Sociétés d Exercice Libéral. Première partie : Questions et études préalables à la création d une selarl

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sociétés d Exercice Libéral. Première partie : Questions et études préalables à la création d une selarl"

Transcription

1 Sociétés d Exercice Libéral Par : Gérard De BRUYKER Première partie : Questions et études préalables à la création d une selarl En 1999, certains clients médecins et chirurgiens dentistes, nous ont consulté sur l opportunité de «passer» en société d exercice libéral. Comme nous avions l expérience de la création de sociétés, et de la gestion de telles sociétés, pour l avoir fait depuis 1974 dans différents domaines, nous avons fait les premières analyses comparatives entre les deux modes d exercice, le libéral en BNC, et la SELARL en I S ( impôt société). Ces premières analyses s étant révélées positives, et nos clients étant ce que l on a l habitude d appeler des leaders d opinion, nous avons réalisés les premières selarl fin 1999, début Ces premières sociétés furent suivies en 2000/2001 d une quinzaine d autres, faites par les amis proches de nos premiers clients, et les amis des amis s intéressant aussi à ce mode d exercice, nous réalisons depuis entre 30 et 40 sociétés d exercice libéral chaque année. La gestion en société donnant toute satisfaction à nos nombreux clients, ceux ci en parlent toujours dans leurs relations, et nous rencontrons régulièrement de nouveaux candidats à la transformation de leur mode d activité professionnelle. Afin d apporter un éclairage objectif et précis sur ce qu est le passage en société d exercice libéral nous avons conçu cette série d articles pour que chaque professionnel puisse se faire une idée de ce que sera le chemin pour changer son mode d exercice, des pièges à éviter, de ce que lui apportera ce nouveau mode de gestion à la fois dans son organisation professionnelle et dans l organisation de son patrimoine privé. Nous traiterons donc quatre sujets : 1- Questions et études préalables à la création d une selarl 2- Processus de création et mise en place de la société 3- Suivi, maîtrise et adaptation de la gestion de la société 4- Exercice en selarl et développement du patrimoine privé. 1

2 1 QUESTIONS ET ETUDES PREALABLES A LA CREATION D UNE SELARL. A) Un peu d historique : Question : Depuis quand est il intéressant de passer en société d exercice libéral? Les sociétés d exercice libéral ont été créées par le Législateur, l Etat et les représentants de la nation, en 1990, afin de permettre l accès des professionnels libéraux, dont les professions étaient réglementées, au mode d organisation des sociétés de capitaux, c est à dire au mode de fonctionnement de la quasi totalité des entreprises françaises et européennes. L objectif étant d harmoniser au niveau européen les différents modes d exercice possibles pour ne pas léser les professionnels libéraux français face à leurs homologues européens qui avaient eux la possibilité de fonctionner sous forme de sociétés de capitaux. Les risques de distorsion de la concurrence étant particulièrement flagrants pour la profession d avocat, ainsi que pour les cabinets de radiologie ou les pharmacies. Etaient donc ouverts aux professionnels libéraux les modes d exercice en Société d Exercice Libéral à Responsabilité Limitée : SELARL Société d Exercice Libéral sous Forme Anonyme : SELAFA Société d Exercice Libéral en Commandite par Action : SELCA Société d Exercice Libéral par Actions Simplifiée : SELAS Après la loi de 1990, les décrets d applications ont été rédigés en collaboration avec les différents Ordres des professions concernées. Les décrets pour les chirurgiens dentistes ont été finalisés en 1992, ceux pour les médecins en La forme la plus utilisée pour les professionnels dans le domaine médical étant la SELARL ; la SELAFA ou la SELAS étant utilisée par les professionnels du droit, eu égard à la taille de leurs cabinets, et au nombre souvent élevé de leurs collaborateurs. Quelques sociétés d exercice libéral ont été créées alors, mais la situation du gérant majoritaire de société étant peu différente de celle du libéral, l intérêt de passer en selarl était faible ; ce n est qu en 1997/98 qu une modification dans le statut du gérant majoritaire de société rendit beaucoup plus attractif ce mode d exercice. Rappelons que dans le fonctionnement en selarl ou en sarl pour les professions non réglementées, le gérant majoritaire reçoit une rémunération annuelle qui va servir de base au calcul de ses charges sociales et de sa fiscalité personnelle après abattement de 10% ( plafonné à en 2006), alors qu en libéral c est son bénéfice ( le BNC de la deuxième page de la 2035) qui servira de base aux calcul de ses charges sociales et de son imposition personnelle, sans abattement puisque les 20% d abattement obtenus pour inscription dans une association de gestion agréée sont supprimés pour les revenus à partir de l année Nous voyons immédiatement qu une hausse ou une baisse de la rémunération va modifier à la hausse ou à la baisse les charges sociales et la fiscalité personnelle ; bonne affaire se dit-on tout de suite, je vais prendre la rémunération la plus faible possible et je ne paierai plus beaucoup en Urssaf, en Maladie, ou à la Carcd ou la Carmf. 2

3 La réalité est tout autre, et c est la raison pour laquelle de sérieuses études préalables sont nécessaire avant toute création de Société d Exercice Libéral. B) Questions préalables à la création : a) La gestion : Question : quelle est la différence entre les deux modes d exercice? Le mode d exercice en libéral est d un point de vue économique très particulier, en effet c est le seul mode de fonctionnement ou la seule façon de faire de la gestion au niveau de ses résultats c est de réduire où d augmenter son activité. Travailler plus ou moins selon les résultats que l on veut obtenir vont conduire soit à une perpétuelle course en avant, puisque plus on travaille, plus on fait de chiffre, plus on paye de charges sociales et d impôts, soit si l on réduit son activité, à un appauvrissement réel et à une perte de la valeur du cabinet. Par contre, il n y a pas besoin de beaucoup d efforts de gestion, les résultats annuels fournis par l expert comptable la veille de la date limite d envoi des déclarations sont suffisants ; de toute façon le professionnel libéral paiera ses charges sociales et ses impôts. Il arrive même que rendant ses déclarations en retard quelle qu en soit la raison, il supporte sans sourciller une majoration de 10% de la part de l administration fiscale. C est la première question que doit se poser le professionnel : «est ce que je souhaite devenir l acteur de la gestion de mon cabinet, m intéresser aux résultats de mon activité autrement que par rapport aux impôts à payer et à ce que je peux dépenser chaque mois?» Si la réponse est non, ce qui peut être un choix tout à fait honorable de vie professionnelle, alors il ne faut pas passer en société d exercice libéral. Dans la société d exercice libéral, avec vos conseils : celui qui a fait les études préalables, et qui est censé vous suivre dans l évolution de votre société, et votre expert comptable, vous devrez déterminer chaque année quel sera le montant de votre rémunération, en fonction de votre situation particulière, de vos objectifs, mais aussi en fonction des changements incessants dans la fiscalité, quel sera le montant des dividendes que votre société vous distribuera, quel sera le montant de ce que vous mettrez en réserve selon les investissements que vous pouvez avoir à faire. En société d exercice libéral, vous devenez un vrai gestionnaire de société avec des décisions à prendre chaque année. Ce n est pas très compliqué, mais il faut prendre le temps de faire ce travail. L avantage c est que lorsque l on a bien compris ce mode de fonctionnement, les idées d amélioration de la gestion personnelle viennent toutes seules. Question : Qui va me suivre et m assister dans mon passage en selarl? Le cabinet conseil qui vous propose de passer en société d exercice libéral, doit vous assister au moins pendant les trois premières années, afin que vous ayez bien en main ce nouvel outil de gestion ; votre expert comptable doit également vous apporter ses compétences, puisque généralement la majorité de sa clientèle est justement constituée de sociétés de types Sarl ou SA, il est tout à fait au courant de ce mode d activité puisque fonctionnant lui aussi sous 3

4 forme de société. Certains experts comptables, sont également à même quand ils en ont l expérience de pratiquer ce passage en selarl. Le passage en société d exercice libéral va également être l occasion de faire le point sur les partenaires avec qui vous avez l habitude de fonctionner : Votre assureur, pour voir si vos contrats sont bien adaptés en terme d indemnités journalières ou d assurance perte d exploitation. Votre banque pour voir si les taux proposés et les services sont bien dans la moyenne de ce qui est proposé par les banques spécialisés dans ce type d opérations. Votre cabinet d expertise comptable pour voir si ce dernier vous donnera également des conseils judicieux sur le montant de la rémunération à prendre, s il prendra le temps de vous présenter les comptes suffisamment tôt avant la date limite pour pouvoir remettre une étude financières à jour, et décider d éventuelles primes ou mise en réserve. Vos conseils en investissements immobiliers pour voir s il prendront bien en compte votre nouvelle fiscalité avant de vous proposer des investissements défiscalisants. b) L association avec d autres confrères : Question : comment fonctionner avec mes associés actuels? Si vous avez un mode de fonctionnement en société civile professionnelle, ou en société de fait avec d autres professionnels libéraux, et si vous avez une certaine mise en commun des résultats, vous devrez vous poser ensemble la question de savoir si vous faites une seule société dans laquelle vous serez plusieurs associés gérants, ou si vous faites chacun votre propre société, en partageant les frais au sein d une société civile de moyens. C est une question importante à traiter. Vous devrez dans ce cas procéder à la dissolution de la société civile professionnelle, voir à sa transformation en société civile de moyens. Si vous avez créé votre société civile professionnelle, en faisant des apports de clientèle, vous êtes en suspension du paiement de la plus value, ( paiement qui vous attend patiemment pour le jour ou vous partirez en retraite), grâce au passage en selarl, vous allez régler dès à présent ce problème. Si vous choisissez de fonctionner à plusieurs dans la même société, vous allez devoir déterminer la répartition du capital entre vous ; normalement vous devriez être dans des répartitions égalitaires. Vous allez devoir déterminer également le montant de la rémunération de chacun ; là aussi, si chaque associé fourni un travail équivalent, les rémunérations seront à priori équivalentes ; mais dans ce cas en fonction de la situation de famille, de l age, de la proximité de la retraite, les décisions à prendre concernant la rémunération peuvent être différentes. Dans ce cas, celui qui par intérêt personnel prendrait une rémunération plus faible, générerait des charges sociales plus faibles pour la société, et donc un résultat en bénéfice plus important, mais ce résultat ne profiterait qu en partie à celui qui a pris la plus faible rémunération, puisque le bénéfice est réparti en fonction de la répartition du capital social. D autres types de problèmes peuvent se poser lorsque l on fonctionne avec plusieurs associés au sein d une seule selarl, dans le cas ou l un des associés décide de travailler beaucoup moins, ou d accepter pour une partie de son temps, une activité salariée dans une clinique, un hôpital ou une mutuelle par exemple. 4

5 Dans ce cas, il va devenir très difficile de calculer une rémunération juste entre les associés, et les tensions vont naître entre eux. Cette situation aboutit souvent à la dissolution de la selarl en cause, et à la création de plusieurs selarl individuelles. Il arrive que dans certains cas, on ne puisse pas éviter de faire une selarl avec plusieurs associés gérants, mais dans ce cas, il faut s entourer du maximum de précautions, en général les statuts couvrent tous les cas de litiges possibles entre les associés, mais il sera bon d établir un véritable règlement intérieur le plus complet possible, voir de faire un contrat d associés traitant spécifiquement de certains points. Le recours à un avocat spécialisé est des plus recommandé. Si vous êtes seul dans votre cabinet, vous serez seul gérant de votre société, mais vous aurez encore une autre question à vous poser, à savoir si vous faîtes une société d exercice libéral à forme unipersonnelle, ou si vous faîtes une société d exercice libéral avec au moins deux associés. Les deux formes sont possibles, dans le premier cas, vous possèderez 100% du capital, et dans l autre cas, vous possèderez 80,90,95,99 % du capital, en donnant quelques % à un autre associé. Dans le cas des chirurgiens dentistes, il faudra que cet autre associé soit également un chirurgien dentiste en exercice. Question : Société Unipersonnelle ou Société avec plusieurs Associés? Il n y a pas de grosse différence entre les deux formules, si ce n est au niveau de la vente de clientèle réalisée par le professionnel ; en effet dans le cas d une société unipersonnelle, la vente à une personne morale dans laquelle le cédant possède 100% du capital pourrait entrer dans la qualification fiscale de vente à soi-même, ce qui du point de vue de la déductibilité des intérêts d emprunt serait négatif. Dans la pratique, depuis que nous réalisons des société d exercice libéral, nous n avons jamais eu ce type de problème, mais nous évitons au maximum de faire des société unipersonnelles, ces dernières en proportion représentent moins de 5% du total réalisé. Une autre différence existe également du point de vue fiscal, la société unipersonnelle est soumise de fait à l impôt sur le revenu, ce qui n a strictement aucun intérêt, et il faut faire une déclaration d option pour la soumettre à l impôt société. En annexe, peut exister un autre problème dans le domaine patrimonial, c est que l on ne peut être gérant que d une seule société unipersonnelle, alors que l on peut être gérant de plusieurs société de type sarl ou selarl, ce qui a une importance dans le cas d opérations immobilières en statut de Loueur en Meublé Professionnel. Si en tant que chirurgien dentiste vous avez un collaborateur ou une collaboratrice, votre selarl reprendra le contrat de ce collaborateur ou collaboratrice. Par contre si vous êtes deux associés dans une seule selarl, vos ne pourrez pas avoir un seul ou une seule collaboratrice, vous devrez obligatoirement en avoir un ou une chacun. 5

6 c) La Société Civile de Moyens Question : comment intégrer la selarl dans une société civile de moyens? La selarl que vous allez créer vas devoir vous racheter vos parts dans la société civile de moyens existant avec vos associés ; en effet c est elle qui va participer au financement de cette société. Vous allez devoir recueillir l accord de vos associés pour cette cession de parts sociales, c est à dire faire une assemblée générale, agréer en tant que nouvel associé votre société, et faire les modifications des statuts de la scm en conséquence. Votre conseil traitera ces questions en même temps que la création de votre société. d) La clientèle Question : Comment se passe la transmission de la clientèle et du matériel? C est un point très important de l opération de passage en selarl, qui mérite de s y attarder un peu. La société d exercice libéral, pour fonctionner doit être propriétaire de l outil de travail, du matériel et bien sur de la clientèle. Ne vous posez pas la question de savoir si vous pouvez apporter votre clientèle en usufruit temporaire, ou en location gérance à votre société, comme cela serait possible dans tout autre type d activité, le Conseil National de l Ordre des Chirurgiens Dentistes refuse cette possibilité ; il en est d ailleurs de même pour les médecins et les autres catégories médicales et para médicales. Vous aurez deux alternatives de bases : l apport de clientèle ou la vente de clientèle. Dans le cadre d un apport de clientèle, vous recevez en contrepartie de votre apport une indication de valeur des parts sociales de votre société ; si vous faîtes un apport de clientèle de les parts sociales de votre société vaudront sur le papier , mais vous n aurez rien de plus dans votre patrimoine privé. A partir de la nouvelle loi de finance de 2006 le jour ou vous cesserez votre activité, si vous revendez les parts de votre société ou sa clientèle vous devrez payer l impôt sur la plus value créé à l occasion de cet apport; par contre si vous ne cédez pas la clientèle, votre société constatera une moins value qui s imputera sur la plus value de départ, et dans ce cas vous n aurez rien à payer. Il s agit d une modification substantielle du régime antérieur qui ne pénalise plus l apport de clientèle. Rappelons que l impôt sur la plus value est de 16% du montant de la plus value réalisée lors de l apport auxquels s ajouteront 11% au titre de la CSG/CRDS, et que la plus value réalisée par une société soumise à l impôt société est imposée à 15% ou 33.33% selon le montant des bénéfices de cette société. 6

7 D un point de vue patrimonial, il nous paraît plus judicieux de réaliser la vente de sa clientèle à la société d exercice libéral ainsi créée. Cette vente va se traduire pour la société par un emprunt bancaire, et pour vous par une rentrée dans votre patrimoine privé de la valeur de votre cabinet. Vous aurez à payer la plus value, calculée comme précédemment, mais vous aurez une somme à placer qui viendra en temps utile compléter votre retraite de professionnel. Du point de vue des obligations la société devra s acquitter des frais d enregistrements qui sont de 5% après abattement de L emprunt bancaire sera remboursé par la société sur une partie de ses bénéfices (qui auront supporté un impôt à 15% jusqu'à de bénéfice), et qui ne seront pas distribués mais mis en réserve. Ce point sera revu plus tard dans les explications sur les études financières. e) le financement Question : Qui va financer le passage en société, le crédit pour le rachat de clientèle et les autres frais? Pour les honoraires de passage en société d exercice libéral, qui oscillent entre et 8 000, voir plus selon les sociétés de conseils ou avocats auprès de qui vous pouvez vous renseigner, ils seront pris en charge pour partie par votre activité professionnelle actuelle, et pour partie par la société créée. Vous aurez à titre personnel à déposer le montant du capital social, généralement de l ordre de 8000 dans la banque ou vous souhaitez ouvrir le compte de votre société, ce capital social servant en quelque sorte de fonds de roulement à votre société dès sa création. Ce capital social vous permettra d avoir une réduction d impôt dans l année de la création d un montant de 25% de la somme versée. Le crédit de rachat de la clientèle sera financé par votre banque ou par une des grandes banques de la place, à des taux qui sont aujourd hui de l ordre de 3.5% à 4%. Par contre il est important de négocier ce prêt, pour ne pas avoir à souscrire un placement obligatoire dans cette banque, qui pourrait vous bloquer la somme récupérée sur la vente de la clientèle. Vous devez être libre de vos investissements. Seule la caution du gérant pourra vous être demandée, ce qui est normal par rapport à l opération. Si votre banque personnelle est prête à vous financer dans des conditions proches de celle des grandes banques, il peut être plus intéressant de rester à votre banque pour éviter de multiples changements de comptes ; par contre si vous n êtes pas satisfait de votre banque actuelle, les grandes banques seront ravies de vous ouvrir un compte pour votre nouvelle société, et récupérer ainsi un client professionnel, d autant qu elles savent bien qu une société d exercice 7

8 libéral à toujours un compte créditeur important, ce qui n est pas toujours le cas des professions libérales habituelles. Lorsque votre société sera créée, elle aura à payer les frais d enregistrement qui s élèvent à 5% du montant de la cession diminué d un abattement de Vous même aurez à payer l année suivante le montant de l impôt sur la plus value, qui s élève à 16% de la différence entre le prix de vente de votre clientèle et votre prix d achat si vous avez acheté votre clientèle, ou à 16% du prix de vente si vous avez créé votre clientèle, dans les deux cas, ce montant est diminué du montant de la valeur nette comptable des immobilisations et de la valeur de votre stock s il existe. En plus de cet impôt, vous aurez à payer la csg crds, sur les mêmes bases, soit 11% de cette base. Et malgré tous ces frais, le passage en société d exercice libéral est toujours financièrement intéressant comme le montre les études financières. f) la date de début d activité Question : Quel est le meilleur moment pour passer en société d exercice libéral? Le meilleur moment : le plus vite possible, pour enfin pouvoir gérer son activité ; en réalité, le plus mauvais moment serait le 1 er Janvier, puisque l intérêt d un passage en selarl en cours d année, et d avoir une partie de l activité en BNC, et une partie de l activité annuelle en selarl, de façon à pouvoir la première année adapter au mieux de ses intérêts la rémunération prise dans la selarl. En général, les passages en selarl, se font de Mars, à Novembre d une année, avec des exercices qui peuvent durer pour le premier de 6 à 18 mois. Il faut bien entendu prendre le temps de faire toutes les études financières nécessaires pour avoir une analyse correcte de ce que va donner cette transformation de l activité. g) la gestion de la fin d activité Question : Que ferais-je de ma selarl lors de mon départ en retraite? Vous aurez plusieurs possibilités : soit vendre votre clientèle à un confrère plus jeune, et garder votre société comme une société de patrimoine, soit vendre votre société en totalité ou en partie à un confrères plus jeune qui vous remplacera partiellement ou totalement, et avec qui vous pourrez rester associé pendant 10 ans maximum, après quoi vous serez obligé de lui revendre le reste des parts sociales, soit si la possibilité de vendre un cabinet médical n existe plus à ce moment là, prendre la décision de dissoudre votre société, ou de la transformer en société de patrimoine. 8

9 Ces différentes possibilités de sortie seront analysées en fonction de votre situation personnelle, de vos objectifs, de l évolution des cabinets dentaires dans les prochaines années, mais ce qui est important c est qu en passant en société d exercice libéral, vous aurez déjà vendu une fois votre outil de travail. C) Les études financières préalables à la création : Question : Comment préparer le passage en société d exercice libéral? Le point incontournable pour réussir un passage en selarl, est d avoir une analyse objective de votre situation actuelle, de ce qu elle peut être dans les prochaines années si vous restez en libéral et de ce qu elle peut être si vous passez en société. Il s agit d une étude comparative entre les deux modes de gestion sur au moins cinq années à venir, de façon à voir les impacts sur votre fiscalité personnelle et sur vos charges sociales selon les critères retenus. Cette analyse vous donnera également le montant réel de vos disponibilités, c est à dire le montant de ce qui vous pouvez réellement dépenser chaque année une fois payés tous vos frais de structure et vos impôts et charges personnelles. Cette étude devra être remise à jour chaque année, en fonction des différentes évolutions, à la fois de la fiscalité des société, et de votre fiscalité personnelle, mais aussi en fonction des évolutions possibles de votre chiffre d affaire, et de vos frais. Le coût habituel de ce type d étude est de l ordre de 450 imputable sur le coût global de passage en société si vous prenez la décision de franchir le pas. Conclusion : Le passage en société d exercice libéral est une possibilité nouvelle de gérer son activité, mais il faut en étudier toutes les implications, prendre le temps d y réfléchir, et se faire une analyse objective des avantages que l on va en retirer, par rapport aux changements d organisation que cela suppose dans la tenue de la comptabilité, et dans le formalisme un peu plus contraignant que l exercice en libéral. En ce qui nous concerne, et par expérience, nous constatons que tous les comparaisons sont en faveur de l exercice en société, à de très rares exceptions près, tenant à l age des praticiens, trop proches de la retraite, et seuls, ou par rapport à un chiffre d affaire beaucoup trop faible. Aujourd hui, plus de chirurgiens dentistes sont passés en selarl, ainsi que plus de médecins, plus de laboratoires d analyse médicales, et plus de pharmacies. Plus de 20% des cabinets d avocats sont passés en selarl, et la quasi totalité de tous les cabinets d expertise comptable fonctionnent soit en sarl, ce qui est la même chose que la selarl, soit en société anonyme pour les grosses structures. S il était intéressant de continuer à fonctionner en libéral, nul doute que les experts comptables dont c est le métier utiliseraient ce mode de gestion. 9

10 GERARD DE BRUYKER CONSEIL & ASSOCIES 28 Bd Louis Guichoux Marseille01 FRANCE Téléphone-Télécopie : Site Internet : debruyker-conseil.com 10

Le cabinet médical : budget et gestion efficace

Le cabinet médical : budget et gestion efficace Le cabinet médical : budget et gestion efficace Animateur : Dr Jean-Luc SEEGMULLER, Trésorier de l URML-Alsace Dr Pascal CHARLES, Vice Président de l URML-Alsace, M. Stéphane PIERRE, Expert comptable,

Plus en détail

Note rédigée avec le Concours du cabinet NSK FIDUCIAIRE, Cédric Roubin, Associé, Expert-comptable & Commissaire aux comptes

Note rédigée avec le Concours du cabinet NSK FIDUCIAIRE, Cédric Roubin, Associé, Expert-comptable & Commissaire aux comptes LES PRINCIPES DE BASE D UNE SOCIETE D EXERCICE LIBERAL A RESPONSABILITE LIMITEE (SELARL) Note rédigée avec le Concours du cabinet NSK FIDUCIAIRE, Cédric Roubin, Associé, Expert-comptable & Commissaire

Plus en détail

2. Pourquoi choisir l EURL?

2. Pourquoi choisir l EURL? Le capital peut être variable. Un commissaire aux comptes n est pas obligatoire dans les petites EURL. L EURL est soumise à l impôt sur le revenu avec la possibilité d opter pour l impôt sur les sociétés.

Plus en détail

Notre association vous accompagne dans toutes les étapes de votre vie professionnelle: le passage en SEL de la simulation à la réalisation,

Notre association vous accompagne dans toutes les étapes de votre vie professionnelle: le passage en SEL de la simulation à la réalisation, Aide, assistance et accompagnement à la décision et à la gestion d installations de professionnels (SEL), de leurs évolutions (regroupement, holding, cession de parts,..) et des extinctions d activités

Plus en détail

Créateurs, repreneurs, une formation pour réussir

Créateurs, repreneurs, une formation pour réussir Créateurs, repreneurs, une formation pour réussir LE CHOIX DU STATUT JURIDIQUE Un choix à adapter à vos besoins Les questions à vous poser La volonté de s associer La capacité juridique La responsabilité

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS PROTECTION SOCIALE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS PROTECTION SOCIALE PROTECTION SOCIALE SÉCURITÉ SOCIALE : ORGANISATION, FINANCEMENT MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA RÉFORME DE L ÉTAT MINISTÈRE

Plus en détail

Quel statut juridique, social et fiscal, choisir lorsque l on crée son entreprise?

Quel statut juridique, social et fiscal, choisir lorsque l on crée son entreprise? Quel statut juridique, social et fiscal, choisir lorsque l on crée son entreprise? Matinale Entrepreneuriale - Mardi 23 septembre 2014 Jean-Pierre Franiatte jpf@cabinetfraniatte.com 03 87 62 85 25 CABINET

Plus en détail

Régime social et fiscal Bien choisir votre statut de consultant

Régime social et fiscal Bien choisir votre statut de consultant Régime social et fiscal Bien choisir votre statut de consultant Pierre SAUREL Thémistocle Avocats 1 Les statuts permettant d exercer comme consultant Entrepreneur individuel ou en nom propre Dirigeant

Plus en détail

Emmanuel Jacques Almosnino

Emmanuel Jacques Almosnino Emmanuel Jacques Almosnino LE NOUVEAU REGIME DES COTISATIONS ET PRELEVEMENTS SOCIAUX SUR LES REMUNERATIONS La loi n 2012-1404 du 17 décembre 2012 de financement de la sécurité sociale pour 2013 augmente

Plus en détail

LE CHOIX DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE COMME STRUCTURE JURIDIQUE

LE CHOIX DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE COMME STRUCTURE JURIDIQUE 1 LE CHOIX DE L ENTREPRISE INDIVIDUELLE COMME STRUCTURE JURIDIQUE 1. Pourquoi choisir l entreprise individuelle La création d une entreprise individuelle est simple : pas de capital social, pas de statuts,

Plus en détail

LE COURTAGE D ASSURANCE

LE COURTAGE D ASSURANCE Programme 1ère conférence : l éthique du courtier 2ème conférence : la profession du courtier Courtage et environnement concurrentiel Le cadre de l activité L activité La responsabilité des courtiers d

Plus en détail

Professions indépendantes

Professions indépendantes Professions indépendantes 6 e ÉDITION mars 2007 Vous envisagez d exercer une activité médicale ou paramédicale à titre libéral en optant pour un régime conventionné auprès de votre CPAM (Caisse primaire

Plus en détail

Salon des Entrepreneurs Paris 2007-14ème Édition. Entreprise individuelle ou société? Gérant minoritaire ou majoritaire? Quel statut choisir?

Salon des Entrepreneurs Paris 2007-14ème Édition. Entreprise individuelle ou société? Gérant minoritaire ou majoritaire? Quel statut choisir? Salon des Entrepreneurs Paris 2007-14ème Édition Entreprise individuelle ou société? Gérant minoritaire ou majoritaire? Quel statut choisir? Intervenants Angèle CAMUS Expert-comptable Philippe SAUZE Gan

Plus en détail

Docteur Marc HECKLER 48 Avenue du Maréchal Foch 54200 TOUL. TEL: 03 83 43 17 61 Email: m.heckler@wanadoo.fr

Docteur Marc HECKLER 48 Avenue du Maréchal Foch 54200 TOUL. TEL: 03 83 43 17 61 Email: m.heckler@wanadoo.fr LA GESTION COMPTABLE DU CABINET MEDICAL Docteur Marc HECKLER 48 Avenue du Maréchal Foch 54200 TOUL TEL: 03 83 43 17 61 Email: m.heckler@wanadoo.fr 18/05/2008 Docteur Marc HECKLER 1 18/05/2008 Docteur Marc

Plus en détail

LE CHOIX DU STATUT SOCIAL DU

LE CHOIX DU STATUT SOCIAL DU LE CHOIX DU STATUT SOCIAL DU DIRIGEANT Emmanuelle DUPEUX LOTTERI Consultant Droit social Infodoc experts Sommaire Les différents statuts Statut du dirigeant et droit du travail Statut du dirigeant et protection

Plus en détail

CHOISIR UN MODE D EXERCICE, entre autres :

CHOISIR UN MODE D EXERCICE, entre autres : CHOISIR UN MODE D EXERCICE, entre autres : LA SOCIETE D EXERCICE LIBERAL (SEL) et LA SOCIETE DE PARTICIPATIONS FINANCIERES DE PROFESSIONS LIBERALES (SPFPL) Exercer seul en qualité de «travailleur indépendant»

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SARL

GUIDE PRATIQUE DE LA SARL PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable DESS en banques et finances GUIDE PRATIQUE DE LA SARL et de l EURL Création et gestion de la SARL, de l EURL, de la SELARL, de la SELU et de l EARL Compléments

Plus en détail

Anticipez et choisissez la forme juridique adaptée à votre projet

Anticipez et choisissez la forme juridique adaptée à votre projet Choisir votre statut juridique est une étape importante dans votre projet de création ou reprise d'entreprise. Anticipez et choisissez la forme juridique adaptée à votre projet Vaut-il mieux entreprendre

Plus en détail

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Les pouvoirs publics ont attiré notre attention sur les enjeux de la transmission des entreprises, plus de 100

Plus en détail

CHEF D ENTREPRISE : Quelle forme juridique pour votre petite entreprise?

CHEF D ENTREPRISE : Quelle forme juridique pour votre petite entreprise? CHEF D ENTREPRISE : Quelle forme juridique pour votre petite entreprise? Quelles conséquences sur le choix de votre statut social : Salarié ou Travailleurs Non salariés? Intervenants René-jacques MALAFOSSE,

Plus en détail

REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008 1

REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008 1 RÉGIME DES PERSONNES IMPATRIÉES REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008... 1 REGIME NOUVEAU... 4 A - Personnes concernées... 5 1 Salariés et mandataires sociaux... 5 2 Personnes non salariées... 6

Plus en détail

L EIRL Principes fonctionnement et opportunités

L EIRL Principes fonctionnement et opportunités L EIRL Principes fonctionnement et opportunités EXPERTISE COMPTABLE COMMISSARIAT AUX COMPTES 11, rue de Mogador F-75009 PARIS Téléphone +33 (0)1 42 601 606 Fax +33 (0)1 42 613 792 EXPERTISE COMPTABLE 16,

Plus en détail

Direction de la sécurité sociale Sous-direction du Financement de la sécurité sociale Bureau 5D Recettes fiscales

Direction de la sécurité sociale Sous-direction du Financement de la sécurité sociale Bureau 5D Recettes fiscales Ministère du travail, de la solidarité et de la fonction publique Ministère de la santé et des sports Ministère du budget, des comptes publics et de la réforme de l Etat Direction de la sécurité sociale

Plus en détail

La société interprofessionnelle de soins ambulatoires 12 /2012. Jean VILANOVA Juriste jean.vilanova@ca-predica.fr

La société interprofessionnelle de soins ambulatoires 12 /2012. Jean VILANOVA Juriste jean.vilanova@ca-predica.fr La société interprofessionnelle de soins ambulatoires 12 /2012 Jean VILANOVA Juriste jean.vilanova@ca-predica.fr Le décret n 2012-407 du 23 /03 /2012 (JO du 25 /03) relatif aux sociétés interprofessionnelles

Plus en détail

N 20 14 / 001 14/02/2014

N 20 14 / 001 14/02/2014 N 20 14 / 001 14/02/2014 Origine : Direction de la Règlementation et des Affaires Juridiques Contact : Département de la Règlementation du Recouvrement Draj.reglementationrecouvrement@rsi.fr Annexes :

Plus en détail

L investissement Immobilier en nue-propriété

L investissement Immobilier en nue-propriété L investissement Immobilier en nue-propriété L investissement Immobilier en nue-propriété L acquisition d un bien immobilier comporte de nombreux risques pour un investisseur (vacance locative, loyers

Plus en détail

Dossier page 2 à 6. Brèves en page 7. La Loi Madelin (non-salariés non agricoles) Newsletter d informations juridiques et fiscales Expert

Dossier page 2 à 6. Brèves en page 7. La Loi Madelin (non-salariés non agricoles) Newsletter d informations juridiques et fiscales Expert VOTRE CONSEILLER Newsletter d informations juridiques et fiscales Fippatrimoine.com N 51 MARS 2013 ÉLÉPHANT PATRIMOINE Gérard CHIQUOT 9 rue de Courtalin - Marne La Vallée 77700 Magny Le Hongre g.chiquot@fippatrimoine.com

Plus en détail

Gérants majoritaires des SARL : du nouveau pour le calcul du disponible Madelin

Gérants majoritaires des SARL : du nouveau pour le calcul du disponible Madelin Gérants majoritaires des SARL : du nouveau pour le calcul du disponible Madelin Par GIE Factum Publié : 29 octobre 2009 Depuis plusieurs mois, les experts-comptables et les professionnels de l assurance

Plus en détail

N adhérent. Nom. N tél. em@il. Date de naissance

N adhérent. Nom. N tél. em@il. Date de naissance Association Française pour les Professions Libérales 34, rue de Laborde 75008 PARIS 01.53.42.62.10 01.55.30.07.87 info@afpl.fr Identification Fiscale 2 07 756 SIRET 331 089 748 00031 DOSSIER INDIVIDUEL

Plus en détail

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 - Mesures concernant le patrimoine - Mesures concernant l assurance vie - Zoom sur quelques dispositions du Projet de Loi de Finances

Plus en détail

VADE-MECUM D EXERCICE LIBERAL

VADE-MECUM D EXERCICE LIBERAL Commission nationale d Entraide VADE-MECUM D EXERCICE LIBERAL Conseil national de l Ordre des médecins nov. 2004 (MAJ nov. 2006) Formalités administratives obligatoires pour l exercice de la médecine Exigées

Plus en détail

LE STATUT DU COLLABORATEUR LIBERAL LOIT DU 2 AOUT 2005 ART. 18

LE STATUT DU COLLABORATEUR LIBERAL LOIT DU 2 AOUT 2005 ART. 18 1 LE STATUT DU COLLABORATEUR LIBERAL LOIT DU 2 AOUT 2005 ART. 18 La loi du 2 août 2005, art. 18, a crée un nouveau mode d exercice des professions libérales : celui de collaborateur libéral. Deux professions

Plus en détail

2013 Artisans, industriels et commerçants, professionnels libéraux

2013 Artisans, industriels et commerçants, professionnels libéraux OBJECTIF ENTREPRISE 2013 Artisans, industriels et commerçants, professionnels libéraux QUEL STATUT JURIDIQUE QUEL STATUT FISCAL QUELLE PROTECTION SOCIALE CHOISIR? >>>>>>>>>>>> Ouverture en 2013 >>>>>>>>>>>>

Plus en détail

EVALUER LE JUSTE PRIX D UN CABINET

EVALUER LE JUSTE PRIX D UN CABINET EVALUER LE JUSTE PRIX D UN CABINET La notion de «fonds libéral», instituée par la Cour de Cassation il y a quelques années simplifie juridiquement la cession des cabinets libéraux. Auparavant, les juristes

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SARL

GUIDE PRATIQUE DE LA SARL PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable et Commissaire aux Comptes DESS en Banques et Finances GUIDE PRATIQUE DE LA SARL et de l EURL Création et gestion de la SARL, de l EURL, de la SELARL, de la SELU

Plus en détail

Formation ESSEC Gestion de patrimoine

Formation ESSEC Gestion de patrimoine Formation ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «Panorama de la gestion de patrimoine» 4 ème partie : L investissement immobilier Fiscalité de l immobilier François Longin 1 www.longin.fr Plusieurs niveaux

Plus en détail

ENTREPRENEURS, CHOISISSEZ LE STATUT JURIDIQUE LE PLUS ADAPTÉ A VOTRE PROJET

ENTREPRENEURS, CHOISISSEZ LE STATUT JURIDIQUE LE PLUS ADAPTÉ A VOTRE PROJET ENTREPRENEURS, CHOISISSEZ LE STATUT JURIDIQUE LE PLUS ADAPTÉ A VOTRE PROJET Cécile MOREIRA, Avocat Frédéric GIOVANNINI, Gan Assurances Denis BARBAROSSA, Expert Comptable Le statut juridique conditionne

Plus en détail

L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE

L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE L IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE Introduction L impôt de solidarité sur la fortune est un impôt annuel dû par les personnes physiques détenant un patrimoine net supérieur à 790 000 au 1 er janvier

Plus en détail

Les plus values à la cessation d activité

Les plus values à la cessation d activité Les plus values à la cessation d activité Les quatre régimes d exonération des plus values Plus-values professionnelles - cas général Depuis le 1er janvier 2006, le bénéfice de l exonération est réservé

Plus en détail

Comment sortir l actif immobilier d une société commerciale à moindre coût?

Comment sortir l actif immobilier d une société commerciale à moindre coût? Comment sortir l actif immobilier d une société commerciale à moindre coût? Certaines sociétés commerciales soumises à l impôt sur les sociétés possèdent un actif immobilier à leur bilan. Il s agit le

Plus en détail

Dossier : - La loi Madelin

Dossier : - La loi Madelin Dossier : - La loi Madelin Ceci est un document à caractère publicitaire. Les informations sont fournies à titre indicatif en fonction de la réglementation en vigueur au moment de sa rédaction. Avant toute

Plus en détail

Soirée Remplacer et s Installer en Ile-de-France QUELQUES REGLES DU REMPLACEMENT

Soirée Remplacer et s Installer en Ile-de-France QUELQUES REGLES DU REMPLACEMENT Soirée Remplacer et s Installer en Ile-de-France QUELQUES REGLES DU REMPLACEMENT Mercredi 24 juin 2015 1 Sommaire Contrat de remplacement Formalités administratives Assurance professionnelle Revenus Compte

Plus en détail

Votre Conseiller Privé CONTACT - FINANCE. Cabinet de Conseil en Gestion de patrimoine

Votre Conseiller Privé CONTACT - FINANCE. Cabinet de Conseil en Gestion de patrimoine Votre Conseiller Privé CONTACT - FINANCE Cabinet de Conseil en Gestion de patrimoine Crée en 1990 Votre déclaration d impôt! Dates Limites : Déclaration Papier 27 Mai Déclaration Internet 7 Juin Barême

Plus en détail

ZOOM SUR le CONTRAT PRÉVOYANCE

ZOOM SUR le CONTRAT PRÉVOYANCE www.verspieren.com ZOOM SUR le CONTRAT PRÉVOYANCE DES SPÉCIALISTES DU PLATEAU TECHNIQUE LOURD POUR BIEN COMPRENDRE CE QUE COUVRE LA PRÉVOYANCE En partenariat avec le Cabinet Branchet et Asspro ZOOM SUR

Plus en détail

26 Contrat d assurance-vie

26 Contrat d assurance-vie 42 26 Contrat d assurance-vie est un contrat par lequel un assureur s engage à verser un capital en cas de vie ou de décès de l assuré, au profit du souscripteur ou d un tiers, moyennant une prime. Placement

Plus en détail

Bien choisir son statut : la personnalisation est essentielle. Animé par : Aurélien DEMAURE

Bien choisir son statut : la personnalisation est essentielle. Animé par : Aurélien DEMAURE Bien choisir son statut : la personnalisation est essentielle Animé par : Aurélien DEMAURE Le cadre juridique L entreprise en nom propre L EIRL La société Les critères à retenir Le régime fiscal de l entrepreneur

Plus en détail

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Stéphane JACQUIN Karine LECOCQ Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. Octobre

Plus en détail

2015 Artisans, industriels et commerçants, professionnels libéraux

2015 Artisans, industriels et commerçants, professionnels libéraux OBJECTIF ENTREPRISE 2015 Artisans, industriels et commerçants, professionnels libéraux QUEL STATUT JURIDIQUE, QUEL STATUT FISCAL, QUELLE PROTECTION SOCIALE CHOISIR? Professionnels de l expertise comptable

Plus en détail

La protection sociale des travailleurs non salariés. Direction de la sécurité sociale

La protection sociale des travailleurs non salariés. Direction de la sécurité sociale CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 08 avril 2009 à 9 h 30 «Les régimes de retraite des indépendants : les problématiques spécifiques» Document N 13.1 Document de travail, n engage pas

Plus en détail

Assurances de Personnes des Chefs d entreprise

Assurances de Personnes des Chefs d entreprise Conférence / Débat Assurances de Personnes des Chefs d entreprise Les 3 piliers de votre protection sociale La Santé La Retraite La Prévoyance Complémentaire Santé Complémentaire Retraite Complémentaire

Plus en détail

Les Arènes du Patrimoine 2013. La Retraite Loi Madelin - PERP

Les Arènes du Patrimoine 2013. La Retraite Loi Madelin - PERP Les Arènes du Patrimoine 2013 La Retraite Loi Madelin - PERP Présentation Votre animateur Yannick BOUET (CGPI) Marie HIDALGO (Expert-Compable) Laurence DAGORNE (AVIVA) Laurent MULLER (CARDIF) Quelques

Plus en détail

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux Personnes et familles Vie familiale / vie à deux les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux www.notaires.paris-idf.fr Vie familiale, vie à deux LES CONTRATS DE MARIAGE ET LES RÉGIMES MATRIMONIAUX

Plus en détail

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale Lettre d'information - Septembre - Octobre 2007 MESURES FISCALES ET PATRIMONIALES EN FAVEUR DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU POUVOIR D ACHAT ENTREPRISES 1. Défiscalisation des heures supplémentaires 2. Parachutes

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SARL

GUIDE PRATIQUE DE LA SARL PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable et Commissaire aux Comptes DESS en Banques et Finances GUIDE PRATIQUE DE LA SARL et de l EURL Création et gestion de la SARL, de l EURL, de la SELARL, de la SELU

Plus en détail

ISF Point information Octobre 2014. Audit Expertise comptable Conseil

ISF Point information Octobre 2014. Audit Expertise comptable Conseil ISF Point information Octobre 2014 ISF Point information 2 SOMMAIRE Pages RAPPEL DE QUELQUES REGLES 3 à 6 PROBLEMATIQUE LIEE AU PATRIMOINE PROFESSIONNEL 7 à 13 LES CLIGNOTANTS FISCAUX 14 ISF Point information

Plus en détail

Programme ESSEC Gestion de patrimoine

Programme ESSEC Gestion de patrimoine Programme ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «L investissement immobilier» Fiscalité de l immobilier François Longin 1 www.longin.fr Fiscalité de l immobilier Plusieurs niveaux de fiscalité (investissement

Plus en détail

2014 Artisans, industriels et commerçants, professionnels libéraux

2014 Artisans, industriels et commerçants, professionnels libéraux OBJECTIF ENTREPRISE 2014 Artisans, industriels et commerçants, professionnels libéraux QUEL STATUT JURIDIQUE, QUEL STATUT FISCAL, QUELLE PROTECTION SOCIALE CHOISIR? Professionnels de l expertise comptable

Plus en détail

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2012

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2012 Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2012 Octobre 2012 Sommaire 1. CONTRIBUTION EXCEPTIONNELLE SUR LA FORTUNE...2 2. DROITS DE SUCCESSION ET DE DONATION...2 2.1 Réduction de l abattement

Plus en détail

Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011

Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011 Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011 La pluralité des lois de finances rectificatives en 2011 nécessite de s attarder sur certains points «sensibles»

Plus en détail

LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE

LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE Jean-Marc AVELINE LE GUIDE DE LA TRANSMISSION DE PATRIMOINE Groupe Eyrolles, 2006 ISBN : 2-7081-3467-1 Chapitre 1 LES RELATIONS BANCAIRES : COMPTES, COFFRE, EMPRUNTS Le compte courant Les comptes courants

Plus en détail

OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER

OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable DESS en Banques et Finances Commissaire aux Comptes et Professeur de droit fiscal OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER www.editions-organisation.com/livres/denos

Plus en détail

Envoi de l'échéancier de cotisations et contributions sociales 2015

Envoi de l'échéancier de cotisations et contributions sociales 2015 Flash du RSI Bretagne aux experts comptables Envoi de l'échéancier de cotisations et contributions sociales Les cotisants artisans, industriels et commerçants, reçoivent à partir du 15 décembre 2014 l

Plus en détail

Fiche conseil ENTREPRENEURS INDIVIDUELS : ET SI VOUS ADOPTIEZ LE NOUVEAU STATUT DE L EIRL

Fiche conseil ENTREPRENEURS INDIVIDUELS : ET SI VOUS ADOPTIEZ LE NOUVEAU STATUT DE L EIRL ENTREPRENEURS INDIVIDUELS : ET SI VOUS ADOPTIEZ LE NOUVEAU STATUT DE L EIRL Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Certifié ISO 9001 Comptables

Plus en détail

LE CHOIX DE STATUT DU DIRIGEANT. Optimisation et conséquences sociales

LE CHOIX DE STATUT DU DIRIGEANT. Optimisation et conséquences sociales LE CHOIX DE STATUT DU DIRIGEANT Optimisation et conséquences sociales Le statut juridique conditionne le régime social du dirigeant I - Caractéristiques des différents statuts juridiques II - Optimisation

Plus en détail

Nom du Document : ARBITRER ENTRE L ACHAT D UN FONDS DE COMMERCE OU ARTISANAL L ACQUISITION DE TITRES D UNE SOCIETE FICHE CONSEIL

Nom du Document : ARBITRER ENTRE L ACHAT D UN FONDS DE COMMERCE OU ARTISANAL L ACQUISITION DE TITRES D UNE SOCIETE FICHE CONSEIL ARBITRER ENTRE L ACHAT D UN FONDS DE COMMERCE OU ARTISANAL ET L ACQUISITION DE TITRES D UNE SOCIETE FICHE CONSEIL Page : 1/5 Est-il plus intéressant d acheter un fonds de commerce ou les titres d une société?

Plus en détail

Formation Chef comptable spécialiste PAIE

Formation Chef comptable spécialiste PAIE Formation Chef comptable spécialiste PAIE Comptabilité générale - 100h Mise à niveau / FACULTATIF Les principes fondamentaux de la comptabilité générale Objectif de la comptabilité et exercice de la profession

Plus en détail

L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions. Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015.

L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions. Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015. L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015 intervenante: Karine SALVAT CONSEILLER en INVESTISSEMENT FINANCIER 1 Objectif

Plus en détail

ANTICIPEZ & CHOISISSEZ LA FORME JURIDIQUE LA MIEUX ADAPTEE A VOTRE PROJET

ANTICIPEZ & CHOISISSEZ LA FORME JURIDIQUE LA MIEUX ADAPTEE A VOTRE PROJET ANTICIPEZ & CHOISISSEZ LA FORME JURIDIQUE LA MIEUX ADAPTEE A VOTRE PROJET Optimisation et conséquences sociales Denis BARBAROSSA, Expert Comptable Cécile MOREIRA, Avocat Frédéric MEIERHANS, Gan Assurances

Plus en détail

NOMENCLATURE COMPTABLE POUR LE PARTICULIER

NOMENCLATURE COMPTABLE POUR LE PARTICULIER NOMENCLATURE COMPTABLE POUR LE PARTICULIER REMARQUES PRELIMINAIRES Les ménages n ont pas d obligation de tenir une comptabilité. En revanche, d une part, certaines situations liées à un état de dépendance

Plus en détail

SPFPL : Tout ça pour ça!

SPFPL : Tout ça pour ça! SPFPL : Tout ça pour ça! Animée par JM. BURTON et G. DE MARCHI 31/03/2014 1 CGP 31/03/2014 2 SOMMAIRE SPFPL : Quelle est la problématique? La SPFPL en pratique Propositions d aménagements 31/03/2014 3

Plus en détail

Le Club. Jeudi 10 septembre 2015. Hôtel Alamanda, Saint-Gilles-les-bains

Le Club. Jeudi 10 septembre 2015. Hôtel Alamanda, Saint-Gilles-les-bains Le Club Jeudi 10 septembre 2015 Hôtel Alamanda, Saint-Gilles-les-bains Ouverture Dominique VIENNE, Président Jeudi 10 septembre 2015, Hôtel Alamanda, Saint-Gilles-les-bains Aujourd hui : Le Point Expert

Plus en détail

LE STATUT SOCIAL DES TRAVAILLEURS NON SALARIES

LE STATUT SOCIAL DES TRAVAILLEURS NON SALARIES LE STATUT SOCIAL DES TRAVAILLEURS NON SALARIES THEMES ABORDES : Les statuts possibles selon la forme juridique de la société : Assimilé salarié ou TNS Comparaison des deux statuts Les régimes facultatifs

Plus en détail

Les revenus de l activité professionnelle

Les revenus de l activité professionnelle Comment ne pas se tromper quand on commence, et surtout faut-il ne pas se tromper? À chacun de trouver la réponse à cette question, ô combien personnelle. Le but de cet ouvrage est de débroussailler un

Plus en détail

VOTRE PLAN DE FINANCEMENT

VOTRE PLAN DE FINANCEMENT PLAN DE FINANCEMENT VOTRE PLAN DE FINANCEMENT BESOINS (exprimés HT) RESSOURCES DROIT DE PRÉSENTATION (ou achat) CLIENTÈLE K APPORT K PARTS DE SOCIÉTÉ K PRÊTS FAMILIAUX K DROIT D ENREGISTREMENT* K AUTRES

Plus en détail

JE CHOISIS LE RÉGIME SOCIAL ADAPTÉ

JE CHOISIS LE RÉGIME SOCIAL ADAPTÉ JE CHOISIS LE RÉGIME SOCIAL ADAPTÉ 39 art om - Fotolia.com Étape 7 > J opte pour le régime social des salariés > J opte pour le régime social de travailleur indépendant > Mon droit aux allocations chômage

Plus en détail

Les 7 points-clés en comptabilité, fiscalité et paie pour être vraiment efficace

Les 7 points-clés en comptabilité, fiscalité et paie pour être vraiment efficace Les 7 points-clés en comptabilité, fiscalité et paie pour être Livre blanc Mars 2011 Editions Tissot Mars 2011 1/13 Vous êtes comptable d entreprise, chef d entreprise, en charge de la gestion des ressources

Plus en détail

PREAMBULE. Les 3 statuts possibles de l entrepreneur :

PREAMBULE. Les 3 statuts possibles de l entrepreneur : 1 PREAMBULE Les 3 statuts possibles de l entrepreneur : 1. Le «quasi salarié» : Le dirigeant de SA et de SAS ou le gérant minoritaire de SARL. Sa rémunération relève des traitements et salaires. Il peut

Plus en détail

Mon expert comptable, je peux compter sur lui! Le fiscal

Mon expert comptable, je peux compter sur lui! Le fiscal Mon expert comptable, je peux compter sur lui! Le fiscal Quelques constats pour commencer La fiscalité est une matière vivante! Il existe des dizaines d exonérations, des dizaines de réductions et de crédits

Plus en détail

BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE SCPI SCELLIER BBC FRUCTIRESIDENCE BBC. BANQUE & ASSURANCE www.banquepopulaire.fr

BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE SCPI SCELLIER BBC FRUCTIRESIDENCE BBC. BANQUE & ASSURANCE www.banquepopulaire.fr BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE SCPI SCELLIER BBC FRUCTIRESIDENCE BBC BANQUE & ASSURANCE www.banquepopulaire.fr Avertissement - Facteurs de risques Lorsque vous investissez dans une SCPI de type «Scellier

Plus en détail

L ÉPARGNE SALARIALE DU CABINET MÉDICAL. «Comprendre & appliquer le mécanisme de l épargne salariale»

L ÉPARGNE SALARIALE DU CABINET MÉDICAL. «Comprendre & appliquer le mécanisme de l épargne salariale» L ÉPARGNE SALARIALE DU CABINET MÉDICAL «Comprendre & appliquer le mécanisme de l épargne salariale» SOMMAIRE Préambule Le PEE Le PERCO L intéressement La participation Les dernières informations Autres

Plus en détail

La location de son entreprise

La location de son entreprise La location de son entreprise La location-gérance permet à un dirigeant d une entreprise de mettre en location son entreprise. La location-gérance se fait pour un temps défini et permet au bailleur de

Plus en détail

VOULEZ-VOUS VOUS TORTURER UN PEU LES MENINGES? Alors voici quelques exemples d'utilisation de parts de SCPI

VOULEZ-VOUS VOUS TORTURER UN PEU LES MENINGES? Alors voici quelques exemples d'utilisation de parts de SCPI VOULEZ-VOUS VOUS TORTURER UN PEU LES MENINGES? Alors voici quelques exemples d'utilisation de parts de SCPI Hypothèse 1 : J'ai un contrat d'assurance Vie de 100 000 et je veux me constituer des revenus

Plus en détail

PRESENTATION DU LOGICIEL

PRESENTATION DU LOGICIEL PRESENTATION DU LOGICIEL Le logiciel permet de réaliser des études précises, claires, accompagnées d un rapport détaillé à remettre à votre client dans les domaines suivants : Choix du statut social du

Plus en détail

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE BUSINESS PLAN Partie 2 : Le dossier financier 1 Vous êtes prêt à créer votre entreprise? Ce dossier va vous permettre de préciser et de mettre en forme votre projet de

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG DROIT FISCAL session 2013 CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur Dossier 1 : IMPOSITION DES BÉNÉFICES 7,5 points 1) Calculer pour l exercice 2012 le résultat

Plus en détail

TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR

TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR Source : site Internet de l agence pour la création d entreprise (APCE) : http://www.apce.com/ SOMMAIRE : 1.

Plus en détail

Oddo & Cie. La Loi Madelin. Avril 2013

Oddo & Cie. La Loi Madelin. Avril 2013 Oddo & Cie La Loi Madelin Sommaire Sections 1 Cadre juridique et fiscal des contrats d épargne retraite «Madelin» 3 2 Fipavenir TNS 13 2 3 Section 1 Cadre juridique et fiscal des contrats d épargne retraite

Plus en détail

LOI RELATIVE A L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE (EIRL)

LOI RELATIVE A L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE (EIRL) LOI RELATIVE A L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE (EIRL) - Loi n 2010-658 du 15 juin 2010 - - Décret n 2010-1706 du 29 décembre 2010 - - Arrêté du 29 décembre 2010 - Vendredi 11 Mars 2011

Plus en détail

PROFESSIONNELS INDEPENDANTS OPTIMISER LA PROTECTION DU CHEF D ENTREPRISE. Santé Prévoyance & Retraite

PROFESSIONNELS INDEPENDANTS OPTIMISER LA PROTECTION DU CHEF D ENTREPRISE. Santé Prévoyance & Retraite PRÉVOYANCE - RETRAITE PROFESSIONNELS INDEPENDANTS OPTIMISER LA PROTECTION DU CHEF D ENTREPRISE Santé Prévoyance & Retraite Matinale de l entrepreneur CCI 11 JUIN 2013 LE REGIME SOCIAL DES INDEPENDANTS

Plus en détail

L immobilier en centre ville

L immobilier en centre ville La note d information de la SCPI URBAN PATRIMOINE 2 a reçu le visa de l AMF n 11-37 en date du 18/10/2011 ; elle peut être obtenue gratuitement auprès de la Société de Gestion par demande adressée à :

Plus en détail

L immobilier en centre ville

L immobilier en centre ville SCPI «Scellier BBC Intermédiaire*» L immobilier en centre ville Mise à jour - 31 janvier 2012 *Le dispositif fiscal «Scellier BBC Intermédiaire» offre au souscripteur une réduction d impôt en contrepartie

Plus en détail

Fiche conseil DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions :

Fiche conseil DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : DIRIGEANT : Quel statut social choisir? Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Certifié ISO 9001 Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de

Plus en détail

Votre résidence fiscale est en France. B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013)

Votre résidence fiscale est en France. B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013) Votre résidence fiscale est en France B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013) En France, l impôt sur la fortune, appelé Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF), est un impôt qui frappe le patrimoine.

Plus en détail

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Octobre 2012 Sommaire 1. IMPOT SUR LE REVENU... 2 2. TAXATION DES REVENUS DU CAPITAL AU BAREME PROGRESSIF... 3 3. TAXATION DES PLUS-VALUES

Plus en détail

L Environnement Social de l Artisan. En partenariat avec

L Environnement Social de l Artisan. En partenariat avec L Environnement Social de l Artisan En partenariat avec SOMMAIRE Présentation de l APTI Les besoins d un jeune créateur La loi Madelin La Santé La Prévoyance La Retraite L environnement social de l artisan

Plus en détail

L Entrepreneur individuel à responsabilité limitée

L Entrepreneur individuel à responsabilité limitée L Entrepreneur individuel à responsabilité limitée Un nouveau statut juridique et fiscal A jour au 12 mai 2010 Sommaire de l intervention > Présentation de l EIRL > Pourquoi? > Pour qui? > Comment? > Quand?

Plus en détail

68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr

68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr 68 rue Duquesne 69006 LYON Tel : 04 78 89 01 49 Fax : 04 72 43 09 76 Mail : contact@fpconseil.fr 1 REUNION DU 19 NOVEMBRE 2012 SOMMAIRE Loi de Finances rectificative 2012 Loi de Financement de la Sécurité

Plus en détail

11. Déduction du montant de l ISF des investissements dans les PME jusqu à 50.000 euros

11. Déduction du montant de l ISF des investissements dans les PME jusqu à 50.000 euros Lettre d'information - Mai - Juin 2007 MESURES FISCALES ANNONCÉES PAR LE NOUVEAU GOURVERNEMENT Sous réserve que ces mesures soient votées par le Parlement, certaines de ces mesures seraient applicables

Plus en détail

LES PRÉLÈVEMENTS URSSAF, RSI, LPA, CNBF, ORDRE, CNB...

LES PRÉLÈVEMENTS URSSAF, RSI, LPA, CNBF, ORDRE, CNB... C O T I S A T I O N S S O C I A L E S LES PRÉLÈVEMENTS URSSAF, RSI, LPA, CNBF, ORDRE, CNB... Exercer c est aussi déclarer... et cotiser! Prélèvements sociaux et professionnels : COMPARATIF COLLABORATEUR

Plus en détail

Principes généraux de gestion d un cabinet libéral. Dr Jean-Christophe Delesalle Secrétaire Général FNMR 23 Avril 2015 1

Principes généraux de gestion d un cabinet libéral. Dr Jean-Christophe Delesalle Secrétaire Général FNMR 23 Avril 2015 1 Principes généraux de gestion d un cabinet libéral 23 Avril 2015 1 Gestion d un cabinet libéral Le radiologue libéral Aspects médico-économiques, juridiques, responsabilité, assurances,. Structures coopératives

Plus en détail