Dans sa globalité, et de façon apparente, le marché

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dans sa globalité, et de façon apparente, le marché"

Transcription

1 38 3 LE MARCHÉ DES COMMERCES EN FRANCE : NOUVEAUX DÉFIS ET NOUVEAUX ENJEUX Par Emmanuel Ducasse, responsable développement études immobilières à Crédit Foncier Études. 4.1 / INTRODUCTION 4.2/ LE MARCHÉ LOCATIF Sur fond de restriction des budgets des ménages, les circuits de distribution négocient aujourd hui un tournant historique : la distinction centenaire entre commerce de quartier et grande distribution est mise à mal par l arrivée du commerce sur Internet. Ce n est plus en termes d opposition entre l e-commerce et le commerce en magasin qu il faut envisager la restructuration de l immobilier commercial. De nouvelles habitudes de consommation se font jour, qui mêlent désormais et sans les opposer différents canaux de distribution. Lorsque ces évolutions seront arrivées à leur terme, il conviendra de repenser l immobilier commercial selon des critères peut-être très différents de ceux qui prévalent actuellement. Si le se porte bien aujourd hui, c est sur des fondamentaux qui ne seront peut-être plus ceux de demain. Dans sa globalité, et de façon apparente, le primaire de l immobilier commercial affiche en effet une tendance légèrement positive, sans contradiction avec un contexte économique dégradé. Tendances générales Un perturbé et en mutation On se souvient que l année 2010 avait été globalement satisfaisante pour la consommation, avec un chiffre de progression de + 1,3, étant observé que le commerce spécialisé s était montré plus dynamique que le commerce non spécialisé. Les premiers mois de 2011 sont restés sur la même tendance, mais dès la fin du premier semestre 2011 s est manifesté un ralentissement de la consommation des ménages ( 0,7 ), lié à une dégradation de la situation économique ressentie avant même la crise financière de l été. Au second semestre 2011, les prévisions à la baisse de PIB et l affaiblissement de la confiance des ménages ont laissé la place à une consommation atone dès septembre. Entre rigueur budgétaire et faible accroissement démographique, l observateur de l immobilier du crédit foncier Nº 80

2 ÉTUDES 39 les nouvelles prévisions de croissance de la consommation, sans évoquer encore le spectre de la récession, sont désormais fort prudentes pour 2012 et 2013 (+ 0,7 et + 1,2 ). «Fly to quality» : la course aux meilleurs emplacements ne connaît pas la crise Pour les meilleurs emplacements, et eux seuls, l offre se montre très insuffisante face aux appétits féroces des enseignes. La propension de ces dernières à se concentrer sur les artères les plus animées n est certes pas une nouveauté : renforcée depuis une vingtaine d années par le développement des marques et des «enseignes», la concentration en centre-ville des activités commerciales à forte marge avait succédé à la fin des années 1980 à une première vague de flambée des loyers liée à la volonté des grands réseaux bancaires de se structurer et de mailler le territoire à tout prix. Le phénomène actuel de concentration sur les artères centrales semble désormais moins lié à la stratégie de développement des enseignes qu à leur recherche effrénée de diversification et de rationalisation de leurs implantations. En temps de crise économique, la préférence pour les emplacements de meilleure commercialité traduit surtout une forme d aversion au risque, voire de repli sur les fondamentaux de la sécurité et de la liquidité. C est ainsi que, malgré les inquiétudes que tous les acteurs expriment d un ralentissement de la consommation, se maintiennent des niveaux de loyer extrêmement élevés sur les emplacements n 1 (voire 1bis), charges locatives qui portent parfois les taux d effort des preneurs hors limites du raisonnable, et présagent des mouvements locatifs d importance dans les prochaines années. Effets de taille Dans ce contexte perturbé, de nouvelles formes de commerce plus ciblées tendent à supplanter la consommation de masse (les marketteurs parlent de «commerce de précision»). Tous les sondages réalisés auprès des consommateurs montrent en effet qu ils sont de plus en plus nombreux à vouloir consacrer moins de temps à faire leurs courses, et à éviter de se déplacer sur de grandes distances pour cette activité nécessaire. Il faut y voir la raison du retour des enseignes de moyenne et grande distribution vers le centreville : la préférence du moment va vers des magasins de taille plus «humaine» (pour autant que l on s accorde sur ce qu est un magasin à taille «humaine»), qui faciliteraient les courses de proximité, tout en procurant aux clients captifs de ces enseignes une offre alternative aux grandes surfaces de vente habituelles. Une fois encore, cette mode n est pas nouvelle : le commerce de proximité est favorisé par la réduction de la taille des ménages urbains et le vieillissement de la population, phénomène constaté depuis des décennies. Ces évolutions sociétales favorisent en effet l émergence de nouvelles générations de consommateurs achetant près de leur domicile, en moindre quantité et plus souvent, modèle de consommation en décalage avec la philosophie des centres commerciaux géants de lointaine périphérie. En 2010, 56 des ménages ont utilisé le commerce de proximité, chiffre s élevant sans surprise à 75 en Île-de-France. Les courses de la facilité C est le même esprit qui favorise l essor du «drive» (il s agit de courses effectuées à domicile sur catalogue puis enlevées sur place un peu après la commande). La formule affiche un succès insolent avec la conquête de 1,3 de part de (en juillet 2011), malgré seulement 150 points de vente. Directement importé des États-Unis, le drive était encore pratiquement inexistant en France avant 2010, mais se permet désormais de supplanter le commerce en ligne des produits de grande consommation (plus trivialement la livraison à domicile). D une façon générale, l engouement pour l e-commerce ne cesse de se confirmer : près de 60 des consommateurs déclarent acheter en ligne. Il semblerait même que la France soit l un des pays les plus dynamiques dans ce domaine : le chiffre d affaires généré par l e-commerce a été chiffré à 31 Md en 2010, soit 4,5 de part de, et une enquête récente du Credoc estime même que l e-commerce s établira à 24 de parts de en 2020.

3 40 le DES COMMERCES EN FRANCE La prévision est-elle tenable, et pourra-t-on encore distinguer l e-commerce de la distribution physique? Lorsque le processus d intégration entre les différents canaux de distribution aura atteint son terme, se posera la question du lieu où le chiffre d affaires est réalisé, et même celle de la localisation de l acte d achat : en magasin, à domicile, en mobilité? En allant encore plus loin, faudra-t-il repenser le concept de la boutique, jusqu à présent lieu de réalisation de l acte de consommation, et dont la situation physique détermine la rentabilité? Des indices locatifs décorrélés de la conjoncture Affectant lourdement les loyers qui arrivent en actualisation, l ILC (indice des loyers commerciaux) a atteint son plus haut historique, progressant de 2,56 en rythme annuel au deuxième trimestre Instauré par la loi de modernisation de l économie du 4 novembre 2008, l ILC fixe la limite de la hausse annuelle de loyer que les propriétaires-bailleurs de locaux à usage commercial sont autorisés à appliquer à chaque date anniversaire de bail. Il est constitué de la somme pondérée d indices représentatifs de l évolution des prix à la consommation (IPC, pour 50 ), des prix de la construction neuve (ICC indice du coût de la construction pour 25 ) et du chiffre d affaires du commerce de détail en valeur (ICAV, pour les 25 restants). Pour sa part, l ICC a encore augmenté d environ 5 en rythme annuel, du fait notamment de la flambée des matières premières. Cette progression ininterrompue de l ICC depuis des années a pour effet de déclencher le jeu de l article L du code de commerce, texte qui prévoit la fixation du loyer à la valeur locative lorsque le jeu de la clause d échelle mobile a pour effet d augmenter ou de diminuer le loyer de plus du quart. Le résultat de cette hausse vertigineuse des coûts techniques du bâtiment se traduit donc de façon relativement inattendue par le déplafonnement de quantité de baux en cours. Ce qui entraîne actuellement une vague de renégociations (en forte hausse) ou de fixations judiciaires du loyer de renouvellement sans précédent, mouvement de nature à fragiliser nombre de commerçants indépendants. Le commerce de périphérie entame une mue nécessaire Le commerce de périphérie autrement dit la distribution en centres commerciaux représente actuellement 170 Md et environ 42 du CA du commerce de détail, chiffres à peu près stabilisés depuis quelques années. Marquant la fin des «trente glorieuses» de la grande distribution, l année 2011 avait commencé sur des interrogations au sujet de l écart croissant entre loyers et rendements réels dans ces espaces commerciaux, confrontés à une baisse de fréquentation. Non sans optimisme, le CNCC (Conseil national des centres commerciaux) assurait, de son côté, que la moindre fréquentation était compensée par une hausse de la consommation. Si l on regarde en arrière, on voit que le parc des centres commerciaux et celui des retail parks ont progressé de 1,5 à 1,9 depuis 2007, quand l accroissement de population périurbaine ne dépassait guère 1,3. Les perspectives sont moins glorieuses : entre 2011 et 2014, Cushman & Wakefield estime ainsi à 1,6 million de mètres carrés les projets de retail park qui sortiront réellement de terre, sur les 4,8 millions de mètres carrés annoncés dans l euphorie de la reprise de La raison de tout cela est le constat que, sur la quasi-totalité des centres commerciaux récents, inaugurés depuis 2007, les résultats en termes de fréquentation et de chiffre d affaires sont loin des objectifs, avec pour corollaire la multiplication des renégociations à la baisse des loyers. Se dessine de la sorte une nouvelle cartographie des centres commerciaux en fonction de leur ancienneté, et de leur assise économique, les plus jeunes restant d évidence les plus fragiles. Pourtant, c est l ensemble du parc qui est touché, et il arrive désormais que sur des centres plus anciens, des commerçants parviennent à renégocier leurs loyers à la baisse. Ce n est que le début. Dans les trois ou quatre prochaines années, les valeurs locatives en centres commerciaux pourraient baisser de 10 à 15 au fur et à mesure du renouvellement des baux, selon le Procos. Sauf si l environnement change Reste en effet l éternelle question de l urbanisme commercial, qui pourrait encore modifier la donne. Sans doute par effet de balancier, un projet parlementaire entend (re)faire l observateur de l immobilier du crédit foncier Nº 81

4 ÉTUDES 41 passer l urbanisme commercial, sous la coupe des collectivités locales, dans le but affiché de prévenir des situations de concurrence «sauvage». Avec l expérience passée de la loi Royer, on imagine qu une réforme de ce type pourrait réduire à terme tout à la fois la concurrence entre centres commerciaux et l offre disponible, et donc peser à la hausse sur les loyers pratiqués dans les centres existants. Évolution des valeurs locatives Sur les axes commerciaux majeurs de Paris, elles n auront jamais été aussi hautes. Il ne s agit là pourtant que de la partie émergée de l iceberg, sur les enseignes et les emplacements n 1. Que l on se garde d en tirer des généralités sur le commerce traditionnel de pieds d immeuble. 4.3 / LE MARCHÉ DE L INVESTISSEMENT Là encore, les apparences sont trompeuses car le de l investissement en immobilier commercial affiche une bonne santé. Lorsque le rendement se marie avec la sécurité, les murs commerciaux représentent une valeur-refuge pour des investisseurs que rebutent les loyers minimes de l immobilier d habitation et le risque locatif accru d un parc tertiaire en partie obsolescent. Pour autant, la conjoncture s annonce plus difficile à décrypter pour les investisseurs : moins de crédits bancaires, et donc des effets de levier en baisse, peu d offres de murs commerciaux de première qualité, des rendements en baisse sur les meilleurs emplacements. VALEURS LOCATIVES À PARIS Loyers (en HT HC/m 2 /an zone A) Artères Min. Max. Champs-Élysées = Avenue Montaigne = Bd Haussmann (secteur grands magasins) k Bd de la Madeleine/Bd des Capucines k Avenue de l Opéra = Rue du faubourg Saint-Honoré (de la rue Royale à la place Beauvau) Rue de Rivoli (de l hôtel de ville à la rue du Louvre) = = Rue de Rennes = Bd Saint-Michel (de la place Saint-Michel à la place Soufflot) Bd Saint-Germain (entre la rue du Bac et le carrefour de l Odéon) = k Rue de Passy k Avenue des Ternes k k Hausse = Stabilité Source : marche-immo.com.

5 42 le DES COMMERCES EN FRANCE Un investissement toujours dynamique en immobilier commercial L investissement commercial toujours en état de grâce? Dans un contexte d incertitudes croissantes, on retrouve de façon très parallèle les tendances constatées par ailleurs sur l immobilier tertiaire : les investisseurs tendent à se concentrer sur les actifs les plus sécurisés (qualité de la signature du preneur, baux à durée ferme, localisation de première qualité, etc.) ; tandis que le des actifs plus secondaires semble se bloquer progressivement. À fin septembre 2011, 1,4 Md ont été investis dans le commerce, chiffre qui accuse une baisse conséquente par rapport à 2010 (2,7 Md sur l ensemble de l année). Mais la part de du commerce dans l investissement immobilier reste stable, autour de 17 des montants investis, voire en progression sur la moyenne des dix dernières années. La proportion demeure faible dans l absolu par rapport à la situation qui prévaut en Italie (58 ), en Allemagne ( 52 ) ou même aux Pays-Bas (35 ). Ce n est pas tant l intérêt des investisseurs pour le commerce qui a faibli, que le volume des transactions d envergure, notamment sur le segment des centres commerciaux. La cause en est imputable à la raréfaction de l offre de centres commerciaux prime, qui favorise par ailleurs la baisse des taux de rendement pour cette classe d actifs. Les commerces en pied d immeuble Les fondamentaux rassurent Les investisseurs le savent bien et capitalisent sur cette tendance de fond : les commerces de centre-ville sont plus que jamais plébiscités par les «enseignes», lesquelles évincent peu à peu les commerçants indépendants, incapables de supporter des hausses de loyer trop fortes dans un contexte de chiffre d affaires stagnant, voire récessif. Bref, un emplacement n 1 ne représente pas seulement un risque locatif minimisé, mais aussi la quasi-certitude d une amélioration du loyer à moyen ou long terme, et donc d une plus-value. Pas étonnant, dans ces conditions, que les boutiques de centre-ville et de pied d immeuble aient profité des liquidités sur le pour continuer de s échanger à un rythme soutenu, néanmoins plus modéré qu en Et, conséquence d une distribution de crédit moins abondante que par le passé, ce sont les investisseurs les mieux dotés en fonds propres qui ont animé ce avec opportunisme, en particulier les institutionnels ou les SCPI ayant bénéficié d un bon niveau de collecte. Pour les meilleurs emplacements parisiens, les taux de rendement prime se situent autour de 4,5 ( 25 points de base par rapport à la fin 2010), surenchère qui traduit l appétit des investisseurs tout autant que la rareté de l offre. Sur les emplacements parisiens secondaires, 100 à 150 pb supplémentaires sont couramment acceptés, soit des rendements nets de 5,5 à 6, également en baisse sur Dans la plupart des métropoles de province, la baisse des taux est spectaculaire sur un an, entre 50 et 75 pb, avec des rendements nets tombés autour de 5,5 (hors transactions exceptionnelles) pour les situations les plus appréciées, et jusqu à 6,5 à 7 pour les situations secondaires. Au vu des rendements constatés en immobilier tertiaire, pas nécessairement plus sécurisé, on conçoit que les murs de boutique même dispersés restent un produit-phare dans tout patrimoine diversifié. Le segment des centres commerciaux Un secteur en mutation structurelle Malgré la baisse des volumes investis, les centres commerciaux restent très recherchés par les investisseurs : sauf cas particuliers, les centres portent leur propre dynamique commerciale et lorsque celle-ci est établie, présentent des fondamentaux sains, et affichent un bon dynamisme des enseignes. Cette forme de distribution totalise aujourd hui un peu plus de 710 centres et points de vente (chiffres de juin 2010) et représente le quart du chiffre d affaires du commerce de détail. Mais ce segment a connu son heure de gloire, et la grande distribution subit aujourd hui de plein fouet la mode du rapprochement des commerces vers le consommateur sur laquelle surfent les nouveaux concepts de distribution en centre-ville. l observateur de l immobilier du crédit foncier Nº 81

6 ÉTUDES 43 MARCHÉ DE L INVESTISSEMENT DANS LES HAUTS-DE-SEINE au 30/06/2011 Secteurs recherchés Autres secteurs Boutiques Taux de rendement net immédiat plancher Variation en points de base depuis le 01/01/2011 Variation en points de base depuis le 01/01/2011 Levallois-Neuilly 6,00 75 = 7,00 75 = Boulogne 6,00 75 = 7,50 50 = Issy-les-Moulineaux 5,75 75 = 7,50 50 = Rueil-Malmaison 6,25 25 = 7,25 25 = MARCHÉ DE L INVESTISSEMENT EN RÉGIONS AU 30/06/2011 Secteurs recherchés Autres secteurs Boutiques Taux de rendement net immédiat plancher Variation en points de base depuis le 01/01/2011 Variation en points de base depuis le 01/01/2011 Lyon 5,50 50 = 7,00 75 = Marseille 5,75 50 = 7,25 25 = Bordeaux 5,00 50 k 6,75 25 k Toulouse 5,25 25 = 7,00 0 = Nantes 6,00 50 = 7,25 25 = Lille 5,50 10 = 7,50 75 = k Hausse = Stabilité Source : marche-immo.com Pas question pour autant de laisser la place libre aux commerces de proximité, dont une part croissante se structure en puissantes chaînes de franchisés. Apparu timidement il y a déjà des années émerge peu à peu le concept de centres commerciaux urbains, de taille nécessairement plus réduite et avec une offre réorientée sur l alimentaire et le service, au détriment de l équipement de la maison. Cette première réponse de la grande distribution à la crise de son modèle se conjugue à une floraison de nouveaux modes et canaux de vente, présentés comme une amélioration du service rendu à la clientèle. Ainsi, l exemple du drive, qui permet à une clientèle pressée de commander ses courses sur le Net pour les récupérer en voiture le plus rapidement possible, est porteur d enseignements pour l avenir. On pourrait le prendre pour un avatar un tantinet désuet du drive-in des années 1950 ; grave erreur! Ce serait oublier qu il ouvre la porte du des produits alimentaires à

7 44 le DES COMMERCES EN FRANCE l e-commerce, et participe à ce titre aux nouveaux canaux par lesquels l économie de l Internet investit peu à peu les centres commerciaux de périphérie. Dans le même temps, ce que l on appelle peut-être à tort le «multicanal» prend son essor dans les magasins d équipement de la personne ou de la maison : le centre commercial «en 3D» reste ouvert toute l année 24 h/24, et prend des commandes qui se font au choix en rayon, depuis une borne placée à l entrée du magasin, dans la rue sur un smartphone ou chez soi depuis un ordinateur. Il ne s agit plus, alors, d anticiper les besoins nouveaux de consommateurs plus volages, mais bien d une stratégie de défense du commerce non alimentaire face à la cannibalisation annoncée de l e-commerce, au moment où l on redoute une érosion des chiffres de ventes de produits d équipement. Les investisseurs constatent, pour l heure, que les valeurs locatives sont mécaniquement en hausse et les taux de vacance en baisse, cela en dépit d une relative morosité de la fréquentation. Le repli constaté de l investissement en centres commerciaux ne contredit pas l intérêt des investisseurs pour le commerce, mais peut s expliquer par le recul des transactions d envergure, notamment en centres commerciaux. À l instar de ce qui se passe sur le tertiaire, la rareté des centres commerciaux prime disponibles ne favorise que partiellement le report des investisseurs vers des actifs secondaires, et ne suffit pas à les faire revenir sur les actifs jugés à risque. La baisse constatée des taux de rendement en centres commerciaux reflète ainsi une certaine rareté de l offre et une concurrence tendue entre les investisseurs sur un trop petit nombre de produits. Quelques-unes des transactions les plus notables de 2011 à ce jour La cession du portefeuille «Quid 2» par Unibail- Rodamco. Quatre actifs ont d abord été vendus à divers acquéreurs, puis une seconde tranche, composée de deux centres commerciaux, a été cédée à Grosvenor Fund Management pour 148 M et un taux de 4,80 (ce dernier rendement constaté sur le centre commercial «Marseille Bonneveine»). Le portefeuille But (15 actifs) cédé à BNP. Le centre commercial «Saint-Jacques», à Metz, acquis par Corio pour 96 M. Le centre commercial de Pessac, acquis par Union Investment pour 63 M. On ajoutera la restructuration en cours du centre «Beaugrenelle», en front de Seine, à Paris, les «Terrasses du Port», à Marseille, «Plein-Air», au Blanc-Mesnil, etc. Les unités situées dans les parcs d activités commerciales Vers une remise en cause du modèle? Plus encore que le segment des centres commerciaux dont il est un cousin, ce secteur est de loin plus affecté par la crise : avec 65 M d engagements relevés au premier semestre 2011 (hors l opération du futur retail park Costières, à Nîmes ( m 2, cédé en VEFA par Icade à Altaréa), le se situe en retrait de 38 par rapport à la même période de Il faut dire que l hétérogénéité domine ici ; on y trouve un peu de tout, du meilleur comme du pire. Les plus anciens parcs, datant des années 1970 et créés par génération spontanée, s étalent en entrée de ville de façon anarchique, au grand dam des urbanistes et des aménageurs. Sauf que, forts de leur ancienneté et de leur fréquentation, ils demeurent aussi les plus vigoureux, à l image de celui de la «Patte d Oie d Herblay», qui forme depuis 30 ans l une des toutes premières zones commerciales d Île-de-France. À cette première génération de retail parks ont succédé des ensembles mieux structurés, plus plaisants et mieux maîtrisés au plan urbanistique. Pourtant, ceux-là n échappent pas à l obsolescence et les plus vieillissants font aujourd hui peau neuve, quand ils ne subissent pas une reconstruction complète comme la «Cerisaie», à Fresnes. Le souci de la qualité a pris le pas sur le développement à tout prix. C est aussi le résultat de l exigence du de l investissement, marqué par l aversion au risque et la l observateur de l immobilier du crédit foncier Nº 81

8 ÉTUDES 45 concurrence accrue des investisseurs sur des actifs plus core que jamais et donc à plus faible rentabilité locative. C est ainsi que l on a vu se conclure quelques transactions sous la barre des 6 de rendement net, le plus bas se situant autour de 5,75, en baisse de plus de 100 pb par rapport à 2010 (le plus préoccupant étant l écrasement de la prime de risque entre le prime et l OAT autour de 230 pb). À l inverse, les montants investis sur les parcs d activités commerciales en situation secondaire demeurent très faibles, voire anecdotiques dans certaines régions. 4.4 / LES MUTATIONS EN COURS DE L INDUSTRIE COMMERCIALE Nouveaux canaux et nouveaux concepts de distribution Quand la précarité devient source de chiffre d affaires À chaque période son lot de nouveautés et 2011 ont vu naître le concept du magasin d implantation précaire, dit «pop-up store» (par exemple : Uniqlo, à l Étoile). On connaissait les baux précaires (moins de 24 mois), utiles pour des implantations provisoires sur un secteur de chalandise avéré, en attendant des travaux importants ou la libération d une surface d implantation définitive. On connaissait la pépinière d entreprises dans le secteur tertiaire, formule qui fidélise des TPE ou PME à la recherche d un bureau local, pourquoi ne pas la transposer à l immobilier commercial? Le pop-up store va bien au-delà du concept du «local commercial de secours en attendant mieux». Lorsqu il est établi MARCHÉ DE L INVESTISSEMENT EN RÉGIONS AU 30/06/2011 Parcs d activités commerciales Taux de rendement net immédiat plancher Secteurs recherchés Variation en points de base depuis le 01/01/2011 Autres secteurs Variation en points de base depuis le 01/01/2011 Lyon 6,5 50 = 7,5 50 = Marseille 6,5 50 = 7,5 75 = Bordeaux 6,5 0 k 7,5 0 k Toulouse 7,0 50 = 8,0 50 = Nantes 6,5 50 = 7,5 50 = Lille 6,5 50 = 7,5 75 = k Hausse = Stabilité Source : marche-immo.com.

9 46 le DES COMMERCES EN FRANCE sur un emplacement n 1 ou 1bis, il s adresse à des enseignes qui éprouvent un réel besoin de visibilité ou souhaitent effectuer un test marketing sur une gamme de produits ou un concept de distribution novateur, avant d engager les frais d une implantation «lourde». Pour la clientèle, l attractivité reposera sur la nouveauté et l originalité des produits distribués, mais aussi sur la notoriété et la diversité des enseignes installées. Nul doute que le succès de la formule dépendra surtout de l habileté du gestionnaire à sélectionner ses locataires et à piloter l événementiel du «store» sur la longue période. Faut-il prendre le train en marche pour se rapprocher du consommateur? Les kiosques de gare sont, depuis 150 ans, un lieu où se vendent billets, repas, provisions de bouche, souvenirs et cartes postales. À une époque récente (une trentaine d années, tout au plus) sont arrivées les galeries marchandes, qui filtrent un public pressé sur des passages à «circulation forcée». Leur succès considérable source de ressources annexes pour la SNCF (et désormais pour RFF) a montré que les gares permettaient le développement de véritables centres commerciaux, calibrés toutefois pour l exiguïté du site. Sur Paris, l accent est de nouveau porté sur les zones de flux, avec l ouverture prochaine de «Cœur Saint-Lazare» et de ses 80 boutiques, ou plus modestement avec les espaces commerciaux dans le métro comme «Benow», installé à côté de Darty, à la Madeleine. Sur la province, on a remarqué tout récemment le concept «Monop station», ouvert à Strasbourg, et bientôt à Thionville et à Chartres. À terme, ce sont pas moins de 80 gares qui pourraient bénéficier de ce type d implantations d extrême proximité. Celles-ci nécessitent des investissements moins lourds face à des volumes de consommation incertains, mais présentent toutefois l inconvénient de limiter la surface d exposition, et donc la diversité de l offre. Des volumes plus réduits participent aussi de l idée de multiplication des points de vente pour les rapprocher de la clientèle, quitte à jouer davantage la carte de la spécialisation des implantations. Le Net et ses avatars Descendant de l antique VPC, l e-commerce «star» du moment représente aujourd hui à peine 5 des ventes, mais progresse au rythme de 15 à 20 par an. Il se décline désormais en formats adaptés à l Internet mobile : le «mobile-commerce», qui connaîtra bientôt l arrivée du paiement NFC (near field communication) via le portable ; le «tablet-commerce», variante proche du précédent. La technologie NFC consiste à embarquer un terminal de paiement dans une puce qui intégrera les smartphones de demain. Certaines études tablent sur un développement exponentiel (un milliard de puces seraient produites d ici à 2015), qui modifiera de façon considérable l acte d achat en mobilité, au détriment de la carte bancaire. Impossible, également, de passer à côté de la tendance lourde du moment : la distribution multicanale, qui intègre magasins physiques et vente en ligne. Au point qu une fon- Small is beautiful Alors que les magasins à très grande surface n ont plus la cote auprès des consommateurs, une tendance antagoniste se fait jour avec la réduction des surfaces prises en location par les grandes enseignes, qui s intéressent à des concepts de «coques» plus petites. l observateur de l immobilier du crédit foncier Nº 81

10 ÉTUDES 47 cière spécialisée dans ce type d actif vient même d être créée par Altaréa-Cogedim, qui s est récemment illustrée par le rachat du site bien connu «Rue du Commerce». Cette évolution est intéressante, car elle ne procède pas de l adjonction de services Web à un mode de distribution classique en magasin. Le multicanal traduit une inflexion de l e-commerce initiée par des sites marchands Internet (dits «pure players») en recherche de visibilité et de clientèles élargies. Constatant que des pans entiers de clientèle sont absents d Internet, ces sites ont fait le pari de prendre à bail des locaux commerciaux «physiques» à loyer de, chose nouvelle et culturellement dérangeante pour des entreprises plus habituées à louer de la logistique sur des sites secondaires. Avec le multicanal se profile une évolution majeure qui répond à une demande en mutation : la distribution «physique» en magasin devient peu à peu indissociable du catalogue en ligne, surtout lorsqu elle évolue vers le «click n mortar» (clic + magasin), au point que l on ne pourra bientôt plus distinguer la provenance du chiffre d affaires, entre le site et l offre en magasin. Si à des murs de boutique n est plus associé un chiffre d affaires déterminé, pourrat-on encore considérer qu il y a exploitation d un fonds et que les conditions du décret de 1953 sont remplies? En d autres termes, ne sommes-nous pas en train d assister à une dématérialisation progressive du fonds de commerce? 4.5 / QUELLES PERSPECTIVES À COURT TERME? à six mois La baisse de la consommation des ménages se confirme ; quel que soit le scénario d évolution de la conjoncture internationale récession, reprise ou inflation, nous devons nous attendre à un net ralentissement des volumes distribués. Cette période plus difficile devrait freiner le développement quantitatif des enseignes, qui chercheront la diversification et testeront des concepts nouveaux, probablement moins dispendieux que les «flagships» des dernières années. Des arbitrages féroces pourraient même être réalisés sur les points de vente insuffisamment performants, ou des situations aux loyers surcotés. On ne prendra guère de risques en prédisant que le de l immobilier commercial sera plus sélectif dans les prochains mois : ainsi les boutiques de ville en situation secondaire et les zones commerciales moins fréquentées devraient-elles sous-performer en termes de loyers et de vacance locative, avec des rendements en hausse sensible, contrepartie de la charge du risque. Les investisseurs, confrontés à la perspective de restrictions sur le crédit, se montreront encore plus exigeants : dans les faits, la majorité continueront de se disputer l offre très restreinte des immeubles «core», dont les rendements devraient demeurer à leur niveau actuel, et pourraient même encore baisser si les autres classes d actifs déçoivent. Pas sûr, dans ces conditions, que même le label BBC soit un argument suffisant si la commercialité n est pas au rendez-vous. Si l on a déploré le manque d audace de certains, c est qu en réalité, la conjoncture ne permet plus d avoir une vision de long terme sur les produits à risque et rendement élevés, vision susceptible de fonder un cash-flow stable, fondement d une politique d investissement réaliste. Que l on soit preneur ou bailleur, de nouveaux défis et de nouveaux enjeux replacent la qualité au centre des projets. Il faut s en réjouir : une période d incertitude ou d inflation sera toujours une incitation forte au retour vers un investissement en immobilier qualitatif, dont la performance de long terme n a jamais été écornée. Car telles sont les tendances contradictoires de l immobilier de commerce.

Immobilier en France : y a-t-il un pilote dans l avion? Taux, prix, pouvoir d achat immobilier où va le marché en 2013?

Immobilier en France : y a-t-il un pilote dans l avion? Taux, prix, pouvoir d achat immobilier où va le marché en 2013? Immobilier en France : y a-t-il un pilote dans l avion? Taux, prix, pouvoir d achat immobilier où va le marché en 2013? Conférence de presse - Paris, 24 septembre 2013 Deux expertises, deux éclairages

Plus en détail

UNE SOCIÉTÉ DÉDIÉE À LA GESTION IMMOBILIÈRE UNE EXPERTISE AU SERVICE DES INVESTISSEURS

UNE SOCIÉTÉ DÉDIÉE À LA GESTION IMMOBILIÈRE UNE EXPERTISE AU SERVICE DES INVESTISSEURS NAMI-AEW EUROPE Un partenaire solide En choisissant Fructipierre, vous bénéficiez d une véritable expertise. UNE SOCIÉTÉ DÉDIÉE À LA GESTION IMMOBILIÈRE POUR COMPTE DE TIERS NAMI-AEW Europe figure parmi

Plus en détail

CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009

CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009 Communiqué de presse Paris, 15 février 2010 CHIFFRE D AFFAIRES ET ACTIVITE COMMERCIALE 2009 Activité commerciale 2009 très soutenue dans toutes les classes d actifs Maintien du chiffre d affaires à hauteur

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 3 ème trimestre 214 Accelerating success. perspectives Entre prudence et opportunisme > Après un premier semestre actif, la demande placée de bureaux a

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

Analyse du marché de l investissement en immobilier commercial

Analyse du marché de l investissement en immobilier commercial Paris, 31 juillet 2014 - Note de conjoncture - Analyse du marché de l investissement en immobilier commercial Porté par deux transactions d importance majeure en centres commerciaux, le marché de l immobilier

Plus en détail

Jones Lang LaSalle commente les grandes tendances données par les chiffres immobiliers Immostat du 1er trimestre 2013. Les grandes tendances :

Jones Lang LaSalle commente les grandes tendances données par les chiffres immobiliers Immostat du 1er trimestre 2013. Les grandes tendances : Jones Lang LaSalle commente les grandes tendances données par les chiffres immobiliers Immostat du 1er trimestre 2013. Les grandes tendances : Le marché locatif de bureaux : - La baisse de l activité se

Plus en détail

Des conditions de négociation toujours très avantageuses pour les entreprises

Des conditions de négociation toujours très avantageuses pour les entreprises Perspectives Entreprises Ile-de-France 3 e trimestre 2013 Des conditions de négociation toujours très avantageuses pour les entreprises Alors qu ils «résistaient» jusque-là, les loyers faciaux sont en

Plus en détail

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives

Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives Marchés immobiliers : conjoncture et perspectives CB Richard Ellis 16 septembre 2008 Contexte économique Environnement international o L économie mondiale tourne au ralenti (incertitudes financières, inflation,

Plus en détail

LES VALEURS LOCATIVES COMMERCIALES SAINSARD EXPERTS

LES VALEURS LOCATIVES COMMERCIALES SAINSARD EXPERTS LES VALEURS LOCATIVES COMMERCIALES 14 NOVEMBRE 2012 1 ère PARTIE LES LOYERS DES COMMERCES 1 UN CONTEXTE ECONOMIQUE INCERTAIN Situation économique difficile depuis de 2eme semestre 2008. Stagnation de la

Plus en détail

Analyse du marché de l investissement en immobilier commercial

Analyse du marché de l investissement en immobilier commercial Paris, le 17 novembre 2014 - Note de conjoncture - Analyse du marché de l investissement en immobilier commercial Boosté par quelques transactions majeures, le marché de l immobilier de commerce affiche

Plus en détail

Les tendances de l hôtellerie Progresser dans des environnements complexes. Vendredi 13 février 2015

Les tendances de l hôtellerie Progresser dans des environnements complexes. Vendredi 13 février 2015 Les tendances de l hôtellerie Progresser dans des environnements complexes Vendredi 13 février 2015 Bilan et perspectives de l hôtellerie en France Progresser dans des environnements complexes 1. Bilan

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

I. POURQUOI SOUSCRIRE DES PARTS DE SCPI

I. POURQUOI SOUSCRIRE DES PARTS DE SCPI PRÉAMBULE I. POURQUOI SOUSCRIRE DES PARTS DE SCPI La société Civile de Placement Immobilier est un organisme de placement collectif qui a pour Object l acquisition et la gestion d un patrimoine immobilier

Plus en détail

Analyse du marché de l investissement des commerces en France. commerces. 3 ème trimestre 2012

Analyse du marché de l investissement des commerces en France. commerces. 3 ème trimestre 2012 Analyse du marché de l investissement des commerces en France commerces 3 ème trimestre 2012 L essentiel du marché 1 Ce qu il faut retenir Après un début d année relativement calme, le marché de l investissement

Plus en détail

L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006

L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006 L e m a r c h é d e l i m m o b i l i e r d e n t r e p r i s e POINT MARCHE 2006 LE MARCHE DES BUREAUX EN ILE DE FRANCE Évolution annuelle de la demande placée 2 200 000 m 2 placés en 2005, soit une progression

Plus en détail

SCPI Fructipierre EN BREF

SCPI Fructipierre EN BREF SCPI Fructipierre Investissez indirectement dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine EN BREF FRUCTIPIERRE est une SCPI de taille importante détenant des actifs immobiliers représentant

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Le bilan de l année 2014 Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

L immobilier en centre ville

L immobilier en centre ville SCPI «Scellier BBC Intermédiaire*» L immobilier en centre ville Mise à jour - 31 janvier 2012 *Le dispositif fiscal «Scellier BBC Intermédiaire» offre au souscripteur une réduction d impôt en contrepartie

Plus en détail

L immobilier en centre ville

L immobilier en centre ville La note d information de la SCPI URBAN PATRIMOINE 2 a reçu le visa de l AMF n 11-37 en date du 18/10/2011 ; elle peut être obtenue gratuitement auprès de la Société de Gestion par demande adressée à :

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE

IMMOBILIER D ENTREPRISE Bilan. Conjoncture & environnement financier 2013/2014 AGGLOMÉRATION LYONNAISE 30 janvier 2013 FNAIM Entreprises : 15 cabinets à votre service 1 MARCHÉ DES LOCAUX D ACTIVITÉ Présenté par : Jean-Pascal

Plus en détail

Commissions nettes reçues ( M ) 159,3 142,2-11% Résultat d exploitation ( M ) 38,8 22,7-41% Résultat net consolidé ( M ) 25,3 15,2-40%

Commissions nettes reçues ( M ) 159,3 142,2-11% Résultat d exploitation ( M ) 38,8 22,7-41% Résultat net consolidé ( M ) 25,3 15,2-40% COMMUNIQUE de Presse PARIS, LE 18 FEVRIER 2013 Résultats 2012. L UFF enregistre un résultat net consolidé de 15,2 M et une collecte nette de 49 M Une activité stable, grâce à une bonne adaptation de l

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

L investissement hôtelier: un bon couple risque /rendement? 15 octobre 2014

L investissement hôtelier: un bon couple risque /rendement? 15 octobre 2014 L investissement hôtelier: un bon couple risque /rendement? 15 octobre 2014 1. Présentation de Turenne Hôtellerie 2. Un constat: l essor de l investissement hôtelier en France 3. Pourquoi cet essor? Indicateurs

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises 27 mars 2008 Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises Résultat net part du groupe : 2 730 M Produit net bancaire : 10 568 M Coefficient

Plus en détail

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 23 Avec près de 96 milliards d euros de crédits nouveaux à l habitat distribués, l année 23 marque une nouvelle étape dans le cycle de hausse débuté en

Plus en détail

Culture familiale et ouverture sur le monde

Culture familiale et ouverture sur le monde > Culture familiale et ouverture sur le monde Il est dans notre culture d entreprendre, d investir dans de nouveaux projets, de croître internationalement. Location automobile à court terme CHIFFRES CLÉS

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de Rhône-Alpes. Suivez l activité UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE. N 12 - Edition Lyon Rhône Mai 2015

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de Rhône-Alpes. Suivez l activité UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE. N 12 - Edition Lyon Rhône Mai 2015 Suivez l activité des entreprises de Rhône-Alpes NOTE DE CONJONCTURE N 12 - Edition Lyon Rhône Mai UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE L activité économique des entreprises artisanales du Rhône rencontrent

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

Communiqué de presse 24 avril 2014

Communiqué de presse 24 avril 2014 Communiqué de presse 24 avril 2014 Activité au 31 mars 2014 Hausse du taux d occupation moyen du Groupe à 96.9% contre 95.5% fin 2013 Loyers en hausse de +3.5% à périmètre homogène Gecina maintient sa

Plus en détail

Les marchés de l'immobilier résidentiel entre crise du logement et crise de la construction

Les marchés de l'immobilier résidentiel entre crise du logement et crise de la construction Les marchés de l'immobilier résidentiel entre crise du logement et crise de la construction Jean-Claude Driant Lab Urba Université Paris Est Séminaire du GERI Mobilitas - le 26 mars 2015 Crise du logement?

Plus en détail

esynthèse Études & Recherche Le marché de l Investissement en France Juillet 2007 Un premier semestre toujours très dynamique

esynthèse Études & Recherche Le marché de l Investissement en France Juillet 2007 Un premier semestre toujours très dynamique esynthèse Le marché de l Investissement en France Juillet 2007 Un premier semestre toujours très dynamique Le marché de l investissement en immobilier d entreprise en France a enregistré un volume semestriel

Plus en détail

Notice prévue à l article 422-8 du règlement général de l Autorité des marchés financiers publiée au BALO n 101 le 22 août 2012.

Notice prévue à l article 422-8 du règlement général de l Autorité des marchés financiers publiée au BALO n 101 le 22 août 2012. SCPI Fructirégions Investissez indirectement dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine EN BREF FRUCTIREGIONS est une SCPI régionale détenant des actifs immobiliers représentant une

Plus en détail

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013

L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Paris, le 15 octobre 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE L analyse des marchés immobiliers par Crédit Foncier Immobilier sur les 9 premiers mois de 2013 Un marché immobilier résidentiel caractérisé par une baisse

Plus en détail

Un bon début d année. 6 mai 2014. Des succès locatifs grâce à un patrimoine de qualité. Solides performances opérationnelles

Un bon début d année. 6 mai 2014. Des succès locatifs grâce à un patrimoine de qualité. Solides performances opérationnelles Chiffre d affaires 3M 2014 Le Patio, Le Patio, Lyon Lyon - - Villeurbanne CB 21, La Défense Un bon début d année 6 mai 2014 Des succès locatifs grâce à un patrimoine de qualité 7 000 m² loués à La Défense

Plus en détail

Fiche Signalétique Générale Décembre 2010 contact : franchise.multifood@gmail.com

Fiche Signalétique Générale Décembre 2010 contact : franchise.multifood@gmail.com 1 PRESENTATION DE NOTRE PROJET DE DEVELOPPEMENT 2 NOTRE STRATEGIE DE DEVELOPPEMENT : Lancement de la Franchise MultiFood 2-1 CARACTERISTIQUES Nous développons à la fois des implantations de restaurants

Plus en détail

Fondation de placements immobiliers. Rapport semestriel 2007/2008

Fondation de placements immobiliers. Rapport semestriel 2007/2008 FREIHALTE-ZONE Fondation de placements immobiliers 2007/2008 2 FREIHALTE-ZONE Sommaire Introduction 4 Environnement général, immeubles d habitation et immeubles commerciaux 5 Généralités concernant le

Plus en détail

Etude Empruntis. Comment a évolué le pouvoir d achat immobilier des Français?

Etude Empruntis. Comment a évolué le pouvoir d achat immobilier des Français? Etude Empruntis Comment a évolué le pouvoir d achat immobilier des Français? La situation du crédit Les taux fixes : du jamais vu depuis 1945... 5,00 4,50 4,00 Baromètre Empruntis Taux fixes à 15 ans 3,50

Plus en détail

Conférence de presse 16 janvier 2013

Conférence de presse 16 janvier 2013 Conférence de presse 16 janvier 2013 Sommaire 1- Les attentes des Français en matière de logement par rapport à leur commune 2- Immoprêt : bilan 2013 et projets 2014 3- Marché : constats 2013 4 - Perspectives

Plus en détail

L immobilier dans l économie

L immobilier dans l économie ETUDE EN BREF Janvier 29 L immobilier dans l économie Avec 2 % de la valeur ajoutée en 27 et 45 % de l investissement, l immobilier a une place prépondérante dans l économie française. Phénomène nouveau?

Plus en détail

Le secteur du bâtiment

Le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment 1. La construction neuve La forte accélération du décrochage de l activité observée depuis la fin 2008 avait cédé à une stabilisation du rythme de recul à partir du troisième trimestre

Plus en détail

L OMI, l Observatoire du management immobilier, créé

L OMI, l Observatoire du management immobilier, créé 48 4 MANAGEMENT IMMOBILIER : COMMENT LES ENTREPRISES GÈRENT LEUR SIÈGE SOCIAl Par Ingrid Nappi-Choulet, professeur à l ESSEC, fondatrice et responsable de l Observatoire du management immobilier. 4.1 /

Plus en détail

Chaque année, le secteur du stationnement génère plus de 20 milliards de dollars de revenus bruts de stationnement. International Parking Institute

Chaque année, le secteur du stationnement génère plus de 20 milliards de dollars de revenus bruts de stationnement. International Parking Institute Chaque année, le secteur du stationnement génère plus de 20 milliards de dollars de revenus bruts de stationnement International Parking Institute Résumé En tant que grand frère du secteur du parking,

Plus en détail

UFFI REAM. Société de Gestion d Actifs SCPI, OPCI et Groupements Forestiers. Donnons plus de valeur au temps

UFFI REAM. Société de Gestion d Actifs SCPI, OPCI et Groupements Forestiers. Donnons plus de valeur au temps GESTION D ACTIFS IMMOBILIERS SCPI OPCI GROUPEMENTS FORESTIERS UFFI REAM Société de Gestion d Actifs SCPI, OPCI et Groupements Forestiers Donnons plus de valeur au temps UFFI REAM Historique UFFI Ream :

Plus en détail

Patrimoine Immobilier Finance Retraite

Patrimoine Immobilier Finance Retraite Patrimoine Immobilier Finance Retraite Numéro 47 Février 2013 EDITO Situation du marché immobilier d habitation L heure de vérité Le mois dernier, nous nous interrogions sur les hypothèses de croissance

Plus en détail

Un climat des affaires conforté

Un climat des affaires conforté JUILLET 2015 Un climat des affaires conforté Même si une part toujours importante de TPE/PME enregistre un recul du chiffre d affaires, le bilan du 2 e trimestre marque une amélioration sensible, confirmée

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Marché immobilier résidentiel français 8 premiers mois de 2015 : analyse et perspectives. Conférence de presse Jeudi 3 septembre 2015

Marché immobilier résidentiel français 8 premiers mois de 2015 : analyse et perspectives. Conférence de presse Jeudi 3 septembre 2015 Marché immobilier résidentiel français 8 premiers mois de 2015 : analyse et perspectives Conférence de presse Jeudi 3 septembre 2015 Le marché immobilier vu par MeilleursAgents 1. Les prix a. Nos prévisions

Plus en détail

LES LOYERS COMMERCIAUX SAINSARD EXPERTS FEVRIER 2016 - ESSEC

LES LOYERS COMMERCIAUX SAINSARD EXPERTS FEVRIER 2016 - ESSEC LES LOYERS COMMERCIAUX Préambule : Pour les boutiques, il existe deux valeurs locatives : 1- La valeur locative de marché issue des loyers constatés pour des nouvelles locations. La valeur locative de

Plus en détail

Rivoli Avenir Patrimoine

Rivoli Avenir Patrimoine Rivoli Avenir Patrimoine Valorisez votre patrimoine en investissant indirectement dans de l immobilier d entreprise, avec la SCPI Rivoli Avenir Patrimoine 34/36 rue du Louvre - Paris (75) Durée d investissement

Plus en détail

SCPI Gemmeo Commerce

SCPI Gemmeo Commerce SCPI Gemmeo Commerce L immobilier de commerce français en portefeuille Durée d investissement recommandée de 8 ans Comporte des risques en perte de capital 2 Avertissement Facteurs de risques Lorsque vous

Plus en détail

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION CORSE

TENDANCES RÉGIONALES RÉGION CORSE TENDANCES RÉGIONALES RÉGION CORSE JUILLET 2010 Tous les commentaires s appliquent à des données corrigées des variations saisonnières Les résultats des enquêtes sont désormais publiés selon la nouvelle

Plus en détail

Assurance-vie MACSF PERFORMANCES 2015

Assurance-vie MACSF PERFORMANCES 2015 @groupe_macsf #PerfMACSF2015 Assurance-vie MACSF PERFORMANCES 2015 Communiqué de presse 12 janvier 2016 La MACSF a présenté aujourd hui lors de sa conférence de presse annuelle, les performances pour son

Plus en détail

La vacance commerciale s emballe dans les centres commerciaux

La vacance commerciale s emballe dans les centres commerciaux FÉDÉRATION POUR L URBANISME ET LE DÉVELOPPEMENT DU COMMERCE SPÉCIALISÉ Paris - 5 novembre 2014 La vacance commerciale s emballe dans les centres commerciaux La vacance commerciale a augmenté de 50 % dans

Plus en détail

AGGLOMÉRATION LYONNAISE

AGGLOMÉRATION LYONNAISE AGGLOMÉRATION LYONNAISE BILAN 215 MARCHÉ DE L'IMMOBILIER D'ENTREPRISE SOMMAIRE AGGLOMÉRATION LYONNAISE Chiffres-clés et tendances p. 3 La demande placée de bureaux p. 4 L offre de bureaux p. 5 Les valeurs

Plus en détail

SG Pierre Entreprise

SG Pierre Entreprise SG Pierre Entreprise Fonds de Placement Immobilier De l immobilier d entreprise souple pour diversifier votre patrimoine Durée de placement recommandée : 10 ans minimum SG Pierre Entreprise Préambule Avertissement

Plus en détail

SCPI GÉNÉPIERRE. DIVERSIFIEZ VOS INVESTISSEMENTS avec l immobilier d entreprise

SCPI GÉNÉPIERRE. DIVERSIFIEZ VOS INVESTISSEMENTS avec l immobilier d entreprise MARCHÉS DES associations SCPI GÉNÉPIERRE DIVERSIFIEZ VOS INVESTISSEMENTS avec l immobilier d entreprise AVERTISSEMENT Lorsque vous investissez dans une SCPI*, vous devez tenir compte des éléments et risques

Plus en détail

Résultats annuels 2003 26 février 2004

Résultats annuels 2003 26 février 2004 Résultats annuels 2003 26 février 2004 1 Des objectifs de croissance atteints (en m ) 2003 2002 Δ Excédent brut d'exploitation 383,4 219,1 +75,0% Cash flow courant 232,6 146,3 +58,9% Cash flow courant

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES

COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES Paris, le 28 août 203 COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES er SEMESTRE 203 BONNE PERFORMANCE COMMERCIALE DES ACTIVITÉS DE CONSTRUCTION LES PLANS D ADAPTATION DÉLIVRENT LES RÉSULTATS ATTENDUS AMÉLIORATION DE LA

Plus en détail

L évolution du marché des OPCVM à fin novembre

L évolution du marché des OPCVM à fin novembre L évolution du marché des OPCVM à fin novembre Après avoir enregistré une belle progression en octobre, le marché des fonds de droit français voit son encours se replier de -0,2%, l équivalent de 1,6 milliard

Plus en détail

Priorité au discours prononcé. Bonjour à toutes et à tous, je suis heureux de me retrouver parmi vous aujourd hui, ici, à Montréal.

Priorité au discours prononcé. Bonjour à toutes et à tous, je suis heureux de me retrouver parmi vous aujourd hui, ici, à Montréal. David Williamson Premier vice-président à la direction et chef des services financiers Assemblée générale annuelle Montréal (Québec), le 25 février 2010 Priorité au discours prononcé Bonjour à toutes et

Plus en détail

Gemmeo Commerce SCPI À CAPITAL VARIABLE. L immobilier de commerce français en portefeuille.

Gemmeo Commerce SCPI À CAPITAL VARIABLE. L immobilier de commerce français en portefeuille. Gemmeo Commerce SCPI À CAPITAL VARIABLE L immobilier de commerce français en portefeuille. AVERTISSEMENT Facteurs de risques Avant d investir dans une société civile de placement immobilier (ci-après,

Plus en détail

Avec près de 8,3 milliards d investis, le marché de l investissement dépasse les anticipations!

Avec près de 8,3 milliards d investis, le marché de l investissement dépasse les anticipations! L investissement immobilier en Ile-de-France 4 ème trimestre 2010 Avec près de 8,3 milliards d investis, le marché de l investissement dépasse les anticipations! L essentiel Les volumes d investissement

Plus en détail

Etude de marché sur les SCPI - 16 questions à l attention des CGP

Etude de marché sur les SCPI - 16 questions à l attention des CGP Etude de marché sur les SCPI - 16 questions à l attention des CGP Etude de marché SCPI Exclusive Partners, société indépendante de conseil en investissement a réalisé en août-septembre 2012 une étude auprès

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 3 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 3 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 3 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Dans un contexte difficile depuis le début de la crise de 2008, les encours de crédits accordés par les banques françaises ont

Plus en détail

Amundi Immobilier. Le marché de l immobilier en France 4 e trimestre 2013. Tendances. Le contexte macroéconomique

Amundi Immobilier. Le marché de l immobilier en France 4 e trimestre 2013. Tendances. Le contexte macroéconomique Trimestriel 27 Janvier 214 nº2 Le marché de l immobilier en France 4 e trimestre 213 Tendances > Progressif redémarrage de l activité attendue au 4 e trimestre 213, mais l évolution du PIB devrait rester

Plus en détail

ORPI. septembre 2012

ORPI. septembre 2012 ORPI Conférence de presse de rentrée 18 septembre 2012 Bilan et faits marquants du premier semestre 2012 National La France : un marché au point mort Aucune chute brutale des prix à espérer De fortes tensions

Plus en détail

Analyse du marché de lʼinvestissement en immobilier commercial

Analyse du marché de lʼinvestissement en immobilier commercial Paris, le 4 décembre 2014 - Note de conjoncture - Analyse du marché de lʼinvestissement en immobilier commercial Boosté par quelques transactions majeures, le marché de lʼimmobilier de commerce affiche

Plus en détail

ETUDE DE MARCHÉ T3 2014

ETUDE DE MARCHÉ T3 2014 ETUDE DE MARCHÉ T3 2014 LES TENDANCES DU MARCHÉ DONNÉES DE MARCHÉ Evolution du PIB depuis 2007 6 Transaction annuelles en Ile de France Global 7 Transactions en Ile-de-France T3 8 Offre disponible à un

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

Retards de paiement en Chine : 80 % des entreprises concernées en 2014

Retards de paiement en Chine : 80 % des entreprises concernées en 2014 Hong Kong / Bruxelles, 9 mars 2015 Retards de paiement en Chine : 80 % des entreprises concernées en 2014 Une croissance plus faible et une augmentation des prêts non performants attendues en 2015 Une

Plus en détail

Lettre immobilière. Marché Tertiaire +65 % +66 % +64 % 2012 2012. Note de conjoncture > 7 ème édition 1 er semestre 2013.

Lettre immobilière. Marché Tertiaire +65 % +66 % +64 % 2012 2012. Note de conjoncture > 7 ème édition 1 er semestre 2013. Lettre immobilière du GRAND LYON Note de conjoncture > 7 ème édition 1 er semestre Marché Tertiaire Dans un contexte économique tendu au niveau national, plus largement, au sein de la zone euro, le marché

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITE RESULTATS SEMESTRIELS SECTORIELS AU 30 JUIN 2009

RAPPORT D ACTIVITE RESULTATS SEMESTRIELS SECTORIELS AU 30 JUIN 2009 Société anonyme au capital de 1.437.099 Siège Social à LYON (69009) - 51 rue de Saint Cyr 402 002 687 RCS LYON RAPPORT D ACTIVITE RESULTATS SEMESTRIELS SECTORIELS AU 30 JUIN 2009 1 Principe comptable 1.1

Plus en détail

Résultats annuels 2005 et perspectives. Réunion d information 27 mars 2006

Résultats annuels 2005 et perspectives. Réunion d information 27 mars 2006 Résultats annuels 2005 et perspectives Réunion d information 27 mars 2006 Préambule Un chiffre d affaires multiplié par 2 Un résultat net multiplié par 3,5 Déjà 36 M d investissements depuis l introduction

Plus en détail

RÉSULTATS 2009 PERSPECTIVES 2010 DE LA BANQUE POSTALE. En 2009, La Banque Postale a signé sa plus belle année depuis sa création

RÉSULTATS 2009 PERSPECTIVES 2010 DE LA BANQUE POSTALE. En 2009, La Banque Postale a signé sa plus belle année depuis sa création COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 18 mars 2009 RÉSULTATS 2009 PERSPECTIVES 2010 DE LA BANQUE POSTALE En 2009, La Banque Postale a signé sa plus belle année depuis sa création 2010 : mise en marché d activités

Plus en détail

Note mensuelle de conjoncture wallonne

Note mensuelle de conjoncture wallonne Note mensuelle de conjoncture wallonne Août 2012 L IWEPS est un institut scientifique public d aide à la prise de décision à destination des pouvoirs publics. Par sa mission scientifique transversale,

Plus en détail

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007 La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine Analyses 2001-2007 Nantes Métropole et l aire urbaine de Nantes Nantes Métropole - AURAN Le contexte général Une année

Plus en détail

IPEA News. Indicateur de Conjoncture Note Septembre 2014. Evolution du marché septembre 2014/septembre 2013-2,8 %

IPEA News. Indicateur de Conjoncture Note Septembre 2014. Evolution du marché septembre 2014/septembre 2013-2,8 % Le mois de septembre en bref Evolution du marché septembre 2014/septembre 2013-2,8 % Evolution du cumul à fin septembre 2014/2013-1,2 % Incidence du résultat de septembre sur le cumul -0,3 pt Rentrée morose

Plus en détail

Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 2012

Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 2012 Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 212 Ronan Mahieu* L économie française s est beaucoup transformée depuis l après-guerre, avec à la fois des évolutions lentes et continues

Plus en détail

DIRECTION DU TOURISME

DIRECTION DU TOURISME LA CLIENTELE TOURISTIQUE ALLEMANDE EN LANGUEDOC- ROUSSILLON DIRECTION DU TOURISME DONNEES GENERALES Données économiques et touristiques Population globale : 82,1 millions d habitants Densité de population

Plus en détail

UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE

UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE Juillet-août-septembre 2012 Note trimestrielle N 40 Lettre trimestrielle d information UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE CONJONCTURE Détérioration plus marquée au cours de

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009 L Tableau de bord mensuel Octobre 2009 Avertissement : les indications mensuelles reprises dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitives qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE CROISSANT OUEST POINT SECOND SEMESTRE 2013

IMMOBILIER D ENTREPRISE CROISSANT OUEST POINT SECOND SEMESTRE 2013 IMMOBILIER D ENTREPRISE CROISSANT OUEST POINT SECOND SEMESTRE 2013 68 avenue des Guilleraies 92000 NANTERRE Téléphone : 01 55 17 00 00 Fax : 09 81 70 68 48 Mail : contact@street-office.fr DECEMBRE 2013

Plus en détail

DES INDICATEURS PLUTOT ENCOURAGEANTS CE TRIMESTRE EN DROME :

DES INDICATEURS PLUTOT ENCOURAGEANTS CE TRIMESTRE EN DROME : NOTE DE CONJONCTURE Suivez l actualité des entreprises de la Drôme 4ème trimestre DES INDICATEURS PLUTOT ENCOURAGEANTS CE TRIMESTRE EN DROME : Une poursuite de la stabilisation du niveau d activité, une

Plus en détail

Le marché des bureaux dans l agglomération rennaise

Le marché des bureaux dans l agglomération rennaise Bureaux Le marché des bureaux dans l agglomération rennaise Cet observatoire dresse un bilan rapide de l année écoulée et permet de mettre en évidence les tendances de l année 2015. L offre neuve est désormais

Plus en détail

L évolution du marché des Fonds à fin Janvier

L évolution du marché des Fonds à fin Janvier L évolution du marché des Fonds à fin Janvier Le marché des fonds de droit français débute cette nouvelle année sur une formidable progression de +4,6% de son niveau d encours, l équivalent de 35,7 milliards

Plus en détail

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web Nicolas Malo Jacques Warren Préface de Marc Lolivier Web Analytics Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web www.webanalyticsprofits.com Deuxième édition revue et augmentée, 2009, 2012

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Avril 2012 ACTIVITE DANS L INDUSTRIE En mars, le climat des affaires s accroît légèrement après sept mois consécutifs de baisse : l indicateur correspondant augmente de 3 points mais

Plus en détail

Les Instants E-Commerce

Les Instants E-Commerce Les Instants E-Commerce TPE/PME, Commerçants, Artisans ou Auto-Entrepreneurs : VOUS êtes concernés par le E-Commerce! Présentation Le E-Commerce 1 Introduction 2 Le marché Paysage du E-Commerce 3 - Profil

Plus en détail

Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes

Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes Le tableau de bord de l Observatoire L ensemble des marchés Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

CONTEXTE ECONOMIQUE L économie française en 2014

CONTEXTE ECONOMIQUE L économie française en 2014 Synthèses des marchés Immobilier d entreprise 2014 Bureaux REGION Sommaire Contexte économique 1 Données générales le parc construit Présentation des territoires de marché L offre disponible 4 2 3 CONTEXTE

Plus en détail

Un climat des affaires incertain

Un climat des affaires incertain AVRIL 2015 Un climat des affaires incertain Au premier trimestre, 39 % des TPE-PME rhônalpines ont observé une baisse de chiffre d affaires par rapport à la même période de 2014 et seulement 24 % une hausse.

Plus en détail

Une stratégie payante

Une stratégie payante Chiffre d affaires 9M 2013 Silex, Lyon Le Patio, Lyon - Villeurbanne Une stratégie payante 7 novembre 2013 Une stratégie partenariale - Des revenus locatifs pérennes Loyers part du groupe solides : + 5,4%

Plus en détail

SCPI URBAN PIERRE N 3

SCPI URBAN PIERRE N 3 SCPI URBAN PIERRE N 3 La note d information relative à la première augmentation de capital a reçu de l Autorité des Marchés Financiers le visa SCPI n 15-04 en date du 01/04/2015. Elle peut être obtenue

Plus en détail

URBAN VITALIM SCPI «PINEL»

URBAN VITALIM SCPI «PINEL» URBAN VITALIM La note d information prévue par le Code Monétaire et Financier a obtenu de l Autorité des Marchés Financiers le visa SCPI n 15-06 en date du 12/05/2015. Elle peut être obtenue gratuitement

Plus en détail

L immobilier en centre ville

L immobilier en centre ville L immobilier en centre ville Photos non contractuelles FACTEURS DE RISQUES Vous investissez dans une SCPI fiscale «Déficits fonciers», permettant au porteur de parts de bénéficier du régime fiscal dit

Plus en détail

SCPI URBAN PIERRE N 3

SCPI URBAN PIERRE N 3 SCPI URBAN PIERRE N 3 La note d information relative à la première augmentation de capital a reçu de l Autorité des Marchés Financiers le visa SCPI n 15-04 en date du 01/04/2015. Elle peut être obtenue

Plus en détail