Par Michel Morin Coordonnateur à l énergie et l entretien Commission scolaire des Samares. ColloqueMulti Énergies Avril 2016

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Par Michel Morin Coordonnateur à l énergie et l entretien Commission scolaire des Samares. ColloqueMulti Énergies Avril 2016"

Transcription

1 Applications avec les accumulateurs thermiques et technologies pour aider à réduire la consommation de combustibles fossiles Par Michel Morin Coordonnateur à l énergie et l entretien Commission scolaire des Samares ColloqueMulti Énergies Avril 2016

2 Les grandes lignes de la présentation 1. Contexte énergétique actuel 2. Nouvelle politique énergétique 2030 et extrait du budget Réduction des combustibles fossiles à la Commission scolaire des Samares 4. Tarifs électriques et gestion de pointe 5. Applications avec les accumulateurs thermiques 6. Autres technologies efficaces pour réduire les GES 7. Fin de la présentation

3 Évolution du taux de CO 2 depuis les dernières années Le taux de CO 2 dépasse maintenant les 400 ppm, ce qui était le seuil critique.

4 Contexte énergétique actuel Consommation actuelle de mazout par jour 95 millions de barils par jour en augmentation Hausse des coûts d énergie fossile à venir Le prix est influencé par d autres facteurs Crise pétrolière à venir Sous exploitation des réserves actuelles à cause du prix du baril de pétrole

5 Changement climatique Depuis les années 80, la calotte glaciaire a perdu 80 % de son volume, ce qui est certainement l'un des symptômes les plus puissants du réchauffement planétaire. L année 2015 à été la plus chaude. Les glaces reculent de plus en plus. «On prévoit qu'avant 2020, on pourrait se retrouver avec un océan Arctique libre de glaces à la fin de l'été, au mois de septembre. Et ça, c'est peut-être la première fois que cela va se produire depuis 3 millions d'années, voire 13 millions d'années.»

6 Politique énergétique 2030 D ici 2030, le gouvernement se donne des cibles ambitieuses et exigeantes 1. Améliorer de 15 % l efficacité avec laquelle l énergie est utilisée; 2. Réduire de 40 % la quantité de produits pétroliers consommés; 3. Éliminer l utilisation du charbon thermique; 4. Augmenter de 25 % la production totale d énergies renouvelables; 5. Augmenter de 50 % la production de bioénergie; 6. Appliquer des mesures d efficacité énergétiques sur au moins 5 % de la surface totale des bâtiments publics chaque année; 7. Réduire de 15 % la consommation unitaire d énergie dans les bâtiments publics par rapport à 2012; 8. Favoriser l installation de systèmes géothermiques pour le chauffage et la climatisation dans les bâtiments publics; 9. Investissement de 4 milliards de dollars sur 15 ans.

7 Extrait du Budget 2016 Québec Québec investira 200 millions de dollars de plus cette année pour rénover des écoles, construire des gymnases et des installations sportives ainsi que réduire l'empreinte environnementale des établissements scolaires, ce qui porte les investissements en infrastructures en éducation à 2,2 milliards de dollars pour Des sommes totalisant 100 millions de dollars seront également réservées pour rendre les établissements écoresponsables, permettant ainsi de réduire les émissions de gaz à effet de serre et de mettre de l avant des mesures d économie d énergie. Des projets visant la conversion énergétique des établissements ou la construction de nouvelles infrastructures intégrant des principes environnementaux pourront ainsi être financés, par exemple en utilisant la géothermie.

8 La Commission scolaire des Samares

9 Les tarifs électriques Tarif G Tarif G Tarif général de petite puissance Domaine d'application Le tarif G s'applique à l'abonnement d'un client dont la puissance à facturer minimale est inférieure à 65 kilowatts.. La puissance à facturer minimale correspond à 65 % de la puissance appelée pendant la période d hiver (décembre à mars) comprise dans les 12 périodes mensuelles consécutives prenant fin au terme de la période visée. La structure du tarif G Redevance d'abonnement mensuelle 12,33 $ Prix de la puissance au-delà de 50 kw 17,31 $/kw Prix de l'énergie premiers kwh Reste de l'énergie consommée 9,71 /kwh 6,60 /kwh

10 Les tarifs électriques Tarif M Tarif M Tarif général de moyenne puissance Domaine d'application Le tarif M ne s'applique pas à l'abonnement dont la puissance maximale appelée a été d au moins 50 kilowatts. La puissance à facturer minimale correspond à 65 % de la puissance maximale appelée pendant la période d hiver (décembre à mars) comprise dans les 12 périodes mensuelles consécutives prenant fin au terme de la période visée. Structure du tarif M Prix de la puissance - Puissance à facturer 14,37 $/kw - Prix de l'énergie premiers kwh - Reste de l'énergie consommée 4,93 /kwh 3,66 /kwh

11 Les tarifs électriques Tarif G9 Tarif G9 Tarif de faible utilisation de puissance à facturer Domaine d'application Le tarif G9 s'applique à l'abonnement dont la puissance maximale appelée a été d au moins 65 kilowatts. La puissance à facturer minimale correspond à 75 % de la puissance maximale appelée pendant la période d hiver (décembre à mars) comprise dans les 12 périodes mensuelles consécutives prenant fin au terme de la période visée. Structure du tarif G9 Prix de la puissance - Puissance à facturer 4,20 $/kw - Prix de l'énergie - Chaque kilowattheure 9,90 /kwh

12 Technologies sans émissions de GES Serveurs Web météo Bacnet (météo prévisionnelle) Contrôles DDC pour l ensemble des composantes Géothermie à basse, moyenne et haute température Aérothermie à basse et haute température Accumulateur thermique centralisé et décentralisé Chaudières électriques Plinthe électrique avec SCR Solaire thermique, panneaux photovoltaïques, murs solaires Accumulateurs à changement de phase Verres chauffants Chauffage infrarouge Éolien

13 Élimination du mazout et réduction de la consommation de gaz naturel Remplacement des vieilles chaudières au mazout dans 64 bâtiments litres de mazout éliminés Aucune école avec chauffage au mazout depuis 2011 Réduction de la consommation de mètres cubes de gaz avec des appareils aux gaz efficaces (chaudière à haute efficacité, à condensation et au chauffage radiant ).

14 Applications avec les accumulateurs thermiques et les chaudières électriques RÈGLE À SUIVRE Bâtiments plus petits que m 2 (accumulateur inutile) Si l espace physique et l entrée électrique le permettent. 32 m 2 par kilowatt bâtiments < m 2 Ex. : 1500 m 2 = accumulateur de 50 kw 2400 m 2 = accumulateur de 80 kw 55 m 2 par kilowatt bâtiments > m 2 Ex. : m 2 = 3 accumulateurs de 80 kw m 2 = 4 accumulateur de 80 kw Jumeler l accumulateur avec une chaudière électrique. Les deux équipements sont branchés sur leur entrée électrique distincte.

15 Applications avec les accumulateurs thermiques La brique emmagasine la chaleur électrique pour la libérer plus tard (amélioration du FU)

16 Entretien des accumulateurs thermiques Vérifier les éléments électriques sans ouvrir le boîtier. Ouvrir le boîtier seulement quand vous avez plusieurs éléments défectueux. Attention à l isolant. Ventilateur de l échangeur fragile. Avoir en stock les éléments électriques et le ventilateur de l échangeur.

17 Chaudières électriques hors-pointe Zones d action de la chaudière électrique hors pointe Exemple de profil de puissance pour une école chauffée au gaz naturel 5h00 7h00 9h00 11h00 13h00 15h00 17h00 19h00

18 Applications avec les chaudières électriques Contrôle de la demande électrique de pointe Différences avec les chaudières et les plinthes électriques Au lieu de combler les zones de faible consommation électrique, on diminue l importance des pointes. Une chaudière électrique s installe et ce, peu importe la grandeur de votre bâtiment. kw kw

19 APPLICATIONS AVEC PLINTHES ÉLECTRIQUES ET ACCUMULATEURS THERMIQUES DÉCENTRALISÉS Applicable partout, particulièrement dans un bâtiment de moins de m 2. Aucun entretien, meilleur confort pour les occupants, aucune perte thermique, besoin de gestion ddc, parfait pour la gestion de pointe avec abaissement positif de la température. Applicable partout, remplace les aérothermes hydroniques. L accumulateur thermique décentralisé s installe dans tout type de bâtiments et vient combler les appels de puissance.

20 Applications avec accumulateurs et thermopompe en géothermie

21 Applications avec accumulateurs, chaudière électrique et thermopompe en géothermie et chaudière au gaz

22 Application avec d autres technologies Géothermie avec accumulateur thermique

23 AÉROTHERMIE Coûts d entretien réduits Réduction des émissions de gaz à effet de serre Systèmes décentralisés Aucun champ géothermique Parfait avec accumulateur Réfrigérant variable sans pompe, ni fluide Aérothermie avec refroidisseurs à sec plus capricieux et moins performants, mais réduit beaucoup les émissions de gaz à effet de serre selon les applications

24 Énergie renouvelable Panneaux photovoltaïques et éolienne Solaire thermique très efficace Besoin d un champ géothermique pour dissiper la chaleur en été Augmente la performance du champ géothermique Murs solaires très efficaces Aucun entretien

25 Chauffe-eau électrique Cette mesure permettra d utiliser de l électricité plutôt que du combustible pour chauffer l eau à usage domestique. L installation de chauffe-eau électriques permettra de répondre à toute la demande actuelle d eau chaude domestique. Ces chauffe-eau seront actionnés à partir du système de contrôles mis en place. De fait, toutes ces unités seront contrôlées de manière à optimiser les économies de cette mesure.

26 Résumé Réduire la consommation de combustibles fossiles est facile. Les programmes pour y arriver seront bientôt disponibles. Les accumulateurs thermiques aident à l élimination des gaz à effet de serre. Il existe plusieurs technologies pour réduire notre dépendance au mazout. Le gaz naturel sera une énergie de transition. Il est impératif de changer nos habitudes de consommation énergétique. Nous avons dépasser le cap des 400 ppm de CO 2. La calotte glaciaire fond et les températures augmentent. Nous sommes la génération responsable des changements climatiques et c est à nous d apporter des solutions pour les générations futures.

27 Fin de la présentation Questions ColloqueMulti Énergies Avril 2016

Exemples de mesures d'efficacité énergétique fréquemment utilisées

Exemples de mesures d'efficacité énergétique fréquemment utilisées Exemples de mesures d'efficacité énergétique fréquemment utilisées Mesures à PRI très courte Installation d un refroidisseur permettant la récupération de chaleur Gestion de l apport d air extérieur par

Plus en détail

L optimisation du. une stratégie payante

L optimisation du. une stratégie payante L optimisation du mix énergétique : une stratégie payante Colloque multi énergies de l AGPI - Avril 2013 1 Plan de présentation 1. L énergie au Québec 2. Des choix importants 3. Pistes de solution 4. Cas

Plus en détail

Système de production de chaleur

Système de production de chaleur Système de production de chaleur Enjeux : (Energétique / patrimoniaux) Une installation de chauffage est composée par différents éléments : La génération (la chaudière), la distribution (les réseaux),

Plus en détail

Eau Usée Source inépuisable d énergie renouvelable. International Wastewater Systems

Eau Usée Source inépuisable d énergie renouvelable. International Wastewater Systems Eau Usée Source inépuisable d énergie renouvelable International Wastewater Systems International Wastewater Systems Notre monde est continuellement à la recherche de nouvelles sources d énergie verte

Plus en détail

Nom :.. Prénom :.. Classe :. Connaître les différentes sources d énergie. Citer les différentes formes d énergie.

Nom :.. Prénom :.. Classe :. Connaître les différentes sources d énergie. Citer les différentes formes d énergie. Nom :.. Prénom :.. Classe :. Activité ① OBJECTIFS Connaître les différentes sources d énergie. Citer les différentes formes d énergie. 1- Sources d énergie Les matières ou objets susceptibles de fournir

Plus en détail

L histoire du gaz de réseau : une transition historique

L histoire du gaz de réseau : une transition historique Volume L histoire du gaz de réseau : une transition historique Ressource Vecteur Usages Charbon H 2 + CO Eclairage Cuisson Gaz naturel CH 4 Chauffage, ECS, Industrie Organisation Ressource centralisée

Plus en détail

Pour vos logements collectifs, un système de chauffage qui offre 160 % de rendement, 40 % d EnR, ça existe et ça protège notre environnement...

Pour vos logements collectifs, un système de chauffage qui offre 160 % de rendement, 40 % d EnR, ça existe et ça protège notre environnement... P o m p e à c h a l e u r à a b s o r p t i o n g a z n a t u r e l Pour vos logements collectifs, un système de chauffage qui offre 160 % de rendement, 40 % d EnR, ça existe et ça protège notre environnement...

Plus en détail

Nom :.. Prénom :.. Classe :. Connaître les différentes sources d énergie. Citer les différentes formes d énergie.

Nom :.. Prénom :.. Classe :. Connaître les différentes sources d énergie. Citer les différentes formes d énergie. Nom :.. Prénom :.. Classe :. Activité ① OBJECTIFS Connaître les différentes sources d énergie. Citer les différentes formes d énergie. 1- Sources d énergie Les matières ou objets susceptibles de fournir

Plus en détail

Le reste du temps c est la RT élément par élément

Le reste du temps c est la RT élément par élément Le reste du temps c est la RT élément par élément RT Elément par Elément Les bâtiments existants résidentiels et non-résidentiels sont concernés par ces dispositions, à l'exception de ceux soumis aux mesures

Plus en détail

GUIDE MÉTHODOLOGIQUE ET DESCRIPTION DES DOCUMENTS TECHNIQUES REQUIS

GUIDE MÉTHODOLOGIQUE ET DESCRIPTION DES DOCUMENTS TECHNIQUES REQUIS GUIDE MÉTHODOLOGIQUE ET DESCRIPTION DES DOCUMENTS TECHNIQUES REQUIS Volet sur mesure Exclusivement pour les arénas et les centres de curling Hydro-Québec Version 2.1 1 er avril 2015 Portée du document

Plus en détail

La réfrigération CO 2 : quelles sont les applications?

La réfrigération CO 2 : quelles sont les applications? La réfrigération CO 2 : quelles sont les applications? Représentant de Roche ltée, groupe conseil Gabriel Montminy, ing., PA LEED Plan de présentation Présentation de l organisation Présentation du conférencier

Plus en détail

L Espace INFO ÉNERGIE de Limousin Nature Environnement

L Espace INFO ÉNERGIE de Limousin Nature Environnement Comment améliorer la performance énergétique chez vous? en LIMOUSIN L Espace INFO ÉNERGIE de Limousin Nature Environnement Emilie RABETEAU Anthony BROC Jean Jaques RABACHE Conseiller INFO ÉNERGIE Qu est

Plus en détail

Economie d Energie. Les ateliers de transformation

Economie d Energie. Les ateliers de transformation Economie d Energie Les ateliers de transformation Economie d Energie Mesure des consommations électrique de l atelier, Comparaison de ces consommations à des références, Analyse des pratiques Propositions

Plus en détail

La Réglementation Thermique 2005

La Réglementation Thermique 2005 La Réglementation R Thermique 2005 Le contexte et les enjeux Le contexte et les enjeux Les ressources naturelles s épuisent. Les prix s envolent. Le climat se dérègle. Le bâtiment consomme beaucoup trop

Plus en détail

Septembre 2007 Document non contractuel

Septembre 2007 Document non contractuel Présentation des s de travaux et des Gains en économies d énergie générés par la réalisation des travaux préconisés, en logement ancien de taille moyenne La définition de bouquets de travaux a pour objectif

Plus en détail

Centre de Secours Principal d EPAGNY

Centre de Secours Principal d EPAGNY Centre de Secours Principal d EPAGNY Présentation du site Année de construction : début du chantier Nov. 1999 Année de livraison : Avril 2002 Nombre de bâtiments : 3 Surface chauffée : 9540 m_ - Volume

Plus en détail

Efficacité énergétique des bâtiments: Hausse importante des subventions 2017 mises à disposition par l Etat de Vaud

Efficacité énergétique des bâtiments: Hausse importante des subventions 2017 mises à disposition par l Etat de Vaud Efficacité énergétique des bâtiments: Hausse importante des subventions 2017 mises à disposition par l Etat de Vaud Taxe CO 2 Nouvelle répartition pour 2017 Affectation partielle de la taxe CO 2 sur les

Plus en détail

Chauffage et climatisation

Chauffage et climatisation Chauffage et climatisation BRISE Thomas Deville Facilitateur Bâtiment Durable Objectif(s) de la présentation Comprendre le fonctionnement d une installation de chauffage / d ECS / de refroidissement Reconnaître

Plus en détail

Certificat énergétique des bâtiments Méthodes et applications. Le cahier technique SIA 2031

Certificat énergétique des bâtiments Méthodes et applications. Le cahier technique SIA 2031 Certificat énergétique des bâtiments Méthodes et applications Le cahier technique SIA 2031 Certificat énergétique Le contexte Le cahier SIA 2031: principes Méthodes Le certificat Applications et perspectives

Plus en détail

Crédit d impôt pour la Transition Energétique 2016 Chauffage ou Eau Chaude Sanitaire

Crédit d impôt pour la Transition Energétique 2016 Chauffage ou Eau Chaude Sanitaire Crédit d impôt pour la Transition Energétique 2016 Chauffage ou Eau Chaude Sanitaire EQUIPEMENTS DE CHAUFFAGE ET/OU DE PRODUCTION D EAU CHAUDE Chaudières à haute performance - Lorsque la puissance est

Plus en détail

Présenté par Vincent Pouliot, Chef de service Marché du carbone et efficacité énergétique Avril 2016

Présenté par Vincent Pouliot, Chef de service Marché du carbone et efficacité énergétique Avril 2016 De la conférence de Paris à la politique énergétique du Québec Une occasion de se mobiliser ensemble pour lutter contre les changements climatiques Présenté par Vincent Pouliot, Chef de service Marché

Plus en détail

NOM :. Prénom : Classe :.. Page 1 / 8

NOM :. Prénom : Classe :..  Page 1 / 8 NOM :. Prénom : Classe :.. http://www.techno-college.jimdo.com Page 1 / 8 Qu est ce que l énergie? 1. Les énergies primaires Une source d énergie primaire est une forme d énergie disponible dans la nature

Plus en détail

Programme Gestion de la demande de puissance

Programme Gestion de la demande de puissance Programme Gestion de la demande de puissance Hiver 2017-2018 BOMA Québec Symposium énergie 2017 Hydro-Québec Distribution 25 avril 2017 Déroulement de la présentation Mise en contexte Historique recherche

Plus en détail

GPL énergie ex e c x e c p e ti p on o n n e n l e le

GPL énergie ex e c x e c p e ti p on o n n e n l e le Émissions de gaz à effet de serre Efficacité énergétique consommer mieux Sobriété énergétique : consommer moins Le développement des s renouvelables 1850 1950 1990 2050 Découverte du pétrole Développement

Plus en détail

Eco-prêt à taux zéro

Eco-prêt à taux zéro Eco-prêt à taux zéro L'éco-prêt à taux zéro vous permet de financer la rénovation énergétique de votre logement et ainsi de réduire vos consommations d'énergie et vos émissions de gaz à effet de serre.

Plus en détail

Qu est-ce que l énergie?

Qu est-ce que l énergie? Qu est-ce que l énergie? L énergie, c est ce qui permet : de produire un travail qui entraîne un mouvement ou qui produit un rayonnement électromagnétique ou de la chaleur. de modifier un état (exemple

Plus en détail

Perspectives énergétiques à long terme

Perspectives énergétiques à long terme Perspectives énergétiques à long terme F. Ravelet 2012 Nécessité d'anticiper deux problèmes : L'épuisement des ressources 140 120 Ratio Réserve/Production (ans) 100 80 Pétrole Gaz Charbon Uranium 60 40

Plus en détail

Les pompes à chaleur au cœur de la transition énergétique

Les pompes à chaleur au cœur de la transition énergétique Les pompes à chaleur au cœur de la transition énergétique Benoit LEMAIGNAN Consultant Senior Carbone4 benoit.lemaignan@carbone4.com Merci qui? Merci l énergie! La transition énergétique, c est d abord

Plus en détail

L énergie dans les bâtiments d élevage porcin. Étude soutenue et financée par

L énergie dans les bâtiments d élevage porcin. Étude soutenue et financée par L énergie dans les bâtiments d élevage porcin Étude soutenue et financée par Plan de l intervention Références sur les consommations d énergie : Quels sont les postes les plus consommateurs? Quels sont

Plus en détail

L application de chaudières à condensation

L application de chaudières à condensation La conversion au gaz naturel d une chaufferie collective au mazout L application de chaudières à condensation KVBG ARGB Optimiser la performance énergétique avec chaudière à condensation au gaz naturel.

Plus en détail

Remplacer son chauffage traditionnel par une pompe à chaleur

Remplacer son chauffage traditionnel par une pompe à chaleur FORUM Habitat & Jardin / Journée professionnelle, Jeudi 15 mars 2007, Lausanne Remplacer son chauffage traditionnel par une pompe à chaleur Pourquoi avec une pompe à chaleur? Comment? Conséquences et coûts!

Plus en détail

Ch. IX. Besoins et ressources énergétiques

Ch. IX. Besoins et ressources énergétiques SAVOIR FAIRE SAVOIR Classes de 1 ère L et ES Thème 4 : Le défi énergétique Ch. IX. Besoins et ressources énergétiques Acquis En cours Non acquis S 1 : Connaître les besoins énergétiques engendrés par les

Plus en détail

COLLOQUE DE L AGPI. Bibliothèque de la Ville de Châteauguay. École du Tournant de la Commission scolaire des Grandes Seigneuries

COLLOQUE DE L AGPI. Bibliothèque de la Ville de Châteauguay. École du Tournant de la Commission scolaire des Grandes Seigneuries Les pompes à chaleur pour la récupération d énergie COLLOQUE DE L AGPI RENDEZ-VOUS HYDRO-QUÉBEC École du Tournant de la Commission scolaire des Grandes Seigneuries Bibliothèque de la Ville de Châteauguay

Plus en détail

Chapitre 9. Les circuits électriques

Chapitre 9. Les circuits électriques Chapitre 9 Les circuits électriques Les circuits en série Un circuit qui a seulement un trajet pour que le courant puisse suivre. Il ne contient pas de branches. L intensité du courant est la même partout

Plus en détail

Évaluation environnementale des programmes d efficacité énergétique de Gaz Métro

Évaluation environnementale des programmes d efficacité énergétique de Gaz Métro Évaluation environnementale des programmes d efficacité énergétique de Gaz Métro Par Alexandre Faucher Directeur Patrick González Plan de la présentation Introduction Analyse chronologique Programme d

Plus en détail

Chauffe-eau thermodynamique HABITATIONS INDIVIDUELLES NEUVES OU À RÉNOVER. YUTAMPO La solution 100% énergie renouvelable

Chauffe-eau thermodynamique HABITATIONS INDIVIDUELLES NEUVES OU À RÉNOVER. YUTAMPO La solution 100% énergie renouvelable Chauffe-eau thermodynamique HABITATIONS INDIVIDUELLES NEUVES OU À RÉNOVER YUTAMPO La solution 100% énergie renouvelable GAMME EAU CHAUDE SANITAIRE 1 kw CONSOMMÉ 3 kw DE CHAUFFAGE jusqu à 70% d économie

Plus en détail

Développement durable. Gestion durable de l hôpital

Développement durable. Gestion durable de l hôpital Développement durable Gestion durable de l hôpital Gestion - Durable Action de gérer - Administrer pour son propre compte ou le compte d un autre - Gouverner Pour l hôpital : - Assurer la pérénité de son

Plus en détail

Informations générales sur le Crédit ÉcoRénov

Informations générales sur le Crédit ÉcoRénov Description générale Le 7 octobre dernier, le gouvernement du Québec a fait l annonce de sa Politique économique Priorité emplois. Cette politique économique, assortie de près de deux milliards de dollars

Plus en détail

L offre solaire thermique condensation

L offre solaire thermique condensation L offre solaire thermique condensation Une alliance naturelle pour une performance accrue DOMAINE D APPLICATION Toute application de chauffage ou production d eau chaude sanitaire avec une consommation

Plus en détail

LES BÂTIMENTS MÉDITERRANÉENS PERFORMANTS JEUDI 30 SEPTEMBRE 2010 NOVOTEL VITROLLES

LES BÂTIMENTS MÉDITERRANÉENS PERFORMANTS JEUDI 30 SEPTEMBRE 2010 NOVOTEL VITROLLES JEUDI 30 SEPTEMBRE 2010 NOVOTEL VITROLLES Hybris Power L Eco-générateur 2 Modéles 1.24 / 2.24 28 MI L écogénérateur La production combinée de chaleur et d électricité à domicile - Intégration d une micro-cogénération

Plus en détail

16/05/2012. 15 et 16 mai 2012

16/05/2012. 15 et 16 mai 2012 15 et 16 mai 212 Le monitoring i centralisé Par Michel Morin Coordonnateur à l énergie et à l entretien de la Commission scolaire des Samares Plan de la présentation Le monitoring énergétique? Une solution

Plus en détail

Les réseaux de chaleur dans le Grenelle de l environnement Hélène Le Du Direction Générale de l Energie et du Climat

Les réseaux de chaleur dans le Grenelle de l environnement Hélène Le Du Direction Générale de l Energie et du Climat Les réseaux de chaleur dans le Grenelle de l environnement Hélène Le Du Direction Générale de l Energie et du Climat www.cete-ouest.developpement-durable.gouv.fr SOMMAIRE Contexte européen Contexte national

Plus en détail

Institut National des Sciences Appliquées de Strasbourg ETUDE D UN LYCEE BBC. Projet de Fin d Etudes réalisé à COFELY- AXIMA.

Institut National des Sciences Appliquées de Strasbourg ETUDE D UN LYCEE BBC. Projet de Fin d Etudes réalisé à COFELY- AXIMA. Institut National des Sciences Appliquées de Strasbourg GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE ETUDE D UN LYCEE BBC Projet de Fin d Etudes réalisé à COFELY- AXIMA Par Marie BESTIEN Tuteur Costic:

Plus en détail

MAISONS INDIVIDUELLES Coûts globaux et pertinences économiques des solutions thermiques en rénovation

MAISONS INDIVIDUELLES Coûts globaux et pertinences économiques des solutions thermiques en rénovation DOCUMENTATION TECHNIQUE Édition Septembre 2016 MAISONS INDIVIDUELLES Coûts globaux et pertinences économiques des solutions thermiques en rénovation L énergie est notre avenir, économisons-la! sommaire

Plus en détail

1 1. Définition de l énergie :

1 1. Définition de l énergie : 1 1. Définition de l énergie : 2. Les différentes formes d énergie : 3. Les transformations d énergie : 2 Les différentes conversions de l'énergie : Transformation de l'énergie électrique en énergie thermique

Plus en détail

LE SOLAIRE THERMIQUE

LE SOLAIRE THERMIQUE LE SOLAIRE THERMIQUE Benoit LABASCOULE Chambre d'agriculture de l'aveyron Pierre BARRIAC Agriculteur de l'aveyron La production d'eau chaude Selon la zone climatique, un chauffe-eau solaire individuel

Plus en détail

Focus 2 L eau chaude sanitaire, Une particularité française

Focus 2 L eau chaude sanitaire, Une particularité française Focus 2 L eau chaude sanitaire, Une particularité française Les solutions thermodynamiques dans l individuel et le collectif, Cédric BEAUMONT Directeur technique 2 Le poids de l eau (les enjeux de l ECS)

Plus en détail

Utilisation de l énergie

Utilisation de l énergie Utilisation de l énergie Séance d information Entrée en vigueur de la nouvelle législation cantonale sur l énergie au 1 e r janvier 2012 Office de la coordination environnementale et de l énergie du canton

Plus en détail

Un contexte général favorable au changement

Un contexte général favorable au changement Un contexte général favorable au changement De par sa situation au cœur de la mégalopole européenne, l Alsace est une région dynamique sur le plan économique. L activité de service y est très représentée,

Plus en détail

Candidature pour une étude de faisabilité gratuite: Energie Renouvelable 2010

Candidature pour une étude de faisabilité gratuite: Energie Renouvelable 2010 Candidature pour une étude de faisabilité gratuite: Energie Renouvelable 2010 NOTICE EXPLICATIVE Facilitateur énergies renouvelables - grands systèmes Contact : Philippe Delaisse Tél. 0800 85 775 fac.her@ibgebim.be

Plus en détail

Plan de cours Sources d énergie dans le monde Jeopardy Ontario. Titre et numéro du cours. Objectifs et résultats d apprentissage.

Plan de cours Sources d énergie dans le monde Jeopardy Ontario. Titre et numéro du cours. Objectifs et résultats d apprentissage. Plan de cours Sources d énergie dans le monde Jeopardy Ontario Année Titre et numéro du cours 9 Principes de géographie du Canada (CGC1D) 9 Principes de géographie du Canada (CGC1D) Thème Interactions

Plus en détail

V.6 PROGRAMMES D AMÉLIORATION DE LA COPROPRIÉTÉ

V.6 PROGRAMMES D AMÉLIORATION DE LA COPROPRIÉTÉ V.6 PROGRAMMES D AMÉLIORATION DE LA COPROPRIÉTÉ Les bouquets définis dans ce paragraphe ont pour but d orienter les copropriétaires de L Estivalière à l élaboration de plans d actions visant à réduire

Plus en détail

Russie : émissions de CO 2 depuis 1990

Russie : émissions de CO 2 depuis 1990 Russie Terre d abondance Objectif climatique : 25-30 % de réduction des émissions à l horizon 2030 par rapport au niveau de 1990 Réduction des émissions de CO 2 actuelles par rapport au niveau de 1990

Plus en détail

Colloque DDT novembre Bruno Duplessis Centre Énergétique et Procédés - Mines ParisTech

Colloque DDT novembre Bruno Duplessis Centre Énergétique et Procédés - Mines ParisTech Colloque DDT 77 22 novembre 2012 Bruno Duplessis Centre Énergétique et Procédés - Mines ParisTech France = 0,9 % de la population mondiale Réserves fossiles : 23 Mtep soit 0,01 % des réserves mondiales

Plus en détail

Tableau de bord. de l énergie et du climat. de la Martinique

Tableau de bord. de l énergie et du climat. de la Martinique Tableau de bord de l énergie et du climat de la Martinique Tableau de bord de l énergie et du climat de la Martinique En développant en 2009 un tableau de bord de l énergie et du climat, l ADEME souhaite

Plus en détail

Thème : Le bâtiment à énergie positive Classe : Tle S Pays ou ville : Antilles-Guyane sept 2014

Thème : Le bâtiment à énergie positive Classe : Tle S Pays ou ville : Antilles-Guyane sept 2014 Thème : Le bâtiment à énergie positive Classe : Tle S Pays ou ville : Antilles-Guyane sept 2014 DOC 1 : Consommation d énergie et de développement urbain La consommation d énergie par habitant est liée

Plus en détail

La part des différentes énergies dans la production et la consommation en Languedoc Roussillon

La part des différentes énergies dans la production et la consommation en Languedoc Roussillon La part des différentes énergies dans la production et la consommation en Languedoc Roussillon Formation Commissaires Enquêteurs du 17 mai 2011 Danye ABOKI DREAL Languedoc Roussillon Ingénieur en charge

Plus en détail

La micro-cogénération dans le résidentiel un concentré d efficacité énergétique dans une chaudière à condensation

La micro-cogénération dans le résidentiel un concentré d efficacité énergétique dans une chaudière à condensation La micro-cogénération dans le résidentiel un concentré d efficacité énergétique dans une chaudière à condensation Charles-Emile HUBERT GDF SUEZ - Direction de la Recherche et de l'innovation - CRIGEN Février

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Rénovation partielle et par phase

Formation Bâtiment Durable : Rénovation partielle et par phase Formation Bâtiment Durable : partielle et par phase Bruxelles Environnement du système de chauffage et d ECS Jonathan FRONHOFFS CENERGIE Objectifs de la présentation Avoir un aperçu des interventions possibles

Plus en détail

Consommation et production d énergie en Rhône-Alpes en 2013 Tendances au 05 septembre 2014

Consommation et production d énergie en Rhône-Alpes en 2013 Tendances au 05 septembre 2014 1 Tendances 2013 Pour plus d informations : www.oreges.rhonealpes.fr oreges@rhonealpes.fr Structures techniques de l Observatoire de l énergie et des gaz à effet de serre de Rhône-Alpes : Consommation

Plus en détail

AVEC LE FONDS CHALEUR PASSEZ AU SOLAIRE THERMIQUE!

AVEC LE FONDS CHALEUR PASSEZ AU SOLAIRE THERMIQUE! AVEC LE FONDS CHALEUR PASSEZ AU SOLAIRE THERMIQUE! CFA ANTIBES 31 mars 2016 1 Pourquoi le Fonds Chaleur? Les engagements nationaux et européens suite à la COP 21 2050 : Facteur 4 / réduction par 4 des

Plus en détail

Bâtiment d élevage à énergie positive (BEBC+)

Bâtiment d élevage à énergie positive (BEBC+) Bâtiment d élevage à énergie positive (BEBC+) Contexte et enjeux Politique en faveur de l amélioration du bilan environnemental Grenelle de l environnement Plan de performance énergétique La diminution

Plus en détail

ENERGIE ET EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE DANS LE MONDE CAS DE LA PRODUCTION D ELECTRICITE. Petit aide-mémoire. Bernard Laponche 23 juin 2015

ENERGIE ET EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE DANS LE MONDE CAS DE LA PRODUCTION D ELECTRICITE. Petit aide-mémoire. Bernard Laponche 23 juin 2015 ENERGIE ET EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE DANS LE MONDE CAS DE LA PRODUCTION D ELECTRICITE Petit aide-mémoire Bernard Laponche 23 juin 2015 www.global-chance.org ENERGIE ET EMISSIONS DE GAZ A EFFET

Plus en détail

Correction exercices Chap 1 1STI2D

Correction exercices Chap 1 1STI2D Correction exercices Chap 1 1STI2D Choix d'un congélateur armoire p60 a) E CO-énergie = 263 234 = 24kWh/an b) E CO-financière = 29x0,13= 3,77 /an c) La différence des prix d'achats est : 372 291 = 138

Plus en détail

DIX QUESTIONS ET RÉPONSES CONCERNANT L ACHAT D UNE CHAUDIÈRE À PELLETS

DIX QUESTIONS ET RÉPONSES CONCERNANT L ACHAT D UNE CHAUDIÈRE À PELLETS DIX QUESTIONS ET RÉPONSES CONCERNANT L ACHAT D UNE CHAUDIÈRE À PELLETS 1 19 01 puis-je conserver mes radiateurs ou mon système de chauffage par le sol? Oui, pour chauffer différentes pièces, vous pourrez

Plus en détail

La consommation énergétique des bâtiments

La consommation énergétique des bâtiments La consommation énergétique des bâtiments Introduction Depuis la mise en place d une réglementation thermique (1974), la consommation énergétique des constructions neuves a été divisée par 2. Le Grenelle

Plus en détail

la rénovation énergétique de l habitat ancien :

la rénovation énergétique de l habitat ancien : la rénovation énergétique de l habitat ancien : 1. Quelques chiffres et quelques dates 2. Objectifs du Grenelle de l environnement 3. L approche globale et l évolution de la réglementation thermique du

Plus en détail

renouvelable: - bois, - géothermie,

renouvelable: - bois, - géothermie, CYEL - PRIMAIRE CYEL est la société gestionnaire du réseau de chauffage urbain de la communauté d'agglomération de Cergy-Pontoise, depuis le 16 décembre 2006. CYEL est un service public délégué, accessible

Plus en détail

BÂTIMENT VERT ET INTELLIGENT

BÂTIMENT VERT ET INTELLIGENT BÂTIMENT VERT ET INTELLIGENT Manufacturiers Donneurs d ordres Constructeurs Concepteurs Vision 1. Qu est-ce qui nous motive collectivement? 2. Quelles sont les opportunités qui se dessinent dans le marché?

Plus en détail

>> >> >> Hybris Power. L écogénérateur : chauffer et produire de l électricité

>> >> >> Hybris Power. L écogénérateur : chauffer et produire de l électricité SOLAIRE BOIS POMPES À CHALEUR CONDENSATION FIOUL/GAZ Hybris Power CHAUDIÈRE MURALE GAZ À ÉCOGÉNÉRATION ADVANCE L écogénérateur : chauffer et produire de l électricité Facture d énergie globale réduite

Plus en détail

REALISATION D UN BOUQUET DE TRAVAUX OU D UNE ACTION COMPLEMENTAIRE METROPOLE «FORMULAIRE TYPE DEVIS 2017»

REALISATION D UN BOUQUET DE TRAVAUX OU D UNE ACTION COMPLEMENTAIRE METROPOLE «FORMULAIRE TYPE DEVIS 2017» TRAVAUX D AMELIORATION DE LA PERFORMANCE ENERGETIQUE ELIGIBLES A L ECO-PRET A TAUX ZERO REALISATION D UN BOUQUET DE TRAVAUX OU D UNE ACTION COMPLEMENTAIRE METROPOLE «FORMULAIRE TYPE DEVIS 2017» CADRE A

Plus en détail

L énergie géothermique: un choix stratégique en matière de développement durable

L énergie géothermique: un choix stratégique en matière de développement durable L énergie géothermique: un choix stratégique en matière de développement durable Choix énergétiques, environnement et santé globale UQAM (Montréal) 17 novembre 2007 Denis Tanguay Président directeur-général

Plus en détail

A TAUX ZERO. Copropriété : Nom de la copropriété :

A TAUX ZERO. Copropriété : Nom de la copropriété : TRAVAUX D AMELIORATION DE LA PERFORMANCE ENERGETIQUE ELIGIBLES A L ECO-PRET A TAUX ZERO REALISATION D UN BOUQUET DE TRAVAUX, METROPOLE «FORMULAIRE TYPE COPROPRIETES FACTURES 2016» CADRE A Données relatives

Plus en détail

REALISATION D UNE GEOTHERMIE. présenté par G. NINAUVE du bureau d études GN de Libramont. mercredi 26 mars 2014.

REALISATION D UNE GEOTHERMIE. présenté par G. NINAUVE du bureau d études GN de Libramont. mercredi 26 mars 2014. REALISATION D UNE GEOTHERMIE présenté par G. NINAUVE du bureau d études GN de Libramont mercredi 26 mars 2014. Hôtel Restaurant Verviers à Verviers Bureau d'études GN Bureau d'ingénierie en techniques

Plus en détail

Pourquoi choisir le chauffage électrique? Vous le savez, se chauffer au fioul ou au gaz coûte de plus en plus cher. T ces énergies fossiles non renouvelables vont connaître des hausses inexorables L! A

Plus en détail

AUDIT ENERGETIQUE. OIKOTECH - Tél.: (+352) ou (+352) Quentin De Man

AUDIT ENERGETIQUE. OIKOTECH - Tél.: (+352) ou (+352) Quentin De Man AUDIT ENERGETIQUE Nom : DE MAN Prénom : QUENTIN Ville : Namur Référence : B5-6 OIKOTECH - Tél.: (+5) 6 66 ou (+5) 6 44 4 - Quentin De Man - 6, rue Xavier Brasseur - L-44 Esch-sur-Alzette Imprimé le 5//

Plus en détail

Mécanique de bâtiment de notre temps CAMPUS DE LONGUEUIL

Mécanique de bâtiment de notre temps CAMPUS DE LONGUEUIL Mécanique de bâtiment de notre temps CAMPUS DE LONGUEUIL René Dansereau, T. P. Le 5 octobre 2011 1 + Description du bâtiment : Université de Sherbrooke Campus Longueuil + Développement durable 2 2 Description

Plus en détail

ECO PRET 0% en toute confiance

ECO PRET 0% en toute confiance ECO PRET 0% L'éco-prêt, pour qui, pour quoi? L'éco-prêt à taux zéro est un engagement du grenelle de l'environnement. Il permet,grâce à la rénovation énergétique de réduire les consommations d'énergie

Plus en détail

PVT Hybride: Les modules de la gamme AL. ak440, , V1 1

PVT Hybride: Les modules de la gamme AL. ak440, , V1 1 PVT Hybride: Les modules de la gamme AL ak440, 22.01.2013, V1 1 ak440, 22.01.2013, V1 2 Sommaire Aleo solar fabricant de modules PV et fournisseur de systèmes Les modules PVT module AL Applications du

Plus en détail

Énergie & pompe à chaleur Auteur : Denis Burger Modification : 18 novembre 2010

Énergie & pompe à chaleur Auteur : Denis Burger Modification : 18 novembre 2010 Énergie & pompe à chaleur Auteur : Denis Burger Modification : 18 novembre 2010 Sommaire 1. SOURCES D ENERGIE POUR LE CHAUFFAGE... 2 1. COMPTAGE DE L ENERGIE... 2 2. LES ENERGIES UTILISEES DANS LE CHAUFFAGE

Plus en détail

Copropriété : Nom de la copropriété :

Copropriété : Nom de la copropriété : TRAVAUX D AMELIORATION DE LA PERFORMANCE ENERGETIQUE ELIGIBLES A L ECO-PRET A TAUX ZERO REALISATION D UN BOUQUET DE TRAVAUX, METROPOLE «FORMULAIRE TYPE COPROPRIETES FACTURES» CADRE A Données relatives

Plus en détail

Plan de l exposé. Principe de la pompe à chaleur. Principe de la pompe à chaleur S.C. Φ C S.C. P COP= Φ C /P

Plan de l exposé. Principe de la pompe à chaleur. Principe de la pompe à chaleur S.C. Φ C S.C. P COP= Φ C /P lan de l exposé Le chauffage domestique par pompe à chaleur rof. Marc Frère rincipe énergétique de la pompe à chaleur Intérêt de l utilisation des pompes à chaleur rincipe détaillé du fonctionnement d

Plus en détail

Systèmes Solaires Combinés E. Feyens. Cercle du Lac 17/03/10

Systèmes Solaires Combinés E. Feyens. Cercle du Lac 17/03/10 Systèmes Solaires Combinés E. Feyens Cercle du Lac 17/03/10 PROGRAMME Introduction Principe de fonctionnement Produits Capteurs Accumulateurs Exemples Facteurs de dimensionnement Aspects financiers Introduction

Plus en détail

Déroulé de la matinée

Déroulé de la matinée Déroulé de la matinée Animation par M. Philippe LECLERC 9h00 introduction de la matinée 9h15 conférence et échanges 10h15 pause 10h25 table ronde Les implications de la loi TECV pour les territoires Développer

Plus en détail

Des investissements rentables

Des investissements rentables Service de l'énergie SdE Amt für Energie AfE Efficacité énergétique et Energies renouvelables Des investissements rentables Conférence Mercredi 3 mai 2017 Serge Boschung Chef du Service de l énergie Evolution

Plus en détail

Easydan split 200. Economies d énergie, confort et simplicité d utilisation. MODULE HYDRAULIQUE CHAUFFAGE seul POMPE À CHALEUR AIR / EAU

Easydan split 200. Economies d énergie, confort et simplicité d utilisation. MODULE HYDRAULIQUE CHAUFFAGE seul POMPE À CHALEUR AIR / EAU ** * POMPE À CHALEUR AIR / EAU Easydan split 200 Economies d énergie, confort et simplicité d utilisation MODULE HYDRAULIQUE CHAUFFAGE seul * la culture du meilleur ** changeons pour un environnement meilleur

Plus en détail

A. LE DEFI ENERGETIQUE

A. LE DEFI ENERGETIQUE A. LE DEFI ENERGETIQUE Physique-Chimie, ½ période a. TYPE D EVALUATION DANS LE BAC Question à 6 points. b. NOTIONS ET COMPETENCES EXIGIBLES POUR LE BAC A1. Définitions et vocabulaire o Besoins énergétiques

Plus en détail

Remeha Neptuna. Un confort pour toute l année 4/6/8/11/16/22/27. the comfort innovators

Remeha Neptuna. Un confort pour toute l année 4/6/8/11/16/22/27. the comfort innovators Remeha Neptuna 4/6/8/11/16/22/27 Un confort pour toute l année the comfort innovators Un confort pour toute l année Remeha Neptuna Une source d énergie naturelle telle que l air, l eau ou la lumière solaire

Plus en détail

RACCORDEMENT DES LAVE-LINGE ET LAVE-VAISSELLE À L EAU CHAUDE

RACCORDEMENT DES LAVE-LINGE ET LAVE-VAISSELLE À L EAU CHAUDE RACCORDEMENT DES LAVE-LINGE ET LAVE-VAISSELLE À L EAU CHAUDE Economiser de l électricité pour laver votre linge et votre vaisselle De nos jours, de plus en plus de lave-linge sont équipés pour un raccordement

Plus en détail

LE MODULE DE SENSIBILISATION

LE MODULE DE SENSIBILISATION LE MODULE DE SENSIBILISATION ÉNERGIE Les différents types d énergie Les sources d énergies fossiles : Pétrole, gaz naturel, charbon Ce sont les énergies issues de la fossilisation de matières organiques

Plus en détail

Pour un habitat plus économe et respectueux de l environnement. Consommer mieux, c est simple quand on nous guide!

Pour un habitat plus économe et respectueux de l environnement. Consommer mieux, c est simple quand on nous guide! Pour un habitat plus économe et respectueux de l environnement Consommer mieux, c est simple quand on nous guide! Performance environnementale Comment concilier confort et respect de l environnement? Nouvelles

Plus en détail

> EMPREINTE CARBONE ÉNERGÉTIQUE

> EMPREINTE CARBONE ÉNERGÉTIQUE > EMPREINTE CARBONE ÉNERGÉTIQUE IDENTITE DE L ENTREPRISE Mairie de Brignac 56 430 Brignac SIREN : 156 448 922 Numéro de client : 456-D PERIMETRE Nombre de sites étudiés 2 EDF Direction Commerce Origine

Plus en détail

Maisons passives & nouveaux bâtiments. Energie am grénge Beräich GESTION DE L ENERGIE CONSEIL EN ENERGIE FORMATIONS

Maisons passives & nouveaux bâtiments. Energie am grénge Beräich GESTION DE L ENERGIE CONSEIL EN ENERGIE FORMATIONS Maisons passives & nouveaux bâtiments Energie am grénge Beräich GESTION DE L ENERGIE CONSEIL EN ENERGIE FORMATIONS Principes de planification Isolation thermique 3 Principes de planification Lors de la

Plus en détail

PROJET. sarl l'avis du menuisier Richard TESSIER 8 impasse du petit bois ST LOUP CAMMAS. Mr M. - Page 1/ TOULOUSE

PROJET. sarl l'avis du menuisier Richard TESSIER 8 impasse du petit bois ST LOUP CAMMAS. Mr M. - Page 1/ TOULOUSE Evaluation thermique réalisée avec PROJET Mr M 31000 TOULOUSE Date de l'étude : ENTREPRISE 25.02.2013 CLIENT sarl l'avis du menuisier Mr MULLER Richard TESSIER 8 impasse du petit bois 31140 ST LOUP CAMMAS

Plus en détail

Les avantages. ...comment ça marche? Économie. Écologie. Performance. Confort

Les avantages. ...comment ça marche? Économie. Écologie. Performance. Confort Les avantages Économie Fini les factures d électricité trop lourdes! Le chauffe-eau pompe à chaleur Aéromax permet de réaliser jusqu à 70 % d économie sur la facture d eau chaude sanitaire. Écologie Avec

Plus en détail

87 rue de Bonnetable LE MANS

87 rue de Bonnetable LE MANS 87 rue de Bonnetable 72 000 LE MANS 02 43 82 14 14 kit-tradi-plus@wanadoo.fr LES ÉTAPES DE VOTRE RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE PROPOSITION GLOBALE DE RÉNOVATION Réalisée par nos techniciens, elle vise à :. Améliorer

Plus en détail

OBJECTIF ECOENERGIE 8 avenue Thiers BP Ussel cedex

OBJECTIF ECOENERGIE 8 avenue Thiers BP Ussel cedex Pour m aider à financer mes travaux d économies d énergie OBJECTIF ECOENERGIE 8 avenue Thiers BP 19 19201 Ussel cedex 05 55 46 25 79 Structure collective reconnue par le Ministère de l'ecologie, du Développement

Plus en détail

Marché des micro et mini-cogénération Journée micro / mini cogénération 2016 Régis Contreau, Chef de

Marché des micro et mini-cogénération Journée micro / mini cogénération 2016 Régis Contreau, Chef de Journée micro / mini cogénération 2016 Régis Contreau, Chef de Produits @Regis_Contreau En route vers les bâtiments à énergie positive avec la RE 2020 GRDF, acteur de la transition énergétique, agit à

Plus en détail

Centrale Chaleur Force du Lignon, Une installation de production d énergie et un réseau CAD pour une meilleure maitrise de l énergie

Centrale Chaleur Force du Lignon, Une installation de production d énergie et un réseau CAD pour une meilleure maitrise de l énergie Centrale Chaleur Force du Lignon, Une installation de production d énergie et un réseau CAD pour une meilleure maitrise de l énergie Séminaire «Chauffage à distance» 8 septembre 2011, Monthey P. Abbet,

Plus en détail

CHAUFFER LES POULAILLERS À LA BIOMASSE : UN ATOUT POUR LA PRODUCTION. PRÉSENTÉ PAR : LOUIS BEAUCHEMIN agr. COORDONNATEUR FILIÈRE BIOMASSE JUIN 2016

CHAUFFER LES POULAILLERS À LA BIOMASSE : UN ATOUT POUR LA PRODUCTION. PRÉSENTÉ PAR : LOUIS BEAUCHEMIN agr. COORDONNATEUR FILIÈRE BIOMASSE JUIN 2016 CHAUFFER LES POULAILLERS À LA BIOMASSE : UN ATOUT POUR LA PRODUCTION PRÉSENTÉ PAR : LOUIS BEAUCHEMIN agr. COORDONNATEUR FILIÈRE BIOMASSE JUIN 2016 PLAN DE PRÉSENTATION La Coop fédérée et le secteur des

Plus en détail