Regards d étudiants Erasmus

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Regards d étudiants Erasmus"

Transcription

1 Regards d étudiants Erasmus PAR MAGDA KIRSCH ET YVES BEERNAERT EDUCONSULT Analyse diachronique et dynamique de la mobilité des étudiants dans le cadre du programme Erasmus en Communauté française de Belgique Programme d Education et de Formation tout au long de la vie (LLP)

2 Dépôt légal N Registre : D / 2011 / / 1 La couverture a été créée par Yasmine Heuts, Munchkin, Leuven (BE) Agence francophone pour l éducation et la formation tout au long de la vie (AEF-Europe) Chaussée de Charleroi, Bruxelles Téléphone : Site Internet :

3 Table des matières Introduction... 5 La méthodologie... 7 Synthèse Les statistiques Participants à la mobilité Erasmus en Communauté française de Belgique Pays d accueil des participants Nombre de participants par domaine d études Niveau d études des étudiants et provenance Genre des participants Durée du séjour et ECTS Bourses Validation des réponses Motivation et préparation de la mobilité Facteurs d incitation à la mobilité des étudiants SMS Facteurs d incitation à la mobilité des étudiants SMP Informations et préparation académique des étudiants SMS Information et préparation des étudiants SMP Préparation linguistique des étudiants SMS Préparation linguistique des étudiants SMP Le séjour Accueil des étudiants SMS Accueil des étudiants SMP Logement des étudiants SMS Logement des étudiants SMP Qualité des cours, des enseignants et de l infrastructure Soutien des étudiants SMS Soutien des étudiants SMP Langue(s) d enseignement des étudiants SMS Langue(s) de travail des étudiants SMP Le coût du séjour Erasmus et les bourses SMS Coût de la mobilité et bourses SMP Durée du séjour et évaluation de la durée

4 3.13. La reconnaissance académique du séjour SMS Reconnaissance académique de la mobilité SMP Après le séjour Aspects les plus appréciés de la mobilité SMS Appréciation de la mobilité SMP Problèmes associés à la mobilité Les acquis de la mobilité SMS Les acquis de la mobilité SMP Impact du séjour SMS Impact du séjour SMP Evaluation globale de la mobilité SMS Evaluation globale de la mobilité SMP Conclusions Recommandations Aux futurs étudiants Erasmus Aux anciens étudiants Erasmus Aux associations d étudiants d institutions supérieures Aux coordinateurs Erasmus Aux responsables de l AEF-Europe A la Commission, DG EAC Annexes Annexe 1 : Bibliographie Annexe 2 : Liste des étudiants interviewés Annexe 3 : Liste des étudiants des groupes focus 28/06/ Annexe 4 : Liste des abréviations Annexe 5 : Quelques tableaux additionnels Annexe 6 : Liste des tableaux

5 L'Erasmus fut une expérience extrêmement enrichissante non seulement sur le plan éducatif (découverte de nouvelles méthodes d'enseignement et de nouvelles matières, apprentissage de nouvelles langues), mais également sur le plan personnel. J'en suis ressortie grandie, plus tolérante, plus indépendante et plus épanouie. Je pense que le meilleur conseil que je puisse donner à un étudiant en Erasmus est de profiter de cette expérience exceptionnelle pour rencontrer un maximum de gens de différentes cultures, parlant des langues différentes et ayant une vision du monde différente car je suis convaincue que l'on s'enrichit de la différence de l'autre. En Erasmus, je pense qu'il est important de se forcer à aller vers les gens et accepter toute activité proposée. Une ancienne Erasmus SMS Ce stage Erasmus a été une expérience extrêmement enrichissante à de nombreux points de vue (humain, culturel et professionnel). Je ne peux donc que recommander à tout étudiant qui en a l'opportunité de réaliser un séjour à l'étranger, que ce soit pour suivre une formation académique ou pour réaliser un stage. Un ancien Erasmus SMP 4

6 Introduction Suite à un appel d offre, l AEF-Europe a confié l analyse diachronique et dynamique des rapports des étudiants Erasmus à la société de consultance Educonsult. Ces rapports contiennent aussi bien des données quantitatives que des données qualitatives. Certaines données quantitatives ont déjà été publiées dans les rapports annuels de l AEF-Europe. L objectif de l analyse est de mieux cerner le ressenti des étudiants par rapport à leur période de mobilité afin de formuler des recommandations pour une amélioration qualitative et quantitative du programme Erasmus. L année a été une année charnière en ce qui concerne la mobilité des étudiants Erasmus puisqu à partir de cette année-là, la mobilité à des fins de stage, qui relevait du programme Leonardo da Vinci, a été intégrée à l action Erasmus. Depuis , la distinction est donc faite entre SMS (mobilité à des fins d études) et SMP (mobilité à des fins de stage). L étude est composée de deux éléments clés : d une part, l analyse diachronique et dynamique des données recueillies dans les questionnaires complétés par les étudiants entre et et d autre part, la mise en perspective des constats établis en regard d une analyse similaire réalisée, en 2009, par Educonsult pour la Communauté flamande de Belgique (Etudiants Erasmus ). Les observations sont également confrontées aux tendances statistiques 2009 en Communauté flamande et au niveau européen. Pour ce faire, Educonsult a examiné les rapports annuels de l AEF-Europe, de l agence EPOS pour la Flandre ainsi que plusieurs publications européennes. L analyse diachronique a permis de cerner l évolution des grandes tendances en matière de mobilité, et plus spécifiquement en ce qui concerne les destinations choisies ainsi que le niveau ou le domaine d études des participants. En ce qui concerne l analyse dynamique, Educonsult a souhaité se focaliser sur des éléments comme la motivation, le choix et le ressenti des étudiants SMS et SMP et ce sous différents angles : les domaines d études, les pays de destination et les établissements d accueil. Afin de mieux comprendre les résultats de l analyse, Educonsult a organisé deux groupes de discussion avec des étudiants SMS et SMP ainsi qu une dizaine d entretiens individuels. Des recommandations clôturent l étude et s adressent aux étudiants, aux associations des étudiants, aux coordinateurs Erasmus des établissements d enseignement supérieur d origine des étudiants, à l AEF-Europe et à la Commission européenne. Educonsult remercie l AEF-Europe et en particulier Catherine Devlamminck pour sa disponibilité à l aider tout au long de la rédaction de la présente étude. Educonsult la remercie aussi spécialement 5

7 pour sa relecture approfondie de la version finale. Les chercheurs remercient Mme Brigitte Morue de l Observatoire de l Enseignement Supérieur et les coordinateurs Erasmus des établissements de l enseignement supérieur. Educonsult remercie tout spécialement les étudiants qui ont participé aux groupes focus et aux entretiens téléphoniques. Enfin, Educonsult remercie Mme Francine Vaniscotte, qui a relu l étude et M. Paddy Carpenter qui a traduit la synthèse en anglais. Les experts espèrent que cette analyse contribuera à renforcer la qualité des mobilités Erasmus et incitera davantage d étudiants à faire le choix de la mobilité Erasmus afin de profiter des bénéfices multiples (intellectuels, éducatifs, linguistiques, culturels, préparation à l emploi ) que procure l expérience d une période d études ou de stage dans un autre pays européen. 6

8 La méthodologie Pour rédiger la présente étude Educonsult a utilisé plusieurs sources d information : - les rapports Erasmus des étudiants SMS et SMP , et , - les rapports annuels 2008, 2009 et 2010 de l AEF-Europe, - les données de l Observatoire de l Enseignement Supérieur de la Communauté française, - le rapport annuel de l Agence EPOS de la Communauté flamande pour l année , - l étude diachronique et dynamique de la mobilité Erasmus des étudiants flamands, réalisée en 2009, pour EPOS et plusieurs autres analyses sur la mobilité Erasmus des étudiants flamands, - les statistiques publiées par la Commission Européenne en 2010 et 2011 ainsi que plusieurs publications de l Union Européenne concernant la mobilité Erasmus. Pour recueillir les informations et formuler des recommandations, Educonsult a organisé : - trois réunions de travail avec les responsables Erasmus de l AEF-Europe, - un groupe focus avec des étudiants SMS, - un groupe focus avec des étudiants SMP, - dix entretiens téléphoniques (30 à 45 ): 8 étudiants SMS et 2 étudiants SMP. Tous les aspects traités dans les rapports ont été analysés. Pour chaque aspect, l évolution sur les trois années est analysée et une comparaison est établie par rapport aux pays d accueil et aux domaines d études sauf quand cela n est pas pertinent. L analyse portant sur les pays d accueil et les domaines d études a nécessité l agrégation des données des trois années analysées afin de disposer de cohortes représentatives. Quant aux graphiques, à quelques rares exceptions, seules les données basées sur au moins 25 réponses ont été prises en compte. En ce qui concerne le traitement des données et l analyse diachronique, Educonsult a dû faire face à plusieurs problèmes. Le premier réside dans le fait qu en 2008 un nombre important d étudiants n a pas répondu à toutes les questions du rapport. Le second tient au fait que les questions posées dans les rapports des trois années étaient différentes, ce qui a rendu l agrégation des données très difficile. Le troisième problème s est posé au niveau des domaines d études. En effet, en 2008, la Commission européenne a imposé le remplacement des codes Erasmus pour les domaines d études par les codes CITE établis par l UNESCO. 7

9 Synthèse L analyse diachronique et dynamique de la mobilité des étudiants dans le cadre du programme Erasmus prend comme point de départ les rapports Erasmus des étudiants de la Communauté française de Belgique des années , et L analyse a été subdivisée en quatre parties : la préparation de la mobilité, le séjour, le suivi après le séjour et l impact du séjour. Des recommandations sont formulées quant à l amélioration de la mobilité des étudiants dans le cadre du programme Erasmus. Tout au long de la présente analyse, une distinction est faite entre la mobilité à des fins d études (SMS) et la mobilité à des fins de stage (SMP). Les données statistiques figurant déjà dans les rapports annuels de l AEF-Europe, les auteurs se sont surtout intéressés au ressenti des étudiants. Une analyse de l évolution mais aussi des différences entre le ressenti des étudiants selon le pays d accueil et le domaine d études est réalisée. Une comparaison est effectuée avec les analyses de la mobilité des étudiants de la Communauté flamande de Belgique et les analyses de la mobilité au niveau européen. Dans le premier chapitre, les données statistiques issues des rapports de l AEF-Europe sont reprises et confrontées aux rapports des étudiants pour les mobilités à des fins d études ou de stage par année, par pays d accueil et par domaine d études. On constate une mobilité croissante en Communauté française de Belgique qui atteint, en 2009, 11,8% des diplômés de l enseignement supérieur, près du triple du taux de participation Erasmus en Europe (4,5%). 18% des diplômés universitaires ont participé à une mobilité Erasmus étant l objectif pour 2020 du Communiqué de Leuven-Louvain-la Neuve - et 8,4% des diplômés non-universitaires. Le second chapitre traite de la préparation à la mobilité: les facteurs d incitation à la mobilité, le choix du pays d accueil, les informations reçues et la préparation linguistique. Les tendances constatées restent stable au fil des années. On peut remarquer que les facteurs d incitation à la mobilité et le choix du pays d accueil diffèrent fortement selon le type de mobilité, SMS ou SMP. Les facteurs d incitation principaux des étudiants SMS sont : «pratiquer une langue étrangère», «vivre à l étranger» et le facteur «culturel». Le premier facteur est devenu beaucoup plus important en 2008 et Le facteur «académique» ne vient qu en cinquième position. Depuis 2007, les pays d accueil les plus représentés sont par ordre décroissant : l Espagne, l Italie et le Royaume-Uni suivi par les Pays-Bas. Les facteurs d incitation à la mobilité sont différents selon le pays d accueil mais aussi selon les domaines d études. En général, les étudiants sont satisfaits des informations reçues et on note une implication plus forte au fil des années aussi bien des établissements d origine que des établissements d accueil. Une petite moitié des étudiants SMS se préparent à la mobilité en suivant des cours de langue. La majorité d entre eux suivent un cours dans l établissement d accueil et un tiers dans l établissement d origine. 8

10 Pour les étudiants qui réalisent une mobilité à des fins de stage, les facteurs d incitation majeurs sont, par ordre décroissant : «l acquisition de connaissances/compétences», «une expérience professionnelle adéquate» et le facteur «culturel». Le facteur académique n est presque pas cité. Les pays d accueil des étudiants SMP sont par ordre décroissant: la France, l Espagne, le Luxembourg et le Royaume-Uni. En fait, plus de la moitié des étudiants font leur stage dans un pays limitrophe à la Belgique. Comme le français est la langue de travail dans plusieurs de ces pays, les étudiants SMP se préparent moins à la mobilité en suivant des cours de langue. La recherche d une entreprise s avère difficile pour la plupart des étudiants bien que les services des institutions d origine fassent de plus en plus d efforts pour aider les jeunes à trouver une entreprise d accueil. Le séjour est traité dans le troisième chapitre qui aborde les aspects suivants : l accueil des étudiants, le logement, la qualité des cours, les professeurs et l infrastructure, le soutien donné aux étudiants pendant leur séjour, les langues d enseignement et les langues de travail, le coût du séjour et de la mobilité, la durée du séjour et son appréciation et finalement, la reconnaissance académique. On constate, aussi bien pour les étudiants SMS que pour les étudiants SMP, que l accueil en début de séjour s améliore. Pour les étudiants SMS, une activité d accueil, une séance d information ou un autre événement sont souvent organisés. En 2009, il n y a que 3% des étudiants SMS qui disent n avoir reçu aucun accueil à leur arrivée ; une nette amélioration par rapport aux années antérieures. Cependant, la situation s avère très différente selon les pays d accueil : en Roumanie, presqu un tiers des étudiants indiquent qu il n y avait rien de prévu pour leur arrivée. Ceci était aussi le cas pour 19% des étudiants en Turquie, 11% des étudiants en France, 9% des étudiants en Italie et 7% des étudiants au Royaume-Uni. Du côté des étudiants SMP, l accueil a surtout posé problème en Bien que la situation se soit améliorée depuis, il y avait encore, en 2009, 18% des étudiants SMP pour lesquels rien n avait été organisé. Tout comme pour les étudiants SMS, la situation varie selon les pays de destination. C est en France (24%) et en Italie que le nombre d événements prévus à l arrivée des étudiants est le moins élevé. Bien que la majorité des étudiants SMS soient aidés par les institutions pour trouver un logement, celui-ci reste un véritable problème et ce aussi bien pour les étudiants SMS que pour les étudiants SMP : difficulté pour trouver une location, logements vétustes, colocataires difficiles, propriétaires peu honnêtes etc. A peu près la moitié des étudiants SMS logent en colocation et un tiers dans une résidence universitaire. Dans les pays scandinaves et dans un certain nombre de pays de l Europe de l Est, la majorité des étudiants sont logés dans des résidences universitaires. A partir de 2008, la majorité des étudiants SMP sont soit en colocation avec d autres étudiants ou collègues soit en logement privé ou indépendant. Quelques-uns, effectuant leur stage dans un pays limitrophe, rentrent même chaque jour à la maison. La majorité des étudiants SMP trouvent un logement en cherchant sur Internet ou grâce à l aide d amis ou de la famille. Les étudiants SMS sont en général très satisfaits du niveau de qualité des enseignants et des cours, de l accès à la bibliothèque et aux supports didactiques ainsi que de l accès aux ordinateurs et au 9

11 courrier électronique. Les enseignants sont évalués plus favorablement que les cours dispensés. Les étudiants apprécient la qualité des cours, l ouverture d esprit et l accessibilité de certains professeurs disponibles aussi bien pour des discussions académiques que d ordre privé. Cette proximité permet de résoudre plus facilement certains problèmes «Erasmus». Les étudiants apprécient également le contact avec des méthodes pédagogiques et didactiques qui ne leur sont pas familières. En particulier lorsque ces méthodes valorisent fortement le travail individuel et autonome, l étude réflexive et le travail en groupes de projet. Les étudiants SMS apprécient aussi les formes d évaluation qui tiennent compte de leur travail personnel voire même de leur présence et de leur participation active à certaines activités académiques. L accès aux ordinateurs s améliore d année en année. Les appréciations des enseignants, des cours, des infrastructures (bibliothèques, accès à Internet) tout en étant largement positives, sont très différentes voire divergentes selon les pays. Certains pays reçoivent des appréciations négatives, la qualité des cours et l accès aux supports didactiques pourraient encore s améliorer. 8 des étudiants SMS sont très satisfaits du soutien de l établissement d origine et 85% du soutien de l établissement d accueil. 75% des étudiants disent avoir été bien intégrés. La majorité des étudiants SMP (9) sont aussi très satisfaits de la qualité de l entreprise d accueil et du soutien de l organisme d accueil un peu moins de l aide apportée par l organisme intermédiaire qui les a aidés à trouver un stage. En ce qui concerne l établissement d origine, les appréciations sont à 87% très favorables malgré une légère évolution négative depuis L insertion des étudiants SMP semble être plus aisée puisque 98% se sont sentis bien intégrés. L intégration constitue un facteur important de la mobilité. A noter qu il ne semble pas y avoir de corrélation entre le soutien reçu dans l établissement d accueil et le degré d intégration. Plusieurs étudiants mentionnent des difficultés à ce sujet et les attribuent au fait que les jeunes (ou les habitants) de certains pays ne sont pas très accueillants voire même assez fermés. Certains étudiants admettent, toutefois, avoir rencontré des problèmes d intégration parce qu ils n avaient pas ou très peu de connaissances de la langue du pays d accueil. Les étudiants ont plus de difficultés à s intégrer dans des pays dits à langues minoritaires qu ils ne maîtrisent pas ou très peu. Cela rend les contacts sociaux difficiles. Les étudiants ont parfois tendance à vivre entre étudiants Erasmus et à ne pas s intégrer aux étudiants du pays d accueil et à la population locale. Les activités d accueil organisées par certaines universités facilitent sans aucun doute l intégration. Il est évident que l ouverture aux autres et l attitude des étudiants Erasmus eux-mêmes jouent un rôle important dans le processus d intégration et en constituent même un élément clé. Les étudiants en sont bien conscients et c est dans cette optique que certains d entre eux choisissent de participer activement à diverses activités (estudiantines, sociales, culturelles, sportives, mouvements de jeunesse ). A l exception de l Italie, le pays d accueil n a que peu d impact sur le taux de satisfaction des étudiants SMP et, à l exception des domaines de la Santé et de la Communication, les domaines d études n en ont pas non plus sur les taux de satisfaction portant sur le soutien, la qualité de l entreprise et le degré d intégration. 10

12 En Europe, l anglais devient, de plus en plus, la langue de l enseignement supérieur. En 2009, des étudiants Erasmus SMS de la Communauté française ont suivi des cours en anglais. En tenant compte des cours partiellement donnés en anglais, on arrive même à des pourcentages de 61% en 2009 et 63% en Et pourtant, seulement 12,5% des étudiants étaient mobiles vers des pays anglophones. Ce sont principalement les pays dits à langues minoritaires qui font appel à l anglais comme langue d enseignement. En effet, aussi bien en Autriche qu en Allemagne, en Espagne, en France, en Italie et évidemment en Irlande et au Royaume-Uni, plus de 9 des étudiants suivent les cours dans la langue du pays. L anglais est présent comme langue d enseignement surtout dans les domaines d études du Commerce et des Sciences. Les Lettres et la Santé ont moins recours à l anglais (23%). Les étudiants en Lettres étudient les langues dans lesquelles ils se spécialisent, beaucoup partent avec l intention explicite de pratiquer la langue du pays. Les étudiants en Santé ont besoin de la langue du pays d accueil pour étudier les dossiers médicaux des patients ou communiquer avec eux. A noter également que moins d un tiers des Ingénieurs (29%) et des étudiants du domaine de l Education (31%) ont suivi leurs cours en anglais. Les stages ayant lieu pour la plupart dans des pays limitrophes, ce sont surtout les langues des pays voisins qui prévalent comme langue de travail. A celles-ci viennent s ajouter l italien et l espagnol. Dans les pays non anglophones, l anglais apparaît souvent comme deuxième langue. Cependant, plus de 34% des étudiants SMP ont l anglais comme première langue de travail, tout particulièrement pour le domaine d études des Sciences, mathématiques et informatique (53%) et dans le domaine d études du Commerce (39%). Les étudiants SMS ont une bourse moyenne mensuelle de 228 en 2007, 220,07 en 2008 et 224,96 en 2009 (rapports annuels de l AEF-Europe) ce qui correspond plus ou moins aux montants mentionnés par les étudiants dans les rapports. La différence lorsqu elle est plus élevée peut s expliquer par les bourses supplémentaires octroyées via les fonds nationaux ou les services sociaux. Le montant de la bourse et/ou le moment où elle est versée (p.ex. un retard dans le paiement!) sont un réel problème pour un nombre important d étudiants. Dès lors, une demande assez générale des étudiants SMS est d accroître le montant de la bourse. Les problèmes financiers des étudiants SMS découlent du fait que la bourse Erasmus ne permet pas de couvrir tous les frais. Pour, à peu près deux tiers des étudiants SMS, la bourse n a pu couvrir que faiblement ou pas du tout les frais du séjour. Les étudiants trouvent, alors, des ressources supplémentaires surtout auprès de leur famille mais aussi grâce à leurs économies personnelles, un job d étudiant ou un emprunt. Beaucoup d étudiants suggèrent aux futurs Erasmus de faire des économies avant de partir. Plusieurs d entre eux suggèrent que la bourse donnée soit plus conséquente et corresponde davantage aux dépenses financières réelles. En effet, l analyse des rapports semble montrer que les frais supplémentaires par rapport au coût de la vie en Belgique ne cessent d augmenter d année en année et que pour beaucoup d étudiants, le financement du séjour reste difficile, même si, dans certains cas l octroi d une bourse complémentaire permet de compenser, en partie, les frais occasionnés. Le nombre d étudiants ayant des frais additionnels dans l établissement d accueil (livres, minerval!) ainsi que le montant de la somme à payer diminuent graduellement. Toutefois, en Allemagne, la majorité des étudiants ont dû payer une somme importante pour leur carte d étudiant. De plus, dans 11

13 un petit nombre d établissements de plusieurs pays, les étudiants ont été contraints de payer des droits d inscription voire un minerval! Les bourses SMP ont fortement diminué ces dernières années alors que les frais sont en légère hausse. L appréciation de la couverture des frais par la bourse est donc moins positive au fil des années. Les difficultés sont similaires à celles rencontrées pour les bourses SMS et notamment le paiement tardif. Les frais dépendent du pays d accueil et de la situation de l étudiant. Les ressources supplémentaires des étudiants SMP proviennent d une part des fonds mis à disposition par leur famille, des fonds propres, bourses etc. et d autre part de l aide financière ou autre accordée par l entreprise d accueil. En 2009, 19% des étudiants ont reçu une aide financière de l entreprise (17% en 2008). Cette aide peut prendre diverses formes (ticket repas, transport, indemnisation) et varie considérablement selon le pays d accueil et selon les domaines d études. La plupart des étudiants SMS et SMP sont satisfaits de la durée du séjour, surtout les étudiants SMP. Le pourcentage d étudiants pour qui la durée est trop longue reste plus ou moins stable, aux environs de 2%, à l exception des étudiants SMP 2008 avec seulement 0,7% et des SMP 2009 avec 4%. Plus de la moitié des étudiants SMS qualifie la durée du séjour de «juste bien» (séjour 5,6 à 5,9 mois) et une petite moitié trouve la durée de la mobilité trop courte (séjour 4, 8 à 5,2 mois). Enfin, un petit pourcentage d étudiants qualifie le séjour de trop long (séjour 6,2 à 6,8 mois) et le justifie par le fait que la mobilité avait été rendue obligatoire par leur établissement d origine. A noter que ce groupe a rencontré plus de problèmes graves (vol armé, maladie, colocataires extrêmement difficiles, propriétaires peu honnêtes, problèmes familiaux etc.). La qualité de l enseignement ne semble pas être remise en cause par le groupe «trop long» pour qui, par contre, comme pour la majorité des étudiants, le financement constitue un réel problème. En comparaison avec le groupe «moyen», une proportion beaucoup plus élevée d étudiants SMS du groupe «trop long» juge «faible» ou «insuffisant» l utilité des infos, le soutien avant et pendant le séjour aussi bien de l établissement d origine que de l établissement d accueil, le degré d intégration et l accès aux bibliothèques, aux ordinateurs et au courrier électronique. En ce qui concerne l évaluation globale de la mobilité, il y a une énorme différence entre l appréciation du groupe «moyen» et l appréciation du groupe «trop long» qui donne une évaluation globale de «faible» ou «insuffisant». A noter que l appréciation de la durée SMS varie fortement en fonction des domaines d études. Pour un tiers du groupe SMP «trop long», il n y a eu aucun évènement d accueil à l arrivée et un tiers a évalué le soutien de l organisme d accueil et de l organisme intermédiaire avant et pendant le stage «faible» ou «insuffisant». En outre, un quart de ces étudiants juge la qualité de l entreprise d accueil «faible» ou «insuffisante». Les problèmes graves étaient aussi plus fréquents auprès du groupe «trop long». En conclusion, on peut supposer que l appréciation serait meilleure si des efforts étaient consentis pour améliorer l information avant et au début du séjour, et systématiser les activités d accueil et d intégration. Lors des entretiens téléphoniques plusieurs étudiants SMS ont dit être très satisfaits des systèmes de «parrainage» Erasmus ; un système qui est déjà bien implanté en Belgique mais qui devrait encore se développer dans d autres pays européens. 12

14 En général, les questions relatives à la reconnaissance académique SMS ont évolué favorablement au cours des dernières années. La plupart des étudiants SMS partent avec une convention d études. Le problème le plus souvent mentionné concerne l établissement et /ou la modification du programme d études. Plusieurs étudiants ont dû modifier, au début de leur séjour à l étranger, le choix des matières fait avant leur départ. Il est bon de constater que de plus en plus d étudiants SMS (97% en 2009!) reçoivent une reconnaissance académique pour leur séjour Erasmus. L utilisation des ECTS a légèrement diminué les dernières années mais cela dépend fortement de certains pays. La majorité des étudiants passent leurs examens à l étranger et quelques-uns mentionnent leur incompréhension ou déception face à la conversion des résultats obtenus. La reconnaissance académique des mobilités SMP présente un bilan plus mitigé. Certains étudiants ne semblent pas être au courant du fait qu ils ont droit à une reconnaissance académique. Quant aux conventions de stage, la situation semble s être détériorée, de moins en moins d étudiants disent en avoir signé une! De même au niveau des crédits ECTS, la situation n est pas très claire pour les SMP. La reconnaissance académique mais surtout l emploi des ECTS diffère fortement selon les pays d accueil. Le chapitre 4 traite des éléments à évaluer après le séjour Erasmus SMS ou SMP, c est-à-dire les aspects les plus appréciés, les problèmes rencontrés, les acquis et l impact de la mobilité, l évaluation globale du séjour. Les aspects les plus appréciés de la mobilité SMS sont liés à la culture, au fait de vivre à l étranger ou de pratiquer une langue étrangère. Les aspects qui sont moins mentionnés sont «les amis vivants à l étranger», «les projets professionnels» ou encore «les rencontres», «les contacts internationaux» etc. Les pays où l aspect académique est le plus apprécié sont l Allemagne, suivie par les Pays-Bas, la Finlande et le Royaume-Uni. Les pays où les étudiants ont le moins apprécié l aspect académique sont l Italie, la Tchéquie et l Espagne. Tout comme pour les facteurs d incitation, l aspect professionnel n est pas mis en avant par la majorité des étudiants SMS. La France est le seul pays où plus d un tiers des étudiants retiennent cet aspect. Le fait de vivre dans un pays étranger a été particulièrement apprécié en Roumanie, en Pologne, et en Hongrie. En Roumanie et en Hongrie, les étudiants mentionnent fréquemment l expérience culturelle et européenne. C est pour le Danemark, la France et la Norvège que l aspect culturel est le moins cité. Tout comme pour les étudiants SMS, les aspects appréciés par les étudiants SMP sont fortement liés aux facteurs d incitation à la mobilité. Comme l étude le démontre clairement, l évaluation de la mobilité SMP est très différente selon les pays d accueil. Bien que l appréciation générale de la mobilité Erasmus (SMS et SMP) soit très positive, un nombre important d étudiants mentionne dans les questions ouvertes quelques problèmes récurrents dont il sera important de tenir compte dans l avenir. Les problèmes académiques des étudiants SMS concernent : l accès aux cours, l établissement du programme d études et le contrat d études, l équivalence des cours, l évaluation à la fin de la période d études et la transposition ou conversion des points au retour, l équivalence des cours et la connaissance des us et coutumes académiques. 13

15 La plupart des problèmes mentionnés par les étudiants SMP dans les questions ouvertes sont d ordre personnel et concernent très peu les activités d ordre professionnel. Le problème le plus important pour un grand nombre d étudiants (SMS et SMP) est lié au logement : trouver un logement de qualité à un prix raisonnable, la colocation, le contrat, les relations avec le propriétaire etc. Plusieurs étudiants mentionnent des difficultés d ordre linguistique, ce qui révèle une préparation insuffisante et un manque d investissement préalable. Des problèmes d ordre personnel ont également été rencontrés par certains : difficulté à s intégrer dans le pays d accueil et dans l institution d accueil, problèmes financiers, de vol, de violence, perte de documents, décès ou maladie de parents, rupture de relations sentimentales etc. Toutefois les étudiants acceptent ces problèmes comme faisant partie de leur vie et sont parvenus à les gérer grâce à l aide d amis ou d autres étudiants. Presque tous les étudiants qualifient d excellents, très bons ou bons, les apports de la mobilité SMS dans sa globalité. Les étudiants pensent que la mobilité les a aidés à devenir indépendants, qu ils ont acquis des compétences interculturelles, qu ils sont plus confiants en leurs capacités et ont appris à mieux se connaître. Les acquis linguistiques sont excellents, très bons ou bons. Bien que l aspect académique ne soit pas le premier objectif de la majorité des étudiants, certains indiquent que les apports académiques étaient excellents, très bons ou bons. L étude démontre, toutefois, qu en fonction du pays d accueil, les appréciations des acquis académiques, personnels et linguistiques ont tendance à fluctuer. En ce qui concerne les aspects personnels (linguistiques, culturels) et professionnels, les bénéfices de la mobilité à des fins de stage (SMP) sont également évalués favorablement. Les acquis au plan professionnel sont plus largement plébiscités que lors des séjours SMS. L étude relève de légères différences quant aux acquis linguistiques selon le pays d accueil. Plus de 75% des étudiants ne doutent pas que le séjour Erasmus SMS aura un impact positif sur leur carrière professionnelle, ce pourcentage a cependant tendance à diminuer petit à petit. Les étudiants semblent être disposés à travailler dans un autre état de l Union Européenne, mais ici aussi une légère évolution négative est constatée. L étude constate toutefois des différences importantes en fonction des domaines d études des étudiants, ce sont surtout les étudiants en Agronomie, Ingénierie, Sciences, mathématiques et informatique, Commerce et Lettres qui sont convaincus de l impact favorable de la mobilité sur leur carrière. Les étudiants qui ont effectué une mobilité à des fins de stage (SMP) sont très positifs quant à l impact de leur séjour sur leur carrière professionnelle et accueillent favorablement l idée de travailler à l étranger. Cependant, comme pour la mobilité à des fins d études, ces paramètres ne semblent pas évoluer favorablement au fil des années. De plus en plus d étudiants SMP indiquent avoir acquis de nouvelles techniques, technologies ou méthodes de travail. 14

16 L étude constate des différences intéressantes au niveau des domaines d études et note que ce sont surtout les étudiants en Lettres et Sciences sociales qui sont convaincus de l impact positif de leur séjour Erasmus sur leur future carrière professionnelle. L appréciation globale de la mobilité SMS est extrêmement positive et stable quel que soit le pays d accueil. Les étudiants sont en général très satisfaits de leur séjour Erasmus et le considèrent comme une opportunité unique. Pour la petite minorité qui a rendu une évaluation négative, l étude a pu cerner le manque d intégration comme facteur principal déterminant cette prise de position. L évaluation globale de la mobilité SMP est aussi extrêmement positive même si on peut constater une légère tendance négative depuis L expérience Erasmus représente une chance unique pour la majorité des étudiants SMP et ce indépendamment du pays d accueil. Le chapitre 5 tire les conclusions des différents éléments analysés dans l étude. La conclusion la plus importante étant que la mobilité Erasmus mise en œuvre en Communauté française de Belgique entre les années académiques et a été couronnée de succès aussi bien au niveau de la qualité de la mobilité qu au niveau du nombre d étudiants qui y ont participé. En effet, 11,8% des diplômés de l enseignement supérieur ont pu bénéficier d une mobilité Erasmus, presque le triple de la moyenne européenne. Les conclusions présentent la synthèse des tendances observées entre 2007 et 2009 pour les deux types de mobilité (études et stage) notamment en ce qui concerne la représentation des domaines d études et pays d accueil ou l emploi de l anglais dans l enseignement supérieur. Elles saluent la qualité du travail de soutien des bureaux de relations internationales des établissements d enseignement supérieur (EES) en Communauté française de Belgique et à l étranger. Tout en ayant brossé dans cette analyse diachronique et dynamique une image très positive de la mobilité, les experts se permettent de pointer quelques aspects qui nécessiteraient plus d attention comme l information, le logement, la préparation linguistique et le montant de la bourse. Le chapitre 6 adresse des recommandations aux anciens et futurs étudiants Erasmus, aux associations d étudiants, aux coordinateurs Erasmus des établissements d enseignement supérieur (EES), aux responsables de l AEF-Europe ainsi qu à la Commission européenne (DG EAC). 15

17 1. Les statistiques Les données pour ce premier chapitre sont issues des rapports annuels de l AEF-Europe, des rapports des étudiants de la Communauté française pour les années 2007, 2008 et 2009, des données mises à la disposition des experts par l Observatoire de l Enseignement Supérieur de la Communauté française, des rapports annuels 2009 et 2010 de l agence EPOS (Agence nationale pour la Communauté flamande), mais aussi de l étude diachronique et dynamique de la mobilité Erasmus des étudiants flamands réalisée en Les résultats ont été comparés aux statistiques publiées par la Commission Européenne en et en Participants à la mobilité Erasmus en Communauté française de Belgique Comme on peut le constater dans le graphique ci-dessous, le nombre d étudiants issus de la Communauté française de Belgique et participant à la mobilité dans le cadre du programme Erasmus ne cesse de croître. Ceci est dû, notamment, à l intégration des stages (SMP) dans les activités de mobilité Erasmus. De 2007 à 2008, la participation à la mobilité à des fins d études augmente mais connait une très légère baisse en 2009 (-0,5%), celle-ci peut s expliquer en partie par le succès croissant de la mobilité SMP (+33%) mais également par l intérêt porté aux destinations hors Europe pour lesquelles les étudiants peuvent bénéficier d un financement de la Communauté française grâce au Fonds d aide à la mobilité étudiante (FAME) SMP SMS Total Tableau 1: Nombre de participants. Source : rapports annuels AEF-Europe À noter que 11,8% des diplômés de l enseignement supérieur en Communauté française ont participé à la mobilité Erasmus en : 18% des diplômés universitaires étant 1 Kirsch M., Van den Dries A., Beernaert Y., Geentjens J. (2009) Analyse van de verslagen van de Vlaamse Erasmusstudenten Brussel: Epos 2 European Commission DGEAC (2010). Lifelong Learning Programme, The Erasmus Programme 2008/2009, A Statistical Overview 3 European Commission DGEAC (2011). Erasmus Facts, Figures & Trends, The European Union support for student and staff exchanges and university cooperation in 2009/ Observatoire de l Enseignement supérieur de la Communauté française 16

18 l objectif pour 2020 du Communiqué de Leuven-Louvain-la Neuve - et 8,4% des diplômés nonuniversitaires 5. Ce pourcentage est plus élevé que pour la Communauté flamande (11%) 6 et considérablement plus élevé que la moyenne de 4,5% des diplômés pour tous les pays participant au programme Erasmus Pays d accueil des participants Pays d accueil des étudiants SMS En 2009, à l exception du Liechtenstein toutes les destinations éligibles sont représentées dans la mobilité SMS. SMS 2007 SMS 2008 SMS 2009 SMP 2007 SMP 2008 SMP 2009 AT BG CY CZ DE DK EE ES FI FR GR HU IE IS IT LT LU LV MT NL NO PL PT RO SE SI SK TR UK Total Tableau 2: Mobilité par année et par pays SMS SMP. Source : rapports annuels AEF-Europe Au niveau des statistiques, chaque étudiant n est comptabilisé qu une seule fois, qu il ait effectué une ou plusieurs mobilités, par exemple une mobilité SMS et une SMP. 6 Rapport annuel 2010 de l Agence Epos et Statistisch handboek van het Vlaams Ministerie vanonderwijs en Vorming (2011). Deel 2. Studiebewijzen uitgereikt op het einde van het academiejaar Commission Européenne,

19 Dans le cadre des stages, 21 pays ont été sélectionnés. Le choix posé par les étudiants est donc différent en fonction du type de mobilité. Les motifs en seront analysés dans les chapitres suivants. En ce qui concerne la mobilité à des fins d études, l Espagne est le pays le plus plébiscité (respectivement 29%, 3, 29% des étudiants mobiles pour les années 2007, 2008 et 2009). L Italie (11%, 11%, 9%), le Royaume-Uni (1, 9%, 9%) et les Pays Bas (8%, 7%, 8%) arrivent ensuite. Au niveau européen ainsi qu en Flandre, l Espagne occupe également la première position, le second pays d accueil étant la France suivie par l Allemagne au niveau européen et par l Italie en Communauté flamande Pays d accueil des étudiants SMP La France est le pays le plus sollicité pour les stages (avec 23%, 3, 29% d étudiants mobiles pour les années 2007, 2008 et 2009). L Espagne (,, 15%), le Royaume-Uni (13%, 14%, 14%) et le Luxembourg sont aussi très recherchés. Le cas du Luxembourg mérite d être épinglé car s il n apparaît que de manière anecdotique au niveau du SMS (,, 0,13%), son rôle est prépondérant dans le cadre des stages. A l exception de l Espagne, les étudiants SMP de la Communauté flamande se dirigent principalement vers les pays limitrophes. En , les Pays-Bas sont les plus populaires (35%), suivis par l Espagne et la France (tous deux à 24%) Nombre de participants par domaine d études Domaines d études des étudiants SMS 2007 % Education 61 3% 57 2% 70 3% Lettres et arts % % % Sc. sociales/commerce/droit % % % Sciences, Mathématiques, Informatique 66 3% 58 3% 104 5% Ingénierie/industrie de transformation et de production, % 214 9% 212 9% Agriculture 59 3% 87 4% 41 2% Santé et protection sociale 53 2% 64 3% 73 3% Services 19 1% 14 1% Divers % Tableau 3: Domaines d études SMS : Source : rapports annuels AEF-Europe A noter qu en 2008, les codes Erasmus (16 domaines d études) ont été remplacés par les codes CITE (8 domaines d études). Les étudiants n étant pas familiarisés avec ces codes, la distinction entre les différents programmes faisant partie d un même domaine d études n a pas toujours été aisée. Pour faciliter la comparaison entre les trois années étudiées, les domaines d études Erasmus ont été transposés en codes CITE. On constate que la participation à la mobilité par domaine d études est relativement stable. La petite différence au niveau des domaines d études Ingénierie et Sciences pourrait avoir été occasionnée par la conversion des codes Erasmus en code CITE. 18

20 Il est clair que le domaine d études Sciences sociales, commerce et droit est largement représenté avec plus de la moitié des étudiants SMS (54%). Une analyse plus détaillée révèle les classements suivants (ordre décroissant) : - en 2007: Commerce et administration (25%), Langues modernes (19%), Sciences sociales (13%) et Droit (12%), - en 2008 : Commerce et administration, Langues modernes, Sciences sociales, Droit et Architecture, - en 2009 : Langues modernes, Commerce et administration, Management, Droit, Sciences politiques, Sciences économiques et Architecture. En 2008 et 2009, les codes utilisés n étant pas toujours suffisamment détaillés, il est presqu impossible de donner des pourcentages exacts. En Flandre, les étudiants en Commerce et administration sont les mieux représentés (18% en 2007, 19% en 2009). Le domaine général regroupant Sciences sociales, commerce et droit ne représente que 37% (années 2008 et 2009) - comparé à 54% pour la Communauté française de Belgique et à 41,6% en et 35% en au niveau européen - mais reste le domaine d études le plus important en ce qui concerne la mobilité Erasmus. Le domaine des Lettres et des arts est, aussi bien en Flandre ( en 2008 et 2009) qu en Europe 10 (23,3% en , 33% en ), le second domaine d études suivi par l Ingénierie avec une participation de 12% en Flandre pour 2008 et 2009 et 14,3% en Europe en Domaines d études des étudiants SMP 2007 % Education 2 1% 1 7 1% Lettres et arts 18 8% 21 5% 24 5% Sc. Sociales, commerce et droit % % % Sciences, mathématiques, informatique 7 3% % Ingénierie et industrie de transformation et de production 16 7% 53 14% 62 12% Agriculture 4 2% 15 4% 16 3% Santé et protection sociale 35 15% % Services 3 1% 71 14% Divers 1 5 1% Tableau 4 : Domaines d études des étudiants SMP. Source : rapports annuels AEF-Europe et rapports étudiants SMP European Commission, DG Education and Culture (2010). Lifelong Learning Programme, The Erasmus Programme 2008/2009, A Statistical Overview. Brussels: European Union p European Commission, DG Education and Culture (2011). Erasmus Facts, Figures & Trends, The European Union support for student and staff exchanges and university cooperation in 2009/2010. Brussels: European Union p Le terme Europe est employé pour faire référence aux pays participants à la mobilité Erasmus. Tous les pays de l Union européenne ainsi que la Norvège, le Liechtenstein, l Islande et la Turquie participaient au programme Erasmus en 2007, 2008 et Les données par domaines d études ne figurant pas dans le rapport annuel de l AEF-Europe, les données des rapports étudiants ont été prises pour ces pourcentages. Il faut noter qu en 2007, 268 étudiants SMP étaient mobiles en Communauté française. 19

21 En ce qui concerne les étudiants participant à la mobilité SMP, on peut constater une évolution par rapport aux domaines d études. En 2007, 65% 12 des étudiants relèvent des Sciences sociales, du commerce et du droit. En 2008, ce pourcentage tombe à 46% et à 32% en Par contre, la participation des étudiants en Sciences et en Médecine ou services médicaux (après 2007 Santé et protection sociale) augmente tout comme la mobilité des ingénieurs. Les secteurs d activités dans lesquels les étudiants ont effectué leur stage ont également été analysés Immobilier 2 1% 1 Industries minières et extractives 1 1 Activités d'organisations Internationales 1 2 Approvisionnement en eau, gestion des déchets 2 Bâtiment et génie civil /construction 18 7% 17 4% 4 1% Manufacture 5 1% 4 1% Vente au gros et au détail 2 1% 5 1% Administration publique et défense 1 8 2% Transport et stockage 1 8 2% Electricité et énergie 5 1% 9 2% Gestion et administration % 16 3% Agriculture 5 2% 23 6% 26 5% Finance, banque, assurance 23 6% 28 5% Musique / Arts, divertissement 13 5% 17 4% 36 7% Autres services 18 7% % Journalisme et reportage/information communication 51 19% Santé et sécurité du travail / santé et activités sociales 12 4% 51 13% 58 11% Hôtellerie et services de restauration/accueil traiteur 32 12% 37 9% 66 13% Education 37 9% 75 14% Activités scientifiques, techniques et professionnelles 65 24% 74 19% 84 16% Tableau 5: Secteurs des stages. Source : rapports annuels AEF-Europe Comme on peut le constater dans le tableau ci-dessus, le secteur des Activités scientifiques, techniques et professionnelles est le mieux représenté en 2007 (24%), en 2008 (19%) et en 2009 (16%). On note, par ailleurs, une participation croissante du secteur de l Education (9% en 2008, 14% en 2009). A noter que sur les 75 étudiants ayant opté pour le secteur de l Education et ayant effectué leur stage dans un établissement scolaire ou universitaire, 68 ne relèvent pas du domaine d études Education. Le secteur de l Hôtellerie/accueil traiteur est bien représenté de 2007 à 2009, celui de la Santé/ activités professionnelles sociales voit son pourcentage s élever à partir de Au niveau européen, le secteur le plus populaire pour les stages est celui de l Education avec 4317 stages (14%), suivi par le secteur des Activités scientifiques et professionnelles avec 4289 stages. En Flandre, en 2009, les étudiants flamands effectuent leur stage surtout dans les secteurs de la Santé humaine (16,6%) et de l Information/communication (16,4%). 12 Pourcentages établis sur base des rapports étudiants validés en

22 Comparaison, par domaine d études, des pourcentages de diplômés et de participants à la mobilité Erasmus Bien qu il soit presque impossible de chiffrer des pourcentages tout à fait exacts, la participation des étudiants par domaines d études (SMS et SMP) à la mobilité Erasmus a été comparée au pourcentage de diplômés selon ces domaines. Ceci a été fait en se basant sur les données de l Observatoire de l Enseignement Supérieur et de l AEF-Europe. On constate que les domaines d études des Lettres et arts et Sciences sociales, commerce et droit sont largement surreprésentés et que les domaines de l Ingénierie et des Sciences, mathématiques et informatique sont légèrement surreprésentés. Si on ajoute les étudiants du domaine des Services au domaine des Science sociales, commerce et droit (les secteurs du Tourisme et de l Hôtellerie font partie du domaine des Sciences commerciales), la surreprésentation de ce domaine est encore plus importante. Les domaines de l Education et de la Santé sont largement sous-représentés. Domaines d'études Education Lettres et arts Sc. Sociales, commerce et droit Sciences, mathématiques, informatique Ingénierie et industrie de transformation et de production Agriculture Santé et protection sociale Services Tableau 6: Participation Erasmus et diplômés. Sources : Observatoire de l Enseignement Supérieur et rapports AEF- Europe 1.4. Niveau d études des étudiants et provenance Niveau d études des étudiants SMS % participants Erasmus % de diplômés 3% 19% 9% 53% 34% 7% 5% 1 11% 2% 3% 6% 19% 3% La plupart des étudiants font leur mobilité SMS au cours du premier cycle (53% en 2008 et 2009). En 2008, 64% des étudiants participant à la mobilité proviennent des universités. Cette disparité par rapport au secteur non-universitaire diminue légèrement en 2009 avec 6 d étudiants SMS issus d universités. A noter qu en 2007 toutes les universités participaient à la mobilité Erasmus tandis que seuls 75% des autres établissements de l enseignement supérieur (Hautes Ecoles, Instituts d architecture, Ecoles des Arts) disposaient de la Charte. Pour rappel, 47% des étudiants suivent un cursus universitaire et 53% relèvent du supérieur nonuniversitaire. Ceci souligne la sous-représentation assez importante du secteur non-universitaire surtout dans la mobilité Erasmus SMS où on constate que 16,5% des diplômés universitaires sont mobiles contre 6% du non-universitaire. 21

23 Niveau d études des étudiants SMP Les étudiants SMP proviennent surtout des Hautes Ecoles mais l écart se réduit et passe de 79% d étudiants issus des Hautes Ecoles en 2007, à 74% en 2008 et Les mobilités SMP ont surtout lieu au cours du premier cycle (75% en 2007, 63% en 2008 et 66% en 2009) ce qui n est pas étonnant puisque les Hautes Ecoles offrent majoritairement des cours de premier cycle. En 2009, 1,5% des diplômés universitaires et 2,4% des diplômés non-universitaires ont participé à la mobilité SMP. Avec 18% des diplômés universitaires et 8,4% des diplômés non-universitaires ayant participé à la mobilité Erasmus, on peut déduire que la mobilité à des fins de stage contribue à réduire l écart entre les universités et les établissements non-universitaires en ce qui concerne la participation au programme Erasmus Genre des participants % 59% 61% 57% 55% 43% 41% 43% 45% 39% 2007 SMS 2007 SMP 2008 SMS 2008 SMP 2009 SMS 2009 SMP F M Tableau 7: Genre des participants à la mobilité. Source : rapports annuels AEF-Europe Genre des étudiants SMS Que ce soit en 2007, 2008 ou en 2009, la majorité des participants à la mobilité SMS sont des femmes (respectivement 6, 59% et 61%) ce qui est légèrement supérieur à la représentation féminine dans l enseignement supérieur (56% en 2010). Le fait que le public féminin dans l enseignement supérieur soit surreprésenté dans les facultés de Langues étrangères et de Sciences Sociales et plus généralement en Lettres et arts (81% en 2009), qui sont justement fort actifs dans le programme Erasmus, pourrait expliquer cette tendance. Les étudiantes Erasmus sont également nombreuses en Flandre (62%) et au niveau européen (6) Genre des étudiants SMP La participation à la mobilité SMP reflète mieux la répartition hommes/femmes dans l enseignement supérieur. En effet, bien qu il y ait une majorité de femmes mobiles (respectivement 57%, 57% et 22

24 55% pour les années analysées), l écart hommes femmes est nettement moins important et reflète la représentation des genres dans l enseignement supérieur Durée du séjour et ECTS 6 5,2 5,3 5, ,6 3,6 3, SMS 2007 SMP 2007 SMS 2008 SMP 2008 SMS2009 SMP 2009 Tableau 8: Durée du séjour en mois. Source : rapports annuels AEF-Europe Durée du séjour SMS La durée moyenne du séjour est de 5,3 mois. Cette donnée est assez stable ( 5,2 mois en 2007 et 5,3 mois en 2008 et 2009), tout à fait comparable à celle des étudiants flamands et légèrement inférieure à la moyenne européenne (6,4 mois en et ). Les étudiants reçoivent en moyenne 32 crédits ECTS (moyenne de ECTS pour les étudiants flamands) Durée du séjour SMP La durée du séjour des étudiants SMP est nettement inférieure à celle des étudiants SMS. En 2007 et 2008, les étudiants SMP sont restés en moyenne 3,6 mois à l étranger et 3,7 mois en On constate le même phénomène en Flandre où la durée moyenne des séjours SMP est également de 3,6 mois en Au niveau européen, en et , la durée est un peu plus élevée avec 4,4 mois. Les étudiants reçoivent en moyenne 17 crédits ECTS (moyenne de 19 crédits ECTS pour les étudiants flamands) Bourses Depuis 2007, la Communauté française accorde, outre le complément Erasmus, un budget supplémentaire afin de soutenir la mobilité des étudiants : le Fonds d aide à la mobilité étudiante. Cette mesure a pu contribuer au développement de la mobilité tout en favorisant l aide aux 13 European Commission (2010). p European Commission (2011) p Statistical report Epos (2011) 16 European Commission (2010) p European Commission (2011) p. 7 23

25 étudiants d un niveau socio-économique moins élevé (Rapports annuels AEF-Europe, 2007, 2008, 2009). Certains étudiants reçoivent également un supplément à la bourse via les services sociaux Bourses SMS Les étudiants SMS de la Communauté française ont reçu une bourse moyenne mensuelle de 228 en 2007 ; 220,07 en 2008 et 224,96 en 2009 (rapports annuels de l Agence AEF-Europe). La moyenne est plus élevée au niveau européen (253 en et 236 en ) mais moindre en Communauté flamande (183,26 en ). En 2007, un étudiant sévèrement handicapé a pu réaliser une mobilité en France grâce à une bourse complémentaire Bourses SMP En 2007, la bourse mensuelle moyenne SMP s élevait à 521 et à 537,66 en 2008 (rapports annuels AEF-Europe). Depuis l année académique , l Agence ne fixe plus de montant minimum à respecter pour les bourses SMP. Avec une moyenne, en 2009, de 388,17, elles restent, cependant, nettement supérieures aux bourses SMS. En Flandre (397,93 en ) et au niveau européen (433 en et 386 en ), les bourses SMP étaient considérablement plus élevées que les bourses SMS Validation des réponses Les étudiants n ont pas toujours complété les rapports consciencieusement. Presque tous ont répondu à la première partie du questionnaire mais seuls 73% en 2007, 44% en 2008 et 7 en 2009 ont complété l entièreté du rapport SMS. C est donc en 2008 que le problème est le plus aigu. La mobilité à des fins de stage présente de meilleurs résultats avec plus de 8 de rapports intégralement complétés. Au vu de cette situation, les statistiques ont été établies pour chaque question sur base du nombre d étudiants ayant effectivement répondu à la question et non sur base du nombre total de participants. 18 European Commission (2010). p European Commission (2011) p.7 20 Epos. Statistical report (2010) 21 Epos. Statistical report (2010) 22 European Commission (2010). p European Commission (2011). p. 7 24

26 2. Motivation et préparation de la mobilité Ce chapitre et les suivants sont essentiellement basés sur les rapports des étudiants. Les motivations à la mobilité mentionnées dans les rapports sont assez diverses et ont été synthétisées par les chercheurs. Une comparaison est établie avec la situation en Flandre 24 et, le cas échéant, en Europe Facteurs d incitation à la mobilité des étudiants SMS Evolution des facteurs d incitation à la mobilité des étudiants SMS Beaucoup d étudiants mentionnent la culture et la vie à l étranger comme facteur d incitation. «Pratiquer une langue étrangère» acquiert de plus en plus d importance. En effet, en 2007, seuls 8% des étudiants mentionnent l apprentissage d une langue étrangère comme facteur d incitation à la mobilité pour 87% en Le facteur «académique» ne vient qu en quatrième ou cinquième position (selon les années), indiquant que les étudiants recherchent davantage une expérience socioculturelle qu une expérience académique et qu ils reconnaissent la qualité de l enseignement dispensé dans leur établissement d origine % 3% 4% 13% 1 5% 25% 43% 39% 71% 7 54% 57% 59% 52% 65% 57% 87% 85% 85% 87% 79% 73% 62% 57% 8% Tableau 9: Facteurs d incitation à la mobilité SMS. Source : rapports des étudiants SMS En Flandre, en 2007, la culture était considérée par 62% des étudiants comme un facteur d incitation important pour participer à une mobilité Erasmus, l apprentissage d une langue étrangère, dans une mesure légèrement moindre, était également un élément déterminant. Les résultats de l enquête menée dans le cadre de l évaluation du programme Socrate II ( ) en Flandre 25 révèlent des écarts encore plus marqués avec le facteur d incitation «vivre à l étranger» plébiscité par 9 des étudiants, la culture par 75% des étudiants et seulement 66% 24 Kirsch et al., Van den Berghe et al.,

27 pour l acquisition de nouvelles compétences académiques ou professionnelles (qui se classe en quatrième position) Facteurs d incitation SMS par pays d accueil Afin d obtenir des tendances significatives, les chercheurs ont agrégé les résultats des trois années analysées. Comme en Flandre, des différences importantes ont été constatées entre pays. Le tableau ci-dessous tient compte uniquement des pays ayant accueilli au moins 25 étudiants Erasmus % 8 77% 71% 66% 6 52% 86% 82% 82% 78% 8 81% 8 82% 76% 78% 75% 7 71% 72% 73% 68% 67% 68% 65% 65% 62% 61% 64% 58% 6 61% 52% 54% 49% 49% 3 DE AT CZ TR UK PT DK FR NL IT ES RO EL IE FI HU SE NO PL Culturels Vivre dans un autre pays/nouvel environnement Expérience européenne Indépendance Tableau 10: Facteurs d incitation socioculturels par pays d accueil. Source : rapports étudiants SMS Le facteur culturel Mentionné par 86% des étudiants qui s y sont rendus, la culture est un facteur extrêmement motivant pour la Roumanie et l Autriche, il l est également pour l Italie (82%), la Pologne (82%), le Portugal (82%), la Finlande (81%), la Turquie (8), la Hongrie (8) et l Irlande (8). Le constat est identique pour les pays avec moins de 25 étudiants mobiles : Chypre (88%), la Slovénie (84%), la Lituanie (82%) et la Slovaquie (deux étudiants concernés). Seule la France se démarque avec seulement 54% des étudiants citant la culture, ceci peut s expliquer par la proximité et la similarité de ce pays limitrophe. Pour les étudiants flamands ayant fait un séjour en Tchéquie, au Danemark, en Grèce, en Hongrie, en Norvège, au Portugal, en Pologne, en Finlande, en Turquie ou au Royaume-Uni, le facteur culturel était le facteur le plus important de motivation à la mobilité. Le facteur «vivre à l étranger» Ce sont surtout les étudiants qui se sont rendus en Roumanie (86%), au Portugal (86%), en Hongrie (85%), en Norvège (83%) et en Finlande (8) qui mentionnent le facteur «vivre à l étranger». Le pays où ce facteur est le moins cité est de nouveau la France (65%) qui semble moins perçu comme un pays «étranger». En ce qui concerne les pays avec moins de 25 étudiants, Chypre apparaît comme le pays le plus attrayant en ce qui concerne le facteur «vivre à l étranger» puisque tous les étudiants qui s y sont rendus (17) ont cité ce facteur comme incitant à la mobilité. Ce facteur a aussi été mentionné par plus de 8 des étudiants pour la Lituanie (91%), pour la Bulgarie, la Lettonie, Malte, la Slovénie (84%), l Islande et la Slovaquie. Mais très peu d étudiants étant allés dans certains de ces pays, il faut être prudent avec les résultats. On peut toutefois conclure que, à l exception du Portugal, ce sont surtout les pays nordiques ainsi que les pays baltes et les pays de l est qui sont 26

28 ressentis comme «exotiques» et où le facteur «vivre à l étranger» joue un rôle important dans le choix des étudiants. Le facteur «expérience européenne» 76% des étudiants qui se sont rendus en Roumanie et 75% de ceux qui se sont rendus en Grèce mentionnent «une expérience européenne» comme facteur incitant à la mobilité. C est aussi le cas pour 72% des étudiants qui sont allés en Hongrie, 68% de ceux qui sont allés en Pologne ou au Portugal, 68% de ceux qui se sont rendus en Autriche, 65% en Irlande et en Finlande et 64% des étudiants en Suède. Seulement 3 des étudiants qui se sont rendus en Turquie et 49% des étudiants en France et en Norvège ont cité le facteur «expérience européenne» comme incitant à la mobilité. Le facteur «indépendance» A peu près 6 des étudiants ont mentionné que la volonté d être indépendant les a incités à la mobilité. Il n est pas surprenant que ce soient surtout des étudiants qui sont allés dans des pays lointains ou moins connus qui aient cité ce motif : 79% des étudiants qui se sont rendus en Pologne, 7 de ceux qui sont allés en Norvège, 69% de ceux ayant séjourné en Suède, 68% en Hongrie et 66% en Finlande. Le facteur «pratiquer une langue étrangère» Le facteur «pratiquer une langue étrangère» n était cité que par 8% des étudiants en 2007 ce qui explique les pourcentages relativement bas pour les statistiques agrégées. En effet, il n y a que cinq pays d accueil où plus de 6 des étudiants (pour les trois années confondues) ont mentionné ce facteur comme déterminant pour leur choix : l Autriche (64%), l Irlande (61%), les Pays-Bas (61%), l Italie (6) et le Royaume-Uni (6) % 71% 62% 62% 73% 69% 83% 83% 83% 71% 73% 62% 89% 9 91% 92% 94% 94% 94% 95% 95% 95% 96% 87% 84% 83% 84% 79% 78% 79% 73% 75% 68% 67% % 15% FR TR RO HU CZ PT DK PL DE SE IT FI IE ES AT NO NL UK Tableau 11: Facteur d incitation «pratiquer une langue étrangère». Source : rapports étudiants SMS Par contre, les résultats pour les années académiques et montrent clairement que ce facteur est devenu, particulièrement en , un facteur déterminant pour la majorité des étudiants. En , 96% des étudiants en mobilité au Royaume-Uni et 95% des étudiants aux Pays-Bas, en Norvège et en Autriche citent ce facteur comme incitatif à leur mobilité. C est aussi le cas pour 94% des étudiants qui sont allés en Espagne, en Irlande et en Finlande et pour 92% ayant séjourné en Italie et 9 en Allemagne. Pour les Pays-Bas, l Italie, la Suède et la Pologne plus de 8 27

29 des étudiants mentionnent l acquisition d une langue étrangère comme un facteur d incitation dès Les pourcentages les moins élevés sont attribués à la France avec 8% en et 15% en On peut s étonner que la pratique d une langue étrangère ait pu motiver nos étudiants à séjourner en France, à moins qu il ne s agisse d étudiants n ayant pas le français comme langue maternelle. Pratiquer une langue étrangère est la motivation la plus importante pour les étudiants flamands en mobilité en Allemagne, en Espagne ou en France (plus de 9). La majorité des étudiants de la Communauté française qui se sont rendus aux Pays-Bas ainsi que la majorité des étudiants flamands qui sont allés en France ont clairement comme objectif de revenir parfaitement bilingue, ce qui, en Belgique, ne peut qu améliorer leurs perspectives sur le marché du travail. Le facteur académique Pour l Allemagne (7), les Pays-Bas (71%) et le Royaume-Uni (71%), le facteur d incitation le plus important est d ordre académique (NL, UK, DE). Les facteurs «vivre à l étranger» et «culturel» semblent être moins importants pour ces pays d accueil. En Flandre, seuls les étudiants en mobilité aux Pays-Bas ont cité le facteur «autres méthodologies pédagogiques» comme étant le plus important pour les inciter à séjourner à l étranger % 63% 64% 66% 66% 67% 68% 71% 71% 72% 49% 51% 52% 52% 53% 53% 54% 55% 45% PT RO HU CZ IT TR ES EL FI PL FR IE DK AT NO SE UK NL DE Académique Expérience professionnelle Tableau 12: Facteurs d incitation académique et professionnelle. Source : rapports étudiants SMS Le facteur académique a été décisif dans plus ou moins 5 des cas de mobilité au Portugal (45%), en Roumanie (49%), en Hongrie (51%), en Tchéquie (52%), en Italie (52%), en Turquie (53%), en Espagne (53%), en Grèce (54%) et en Finlande (55%). Le facteur «expérience professionnelle» Le facteur expérience professionnelle n est, pour aucun pays, cité par plus de la moitié des étudiants comme facteur incitant à la mobilité. Le pourcentage le plus élevé est détenu par la France (49%). 28

30 Les autres facteurs Les autres facteurs comme «amis vivant à l étranger» sont négligeables Facteurs d incitation SMS par domaine d études Après avoir analysé les différents facteurs d incitation à la mobilité par pays, les chercheurs ont analysé les facteurs d incitation à la mobilité selon les domaines d études. A noter d une part que les anciens codes Erasmus (encore utilisés en 2007) ont été convertis en codes CITE et d autre part que le domaine d études Sciences sociales, commerce et droit (qui inclut la communication et le journalisme), représentant pour les trois années plus de la moitié des étudiants Erasmus (54%), il a été décidé de le subdiviser en quatre : les Sciences sociales, la Communication/journalisme, le Commerce et le Droit. Il faut être prudent avec les résultats de ce dernier domaine car en 2008, sur 191 étudiants en droit ayant rempli la partie quantitative du rapport, seulement 12 ont rempli la partie qualitative. Ce problème n a pas été rencontré les autres années. Les résultats des trois années ont été agrégés par domaine d études pour comparer les résultats. Représentant moins de 25 étudiants pour les trois années confondues, le domaine d études des Services, les programmes généraux ainsi que le poste divers n ont pas été pris en compte pour ces statistiques Santé Agricultur Education Communi Sc. Droit SMI Ingénierie Commerc Lettres et e cation Sociales e arts Facteur académique 45% 49% 5 53% 54% 55% 55% 57% 58% 77% Facteur pratiquer langue étrangère 36% 44% 44% 42% 48% 36% 75% 46% 6 57% Facteur projets professionnels 48% 35% 53% 42% 33% 58% 34% 39% 37% 28% Facteur académique Facteur pratiquer langue étrangère Facteur projets professionnels Tableau 13: Facteurs d incitation par domaine d études : académiques et professionnels. Source : rapports étudiants SMS Le facteur «académique» Pour la plupart des domaines d études, ce facteur de motivation est cité par 5 à 58% des étudiants. Les Lettres et arts se distinguent avec pas moins de 77% d étudiants qui partent pour des raisons académiques et à l opposé le taux chute à moins de 5 en Agriculture (49%) et Santé (45%). En Flandre, on avait déjà remarqué que les étudiants en Arts recherchaient un institut ou même un professeur spécifique pour la mobilité. 29

31 Le facteur «projet professionnel» Le facteur projet professionnel apparaît comme moins important pour les étudiants SMS. Seuls les étudiants en Droit (58%) et en Education (53%) citent ce motif à plus de 5. Ce facteur n est mentionné que par 28% des étudiants en Lettres et arts. Le facteur «pratiquer une langue étrangère» Ce facteur est surtout cité par les étudiants en Sciences, mathématiques et informatique (75%), beaucoup moins par ceux du domaine des Lettres et des arts (57%). A noter que cette tendance est fortement influencée par le résultat extrêmement bas de 2007 très différent de celui de l année où au moins 86% des étudiants tous domaines d études confondus (sauf l Ingénierie avec moins de7) citent ce facteur comme incitant à la mobilité. En y regardant de plus près, en 2009, (93%) des étudiants en Sciences, mathématiques et informatique et en Education mentionnent la pratique d une langue étrangère comme facteur d incitation ainsi que 89% des étudiants en Lettres et arts. En Flandre, ce sont surtout les étudiants en Langues qui indiquent ce facteur d incitation, suivis par les étudiants en Droit et Communication. Contrairement à la Communauté française, les étudiants en Sciences, mathématiques et informatique obtiennent le score le plus bas (47%) en Agricul ture Ingénie rie Droit Sc. Sociale s Comm erce Santé Lettres et arts Facteur culturel 72% 72% 74% 74% 74% 77% 77% 77% 78% 82% Facteur vivre étranger 85% 67% 7 69% 77% 72% 69% 9 65% 79% Facteur expérience européenne 61% 68% 54% 59% 64% 65% 52% 62% 58% 77% Facteur être indépendant 42% 56% 66% 59% 71% 67% 59% 79% 41% 42% SMI Educati on Comm unicati on Facteur culturel Facteur vivre étranger Facteur expérience européenne Facteur être indépendant Tableau 14: Facteurs d incitation par domaine d études : facteurs socioculturels. Source : rapports étudiants SMS Le facteur «culturel» Le facteur culturel est important pour tous les étudiants qui sont partis à des fins d études. Les pourcentages oscillent entre 82% (Communication et du journalisme) et 72% (Agriculture). En Flandre, c est le facteur culturel qui est le plus fréquemment cité, surtout par les étudiants en Agriculture (79%) et en Langues, par contre seuls 49% des étudiants en Commerce le mentionnent. Le facteur «vivre à l étranger» Le facteur «vivre à l étranger» apparaît pour presque tous les domaines d études. Cependant, les différences entre les domaines d études sont importantes avec 85% des étudiants en Agriculture et seulement 65% des étudiants dans le domaine de l Education. 30

32 Le facteur «expérience européenne» Bien que dans tous les domaines d études plus de la moitié des étudiants mentionnent ce facteur, il ne semble être vraiment important que pour les étudiants en Communication et journalisme (77%). Le facteur «être indépendant» Ce sont surtout les étudiants en Sciences, mathématiques et informatique (79%) et en Commerce (71%) qui trouvent ce facteur important. Par contre, seuls 41% des étudiants en Education et 42% en Agriculture et en Communication partent en mobilité Erasmus pour acquérir plus d indépendance. En Flandre aussi, ce sont surtout les étudiants en Mathématiques et informatique (81%) qui partent pour cette raison suivis par les étudiants en Communication et en Commerce Facteurs d incitation à la mobilité des étudiants SMP Evolution des facteurs d incitation des étudiants SMP Comme on peut le constater dans le tableau ci-dessous, les étudiants SMP partent pour des raisons nettement différentes de celles des étudiants SMS. En effet, trois quarts des étudiants SMP (81% en 2008, 71% en 2009) ont pour objectif principal l acquisition de connaissances et presque autant (8 en 2008 et 68% en 2009) l acquisition d une expérience professionnelle adéquate % 6 62% 64% 65% 59% 67% 68% 71% Tableau 15: Facteurs d incitation SMP. Source : rapports étudiants SMP En 2008 et 2009, les facteurs «vivre à l étranger» et «expérience européenne» sont mentionnés comme motifs à la mobilité par à peu près 7 des étudiants. Les facteurs «être indépendant», «plan de carrière» et «culturel» sont cités par les deux tiers, le facteur «pratiquer une langue étrangère» par 6. Il n est pas étonnant que ce facteur soit moins important que pour la mobilité à des fins d études puisque plus de des étudiants SMP se rendent en France et au Luxembourg. Le facteur académique n est cité que par 42% des étudiants en 2008 et par moins d un quart en

33 et Tout comme pour les étudiants SMS, le facteur «amis vivant à l étranger» est moins important bien que 19% (2008) et 1 (2007 et 2009) le citent. Le parallèle avec la Flandre n est pas présenté pour la mobilité à des fins de stage faute de statistiques spécifiques Facteurs d incitation SMP par pays d accueil En ce qui concerne les pays d accueil, la moyenne des trois années confondues a été prise en compte sauf pour les facteurs qui ne sont évoqués que dans les questionnaires de et Sont repris dans les graphiques, les pays où se sont rendus au moins 25 étudiants et pour lesquels 25 réponses ont été reçues sur les trois années. Il faut noter qu en 2007, le taux de réponses en ce qui concerne les facteurs incitant à la mobilité était très bas (sauf pour l expérience professionnelle et l acquisition des connaissances, questions qui n étaient pas posées en 2007), ce qui a influencé les pourcentages. Le facteur «expérience professionnelle» Le facteur d incitation «expérience professionnelle» est important pour tous les étudiants et surtout pour ceux qui vont en Allemagne, au Royaume-Uni et au Luxembourg ainsi que pour deux tiers des étudiants ayant opté pour les Pays-Bas. Le facteur «acquisition de connaissances» Le facteur «acquisition de connaissances» est également important pour les étudiants SMP mais avec une grande disparité en fonction des pays d accueil. 8 des étudiants qui se sont rendus en Espagne considèrent ce facteur comme une motivation à la mobilité, les taux sont de 77% pour le Luxembourg, 76% pour la France et 74% pour l Italie. Par contre, seuls 46% des étudiants qui sont allés aux Pays-Bas le mentionnent % 74% 76% 7 72% 75% 77% 75% 72% 74% 7 65% 65% 58% 6 61% 53% 54% 46% 38% 36% 36% 32% 28% 21% 23% 24% NL IT ES FR LU UK DE Facteur expérience professionnelle adéquate facteur acquisition connaissances Facteur plan de carrière Facteur académique Tableau 16: Facteurs d incitation SMP professionnelle académique. Source: rapports étudiants SMP Le facteur «plan de carrière» En 2008 et 2009, deux tiers des étudiants ont mentionné le facteur «plan de carrière» comme motif à la mobilité. Les statistiques sur les trois années confondues distinguent le Luxembourg avec 7 d étudiants motivés par leur plan de carrière. Le taux le plus bas est celui des Pays-Bas avec 38%. 32

34 Le facteur «académique» Comme il s agit de stages, il n est pas surprenant que les pourcentages constatés soient très bas. Un peu plus d un tiers des étudiants qui sont allés au Royaume-Uni et en Italie le mentionnent pour seulement 21% aux Pays-Bas. Le facteur «culturel» En étudiant le tableau ci-dessous, on remarque que le facteur culturel incite beaucoup moins les étudiants SMP que les étudiants SMS. Ce sont principalement des étudiants qui se sont rendus au Royaume-Uni (73%) et en Espagne (69%) qui ont coché le facteur culturel. Moins de la moitié des étudiants qui sont allés en France (49%), aux Pays-Bas (47%) et au Luxembourg (3) ont été motivés par le facteur culturel % 69% 72% 73% 65% 59% 61% 62% 47% 49% 47% 3 29% 2% LU NL FR DE IT ES UK culturel vivre étranger expérience européenne pratiquer langue étrangère être indépendant Tableau 17: Facteurs d incitation socioculturels. Source : Rapports étudiants SMP Le facteur «vivre à l étranger» Ce facteur d incitation semble être important principalement pour les étudiants qui ont séjourné au Royaume-Uni (69%) et en Espagne (61%). Moins de 3 des étudiants qui sont allés au Luxembourg ont été motivés par l aspect «vivre à l étranger». Le facteur «expérience européenne» Ce sont surtout les étudiants en stage en Italie (69%) et en Allemagne (67%) qui ont voulu vivre une expérience européenne. Alors que seuls 28% des étudiants pour le Luxembourg mentionnent «vivre à l étranger» comme facteur incitant à la mobilité, plus du double (57%) souhaitent y vivre une expérience européenne. Le facteur «pratiquer une langue étrangère» Ce facteur a surtout motivé les étudiants qui ont fait leur stage au Royaume-Uni (73%) et aux Pays- Bas (71%). En fait, pour la majorité des étudiants SMP qui se sont rendus aux Pays-Bas ce facteur semble être le seul qui les ait incités à y aller. Le facteur «être indépendant» Ce facteur semble être important pour les étudiants qui se sont rendus au Royaume-Uni ou en Espagne (67%). 33

35 Conclusion concernant le choix des pays d accueil Les étudiants qui ont fait le choix du Luxembourg, de la France, du Royaume-Uni, de l Allemagne et de l Espagne visent surtout l acquisition de compétences professionnelles. Pour faciliter la carrière, le Luxembourg semble être le plus convoité. La mobilité vers le Royaume-Uni, l Italie et l Espagne a été motivée par diverses raisons (culture, expérience européenne, langue) et les Pays-Bas ont surtout été choisis parce que les étudiants voulaient en pratiquer la langue Facteurs incitant à la mobilité SMP par domaine d études Comme le domaine d études Sciences sociales, commerce et droit représente près de la moitié des étudiants partis en mobilité SMP, il a été subdivisé en trois sous catégories : Sciences sociales, Communication/ journalisme et Commerce. Les trois étudiants en Droit qui ont complété le rapport ont été ajoutés aux Sciences sociales. Les domaines d études dans lesquels moins de 25 étudiants étaient mobiles sur les trois années n ont pas été pris en compte pour les pourcentages et les graphiques. Le facteur «acquisition de connaissances» Comme le montre le graphique, l acquisition de connaissances/compétences est important pour tous les domaines d études. Les pourcentages oscillent entre 87% (Agriculture) et 67% (Sciences sociales) SMI Santé Services Sc. Ingénierie Communic Commerce Agriculture Lettres et Sociales ation arts Facteur académique 39% 19% 21% 18% 29% 26% 33% 37% 36% Facteur expérience professionnelle 64% 58% 68% 53% 74% 5 66% 89% 56% Facteur acquisition connaissances 73% 81% 81% 67% 84% 64% 72% 87% 83% Facteur plan de carrière 6 61% 61% 67% 67% 68% 69% 91% 92% Facteur académique Facteur expérience professionnelle Facteur acquisition connaissances Facteur plan de carrière Tableau 18: Facteurs d incitation académiques et professionnels. Source : rapports étudiants SMP Le facteur «plan de carrière» En ce qui concerne le plan de carrière, les différences sont plus importantes. Ce sont surtout les étudiants en Lettres et arts (92%) et en Agriculture (91%) qui optent pour une mobilité européenne en misant sur les perspectives professionnelles qu elle pourrait leur ouvrir. L analyse de la mobilité des étudiants en Flandre 26 avait déjà démontré la tendance essentiellement des étudiants en Arts à choisir un institut ou un professeur en particulier pour l impact qu il pourrait avoir sur leur avenir professionnel. Le plan de carrière est, par contre, moins cité par les étudiants en Sciences, mathématiques et informatique (6). 26 Kirsch et al

36 Le facteur «expérience professionnelle» Ce sont, de nouveau, les étudiants en Agriculture (89%) qui attachent le plus d importance à l expérience professionnelle tandis que les étudiants en Sciences sociales semblent les moins motivés par ce facteur (53%). Le facteur «académique» Le facteur académique est, au mieux, cité par 39% des étudiants (Sciences, mathématiques et informatique). Il intervient, dans une moindre mesure, auprès des étudiants en Sciences sociales (seulement 18%) Commerc Communi SMI Agricultur Ingénierie Santé Services Sc. Lettres et e cation e Sociales arts Facteur culturel 48% 55% 68% 61% 59% 47% 7 59% 75% Facteur vivre étranger 48% 52% 6 62% 63% 65% 67% 7 82% Facteur pratiquer langue étrangère 11% 36% 33% 48% 3 29% 56% 75% Facteur expérience européenne 52% 62% 36% 69% 62% 48% 59% 59% 63% Facteur être indépendant 7 71% 58% 69% 73% 52% 64% 63% 77% Facteur culturel Facteur vivre étranger Facteur pratiquer langue étrangère Facteur expérience européenne Facteur être indépendant Tableau 19: Facteurs d incitation socioculturelle. Source : rapports étudiants SMP Le facteur «culturel» Il n est pas étonnant que le facteur culturel comme incitant à la mobilité soit le plus cité par les étudiants en Lettres et arts (75%). Par contre, seuls 59% des étudiants en Sciences sociales et en Ingénierie et 55% des étudiants en Communication mentionnent ce facteur d incitation. Les pourcentages les plus bas se situent dans les domaines de la Santé (47%) et du Commerce (48%). Le facteur «vivre à l étranger» Ce sont les étudiants en Lettres et arts (82%) qui mentionnent le plus souvent ce facteur comme incitant à la mobilité, suivis par les étudiants en Sciences sociales (7), le pourcentage le plus bas relève du Commerce (48%). Le facteur «pratiquer une langue étrangère» Les étudiants en Langues étrangères relevant du domaine d études Lettres et arts, il est presque évident que c est là que se situe le pourcentage le plus élevé d étudiants mentionnant ce facteur. Un seul autre domaine d études présente un pourcentage dépassant 5 : les Sciences sociales (56%). Le pourcentage le plus bas est de 11% pour le Commerce. Le facteur «expérience européenne» Le facteur «expérience européenne» n est pas considéré comme très important par les étudiants SMP en général. Il ne faut pas oublier que plus de la moitié effectuent leur stage dans un pays 35

37 limitrophe. 63% des étudiants en Lettres et arts mentionnent ce facteur d incitation pour seulement 36% en Sciences, mathématiques et informatique. Le facteur «être indépendant» Bien que dans tous les domaines d études plus de la moitié des étudiants aient cité ce facteur de motivation, il existe des différences importantes entre les domaines d études avec 77% dans le domaine des Lettres et arts, 7 pour le Commerce et seulement 52% pour la Santé Informations et préparation académique des étudiants SMS Evolution des informations sur le programme Il semble que les informations soient essentiellement prodiguées par l établissement d origine: à 57% en 2008 et 53% en On remarque un net progrès par rapport à 2007 (48%). Les établissements d accueil ont également amélioré, depuis 2007, leurs services en la matière. Ceci explique sans doute la diminution progressive du recours à Internet (de 63% en 2007 à 51% en 2009). A noter cependant que, lors des groupes focus, les étudiants ont souligné le rôle croissant des réseaux sociaux (Facebook...), de plus en plus utilisés pour obtenir des informations. autre 2% 3% Internet 51% 57% 63% anciens Erasmus 23% 29% autres étudiants établissement d'accueil établissement d'origine 45% 45% 42% 48% 53% 57% Tableau 20: Informations SMS. Source : rapports étudiants SMS Bien que l implication des anciens Erasmus augmente, elle pourrait encore être développée ce qui rencontrerait les attentes formulées par les étudiants dans les rapports. En effet, ces anciens Erasmus disposent d informations pratiques que les coordinateurs ne peuvent pas fournir Informations sur le programme selon le domaine d études Ce sont surtout les étudiants en Education qui déclarent recevoir des informations via leur établissement d origine. Ils sont apparemment les étudiants les mieux informés puisque 6 d entre eux affirment aussi avoir reçu des informations par le biais de l établissement d accueil. La moitié des étudiants dans le domaine du Commerce et presque autant dans le domaine de la Santé ont reçu des informations de leur établissement d origine. Les étudiants en Droit et en Agriculture semblent être les moins bien informés. Presque 7 des étudiants en Communication utilisent Internet (probablement aussi les réseaux sociaux) pour avoir des informations. 36

38 7 67% % 24% 27% 33% 35% 36% 41% 49% 5 Informations via établissement d'origine Informations via établissement d'accueil Informations via autres étudiants Informations via anciens Erasmus Tableau 21: Informations SMS selon le domaine d études. Source : rapports étudiants 2009 Il semble que les Hautes Ecoles fassent tout particulièrement preuve de dynamisme en matière d information. Cette tendance a également été observée en Flandre Qualité des informations Informations via Internet La qualité des informations reçues est jugée excellente, très bonne ou bonne par respectivement 83% des étudiants en 2007, 84% en 2008 et 88% en Comme on peut le constater ci-dessous, la qualité de l information continue de s améliorer SMS 2007 SMS 2008 SMS 2009 Excellent Très bon Bon Tableau 22: Qualité des infos avant le départ. Source : rapports étudiants SMS Information et préparation des étudiants SMP Recherche d une entreprise Les étudiants SMP ont souvent recours à leur établissement d origine pour trouver une entreprise d accueil. En 2007, 68% des étudiants ont pu trouver une entreprise par ce biais, en 2009, le pourcentage diminue et passe à 45%. Contrairement à la situation des étudiants SMS, les étudiants SMP ne reçoivent pas beaucoup d informations de l organisation ou de l entreprise d accueil. Environ 1 des étudiants en 2008 et 7% en 2009 ont trouvé une entreprise par le biais d un organisme intermédiaire. Il s agit 37

39 probablement d un établissement d études supérieures partenaire de leur établissement d origine puisque les consortia n existent pas en Communauté française. On note aussi que des étudiants en 2008 et 11% des étudiants en 2009 ont trouvé une entreprise par un autre biais comme, par exemple, des amis à l étranger ou un ancien étudiant Erasmus. Parfois, les étudiants n ont pas été aidés et ont été sur place chercher eux-mêmes une entreprise d accueil. Autres 2% 11% Internet organisme intermédiaire 7% 1 14% 32% 31% entreprise/ organisation d'accueil 11% 17% 17% institution d'origine 45% 48% 68% Tableau 23: Entreprise trouvée à l aide de. Source : rapports étudiants SMP Recherche d entreprise selon les domaines d études Comme on peut le constater ci-dessous, 63% des étudiants qui ont fait leur stage dans le secteur des Services ont trouvé ce stage grâce à leur établissement d origine. Dans tous les autres domaines d études, moins de la moitié des étudiants a trouvé une entreprise par le biais de l établissement d origine avec malgré tout, 45% pour l Agriculture, 44% pour l Ingénierie ou la Santé. En revanche, seulement 29% des étudiants en Communication ont été aidés par l établissement d origine. A l instar des étudiants SMS en Communication qui cherchent les informations sur Internet, ces étudiants SMP ont trouvé une entreprise par ce biais % % 46% 34% 36% 38% 25% 41% 22% 44% 44% 45% 28% 24% 27% 3 1 Entreprise trouvée via institution d'origine Entreprise trouvée via organisme intermédiaire Entreprise trouvée via Entreprise/ Organisation d'accueil Entreprise trouvée via Internet Tableau 24: Recherche d une entreprise en Source : rapports étudiants

40 Les étudiants en Droit ont tous dû trouver une entreprise sans aide et un étudiant sur dix en Lettres a été aidé par son établissement d origine Difficulté pour trouver une entreprise La plupart des étudiants doivent chercher eux-mêmes leur lieu de stage, beaucoup (75% en 2008 et 59% en 2009) qualifient cette recherche de très difficile, difficile ou moyennement difficile. La situation semble cependant s améliorer d une année à l autre Très difficile Difficile Moyennement difficile Tableau 25: Degré de difficulté pour trouver une entreprise. Source : rapports étudiants SMP Préparation linguistique des étudiants SMS Evolution de la préparation linguistique des étudiants SMS En 2007, 53% des étudiants partant pour une mobilité Erasmus à des fins d études suivent une préparation linguistique, en 2009 ce pourcentage baisse considérablement et passe à 43%. La plupart des étudiants suivent un cours au sein de l établissement d accueil (respectivement 32% en 2007, 28% en 2008 et 23% en 2009). Comme l indique le graphique, si le pourcentage d étudiants qui suivent un cours dans l établissement d accueil diminue, on observe la tendance inverse pour les cours suivis dans l établissement d origine. 18% des étudiants 2008 et 12% des étudiants 2009 disent avoir participé à un cours intensif de langues Erasmus. A peu près 5 % (4% en 2007, 2008 et 7% en 2009) ont suivi un autre cours de langues. Il se peut que les 12% des étudiants qui disent avoir suivi un cours intensif de langues Erasmus ne se réfèrent pas tous aux EILC/CIEL 27 mais à d autres types de cours intensifs % 46% 43% 3 1 Préparation linguistique 18% 15% 9% Cours organisé par établissement d'origine 32% 28% 23% Cours organisé par établissement d'accueil 18% 12% EILC* 7% 4% 4% Cours organisé par autre Tableau 26: Préparation linguistique SMS. Source : rapports étudiants SMS 2007, 2008, Erasmus Intensive Language Courses (EILC) ou Cours Intensifs Erasmus de Langues (CIEL) 39

41 Il ressort très clairement des questions ouvertes que beaucoup d étudiants étaient mal préparés, au niveau linguistique, pour leur séjour d études à l étranger et ont, de ce fait, rencontré des difficultés. Plusieurs le regrettent et suggèrent aux futurs Erasmus d investir plus de temps dans l acquisition de la langue du pays d accueil ou de la langue d enseignement (souvent l anglais). Comme le dit un ancien Erasmus : «Il vaut mieux partir avec un bon bagage linguistique, car l'insertion dans la vie quotidienne locale et au sein de l'université n'en est que plus facile par la suite.» La durée de la préparation linguistique est en moyenne de 12,6 semaines en 2007, 14,7 en 2008 et 12,4 en Il faut toutefois être prudent avec ces résultats car certains étudiants (en Lettres et en Commerce) ont tenu compte des cours réguliers de langues étrangères comme préparation à la mobilité tandis que d autres n ont comptabilisé que la préparation linguistique spécifique à la mobilité. Le nombre d heures suivies par semaine est plus ou moins stable sur les trois années avec 9 heures en 2007, 9,1 en 2008 et 8,3 en ,0 14,0 12,0 10,0 8,0 6,0 4,0 2,0 0,0 14,7 12,6 12,4 9,0 9,1 8, Nombre de semaines Nombre heures par semaine Tableau 27: Nombre d heures de préparation linguistique. Source : rapports SMS 2007, 2008, Préparation linguistique selon le pays d accueil Les différences en matière de préparation linguistique sont très importantes en fonction des pays d accueil. En effet, les pourcentages d étudiants qui suivent une préparation linguistique sont élevés pour l Italie (69%), l Espagne (62%), l Allemagne (56%), l Autriche et le Portugal (55%) et la Grèce (54%). Par contre, ils sont nettement plus bas pour la Tchéquie (9%), la Norvège (15%) ainsi que pour la Hongrie et les Pays-Bas (17%) ou encore la France (8%). Apparemment les étudiants sont bien au courant des exigences linguistiques du pays d accueil (voir chapitre 3). A peu près un tiers des étudiants qui se sont rendus en Espagne, Autriche et Roumanie ont suivi un cours intensif de langues Erasmus (EILC/CIEL). En ce qui concerne la Roumanie, ce cours était la seule et unique préparation linguistique reçue Les universités en Roumanie organisent elles-mêmes des Cours Intensifs Erasmus de Langues 40

42 7 62% 69% 6 54% 55% 55% 56% 5 43% 3 25% 27% 28% % 35% 15% 17% 17% 1 8% 9% FR CZ NO HU NL TR FI IE DK SE UK RO PL EL AT PT DE ES IT Préparation linguistique Cours organisé par établissement d'origine Cours organisé par établissement d'accueil EILC Autre Tableau 28: Préparation linguistique selon le pays d accueil. Source : rapports des étudiants SMS ) Préparation linguistique des étudiants SMS par domaine d études Un peu moins de la moitié des étudiants partant en mobilité SMS suivent des cours de langues, les pourcentages varient fortement selon les domaines d études. Comme l indique le graphique, 52% des étudiants en Agriculture et 51% des étudiants en Droit ont suivi une préparation linguistique organisée le plus souvent par l établissement d accueil. 31% des étudiants en Communication et journalisme ont pu bénéficier de cours intensifs de langues Erasmus (EILC/CIEL), 2% en Droit, aucun dans le domaine des Services et entre 9% (Lettres et arts) et 17% (Education) pour les autres domaines. Par ailleurs, un nombre important de cours a été donné hors de l institut d origine ou de l institut d accueil notamment au CLL (centres de langues), à l ILV (Institut des langues vivantes), via les cours Assimil ou même des cours privés. Certains étudiants disent qu ils se sont préparés en lisant des livres dans la langue de leur pays d accueil ou en parlant avec des étudiants originaires du pays en question % 33% 36% 36% 43% 45% 47% 47% 51% 52% 1 Préparation linguistique Cours organisé par établissement d'origine Cours organisé par établissement d'accueil EILC Tableau 29: Préparation linguistique SMS selon les domaines d études. Source : rapports des étudiants SMS

43 Ce sont surtout les étudiants qui à l université n ont pas de langues modernes au programme qui se sont préparés en autodidactes Préparation linguistique des étudiants SMP Evolution de la préparation linguistique Le nombre d étudiants ayant suivi un cours de préparation linguistique est passé de 33% en 2007 à 19% en Cette diminution pourrait s expliquer par le fait qu en 2007, les cours faisant partie du programme normal auraient été inclus dans cette préparation. Il est étonnant qu en 2008 aucun étudiant ne fasse référence à son établissement d origine. En 2008, 3% des étudiants déclarent avoir suivi un Cours intensif de langues Erasmus (EILC/CIEL) et 1,2% en Les étudiants SMP se préparent nettement moins au niveau linguistique que les étudiants SMS (43% en moyenne pour les SMS en 2009). Il ne faut toutefois pas oublier que plus de la moitié des étudiants font leur stage dans des pays limitrophes et que plus d un tiers le font dans un pays où le français est la langue nationale ou une des langues de travail. EILC 1% Cours organisé par autre 4% 8% Cours organisé par établissement d'accueil 2% 8% Cours organisé par établissement d'origine 12% 26% 2007 Préparation linguistique 19% 33% 5% 1 15% 25% 3 35% Tableau 30: Evolution de la préparation linguistique SMP. Source : rapports des étudiants SMP En ce qui concerne le nombre moyen de semaines de préparation linguistique et les heures de cours par semaine, on constate une diminution très importante au fil des années : 26 semaines de cours pour 10 heures par semaine (2007), 18 semaines pour 6,5 d heures de cours par semaine (2008) et 7 semaines pour 2 heures par semaine (2009). 30,0 26,2 25,0 20,0 18,1 15,0 11,3 10,0 6,6 7,2 5,0 2,0 0, Nombre de semaines Nombre heures par semaine Tableau 31: Nombre de semaines et d heures de préparation linguistique. Source : rapports SMP 2007, 2008,

44 A noter que les résultats en 2007 et 2008 sont fortement influencés par des étudiants (tous en Gestion et ayant suivi une préparation dans leur établissement d origine) qui indiquent 150 semaines (ou même plus) de cours de langue. Ces étudiants comptabilisent probablement toutes les semaines de cours de langues étrangères suivies depuis le début de leur cursus Préparation linguistique selon le pays d accueil Ce sont surtout les étudiants à destination de l Espagne qui ont suivi une préparation linguistique. Ceux qui déclarent avoir suivi un Cours intensif de langue Erasmus (EILC/CIEL) sont également allés en Espagne % des étudiants qui sont allés en Allemagne, 25 % de ceux qui se sont rendus en Italie, 22% de ceux qui sont allés au Royaume-Uni et 11% des étudiants qui ont fait leur stage aux Pays-Bas ont suivi une préparation linguistique. Presque tous ont suivi les cours dans leur établissement d origine. Toutefois, en Italie, 15% des étudiants ont suivi un cours de langue dans l entreprise offrant le stage. 45% 35% 3 25% 15% 1 5% 1% 44% 33% 25% 22% 9% 11% 7% FR LU AT NL UK IT DE ES Préparation linguistique Cours organisé par établissement d'origine Cours organisé par établissement d'accueil EILC Autre Tableau 32: Préparation linguistique selon le pays d accueil. Source : rapports SMP 2007, 2008, 2009 Seuls 9% des étudiants pour l Autriche, 7% pour le Luxembourg et 1% pour la France ont suivi une préparation linguistique Préparation linguistique selon le domaine d études Ce sont surtout les étudiants en Services qui ont suivi une préparation en langues. Il faut ajouter que 75% de ces étudiants ont fait leur stage dans un pays non francophone (56% en Espagne, 13% au Royaume-Uni et 5% en Italie). Un quart des étudiants en Communication et 19% en Sciences, mathématiques et informatique ont suivi un cours préparatoire en langues. Les étudiants en Communication sont partis majoritairement dans des pays parlant des langues étrangères (en Espagne, en Italie, en Irlande, aux Pays-Bas et au Portugal). 29 Dans le cas de l Espagne, il s agit de cours de basque ou de catalan. 43

45 45% 35% 3 25% 15% 1 5% 4% 5% 9% 9% 14% 19% 25% 43% Préparation linguistique Cours organisé par établissement d'origine Cours organisé par établissement d'accueil Autre EILC Tableau 33: Préparation linguistique SMP selon le domaine d études. Source : rapports étudiants SMP 2007, 2008, 2009 En guise de conclusion de ce chapitre sur la préparation de le mobilité, citons un ancien Erasmus. «Il faut avoir une véritable envie de partir, avec un esprit assez ouvert, sinon l'expérience peut mal se passer. On en voit certains déprimer parfois. Il ne faut pas trop stresser si l'on ne part pas dans de bonnes conditions. Les choses finissent toujours par se mettre en place et s'arranger.» 44

46 3. Le séjour Comme le rappellent de nombreux étudiants, la mobilité Erasmus ne doit pas être prise à la légère. Elle entraîne une charge de travail conséquente pour l étudiant Erasmus pour qui il importe également de profiter pleinement de tous les aspects de la mobilité. Plusieurs étudiants soulignent qu ils ont dû beaucoup travailler pour assimiler les cours, réaliser les travaux personnels s y référant, maîtriser la langue du pays d accueil, gérer tous les problèmes d ordres académique, administratif, personnel et autres, créer des liens à différents niveaux, gérer les temps libre, les loisirs et la découverte du pays d accueil. Le séjour Erasmus est loin d être «L auberge espagnole»! «La charge de travail était très importante et c'était parfois difficile à gérer, j'avais souvent le sentiment de ne pas avoir assez de temps pour profiter de cette expérience à l'étranger. Quantité de travail incroyable.» Malgré un investissement important qui peut être ressenti par certains étudiants comme un véritable défi, la mobilité Erasmus est une expérience personnelle sociale, intellectuelle et académique unique à ne pas manquer! Il est intéressant de constater que les résultats de l analyse des rapports étudiants concordent avec l évaluation des séjours effectuée par les coordinateurs Erasmus Accueil des étudiants SMS Evolution de l accueil des étudiants SMS Il est clair que les établissements d accueil font de plus en plus d efforts pour bien accueillir les étudiants Erasmus. En effet, trois quarts des étudiants ayant complété le rapport en 2009 affirment qu un évènement d accueil a été organisé à leur arrivée et presque autant mentionnent une session d information. Ce n est le cas que pour 57% des étudiants en Arrivée, événement d'accueil Arrivée, séance d'information Autre évènement 57% 57% 63% 69% 67% 64% 66% 75% 74% Arrivée, cours de langue 37% 51% Arrivée, programmed'orientation Arrivée, rien 5% 26% 22% 18% Tableau 34: Accueil des étudiants SMS. Source : rapports étudiants SMS

47 Au fil des années, l accueil semble de mieux en mieux structuré. En effet, en 2007 deux tiers des étudiants mentionnent déjà un évènement, mais pas nécessairement à l arrivée ce qui fait souvent perdre un temps précieux ou rend les premières semaines du séjour très difficile. En 2009, la moitié des étudiants signale qu un cours de langue est offert à l arrivée, et un quart mentionne un programme d orientation. Seuls 5% des étudiants SMS ne se sont rien vus proposer. A noter qu une partie des étudiants n a pas rempli cette section du rapport et que les pourcentages ont été chiffrés à partir du nombre de réponses reçues Accueil des étudiants SMS selon le pays d accueil D après les étudiants, l accueil est très chaleureux en Hongrie avec un événement d accueil à l arrivée pour 84% d entre eux, des événements supplémentaires pour 9 des étudiants et aucun étudiant pour se plaindre qu il n y ait rien eu à l arrivée. 82% des étudiants qui se sont rendus aux Pays-Bas, 81% en Norvège, 8 au Danemark et au Royaume-Uni évoquent un événement d accueil à l arrivée. Les pays suivants ont tous organisé au moins une activité d accueil, une séance d information ou un autre événement pour les étudiants : la Norvège, la Slovénie, Malte, la Lettonie, la Lituanie, l Estonie, l Islande, la Grèce, l Autriche, la Bulgarie, Chypre, la Tchéquie et l Allemagne. Par contre bien que la plupart des étudiants soient très contents, 1% des étudiants aux Pays-Bas, 3% au Danemark et 7% au Royaume-Uni signalent n avoir reçu aucun accueil particulier. Evénements d'accueil % 82% 84% 76% 69% 7 71% 73% 64% 65% 66% 55% 51% 45% 46% 39% 29% 22% 18% 9% 11% 6% 8% 4% 5% 7% 2% 2% 3% 1% RO TR IT EL PT ES AT FI FR PL SE DE CZ IE DK UK NO NL HU Evènement d'accueil Séance d'information Autres évènements Rien Tableau 35: Evènements d accueil par pays. Source: rapports étudiants SMS Moins de la moitié des étudiants qui se sont rendus en Grèce (46%), en Italie (45%), en Turquie (39%) et en Roumanie (22%) signalent un événement d accueil à l arrivée. En Turquie et en Grèce, l organisation d autres évènements (79% pour la Grèce, 69% pour la Turquie) atténue le problème. Le problème se situe surtout en Roumanie et en Turquie où respectivement 29% et 18% des étudiants disent n avoir reçu aucun accueil spécifique. La France (11%) et l Italie (9%) sont aussi dans ce cas. Il y a beaucoup d étudiants dans ces pays pour qui rien n a été organisé. Les rapports des étudiants flamands ( ) pointent la Grèce, l Italie, le Portugal et la Roumanie comme pays où l accueil laisse à désirer. A l opposé, le Danemark (8) et la Norvège (73%) se distinguent en organisant un accueil pour plus de 7 des étudiants flamands. 46

48 Accueil des étudiants SMS selon le domaine d études C est en Communication que l arrivée des étudiants est la mieux organisée avec 69% des étudiants qui y confirment la tenue d un événement d accueil et 78% d une séance d information. De plus, 69% affirment qu un cours de langues a été offert et 6 signalent un autre événement. Aucun étudiant ne se plaint de n avoir pas été accueilli convenablement. Pour le Commerce, les résultats sont assez satisfaisants avec 62% des étudiants pour lesquels un évènement d accueil a été organisé, le pourcentage est presque aussi élevé pour les séances d information ou autre événement. Il reste, cependant, 2% d étudiants pour lesquels rien n a été organisé. Dans le domaine de l Education, bien que 62% des étudiants aient participé à un événement d accueil, 71% à une séance d information et même 79% à un autre événement, il reste 7% des étudiants pour lesquels rien n a été organisé % 48% 51% 57% 6 62% 62% 69% % 23% 9% 4% 6% 6% 7% 1% 3% 2% Droit Agro Sc. Sociales SMI Santé Ing. Lettres Education Commerce Communication Arrivée, événement d'accueil Arrivée, séance d'information Arrivée, cours de langue Autre évènement Arrivée, rien Tableau 36: Accueil des étudiants SMS selon domaine d études. Source : rapports étudiants SMS 2009 En Sciences, mathématiques et informatique, presque la moitié des étudiants ont participé à un événement d accueil et 45% à une séance d information, mais 9% indiquent n avoir bénéficié d aucun événement particulier à leur arrivée. En Lettres et en Ingénierie, 6% des étudiants n ont participé à aucune activité d accueil. Le Droit et l Agriculture sont les deux domaines qui organisent le moins d activités d accueil mais ils le compensent par d autres activités, en effet très peu d étudiants (1% et 4%) signalent que rien n a été organisé à leur arrivée Accueil des étudiants SMP Evolution de l accueil des étudiants SMP Comme on peut le voir ci-dessous, l évolution a encore été plus marquée pour les étudiants SMP. Il ne faut pas oublier que a vu l intégration des stages au programme Erasmus et qu il a fallu quelques années pour que les entreprises développent une véritable tradition en matière d accueil des étudiants. 47

49 Les entreprises proposent le plus souvent une séance d information. Le pourcentage d étudiants mentionnant une séance d information passe de 13% en 2007 à 6 en Autres Séance d'info 1 13% 13% 58% évènement d'accueil 8% Tableau 37: Accueil des étudiants SMP Source : rapports étudiants SMP Néanmoins, 19% des étudiants SMP ne bénéficient toujours pas d un accueil spécifique à leur arrivée. Un effort doit donc être consenti par les coordinateurs Erasmus et leurs partenaires à l étranger pour améliorer l accueil des étudiants SMP sur leur lieu de stage. Inviter les entreprises à formaliser l accueil permettrait à chacun de mieux connaître l autre, d informer le personnel de l entreprise des stages qui y ont lieu et de vérifier l adéquation entre le profil de l étudiant et la teneur du stage. Bien que certains étudiants aient exprimé leur satisfaction quant à l encadrement et à la structure d accueil sur le lieu de stage, il faut reconnaître que dans l un ou l autre cas, l entreprise n était pas préparée à l accueil de l étudiant, ce qui a retardé la mise en œuvre du stage et la rédaction du rapport de stage de l étudiant Accueil des étudiants SMP selon le pays La situation des étudiants SMP à l arrivée s est améliorée mais il reste beaucoup d étudiants qui ne se sentent pas bien accueillis dans leur entreprise ou dans leur organisation d accueil. On note également des différences importantes selon les pays d accueil. Ce sont les entreprises du Royaume- Uni qui semblent faire le plus d efforts pour accueillir les étudiants. En effet, 6 des étudiants y ont eu droit à une séance d information et 57% à un autre événement. Plus d un tiers des étudiants mentionnent un événement d accueil. Il se peut que ces résultats relativement bons aient été obtenus parce que les entreprises britanniques ont l habitude des stagiaires étrangers. Néanmoins, 12% des étudiants ayant fait leur stage au Royaume-Uni disent que rien n était prévu à leur arrivée. On remarque une situation similaire aux Pays-Bas et au Luxembourg où respectivement 58% et 56% des étudiants ont pu profiter d une séance d information, 45% (NL) et 1 (LU) un autre évènement et 16% (NL) et 14% (LU) n ont rien eu. En Allemagne, une séance d information a été organisée pour 46% des étudiants, un évènement d accueil pour 14% et un autre événement pour 19% d entre eux. 7% des étudiants disent n avoir bénéficié d aucun accueil spécifique. 48

50 6 Evènements d'accueil selon le pays d'accueil 56% 58% % 36% 41% 46% % 24% 19% 7% 14% 16% 12% IT FR ES DE LU NL UK Evènement d'accueil Séance d'info Autre A l'arrivée, Rien Tableau 38: Accueil des étudiants SMP selon le pays. Source : rapports étudiants SMP Ce sont les entreprises en Espagne, France et Italie qui semblent les moins actives au niveau de l accueil, seuls 41%, 36% et 32% des étudiants ont reçu une séance d information. Rien n a été organisé pour 11% des étudiants en Italie et 24% en France. Il se peut qu une partie des entreprises françaises ne trouvent pas nécessaire d organiser un événement pour des stagiaires de la même famille linguistique Evénements d accueil selon le domaine d études Deux constats peuvent être émis sur base des points précédents : les évènements d accueil organisés par les entreprises sont le plus souvent des séances d information et les différences entre pays sont importantes. En 2009, les différences entre domaines d études sont également importantes. C est le Commerce qui se positionne en tête avec une séance d information pour deux tiers des étudiants. Cependant, même dans ce domaine, aucune activité d accueil n a été organisée pour des étudiants. On retrouve une situation similaire dans le domaine des Services avec une séance d information pour 63% des étudiants mais aucun événement d accueil pour d entre eux. En Ingénierie, on relève une séance d information pour 62% des étudiants mais aussi un évènement d accueil pour 22% des stagiaires. Seuls 11% des étudiants signalent n avoir rien eu à l arrivée. En Sciences sociales (où les étudiants en Droit ont été ajoutés), tous les étudiants ont pu bénéficier soit d une séance d information (58%) soit d un évènement d accueil (32%) soit d un autre type d évènement. En Communication, 29% des étudiants indiquent que l entreprise n avait rien organisé pour les accueillir. Il est plutôt étonnant et même inquiétant de constater que, dans le domaine de la Santé, 22% des étudiants n aient été ni accueillis ni informés au début de leur stage. Dans le domaine de l Agriculture, seuls 8% des étudiants ont pu profiter d une séance d information et un tiers d un autre évènement. 5 des étudiants disent n avoir reçu aucune forme d accueil. 49

51 Evènements à l'arrivée % 5 38% 22% 42% 44% 29% 5% 58% 62% 63% 66% 11% Evènement d'accueil Séance d'info Autre Rien Tableau 39: Evénements dans l entreprise selon le domaine d études. Source : rapports étudiants SMP Logement des étudiants SMS Dans le rapport, les étudiants doivent indiquer le type de logement choisi ainsi que le moyen qui leur a permis de le trouver. Il s agit d abord d examiner s il y a eu une évolution dans le type de logement et dans l aide reçue et ensuite si l un ou l autre type de logement semble prévaloir dans certains pays et si l aide reçue est suffisante dans les différents pays d accueil Evolution du type de logement des étudiants SMS Si le nombre d étudiants ayant opté pour un logement dans une résidence universitaire est plus ou moins stable au fil des années (32% en 2007, 3 en 2008 et 35% en 2009), le nombre d étudiants en colocation avec d autres étudiants est plus fluctuant ( en 2007, 58% en 2008 et 46% en 2009). Il faut, toutefois, être prudent avec les résultats de 2008 puisque seuls 44% des rapports SMS pour cette année ont pu être validés, la majorité des étudiants n ayant rempli que la partie quantitative du rapport et non la partie qualitative. Pour 2007 et 2009, plus de 7 des rapports ont été validés. Type de logement étudiants SMS Autre Logement indépendant 5% 1 13% 16% Partage appart avec étudiants 46% 58% Logement résidence unif 32% 35% Tableau 40: Type de logement. Source : rapports étudiants SMS

52 Entre 13% (2007) et 18% (2008) des étudiants ont choisi un logement indépendant et entre 1 (2007) et 4% (2008) d entre eux ont trouvé un autre type de logement c est-à-dire une colocation dans un cadre non estudiantin, un hébergement dans la famille et quelques-uns ont même gardé leur kot en Belgique (surtout quand il s agissait de destinations proches comme les Pays-Bas ou l Allemagne) Type de logement selon le pays d accueil On constate que le type de logement varie en fonction du pays d accueil. Les étudiants logent majoritairement dans des résidences universitaires lorsqu ils séjournent dans des pays scandinaves ou de l Europe de l est avec près de 75% des étudiants pour la Norvège, 71% pour la Suède, 59% pour la Roumanie, 56% pour le Danemark et 55% pour la Tchéquie. A noter qu au Royaume-Uni, on trouve également un pourcentage élevé pour les résidences universitaires avec 53% des étudiants. Les rapports des étudiants flamands entre 2005 et montrent des tendances identiques et même plus marquées avec 10 d hébergement en résidence universitaire pour la Norvège, 85% pour la Tchéquie, 79% pour la Suède et 72% pour la Finlande. La Hongrie, par contre, se démarque des pays de l est avec près de 75% des étudiants ayant opté pour la colocation avec d autres étudiants. Deux tiers des étudiants en Espagne et plus de la moitié des étudiants au Portugal (58%), en Finlande (56%) et en Grèce (55%) ont également choisi le même type de colocation. A l exception de la Finlande, ces tendances sont semblables à celles observées dans les rapports des étudiants flamands. En Turquie (28%), en Grèce (24%) et en France (21%), beaucoup d étudiants ont résidé dans un logement privé ou indépendant. On ne sait pas clairement si ce choix a été fait délibérément ou parce qu il n y avait pas de logement universitaire ou en colocation disponible. Type de logement % 1 55% 75% 14% 16% 19% 58% 46% 22% 23% 56% 43% 38% 39% 41% 31% 25% 44% 46% 46% 47% 48% 39% 36% 21% 53% 55% 56% 29% 28% 21% 59% 38% 71% 73% 18% ES EL HU TR PT IT NL IE AT FI PL DE FR SI UK CZ DK RO SE NO Résidence universitaire Colocation avec autres étudiants Logement indépendant Autre Tableau 41: Type de logement selon le pays d accueil. Source : rapports étudiants SMS Kirsch et al.,

53 Recherche du logement Au cours des années analysées, les services universitaires des établissements d accueil se sont davantage impliqués dans la recherche du logement des étudiants. En 2007, 36% des étudiants ont trouvé un logement par le biais des services universitaires pour 43% en En 2008 et 2009, un tiers a cherché et trouvé son logement par Internet et un peu plus de 15% (15% en 2009, 18% en 2008 et 2007) des étudiants ont trouvé à se loger sur le marché des particuliers ce qui correspond à peu près au pourcentage des étudiants ayant trouvé un logement privé ou indépendant. En 2007 et 2009, 9% des étudiants (15% en 2008) ont trouvé un logement par l intermédiaire de membres de la famille ou d amis. 1 des étudiants en 2008 et 2009 (16% en 2007) ont trouvé leur logement par un autre moyen comme par exemple des annonces dans les journaux, des affiches, des anciens Erasmus ou leurs propres moyens. Certains se sont même rendus avant la période de mobilité dans le pays d accueil pour chercher un logement. autre 1 Internet 33% Marché de particuliers Amis/Famille 9% 15% Services de logement unif 43% 5% 1 15% 25% 3 35% 45% Tableau 42: Recherche du logement. Source : rapports étudiants SMS et Recherche du logement en fonction du pays d accueil Les différences entre pays d accueil sont énormes en ce qui concerne les moyens mis en œuvre pour trouver un logement. D une part, ce sont surtout les services de logement universitaires des pays scandinaves qui aident les étudiants dans leur recherche avec 82% des étudiants en Finlande, 79% des étudiants en Norvège, 78% des étudiants en Suède et 75% des étudiants au Danemark. D autre part, on trouve à l autre extrême l Espagne (16%), l Italie (), la Hongrie (21%), la Turquie (21%), le Portugal (29%) et la Grèce (31%) où moins d un tiers des étudiants ont trouvé un logement par l intermédiaire des services universitaires. Il n est donc pas surprenant que 42% des étudiants en Espagne, 34% en Italie, 36% en Hongrie, 34% en Turquie et 36% au Portugal aient dû chercher un logement par Internet. 52

54 Ces résultats sont aussi semblables à ceux obtenus lors de l analyse des rapports des étudiants Erasmus flamands ( ) où le pourcentage d étudiants ayant reçu l aide des services universitaires dans la recherche d un logement était assez faible pour l Espagne (17%), la Hongrie (24%), la Turquie (22%), l Italie (27%) et le Portugal (33%). La situation était particulièrement difficile à Madrid où seulement 2% des étudiants ont été aidés par les services universitaires. Recherche de logement selon le pays % 78% 79% 82% % 56% 49% 5 51% 53% 42% 44% 39% 34% 36% 34% 36% 39% 38% 29% 31% 32% 27% 28% 28% 21% 21% 24% 16% 7% 59% 63% 24% 27% 1 12% 3% ES IT HU TR PT EL FR IE PL DE RO AT UK SI CZ NL DK SE NO FI Service de logement universitaire Amis/Famille Marché des particuliers Internet Autre Tableau 43: Recherche de logement par pays. Source : rapports étudiants SMS Bien que la situation se soit légèrement améliorée, seuls 6,5% des étudiants de la Communauté française en séjour Erasmus à Madrid (117 rapports complétés) ont trouvé de l aide auprès des services universitaires dans leur recherche d un logement Problèmes concernant le logement des étudiants Erasmus Etant donné le peu d aide accordé à certains étudiants en matière de recherche de logement, il n est pas étonnant de voir ceux-ci pointer cet aspect de la mobilité comme problème majeur. Cependant, il est important d insister sur le fait que le choix du type ou de la situation du logement est fortement lié aux objectifs que l étudiant se fixe lui-même pour son séjour lors de la mobilité Erasmus. Quelqu un qui veut pleinement s intégrer dans la société locale cherchera un autre type de logement qu un étudiant qui recherche plus de sécurité et choisira de résider parmi ses compatriotes! La colocation avec des étudiants locaux est fortement appréciée par certains étudiants et ne l est pas du tout par d autres! Les problèmes de logement concernent : la recherche d un logement à un prix raisonnable, la colocation avec d autres étudiants (du pays d accueil ou de plusieurs pays), l exploitation de certains étudiants par des propriétaires peu honnêtes (qui font, par exemple, payer des frais supplémentaires réfection, nettoyage - au départ ), la distance entre le logement et le lieu où les cours sont donnés, l hygiène de certains logements (punaises et autres insectes ) et le chauffage (ou l absence de chauffage), l absence de connexion Internet, l absence de possibilités de faire la cuisine etc. La règle d or est de bien s informer auprès d autres étudiants (Erasmus ou locaux) avant le départ ou avant de signer un contrat sans oublier de le lire attentivement (dans une langue étrangère!). Le déplacement entre le lieu de logement et l université peut aussi parfois poser problème si les universités sont en dehors des centres des villes. Les étudiants Erasmus peuvent se renseigner 53

55 auprès des étudiants du pays d accueil quant aux moyens de transports les plus économiques. Plusieurs étudiants suggèrent l achat d un vélo de seconde main qui très souvent peut encore se revendre à la fin du séjour Logement des étudiants SMP Evolution du type de logement des étudiants SMP Il est presque évident que peu d étudiants en Erasmus stage (SMP) trouvent ou cherchent une résidence universitaire pour leur logement. Comme on peut le constater ci-dessous,12% des étudiants SMP 2009 ont séjourné dans une résidence universitaire (1 en 2008). Autres Appart., maison avec autres étudiants Résidence universitaire 9% 12% 25% 28% 68% Hébergement fourni par entreprise 12% Privé 24% 38% Tableau 44: Type de logement des étudiants SMP. Source : rapports étudiants SMP La plupart des étudiants SMP partagent un logement avec d autres étudiants, c est le cas de 68% des étudiants en 2007, de 39% en 2008, et de 28% en Il faut toutefois noter que dans les rapports 2007, les options «résidence universitaire» et «hébergement fourni par l entreprise» ne sont pas proposées, ce qui explique en partie l écart entre les années. En effet, 12% des étudiants en 2009 et 15 % en 2008 indiquent avoir résidé dans un logement fourni par l entreprise. Le nombre d étudiants qui ont séjourné dans un logement indépendant ou privé est passé de 24% en 2007 à 38% en 2008 et Type de logement des étudiants SMP selon le pays d accueil Les différences de logement selon le pays d accueil sont moins marqués pour les étudiants SMP que pour les SMS. Cela peut s expliquer en partie par le fait que les pays scandinaves et de l Europe de l Est sont beaucoup moins concernés par la mobilité SMP que par les mobilités à fins d études. Le logement en résidences universitaires ne concerne plus de 1 des étudiants que dans 4 pays : les Pays-Bas (19%), l Italie (16%), l Allemagne (16%) et le Royaume-Uni (11%). En Espagne, 58% des étudiants ont opté pour une colocation avec d autres étudiants alors qu au Luxembourg et en France, seuls 22% et 26% des étudiants ont choisi ce type de logement. Dans les autres pays les pourcentages oscillent entre 48% pour l Italie et 42% pour le Royaume-Uni. 54

56 Type de logement SMP 6 58% % 45% 26% 42% 31% 45% 45% 33% 28% 48% 28% 1 LU FR UK DE NL IT ES Résidence universitaire Colocation avec autres étudiants Logement indépendant Logement fourni par entreprise Autre Tableau 45: Type de logement selon le pays. Source : rapports étudiants SMP C est surtout au Luxembourg que les étudiants (45%) choisissent un logement privé, en Espagne seuls des étudiants optent pour cette solution. Les autres types de logement mentionnés sont : un foyer pour jeunes travailleurs, une colocation avec des collègues de l entreprise, un gîte ou même une propriété personnelle. Un certain nombre d étudiants indiquent avoir fait la navette tous les jours entre leur lieu de travail et leur lieu de séjour en Belgique (surtout en cas de stage au Luxembourg) Evolution des moyens de recherche d un logement pour les étudiants SMP Au premier abord, les trois années analysées présentent d importantes différences. Il faut cependant noter que dans les rapports de 2007, «Internet» et «les services de logement universitaire» ne sont pas proposés. Ceci explique pourquoi, en 2007, plus de la moitié des étudiants indiquent «autre» comme moyen de recherche de logement. Autre 21% 53% Internet 34% Marché des particuliers 9% Amis/Famille 24% 45% 2007 Service de logement universitaire 12% Tableau 46: Recherche de logement. Source : rapports étudiants SMP En 2008 et 2009, un tiers des étudiants trouvent un logement via Internet (32% en 2008 et 34% en 2009) et à peu près un quart par l intermédiaire des amis ou de la famille (25% en 2008 et 24% en 2009) tandis qu en 2007 presque la moitié des étudiants ont trouvé un logement par le biais de leurs amis ou famille. Il n est donc pas surprenant qu en 2007, des étudiants aient trouvé un 55

57 logement sur le marché des particuliers puisque c est probablement là qu ils ont cherché avec leurs amis et leur famille. En 2008, 11% des étudiants cherchent un logement sur le marché des particuliers, le pourcentage tombe à 9% en Le service de logement universitaire aide également les étudiants dans leur recherche. En 2008, c est le cas pour 19% des étudiants et 12% en Dans les rapports 2009, les étudiants mentionnent aussi le moyen de recherche «autre». Il semble que ce soit souvent l entreprise ou un collègue qui ait aidé à trouver un logement. Plusieurs étudiants sont allés sur place et 2% des étudiants déclarent avoir fait le trajet tous les jours faute de possibilités de logement Moyens de recherche d un logement selon le pays d accueil On constate que la proximité des pays d accueil joue un rôle important en ce qui concerne la recherche d un logement. La moitié (sur les trois années confondues) des étudiants qui sont allés au Luxembourg et un tiers de ceux qui sont allés en France ont cherché et trouvé un logement par l intermédiaire d amis ou de la famille. Par contre, presque la moitié des étudiants qui ont fait leur stage au Royaume-Uni (45%) ou en Italie (44%) ont trouvé un logement via Internet (2008 et 2009 confondus). Ce moyen de recherche a également aidé de nombreux étudiants en stage en Espagne (41%), en Allemagne (39%) ou aux Pays-Bas (38%). Les services de logement universitaire sont surtout présents à ce niveau en Allemagne (21%), en Italie (19%) et au Royaume-Uni (18%). A l exception du Luxembourg, le pourcentage «autre» est également très important, oscillant entre 31% pour le Royaume-Uni, l Italie et l Espagne et 21% pour l Allemagne. Il ne faut toutefois pas oublier que ce pourcentage très élevé est influencé par les rapports 2007 ou «Internet» et «le service de logement universitaire» ne sont pas proposés % 32% 32% 38% 39% 41% 23% 21% 18% 3 44% 45% 16% 1 LU FR NL DE ES IT UK Service de logement universitaire Amis/Famille Marché des particuliers Internet Autre Tableau 47: Recherche de logement selon le pays d accueil. Source : rapports étudiants SMP Problèmes concernant le logement des étudiants SMP On retrouve des problèmes identiques à ceux évoqués dans le cadre de la mobilité SMS : difficulté à trouver un logement, logements vétustes, propriétaire escrocs ou peu sérieux, colocataires difficiles. 56

58 3.5. Qualité des cours, des enseignants et de l infrastructure Qualité des cours, des enseignants et de l infrastructure Cette question n ayant pas été posée en 2007, l analyse porte sur 2008 et En général, les étudiants sont très satisfaits. En tenant compte des étudiants qui évaluent l enseignement donné par les professeurs excellent, très bon ou bon, on obtient un pourcentage de 95 % en 2008 et 94% en % 94% % 94% % 87% 88% 89% 9 91% 92% 93% 94% 95% Accès ordinateurs Accès bibliothèques et supports Tableau 48: Accès aux ordinateurs et bibliothèque. Source : rapports étudiants SMS : En ce qui concerne les cours, les pourcentages sont légèrement moins élevés avec 92% d excellents, très bons ou bons en 2008 et 89% en 2009, petite baisse en Les enseignants sont évalués plus favorablement que les cours dispensés. Les réponses aux questions ouvertes montrent que les étudiants apprécient le fait d être exposé à d autres manières d enseigner et d étudier, ils apprécient la qualité des cours, l ouverture d esprit et l accessibilité de certains professeurs disponibles aussi bien pour discussions d ordre académique que privé. Plusieurs étudiants insistent sur le fait qu il est important de se faire connaître en tant qu étudiant Erasmus auprès des professeurs. Les contacts directs avec les professeurs permettent souvent de résoudre des problèmes académiques voire même d ordre pratique. Les étudiants apprécient l accès à d autres méthodes pédagogiques et didactiques. En particulier lorsque ces méthodes valorisent fortement le travail individuel et autonome, l étude réflexive et le travail en groupes de projet. La rédaction d essais et d études de cas suivies de présentations orales sont particulièrement prisées. Les étudiants apprécient d être évalués d une autre manière notamment par une prise en compte plus importante du travail personnel voire même de leur présence et de leur participation active à certaines activités académiques, beaucoup d étudiants ont aimé être confrontés pendant leur séjour Erasmus à une autre culture universitaire. En ce qui concerne la qualité de l infrastructure ainsi que l accès à la bibliothèque et aux ordinateurs, les étudiants (surtout les deux dernières années) sont également très positifs. On constate une amélioration quant à l accès aux ordinateurs en 2008 par rapport à l année 2007 et une très légère diminution en 2009 par rapport à l année Peut-être les étudiants sont-ils devenus plus exigeants! 57

59 Qualité des cours, des enseignants et de l infrastructure selon le pays L évaluation des professeurs et des cours ayant reçu un taux de satisfaction en général très élevé, les chercheurs n ont pris en compte que les avis «excellents» ou «très bons» afin d opérer une distinction plus nette entre les pays d accueil. Comme on peut le constater ci-dessous, les écarts portent essentiellement sur les cours. En effet, dans tous les pays concernés (pays avec au moins 25 étudiants sur les trois années), plus de la moitié des étudiants considèrent les enseignants excellents ou très bons. Les meilleurs résultats sont obtenus par la Turquie (84%), le Royaume-Uni (83%), le Danemark (82%), l Allemagne (81%) et la Suède. Les Pays-Bas (79%), la Finlande et la Norvège (77%) obtiennent également un pourcentage très élevé. En ce qui concerne les cours, les différences sont plus tranchées : 8 des étudiants en Norvège, 75% de ceux qui sont allés aux Pays-Bas et en Finlande, 73% des étudiants au Royaume Uni et 72% des étudiants en Suède et au Danemark jugent les cours excellents ou très bons. Ce sont surtout les pays scandinaves, les Pays-Bas et le Royaume-Uni qui sont plébiscités au niveau de la qualité des cours. Par contre, seules 32% des étudiants en Roumanie trouvent la qualité des cours excellente ou très bonne. A souligner, le cas de l Italie et de l Espagne qui sont parmi les destinations les plus plébiscitées mais dont la qualité des cours ne satisfait vraiment qu un peu plus de la moitié des étudiants. % Excellent et très bon % 68% 72% 72% 73% 75% 75% 61% 51% 51% 51% 52% 54% 54% 56% 56% 32% RO HU AT ES PT PL CZ IT FR IE TR DE DK SE UK NL FI NO Evaluation professeurs Evaluation qualité cours Tableau 49: Evaluation des profs et des cours selon le pays d accueil. Source : rapports étudiants SMS L accès à la bibliothèque, aux matériaux d études et aux ordinateurs reçoit également un taux d appréciation très variable selon le pays d accueil. Afin de mieux visualiser les différences entre pays d accueil, les experts n ont tenu compte ici que des réponses des étudiants qui qualifient l accès à la bibliothèque, aux matériaux d études et aux ordinateurs excellent ou très bon. L accès à la bibliothèque et aux matériaux d études est jugé excellent ou très bon par plus de 8 des étudiants qui sont allés au Royaume-Uni (96%), en Suède, en Finlande et en Irlande (94%), aux Pays-Bas (93%), au Danemark (89%), en Autriche (86%), en Allemagne (83%) et en Espagne (81%). 58

60 En Roumanie, seuls 46% des étudiants évaluent l accès à la bibliothèque excellent ou très bon. L accès aux ordinateurs et au courrier électronique obtient en général une évaluation encore plus positive. Dans toute une série de pays, plus de 8 des étudiants jugent l accès aux ordinateurs et au courrier électronique excellent ou très bon. Ce sont en général les mêmes pays que pour l accès à la bibliothèque et aux matériaux d études mais dans un ordre différent : Finlande (98%), Royaume-Uni (96%), Pays-Bas (95%), Suède (92%), Autriche (91%), Danemark (91%), Irlande (9), Norvège (86%), Tchéquie (82%), Allemagne (81%) et Espagne (8) % 91% 92% 95% 96% 98% 86% 76% 77% 79% 8 81% 82% 69% 71% 72% 64% 57% 49% RO IT PL EL PT SI HU TR FR ES DE CZ NO IE DK AT SE NL UK FI Accès aux bibliothèques et aux matériels d'études Accès aux ordinateurs et au courrier électronique Tableau 50: Accès à la bibliothèque-ordinateurs par pays. Source : rapports étudiants SMS Les étudiants dans la plupart des pays sont donc très satisfaits de l accès aux ordinateurs. Il n y a qu en Roumanie où moins de la moitié des étudiants (49%) trouvent l accès aux ordinateurs excellent ou très bon Soutien des étudiants SMS Evolution du soutien des étudiants En général, les étudiants sont satisfaits du soutien qu ils reçoivent aussi bien de leur établissement d origine que de leur établissement d accueil. Ainsi, à peu près 8 des étudiants qualifient le soutien reçu de l établissement d origine excellent, très bon, ou bon. Ils sont encore plus satisfaits du soutien de l établissement d accueil : 83% des étudiants en 2007, 86% des étudiants en 2008 et 83% en 2009 estiment le soutien de l établissement d accueil excellent, très bon ou bon. Dans les rapports 2009, les étudiants ont la possibilité d évaluer séparément le soutien de l établissement d origine avant et pendant le séjour et le soutien de l établissement d accueil avant et pendant le séjour. Il n est pas étonnant que les étudiants apprécient surtout le soutien de l établissement d origine avant le séjour. En effet, 85% des étudiants le trouvent excellent, très bon ou bon et 8 des étudiants apprécient le soutien de l établissement d accueil avant le séjour. Pendant le séjour, ils valorisent surtout le soutien de l établissement d accueil et moins celui de l établissement d origine avec 85% de excellent, très bon et bon pour l établissement d accueil et 77% d excellent, très bon ou bon pour l établissement d origine. 59

61 Pour environ 75% des étudiants, le degré d intégration dans l établissement d accueil est excellent, très bon ou bon: 75% en 2007, 76% en 2008 et 73% en Degré d'intégration 73% 75% 76% Soutien avant/ durant séjour Etablissement d'accueil 83% 83% 86% Soutien avant/durant séjour Etablissement d'origine 8 79% 81% 65% 7 75% 8 85% Tableau 51: Soutien avant et pendant le séjour. Source : rapports étudiants SMS Bien que la plupart des étudiants soient très satisfaits du soutien reçu, il reste cependant 7% des étudiants qui le trouvent nul ou insuffisant. Il faudrait donc veiller à améliorer cette situation afin que tout étudiant Erasmus reçoive le soutien auquel il a droit. Les experts souhaitent y contribuer en tentant de définir pour quels pays et domaines d études, le soutien accordé est estimé faible ou insuffisant Soutien des étudiants selon le pays d accueil Dans la plupart des pays, 8 des étudiants voire plus, qualifient le soutien de l établissement d accueil d excellent, très bon ou bon. Les taux de satisfaction les plus élevés sont atteints par l Autriche (94%), la Suède (93%), le Royaume-Uni (93%), le Danemark (92%), la Finlande (92%), la Norvège (91%), la Hongrie (91%) et les Pays-Bas (9). Les étudiants les moins satisfaits sont allés en Roumanie, en Italie ou en Espagne. C est en Italie que le pourcentage d étudiants évaluant le soutien dans l établissement d accueil nul ou insuffisant est le plus élevé (11%). On trouve également en Roumanie (8%), France (7%), Grèce (7%) et Espagne (5%) un nombre relativement important d étudiants pour qui le soutien a été nul ou insuffisant. Il n y a pas de corrélation entre le soutien reçu dans l établissement d accueil et le degré d intégration (il y a même une légère corrélation négative). Celui-ci est le plus élevé en Turquie (87%), en Pologne (85%), en France (85%), en Roumanie (81%) et en Autriche (81%). Les taux les plus bas sont obtenus par la Grèce (6), la Norvège (63%) et la Hongrie (63%). Plusieurs étudiants mentionnent des difficultés d intégration dans l université d accueil et les expliquent par le fait que les jeunes de certains pays ne sont pas très accueillants voire même assez fermés. Certains étudiants admettent, cependant, avoir rencontré des problèmes d intégration parce 60

62 qu ils n avaient pas ou très peu de connaissances de la langue du pays d accueil. Les étudiants ont plus de difficultés à s intégrer dans des pays à langues dites minoritaires qu ils ne maîtrisent pas ou très peu. Cela rend les contacts sociaux difficiles % 91% 92% 9 89% 93% 88% 92% 93% 8 82% 87% 94% 88% 76% 79% 83% 72% 68% EL NO HU DK NL CZ UK ES DE FI SE PT IE IT AT RO FR PL TR Soutien avant/pendant séjour - établissement d'accueil Degré d'intégration Tableau 52: Soutien de l établissement d accueil et intégration par pays. Source : rapports étudiants SMS Les activités d accueil organisées par certaines universités ont sans aucun doute facilité l intégration. Les étudiants apprécient tout particulièrement les activités prévues pour l ensemble des étudiants Erasmus, les house hunting activities etc. Les systèmes de parrainage (buddy!) dont l action débute dès avant la mobilité sont plébiscités par de nombreux étudiants. Il est évident que l ouverture et l attitude des étudiants Erasmus jouent un rôle important dans le processus d intégration et en constitue même un élément clé. Certains étudiants recherchent cette intégration activement en participant à des activités estudiantines (p.ex. des associations locales ou internationales ESN-), en se faisant membre d un club de sport local, en collaborant aux activités d un mouvement de jeunesse, en cherchant un boulot d étudiant etc. Certains étudiants souhaiteraient une approche plus dynamique de la part de l établissement d accueil en matière d intégration des étudiants Erasmus. «Mon séjour s'est déroulé sans la moindre querelle, j'ai été parfaitement informé par les deux institutions, par contre l'instrument de communication principale et indispensable est l'internet. Le seul point négatif que j'ai néanmoins pu constater est le fait qu'il y ait peu d'activités organisées par l'institution d'accueil afin d'intégrer les étudiants Erasmus. Néanmoins, Barcelone est une ville très accueillante et les rencontres à l'université, aussi bien qu'en dehors, se font spontanément.» Soutien des étudiants selon le domaine d études Seuls les rapports ont été pris en considération pour cette analyse puisqu une distinction y est faite entre le soutien avant et pendant le séjour que ce soit par les établissements d origine ou d accueil. 61

63 % 98% 82% 76% 57% 59% 86% 86% 69% 76% 89% 9 89% 84% 85% 86% 83% 75% 76% 77% 78% 84% 92% 93% 9 81% 81% 76% 92% 88% Droit Communication Sc. Sociales Lettres Commerce Ing. SMI Santé Education Agro Soutien avant séjour/ Etablissement d'origine Soutien avant séjour/ Etablissement d'accueil Soutien durant séjour/ Etablissementd'origine Soutien durant séjour/ Etablissementd'accueil Degré d'intégration Tableau 53: Soutien par domaine d études. Source : rapports étudiants SMS 2009 On constate que dans la plupart des départements, le soutien est excellent, très bon ou bon pour la majorité des étudiants aussi bien avant que pendant le séjour et ce que le soutien soit prodigué par l établissement d origine ou l établissement d accueil. En ce qui concerne l aide accordée par les établissements d origine, c est en Communication que les étudiants sont le plus positifs avec 98% de très satisfaits de l appui fourni avant le départ et 96% du soutien pendant le séjour. Les étudiants en Education sont également très bien encadrés par leur établissement d origine aussi bien avant (93%) que pendant le séjour (9). En ce qui concerne les établissements d accueil, l Agriculture (96%) et l Education se distinguent en matière d encadrement avant le séjour et la Santé (92%), l Education (9), le Commerce (89%) ainsi que les Sciences (89%) semblent tout particulièrement rencontrer les attentes des étudiants pendant le séjour. Les étudiants en Agriculture réussissent très bien leur intégration, 92% des étudiants qualifient leur degré d intégration d excellent, très bon ou bon; pas un seul n en est mécontent. Les étudiants en Education et en Santé semblent aussi être bien intégrés (81%) avec toutefois, 7% (Education) et 4% (Santé) d étudiants par qui le degré d intégration est jugé insuffisant. Les étudiants en Droit ne sont guère satisfaits ni du degré d intégration, ni du soutien reçu pendant leur séjour, seuls 57% d entre eux s estiment bien intégrés et 16% qualifient leur degré d intégration d insuffisant. Malgré un taux de satisfaction élevé en matière d encadrement avant et pendant le séjour, seuls 59% des étudiants en Communication se sont sentis bien intégrés et 5% ont même qualifié leur degré d intégration d insuffisant. En Ingénierie et Sciences sociales, si 77% et 67% des étudiants évaluent leur degré d intégration excellent, très bon et bon, 1 en sont tout à fait insatisfaits. 62

64 3.7. Soutien des étudiants SMP Evolution du soutien des étudiants SMP La plupart des étudiants évaluent très positivement l encadrement fourni par l établissement d origine même si on note une évolution négative au fil des années! En effet, en 2007, 96% des étudiants qualifient le soutien accordé d excellent, très bon ou bon. Le pourcentage chute à 84% en 2008 et 83 % en Degré d'intégration Degré satisfaction entreprise accueil 87% 97% 99% Soutien avant et pendant stage / Organisme intermédiaire 73% Soutien avant et pendant stage / Entreprise, organisation d'accueil Soutien avant et pendant stage / Institution d'origine 86% 94% 83% 96% Tableau 54: Soutien et intégration SMP. Source : rapports étudiants SMP En 2007, pour 94% des étudiants le soutien de l entreprise ou de l organisation d accueil est excellent, très bon ou bon, les pourcentages sont de 92% en 2008 et 86% en Les étudiants semblent moins satisfaits de l aide fournie par les organismes intermédiaires (8 en 2008 et 73% en 2009). A noter qu il n est pas aisé de savoir de quels organismes il s agit exactement : une université ou haute école dans le pays d accueil ou un autre organisme? Si l appréciation générale des étudiants par rapport à l entreprise d accueil est très bonne, on constate cependant ici aussi une évolution plutôt négative avec un pourcentage d étudiants très satisfaits qui passe de 95% en 2008 à 87% en 2009 et un pourcentage de pas du tout satisfaits qui augmente de 1% en 2008 à 5% en Le degré d intégration est excellent, très bon ou bon pour 99% des étudiants SMP en 2007 et 97% en Soutien des étudiants SMP selon le pays d accueil Comme on le voit ci-dessous, les étudiants sont, en général, satisfaits de l encadrement fourni par l entreprise d accueil et plus de 9 des étudiants qualifient leur degré d intégration d excellent, très bon ou bon. Seule l Italie obtient un score inférieur et ce pour les trois paramètres envisagés. 63

65 % 9 91% 88% 9 92% 93% 94% 94% 95% 88% % 79% 81% 83% 84% 87% 82% 71% IT DE FR UK NL ES LU Soutien avant et pendant stage / Entreprise, organisation d'accueil Entreprise d'accueil repondu aux attentes par rapport au stage Degré d'intégration Tableau 55: Soutien et intégration selon le pays d accueil. Source : rapports étudiants SMP Soutien et intégration selon le domaine d études A première vue, il y a peu de différences entre le degré de satisfaction quant au soutien, à la qualité de l entreprise ou au degré d intégration dans les différents domaines d études à l exception des domaines d études de la Santé et de la Communication. Comme l indique le graphique, c est en Communication que l appréciation du soutien accordé par l établissement d origine pendant le séjour est la moins bonne. Les taux remontent en ce qui concerne la qualité ainsi que l aide fournie (avec 8 et 78% d excellent, très bon et bon). Tous les étudiants en Communication sont, cependant, extrêmement satisfaits de leur degré d intégration % 89% 84% 85% 82% 95% 94% 96% 94% 96% 98% 92% 95% 86% 84% 86% 10 98% % Sc. Sociales Santé SMI Services Commerce Communication Ing. Soutien avant séjour/ Etablissement d'origine Soutien durant séjour/ Etablissementd'origine Soutien avant séjour/ Etablissement d'accueil Soutien durant séjour/ Etablissementd'accueil Degré satisfaction entreprise accueil Degré d'intégration Tableau 56: Soutien et intégration selon le domaine d études. Source : rapports étudiants SMP 2009 L Ingénierie obtient un très bon score, tous les étudiants s estiment bien intégrés et 98% sont satisfaits de la qualité de l entreprise ainsi que de l appui fourni durant leur séjour. Par contre, dans le domaine de la Santé, les taux de satisfaction sont moins bons en matière de soutien accordé par l établissement d origine pendant le séjour (65%) ou par l entreprise d accueil avant le séjour (66%). Toutefois le degré d intégration est qualifié d excellent, très bon ou bon par 95% des étudiants. 64

66 Le degré d intégration est qualifié d excellent, très bon ou bon par 89% (Sciences sociales) à 10 (Ingénierie et Communication) des étudiants Langue(s) d enseignement des étudiants SMS Langues d enseignement Evolution des pratiques En Europe, l anglais devient, de plus en plus, la langue de l enseignement supérieur. En 2009, des étudiants Erasmus SMS de la Communauté française ont suivi des cours en anglais. En tenant compte des cours partiellement donnés en anglais, on arrive même à des pourcentages de 61% en 2009 et 63% en Et pourtant, seulement 12,5% des étudiants étaient mobiles vers des pays anglophones. Cette situation semble être plus ou moins stable avec, cependant, une légère augmentation des cours suivis en anglais et une diminution tout aussi légère des cours suivis partiellement en anglais. On constate une tendance identique en Flandre en 2008 avec 48% des étudiants ayant suivi des cours entièrement en anglais, 23,9% en espagnol, 22,5% en français, 10,5 en allemand et 7,5% en Italien. Part. en anglais* anglais espagnol italien allemand français néerlandais portugais roumain suédois polonais finnois 9% 7% 7% 3% 3% 1% 1% 1% 1% 28% 61% Tableau 57: Langues d enseignement. Source : rapports étudiants SMS Langue(s) d enseignement selon les pays d accueil Le graphique 58 montre que ce sont surtout les langues dites minoritaires qui apparaissent le moins comme langue d enseignement. En effet, aussi bien en Autriche qu en Allemagne, en Espagne, en France, en Italie et évidemment en Irlande et au Royaume-Uni, plus de 9 des étudiants suivent les cours dans la langue du pays. Par contre, en Tchéquie, au Danemark, en Hongrie en Finlande et en 65

67 Suède, moins de des étudiants optent pour des cours donnés dans la langue nationale et choisissent plutôt des matières en anglais % 97% 9 95% 91% 97% % 36% 32% 13% 14% 17% 15% 4% AT CZ DE DK ES FI FR HU IRL IT NL NO PL PT SE UK anglais 2009 langue du pays d'acceuil 2009 langue du pays d'acceuil 2007 Tableau 58: Langue(s) d enseignement selon le pays d accueil. Source : rapports étudiants SMS En Norvège par exemple, tous les cours ont été suivis en anglais et aucun en norvégien. Ce sont surtout les pays de langues romanes (français, italien, portugais, espagnol, catalan, roumain) et les pays du sud de l Europe qui continuent à enseigner dans la langue nationale. En effet, en Espagne, 97% des étudiants suivent des cours en espagnol ; au Portugal, deux tiers des étudiants ont suivi des cours en portugais et 15 des 17 étudiants qui se sont rendus en Roumanie ont suivi des cours en roumain. En Grèce, aussi bien en 2007 qu en 2009, la moitié des étudiants optent pour des cours en grec moderne. En Pologne et aux Pays-Bas, à peu près un tiers des étudiants choisissent des cours dans la langue du pays. Mais on sait que pour les Pays-Bas, la majorité des étudiants Erasmus s y rendent justement pour pratiquer la langue. En 2008, Wächter et Maiworm 31 avaient déjà constaté que le nombre de programmes anglophones avait triplé au cours des cinq dernières années et ce surtout aux Pays-Bas, en Finlande et dans les autres pays scandinaves et que, par contre, l enseignement en anglais était très rare dans les pays du sud de l Europe. 35% 3 25% 15% 1 5% 39% 28% 29% 12,5% 8% 7% 7% 8% 9% 9% 6% 3% 4% 3% 1% 1% ro pt nl fr de it es en % cours donnés dans la langue en abscisse % d étudiants en mobilité dans un pays dont la langue en abscisse est la langue nationale Tableau 59: Corrélation entre les langues d enseignement et les pays d accueil où ces langues sont parlées. Source : rapports AEF-Europe et étudiants SMS Wächter, Bernd & Maiworm, Friedhelm (2008), English Taught Programmes in European Higher Education. The Picture in Bonn: Lemmens. 66

68 Plusieurs étudiants mentionnent avoir rencontré des difficultés liées à la langue du pays d accueil mais admettent que celles-ci sont souvent imputable à une préparation linguistique trop légère ou inexistante. Une maîtrise insuffisante de la langue du pays d accueil peut avoir une incidence sur le choix des matières suivies lors du séjour. Dans l un ou l autre cas, l étudiant a dû se limiter à des cours de bachelier et n a pu accéder au niveau master à cause de ce déficit linguistique. Plusieurs étudiants affirment avoir investi beaucoup de temps en dehors du cursus normal pour améliorer leurs connaissances de la langue nationale. Certains étudiants soulignent que les difficultés linguistiques ne sont pas à négliger (surtout au niveau de la confiance en soi pour s'exprimer...) et que l effort à fournir pour étudier dans une autre langue est important. Quelques étudiants regrettent de ne pas avoir acquis au préalable une connaissance minimale de la langue nationale car cela a limité leur intégration dans le pays concerné. Les étudiants qui ont séjourné en Catalogne insistent, tout particulièrement, sur le fait qu il est important d avoir, non seulement de très bonnes notions d espagnol mais également de catalan. D autres étudiants auraient souhaité avoir des connaissances plus solides en anglais afin d être capable de suivre un enseignement de haut niveau. Certains étudiants suggèrent d imposer l obtention du TOEFL 32 test pour pouvoir participer à la mobilité Erasmus comme cela semble être le cas aux Pays-Bas. Il n y a pas de corrélation entre le pourcentage d étudiants qui indiquent avoir eu l anglais comme langue d enseignement et le pourcentage d étudiants qui sont allés vers des pays anglophones. Par contre, la corrélation est très forte entre le pourcentage d étudiants ayant eu l allemand, le français, l espagnol, l italien, le portugais et le roumain comme langue d enseignement et le nombre d étudiants qui se sont rendus dans les pays où ces langues sont la langue nationale Langues d enseignement selon le domaine d études 6 54% 54% % 23% 29% 31% 38% 39% 43% 46% 1 Santé Lettres Ing. Education Sc. Sociales Agro Communication Droit SMI Commerce Tableau 60: Anglais comme langue d enseignement selon le domaine d études. Source : rapports étudiants SMS TOEFL: Test of English as a foreign language 67

69 Dresser l inventaire des langues d enseignement par domaine d études n est pas l objet de cette étude, il s agit, ici, d analyser l usage de l anglais comme langue d enseignement en fonction des différents domaines et de mettre en évidence les éventuelles disparités. Tous domaines confondus, des cours sont suivis en anglais. Des différences importantes apparaissent en fonction des domaines d enseignement. Comme l indique le graphique, ce sont principalement le Commerce et les Sciences qui font appel à l anglais (54% des cours), ce qui semble logique, les futurs diplômés dans ces matières ayant besoin de l anglais au niveau professionnel (contacts commerciaux et littérature scientifique en anglais). L anglais est moins présent en Lettres et en Santé (23%). Beaucoup d étudiants en Lettres partent avec l intention de pratiquer la langue du pays et les étudiants en Santé ont certainement besoin de la langue du pays d accueil pour s entretenir avec les patients et étudier leurs dossiers médicaux. Moins d un tiers des ingénieurs (29%) et des étudiants en Education (31%) suivent des cours en anglais. Ceci est plutôt évident pour l Education mais moins pour l Ingénierie. Près de la moitié des étudiants en Droit (46%) suivent des cours en anglais. Dans les autres domaines d études, les pourcentages sont de 38% (Communication), 39% (Agriculture) et 43% (Sciences sociales), soit une moyenne de Langue(s) de travail des étudiants SMP Langues de travail Evolution des pratiques L analyse porte sur 2008 et Le graphique 61 montre que la situation reste stable d une année à l autre. Les quelques différences constatées relèvent du choix des étudiants quant au pays d accueil (moins d espagnol, plus d allemand) plutôt que d un changement de pratiques en matière de langue de travail. Français Anglais 34% 34% Espagnol 14% Allemand 8% Italien Néerlandais 3% 3% 5% 1 15% 25% 3 35% ième langue ère langue ère langue Tableau 61: Langues de travail - Evolution des pratiques. Source : rapports des étudiants SMP

70 En 2009, on constate que les étudiants parlent principalement anglais ou français sur le lieu de travail et que les deux langues se répartissent selon des pourcentages identiques (34%). 18% des étudiants utilisent l anglais comme deuxième langue de travail et seulement 7% le français. L espagnol se positionne, avec 14% en 2009, (17% en 2008) bien après l anglais et le français et seuls 2 étudiants le mentionnent (0,5%) comme deuxième langue de travail. En quatrième position on trouve l allemand (8% en 2009, 7% en 2008) qui est utilisé par 3% comme deuxième langue de travail. La situation de l italien comme première langue de travail est stable (3%). Le néerlandais n apparaît que pour 2% des étudiants en 2008 et 3% en La plupart des étudiants SMP séjournent dans des pays limitrophes ce qui explique l usage quasi exclusif (à l exception de l italien et de l espagnol) des langues nationales de ces pays Langue(s) de travail selon le pays d accueil Les pratiques varient fortement en fonction du pays d accueil (les experts ont déjà pu établir le même constat pour la langue d enseignement des SMS). Pour la plupart des étudiants en stage au Royaume-Uni (98%), en France (98%) et en Espagne (96%), la langue nationale est la langue de travail. Langues de travail % 98% 98% 98% 84% 78% 69% 69% 31% 31% 27% 29% 18% 18% 9% 13% 7% 1 7% 1% LU NL IT DE ES FR UK Anglais Anglais deuxième langue langue du pays d'accueil Tableau 62: Langues de travail selon le pays d accueil. Source : rapports étudiants SMP En Allemagne (84%), en Italie (69%) et aux Pays-Bas (69%), la majorité des étudiants travaillent dans la langue du pays. En Italie et aux Pays-Bas, 31% des étudiants pratiquent l anglais. En Allemagne, 13% ont recours à l anglais, et 7% en Espagne. Le cas du Luxembourg 33 est tout à fait particulier, seuls 6% des étudiants parlent le luxembourgeois sur leur lieu de travail mais plus de la moitié (52%) le français, 22% l allemand et 18% l anglais. De plus, 18% des étudiants au Luxembourg utilisent l anglais comme seconde langue de travail. L anglais comme seconde langue est également mentionné par 27% des étudiants aux Pays-Bas, 29% des étudiants en Allemagne, 9% des étudiants en Italie, 1 des étudiants en Espagne et 7% des étudiants en France. 33 Le Luxembourg a trois langues nationales: le luxembourgeois, le français et l allemand 69

71 Langues de travail selon le domaine d études Comme il a été observé pour les étudiants SMS, les domaines d études des Sciences, mathématiques et informatique (53%) et du Commerce (39%) se distinguent avec un pourcentage d étudiants pratiquant l anglais sur le lieu de travail plus élevé que la moyenne (34%). N oublions pas que, dans le secteur de l informatique, l anglais s impose comme langue de travail universelle. En Lettres et en Ingénierie, pour à peu près un tiers des étudiants (31%), l anglais est la langue de travail. Un peu plus d un quart des étudiants dans le secteur de la Santé utilisent l anglais. Les domaines d études où le recours à l anglais est le plus faible (moins de ) sont les Sciences sociales (19%), les Services (18%), la Communication (16%) et le taux le plus bas pour l Agriculture (seulement 4% - ce taux correspond à l unique étudiant en Agriculture ayant fait un stage au Royaume-Uni). 6 53% Agro % 16% 18% 19% 27% 31% 31% 39% Communication Services Sc. Sociales Santé Ing. Lettres Commerce SMI Tableau 63: Anglais langue de travail selon le domaine d études. Source : rapports étudiants SMP Le coût du séjour Erasmus et les bourses SMS Les bourses SMS Montant et versement Pour rappel, la bourse moyenne mensuelle d un étudiant SMS est de 228 en 2007, 220,07 en 2008 et 224,96 en 2009 (rapports annuels de l Agence AEF-Europe) ce qui correspond plus ou moins aux montants mentionnés par les étudiants dans leur rapport (232 en 2008 et 305 en 2009). Les montants cités par les étudiants sont supérieurs à la moyenne de l Agence parce qu ils sont additionnés des bourses complémentaires octroyées notamment via les fonds nationaux ou les services sociaux. Même si le montant de la bourse ne constitue pas un problème majeur pour la plupart des étudiants, il reste, ainsi que la date de son versement, une préoccupation très importante pour toute une série d entre eux. Dans certains cas, les problèmes financiers sont liés au faible montant de la bourse et à une couverture des frais par trop partielle. Il n est donc pas étonnant que des étudiants réclament une bourse plus conséquente et correspondant davantage aux réelles dépenses financières. 70

72 Versement bourse Erasmus après séjour 36% 61% Versement bourse Erasmus début de séjour 25% 43% Versement bourse erasmus au cours séjour 37% 51% Versement bourse Erasmus avant séjour 9% 13% Versement bourse Erasmus fin séjour 7% 11% Tableau 64: Versement de la bourse Erasmus. Source : rapports SMS Dans d autres cas, comme en témoigne cet étudiant, les difficultés surgissent suite au versement tardif de la bourse: «Les principaux problèmes que j'ai rencontrés étaient d'ordre financier. En effet, je n'ai pas eu assez avec la bourse Erasmus pour couvrir mes frais durant mon séjour à l'étranger ce qui m'a bloqué certaines fois lors de la découverte de la ville de séjour. Surtout qu'on n a reçu cette bourse qu'à la fin du mois d'avril. J'ai donc dû jusque-là demander des prêts à des amis afin de ne pas «mourir de faim» littéralement.» Le tableau, ci-dessous, montre, qu en 2009, seule la moitié (52 %) des étudiants a reçu la bourse ou une partie de la bourse avant le séjour. Ce qui malgré tout constitue un progrès par rapport à 2008 où ce pourcentage ne s élève qu à 38%. En 2008, les sommes ont été versées pendant le séjour à 51% des étudiants pour 37% en % des étudiants 2008 ont dû attendre la fin du séjour avant de recevoir leur bourse, 7% en % des étudiants 2008 disent avoir reçu (une partie) de leur bourse après le retour pour 61% en Il s agit ici très probablement du solde de la bourse. En 2009, 4% des étudiants déclarent ne pas avoir reçu de bourse du tout Evolution du coût de la mobilité Erasmus SMS bourse par mois frais par mois montant mensuel autres ressources frais supplémentaires par mois SMS 2007 SMS 2008 SMS 2009 Tableau 65: Frais mensuels par rapport à la bourse : Source : rapports étudiants SMS

73 Dans les rapports, il est demandé aux étudiants de préciser le montant de la bourse, le budget mensuel provenant d autres ressources, le montant des frais mensuels ainsi que le coût mensuel supplémentaire par rapport à la Belgique. Tous les montants ci-dessous sont exprimés en Euro. On constate que les frais mensuels ont considérablement augmenté en Les frais supplémentaires par rapport à la Belgique sont également plus élevés, ce qui est en partie compensé par l octroi d une bourse supplémentaire via les fonds nationaux ou les services sociaux. En 2008, pour les étudiants flamands, les frais supplémentaires étaient surtout liés au logement. Il ne faut pas oublier que beaucoup d étudiants, surtout dans les Hautes écoles, aussi bien en Communauté flamande qu en Communauté française de Belgique font la navette pour suivre les cours dans leur établissement d origine et n ont pas de frais de logement. Une étude internationale 34 sur la situation socio-économique des étudiants Erasmus a montré que pour les étudiants qui font la navette dans le pays d origine, la bourse Erasmus ne couvre en moyenne que 5 des frais supplémentaires puisqu ils ont des frais de logement qu ils n ont pas dans le pays d origine tandis que pour les autres, la bourse Erasmus couvre la totalité des frais et que certains étudiants font même un bénéfice. Pourtant, comme indiqué dans le tableau 66, cela n est vrai que pour 1 à 2% des étudiants de la Communauté française. Il ne faut pas oublier que la bourse mensuelle moyenne aussi bien en Communauté française de Belgique qu en Flandre est en dessous de la moyenne européenne (253 par mois). De plus, l étude européenne suppose que les étudiants qui louent une chambre dans leur pays d origine ne doivent plus supporter ces frais pendant leur séjour à l étranger. Pourtant, tous les étudiants n ont pas l opportunité de sous-louer leur chambre d étudiant, ce qui entraîne souvent un double coût pour la location du logement. Un des principes de la mobilité Erasmus repose sur la gratuité de l échange et stipule que l institution d accueil ne peut demander à l étudiant de s acquitter de frais académiques (de type minerval ). En 2007 cependant, des étudiants mentionnent des frais supplémentaires au niveau de l établissement d accueil (avec une moyenne de 114 ). En 2008, ce pourcentage passe à 28% (153 ) et à 3 en 2009 (99 ). Le pourcentage d étudiants ainsi que le montant de la somme à payer semblent diminuer. En 2007 et 2008, le type de frais est précisé : livres, syllabus et photocopies, frais administratifs, frais de dossier, carte d étudiant, activités Erasmus ou semaine d accueil, inscription au cours de langue (intensif), accès à la bibliothèque, frais de labo et cotisation pour l association des étudiants. Certains étudiants mentionnent même des frais d inscription ou un minerval! Plus de détails sur ces frais sont données au point Couverture des frais par la bourse Evolution Pour à peu près deux tiers des étudiants (7 en 2007, 64% en 2008 et 62% en 2009), les frais du séjour ne sont que faiblement ou pas du tout couverts par la bourse. Seuls 2% des étudiants en 2007 et 2008 et 1% en 2009 ont vu leurs frais pleinement couverts par la bourse. 7% en 2007 et 2009 et 8% en 2008 déclarent les frais bien couverts par la bourse. Ces 34 Souto Otero, M. & Mac Coshan, A. (2006). Survey of socio-economic background of Erasmus students. Bruxelles : Commission européenne 72

74 pourcentages peu élevés ne font que corroborer le fait que pour la majorité des étudiants les frais supplémentaires engendrés par la mobilité sont nettement supérieurs au montant de la bourse. Couverture par la bourse 45% 35% 3 25% 15% 1 5% 41% 38% 34% 32% 28% 25% 21% 21% 23% 7% 8% 7% 2% 2% 1% Pleinement Très bien Moyennement Faiblement Pas du tout Tableau 66: Couverture des frais par la bourse. Source : rapports SMS Fonds supplémentaires 2007 SMS 2008 SMS 2009 SMS Les rapports interrogent les étudiants sur les moyens mis en œuvre pour couvrir ces frais supplémentaires liés à la mobilité. En 2009, 86% des étudiants trouvent des ressources supplémentaires auprès de leur famille (85% en 2007 et 2008), et 64% dans leurs économies personnelles (67% en 2008 et 1 en 2007). Certains jeunes ont arrondi les fins de mois grâce à un job d étudiant. Le recours aux économies personnelles indique une motivation très forte des étudiants. Ce paramètre est le seul à présenter une évolution significative entre 2007 et 2009, tous les autres sont très stables. Plusieurs étudiants soulignent que bien que l expérience Erasmus soit unique et irremplaçable, le coût de cette expérience reste élevé. Il semble donc normal que nombre d étudiants Erasmus suggèrent à leurs condisciples de mettre de l argent de côté avant de partir. Autre Prêt prive Bourse privée Prêt public Bourse d'etat* Econ. personnelles Famille 4% 3% 4% 3% 12% 64% 86% Tableau 67: Fonds supplémentaires. Source: rapports étudiants Erasmus En 2008 et 2009 (la question n était pas posée en 2007), 12% des étudiants bénéficient d une bourse d état. Ces bourses étant liées au revenu de la famille, on peut en déduire qu au moins 12% des étudiants venant de familles à bas revenus ont pu participer à la mobilité Erasmus. 73

75 Cependant, lors des groupes focus, plusieurs étudiants ont fait remarquer que si les montants des bourses n augmentent pas, la participation à la mobilité Erasmus risque de devenir un privilège pour familles aisées. Les autres ressources mentionnées sont : prêt public (3% en 2009, 2% en 2008 et 2007), bourse privée (aucun étudiant en 2007, 2% en 2008 et 4% en 2009), prêt privé (0,5% en 2007, 2% en 2008 et 3% en 2009) et autre (2% en 2007, 5% en 2008 et 4% en 2009). Sous autre les étudiants mentionnent le service social des universités et des Hautes écoles, le FAME (Fonds d aide à la mobilité étudiante) et les CPAS (Centres Publics d'action Sociale). Quelques étudiants, n ayant reçu leur bourse Erasmus qu en fin de séjour, précisent avoir dû contracter un prêt privé Le coût de la mobilité Erasmus selon le pays d accueil Le coût de la mobilité Erasmus varie, bien évidemment, selon le pays d accueil voire même la ville d accueil. Les montants accordés par les institutions peuvent donc fluctuer en fonction du coût de la vie dans les différents pays. La question portant sur le montant des frais supplémentaires par rapport à la vie en Belgique permet d établir, avec certaines réserves, un classement des pays d accueil. Tous les pays ont été pris en considération y compris ceux où les statistiques portent sur moins de 25 étudiants les trois années confondues (BG, CY, EE, IS, LV, LT, MT, SK, SI). Même si les montants retenus représentent des moyennes, les chercheurs demandent à ce que ces résultats soient regardés avec beaucoup de prudence. Frais supplémentaires par rapport à la Belgique en SK RO IS DE CZ MT LV SI PL TR BG NL ES PT FR LT IT EL HU EE SE AT DK UK IE FI CY NO Tableau 68: Frais supplémentaires selon le pays d accueil. Source : rapports étudiants SMS Les étudiants qui sont allés en Norvège signalent en moyenne 562 de frais mensuels supplémentaires par rapport à la Belgique. A Chypre (17 étudiants), le montant s élève à 510. D autres pays comme la Finlande (490 ), l Irlande (454 ) et le Royaume-Uni (395 ) entraînent des frais supplémentaires importants. Madrid est, également, à épingler avec 382 de frais supplémentaires par mois. 74

76 En Slovaquie, ces frais supplémentaires tombent à 138 et en Roumanie à 143. Certains étudiants en séjour dans un de ces deux pays affirment même ne pas avoir eu de frais supplémentaires. Le résultat le plus surprenant est celui de l Islande avec seulement deux étudiants où si l un précise ne pas avoir eu de frais supplémentaires, pour l autre le montant atteint 350 par mois. Ces résultats sont comparables mais non identiques à ce qui a été constaté en Flandre 35. Pas moins de 95% des étudiants flamands indiquent avoir eu des frais supplémentaires considérables au Royaume-Uni et en Norvège mais aussi à Madrid. Le Danemark et l Irlande sont également pointés comme destinations avec un coût de vie beaucoup plus élevé qu en Belgique. Aucun étudiant en Slovaquie ne signale de frais supplémentaires, même constat pour la majorité des étudiants en séjour en Estonie, Lituanie et Bulgarie Frais supplémentaires à acquitter auprès de l établissement d accueil Analyse selon les pays En général, le type de frais et les montants à acquitter sont acceptables et n enfreignent pas les règles Erasmus cependant les étudiants attirent notre attention vers certains pays où les pratiques semblent entrer en contradiction avec la règle Erasmus de gratuité académique. En Allemagne, pas moins de 82% des étudiants se sont vus réclamer des frais supplémentaires par l établissement d accueil. Il s agit, très souvent, d une contribution à l association des étudiants qui peut varier entre 92 et 270, entre autres pour une carte d étudiant. Plusieurs étudiants mentionnent, toutefois, des frais de dossier, des frais d inscription ou un minerval. Un étudiant indique avoir payé 460 à son établissement d accueil pour un cours de langue. A noter, cependant, que, souvent, ces cartes d étudiant donnent aussi droit aux transports communs et que, dans ces cas-là, même pour un coût de 200, elle vaut l investissement. En Espagne, 3 des étudiants s acquittent de frais auprès de leur établissement d accueil, en général pour des photocopies, des livres etc. Une vingtaine d étudiants (5%) mentionnent, cependant, des frais d inscription ou d administration allant de 5 à 450 voire 600. Plusieurs étudiants évoquent des frais pour les cours de langue (entre 180 et 300 ). Un étudiant déclare avoir dû payer 1500 à NOHA (Network of Humanitarian Assistance). En Finlande, un étudiant a payé un minerval de 500. En Autriche, un autre atteste de frais d inscription à hauteur de 156. L université d Uppsala en Suède impose l achat d une carte étudiant d une valeur de 400 pour accéder à la bibliothèque et aux autres services. Dans un bon nombre de pays, l achat d une carte étudiant est obligatoire et couvre les frais d assurance, en général, les prix de ces cartes sont très raisonnables. En Autriche, par exemple, elle coûte Kirsch et al.,

77 Couverture des frais supplémentaires par la bourse - Analyse selon les pays d accueil Les bourses mensuelles moyennes par pays varient : - en 2009, entre 400 pour l Islande et 169 pour Chypre, - en 2008, entre 400 pour l Islande et 138 pour la Slovénie et, - en 2007, entre 291 pour la Norvège et 149 pour la Lituanie 36 Tous les pays ont été pris en considération y compris ceux où les statistiques portent sur moins de 25 étudiants les trois années confondues (BG, CY, EE, IS, LV, LT, MT, SK, SI). Les pourcentages pour ces pays doivent donc être regardés avec prudence. Les chercheurs se sont concentrés sur les pays où la bourse était considérée comme tout à fait insuffisante. Contrairement à ce qu on aurait pu supposer, c est Malte qui pose le plus problème et non les pays nordiques ou scandinaves. A noter, toutefois, que les statistiques pour Malte ne portent que sur 11 étudiants dont 8 estiment la bourse, d un montant de 181 par mois, insuffisante. La Norvège figure en seconde position, ce qui n est pas étonnant pour un pays où le coût de la vie est considéré comme très élevé. Couverture des frais par la bourse IS SK PL DE FR FI EL SE RO ES PT CZ AT DK NL HU UK BG LV TR IE IT EE LT CY SI NO MT Faiblement Pas du tout Tableau 69: Couverture des frais selon le pays d accueil. Source : rapports étudiants SMS Malgré un montant supérieur à la moyenne (306 en 2009), pour 9 des étudiants en Norvège, la bourse ne couvre pas du tout ou faiblement les frais de la mobilité. C est, également, le cas pour 85% des étudiants en Slovénie, 82% des étudiants qui se sont rendus à Chypre, 79% des étudiants en Lituanie, 78% en Estonie, Italie et Irlande et 75% des étudiants en Turquie, Lettonie et Bulgarie. Pour un des deux étudiants parti en Islande les frais étaient très bien couverts et pour l autre moyennement couverts. Les deux étudiants en Slovaquie n ont vu leurs frais que faiblement couverts. 36 LLP, Erasmus Statistical Reports AEF-Europe, 2007, 2008,

78 Ces résultats ne sont que partiellement comparables avec ceux de l étude européenne de Souto Otero et Mc Coshan de 2007 qui indique que plus de 6 des étudiants Erasmus au Danemark, en Islande, en Italie, en Norvège et au Royaume-Uni estiment leur bourse insuffisante tandis que ou plus des étudiants en Bulgarie, Tchéquie, Hongrie, Lituanie, Lettonie, Pologne, Roumanie et Slovaquie ne déclarent pas de problèmes financiers. Il se peut toutefois que, depuis 2007, le coût de la vie dans certains pays de l Europe (surtout les nouveaux Etats Membres) ait considérablement augmenté Coût de la mobilité et bourses SMP Les bourses SMP - Montant et versement Dans le premier chapitre, les experts ont déjà mentionné la chute du montant des bourses SMP en La bourse mensuelle moyenne SMP est alors de 388,17, pour 537,66 en 2008 et 521 en En ce qui concerne le versement de la bourse, la situation ne s améliore pas puisque en 2009 seuls 8% des étudiants reçoivent leur bourse ou une partie de la bourse avant le départ contre 28% en % 35% 3 25% 15% 1 5% 8% Bourse reçue avant séjour 28% 28% 28% Bourse reçue début séjour 47% 34% Bourse reçue milieu de séjour 12% 9% Bourse reçue fin séjour 29% 39% Bourse reçue après séjour Tableau 70: Versement de la bourse SMP. Source : rapports étudiants SMP Le pourcentage des étudiants ayant reçu leur bourse au début du séjour est, avec 28%, identique en 2008 et en Un versement est effectué au milieu du séjour pour 47% des étudiants en 2009 et 34% en % des étudiants 2009 et 9% des 2008 mentionnent un paiement en fin du séjour, à noter qu il s agit, ici, vraisemblablement, du solde Evolution du coût de la mobilité SMP Le tableau 71 reprend, excepté pour 2007, les montants indiqués par les étudiants dans leur rapport. On constate une diminution des montants de bourse et ressources supplémentaires mais une légère augmentation des frais. En 2007 et 2008, si 75% des frais sont couverts par la bourse, le pourcentage chute à moins de 6 en Remarquons également, qu en 2007, le montant de la bourse est supérieur aux frais supplémentaires déclarés par rapport au coût de la vie en Belgique. 77

79 bourse par mois frais par mois montant mensuel autres ressources 340 frais supplémentaires par mois SMP 2007 SMP 2008 SMP 2009 Tableau 71: Frais de la mobilité. Source : rapports étudiants SMP Couverture des frais par la bourse La chute des montants en 2009 se ressent, bien évidemment, dans l évaluation des étudiants. En 2007 et 2008, un tiers des étudiants déclarent leurs frais pleinement couverts par la bourse et près de d entre eux les estiment très bien couverts. En 2009, le pourcentage chute à 1 pour une pleine couverture et passe à 22% pour une très bonne couverture. Pour un quart des étudiants, les frais ne sont que faiblement pris en charge et pas du tout pour 9%. Couverture des frais par la bourse 35% 3 25% 15% 1 5% 38% 35% 32% 31% 36% 1 24% 22% 19% 18% 11% 1 9% 3% 3% Pleinement Très bien Moyennement Faiblement Pas du tout 2007 SMP 2008 SMP 2009 SMP Tableau 72: Couverture des frais par la bourse. Source : rapports étudiants SMP Couverture des frais par la bourse en fonction des pays d accueil Comme l indique le tableau 73, les frais sont pleinement ou très bien couverts par la bourse pour plus de la moitié (52%) des étudiants au Luxembourg ainsi que pour près de la moitié des étudiants en Allemagne (47%), en Espagne (46%) et en Italie (43%). Par contre, ce n est le cas que pour moins d un quart (23%) des étudiants aux Pays-Bas. A noter que selon les rapports statistiques de l AEF-Europe, les bourses mensuelles moyennes sur fonds européens pour le Luxembourg sont inférieures (509 en 2007, 489 en 2008 et 292 en 2009) à celles pour les Pays-Bas (557 en 2007, 544 en 2008 et 379 en 2009). On pourrait en déduire que le coût de la vie aux Pays-Bas est plus élevé qu au Luxembourg mais ce serait sans tenir compte du fait que bon nombre d étudiants en stage au Luxembourg font la navette tous les jours. 78

80 Couverture des frais par la bourse NL UK FR IT ES DE LU Pleinement Très bien Tableau 73: Couverture des frais par la bourse selon le pays d accueil. Source : rapports étudiants SMP Fonds supplémentaires Ces ressources supplémentaires peuvent provenir d une part de la famille, d économies personnelles, d autres types de bourses etc. et d autre part de l aide financière ou autre accordée par l entreprise d accueil % 12% 7% 3% 63% 67% 57% 23% 7% 1 3% 1% 1% 1% 2% 4% Tableau 74: Ressources supplémentaires. Source : rapports étudiants En 2009, 19% des étudiants reçoivent une aide financière de l entreprise (17% en 2008) dont le montant oscille entre moins de 500 dans la plupart des cas et 1200 pour une minorité d étudiants. 12% d entre eux profitent d un hébergement. Des repas sont offerts à des étudiants en 2009 et à 22% en De plus, les tickets de transport sont payés par l entreprise dans 7% des cas en 2009 (6% en 2008). Les autres types d aide diminuent légèrement en Les pourcentages pour 2008 et 2009 sont plus ou moins stables. En 2009, un peu plus de la moitié (53%) disent n avoir reçu aucune aide de l entreprise. Pour le reste, les étudiants font surtout appel à leur famille. C est le cas pour 71% d entre eux en 2008, de 67% en 2009 et de 63% en Le recours à la famille est plus important dans la mobilité SMS avec des taux de plus de 8. Les étudiants puisent également dans leurs économies personnelles avec des pourcentages qui ont tendance à augmenter : 23% en 2007, 56% en 2008 et 57% en Ce qui pourrait être la conséquence de la diminution du montant des bourses octroyées sur fonds européens. 79

81 En 2009, 7% des étudiants bénéficiant d une bourse d Etat (pour 3% en 2007) ont effectué un stage Erasmus, ce qui atteste de la participation de jeunes issus de familles à revenus modestes. En 2009, 12% des étudiants déclarent n avoir disposé d aucune aide autre que la bourse Erasmus Soutien accordé par l entreprise Analyse en fonction du pays d accueil Le soutien fourni par l entreprise varie considérablement d un pays à l autre en fonction des traditions ainsi que de la situation économique du pays visité. L analyse des pratiques en vigueur peut être utile aux futurs étudiants SMP et les orienter dans leur choix. Aux Pays-Bas, si 35% des étudiants déclarent avoir bénéficié d une aide financière de l entreprise, 58% d entre eux n ont rien reçu. En France, presque la moitié des étudiants a reçu une aide de l entreprise qui a été d ordre financier pour 24% d entre eux. Au Luxembourg, des étudiants ont reçu une aide financière (parfois assez importante) mais 66% n ont été aidé en aucune façon. En Espagne, des étudiants ont été payés, 31% n ont rien reçu, et 41% se sont vus offrir des repas. Certaines Hautes Ecoles introduisent une clause dans la convention de stage précisant que les étudiants ne peuvent recevoir de rémunération financière. Ceci explique qu en France, où normalement les stagiaires doivent être rétribués, seul un quart des étudiants de la Communauté française mentionne une indemnité % 66% 54% 58% % 45% 42% 35% 31% 24% 18% 6% UK IT DE ES LU FR NL Soutien financier entreprise Hébergement Repas Tickets de transport Autre Aucune aide, Tableau 75: Aide fournie par l entreprise en fonction du pays d accueil. Source : rapports étudiants En Allemagne, 18% des étudiants bénéficient d une compensation financière mais plus de la moitié (54%) ne reçoivent rien. C est en Italie (6%) et au Royaume-Uni (2%) que le pourcentage d étudiants avec rémunération financière est le plus bas. Le taux d étudiants n ayant bénéficié d aucune aide y est, de plus, élevé (42% en Italie et 64% au Royaume-Uni). Cette rémunération, qui ne concerne qu une minorité d étudiants, peut être assez élevée dans certains cas, comme l indique le tableau ci-dessous. Soutien financier de l'entreprise 2008 Si oui, montant/mois (EUR) Soutien financier de l'entreprise2009 Si oui, montant/mois (EUR) DE 18% < 500 plupart < 500 ES 22% < % < 500 FR 25% majorité < % majorité < 500 IT 8% < 500 7% Entre 500 et 800 LU 24% % Variant de < 500 à 1200 NL 33% < % < 500 UK 4% Tableau 76: Montant de l aide financière de l entreprise selon les pays. Source : rapports étudiants SMP

82 Soutien accordé par l entreprise Analyse en fonction des domaines d études L analyse par domaines d études présente des résultats plus contrastés. En Services (32%) et Ingénierie (31%), près d un tiers des étudiants bénéficient d une rémunération financière, alors que dans le domaine de la Santé, le taux chute à 1% et dans celui de la Communication à 2%. C est en Commerce, avec 63%, que le pourcentage d étudiants sans aide spécifique de l entreprise est le plus élevé, suivent l Ingénierie, la Santé, la Communication et les Sciences. A noter que 18% des étudiants en Commerce obtiennent une compensation financière % 54% 54% 63% 58% 58% % 1% 2% 39% 38% 3 28% 18% 12% 13% 13% 8% 9% 31% 32% 1 Soutien financier entreprise Hébergement Repas Tickets de transport Autre Aucune aide, Tableau 77: Aide de l entreprise selon le domaine d études. Source : rapports étudiants SMP Dans le domaine des Services, 8 des stagiaires reçoivent une aide sous l une ou l autre forme: une rémunération (32%), des repas (58%), un logement (), des tickets de transport (1), voire même la prise en charge des lessives, etc Durée du séjour et évaluation de la durée Pour rappel, les étudiants SMS restent en moyenne 5,3 mois à l étranger. Ce paramètre est assez stable et oscille entre 5,2 mois (2007) et 5,3 mois (2008 et 2009) Evaluation de la durée du séjour La plupart des étudiants, et tout particulièrement les étudiants en stage (63% en 2008 et 66% en 2009), affirment que la durée du séjour correspond à leurs attentes : «juste bien». Près de la moitié des étudiants SMS qualifient leur séjour de trop court et auraient souhaité rester plus longtemps: 47% en 2007, 44% en 2008 et Les étudiants de sexe féminin restent, en moyenne, un peu plus longtemps (6,5 mois pour les SMS) que les étudiants de sexe masculin avec un pourcentage légèrement plus élevé (2%) de jeunes filles pour qui la mobilité est trop longue (1,4% pour les garçons). 81

83 Si on excepte les étudiants SMP 2008 (0,7% de séjour trop long) et 2009 (4% trop long), le séjour est trop long pour un pourcentage assez faible et plus ou moins stable d étudiants qui avoisine les 2%. On trouve des résultats presque identiques pour les étudiants flamands 37 avec moins de 2% d entre eux qualifiant leur séjour de «trop long», plus de la moitié de «trop court» et «juste bien» pour les autres. L évaluation du programme Socrates I en Flandre 38 aboutit aux mêmes conclusions % 66% 52% 55% 54% 54% 47% 43% 44% 44% 36% 28% 1,7% 1,8% 2,3% 0,7% 1,8% 3,9% SMS 2007 SMP 2007 SMS 2008 SMP 2008 SMS2009 SMP 2009 juste bien trop court trop long Tableau 78: Evaluation de la durée. Source : rapports étudiants SMS et SMP Il y a, bien sûr, une corrélation entre l appréciation de la durée et la durée réelle du séjour, mais d autres facteurs entrent également en ligne de compte comme le domaine d études, l information reçue, le soutien, l accès aux ordinateurs, les difficultés rencontrées, le manque de motivation ou d intégration. Ces paramètres sont analysés dans les points suivants Evaluation de la durée SMS Année Durée du séjour Appreciation de la durée % ,8 mois juste bien 52% 5 mois trop court 47% 6,8 mois trop long 2% ,89 mois juste bien 54% 4,83 mois trop court 44% 6,46 mois trop long 2% ,59 mois juste bien 54% 5,17 mois trop court 44% 6,19 mois trop long 2% Tableau 79: Evaluation de la durée par rapport au nombre de mois. Source : rapports étudiants SMS Les séjours d une durée moyenne oscillant entre 5,6 et 5,9 mois sont qualifiés de «juste bien» par plus de la moitié des étudiants SMS (52% en 2007, 54% en 2008 et 54% en 2009). Une durée moyenne plus réduite, entre 4,8 et 5,2 mois, est «trop courte» pour près de la moitié des étudiants (47% en 2007, 44% en 2008 et 44% en 2009). Et, enfin, le petit pourcentage d étudiants mentionnant un séjour trop long est effectivement resté plus longtemps (avec une moyenne de 6,2 à 6,8 mois). 37 Kirsch et al., Van den Berghe et al.,

84 Des facteurs autres que le nombre de mois ont également un impact sur l évaluation de la durée : le caractère parfois obligatoire de la mobilité, les informations reçues, le soutien (ou manque de soutien) de l établissement d origine ou d accueil, la qualité des professeurs et des cours, l accès à la bibliothèque et aux ordinateurs, la couverture des frais par la bourse, les problèmes vécus, le manque d intégration. Il apparaît d emblée que les étudiants du groupe «trop long» ont vécu plus de problèmes graves (vol armé, maladie, colocataires extrêmement difficiles, propriétaires escrocs, problèmes familiaux etc.) que le groupe dit «moyen». Il est clair que de tels évènements ont un impact sur le vécu des étudiants et sur leur appréciation de la durée du séjour 39. Afin d estimer l impact des différents facteurs, les chercheurs ont comparé l évaluation de ceux-ci par les étudiants appartenant au groupe «trop long» à l appréciation moyenne portée par tous les étudiants et cela par année. Il n y a pour ainsi dire pas de différence en ce qui concerne l évaluation des professeurs et des cours ni pour ce qui touche à la (non) couverture des frais par la bourse Erasmus. L évaluation du groupe «trop long» étant en général plus négative, sauf en ce qui concerne les professeurs, les cours et la couverture de la bourse, elle est mise en parallèle avec les pourcentages d étudiants ayant qualifié les différents paramètres de «faible ou nul, insuffisant». On constate un pourcentage d étudiants du groupe «trop long» plus élevé que la moyenne (parfois du simple au double), qualifiant de «faible» ou «insuffisant», l utilité des infos, le soutien avant et pendant le séjour aussi bien de l établissement d origine que d accueil, le degré d intégration et l accès aux bibliothèques, aux ordinateurs et au courrier électronique. Les étudiants du groupe «trop long» sont moins bien intégrés que les autres et presque un sur cinq estime l accès aux ordinateurs et au courrier électronique «faible» ou «insuffisant». On peut supposer un manque de possibilités de communication avec la famille ou les amis restés en Belgique Année Soutien avant/ pendant le séjour Etablissement d'origine Soutien avant / pendant le séjour Etablissement d'accueil % Faible/nul ou insuffisant Degré d'intégration Accès aux Accès aux bibliothèques et aux ordinateurs et au matériels d'études courrier électronique Evaluation globale 2007 Utilité des infos Groupe trop long 29% 35% 35% 54% 12% 23% 27% Moyenne 17% 17% 25% 7% 1 2% 2008 Groupe trop long 39% 36% 35% 43% 13% 17% 11% Moyenne 16% 21% 14% 24% 6% 7% 1% 2009 Groupe trop long 32% 36% 3 45% 14% 21% 24% Moyenne 12% 19% 17% 27% 6% 8% 1% Tableau 80: Comparaison appréciation groupe trop long à la moyenne. Source: rapports étudiants SMS Ces étudiants se distinguent également au niveau de l évaluation globale de la mobilité avec presque un quart d entre eux optant pour la mention «faible ou insuffisant» alors que le pourcentage 39 En 2007, 17% de l ensemble des étudiants ont rencontré des problèmes graves, 13% en 2008 et 3 en Les pourcentages sont plus élevés pour les étudiants «trop long» avec 31% en 2007, 22% en 2008 et 38% en

85 d évaluations négatives est seulement de 1,3 % pour tous les étudiants en 2007 et 2008 et de 1,7% en Il reste malgré tout difficile de savoir ce qui est cause et ce qui est effet. Les étudiants ont-ils jugé l expérience Erasmus faible ou insuffisante parce trop longue ou l ont-ils perçue comme trop longue parce que faible ou insuffisante? Il est cependant certain que de nombreux facteurs entrent en considération et peuvent influencer la façon dont les étudiants évaluent la durée de leur séjour Evaluation de la durée SMS en fonction du domaine d études En moyenne, la durée de séjour des ingénieurs est la plus longue (7,7 mois). A noter d une part que le pourcentage d étudiants estimant leur mobilité trop longue (2,1%) dans ce domaine d études est à peine plus élevé que la moyenne et d autre part que 7 qualifient la durée de «juste bien». Durée en mois Juste bien Trop court Trop long Education 4,0 48% 52% 0,7% Droit 4,7 54% 45% 1,5% Communication 4,7 59% 0,5% Commerce 4,7 55% 42% 2,1% Santé 4,9 47% 52% 0,9% Lettres 5,2 41% 57% 1,9% Sc. Sociales 5,4 55% 44% 1,3% SMI 5,9 66% 31% 3,2% Agro 6,5 7 22% 7,9% Ing. 7,7 7 28% 2,1% Tableau 81: Evaluation de la durée en fonction du domaine d études. Source : rapports étudiants SMS Avec une durée moyenne de séjour de 6,5 mois, 7 des étudiants en Agriculture estiment cette durée «juste bien» pour près de 8% qui la trouvent trop longue. 3,2% des étudiants en Sciences, mathématiques et informatique qualifient également le séjour de «trop long» pour une durée moyenne de près de 6 mois. En Santé et Communication, les étudiants partent en moyenne pour respectivement 4,9 et 4,7 mois (tout comme les étudiants dans les domaines du Commerce et du Droit) et seuls 0,9% et 0,5% des étudiants se plaignent de la durée. Ce sont les étudiants dans le domaine de l Education dont le séjour est le plus court avec une moyenne de 4 mois. On n y trouve que 0,7% d étudiants avec des mobilités trop longues Evaluation de la durée SMP L évaluation de la durée SMP n est certainement pas liée à la durée réelle puisque, aussi bien en 2008 qu en 2009, les étudiants ayant qualifié la durée de «trop longue» ne sont pas restés à l étranger plus longtemps que ceux pour qui le séjour était trop court. 84

86 Etant donné qu en 2007 et 2008, cela ne concerne que très peu d étudiants (en 2007, moins d un quart des étudiants ont complété cette partie du rapport), les chercheurs se sont concentrés sur l année 2009 pour tenter de comprendre pourquoi le séjour à l étranger a été trop long pour certains étudiants SMP. Année Durée du séjour Appreciation de la durée% ,7 mois juste bien 55% 3,9 mois trop court 43% 5 mois trop long 1,7% ,7 mois juste bien 63% 3,5 mois trop court 36% 3 mois trop long 1% ,7 mois juste bien 66% 3,6 mois trop court 3 3,6 mois trop long 3,9% Tableau 82: Evaluation de la durée SMP. Source : rapports SMP En ce qui concerne les étudiants du groupe «trop long», un tiers d entre eux n a pas bénéficié d un évènement d accueil à l arrivée et qualifie le soutien de l organisme d accueil et de l organisme intermédiaire avant et pendant le stage de «faible» ou «insuffisant»; pour un quart de ces étudiants, la qualité de l entreprise d accueil est «faible» ou «insuffisante» ; un seul de ce groupe de 16 étudiants a reçu un soutien financier de l entreprise. Les problèmes graves semblent plus fréquents et sont mentionnés par un quart des étudiants, ils sont divers et concernent, entre autres, la durée du stage, des soins médicaux urgents, le logement ou l absence d accès à Internet. Dans le groupe «trop long», les trois quarts des étudiants sont de sexe féminin et relèvent des secteurs du Commerce, de la Santé, de la Communication et des Services La reconnaissance académique du séjour SMS Evolution en matière de reconnaissance académique Crédits reçus pour cours de langue Reconnaissance académique Système ECTS utilisé Examens présentés Convention études 18% 37% 97% 9 93% 96% 93% 94% 91% 94% Tableau 83: Reconnaissance académique. Source : rapports étudiants SMS

87 La plupart des étudiants partent avec une convention d études même si le problème le plus fréquemment mentionné sous cette rubrique concerne justement l établissement et/ou la modification du programme d études. Certains étudiants doivent modifier leur choix initial en début de séjour. Ceci entraîne une modification du contrat d études qui s est avérée difficile dans quelques cas mais a toujours abouti. De plus en plus d étudiants bénéficient de la reconnaissance académique de leur séjour Erasmus, le pourcentage des étudiants déclarant que leur séjour a été reconnu est passé de 9 en 2007 à 97% en On peut supposer que pour les 3% restants, il s agit de problèmes d ordre administratif. Au niveau des questions ouvertes, la non-reconnaissance est ressentie comme un problème très grave. «Le principal problème est la reconnaissance des crédits par l'établissement d origine, puisque cela n'a toujours pas été fait» On constate une légère diminution de l emploi des ECTS, ceci est, peut-être, dû au fait que certains pays très sollicités comme l Espagne et le Royaume-Uni ont développé leur propre système de crédits en parallèle avec le système ECTS. Pour la majorité des étudiants, les examens ont lieu à l étranger. Même si certaines difficultés peuvent être rencontrées (comme des examens annulés au dernier moment, une inscription parfois complexe ou une maladie pendant les examens qui n est pas prise en considération), les étudiants expliquent que la majorité des professeurs sont sensibles au statut «Erasmus» et appliquent des modalités spécifiques pendant les examens (tests effectués en français ou en espagnol plutôt qu en catalan ). Que ce soit lors des entretiens téléphoniques ou dans les rapports, plusieurs étudiants font part de leur perplexité quant au système de conversion des notes acquises, ils ont l impression que cette conversion va toujours dans le même sens, celui d une diminution des points. Les étudiants se plaignent de ne pas avoir reçu une information claire à ce sujet avant le départ et estiment ne pas voir leurs efforts récompensés à leur juste valeur. Un étudiant témoigne: «La conversion des points est également pour moi quelque chose de négatif car elle ne donne aucune reconnaissance du travail fourni» En 2009, 37% des étudiants affirment avoir reçu des crédits pour les cours de langue (5 en 2008). Si en Communauté française, on constate, avec plaisir, une évolution positive quant aux pratiques en matière de reconnaissance académique, la situation reste plus incertaine en Flandre avec encore, en 2009, pas moins de 13% d étudiants ayant rencontré des difficultés pour faire valider les crédits acquis. 86

88 Reconnaissance académique en fonction du pays d accueil Comme l indique le tableau 84, tous les étudiants qui sont allés en Grèce ont vu leur mobilité reconnue par leur établissement d origine et ceci pour les trois années analysées. C est également le cas pour 97% des étudiants au Danemark, 96% en Allemagne, 95% en Norvège et 94% de ceux qui se sont rendus en France et en Irlande % 86% 87% 89% 89% % 91% 92% 92% 93% 94% 94% 95% 96% 97% TR CZ PL ES IT PT AT NL RO UK SE FI HU IE FR NO DE DK EL Convention études Examens présentés Système ECTS utilisé Reconnaissance académique Tableau 84: Reconnaissance académique en fonction du pays d accueil. Source : rapports étudiants SMS A l exception de la Turquie (81%), de la Tchéquie (86%), de la Pologne (87%), de l Espagne (89%) et de l Italie (89%), un minimum de 9 des étudiants bénéficient de la reconnaissance académique et ceci pour les trois années confondues. Avec, comme mentionné plus haut, une évolution positive au fil des années et ce tout particulièrement pour la Finlande, le Portugal, les Pays-Bas, l Irlande et la France. La situation est un peu différente en ce qui concerne l utilisation des ECTS. D après les étudiants, 10 des établissements en Finlande, au Portugal et en Suède, 99% des établissements aux Pays- Bas, 98% des établissements en Irlande, en France, en Turquie, en Pologne et en Autriche utilisent les ECTS. Il n y a qu en Espagne (88%), en Grèce (89%), au Royaume-Uni (9) et en Hongrie (9) que le pourcentage d étudiants mentionnant l utilisation des ECTS ne dépasse plus les 9. A l exception de la Grèce, on observe que les étudiants flamands, en 2008, font le même constat Reconnaissance académique de la mobilité SMP La situation paraît, ici, beaucoup moins claire. Certains étudiants ne semblent pas être au courant de leur droit à une reconnaissance académique et ne donnent pas l impression de savoir de quoi il s agit. Les statistiques doivent donc être manipulées avec prudence et un effort devra sans doute être consenti de façon à renforcer l information donnée aux étudiants Evolution en matière de reconnaissance académique du séjour SMP Le tableau 85 montre que l évolution n est positive que pour le facteur «obtention de la reconnaissance académique du stage» (78% en 2007, 82% en 2008 et 86% en dont pour 4% reconnu en partie). 87

89 Obtention reconn. académique pour cours de langue 5% ECTS Obtention reconn.académique pour le stage 69% 66% 78% 86% 82% 78% Signature d'une convention de stage/convention d'étude 76% 91% 94% Tableau 85: Reconnaissance académique séjour SMP. Source : rapports étudiants SMP En ce qui concerne les conventions de stage, la situation semble s être détériorée. En 2007, 94% des étudiants disent avoir signé une convention de stage. En 2008, ils ne sont plus que 91% et en 2009, 76%. Cette évolution quant aux conventions de stage nécessite d être bien suivie par les coordinateurs Erasmus. En 2007, 78% des étudiants mentionnent l usage de crédits ECTS (la question était posée en même temps que la reconnaissance académique), le pourcentage chute à que 69% en A noter que 16% déclarent ne pas savoir et 9% précisent que l Europass a été utilisé. En 2009, 5% des étudiants ont obtenu une reconnaissance académique pour des cours de langue. Il faut toutefois souligner que seuls 33% en 2007, en 2008 et 18% en 2009 des étudiants SMP ont suivi un cours de langue Reconnaissance académique SMP en fonction du pays d accueil % 88% 83% 84% 87% 8 83% 72% 71% 63% 64% 66% % 85% 88% 78% 74% 69% 7 ES FR LU UK NL DE IT Convention de stage Reconnaissance académique Système ECTS Tableau 86: Reconnaissance académique SMP en fonction du pays d accueil. Source : rapports étudiants SMP

90 Le taux le plus élevé d étudiants avec convention de stage (92%) est obtenu par les Pays-Bas qui se distinguent également par la reconnaissance académique (9). Cependant, seuls 69% des étudiants mentionnent l usage de crédits ECTS. 88% des étudiants pour le Royaume-Uni partent avec une convention de stage et 87% bénéficient de la reconnaissance académique de leur stage. Par contre, seuls 66% des étudiants mentionnent l usage de crédits ECTS. 85% des étudiants qui partent en Italie ont une convention de stage et 88% attestent d une reconnaissance académique de leur séjour SMP, 78% d entre eux précisent que le système ECTS a été utilisé. Si c est l Allemagne qui obtient le moins bon score en ce qui concerne la convention de stage, le taux d étudiants attestant d une reconnaissance académique est élevé avec 87% et le système ECTS est mentionné par 74% d entre eux. Seuls 6 des étudiants en Espagne, 63% en France et 64% au Luxembourg se réfèrent à l utilisation des ECTS et seuls 71% des étudiants au Luxembourg et 72% en France déclarent avoir obtenu la reconnaissance académique de leur séjour SMP. 89

91 4. Après le séjour La dernière rubrique du rapport invite les étudiants à faire un bilan global de leur mobilité. Les questions posées portent sur les aspects les plus appréciés, les problèmes rencontrés, les apports académiques, personnels, professionnels et les possibilités d impact sur la carrière académique et professionnelle Aspects les plus appréciés de la mobilité SMS Aspects les plus appréciés La question n ayant pas été posée en 2007, l analyse est basée sur les rapports 2008 et Autres Projets professionnels Amis vivants à l'étranger Académiques Expérience européenne Etre indépendant/autonome Pratiquer une langue étrangère Vivre dans un pays étranger - Culturels 1% 9% 27% 28% 27% 37% 33% 42% 51% 51% 58% 66% 59% 61% 58% 75% 76% 81% Tableau 87: Aspects les plus appréciés de la mobilité. Source : rapports SMS Les aspects les plus appréciés sont, aussi bien en 2008 qu en 2009, liés à la culture, à la vie à l étranger et à la pratique d une langue étrangère. Pour rappel, le chapitre 2 a montré que ces paramètres sont également les facteurs d incitation à la mobilité les plus cités par les étudiants. Cette forte corrélation entre facteurs d incitation et aspects les plus appréciés montre bien que les étudiants trouvent pendant leur séjour ce qu ils sont venus chercher. Parmi les aspects moins mentionnés, citons «les amis vivants à l étranger», «les projets professionnels» ou encore «les rencontres, les contacts internationaux» etc. Même si certaines différences peuvent être constatées entre 2008 et 2009, le classement des aspects appréciés correspond pour chaque année à celui qui a été établi pour les facteurs d incitation. Les pourcentages considérablement plus élevés en 2008 qu en 2009 peuvent s expliquer par le fait, qu en 2008,seuls 44% des étudiants ont complété intégralement le rapport avec, en général, des commentaires très positifs, ce qui a nettement influencé les résultats globaux. 90

92 Aspects les plus appréciés selon les pays d accueil Tout comme pour les facteurs d incitation, la distinction est faite entre aspects académiques/professionnels et socioculturels. Pour rappel, le facteur d incitation «académique» est le plus cité pour, par ordre décroissant, l Allemagne, les Pays-Bas et le Royaume-Uni. Le tableau 88 indique que les aspects académiques sont mentionnés le plus fréquemment pour l Allemagne, suivie par les Pays-Bas, la Finlande et le Royaume-Uni. Même si l aspect académique n est pas le facteur premier de motivation pour aller en Finlande ou en France, il constitue une des dimensions les plus appréciées par la moitié des étudiants qui y ont séjournés (52% pour la Finlande, 48% pour la France) % 55% 58% 46% 48% 48% 39% 36% 37% 37% 37% 41% 43% 43% 28% 3 32% 33% 35% 38% 31% 32% 33% 29% 27% 28% 25% 21% 22% 21% 23% 19% 16% 15% 31% 1 IT CZ ES HU RO IE PL NO PT TR SE DK AT FR UK FI NL DE Académiques Projets professionnels Tableau 88: Aspects les plus appréciés selon les pays d accueil. Source : rapports étudiants SMS Les pays où les étudiants ont le moins apprécié l aspect académique sont l Italie, la Tchéquie et l Espagne (moins d un tiers d entre eux). En Flandre 40, ce sont les Pays-Bas, le Danemark et la Norvège qui se distinguent au niveau académique. A l instar de ce qui a été observé en termes de facteurs d incitation, l aspect professionnel n apparaît que dans une moindre mesure. La France est le seul pays où il est mentionné par plus d un tiers des étudiants. Les aspects socioculturels sont principalement mis en avant par les étudiants de retour de Roumanie, Pologne ou Hongrie. L expérience culturelle et européenne est tout particulièrement plébiscitée pour la Roumanie et la Hongrie. Pas moins de 8 des étudiants qui sont allés en Roumanie, 75% des étudiants aux Pays-Bas et 74% des étudiants en Espagne apprécient avoir pu pratiquer une langue étrangère. Rappelons que c est aussi la première motivation des étudiants en mobilité aux Pays-Bas. 40 Kirsch et al.,

93 Au Royaume-Uni, si la pratique de la langue étrangère est un facteur de motivation pour 96% des étudiants en 2009 et 79% en 2008, 73% d entre eux manifestent, en fin de séjour, leur satisfaction à ce sujet % 74% 74% 71% 73% 62% 64% 66% 66% 67% 63% 63% 59% 59% 57% 58% 42% DK FR NO CZ TR IT NL PT IE SE UK ES FI DE AT HU PL RO Culturels Vivre dans un pays étranger Expérienceeuropéenne Pratiquer langue étrangère Tableau 89: Appréciation des aspects socioculturels. Source : rapports étudiants SMS L aspect culturel semble avoir été moins apprécié au Danemark, en France et en Norvège. Il semble normal que pour la France, pays limitrophe de même régime linguistique, la vie à l étranger ou la pratique d une langue étrangère ne soient pas des éléments très pertinents. C est en Turquie, que l expérience européenne récolte le plus faible pourcentage Appréciation de la mobilité SMP Appréciation générale Les aspects appréciés par les étudiants SMP sont, également, fortement liés aux facteurs d incitation à la mobilité. Autres Amis vivants à l'étranger Académiques Plan de carrière Pratiquer une langue étrangère Expérience européenne vivre dans un pays étranger Indépendance, autonomie Culturels Acquisition de compétences professionnelles Gains d'expérience professionnelle 5% 31% 41% 6 59% 63% 72% 73% 74% 8 81% Tableau 90: Evolution de l appréciation de la mobilité. Source : rapports étudiants SMP Pour rappel, les principaux facteurs d incitation à la mobilité à des fins de stage sont par ordre décroissant : l acquisition de connaissances, l expérience professionnelle et la vie à l étranger. 92

94 En 2008 et 2009, les deux éléments les plus appréciés concernent l expérience professionnelle et l acquisition d une compétence adéquate. Les aspects culturels, d indépendance et de vie à l étranger sont appréciés par près de trois quarts des étudiants. La pratique d une langue étrangère et le plan de carrière sont les seuls éléments plus fréquemment cités en 2009 qu en Appréciation en fonction du pays d accueil Les appréciations divergent fortement selon les pays d accueil. En Italie, la pratique d une langue étrangère, la vie dans un pays étranger et la culture sont les éléments les plus appréciés, par contre un moins d un tiers des étudiants évoquent le plan de carrière. Près de deux tiers des étudiants qui sont allés en Allemagne placent en tête la pratique d une langue étrangère et globalement valorisent tous les aspects à l exception de la dimension académique. Aux Pays-Bas, la pratique d une langue étrangère prévaut sur tous les autres aspects alors que la dimension académique n est mentionnée que par 4% des étudiants. Les aspects les plus appréciés par les étudiants qui se sont rendus au Royaume-Uni sont la pratique d une langue étrangère (81%), la vie à l étranger (78%) et l aspect culturel (75%). Les étudiants en France mentionnent principalement l expérience professionnelle ainsi que l acquisition de connaissances (72%). En Espagne, les étudiants apprécient surtout la pratique d une langue étrangère (85%), la vie à l étranger (82%) et l aspect culturel (78%) % 72% 63% 31% 24% 66% 58% 56% 8 81% 74% 63% 61% 48% 31% 31% 54% 7 26% 85% 57% 78% 33% 39% 72% 1 4% 5% IT DE NL UK FR ES LU Académiques Expérience professionnelle adéquate Acquisition de connaissances Culturels Vivre dans un pays étranger Pratiquer langue étrangère Plan de carrière Tableau 91: Appréciation de la mobilité SMP. Source : rapports étudiants SMP Le Luxembourg se distingue, les étudiants valorisant essentiellement l acquisition des compétences (8), l expérience professionnelle adéquate (78%) et le plan de carrière (72%) Problèmes associés à la mobilité Même si l appréciation générale de la mobilité Erasmus (SMS et SMP) est très positive, un nombre non négligeable d étudiants fait mention de problèmes clés dont il serait important de tenir compte à l avenir. Un document reprenant l ensemble des remarques émises par les étudiants dans les questions ouvertes de leur rapport peut être mis à disposition de personnes intéressées par l AEF- Europe. 93

95 Les chercheurs constatent, avec une certaine inquiétude, qu un nombre croissant de problèmes graves sont évoqués. Même si la gravité de certains cas peut paraître discutable, les mentions de vols à main armée ou de propriétaires peu honnêtes se multiplient. Il apparaît important de mettre en place des systèmes personnalisés d accompagnement afin d assurer aussi bien la sécurité physique que financière des étudiants. Problèmes graves % 15% 1 17% 7% 13% 7% 11% 5% 2007 SMS 2007 SMP 2008 SMS 2008 SMP 2009 SMS 2009 SMP Tableau 92: Problèmes graves. Source : rapports étudiants SMS et SMP Problèmes académiques et administratifs rencontrés par les étudiants SMS Les problèmes académiques concernent l accès aux cours, la mise au point du programme d études, l équivalence des cours et la connaissance des pratiques académiques, l évaluation en fin de séjour et la conversion des notes. Citons un ancien Erasmus : «Sans pour autant dire que l'organisation d'un Erasmus est un parcours du combattant, il pourrait être amélioré par une meilleure supervision de tous les problèmes administratifs rencontrés par l'étudiant.» Accès aux cours Dans certains pays, l accès à certains cours est restreint à un nombre limité d étudiants. Il est donc important de poser sa candidature bien à temps pour ne pas s en voir refuser l accès. Certains cours annoncés peuvent être annulés en raison d un nombre insuffisant d étudiants inscrits, il s agit, alors, pour l étudiant Erasmus de chercher, en dernière minute, à le remplacer. Dans certains cas, l inscription aux cours s avère fastidieuse et requiert beaucoup de patience. La dénomination du cours peut également être ambigüe. Contrat d études La mise au point et /ou la modification du programme d études est un des problèmes les plus mentionnés. De nombreux étudiants doivent modifier leur choix initial ce qui entraîne une modification du contrat d études. Cette modification peut s avérer difficile dans certains cas mais a, apparemment, toujours abouti. Plusieurs étudiants insistent sur le fait qu il est important de prendre contact soi-même avec les professeurs et de se faire connaître en tant qu étudiant Erasmus. Cela facilite les contacts ultérieurs 94

96 et permet de résoudre plus facilement d éventuels problèmes académiques liés, par exemples, aux examens, à la conversion des notes ou à l équivalence des cours. Equivalence des cours Des difficultés sont mentionnées principalement lorsque le cours recherché n est pas organisé dans le cycle souhaité ou lorsque les horaires sont incompatibles. De bons contacts entre institutions partenaires voire même entre professeurs des établissements d accueil et d origine s avèrent alors essentiels. Connaissance des pratiques académiques Il est important de bien connaître les pratiques académiques du pays d accueil. En Italie, par exemple, l examen ne porte pas uniquement sur la matière enseignée durant les cours mais également sur des lectures complémentaires; dans les pays anglophones, il est important d assister à tous les tutoriaux; la présence au cours ainsi qu une participation active peut revêtir une importance toute particulière dans certains pays. Plusieurs étudiants font part de l adaptation nécessaire aux nouvelles pratiques et activités pédagogiques: plus de travaux personnels, d études de cas, de lectures ou encore d analyses de textes scientifiques etc. Afin de faciliter la vie académique et éviter de mauvaises surprises, il est primordial de bien se renseigner auprès des étudiants locaux ou des professeurs. Problèmes administratifs d ordre général Les problèmes rencontrés sont, dans la plupart des cas, imputés, par les étudiants, à la lourdeur de la structure universitaire ou à la mauvaise volonté du personnel administratif. Un seul cas de problème de visa est mentionné. Certains étudiants se plaignent du manque de compétences de certains services internationaux. Pour pallier ces désagréments, les étudiants suggèrent de s armer de (beaucoup) de patience (en se levant tôt le matin ), d être très débrouillard et de s adapter aux normes du pays d accueil. Quelques (rares) étudiants mentionnent également avoir rencontré quelques difficultés à contacter leur institution d origine Problèmes rencontrés par les étudiants SMP avec leur entreprise d accueil La plupart des problèmes relevés dans les rapports sont d ordre personnel et ne concernent que très peu les activités professionnelles des étudiants. On peut cependant épingler les éléments suivants : - dans quelques cas, le travail proposé dans le cadre du stage s est avéré peu intéressant, l étudiant a, alors, cherché un autre stage, - certaines entreprises ne préparent pas suffisamment l arrivée de l étudiant ce qui entraîne beaucoup de retard dans la mise en œuvre du stage et la rédaction du rapport, - un étudiant mentionne un manque d organisation au sein de l entreprise, - un autre se réfère à des problèmes relationnels avec le personnel. Les autres problèmes sont similaires à ceux rencontrés par les étudiants SMS et sont analysés conjointement pour les deux groupes dans les points suivants. 95

97 Ils portent essentiellement sur le logement, les compétences linguistiques, les procédures administratives, le financement du séjour, la santé ou la famille Le logement Le logement constitue le problème le plus important pour un grand nombre d étudiants. A noter que la recherche du lieu du logement est fortement orientée par les objectifs poursuivis par l étudiant. Quelqu un qui souhaite pleinement s intégrer dans la société locale cherchera un certain type de logement (auprès de personnes locales) alors qu un étudiant qui a besoin de plus de sécurité essaiera de résider auprès de compatriotes ou d autres étudiants Erasmus. La colocation avec des étudiants locaux peut être fortement appréciée par certains et pas du tout par d autres! Les difficultés rencontrées concernent : la recherche d un logement à un prix raisonnable, la colocation avec d autres étudiants (du pays d accueil ou d autres origines), l exploitation de certains étudiants par des propriétaires véreux ou peu honnêtes (qui réclament, par exemple, en fin de séjour des frais supplémentaires réfection, nettoyage ), la distance entre le logement et le lieu où les cours sont donnés, l hygiène (punaises et autres insectes ) et le chauffage (ou absence de chauffage), l absence de connexion Internet, l impossibilité de cuisiner etc. Les règles d or sont : - bien s informer avant le départ, notamment auprès d autres étudiants (Erasmus ou locaux), - lire attentivement le contrat proposé (qui est rédigé dans la langue du pays d accueil!) avant de le signer. Les systèmes de parrainage (étudiants «tuteurs» d étudiants Erasmus) permettent également de résoudre de nombreux problèmes de logement Le déplacement entre le logement et une institution localisée en dehors du centre-ville peut parfois compliquer l organisation du séjour. Ici aussi, il est conseillé de faire appel aux étudiants locaux qui pourront orienter les Erasmus vers les moyens de transports les plus économiques. Certains étudiants suggèrent l achat d un vélo de seconde main, à revendre en fin de séjour Les connaissances linguistiques Quelques étudiants mentionnent avoir rencontré des difficultés d ordre linguistique, ils admettent leur responsabilité en la matière et regrettent une préparation linguistique trop légère. Cette méconnaissance a bien souvent une incidence sur le choix des matières suivies et peut pousser l étudiant à se limiter à certains cours et à en écarter d autres, par exemple, d un niveau master. Certains étudiants précisent avoir consacré beaucoup de leur temps libre à combler ce déficit linguistique. Certains étudiants, ayant séjourné dans un pays dit à langue minoritaire, pensent qu une connaissance même minimale (de survie) de la langue du pays aurait certainement facilité leur intégration. Les étudiants, en séjour en Catalogne, recommandent de posséder, non seulement, de très bonnes notions d espagnol mais également de catalan car beaucoup de cours sont donnés dans cette langue. 96

98 D autres étudiants auraient souhaité avoir des connaissances plus solides en anglais afin d être capable de suivre un enseignement de haut niveau. Certains étudiants suggèrent d imposer l obtention du TOEFL 41 test pour pouvoir participer à la mobilité Erasmus comme cela semble être le cas aux Pays-Bas Problèmes d ordre personnel Les problèmes rencontrés sont très divers et peuvent être liés à l intégration, au financement, à la sécurité (vol, agression, arnaque), au décès ou à la maladie d un parent ou encore à une rupture sentimentale etc. On remarque, cependant, que les étudiants acceptent ces problèmes comme faisant partie de leur vie et parviennent à les gérer grâce à leur entourage. Intégration dans le pays d accueil Plusieurs étudiants mentionnent des difficultés à ce sujet et les attribuent au fait que les jeunes (ou les habitants) de certains pays ne sont pas très accueillants voire même assez fermés. Certains étudiants admettent, toutefois, avoir rencontré des problèmes d intégration parce qu ils n avaient pas ou très peu de connaissances de la langue du pays d accueil. Les activités d accueil organisées par certaines universités ainsi que l attitude personnelle d ouverture des étudiants facilitent sans aucun doute l intégration. Vol, violence, et perte de documents Il est regrettable de constater le nombre impressionnant de vols d argent ou de documents d identité. Les pickpockets sont nombreux, surtout dans les grandes villes. Certains étudiants mentionnent des cambriolages ou des agressions et recommandent de bien s informer sur la réputation du quartier lors du choix d un logement. Quelques pertes de documents sont également signalées et ont nécessité l intervention des services consulaires. Santé et hygiène Les cas de maladies ou accidents mentionnés ont tous pu bénéficier de l assistance (médicale et autre) requise. Les étudiants insistent sur l importance d être en règle avec les documents européens indispensables en cas de maladie ou d accident. Quelques étudiants déclarent avoir été victimes de médecins peu secourables voire peu scrupuleux (demande de paiement complet avant intervention par exemple chez le dentiste ). L intervention d un(e) étudiant(e) locale un buddy - a souvent permis de résoudre ces problèmes. Financement Différents postes sont concernés : le loyer, les repas/boissons, les télécommunications (surtout téléphone) et le transport. D après les étudiants, les difficultés peuvent être surmontées ou contournées en prenant un maximum d informations auprès d étudiants locaux ou d autres étudiants Erasmus. Les problèmes rencontrés ou leur fréquence sont assez variables selon les pays concernés. Certains étudiants se sont vus réclamer des frais supplémentaires par l institution d accueil mais aucun ne s en est plaint dans les questions ouvertes. 41 Test of English as a foreign language 97

99 Plusieurs étudiants soulignent que bien que l expérience Erasmus soit unique et irremplaçable, le coût de cette expérience reste élevé, surtout si on combine études ou stage et découverte touristique de la région d accueil. Il semble donc normal que nombre d étudiants Erasmus suggèrent à leurs condisciples de mettre de l argent de côté avant de partir. Un job d étudiant a permis à certains d arrondir quelque peu les fins de mois Les acquis de la mobilité SMS Appréciation des acquis Evaluation apports académiques Connaissances linguistiques Découverte de soi Confiance en soi Aptitudes interculturelles Indépendance Evaluation globale 91,3% 95% 97% 98% 98% 99% 99% 86% 88% 9 92% 94% 96% 98% Tableau 93: Acquis de la mobilité. Source : rapports étudiants SMS Le tableau 93 montre que les étudiants évaluent très positivement les bénéfices de la mobilité et que cette tendance se marque de plus en plus au fil des années. 99% des étudiants 2009 qualifient globalement les acquis d excellents, très bons ou bons, presqu autant mettent en avant les gains en termes d indépendance, de compétences interculturelles, de confiance en soi, de découverte de soi ou encore de connaissances linguistiques. Bien que l aspect académique ne soit pas le premier facteur d incitation à la majorité, on constate que 91,3% des étudiants 2009 font part de leur satisfaction en la matière. A noter, qu en 2007, seuls 1 des étudiants donnent une appréciation négative en termes d acquis académique (on retrouve le même taux en Flandre). Même si ce pourcentage diminue encore en 2008 et 2009, il est important de déterminer ce qui a poussé ces étudiants à émettre un tel jugement Acquis académiques et personnels en fonction du pays d accueil Afin de permettre une distinction nette entre pays d accueil, seuls les pourcentages d étudiants ayant évalué les acquis excellents ou très bien ont été retenus. Les résultats sont donnés pour tous 98

100 les pays concernés et agrégés pour les trois années. Il faut toutefois être prudent avec les résultats de certains pays (BG, CY, EE, IS, LT, LV, MT, SI, SK) qui portent sur moins de 25 étudiants % Excellent et très bien 88% 83% 69% 69% 72% 73% 73% 74% 74% 76% 76% 77% 59% 59% 6 62% 51% 52% 52% 53% 54% 55% 56% 39% 43% SI BG RO HU GR LT CY TR MT EE PT ES PL CZ IT IE FR NL FI DE UK NO SE AT DK LV IS SK Evaluation apports académiques Evaluation bénéfices personnels Tableau 94: Evaluation des acquis en fonction du pays d accueil. Source : rapports étudiants SMS La Slovaquie et l Islande obtiennent les meilleurs scores qu il s agisse d acquis académiques ou personnels. Les bénéfices personnels sont évalués «très bien» quel que soit la destination, le score le moins élevé revient à la Lettonie. Les appréciations en matière d acquis académiques sont, en revanche, plus partagées et chutent même à moins de 5 pour la Roumanie, la Bulgarie et la Slovénie. Même si les taux de satisfaction relativement faibles concernent des pays qui ont accueilli peu d étudiants, il serait sans doute nécessaire de s y intéresser de plus près et réévaluer certains partenariats entre EES. A noter que si les différences entre pays peuvent être significatives, l appréciation des acquis académiques peut également varier entre établissements d enseignement supérieur d un même pays. Ceci a notamment été confirmé, par les étudiants lors des entretiens téléphoniques, dans le cas de l Espagne et de la Hongrie. En Flandre 42, les acquis académiques sont tout particulièrement valorisés par les étudiants de retour des Pays-Bas, du Danemark, de Norvège et de Hongrie. L écart d appréciation pour la Hongrie entre étudiants issus de l une ou l autre Communauté est assez frappant Impact du séjour sur les compétences linguistiques Pour rappel, 87% des étudiants SMS 2009 participent au programme afin de pratiquer une langue étrangère. Comme l indique le tableau, les compétences acquises pendant le séjour sont importantes. 42 Kirsch et al.,

101 A noter que la comparaison entre années est rendue malaisée par l ajout en 2009 d une catégorie supplémentaire «connaissance moyenne» % 51% 46% 39% 33% 31% 23% 14% 11% 8% 6% 8% avant séjour après séjour avant séjour après séjour avant séjour * après séjour* Très Bonne Bonne Moyenne Médiocre Nul Tableau 95: Compétences linguistiques. Source : rapports étudiants SMS Environ la moitié des étudiants (52% en 2007, 48% en 2008 et 49% en 2009) attestent d une connaissance linguistique nulle à médiocre avant le séjour. Après le séjour, par contre, les compétences s améliorent et deviennent très bonnes ou bonnes pour 95% des étudiants en 2007, 94% en 2008 et 74% en Ce dernier pourcentage est sans doute influencé à la fois par l introduction de la catégorie «moyenne» mais aussi par l augmentation de cours suivis en anglais dans des pays non anglophones. Plusieurs études réalisées en Flandre 43 (Evaluation du programme Socrates II par Van Den Berghe 44, Etude menée par la Haute Ecole Artevelde 45 ) indiquent que l acquis de compétences linguistiques est probablement l apport le plus important de la mobilité Erasmus Compétences linguistiques et pays d accueil Le tableau 96 compare, par pays, les compétences linguistiques avant et après le séjour et mentionne également la langue d enseignement. On constate que les étudiants qui obtiennent les meilleurs résultats ont au départ, au minimum, une connaissance moyenne de la langue et suivent les cours dans la langue du pays. Le pourcentage d étudiants déclarant une maîtrise linguistique bonne à très bonne après le séjour approche et même dépasse les 9 pour l Italie, les Pays-Bas, l Allemagne, l Espagne, le Royaume- Uni, la France et l Irlande. A noter, cependant, que les étudiants ne font probablement pas seulement allusion à la langue de l enseignement puisque, en Slovénie où les cours sont suivis en anglais, seuls 8% des étudiants 43 Kirsch et al., Van den Berghe W., Kirsch M., Beernaert Y,(2007) "Implementatie en impact van het Socrates II - Programma in Vlaanderen", Brussel: Vlaams Ministerie van Onderwijs en Vorming 45 Arteveldehogeschool (2002, herziene versie 2003): Een evaluatie van de impact van internationalisering op de Vlaamse curricula voor het Hoger Onderwijs;. Gent: Arteveldehogeschool 100

102 Evaluation bénéfices personnels Evaluation bénéfices professionnels déclarent une bonne ou très bonne connaissance de la langue avant le séjour. L appréciation semble, ici, porter sur le slovène plutôt que l anglais. % trés bonne et bonne % 43% RO - ro 63% 67% 68% 69% 7 71% 35% 38% CZ - en HU - en 8% SI - en 24% PT - pt 33% SE - se 43% PL - en 74% 76% 79% 8 81% 82% 49% TR - en 36% 48% NO - en FI - en EL - el 35% AT - de 44% DK - en 89% 25% IT - it % 94% 96% 96% 91% 52% NL - en 39% DE - en 25% ES - es 5 UK - en FR - fr 51% IE - en Connaissance des langues avant séjour Connaissance des langues après séjour Tableau 96: Compétences linguistiques et pays d accueil. Source : rapports étudiants SMS Un étudiant souligne l importance de la connaissance de la langue locale (même si ce n est pas la langue d enseignement) pour tous les Erasmus : Essayez toujours d'interagir pas seulement avec les autres étudiants internationaux, mais aussi avec les étudiants locaux. C'est avec eux qu'on peut pratiquer la langue et en apprendre plus sur la culture du pays d'accueil Les acquis de la mobilité SMP Appréciation des acquis L appréciation des acquis suite aux stages est, comme pour les études, extrêmement positive avec, toutefois, un léger fléchissement en 2009 en ce qui concerne les bénéfices personnels. Les acquis professionnels sont évalués «excellents», «très bons» ou «bons» par plus de 95% des étudiants pour les trois années analysées (97% en 2007, 98% en 2008 et 96% en 2009). SMP 2009 SMP 2008 SMP 2007 SMP 2009 SMP 2008 Excellent Très bon Bon SMP Tableau 97: Acquis de la mobilité SMP. Source : rapports SMP Les résultats sur le plan personnel sont encore meilleurs avec 10 d «excellent», «très bon» ou «bon» en 2007, 99%en 2008 et 97% en

103 Analyse des acquis en fonction du pays d accueil Etant donné le taux de satisfaction généralement très élevé, seules les appréciations «excellent» et «très bon» sont comptabilisées dans le graphique ci-dessous. L Autriche obtient le meilleur score. Malte, l Irlande et la Suède se distinguent également par des taux de satisfaction très élevés. % excellent et très bon % 83% 87% 88% 86% 86% 92% 96% 87% 10 94% 94% 91% 89% 92% 8 6 AT DE DK ES FI FR EL IE IT LU MT NL PT RO SE UK Bénéficesprofessionnels Bénéficespersonnels Tableau 98: Acquis du séjour SMP en fonction pays d accueil. Source : rapports étudiants SMP La Grèce est moins plébiscitée sur le plan des acquis professionnels Compétences linguistiques Si l amélioration des compétences linguistiques est moins marquée pour la mobilité SMP, c est que, d une part, le niveau des étudiants SMP avant le séjour semble plus élevé que celui des étudiants SMS et d autre part, que bon nombre d étudiants partent vers des pays francophones % % 43% 44% 38% 34% 35% 34% 31% 29% 29% 28% 21% 23% 15% 14% 11% 5% 3% 1% avant séjour après séjour avant séjour après séjour avant séjour après séjour Très Bonne Bonne Moyenne Médiocre Nul Tableau 99: Compétences linguistiques. Source : rapports étudiants SMP On remarque, malgré tout, que les acquis linguistiques suite à la mobilité restent significatifs. En fin de séjour, seuls 7% des étudiants 2007, 3% en 2008 et 1% en 2009 estiment leurs connaissances linguistiques médiocres ou nulles. 102

104 Compétences linguistiques en fonction du pays d accueil Il apparaît clairement que le taux d amélioration des compétences varie en fonction du pays d accueil % Excellent ou bon 94% 94% 99% 97% 10 83% 84% 76% 68% 32% 45% 32% 42% 44% IT - it DE - de LU - fr NL -nl ES - es UK - en FR -fr Connaissance des langues avant séjour Connaissance des langues après séjour Tableau 100: Compétences linguistiques selon le pays d accueil. Source : rapports étudiants SMP A côté des pays, le tableau fait également mention de la langue de travail. La progression des compétences linguistiques est très marquée pour le Royaume-Uni, l Espagne ou les Pays-Bas et dans une mesure un peu moindre pour l Allemagne et l Italie. A noter qu au Luxembourg, outre le français, l allemand et le luxembourgeois sont également pratiqués comme langue de travail. Force est de constater que la majorité des étudiants reviennent, de leur stage à l étranger, avec d excellentes compétences linguistiques Impact du séjour SMS Le rapport interroge les étudiants sur l impact que pourrait avoir leur séjour sur leur future recherche d emploi et leur carrière professionnelle en leur proposant de l évaluer en fonction des catégories suivantes : Considérable, Important, Moyen, Faible ou Nul/Insuffisant Impact du séjour sur la carrière professionnelle Plus de 75% des étudiants ne doutent pas que le séjour Erasmus SMS aura un impact positif sur leur carrière professionnelle, ce pourcentage a cependant tendance à diminuer petit à petit (81,9% en 2007, 74,1% en 2008 et 75,5% en 2009). En 2008, la moitié des étudiants sont convaincus de l impact positif qu aura la mobilité Erasmus sur leur recherche d un emploi. Ce taux n est plus que de 35% en 2009, on peut, peut-être, y voir un effet de la crise économique. Interrogé à ce sujet, les étudiants semblent être disposés à travailler dans un autre état de l Union Européenne, mais ici aussi une légère évolution négative est constatée. 103

105 % considérable ou important % 49% 75% 74% % Impact positif du séjour pour trouver un emploi Impact positif du séjour sur la carrière professionnelle Tableau 101: Impact du séjour sur la carrière. Source : rapports étudiants SMS Une étude de Janson, Schomburg en Teichler (2009) 46 montre que si plus de 8 des étudiants ayant réalisé une partie de leurs études à l étranger citent l enrichissement personnel comme apport majeur de la mobilité, seuls 5 d entre eux mentionnent l impact sur les chances de décrocher un premier emploi ou sur la carrière. Et pourtant, en 2011, une étude réalisée auprès de ses membres par le réseau des chambres de commerce flamandes VOKA 47 montre que bien que le premier critère à l embauche soit l expérience et le deuxième le diplôme obtenu, l expérience internationale sera (pour 58% des entreprises) le critère qui départagera deux candidats de compétences égales. Les qualités les plus recherchées par les employeurs auprès de jeunes ayant une expérience internationale sont l indépendance, la flexibilité et la capacité de résoudre des problèmes. Une étude analogue menée en Suède 48 indique même que l expérience internationale devient le facteur décisif pour 99% des employeurs lorsqu ils doivent opérer un choix entre candidats de compétences similaires. L étude européenne de Teichler 49 souligne l importance de l impact essentiellement lorsque le cadre professionnel est international, ceci est corroboré par les conclusions d une étude menée par l Agence nationale finnoise Impact en fonction du domaine d études L étude constate toutefois des différences importantes en fonction des domaines d études des étudiants, ce sont surtout les étudiants en Agronomie, Ingénierie, Sciences, mathématiques et informatique, Commerce et Lettres qui sont convaincus de l impact favorable de la mobilité sur leur 46 Janson, K.,Schomburg, H., Teichler, U. (2009). The Professional Value of ERASMUS Mobility. 47 El Meziane,H. (2010). Staat een internationale ervaring goed op je cv? Resultaten van de bevraging bij Voka werkgevers. Antwerpen: VOKA 48 Johnsson, F., Almerud, M. (2010). Employers view on studies abroad. Stockholm: Svenskt Näringsliv 49 Teichler U. (ed.) (2002). ERASMUS in the SOCRATES Programme. Findings of an Evaluation Study. Bonn: Lemmens 50 CIMO, 2005/1. 104

106 carrière ou une première embauche. Les étudiants en Santé, Education, Sciences sociales et droit semblent moins optimistes. % Considérable ou important Agro Ing. SMI Commerce Lettres Communication Services/divers Sc. Sociales Education Droit Santé 22% 25% 27% 48% 5 44% 36% 35% 47% 56% 84% 8 79% 79% 78% 77% 77% 75% 74% 74% 69% Impact positif du séjour pour trouver un emploi Impact positif du séjour ds la carrière professionnelle Tableau 102: Impact sur la carrière professionnelle en fonction du domaine d études. Source : rapports étudiants SMS Ces statistiques semblent montrer que la plupart des étudiants connaissent bien le marché de l emploi, en effet, l étude de VOKA citée plus haut, remarque qu une expérience internationale peut être un must dans certains secteurs. Certains employeurs flamands souhaitent qu une expérience internationale soit obligatoire pour les ingénieurs, les économistes, les étudiants en Sciences et les traducteurs. En Flandre, le constat établi par l étude Kirsch et al. (2009) est fort semblable et distingue les étudiants en Sciences et Informatique, Commerce, Communication et Ingénierie convaincus de l impact positif de la mobilité sur le marché du travail européen des étudiants en Education, Sciences sociales ou Santé moins confiants à ce sujet. En ce qui concerne la disposition à travailler dans un autre pays de l Union Européenne, même si la majorité des étudiants s y déclarent favorables, ce sont les ingénieurs (96%) et les agronomes (96%), les plus enthousiastes. Il est intéressant de constater que trois des dix étudiants interviewés travaillent à l étranger : Bordeaux, Londres et Paris! 4.7. Impact du séjour SMP Les étudiants de retour de stage sont assez confiants quant à l impact de leur séjour sur leur carrière professionnelle. 105

107 Il ressort, d ailleurs, d études flamande (VOKA), suédoise (Johnsson et al., 2010) et danoise 51, que les employeurs sont plus sensibles à une expérience professionnelle à l étranger qu à un séjour d études Impact du séjour SMP Le rapport interroge les étudiants sur l impact que pourrait avoir leur séjour sur leur future recherche d emploi et leur carrière professionnelle en leur proposant de l évaluer en fonction des catégories suivantes : considérable, important, moyen, faible ou nul/insuffisant. % considérable ou important % 75% % 84% % Impact positif du séjour pour trouver un emploi Impact positif du séjour ds la carrière professionnelle Tableau 103: Impact sur la carrière professionnelle. Source : rapports étudiants SMP Les étudiants SMP semblent plus convaincus que les étudiants SMS des répercussions professionnelles de leur séjour même si une évolution négative assez marquée est constatée depuis Il serait intéressant de déterminer les raisons pour lesquelles l opinion des étudiants est en train de changer % 91% % % 82% 84% 86% 88% 9 92% 94% Disposition à envisager possibilité de travailler dans autre Etat UE Nouvelles acquisitions Tableau 104: Autres impacts de la mobilité. Source : rapports SMP L analyse des rapports permet de constater que les étudiants SMP sont de moins en moins disposés à envisager un travail à l étranger mais également qu en 2009, 91% d entre eux ont acquis, pendant leur séjour, la maîtrise de nouvelles techniques, technologies ou méthodes de travail ce qui montre bien la plus-value formative de ces stages. 51 CIRIUS, Betydningen af uddannelsesophold i udlandet, dans Johnsson et al (2010). Employers view on studies abroad. Stockholm: Svenskt Näringsliv 106

108 Impact en fonction du domaine d études % considérable ou important Lettres Sc. Sociales Agro Commerce SMI Ing. Santé Services Communication 25% 44% 47% 46% 54% 65% 66% 6 64% 96% 93% 89% 85% 84% 81% 77% 75% 75% Impact positif du séjour pour trouver un emploi Impact positif du séjour ds la carrière professionnelle Tableau 105: Impact en fonction du domaine d études. Source : rapports étudiants SMP Plus de 9 des étudiants en Lettres (96%) et Sciences sociales (93%) ainsi que plus de 8 des étudiants en Agronomie, Commerce, Sciences, mathématiques et informatique et Ingénierie affirment que leur séjour Erasmus aura un impact positif sur leur future carrière professionnelle. Ce sont principalement les étudiants en Sciences, mathématiques et informatique (66%), en Agronomie (65%) dans le secteur des Services (64%) et en Ingénierie (6) qui sont convaincus que leur stage augmentera leurs chances de décrocher un premier emploi. Si les étudiants en Lettres semblent presque tous persuadés de l impact positif du stage sur leur carrière, seuls 25% d entre eux y voient un tremplin pour l emploi. Lettres 10 SMI 97% Agro 96% Ing. 95% Services 95% Santé 86% Commerce 79% Sc. Sociales 71% Communication 56% Disposition à envisager possibilité de travailler dans autre Etat UE Nouvelles acquisitions Tableau 106: Autres impacts en fonction du domaine d études. Source : rapports étudiants SMP

109 Ce sont surtout les étudiants en Lettres (10), Sciences, mathématiques et informatique (97%), en Agronomie (96%), Ingénierie (95%) et dans les secteur des Services (95%) qui déclarent avoir acquis de nouvelles techniques, technologies ou méthodes de travail. Le score le plus faible revient au domaine de la Communication avec moins de 6. On constate peu de différences entre domaines d études quant à la disposition des étudiants à travailler dans un autre pays de l Union Européenne, la majorité des étudiants y sont favorables et principalement les étudiants en Sciences sociales (95%) et Commerce (94%) Evaluation globale de la mobilité SMS Evaluation globale de la mobilité SMS L évaluation globale de la mobilité SMS est extrêmement positive et stable. Pour plus de 98,5% des étudiants, l expérience a été excellente, très bonne ou bonne. On note, en 2009, une diminution des appréciations «faible» ou «insuffisant». SMS % 1% SMS % 1% 48% 47% 43% 44% Excellent Très bon Bon Faible Insuffisant Excellent Très bon Bon Faible Insuffisant SMS % 1% 47% 43% Excellent Très bon Bon Faible Insuffisant Tableau 107: Evaluation globale. Source : rapports étudiants SMS Les étudiants sont extrêmement satisfaits de leur séjour Erasmus et le considèrent véritablement comme une opportunité unique. «C'est une super expérience de vie donc n'hésitez pas à partir! Faites l'erasmus s'il est pour vous le moyen d'atteindre autre chose de précis, ayez différents objectifs. N'attendez pas d'un Erasmus qu'il soit comme ce que tout le monde en dit, plein de fêtes, de rencontres faciles et de libertés. Tout ça existe, mais c'est la cerise sur le gâteau, et il y a beaucoup d'autres manières de profiter d'un séjour à l'étranger. Ouvrez vos possibilités, ne cherchez pas à "faire l'erasmus", mais créez votre séjour à l'étranger pour qu'il vous apporte plus et autre 108

110 chose. C'est une opportunité incroyable qui est offerte aux étudiants, une expérience d'ouverture très enrichissante, il serait dommage qu'elle soit réduite à l'avance par une idée préconçue de ce qu'elle devrait être.» Il faut, cependant, reconnaître que pour certains étudiants le séjour Erasmus n a pas été un succès. Même si cela concerne au plus 1,4% des étudiants, il est nécessaire d examiner ces évaluations négatives. Sur les trois années, 35 étudiants donnent une appréciation «faible» et 7 (dont 5 en 2007) une appréciation «nul/insuffisant». Pour un tiers de ces étudiants, la mobilité a été trop longue (un tiers en 2007, la moitié en 2008 et seulement 2 étudiants en 2009). Comme constaté plus haut, il est difficile de savoir ce qui est cause et ce qui est effet. Les étudiants ont-ils jugé l expérience Erasmus faible ou insuffisante parce trop longue ou l ont-ils perçue comme trop longue parce que faible ou insuffisante? Comme le montre le tableau 108, d autres facteurs entrent en considération dans l évaluation négative émise par les étudiants. Année académiqu e Evaluation enseignant s Evaluation qualité cours Soutien Soutien avant avant /durant /durant séjour/ Ets. séjour/ Ets. d'origine d'accueil Accès aux bibliothèq ues et aux matériels Intégration d'études Accès aux ordinateur s et au courrier électroniq ue Couverture des frais par la bourse Expérience personnell e Plan universitai re Expérience personnell e Plan personnel Problèmes graves rencontrés Impact positif du séjour ds la vie profession nelle future Utilité infos questions pas posées 29% 41% 41% 76% 29% 29% 65% 47% 35% 35% 35% % 8% 15% 46% 54% 77% 15% 8% 62% 38% 54% 54% 38% % 5 17% 58% 42% 67% 17% 25% 75% 42% 58% 17% 58% Tableau 108: Eléments jugés «faible» ou «insuffisant» par le groupe «évaluation globale négative». Source : rapports étudiants SMS Deux éléments sautent immédiatement aux yeux : le manque d intégration et un financement insuffisant. En 2007 et 2008, plus de 75% de ces étudiants ne s estiment pas intégrés (deux tiers en 2009). L étude sur la mobilité des étudiants flamands 52 indique également qu une mauvaise intégration peut compromettre de façon significative le succès du séjour Erasmus. Ces difficultés peuvent être renforcées si des soucis financiers empêchent une pleine participation à la vie estudiantine ou à certaines activités socioculturelles. Des défaillances au niveau du soutien accordé par les établissements d origine ou d accueil, un sentiment de trop peu en termes de plus-value personnelle ou professionnelle, un niveau de cours décevant sont également pointés. Ces étudiants ont rencontré des problèmes d ordre académique (impossibilité de passer des examens, procédures d inscription complexes, administration et organisation au sein de 52 Kirsch et al.,

111 l établissement d accueil difficiles à appréhender, incompréhension/déception face à la conversion des notes) mais également liés au logement, à la sécurité (vols à main armée, arnaque) ou à la barrière linguistique. En 2009, trois étudiants sur les douze ayant rendu une évaluation négative sont originaires du même département, ils sont partis contre leur gré dans le cadre d une mobilité rendue obligatoire. Si les facteurs ayant motivés ces évaluations négatives sont multiples, on peut conclure de la lecture des rapports que le manque d intégration en est sans conteste l élément déterminant Evaluation globale en fonction du pays d accueil Afin d affiner l analyse, seules les appréciations «excellent» et «très bon» ont été retenues. La Finlande et l Autriche obtiennent les meilleurs résultats, la Slovénie ferme la marche avec quandmême 86% d évaluations extrêmement positives et un seul étudiant véritablement déçu par son séjour. Seules les données basées sur au moins 20 réponses ont été prises en compte pour le tableau % Excellent ou très bon 10 95% 9 96% 96% 95% 95% 95% 95% 94% 93% 92% 92% 92% 92% 89% 89% 89% % 86% 85% 82% 8 75% SI DE NL DK EL IE CZ FR UK ES IT PT RO TR NO HU LT PL SE AT FI Tableau 109: Evaluation globale en fonction du pays d accueil. Source : rapports étudiants SMS Il faut, une fois de plus, noter qu il n y a pas de corrélation entre l évaluation académique et l évaluation globale Evaluation en fonction du domaine d études Afin d affiner l analyse, seules les appréciations extrêmes ont été retenues, d un côté «excellent» et «très bon», de l autre «faible» et «insuffisant». C est en Communication que les étudiants manifestent leur satisfaction avec le plus d enthousiasme, suivent les Sciences, mathématiques et informatique (SMI) ainsi que la Santé. Les Lettres et les Services présentent un taux de satisfaction un peu plus mitigé. 53 Si on considère aussi les résultats qui portent sur moins de 20 étudiants sur les trois années analysées (BG, CY, EE, IS, LV, MT, SK), on constate que la Bulgarie, l Estonie, l Islande et la Slovaquie obtiennent un taux de 10 et que la Lettonie vient en dernier lieu (75%). 110

112 Communication SMI Santé Ing. Agro Sc. Sociales Education Commerce Droit Lettres/Arts Services/Divers 1% 1% 3% 1% 1% 1% 2% 2% 96% 95% 95% 94% 94% 91% 91% % 84% Tableau 110: Evaluation globale SMS en fonction du domaine d études. Source : rapports étudiants Le pourcentage d évaluations négatives est le plus élevé en Sciences sociales avec 3% des étudiants, à noter, toutefois que 91% d entre eux se déclarent très satisfaits de leur mobilité Erasmus Evaluation globale de la mobilité SMP Evaluation globale % Faible ou insuffisant %Excellent ou trés Bon Malgré une légère tendance négative, l évaluation globale de la mobilité SMP reste extrêmement positive. Le pourcentage d appréciations très positives tend à diminuer tandis le nombre d étudiants moins convaincus ou insatisfaits augmente d année en année. SMP % SMP % 31% 43% 64% 49% Excellent Très bon Bon Faible Insuffisant Excellent Très bon Bon Faible Insuffisant SMP % 2% 43% 41% Excellent Très bon Bon Faible Insuffisant Tableau 111: Evaluation globale des séjours SMP. Source : rapports étudiants SMP

113 Pour la majorité des étudiants l expérience Erasmus est une chance unique : «Je pense qu'il est très enrichissant de partir effectuer son stage dans un pays étranger, non seulement au point de vue de l'apprentissage de la langue, mais également pour l'expérience personnelle que cela apporte. C'est une chance que nous avons de pouvoir le faire.» Pour certains, cependant, le constat est moins positif. En 2009, ils sont au nombre de sept (trois ont effectué leur stage en Espagne, deux au Royaume-Uni, un en Allemagne et un au Luxembourg). En 2008, un seul étudiant (au Royaume-Uni) a rendu une appréciation négative (moins de 1% sur les trois années confondues). Les raisons en sont plus univoques que dans le cas des étudiants SMS et concernent principalement l acquisition (ou le manque d acquisition) de compétences professionnelles, la première motivation des étudiants SMP. Six étudiants qualifient le niveau de qualité de l entreprise d accueil de «faible» ou «insuffisant». Aucun parmi eux n espère un impact positif sur sa carrière professionnelle et, au contraire, cinq sur huit pensent qu il sera faible ou nul. Un étudiant témoigne : «Les tâches ne correspondaient pas au domaine de mes études dans un service. Je ne faisais que les tâches dont personne ne veut: photocopies, fax, envoie de courrier, etc. Ma maitre de stage ne s'occupait pas de moi.» Deux étudiants font part de leurs difficultés d intégration et de leur déception par rapport au soutien accordé par l établissement d origine et l entreprise d accueil. Les autres éléments ne sont mentionnés que par un étudiant à la fois et concernent soit le logement, soit le financement Evaluation en fonction du pays d accueil Afin d affiner l analyse, seules les appréciations «excellent» et «très bon» ont été retenues. Dans le tableau 112 seuls figurent les pays où au moins 10 réponses ont été reçues. % excellent ou très bon 10 81% 83% 85% 89% 9 91% 91% 94% DE NL EL ES LU FR UK IT PT AT DK MT Tableau 112: Evaluation globale SMP en fonction du pays d accueil. Source : rapports étudiants SMP

114 Les évaluations sont très bonnes à excellentes pour 10 des étudiants en séjour au Portugal, au Danemark, en Autriche, à Malte, en Suède et en Turquie ainsi que pour la grande majorité des étudiants en Italie. Il faut tout de même noter que moins de 25 réponses ont été reçues pour tous les pays avec un taux de 10. Tout comme pour la mobilité SMS, l Allemagne (81%) et les Pays-Bas (83%) sont moins bien classés. A noter qu aux Pays-Bas, aucun étudiant n a donné une évaluation faible. En Flandre 54, on a également constaté que si les Pays-Bas sont très bien évalués au niveau académique et professionnel, l appréciation globale reste assez basse. On peut supposer que le manque d éléments «exotiques» font des pays limitrophes des destinations moins attractives Evaluation en fonction du domaine d études Afin d affiner l analyse, seules les appréciations «excellent» et «très bon» ont été retenues. Comme l indique le tableau 113, tous les étudiants en Lettres et Arts en Agronomie sont unanimes et qualifient leur séjour d excellent ou très bon. En Sciences, mathématiques et informatique (SMI), 94% des étudiants sont très satisfaits et aucun étudiant n est déçu. Le Commerce obtient 91% d évaluations très positives et aucune négative alors que c est le domaine qui envoie le plus d étudiants. % Excellent et très bon Agro Lettres/Arts SMI Commerce Sc. Sociales Santé Ing. Communication Services % 91% 87% 87% 86% 83% 82% Tableau 113: Evaluation globale SMP en fonction du domaine d études. Source : rapports étudiants SMP Les résultats sont moins bons dans les domaines de la Santé (87% d «excellent» et «très bon» et une évaluation «faible»,) l Ingénierie (86% d «excellent» et «très bon» et deux évaluations «faible»,) la Communication (83% d «excellent» et «très bon» et une évaluation «faible») et les Services (82% d «excellent» et «très bon» et deux évaluations «faible».) 54 Kirsch et al.,

115 5. Conclusions La mobilité Erasmus mise en œuvre en Communauté française de Belgique entre 2007 et 2010 a été couronnée de succès aussi bien au niveau de la qualité que du volume de la mobilité. En effet, 11,8% des étudiants de l enseignement supérieur participent à la mobilité Erasmus, presque le triple de la moyenne en Europe. On constate une participation croissante à la mobilité Erasmus et principalement aux stages (SMP). L introduction de la mobilité SMP a contribué à réduire l écart de participation entre étudiants des universités et des autres établissements d enseignement supérieur. En général, les étudiants sont très satisfaits de leur séjour. En ce qui concerne l évaluation globale, les différences entre pays sont peu marquées sauf pour les pays limitrophes dont l évaluation globale est moins positive même si les aspects académiques sont très appréciés. Au cours de cette analyse diachronique et dynamique, des différences importantes ont été constatées entre la mobilité à des fins d études (SMS) et à des fins de stage (SMP) aussi bien au niveau des établissements d origine, qu au niveau de la durée, des incitations à la mobilité, des bénéfices et de l impact de la mobilité. Les deux formes de mobilités (SMS et SMP) sont très appréciées par les étudiants et représentent une occasion unique et exceptionnelle dans leur formation académique, professionnelle et personnelle. Pas moins de 98,5% des étudiants Erasmus déclarent être satisfaits ou très satisfaits de leur participation au programme. La mobilité Erasmus constitue un élément de grande valeur d une plus-value indéniable dans toute formation supérieure. Les étudiants Erasmus ressentent leur mobilité comme une expérience inoubliable et unique, un must pour tout étudiant. Tous les domaines d études participent à la mobilité mais si on compare le nombre de diplômés au nombre d étudiants mobiles, on constate une surreprésentation des Lettres et arts, des Sciences sociales, commerce et droit tandis que l Education et la Santé sont nettement moins actifs. Des efforts devront donc être fournis pour inciter ces jeunes à effectuer un séjour à l étranger. Les destinations les plus prisées par les étudiants SMS sont l Espagne, l Italie, le Royaume Uni et les Pays-Bas où ils se rendent principalement pour pratiquer une langue étrangère et découvrir une autre culture. Les étudiants SMP se dirigent volontiers vers la France, l Espagne, le Royaume-Uni et le Luxembourg. Les pays limitrophes qui offrent plus de perspectives en matière d emplois futurs sont tout particulièrement recherchés pour les stages. Cette tendance s est encore renforcée au cours de l année

116 L anglais tend à s imposer comme langue de l enseignement supérieur en Europe. D autres langues comme l espagnol, l italien ou l allemand sont présentes essentiellement dans les pays dont elles sont les langues nationales. Les langues dites minoritaires, par contre, ne sont plus guère utilisées comme langue d enseignement. Investir dans une connaissance minimale de ces langues facilite néanmoins le processus d intégration et est à recommander. Selon les étudiants, le niveau de qualité élevé atteint par la mobilité SMS est dû à trois facteurs clés : une collaboration de qualité structurée entre les institutions de l enseignement supérieur, des bureaux des relations internationales et des coordinateurs Erasmus compétents, motivés et engagés et une utilisation presque généralisée des outils européens facilitant la mobilité (crédits ECTS, Contrat d études etc.). Les chercheurs peuvent déduire des groupes focus, des entretiens téléphoniques et des remarques et suggestions faites par les étudiants dans les rapports que, dans la plupart des cas, cette collaboration structurée entre institutions supérieures existe, fonctionne très bien et semble bien ancrée dans une confiance mutuelle et réciproque de la qualité des enseignements. La plupart des étudiants SMS attribuent la réussite du séjour notamment au soutien efficace des institutions partenaires et à une bonne préparation (académique, linguistique, culturelle) à la mobilité. Les étudiants apprécient les qualités académiques et humaines des professeurs et des responsables Erasmus dans les institutions d accueil. La reconnaissance presque totale des résultats académiques de la mobilité et un impact très fort de la mobilité en particulier sur les compétences linguistiques, académiques et culturelles sont autant d éléments qui favorisent une évaluation très positive du séjour. De plus, la mobilité Erasmus apporte un plus sur le CV et lors des entretiens d embauche. La plus-value professionnelle de la mobilité semble être confirmée, plusieurs étudiants (surtout SMP) ont trouvé un emploi grâce à ce séjour à l étranger. La majorité des étudiants de retour de stage sont assez confiants quant à l impact de leur séjour sur leur carrière professionnelle. Une expérience de type Erasmus peut tout particulièrement être valorisée lorsque le cadre professionnel est international. A noter que les employeurs semblent être surtout sensibles à une mobilité à des fins de stage. Les résultats de l analyse ont été comparés à ceux d une étude analogue menée en Communauté flamande ; de nombreuses similitudes ont été constatées, tant au niveau quantitatif que qualitatif. En particulier, en ce qui concerne la généralisation de la reconnaissance académique du séjour et l importance croissante de la plus-value académique. 115

117 Tout en brossant dans cette analyse diachronique et dynamique une image très positive de la mobilité, les experts se permettent toutefois d attirer l attention sur quelques aspects qui peuvent encore être améliorés. Le nombre d étudiants SMS insatisfaits est très limité, le manque d intégration et les problèmes financiers sont souvent à l origine de leur déception. Pour les étudiants SMP, dont la motivation première est l acquisition de compétences professionnelles, une appréciation «faible» résulte dans la plupart des cas d un mécontentement par rapport à l entreprise d accueil. La plupart des étudiants SMS sont satisfaits de l aide et des informations fournies par les établissements d origine et d accueil, ils souhaiteraient, cependant, disposer d encore plus d informations précises quant au logement, aux démarches administratives, aux pratiques académiques et aux examens ou quant à la conversion des points. Malgré un taux global de satisfaction très élevé, l accueil des étudiants par les entreprises ainsi que la reconnaissance académique présentent encore des possibilités d amélioration. Les étudiants SMP évoquent également leurs difficultés à sélectionner une entreprise d accueil. Il serait intéressant de pouvoir disposer d une base de données d entreprises intéressantes et fiables afin de limiter tous ces tracas. De plus, les entreprises ne semblent pas toujours être bien au courant des exigences administratives et académiques des établissements d origine ou des outils employés (comme les ECTS). Le logement est le problème majeur des étudiants Erasmus (SMS et SMP). Tous les établissements d enseignement supérieur (d origine et d accueil) surtout ceux des pays latins - devraient investir davantage à ce au niveau. Le nombre d étudiants SMS et SMP bénéficiant d une préparation linguistique tend à diminuer. Et pourtant, de nombreux étudiants rencontrent des difficultés d ordre linguistique et se déclarent mal préparés à ce niveau. La corrélation est très forte entre la connaissance de la langue du pays d accueil et l intégration de l étudiant Erasmus. Le financement reste un problème, les étudiants se plaignent des montants de bourse aussi bien dans les rapports que lors des groupes focus et craignent que sans hausse substantielle des montants, la mobilité ne devienne un privilège pour étudiants aisés. Ceci serait en contradiction avec les objectifs du cadre stratégique «Éducation et formation 2020» qui visent notamment à «promouvoir la mobilité et encourager l équité et la cohésion sociale». Même si, grâce au soutien des parents, le montant de la bourse ne constitue pas un problème majeur pour la plupart des étudiants, la faiblesse du financement ainsi que la date souvent tardive du versement posent des difficultés à certains étudiants. A noter que dans quelques rares cas, l établissement d accueil réclame des frais supplémentaires (trop) élevés. 116

118 En conclusion générale, il est important d insister sur le fait que si la mobilité Erasmus, sous ses différents aspects, est très appréciée par les étudiants et qu elle est, en général, très bien organisée par les responsables Erasmus des institutions supérieures, certaines dimensions peuvent encore être améliorées. Il ne faut, toutefois, pas oublier que pour près de 99% des étudiants, la mobilité Erasmus reste une expérience unique et inoubliable. «L'Erasmus est une expérience incroyable donc il faut vraiment saisir l'opportunité pour partir et aller à la découverte d'une autre culture, d'un autre cadre de vie.» «Un Erasmus est la meilleure chose qui pourrait vous arriver durant vos études universitaires; que ce soit en Angleterre ou dans un autre pays, vous n'en retirerez que des bons souvenirs et un tas de bonnes choses!» 117

119 6. Recommandations 6.1. Aux futurs étudiants Erasmus Il est recommandé aux étudiants Erasmus Au niveau de la préparation de partir en mobilité Erasmus avec la ferme intention d acquérir des compétences académiques, professionnelles et personnelles (linguistiques, culturelles ) et de ne pas considérer le séjour Erasmus comme du tourisme académique ; ceci implique aussi une bonne préparation du programme d études. de bien se préparer à la mobilité en développant des contacts avec l institution d origine, l institution d accueil, des anciens Erasmus et si possible des étudiants de l EES (Etablissement d enseignement supérieur) d accueil. La recherche d un logement nécessite une attention particulière. Les réseaux sociaux peuvent aussi être utiles à ce niveau. de bien s informer sur les pratiques académiques du pays d accueil, les différences entre pays peuvent être importantes. Une prise de contact avec les professeurs dès l arrivée est souhaitable. de soigner la préparation linguistique afin de disposer de bonnes connaissances de la langue d enseignement (SMS), de la langue de travail (SMP) ou d une connaissance de base de la langue du pays d accueil si c est une langue minoritaire. Ceci facilite certainement le processus d intégration. Au niveau de l accueil de participer à toute activité d accueil organisée par l EES d accueil ainsi qu aux activités d associations d étudiants (aussi internationales!) ou de diverses natures proposées au niveau local en vue de faciliter l intégration. de veiller à être bien en ordre avec tous les documents administratifs et académiques et ce dans les délais prévus. Au niveau des documents administratifs de remplir consciencieusement le rapport final de mobilité Aux anciens étudiants Erasmus Il est recommandé aux anciens étudiants Erasmus : de participer activement aux activités d information destinées aux futurs étudiants Erasmus et de partager leurs expériences avec eux. d informer les institutions d accueil et/ou d origine de tout problème majeur lors de la mobilité. 118

120 d inscrire la mobilité Erasmus dans leur CV car elle peut jouer un rôle déterminant lors d un entretien d embauche Aux associations d étudiants d institutions supérieures Il est recommandé aux associations d étudiants : de développer, dans le cadre des actions d Alumni (anciens étudiants), un groupe de travail consacré à la mobilité Erasmus. de recueillir les bonnes pratiques et autres bons plans auprès des étudiants Erasmus. de participer aux activités d informations. d insister sur l importance des actions menées au niveau local et européen par des réseaux comme ESN ou ESU et par les étudiants en général Aux coordinateurs Erasmus Il est recommandé que les coordinateurs Erasmus: Au niveau de l information et de la préparation mettent à la disposition des étudiants une information large et concrète sur les différents aspects de la mobilité: EES d accueil, possibilité de formations et d études, programme, équivalence, aspects administratifs, pays de destination, région, transport, culture, pratiques académiques, logement etc. veillent à ce que tous les étudiants sachent qu ils peuvent éventuellement profiter d une bourse Erasmus. donnent des conseils pratiques aux étudiants pour faciliter leur intégration dans le pays d accueil : insertion dans des activités locales d ONG, d associations sportives, de mouvements de jeunesse, d associations d étudiants etc. renforcent l encadrement lors de la mise au point du programme d études ou de la convention de stage et clarifient, avant le départ des étudiants, les procédures d évaluation avec explication des systèmes de cotation et de transfert des notes. veillent à ce que tous les étudiants partent en mobilité munis d un contrat d études ou d une convention de stage. accroissent la transparence quant aux procédures administratives liées à la mobilité (aussi bien au niveau du pays d accueil qu au niveau du pays d origine). renforcent le soutien fourni à l étudiant Erasmus par l établissement d origine pendant le séjour à l étranger. Il est donc recommandé de bien préciser comment et avec qui les étudiants peuvent communiquer au sein de leur établissement d origine pendant le séjour. fassent participer activement les anciens étudiants Erasmus aux activités d informations avant le départ. Les informations données par les anciens Erasmus sont très prisées par les étudiants partants. Une base de données / liste des s des anciens Erasmus avec leur lieu de séjour Erasmus devrait être mise à la disposition des futurs Erasmus. 119

121 insistent sur l importance de la connaissance de la langue du pays d accueil, surtout si elle intervient comme langue d enseignement ou de travail, et en renforcent l apprentissage. Une connaissance de base de la langue du pays, (y compris des langues minoritaires!) facilite la mobilité et l intégration. L attribution de crédits ECTS peut motiver les étudiants. Il est recommandé d inviter tous les étudiants à passer un test de connaissance linguistique ou à utiliser ces aptitudes comme critère de sélection de la mobilité. veillent à ce que les étudiants obtiennent rapidement la première tranche de leur bourse de mobilité afin de résorber l impact négatif des problèmes financiers sur la mobilité. renforcent l après Erasmus dans le cadre des activités Alumni organisées au sein des institutions de l enseignement supérieur. Au niveau de la coopération avec leurs collègues européens travaillent en partenariat avec leurs collègues étrangers afin de résoudre les problèmes de logement. échangent, lors des réunions, sur les différentes bonnes pratiques en matière de préparation, d accueil et de suivi. développent ensemble une base de données avec les bonnes pratiques mises en œuvre dans les institutions. contrôlent les frais supplémentaires réclamés par certaines institutions d accueil et interviennent en cas d abus. investiguent auprès des entreprises sur l importance accordée par celles-ci à la mobilité Erasmus (SMS ou SMP) et ce afin de clarifier le lien entre la participation à la mobilité Erasmus, la sélection à l embauche et l employabilité. Il est recommandé que les coordinateurs Erasmus belges demandent à leurs collègues des institutions d accueil de renforcer les activités d accueil et d y donner une information claire sur les solutions à apporter en cas de problème graves : maladie, problème de location, vol etc. de multiplier les contacts entre étudiants Erasmus mais également avec les étudiants locaux et ce afin de faciliter une intégration qui ne pourra s améliorer que grâce à un participation active de tous les acteurs : étudiants Erasmus et locaux ainsi que personnel enseignant et administratif. de développer des systèmes de parrainage où les étudiants de l université d accueil se portent volontaires pour aider les Erasmus. Il est recommandé d envisager l attribution d un ou deux crédits pour ces activités. d être conscients du fait que les associations locales, régionales, nationales ou internationales d étudiants peuvent jouer un rôle important dans l information, l accueil et l intégration des étudiants étrangers dans le pays d accueil. de renforcer les liens avec les responsables de l accueil des étudiants Erasmus dans les EES partenaires. En cas de mobilité importante, une rencontre annuelle est primordiale! 120

122 6.5. Aux responsables de l AEF-Europe Il est recommandé à l AEF-Europe Au niveau de la récolte des informations sur la mobilité d insister auprès de la Commission pour imposer une récolte harmonisée des informations afin de faciliter la comparaison des données et des résultats. d insister auprès de la Commission sur l importance d une stabilité en matière de récolte de données au moins pendant la durée d application d un même programme Erasmus (soit 7 ans). d insister fortement auprès des coordinateurs Erasmus afin que les rapports finaux des étudiants soient complétés correctement et dans leur entièreté. Des réponses partielles empêchent d effectuer des analyses plus poussées. L AEF-Europe devrait, après un contrôle annuel des données recueillies, interpeller les institutions de l enseignement supérieur dont les étudiants remplissent mal le rapport d évaluation. de créer une liste d indicateurs quant à la mobilité SMS et SMP qui peuvent être mis à jour annuellement et qui peuvent être mis à la disposition de tous les décideurs politiques et des responsables de l enseignement supérieur à tous les niveaux. Une collaboration pourrait être mise en œuvre avec l Agence flamande EPOS qui commence à développer de tels indicateurs. de rédiger une bibliographie de toutes les études sur la mobilité Erasmus (SMS ou SMP) faites par des institutions de l enseignement supérieur ou d autres acteurs concernés (p.ex. le CGHE ou le CIUF) en Communauté française de Belgique. Au niveau de la récolte de bonnes pratiques de soutenir et d inciter les coordinateurs à rassembler les bonnes pratiques quant à la préparation, le suivi durant le séjour et l après-erasmus. Un recueil de bonnes pratiques pourrait être accessible sur le site web de l AEF-Europe. de stimuler un échange d informations pratiques et de bonnes pratiques entre les institutions de l enseignement supérieur en Communauté française de Belgique. d organiser, chaque année en fin d année académique, une rencontre avec un groupe focus d étudiants SMS ou SMP (20 25) pour faire le point sur les succès, les problèmes rencontrés, et les défis de la mobilité Erasmus A la Commission, DG EAC Il est recommandé à la Commission Au niveau de l administration, des bourses et des coûts d accroitre le montant des bourses individuelles de mobilité pour les étudiants Erasmus. Si la mobilité doit doubler dans les années à venir, les moyens financiers nécessaires devront être dégagés. 121

123 de commanditer une étude sur le coût réel d une mobilité Erasmus dans tous les pays concernés et d accorder une attention particulière aux frais supplémentaires réclamés par certaines institutions d accueil. d étudier une possibilité de répartition des fonds de mobilité Erasmus différente de celle en vigueur actuellement. Afin d éviter une trop grande disparité au niveau des montants de bourse, il est suggéré de répartir les moyens financiers en tenant encore plus compte pour chaque pays du nombre d étudiants participant à la mobilité et non du nombre d étudiants dans l enseignement supérieur. de simplifier tous les documents administratifs et les procédures liées à la mobilité. Au niveau de la récolte de bonnes pratiques d établir un recueil des bonnes pratiques Erasmus en matière de préparation, d accueil et de suivi des étudiants SMS et SMP. 7. Annexes 7.1. Annexe 1 : Bibliographie Publications AEF-Europe (2009). Rapport Annuel Bruxelles : AEF-Europe AEF-Europe (2010). Rapport Annuel Bruxelles : AEF-Europe AEF-Europe (2011). Rapport Annuel Bruxelles : AEF-Europe Arteveldehogeschool (2002, herziene versie 2003): Een evaluatie van de impact van internationalisering op de Vlaamse curricula voor het Hoger Onderwijs;. Gent: Arteveldehogeschool Centre for International Mobility (CIMO), (2005), Study on the relevance of international student mobility to work and employment, 2005/1. dans Johnsson et al (2010). Employers view on studies abroad. Stockholm: Svenskt Näringsliv CIRIUS (2008). Betydningen af uddannelsesophold i udlandet, dans Johnsson et al (2010). Employers view on studies abroad. Stockholm: Svenskt Näringsliv EPOS (2010). Jaarboek Brussel: EPOS EPOS (2011). Jaarboek Brussel: EPOS European Commission DGEAC (2010). Lifelong Learning Programme, The Erasmus Programme 2008/2009, A Statistical Overview. Brussels: European Union European Commission DGEAC (2011). Erasmus Facts, Figures & Trends, The European Union support for student and staff exchanges and university cooperation in 2009/2010. Brussels: European Union Janson, K.,Schomburg, H., Teichler, U. (2009). The Professional Value of ERASMUS Mobility. Bonn: Lemmens, (ACA Papers on International Cooperation in Education) 122

124 Johnsson, F., Almerud, M. (2010). Employers view on studies abroad. Stockholm: Svenskt Näringsliv Kirsch, M., Van den Dries, A., Beernaert, Y., Geentjens, J. (2009) Analyse van de verslagen van de Vlaamse Erasmusstudenten Brussel: Epos Souto Otero, M. & Mac Coshan, A. (2006). Survey of socio-economic background of Erasmus students. Bruxelles : Commission européenne Teichler Ulirch (ed.) (2002). ERASMUS in the SOCRATES Programme. Findings of an Evaluation Study. Bonn: Lemmens. Van den Berghe, W., Kirsch, M., Beernaert Y,(2007) "Implementatie en impact van het Socrates II Programma in Vlaanderen", Brussel: Vlaams Ministerie van Onderwijs en Vorming Vlaams Ministerie van Onderwijs en Vorming (2011). Statistisch Jaarboek van het Vlaams Onderwijs Brussel: Vlaamse Overheid Wächter, Bernd & Maiworm, Friedhelm (2008), English Taught Programmes in European Higher Education. The Picture in Bonn: Lemmens Autres documents utilisés AEF-Europe (2008). LLP / Erasmus Statistical report 2007 AEF-Europe (2009). LLP / Erasmus Statistical report 2008 AEF-Europe (2010). LLP / Erasmus Statistical report 2009 Epos (2010). LLP / Erasmus Statistical report 2009 El Meziane,H. (2010). Staat een internationale ervaring goed op je cv? Resultaten van de bevraging bij Voka werkgevers. Antwerpen: VOKA [rapport d une enquête auprès des employeurs flamands quant à l impact d une expérience internationale) Rapports des étudiants Erasmus SMS de la Communauté française de Belgique Rapports des étudiants Erasmus SMS de la Communauté française de Belgique Rapports des étudiants Erasmus SMS de la Communauté française de Belgique Rapports des étudiants Erasmus SMP de la Communauté française de Belgique Rapports des étudiants Erasmus SMP de la Communauté française de Belgique Rapports des étudiants Erasmus SMP de la Communauté française de Belgique Rapports des étudiants Erasmus SMS de la Communauté flamande de Belgique Rapports des étudiants Erasmus SMP de la Communauté flamande de Belgique

125 Statistiques de l Enseignement Supérieur de la Communauté française de Belgique, mis à disposition par Mme Brigitte Morue de l Observatoire de l Enseignement Supérieur 7.2. Annexe 2 : Liste des étudiants interviewés Etudiants SMS Manoë Jacquet : FUSL/ULB ; 5 mois, Université de Cadiz, ES Roxanne Battisti : UMons ; 1 année à l Université de Valencia (Campus of Alcoy ), ES Julie Vanhouten : FUSL/UCL ; 4 mois à Etvos Lorand University, Budapest, HU Vanessa Rossignon : ULG/UCL ; 4,5 mois à Université Ramon LLul, Barcelona, ES Amandine Debrouwer : UCL ; 1 année académique à l Université de Paris X, FR Anne Denooz : Haute Ecole Libre Mosane ; Erasmus Belgica ; 4 mois à la PH Hasselt (BE); ULiège : étudiant Erasmus en Finlande à partir de septembre 2011! Ludvine Lecrompe : UMons/ULB ; 6 mois à l Université de Valladolid, Campus de Soria (ES). Laurence Devisscher : FUSL ; 4 mois à Lille (FR) ; UCL, 5 mois à l université ICADE Madrid. Etudiants SMP Fabrizzio Strollo : ISIB Bruxelles ; 6 mois au Dublin Institute of Technologie dans un laboratoire de recherche du DIT dans une équipe européenne. Nicolas De Saeger : ISIB Bruxelles; 6 mois dans une entreprise aéronautique EMMA automation à Bordeaux, France 7.3. Annexe 3 : Liste des étudiants des groupes focus 28/06/2011 Groupe focus SMS Nathalie Cambron : FUSL/UCL ; 5 mois à l Université Corvinus à Budapest (HU) ; 5 mois à la KULeuven (BE) Florence Hoolans : FUSL ; 5 mois à l Université de Strasbourg (FR) Olivier Huess : FUSL/UCL ; 5 mois Corvinus University, Budapest (HU); 5 mois Espagne Nicolas Brix : UMons ; 5 mois à l Université Technique Berlin en Allemagne Groupe, focus SMP Benoit Rafhay: Haute Ecole Francisco Ferrer; 5 mois à Londres dans une entreprise de Stylisme (PME). Jane Tshombé: Haute Ecole Francisco Ferrer; 5 mois à Paris dans une entreprise de Stylisme - Modélisme (PME) Annexe 4 : Liste des abréviations Abréviations générales 124

126 AEF- Europe: Agence francophone pour l'education et la Formation tout au long de la vie (AEF- Europe) CIEL: Cours Intensifs Erasmus de Langues CLL: Centre de Langues Vivantes CPAS: Centre Public d Action Sociale DG EAC: Direction Générale Education et Culture de la Commission de l Union Européenne ECTS: European Credit Transfer System EILC: Erasmus Intensive Language Course ESN: Erasmus Student Network EES : Etablissement d Enseignement Supérieur ESU: European Student Union FAME : Fonds d Aide à la Mobilité Etudiante ILV : Institut de Langues Vivantes ONG: Organisation Non Gouvernementale PME: Petite et Moyenne Entreprise SMI: Sciences, mathématiques et informatique SMS: Student Mobility for Studies SMP: Student Mobility for Placements TOEFL test: Test of English as a Foreign Language Abréviations des pays européens et des langues européennes Allemagne : DE allemand : de Autriche : AT Belgique : BE Bulgarie : BG bulgare : bg Chypre : CY Danemark : DK Estonie : EE danois : da estonien : et 125

127 Espagne : ES Finlande : FI France : FR Grèce : EL Hongrie : HU Islande : IS Irlande : IE Italie : IT Lettonie : LV espagnol : es finnois : fi français : fr grec moderne : el hongrois : hu islandais : is irlandais : ga italien : it letton : lv Liechtenstein : LI Lituanie : LT Luxembourg : LU Malta : MT lituanien : lt luxembourgeois : lb maltais : mt Norvège : NO norvégien : no : Pays-Bas : NL Pologne : PL Portugal : PT Royaume-Uni : UK République tchèque : CZ Roumanie : RO Slovénie : SI Slovaquie : SK Suède : SE néerlandais : nl polonais : pl portugais : pt anglais: en tchèque : cs roumain : ro slovène : sl slovaque : sk suédois: se Suisse : CH Turquie : TU turc : tr 126

128 7.5. Annexe 5 : Quelques tableaux additionnels % excellent, très bon, bon % 85% 86% 89% 89% % 91% 91% 93% 94% 94% 95% 95% 95% 98% 76% 76% 77% 78% 78% 68% RO EL CY ES EE SI IE HU LT PL CZ NO IT PT FR TR DE UK NL SE DK FI AT Apports accadémiques Apports personnels Tableau 114: Apports académiques et personnels. Source : rapports étudiants SMS En Bulgarie, en Islande, en Lettonie et en Slovaquie 10 des étudiants trouvaient les apports académiques et personnels excellents, très bons ou bons mais puisqu il y avait moins de 10 étudiants mobiles vers ces pays, ces résultats n ont pas été repris dans le tableau. % Excellent, très bon, bon 10 98% 96% 94% 92% 99% 98% 98% 98% 98% 95% % 94% 9 ES FR UK DE IT LU NL Bénéficesprofessionnels Bénéficespersonnels Tableau 115: Apports professionnels et personnels. Source : rapports étudiants SMP

Solution transitoire Guide HES-SO

Solution transitoire Guide HES-SO Solution transitoire Guide HES-SO 2014-2015 Informations : Maude Freléchoux, Rue de la Jeunesse 1, 2800 Delémont / maude.frelechoux@hes-so.ch / 032 424 49 14 Table des matières 1 Introduction... 3 2 Relation

Plus en détail

B o u r s e d e m o b i l i t é B E E p o u r l e s d é p a r t s e n 2 0 1 2 1

B o u r s e d e m o b i l i t é B E E p o u r l e s d é p a r t s e n 2 0 1 2 1 1 B o u r s e d e m o b i l i t é B E E p o u r l e s d é p a r t s e n 2 0 1 2 1 Objectif : Acquérir une expérience professionnelle en réalisant un stage en entreprise de 3 mois à temps plein à l étranger

Plus en détail

Mode d emploi. Partir avec Erasmus. Erasmus en quelques chiffres : 31 665 étudiants Erasmus au départ de la France

Mode d emploi. Partir avec Erasmus. Erasmus en quelques chiffres : 31 665 étudiants Erasmus au départ de la France Partir avec Erasmus Mode d emploi Erasmus en quelques chiffres : Depuis la création du programme en 1987, plus de 2.2 millions d Européens, dont près de 380 000 étudiants français, ont bougé dans toute

Plus en détail

COMMENT PAYEZ-VOUS? COMMENT VOUDRIEZ-VOUS PAYER?

COMMENT PAYEZ-VOUS? COMMENT VOUDRIEZ-VOUS PAYER? COMMENT PAYEZ-VOUS? COMMENT VOUDRIEZ-VOUS PAYER? 2/09/2008-22/10/2008 329 réponses PARTICIPATION Pays DE - Allemagne 55 (16.7%) PL - Pologne 41 (12.5%) DK - Danemark 20 (6.1%) NL - Pays-Bas 18 (5.5%) BE

Plus en détail

Tableau de bord de l Union de l innovation 2014

Tableau de bord de l Union de l innovation 2014 Tableau de bord de l Union de l innovation 2014 Le tableau de bord de l Union de l innovation pour la recherche et l innovation Synthèse Version FR Entreprises et industrie Synthèse Tableau de bord de

Plus en détail

L ATTITUDE DES EUROPEENS A L EGARD DE LA SECURITE ALIMENTAIRE, DE LA QUALITE DE L ALIMENTATION ET DE L ENVIRONNEMENT RURAL

L ATTITUDE DES EUROPEENS A L EGARD DE LA SECURITE ALIMENTAIRE, DE LA QUALITE DE L ALIMENTATION ET DE L ENVIRONNEMENT RURAL Eurobaromètre spécial 389 L ATTITUDE DES EUROPEENS A L EGARD DE LA SECURITE ALIMENTAIRE, DE LA QUALITE DE L ALIMENTATION ET DE L ENVIRONNEMENT RURAL RAPPORT Terrain : mars 202 Publication : juillet 202

Plus en détail

Bourses de mobilité des étudiants et membres du personnel de l UMONS Année académique 2014-2015

Bourses de mobilité des étudiants et membres du personnel de l UMONS Année académique 2014-2015 Bourses de mobilité des étudiants et membres du personnel de l UMONS Année académique 2014-2015 A) Règles d attribution Mobilité des ETUDIANTS 1 Les bourses de mobilités octroyées à l UMONS proviennent

Plus en détail

Je suis sous procédure Dublin qu est-ce que cela signifie?

Je suis sous procédure Dublin qu est-ce que cela signifie? FR Je suis sous procédure Dublin qu est-ce que cela signifie? B Informations pour les demandeurs d une protection internationale dans le cadre d une procédure de Dublin en vertu de l article 4 du Règlement

Plus en détail

Séminaire national NLAO «Les politiques locales d inclusion active» Lille, 23 novembre 2010

Séminaire national NLAO «Les politiques locales d inclusion active» Lille, 23 novembre 2010 Séminaire national NLAO «Les politiques locales d inclusion active» Lille, 23 novembre 2010 Antoine SAINT-DENIS, Commission européenne, DG Emploi, Affaires sociales, Egalité des chances 2 Antoine SAINT-DENIS

Plus en détail

Tableau de bord de la mobilité: foire aux questions

Tableau de bord de la mobilité: foire aux questions COMMISSION EUROPEENNE MEMO Bruxelles, le 10 janvier 2014 Tableau de bord de la mobilité: foire aux questions (voir aussi IP/14/09) Qu'est-ce que le tableau de bord de la mobilité? Le tableau de bord de

Plus en détail

LES EUROPEENS ET LEURS LANGUES

LES EUROPEENS ET LEURS LANGUES Eurobaromètre spécial 386 LES EUROPEENS ET LEURS LANGUES RAPPORT Terrain : Février - Mars 2012 Publication : Juin 2012 Cette étude a été commandée par la Commission européenne, Direction générale de l

Plus en détail

Il est fortement recommandé d imprimer ce manuel en couleur et de l avoir à côté de soi pendant l encodage.

Il est fortement recommandé d imprimer ce manuel en couleur et de l avoir à côté de soi pendant l encodage. Version du 16 septembre 2011 Page 1 / 14 2010 Rapports Erasmus Erasmus Belgica - Fonds d Aide à la Mobilité Etudiante Complément Erasmus CFWB Guide de l utilisateur Il est fortement recommandé d imprimer

Plus en détail

Regards sur les Modes de management Européen Octobre 2008

Regards sur les Modes de management Européen Octobre 2008 Regards sur les Modes de management Européen Octobre 2008 1/ Les quatre types d organisations du travail Les organisations à structure simple Elles caractérisent souvent les PME, avec une faible autonomie

Plus en détail

Erasmus+ Volet "Enseignement supérieur" Dimension internationale. Erasmus

Erasmus+ Volet Enseignement supérieur Dimension internationale. Erasmus Erasmus+ Volet "Enseignement supérieur" Dimension internationale Erasmus 1 Coopération EU-Tunisie: d'où vient-on? Tempus IV - TU impliquée dans 47 projets - 29% des projets financés dans la région - Budget

Plus en détail

Quelles conditions pour un apprentissage efficace?

Quelles conditions pour un apprentissage efficace? Creating Effective Teaching and Learning Environments: First Results from TALIS Summary in French Créer des environnements efficaces pour l enseignement et l apprentissage: premiers résultats de l enquête

Plus en détail

ANALYSE DES BUDGETS DE PRODUCTION DES FILMS ELIGIBLES AU SOUTIEN D EURIMAGES EN 2013

ANALYSE DES BUDGETS DE PRODUCTION DES FILMS ELIGIBLES AU SOUTIEN D EURIMAGES EN 2013 Introduction ANALYSE DES BUDGETS DE PRODUCTION DES FILMS ELIGIBLES AU SOUTIEN D EURIMAGES EN 2013 Depuis janvier 2013, les budgets de production des films éligibles sont saisis dans la base de données

Plus en détail

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Claire de Kermadec* Les habitudes culturelles, la taille et la dynamique des marchés modèlent le paysage du commerce de détail en Europe.

Plus en détail

ANNEXE VI CONTRAT FINANCIER ERASMUS MOBILITE 2013-2014 REGLES GENERALES D UTILISATION DES FONDS ERASMUS : EXTRAIT

ANNEXE VI CONTRAT FINANCIER ERASMUS MOBILITE 2013-2014 REGLES GENERALES D UTILISATION DES FONDS ERASMUS : EXTRAIT ANNEXE VI CONTRAT FINANCIER ERASMUS MOBILITE 2013-2014 REGLES GENERALES D UTILISATION DES FONDS ERASMUS : EXTRAIT 4. LISTE DES PAYS PARTICIPANTS Pays membres de l Union européenne Pays ALLEMAGNE AUTRICHE

Plus en détail

La mobilité sortante des étudiants français : éléments de mise en perspective

La mobilité sortante des étudiants français : éléments de mise en perspective lesnotes n 14 - juillet 2008 de CampusFrance La mobilité sortante des étudiants français : éléments de mise en perspective D ans la compétition mondiale visant à attirer les étudiants internationaux en

Plus en détail

Stages Erasmus à l étranger

Stages Erasmus à l étranger BROCHURE ERASMUS PARTIE 1 GENERALITES FEVRIER 2012 Stages Erasmus à l étranger HAUTE ECOLE GALILEE ISSIG Institut Supérieur de Soins Infirmiers Galilée TABLE DES MATIERES Avant-propos : - Prends le large

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARI Général au développement durable n 683 Octobre 2015 Prix du gaz et de l électricité en France et dans l Union européenne en 2014 OBRVION ET STISTIQU énergie En 2014, le prix du gaz a baissé

Plus en détail

Paiements transfrontaliers

Paiements transfrontaliers Paiements transfrontaliers Transférer rapidement et facilement des fonds à partir de et vers un compte à l étranger Valable à partir du 1 e janvier 2007 Valable à partir du 1 e janvier 2007 La vie actuelle

Plus en détail

LES HABITUDES MÉDIATIQUES DANS L UNION EUROPÉENNE

LES HABITUDES MÉDIATIQUES DANS L UNION EUROPÉENNE Eurobaromètre Standard 80 Automne 2013 LES HABITUDES MÉDIATIQUES DANS L UNION EUROPÉENNE RAPPORT Terrain : novembre 2013 Cette étude a été commandée et coordonnée par la Commission européenne, Direction

Plus en détail

Prix de l énergie dans l Union européenne en 2010

Prix de l énergie dans l Union européenne en 2010 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 249 Septembre 2011 Prix de l énergie dans l Union européenne en 2010 OBRVATION ET STATISTIQU ÉNERG En 2010, le prix du gaz a diminué dans l Union européenne

Plus en détail

Quelle articulation entre les statistiques françaises et européennes? Le cas du surendettement

Quelle articulation entre les statistiques françaises et européennes? Le cas du surendettement Quelle articulation entre les statistiques françaises et européennes? Le cas du surendettement Rencontre du CNIS sur les statistiques monétaires et financières à moyen terme - 21 mars 2008 Didier Davydoff,

Plus en détail

Informations techniques et questions

Informations techniques et questions Journée Erasmus Appel à propositions 2015 Informations techniques et questions Catherine Carron et Amanda Crameri Coordinatrices de projet Erasmus Contenu Call solution transitoire 2015 : remarques générales

Plus en détail

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil Sommaire Introduction... 3 1. Evolution du nombre de travailleurs à temps partiel volontaire au chômage selon le sexe... 5. Evolution

Plus en détail

noms de domaine.be & agents d enregistrement

noms de domaine.be & agents d enregistrement noms de domaine.be & agents d enregistrement 2013 2 Nombre de nouveaux enregistrements.be 147.022 193.659 222.919 232.746 257.637 267.780 306.341 299.846 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 Evolution

Plus en détail

Guide SEPA Paramétrage Experts Solutions SAGE depuis 24 ans

Guide SEPA Paramétrage Experts Solutions SAGE depuis 24 ans Guide SEPA Paramétrage Axe Informatique Experts Solutions SAGE depuis 24 ans Installation Paramétrage Développement Formation Support Téléphonique Maintenance SEPA Vérification du paramétrage des applications

Plus en détail

noms de domaine.be & agents d enregistrement

noms de domaine.be & agents d enregistrement noms de domaine.be & agents d enregistrement 2014 2 Nombre de nouveaux enregistrements.be 193.659 222.919 232.746 257.637 267.780 306.341 299.846 264.930 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 Evolution

Plus en détail

information Flux internationaux d étudiants : note d quatre fois plus nombreux qu en 1975 11.11 Enseignement supérieur & Recherche JUILLET

information Flux internationaux d étudiants : note d quatre fois plus nombreux qu en 1975 11.11 Enseignement supérieur & Recherche JUILLET note d information Enseignement supérieur & Recherche 11.11 JUILLET En 27-28, 3,3 millions d étudiants suivent une formation hors de leur pays d origine dont 2,7 dans un pays de l OCDE. Leur nombre a quadruplé

Plus en détail

LES CONDITIONS DE VIE DANS L UNION EUROPÉENNE

LES CONDITIONS DE VIE DANS L UNION EUROPÉENNE Eurobaromètre Standard 81 Printemps 2014 LES CONDITIONS DE VIE DANS L UNION EUROPÉENNE RAPPORT Terrain : juin 2014 Cette étude a été commandée et coordonnée par la Commission européenne, Direction générale

Plus en détail

LES CONDITIONS DE VIE ET D ÉTUDES DES ÉTUDIANTS ÉTRANGERS INSCRITS À L UNIVERSITÉ PARIS DESCARTES EN 2004-2005

LES CONDITIONS DE VIE ET D ÉTUDES DES ÉTUDIANTS ÉTRANGERS INSCRITS À L UNIVERSITÉ PARIS DESCARTES EN 2004-2005 LES CONDITIONS DE VIE ET D ÉTUDES DES ÉTUDIANTS ÉTRANGERS INSCRITS À L UNIVERSITÉ PARIS DESCARTES EN 2004-2005 L OSEIPE a pour objectif de mieux informer les jeunes avant qu ils ne s engagent dans une

Plus en détail

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Dans sa dernière publication, RIAD, l Association internationale

Plus en détail

JEUNES EN FORMATION PROFESSIONNELLE? Feu vert pour l Europe!

JEUNES EN FORMATION PROFESSIONNELLE? Feu vert pour l Europe! JEUNES EN FORMATION PROFESSIONNELLE? Feu vert pour l Europe! ERASMUS+ C EST AUSSI POUR VOUS! w Vous êtes jeune, en formation professionnelle initiale? Mettez toutes les chances de votre côté pour trouver

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

! " en bref. Statistiques. Indicateurs du processus de libéralisation du marché européen de l'électricité 2004 2005. Contenu.

!  en bref. Statistiques. Indicateurs du processus de libéralisation du marché européen de l'électricité 2004 2005. Contenu. Statistiques en bref ENVIRONNEMENT ET ENERGIE Energie 6/2006 Auteurs John GOERTEN Emmanuel CLEMENT Contenu Faits marquants... 1 Introduction... 2 Nombre d entreprises et leur importance relative... 2 Puissance

Plus en détail

Mobilité de l enseignement supérieur

Mobilité de l enseignement supérieur Mobilité de l enseignement supérieur Guide financier 2014 1 SOMMAIRE Introduction... 3 Le calcul de la subvention par l agence... 4 Utilisation de la subvention par l établissement... 7 Exemple d allocation

Plus en détail

Erasmus+ Les actions internationales pour l'enseignement supérieur. Bruxelles, 28 novembre 2014 Réunion d'information Erasmus+ Vito Borrelli (DG EAC)

Erasmus+ Les actions internationales pour l'enseignement supérieur. Bruxelles, 28 novembre 2014 Réunion d'information Erasmus+ Vito Borrelli (DG EAC) Les actions internationales pour l'enseignement supérieur Bruxelles, 28 novembre 2014 Réunion d'information Vito Borrelli (DG EAC) 1 Qu'est-ce qu'? Programme de l'ue pour soutenir l'éducation, la formation

Plus en détail

L'éducation formelle des adultes en Europe: politiques et mise en œuvre

L'éducation formelle des adultes en Europe: politiques et mise en œuvre BG L'éducation formelle des adultes en Europe: politiques et mise en œuvre Commission européenne L éducation formelle des adultes en Europe: politiques et mise en œuvre Ce document est publié par l Agence

Plus en détail

CITOYENNETE EUROPEENNE MOBILITE TRANSFRONTALIERE. Rapport complet. Août 2010

CITOYENNETE EUROPEENNE MOBILITE TRANSFRONTALIERE. Rapport complet. Août 2010 Etude qualitative Commission européenne CITOYENNETE EUROPEENNE MOBILITE TRANSFRONTALIERE Rapport complet Août 2010 Etude qualitative TNS Qual+ Cette étude a été commandée par la Direction générale Justice

Plus en détail

PROGRAMME ERASMUS+ Toute mobilité Erasmus+, financée ou non par la bourse, doit faire l objet de justification sur la base des documents suivants

PROGRAMME ERASMUS+ Toute mobilité Erasmus+, financée ou non par la bourse, doit faire l objet de justification sur la base des documents suivants PROGRAMME ERASMUS+ Le programme Erasmus+ concerne les mobilités réalisées dans le cadre d un des accords Erasmus de Sciences Po Grenoble dans les pays suivants : 27 Etats membres de l Union Européenne

Plus en détail

Santé et secteur social Lettres, sciences humaines et arts Sciences sociales, commerce et droit. Nouvelle-Zélande. Danemark. Portugal.

Santé et secteur social Lettres, sciences humaines et arts Sciences sociales, commerce et droit. Nouvelle-Zélande. Danemark. Portugal. Indicateur Quels sont les domaines d études les plus attractifs pour les étudiants? Les femmes sont majoritaires dans l effectif d étudiants et de diplômés dans la quasi-totalité des pays de l OCDE, et

Plus en détail

EUROBAROMETRE Spécial 355 «PAUVRETE ET EXCLUSION SOCIALE» Pauvreté et exclusion sociale. Terrain : août septembre 2010 Publication : décembre 2010

EUROBAROMETRE Spécial 355 «PAUVRETE ET EXCLUSION SOCIALE» Pauvreté et exclusion sociale. Terrain : août septembre 2010 Publication : décembre 2010 Eurobaromètre Eurobaromètre spé Eurobaromètre spécial 355 EUROBAROMETRE Spécial 355 «PAUVRETE ET EXCLUSION SOCIALE» Commission Européenne Pauvreté et exclusion sociale Rapport Eurobaromètre spécial 355

Plus en détail

"Etude sur les communications électroniques auprès des ménages

Etude sur les communications électroniques auprès des ménages Eurobaromètre spécial 335 Commission Européenne Etude sur les communications électroniques auprès des ménages Rapport Eurobaromètre spécial 335 / Vague TNS Opinion & Social Terrain : novembre - décembre

Plus en détail

CONTRAT D ENSEIGNEMENT ERASMUS Année universitaire 2011 / 2012. Programme d éducation et de formation tout au long de la vie

CONTRAT D ENSEIGNEMENT ERASMUS Année universitaire 2011 / 2012. Programme d éducation et de formation tout au long de la vie CONTRAT D ENSEIGNEMENT ERASMUS Année universitaire 2011 / 2012 Programme d éducation et de formation tout au long de la vie La liste des codes demandés dans le présent contrat se trouve dans l annexe VI

Plus en détail

Tendances en matière de retraite et d'activité pour les seniors

Tendances en matière de retraite et d'activité pour les seniors Extrait de : Panorama des pensions 2011 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2011-fr Tendances en matière de

Plus en détail

J ai demandé l asile dans l Union européenne quel pays sera responsable de l analyse de ma demande?

J ai demandé l asile dans l Union européenne quel pays sera responsable de l analyse de ma demande? FR J ai demandé l asile dans l Union européenne quel pays sera responsable de l analyse de ma demande? A Informations sur le règlement de Dublin pour les demandeurs d une protection internationale en vertu

Plus en détail

CONTRAT DE MOBILITE 2015-2016 POUR LES MOBILITES D ETUDES DU PROGRAMME ERASMUS+ dans les pays participant au programme (mobilités européennes)

CONTRAT DE MOBILITE 2015-2016 POUR LES MOBILITES D ETUDES DU PROGRAMME ERASMUS+ dans les pays participant au programme (mobilités européennes) 1 CONTRAT DE MOBILITE 2015-2016 POUR LES MOBILITES D ETUDES DU PROGRAMME ERASMUS+ dans les pays participant au programme (mobilités européennes) Nom légal complet de l établissement d envoi et code Erasmus

Plus en détail

Les marchés européens

Les marchés européens .creditfoncier.com U N E É T U D E D U C R É D I T F O N C I E R Les marchés européens du crédit immobilier résidentiel en 2014 MAI 2015 rappel méthodologique Cette étude porte sur les marchés du crédit

Plus en détail

Sécurité des patients et qualité des soins de santé Rapport

Sécurité des patients et qualité des soins de santé Rapport Eurobaromètre spécial Commission européenne Sécurité des patients et qualité des soins de santé Rapport Terrain : septembre - octobre 2009 Publication : avril 2010 Eurobaromètre 327 / Vague TNS Opinion

Plus en détail

Le logement en chiffres

Le logement en chiffres Numéro 2/214 Mars 215 Le logement en chiffres est une publication commune du STATEC et de l Observatoire de l Habitat (Service du Ministère du Logement dont les travaux sont réalisés en collaboration avec

Plus en détail

La Suisse est àla pointe de la recherche et de l innovation, l encouragement àla recherche doit cadencer son pas

La Suisse est àla pointe de la recherche et de l innovation, l encouragement àla recherche doit cadencer son pas La Suisse est àla pointe de la recherche et de l innovation, l encouragement àla recherche doit cadencer son pas La conseillère nationale Tiana Moser, pvl Séminaire parlementaire du réseau FUTURE 11 janvier

Plus en détail

Le marché du travail en Belgique en 2012

Le marché du travail en Belgique en 2012 1 Le marché du travail en Belgique en 2012 Le marché du travail en Belgique en 2012 1. Le statut sur le marché du travail de la population de 15 ans et plus Un peu moins de la moitié de la population de

Plus en détail

n 20 Les enquêtes à l origine du rapport Eurostudent 2008 ont été menées de 2004 à

n 20 Les enquêtes à l origine du rapport Eurostudent 2008 ont été menées de 2004 à Observatoire national de la vie étudiante INFOS L OVE est l un des membres fondateurs du programme Eurostudent qui compare les résultats d enquêtes menées dans plusieurs pays européens sur la situation

Plus en détail

Annexe IV CONTRAT DE MOBILITE POUR LES MOBILITES D ETUDES DU PROGRAMME ERASMUS+ Année académique 2014/15

Annexe IV CONTRAT DE MOBILITE POUR LES MOBILITES D ETUDES DU PROGRAMME ERASMUS+ Année académique 2014/15 Annexe IV CONTRAT DE MOBILITE POUR LES MOBILITES D ETUDES DU PROGRAMME ERASMUS+ Année académique 2014/15 Nom légal complet de l établissement d envoi et code Erasmus : Université Savoie Mont Blanc F CHAMBER

Plus en détail

Calendrier et plan de suivi des recommandations des experts. Section marketing du département économique

Calendrier et plan de suivi des recommandations des experts. Section marketing du département économique Calendrier et plan de suivi des recommandations des experts Section marketing du département économique Décembre 2011 La démarche d évaluation effectuée tant en interne qu avec les experts de l agence

Plus en détail

Institut national de la. propriété. Brevet unitaire et Juridiction unifiée. Besançon, le 8 octobre 2015. industrielle

Institut national de la. propriété. Brevet unitaire et Juridiction unifiée. Besançon, le 8 octobre 2015. industrielle Institut national de la propriété Brevet unitaire et Juridiction unifiée Besançon, le 8 octobre 2015 industrielle Brevet unitaire et Juridiction unifiée I - Le contexte II - Le brevet européen à effet

Plus en détail

15/2015-21 janvier 2015. Proportion d entreprises innovantes dans l Union européenne, 2010-2012 (en % des entreprises)

15/2015-21 janvier 2015. Proportion d entreprises innovantes dans l Union européenne, 2010-2012 (en % des entreprises) 15/2015-21 janvier 2015 Enquête communautaire sur l innovation 2012 La proportion d entreprises innovantes est passée sous la barre des 50% dans l UE en 2010-2012 Les innovations liées à l organisation

Plus en détail

Le programme Erasmus + à Sciences Po. La bourse de mobilité Erasmus séjours d études et stages

Le programme Erasmus + à Sciences Po. La bourse de mobilité Erasmus séjours d études et stages Le programme Erasmus + à Sciences Po La bourse de mobilité Erasmus séjours d études et stages Qu est ce que le programme Erasmus +? Erasmus + est un programme de la Commission Européenne destiné à encourager

Plus en détail

02 2004 Édition 2004 2004 2004 2004 20 02 2004 2004 51,8 2004 2004 2004 20

02 2004 Édition 2004 2004 2004 2004 20 02 2004 2004 51,8 2004 2004 2004 20 4 4 4 4 4 4 2 4 4 4 4 4 2 4 4 4 4 Éducation et culture4 4 2 4 4 4 4 4 2 2 4 4 4 4 4 2 4 Chiffres 4 clés 4 des technologies 4 4 de 2 2 4 l information 4 4 et de 4 la communication 4 4 2 à l école en Europe

Plus en détail

NOM :... PRENOM :... Date de naissance : JJ/MM/AAAA :.../.../... Nationalité :..

NOM :... PRENOM :... Date de naissance : JJ/MM/AAAA :.../.../... Nationalité :.. ANNEXE 4 RAPPORT DÉTAILLÉ PRÉSENTÉ PAR L ÉTUDIANT À L ÉTABLISSEMENT 2009-2010 Stage en entreprise Erasmus Remarque à l attention de l étudiant : le présent rapport destiné à relater votre expérience fournira

Plus en détail

Jumelage de villes Guide de l utilisateur 2006 RENCONTRES DE CITOYENS

Jumelage de villes Guide de l utilisateur 2006 RENCONTRES DE CITOYENS JUMELAGE DE VILLES DG Éducation et culture Programme d action communautaire pour la promotion de la citoyenneté européenne active RENCONTRES DE CITOYENS Appel de propositions DG EAC n 25/05 Jumelage de

Plus en détail

Mobilités des étudiants 2015-2016

Mobilités des étudiants 2015-2016 Séance d information Faculté de Psychologie et des Sciences de l Education Mobilités des étudiants 2015-2016 Mercredi 5 novembre 2014 Université de Mons 1 L équipe internationale de l UMONS Natalie WINDAL

Plus en détail

Quel est le temps de travail des enseignants?

Quel est le temps de travail des enseignants? Quel est le temps de travail des enseignants? Dans les établissements publics, les enseignants donnent, en moyenne et par an, 779 heures de cours dans l enseignement primaire, 701 heures de cours dans

Plus en détail

Salaires et allocations. Eurydice Faits et chiffres. des enseignants. et des chefs d établissement. en Europe, 2013/2014. Education et formation

Salaires et allocations. Eurydice Faits et chiffres. des enseignants. et des chefs d établissement. en Europe, 2013/2014. Education et formation Salaires et allocations des enseignants et des chefs d établissement en Europe, 2013/2014 Eurydice Faits et chiffres Education et formation Salaires et allocations des enseignants et des chefs d'établissement

Plus en détail

RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL

RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 8.1.2014 COM(2013) 938 final RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL Rapport sur l'état d'avancement de la mise en œuvre de la directive 2006/32/CE

Plus en détail

Annexe 2 : Informations statistiques

Annexe 2 : Informations statistiques Annexe 2 : Informations statistiques Pour une analyse détaillée et des données récentes sur les tendances en matière d emploi en Europe, voir Commission européenne (23), Emploi en Europe 23 (http://europa.eu.int/comm/employment_social/employment_analysis/employ_23_fr.htm)

Plus en détail

2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé

2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé 2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé Si les dépenses de protection sociale pendant la crise ont joué globalement un rôle de stabilisateur automatique (cf. fiche

Plus en détail

Les inégalités d accès à la formation continue en entreprise

Les inégalités d accès à la formation continue en entreprise Ans Note d éducation permanente de l ASBL Fondation Travail Université (FTU) N 2015 5, avril 2015 www.ftu.be/ep Les inégalités d accès à la formation continue en entreprise Une comparaison avec les pays

Plus en détail

ETUDE SUR LES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES AUPRES DES MENAGES

ETUDE SUR LES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES AUPRES DES MENAGES Eurobaromètre spécial 381 ETUDE SUR LES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES AUPRES DES MENAGES RAPPORT Terrain : décembre 2011 Publication : juin 2012 Cette étude a été commandée par la Commission européenne,

Plus en détail

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux chocs importants ont affecté le comportement des prix de détail des principaux pays

Plus en détail

Notes explicatives concernant le formulaire d opposition

Notes explicatives concernant le formulaire d opposition OFFICE DE L HARMONISATION DANS LE MARCHÉ INTÉRIEUR (OHMI) (marques, dessins et modèles) Notes explicatives concernant le formulaire d opposition 1. Remarques générales 1.1 Utilisation du formulaire Le

Plus en détail

La Mobilité individuelle des étudiants et des personnels en EUROPE - Programme ERASMUS + (action clé 1)

La Mobilité individuelle des étudiants et des personnels en EUROPE - Programme ERASMUS + (action clé 1) La Mobilité individuelle des étudiants et des personnels en EUROPE - Programme ERASMUS + (action clé 1) Procédures internes mises en place à l Université de Lorraine dans le respect de la Charte ERASMUS

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES A UNE ALLOCATION STAGE-ERASMUS 2015/2016. Partie A : Présentation du dispositif et des règles d éligibilité

APPEL A CANDIDATURES A UNE ALLOCATION STAGE-ERASMUS 2015/2016. Partie A : Présentation du dispositif et des règles d éligibilité APPEL A CANDIDATURES A UNE ALLOCATION STAGE-ERASMUS 2015/2016 Partie A : Présentation du dispositif et des règles d éligibilité 1- DEFINITION d un stage ERASMUS : Est éligible au statut ERASMUS-stage toute

Plus en détail

Mobilité étudiante : ERASMUS+, ERASMUS BELGICA, FAME, Acte de CANDIDATURE

Mobilité étudiante : ERASMUS+, ERASMUS BELGICA, FAME, Acte de CANDIDATURE Veuillez sélectionner le Campus sur lequel vous étudiez : PHOTO Mobilité étudiante : ERASMUS+, ERASMUS BELGICA, FAME, Acte de CANDIDATURE Document à compléter et à envoyer aux personnes relais de la Cellule

Plus en détail

LES EUROPEENS ET LES LANGUES

LES EUROPEENS ET LES LANGUES Eurobaromètre Commission européenne LES EUROPEENS ET LES LANGUES Terrain : Mai Juin 2005 Publication : Septembre 2005 Eurobaromètre Spécial 237-Vague 63.4 TNS Opinion & Social Sondage commandité et coordonné

Plus en détail

Baromètre de la société de l information

Baromètre de la société de l information Baromètre de la société de l information BAROMÈTRE DE LA SOCIETE DE L INFORMATION (2014) http://economie.fgov.be L édition 2014 du Baromètre de la société de l information est disponible sur le site web

Plus en détail

L'emploi public en Belgique

L'emploi public en Belgique L'emploi public en Belgique Conseil économique et social de la Région wallonne, 0 septembre 009 P. Bisciari Economiste DS.09.07.37_0-09-09.pptx Raisons de s'intéresser à l'emploi public Importance de l'emploi

Plus en détail

CONTRAT MOBILITE DE FORMATION ERASMUS Année Universitaire 20 / 20. Programme d éducation et de formation tout au long de la vie

CONTRAT MOBILITE DE FORMATION ERASMUS Année Universitaire 20 / 20. Programme d éducation et de formation tout au long de la vie CONTRAT MOBILITE DE FORMATION ERASMUS Année Universitaire 20 / 20 Programme d éducation et de formation tout au long de la vie La liste des codes demandés dans le présent contrat se trouve dans l annexe

Plus en détail

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans 94 Partie II Objectifs / Résultats Objectif 3 : Concilier vie familiale et vie professionnelle Indicateur n 3-5 : Indicateur sur l emploi des femmes Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et

Plus en détail

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La réforme de la politique agricole commune doit intervenir d ici 2013. Une consultation publique officielle sur la PAC de

Plus en détail

Chiffres clés de l utilisation. des TIC pour. Commission européenne

Chiffres clés de l utilisation. des TIC pour. Commission européenne BG Chiffres clés de l utilisation des TIC pour l apprentissage et l innovation à l école en Europe 2011 Commission européenne Chiffres clés de l utilisation des TIC pour l apprentissage et l innovation

Plus en détail

Comment les jeunes perçoivent ils le marché du travail et le rôle du travail intérimaire?

Comment les jeunes perçoivent ils le marché du travail et le rôle du travail intérimaire? Note Synthétique Juin 2010 Comment les jeunes perçoivent ils le marché du travail et le rôle du travail intérimaire? Dossier rédigé sur la base du rapport homonyme d IDEA Consult Le bureau d études IDEA

Plus en détail

L évolution du marché du travail de 1986 à 2006

L évolution du marché du travail de 1986 à 2006 DIRECTION GÉNÉRALE STATISTIQUE ET INFORMATION ÉCONOMIQUE COMMUNIQUÉ DE PRESSE 26 avril 2007 L évolution du marché du travail de 1986 à 2006 Ces 20 dernières années, 740.000 travailleurs sont venus grossir

Plus en détail

Communication commune sur l application de l arrêt «IP Translator» v1.2, 20 février 2014

Communication commune sur l application de l arrêt «IP Translator» v1.2, 20 février 2014 1 Communication commune sur l application de l arrêt «IP Translator» v1.2, 20 février 2014 Le 19 juin 2012, la Cour a rendu son arrêt dans l affaire C-307/10 «IP Translator», répondant de la manière suivante

Plus en détail

Erasmus pour tous: cinq millions de bénéficiaires potentiels

Erasmus pour tous: cinq millions de bénéficiaires potentiels COMMISSION EUROPEENNE COMMUNIQUE DE PRESSE pour tous: cinq millions de bénéficiaires potentiels Bruxelles, le 23 novembre 2011 Jusqu à cinq millions de personnes (soit presque deux fois plus qu actuellement)

Plus en détail

Etudier à l international avec AMU: pourquoi pas vous?

Etudier à l international avec AMU: pourquoi pas vous? Etudier à l international avec AMU: pourquoi pas vous? Etudier à l international : pourquoi pas vous? Partir: pourquoi? Expérience humaine Découverte de la culture, de la vie dans un autre pays, connaissance

Plus en détail

Le don du sang et les transfusions sanguines

Le don du sang et les transfusions sanguines EUROBAROMETRE Spécial 333b «Le don du sang et les transfusions sanguines» Eurobaromètre special 333b Commission Européenne Le don du sang et les transfusions sanguines Terrain: octobre 2009 Publication:

Plus en détail

Enquête internationale 2013 sur le Travail Flexible

Enquête internationale 2013 sur le Travail Flexible Enquête internationale 2013 sur le Travail Flexible En octobre 2013, BakkerElkhuizen a mené une enquête en ligne parmi les professionnels RH en Allemagne, en Angleterre, en Belgique et aux Pays-Bas portant

Plus en détail

Chiffres clés de l'enseignement des langues à l'école en Europe 2012

Chiffres clés de l'enseignement des langues à l'école en Europe 2012 Chiffres clés de l'enseignement des langues à l'école en Europe 2012 Chiffres clés de l'enseignement des langues en Europe 2012 offre un panorama complet des systèmes d'enseignement des langues dans 32

Plus en détail

ETUDE SUR LES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES AUPRES DES MENAGES

ETUDE SUR LES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES AUPRES DES MENAGES Eurobaromètre spécial 396 ETUDE SUR LES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES AUPRES DES MENAGES RÉSUMÉ Terrain : Février - Mars 2013 Publication: Novembre 2013 Cette étude a été commandée par la Commission européenne,

Plus en détail

Sécurité des patients et qualité des soins de santé Résumé

Sécurité des patients et qualité des soins de santé Résumé Eurobaromètre spécial Commission européenne Sécurité des patients et qualité des soins de santé Résumé Terrain : septembre - octobre 2009 Publication : avril 2010 Eurobaromètre 327 / Vague 72.2 TNS Opinion

Plus en détail

U.F.R. LETTRES, LANGUES & SCIENCES HUMAINES

U.F.R. LETTRES, LANGUES & SCIENCES HUMAINES U.F.R. LETTRES, LANGUES & SCIENCES HUMAINES Demande d admission en 1 ère année de Master Le dossier est à envoyer à : Master Sciences Humaines & Sociales, mention GEOGRAPHIE ou HISTOIRE Secrétariat Master

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 463 Novembre 2013 La mobilité à longue distance des Français en 2012 OBSERVATION ET STATISTIQUES TRANSPORT En 2012, la mobilité à longue distance des personnes

Plus en détail

TOURISME DES JEUNES ACCES AUX VACANCES DES ENFANTS D AGE SCOLAIRE

TOURISME DES JEUNES ACCES AUX VACANCES DES ENFANTS D AGE SCOLAIRE TOURISME DES JEUNES Le développement du tourisme des jeunes est l une des préoccupations majeures de la direction du Tourisme. L accès aux vacances participe à la formation et à la socialisation des jeunes

Plus en détail

Egalité entre femmes et hommes: la Suisse en comparaison internationale

Egalité entre femmes et hommes: la Suisse en comparaison internationale Département fédéral de l intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Actualités OFS 20 Situation économique et sociale Neuchâtel, 01.2008 de la population Egalité entre femmes et hommes: la Suisse

Plus en détail