L'élevage du lapin en Tunisie peut contribuer à résoudre le problème de déficit en viande du pays

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L'élevage du lapin en Tunisie peut contribuer à résoudre le problème de déficit en viande du pays"

Transcription

1 L'élevage du pin en Tunisie peut contribuer résoudre le problème déficit en vian du pays Bergaoui R. in Rouvier R. (ed.), Baselga M. (ed.). Rabbit production and genics in the Mediterranean area Zaragoza : CIHEAM Options Méditerranéennes : Série A. Séminaires Méditerranéens; n pages 2332 Article avaible on line / Article disponible en ligne l adresse : To cite this article / Pour citer c article Bergaoui R. L' élevage du pin en Tunisie peut contribuer résoudre le problème déficit en vian du pays. In : Rouvier R. (ed.), Baselga M. (ed.). Rabbit production and genics in the Mediterranean area. Zaragoza : CIHEAM, p (Options Méditerranéennes : Série A. Séminaires Méditerranéens; n. 17)

2 ~~ CIHEAM Options Mediterraneennes du pin en Tunisie peut contribuer résoudre le problème déficit en vian du pays R. BERGAOUI 7030 MATEUR, TUNISIE a 50 du t On ime consommation potentielle tonnes actions doivent son du dépend ses aptitus aux nécessite l existence : Lapin, vian, élevage, Tunisie. mass raising may solve the problem of meat ficit in Tunisia. has been marginal. Current production is imated at 50 tons riving fiom the traditional sector and 100 tons of industrial production. consumption is imated at 20,000 tons of meat, kalf of which coming from the farming sector. Traditional rearing has very low performance, linked to high mortality. Action has been unrtaken to improve these two factors, working at the same time on the animal and its environment. production is profit based. survival pends on technical and econonzic performance, which pends on the quality of inputs, facilities and the expertise of the breer. The velopment of rabbit breeding pends on its capacity to adapt to national constraints and to integrate into the country s agriculture. requires a national will, the coordination of all actions zozrtaken by the different partners and the organization of the sector. Through the stimution to consumption by the mass media, rabbit production will velop rapidly and will be able to solve the meat ficits of the country, creating employnzerzt and saving in foreign currency. words: meat, raising, Tunisia. La Tunisie km Une chaîne montagnes ( le pays le divise en ux climatiques. Le bénéficie conditions climatiques dispose potentialités Sud sont moins chauds secs. Les l influence ont un climat B doux. Les un climat continental en Les 30% pays. Les limitées. Le pays dispose quelques mines phosphate, zinc gisements gaz s épuisent ne suffisent plus aux besoins du La popution compte 7,5 millions d habitants se localisée essentiellement La popution active 29% popution totale. Le taux chômage 25%. Le chômage plus pays. occupe 31% popution active. Les (y 9,l millions comme suit : Options n : 2332

3 CIHEAM Options Mediterraneennes social 5 millions d ha collectives 2,l %. L élevage sa n que 30% s intensive a connu un ces 20 années. d intensification, l élevage climatiques. La moyenne consommation habitant imée en ,s kg (enquête budg 26.9 kg vil 10,6kg campagne comme suit: Consommation vian par habitant en kg (FAO, 1988) i Grans Pites I I vil moyennes I rural I nationalel Vian bovine 1:; Vian ovine 1 1$ 1 :i I voille Vian 3,9 I 0,3 I 0,35 I 0,4 I 0,4 I Total I 26,9 I 17,25 110,6 I 168 I niveau consommation, le pays plus congelée. En 1986, élevées t. a plus en Le pin a été Les aucune allusion c élevage. a été mosaïques exposées aux musées Sousse. Son élevage sous le tunisien. L objectif en vian famille L excént acheminé soit s soit vil. Les quantités accusent une diminution assez années 1960 en liaison avec s ventes au quantité passée kg en kg en Sans que ce soit musulmane, le tunisien consommation vian pin, qu il consomme vil. sont ceux qui n ont jamais,consommé pin qui vian a un mauvais goût, qu on ux ou pts avec vian du pin... L exo l abandon également un décisif dans l élevage cunicole. L élevage cunicole tunisien Secteur traditionnel EFFECTIF L effectif mal connu. d hygiène. élevée mais s l Office l Elevage s en 1980 fait état d un effectif conduits tonnes effectif plus 10 femel ayant l enquête. L effectif se pines C élevage campagne. En eff, l abondance disponibilité d une familiale, taille c animal sa le peu moyens qu il nécessite habitants s zones c élevage. L isolement s Le pit élevage familial. Le pin, comme voille disponible tout abattage éventuel soit manifation familiale soit un ou un ami. C élevage pites tâches. 1 échelle s habitant l élevage du pin incite, cas famil même. 24

4 CIHEAM Options Mediterraneennes ANIMAUX s agit local ; on quelques pins Fauve Néozéndais le Le pin local englobe un ensemble d animaux aussi On ainsi d une popution locale. LOGEMENT ces animaux sont issus avec s du temps s colons. Le pin conduit aussi bien en plein ou vieux bâtiments abandonnés aménagés en passant logements selon disponibilité locaux pouvant l aménagement s avec un toit en (utilisés s du pays. aux animaux (chaud en en été). Ces logements doivent cimentés pins bas loin du L élevage dans le Sud tunisien. Les animaux vivent dans s on ux communicants. Le animaux (c s animaux, il suffit le passage animaux L élevage moyens ALIMENTATION un élevage en un avec s disponib. Les animaux essentiellement pntes spontanées ainsi que cuisine s s foin temps en temps du son blé. Le ou mois mai au mois un aux qui L eau aux pins. pin n a pas besoin ; c5ci s cas cannibalisme. CONDUITE Les élevages sont conduits soit en colonie avec s mâ avec pines jeunes, soit en colonies avec élevage s mâ lou s jeunes. La ; le mâle vit en avec femel. s en été ou mises bas femel. cas d un ou 1,5 mois d âge. pas celuici effectué un mois Les pines selon état santé. Les femel choisies consanguinité élevée dans ces élevages. PRINCIPALES MALADIES Les hygiéniques qui en élevage. Les madies sont : gale s coccidiose La madie X (madie s manifée ces élevages dégâts. Elle s aux élevages décimant ainsi s Une affecte jeunes avant pouvant jusqu 60%. On cannibalisme cause s (chats...). Les ou même aux javel,...). LES PRODUCTIONS (1983) ime 18 aux médicaments 40 chez bons Le mise bas 6. La 20%. 25

5 CIHEAM Options Mediterraneennes 2 l autoconsommation. ou ville. lieu Ces pins sont vendus 1 1,2 le kilo vif (soit 6 7,7 F.F.). Secteur morne s animaux élevés d une façon individuelle. englobe : quelques cages le domaines colons disposant ou béton). pédagogiques s établissements élevages 800 pines. C élevage existe du temps s colons. son en Tunisie, (1912), pins :... pins communs. état au siècle diffusées comme suit : 4 élevages 14 Chinchil 4 8 cages individuel bois, ou le plus ou en béton. l élevage ont joué incitatif 26 jadis colonisées. localisé dans Avec le colons, gion ces étatiques a été confiée soit s établissements ou l Office l existence ces ces continuent l élevage du pin. Le pin a joui d une attention au début En eff, intensive qui a 1970, ont pensé dans l élevage du pin. C en 1980 a vu ; on compte actuellement élevages activité. existence activité. C échec a : on vouit unités (800 au moins). nouveau pin. L effectif ces animaux imé pines. Une mention doit aux élevages s établissements exploitations d anciens colons disposent d un élevage cunicole taille C élevage a objectifs : cuisine l établissement du budg. AN I MAUX On tels que soit s animaux Elco. soit s Un pit effectif a été également poil. Ce pit élevage a difficultés

6 CIHEAM Options Mediterraneennes Tous nés pce. ont connu difficultés instaltion. La difficultés d adaptation au nouvel femel. La Fauve pits que en élevage dépend en qualité l aliment, pin sensible sa accints ont été élevages qu on ne l aliment LOGEMENT ET MATÉRIEL Les animaux sont logés soit dans vieux bâtiments aménagés, soit, élevages dans s le pin. Ces bâtiments tiennent compte l exigence du pin ventition. En eff, limitant. On note en Tunisie 5 mois quels dépasse 20 C (mai 8 mois où 20 C, aux mois juill août 37 C ventilés. coûteux conditionne isolés l invissement le plus l élevage. pce. Un avicole, voyant le développement que connaît l élevage pin, s mis puis 1982 cages CONDUITE La d un élevage cunicole dépend également s qualités ses capacités, sa technicité son L absence d une qualifiée limitant le développement l élevage du pin explique en l échec MALADIES madies du pin l hygiène. Une attention gale s madies myxomatose ont été sont madie confectionnent euxmêmes ALIMENTATION galvanisé soudé, cages. Jusqu une n existait aucun aliment spécifique pin. Les quelques élevages utilisaient ou du foin complémenté avec l aliment En 1980, l Office 1 Elevage tunisobelge, a commencé son blé, soja, maïs. Toutefois, (on utilisait une ovins), ce qui gaspilge. Ce n qu en 1985 a commencé un aliment spécifique pins avec : soja. 27 LES PRODUCTIONS ne nous pas possible quant aux élevages intensifs. l Agence s Cléments dans cunicole, il noté au niveau s élevages, au niveau tous élevages visités une autosatisfaction que... exploitations 1989). Le même document indique toutefois que élevages plus pines an, soit une 100 tonnes vian une consommation 725 tonnes d aliment. Nous pouvons ainsi suivants : Effectif moyen élevage 430 pines 34 1,7 kg vian

7 CIHEAM Options Mediterraneennes quantités vian pin se sont posés au début s élevages s agissant d un il falit cssiques. quotidiens. pin sollicitée, hôtels collectivités (lycées l ont envisageab tels hôpitaux, compagnies voyages même SOUTIEN APPORTÉ AU SECTEUR L élevage cunicole a bénéficié ces d un ensemble d actions visant sa local a fait l obj d une En eff, suite une mission Tunisie (juill 1980), un été mis au point avec SAGA Toulouse. Ce but connaissance s poputions loca quant spécifique d adaptation au milieu Tunisie) biologiques, animaux tunisiens du type Chinchil ont été envoyés SAGA. Ces pins ont été typage adaptatif. Le également le s animaux locaux (simple double). Le Tunisiens avec le Néozéndais le a été vite abandonné. n a pas pu conception d un logement simple, bon s appuyant s locaux. l alimentation du pin l utilisation sous La conduite en colonie du mâle. s documents indiquant d un pit élevage pin. l Agence s d élevages d avantages fiscaux. un ensemble Ces accompagnés nécessité soli d élevage du pin, avec un pit effectif (100 pines au... Enfin on envisage d une d un PERSPECTIVES DE DÉVELOPPEMENT La Tunisie un pays aux potentialités limitées. La l élévation du niveau vie le augmentation Le pays vian. saison handicap. L élevage climatiques. Le développement ces déficit en vian été déployés Les conditions climatiques, intensive disposition du qualité bon établissements l élevage le familial. mieux s le maïs le composantes s aliments Le pin ne d aucun Son élevage moins le temps s : possibilités pine locale sélection Le pin : d intensification systèmes d élevage. 28

8 CIHEAM Options Mediterraneennes Sa vian d une qualité diététique exceptionnelle. d imagination sensibilisation, une multitu pts. L élevage du pin limité, faible (150 t/an). La Tunisie compte exploitants. En supposant que moitié ces exploitants élèvent chacun 5 pines, pines potentielle tonnes viann. (1982, 1983) ime qu on peut une consommation potentielle tonnesn vian pin suivant : a été également constaté, suite d un fsh qualités diététiques vian du pin, que ventes ont tout suite doublé. Les mass média peuvent ainsi fois consommation. Cte actuellement un ensemble difficultés : ELEVAGE TRADITIONNEL accompagnées élevées. faib actions doivent ces ux en agissant l animal son 1988) Le développement fait développement...). La ces actions dépend comme le soulignait (1983) l existence d une volonté non seulement individuelle ou locale, mais collective pin en Tunisie. plus, elle suppose l existence d action..., En ces : actuelle 150 t Consommmation potentielle t t Nous pouvons que l élevage du pin appelé déficit du pays ( tonnesn). Ce fois l élevage l élevage appelé consommation potentielle potentielle (soit t>. que consommation potentielle s h6tels limitée. Ce sont en habitants s campagnes ainsi que citadins qui sont clients potentiels. fois on a le consommation citadine le du pin consommation il faut que le du pin celui du poul. Toutefois, suite plus faible que celui du poul, le pin s agit donc d une habitu L élevage familial : La d un ensemble sousdisponib au niveau l exploitation du ménage. famille. Un appoint Une utilisation s moyens disponib dans le pays (animal, aliment...). s agit unités pite moyenne potentialités tunisiennes. Le modèle du type d élevage doit s méthos l obj ; ceci suppose : s animaux adaptés aux conditions tunisiennes, loca... La s techniques d élevage le biais s mass média La activités l écoulement s 29

9 CIHEAM Options Mediterraneennes officiels le pn technique, : l élevage pits bâtiments faisant appel aux moyens aux techniques locaux. Conduite au sollcolonie avec s mâ s jeunes au (au poids minimum 400 g). Utilisation dun adéquat s Goîtes nid. semiintensif conditions le (disponibilité l hygiène s animaux du Utilisation d un complément Les éco un efficace diffusion s techniques développement c élevage. le En eff, a Sections éco L objectif c enseignement gion, technique s élèves, aussi bien en pit élevage (voille, pin, abeil...) qu en a été que l élève a tendance chez lui ce qu il a l école, s agit techniquesimp nécessitant peu moyens comme dans le cas l élevage du pin. éco ELEVAGE INDUSTRIEL Les conditions été en eff concluante nous avons l élevage du pin pits sont en vian : existe au niveau s hôtels s collectivités. On dispose pce du l aliment. La finalité &e c élevage La élevages sont financés visent avant tout Toutefois il ne suffit pas moyens cte spécution comme c le cas La cunico. aliment, technicité le bâtiment élevage, l élevage du pin Un s techniciens Ce type d élevage toutefois basé s animaux (maïs, soja, sensib Une élevée l instaltion s animaux pce. Ces animaux sont acclimatés mieux adaptés aux conditions du pays. possible l utilisation tunisiens tels que : blé, s usines s s caves... élevage C également basé l aliment étant composés l homme, l aspect inévitable, Ceci d autant plus que le pays déj en qu il doit popution. aptitus dans du pays. ses n pas inutile enfin effectifs suite. A au mois 1990, ont été en vue du développement l élevage cunicole 1990): d invissement banques. nouveaux élevages qui tiennent compte s loca. euxmemes. 30

10 CIHEAM Options Mediterraneennes Nécessité s s campagnes 5 mass consommation vian pin. le pin. d un comité national qui veille au lutte madies du pin (myxomatose, madie aliments s s en final. disponibilité en médicaments d un diagnostic spécialisé dans pathologie du pin. d une s occupant l élevage du pin. Références p.). (1989) : L élevage cunicole (document polycopié, 20 F. (1983) : d une l élevage du pin en Tunisie (4pages). E.S.A. F. (1982) : 64 p., E.S.A. FAO (1988) : Tunisie : développement s l élevage. synthèse (2 volumes) S. (1983) : L élevage pin en possibilités l E.S.A. n 9 S. (1984) : Etu pins tunisienne élevés en milieux l E.S.A. no 7115 G. (1981) : d un en S.A.G.A. 1 Ecole (E.S.A.Tunisie) dans le développement pin en Tunisie (4 pages) (1988) : l élevage en (1990) : 31

Quelques aspects de l'élevage du lapin au Maroc

Quelques aspects de l'élevage du lapin au Maroc Quelques aspects l'élevage du pin au Maroc Barkok A. in Rouvier R. (ed.), Baselga M. (ed.). Rabbit production and genics in the Mediterranean area Zaragoza : CIHEAM Options Méditerranéennes : Série A.

Plus en détail

L élevage du lapin en Tunisie peut contribuer à résoudre le problème de déficit en viande du pays

L élevage du lapin en Tunisie peut contribuer à résoudre le problème de déficit en viande du pays ~~ CIHEAM - Options Mediterraneennes L élevage du lapin en Tunisie peut contribuer à résoudre le problème de déficit en viande du pays R. BERGAOUI ECOLE SUPÉRIEURE D AGRICULTURE 7030 MATEUR, TUNISIE RESUME

Plus en détail

Croisement de lapins locaux avec la souche Hyla: résultats des performances de reproduction et de croissance en première génération

Croisement de lapins locaux avec la souche Hyla: résultats des performances de reproduction et de croissance en première génération Croisement lapins locaux avec la souche Hyla: résultats s performances reproduction croissance en première génération Ben Hamouda M., Kennous S., El Gaied J. in Rouvier R. (ed.). Races populations locales

Plus en détail

La formation agricole en Algérie

La formation agricole en Algérie La formation agricole en Algérie Ait Belkacem M. in Hervieu B. (ed.). La formation agronomique dans les pays du bassin méditerranéen Montpellier CIHEAM Options Méditerranéennes Série Etudes; n. 1987II

Plus en détail

La recherche agricole en Algérie

La recherche agricole en Algérie La recherche agricole en Algérie Kellou R. in Casas J. (ed.). La recherche agronomique dans les pays du bassin méditerranéen Montpellier CIHEAM Options Méditerranéennes Série Etus; n. 1988III 1988 pages

Plus en détail

Le marché et la formation des prix

Le marché et la formation des prix Le marché formation s prix Lucchti F. in Alya M. (ed.). L' économie l' olivier Paris : CIHEAM Options Méditerranéennes : Série Etus; n. 1988-V 1988 pages 99-105 Article avaible on line / Article disponible

Plus en détail

Acquis de la recherche en matière d\'évaluation génétique des ovins et des caprins en Tunisie

Acquis de la recherche en matière d\'évaluation génétique des ovins et des caprins en Tunisie Acquis recherche en matière d\'évaluation génétique s ovins et s caprins en Tunisie Aloulou R., Ben Dhiaf S., Chalh A., Djemali M., Hammami H., Jamal S. in Gabiña D. (ed.). Strategies for sheep and goat

Plus en détail

Performances zootechniques de la race ovine Sicilo-Sarde en Tunisie

Performances zootechniques de la race ovine Sicilo-Sarde en Tunisie Performances zootechniques de la race ovine Sicilo-Sarde en Tunisie Rouissi H., Ben Souissi N., Dridi S., Chaieb K., Tlili S., Ridene J. in Rubino R. (ed.), Morand-Fehr P. (ed.). Production systems and

Plus en détail

Le système national de formation agricole en Tunisie

Le système national de formation agricole en Tunisie système national formation agrico en Tunisie Tahar El Mili M in Hervieu B (ed) La formation agronomique dans s pays du bassin méditerranéen Montpellier CIHEAM Options Méditerranéennes Série Etus n 1987II

Plus en détail

La formation agronomique au Liban

La formation agronomique au Liban La formation agronomique au Liban Hamze M. in Hervieu B. (ed.). La formation agronomique dans s pays du bassin méditerranéen Montpellier CIHEAM Options Méditerranéennes Série Etus; n. 1987-II 1987 pages

Plus en détail

2ème Séminaire Régional

2ème Séminaire Régional 2ème Séminaire Régional 5-6 mai 2014, Zahlé, Liban OUHICHI Riadh S/D Promotion de la qualité Givlait - Tunisie 1 Préface La brebis sicilo-sarde 2 Valorisation du lait et de la viande 3 4 Cadre général

Plus en détail

Le tourisme international : un état de fait colonial

Le tourisme international : un état de fait colonial Le tourisme international : un état fait colonial Zarka C. Tourisme et mon rural Paris : CIHEAM Options Méditerranéennes; n. 3 1970 pages 26-29 Artic availab on line / Artic disponib en ligne l adresse

Plus en détail

L'allaitement artificiel des chamelons : une technique pour améliorer la productivité de l'élevage camelin

L'allaitement artificiel des chamelons : une technique pour améliorer la productivité de l'élevage camelin L'allaitement artificiel des chamelons : une technique pour améliorer la productivité de l'élevage camelin Hammadi M. in Tisserand J.-L. (ed.). Elevage et alimentation du dromadaire Zaragoza : CIHEAM Options

Plus en détail

Conception des locaux d éd. élevage Mouvements d animaux d

Conception des locaux d éd. élevage Mouvements d animaux d Enseignement Post Universitaire «Cuniculture : génétique conduite d'élevage pathologie» Yasmine Hammamet (Tunisie), 16-17 avril 2008 Conception des locaux d éd élevage Mouvements d animaux d et Hygiène

Plus en détail

Les entreprises agricoles d'état (TIGEM)

Les entreprises agricoles d'état (TIGEM) Les entreprises agricoles d'état (TIGEM) Yildirim Y. in Tekelioglu Y. (ed.). Agricultures méditerranéennes : la Turquie Montpellier : CIHEAM Options Méditerranéennes : Série B. Etudes et Recherches; n.

Plus en détail

R é g i o n a l e P o u r l E n v i r o n n e m e n t M i d i - P y r é n é e s. L environnement, nous sommes tous acteurs

R é g i o n a l e P o u r l E n v i r o n n e m e n t M i d i - P y r é n é e s. L environnement, nous sommes tous acteurs Test d un plan d utilisation rationnelle de l eau en vallée d Agout Comité de pilotage Labruguière -15 février 2008 Test d un plan d utilisation rationnelle de l eau en vallée d Agout Contexte: Directive

Plus en détail

Analyse des résultats technico-économiques d'élevages caprins du département des Deux-Sèvres (France)

Analyse des résultats technico-économiques d'élevages caprins du département des Deux-Sèvres (France) Analyse des résultats technico-économiques d'élevages caprins du département des Deux-Sèvres (France) Jénot F. in Mena Y. (ed.), Castel J.M. (ed.), Morand-Fehr P. (ed.). Analyse technico-économique des

Plus en détail

Quel avenir pour le lapin bio?

Quel avenir pour le lapin bio? la réglementation bio... élevage en cages mobiles élevage en parc collectif quelques résultats techniques et économiques Quel avenir pour le lapin bio? Caractéristiques de la réglementation bio La constitution

Plus en détail

Contribution de GrDF au Groupe de Travail «Rénovation des logements : du diagnostic à l usage»

Contribution de GrDF au Groupe de Travail «Rénovation des logements : du diagnostic à l usage» 27 juin 2014 Contribution de GrDF au Groupe de Travail «Rénovation des logements : du diagnostic à l usage» Présentation Structure : GrDF (Gaz réseau Distribution France) Contacts : Olivier ROULETTE olivier.roulette@grdf.fr

Plus en détail

Isère : La Département de l Isère et sa politique agricole

Isère : La Département de l Isère et sa politique agricole La Département de l Isère et sa politique agricole Isère : Superficie : 7 431 km² Population : 1,225 millions d habitants Agriculture : 6300 exploitations agricoles ; SAU = 241000 ha 2000 agriculteurs

Plus en détail

Economie de la production française de lapins des années 80 à nos jours

Economie de la production française de lapins des années 80 à nos jours Economie de la production française de lapins des années 80 à nos jours A. BRAINE, A. JENTZER-AZARD ITAVI Service Economie. 4, rue de la Bienfaisance. 75008 Paris, France. Résumé. Cette synthèse analyse

Plus en détail

Impact du pâturage hivernal par des brebis sur une végétation de garrigue à chêne kermès

Impact du pâturage hivernal par des brebis sur une végétation de garrigue à chêne kermès Impact du pâturage hivernal par des brebis sur une végétation de garrigue chêne kermès Arnaud M., Molénat G., Vincent M. Systèmes sylvopastoraux. Pour un environnement, une agriculture une économie durabs

Plus en détail

Su.Pa. Successful Paths ou Les Chemins du Succès

Su.Pa. Successful Paths ou Les Chemins du Succès PEUPLE UN BUT UNE FOI REGION DE KAOLACK Conseil Régional Su.Pa. Successful Paths ou Les Chemins du Succès Le Projet Su.Pa. : un partenariat fécond pour une bonne réinsertion économique et sociale du migrant

Plus en détail

ALCOTRA ( INTERREG V) FRANCE ITALIE

ALCOTRA ( INTERREG V) FRANCE ITALIE Présentation du programme coopération transfrontalière ALCOTRA 2014-2020 ( INTERREG V) FRANCE ITALIE St Jean Maurienne 16 juin 2015 Zone éligible ALCOTRA La Maurienne membre la Conférence s Hautes Vallées

Plus en détail

E-call issues for Autoroutes-Trafic and motorways operators

E-call issues for Autoroutes-Trafic and motorways operators E-call issues for Autoroutes-Trafic and motorways operators Paul MAAREK Autoroutes Trafic 3, rue Edmond Valentin 75007 PARIS FRANCE +33 1 49 55 33 50 p.maarek@autoroutes-trafic.fr 09/11/2006 Autoroutes

Plus en détail

LES DÉCHETS D ACTIVITÉS DE SOINS À RISQUES INFECTIEUX DES PATIENTS EN AUTO-TRAITEMENT

LES DÉCHETS D ACTIVITÉS DE SOINS À RISQUES INFECTIEUX DES PATIENTS EN AUTO-TRAITEMENT LES DÉCHETS D ACTIVITÉS DE SOINS À RISQUES INFECTIEUX DES PATIENTS EN AUTO-TRAITEMENT DONNÉES FRANCILIENNES 2014 Extrait de la publication sur les «Filières à Responsabilité Élargie du Producteur en Île-de-France»

Plus en détail

Le lapin. Sommaire. Présentation. Fiche d identité : I Présentation - Fiche d identité - Histoire

Le lapin. Sommaire. Présentation. Fiche d identité : I Présentation - Fiche d identité - Histoire Le lapin Sommaire I Présentation - Fiche d identité - Histoire II La vie du lapin -Description morphologique et caractéristiques - La famille - Les races - L alimentation - La reproduction III Le travail

Plus en détail

conomiques des élevages de lapins

conomiques des élevages de lapins Réunion formation GIPAC - Tunisie 24-25 juin 2009 La gestions technico-économiques conomiques des élevages de lapins par François LEBAS RENALAP La gestion technico-économique conomique couvre 3 fonctions

Plus en détail

Atelier régional de la CEDEAO-GBEP sur l'évaluation des ressources de la biomasse

Atelier régional de la CEDEAO-GBEP sur l'évaluation des ressources de la biomasse Atelier régional de la CEDEAO-GBEP sur l'évaluation des ressources de la biomasse Plan de présentation 1. Le Niger en quelques chiffres 2. Existence de ressources énergétiques et bioénergétique 3. Acteurs

Plus en détail

20 ans de chauffage dans les résidences principales en France de 1982 à Observatoire de l'énergie. Octobre 2004

20 ans de chauffage dans les résidences principales en France de 1982 à Observatoire de l'énergie. Octobre 2004 20 ans de chauffage dans les résidences principales en France de 1982 à 2002. Observatoire de l'énergie. Octobre 2004 Introduction Résidences principales sans chauffage central Le parc Le mode de chauffage

Plus en détail

E I S M V. Impacts de l évolution de la consommation des protéines animales sur le secteur de l élevage et les éleveurs dans les pays du Sud

E I S M V. Impacts de l évolution de la consommation des protéines animales sur le secteur de l élevage et les éleveurs dans les pays du Sud Académie Française, Communication du 20 juin 2013 Impacts de l évolution de la consommation des protéines animales sur le secteur de l élevage et les éleveurs dans les pays du Sud 3w.eismv.org L.J. PANGUI

Plus en détail

Settat Berrechid Khouribga Benslimane Rég. Nat.

Settat Berrechid Khouribga Benslimane Rég. Nat. Superficie Superficie Km² Settat Berrechid Khouribga Benslimane Rég. Nat. 7220 2530 4250 2760 16760 710850 Population par province entre 1994 et 2010 RGPH 1994 RGPH 2004 Projections 2010 Urbain Rural Total

Plus en détail

Fiche technico-économique sur l engraissement de bœufs Bio

Fiche technico-économique sur l engraissement de bœufs Bio Projet : Promouvoir et valoriser la viande bovine ariégeoise de qualité (issue des filières traditionnelles et biologiques) en circuit de proximité, par des démarches collectives innovantes dans une perspective

Plus en détail

Fiche technico-économique sur l atout de l estive dans l élevage de bœufs Bio

Fiche technico-économique sur l atout de l estive dans l élevage de bœufs Bio Projet : Promouvoir et valoriser la viande bovine ariégeoise de qualité (issue des filières traditionnelles et biologiques) en circuit de proximité, par des démarches collectives innovantes dans une perspective

Plus en détail

Réunion des villes et territoires durables de Midi-Pyrénées. Programme d éd

Réunion des villes et territoires durables de Midi-Pyrénées. Programme d éd Réunion des villes et territoires durables de Midi-Pyrénées Mercredi 12 septembre 2007 Programme d éd économies d eau d dans les nappes profondes de Gironde 1 SAGE NAPPES PROFONDES DE GIRONDE Adopté en

Plus en détail

Situation de l Elevage et la nécessité de développement d un système de contrôle de la surveillance vétérinaire de la santé animale au Gabon

Situation de l Elevage et la nécessité de développement d un système de contrôle de la surveillance vétérinaire de la santé animale au Gabon CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE CENAREST Situation de l Elevage et la nécessité de développement d un système de contrôle de la surveillance vétérinaire de la santé animale

Plus en détail

Chapitre 2 : La consommation d énergie

Chapitre 2 : La consommation d énergie Chapitre 2 : La consommation d énergie Évolution de l efficacité énergétique au Canada - de 1990 à 2005 5 Chapitre 2 : La consommation d énergie Vue d ensemble La consommation d énergie et les émissions

Plus en détail

Potagers et aménagements comestibles : pourquoi et comment joindre l utile à l agréable

Potagers et aménagements comestibles : pourquoi et comment joindre l utile à l agréable Potagers et aménagements comestibles : pourquoi et comment joindre l utile à l agréable Marie Eisenmann, cofondatrice et directrice des Urbainculteurs Cultivons la ville! Introduction Les Urbainculteurs

Plus en détail

projet de plantation de hectares de Jatropha curcas pour la production du biodiesel

projet de plantation de hectares de Jatropha curcas pour la production du biodiesel projet de plantation de 15000 hectares de Jatropha curcas pour la production du biodiesel Ghazi GADER Direction Générale des Forêts ghazi.gader@planet.tn Émergence de l idl idée e du projet Contexte international

Plus en détail

Déroulement, règles et objectifs de l atelier

Déroulement, règles et objectifs de l atelier Déroulement, règles et objectifs de l atelier 3 heures de rencontres, se déroulant comme suit : Un constat de la situation Une analyse en commun des enjeux (FFOM) 10 minutes de pause Au retour, échanges

Plus en détail

HAÏTI : 2 ANS APRÈS. Les réalisations de la Croix-Rouge de Belgique

HAÏTI : 2 ANS APRÈS. Les réalisations de la Croix-Rouge de Belgique Dossier de presse 1 11 janvier 2012 HAÏTI : 2 ANS APRÈS Les réalisations de la Croix-Rouge de Belgique 1. Historique 2 Le 12 janvier 2010, à 17h, le pays est frappé par un tremblement de terre d une magnitude

Plus en détail

Les changements des systèmes de vulgarisation et leurs impacts sur le transfert de technologies en Méditerranée

Les changements des systèmes de vulgarisation et leurs impacts sur le transfert de technologies en Méditerranée Les changements des systèmes de vulgarisation et leurs impacts sur le transfert de technologies en Méditerranée Sghaier M. in Cantero-Martínez C. (ed.), Gabiña D. (ed.). Mediterranean rainfed agriculture:

Plus en détail

Zaragoza : CIHEAM Options Méditerranéennes : Série A. Séminaires Méditerranéens; n. 45

Zaragoza : CIHEAM Options Méditerranéennes : Série A. Séminaires Méditerranéens; n. 45 Situation de la luzerne pérenne dans le Sahara et comportement de quelques populations locales et variétés introduites dans le sud-est du Sahara algérien Chaabena A., Abdelguerfi A. in Delgado I. (ed.),

Plus en détail

Agriculture biologique et changement climatique

Agriculture biologique et changement climatique Agriculture biologique et changement climatique Les enseignements d un colloque (Clermont-Ferrand, 17-18 avril 2008) Claude Aubert DinABio, 19-20 mai 2008 Petit rappel En France, l agriculture, c est 24%

Plus en détail

L INDE. Leader mondial émergent sur le marché de la viande bovine. Sébastien Bouyssière & Marie Carlier

L INDE. Leader mondial émergent sur le marché de la viande bovine. Sébastien Bouyssière & Marie Carlier L INDE Leader mondial émergent sur le marché de la viande bovine Académie d Agriculture de France 10 février 2016 Sébastien Bouyssière & Marie Carlier Département Economie de l Institut de l Elevage 1

Plus en détail

Vers la sobriété alimentaire. 19 octobre 2012 Université NegaWatt

Vers la sobriété alimentaire. 19 octobre 2012 Université NegaWatt Vers la sobriété alimentaire 19 octobre 2012 Université NegaWatt Plan Définition Quelques chiffres Le gaspillage du champs à l assiette Les liens entre gaspillage et énergie Directs : la consommation énergétique

Plus en détail

Visite de Sa Majesté Mohamed VI en Guinée-Bissau Partenariat agricole Maroc / Guinée-Bissau Bissau, 28 mai 2015

Visite de Sa Majesté Mohamed VI en Guinée-Bissau Partenariat agricole Maroc / Guinée-Bissau Bissau, 28 mai 2015 المملكة المغربية Royaume du Maroc وزارة الف الحة والصيد البحري Ministère de l Agriculture et de la Pêche Maritime Visite de Sa Majesté Mohamed VI en Guinée-Bissau Partenariat agricole Maroc / Guinée-Bissau

Plus en détail

LA COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU GRAND GUERET, territoire d excellence environnementale

LA COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU GRAND GUERET, territoire d excellence environnementale LA COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU GRAND GUERET, territoire d excellence environnementale COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU GRAND GUERET 1. PRESENTATION GENERALE 2. LES ACTIONS EN MATIERE D ECONOMIES D ENERGIES

Plus en détail

Solutions de chauffage et eau chaude solaire dans les bâtiments de type RT2012

Solutions de chauffage et eau chaude solaire dans les bâtiments de type RT2012 Solutions de chauffage et eau chaude solaire dans les bâtiments de type RT2012 La RT2012 impose le recoure aux EnR en maison individuelle, le solaire est un des moyens de répondre à cette exigence pour

Plus en détail

La caravane citoyenne contre la faim : une expérience des communautés rurales de Pouma dans l adaptation aux changements climatiques

La caravane citoyenne contre la faim : une expérience des communautés rurales de Pouma dans l adaptation aux changements climatiques La caravane citoyenne contre la faim : une expérience des communautés rurales de Pouma dans l adaptation aux changements climatiques Christine Andela To cite this version: Christine Andela. La caravane

Plus en détail

Portrait agroalimentaire de la MRC de Bécancour

Portrait agroalimentaire de la MRC de Bécancour Portrait agroalimentaire de la MRC de Bécancour La MRC de Bécancour est située au nord-ouest de la région du Centre-du-Québec et longe le fleuve Saint- Laurent et le lac Saint-Pierre. Elle regroupe douze

Plus en détail

Utilisation des sous-produits de l'olivier dans l'alimentation des ovins

Utilisation des sous-produits de l'olivier dans l'alimentation des ovins Utilisation des sousproduits de l'olivier dans l'alimentation des ovins Molina E., Aguilera J.F. in Tisserand J.L. (ed.), Alibés X. (ed.). Fourrages et sousproduits méditerranéens Zaragoza : CIHEAM Options

Plus en détail

Khlij E. (ed.), Ben Hamouda M. (ed.), Gabiña D. (ed.). Mutations des systèmes d\' élevage des ovins et perspectives de leur durabilité

Khlij E. (ed.), Ben Hamouda M. (ed.), Gabiña D. (ed.). Mutations des systèmes d\' élevage des ovins et perspectives de leur durabilité Amélioration génétique de la race ovine laitière Sicilo-Sarde : aspects organisationnels et acquis de recherche des cinq dernières années sur le troupeau de l'inrat Othmane M.H. in Khlij E. (ed.), Ben

Plus en détail

Synthèse de l étude : Gisements de matière organique en Alsace et perspectives de valorisation en méthanisation Rencontres Energivie 25 octobre 2013

Synthèse de l étude : Gisements de matière organique en Alsace et perspectives de valorisation en méthanisation Rencontres Energivie 25 octobre 2013 Synthèse de l étude : Gisements de matière organique en Alsace et perspectives de valorisation en méthanisation Rencontres Energivie 25 octobre 2013 MULLER Jonathan, ADEME Alsace jonathan.muller@ademe.fr

Plus en détail

L AVICULTURE RURALE EN FRANCE. Assemblée Générale ERPA Cécile RIFFARD ITAVI Ŕ Institut Technique de l Aviculture

L AVICULTURE RURALE EN FRANCE. Assemblée Générale ERPA Cécile RIFFARD ITAVI Ŕ Institut Technique de l Aviculture Assemblée Générale ERPA 25-02-2011 L AVICULTURE RURALE Cécile RIFFARD ITAVI Ŕ Institut Technique de l Aviculture riffard@itavi.asso.fr EN FRANCE 2/27/2011 1 LES VOLAILLES RURALES On distingue, selon les

Plus en détail

Diagnostic Habitat Janvier 2012

Diagnostic Habitat Janvier 2012 Diagnostic Habitat Janvier 2012 Sommaire 1- Éléments de diagnostic : habitat et logements 2- Enquêtes auprès des habitants 3- Principales pistes d intervention 1- Éléments de diagnostic LA POPULATION ET

Plus en détail

Politique de l eau du Conseil général de l Essonne. Commission extra municipale d Orsay 11 février 2015

Politique de l eau du Conseil général de l Essonne. Commission extra municipale d Orsay 11 février 2015 Politique de l eau du Conseil général de l Essonne Commission extra municipale d Orsay 11 février 2015 Éléments de présentation du contexte départemental : le paysage des collectivités et du «prix» de

Plus en détail

Vers des bâtiments à énergie positive

Vers des bâtiments à énergie positive Vers des bâtiments à énergie positive JC Visier Head Energy Health Environment Jean-christophe.visier (at) cstb.fr Date Energie Santé Environnement PAGE 1 Le grenelle fixe le cap Loi grenelle 1: Article

Plus en détail

Nouveaux défis, nouvelles recherches pour le développement de l'agriculture d'oasis

Nouveaux défis, nouvelles recherches pour le développement de l'agriculture d'oasis Nouveaux défis, nouvelles recherches pour le développement de l'agriculture d'oasis Dollé V. in Ferry M. (ed.), Greiner D. (ed.). Le palmier dattier dans l' agriculture d' oasis des pays méditerranéens

Plus en détail

Le Diagnostic de Performance Énergétique

Le Diagnostic de Performance Énergétique L habitat Le Diagnostic de Performance Énergétique Comprendre Évaluer la consommation d énergie et les émissions de gaz à effet de serre de son logement Édition : septembre 2012 Être bien informés pour

Plus en détail

L E S P E R S P E C T I V E S P O U R 2017 A C T I O N C O N T R E L A FA I M

L E S P E R S P E C T I V E S P O U R 2017 A C T I O N C O N T R E L A FA I M ANALYSE DE LA BIOMASSE 6 MAURITANIE Image de Rosso, pris par Landsat 7 en A N A LYSE DE L A PRODUCTION DE BIOMASSE 6 E T L E S P E R S P E C T I V E S P O U R 7 A C T I O N C O N T R E L A FA I M A L E

Plus en détail

La consommation de poisson dans les pays de la Méditerranée Sud

La consommation de poisson dans les pays de la Méditerranée Sud La consommation de poisson dans les pays de la Méditerranée Sud Abouhala A., Boukabous R. Marketing of aquaculture products Zaragoza : CIHEAM Cahiers Options Méditerranéennes; n. 17 1996 pages 25-31 Article

Plus en détail

Valeur nutritive des sous-produits du fruit de l'amandier (Prunus amygdalus)

Valeur nutritive des sous-produits du fruit de l'amandier (Prunus amygdalus) Valeur nutritive des sousproduits du fruit de l'amandier (Prunus amygdalus) Joy M., Muñoz F., Alibés X. in Tisserand J.L. (ed.), Alibés X. (ed.). Fourrages sousproduits méditerranéens Zaragoza : CIHEAM

Plus en détail

CADRE D INTERVENTION REGIONAL POUR L ELABORATION D AGENDAS 21 LOCAUX Mai 2012

CADRE D INTERVENTION REGIONAL POUR L ELABORATION D AGENDAS 21 LOCAUX Mai 2012 1 CADRE D INTERVENTION REGIONAL POUR L ELABORATION D AGENDAS 21 LOCAUX Mai 2012 ARTICLE 1 : Présentation La Région Centre a adopté, en décembre 2003, une charte régionale de développement durable. Cet

Plus en détail

LE POINT VERT : BILAN ET PERSPECTIVES. juin 2010

LE POINT VERT : BILAN ET PERSPECTIVES. juin 2010 LE POINT VERT : BILAN ET PERSPECTIVES juin 2010 SOMMAIRE 1.Comment Eco Emballages vous a permis d atteindre les objectifs fixés par la loi 2.Le succès en chiffres du tri et du recyclage 3.Comment aller

Plus en détail

Le compostage comme stratégie territoriale de prévention de production de déchets : la CC du Serrois territoire pilote!

Le compostage comme stratégie territoriale de prévention de production de déchets : la CC du Serrois territoire pilote! Le compostage comme stratégie territoriale de prévention de production de déchets : la CC du Serrois territoire pilote! Séminaire Final 10 mars 2015 - TURIN Pays Sisteronais-Buëch et CC du Serrois 1600

Plus en détail

POINT INFO. SOMMAIRE. «Loi Handicap» p.2. Note d information de l Association des Maires de Grandes Villes

POINT INFO. SOMMAIRE. «Loi Handicap» p.2. Note d information de l Association des Maires de Grandes Villes POINT INFO. Note d information de l Association des Maires de Grandes Villes SOMMAIRE «Loi Handicap» p.2 LOI «HANDICAP» Résultats de l enquête sur les commissions communales et intercommunales d accessibilité

Plus en détail

FILIERES ANIMALES 4 Conseil de Direction du 18 au 21 novembre 2008

FILIERES ANIMALES 4 Conseil de Direction du 18 au 21 novembre 2008 FILIERES ANIMALES 4 Conseil de Direction du 18 au 21 novembre 2008 MARTINIQUE Programme sectoriel porcs 2008-2010 1 II ETAT DES LIEUX ET DIAGNOSTIC DE LA FILIERE La production organisée de viande porcine

Plus en détail

RENTIEL CUNICOLE ILE DE LA REUNION

RENTIEL CUNICOLE ILE DE LA REUNION REFERENTIEL RENTIEL CUNICOLE ILE DE LA REUNION Réseau de fermes de Références Conjoncture 2011 Sous l égide de l ODEADOM, EADOM, du Ministère de l Agriculture riculture et de l Outre-mer, l Outre le projet

Plus en détail

Les déchets d équipement électrique et électronique (DEEE)

Les déchets d équipement électrique et électronique (DEEE) DONNÉES De quoi parle-t-on? Les déchets d équipement électrique et électronique (DEEE) Les déchets d Equipement Electrique et Electronique sont les déchets issus des équipements fonctionnant grâce au courant

Plus en détail

Les déchets d équipement électrique et électronique (DEEE)

Les déchets d équipement électrique et électronique (DEEE) DONNÉES 2013 De quoi parle-t-on? Les déchets d équipement électrique et électronique (DEEE) Les déchets d Equipement Electrique et Electronique sont les déchets issus des équipements fonctionnant grâce

Plus en détail

ASSEMBLEE DE CORSE RAPPORT DE MONSIEUR LE PRESIDENT DU CONSEIL EXECUTIF 4 EME SESSION EXTRAORDINAIRE DE ET 24 JUIN RAPPORT N 2011/E4/128

ASSEMBLEE DE CORSE RAPPORT DE MONSIEUR LE PRESIDENT DU CONSEIL EXECUTIF 4 EME SESSION EXTRAORDINAIRE DE ET 24 JUIN RAPPORT N 2011/E4/128 COLLECTIVITE TERRITORIALE DE CORSE RAPPORT N 2011/E4/128 ASSEMBLEE DE CORSE 4 EME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2011 23 ET 24 JUIN RAPPORT DE MONSIEUR LE PRESIDENT DU CONSEIL EXECUTIF OBJET : ORGANISATION

Plus en détail

Biotechnologie du palmier dattier (Phoenix dactylifera L.) : voies de propagation des clones résistants au bayoud et de haute qualité dattière

Biotechnologie du palmier dattier (Phoenix dactylifera L.) : voies de propagation des clones résistants au bayoud et de haute qualité dattière Biotechnologie du palmier dattier (Phoenix dactylifera L.) : voies propagation s clones résistants bayoud hte qualité dattière Djerbi M. in Demarly Y. (ed.). Pce rô s biotechnologies dans systèmes recherche

Plus en détail

Mini-mémoire. Eco-construction. Intervention de Mr. Hervé PIAULT. Problématique

Mini-mémoire. Eco-construction. Intervention de Mr. Hervé PIAULT. Problématique Séminaire Développement Durable «DD01» Université de Technologie de Compiègne «UTC» Mini-mémoire Eco-construction Intervention de Mr. Hervé PIAULT Problématique Comment peut-on favoriser la construction

Plus en détail

Programme d actions du Plan Climat-Energie Territorial du Pays de la Déodatie ( )

Programme d actions du Plan Climat-Energie Territorial du Pays de la Déodatie ( ) Programme d actions du Plan Climat-Energie Territorial du Pays de la Déodatie (2013-2014-2015) Actions Thématique Porteur Etat d avancement 1. Mise en place d un site internet commun à toutes les AOT Région

Plus en détail

Le Plan Climat-Energie Territorial (PCET) est un projet territorial de développement durable dont la finalité première est la lutte contre le

Le Plan Climat-Energie Territorial (PCET) est un projet territorial de développement durable dont la finalité première est la lutte contre le Le Plan Climat-Energie Territorial (PCET) est un projet territorial de développement durable dont la finalité première est la lutte contre le changement climatique. Pourquoi un PCET? Pour répondre localement

Plus en détail

Etude des freins et des conditions de développement des plateformes bois énergie en Rhône Alpes. Présentation des principales conclusions

Etude des freins et des conditions de développement des plateformes bois énergie en Rhône Alpes. Présentation des principales conclusions Etude des freins et des conditions de développement des plateformes bois énergie en Rhône Alpes Présentation des principales conclusions En % de la consommation finale brute d énergie Rappel du cadre de

Plus en détail

Possibilités de valorisation économique d une forêt. Cas de la forêt de Gouaria

Possibilités de valorisation économique d une forêt. Cas de la forêt de Gouaria Atelier de formation sur les produits non ligneux des forêts et les valeurs de services environnementaux: Une garantie à la conservation de la subéraie et à l augmentation des valeurs économiques et sociales

Plus en détail

Construction et logement

Construction et logement Construction et logement Panorama Les logements de 3 et de 4 pièces dominent toujours... Les logements de taille moyenne (3 ou 4 pièces) représentaient en 2014 un peu plus de la moitié du nombre total

Plus en détail

Au moins 80 des 110 milliardaires russes, détenant 35 % des. richesses du pays, vivent dans la capitale. Ces nouveaux riches ont

Au moins 80 des 110 milliardaires russes, détenant 35 % des. richesses du pays, vivent dans la capitale. Ces nouveaux riches ont Doc 4 p. 215 Des inégalités sociales qui se creusent à Moscou Au moins 80 des 110 milliardaires russes, détenant 35 % des richesses du pays, vivent dans la capitale. Ces nouveaux riches ont transformé

Plus en détail

Stratégie du Développement du Gouvernorat de Sidi Bouzid

Stratégie du Développement du Gouvernorat de Sidi Bouzid et de la Planification Stratégie du Développement du Gouvernorat de Sidi Bouzid Entrer 1 Sommaire I - Ressources II - Opportunités III - Filières Economiques 2 Présentation du gouvernorat Le Gouvernorat

Plus en détail

Terroirs et fromages en Albanie. Recomposition des filières laitières dans une économie en transition

Terroirs et fromages en Albanie. Recomposition des filières laitières dans une économie en transition Terroirs et fromages en Albanie. Recomposition des filières laitières dans une économie en transition Bourbouze A., François M. in Civici A. (ed.), Lerin F. (ed.). L' agriculture albanaise : contraintes

Plus en détail

Le rôle de l'olivier en Grèce

Le rôle de l'olivier en Grèce Le rôle l'olivier en Grèce Papageorgiou C.L. in Allaya M. (ed.). L' économie l' olivier Paris : CIHEAM Options Méditerranéennes : Série Etus; n. 1988V 1988 pages 4146 Article available on line / Article

Plus en détail

A N A LY S E D E L A P R O D U C T I O N D E B I O M A S S E E N E T L E S P E R S P E C T I V E S P O U R

A N A LY S E D E L A P R O D U C T I O N D E B I O M A S S E E N E T L E S P E R S P E C T I V E S P O U R ANALYSE DE LA BIOMASSE EN 216 POUR LE MALI A N A LY S E D E L A P R O D U C T I O N D E B I O M A S S E E N 2 1 6 E T L E S P E R S P E C T I V E S P O U R 2 1 7 AC T I O N C O N T R E L A FA I M B U R

Plus en détail

Références PLANETE 2010 Fiche 8 - Production «Volaille de chair»

Références PLANETE 2010 Fiche 8 - Production «Volaille de chair» Références PLANETE 2010 Fiche 8 - Production «Volaille de chair» Janvier 2011 Réalisée avec le soutien de l ADEME Suivi du dossier : Solagro : Jean-Luc BOCHU, Charlotte BORDET, Nicolas METAYER ADEME :

Plus en détail

REGISTRE d ELEVAGE. Tenue obligatoire pour tous les éleveurs. Arrêté Ministériel du 5 juin 2000

REGISTRE d ELEVAGE. Tenue obligatoire pour tous les éleveurs. Arrêté Ministériel du 5 juin 2000 REGISTRE d ELEVAGE Tenue obligatoire pour tous les éleveurs Arrêté Ministériel du 5 juin 2000 Art.1 : ( ) «pour tous les animaux des espèces dont la chair ou les produits sont susceptibles d être cédés

Plus en détail

La construction bois basse consommation et architecture bioclimatique

La construction bois basse consommation et architecture bioclimatique La construction bois basse consommation et architecture bioclimatique Contexte, solutions, retours d expériences and perspectives Stéphanie DECKER Ingénieur de Recherche 27/05/2011-15th International Passive

Plus en détail

Isolation thermique. Page 1

Isolation thermique. Page 1 Isolation thermique Page 1 1. Définition de l isolant thermique et domaines d utilisation 2. Réglementation thermique dans le bâtiment 3. Aperçu géologique de la pierre ponce 4. Un produit miracle dans

Plus en détail

Évolution des connaissances et des attitudes après réception du livret dépression : synthèse d un dispositif d évaluation de l Inpes

Évolution des connaissances et des attitudes après réception du livret dépression : synthèse d un dispositif d évaluation de l Inpes Évolution des connaissances et des attitudes après réception du livret dépression : synthèse d un dispositif d évaluation de l Inpes Contexte En 2005, le ministère de la Santé avait rendu public un plan

Plus en détail

Les Oasis Un modèle de développement durable pour les zones arides Patrice Burger Jean-Baptiste Cheneval

Les Oasis Un modèle de développement durable pour les zones arides Patrice Burger Jean-Baptiste Cheneval Les Oasis Un modèle de développement durable pour les zones arides Patrice Burger Jean-Baptiste Cheneval 10 ème Conférence des Parties (COP10 UNCCD) Corée - octobre 2011 Oasis et zones arides Réparties

Plus en détail

LA VACCINATION DE LA VOLAILLE AU TOGO

LA VACCINATION DE LA VOLAILLE AU TOGO Conférence régionale sur le rôle des para professionnels vétérinaires (PPV) Prétoria, 13-15 octobre 2015 LA VACCINATION DE LA VOLAILLE AU TOGO TCHINTRE Kawonron. PLAN INTRODUCTION 1 APERCU SUR LE CHEPTEL

Plus en détail

LES VOLAILLES. Hoareau Giovanni, Dalodier Laure, Do Aline, Bozec Vincent

LES VOLAILLES. Hoareau Giovanni, Dalodier Laure, Do Aline, Bozec Vincent LES VOLAILLES Hoareau Giovanni, Dalodier Laure, Do Aline, Bozec Vincent volaille : tout oiseau élevé ou détenu en captivité à des fins de reproduction, de production de viande, d'œufs de consommation et

Plus en détail

Le système de l'enseignement supérieur agronomique au Maroc

Le système de l'enseignement supérieur agronomique au Maroc Le système l'enseignement supérieur agronomique au Maroc Firdawcy L in Hervieu B (ed) La formation agronomique dans les pays du bassin méditerranéen Montpellier : CIHEAM Options Méditerranéennes : Série

Plus en détail

Initiation Découverte de la production ovine V2

Initiation Découverte de la production ovine V2 Origine et historique de l élevage ovin Photographie de la situation mondiale de l élevage ovin Historique de l élevage ovin en Nouvelle Les composantes de l installation en élevage ovin Les préliminaires:

Plus en détail

Schéma territorial de l habitat et du paysage : La mobilisation de l habitat existant les problématiques énergétiques et patrimoniales

Schéma territorial de l habitat et du paysage : La mobilisation de l habitat existant les problématiques énergétiques et patrimoniales Schéma territorial de l habitat et du paysage : La mobilisation de l habitat existant les problématiques énergétiques et patrimoniales Atelier de travail n 3 26 octobre 2010 - Saint Jean Lasseille - Poursuite

Plus en détail

BIODIVERSITE ET AOP : Synergies et Contradictions. Armelle Caron & Dominique Orth

BIODIVERSITE ET AOP : Synergies et Contradictions. Armelle Caron & Dominique Orth BIODIVERSITE ET AOP : Synergies et Contradictions Armelle Caron & Dominique Orth Journées d échange DIVA2 Rennes 5-7 avril 2011 1 Instruire cette question des synergies/contradictions à partir des résultats

Plus en détail

RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE FAITES DES TRAVAUX CHEZ VOUS GRÂCE AU PROGRAMME HABITER MIEUX

RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE FAITES DES TRAVAUX CHEZ VOUS GRÂCE AU PROGRAMME HABITER MIEUX RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE FAITES DES TRAVAUX CHEZ VOUS GRÂCE AU PROGRAMME HABITER MIEUX C'EST QUOI? «Vous avez un projet de rénovation, l Anah vous aide à le financer» HABITER MIEUX, C EST BIENTÔT : ECO-PRÊT

Plus en détail

REPUBLIQUE TUNISIENNE PARC D ACTIVITÉS ECONOMIQUES DE ZARZIS

REPUBLIQUE TUNISIENNE PARC D ACTIVITÉS ECONOMIQUES DE ZARZIS REPUBLIQUE TUNISIENNE PARC D ACTIVITÉS ECONOMIQUES DE ZARZIS 1 Octobre 2008 La Tunisie en Chiffres Dénomination Officielle : République Tunisienne Superficie : 162 155 Km² Population : 10 million d habitants

Plus en détail

Synthèse de l étude «Jeunes, sorties et conduite» - août 2007

Synthèse de l étude «Jeunes, sorties et conduite» - août 2007 Synthèse de l étude «Jeunes, sorties et conduite» - août 2007 La France est l un des pays d'europe où les jeunes se tuent le plus sur la route. Malgré la forte baisse de l'insécurité routière depuis 5

Plus en détail

Innovations techniques dans l élevage de bovins allaitants à l île de la Réunion : Modification des pratiques et adaptation à l environnement

Innovations techniques dans l élevage de bovins allaitants à l île de la Réunion : Modification des pratiques et adaptation à l environnement Innovations techniques dans l élevage de bovins allaitants à l île de la Réunion : Modification des pratiques et adaptation à l environnement D. Niobé,, J-P. J Choisis, E. Chia Les éleveurs du Sud face

Plus en détail