FAVORISER LA BIODIVERSITÉ DANS LE CIMETIÈRE. Guillaume Larregle (Maison de l Environnement de Seine-et-Marne)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "FAVORISER LA BIODIVERSITÉ DANS LE CIMETIÈRE. Guillaume Larregle (Maison de l Environnement de Seine-et-Marne)"

Transcription

1 FAVORISER LA BIODIVERSITÉ DANS LE CIMETIÈRE Guillaume Larregle (Maison de l Environnement de Seine-et-Marne)

2 LA TRAME VERTE ET BLEUE RECONSTITUER UN RÉSEAU DE CONTINUITÉS ÉCOLOGIQUES Permettre à la faune et à la flore de se déplacer sans contraintes entre les sites d alimentation, de reproduction, etc.

3 LA TRAME VERTE ET BLEUE UTILISER LES ESPACES DISPONIBLES DANS LE CIMETIÈRE haies, bordures enherbées, massifs, espaces verts, etc. Le cimetière représente souvent une surface conséquente des «espaces verts de la commune». Crédit photo : Vincent van de Bor

4 DÉCOUVRIR LE POTENTIEL DE BIODIVERSITÉ Ex : Cimetière du Père Lachaise 44 ha, le plus grand espace vert parisien intra-muros. Sortie de découverte de la nature. Nombreuses espèces végétales dont deux protégées. Crédit photo : Martin Denis

5 DÉCOUVRIR LE POTENTIEL DE BIODIVERSITÉ Ex : Manchester Réalisation d un film pour montrer la biodiversité du cimetière.

6 TOLERER LES PLANTES SAUVAGES Arrêt des produits chimiques. Retour des plantes sauvages spontanées.

7 REMETTRE EN CAUSE LE DESHERBAGE Faut-il désherber à tout prix et partout? Attendre un autre résultat sans les produits chimiques.

8 REMETTRE EN CAUSE LE DESHERBAGE Désherbage + produits chimiques = respect des défunts? Les Montreuillois ne respectent-ils pas leurs morts? Ex : cimetière de Montreuil sous bois Crédit photo : Vincent van de Bor

9 ENVISAGER AUTREMENT LE CIMETIÈRE Notion de cimetière paysager Ex : cimetière De Bressuire Crédit photographique : Conseil Régional Poitou-Charentes, FREDON Poitou-Charentes

10 PLANTER DES ARBRES ET ARBUSTES HAIE DIVERSIFIÉE Multiplication des niches écologiques Ressources alimentaires Zone de refuge et de nidification Epuration Effet brise-vent Fixation d éléments nutritifs Diversité et renouvellement esthétiques Continuité écologique Favorisation des auxiliaires G. Larrègle

11 PLANTER DES ARBRES ET ARBUSTES ESPÈCES LOCALES meilleures pousses et chances de reprise, robustesse en raison de la parfaite adaptation au sol et au climat, croissance souvent plus lente, Peu de besoin d eau et de produits phytosanitaires.

12 PLANTER DES ARBRES ET ARBUSTES PLANTER DES ESSENCES TOUJOURS VERTES Espèce ornementale traditionnelle de cimetières. If (Taxus baccata) symbole de vie et de mort. Adapté à la taille ornementale, toujours vert. Taxol.

13 PLANTER DES ARBRES ET ARBUSTES DECOUVRIR LES ARTHROPODES DE L IF (sources OPIE). Ordre Espèce Nom français Arachnide Cecidophyopsis psilaspis Le Phytopte des bourgeons de l'if Diptère Taxomyia taxi La Cécidomyie des bourgeons de l'if Hémiptère Parthenolecanium pomeranicum La Cochenille à carapace de l'if Coléoptère Otiorhynchus singularis (O. picipes) L'Otiorhynque à pattes couleur de poix Lépidoptères Lymantria monacha La Nonne Blastobasis lignea La Teigne de l'if Ditula angustiorana La Tordeuse de l'if Deileptenia ribeata La Boarmie du sapin

14 PLANTER DES ARBRES ET ARBUSTES PLANTER DES ESSENCES TOUJOURS VERTES Houx (Ilex aquifolium) Fragon faux houx (Ruscus aculeatus) Crédit photo : Christophe Parisot.

15 PLANTER DES AROMATIQUES CHOISIR DES SOUS-ARBRISSEAUX résistance à la sécheresse, port et volume modérés, peu de gestion, récolte possible (valeurs symbolique et émotionnelle), nectarifères.

16 PLANTER DES AROMATIQUES CHOISIR LES ESPÈCES thym (variété sauvage en 77, Thymus praecox), sauge (variété sauvage en 77, Salvia pratensis), origan (variété sauvage en 77, Origanum vulgare), lavande, romarin, etc.

17 FAVORISER LES HERBACÉES Pour éviter produits chimiques et désherbage, divers semis sont possibles. Semis Esthétique Biodiversité Gazon rustique + + Semis de fleurs Semis de fleurs sauvages locales ++ (+) +++ Crédit photographique : Conseil Régional Poitou-Charentes, FREDON Poitou-Charentes

18 FAVORISER LES HERBACÉES COUVRIR DES SURFACES espaces d agrandissement, tombes abandonnées (échues), bordures de murs, espaces étroits entre les tombes. Crédit photographique : Nancy Fonteny Crédit photographique : Vincent Vande Bor

19 FAVORISER LES HERBACÉES UTILISER DES FLEURS SAUVAGES LOCALES Pour créer une jachère fleurie Quelques critères de choix : Plante hôte Capacité nectarifère Caractère vivace ou se ressemant Adaptation aux sols perturbés (messicoles et/ou rudérales) Résistance à la sècheresse (xérophiles) Esthétique Propriétés médicinales Propriétés alimentaires

20 UTILISER DES FLEURS SAUVAGES LOCALES FAVORISER LES HERBACÉES

21 FAUCHER TARDIVEMENT LAISSER POUSSER Réaliser une seule coupe annuelle en automne. Objectif: Laisser les fleurs et graminées terminer leur cycle de vie (jusqu à maturation des graines). Conséquence: Favorable aux insectes, oiseaux, etc. Ex : Columbarium de Fontainebleau

22 FAVORISER LES ESSENCES SAUVAGES LOCALES LES CONNAÎTRE LES TROUVER Sur le site de la Maison de l environnement: Listes d arbres et arbustes. Listes de fleurs : prairies, prairies humides, pelouses sèches.

23 FAVORISER LA FLORE DES VIEUX MURS TOLÉRER LES PLANTES ET MOUSSES

24 FAVORISER LA FLORE SUR LES TOMBES TOLÉRER LICHENS ET MOUSSES

25 FAVORISER LA FAUNE DES VIEUX MURS LAISSER UNE PLACE AUX ANIMAUX

26 FAVORISER LA BIODIVERSITÉ DES VIEUX MURS Restaurer les vieux murs en douceur Ne pas tout restaurer d'un coup Épargner une partie des petites plantes non ligneuses Hors périodes de reproduction Maintenir des interstices autant que possible Créer un mur en pierres sèches Interstices propices à l'installation de plantes et animaux Stabilité assurée grâce à l'agencement minutieux des pierres

27 FAVORISER LA FAUNE DES SOLS NUS MAINTENIR DES MILIEUX POUR DES AUXILIAIRES Sols sableux ou nus : zones de chasse et nidification d insectes

28 FAVORISER L INSTALLATION DE LA FAUNE INSTALLER DES NICHOIRS DIVERSIFIÉS Oiseaux (hulotte, martinet, etc.) Mammifères (belette, hérisson, etc.) Insectes

29 FAVORISER LES ABEILLES INSTALLER DES NICHOIRS Favoriser la pédagogie Prendre quelques précautions. Ex : ville de La Roche Guyon Ex : ville de Fontainebleau

30 FAVORISER LA BIODIVERSITÉ LIÉE AU BOIS LAISSER DU BOIS MORT OU SÉNESCENT 25 à 35% de la biodiversité en forêt. Effet boule de neige de la présence des pics : Leurs cavités attirent de nombreuses espèces (mammifères, oiseaux) qui y nichent. Richesse entomologique, fongique, etc.

31 FAVORISER LA BIODIVERSITÉ LIÉE AU BOIS LAISSER DU BOIS MORT OU SÉNESCENT Nota bene : les espèces mangeant du bois mort sont rarement les mêmes que celles qui mangent du bois sain.

32 FAVORISER LA BIODIVERSITÉ LIÉE AU BOIS tailles en chandelle, sécurisées (hauteur 2 à 5m), tas de bois. GERER EN SÉCURITÉ

33 ACCOMPAGNEMENT DE LA MAISON DE L ENVIRONNEMENT La Maison de l environnement peut vous accompagner dans une démarche de gestion des espaces verts en faveur de la biodiversité.

34 ACCOMPAGNEMENT DE LA MAISON DE L ENVIRONNEMENT Engagements mutuels établis par une convention. Les engagements de la Maison de l environnement : Par différentes actions : formations, animations sur le terrain, affichage sur site, presse, accompagnement et conseils techniques, conférences. Envers différents publics: services techniques, élus, habitants, scolaires.

35 ACCOMPAGNEMENT DE LA MAISON DE L ENVIRONNEMENT Préalable obligatoire avant signature de la convention : VERIFIER L ECOCONDITIONNALITÉ Engagements des collectivités Les 10 points de gestion listés ci-après. Efforts de communication et formation. Pose de panneaux. Fournir des informations de suivi et d évaluation.

36 ACCOMPAGNEMENT DE LA MAISON DE L ENVIRONNEMENT Les 10 engagements de gestion de la commune Favoriser les espèces de la flore locale (plantations ou pousses spontanées). Diminuer le nombre de tontes des surfaces enherbées ; au mieux, pratiquer une seule fauche annuelle tardive sur certains sites. Créer ou restaurer des mares champêtres ou des zones humides. Améliorer les conditions de vie des insectes butineurs et des auxiliaires naturels. Augmenter la présence du bois mort (chandelles ou tas de bois). Favoriser la création de continuités écologiques. Réduire la consommation d eau d arrosage. Réduire la consommation énergétique des techniques d entretien. Favoriser la sensibilisation et la connaissance du patrimoine naturel auprès des habitants. Mettre en place une démarche de réduction de l utilisation des produits phytosanitaires avec l aide de l association AQUI Brie ou du service de l eau du Conseil Général de Seine et Marne.

37 SYNTHESE 5 principes de gestion pour la biodiversité : Stopper l usage des produits chimiques phytosanitaires. Tolérer les espèces locales spontanées. Planter des espèces locales. Tondre moins souvent certaines zones. Appliquer des considérations esthétiques et paysagères. 1 fil conducteur : bien communiquer sur cette gestion

Coordination Régionale LPO Pays de la Loire

Coordination Régionale LPO Pays de la Loire Coordination Régionale LPO Pays de la Loire COMITE 21 27 Avril 2010 Campagne «Tous agissons pour la nature!» Une campagne d actions concrètes pour la protection de la nature ordinaire, la nature de proximité

Plus en détail

Plan de désherbage, plan de gestion différenciée : objectifs et mise en œuvre concrète, quelles sont les actions à mettre en place par les communes?

Plan de désherbage, plan de gestion différenciée : objectifs et mise en œuvre concrète, quelles sont les actions à mettre en place par les communes? 11 décembre Arles Plan de désherbage, plan de gestion différenciée : objectifs et mise en œuvre concrète, quelles sont les actions à mettre en place par les communes? Claire LAFON Benoit DUPUY Introduction

Plus en détail

Association des. Objectifs. convivialité, réunir les habitants autour du jardinage. action sociale, action environnementale,

Association des. Objectifs. convivialité, réunir les habitants autour du jardinage. action sociale, action environnementale, Objectifs Association des convivialité, réunir les habitants autour du jardinage action sociale, création de jardins familiaux action environnementale, promouvoir un jardinage respectueux de l environnement

Plus en détail

La vie de la ruche. Animation proposée aux scolaires (Cycle 1 et 2), aux centres aérés, aux groupes d'adultes.

La vie de la ruche. Animation proposée aux scolaires (Cycle 1 et 2), aux centres aérés, aux groupes d'adultes. La vie de la ruche Animation proposée aux scolaires (Cycle 1 et 2), aux centres aérés, aux groupes d'adultes. public, l'animateur, les circonstances et les demandes spécifiques des accompagnateurs. Durée

Plus en détail

Une nouvelle écologie des parcs et des jardins

Une nouvelle écologie des parcs et des jardins Une nouvelle écologie des parcs et des jardins Une nouvelle écologie des parcs et des jardins Patrimoine vert bordelais et politique de développement et de gestion Ecologie : grands principes et applications

Plus en détail

L essentiel en un coup d œil

L essentiel en un coup d œil À chaque usage son gazon naturel Selon l usage auquel vous destinez votre gazon, vous devrez avant toute chose réfléchir au type de gazon qui vous conviendra le mieux. On dénombre 4 catégories principales

Plus en détail

Édito. Pas besoin d aller loin pour découvrir un nouveau monde! Comité Départemental de la Protection de la Nature et de l Environnement

Édito. Pas besoin d aller loin pour découvrir un nouveau monde! Comité Départemental de la Protection de la Nature et de l Environnement Enseignants du primaire Pour vos projets d écoles et vos classes découvertes, faites découvrir la biodiversité du territoire à travers des programmes riches et ludiques! Édito Agglopolys, Communauté d'agglomération

Plus en détail

RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE RÉUNION D INFORMATION : COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1

RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE RÉUNION D INFORMATION : COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1 RÉUNION D INFORMATION COMPOSTAGE DOMESTIQUE 1 LE TERRITOIRE 40 communes adhérentes 223 000 habitants Compétence collecte et traitement des déchets 2 LA PRÉVENTION DES DECHETS TRIER C EST BIEN, PRODUIRE

Plus en détail

Parc Navazza: A la découverte de ses richesses naturelles

Parc Navazza: A la découverte de ses richesses naturelles Parc Navazza: A la découverte de ses richesses naturelles Festival du développement durable juin 2009 Le parc Navazza et ses richesses naturelles Localisation de la visite Le parc Navazza peut grossièrement

Plus en détail

Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes

Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes Annexe 3 Enjeux environnementaux prioritaires des forêts de Poitou-Charentes Cette annexe présente les enjeux environnementaux ayant été définis comme prioritaires en Poitou-Charentes. Une série de cartes

Plus en détail

Le réseau FRENE. de Forêts Rhônalpines. en Évolution NaturellE. Arbre biotope Forêt communale de la Motte Servolex ( L.

Le réseau FRENE. de Forêts Rhônalpines. en Évolution NaturellE. Arbre biotope Forêt communale de la Motte Servolex ( L. Le réseau FRENE de Forêts Rhônalpines en Évolution NaturellE Arbre biotope Forêt communale de la Motte Servolex Pourquoi constituer ce réseau? Les peuplements âgés, grâce à leur bois mort et à cavités,

Plus en détail

Taillis à courte ou très courte rotation (TTCR) : gestion des pratiques d implantation

Taillis à courte ou très courte rotation (TTCR) : gestion des pratiques d implantation PRATIQUES N 12 Taillis à courte ou très courte rotation (TTCR) : gestion des pratiques d implantation Définition générale de la pratique TTRC de saule Les taillis à courte ou très courte rotation (TCR

Plus en détail

La végétalisation du bâti: support de la biodiversité urbaine?

La végétalisation du bâti: support de la biodiversité urbaine? La végétalisation du bâti: support de la biodiversité urbaine? Frédéric Madre et Alan Vergnes Museum National d Histoire Naturelle Département d Ecologie et Gestion de la Biodiversité, UMR 7204 CERSP 55

Plus en détail

Municipalité et protection de la nature

Municipalité et protection de la nature Municipalité et protection de la nature LPO Loire-Atlantique Coordination : Anthony Boureau 3 Remerciements Nous tenons tout d abord à remercier chaleureusement tous ceux sans qui ce projet n aurait pu

Plus en détail

Le compost. Un petit écosystème au jardin

Le compost. Un petit écosystème au jardin Le compost Un petit écosystème au jardin En utilisant du compost au jardin, nous rendons les matières organiques produites par le jardin ou par notre alimentation, à l écosystème naturel. Ainsi l écosystème

Plus en détail

Formulaire d'adhésion PEFC

Formulaire d'adhésion PEFC Formulaire d'adhésion PEFC Acte d'engagement du propriétaire dans la démarche de certification par portage proposée par la Coopérative Provence Forêt I Présentation La certification PEFC doit permettre

Plus en détail

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun ou Phragmites australis Indigène vs exotique Il y a deux sous-espèces de Phragmites australis, L indigène: n envahit pas le milieu, cohabite avec les

Plus en détail

Les potagers Neerstalle

Les potagers Neerstalle Les potagers Neerstalle Une initiative de Marc COOLS, Échevin de l Environnement et des Propriétés communales, avec le soutien du Collège des Bourgmestre et Échevins d Uccle Une action menée par le Service

Plus en détail

Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique

Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique Les compensations écologiques sur la ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique Conception, rédaction, réalisation : Parménion/RFF - Crédit photos : Biotope, CREN Poitou-Charentes, Ecosphère, RFF Impression

Plus en détail

verger biodiversité arbre & forêt eau animations scolaires maternelle 3 secondaire

verger biodiversité arbre & forêt eau animations scolaires maternelle 3 secondaire verger biodiversité eau arbre & forêt animations scolaires maternelle 3 secondaire Le CRIE vous propose ses animations en projet ainsi que toute une série d activités d 1 journée ou d 1/2 journée Découvrez-les

Plus en détail

Guide pratique. Composter dans son jardin

Guide pratique. Composter dans son jardin Guide pratique Composter dans son jardin Faire son compost soi-même constitue la meilleure façon de recycler ses déchets de cuisine et de jardin, tout en produisant un excellent fertilisant. Ce guide vous

Plus en détail

Le minéral. Les murets, les allées, les terrasses... www.expertjardins.com. L apparition de mauvaises herbes et de mousses

Le minéral. Les murets, les allées, les terrasses... www.expertjardins.com. L apparition de mauvaises herbes et de mousses Le minéral Les murets, les allées, les terrasses... Les maçonneries sont soumises aux éléments naturels : les fortes pluies, le gel et le vent. L apparition de mauvaises herbes et de mousses Il est normal

Plus en détail

1 3 Le brassage. Conseil. Astuce. La mise en route du composteur. L approvisionnement en déchets. L arrosage

1 3 Le brassage. Conseil. Astuce. La mise en route du composteur. L approvisionnement en déchets. L arrosage Qu est-ce que le compostage? Le compostage est la transformation des matières organiques avec la complicité de divers organismes vivants depuis la bactérie et le champignon jusqu aux vers de terre et aux

Plus en détail

Le gazon connait deux périodes de repos:

Le gazon connait deux périodes de repos: Le gazon connait deux périodes de repos: En hiver froid En été sécheresse Naturellement, à cette période le gazon ne se développe plus et va jaunir par manque d eau. Pour contrecarrer cette période de

Plus en détail

Le printemps est arrivé!

Le printemps est arrivé! Newsletter N 19 LE SMIRIL AU FIL DE L'EAU ET DU TEMPS Le printemps est arrivé! La nature se réveille Les CME de Sérézin-du-Rhône et d'irigny agissent pour la biodiversité Le programme Urban bees se poursuit

Plus en détail

ESPÈCES ANIMALES PROTÉGÉES

ESPÈCES ANIMALES PROTÉGÉES Je favorise la nature ESPÈCES ANIMALES PROTÉGÉES HABITER DURABLE - Edition n 0 1 - septembre 2014 (nouvelle collection) Je m informe DÉFINITIONS Arthropode Groupe d espèces invertébrées aux membres articulés

Plus en détail

FAUNE,FLORE, MILIEUX

FAUNE,FLORE, MILIEUX FAUNE,FLORE, MILIEUX LA NATURE LA DIVERSITE BIOLOGIQUE UNE REGLE LA DIVERSITE LA DIVERSITE BIOLOGIQUE S APPRECIE A TROIS NIVEAUX INDIVIDUS (Diversité génétique) ESPECES ECOSYSTEMES UN PATRIMOINE UNE RESSOURCE

Plus en détail

Petit conservatoire dans un jardin des Collines du Paradis

Petit conservatoire dans un jardin des Collines du Paradis Petit conservatoire dans un jardin des Collines du Paradis L espace d un an suffit pour constater la richesse et la diversité des populations d insectes qui prospectent dans le moindre carré de jardin.

Plus en détail

DOMAINE «ENVIRONNEMENT EXTERNE»

DOMAINE «ENVIRONNEMENT EXTERNE» DOMAINE «ENVIRONNEMENT» DOMAINE : ENVIRONNEMENT EMPLOI-REPERE : EMPLOYE(E) D ENTRETIEN ET PETITS TRAVAUX (A) HOMME-FEMME TOUTES MAINS (A) Les conditions de réalisation de l intervention (lieu, équipements,

Plus en détail

Bâti agricole AMÉNAGEMENTS. Définition générale de l aménagement. Quel est l impact sur la biodiversité? N 12

Bâti agricole AMÉNAGEMENTS. Définition générale de l aménagement. Quel est l impact sur la biodiversité? N 12 AMÉNAGEMENTS N 12 Bâti agricole Définition générale de l aménagement. Le bâti, qu il soit à usage d habitation ou à vocation agricole, a de tout temps constitué un habitat privilégié pour de nombreuses

Plus en détail

Présentation par Hayat MESBAH Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification Maroc

Présentation par Hayat MESBAH Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification Maroc Présentation par Hayat MESBAH Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification Maroc LA CONVENTION DE BERNE AU MAROC Le Maroc est Partie contractante à la Convention de Berne

Plus en détail

La cour de récréation, terrain de jeux scientifiques Lieu d observations et d expérimentations Programmation annuelle et par périodes

La cour de récréation, terrain de jeux scientifiques Lieu d observations et d expérimentations Programmation annuelle et par périodes La cour de récréation, terrain de jeux scientifiques Lieu d observations et d expérimentations Programmation annuelle et par périodes Fixer un lieu précis de la cour avec les élèves pour observer les manifestations

Plus en détail

Auxiliaires. du jardin. la petite faune utile au jardin. Les. Quelques conseils pour accueillir

Auxiliaires. du jardin. la petite faune utile au jardin. Les. Quelques conseils pour accueillir Auxiliaires Les du jardin Quelques conseils pour accueillir la petite faune utile au jardin Dour ha Stêroù Breizh Centre Régional d Initiation à la Rivière - 22810 Belle-Isle-en-Terre - Tél : 02 96 43

Plus en détail

Rapport d activité association SPNE 2012 et actions à venir 2013

Rapport d activité association SPNE 2012 et actions à venir 2013 Rapport d activité association SPNE 2012 et actions à venir 2013 Jeudi 4 avril 2013 Ordre du jour I. Animations réalisées en 2012 II. Valorisation et protection du patrimoine naturel 2012 III. Sorties

Plus en détail

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS Le compostage est un processus de dégradation biologique maîtrisé de matières organiques en présence d air. Il aboutit à la production d un produit stable : le compost, utilisable

Plus en détail

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Le compost au printemps Le compost en été Le compost à l automne Le compost en hiver Le compost au printemps La saison idéale pour démarrer son compost...

Plus en détail

Comment choisir son terreau et son fertilisant

Comment choisir son terreau et son fertilisant Comment choisir son terreau et son fertilisant Comment choisir son terreau et son fertilisant Entretenez la qualité de la terre Votre sol joue principalement 2 rôles. Il contient les substances nutritives

Plus en détail

DLF-TRIFOLIUM SEED & SCIENCES

DLF-TRIFOLIUM SEED & SCIENCES Le bon choix Turfline le bon choix CONTENU le BON choix 2 un nouveau design 4 les compositions 5 un choix judicieux 7 Le bon choix Nous sommes fiers de vous présenter le nouveau design de l emballage Turfline.

Plus en détail

CHIROPTÈRES ET SITES MILITAIRES CONNAISSANCE ET PROTECTION LES CHAUVES-SOURIS

CHIROPTÈRES ET SITES MILITAIRES CONNAISSANCE ET PROTECTION LES CHAUVES-SOURIS Plan National d'actions Chiroptères 2009-2013 CHIROPTÈRES ET SITES MILITAIRES 02 LES CHAUVES-SOURIS Seuls mammifères à vol actif ; 34 espèces présentes en France métropolitaine ; Insectivores (quelques

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable: Toitures vertes : du concept à l entretien

Formation Bâtiment Durable: Toitures vertes : du concept à l entretien Formation Bâtiment Durable: Toitures vertes : du concept à l entretien Bruxelles Environnement Biodiversité : Potentialité écologique des toitures vertes et autres dispositifs favorisant le développement

Plus en détail

Journées portes ouvertes ECOPHYTO 18-11-2013

Journées portes ouvertes ECOPHYTO 18-11-2013 Journées portes ouvertes ECOPHYTO 18-11-2013 Principe: Favoriser la biodiversité fonctionnelle sur l exploitation -Impact très souvent sous estimé de la faune auxiliaire naturellement présente -Importance

Plus en détail

OUVERT02 - Maintien de l ouverture par élimination mécanique ou manuelle des rejets ligneux et autres végétaux indésirables Sous-mesure :

OUVERT02 - Maintien de l ouverture par élimination mécanique ou manuelle des rejets ligneux et autres végétaux indésirables Sous-mesure : OUVERT02 - Maintien de l ouverture par élimination mécanique ou manuelle des rejets ligneu et autres végétau indésirables Sous-mesure : 10.1 Paiements au titre d'engagements agroenvironnementau et climatiques

Plus en détail

Aménagements agroforestiers et Biodiversité fonctionnelle

Aménagements agroforestiers et Biodiversité fonctionnelle Aménagements agroforestiers et Biodiversité fonctionnelle Cette plaquette, réalisée par Arbre et Paysage 32, en lien avec le projet CASDAR «Améliorer l efficacité agro-écologique des systèmes agroforestiers

Plus en détail

Exposition zones humides. Dossier de Presse

Exposition zones humides. Dossier de Presse Dossier de Presse DOSSIER DE PRESSE - EXPOSITION ZONES HUMIDES 2015 Panneaux d expositions Conception graphique : Séverine Soury Textes : Aurélie Matrot - AVEN Crédits photographiques Aurélie Matrot, Sarah

Plus en détail

Animation Nature en ville

Animation Nature en ville Animation Nature en ville Animations nature pour les classes au pavillon Plantamour SOMMAIRE POUR LES ENSEIGNANT(E)S 1. PRESENTATION 2. GENERALITES 3. AVANT L ANIMATION 4. PENDANT L ANIMATION 5. APRES

Plus en détail

Rapport de veille sur les évolutions du domaine. des parcs et jardins P. 1/13

Rapport de veille sur les évolutions du domaine. des parcs et jardins P. 1/13 Rapport de veille sur les évolutions du domaine des parcs et jardins P. 1/13 Numéro : 8 Date : 15 mars 2009 Centre : Centre de compétence Secteurs verts Forem Formation Titre : La végétalisation des toitures

Plus en détail

Les insectes auxiliaires du jardin Maintenir la biodiversité dans le Grand Lyon

Les insectes auxiliaires du jardin Maintenir la biodiversité dans le Grand Lyon Les insectes auxiliaires du jardin Maintenir la biodiversité dans le Grand Lyon Le Syrphe ceinturé DÉFINITION Les ravageurs sont des organismes qui causent des dégâts aux plantes cultivées, aux stocks

Plus en détail

4. Notice d utilisation

4. Notice d utilisation Clauses techniques pour une prise en compte de la réduction de l utilisation des produits phytopharmaceutiques dans les marchés publics d entretien et de conception des espaces publics Mars 2012 Action

Plus en détail

Permet plus de souplesse au niveau du raisonnement de la lutte contre les organismes nuisibles

Permet plus de souplesse au niveau du raisonnement de la lutte contre les organismes nuisibles Atelier Biocontrôle Matthieu BENOIT Chambre régionale d agriculture de Normandie - arboriculture Action pilotée par le ministère chargé de l'agriculture, avec l appui financier de l Office national de

Plus en détail

VÉGÉTALISATION DES COURS ET JARDINS PRIVÉS

VÉGÉTALISATION DES COURS ET JARDINS PRIVÉS Je favorise la nature VÉGÉTALISATION DES COURS ET JARDINS PRIVÉS HABITER DURABLE - Edition n 0 1 - mise à jour septembre 2014 (nouvelle collection) Je m informe DÉFINITIONS Adventice Couramment appelée

Plus en détail

Les méthodes de luttes : De la protection «systématique» à la Protection Intégrée (P.B.I.)

Les méthodes de luttes : De la protection «systématique» à la Protection Intégrée (P.B.I.) Les méthodes de luttes : De la protection «systématique» à la Protection Intégrée (P.B.I.) Protection Biologique Intégrée Lutte phytosanitaire De la lutte «systématique» à la lutte raisonnée La lutte «systématique»

Plus en détail

Biodiversité et patrimoine bâti

Biodiversité et patrimoine bâti Biodiversité et patrimoine bâti Guide pratique du patrimoine bâti du Vexin français De nombreux petits animaux et plantes vivent dans nos maisons et leurs abords. Du fait des modifications intervenues

Plus en détail

CENTRALE PHOTOVOLTAÏQUE DE TOUL-ROSIERES

CENTRALE PHOTOVOLTAÏQUE DE TOUL-ROSIERES CENTRALE PHOTOVOLTAÏQUE DE TOUL-ROSIERES L EXCELLENCE ENVIRONNEMENTALE AU CŒUR DE LA LORRAINE DOSSIER DE PRESSE - Novembre 2012 LA CENTRALE PHOTOVOLTAÏQUE DE TOUL-ROSIERES : l excellence environnementale

Plus en détail

Exemples d estimations

Exemples d estimations les Rencontres de l Urbanisme 2008 Conseil d architecture d urbanisme et de l environnement Exemples d estimations Hypothèses Tous les coûts de cette étude sont donnés en H.T. Le coût d exploitation est

Plus en détail

Réunion Publique Opération Compostage Individuel

Réunion Publique Opération Compostage Individuel Réunion Publique Opération Compostage Individuel Introduction : 1) mettre nos déchets dans le composteur et non à la poubelle? 2) transformer nos déchets en compost? 3) utiliser le compost? 4) Le paillage,

Plus en détail

LE PLAN DE DÉSHERBAGE COMMUNAL

LE PLAN DE DÉSHERBAGE COMMUNAL 1 PLAN DE DÉSHERBAGE COMMUNAL LE PLAN DE DÉSHERBAGE COMMUNAL Le plan de désherbage communal constitue la première étape pour faire évoluer les pratiques d entretien de votre commune. Cet outil vise à protéger

Plus en détail

Gérer définitivement les problèmes de mousse

Gérer définitivement les problèmes de mousse Gérer définitivement les problèmes de mousse Tuer la mousse n est pas un problème mais pour l éliminer définitivement, il faudra identifier la ou les origines de sa présence et y remédier Quelles sont

Plus en détail

DOSSIER de CANDIDATURE

DOSSIER de CANDIDATURE DOSSIER de CANDIDATURE 2015 A remplir et à renvoyer par voie postale à Comité de marque vraies messicoles P/O Sandra Malaval Fédération des Conservatoires botaniques nationaux* CBN Pyrénées Midi-Pyrénées

Plus en détail

Choix des essences + protection des arbres

Choix des essences + protection des arbres Gestion de l arbre en milieu urbain 27 mars 2014 Choix des essences + protection des arbres Yves FRIQUET Conseil Général du Haut-Rhin Mission technique Arbres Unité Nature et Patrimoine arboré/sea/devi

Plus en détail

Site >> Site de Salins CARTE D IDENTITÉ DU SITE N D IDENTIFICATION UE : R8302018 DÉPARTEMENT(S) CONCERNÉ(S) :

Site >> Site de Salins CARTE D IDENTITÉ DU SITE N D IDENTIFICATION UE : R8302018 DÉPARTEMENT(S) CONCERNÉ(S) : Site >> Site de Salins CARTE D IDENTITÉ DU SITE DIRECTIVE : Habitats N D IDENTIFICATION UE : R8302018 DÉPARTEMENT(S) CONCERNÉ(S) : COMMUNE(S) CONCERNÉE(S) : SURFACE : Cantal Anglards-de-Salers, Le Vigean,

Plus en détail

Bassin de la Vie et du Jaunay Groupe de travail «Gestion Différenciée»

Bassin de la Vie et du Jaunay Groupe de travail «Gestion Différenciée» Bassin de la Vie et du Jaunay Groupe de travail «Gestion Différenciée» Cahier des charges pour la mise en place d un plan de gestion différenciée SAGE du bassin de la Vie et du Jaunay, 11 rue du Bourg,

Plus en détail

Les Français et la nature

Les Français et la nature Les Français et la nature Contact Frédéric Micheau Directeur des études d opinion Directeur de département Tel : 01 78 94 90 00 fmicheau@opinion-way.com http://www.opinion-way.com Mars 2015 1 Méthodologie

Plus en détail

Création de la pelouse

Création de la pelouse Dans un jardin, la pelouse reste un élément essentiel aux yeux de bien des jardiniers qui voient dans les gazons britanniques le comble du raffinement. Une pelouse offre plus d un attrait. Elle constitue

Plus en détail

Découvrir et agir : l eau, c est la vie! La malle Cantal Eau

Découvrir et agir : l eau, c est la vie! La malle Cantal Eau Découvrir et agir : l eau, c est la vie! La malle Cantal Eau Syndicat des Cramades La malle Cantal'Eau - Découvrir et agir l'eau c'est la vie! - Grand public Agence de l eau Adour Garonne 1 Le Syndicat

Plus en détail

VILLE DE SAINTRY SUR SEINE. Faire son compost chez soi...

VILLE DE SAINTRY SUR SEINE. Faire son compost chez soi... Faire son compost chez soi... Le compostage individuel Pourquoi? Moins de déchets dans nos poubelles : Détourner les déchets verts et de la collecte et du traitement Limiter les nuisances liées à la gestion

Plus en détail

Constitution d'un réseau écologique sur la commune de Muttersholtz

Constitution d'un réseau écologique sur la commune de Muttersholtz Identité du territoire Structure porteuse de l'action : Ligue pour la Protection des Oiseau Alsace Entrée Thématique Agriculture Espèces et habitats naturels Milieu aquatiques et humides Localisation :

Plus en détail

Lonicera caerulea L., Chèvrefeuille comestible, Chèvrefeuille bleu, Camerise, Blue Honeysuckle, Sweetberry Honeysuckles,Edible Honeysuckles ou Haskap

Lonicera caerulea L., Chèvrefeuille comestible, Chèvrefeuille bleu, Camerise, Blue Honeysuckle, Sweetberry Honeysuckles,Edible Honeysuckles ou Haskap Guide de culture Camérise, Chèvrefeuille comestible, Haskap, Blue honeysuckle, Lonicerae (Traduit des notes du Dr.Bob Bors, enseignant à l Université de la Saskatchewan au Département de phytotechnie et

Plus en détail

Guide pratique du compostage

Guide pratique du compostage Guide pratique du compostage sommaire Le compostage un processus naturel et économique 3 Les modes de compostage 4 Réaliser son compost 6 Bien réussir son compost 8 3 Le compostage un processus naturel

Plus en détail

Délai : Tous les documents doivent être déposés auprès du préposé communal avant le 13 février 2015

Délai : Tous les documents doivent être déposés auprès du préposé communal avant le 13 février 2015 Département de l économie, de l'énergie et du territoire Service de l agriculture Office des paiements directs Information aux exploitants agricoles du canton du Valais Dès cette année, les documents relatifs

Plus en détail

Annexe : travaux d'entretien et de réparations ordinaires

Annexe : travaux d'entretien et de réparations ordinaires Annexe : travaux d'entretien et de réparations ordinaires Les «travaux d'entretien et de réparations ordinaires»sur les immeubles inscrits au titre des monuments historiques, sur les immeubles situés en

Plus en détail

Intérêts. Eau Air Biodiversité Energie Economie Cadre de vie PLANTATION DE BULBES

Intérêts. Eau Air Biodiversité Energie Economie Cadre de vie PLANTATION DE BULBES Fiche n 1 Fleurir autrement Objectifs : Diversifier le fleurissement. Créer des «événements» visuels. Limiter l usage d herbicides. Limiter l arrosage. Concilier cadre de vie et biodiversité. Intérêts

Plus en détail

handyjob )))) multi-services Un regard différent sur le monde je suis handycapable

handyjob )))) multi-services Un regard différent sur le monde je suis handycapable Un regard différent sur le monde je suis handycapable Avec 80% de travailleurs handicapés, notre spécificité est d'être une entreprise solidaire et citoyenne en proposant un service d'une grande exigence

Plus en détail

LA GESTION DURABLE DES FORÊTS PUBLIQUES

LA GESTION DURABLE DES FORÊTS PUBLIQUES LA GESTION DURABLE DES FORÊTS PUBLIQUES 2015 AGENCE DE FONTAINEBLEAU L OFFI CE NATIONAL DES FORÊTS PREMIER GESTIONNAIRE D ESPACES NATURELS EN FRANCE Établissement public à caractère industriel et commercial

Plus en détail

3-2 Points de vue significatifs

3-2 Points de vue significatifs Depuis l ouest et le sud-ouest 11 3-2 Points de vue significatifs Depuis le village de St-Hippolyte-de-Montaigu, le site reste invisible, caché par le flanc sud boisé du Soleyron (point de vue n 11). Depuis

Plus en détail

EDITO. Hervé Bressaud (Coordinateur pédagogique du GDIE)

EDITO. Hervé Bressaud (Coordinateur pédagogique du GDIE) EDITO La gestion écologique des espaces verts d immeubles constitue un véritable enjeu en matière de maintien de la biodiversité en milieu urbain et d amélioration du cadre de vie des résidents. Nous avons

Plus en détail

Site >> Site de Palmont CARTE D IDENTITÉ DU SITE N D IDENTIFICATION UE : FR8302017 DÉPARTEMENT(S) CONCERNÉ(S) :

Site >> Site de Palmont CARTE D IDENTITÉ DU SITE N D IDENTIFICATION UE : FR8302017 DÉPARTEMENT(S) CONCERNÉ(S) : Site >> Site de Palmont CARTE D IDENTITÉ DU SITE DIRECTIVE : Habitats N D IDENTIFICATION UE : FR8302017 DÉPARTEMENT(S) CONCERNÉ(S) : Cantal COMMUNE(S) CONCERNÉE(S) : Fontanges, Saint-Martin-Valmeroux,

Plus en détail

Intérêts. Eau Air Biodiversité Energie Economie Cadre de vie PLANTATION DE BULBES

Intérêts. Eau Air Biodiversité Energie Economie Cadre de vie PLANTATION DE BULBES Fiche n 1 Fleurir autrement Objectifs : Diversifier le fleurissement. Créer des «événements» visuels. Limiter l usage d herbicides. Limiter l arrosage. Concilier cadre de vie et biodiversité. Intérêts

Plus en détail

Schéma Paysager Routier. Rapport phase 2 / Itinéraire Lille / Tourcoing (A22) Plans d aménagement et de gestion

Schéma Paysager Routier. Rapport phase 2 / Itinéraire Lille / Tourcoing (A22) Plans d aménagement et de gestion Schéma Paysager Routier Rapport phase 2 / Itinéraire Lille / Tourcoing (A22) Plans d aménagement et de gestion Itinéraire Lille / Tourcoing Schéma paysager routier 2 Schéma paysager routier Itinéraire

Plus en détail

Partie 3 Mise au point des solutions d aménagement. Rapport du Groupe de travail sur la diversité forestière et l approvisionnement en bois

Partie 3 Mise au point des solutions d aménagement. Rapport du Groupe de travail sur la diversité forestière et l approvisionnement en bois Partie 3 Mise au point des solutions d aménagement Rapport du Groupe de travail sur la diversité forestière et l approvisionnement en bois La collecte de renseignements utiles aux prises de décisions au

Plus en détail

SOMMAIRE. 1. Petit tour d horizon de nos déchets 2. Compost(s)? 3. Pourquoi composter? 4. Comment composter?

SOMMAIRE. 1. Petit tour d horizon de nos déchets 2. Compost(s)? 3. Pourquoi composter? 4. Comment composter? SOMMAIRE 1. Petit tour d horizon de nos déchets 2. Compost(s)? 3. Pourquoi composter? 4. Comment composter? 2 1. Petit tour d horizon de nos déchets 3 Tonnages Evolution des tonnages ordures ménagères

Plus en détail

Les principaux thèmes liés à cette cause sont :

Les principaux thèmes liés à cette cause sont : S engager pour l environnement Les hommes sont dépendants de leur environnement : c est leur lieu de vie. C est pourquoi lutter contre la pollution et le gaspillage est important. La défense de l environnement,

Plus en détail

Evaluation du temps passé à la réalisation de ce diagnostic pendant la phase expérimentale du projet IBIS

Evaluation du temps passé à la réalisation de ce diagnostic pendant la phase expérimentale du projet IBIS DIAGNOSTIC REFERENCE N 1 DIAGNOSTIC GRANDES CULTURES EN MILIEU INTERMEDIAIRE Mr «Dupont», agriculteur céréalier en Charente-Maritime (17), Poitou- Charentes, 190 ha Evaluation du temps passé à la réalisation

Plus en détail

Conversion à l agriculture biologique

Conversion à l agriculture biologique Version Tunisie 1 ère édition 2006 AGRICULTURE BIOLOGIQUE Conversion à l agriculture biologique Défis pour le futur REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère de l agriculture et des ressources hydrauliques Direction

Plus en détail

Bienvenue sur la planète des insectes!

Bienvenue sur la planète des insectes! Bienvenue sur la planète des insectes! Les Entomonautes c/o Youssef Guennoun 49 bis rue du Borrégo 75020 Paris entomonautes(at)gmail.com Des milliards de petites bêtes Les insectes constituent 75 % de

Plus en détail

Dossier pédagogique Sentier pieds nus

Dossier pédagogique Sentier pieds nus Dossier pédagogique Sentier pieds nus Forêt vasion Sentier pieds nus Dossier pédagogique cycle 3 1 Cycle 3 CE2 CM1 CM2 Forêt vasion Sentier pieds nus Dossier pédagogique cycle 3 2 Partie 1 : Les cinq sens

Plus en détail

COMMUNE DE PONT A MARCQ CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

COMMUNE DE PONT A MARCQ CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES COMMUNE DE PONT A MARCQ CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Objet du Marché : Procédure adaptée pour «entretien des espaces verts de la commune de Pont à Marcq» Année 2013 Maître d ouvrage : Commune

Plus en détail

Les abeilles à Bruxelles Défis et opportunités

Les abeilles à Bruxelles Défis et opportunités Les abeilles à Bruxelles Défis et opportunités Présentation en vidéo-conférence Mois de l abeille urbaine à Montréal Marc Wollast marc.wollast@apisbruocsella.be www.apisbruocsella.be Apis Bruoc Sella Bruxelles

Plus en détail

2. Les auxiliaires de culture

2. Les auxiliaires de culture III- Maîtriser les ravageurs et les adventices 2. Les auxiliaires de culture Insectes Le principe de la lutte biologique est la régulation des populations de ravageurs de culture par l utilisation de leurs

Plus en détail

mon maïs fourrage, (GNIS) rassemble toutes les parties prenantes de la filière semences française, soit 72 entreprises de sélection,

mon maïs fourrage, (GNIS) rassemble toutes les parties prenantes de la filière semences française, soit 72 entreprises de sélection, Ma vache, mon maïs fourrage, et moi 50 ans de progrès! Depuis maintenant 50 ans, le maïs fourrage a bénéficié avec succès du progrès génétique et de l innovation variétale. Il a su s inscrire durablement

Plus en détail

Sommaire. Séquence 6. Séance 1. Séance 2 L Homme, par son action sur la reproduction sexuée, peut agir sur le devenir d une espèce

Sommaire. Séquence 6. Séance 1. Séance 2 L Homme, par son action sur la reproduction sexuée, peut agir sur le devenir d une espèce Sommaire Tu viens de voir que la reproduction sexuée est un phénomène que l on retrouve dans la majeure partie du monde vivant. Cette reproduction a pour but de permettre aux espèces de se maintenir et

Plus en détail

Environnement, économie, société : le maïs sur tous les fronts

Environnement, économie, société : le maïs sur tous les fronts Environnement, économie, société : le maïs sur tous les fronts Millions t 3 000 2 500 2 000 1 500 1 000 La demande en grains va augmenter avec la population 500 MAÏS : +76% 0 2000 2010 2015 2020 2030 RIZ

Plus en détail

MONTELIMAR ENERGIE POSITIVE

MONTELIMAR ENERGIE POSITIVE STRATEGIE DEVELOPPEMENT DURABLE 2014/2020 document interne MONTELIMAR ENERGIE POSITIVE p.1/11 BIODIVERSITE & ENERGIE 2 ATOUTS FORTS POUR REPONDRE AUX ATTENTES DES MONTILIENS EN MATIERE DE DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Recueil. d'expériences

Recueil. d'expériences Présentation du programme Agriculture & Biodiver versité "Comment les agriculteurs peuvent-ils améliorer la biodiver versité sur leur exploitation?" L espace agricole occupant plus de la moitié du territoire

Plus en détail

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis TITRE NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis Selon le règlement NOP de l USDA 205.406(a), un opérateur certifié doit transmettre chaque année à son

Plus en détail

Permis unique pour un data center à VAUX-SUR-SÛRE. - Construction d un centre de données informatiques

Permis unique pour un data center à VAUX-SUR-SÛRE. - Construction d un centre de données informatiques AVIS Réf. : CWEDD/13/AV.343 Date : Permis unique pour un data center à VAUX-SUR-SÛRE 1. DONNEES DE BASE Demande : - Permis unique - Rubrique : 63.12.09.03.03 Projet : - Construction d un centre de données

Plus en détail

SOMMAIRE CYCLE 1. Des jeux tout prêts. Des activités à préparer. Les solutions

SOMMAIRE CYCLE 1. Des jeux tout prêts. Des activités à préparer. Les solutions CYCLE 1 SOMMAIRE Des jeux tout prêts Colorie les animaux Le pelage des animaux Mères et petits Les modes de locomotion Animaux mélangés Plumes, poils et écailles Ranger les familles par ordre de taille

Plus en détail

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3 Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire Groupe 3 Plan de l exposl exposé Introduction Méthodologie Résultats : Présentation de l Union paysanne Diagnostic sur les changements

Plus en détail

Guide pratique de la. biodiversité

Guide pratique de la. biodiversité Guide pratique de la biodiversité 1 SOMMAIRE 4POURQUOI ET POUR QUI? LA BIODIVERSITÉ LES ACTIONS DE LA VILLE 5LES BONS GESTES A ADOPTER Les eaux pluviales 5 Les haies vives 6 La pose de nichoir 7 La pose

Plus en détail

avec Lépido Les papillons sont des insectes. RENCONTRE Connais-tu le point commun de tous ces animaux? Ils ont tous.. pattes.

avec Lépido Les papillons sont des insectes. RENCONTRE Connais-tu le point commun de tous ces animaux? Ils ont tous.. pattes. T H E O R I E 1 RENCONTRE avec Lépido Les papillons sont des insectes. Connais-tu le point commun de tous ces animaux? Ils ont tous.. pattes. Recherche et place le nom de chacune des parties du papillon

Plus en détail

Etudes d impact des projets éoliens sur les oiseaux et les chiroptères

Etudes d impact des projets éoliens sur les oiseaux et les chiroptères Etudes d impact des projets éoliens sur les oiseaux et les chiroptères Arnaud Govaere Directeur Biotope Nord-Ouest agovaere@biotope.fr Tuesday, December 17, 2013 Présentation M2 USTL déc 2009 1 Cadre réglementaire

Plus en détail