Le poids de la consommation dans le Pib atteint des niveaux

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le poids de la consommation dans le Pib atteint des niveaux"

Transcription

1 AMBASSADE DE FRANCE AUX ETATS-UNIS MISSION FINANCIÈRE FRENCH TREASURY OFFICE 11 RESERVOIR ROAD, NW WASHINGTON D.C. 7 TEL : () 9-33, FAX : () 9-39 E - M A I L : 1 SEVENTH AVENUE, 3 TH FLOOR NEW YORK, N.Y. 119 TEL : (1) 3 1, FAX : (1) 3 1 W E B : Crédit à la consommation : vers le ralentissement La dernière enquête de la Réserve fédérale sur les conditions de crédits a été reçue par les marchés comme la confirmation de la réalité du «credit crunch». Compte tenu du niveau des contraintes de financement qui pèsent sur des ménages lourdement endettés, un tel scénario pourrait exacerber leurs contraintes de liquidités et aurait ainsi des répercussions importantes sur leur capacité à consommer. Principal soutien de la croissance en 7, la consommation privée constitue la variable clé pour déterminer l ampleur de la correction cyclique actuelle, simple ralentissement avec un recul ponctuel de l activité ou récession plus profonde avec un processus cumulatif de destruction de valeur. Après avoir porté la consommation, le ralentissement du crédit est notable depuis l été 7. Part du revenu disp. brut sur 1 mois glissants (%) Le poids de la consommation dans le Pib atteint des niveaux historiquement élevés Le dynamisme de la consommation a été supérieur à celui des revenus disponibles depuis 199, au fur et à mesure le taux d épargne a donc baissé. La part de la consommation dans le PIB a ainsi atteint le niveau historique de 7% contre % en 19. ratio consommation sur revenu disponible Part du revenu disponible (%) Endettement a la consommation Ratio of consumer credit outstanding to disposable personal income sans l aide du crédit à la consommation depuis L encours du crédit à la consommation comparé au revenu disponible des ménages a sensiblement progressé entre 199 et 1. Il est depuis resté à un niveau historiquement élevé. Il est intéressant de noter que le ralentissement du financement de la consommation gagées sur les actifs immobiliers (extractions hypothécaires) n a pas entraîné d augmentation de l encours de crédit à la consommation au sens strict

2 glissement annuel (%) Evolution de la dette des ménages Consumer credit Home mortgage Part du revenu disponible (%) Mortgage Consumer credit Total Charge de la dette Le surcroît de consommation a été financé par les extractions hypothécaires jusqu en, par le crédit à la consommation depuis. Avant, cette demande avait été soutenue dans la période précédente par le phénomène des extractions hypothécaires. Profitant de la hausse de la valeur de leur bien immobilier et de taux d intérêts faibles, les ménages renégociaient leur prêt hypothécaire sur la nouvelle valeur de leur bien et utilisait une partie de la nouvelle liquidité extraite pour consommer. Depuis, le phénomène s est inversé. Le retournement du marché immobilier s est traduit par un ralentissement marqué de la demande en prêts hypothécaires, redonnant au crédit à la consommation un rôle plus important dans la capacité des ménages à s extraire des contraintes de liquidités et donc à soutenir leur consommation et leur train de vie. Le poids du service de la dette atteint des niveaux historiques Début 7, le poids du service de la dette supporté par les ménages atteint un maximum historique, représentant 1% de leur revenu disponible. Les charges pour endettement immobilier ont atteint un pic historique, à près de 1% du revenu disponible. Les remboursements relatifs aux crédits à la consommation ont atteint un pic historique en et sont revenus d environ 7% à un peu plus de % du revenu disponible des ménages, le «crédit» à la consommation étant assuré par la progression du crédit hypothécaire.

3 Taux de défaut (%) Crédits à la consommation - Taux de défaut 3 entrainant une montée des taux de défaut Les taux de défaut se redressent sensiblement depuis la fin. Ce mouvement est notable sur tous les compartiments du crédit aux ménages : cartes et autres prêts. Malgré l augmentation, ils n ont pas atteint dans l ensemble des pics comparables à ceux des dernières récessions. Consumer loans Credit card loans Other consumer loans 197Q1 199Q1 1991Q1 1993Q1 199Q1 1997Q1 1999Q1 1Q1 3Q1 Q1 7Q1 1 Dans ce contexte, le resserrement de la politique du crédit par les établissements bancaires pourrait assécher le marché du crédit... L enquête trimestrielle de la Fed sur les conditions de crédits à la consommation a décrit pour le mois de janvier un net resserrement dans la distribution de crédit par les professionnels du crédit («senior loan officer»). Ces derniers sont plus nombreux qu en 1 à considérer que les conditions d obtention de prêts à la consommation (autres que cartes de crédits) se sont durcies dans la période récente. Parallèlement, ils ressentent une baisse de la demande de crédit émanant des ménages.

4 Glissement annuel sur moyenne mobile d'ordre 3 (%) Dynamique du credit a la consommation Total Consumer Loans Owned and Securitized Total Consumer Revolving Credit Owned and Securitized Total Consumer Nonrevolving Credit Owned and Securitized comme l atteste le brutal ralentissement de l encours des crédits à la consommation fin 7. L encours des crédits à la consommation a accéléré à partir de, alors que se tarissaient les extractions hypothécaires. Les cartes de crédit, dont les lignes de crédit sont les plus faciles à activer, ont supporté l essentiel de la substitution. Les autres crédits à la consommation se sont avérés moins dynamiques. L offre de crédit semblait ainsi déjà en partie contrainte, limitant les effets de substitution entre crédit immobilier et crédit à la consommation. Depuis l automne 7, les crédits à la consommation ralentissent sensiblement glisst. annuel sur moy. mobile d'ordre 3 (%) Confiance des consommateurs Confiance des consommateurs Indice de confiance (U. de Michigan) = La perte de confiance des ménages traduit leurs difficultés financières. La confiance des ménages est très mal orientée. Elle pâtit notamment des multiples annonces médiatiques d une prochaine récession, avec autant de promesses de credit crunch. Les ménages pourraient ainsi réduire, en partie volontairement (pour ceux qui en ont les moyens), leur demande de crédit. Les incertitudes conjoncturelles sont en effet de nature à peser sur leur évaluation de revenu permanent et ainsi à les inciter à limiter leur consommation. Un tel enchaînement réduirait l intensité de l inadéquation entre offre et demande de crédit, le credit crunch, en cas de forte réduction de la première, mais ne permettrait pas pour autant d éviter une récession.

5 INDICATEURS ÉCONOMIQUES AMÉRICAINS du 11 au février INFLATION : LES PRIX ACCELERENT, AU-DELA DES D ANTICIPATIONS glissement annuel (%) Prix a la conso. - CPI CPI (sous-jacent) DEMANDE DES MENAGES : LA CONFIANCE EST AU 3 1 CPI - Prix à la consommation Prix à la consommation (janv.).3 %, GA (glisst. annuel).1. Bureau of Labor Statistics consensus CPI (sous jacent). %, GA (glisst. annuel).. Bureau of Labor Statistics consensus Les prix à la consommation ont de nouveau accéléré en janvier. L inflation apparente est de nouveau supérieure à %. Hors éléments volatils, le rythme sous jacent se renforce également au delà des anticipations du consensus des économistes. A,%, il s éloigne encore un peu plus de la «zone de confort» de la Fed. LA CONFIANCE EST AU PLUS BAS ; LA CONSOMMATION SE TASSE. glisst. annuel sur moy. mobile d'ordre 3 (%) ventes au détail ventes au détail (hors auto.) Ventes au détail Ventes au détail (janv.).3 %, VM (var. mensuelle) U.S. Census Bureau consensus Ventes au détail (hors auto).3 %, VM (var. mensuelle) -.3. U.S. Census Bureau consensus Les chiffres de vente au détail ont été meilleurs qu attendus, mais cette faible progression en valeur correspond à une quasistagnation en volume. indice base 1 en 19 Indice de confiance (U. de Michigan) moyenne 19- = Confiance U. de Michigan (fév.) Confiance (U. de Michigan) = U. of Michigan Survey Research Fév. consensus L indice de confiance des consommateurs a chuté au-delà des prévisions des économistes, atteignant son niveau le plus bas depuis 1 ans. La crise immobilière, ajoutée aux pertes d emplois, à la volatilité sur les marchés financiers et au prix élevé du pétrole semblent miner la confiance des ménages. Ces chiffres dissonant de ceux des ventes au détail, rappellent s il y a lieu que confiance et consommation ne sont pas parfaitement corrélées.

6 PERSPECTIVES : MAL ORIENTEES Glisst. annuel sur moy. mobile d'ordre 3 (%) Indicateur avancé IMMOBILIER : LA POURSUITE DE LA gliss. annuel sur moy. mobile d'ordre 3 (%) Mises en chantier LA POURSUITE DE LA CORRECTION N A N PAS SURPRIS Permis de construire INDUSTRIE : LA PRODUCTION INDUSTR A PRODUCTION INDUSTRIELLE IELLE STAGNE Indicateur avancé Indicateurs avancés (jan.) %, VM (var. mensuelle) Conference Board -.1 consensus La nouvelle baisse des indicateurs avancés du Conference Board en janvier souligne la dégradation globale des perspectives d activité américaine. L indicateur composite recule de près de % en rythme annuel. Sa contraction avait atteint jusqu à 3% en 1. Mises en chantiers Mises en chantier (jan.) Permis de construire (jan.) 11 MdUSD annuels 1 11 US Department of Commerce Permis de construire 1 consensus MdUSD annuels 1 1 US Department of Commerce consensus Les évolutions observées sur janvier des indicateurs avancés d activité dans la construction apparaissent désordonnées à première vue. Les mises en chantier se raffermissent légèrement alors que le nombre de permis de construire recule. Compte tenu de la volatilité historique de ces indicateurs, les variations mensuelles n apparaissent pas significative d un véritable changement de situation et sont proches des attentes du consensus. En rythme annuel, ces deux indicateurs reculent d un tiers. La poursuite du recul du nombre de permis de construire implique une nouvelle contraction de l activité dans la construction. gllisst. annuel sur moy. mobile d'ordre 3 (%) Production industrielle TUC - Taux d'utilisation des capacites % Production industrielle (janv.) Production industrielle.1 %, VM (var. mensuelle).1.1 Federal Reserve consensus Taux d'utilisation des capacités 1. % Federal Reserve consensus La production industrielle américaine a augmenté au mois de janvier, sous l effet de la vague de froid nord-américaine du début d année, mais la seule production manufacturière se tasse. Le taux d utilisation des capacités se maintient à son niveau de décembre.

7 BALANCE COMMERCIALE : LE COMMERCE EXTERIEUR E COMMERCE EXTERIEUR SOUTIENT LA CROISSANCE AMERICAINE. milliards de USD BALANCE COMMERCIALE (biens et services) BALANCE COMMERCIALE (biens et services) hors pétrole Balance commerciale Balance commerciale (Déc.) -. MdUSD U.S. Census Bureau Nov. 7 consensus Balance de capitaux (titres). MdUSD US Treasury Nov. 7 consensus Le déficit commercial américain s est contracté malgré les cours élevés du pétrole. Le déficit hors pétrole est en effet en nette amélioration. Dans le même temps, les entrées de capitaux ont fortement diminué, au-delà des attentes des analystes. gliss. annuel sur moy. mobile d'ordre 3 (%) EXPORTATIONS de biens et services IMPORTATIONS de biens et services Exportations - Importations (Déc.) Exportations (B&S) 13. %, GA (glisst. annuel) U.S. Census Bureau Nov. 7 consensus Importations (B&S). %, GA (glisst. annuel) U.S. Census Bureau Nov. 7 consensus Soutenues par la dépréciation du dollar, les exportations américaines ont progressé au mois de décembre. Sur l année, elles progressent de 9% en volume, mais elles ralentissent en fin d année. Les importations ont fortement décéléré, malgré les cours élevés du pétrole, en raison du fort ralentissement de la demande domestique.

8 PRINCIPAUX INDICATEURS CONJONCTURELS AMERICAINS nom / source surprise PIB en volume.trim.7 3.Trim.7 moy. trim. Taux de chômage Bureau of Economic Analysis cvsa variation trimestrielle annualisee (%) Bureau of Labor Statistics cvs %, part de la population active Production industrielle Créations d'emplois (non agricoles) Federal Reserve cvs variation mensuelle (%) Bureau of Labor Statistics cvs Taux d'utilisation des capacités Nouvelles indemnisations Fév chômage Fév. Federal Reserve cvs % Department of Labor cvs milliers Variation des stocks Nov. 7 Fév. Indemnisations chômage U.S. Census Bureau cvs variation mensuelle (%) Department of Labor cvs milliers ISM manufacturé Institute for Supply Management cvs ISM non-manufacturé indice de confiance Confiance des consommateurs Institute for Supply Management cvs indice de confiance Conference Board cvs Commandes manufacturières Nov. 7 Indicateur avancé U.S. Census Bureau cvs variation mensuelle (%) Conference Board - variation mensuelle (%) Commandes de biens durables Nov. 7 Fév.. Confiance (U. de Michigan) U.S. Census Bureau cvs variation mensuelle (%) U. of Michigan Survey Research - PCE - Déflateur de la conso. privée Bureau of Economic Analysis cvs Nov. 7 Nov variation mensuelle (%) Ventes au détail Bureau of Economic Analysis cvs glissement annuel (%) U.S. Census Bureau - PCE - Déflateur Conso (sousjacent) Nov. 7 Ventes au détail (hors auto) Bureau of Economic Analysis cvs glissement annuel (%) U.S. Census Bureau - CPI - Prix à la consommation Ventes Automobiles Bureau of Labor Statistics - glissement annuel (%) Bloomberg Indices cvsa volume CPI (sous jacent) Taux d'épargne des ménages Bureau of Labor Statistics - glissement annuel (%) Bureau of Economic Analysis cvs part du revenu brut disponible des ménages (%) PPI - Prix à la production Bureau of Labor Statistics - PPI (sous jacent) Nov glissement annuel (%) Nov. 7 Ventes de logements Bureau of Labor Statistics cvs glissement annuel (%) National Assoc. of Realtors cvsa volume (millions) Déflateur du PIB.Trim.7 3.Trim.7 moy. trim. Ventes de logements neufs Bureau of Economic Analysis cvsa variation trimestrielle annualisee (%) U.S. Census Bureau cvsa volume (milliers) Coût du travail (employement cost) Bureau of Labor Statistics cvs Coûts salariaux unitaires (non agri.) US Department of Commerce cvsa.trim.7 3.Trim.7 moy. trim....9 EXTERIEUR variation trimestrielle (%).Trim.7 3.Trim.7 moy. trim milliards de USD annuels Balance de capitaux (titres) Bureau of Labor Statistics cvs % US Treasury - Productivité (non agricole).trim.7 3.Trim.7 moy. trim. Balance commerciale Bureau of Labor Statistics cvs variation trimestrielle (%) U.S. Census Bureau cvs milliards de USD Revenus individuels Nov. 7 3.Trim.7.Trim.7 moy. trim. Balance courante US Department of Commerce cvs variation mensuelle (%) Bureau of Economic Analysis - Part du PIB (%) Salaire horaire moyen Exportations (B&S) Bureau of Labor Statistics cvs variation mensuelle (%) U.S. Census Bureau cvs glissement annuel (%) Crédits à la consommation SALAIRES Nov. 7 Importations (B&S) Federal Reserve cvs différence mensuelle (milliards USD) U.S. Census Bureau cvs glissement annuel (%) mis à jour à partir de Bloomberg le en gras et grisé = nouveautés par rapport à la version du 1 Feb à 1:3 Feb à 1:3 OFFRE EMPLOI PRIX CONFIANCE - CONSOMMATION Dépenses de consommation IMMOBILIER différence mensuelle (milliers) indice base 1 en 19 indice base 1 en 19 variation mensuelle (%) actuel précédent référence variation mensuelle (%) Mises en chantiers milliards de USD Nov. 7 Nov. 7 Nov. 7 moy. sem. 1 Fév. moy. sem. Nov. 7 Nov. 7 Nov. 7 Nov. 7

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

Économie américaine : est-ce grave?

Économie américaine : est-ce grave? Université d été 28 - CÉRIUM Montréal, 4 juillet 28 Économie américaine : est-ce grave? Francis Généreux Économiste senior L économie gâche la fête! 1. Un portrait de l économie américaine I. Structure

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010 Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne FMI Département Afrique Mai 21 Introduction Avant la crise financière mondiale Vint la grande récession La riposte politique pendant le ralentissement

Plus en détail

Marché mondial de l automobile

Marché mondial de l automobile Carlos Gomes 1..73 carlos.gomes@scotiabank.com En route vers des ventes mondiales records en 1 Les marchés développés mènent le bal Les ventes mondiales de voitures ont progressé de % pendant le premier

Plus en détail

La dette des ménages canadiens demeure très élevée

La dette des ménages canadiens demeure très élevée 12 septembre 2014 La dette des ménages canadiens demeure très élevée Faits saillants États Unis : accélération bienvenue des ventes au détail. Forte hausse du crédit à la consommation en juillet aux États

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les principaux indicateurs économiques Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre informatif.

Plus en détail

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015 Conseil Economique, Social & Environnemental Régional Point d actualité Séance plénière 2 février 2015 Rapporteur général : Jean-Jacques FRANCOIS, au nom du Comité de Conjoncture CONTEXTE GÉNÉRAL A la

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

Secteur de la construction au Canada

Secteur de la construction au Canada PIB en G$ CAD Survol des tendances de l industrie Secteur de la construction au Canada Principaux développements T2/214 214 Le PIB réel a atteint un sommet de 1 69 millions de dollars canadiens en novembre

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (1/2) Les ressources des ménages La consommation L épargne Les ménages comme agents économiques

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

Perspectives économiques 2013-2014

Perspectives économiques 2013-2014 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2013-2014 L amélioration de l économie atténuée par l incertitude politique Prix du pétrole:

Plus en détail

La Banque nationale suisse surprend les marchés

La Banque nationale suisse surprend les marchés La Banque nationale suisse surprend les marchés 16 janvier 2015 Faits saillants États-Unis : baisse décevante des ventes au détail en décembre. États-Unis : les prix de l essence font diminuer l inflation,

Plus en détail

La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai

La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai 25-5-27 29-5-26 Liens: NBB.Stat Information générale Enquête mensuelle de conjoncture auprès des entreprises - mai 25 La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai Le baromètre de

Plus en détail

Perspectives de l industrie suisse Pierres et Terres

Perspectives de l industrie suisse Pierres et Terres Perspectives de l industrie suisse Pierres et Terres Session d hiver 2008 de l ASGB Association suisse de l industrie des Graviers et du Béton Jongny, le 20 février 2008 Christoph Koellreuter, Fondateur

Plus en détail

Les dépenses et la dette des ménages

Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses des ménages représentent près de 65 % 1 du total des dépenses au Canada et elles jouent donc un rôle moteur très important dans l économie. Les ménages

Plus en détail

Très légère hausse de la confiance des chefs d entreprise en février

Très légère hausse de la confiance des chefs d entreprise en février 25-2-24 29-5-26 Liens: NBB.Stat Information générale Enquête mensuelle de conjoncture auprès des entreprises - février 25 Très légère hausse de la confiance des chefs d entreprise en février Le baromètre

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD

COMMENTAIRE. Services économiques TD COMMENTAIRE Services économiques TD 16 juillet 213 LES MÉNAGES CANADIENS SONT PLUS ENDETTÉS QUE LES MÉNAGES AMÉRICAINS, MAIS UNIQUEMENT PAR SUITE DU RÉCENT DÉSENDETTEMENT AUX ÉTATS-UNIS Faits saillants

Plus en détail

Marchés immobiliers et croissance économique : enseignements de la vague de refinancements aux États-Unis 1

Marchés immobiliers et croissance économique : enseignements de la vague de refinancements aux États-Unis 1 Akash Deep +1 617 495 134 akash_deep@harvard.edu Dietrich Domanski +41 61 28 8353 dietrich.domanski@bis.org Marchés immobiliers et croissance économique : enseignements de la vague de refinancements aux

Plus en détail

INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC ÉCONOMIE. Comptes économiques des revenus et dépenses du Québec

INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC ÉCONOMIE. Comptes économiques des revenus et dépenses du Québec INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC ÉCONOMIE Comptes économiques des revenus et dépenses du Québec Édition 2013 Pour tout renseignement concernant l ISQ et les données statistiques dont il dispose, s

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Janvier 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

RAPPORT TECHNIQUE CCE 2014-2415

RAPPORT TECHNIQUE CCE 2014-2415 RAPPORT TECHNIQUE CCE 2014-2415 CCE 2014-2415 Rapport technique 2014 22 décembre 2014 2 CCE 2014-2415 3 CCE 2014-2415 Le tableau 1 présente les principaux indicateurs du contexte macro-économique belge

Plus en détail

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010 Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC 1. Présentation... 328 2. Méthodologie... 328 3. Définitions... 328 4. Sources de

Plus en détail

Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux

Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux 7 avril Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux La crise de 9 a eu des conséquences néfastes pour

Plus en détail

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014 Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 214 Gwenaëlle FEGAR Direction des Statistiques monétaires et financières Service d Analyse des financements nationaux Après une forte progression

Plus en détail

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé L augmentation des salaires du personnel de l administration publique

Plus en détail

2015 et l investissement en actions : la prise de risque est-elle justifiée?

2015 et l investissement en actions : la prise de risque est-elle justifiée? Flash Stratégie Janvier 2015 2015 et l investissement en actions : la prise de risque est-elle justifiée? Jean Borjeix Paris, le 20 janvier 2015 Dans ce document nous allons tout d abord rapprocher nos

Plus en détail

LE CRÉDIT A LA CONSOMMATION Au-delà des idées reçues

LE CRÉDIT A LA CONSOMMATION Au-delà des idées reçues LE CRÉDIT A LA CONSOMMATION Au-delà des idées reçues Juillet 2013 SOMMAIRE I. L utilité du crédit à la consommation Quel est le rôle du crédit dans l économie? Le marché du crédit à la consommation. A

Plus en détail

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario avril Situation financière des ménages au et en Au cours des cinq dernières années, les Études économiques ont publié quelques analyses approfondies sur l endettement des ménages au. Un diagnostic sur

Plus en détail

Etat des lieux du crédit à la consommation en France

Etat des lieux du crédit à la consommation en France Etat des lieux du crédit à la consommation en France Un marché en cours de mutation? Référence du document : Athling_Crédit à la consommation en France_121018_App.ppt 21 octobre 2012 Page 1 Qui a dit?

Plus en détail

Revue des grandes tendances macroéconomiques pour le secteur de l'assurance au Québec en 2013

Revue des grandes tendances macroéconomiques pour le secteur de l'assurance au Québec en 2013 Revue des grandes tendances macroéconomiques pour le secteur de l'assurance au Québec en 2013 Daniel Denis kpmg.ca L environnement externe ÉCONOMIE CONSOMMATEUR TECHNOLOGIE DÉMOGRAPHIE Secteur de l assurance

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

Les principaux crédits et les pièges à éviter

Les principaux crédits et les pièges à éviter Chapitre 1 Les principaux crédits et les pièges à éviter 1. Le crédit revolving Le crédit revolving (ou crédit permanent) est souvent vendu comme une réserve d argent permettant de financer des envies

Plus en détail

Revue des Marchés. Charles Gagné 2015-04-16

Revue des Marchés. Charles Gagné 2015-04-16 9. Revue des Marchés Charles Gagné 2015-04-16 Les faits saillants 1. Inventaires de porcs aux É.-U. ( Hogs & Pigs) Croissance de 2 % du troupeau reproducteur 2. Baisse des exportations américaines Valeur

Plus en détail

Présentation Macro-économique. Mai 2013

Présentation Macro-économique. Mai 2013 Présentation Macro-économique Mai 2013 1 Rendement réel des grandes catégories d actifs Janvier 2013 : le «sans risque» n était pas une option, il l est moins que jamais Rendement réel instantané 2,68%

Plus en détail

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège La crise de 1929 Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Expliquer la crise de 1929? La crise de 1929 a été l objet de nombreuses publications tentant d expliquer ses causes,

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée Épreuve composée Pour la partie 3 (Raisonnement s appuyant sur un dossier documentaire), il est demandé au candidat de traiter le sujet : en développant un raisonnement ; en exploitant les documents du

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Le bilan de l année 2014 Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

Le crédit bancaire au secteur privé

Le crédit bancaire au secteur privé Le crédit bancaire au secteur privé en Belgique M. Hradisky * Après des taux de croissance de plus de 1 p.c. en rythme annuel au cours de l année, la progression des crédits au secteur privé en Belgique

Plus en détail

Consultations prébudgétaires 2011-2012

Consultations prébudgétaires 2011-2012 Présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes 12 août 2011 Sommaire Dans le cadre des consultations prébudgétaires du Comité permanent des finances de la Chambre des communes, le

Plus en détail

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions 27 novembre 213 N 5 Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions La Chine semble vouloir développer le poids du RMB comme monnaie internationale, aussi bien financière que

Plus en détail

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Royaume du Maroc La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Table des Matières 1. Données sur la masse salariale...2 1.1. Importance de la masse salariale...2 1.2. Aggravation

Plus en détail

Territoires et Finances

Territoires et Finances Territoires et Finances Étude sur les finances des communes et des intercommunalités Bilan 2 14 et projections 215-217 214 : une forte baisse de l épargne brute et des investissements qui cristallisent

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

COMMENTAIRE LES CANADIENS SONT-ILS PRÉPARÉS À UNE HAUSSE DES TAUX D INTÉRÊT? Services économiques TD

COMMENTAIRE LES CANADIENS SONT-ILS PRÉPARÉS À UNE HAUSSE DES TAUX D INTÉRÊT? Services économiques TD COMMENTAIRE Services économiques TD mai LES CANADIENS SONT-ILS PRÉPARÉS À UNE HAUSSE DES TAUX D INTÉRÊT? Faits saillants Le fait que la Banque du Canada ait récemment indiqué que les taux d intérêt pourraient

Plus en détail

LA LETTRE DE L EPARGNE ET DE LA RETRAITE DU CERCLE DE L EPARGNE. N 3 juillet 2014

LA LETTRE DE L EPARGNE ET DE LA RETRAITE DU CERCLE DE L EPARGNE. N 3 juillet 2014 LA LETTRE DE L EPARGNE ET DE LA RETRAITE DU CERCLE DE L EPARGNE N 3 juillet 2014 L Edito de Philippe Crevel L épargnant des temps nouveaux frappe à la porte En 2017, les «digital natives» auront pris le

Plus en détail

Mise à jour risque pays

Mise à jour risque pays Mise à jour risque pays Espagne 14 novembre 2012 1 Résumé analytique L économie espagnole se contractera en 2012 et en 2013 Le durcissement des conditions de crédit pose problème à de nombreuses entreprises

Plus en détail

L impact macroéconomique des crises bancaires

L impact macroéconomique des crises bancaires L impact macroéconomique des crises bancaires Les banques sont au cœur du financement des économies et lorsque leur situation financière ne leur permet plus d assurer cette mission, la distribution du

Plus en détail

Dépenses nationales totales 3.0 3.4 2.3

Dépenses nationales totales 3.0 3.4 2.3 Chiffres clés pour l'économie belge Pourcentages de variation en volume - sauf indications contraires Dépenses de consommation finale des particuliers 2.0 2.6 1.4 Dépenses de consommation finale des pouvoirs

Plus en détail

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Mars 2015 Luc Masure Plan de la présentation 1. Le Bureau fédéral du Plan 2. Cadre historique de la politique salariale et des dispositifs d exonération

Plus en détail

L Épargne des chinois

L Épargne des chinois L Épargne des chinois (Patrick ARTUS Johanna MELKA) Colloque Cirem-Cepii-Groupama AM 29 septembre 25 Indicateurs de «qualité de vie» en Chine 199 1995 2 22 23 Nombre d'écoles par 1 habitants 9,1 7,82 6,48

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 212 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 212 Série dessaisonalisée

Plus en détail

Dares Analyses. Emploi, chômage, population active : bilan de l année 2012

Dares Analyses. Emploi, chômage, population active : bilan de l année 2012 Dares Analyses juin 2013 N 037 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Emploi, chômage, population active : bilan de l année Avec la contraction de l

Plus en détail

Les divergences dominent le marché

Les divergences dominent le marché Les divergences dominent le marché L euro a continué de glisser, pour la sixième semaine consécutive, face au dollar américain. Et cette baisse devrait continuer de s accentuer dans les prochains jours,

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC

Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC Automne 2014 Le point sur la situation économique et financière du québec NOTE La forme masculine utilisée dans le texte désigne

Plus en détail

La croissance des pays développés au cours des trente dernières

La croissance des pays développés au cours des trente dernières Éditions La Découverte, collection Repères, Paris, 213 II / Dette et croissance Benjamin Carton* La croissance des pays développés au cours des trente dernières années s est accompagnée d une hausse de

Plus en détail

10 février 2015. Présentation des résultats annuels 2014

10 février 2015. Présentation des résultats annuels 2014 10 février 2015 Présentation des résultats annuels 2014 Activité 2014 Bertrand CHEVALLIER Directeur Général Adjoint Présentation des résultats annuels 2014 du Crédit Agricole d Ile-de-France - 10 février

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mai COMMENTAIRE DE MARCHÉ mai 2014 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 INTRODUCTION L heure semble au découplage entre les Etats-Unis et l Europe. Alors que de l autre côté de l Atlantique, certains plaident

Plus en détail

La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements

La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements Identité fondamentale: Y= C + I + G + EX - IM Y: PIB (Produit Intérieur Brut) C: Consommation I: Investissement G: Dépenses

Plus en détail

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Mise à jour - Janvier 2015 Giorgia Albertin Représentante Résidente pour la Tunisie Fonds Monétaire International Plan de l exposé

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires POUR DIFFUSION : À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À PUBLICATION Courants contraires La baisse

Plus en détail

Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue?

Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue? 28 avril 2015 Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue? Beaucoup d espoir repose sur les entreprises du centre du pays pour permettre à la croissance économique de

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 211 15 1 5-5 -1-15 -2 - -3-35 21 22 23 24 26 27 28 29 21 211 Série dessaisonalisée

Plus en détail

Etats-Unis : le pays qui a le plus besoin de la mondialisation prêt à céder à la tentation protectionniste

Etats-Unis : le pays qui a le plus besoin de la mondialisation prêt à céder à la tentation protectionniste 1 avril 9 - N 17 Etats-Unis : le pays qui a le plus besoin de la mondialisation prêt à céder à la tentation protectionniste Des indices multiples montrent que la tentation protectionniste est de plus en

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 1 ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 2 Les simulations

Plus en détail

Des dividendes élevés, synonymes d une forte croissance des bénéfices futurs

Des dividendes élevés, synonymes d une forte croissance des bénéfices futurs Des dividendes élevés, synonymes d une forte croissance des bénéfices futurs Plus le taux de versement des dividendes est élevé, plus les anticipations de croissance des bénéfices sont soutenues. Voir

Plus en détail

Les paradoxes des marchés de bureaux et du logement Les prévisions IEIF 2013. 2013 : l année dangereuse Entre rechute et guérison?

Les paradoxes des marchés de bureaux et du logement Les prévisions IEIF 2013. 2013 : l année dangereuse Entre rechute et guérison? Les paradoxes des marchés de bureaux et du logement Les prévisions IEIF 2013 2013 : l année dangereuse Entre rechute et guérison? 2013 : scénarios pour l économie française Scénario central 80% de probabilité

Plus en détail

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX

MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX MARCHÉ IMMOBILIER DE BUREAUX PERSPECTIVES CONJONCTURE ÉCONOMIQUE LE MARCHÉ DES BUREAUX EN ILE-DE-FRANCE 1 er Semestre 212 PERSPECTIVES Un contexte de marché favorable aux utilisateurs La crise financière

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 20 avril 2015 BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE STATISTIQUES RELATIVES AUX FONDS D INVESTISSEMENT DE LA ZONE EURO FÉVRIER 2015 En février 2015, l encours de parts émises par les

Plus en détail

L économie mondiale en 2008 : du ralentissement àlarécession

L économie mondiale en 2008 : du ralentissement àlarécession L économie mondiale en 2008 : du ralentissement àlarécession Olivier Redoulès* En 2008, l économie mondiale a basculé dans la récession. La crise financière a débuté en 2007 aux États-Unis sur le marché

Plus en détail

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Ville de Clamart PARTENAIRES Finances Locales Avril 2015 Ville de Clamart 1 Présentation de PARTENAIRES Finances Locales PARTENAIRES Finances Locales

Plus en détail

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude localnova OBS Observatoire des finances locales des Petites Villes de France novembre # Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude financière prospective

Plus en détail

Tendances récentes dans les industries automobiles canadiennes

Tendances récentes dans les industries automobiles canadiennes N o 11 626 X au catalogue N o 26 ISSN 1927-548 ISBN 978--66-2984-5 Document analytique Aperçus économiques Tendances récentes dans les industries automobiles canadiennes par André Bernard Direction des

Plus en détail

FRANCE Immobilier résidentiel Évolutions récentes et perspectives 2015-2016

FRANCE Immobilier résidentiel Évolutions récentes et perspectives 2015-2016 Trimestriel n /231 17 juillet 2 FRANCE Immobilier résidentiel Évolutions récentes et perspectives 2-216 Reprise ou stabilisation? Des signaux de reprise du marché sont apparus ces derniers mois. Il ne

Plus en détail

Endettement, insolvabilité et prêts hypothécaires en souffrance : la situation québécoise

Endettement, insolvabilité et prêts hypothécaires en souffrance : la situation québécoise Endettement, insolvabilité et prêts hypothécaires en souffrance : la situation québécoise Le maintien de très faibles taux d intérêt depuis la dernière récession incite les ménages canadiens à s endetter

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH»

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» 193-202.qxp 09/11/2004 17:19 Page 193 L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» Département analyse et prévision de l OFCE La rentabilité des entreprises s'est nettement redressée en 2003 et 2004. Amorcée aux

Plus en détail

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux...

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux... Liste des figures... Liste des tableaux... XI XV Liste des encadrés.... XVII Préface à l édition française... XIX Partie I Introduction... 1 Chapitre 1 Un tour du monde.... 1 1.1 La crise.... 1 1.2 Les

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE

COMMENTAIRE. Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE COMMENTAIRE Services économiques TD LES VENTES DE VÉHICULES AU CANADA DEVRAIENT DEMEURER ROBUSTES, MAIS LEUR CROISSANCE SERA LIMITÉE Faits saillants Les ventes de véhicules au Canada ont atteint un sommet

Plus en détail

Banque de la République d Haïti. Bulletin Statistique 36 Juillet - Septembre 2000

Banque de la République d Haïti. Bulletin Statistique 36 Juillet - Septembre 2000 Banque de la République d Haïti Bulletin Statistique 36 Juillet - Septembre 2000 Table des matières Avertissement...5 I- Statistiques monétaires et financières Tableau 1.1 Principaux indicateurs monétaires...10

Plus en détail

Rapport intermédiaire. Comptes du Groupe au 30 juin 2015

Rapport intermédiaire. Comptes du Groupe au 30 juin 2015 Rapport intermédiaire Comptes du Groupe au 30 juin 2015 2 Message des présidents En présentant de très bons résultats semestriels dans un environnement global incertain, la BCV démontre une nouvelle fois

Plus en détail

Point de vue. Sherry Cooper, Ph. D. Vice-présidente à la direction, BMO Groupe financier Économiste en chef, BMO Nesbitt Burns 1 800 613-0205

Point de vue. Sherry Cooper, Ph. D. Vice-présidente à la direction, BMO Groupe financier Économiste en chef, BMO Nesbitt Burns 1 800 613-0205 AOÛT 2005 Point de vue REVUE MENSUELLE DE L ÉCONOMIE AMÉRICAINE La dépendance envers l épargne étrangère nette n est pas près de diminuer Les prix élevés du pétrole n entraîneront pas de ralentissement

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l été 15 Vol. 12.2 6 juillet 15 L enquête menée cet été laisse entrevoir des perspectives divergentes selon les régions. En effet,

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD LA CONSTRUCTION AUTOMOBILE REDÉMARRE AU CANADA, MAIS MANQUERA-T-ELLE BIENTÔT DE CARBURANT?

COMMENTAIRE. Services économiques TD LA CONSTRUCTION AUTOMOBILE REDÉMARRE AU CANADA, MAIS MANQUERA-T-ELLE BIENTÔT DE CARBURANT? COMMENTAIRE Services économiques TD LA CONSTRUCTION AUTOMOBILE REDÉMARRE AU CANADA, MAIS MANQUERA-T-ELLE BIENTÔT DE CARBURANT? Faits saillants La reprise des ventes d automobiles aux États-Unis s est traduite

Plus en détail

Dans la plupart des économies avancées, les prix immobiliers ont fortement

Dans la plupart des économies avancées, les prix immobiliers ont fortement Les prix immobiliers en France : une évolution singulière Mickaël Clévenot Division Synthèse conjoncturelle Dans la plupart des économies avancées, les prix immobiliers ont fortement augmenté entre 2000

Plus en détail