Rapport Enquête de Conjoncture 1 er et 2 ème trimestres 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport Enquête de Conjoncture 1 er et 2 ème trimestres 2013"

Transcription

1 Rapport Enquête de Conjoncture 1 er et 2 ème trimestres 15, rue Maréchal Foch Lorient I Tél I Fax I I Site SA au capital de I RCS Bobigny B I TVA intercommunautaire FR I APE 8559A 1

2 Sommaire Contexte et objectifs de l intervention Page 3 Démarche d intervention Taux de retour Page 4 Représentativité Lecture des résultats Page 5 Chiffres d affaires globaux Page 6 Les bureaux équipés Page 10 Taux d occupation / Nombre de clients Page 15 Les salariés Page 19 2

3 Contexte et objectifs de l intervention Le SYNAPHE est le Syndicat des Professionnels de l Hébergement des entreprises. Les adhérents du SYNAPHE proposent à leurs clients des espaces de travail physiques ou virtuels, ainsi que les équipements et les services connexes à cet hébergement. Le SYNAPHE est en relation étroite avec le SIST (Chambre Professionnelle des Services Intégrés du Secrétariat et des Téléservices) et l association ACCES qui accompagne financièrement les projets communs de ces deux structures. Le SYNAPHE représente l équivalent de 250 centres d affaires et de domiciliation. L adhérent moyen représente 500 à de chiffre d affaires avec 4 à 5 salariés. Mais ces chiffres présentent des disparités très fortes selon que l activité de l adhérent soit orientée vers l activité de centre d affaires ou de domiciliataire. Depuis 4 ans environ, le SYNAPHE réalise un baromètre de conjoncture auprès de l ensemble de ses adhérents. Celui-ci consiste à analyser les données et à préparer un rapport de conjoncture basé sur questionnaire adressé à des Centres d Affaires et de Domiciliation. Cebaromètredeconjoncture estréalisé2foisparan. Cet outil sert à la fois de communication interne(les répondants peuvent ainsi se«benchmarker»), mais aussi externe. Le présent document fait l objet des résultats du baromètre du premier semestre. 3

4 Démarche d intervention Taux de retour Enquête auto-administrée Envoi des questionnaires à l ensemble des adhérents par mail Taux de retour à 69%* Base : 24 questionnaires centres d affaires et 10 questionnaires centres de domiciliation Représentant 87 centres d affaires et 69 centres de domiciliation, soit 156 centres, soit 69% des adhérents Synaphe Taux de retour obtenu suite à : - 2 relances mail - 5 relances téléphoniques *Tauxderetourà87%aux-. 4

5 Représentativité Identification des répondants par rapport au semestre précédent Répondants différents du semestre précédent 9% Répondants identiques au semestre précédent 91% Lecture des résultats Attention! Les évolutions par rapport aux trimestres précédents sont à prendre avec précaution : en effet, le périmètre de l enquête n est pas le même : - Pour les et, 156 centres adhérents sont représentés, contre 198 centres adhérents aux et, 119 centres adhérents aux et, et 65 centres adhérents au et. - L échantillonnage des répondants varie au fil des ans. - Les trimestres précédents tiennent compte de données de non-adhérents, ce qui n est pas le cas pour les et et et. - Des adhérents de taille significative apportent leur contribution au baromètre de conjoncture de manière aléatoire, répondant pour certains semestres et pas pour d autres. Les différents résultats prennent en compte le poids de chaque adhérent. Exemple : les chiffres d une enseigne détenant 10 centres auront un poids 10 fois supérieur à l enseigne ne détenant qu 1 centre. 5

6 Partie 1 Chiffres d Affaires globaux 15, rue Maréchal Foch Lorient I Tél I Fax I I Site SA au capital de I RCS Bobigny B I TVA intercommunautaire FR I APE 8559A 6

7 Chiffres d affaires total Chiffre d affaires moyen global par trimestre au m 2 (chiffre d affaires total / surface totale des centres) * ,5 128, , ,2 188,9 207,9 210,3 Taux d évolutiondu trimestre par rapport au trimestre de l année précédente CA HT moyen mensuel -7,0% +1,5% +2,5% +6,0% +0,5% +0,5% +4,5% +5,5% +6,5% +5,0% +31% +32% +57% +56% 41,5 42,5 42, , ,5 47, * Centres d affaires - Hors parking et réserves 7

8 Chiffres d affaires total sur Paris + 92 Chiffre d affaires moyen global par trimestre au m 2 (chiffre d affaires total / surface totale des centres) * , ,8 235,2 286,8 296,8 Taux d évolutiondu trimestre par rapport au trimestre de l année précédente ,5% +6,5% +12% +7,5% +13,5 % +11% +9,0% +8,0% +20% +19% +39% +40% CA HT moyen mensuel 56 60,5 52,5 59, , , * Centres d affaires - Hors parking et réserves 8

9 Chiffres d affaires total sur les autres régions Chiffre d affaires moyen global par trimestre au m 2 (chiffre d affaires total / surface totale des centres) * , ,5 127,0 132,0 127,9 124,4 Taux d évolutiondu trimestre par rapport au trimestre de l année précédente ,0% +6,0% -8,5% -5,5% -2,5% +1,0% +4,5% +3,0% +20% +22% +52% +51% CA HT moyen mensuel , , , * Centres d affaires - Hors parking et réserves 9

10 Partie 2 Les Bureaux Equipés 15, rue Maréchal Foch Lorient I Tél I Fax I I Site SA au capital de I RCS Bobigny B I TVA intercommunautaire FR I APE 8559A 10

11 Les Bureaux Equipés Surface moyenne nette des centres d affaires(en m 2 ) * Sur Paris et 92 Sur les autres régions (*) Forfaitbureau: incluant: excluant: - loyer, charges locatives, charges de fonctionnement, - permanence téléphonique nettoyage, fluides - trafic téléphonique - accueil visiteurs, tri et distribution du courrier - consommation bureautique(fax, copieur, impression) - domiciliation s il y a lieu - assistance, secrétariat horaire, coûts poste, DHL - mobilier, équipement téléphonique de base - abonnements ou prestations data, internet - salles de réunions - boissons, papeterie 11

12 Chiffres d affaires Bureaux Equipés Chiffres d affaires moyen bureaux équipés HT par trimestre (chiffre d affaires bureaux équipés / surface nette des bureaux) * 221,4 227,3 241,6 233, , ,5 160 Taux d évolutiondu trimestre par rapport au trimestre de l année précédente -5,5% +2,0% +5,0% +6,0% 0,0% +0,5% +4,0% +5,0% +7,0% +6,5% +30% +27% +50% +46% CA HT moyen mensuel , ,5 59,5 53, Le chiffre d affaires des bureaux équipés progresse en région parisienne, alors qu il baisse en Province. (*) Forfaitbureau: incluant: excluant: - loyer, charges locatives, charges de fonctionnement, - permanence téléphonique nettoyage, fluides - trafic téléphonique - accueil visiteurs, tri et distribution du courrier - consommation bureautique(fax, copieur, impression) - domiciliation s il y a lieu - assistance, secrétariat horaire, coûts poste, DHL - mobilier, équipement téléphonique de base - abonnements ou prestations data, internet - salles de réunions - boissons, papeterie 12

13 Chiffres d affaires Bureaux Equipés sur Paris + 92 Chiffres d affaires moyen bureaux équipés HT par trimestre (chiffre d affaires bureaux équipés / surface nette des bureaux) * , ,9 295,4 328,4 320,9 Taux d évolutiondu trimestre par rapport au trimestre de l année précédente -7,0% -0,5% +2,5% +5,0% +8,0% +7,5% +9,0% +11% +10% +7,5% +8% +2% +15% +13% CA HT moyen mensuel , , (*) Forfaitbureau: incluant: excluant: - loyer, charges locatives, charges de fonctionnement, - permanence téléphonique nettoyage, fluides - trafic téléphonique - accueil visiteurs, tri et distribution du courrier - consommation bureautique(fax, copieur, impression) - domiciliation s il y a lieu - assistance, secrétariat horaire, coûts poste, DHL - mobilier, équipement téléphonique de base - abonnements ou prestations data, internet - salles de réunions - boissons, papeterie 13

14 Chiffres d affaires Bureaux Equipés sur les autres régions Chiffres d affaires moyen bureaux équipés HT par trimestre (chiffre d affaires bureaux équipés / surface nette des bureaux) * 141,3 140,9 131,1 124, ,5 101, ,5 108,5 107,5 Taux d évolutiondu trimestre par rapport au trimestre de l année précédente -5,0% +3,0% +9,0% +9,0% -6,0% -5,0% +1,0% +1,5% +5,0% +6,0% +27% +28% +20% +16% CA HT moyen mensuel 36,5 35,5 36, , (*) Forfaitbureau: incluant: excluant: - loyer, charges locatives, charges de fonctionnement, - permanence téléphonique nettoyage, fluides - trafic téléphonique - accueil visiteurs, tri et distribution du courrier - consommation bureautique(fax, copieur, impression) - domiciliation s il y a lieu - assistance, secrétariat horaire, coûts poste, DHL - mobilier, équipement téléphonique de base - abonnements ou prestations data, internet - salles de réunions - boissons, papeterie 14

15 Partie 3 Taux d occupation Nombre de clients 15, rue Maréchal Foch Lorient I Tél I Fax I I Site SA au capital de I RCS Bobigny B I TVA intercommunautaire FR I APE 8559A 15

16 Taux d occupation des bureaux Le taux d occupation des centres d affaires est en hausse pour la région parisienne, mais en légère baisse en Province. Mètres carrés occupés / Mètres carrés commerciaux à la vente Au global 73% 74% 76% 78% 80% 80% 84% 86% 85% 86% 77,8% 77,9% 75,0% 75,3% % centre d affaires Sur Paris et 92 Sur les autres régions 87% 88% 90% 87% 79,9% 79,9% 95,2% 95,2% 78% 76% 82% 85% 70,2% 70,5% 67,9% 68,1% % centre d affaires % centre d affaires 16

17 Domiciliation Nombre moyen de clients domiciliés ,5 125,7 139,9 141,4 Le nombre de clients domiciliés est plus fort en centres de domiciliation (209 clients en moyenne au et 212 au ) que dans les centres d affaires (84 clients en moyenne au et 86 au ). Centres d affaires et centres de domiciliation Résultats selon le type de centres Centres d'affaires 84,4 86,3 Centres de domiciliation 208,

18 Location de bureaux Nombre moyen de clients location bureaux Le nombre de clients location de bureaux est stable par rapport au semestre précédent. 20,6 20,6 19,7 19,4 Centres d affaires Permanence téléphonique et autres prestations Nombre moyen de clients permanence téléphonique et autres prestations ,2 28,4 28,3 28,2 Le nombre de clients en permanence téléphonique et autres prestations est globalement stable au fil des ans. Centres d affaires et centres de domiciliation 18

19 Partie 4 Les salariés 15, rue Maréchal Foch Lorient I Tél I Fax I I Site SA au capital de I RCS Bobigny B I TVA intercommunautaire FR I APE 8559A 19

20 Nombre de salariés par centre Un nombre de salariés plus élevé dans les centres d affaires que dans les centres de domiciliation. Pour information, le nombre des salariés travaillant à temps partiel est plus élevé en centres de domiciliation qu en centres d affaires. Nombre moyen de salariés ETP Nombre moyen de salariés temps partiel* Assistante / hôtesse d'accueil 1,91 1,76 Assistante / hôtesse d'accueil 0,41 0,29 Employés 1,06 1,29 Employés 0,56 0,20 Agents de maîtrise 0,62 0,67 Agents de maîtrise 0,12 1,00 Cadres 1,10 1,09 Cadres 0,18 0,17 S2 S1 Centres d affaires et centres de domiciliation S2 S1 Centres d affaires et centres de domiciliation * Chiffres inclus dans le nombre moyen de salariés ETP. 20

21 Rémunération moyenne par catégorie socioprofessionnelle [Centres d affaires + Centres de domiciliation] L évolution de la rémunération entre le moment de l embauche et après embauche varie selon les fonctions ; l écart de coefficient de rémunération entre le moment de l embauche et après embauche des assistantes / hôtesses d accueil est de +16%, les employés +4%, les agents de maîtrise +1% et les cadres +28%. Coefficient moyen de rémunération à l embauche Coefficient moyen de rémunération Assistante / hôtesse d'accueil 155,7 153,8 Assistante / hôtesse d'accueil 180,3 179,1 Employés 146,3 154,3 Employés 154,7 161,1 Agents de maîtrise 208,1 209,8 Agents de maîtrise 211,4 211,4 Cadres 278,1 279,8 Cadres 308,6 359,8 S2 S1 S2 S1 Rémunération moyenne à l embauche * Rémunération mensuelle moyenne fixe brute* Assistante / hôtesse d'accueil 1457,6 1453,6 Assistante / hôtesse d'accueil 1525,6 1527,4 Employés 1166,0 1454,8 Employés 1352,3 1882,4 Agents de maîtrise 1895,5 1824,6 Agents de maîtrise 2095,3 2078,5 Cadres 2534,7 2487,0 Cadres 3329,6 3732,6 S2 S1 S2 S1 * Certains chiffres de rémunération moyenne sont sur la base de temps partiel. 21

22 Autres éléments de rémunération Les principaux centres d affaires et de domiciliation de taille significative proposent une rémunération variable à leurs salariés, ce qui explique les taux importants obtenus. Mais ceux-ci n attribuent pas de 13 ème mois à leurs salariés. Le 13 ème mois de rémunération est d ailleurs rarement appliqué en centres de domiciliation, voire jamais en ce qui concerne les assistantes / hôtesses d accueil, les cadres et les agents de maîtrise. 13 ème mois(% de oui) Rémunération variable(% de oui) Assistante / hôtesse d'accueil 1,4% 12,8% Assistante / hôtesse d'accueil 80,1% 83,1% Employés 3,0% 24,0% Employés 25,0% 42,5% Agents de maîtrise 0,8% 12,1% Agents de maîtrise 91,6% 91,2% Cadres 0,8% 12,0% Cadres 44,8% 80,6% S2 S1 Centres d affaires et centres de domiciliation S2 S1 Centres d affaires et centres de domiciliation 22

23 Avantages par catégorie socioprofessionnelle Les tickets restaurant et la mutuelle représentent les avantages sociaux les plus couramment attribués aux salariés des centres d affaires et de domiciliation, sans distinction significative entre centres d affaires et centres de domiciliation. La retraite complémentaire est moins couramment proposée ; les centres d affaires proposent davantage la retraite complémentaire à leurs salariés que les centres de domiciliation. Les centres d affaires et de domiciliation de taille significative proposent les tickets restaurant et la mutuelle à leurs salariés, ce qui explique les pourcentages élevés obtenus. Ils ne proposent pas toujours de retraite complémentaire à leurs salariés, hormis pour les cadres. Ticket restaurant(% de oui) Mutuelle(% de oui) Assistante / hôtesse d'accueil 85,2% 90,2% Assistante / hôtesse d'accueil 79,8% 89,5% Employés 80,9% 91,9% Employés 78,9% 90,4% Agents de maîtrise 91,5% 97,6% Agents de maîtrise 89,0% 94,4% Cadres 89,3% 92,5% Cadres 92,3% 94,0% S2 S1 S2 S1 Centres d affaires et centres de domiciliation Centres d affaires et centres de domiciliation Retraite complémentaire(% de oui) Assistante / hôtesse d'accueil Employés Agents de maîtrise 7,1% 36,8% 44,3% 46,3% 36,4% 47,6% Cadres 86,9% 92,3% S2 S1 Centres d affaires et centres de domiciliation 23

24 Formation «Avez-vous bénéficié d actions collectives via notre branche les 3 dernières années?»(% de oui) 9,1% 9% des centres d affaires et centres de domiciliation confondus ont bénéficié d actions collectives sur les 3 dernières années. Notons que ce chiffre fluctue selon qu il s agisse des centres d affaires (16% d entre eux) ou des centres de domiciliation(aucun d entre eux). 99,9% OUI NON Site Internet «Connaissez-vous l existence du site Internet de notre branche de oui) 42,9% 43% des répondants au baromètre de conjoncture affirment connaître l existence du site Internet (71% en centres d affaires et 6% en centres de domiciliation). 57,1% 24

BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES

BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES 1 er et 2 ème trimestres 2012 Note semestrielle N 5 BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES Une activité dynamique qui pourrait s essouffler L activité d hébergement d entreprises au premier

Plus en détail

BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES

BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES 1 er et 2 ème trimestres 2010 Note semestrielle N 1 BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES 1. CHIFFRE D AFFAIRES TOTAL DES CENTRES D AFFAIRES Chiffre d affaires total / surface totale

Plus en détail

1 ER BAROMÈTRE DES PRIX DE L IMMOBILIER DE PARKING

1 ER BAROMÈTRE DES PRIX DE L IMMOBILIER DE PARKING 1 ER BAROMÈTRE DES PRIX DE L IMMOBILIER DE PARKING Inédit en France, MonsieurParking.com, société spécialisée dans l achat, la vente et la location de places de parking, crée le 1 er baromètre de l immobilier

Plus en détail

Renouvellement de la vie politique. Modélisation de la réduction des coûts de représentation

Renouvellement de la vie politique. Modélisation de la réduction des coûts de représentation Renouvellement de la vie politique Modélisation de la réduction des coûts de représentation Introduction Ce document propose de modéliser l impact des modifications suivantes du mode de représentation

Plus en détail

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010 Gestion des cabinets d'expertise comptable Octobre 2010 Sommaire Avant-propos... 2 Synthèse en quelques chiffres... 2 Les cabinets sans salariés... 2 Les cabinets de 1 à 49 salariés... 2 Le chiffre d affaires

Plus en détail

CENTRE D AFFAIRES DE CRETEIL

CENTRE D AFFAIRES DE CRETEIL CENTRE D AFFAIRES DE CRETEIL VOTRE IMPLANTATION A CRETEIL UN CHOIX STRATEGIQUE 70, avenue du Général de Gaulle 94022 CRETEIL CEDEX : 00.33.1.49.81.68.00 : 00.33.1.43.39.94.40 contact@centredaffaire.fr

Plus en détail

ACCORD DU 11 JANVIER 2011 RELATIF AUX SALAIRES POUR L ANNÉE 2011

ACCORD DU 11 JANVIER 2011 RELATIF AUX SALAIRES POUR L ANNÉE 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3301 Convention collective nationale IDCC : 2098. PRESTATAIRES DE SERVICES DANS LE DOMAINE DU SECTEUR TERTIAIRE ACCORD

Plus en détail

ACCORD DU 26 MARS 2013

ACCORD DU 26 MARS 2013 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3301 Convention collective nationale IDCC : 2098. PRESTATAIRES DE SERVICES DANS

Plus en détail

ADMINISTRATEUR DE BIENS

ADMINISTRATEUR DE BIENS ADMINISTRATEUR DE BIENS SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'ADMINISTRATEUR DE BIENS... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'ADMINISTRATEUR DE BIENS... 5 L'ACTIVITÉ DE L'ADMINISTRATEUR DE BIENS... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DE

Plus en détail

L emploi des jeunes dans l Economie Sociale et Solidaire

L emploi des jeunes dans l Economie Sociale et Solidaire L emploi des jeunes dans l Economie Sociale et Solidaire Synthèse Observatoire National de l ESS CNCRES Elisa Braley, responsable de l Observatoire Arnaud Matarin, chargé d études observatoire@cncres.org

Plus en détail

Propriété de la CNET - Reproduction interdite. Année de référence 2009

Propriété de la CNET - Reproduction interdite. Année de référence 2009 Année de référence 2009 L Observatoire L Observatoire est un outil de la CNET qui permet aux chefs d entreprise de : Avoir une vision claire et précise du marché; Comparer quelques éléments clé de leur

Plus en détail

1 - Salaires nets tous secteurs confondus

1 - Salaires nets tous secteurs confondus N 627 Résultats l enquête annuelle sur les s auprès s entreprises - Mai 2011 - L enquête annuelle sur les s auprès s entreprises, réalisée par voie postale par l ONS a donné les résultats présentés ci-ssous.

Plus en détail

Enquête sur le recrutement et l emploi au Québec (EREQ)

Enquête sur le recrutement et l emploi au Québec (EREQ) Rapport statistique Enquête sur le recrutement et l emploi au Québec (EREQ) En collaboration avec l Institut de la statistique du Québec Volume 11 Enquête 2011 sur les données de 2010 Errata Enquête sur

Plus en détail

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE DE L ENTREPRISE

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE DE L ENTREPRISE MAÎTRE D OUVRAGE CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL PYRENEES GASCOGNE 11 boulevard Kennedy 65 000 TARBES BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE DE L ENTREPRISE Date : 5 mars 2012 PREFECTURE

Plus en détail

Résultats d Etude. Location de véhicules à double commande

Résultats d Etude. Location de véhicules à double commande Résultats d Etude Location de véhicules à double commande Novembre 2008 1 SOMMAIRE Introduction...3 1/11 Avez-vous votre permis voiture?...4 2/11 En matière de «permis voiture», quelle est votre situation?...6

Plus en détail

L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire

L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire Contexte régional Créé en 2010 par l Atelier Centre de ressources régional de l économie sociale et solidaire et la Chambre régionale

Plus en détail

Enquête trimestrielle auprès des entreprises sur leur accès au crédit en France

Enquête trimestrielle auprès des entreprises sur leur accès au crédit en France Enquête trimestrielle auprès des entreprises sur leur accès au crédit en France La Banque de France mène une enquête trimestrielle auprès des entreprises de l industrie, des services et du bâtiment sur

Plus en détail

ADMINISTRATEUR DE BIENS

ADMINISTRATEUR DE BIENS ADMINISTRATEUR DE BIENS SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'ADMINISTRATEUR DE BIENS... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'ADMINISTRATEUR DE BIENS... 5 L'ACTIVITÉ DE L'ADMINISTRATEUR DE BIENS... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DE

Plus en détail

>> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi.

>> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi. 2 ème trimestre 20 Juillet 20 - N 21 >> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi. Alors que 20 s annonçait comme l année de la reprise, l évolution de l activité

Plus en détail

FD/AM N 1-18325 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Adeline Merceron Tél : 01 45 84 14 44 adeline.merceron@ifop.com. pour

FD/AM N 1-18325 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Adeline Merceron Tél : 01 45 84 14 44 adeline.merceron@ifop.com. pour FD/AM N 1-18325 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Adeline Merceron Tél : 01 45 84 14 44 adeline.merceron@ifop.com pour Les Français et leur de santé Résultats détaillés Février 2010 Sommaire - 1 - La méthodologie...

Plus en détail

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Contact : Fabien LALLEMENT - 05 57 14 27 13 Avril 2012 Sommaire 1. Périmètre de l analyse... Page 1 2. Définition des termes utilisés...

Plus en détail

Quelle efficacité du diagnostic électrique obligatoire? Rapport d étude 2012 réalisé par TNS Sofres

Quelle efficacité du diagnostic électrique obligatoire? Rapport d étude 2012 réalisé par TNS Sofres Quelle efficacité du diagnostic électrique obligatoire? Rapport d étude 2012 réalisé par TNS Sofres Cliquez Sommaire pour modifier le style du titre 1. Contexte et objectifs 2. Principaux enseignements

Plus en détail

CONSULTATION POUR LA BANQUE ALIMENTAIRE «L aide alimentaire C est quoi? Pour qui?»

CONSULTATION POUR LA BANQUE ALIMENTAIRE «L aide alimentaire C est quoi? Pour qui?» CONSULTATION POUR LA BANQUE ALIMENTAIRE «L aide alimentaire C est quoi? Pour qui?» Enquête auprès de la Fédération des Banques Alimentaires et des personnes accueillies - Présentation - N 0800171 Août

Plus en détail

1. DESCRIPTION DU DISPOSITIF TITRE-SERVICE (TS)

1. DESCRIPTION DU DISPOSITIF TITRE-SERVICE (TS) Résumé du CESRBC relatif au système Titres-Services, 08/10/2013 1. DESCRIPTION DU DISPOSITIF TITRE-SERVICE (TS) Mis en place en 2004, ce dispositif permet à des particuliers d acheter des «chèques-services»

Plus en détail

Etude 2014 sur le devenir des Actuaires de l Université de Strasbourg

Etude 2014 sur le devenir des Actuaires de l Université de Strasbourg l Université de Strasbourg Novembre 2014 L Union Strasbourgeoise des Actuaires a proposé à ses membres de remplir un court questionnaire sur leur situation professionnelle actuelle. Ce document s attache

Plus en détail

LERY IMMOBILIER DOSSIER DE CANDIDATURE A LA LOCATION GARAGES / LOCAUX COMMERCIAUX REFERENCE DU BIEN : TYPE : SURFACE : DEPOT DE GARANTIE :

LERY IMMOBILIER DOSSIER DE CANDIDATURE A LA LOCATION GARAGES / LOCAUX COMMERCIAUX REFERENCE DU BIEN : TYPE : SURFACE : DEPOT DE GARANTIE : LERY IMMOBILIER DOSSIER DE CANDIDATURE A LA LOCATION GARAGES / LOCAUX COMMERCIAUX REGIE LERY 165 Bd de La Croix Rousse 69004 LYON Gestion Locative Syndic Tél. 04.72.10.61.90 regielery@lery-immobilier.fr

Plus en détail

CONFIDENTIEL PROJET : NOM CREATEUR / REPRENEUR : RAISON SOCIALE : Adresse : Téléphone : Fax : E-mail : N PASSEPORT ENTREPRENDRE :

CONFIDENTIEL PROJET : NOM CREATEUR / REPRENEUR : RAISON SOCIALE : Adresse : Téléphone : Fax : E-mail : N PASSEPORT ENTREPRENDRE : CONFIDENTIEL PROJET : Création Reprise NOM CREATEUR / REPRENEUR : RAISON SOCIALE : Adresse : CP : Ville : Téléphone : Fax : E-mail : N PASSEPORT ENTREPRENDRE : Nom du technicien consulaire : SOUTIENS SOLLICITES

Plus en détail

Guide de déclaration

Guide de déclaration Enquête sur les loyers commerciaux Division des prix à la production Guide de déclaration Le présent guide a été conçu pour vous aider à participer à l Enquête sur les loyers commerciaux. Si vous avez

Plus en détail

Certificat de Qualification Professionnelle Conseiller(ère) mutualiste. Dossier de recevabilité VAE

Certificat de Qualification Professionnelle Conseiller(ère) mutualiste. Dossier de recevabilité VAE COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE DE LA MUTUALITE Certificat de Qualification Professionnelle Conseiller(ère) mutualiste Dossier de recevabilité VAE Candidat

Plus en détail

DOSSIER DE CREATION/REPRISE BGE LITTORAL OPALE. Votre projet de création : Présenté par :

DOSSIER DE CREATION/REPRISE BGE LITTORAL OPALE. Votre projet de création : Présenté par : Votre projet de création : Présenté par : PRESENTATION DU PORTEUR DE PROJET Identité Titre : Nom - Prénom : Adresse : Date de naissance : Lieu de naissance : Téléphone : Mail : Profil personnel Situation

Plus en détail

Dossier de presse Baromètre Social Institutionnel. Avril 2009

Dossier de presse Baromètre Social Institutionnel. Avril 2009 Dossier de presse Baromètre Social Institutionnel Avril 2009 SOMMAIRE I. LE PROJET : «LE BAROMÈTRE SOCIAL INSTITUTIONNEL» P. 3 II. LA MISE EN PLACE P. 4 III. LES THÈMES ABORDÉS P. 5 IV. LA CONCRÉTISATION

Plus en détail

Document d Information Réf. A

Document d Information Réf. A www.crma-rhonealpes.fr www.bnoa.net www.reprendre-en-rhonealpes.fr LE CHEF D ENTREPRISE Document d Information Réf. A Nom prénom : Né(e) le Adresse domicile : CP Ville : Adresse e.mail : Date d installation

Plus en détail

mode d emploi(s) , source de ressources twitter.com/dtalents

mode d emploi(s) , source de ressources twitter.com/dtalents mode d emploi(s) twitter.com/dtalents, source de ressources 2 MODES D EMPLOI(S) 1. Sans Dtalents 2. Avec Dtalents Les 4 atouts principaux de Dtalents : Un engagement social total : garantie et paiement

Plus en détail

Troisième édition 2 e trimestre 2012

Troisième édition 2 e trimestre 2012 Chaire Économie numérique de Paris-Dauphine Réalisé par Médiamétrie Troisième édition 2 e trimestre 2012 Un outil : Initié par la chaire Économie numérique de l Université Paris-Dauphine, sous la direction

Plus en détail

Enquête auprès des acteurs économiques de la Relation Client

Enquête auprès des acteurs économiques de la Relation Client Enquête auprès des acteurs économiques de la Relation Client Mission Nationale de la Relation Client / AGEFOS PME Avril 2011 Nobody s Unpredictable Fiche technique Etude et sondage effectués pour Observatoire

Plus en détail

4 Les revenus salariaux

4 Les revenus salariaux 4 Les revenus salariaux 4 Les revenus salariaux SOeS Le bilan social annuel du transport routier de marchandises (2010) janvier 2012 41 4A Le pouvoir d achat du salaire horaire et les taux horaires conventionnels

Plus en détail

COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE

COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE 4 MAI 2004 LA SITUATION DE L EMPLOI ET DE LA CONJONCTURE ECONOMIQUE EN REGION D ILE-DE-FRANCE

Plus en détail

CORRECTION DU TD NOTE DU 29/11/10. Ex N 3 : La réalisation d un sondage (p. 97).

CORRECTION DU TD NOTE DU 29/11/10. Ex N 3 : La réalisation d un sondage (p. 97). CORRECTION DU TD NOTE DU 29/11/10 Ex N 3 : La réalisation d un sondage (p. 97). 1. Reconstituez le projet d étude établi au préalable en mentionnant : l objectif, les informations recherchées, la taille

Plus en détail

observatoire du Transport Sanitaire 2014 kpmg.fr

observatoire du Transport Sanitaire 2014 kpmg.fr observatoire du Transport Sanitaire 2014 kpmg.fr Edito Marc Basset, Associé, Responsable du secteur Transport sanitaire C est avec un grand plaisir que nous vous présentons l Observatoire du Transport

Plus en détail

GUIDE POUR UN PROJET DE CREATION D ENTREPRISE

GUIDE POUR UN PROJET DE CREATION D ENTREPRISE GUIDE POUR UN PROJET DE CREATION D ENTREPRISE Nom :.. Prénom :. Date de naissance :. Adresse :.. Tél :.Mail :.. Activité principale : (description succincte de votre projet) : Nature de votre projet :

Plus en détail

www.sofradom.fr D ADRESSES! N 1 de la domiciliation d entreprises centres NOUS NE MANQUONS PAS

www.sofradom.fr D ADRESSES! N 1 de la domiciliation d entreprises centres NOUS NE MANQUONS PAS N 1 de la domiciliation d entreprises 31 centres à votre service! NOUS NE MANQUONS PAS D ADRESSES! Édition 2012-2013 www.sofradom.fr Présent dans chaque arrondissement de Paris avec 23 centres aux meilleures

Plus en détail

Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages

Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages Note Méthodologique Dernière mise à jour : 27-1-214 Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages Présentation de l enquête L Insee réalise depuis janvier 1987 l enquête mensuelle de conjoncture

Plus en détail

L ARTISANAT FRANCILIEN EN

L ARTISANAT FRANCILIEN EN L ARTISANAT FRANCILIEN EN SEPTEMBRE 2009 En sa qualité de représentant des intérêts généraux de l artisanat francilien, la Chambre régionale de métiers et de l artisanat d Ile-de-France réalise, deux fois

Plus en détail

CPNEFP DE L HOTELLERIE DE PLEIN AIR. Rapport final RAPPORT DE BRANCHE 2012 / PORTRAIT DES ENTREPRISES ET DES SALARIES DE LA BRANCHE PROFESSIONNELLE DE

CPNEFP DE L HOTELLERIE DE PLEIN AIR. Rapport final RAPPORT DE BRANCHE 2012 / PORTRAIT DES ENTREPRISES ET DES SALARIES DE LA BRANCHE PROFESSIONNELLE DE CPNEFP DE L HOTELLERIE DE PLEIN AIR RAPPORT DE BRANCHE 2012 / PORTRAIT DES ENTREPRISES ET DES SALARIES DE LA BRANCHE PROFESSIONNELLE DE L HOTELLERIE DE PLEIN AIR Rapport final 29 septembre 2013, N/Réf.

Plus en détail

>> Baisse continue de l activité

>> Baisse continue de l activité 4 ème trimestre 20 Janvier 2013 - N 15 >> continue de l activité Dans les services comme dans l industrie, le climat des affaires reste dégradé au quatrième trimestre 20 et il s établit nettement en dessous

Plus en détail

Pépinière CREALIS. Vannes Innovation Promotion Expansion. Pépinière D ENTREPRISES Industrielles et tertiaires-industrielles

Pépinière CREALIS. Vannes Innovation Promotion Expansion. Pépinière D ENTREPRISES Industrielles et tertiaires-industrielles Pépinière D ENTREPRISES Industrielles et tertiaires-industrielles Pépinière CREALIS Location de Bureaux et Ateliers Prestation de Services communs Renseignements : 02.97.68.91.91 Vannes Innovation Promotion

Plus en détail

PME TPE - Artisans. Soulager vos collaborateurs / alléger votre charge de travail Confiez moi vos études et enquêtes

PME TPE - Artisans. Soulager vos collaborateurs / alléger votre charge de travail Confiez moi vos études et enquêtes PME TPE - Artisans MB Consultants propose aux TPE et PME de se doter des outils des grandes entreprises pour un budget maitrisé : des enquêtes électroniques ou plus traditionnelles. Concevoir un questionnaire,

Plus en détail

FORMATION INTERNE DÉPENSES IMPUTABLES

FORMATION INTERNE DÉPENSES IMPUTABLES La formation est dite «interne» lorsqu elle est conçue et réalisée par une entreprise pour son personnel, avec ses propres ressources en personnel et en logistique, son matériel, ses moyens pédagogiques.

Plus en détail

SERVICE PUBLIC DE TRANSPORTS COLLECTIFS Synthèse du rapport annuel du Délégataire 2012

SERVICE PUBLIC DE TRANSPORTS COLLECTIFS Synthèse du rapport annuel du Délégataire 2012 SERVICE PUBLIC DE TRANSPORTS COLLECTIFS Synthèse du rapport annuel du Délégataire 2012 L EXERCICE 2012 EN QUELQUES POINTS CLEFS : - 2012 : troisième année d exploitation du contrat de DSP 2010-2016. Rappel

Plus en détail

Enquête sur les besoins et attentes des professions libérales

Enquête sur les besoins et attentes des professions libérales Enquête sur les besoins et attentes des professions libérales Rapport n 1201382 Mai 2013 10 rue Godefroy 92800 PUTEAUX Tél. : (33) 01 57 00 58 87 www.csa.eu SA au capital de 1 571 600 Siren 308 293 430

Plus en détail

Médicis, la mutuelle retraite des indépendants :

Médicis, la mutuelle retraite des indépendants : Le commerce en France : 750 000 entrepreneurs 2 millions de personnes 343 milliards d euros de chiffre d affaires Médicis, la mutuelle retraite des indépendants : 167 000 adhérents La plus grande organisation

Plus en détail

PEPINIERE ET HOTEL D ENTREPRISES

PEPINIERE ET HOTEL D ENTREPRISES 1 PEPINIERE ET HOTEL D ENTREPRISES Communauté de Communes 2 Votre interlocuteur pour toute information complémentaire : Communauté de Communes du Pays Houdanais Espace Prévôté Tel: 01 30 46 99 00 Fax:

Plus en détail

Concours externe Inria 2014. Poste n AF8 «Gestionnaire financier» (H/F) Accès au corps des «Techniciens de la recherche»

Concours externe Inria 2014. Poste n AF8 «Gestionnaire financier» (H/F) Accès au corps des «Techniciens de la recherche» Concours externe Inria 2014 Poste n AF8 «Gestionnaire financier» (H/F) Accès au corps des «Techniciens de la recherche» Epreuve du 17 juin 2014 Note sur 20 Coefficient 4 Durée 1 heure 30 *******************************************************************************************

Plus en détail

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME pour Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME - Vague 12-16 janvier 2012 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon : Echantillon de 403 dirigeants d entreprise,

Plus en détail

RESULTATS DE L'ENQUETE CONJONCTURELLE PRINTEMPS 2015. Entreprises ayant répondu à l'enquête et emplois concernés. Services

RESULTATS DE L'ENQUETE CONJONCTURELLE PRINTEMPS 2015. Entreprises ayant répondu à l'enquête et emplois concernés. Services RESULTATS DE L'ENQUETE CONJONCTURELLE PRINTEMPS Remarques : L'enquête conjoncturelle de la CVCI a été réalisée entre le 23 février et le 7 avril. 3'177 questionnaires ont été envoyés; 1'036 questionnaires

Plus en détail

Les Français et la banque en ligne

Les Français et la banque en ligne Les Français et la banque en ligne Rapport d étude réalisé pour monabanq. Décembre 2010 CREDOC / 17 mai 2011 1 Synthèse 1 Internet a modifié la relation des Français avec leurs banques en s imposant comme

Plus en détail

DEMANDE DE SUBVENTION DE FONCTIONNEMENT Saison 2015-2016

DEMANDE DE SUBVENTION DE FONCTIONNEMENT Saison 2015-2016 VILLE DE SAINT-MAUR-DES-FOSSES Service des Sports DEMANDE DE SUBVENTION DE FONCTIONNEMENT Saison 2015-2016 À retourner 1 exemplaire au service : Hôtel de Ville Place Charles De Gaulle 94107 SAINT-MAUR-DES-FOSSÉS

Plus en détail

Les Français, les hôteliers et les sites de réservation d hébergement en ligne

Les Français, les hôteliers et les sites de réservation d hébergement en ligne Les Français, les hôteliers et les sites de réservation d hébergement en ligne Rapport rédigé par : Jean-Daniel Lévy, Directeur du Département Politique Opinion Magalie Gérard, Directrice de clientèle

Plus en détail

1.2 AD Missions a pour vocation de prendre en charge la gestion du contrat de travail et des contrats commerciaux qu aura prospectés l Adhérent.

1.2 AD Missions a pour vocation de prendre en charge la gestion du contrat de travail et des contrats commerciaux qu aura prospectés l Adhérent. ENTRE LES SOUSSIGNES : La Société «AD Missions», SAS au capital de 150.000 Euros, RCS Paris 412 383 234 dont le siège social est situé 20 rue Brunel 75017 PARIS, représentée par Monsieur Sylvestre BLAVET,

Plus en détail

Enquête sur les investissements dans l industrie

Enquête sur les investissements dans l industrie Note Méthodologique Dernière mise à jour : 30-08-2010 Enquête sur les investissements dans l industrie Avertissement : depuis mai 2010, les résultats de l enquête trimestrielle sur les investissements

Plus en détail

LE GUILLOUZER ASSURANCES

LE GUILLOUZER ASSURANCES LE GUILLOUZER ASSURANCES Etude des Assurances nécessaires à l exercice de votre Activité Professionnelle Espace Aéroport - 15, rue Fulgence Bienvenue 22300 LANNION tél : 02.96.48.86.06 Fax : 02.96.48.21.95

Plus en détail

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique. Les Français, leur épargne et leur retraite

CECOP. Centre d études et de connaissances sur l opinion publique. Les Français, leur épargne et leur retraite CECOP Centre d études et de connaissances sur l opinion publique Les Français, leur épargne et leur retraite FD/EP N 113015 Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Esteban Pratviel Département Opinion et Stratégies

Plus en détail

ENQUETE. Droit Individuel à la Formation : Quelle Réalité pour les Salariés?

ENQUETE. Droit Individuel à la Formation : Quelle Réalité pour les Salariés? ENQUETE Droit Individuel à la Formation : Quelle Réalité pour les Salariés? Enquête menée d Octobre 2010 à Mars 2011 auprès de 1400 salariés. Extrait de l analyse réalisée par Jean-Pierre Willems, expert

Plus en détail

Résultats de l'enquête de satisfaction sur la qualité de l'accueil --------- Année 2014

Résultats de l'enquête de satisfaction sur la qualité de l'accueil --------- Année 2014 PREFET DE VAUCLUSE Résultats de l'enquête de sur la qualité de l'accueil --------- Année 204 Édition du 0 avril 204 La démarche de certification Qualipref, dans laquelle la Préfecture de Vaucluse s'est

Plus en détail

Observatoire social de l Entreprise Ipsos / Logica Business Consulting Pour le CESI et en partenariat avec Le Figaro et BFM

Observatoire social de l Entreprise Ipsos / Logica Business Consulting Pour le CESI et en partenariat avec Le Figaro et BFM Observatoire social de l Entreprise Ipsos / Logica Business Consulting Pour le CESI et en partenariat avec Le Figaro et BFM Regards croisés des dirigeants et des salariés Thème de la vague 4 : Les jeunes

Plus en détail

ASSURANCE RESPONSABILITE CIVILE MEDICALE CHIRURGIE PLASTIQUE RECONSTRUCTRICE ET ESTHETIQUE

ASSURANCE RESPONSABILITE CIVILE MEDICALE CHIRURGIE PLASTIQUE RECONSTRUCTRICE ET ESTHETIQUE ASSURANCE RESPONSABILITE CIVILE MEDICALE CHIRURGIE PLASTIQUE RECONSTRUCTRICE ET ESTHETIQUE Instructions Merci : de répondre complètement à toutes les questions, d écrire lisiblement, de signer et dater

Plus en détail

Étude de rémunération auprès des Tour Opérateurs

Étude de rémunération auprès des Tour Opérateurs Étude de rémunération auprès des Tour Opérateurs Forum SETO 2013 11 décembre 2013 Synthèse des résultats Plan Les enjeux de l étude L activité Benchmark Rémunération d Aon Hewitt Caractéristiques de l

Plus en détail

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE?

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? LE RÔLE DES CONTRATS COLLECTIFS D ENTREPRISE La dépendance se caractérise par des restrictions dans la réalisation des activités de la vie quotidienne et sociale.

Plus en détail

ENQUETE SUR L INTERET D UN COMITE D ŒUVRES SOCIALES ET CULTURELLES DANS L ARTISANAT DU POITOU-CHARENTES

ENQUETE SUR L INTERET D UN COMITE D ŒUVRES SOCIALES ET CULTURELLES DANS L ARTISANAT DU POITOU-CHARENTES A DESTINATION DES EMPLOYEURS DES DEPARTEMENTS DE LA CHARENTE, DE LA CHARENTE-MARITIME ET DE LA VIENNE Sexe : F M 1 Si un comité d œuvres sociales se met en place, pensez-vous y adhérer?... Si oui, parmi

Plus en détail

Dares. Analyses. LES MOUVEMENTS DE MAIN-D ŒUVRE au premier semestre 2009

Dares. Analyses. LES MOUVEMENTS DE MAIN-D ŒUVRE au premier semestre 2009 Dares Analyses Mai 2010 N 026 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques LES MOUVEMENTS DE MAIN-D ŒUVRE au premier semestre Après un net infléchissement

Plus en détail

Catalogue professionnel «.» Licence d exploitation du logiciel «MERCATOS» Développement Octopouce NTIC Edition

Catalogue professionnel «.» Licence d exploitation du logiciel «MERCATOS» Développement Octopouce NTIC Edition Catalogue professionnel «.» Licence d exploitation du logiciel «MERCATOS» Développement Octopouce NTIC Edition PROPOSITION COMMERCIALE - LICENCE D EXPLOITATION (rayer toutes les mentions inutiles avant

Plus en détail

Dossier d inscription Collectif Franche-Comté

Dossier d inscription Collectif Franche-Comté SALON FOOD AND HOTEL ASIA 2016 Du 12 au 15 avril - Singapour Dossier d inscription Collectif Franche-Comté SALON PROFESSIONNEL INTERNATIONAL DE LA RESTAURATION ET DE L HOTELLERIE BULLETIN D INSCRIPTION

Plus en détail

pour Baromètre sur entreprise es du BTP Contact : Marie Amant - KPMG mhamant@kpmg.fr

pour Baromètre sur entreprise es du BTP Contact : Marie Amant - KPMG mhamant@kpmg.fr pour Baromètre sur l actualité lité des entreprise es du BTP -Vague 1 - Contact : Marie Amant - KPMG mhamant@kpmg.fr Octobre 2011 Note méthodologique Etude réalisée é pour : KPMG Echantillon : Echantillon

Plus en détail

LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN DÉCEMBRE 1997

LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN DÉCEMBRE 1997 LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN DÉCEMBRE Selon les données communiquées par les établissements participant à l enquête-titres de la Banque de France, l encours des capitaux placés

Plus en détail

1/ Comment est calculé notre salaire brut?

1/ Comment est calculé notre salaire brut? Comprendre son salaire Le salaire à EDF et dans la branche des IEG Juin 2015 1/ Comment est calculé notre salaire brut? Notre salaire brut et fonction : - du salaire national de base ; le SNB - d un coefficient

Plus en détail

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME

Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME pour Baromètre sur le financement et l accès au crédit des PME - Vague 19 - Contacts : Flore-Aline Colmet Daâge / Guillaume Chevalier Septembre Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon

Plus en détail

Les cotisations des contrats les plus souscrits auprès des organismes complémentaires santé en 2006

Les cotisations des contrats les plus souscrits auprès des organismes complémentaires santé en 2006 Direction de la recherche, des études, de l évaluation et des statistiques DREES SERIE SOURCES ET METHODES DOCUMENT DE TRAVAIL Les cotisations des contrats les plus souscrits auprès des organismes complémentaires

Plus en détail

LE GUILLOUZER ASSURANCES

LE GUILLOUZER ASSURANCES LE GUILLOUZER ASSURANCES Etude des Assurances nécessaires à l exercice de votre Activité Professionnelle Espace Aéroport - 15, rue Fulgence Bienvenue 22300 LANNION tél : 02.96.48.86.06 Fax : 02.96.48.21.95

Plus en détail

Les Français et la consommation de café et de boissons chaudes au distributeur automatique

Les Français et la consommation de café et de boissons chaudes au distributeur automatique Septembre 2013 Contacts : 01 45 84 14 44 Adeline Merceron Alexandre Bourgine prénom.nom@ifop.com Les Français et la consommation de café et de boissons chaudes au distributeur automatique pour 1 La méthodologie

Plus en détail

Abstract Les Fonctions de Frais Généraux Administratives, Commerciales, Production

Abstract Les Fonctions de Frais Généraux Administratives, Commerciales, Production Abstract Les Fonctions de Frais Généraux Administratives, Commerciales, Production Juillet 2008 Edito Suivre l évolution des organisations et des métiers de l entreprise, est un principe de base du management

Plus en détail

CONTRAT DE DOMICILIATION COMMERCIALE

CONTRAT DE DOMICILIATION COMMERCIALE Domiciliation Artisanale et Commerciale 41 rue Barrault 75013 PARIS Tél : 01 45 89 02 60 Fax : 01 45 89 30 21 Email : ism41@wanadoo.fr CONTRAT DE DOMICILIATION COMMERCIALE ET DE FOURNITURE DE PRESTATIONS

Plus en détail

Présentation de la 4 ème vague du. Novembre 2012

Présentation de la 4 ème vague du. Novembre 2012 Présentation de la 4 ème vague du 1 Fiche technique 1 Données de cadrage : la filière de la Relation Client aujourd hui 3 Question : Les domaines d activité des clients des centres externes Parmi les domaines

Plus en détail

Intervenants. Frédéric Bleuze, Directeur Général, Regus. Audrey Blanchard, Directrice Déléguée, BureauxLocaux.com

Intervenants. Frédéric Bleuze, Directeur Général, Regus. Audrey Blanchard, Directrice Déléguée, BureauxLocaux.com Comment les entreprises recherchent-elles leurs bureaux aujourd hui? Internet a-t-il modifié les comportements? Les bureaux classiques sont-ils en voie d extinction? En partenariat avec 1 Intervenants

Plus en détail

Les besoins de qualification des. métiers de la petite enfance. Branche professionnelle des. acteurs du lien social et. familial.

Les besoins de qualification des. métiers de la petite enfance. Branche professionnelle des. acteurs du lien social et. familial. Les besoins de qualification des métiers de la petite enfance Branche professionnelle des acteurs du lien social et familial. Résultats de l'enquête menée en 2013 SOMMAIRE La méthodologie mise en place

Plus en détail

Syndicat Intercommunal d Energies du département de la Loire. Synthèse du rapport d enquêtes de satisfaction auprès des professionnels Septembre 2013

Syndicat Intercommunal d Energies du département de la Loire. Synthèse du rapport d enquêtes de satisfaction auprès des professionnels Septembre 2013 [ Syndicat Intercommunal d Energies du département de la Loire Synthèse du rapport d enquêtes de satisfaction auprès des professionnels Septembre 2013 En mai 2013, le SIEL a lancé une enquête auprès des

Plus en détail

TRANSMISSION D ENTREPRISE La transmission de son entreprise est un processus long et complexe, juridiquement aussi bien que fiscalement. Comme tous les dirigeants d entreprise, combien de fois avez-vous

Plus en détail

ENQUETE DOMICILIATION 2013

ENQUETE DOMICILIATION 2013 Etat des lieux de la domiciliation des personnes sans domicile stable ENQUETE DOMICILIATION 2013 ETAT DES LIEUX DE LA DOMICILIATION DES PERSONNES SANS DOMICILE STABLE BILAN ANNUEL 2013 DIRECTION GENERALE

Plus en détail

APRÈS LA LICENCE PRO, 9 DIPLÔMÉS SUR 10 ONT OCCUPÉ AU MOINS UN EMPLOI 3

APRÈS LA LICENCE PRO, 9 DIPLÔMÉS SUR 10 ONT OCCUPÉ AU MOINS UN EMPLOI 3 SOFIP Observatoire Service Offre de Formation et Insertion Professionnelle L insertion professionnelle des diplômés 2010 de Licence Professionnelle En 2009-2010, 529 étudiants ont été diplômés d une Licence

Plus en détail

ENQUETE REMUNERATION DES ACTUAIRES EN 2011

ENQUETE REMUNERATION DES ACTUAIRES EN 2011 ENQUETE REMUNERATION DES ACTUAIRES EN 2011 Département Carrières Conférence du 25 janvier 2013 Eclairer les risques, tracer l avenir 1 OBJECTIF INITIAL : Apporter des éléments de rémunération aux membres

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE PRÊT BRUSOC

DOSSIER DE DEMANDE DE PRÊT BRUSOC DOSSIER DE DEMANDE DE PRÊT BRUSOC Microcrédit Ce questionnaire est destiné aux personnes souhaitant développer une activité économique sous un statut d indépendant en personne physique à titre principal

Plus en détail

BAROMETRE QUALIVILLE POUR LA QUALITE D'ACCUEIL

BAROMETRE QUALIVILLE POUR LA QUALITE D'ACCUEIL BAROMETRE QUALIVILLE POUR LA QUALITE D'ACCUEIL Enquête de s atis faction 2013 Nikolas Ernult Enquête de satisfaction 2013 1 Objectif Dans le cadre de la poursuite de sa démarche Qualiville, la Mairie de

Plus en détail

ASSOCIATION INTERENTREPRISES DE MEDECINE DU TRAVAIL DU BAS-RHIN

ASSOCIATION INTERENTREPRISES DE MEDECINE DU TRAVAIL DU BAS-RHIN ASSOCIATION INTERENTREPRISES DE MEDECINE DU TRAVAIL DU BAS-RHIN SONDAGE AUPRES DES ENTREPRISES ADHERENTES A L AIMT SUR L INTERVENTION ET LE ROLE DE LA MEDECINE DU TRAVAIL - Rapport d étude 1 SOMMAIRE INTRODUCTION

Plus en détail

GE Capital Equipement Finance. Baromètre des investissements technologiques des PME françaises Edition 2014

GE Capital Equipement Finance. Baromètre des investissements technologiques des PME françaises Edition 2014 GE Capital Equipement Finance Baromètre des investissements technologiques des PME françaises Edition 2014 Edito Nous sommes ravis de vous présenter la première édition du Baromètre Capex Technologies.

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DES RÉSILIATIONS INTERNET

L OBSERVATOIRE DES RÉSILIATIONS INTERNET 8ème édition Pourquoi les internautes ont-ils résilié leur abonnement internet en 2014? L OBSERVATOIRE DES RÉSILIATIONS INTERNET www.ariase.com L observatoire 2 Pourquoi les internautes ont-ils résilié

Plus en détail

La TVA à 5.5 % en restauration: Ce qui va changer pour les TOR Le 2 Juin 2009

La TVA à 5.5 % en restauration: Ce qui va changer pour les TOR Le 2 Juin 2009 La TVA à 5.5 % en restauration: Ce qui va changer pour les TOR Le 2 Juin 2009 www.synhorcat.com synhorcat@synhorcat.com REDUCTION DU TAUX DE LA TVA SUR LES ACTIVITES DE TRAITEURS ORGANISATEURS DE RECEPTIONS

Plus en détail

Évolution de la rémunération des CADRES Édition 2012

Évolution de la rémunération des CADRES Édition 2012 Évolution de la rémunération des CADRES Édition 2012 Les études de l emploi cadre septembre 2012 les cadres et leur rémunération Les entreprises et la rémunération des cadres Enquête auprès de 15 000 cadres

Plus en détail

NOTE. Domiciliation et statut de l auto entrepreneur. Analyse de la loi de modernisation de l économie du 4 août 2008

NOTE. Domiciliation et statut de l auto entrepreneur. Analyse de la loi de modernisation de l économie du 4 août 2008 NOTE Date : 20 avril 2009 Nature : CONFIDENTIEL Domaine : Domiciliation et statut de l auto entrepreneur Bénéficiaire : Syndicat SYNAPHE Objet : Analyse de la loi de modernisation de l économie du 4 août

Plus en détail

Enquête épargne-retraite 2013

Enquête épargne-retraite 2013 Enquête épargne-retraite 2013 L épargne-retraite d entreprise permet de répondre à la dégradation des régimes de retraite obligatoires. Les dispositifs et passerelles possibles permettent de mettre en

Plus en détail

Dossier de candidature Tiers-lieux

Dossier de candidature Tiers-lieux LE DÉPARTEMENT Dossier de candidature Tiers-lieux A adresser par courriel à cdebombourg@ladromefr et cbarbot@ladromefr Conseil Départemental de la Drôme Direction Générale Adjointe du Développement Mission

Plus en détail