INFECTIONS DES TISSUS MOUS

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INFECTIONS DES TISSUS MOUS"

Transcription

1 INFECTIONS DES TISSUS MOUS 1

2 Definitions 2

3 Définitions Dermohypodermite bactérienne: Erysipéle Infection cutanée aiguë touchant le derme et l hypoderme Localisée Non nécrosante Fréquente chez l adulte, rare chez l enfant Dermohypodermite bactérienne nécrosante : fasciite nécrosante ou cellulite Infection cutanée aiguë touchant le derme et l hypoderme Se propageant le long des fascias Nécrosante Mortelle dans 30% des cas, séquelles trophiques importantes 3

4 1. Dermohypodermite bactérienne non nécrosante (DHB) 4

5 Signes cliniques Début brutal Signes généraux: fièvre frissons Signes locaux: placard inflammatoire érythémateux oedémateux douloureux chaud porte d entrée: intertrigo, ulcère, excoriation adénopathie satellite, trainée de lymphangite 5

6 Signes cliniques Formes topographiques: membres inferieurs (90% des cas) face (5 à 10 %) Formes symptomatiques érythème bulleux purpurique (echymotique ou pétéchial) 6

7 7

8 8

9 Paraclinique Présence d un syndrome inflammatoire Hyperleucocytose à prédominance sur les polynucléaires Faible densité bactérienne : difficulté d isolement bactériologique Pas de prélèvement local Germes: Streptocoques béta hémolytique du groupe A +++ Streptocoques du groupe B Streptocoques du groupe C Streptocoques du groupe G Staphylococcus aureus Pseudomonas aeruginosa 9

10 Paraclinique Réaliser un échodoppler veineux des membres inferieurs afin d éliminer une phlébite 10

11 Traitement Traitement ambulatoire possible Hospitalisation : signes généraux marqués présence de complications locales commorbidité associée contexte social Absence d amélioration à 72h Antibiothérapie: Béta lactamine: Amoxicilline ( Clamoxyl ) Penicilline G ( Bristopen ) Active contre le Streptococcus pyogenes Voie IV si hospitalisation, avec relais per os après 48h d apyrexie Voie per os d emblée si absence de signe de gravité 11

12 Traitement Repos au lit et mise en décharge du membre Traitement antalgique Anticoagulation à dose préventive Traitement des facteurs favorisants: diabète artérite lymphoedème Traitement local de la porte d entrée Mise à jour de la vaccination anti-tétanique 12

13 Evolution Apyrexie en 48 à 72h Régression des signes cutanés en 8 à 10 jours sous traitement antibiotique adapté 13

14 1. Dermohypodermite bactérienne nécrosante 14

15 Signes cliniques Début brutal Signes généraux: fièvre frissons Signes locaux: placard inflammatoire erythémateux oedémateux douloureux chaud porte d entrée: intertrigo, ulcére, excoriation adénopathie satellite, trainée de lymphangite Apparition rapide de sepsis grave nécrose cutanée 15

16 16

17 Signes cliniques Les signes à rechercher faisant craindre une dermohypodermite nécrosante: Présence de taches cyaniques froides punctiformes ou en placards Nécrose Hypoesthésie Hyperesthésie Crépitation neigeuse (anaérobies) Rechercher signes de syndrome septique grave 17

18 Signes cliniques Formes topographiques: membres inferieurs (la plus fréquente) Mais toutes les localisations ont été décrites formes thoracoabdominales en post opératoire formes périnéales en post accouchement formes cervico-faciales ( risque de médiastinite) Formes évolutives formes peu bruyantes formes suraiguës gravissimes avec choc toxinique 18

19 Paraclinique Présence d un syndrome inflammatoire Hyperleucocytose à prédominance sur les polynucléaires Prélèvement locaux (porte d entrée et per opératoire) Hémocultures Germes: Streptocoques béta hémolytique du groupe A +++ membres inférieurs Staphylococcus aureus chez les toxicomanes Pseudomonas aeruginosa Anaérobies, entérobactéries dans les fromes abdominales IRM et TDM ne doivent pas retarder le traitement chirurgical 19

20 Traitement URGENCE médico-chirurgicale Hospitalisation en réanimation Antibiotique: Probabiliste large spectre bactéricide adapté à la localisation. Traitement chirurgical: excision totale des tissus nécrosés 20

21 Au total DHB: Essentiellement due au Streptocoque béta-hémolytique du groupe A Diagnostic clinique Traitement reposant sur l antibiothérapie Dermohypodermite nécrosante: Infection rare mais gravissime Le plus souvent liée à Streptococcus pyogenes Traitement médicochirurgical urgent 21

I. chroniques I. aiguës Sinus pilonidal Maladie de Verneuil Sinus pilonidal Maladie de Verneuil Sinus pilonidal

I. chroniques I. aiguës Sinus pilonidal Maladie de Verneuil Sinus pilonidal Maladie de Verneuil Sinus pilonidal PRISE EN CHARGE CHIRURGICALE des INFECTIONS CUTANÉES M. Revol www.hopitalsaintlouis.org pilus : poil nidus : nid sinus : cavité Kyste (ou «sinus») pilonidal (ou «sacrococcygien») : granulome sous-cutané

Plus en détail

Infection des parties molles. S.Touchais

Infection des parties molles. S.Touchais Infection des parties molles S.Touchais Flore Principales bactéries en causes dans les infections cutanées : - Sta. aureus - Streptococcus pyogenes (streptocoques du groupe A). 2 Streptocoques Ne sont

Plus en détail

CAS CLINIQUE

CAS CLINIQUE CAS CLINIQUE Un homme, 47 ans, diabétique sous ADO, se présente aux urgences pour fièvre et douleur de la jambe droite et vomissements évoluant depuis 48 heures. A l examen : T = 39 C Placard rouge chaud

Plus en détail

Infections cutanées à pyogènes

Infections cutanées à pyogènes Infections cutanées à pyogènes Un peu de sémantique Les pathologies dites d inoculation Les exanthèmes infectieux Les infections cutanées à pyogènes Primaires Secondaires Pathologies d inoculation : Pasteurellose

Plus en détail

Extrait gratuit : testez-vous!

Extrait gratuit : testez-vous! Extrait gratuit : testez-vous! Préparez vos partiels en toute sénérité! Enoncé Erysipèle Un homme de 55 ans, diabétique de type 2, est hospitalisé dans votre service pour un érysipèle de la jambe droite.

Plus en détail

Dermo-hypodermites, fasciites nécrosantes et myonécroses. Julien Rousset 16/09/09 Limoges

Dermo-hypodermites, fasciites nécrosantes et myonécroses. Julien Rousset 16/09/09 Limoges Dermo-hypodermites, fasciites nécrosantes et myonécroses Julien Rousset 16/09/09 Limoges Généralités Infection des tissus mous Gravité fonction de la profondeur de l atteinte anatomique 50% des DHBNN prises

Plus en détail

Grande diversité des lésions, une sémiologie riche, Connaissance de l anatomie de la peau, Examen clinique et Investigations paracliniques

Grande diversité des lésions, une sémiologie riche, Connaissance de l anatomie de la peau, Examen clinique et Investigations paracliniques Grande diversité des lésions, une sémiologie riche, Connaissance de l anatomie de la peau, Données microbiologiques, Examen clinique et Investigations paracliniques Des algorithmes décisionnels appliqués

Plus en détail

Pathologies chirurgicales IFCS

Pathologies chirurgicales IFCS C est une folliculite profonde, nécrosante due au staphylocoque doré. La folliculite est l infection de l appareil pulo-cébacés. II) - Clinique : 1)- Signes locaux : Le début est marqué par une saille

Plus en détail

Dermohypodermite. Doc, j ai la jambe rouge. Diagnostic. Diagnostic 29/09/2010. Examen clinique: Interrogatoire:

Dermohypodermite. Doc, j ai la jambe rouge. Diagnostic. Diagnostic 29/09/2010. Examen clinique: Interrogatoire: Dermohypodermite Doc, j ai la jambe rouge Dr S. Pfaender Expert: Dr E. Laffitte, PD 10.3.2010 Placard érythémateux +/- bien délimité, œdème, unilatéral. Dermite ocre Interrogatoire: Diagnostic - début,

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT. «Une grosse jambe rouge» Dr Stéphanie ANDRE Service des Urgences, Hôpital Cochin-Hôtel Dieu

CONDUITE A TENIR DEVANT. «Une grosse jambe rouge» Dr Stéphanie ANDRE Service des Urgences, Hôpital Cochin-Hôtel Dieu CONDUITE A TENIR DEVANT «Une grosse jambe rouge» Dr Stéphanie ANDRE Service des Urgences, Hôpital Cochin-Hôtel Dieu MOTIF DE RECOURS Grosse jambe rouge Fièvre Douleur du membre inférieur Altération de

Plus en détail

Infections cutanées bactériennes. Pr Eric Caumes, Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Hopital Pitié Salpêtrière Paris, France

Infections cutanées bactériennes. Pr Eric Caumes, Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Hopital Pitié Salpêtrière Paris, France Infections cutanées bactériennes Pr Eric Caumes, Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Hopital Pitié Salpêtrière Paris, France Définition des infections cutanées bactériennes = Infections de

Plus en détail

INFECTIONS INVASIVES A STREPTOCOQUES (cutanées) (service des maladies infectieuses CHU St Etienne)

INFECTIONS INVASIVES A STREPTOCOQUES (cutanées) (service des maladies infectieuses CHU St Etienne) INFECTIONS INVASIVES A STREPTOCOQUES (cutanées) Dr Céline C CAZORLA (service des maladies infectieuses CHU St Etienne) STREPTOCOQUE Cocci Gram + En chaînette Plusieurs sérotypes streptococcus pyogenes

Plus en détail

Séminaire de perfectionnement en réanimation de la SRLF

Séminaire de perfectionnement en réanimation de la SRLF Séminaire de perfectionnement en réanimation de la SRLF Dermohypodermites bactériennes nécrosantes, avec ou sans fasciite Dermohypodermites bactériennes nécrosantes, avec ou sans fasciite Epiderme Derme

Plus en détail

COPACAMU Comment traiter en ambulatoire les infections Pulmonaires, urinaires, cutanées. Cas cliniques. Sékéné BADIAGA Hôpital Nord Marseille

COPACAMU Comment traiter en ambulatoire les infections Pulmonaires, urinaires, cutanées. Cas cliniques. Sékéné BADIAGA Hôpital Nord Marseille COPACAMU 2011 Comment traiter en ambulatoire les infections Pulmonaires, urinaires, cutanées Cas cliniques Sékéné BADIAGA Hôpital Nord Marseille Cas clinique 1 Femme de 36 ans, sans ATCD Séjour touristique

Plus en détail

SINUSITE MAXILLAIRE AIGUE

SINUSITE MAXILLAIRE AIGUE SINUSITE MAXILLAIRE AIGUE I Définition Elle se définit comme une infection aiguë de la muqueuse du sinus maxillaire. C est une affection fréquente vue dans le cadre de l urgence. C est une complication

Plus en détail

Infections ostéo articulaires. P r S Matheron Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital Bichat Claude Bernard

Infections ostéo articulaires. P r S Matheron Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital Bichat Claude Bernard Infections ostéo articulaires P r S Matheron Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital Bichat Claude Bernard Novembre 2010 Infections ostéo articulaires Plusieurs tableaux cliniques Mais

Plus en détail

Streptococcies. Pr. M. Messast

Streptococcies. Pr. M. Messast Streptococcies Pr. M. Messast Introduction Infections fréquentes et polymorphes Deux groupes de maladies Infectieuses Post-streptococciques Streptococcus : polysaccharides C 18 sérogroupes groupables :

Plus en détail

Suppurations- Plaies. Maryse ARCHAMBAUD, Danielle CLAVE. Bactériologie-Hygiène Institut Fédératif de Biologie CHU-Toulouse

Suppurations- Plaies. Maryse ARCHAMBAUD, Danielle CLAVE. Bactériologie-Hygiène Institut Fédératif de Biologie CHU-Toulouse Suppurations- Plaies Maryse ARCHAMBAUD, Danielle CLAVE Bactériologie-Hygiène Institut Fédératif de Biologie CHU-Toulouse Flore de la peau saine Flore résidente: - stable - 10 3 bact/cm 2 de peau (10 6-7

Plus en détail

Infections cutanées bactériennes

Infections cutanées bactériennes Infections cutanées bactériennes Plan du cours I. Introduction :... 1 II. Mécanismes de contrôle de l infection de la peau... 1 III. Facteurs favorisant l'infection cutanée:... 2 IV. Impétigo :... 2 V.

Plus en détail

Indications des prélèvements et de l antibiothérapie dans la prise en charge des plaies. Dr Sophie Arista CH Auch

Indications des prélèvements et de l antibiothérapie dans la prise en charge des plaies. Dr Sophie Arista CH Auch Indications des prélèvements et de l antibiothérapie dans la prise en charge des plaies Dr Sophie Arista CH Auch Différents types de plaies(1) Plaies aigues Traumatiques Post opératoires Piqûres et morsures

Plus en détail

Le respect de ces principes permettra de limiter les conséquences de la pénurie.

Le respect de ces principes permettra de limiter les conséquences de la pénurie. Réponses à la saisine de l ANSM du 23 Janvier 2017, sur les ruptures de stock de 2 dosages d amox/ac.clav injectables (500 mg/50mg et 2000 mg/200 mg) Préambule : Ces préconisations sont émises par défaut,

Plus en détail

Érysipèle et fasciite nécrosante : prise en charge*

Érysipèle et fasciite nécrosante : prise en charge* Érysipèle et fasciite nécrosante : prise en charge* " M.F. Avril (Paris), président de la SFD et D. Peyramond (Lyon), président de la SPILF.! AVEC LA PARTICIPATION! de l Association française des chirurgiens

Plus en détail

Infections peau et partie molles en réanimation

Infections peau et partie molles en réanimation Infections peau et partie molles en réanimation Arnaud Friggeri Réanimation Sud Groupe hospitalier Lyon sud DU d infectiologie, de Chimiothérapie Anti-Infectieuse et de Vaccinologie Conclusion Peu fréquente

Plus en détail

Pneumonies aigues communautaires (PAC) Cours IFSI Dr Agathe Sénéchal CCA Maladies infectieuses et tropicales Hôpital de la Croix Rousse

Pneumonies aigues communautaires (PAC) Cours IFSI Dr Agathe Sénéchal CCA Maladies infectieuses et tropicales Hôpital de la Croix Rousse Pneumonies aigues communautaires (PAC) Cours IFSI Dr Agathe Sénéchal CCA Maladies infectieuses et tropicales Hôpital de la Croix Rousse Pneumonie = pneumopathie = atteinte du parenchyme pulmonaire( bronchite)

Plus en détail

Angine. Pr Christian Chidiac

Angine. Pr Christian Chidiac Angine Pr Christian Chidiac Université Claude Bernard Lyon 1 UFR Lyon Sud Charles Mérieux Maladies Infectieuses et Tropicales HCL GHN Hôpital de la Croix Rousse christian.chidiac@univ-lyon1.fr Définition

Plus en détail

Module 7 - Edition Item 92 version 01 du page 1 Copyright CMIT ITEM N 92 : INFECTIONS OSTEO-ARTICULAIRES.

Module 7 - Edition Item 92 version 01 du page 1 Copyright CMIT ITEM N 92 : INFECTIONS OSTEO-ARTICULAIRES. Module 7 - Edition 2004 - Item 92 version 01 du 02 01 2004 page 1 ITEM N 92 : INFECTIONS OSTEO-ARTICULAIRES. DISCOSPONDYLITE OBJECTIFS TERMINAUX I. Diagnostiquer une infection osseuse et articulaire II.

Plus en détail

BACTÉRIÉMIES CHEZ LA FEMME ENCEINTE : ÉTUDE DESCRIPTIVE CHEZ 135 PATIENTES ENCEINTE : ÉTUDE DESCRIPTIVE CHEZ

BACTÉRIÉMIES CHEZ LA FEMME ENCEINTE : ÉTUDE DESCRIPTIVE CHEZ 135 PATIENTES ENCEINTE : ÉTUDE DESCRIPTIVE CHEZ BACTÉRIÉMIES CHEZ LA FEMME ENCEINTE : ÉTUDE DESCRIPTIVE CHEZ BACTÉRIÉMIES 35 PATIENTES CHEZ LA FEMME ENCEINTE : ÉTUDE DESCRIPTIVE CHEZ 35 PATIENTES Laure Surgers, Nadia Valin, Bruno Carbonne, Valérie Lalande,

Plus en détail

INFECTION URINAIRE ET GROSSESSE NOVEMBRE 2016 HAS 2016 SPILF Dr ASMA CHEBIL Gynécologue Obstétricien Centre hospitalier de Mayotte

INFECTION URINAIRE ET GROSSESSE NOVEMBRE 2016 HAS 2016 SPILF Dr ASMA CHEBIL Gynécologue Obstétricien Centre hospitalier de Mayotte INFECTION URINAIRE ET GROSSESSE Dr ASMA CHEBIL Gynécologue Obstétricien Centre hospitalier de Mayotte NOVEMBRE 2016 HAS 2016 SPILF 2015 INTRODUCTION L infection urinaire (IU) peut avoir des conséquences

Plus en détail

Plaies chroniques. Prélèvements, interprétation. Dr DECRUCQ Krystel, microbiologiste LABORATOIRE BIOLILLE

Plaies chroniques. Prélèvements, interprétation. Dr DECRUCQ Krystel, microbiologiste LABORATOIRE BIOLILLE Plaies chroniques Prélèvements, interprétation Dr DECRUCQ Krystel, microbiologiste LABORATOIRE BIOLILLE Quelques définitions Plaie: rupture de la continuité de l enveloppe corporelle généralement associée

Plus en détail

Processus inflammatoires et infectieux Infections ostéoarticulaires. IFSI 21/10/2014 G. Bellaud

Processus inflammatoires et infectieux Infections ostéoarticulaires. IFSI 21/10/2014 G. Bellaud Processus inflammatoires et infectieux Infections ostéoarticulaires IFSI 21/10/2014 G. Bellaud PLAN Introduction Arthrite aigue Ostéomyélite aigue Spondylodiscite Infection sur prothèse ostéoarticulaire

Plus en détail

Cas clinique. Guyen, L.Legout des Maladies Infectieuses CH de Tourcoing

Cas clinique. Guyen, L.Legout des Maladies Infectieuses CH de Tourcoing Cas clinique Dr E. Senneville,, S. N GuyenN Guyen, L.Legout Service Régional R des Maladies Infectieuses CH de Tourcoing 2 ème JRIPD, 1 er Juin 2007 Cas? Mrs H. Kimberly, 64 ans? Diabète connu depuis plus

Plus en détail

T > 38 ou < 36 C Pouls > 90 bpm Fréquence respiratoire > 20 c/min ou PaCO2 < 32 mmhg Globules blancs > 12000/mm3 ou < 4000/mm3

T > 38 ou < 36 C Pouls > 90 bpm Fréquence respiratoire > 20 c/min ou PaCO2 < 32 mmhg Globules blancs > 12000/mm3 ou < 4000/mm3 DÉFINITIONS Bactériémie : présence de bactéries viables dans le sang Systemic Inflammatory Response Syndrome (SIRS) Réponse inflammatoire de l organisme à une agression clinique,quelle qu en soit la cause

Plus en détail

Epidémiologie. Terrain du patient = élément majeur de pronostic et de prise en charge

Epidémiologie. Terrain du patient = élément majeur de pronostic et de prise en charge PNEUMOPATHIES 1 Epidémiologie Les pneumopathies communautaires sont des infections potentiellement grave (5 ème ou 6 ème cause de décès dans les pays industrialisés) 1 ère cause de décès d origine infectieuse

Plus en détail

Prise en charge des infections de prothèse articulaire (PA) A. Riché P. Tattevin

Prise en charge des infections de prothèse articulaire (PA) A. Riché P. Tattevin Prise en charge des infections de prothèse articulaire (PA) F. Roblot A. Riché P. Tattevin Définitions des infections de Prothèses articulaires (PA) Les infections de PA sont définies en fonction de leur

Plus en détail

CQFD 22 (Dossier 4 de l ECN 2006) Question N1 Quelles sont les causes à évoquer devant ce malaise et laquelle privilégiez-vous?

CQFD 22 (Dossier 4 de l ECN 2006) Question N1 Quelles sont les causes à évoquer devant ce malaise et laquelle privilégiez-vous? CQFD 0 03 CQFD (Dossier 4 de l ECN 006) Enoncé Une femme de 69 ans, est admise aux urgences vers 5 heures pour malaise sans perte de connaissance survenu dans une pharmacie. L'examen réalisé par le pharmacien

Plus en détail

Item n 87 : Infections cutanéomuqueuses bactériennes et mycosiques

Item n 87 : Infections cutanéomuqueuses bactériennes et mycosiques Item n 87 : Infections cutanéomuqueuses bactériennes et mycosiques OBJECTIFS TERMINAUX I. Diagnostiquer et traiter un impétigo, une folliculite, un furoncle, un érysipèle II. Diagnostiquer et traiter une

Plus en détail

Infection précoce sur prothèse de hanche et de genou

Infection précoce sur prothèse de hanche et de genou Infection précoce sur prothèse de hanche et de genou Jean-Yves JENNY Service de Chirurgie Orthopédique Septique Hôpitaux Universitaires de Strasbourg 1 Conflits d intérêt ( potentiels ) Déclaration d intérêts

Plus en détail

Infection intra-abdominale aiguë et antibiothérapie

Infection intra-abdominale aiguë et antibiothérapie 6 ème réunion régionale des référents en antibiothérapie Infection intra-abdominale aiguë et antibiothérapie Docteur Elise Fiaux Service des Maladies Infectieuses CHU de Rouen Laboratoire GRAM EA2656 Mr

Plus en détail

DOULEURS SCROTALES AIGUËS

DOULEURS SCROTALES AIGUËS DOULEURS SCROTALES AIGUËS causes fréquentes de consultation en urgence origines les plus fréquentes (en dehors du traumatisme) : Épididymite aiguë (EA) Torsion testiculaire aiguë (TTA) examen clinique

Plus en détail

Surveillance et complications des dispositifs intra-veineux de longue durée

Surveillance et complications des dispositifs intra-veineux de longue durée Surveillance et complications des dispositifs intra-veineux de longue durée Désormais toutes les équipes d onco-hématologies utilisent des voies veineuses de longue durée (DIVLD) pour l administration

Plus en détail

LES PLAIES CHRONIQUES du sujet âgé. Plaies et infection

LES PLAIES CHRONIQUES du sujet âgé. Plaies et infection LES PLAIES CHRONIQUES du sujet âgé Plaies et infection Sommaire La peau saine Le risque infectieux Les différentes plaies Les complications infectieuses Comment établir le diagnostic d infection? Traitement

Plus en détail

Les Antibiotiques en dermatologie. Où? Quand? Comment? Domitille Courivaud Dermatologue, CARMI Lens-Grenay Hôpital Saint Vincent de

Les Antibiotiques en dermatologie. Où? Quand? Comment? Domitille Courivaud Dermatologue, CARMI Lens-Grenay Hôpital Saint Vincent de Les Antibiotiques en dermatologie. Où? Quand? Comment? Domitille Courivaud Dermatologue, CARMI Lens-Grenay Hôpital Saint Vincent de Type de flore présente à la surface de l épiderme : Antibiothérapie ET

Plus en détail

DIU IOA : Bactériologie Cas clinique N 1 : infection sur prothèse. Ponction articulaire : intérêt, procédures?

DIU IOA : Bactériologie Cas clinique N 1 : infection sur prothèse. Ponction articulaire : intérêt, procédures? DIU IOA : Bactériologie Cas clinique N 1 : infection sur prothèse Monsieur B., 66 ans à 8 mois d une première pose de prothèse de hanche pour coxarthrose Depuis deux semaines Douleur à la marche Fièvre

Plus en détail

DUCIV Introduction. Pr Christian Chidiac Maladies Infectieuses et Tropicales HCL GHN Croix Rousse

DUCIV Introduction. Pr Christian Chidiac Maladies Infectieuses et Tropicales HCL GHN Croix Rousse DUCIV 2016 Introduction Pr Christian Chidiac Maladies Infectieuses et Tropicales HCL GHN Croix Rousse Pré-test* * Grade 5/5 (très difficile) Pre-test 1 Gertrude 68 ans, consulte pour dyspnée. L examen

Plus en détail

Infection du Site Opératoire à Streptococcus pyogenes

Infection du Site Opératoire à Streptococcus pyogenes REPH RA Lyon, 17 novembre 2015 Infection du Site Opératoire à Streptococcus pyogenes S.DUCKI RIPIN Appel du RIPIN le mardi 10 février en fin d après midi Résultat microbiologique d une ISO avec bactériémie

Plus en détail

UE 2.5 S3 PROCESSUS INFLAMMATOIRES & INFECTIEUX

UE 2.5 S3 PROCESSUS INFLAMMATOIRES & INFECTIEUX LES INFECTIONS OSTÉO ARTICULAIRES COMMUNAUTAIRES * UE 2.5 S3 PROCESSUS INFLAMMATOIRES & INFECTIEUX l * Infection communautaire présumée acquise en dehors de l hôpital. PLAN PROPOSÉ 1. Généralités I/ LES

Plus en détail

Abcès du poumon = suppuration collectée dans une cavité néoformée creusée dans un parenchyme pulmonaire par une inflammation non spécifique

Abcès du poumon = suppuration collectée dans une cavité néoformée creusée dans un parenchyme pulmonaire par une inflammation non spécifique I- Définition Abcès du poumon = suppuration collectée dans une cavité néoformée creusée dans un parenchyme pulmonaire par une inflammation non spécifique II- Intérêt de la question Fréquence : ère ATB

Plus en détail

AEMIP Association des Enseignants de Microbiologie et d Immunologie des Facultés de Pharmacie (www.aemip.fr)

AEMIP Association des Enseignants de Microbiologie et d Immunologie des Facultés de Pharmacie (www.aemip.fr) Fiche SYNDROME AEMIP 2016 Infections urinaires (IU) communautaires chez l adulte Auteurs : MJ Butel, A. Doléans-Jordheim, A. Le Monnier et M. Pestel Caron Circonstances diagnostiques (sémiologie) Arbre

Plus en détail

L infection bactérienne précoce du nouveau-né

L infection bactérienne précoce du nouveau-né L infection bactérienne précoce du nouveau-né Definition L infection bactérienne précoce du nouveau-né = - infection par une bactérie pathogène - transmission materno-fœtale - révélation au cours des 1

Plus en détail

Item 157 (Item 93) Infections urinaires de l enfant et de l adulte. Leucocyturie EVALUATIONS

Item 157 (Item 93) Infections urinaires de l enfant et de l adulte. Leucocyturie EVALUATIONS Item 157 (Item 93) Infections urinaires de l enfant et de l adulte. Leucocyturie EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/5 : Concernant les pyélonéphrites aiguës : A - Elles peuvent mettre en jeu le pronostic vital

Plus en détail

Prise en charge de l infection locale d une plaie

Prise en charge de l infection locale d une plaie Prise en charge de l infection locale d une plaie Dr JF Cuny Dermatologie CHU Nancy 26/05/09 1 Généralités Sujet difficile, controversée Plaie: Aiguë, traumatique (nettoyage, parage) Morsure Brûlure Plaie

Plus en détail

ANTIBIOTIQUES révisions. Dr Oana DUMITRESCU, MCU-PH Faculté de Médecine Lyon-Sud Charles Mérieux

ANTIBIOTIQUES révisions. Dr Oana DUMITRESCU, MCU-PH Faculté de Médecine Lyon-Sud Charles Mérieux ANTIBIOTIQUES révisions Dr Oana DUMITRESCU, MCU-PH Faculté de Médecine Lyon-Sud Charles Mérieux oana.dumitrescu@chu-lyon.fr b-lactamines Glycopeptides Fosfomycine Quinolones Sulfamides Rifampicine Nitrofuranes

Plus en détail

PTH INFECTEE : DEMARCHE DIAGNOSTIQUE CLINIQUE ET PARACLINIQUE J. GAUDIAS CCOM CHU STRASBOURG

PTH INFECTEE : DEMARCHE DIAGNOSTIQUE CLINIQUE ET PARACLINIQUE J. GAUDIAS CCOM CHU STRASBOURG PTH INFECTEE : DEMARCHE DIAGNOSTIQUE CLINIQUE ET PARACLINIQUE J. GAUDIAS CCOM CHU STRASBOURG FORMES CLINIQUES Précoce Tardive Aiguë Chronique Par contamination péri-opératoire Secondaire : inoculation

Plus en détail

Antibiothérapie probabiliste des états septiques graves. Janvier 2006

Antibiothérapie probabiliste des états septiques graves. Janvier 2006 Antibiothérapie probabiliste des états septiques graves. Janvier 2006 PLAN Généralités Méningites Pneumopathies Infections urinaires Infections intra abdo Infections parties molles Endocardites Sepsis

Plus en détail

. Quelles durées de traitements antibiotiques pour les infections courantes? Cas clinique IRB Atelier 2

. Quelles durées de traitements antibiotiques pour les infections courantes? Cas clinique IRB Atelier 2 . Quelles durées de traitements antibiotiques pour les infections courantes? Cas clinique IRB Atelier 2 Pr Hanene Tiouiri Benaissa Service des maladies infectieuses CHU La Rabta La résistance aux antibiotiques

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT D UNE IOA SUR MATÉRIEL D OSTEOSYNTHÈSE. Mise en pratique

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT D UNE IOA SUR MATÉRIEL D OSTEOSYNTHÈSE. Mise en pratique DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT D UNE IOA SUR MATÉRIEL D OSTEOSYNTHÈSE Mise en pratique INTRODUCTION La connaissance s acquiert par l expérience, tout le reste n est que de l information (A. Einstein) Tout ce

Plus en détail

Synthèse du module «Infections urinaires chez la personne âgée»

Synthèse du module «Infections urinaires chez la personne âgée» Synthèse du module «Infections urinaires chez la personne âgée» Ce document s appui sur les recommandations de la société de pathologie infectieuse de langue française (SPILF) : «Diagnostic et antibiothérapie

Plus en détail

La sphère ORL: Rappels anatomiques

La sphère ORL: Rappels anatomiques Les infections ORL La sphère ORL: Rappels anatomiques Cas clinique C est le petit Louis, 6 ans, qui a de la fièvre depuis 2 jours et qui se plaint d avoir mal à la gorge Voyons cette gorge Et cette gorge

Plus en détail

Actinomycose pelvienne: comment l évoquer pour une meilleure prise en charge?

Actinomycose pelvienne: comment l évoquer pour une meilleure prise en charge? Actinomycose pelvienne: comment l évoquer pour une meilleure prise en charge? C H A P E L L E E, D E L A P P A R E N T T, J O L L Y M, B A E Z A C, G O V Y A D O W S K I Y A, T E R Z I B A C H I A N J

Plus en détail

Table des matières. Antibiothérapie empirique des infections ORL 2

Table des matières. Antibiothérapie empirique des infections ORL 2 GGA : Antibiothérapie empirique des infections ORL ab11 Infections ORL 06-12-17.doc Table des matières Antibiothérapie empirique des infections ORL 2 Mastoïdite... 2 Otite externe maligne... 2 Thrombophlébite

Plus en détail

UNIVERSITE DE NANTES FACULTE DE MEDECINE THESE. Pour le DIPLOME D ETAT DE DOCTEUR EN MEDECINE. Qualification en Médecine Générale.

UNIVERSITE DE NANTES FACULTE DE MEDECINE THESE. Pour le DIPLOME D ETAT DE DOCTEUR EN MEDECINE. Qualification en Médecine Générale. UNIVERSITE DE NANTES FACULTE DE MEDECINE ANNEE 2004 N 39 THESE Pour le DIPLOME D ETAT DE DOCTEUR EN MEDECINE Qualification en Médecine Générale par Karine LEVIEUX Née le 23 juillet 1975 à la Roche sur

Plus en détail

OTO - MASTOIDITE DU NOURRISSON ET DE L ENFANT SERVICE ORL-CCF CHU MUSTAPHA BACHA D BELLAL,M ARAB, S AHNIA, D DJENNAOUI

OTO - MASTOIDITE DU NOURRISSON ET DE L ENFANT SERVICE ORL-CCF CHU MUSTAPHA BACHA D BELLAL,M ARAB, S AHNIA, D DJENNAOUI OTO - MASTOIDITE DU NOURRISSON ET DE L ENFANT SERVICE ORL-CCF CHU MUSTAPHA BACHA D BELLAL,M ARAB, S AHNIA, D DJENNAOUI INTRODUCTION La mastoïdite aiguë est la complication la plus fréquente des l otites

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES

INFECTIONS NOSOCOMIALES INFECTIONS NOSOCOMIALES Définition : C est une infection acquise à l'hôpital (ou tout autre établissement de soins), et qui n'était ni en incubation, ni présente à l'admission du malade. En cas de doute,

Plus en détail

Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans

Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans SITUATION 10 Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans Centre hospitalier universitaire d Angers, service de maladies infectieuses Objectifs institutionnels Uniformiser

Plus en détail

Cas clinique n Quels sont les grands principes de traitement d une plaie?

Cas clinique n Quels sont les grands principes de traitement d une plaie? Cas clinique n 1 Mr F, 73 ans, consulte dans les suites d une morsure de chien survenue quelques heures plus tôt au niveau d un bras. Il décrit une douleur très intense et invalidante augmentant progressivement

Plus en détail

Ceftaroline : Zinforo

Ceftaroline : Zinforo Ceftaroline : Zinforo Pr Christian Chidiac Université Claude Bernard Lyon 1 UFR Lyon Sud Charles Mérieux Maladies Infectieuses et Tropicales HCL GHN Hôpital de la Croix Rousse christian.chidiac@univ-lyon1.fr

Plus en détail

Infection digestive à Clostridium difficile

Infection digestive à Clostridium difficile Infection digestive à Clostridium difficile Clostridium difficile bacille anaérobie gram+, non invasif spores, inactive métaboliquement (résistance / récidive) pathogénicité liée à la production de deux

Plus en détail

Principales Infections Bactériennes

Principales Infections Bactériennes Principales Infections Bactériennes Module soins infirmiers aux personnes atteintes de maladies infectieuses Dr Jérémy SEBAG Interne des Hôpitaux de Paris INFECTION à STREPTOCOQUE Agent causal - Cocci

Plus en détail

Conclusion CONCLUSION

Conclusion CONCLUSION 117 CONCLUSION L infection nosocomiale d une manière générale et surtout en milieu Chirurgical constitue un grave problème de santé publique dans les pays en voie de développement. C est dans le but d

Plus en détail

Arthrite d évolution récente

Arthrite d évolution récente CHU de BORDEAUX Douleur et épanchement articulaire. Arthrite d évolution récente Item 307 : Devant une douleur ou un épanchement articulaire, argumenter les principales hypothèses diagnostiques et justifier

Plus en détail

TISSUS MOUS. Tx initial avant résultat de culture Adulte Enfant Prophylaxie : Amoxicilline / a. clavulanique 50 mg/kg/jour div TID X 5 jours

TISSUS MOUS. Tx initial avant résultat de culture Adulte Enfant Prophylaxie : Amoxicilline / a. clavulanique 50 mg/kg/jour div TID X 5 jours TISSUS MOUS Morsure Syndrome Humaine Chien Chat Agents habituels Staph. aureus, Streptococcus, Eikenella corrodens, Pasteurella multocida, Anaérobies, Entérobactéries Bilan Culture de surface si éclement,

Plus en détail

ORTHOPEDIE TRAUMATOLOGIE

ORTHOPEDIE TRAUMATOLOGIE Les «200 questions isolées» incontournables Les fiches flash essentielles Les dernières conférences de consensus et recommandations en 200 QUESTIONS ISOLEES EN ORTHOPEDIE TRAUMATOLOGIE Jean-Charles ESCUDIER

Plus en détail

WORLD THROMBOSIS DAY SOCIÉTÉ TUNISIENNE DE BIOLOGIE CLINIQUE

WORLD THROMBOSIS DAY SOCIÉTÉ TUNISIENNE DE BIOLOGIE CLINIQUE WORLD THROMBOSIS DAY SOCIÉTÉ TUNISIENNE DE BIOLOGIE CLINIQUE 13 octobre 2017 Hotel Tej Marhaba Sousse AHU Jouini.H, Pr Ag Becheur.M, Pr Toumi Nour El Houda Laboratoire hématologie Hôpital d Enfants Bechir

Plus en détail

ANTIBIOTHERAPIE PAR VOIE GENERALE EN PRATIQUE COURANTE : Infections Respiratoires Basses de l Enfant RECOMMANDATIONS

ANTIBIOTHERAPIE PAR VOIE GENERALE EN PRATIQUE COURANTE : Infections Respiratoires Basses de l Enfant RECOMMANDATIONS ANTIBIOTHERAPIE PAR VOIE GENERALE EN PRATIQUE COURANTE : Infections Respiratoires Basses de l Enfant RECOMMANDATIONS Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé, juillet 2001 RECOMMANDATIONS

Plus en détail

une pathologie sociale en pleine expansion 1ère partie: rappels importants

une pathologie sociale en pleine expansion 1ère partie: rappels importants Rôle du réanimateur dans la prise en charge des infections nécrosantes des parties molles Références bibliographiques 2000 2000 Conflit d intérêt avec MSD (Tienam) (soutien financier pour ICAAC 2011) Alexandre

Plus en détail

Infections urinaires. Pr André Cabié

Infections urinaires. Pr André Cabié Infections urinaires Pr André Cabié Infections urinaires Agents causals Espèces bactériennes en cause Espèces Cystite simple Autres formes Escherichia coli 70-85% 85-90% Staphylococcus saprophyticus 5-10%

Plus en détail

Plaies et risque infectieux: cas groupés d infections à SGA. Hygiène et PRI en EHPAD Jeudi 17 novembre 2011 CHU ROUEN

Plaies et risque infectieux: cas groupés d infections à SGA. Hygiène et PRI en EHPAD Jeudi 17 novembre 2011 CHU ROUEN Plaies et risque infectieux: cas groupés d infections à SGA Hygiène et PRI en EHPAD Jeudi 17 novembre 2011 CHU ROUEN 1 Introduction Augmentation des soins sur des plaies en EHPAD Vieillissement des résidents

Plus en détail

T2A et Infectiologie. S.Leotard 1, N.Polchi 2, M.Berchialla 2, D.Desse 2 1.Laboratoire - 2.DIM Centre Hospitalier de Grasse JNI 2011

T2A et Infectiologie. S.Leotard 1, N.Polchi 2, M.Berchialla 2, D.Desse 2 1.Laboratoire - 2.DIM Centre Hospitalier de Grasse JNI 2011 T2A et Infectiologie S.Leotard 1, N.Polchi 2, M.Berchialla 2, D.Desse 2 1.Laboratoire - 2.DIM Centre Hospitalier de Grasse JNI 2011 T2A Depuis 2005, les séjours des patients sont soumis à la T2A (10 %

Plus en détail

Épidémiologie et caractéristiques cliniques des complications suppuratives des pneumonies de l enfant

Épidémiologie et caractéristiques cliniques des complications suppuratives des pneumonies de l enfant Épidémiologie et caractéristiques cliniques des complications suppuratives des pneumonies de l enfant Desrumaux Amélie¹, François Patrice², Pascal Céline², Cans Christine³, Croizé Jacques 4,, Gout Jean-Pierre

Plus en détail

Infections à streptocoques

Infections à streptocoques Infections à streptocoques Dr CHARAOUI.K I- Introduction: - Les streptocoques groupables : Lancefield 18 sérogroupes A H et K T - Le streptocoque groupe A (SGA) (streptococcus pyogènes) Réservoir pharyngé

Plus en détail

Dr J.P. Rasigade, MCU-PH Faculté de Médecine Lyon-Sud Charles Mérieux Octobre 2014

Dr J.P. Rasigade, MCU-PH Faculté de Médecine Lyon-Sud Charles Mérieux Octobre 2014 Dr J.P. Rasigade, MCU-PH Faculté de Médecine Lyon-Sud Charles Mérieux Octobre 2014 Utilisation antibiotique = Résistance DANS et HORS Etablissements de soins BMR Innovation pharmaceutique Impasse thérapeutique

Plus en détail

ED Infections Respiratoires Hautes

ED Infections Respiratoires Hautes ED Infections Respiratoires Hautes CAS 1 Un jeune homme de 19 ans vous est amené en consultation par sa mère au mois de mai pour douleurs pharyngées évoluant depuis 24h avec une fièvre à 39,5 C Pas d ATCD

Plus en détail

Codage en Maladies Infectieuses «Enrichir les GHM..» Benoit Guery CHRU Lille

Codage en Maladies Infectieuses «Enrichir les GHM..» Benoit Guery CHRU Lille Codage en Maladies Infectieuses «Enrichir les GHM..» Benoit Guery CHRU Lille Pôle digestif, Hématologie, Maladies Infectieuses Le CHRU de Lille = 3500 lits sur 9 hôpitaux Pôle mère enfant Gériatrie Urgences

Plus en détail

Antibiothérapie des infections ostéo-articulaires de l enfant. Groupe de Pathologie Infectieuse Pédiatrique

Antibiothérapie des infections ostéo-articulaires de l enfant. Groupe de Pathologie Infectieuse Pédiatrique Antibiothérapie des infections ostéo-articulaires de l enfant Groupe de Pathologie Infectieuse Pédiatrique Particularités des infections ostéoarticulaires en pédiatrie Rares mais de bon pronostic Terrain

Plus en détail

Règles de Bon Usage des Antibiotiques : les 10 points clés

Règles de Bon Usage des Antibiotiques : les 10 points clés Règles de Bon Usage des Antibiotiques : les 10 points clés Pr Christian Chidiac La Croix Rousse 1 Le Dilemne Comportement individuel Comportement collectif 2 La Prescription Raisonnée Faut-il prescrire

Plus en détail

Module 7 - Edition Item 87 version 01 du page 1 Copyright CMIT. ITEM n 87 : INFECTIONS CUTANEO-MUQUEUSES BACTERIENNES ET MYCOSIQUES

Module 7 - Edition Item 87 version 01 du page 1 Copyright CMIT. ITEM n 87 : INFECTIONS CUTANEO-MUQUEUSES BACTERIENNES ET MYCOSIQUES Module 7 - Edition 2004 - Item 87 version 01 du 02 01 2004 page 1 ITEM n 87 : INFECTIONS CUTANEO-MUQUEUSES BACTERIENNES ET MYCOSIQUES OBJECTIFS TERMINAUX I. Diagnostiquer et traiter un impétigo, une folliculite,

Plus en détail

Quels sont les éléments sémiologiques à retenir. -pancolite transmurale ; prédominance des lésions sur le sigmoïde et le colon G

Quels sont les éléments sémiologiques à retenir. -pancolite transmurale ; prédominance des lésions sur le sigmoïde et le colon G Homme,31 ans, maladie de Crohn pancolique et rectale ; fièvre et syndrome inflammatoire majeur résistant au traitement antibiotique ; une technique d imagerie non irradiante a été préférée chez ce jeune

Plus en détail

Cellulite orbitaire: affection grave et urgence thérapeutique. Met en jeu le pronostic visuel et vital. Peut compliquer un traumatisme oculaire, une

Cellulite orbitaire: affection grave et urgence thérapeutique. Met en jeu le pronostic visuel et vital. Peut compliquer un traumatisme oculaire, une Cellulite orbitaire: affection grave et urgence thérapeutique. Met en jeu le pronostic visuel et vital. Peut compliquer un traumatisme oculaire, une sinusite ou être secondaire à une affection oculaire

Plus en détail

Mr X., 75 ans... arthrite du genou gauche

Mr X., 75 ans... arthrite du genou gauche UN GROS GENOU Mr X., 75 ans... arthrite du genou gauche ATCD: adénome prostatique, prothèse de hanche droite, HTA, diabète II, goutte, hypercholesterolémie Traitement: AMAREL, COZAAR, ZYLORIC 100, ZOCOR,

Plus en détail

Conduite à tenir devant une grosse jambe rouge (204) Docteur Alexandre BUCCI Mars 2004

Conduite à tenir devant une grosse jambe rouge (204) Docteur Alexandre BUCCI Mars 2004 Conduite à tenir devant une grosse jambe rouge (204) Docteur Alexandre BUCCI Mars 2004 Objectifs : Diagnostiquer une grosse jambe rouge aiguë. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise

Plus en détail

Antibiothérapie dans rhinosinusites aigues bactériennes

Antibiothérapie dans rhinosinusites aigues bactériennes Antibiothérapie dans rhinosinusites aigues bactériennes Messala.R, Touati.S, Mecibah.A (service ORL EPH de Batna) Messala.A,Kassah Laouar.A(service de microbiologie Batna), Introduction Rhinosinusites

Plus en détail