OPTIMALITÉ DU MÉCANISME DE RATIONNEMENT DE CRÉDIT DANS LE MODÈLE ISLAMIQUE DE FINANCEMENT

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "OPTIMALITÉ DU MÉCANISME DE RATIONNEMENT DE CRÉDIT DANS LE MODÈLE ISLAMIQUE DE FINANCEMENT"

Transcription

1 Etudes en Econoe Islaque, Vol. 6, Nos. & (-7) Mouharra, Raab 434H (Novebre 0, Ma 03) OPTIMALITÉ DU MÉCANISME DE RATIONNEMENT DE CRÉDIT DANS LE MODÈLE ISLAMIQUE DE FINANCEMENT ALIM BELEK Résué Le ratonneent de crédt par les taux d ntérêt consttue l une des technques de geston des rsques en relaton avec les asyétres d nforaton précontractuelles. Ce écanse, lorsqu l est pratqué par les banques conventonnelles, condut le arché de crédt à des équlbres sous-optaux générant de la sélecton adverse (Stgltz & Wess, 98). En effet, le ratonneent de crédt par le taux d ntérêt aboutt à l évcton des fres les ons rsquées et ndut par conséquent l augentaton du rsque oyen du arché du crédt, la dnuton de la rentablté des banques et une réducton de producton réelle. L obectf de cet artcle est d analyser la pratque du écanse de ratonneent de crédt par les banques slaques. Contrareent au cas des banques conventonnelles. Cette pratque perettrat aux banques slaques de rédure les asyétres d nforaton précontractuelles et de relever le nveau de rentablté du secteur bancare. Mots clés : rsques asyétrques, taux d ntérêt, ratonneent de crédt, sélecton adverse, banques slaques, proftablté, stablté.. Introducton L effcacté d un systèe fnancer résde dans sa plus grande capacté à opérer une elleure oblsaton et allocaton des ressources pour le secteur productf et cela Ensegnant-Chercheur, Unversté de Dschang, FSEG. Eal: ; Adresse: BP 0 Dschang, Ouest, Caeroun.

2 Etudes en Econoe Islaque, Vol.6, No & grâce à une geston effcace du rsque et une elleure collecte de l nforaton (Eboue C., 990). L actvté des banques slaques est censée se fonder sur la ont-venture et le respect des prncpes éthques et relgeux, ce qu contrant l utlsaton des technques conventonnelles de geston des rsques nhérents à ses actvtés (Khan T. & Ahed H., 00 ; Elgar M., 003). L obectf de notre étude est de réexaner une des technques de geston dscrnatore de l nforaton présentée par Stgltz & Wess(98). Ces auteurs parvennent à établr que les écanses de ratonneent de crédt par les taux d ntérêt entreprs par les banques conventonnelles dans le but d accéder à l nforaton sur le type des nvestsseurs deandeurs de crédt ènent à des équlbres sous-optaux. En effet, le ratonneent de crédt ntaleent s en place pour détecter les proets les plus rsqués aboutt plutôt au contrare. D autres études coe celle de Cho(986) soulgnent que les réges d ntérêt lbres ne sont pas suffsants pour assurer une allocaton optale du captal lorsqu l exste des perfectons d nforaton. Les banques vont évter de fnancer de nouveaux groupes d eprunteurs productfs parce qu ls seront perçus coe trop rsqués, et cela, êe s les banques sont neutres, au rsque ou qu l n exste pas d adnstraton des taux d ntérêt. Il en découle des équlbres caractérsés par des évctons des fres les ons rsquées du arché de crédt, augentant le nveau du rsque oyen du arché et rédusant la rentablté du secteur bancare et du secteur de producton réelle. Nous nous nsprons des fondeents du odèle de Stgltz & Wess (98), partculèreent dans sa verson présentée par Lobez (998) pour réexaner l effcacté des esures de ratonneent de l offre de crédt par le taux d ntérêt lorsqu elles sont utlsées par les banques slaques pour la geston des rsques d asyétre nforatonnelle.. Le Modèle d Analyse Sot une éconoe coposée de N fres, chacune désrant fnancer par eprunt, entèreent ou en parte, un proet d nvestsseent nécesstant un décasseent de I untés onétares. Elles s adressent pour cela à la banque slaque qu la fnance selon la technque Moudharabah-Mousharaah. On note 0s et 0 s respectveent les pourcentages des fonds propres et des fonds

3 Al Bele : Optalté du Mécanse de Ratonneent 3 externes dans l nvestsseent I. Les rsques des proets sont non corrélés et chaque proet {,..., N} génère en fn de pérode un résultat aléatore X à valeurs dans l ntervalle0, X avec >I sgnfant qu au ons une proporton non nulle des proets fnancés génère des profts. La densté du résultat des proets est dentque et donnée par f( X ). En fn de pérode, la valeur résduelle de chaque nvestsseent est nulle. Soent respectveent B et E les gans espérés en fn de pérode pour la banque slaque et la fre de la se en œuvre du proet d nvestsseent de la fre {,..., N}. Lorsque le résultat effectf X est nféreur à la valeur I de l nvestsseent, la fre supporte cette perte au prorata de sa partcpaton s X I, la banque assuant l autre parte des pertes s X I contrareent au fnanceent tradtonnel où les fonds propres consttuent une garante contre le rsque de perte pour la banque. Lorsque, par contre, X est supéreure à I.e. XI, X le ontant du proft X I répart à rason de a X I pour l entrepreneur et a X I avec 0a. Nous avons alors : sera pour la banque I X E s( X I) f ( X ) dx a( X I) f ( X ) dx () 0 I I X B ( s)( X I) f ( X ) dx ( a)( X I) f ( X ) dx () 0 I Ces deux équatons se substtuent à celles du odèle de Stgltz & Wess (98) où S représente le ontant de fonds propres de la fre et R le nonal de l eprunt augenté des ntérêts R I di. Les gans espérés des agents pour le arché de crédt non slaque sont donc 3 : Par hypothèse, pour des rasons d évaluaton globale du proet dans le calcul des résultats fnancers. 3 Pour toute explcaton lée à ces expressons, se référer à l hypothèse 0 de la présentaton du odèle de Stgltz & Wess (98) fate par Lobez (998).

4 4 Etudes en Econoe Islaque, Vol.6, No & RS X (3) E Sf X dx X R f X dx 0 RS RS X (4) B X S f X dx Rf X dx 0 RS Le preer tere de chaque expresson tradut le revenu perçu par la banque et la fre lorsque celle-c est dans l ncapacté de fare face à ses engageents (paeent du ontant R ). Dans les autres cas ( èe tere), la banque perçot ce qu lu est dû, R, et la fre, l excédent généré par l nvestsseent X R. La êe logque est valable pour les équatons () et () des revenus des agents du arché de crédt bancare slaque. Toutefos, c, les pertes sont totaleent ou en parte supportées par l nvestsseur par le ontant de sa garante. Le second ebre égaleent ndque qu l s agt du partage des profts au prorata et non du rebourseent de la dette par l nvestsseur. Les estatons des gans espérés peuvent être raenées à un unvers dscontnu qu caractérse les résultats générés par des proets d nvestsseent. On aura ans, pour les banques classques : X RS X X (5) E SP X X R P X X0 XRS X RS X X (6) B X S P X RP X X0 XRS De êe, les gans espérés pour les banques slaques : X I X X (7) E s( X I) P( X ) a( X I) P( X ) X0 XI X I X X (8) B ( s)( X I) P( X ) ( a)( X I) P( X ) X0 XI

5 Al Bele : Optalté du Mécanse de Ratonneent 5 3. Mécanses du ratonneent de crédt L obectf qu sera poursuv dans le présent paragraphe est, d abord, la se en évdence de l neffcacté du écanse de ratonneent de crédt en atère de sélecton des proets les plus vables lorsqu l est entreprs par les banques conventonnelles. Cet effort perettra de ontrer par la sute que ce ratonneent de crédt, lorsqu l est entreprs par les banques slaques, n est pas à l orgne de la sélecton adverse. Il peret plutôt des évctons optales des fres les plus rsquées, relevant ans la rentablté du secteur bancare et rédusant le rsque oyen du arché de crédt. 3.. Ineffcacté du ratonneent dans les banques classques Consdérons une éconoe caractérsée par un arché de crédt où coexstent pluseurs nvestsseurs désrant fnancer leurs proets d nvestsseent entèreent ou partelleent par eprunt bancare. Les proets d nvestsseent sont de nveaux de rsque dfférents selon le type de l nvestsseur (de la fre). L nforaton sur les caractérstques des proets d nvestsseent est naccessble à la banque ou est accessble à un coût prohbtf. Néanons, la banque connaît les proportons des dfférents types de fres sur le arché. Elle aurat opté pour fnancer les proets les ons rsqués aélorant ses gans espérés. Toutefos, en présence d asyétre d nforaton sur le type de chaque fre la banque octroe des fnanceents sous la condton que ses gans espérés du fnanceent d un proet prs au hasard sont supéreurs au coût d opportunté de ses fonds. La banque étant le côté court du arché décde d opérer des écanses d austeent par les taux. Elle fat passer le taux d ntérêt débteur de d à d augentant ans le ontant à rebourser de R I di à R I di. Soent et deux types dfférents de fres dont les proets sont à espérance de gans dentques as le proet est plus rsqué que le proet. En effet, l événeent défavorable X R S est affecté d une probablté P X plus forte que la probablté P X de l événeent défavorable X R S. En êe teps, l événeent favorable X R S est caractérsé par une fable probablté relatveent à l évèneent X R S. Il est clar que la varaton du taux d ntérêt affecte les revenus lés aux événeents favorables. Plus fables seront leurs probabltés, ons réduts seront les revenus des nvestsseurs et plus crossants seront ceux des

6 6 Etudes en Econoe Islaque, Vol.6, No & banques. Au taux d leurs espérances de gan sont respectveent telles que : E et E X R S X X X 0 X R S (9) E SP X X R P X X R S X X X 0 X R S (0) E SP X X R P X Le revenu de la banque conventonnelle fnançant le proet, est donné par : X RS X X () B X S P X R P X X0 XRS Lorsque le taux d ntérêt attent le nveau d, les gans espérés des nvestsseurs devennent les suvants : X R S X X X0 XR S () E SP X X R P X Ces nveaux de gans espérés sont nféreurs à ceux obtenus au taux d. On peut donc penser que plus le taux débteur est élevé plus sont réduts les revenus espérés des fres. En effet, les varatons E des revenus 4 sont : X R S X X 0, (3) E S R R X R P X R R P X XR S XRS 4 Pour déonstraton, vor annexe.

7 Al Bele : Optalté du Mécanse de Ratonneent 7 La pratque de l austeent par les taux par la banque a pour prncpal obectf l aéloraton de ses gans en rédusant le nveau du rsque oyen du arché. Cependant l une des conséquences possbles est la sorte des fres les ons rsquées du arché de crédt, une évcton qu n est optale n pour la banque, n pour l éconoe. Pour llustrer notre rasonneent, supposons que les résultats aléatores X tels que 0 X R S peuvent être raenés dans l llustraton à leur oyenne X à la probablté P. De êe les résultats que R S X X peuvent être raenés à leur oyenne X réalsable avec la probablté P. Les caractérstques des fres et sont résuées dans le tableau suvant : X tels Fre de type Fre de type Flux de lqudté dstrbuton de probablté X X X X P P P P Les gans espérés de la fre, est le suvant : E SP X R P La varaton relatve à la hausse des taux débteurs de d à d est : E P R 0

8 8 Etudes en Econoe Islaque, Vol.6, No & On rearque que la dnuton du revenu est plus fable pour le proet le plus rsqué (ons élevé P ). Donc les fres qu sont de types rsqués sont peu exposées à l évcton. L évcton des fres les ons rsquées, en élevant le nveau de rsque oyen sur le arché, rédut à tere la rentablté du secteur bancare. L évcton n est donc pas optale. L exstence des cas de sélecton adverse dans le odèle bancare classque nous aène à penser qu l s agt d un problèe systéque lé aux fondeents êe du fnanceent bancare classque reposant sur l ntérêt qu n est pourtant n un déternant de l nvestsseent (Malnvaud, 984), n un nstruent d allocaton des ressources (Cone, 98 ; Enzler, Conrad & Johnson, 988). 3.. Le ratonneent dans les banques slaques Consdérons les êes hypothèses que précédeent as que, cette fos-c la fre, s adresse à une banque slaque qu accepte de la fnancer par la technque de partage des profts (au taux a, 0 a ) et des pertes (au taux s, 0 s ). Les gans espérés de la fre, et de la banque sont : X I X X (4) E s X I P X a X I P X X0 XI X I X X (5) B s X I P X a X I P X X0 XI Supposons que la banque entreprend un austeent en ouant sur la varaton des parts de rendeent. Pour une fre quelconque, les gans espérés avant et après la dnuton du taux de partage des profts de a a a sont : X I X X X0 XI (6) E s X I P X a X I P X X I X X X0 XI (7) E s X I P X a X I P X

9 Al Bele : Optalté du Mécanse de Ratonneent 9 Le fnanceent slaque étant fondé par essence sur le prncpe de partage des profts et des pertes, banque et fres ont des revenus non bornés supéreureent et, donc, ont des atttudes non opposées face au rsque. L effet d une basse de a est esuré par E tel que : X X 0 (8) E a a X I P X X I La basse de la part des fres dans les profts a pour effet de rédure les revenus des nvestsseurs. Plus ces revenus seront réduts, plus ls seront exposés à l évcton. Consdérons deux types dfférents de fres et, les fres sortent du arché avant les fres lorsque E E, c est-à-dre : X X X X X I P X X I P X (9) X I X I Cette négalté suppose que les fres sont plus rsquées 5. En fat, les espérances de gan des dfférents types de fre étant dentques, on aura évdeent une autre négalté : X I X I X I P X X I P X (0) X0 X 0 Cette double négalté plque que les flux de lqudtés obtenus de la se en œuvre du proet sont concentrés autour de leur oyenne alors que, pour le proet, ls sont dspersés. Les fres sortront donc du arché de crédt avant les fres pusqu elles sont plus rsquées. Le ratonneent entreprs par la banque slaque est donc optal et adet des effets postfs car l rédut le nveau de rsque oyen sur le arché et aélore la rentablté du secteur bancare. En effet, s la banque fnance une fre quelconque, elle aélore ses gans espérés de: 5 Pour la déonstraton des équatons (9) et (0), vor annexe3.

10 0 Etudes en Econoe Islaque, Vol.6, No & X I X I X I P X X I P X () X0 X 0 En fnançant donc les proets d nvestsseent, le secteur banque aélore ses revenus de: B B B 0 () où dénote la proporton des fres de type. Par alleurs, du fat de la sorte des fres, le secteur bancare accédera à un nveau de rentablté aéloré Illustratons et plcatons Les caractérstques des proets et, à savor, les opportuntés de rendeent et la dstrbuton de probablté qu y sont assocées, sont résuées dans le tableau suvant. On suppose que 70% des fres du arché sont de type et 30% de type. Le ontant des fonds propres exgés est de 30% du ontant d nvestsseent I qu se chffre à 0u. Fre de type Fre de type Flux de lqudté (0 6 FCFA) dstrbuton de probablté Supposons, dans un preer teps, que la part de rendeent de l nvestsseent réunérant l effort de l entrepreneur pour sa partcpaton à la se en œuvre du proet est égale à 0.7. La stuaton de syétre d nforaton plque l accès à l nforaton par les dfférents agents du arché de crédt. Ceux-c connassent donc, pour chaque proet d nvestsseent, ses caractérstques et donc les opportuntés de rendeent et les probabltés assocées. La banque et la fre peuvent, chacune en ce qu la concerne, évaluer ses gans espérés et arbtrer en 6 Vor annexe pour déonstraton.

11 Al Bele : Optalté du Mécanse de Ratonneent toute quétude pour une partcpaton ou non à la se en œuvre du proet. Les gans espérés des fres et de la banque slaque pour les deux types de proet d nvestsseent, nous obtenons 7 : E.4, B 0.6 et E.88, B 0.. Nous pouvons rearquer, en outre, que les proets d nvestsseent présentent des nveaux très varés de rsque. En effet les écarts-types assocés aux dfférents types de proet d nvestsseent sont de 0 et 4.9. Plus un proet est rsqué, eux sera réunérée la fre alors que le revenu de la banque est aéloré en absence du rsque. La banque fnancerat les proets d nvestsseent dans l ordre prortare suvant type, type s elle pouvat dentfer clareent le type, rsqué ou non, de chaque fre. La réalté du arché de crédt est caractérsée par l asyétre d nforaton et donc l naccessblté à la base de connassances énuérées c-dessus. Au eux, la banque peut accéder à cette base de connassances à un coût très souvent prohbtf en fasant recours à des organses spécalsés. Néanons, elle connaît par expérence qu l exste deux types de fres dont les proportons sont respectveent de 70%, et 30% pour les types et. Elle peut donc antcper un flux de gan espéré du fat du fnanceent d un proet d nvestsseent prs au hasard, sot : B 0.7B 0.3B Sur la base de cette estaton, la banque fnancera les fres sans dstncton lorsque le coût d opportunté de ses fonds est nféreur à qu représente le gan espéré oyen de la banque du fat du fnanceent d un proet d nvestsseent prs au hasard. Cependant, celle-c fat face à la caractérstque générale des archés de crédt où l offre des fonds est touours largeent nféreure à la deande. La banque étant le côté court, elle tentera d opérer un écanse d austeent par les taux. Elle optera dont pour une aéloraton de sa part dans le rendeent des nvestsseents qu elle va fnancer. Adettons dans un deuxèe teps, que la banque fat passer a 0.7 à a 0.4 aélorant ans sa part de a 0.3 à a 0.6 dans le 7 E E B B

12 Etudes en Econoe Islaque, Vol.6, No & rendeent. Les gans espérés de la banque et des fres selon les proets fnancés sont les suvants : E 0.8 ; B. ; E 0.9 ; B.08. Le processus d austeent opéré par la banque condut spleent à une nouvelle répartton des fruts de l nvestsseent qu deeure rentable pour la fre et pour la banque. Nous llustrons c le caractère "dérvé" du proft bancare dans le odèle slaque. Le ratonneent de crédt qu exste dans l nterédaton bancare slaque est donc très partculer pusqu l antent les rendeents touours postfs toutefos en aélorant nfnent le revenu de la banque auss longteps que l entrepreneur retrera une réunératon supéreure au coût d opportunté de ses fonds. Les fres de type qu étaent très rentables pour a 0.7 voent leur rentablté rédute de plus de 5% ( 43% pour les fres de type ). Le processus de ratonneent peut être poursuv pour a3 0. donnant les gans suvant : E 3 0.4, B 3.6, E 3 0.8, B 3.7. L évcton sera effectve s le coût d opportunté des fonds est supéreur à 9.33% et les fres de type seront les plus exposées. L évcton sera donc optale pusque les fres de type sont les plus rsquées. La rentablté du secteur bancare devendra donc égale à.6u contre 0.4u pour le secteur réel. La rentablté du secteur bancare devent confondue à la rentablté du fat du fnanceent des seuls proets, les fres de type étant vctes de l évcton. De êe, le taux de rentablté des secteurs productfs devent celu des fres. En outre, le rsque oyen du arché est égal au rsque oyen du fat de l exstence des seuls proets sur le arché de crédt et est donc nul. Dans une optque d analyse coparatve entre le systèe bancare classque et le systèe bancare slaque de fnanceent, supposons que les taux d ntérêt débteurs passent de 0% à 0%, consdérant que les deux types de fres font face, cette fos, à une banque classque qu exge un fonds de sureté de ontant3u. On obtent les gans espérés des entreprses et de la banque coe l sut 8 : - taux débteur de 0% : E, B, E, B. E B E B

13 Al Bele : Optalté du Mécanse de Ratonneent 3 - taux débteur de 0% : E 0, B, E 0.6, B.4. Ces varatons des gans espérés des agents du arché plquent la sorte des fres de type qu ne seront plus rentables au taux débteur de 0%. Elles sont vctes de l évcton par ant-sélecton. Ces fres de type sont pourtant les ons rsquées et les plus nobreuses sur le arché de crédt. Seules resteront les30% d entreprses de type avec leur plcaton sur l actvté éconoque, les banques étant antenant très exposées au rsque. En fat le rsque oyen passe de à 4.9. Le gan corrgé de la banque sera donc égal à celu obtenu du fnanceent des proets, sot.4u, nféreur au ontant 9 de.8u que la banque obtendrat s l n y avat pas évcton des fres. L évcton n est donc pas optale pusqu elle touche les fres les ons rsquées rédusant ans la rentablté du secteur bancare et augentant le nveau de rsque oyen du arché de crédt. 4. Concluson Le prncpal obectf poursuv dans ce traval a été de ontrer l optalté du écanse de ratonneent de crédt par les banques slaques contrareent à leurs hoologues classques où l condut à des équlbres sous optaux. Notre effort nous a pers de déontrer que le ratonneent qu est une condton nécessare et suffsante pour l accès à la parfate nforaton par la banque slaque, n est n nécessare, n suffsant pour les banques conventonnelles en présence des proets aux rsques varés. Le ratonneent par les taux n est effcace pour les banques conventonnelles que lorsque tous les proets d nvestsseent sont caractérsés par un êe nveau de rsque. Les agents du arché de crédt auront pour unque crtère d arbtrage leurs gans espérés qu ls vont confronter au coût d opportunté de leur an d œuvre et de leurs captaux respectveent pour les entrepreneurs et les banques. Le prncpal ensegneent de ce odèle est que, en présence d asyétre d nforaton, les banques slaques devraent recourr effcaceent aux écanses de ratonneent en révsant à la hausse leur part B 0.7B 0.3B

14 4 Etudes en Econoe Islaque, Vol.6, No & dans les rendeents des nvestsseents fnancés. L évcton conséquente sera optale, contrareent à ce qu est observé dans le odèle bancare classque. Références Al B., 0, Rsques Asyétrques Spécfques aux Banques Islaques et leurs Iplcatons sur la Stablté, Edtons Unverstares Européennes. Cho Y. J., Ineffcences fro Fnancal lberalzaton n absence of well Functonng Equty Maret, Journal of Money, Credt and Banng, Volue 8, No., 986. Eboué C., 990, Les Effets Macroéconoques de la Répresson Fnancère dans les Pays en Développeent, Econoe Applqué, toe LXIII, No.4 P.93-. Elgar M., 003, Credt rs n Islac banng and fnance, Islac Econoc Studes, Vol. 0, No.. Fsher I., 937, 00% Money, Cty Buldng Copany, New-Haven. Khan M., 989, Towards an «Interest-Free» Islac Econoc Syste, a Theoretcal Analyss of Prohbtng Debt Fnancng, The Islac Foundaton, Lecester, U.K.. Khan T. & Ahed H., 00, La Geston des Rsques: Analyse de Certans Aspects lés à l Industre de la Fnance Islaque, IIRF-BID. Malnvaud E., Proftablty and Uneployent, Cabrdge Unversty Press, 984. Rothshld and Stgltz J.E.,970, Increasng Rs: I, A Defnton, Journal of Econoc Theory, Vol.. Stgltz J. & Wess A., 98, Credt Ratonng Marets wth Iperfect Inforaton, Aercan Econoc Revew, Vol.7, No. 3.

15 Al Bele : Optalté du Mécanse de Ratonneent 5 Annexe: Effets d une hausse du taux d ntérêt sur les revenus des fres dans le cas de fnanceent classque X RS X X X R S X X E SP( X, W ) ( X R ) P( X, W ) SP( X, W ) ( X R ) P X 0 X RS X 0 X R S Or on peut avor : X R S X R S X R S SP( X, W ) SP( X, W ) SP( X, W ) X 0 X 0 X R S De êe : X X X X ( X R ) P( X, W ) ( X R R R ) P( X, W ) X RS X RS X X X X ( X R ) P( X, W ) ( R R ) P( X, W ) X RS X RS X X X R S X X ( X R ) P( X, W ) ( X R ) P( X, W ) ( R R ) P( X, W ) X R S X R S X R S D où : X RS X RS XX E SP( X, W ) ( X R ) P( X, W ) ( R R ) P( X, W ) X R S X R S X R S X R S XX,, X R S P X W R R P X W X R S X RS Les deux expressons étant négatves, alors : E 0.

16 6 Etudes en Econoe Islaque, Vol.6, No & Annexe : Evcton des Fres et Varaton de la Rentablté du Secteur Bancare Islaque c B B la varaton du revenu du secteur bancare est la varaton obtenue en fnançant les fres de type unqueent, les fres de type étant sortes du arché. c B B, pusque désoras les fres de type représentent la totalté des fres sur le arché après la sorte des fres de type. En effet : B B B B Déonstraton : On sat que Or B Conséquence : B B B B B B plque que B B et donc : B B B B. B B B pusque Annexe3 : Déonstraton des Relatons (9) et (0) Les équatons (9) et (0) sont vraes lorsque les proets sont rsqués. S est plus rsqué que, on aura : X X et P P ; de êe X X et P P avecx X X X X D où < X < X < X et P < P < P < P, s et seuleent s (rsque préservant la oyenne) : XX X X,, X P X W X P X W X0 X 0

17 Al Bele : Optalté du Mécanse de Ratonneent 7 On aura donc les négaltés suvantes: XX X X,, X P X W X P X W X I X I X I X I,, X P X W X P X W X0 X 0 et Et, en prenant en copte les charges d nvestsseent I, on obtent : XX X X X I P X, W X I P X, W XI X I X I X I X I P X, W X I P X, W X0 X 0 et qu sont les équatons (9) et (0

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire Assurance malade et aléa de moralté ex-ante : L ncdence de l hétérogénété de la perte santare Davd Alary 1 et Franck Ben 2 Cet artcle examne l ncdence de l hétérogénété de la perte santare sur les contrats

Plus en détail

Les jeunes économistes

Les jeunes économistes Chaptre1 : les ntérêts smples 1. défnton et calcul pratque : Défnton : Dans le cas de l ntérêt smple, le captal reste nvarable pendant toute la durée du prêt. L emprunteur dot verser, à la fn de chaque

Plus en détail

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations Contrats prévoyance des TNS : Clarfer les règles pour sécurser les prestatons Résumé de notre proposton : A - Amélorer l nformaton des souscrpteurs B Prévor plus de souplesse dans l apprécaton des revenus

Plus en détail

Remboursement d un emprunt par annuités constantes

Remboursement d un emprunt par annuités constantes Sére STG Journées de formaton Janver 2006 Remboursement d un emprunt par annutés constantes Le prncpe Utlsaton du tableur Un emprunteur s adresse à un prêteur pour obtenr une somme d argent (la dette)

Plus en détail

Prêt de groupe et sanction sociale Group lending and social fine

Prêt de groupe et sanction sociale Group lending and social fine Prêt de roupe et sancton socale Group lendn and socal fne Davd Alary Résumé Dans cet artcle, nous présentons un modèle d antsélecton sur un marché concurrentel du crédt. Nous consdérons l ntroducton de

Plus en détail

Chapitre 6. Economie ouverte :

Chapitre 6. Economie ouverte : 06/2/202 Chaptre 6. Econome ouverte : le modèle Mundell Flemng Elsabeth Cudevlle Le développement des échanges nternatonaux (bens et servces et flux fnancers) a rendu fortement nterdépendantes les conjonctures

Plus en détail

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes EH SmartVew Servces en lgne Euler Hermes Identfez vos rsques et vos opportuntés Plotez votre assurance-crédt www.eulerhermes.be Les avantages d EH SmartVew L expertse Euler Hermes présentée de manère clare

Plus en détail

Ecole Polytechnique de Montréal C.P. 6079, succ. Centre-ville Montréal (QC), Canada H3C3A7 lucas.greze@polymtl.ca robert.pellerin@polymtl.

Ecole Polytechnique de Montréal C.P. 6079, succ. Centre-ville Montréal (QC), Canada H3C3A7 lucas.greze@polymtl.ca robert.pellerin@polymtl. CIGI 2011 Processus d accélératon de proets sous contrantes de ressources avec odes de chevaucheent LUCAS GREZE 1, ROBERT PELLERIN 1, PATRICE LECLAIRE 2 1 CHAIRE DE RECHERCHE JARISLOWSKY/SNC-LAVALIN EN

Plus en détail

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks Plan Geston des stocks Abdellah El Fallah Ensa de Tétouan 2011 Les opératons de gestons des stocks Les coûts assocés à la geston des stocks Le rôle des stocks Modèle de la quantté économque Geston calendare

Plus en détail

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social Drgeant de SAS : Lasser le chox du statut socal Résumé de notre proposton : Ouvrr le chox du statut socal du drgeant de SAS avec 2 solutons possbles : apprécer la stuaton socale des drgeants de SAS comme

Plus en détail

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD Conservatore atonal des Arts et Méters Chare de BAQUE Document de recherche n 9 Impôt sur la fortune et nvestssement dans les PME Professeur Dder MAILLARD Avertssement ovembre 2007 La chare de Banque du

Plus en détail

Chapitre 3 : Incertitudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES. Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre 3.

Chapitre 3 : Incertitudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES. Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre 3. Chaptre 3 : Incerttudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES Lgnes drectrces 2006 du GIEC pour les nventares natonaux de gaz à effet de serre 3.1 Volume 1 : Orentatons générales et établssement des rapports Auteurs

Plus en détail

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe Méthodologe CDC Clmat Recherche puble chaque mos, en collaboraton avec Clmpact Metnext, Tendances Carbone, le bulletn mensuel d nformaton sur le marché européen du carbone (EU ETS). L obectf de cette publcaton

Plus en détail

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria.

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria. 1 CAS nédt d applcaton sur les normes IAS/IFRS Coût amort sur oblgatons à taux varable ou révsable La socété Plumera présente ses comptes annuels dans le référentel IFRS. Elle détent dans son portefeulle

Plus en détail

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES Émle Garca, Maron Le Cam et Therry Rocher MENESR-DEPP, bureau de l évaluaton des élèves Cet artcle porte sur les méthodes de

Plus en détail

Étranglement du crédit, prêts bancaires et politique monétaire : un modèle d intermédiation financière à projets hétérogènes

Étranglement du crédit, prêts bancaires et politique monétaire : un modèle d intermédiation financière à projets hétérogènes Étranglement du crédt, prêts bancares et poltque monétare : un modèle d ntermédaton fnancère à projets hétérogènes Mngwe Yuan et Chrstan Zmmermann Introducton et objet de l étude Par étranglement du crédt

Plus en détail

Le théorème du viriel

Le théorème du viriel Le théorème du vrel On se propose de démontrer le théorème du vrel de deux manères dfférentes. La premère fat appel à deux "trcks" qu l faut vor. Cette preuve met en avant une quantté, notée S c, qu permet

Plus en détail

Mesure avec une règle

Mesure avec une règle Mesure avec une règle par Matheu ROUAUD Professeur de Scences Physques en prépa, Dplômé en Physque Théorque. Lycée Alan-Fourner 8000 Bourges ecrre@ncerttudes.fr RÉSUMÉ La mesure d'une grandeur par un système

Plus en détail

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE?

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? Boulanger Frédérc Avanssur, Groupe AXA 163-167, Avenue Georges Clémenceau 92742 Nanterre Cedex France Tel: +33 1 46 14 43

Plus en détail

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain.

Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amiens.fr/pedagogie/maths/new/ue2007/synthese_atelier_annette_alain. Pour ce problème, une analyse est proposée à l adresse : http://www.ac-amens.fr/pedagoge/maths/new/ue2007/synthese_ateler_annette_alan.pdf 1 La règle du jeu Un drecteur de casno se propose d nstaller le

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR ERIC LÉVESQUE JANVIER

Plus en détail

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage Fche n 7 : Vérfcaton du débt et de la vtesse par la méthode de traçage 1. PRINCIPE La méthode de traçage permet de calculer le débt d un écoulement ndépendamment des mesurages de hauteur et de vtesse.

Plus en détail

ÉLÉMENTS DE THÉORIE DE L INFORMATION POUR LES COMMUNICATIONS.

ÉLÉMENTS DE THÉORIE DE L INFORMATION POUR LES COMMUNICATIONS. ÉLÉMETS DE THÉORIE DE L IFORMATIO POUR LES COMMUICATIOS. L a théore de l nformaton est une dscplne qu s appue non seulement sur les (télé-) communcatons, mas auss sur l nformatque, la statstque, la physque

Plus en détail

Recherche universitaire et crédits d impôt pour R-D

Recherche universitaire et crédits d impôt pour R-D Fscalté Recherche unverstare et crédts d mpôt pour R-D Le 27 novembre 2001 Nancy Avone, CA Inctatfs fscaux à la R-D très généreux dsponbles Étude du Conference Board du Canada en 1998 Québec Jurdcton au

Plus en détail

Généralités sur les fonctions 1ES

Généralités sur les fonctions 1ES Généraltés sur les fonctons ES GENERALITES SUR LES FNCTINS I. RAPPELS a. Vocabulare Défnton Une foncton est un procédé qu permet d assocer à un nombre x appartenant à un ensemble D un nombre y n note :

Plus en détail

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES I. Concepts généraux. Le référentel précse : Cette parte du module M4 «Acquérr des outls mathématques de base nécessares à l'analyse de données économques» est en relaton avec

Plus en détail

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction -

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction - EXAME FIAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSIO 1 - Correcton - Exercce 1 : 1) Consdérons une entreprse E comportant deux établssements : E1 et E2 qu emploent chacun 200 salarés. Au sen de l'établssement

Plus en détail

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques Qu est ce que le clusterng? analyse de clusterng regroupement des obets en clusters un cluster : une collecton d obets smlares au sen d un même cluster dssmlares au obets appartenant à d autres clusters

Plus en détail

Performances de la classification par les Séparateurs à Vaste Marge (SVM): application au diagnostic vibratoire automatisé

Performances de la classification par les Séparateurs à Vaste Marge (SVM): application au diagnostic vibratoire automatisé 4th Internatonal Conference on Coputer Integrated Manufacturng CIP 2007 03-04 Noveber 2007 Perforances de la classfcaton par les Séparateurs à Vaste Marge (SVM): applcaton au dagnostc vbratore autoatsé

Plus en détail

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix?

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix? Note méthodologque Tratements hebdomadares Questlemonscher.com Quelle méthode de collecte de prx? Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaE onsel, socété d études et d analyses statstques

Plus en détail

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF 1 LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régme») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF AVIS AUX RETRAITÉS ET AUX PARTICIPANTS AVEC DROITS ACQUIS DIFFÉRÉS Expédteurs

Plus en détail

Modélisations du risque en assurance automobile. Michel Grun-Rehomme Université Paris 2 et Ensae Email: grun@ensae.fr

Modélisations du risque en assurance automobile. Michel Grun-Rehomme Université Paris 2 et Ensae Email: grun@ensae.fr Modélsatons du rsque en assurance automoble Mchel Grun-Rehomme Unversté Pars 2 et Ensae Emal: grun@ensae.fr 1 Modélsatons du rsque en assurance automoble La snstralté est mesurée en terme de fréquence

Plus en détail

Prêts bilatéraux et réseaux sociaux

Prêts bilatéraux et réseaux sociaux Prêts blatéraux et réseaux socaux Quand la sous-optmalté condut au ben-être collectf Phlppe Callou, Frederc Dubut et Mchele Sebag LRI, Unverste Pars Sud F-91405 Orsay France {callou;dubut;sebag}@lr.fr

Plus en détail

Dynamique du point matériel

Dynamique du point matériel Chaptre III Dynaqe d pont atérel I Généraltés La cnéatqe a por objet l étde des oveents des corps en foncton d teps, sans tenr copte des cases q les provoqent La dynaqe est la scence q étde (o déterne)

Plus en détail

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle»

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle» Evaluaton des projets et estmaton des coûts Le budget d un projet est un élément mportant dans l étude d un projet pusque les résultats économques auront un mpact sur la réalsaton ou non et sur la concepton

Plus en détail

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h.

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h. A2 Analyser le système Converson statque de l énerge Date : Nom : Cours 2 h 1 Introducton Un ConVertsseur Statque d énerge (CVS) est un montage utlsant des nterrupteurs à semconducteurs permettant par

Plus en détail

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA

LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Observatore Economque et Statstque d Afrque Subsaharenne LA RENOVATION DE L INDICE HARMONISE DES PRIX A LA CONSOMMATION DANS LA ZONE UEMOA Une contrbuton à la réunon commune CEE/BIT sur les ndces des prx

Plus en détail

Montage émetteur commun

Montage émetteur commun tour au menu ontage émetteur commun Polarsaton d un transstor. ôle de la polarsaton La polarsaton a pour rôle de placer le pont de fonctonnement du transstor dans une zone où ses caractérstques sont lnéares.

Plus en détail

SIMULATION D UN JET TURBULENT POUR LE REFROIDISSEMENT DES AUBES DE TURBINE

SIMULATION D UN JET TURBULENT POUR LE REFROIDISSEMENT DES AUBES DE TURBINE 10 ème Sémnare Internatonal sur la Physque Energétque 10 th Internatonal Meetng on Energetcal Physcs SIMULAION D UN JE URBULEN POUR LE REFROIDISSEMEN DES AUBES DE URBINE Bounegta Bachr 1, Abdelarm Maamar

Plus en détail

Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actifs non préemptifs

Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actifs non préemptifs Un protocole de tolérance aux pannes pour objets actfs non préemptfs Françose Baude Dens Caromel Chrstan Delbé Ludovc Henro Equpe Oass, INRIA - CNRS - I3S 2004, route des Lucoles F-06902 Sopha Antpols

Plus en détail

Équilibre partiel et optimalité en situation de concurrence

Équilibre partiel et optimalité en situation de concurrence Chaptre 1 Éulbre partel et optmalté en stuaton de concurrence Au terme de ce chaptre, vous saurez : calculer les prx et les uanttés d éulbre ; caractérser les dfférents surplus ; défnr la noton de perte

Plus en détail

IDEI Report # 18. Transport. December 2010. Elasticités de la demande de transport ferroviaire: définitions et mesures

IDEI Report # 18. Transport. December 2010. Elasticités de la demande de transport ferroviaire: définitions et mesures IDEI Report # 18 Transport December 2010 Elastctés de la demande de transport ferrovare: défntons et mesures Elastctés de la demande de transport ferrovare : Défntons et mesures Marc Ivald Toulouse School

Plus en détail

Exercices d Électrocinétique

Exercices d Électrocinétique ercces d Électrocnétque Intensté et densté de courant -1.1 Vtesse des porteurs de charges : On dssout une masse m = 20g de chlorure de sodum NaCl dans un bac électrolytque de longueur l = 20cm et de secton

Plus en détail

MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES

MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Un Peuple - Un But Une Fo MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES Document de traval N 03 GESTION DU RISQUE DE CREDIT ET FINANCEMENT DES ECONOMIES DE

Plus en détail

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait Edtons ENI Project 2010 Collecton Référence Bureautque Extrat Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf

Plus en détail

COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION

COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION DE LA NON-RÉPONSE TOTALE : MÉTHODE DES SCORES ET SEGMENTATION Émle Dequdt, Benoît Busson 2 & Ncolas Sgler 3 Insee, Drecton régonale des Pays de la Lore, Servce

Plus en détail

Page 5 TABLE DES MATIÈRES

Page 5 TABLE DES MATIÈRES Page 5 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE I LES POURCENTAGES 1. LES OBJECTIFS 12 2. LES DÉFINITIONS 14 1. La varaton absolue d'une grandeur 2. La varaton moyenne d'une grandeur (par unté de temps) 3. Le coeffcent

Plus en détail

Afflux de capitaux, taux de change réel et développement financier : évidence empirique pour les pays du Maghreb

Afflux de capitaux, taux de change réel et développement financier : évidence empirique pour les pays du Maghreb Global Journal of Management and Busness Research Volume Issue Verson.0 November 20 Type: Double Blnd Peer Revewed Internatonal Research Journal Publsher: Global Journals Inc. (USA) Onlne ISSN: 2249-4588

Plus en détail

Le Prêt Efficience Fioul

Le Prêt Efficience Fioul Le Prêt Effcence Foul EMPRUNTEUR M. Mme CO-EMPRUNTEUR M. Mlle Mme Mlle (CONJOINT, PACSÉ, CONCUBIN ) Départ. de nass. Nature de la pèce d dentté : Natonalté : CNI Passeport Ttre de séjour N : Salaré Stuaton

Plus en détail

TD 1. Statistiques à une variable.

TD 1. Statistiques à une variable. Danel Abécasss. Année unverstare 2010/2011 Prépa-L1 TD de bostatstques. Exercce 1. On consdère la sére suvante : TD 1. Statstques à une varable. 1. Calculer la moyenne et l écart type. 2. Calculer la médane

Plus en détail

DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS

DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS Le cabnet Enetek nous démontre les mpacts négatfs de la multplcaton des stocks qu au leu d amélorer le taux de servce en se rapprochant du clent, le dégradent

Plus en détail

Cerveau & management NOVIAL - 2008 Diapositive N 1

Cerveau & management NOVIAL - 2008 Diapositive N 1 CERVEAU et MANAGEMENT Cerveau & management NOVIAL - 2008 Dapostve N 1 Connaître sa ou ses partes domnantes Nourrr les autres partes Savor fonctonner sur ses 4 cerveaux Cerveau & management NOVIAL - 2008

Plus en détail

La détérioration des termes de l échange 1 Bernard Conte 2002

La détérioration des termes de l échange 1 Bernard Conte 2002 La détérioration des teres de l échange des pays du Sud Bernard Conte el : conte@u-bordeau4.fr site web : http://conte.u-bordeau4.fr Les pays du Sud seraient inéluctableent frappés par la détérioration

Plus en détail

Définition des tâches

Définition des tâches Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf du projet. Elles représentent de ce fat, les éléments

Plus en détail

1. Les enjeux de la prévision du risque de défaut de paiement

1. Les enjeux de la prévision du risque de défaut de paiement Scorng sur données d entreprses : nstrument de dagnostc ndvduel et outl d analyse de portefeulle d une clentèle Mrelle Bardos Ancen chef de servce de l Observatore des entreprses de la Banque de France

Plus en détail

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques Revue des Energes Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (007) 109 114 Système solare combné Estmaton des besons énergétques R. Kharch 1, B. Benyoucef et M. Belhamel 1 1 Centre de Développement des Energes Renouvelables

Plus en détail

Centre d Analyse Théorique et de Traitement des données économiques

Centre d Analyse Théorique et de Traitement des données économiques Centre d Analyse Théorque et de Tratement des données économques CATT WP No. 5 Aprl 2013 TRANSFERT DE FONDS, EDUCATION ET TRAVAIL DES ENFANTS. UNE ANALYSE PAR SCORE DE PROPENSION Jamal BOUOIYOUR Amal MIFTAH

Plus en détail

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises Les détermnants de la détenton et de l usage de la carte de débt : une analyse emprque sur données ndvduelles françases Davd Boune a, Marc Bourreau a,b et Abel Franços a,c a Télécom ParsTech, Département

Plus en détail

Série A Septembre 2008

Série A Septembre 2008 Sére A Septembre 2008 Sommare Notce avec encadré* 3 Annexe à la Notce 17 UFEP : extrat des statuts 27 *Cet encadré a pour objet d attrer l attenton de l adhérent sur certanes dspostons essentelles de la

Plus en détail

santé Les arrêts de travail des séniors en emploi

santé Les arrêts de travail des séniors en emploi soldarté et DOSSIERS Les arrêts de traval des sénors en emplo N 2 2007 Les sénors en emplo se dstnguent-ls de leurs cadets en termes de recours aux arrêts de traval? Les sénors ne déclarent pas plus d

Plus en détail

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises Les détermnants de la détenton et de l usage de la carte de débt : une analyse emprque sur données ndvduelles françases Davd Boune Marc Bourreau Abel Franços Jun 2006 Département Scences Economques et

Plus en détail

UNE ETUDE ECONOMÉTRIQUE DU NOMBRE D ACCIDENTS

UNE ETUDE ECONOMÉTRIQUE DU NOMBRE D ACCIDENTS BRUSSELS ECONOMIC REVIEW - CAHIERS ECONOMIQUES DE BRUXELLES VOL. 49 - N 2 SUMMER 2006 UNE ETUDE ECONOMÉTRIQUE DU NOMBRE D ACCIDENTS DANS LE SECTEUR DE L ASSURANCE AUTOMOBILE* MARÍA DEL CARMEN MELGAR**

Plus en détail

Distripost. Création 7 Caractéristiques du produit et options 7. Préparation de vos envois 8 Conditionnement 8

Distripost. Création 7 Caractéristiques du produit et options 7. Préparation de vos envois 8 Conditionnement 8 Dstrpost Quo, où et comment? 1 1. Qu est-ce que Dstrpost? 1 2. Quels chox s offrent à vous pour la dstrbuton de vos envos Dstrpost? 1 2.1. Tout le monde reçot-l mon envo toutes-boîtes dans la zone sélectonnée?

Plus en détail

Chapitre IV : Inductance propre, inductance mutuelle. Energie électromagnétique

Chapitre IV : Inductance propre, inductance mutuelle. Energie électromagnétique Spécale PSI - Cours "Electromagnétsme" 1 Inducton électromagnétque Chaptre IV : Inductance propre, nductance mutuelle. Energe électromagnétque Objectfs: Coecents d nductance propre L et mutuelle M Blan

Plus en détail

Parlons. retraite. au service du «bien vieillir» L Assurance retraite. en chiffres* 639 192 retraités payés pour un montant de 4,2 milliards d euros

Parlons. retraite. au service du «bien vieillir» L Assurance retraite. en chiffres* 639 192 retraités payés pour un montant de 4,2 milliards d euros Édton Pays de la Lore Parlons La lettre aux retratés du régme général de la Sécurté socale 2012 retrate L Assurance retrate en chffres* 12,88 mllons de retratés 17,58 mllons de cotsants 346 000 bénéfcares

Plus en détail

La Quantification du Risque Opérationnel des Institutions Bancaires

La Quantification du Risque Opérationnel des Institutions Bancaires HEC Montréal Afflée à l Unversté de Montréal La Quantfcaton du Rsque Opératonnel des Insttutons Bancares par Hela Dahen Département Fnance Thèse présentée à la Faculté des études supéreures en vue d obtenton

Plus en détail

Calcul de tableaux d amortissement

Calcul de tableaux d amortissement Calcul de tableaux d amortssement 1 Tableau d amortssement Un emprunt est caractérsé par : une somme empruntée notée ; un taux annuel, en %, noté ; une pérodcté qu correspond à la fréquence de remboursement,

Plus en détail

Christine Steinbach. Décembre 2005. Christine Steinbach est animatrice communautaire aux Equipes Populaires, en charge des missions d'étude.

Christine Steinbach. Décembre 2005. Christine Steinbach est animatrice communautaire aux Equipes Populaires, en charge des missions d'étude. Queston de Queston de Décembre 2005 Chrstne Stenbach Quelques lgnes d'ntro La lbéralsaton des secteurs du gaz et de l'électrcté se profle à l'horzon 2007 en Régon wallonne. La mse en concurrence de la

Plus en détail

Prise en compte des politiques de transport dans le choix des fournisseurs

Prise en compte des politiques de transport dans le choix des fournisseurs INSTITUT NATIONAL POLYTECHNIQUE DE GRENOBLE N attrbué par la bblothèque THÈSE Pour obtenr le grade de DOCTEUR DE L I.N.P.G. Spécalté : Géne Industrel Préparée au Laboratore d Automatque de Grenoble Dans

Plus en détail

Analyse des Performances et Modélisation d un Serveur Web

Analyse des Performances et Modélisation d un Serveur Web SETIT 2009 5 th Internatonal Conference: Scences of Electronc, Technologes of Informaton and Telecommuncatons March 22-26, 2009 TUNISIA Analyse des Performances et Modélsaton d un Serveur Web Fontane RAFAMANTANANTSOA*,

Plus en détail

EURIsCO. Cahiers de recherche. Cahier n 2008-05. L épargne des ménages au Maroc : Une analyse macroéconomique et microéconomique.

EURIsCO. Cahiers de recherche. Cahier n 2008-05. L épargne des ménages au Maroc : Une analyse macroéconomique et microéconomique. Cahers de recherche EURIsCO Caher n 2008-05 L épargne des ménages au Maroc : Une analyse macroéconomque et mcroéconomque Rapport d étude Najat El Mekkaou de Fretas (coordnateur) Eursco Unversté Pars Dauphne

Plus en détail

Le Prêt Efficience Gaz

Le Prêt Efficience Gaz Le Prêt Effcence Gaz (FICHE DE SOLVABILITÉ) À COMPLÉTER INTÉGRALEMENT EMPRUNTEUR M. Mme Mlle CO-EMPRUNTEUR M. Mme Mlle (CONJOINT, PACSÉ, CONCUBIN ) Nom : Prénom : Nom de jeune flle (pour les femmes marées)

Plus en détail

Études & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION. Consommation de carburant : effets des prix à court et à long termes par type de population.

Études & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION. Consommation de carburant : effets des prix à court et à long termes par type de population. COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 40 Avrl 20 TRANSPORT Études & documents Consommaton de carburant : effets des prx à court et à long termes par type de populaton ÉCONOMIE ET ÉVALUATION Servce

Plus en détail

TABLE DES MATIERES CONTROLE D INTEGRITE AU SEIN DE LA RECHERCHE LOCALE DE LA POLICE LOCALE DE BRUXELLES-CAPITALE/IXELLES (DEUXIEME DISTRICT) 1

TABLE DES MATIERES CONTROLE D INTEGRITE AU SEIN DE LA RECHERCHE LOCALE DE LA POLICE LOCALE DE BRUXELLES-CAPITALE/IXELLES (DEUXIEME DISTRICT) 1 TABLE DES MATIERES CONTROLE D INTEGRITE AU SEIN DE LA RECHERCHE LOCALE DE LA POLICE LOCALE DE BRUXELLES-CAPITALE/IXELLES (DEUXIEME DISTRICT) 1 1. PROBLEMATIQUE 1 2. MISSION 1 3. ACTES D ENQUETE 2 4. ANALYSE

Plus en détail

STATISTIQUE AVEC EXCEL

STATISTIQUE AVEC EXCEL STATISTIQUE AVEC EXCEL Excel offre d nnombrables possbltés de recuellr des données statstques, de les classer, de les analyser et de les représenter graphquement. Ce sont prncpalement les tros éléments

Plus en détail

1.0 Probabilité vs statistique...1. 1.1 Expérience aléatoire et espace échantillonnal...1. 1.2 Événement...2

1.0 Probabilité vs statistique...1. 1.1 Expérience aléatoire et espace échantillonnal...1. 1.2 Événement...2 - robabltés - haptre : Introducton à la théore des probabltés.0 robablté vs statstque.... Expérence aléatore et espace échantllonnal.... Événement.... xomes défnton de probablté..... Quelques théorèmes

Plus en détail

hal-00409942, version 1-14 Aug 2009

hal-00409942, version 1-14 Aug 2009 Manuscrt auteur, publé dans "MOSIM' 008, Pars : France (008)" 7 e Conférence Francophone de MOdélsaton et SIMulaton - MOSIM 08 - du mars au avrl 008 - Pars - France «Modélsaton, Optmsaton et Smulaton des

Plus en détail

Documents de travail. «La taxe Tobin : une synthèse des travaux basés sur la théorie des jeux et l économétrie» Auteurs

Documents de travail. «La taxe Tobin : une synthèse des travaux basés sur la théorie des jeux et l économétrie» Auteurs Documents de traval «La taxe Tobn : une synthèse des travaux basés sur la théore des jeux et l économétre» Auteurs Francs Bsmans, Olver Damette Document de Traval n 2012-09 Jullet 2012 Faculté des scences

Plus en détail

AZOTES ET D'ENGRAIS PHOSPHATES EN RIZIERE.

AZOTES ET D'ENGRAIS PHOSPHATES EN RIZIERE. 1122 86..-. COMPARASON DE DVERSES NATURES D'ENGRAS. _.. AZOTES ET D'ENGRAS PHOSPHATES EN RZERE.,... 3, Par P. ROCHE ': J. VEY - EGO CHAN BANG Dvson Agrologe Servce Agronome.R.A.M...*...., NTRODUCTON Un

Plus en détail

FORMATION DOCTORALE EN INFORMATIQUE THESE. présentée en vue de l obtention du Doctorat en Informatique. par

FORMATION DOCTORALE EN INFORMATIQUE THESE. présentée en vue de l obtention du Doctorat en Informatique. par UNIVERSITE DE TUNIS EL MANAR FACULTE DES SCIENCES DE TUNIS INSTITUT NATIONAL DES SCIENCES APPLIQUEES DE LYON FORMATION DOCTORALE EN INFORMATIQUE THESE présentée en vue de l obtenton du Doctorat en Informatque

Plus en détail

Une analyse économique et expérimentale de la fraude à l assurance et de l audit

Une analyse économique et expérimentale de la fraude à l assurance et de l audit Une analyse économque et expérmentale de la fraude à l assurance et de l audt Sameh Borg To cte ths verson: Sameh Borg. Une analyse économque et expérmentale de la fraude à l assurance et de l audt. Economes

Plus en détail

MEMOIRE. Présenté au département des sciences de la matière Faculté des sciences

MEMOIRE. Présenté au département des sciences de la matière Faculté des sciences REPUBLIQUE LERIEN DEMOCRTIQUE ET POPULIRE Mnstère de l ensegnement supéreur et de la recherche scentfque Unversté El-Hadj Lakhdar-BTN- MEMOIRE Présenté au département des scences de la matère Faculté des

Plus en détail

Intégration financière et croissance économique : évidence empirique dans. la région MENA

Intégration financière et croissance économique : évidence empirique dans. la région MENA Décembre 2011 Volume 6, No.2 (pp. 115-131) Zouher Abda Revue Congolase d Econome Intégraton fnancère et crossance économque : évdence emprque dans la régon MENA Zouher ABIDA * Résumé: L objectf de cet

Plus en détail

Somfy Box. Activation de l option io et programmation de vos produits io

Somfy Box. Activation de l option io et programmation de vos produits io Somfy Box Actvaton de l opton o et programmaton de vos produts o Sommare Pré-requs pour la programmaton de produts o sur la Somfy Box 1 Harmonser la clé système 1 Qu est-ce que la clé système? 1 Dans quel

Plus en détail

Table des Matières RÉSUMÉ ANALYTIQUE... 1 I. CONTEXTE... 2 1. La dette publique du Gouvernement... 2 2. Contexte institutionnel de gestion de la

Table des Matières RÉSUMÉ ANALYTIQUE... 1 I. CONTEXTE... 2 1. La dette publique du Gouvernement... 2 2. Contexte institutionnel de gestion de la Out ld éval uat on del aper f or manceen mat èr e degest on del adet t e (empa) Maur t an a Mar s2011 LeeMPA estunemét hodol og epouréval uerl aper f or manceenmat èr edegest on del adet t eàt r aver sunensembl

Plus en détail

Impact de l assurance maladie formelle sur l utilisation des services de santé au Bénin

Impact de l assurance maladie formelle sur l utilisation des services de santé au Bénin Impact de l assurance malade formelle sur l utlsaton des servces de santé au Bénn ZOUNMENOU Yédjannavo Alexandre, 06 BP : 3511 Cotonou Tél : (+229) 97 32 95 90 / 94 96 84 84 E-mal : zalexy007@yahoo.fr

Plus en détail

L enseignement virtuel dans une économie émergente : perception des étudiants et perspectives d avenir

L enseignement virtuel dans une économie émergente : perception des étudiants et perspectives d avenir L ensegnement vrtuel dans une économe émergente : percepton des étudants et perspectves d avenr Hatem Dellag Laboratore d Econome et de Fnances applquées Faculté des scences économques et de geston de

Plus en détail

Amélioration des Délais dans les Réseaux à Débits Garantis pour des Flux Temps-Réel Sous Contrainte «(m,k)-firm»

Amélioration des Délais dans les Réseaux à Débits Garantis pour des Flux Temps-Réel Sous Contrainte «(m,k)-firm» Améloraton des Délas dans les Réseaux à Débts Garants pour des Flux Temps-Réel Sous Contrante «(m,k)-frm» Résumé : Koubâa Ans, Yé-Qong Song LORIA UHP Nancy 1 - INPL - INRIA Lorrane 2, av. de la Forêt de

Plus en détail

VIELLE Marc. CEA-IDEI Janvier 1998. 1 La nomenclature retenue 3. 2 Vue d ensemble du modèle 4

VIELLE Marc. CEA-IDEI Janvier 1998. 1 La nomenclature retenue 3. 2 Vue d ensemble du modèle 4 GEMINI-E3 XL France Un outl destné à l étude des mpacts ndustrels de poltques énergétques et envronnementales VIELLE Marc CEA-IDEI Janver 1998 I LA STRUCTURE DU MODELE GEMINI-E3 XL FRANCE 3 1 La nomenclature

Plus en détail

ACTE DE PRÊT HYPOTHÉCAIRE

ACTE DE PRÊT HYPOTHÉCAIRE - 1 - ACTE DE PRÊT HYPOTHÉCAIRE 5453F QC FR-2010/01 Taux fxe Le. Devant M e, notare soussgné pour la provnce de Québec, exerçant à. ONT COMPARU : ET : (C-après parfos appelé dans le présent Acte l «emprunteur»

Plus en détail

GEA I Mathématiques nancières Poly. de révision. Lionel Darondeau

GEA I Mathématiques nancières Poly. de révision. Lionel Darondeau GEA I Mathématques nancères Poly de révson Lonel Darondeau Intérêts smples et composés Voc la lste des exercces à révser, corrgés en cours : Exercce 2 Exercce 3 Exercce 5 Exercce 6 Exercce 7 Exercce 8

Plus en détail

Faire des régimes TNS les laboratoires de la protection sociale de demain appelle des évolutions à deux niveaux :

Faire des régimes TNS les laboratoires de la protection sociale de demain appelle des évolutions à deux niveaux : Réformer en profondeur la protecton socale des TNS pour la rendre plus effcace Résumé de notre proposton : Fare des régmes TNS les laboratores de la protecton socale de deman appelle des évolutons à deux

Plus en détail

Découvrir l interface Windows 8

Découvrir l interface Windows 8 Wndows 8.1 L envronnement Wndows 8 Interfaces Wndows 8 et Bureau L envronnement Wndows 8 Découvrr l nterface Wndows 8 Après s être dentfé va un compte Mcrosoft ou un compte local, l utlsateur vot apparaître

Plus en détail

Professionnel de santé équipé de Médiclick!

Professionnel de santé équipé de Médiclick! Professonnel de santé équpé de Médclck! Dosser Médcal Partagé en Aqutane Ce gude vous présente les prncpales fonctonnaltés réservées aux professonnels de santé membres du réseau AquDMP. Sommare Connexon

Plus en détail

Pourquoi LICIEL? Avec LICIEL passez à la vitesse supérieure EPROUVE TECHNICITE CONNECTE STABILITE SUIVIE COMMUNAUTE

Pourquoi LICIEL? Avec LICIEL passez à la vitesse supérieure EPROUVE TECHNICITE CONNECTE STABILITE SUIVIE COMMUNAUTE L og c el s de D agnos t c s I mmob l er s Cont ac t eznous 32BddeS t r as bougcs3010875468 Par scedex10tel. 0253354064Fax0278084116 ma l : s er v c e. c l ent @l c el. f r Pourquo LICIEL? Implanté sur

Plus en détail

L ABC du traitement cognitivo-comportemental de l insomnie primaire

L ABC du traitement cognitivo-comportemental de l insomnie primaire F É D É R A T I O N D E S M É D E C I N S O M N I P R A T I C I E N S D U Q U É B E C L ABC du tratement cogntvo-comportemental de l nsomne prmare par Anne Vallères, Bernard Guay et Charles Morn M me Tousgnant

Plus en détail

Anticiper l inaptitude physique (fascicule 11)

Anticiper l inaptitude physique (fascicule 11) E T U D E P R A T I Q U E GESTION DE L INAPTITUDE SERVICE CONSEIL STATUTAIRE - jun 2009 Présentaton (fasccule 1) Défntons générales (fasccule 2) L apttude physque (fasccule 3) Le handcap (fasccule 4) L

Plus en détail

Bibliothèque de documents

Bibliothèque de documents Bblothèque de documents Bblothèque de documents SharePont 2010 Vue d ensemble Dans un ste SharePont, les bblothèques permettent de stocker des éléments de types dfférents : des documents, des mages, des

Plus en détail

QUEL EST LE ROLE DE LA COMMISSION D INTERCHANGE DANS LA COMPETITION BANCAIRE? UNE REPONSE PAR L EXPERIMENTATION ARTIFICIELLE

QUEL EST LE ROLE DE LA COMMISSION D INTERCHANGE DANS LA COMPETITION BANCAIRE? UNE REPONSE PAR L EXPERIMENTATION ARTIFICIELLE QUEL EST LE ROLE DE LA COMMISSION D INTERCHANGE DANS LA COMPETITION BANCAIRE? UNE REPONSE PAR L EXPERIMENTATION ARTIFICIELLE Sandra DEUNGOUE Unversté Lyon II/ GATE INTRODUCTION La ueston de la tarfaton

Plus en détail

BUREAU D'APPLICATION DES METHODES STATISTIQUES ET INFORMATIQUES

BUREAU D'APPLICATION DES METHODES STATISTIQUES ET INFORMATIQUES BUREAU DAPPLICATION DES METHODES STATISTIQUES ET INFORMATIQUES BAMSI REPRINT 04/2003 Introducton à l analyse des données Samuel AMBAPOUR BAMSSI I BAMSI B.P. 13734 Brazzavlle BAMSI REPRINT 04/2003 Introducton

Plus en détail