Par Michel Morin Coordonnateur à l énergie et l entretien Commission scolaire des Samares. ColloqueMulti Énergies Avril 2016

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Par Michel Morin Coordonnateur à l énergie et l entretien Commission scolaire des Samares. ColloqueMulti Énergies Avril 2016"

Transcription

1 Applications avec les accumulateurs thermiques et technologies pour aider à réduire la consommation de combustibles fossiles Par Michel Morin Coordonnateur à l énergie et l entretien Commission scolaire des Samares ColloqueMulti Énergies Avril 2016

2 Les grandes lignes de la présentation 1. Contexte énergétique actuel 2. Nouvelle politique énergétique 2030 et extrait du budget Réduction des combustibles fossiles à la Commission scolaire des Samares 4. Tarifs électriques et gestion de pointe 5. Applications avec les accumulateurs thermiques 6. Autres technologies efficaces pour réduire les GES 7. Fin de la présentation

3 Évolution du taux de CO 2 depuis les dernières années Le taux de CO 2 dépasse maintenant les 400 ppm, ce qui était le seuil critique.

4 Contexte énergétique actuel Consommation actuelle de mazout par jour 95 millions de barils par jour en augmentation Hausse des coûts d énergie fossile à venir Le prix est influencé par d autres facteurs Crise pétrolière à venir Sous exploitation des réserves actuelles à cause du prix du baril de pétrole

5 Changement climatique Depuis les années 80, la calotte glaciaire a perdu 80 % de son volume, ce qui est certainement l'un des symptômes les plus puissants du réchauffement planétaire. L année 2015 à été la plus chaude. Les glaces reculent de plus en plus. «On prévoit qu'avant 2020, on pourrait se retrouver avec un océan Arctique libre de glaces à la fin de l'été, au mois de septembre. Et ça, c'est peut-être la première fois que cela va se produire depuis 3 millions d'années, voire 13 millions d'années.»

6 Politique énergétique 2030 D ici 2030, le gouvernement se donne des cibles ambitieuses et exigeantes 1. Améliorer de 15 % l efficacité avec laquelle l énergie est utilisée; 2. Réduire de 40 % la quantité de produits pétroliers consommés; 3. Éliminer l utilisation du charbon thermique; 4. Augmenter de 25 % la production totale d énergies renouvelables; 5. Augmenter de 50 % la production de bioénergie; 6. Appliquer des mesures d efficacité énergétiques sur au moins 5 % de la surface totale des bâtiments publics chaque année; 7. Réduire de 15 % la consommation unitaire d énergie dans les bâtiments publics par rapport à 2012; 8. Favoriser l installation de systèmes géothermiques pour le chauffage et la climatisation dans les bâtiments publics; 9. Investissement de 4 milliards de dollars sur 15 ans.

7 Extrait du Budget 2016 Québec Québec investira 200 millions de dollars de plus cette année pour rénover des écoles, construire des gymnases et des installations sportives ainsi que réduire l'empreinte environnementale des établissements scolaires, ce qui porte les investissements en infrastructures en éducation à 2,2 milliards de dollars pour Des sommes totalisant 100 millions de dollars seront également réservées pour rendre les établissements écoresponsables, permettant ainsi de réduire les émissions de gaz à effet de serre et de mettre de l avant des mesures d économie d énergie. Des projets visant la conversion énergétique des établissements ou la construction de nouvelles infrastructures intégrant des principes environnementaux pourront ainsi être financés, par exemple en utilisant la géothermie.

8 La Commission scolaire des Samares

9 Les tarifs électriques Tarif G Tarif G Tarif général de petite puissance Domaine d'application Le tarif G s'applique à l'abonnement d'un client dont la puissance à facturer minimale est inférieure à 65 kilowatts.. La puissance à facturer minimale correspond à 65 % de la puissance appelée pendant la période d hiver (décembre à mars) comprise dans les 12 périodes mensuelles consécutives prenant fin au terme de la période visée. La structure du tarif G Redevance d'abonnement mensuelle 12,33 $ Prix de la puissance au-delà de 50 kw 17,31 $/kw Prix de l'énergie premiers kwh Reste de l'énergie consommée 9,71 /kwh 6,60 /kwh

10 Les tarifs électriques Tarif M Tarif M Tarif général de moyenne puissance Domaine d'application Le tarif M ne s'applique pas à l'abonnement dont la puissance maximale appelée a été d au moins 50 kilowatts. La puissance à facturer minimale correspond à 65 % de la puissance maximale appelée pendant la période d hiver (décembre à mars) comprise dans les 12 périodes mensuelles consécutives prenant fin au terme de la période visée. Structure du tarif M Prix de la puissance - Puissance à facturer 14,37 $/kw - Prix de l'énergie premiers kwh - Reste de l'énergie consommée 4,93 /kwh 3,66 /kwh

11 Les tarifs électriques Tarif G9 Tarif G9 Tarif de faible utilisation de puissance à facturer Domaine d'application Le tarif G9 s'applique à l'abonnement dont la puissance maximale appelée a été d au moins 65 kilowatts. La puissance à facturer minimale correspond à 75 % de la puissance maximale appelée pendant la période d hiver (décembre à mars) comprise dans les 12 périodes mensuelles consécutives prenant fin au terme de la période visée. Structure du tarif G9 Prix de la puissance - Puissance à facturer 4,20 $/kw - Prix de l'énergie - Chaque kilowattheure 9,90 /kwh

12 Technologies sans émissions de GES Serveurs Web météo Bacnet (météo prévisionnelle) Contrôles DDC pour l ensemble des composantes Géothermie à basse, moyenne et haute température Aérothermie à basse et haute température Accumulateur thermique centralisé et décentralisé Chaudières électriques Plinthe électrique avec SCR Solaire thermique, panneaux photovoltaïques, murs solaires Accumulateurs à changement de phase Verres chauffants Chauffage infrarouge Éolien

13 Élimination du mazout et réduction de la consommation de gaz naturel Remplacement des vieilles chaudières au mazout dans 64 bâtiments litres de mazout éliminés Aucune école avec chauffage au mazout depuis 2011 Réduction de la consommation de mètres cubes de gaz avec des appareils aux gaz efficaces (chaudière à haute efficacité, à condensation et au chauffage radiant ).

14 Applications avec les accumulateurs thermiques et les chaudières électriques RÈGLE À SUIVRE Bâtiments plus petits que m 2 (accumulateur inutile) Si l espace physique et l entrée électrique le permettent. 32 m 2 par kilowatt bâtiments < m 2 Ex. : 1500 m 2 = accumulateur de 50 kw 2400 m 2 = accumulateur de 80 kw 55 m 2 par kilowatt bâtiments > m 2 Ex. : m 2 = 3 accumulateurs de 80 kw m 2 = 4 accumulateur de 80 kw Jumeler l accumulateur avec une chaudière électrique. Les deux équipements sont branchés sur leur entrée électrique distincte.

15 Applications avec les accumulateurs thermiques La brique emmagasine la chaleur électrique pour la libérer plus tard (amélioration du FU)

16 Entretien des accumulateurs thermiques Vérifier les éléments électriques sans ouvrir le boîtier. Ouvrir le boîtier seulement quand vous avez plusieurs éléments défectueux. Attention à l isolant. Ventilateur de l échangeur fragile. Avoir en stock les éléments électriques et le ventilateur de l échangeur.

17 Chaudières électriques hors-pointe Zones d action de la chaudière électrique hors pointe Exemple de profil de puissance pour une école chauffée au gaz naturel 5h00 7h00 9h00 11h00 13h00 15h00 17h00 19h00

18 Applications avec les chaudières électriques Contrôle de la demande électrique de pointe Différences avec les chaudières et les plinthes électriques Au lieu de combler les zones de faible consommation électrique, on diminue l importance des pointes. Une chaudière électrique s installe et ce, peu importe la grandeur de votre bâtiment. kw kw

19 APPLICATIONS AVEC PLINTHES ÉLECTRIQUES ET ACCUMULATEURS THERMIQUES DÉCENTRALISÉS Applicable partout, particulièrement dans un bâtiment de moins de m 2. Aucun entretien, meilleur confort pour les occupants, aucune perte thermique, besoin de gestion ddc, parfait pour la gestion de pointe avec abaissement positif de la température. Applicable partout, remplace les aérothermes hydroniques. L accumulateur thermique décentralisé s installe dans tout type de bâtiments et vient combler les appels de puissance.

20 Applications avec accumulateurs et thermopompe en géothermie

21 Applications avec accumulateurs, chaudière électrique et thermopompe en géothermie et chaudière au gaz

22 Application avec d autres technologies Géothermie avec accumulateur thermique

23 AÉROTHERMIE Coûts d entretien réduits Réduction des émissions de gaz à effet de serre Systèmes décentralisés Aucun champ géothermique Parfait avec accumulateur Réfrigérant variable sans pompe, ni fluide Aérothermie avec refroidisseurs à sec plus capricieux et moins performants, mais réduit beaucoup les émissions de gaz à effet de serre selon les applications

24 Énergie renouvelable Panneaux photovoltaïques et éolienne Solaire thermique très efficace Besoin d un champ géothermique pour dissiper la chaleur en été Augmente la performance du champ géothermique Murs solaires très efficaces Aucun entretien

25 Chauffe-eau électrique Cette mesure permettra d utiliser de l électricité plutôt que du combustible pour chauffer l eau à usage domestique. L installation de chauffe-eau électriques permettra de répondre à toute la demande actuelle d eau chaude domestique. Ces chauffe-eau seront actionnés à partir du système de contrôles mis en place. De fait, toutes ces unités seront contrôlées de manière à optimiser les économies de cette mesure.

26 Résumé Réduire la consommation de combustibles fossiles est facile. Les programmes pour y arriver seront bientôt disponibles. Les accumulateurs thermiques aident à l élimination des gaz à effet de serre. Il existe plusieurs technologies pour réduire notre dépendance au mazout. Le gaz naturel sera une énergie de transition. Il est impératif de changer nos habitudes de consommation énergétique. Nous avons dépasser le cap des 400 ppm de CO 2. La calotte glaciaire fond et les températures augmentent. Nous sommes la génération responsable des changements climatiques et c est à nous d apporter des solutions pour les générations futures.

27 Fin de la présentation Questions ColloqueMulti Énergies Avril 2016

Exemples de mesures d'efficacité énergétique fréquemment utilisées

Exemples de mesures d'efficacité énergétique fréquemment utilisées Exemples de mesures d'efficacité énergétique fréquemment utilisées Mesures à PRI très courte Installation d un refroidisseur permettant la récupération de chaleur Gestion de l apport d air extérieur par

Plus en détail

Géothermie vs Aérothermie Mythe ou réalité. Présenté par Michel Morin Coordonnateur à l énergie et à l entretien

Géothermie vs Aérothermie Mythe ou réalité. Présenté par Michel Morin Coordonnateur à l énergie et à l entretien Géothermie vs Aérothermie Mythe ou réalité Présenté par Michel Morin Coordonnateur à l énergie et à l entretien Plan de la présentation Introduction Changement climatique, cible et politique énergétique

Plus en détail

Cours 10. Énergie électrique

Cours 10. Énergie électrique Électricité du bâtiment Cours 10 Énergie électrique Chapitres 45 et 48 du manuel ELE1409-H18-Cours-10 1 Énergie électrique Production de l énergie électrique Appel de puissance Classes de centrales électriques

Plus en détail

TP N 14 : RÉDUCTION DE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE D UN BÂTIMENT ETT 1.2.3

TP N 14 : RÉDUCTION DE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE D UN BÂTIMENT ETT 1.2.3 Centres d'intérêt abordés Niveau d analyse Objectifs pédagogiques Connaissances Activités (2 H) Ressources matérielles Comportemental 1.2.3 Utilisation raisonnée des ressources Efficacité Réduction de

Plus en détail

RAPPORT DE CONCILIATION DES ÉCONOMIES D ÉNERGIE

RAPPORT DE CONCILIATION DES ÉCONOMIES D ÉNERGIE RAPPORT DE CONCILIATION DES ÉCONOMIES D ÉNERGIE ECORAD Ce rapport a été préparé avec la collaboration de : Pierre-Luc Laflamme, ing. jr., CMVP Sous la supervision de : Geneviève Gauthier, ing., CEM, CMVP

Plus en détail

Le bilan écoénergétique de mon école

Le bilan écoénergétique de mon école Le bilan écoénergétique de mon école http://www.flickr.com/photos/mr_t_in_dc/ 45479697/ Nom : Coéquipières : Coéquipiers Groupe : En 28, l Agence internationale de l énergie (AIE) remettait en question

Plus en détail

Gaz naturel: un projet pour la collectivité. Réunion SIGERLy Le 10/02/2010

Gaz naturel: un projet pour la collectivité. Réunion SIGERLy Le 10/02/2010 Gaz naturel: un projet pour la collectivité Réunion SIGERLy Le 10/02/2010 Le marché et les systèmes de décision changent Un marché façonné par des choix politiques imposés Objectif «Facteur 4» : diviser

Plus en détail

Énergie et efficacité énergétique

Énergie et efficacité énergétique Énergie et efficacité énergétique Sommes-nous prêts à faire autrement? Par Jean-Marc Carpentier Vulgarisateur scientifique et analyste en énergie Congrès AGPI 2007 Boucherville, le 2 octobre 2007 Pourquoi

Plus en détail

Colloque AGPI : 5 octobre 2016

Colloque AGPI : 5 octobre 2016 Colloque AGPI : 5 octobre 2016 UNE VISION RASSEMBLEUSE Faire du Québec, à l horizon 2030, un chef de file nord-américain dans les domaines de l énergie renouvelable et de l efficacité énergétique, et bâtir

Plus en détail

L optimisation du. une stratégie payante

L optimisation du. une stratégie payante L optimisation du mix énergétique : une stratégie payante Colloque multi énergies de l AGPI - Avril 2013 1 Plan de présentation 1. L énergie au Québec 2. Des choix importants 3. Pistes de solution 4. Cas

Plus en détail

quelques C de quelques de +

quelques C de quelques de + Si tout le mon vivait comme les Européens, combien faudrait il planètes pour répondre aux besoins l humanité? 2, 3 ou 5? La part s énergies fossiles (pétrole, gaz, charbon) dans les émissions mondiales

Plus en détail

La directive bâtiment (2002/91/CE) sa transposition en droit français

La directive bâtiment (2002/91/CE) sa transposition en droit français La directive bâtiment (2002/91/CE) sa transposition en droit français En dehors des DPE, figurent dans la directive : Les études de faisabilité énergie lors des projets de bâtiments neufs de plus de 1000

Plus en détail

POSSIBILITÉS, LIMITES ET IMPACTS DE L EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE RÉSULTANT DE LA CONCEPTION INTÉGRÉE AVIS

POSSIBILITÉS, LIMITES ET IMPACTS DE L EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE RÉSULTANT DE LA CONCEPTION INTÉGRÉE AVIS POSSIBILITÉS, LIMITES ET IMPACTS DE L EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE RÉSULTANT DE LA CONCEPTION INTÉGRÉE 4 octobre 2012 Roland Charneux, ing., M.Ing., PA LEED BD+C, ASHRAE Fellow & HFDP Vice-président exécutif

Plus en détail

Énergie : consommez moins, consommez mieux!

Énergie : consommez moins, consommez mieux! Énergie : consommez moins, consommez mieux! 2 ème partie : actions de formation - Daniel KUBICKI 14h30-15h30 PREDiagnostic FORMATION Collective et Individuelle DIAGNOSTIC COMPLET AVANT ET APRES TRAVAUX

Plus en détail

Chauffage électrique Quelles améliorations? Les alternatives

Chauffage électrique Quelles améliorations? Les alternatives Chauffage électrique Quelles améliorations? Les alternatives fffffffffffffffffff Karine Le Diouron 1 Préambule : état des lieux 35 millions de logements 83 % de résidences principales Parc privé majoritaire

Plus en détail

Hydro-Québec et les municipalités, des collaborations gagnantes. Congrès FQM 29 septembre 2017

Hydro-Québec et les municipalités, des collaborations gagnantes. Congrès FQM 29 septembre 2017 Hydro-Québec et les municipalités, des collaborations gagnantes Congrès FQM 29 septembre 2017 Bienvenue à tous! Réjean Bouchard Joël Fontaine Direction Services et ventes - Clientèle affaires Hydro-Québec

Plus en détail

>> les 7 clés. du bâtiment «basse énergie» Rémy Gendre Région Alsace.

>> les 7 clés. du bâtiment «basse énergie» Rémy Gendre Région Alsace. >> les 7 clés du bâtiment «basse énergie» Rémy Gendre Région Alsace >> plan de l intervention : 1. Bâtiments basse énergie : pourquoi? 2. État des lieux national du secteur «bâtiment» 3. Comment passer

Plus en détail

La transition énergétique aux Îles-de-la-Madeleine :

La transition énergétique aux Îles-de-la-Madeleine : La transition énergétique aux Îles-de-la-Madeleine : vers des îles encore plus vertes ALAIN SAYEGH DIRECTEUR INTÉGRATION DES NOUVELLES TECHNOLOGIES, HYDRO-QUÉBEC, le 12 septembre 2018 RENDEZ-VOUS SUR LA

Plus en détail

Le programme Bâtiments et des exemples de projets. 1 er juin 2012 Audrey Belley, ing. Chargée de compte ÉnerCible

Le programme Bâtiments et des exemples de projets. 1 er juin 2012 Audrey Belley, ing. Chargée de compte ÉnerCible Le programme Bâtiments et des exemples de projets 1 er juin 2012 Audrey Belley, ing. Chargée de compte ÉnerCible Programme Bâtiments Un programme qui vise à stimuler la réalisation de projets en efficacité

Plus en détail

Qualité environnementale des bâtiments :

Qualité environnementale des bâtiments : Journée thématique du CIDB Toulouse 16 décembre 2009 Qualité environnementale des bâtiments : les nouvelles exigences pour l efficacité énergétique Pierre Hérant Chef du Département Bâtiment et Urbanisme

Plus en détail

Chauffage et climatisation

Chauffage et climatisation Chauffage et climatisation BRISE Thomas Deville Facilitateur Bâtiment Durable Objectif(s) de la présentation Comprendre le fonctionnement d une installation de chauffage / d ECS / de refroidissement Reconnaître

Plus en détail

Nom :.. Prénom :.. Classe :. Connaître les différentes sources d énergie. Citer les différentes formes d énergie.

Nom :.. Prénom :.. Classe :. Connaître les différentes sources d énergie. Citer les différentes formes d énergie. Nom :.. Prénom :.. Classe :. Activité ① OBJECTIFS Connaître les différentes sources d énergie. Citer les différentes formes d énergie. 1- Sources d énergie Les matières ou objets susceptibles de fournir

Plus en détail

SEQUENCE N 07 SCIENCES DE L INGENIEUR 1S La thermique Analyse du besoin

SEQUENCE N 07 SCIENCES DE L INGENIEUR 1S La thermique Analyse du besoin Depuis la mise en place d une réglementation thermique (1974), la consommation énergétique des constructions neuves a été divisée par 2. Le Grenelle Environnement prévoit de la diviser à nouveau par 3

Plus en détail

Bilan thermique et social simplifié

Bilan thermique et social simplifié Bilan thermique et social simplifié Fiche descriptive logement 14 Maître d Ouvrage d Insertion : SNL 94 35 rue du chemin vert 94 100 Saint Maur des Fossés Adresse logement : 87 bd de Strasbourg 94 130

Plus en détail

Nom :.. Prénom :.. Classe :. Connaître les différentes sources d énergie. Citer les différentes formes d énergie.

Nom :.. Prénom :.. Classe :. Connaître les différentes sources d énergie. Citer les différentes formes d énergie. Nom :.. Prénom :.. Classe :. Activité ① OBJECTIFS Connaître les différentes sources d énergie. Citer les différentes formes d énergie. 1- Sources d énergie Les matières ou objets susceptibles de fournir

Plus en détail

hiver Programme Conversion à l électricité

hiver Programme Conversion à l électricité Programme Gestion de la demande de puissance hiver 2017-2018 Programme Conversion à l électricité Direction - Services et Ventes Clientèles d affaires - DSVCA Hydro-Québec Distribution AGPI - Avril 2017

Plus en détail

Santé Economie Ecologie.

Santé Economie Ecologie. Pompe à chaleur sur ventilation double flux. «Confort Efficacité Santé Economie Ecologie.» Une combinaison unique & compacte. FUTURAN Wallonie-Brussels Sprl - 3, Drève des Cavaliers - B-5500 Dinant Confort,

Plus en détail

L énergie Maîtriser les déperditions énergétiques dans un bâtiment

L énergie Maîtriser les déperditions énergétiques dans un bâtiment L énergie Maîtriser les déperditions énergétiques dans un bâtiment Travaux Dirigés 01 Les enjeux de l isolation des bâtiments Comprendre les objectifs et les exigences de la réglementation thermique RT2012

Plus en détail

Certificat énergétique des bâtiments Méthodes et applications. Le cahier technique SIA 2031

Certificat énergétique des bâtiments Méthodes et applications. Le cahier technique SIA 2031 Certificat énergétique des bâtiments Méthodes et applications Le cahier technique SIA 2031 Certificat énergétique Le contexte Le cahier SIA 2031: principes Méthodes Le certificat Applications et perspectives

Plus en détail

Eau Usée Source inépuisable d énergie renouvelable. International Wastewater Systems

Eau Usée Source inépuisable d énergie renouvelable. International Wastewater Systems Eau Usée Source inépuisable d énergie renouvelable International Wastewater Systems International Wastewater Systems Notre monde est continuellement à la recherche de nouvelles sources d énergie verte

Plus en détail

COLLOQUE L importance des choix énergétiques sur les gaz à effet de serre. Directeur Efficacité énergétique

COLLOQUE L importance des choix énergétiques sur les gaz à effet de serre. Directeur Efficacité énergétique COLLOQUE 2005 L importance des choix énergétiques sur les gaz à effet de serre Par: Jean-Claude Provost, ing.. M. Sc. Directeur Efficacité énergétique Le 4 octobre 2005 CONTENU 1. Les paramètres de rentabilité

Plus en détail

GUIDE MÉTHODOLOGIQUE ET DESCRIPTION DES DOCUMENTS TECHNIQUES REQUIS

GUIDE MÉTHODOLOGIQUE ET DESCRIPTION DES DOCUMENTS TECHNIQUES REQUIS GUIDE MÉTHODOLOGIQUE ET DESCRIPTION DES DOCUMENTS TECHNIQUES REQUIS Volet sur mesure Exclusivement pour les arénas et les centres de curling Hydro-Québec Version 2.1 1 er avril 2015 Portée du document

Plus en détail

Démarche environnementale et de développement durable abordable pour tous. JACQUES Albert ECS confidentiel GRETA 2008

Démarche environnementale et de développement durable abordable pour tous. JACQUES Albert ECS confidentiel GRETA 2008 Démarche environnementale et de développement durable abordable pour tous. Réflexions Les énergies renouvelables sont elles réellement gratuites Pourquoi? Pour qui? Comment? Solutions actuelles Solaire

Plus en détail

1.La cogénération à l huile de colza. 2. La cogénération à l huile de colza. Sommaire:

1.La cogénération à l huile de colza. 2. La cogénération à l huile de colza. Sommaire: BIOCARBURANTS : 1.La cogénération à l huile de colza Jean-Paul Van de Vijver Le 2. La cogénération à l huile de colza Sommaire: Kyoto & l électricité verte Cogénération: principe de fonctionnement Intérêts

Plus en détail

L énergie Valoriser les apports énergétiques dans un bâtiment

L énergie Valoriser les apports énergétiques dans un bâtiment L énergie Valoriser les apports énergétiques dans un bâtiment Travaux Dirigés 05 Le chauffe-eau solaire Filière Scientifique - Option Sciences de l Ingénieur LYCEE PAPE-CLEMENT - PESSAC 1 Lycée Pape CLEMENT

Plus en détail

Rénovation de chaufferie

Rénovation de chaufferie Séminaire Bâtiment Durable Rénovation de chaufferie 07 décembre 2018 INTÉGRATION D ÉNERGIE RENOUVELABLE Mini étude de faisabilité dans le cadre de la rénovation d une chaufferie d un immeuble à appartements

Plus en détail

La Réglementation Thermique 2005

La Réglementation Thermique 2005 La Réglementation R Thermique 2005 Le contexte et les enjeux Le contexte et les enjeux Les ressources naturelles s épuisent. Les prix s envolent. Le climat se dérègle. Le bâtiment consomme beaucoup trop

Plus en détail

LE RÔLE DE TEQ DANS LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE DU QUÉBEC

LE RÔLE DE TEQ DANS LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE DU QUÉBEC LE RÔLE DE TEQ DANS LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE DU QUÉBEC PAR JOHANNE GÉLINAS Colloque de l Association québécoise de la production d énergie renouvelable (AQPER) 8 février 2018 Transition énergétique Québec

Plus en détail

Bilan thermique et social simplifié

Bilan thermique et social simplifié Bilan thermique et social simplifié Fiche descriptive logement 10 Maître d Ouvrage d Insertion : SNL 94 35 rue du chemin vert 94 100 Saint Maur des Fossés Adresse logement : rue de l espérance 94 800 Villejuif

Plus en détail

Le bâtiment à énergie positive en aviculture de chair et en production porcine

Le bâtiment à énergie positive en aviculture de chair et en production porcine Le bâtiment à énergie positive en aviculture de chair et en production porcine Christian NICOLAS, Frédéric KERGOULAY, Forum Energie 5 décembre 2013 Contexte et enjeux Depuis 7 ans les Chambres d Agriculture

Plus en détail

L Espace INFO ÉNERGIE de Limousin Nature Environnement

L Espace INFO ÉNERGIE de Limousin Nature Environnement Comment améliorer la performance énergétique chez vous? en LIMOUSIN L Espace INFO ÉNERGIE de Limousin Nature Environnement Emilie RABETEAU Anthony BROC Jean Jaques RABACHE Conseiller INFO ÉNERGIE Qu est

Plus en détail

Université Bishop's Système de chauffage urbain geothermique

Université Bishop's Système de chauffage urbain geothermique Université Bishop's Système de chauffage urbain geothermique Une entreprise indépendante de services éconergétiques Rendez-vous Programme Bâtiments 12 décembre 2011 Ordre de la présentation 1. Contexte

Plus en détail

La réfrigération CO 2 : quelles sont les applications?

La réfrigération CO 2 : quelles sont les applications? La réfrigération CO 2 : quelles sont les applications? Représentant de Roche ltée, groupe conseil Gabriel Montminy, ing., PA LEED Plan de présentation Présentation de l organisation Présentation du conférencier

Plus en détail

Le reste du temps c est la RT élément par élément

Le reste du temps c est la RT élément par élément Le reste du temps c est la RT élément par élément RT Elément par Elément Les bâtiments existants résidentiels et non-résidentiels sont concernés par ces dispositions, à l'exception de ceux soumis aux mesures

Plus en détail

ClimateWellTM. Climatisation solaire

ClimateWellTM. Climatisation solaire ClimateWellTM Climatisation solaire ClimateWellTM ClimateWell est une compagnie suédoise qui se consacre à la conception, la fabrication et la commercialisation de systèmes de climatisation solaire. Son

Plus en détail

L histoire du gaz de réseau : une transition historique

L histoire du gaz de réseau : une transition historique Volume L histoire du gaz de réseau : une transition historique Ressource Vecteur Usages Charbon H 2 + CO Eclairage Cuisson Gaz naturel CH 4 Chauffage, ECS, Industrie Organisation Ressource centralisée

Plus en détail

Septembre 2007 Document non contractuel

Septembre 2007 Document non contractuel Présentation des s de travaux et des Gains en économies d énergie générés par la réalisation des travaux préconisés, en logement ancien de taille moyenne La définition de bouquets de travaux a pour objectif

Plus en détail

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Le lycée des Eaux-Claires de Grenoble - Crédit photo : Juan Robert Nouvel internat Lumière livré en 214 : Alexa Brunet Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Synthèse - Année

Plus en détail

Commune de Bernex. Plan directeur des énergies

Commune de Bernex. Plan directeur des énergies Commune de Bernex Plan directeur des énergies Volonté de la commune de s investir dans un programme précis de politique énergétique (label «Cité de l énergie»). Engagement d intégrer dans le plan directeur

Plus en détail

Les bonnes pratiques en matière de construction et de rénovation

Les bonnes pratiques en matière de construction et de rénovation Les bonnes pratiques en matière de construction et de rénovation Facilitateur tertiaire : Service du Facilitateur Tertiaire - asbl Institut de Conseil et d'etudes en Développement Durable asbl Tél : 081

Plus en détail

Crédit d impôt pour la Transition Energétique 2016 Chauffage ou Eau Chaude Sanitaire

Crédit d impôt pour la Transition Energétique 2016 Chauffage ou Eau Chaude Sanitaire Crédit d impôt pour la Transition Energétique 2016 Chauffage ou Eau Chaude Sanitaire EQUIPEMENTS DE CHAUFFAGE ET/OU DE PRODUCTION D EAU CHAUDE Chaudières à haute performance - Lorsque la puissance est

Plus en détail

Décentralisation énergétique: quel rôle pour les acteurs de l énergie? L énergie GPL au service de la transition énergétique des territoires

Décentralisation énergétique: quel rôle pour les acteurs de l énergie? L énergie GPL au service de la transition énergétique des territoires Décentralisation énergétique: quel rôle pour les acteurs de l? L au service de la transition énergétique des territoires Intervention de Joel Pedessac, Directeur général du Comité Français du Butane et

Plus en détail

Projet de fin d études

Projet de fin d études Projet de fin d études Génie Climatique et énergétique FICHE DE LECTURE Analyse comparative de différents réseaux de chaleur Par CEULEMANS Leslie Tuteur INSA : R. Boussehain Tuteur entreprise : M. Götz

Plus en détail

pour les communes et les groupements forestiers Subventions cantonales et communales

pour les communes et les groupements forestiers Subventions cantonales et communales Séance d information pour les communes et les groupements forestiers Le rôle du bois dans l approvisionnement énergétique du Valais Subventions cantonales et communales Service de l énergie et des forces

Plus en détail

Les références en élevage porcin

Les références en élevage porcin Les références en élevage porcin En moyenne, près de 60 / truie présente / an en NE (hors FAF et traitement du lisier) N (en par truie présente) NE (en par truie présente) PSE (en par porc produit) Électricité

Plus en détail

COURS DE SCIENCES PHYSIQUES Classe de 2nd Pro

COURS DE SCIENCES PHYSIQUES Classe de 2nd Pro NOM et Prénom de l élève : COURS DE SCIENCES PHYSIQUES Classe de 2nd Pro ① SOURCES ET FORMES D ÉNERGIE ② LES CHAÎNES ÉNERGETIQUES - RENDEMENT ③ ÉNERGIE ET PUISSANCE OBJECTIFS DES ACTIVITÉS Connaître les

Plus en détail

ÉQUIPEMENTS ÉNERGÉTIQUES. Constance Lancelle - Cerema Pierrick Nussbaumer - Cerema

ÉQUIPEMENTS ÉNERGÉTIQUES. Constance Lancelle - Cerema Pierrick Nussbaumer - Cerema ÉQUIPEMENTS ÉNERGÉTIQUES Constance Lancelle - Cerema Pierrick Nussbaumer - Cerema 1. Chauffage 2. Eau chaude sanitaire 3. Ventilation 4. Auxiliaires 5. Refroidissement Équipements énergétiques 1. Chauffage

Plus en détail

1 L/ES Défi énergétique Activités humaines et besoins en énergie

1 L/ES Défi énergétique Activités humaines et besoins en énergie 1 L/ES Défi énergétique Activités humaines et besoins en énergie Notions et contenus Ressources énergétiques et durées caractéristiques associées (durée de formation et durée estimée d'exploitation des

Plus en détail

Système de production de chaleur

Système de production de chaleur Système de production de chaleur Enjeux : (Energétique / patrimoniaux) Une installation de chauffage est composée par différents éléments : La génération (la chaudière), la distribution (les réseaux),

Plus en détail

Présenté par Sami Maksoud ing. M.Ing. MBA, CMVP 22 février 2017

Présenté par Sami Maksoud ing. M.Ing. MBA, CMVP 22 février 2017 Efficacité énergétique: une solution clé en main Présenté par Sami Maksoud ing. M.Ing. MBA, CMVP 22 février 2017 Gaz Métro et les énergies renouvelables 2 Outils de rentabilité et d efficacité de Gaz Métro

Plus en détail

SUNREF (Sustainable Use of Natural Resources and Energy Finance)

SUNREF (Sustainable Use of Natural Resources and Energy Finance) SUNREF (Sustainable Use of Natural Resources and Energy Finance) Accompagne la transition énergétique et environnementale des pays en développement en aidant les acteurs privés à concrétiser leurs projets

Plus en détail

Pour vos logements collectifs, un système de chauffage qui offre 160 % de rendement, 40 % d EnR, ça existe et ça protège notre environnement...

Pour vos logements collectifs, un système de chauffage qui offre 160 % de rendement, 40 % d EnR, ça existe et ça protège notre environnement... P o m p e à c h a l e u r à a b s o r p t i o n g a z n a t u r e l Pour vos logements collectifs, un système de chauffage qui offre 160 % de rendement, 40 % d EnR, ça existe et ça protège notre environnement...

Plus en détail

Ch. IX. Besoins et ressources énergétiques

Ch. IX. Besoins et ressources énergétiques SAVOIR FAIRE SAVOIR Classes de 1 ère L et ES Thème 4 : Le défi énergétique Ch. IX. Besoins et ressources énergétiques Acquis En cours Non acquis S 1 : Connaître les besoins énergétiques engendrés par les

Plus en détail

Transition énergétique : du vent ou une réalité?

Transition énergétique : du vent ou une réalité? Transition énergétique : du vent ou une réalité? Christian Ngô Edmonium edmonium@gmail.com www.edmonium.fr www.edmonium.com http://edmonium.wordpress.com Constat La population augmente ( 200 000 habitants/jour)

Plus en détail

ASHRAE Montréal STM Construction du centre de transport Stinson

ASHRAE Montréal STM Construction du centre de transport Stinson ASHRAE Montréal STM Construction du centre de transport Stinson 8 mai 2017 Plan de présentation Présentation générale du projet Lignes directrices conception mécanique Généralités Plomberie, chauffage

Plus en détail

Condensation biomasse «directe»: mise en œuvre et retour d expérience. Raphaël Lauré, Responsable Développement commercial BEIRENS Groupe Poujoulat

Condensation biomasse «directe»: mise en œuvre et retour d expérience. Raphaël Lauré, Responsable Développement commercial BEIRENS Groupe Poujoulat Condensation biomasse «directe»: mise en œuvre et retour d expérience Raphaël Lauré, Responsable Développement commercial BEIRENS Groupe Poujoulat CONDENSATION BIOMASSE PAR ECHANGE DIRECT QUI SOMMES NOUS?

Plus en détail

ATLAS DES RESSOURCES AQUIFERES POTENTIELLES EN REGION CENTRE

ATLAS DES RESSOURCES AQUIFERES POTENTIELLES EN REGION CENTRE ATLAS DES RESSOURCES AQUIFERES POTENTIELLES EN REGION CENTRE 3 juillet 2007 ORLEANS Thierry BARRAS - ADEME Centre - 02 38 24 00 09 thierry.barras@ademe.fr Programme - Les enjeux de l énergie dans la construction

Plus en détail

VADEMECUM du Simulateur ECOPACK

VADEMECUM du Simulateur ECOPACK VADEMECUM du Simulateur ECOPACK réalisé par A. Evrard, C. Hermand, A. De Herde UCL-Architecture et Climat 1. SIMULATEUR ECOPACK Le simulateur ECOPACK permet d évaluer sommairement l intérêt d effectuer

Plus en détail

L amélioration de l efficacité énergétique des constructions du secteur hospitalier

L amélioration de l efficacité énergétique des constructions du secteur hospitalier L amélioration de l efficacité énergétique des constructions du secteur hospitalier 20 septembre 2016 ADEME Direction Régionale Centre-Val de Loire 1. «Facteur 4» et transition énergétique 2. Consommations

Plus en détail

Qu est-ce que l énergie?

Qu est-ce que l énergie? Qu est-ce que l énergie? L énergie, c est ce qui permet : de produire un travail qui entraîne un mouvement ou qui produit un rayonnement électromagnétique ou de la chaleur. de modifier un état (exemple

Plus en détail

Les équipements actuels : leurs performances, leurs limites, leurs évolutions à venir

Les équipements actuels : leurs performances, leurs limites, leurs évolutions à venir Les équipements actuels : leurs performances, leurs limites, leurs évolutions à venir Séminaire Prebat du 3 juin 2009 Quels systèmes de chauffage et de climatisation pour les bâtiments neufs et réhabilités

Plus en détail

INTRODUCTION. Crise de l'énergie? Pourquoi produire aussi son électricité? Produire son électricité et son eau chaude?

INTRODUCTION. Crise de l'énergie? Pourquoi produire aussi son électricité? Produire son électricité et son eau chaude? INTRODUCTION Dunod La photocopie non autorisée est un délit. Crise de l'énergie? Malgré toutes les mesures d économie d énergie prises au niveau européen ou français, la demande est en augmentation croissante.

Plus en détail

CHAUFFAGE ET PETITE COGÉNÉRATION

CHAUFFAGE ET PETITE COGÉNÉRATION CHAUFFAGE ET PETITE COGÉNÉRATION Marion Denninger Groupe Eyrolles, 2012, ISBN : 978-2-212-13368-4 Sommaire Remerciements... 1 Avant-propos... 2 Introduction... 5 Chapitre 1 Principe et intérêts de la cogénération...

Plus en détail

Bilan thermique et social simplifié

Bilan thermique et social simplifié Bilan thermique et social simplifié Fiche descriptive logement 7 Maître d Ouvrage d Insertion : SNL 94 35 rue du chemin vert 94 100 Saint Maur des Fossés Adresse logement : rue de l espérance 94 800 Villejuif

Plus en détail

Mécanique de bâtiment de notre temps CAMPUS DE LONGUEUIL

Mécanique de bâtiment de notre temps CAMPUS DE LONGUEUIL Mécanique de bâtiment de notre temps CAMPUS DE LONGUEUIL René Dansereau, T. P. Le 5 octobre 2011 1 + Description du bâtiment : Université de Sherbrooke Campus Longueuil + Développement durable 2 2 Description

Plus en détail

«Vers la performance énergétique

«Vers la performance énergétique «Vers la performance énergétique en élevages de porcs» (Journée e départementale d énergie) Station des Cormiers : 19 octobre 2010 Pourquoi s ints intéresser à l énergie? Contexte Augmentation du prix

Plus en détail

Barème du 1 er août Distributeurs Acteurs Ecofioul en contrat de partenariat

Barème du 1 er août Distributeurs Acteurs Ecofioul en contrat de partenariat BAT-TH-102 BAT-TH-103 BAT-TH-104 BAT-TH-106 Chaudière collective à haute performance énergétique (condensation) P 400 kw Chaudière collective à haute performance énergétique (condensation) P > 400 kw Plancher

Plus en détail

Le Choix de l énergie et des différents générateurs

Le Choix de l énergie et des différents générateurs Le Choix de l énergie et des différents générateurs Nom : Prenon Folio : 1 / 8 Contexte : Un particulier a pris contact avec votre entreprise afin de réaliser son installation de chauffage pour alimenter

Plus en détail

L accumulateur thermique

L accumulateur thermique L accumulateur thermique Colloque Multi Énergies Avril 2016 PRÉSENTÉ PAR: P. Marc Desbiens, ing. Le Groupe Master Inc. Principes fondamentaux de la nanotechnologie nn xx + aa nn = kk=0 nn kk xxkk aa nn

Plus en détail

Val d Oise énergie Espace Info Energie Economies d énergie

Val d Oise énergie Espace Info Energie Economies d énergie Val d Oise énergie Cergy, le 12 décembre 2012 S O M M A I R E Les espaces info énergie Contextes Démarche de rénovation Maîtrise de l énergie L énergie chez soi Priorités en rénovation Le bâti Les équipements

Plus en détail

L application de chaudières à condensation

L application de chaudières à condensation La conversion au gaz naturel d une chaufferie collective au mazout L application de chaudières à condensation KVBG ARGB Optimiser la performance énergétique avec chaudière à condensation au gaz naturel.

Plus en détail

Centre de Secours Principal d EPAGNY

Centre de Secours Principal d EPAGNY Centre de Secours Principal d EPAGNY Présentation du site Année de construction : début du chantier Nov. 1999 Année de livraison : Avril 2002 Nombre de bâtiments : 3 Surface chauffée : 9540 m_ - Volume

Plus en détail

Série ANLI. ANLI INVERTER + d economies + de confort + de bien-être

Série ANLI. ANLI INVERTER + d economies + de confort + de bien-être Série Please fill out the requested information Aermec participe au Programme de Certification Eurovent: LCP. Les produits concernés fi gurent dans le site www.eurovent-certifi cation.com INVERTER + d

Plus en détail

Comment améliorer la performance des appareils de chauffage? BlueBat 2011

Comment améliorer la performance des appareils de chauffage? BlueBat 2011 Comment améliorer la performance des appareils de chauffage? BlueBat 2011 PRESENCE DES HYDROCARBURES dans le MIX ENERGETIQUE Accroissement de la demande de gaz (entre autres chauffage logements neufs)

Plus en détail

Rénovation des bâtiments

Rénovation des bâtiments Rénovation des bâtiments Comment garantir la valeur d un immeuble à long terme tout en améliorant le confort et en réduisant significativement sa consommation d énergie Rénover futé Mode d emploi et aides

Plus en détail

Programme Gestion de la demande de puissance

Programme Gestion de la demande de puissance Programme Gestion de la demande de puissance Hiver 2017-2018 BOMA Québec Symposium énergie 2017 Hydro-Québec Distribution 25 avril 2017 Déroulement de la présentation Mise en contexte Historique recherche

Plus en détail

La Réglementation Thermique 2012 entre en vigueur

La Réglementation Thermique 2012 entre en vigueur La Réglementation Thermique 2012 entre en vigueur Aussi, afin de réduire durablement les dépenses énergétiques, le Grenelle Environnement a prévu la mise en oeuvre d un programme de réduction des consommations

Plus en détail

Les bonnes pratiques en matière de construction et de rénovation

Les bonnes pratiques en matière de construction et de rénovation Les bonnes pratiques en matière de construction et de rénovation Facilitateur tertiaire : Service du Facilitateur Tertiaire - ICEDD asbl Institut de Conseil et d'etudes en Développement Durable asbl Tél

Plus en détail

son chauffe-eau : Choisir et utiliser mieux

son chauffe-eau : Choisir et utiliser mieux Choisir et utiliser mieux son chauffe-eau : Les chauffe-eau intelligents s adaptent à votre rythme de vie : ils produisent la juste quantité d eau au bon moment GIFAM Choisir et utiliser mieux ses appareils

Plus en détail

Réussir son projet. Batimat Novembre 2007

Réussir son projet. Batimat Novembre 2007 Réussir son projet Batimat Novembre 2007 1 Le besoin Une demande importante des acteurs du terrain Comment aller vers des bâtiments basse consommation? L association a choisi de rédiger un premier guide

Plus en détail

MON OPINION Le questionnaire en quelques lignes, contexte

MON OPINION   Le questionnaire en quelques lignes, contexte WWW.MON-BATIMENT-CONSOMME.COM Le questionnaire en quelques lignes, contexte La consommation d énergie soulève un certain nombre de problèmes tels que les émissions de gaz à effet de serre, la dépendance

Plus en détail

Contexte énergétique et nature du programme

Contexte énergétique et nature du programme 1 de 9 DEMANDE DE RENSEIGNEMENTS N O 1 DU ROEÉ RELATIVE À LA DEMANDE D APPROBATION D HYDRO-QUÉBEC D UN PROGRAMME POUR LA CONVERSION À L ÉLECTRICITÉ DES ÉQUIPEMENTS FONCTIONNANT AU MAZOUT OU AU PROPANE

Plus en détail

Accubloc ACEC La batterie Thermique hybride

Accubloc ACEC La batterie Thermique hybride Accubloc ACEC La batterie Thermique hybride Le complément indispensable à la batterie électrique et aux énergies alternatives ACEC concepteur et fabricant depuis 1961 Batterie thermique hybride ACEC ACEC

Plus en détail

La clé INSTALLATION D EAU CHAUDE OPTIMISEE. Part de l eau chaude sanitaire dans une maison individuelle rénovée BBC

La clé INSTALLATION D EAU CHAUDE OPTIMISEE. Part de l eau chaude sanitaire dans une maison individuelle rénovée BBC La clé INSTALLATION D EAU CHAUDE OPTIMISEE Dans les bâtiments performants, la quantité d énergie utilisée pour la production de l eau chaude représente une part importante des besoins d énergie et, si

Plus en détail

Les pompes à chaleur au cœur de la transition énergétique

Les pompes à chaleur au cœur de la transition énergétique Les pompes à chaleur au cœur de la transition énergétique Benoit LEMAIGNAN Consultant Senior Carbone4 benoit.lemaignan@carbone4.com Merci qui? Merci l énergie! La transition énergétique, c est d abord

Plus en détail