Le crédit-bail : une alternative au financement par dette?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le crédit-bail : une alternative au financement par dette?"

Transcription

1 Le crédit-bail : une alternative au financement par dette? Joseph HAKIMIAN Professeur Associé à la FGM Existe-t-il une structure optimale du capital? La littérature financière s est depuis longtemps penchée sur la recherche de la meilleure stratégie de financement de l entreprise à savoir, trouver l équilibre optimal entre les ressources financières internes et les ressources externes. Si l approche à partir de la notion de risque implique le recours premier aux fonds propres (augmentation de capital, autofinancement) qui seuls permettent le maintien de l indépendance financière de l entreprise, les exigences de rentabilité de la part des actionnaires, par contre, peuvent pousser les dirigeants à augmenter le niveau du risque en faisant jouer l effet de levier par le recours à la dette (Hakimian, 1986) 1. Il faut noter à ce propos la position de Modigliani et Miller (1958) qui, s ils reconnaissent l effet favorable de la dette sur la valeur de l entreprise, démontrent que, sous certaines conditions, l analyse en termes d optimalité n est pas pertinente dans la mesure où les opérations d arbitrage 2 des investisseurs peuvent en conséquence annuler les effets favorables de la dette. Dans la suite de cet article, nous allons orienter notre analyse sur les effets financiers, comptables et fiscaux de la dette comparés à ceux du crédit-bail ou leasing en vue d apprécier la similitude ou la différence entre ces deux modes de financement externe. 1 Lorsque le coût de la dette est inférieur au rendement de l actif de l entreprise, l excédent de revenu imputable au financement par dette va permettre une augmentation du rendement de l action 2 L arbitrage consiste pour l actionnaire de la firme endettée à céder ses titres, à s endetter à titre personnel et à investir le montant obtenu dans les actions de la firme non endettée 1

2 Le principe du crédit-bail Il s agit d un contrat par lequel le propriétaire (bailleur / lessor) d un actif permet à une autre entité (locataire / lessee) de l utiliser contre la promesse de celle-ci de faire une série de paiements futurs. Les opérations de crédit-bail d équipement peuvent être classées en deux catégories principales (Fabozzi, Davis, Choudhry, 2006) : Leasing financier ou non orienté fiscalement : ce type de contrat transfère substantiellement les avantages et risques inhérents à la propriété d un actif au locataire et donne à ce dernier l option de l acquérir à l échéance du contrat selon un prix fixé à l avance, non basé sur la juste valeur de marché et en général qui lui est inférieur, afin d inciter le locataire à exercer son option. Durant toute la durée du contrat de location, le propriétaire légal de l équipement est le bailleur. Il est utile, à ce stade, de préciser que ce type est dit non orienté fiscalement car considéré dans l optique du bailleur 3, aspect que nous traiterons plus loin. Dans le cadre de cette catégorie de leasing, il faut mentionner la cession-bail (sale and lease-back) qui consiste en une vente par l entreprise d un bien en sa possession, puis de sa reprise en leasing. Leasing opérationnel ou orienté fiscalement 4 : le locataire bénéficie seulementde l usage du bien contre le versement d un loyer périodique sur la durée du contrat. Toutefois, à la fin du contrat, le bailleur conserve la propriété du bien, sauf si une option d achat est prévue mais dans ce cas le prix de cession est basé sur la juste valeur de marché. Ce type de crédit-bail peut aussi être considéré du point de vue du bailleur qui peut financer l achat du bien, soit à partir de ses fonds propres (single-investor lease), soit en 3 Le bailleur n étant pas le propriétaire ultime du bien ne va pas l amortir et ne pourra pas bénéficier du crédit d impôt 4 Le bailleur amortit le bien car il en est le propriétaire 2

3 recourant à la dette pour une partie du montant requis dans une proportion d environ 70% de la valeur du bien concerné (leveraged lease). (Caselli, Gatti, 2005) Le paragraphe qui suit nous permettra de présenter de manière synthétique les relations entre les parties prenantes dans une transaction de crédit-bail. Description d une transaction type Une opération de crédit-bail classique peut être représentée par le schéma suivant où les flèches indiquent le sens des flux financiers ou physiques : Loyer s Bailleur Prix Locataire Livraison de l équipement Fournisseur Les étapes qui caractérisent le processus se présentent ainsi : o Le locataire détermine la nature et les caractéristiques du matériel requis, sélectionne le fournisseur / fabricant et choisit le modèle ; o Il s entend avec le fournisseur sur les garanties que ce dernier propose, le SAV, les modalités de livraison et négocie les termes du contrat de vente ainsi que le prix de l équipement ; 3

4 o Il négocie avec le bailleur les conditions du contrat de bail (durée, loyers, etc ), le signe et cède au bailleur son droit d achat en vue de la commande ; o Le bailleur achète le matériel qui est livré directement au locataire, lequel doit l accepter formellement avant que le bailleur n en règle le prix au fournisseur ; o Finalement le contrat de location prend effet et le locataire versera périodiquement le loyer convenu. Les raisons du recours au leasing De multiples raisons peuvent pousser une entreprise à se tourner vers le créditbail : trésorerie insuffisante, faible capacité d endettement, préservation du fonds de roulement, bouclier fiscal peu significatif, externalisation de services ou activités annexes, etc Ainsi une entreprise ne dégageant pas un cash-flow important pourrait malgré ce handicap louer, par exemple, un parc de voitures de fonction sachant que les frais d entretien, d assurances, taxes et autres charges annexes seront du ressort du bailleur qui est juridiquement le propriétaire de ces voitures et qui, de ce fait, pourra les amortir et bénéficier d une économie d impôts qu il pourra, en partie, transférer au locataire sous la forme d un loyer plus faible 5. Par ailleurs, dans un contrat de leasing financier, le bailleur assure un financement à 100% par opposition à un financement par dette où la banque exigera un premier versement en capital (down payment) du demandeur du crédit réduisant ainsi son fonds de roulement disponible. De plus, une entreprise non soumise à l impôt sur les bénéfices ou très faiblement imposée ne pourra pas profiter du crédit d impôt induit par l amortissement si elle devait acquérir l équipement ou le prendre en leasing financier 6. 5 Contrat de leasing opérationnel 6 Un contrat de leasing opérationnel lui permettrait de payer un loyer plus faible, surtout si le bailleur peut profiter d une économie d impôt significative 4

5 Une entreprise ne disposant pas de moyens financiers en vue de faire face à des engagements à court terme pourra recourir à la technique de la cession bail : en vendant un actif elle dispose d une trésorerie immédiate qui lui permettra ainsi de respecter ses engagements 7. La décision d acheter ou de louer : aspect financier Cette décision est conditionnée par la recherche préalable des moyens d augmenter la rentabilité de l entreprise et des conséquences au niveau des flux additionnels qui seront générés. Le management doit commencer par déterminer la nature de l actif susceptible de répondre à ce premier objectif par l application des critères usuels de prise de décision (VAN, TIR, etc ). Nous déduisons qu à ce stade, ce qui importe pour le locataire potentiel c est la capacité de l actif à dégager une rentabilité découlant de son utilisation et non de sa propriété. En conséquence, et comme il apparaît dans le schéma ci-après, la location ou l achat d un actif représentent deux méthodes alternatives de financement de l utilisation de cet actif. 7 Ce mode de financement est l équivalent, dans sa finalité, de la restructuration d un prêt bancaire : un nouveau PMT avec un nouvel échéancier est mis en place en remplacement de l ancien prêt. 5

6 Source: Ross, Westerfield, Jaffe, 2002 Le modèle d évaluation est basé sur la comparaison entre la valeur actuelle des cashflows de la variante location à celle de l emprunt-achat de l actif, c est-à-dire pratiquement à calculer dans un premier temps le coût de la variante leasing : Soient les données suivantes : P 0 = prix de marché de l actif = L t = loyer annuel = K l = coût du leasing = à déterminer K d = coût de la dette = 12% N = durée du contrat de location = 5 ans P N = prix d exercice de l option d achat = L équation suivante permettra de déterminer le coût du leasing (K l ) qu il suffira de comparer au coût de la dette (K d ). 6

7 N P 0 = L t (1+K l ) -t + P N (1+K l ) -N t= = x (1+K l ) -t x (1+K l ) -5 t=1 K l = 8.2% < K d = 12% La variante leasing est avantageuse Critères de la distinction entre les deux types de crédit-bail : aspect comptable et fiscal Les nouvelles normes comptables internationales FASB et IASB, notamment les règles FAS 13 et IAS 17 fixent le principe de classification selon le degré de transfert, au locataire ou au bailleur, des avantages et risques liés à la propriété de l actif. Leasing opérationnel Un contrat sera considéré comme leasing opérationnel s il ne transfère pas substantiellement les avantages et risques de la propriété au locataire. Généralement, la durée du contrat étant inférieure à la durée de vie économique du bien, ceci implique que le loyer ne permettra pas au bailleur de récupérer la valeur de son investissement et sera par conséquent amené à relouer le bien ou à le revendre à sa valeur résiduelle. Dans ce cas pour le locataire, le loyer est intégralement comptabilisé comme charge d exploitation donnant lieu à un crédit d impôt. Aucune mention n apparaît au bilan du locataire (il s agit d une opération en hors-bilan). Le bailleur amortira l actif selon les procédures usuelles et constatera le loyer perçu comme un revenu. 7

8 Leasing financier Un contrat qui transfère substantiellement les avantages et risques de la propriété au locataire, sera considéré comme un leasing financier. La règle FAS 13 considère de plus que, si une au moins des conditions suivantes est satisfaite, un contrat sera classé comme leasing financier : 1. La valeur actuelle des loyers représente au moins 90% de la juste valeur de marché de l actif au début du contrat. 2. Le transfert de la propriété de l actif au locataire a lieu à l échéance du contrat. 3. La durée du contrat représente au moins 75% de la durée de vie économique estimée de l actif. 4. Le locataire peut acquérir l actif à un prix inférieur à son juste prix de marché à l échéance du contrat. La règle IAS 17 impose pour le leasing financier un mode de comptabilisation spécifique dans un but de transparence financière consistant à faire apparaître au bilan du locataire un même montant à l actif et au passif. Ce montant correspondra au chiffre le plus faible entre la juste valeur de marché de l actif ou celui de la valeur actuelle des loyers (calculée pour un taux d actualisation égal au coût marginal de la dette du locataire) 8. Le locataire inscrira périodiquement comme charges financières la part du loyer correspondant aux intérêts et réduira avec le solde son engagement. Il amortira par ailleurs l actif. Le bailleur enregistrera la valeur de l investissement comme actif récupérable et constatera un revenu représentant le rendement sur cet investissement. Illustration 1 : Impact du leasing financier sur le bilan du locataire 8 Voir Illustration 2 8

9 Le tableau qui suit met en évidence l impact de cette normalisation comptable sur le bilan du locataire conformément à la règle IAS 17. Le bilan de départ du locataire comprend un capital de $ et un terrain de $ Le matériel considéré, d une valeur de $ , peut être financé par dette ou pris en leasing opérationnel ou financier 9. Achat Matériel pour financé par Dette Terrain Matériel Capital Dette Total Actif Total Passif Leasing opérationnel sur le Matériel Terrain Matériel Capital Dette Total Actif Total Passif Leasing financier sur le Matériel Terrain Matériel sous contrat de location Capital Obligations au titre de location-acquisition Total Actif Total Passif Le constat principal qui apparaît est que du fait de la prise en compte des nouvelles règles de comptabilisation, le leasing financier ne se distingue plus de l endettement au niveau de la situation patrimoniale de l entreprise et qu il perd un des arguments phares qui jouaient en sa faveur, à savoir le maintien de la capacité d endettement intacte. Illustration 2 : Calcul des charges financières et de l économie d impôt dans un leasing financier (optique du locataire) 9 Exemple inspiré de Ross Stephen A., Westerfield Randolph W., Jaffe Jeffrey, Corporate Finance, McGraw-Hill / Irwin, Sixth Edition,

10 Les caractéristiques du contrat se présentent comme suit 10 : Prix de marché de la machine : $ Durée de vie économique : 10 ans Valeur résiduelle nulle Durée du contrat : 8 ans Loyer annuel : $ Prix de l option d achat : 0 Coût implicite du leasing : K d = 15% (correspondant au coût marginal d endettement du locataire) La valeur de la machine à inscrire au bilan à l actif et au passif est déterminée à partir de l équation suivante 11 : 8 P 0 = x (1+0.15) -t + 0 x ( ) -8 = $ t=1 Ce chiffre représente le montant de l obligation au titre de la location-acquisition et servira comme point de départ pour le calcul des intérêts implicites du contrat de leasing. Le tableau ci-après présente l évolution du solde de l engagement ainsi que la répartition annuelle du loyer en charges financières et remboursement du principal : Année Dette au 1er Jan. Intérêts Loyer (Dette+Int.) au 31 Dec. (Dette+Intérêts- Loyer) au 31 Dec , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , Exemple inspiré de IFRS, Accounting for liabilities in accordance with IAS 37, IAS 17 and IAS 19, Joint World Bank and IFRS Foundation train the trainers workshop hosted by the ECCB, 30 April to 4 May Chiffre correspondant à la valeur actuelle des loyers actualisés au coût de la dette de 15%. Comme ce chiffre est inférieur au prix de marché de la machine, il sera retenu selon IAS 17 10

11 , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , Pour l année 2015, les intérêts s élèvent à $ Le loyer de $ , à payer à la fin de l année, sera affecté aux charges financières et au remboursement du principal soit $ L actif (matériel sous contrat de location) de $ sera amorti sur la durée de vie économique (10 ans) à raison de $ par an. Impact fiscal de l option leasing financier Les dotations aux amortissements (A) ainsi que les intérêts (I) sont déductibles fiscalement et vont générer une économie d impôt égale à : (A+I) x Taux d imposition Ainsi sur la durée du contrat de leasing (8 ans), et en supposant un taux d imposition de 20%, l économie d impôt s établit comme suit : Dotation aux amortissements : ( x 8/10) x 20% = $ Intérêts : x 20% = $ Soit un total de $ Illustration 3 : Calcul des charges financières et de l économie d impôt dans l option de financement par dette (optique du locataire) Nous présentons ci-après les deux méthodes possibles de détermination de l échéancier des flux. 1 - Méthode de l amortissement constant du capital 11

12 Montant de la dette = 70% du prix de marché de la machine : $ Durée de vie économique : 10 ans Valeur résiduelle nulle Durée du contrat : 8 ans Amortissement constant du capital : ( / 8) = $ par an Coût de la dette : K d = 15% (correspondant au coût marginal d endettement du locataire) Taux d imposition : 20% Année Dette au Remb. Solde au Intérêts Paiement 1er Jan. capital 31 Dec , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , Impact fiscal de l option Dette-Achat Dotation aux amortissements : ( x 8/10] x 20% = $ Intérêts : x 20% = $ Soit un total de $ Méthode des annuités constantes Le montant de l annuité est calculé comme suit : 8 Annuité = / (1+0.15) -t = $ t=1 12 Normalement la banque ne financera pas l intégralité du coût de la machine, exigeant un apport initial assuré par l investisseur. Nous considérons un apport de 30% dans notre exemple 12

13 Année Dette au Remb Solde au Intérêts Annuité 1er Jan. capital 31 Dec , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , Dotation aux amortissements : ( x 8/10] x 20% = $ Intérêts : x 20% = $ Soit un total de $ Analyse des résultats Comme on l a constaté plus haut 13, l impact du leasing financier sur le bilan du locataire est similaire à celui de l endettement : les deux modes de financement impactent négativement la capacité d endettement future de l entreprise. Cependant sur le plan de l impact fiscal, le leasing financier 14 paraît plus avantageux que l endettement 15. En effet le montant de la dette étant inférieur au prix de la machine, il en découle un montant plus faible d intérêts et par suite une économie d impôt moindre. Concernant la dette, la différence constatée dans le montant de l économie d impôt est due mode de calcul de l échéancier de remboursement de celle-ci. 13 Illustration 1 14 Illustration 2 15 Illustration 3 13

14 Conclusion Malgré le constat lourd de conséquences tiré de notre exemple, notamment au niveau de la diminution de la capacité d endettement des entreprises, il n en demeure pas moins que beaucoup de facteurs militent toujours en faveur des opérations de leasing. Cependant la pratique au Liban des quelques sociétés de leasing, inscrites comme telles sur la liste de la Banque du Liban, du fait de leur affiliation à des groupes bancaires, tendrait à affaiblir leur spécificité qui les distingue des banques notamment en matière de prise de garanties. En effet une des caractéristiques du leasing consiste pour le bailleur à disposer d une sûreté représentée uniquement par le nantissement du bien financé. Or nous remarquons que dans beaucoup de situations le bailleur, non seulement analyse un dossier de leasing selon les mêmes principes qu une banque mettrait en œuvre pour un dossier de crédit classique, mais de plus est amené parfois à requérir des garanties supplémentaires sous forme de garanties réelles ou personnelles. De plus les exigences de la Banque du Liban, quant à la déclaration des encours leasing à la Centrale des risques auraient tendance à les assimiler à n importe quel type de crédit bancaire. Références Caselli Stefano, Gatti Stefano, Structured Finance Techniques, Products and Market, Springer, 2005 Fabozzi Frank J., Davis Henry A., Choudhry Moorad, Introduction to Structured Finance, John Wiley & Sons, Inc FASB - FAS 13, Accounting for Leases, November 1976 Hakimian Joseph, Effet de levier et rentabilité, Proche-Orient Etudes Economiques No.30, Janvier 1986 IASB - IAS 17 Leases, Technical summary as issued at 1 January 2012 IFRS, Accounting for liabilities in accordance with IAS 37, IAS 17 and IAS 19, Joint World Bank and IFRS Foundation train the trainers workshop hosted by the ECCB, 30 April to 4 May

15 Modigliani Franco and Miller Merton H., The Cost of capital, Corporate Finance and The Theory of Investment, The American Economic Review, Volume XLVIII June 1958 Number Three (p ) Ross Stephen A., Westerfield Randolph W., Jaffe Jeffrey, Corporate Finance, McGraw- Hill / Irwin, Sixth Edition,

Chapitre 25. Le financement par crédit-bail

Chapitre 25. Le financement par crédit-bail Chapitre 25 Le financement par crédit-bail Introduction La location d actifs par une entreprise s appelle le créditbail. Celle-ci présente les mêmes caractéristiques que la location d un bien par un particulier

Plus en détail

Le financement des investissements

Le financement des investissements Les modes de financement Le crédit aux particuliers Le crédit aux entreprises 1 Les modes de financement L autofinancement Le crédit bancaire Le crédit-bail La location longue durée 2 L autofinancement

Plus en détail

INTRODUCTION AU CRÉDIT-BAIL

INTRODUCTION AU CRÉDIT-BAIL INTRODUCTION AU CRÉDIT-BAIL Adapté avec l autorisation de l Institut canadien des comptables agréés, Toronto, Canada. Octobre 1998 GLOSSAIRE DU CRÉDIT-BAIL Voici la définition de certaines expressions

Plus en détail

SECTION 6 : OPERATIONS DE CREDIT-BAIL ET DE LOCATION

SECTION 6 : OPERATIONS DE CREDIT-BAIL ET DE LOCATION SECTION 6 : OPERATIONS DE CREDIT-BAIL ET DE LOCATION 1 - DEFINITIONS 2 - COMPTABILISATION DES IMMOBILISATIONS DONNEES EN CREDIT-BAIL 3 - RESTRUCTURATION DES LOYERS IMPAYES 4 - COMPTABILISATION DES IMMOBILISATIONS

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

P6C10 Le financement externe de l entreprise

P6C10 Le financement externe de l entreprise P6C10 Le financement externe de l entreprise I. Les emprunts indivis Emprunts indivis : souscrit par une seule personne juridique. Emprunt obligataire : souscrit par plusieurs personnes juridiques (hors

Plus en détail

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 8 - Contrats de location

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 8 - Contrats de location Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 8 - Contrats de location Les normes IFRS et les PCGR du Canada constituent des cadres fondés sur des principes; de ce point de vue, bon nombre

Plus en détail

4 Choix d investissement

4 Choix d investissement cterrier 1/8 26/01/2011 Cours Mathématiques financières Auteur : C. Terrier ; mailto:webmaster@cterrier.com ; http://www.cterrier.com Utilisation : Reproduction libre pour des formateurs dans un cadre

Plus en détail

Les choix d investissement et de financement

Les choix d investissement et de financement Les choix d investissement et de financement L investissement sera-t-il rentable? Un investissement sera considéré comme rentable s il fait apparaître des capacités d autofinancement (recettes) supérieures

Plus en détail

- 02 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE FINANCIERE. Connaissance des caractéristiques des moyens de financement des investissements.

- 02 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE FINANCIERE. Connaissance des caractéristiques des moyens de financement des investissements. - 02 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE FINANCIERE Objectif(s) : o Choix du financement des investissements ; o Coût du financement. Pré-requis : o Modalités : Connaissance des caractéristiques

Plus en détail

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Objectif L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des impôts sur le résultat. La question principale en matière

Plus en détail

valeur, c est-à-dire que le produit de cession diffère de la juste valeur de l actif, on comptabilise

valeur, c est-à-dire que le produit de cession diffère de la juste valeur de l actif, on comptabilise 2824RE_chap_EP4.qx:quark de base 7/16/09 7:27 PM Page 601 Chapitre : Les contrats de location 24. La sous-location d un actif loué ne pose selon nous aucun problème particulier : il faut évaluer la substance

Plus en détail

Norme comptable internationale 17 Contrats de location

Norme comptable internationale 17 Contrats de location Norme comptable internationale 17 Contrats de location Objectif 1 L objectif de la présente norme est d établir, pour le preneur et le bailleur, les principes comptables appropriés et les informations

Plus en détail

Crédit bail : traitement comptable CGNC et Norme IAS 17 Comptabilité approfondie. Chapitre 1 Chapitre 1 : Le crédit bail selon le CGNC

Crédit bail : traitement comptable CGNC et Norme IAS 17 Comptabilité approfondie. Chapitre 1 Chapitre 1 : Le crédit bail selon le CGNC Plan : Chapitre 1 Chapitre 1 : Le crédit bail selon le CGNC i. Définition ii. Principes de fonctionnement iii. Types de contrats de crédit bail iv. Traitement comptable CGNC 1. L enregistrement des opérations

Plus en détail

Norme comptable relative aux contrats de location

Norme comptable relative aux contrats de location NC 41 Norme comptable relative aux contrats de location OBJECTIF 1. L objectif de la présente norme est d établir, pour le preneur et le bailleur, les principes comptables appropriés et les informations

Plus en détail

EXERCICES CORRIGES Elément : Gestion financière / Option Economie et Gestion. (Semestre 5)

EXERCICES CORRIGES Elément : Gestion financière / Option Economie et Gestion. (Semestre 5) EXERCICES CORRIGES Elément : Gestion financière / Option Economie et Gestion (Semestre 5) Exercice 1 Pour développer son activité, l entreprise SDT achète un nouvel équipement dont les caractéristiques

Plus en détail

Chapitre 6 L analyse comptable des flux : Les tableaux de flux de trésorerie

Chapitre 6 L analyse comptable des flux : Les tableaux de flux de trésorerie Chapitre 6 L analyse comptable des flux : Les tableaux de flux de trésorerie 1 Plan (Chapitre 13 de l ouvrage de référence) Introduction Le tableau des flux de trésorerie : principes généraux Méthodologie

Plus en détail

Banque Populaire Bail Matériel est une marque commerciale de Natixis Lease dédiée à l ensemble des clients de la Banque de Savoie.

Banque Populaire Bail Matériel est une marque commerciale de Natixis Lease dédiée à l ensemble des clients de la Banque de Savoie. Crédit Bail Mobilier Financez vos investissements sans déséquilibrer votre budget grâce au crédit-bail mobilier Bail Matériel. EN BREF Le crédit-bail mobilier Bail Matériel est destiné à louer un équipement

Plus en détail

PROJET DE NORME : LES CONTRATS DE LOCATION. Jeudi 5 mars 2015

PROJET DE NORME : LES CONTRATS DE LOCATION. Jeudi 5 mars 2015 PROJET DE NORME : LES CONTRATS DE LOCATION Jeudi 5 mars 2015 1 SOMMAIRE 1. Côté preneur, comptabilisation systématique au bilan 2. Les différences entre le modèle de l IASB et celui du FASB 3. Enjeu comptable

Plus en détail

UE 6 Finance d entreprise Le programme

UE 6 Finance d entreprise Le programme UE 6 Finance d entreprise Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. La valeur (15 heures)

Plus en détail

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée à la comptabilisation

Plus en détail

Études de cas corrigées

Études de cas corrigées Jean-Pierre LAHILLE FINANCE D ENTREPRISE Études de cas corrigées Éditions d Organisation, 2003 ISBN : 2-7081-2941-4 QUI EST LE MEILLEUR? Difficulté : $$ Durée indicative : 2 h Nous allons nous entraîner

Plus en détail

Panel 2 : Le Crédit-bail mobilier Plus de liberté pour entreprendre. Natixis Algérie-Novembre 2014

Panel 2 : Le Crédit-bail mobilier Plus de liberté pour entreprendre. Natixis Algérie-Novembre 2014 Panel 2 : Le Crédit-bail mobilier Plus de liberté pour entreprendre Natixis Algérie-Novembre 2014 Sommaire LE CREDIT BAIL EN ALGERIE: CADRE REGLEMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT LE CREDIT BAIL MOBILIER LES PRINICPAUX

Plus en détail

Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic

Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 27 mars 2013 Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic Conformément à ce qui avait été annoncé lors de la publication des comptes annuels, Icade publie

Plus en détail

NORME COMPTABLE RELATIVE AUX CONTRATS DE LOCATION NC 41

NORME COMPTABLE RELATIVE AUX CONTRATS DE LOCATION NC 41 NORME COMPTABLE RELATIVE AUX CONTRATS DE LOCATION NC 41 OBJECTIF... 2 CHAMP D APPLICATION... 2 DEFINITIONS... 2 CLASSIFICATION DES CONTRATS DE LOCATION... 5 LES CONTRATS DE LOCATION DANS LES ETATS FINANCIERS

Plus en détail

ANNEXE N 3 : CREDIT-BAIL ET LOCATION-VENTE

ANNEXE N 3 : CREDIT-BAIL ET LOCATION-VENTE ANNEXE N 3 : CREDIT-BAIL ET LOCATION-VENTE Les schémas d écritures n 1, 2 et 3 se rapportent à deux formules de location-vente qui devraient être les plus couramment utilisées dans les contrats de ce type

Plus en détail

CANDELA Discothèque. Prévisionnel pour la période de janvier 2011 à décembre 2013

CANDELA Discothèque. Prévisionnel pour la période de janvier 2011 à décembre 2013 CANDELA Discothèque Prévisionnel pour la période de janvier 2011 à décembre 2013 CANDELA 3, rue de jannetières 28300 Chaphol Eurl au capital de 15 000 euros RCS en cours AVERTISSEMENT Nous présentons dans

Plus en détail

Commentaires sur les projets relatifs aux IFRS Contrats de location

Commentaires sur les projets relatifs aux IFRS Contrats de location Commentaires sur les projets relatifs aux IFRS Contrats de location En mars 2009, l IASB et le FASB (les «conseils») ont publié conjointement un document de travail dans lequel ils proposaient un modèle

Plus en détail

NORME IAS 17 CONTRATS DE LOCATION

NORME IAS 17 CONTRATS DE LOCATION NORME IAS 17 CONTRATS DE LOCATION UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 17 : CONTRATS DE LOCATION...3 1.1. PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit de la norme...3

Plus en détail

Chapitre 3 Principes d'évaluation

Chapitre 3 Principes d'évaluation Chapitre 3 Principes d'évaluation I Evaluation des actifs postérieurement à leur date d'entrée (PCG) Introduction : Règles générales concernant les dépréciations A Analyse des actifs autres que les immobilisations

Plus en détail

Crédit-bail mobilier Bail Matériel

Crédit-bail mobilier Bail Matériel Crédit-bail mobilier Bail Matériel Financez vos investissements sans déséquilibrer votre budget grâce au crédit-bail mobilier Bail Matériel. EN BREF Avec le crédit-bail mobilier Bail Matériel vous financez

Plus en détail

Chapitre 10 Les contrats de location

Chapitre 10 Les contrats de location Chapitre 10 Les contrats de location Les contrats de location liés à l'acquisition d'immobilisations (contrats de crédit-bail et contrats analogues) sont à la fois des techniques simples et complexes selon

Plus en détail

Pleins feux sur les IFRS

Pleins feux sur les IFRS Bureau mondial des IFRS Août 2010 Pleins feux sur les IFRS L IASB publie un exposé-sondage sur la comptabilisation des contrats de location Table des matières La proposition Champ d application Comptabilisation

Plus en détail

Lexique financier. Partie du bilan qui représente les biens et les créances que possède une entreprise.

Lexique financier. Partie du bilan qui représente les biens et les créances que possède une entreprise. Lexique financier Actif Partie du bilan qui représente les biens et les créances que possède une entreprise. Actif circulant Partie de l actif du bilan qui comprend des actifs temporaires induits par l

Plus en détail

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce Année Universitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Année Etudes Supérieures Commerciales & Sciences Comptables DECISIONS FINANCIERES Note de cours N 2

Plus en détail

manuel Finance d entreprise L essentiel du cours Exercices corrigés Cas de synthèse 2 e édition Georges Legros

manuel Finance d entreprise L essentiel du cours Exercices corrigés Cas de synthèse 2 e édition Georges Legros manuel Finance d entreprise 2 e édition L essentiel du cours Exercices corrigés Cas de synthèse Georges Legros DANS LA MÊME COLLECTION Augé B., Naro G., Mini Manuel de Contrôle de gestion, 2011 Augé B.,

Plus en détail

Chapitre 15 : Les techniques de financement

Chapitre 15 : Les techniques de financement Chapitre 15 : Les techniques de financement I. Les intérêts composés On utilise les intérêts composés au lieu des intérêts simples lorsque la durée d un placement ou d un emprunt dépasse un an. A. La valeur

Plus en détail

Fiche. Le diagnostic financier. 1 Introduction. 2 Le contexte du diagnostic. A Les objectifs du diagnostic financier. B Les préalables du diagnostic

Fiche. Le diagnostic financier. 1 Introduction. 2 Le contexte du diagnostic. A Les objectifs du diagnostic financier. B Les préalables du diagnostic Le diagnostic financier Fiche 1 1 Introduction Le diagnostic financier permet d évaluer le potentiel de l entité. Il peut se faire en différentes occasions (achat d entreprise, placements, demande d emprunt,

Plus en détail

Cadre légal O d r o d nna n n a ce n 03 0-11 du 26 août 2 03 (re r mpl p aç a a ç n a t la l loi o n 90 9 / 10 du d 10 / 04 0 /

Cadre légal O d r o d nna n n a ce n 03 0-11 du 26 août 2 03 (re r mpl p aç a a ç n a t la l loi o n 90 9 / 10 du d 10 / 04 0 / LEASING ASPECTS JURIDIQUES ET PRATIQUES Cadre légal Ordonnance n 03-11 du 26 août 2003 (remplaçant la loi n 90 / 10 du 10 / 04 / 1990) relative à la monnaie etau crédit. 68 : «Sont assimilées à des opérations

Plus en détail

PRINCIPAUX INDICATEURS

PRINCIPAUX INDICATEURS 30 juin 2006 RESULTAT DE L DE L EXERCICE 2005 2005-200 2006 (Période du 1 er avril 2005 au 31 mars 2006) PRINCIPAUX INDICATEURS Chiffres Chiffres Chiffres En millions d euros consolidés consolidés consolidés

Plus en détail

ADA COMPTES CONSOLIDES CONDENSES

ADA COMPTES CONSOLIDES CONDENSES ADA COMPTES CONSOLIDES CONDENSES 30 JUIN 2014 1 SOMMAIRE A - Bilan consolidé... 3 B - Compte de résultat consolidé et état du résultat global consolidé... 4 C - Tableau de flux de trésorerie consolidés...

Plus en détail

Plan de la séance du 20 novembre. Cours de gestion financière (M1) Valeur de marché des dettes. Valeur de marché des dettes

Plan de la séance du 20 novembre. Cours de gestion financière (M1) Valeur de marché des dettes. Valeur de marché des dettes Cours de gestion financière (M1) Séance (8) du 20 novembre 2015 Valeurs économiques et comptables des passifs Plan de la séance du 20 novembre Comptabilité économique et financière Non pertinence de la

Plus en détail

COMPTES INTERMÉDIAIRES CONSOLIDÉS RÉSUMÉS AU 30 JUIN 2010

COMPTES INTERMÉDIAIRES CONSOLIDÉS RÉSUMÉS AU 30 JUIN 2010 Société anonyme au capital de 7 0407 543 Euros Siège social : 60, boulevard Thiers 42007 SAINT-ETIENNE 433 925 344 R.C.S. Saint Etienne APE 741 J Exercice social : du 1 er janvier au 31 décembre COMPTES

Plus en détail

COMMENT FINANCER VOS INVESTISSEMENTS?

COMMENT FINANCER VOS INVESTISSEMENTS? Aujourd hui, le mode de financement des équipements informatiques peut devenir un paramètre important dans la gestion d une entreprise. En effet, plusieurs formules sont offertes : achat sur fonds propres

Plus en détail

CORRIGES DES CAS TRANSVERSAUX. Corrigés des cas : Emprunts

CORRIGES DES CAS TRANSVERSAUX. Corrigés des cas : Emprunts CORRIGES DES CAS TRANSVERSAUX Corrigés des cas : Emprunts Remboursement par versements périodiques constants - Cas E1 Objectifs : Construire un échéancier et en changer la périodicité, Renégocier un emprunt.

Plus en détail

Épreuves d admissibilité ÉPREUVE PRATIQUE À OPTION : GESTION COMPTABLE ET FINANCIÈRE DES ENTREPRISES

Épreuves d admissibilité ÉPREUVE PRATIQUE À OPTION : GESTION COMPTABLE ET FINANCIÈRE DES ENTREPRISES R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E CONCOURS D'ADMINISTRATEUR DU SÉNAT 2012 DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA FORMATION Épreuves d admissibilité ÉPREUVE PRATIQUE À OPTION : GESTION COMPTABLE

Plus en détail

LE SALE & LEASE-BACK IMMOBILIER ET LA RESTRUCTURATION D ENTREPRISE

LE SALE & LEASE-BACK IMMOBILIER ET LA RESTRUCTURATION D ENTREPRISE LE SALE & LEASE-BACK IMMOBILIER ET LA RESTRUCTURATION D ENTREPRISE LEVIER DE CASH OPTIMAL, AU BESOIN FACILITANT LA NEGOCIATION D AUTRES SOLUTIONS FINANCIERES 01 3, quai des Chartrons - 33000 Bordeaux -

Plus en détail

Chapitre I : L analyse statique du bilan

Chapitre I : L analyse statique du bilan Chapitre I : L analyse statique du bilan Toute entreprise se trouve devant l impératif de solvabilité c-à-d d effectuer sans interruption des règlements qui résultent, soit : - d engagements antérieurement

Plus en détail

Plan de la séance du 20 novembre. Cours de gestion financière (M1) Objectifs pédagogiques de cette session. Classification des actifs

Plan de la séance du 20 novembre. Cours de gestion financière (M1) Objectifs pédagogiques de cette session. Classification des actifs Cours de gestion financière (M1) Séance (8) du 20 novembre 2015 Valeurs économiques et comptables des actifs et des passifs Plan de la séance du 20 novembre Comptabilité économique et financière Flux d

Plus en détail

LES ETAPES DE LA CREATION

LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION DE VOTRE ENTREPRISE L ELABORATION DU PROJET p. 13 A/ L étude commerciale p. 13 B/ L étude financière p. 18 C/ L étude juridique p. 27 LES FORMALITES

Plus en détail

Semestre : 4 Module : Techniques de Gestion III Elément : Introduction en Analyse Financière Enseignant : Mme Fatima Zahra ALAMI

Semestre : 4 Module : Techniques de Gestion III Elément : Introduction en Analyse Financière Enseignant : Mme Fatima Zahra ALAMI Semestre : 4 Module : Techniques de Gestion III Elément : Enseignant : Mme Fatima Zahra ALAMI Eléments du cours INTRODUCTION ANALYSE DE L EXPLOITATION ÉTUDE DU BILAN Numérisation & Conception Mr Mohamed-Fadil

Plus en détail

Avec Sogelease Équipement, optimisez le financement de vos biens d équipement

Avec Sogelease Équipement, optimisez le financement de vos biens d équipement ENTREPRISES FINANCEMENT DES INVESTISSEMENTS CRÉDIT-BAIL MOBILIER, LOCATION FINANCIÈRE Avec Sogelease Équipement, optimisez le financement de vos biens d équipement 1 Dans le cadre de votre activité, vous

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE6 FINANCE D ENTREPRISE - session 214 Proposition de CORRIGÉ 214 dcg-lyon.fr Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 DIAGNOSTIC FINANCIER - 1 points 1.

Plus en détail

Pérennisation de l entreprise. Participation au contrôle de gestion

Pérennisation de l entreprise. Participation au contrôle de gestion btsag.com 1/15 26/09/2011 Pérennisation de l entreprise Auteur : C. Terrier; mailto:webmaster@btsag.com ; http://www.btsag.com Utilisation: Reproduction libre pour des formateurs dans un cadre pédagogique

Plus en détail

Utilisateurs de l information comptable et financière. Les états financiers satisfont les besoins d information de nombreux utilisateurs, qui sont :

Utilisateurs de l information comptable et financière. Les états financiers satisfont les besoins d information de nombreux utilisateurs, qui sont : Introduction La Commission européenne impose désormais aux entreprises de l Union européenne (UE) qui recourent à l épargne publique de présenter leurs comptes selon les normes de l IASB (International

Plus en détail

Gestion de trésorerie

Gestion de trésorerie Gestion de trésorerie Prévisions financières modes de financement et de placement à court terme Nathalie gardes Maitre de conférence en gestion Objectifs Connaître les principales composantes de la gestion

Plus en détail

Les cessions de créances restent-elles possibles en IFRS?

Les cessions de créances restent-elles possibles en IFRS? Conférence IMA France Mardi 30 janvier 2007 - www.ima-france.com Les cessions de créances restent-elles possibles en IFRS? Lionel Escaffre Professeur associé à l Université d Angers Commissaire aux Comptes

Plus en détail

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers IFRS 9 Chapitre 1 : Objectif 1.1 L objectif de la présente norme est d établir des principes d information financière en matière d

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT EFFET DE LEVIER La séance 6 (première partie) traite des décisions d investissement. Il s agit d optimiser

Plus en détail

Résultats annuels 2005

Résultats annuels 2005 Résultats annuels 2005 SOMMAIRE Chiffres clés Activité 2005 - Crédit-Bail Immobilier/Location Longue Durée - Location simple Résultats 2005 Structure financière LOCINDUS en bourse Perspectives pour 2006

Plus en détail

LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE. Les aspects fiscaux propres à la création de l entreprise individuelle

LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE. Les aspects fiscaux propres à la création de l entreprise individuelle CHAPITRE 1 LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE 022- Lorsqu il décide de créer une entreprise, un entrepreneur a le choix d adopter la forme juridique la mieux adaptée à sa situation. Soit il crée une

Plus en détail

Annexe 1. Tableau de bord de la société Armand Ratio Calcul Valeur société Armand année N

Annexe 1. Tableau de bord de la société Armand Ratio Calcul Valeur société Armand année N ÉNONCÉ 1 Analyse globale Créée en N-5, la société Armand est devenue sous-traitante d une entreprise qui gère une librairie électronique. Armand assure la logistique de cette entreprise : elle achète,

Plus en détail

TROISIEME PARTIE : LA FONCTION FINANCIERE

TROISIEME PARTIE : LA FONCTION FINANCIERE TROISIEME PARTIE : LA FONCTION FINANCIERE I- Place et rôles de la fonction financière dans l Entreprise 1- Intérêt de la fonction financière pour les besoins d exploitation et d investissement. La vie

Plus en détail

Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires

Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires Objectif Les produits sont définis dans le Cadre pour la préparation et la présentation des états financiers 1 comme les accroissements

Plus en détail

COURS À CONSULTER : 2. LA PRÉSENTATION GÉNÉRALE DES ÉTATS FINANCIERS. Soit une société dans la balance d ouverture au 01/01/20n est la suivante :

COURS À CONSULTER : 2. LA PRÉSENTATION GÉNÉRALE DES ÉTATS FINANCIERS. Soit une société dans la balance d ouverture au 01/01/20n est la suivante : PRÉSENTATION DU TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE COURS À CONSULTER : 2. LA PRÉSENTATION GÉNÉRALE DES ÉTATS FINANCIERS NORME À CONSULTER : IAS 01 PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS NORME À CONSULTER : IAS

Plus en détail

Mise à jour 2006-2008 1 Comptabilité intermédiaire - Analyse théorique et pratique, Recueil de solutions commentées. Chapitre 18

Mise à jour 2006-2008 1 Comptabilité intermédiaire - Analyse théorique et pratique, Recueil de solutions commentées. Chapitre 18 Mise à jour 2006-2008 1 Chapitre 18 RSC/MAJ 2008 MGLBD Page 570 Les principales caractéristiques des travaux mis à jour Question N o 17 Exercices 1. Choix multiples 8. Une opération de refinancement 10

Plus en détail

Dollarama inc. États financiers consolidés. 1 er février 2015 et 2 février 2014 (en milliers de dollars canadiens, sauf indication contraire)

Dollarama inc. États financiers consolidés. 1 er février 2015 et 2 février 2014 (en milliers de dollars canadiens, sauf indication contraire) États financiers consolidés (en milliers de dollars canadiens, sauf indication contraire) Le 25 mars 2015 Rapport de l auditeur indépendant Aux actionnaires de Dollarama inc. Nous avons effectué l audit

Plus en détail

DOSSIER PRÉVISIONNEL. S.A.R.L Arrosage Pro SUR 5 EXERCICES DE 10/2013 À 09/2018

DOSSIER PRÉVISIONNEL. S.A.R.L Arrosage Pro SUR 5 EXERCICES DE 10/2013 À 09/2018 DOSSIER PRÉVISIONNEL SUR 5 EXERCICES DE 10/2013 À 09/2018 S.A.R.L Arrosage Pro Chemin du petit doigt BP 321 44000 NANTES Tél : 02 40 01 01 01 Fax : 02 40 01 01 02 E-mail : contact@arrosage-pro.fr Cabinet

Plus en détail

Chapitre 4 : cas Transversaux. Cas d Emprunts

Chapitre 4 : cas Transversaux. Cas d Emprunts Chapitre 4 : cas Transversaux Cas d Emprunts Échéanciers, capital restant dû, renégociation d un emprunt - Cas E1 Afin de financer l achat de son appartement, un particulier souscrit un prêt auprès de

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

DIFFERENTES FORMES DE LOCATION

DIFFERENTES FORMES DE LOCATION Crédit-bail Hervé Stolowy, Professeur au Groupe HEC, expert comptable diplômé Plan de l article Différentes formes de locations Les textes Crédit-bail Location simple Cession-bail DIFFERENTES FORMES DE

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT EFFET DE LEVIER

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT EFFET DE LEVIER COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT EFFET DE LEVIER SEANCE 6 DECISIONS D INVESTISSEMENT EFFET DE LEVIER La séance 6 traite des décisions d investissement. Il s agit d optimiser

Plus en détail

Le coût du capital C H A P I T R E

Le coût du capital C H A P I T R E JOB : mp DIV : 10571 ch04 p. 1 folio : 103 --- 29/8/07 --- 11H4 [ Le coût du capital q Le coût du capital est une notion fondamentale pour les entreprises en matière de politique financière car il est

Plus en détail

KBC Lease. Votre partenaire de leasing

KBC Lease. Votre partenaire de leasing Votre partenaire de leasing Ces dernières années, le leasing est devenu l une des techniques de financement les plus utilisées par les entreprises, les indépendants et les professions libérales souhaitant

Plus en détail

Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT

Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT I. MOUVEMENTS COMPTABLES Nous avons vu que le Bilan représente la photographie de la situation de l entreprise à une date donnée : chaque opération nouvelle

Plus en détail

La Ijara désigne tout contrat selon lequel un établissement de crédit met, à titre locatif, un bien meuble ou immeuble à la disposition d un client.

La Ijara désigne tout contrat selon lequel un établissement de crédit met, à titre locatif, un bien meuble ou immeuble à la disposition d un client. Direction de la Supervision Bancaire Modalités de comptabilisation des produits IMM La présente notice a pour objet d expliciter les modalités de comptabilisation des produits prévus par la recommandation

Plus en détail

Prévisionnel de Création d'activité de Janvier 2011 à Décembre 2013

Prévisionnel de Création d'activité de Janvier 2011 à Décembre 2013 Dossier prévisionnel Prévisionnel de Création d'activité de Janvier 2011 à Décembre 2013 Entreprise TEST 24 cours de la brocante 97200 Fort de France Tel : Fax : Email : infos@test-eurl.fr Monsieur Louis

Plus en détail

Le Crédit Renting. De quoi s'agit-il?

Le Crédit Renting. De quoi s'agit-il? Le Crédit Renting Le Renting Financier est une forme de financement d un investissement similaire au leasing financier (leasing opérationnel) mais qui se distingue néanmoins de ce dernier par la hauteur

Plus en détail

GESTION FINANCIERE, DE L ANALYSE A LA STRATEGIE

GESTION FINANCIERE, DE L ANALYSE A LA STRATEGIE ISCAE Rabat CSG année : 2001-2002 Fiche de lecture: GESTION FINANCIERE, DE L ANALYSE A LA STRATEGIE Editions d organisation, 1999 AUTEURS : Stéphane GRIFFITHS Jean Guy DEGOS Présentée par: Mohammed IZOUGARHANE

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDÉS EXERCICE 2013

COMPTES CONSOLIDÉS EXERCICE 2013 4 COMPTES CONSOLIDÉS EXERCICE 2013 1 Compte de résultat consolidé 2 2 État de résultat global consolidé 3 3 Bilan consolidé 4 4 Tableau des flux de trésorerie consolidés 5 5 Tableau de variation des capitaux

Plus en détail

Le démembrement de propriété. Stratégie

Le démembrement de propriété. Stratégie Conseils Stratégie Le Alors que, jusqu à présent, le démembrement à titre onéreux de la propriété d un immeuble avec constitution d usufruit temporaire restait une pratique marginale, la prise en compte

Plus en détail

Recommandation AMF n 2010-14 du 6 décembre 2010 sur les engagements hors bilan

Recommandation AMF n 2010-14 du 6 décembre 2010 sur les engagements hors bilan Recommandation AMF n 2010-14 du 6 décembre 2010 sur les engagements hors bilan Textes de référence : article 223-1 du règlement général de l AMF A la suite de la mise à jour depuis 2006 du référentiel

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES Exercice 2005 SOMMAIRE ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES IFRS ADOPTEES PAR L UNION EUROPEENNE PREAMBULE 1 COMPTE DE RESULTAT DE L EXERCICE 2005

Plus en détail

en juste valeur par résultat Placements détenus jusqu à échéance

en juste valeur par résultat Placements détenus jusqu à échéance Normes IAS 32 / Instruments financiers : Présentation Normes IAS 39 / Instruments financiers : Comptabilisation et Evaluation Normes IFRS 7 / Instruments financiers : Informations à fournir Introduction

Plus en détail

Programme ESSEC Gestion de patrimoine

Programme ESSEC Gestion de patrimoine Programme ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «L investissement immobilier» L effet de levier François Longin 1 www.longin.fr L effet de levier Notion d effet de levier Les principaux effets de levier

Plus en détail

Gestion de la trésorerie et du financement

Gestion de la trésorerie et du financement Gestion de la trésorerie et du financement GESTION à court terme à long terme Suivre et optimiser la trésorerie Financer le démarrage et la croissance Enregistrer les flux de trésorerie : encaissements

Plus en détail

Rapport Analyse Financière

Rapport Analyse Financière BLANC Michaël DEBYSER Antoine L3 Promo 2008 Groupe C Rapport Analyse Financière 1. Bilan de la société LAFIN : Le bilan décrit l état et la répartition du patrimoine de l entreprise à une date donnée.

Plus en détail

Assemblée générale extraordinaire du 23 décembre 2015

Assemblée générale extraordinaire du 23 décembre 2015 Assemblée générale extraordinaire du 23 décembre 2015 Exposé sommaire sur la situation de la Société au cours du 1 er semestre 2015 et de l exercice 2014 Comptes consolidés au 30 juin 2015 (Comptes arrêtés

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 18 MAI 2010 3 G-1-10

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 18 MAI 2010 3 G-1-10 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 18 MAI 2010 3 G-1-10 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE NON PERCUE RECUPERABLE (TVA NPR) APPLICABLE DANS LES DOM (C.G.I., art. 295 A ) NOR : ECE L 10 30014J

Plus en détail

Voir les notes annexes qui font partie intégrante des états consolidés.

Voir les notes annexes qui font partie intégrante des états consolidés. Comptes consolidés condensés du résultat et du résultat global pour les trois mois arrêtés le 31 Mars 2011 Non vérifiés (en milliers de dollars canadiens, sauf données par action) Notes 31 mars, 2011 31

Plus en détail

Finance pour non financiers

Finance pour non financiers Finance pour non financiers Managers non financiers Responsables opérationnels ayant à dialoguer avec les comptables et les financiers Savoir communiquer avec les financiers dans l entreprise : comptabilité,

Plus en détail

États financiers consolidés de Groupe d Alimentation MTY inc. 30 novembre 2014 et 2013

États financiers consolidés de Groupe d Alimentation MTY inc. 30 novembre 2014 et 2013 États financiers consolidés de Groupe d Alimentation MTY inc. 30 novembre 2014 et 2013 Rapport de l auditeur indépendant... 1 2 États consolidés des résultats... 3 États consolidés du résultat global...

Plus en détail

Le Business Plan : le Dossier Financier

Le Business Plan : le Dossier Financier 1 Le Business Plan : le Dossier Financier Le Business Plan (BP) est un document de marketing et de communication : c'est-à-dire votre meilleur outil de vente. A ce titre, il s adresse aux partenaires.

Plus en détail

Prévisionnel de Développement de Janvier 2011 à Décembre 2013

Prévisionnel de Développement de Janvier 2011 à Décembre 2013 Dossier prévisionnel Prévisionnel de Développement de Janvier 2011 à Décembre 2013 Société TEST 24 cours de la brocante BP 45 44100 NANTES Tel : 0240256767 Fax : 0240789029 Email : infos@test-sa.fr Monsieur

Plus en détail

DCG session 2009 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1

DCG session 2009 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 DCG session 2009 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif Première Partie 1) Evolution des SIG DOSSIER 1 Production vendue 369 458 394 023-6,2% Production stockée 1 162 2 541-54,3% Production de l'exercice

Plus en détail

Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme

Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme Commission Consultative Spéciale Alimentation CCE 2005-822 JPT/NB 12 septembre 2005 Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme Le présent document

Plus en détail

Alerte de votre conseiller Exposé-sondage Contrats de location

Alerte de votre conseiller Exposé-sondage Contrats de location Alerte de votre conseiller Exposé-sondage Contrats de location Juillet 2013 Aperçu En mai 2013, l International Accounting Standards Board (IASB) et le Financial Accounting Standards Board (FASB) des États-Unis

Plus en détail

financière 2015/16 Gilles Meyer Professeur agrégé de l université

financière 2015/16 Gilles Meyer Professeur agrégé de l université Analyse financière 215/16 Gilles Meyer Professeur agrégé de l université Dans la même collection Auto-entrepreneur Droit de l immobilier Droit des sociétés Droit du travail Droit du Web 2. Fiscalité La

Plus en détail