Évaluation des besoins en formation continue. Cabinets de courtage en assurance de dommages

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Évaluation des besoins en formation continue. Cabinets de courtage en assurance de dommages"

Transcription

1 Évaluation des besoins en formation continue Cabinets de courtage en assurance de dommages

2 Le rapport d'étude sur l'évaluation des besoins en formation continue dans les cabinets de courtage en assurance de dommages a été réalisé sous la direction de Denis Gobeille, M.Sc.R.I. Cette étude a été réalisé grâce à l'aide financière d'emploi Québec. Août 2001 Denis Gobeille, président Bureau , Chemin Sainte-Foy Québec Qc G1S 2P7 Téléphone: Télécopieur:

3 Sommaire administratif 1. Les objectifs Les objectifs de l'étude sur l'évaluation des besoins en formation continue sont les suivants: 1. Qualifier et quantifier l'ampleur et l'importance des besoins en formation continue des ressources humaines; 2. Déterminer les besoins en formation continue des gestionnaires. 2. L'approche méthodologique Une démarche méthodologique en cinq étapes a été élaborée. Les cinq étapes sont : 1. L identification des concurrents, de leurs stratégies et de leur impact sur le marché; 2. L identification des nouvelles orientations stratégiques adoptées par les cabinets de courtage en assurance de dommages; 3. L identification des caractéristiques des ressources humaines oeuvrant dans les cabinets de courtage en assurance de dommages; 4. L analyse stratégique des besoins en ressources humaines nécessaires au développement des nouvelles orientations stratégiques et des compétences des ressources humaines en emploi; 5. L élaboration d'un plan d'action.

4 3. Le modèle d analyse stratégique Le modèle d'analyse stratégique développé définit quatre types de services conseil. Il vise à illustrer d'une manière simple et efficace les orientations stratégiques des cabinets de courtage en assurance de dommages, de même que les positions de marché des concurrents actuels. Services uniformisés Services orientation clients Service orientation produits Expertise en assurance de dommages Les services uniformisés s'appliquent seulement à la distribution de produits de consommation de masse dits uniformisés, plus particulièrement, l'assurance auto et l assurance habitation. Les services orientation clients visent essentiellement à offrir un service personnalisé à des clients pour répondre à leurs demandes particulières. Le service orientation produits vise surtout à prendre une information précise et complète pour faire l'évaluation du risque complexe, sans qu'une relation de service personnalisé s'établisse. L'expertise en assurance de dommages est la fonction développée de la distribution de produits d'assurance de dommages qui traite des risques complexe avec des services personnalisés. La typologie des services conseils en assurance de dommages Services personnalisés Orientation clients Expertise en assurance de dommages Services simples Services uniformisés Orientation produits Risques uniformisés Risques complexes

5 4. Les nouveaux concurrents La principale caractéristique de la stratégie d'affaire de tous les assureurs directs repose, principalement, sur la capacité d'uniformiser les produits d'assurance et de réduire les coûts administratifs en informatisant les opérations techniques (caractérisation du risque et les dossiers clients). Depuis 13 ans, les institutions financières qui ont pénétré le marché de la distribution de l'assurance de dommages se sont surtout attardées à offrir des services uniformisés. Évidemment, les entreprises qui adoptent aussi la distribution de produits d assurance de dommages via le réseau Internet se positionnent dans le même marché que les institutions financières. Ainsi, il est à prévoir que la pénétration de l'internet sur le marché se fera surtout au détriment des parts de marché détenues par les assureurs directs et les cabinets de courtage qui développent des services uniformisés. Classification de la position de marché des concurrents Services personnalisés Orientation clients Caisses populaires avec des services clients en succursale Expertise en assurance de dommages Services simples Services uniformisés Internet Assureurs directs Orientation produits Caisses populaires avec des services clients en succursale Risques uniformisés Risques complexes

6 5. L'adaptation des cabinets de courtage Quatre principales stratégies ont été mises de l'avant par les gestionnaires de cabinets de courtage en assurance de dommages, soit: La multidisciplinarité Les fusions et les acquisitions Les regroupements La concentration des primes et les agents captifs La classification des stratégies adoptées par les cabinets de courtage en assurance de dommages en fonction de la typologie des services conseils nous indique clairement que les choix des gestionnaires visent exclusivement à consolider leur position dans le champ des services uniformisés. En effet, il faut ici rappeler que le principal impact de l'avènement de nouveaux concurrents a été de leur faire perdre une partie importante de ce marché. Par contre, la multidisciplinarité est une stratégie plutôt axée sur les services orientation produits, soit une innovation commerciale importante en matière de distribution de services financiers. Classification des stratégies d affaire selon le type de services conseils offerts Services personnalisés Orientation clients Services principaux Expertise en assurance de dommages Spécificité des cabinets de courtage Services simples Services uniformisés Concentration de la prime Agents captifs Regroupements Fusions et acquisitions Orientation produits Niches de marché Multidisciplinarité Risques uniformisés Risques complexes

7 6. Les ressources humaines Il y a trois types de professionnels qui poursuivent une carrière dans les cabinets de courtage d'assurance, soit les représentants en IARD, les experts en sinistre et les estimateurs et évaluateurs. En 1996, Statistique Canada a recensé représentants en IARD, 930 experts en sinistre et 765 estimateurs - évaluateurs. Quatre éléments d une importance majeure résument caractéristiques socio-économiques des ressources humaines oeuvrant dans les cabinets de courtage en assurance de dommages. 1. Trois groupes de professionnel œuvrent au sein des cabinets, soit les représentants en IARD (38%), les experts en sinistre (5,8%) et les estimateurs évaluateurs (4,8%). 2. Il y a eu des départs massifs des représentants en IARD depuis 1994, soit 7,8 % des effectifs entre 1994 et % des représentants en IARD n ont qu un diplôme d études secondaires et 61,1 % d entre eux sont âgés de 41 ans et plus. 4. La relève, bien que mieux formée, n est pas assez nombreuse pour remplacer les départs à la retraite des dix prochaines années. 7. Profil professionnel La profession de représentant exige des compétences soutenues dans une vision d'orientation du produit à vendre et de la clientèle à desservir. Le cycle de travail tourne autour de quatre axes principaux : la rencontre d'un client au moment de la promotion d'un produit, le service à la clientèle, la définition du risque et le suivi dans le cas d'une réclamation. Les sept principales compétences exigées des représentants sont les suivantes : Connaître les produits d assurance ( particuliers et entreprises ) Utiliser les techniques de vente Caractériser les risques prise d informations Analyser les produits d assurance de dommages Proposer (vendre) un produit d assurance de dommages Gérer les réclamations Assurer le service à la clientèle Il faut ici souligner que l avènement des services uniformes modifie considérablement les compétences que l on exige du représentant. En fait, le développement des services uniformisés a comme principale conséquence la déqualification des emplois.

8 8. Analyse stratégique des besoins en formation continue À l aide du modèle d analyse stratégique développé dans le cadre cette étude, nous définissons les besoins en formation continue en respectant leur alignement avec les choix stratégiques des gestionnaires. Les thèmes de la formation continue des services uniformisés Les représentants Les gestionnaires Utilisation des systèmes informatiques Marketing par téléphone Communication verbale et écrite Gestion des opérations Gestion des ressources humaines Planification stratégique Gestion financière Les thèmes de la formation continue des services orientation produits Les représentants Promouvoir les services financiers Analyse des niches de marché Les gestionnaires Les services financiers, en général Analyse des niches de marché Les thèmes de la formation continue des services orientation clients Les représentants Relation professionnelle avec les clients Promotion de produits Suivi des demandes des clients Les services personnalisés pro-actifs Le service à la clientèle Les thèmes de la formation continue des services conseils experts Les représentants Les gestionnaires Les gestionnaires Assurance des entreprises en dommages directs Assurance des entreprises en dommages indirects Assurance des entreprises en responsabilité civile Assurance des entreprises en cautionnement Assurance des entreprises en bris de machine Assurance des entreprises en vol et détournement Assurance des entreprises en perte d exploitation Développement de marchés Développement de produits Promotion

9 9. Plan d action Le nombre des cours qui peuvent être développés commande des investissements en ressources financières et en ressources humaines trop importants pour être assumés par une seule organisation. Les moyens d action sont les suivants : Le développement d un programme de formation continue 1. Faire reconnaître le CDMP comme étant un service de formation multi-employeurs. Avantages Pouvoir demander une subvention au Fonds national de formation de la maind œuvre aux noms des employeurs membres. 2. Faire reconnaître le CDMP comme étant un organisme collecteur. Avantages Recevoir du ministère des Finances les sommes d argent perçues chez les employeurs qui n ont pas investi au moins 1 % de leur masse salariale en formation. La formation de la relève et des nouveaux candidats à la profession Deux éléments majeurs de la conclusion de l analyse stratégique des ressources humaines ne peuvent être laissés sans réponse. En effet, parmi la forte proportion des représentants âgés de 41 ans et plus, un nombre important d entre eux partira à la retraite d ici quelques années (5 ans), accentuant ainsi la pénurie de main-d œuvre qui touche actuellement les cabinets de courtage en assurance de dommages. 1. Organiser un bureau de placement étudiant 2. Diffuser l information sur les crédits d impôt à la formation des stagiaires 3. Diffuser l information sur les crédits d impôt à l engagement de jeunes gradués 4. Développer en collaboration avec les institutions d enseignement le régime de formation en alternance travail-étude 5. Promouvoir la formation des élèves dans le programme d attestation d études collégiales Avantages: Orienter et canaliser l offre de stagiaires vers les cabinets de courtage en s'assurant que les cabinets de petites tailles puissent aussi en profiter grâce à l aide financière dans le cadre de la formation continue de la relève.

10 Table des matières 1. Le but et les objectifs L'approche méthodologique Identification des concurrents, de leurs stratégies et de leur impact sur le marché Identification des nouvelles orientations stratégiques adoptées Identification des caractéristiques des ressources humaines oeuvrant dans les cabinets de courtage en assurance de dommages Analyse stratégique des besoins en ressources humaines nécessaires Élaboration d'un plan d'action Modèle d'analyse stratégique La mission des cabinets de courtage Les fonctions d intermédiaire de marché La classification des services conseils Les services à la clientèle La caractérisation du risque La définition de la typologie des services conseils 21 Les nouveaux concurrents Environnement externe 4.1 La déréglementation de la distribution La stratégie d'affaires des assureurs directs Les coûts administratifs de gestion Les nouvelles technologies de l information et des communications L'impact de la déréglementation L'assurance automobile L'assurance habitation L'assurance aux entreprises Analyse stratégique de la position des concurrents 28

11 L'adaptation des cabinets de courtage en assurance de dommages 5.1 Le modèle traditionnel La classification des services conseils L évolution du nombre de cabinets de courtage Les choix stratégiques La multidisciplinarité Les fusions et les acquisitions Les regroupements Concentration des primes et les agents captifs Analyse stratégique de la position des cabinets de courtage 38 Les ressources humaines 6.1 Méthodologie Profil socio-économique Les représentants en IARD L'âge et la scolarité des représentants en IARD La formation de la relève Le nombre des finissants Points importants. 45 Profil professionnel 7.1 Les fonctions de travail Les compétences L'encadrement professionnel de la formation.. 48 Analyse stratégique des besoins en formation continue 8.1 Les besoins en formation continue des services uniformisés Les besoins en formation continue des services orientation produits Les besoins en formation continue des services orientation clients Les besoins en formation continue des services conseils experts. 53 Plan d action 9.1 Le développement d un programme de formation continue La formation de la relève et des nouveaux candidats à la profession. 56 Bibliographie.. 57

12 Table des schémas et des tableaux Schéma I : La démarche méthodologique.. 17 Schéma II: La typologie des services conseils en assurance de dommages Schéma III: Classification des concurrents selon le type de services conseils offerts. 28 Schéma IV: Classification des services conseil du modèle traditionnel.. 32 Schéma V : Classification des stratégies d affaire selon le type de services conseils offerts.. 38 Tableau I Les parts de marché en assurance automobile Tableau II: Les parts de marché en assurance habitation Tableau III: Les parts de marché en assurance aux entreprises Tableau V Évolution du nombre de cabinets de courtage en assurance de dommages. 33 Tableau VI Les services offerts par les cabinets de courtage en assurance de dommages.. 34 Tableau VII Évolution du nombre de cabinets de courtage membres d'une bannière 36 Tableau VIII Évolution du nombre de cabinets de courtage dits concentrés. 37 Tableau IX Le nombre d'employés selon les groupes de profession dans les cabinets de courtage d'assurance de dommages (1996). 40 Tableau X Évolution du nombre de représentants en IARD. 41 Tableau XI Répartition des représentants en IARD selon l'âge et la scolarité (1997) Tableau XII Programmes de formation offerts dans les institutions collégiales. 44 Tableau XIII Les diplômés des institutions collégiales.. 44 Tableau XIV Le développement des compétences des services uniformisés.. 51 Tableau XV Le développement des compétences des services orientation produits. 52 Tableau XVI Le développement des compétences des services orientation clients. 52 Tableau XVII Le développement des compétences des services conseils experts. 53

13 Évaluation des besoins en formation continue Cabinets de courtage en assurance de dommages Depuis treize ans, le contexte économique dans lequel les cabinets de courtage évoluent a considérablement été modifié. À la fin des années quatre-vingt, la libéralisation des marchés de l'assurance de dommages a totalement modifié les règles du jeu. Les Caisses populaires du mouvement Desjardins, qui ont alors été autorisées à distribuer directement à leurs clients des produits d'assurance automobile et d'habitation, sont aujourd'hui les leaders du marché. En 1997, le gouvernement du Québec autorisait aussi les institutions financières et les compagnies d'assurance à vendre directement des produits, sans devoir transiger par les intermédiaires de marché, soit les cabinets de courtage en assurance de dommages. Qui plus est, le développement du commerce électronique présente maintenant un nouvel enjeu. Face à la libéralisation des marchés, plusieurs gestionnaires pessimistes prédisent toujours des jours noirs, si rien n'est fait pour que les cabinets de courtage en assurance de dommages s'adaptent à la concurrence féroce des institutions financières et intègrent le virage technologique du commerce électronique. 1. Le but et les objectifs Cette étude a pour but d'apporter une compréhension suffisante des enjeux en formation continue dans les cabinets de courtage en assurance de dommages, afin de définir les thèmes de la formation continue et de proposer des moyens à mettre en œuvre. Les objectifs de l'étude sur l'évaluation des besoins en formation continue sont les suivants: 1. Qualifier et quantifier l'ampleur et l'importance des besoins en formation continue des ressources humaines; 2. Déterminer les besoins en formation continue des gestionnaires. 13

14 Au terme de cette étude, les informations colligées devraient permettre au Regroupement des cabinets de courtage en assurance du Québec de définir un programme de formation continue qui rencontre les attentes de l'ensemble des cabinets de courtage en assurance de dommages pour qu'ils puissent s'adapter rapidement au nouveau contexte économique et assurer la vitalité d'un réseau de distribution unique. 2. L'approche méthodologique Afin de rencontrer les objectifs de cette étude, une démarche méthodologique en cinq étapes a été élaborée. Les cinq étapes sont : 1. L identification des concurrents, de leurs stratégies et de leur impact sur le marché; 2. L identification des nouvelles orientations stratégiques adoptées par les cabinets de courtage en assurance de dommages; 3. L identification des caractéristiques des ressources humaines oeuvrant dans les cabinets de courtage en assurance de dommages; 4. L analyse stratégique des besoins en ressources humaines nécessaires au développement des nouvelles orientations stratégiques et des compétences des ressources humaines en emploi; 5. L élaboration d'un plan d'action. Cette approche méthodologique vise à s assurer de l alignement de l'évaluation des besoins en formation continue en regard des choix de stratégies des gestionnaires de cabinets de courtage. 2.1 Identification des concurrents, de leurs stratégies et de leur impact sur le marché. La déréglementation de la distribution des produits d assurance et des services financiers a été initiée aux États-Unis et depuis, cette politique a été adoptée tant au Canada qu'au Québec, ainsi que dans les autres provinces canadiennes. Afin de mieux comprendre les choix stratégiques que les cabinets de courtage d'assurance de dommages peuvent privilégier, une revue des principaux articles techniques a été réalisée dans le but d'identifier les modes de distribution des concurrents de même que leurs stratégies. Cette recherche, essentielle à l'évaluation des réponses des 14

15 gestionnaires aux changements de l'environnement, permet d'identifier les principales stratégies d'affaire des concurrents. L'objectif est de documenter les conséquences de la déréglementation et de comprendre les besoins futurs en formation continue en regard des stratégies d'affaire qui sont en émergence. Les documents pertinents, de même que la bibliographie, sont présentés à l annexe I du cahier des annexes. 2.2 Identification des nouvelles orientations stratégiques adoptées Face à la nouvelle concurrence, la réaction des gestionnaires des cabinets de courtage a été rapide et efficace. Ainsi, depuis quelques années, les nouvelles orientations stratégiques adoptées par les gestionnaires ont donné lieu à la création de nouvelles formes de cabinets de courtages en assurance de dommages. A l'aide des principales études québécoises, d'articles techniques et des rencontres de groupes de discussion que nous avons réalisées dans les régions du Québec, nous décrivons les principales orientations stratégiques mises de l'avant, leurs caractéristiques et leur évolution probable d'ici quelques années. L'objectif visé par cette étude est de décrire les cabinets de courtage d'aujourd'hui et de définir les compétences des ressources humaines qu'ils recherchent pour poursuivre leur mission. Le questionnaire d enquête sur les choix stratégiques et les ressources humaines, de même que les résultats et le guide d animation des rencontres de groupes sont présentés à l annexe II du cahier des annexes. 15

16 2.3 Identification des caractéristiques des ressources humaines oeuvrant dans les cabinets de courtage en assurance de dommages. Peu importe les choix préconisés, les gestionnaires de cabinets de courtage doivent pouvoir se doter des ressources humaines qui ont les compétences essentielles à la poursuite d'une mission d'entreprise. L'identification de caractéristiques socio-démographiques des ressources humaines vise à les décrire le mieux possible. L'attention est portée sur l'âge, la scolarité, le nombre d employé et la relève. Le questionnaire d enquête sur les ressources humaines dans les cabinets de courtage en assurance de dommage est reproduit à l annexe III jointe dans le cahier des annexes. 2.4 Analyse stratégique des besoins en ressources humaines nécessaires L'analyse stratégique des besoins en ressources humaines consiste à porter un jugement sur l'adéquation des compétences des ressources humaines actuelles en regard des principales orientations stratégiques actuellement adoptées par les cabinets de courtage en assurance de dommages. L objectif recherché est de préciser les besoins en formation continue des employés, mais aussi des gestionnaires en se basant sur les analyses développées durant les trois premières étapes. 2.5 Élaboration d'un plan d'action Au terme de cette étude, la cinquième étape présente un plan d action à l intention de la direction et du conseil d administration du Regroupement des cabinets de courtage en assurance de dommages. Le plan d action vise à définir les moyens à mettre en œuvre pour répondre aux besoins en formation continue des cabinets de courtage d un réseau unique. 16

17 Schéma I : Schéma de la démarche méthodologique Environnement externe Menaces et opportunités Environnement interne Forces et faiblesse Organisations Ressources humaines Orientations stratégiques Professionnel Socio-économique Analyse stratégique des besoins Plan d action de la formation continue 17

18 3. Modèle d'analyse stratégique Le modèle d'analyse stratégique développé dans le cadre de cette étude vise à illustrer d'une manière simple et efficace les orientations stratégiques des cabinets de courtage en assurance de dommages, de même que les positions de marché des concurrents actuels, afin d'initier une analyse des stratégies d'affaires que les gestionnaires peuvent adopter pour réagir à la déréglementation de la distribution. Avant de définir la typologie conceptuelle du modèle d'analyse, nous résumons ici les principaux éléments qui caractérisent la mission et la fonction des cabinets de courtage en assurance de dommages. 3.1 La mission des cabinets de courtage À titre d'intermédiaire de marché entre les compagnies d'assurance et les consommateurs, les cabinets de courtage en assurance de dommages sont des organisations indépendantes, dont la mission est d'offrir des services conseils sur les produits d'assurance des compagnies d'assurance et de défendre les intérêts de leurs clients. 3.2 Les fonctions d intermédiaire de marché Les cabinets de courtage emploient essentiellement des représentants en IARD qui exercent une profession réglementée dont la principale fonction est de conseiller des clients en matière d'assurance de dommages, notamment, les particuliers, les commerces et les industries. Le rôle des représentants, qui agissent à titre d'intermédiaires de marché, consiste à analyser les besoins des clients afin de leur conseiller des produits d assurance qui leur assurent une protection adéquate contre la perte de biens et la responsabilité civile. Ils peuvent transiger avec un ou plusieurs assureurs afin de pouvoir offrir une gamme de choix de produits d'assurance. 18

19 En résumé, comme intermédiaires de marché, les cabinets de courtage offrent des services conseils qui comprennent quatre principales fonctions, soit: Établir une relation de confiance avec le client; Évaluer les risques des clients; Négocier les termes du contrat d'assurance avec la compagnie retenue; Défendre les intérêts du client au moment de la réclamation. 3.3 La classification des services conseils Comme nous pouvons le déduire de la mission des cabinets de courtage, les deux aspects suivants de la fonction d intermédiaire de marché font la spécificité des services conseils en assurance de dommages : Le service à la clientèle, soit la relation avec le client et la défense de ses intérêts; La caractérisation du risque, soit l évaluation du risque et la négociation des termes du contrat d assurance. À partir de ces deux principales fonctions qui résument en quelques éléments le rôle d intermédiaire de marché des cabinets de courtage, nous pouvons définir une classification des services conseils correspondant à quatre formes distinctes et mutuellement exclusives aux services conseils Les services à la clientèle Les services à la clientèle sont réduits à deux types distincts, d'une part, les services simples qui ne commandent aucune interaction particulière avec les clients ( distribution par Internet ) et, d'autre part, les services personnalisés, dont l'élément essentiel réside dans l'établissement d'un rapport de confiance entre le représentant du cabinet de courtage et le client. 19

20 3.3.2 La caractérisation du risque La caractérisation du risque est aussi réduite à deux types distincts d activités conseils soit, d'une part, la caractérisation du risque uniformisé et, d'autre part, la caractérisation du risque complexe. L'élément particulier qui les démarque se situe dans l'informatisation des procédures de prise d'information et de calcul actuariel de la prime d'assurance du risque uniformisé tel que l'assurance auto et l assurance habitation. Schéma II: La typologie des services conseils en assurance de dommages Services personnalisés Orientation clients Expertise en assurance de dommages Services simples Services uniformisés Orientation produits Risques uniformisés Risques complexes 20

21 3.4 La définition de la typologie des services conseils Services uniformisés Les services uniformisés s'appliquent seulement à la distribution de produits de consommation de masse dits uniformisés, plus particulièrement, l'assurance auto, l assurance habitation et les autres produits dont les procédures d'évaluation des risques ont aussi été relativement standardisées par l'introduction de l'informatique. Autrement dit, la prise d'information se limite aux spécifications des formulaires de définition du risque. Services orientation clients Les services orientation clients visent essentiellement à offrir un service personnalisé à des clients en se déplaçant pour rendre une visite ou répondre à une demande particulière, telle que l'offre d'assurance habitation pour les maisons de luxe. Autrement dit, l évaluation du risque est une fonction simple : c est un service personnalisé qui est offert au client. En fait, le client demande de consulter en personne un représentant pour s'assurer des termes du contrat d'assurance. Service orientation produits Le service orientation produits vise surtout à prendre une information précise et complète pour faire l'évaluation du risque complexe, sans qu'une relation de service personnalisé s'établisse, comme, par exemple, les protections destinées aux travailleurs autonomes qui peuvent être ajoutées à une assurance habitation multirisques. En fait, l accent est mis sur le produit plus que sur le service. Expertise en assurance de dommages L'expertise en assurance de dommages est la fonction développée de la distribution de produits d'assurance de dommages. Elle demande qu'il s'établisse une relation de confiance entre le client et un représentant IARD. Ce dernier doit être en mesure de relever une information précise et complète pour effectuer et évaluer la caractérisation du risque complexe, comme, par exemple, l'assurance des entreprises, le cautionnement, les pertes d exploitation, etc. 21

22 Les nouveaux concurrents Environnement externe Au cours des treize dernières années, deux principaux thèmes ont marqué l arrivée de nouveaux concurrents dans le marché de la distribution de produits en assurance de dommages, soit: La déréglementation de la distribution; Les nouvelles technologies de l'information (Internet). La déréglementation a complètement changé les règles du jeu institutionnel de la distribution des produits d'assurance de dommages, dont le principal impact s'est concrétisé par l'arrivée de nouveaux concurrents majeurs, notamment les Caisses populaires et les banques. Le développement de nouveaux circuits de distribution, soit les assureurs directs et l'internet, a également contribué à transformer de façon majeure le marché de l'assurance de dommages. Au terme de ces treize années de bouleversements économiques, on peut maintenant résumer à deux grandes généralités leurs répercussions sur le marché. Premièrement, les assureurs directs bénéficient actuellement d'un coût de production inférieur, ce qui leur permet d'offrir des polices d'assurance IARD a un prix très compétitif sur le marché et, deuxièmement, les assureurs n'ont plus l'obligation d'utiliser le réseau des cabinets de courtage pour distribuer les produits d'assurance IARD. Nous présentons maintenant les caractéristiques de ces nouveaux acteurs de la concurrence, leurs stratégies et l'impact de ces changements sur l'évolution des parts de marché contrôlées par les cabinets de courtage en assurance de dommages. 4.1 La déréglementation de la distribution La déréglementation de la distribution des produits a considérablement modifié l'environnement économique dans lequel les cabinets de courtage œuvraient depuis plusieurs décennies. La 22

Le positionnement stratégique de la distribution en assurance de dommages

Le positionnement stratégique de la distribution en assurance de dommages Chronique Assurances et gestion des risques 1 La Chaire en assurance L Industrielle-Alliance de l Université Laval est heureuse de céder l espace qui lui est réservé pour cette chronique à M. Denis Gobeille.

Plus en détail

Les stratégies des réseaux de distribution en assurance de personnes

Les stratégies des réseaux de distribution en assurance de personnes Les stratégies des réseaux de distribution en assurance de personnes Juin 2004 Auteur Le rapport d'étude intitulé Les stratégies des réseaux de distribution en assurance de personnes a été réalisé par

Plus en détail

La gestion des ressources humaines dans les cabinets de courtage en assurance de dommages

La gestion des ressources humaines dans les cabinets de courtage en assurance de dommages La gestion des ressources humaines dans les cabinets de courtage en assurance de dommages Le rapport d'analyse sur la gestion des ressources humaines dans les cabinets de courtage en assurance de dommages

Plus en détail

Profil d'entreprise. 1100, boul. Crémazie Est Bureau 400 Montréal (Québec) H2P 2X2 Téléphone : (514) 722-0024. juin 06

Profil d'entreprise. 1100, boul. Crémazie Est Bureau 400 Montréal (Québec) H2P 2X2 Téléphone : (514) 722-0024. juin 06 Profil d'entreprise 1100, boul. Crémazie Est Bureau 400 Montréal (Québec) H2P 2X2 Téléphone : (514) 722-0024 juin 06 Table des matières GROUPE ULTIMA INC.... 3 MISSION... 3 AVANTAGES DISTINCTIFS... 3 Le

Plus en détail

ADMINISTRATION/FINANCE

ADMINISTRATION/FINANCE ADMINISTRATION/FINANCE RÉGIME COOPÉRATIF (18), RÉGIME RÉGULIER (5) Personnes rejoignables 69 Hommes Femmes Nombre de répondants 23 33,3 % 16 ( 70 %) 7 ( 30 %) Note : les pourcentages ne sont pas affichés

Plus en détail

PROFIL DES COMPÉTENCES AGENT EN ASSURANCE DE DOMMAGES COURTIER EN ASSURANCE DE DOMMAGES EXPERTS EN SINISTRE GESTIONNAIRE

PROFIL DES COMPÉTENCES AGENT EN ASSURANCE DE DOMMAGES COURTIER EN ASSURANCE DE DOMMAGES EXPERTS EN SINISTRE GESTIONNAIRE PROFIL DES COMPÉTENCES AGENT EN ASSURANCE DE DOMMAGES COURTIER EN ASSURANCE DE DOMMAGES EXPERTS EN SINISTRE GESTIONNAIRE Juillet 2010 ADMINISTRATION... 4 MANAGEMENT... 4 Initiation à l organisation...

Plus en détail

Mémoire concernant le document de consultation de la Régie des rentes du Québec intitulé

Mémoire concernant le document de consultation de la Régie des rentes du Québec intitulé 555, boul. René-Lévesque Ouest e Mémoire concernant le document de consultation de la Régie des rentes du Québec intitulé «Vers un régime de rentes du Québec renforcé et plus équitable» Présenté à La Commission

Plus en détail

RÈGLEMENT RELATIF À LA DÉLIVRANCE ET AU RENOUVELLEMENT DU CERTIFICAT DE REPRÉSENTANT (n o 1)

RÈGLEMENT RELATIF À LA DÉLIVRANCE ET AU RENOUVELLEMENT DU CERTIFICAT DE REPRÉSENTANT (n o 1) RÈGLEMENT RELATIF À LA DÉLIVRANCE ET AU RENOUVELLEMENT DU CERTIFICAT DE REPRÉSENTANT (n o 1) Loi sur la distribution de produits et services financiers (L.R.Q., c. D-9.2, a. 200, 1 er al., par. 1, 2, 3,

Plus en détail

PLATEFORME HORIZONS EMPLOI. Métiers et professions

PLATEFORME HORIZONS EMPLOI. Métiers et professions PLATEFORME HORIZONS EMPLOI Métiers et professions Agent général, courtier/agente générale, courtière (33222 ) Informations sur le groupe de métiers Les métiers du groupe Courtier en assurances...........................................

Plus en détail

plan directeur des systèmes d'information objectif et marche à suivre

plan directeur des systèmes d'information objectif et marche à suivre plan directeur des systèmes d'information objectif et marche à suivre Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Lapointe Conseiller en gestion Publié par la Direction

Plus en détail

GUIDE DE L ÉTUDIANT. Assurance de dommages. ATTESTATION D ÉTUDES COLLÉGIALES LCA.6A version 2013*

GUIDE DE L ÉTUDIANT. Assurance de dommages. ATTESTATION D ÉTUDES COLLÉGIALES LCA.6A version 2013* Assurance de dommages ATTESTATION D ÉTUDES COLLÉGIALES LCA.6A version 2013* GUIDE DE L ÉTUDIANT *Programme élaboré et révisé par le cégep de Sainte-Foy pour le consortium de collèges offrant ce programme.

Plus en détail

MARKETING. Denis Pettigrew D. Se. gestion Professeur titulaire de marketing Université du Québec à Trois-Rivières

MARKETING. Denis Pettigrew D. Se. gestion Professeur titulaire de marketing Université du Québec à Trois-Rivières MARKETING 6 e édition Denis Pettigrew D. Se. gestion Professeur titulaire de marketing Université du Québec à Trois-Rivières Normand Turgeon Ph. D. (Marketing) Professeur titulaire Service de l'enseignement

Plus en détail

RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION

RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION RÉGIMES DE RETRAITE DANS LE SECTEUR BÉNÉVOLE ET COMMUNAUTAIRE NOTIONS DE BASE AUX FINS DE DISCUSSION Contexte L accès à une prestation de retraite ou de pension pour les employés des organismes du secteur

Plus en détail

Cadre supérieur d'hydro-québec Mission de l'unité dirigée. Président d'hydro-québec TransÉnergie

Cadre supérieur d'hydro-québec Mission de l'unité dirigée. Président d'hydro-québec TransÉnergie Cadre supérieur d'hydro-québec de l'unité dirigée Président d'hydro-québec TransÉnergie Division HQ TransÉnergie Transporter l'électricité au meilleur coût et avec le niveau de qualité attendu en vue de

Plus en détail

Bilan des réalisations

Bilan des réalisations Bilan des réalisations LES MANDATS, POUVOIRS ET INITIATIVES Mars 1978 Importante révision du régime d indemnisation; la Loi sur l assurance automobile sanctionnée régissait : h l indemnisation des victimes

Plus en détail

b) La liste de vos anciens noms pour les 5 dernières années (avec explications) Si non applicable, veuillez cocher

b) La liste de vos anciens noms pour les 5 dernières années (avec explications) Si non applicable, veuillez cocher PROPOSITION D ASSURANCE RESPONSABILITÉ PROFESSIONNELLE POUR LES CABINETS, LES REPRÉSENTANTS AUTONOMES, LES REPRÉSENTANTS AGISSANT POUR LE COMPTE D UN CABINET SANS Y ÊTRE EMPLOYÉS ET LES SOCIÉTÉS AUTONOMES

Plus en détail

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION INTRODUCTION Plusieurs entreprises tentent de compenser les coupures au niveau de la rémunération par l'introduction d'avantages moins coûteux, comme une plus grande

Plus en détail

MÉMOIRE CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE

MÉMOIRE CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE MÉMOIRE DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DES AFFAIRES SOCIALES AOÛT 2009

Plus en détail

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F. Adm.A., CMC Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

Réflexion stratégique

Réflexion stratégique Réflexion stratégique Principes généraux... 2 Diagnostic des domaines d'activité... 3 La segmentation... 3 Matrice des activités... 5 Diagnostic des ressources... 8 Fondamentaux... 8 Votre diagnostic de

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPLOYEURS DE BLIND RIVER

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPLOYEURS DE BLIND RIVER ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPLOYEURS DE BLIND RIVER 2 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPLOYEURS DE BLIND RIVER Un groupe d'entreprises locales prospère apporte non seulement un avantage économique à une communauté, mais

Plus en détail

Bibliothèque et Archives nationales du Québec Bibliothèque nationale du Canada 3e trimestre 2015. www.cpq.qc.ca

Bibliothèque et Archives nationales du Québec Bibliothèque nationale du Canada 3e trimestre 2015. www.cpq.qc.ca Commentaires du CPQ sur le projet de loi n 58 Loi regroupant la Commission administrative des régimes de retraite et d assurances et la Régie des rentes du Québec - Septembre 2015 - Le CPQ a pour mission

Plus en détail

Règlement sur les critères d'obtention des titres de courtier d'assurance associé et de courtier d'assurance agréé

Règlement sur les critères d'obtention des titres de courtier d'assurance associé et de courtier d'assurance agréé Page 1 of 5 Éditeur officiel du Québec Ce document n'a pas de valeur officielle. Dernière version disponible À jour au 1er novembre 2009 c. D-9.2, r.1.1.1 Règlement sur les critères d'obtention des titres

Plus en détail

Les courtiers auront de plus en plus

Les courtiers auront de plus en plus GÉRARD BÉRUBÉ Au cours de la dernière décennie, les transformations qui ont façonné le réseau de distribution en assurance n ont donné d autre choix que d examiner ce volet du marché et de se questionner

Plus en détail

Faire face à la pénurie de main-d œuvre chez Desjardins. Être un employeur distinctif

Faire face à la pénurie de main-d œuvre chez Desjardins. Être un employeur distinctif Faire face à la pénurie de main-d œuvre chez Desjardins Être un employeur distinctif ASDEQ Mai 2010 La mission de Desjardins Contribuer au mieux-être économique et social des personnes et des collectivités

Plus en détail

Proposition Assurance contre les erreurs et omissions des représentants, cabinets en assurance et des experts en sinistres

Proposition Assurance contre les erreurs et omissions des représentants, cabinets en assurance et des experts en sinistres Proposition Assurance contre les erreurs et omissions des représentants, cabinets en assurance et des experts en sinistres Groupe ENCON inc. 500-1400, Blair Place Ottawa (Ontario) K1J 9B8 Téléphone 613-786-2000

Plus en détail

Précision. Rigueur. Estimation du risque

Précision. Rigueur. Estimation du risque Savez-vous lesquels de ces conducteurs représentent le plus grand risque pour votre entreprise? Nous le savons. Estimation du risque ApSTAT Technologies offre une gamme complète de solutions robustes de

Plus en détail

En emploi et poursuivant des études 3/24 3/27

En emploi et poursuivant des études 3/24 3/27 Ensemble du 1 er cycle - Emplois MAÎTRISE EN ADMINISTRATION CONCENTRATION FINANCE (COURS) (11), CONCENTRATION GESTION DU COMMERCE ÉLECTRONIQUE (5), CONCENTRATION GESTION INTERNATIONALE (COURS) (1), CONCENTRATION

Plus en détail

Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada

Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada Commentaires du Conseil du patronat du Québec Mai 2010 Maintenir la solidité du système

Plus en détail

POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE du Regroupement québécois de la danse pour le secteur de la danse professionnelle au Québec

POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE du Regroupement québécois de la danse pour le secteur de la danse professionnelle au Québec POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE du Regroupement québécois de la danse pour le secteur de la danse professionnelle au Québec 1. PRÉSENTATION DE LA POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE En avril 2005, le Regroupement

Plus en détail

Ligne directrice sur la gestion des risques liés à la criminalité financière Commentaires présentés à l Autorité des marchés financiers

Ligne directrice sur la gestion des risques liés à la criminalité financière Commentaires présentés à l Autorité des marchés financiers Ligne directrice sur la gestion des risques liés à la criminalité financière Commentaires présentés à l Autorité des marchés financiers par le Bureau d assurance du Canada Le 20 janvier 2012 Le Bureau

Plus en détail

Les Contrats Collectifs face aux nouvelles normes sociales et fiscales

Les Contrats Collectifs face aux nouvelles normes sociales et fiscales En clair COMPLÉMENTAIRES SANTÉ / PRÉVOYANCE Les Contrats Collectifs face aux nouvelles normes sociales et fiscales Quand la Prévoyance vous appartient. Sommaire Exonération des cotisations Sociales...

Plus en détail

Programme d Expertise

Programme d Expertise Programme d Expertise Offre de formation aux courtiers Août à décembre Besoin de renseignements? 2015 Communiquez avec l équipe Formation et développement 1 855 646-8228, poste 87952 EMPLACEMENT DES LOCAUX

Plus en détail

Faits et statistiques. Les assurances de personnes au QUÉBEC

Faits et statistiques. Les assurances de personnes au QUÉBEC Faits et statistiques Les assurances de personnes au QUÉBEC Édition 2008 Association canadienne des compagnies d assurances de personnes inc. Canadian Life and Health Insurance Association Inc. Les assurances

Plus en détail

Une carrière. en actuariat?

Une carrière. en actuariat? Une carrière en actuariat? Photo UNE CARRIÈRE EN ACTUARIAT? Votre choix de carrière sera probablement la décision la plus importante de votre vie. Pour faire un choix éclairé, vous devrez

Plus en détail

Éditeur officiel du Québec À jour au 1er août 2015 Ce document a valeur officielle.

Éditeur officiel du Québec À jour au 1er août 2015 Ce document a valeur officielle. Éditeur officiel du Québec À jour au 1er août 2015 Ce document a valeur officielle. chapitre D-8.3, r. 7 Règlement sur les mutuelles de formation Loi favorisant le développement et la reconnaissance des

Plus en détail

2 Traité de gestion bancaire

2 Traité de gestion bancaire INTRODUCTION Le paysage bancaire canadien s'est profondément modifié depuis les changements apportés à la Loi sur les banques en 1987. Autrefois, les fameux «quatre piliers» dominaient le paysage financier

Plus en détail

La diversité à la Banque Nationale : une richesse incontournable

La diversité à la Banque Nationale : une richesse incontournable La diversité à la Banque Nationale : une richesse incontournable Atelier : Les employeurs et la diversité ethnoculturelle 11 ième Conférence Internationale Métropolis 4 octobre 2006 Lisbonne, Portugal

Plus en détail

FORMATION RESPONSABLE COMMERCIAL EN AGROBUSINESS TITRE DE NIVEAU II contenu des modules de formation

FORMATION RESPONSABLE COMMERCIAL EN AGROBUSINESS TITRE DE NIVEAU II contenu des modules de formation Niveau Code Module Intitulé Unité d Enseignement Objectifs B B AF 2 Agro-fourniture Agro-ressources Acquérir une connaissance approfondie du marché des céréales alimentaires et non alimentaires dans un

Plus en détail

Institutions de dépôts - Recueil d'instructions Bureau du surintendant des institutions financières

Institutions de dépôts - Recueil d'instructions Bureau du surintendant des institutions financières PASSIF-DÉPÔTS OBJET Le présent relevé fournit la ventilation détaillée du passif-dépôts des institutions de dépôts. FONDEMENT LÉGISLATIF Les articles 628 et 600 de la Loi sur les banques et l'article 495

Plus en détail

Document d information n o 4 sur les pensions

Document d information n o 4 sur les pensions Document d information n o 4 sur les pensions Épargnes privées de retraite Partie 4 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition,

Plus en détail

SCIAN Canada Cliquez ici pour retourner à indexf.pdf Descriptions

SCIAN Canada Cliquez ici pour retourner à indexf.pdf Descriptions Cliquez ici pour retourner à indexf.pdf 514210 Services de traitement des données Voir la description de la classe 51421 ci-dessus. 52 Finance et assurances Ce secteur comprend les établissements dont

Plus en détail

Note d orientation : Gestion des risques d'entreprise (GRE)

Note d orientation : Gestion des risques d'entreprise (GRE) 4711 Yonge Street Suite 700 Toronto ON M2N 6K8 Telephone: 416-325-9444 Toll Free 1-800-268-6653 Fax: 416-325-9722 4711, rue Yonge Bureau 700 Toronto (Ontario) M2N 6K8 Téléphone : 416 325-9444 Sans frais

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

Reconnaissance de Groupe TMX Inc. à titre de bourse en vertu de l article 12 de la Loi sur les instruments dérivés, L.R.Q., c. I-14.

Reconnaissance de Groupe TMX Inc. à titre de bourse en vertu de l article 12 de la Loi sur les instruments dérivés, L.R.Q., c. I-14. DÉCISION N 2012-PDG-0075 Reconnaissance de Corporation d Acquisition Groupe Maple à titre de bourse en vertu de l article 12 de la Loi sur les instruments dérivés, L.R.Q., c. I-14.01 Reconnaissance de

Plus en détail

1. LA GLOBALISATION DES MARCHÉS

1. LA GLOBALISATION DES MARCHÉS Les dix dernières années ont vu de grands bouleversements dans l'industrie du tourisme. Malgré une croissance de l'industrie dans la plupart des marchés, le phénomène de la concurrence est devenu une préoccupation

Plus en détail

DEMANDE D'ADHÉSION. 1 Informations sur l'entreprise. Nom de l'entreprise. Adresse de correspondance. Interlocuteur. Filiales, succursales

DEMANDE D'ADHÉSION. 1 Informations sur l'entreprise. Nom de l'entreprise. Adresse de correspondance. Interlocuteur. Filiales, succursales DEMANDE D'ADHÉSION Je souhaiterais / nous souhaiterions adhérer à la SIBA (Swiss Insurance Brokers Association). À cette fin, j'envoie / nous envoyons le formulaire suivant, rempli entièrement et en toute

Plus en détail

INTRODUCTION GENERALE

INTRODUCTION GENERALE INTRODUCTION GENERALE Chaque année, les entreprises ont de nombreux challenges à relever; adaptation à des contraintes légales nationales, européennes ou internationales, lancement de nouveaux services

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE LIGNE DIRECTRICE N 6 LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE Le 15 novembre 2011 TABLE DES MATIÈRES CONTEXTE DE LA LIGNE DIRECTRICE... 3 Pratiques prudentes

Plus en détail

PLATEFORME HORIZONS EMPLOI. Métiers et professions

PLATEFORME HORIZONS EMPLOI. Métiers et professions PLATEFORME HORIZONS EMPLOI Métiers et professions Conseiller financier/conseillère financière bancaire (33211 ) Informations sur le groupe de métiers Les métiers du groupe Conseiller financier bancaire........................................

Plus en détail

FÉDÉRATION DES CHAMBRES DE COMMERCE DU QUÉBEC

FÉDÉRATION DES CHAMBRES DE COMMERCE DU QUÉBEC Mémoire à la Commission des finances publiques sur le projet de loi no. 39 Loi sur les régimes volontaires d'épargne-retraite FÉDÉRATION DES CHAMBRES DE COMMERCE DU QUÉBEC ASSEMBLÉE NATIONALE DU QUÉBEC

Plus en détail

PLATEFORME HORIZONS EMPLOI. Métiers et professions

PLATEFORME HORIZONS EMPLOI. Métiers et professions PLATEFORME HORIZONS EMPLOI Métiers et professions Organisateur informaticien/organisatrice informaticienne (32341 ) Informations sur le groupe de métiers Les métiers du groupe Chef de projet informatique........................................

Plus en détail

LA TECHNIQUE DE LA "MISE À PART" DE L'ARGENT

LA TECHNIQUE DE LA MISE À PART DE L'ARGENT Centre québécois de formation en fiscalité CQFF inc. Société privée de formation en fiscalité LA TECHNIQUE DE LA "MISE À PART" DE L'ARGENT DÉDUCTIBILITÉ DES INTÉRÊTS ET STRATÉGIE DE LA "MISE À PART" DE

Plus en détail

LE CONTROLE DE GESTION DANS L'ASSURANCE : UNE REHABILITATION VITALE EN TUNISIE

LE CONTROLE DE GESTION DANS L'ASSURANCE : UNE REHABILITATION VITALE EN TUNISIE LE CONTROLE DE GESTION DANS L'ASSURANCE : UNE REHABILITATION VITALE EN TUNISIE Par Nabila EL HEDDA, Elyès JOUINI et Denis CHEMILLIER-GENDREAU "Le marché tunisien de l'assurance va connaître, dans les années

Plus en détail

Au cours de l'audience, ou à la suite de celle-ci, la Régie s'est particulièrement intéressée aux questions suivantes:

Au cours de l'audience, ou à la suite de celle-ci, la Régie s'est particulièrement intéressée aux questions suivantes: Sommaire La Société d'assurance publique du Manitoba («la SAPM») a déposé auprès de la Régie des services publics («la Régie») une demande d'approbation des primes d'assurance-automobile obligatoire qu'elle

Plus en détail

Rapport de planification stratégique

Rapport de planification stratégique Comité sectoriel de la main-d œuvre du commerce de l alimentation Rapport de planification stratégique Décembre 2009 Comité sectoriel de main-d'oeuvre de l'industrie du caoutchouc du Québec 2035, avenue

Plus en détail

Rechercher une franchise

Rechercher une franchise Inscrivez-vous à notre infolettre Courriel: S'inscrire Accueil Contact Plan du site Abonnement Rechercher une franchise Nom : Catégorie : Mise de fonds : Toutes les catégories Peu importe Rechercher Guide

Plus en détail

INSTRUCTIONS RELATIVES

INSTRUCTIONS RELATIVES INSTRUCTIONS RELATIVES AUX TABLEAUX SUR LES SINISTRES ET INDICES DE PERTE Les Tableaux sur les sinistres et indices de perte sont exigés afin de pouvoir constituer une base de données et une présentation

Plus en détail

Nos régimes d épargne-retraite collectifs 5057-00F-AOÛT13. Des solutions simples pour vous faciliter la vie!

Nos régimes d épargne-retraite collectifs 5057-00F-AOÛT13. Des solutions simples pour vous faciliter la vie! Nos régimes d épargne-retraite collectifs 5057-00F-AOÛT13 Des solutions simples pour vous faciliter la vie! Comment attirer et fidéliser un personnel qualifié dans un marché compétitif. Aux yeux des employés,

Plus en détail

PARTIE 1. Phénoménologie

PARTIE 1. Phénoménologie TABLE DES MATIÈRES Du même auteur........................................ Table des matières....................................... Abréviations........................................... Sigles.................................................

Plus en détail

Conclusions de la 9ème réunion du Groupe Consultatif du SYGADE

Conclusions de la 9ème réunion du Groupe Consultatif du SYGADE Conclusions de la 9ème réunion du Groupe Consultatif du SYGADE Le Groupe consultatif du SYGADE soumet à l'attention du Secrétaire général de la CNUCED les conclusions suivantes formulées lors de sa 9ième

Plus en détail

Outaouais & Cie. Démarrage de mon entreprise. Boîte à outils

Outaouais & Cie. Démarrage de mon entreprise. Boîte à outils Démarrage de mon entreprise Boîte à outils Table des matières Page Formes juridiques d une entreprise 4-5 Formulaires légaux requis 6 Le plan d affaires 7 Produits et services 8 à 10 Réussite en affaires

Plus en détail

Figure 1 Figure 2 3 POPULATION DE 45 ANS ET PLUS À MONTRÉAL. Direction régionale d Emploi-Québec de l Île-de-Montréal

Figure 1 Figure 2 3 POPULATION DE 45 ANS ET PLUS À MONTRÉAL. Direction régionale d Emploi-Québec de l Île-de-Montréal Figure 1 Figure 2 3 PORTRAIT DE LA POPULATION DE 45 ANS ET PLUS À MONTRÉAL Direction régionale d Emploi-Québec de l Île-de-Montréal Direction de la planification et de l information sur le marché du travail

Plus en détail

Profil de compétence et d expérience des administrateurs Des Violons du Roy et de La Chapelle de Québec

Profil de compétence et d expérience des administrateurs Des Violons du Roy et de La Chapelle de Québec Profil de compétence et d expérience des administrateurs Des Violons du Roy et de La Chapelle de Québec Société : Les Violons du Roy et La Chapelle de Québec Date du profil : janvier 2011 Mandat de la

Plus en détail

LES RÉGIMES D ASSURANCE COLLECTIVE NÉGOCIÉS DANS LES CONVENTIONS COLLECTIVES AU QUÉBEC. par Mélanie Laflamme

LES RÉGIMES D ASSURANCE COLLECTIVE NÉGOCIÉS DANS LES CONVENTIONS COLLECTIVES AU QUÉBEC. par Mélanie Laflamme LES RÉGIMES D ASSURANCE COLLECTIVE NÉGOCIÉS DANS LES CONVENTIONS COLLECTIVES AU QUÉBEC par Mélanie Laflamme Direction des données sur le travail Ministère du Travail septembre 5 INTRODUCTION Cette étude

Plus en détail

EXEMPLES DE POSTES AFFAIRES INTERNATIONALES

EXEMPLES DE POSTES AFFAIRES INTERNATIONALES EXEMPLES DE POSTES AFFAIRES INTERNATIONALES Où trouver les stages : dans les différents ONG qui font affaire avec l ACDI, le MAE, le DRHC et d autres instances gouvernementales et qui vont offrir des stages

Plus en détail

Avant-propos 3. PREMIÈRE PARTIE - Le plan marketing stratégique. CHAPITRE 1 Analyser l'entreprise dans son environnement 13

Avant-propos 3. PREMIÈRE PARTIE - Le plan marketing stratégique. CHAPITRE 1 Analyser l'entreprise dans son environnement 13 Avant-propos 3 PREMIÈRE PARTIE - Le plan marketing stratégique CHAPITRE 1 Analyser l'entreprise dans son environnement 13 La portée du plan marketing stratégique 13 Le plan marketing stratégique de l'entreprise

Plus en détail

MARKT/2094/01 FR Orig. EN COMMERCE ÉLECTRONIQUE ET SERVICES FINANCIERS

MARKT/2094/01 FR Orig. EN COMMERCE ÉLECTRONIQUE ET SERVICES FINANCIERS MARKT/2094/01 FR Orig. EN COMMERCE ÉLECTRONIQUE ET SERVICES FINANCIERS Finalité du document Le présent document dresse un état des lieux du dossier commerce électronique et services financiers, avec une

Plus en détail

LA CATÉGORIE DE SOCIÉTÉ DESJARDINS

LA CATÉGORIE DE SOCIÉTÉ DESJARDINS LA CATÉGORIE DE SOCIÉTÉ DESJARDINS LAISSEZ VOTRE VIE GUIDER VOS CHOIX, PAS L IMPÔT Parce que la vie vous réserve encore bien des surprises, votre situation personnelle sera appelée à changer au fil du

Plus en détail

RÉUSSITE DU PERSONNEL = GAIN POUR L'ENTREPRISE

RÉUSSITE DU PERSONNEL = GAIN POUR L'ENTREPRISE RÉUSSITE DU PERSONNEL = GAIN POUR L'ENTREPRISE LE MILIEU DU TRAVAIL SE TRANSFORME Une nouvelle dynamique employé-employeur s'instaure. Le personnel cherche à apprendre et à croître tout au long de leur

Plus en détail

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements LES FONDS D INVESTISSEMENT La façon la plus accessible de diversifier vos placements Gestion professionnelle, diversification et liquidité De plus en plus de gens prennent conscience de la différence entre

Plus en détail

Les chartes du conseil d administration et de ses comités (Régie d entreprise)

Les chartes du conseil d administration et de ses comités (Régie d entreprise) Les chartes du conseil d administration et de ses comités (Régie d entreprise) 3.1 Charte du conseil d'administration AVIS IMPORTANT Le chapitre 1 intitulé Rêve, mission, vision et valeurs, des Textes

Plus en détail

Adéquation entre formation et emploi : le rôle des universités québécoises

Adéquation entre formation et emploi : le rôle des universités québécoises Adéquation entre formation et emploi : le rôle des universités québécoises 27 mai 2011 CREPUQ ADÉQUATION ENTRE FORMATION ET EMPLOI : LE RÔLE DES UNIVERSITÉS QUÉBÉCOISES TABLE DES MATIÈRES Introduction...

Plus en détail

assurance vie universelle IDENTIFICATEUR DE PROFIL D INVESTISSEUR DE L'ASSURANCE VIE UNIVERSELLE

assurance vie universelle IDENTIFICATEUR DE PROFIL D INVESTISSEUR DE L'ASSURANCE VIE UNIVERSELLE assurance vie universelle IDENTIFICATEUR DE PROFIL D INVESTISSEUR DE L'ASSURANCE VIE UNIVERSELLE IDENTIFICATEUR DE PROFIL D INVESTISSEUR DE L ASSURANCE VIE UNIVERSELLE L'assurance vie universelle réunit

Plus en détail

2011 Dossier de Presse

2011 Dossier de Presse 2011 Dossier de Presse 01/07/2011 Sommaire Le reseau Cimm Immobilier... 3... 3 Rejoindre le réseau... 3 La réussite par la formation... 3 Le developpement du reseau... 5... 5... 6 «La réussite de nos Franchisés

Plus en détail

Lignes directrices pour l'élaboration d'une Proposition de projet initiale

Lignes directrices pour l'élaboration d'une Proposition de projet initiale Lignes directrices pour l'élaboration d'une Proposition de projet initiale Instructions aux Candidats Les présentes Lignes directrices sont fournies à titre indicatif pour l'élaboration et la soumission

Plus en détail

Directive (suite) Acquisition de biens meubles, de services et gestion de contrats DIR-08. Page 2 de 12. Titre. Numéro 963-0340 (98-05) E FRM

Directive (suite) Acquisition de biens meubles, de services et gestion de contrats DIR-08. Page 2 de 12. Titre. Numéro 963-0340 (98-05) E FRM Page 2 de 12 1.7 Biens ou services supplémentaires Biens ou services dont le besoin d'acquisition est non nécessaire à l'exécution de l objet du contrat. 1.8 Contenu québécois Part des coûts des matériaux,

Plus en détail

Questionnaire Identificateur de Profil d investisseuse ou D investisseur. vie Universelle. L'Équitable, compagnie d'assurance vie du Canada

Questionnaire Identificateur de Profil d investisseuse ou D investisseur. vie Universelle. L'Équitable, compagnie d'assurance vie du Canada Questionnaire Identificateur de Profil d investisseuse ou D investisseur vie Universelle L'Équitable, compagnie d'assurance vie du Canada Concevoir votre portefeuille d'épargne et de placements Votre contrat

Plus en détail

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 1211122 GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 RAPPORT SOMMAIRE Cette proposition présente les recommandations de Genworth Financial Canada («Genworth») au Comité permanent des

Plus en détail

Présentation corporative

Présentation corporative Présentation corporative présentée par François Doucet, MPA, DESS, DES.c Analyste d affaires, m.mqq, m.pmi Gatineau, (Québec) Canada La firme SCA Inc. est un cabinet de conseil en management œuvrant dans

Plus en détail

La santé des francophones en situation minoritaire : un urgent besoin de plus d informations pour offrir de meilleurs services

La santé des francophones en situation minoritaire : un urgent besoin de plus d informations pour offrir de meilleurs services La santé des francophones en situation minoritaire : un urgent besoin de plus d informations pour offrir de meilleurs services SOMMAIRE Consortium national de formation en santé Société Santé en français

Plus en détail

Enquête globale sur la perception des clients dans l assurance

Enquête globale sur la perception des clients dans l assurance Enquête globale sur la perception des clients dans l assurance Le moment pour les assureurs de repenser leur relation client Forum International de l'assurance Casablanca 18 avril 2013 Enquête globale

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE

DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE DIAGNOSTIC DE LA FORMATION DES PERSONNES HANDICAPÉES VUE D ENSEMBLE JANVIER 2014 INTRODUCTION Le CAMO pour personnes handicapées souhaitait établir un portrait de la situation de la formation des personnes

Plus en détail

Rapport. Thème : Matière : Finance Approfondie. Enseignant : M. BOUJETTOU Enseignant, chercheur à l ENCGT. Travail réalisé par :

Rapport. Thème : Matière : Finance Approfondie. Enseignant : M. BOUJETTOU Enseignant, chercheur à l ENCGT. Travail réalisé par : Université Abdelmalek Essaadi Ecole Nationale de Commerce et de Gestion -Tanger- Adresse : BP1255, Tanger, Tél. : 039-31-34-87/88/89, Fax : 039-31-34-93 Matière : Finance Approfondie Rapport Thème : Enseignant

Plus en détail

Le présent avis s adresse à tous les représentants en assurance, aux experts en sinistre et aux planificateurs financiers.

Le présent avis s adresse à tous les représentants en assurance, aux experts en sinistre et aux planificateurs financiers. Avis relatif à l application du Règlement sur l exercice des activités des représentants, R.R.Q., c. 9.2, r. 10 (Loi sur la distribution de produits et services financiers) Le présent avis s adresse à

Plus en détail

RÉSUMÉ DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE RÉPERTOIRE)

RÉSUMÉ DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE RÉPERTOIRE) RÉSUMÉ DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE RÉPERTOIRE) Intitulé (cadre 1) Domaine : Droit, Économie, Gestion Licence professionnelle : Dénomination Nationale «Assurance, banque, finance» Spécialité :

Plus en détail

Leadership et technologie : avantages des communications vidéo pour les entreprises de taille moyenne

Leadership et technologie : avantages des communications vidéo pour les entreprises de taille moyenne LIVRE BLANC Leadership et technologie : avantages des communications vidéo pour les entreprises de taille moyenne Décembre 2012 Résumé Les entreprises de taille moyenne cherchent à réussir dans un environnement

Plus en détail

Assurance automobile au Québec. Colloque du 25 mars 2004. Présenté par : Jean-Louis Gauvin, FSA, FICA

Assurance automobile au Québec. Colloque du 25 mars 2004. Présenté par : Jean-Louis Gauvin, FSA, FICA Assurance automobile au Québec Colloque du 25 mars 2004 Présenté par : Jean-Louis Gauvin, FSA, FICA COLLOQUE DU 25 MARS 2004 Les origines et l avenir du régime québécois d assurance automobile Les origines

Plus en détail

Proposition n o 3 Assurance médicaments. Résumé des faits

Proposition n o 3 Assurance médicaments. Résumé des faits Proposition n o 3 Assurance médicaments / Avril 2014 1 Proposition n o 3 Assurance médicaments Résumé des faits C est la Loi sur l assurance médicaments (art. 16) qui oblige les membres à adhérer à l assurance

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Transcontinental inc. (la Société) est une société dont les valeurs sous-tendent une saine gestion d entreprise. Son conseil d administration (le conseil) a pour mission

Plus en détail

LE REER COLLECTIF FÉRIQUE OPTEZ POUR UN REER DE GÉNIE

LE REER COLLECTIF FÉRIQUE OPTEZ POUR UN REER DE GÉNIE LE REER COLLECTIF FÉRIQUE OPTEZ POUR UN REER DE GÉNIE BIENVENUE DANS UN RÉGIME DE RETRAITE À NUL AUTRE PAREIL LE REER COLLECTIF FÉRIQUE EN BREF En vertu d une entente avec Gestion FÉRIQUE, votre employeur

Plus en détail

Épreuve n 1 : gestion juridique, fiscale et sociale

Épreuve n 1 : gestion juridique, fiscale et sociale Épreuve n 1 : gestion juridique, fiscale et sociale Nature : épreuve écrite portant sur l'étude d'un cas ou de situations pratiques pouvant être accompagnées de commentaires d'un ou plusieurs documents

Plus en détail

Le Mouvement Desjardins:

Le Mouvement Desjardins: Le Mouvement : Coopérer pour créer l avenir Présentation à l occasion du Rendez-vous de l habitation Le 1 er octobre 2012, Laval , de 1900 à aujourd hui 1900-1920 Fondation des premières caisses par Alphonse

Plus en détail

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers entre assureurs de dommages et carrossiers Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers Novembre 2006 entre assureurs de dommages et carrossiers 2 PRÉAMBULE Le Groupement des assureurs automobiles

Plus en détail

VOTRE PARTENAIRE EN ASSURANCES COLLECTIVES

VOTRE PARTENAIRE EN ASSURANCES COLLECTIVES VOTRE PARTENAIRE EN ASSURANCES COLLECTIVES QUATREM, votre partenaire en assurances collectives Entamer une collaboration avec QUATREM, c'est d'abord choisir l'expertise en assurances collectives. Dans

Plus en détail

Cisco Data Center Facilities Planning and Design Service (Service de conception et de planification des installations de centre de données Cisco)

Cisco Data Center Facilities Planning and Design Service (Service de conception et de planification des installations de centre de données Cisco) Cisco Data Center Facilities Planning and Design Service (Service de conception et de planification des installations de centre de données Cisco) Concevez un centre de données flexible à même de répondre

Plus en détail

Table des matières. Chapitre 1

Table des matières. Chapitre 1 Table des matières Chapitre 1 Les objectifs de la planification financière et les objectifs de placement 1 Les objectifs de la planification financière personnelle 1 Premier objectif: atteindre un certain

Plus en détail