COMITE D'ETABLISSEMENT POITOU-CHARENTES BANQUE DE FRANCE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COMITE D'ETABLISSEMENT POITOU-CHARENTES BANQUE DE FRANCE"

Transcription

1 COMITE D'ETABLISSEMENT POITOU-CHARENTES BANQUE DE FRANCE PROCÈS-VERBAL DE LA RÉUNION DU JEUDI 26 MARS 2009 Le Comité d Établissement Poitou-Charentes s est réuni jeudi 26 mars 2009 à Poitiers sous la présidence de Mme TANGUY, Directrice régionale. Horaires de séance : 10h30-12h45 et 14h00-16h00. Étaient présents : Élus titulaires : - M. AUGER SNABF Solidaires (Secrétaire) - Mme CHAGNEAUD CFTC-FO - M. COMBAUD SNABF Solidaires (Trésorier) Élu suppléant : - M. BLIER SNABF Solidaires Représentants syndicaux : - M. BRASSET SIC - Melle BRUCHER CFDT - M. COUTURIER FO - M. GUIET SNABF Solidaires Étaient excusés : - Melle BOMM Elue titulaire CFE-CGC - M. CALLUAUD Elu suppléant SNABF Solidaires - Mme DOURIEU Représentante syndicale CGT - Melle FICHET Elue suppléante SNABF Solidaires - M. PEREZ Représentant syndical CFTC - Melle POIROT Représentante syndicale CFE-CGC - M. REBOISSON Elu suppléant SNABF Solidaires - M. SANTALLO Elu suppléant CFTC-FO - M. VAQUIER Elu suppléant CFE-CGC 1

2 En préambule, le Secrétaire lit un droit de réponse auquel s associent les membres SIC et SNABF Solidaires du Comité, suite à une intervention d un délégué du personnel de Poitiers lors de la réunion des DP du 20 février Le Secrétaire demande au nom des membres SIC et SNABF Solidaires du Comité que cette intervention soit rapportée à la lettre au personnel de la succursale régionale dans le compterendu de la prochaine réunion des délégués du personnel à Poitiers comme un droit de réponse. Le Secrétaire et les membres SIC et SNABF Solidaires du Comité remercient par avance les membres de cette instance dont le représentant de la Banque. I ADOPTION DU PROCÈS-VERBAL DE LA REUNION DU COMITE DU 19 FEVRIER 2009 Après modifications, le procès-verbal est adopté par 3 voix pour (1 CFTC-FO et 2 SNABF Solidaires). II CONSULTATION DU COMITE SUR LE DROIT D EXPRESSION DES SALARIES EN 2008 La Présidente annonce que deux conseils de bureau se sont réunis en 2008 contre un seul en L un a regroupé les agents du SAR suite au changement de l organigramme interne du service et l autre a concerné les agents de surveillance de La Rochelle. Le Secrétaire fait remarquer l absence de détails par rapport à l année précédente tels que les commentaires des directions. Le représentant SIC précise que des réunions sur la sécurité sont organisées par les CLS. Les trois qui se sont tenues en 2008 à La Rochelle ont été également des instants privilégiés d expression des agents de surveillance. Le Secrétaire demandera dorénavant aux animateurs des conseils de bureau de lui faire parvenir les comptes-rendus des conseils de bureau. La Présidente explique que l on avance au fur et à mesure que les problèmes se font jour. L élue titulaire CFTC-FO insiste sur le fait que les conseils de bureau ont l avantage d être organisés à l initiative des agents au contraire des séances d information de la Banque. Les membres CFDT, CFTC-FO, SIC et SNABF Solidaires émettent un avis négatif (cf. annexe I). III CONSULTATION DU COMITE SUR UN DEPASSEMENT DE LA DUREE MAXIMALE QUOTIDIENNE DU TRAVAIL LE 11 FEVRIER 2009 A ANGOULEME La Présidente explique que ce dépassement (10h38) est du à une fin de journée de travail retardée suite à une visite en entreprise dont le rendez-vous a été reporté par le dirigeant. Dans ce cas précis, c est l heure de retour à la succursale d Angoulême qui a été prise en compte. 2

3 La Présidente précise qu une telle situation fait partie des impondérables et que l on ne peut rien reprocher à l agent concerné. Les membres CFDT, CFTC-FO, SIC et SNABF Solidaires du Comité prennent acte (cf. annexe II) tout en faisant remarquer qu il s agit du quatrième cas de dépassement depuis le début de l année IV PRESENTATION DU RAPPORT D ACTIVITE 2008 PAR LA PRESIDENTE La représentante CFDT fait remarquer que la caisse de Niort dispose d une BPS 204 et non d une BPS 506. Un élu suppléant SNABF Solidaires intervient en ce qui concerne les actions d authentification des billets en Charente-Maritime. Il précise que le nombre important de formations réalisées ne s explique pas seulement par la présence de structures de formation (école des douanes, etc.) mais également par le réseau de contacts établi par les agents de La Rochelle qui ont œuvré dans ce sens. La Présidente rajoutera : «et aux relations entretenues avec les différentes structures» dans les commentaires du tableau. Des demandes ont été adressées à la Banque suite à la recrudescence des faux billets de cent euros circulant. La gendarmerie a mis en place des communicants pour les formations, nos agents pourront les assister. Le Trésorier demande si le tableau présenté répond à un cadre national et si des rubriques ont changé depuis La Présidente répond par l affirmative. Le Secrétaire détaille : ont disparu du tableau les données le nombre de pièces reçues, le nombre de pièces délivrées (D02 gestion de la monnaie fiduciaire) ; le nombre d exercices incendies, le nombre d exercice d évacuation, le nombre de sessions de formations EPI réalisées (D07 gestion financière, juridique et administrative). De nouveaux indicateurs figure dans le tableau : les participants aux actions de formation à l authentification des billets (D02) ; les entretiens avec les établissements de crédit (D05) ; les désignations d établissements droit au compte et le total des demandes des droits d accès (D06-GLA120). Le représentant FO interroge la Présidente sur le nombre d entretiens réalisés avec les établissements de crédit : 11 en 2007 et 5 en La Présidente répond qu il s agit des entretiens réalisés avec les établissements non sièges. De plus, on ne visite pas les établissements qui ont déjà fait l objet d un contrôle de la Commission Bancaire la même année. Le représentant FO demande si les 111 bilans de groupe validés ne concernent que Poitiers. La Présidente confirme que cet indicateur ne concerne que Poitiers. Elle précise que les indicateurs peuvent différer entre le tableau de bord et le rapport d activité. Ainsi l indicateur du tableau de bord est-il un pourcentage de bilans consolidés saisis et validés dans les 7 mois. 3

4 Le représentant FO demande s il ne faudrait pas plus d analystes de groupes au vu du nombre de dossiers. La Présidente répond qu effectivement, la succursale réfléchit à une solution qui combine l allègement des tâches qui incombent à ce pôle et le renforcement de la force de travail du pôle. Elle rappelle que si un bilan n est pas traité dans les 9 mois qui suivent son arrêté, la cote tombe : or, 7 groupes ont été dans ce cas à fin septembre 2008 après une très forte activité au cours du mois : le retard a donc été somme toute limité au regard du nombre de dossiers traités. L élue titulaire CFTC-FO trouve le rapport d activité très restrictif avec une vision partielle de l activité du réseau. Les commentaires ne concernent que des statistiques de certaines activités. Ce rapport est le reflet du contexte dans lequel on exerce aujourd hui les activités à la Banque et qui donne le sentiment de ne plus travailler que pour le suivi des statistiques et des objectifs. Le Trésorier demande si la communication du rapport d activité est déclinée dans les unités départementales. La Présidente répond que non et que c était déjà le cas en Le Trésorier demande si il y aura une communication auprès des représentants locaux du personnel sur le rapport d activité. La Présidente répond qu il n y aura pas de communication descendante à partir du document établi. Le représentant FO qualifie le rapport d activité de froid avec des commentaires uniquement sur les volumétries de certains indicateurs. Il demande qui détermine ces indicateurs. La Présidente répond que c est Paris qui les détermine. Le représentant FO demande si ces indicateurs retranscrivent l activité du réseau. La Présidente l affirme. Le représentant FO en conclut que l activité du réseau est décortiquée selon des données chiffrées et qu ainsi les choix stratégiques ne reposent sur aucune donnée qualitative mais uniquement sur des données quantitatives. La Présidente précise que concernant les éléments qualitatifs, des éléments issus de SASTA et du CORD sont également suivis au fil de l eau par les services du siège, par exemple au travers du tableau de bord de la Direction du réseau qui constitue une synthèse reprenant tous les objectifs CORD (2007 et 2008) de chaque région. Le représentant SIC estime qu il y a des différences de commentaires entre les succursales de Niort et de La Rochelle. Celles concernant La Rochelle lui paraissent péjoratives. La Présidente explique que ce n est pas forcément de la faute des agents de La Rochelle. La situation s explique aussi par les fermetures de Rochefort et de Saintes avec un report de l activité sur La Rochelle qui s est traduit au départ par un retard dans la connaissance du tissu économique départemental. La Présidente estime ne pas avoir porté de jugement péjoratif mais elle pense avoir mis en évidence les faits, seul moyen d avancer selon elle. Le représentant FO pose des questions sur la collecte des bilans à Poitiers. 4

5 La Présidente explique qu auparavant on utilisait EURIDIL et que maintenant, c est un outil Internet gratis qui sert à collecter les nouveaux bilans. Quand au niveau national est sortie la liste VAN DICK, on a pu estimer le nombre potentiel de nouveaux bilans à collecter pour chaque unité : 0 à Poitiers, une centaine pour Angoulême et Niort et 250 pour La Rochelle. Cela correspond à une augmentation d environ 10 % en cas de rattrapage d une situation et à une hausse d environ 5 % pour une situation normale (Poitiers). Le représentant FO demande combien de temps faudra-t-il à La Rochelle pour recruter les quelques 250 nouveaux bilans. La Présidente précise que c est commencé depuis juin Le représentant FO demande quel est l objectif assigné à La Rochelle pour la collecte de bilans. La Présidente annonce que Paris a demandé de réaliser un maximum de collectes avant de passer à l alimentation automatique des bilans. De plus, cela sera utile pour FIBEN. Le représentant FO demande ce que représente en EATP ce surcroît de travail. La Présidente évalue à environ + 13 % l augmentation du nombre de bilans qu elle a pu introduire pour l estimation des EATP nécessaires à La Rochelle dans la répartition de l enveloppe d effectifs allouée à la région. Le représentant FO demande s il en a été tenu compte dans l enveloppe des effectifs pour La Présidente répond qu il a été négocié un taux supérieur d augmentation des bilans collectés pour Ainsi les moyens accordés par Paris permettent une progression de 8,5 % de bilans collectés pour l année en cours (+ 8,7 % sur 2008) : 6,5 pour Angoulême et Niort, 4,5 pour Poitiers et 13 pour La Rochelle. La Présidente explique ensuite que la productivité régionale est comparée à la productivité moyenne du réseau afin d accorder un renfort d effectif. Le Secrétaire lit une motion établie par les membres CFDT, CFTC-FO, SIC et SNABF Solidaires du Comité (cf. annexe). V INFORMATION RELATIVE AU COMPTE EPARGNE TEMPS POUR L ANNEE 2008 La Présidente présente les tableaux remis aux membres du Comité. Un état arrêté fin 2008 indique le total d agents permanents de la région ainsi que le nombre de jours épargnés avec le détail par unité : 2 agents au CE pour 38 jours, 12 à Angoulême pour 216,17 jours, 13 à Niort pour 824,16 jours, 14 à Poitiers pour 521,92 jours et 9 à La Rochelle pour 556 jours soit un total de 50 personnes ayant épargné 2.156,25 jours. Une seconde fiche fournit les mêmes renseignements pour les agents non permanents (un seul à Niort pour 115,77 jours). Deux tableaux concernant les agents permanents précisent par moyens d alimentation et par catégories de personnel le nombre d agents (34) et l épargne en temps réalisée en 2008 (244,19 jours) ainsi que les congés exercés (7 agents 116,13 jours) et le solde net pour la région pour rappel : 50 agents concernés et 2.156,25 jours. Deux autres tableaux fournissent les mêmes renseignements pour les agents non permanents : en 2008, un agent a épargné 33,77 jours. Aucun congé n a été exercé l année précédente. 5

6 Le représentant FO trouve qu il n y a aucune incitation particulière de la Banque pour le CET. VI INFORMATION RELATIVE A LA MODIFICATION DES PREVISIONS D HEURES SUPPLEMENTAIRES POUR 2009 La Présidente précise que cette augmentation (+ 50 heures pour Angoulême, heures pour Poitiers et La Rochelle) est uniquement liée à la médiation du crédit et a été ciblée sur les agents concernés par cette activité seulement. La représentante CFDT demande pourquoi aucune augmentation des prévisions d heures supplémentaires n a été prévue pour Niort. La Présidente précise qu un agent à mi-temps qui travaillait pour la SIC de Niort est devenu disponible pour l exercice de la médiation du crédit depuis la régionalisation des contrôles hors caisse (SRCMR). Donc, il n a pas été nécessaire de réviser la prévision d heures supplémentaires. L élue titulaire CFTC-FO demande pourquoi il a été prévu des heures supplémentaires pour la catégorie des secrétaires comptables à Poitiers et pas ailleurs. La Présidente explique qu à Poitiers, un secrétaire comptable sert de renfort à la personne en charge de la médiation du crédit. L élue titulaire CFTC-FO demande si la médiation du crédit perdurera. La Présidente répond que la région s organise dans l hypothèse où la situation risque de perdurer. L élue titulaire CFTC-FO demande si il y avait des quotas à respecter pour réviser à la hausse les prévisions d heures supplémentaires. La Présidente répond qu il n y avait pas de quota et que la demande transmise par la région était «raisonnable». VII COMPTE RENDU DU CODIR DU 23 MARS 2009 La Présidente commente les décisions prises par le CODIR dont le relevé sera bientôt disponible sous l Intranet régional. La responsable du SAR a proposé un outil informatique pour collecter les décisions prises en CODIR. Cet outil comporte également un suivi. Domaine 7 - Développement durable : 6

7 Les projets de plans locaux et d un plan régional d engagement sur le développement durable ont été discutés. Ces plans comprennent 3 voire 4 objectifs et seront adressés à Paris pour validation. Trois domaines sont concernés : - les déplacements : augmenter de 20 % l utilisation du train dans la région et création d un outil informatique de suivi du covoiturage. Le Secrétaire intervient sur les difficultés d utiliser le train pour certains déplacements tels que les interventions de l EIR qui doit transporter du matériel. Ou bien, en cas de covoiturage, certains agents peuvent avoir des interventions plus longues (EIR) ce qui pourrait générer des problèmes. La Présidente répond que la nature des missions sera prise en compte. Des véhicules de service supplémentaires vont être mis à disposition d Angoulême et de Poitiers. L élue titulaire CFTC-FO demande s il s agira de véhicules électriques ou hybrides. La Présidente répond que ce n est pas encore d actualité. - La formation : l aspect management et le développement personnel sont promus. Les cadres et les agents de maîtrise encadrant devront suivre un stage par an sur l un de ces deux thèmes. - La responsabilité sociétale : continuer la pédagogie entreprise avec les acteurs sociaux concernant le surendettement ; entreprendre des contacts ; partager des outils. Les quatre unités doivent être concernées par les objectifs. Le Poitou-Charentes a été désigné région test pour l utilisation de robinets mousseurs destinés à économiser l eau potable. Dans chaque unité il a été mis en place un relais local du correspondant régional pour le développement durable (qui est le CRI). La représentante CFDT demande si des actions pour le développement durable peuvent être entreprises librement localement par rapport à l action régionale commune. La Présidente répond positivement, le plan régional n étant qu un petit aspect de tout ce qui peut être fait localement. Le Trésorier demande si un relais développement durable a été désigné à Poitiers pour aider localement le CRI dans la démarche. La Présidente répond qu elle va y réfléchir. Domaine 5 Réglementation prudentielle et surveillance du système bancaire : L importance que prend la médiation du crédit a nécessité la recherche de pistes d allègement. Par exemple, seules les études définies en début d année comme prioritaires seront à effectuer. Dorénavant les études des banques seront transmises au délégué du domaine qui les validera avant de les communiquer à Paris. L objectif 2009 de mise à jour des fiches de banques représentées dans la région créées en 2008 est reportée au 1 er semestre 2010 mais il convient toujours de créer celles qui ne l avaient pas été en

8 Domaine 6 GLA 110 Collecte analyse et mise à disposition d informations sur les entreprises non financières : Les besoins en formation recensés dans les SEF concernent 9 agents. Concernant la détermination des analystes confirmés, la compétence et l expérience ont été prises en compte. Ces agents doivent être reconnus fiables dans leurs cotations. Un panorama des bonnes pratiques de cotation sera diffusé. Il n y aura plus d analyse croisée de la cotation. Domaine 6 GLA 120 Particuliers : Une augmentation de l activité surendettement est préssentie avec des variations selon les périodes et les départements. Ainsi l activité est repartie en mars à Poitiers alors qu à La Rochelle, après une augmentation en janvier et février, l activité est moins forte en mars. La région dispose d une marge de manœuvre pour faire face aux dépôts croissants de dossiers. On peut procéder à des arbitrages d agents entre services ou bien travailler sur la méthode. Si l on était confronté à un manque de solution, le traitement délocalisé des dossiers serait un recours possible. Domaine 7 Gestion financière juridique et administrative : Des travaux seront entrepris à La Rochelle : remplacement de dalles de faux plafond, déplacement d une sonde et solutionner des problèmes d évacuation d eaux usées par le tout à l égout. Fin février, la région avait l assurance d une allocation de 80 % de l enveloppe 2008 concernant les stagiaires étudiants. Ensuite, un complément a été obtenu qui répond ainsi à 100 % de notre demande initiale Ce complément a été réparti entre les unités. Un complément spécifique de six mois a été attribué pour le surendettement. L analyse de la situation avec l outil prévisionnel dont dispose la région permettra d évaluer les besoins et de répartir ce complément spécifique lors du CODIR d avril. Domaine 8 Ressources humaines et communication : Les propositions d accélérations d échelons ont été validées et transmises à la DGRH. Madame Anne THUILLEUR, agent de maîtrise du pôle RH, sera nommée Relais Régional de Formation (RRF) à compter du 1 er avril. Domaine 10 Contrôle et préventions des risques : Le SRCMR a présenté la synthèse des évaluations CLARIS (Campagnes Locales d Autoévaluation des RISques). Chaque délégué de domaine doit proposer des actions pour solutionner les risques inhérents à son domaine d activité. Le SRCMR a présenté son plan d action

9 &&& La Présidente fait ensuite un rappel sur le CODIR du 25 février qui est disponible sous l Intranet régional. Les membres du CODIR ont examiné les recommandations formulées par l Inspection suite à sa mission de contrôle à Poitiers. Vie régionale : Un modèle de compte-rendu et relevé de décisions du CODEP est validé. Domaine 6GLA 110 Entreprises : La Charte du pôle Groupes est modifiée : le cadre et les délais de réalisation des comptes-rendus des entretiens sont revus suite à des remarques de l Inspection. Les PRAC Fiben et Géode ont été validés par le CODIR. Domaine 7 Gestion financière, juridique et administrative : Chaque unité réalisera l inventaire du «gros mobilier» (mobilier historique non répertorié dans ABEL). Les délégations budgétaires locales pour les petits achats ont été relevées à 150 euros. Domaine 8 Ressources humaines : La règle d étalement des congés a été modifiée. Dorénavant 40 % des droits et les congés de fractionnement doivent être exercés à fin septembre et 75 % à la fin des congés d hiver de la zone B (fin février mi mars). La représentante CFDT demande qu il soit tenu compte des dates limites d inscription dans les centres de la Banque gérés par le CCE. Le Trésorier demande si la règle d étalement des congés s applique collectivement ou individuellement. La Présidente répond que la règle s applique collectivement par service. Domaine 9 Informatique : Les changements d accréditations informatiques se feront désormais par une nouvelle procédure via le site d équipe de l EIR. VIII COMMENTAIRE DU TABLEAU DE BORD A FIN FEVRIER 2009 Le tableau de bord n est pas vraiment significatif à cette période de l année. 9

10 Domaine 02 GLA020 Gestion de la monnaie fiduciaire On note une diminution de 6 % des entrées de billets dans la région par rapport à la même période l an dernier. A noter des évolutions imprévisibles dans les deux Charentes à cause des transporteurs de fonds. Un élu suppléant SNABF Solidaires fait part de rumeurs sur le recyclage pratiqué par certaines banques (LCL et CA) ce qui expliquerait la diminution de 20 % des billets reçus par La Rochelle. La Présidente précise que l activité de tri a bien démarré en 2009 et que les cibles devraient être atteintes. Sur 203 (objectif de 700) personnes ayant participé aux séances d authentification des billets, 165 ont suivi des séances animées par La Rochelle. Domaine 03 GLA050 Domaine des opérations Un nouvel indicateur de productivité moyenne sur le traitement des chèques du Trésor figure dans le tableau. Angoulême n est pas loin de la cible, alors que paradoxalement le temps passé a augmenté. Niort, Poitiers et La Rochelle sont loin de leurs cibles alors que le temps consacré a diminué. Pour l instant aucune explication ne permet d analyser ce paradoxe. Domaine 04 GLA070 Conjoncture L objectif du taux de réponse dans les 3 jours des enquêtes de conjoncture est très satisfaisant à cette période de l année. Domaine 06 GLA110 Collecte, analyse et mise à disposition d informations sur les entreprises non financières Le nombre de bilans validés a augmenté de 10 % par rapport à la même période de l année précédente avec des disparités selon les places : + 35,87 % à La Rochelle, + 23,49 % à Poitiers, - 29,83 % à Angoulême et stabilité à Niort. Pour la médiation du crédit, à mi-mars, le nombre d entrées de dossiers était équivalent à La Rochelle et à Poitiers traduisant ainsi une diminution des entrées à La Rochelle. Domaine 06 GLA120 Particuliers Le nombre de dossiers déposés a augmenté de 12 % par rapport à la même période de l année précédente. On constate une hausse partout sauf à Poitiers où le nombre de dossiers déposés a diminué. Une projection des entrées tenant compte des entrées de dossiers de fin février jusqu au 20 mars laisse envisager une augmentation de 15 % des entrées dans la région à la fin du premier trimestre 2009 (+ 30 % à Angoulême, + 17 % à Niort, + 1 % à Poitiers et + 13 % à La Rochelle). Domaine 08 Ressources humaines et communication 10

11 Il n y aura pas d appel d offres de postes pour La Rochelle car les agents absents le sont pour des motifs ne permettant pas de lancer cette procédure (congé d adoption et congé de longue maladie). Le recours à l intérim sera pratiqué. La représentante CFDT demande ce qu il en est pour le poste d agent de caisse à Angoulême. La Présidente répond que ces postes sont réservés en priorité aux agents de caisse et aux agents de surveillance ayant réussi les tests d OMF concernés par le PSE des cinq caisses qui vont fermer en été IX INFORMATIONS DE LA PRESIDENTE Deux accidents du travail ont été déclarés : un agent de caisse s est désaxé une épaule et son arrêt de travail initial a été prolongé de 7 jours ; un agent de caisse de Niort s est fracturé un orteil en gravissant les marches de la cour d entrée et cela n a pas nécessité un arrêt de travail. Un rappel des consignes de manipulations des matériels dans les caisses sera effectué. La demande écrite du rapport d Inspection sur la succursale de Niort a fait l objet d une relance auprès de Paris. Un accord avec notre collègue travailleur handicapé de Niort a été trouvé pour l usage du restaurant d entreprise Groupama au tarif extérieur et le bénéfice de titres-restaurants pour l application de la circulaire La réunion du Comité de juin a changé de date. Les membres se réuniront à La Rochelle le 18 juin. X INFORMATIONS DU SECRETAIRE Trois sorties sont proposées : un week-end à Giverzac les 5, 6 et 7 juin ; une journée de pêche en mer le 27 juin et un voyage au Mexique du 3 au 11 décembre. Toutes les informations sont disponibles sur le site A cette occasion, le Secrétaire demande à la Présidente si tous les agents de la région ont bien accès à SERAIL. La Présidente répond qu elle se renseignera. XI QUESTIONS DIVERSES Le Secrétaire fait part de réactions d agents de La Rochelle suite à l interclassement régional qui a remis en cause l interclassement local. 11

12 La Présidente répond que la succursale interclasse localement. Ensuite, la commission (GRH et adjoints) examine l ensemble des propositions et procède à l interclassement régional en tenant compte des évaluations locales. Il s avère qu il a fallu revoir l interclassement local de La Rochelle. La commission a donc fait une contre proposition qui a été discuté avec le Directeur de La Rochelle. La discussion a abouti à trouver un compromis pour l interclassement régional. Les agents concernés par ces changements peuvent demander un entretien à leur directeur. Un élu suppléant SNABF Solidaires précise qu au moins deux agents concernés l ont fait. La Présidente retient de cette expérience qu il faut communiquer en permanence sur les règles d avancement avec les directeurs. Monsieur JOANTEGUY sera membre d une commission d avancement. A son retour, il établira une fiche des bonnes pratiques. L élu suppléant SNABF Solidaires estime que cet accident a créé une situation critique dans la succursale. De plus, deux choses se sont cumulées : les compléments de rémunération et les propositions d avancements. Le Secrétaire demande alors si la problématique ne vient pas du fait qu apparemment, au vu des explications fournies précédemment par la Présidente, les évaluations ne concordaient pas avec l interclassement local à La Rochelle. La Présidente répond que c était le cas pour plusieurs agents. Le représentant SIC pense qu il faut arrêter de faire miroiter des choses aux agents en leur donnant de faux espoirs. Le Trésorier pense qu il faudrait accorder plus de temps aux évaluations et à l avancement et déléguer des choses de moindres importances (machine à café). L élu suppléant SNABF Solidaires pense qu un bon dialogue avec le N+2 est indispensable. C est le chef de service le plus à même d évaluer l agent. Le N+2 a déjà beaucoup de travail au quotidien et peut parfois manquer de temps pour les évaluations. La Présidente précise que l évaluation est le résultat du management de toute une année. Le représentant FO demande si il y a des propositions pour le grade d adjudant dans la région. La Présidente précise que trois agents sont proposables et proposés dans la région. Le Secrétaire demande où en est le déploiement de MSIP. La Présidente répond que c est toujours suspendu jusqu à nouvel ordre. Le Secrétaire revient sur la question de l organisation du pôle logistique à Poitiers en avouant ignorer si ce point figurera à l ordre du jour de la prochaine réunion des délégués du personnel de Poitiers. La Présidente répond que d autres pistes sont étudiées. L arrivée d un nouveau chef de service pour examiner la possibilité d une meilleure organisation de l aménagement du plateau était 12

13 attendue. Une demande a été faite à Paris sur la possibilité d utiliser les anciennes salles fortes pour l archivage. En effet, l Inspection a formulé des remarques sur l organisation actuelle de l archivage. D autres problèmes se posent : le serveur qui doit être installé dans un local réfrigéré, le matériel de mise sous pli volumineux et bruyant. On avance par étapes sur cette question. Le représentant SIC demande des précisions sur l application de la circulaire concernant les titres-restaurants et leur attribution aux agents de surveillance pour les vacations de nuit. La Présidente répond qu elle se renseignera. Le représentant SIC s étonne que lors de la signature d un document sur les contrôles d alcoolémie, il ne soit pas remis en même temps une annexe expliquant le modalités d application de ces contrôles. La Présidente prend note. Le représentant SIC a entendu parler d une prime de départ défiscalisée offerte par la Banque aux ADS de la brigade d intérim. Il souhaiterait plus d information. La Présidente répond que cette question n est pas de son ressort. L élu suppléant SNABF Solidaires demande si les réunions organisées lors de la journée du développement durable le 12 mars s adressaient à l ensemble du personnel car apparemment les ADS ont été oubliés à La Rochelle. Le représentant SIC précise que si le message a été transmis par Intranet, nombre d ADS ont toujours des difficultés pour aller consulter leur messagerie. L élue titulaire CFTC-FO demande pourquoi tous les agents des SEF n ont pas été formés à GERICO car l apprentissage d une nouvelle application prend toujours un temps certain. La Présidente va se renseigner mais elle pense qu une demande de formation complémentaire a été formulée par une succursale. A la demande des représentants CFDT et FO, le secrétariat du Comité élaborera un règlement pour les remboursements des frais engagés par les agents pour leur participation à des commissions initiées par le secrétariat ou bien des réunions de l ASBF régionale. Le Secrétaire demande s il sera possible dans le futur que les responsables des métiers viennent présenter un bilan annuel de l activité de leur domaine en séance de Comité comme cela était le cas précédemment pour l ORMOF. 13

14 La Présidente répond qu elle fournit régulièrement des renseignements sur l activité en commentant le tableau de bord. Elle va prendre l attache de ses homologues et de Paris avant de nous apporter une réponse. L élue titulaire CFTC-FO demande s il y a toujours des comités de suivi fiduciaire organisés. La Présidente répond que le dernier s est tenu en Il n en est pas organisé en général mais plutôt en cas d activité particulière. Le Secrétaire remet à la Présidente une demande écrite du rapport d Inspection de Poitiers. Prochaine réunion : Jeudi 16 avril 2009 Le Secrétaire du CE L. AUGER 14

15 COMITE D'ETABLISSEMENT POITOU-CHARENTES BANQUE DE FRANCE ANNEXE I EXTRAIT DE LA REUNION DU JEUDI 26 MARS 2009 AVIS DU COMITE SUR LE DROIT D EXPRESSION DES SALARIÉS EN 2008 Seulement deux conseils de bureau ont eu lieu en 2008 dans la région Poitou-Charentes. L un a réuni les ADS de La Rochelle et le second les agents du SAR à Poitiers. Tout comme l an passé, nous espérons que la non tenue de conseil de bureau dans les autres services des quatre unités de la région n est pas le fait d une autocensure. Nous nous souvenons qu en avril 2007 le Directeur Régional avait rappelé aux agents de Poitiers l intérêt des conseils de bureaux. Les directeurs départementaux en ont-ils fait de même dans leur unité respective. Les réunions d information organisées par les chefs de service ou les directions, si elles ont leur utilité, ne doivent en aucun cas empêcher les agents d organiser des conseils de bureau pour aborder toute problématique au sein d un service de l unité. De plus, il y a alors obligation pour la direction d y apporter des réponses écrites. Dans ces conditions, les membres CFDT, CFTC-FO, SIC et SNABF Solidaires du Comité estiment que le droit d expression des salariés devrait être plus largement utilisé au travers des conseils de bureau. Ils émettent un avis négatif sur l exercice du droit d expression des salariés en Poitou-Charentes en 2008 et demandent aux directions locales de rappeler aux agents l intérêt des conseils de bureau. 15

16 COMITE D'ETABLISSEMENT POITOU-CHARENTES BANQUE DE FRANCE EXTRAIT DE LA REUNION DU JEUDI 26 MARS 2009 ANNEXE II AVIS DU COMITE SUR UN DEPASSEMENT DE LA DUREE MAXIMALE QUOTIDIENNE DE TRAVAIL A ANGOULÊME LE 11 FEVRIER 2009 Les membres CFDT, CFTC-FO, SIC et SNABF Solidaires du Comité prennent acte de ce nouveau dépassement d horaires. Ils remarquent qu il s agit du quatrième cas depuis le début de l année 2009 et qu il n y en avait pas eu pendant la même période de l année Ils posent la question de savoir s il s agit d un problème d effectif ou d un problème d organisation. 16

17 COMITE D'ETABLISSEMENT POITOU-CHARENTES BANQUE DE FRANCE MOTION DES MEMBRES CFDT, CFTC-FO, SIC ET SNABF SOLIDAIRES DU COMITE SUR LE RAPPORT D ACTIVITE 2008 Le Comité a été consulté en janvier 2008 sur la mise en œuvre locale de la réforme des rapports d activité. Les membres CFDT, CFTC-FO, CGT, SIC et SNABF Solidaires avaient alors émis un avis négatif en indiquant qu ils auraient souhaité un rapport comportant des bilans détaillés pour chaque domaine d activité avec une déclinaison par succursale accompagnée de commentaires explicatifs. La Commission MGE et la réunion suivante du Comité étaient l occasion de faire un bilan annuel exhaustif des activités des différentes unités de la région Poitou-Charentes. Les débats s articulaient autour de données chiffrées et détaillées sur les activités, les effectifs et la formation. Les représentants du Personnel locaux étaient consultés par les directeurs. Le constat pour 2008 est équivalent à celui de 2007 : la présentation du rapport d activité ne permet pas d apprécier l activité de chaque unité. Le peu de rubriques composant le tableau du rapport, les données agrégées au niveau régional et les commentaires globalisés aboutissent à une vision très superficielle de l activité sans tenir compte des spécificités locales. La représentation du Personnel ne dispose d aucun élément pour apprécier les conditions d exercice des métiers au sein des unités. Ce rapport d activité apparaît donc d un intérêt relatif en raison du manque d informations, de commentaires des directions locales et des représentants du Personnel sur le bilan et les perspectives. Cependant, les membres CFDT, CFTC-FO, SIC et SNABF Solidaires du Comité reconnaissent apprécier que la Présidente leur présente deux fois dans l année un point très complet sur l activité de la Banque dans la région. L abandon de la concertation et de la consultation des représentants locaux du Personnel, de l association à l élaboration de la synthèse régionale et de la consultation du Comité sur le rapport d activité de la région est bien une preuve de l appauvrissement du dialogue social à la Banque. 17

COMITE D'ETABLISSEMENT POITOU-CHARENTES BANQUE DE FRANCE

COMITE D'ETABLISSEMENT POITOU-CHARENTES BANQUE DE FRANCE COMITE D'ETABLISSEMENT POITOU-CHARENTES BANQUE DE FRANCE PROCÈS-VERBAL DE LA RÉUNION DU LUNDI 28 AVRIL 2008 Le Comité d Établissement Poitou-Charentes s est réuni lundi 28 avril 2008, à Poitiers sous la

Plus en détail

QUESTIONS AU GOUVERNEUR DE LA PART DES REPRESENTANTS DU PERSONNEL DU POITOU-CHARENTES

QUESTIONS AU GOUVERNEUR DE LA PART DES REPRESENTANTS DU PERSONNEL DU POITOU-CHARENTES Thème Activité fiduciaire QUESTIONS AU GOUVERNEUR DE LA PART DES REPRESENTANTS DU PERSONNEL Question - Réponse DU POITOU-CHARENTES Lors du PAIT, les caisses de Poitiers et de Saintes ont été fermées alors

Plus en détail

Pacte social pour les industries de la métallurgie

Pacte social pour les industries de la métallurgie Paris le, 22 mai 2014 Contact : Dominique Gillier, Secrétaire général FGMM-CFDT 01 56 41 50 70 Pacte social pour les industries de la métallurgie Dans le cadre des engagements des branches pour la mise

Plus en détail

représentée par Madame Christine LISTL-BIOJOUT

représentée par Madame Christine LISTL-BIOJOUT ACCORD RELATIF A L ACCOMPAGNEMENT DES SALARIES DE LA CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL CHARENTE-MARITIME DEUX- SEVRES AYANT UN CONJOINT OU UN ENFANT GRAVEMENT MALADE Après négociation entre :

Plus en détail

PROCÈS-VERBAL DE DÉSACCORD DU 22 JANVIER 2013

PROCÈS-VERBAL DE DÉSACCORD DU 22 JANVIER 2013 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel CAISSE D ÉPARGNE PROCÈS-VERBAL DE DÉSACCORD DU 22 JANVIER 2013 RELATIF

Plus en détail

PROCES-VERBAL DE LA SEANCE DU 27 MARS 2015

PROCES-VERBAL DE LA SEANCE DU 27 MARS 2015 COMITE D ENTREPRISE ENFANCE ET FAMILLE 3, Rue de l Ancien Hôpital 44600 SAINT-NAZAIRE Tél : 02 40 22 99 33 PROCES-VERBAL DE LA SEANCE DU 27 MARS 2015 Etaient présents : Mr O. MIRA Directeur Général Mme

Plus en détail

ACCORD COLLECTIF INTER-ENTREPRISE RELATIF AUX INSTITUTIONS REPRESENTATIVES DU PERSONNEL DE CERA

ACCORD COLLECTIF INTER-ENTREPRISE RELATIF AUX INSTITUTIONS REPRESENTATIVES DU PERSONNEL DE CERA ACCORD COLLECTIF INTER-ENTREPRISE RELATIF AUX INSTITUTIONS REPRESENTATIVES DU PERSONNEL DE CERA ENTRE LES SOUSSIGNEES : Et, La Caisse d Epargne des Alpes, dont le siège social est situé à Grenoble - 10

Plus en détail

ACCORD D'ENTREPRISE RELATIF AUX INSTANCES REPRESENTATIVES DU PERSONNEL

ACCORD D'ENTREPRISE RELATIF AUX INSTANCES REPRESENTATIVES DU PERSONNEL CAISSE D'EPARGNE NORD FRANCE EUROPE ACCORD D'ENTREPRISE RELATIF AUX INSTANCES REPRESENTATIVES DU PERSONNEL Entre les soussignés, - La Caisse d'épargne Nord France Europe, dont le siège est situé à LILLE,

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3342 Convention collective IDCC : 2622. CRÉDIT MARITIME MUTUEL ACCORD DU 8 OCTOBRE

Plus en détail

REGLEMENT PARTICULIER DE LA CAISSE MUTUELLE COMPLEMENTAIRE ET D ACTION SOCIALE MARSEILLE

REGLEMENT PARTICULIER DE LA CAISSE MUTUELLE COMPLEMENTAIRE ET D ACTION SOCIALE MARSEILLE REGLEMENT PARTICULIER DE LA CAISSE MUTUELLE COMPLEMENTAIRE ET D ACTION SOCIALE MARSEILLE Article 1....3 Dispositions générales...3 Titre I : Organisation de la C.M.C.A.S...3 Article 2....3 Composition

Plus en détail

Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi

Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi Version 2 Fiche n 7 L information-consultation Quelques éléments de contexte La loi a cherché à mettre de l ordre et de la perspective dans

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Établissement pénitentiaire OMAP Organisation de service Circulaire de la DAP n 054/SD2 du 2 avril 2008 relative aux chartes nationales de construction et de gestion du service des personnels du corps

Plus en détail

Règlement financier de la Fédération Française du Sport Adapté 2013-2017. Adopté par le comité directeur 21 septembre 2013

Règlement financier de la Fédération Française du Sport Adapté 2013-2017. Adopté par le comité directeur 21 septembre 2013 Règlement financier de la Fédération Française du Sport Adapté 2013-2017 Adopté par le comité directeur 21 septembre 2013 Article 1er Objet : 1.1 Le Règlement Financier est l outil d aide à la gestion

Plus en détail

COMITE D ENTREPRISE M-REAL N 10/36 BP 1-27460 ALIZAY

COMITE D ENTREPRISE M-REAL N 10/36 BP 1-27460 ALIZAY COMITE D ENTREPRISE M-REAL N 10/36 BP 1-27460 ALIZAY PROCES-VERBAL DE LA REUNION DU 19 AOUT 2010 Sont présents : MM. ROUSSELET L, Président PHILIPPOT T, secrétaire 1 er col. C.G.T. LEMAHIEU J-Y, titulaire

Plus en détail

ACCORD DU 8 OCTOBRE 2013

ACCORD DU 8 OCTOBRE 2013 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3364 Convention collective nationale RÉGIME SOCIAL DES INDÉPENDANTS IDCC : 2796.

Plus en détail

ACCORD D ENTREPRISE PORTANT SUR LA DUREE EFFECTIVE, L ORGANISATION DU TEMPS DE TRAVAIL ET LES CONGES

ACCORD D ENTREPRISE PORTANT SUR LA DUREE EFFECTIVE, L ORGANISATION DU TEMPS DE TRAVAIL ET LES CONGES ACCORD D ENTREPRISE PORTANT SUR LA DUREE EFFECTIVE, L ORGANISATION DU TEMPS DE TRAVAIL ET LES CONGES PREAMBULE Dans un contexte commercial et économique difficile, qui se traduit en cette fin d année 2011,

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU COMITÉ TECHNIQUE PARITAIRE

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU COMITÉ TECHNIQUE PARITAIRE 1 PREAMBULE Le présent règlement intérieur a pour objet de préciser les conditions de fonctionnement du Comité Technique Paritaire fonctionnant auprès du Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale

Plus en détail

Règlement intérieur du conseil communautaire de Plaine Commune

Règlement intérieur du conseil communautaire de Plaine Commune Règlement intérieur du conseil communautaire de Plaine Commune En application des dispositions du code général des collectivités territoriales, le conseil communautaire doit adopter un règlement intérieur

Plus en détail

La CFDT préconise de négocier dans ce cas précis, dans un premier temps, des accords dits «de méthode».

La CFDT préconise de négocier dans ce cas précis, dans un premier temps, des accords dits «de méthode». Fiche outil 6 CONTENU DE L ACCORD Introduction «Agir contre les troubles psychosociaux, c est agir pour un travail de qualité. Il s agit de regarder la situation de travail telle qu elle est pour les salariés

Plus en détail

ACCORD SUR LE DROIT DES INSTANCES REPRESENTATIVES DU PERSONNEL ET DES ORGANISATIONS SYNDICALES DE LA CAISSE D EPARGNE AQUITAINE POITOU-CHARENTES

ACCORD SUR LE DROIT DES INSTANCES REPRESENTATIVES DU PERSONNEL ET DES ORGANISATIONS SYNDICALES DE LA CAISSE D EPARGNE AQUITAINE POITOU-CHARENTES ACCORD SUR LE DROIT DES INSTANCES REPRESENTATIVES DU PERSONNEL ET DES ORGANISATIONS SYNDICALES DE LA CAISSE D EPARGNE AQUITAINE POITOU-CHARENTES ENTRE LES SOUSSIGNES : La Caisse d Epargne Aquitaine Poitou-Charentes,

Plus en détail

LA TRIBUNE FO INFORMATION-EXPRESS

LA TRIBUNE FO INFORMATION-EXPRESS LA TRIBUNE FO DES SERVICES PUBLICS ET DES SERVICES DE SANTÉ ORGANE DE LA FÉDÉRATION DES PERSONNELS DES SERVICES PUBLICS ET DES SERVICES DE SANTÉ - 153 RUE DE ROME 75017 PARIS - PUBLICATION TRIMESTRIELLE

Plus en détail

CONSULTATION DU COMITÉ D ENTREPRISE ET DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL

CONSULTATION DU COMITÉ D ENTREPRISE ET DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL LES OBLIGATIONS VIS-À-VIS DU CE OU DES DP LES S SUR LES ORIENTATIONS Pour les délégués du personnel Toutes les ETT ayant atteint un effectif d au moins 11 salariés pendant 12 mois, consécutifs ou non,

Plus en détail

BILAN SOCIAL 2014 SAFRAN

BILAN SOCIAL 2014 SAFRAN BILAN SOCIAL SAFRAN BILAN SOCIAL La loi n 77-769 du 12 juillet 1977 fait obligation aux entreprises, comptant des établissements de plus de 300 salariés, d élaborer chaque année un bilan social pour chaque

Plus en détail

Elle peut prendre la forme d aides, de prêts attribués aux salariés ou de subventions à des organismes définis par le décret.

Elle peut prendre la forme d aides, de prêts attribués aux salariés ou de subventions à des organismes définis par le décret. ACCORD SUR LA PARTICIPATION DES EMPLOYEURS AGRICOLES A L EFFORT DE CONSTRUCTION AU SEIN DE LA CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL CHARENTE-MARITIME DEUX-SEVRES Préambule Le présent accord a pour

Plus en détail

COMITE D ENTREPRISE DE L ETABLISSEMENT PUBLIC DU PARC ET DE LA GRANDE HALLE DE LA VILLETTE

COMITE D ENTREPRISE DE L ETABLISSEMENT PUBLIC DU PARC ET DE LA GRANDE HALLE DE LA VILLETTE COMITE D ENTREPRISE DE L ETABLISSEMENT PUBLIC DU PARC ET DE LA GRANDE HALLE DE LA VILLETTE 211, avenue Jean-Jaurès 75935-PARIS Cedex 19 PROCES-VERBAL DE LA REUNION MENSUELLE DU COMITE D ENTREPRISE DU JEUDI

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3248 Convention collective nationale IDCC : 1512. PROMOTION IMMOBILIÈRE ACCORD

Plus en détail

ON VOUS DIT TOUT N 35. Le bureau et les commissions du conseil d administration ont également été installés.

ON VOUS DIT TOUT N 35. Le bureau et les commissions du conseil d administration ont également été installés. ON VOUS DIT TOUT N 35 Billet d humeur : SOMMAIRE : CONSEIL D ADMINISTRATION Le nouveau conseil d administration s est réuni le 21 Mai. Lors de ce conseil, Mr Max André PICK a été élu Président de Partenord

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR. Boulevard Weygand 14000 CAEN 02 31 85 62 33.

REGLEMENT INTERIEUR. Boulevard Weygand 14000 CAEN 02 31 85 62 33. -1- COMITE D ENTREPRISE DE LA CPAM DU CALVADOS REGLEMENT INTERIEUR Boulevard Weygand 14000 CAEN 02 31 85 62 33. cecpamcaen@orange.fr Approuvé à l unanimité lors de la séance plénière du 4 décembre 2012

Plus en détail

ACCORD DU 27 NOVEMBRE 2013

ACCORD DU 27 NOVEMBRE 2013 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3364 Convention collective nationale RÉGIME SOCIAL DES INDÉPENDANTS IDCC : 2796. Personnel de direction Brochure

Plus en détail

- une caisse d allocations familiales.

- une caisse d allocations familiales. Référentiel national de financement partenarial des services de médiation familiale Pour être éligible au conventionnement et au financement partenarial, le service de médiation familiale doit obligatoirement

Plus en détail

SALAIRES : UN ACCORD ARRACHE AUX FORCEPS

SALAIRES : UN ACCORD ARRACHE AUX FORCEPS SALAIRES : UN ACCORD ARRACHE AUX FORCEPS Ordre du jour : Ouverture de la négociation sur les salaires, Projet de mutuelle santé du réseau, Bilan de formation 2010, orientations 2012. Présents : Marcel

Plus en détail

CHAPITRE I : L ASSEMBLEE GENERALE

CHAPITRE I : L ASSEMBLEE GENERALE REGLEMENT INTERIEUR DE LA MUTUELLE D ENTREPRISE LEROY-SOMER CHAPITRE I : L ASSEMBLEE GENERALE Article 1 : composition L Assemblée Générale est constituée : - de délégués titulaires de sections de vote

Plus en détail

Agences passées en mode LSB au 31/12/2007, siège et centre d affaires : versement sur la paie de mars 2008.

Agences passées en mode LSB au 31/12/2007, siège et centre d affaires : versement sur la paie de mars 2008. ACCORD SALARIAL 2008 NAO 2007 Entre La Banque Populaire Loire et Lyonnais, dont le siège social est situé à Lyon 3 ème, 141 rue Garibaldi, représentée par Monsieur OLIVIER DE MARIGNAN, Directeur Général

Plus en détail

ACCORD CADRE RELATIF À L ÉGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES DANS LE GROUPE THALES EN FRANCE

ACCORD CADRE RELATIF À L ÉGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES DANS LE GROUPE THALES EN FRANCE ACCORD CADRE RELATIF À L ÉGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES DANS LE GROUPE THALES EN FRANCE La politique de gestion des ressources humaines, développée dans le Groupe, doit contribuer

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE PREAMBULE L égalité professionnelle doit être un axe fort de la politique des ressources humaines au sein

Plus en détail

CHAPITRE I ER NÉGOCIATION DE BRANCHE

CHAPITRE I ER NÉGOCIATION DE BRANCHE MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective IDCC : 1468. CRÉDIT MUTUEL (29 juin 1987) AVENANT DU 24 SEPTEMBRE

Plus en détail

ACCORD DU 27 SEPTEMBRE 1993 SUR L AMELIORATION DES DROITS INDIVIDUELS ET COLLECTIFS DANS LES RELATIONS DE TRAVAIL

ACCORD DU 27 SEPTEMBRE 1993 SUR L AMELIORATION DES DROITS INDIVIDUELS ET COLLECTIFS DANS LES RELATIONS DE TRAVAIL ACCORD DU 27 SEPTEMBRE 1993 SUR L AMELIORATION DES DROITS INDIVIDUELS ET COLLECTIFS DANS LES RELATIONS DE TRAVAIL PREAMBULE Au terme d une période de deux ans, les parties s accordent à estimer positive

Plus en détail

ACCORD DU 15 DÉCEMBRE 2011

ACCORD DU 15 DÉCEMBRE 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3364 Convention collective nationale RÉGIME SOCIAL DES INDÉPENDANTS IDCC : 2796.

Plus en détail

DISPOSITIONS STATUTAIRES

DISPOSITIONS STATUTAIRES REGLEMENT MUNICIPAL APPLICABLE AUX AGENTS TERRITORIAUX SPÉCIALISÉS DES ÉCOLES MATERNELLES PRÉAMBULE Le présent règlement a pour but de rassembler les dispositions applicables aux Agents Territoriaux Spécialisés

Plus en détail

1) Autorisations spéciales d'absences accordées aux représentants syndicaux désignés ou élus

1) Autorisations spéciales d'absences accordées aux représentants syndicaux désignés ou élus Absences syndicale 1) Autorisations spéciales d'absences accordées aux représentants syndicaux désignés ou élus Des autorisations d'absence qui n'entrent pas en compte dans le calcul des congés annuels

Plus en détail

COMMISSION PARITAIRE REGIONALE EMPLOI FORMATION D ILE DE FRANCE SEANCE DU 4 FEVRIER 2014. Ordre du jour

COMMISSION PARITAIRE REGIONALE EMPLOI FORMATION D ILE DE FRANCE SEANCE DU 4 FEVRIER 2014. Ordre du jour COMMISSION PARITAIRE REGIONALE EMPLOI FORMATION Présents : CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FO, GIM, UIMM 77 D ILE DE FRANCE SEANCE DU 4 FEVRIER 2014 Ordre du jour 1. Adoption du compte-rendu de la séance du

Plus en détail

ACCORD DE GESTION PREVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPETENCES DE LA SOCIETE DELPHI DIESEL SYSTEMS FRANCE SAS

ACCORD DE GESTION PREVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPETENCES DE LA SOCIETE DELPHI DIESEL SYSTEMS FRANCE SAS ACCORD DE GESTION PREVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPETENCES DE LA SOCIETE DELPHI DIESEL SYSTEMS FRANCE SAS Entre La SOCIETE DELPHI DIESEL SYSTEMS France SAS, ayant son siège social au 64, avenue de

Plus en détail

représenté par Monsieur Philippe WATTIER Responsable de la Direction des Relations Humaines et Sociales du Groupe

représenté par Monsieur Philippe WATTIER Responsable de la Direction des Relations Humaines et Sociales du Groupe ACCORD PORTANT CREATION D UNE " COMMISSION DE RECOURS " DISCIPLINAIRE Entre, Le Crédit Lyonnais représenté par Monsieur Philippe WATTIER Responsable de la Direction des Relations Humaines et Sociales du

Plus en détail

Référentiels interministériels de formation

Référentiels interministériels de formation Livret 4 MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Référentiels interministériels de formation OUTILS DE LA GRH p. 2 Référentiels interministériels de formation

Plus en détail

Syndicat Intercommunal d Information Géographique

Syndicat Intercommunal d Information Géographique Syndicat Intercommunal d Information Géographique Compte rendu de la réunion du Comité Syndical Séance du 17 juin 2014 à 18h00 Salle de réunion à Saint Nazaire située 1005 route de Vénéjan à Saint Nazaire

Plus en détail

ORDRE DU JOUR DES DELEGUES DU PERSONNEL CFE-CGC OCTOBRE 2010

ORDRE DU JOUR DES DELEGUES DU PERSONNEL CFE-CGC OCTOBRE 2010 Préalablement à la réunion des délégés du personnel la Direction annonce le projet de fermeture de fin d année concernant le personnel cadre et non cadre de production et supports associés de TLS Fab,

Plus en détail

GESTION PRÉVISIONNELLE DES BESOINS ET DES RESSOURCES DANS LE CADRE DU MOUVEMENT N ATIONAL À GESTION D É C O N C E N T R É E

GESTION PRÉVISIONNELLE DES BESOINS ET DES RESSOURCES DANS LE CADRE DU MOUVEMENT N ATIONAL À GESTION D É C O N C E N T R É E 1 1 GESTION PRÉVISIONNELLE DES BESOINS ET DES RESSOURCES DANS LE CADRE DU MOUVEMENT N ATIONAL À GESTION D É C O N C E N T R É E C. n 98-251 du 30-11- NOR : MEN P9803137C RLR : 804-0 MEN-DPE et DESCO Dans

Plus en détail

D I R E C T I O N D E S RESSOURCES HUMAINES

D I R E C T I O N D E S RESSOURCES HUMAINES D I R E C T I O N D E S RESSOURCES HUMAINES BILAN SOCIAL EXERCICE 22 Place de l O.I.T. Colobane BP. 102 Dakar Sénégal Tél. (221) 889 19 89 Ninéa 20219210C0 1 AVANT PROPOS Outil de gestion prévisionnelle

Plus en détail

(Adopté par l Assemblée Générale du 3 décembre 2004)

(Adopté par l Assemblée Générale du 3 décembre 2004) RÈGLEMENT FINANCIER (Adopté par l Assemblée Générale du 3 décembre 2004) Article 1 er Objet 1.1 Le Règlement Financier est l outil d aide à la gestion comptable et financière de la Fédération. Il vise

Plus en détail

ÉDITO. Regards croisés. s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e

ÉDITO. Regards croisés. s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e Regards croisés s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e N 49-25 juillet 2014 Serge Lavagna Secrétaire national de la CFE-CGC Protection sociale ÉDITO Contact : Mireille Dispot Expert protection sociale

Plus en détail

Accord collectif relatif au Compte Epargne Temps

Accord collectif relatif au Compte Epargne Temps Accord collectif relatif au Compte Epargne Temps Entre les soussignés La Caisse d'epargne LOIRE CENTRE dont le siège social est situé à ORLEANS, 7 rue d'escures, représentée par adame Dominique LANGUILLAT,

Plus en détail

CONVENTION DE GESTION ENTRE LE DEPARTEMENT DES DEUX-SEVRES ET LA MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES

CONVENTION DE GESTION ENTRE LE DEPARTEMENT DES DEUX-SEVRES ET LA MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES CONVENTION DE GESTION ENTRE LE DEPARTEMENT DES DEUX-SEVRES ET LA MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES ANNEXE PROJET ENTRE : Le Département des Deux-Sèvres, représenté par M. Eric GAUTIER, Président

Plus en détail

APPEL A PROPOSITIONS Action Collective Régionale

APPEL A PROPOSITIONS Action Collective Régionale APPEL A PROPOSITIONS Action Collective Régionale Planifier et optimiser la formation pour les établissements de moins de 20 salariés Proposition à retourner au plus tard le 2 octobre 2012 UNIFAF/ Délégation

Plus en détail

Syndicat National de la Banque et du crédit

Syndicat National de la Banque et du crédit Syndicat National de la Banque et du crédit Affilié à la Confédération Française de l Encadrement - CGC FORMATION SYNDICALE 1er semestre 2013 Constructif Libre Professionnel Apolitique SNB/CFE-CGC 2, rue

Plus en détail

15/12/2010 APRE Désignation de l aide Critères d éligibilité Plafonds Observations Justificatif à produire LOGEMENT

15/12/2010 APRE Désignation de l aide Critères d éligibilité Plafonds Observations Justificatif à produire LOGEMENT APRE LOGEMENT -Aides au déménagement d une durée minimum de 6 mois à temps plein, - 1500 euros pour les DE non éligibles à l aide de Pôle Emploi. - Aides à l entrée dans les lieux : abonnements aux énergies,

Plus en détail

LES ACHATS (SUITE) Tenir la comptabilité fournisseurs (révisions et suite) :

LES ACHATS (SUITE) Tenir la comptabilité fournisseurs (révisions et suite) : 1ère et Terminale Bac Pro COMPTABILITÉ LE PLAN DE FORMATION EST A LIRE DE FACON TRANSVERSALE PROMOTION 2009 COMMUNICATION ET ORGANISATION COMMERCE ET COMPTABILITÉ ÉCONOMIE DROIT UTILISER LES OUTILS DE

Plus en détail

Les droits et obligations des représentants du CHSCT

Les droits et obligations des représentants du CHSCT Les droits et obligations des représentants du CHSCT Les heures de délégations Répartition du crédit d heures Les heures imputées sur le crédit d heures Les heures non imputées sur le crédit d heures La

Plus en détail

Règlement intérieur. Son existence et ses termes principaux seront portés à la connaissance des actionnaires et du public.

Règlement intérieur. Son existence et ses termes principaux seront portés à la connaissance des actionnaires et du public. Règlement intérieur du Conseil d administration (tel que modifié le 25 août 2014) Les membres du Conseil d administration de Accor (ci-après la «Société») ont souhaité adhérer aux règles de fonctionnement

Plus en détail

PROTOCOLE D ACCORD SUR LES NEGOCIATIONS ANNUELLES OBLIGATOIRES 2014. C.S.F. France 1/9

PROTOCOLE D ACCORD SUR LES NEGOCIATIONS ANNUELLES OBLIGATOIRES 2014. C.S.F. France 1/9 PROTOCOLE D ACCORD SUR LES NEGOCIATIONS ANNUELLES OBLIGATOIRES 2014 C.S.F. France 1/9 En préambule, il est rappelé que la négociation annuelle obligatoire prévue par les articles L.2242-1 et suivants du

Plus en détail

ACCORD AU TITRE DU PACTE DE RESPONSABILITE

ACCORD AU TITRE DU PACTE DE RESPONSABILITE ACCORD AU TITRE DU PACTE DE RESPONSABILITE Dans un contexte économique général difficile caractérisé, notamment, par une croissance faible, les entreprises de la restauration rapide sont confrontées à

Plus en détail

2. L utilisation du budget de fonctionnement par le comité d entreprise

2. L utilisation du budget de fonctionnement par le comité d entreprise 2. L utilisation du budget de fonctionnement par le comité d entreprise La loi a expressément prévu l utilisation de la subvention pour couvrir certaines dépenses. Le budget de fonctionnement doit permettre

Plus en détail

AVENANT n 2 de REVISION à l ACCORD du 26 juin 1998 RELATIF au COMPTE EPARGNE TEMPS

AVENANT n 2 de REVISION à l ACCORD du 26 juin 1998 RELATIF au COMPTE EPARGNE TEMPS Le 6 mai 2002 AVENANT n 2 de REVISION à l ACCORD du 26 juin 1998 RELATIF au COMPTE EPARGNE TEMPS Entre le CREDIT LYONNAIS, représenté par Monsieur Jérôme BRUNEL, Directeur des Relations Humaines et Sociales

Plus en détail

Actu Juridique & Sociale Dynamique Entreprise Avril 2015

Actu Juridique & Sociale Dynamique Entreprise Avril 2015 LE POINT SUR La base de données unique (BDU) dans les entreprises de moins de 300 salariés Afin de renforcer l information des instances représentatives du personnel, la loi du 14 juin 2013 a créé un nouveau

Plus en détail

La Préparation Opérationnelle à l Emploi Collective

La Préparation Opérationnelle à l Emploi Collective Un appui au recrutement de vos futurs salariés intérimaires La Préparation L essentiel de la POEC A la différence de la POE Individuelle, la POE n est pas conditionnée au dépôt préalable d une offre d

Plus en détail

Le salaire. en 7 questions

Le salaire. en 7 questions Le salaire en 7 questions Sommaire Comment lire ma fiche de paie? p.4 Comment se calcule mon salaire? p.6 Quelle est la différence entre salaire brut et salaire net? p.7 La qualification, c est quoi? p.8

Plus en détail

Direction des Ressources Humaines et des Relations Sociales ACCORD DU 6 JUIN 2006. La Promotion à La Poste 1/16

Direction des Ressources Humaines et des Relations Sociales ACCORD DU 6 JUIN 2006. La Promotion à La Poste 1/16 Direction des Ressources Humaines et des Relations Sociales La Promotion à La Poste ACCORD DU 6 JUIN 2006 La Promotion à La Poste 1/16 Sommaire PREAMBULE...3 CHAPITRE 1: LES OBJECTIFS...3 CHAPITRE 2: LES

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3081 Conventions collectives nationales INDUSTRIES DE CARRIÈRES ET MATÉRIAUX

Plus en détail

La politique de l emploi des travailleurs handicapés au cœur des préoccupations du gouvernement pour favoriser leur inclusion sociale

La politique de l emploi des travailleurs handicapés au cœur des préoccupations du gouvernement pour favoriser leur inclusion sociale La politique de l emploi des travailleurs handicapés au cœur des préoccupations du gouvernement pour favoriser leur inclusion sociale Sommaire Chiffres clé : l emploi des travailleurs handicapés La politique

Plus en détail

REUNION DU CONSEIL D'ADMINISTRATION DU 21 MAI 2015

REUNION DU CONSEIL D'ADMINISTRATION DU 21 MAI 2015 Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de la Seine Maritime Date de séance : 21/05/2015 Procès-verbal REUNION DU CONSEIL D'ADMINISTRATION DU 21 MAI 2015 PROCES-VERBAL n 2015/003 Le jeudi

Plus en détail

CONSEIL SUPÉRIEUR. de la FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Conseil supérieur de la FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE - 2011

CONSEIL SUPÉRIEUR. de la FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Conseil supérieur de la FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE - 2011 2 0 1 2 5 CONSEIL SUPÉRIEUR de la FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Conseil supérieur de la FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE - 2011 l édito du Président 3 L a fonction publique territoriale, et avec elle «son»

Plus en détail

Les aides de l État à la formation des représentants des organisations syndicales et professionnelles

Les aides de l État à la formation des représentants des organisations syndicales et professionnelles DES ORGANISATIONS SYNDICALES ET PROFESSIONNELLES 111 Les aides de l État à la formation des représentants des organisations syndicales et professionnelles A côté d autres concours de l État, de nature

Plus en détail

Comment accompagner le chef d entreprise dans les relations sociales?

Comment accompagner le chef d entreprise dans les relations sociales? L EXPERT-COMPTABLE PILOTE DES MISSIONS DE CONSEIL SOCIAL : QUELS OUTILS, POUR QUELLES MISSIONS? Comment accompagner le chef d entreprise dans les relations sociales? P.1 COMMENT ACCOMPAGNER LE CHEF D ENTREPRISE

Plus en détail

PRESENTATION DU CONTEXTE, DU CADRE JURIDIQUE ET COMPTABLE

PRESENTATION DU CONTEXTE, DU CADRE JURIDIQUE ET COMPTABLE PRESENTATION DU CONTEXTE, DU CADRE JURIDIQUE ET COMPTABLE Annexe 1 SEF - Pôle Analyses, Etudes Bancaires et Financières 1/8 I. CONTEXTE L Institut d Emission des Départements d Outre-Mer (IEDOM) a désigné

Plus en détail

ACCORDS DE BERCY SUR LE DIALOGUE SOCIAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE MAI 2008

ACCORDS DE BERCY SUR LE DIALOGUE SOCIAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE MAI 2008 ACCORDS DE BERCY SUR LE DIALOGUE SOCIAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE MAI 2008 Eric WOERTH Ministre du Budget, des Comptes publics et de la Fonction publique et André SANTINI Secrétaire d État chargé de la

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3125 Convention collective nationale IDCC : 1586. INDUSTRIES CHARCUTIÈRES (Salaisons, charcuteries,

Plus en détail

Les autorisations d absence

Les autorisations d absence Les autorisations d absence S t a t u t g é n é r a l A r t i c l e 5 9 d e l a l o i n 8 4-5 3 d u 2 6 j a n v i e r 1 9 8 4 Les bénéficiaires Les autorisations d absence sont accordées aux agents titulaires,

Plus en détail

Editorial Elus de CE, délégués du personnel, membres

Editorial Elus de CE, délégués du personnel, membres Sommaire Le droit à formation 1 - Droit à la formation 2 des représentants du personnel Des élus titulaires du CE................................ 2 Des membres du CHSCT............................... 2

Plus en détail

NOTRE PRIORITÉ : LA CATÉGORIE C

NOTRE PRIORITÉ : LA CATÉGORIE C FILIÈRE ADMINISTRATIVE DE LA FONCTION PUBLIQUE D ÉTAT PERSONNELS ADMINISTRATIFS DU PÔLE ÉDUCATIF Éducation Nationale - Enseignement Supérieur - Jeunesse et Sports NOTRE PRIORITÉ : LA CATÉGORIE C Une revalorisation

Plus en détail

La formation interministérielle

La formation interministérielle 1 La formation interministérielle La formation interministérielle mise en œuvre par la DGAFP s organise autour des trois axes suivants : La formation interministérielle déconcentrée dont les acteurs principaux

Plus en détail

COMPTE RENDU DU CHSCT 7 mai 2015. M. Thefioux (DIRECCTE par intérim) a donné délégation à Hélène Rubi (SG) pour la présidence du CHSCT.

COMPTE RENDU DU CHSCT 7 mai 2015. M. Thefioux (DIRECCTE par intérim) a donné délégation à Hélène Rubi (SG) pour la présidence du CHSCT. COMPTE RENDU DU CHSCT 7 mai 2015 Ce CHSCT s est déroulé à L UT 22 le jeudi 7 mai 2015 de 14H à 18H Etaient excusés : Mme Senegas (SUD) Mme Fayet (UNSA) M. Thefioux (DIRECCTE par intérim) a donné délégation

Plus en détail

Ordre du jour 3 312B 2 2004... Analyse des réponses de la Direction sur bilan 2003 et Papripact 3 314B 3

Ordre du jour 3 312B 2 2004... Analyse des réponses de la Direction sur bilan 2003 et Papripact 3 314B 3 Class tr Ordre du jour 035B 1 Approbation du PV du 10 juin et du 20 juillet 3 312B 2 2004...... Analyse des réponses de la Direction sur bilan 2003 et Papripact 3 314B 3 2004.. Suivi de l avancement de

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3246 Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION AVENANT N 137 DU 26 SEPTEMBRE 2011 RELATIF AU TEMPS PARTIEL

Plus en détail

ACCORD DU 5 AVRIL 2006

ACCORD DU 5 AVRIL 2006 MINISTÈRE DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective nationale IDCC : 7501. CRÉDIT AGRICOLE (4 novembre 1987) ACCORD DU 5 AVRIL 2006 RELATIF AUX MODALITÉS D APPLICATION

Plus en détail

LE GUIDE DE GESTION DE LA PREVENTION

LE GUIDE DE GESTION DE LA PREVENTION LE GUIDE DE GESTION DE LA PREVENTION 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 1. LES MISSIONS... 3 1.1. La prévention contre les risques d incendie et de panique dans les ERP et IGH... 3 1.1.1 Un contexte règlementaire...

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU FONDS DE SOLIDARITE DES AGENTS DU TRESOR DE COTE D IVOIRE

REGLEMENT INTERIEUR DU FONDS DE SOLIDARITE DES AGENTS DU TRESOR DE COTE D IVOIRE REGLEMENT INTERIEUR DU FONDS DE SOLIDARITE DES AGENTS DU TRESOR DE COTE D IVOIRE Le présent Règlement Intérieur a pour objet de déterminer les modalités d application des Statuts : organisation des structures

Plus en détail

Rapport pour la commission permanente du conseil régional. Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france

Rapport pour la commission permanente du conseil régional. Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france Rapport pour la commission permanente du conseil régional MAI 2011 Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france SOUTIEN A L ASSOCIATION REGIONALE POUR L AMELIORATION

Plus en détail

Vous voudrez bien indiquer au greffe de la juridiction la date de cette réunion.

Vous voudrez bien indiquer au greffe de la juridiction la date de cette réunion. Le Président REF. : N 1027 Poitiers, le 29 décembre 2006 Rod2-1 RECOMMANDE AVEC A.R. Monsieur le Maire, Le rapport d observations définitives sur la gestion de la commune de Saint-Sauveur-d Aunis, arrêté

Plus en détail

ACCORD D INTERESSEMENT

ACCORD D INTERESSEMENT CAISSE D EPARGNE D ALSACE ACCORD D INTERESSEMENT Entre la CAISSE D EPARGNE D ALSACE dont le siège est sis 2, quai Kléber à STRASBOURG, représentée par Monsieur Alain MAIRE, Président du Directoire d une

Plus en détail

Règlement des études

Règlement des études 3 Règlement des études Conformément à l article 78 du décret «Missions» du 24 juillet 1997, le règlement des études définit, en lien avec les projets éducatifs et pédagogiques, les critères qui doivent

Plus en détail

CONVOCATION DES MEMBRES DU COMITE

CONVOCATION DES MEMBRES DU COMITE REGLEMENT INTERIEUR DU COMITE D HYGIENE DE SECURITE ET DE CONDITIONS DE TRAVAIL DE L UNIVERSITE DE REIMS CHAMPAGNE ARDENNE Document validé par le CHSCT au cours de sa séance du 18 septembre 2012 Mis à

Plus en détail

ACCORD D ENTREPRISE RELATIF AU DON DE JOURS DE REPOS

ACCORD D ENTREPRISE RELATIF AU DON DE JOURS DE REPOS ACCORD D ENTREPRISE RELATIF AU DON DE JOURS DE REPOS AUX PARENTS D UN ENFANT GRAVEMENT MALADE Préambule Lors de la négociation de l accord «Nouveau Contrat Social», les Organisations Syndicales ont fait

Plus en détail

Le comité d entreprise

Le comité d entreprise Le comité d entreprise En bref Dans les entreprises de 50 salariés et plus, le chef d entreprise est tenu d organiser la mise en place d un comité d entreprise (CE) composé de représentants élus du personnel

Plus en détail

PROCES-VERBAL DE LA REUNION DU COMITE D'ENTREPRISE DU 29 NOVEMBRE 2001

PROCES-VERBAL DE LA REUNION DU COMITE D'ENTREPRISE DU 29 NOVEMBRE 2001 PROCES-VERBAL DE LA REUNION DU COMITE D'ENTREPRISE DU 29 NOVEMBRE 2001 Etaient présents : Monsieur SUSSFELD Président du Comité Monsieur MOREAU Directeur des Ressources Humaines Monsieur JOULIN (M) Titulaire

Plus en détail

Consignes déclaratives DSN

Consignes déclaratives DSN Consignes déclaratives DSN Pôle emploi 1/8 Contenu PREAMBULE... 3 1. GERER UNE FIN DE CDD / GERER UNE PROLONGATION DE CDD... 4 2. GERER UNE ABSENCE NON REMUNEREE OU PARTIELLEMENT REMUNEREE... 5 3. GERER

Plus en détail

ACCORD D ENTREPRISE BANQUE POPULAIRE D ALSACE. MIXITE des EMPLOIS et EGALITE PROFESSIONNELLE 2008-2010

ACCORD D ENTREPRISE BANQUE POPULAIRE D ALSACE. MIXITE des EMPLOIS et EGALITE PROFESSIONNELLE 2008-2010 ACCORD D ENTREPRISE BANQUE POPULAIRE D ALSACE MIXITE des EMPLOIS et EGALITE PROFESSIONNELLE 2008-2010 Entre les soussignés : La BANQUE POPULAIRE D ALSACE, Société Coopérative à Capital Variable, dont le

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Conseil Régional de Concertation Locative. 19 novembre 2012. Georges Mavroyannis. Paul Pinchon Claude Fainzang. Christophe Lheureux

Conseil Régional de Concertation Locative. 19 novembre 2012. Georges Mavroyannis. Paul Pinchon Claude Fainzang. Christophe Lheureux Compte rendu Conseil Régional de Concertation Locative 19 novembre 2012 Participants : Pour l AFOC Pour la CGL Pour la CLCV Pour la CNL Indépendant Pour I3F Bertrand Blanc Georges Mavroyannis Serge Lenesley

Plus en détail

ACCORD GROUPE FRANCE. Un entretien annuel d activité transparent pour l écoute mutuelle et le développement des savoir-faire professionnels (TALK)

ACCORD GROUPE FRANCE. Un entretien annuel d activité transparent pour l écoute mutuelle et le développement des savoir-faire professionnels (TALK) ACCORD GROUPE FRANCE Un entretien annuel d activité transparent pour l écoute mutuelle et le développement des savoir-faire professionnels (TALK) Entre: Monsieur Yves BAROU, Directeur des Ressources Humaines

Plus en détail