Le problème du crédit à la consommation

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le problème du crédit à la consommation"

Transcription

1 Le problème du crédit à la consommation La littératie et son incidence sur les politiques Dilip Soman Université de Toronto Document de recherche préparé pour le Groupe de travail sur la littératie financière SOMAN, Dilip 1

2 Date de publication : 9 février 2011 Déclaration de non-responsabilité Les opinions exprimées dans le présent document ne reflètent pas forcément le point de vue du Groupe de travail. Seul l auteur est responsable des erreurs ou omissions. Pour plus d information, visiter notre site web :

3 Table des matières Résumé... 2 Introduction La littératie financière et la politique publique La perspective économique du crédit à la consommation La psychologie du crédit à la consommation Actualisation hyperbolique Maîtrise de soi et résistance à la tentation La comptabilité mentale et les décisions relatives au budget La calcul du crédit à la consommation Pourcentages et fractions Perception de nombres «entiers» Probabilités et prévisions Preuves d erreurs de calcul Les répercussions sur la politique publique et la littératie financière Motivation et établissement de buts Acquérir les aptitudes pertinentes Au-delà du programme de cours en littératie financière Conclusions : Le problème du dernier kilomètre et les domaines de recherche futurs Renvois Annexe A : Bibliographie annotée Principaux articles choisis Données empiriques Illétératie financière Économie Psychologie Calculs Annexe B : Cadre organisationnel SOMAN, Dilip 1

4 Le problème du crédit à la consommation : La littératie et son incidence sur les politiques Dilip Soman Professeur de marketing, Chaire de stratégie en communication Corus, Chargé de cours principal, Desautels Center for Integrative Thinking (TM), Rotman School of Management, Université de Toronto Résumé Bien que le crédit à la consommation joue un rôle important parce qu il permet aux ménages de gérer leurs habitudes de consommation dans le temps, il peut entraîner des décisions irrationnelles s il n est pas correctement administré. Le présent rapport résume les travaux de recherche qui démontrent que : les gens succombent souvent à des erreurs psychologiques qui faussent leur évaluation des diverses options de crédit; souvent, les gens ne possèdent pas les compétences nécessaires en calcul pour évaluer avec précision l effet de l endettement sur leur bien-être financier futur. En plus de résumer les données disponibles, nous traitons des répercussions de la recherche dans le contexte de la littératie financière et de la politique publique. Nous mentionnons également les lacunes de la recherche qui pourraient être examinées afin de favoriser une meilleure compréhension stratégique du comportement des emprunteurs. SOMAN, Dilip 2

5 Introduction Un jour, le regretté Dalton Camp, journaliste et politicien canadien, a fait remarquer que [traduction]«lorsqu il perd sa valeur, l argent n est plus la cause de tous les maux, car le crédit prend sa place»(cité dans Banks et Stevens, 2005, p. 78). Même si l on ne peut déclarer sans équivoque qu il est la cause de tous les maux, le crédit peut causer des problèmes à des personnes ou à la société, surtout lorsqu on peut y avoir accès partout et sans contrainte. Dans certains cas isolés, un rite habituel de passage des étudiants au niveau postsecondaire consiste (ou consistait) à recevoir des offres spontanées de cartes de crédit par la poste ou sur les campus 1 ; la reconstruction d une cuisine ou d importantes rénovations domiciliaires deviennent la réalité pour un nombre sans cesse croissant de familles qui peuvent avoir accès à une marge de crédit par un simple appel téléphonique, parfois sans même passer à la banque. En outre, les institutions financières encouragent souvent les consommateurs à faire une demande de crédit «même s ils n ont pas besoin d emprunter à ce moment précis». 2 Le crédit est si présent qu il est presque impossible de passer une journée sans contact avec une carte de crédit, un prêt hypothécaire, une marge de crédit ou des paiements par acomptes. Le crédit permet de financer des achats, il joue un rôle important dans la vie de la plupart des gens et souvent, il accompagne leurs pensées. Les consommateurs glissent leurs cartes de crédit, signent leurs reçus et ne pensent aux montants qu ils ont dépensés pour leurs achats versés qu en soirée ou même plus tard (Soman, 2001). Le présent rapport résume les données disponibles sur le comportement des emprunteurs, les évalue et traite de leurs répercussions dans le contexte de la littératie financière, de même que du bien fondé de la sensibilisation et de la structure des choix visant à améliorer les résultats financiers au niveau de la personne et de la société. Le problème du crédit, c est qu il invite les consommateurs qui l utilisent à prendre des décisions rationnelles. En fait, les consommateurs font souvent des erreurs cognitives et 1 Cette pratique a récemment été restreinte aux États-Unis par la Credit Card Accountability, Responsibility and Disclosure Act (CARD Act). 2 Voir, par exemple, (accès le 14 juin 2010). SOMAN, Dilip 3

6 psychologiques (voir Thaler et Sunstein, 2008) qui les poussent à s endetter davantage qu ils ne le souhaiteraient. Selon l Association des comptables généraux accrédités du Canada (2009), la dette des ménages au Canada, qui englobe les emprunts hypothécaires et les montants impayés sur carte de crédit, a atteint un sommet inégalé de 1,41 billion de dollars (CAN) en décembre 2009, faisant progresser le ratio d endettement des ménages canadiens à un niveau incroyable de 144 %. Les États-Unis connaissent une situation semblable; en effet, la dette des ménages s élevait à 13,5 billions de dollars (US) en 2009 (Réserve fédérale des États-Unis, 2010) et le ratio d endettement des ménages atteignait 122 %(Whitehouse, 2010). Cette constatation est troublante, compte tenu du fait que le taux de croissance de l emploi pour la période de sept ans terminée en 2009 était le plus faible depuis la Grande Crise et que le PIB dépassait à peine le niveau d endettement, soit 14,1 billions $US l année précédente (Banque mondiale, 2010). Les dépenses nous permettent d acheter des biens et des services, et notre soif d en posséder davantage nous pousse à recourir au crédit pour acheter (Duesenberry, 1949; Richins et Rudmin, 1994). En fait, le crédit ou même l endettement sont parfois nécessaires (par exemple, pour l éducation ou les urgences), mais lorsque le consommateur s endette pour acheter des biens de luxe, notamment un téléviseur HD de 50 pouces ou une voiture sport, et qu il est ensuite incapable de rembourser son emprunt, l accès au crédit devient dangereux et les dettes peuvent s accumuler à un rythme accéléré. Le crédit a souvent de fâcheuses conséquences financières, psychologiques, sociales et même morales sur les consommateurs. Au plan financier, l endettement représente la principale cause de faillite personnelle (White 2007). Sur le plan psychologique, les consommateurs endettés montrent de faibles niveaux de bonheur et de bien-être (Brown, Taylor et Price, 2005). Du côté social, une personne endettée est perçue comme insouciante, trop indulgente et irresponsable (Livingstone et Lunt, 1992). Il convient plus que jamais de bien comprendre ses origines et d offrir des solutions pour améliorer le bien-être financier des consommateurs et de la société. SOMAN, Dilip 4

7 Qu est-ce qui contribue à l endettement accru des consommateurs? L un des éléments de réponse réside dans la connaissance des façons dont les gens utilisent le crédit et l insuffisance de littératie financière pour bien des consommateurs. Dans son livre intitulé Subprime Mortgages: America s Latest Boom and Bust (2007), Edward Gramlich, un ancien professeur d économie à l Université du Michigan et ancien membre du Conseil des gouverneurs de la Réserve fédérale américaine, fait remarquer un lien entre les faibles niveaux de littératie financière et la crise récente des prêts hypothécaire aux États-Unis. Comme l a précisé The Economist, [traduction]«si l on exclut la cupidité et l information financière trompeuse, il en reste [de cette crise hypothécaire] des niveaux très élevés d illittératie financière.»(bryant, 2008). De façon empirique, Lusardi et Mitchell (2006, 2007) ont constaté que moins du cinquième des participants à une étude ont été capables de calculer correctement le montant accumulé dans un compte d épargne à un taux d intérêt de 2 % par année sur cinq ans. Ils ont été tout aussi étonnés de noter que seulement un participant sur deux a correctement divisé en parts égales un gain de loterie de deux millions de dollars entre cinq gagnants. Ces préoccupations au sujet de l illittératie financière et de ses conséquences ont incité le gouvernement à redoubler d effort pour améliorer l éducation financière. Au Canada, le ministre des Finances, l honorable Jim Flaherty, a mis sur pied le Groupe de travail sur la littératie financière; aux États-Unis, l ancien président George W. Bush a créé le Conseil consultatif de la littératie financière. Ces deux organismes ont pour objectif de promouvoir la littératie en proposant ou en mettant en œuvre des stratégies nationales visant à abaisser les niveaux d endettement des consommateurs. Le président Barack Obama a même désigné avril 2010 Mois national de la littératie financière. Le présent rapport est divisé en plusieurs sections. Une première section porte sur les documents relatifs au rôle du crédit dans l économie des ménages. La deuxième section traite des influences psychologiques qui régissent le comportement des emprunteurs et qui pourraient engendrer un abus du crédit, de même que d un cadre permettant de structurer ces écarts. Une troisième section s intéresse à la recherche qui confirme les erreurs de calcul que font les consommateurs lorsqu ils interprètent et calculent le fardeau de SOMAN, Dilip 5

8 diverses formes de crédit. Des recommandations sur la façon d éviter ces erreurs sont formulées dans le corps de l examen. Nous espérons qu une approche comportementale permettra de bien comprendre les causes des faibles niveaux de littératie financière et les solutions envisagées, au-delà des démarches existantes. Dans l ensemble du présent rapport, nous traiterons de plusieurs écarts comportementaux qui se traduisent par une mauvaise compréhension ou des erreurs de calcul de la part des consommateurs. Des modèles économiques standard supposent que les consommateurs sont des créatures rationnelles, mais les données empiriques révèlent que les consommateurs peuvent être influencés par divers facteurs. Ils ne possèdent pas forcément les connaissances requises pour faire les calculs nécessaires souvent complexes qui en optimisent l utilité. Aussi, ils succombent aux facteurs qui influencent leur comportement au point de consommation des produits de crédit; ils prennent des décisions qui insistent sur l atteinte d objectifs à court terme plutôt que ceux à long terme, et ils font souvent des erreurs systématiques de calcul de base ou de chiffres qui altèrent leurs décisions financières. L Annexe A renferme une bibliographie annotée des principaux articles mentionnés dans le présent rapport. Les documents examinés sont classés en deux groupes. Premièrement, les travaux de recherche examinent les effets du crédit à la consommation à l occasion d utilisation, de même que les effets du recours continu au crédit au fil des ans. À titre d exemple, Feinberg (1986) constate que la seule existence de l incitatif à utiliser la carte de crédit au point d achat accroît la probabilité de dépenser, de même que le montant de la dépense. Il s agit d un effet attribuable aux caractéristiques de l occasion d utilisation. Par ailleurs, Soman (2001) démontre que les consommateurs qui utilisent fréquemment leurs cartes de crédit se souviennent peu des dépenses qu ils ont effectuées, ils sous-estiment leurs dépenses et, par conséquent, ils dépensent trop, surestimant leurs liquidités. Il s agit là d un exemple d effet découlant du recours continu au crédit au fil des ans. Le deuxième groupe de documents examinés porte sur le paradigme théorique dominant. Les articles de recherche qui relèvent de l approche économique sont très normatifs et ils s attardent à ce SOMAN, Dilip 6

9 que les consommateurs devraient faire. Les articles qui suivent l approche psychologique sont descriptifs et énoncent ce que les consommateurs font vraiment et ils révèlent plus particulièrement les écarts qui peuvent nuire à la prise de décisions efficaces. Les articles qui répondent à l approche du calcul indiquent que même si les consommateurs adoptent la bonne approche en matière de décision, ils ne possèdent pas toutes les connaissances requises pour calculer les conséquences du recours au crédit. L Annexe B renferme un cadre organisationnel de ces deux groupes et il donne des exemples d articles de recherche fondés sur chacune de ces approches. La section qui suit traite des approches récentes en littératie financière du point de vue de la politique publique. 1. La littératie financière et la politique publique Le Groupe de travail sur la littératie financière définit la «littératie financière» sous quatre angles. Premièrement, les consommateurs doivent posséder la connaissance des questions relatives aux finances personnelles et bien comprendre les principes financiers de base. Deuxièmement, ils doivent avoir les compétences nécessaires pour appliquer cette connaissance au quotidien de manière à comprendre la base technique des notions financières auxquelles ils sont exposés au jour le jour. Troisièmement, ils doivent avoir confiance en leurs connaissances et compétences, c est-à-dire qu ils doivent se sentir à l aise avec les décisions financières qu ils prennent. Enfin, ils doivent utiliser et appliquer leurs connaissances, leurs compétences et leur confiance de façon responsable pour leurs familles et eux-mêmes. Selon le Groupe de travail, la littératie financière se résume à des gens qui «appliquent les connaissances, les compétences et la confiance en soi qu ils ont acquises pour faire des choix qui conviennent à leur situation». 3 3 Voir (accès le 14 juin 2010). SOMAN, Dilip 7

10 La récente Enquête canadienne sur les capacités financières (Statistique Canada, 2009) a toutefois révélé que bien des Canadiens ne satisfont pas aux trois premiers critères : environ le tiers des participants ne savent pas ce qu il advient de leur pouvoir d achat lorsque le taux d inflation est plus élevé que l intérêt qu ils accumulent sur leurs placements (connaissance); près du quart des participants ne suivent pas l état de leurs finances ou ne planifient pas leur retraite (compétences); plus du tiers des participants admettent qu ils éprouvent de la difficulté à se tenir à jour avec leurs décisions budgétaires (confiance). Un autre sondage (Mackenzie Investments, 2008) a révélé que bien des Canadiens enregistrent de piètres résultats au sujet du dernier facteur (responsabilité). Plus de 50 % des participants ont déclaré qu ils dépensaient leur revenu disponible sans penser à leur avenir financier. En outre, comme on peut le noter dans un sondage semblable de Credit Canada (2007): 80 % des Canadiens ne connaissent pas leur cote de crédit; 61 % n ont pas de conseiller financier (7% estiment que l endettement est «mauvais», mais 92 % d entre eux s endettent quand même); plus du quart des Canadiens ne tiennent pas compte des conséquences de la hausse des taux d intérêt lorsqu ils contractent un emprunt. Il semble que l éducation financière est plus importante et plus à-propos que jamais. Les programmes d éducation financière au Canada et aux États-Unis visent habituellement à enseigner aux consommateurs à tenir un chéquier, à épargner pour les études d un enfant, à planifier la retraite et à se tenir à l écart des pratiques trompeuses du secteur bancaire et des sociétés de crédit. 4 On note toutefois que même après avoir pris part à ces cours, les consommateurs n épargnent pas encore suffisamment ou continuent de dépenser de façon irresponsable (Choi, Laibson, Madrian et Metrick, 2004; Clark et D Ambrosio, 2002; 4 Voir, par exemple, (accès le 14 juin 2010.) SOMAN, Dilip 8

11 Madrian et Shea, 2001). Les programmes d éducation financière devraient dépasser la connaissance, les compétences, la confiance et le comportement responsable; une série d interventions comportementales doit orienter les consommateurs pour leur permettre de prendre les bonnes décisions en matière de finances personnelles (Thaler et Sunstein, 2008). L éducation financière devrait comprendre la théorie qui sous-tend la littératie, c est-à-dire sensibiliser les consommateurs au sujet des facteurs comportementaux qui influencent leur utilisation du crédit et son abus. Les consommateurs devraient apprendre les stratégies qui peuvent les aider à contrôler la tentation de recourir au crédit et à utiliser sagement le crédit. En effet, bien des consommateurs savent qu ils ne devraient pas dépenser pour des biens futiles, mais ils le font quand même. De récentes tentatives en matière de politique publique avaient pour but de s attaquer aux faibles niveaux de littératie financière en protégeant les consommateurs particulièrement vulnérables aux pratiques trompeuses des sociétés de crédit. Ces personnes sont susceptibles de provenir de milieux socio-économiques moins favorisés et d avoir un niveau de scolarité peu élevé, donc de ne pas avoir accès aux ressources communautaires qui permettent de bâtir une meilleure vie, au plan tant social qu économique. Par exemple, Lusardi et Mitchell (2007) ont constaté que de faibles niveaux visent plus particulièrement les Noirs, les Hispaniques et les femmes enclaves qui se trouvent habituellement au bas de l échelle socio-économique ou de la scolarité. Ces personnes sont peu susceptibles d avoir acquis le niveau de scolarité nécessaire et les capacités cognitives requises en matière de littératie financière (Lusardi et Mitchell, 2007; Lusardi, 2008). Parallèlement, Livingstone et Lunt (1992) ont toutefois vérifié l âge et ont constaté que le statut socio-économique joue un rôle relativement mineur dans l endettement. Même au niveau postsecondaire, où les critères d admission fréquemment sélectifs exigent que les postulants possèdent un certain nombre d années de scolarité et un bilan de réussite, les étudiants de niveau collégial continuent de faire piètre figure aux tests sur la littératie financière même si les étudiants en commerce, les hommes et les personnes qui ont de meilleures notes moyennes ont tendance à mieux répondre que leurs pairs (Chen et Volpe, 1998). On constate également que les étudiants qui ont des antécédents en commerce SOMAN, Dilip 9

12 réussissent mieux que les autres étudiants. Ces constatations indiquent seulement qu une formation financière moins bien ciblée, et non un simple manque au niveau des études, est susceptible d expliquer les faibles niveaux de littératie financière et la progression de l endettement (Avard et coll., 2005; Rosacker, Ragothaman et Gillispie, 2009). On a récemment tenté, d un point de vue stratégique, d aider les consommateurs à mieux gérer leur dette sur carte de crédit en établissant un nouveau règlement qui limite les pratiques commerciales qui ne sont pas avantageuses pour les consommateurs, et en fournissant aux Canadiens des renseignements clairs et actuels au sujet des cartes de crédit (ministère des Finances Canada, 2009). Aux États-Unis, on a effectué une tentative semblable afin de gérer la hausse des taux d intérêt appliqués au solde de cartes de crédit en promulguant la Credit Card Accountability, Responsibility and Disclosure Reform Act of 2009 (CARD Act: Congrès des États-Unis, 2009a, 2009b), approuvée par le président Barack Obama en mai Cette loi visait à [traduction]«protéger les consommateurs, plus particulièrement les jeunes, contre la montée en flèche de l endettement par carte de crédit, les pratiques déloyales portant sur les cartes de crédit, et les offres trompeuses de cartes de crédit»(congrès des États-Unis, 2009a, p. 1). Cette loi a pour but de protéger les détenteurs de carte de crédit et elle prévoit des protections dignes de mention. Premièrement, on note une protection contre les fluctuations arbitraires des taux d intérêt sur carte de crédit et les stratagèmes au sujet des dates d échéance sans préavis aux détenteurs. Deuxièmement, les consommateurs peuvent mieux suivre l évolution de leurs finances personnelles en obligeants les émetteurs de carte de crédit à obtenir le consentement exprès du détenteur ou, au moins donner un préavis, au sujet des variations des limites de crédit ou des taux d intérêt. Ces réformes de nature stratégique portent indirectement sur la littératie financière. Souvent, de nombreux consommateurs ne savent pas ce que signifient les expressions «taux fixe» et «taux préférentiel», et la CARD Act exige que les émetteurs de carte de crédit utilisent un langage simple et compréhensible. Des garanties semblables contre les variations arbitraires des taux d intérêt protègent les consommateurs qui ont tendance à ne pas connaître les taux d intérêt lorsqu ils signent la convention de carte de crédit ou qui sont incapables de calculer le solde de leur carte SOMAN, Dilip 10

13 (Lusardi et Mitchell, 2006, 2007). Malheureusement, en protégeant les consommateurs sans leur enseigner les compétences pertinentes, ces politiques peuvent les porter à croire que ces compétences sont inutiles. Les programmes d éducation financière visant à enseigner aux consommateurs des stratégies décisionnelles convenables se rapportant aux finances personnelles peuvent réduire l'abus du crédit et la possibilité d endettement. La section qui suit traite des intentions comportementales touchant le recours au crédit et elle recourt à la discussion en toile de fond pour mieux comprendre la façon dont les programmes d éducation financière devraient utiliser et enseigner les interventions comportementales pour améliorer le bien-être des consommateurs et de la société. 2. La perspective économique du crédit à la consommation Selon l économie classique, les consommateurs souhaitent un niveau de vie élevé tout en maintenant un niveau de consommation harmonieux tout au long de leur vie. Ils sont souvent confrontés à un écart entre leurs liquidités et ce qu ils recherchent; ils préfèrent donc répartir leur revenu de façon égale pendant leur vie. Il s agit de la proposition d hypothèse du cycle de vie rattachée à la consommation (Ando et Modigliani, 1963; Modigliani et Brumberg, 1954). Les consommateurs peuvent niveler leur consommation cumulative de deux façons. Premièrement, ils peuvent mettre leur revenu de côté et l utiliser plus tard, le plus souvent sous forme d épargne et de placements, ce qui leur permet d avoir accès à une réserve qu ils peuvent utiliser à la retraite. Deuxièmement, ils peuvent maintenir le revenu qu ils prévoient de toucher à l avenir. Cette approche est plus difficile à appliquer que la première, car il est matériellement impossible de prendre possession d un revenu qui n existe pas encore sans une intervention de l extérieur. Les produits de crédit à la consommation, notamment des emprunts hypothécaires, des cartes de crédit, des marges de crédit et des paiements par acomptes représentent ce type d intervention qui donne accès à des réserves de fonds que les consommateurs peuvent utiliser sur-le-champ. Évidemment, ce qu ils oublient, c est qu ils devront rembourser ces sommes plus tard en y ajoutant l intérêt. Mais la capacité d emprunter de l argent qui sera SOMAN, Dilip 11

14 gagné plus tard nous permet de niveler notre consommation sur l ensemble de la vie, selon le principe de l hypothèse du cycle de vie. La capacité de transférer des fonds dans le temps est la marque de commerce de l hypothèse du cycle de vie, par opposition à des modèles de remplacement fondés sur l économie keynésienne, en vertu de laquelle l épargne dépend uniquement du revenu actuel. Puisque l hypothèse du cycle de vie suppose qu une personne verra son revenu augmenter pendant sa vie active et diminuer à la retraite, celle-ci emprunte pendant sa jeunesse, épargne en milieu de vie et dépense moins à la retraite. En d autres termes, l hypothèse du cycle de vie modélise de façon mathématique les comportements en matière de dépenses, d épargne et d emprunt, non pas à titre de fonction linéaire des ressources actuelles, mais comme valeur actualisée des ressources futures. Toutefois, de nombreuses constatations portent à croire que les consommateurs ne respectent pas habituellement le modèle de l hypothèse du cycle de vie pour ce qui est du comportement en matière de dépenses, d épargne et d emprunt, plus particulièrement pour le plus important produit de crédit dans la vie de la majorité des consommateurs, l emprunt hypothécaire. Même si une saine planification financière préconise le remboursement des emprunts hypothécaires avant la retraite pour que les sommes ainsi libérées puissent être affectées aux dépenses personnelles au bel âge, ce n est souvent pas le cas. Un sondage Ipsos Reid (2010) sur les tendances du logement au Canada a révélé que 22 % des participants de 50 ans et plus avaient une hypothèque sur leur résidence principale, malgré le fait que 35 % de ces participants s inquiétaient de l effet de l inflation sur leur revenu de retraite. De même, Wolff (1981) a constaté que les dettes hypothécaires, mais non les autres formes d endettement des ménages, ont tendance à suivre l âge de près. Ces constatations ont incité Courant, Gramlich et Laitner (1984, p. 279) à faire remarquer que [traduction]«malgré son élégance et sa rationalité, le modèle du cycle de vie n a pas donné de très bons résultats». En fait, les travaux de recherche laissent à croire que même si les consommateurs semblent mu par une intuition conforme à l hypothèse du cycle de vie, ils ne possèdent pas les connaissances et la maîtrise qui leur permettraient de prendre SOMAN, Dilip 12

15 des décisions respectueuses de l hypothèse, à savoir s il convient d emprunter et combien emprunter (Soman and Cheema, 2002). 3. La psychologie du crédit à la consommation Le problème ne réside pas dans le fait que l hypothèse du cycle de vie comporte des lacunes, mais qu elle suppose un niveau de rationalité et de complexité des connaissances que la plupart des consommateurs ne possèdent pas (voir Akerlof et Shiller, 2009; Thaler et Sunstein, 2008). Pour faire preuve de rationalité intégrale, les consommateurs doivent posséder des capacités complexes de traitement des connaissances. Peuvent-ils prévoir correctement leurs ressources actuelles et futures et les taux d intérêt, effectuer des calculs complexes de la valeur nette actualisée afin d établir leur revenu viager, et en répartir la valeur corrigée en fonction de l inflation pour le reste de leur vie? Ces calculs sont très détaillés et leur résultat est peu susceptible de se concrétiser, compte tenu de la difficulté qu éprouvent certains consommateurs à effectuer des calculs plutôt simples, par exemple la répartition d un gain de loterie de 2 millions de dollars en parts égales entre cinq gagnants (Johnson, Kotlikoff et Samuelson, 1987; Kotlikoff, Samuelson et Johnson, 1988; Lusardi et Mitchell, 2007; Shefrin et Thaler, 1988). La présente section aborde les facteurs psychologiques qui influent sur l utilisation et l abus du crédit par les consommateurs. La section qui suit traite des facteurs de calcul qui sous-tendent les éléments qui font en sorte qu un consommateur est pris au piège par le sophisme de l arithmétique courante qui l empêche de prendre les meilleurs décisions lorsqu il gère ses finances personnelles. Actualisation hyperbolique Les produits de crédit permettent au consommateur d avoir accès à une réserve de fonds qu il peut utiliser dès maintenant en empruntant sur son revenu futur. Au cœur de la psychologie du crédit à la consommation, on retrouve la question de savoir comment les consommateurs perçoivent l avenir. Les événements futurs sont évidemment bien loin, et les consommateurs peuvent les percevoir comme peu probables ou moins importants. L approche classique en matière économique suppose que le consommateur actualise l avenir par un pourcentage fixe pour chaque unité de temps au cours de laquelle ils doit SOMAN, Dilip 13

16 patienter. Par exemple, si le taux d actualisation s établit à 10 % par année, un consommateur voudrait autant avoir 100 $ aujourd hui que 110 $ dans un an. La préférence devrait également être uniforme dans le temps; le consommateur aimerait toucher 100 $ dans un an et 110 $ dans deux ans. Ce point de vue, appelé actualisation exponentielle, suppose qu un consommateur actualise l avenir selon la période pendant laquelle il doit patienter avant qu un événement se produise et que le taux d actualisation est constant (voir Samuelson, 1937). Toutefois, les données disponibles révèlent que les consommateurs ne recourent pas à l actualisation exponentielle, mais plutôt à l actualisation hyperbolique, ce qui suppose qu un facteur d actualisation qui dépend du temps varie au fil du temps. L actualisation hyperbolique fournit une réponse aux casse-têtes suivants : Un consommateur rationnel qui suit de près son régime alimentaire sait qu il devrait choisir une assiette de fruits santé, mais il opte quand même pour le gâteau au fromage au chocolat (Soman et coll., 2005). Un nombre important de ménages savent qu ils doivent épargner davantage, mais ils en sont incapables (Thaler et Benartzi, 2001). Lorsqu on leur demande de choisir entre 10 $ aujourd hui et 12 $ demain, bien des consommateurs optent pour 10 $ aujourd hui. Toutefois, si le choix est 10 $ dans un an et 12 $ dans 366 jours, presque tous préfèrent les 12 $ (Soman et coll., 2005). Ces exemples définissent la notion appelée «incohérence dynamique» c est-à-dire un changement de préférence dans le temps. La figure 1 reproduit un exemple d actualisation hyperbolique pour un consommateur qui fait un choix entre deux options : l option PPPT (plus petit, plus tôt) et l option PGPT (plus grand, plus tard). La propriété fondamentale de l actualisation hyperbolique réside dans le fait que les taux d actualisation ne sont pas constants; ils augmentent rapidement à mesure que se rapprochent l événement en question. Comme l indique la figure 1, les événements PPPT et PGPT se déroulent dans le futur, mais le consommateur les perçoit dans le présent (t = 0). Les lignes d actualisation découlant de ces deux options indiquent la valeur actualisée (ou utilité) à un moment SOMAN, Dilip 14

17 donné. Lorsque le consommateur se trouve à t = 0, on peut facilement voir que la valeur actualisée de PPPT est supérieure à la valeur actualisée de PGPT. En d autres termes, lorsque les deux événements sont dans le futur, le consommateur opte pour la récompense PGPT. Cependant, si le temps passe et que l événement se trouve à t*, il se produit une inversion. Comme l indique la figure, lorsque PPPT se trouve très proche, sa valeur actualisée commence à paraître plus grande que PGPT; donc, le consommateur est tenté de choisir PPPT. Les chercheurs dans ce domaine désignent la période entre t* et tss comme la zone d écart, c est-à-dire une zone dans laquelle le consommateur le plus prudent pourrait s éloigner de ses meilleurs plans. L actualisation hyperbolique peut expliquer pourquoi des consommateurs accumulent des dettes sur carte de crédit à des taux d intérêt élevés. Harris et Laibson (2002) ont constaté que les avantages rattachés à l achat à crédit aujourd hui ont tendance à dépasser l inconfort actualisé d un relevé de transaction qui viendra plus tard et du remboursement ultérieur d un emprunt. En effet, pourquoi ne pas profiter aujourd hui d un téléviseur HD SOMAN, Dilip 15

18 de 50 pouces lorsque l on n a pas à s inquiéter de rembourser le mois prochain? Toutefois, cette façon de penser incite les consommateurs à accumuler des dettes sur carte de crédit pour financer leurs achats, à l image de la «loi de correspondance» de Herrnstein (1961), selon laquelle les consommateurs ont tendance à préférer les gratifications hâtives plutôt que tardives. Même si les consommateurs ont tendance à ne pas épargner suffisamment, leurs choix de produits d épargne et la liquidité qui en découle ont des conséquences sur leur capacité de rembourser leur emprunt. Lorsque les consommateurs songent à épargner pour leur retraite (plutôt que d emprunter sur l avenir), ils ont tendance à utiliser un taux d actualisation moins élevé au titre pour les gratifications retardées. Il devient donc plus intéressant d investir dans des produits de placement qui offrent un rendement prévu plus élevé seulement à long terme. Ainsi, dans leurs comportements d investissement, les gens font également preuve d impulsivité à court terme, mais de patience à long terme. Par conséquent, puisque les gens ont des niveaux d endettement élevés sur carte de crédit, mais de faibles niveaux de liquidité, ils sont incapables de niveler leur consommation sur leur cycle de vie, comme le prévoit l hypothèse du cycle de vie. Pendant ce temps, l actualisation exponentielle ne peut expliquer facilement ces comportements d emprunt et d épargne à l aide d un seul taux d actualisation constant. Il existe des explications semblables pour les emprunts hypothécaires. Au plan économique, il serait avisé de prévoir une mise de fonds de 20 % sur les emprunts hypothécaires, ce qui suppose un ratio prêt/valeur (RPV) de 80 %. Ce conseil est habituellement suivi au Canada. Toutefois, aux États-Unis, la mise de fonds peut être très faible, voire 5 %, d où un RPV de 95 %. Les barèmes de paiements hypothécaires comprennent habituellement une caractéristique de report de coût. Un faible taux d intérêt est souvent appliqué aux États-Unis pendant une période initiale d environ deux ans, après quoi le taux d intérêt revient à un niveau élevé jusqu à l échéance du prêt. Au Canada, la situation n est pas aussi problématique les mises de fonds sont habituellement plus élevées, et même si de faibles taux initiaux sont appliqués à d autres produits d emprunt SOMAN, Dilip 16

19 (plus particulièrement aux cartes de crédit), elles ne posent pas problème dans le domaine hypothécaire. Les faibles taux d intérêt à court terme et les taux d intérêt élevés à long terme sont particulièrement intéressants pour les prêts ne prévoyant que le remboursement de l intérêt et offrant diverses options de remboursement et des prêts à taux variable, qui permettent l amortissement zéro ou même négatif pendant la période initiale de faible taux d intérêt. Ces types de prêt hypothécaire posent problème pour les consommateurs qui actualisent fortement les événements futurs. Ils croient qu ils auront davantage de ressources financières à l avenir ou ils se concentrent sur les gratifications à court terme au détriment des coûts à long terme. Ils sous-estiment donc le coût total d un emprunt hypothécaire à coût différé et signent des conventions de prêt qui leur imposent des remboursements à taux d intérêt élevé qu ils ne peuvent effectuer. Une telle sous-estimation des coûts se traduit par une demande accrue de produits de crédit, mais les conséquences sont lourdes comme le démontre la crise des prêts hypothécaires à risque qui ont entraîné de nombreuses saisies et faillites personnelles. L actualisation hyperbolique est également saisie par le phénomène psychologique connu sous l appellation excédent de ressources, qui signifie que les gens continuent de penser qu ils auront suffisamment de temps et d argent à l avenir, alors que ce ne sera pas le cas lorsqu ils atteindront le moment prévu (Lynch et Zauberman, 2006; Zauberman et Lynch, 2005). Toutefois, cette fausse croyance au sujet de l abondance des ressources dans le futur se répète et explique le modèle de l emprunt à crédit. Les consommateurs croient qu ils disposeront de suffisamment d argent dans le futur et ils optent pour le remboursement à crédit, qui leur permet de rembourser leurs emprunts dans l avenir. Mais une fois venu le moment de payer les biens achetés à crédit, le manque de fonds oblige le consommateur à recourir à nouveau au crédit et à s endetter. Zauberman et Lynch (2005) désignent ce processus comme l effet «Oui.zut!». Par exemple, Agarwal, Skiba et Tobacman (2009) ont constaté que souvent, les gens contractent un prêt sur salaire à court terme, sont incapables de rembourser, puis contractent des prêts à répétition pour rembourser SOMAN, Dilip 17

20 l emprunt précédent. Il s agit d un cercle vicieux : les gens ne tirent pas de leçons de leurs erreurs et ils continuent de croire que leur avenir sera plus florissant que leur présent, et ils accumulent les dettes. Maîtrise de soi et résistance à la tentation Selon le concept de l actualisation hyperbolique, les gens ont un besoin omniprésent de consommer sur-le-champ (Ainslie et Haslam, 1992b; Herrnstein, 1961; Kirby, 1997). Ils doivent gagner un combat intérieur pour adopter le modèle rigoureux qui caractérise l hypothèse du cycle de vue. Bien des gens sont toutefois incapables de gagner cette bataille. Thaler et Shefrin (1981) décrivent l humain comme un [traduction]«planificateur prévoyant et un exécutant myope»(p. 392). Le planificateur pense à long terme, mais l exécutant recherche une gratification immédiate et saisit l occasion dans attendre lorsqu il est confronté à la tentation; il transforme donc ses devoirs et besoins en souhaits. Il convient de noter que les devoirs comportent habituellement des besoins des possibilités de consommation qui sont évoquées de façon normative. Par ailleurs, les souhaits sont habituellement teintés d indulgence des éléments de consommation agréables mais non essentiels. Ce combat interne caractérise également le problème de la maîtrise de soi. Par exemple, l attirance d une personne assujettie à un régime alimentaire pour un gros morceau de gâteau au chocolat doit être compensée par un but inhibiteur afin de permettre à cette personne de poursuivre son régime. De même, un consommateur souhaitant faire une folle dépense pour un téléviseur doit trouver une façon de résister à l envie. Les dépenses excessives constituent un échec de la maîtrise de soi qui amène le sujet à recourir au crédit pour financer son comportement. La facilité de payer à crédit ne fait qu aggraver l incapacité de se maîtriser. Premièrement, le consommateur y pense à deux fois au point de décision lorsqu il effectue un retrait ou fait un chèque il doit confirmer l opération ou signer le chèque. Toutefois, lorsqu il utilise une carte de crédit, le point de décision tombe dans l oubli. Le consommateur peut rapidement glisser sa carte et effectuer l opération sans songer à ce qu il fait. SOMAN, Dilip 18

Gérer son crédit. Introduction. Clientèle cible : Élèves des niveaux postsecondaires. Objectifs :

Gérer son crédit. Introduction. Clientèle cible : Élèves des niveaux postsecondaires. Objectifs : Introduction Auteure : Nicole Racette (Équipe de production) Gérer son crédit Objectifs : Atteindre une santé financière afin d avoir une meilleure qualité de vie; Considérer l épargne comme une solution

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Mémoire de l'alliance canadienne des associations étudiantes Résumé Depuis 2008, le gouvernement du Canada

Plus en détail

Bilan de vos dettes : si les taux d intérêt augmentent, courezvous un risque?

Bilan de vos dettes : si les taux d intérêt augmentent, courezvous un risque? BUDGET ET GESTION DES FINANCES PERSONNELLES Bilan de vos dettes : si les taux d intérêt augmentent, courezvous un risque? Les taux d intérêt n ont jamais été aussi bas au Canada, mais il faut s attendre

Plus en détail

Enquête 2014 de Manuvie / Ipsos Reid sur la prospérité et la santé

Enquête 2014 de Manuvie / Ipsos Reid sur la prospérité et la santé Enquête 2014 de Manuvie / Ipsos Reid sur la prospérité et la santé Introduction Des employés engagés et productifs ont à cœur la réussite de leur employeur. Par leur attitude et leur confiance en eux,

Plus en détail

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles Étude auprès de la génération X Le paiement virtuel et la gestion des finances Rapport Présenté à Madame Martine Robergeau Agente de Développement et des Communications 11 octobre 2011 Réf. : 1855_201109/EL/cp

Plus en détail

LE REMBOURSEMENT ANTICIPÉ DES HYPOTHÈQUES : SOYEZ INFORMÉ

LE REMBOURSEMENT ANTICIPÉ DES HYPOTHÈQUES : SOYEZ INFORMÉ SÉRIE L ABC DES PRÊTS HYPOTHÉCAIRES LE REMBOURSEMENT ANTICIPÉ DES HYPOTHÈQUES : SOYEZ INFORMÉ Comment prendre de bonnes décisions en matière d hypothèques À propos de l Agence de la consommation en matière

Plus en détail

INTRODUCTION. OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

INTRODUCTION. OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES OCTOBRE 2012 «BILAN DE SANTÉ» Prise VI ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Méthode de sondage 3 Profil des répondants 3 Santé

Plus en détail

L éducation financière. Manuel du participant Les notions de base du crédit

L éducation financière. Manuel du participant Les notions de base du crédit L éducation financière Manuel du participant Les notions de base du crédit 2 Contenu DOCUMENT 6-1 Les types de crédit Type de crédit Prêteur Usages Modalités Crédit renouvelable Carte de crédit (garantie

Plus en détail

Qu est-ce que le crédit?

Qu est-ce que le crédit? Qu est-ce que le crédit? NIVEAU 9 11 Dans cette leçon, les élèves examineront les différents types de cartes de crédit offertes ainsi que les avantages et les inconvénients d acheter à crédit. Cours Initiation

Plus en détail

Les cartes de crédit : cinq pratiques déplorables. Allocution d Elise Thériault. Avocate, Service juridique, Option consommateurs

Les cartes de crédit : cinq pratiques déplorables. Allocution d Elise Thériault. Avocate, Service juridique, Option consommateurs cinq pratiques déplorables Allocution d Elise Thériault Avocate, Service juridique, Option consommateurs Montréal, 26 novembre 2009 À l approche des Fêtes, nous souhaitons vous présenter les résultats

Plus en détail

RAPPORT FINAL. Étude sur la littératie financière chez les jeunes POR # 441-07

RAPPORT FINAL. Étude sur la littératie financière chez les jeunes POR # 441-07 POR # 441-07 RAPPORT FINAL Étude sur la littératie financière chez les jeunes Préparé pour : L Agence de la consommation en matière financière du Canada Date du rapport : Août 2008 This report is also

Plus en détail

PLAN DE LEÇON TITRE : Qu est-ce que le crédit? Résultats d apprentissage de la littératie financière. Attentes et contenus d apprentissage

PLAN DE LEÇON TITRE : Qu est-ce que le crédit? Résultats d apprentissage de la littératie financière. Attentes et contenus d apprentissage 70 minutes Résultats d apprentissage de la littératie financière À la fin de la leçon, les élèves pourront : expliquer l objectif du crédit; analyser le rôle et l importance du crédit en ce qui concerne

Plus en détail

Nobody s Unpredictable

Nobody s Unpredictable Connaissance qu a le public de la Banque du Canada (Comparaison des résultats de l enquête téléphonique et de l enquête en ligne) Enquête de décembre 2010 commandée par la Banque du Canada Nobody s Unpredictable

Plus en détail

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est penchée ce que nous pourrions faire pour aider nos clients

Plus en détail

CANADIAN ALLIANCE OF STUDENT ASSOCIATIONS ALLIANCE CANADIENNE DES ASSOCIATIONS ÉTUDIANTES

CANADIAN ALLIANCE OF STUDENT ASSOCIATIONS ALLIANCE CANADIENNE DES ASSOCIATIONS ÉTUDIANTES CANADIAN ALLIANCE OF STUDENT ASSOCIATIONS ALLIANCE CANADIENNE DES ASSOCIATIONS ÉTUDIANTES Document d information Le coût élevé des études retarde l accès des étudiants à l autonomie financière Compte tenu

Plus en détail

Connaître vos revenus et vos dépenses

Connaître vos revenus et vos dépenses Connaître vos revenus et vos dépenses NIVEAU 9-12 La présente leçon donnera l occasion aux élèves d examiner leurs revenus et leurs dépenses, et d apprendre à établir un budget. Cours Initiation aux affaires

Plus en détail

La dette des particuliers

La dette des particuliers L EMPLOI ET LE REVENU EN La dette des particuliers Si l économie et la population des États-Unis sont presque dix fois supérieures à celles du, les deux pays comportent plusieurs similitudes. Les deux

Plus en détail

SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES

SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES par Marion Steele Département d économie, Université de Guelph et Centre pour les études

Plus en détail

Comment rembourser votre hypothèque plus rapidement

Comment rembourser votre hypothèque plus rapidement Série L ABC des prêts hypothécaires Comment rembourser votre hypothèque plus rapidement Comment prendre de bonnes décisions en matière d hypothèques Table des matières Aperçu 1 Faire la distinction entre

Plus en détail

Emprunter sur la valeur nette d une maison

Emprunter sur la valeur nette d une maison Série L ABC des prêts hypothécaires Emprunter sur la valeur nette d une maison Comment prendre de bonnes décisions en matière d hypothèques Table des matières Aperçu 1 Quelles sont les différentes options?

Plus en détail

Guide pratique : Les coûts d emprunt d argent

Guide pratique : Les coûts d emprunt d argent QUESTION Guide pratique : Les coûts d emprunt Commanditaire fondateur ABC Alpha pour la vie Canada Guide pratique Question : Les coûts d emprunt Faire l épicerie coûte de l argent. Les vêtements coûtent

Plus en détail

Sondage sur l endettement mené par la Banque Manuvie

Sondage sur l endettement mené par la Banque Manuvie Sondage sur l endettement mené par la Banque Manuvie 12 septembre 2011 Le sondage Le sondage effectué pour le compte de la Banque Manuvie du Canada a été mené auprès de 1 000 propriétaires canadiens âgés

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

Genworth Financial Canada Moniteurs des nouveaux acheteurs de maison Décembre 2008

Genworth Financial Canada Moniteurs des nouveaux acheteurs de maison Décembre 2008 Genworth Financial Canada Moniteurs des nouveaux acheteurs de maison Décembre 2008 2008 Genworth Financial, Inc. Tous droits réservés. Commentaire de spécialiste Les résultats du sondage suivant indiquent

Plus en détail

Ottawa, le 21 juin 2012 2012-070 Le gouvernement Harper prend des mesures additionnelles pour renforcer le marché canadien du logement

Ottawa, le 21 juin 2012 2012-070 Le gouvernement Harper prend des mesures additionnelles pour renforcer le marché canadien du logement Ottawa, le 21 juin 2012 2012-070 Le gouvernement Harper prend des mesures additionnelles pour renforcer le marché canadien du logement Dans le cadre des efforts soutenus du gouvernement pour renforcer

Plus en détail

Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant

Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant Page1 Volume 4, numéro 1 Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant Extraits de «Endettement étudiant : État des lieux, déterminants et impacts», Fédération étudiante universitaire

Plus en détail

Renouveler et renégocier votre prêt hypothécaire

Renouveler et renégocier votre prêt hypothécaire Série L ABC des prêts hypothécaires Renouveler et renégocier votre prêt hypothécaire Comment prendre de bonnes décisions en matière d hypothèques Table des matières Aperçu 1 Le processus de renouvellement

Plus en détail

Facteurs liés au rendement des élèves au Test de mathématiques, 9 e année, de l OQRE

Facteurs liés au rendement des élèves au Test de mathématiques, 9 e année, de l OQRE n Quelles sont les différences et les similarités, d après certaines caractéristiques du milieu familial et les réponses au questionnaire, entre les élèves de 9 e année inscrits au cours théorique et au

Plus en détail

Protéger les familles. Protéger les personnes.

Protéger les familles. Protéger les personnes. Solutions de placement Protéger les familles. Protéger les personnes. Amorcez dès maintenant votre planification à long terme; n attendez pas à demain Une approche stratégique de placement pour l avenir

Plus en détail

RISQUE, COMPORTEMENT ET CONVICTIONS DES INVESTISSEURS RÉSUMÉ

RISQUE, COMPORTEMENT ET CONVICTIONS DES INVESTISSEURS RÉSUMÉ RISQUE, COMPORTEMENT ET CONVICTIONS DES INVESTISSEURS RÉSUMÉ Rédigé par Edwin L. Weinstein, Ph.D., C.Psych. The Brondesbury Group Résumé Le présent sondage a pour objectif premier de cerner les facteurs

Plus en détail

Frais bancaires Troisième rapport annuel. 20 février 2001 http://carrefourdesconsommateurs.ic.gc.ca

Frais bancaires Troisième rapport annuel. 20 février 2001 http://carrefourdesconsommateurs.ic.gc.ca Frais bancaires Troisième rapport annuel 20 février 2001 http://carrefourdesconsommateurs.ic.gc.ca Aperçu Cette année, le rapport annuel porte sur : 1. L attitude des Canadiens à l égard des frais bancaires

Plus en détail

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca La recherche antérieure a montré que la majorité des consommateurs canadiens affichent une préférence marquée pour l achat de produits alimentaires canadiens par rapport aux produits d importation. Est-ce

Plus en détail

Guide au remboursement anticipé du prêt hypothécaire

Guide au remboursement anticipé du prêt hypothécaire Guide au remboursement anticipé du prêt Ce guide vous aidera à prendre connaissance des options de remboursement anticipé qui s offrent à vous et à choisir la solution la mieux adaptée à vos besoins. Comprendre

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances. Décembre 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars

La revue financière. Publication du ministère des Finances. Décembre 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars Publication du ministère des Finances Faits saillants 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars a été enregistré en décembre 2008, comparativement

Plus en détail

Emprunt d argent Informations aux enseignants

Emprunt d argent Informations aux enseignants Informations aux enseignants 1/7 Tâche Objectif Matériel Les élèves lisent un court texte sur le thème de l emprunt d argent. Ils répondent aux questions sur la fiche de travail. Les avantages et désavantages

Plus en détail

Présentation par Andrea Poole. Un séminaire parrainé par Comptables professionnels agréés du Canada (CPA Canada)

Présentation par Andrea Poole. Un séminaire parrainé par Comptables professionnels agréés du Canada (CPA Canada) Présentation par Andrea Poole Un séminaire parrainé par Comptables professionnels agréés du Canada (CPA Canada) Ordre du jour Introduction Qu est-ce que la littératie financière? Pourquoi la littératie

Plus en détail

L endettement des ménages

L endettement des ménages Comité sénatorial permanent des banques et du commerce Ottawa, le jeudi 23 juin 2011 L endettement des ménages Présentation par : L Association des comptables généraux accrédités du Canada Rock Lefebvre,

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

Un seul compte pour votre retraite. M a n u v i e u n

Un seul compte pour votre retraite. M a n u v i e u n Un seul compte pour votre retraite M a n u v i e u n Avant de prendre leur retraite, la plupart des Canadiens prennent les mesures qui s imposent pour se garantir un revenu mensuel stable. Ils peuvent

Plus en détail

Le Parti libéral du Canada. États financiers cumulés 31 décembre 2010

Le Parti libéral du Canada. États financiers cumulés 31 décembre 2010 États financiers cumulés Le 23 juin 2011 PricewaterhouseCoopers LLP/s.r.l./s.e.n.c.r.l. Comptables agréés 99, rue Bank, Bureau 800 Ottawa, Ontario Canada K1P 1E4 Téléphone +1 613 237 3702 Télécopieur +1

Plus en détail

RÉSUMÉ ÉTAPES DE LA VIE FINANCIÈRE DES CANADIENS ÂGÉS COMMISSION DES VALEURS MOBILIÈRES DE L ONTARIO

RÉSUMÉ ÉTAPES DE LA VIE FINANCIÈRE DES CANADIENS ÂGÉS COMMISSION DES VALEURS MOBILIÈRES DE L ONTARIO RÉSUMÉ ÉTAPES DE LA VIE FINANCIÈRE DES CANADIENS ÂGÉS COMMISSION DES VALEURS MOBILIÈRES DE L ONTARIO RÉSUMÉ La présente recherche décrit les principales préoccupations financières des Canadiens âgés, dans

Plus en détail

ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF)

ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF DE LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L ADMINISTRATION

Plus en détail

Repenser la retraite. Les lettres de crédit sont-elles la solution à la crise du provisionnement des régimes de retraite?

Repenser la retraite. Les lettres de crédit sont-elles la solution à la crise du provisionnement des régimes de retraite? Repenser la retraite Les lettres de crédit sont-elles la solution à la crise du provisionnement des régimes de retraite? Numéro 4, avril 2012 Une décennie de taux d intérêt en décroissance, plusieurs marchés

Plus en détail

L investissement en fonction du passif : qu en est-il de son usage à travers le monde?

L investissement en fonction du passif : qu en est-il de son usage à travers le monde? GROUPE DE RECHERCHE SUR LES PRATIQUES DE GESTION DES RÉGIMES DE RETRAITE L investissement en fonction du passif : qu en est-il de son usage à travers le monde? SOMMAIRE Le Groupe de recherche sur les pratiques

Plus en détail

Emprunter sur la valeur nette d une maison

Emprunter sur la valeur nette d une maison Série L ABC des prêts hypothécaires Emprunter sur la valeur nette d une maison Comment prendre de bonnes décisions en matière d hypothèques Table des matières Aperçu 1 Quelles sont les différentes options?

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances

La revue financière. Publication du ministère des Finances Publication du ministère des Finances Faits saillants 2009 : excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars a été dégagé en février 2009, comparativement

Plus en détail

Choisir le bon compte d épargne

Choisir le bon compte d épargne OPÉRATIONS BANCAIRES Choisir le bon compte d épargne Un compte d épargne est un bon moyen de mettre de l argent de côté pour atteindre des objectifs à court terme ou constituer un fonds d urgence pour

Plus en détail

1 À noter... 3. 2 Demande de prêt REER... 3. 3 But du produit... 4. 4 Le produit en bref... 5. 5 Les principaux avantages... 6

1 À noter... 3. 2 Demande de prêt REER... 3. 3 But du produit... 4. 4 Le produit en bref... 5. 5 Les principaux avantages... 6 Table des matières 1 À noter... 3 2 Demande de prêt REER... 3 3 But du produit... 4 4 Le produit en bref... 5 5 Les principaux avantages... 6 6 Utilisation du prêt REER... 6 6.1 Taux d intérêt... 6 7 Modalités

Plus en détail

Capacité Capital Caution Caractéristiques financières Caractère

Capacité Capital Caution Caractéristiques financières Caractère Capacité Capital Caution Caractéristiques financières Caractère Les 5 C du crédit Comprendre l admissibilité au crédit À B2B Banque, nous savons que vous vous efforcez d offrir à vos clients les bonnes

Plus en détail

Faits saillants du Sondage sur les travailleurs québécois de 25 à 44 ans et l épargne

Faits saillants du Sondage sur les travailleurs québécois de 25 à 44 ans et l épargne 2011 Faits saillants du Sondage sur les travailleurs québécois de 25 à 44 ans et l épargne Rédaction Marc-Olivier Robert Lambert Collaboration Francis Picotte Mise en page Nathalie Cloutier Révision linguistique

Plus en détail

Colloque du CIQSS et de l ISQ sur le vieillissement 80 e Congrès de l ACFAS, Montréal, 7 mai 2012

Colloque du CIQSS et de l ISQ sur le vieillissement 80 e Congrès de l ACFAS, Montréal, 7 mai 2012 Les différences entre les sexes dans la prise de décision en matière d épargne et d investissement : résultats tirés de l ECCF de 2 0 0 9 Carole Vincent Colloque du CIQSS et de l ISQ sur le vieillissement

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

Tableau 2. Ratios de la dette à la consommation pour les sujets ayant rapporté au moins une dette. Dette à la consommation moyenne

Tableau 2. Ratios de la dette à la consommation pour les sujets ayant rapporté au moins une dette. Dette à la consommation moyenne LES JEUNES ADULTES QUÉBÉCOIS ET LE CRÉDIT Résultats préliminaires 1 Présentés en conférence de presse, à Montréal, le 22 novembre 2004 à l occasion du lancement de la campagne «Je suis dans la marge jusqu

Plus en détail

Gestion des liquidités Rapport de vérification final Rapport n o 2/13 25 juin 2013

Gestion des liquidités Rapport de vérification final Rapport n o 2/13 25 juin 2013 Gestion des liquidités Rapport de vérification final Rapport n o 2/13 25 juin 2013 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction par intérim Premier vice-président et chef de la direction

Plus en détail

MÉMOIRE DE GENWORTH FINANCIAL CANADA AU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES SUR LE PROJET DE LOI C-37 FÉVRIER 2007

MÉMOIRE DE GENWORTH FINANCIAL CANADA AU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES SUR LE PROJET DE LOI C-37 FÉVRIER 2007 222 MÉMOIRE DE GENWORTH FINANCIAL CANADA AU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES SUR LE PROJET DE LOI C-37 FÉVRIER 2007 RÉSUMÉ Ce mémoire présente les observations de Genworth Financial Canada («Genworth») au

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

Paiement préautorisé ou chèque en blanc? S O M M A I R E E X É C U T I F. par

Paiement préautorisé ou chèque en blanc? S O M M A I R E E X É C U T I F. par ? S O M M A I R E E X É C U T I F par avril 2005 LES PAIEMENTS PAR DÉBIT PRÉAUTORISÉS Le nombre de paiements par débit préautorisé (DPA) effectués dans les comptes des consommateurs a connu depuis plusieurs

Plus en détail

RAPPORT SUR LA CONFIANCE DES INVESTISSEURS DE PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE

RAPPORT SUR LA CONFIANCE DES INVESTISSEURS DE PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE 2 0 1 5 RAPPORT SUR LA CONFIANCE DES INVESTISSEURS DE PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE 2 Le premier rapport sur la confiance des investisseurs (fondé sur un sondage mené auprès de 1 502 Canadiens ayant au

Plus en détail

Rapport de surveillance

Rapport de surveillance Politique : Rapport de surveillance LPD-3 Situation financière ANNEXE 3.3.3d Période de référence : Janvier à mars 2015 Type de politique : Limites des pouvoirs de la direction ÉNONCÉ DE LA POLITIQUE DU

Plus en détail

À la fin de la leçon, les élèves pourront : établir un budget personnel.

À la fin de la leçon, les élèves pourront : établir un budget personnel. 70 minutes Résultats d apprentissage de la littératie financière À la fin de la leçon, les élèves pourront : établir un budget personnel. Attentes et contenus d apprentissage Sciences humaines et sociales,

Plus en détail

La taxe fédérale sur les produits et services (TPS)

La taxe fédérale sur les produits et services (TPS) Raj K. Chawla La taxe fédérale sur les produits et services (TPS) est entrée en vigueur en 1991. Contrairement à la taxe sur les ventes des fabricants qu elle a remplacée, laquelle était perçue seulement

Plus en détail

Votre propriété de vacances aux États-Unis pourrait vous coûter cher

Votre propriété de vacances aux États-Unis pourrait vous coûter cher Votre propriété de vacances aux États-Unis pourrait vous coûter cher Auteur : Jamie Golombek Juin 2015 Il semble que de plus en plus de Canadiens font l achat de propriétés de vacances aux États-Unis.

Plus en détail

Planification financière

Planification financière Planification financière 101 Rembourser ses dettes pour se donner une plus grande marge de manœuvre Si vous voulez réaliser des objectifs financiers précis, vous pourriez y arriver plus rapidement en vous

Plus en détail

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS Champ d application de la politique La présente politique expose les politiques de la Bourse relatives aux emprunts contractés

Plus en détail

MODULE 6 - États financiers

MODULE 6 - États financiers - Introduction. 103 Résultats visés. 104 Notes à l intention du formateur. 105 Qu est-ce que la comptabilité?. 105 L «équation comptable»... 106 Terminologie comptable 107 Actif 107 Passif.. 107 Avoir

Plus en détail

Novembre 2008 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Pertes en capital latentes

Novembre 2008 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Pertes en capital latentes Novembre 2008 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés pour l an prochain. PLANIFICATION

Plus en détail

OPTIMAXMD. Assurance vie permanente avec participation. Faites fructifier votre argent

OPTIMAXMD. Assurance vie permanente avec participation. Faites fructifier votre argent OPTIMAXMD Assurance vie permanente avec participation Faites fructifier votre argent VOUS AVEZ BESOIN D ASSURANCE Tout le monde a besoin d assurance, mais le monde de l assurance peut paraître très complexe

Plus en détail

2014 Sondage d AGF sur les perspectives des investisseurs. Revoir la notion des placements

2014 Sondage d AGF sur les perspectives des investisseurs. Revoir la notion des placements 2014 Sondage d AGF sur les perspectives des investisseurs Revoir la notion des placements Un message de Blake C. Goldring, m.s.m., ll.d., cfa PRÉSIDENT DU CONSEIL ET CHEF DE LA DIRECTION, LA SOCIÉTÉ DE

Plus en détail

Novembre 2007 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER)

Novembre 2007 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Novembre 2007 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés pour l an prochain. PLANIFICATION

Plus en détail

Sondage bonus.ch sur le leasing auto : essayer le leasing, c est l adopter!

Sondage bonus.ch sur le leasing auto : essayer le leasing, c est l adopter! Sondage bonus.ch sur le leasing auto : essayer le leasing, c est l adopter! Le paiement au comptant reste le moyen de financement de prédilection lors de l achat d une voiture, mais le leasing auto se

Plus en détail

Enthousiasme? «J envisage l avenir avec sérénité.»

Enthousiasme? «J envisage l avenir avec sérénité.» Enthousiasme? «J envisage l avenir avec sérénité.» De bonnes perspectives avec la Prévoyance privée. Quels que soient vos projets, nous sommes à vos côtés. Votre assureur suisse. 1/7 Helvetia PV-Prospectus

Plus en détail

valeur, c est-à-dire que le produit de cession diffère de la juste valeur de l actif, on comptabilise

valeur, c est-à-dire que le produit de cession diffère de la juste valeur de l actif, on comptabilise 2824RE_chap_EP4.qx:quark de base 7/16/09 7:27 PM Page 601 Chapitre : Les contrats de location 24. La sous-location d un actif loué ne pose selon nous aucun problème particulier : il faut évaluer la substance

Plus en détail

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES GUIDE DES ETUDIANTS Ce guide est destiné à vous introduire au fonctionnement du Collège et du Département d études économiques européennes, en présentant les

Plus en détail

Les mécanismes de retraite: une vision à modifier

Les mécanismes de retraite: une vision à modifier : une vision à modifier Prenons un pas de recul sur le but des mécanismes de retraite; Le besoin des gens: Besoins financiers pour arrêter de travailler à un certain âge; Ce besoin sera différent si :

Plus en détail

Écoutez ce qui se dit sur l épargne-retraite au Canada

Écoutez ce qui se dit sur l épargne-retraite au Canada MARS 2014 ÉCHEC ET MAT! LES RÉGIMES D ÉPARGNE EN MILIEU DE TRAVAIL : UNE SOLUTION GAGNANTE POUR LES CANADIENS EN VUE DE LA RETRAITE Notre 6 e sondage annuel Indice canadien de report de la retraite montre

Plus en détail

Pour les Canadiens atteints d un handicap. Régime enregistré d épargne-invalidité (REEI)

Pour les Canadiens atteints d un handicap. Régime enregistré d épargne-invalidité (REEI) Pour les Canadiens atteints d un handicap Régime enregistré d épargne-invalidité (REEI) Fonds d investissement BMO 1 Découvrez les avantages du REEI Le régime enregistré d épargne-invalidité (REEI) offre

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

Présentation des termes et ratios financiers utilisés

Présentation des termes et ratios financiers utilisés [ annexe 3 Présentation des termes et ratios financiers utilisés Nous présentons et commentons brièvement, dans cette annexe, les différents termes et ratios financiers utilisés aux chapitres 5, 6 et 7.

Plus en détail

Retirer des fonds d un régime immobilisé

Retirer des fonds d un régime immobilisé Retirer des fonds d un régime immobilisé S T R A T É G I E S P L A C E M E N T S E T F I S C A L I T É N o 5 Les fonds de pension constituent une source importante de revenu de retraite, mais les restrictions

Plus en détail

Pour les Canadiens atteints d un handicap

Pour les Canadiens atteints d un handicap BMO Fonds d investissement Régime enregistré d épargne-invalidité (REEI) Pour les Canadiens atteints d un handicap Le REEI met à la disposition des personnes handicapées un instrument d épargne et de placement

Plus en détail

Le retard en matière de marketing en ligne» dans l industrie hôtelière: une tendance inquiétante

Le retard en matière de marketing en ligne» dans l industrie hôtelière: une tendance inquiétante Septembre 2009 Le retard en matière de marketing en ligne» dans l industrie hôtelière: une tendance inquiétante par Max Starkov Comme spécialistes du marketing hôtelier en ligne depuis bientôt 15 ans,

Plus en détail

Vérification des procédures de démarcation de l encaisse en fin d exercice 2010-2011. Rapport de vérification interne

Vérification des procédures de démarcation de l encaisse en fin d exercice 2010-2011. Rapport de vérification interne Vérification des procédures de démarcation de l encaisse en fin d exercice 2010-2011 Rapport de vérification interne Octobre 2011 TABLE DES MATIÈRES 1.0 INTRODUCTION... 3 1.1 CONTEXTE... 3 1.2 ÉVALUATION

Plus en détail

ENQUÊTE 2013 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

ENQUÊTE 2013 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ ENQUÊTE 2013 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION À propos de l enquête La SCHL est heureuse de publier les constatations de son Enquête auprès

Plus en détail

Sondage réalisé par American Express MD auprès des entreprises de taille moyenne

Sondage réalisé par American Express MD auprès des entreprises de taille moyenne Sondage réalisé par American Express MD auprès des entreprises de taille moyenne Les décideurs financiers des entreprises de taille moyenne du Canada ont un point de vue éclairé quant à la conjoncture

Plus en détail

PLAN DE LEÇON TITRE : Connaître vos flux de trésorerie. Résultats d apprentissage de la littératie financière. Attentes et contenus d apprentissage

PLAN DE LEÇON TITRE : Connaître vos flux de trésorerie. Résultats d apprentissage de la littératie financière. Attentes et contenus d apprentissage 70 minutes Résultats d apprentissage de la littératie financière À la fin de la leçon, les élèves pourront : connaître leurs besoins et leurs désirs, les comprendre et les distinguer; établir un budget.

Plus en détail

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013 Se rapprocher Faciliter Optimiser Voici un résumé de la modification au Plan de la Société 2009-2013 approuvée par le Conseil d administration d EDC en mai

Plus en détail

Les Canadiens continuent de négliger des moyens simples de régler leurs dettes personnelles plus rapidement

Les Canadiens continuent de négliger des moyens simples de régler leurs dettes personnelles plus rapidement POUR PUBLICATION IMMÉDIATE Le 6 décembre 2011 #dettes #hypothèque Les Canadiens continuent de négliger des moyens simples de régler leurs dettes personnelles plus rapidement Waterloo Les résultats du plus

Plus en détail

Document d information n o 4 sur les pensions

Document d information n o 4 sur les pensions Document d information n o 4 sur les pensions Épargnes privées de retraite Partie 4 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition,

Plus en détail

Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec

Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec Portrait de l établissement et du retrait de l agriculture au Québec Section Revenu à la retraite et fiscalité Avril 2004 Note : Le présent document est tiré du Portrait de l établissement et du retrait

Plus en détail

Le comportement financier des Québécois à l égard de la retraite Présenté par Nathalie Madore Directrice de la statistique et de l analyse

Le comportement financier des Québécois à l égard de la retraite Présenté par Nathalie Madore Directrice de la statistique et de l analyse Le comportement financier des Québécois à l égard de la retraite Présenté par Nathalie Madore Directrice de la statistique et de l analyse quantitative Régie des rentes du Québec 27 septembre 2012 Proportion

Plus en détail

FONDS DE REVENU SUPREMEX : RÉSULTATS DU QUATRIÈME TRIMESTRE DE 2009

FONDS DE REVENU SUPREMEX : RÉSULTATS DU QUATRIÈME TRIMESTRE DE 2009 COMMUNIQUÉ Source : Contact : Fonds de revenu Supremex Stéphane Lavigne, CA Vice-président et chef de la direction financière (514) 595-0555 FONDS DE REVENU SUPREMEX : RÉSULTATS DU QUATRIÈME TRIMESTRE

Plus en détail

Document d information n o 5 sur les pensions

Document d information n o 5 sur les pensions Document d information n o 5 sur les pensions Il vous faudra combien d argent comme pension? Partie 5 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions

Plus en détail

Mettez vos bénéfices non répartis à l œuvre

Mettez vos bénéfices non répartis à l œuvre SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE STRATÉGIE PLACEMENTS ET FISCALITÉ N O 11 Mettez vos bénéfices non répartis à l œuvre De nombreux propriétaires d entreprise ont accumulé des sommes

Plus en détail

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail

Santé Manitoba GUIDE DU PROGRAMME DE PAIEMENT PAR MENSUALITÉS DE LA FRANCHISE DU RÉGIME D ASSURANCE-MÉDICAMENTS

Santé Manitoba GUIDE DU PROGRAMME DE PAIEMENT PAR MENSUALITÉS DE LA FRANCHISE DU RÉGIME D ASSURANCE-MÉDICAMENTS Santé Manitoba GUIDE DU PROGRAMME DE PAIEMENT PAR MENSUALITÉS DE LA FRANCHISE DU RÉGIME D ASSURANCE-MÉDICAMENTS Juin 2010 Remarque : Les renseignements fournis dans ce guide étaient à jour au moment de

Plus en détail

CONNAÎTRE VOS RISQUES ET RESPONSABILITÉS HYPOTHÉCAIRES

CONNAÎTRE VOS RISQUES ET RESPONSABILITÉS HYPOTHÉCAIRES CONNAÎTRE VOS RISQUES ET RESPONSABILITÉS HYPOTHÉCAIRES L obtention d un prêt hypothécaire est souvent l engagement financier le plus important qu un Canadien prendra. Les prêts hypothécaires présentent

Plus en détail

Financer la croissance des PME

Financer la croissance des PME Financer la croissance des PME Allocution de Marion G. Wrobel Vice-président, Politiques et opérations Association des banquiers canadiens (ABC) Prononcée devant le Comité sénatorial permanent des banques

Plus en détail

Comparaison des marchés des prêts hypothécaires à risque et de rechange du Canada et des États-Unis

Comparaison des marchés des prêts hypothécaires à risque et de rechange du Canada et des États-Unis Comparaison des marchés des prêts hypothécaires à risque et de rechange du Canada et des États-Unis Pourquoi le fléchissement des prêts hypothécaires à risque aux États-Unis est un phénomène américain

Plus en détail

LE MANQUE DE PRÉPARATION À LA RETRAITE LAISSE PRÉSAGER UNE CATASTROPHE, SELON UNE ÉTUDE DE HSBC ASSURANCES

LE MANQUE DE PRÉPARATION À LA RETRAITE LAISSE PRÉSAGER UNE CATASTROPHE, SELON UNE ÉTUDE DE HSBC ASSURANCES abc Le 10 juin 2009 LE MANQUE DE PRÉPARATION À LA RETRAITE LAISSE PRÉSAGER UNE CATASTROPHE, SELON UNE ÉTUDE DE HSBC ASSURANCES Une conjonction parfaite de facteurs démographiques, individuels et financiers

Plus en détail