Fig. 1 Le détecteur de LHCb. En bas à gauche : schématiquement ; En bas à droite: «Event Display» développé au LAL.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Fig. 1 Le détecteur de LHCb. En bas à gauche : schématiquement ; En bas à droite: «Event Display» développé au LAL."

Transcription

1 LHCb est l'une des expériences installées sur le LHC. Elle recherche la physique au-delà du Modèle standard en étudiant les mésons Beaux et Charmés. L accent est mis entre autres sur l étude de la violation de CP. Le groupe du LAL a préparé l arrivée des premières données en contribuant à la mise en route des calorimètres et du système de déclenchement et en développant des techniques d étalonnage. L an 2010 nous a donné nos premiers résultats physiques, basés sur une luminosité intégrée de 35 pb -1 seulement. Ces données servent aussi à préparer les analyses de (2000 pb -1 sont attendus), et à étudier les performances des calorimètres et du système de déclenchement. Elles sont bonnes malgré des faisceaux plus intenses que prévus, conditions par ailleurs instructives pour notre projet à plus long terme : l upgrade de LHCb. Fig. 1 Le détecteur de LHCb. En bas à gauche : schématiquement ; En bas à droite: «Event Display» développé au LAL. L EXPERIENCE LHCB LHCb étudie avec une grande précision les mésons B (constitués d un quark b et d un quark léger) et les mésons charmés D (où un quark c remplace le b). Ils sont très sensibles aux différences de comportement entre matière et antimatière. Etudier cette "violation de CP" est crucial. Le Modèle standard la prévoit et la décrit, mais ne s attache pas à prédire son ampleur. Ce manque, entre autres questions ouvertes, incite à penser qu une physique au- 1/6

2 delà du Modèle standard apportera une compréhension meilleure. Elle serait alors à l œuvre dans ce secteur et pourrait y être découverte via l étude précise de phénomènes violant CP. En outre, certains modes de désintégration des B et des D sont très rares d après le Modèle standard, et sont ainsi propices à la recherche de nouvelle physique, qui peut facilement les rendre plus fréquents. Les collisions de protons à haute énergie (7 TeV) du LHC produisent des B et des D à un taux beaucoup plus élevé qu aux usines à B qui alimentaient les précédentes expériences, comme BaBar et Belle. Toutes les espèces y sont produites, y compris le BS (un quark b, un anti-quark s). Par contre, LHCb doit s adapter aux importants bruits de fond du LHC : moins de 10% des collisions produisent des mésons B ou D, toujours accompagnés de dizaines d autres particules, dont il faut les distinguer. Outil crucial : le système de déclenchement de niveau 0, traitant des dizaines de millions de collisions par seconde pour isoler les quelques centaines de milliers les plus susceptibles de renfermer un B ou un D. Il dépend notamment d un détecteur robuste et rapide : le calorimètre, au centre du travail du groupe LHCb du LAL, en plus de plusieurs analyses de physique. ACTIVITES DE Le LAL a contribué par le passé à la conception globale du calorimètre (Fig 2.), à l étude de ses photomultiplicateurs, à l électronique de lecture, au système de déclenchement de niveau 0. Depuis 2008, il a travaillé à leur démarrage et à leur réglage sur les premières données. Fig. 2. Calorimètres de LHCb. De droite à gauche : le HCAL, mesurant des hadrons, le ECAL mesurant les électrons et les photons, le SPD et le PS (détecteur de pied de gerbe), permettant de distinguer les électrons et les photons des hadrons. Etalonnage des calorimètres Une méthode d alignement en temps développée au LAL a permis d aligner entre elles à mieux qu une nanoseconde les cellules du ECAL puis celles du HCAL. L alignement relatif de ces détecteurs à une nanoseconde est aussi assuré. Nous avons montré que l énergie transverse déposée varie assez lentement le long de la surface du calorimètre pour corriger chaque cellule par la moyenne de ses voisines. Un étalonnage relatif à 4-5% près est atteint vite (1-2 millions de collisions) et facilite ensuite 2/6

3 l étalonnage fin (~2%). La reconstruction doit aussi tenir compte correctement de l énergie déposée dans le preshower. C est entre autres un ingrédient important de la méthode d identification des photons développée au LAL. Le caractère aléatoire de ce dépôt élargit le pic de masse du 0. Nous avons déterminé les corrections à appliquer à l énergie du preshower en minimisant cette largeur. Opération des calorimètres et système de déclenchement Elle nécessite de surveiller en temps réel les données du calorimètre et les décisions du déclenchement, grâce à des softwares que nous contribuons à développer, et d intervenir en cas de problème. Il a fallu s adapter en 2010 à un choix radical : l optimisation de la luminosité menant à une moyenne de 2 collisions par croisement de faisceau au lieu de 0.4. Le système de déclenchement doit traiter beaucoup plus de particules que prévu dans un même laps de temps. Il bénéficie de travaux réalisés au LAL sur la reconstruction des particules chargées dans de détecteur de vertex : elle est maintenant plus rapide de 30%. Plus généralement, nous contribuons à la prise de données par de nombreux shifts. On atteint au total près d un mois de présence au CERN par personne et par an. Upgrade de LHCb LHCb projette après 2016 de décupler l échantillon de données obtenu d ici 2015 grâce à une luminosité 5 fois plus élevée. Le premier niveau de déclenchement, électronique, laissera la place à un système software. Une nouvelle électronique Front-End devra lire et transmettre toute l information issue du détecteur à 40MHz et non plus 1MHz. Nous participons à sa conception pour le calorimètre. Le service électronique a réalisé un premier prototype en 2010 (Fig 3.). Nous étudions aussi la résolution sur la reconstruction de l énergie dans ces nouvelles conditions (plusieurs collisions pp par croisement de faisceaux). Les analyses de Physique Fig 3. Prototype de carte Frond End pour l upgrade de LHCb 3/6

4 Rechercher et étudier la nouvelle physique nécessite des informations variées et complémentaires. Nous déployons en ce sens un programme large : Contrainte du schéma standard de violation de CP en mesurant l angle. On combine 8 ( ) ( ) ( ) rapports de branchement ( 0 0 ( B D K ) K * ); Recherche de nouvelle physique via une fraction de polarisation droite du photon trop élevée dans b s. Une approche originale extrait la polarisation en mesurant B K*e+e- dans la région 30MeV<m(ee)<1000MeV ; Recherche complémentaire de nouvelle physique dans le secteur du charme via D 0 K + K et K + K ; Contrainte des traitements théoriques de l interaction forte via les propriétés du méson BC et des charmonia J/, c,1, c,2, c,1 et hc. Les 3 premières analyses nécessitent 1 à 2 fb -1 pour surpasser les résultats des usines à B et du Tevatron. Elles usent des données de 2010 pour mieux déterminer les performances de reconstruction qu avec la simulation. Les autres ont déjà permis des résultats originaux. PREMIERS RESULTATS Le bon fonctionnement des calorimètres est un résultat important. Dans des conditions proches des conditions nominales (taux de collisions à 3 MHz fin 2010), le déclenchement de niveau 0 fonctionne aussi bien que prévu. Des canaux de contrôle évaluent en détails ces performances : appliquer l algorithme de la ligne électromagnétique à des désintégrations B 0 J/ (e + e - )K * collectées par la ligne hadronique montre une efficacité conforme aux prédictions de la simulation. Même constat pour la précision de la reconstruction hors ligne (Fig. 4). La qualité de l identification des électrons permet d isoler le signal de la Fig. 5. Une étude similaire employant D K - + tend vers les mêmes conclusions pour le HCAL. Fig 4. Masse invariante de paires de photons. On observe les pics de masse du 0 et du. 4/6

5 Fig5. Candidats J/ e + e -, et pic de masse des candidats B 0 J/ (e + e - )K * L identification performante des muons à LHCb et la bande passante qu on leur accorde lors du déclenchement a permis en quelques mois (5 pb -1 ) de mesurer la production de J/ en fonction de Pt, dans un domaine de rapidité (2<y<4.5) accessible seulement à LHCb, et la section efficace totale : (pp J/, PT<14GeV)= b. Elle peut varier d environ 20% sous l effet de la polarisation, objet d une prochaine mesure. Les J/ détachés du point de collision proviennent de hadrons beaux (Fig. 6): on mesure dans 4 (pp bb) = b, confirmant la valeur employée par LHCb durant sa conception pour évaluer son potentiel. 5/6

6 Fig. 6. Distribution du temps de vie des J/ produits au point de collision (ligne verte et surface grisée) ou de ceux issus de hadrons beaux (excès sur la droite). Pour mesurer le B + c, le rapport signal sur bruit impose le mode B + c J/ +. On réduit les erreurs systématiques liées à la reconstruction en effectuant une mesure relative : (pp BC)*B(B + c J/ + )/ (pp B + )*B(B + J/ K + )=( )%. Cela indique aussi qu'en 2011, des centaines d'événements seront disponibles pour mesurer sa durée de vie. L analyse préliminaire des canaux B 0 d D 0 K * a reconnu en BS D 0 K* un bruit de fond pouvant compromettre la mesure de. En réaction, le groupe a évalué son impact en tirant des données de 2010 la toute première mesure de ce mode: B(BS D 0 K*)/B(B 0 d D 0 )= 1.39±0.31 ±0.25 (Fig. 7). Fig. 7. Pic de signal BS D 0 K*. 6/6

PLAN. Aspects théoriques : le modèle standard et le boson de Higgs Le LHC et ATLAS. Mise en service du détecteur à pixels

PLAN. Aspects théoriques : le modèle standard et le boson de Higgs Le LHC et ATLAS. Mise en service du détecteur à pixels Mise en service du détecteur à pixels pour la recherche d un boson de Higgs léger avec l expérience ATLAS au LHC Cécile Lapoire Dirigée par A.Rozanov et L.Vacavant Séminaire des doctorants de 1 ère année

Plus en détail

Voyage au CERN. Loïc Quertenmont

Voyage au CERN. Loïc Quertenmont Voyage au CERN Loïc Quertenmont Université Catholique de Louvain & FNRS Center for Particle Physics and Phenomenology Voyage au CERN (Bac3) 05 Mars 2008 Introduction Vous êtes ICI 05/03/2009 - UCL - CP3

Plus en détail

Demande de continuation de l activité du groupe D0 au-delà de 2003

Demande de continuation de l activité du groupe D0 au-delà de 2003 Demande de continuation de l activité du groupe D0 au-delà de 2003 La collaboration D0 L état du TeVatron Le détecteur amélioré Bilan d activité 1998-2003 Plans pour le futur Demande de continuation Conclusion

Plus en détail

Etude des performances du calorimètre électromagnétique d Atlas. Cédric SERFON CPPM-IN2P3 JJC 2003 La Roche en Ardenne

Etude des performances du calorimètre électromagnétique d Atlas. Cédric SERFON CPPM-IN2P3 JJC 2003 La Roche en Ardenne Etude des performances du calorimètre électromagnétique d Atlas Cédric SERFON CPPM-IN2P3 JJC 2003 La Roche en Ardenne Plan Présentation du LHC et d Atlas A quoi sert un calorimètre électromagnétique? Principe

Plus en détail

Table des matières. Présentation du laboratoire 2

Table des matières. Présentation du laboratoire 2 Reconstruction d'électrons provenant du boson Z 0 dans l'expérience ATLAS auprès du LHC Rapport de Stage Auteur : Raphaël-David Lasseri Mai-Juin 2013 Responsable : Frédéric Derue Table des matières Présentation

Plus en détail

Les outils du physicien expérimentateur. Ou la grande chasse aux particules

Les outils du physicien expérimentateur. Ou la grande chasse aux particules Les outils du physicien expérimentateur Ou la grande chasse aux particules Chapitre1 : La traque, oucomment faire sortirles particulesde leurcachette... Le principe du réveil-matin Question n 1: Comment

Plus en détail

Travaux pratiques des MasterClasses : «Analyse des événements du détecteur DELPHI au LEP» Sylvie Dagoret-Campagne

Travaux pratiques des MasterClasses : «Analyse des événements du détecteur DELPHI au LEP» Sylvie Dagoret-Campagne Travaux pratiques des MasterClasses : «Analyse des événements du détecteur DELPHI au LEP» Sylvie Dagoret-Campagne dagoret@lal.in2p3.fr 1 Objectif Regarder les événements e+e- Z 0 dans le détecteur DELPHI

Plus en détail

Prompt photons et H γγ a DØ

Prompt photons et H γγ a DØ Prompt photons et H γγ a DØ - Section efficace triplement différentielle γ-jet : d 3 " dp T # dy # dy jet - FERMILAB-PUB-08/081-E (HEP-EX 22 May 2008) - Conditions : pp @ 1.96 TeV avec 1 fb -1 de données

Plus en détail

Contribution à l analyse des premières données de l expérience CMS au LHC.

Contribution à l analyse des premières données de l expérience CMS au LHC. Faculté des Sciences appliquées MA2 - Physique Contribution à l analyse des premières données de l expérience CMS au LHC. Promoteurs : Sparenberg Jean-Marc et Vanlaer Pascal Alaluf David Mémoire de fin

Plus en détail

COMMENT LE CMS PERMET-IL DE FAIRE DES

COMMENT LE CMS PERMET-IL DE FAIRE DES COMMENT LE CMS PERMET-IL DE FAIRE DES DÉCOUVERTES? Introduction à la physique expérimentale à haute énergie. Voyage au CERN 2015 Martin DELCOURT 11 février 2015 M. Delcourt (UCL/CP3) CMS - Comment marche

Plus en détail

ETUDE DES CAPTEURS CMOS POUR UN DETECTEUR DE VERTEX AU FUTUR COLLISIONNEUR LINEAIRE

ETUDE DES CAPTEURS CMOS POUR UN DETECTEUR DE VERTEX AU FUTUR COLLISIONNEUR LINEAIRE 01/12 au 05/12/2003 JJC 2003 Damien Grandjean 1 Damien Grandjean ETUDE DES CAPTEURS CMOS POUR UN DETECTEUR DE VERTEX AU FUTUR COLLISIONNEUR LINEAIRE PLAN Mesures physiques Contraintes sur le détecteur

Plus en détail

Physique des particules Objectifs Scientifiques

Physique des particules Objectifs Scientifiques Physique des particules Objectifs Scientifiques Brisure de symétrie électrofaible / Origine de la Masse Boson(s) de Higgs? Fondamental ou composite? Unitarité? Hiérarchie? Supersymétrie? Matière Noire?

Plus en détail

- MANIP 2 - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE

- MANIP 2 - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE - MANIP 2 - - COÏNCIDENCES ET MESURES DE TEMPS - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE L objectif de cette manipulation est d effectuer une mesure de la vitesse de la lumière sur une «base

Plus en détail

Etude de la détection de muons. Romain COHET - Alexandre FAURE - Nicolas FOY

Etude de la détection de muons. Romain COHET - Alexandre FAURE - Nicolas FOY Etude de la détection de muons Romain COHET - Alexandre FAURE - Nicolas FOY 7 février 2011 Résumé Ce rapport est issu des mesures et travaux effectués à l Université Montpellier II dans le cadre des travaux

Plus en détail

Modélisation et Simulation des processus industriels du CERN

Modélisation et Simulation des processus industriels du CERN Modélisation et Simulation des processus industriels du CERN LMCS 2014 Journée nationale pour la modélisation et la simulation 0D/1D Chatou, France Benjamin BRADU CERN, Genève, Suisse Organisation Européenne

Plus en détail

2 Les pions dans les collisions d ions lourds ultra relativistes

2 Les pions dans les collisions d ions lourds ultra relativistes 2 Les pions dans les collisions d ions lourds ultra relativistes Dans notre étude des données de l expérience WA98, nous nous sommes principalement intéressés aux pions. Parmi les hadrons, ce sont les

Plus en détail

Universite Blaise Pascal Clermont II THESE. Julien LAUBSER. Pour obtenir le grade de. Docteur d Université

Universite Blaise Pascal Clermont II THESE. Julien LAUBSER. Pour obtenir le grade de. Docteur d Université N o d ordre : D.U : 1795 PCCF-T : 0711 EDSPIC : 388 Universite Blaise Pascal Clermont II Ecole Doctorale Sciences Pour l Ingénieur de Clermont-Ferrand THESE Présentée par Julien LAUBSER Pour obtenir le

Plus en détail

2 - Quels sont les intérêts des exercices?

2 - Quels sont les intérêts des exercices? FICHE N 29 : LES ENTRAÎNEMENTS - EXERCICES DE SIMULATION 1 - Qu est-ce qu un exercice? Les exercices servent à mettre en œuvre de manière pratique les dispositions prévues dans le PCS en se substituant

Plus en détail

X A O au travers d une expérience: LHCb

X A O au travers d une expérience: LHCb 1 ère Rencontre des mécaniciens clermontois 7 décembre 2007 X A O au travers d une expérience: LHCb Guy Reinmuth LPC Clermont Ferrand 1 Plan de la présentation deux mots sur l expérience LHCb la participation

Plus en détail

Grille de calcul et physique des particules

Grille de calcul et physique des particules Grille de calcul et physique des particules Vincent Garonne CPPM, Marseille Contenu de la présentation Etat de l art : Grille de calcul Domaine d application : La physique des particules et LHCb Quelques

Plus en détail

Le Filtre d Événements d ATLAS

Le Filtre d Événements d ATLAS Le Filtre d Événements d ATLAS François TOUCHARD CPPM en collaboration avec C. Bee, F. Etienne, E. Fede, C. Meessen, R. Nacasch, Z. Qian Contenu de la présentation L expérience ATLAS Le système de déclenchement

Plus en détail

Expression de la Concession et de l Opposition in. La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 04/06/2015

Expression de la Concession et de l Opposition in. La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 04/06/2015 1 Expression de la Concession et de l Opposition in La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 2 Concession /Opposition Compléter avec un des mots ou expressions suivantes : au lieu de

Plus en détail

La physique des particules et le LHC. Farida Fassi Master de Physique Informatique Rabat, Maroc 24-27th, May, 2010

La physique des particules et le LHC. Farida Fassi Master de Physique Informatique Rabat, Maroc 24-27th, May, 2010 La physique des particules et le LHC Farida Fassi Master de Physique Informatique Rabat, Maroc 24-27th, May, 2010 La physique des particules Comprendre les mécanismes qui permettent aux constituants de

Plus en détail

TC-05 MAINTENANCE D UN CHAUFFE-EAU ELECTRIQUE

TC-05 MAINTENANCE D UN CHAUFFE-EAU ELECTRIQUE TRONC COMMUN - Sujet TC-05 Page de garde Épreuve scientifique et technique Sous- Épreuve de SCIENCES PHYSIQUES ET CHIMIQUES SUJET TRONC COMMUN Le dossier-sujet est constitué : De documents destinés à l

Plus en détail

Contexte et objectifs Mesures : résultats préliminaires Conclusion. Projet GammaDosi

Contexte et objectifs Mesures : résultats préliminaires Conclusion. Projet GammaDosi Projet GammaDosi Contrôle de l énergie déposée dans le patient lors d une hadronthérapie 1/12/2013 30/11/2015 É. Testa AG GDR MI2B 2014 Nantes É. Testa Projet GammaDosi 1 / 16 Principe du contrôle de l

Plus en détail

L enseignement supérieur. L enseignement supérieur 91. La violation de CP

L enseignement supérieur. L enseignement supérieur 91. La violation de CP L enseignement supérieur L enseignement supérieur 91 La violation de CP 92 L enseignement supérieur L enseignement supérieur 93 L enseignement Supérieur Professeurs : UFR SFA (Sciences Fondamentales et

Plus en détail

Indice de densité numérique au Canada: un guide pour la transformation numérique

Indice de densité numérique au Canada: un guide pour la transformation numérique Indice de densité numérique au Canada: un guide pour la transformation numérique Indice de densité numérique au Canada: un guide pour la transformation numérique L étude d Accenture menée en 2014 sur la

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Physique des particules

Physique des particules Les expériences du laboratoire Leprince- Ringuet Ecole polytechnique / IN2P3- CNRS Henri.Videau@in2p3.fr http://polywww.in2p3.fr 1 Astronomie gamma Physique des particules Un labo d'environ 100 personnes

Plus en détail

Le spectromètre à muons d ALICE :

Le spectromètre à muons d ALICE : Le spectromètre à muons d ALICE : Les chambres de trajectographie Global Monitoring System Trajectographe Buts principaux du spectromètre: Etude des résonances lourdes (dans le canal dimuons) et des saveurs

Plus en détail

Routage Grande Vitesse des Cartes Electroniques

Routage Grande Vitesse des Cartes Electroniques Routage Grande Vitesse des Cartes Electroniques Roberto Reyna 1, aniela ragomirescu 2,3 1-Freescale Toulouse 2 - Université de Toulouse : INSA Toulouse, 135 Av. de Rangueil Toulouse cedex 4 3-LAAS-CNRS

Plus en détail

Reconstruction et identification des électrons dans l expérience Atlas. Participation à la mise en place d un Tier 2 de la grille de calcul.

Reconstruction et identification des électrons dans l expérience Atlas. Participation à la mise en place d un Tier 2 de la grille de calcul. Université Denis Diderot, Paris 7 Mémoire présenté pour obtenir l habilitation à diriger des recherches par Frédéric DERUE LPNHE - Laboratoire de Physique Nucléaire et de Hautes Énergies IN2P3 - CNRS ;

Plus en détail

Gestion et Surveillance de Réseau Définition des Performances Réseau

Gestion et Surveillance de Réseau Définition des Performances Réseau Gestion et Surveillance de Réseau Définition des Performances Réseau These materials are licensed under the Creative Commons Attribution-Noncommercial 3.0 Unported license (http://creativecommons.org/licenses/by-nc/3.0/)

Plus en détail

La diversité du monde et l émergence de la complexité. Jean-Philippe UZAN

La diversité du monde et l émergence de la complexité. Jean-Philippe UZAN La diversité du monde et l émergence de la complexité Jean-Philippe UZAN Nous observons un univers structuré à toutes les échelles. Pourquoi les lois fondamentales de la nature permettent-elles l émergence

Plus en détail

Vérification du Cadre de contrôle de la gestion financière Recettes

Vérification du Cadre de contrôle de la gestion financière Recettes C O N S E I L N A T I O N A L D E R E C H E R C H E S C A N A D A Vérification du Cadre de contrôle de la gestion financière Recettes V é r i f i c a t i o n i n t e r n e, C N R C N O V E M B R E 2011

Plus en détail

Démontrer la valeur ajoutée du DAM (gestion des ressources numériques) pour les spécialistes du marketing numérique et les équipes de création

Démontrer la valeur ajoutée du DAM (gestion des ressources numériques) pour les spécialistes du marketing numérique et les équipes de création Démontrer la valeur ajoutée du DAM (gestion des ressources numériques) Juin 2015 Résumé Aujourd hui, les spécialistes du marketing numérique et les directeurs de création rentabilisent largement leurs

Plus en détail

Acquisition de données

Acquisition de données Acquisition de données J.P. Cachemiche Centre de Physique des Particules de Marseille 1 Plan Introduction Concepts de base Front-end Readout Trigger Distribution temporelle Contrôle et monitoring 2 Introduction

Plus en détail

L impératif de l innovation : la conception agile dans le secteur de l automobile

L impératif de l innovation : la conception agile dans le secteur de l automobile L impératif de l innovation : la conception agile dans le secteur de l automobile Le secteur de l automobile est l un des plus importants au monde. Il dépense plus de 100 milliards de dollars par an en

Plus en détail

Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale

Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale Règlement du concours de janvier 2010 pour le recrutement de septembre 2010 Sommaire Conditions d inscription au concours... page 1 Date du

Plus en détail

UniGe @ ATLAS en 2015

UniGe @ ATLAS en 2015 Fête de fin d'année - Dec 18, 2015 UniGe @ ATLAS en 2015 Andrea Coccaro Université de Genève Pour le groupe UNIGE ATLAS Où sont les contributions de DPNC? 1 Où est Wally? DPNC Un grand merci à toute l'équipe

Plus en détail

Témoignage d'un professeur qui a suivi une précédente édition du stage au CERN

Témoignage d'un professeur qui a suivi une précédente édition du stage au CERN Témoignage d'un professeur qui a suivi une précédente édition du stage au CERN Morgan PIEZEL Lycée Camille Claudel TROYES Université de Technologie de Troyes Utilisation des heures A.P. en 1S Atelier

Plus en détail

Exposition : Experts en la matière - Regards sur le Cern Web-documentaire : Expérience CERN 360

Exposition : Experts en la matière - Regards sur le Cern Web-documentaire : Expérience CERN 360 Exposition : Experts en la matière - Regards sur le Cern Web-documentaire : Expérience CERN 360 Une exposition et un site web proposés par le CNRS et le CEA pour les 60 ans du Cern En 2014, le Cern (Organisation

Plus en détail

PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015)

PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015) PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015) Normes (2015) Critères (2011-2015) Critères (2006-2011) 1. SYSTÈME DE GESTION DE LA QUALITÉ DES PROGRAMMES 6.

Plus en détail

Compte Rendu du voyage à Genève Du 27 février au 1 er mars

Compte Rendu du voyage à Genève Du 27 février au 1 er mars Compte Rendu du voyage à Genève Du 27 février au 1 er mars Grâce au Lions Club, nous avons eu la chance de pouvoir nous rendre à Genève (et ses environs) afin de visiter le CERN (Organisation Européenne

Plus en détail

LE COSMODETECTEUR : UN EXEMPLE DE CHAÎNE DE MESURE

LE COSMODETECTEUR : UN EXEMPLE DE CHAÎNE DE MESURE LE COSMODETECTEUR : UN EXEMPLE DE CHAÎNE DE MESURE Enseignement : 1 ère STL Mesures et instrumentation Thème : Instrumentation : Instruments de mesure, chaîne de mesure numérique Notions et contenus :

Plus en détail

MÉMOIRE EN VUE DE L OBTENTION DU MASTER 2 Spécialité Physique et Technologies des Rayonnements

MÉMOIRE EN VUE DE L OBTENTION DU MASTER 2 Spécialité Physique et Technologies des Rayonnements UNIVERSITÉ BLAISE-PASCAL Clermont-Ferrand... U.F.R. Sciences et Technologies... DÉPARTEMENT DE PHYSIQUE GÉNIE DES SYSTÈMES INDUSTRIELS (IUP) MÉMOIRE EN VUE DE L OBTENTION DU MASTER 2 Spécialité Physique

Plus en détail

Physique des particules

Physique des particules Physique des particules MASTER 1 de physique fondamentale Université Joseph Fourier Grenoble I http://lpsc.in2p3.fr/atlas/bclement/m1particules/ Reconstruction et Analyse 3 systèmes de coordonnées : -

Plus en détail

Accélérateurs et Détecteurs. E. Cogneras LPC Clermont / Univ. Blaise Pascal

Accélérateurs et Détecteurs. E. Cogneras LPC Clermont / Univ. Blaise Pascal Accélérateurs et Détecteurs E. Cogneras LPC Clermont / Univ. Blaise Pascal 21/03/2013 Masterclass 2013 2 LE LHC en chiffre 30 ans de travail en R&D, construction, qualification Plus grand accélérateur

Plus en détail

Jouer aux cartes avec des particules

Jouer aux cartes avec des particules Jouer aux cartes avec des particules 64 cartes: + tous les constituants élémentaires + les 3 forces 32 cartes: on met de côté l interaction forte Plusieurs jeux possibles: + 7 familles (se familiariser)

Plus en détail

Management qualité Réflexions et Prescriptions essentielles (Extraits VAE Alain THEBAULT 2013)

Management qualité Réflexions et Prescriptions essentielles (Extraits VAE Alain THEBAULT 2013) Management qualité Réflexions et Prescriptions essentielles (Extraits VAE Alain THEBAULT 2013) 1 Le Système qualité La cartographie des processus, qui se situe entre le manuel qualité et les procédures

Plus en détail

Activité FlowCode. Il DECIDE : toute la logique simple (et, ou, comparaison, test de valeur)

Activité FlowCode. Il DECIDE : toute la logique simple (et, ou, comparaison, test de valeur) Activité FlowCode I. Objectif Découvrir les éléments simples d une structure programmée. Simuler un programme de MicroContrôleur. II. Présentation du Microcontrôleur Microcontrôleur PIC 16F84 1. Qu est-ce

Plus en détail

4. Microscopie électronique à balayage

4. Microscopie électronique à balayage 4. Microscopie électronique à balayage 4.1. Principe de formation des images en MEB 4.2. Mise en œuvre 4.3. Les différents modes d imagerie 4.4. Les différents types de contraste 4.5. Performances 4.5.1.

Plus en détail

LE CREDIT D IMPÔT RECHERCHE

LE CREDIT D IMPÔT RECHERCHE Mai 2014 LE CREDIT D IMPÔT RECHERCHE Déjà très incitatif et performant, le crédit d impôt recherche (CIR) vient d être à nouveau renforcé par la France. Depuis le 1 er janvier 2013, les dépenses d innovation

Plus en détail

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Quebec PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Direction de la formation générale

Plus en détail

Synthèse de notre offre. Page 1

Synthèse de notre offre. Page 1 Synthèse de notre offre Page 1 Notre cabinet Nous vous accompagnons sur plusieurs thématiques 99 Advisory conseille les équipes dirigeantes du monde financier dans leurs prises de décisions et dans la

Plus en détail

La grande chasse aux particules. ou : Comment attraper des PUCES avec un PORTE-AVIONS

La grande chasse aux particules. ou : Comment attraper des PUCES avec un PORTE-AVIONS La grande chasse aux particules ou : Comment attraper des PUCES avec un PORTE-AVIONS Chapitre 1 : La traque, ou comment faire sortir les particules de leur cachette... Le principe du réveil-matin Question

Plus en détail

Stratégie de l ACP pour les paiements : Vision 2020 Q et R

Stratégie de l ACP pour les paiements : Vision 2020 Q et R Stratégie de l ACP pour les paiements : Vision 2020 Q et R A. Généralités A.1) Pourquoi faut il une vision stratégique si l ACP a déjà un mandat statutaire? Comment les deux choses se rejoignent elles?

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

Le scanning dans OPERA Développements au laboratoire de LYON (IPNL)

Le scanning dans OPERA Développements au laboratoire de LYON (IPNL) Le scanning dans OPERA Développements au laboratoire de LYON (IPNL) Journées Jeunes Chercheurs 2003, La Roche-en-Ardennes - 1/16 - Perrine Royole-Degieux au programme les émulsions nucléaires dans OPERA

Plus en détail

Ce qu il faut savoir des accélérateurs pour faire un détecteur. Plan. Collisionneur versus cible fixe (2/2) Collisionneur versus cible fixe (1/2)

Ce qu il faut savoir des accélérateurs pour faire un détecteur. Plan. Collisionneur versus cible fixe (2/2) Collisionneur versus cible fixe (1/2) Plan I. Quelques points de physique des hautes énergies II. Quelques notions sur les accélérateurs III. Energie perdue dans la matière IV. Partie active des détecteurs V. Identification des particules

Plus en détail

Rapport de Projet Informatique Simulation Monte-Carlo du modèle XY

Rapport de Projet Informatique Simulation Monte-Carlo du modèle XY Rapport de Projet Informatique Simulation Monte-Carlo du modèle XY Alejandro Daniel Paredes Cabrel sous la direction de : Xavier Leoncini Centre de Physique Théorique de Marseille Fevrier- 29 Objectif

Plus en détail

TP 14693F (05/2007) Aviation civile. Norme du Système de gestion intégrée TC-1002302 *TC 1002302*

TP 14693F (05/2007) Aviation civile. Norme du Système de gestion intégrée TC-1002302 *TC 1002302* Transports Canada Transport Canada TP 14693F (05/2007) Aviation civile Norme du Système de gestion intégrée TC-1002302 *TC 1002302* Imprimé au Canada Veuillez acheminer vos commentaires, vos commandes

Plus en détail

RAPPORT D ANALYSE PRÉPARÉ PAR ECONALYSIS CONSULTING SERVICES À LA DEMANDE DE OPTION CONSOMMATEURS

RAPPORT D ANALYSE PRÉPARÉ PAR ECONALYSIS CONSULTING SERVICES À LA DEMANDE DE OPTION CONSOMMATEURS RAPPORT D ANALYSE PRÉPARÉ PAR ECONALYSIS CONSULTING SERVICES 34, rue King Est, bureau 1102, Toronto (Ontario) M5C 2X8 À LA DEMANDE DE OPTION CONSOMMATEURS PRÉSENTÉ DANS LE CADRE DE LA DEMANDE RELATIVE

Plus en détail

Constats. Simulations d examens. 1. Le devoir Objectifs. Les dispositifs

Constats. Simulations d examens. 1. Le devoir Objectifs. Les dispositifs Constats Simulations d examens Cours de math 1 Bac sciences de gestion 1 Bac sciences économiques et de gestion Isabelle Pays HEC - École de gestion de l ULg Les étudiants s évaluent mal rédigent mal ne

Plus en détail

Scanner X. Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr

Scanner X. Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr Scanner X Intervenant : E. Baudrier baudrier@unistra.fr Les rayons X Production des rayons X Interaction avec la matière Détection des rayons X Les scanners X Reconstruction de l image L image Ondes électromagnétiques

Plus en détail

INSTRUCTION GÉNÉRALE 25-201 RELATIVE AUX INDICATIONS À L INTENTION DES AGENCES DE CONSEIL EN VOTE

INSTRUCTION GÉNÉRALE 25-201 RELATIVE AUX INDICATIONS À L INTENTION DES AGENCES DE CONSEIL EN VOTE INSTRUCTION GÉNÉRALE 25-201 RELATIVE AUX INDICATIONS À L INTENTION DES AGENCES DE CONSEIL EN VOTE CHAPITRE 1 OBJET ET CHAMP D APPLICATION 1.1. Objet Les Autorités canadiennes en valeurs mobilières (les

Plus en détail

6.1 Méthode des champs de potentiel

6.1 Méthode des champs de potentiel Chapitre 6 Évitement d obstacles L évitement d obstacles est un comportement de base présent dans quasiment tous les robots mobiles. Il est indispensable pour permettre au robot de fonctionner dans un

Plus en détail

Environnement logiciel LHCb

Environnement logiciel LHCb Environnement logiciel LHCb A. Tsaregorodtsev CPPM, Marseille Journées informatiques de l IN2P3 et du DAPNIA Cargèse, 26 Juillet 2001 Plan Introduction de l expérience LHCb Défis logiciels Solution GAUDI

Plus en détail

La spectrophotométrie

La spectrophotométrie Chapitre 2 Document de cours La spectrophotométrie 1 Comment interpréter la couleur d une solution? 1.1 Décomposition de la lumière blanche En 1666, Isaac Newton réalise une expérience cruciale sur la

Plus en détail

LE RETOUR SUR INVESTISSEMENT (ROI)

LE RETOUR SUR INVESTISSEMENT (ROI) LE RETOUR SUR INVESTISSEMENT (ROI) de La Gestion des Talents L impact de la Gestion des Talents sur l entreprise 23 % 4,6 % d augmentation d augmentation du chiffre d affaires par employé de la capitalisation

Plus en détail

PCIE40 Carte PCIe pour Readout LHCb. Centre de Physique des Particules de Marseille

PCIE40 Carte PCIe pour Readout LHCb. Centre de Physique des Particules de Marseille PCIE40 Carte PCIe pour Readout LHCb K.Arnaud, J.P. Cachemiche, J.P. Cachemiche,P.-Y. F. Réthoré Duval, F. de Hachon, M. Jevaud, R. Le Gac, Rethore Centre Physique des Particules def.marseille Centre de

Plus en détail

Le grand collisionneur de hadrons (LHC) et l expérience CMS

Le grand collisionneur de hadrons (LHC) et l expérience CMS Le grand collisionneur de hadrons (LHC) et l expérience CMS Masterclasses IPN Lyon, 2016 On a vu le Pourquoi, maintenant on va expliquer le Comment. La physique que l on veut comprendre aujourd hui est

Plus en détail

CR Mesures durant Eclipse de lune du 3 au 4 Mars 2007 maj 06/03/07

CR Mesures durant Eclipse de lune du 3 au 4 Mars 2007 maj 06/03/07 CR Mesures durant Eclipse de lune du 3 au 4 Mars 2007 maj 06/03/07 La station de mesure F6KSX Calibration sur soleil Les mesures Données brutes principe de traitement Variation de la température de brillance

Plus en détail

Chapitre 11. Séries de Fourier. Nous supposons connues les formules donnant les coefficients de Fourier d une fonction 2 - périodique :

Chapitre 11. Séries de Fourier. Nous supposons connues les formules donnant les coefficients de Fourier d une fonction 2 - périodique : Chapitre Chapitre. Séries de Fourier Nous supposons connues les formules donnant les coefficients de Fourier d une fonction - périodique : c c a0 f x dx c an f xcosnxdx c c bn f xsinn x dx c L objet de

Plus en détail

- Mobiliser les résultats sur le second degré dans le cadre de la résolution d un problème.

- Mobiliser les résultats sur le second degré dans le cadre de la résolution d un problème. Mathématiques - classe de 1ère des séries STI2D et STL. 1. Analyse On dote les élèves d outils mathématiques permettant de traiter des problèmes relevant de la modélisation de phénomènes continus ou discrets.

Plus en détail

Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation

Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation Formulation du problème Cueillette et analyse de données Conception

Plus en détail

C entre. de P hysique des P articules de Marseille

C entre. de P hysique des P articules de Marseille C entre de P hysique des P articules de Marseille 163, Avenue de Luminy Case 907 13288 MARSEILLE CEDEX 09 Téléphone : 04 91 82 72 00 Télécopie : 04 91 82 72 99 h t t p :// c p p m. i n 2 p 3. f r 1 C entre

Plus en détail

I - Introduction à La psychologie Expérimentale

I - Introduction à La psychologie Expérimentale LA METHODE EXPERIMENTALE I - Introduction à La psychologie Expérimentale I.1. Introduction I.2. Critiques concernant l utilisation de la méthode expérimentale en psychologie I.2.A. Critiques morales I.2.A.

Plus en détail

MODULE DISTILLATION. Physique de la distillation. Séparation industrielle. Guide TP «séparation industrielle»

MODULE DISTILLATION. Physique de la distillation. Séparation industrielle. Guide TP «séparation industrielle» MODULE DISTILLATION Séparation industrielle Guide TP 1 / 11 Guide TP SOMMAIRE Objectifs de la séance et travail à effectuer 3 page Utilisation du simulateur 3 Fiche 1 Collecte des données 5 Fiche 2 Exploitation

Plus en détail

Physique des Hautes Energies. pour Non Physiciens. Stephan Narison. CNRS - IN2P3 - LPTA (Montpellier)

Physique des Hautes Energies. pour Non Physiciens. Stephan Narison. CNRS - IN2P3 - LPTA (Montpellier) Physique des Hautes Energies pour Non Physiciens Stephan Narison CNRS - IN2P3 - LPTA (Montpellier) L échelle de l Univers : les deux infinis Qu est ce la Physique des Hautes Energies? Qu est ce la Physique

Plus en détail

MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES

MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES 1 BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SBS MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES I. INTRODUCTION La supervision bancaire évolue de façon dynamique. La récente crise financière internationale

Plus en détail

Article. Système de saisie et de codage en ligne de relevés de notes et de catalogues de cours d études secondaires

Article. Système de saisie et de codage en ligne de relevés de notes et de catalogues de cours d études secondaires Composante du produit n o 11-522-X au catalogue de Statistique Canada La série des symposiums internationaux de Statistique Canada : recueil Article Symposium 2008 : Collecte des données : défis, réalisations

Plus en détail

Idéopolis #4 Le temps, le travail et vous Avril 2014

Idéopolis #4 Le temps, le travail et vous Avril 2014 Idéopolis #4 Le temps, le travail et vous Avril 2014 À l aube de ce printemps tellement attendu, les indicateurs économiques surveillés par Workopolis semblent pointer vers une hausse graduelle de l emploi

Plus en détail

Problème IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche

Problème IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche Les diodes électroluminescentes (DEL ou LED en anglais) sont de plus en plus utilisées pour l éclairage : affichages colorés, lampes de poche, éclairage

Plus en détail

codage correcteur d erreurs convolutionnel 1. Définition...2 2. représentation en treillis...3 3. Décodage : algorithme de Viterbi...3 4.

codage correcteur d erreurs convolutionnel 1. Définition...2 2. représentation en treillis...3 3. Décodage : algorithme de Viterbi...3 4. codage correcteur d erreurs convolutionnel. éfinition.... représentation en treillis...3 3. écodage : algorithme de Viterbi...3 4. istance libre...5 5. iagramme d état. Fonction de transfert...5 6. écodage

Plus en détail

5.3. Bande numérique cartes numération et cartes à points pour apprendre les nombres de 0 à 99

5.3. Bande numérique cartes numération et cartes à points pour apprendre les nombres de 0 à 99 5.3. Bande numérique cartes numération et cartes à points pour apprendre les nombres de 0 à 99 Niveau CP pistes pour le CE1 Modèle proposé : modèles de séance Hypothèse de la difficulté : pour les élèves

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

NOTICE D INSTALLATION BIOMOTORS RELATIF AUX BOITIERS E85 FLEXCONVERTER

NOTICE D INSTALLATION BIOMOTORS RELATIF AUX BOITIERS E85 FLEXCONVERTER NOTICE D INSTALLATION BIOMOTORS RELATIF AUX BOITIERS E85 FLEXCONVERTER 1 INSTALLATION 1) Notice de montage Nous prendrons ici pour exemple le cas d une installation standard sur un moteur 4 cylindres avec

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

CODATU XI. Congrès Mondial de Bucarest 22-24 Avril 2004

CODATU XI. Congrès Mondial de Bucarest 22-24 Avril 2004 CODATU XI Congrès Mondial de Bucarest 22-24 Avril 2004 MODELE DE SIMULATION DE FLUX DE VOYAGEURS POUR L ETUDE ET L EXPLOITATION DES STATIONS DE TRAMWAY ET DE BUS ET DE LEURS EQUIPEMENTS COMPORTEMENT DES

Plus en détail

FICHE. ConseilOrga THÉMATIQUE. Quelles différences entre ISO et PMI, concernant le management de projet? Mars. Asssitance & Direction de projets

FICHE. ConseilOrga THÉMATIQUE. Quelles différences entre ISO et PMI, concernant le management de projet? Mars. Asssitance & Direction de projets FICHE Mars ConseilOrga 2013 THÉMATIQUE Asssitance & Direction de projets Quelles différences entre ISO et PMI, concernant le management de projet? Ces quatre derniers mois ont été très riches pour le management

Plus en détail

Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir?

Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir? exposé Ateliers de l information Bibliothèque Universitaire, Grenoble Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir? Dominique Spehner Institut Fourier et Laboratoire de Physique et

Plus en détail

Conseils pour l évaluation et l attribution de la note

Conseils pour l évaluation et l attribution de la note Entreprise formatrice Candidat/-e Téléphone: Téléphone: Ce document ne doit en aucun cas être montré au candidat après l attribution des points. Conseils pour l évaluation et l attribution de la note Documentation

Plus en détail

CLOUD PUBLIC, PRIVÉ OU HYBRIDE : LEQUEL EST LE PLUS ADAPTÉ À VOS APPLICATIONS?

CLOUD PUBLIC, PRIVÉ OU HYBRIDE : LEQUEL EST LE PLUS ADAPTÉ À VOS APPLICATIONS? CLOUD PUBLIC, PRIVÉ OU HYBRIDE : LEQUEL EST LE PLUS ADAPTÉ À VOS APPLICATIONS? Les offres de Cloud public se sont multipliées et le Cloud privé se généralise. Désormais, toute la question est de savoir

Plus en détail

Sommaire INTRODUCTION GÉNÉRALE... 5 CHAPITRE I : L ACTIVITÉ ANTICANCÉREUSE DES COMPLEXES DE PLATINE... 8. A Le cisplatine... 8

Sommaire INTRODUCTION GÉNÉRALE... 5 CHAPITRE I : L ACTIVITÉ ANTICANCÉREUSE DES COMPLEXES DE PLATINE... 8. A Le cisplatine... 8 Sommaire INTRODUCTION GÉNÉRALE... 5 CHAPITRE I : L ACTIVITÉ ANTICANCÉREUSE DES COMPLEXES DE PLATINE... 8 A Le cisplatine.... 8 A.I Découverte de l activité anti-tumorale du cisplatine... 8 A.II Activité

Plus en détail

Organisation. n de l aviation. ATConf/6-WP/80 1. Point 1 : 1.1 SOUVERAINETÉ. peut par contre. site web. Références : 1. CONTEXTE. un principe 1.

Organisation. n de l aviation. ATConf/6-WP/80 1. Point 1 : 1.1 SOUVERAINETÉ. peut par contre. site web. Références : 1. CONTEXTE. un principe 1. Organisation n de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL ATConf/6-WP/80 1 4/ 3/13 SIXIÈME CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN Montréal, 18 22 mars 2013 Point 1 : 1.1 Aperçu général des tendances

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

Résumé. Version du 25.7.2007 heg,fm,mzi

Résumé. Version du 25.7.2007 heg,fm,mzi Etude comparative des prix des médicaments entre la Suisse, l Allemagne, les Pays-Bas, le Danemark, la Grande-Bretagne, la France, l Italie et l Autriche Version du 25.7.2007 heg,fm,mzi Résumé Les coûts

Plus en détail

Le bootstrap expliqué par l exemple

Le bootstrap expliqué par l exemple Le bootstrap expliqué par l exemple 1 Le bootstrap expliqué par l exemple 1. Les concepts du bootstrap 2. Des variantes adaptées au contexte 3. Comparaison des différentes méthodes 4. Les cas sensibles

Plus en détail