ANALYSE DE LA PROFESSION DE COURTIER EN ASSURANCE DE DOMMAGES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ANALYSE DE LA PROFESSION DE COURTIER EN ASSURANCE DE DOMMAGES"

Transcription

1 ANALYSE DE LA PROFESSION DE COURTIER EN ASSURANCE DE DOMMAGES Rapport de l atelier tenu les 24 et 25 septembre 2008 et des entrevues complémentaires effectuées à l automne 2008 Direction de la formation et de la qualification

2 ANALYSE DE LA PROFESSION DE COURTIER EN ASSURANCE DE DOMMAGES Rapport de l atelier tenu les 24 et 25 septembre 2008 et des entrevues complémentaires effectuées à l automne 2008 Direction de la formation et de la qualification

3 Autorité des marchés financiers, 2010 Tous les droits de traduction et d adaptation, en totalité ou en partie, sont réservés pour tous les pays. Aucun extrait de ce document protégé par les présents droits d auteur ne peut être reproduit ni utilisé sous quelque forme ou par quelque moyen que ce soit, mécanique ou électronique, y compris la microreproduction, la photocopie, l enregistrement ou un système de stockage et de recherche des données, sans l autorisation écrite d une personne dûment autorisée de l Autorité des marchés financiers. Dépôt légal - Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2010 Dépôt légal - Bibliothèque et Archives Canada, 2010 ISBN : (imprimé) ISBN : (en ligne) IMPRESSION : FÉVRIER 2010

4 ÉQUIPE DE PRODUCTION ET DE RÉDACTION Responsabilité René Brisson Directeur Direction de la formation et de la qualification Autorité des marchés financiers Animation de l atelier et animation d une rencontre complémentaire Nancy Chaput Analyste au développement des normes de qualification Direction de la formation et de la qualification Autorité des marchés financiers Animation des rencontres complémentaires et coanimation de l atelier Nancy Smith Analyste à la reconnaissance de la formation minimale Direction de la formation et de la qualification Autorité des marchés financiers Secrétariat de l atelier Francine Dubois Adjointe administrative Direction de la formation et de la qualification Autorité des marchés financiers Mise en pages et édition Autorité des marchés financiers Révision linguistique Autorité des marchés financiers

5 REMERCIEMENTS La collecte des informations relatives à la profession de courtier en assurance de dommages a été possible grâce à la collaboration de plusieurs intervenants. La Direction de la formation et de la qualification tient particulièrement à souligner la générosité et l engagement des courtiers en assurance de dommages qui ont participé à l atelier d analyse de la profession et ceux qui ont accepté de nous recevoir dans le cadre de rencontres complémentaires. Sans la participation de ces professionnels, il aurait été difficile d obtenir des informations précises et actualisées sur la profession de courtier en assurance de dommages. Nous tenons aussi à remercier le Regroupement des cabinets de courtage d assurance du Québec (RCCAQ) pour sa collaboration lors de la sélection des participants. Le directeur de la formation et de la qualification, René Brisson Participants à l atelier sur l analyse de la profession Madame Lynn Fournier, Assurancia Groupe Brosseau, La Prairie Madame Sylvie Gauthier, Lussier cabinet d assurances et services financiers inc., Sorel-Tracy Madame Nathalie Legris, Groupe Lyras, Saint-Jérôme Participants aux rencontres complémentaires Monsieur Robert Bournival, Deslauriers & Associés, Laval Monsieur Claude Galarneau, Gestinov, Joliette Monsieur Vincent Gaudreau, Les Assurances Gaudreau Demers et associés, Montréal Monsieur Philippe Jones, Assurance Jones inc., Saint-Jérôme Monsieur Sébastien Lévesque, Groupe PMA/GDM inc., Trois-Rivières Monsieur Michel Venne, Assurancia Venne & Rivest, Notre-Dame-des-Prairies Observateurs Madame Anne Bélair, enseignante au Cégep du Vieux Montréal Madame Cécile Hammond, responsable de secteur de formation, Administration, commerce et informatique, ministère de l Éducation, des Loisirs et du Sport Madame Hanan Smidi, enseignante au Cégep du Vieux Montréal Dans le présent texte, la forme masculine désigne aussi bien les hommes que les femmes.

6 TABLE DES MATIÈRES 1. Contexte du projet Méthodologie utilisée Atelier d analyse de la profession Entrevues complémentaires Description de la profession de courtier en assurance de dommages Appellations utilisées Principaux types de produits Environnement de travail Autonomie Encadrement et accompagnement en début de carrière Facteurs de stress Analyse des fonctions, des tâches et des opérations de la profession Définitions Fonctions Tâches Opérations Sous-opérations Fonction : courtier en assurance de dommages Commentaires spécifiques sur les opérations et sous-opérations Commentaires généraux sur la tâche Caractéristiques complémentaires de la tâche Critères de performance liés à la tâche Expérience Complexité de la tâche Connaissances, habiletés, attitudes et perceptions requises pour exercer Connaissances Habiletés Attitudes Perceptions Éléments liés à la protection du public Principaux risques de préjudices pour le consommateur Moyens utilisés pour réduire les risques de préjudices Principales plaintes formulées par les consommateurs Principaux changements dans la profession Changements survenus au cours des dix dernières années Changements à venir dans les dix prochaines années Conclusion...38

7

8 1 Contexte du projet 7 01 CONTEXTE DU PROJET L Autorité des marchés financiers administre les lois et les règlements qui régissent le secteur financier québécois. Conformément à sa mission, l Autorité doit s assurer, entre autres, que le Règlement relatif à la délivrance et au renouvellement du certificat de représentant (règlement n o 1) de la Loi sur la distribution de produits et services financiers définit adéquatement les exigences sur le plan de la qualification, notamment en ce qui a trait à la formation minimale requise, aux examens prescrits ainsi qu aux stages à effectuer pour obtenir un droit de pratique en assurance. Ces exigences relatives à l accès à la carrière permettent à l Autorité de s assurer que les représentants qui demandent un droit de pratique possèdent les compétences requises pour bien conseiller un client. Depuis l entrée en vigueur de ce règlement, en 1999, peu de changements y ont été apportés. Dans les disciplines de l assurance de dommages et de l expertise en règlement de sinistres, les principales modifications ont été les suivantes : mise en place du Régime d apprentissage en milieu de travail (RAMT) le 1 er mars 2002 ; modification aux exigences de formation minimale à la suite des travaux de la table de concertation en octobre 2003 ; mise en place du moratoire sur l examen portant sur la compétence Assurer le service à la clientèle en mars 2005 ; renouvellement de l attestation d emploi (3 ans) en octobre 2005, 2007 et 2009; Or, les réalités avec lesquelles les industries de l assurance de dommages et de l expertise en règlement de sinistres doivent composer ont grandement évolué au cours des dernières années. En effet, l offre des produits d assurance s'est grandement diversifiée, et les outils utilisés sont de plus en plus structurés et informatisés (zéro papier). De plus, des sites Internet permettant aux compagnies d assurance de présenter une soumission en ligne aux clients se sont développés. C est dans ce contexte que l Autorité a procédé à différents travaux afin de mieux connaître les qualifications qui devraient être exigées des personnes désirant accéder aux professions suivantes : agent et courtier en assurance de dommages, et expert en sinistre.

9 8 1 Contexte du projet Le projet de révision des exigences concernant l accès à une carrière dans ces disciplines sera amorcé par une collecte d informations relatives aux professions visées, de manière à s assurer que ces exigences d accès à la carrière sont cohérentes au regard de la pratique actuelle.

10 2 Méthodologie utilisée 9 02 MÉTHODOLOGIE UTILISÉE L analyse de la profession de courtier en assurance de dommages s est faite en deux temps. Un atelier d une durée de deux jours et auquel trois courtiers en assurance de dommages ont participé a d abord été tenu. Puis, afin d obtenir des informations complémentaires et d assurer une meilleure représentativité des courtiers en assurance de dommages, des entrevues complémentaires ont été réalisées individuellement auprès de six autres courtiers en assurance de dommages. 2.1 Atelier d analyse de la profession Un groupe de travail composé de trois courtiers en assurance de dommages a été créé afin d effectuer une analyse de la profession. Il est à noter qu au départ, 12 courtiers devaient participer à l atelier, mais plusieurs d entre eux se sont désistés en raison d obligations professionnelles. Plusieurs des courtiers en assurance de dommages qui n ont pu participer à l atelier ont cependant été rencontrés plus tard, dans le cadre d entrevues complémentaires dont il sera question dans la prochaine section. La formule de l atelier d analyse de la profession a été privilégiée afin de permettre aux courtiers en assurance de dommages de discuter entre eux des différentes facettes de la profession. L objectif de l atelier consistait à recueillir des informations afin que les personnes intéressées aient une connaissance détaillée et actualisée de la profession de courtier en assurance de dommages. En particulier, l analyse avait pour objectif : de fournir une vision d ensemble de la profession ; d établir un consensus concernant les tâches, les opérations et les sousopérations qui sont réalisées quotidiennement par un courtier ; de décrire l environnement de travail dans lequel le courtier réalise ses activités professionnelles ; de connaître les critères qui permettent de juger de la performance des courtiers ;

11 10 2 Méthodologie utilisée de déterminer les connaissances, les habiletés, les attitudes et les perceptions nécessaires à l exercice des activités professionnelles des courtiers ; de fournir des suggestions générales quant aux exigences de qualification et à l encadrement des nouveaux professionnels. Afin d obtenir des informations fiables et de qualité qui reflètent la diversité des activités dans la profession, différents critères ont été pris en compte lors de la sélection des participants : les participants devaient agir à titre de courtiers en assurance de dommages ; ils devaient représenter différents niveaux d expérience (débutants, intermédiaires, expérimentés) ; ils devaient travailler pour des entreprises de différentes tailles (petites, moyennes, grandes) ; les participants devaient détenir un certificat les autorisant à travailler dans l une ou l autre des catégories de discipline (particuliers ou entreprises) ; ils devaient provenir de différentes régions géographiques, si possible. De façon générale, les participants devaient : être motivés à participer aux travaux du groupe ; être capables de travailler en équipe ; avoir de la facilité à formuler des idées devant un groupe ; montrer de l intérêt pour le développement de la profession ; être disponibles pour la durée des ateliers, soit deux journées de rencontres consécutives. L objectivité des participants était aussi un des critères considérés. Il était important que les personnes sélectionnées acceptent de discuter de leur profession en laissant de côté leurs intérêts particuliers ou corporatistes. C est donc en fonction de l ensemble de ces critères que les participants ont été recommandés à l Autorité par le Regroupement des cabinets de courtage d assurance du Québec (RCCAQ).

12 2 Méthodologie utilisée Entrevues complémentaires Pour mener à bien l analyse de la profession de courtier en assurance de dommages, il s est avéré nécessaire de procéder à une cueillette d informations complémentaires afin de s assurer de la validité et de l exhaustivité des données recueillies. Ainsi, des entrevues individuelles d une durée d une demi-journée ont été effectuées dans les semaines qui ont suivi l atelier. Une grille d entrevue a été développée et utilisée au cours des rencontres individuelles. Durant ces rencontres, la documentation employée dans l atelier de groupe a été présentée. Lors des entrevues, les courtiers ont commenté la description de leur profession et le tableau de leurs fonctions produits par leurs pairs, et ils ont procédé à la contrevalidation de ces éléments. Ils ont également identifié les principaux risques de préjudice pour le consommateur, rempli un questionnaire concernant la formation minimale et répondu à des questions complémentaires.

13 12 3 Description de la profession de courtier en assurance de dommages 03 DESCRIPTION DE LA PROFESSION DE COURTIER EN ASSURANCE DE DOMMAGES En date du 1 er novembre 2008, courtiers en assurance de dommages détenaient un certificat émis par l Autorité. De ce nombre : détenaient un certificat valide pour l ensemble de la discipline ; détenaient un certificat uniquement valide pour la catégorie de discipline «assurance de dommages des particuliers» ; 418 courtiers détenaient un certificat uniquement valide pour la catégorie de discipline «assurance de dommages des entreprises». Les définitions apparaissant dans la réglementation actuelle, les informations fournies dans des analyses de situation de travail antérieures (MEQ, 1999) ainsi que la classification nationale des professions (2006) ont servi de base à la formulation d un aperçu global de la profession de courtier en assurance de dommages. La description de la profession présentée dans l encadré ci-dessous a fait l objet d un consensus. Les courtiers en assurance de dommages qui ont participé à l atelier ainsi que ceux qui ont été rencontrés en entrevue ont jugé que cette description était suffisamment précise et complète pour représenter adéquatement leur profession.

14 3 Description de la profession de courtier en assurance de dommages 13 Description de la profession Le courtier en assurance de dommages est la personne physique qui offre directement au public un choix de différents produits d assurance de dommages provenant de plusieurs assureurs, ou qui offre à un cabinet, à un représentant autonome ou à une société autonome des produits d assurance de dommages d un ou de plusieurs assureurs. Il agit également comme conseiller en assurance de dommages. Les courtiers en assurance de dommages travaillent dans des cabinets où ils font de la sollicitation, de la vente de produits d assurance de dommages et du service à la clientèle. Pour exercer cette profession, un courtier doit détenir un certificat de représentant en assurance de dommages délivré par l Autorité des marchés financiers. La personne peut être titulaire d un droit de pratique pour la discipline complète de l assurance de dommages ou uniquement pour l une ou l autre des deux catégories de discipline suivantes : assurance de dommages des particuliers et assurance de dommages des entreprises. Il n est pas rare qu un courtier en assurance de dommages concentre ses activités professionnelles dans une seule catégorie. C est dans la catégorie assurance de dommages des particuliers que le courtier commence généralement sa carrière avant de se spécialiser, si le cabinet pour lequel il travaille offre ce type de produits, en assurance de dommages des entreprises. Dans l exercice de sa profession, un courtier doit respecter les lois, les règlements, le code de déontologie des représentants en assurance de dommages, de même que les normes spécifiques à chaque assureur, à chaque cabinet ou employeur. Les courtiers en assurance de dommages analysent les besoins de leurs clients, leur proposent des solutions, leur font des recommandations, les conseillent et leur offrent les produits et services adaptés à leurs besoins. Ils doivent communiquer clairement des informations aux clients ainsi qu aux assureurs, posséder un bon jugement, être capables d écoute et faire preuve d empathie. Lors des rencontres complémentaires, des participants ont précisé qu il aurait été pertinent que la définition mentionne le fait que les courtiers offrent aussi un soutien aux clients en cas de sinistres. 3.1 Appellations utilisées La réglementation est stricte quant au titre que les courtiers en assurance de dommages peuvent utiliser. C est le titre de courtier en assurance de dommages qu ils doivent employer lorsqu ils se présentent aux clients. Cependant, d autres appellations spécifiques aux différents services d un cabinet peuvent être utilisées, comme celle de «producteur» en assurance de dommages des entreprises.

15 14 4 Principaux types de produits 04 PRINCIPAUX TYPES DE PRODUITS Dans le cadre de leurs activités professionnelles, les courtiers sont amenés à offrir des conseils et à vendre différents types de produits d assurance de dommages. Il est difficile de faire une liste exhaustive de ces produits. Cependant, le service des ventes des cabinets de courtage présente généralement une structure divisée en fonction des trois types de produits suivants : 1. assurance des biens des particuliers ; 2. assurance automobile des particuliers ; 3. assurance des entreprises. Dans ce contexte, il n est pas rare que les courtiers en assurance de dommages se spécialisent dans la catégorie assurance de dommages des particuliers (qui comprend l assurance des biens des particuliers et l assurance automobile des particuliers) ou dans la catégorie assurance de dommages des entreprises qui, elle-même, comprend plusieurs types de produits.

16 5 Environnement de travail ENVIRONNEMENT DE TRAVAIL Les activités professionnelles des courtiers en assurance de dommages se déroulent dans un bureau. Ils utilisent l équipement informatique et téléphonique habituel. Ils disposent de plusieurs outils de référence, comme des manuels de procédures internes, des aide-mémoire, des logiciels de tarification (Compuquote, par exemple), des grilles comparatives de prix, des manuels de tarification, des documents relatifs aux lois et aux règlements. Certains courtiers ont mentionné avoir recours aux manuels de l Autorité en assurance de dommages des entreprises. Ils peuvent également consulter les sites Internet des assureurs pour obtenir des formulaires. La clientèle est principalement servie par téléphone mais, parfois, surtout dans les cabinets situés hors des grands centres, la clientèle se présente directement au bureau.

17 16 6 Autonomie 06 AUTONOMIE Le courtier en assurance de dommages travaille à la fois de façon individuelle et en étroite collaboration avec des collègues. Le courtier a de nombreuses décisions à prendre, mais l importance de ces décisions est tributaire de son niveau d autorité. Lorsque les décisions à prendre excèdent le niveau d autorité permis, le courtier doit consulter son superviseur. Les décisions prises par le courtier en assurance de dommages sont également encadrées par les normes et les procédures de son entreprise et de l assureur. En début de carrière, le travail du courtier en assurance de dommages est étroitement supervisé, puis cette supervision tend à diminuer en fonction de l expérience acquise. Voici quelques exemples de décisions qui doivent être prises dans le cadre des activités professionnelles d un courtier : choisir la meilleure offre parmi celles obtenues afin de bien conseiller le client ; évaluer les risques et les répartir entre les assureurs ; proposer au client de conserver son assureur ou d en changer lorsqu il y a modification ou renouvellement de ses polices ; accepter ou refuser les prélèvements bancaires d un client qui aurait fait des chèques sans provision ou qui aurait payé en retard ; réduire ou annuler les frais de courtage, s il le juge pertinent. Voici quelques exemples d initiatives qui peuvent être prises par un courtier dans le cadre de ses activités professionnelles : personnaliser l approche client ; mener des actions en vue de développer son marché (sollicitation) ou, encore, saisir des occasions de ventes ; effectuer des tâches connexes en vue de ventes futures (banque de données). La fréquence et l importance des décisions à prendre sont déterminées par la complexité des dossiers des clients à assurer. À ce sujet, les décisions prises et les interactions avec les clients doivent être justifiées et documentées dans leur dossier.

18 6 Autonomie 17 Les participants ont mentionné que c est principalement dans la personnalisation de l approche client, dans la sollicitation et dans le refus d un risque qu ils peuvent faire preuve d initiative. De plus, le courtier peut, à l occasion, faire des suggestions d amélioration au cabinet ou à l assureur concernant les procédures ou les produits.

19 18 7 Encadrement et accompagnement en début de carrière 07 ENCADREMENT ET ACCOMPAGNEMENT EN DÉBUT DE CARRIÈRE L encadrement des nouveaux courtiers en assurance de dommages diffère selon la taille de l entreprise. Lorsqu il existe un service de formation, les courtiers, même ceux qui ont déjà un certificat, doivent, dans un premier temps, suivre une formation de quelques semaines pour connaître les normes et les procédures internes, les formulaires des assureurs ainsi que les systèmes informatiques. Dans un deuxième temps, ils peuvent observer, faire de l écoute téléphonique ou prendre des appels en étant accompagnés par un courtier plus expérimenté. Lorsque la taille de l entreprise ne permet pas ce type d encadrement, le jumelage des courtiers débutants avec des courtiers expérimentés semble être la formule la plus souvent adoptée pour soutenir les nouveaux professionnels. Les méthodes de supervision peuvent varier d un cabinet à l autre. Il peut s agir : de rencontres avec le superviseur ; de formations hebdomadaires ; d écoute téléphonique (contrôle de la qualité) ; d écoute de ses propres interactions (pour s améliorer).

20 8 Facteurs de stress FACTEURS DE STRESS Lors de discussions en réunion plénière, les courtiers ont décrit les principaux facteurs de stress liés à leur travail : les objectifs élevés fixés par l employeur en ce qui a trait au taux de rétention, au taux de percée et au développement de la clientèle ; les objectifs personnels du courtier en fonction des revenus visés ; les horaires étendus afin de répondre aux besoins de la clientèle, notamment en période d affluence ; les attentes élevées de la clientèle, qui veut une grande protection à un coût minime (le client magasine) ; la crainte de poursuite liée à la complexité des obligations réglementaires ; la crainte de faire l objet d une inspection ; les exigences relatives aux normes de qualité internes (par exemple, un délai d une heure pour retourner les appels des clients) ; la crainte d oublier d offrir au client tous les produits disponibles ; la conscience du potentiel de gravité des erreurs ; la quantité importante d appels ; les plaintes verbales de clients déçus par le règlement d une réclamation ; le fait d être, à l occasion, pris entre le client et l assureur.

21 20 9 Analyse des fonctions, des tâches et des opérations de la profession 09 ANALYSE DES FONCTIONS, DES TÂCHES ET DES OPÉRATIONS DE LA PROFESSION Le tableau de la tâche, des opérations et des sous-opérations présenté dans la section 9.2 a été élaboré à la suite d un remue-méninges regroupant les courtiers présents à l atelier. Les courtiers en assurance de dommages ont défini leurs principales activités professionnelles en répondant aux questions suivantes : pour effectuer quelles tâches engage-t-on un courtier en assurance de dommages? comment un courtier en assurance de dommages s y prend-il pour réaliser cette tâche? quelles sont les méthodes et les techniques utilisées par le courtier en assurance de dommages pour réaliser cette tâche? Tout le long de l atelier, le tableau de la tâche, des opérations et des sousopérations s est précisé et a été bonifié. Au cours de la dernière journée de l atelier, il a été validé par les participants et il a fait l objet d un consensus. Le produit de ce consensus est fidèlement reproduit dans ce rapport. Certaines précisions ont également été suggérées par les courtiers en assurance de dommages rencontrés individuellement plus tard. Afin que tous les participants aient une compréhension commune de ce qui était attendu comme résultat, les définitions suivantes ont été présentées avant le remue-méninges. 9.1 Définitions Les définitions suivantes sont extraites du Guide d animation d un atelier d analyse de situation de travail du MEQ (1993).

22 9 Analyse des fonctions, des tâches et des opérations de la profession Fonctions Tâches Ensemble de tâches liées entre elles. Les tâches sont des actions qui correspondent aux principales activités à accomplir dans une profession ; elles permettent généralement d illustrer des produits ou des résultats de travail Opérations Les opérations sont des actions qui décrivent les phases de la réalisation d une tâche ; elles sont liées aux méthodes et aux techniques utilisées ou aux habitudes de travail existantes ; elles permettent d illustrer surtout des processus de travail Sous-opérations Les sous-opérations sont des actions qui décrivent les éléments de réalisation d une opération ; elles correspondent aux sous-étapes des tâches ; elles précisent des méthodes et des techniques. 9.2 Fonction : courtier en assurance de dommages Tâche 1 Vendre des produits d assurance de dommages pour répondre aux besoins du client OPÉRATIONS SOUS-OPÉRATIONS 1.1 Solliciter Développer un réseau de contacts Effectuer de la sollicitation téléphonique Effectuer de la sollicitation écrite 1.2 Accueillir Suivre le protocole (s identifier soimême et son département, etc.) Déterminer le but de l appel 1.3 Cueillir les données Recueillir les informations pertinentes sur le client et sur le risque à assurer (produit) Saisir les données dans le système informatique Poser les questions secondaires (judiciaire, annulation, non-paiement,

23 22 9 Analyse des fonctions, des tâches et des opérations de la profession OPÉRATIONS SOUS-OPÉRATIONS réglementation municipale) Identifier les désirs et les besoins réels du client 1.4 Analyser le risque Demander des informations complémentaires (photos) Connaître et appliquer les normes (directives) et procédures des assureurs et du bureau de courtage Se référer aux personnes-ressources (à l interne pour les produits, à l externe pour le pouvoir de décision de l assureur) Comprendre et expliquer au client pourquoi il est nécessaire de lui poser les questions prescrites Identifier les assureurs potentiels Prendre connaissance des produits de chaque assureur Valider l admissibilité du risque 1.5 Connaître et utiliser les systèmes informatiques (tarification) 1.6 Conseiller le client, proposer des recommandations et des solutions Saisir des données Mettre à jour les systèmes informatiques Expliquer et vulgariser les couvertures et les produits Donner des exemples Présenter au moins deux offres au client Répartir le risque entre différents assureurs Prendre connaissance et expliquer les conditions d émission Proposer des alternatives au produit Informer le client des conséquences d un refus de couverture et de ses obligations Informer le client du montant de la prime Appliquer la marge de manœuvre (souvent appelée «flex») en fonction du niveau d autorité Négocier le meilleur prix avec l assureur Se référer aux outils de référence (tableaux comparatifs des produits offerts par l assureur ou par plusieurs assureurs, par exemple) Consigner au dossier les produits

24 9 Analyse des fonctions, des tâches et des opérations de la profession 23 OPÉRATIONS SOUS-OPÉRATIONS offerts au client et ceux qu il a refusés (notes, mémos, enregistrement, etc.) 1.7 Conclure la vente Contrer les objections du client Convaincre le client de s assurer chez nous Appliquer la marge de manœuvre (le «flex») Déclarer les liens d affaires au client, entre le courtier et l assureur, verbalement et par des lettres Présenter les modalités de paiement Transférer la proposition à l assureur Saisir les opportunités pour d autres contrats Assurer le suivi du paiement ou référer à la comptabilité ou à l assureur selon le cas Effectuer la facturation Faire valider le contrat par le client Livrer la police s il y a lieu Envoyer les notes de couverture 1.8 Assurer le service après-vente Effectuer les modifications, renouvellements, annulations, fournir les informations, recueillir les plaintes (protocole et registre) Traiter les réclamations Recueillir les informations de base Transférer à l assureur ou au département des sinistres Assurer le suivi (pour le bénéfice du client, en cas de problème, ou pour s assurer que tout est réglé) Effectuer le suivi pour recevoir le paiement et le remettre au client Sonder la clientèle afin de s assurer de sa satisfaction Prendre en charge les sinistrés (sinistres majeurs)

25 24 9 Analyse des fonctions, des tâches et des opérations de la profession 9.3 Commentaires spécifiques sur les opérations et sous-opérations Opération 1.1 : Lors des rencontres complémentaires, il a été mentionné que le référencement et la sollicitation s effectuent aussi par l adhésion du courtier à des associations. Opération 1.3 : Lors des rencontres complémentaires, les courtiers ont précisé que l opération pourrait aussi être formulée ainsi : Cueillette de données ou mise à jour. Sous-opération : Les participants ont précisé que cette sous-opération était essentielle. Ils ont mentionné qu elle fait la différence entre assurer et bien assurer. Sous-opération : Lors des rencontres complémentaires, il a été mentionné que les conditions relatives aux garanties doivent aussi être expliquées. Sous-opération : Cette sous-opération est présente surtout en assurance de dommages des entreprises. Sous-opération : Cette sous-opération est importante en assurance de dommages des particuliers, car les clients magasinent beaucoup d un assureur à l autre. En assurance de dommages des entreprises, cette sous-opération a moins d importance car les clients ne magasinent pas autant. Sous-opération : Cette sous-opération s effectue surtout en assurance de dommages des entreprises. Sous-opération : En assurance de dommages des entreprises, la présentation de la prime se fait dans le cadre d une communication ultérieure à celle de la collecte des informations de base. Sous-opération : Cette sous-opération ne concerne que les dossiers en assurance de dommages des entreprises. Opération 1.8 : Pour effectuer cette opération, le courtier reprend l ensemble des étapes de la tâche «vendre des produits d assurance de dommages», mais en mettant l accent sur les besoins du client. Au départ, les participants avaient considéré le service à la clientèle comme une tâche à part entière, mais ils ont par la suite convenu qu il s agissait plutôt d une étape s inscrivant dans le prolongement de la tâche consistant à vendre des produits d assurance de dommages.

ANALYSE DE LA PROFESSION D AGENT EN ASSURANCE DE DOMMAGES. Rapport de l atelier tenu les 16, 17 et 18 septembre 2008

ANALYSE DE LA PROFESSION D AGENT EN ASSURANCE DE DOMMAGES. Rapport de l atelier tenu les 16, 17 et 18 septembre 2008 ANALYSE DE LA PROFESSION D AGENT EN ASSURANCE DE DOMMAGES Rapport de l atelier tenu les 16, 17 et 18 septembre 2008 Direction de la formation et de la qualification ANALYSE DE LA PROFESSION D'AGENT EN

Plus en détail

ANALYSE DE LA PROFESSION D EXPERT EN SINISTRE

ANALYSE DE LA PROFESSION D EXPERT EN SINISTRE ANALYSE DE LA PROFESSION D EXPERT EN SINISTRE Rapport de l atelier tenu les 1 er, 2 et 3 octobre 2008 et des entrevues complémentaires effectuées à l automne 2008 Direction de la formation et de la qualification

Plus en détail

régie par l Autorité des marchés financiers

régie par l Autorité des marchés financiers Exercer une profession régie par l Autorité des marchés financiers Sommaire n Attributions et conditions pour exercer 1 une profession régie par l AMF n Obtention du certificat de représentant 2 n Assurance

Plus en détail

Ce document a été produit par la Surintendance de l encadrement de la solvabilité de l Autorité des marchés financiers.

Ce document a été produit par la Surintendance de l encadrement de la solvabilité de l Autorité des marchés financiers. GUIDE DE PRÉSENTATION D UNE DEMANDE DE CONSTITUTION D UNE COMPAGNIE D ASSURANCE À CHARTE QUÉBÉCOISE Mars 2008 Ce document a été produit par la Surintendance de l encadrement de la solvabilité de l Autorité

Plus en détail

Politique des stages. Direction des études

Politique des stages. Direction des études Direction des études Service des programmes et de la réussite scolaire Politique des stages Recommandée par la Commission des études du 6 décembre 2011 Adoptée par le conseil d administration du 15 mai

Plus en détail

PROFIL DES COMPÉTENCES AGENT EN ASSURANCE DE DOMMAGES COURTIER EN ASSURANCE DE DOMMAGES EXPERTS EN SINISTRE GESTIONNAIRE

PROFIL DES COMPÉTENCES AGENT EN ASSURANCE DE DOMMAGES COURTIER EN ASSURANCE DE DOMMAGES EXPERTS EN SINISTRE GESTIONNAIRE PROFIL DES COMPÉTENCES AGENT EN ASSURANCE DE DOMMAGES COURTIER EN ASSURANCE DE DOMMAGES EXPERTS EN SINISTRE GESTIONNAIRE Juillet 2010 ADMINISTRATION... 4 MANAGEMENT... 4 Initiation à l organisation...

Plus en détail

GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE

GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE TABLE DES MATIÈRES Alternance travail-études au niveau collégial... 5 Rôles et responsabilités de chacun... 6 Avantages de l alternance travail-études... 7 Situations particulières...

Plus en détail

GUIDE ADMINISTRATIF. Classification et rémunération du personnel d encadrement

GUIDE ADMINISTRATIF. Classification et rémunération du personnel d encadrement GUIDE ADMINISTRATIF Classification et rémunération du personnel d encadrement En vigueur du 1 er avril 2007 au 31 mars 2010 Contenu et rédaction Association québécoise des centres de la petite enfance

Plus en détail

Guide. Règles sur les cartes professionnelles et les autres représentations. Pour communiquer avec votre clientèle dans le respect de vos obligations

Guide. Règles sur les cartes professionnelles et les autres représentations. Pour communiquer avec votre clientèle dans le respect de vos obligations Guide Règles sur les cartes professionnelles et les autres représentations Pour communiquer avec votre clientèle dans le respect de vos obligations Ce guide remplace celui intitulé Les Règles pour les

Plus en détail

Tous les intéressés qui effectuent des opérations d assurance RC professionnelle (secteur des services financiers) au Québec

Tous les intéressés qui effectuent des opérations d assurance RC professionnelle (secteur des services financiers) au Québec bulletin Canadien Date 2014-06-05 Destinataires Référence Tous les intéressés qui effectuent des opérations d assurance RC professionnelle (secteur des services financiers) au Québec RE-14-008 Objet Pièce

Plus en détail

Guide du programme Transition vers l'après-secondaire

Guide du programme Transition vers l'après-secondaire Guide du programme Juin 2008 Attributs du diplômé de la Colombie-Britannique Au cours de consultations qui se sont échelonnées sur toute une année dans l ensemble de la province, des milliers de citoyens

Plus en détail

Formation continue obligatoire

Formation continue obligatoire Formation continue obligatoire POLITIQUE (Organismes) Version décembre 2010 S E R V I C E D U D É V E L O P P E M E N T P R O F E S S I O N N E L Table des matières Section 1 : Information générale 3 1.

Plus en détail

ASSURANCE DE RESPONSABILITÉ PROFESSIONNELLE

ASSURANCE DE RESPONSABILITÉ PROFESSIONNELLE Pour votre assurance de responsabilité professionnelle, ce formulaire vous permet de : renouveler votre police (partie 2) modifier votre police (partie 3) ajouter une nouvelle police (partie 4) Seules

Plus en détail

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : NUMÉRO : DRH-006. Direction des ressources humaines OBJET : EN VIGUEUR :

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : NUMÉRO : DRH-006. Direction des ressources humaines OBJET : EN VIGUEUR : MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : Direction des ressources humaines OBJET : Formation et développement des ressources humaines (excluant le personnel cadre) NUMÉRO : DRH-006 EN VIGUEUR :

Plus en détail

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers GUIDE DE PRÉSENTATION PORTANT SUR LA CONFORMITÉ D UNE CESSION D ENTREPRISE PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC Mars 2008 Autorité des marchés financiers Ce document a été produit par la Surintendance

Plus en détail

Le présent avis s adresse à tous les représentants en assurance, aux experts en sinistre et aux planificateurs financiers.

Le présent avis s adresse à tous les représentants en assurance, aux experts en sinistre et aux planificateurs financiers. Avis relatif à l application du Règlement sur l exercice des activités des représentants, R.R.Q., c. 9.2, r. 10 (Loi sur la distribution de produits et services financiers) Le présent avis s adresse à

Plus en détail

Montréal, le 23 novembre 2009 PAR XPRESSPOST «MJ 025 371 435» PAR COURRIEL

Montréal, le 23 novembre 2009 PAR XPRESSPOST «MJ 025 371 435» PAR COURRIEL Montréal, le 23 novembre 2009 PAR XPRESSPOST «MJ 025 371 435» PAR COURRIEL Maître Anne-Marie Beaudoin Secrétaire de l Autorité Autorité des marchés financiers 800, square Victoria, 22 e étage C.P. 246,

Plus en détail

Demande de permis Candidats du cheminement CPA, CA

Demande de permis Candidats du cheminement CPA, CA 5, Place Ville Marie, bureau 800, Montréal (Québec) H3B 2G2 T. 514 288.3256 1 800 363.4688 www.cpaquebec.ca Demande de permis Candidats du cheminement CPA, CA N.B. Il est inutile de présenter une demande

Plus en détail

ECVET GUIDE POUR LA MOBILITÉ

ECVET GUIDE POUR LA MOBILITÉ ECVET GUIDE POUR LA MOBILITÉ 2 GUIDE POUR LA MOBILITÉ ECVET «Le système européen de crédits d apprentissage pour l enseignement et la formation professionnels (ECVET) est un cadre technique pour le transfert,

Plus en détail

ISBN-13 : 978-2-922325-43-0 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009

ISBN-13 : 978-2-922325-43-0 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009 REMERCIEMENTS AUX PARTENAIRES Cette étude a été réalisée grâce à la participation financière de la Commission des partenaires du marché du travail et du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport.

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009)

Plus en détail

RÈGLEMENT RELATIF À LA DÉLIVRANCE ET AU RENOUVELLEMENT DU CERTIFICAT DE REPRÉSENTANT (n o 1)

RÈGLEMENT RELATIF À LA DÉLIVRANCE ET AU RENOUVELLEMENT DU CERTIFICAT DE REPRÉSENTANT (n o 1) RÈGLEMENT RELATIF À LA DÉLIVRANCE ET AU RENOUVELLEMENT DU CERTIFICAT DE REPRÉSENTANT (n o 1) Loi sur la distribution de produits et services financiers (L.R.Q., c. D-9.2, a. 200, 1 er al., par. 1, 2, 3,

Plus en détail

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers entre assureurs de dommages et carrossiers Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers Novembre 2006 entre assureurs de dommages et carrossiers 2 PRÉAMBULE Le Groupement des assureurs automobiles

Plus en détail

Évaluation du programme Agents et courtiers en assurance de personnes (LCA.1P) conduisant à l'attestation d'études collégiales (AEC)

Évaluation du programme Agents et courtiers en assurance de personnes (LCA.1P) conduisant à l'attestation d'études collégiales (AEC) Évaluation du programme Agents et courtiers en assurance de personnes (LCA.1P) conduisant à l'attestation d'études collégiales (AEC) au Collège O Sullivan de Québec Décembre 2007 Introduction L évaluation

Plus en détail

COMMENTAIRES. du Regroupement des cabinets de courtage d assurance du Québec. présentés à l Autorité des marchés financiers

COMMENTAIRES. du Regroupement des cabinets de courtage d assurance du Québec. présentés à l Autorité des marchés financiers COMMENTAIRES du Regroupement des cabinets de courtage d assurance du Québec présentés à l Autorité des marchés financiers portant sur le document de consultation «Ligne directrice sur les pratiques commerciales

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR L ASSURANCE RESPONSABILITÉ PROFESSIONNELLE

RÈGLEMENT SUR L ASSURANCE RESPONSABILITÉ PROFESSIONNELLE RÈGLEMENT SUR L ASSURANCE RESPONSABILITÉ PROFESSIONNELLE QUESTIONS ET RÉPONSES NOUVEAU RÈGLEMENT 1. POURQUOI AVOIR ADOPTÉ UN NOUVEAU RÈGLEMENT? Les principaux problèmes auxquels s adresse le Règlement

Plus en détail

Guide sur les mutuelles de formation. Règlement sur les mutuelles de formation

Guide sur les mutuelles de formation. Règlement sur les mutuelles de formation Guide sur les mutuelles de formation Règlement sur les mutuelles de formation ÉDITION AVRIL 2008 Dans le cadre d une entente de délégation prévue par la Loi sur le ministère de l Emploi et de la Solidarité

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE # 64 INTÉGRATION COMPÉTENTE ET SÉCURITAIRE DES NOUVEAUX EMPLOYÉS

FICHE TECHNIQUE # 64 INTÉGRATION COMPÉTENTE ET SÉCURITAIRE DES NOUVEAUX EMPLOYÉS FICHE TECHNIQUE # 64 INTÉGRATION COMPÉTENTE ET SÉCURITAIRE DES NOUVEAUX EMPLOYÉS Chez les jeunes de 15 à 24 ans, 54 % des accidents du travail surviennent dans les six premiers mois de l emploi. Pour tous

Plus en détail

DIRECTIVE D APPLICATION DE L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS EN REGARD DE LA DÉFINITION D EXPERT EN SINISTRE ET DES ACTIVITÉS QUI LUI SONT EXCLUSIVES

DIRECTIVE D APPLICATION DE L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS EN REGARD DE LA DÉFINITION D EXPERT EN SINISTRE ET DES ACTIVITÉS QUI LUI SONT EXCLUSIVES DIRECTIVE D APPLICATION DE L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS EN REGARD DE LA DÉFINITION D EXPERT EN SINISTRE ET DES ACTIVITÉS QUI LUI SONT EXCLUSIVES La présente directive remplace la directive publiée

Plus en détail

G u i d e. Les règles pour les représentations, les bannières ou les cartes professionnelles

G u i d e. Les règles pour les représentations, les bannières ou les cartes professionnelles G u i d e Les règles pour les représentations, les bannières ou les cartes professionnelles I - INTRODUCTION À la suite de l entrée en vigueur de la Loi sur la distribution de produits et services financiers

Plus en détail

Proposition no 1 Assurance responsabilité professionnelle Résumé des faits

Proposition no 1 Assurance responsabilité professionnelle Résumé des faits Proposition n o 1 Assurance responsabilité professionnelle / Avril 2014 1 Proposition n o 1 Assurance responsabilité professionnelle Résumé des faits Le nouveau Règlement sur l assurance responsabilité

Plus en détail

Administration canadienne de la sûreté du transport aérien

Administration canadienne de la sûreté du transport aérien Administration canadienne de la sûreté du transport aérien Norme relative au système de gestion des fournisseurs de services de contrôle de l ACSTA Octobre 2009 La présente norme est assujettie aux demandes

Plus en détail

Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation

Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation Commentaires du Conseil du patronat du Québec dans le cadre de la consultation sur l accessibilité

Plus en détail

Formulaire d évaluation du stage d expérience pratique - cheminement CPA, CGA

Formulaire d évaluation du stage d expérience pratique - cheminement CPA, CGA 5, Place Ville Marie, bureau 800 Montréal (Québec) H3B 2G2 T. 514 288.3256 1 800 363.4688 Téléc. 514 843.8375 www.cpaquebec.ca Formulaire d évaluation du stage d expérience pratique - cheminement CPA,

Plus en détail

Proposition Assurance contre les erreurs et omissions des représentants, cabinets en assurance et des experts en sinistres

Proposition Assurance contre les erreurs et omissions des représentants, cabinets en assurance et des experts en sinistres Proposition Assurance contre les erreurs et omissions des représentants, cabinets en assurance et des experts en sinistres Groupe ENCON inc. 500-1400, Blair Place Ottawa (Ontario) K1J 9B8 Téléphone 613-786-2000

Plus en détail

Guide de la demande d autorisation pour administrer un régime volontaire d épargneretraite

Guide de la demande d autorisation pour administrer un régime volontaire d épargneretraite Guide de la demande d autorisation pour administrer un régime volontaire d épargneretraite Mars 2015 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 3 À QUI S ADRESSE CE GUIDE?... 3 AVANT DE DÉBUTER... 4 SERVICE DE

Plus en détail

GUIDE DU NOUVEL EMPLOYÉ Personnel enseignant régulier et à contrat. Au service de la réussite de chacun. Commission scolaire des Draveurs

GUIDE DU NOUVEL EMPLOYÉ Personnel enseignant régulier et à contrat. Au service de la réussite de chacun. Commission scolaire des Draveurs Commission scolaire des Draveurs GUIDE DU NOUVEL EMPLOYÉ Personnel enseignant régulier et à contrat Au service de la réussite de chacun N.B. Dans le présent texte, le générique masculin est utilisé sans

Plus en détail

Droits et obligations des travailleurs et des employeurs

Droits et obligations des travailleurs et des employeurs Droits et obligations des travailleurs et des employeurs La Loi sur la santé et la sécurité du travail (LSST) vise à assurer des conditions de santé et de sécurité minimales dans les entreprises québécoises.

Plus en détail

Vos dépôts sont protégés, c est garanti! Au Québec, l Autorité des marchés financiers protège vos dépôts jusqu à 100 000 $

Vos dépôts sont protégés, c est garanti! Au Québec, l Autorité des marchés financiers protège vos dépôts jusqu à 100 000 $ Vos dépôts sont protégés, c est garanti! Au Québec, l Autorité des marchés financiers protège vos dépôts jusqu à La garantie de base sur vos dépôts Quels dépôts sont garantis par l assurance-dépôts? L

Plus en détail

Vous achetez une première habitation? Sachez RAPer sans déraper!

Vous achetez une première habitation? Sachez RAPer sans déraper! Vous achetez une première habitation? Sachez RAPer sans déraper! Recherche et rédaction Julien Michaud (Autorité des marchés financiers) Collaborateurs Vincent Ardouin (Cégep Marie-Victorin) Marylaine

Plus en détail

FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER COMINAR. Régime de Réinvestissement des Distributions

FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER COMINAR. Régime de Réinvestissement des Distributions FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER COMINAR Régime de Réinvestissement des Distributions Le régime de réinvestissement des distributions de Cominar (le «Régime») permet aux porteurs de parts de Cominar d utiliser

Plus en détail

Pas d installations ou d équipement particuliers.

Pas d installations ou d équipement particuliers. COURS MAM1010 : Niveau : Préalable : Description : Paramètres : MARKÉTING ET GESTION Débutant Aucun L élève acquiert des notions de base en gestion et en markéting et donne des indications sur les meilleures

Plus en détail

www.csst.qc.ca Calcul du versement périodique 2014 Guide détaillé

www.csst.qc.ca Calcul du versement périodique 2014 Guide détaillé www.csst.qc.ca Calcul du versement périodique 2014 Guide détaillé Partenariat avec Revenu Québec Pour permettre l application du nouveau mode de paiement de la prime d assurance instauré le 1 er janvier

Plus en détail

RÈGLEMENT FACULTAIRE SUR LA RECONNAISSANCE DES ACQUIS. Faculté des lettres et sciences humaines

RÈGLEMENT FACULTAIRE SUR LA RECONNAISSANCE DES ACQUIS. Faculté des lettres et sciences humaines RÈGLEMENT FACULTAIRE SUR LA RECONNAISSANCE DES ACQUIS Faculté des lettres et sciences humaines PRÉAMBULE Ce règlement facultaire sur la reconnaissance des acquis s inscrit dans le cadre de la Politique

Plus en détail

PROGRAMME DE MENTORAT

PROGRAMME DE MENTORAT CONSEIL SCOLAIRE ACADIEN PROVINCIAL PROGRAMME DE MENTORAT ÉNONCÉ PRATIQUE Le Conseil scolaire acadien provincial désire promouvoir un programme de mentorat qui servira de soutien et d entraide auprès des

Plus en détail

Le télétravail. au Centre jeunesse des Laurentides GUIDE PRATIQUE

Le télétravail. au Centre jeunesse des Laurentides GUIDE PRATIQUE Le télétravail au Centre jeunesse des Laurentides GUIDE PRATIQUE Le télétravail, une valeur ajoutée pour la clientèle. Ce document a été produit par le Bureau de projets Centre jeunesse des Laurentides

Plus en détail

b) La liste de vos anciens noms pour les 5 dernières années (avec explications) Si non applicable, veuillez cocher

b) La liste de vos anciens noms pour les 5 dernières années (avec explications) Si non applicable, veuillez cocher PROPOSITION D ASSURANCE RESPONSABILITÉ PROFESSIONNELLE POUR LES CABINETS, LES REPRÉSENTANTS AUTONOMES, LES REPRÉSENTANTS AGISSANT POUR LE COMPTE D UN CABINET SANS Y ÊTRE EMPLOYÉS ET LES SOCIÉTÉS AUTONOMES

Plus en détail

OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE

OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE OUVERTURE SUR LA DIVERSITÉ INNOVANTE Cette fi che est un outil d introduction au concept de la gestion interculturelle. Elle est destinée aux gestionnaires de PME afi

Plus en détail

Guide de distribution Programme d assurance. Responsabilité civile d Intact Assurance ASSUREUR OFFICIEL DE LA FCMQ

Guide de distribution Programme d assurance. Responsabilité civile d Intact Assurance ASSUREUR OFFICIEL DE LA FCMQ Guide de distribution Programme d assurance Responsabilité civile d Intact Assurance ASSUREUR OFFICIEL DE LA FCMQ Intact Compagnie d assurance (l «assureur» ou «Intact Assurance») 2450, rue Girouard Ouest

Plus en détail

NORME PROFESSIONNELLE (À

NORME PROFESSIONNELLE (À NORME PROFESSIONNELLE (À utiliser pour décrire des emplois de la chaîne d'approvisionnement, réaliser des évaluations du rendement, élaborer des plans de carrière, etc.) Description du poste (selon la

Plus en détail

Devenir un gestionnaire de personnes

Devenir un gestionnaire de personnes Devenir un gestionnaire de personnes SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Déterminer vos besoins Trouver les bonnes personnes Conserver les bons employés SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Le passage de personne d

Plus en détail

GUIDE D ENCADREMENT DES STAGES EN MILIEU DE TRAVAIL POUR LES ÉTUDIANTS INSCRITS À UN PROGRAMME DE DESS OU DE MAÎTRISE PROFESSIONNELLE ADMISSIBLE

GUIDE D ENCADREMENT DES STAGES EN MILIEU DE TRAVAIL POUR LES ÉTUDIANTS INSCRITS À UN PROGRAMME DE DESS OU DE MAÎTRISE PROFESSIONNELLE ADMISSIBLE DIRECTION DES AFFAIRES ACADÉMIQUES ET INTERNATIONALES GUIDE D ENCADREMENT DES STAGES EN MILIEU DE TRAVAIL POUR LES ÉTUDIANTS INSCRITS À UN PROGRAMME DE DESS OU DE MAÎTRISE PROFESSIONNELLE ADMISSIBLE Document

Plus en détail

lautorite.qc.ca Comment faire le point sur vos finances personnelles?

lautorite.qc.ca Comment faire le point sur vos finances personnelles? lautorite.qc.ca Comment faire le point sur vos finances personnelles? Qui sommes-nous? L Autorité des marchés financiers est l organisme de réglementation et d encadrement du secteur financier au Québec.

Plus en détail

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES AFFAIRE INTÉRESSANT : LES RÈGLES DE L ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES LES STATUTS DE L ASSOCIATION

Plus en détail

Poste : AGENT AUX ACHATS. Conditions d accès à la profession : Tâches : ACHATS

Poste : AGENT AUX ACHATS. Conditions d accès à la profession : Tâches : ACHATS Norme professionnelle (Pour décrire des emplois de la chaîne d'approvisionnement, réaliser des évaluations du rendement, élaborer des plans de carrière, etc.) Description du poste (selon la définition

Plus en détail

NTRODUCTION. Guide de gestion des ressources humaines

NTRODUCTION. Guide de gestion des ressources humaines NTRODUCTION La rémunération est une activité ayant un impact important sur la performance de l entreprise. Une gestion efficace de la rémunération permet de contrôler les coûts liés à la main-d œuvre,

Plus en détail

Résultats du Sondage sur la meilleure exécution. Avis sur les règles Avis technique RUIM et Règles des courtiers membres

Résultats du Sondage sur la meilleure exécution. Avis sur les règles Avis technique RUIM et Règles des courtiers membres Avis sur les règles Avis technique RUIM et Règles des courtiers membres Personnes-ressources : Naomi Solomon Avocate principale aux politiques, Politique de réglementation des marchés Téléphone : 416 646-7280

Plus en détail

DEVENIR TUTEUR DANS LE MEILLEUR INTÉRÊT DE L ENFANT

DEVENIR TUTEUR DANS LE MEILLEUR INTÉRÊT DE L ENFANT DEVENIR TUTEUR DANS LE MEILLEUR INTÉRÊT DE L ENFANT Que devez-vous savoir sur la tutelle en vertu de la Loi sur la protection de la jeunesse? LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE CETTE BROCHURE A ÉTÉ RÉALISÉE

Plus en détail

Attestation de spécialisation professionnelle (ASP) LANCEMENT D UNE ENTREPRISE. www.lancement-e.com

Attestation de spécialisation professionnelle (ASP) LANCEMENT D UNE ENTREPRISE. www.lancement-e.com Attestation de spécialisation professionnelle (ASP) LANCEMENT D UNE ENTREPRISE 5264 Guide du promoteur Les étapes à suivre 2014-2015 www.lancement-e.com Prenez votre avenir en main Créez votre emploi Passez

Plus en détail

Assurances collectives

Assurances collectives Assurances collectives Regroupement des organismes nationaux de loisir et de sport du Québec Conditions de renouvellement au 1 er avril 2015 et modification du choix d option Regroupement des organismes

Plus en détail

Concours 25 000 $ de prix en argent offerts par le Programme d assurance automobile et habitation CIBC (le «Concours»)

Concours 25 000 $ de prix en argent offerts par le Programme d assurance automobile et habitation CIBC (le «Concours») Concours 25 000 $ de prix en argent offerts par le Programme d assurance automobile et habitation CIBC (le «Concours») EN PRENANT PART AU CONCOURS, CHAQUE PARTICIPANT ACCEPTE D ÊTRE LIÉ PAR LE RÈGLEMENT

Plus en détail

Assurer, de concert avec nos partenaires, la sécurité publique au Québec.

Assurer, de concert avec nos partenaires, la sécurité publique au Québec. Assurer, de concert avec nos partenaires, la sécurité publique au Québec. Pour réaliser sa mission, le Ministère intervient dans les secteurs d activité suivants : les services de prévention et de lutte

Plus en détail

Les étapes de recherche d emploi Mai 2013

Les étapes de recherche d emploi Mai 2013 Service Alternance Travail-Études et Placement Les étapes de la recherche d emploi La démarche 1. Établir un projet de carrière réaliste. Avant de vous fixer des objectifs de carrière, il faut d abord

Plus en détail

Calcul du versement périodique 2015 GUIDE. www.csst.qc.ca

Calcul du versement périodique 2015 GUIDE. www.csst.qc.ca Calcul du versement périodique 2015 GUIDE www.csst.qc.ca Ce guide a pour but de faciliter la compréhension des modalités relatives au calcul du versement périodique. Il n a aucune valeur juridique et ne

Plus en détail

Guide d accompagnement à l intention des entreprises désirant obtenir ou renouveler une autorisation pour contracter/souscontracter avec un organisme

Guide d accompagnement à l intention des entreprises désirant obtenir ou renouveler une autorisation pour contracter/souscontracter avec un organisme Guide d accompagnement à l intention des entreprises désirant obtenir ou renouveler une autorisation pour contracter/souscontracter avec un organisme public Juin 2015 1 INTRODUCTION... 4 À QUI S ADRESSE

Plus en détail

Assurance de remplacement

Assurance de remplacement Assurance de remplacement Police d'assurance automobile du Québec F.P.Q. No 5 Formule d'assurance complémentaire pour dommages éprouvés par le véhicule assuré C3228 (2010-07) Guide de distribution 731

Plus en détail

SOUMISSION DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE

SOUMISSION DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE SOUMISSION DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE AU CONSEIL CANADIEN DES RESPONSABLES DE LA RÉGLEMENTATION D ASSURANCE ET LES ORGANISMES DE RÉGLEMENTATION DES SERVICES D ASSURANCE AU CANADA (CISRO) COMITÉ

Plus en détail

Règlement des plaintes. Pour une relation d affaires harmonieuse

Règlement des plaintes. Pour une relation d affaires harmonieuse Règlement des plaintes Pour une relation d affaires harmonieuse Vous avez toute notre attention La Banque Nationale et ses filiales 1 accordent beaucoup d importance à votre satisfaction. C est pourquoi

Plus en détail

Guide de référence rapide pour la recherche au collégial

Guide de référence rapide pour la recherche au collégial Guide de référence rapide pour la recherche au collégial Daniel Puche, Ph.D., CEGEP de St-Hyacinthe, 2012 Ce guide se veut une référence pratique pour les enseignants-chercheurs dans leurs démarches de

Plus en détail

DEMANDE D INSCRIPTION A LA LISTE DES STAGIAIRES EXPERIENCE PROFESSIONNELLE

DEMANDE D INSCRIPTION A LA LISTE DES STAGIAIRES EXPERIENCE PROFESSIONNELLE I.P.I. - demande STAGIAIRE-expérience professionnelle / 2015 - page 1 / 6 rue du Luxembourg 16 B - 1000 Bruxelles - Tél. 02/505.38.50 - Fax 02/503.42.23 - www.ipi.be DEMANDE D INSCRIPTION A LA LISTE DES

Plus en détail

Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise

Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise L expérience à votre service Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise Assurance pollution et coûts de dépollution des locaux d entreprise Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise

Plus en détail

PROPOSITION D ASSURANCE DE LA RESPONSABILITÉ CIVILE PROFESSIONNELLE/RESPONSABILITÉ CIVILE GÉNÉRALE DES ENTREPRISES MULTIMÉDIAS DES DIFFUSEURS AVIS :

PROPOSITION D ASSURANCE DE LA RESPONSABILITÉ CIVILE PROFESSIONNELLE/RESPONSABILITÉ CIVILE GÉNÉRALE DES ENTREPRISES MULTIMÉDIAS DES DIFFUSEURS AVIS : PROPOSITION D ASSURANCE DE LA RESPONSABILITÉ CIVILE PROFESSIONNELLE/RESPONSABILITÉ CIVILE GÉNÉRALE DES ENTREPRISES MULTIMÉDIAS DES DIFFUSEURS AVIS : LA PRÉSENTE PROPOSITION SE RAPPORTE À UNE GARANTIE D

Plus en détail

Partir en toute. assurance PARTOUT DANS LE MONDE

Partir en toute. assurance PARTOUT DANS LE MONDE Partir en toute assurance PARTOUT DANS LE MONDE L information contenue dans ce document l est à titre indicatif et n engage en rien la responsabilité de la Société de l assurance automobile du Québec.

Plus en détail

Le genre féminin utilisé dans ce document désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Le genre féminin utilisé dans ce document désigne aussi bien les femmes que les hommes. Programme d intéressement pour l implantation du rôle de l infirmière praticienne spécialisée Modalités d application 15-919-04W RÉDACTION Direction des soins infirmiers Direction générale des services

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie)

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Musique instrumentale (deuxième partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Mai 2005 This document is available

Plus en détail

Règlement du Programme de bourse de démarrage de cabinet de l AJBM. 1- Objectifs

Règlement du Programme de bourse de démarrage de cabinet de l AJBM. 1- Objectifs Règlement du Programme de bourse de démarrage de cabinet de l AJBM 1- Objectifs Le programme de bourse de démarrage de cabinet de l AJBM a pour but de promouvoir l entreprenariat chez les jeunes avocats

Plus en détail

Gestion commerciale LCA.8Z. Information : (514) 376-1620, poste 419

Gestion commerciale LCA.8Z. Information : (514) 376-1620, poste 419 Gestion LCA.8Z Information : (514) 376-1620, poste 419 Programme de formation Type de sanction Attestation d études collégiales permettant de cumuler 35 unités 1/3. Buts généraux du programme Ce programme

Plus en détail

BUREAU DES RÉGISSEURS Régie du bâtiment du Québec

BUREAU DES RÉGISSEURS Régie du bâtiment du Québec BUREAU DES RÉGISSEURS Régie du bâtiment du Québec No du dossier : 5653-4530 No du rôle : 28.d-C-15 Date : 28 août 2015 DEVANT : M e Claude Gilbert, régisseur STÉPHANIE AIRAUD ET BERNHARD AINETTER REQUÉRANTS

Plus en détail

Rédiger et administrer un questionnaire

Rédiger et administrer un questionnaire Rédiger et administrer un questionnaire Ce document constitue une adaptation, en traduction libre, de deux brochures distinctes : l une produite par l American Statistical Association (Designing a Questionnaire),

Plus en détail

Orientations pour la gestion documentaire des courriels au gouvernement du Québec

Orientations pour la gestion documentaire des courriels au gouvernement du Québec Orientations pour la gestion documentaire des courriels au gouvernement du Québec Janvier 2009 Dépôt légal Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2010 ISBN : 978-2-550-59635-6 Table des matières

Plus en détail

L utilisation des TIC par le personnel enseignant. Marie-José Roy FRÉQUENCE D UTILISATION ET INTERNET

L utilisation des TIC par le personnel enseignant. Marie-José Roy FRÉQUENCE D UTILISATION ET INTERNET L utilisation des TIC par le personnel enseignant Marie-José Roy Depuis l apparition des micro-ordinateurs dans les années 1980, la tâche des enseignantes et enseignants s est vue modifiée à mesure que

Plus en détail

lautorite.qc.ca Comment choisir avec qui investir?

lautorite.qc.ca Comment choisir avec qui investir? lautorite.qc.ca Comment choisir avec qui investir? Qui sommes-nous? L Autorité des marchés financiers est l organisme de réglementation et d encadrement du secteur financier au Québec. Elle veille à la

Plus en détail

Assurer la compétence des juristes

Assurer la compétence des juristes BARREAU DU HAUT -CANADA Assurer la compétence des juristes The Law Society of Upper Canada LET RIGHT PREVAIL Barreau du Haut-Canada La Loi sur le Barreau exige du Barreau qu il veille à ce que la population

Plus en détail

La reddition de comptes dans le cadre du soutien à la mission globale

La reddition de comptes dans le cadre du soutien à la mission globale La reddition de comptes dans le cadre du soutien à la mission globale Programme de soutien aux organismes communautaires SERVICES SOCIAUX Édition : La Direction des communications du ministère de la Santé

Plus en détail

CONSULTATION DU GROUPE DE TRAVAIL SUR

CONSULTATION DU GROUPE DE TRAVAIL SUR CONSULTATION DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LA VENTE D ASSURANCE ACCESSOIRE (CCRRA / CISRO) MÉMOIRE DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE 2 mai 2008 TABLE DES MATIÈRES Page Introduction...3 PARTIE I EXCLUSIONS,

Plus en détail

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO-

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- ALIMENTAIRE AU QUÉBEC RÉSULTATS D UNE CONSULTATION DES ACTEURS DU SECTEUR AGROALIMENTAIRE AU SUJET DE LEUR CONFIANCE ENVERS LEURS PERSPECTIVES FUTURES Préparé pour l Union

Plus en détail

AVIS DE RÉGLEMENTATION AUX MEMBRES RÔLES DE LA CONFORMITÉ ET DE LA SURVEILLANCE

AVIS DE RÉGLEMENTATION AUX MEMBRES RÔLES DE LA CONFORMITÉ ET DE LA SURVEILLANCE Personne-ressource : Paige Ward Avocate générale et vice-présidente, Politiques Téléphone : 416-943-5838 Courriel : pward@mfda.ca RM-0057 5 décembre 2006 (révisé le 6 février 2013) Introduction AVIS DE

Plus en détail

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces Famille professionnelle de l, Secrétaire / Assistant Assistant, assistant administratif Le secrétaire aide à la planification et à l organisation des activités afin de faciliter la gestion de l information.

Plus en détail

Organiser ses ressources pour mieux apprendre : gérer son temps, son espace et ses outils de travail

Organiser ses ressources pour mieux apprendre : gérer son temps, son espace et ses outils de travail Introduction Auteur : François Ruph (Équipe de production) Organiser ses ressources pour mieux apprendre : gérer son temps, son espace et ses outils de travail Objectif : Comprendre le rôle de l organisation,

Plus en détail

RÉGIME D ACHAT D ACTIONS À L INTENTION DES PARTENAIRES DES RÉSEAUX DE DISTRIBUTION DU GROUPE INDUSTRIELLE ALLIANCE

RÉGIME D ACHAT D ACTIONS À L INTENTION DES PARTENAIRES DES RÉSEAUX DE DISTRIBUTION DU GROUPE INDUSTRIELLE ALLIANCE RÉGIME D ACHAT D ACTIONS À L INTENTION DES PARTENAIRES DES RÉSEAUX DE DISTRIBUTION DU GROUPE INDUSTRIELLE ALLIANCE Janvier 2013 99-36 (13-01) 1 DÉFINITIONS Dans le présent Régime et les formulaires qui

Plus en détail

COMITÉ DE DISCIPLINE CHAMBRE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES

COMITÉ DE DISCIPLINE CHAMBRE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES CANADA PROVINCE DE QUÉBEC COMITÉ DE DISCIPLINE CHAMBRE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES N : 2013-06-01(C) DATE : 14 janvier 2014 LE COMITÉ : M e Daniel M. Fabien, avocat M. Luc Bellefeuille, C.d A.A., courtier

Plus en détail

Annexe à la résolution 197-CE-1582. Évaluation périodique des programmes. Guide de référence

Annexe à la résolution 197-CE-1582. Évaluation périodique des programmes. Guide de référence Annexe à la résolution 197-CE-1582 Évaluation périodique des programmes Guide de référence 19 mars 2012 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 1 1. CADRE GÉNÉRAL DE L ÉVALUATION... 2 1.1 Objectifs de l évaluation...

Plus en détail

PROCÉDURE D'APPEL D'OFFRES ET D'OCTROI POUR LES ACHATS D'ÉLECTRICITÉ

PROCÉDURE D'APPEL D'OFFRES ET D'OCTROI POUR LES ACHATS D'ÉLECTRICITÉ PROCÉDURE D'APPEL D'OFFRES ET D'OCTROI POUR LES ACHATS D'ÉLECTRICITÉ INTRODUCTION Hydro-Québec, dans ses activités de distribution d'électricité («Distributeur»), doit conclure des contrats d'approvisionnement

Plus en détail

Notions de droit en assurance de dommages

Notions de droit en assurance de dommages Notions de droit en assurance de dommages Les règles relatives aux représentants en assurance de dommages Le mandat Le rôle du représentant Le représentant, mandataire de l assureur Le représentant, mandataire

Plus en détail

Techniques de l informatique 420.AC. DEC intensif en informatique, option gestion de réseaux informatiques

Techniques de l informatique 420.AC. DEC intensif en informatique, option gestion de réseaux informatiques Plan de cours Techniques de l informatique 420.AC DEC intensif en informatique, option gestion de réseaux informatiques 420-691-MA Stage en entreprise Site du stage en entreprise : http://stages.cmaisonneuve.qc.ca/evaluation/1748/

Plus en détail

En avril 2006, un citoyen produit sa déclaration de revenus 2005. En septembre de la même année, il constate une erreur dans sa déclaration initiale et produit une déclaration amendée à laquelle il joint

Plus en détail

2.2.5 LA SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC

2.2.5 LA SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC 2.2.5 LA SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC 139 LA SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC La Société de l assurance automobile du Québec «a pour mission d assurer et de protéger les personnes

Plus en détail

Évaluation du Programme de subventions et de contributions Bibliothèque et Archives Canada Rapport final

Évaluation du Programme de subventions et de contributions Bibliothèque et Archives Canada Rapport final Évaluation du Programme de subventions et de contributions Bibliothèque et Archives Canada Rapport final Préparé par la Division de la vérification et de l évaluation Bibliothèque et Archives Canada Mars

Plus en détail