Revue trimestrielle - Mai n 01

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Revue trimestrielle - Mai 2009 - n 01"

Transcription

1 Revue trimestrielle - Mai n 01

2

3 L éditorial Ali ARAB, Président Directeur Général les derniers paramètres caractérisant l etat annuel 2008 sont connus. d emblée, C est là une facilité pour dresser le bilan du chemin que la Société à parcouru. En bref, un chiffre d affaires de 3,3 Milliards de dinars. Cinq (5) fois plus qu il y a 5 ans. 48% de croissance par rapport à 2007 et la 5ème année d une croissance forte et continue. Le résultat d exploitation marque également un rythme de croissance encore plus accéléré. Nous fêtons aussi l année 2008 par l accomplissement de 6 millions d heures œuvrées sur des installations industrielles sensibles, dans des conditions sévères, mais sans accidents: c est presque au-delà des espérances s achève de surcroît par la mise au point d une nouvelle organisation inspirée des insuffisances vécues et surtout d une vision futuriste de la Société et de ses métiers. Le chemin parcouru, c est surtout la dotation de la société d un potentiel humain composé, entre autres, de 132 jeunes cadres universitaires dont 100 sont recrutés dans les 5 dernières années et 28 en 2008, leur moyenne d âge ne dépassant guère la trentaine. Voilà pour le chemin parcouru. Par ailleurs, dans quelques jours, nous accueillons la nouvelle année C est déjà le futur qui nous interpelle avec toute sa rigueur. Point de place pour les moins bons. Une concurrence, ou plutôt une compétition, réelle, engagée. Des règles d environnement, de santé et de sécurité assurées. Une législation plus forte et plus pointue. Le PMTE a déjà planté le décor pour les 5 années à venir: Doubler au moins le chiffre d affaires en maintenant les niveaux de performance et de rentabilité actuels. Soit une croissance moyenne de 20%. Concrétiser un plan d investissement ambitieux sur fonds propres. Accéder à des activités et métiers encore plus complexes et plus exigeants. Parfaire nos processus de conduite et promouvoir la bonne gouvernance d entreprise. Ces défis sont-ils à notre portée? Oui. Et c est avec une foi inébranlable que je réitère ma confiance totale en les femmes et les hommes de SOMIZ pour les affronter. Ali ARAB, Président Directeur Général

4 Sommaire Des Actions & des Chiffres Des Actions News du & Management des Chiffres Des Actions Performances & des Chiffres Des Actions & Technologie des Chiffres L édito Des Actions & des Chiffres Des mutations positives Les performances de SOMIZ L ingénierie et les perspectives de développement de SOMIZ Les nouvelles technologies Les arrêts programmés : un enjeu, une présence La maintenance industrielle SOMIZ à SKIKDA Une équipe de SOMIZ à l œuvre à Skikda Succès inespéré d une réparation de rotor Remise de médailles de fidélité P.33 Succès inespéré d une réparation de rotor P.25

5 Reportage Emploi Féminin Santé Détente Projet Piping: confection de manchettes et coudes Faire faire... c est aussi un savoir faire Insertion d universitaires dans le cadre du dispositif DAIP La logistique à SOMIZ Un jeune stagiaire s exprime à propos de SOMIZ L emploi féminin à SOMIZ Remise de médailles de fidélité La migraine La santé à SOMIZ Détente SOMIZ à Skikda P.23 L ingenierie et les Perspectives de Développement de Somiz P.16 LE MAINTENANCIER est une revue trimestrielle, éditée par la Cellule Communication SOMIZ. Direction de publication : Président Directeur Général ARAB Ali. Coordination : Mme OUZANI - BELHABIB Samia Crédit photos : CMN SOMIZ Ont participé à ce numéro : MERINE Belhocine - Ahmed- - HASSANI Miloud - Dr ABI AYAD Rachid - KEMOUN Yazid - ABDELAAZIZ Nordine - HASNAOUI Ahmed - SAHLI Ahmed - ZOUMATA Hocine - BOUABDALLAH Houari - ASSAS Hind - OUZANI - BELHABIB Samia. Conception & Réalisation : PC.COM Toute reproduction d articles ou de photos doit être soumise à une autorisation.

6 Des Action s & des C hi f f r es Des Action s & des C hi f f r es Ce numéro est bien le premier de notre revue «Le maintenancier». De ce fait, il nous semble utile de vous offrir, amis lecteurs, une carte de visite de SOMIZ. Sachez donc que: SOMIZ, spa, est une filiale 100% du groupe SONATRACH SOMIZ, c est 17 années de services et d expérience en maintenance industrielle. SOMIZ répond, entre autres, aux besoins de l industrie du pétrole et du gaz. SOMIZ est régie par un système informatique de gestion des plus performants qui lui permet de gérer ses différentes affaires depuis la demande client jusqu à la réception des travaux. Sa vocation première est l Ingineering: Son terrain d assiette compte 12 hectares et ses différents métiers ou activités opérationnelles sont : L i ngén ierie de Ma i nten ance Somiz a la capacité de comprendre les besoins d un client dans le domaine de la maintenance ou de la rénovation des installations, spécifiés ou non spécifiés, de les traduire en programme d intervention budgétisé, planifié selon les impératifs du clients et à d en conduire la réalisation. 6

7 L es dom a i nes d activ ites a s om iz 1- L INGÉNIERIE DE MAINTENANCE : SOMIZ a la capacité de comprendre les besoins d un client dans le domaine de la maintenance ou de la rénovation des installations, spécifiés ou non spécifiés, de les traduire en programme d intervention budgétisé, planifié selon les impératifs du client et d en conduire la réalisation. 2- ACTIVITES OPERATIONNELLES : Diagnostic & expertise des installations industrielles Machines tournantes Turbines Compresseurs turbo alternateurs Pompes Moteurs électriques basse et moyenne tension Mécanique Industrielle Reverse Engineering Fabrication de pièces de rechange Reconstitution d organes mécaniques Equilibrage d organes tournants Bras de chargement Condenseurs,, échangeurs, aéroréfrigérants Tuyauterie Chaudronnerie et charpente métallique Electricité industrielle et Climatisation Instrumentation Vannes & Soupapes Régulateurs Transmetteurs Protection des ouvrages Isolation thermique chaud et froid Ignifugeage (protection anti feu) Peinture industrielle Maintenance navale & engins Moteurs diésel & essence Systèmes hydraulyques Boites à Vitesse & trains de roulement Tôlerie & peinture Electricité Levage & manutention Grues différents tonnages Chariots élévateurs Engins spéciaux (groupes électrogènes, groupes de soudure et autres équipements) Transport & Convoi exceptionnel Chaudières, fours Réservoirs, ballons, bacs et sphères de stockage, colonnes Procurement Soutien logistique Approvisionnement (achat biens et services) 7

8 Des Action s & des C hi f f r es L es rés eaux de s o ciétés autou r de SOMIZ EXPERTISE SERVICES SPECIALISES PDR MATERIAUX LOGISTIQUES MAIN D ŒUVRES Réseau de Sociétés étrangères [Actuellement: 17 sociétés] Réseau de Sociétés étrangères [Actuellement: 17 sociétés] Association, à travers des contrats profitables et protocoles d intervention en groupement, les services de partenaires qualifiés et disposant de moyens complémentaires à ceux de SOMIZ pour faire face aux marchés à forte valeur technique et technologique. Les Partenaires sont des entreprises publiques ou privées, algériennes ou étrangères. Action commerciale Engineering Planification Achats Procurement Gestion des projets Contrôle technique MACHINES TOURNANTES 2. FABRICATION MECANIQUE 3. VANNES-SOUPAPES 4. INSTRUMENTATION 5. CHAUDRONNERIE 6. ISOLATION 7. PROTECTION DES OUVRAGES 8. MAINTENANCE NAVALE ET ENGINS 9. SERVICES LOGISTIQUES 10. PRESTATIONS MAINTENANCE Ingénierie de maintenance [métier de base] Divisions opérationnelles organisées par métier CONTRATS GLOBAUX DE MAINTENANCE C L I E N T S 8

9 Des bi l an s toujou rs au- delà des espér ances (En Milliers de Dinars) (En Milliers de Dinars) Fabrication et Réparation Mécanique Turbomachines Divers Electricité et Froid Instrumentation Chaudronnerie Prestations Arrêt-Forfaitisées Prestations Personnel Spécialisé Isolation Maintenance Véhicules et Engins Services Logistique de Maintenance Maintenance Navale-Projet Hyproc Protection des ouvrages 9

10 Des Action s & des C hi f f r es R es s ou r ces Hu m a i nes Résultat de mise en œuvre POLITIQUE EVOLUTION DES EFFECTIFS Réalisation Convention Collective d'entreprise élaborée en 2008 et mise en œuvre à partir du 01/01/ Nouvelle nomenclature des postes pour développer la spécialisation et l'expertise. Pol itique génér ale et st r atég ie de l ent r epri s e 1- Poursuivre l effort de développement de l ingénierie. 2- Renforcer le potentiel humain par un encadrement de formation universitaire. 3- Maintenir un effort social proportionnel à la croissance. 5- Renforcer les réseaux de sociétés de sous traitance. 6- Favoriser l acte de sous traitance à l acte de recrutement pour les activités de réalisation. 7- élargir la clientèle sans affecter l efficacité. 8- mettre en œuvre des options de partenariat autour des metiers de la société. 4- Développer les métiers de la société. Développement pol itique d ent r epri s e Pério de Développemnt de l ingénierie de maintenance. Développement des capacités de réalisation à travers un réseau de sociétés spécialisées, de notoriété établie, séléctionnées et motivées par des contrats à long terme et profitables. Développement, à terme, d un partenariat autour des activités à forte valeur technique, technologique et commerciale. 10

11 News du Man a gement Des mut ation s po s itives Le développement de la Société a atteint un seuil important avec des résultats probants. Trois aménagements deviennent aujourd hui impérieux pour poursuivre l effort de développement: 1. Développement de la structure d organisation La Société vient en effet de vivre un important remaniement quant à son ossature. C est dire l importance du déploiement qu elle enregistre et ce dans des domaines divers dont la réorganisation de ses structures, la signature de la convention collective, la nouvelle nomenclature des postes Tout cela aidera, sans doute aucun, d une part à l amélioration des résultats dans chacun des domaines de ses activités et d autre part à la création d autres perspectives de développement. Président Directeur Général Communication (CMN) Audit et contrôle de gestion (ACG) Sureté Interne (SIE) Direction Administrative Générale (DAG) Direction Finance (Fin) Département Informatique et Organisation (IOR) Département Qualité Santé Environnement (QHSE) Département Juridique (JUR) Direction Générale Adjointe Direction Générale Opérationnelle... Direction Commerciale & Relations clients Divisions Opérationnelles 1- Machines Tournantes 2- Fabrication Mécanique 3- Machines Electriques 4- Vannes-Soupapes-Instrumentation 5- Isolation 6- Protection des Ouvrages 7- Réparation Véhicules et Engins 8- Chaudronneries 9- Services Logistiques 10- Prestation & Arrets Programme... Département Commercial Département Coord. Programmes Clients Direction Engineering & Contrôle Réalisation Département Engineering Département Achat & Procurement Projet Develop. Engineering Maintenance 11

12 News du Man a gement 2. Sig n atu r e de l a convention col lective Le 30 novembre 2008 est une date mémorable dans l histoire de la Société SOMIZ. Elle correspond à la concrétisation d un projet qui a été longuement en gestation. C est en effet au terme de négociations tumultueuses que la signature de la convention collective a été réalisée entre le partenaire social et la direction générale, en présence de l Union territoriale UGTA Arzew et de tout le staff dirigeant de l entreprise. L adoption de la convention collective par les parties prenantes marque ainsi le point de départ d une nouvelle ère pour les travailleurs. Sans doute aucun, elle leur confère de nouvelles responsabilités, un mieux être économique et social et un nouvel engagement professionnel. Le Président Directeur Général a traduit toute sa satisfaction pour la signature de cette convention collective qui, outre le fait qu elle clarifie plus que jamais les rapports entre employeurs et employés, contribue à instaurer de meilleurs pratiques de travail. De ce fait, son importance n est pas à démontrer. Elle offre désormais un cadre juridique dans lequel évolueront les travailleurs. Par ailleurs, elle permettra à l entreprises de s inscrire dans une logique de professionnalisme, assurant de ce fait à tous une sécurité professionnelle dans un cadre organisé et transparent. Pour M. A. AARiZOU, Directeur d Administration Générale, et Mme S. BENLAKHDAR, Chef Département Personnel, l objectif de cette convention collective est de formaliser la relation de travail entre employeur / employés, quoi que cette relation le soit déjà par des codifications tels les protocoles d accords, les circulaires... M. A. AARIZOU précise: «Ce qui par contre caractérise et singularise même la convention collective de SOMIZ c est qu elle mette sur un même pieds d égalité les travailleurs et ce en uniformisant leurs droits et leurs obligations, quelque soit leur statut (CDI, CDD). A titre d exemple, nous citons l attribution de l allocation de fin de carrière, l attribution des échelons dans le cas de l avancement au choix, l attribution de la prime d encouragement ou d intéressement, l attribution des prêts ( achats véhicules ) En d autres termes, ces avantages seront donc désormais attribués suivant des critères uniformes aussi bien pour les travailleurs permanents que contractuels. Monsieur AARIZOU rappelle qu en fait la convention collective est intervenue afin de satisfaire une obligation légale imposée à l employeur par des textes régissant les relations de travail. Mme S. BENLAKHDAR ajoute: «Nous avons la conviction que ce manuel aidera à la concrétisation et à la consolidation des axes politiques et stratégiques de la Société, en matière de gestion équitable et de développement des ressources humaines de la Société.» M. GHOUMRASSI Rachid, secrétaire général du syndicat d entreprise, toujours à ce sujet, renchérit: «la convention collective est pour moi la charte de l entreprise. Elle est en fait l aboutissement de plusieurs années de négociation. Elle permet à tout un chacun d exercer dans un cadre légal, organisé et transparent. Elle clarifie tout ce qui est droit et devoir du travailleur et de l entreprise. Cette convention est venue consolider et améliorer les conditions socioprofessionnelles des travailleurs (conditions de travail et de sécurité) ainsi que l amélioration de la rémunération et de tous les avantages sociaux.» 12

13 3. Nouvel le nomencl atu r e des po stes Avec la multiplication des tâches et l effervescence que connaît la société ces dernières temps, il est devenu nécessaire et même impératif d améliorer le système de management et faciliter le fonctionnement des différentes structures de la Société. C est dans ce but qu il a été procédé à la révision du schéma de structuration. Pour exemple, un des dispositifs, la Direction Engineering & Prospectives qui comportait 3 départements, Engineering, Commercial et Procurement, a été éclaté en 2 directions: Direction commerciale, Direction engineering & Contrôle Réalisations. Cette nouvelle structuration a généré de nouveaux postes d encadrement, constituant des possibilités de promotion pour l encadrement. La nouvelle nomenclature des postes qui vient d être élaborée fait partie intégrante de la convention collective de la Société SOMIZ. Etant sous forme d un protocole d accord, elle est signée conjointement par Le Président Directeur Général de l entreprise et le Secrétaire Général du Syndicat d Entreprise. Cette nomenclature des postes constitue bien la troisième révision depuis la création de SOMIZ, le 05 mai Elle a pour objet de traduire dans la pratique les enseignements tirés de l application des précédentes révisions en consacrant dans les faits les principes d une gestion efficiente des carrières et d une rémunération équitable. Elle vise à élargir les possibilités d évolution de la rémunération de tout agent dans son poste, sans passer nécessairement par une progression dans le rang des hiérarchies. En d autres termes, une telle disposition permettra à coup sûr: D éviter l inflation dans le recours à des promotions en hiérarchie pour rétribuer le mérite De favoriser et consolider la promotion horizontale dans la filière et le métier D e favoriser le développement des métiers et la professionnalisation du personnel par une plus grande stabilisation en poste De créer les conditions objectives à la spécialisation et à l expertise De créer les conditions objectives de rémunération pour favoriser les recrutements qualitatifs De simplifier la gestion des carrières De consacrer l échelle des valeurs au sein de la Société. 4-bi l an décembr e 2008 Le dernier Conseil Management & Orientation a eu pour ordre du jour: 1. Etat des offres commerciales 2. Chiffre d affaires 2.1 Évolution cumulée 2.2 Par client 2.3 Par secteurs d activités 2.4 Par structures 3. Recouvrement financier par client 4. Charges d exploitation 5. Indicateurs de gestion 6. Tableau de bord HSE 7. Tableau de bord des investissements Les choses vont bon train car il en a été clairement déduit une importante évolution du chiffre d affaires, même bien au-delà des espérances...comme le soulignent ces courbes: 2.1- Évolution cumulée Conversion des dettes et patrimoines des actionnaires en part de capital social à hauteur de DA. Évolution du capital Social de 1991 à 2008 [MILLIONS DE DINARS] C.A Réévaluation des actifs de la société. incorporation de DA générés par la réévaluation. décret n du 4 juillet C.A 2007 C.A 2008 C.A Prévisionnel 2009 Incorporation de DA à partir des réserves facultatives

14 News du Man a gement 5-Une mei l leu r e gestion des pr ojets Une importante étape organisationnelle vient d être franchie par la réception d un puissant système informatique «PRIMAVERA» pour la gestion des projets et activités. Il s agit d un système de gestion dont l importance rend l effort largement insignifiant. Pour peu que la Société entre rapidement dans la phase d exploitation, le Département Informatique et Organisation restera Chef de File de ce processus avec son équipe de projet. Il est à rappeler que cette réalisation n a pu voir le jour que par l effort consenti par l équipe toute entière. A cette occasion, le premier responsable de la Société a tenu à féliciter l ensemble des actants pour le travail accompli. Pour Mme F. AKEB, chef du projet, «La suite PRIMAVERA permet de gérer des différentes affaires depuis la demande client jusqu à la réception des travaux, tout en assurant le suivi, la cohérence et la traçabilité de ses projets ainsi que la bonne gestion de ses moyens.» M. AIT ABDELKADER Malik, Ingénieur en Informatique ayant travaillé sur le projet, le décrit comme suit: Project Management : il permet de créer, mettre à jour, contrôler les projets et également les accès et droits d accès des utilisateurs à tous les modules de la suite. Web Access : il permet la création et la mise à jour du projet par un chef de projet, un responsable de ressources ou un responsable de portefeuille de projets. Timesheets : il a pour objectif de rapporter les temps des ressources. Methodology Management : il permet de stocker et gérer des modèles de projets qui pourront ensuite être utilisés dans le module Project Management.» 6-Un protocole de collaboration parafé entre SOMIZ et VERITAS. Le Président Directeur Général ARAB Ali a reçu, le 22 juillet 2008, MM Alain Philippe, Vice Président Operations, Division Industry & Infrastructures, Zone France et Jean Michel Leygue, Directeur Général ECS (Environnement Contrôle Service) filiale de Bureau VERITAS. SOMIZ et Bureau VERITAS proposeront aux clients intéressés des missions de contrôle de fuites dans le cadre de l amélioration de la sécurité industrielles et les plan HSE. Un tel accord devra créer une synergie de compétence autour de la maitrise des risques liés aux fuites sur les installations de production. Signature d une convention - cadre NAFTAL branche Carburant/ SOMIZ Une convention SOMIZ / NAFTAL branche Carburant a été signée le 20/10/2008, comportant toute réalisat tion de travaux et de services entrant dans le cadre de la maintenance des équipements et ce sur tout le territoire national. 14

15 Per form ances L es per form ances de SOMIZ Mme S. OUZANI née BELHABIB Doctorante en critique littéraire Assistante PDG, Chargée de la Communication Voilà déjà quelques temps que la Société Somiz commence à voire grand et loin. A vrai dire, elle a pour objectif de devenir un Groupe, organisé autour de ses métiers, spécialisé dans l ingénierie de la maintenance. Actuellement, ses vastes ateliers sont en plein expansion, toutes activités confondues: turbomachines, isolation, mécanique, chaudronnerie. Ali ARAB M. Ali ARAB, premier responsable de la société, affirmait déjà il ya quelque temps: «Nous prévoyons d organiser les différents métiers de maintenance, dans un premiers temps en division et plus tard en filiales sous forme de joint-ventures avec des partenaires spécialisés et motivés». SOMIZ dispose en effet aujourd hui de ressources et d atouts multiples qui la propulsent et lui permettent d aller toujours de l avant: nous les résumons comme ceci: 1. une longue expérience dans le domaine de la maintenance et de la rénovation des ouvrages industriels. 2. Une bonne connaissance du marché de la maintenance. 3. Son appartenance à la compagnie nationale des hydrocarbures. 4. Un important marché en pleine expansion. Ces performances qui font de la Somiz un concurrent sérieux expliquent sans doute aucun toute la stratégie managériale mise en place. Car en effet, les responsables de SOMIZ ont su saisir les opportunités qui se sont offertes mais surtout ont compris que l ouverture sur le monde doit être précédée par l acquisition de la technologie d une part et du savoirfaire d autre part. Ceux-sont là les points essentiels à toute modernisation. «Dans un projet complexe, il y a en général 30% qui nécessitent l intervention d un partenaire spécialisé. SOMIZ s est ainsi entourée de possibilités variées d association des atouts complémentaires des autres partenaires dans le cadre de Groupement momentanés.» selon les propos de M. le PDG. Aussi SOMIZ dispose aujourd hui de moyens diversifiés à offrir à ses clients qui bien entendu sont toujours porteurs de solutions adéquates à leurs contraintes d exploitation. Si les métiers exercés à SOMIZ sont à importante valeur ajoutée, l expérience de sociétés, dans le cadre du partenariat, apporte elle aussi une haute valeur technique, permettant surtout à SOMIZ de bénéficier de leur savoir-faire. En effet, que de projets complexes ont été réalisés par les équipes de SOMIZ. D importants et grands projets ont été pris en charge par la SOMIZ tels: la réfection du réseau incendie d un important complexe de la zone industrielle d Arzew, la modernisation du réseau d eau de refroidissement sur 28 bacs de stockage d hydrocarbures. La rénovation d une turbine à gaz La réalisation de plusieurs programmes intégrés de maintenance sur plusieurs complexes simultanément dans le cadre d arrêts programmés. Somiz c est aussi de la rénovation des installations flottantes. (maintenance navale) SOMIZ est actuellement en continuelle mutation et s est fixée d importants objectifs. Son Président Directeur Général ne manque jamais de rappeler les grands enjeux de la Société qui doivent polariser la synergie du Conseil de direction. M. Ali ARAB n omet jamais non plus de rappeler la nécessité de déployer tous les moyens existants et efforts possibles afin que, parallèlement à la gestion des compétences, l on puisse mener au mieux les affaires de la Société. Ce sont autant de domaines importants qu il est impératif de prendre en charge à l heure d aujourd hui. 15

16 T echnolog ie L I NGEN IERIE ET LES PER SPECTI VES DE DEVEL OPPEMEN T DE SOMIZ M. MERINE Ahmed Belhocine Ingénieur fabrication mécanique Dans son plan d organisation du processus de développement, la stratégie management à SOMIZ consacre une part importante au recrutement d ingénieurs, à la formation, à la communication interne et externe et à l acquisition de moyens modernes de gestion pour le pilotage de ses projets. Directeur Général Adjoint, Ingénieur en fabrication mécanique La démarche en ellemême est volontariste et réfléchie. Elle découle d une analyse du marché, de ses opportunités et aussi du besoin de faire de SOMIZ une société qui opte pour le développement de ses services et métiers. Quant à la satisfaction des clients, elle est perçue comme étant une valeur «Qualité» pour laquelle tous les efforts du collectif de la Société sont déployés. Cette aptitude à répondre et à satisfaire les attentes du client a nécessité la redéfinition et le réaménagement de l organisation de la Société autour de cette notion même de la Qualité. SOMIZ, dans ce cadre et afin d assurer à sa stratégie de développement une démarche cohérente, a mis sur place un groupe de travail pour auditer, consulter, organiser et rédiger le «manuel d ingénierie» mettant en application toutes les procédures y afférentes. Il est alors attendu de ce groupe une proposition d organisation avec un programme d actions que résume l une de ses activités primordiales, l ingénierie. Mais qu est-ce donc l Ingénierie? L ingénierie est une dérivation récente du mot Ingénieur. Le mot «Ingénieur» vient du latin «INGENIEUM» et signifie «Qualité innée», pouvoir intellectuel, d où Invention intelligente. Par le passé et avec la révolution industrielle, l histoire a connu deux types d ingénieurs. L ingénieur dans l industrie militaire pour la construction de fortifications puis de canons et l ingénieur des travaux publics pour la construction de ponts, ports, bâtiments et autres structures. Le mot «Ingénierie» est récent et se substitue parfois au terme «Génie», désignant l art de l ingénieur. Engineering, en anglais Ingenieurwissenschaft, en allemand. Autrement dit, «L Ingénierie est l ensemble des aspects technologiques, économiques, financiers et humains relatifs à l étude et à la réalisation d un 16

17 projet, qu il soit industriel, scientifique ou de société». Il est à signaler que la société d ingénierie est un agent intermédiaire entre le vendeur de biens ou de technologie et l acquéreur. Dans le projet d organisation de la Société en 2008, la Direction Génale a fixé les missions et les tâches des fonctions d ingénierie de maintenance qui doivent être conduites conformément à des «procédures normalisées». C est une condition de professionnalisme, de qualité et d assurance envers les clients. A cet effet, il est prévu, au sein de la Direction Générale Adjointe, une structure érigée en Projet, ayant pour mission l élaboration du MANUEL D INGENIERIE ET DES PROCEDURES et la coordination de sa mise en application effective. Par «Manuel d ingénierie et des procédures», il est entendu le patrimoine documentaire spécifique à la Société SOMIZ qui regroupera les procédures d ingénierie structurées en SYSTEMES, SOUS SYSTEMES et PROCEDURES. Chacun des systèmes, des sous-systèmes est codifié. Chacune des procédures l est également. La société d ingénierie ne possède pas d infrastructures / ateliers pour le soudage de tuyauterie ou de fabrication d organes et d équipements. Rôle du m anuel d ingénierie Sachant que l engineering ne peut se faire sans qualité, il était donc nécessaire de réfléchir à un système documentaire et à une organisation pour la conception de projets, le respect des objectifs de leurs clients, dès les phases de construction et de fabrication, par des entreprises spécialisées Rendre pleinement disponible une méthode et des outils permettant de développer le plan «INGENIERIE», Accroitre la qualité des prestations en assurant la cohérence entre le contenu des dossiers et les réalisations physiques, Réduire les délais, les efforts et les couts de la conception d un dossier jusqu à la vente d un produit, Assurer la traçabilité. Il est à rappeler que l externalisation des études techniques et la gestion puis le management de projets au sein de groupes ou d entités autonomes ont beaucoup contribué à l émergence de sociétés d ingénierie. Et dans les économies modernes, ces sociétés d ingénierie prennent une importance considérable. Elles interviennent comme maillon principal dans tous les services nécessaires à la construction / fabrication et assument la responsabilité globale des opérations. Par ailleurs, avec le développement de l ingénierie et les métiers à haute valeur ajoutée, SOMIZ s inscrit d ores et déjà dans une démarche novatrice. De ce fait, elle renforce ses compétences et offre une large palette de services à effets positifs conséquents. Les fondements et critères exigibles de ce passage de l entreprise exécutant des prestations à une entreprise capable de répondre à des besoins globaux incluant à la fois les études, le procurement, la réalisation des travaux, le suivi et la gestion des projets, sont maintenant mis sur rails. Cette stratégie est certes à ses débuts mais les attentes sont prometteuses. Les clients, aujourd hui, souhaitent confier leurs projets à des entreprises capables de les piloter, de les contrôler et d en maitriser tout risque inutile. Les sociétés de services, à leur tour, réagissent et répondent de manière à mettre en confiance les clients. C est justement dans cette optique que s inscrit la stratégie de SOMIZ. La question que nous nous posons ici est en fait celle de l engineering qui demeure un facteur à valeur sûre et irréductible quant au développement, assurant croissance et pérennité. En axant sa stratégie sur la formalisation des acquis accumulés en métiers, sur le savoir, le savoir faire et le développement des ressources et des méthodes de travail, SOMIZ n ambitionne pas moins de s atteler et s amarrer à tous ces professionnels toujours à l affut de l innovation et du travail bien fait. Cela suppose un cadre de travail, une organisation au sens large ( savoir faire, gestion des connaissances, gestion et management de projets) mais aussi et surtout un personnel motivé, plein d engagements, partageant la culture d entreprise et assimilant sa stratégie. Ce que SOMIZ fait : prend l engagement de mettre tous ces atouts de son côté. 17

18 T echnolog ie L es nouvel les technolog ies M.KEMOUN Yazid Ingénieur métallurgiste Chef Département Commercial Avec une bonne situation financière et un plan de charge ambitieux, SOMIZ passe à la vitesse supérieure. Désormais, la Société propose les solutions les plus modernes aux problèmes les plus complexes. Ce qui ne manquera pas de générer une valeur ajoutée à tout point de vue. Parmi ces nouvelles technologies, le FLOWSCANERS DES VANNES (une opération a déjà été réalisée en 2007 au niveau d un complexe de Gaz Liquéfié. Une deuxième technologie sur le diagnostic de colonne en service est actuellement programmée sur un autre complexe. FL OWSECA N ER L objet de cette technique est d établir un état précis du parc de vannes. C est ce qui permettra de bâtir un plan de maintenance optimum d une part, et garantir une disponibilité de l outil de production d autre part. Cette façon de faire compte : La technologie L expertise Les méthodes de travail Les technologies : SOMIZ, en partenariat avec ses partenaires, offre une technologie de maintenance prédictive très importante, couvrant une large gamme d équipements. Ces technologies sont disponibles à l achat ou sous forme de services. La Société offre aussi une solution complète où des experts interviennent et atteignent l objectif fixé par le client. Méthodes de Travail Comment nos clients approchent-t-ils la maintenance, les plans de fiabilité et l exécution des opérations afin de garantir la performance des équipements? SOMIZ, en partenariat avec son fournisseur, maitrise toute organisation et accompagne ses clients dans l évaluation des process en place et fait les recommandations nécessaires à leur optimisation. Expertise Nos clients, focalisés sur leur métier de base, n ont pas tout le temps, les ressources internes pour optimiser la performance de leurs équipements. Cependant, avoir une équipe d experts en diagnostic, surveillance et fiabilité est un paramètre essentiel pour la réussite de pareille intervention. L objectif est tout d abord d éviter la dégradation des équipements de production, de fournir les moyens humains, financiers et logistiques (délai d approvisionnement en certaines pièces ) d intervenir et de maintenir les équipements en bon état de fonctionnement et de garantir ainsi le niveau de production souhaité. FLOWSCANNER 2.1 INTRODUCTION Le Flowscanner est une technologie développée par Emerson Process Management. Cette solution associée au savoir faire de nos spécialistes permet de fournir une prestation de diagnostic en ligne des vannes de régulation et d arrêt, tous types confondus. Le Diagnostic «Flowscanner permet de déterminer les vannes défectueuses, à entretenir par actions correctives. Elles se classifient en 4 catégories : RAS: aucune action nécessaire dans l immédiat. Réglages: généralement liés à l instrumentation, tarage du servomoteur, Réparation en ligne: concernant une réfection de garnitures, 18

19 changement de membranes de servomoteurs, Démontage de la tuyauterie pour révision en atelier. Cette action sera réalisée lors de problèmes mécaniques, ou si nous estimons que le taux de fuite est supérieur à la classe d étanchéité, en fonction du profil en fermeture (voir zoom ci-dessous). Nous ne pourrions mesurer la valeur du taux de fuite PROPRIETES Le système de diagnostic FLOWSCANNER sert à : Vérifier la performance des vannes automatiques en ligne sur tuyauterie sur unité de production à l arrêt ou sous certaines conditions en «marche», Vérifier la performance des vannes automatiques en atelier en associant un test de fuite «amont/aval» qui déterminera l opportunité de la révision, En «requalification» en atelier ou sur site, après une révision complète. 2.3 DESCRIPTION Le FLOWSCANNER est un système d acquisition et de traitement des données adaptées aux vannes de régulation à fonctionnement pneumatique. Portable et équipé d un microprocesseur, il offre des capacités d analyse de laboratoire directement sur site. Le FLOWSCANNER produit soit un signal en courant, soit un signal en tension qui fait exécuter un cycle complet à la vanne. Ceci sous entend la manœuvre de la vanne par les soins du technicien, localement, et une prise en bypass des agents de production. Les données émises sont enregistrées pendant la course de la vanne pour être ensuite analysées. Le système vérifie notamment: 1. Le tarage à sec correct de l actionneur, 2. La compression du ressort de l actionneur, 3. La force de plaquage au siège, 4. La course de la vanne, 5. La durée de course, 6. Le réglage de la course, 7. La friction du presse-étoupe, 8. La friction des paliers, 9. La réponse dynamique, 10. L alimentation en air (pression et volume), 11. La réponse dynamique du positionneur, sa linéarité, le zéro et l échelle, La réponse dynamique du convertisseur, sa linéarité, le zéro et l échelle. Pendant le test, le système est connecté aux points de branchement du positionneur de la vanne pour contrôler l alimentation en air de l instrument et les pressions de la membrane. La position de la tige est également suivie par le biais d un capteur spécifique FLOWSCANNER. Il est possible, en un seul test, d analyser l ensemble de la vanne ou, séparément (chaque élément : vanne, convertisseur, positionneur ou actionneur). La phase complète de connexion puis d analyse est en fonction de la configuration de la vanne, de sa localisation et du type d action à entreprendre. Le FLOWSCANNER est utilisable sur des vannes ayant des courses allant jusqu à 800 mm, Mesure des ma auxiliaires ou des volts sur 4 canaux, Mesure 8 entrées pneumatiques allant jusqu à 7,6 bar, Choix de l unité de sortie 0-25 ma ou 0-10 volts, Portable, compact avec batterie d alimentation intégrée, Port de sortie pour imprimante portable, Les capteurs de pression intégrés sont vérifiés périodiquement (étalonnage) Les analyses se font sur un total de 8000 points d acquisition, ce qui permet des valeurs d analyse fiables et précises (forces de plaquage contact siège/clapet etc), L outil est facilement transportable dans les unités car complètement adapté au terrain (peu encombrant, autonome) EXPERTISE Associée à cet outil, nous disposons d une cellule d analyse de signature de vannes avec un retour d expérience de plus de 10 ans. Les rapports détaillés et argumentés mettent en évidence les défauts constatés et les préconisations requises pour le maintien des vannes de contrôle à leur meilleur niveau de performance. Les actions à mener sont classées par ordre d importance prenant en compte les nécessités du process et les temps de mise en œuvre. 19

20 T echnolog ie Le diagnostic de colonne Le procédé de diagnostic et d inspection qui est utilisé dans ce cadre est à source radioactive, appelé TRACERCO TM Tower Scan. En fait, il s agit d un scanner. 1. Introduction A la demande d un de nos clients SOMIZ, en collaboration avec son partenaire, Société TRACERCO UK, offrent le procédé TRACERCO TM Tower Scan pour le diagnostic et l inspection des quatre colonnes d absorption de CO2 C1201 A/B et de régénération de MEA C1202 A/B. Moyennant des dispositions de la source, le procédé consiste en un balayage sous différents angles des colonnes. Une équipe qualifiée et expérimentée de la société TRACERCO sera engagée à cet effet. En raison de l épaisseur des viroles, la technique de mesure nécessite l utilisation d une source radioactive au Cobalt 60 de capacité 2950 MBq pour les colonnes d absorption de CO2 et 400 MBq pour les régénérateurs de MEA. Pour pouvoir assurer cette prestation, SOMIZ et son client se concerteront et actionneront toutes les démarches pour l obtention des autorisations nécessaires pour l introduction et la circulation de la source radioactive. La finalité de cette intervention est de permettre au client d améliorer la production de ses unités. 2. Descriptif des colonnes Absorbeurs de CO2 C 1201 A/B Diamètre interne mm Épaisseur virole 59mm Hauteur de la colonne 26.8 m Régénérateurs de MEA C1202 A/B Diamètre interne mm Epaisseur virole 20 mm Hauteur 17.7 m Traînant 114mm Contenu de la colonne : Gaz nature Densité l31.68 kg/m³ MEA Densité kg/m³. 3. Avantages du procédé Le procédé TRACERCO TM Tower Scan facilite le travail et permet de voir et de s enquérir de l état intérieur des colonnes. Le procédé permet aussi une intervention avec les colonnes en fonctionnement. La technique permet de déterminer : - la présence, absence ou les dégâts de composants internes tel que plateaux, protections ( blocs ) d anti-buée, distributeurs, - le niveau des liquides sur les plateaux, les downcomers et les distributeurs. - la mesure et la position d inondation de pile à réaction et liquide. - la mauvaise distribution dans les lits empaquetés - la position et les caractéristiques de densité de mousse. Les informations recueillies à travers ce procédé et les résultats des mesures obtenus identifieront le ou les secteurs affectés et permettront au client d opérer les réparations nécessaires. Un rapport verbal préliminaire et une représentation graphique de profils de densité sera donné sur place après l achèvement de la prestation par scanner. Le rapport final sera transmis au client deux (02) semaines après la fin de l opération. La méthode de Mesure Le scannage de la colonne par le procédé «diagnostic TM de TRACERCO» est généralement exécuté sans aucune préparation de la colonne. L accès au plus haut point de la colonne est exigé si tout le périmètre de la colonne est concerné par le diagnostic. Si un secteur spécifique est concerné par le diagnostic, il est demandé l accès à un niveau supérieur de ce secteur.+ Aucun décalorifuge n est nécessaire. le contrôle par scanner n interfère et n altère pas le fonctionnement de la colonne. Les travaux sont menés à bien en s élevant dans une position audessus de la zone de scannage et en plaçant sur un côté de la colonne la source et sur le côté opposé un détecteur. La source et le détecteur sont alignés verticalement et sont placés afin d être les limites d une ligne passant par la colonne sans toucher les downcomers. La source et le détecteur s abaissent ensemble de chaque côté de la colonne. La quantité de rayonnement qui traverse la colonne dépend de la densité du matériel entre la source et le détecteur. Par conséquent, dans les secteurs de faible densité, tels que les espaces de vapeur, la majeure partie du rayonnement traverse la colonne. Dans les secteurs d une densité plus haute, tel le liquide sur les plateaux, un rayonnement atténué traverse la colonne. Un graphique de la quantité de rayonnement atteignant le détecteur indique les secteurs de densité élevée et faible. Le personnel mobilisé, avec une qualification prouvée, arrive à interpréter les données immédiatement et les résultats sont disponibles sur site. En général un diagnostic par balayage total TM de TRACERCO exige entre quatre (04) et huit (08) heures sur site. 20

Référentiel professionnel CQPI Technicien de Maintenance Industrielle

Référentiel professionnel CQPI Technicien de Maintenance Industrielle Référentiel professionnel CQPI Technicien de Maintenance Industrielle Dans le respect des procédures, des règles d hygiène et de sécurité, afin de satisfaire les clients ou fournisseurs internes/externes

Plus en détail

FORMATION. Mot de l équipe formation S O M M A I R E 4 5 6 7 8 9 10-13 14 15 16 17

FORMATION. Mot de l équipe formation S O M M A I R E 4 5 6 7 8 9 10-13 14 15 16 17 Mot de l équipe formation Faire le choix du matériel CATERPILLAR, c est investir dans des outils hauts de gamme et performants. Mais cet investissement doit être préservé et entretenu pour être rentabilisé

Plus en détail

Newsletter presse n 27

Newsletter presse n 27 Direction des Relations avec les Médias N 26/DRM/2014 Newsletter presse n 27 Nos projets Leviers de développement économique Edition électronique Mars 2014 Manel AIT-MEKIDECHE Newsletter n 27 Mars 2014

Plus en détail

Présentation de la Société NAFTAL

Présentation de la Société NAFTAL SOCIETE NATIONALE DE COMMERCIALISATION ET DE DISTRIBUTION DE PRODUITS PETROLIERS Filiale de SONATRACH, spa au capital social de 15 650 000 000 DA Présentation de la Société NAFTAL Mai 2014 Historique &

Plus en détail

Les types et niveaux de maintenance

Les types et niveaux de maintenance Les types et niveaux de maintenance Les types de maintenance La maintenance des équipements constitue une contrainte réglementaire pour les entreprises possédant des matériels sur lesquels travaillent

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

Réussir la Démarche de Management

Réussir la Démarche de Management Formation à la norme ISO 9001, V 2008 Formateur Dr Mohammed Yousfi Formateur Auditeur Consultant QSE Réussir la Démarche de Management Réussir le Projet ISO 9001, Version 2008 1 Programme Introduction

Plus en détail

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME)

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) Latifa ECHIHABI (Directeur Général, ANPME, 10, rue Ghandi, BP : 211, Rabat,

Plus en détail

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales.

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales. Chapitre 11 LA FONCTION CONTRÔLE DE GESTION REPORTING AUDIT INTERNE Un système de reporting homogène dans toutes les filiales permet un contrôle de gestion efficace et la production d un tableau de bord

Plus en détail

Manuel Management Qualité ISO 9001 V2000. Réf. 20000-003-002 Indice 13 Pages : 13

Manuel Management Qualité ISO 9001 V2000. Réf. 20000-003-002 Indice 13 Pages : 13 Réf. 20000-003-002 Indice 13 Pages : 13 Manuel Management Qualité ISO 9001 V2000 EVOLUTIONS INDICE DATE NATURE DE L'EVOLUTION 00 09/06/2000 Edition Originale 01 29/09/2000 Modification suite à audit interne

Plus en détail

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * République Algérienne Démocratique et Populaire * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * Présidence de le république * * * * * * * * * * * * * Direction Générale de la Fonction Publique

Plus en détail

Organisme de recherche et d information sur la logistique et le transport LES TECHNIQUES DE SUIVI DES ARTICLES ET DES STOCKS

Organisme de recherche et d information sur la logistique et le transport LES TECHNIQUES DE SUIVI DES ARTICLES ET DES STOCKS LES TECHNIQUES DE SUIVI DES ARTICLES ET DES STOCKS La gestion et la maîtrise des flux entrants et sortants du magasin nécessite la mise en œuvre d un dispositif à trois composantes : la classification

Plus en détail

Services informatiques aux organisations

Services informatiques aux organisations I. APPELLATION DU DIPLÔME II. CHAMP D'ACTIVITÉ Services informatiques aux organisations Spécialité «Solutions logicielles et applications métiers» Spécialité «Solutions d infrastructure, systèmes et réseaux»

Plus en détail

Une école adaptée à tous ses élèves

Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS Une école adaptée à tous ses élèves PLAN D'ACTION EN MATIÈRE D'ADAPTATION SCOLAIRE Québec Ministère de l'éducation Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS

Plus en détail

Chaudière à gaz à condensation UltraGas

Chaudière à gaz à condensation UltraGas Chaudière à gaz à condensation UltraGas Une technique de condensation au gaz avec l alufer breveté D une grande efficacité, combustion propre et facile à entretenir. 1 UltraGas (15-2000D) Vos avantages

Plus en détail

...... en quelques mots 1

...... en quelques mots 1 ... en quelques mots 1 Un nouveau Projet d'entreprise pourquoi faire? Le Projet d'entreprise 2006-2009 a porté l ambition de faire de l Assurance Maladie un assureur solidaire en santé reconnu en tant

Plus en détail

Le système d accréditation n est pas un système basé sur la conformité à la. de ce fait, il se différencie

Le système d accréditation n est pas un système basé sur la conformité à la. de ce fait, il se différencie Système d accreditation des organismes de formation Origine, objectifs et méthodologie du système d accréditation Carlos Capela Coordinateur du projet INOFOR - Institut pour l innovation dans la formation

Plus en détail

Brevet de technicien supérieur Conception et Réalisation en Chaudronnerie Industrielle

Brevet de technicien supérieur Conception et Réalisation en Chaudronnerie Industrielle Brevet de technicien supérieur Conception et Réalisation en Chaudronnerie Industrielle ACTIVITÉS ET TÂCHES PROFESSIONNELLES Les activités professionnelles décrites ci-après, déclinées à partir des fonctions

Plus en détail

Tremplins de la Qualité. Tome 1

Tremplins de la Qualité. Tome 1 Tome 1 CET OUVRAGE EST UN GUIDE D INTERPRETATION DE LA NORME NF EN ISO 9001 VERSION 2000 AVANT-PROPOS Ce guide d aide à la rédaction du Manuel de Management de la Qualité a été rédigé par la Fédération

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

La place de l OPCU dans la conduite de projet de rénovation urbaine Note de synthèse ANRU/ CDC

La place de l OPCU dans la conduite de projet de rénovation urbaine Note de synthèse ANRU/ CDC La place de l OPCU dans la conduite de projet de rénovation urbaine Note de synthèse ANRU/ CDC INTRODUCTION La mise en œuvre d un projet de rénovation urbaine suppose un pilotage opérationnel fort, s appuyant

Plus en détail

Rapport sur l audit interne de la gouvernance de la gestion de l information et des technologies de l information

Rapport sur l audit interne de la gouvernance de la gestion de l information et des technologies de l information Rapport sur l audit interne de la gouvernance de la gestion de l information et des technologies de l information Bureau du surintendant des institutions financières Novembre 2012 Table des matières 1.

Plus en détail

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats C ) Détail volets A, B, C, D et E Actions Objectifs Méthode, résultats VOLET A : JUMELAGE DE 18 MOIS Rapports d avancement du projet. Réorganisation de l administration fiscale Rapports des voyages d étude.

Plus en détail

Le challenge du renforcement des compétences. La qualité du service après vente : un enjeu stratégique. Un partenariat ambitieux avec l OFPPT

Le challenge du renforcement des compétences. La qualité du service après vente : un enjeu stratégique. Un partenariat ambitieux avec l OFPPT SOMMAIRE Le challenge du renforcement des compétences 2 La qualité du service après vente : un enjeu stratégique 2 Un partenariat ambitieux avec l OFPPT 3 Une meilleure adéquation entre la formation et

Plus en détail

Le champ d application de notre système de management

Le champ d application de notre système de management NOS ACTIVITES NOTRE ENGAGEMENT NOTRE FONCTIONNEMENT Le périmètre de notre système de management Le périmètre du Système de Management correspond au site de Bordeaux (usine, Unité de Développement des Systèmes

Plus en détail

A vaya Global Services

A vaya Global Services A vaya Global Services Gamme des services LAN et W AN d Avaya IP Telephony Contact Centers Unified Communication Services De nos jours, dans une économie imprévisible, la réussite des affaires exige de

Plus en détail

LES CONTRATS D ENTRETIEN ET D EXPLOITATION DE CHAUFFAGE J-M R. D-BTP

LES CONTRATS D ENTRETIEN ET D EXPLOITATION DE CHAUFFAGE J-M R. D-BTP LES CONTRATS D ENTRETIEN ET D EXPLOITATION DE CHAUFFAGE J-M R. D-BTP 2006 1 Généralités Terminologie Les solutions pour le client Les marchés La prestation L évaluation des postes Les entreprises Durée

Plus en détail

A. Le contrôle continu

A. Le contrôle continu L audit d achat est une action volontaire décidée par l entreprise avec pour objet d apprécier la qualité de l organisation de sa fonction achats et le niveau de performance de ses acheteurs. L audit achat

Plus en détail

Expert en technologies de pointe pour applications en gaz industriel, énergie propre, GNL et hydrocarbures. www.cryostar.com

Expert en technologies de pointe pour applications en gaz industriel, énergie propre, GNL et hydrocarbures. www.cryostar.com Expert en technologies de pointe pour applications en gaz industriel, énergie propre, GNL et hydrocarbures www.cryostar.com L esprit Cryostar Leader commercial et technologique Cryostar est à la pointe

Plus en détail

Contexte général. Contenu de la mission d expertise

Contexte général. Contenu de la mission d expertise Cahier des charges type à l usage des établissements sociaux et médico-sociaux, pour la réalisation d un audit hydraulique des installations de distribution d ECS Contexte général Il est prévu au sein

Plus en détail

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer E. BRAJEUL D. LESOURD, A. GRISEY (Ctifl) T. BEAUSSE (Gaz de France) Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier 2008 1

Plus en détail

rendement réel de formation et effectivite, examens et contrôles, l enseignement spécifique dans les domaines

rendement réel de formation et effectivite, examens et contrôles, l enseignement spécifique dans les domaines Centre de formation de Heftsiba 90 ans d expérience prouvée Introduction Dans un monde en constante évolution, rien ne saurait remplacer l étude. En effet, l importance des ressources humaines au sein

Plus en détail

Ballon tampon DUO-E avec ballon ECS immergé

Ballon tampon DUO-E avec ballon ECS immergé Manuel d installation et d utilisation Ballon tampon DUO-E avec ballon ECS immergé 600/150-750/200-1000/220-1500/300 V 1.3 SOMMAIRE 1 Description du dispositif... 3 1.1 Série type... 3 1.2 Protection du

Plus en détail

5.6 Concertation pour l emploi

5.6 Concertation pour l emploi 5.6 Concertation pour l emploi Soutien à la gestion des ressources humaines 5.6 CONCERTATION POUR L EMPLOI 2012-07-12 Table des matières Section 4 : p. 2 sur 13 Table des matières RÉFÉRENCE Table des matières...

Plus en détail

Contrat d application 2014-2020 pour l amélioration de la compétitivité logistique IMPORT-EXPORT

Contrat d application 2014-2020 pour l amélioration de la compétitivité logistique IMPORT-EXPORT Contrat d application 2014-2020 pour l amélioration de la compétitivité logistique IMPORT-EXPORT CONTEXTE GÉNÉRAL L amélioration de la compétitivité logistique des flux import-export, en termes de développement

Plus en détail

allianceautopropane.com

allianceautopropane.com allianceautopropane.com QUI EST ALLIANCE AUTOPROPANE? LE PLUS GRAND RÉSEAU D AUTOPROPANIERS EN AMÉRIQUE Alliance AutoPropane est un réseau de propaniers qui se consacre à la distribution et à la vente

Plus en détail

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Document d orientation aux organismes publics Annexe A Rôles et responsabilités détaillés des

Plus en détail

Métiers de la Qualité, Sécurité, Environnement

Métiers de la Qualité, Sécurité, Environnement Les fiches Métiers de l Observatoire du Travail Temporaire Emploi, compétences et trajectoires d intérimaires cadres Métiers de la Qualité, Sécurité, Environnement Ingénieur méthodeordonnancement Qualité

Plus en détail

Angle mort organisationnel : Le rôle des processus métiers documentaires dans la croissance du chiffre d affaires

Angle mort organisationnel : Le rôle des processus métiers documentaires dans la croissance du chiffre d affaires Livre blanc IDC réalisé pour Ricoh Septembre 2012 Synthèse Angle mort organisationnel : Le rôle des processus métiers documentaires dans la croissance du chiffre d affaires Angèle Boyd // Joseph Pucciarelli

Plus en détail

Auteur : Françoise NICOLAS, Responsable Qualité. Approuvé par : Michel ROUVELLAT, Président. Dernière date de mise à jour : 01 avril 2015

Auteur : Françoise NICOLAS, Responsable Qualité. Approuvé par : Michel ROUVELLAT, Président. Dernière date de mise à jour : 01 avril 2015 Manuel Qualité Auteur : Françoise NICOLAS, Responsable Qualité Approuvé par : Michel ROUVELLAT, Président Dernière date de mise à jour : 01 avril 2015 CIS Valley Manuel Qualité- MAQ_V08 page 1/16 Engagement

Plus en détail

Maximiser la performance de vos projets immobilier de bureaux

Maximiser la performance de vos projets immobilier de bureaux Make the most of your energy* Maximiser la performance de vos projets immobilier de bureaux * Tirez le meilleur de votre énergie www.schneider-electric.fr Schneider Electric France Direction Communication

Plus en détail

CHOISISSEZ LA SéCURITé ET LA PERFORMANCE POUR L EXPLOITATION DE VOS CENTRALES

CHOISISSEZ LA SéCURITé ET LA PERFORMANCE POUR L EXPLOITATION DE VOS CENTRALES CHOISISSEZ LA SéCURITé ET LA PERFORMANCE POUR L EXPLOITATION DE VOS CENTRALES EDF EN SERVICES, VOTRE PARTENAIRE POUR L EXPLOITATION-MAINTENANCE DES CENTRALES éoliennes ET SOLAIRES SUPERVISION 24H/24 +

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Université d été de la performance en santé - 29 août 2014- Lille Monsieur le président, Monsieur le directeur général,

Plus en détail

Conduire : un acte de travail Prévention du risque routier

Conduire : un acte de travail Prévention du risque routier Santé, Sécurité, Environnement Conduire : un acte de travail Prévention du risque routier Formation initiale AP Formation ACMO 2010 Le risque routier : un risque professionnel majeur Les accidents de la

Plus en détail

Les référentiels et les formations de la fonction Maintenance

Les référentiels et les formations de la fonction Maintenance Les référentiels et les formations de la fonction Assurer le bon fonctionnement grâce à une préventive et curative performante en : - organisant les services techniques en conséquence, - encadrant l'entretien

Plus en détail

COMMANDE REF ADMIN-CS-540-CDD

COMMANDE REF ADMIN-CS-540-CDD Pôle de compétitivité mondial Aéronautique, Espace, Systèmes embarqués COMMANDE REF ADMIN-CS-540-CDD Objet : Prestation d assistance dans le cadre de l action collective AEROLEAN K portée par le pôle de

Plus en détail

Système Qualité Pharmaceutique (ICH Q10)

Système Qualité Pharmaceutique (ICH Q10) 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 Système Qualité Pharmaceutique (ICH Q10) Le document ICH Q10 sur le

Plus en détail

RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE

RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 24 mars 2008 RÉSULTATS 2008 - PERSPECTIVES 2009 DE LA BANQUE POSTALE En 2008, La Banque Postale a confirmé sa place unique et singulière sur le marché de la banque de détail

Plus en détail

AGROALIMENTAIRE. Système de management de la sécurité des denrées alimentaires ISO 22 000. Présentation de la norme

AGROALIMENTAIRE. Système de management de la sécurité des denrées alimentaires ISO 22 000. Présentation de la norme AGROALIMENTAIRE Système de management de la sécurité des denrées alimentaires ISO 22 000 Présentation de la norme 25 mars 2006-1 - Table des matières CHAPITRE 1 La normalisation : une démarche au service

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC METTRE EN PLACE UNE GPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Cette fiche technique aborde la mise en place d une démarche GPEC sous l angle de la description d un processus. Elle présente

Plus en détail

Génie climatique Production de froid Installation - Réalisation Électricité

Génie climatique Production de froid Installation - Réalisation Électricité Génie climatique Production de froid Installation - Réalisation Électricité Préambule Venir chez SE2M, c est vous faire profiter de notre expertise de plus de 10 ans d expérience dans l exercice de notre

Plus en détail

CATALOGUE 2015. 21 b boulevard Tellene 13007 Marseille Tél / Fax : 04 91 31 02 17 / 06 12 46 30 26 / tsalmon@wanadoo.fr

CATALOGUE 2015. 21 b boulevard Tellene 13007 Marseille Tél / Fax : 04 91 31 02 17 / 06 12 46 30 26 / tsalmon@wanadoo.fr CATALOGUE 2015 1 LE MOT DU DIRECTEUR Fort du succès de nos formations vous avez été plus nombreux à vouloir poursuivre l aventure avec TS CONSULTANT. Aussi pour satisfaire une demande continuellement forte,

Plus en détail

Développement des compétences humaines de la Cour des comptes en République Démocratique du Congo

Développement des compétences humaines de la Cour des comptes en République Démocratique du Congo Développement des compétences humaines de la Cour des comptes en République Démocratique du Congo I. OBJECTIFS POURSUIVIS DANS LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES HUMAINES. Dans la réalisation de leur noble

Plus en détail

CIRCUITS DE PUISSANCE PNEUMATIQUES

CIRCUITS DE PUISSANCE PNEUMATIQUES V ACTIONNEURS PNEUMATIQUES : 51 Généralités : Ils peuvent soulever, pousser, tirer, serrer, tourner, bloquer, percuter, abloquer, etc. Leur classification tient compte de la nature du fluide (pneumatique

Plus en détail

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME N 5 LES IMMOBILISATIONS INCORPORELLES

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME N 5 LES IMMOBILISATIONS INCORPORELLES COLLEGE Réunion du lundi 14 janvier 2013 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME N 5 LES IMMOBILISATIONS INCORPORELLES RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS

Plus en détail

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE 22.05.08 RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE Le Conseil d administration de la Société Générale a pris connaissance du rapport ci-joint du Comité spécial qu il a constitué le 30

Plus en détail

SII / SIG. Chronique d un succès majeur pour SIG. Le Partenaire Technologique

SII / SIG. Chronique d un succès majeur pour SIG. Le Partenaire Technologique Le Partenaire Technologique SII / SIG Chronique d un succès majeur pour SIG Comment la mise en place d un outil novateur de gestion des infrastructures et des services a permis à SIG d améliorer la gestion

Plus en détail

Leading in Welded Bellows Technology. Soufflets à membranes soudées pour de nombreuses applications.

Leading in Welded Bellows Technology. Soufflets à membranes soudées pour de nombreuses applications. Leading in Welded Bellows Technology Soufflets à membranes soudées pour de nombreuses applications. Solutions complètes innovantes et économes avec soufflets à membrane. Aussi personnalisés que l ensemble

Plus en détail

L Algérie est honorée d accueillir, à cette occasion, les éminents experts venus partager avec nous leurs expériences en la matière.

L Algérie est honorée d accueillir, à cette occasion, les éminents experts venus partager avec nous leurs expériences en la matière. Mesdames et Messieurs, Je suis particulièrement heureux de prendre part à ce séminaire organisé, sous le haut patronage de Son Excellence le Président de la République, Monsieur Abdelaziz BOUTEFLIKA, par

Plus en détail

Manuel Qualité du plateau de génotypage

Manuel Qualité du plateau de génotypage Manuel Qualité du plateau de génotypage Selon la Norme ISO 9001 : Version 2008 Référence : Manuel Qualité Gestionnaire : Responsable qualité Version Date de version Historique des modifications Version

Plus en détail

Annexe - document CA 118/9. Termes de référence. Audit fonctionnel et organisationnel de l OTIF

Annexe - document CA 118/9. Termes de référence. Audit fonctionnel et organisationnel de l OTIF Annexe - document CA 118/9 Termes de référence Audit fonctionnel et organisationnel de l OTIF Index 1 Description de l organisation... 3 2 Contexte de la mission... 4 3 Objet de la mission... 4 3.1 Objectif

Plus en détail

STRATEGIE, GOUVERNANCE ET TRANSFORMATION DE LA DSI

STRATEGIE, GOUVERNANCE ET TRANSFORMATION DE LA DSI STRATEGIE, GOUVERNANCE ET TRANSFORMATION DE LA DSI NOTRE EXPERTISE Dans un environnement complexe et exigeant, Beijaflore accompagne les DSI dans le pilotage et la transformation de la fonction SI afin

Plus en détail

DIRECTION DES ACHATS RESPONSABILITÉ SOCIALE ET ENVIRONNEMENTALE. Ensemble, agissons pour des achats responsables

DIRECTION DES ACHATS RESPONSABILITÉ SOCIALE ET ENVIRONNEMENTALE. Ensemble, agissons pour des achats responsables DIRECTION DES ACHATS RESPONSABILITÉ SOCIALE ET ENVIRONNEMENTALE Ensemble, agissons pour des achats responsables CONVICTIONS De l intention à l action systématique André SÉPANIAK Directeur des achats Le

Plus en détail

Chaudière à gaz à condensation

Chaudière à gaz à condensation Chaudière à gaz à condensation UltraGas Une technique de condensation au gaz avec l alufer breveté D une grande efficacité, combustion propre et facile à entretenir. 1 UltraGas (15-2000D). Vos avantages.

Plus en détail

Maîtriser les mutations

Maîtriser les mutations Maîtriser les mutations Avec UNE Supply chain AGILE La réflexion porte ses fruits www.cereza.fr TALAN Group Notre savoir-faire : maîtriser les mutations et en faire une force pour l entreprise Cereza,

Plus en détail

Les métiers à la. Division Production Nucléaire

Les métiers à la. Division Production Nucléaire Les métiers à la Division Production Nucléaire 1 Les centres nucléaires de production d électricité en France En fonctionnement : 58 réacteurs nucléaires Construction d un EPR de 1600 MW 2 Principe de

Plus en détail

Business Project Management : Cycle de vie des documents et workflow

Business Project Management : Cycle de vie des documents et workflow Business Project Management : Cycle de vie des documents et workflow Iut de Tours Département Information-Communication Option Gestion de l Information et du Document dans les Organisations Page 1 sur

Plus en détail

La qualité au service de. vos exigences

La qualité au service de. vos exigences La qualité au service de vos exigences Edito La qualité, la réactivité, l investissement humain dans chaque projet ont fait de ERI un acteur incontournable dans l acte de construire. ERI dispose, depuis

Plus en détail

L obligation de négocier sur la pénibilité dans les entreprises. Premiers éléments de bilan. Direction générale du travail

L obligation de négocier sur la pénibilité dans les entreprises. Premiers éléments de bilan. Direction générale du travail CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 21 novembre 2012 à 14 h 30 «Pénibilité. Transition emploi-retraite. Elaboration de cas-types pour les projections.» Document N 6 Document de travail,

Plus en détail

Mise en œuvre des filets de sécurité en grandes nappes

Mise en œuvre des filets de sécurité en grandes nappes RECOMMANDATION R 446 Recommandation adoptée par le comité technique national du bâtiment et des travaux publics lors de sa réunion du 14 mai 2009. Cette recommandation annule et remplace la recommandation

Plus en détail

I LA PROFESSION. - Le nombre d entreprises de couverture est d environ 10 000, le nombre de salariés employés est d environ 30 000.

I LA PROFESSION. - Le nombre d entreprises de couverture est d environ 10 000, le nombre de salariés employés est d environ 30 000. Réferentiel des activités professionnelles INTRODUCTION I LA PROFESSION La couverture et les techniques du toit consistent à assurer l étanchéité des toitures (mettre hors d eau les différentes formes

Plus en détail

Accord sur la sécurité incendie et la sécurité des bâtiments au Bangladesh

Accord sur la sécurité incendie et la sécurité des bâtiments au Bangladesh Accord sur la sécurité incendie et la sécurité des bâtiments au Bangladesh Les parties soussignées sont attachées à l objectif d une industrie du prêt-à-porter sûre et durable au Bangladesh où aucun travailleur

Plus en détail

École Supérieure Algérienne des Affaires 2ième Rencontres du Consortium ESAA-entreprises Mutation digitale et conséquences sur l organisation de l entreprise et ses salariés ( 3 Juin 2015) La digitalisation

Plus en détail

Les projets d investissement en PME

Les projets d investissement en PME Le point sur Les projets d investissement en PME Concilier performance économique et conditions de travail L investissement reste un moment clé du développement d une entreprise. C est l occasion de repenser

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle

CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle Guide de repérage des compétences du candidat Candidat Nom :... Prénom :........ Entreprise :... Le document original est conservé par l entreprise

Plus en détail

ISO/CEI 19770-1. Technologies de l information Gestion des actifs logiciels. Partie 1: Procédés et évaluation progressive de la conformité

ISO/CEI 19770-1. Technologies de l information Gestion des actifs logiciels. Partie 1: Procédés et évaluation progressive de la conformité NORME INTERNATIONALE ISO/CEI 19770-1 Deuxième édition 2012-06-15 Technologies de l information Gestion des actifs logiciels Partie 1: Procédés et évaluation progressive de la conformité Information technology

Plus en détail

www.kaeser.com Votre partenaire pour les solutions d air comprimé

www.kaeser.com Votre partenaire pour les solutions d air comprimé Votre partenaire pour les solutions d air comprimé KAESER COMPRESSEURS Fournisseur de systèmes d air comprimé de réputation mondiale L entreprise fondée en 1919 par Carl Kaeser père était à l origine un

Plus en détail

Ressources APIE. La comptabilisation des actifs immatériels : enjeux et applications. immatériel. Pour comprendre. En bref

Ressources APIE. La comptabilisation des actifs immatériels : enjeux et applications. immatériel. Pour comprendre. En bref Ressources de l immatériel APIE Agence du patrimoine immatériel de l état La comptabilisation des actifs immatériels : enjeux et applications En bref L État est riche d un patrimoine immatériel inestimable.

Plus en détail

Comment accompagner le chef d entreprise dans les relations sociales?

Comment accompagner le chef d entreprise dans les relations sociales? L EXPERT-COMPTABLE PILOTE DES MISSIONS DE CONSEIL SOCIAL : QUELS OUTILS, POUR QUELLES MISSIONS? Comment accompagner le chef d entreprise dans les relations sociales? P.1 COMMENT ACCOMPAGNER LE CHEF D ENTREPRISE

Plus en détail

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5

3 - Sélection des fournisseurs... 4. 4 Marche courante... 5. 4.1 Conditionnement Transport... 5. 4.2 Livraison... 5 1 SOMMAIRE 1 Introduction... 3 2 Principes... 3 3 - Sélection des fournisseurs... 4 4 Marche courante... 5 4.1 Conditionnement Transport... 5 4.2 Livraison... 5 4.3 - Garantie qualité / Conformité... 5

Plus en détail

Démarche de traçabilité globale

Démarche de traçabilité globale Démarche de traçabilité globale Dr Chi-Dung TA* Responsable Qualité, Danone Vitapole chi-dung.ta@danone.com La traçabilité existe depuis un certain nombre d'années dans les entreprises à des niveaux plus

Plus en détail

SERVICES D INGENIERIE

SERVICES D INGENIERIE SERVICES D INGENIERIE Le Centre Technique PPS rassemble plus d une centaine d experts, chefs de projet, ingénieurs et techniciens expérimentés en recherche et développement, intégration produit et assistance

Plus en détail

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE 1 LA POLITIQUE QUALITE-GESTION DES RISQUES Depuis 2003, la Direction s engage à poursuivre, la démarche qualité et à développer une gestion

Plus en détail

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail

Énergie et Mondialisation

Énergie et Mondialisation Énergie et Mondialisation Il est fréquent d affirmer que de nombreuses questions énergétiques ou environnementales ne peuvent être posées correctement qu au niveau mondial. Résolument ancré dans le réseau

Plus en détail

TACOTHERM DUAL PIKO MODULE THERMIQUE D APPARTEMENT MULTI CONFIGURABLE

TACOTHERM DUAL PIKO MODULE THERMIQUE D APPARTEMENT MULTI CONFIGURABLE TACOTHERM DUAL PIKO MODULE THERMIQUE D APPARTEMENT MULTI CONFIGURABLE COMBINEZ VOTRE STATION INDIVIDUELLE Le module thermique d appartement TacoTherm Dual Piko s adapte parfaitement à toutes les configurations

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture Plan d action de développement durable 2009-2015 Le développement durable, une question de culture Révisé en mars 2013 Note importante Le gouvernement du Québec a autorisé le 29 février 2013 par décret

Plus en détail

Catalogue 2014 OFFRE DE SERVICES. Solutions de services CVC complètes et sur-mesure pour vos installations SERVICE

Catalogue 2014 OFFRE DE SERVICES. Solutions de services CVC complètes et sur-mesure pour vos installations SERVICE Catalogue 2014 OFFRE DE SERVICES Solutions de services CVC complètes et sur-mesure pour vos installations SERVICE 1 Sommaire Vous êtes entre de bonnes mains! Un service de proximité Une équipe à votre

Plus en détail

Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques

Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques Élaboré par la Direction de la qualité, de la mission universitaire et de la pratique multidisciplinaire Approuvé par le Comité de

Plus en détail

Annexe I b. Référentiel de certification

Annexe I b. Référentiel de certification Annexe I b Référentiel de certification Page 15 sur 45 CORRESPONDANCE ENTRE ACTIVITÉS ET COMPÉTENCES ACTIVITÉS ET TÂCHES A1. S ORGANISER, S INTEGRER à une EQUIPE A1-T1 Préparer son intervention et/ou la

Plus en détail

Annonces internes Sonatrach recherche pour sa Direction Centrale IAP - CU :

Annonces internes Sonatrach recherche pour sa Direction Centrale IAP - CU : Annonces internes Sonatrach recherche pour sa Direction Centrale IAP - CU : DIRECTION DE L ECOLE D ARZEW : Un Chef de Département Pédagogique Gaz, Raffinage et Pétrochimie. DIRECTION ADMINISTRATION ET

Plus en détail

Notre offre de service : un accompagnement par des experts sur l ensemble des problématiques liées au diagnostic financier

Notre offre de service : un accompagnement par des experts sur l ensemble des problématiques liées au diagnostic financier SANTE Diagnostic financier et aide à l élaboration d un plan de redressement Comment s approprier la démarche de diagnostic? Les enjeux Depuis la mise en place de la T2A, les établissements de santé sont

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Expérimentation sur la valorisation des effacements de consommation sur les marchés de l'énergie (dispositif "NEBEF 1"): synthèse des propositions de

Expérimentation sur la valorisation des effacements de consommation sur les marchés de l'énergie (dispositif NEBEF 1): synthèse des propositions de Expérimentation sur la valorisation des effacements de consommation sur les marchés de l'énergie (dispositif "NEBEF 1"): synthèse des propositions de RTE 16 octobre 2013 Expérimentation sur la valorisation

Plus en détail

Dossier retraite. Profil 1B. Année de naissance. Profil 1A

Dossier retraite. Profil 1B. Année de naissance. Profil 1A Dossier retraite Mise à jour : 10/03/2014 Vos ressources De quelles ressources disposerez-vous lors de votre départ en retraite? Elles sont de 5 natures : - La retraite sécurité sociale dite retraite de

Plus en détail

Tel : 03 22 09 93 34 www.fsconcept.com e-mail : contact@fsconcept.com

Tel : 03 22 09 93 34 www.fsconcept.com e-mail : contact@fsconcept.com F.S. Concept Concepteur de vos formations Catalogue janv 2012 Tel : 03 22 09 93 34 www.fsconcept.com e-mail : contact@fsconcept.com Tel : 03 22 09 93 34 www.fsconcept.com e-mail : contact@fsconcept.com

Plus en détail