Les conséquences attendues d une perception du caractère intrusif sont des réactions et opinions défavorables envers l annonce et/ou l annonceur. Les construits liés à la vie privée Comme mentionné plus haut, le contrôle perçu joue un rôle important au sein du processus d acceptation de la publicité mobile comme validé par quelques travaux (Barnes et Scornavacca, 2004 ; Merisavo et al., 2007). Les consommateurs sont en effet sensibles au type d informations collectées qui les concernent, le contrôle de l utilisation de ces données, et la perception de ce que les entreprises connaissent d eux (Phelps, Nowak et Ferrell, 2000). Le contrôle comportemental peut concerner le contenu ou encore la fréquence d envoi de messages publicitaires. Cette variable a aussi été opérationnalisée de manière plus générale comme la possibilité que peut avoir l individu d accepter ou non des 5

9 messages publicitaires (consentement préalable 5 ou «opt-in» existant en France et d actualité aux Etats-Unis). Compte tenu du caractère très personnel associé au téléphone mobile, intégrer également des questionnements relatifs au respect de la vie privée semble incontournable au sein de modélisations visant à expliquer l acceptation de la publicité mobile. Cadre conceptuel et hypothèses de recherche L objectif de ce papier est de tester un modèle restreint d acceptation de la publicité mobile s appuyant sur une version simplifiée du modèle TAM et intégrant 3 construits endogènes majeurs que sont : l attitude envers la publicité mobile, le médiateur postulé de caractère intrusif perçu et 2 déterminants potentiels de ce processus d impact liés d une part, au contrôle comportemental perçu par l individu lorsqu il est susceptible de recevoir une publicité mobile et d autre part, à sa perception quant au respect de sa vie privée. En tant qu élément d ordre cognitif d une publicité mobile et en suivant les conceptions de formation de l attitude de Fishhbein et Ajzen (1963), une première hypothèse incontournable consiste à stipuler que plus un individu perçoit une publicité mobile comme intrusive, plus son évaluation globale à l égard de la publicité mobile sera défavorable (H1). H1 : Le caractère intrusif perçu de la publicité mobile exerce une influence négative sur l attitude envers la publicité mobile. Nous postulons en outre que la perte de contrôle comportemental perçu et la perception de non-respect de la vie privée engendrées par la réception de messages publicitaires sur mobile viennent renforcer le caractère intrusif perçu de ce format publicitaire spécifique (H2 et H3). H2 : Le sentiment de perte de contrôle comportemental perçu exerce une influence positive sur le caractère intrusif perçu. H3 : Le sentiment de perception de non-respect de vie privée exerce une influence positive sur le caractère intrusif perçu. Méthodologie de la recherche Opérationalisation des construits Les différents construits mobilisés dans cette recherche ont été repris d échelles existantes. Par souci de simplification, un seul item a été retenu pour mesurer le caractère intrusif perçu de la publicité mobile 6. Il en a été de même pour l attitude par rapport à la publicité mobile 7. Tableau 1 : Opérationalisation des construits Construits Origine de l échelle Libellés des items Contrôle comportemental perçu Adapté de Barnes et Scornavacca (2004) et Merisavo et al. (2007) Je m attends uniquement à recevoir sur mon mobile de la publicité pour laquelle j ai donné ma permission Il est important pour moi de contrôler 5 Ce consentement est défini par la Loi «Informatique et Libertés» comme «la manifestation de volonté, libre, spécifique et informée par laquelle la personne concernée accepte que les données personnelles le concernant fassent l objet d un traitement». 6 L item a été libellé de la manière suivante : «la publicité mobile, c est intrusif» 7 L item a été libellé de la manière suivante : «En général, j aime recevoir de la publicité sur mon téléphone mobile». 6

10 Contrôle par rapport à la vie privée Adapté de Barnes et Scornavacca (2004) et Merisavo et al. (2007) l autorisation de recevoir de la publicité sur mon mobile Il est important pour moi de refuser de recevoir de la publicité sur mon mobile Le plus gros problème en matière de publicité sur mobile est la perte de contrôle Le plus gros problème en matière de publicité sur mobile est le non-respect de ma vie privée Le plus gros problème lorsque je reçois un message commercial sur mon mobile c est qu il n y a plus de distinction entre le domicile, le travail et les loisirs. Protocole de recueil des données L administration du questionnaire a été réalisée en ligne 8 via un échantillon de convenance. 324 questionnaires complets ont pu être récoltés. Notre échantillon final se compose au 2/3 de femmes (Hommes : 36,7% ; Femmes : 63,3%) et se trouve majoritairement représenté par des individus de moins de 49 ans 9. Résultats : liés aux construits et au modèle général Les construits de contrôle comportemental perçu et de contrôle par rapport à la vie privée ne comportent qu une dimension (résultats conformes aux travaux antérieurs et présentés au sein du tableau 2). Tableau 2 : Résultats relatifs aux structures factorielles, fiabilité et validité convergente des concepts Construits Libellés des items Poids factoriel (communalité) Contrôle comportemental perçu (α=0,65) Contrôle par rapport à la vie privée (α=0,7) Je m attends uniquement à recevoir sur mon mobile de la publicité pour laquelle j ai donné ma permission Il est important pour moi de contrôler l autorisation de recevoir de la publicité sur mon mobile Il est important pour moi de refuser de recevoir de la publicité sur mon mobile Le plus gros problème en matière de publicité sur mobile est la perte de contrôle Le plus gros problème en matière de publicité sur mobile est le non-respect de ma vie privée Le plus gros problème lorsque je reçois un message commercial sur mon mobile c est qu il n y a plus de distinction entre le domicile, le travail et les loisirs. 0,530 (0,48) 0,866 (0,749) 0,888 (0,788) 0,712 (0,507) 0,802 (0,642) 0,744 (0,415) Nous pouvons en outre noter d excellents résultats concernant la validation générale de notre modèle (via notamment les valeurs obtenues pour les indicateurs GFI et AGFI de 1 chacun, un RMSEA à 0 avec une probabilité associée de 0,7). 8 A l aide du logiciel Sphinx on Line. 9 28,4% des individus de notre échantillon ont entre 15 et 24 ans ; 35,2% entre 25 et 34 ans et 29,3% entre 35 et 49 ans. 7

11 Figure 3 : Résultats relatifs au test du modèle Contrôle comportemental perçu 0,7 (t = 3,9) ns 0,4 (t = 5,3) Caractère intrusif perçu -0,3 (t = - 5,4) Attitude par rapport à la publicité mobile Contrôle par rapport au respect vie privée Il est en outre intéressant de mentionner deux indicateurs de tendance centrale (moyenne et médiane) pour chacune des variables mesurées qui, sans possibilité d extrapolation par manque de validité externe donnent néanmoins une certaine indication de l intensité des évaluations au sein de cet échantillon. Tableau 3 : Indicateurs de tendance centrale Je m attends uniquement à recevoir sur mon mobile de la publicité pour laquelle j ai donné ma permission Il est important pour moi de contrôler l autorisation de recevoir de la publicité sur mon mobile Il est important pour moi de pouvoir refuser de recevoir de la publicité sur mon mobile Le plus gros problème en matière de publicité sur mobile est la perte de contrôle Le plus gros problème en matière de publicité sur mobile est le non-respect de ma vie privée Le plus gros problème lorsque je reçois un message commercial sur mon mobile c est qu il n y a plus de distinction entre le domicile, le travail et les loisirs. Moyenne 3,81 4,53 4,56 3,33 3,74 3,47 Médiane 4 La publicité mobile, c est intrusif 3,92 4 En général, j aime recevoir de la publicité sur mon téléphone 1,27 1 mobile *Les construits ont été mesurés au moyen d échelles de Likert nuançant l opinion en 5 points : 1 correspondant à «pas du tout d accord» ; 5 à «tout à fait d accord» Discussion et implications managériales 8

12 La non validation de l hypothèse H2 peut provenir du fait que les mobinautes interrogés ont à présent bien intégré le fonctionnement de la publicité mobile en France en mode «opt-in» (avec demande de consentement préalable), la forte covariance et de surcroit significative sur le plan statistique (t=3,9) obtenue entre cette variable et celle de contrôle par rapport au respect de la vie privée pouvant quant à elle s expliquer par le fait que cette procédure d opt-in est perçue comme contribuant au respect de leur vie privée. Les hypothèses H1 et H3 sont en revanche validées. Concernant l hypothèse H1, il est établi que plus l individu perçoit la publicité mobile comme intrusive, plus il développe dans un premier temps des perceptions négatives à son encontre. Fidèle aux conceptualisations de Fishbein et Ajzen, le caractère intrusif constituerait ici une croyance entrant dans la formation de l attitude envers la publicité mobile et ce, en tant qu antécédent de nature purement cognitive. L hypothèse H3 apporte un éclairage novateur au sein de la modélisation de l efficacité de la publicité mobile en posant le rôle crucial que constitue la problématique du respect de la vie privée. En tant que média ultra personnel par définition, le mobile nécessite une attention accrue de la part des annonceurs et/ou agences. Les terminaux de type smartphones accompagnent certes les individus en tous lieux et tous moments de la journée mais ces formidables caractéristiques de ciblage ont pour corollaire d atteindre les mobinautes à des moments et/ou occasions non souhaitées. La relation statistiquement très significative entre la variable «contrôle par rapport au respect de la vie privée» et le «caractère intrusif perçu» (t=5,3) témoignent de l importance de ce déterminant au sein du processus d acceptation de la publicité mobile. Limites, voies de recherche et conclusion La première limite concerne la validité externe de cette recherche puisque les résultats obtenus au sein d un échantillon de convenance ne permettent pas de généralisation à la population totale des possesseurs de smartphones en France. Une voie de recherche possible consisterait à mesurer ces perceptions sur un panel représentatif de cette population spécifique. La deuxième limite de ce travail concerne les formats publicitaires mobiles. S il est en effet établi que la publicité mobile dans son ensemble peut être perçue par les individus comme intrusive au sein même de leur vie privée, l on peut émettre l hypothèse que puissent exister des niveaux d intrusion variables selon les formats publicitaires mobiles : d un point de vue purement intuitif, des scenari mélant format publicitaire mobile, intérêt pour la catégorie de produit et contexte de réception de la publicité mobile pourraient donner lieu à des différences en matière de perception et de réponse comportementale associée (évitement, résistance, suppression, clic, archivage pour consultation ultérieure, etc.). L acceptation d une innovation comme peut être celle de la publicité mobile n est qu une étape au sein du processus d adoption. Encore faut-il qu après une première acceptation, les individus aient l intention de continuer l usage de cette technologie. Dans le domaine de la publicité mobile en particulier, à ignorer cette séquence fondamentale, les agences de marketing et communication mobile prendraient ainsi le risque de voir se détourner les mobinautes non seulement de la marque communiquante mais également de la publicité mobile dans son ensemble. Force est de constater qu avec des scores moyens et médians de respectivement 1,27 et 1 (mesurée au moyen d une échelle de Likert en 5 points), l opinion à l égard de la publicité mobile n est actuellement pas très favorable. Chercheurs et praticiens ont donc tout intérêt à travailler sur la minimisation des croyances et attitudes négatives fortes associées à ce formidable nouveau média au risque de voir se 9

13 développer de la part de mobinautes résistants des stratégies d évitement voire de rejet de cette forme de communication numérique. Références bibliographiques : Barnes, S.J. et Scornavacca, E. (2004), Mobile marketing : the role of permission and acceptance. International Journal of Mobile Communications, 22(2), pp Bauer, H.H. et al. (2005), Driving consumer acceptance of mobile marketing : a theoretical framework and empirical study, Journal of Electronic Commerce Research, VOL. 6, NO.3, 2005 Bourgeon D. et M. Filser (1995), Les apports du modèle expérientiel à l'analyse du comportement dans le domaine culturel : une exploration conceptuelle et méthodologique, Recherches et Applications en Marketing, numéro spécial "Marketing culturel", 10, 4, Brown, S. P., et Stayman, D. M. (1992). Antecedents and consequences of attitude toward the ad: A meta analysis, Journal of Consumer Research, 19, pp Davis, F. (1986), Perceived Usefulness, Perceived Ease of Use, and User Acceptance of Information Technology, MIS Quarterly, vol.13, n 3, pp Derbaix, C. (1995), L impact des réactions affectives induites par les messages publicitaires : une analyse tenant compte de l implication, Recherche et Applications en Marketing, 10, 2, pp Elliott, M.T. et P.S. Speck (1997), Predictors of advertising Avoidance in print and broadcast media, Journal of Advertising, Vol 26, N 3, pp Fishbein, M (1963), An investigation of the relationships between beliefs about an object and the attitude toward that object, Human Relations, 16, Fishbein, M et I. Ajzen (1975), Beliefs, attitude, intention and behavior : an introduction to theory and research, Reading, MA: Addison-Wesley. Gauzente, C. (2006), Le mobile marketing : étude exploratoire qualitative et quantitative des perceptions des consommateurs, Actes du 7 ème Congrès des Tendances du Marketing, Venice, 17th-19th January Gauzente, C. et al., (2008), SMS-Marketing : A Study of Consumer Saturation Using an Extended TAM Approach, International Journal of Electronic Business, vol.6, 3, Gefen, D. et D.W. Straub (1997), Gender differences in the perception and use od An extension to the technology acceptance model. MIS Quaterly, 21, Gefen, D., E. Karahanna et D. Straub (2003), Trust and TAM in online shopping : An integrated model. MIS Quaterly, 27, Greenwald, A.G. (1968), Cognitive learning, cognitive response to persuasion and attitude change, in A.G. Greenwald, T.C. Brock et T.M. Ostrom (Eds.), Psychological Foundations of Attitudes. New Yor: Academic Press. Hall E.T. (1971), La dimension cachée, Seuil, Paris. 10

14 Hastak, M. et J.C. Olson (1989), Assessing the role of brand related cognitive responses as mediators of communication effects on cognitive structure, Journal of Consumer Research, 15, Hérault, S. (2010), Mesure de l efficacité de la publicité mobile : un essai de modélisation integrant le caractère intrusive et l utilité perçue de la publicité mobile, Colloque e-marketing AFM, septembre 2010, Paris. Hoffman, D.L. et Novak, T.P. (1996), Marketing in hypermedia computer-mediated environments : conceptual foundations, Journal of Marketing, Vol. 60 (July), pp Hoffman J., G. Roehrich et J.P. Mathieu (2006) «Le rôle médiateur de l intention d usage dans la relation entre l anticipation des usages et l intention d achat d un nouveau produit», Congrès International des Tendances Marketing - 20 & 21 janvier 2006, Venise. Holbrook, M.B et Batra, R. (1987), Assessing the role of emotions as mediators of consumer responses to advertising, Journal of Consumer Research, 14, pp Kalakota, R. et M. Robinson (2002), M-Business: The Race to Mobility, McGraw-Hill. Kavassalis, P. Et al. (2003), Mobile permission marketing : framing the market inquiry, International Journal of Electronic Commerce, vol.8, n 1, Krugman (1965), The impact of television advertising, learning without involvement, Public Opinion Quaterly 29 (3), Lavidge, R.J et G.A. Steiner (1961), A model for predictive measurements of advertising effectiveness, Journal of Marketing, 25(4), Li, H. (2004). Responses to mobile advertising: a diary study of mobile phone users. Paper presented at the American Academy of Advertising. Lutz, R.J. (1985), Affective and cognitive antecedents of attitude toward the Ad : a conceptual framework, Psychological processes and advertising effets : theory, research and application. Lawrence Erlbaum. Lutz, R.J et J.L. Swazy (1977), Integrating cognitive structure and cognitive response approaches to monitoring communication effects, Advances in Consumer Research, 4, MacInnis, D.J. et Jaworski, B.J. (1989), Information processing of advertisements : toward an integrative framework, Journal of Marketing, 53 (October), pp McGuire, W.J. (1978) An information-processing model of advertising effectiveness. In H.L. David & A.J. Silk (eds) Behavioral and Management Science in Marketing. New York: Ronald. Merisavo, M. et al. (2007), The Effectiveness of Targeted Mobile Advertising in Selling Mobile Services : An Empirical Study, International Journal of Mobile Communications, 4 (2), Olson, J.C, D.R Toy et P.A. Dover (1982), Do cognitive responses mediate the effects of advertising content on cognitive structure, Journal of Consumer Research, 9,

15 Perraud, L. (2011), Etude exploratoire de l intrusion perçue envers les formats de publicité sur Internet : à la recherché d une classification, Colloque numérique Essec, 18 mai 2011, Paris. Petty, R. D. (2003), Wireless advertising messaging: Legal analysis and public policy issues. Journal of Public Policy & Marketing. Spring 2003, Vol. 22, No. 1, pp Petty, R. E. et T.J. Cacioppo (1981). Attitudes and persuasion: Classic and contemporary approaches. Dubuque, IA: Brown. Phelps, J., Nowak, G. et E. Ferrell (2000), Privacy concerns and consumer willingness to provide personal information, Journal of Public Policy and Marketing, 19 (Spring), Ray et al. (1973), Marketing Communication and The Hierarchy of Effects, New models for mass communication. Sage. Roehrich G. (2004), Consumer Innovativeness: Concepts and Measurements, Journal of Business Research, 57, Roux, D. (2006), La résistance du consommateur : conceptualisations, échelles d observation et proposition d un cadre d analyse, Cahier de recherche, IRG. Stewart, D. W. et P.A. Pavlou (2002), Substitution and Complementarity: Measuring the Effectiveness of Interactive Marketing Communications, Journal of the Academy of Marketing Science, (30:4), pp Tsang, M.M., S.C. Ho et T-P. Liang (2004), Consumer Attitudes toward Mobile Advertising: An Empirical Study, International Journal of Electronic Commerce, 8 (3), Venkatesh, V. (2000), Determinants of perceived ease of use integrating control, intrinsic motivation, and emotion into the technology acceptance model. Information Systems Research, 11, Venkatesh, V. et F.D. Davis (2000), A theoretical extension of the technology acceptance model : four longitudinal field studies, Management Sciences, Vol. 46, N 2, February 2000, pp Venkatesh, V et al. (2003), User Acceptance of Information Technology : Toward a Unified View, MIS Quarterly, vol. 27, n 3, pp Yang, K.C. (2005), Exploring factors affecting the adoption of mobile commerce in Singapore, Telematics and Informatics, vol. 22, no. 3, pp ,

Mesure de l efficacité de la publicité mobile : un essai de modélisation intégrant le caractère intrusif et l utilité perçue de la publicité mobile

Mesure de l efficacité de la publicité mobile : un essai de modélisation intégrant le caractère intrusif et l utilité perçue de la publicité mobile 1 Mesure de l efficacité de la publicité mobile : un essai de modélisation intégrant le caractère intrusif et l utilité perçue de la publicité mobile Stéphanie HERAULT Maître de Conférences Université

Plus en détail

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin 1 ENQUETE ENTREPRISES ET TIC 2008 : TIC ET INNOVATION : LE CAS DES PME BRETONNES Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin Ces dix dernières années, la majorité des entreprises a massivement investi

Plus en détail

Mémoire de Master 2010-2011

Mémoire de Master 2010-2011 Mémoire de Master 2010-2011 Comment les réseaux sociaux ont-ils changé la relation du consommateur à la marque par le développement de nouveaux médias interactifs? Amaury LAPARRA 1106039 - Promotion 2006-2011

Plus en détail

L influence des contextes éditoriaux et des marques médias sur la perception et la prescription de la publicité B to B

L influence des contextes éditoriaux et des marques médias sur la perception et la prescription de la publicité B to B L influence des contextes éditoriaux et des marques médias sur la perception et la prescription de la publicité B to B OBJECTIFS ET MÉTHODOLOGIE 2 Objectifs et méthodologie : les objectifs Objectifs :

Plus en détail

Introduction. Marketing des services? De quoi parle-t-on? copyright 1

Introduction. Marketing des services? De quoi parle-t-on? copyright 1 Introduction Marketing des services? De quoi parle-t-on? copyright 1 Marketing des services de l information Vos attentes Redéfinir clairement à qui vous vous adressez Mieux connaître les attentes de votre

Plus en détail

Responsabilité Sociale de l Entreprise et Publicité

Responsabilité Sociale de l Entreprise et Publicité Responsabilité Sociale de l Entreprise et Publicité Stéphanie HERAULT 1 Résumé Les préoccupations des consommateurs à l égard des pratiques éthiques des entreprises conduisent ces dernières à intégrer

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Pour en finir avec les idées fausses sur l acceptabilité

Pour en finir avec les idées fausses sur l acceptabilité Direction territoriale Ouest Pour en finir avec les idées fausses sur l acceptabilité Stéphanie Bordel (Cerema/ DTerOuest) & Alain Somat (Université de Rennes 2/ CRPCC) L évaluation des politiques publiques

Plus en détail

PRENOM : HALA. Nom, Prénom et grade du directeur de thèse TOURNOIS Nadine, Professeur en Sciences de Gestion, Université de Nice

PRENOM : HALA. Nom, Prénom et grade du directeur de thèse TOURNOIS Nadine, Professeur en Sciences de Gestion, Université de Nice Nice, le 16 juin 2014 NOM : JA BARY E-MAIL PRENOM : HALA HALAJABARY@YAHOO.COM Nom, Prénom et grade du directeur de thèse TOURNOIS Nadine, Professeur en Sciences de Gestion, Université de Nice Page 1 :

Plus en détail

Noa Aharony, Ph.D. Department of Information Science Bar-Ilan University Ramat Gan, Israel E-mail: Noa.Aharony[at]biu.ac.il

Noa Aharony, Ph.D. Department of Information Science Bar-Ilan University Ramat Gan, Israel E-mail: Noa.Aharony[at]biu.ac.il http://conference.ifla.org/ifla78 Date submitted: 4 September 2012 L attitude des bibliothécaires envers les services mobiles Noa Aharony, Ph.D. Department of Information Science Bar-Ilan University Ramat

Plus en détail

PRÉSENTATION. L évaluation sensorielle par les consommateurs, un outil stratégique en innovation. Sophie Vincent, 22 janvier 2015

PRÉSENTATION. L évaluation sensorielle par les consommateurs, un outil stratégique en innovation. Sophie Vincent, 22 janvier 2015 PRÉSENTATION L évaluation sensorielle par les consommateurs, un outil stratégique en innovation Sophie Vincent, Spécialiste en recherche consommateurs et évaluation sensorielle 22 janvier 2015 CINTECH

Plus en détail

Synthèse. Quatre sujets ont été présentés au cours de l atelier «Méthodes d observation» :

Synthèse. Quatre sujets ont été présentés au cours de l atelier «Méthodes d observation» : Synthèse Quatre sujets ont été présentés au cours de l atelier «Méthodes d observation» : 1. Les études d acceptabilité : exemple du tableau blanc interactif (TBI) par Philippe WOLF. 2. Etwinning, une

Plus en détail

L évaluation de la performance de la communication media

L évaluation de la performance de la communication media L évaluation de la performance de la communication media Pascal ROOS Enseignant en BTS Management des Unités Commerciales Lycée Edmond Rostand, Saint Ouen l Aumône (95) «Je sais qu un dollar de publicité

Plus en détail

RELATIONS AGENTS-APPRENANTAPPRENANT. Processus: Modeling, renforcement, interaction sociale.. Agents: Parents, pairs, école, médias

RELATIONS AGENTS-APPRENANTAPPRENANT. Processus: Modeling, renforcement, interaction sociale.. Agents: Parents, pairs, école, médias Université de Lyon II Janvier 2014 Choix de la méthode de recherche: Aspects pratiques Marie J. Lachance Professeure titulaire Sciences de la consommation Université Laval, Québec Question et problématique

Plus en détail

Votre outil pour vous démarquer sur le terrain de l interactivité. www. Moteurs de recherche. Médias Sociaux. Web. Mobilité. Assurance automobile

Votre outil pour vous démarquer sur le terrain de l interactivité. www. Moteurs de recherche. Médias Sociaux. Web. Mobilité. Assurance automobile Votre outil pour vous démarquer sur le terrain de l interactivité. www Web Mobilité Médias Sociaux Moteurs de recherche Assurance automobile Votre nouveau terrain de concurrence: l interactivité On parle

Plus en détail

Difficultés et opportunités de TIC en Afrique centrale

Difficultés et opportunités de TIC en Afrique centrale Kigali 3rd EuroAfriCa-ICT Awareness Workshop Difficultés et opportunités de TIC en Afrique centrale «cas de la RD CONGO» Par Benjamin MURHESA CIBALONZA IT Manager / Radio Maendemeo Bukavu DR Congo 1 Introduction

Plus en détail

Le développement par fusionsacquisitions

Le développement par fusionsacquisitions Chapitre 1 Le développement par fusionsacquisitions Le développement par fusions-acquisitions s inscrit en général dans le champ de la croissance externe. Il est proposé de clarifier les différentes définitions

Plus en détail

La perception d un cadeau offert par une entreprise au consommateur

La perception d un cadeau offert par une entreprise au consommateur La perception d un cadeau offert par une entreprise au consommateur Regards croisés de l anthropologie et du marketing Jacqueline Winnepenninckx-Kieser 9 décembre 2008 Mise en perspective de la recherche

Plus en détail

Le guide du Branded Content

Le guide du Branded Content Le guide du Branded Content Avril 2015 Adresse : Performance Consumer Group 192 Avenue Charles De Gaulle 92200 Neuilly-sur-Seine Contact : Yann Lejas (Sales Executive) Email : yann.lejas@performance-cg.com

Plus en détail

Les émotions en persuasion publicitaire

Les émotions en persuasion publicitaire Les émotions en persuasion publicitaire Une approche neuroscientifique Mathieu Lajante Introduction En 2012, la parution du numéro spécial «Integrating neurophysiological and psychological approaches

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

Cours du Marketing approfondi

Cours du Marketing approfondi Cours du Marketing approfondi Le marketing direct Le marketing direct est un marketing interactif qui utilise un ou plusieurs médias en vue d obtenir une réponse et / ou une transaction. «Le marketing

Plus en détail

UE Marketing Opérationnel

UE Marketing Opérationnel UE Marketing Opérationnel La politique de communication Séance 4 Licence Les Variables d action du marketing mix MARKETING Mix Produit Qualité Caractéristiques Style Marque Conditionnement Garantie SAV

Plus en détail

Theme Sensorial marketing, from stores to Internet : retailers and sensorial marketing integration in multichannel distribution management.

Theme Sensorial marketing, from stores to Internet : retailers and sensorial marketing integration in multichannel distribution management. Les enseignes spécialisées et l intégration du marketing sensoriel dans l approche multicanale de leur distribution. Fanny NOYELLE Année Universitaire 2007 / 2008 ESUPCOM Lille Directeurs de mémoire :

Plus en détail

FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY

FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY I- Le processus de risk management selon ISO 27001(2005), NSIT : 8000 (2002) et Frosdick (1997) : Ce processus inclut

Plus en détail

L efficacité d un site Web selon les consommateurs : une question de qualité qui repose avant tout sur la facilité d utilisation

L efficacité d un site Web selon les consommateurs : une question de qualité qui repose avant tout sur la facilité d utilisation L efficacité d un site Web selon les consommateurs : une question de qualité qui repose avant tout sur la facilité d utilisation Par Serey-Bopha Sandrine Prom Tep Étudiante au Ph.D. Marketing, HEC Montréal

Plus en détail

Votre campagne digitale a manqué sa cible. Et maintenant?

Votre campagne digitale a manqué sa cible. Et maintenant? Votre campagne digitale a manqué sa cible. Et maintenant? Toucher le public désiré, voilà un pari ambitieux, en particulier dans un paysage médiatique mouvant. Comment améliorer vos performances digitales

Plus en détail

Projet Tempus. Présentation de la psychologie économique. 28-30 juin 2010

Projet Tempus. Présentation de la psychologie économique. 28-30 juin 2010 Projet Tempus Présentation de la psychologie économique 28-30 juin 2010 Introduction Qu est est-ce que la psychologie économique? Etude du comportement du consommateur recouvre l ensemble des décisions

Plus en détail

La musique au service du marketing

La musique au service du marketing Laurent DELASSUS La musique au service du marketing L impact de la musique dans la relation client, 2012 ISBN : 978-2-212-55263-8 Introduction La musique est-elle un langage? S il est évident qu elle est

Plus en détail

ballester~consulting Etude MD Expo 2007 L'utilisation du marketing direct multicanal État des lieux et tendances

ballester~consulting Etude MD Expo 2007 L'utilisation du marketing direct multicanal État des lieux et tendances ballester~consulting Etude MD Expo 2007 L'utilisation du marketing direct multicanal État des lieux et tendances Sommaire I. Méthodologie/ échantillon II. La place du marketing direct dans l entreprise

Plus en détail

Publicité comportementale. Etudes de marché à l international

Publicité comportementale. Etudes de marché à l international Publicité comportementale Etudes de marché à l international Emergence concept en 2007 Modification profonde de la stratégie des annonceurs E-publicité en plein essor et de mieux en mieux adaptée aux consommateurs

Plus en détail

LIVRE BLANC COMMUNICATIONS MARKETING ET CRM

LIVRE BLANC COMMUNICATIONS MARKETING ET CRM LIVRE BLANC COMMUNICATIONS MARKETING ET CRM LIVRE BLANC COMMUNICATIONS MARKETING ET CRM 2 À PROPOS De nos jours, il est essentiel pour les entreprises de définir une stratégie marketing précise et efficace.

Plus en détail

BTS Management des Unités Commerciales Spécialisation E-Business 120 crédits ECTS (60 crédits par année de formation)

BTS Management des Unités Commerciales Spécialisation E-Business 120 crédits ECTS (60 crédits par année de formation) BTS Management des Unités Commerciales Spécialisation E-Business 120 crédits ECTS (60 crédits par année de formation) Langue d enseignement : Français ALTERNANCE ou INITIAL Fonctions Le titulaire du BTS

Plus en détail

Objectifs d apprentissage

Objectifs d apprentissage Formation continue OIIQ 2010-2011 9 novembre 2010 Sylvie Gendron, Ph.D. Faculté des sciences infirmières Université de Montréal Objectifs d apprentissage Différencier les finalités de chacune de cinq approches

Plus en détail

Bien-être et performance au travail

Bien-être et performance au travail Bien-être et performance au travail Synthèse des résultats de l enquête «Parlons bienêtre au travail» en Suisse romande Cette enquête porte sur 723 employés de Suisse romande. Elle s est déroulée sous

Plus en détail

La Menace du Stéréotype

La Menace du Stéréotype La Menace du Stéréotype Fabrice GABARROT Bureau M6158 - Uni Mail Université de Genève 40, Bld du Pont d'arve CH-1205 Genève SUISSE Courriel : Fabrice.Gabarrot@pse.unige.ch Les stéréotypes sont, pour simplifier,

Plus en détail

Baromètre des Usages Multiécrans. Descriptif et conditions budgétaires

Baromètre des Usages Multiécrans. Descriptif et conditions budgétaires Baromètre des Usages Multiécrans Descriptif et conditions budgétaires Octobre 2014 Contexte A travers ces baromètres semestriels, iligo a l ambition d analyser la perception, les usages mais surtout l

Plus en détail

Dossier de Presse. 10 Octobre 2013

Dossier de Presse. 10 Octobre 2013 Dossier de Presse 10 Octobre 2013 Contacts : Anne-Sophie DUPIRE - Responsable Communication Lucie PORREAUX - Chargée des Relations Presse Tel : 0 328 328 000 - anne-sophie.dupire@sarbacane.com Tel : 0

Plus en détail

Habilitation à Diriger les Recherches

Habilitation à Diriger les Recherches FACULTE JEAN MONNET Habilitation à Diriger les Recherches présentée et soutenue publiquement le 28 juin 2011 Résumé des travaux de recherche Hajer Kéfi Jury : Professeur Ahmed Bounfour Université Paris-Sud

Plus en détail

ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE!

ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE! ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE! Le 5 mars 2014 A quelques jours de la Journée Internationale de la Femme, l Observatoire International de l Equilibre Hommes

Plus en détail

MOBILE MARKETING POURQUOI DEVEZ VOUS OFFRIR LE MOBILE A VOTRE SITE

MOBILE MARKETING POURQUOI DEVEZ VOUS OFFRIR LE MOBILE A VOTRE SITE MOBILE MARKETING POURQUOI DEVEZ VOUS OFFRIR LE MOBILE A VOTRE SITE Le simple fait de pouvoir consulter votre site Web sur un mobile ne signifie pas qu il est adapté aux mobiles. Les sites pour mobile doivent

Plus en détail

Achats en ligne. et conversion. Le marketing à la performance, du premier affichage au dernier clic. tradedoubler.com

Achats en ligne. et conversion. Le marketing à la performance, du premier affichage au dernier clic. tradedoubler.com Achats en ligne et conversion Le marketing à la performance, du premier affichage au dernier clic tradedoubler.com Lorsqu il s agit de choisir une marque ou un produit à acheter, les consommateurs européens

Plus en détail

Psychologie sociale du changement Cours 5. Semestre 2 L2 Psychologie C. TOMA

Psychologie sociale du changement Cours 5. Semestre 2 L2 Psychologie C. TOMA Psychologie sociale du changement Cours 5 Semestre 2 L2 Psychologie C. TOMA Partie 2: LA PERSUASION 1. INTRODUCTION GENERALE Rappel : l expérience de Gorn (1982) sur les stylos (bleu et beige) et la musique

Plus en détail

CONGRUONS ENSEMBLE. Isabelle LE ROY Jean Baptiste LEROUX Thomas DURET. Pôle Media - Publicité - Nouvelles Technologies Etude n 1201355 Juin 2013

CONGRUONS ENSEMBLE. Isabelle LE ROY Jean Baptiste LEROUX Thomas DURET. Pôle Media - Publicité - Nouvelles Technologies Etude n 1201355 Juin 2013 CONGRUONS ENSEMBLE Isabelle LE ROY Jean Baptiste LEROUX Thomas DURET Pôle Media - Publicité - Nouvelles Technologies Etude n 1201355 Juin 2013 Théorie 2 DÉFINITION 3 DÉFINITION The term "congruence" is

Plus en détail

Aurélie Merle Professeur associé, Grenoble École de Management Chercheur associé au CEROG et à Coactis (EA 41 61) aurelie.merle@iae-aix.

Aurélie Merle Professeur associé, Grenoble École de Management Chercheur associé au CEROG et à Coactis (EA 41 61) aurelie.merle@iae-aix. LA VALEUR PERCUE DE LA CUSTOMISATION DE MASSE : PROPOSITION ET TEST D UN MODELE CONCEPTUEL INTEGRATEUR Aurélie Merle Professeur associé, Grenoble École de Management Chercheur associé au CEROG et à Coactis

Plus en détail

TECHNIQUES D ENQUETE

TECHNIQUES D ENQUETE TECHNIQUES D ENQUETE Le Système d Information Marketing L étude de marché Les différentes sources d informations Méthodologie d enquête BENSGHIR AFAF ESTO 1 Plan d'apprentissage du cours " Méthodologie

Plus en détail

MEDIAPLANNING & HYBRIDATION APPLIQUE A L INTERNET

MEDIAPLANNING & HYBRIDATION APPLIQUE A L INTERNET MEDIAPLANNING & HYBRIDATION APPLIQUE A L INTERNET MOBILE Gaël Crochet 1 & Gilles Santini 2 1 Médiamétrie, 70 rue Rivay, 92532 Levallois-Perret, France, gcrochet@mediametrie.fr 2 Vintco SARL, 8 rue Jean

Plus en détail

Partie I Stratégies relationnelles et principes d organisation... 23

Partie I Stratégies relationnelles et principes d organisation... 23 Introduction......................................................................... 1 1. Définition........................................................................ 2 1.1 Le CRM comme processus

Plus en détail

Hadopi Département Recherche, Etudes et Veille (DREV)

Hadopi Département Recherche, Etudes et Veille (DREV) Hadopi Département Recherche, Etudes et Veille (DREV) Livre numérique et terminaux de lecture, quels usages? note d analyse Dans le cadre de la mission légale d observation des utilisations licites et

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE L ENVIRONNEMENT... 11 M. JANSSENS-UMFLAT

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE L ENVIRONNEMENT... 11 M. JANSSENS-UMFLAT TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS................................................................... 7 PRÉFACE............................................................................ 9 PREMIÈRE PARTIE

Plus en détail

IREPS Pays de la Loire POLE SARTHE. 84-100 rue du miroir 72100 Le Mans. Tel 02 43 78 25 06 fax 02 43 78 21 46. Email: ireps72@irepspdl.

IREPS Pays de la Loire POLE SARTHE. 84-100 rue du miroir 72100 Le Mans. Tel 02 43 78 25 06 fax 02 43 78 21 46. Email: ireps72@irepspdl. Renforcer les compétences psychosociales des enfants et adolescents. Repères pour démarrer un projet Pour tous renseignements concernant le programme MAGALI SEGRETAIN msegretain@irepspdl.org Pour les inscriptions

Plus en détail

,,ÉTUDES ET RECHERCHES SUR LA DISTRIBUTION, LA PROMOTION ET LA VALORISATION DES PRODUITS DE BOULANGERIE DANS LE MUNICIPE DE CONSTANŢA

,,ÉTUDES ET RECHERCHES SUR LA DISTRIBUTION, LA PROMOTION ET LA VALORISATION DES PRODUITS DE BOULANGERIE DANS LE MUNICIPE DE CONSTANŢA RESUMÉ Mots clés : marketing, produits alimentaires, stratégies La thèse de doctorat intitulée,,études ET RECHERCHES SUR LA DISTRIBUTION, LA PROMOTION ET LA VALORISATION DES PRODUITS DE BOULANGERIE DANS

Plus en détail

Les approches d enseignement supporté dans l ingénierie

Les approches d enseignement supporté dans l ingénierie Les approches d enseignement supporté dans l ingénierie Jan Bujnak Université de Zilina Slovaquie La parole dite et le texte écrit sur papier étaient la base ainsi que le seul moyen de transférer les informations

Plus en détail

Intelligence Inventive

Intelligence Inventive Outils Communs de Diffusion de l'intelligence Economique Intelligence Inventive Evaluez la capacité d innovation de votre entreprise L intelligence inventive L intelligence inventive est la contribution

Plus en détail

CONGRES PARIS-VENISE 2004

CONGRES PARIS-VENISE 2004 CONGRES PARIS-VENISE 2004 26-27 novembre 2004 Universita Ca Foscari Venezia Bulletin-Réponse M. Mme Prénom : Gilles Nom :_ROEHRICH Université/ Ecole : Ecole Supérieure de Affaires de Grenoble Adresse :

Plus en détail

Le Focus Group. - Bases de données, personnes ayant déjà participé à des expériences et acceptant de participer à des études ultérieures.

Le Focus Group. - Bases de données, personnes ayant déjà participé à des expériences et acceptant de participer à des études ultérieures. Le Focus Group I. Définition «Le Focus groupe est une discussion de groupe ouverte, organisée dans le but de cerner un sujet ou une série de questions pertinents (Kitzinger, Markova, & Kalampalikis, 2004).

Plus en détail

Contrôle de gestion. Section 1 : Positionnement du contrôle de gestion et identification du métier

Contrôle de gestion. Section 1 : Positionnement du contrôle de gestion et identification du métier Section 1 : Positionnement du contrôle de gestion et identification du métier 1. Rôle et place du Contrôle de Gestion dans l organisation Au début du XXème siècle, l émergence de la structure divisionnelle

Plus en détail

Marketing Mobile: Du Mass-Media au One-to-One

Marketing Mobile: Du Mass-Media au One-to-One Marketing Mobile: Du Mass-Media au One-to-One Marketing Mobile et l ère du consommateur hyper connecté L écosystème du Mobile Marketing Diffuseurs: Médias/Régies/ Réseaux sociaux/annuaires /Google etc..

Plus en détail

Programmes inter-entreprises

Programmes inter-entreprises Brochure interactive Programmes inter-entreprises France, 2014-2015 Pour plus d informations sur les lieux, dates et prix de nos training, veuillez consulter www.krauthammer.fr (rubrique Programmes inter-entreprises

Plus en détail

Modèles et pratiques pour le canal de distribution

Modèles et pratiques pour le canal de distribution DOSSIER Modèles et pratiques pour le canal de distribution sous la direction de Marc Filser Gilles Paché INTRODUCTION MARC FILSER IAE Dijon, université de Bourgogne GILLES PACHÉ Université Aix-Marseille

Plus en détail

FM N 19011 Contact Ifop : Frédéric Micheau Tél : 01 45 84 14 44 frederic.micheau@ifop.com pour

FM N 19011 Contact Ifop : Frédéric Micheau Tél : 01 45 84 14 44 frederic.micheau@ifop.com pour FM N 19011 Contact Ifop : Frédéric Micheau Tél : 01 45 84 14 44 frederic.micheau@ifop.com pour Les Français et la géolocalisation Principaux enseignements Novembre 2010 Sommaire Pages - 1 - La méthodologie...

Plus en détail

Psychosociologie des organisations INTRODUCTION

Psychosociologie des organisations INTRODUCTION 1 INTRODUCTION Le phénomène de groupe a attiré plusieurs chercheurs et il a fait l objet d énormes recherches en psychosociologie des organisations vu l importance q il revêt ce phénomène ans la vie de

Plus en détail

Implantation d un E.N.T. dans l enseignement secondaire, analyse et modélisation des usages : le cas lorrain

Implantation d un E.N.T. dans l enseignement secondaire, analyse et modélisation des usages : le cas lorrain Implantation d un E.N.T. dans l enseignement secondaire, analyse et modélisation des usages : le cas lorrain Integration of an E.N.T. in the secondary education, analysis and pattern of use: the case of

Plus en détail

CRÉER UN COURS EN LIGNE

CRÉER UN COURS EN LIGNE Anne DELABY CRÉER UN COURS EN LIGNE Deuxième édition, 2006, 2008 ISBN : 978-2-212-54153-3 2 Que recouvre le concept d interactivité? Dans une perspective de cours en ligne, une activité interactive est

Plus en détail

RADIO DRIVES TO WEBSITES LE MEDIA DE L I-MEDIA

RADIO DRIVES TO WEBSITES LE MEDIA DE L I-MEDIA RADIO DRIVES TO WEBSITES LE MEDIA DE L I-MEDIA A l origine de la réflexion Proximité entre les deux medias Flux continu Liberté d expression Engagement Une corrélation observée entre les campagnes radio

Plus en détail

Programmation de services en téléphonie sur IP

Programmation de services en téléphonie sur IP Programmation de services en téléphonie sur IP Présentation de projet mémoire Grégory Estienne Sous la supervision du Dr. Luigi Logrippo Introduction La téléphonie sur IP comme support à la programmation

Plus en détail

LEADERSHIP & MANAGEMENT

LEADERSHIP & MANAGEMENT LEADERSHIP & MANAGEMENT 3 JOURS SEQUENCES Présentation DE LA VISION A L ACTION Diriger aujourd hui un service, une direction régionale, une filiale ou une entreprise nécessite la maîtrise des outils et

Plus en détail

B) METHODOLOGIE ET HYPOTHESES

B) METHODOLOGIE ET HYPOTHESES B) METHODOLOGIE ET HYPOTHESES 1.1 Méthodologie Ce mémoire contient deux méthodologies différentes. La première correspond à la revue de la littérature et a pour objectif la documentation dans des sources

Plus en détail

au monde alors que l homme déraisonnable pensait que le monde devait s adapter à lui, ce

au monde alors que l homme déraisonnable pensait que le monde devait s adapter à lui, ce «Shaw disait que l homme raisonnable était celui qui savait qu il fallait s adapter au monde alors que l homme déraisonnable pensait que le monde devait s adapter à lui, ce qui faisait que le monde appartenait

Plus en détail

NetObserver Europe. Parmi les principaux enseignements, nous retiendrons notamment que :

NetObserver Europe. Parmi les principaux enseignements, nous retiendrons notamment que : NetObserver Europe TOUT SAVOIR SUR LES INTERNAUTES Communiqué de presse Paris, Mars 2008 Enseignements de la 16 ème vague de l étude NetObserver Europe : Des différences sensibles entre générations d internautes

Plus en détail

1 Définitions... 10 2 La communication marketing est, jusqu à ce jour, essentiellement push... 11

1 Définitions... 10 2 La communication marketing est, jusqu à ce jour, essentiellement push... 11 Avant-propos à la 7 e édition... VII Première partie Les types de communication et leurs modes de fonctionnement... 3 Chapitre 1 La diversité et la pertinence des modes de communication... 5 Section 1

Plus en détail

Mobilités : connaître pour mieux agir. Présentation du projet Octobre 2014 Projet co-financé par l Ademe

Mobilités : connaître pour mieux agir. Présentation du projet Octobre 2014 Projet co-financé par l Ademe Mobilités : connaître pour mieux agir Présentation du projet Octobre 2014 Projet co-financé par l Ademe 1 A propos mobi-lise est un projet de recherche qui vise à : Accroître la compréhension des pratiques

Plus en détail

Mission de pédagogie universitaire Université Saint-Joseph Glossaire 1

Mission de pédagogie universitaire Université Saint-Joseph Glossaire 1 glossaire Les définitions succinctes, présentées dans ce glossaire, sont, en grande partie, tirées des chapitres du Manuel. Elles sont en harmonie avec les références relatives au Processus de Bologne.

Plus en détail

CRO checklist. Les 6 règles d or. Que faire avant de tester? Où concentrer ses efforts? Comment aborder le testing en général?

CRO checklist. Les 6 règles d or. Que faire avant de tester? Où concentrer ses efforts? Comment aborder le testing en général? Les 6 règles d or Que faire avant de tester? Où concentrer ses efforts? Comment aborder le testing en général? Découvrez les 6 règles d or incontournables pour se lancer dans une démarche de testing :

Plus en détail

PRÉSENTATION DU PLAN DE FORMATION PDG

PRÉSENTATION DU PLAN DE FORMATION PDG PRÉSENTATION DU PLAN DE FORMATION PDG PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT DES GESTIONNAIRES PROFIL DE DÉVELOPPEMENT DU GESTIONNAIRE ET Par Gilles Vachon, M.Ed., M.A.Ps. psychologue et consultant en ressources humaines

Plus en détail

Pour qui : Des femmes sédentaires de 25 à 70 ans.

Pour qui : Des femmes sédentaires de 25 à 70 ans. De l innovation à la motivation : Étude pilote d une intervention par téléphone portable Fiche No 47 pour augmenter la pratique d activité physique chez les femmes sédentaires. Fukuoka Y et coll. Innovation

Plus en détail

CORRIGÉ TYPE DU TEST

CORRIGÉ TYPE DU TEST ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES D ALGER Niveau : 1 ème année Master TC Groupes : 1 et 5 Date : 18/05/2014 Durée du test : 1h30 CORRIGÉ TYPE DU TEST [ Page 1 sur 6 ] Module : Recherche Marketing Enseignant

Plus en détail

Marketing mobile Les clés pour intégrer efficacement le mobile dans sa stratégie marketing

Marketing mobile Les clés pour intégrer efficacement le mobile dans sa stratégie marketing L évolution du marché du mobile A. Introduction 11 B. La naissance de l Internet mobile 11 1. Du WAP à la 4G 15 2. Le phénomène iphone et l émergence des smartphones 19 3. La révolution des tablettes 22

Plus en détail

Chapitre1 : Introduction au travail collaboratif

Chapitre1 : Introduction au travail collaboratif Chapitre1 : Introduction au travail collaboratif 1. Définition, notions voisines et lexique de termes techniques Travail collaboratif, coopératif ou encore travail de capitalisation, autant de termes dont

Plus en détail

Introduction à la méthodologie de la recherche

Introduction à la méthodologie de la recherche MASTER DE RECHERCHE Relations Économiques Internationales 2006-2007 Introduction à la méthodologie de la recherche geraldine.kutas@sciences-po.org Les Etapes de la Recherche Les étapes de la démarche Etape

Plus en détail

Les attentes des éditeurs de blog

Les attentes des éditeurs de blog Les attentes des éditeurs de blog Une étude Via Nova Spheeris / Seprem Mars 2008 Méthodologie Un questionnaire en ligne a été mis à disposition de 898 éditeurs de blogs en fin d année 2007. 266 questionnaires

Plus en détail

De La Génération De Leads Online Au Lead Management

De La Génération De Leads Online Au Lead Management De La Génération De Leads Online Au Lead Management Piloter ses campagnes d acquisition en revenant aux fondamentaux du marketing relationnel Better connections. Better results. Livre Blanc Acxiom Le Lead

Plus en détail

conception des messages commerciaux afin qu ils puissent ainsi accroître la portée de leur message.

conception des messages commerciaux afin qu ils puissent ainsi accroître la portée de leur message. RÉSUMÉ Au cours des dernières années, l une des stratégies de communication marketing les plus populaires auprès des gestionnaires pour promouvoir des produits est sans contredit l utilisation du marketing

Plus en détail

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage LE RAPPORT DE STAGE Le rapport de stage a pour objet de présenter des faits et des réflexions sur un stage d apprentissage qui, généralement, s est déroulé dans le cadre d un programme de formation professionnelle.

Plus en détail

féminisme et de nuire aux femmes et à leurs intérêts. A partir de l intention de contrer ce danger, un certain nombre d études ont été menées sur le

féminisme et de nuire aux femmes et à leurs intérêts. A partir de l intention de contrer ce danger, un certain nombre d études ont été menées sur le 1. Introduction Cette étude porte sur le sujet des hommes en mouvement 1 en Suisse. Son objectif général est de décrire et de comprendre l affirmation, à la fois identitaire et politique, de ce mouvement,

Plus en détail

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e Les objectifs pédagogiques Savoir délimiter les trois phases distinctes de la recherche Savoir identifier, pour chacune des trois

Plus en détail

Introduction. La stratégie «pull» : la stratégie de gain sur Internet

Introduction. La stratégie «pull» : la stratégie de gain sur Internet Introduction La stratégie «pull» : la stratégie de gain sur Internet Un principe simple mais imparable : «Attirez votre cible vers vos offres» La stratégie «pull», ou stratégie d attraction, consiste à

Plus en détail

Moyenne d efficacité du travail de l équipe de dispensateurs de SSP (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Cote moyenne

Moyenne d efficacité du travail de l équipe de dispensateurs de SSP (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Cote moyenne (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Définition Cote moyenne de l efficacité du travail de l équipe fondée sur les facteurs suivants : vision; participation ouverte; orientation

Plus en détail

Experian Marketing Services. S appuie sur l analyse des données pour engager les consommateurs où qu ils soient CONNECTER. ENGAGER. INTERAGIR.

Experian Marketing Services. S appuie sur l analyse des données pour engager les consommateurs où qu ils soient CONNECTER. ENGAGER. INTERAGIR. Experian Marketing Services S appuie sur l analyse des données pour engager les consommateurs où qu ils soient CONNECTER. ENGAGER. INTERAGIR. Experian Marketing Services Attirer et fidéliser les clients

Plus en détail

Comprendre Sur les marchés matures & émergents

Comprendre Sur les marchés matures & émergents Comprendre Sur les marchés matures & émergents Nobody s Unpredictable This proposal has been made in respect with the ISO 20252 norm Market, opinion and social research service requirements Un outil de

Plus en détail

Étude de référence sur la satisfaction de la clientèle : consommateurs à domicile

Étude de référence sur la satisfaction de la clientèle : consommateurs à domicile Résumé du rapport Étude de référence sur la satisfaction de la clientèle : consommateurs à domicile Numéro de contrat : 90030-121581/001/CY Contrat attribué le : 2013-01-18 Préparé pour : Office national

Plus en détail

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir?

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? étude Bird & Bird et Buy.O Group Empower your Business Relationships Edito Globalisation, démocratisation de

Plus en détail

Etude exclusive Space :

Etude exclusive Space : Etude exclusive Space : la vidéo online complémentaire à la pub TV Menée l été dernier par Space avec le soutien actif de Mars et de Microsoft Advertising, l étude d une campagne qui utilisait les mêmes

Plus en détail

plate-forme PaaS (Audit)

plate-forme PaaS (Audit) Contrôle d accès dans une plate-forme PaaS (Audit) Ahmed BOUCHAMI, Olivier PERRIN, LORIA Introduction La sécurité d une plate-forme collaborative nécessite un module d authentification et un module de

Plus en détail

Gestion de l information

Gestion de l information MODELE LOGIQUE DE CONSTRUCTION DES TABLEAUX DE BORD DEMARCHES PROSPECTIVES Tableau de Bord de la Performance Point «académique» sur l alignement des objectifs opérationnels et stratégiques Les démarches

Plus en détail

Le Marketing Mobile, des marques

Le Marketing Mobile, des marques Le Marketing Mobile, le nouvel Eldorado communicationnel des marques RAPPEL Engage your customers NO YES > L émergence des smartphones et des tablettes a bouleversé la vie quotidienne des Français : 47%

Plus en détail

LA COMMUNICATION PUBLICITAIRE

LA COMMUNICATION PUBLICITAIRE LA COMMUNICATION PUBLICITAIRE I. Introduction On estime à plus de 385 milliards d euros le budget publicitaire mondial, dont 11 milliards pour la France, Procter and Gamble, le plus grand annonceur au

Plus en détail

Présentation 5. Chapitre 1 La démarche marketing 19 1 Définitions 19

Présentation 5. Chapitre 1 La démarche marketing 19 1 Définitions 19 S ommaire Présentation 5 Chapitre 1 La démarche marketing 19 1 Définitions 19 A. Le marketing de l offre 19 B. Le marketing de la demande 20 C. Le marketing de l échange 21 2 Une histoire du marketing

Plus en détail

Dispositifs. Évaluation. Des informations clés pour évaluer l impact de chaque session et piloter l offre de formation

Dispositifs. Évaluation. Des informations clés pour évaluer l impact de chaque session et piloter l offre de formation Dispositifs d Évaluation Des informations clés pour évaluer l impact de chaque session et piloter l offre de formation > Innovant : une technologie SaaS simple et adaptable dotée d une interface intuitive

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail