OPTIMALITÉ DU MÉCANISME DE RATIONNEMENT DE CRÉDIT DANS LE MODÈLE ISLAMIQUE DE FINANCEMENT

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "OPTIMALITÉ DU MÉCANISME DE RATIONNEMENT DE CRÉDIT DANS LE MODÈLE ISLAMIQUE DE FINANCEMENT"

Transcription

1 Etudes en Econoe Islaque, Vol. 6, Nos. & (-7) Mouharra, Raab 434H (Novebre 0, Ma 03) OPTIMALITÉ DU MÉCANISME DE RATIONNEMENT DE CRÉDIT DANS LE MODÈLE ISLAMIQUE DE FINANCEMENT ALIM BELEK Résué Le ratonneent de crédt par les taux d ntérêt consttue l une des technques de geston des rsques en relaton avec les asyétres d nforaton précontractuelles. Ce écanse, lorsqu l est pratqué par les banques conventonnelles, condut le arché de crédt à des équlbres sous-optaux générant de la sélecton adverse (Stgltz & Wess, 98). En effet, le ratonneent de crédt par le taux d ntérêt aboutt à l évcton des fres les ons rsquées et ndut par conséquent l augentaton du rsque oyen du arché du crédt, la dnuton de la rentablté des banques et une réducton de producton réelle. L obectf de cet artcle est d analyser la pratque du écanse de ratonneent de crédt par les banques slaques. Contrareent au cas des banques conventonnelles. Cette pratque perettrat aux banques slaques de rédure les asyétres d nforaton précontractuelles et de relever le nveau de rentablté du secteur bancare. Mots clés : rsques asyétrques, taux d ntérêt, ratonneent de crédt, sélecton adverse, banques slaques, proftablté, stablté.. Introducton L effcacté d un systèe fnancer résde dans sa plus grande capacté à opérer une elleure oblsaton et allocaton des ressources pour le secteur productf et cela Ensegnant-Chercheur, Unversté de Dschang, FSEG. Eal: ; Adresse: BP 0 Dschang, Ouest, Caeroun.

2 Etudes en Econoe Islaque, Vol.6, No & grâce à une geston effcace du rsque et une elleure collecte de l nforaton (Eboue C., 990). L actvté des banques slaques est censée se fonder sur la ont-venture et le respect des prncpes éthques et relgeux, ce qu contrant l utlsaton des technques conventonnelles de geston des rsques nhérents à ses actvtés (Khan T. & Ahed H., 00 ; Elgar M., 003). L obectf de notre étude est de réexaner une des technques de geston dscrnatore de l nforaton présentée par Stgltz & Wess(98). Ces auteurs parvennent à établr que les écanses de ratonneent de crédt par les taux d ntérêt entreprs par les banques conventonnelles dans le but d accéder à l nforaton sur le type des nvestsseurs deandeurs de crédt ènent à des équlbres sous-optaux. En effet, le ratonneent de crédt ntaleent s en place pour détecter les proets les plus rsqués aboutt plutôt au contrare. D autres études coe celle de Cho(986) soulgnent que les réges d ntérêt lbres ne sont pas suffsants pour assurer une allocaton optale du captal lorsqu l exste des perfectons d nforaton. Les banques vont évter de fnancer de nouveaux groupes d eprunteurs productfs parce qu ls seront perçus coe trop rsqués, et cela, êe s les banques sont neutres, au rsque ou qu l n exste pas d adnstraton des taux d ntérêt. Il en découle des équlbres caractérsés par des évctons des fres les ons rsquées du arché de crédt, augentant le nveau du rsque oyen du arché et rédusant la rentablté du secteur bancare et du secteur de producton réelle. Nous nous nsprons des fondeents du odèle de Stgltz & Wess (98), partculèreent dans sa verson présentée par Lobez (998) pour réexaner l effcacté des esures de ratonneent de l offre de crédt par le taux d ntérêt lorsqu elles sont utlsées par les banques slaques pour la geston des rsques d asyétre nforatonnelle.. Le Modèle d Analyse Sot une éconoe coposée de N fres, chacune désrant fnancer par eprunt, entèreent ou en parte, un proet d nvestsseent nécesstant un décasseent de I untés onétares. Elles s adressent pour cela à la banque slaque qu la fnance selon la technque Moudharabah-Mousharaah. On note 0s et 0 s respectveent les pourcentages des fonds propres et des fonds

3 Al Bele : Optalté du Mécanse de Ratonneent 3 externes dans l nvestsseent I. Les rsques des proets sont non corrélés et chaque proet {,..., N} génère en fn de pérode un résultat aléatore X à valeurs dans l ntervalle0, X avec >I sgnfant qu au ons une proporton non nulle des proets fnancés génère des profts. La densté du résultat des proets est dentque et donnée par f( X ). En fn de pérode, la valeur résduelle de chaque nvestsseent est nulle. Soent respectveent B et E les gans espérés en fn de pérode pour la banque slaque et la fre de la se en œuvre du proet d nvestsseent de la fre {,..., N}. Lorsque le résultat effectf X est nféreur à la valeur I de l nvestsseent, la fre supporte cette perte au prorata de sa partcpaton s X I, la banque assuant l autre parte des pertes s X I contrareent au fnanceent tradtonnel où les fonds propres consttuent une garante contre le rsque de perte pour la banque. Lorsque, par contre, X est supéreure à I.e. XI, X le ontant du proft X I répart à rason de a X I pour l entrepreneur et a X I avec 0a. Nous avons alors : sera pour la banque I X E s( X I) f ( X ) dx a( X I) f ( X ) dx () 0 I I X B ( s)( X I) f ( X ) dx ( a)( X I) f ( X ) dx () 0 I Ces deux équatons se substtuent à celles du odèle de Stgltz & Wess (98) où S représente le ontant de fonds propres de la fre et R le nonal de l eprunt augenté des ntérêts R I di. Les gans espérés des agents pour le arché de crédt non slaque sont donc 3 : Par hypothèse, pour des rasons d évaluaton globale du proet dans le calcul des résultats fnancers. 3 Pour toute explcaton lée à ces expressons, se référer à l hypothèse 0 de la présentaton du odèle de Stgltz & Wess (98) fate par Lobez (998).

4 4 Etudes en Econoe Islaque, Vol.6, No & RS X (3) E Sf X dx X R f X dx 0 RS RS X (4) B X S f X dx Rf X dx 0 RS Le preer tere de chaque expresson tradut le revenu perçu par la banque et la fre lorsque celle-c est dans l ncapacté de fare face à ses engageents (paeent du ontant R ). Dans les autres cas ( èe tere), la banque perçot ce qu lu est dû, R, et la fre, l excédent généré par l nvestsseent X R. La êe logque est valable pour les équatons () et () des revenus des agents du arché de crédt bancare slaque. Toutefos, c, les pertes sont totaleent ou en parte supportées par l nvestsseur par le ontant de sa garante. Le second ebre égaleent ndque qu l s agt du partage des profts au prorata et non du rebourseent de la dette par l nvestsseur. Les estatons des gans espérés peuvent être raenées à un unvers dscontnu qu caractérse les résultats générés par des proets d nvestsseent. On aura ans, pour les banques classques : X RS X X (5) E SP X X R P X X0 XRS X RS X X (6) B X S P X RP X X0 XRS De êe, les gans espérés pour les banques slaques : X I X X (7) E s( X I) P( X ) a( X I) P( X ) X0 XI X I X X (8) B ( s)( X I) P( X ) ( a)( X I) P( X ) X0 XI

5 Al Bele : Optalté du Mécanse de Ratonneent 5 3. Mécanses du ratonneent de crédt L obectf qu sera poursuv dans le présent paragraphe est, d abord, la se en évdence de l neffcacté du écanse de ratonneent de crédt en atère de sélecton des proets les plus vables lorsqu l est entreprs par les banques conventonnelles. Cet effort perettra de ontrer par la sute que ce ratonneent de crédt, lorsqu l est entreprs par les banques slaques, n est pas à l orgne de la sélecton adverse. Il peret plutôt des évctons optales des fres les plus rsquées, relevant ans la rentablté du secteur bancare et rédusant le rsque oyen du arché de crédt. 3.. Ineffcacté du ratonneent dans les banques classques Consdérons une éconoe caractérsée par un arché de crédt où coexstent pluseurs nvestsseurs désrant fnancer leurs proets d nvestsseent entèreent ou partelleent par eprunt bancare. Les proets d nvestsseent sont de nveaux de rsque dfférents selon le type de l nvestsseur (de la fre). L nforaton sur les caractérstques des proets d nvestsseent est naccessble à la banque ou est accessble à un coût prohbtf. Néanons, la banque connaît les proportons des dfférents types de fres sur le arché. Elle aurat opté pour fnancer les proets les ons rsqués aélorant ses gans espérés. Toutefos, en présence d asyétre d nforaton sur le type de chaque fre la banque octroe des fnanceents sous la condton que ses gans espérés du fnanceent d un proet prs au hasard sont supéreurs au coût d opportunté de ses fonds. La banque étant le côté court du arché décde d opérer des écanses d austeent par les taux. Elle fat passer le taux d ntérêt débteur de d à d augentant ans le ontant à rebourser de R I di à R I di. Soent et deux types dfférents de fres dont les proets sont à espérance de gans dentques as le proet est plus rsqué que le proet. En effet, l événeent défavorable X R S est affecté d une probablté P X plus forte que la probablté P X de l événeent défavorable X R S. En êe teps, l événeent favorable X R S est caractérsé par une fable probablté relatveent à l évèneent X R S. Il est clar que la varaton du taux d ntérêt affecte les revenus lés aux événeents favorables. Plus fables seront leurs probabltés, ons réduts seront les revenus des nvestsseurs et plus crossants seront ceux des

6 6 Etudes en Econoe Islaque, Vol.6, No & banques. Au taux d leurs espérances de gan sont respectveent telles que : E et E X R S X X X 0 X R S (9) E SP X X R P X X R S X X X 0 X R S (0) E SP X X R P X Le revenu de la banque conventonnelle fnançant le proet, est donné par : X RS X X () B X S P X R P X X0 XRS Lorsque le taux d ntérêt attent le nveau d, les gans espérés des nvestsseurs devennent les suvants : X R S X X X0 XR S () E SP X X R P X Ces nveaux de gans espérés sont nféreurs à ceux obtenus au taux d. On peut donc penser que plus le taux débteur est élevé plus sont réduts les revenus espérés des fres. En effet, les varatons E des revenus 4 sont : X R S X X 0, (3) E S R R X R P X R R P X XR S XRS 4 Pour déonstraton, vor annexe.

7 Al Bele : Optalté du Mécanse de Ratonneent 7 La pratque de l austeent par les taux par la banque a pour prncpal obectf l aéloraton de ses gans en rédusant le nveau du rsque oyen du arché. Cependant l une des conséquences possbles est la sorte des fres les ons rsquées du arché de crédt, une évcton qu n est optale n pour la banque, n pour l éconoe. Pour llustrer notre rasonneent, supposons que les résultats aléatores X tels que 0 X R S peuvent être raenés dans l llustraton à leur oyenne X à la probablté P. De êe les résultats que R S X X peuvent être raenés à leur oyenne X réalsable avec la probablté P. Les caractérstques des fres et sont résuées dans le tableau suvant : X tels Fre de type Fre de type Flux de lqudté dstrbuton de probablté X X X X P P P P Les gans espérés de la fre, est le suvant : E SP X R P La varaton relatve à la hausse des taux débteurs de d à d est : E P R 0

8 8 Etudes en Econoe Islaque, Vol.6, No & On rearque que la dnuton du revenu est plus fable pour le proet le plus rsqué (ons élevé P ). Donc les fres qu sont de types rsqués sont peu exposées à l évcton. L évcton des fres les ons rsquées, en élevant le nveau de rsque oyen sur le arché, rédut à tere la rentablté du secteur bancare. L évcton n est donc pas optale. L exstence des cas de sélecton adverse dans le odèle bancare classque nous aène à penser qu l s agt d un problèe systéque lé aux fondeents êe du fnanceent bancare classque reposant sur l ntérêt qu n est pourtant n un déternant de l nvestsseent (Malnvaud, 984), n un nstruent d allocaton des ressources (Cone, 98 ; Enzler, Conrad & Johnson, 988). 3.. Le ratonneent dans les banques slaques Consdérons les êes hypothèses que précédeent as que, cette fos-c la fre, s adresse à une banque slaque qu accepte de la fnancer par la technque de partage des profts (au taux a, 0 a ) et des pertes (au taux s, 0 s ). Les gans espérés de la fre, et de la banque sont : X I X X (4) E s X I P X a X I P X X0 XI X I X X (5) B s X I P X a X I P X X0 XI Supposons que la banque entreprend un austeent en ouant sur la varaton des parts de rendeent. Pour une fre quelconque, les gans espérés avant et après la dnuton du taux de partage des profts de a a a sont : X I X X X0 XI (6) E s X I P X a X I P X X I X X X0 XI (7) E s X I P X a X I P X

9 Al Bele : Optalté du Mécanse de Ratonneent 9 Le fnanceent slaque étant fondé par essence sur le prncpe de partage des profts et des pertes, banque et fres ont des revenus non bornés supéreureent et, donc, ont des atttudes non opposées face au rsque. L effet d une basse de a est esuré par E tel que : X X 0 (8) E a a X I P X X I La basse de la part des fres dans les profts a pour effet de rédure les revenus des nvestsseurs. Plus ces revenus seront réduts, plus ls seront exposés à l évcton. Consdérons deux types dfférents de fres et, les fres sortent du arché avant les fres lorsque E E, c est-à-dre : X X X X X I P X X I P X (9) X I X I Cette négalté suppose que les fres sont plus rsquées 5. En fat, les espérances de gan des dfférents types de fre étant dentques, on aura évdeent une autre négalté : X I X I X I P X X I P X (0) X0 X 0 Cette double négalté plque que les flux de lqudtés obtenus de la se en œuvre du proet sont concentrés autour de leur oyenne alors que, pour le proet, ls sont dspersés. Les fres sortront donc du arché de crédt avant les fres pusqu elles sont plus rsquées. Le ratonneent entreprs par la banque slaque est donc optal et adet des effets postfs car l rédut le nveau de rsque oyen sur le arché et aélore la rentablté du secteur bancare. En effet, s la banque fnance une fre quelconque, elle aélore ses gans espérés de: 5 Pour la déonstraton des équatons (9) et (0), vor annexe3.

10 0 Etudes en Econoe Islaque, Vol.6, No & X I X I X I P X X I P X () X0 X 0 En fnançant donc les proets d nvestsseent, le secteur banque aélore ses revenus de: B B B 0 () où dénote la proporton des fres de type. Par alleurs, du fat de la sorte des fres, le secteur bancare accédera à un nveau de rentablté aéloré Illustratons et plcatons Les caractérstques des proets et, à savor, les opportuntés de rendeent et la dstrbuton de probablté qu y sont assocées, sont résuées dans le tableau suvant. On suppose que 70% des fres du arché sont de type et 30% de type. Le ontant des fonds propres exgés est de 30% du ontant d nvestsseent I qu se chffre à 0u. Fre de type Fre de type Flux de lqudté (0 6 FCFA) dstrbuton de probablté Supposons, dans un preer teps, que la part de rendeent de l nvestsseent réunérant l effort de l entrepreneur pour sa partcpaton à la se en œuvre du proet est égale à 0.7. La stuaton de syétre d nforaton plque l accès à l nforaton par les dfférents agents du arché de crédt. Ceux-c connassent donc, pour chaque proet d nvestsseent, ses caractérstques et donc les opportuntés de rendeent et les probabltés assocées. La banque et la fre peuvent, chacune en ce qu la concerne, évaluer ses gans espérés et arbtrer en 6 Vor annexe pour déonstraton.

11 Al Bele : Optalté du Mécanse de Ratonneent toute quétude pour une partcpaton ou non à la se en œuvre du proet. Les gans espérés des fres et de la banque slaque pour les deux types de proet d nvestsseent, nous obtenons 7 : E.4, B 0.6 et E.88, B 0.. Nous pouvons rearquer, en outre, que les proets d nvestsseent présentent des nveaux très varés de rsque. En effet les écarts-types assocés aux dfférents types de proet d nvestsseent sont de 0 et 4.9. Plus un proet est rsqué, eux sera réunérée la fre alors que le revenu de la banque est aéloré en absence du rsque. La banque fnancerat les proets d nvestsseent dans l ordre prortare suvant type, type s elle pouvat dentfer clareent le type, rsqué ou non, de chaque fre. La réalté du arché de crédt est caractérsée par l asyétre d nforaton et donc l naccessblté à la base de connassances énuérées c-dessus. Au eux, la banque peut accéder à cette base de connassances à un coût très souvent prohbtf en fasant recours à des organses spécalsés. Néanons, elle connaît par expérence qu l exste deux types de fres dont les proportons sont respectveent de 70%, et 30% pour les types et. Elle peut donc antcper un flux de gan espéré du fat du fnanceent d un proet d nvestsseent prs au hasard, sot : B 0.7B 0.3B Sur la base de cette estaton, la banque fnancera les fres sans dstncton lorsque le coût d opportunté de ses fonds est nféreur à qu représente le gan espéré oyen de la banque du fat du fnanceent d un proet d nvestsseent prs au hasard. Cependant, celle-c fat face à la caractérstque générale des archés de crédt où l offre des fonds est touours largeent nféreure à la deande. La banque étant le côté court, elle tentera d opérer un écanse d austeent par les taux. Elle optera dont pour une aéloraton de sa part dans le rendeent des nvestsseents qu elle va fnancer. Adettons dans un deuxèe teps, que la banque fat passer a 0.7 à a 0.4 aélorant ans sa part de a 0.3 à a 0.6 dans le 7 E E B B

12 Etudes en Econoe Islaque, Vol.6, No & rendeent. Les gans espérés de la banque et des fres selon les proets fnancés sont les suvants : E 0.8 ; B. ; E 0.9 ; B.08. Le processus d austeent opéré par la banque condut spleent à une nouvelle répartton des fruts de l nvestsseent qu deeure rentable pour la fre et pour la banque. Nous llustrons c le caractère "dérvé" du proft bancare dans le odèle slaque. Le ratonneent de crédt qu exste dans l nterédaton bancare slaque est donc très partculer pusqu l antent les rendeents touours postfs toutefos en aélorant nfnent le revenu de la banque auss longteps que l entrepreneur retrera une réunératon supéreure au coût d opportunté de ses fonds. Les fres de type qu étaent très rentables pour a 0.7 voent leur rentablté rédute de plus de 5% ( 43% pour les fres de type ). Le processus de ratonneent peut être poursuv pour a3 0. donnant les gans suvant : E 3 0.4, B 3.6, E 3 0.8, B 3.7. L évcton sera effectve s le coût d opportunté des fonds est supéreur à 9.33% et les fres de type seront les plus exposées. L évcton sera donc optale pusque les fres de type sont les plus rsquées. La rentablté du secteur bancare devendra donc égale à.6u contre 0.4u pour le secteur réel. La rentablté du secteur bancare devent confondue à la rentablté du fat du fnanceent des seuls proets, les fres de type étant vctes de l évcton. De êe, le taux de rentablté des secteurs productfs devent celu des fres. En outre, le rsque oyen du arché est égal au rsque oyen du fat de l exstence des seuls proets sur le arché de crédt et est donc nul. Dans une optque d analyse coparatve entre le systèe bancare classque et le systèe bancare slaque de fnanceent, supposons que les taux d ntérêt débteurs passent de 0% à 0%, consdérant que les deux types de fres font face, cette fos, à une banque classque qu exge un fonds de sureté de ontant3u. On obtent les gans espérés des entreprses et de la banque coe l sut 8 : - taux débteur de 0% : E, B, E, B. E B E B

13 Al Bele : Optalté du Mécanse de Ratonneent 3 - taux débteur de 0% : E 0, B, E 0.6, B.4. Ces varatons des gans espérés des agents du arché plquent la sorte des fres de type qu ne seront plus rentables au taux débteur de 0%. Elles sont vctes de l évcton par ant-sélecton. Ces fres de type sont pourtant les ons rsquées et les plus nobreuses sur le arché de crédt. Seules resteront les30% d entreprses de type avec leur plcaton sur l actvté éconoque, les banques étant antenant très exposées au rsque. En fat le rsque oyen passe de à 4.9. Le gan corrgé de la banque sera donc égal à celu obtenu du fnanceent des proets, sot.4u, nféreur au ontant 9 de.8u que la banque obtendrat s l n y avat pas évcton des fres. L évcton n est donc pas optale pusqu elle touche les fres les ons rsquées rédusant ans la rentablté du secteur bancare et augentant le nveau de rsque oyen du arché de crédt. 4. Concluson Le prncpal obectf poursuv dans ce traval a été de ontrer l optalté du écanse de ratonneent de crédt par les banques slaques contrareent à leurs hoologues classques où l condut à des équlbres sous optaux. Notre effort nous a pers de déontrer que le ratonneent qu est une condton nécessare et suffsante pour l accès à la parfate nforaton par la banque slaque, n est n nécessare, n suffsant pour les banques conventonnelles en présence des proets aux rsques varés. Le ratonneent par les taux n est effcace pour les banques conventonnelles que lorsque tous les proets d nvestsseent sont caractérsés par un êe nveau de rsque. Les agents du arché de crédt auront pour unque crtère d arbtrage leurs gans espérés qu ls vont confronter au coût d opportunté de leur an d œuvre et de leurs captaux respectveent pour les entrepreneurs et les banques. Le prncpal ensegneent de ce odèle est que, en présence d asyétre d nforaton, les banques slaques devraent recourr effcaceent aux écanses de ratonneent en révsant à la hausse leur part B 0.7B 0.3B

14 4 Etudes en Econoe Islaque, Vol.6, No & dans les rendeents des nvestsseents fnancés. L évcton conséquente sera optale, contrareent à ce qu est observé dans le odèle bancare classque. Références Al B., 0, Rsques Asyétrques Spécfques aux Banques Islaques et leurs Iplcatons sur la Stablté, Edtons Unverstares Européennes. Cho Y. J., Ineffcences fro Fnancal lberalzaton n absence of well Functonng Equty Maret, Journal of Money, Credt and Banng, Volue 8, No., 986. Eboué C., 990, Les Effets Macroéconoques de la Répresson Fnancère dans les Pays en Développeent, Econoe Applqué, toe LXIII, No.4 P.93-. Elgar M., 003, Credt rs n Islac banng and fnance, Islac Econoc Studes, Vol. 0, No.. Fsher I., 937, 00% Money, Cty Buldng Copany, New-Haven. Khan M., 989, Towards an «Interest-Free» Islac Econoc Syste, a Theoretcal Analyss of Prohbtng Debt Fnancng, The Islac Foundaton, Lecester, U.K.. Khan T. & Ahed H., 00, La Geston des Rsques: Analyse de Certans Aspects lés à l Industre de la Fnance Islaque, IIRF-BID. Malnvaud E., Proftablty and Uneployent, Cabrdge Unversty Press, 984. Rothshld and Stgltz J.E.,970, Increasng Rs: I, A Defnton, Journal of Econoc Theory, Vol.. Stgltz J. & Wess A., 98, Credt Ratonng Marets wth Iperfect Inforaton, Aercan Econoc Revew, Vol.7, No. 3.

15 Al Bele : Optalté du Mécanse de Ratonneent 5 Annexe: Effets d une hausse du taux d ntérêt sur les revenus des fres dans le cas de fnanceent classque X RS X X X R S X X E SP( X, W ) ( X R ) P( X, W ) SP( X, W ) ( X R ) P X 0 X RS X 0 X R S Or on peut avor : X R S X R S X R S SP( X, W ) SP( X, W ) SP( X, W ) X 0 X 0 X R S De êe : X X X X ( X R ) P( X, W ) ( X R R R ) P( X, W ) X RS X RS X X X X ( X R ) P( X, W ) ( R R ) P( X, W ) X RS X RS X X X R S X X ( X R ) P( X, W ) ( X R ) P( X, W ) ( R R ) P( X, W ) X R S X R S X R S D où : X RS X RS XX E SP( X, W ) ( X R ) P( X, W ) ( R R ) P( X, W ) X R S X R S X R S X R S XX,, X R S P X W R R P X W X R S X RS Les deux expressons étant négatves, alors : E 0.

16 6 Etudes en Econoe Islaque, Vol.6, No & Annexe : Evcton des Fres et Varaton de la Rentablté du Secteur Bancare Islaque c B B la varaton du revenu du secteur bancare est la varaton obtenue en fnançant les fres de type unqueent, les fres de type étant sortes du arché. c B B, pusque désoras les fres de type représentent la totalté des fres sur le arché après la sorte des fres de type. En effet : B B B B Déonstraton : On sat que Or B Conséquence : B B B B B B plque que B B et donc : B B B B. B B B pusque Annexe3 : Déonstraton des Relatons (9) et (0) Les équatons (9) et (0) sont vraes lorsque les proets sont rsqués. S est plus rsqué que, on aura : X X et P P ; de êe X X et P P avecx X X X X D où < X < X < X et P < P < P < P, s et seuleent s (rsque préservant la oyenne) : XX X X,, X P X W X P X W X0 X 0

17 Al Bele : Optalté du Mécanse de Ratonneent 7 On aura donc les négaltés suvantes: XX X X,, X P X W X P X W X I X I X I X I,, X P X W X P X W X0 X 0 et Et, en prenant en copte les charges d nvestsseent I, on obtent : XX X X X I P X, W X I P X, W XI X I X I X I X I P X, W X I P X, W X0 X 0 et qu sont les équatons (9) et (0

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire Assurance malade et aléa de moralté ex-ante : L ncdence de l hétérogénété de la perte santare Davd Alary 1 et Franck Ben 2 Cet artcle examne l ncdence de l hétérogénété de la perte santare sur les contrats

Plus en détail

Enquête sur les services de télécommunications

Enquête sur les services de télécommunications Enquête sur les servces de télécouncatons Vu l'avs favorable du Consel Natonal de l'inforaton Statstque, cette enquête, reconnue d'ntérêt général et de qualté statstque, est oblgatore. Vsa n 200222EC du

Plus en détail

Cours Corporate finance

Cours Corporate finance Cours Corporate fnance Eléments de théore du portefeulle Le edaf Franços Longn www.longn.fr lan Notons de rentablté Défnton odélsaton Eléments de théore du portefeulle ortefeulle Dversfcaton Le edaf Le

Plus en détail

Sociétés d investissement immobilier cotées (SIIC), valeur et prix : deux notes

Sociétés d investissement immobilier cotées (SIIC), valeur et prix : deux notes Socétés d nvestssement mmobler cotées (SIIC), valeur et prx : deux notes I. Dette et créaton de valeur dans les socétés foncères II. La cesson à une SIIC : un cas de dstorson fscale Laurent BATSCH CEREG-DRM,

Plus en détail

Les jeunes économistes

Les jeunes économistes Chaptre1 : les ntérêts smples 1. défnton et calcul pratque : Défnton : Dans le cas de l ntérêt smple, le captal reste nvarable pendant toute la durée du prêt. L emprunteur dot verser, à la fn de chaque

Plus en détail

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations Contrats prévoyance des TNS : Clarfer les règles pour sécurser les prestatons Résumé de notre proposton : A - Amélorer l nformaton des souscrpteurs B Prévor plus de souplesse dans l apprécaton des revenus

Plus en détail

Remboursement d un emprunt par annuités constantes

Remboursement d un emprunt par annuités constantes Sére STG Journées de formaton Janver 2006 Remboursement d un emprunt par annutés constantes Le prncpe Utlsaton du tableur Un emprunteur s adresse à un prêteur pour obtenr une somme d argent (la dette)

Plus en détail

L intermédiation financière en microfinance : un examen à partir des modèles de prêt de groupe et de prêt individuel

L intermédiation financière en microfinance : un examen à partir des modèles de prêt de groupe et de prêt individuel MESQUIT Dorothée Dorothee.mesquta@etu.unv-rouen.fr Drecteur M. MYOUKOU Unversté de Rouen Laboratore CRE L ntermédaton fnancère en mcrofnance : un examen à partr des modèles de prêt de groupe et de prêt

Plus en détail

Prêt de groupe et sanction sociale Group lending and social fine

Prêt de groupe et sanction sociale Group lending and social fine Prêt de roupe et sancton socale Group lendn and socal fne Davd Alary Résumé Dans cet artcle, nous présentons un modèle d antsélecton sur un marché concurrentel du crédt. Nous consdérons l ntroducton de

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE L analyse fondamentale Ce document pédagogque n est pas un document de consels pour nvestr en bourse. Les nformatons données dans ce document sont à ttre nformatf. Vous êtes seul responsable

Plus en détail

Evaluation des actions

Evaluation des actions Akrem ISCAE archés nancers : Evaluaton des actons Evaluaton des actons Secton I : Dénton hypothèses et notatons I-- La noton d un act nancer -a- Dénton Un act nancer est tout ben qu un nvestsseur désre

Plus en détail

Chapitre 6. Economie ouverte :

Chapitre 6. Economie ouverte : 06/2/202 Chaptre 6. Econome ouverte : le modèle Mundell Flemng Elsabeth Cudevlle Le développement des échanges nternatonaux (bens et servces et flux fnancers) a rendu fortement nterdépendantes les conjonctures

Plus en détail

Ecole Polytechnique de Montréal C.P. 6079, succ. Centre-ville Montréal (QC), Canada H3C3A7 lucas.greze@polymtl.ca robert.pellerin@polymtl.

Ecole Polytechnique de Montréal C.P. 6079, succ. Centre-ville Montréal (QC), Canada H3C3A7 lucas.greze@polymtl.ca robert.pellerin@polymtl. CIGI 2011 Processus d accélératon de proets sous contrantes de ressources avec odes de chevaucheent LUCAS GREZE 1, ROBERT PELLERIN 1, PATRICE LECLAIRE 2 1 CHAIRE DE RECHERCHE JARISLOWSKY/SNC-LAVALIN EN

Plus en détail

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes EH SmartVew Servces en lgne Euler Hermes Identfez vos rsques et vos opportuntés Plotez votre assurance-crédt www.eulerhermes.be Les avantages d EH SmartVew L expertse Euler Hermes présentée de manère clare

Plus en détail

Solution : 1. Soit y = α + βt, l équation de la droite considérée. Le problème de régression linéaire s écrit. i=1 2(α + βt i b i )t i

Solution : 1. Soit y = α + βt, l équation de la droite considérée. Le problème de régression linéaire s écrit. i=1 2(α + βt i b i )t i Exercces avec corrgé succnct du chaptre 3 (Remarque : les références ne sont pas gérées dans ce document, par contre les quelques?? qu apparassent dans ce texte sont ben défns dans la verson écran complète

Plus en détail

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks Plan Geston des stocks Abdellah El Fallah Ensa de Tétouan 2011 Les opératons de gestons des stocks Les coûts assocés à la geston des stocks Le rôle des stocks Modèle de la quantté économque Geston calendare

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. Cours d économie général 2009-2010

TABLE DES MATIERES. Cours d économie général 2009-2010 TABLE DES MATIERES Durée...2 Objectf spécfque...2 Résumé...2 I. Equlbre en économe fermée...2 I.1 L équlbre sur le marché des produts : la courbe IS...2 I.2 L équlbre sur le marché de la monnae : la courbe

Plus en détail

Ch 4 Séries statistiques à une dimension Définitions et représentation graphique

Ch 4 Séries statistiques à une dimension Définitions et représentation graphique Ch 4 Séres statstques à une dmenson Défntons et représentaton graphque Termnologe Ensemble étudé = populaton Eléments de cet ensemble = ndvdus ou untés Attrbut consdéré = caractère qu peut être qualtatf

Plus en détail

Proposition d'une solution au problème d initialisation cas du K-means

Proposition d'une solution au problème d initialisation cas du K-means Proposton d'une soluton au problème d ntalsaton cas du K-means Z.Guelll et L.Zaou, Unversté des scences et de la technologe d Oran MB, Unversté Mohamed Boudaf USTO -BP 505 El Mnaouer -ORAN - Algére g.zouaou@gmal.com,

Plus en détail

Valeur absolue et fonction valeur absolue Cours

Valeur absolue et fonction valeur absolue Cours Valeur absolue foncton valeur absolue Cours CHAPITRE 1 : Dstance entre deu réels 1) Eemples prélmnares 2) Défnton 3) Proprétés CHAPITRE 2 : Valeur absolue d un réel 1) Défnton 2) Proprétés CHAPITRE 3 :

Plus en détail

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social Drgeant de SAS : Lasser le chox du statut socal Résumé de notre proposton : Ouvrr le chox du statut socal du drgeant de SAS avec 2 solutons possbles : apprécer la stuaton socale des drgeants de SAS comme

Plus en détail

La fourniture de biens et facteurs publics en présence de ménages et d entreprises mobiles

La fourniture de biens et facteurs publics en présence de ménages et d entreprises mobiles La fournture de bens et facteurs publcs en présence de ménages et d entreprses mobles Pascale Duran-Vgneron évrer 007 Le modèle On suppose un pays drgé par un gouvernement central ayant compétence sur

Plus en détail

Chapitre 3 : Incertitudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES. Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre 3.

Chapitre 3 : Incertitudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES. Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre 3. Chaptre 3 : Incerttudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES Lgnes drectrces 2006 du GIEC pour les nventares natonaux de gaz à effet de serre 3.1 Volume 1 : Orentatons générales et établssement des rapports Auteurs

Plus en détail

SIMNUM : Simulation de systèmes auto-gravitants en orbite

SIMNUM : Simulation de systèmes auto-gravitants en orbite SIMNUM : Smulaton de systèmes auto-gravtants en orbte sujet proposé par Ncolas Kelbasewcz : ncolas.kelbasewcz@ensta-parstech.fr 14 janver 2014 1 Établssement du modèle 1.1 Approxmaton de champ lontan La

Plus en détail

Exercices d algorithmique

Exercices d algorithmique Exercces d algorthmque Les algorthmes proposés ne sont pas classés par ordre de dffculté Nombres Ecrre un algorthme qu renvoe la somme des nombre entre 0 et n passé en paramètre Ecrre un algorthme qu renvoe

Plus en détail

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria.

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria. 1 CAS nédt d applcaton sur les normes IAS/IFRS Coût amort sur oblgatons à taux varable ou révsable La socété Plumera présente ses comptes annuels dans le référentel IFRS. Elle détent dans son portefeulle

Plus en détail

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD Conservatore atonal des Arts et Méters Chare de BAQUE Document de recherche n 9 Impôt sur la fortune et nvestssement dans les PME Professeur Dder MAILLARD Avertssement ovembre 2007 La chare de Banque du

Plus en détail

- donc n explique pas très bien le commerce entre pays industrialisés en particulier le commerce intraeuropéen

- donc n explique pas très bien le commerce entre pays industrialisés en particulier le commerce intraeuropéen Le commerce nternatonale en stuaton de concurrence mparfate: ros problèmes essentels des modèles théorques Rcardo, HOS, Standard: - fondés sur la CPP: le commerce n augmente pas la concurrence - pas d

Plus en détail

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe Méthodologe CDC Clmat Recherche puble chaque mos, en collaboraton avec Clmpact Metnext, Tendances Carbone, le bulletn mensuel d nformaton sur le marché européen du carbone (EU ETS). L obectf de cette publcaton

Plus en détail

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES Émle Garca, Maron Le Cam et Therry Rocher MENESR-DEPP, bureau de l évaluaton des élèves Cet artcle porte sur les méthodes de

Plus en détail

Champ magnétique. 1 Notions préliminaires. 1.1 Courant électrique et densité de courant

Champ magnétique. 1 Notions préliminaires. 1.1 Courant électrique et densité de courant 4 Champ magnétque 1 Notons prélmnares 1.1 Courant électrque et densté de courant Un courant électrque est défn par un déplacement de charges électrques élémentares (ex : les électrons de conducton dans

Plus en détail

Étranglement du crédit, prêts bancaires et politique monétaire : un modèle d intermédiation financière à projets hétérogènes

Étranglement du crédit, prêts bancaires et politique monétaire : un modèle d intermédiation financière à projets hétérogènes Étranglement du crédt, prêts bancares et poltque monétare : un modèle d ntermédaton fnancère à projets hétérogènes Mngwe Yuan et Chrstan Zmmermann Introducton et objet de l étude Par étranglement du crédt

Plus en détail

Le théorème du viriel

Le théorème du viriel Le théorème du vrel On se propose de démontrer le théorème du vrel de deux manères dfférentes. La premère fat appel à deux "trcks" qu l faut vor. Cette preuve met en avant une quantté, notée S c, qu permet

Plus en détail

La théorie moderne du portefeuille : théorie et applications

La théorie moderne du portefeuille : théorie et applications 4986_.book Page 795 Vendred, 11. décembre 2009 3:46 15 28 La théore moderne du portefeulle : théore et applcatons PATRICE PONCET ET ROLAND PORTAIT Patrce Poncet est professeur à l ESSEC Busness School.

Plus en détail

Mesure avec une règle

Mesure avec une règle Mesure avec une règle par Matheu ROUAUD Professeur de Scences Physques en prépa, Dplômé en Physque Théorque. Lycée Alan-Fourner 8000 Bourges ecrre@ncerttudes.fr RÉSUMÉ La mesure d'une grandeur par un système

Plus en détail

Méthodologie quiestlemoinscher de comparaison de prix entre magasins

Méthodologie quiestlemoinscher de comparaison de prix entre magasins Méthodologe questlemonscher de comparason de prx entre magasns Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaCE Consel, socété d études et d analyses statstques ndépendante. Le cabnet FaCE

Plus en détail

3- Réseau Neurologique (NN) 3-1- Réseau classique

3- Réseau Neurologique (NN) 3-1- Réseau classique OUTILS DE PREVISION DE LA VITESSE DE VENT : APPLICATION A LA CARACTERISATION ET A L OPTIMISATION DES CENTRALES EOLIENNES POUR L'INTEGRATION DANS LES RESEAUX ELECTRIQUES A MADAGASCAR. Andramahtasoa Bernard

Plus en détail

TRANSFERT DE CARGAISON CALCULS ET ARRONDIS

TRANSFERT DE CARGAISON CALCULS ET ARRONDIS TRANSFERT DE CARGAISON CALCULS ET ARRONDIS SOMMAIRE 1. Méthode de détermnaton de l énerge transférée lors du transfert d une cargason de. Calcul de l énerge transférée.1 Calcul de l énerge brute transférée.1.1

Plus en détail

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE?

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? Boulanger Frédérc Avanssur, Groupe AXA 163-167, Avenue Georges Clémenceau 92742 Nanterre Cedex France Tel: +33 1 46 14 43

Plus en détail

DIRIGER ADMINISTRER DÉVELOPPER

DIRIGER ADMINISTRER DÉVELOPPER 24 Adjont de drecton F/H Votre formaton BTS Hôtellere-restauraton BTS Management des untés commercales BTS Assstant de geston PME-PMI Lcence Management d untés de restauraton Vos mssons Vous anmez, formez

Plus en détail

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain.

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain. Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amens.fr/pedagoge/maths/new/ue2007/synthese_ateler_annette_alan.pdf 1 La règle du jeu Un drecteur de casno se propose d nstaller le

Plus en détail

Choix de Portefeuille

Choix de Portefeuille Année 2007-2008 Chox de Portefeulle Chrstophe Boucher Chaptre 1. Théore de la décson en avenr ncertan Crtère d espérance d utlté L atttude vs-à-vs du rsque Chaptre 2. Rendements et crtères de chox entre

Plus en détail

- Equilibre simultané IS/LM : Pour déterminer le couple d équilibre général, il convient de résoudre l équation IS = LM.

- Equilibre simultané IS/LM : Pour déterminer le couple d équilibre général, il convient de résoudre l équation IS = LM. Exercce n 1 Cet exercce propose de détermner l équlbre IS/LM sur la base d une économe dépourvue de présence étatque. Pour ce fare l convent, dans un premer temps de détermner la relaton (IS) marquant

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2015 2016. Statistiques Descriptives

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2015 2016. Statistiques Descriptives UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année unverstare 215 216 L1 Économe Cours de B. Desgraupes Statstques Descrptves Séance 7: Indces synthétques Table des matères 1 Introducton 1 1.1

Plus en détail

THESE DE DOCTORAT D ETAT EN SCIENCES ECONOMIQUES

THESE DE DOCTORAT D ETAT EN SCIENCES ECONOMIQUES MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE D ALGER FACULTE DES SCIENCES ECONOMIQUES ET DES SCIENCES DE GESTION THESE DE DOCTORAT D ETAT EN SCIENCES ECONOMIQUES VALEUR

Plus en détail

Corrélation et régression linéaire

Corrélation et régression linéaire Corrélaton et régresson lnéare 1. Concept de corrélaton. Analyse de régresson lnéare 3. Dfférences entre valeurs prédtes et observées d une varable 1. Concept de corrélaton L objectf est d analyser un

Plus en détail

) = n. ) = 2n. D - Inférence Statistique - Estimation et Tests d hypothèses 5. Tests du Khi-deux (non paramétrique) Loi du Chi-deux (χ 2 n

) = n. ) = 2n. D - Inférence Statistique - Estimation et Tests d hypothèses 5. Tests du Khi-deux (non paramétrique) Loi du Chi-deux (χ 2 n 5. Tests du Kh-deux (non paramétrque) Lo du Ch-deux (χ n ) à n degrés de lberté (ddl) S X 1, X,..., X n, sont n varables ndépendantes, suvant toutes une lo normale N (0,1), la varable χ n = X 1 + X + +

Plus en détail

Grandeurs de réaction et de formation

Grandeurs de réaction et de formation PSI Brzeux Ch. hermochme 1 : grandeurs de réacton et de formaton 1 C H A P I R E 1 r a p p e l s e t c o m p l é m e n t s ) Grandeurs de réacton et de formaton 1. RAPPELS 1.1. Phases et consttuants Donnons

Plus en détail

ÉLÉMENTS DE THÉORIE DE L INFORMATION POUR LES COMMUNICATIONS.

ÉLÉMENTS DE THÉORIE DE L INFORMATION POUR LES COMMUNICATIONS. ÉLÉMETS DE THÉORIE DE L IFORMATIO POUR LES COMMUICATIOS. L a théore de l nformaton est une dscplne qu s appue non seulement sur les (télé-) communcatons, mas auss sur l nformatque, la statstque, la physque

Plus en détail

L inefficience des marchés

L inefficience des marchés L neffcence des marchés Poston du problème La théore de l effcence des marchés fnancers devrat en prncpe être consdérée comme réfutée par l expérence, en rason des crses fnancères qu se sont succédées,

Plus en détail

Enseignement secondaire. PHYSI Physique Programme

Enseignement secondaire. PHYSI Physique Programme Ensegnement secondare Dvson supéreure PHYSI Physque Programme 3CB_3CC_3CF_3MB_3MC_3MF Langue véhculare : franças Nombre mnmal de devors par trmestre : 1 PHYSI_3CB_3CC_3CF_3MB_3MC_3MF_PROG_10-11 Page 1

Plus en détail

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage Fche n 7 : Vérfcaton du débt et de la vtesse par la méthode de traçage 1. PRINCIPE La méthode de traçage permet de calculer le débt d un écoulement ndépendamment des mesurages de hauteur et de vtesse.

Plus en détail

EXEMPLES D UTILISATION DE LA TECHNIQUE DES OBSERVATIONS INSTANTANÉES.

EXEMPLES D UTILISATION DE LA TECHNIQUE DES OBSERVATIONS INSTANTANÉES. EXEMPLES D UTILISATIN DE LA TECHNIQUE DES BSERVATINS INSTANTANÉES. Chrstan Fortn, ng., Ph.D. Ergonome et hygénste du traval Centre of santé et servces socaux de la Montagne, Montréal. Résumé La technque

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR ERIC LÉVESQUE JANVIER

Plus en détail

Généralités sur les fonctions 1ES

Généralités sur les fonctions 1ES Généraltés sur les fonctons ES GENERALITES SUR LES FNCTINS I. RAPPELS a. Vocabulare Défnton Une foncton est un procédé qu permet d assocer à un nombre x appartenant à un ensemble D un nombre y n note :

Plus en détail

Recherche universitaire et crédits d impôt pour R-D

Recherche universitaire et crédits d impôt pour R-D Fscalté Recherche unverstare et crédts d mpôt pour R-D Le 27 novembre 2001 Nancy Avone, CA Inctatfs fscaux à la R-D très généreux dsponbles Étude du Conference Board du Canada en 1998 Québec Jurdcton au

Plus en détail

La théorie de la rente foncière, la spéculation et le cash flow spéculatif immobilier (*)

La théorie de la rente foncière, la spéculation et le cash flow spéculatif immobilier (*) COMPAGNIE NATIONALE DES EXPERTS IMMOBILIERS * * Assocaton rége par la lo du 1 er Jullet 1901, enregstrée à la préfecture de polce sous le n 91/1743 Alan MANZON Expert Immobler-Consultant N d agrément -

Plus en détail

Approche Probabiliste au Contrôle et Suivi des Joints de Soudure des Conduites

Approche Probabiliste au Contrôle et Suivi des Joints de Soudure des Conduites 8 èe Congrès Franças de Mécanque Grenoble, 7-3 août 007 Approche Probablste au Contrôle et Suv des Jonts de Soudure des Condutes N. ABDELBAKI, E. BOUALI, R. BOUZID, M. GACEB Laboratore de Fablté des Equpeents

Plus en détail

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction -

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction - EXAME FIAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSIO 1 - Correcton - Exercce 1 : 1) Consdérons une entreprse E comportant deux établssements : E1 et E2 qu emploent chacun 200 salarés. Au sen de l'établssement

Plus en détail

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES I. Concepts généraux. Le référentel précse : Cette parte du module M4 «Acquérr des outls mathématques de base nécessares à l'analyse de données économques» est en relaton avec

Plus en détail

Comparaison entre un Modèle de Jeu Biforme et un Modèle de Jeu Coopératif pour un Réseau de Distribution de Produits

Comparaison entre un Modèle de Jeu Biforme et un Modèle de Jeu Coopératif pour un Réseau de Distribution de Produits Comparason entre un Modèle de Jeu Bforme et un Modèle de Jeu Coopératf pour un Réseau de Dstrbuton de Produts Lama Trqu-Sar BP 230, Laboratore de Productque de Tlemcen, Faculté des Scences de l Ingéneur,

Plus en détail

* Notre savoir au service de votre réussite

* Notre savoir au service de votre réussite * Notre savor au servce de votre réusste * Vsualser les ndcateurs clés de performance de votre portefeulle clents sur un tableau de bord Analyser le taux d acceptaton de vos demandes d agréments par notaton

Plus en détail

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques Qu est ce que le clusterng? analyse de clusterng regroupement des obets en clusters un cluster : une collecton d obets smlares au sen d un même cluster dssmlares au obets appartenant à d autres clusters

Plus en détail

Analyse d impact : l apport des évaluations aléatoires William Parienté 1

Analyse d impact : l apport des évaluations aléatoires William Parienté 1 Analyse d mpact : l apport des évaluatons aléatores Wllam Parenté 1 Cet artcle expose de manère synthétque l'apport des évaluatons aléatores dans l'analyse de l'mpact des programmes socaux et de développement.

Plus en détail

Université Pierre & Marie Curie (Paris 6) Licence de Mathématiques L3 UE LM364 Intégration 1 Année 2011 12. TD4. Tribus.

Université Pierre & Marie Curie (Paris 6) Licence de Mathématiques L3 UE LM364 Intégration 1 Année 2011 12. TD4. Tribus. Unversté Perre & Mare Cure (Pars 6) Lcence de Mathématques L3 UE LM364 Intégraton 1 Année 2011 12 TD4. Trbus. Échauffements Exercce 1. Sot X un ensemble. Donner des condtons sur X pour que les classes

Plus en détail

CALIBRATION DU COUT DU RISQUE D UN PORTEFEUILLE BANCAIRE

CALIBRATION DU COUT DU RISQUE D UN PORTEFEUILLE BANCAIRE CALIBRATION DU COUT DU RISQUE D UN PORTEFEUILLE BANCAIRE Utlsaton de la méthode sem-analytque de prcng de CDO 02 Ma 2005-04 Novembre 2005 Sanaa BENNEHHOU Flère : CDR Opton : Mathématques Applquées PROMO

Plus en détail

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix?

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix? Note méthodologque Tratements hebdomadares Questlemonscher.com Quelle méthode de collecte de prx? Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaE onsel, socété d études et d analyses statstques

Plus en détail

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF 1 LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régme») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF AVIS AUX RETRAITÉS ET AUX PARTICIPANTS AVEC DROITS ACQUIS DIFFÉRÉS Expédteurs

Plus en détail

10.1 Inférence dans la régression linéaire

10.1 Inférence dans la régression linéaire 0. Inférence dans la régresson lnéare La régresson lnéare tente de modeler le rapport entre deux varables en adaptant une équaton lnéare avec des données observées. Chaque valeur de la varable ndépendante

Plus en détail

Editions ENI. Excel 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait

Editions ENI. Excel 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait Edtons ENI Excel 2010 Collecton Référence Bureautque Extrat Tableau crosé dynamque Tableau crosé dynamque Excel 2010 Créer un tableau crosé dynamque Un tableau crosé dynamque permet de résumer, d analyser,

Plus en détail

Modélisations du risque en assurance automobile. Michel Grun-Rehomme Université Paris 2 et Ensae Email: grun@ensae.fr

Modélisations du risque en assurance automobile. Michel Grun-Rehomme Université Paris 2 et Ensae Email: grun@ensae.fr Modélsatons du rsque en assurance automoble Mchel Grun-Rehomme Unversté Pars 2 et Ensae Emal: grun@ensae.fr 1 Modélsatons du rsque en assurance automoble La snstralté est mesurée en terme de fréquence

Plus en détail

Description et sources des séries longues

Description et sources des séries longues Descrpton et sources des séres longues Les séres sont des moennes annuelles, en base 999= sauf menton contrare. On fat abstracton de la fscalté, sauf menton contrare. La reproducton de ces séres est lbre,

Plus en détail

Cours de Calcul numérique MATH 031

Cours de Calcul numérique MATH 031 Cours de Calcul numérque MATH 03 G. Bontemp, A. da Slva Soares, M. De Wulf Département d'informatque Boulevard du Tromphe - CP22 http://www.ulb.ac.be/d Valeurs propres en pratque. Localsaton. Méthode de

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L EFFET DES ENFANTS SUR L OFFRE DU TRAVAIL DES MÈRES : CAS DU CANADA MÉMOIRE PRÉSENTÉ

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L EFFET DES ENFANTS SUR L OFFRE DU TRAVAIL DES MÈRES : CAS DU CANADA MÉMOIRE PRÉSENTÉ UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L EFFET DES ENFANTS SUR L OFFRE DU TRAVAIL DES MÈRES : CAS DU CANADA MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR EZZAOUALI WALID Septembre

Plus en détail

Dynamique du point matériel

Dynamique du point matériel Chaptre III Dynaqe d pont atérel I Généraltés La cnéatqe a por objet l étde des oveents des corps en foncton d teps, sans tenr copte des cases q les provoqent La dynaqe est la scence q étde (o déterne)

Plus en détail

MODELISATION DES PROCESSUS LINEAIRES

MODELISATION DES PROCESSUS LINEAIRES MDELISATIN DES PRCESSUS LINEAIRES Dans un premer temps, nous ne consdérons que des processus partculers, supposés notamment statonnare. Cec permet de présenter un certan nombre d'outls dans un cadre relatvement

Plus en détail

Performances de la classification par les Séparateurs à Vaste Marge (SVM): application au diagnostic vibratoire automatisé

Performances de la classification par les Séparateurs à Vaste Marge (SVM): application au diagnostic vibratoire automatisé 4th Internatonal Conference on Coputer Integrated Manufacturng CIP 2007 03-04 Noveber 2007 Perforances de la classfcaton par les Séparateurs à Vaste Marge (SVM): applcaton au dagnostc vbratore autoatsé

Plus en détail

Chapitre 2 UNE ESTIMATION DYNAMIQUE DE LA LIQUIDITÉ. La Liquidité - De la Microstructure à la Gestion du Risque de Liquidité

Chapitre 2 UNE ESTIMATION DYNAMIQUE DE LA LIQUIDITÉ. La Liquidité - De la Microstructure à la Gestion du Risque de Liquidité La Lqudté - De la Mcrostructure à la Geston du Rsque de Lqudté Chaptre 2 UNE ESTIMATION DYNAMIQUE DE LA LIQUIDITÉ Erwan Le Saout - Novembre 2000. 97 La Lqudté - De la Mcrostructure à la Geston du Rsque

Plus en détail

Prêts bilatéraux et réseaux sociaux

Prêts bilatéraux et réseaux sociaux Prêts blatéraux et réseaux socaux Quand la sous-optmalté condut au ben-être collectf Phlppe Callou, Frederc Dubut et Mchele Sebag LRI, Unverste Pars Sud F-91405 Orsay France {callou;dubut;sebag}@lr.fr

Plus en détail

La mobilité résidentielle depuis 20 ans : des facteurs structurels aux effets de la conjoncture

La mobilité résidentielle depuis 20 ans : des facteurs structurels aux effets de la conjoncture La moblté résdentelle depus 20 ans : des facteurs structurels aux effets de la conjoncture T. Debrand C. Taffn Verson Prélmnare - Ne pas cter 10 mars 2004 Résumé : Les analyses économques sur la moblté

Plus en détail

une garde d Enfant a votre domicile

une garde d Enfant a votre domicile GUIDE A DESTINATION DES PARENTS Ce gude pratque a été réalsé par la CDAJE du Nord (Commsson Départementale de l Accuel des Jeunes Enfants). A retrouver sur www.cdaje59.fr PAO - CAF DU NORD 06/2012 EmploYEr

Plus en détail

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle»

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle» Evaluaton des projets et estmaton des coûts Le budget d un projet est un élément mportant dans l étude d un projet pusque les résultats économques auront un mpact sur la réalsaton ou non et sur la concepton

Plus en détail

Chapitre 5. Menu de SUPPORT

Chapitre 5. Menu de SUPPORT 155 Chaptre 5. Menu de SUPPORT Ce que vous apprendrez dans ce chaptre Ce chaptre vous présentera des routnes supplémentares susceptbles de vous ader dans les analyses de données présentées dans le chaptre

Plus en détail

Mesurer la qualité de la prévision

Mesurer la qualité de la prévision Mesurer la qualté de la prévson Luc Baetens 24/11/2011 www.mobus.eu Luc Baetens 11 ans d expérence Planfcaton Optmsaton des stocks Organsaton de la Supply Chan Performance de la Supply Chan Geston de la

Plus en détail

SmartView d EH. Vue d ensemble des risques et des occasions. Surveillance de l assurance-crédit. www.eulerhermes.ca/fr/smartview

SmartView d EH. Vue d ensemble des risques et des occasions. Surveillance de l assurance-crédit. www.eulerhermes.ca/fr/smartview SmartVew d EH Servces en lgne Euler Hermes Vue d ensemble des rsques et des occasons Survellance de l assurance-crédt www.eulerhermes.ca/fr/smartvew Les avantages du SmartVew d EH Prenez plus de décsons

Plus en détail

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h.

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h. A2 Analyser le système Converson statque de l énerge Date : Nom : Cours 2 h 1 Introducton Un ConVertsseur Statque d énerge (CVS) est un montage utlsant des nterrupteurs à semconducteurs permettant par

Plus en détail

C Notice technique K-Réa v3 C. NOTICE TECHNIQUE

C Notice technique K-Réa v3 C. NOTICE TECHNIQUE C. NOTICE TECHNIQUE C.1. Introducton et grands prncpes... 5 C.1.1. Objet du calcul et champ d applcaton... 5 C.1.2. Introducton aux méthodes de calcul et vérfcatons proposées... 6 C.1.2.1. Présentaton

Plus en détail

Résumé : I- Introduction :

Résumé : I- Introduction : Applcaton de l analyse de frontère stochastque à l estmaton de l effcence technque des entreprses algérennes: effet de la forme de proprété Résumé : Nabl, Al BELOUARD Doctorant à l École Natonale Supéreure

Plus en détail

Economie Ouverte. Economie ouverte. Taux de change et balance courante. Le modèle Mundell-Fleming. Définition du taux de change

Economie Ouverte. Economie ouverte. Taux de change et balance courante. Le modèle Mundell-Fleming. Définition du taux de change Econome Ouverte Econome ouverte Taux de change et balance courante Taux de change et balance courante Modèle Mundell-Flemng Campus Moyen Orent Médterranée Défnton du taux de change Le taux de change est

Plus en détail

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Observatore Economque et Statstque d Afrque Subsaharenne LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Une contrbuton à la réunon commune CEE/BIT sur les ndces des prx

Plus en détail

Notes de cours. Échantillonnage STT-2000. David Haziza Département de mathématiques et de statistique Université de Montréal

Notes de cours. Échantillonnage STT-2000. David Haziza Département de mathématiques et de statistique Université de Montréal otes de cours Échantllonnage STT-000 Davd Hazza Département de mathématques et de statstque nversté de Montréal Automne 008 PRÉFACE Ces notes de cours ont été rédgées pour le cours STT-000 (Échantllonnage)

Plus en détail

V FORMATION DES IMAGES DANS L EXEMPLE DU MIROIR PLAN

V FORMATION DES IMAGES DANS L EXEMPLE DU MIROIR PLAN Chaptre V page V-1 V FORMTION DES IMGES DNS L EXEMPLE DU MIROIR PLN Le but de ce chaptre est d ntrodure la noton d mage { travers l exemple du mror plan. Vous vous êtes sûrement déjà regardé(e) dans un

Plus en détail

SIMULATION D UN JET TURBULENT POUR LE REFROIDISSEMENT DES AUBES DE TURBINE

SIMULATION D UN JET TURBULENT POUR LE REFROIDISSEMENT DES AUBES DE TURBINE 10 ème Sémnare Internatonal sur la Physque Energétque 10 th Internatonal Meetng on Energetcal Physcs SIMULAION D UN JE URBULEN POUR LE REFROIDISSEMEN DES AUBES DE URBINE Bounegta Bachr 1, Abdelarm Maamar

Plus en détail

Informations de l'unité d'enseignement Implantation. Cursus de. Intitulé. Code. Cycle 1. Bloc 2. Quadrimestre 1. Pondération 4. Nombre de crédits 4

Informations de l'unité d'enseignement Implantation. Cursus de. Intitulé. Code. Cycle 1. Bloc 2. Quadrimestre 1. Pondération 4. Nombre de crédits 4 Informatons de l'unté d'ensegnement Implantaton Cursus de Inttulé Code ECAM Insttut Supéreur Industrel Bacheler en Scences ndustrelles Outls de communcaton B2050 Cycle 1 Bloc 2 Quadrmestre 1 Pondératon

Plus en détail

Montage émetteur commun

Montage émetteur commun tour au menu ontage émetteur commun Polarsaton d un transstor. ôle de la polarsaton La polarsaton a pour rôle de placer le pont de fonctonnement du transstor dans une zone où ses caractérstques sont lnéares.

Plus en détail

Principes de choix d une méthode économique d allocation

Principes de choix d une méthode économique d allocation 07RP-07 Prncpes de chox d une méthode économque d allocaton Partage des coûts et tarfcaton à Gaz de France Marcel Boyer, Ncolas Marchett Rapport de projet Project report Montréal Ma 07 07 Marcel Boyer,

Plus en détail

IDEI Report # 18. Transport. December 2010. Elasticités de la demande de transport ferroviaire: définitions et mesures

IDEI Report # 18. Transport. December 2010. Elasticités de la demande de transport ferroviaire: définitions et mesures IDEI Report # 18 Transport December 2010 Elastctés de la demande de transport ferrovare: défntons et mesures Elastctés de la demande de transport ferrovare : Défntons et mesures Marc Ivald Toulouse School

Plus en détail

Représentation de l'information

Représentation de l'information 1. L nformaton 1-1 Dualté état et temps Représentaton de l'nformaton La noton d'nformaton correspond à la connassance d'un état donné parm pluseurs possbles à un nstant donné. La Fgure 1 llustre cette

Plus en détail

Installation & Guide de démarrage WL510 Adaptateur sans fil /Antenne

Installation & Guide de démarrage WL510 Adaptateur sans fil /Antenne Installaton & Gude de démarrage WL510 Adaptateur sans fl /Antenne Informaton mportante à propos du WL510 Adresse IP = 192.168.10.20 Nom d utlsateur = wl510 Mot de passe = wl510 QUICK START WL510-01- VR1.1

Plus en détail

Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actifs non préemptifs

Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actifs non préemptifs Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actfs non préemptfs Françose Baude Dens Caromel Chrstan Delbé Ludovc Henro Equpe Oass, INRIA - CNRS - I3S 2004, route des Lucoles F-06902 Sopha Antpols

Plus en détail