Projet : Coordination Informatique et Société

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Projet : Coordination Informatique et Société"

Transcription

1 Projet : Coordination Informatique et Société Félix Hauri consultant en micro-informatique 8 juin 2000 Résumé Sans interrompre sa croissance vertigineuse, l informatique à pourtant cessé d évoluer et arrive à un point d étrange saturation. Les ressources et les performances sont pourtant bien là, à notre disposition. Nous devons maintenant comprendre comment les utiliser, pour apprendre à les rentabiliser. 1

2 Table des matières 1 Introduction Buts Mon profil Situation Le business de la micro-informatique Les clients Les solutions en paquets Les utilisateurs Synthèse et développement Couches et hiérarchie Le peuple de l informatique Les professions de l informatique Les super-utilisateurs Les coordinateurs Les intégrateurs Les distributeurs Les conseillers Éthique et déontologie Confiance et dépendance Objectifs Mise en œuvre Concept Coordination Rendement Structuration Cahier des charges Formation Domaines d application Réalisation Conclusion Pensées inspirées 24 6 Remerciements 24 2

3 Table des figures 1 Modèle OSI de répartition des couches réseau Répartition des procédures pour la gestion d une base de données centralisées Intégration d un moteur de mise en page, uniformisation des documents Différents chemins de formations pour des supers-utilisateurs Distribution des charges en fonction des choix, besoins et options d une société

4 1 Introduction 1.1 Buts L informatisation aujourd hui est décousue, incomprise et dénuée de sens. Les absences de bases et de rigueur ont un effet déstabilisant et déroutant sur les êtres humains qui y sont confrontés, qu il s agisse des utilisateurs ou des chefs d entreprises. Les tensions humaines qui entourent ce phénomène laissent présager une révolution imminente. Bien sûr, je ne parle pas de sang (du moins je l espère), mais simplement de changement. Les changements à venir devront se produire sur de nombreux plans humains, avant de devenir perceptibles au travers de nos machines. Le but de ce projet est de mettre en oeuvre cette révolution en douceur, avec un maximum de discernement et d ouverture, afin qu elle soit le plus bénéfique possible, pour le plus de monde possible. 1.2 Mon profil Tout commence en l an mille neuf cent septante-sept, j ai alors douze ans et me passionne pour les bricolages électroniques. En face de chez moi, le patron du magasin de composants électroniques me propose de travailler pour lui, pour me faire de l argent de poche. Cette année là, il reçoit ses premiers micro-ordinateurs, il s agit de circuits électroniques surélevés de claviers hexadécimaux. L année suivante, les premiers micros qui seront utilisés dans des environnements professionnels, les AppleII, PET et TRS-80 commençent à supporter des applications telles que traitement de texte et base de données. En septante-huit, je m offre mon premier PC, un PET de Commodore doté de huit kilo-octets de mémoire vive et un lecteur de cassettes (format magnétophones standards) pour lire et sauver les programmes ou les fichiers. Le choix de mon orientation professionnelle, du fait que l informatique balbutiante ne dispose pas de plans de formation dans ma direction, se porte sur la profession de monteur électricien, ce qui me permet de faire connaissance avec les techniques et problématiques des réseaux de communication, au niveau matériel. Puis, je décide d obtenir un titre de Technicien ET en suivant des cours du soirs. J opte pour 4

5 la profession de Technicien en Électronique et Électrotechnique soucieux de bien maîtriser les bases de ma profession. N ayant à aucun moment cessé de suivre l évolution de l informatique, j ai renoncé à m engager dans un cours d ingénieur en informatique car l investissement en temps et en argent était trop important par rapport à l enseignement que j en aurais retiré. Certes un diplôme ferait un bel effet... 5

6 2 Situation 2.1 Le business de la micro-informatique Il y a trois grands secteurs de revenus liés à l informatique : les constructeurs, les développeurs et les distributeurs. Ces derniers ont pris l habitude de conseiller leurs clients, si cela est plutôt une bonne chose au fond, le fait de revendiquer le statut de conseiller lorsque l on est avant tout distributeur, c est à dire expert des seuls produit que l on représente, pose en revanche un problème de déontologie. Pour moi, être conseiller indépendant signifie ne dépendre de personne pour conseiller le client au mieux de ses intérêts. Les professions libérales qui ont une assise dans nos moeurs, car plus anciennes telles que médecin, avocat, architecte ou encore ingénieur conseil, appliquent systématiquement un code de profession lié à l honneur, qui leur interdit des pratiques tendancieuses du type vente des produits conseillés ou publicité. Les informaticiens agissent dans la confusion totale. La plupart calculent leur chiffre d affaire de la même manière que les commerces, en se basant sur un flux de fournitures. Si bien que les clients, particuliers ou les décideurs des sociétés, ont l habitude d acquérir des solutions informatiques sous la forme de paquets avec lesquelles leurs employés doivent se débrouiller moyennant éventuellement quelques cours. Les conséquences, à priori, sont que les utilisateurs finaux ne sont peu ou pas encadrés, que les solutions en paquets évoquées précédemment ne sont que peu ou pas intégrées et surtout que les spécialistes, mandatés en dernière heure, se retrouvent étrangers en terre inconnue et passent énormément de temps pour comprendre le système et les bidouillages apportés avant de pouvoir entreprendre une quelconque intervention. Il y a aussi des conséquences, à plus long terme, que l on peut mesurer dès à présent et qui se situent plus sur le plan social. N imaginant pas à quel point l informatique deviendrait une seconde peau de la nature humaine, les écoles n ont pas prévus suffisamment de branches dans l informatique. Dès que celles-ci furent plus ou moins prêtes à produire des informaticiens, une vague de jeunes gens s est lancée à bras raccourcis dans cette direction. Beaucoup d inscrits, beaucoup d élus, mais une profession encore mal dessinée, insuffisamment fractionnée et où les conseillers ne respectent pas assez leur propres limites faute de spécialisations reconnues. Le résultat est visible aujourd hui : Les employeurs sont mécontents, conscient de n utiliser qu une infime partie des performances et ressources informatiques et humaines qu ils ont à disposition. 6

7 Un manque évident de spécialistes de l informatique, dans beaucoup de domaines ciblés. Certains employés polyvalents, se retrouvent débordés car peu productifs dans leur domaine en raison du temps qu ils consacrent à la maintenance informatique. Bien souvent ces spécialistes pourraient être tentés de changer de profession au profit d une carrière dans l informatique. 2.2 Les clients Les clients, les investisseurs, eux n ont pas changé, ils sont toujours aussi ignorants (en matière d informatique). Peut-être un peu plus méfiants, certainement un peu moins riches. Au début, certaines entreprises se sont lancées dans de gros investissements informatiques en espérant ainsi, pouvoir réduire à moyen terme, d une part leurs effectifs et d autre part les coûts d exploitation. Très vite, ces personnes ont déchanté, je me souviens d un rapport annuel émanant de l une de nos grandes banques, dont un chapitre consacré au bilan de l informatisation, faisait état d un résultat lourdement négatif. Ce rapport était établi avant Non seulement les effectifs n ont pas été réduits dans les proportions escomptées, mais une bonne partie des postes libérés ont été réoccupés par des employés lourdement qualifiés, donc plus chers, de plus l exploitation informatique avec sa course aux performances et ses régulières acquisitions de mises à jour, maintenances et évolutions ont joyeusement crevé tous les plafonds des estimations que les plus pessimistes des experts avaient avancés vers 1980 pour les dix années à venir. L erreur à été de croire que la machine pourrait remplacer l homme. Elle peut, au mieux, l assister, le décharger et le suivre, mais en aucun cas l accompagner ou le devancer. 7

8 S il est vrai que les progrès informatiques surprennent régulièrement par leurs nouveaux potentiels, il ne faut pas oublier que nous comparons là, de la technologie avec de la technologie...plus récente. On entend bien parler d intelligence artificielle ou de systèmes experts, réseaux neuronaux ou logique floue. Mais attention! Il s agit là de termes de vocabulaire qu utilisent les ingénieurs en développement pour s émoustiller. Cela n a encore pas grand-chose à voir avec ce que peuvent faire nos petites cellules grises. En fait, les spécialistes les plus avancés ne comprennent qu une infime partie de la mécanique cérébrale. Juste ce qu il faut pour leur permettre de crier : «demain on y arrivera», mais sortons de l utopie, ces promesses ont désormais atteint un âge vénérable. Les ordinateurs actuels sont cependant capables de faire souvent bien plus, en matière de performances, que les client ne peuvent se représenter. Toutefois pour ce qui est de l intuition, ils ne sont pour l heure, qu en mesure de restituer des attitudes qu on leur a enseignées. Ce travail précisément, de constituer dans une machine ou un réseau, un environnement propre au client, qui lui permette d évoluer dans son univers avec la compagnie de son informatique est un travail de personnalisation. A la fois simples et complexes, en principe, les procédures informatiques sont maîtrisées et faciles à mettre en oeuvre. Toutefois, la parfaite compréhension des besoins du client est un travail de contact qu il faut considérer comme jamais achevé. En effet, ce n est qu en se fréquentant régulièrement, l informaticien et le client, que le dialogue devient fiable, efficace, et productif. Le client idéal de l informatique est quelqu un, qui a les moyens de se donner le temps et le financement pour chercher à améliorer la qualité, la régularité et la présentation de son produit. Il aura alors la satisfaction de maîtriser son système et de l utiliser avec le même naturel qu il verra évoluer son entreprise. Le bilan sera alors positif : gain de temps, de qualité et de régularité pour un coût d exploitation stable et plutôt bas. Chercher à gagner du temps ou de l argent à court terme avec un ordinateur est un doux rêve soigneusement entretenu par les conseillers évoqués précédemment. 8

9 2.3 Les solutions en paquets Il s agit d un aspect important de la situation. Ces paquets logiciels sont nombreux et touchent une grande masse d utilisateurs, de par leur présentation et surtout, leur vocation. Réalisés pour des configurations stéréotypées correspondantes à la moyenne des différents cas d utilisations, développés par des groupes d ingénieurs très compétents et distribués en grand nombre, ils représentent le logiciel complet le plus rationnel au niveau rapport qualité / prix. Toutefois, pour répondre à un éventail large de type de besoins différents, ces solutions sont très souvent lourdes et, du coup, complexes à utiliser. Il est amusant de voir qu à force de vouloir simplifier le travail de nos secrétaires, (dans le cas, par exemple d une simple lettre), celles-ci se retrouvent en fin de compte face à un écran sur lequel une lucarne de 12cm de haut leur permet de taper du texte et tout autour, des rangées et colonnes de boutons qui commencent à ressembler à un tableau de bord d avion de ligne... Il faut comprendre que si ces paquets logiciels permettent effectivement de bénéficier du travail important de nombreux ingénieurs, pour les utiliser convenablement, il est nécessaire au préalable, de faire effectuer par un ingénieur unique (et coûteux en regard du prix des centaines d heures de travail que représente un paquet logiciel), un travail d installation qui consistera à intégrer ces paquets à l entreprise. Actuellement, si ces paquets sont largement répandus, leur utilisation est relativement hasardeuse dans la majorité des situations. Les conséquences sont diverses : Les utilisateurs perdent énormément de temps à s adapter au logiciel s ils n arrivent pas à adapter le logiciel à leur besoins. Dans tous les cas, un temps considérable est investi. Les documents émanant d une même société peuvent changer de présentation en fonction des utilisateurs, des nouveaux logiciels ou parfois simplement d un jour à l autre. Certains utilisateurs ne parvenant pas à obtenir un résultat désiré en suivant les procédures décrites dans les manuels, s accommodent de leur résultats en le bidouillant pour qu il ressemble au souhait initial. Tout peut ainsi fonctionner pendant longtemps avant qu une petite nouveauté n interdise la bidouille organisée. Dans ce cas, il y a fort à parier que l utilisateur, auteur de la géniale acrobatie informatique, ne fasse plus partie de la société, cette dernière se retrouve alors en panne jusqu à ce qu un professionnel arrive à comprendre, remettre en ordre et concevoir un schéma pour la réalisation du souhait initial...ou qu un autre génial utilisateur ne réalise une nouvelle acrobatie... Les gestions de sécurités et maintenance des données laissées au soins des utilisateurs peuvent plonger une entreprise solide dans une situation précaire, après une simple panne informatique. Les utilisateurs manipulant des outils leurs permettant de tout faire, en oublient leurs propres limites de connaissances. Ils se trouvent ainsi, par exemple, à réaliser des œuvres 9

10 graphiques souvent lourdes en couleurs et inadéquates au possible. Nombre de cartes de visites farfelues faites maisons, ne respectant pas les règles élémentaires que tous bons graphistes et imprimeurs ont appris pour l exercice de leur métier Les utilisateurs Il y a autant de catégories d utilisateurs que d applications informatiques différentes, de plus pour chaque catégories, les niveaux de connaissances vont de débutant à expert en passant par toutes les variations. Ils sont ceux qui connaissent le mieux les problèmes qui relient leur branche professionnelle au système informatique. Il sont les seuls à pouvoir demander une amélioration sur leur système ou encore à pouvoir concevoir les bases d une application informatique dédiée. Toutefois, il ne sont que peu écoutés, ne serait-ce que par le fait que l on est habitué à utiliser les paquets logiciels qui contribuent à creuser le gouffre qui sépare les utilisateurs des développeurs. On rencontre, parfois, des super-utilisateurs qui ont littéralement transformé l utilisation de l informatique, au sein d un service ou d une petite entreprise. Ce sont des professionnels de tous secteurs, (hormis l informatique), qui se sont passionnés et qui ont une certaine facilité naturelle à comprendre ces systèmes. Ils ont réalisé, pour leur équipe, une foule de petits gadgets qui rendent énormément de services. Il s agit à proprement parler des travaux d intégration et de personnalisation. Malheureusement, cela ne s étend en général pas, car au temps investi pour des personnalisations vient s ajouter le temps nécessaire à la bonne marche des travaux courants et rapidement le super-utilisateur devra choisir entre quitter l entreprise pour exercer dans l informatique ou ranger ses ambitions et reprendre ses travaux courants pour conserver sa situation. 10

11 3 Synthèse et développement 3.1 Couches et hiérarchie Pour gérer un concept important, nous avons appris depuis très longtemps à pratiquer des sectorisation et implanter des hiérarchies. Les militaires sont un très bel exemple, on y trouve un nombre impressionnant de spécialistes gérés par une hiérarchie homogène. Mais plus proche de notre sujet, tous les logiciels informatiques sont en fait le résultat d un assemblage de diverses couches spécialisées Couche Application comportent les programmes d application utilisant le réseau. Couche Présentation standardise la présentation des données destinées aux applications. Couche Session gère les sessions entre applications. Couche Transport assure la détection et la correction d erreur de bout en bout. Couche Réseau gère les connexions au travers du réseau pour les couches supérieures. Couche Liaison assure la transmission des données sur la liaison physique. Couche Matériel définit les caractéristiques physiques du matériel réseau. FIG. 1 Modèle OSI de répartition des couches réseau. Les ingénieurs mandatés pour la réalisation des premiers réseaux informatiques avaient pratiqué d entrée une découpe en cinq, puis sept couches. Certains concepts passaient par l utilisation de neuf couches distinctes censées gérer la nature des fils qui relient physiquement les réseaux, pour la couche la plus basse et la langue parlée par l utilisateur pour la couche la plus haute. En fait, pour qu une solution informatique soit gérable, il est nécessaire de la découper en plusieurs couches afin de traiter individuellement chaque étape. Un petit exemple, situé dans une société de distribution, indépendament de son importance... Un découpage approfondi permet de mieux gérer les liaisons entre les différents modules et ainsi de profiter au maximum de l intégration. Un autre exemple, pour une production de documents uniformes d un bout à l autre de l entreprise, axés sur une base de données commune... 11

12 Gestion des stocks Production Secrétariat Promotion commerciale Comptabilité Administration Présentation Présentation Présentation Présentation Présentation Présentation Sélection Interrogation Sélection Interrogation Sélection Interrogation Sélection Interrogation Sélection Interrogation Sélection Interrogation Accès Sécurité Accès Sécurité Accès Sécurité Accès Sécurité Accès Sécurité Accès Sécurité Moteur de base de données FIG. 2 Répartition des procédures pour la gestion d une base de données centralisées Réseau d imprimantes Accès sécurité Moteur de base de données Accès sécurité Feuilles de styles, documents types. Accès sécurité Sélection Interrogation Moteur de mise en page Présentation - interface utilisateur FIG. 3 Intégration d un moteur de mise en page, uniformisation des documents. 3.2 Le peuple de l informatique Le nombre d individus concernés par la sectorisation décrite précédemment devrait rapidement s approcher des effectifs militaires toutes proportions gardées. On comprend facilement que cela nécessiterait un important dispositif humain, qui ne se mettra pas en place en quelques jours. Cependant il faut savoir que ce dispositif est déjà disponible. En effet, de plus en plus d individus possédant des connaissances en informatique, proposent des services de tous genres, essentiellement liés à la personnalisation. De plus la quasi totalité des sociétés employant plus de dix personnes sur des postes informatiques, recensent au moins un super-utilisateur et deux débutants. N oublions pas que l informatique est là pour nous rendre service et non le contraire. Un employé qui est un mauvais utilisateur parce que réfractaire à l informatique, peut être cependant, un excellent spécialiste dans sa branche. Ce serait par conséquent une perte de temps que de chercher à lui inculquer le maniement informatique, alors que potentiellement, d autres employés plus amateurs 12

13 de claviers et souris se feraient un plaisir de travailler en tandem avec le premier. Un employé qui se passionne pour les claviers et qui est bon dans son domaine d application sera potentiellement un super-utilisateur chargé de la bonne marche de l informatique dans son secteur. Cependant il faut faire attention, pour sectoriser les aspect informatiques, seul un bon spécialiste, expert dans sa branche et passionné ou convaincu par l informatique pourra devenir un spécialiste informatique dans sa branche. Il s agit de compétences propres qui permettent la visualisation des concepts informatiques qui y sont liés. 13

14 3.3 Les professions de l informatique Les super-utilisateurs Il s agit de professionnels maîtrisant leur propre métier et disposant de certaines facilités à comprendre et utiliser les ordinateurs. Chargés des tâches de gestion et tenue à jour des cahier des charges et livres de bords, ce sont eux qui s occuperont de formation des utilisateurs, maintenance, sauvegardes, création de rapports, etc. Professionnel confirmé, utilisateur. Pratique intérêt pour l informatique Utilisateur avancé Cours de bases informatiques et spécialisations Super utilisateur Informaticien CFC Pratique installation logiciels spécialisés Informaticien spécialiste cours théorique et pratiques (stages) Super utilisateur FIG. 4 Différents chemins de formations pour des supers-utilisateurs. Pour un groupe de trois à vingt utilisateurs œuvrant dans un seul secteur donné, deux superutilisateurs suffiront pour assumer le travail de gestion du site et d interlocuteur auprès des spécialistes. En principe, ces personnes auront les mêmes activités que les autres utilisateurs pour des contraintes de rendement inférieur, mais avec en plus un travail d observation et de critique aux fins d améliorations des principes d utilisation Les coordinateurs Pour une équipe de vingt personnes, il faudra au minimum deux super-utilisateurs par secteur d activité informatique et un coordinateur pour quatre à cinq secteurs informatiques différents. Dans les petites entreprises, le chef de la société est bien souvent le coordinateur. Censé connaître le fonctionnement global du système informatique de sa société, il est chargé de superviser, mandater les spécialistes en cas de besoin, coordonner les travaux des différents intervenants et instruire les super-utilisateurs. Dans le cas de configurations encore plus importantes, il devient nécessaire de passer par plusieurs niveaux de coordinateurs. Pour des très grosses installations, touchant un grand nombre de secteurs, le nombre de niveaux de coordinateurs tiendra du nombre de couches de développement. Les rôles de coordinateurs pourront êtres tenus, par des conseillers indépendants et/ou par des distributeurs, selon les cas. 14

15 3.3.3 Les intégrateurs Leur importance et leur existence se justifie dès les configuration mono-postes, chargés de rendre l ensemble machine-logiciel accessible à l utilisateur avec un maximum de performances et de rationalisation. Ce sont des experts connaissant parfaitement leur gamme de logiciels spécialisés qu ils sont capable d installer, peaufiner et enseigner. Dans de nombreux cas, ces spécialistes sont distributeurs des dits logiciels spécialisés. Les supers-utilisateurs peuvent, selon leur niveau de connaissances, assumer la tâche d intégration Les distributeurs Ils sont le contact promotionnel pour tout le secteur auquel ils ont accès. Constamment à jour et au fait des dernières nouveautés, les vendeurs restent les meilleurs conseillers en matière de connaissance des produits qu ils distribuent, le passage incontournable lors de recherche de nouvelles solutions ou de particularités. Leur tâche consiste à fournir et intégrer les solutions qu ils distribuent, ainsi qu effectuer les formations nécessaires Les conseillers Attachés fondamentalement aux intérêts de leurs clients, ils doivent, avant tout s assurer une parfaite compréhension des besoins et devoirs de ces derniers. Spécialistes ou généralistes, ils sont appelés pour les travaux d audits, évaluations, appels d offres, comparatifs, assistances à l adjudication, supervisions, coordinations, expertises et autres. 3.4 Éthique et déontologie Plusieurs groupements d informaticiens sont apparus avec l ambition de présenter une norme d informaticiens, avec un code d éthique. Cela montre qu ils sont conscients du fait que la confiance de leurs clients n est pas acquise, mais que, au contraire, de nombreuses déceptions sont à l origine de beaucoup de méfiance. 15

16 Actuellement, aucun code de moralité, aucune protection de l appellation conseiller en informatique ne différencie le bricoleur du vendeur ou de l expert. Le seul moyen d évaluer un conseiller est de discuter de sa vocation et de ses motivations. Pour ma part, j ai toujours pris soins de ne jamais lancer d affirmations s il se trouvait la moindre chance qu elle ne se vérifie pas, je me suis toujours attaché à préserver l intérêt de mes clients en priorité et ai systématiquement refusé toute commission sur les produits que j aurais fait acheter par mes clients. Au contraire, j ai demandé à ce que, si une réduction pouvait être calculée, qu elle le soit sur la facture adressée à mon client. Lorsqu il s est agit de choisir un système d exploitation ou un ensemble de bureautique, je n ai jamais caché les lacunes, instabilités, défauts ou autre carences des systèmes que je me trouvais forcé de recommander par soucis de compatibilité. Je pense qu il est important de faire une distinction entre les distributeurs et les conseillers. En effet, lorsqu un professionnel décide de distribuer un produit, il va devoir investir du temps pour bien connaître son produit, par conséquent il aura moins de temps à consacrer à suivre l évolution des marques qu il aura choisi de ne pas distribuer. Un conseiller doit rester indépendant, c est à dire ne dépendre d aucun intérêt susceptible d entrer en conflit avec ceux de ses clients. Actuellement, en dehors des institutions publiques de l enseignement, je ne connais que très peu de conseillers répondants à ces caractéristiques. 3.5 Confiance et dépendance La Suisse, bel exemple de pluralité et d intégration, fonctionne, depuis pas mal de temps, sur un schéma présentant comme principaux conseillers, non pas un, mais sept sages censés se compléter, mais aussi se contenir les uns, les autres. Pour ce qui est de la conception d un système complexe ( tel que décrit dans le présent projet ), si elle doit effectivement être contrôlée au niveau de sa cohérence dans son ensemble, par une seule entité, le fait de faire suivre ce contrôle par une ou plusieurs autres entités équivalentes ne peut être qu un gage de sécurité. En deux mots, je pense qu un client ne doit pas dépendre d un seul conseiller. 16

17 3.6 Objectifs hiérarchisation maîtrise et compréhension des concepts de l ensemble du système informatique. intégration amélioration du rendement en qualité et en productivité. structuration accroissement des performances et de la fiabilité, réduction des coûts d exploitation. Intérieur Extérieur Intérieur Extérieur Direction Direction Conseillers Coordinateur technique Fournisseurs Fournisseurs Utilisateurs AVANT Super utilisateurs Utilisateurs APRÈS Intégrateurs Variante brune: solution "économique", coordination sous-traitée à l extérieur. Variante bleue: solution complète, présence constante et maîtrise totale. FIG. 5 Distribution des charges en fonction des choix, besoins et options d une société. 17

18 4 Mise en œuvre 4.1 Concept Société. Informatique. Réseau. Entreprise Concept : Assistance à la création d un concept d intégration de l informatique dans votre entreprise. L informatique d aujourd hui est composée d une multitude d options qui doivent permettre à l utilisateur lambda, vous, de créer et de réaliser tout ce qu il souhaite tant au niveau professionnel que personnel. Le résultat ressemble encore trop souvent à ce que peut ressentir un automobiliste aux commandes d un Jumbo jet... C est pourquoi nous vous proposons d étudier avec votre collaboration, tous les aménagements disponibles vous permettant de piloter votre entreprise sans crainte d affronter le crash... 18

19 4.2 Coordination Coordination : De la coordination naît l organisation. En étant à l écoute de vos besoins par le biais d audits, et pour répondre aux mieux à vos attentes, il s avère nécessaire et utile de coordonner les divers secteurs de votre entreprise liés à l exploitation de l informatique. Ce précepte est valable dans le sens contraire c est-à-dire, coordonner les divers secteurs de votre informatique liés à l exploitation de l entreprise. 4.3 Rendement Rendement : A quoi sert la puissance si on ne sait pas la maîtriser? Tous le monde sait qu il n utilise pas la totalité des performances de son système. Vous seriez impressionné(s) de savoir à quel point il est possible d améliorer le rendement et accroître la facilité d utilisation. 19

20 4.4 Structuration Structuration A effectuer en collaboration avec les intervenants. Il est essentiel d établir le cahier des charges précis de chaque collaborateur en fonction de l utilisation optimale de son poste de travail (ordinateur, réseau, applications, etc.) 4.5 Cahier des charges Cahier des charges : Premier élément de tout développement conceptuel. Il s agit d établir plusieurs types de cahiers des charges : En fonction de chaque collaborateur (utilisateur) Du poste de travail (applications) De chaque intervenant (spécialiste informatique) Du réseau physique (spécialités) Du réseau des données 20

21 4.6 Formation Formation : Se tenir au courant, rester à jour et faire perpétuer la connaissance. Nous établirons également le contrôle des motivations et compétences de chaque intervenant. Afin d assurer un service de qualité et pour permettre de ne pas se sentir dépassé par les nouvelles technologies, il est bon de permettre une formation continue à toutes les étapes du développement professionnel, de Monsieur ou Madame tout le monde jusqu au spécialiste. Nous pouvons mettre sur pied des cours de vulgarisation informatique, séminaires, cours thématiques, exposés ayant trait aux bases de l informatique, à ses étendues, aux options proposées, ainsi qu aux différentes adaptations des outils informatiques relatives aux utilisations individuelles et spécialisées. Ces différentes prestations s adressent aux cadres des entreprises pas forcément à l aise dans une technologie sans grand rapport avec leur domaine professionnel de base et qui doivent s adapter à l évolution de cette fin de millénaire. 4.7 Domaines d application Application : Tous les domaines d activités professionnelles où l informatique est présente. Liste non exhaustive des différents spécialistes informatiques : Système 21

2. Convention avec le Centre électronique de Gestion de la Ville de Neuchâtel (CEG)

2. Convention avec le Centre électronique de Gestion de la Ville de Neuchâtel (CEG) Rapport du Conseil communal au Conseil général à l appui d un créditcadre de Fr. 295 000.-- pour le financement général de divers travaux informatiques Monsieur le président, Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

DÉPARTEMENT INFORMATIQUE ORIENTÉ SERVICES

DÉPARTEMENT INFORMATIQUE ORIENTÉ SERVICES NOUVELLES COMPÉTENCES POUR LE DÉPARTEMENT INFORMATIQUE ORIENTÉ SERVICES Le quotidien du responsable informatique d une entreprise s apparente à un combat de tous les instants. Le département informatique

Plus en détail

Interprétation de la norme ISO 9001 au regard de la philosophie de Deming

Interprétation de la norme ISO 9001 au regard de la philosophie de Deming Interprétation de la norme ISO 9001 au regard de la philosophie de Deming Conférence de Jean-Marie Gogue Le terme assurance de la qualité est apparu aux Etats-Unis après la seconde guerre mondiale. Il

Plus en détail

Pourquoi construire son PC?

Pourquoi construire son PC? Chapitre 1 Pourquoi construire son PC? De nombreuses marques proposent des ordinateurs tout faits, du très puissant au bon marché. Dès lors, pourquoi chercher à savoir ce qu il y a dans un ordinateur,

Plus en détail

Notre stratégie de développement porte ses fruits

Notre stratégie de développement porte ses fruits Newsletter 2009/1 Editorial Notre stratégie de développement porte ses fruits Une fois encore, les clients de Win se déclarent particulièrement satisfaits des services offerts par notre entreprise et de

Plus en détail

Êtes-vous bien épaulé?

Êtes-vous bien épaulé? D O C U M E N T D E D I S C U S S I O N 2 0 0 8 Êtes-vous bien épaulé? de votre fournisseur DMS. Par Dave Bates MISEZ SUR VOTRE RÉUSSITE. Êtes-vous bien épaulé? Bénéficiez-vous d assistance? de votre fournisseur

Plus en détail

Focus sur. métiers administratifs et comptables. métiers. les. De quoi parle-t-on? La piste DÉCEMBRE 2014. des

Focus sur. métiers administratifs et comptables. métiers. les. De quoi parle-t-on? La piste DÉCEMBRE 2014. des La piste des métiers Focus sur les métiers administratifs et comptables L es métiers administratifs et comptables représentent environ 20% des emplois de Poitou-Charentes. Ils ne forment pas pour autant

Plus en détail

UN MBA POUR QUI, POURQUOI?

UN MBA POUR QUI, POURQUOI? PARTIE 1 UN MBA POUR QUI, POURQUOI? L e MBA est une formation connue et reconnue dans le monde entier. Cependant, l appellation MBA n est pas un label déposé. Conséquence : l univers des MBA est un monde

Plus en détail

Un autre regard sur. Michel R. WALTHER. Directeur général de la Clinique de La Source 52 INSIDE

Un autre regard sur. Michel R. WALTHER. Directeur général de la Clinique de La Source 52 INSIDE 52 INSIDE Un autre regard sur Michel R. WALTHER Directeur général de la Clinique de La Source Directeur général de la Clinique de La Source, Michel R. Walther est né en 1949 au Maroc de parents suisses.

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

PROMOUVOIR «LE DIALOGUE INTERNE EN TANT QUE FACTEUR D AMÉLIORATION»

PROMOUVOIR «LE DIALOGUE INTERNE EN TANT QUE FACTEUR D AMÉLIORATION» PROMOUVOIR «LE DIALOGUE INTERNE EN TANT QUE FACTEUR D AMÉLIORATION» Février 2012 1. INTRODUCTION Depuis quelques années, la Justice s interroge sur la qualité de son fonctionnement. En novembre 2010, le

Plus en détail

Égalité des chances pour toutes et tous

Égalité des chances pour toutes et tous Égalité des chances pour toutes et tous L égalité des chances pour toutes les personnes vivant en Suisse et un des piliers centraux d une société juste et solidaire. L égalité des chances signifie d abord

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE DE L UNCA «CINQUANTE ANNEES DE MANIEMENTS DE FONDS» PAR M. LE BATONNIER CLAUDE LUSSAN, PRESIDENT FONDATEUR DE L UNCA

ASSEMBLEE GENERALE DE L UNCA «CINQUANTE ANNEES DE MANIEMENTS DE FONDS» PAR M. LE BATONNIER CLAUDE LUSSAN, PRESIDENT FONDATEUR DE L UNCA ASSEMBLEE GENERALE DE L UNCA «CINQUANTE ANNEES DE MANIEMENTS DE FONDS» PAR M. LE BATONNIER CLAUDE LUSSAN, PRESIDENT FONDATEUR DE L UNCA Après ces projets dont notre Président nous permet d espérer la réalisation

Plus en détail

Stratégies gagnantes pour les prestataires de services : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants

Stratégies gagnantes pour les prestataires de services : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Centres d évaluation de la technologie inc. Le cloud computing : vue d ensemble Les sociétés de services du monde entier travaillent dans un environnement en pleine

Plus en détail

Ces formations se font uniquement «Sur mesure» - Nous contacter. II - Techniques de vente «Avancées» - 6 ou 7 modules selon le concept vente

Ces formations se font uniquement «Sur mesure» - Nous contacter. II - Techniques de vente «Avancées» - 6 ou 7 modules selon le concept vente FORMATIONS COMMERCIALES MANAGEMENT Ces formations se font uniquement «Sur mesure» - Nous contacter I - Techniques de vente «Basic» - 6 modules II - Techniques de vente «Avancées» - 6 ou 7 modules selon

Plus en détail

Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE

Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE Avril 2001 Préambule J ai effectué un stage du 1 er au 23 avril 2001, dans l entreprise E.C.E.L.I. dont le siège se situe à Luisant (Eure-Et-Loir). Ce rapport détaillera

Plus en détail

Rapport de stage. Création d un site web. Stage du 20/01/2013 au 21/02/2013

Rapport de stage. Création d un site web. Stage du 20/01/2013 au 21/02/2013 Rapport de stage Création d un site web Stage du 20/01/2013 au 21/02/2013 Auteur : Antoine Luczak Tuteur professionnel : M. Tison Tuteur scolaire : Mme Girondon Année scolaire : 2013/2014 1 Table des matières

Plus en détail

Le Logiciel de Facturation ultra simplifié spécial Auto-Entrepreneur

Le Logiciel de Facturation ultra simplifié spécial Auto-Entrepreneur Le Logiciel de Facturation ultra simplifié spécial Auto-Entrepreneur La Facturation Le Livre chronologique des Recettes Le Registre des Achats Le Suivi du Chiffre d Affaires en temps réel Site internet

Plus en détail

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel».

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Compte Rendu Café RH Dauphine du vendredi 7 février 2014 «L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Ce compte rendu vise à

Plus en détail

Résultats de l enquête en ligne Réponse des entreprises aux marchés publics

Résultats de l enquête en ligne Réponse des entreprises aux marchés publics Résultats de l enquête en ligne Réponse des entreprises aux marchés publics Au 1er janvier 2005, les entreprises pourront répondre aux marchés publics sous forme électronique, et les collectivités territoriales

Plus en détail

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR?

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? Source: DUMONT, Nicole. Femmes d aujourd hui, Vol. 1 No. 8., janvier 1996. On dit de certaines personnes qu elles n ont pas de tête ou qu elles n ont pas de

Plus en détail

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU».

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU». Le besoin de contrôler Le comportement compulsif de tout vouloir contrôler n est pas mauvais ou honteux, c est souvent un besoin d avoir plus de pouvoir. Il s agit aussi d un signe de détresse; les choses

Plus en détail

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières Discours d ouverture Andrew J. Kriegler Président et chef de la direction Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières 25

Plus en détail

CHARTE É THIQUE GROUPAMA

CHARTE É THIQUE GROUPAMA CHARTE É THIQUE GROUPAMA 2 Message du directeur général Fidèle à son engagement de satisfaire ses sociétaires et ses clients en leur apportant le meilleur service au meilleur coût, Groupama a développé

Plus en détail

Approches innovantes vers le Cloud, la Mobilité et les outils sociaux de formation

Approches innovantes vers le Cloud, la Mobilité et les outils sociaux de formation Présentation de la solution SAP SAP Education SAP Workforce Performance Builder Objectifs Approches innovantes vers le Cloud, la Mobilité et les outils sociaux de formation Développement des compétences

Plus en détail

Le logiciel de gestion intégré conçu pour les PME du Bâtiment. www.absyscyborg.com

Le logiciel de gestion intégré conçu pour les PME du Bâtiment. www.absyscyborg.com Le logiciel de gestion intégré conçu pour les PME du Bâtiment Beaucoup plus qu un logiciel de suivi de chantier, NaviBat est un véritable outil de pilotage. Navibat n est pas qu un simple logiciel de suivi

Plus en détail

10 bonnes pratiques de sécurité dans Microsoft SharePoint

10 bonnes pratiques de sécurité dans Microsoft SharePoint 10 bonnes pratiques de sécurité dans Microsoft SharePoint SharePoint constitue certes un outil collaboratif précieux. Mais gare aux risques pour votre entreprise. 10 bonnes pratiques de sécurité dans Microsoft

Plus en détail

Informatique de gestion Domaine, métiers et filières de formation

Informatique de gestion Domaine, métiers et filières de formation Informatique de gestion Domaine, métiers et filières de formation IDEC Sommaire Le domaine... 3 Le quotidien de l informaticien... 3 Le dynamisme des carrières... 4 Les clichés à démonter... 4 Les contraintes

Plus en détail

LA DEFINITION DES COMPETENCES : QUEL ROLE POUR LES ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES?

LA DEFINITION DES COMPETENCES : QUEL ROLE POUR LES ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES? LA DEFINITION DES COMPETENCES : QUEL ROLE POUR LES ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES? INTRODUCTION Depuis quelques années, un certain nombre d évolutions à la fois sociétales et professionnelles nous poussent,

Plus en détail

COMPTEZ AVEC LES NOUVEAUX DOCUMENTALISTES

COMPTEZ AVEC LES NOUVEAUX DOCUMENTALISTES PORTRAIT D UN NOUVEAU DOCUMENTALISTE NB : les réformes en cours (LMD) vont modifier la durée des études universitaires et l appellation des diplômes... Documentaliste Veilleur Gestionnaire de données ASSISTANT

Plus en détail

Conseils pour l évaluation et l attribution de la note

Conseils pour l évaluation et l attribution de la note Entreprise formatrice Candidat/-e Téléphone: Téléphone: Ce document ne doit en aucun cas être montré au candidat après l attribution des points. Conseils pour l évaluation et l attribution de la note Documentation

Plus en détail

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT)

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) FACONNER ENSEMBLE L OIT DU FUTUR «Pour tout ce qui a été, merci. Pour tout ce qui sera, oui.» (Dag

Plus en détail

Etude du niveau stress ressenti par les salariés de plusieurs entreprises du tertiaire. Un outil de mesure.

Etude du niveau stress ressenti par les salariés de plusieurs entreprises du tertiaire. Un outil de mesure. Etude du niveau stress ressenti par les salariés de plusieurs entreprises du tertiaire. Un outil de mesure. Participants : Dr Evelyne Barraud, Martine Chevillard, Marie-José Dureau Mer, Isabelle Gouget,

Plus en détail

La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations

La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations La tour de Babel numérique La gestion des données de référence (appelée MDM pour Master Data Management) se veut la réponse

Plus en détail

Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11734-5

Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11734-5 Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11734-5 Chapitre 6 La gestion des incidents Quelles que soient la qualité du système d information mis en place dans l entreprise ou les compétences des techniciens

Plus en détail

La Supply Chain. vers un seul objectif... la productivité. Guy ELIEN

La Supply Chain. vers un seul objectif... la productivité. Guy ELIEN La Supply Chain vers un seul objectif... la productivité Guy ELIEN juin 2007 Sommaire Le contexte... 3 le concept de «chaîne de valeur»... 3 Le concept de la Supply Chain... 5 Conclusion... 7 2 La Supply

Plus en détail

ETHIQUE ET RELATIONS HUMAINES DANS L ENTREPRISE MISSION IMPOSSIBLE

ETHIQUE ET RELATIONS HUMAINES DANS L ENTREPRISE MISSION IMPOSSIBLE ETHIQUE ET RELATIONS HUMAINES DANS L ENTREPRISE MISSION IMPOSSIBLE ETHIQUE ET RELATIONS HUMAINES DANS L ENTREPRISE MISSION IMPOSSIBLE EXTRAIT de «Gérard MULLIEZ», les échos 19/08/2009 L homme est le «premier

Plus en détail

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF SOMMAIRE PREAMBULE P. 4 DISPOSITIONS GENERALES : I. Généralités P. 05 I.1. Définition de la classification P. 05 I.2. Relation classification emploi P. 05 I.3.

Plus en détail

S organiser autrement

S organiser autrement S organiser autrement Dominique Tibéri enseignant en cycle 3 et formateur à l IUFM Nancy (54) propose ici une alternative à la préparation de classe telle qu elle est demandée par l Institution. Préparer

Plus en détail

VOTRE GESTIONNAIRE DE PATRIMOINE, TENEZ LE A L OEIL!

VOTRE GESTIONNAIRE DE PATRIMOINE, TENEZ LE A L OEIL! VOTRE GESTIONNAIRE DE PATRIMOINE, TENEZ LE A L OEIL! Que vous réserve la Bourse? Stremersch, Van Broekhoven & Partners (SVBP) ne disposent pas d une boule de cristal, mais ils ont développé Portefeuille

Plus en détail

MIKRON CUSTOMER SERVICE. Un service client adapté à vos besoins

MIKRON CUSTOMER SERVICE. Un service client adapté à vos besoins MIKRON CUSTOMER SERVICE Un service client adapté à vos besoins 2-3 CUMULEZ LES OPTIONS DE SERVICES DE CHAQUE MODULE POUR AMéLIORER LA PRODUCTIVITé DE VOTRE SYSTÈME MIKRON CUSTOMER SERVICE FLEXIBLE, MODULAIRE,

Plus en détail

Exemple d utilisation des outils MicroSave-Africa au Brésil

Exemple d utilisation des outils MicroSave-Africa au Brésil Retour au sommaire Exemple d utilisation des outils MicroSave-Africa au Brésil BIM n 05-12 février 2002 Karin BARLET ; Bonnie BRUSKY Nous vous présentions en novembre dernier les outils d étude de marché

Plus en détail

Rapport de fin de séjour

Rapport de fin de séjour Rapport de fin de séjour INTRODUCTION Je remercie la région Rhône-Alpes pour m avoir permis d effectuer ce stage dans de bonnes conditions, grâce au soutien non négligeable qu a représenté la bourse Explor

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE. Février 2012 ETALAGISTE. NOM prénom classe

RAPPORT DE STAGE. Février 2012 ETALAGISTE. NOM prénom classe RAPPORT DE STAGE Février 2012 ETALAGISTE NOM prénom classe 2 SOMMAIRE I Présenter l entreprise page 2 A Identification B Environnement II Le travail page 3 à 4 A Nature du métier B Condition de travail

Plus en détail

La relation client constitue un axe progrès stratégique pour toutes les entreprises.

La relation client constitue un axe progrès stratégique pour toutes les entreprises. Relation client PME PMI attention danger! Résumé La relation client constitue un axe progrès stratégique pour toutes les entreprises. Nous essaierons de montrer, dans cet article, que la relation client

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS

MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS MÉTHODOLOGIE DE L ASSESSMENT CENTRE L INSTRUMENT LE PLUS ADÉQUAT POUR : DES SÉLECTIONS DE QUALITÉ ET DES CONSEILS DE DÉVELOPPEMENT FONDÉS 1. Introduction Placer la «bonne personne au bon endroit» représente

Plus en détail

ÉLECTROMÉCANIQUE. Électricité 4 4 Mécanique 4 4 T.P. Électricité 4 - T.P. Mécanique 4 - T.P. Électromécanique - 8 Total 16 16

ÉLECTROMÉCANIQUE. Électricité 4 4 Mécanique 4 4 T.P. Électricité 4 - T.P. Mécanique 4 - T.P. Électromécanique - 8 Total 16 16 SUITES AU 3 e ÉLECTROMÉCANIQUE 2 e degré Technique de Qualification Électricien(ne) automaticien(ne) Mécanicien(ne) automaticien(ne) Technicien(ne) en électronique Technicien(ne) en usinage Technicien(ne)

Plus en détail

Bien choisir votre PC Si vous envisagez d acheter un ordinateur ou de renouveler votre outil informatique existant par du matériel plus récent et

Bien choisir votre PC Si vous envisagez d acheter un ordinateur ou de renouveler votre outil informatique existant par du matériel plus récent et 1 Bien choisir votre PC Si vous envisagez d acheter un ordinateur ou de renouveler votre outil informatique existant par du matériel plus récent et équipé du dernier système d exploitation de Microsoft,

Plus en détail

Guide de jumelage d emploi

Guide de jumelage d emploi Indice de personnalité de travail Guide de jumelage d emploi Important: Lisez ce guide au complet avant d utiliser le jumelage d emploi de l Indice de personnalité de travail (IPT) 2003 Psychometrics Canada

Plus en détail

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas :

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : Introduction Le CRM se porte-t-il si mal? Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : «75 % de projets non aboutis» «La déception du CRM» «Le CRM : des

Plus en détail

C est votre argent. Faites-le fructifier avec des placements

C est votre argent. Faites-le fructifier avec des placements C est votre argent Faites-le fructifier avec des placements C est votre argent Le CDSPI peut vous aider à le faire fructifier Vous investissez présentement dans vous-même en faisant des études en dentisterie,

Plus en détail

isiconcepts vous propose une solution globale

isiconcepts vous propose une solution globale isiconcepts vous propose une solution globale www.isiconcepts.fr isiconcepts - 23 Rue Pertinax - 06000 Nice Tél : 06.75.19.99.17 / 06.75.26.45.76 E-mail : info@isiconcepts.fr - Site internet : www.isiconcepts.fr

Plus en détail

Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années

Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années Eric Lee En novembre 2011, les militaires au pouvoir aux Fidji ont jeté en prison deux des plus importants dirigeants syndicaux du

Plus en détail

Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine Canada. au Comité permanent des finances. de la Chambre des communes

Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine Canada. au Comité permanent des finances. de la Chambre des communes Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine Canada au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Novembre 2013 Recommandations Au nom des organismes de bienfaisance canadiens, Imagine Canada

Plus en détail

Chap 3 : La connaissance du client. I. Les fondements de la connaissance du client. Les principales évolutions sont résumées dans le tableau suivant :

Chap 3 : La connaissance du client. I. Les fondements de la connaissance du client. Les principales évolutions sont résumées dans le tableau suivant : Chap 3 : La connaissance du client I. Les fondements de la connaissance du client A. D une société de consommation à une société de consommateurs Depuis les années 1980, les mutations sociales ont eu d

Plus en détail

Simulation EIS. Changement et Innovation. Les Défis du Management

Simulation EIS. Changement et Innovation. Les Défis du Management Simulation EIS Changement et Innovation. Les Défis du Management Manuel d Utilisation 1. Présentation 2. Votre Mission pendant la Simulation EIS 3. Structure de l Equipe de Management de Teleswitches 4.

Plus en détail

LES ÉNERGIES RENOUVELABLES

LES ÉNERGIES RENOUVELABLES LES ÉNERGIES RENOUVELABLES Assemblée Générale de L UFC Que Choisir Le 10 avril 2010 Les énergies nouvelles ont tout pour plaire : - écologie - économie d énergie - performance - qualité de vie et investissement

Plus en détail

L évolution vers la virtualisation

L évolution vers la virtualisation L évolution vers la virtualisation Dépassez vos attentes en matière de solutions TI. L évolution vers la virtualisation En 2009, la majorité des entreprises québécoises ne s interrogent plus sur la pertinence

Plus en détail

www.thalesgroup.com GUIDE DE CONDUITE ÉTHIQUE DES AFFAIRES Conflit d Intérêts

www.thalesgroup.com GUIDE DE CONDUITE ÉTHIQUE DES AFFAIRES Conflit d Intérêts www.thalesgroup.com GUIDE DE CONDUITE ÉTHIQUE DES AFFAIRES Conflit d Intérêts Sommaire Préface...p.3 Définition et types de conflit d intérêts...p.4 Comment identifier un conflit d intérêts...p.6 Exemples

Plus en détail

Guide des solutions Microsoft Server

Guide des solutions Microsoft Server Guide des solutions Microsoft Server Quel serveur choisir pour les petites et moyennes entreprises? Guide Partenaires Dans le monde des entreprises d aujourd hui, les PME doivent faire beaucoup de choses

Plus en détail

Ouverture des deuxièmes Assises de la Prévention des Risques Professionnels dans les Collectivités Territoriales. Parc des Expositions de la Nordev

Ouverture des deuxièmes Assises de la Prévention des Risques Professionnels dans les Collectivités Territoriales. Parc des Expositions de la Nordev Ouverture des deuxièmes Assises de la Prévention des Risques Professionnels dans les Collectivités Territoriales Parc des Expositions de la Nordev Saint Denis Mercredi 13 novembre 2013 Monsieur le Président

Plus en détail

L ENTREPRISE GÉNÉRALE DANS LE BÂTIMENT : UN CHEF D ORCHESTRE AUX MULTIPLES FACETTES

L ENTREPRISE GÉNÉRALE DANS LE BÂTIMENT : UN CHEF D ORCHESTRE AUX MULTIPLES FACETTES L Entreprise générale dans le bâtiment : un chef d orchestre aux multiples facettes L Entreprise générale n a pas de définition légale ou réglementaire ; elle est seulement identifiée dans un certain nombre

Plus en détail

TIM S.A., une aventure d Homme

TIM S.A., une aventure d Homme Comité d entreprise 1 Sommaire Edito de M. Hans-Jürgen Hellich, Directeur Général de Tim SA p. 9 Edito de Cyril Terrière, Secrétaire du Comité d Entreprise Tim SA p. 11 Itinéraires croisés d une entreprise

Plus en détail

Baccalauréat Professionnel Accueil Relation Clients et Usagers

Baccalauréat Professionnel Accueil Relation Clients et Usagers Baccalauréat Professionnel Accueil Relation Clients et Usagers Les métiers de l accueil Les métiers de l accueil ont évolué : redécouvrez-les! L accueil est la première image d une entreprise, sa première

Plus en détail

Stages de recherche dans les formations d'ingénieur. Víctor Gómez Frías. École des Ponts ParisTech, Champs-sur-Marne, France

Stages de recherche dans les formations d'ingénieur. Víctor Gómez Frías. École des Ponts ParisTech, Champs-sur-Marne, France Stages de recherche dans les formations d'ingénieur Víctor Gómez Frías École des Ponts ParisTech, Champs-sur-Marne, France victor.gomez-frias@enpc.fr Résumé Les méthodes de l ingénierie ont été généralement

Plus en détail

à savoir pour mieux gérer votre argent et le faire fructifier

à savoir pour mieux gérer votre argent et le faire fructifier 30 trucs et astuces à savoir pour mieux gérer votre argent et le faire fructifier Par Olivier Seban, auteur de : TOUT LE MONDE MERITE D ETRE RICHE Ou tout ce que vous n avez jamais appris à l école à propos

Plus en détail

ANALYSE DE L IMPRESSION

ANALYSE DE L IMPRESSION UTILISATION DE L IMPRIMANTE ANALYSE DE L IMPRESSION CONTRÔLE DES COÛTS SUIVI > Imprimantes > Copieurs > Traceurs «Print Audit 4 nous permet d être efficaces au moment d acquérir et d affecter l équipement

Plus en détail

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données La force de l engagement MD POINT DE VUE Impartition réussie du soutien d entrepôts de données Adopter une approche globale pour la gestion des TI, accroître la valeur commerciale et réduire le coût des

Plus en détail

RECOPLUS LOGICIEL DE GESTION DES RECOMMANDES NOTICE D UTILISATION DE RECOPLUS RESEAU. N de série

RECOPLUS LOGICIEL DE GESTION DES RECOMMANDES NOTICE D UTILISATION DE RECOPLUS RESEAU. N de série RECOPLUS LOGICIEL DE GESTION DES RECOMMANDES NOTICE D UTILISATION DE RECOPLUS RESEAU N de série Siège social 107, rue Henri Barbusse BP305-92111 CLICHY Cedex 1 Sommaire Description 1. Installation 2. Mise

Plus en détail

Sommaire. 37, rue d Amsterdam 75008 - Paris Tél. : 01 42 26 07 54 Fax : 01 42 26 09 88 http://www.lca-performances.com

Sommaire. 37, rue d Amsterdam 75008 - Paris Tél. : 01 42 26 07 54 Fax : 01 42 26 09 88 http://www.lca-performances.com 37, rue d Amsterdam 75008 - Paris Tél. : 01 42 26 07 54 Fax : 01 42 26 09 88 http://www.lca-performances.com Audit qualité Programme de formation Contexte de formation.. 2 Objectifs de formation 3 Programme

Plus en détail

Semestre d étude à l Université de Limerick

Semestre d étude à l Université de Limerick Camille DESTOMBES Rapport fin de séjour Semestre d étude à l Université de Limerick Année 2013-2014 J ai passé le semestre d automne 2013-2014 dans l université de Limerick dans le sud-ouest de l Irlande

Plus en détail

Competence Management System (Système de Gestion de Compétences)

Competence Management System (Système de Gestion de Compétences) Dispositif :... 3 Qu est-ce qu un CMS?... 3 Quels sont les dispositifs intégrés à un CMS... 3 Comment envoyer des emails?... 3 Puis-je envoyer des emails seulement à un groupe de personnes?... 4 Comment

Plus en détail

Sylvie Guessab Professeur à Supélec et responsable pédagogique du Mastère Spécialisé en Soutien Logistique Intégré des Systèmes Complexes

Sylvie Guessab Professeur à Supélec et responsable pédagogique du Mastère Spécialisé en Soutien Logistique Intégré des Systèmes Complexes Préface Toute personne est un jour confrontée à devoir prendre une décision, qu il s agisse de l étudiant qui réfléchit à son orientation académique, du chercheur qui doit privilégier une option scientifique

Plus en détail

PROFIL DE POSTE AFFECTATION. SERIA (service informatique académique) DESCRIPTION DU POSTE

PROFIL DE POSTE AFFECTATION. SERIA (service informatique académique) DESCRIPTION DU POSTE PROFIL DE POSTE BAP : CORPS : NATURE : SPÉCIALITÉ : E ITRF Externe IGR 2, Chef de projet développement ÉTABLISSEMENT : Rectorat SERVICE : VILLE : SERIA (service informatique académique) DESCRIPTION DU

Plus en détail

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1 LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES L évaluation 360 Feed-back INTRODUCTION Aujourd hui les ressources humaines sont considérées par les entreprises comme un capital. La notion de «capital humain» illustre

Plus en détail

Parcours de formation. Coach. Et si vous pouviez accompagner vos clients ou vos collaborateurs par le coaching?

Parcours de formation. Coach. Et si vous pouviez accompagner vos clients ou vos collaborateurs par le coaching? Parcours de formation Coach Et si vous pouviez accompagner vos clients ou vos collaborateurs par le coaching? Dans un monde qui va de plus en plus vite Nous entendons parler chaque jour de stress, de mal-être

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Les Bases de Données occupent aujourd'hui une place de plus en plus importante dans les systèmes informatiques. Les Systèmes de Gestion de Bases de Données

Plus en détail

Formulaire d évaluation du stage d expérience pratique - cheminement CPA, CGA

Formulaire d évaluation du stage d expérience pratique - cheminement CPA, CGA 5, Place Ville Marie, bureau 800 Montréal (Québec) H3B 2G2 T. 514 288.3256 1 800 363.4688 Téléc. 514 843.8375 www.cpaquebec.ca Formulaire d évaluation du stage d expérience pratique - cheminement CPA,

Plus en détail

MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC

MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC Garantir une organisation performante pour satisfaire ses clients et ses partenaires, telle est la finalité d une certification «qualité». On dénombre de nombreux référentiels dont le plus connu et le

Plus en détail

Avant-propos. Groupe Eyrolles, 2009

Avant-propos. Groupe Eyrolles, 2009 Avant-propos L information écrite a toujours circulé d un auteur vers ses lecteurs. À son origine, le Web ne fut qu un média supplémentaire ajouté à la longue descendance de l imprimerie de Gutenberg.

Plus en détail

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS Frédéric Crépin MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS, 2004. ISBN : 2-7081-3140-0 5 Chapitre 1 idées reçues sur les managers et le management au quotidien Idée reçue n 1 : managers et salariés doivent avoir les

Plus en détail

Paroles d expert. ITIL V3, accélérateur de la stratégie de services

Paroles d expert. ITIL V3, accélérateur de la stratégie de services 33 3 3 3 ITIL V3, accélérateur de la stratégie de Dans le référentiel ITIL V2, les ouvrages Business Perspective, Plan to Implement, et ceux traitant des processus eux-mêmes, ont, à divers degrés, abordé

Plus en détail

MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC

MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC Lorraine Garantir une organisation performante pour satisfaire ses clients et ses partenaires, telle est la finalité d une certification «qualité». On dénombre de nombreux

Plus en détail

Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire

Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire Type d outil : Outil pour favoriser la mise en mémoire et développer des démarches propres à la gestion mentale. Auteur(s) : Sarah Vercruysse,

Plus en détail

Préface. 2013 Pearson France Développement d'applications Windows 8 avec C# et XAML Jeremy Likness

Préface. 2013 Pearson France Développement d'applications Windows 8 avec C# et XAML Jeremy Likness Les prémices d informations sur Windows 8 sont apparus début 2011. Les spéculations sont allées bon train sur Internet lorsque les développeurs ont commencé à s interroger sur la nouvelle plateforme. Les

Plus en détail

VOTRE PREMIÈRE FOIS AVEC WINDOWS 7

VOTRE PREMIÈRE FOIS AVEC WINDOWS 7 C H A P I T R E 1 VOTRE PREMIÈRE FOIS AVEC WINDOWS 7 Comme toutes les premières fois, c est toujours un peu impressionnant, mais vous verrez que Windows 7 a vraiment été conçu pour apaiser toutes vos angoisses,

Plus en détail

Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats

Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats Rapport du Secrétaire général Résumé Lors du Sommet mondial de septembre 2005, les dirigeants des pays

Plus en détail

La déontologie, le courriel et la profession de counseling

La déontologie, le courriel et la profession de counseling Aide-mémoire sur la déontologie, les questions d ordre juridique, et les normes pour les conseillers Il me fait plaisir d accueillir Dan et Lawrence comme les premiers invités de la chronique Aide-mémoire.

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE GOOD MORNING DESIGN

DOSSIER DE PRESSE GOOD MORNING DESIGN SOMMAIRE LE DOSSIER DE PRESSE Le concept Page 3 Une place de marché pour les passionnés du design Page 3 Nouvelle Vague : une place de marché pour les designers indépendants et les marques avant-gardistes

Plus en détail

Guide de l évaluateur pour les bourses de recherche des IRSC

Guide de l évaluateur pour les bourses de recherche des IRSC Guide de l évaluateur pour les bourses de recherche des IRSC Juin 2015 Table des matières INTRODUCTION... 3 ÉVALUATION PAR LES PAIRS AUX IRSC... 3 RÉSUMÉ DU PROCESSUS D ÉVALUATION PAR LES PAIRS... 3 PHASE

Plus en détail

Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème

Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème Année scolaire 2014 2015 Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème STAGE 3 ème Du 02/02/2015 au 06/02/2015 Nom et prénom de l élève : Classe de : Projet d orientation : Nom

Plus en détail

Les transactions étendues et quelques Frameworks qui les supportent.

Les transactions étendues et quelques Frameworks qui les supportent. Les transactions étendues et quelques Frameworks qui les supportent. Christophe Ponsen cponsen@info.fundp.ac.be Institut d Informatique, Université de Namur Résumé Les transactions étendues posent de nombreux

Plus en détail

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE PAR MADAME CHRISTINE LEROY COMMUNITY MANAGER, AGENCE NETPUB Tout d abord, je voudrais remercier le Professeur Drouot de m avoir invitée à cette passionnante table ronde.

Plus en détail

DOSSIER SOLUTION CA ERwin Modeling. Comment gérer la complexité des données et améliorer l agilité métier?

DOSSIER SOLUTION CA ERwin Modeling. Comment gérer la complexité des données et améliorer l agilité métier? DOSSIER SOLUTION CA ERwin Modeling Comment gérer la complexité des données et améliorer l agilité métier? CA ERwin Modeling fournit une vue centralisée des définitions de données clés afin de mieux comprendre

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième

LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième LE CONTRÔLE DES CHARGES DE PERSONNEL Ce diaporama est consacré à l étude des moyens de contrôle de gestion dont on dispose pour la deuxième composante du «prime cost» (coût principal), les charges de personnel.

Plus en détail

À L AIDE JE DOIS RECRUTER UN PRO DE L EXPÉRIENCE UTILISATEUR (UX)

À L AIDE JE DOIS RECRUTER UN PRO DE L EXPÉRIENCE UTILISATEUR (UX) À L AIDE JE DOIS RECRUTER UN PRO DE L EXPÉRIENCE UTILISATEUR (UX) SOMMAIRE : pg.2 pg.5 pg.8 pg.10 CHAPITRE UN. JE SAIS QUE J AI BESOIN D UN UX. MAIS QU EST CE QUE L UX AU FAIT? CHAPITRE DEUX. QUELLES SONT

Plus en détail

Portrait de Femme Meryem Benotmane SSM

Portrait de Femme Meryem Benotmane SSM Portrait de Femme Meryem Benotmane SSM Etre un homme ou une femme ne fait pas grande différence au fond au regard du projet. Ce qui importe c est l investissement de chacun et la richesse des collaborations.

Plus en détail

Le Cisco Smart Business Communications System

Le Cisco Smart Business Communications System Le Cisco Smart Business Communications System Smart Business Brochure Le Cisco Smart Business Communications System Aujourd hui, les petites entreprises sont confrontées à une concurrence accrue. Une

Plus en détail

Erreurs les plus classiques en Bourse. TradMaker.com - 2013 Tous droits réservés Tel: 01 79 97 46 16 - CS@TRADMAKER.COM

Erreurs les plus classiques en Bourse. TradMaker.com - 2013 Tous droits réservés Tel: 01 79 97 46 16 - CS@TRADMAKER.COM 20 Erreurs les plus classiques en Bourse TradMaker.com - 2013 Tous droits réservés Tel: 01 79 97 46 16 - CS@TRADMAKER.COM De ne jours, la Bourse est à la portée de tous, le volume d échange et le nombre

Plus en détail