PREFECTURE DE L ALLIER

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PREFECTURE DE L ALLIER"

Transcription

1 Cabinet du préfet service interministériel de défense et de protection civile affaire suivie par Christine Auger : : : PREFECTURE DE L ALLIER Moulins, le 24 avril 2009 Réunions d informations des maires organisées par arrondissement concernant la réglementation des établissements recevant du public (E.R.P) en matière de sécurité incendie et d accessibilité aux personnes handicapées ou à mobilité réduite les 6 mars, 12 mars et 15 avril 2009 Compte-rendu Des réunions d informations des maires sur la réglementation des établissements recevant du public (E.R.P) en matière de sécurité incendie et d accessibilité aux personnes handicapées ou à mobilité réduite se sont tenues respectivement à Moulins, Vichy et Montluçon, les 6 mars, 12 mars et 15 avril. Elles étaient présidées par Madame Carole DABRIGEON, sous-préfète, directrice de cabinet, en présence du colonel FERLAY, directeur départemental des services d incendie et de secours, du commandant LAROCHE, préventionniste au service départemental d incendie et de secours, de Monsieur COULON, chef du bureau règles de construction et maintenance de la direction départementale de l équipement, de Madame TRAPE, chef du service interministériel de défense et de protection civile. Madame BARGE, secrétaire générale de la sous-préfecture de Vichy et Monsieur KIEFFER, secrétaire général de la sous-préfecture de Montluçon participaient aux réunions de leur arrondissement respectif. Ont assistés à ces réunions, en qualité d élus : (voir fiches annexées à ce compte-rendu). Ces réunions avaient pour objectif de rappeler aux élus, notamment aux nouvelles équipes mises en place après les dernières élections municipales en 2008, certains points essentiels de la réglementation des établissements recevant du public en matière de sécurité et d accessibilité aux personnes handicapées ou à mobilité réduite, concernant entre autre les pouvoirs de police générale et spéciale des maires, les prérogatives du préfet en matière de police spéciale des E.R.P, les contrôles et visites des E.R.P, les avis des commissions de sécurité, les obligations des exploitants, la périodicité des contrôles et vérifications techniques par des techniciens compétents ou des organismes agréés, les sanctions éventuelles en cas de non-respect des prescriptions imposées au titre de la réglementation sur les E.R.P, les cas particuliers des manifestations spécifiques de type T, CTS, cirque, manèges, grands rassemblements et l utilisation exceptionnelle de locaux pour manifestations. 2, rue Michel de l'hospital BP MOULINS Cedex Tél Fax Courriel :

2 2 I/ Intervention du service départemental d incendie et de secours Monsieur le colonel FERLAY, directeur départemental des services d incendie et de secours, a présenté un exposé sur le règlement de sécurité contre les risques d incendie et de panique dans les établissements recevant du public (E.R.P). Le support de sa présentation est en ligne sur le site internet de la préfecture et des services de l Etat dans l Allier, à la rubrique suivante : collectivités territoriales-sécurité civile-sécurité du public- établissements recevant du public-e.r.p. (à voir via le lien direct : II/ Intervention de la direction départementale de l équipement Monsieur COULON, responsable du bureau règlement construction et maintenance à la DDE, a présenté un exposé sur la réglementation en matière d accessibilité aux personnes handicapées ou à mobilité réduite dans les établissements recevant du public (E.R.P). Le support de sa présentation est également en ligne sur le site internet susvisé. III/ Intervention du service départemental d incendie et de secours Monsieur le commandant LAROCHE a présenté un exposé sur les manifestations spécifiques - Type T, Type CTS, cirque, manèges, grands rassemblements - et utilisation exceptionnelle de locaux pour des manifestations -application de l article GN6 du règlement de sécurité. Le support de sa présentation est aussi en ligne sur le site internet susvisé. IV/ Intervention du service interministériel de défense et de protection civile Madame TRAPE, chef du service interministériel de défense et de protection civile a présenté un point sur la gestion des E.R.P placés sous avis défavorables. Elle précise que sur 4447 E.R.P répertoriés dans le département de l Allier, 141 étaient placés sous avis défavorable au 31 décembre Elle rappelle qu un programme d actions, mis en place en 2006, en vue de la résorption des avis défavorables a été poursuivi au cours des années 2007, 2008 par chaque commission de sécurité et d accessibilité.

3 3 Présentation de l exposé du S.I.D.P.C : A- les principales carences constatées en matière de sécurité et motivant un avis défavorable La motivation des avis défavorables émis par les commissions de sécurité repose sur la nature des carences relevées en matière de sécurité incendie suivantes : 1-dispositions constructives (CO) Installations techniques absentes ou dangereuses : cela concerne les dégagements qui doivent être en nombre suffisant, l isolement des locaux à risque, le classement des matériaux utilisés, la stabilité et les rapports de vérifications techniques qui font apparaître des dysfonctionnements voire l absence de l alarme, de l éclairage de sécurité, du désenfumage, etc. Ce critère est également pris en compte quand les essais pratiqués ne sont pas concluants. 2-absence de pièces : cela concerne les rapports que les exploitants doivent tenir à la disposition des commissions de sécurité afin de pouvoir contrôler la conformité des installations techniques. D une manière générale, ces installations doivent être vérifiées tous les ans. Certaines font l objet d un contrôle triennal par un organisme de contrôle agréé. 3-défaillances concernant l exploitant : cela traduit les manquements de l exploitant dans le cadre du fonctionnement quotidien de l établissement tels que l encombrement des circulations, l obturation du désenfumage, le défaut de surveillance du Système de Sécurité Incendie (SSI), le verrouillage des sorties de secours en présence du public, mais aussi l absence de formation du personnel à l exploitation du SSI. B- rappel des actions menées depuis 2006 en vue de la résorption des avis défavorables 1- action de sensibilisation des maires : suite à une forte augmentation du nombre d avis défavorables émis par les différentes commissions de sécurité à l encontre d ERP une circulaire a été adressée le 6 décembre 2006 aux maires concernés leur rappelant leurs pouvoirs de police, leur responsabilité, les sanctions dont sont passibles les exploitants et les principes généraux de prévention dans les ERP, le rôle et l avis des commissions de sécurité, les principales carences constatées en matière de sécurité ; 2- action de sensibilisation des exploitants : transmission le 11 décembre 2006 d une brochure d information pour leur rappeler les risques d incendie dans les établissements et leurs conséquences parfois dramatiques, leur rôle en qualité d exploitant et leur responsabilité importante en cas d accident, les sanctions éventuelles auxquelles ils s exposent notamment pour non présentation du registre de sécurité, pour absence des rapports de vérification des installations techniques ; 3-information des procureurs et demande de contrôle par les services de police et de gendarmerie des établissements concernés afin de rappeler aux exploitants les sanctions encourues en cas d absence de réalisations des prescriptions de sécurité et de constater éventuellement début 2007 les infractions ; 4- en 2007 et 2008 : lettres de rappel régulières aux maires pour chaque établissement concerné ; 5- contacts avec les exploitants

4 4 6- gestion de statistiques mensuelles des avis défavorables émis et des avis défavorables levés par chaque commission de sécurité ; 7-*réunion en 2007 par exemple avec le SDIS, la DDE, la DDASS, et les maires ayant des établissements relevant de la réglementation type J et placés sous avis défavorables, pour établir un échéancier en vue de la mise en conformité de ces établissements. *réunion le 29 janvier 2008 avec les présidents de chaque commission, le DDSIS et les officiers préventionnistes pour établir un programme de résorption des avis défavorables au cours de l année *autre réunion en 2008 avec l exploitant du Centre Hospitalier de Vichy pour la mise en place de mesures palliatives. 8-nouvelle circulaire adressée à tous les maires le 30 octobre 2008 rappelant les points essentiels de la réglementation des E.R.P en matière de sécurité et d accessibilité aux personnes handicapées ou à mobilité réduite. C- résultats des différentes commissions SCDS : -stock au 31/12/2008 = 47 (au lieu de 96 en 2006 et 57 en 2007) La sous commission départementale de sécurité a donc levé 38,96% d avis défavorables de son stock, soit une diminution du stock de 17.54% Pour information : stock au 02/03/2009 = 44 La sous commission départementale de sécurité a donc levé 15.38% d avis défavorables de son stock au 31/12/2008 depuis le début de l année, soit une diminution du stock de 6.38 % Commission communale de sécurité de Montluçon -stock au 31/12/2008 = 7 (au lieu de 8 en 2006 et de 4 en 2007) La commission communale de sécurité de Montluçon a donc levé 30 % d avis défavorables de son stock, soit une augmentation du stock de 7.5% Pour information : stock au 27/02/2009 = 8 La commission n a donc pas levé d avis défavorables de son stock au 31/12/2008 depuis le début de l année, mais augmentation du stock de % Commission d arrondissement de sécurité de Montluçon -stock au 31/12/2008 = 22 (au lieu de 18 en 2006 et 26 en 2007) La commission d arrondissement de sécurité de Montluçon a levé % d avis défavorables de son stock, soit une diminution du stock de % Pour information : stock au 27/02/2009 = 21 La commission a donc levé 4.55% d avis défavorables de son stock au 31/12/2008 depuis le début de l année, soit une diminution du stock de 4.55 %

5 Commission communale de sécurité de Vichy 5 -stock au 31/12/2008 = 7 (au lieu de 27 en 2006 et de 20 en 2007) La commission communale de sécurité de Vichy a levé 73 % d avis défavorables de son stock, soit une diminution du stock de 35% Pour information : stock au 27/02/2009 = 6 La commission a donc levé 14.29% d avis défavorables de son stock au 31/12/2008 depuis le début de l année, soit une diminution du stock de % Commission d arrondissement de sécurité de Vichy -stock au 31/12/2008 = 58 (au lieu de 55 en 2006 et 53 en 2007) La commission d arrondissement de sécurité de Vichy a levé % d avis défavorables de son stock, soit une augmentation du stock de 9.43% Pour information : le stock au 27/02/2009 = 61 La commission a donc levé 6.15 % d avis défavorables de son stock au 31/12/2008 depuis le début de l année, soit une augmentation du stock de 4.92% Total du département -stock total des avis défavorables au 31/12/2008 : 141 (au lieu de 204 avis défavorables en stock au 31/12/2006 et 160 au 31/12/2007, attention non 165 en raison des modifications des chiffres de la SP MTL) Le stock total au 31/12/2008 a donc diminué de % ( =19, soit 19/160=11.87%) D- objectifs «2009» Poursuite des objectifs fixés les années antérieures : continuer les actions pour faire baisser le stock des avis défavorables. E- avis «à différer» en l absence des rapports techniques La circulaire ministérielle en date du 23 avril 2003 a fixé des orientations sur la conduite à tenir par les commissions de sécurité lorsqu elles ne disposent pas, lors des visites des établissements, des rapports de vérifications techniques exigibles par la réglementation. Ces orientations étaient destinées à limiter le nombre d avis défavorables émis par les commissions de sécurité en l absence des rapports de vérification alors même que l établissement ne présente pas, selon l expertise du préventionniste, de danger avéré. L officier préventionniste indique, lors de la visite du groupe de visite, au maire ou à son représentant, outre la motivation de l absence d avis, qu il importe de produire les documents de contrôle manquants, dans des délais suffisants pour permettre l examen du dossier lors de la prochaine réunion plénière de la commission de sécurité (les documents manquants doivent être produits au minimum 48 heures avant la réunion de la commission). La commission de sécurité réexamine le dossier lors de la plus prochaine réunion plénière (le maire en sa qualité de membre de la commission sera à nouveau convoqué).

6 6 Enfin, il appartient à la dite-commission de statuer à nouveau sur ce dossier et d émettre un avis favorable ou défavorable. Cet avis sera obligatoirement défavorable si les rapports de vérification ne sont pas produits dans le délai d un mois susvisé. S agissant des visites avant ouverture, la circulaire précitée précise qu une visite d ouverture n est possible que si la commission dispose avant des pièces nécessaires, et notamment des conclusions des contrôleurs techniques et des rapports de sécurité incendie. Si tel n est pas le cas, la visite de réception doit être reportée. Madame TRAPE clôture son exposé en insistant sur l intérêt d un échange soutenu entre les maires et les commissions de sécurité et sur l intérêt de ne pas laisser un avis défavorable sans gestion. Elle précise également qu il est impératif que : - le procès-verbal soit notifié à l exploitant dans les meilleurs délais - que le maire demande à l exploitant dans le cadre d un avis défavorable qu il prenne les mesures nécessaires (réalisation des travaux, mise en place d un échéancier, ). V/ Questions-réponses avec l auditoire 1-Arrondissement de Moulins * SECURITE Lorsqu un maire est «propriétaire-exploitant» d un E.R.P (un centre social culturel par exemple), que doit-il faire? Le maire exerce (qu il soit en milieu urbain ou rural) dans ce cas une double responsabilité, en tant que «propriétaire exploitant» et en tant que maire, titulaire du pouvoir de police. Il doit par conséquent faire preuve d une réelle vigilance et doit très précisément vérifier que le bâtiment communal répond aux normes de sécurité exigées en fonction du type d E.R.P dont il s agit et du nombre de personnes qu il peut accueillir. Le maire est responsable du suivi des avis rendus par les commissions à l égard des E.R.P implantés sur sa commune et il doit respecter d une façon identique le règlement de sécurité en sa qualité de maire et également en sa qualité d exploitant d un E.R.P si tel est le cas. La commission de sécurité est-elle compétente pour le contrôle d installations extérieures (exemple : tribune, gradin, )? Les commissions de sécurité n ont pas compétence pour vérifier la solidité des tribunes. Les tribunes sont cependant soumises à une visite de contrôle par les commissions de sécurité (une attestation de bon montage est alors sollicitée, celle-ci doit être délivrée par un organisme de contrôle agréé).

7 7 Qui doit fixer les délais et les échéanciers de mise en conformité d un E.R.P placé sous avis défavorable? Les délais et les échéanciers de mise en conformité sont fixés par le maire en relation avec l exploitant. Quel est le seuil de classement pour les 5 ème catégories et la périodicité des visites? Règle générale : afin de proportionner les mesures de sécurité incendie à mettre en œuvre aux risques potentiellement encourus par le public, les E.R.P sont classés par catégories en fonction du nombre de personnes accueillies à l intérieur et par types en fonction de la nature de leur exploitation. Les 5 ème catégories sont donc des petits établissements dans lesquels l effectif du public est inférieur au minimum fixé par le règlement de sécurité pour chaque type d exploitation. Les 5 ème catégories sans locaux à sommeil ne sont pas soumis à des visites périodiques obligatoires mais peuvent, à la demande du maire s il l estime nécessaire, faire l objet de visite par les commissions de sécurité. Ces visites ne sont pas prioritaires. Les 5èmes catégories avec locaux à sommeil (hôtels par exemple) sont soumis à des visites périodiques tous les cinq ans Quelle est la limite pour le classement en 4 ème ou 5 ème catégorie? Rappel : les catégories sont les suivantes : -1 ère catégorie : effectif supérieur à 1500 personnes -2 ème catégorie : de 701 à 1500 personnes -3ème catégorie : de 301 à 700personnes -4 ème catégorie : 300 personnes et au-dessous, à l exception des établissements de 5 ème catégorie -5 ème catégorie : petit établissement dont l effectif du public ne dépasse pas un seuil fixé par le règlement de sécurité pour chaque type d exploitation (ce seuil varie en fonction de la nature de l activité). Les établissements de la 1 ère à la 4 ème catégorie sont également appelés établissements du 1 er groupe et ceux de la 5 ème catégorie également désignés du 2 ème groupe. Chaque activité de l établissement nécessite un seuil. Le calcul du seuil est réalisé par le SDIS, suivant l activité exercée et selon le nombre de personnes admis dans l établissement. Le calcul de l effectif est théorique. Quelle est la responsabilité du maire en cas de sinistre dans les E.R.P, et particulièrement si un accident intervient pendant le délai accordé par le maire pour réaliser les travaux de mise en conformité (6 mois par exemple) dans un E.R.P placé sous avis défavorable? 1- La responsabilité (pénale et civile) des maires peut être engagée quant sont impliqués sur le territoire de leurs communes, des E.R.P qui ne répondent pas aux normes de sécurité, et particulièrement, en cas d accident ou d incident. Le maire est effectivement l autorité devant intervenir en premier lieu dans le domaine de la sécurité des ERP, en particulier pour demander des visites de contrôle.

8 8 Il lui appartient de prendre toutes dispositions pour lutter contre les risques d incendie et de panique dans sa commune. Le fait, pour une autorité de police, de ne pas prendre les mesures qui lui incombent est de nature à engager sa responsabilité. De toute évidence, à réception d un avis défavorable, le maire doit intervenir immédiatement en notifiant à l exploitant les prescriptions de la commission et doit veiller à la réalisation rapide des opérations de sécurité. En l absence de réaction de l exploitant, le maire doit lui montrer sa volonté d agir en lui imposant, notamment, des mesures palliatives dans l attente de la réalisation des prescriptions établies par la commission. Rappel : si un E.R.P est en infraction, que l avis de la commission est défavorable et en l absence de réaction de l exploitant, le maire doit mettre en demeure l exploitant d effectuer les travaux dans un délai fixé. Ensuite, le maire, ou le préfet en cas de carence par pouvoir de substitution, peut en application de ses pouvoirs de police prononcer la fermeture de l établissement si celui-ci présente un danger pour le public. 2-En cas d accident dans un E.R.P, pour lequel le maire aurait accordé un délai pour la réalisation de travaux, le juge appréciera la pertinence du délai accordé pour réaliser la mise aux normes de l établissement. Que doit faire un maire lorsqu une maison de retraite sur le territoire de sa commune est placée sous avis défavorable? Une mise en demeure et un arrêté de fermeture sont envisageables. Attention : toujours penser à sa responsabilité et à agir efficacement en cas d incident. Le SDIS rappelle que la réglementation des maisons de retraite a changé en 2005 et que les établissements entretenus régulièrement ont moins de difficultés pour se mettre aux normes. Le représentant de la mairie de Dompierre/Besbre indique à ce sujet que sa commune ne veut pas effecteur de travaux de rénovation mais reconstruire une nouvelle maison de retraite (problème de moyens financiers). Qui est responsable de l E.R.P : l exploitant ou le propriétaire? Les textes précisent que «l exploitant est le premier responsable de la sécurité incendie de son établissement». Que se passe-t-il en cas de vente d un ERP? Avant de s engager dans l achat d un E.R.P ou d en reprendre la gestion, le futur exploitant doit prendre contact avec la mairie. En effet, tout changement d exploitant nécessite une déclaration écrite. Attention, aux transactions d un E.R.P placé sous avis défavorable : l avis ne doit en aucun cas être caché au nouvel acquéreur (l avis défavorable doit d ailleurs être affiché dans l établissement). Il est à rappeler, que si l établissement a reçu un avis défavorable de la commission, l exploitant a l obligation de réaliser les travaux prescrits sur le rapport établi par la commission de sécurité et d en informer la dite commission par l intermédiaire du maire.

9 9 Où peut-on se procurer le fichier E.R.P? Le fichier E.R.P est en ligne sur le site internet de la préfecture, à l adresse suivante : dans la rubrique «particuliers» - réponses à vos questions» - «protection et sécurité civile» - «sécurité du public» - «fichier départemental des établissements recevant du public». Le fichier a fait l objet notamment en 2008 d une actualisation. Ce fichier recense uniquement les établissements connus. Quelles sont les démarches qu un maire doit effectuer lors d un rassemblement de jeunes (scout par exemple) sur le territoire de sa commune? Les organisateurs d un rassemblement de jeunes (scout par exemple) doivent faire une déclaration à la DDJS deux mois avant la rencontre, dès lors que 7 mineurs au moins non accompagnés par les parents, sont réunis pour une durée d un week-end ou plus. Ensuite, la DDJS en informe le maire de la commune concernée et la gendarmerie ou police. *ACCESSIBILITE Sous quelle forme l état des lieux au titre de l accessibilité pour la mise en conformité de voirie doit être fait? Il s agit d un régime déclaratif Quelle est la réglementation pour les issues de secours pour les handicapées? Actuellement, il n existe pas d obligation : vide réglementaire en matière d accessibilité. Les issues de secours relèvent uniquement de la réglementation incendie. En matière d accessibilité, quelles sont les handicaps pris en compte? La déficience visuelle ; La déficience auditive ; La déficience motrice ; La déficience mentale. 2-Arrondissement de Vichy *SECURITE Que doit faire la mairie pour l organisation d un feu d artifice? Les commissions de sécurité ne sont pas compétentes en la matière. Cependant, la procédure suivante doit être respectée : 1-dans le cadre d un feu d artifice K4, une déclaration de la mairie ou du comité des fêtes doit être transmise à la préfecture au moins quinze jours avant le tir. Cette déclaration doit comporter les renseignements suivants : la date du tir, le lieu, le nom de l artificier, son certificat d artificier, son assurance, la liste des produits utilisés, un plan respectant les distances de sécurité par rapport aux produits listés.

10 10 2-une lettre d accusé de réception sera alors adressée au maire ou au comité des fêtes +copie au SDIS, gendarmerie-police, sous-préfecture concernée, au maire si la demande a été produite par un comité des fêtes. Un maire peut-il accepter de faire dormir des personnes dans une salle polyvalente dans le cadre d un plan communal de sauvegarde, dans la mesure où cette salle n est pas classée pour cette activité? Oui : puisque çà répond à une demande particulière dans le cadre de mesures exceptionnelles pour protéger la population. Ce n est pas le même champ d application que l article GN 6 du règlement de sécurité qui prévoit en effet qu en cas d utilisation d un E.R.P pour une activité différente de celle pour laquelle il a été autorisé, l exploitant doit demander une autorisation préalable au maire, quinze jours au moins avant la manifestation. {Rappel : Une telle exploitation doit demeurer exceptionnelle car dans le cas contraire, l E.R.P devrait être reclassé afin que la réglementation sécurité s impose de façon permanente. La demande d autorisation préalable doit préciser la nature de la manifestation, les risques qu elle présente, les matériaux utilisés éventuellement pour la décoration, le tracé des dégagements et les mesures complémentaires de prévention et de protection proposés (exemple : une salle polyvalente utilisée pour organiser une manifestation sportive impliquant la mise en place de gradins, ou un concert).} Quelle réglementation est applicable pour les fêtes foraines? L organisation des fêtes foraines est de la compétence du maire et c est à lui que revient le soin de vérifier les installations des manèges afin qu il n y ait pas d accidents ; les commissions de sécurité ne sont pas compétentes pour la vérification des manèges. Rappel : en application de la loi n du 13 février 2008 et de son décret d application en date du 30 décembre 2008 concernant la sécurité des manèges, des machines et installations pour fêtes foraines ou parcs d attraction, l installation d un matériel sur une commune donne lieu à la présentation au maire : - des conclusions des rapports de contrôles techniques ou de vérification et éventuellement le rapport de contre-visite ; - d une déclaration de l exploitant précisant la réalisation des actions correctives ; - une attestation de bon montage. Que doit faire le maire lorsqu un bâtiment communal placé sous avis défavorable a fait l objet de travaux de mise en conformité? Le maire doit transmettre à la commission de sécurité tous les documents attestant la réalisation des travaux de mise en conformité afin que la dite-commission puisse statuer à nouveau sur le dossier et procéder à la levée de l avis défavorable. Quelles sont les démarches qu un maire doit entreprendre dans le cadre d un avis défavorable émis à l encontre d une gare SNCF? Doit-il procéder à la fermeture de la gare? Le commandant LAROCHE (SDIS) précise que les gares sont sous la responsabilité du préfet et non pas du maire.

11 11 *ACCESSIBILITE Qui doit mettre en place le plan de mise en accessibilité dans le cadre d une communauté d agglomération ou d une communauté de communes par exemple? C est l application des articles 45 et 46 de la loi du 11 février C est par conséquent à l organisme officiel d agir, c est à dire à la communauté d agglomération ou à la communauté de communes. Cependant, chaque commune doit travailler sur le périmètre à rendre accessible sur le territoire de sa commune et faire part de sa réflexion soit à la communauté d agglomération de référence, soit à la communauté de communes de référence. A quelle date la mise aux normes «accessibilité» doit-elle intervenir? quelle est la participation financière de l Etat? Date limite de mise en accessibilité des locaux : 01/01/2015 Aucune aide particulière de l Etat ne sera attribuée en la matière mais la possibilité d application de la DGE demeure. (Rappel pour la mise aux normes accessibilité : il s agit uniquement de la partie «vivante» de la commune qui doit être rendue accessible). De quel code les autorisations de travaux relèvent-elles? Elles relèvent du code de la construction et non du code l urbanisme. Où peut-on trouver la trame du schéma d accessibilité? *Voir site ci-après : *Contacter : DDE-service habitat et construction- Qui fait quoi lors de la construction d un bâtiment qui doit être loué? C est au loueur à déposer un permis de construire pour la construction. C est à l exploitant (locataire) à déposer une autorisation de travaux pour des aménagements intérieurs. Le maire autorise les travaux après avis de la commission.

12 12 Qui doit fournir le certificat de conformité? Le certificat de conformité doit être fourni par l exploitant qui l obtiendra auprès d un organisme agréé. L arrêté d autorisation ne peut pas être pris tant que le certificat de conformité n a pas été produit. 3-Arrondissement de Montluçon * SECURITE A partir de combien de personnes accueillies, un établissement est-il considéré comme un E.R.P? Dés lors qu une personne est reçue dans un établissement, c est un E.R.P. (Par exemple : un cabinet de médecin, d avocat est un E.R.P.). Quelle doit être la périodicité des visites? La périodicité des visites dépend du classement et de l activité de l E.R.P ; les visites sont organisées tous les deux, trois ou cinq ans. Le fichier des E.R.P, qui est tenu à jour, précise les dates des visites périodiques (faites et à faire). Il appartient aux maires de suivre les E.R.P, de vérifier que les établissements ont bien été visités et ne pas hésiter à interroger le S.D.I.S à ce sujet. Quelle doit-être la périodicité des contrôles des installations techniques? Ces contrôles sont annuels et doivent être réalisés soit par des organismes agréés, soit par des techniciens compétents. Ces contrôles doivent être formalisés sur les registres de sécurité de l E.R.P. Un magasin fermé doit-il faire l objet d une visite de contrôle lors d une réouverture? Oui, si l établissement a été fermé plus de dix mois. En revanche, les établissements de 5 ème catégorie sans locaux à sommeil (exemple : boucherie, épicerie ), ne sont pas soumis à des visites obligatoires. Le maire doit signer un arrêté d autorisation pour l ouverture d un établissement, sa responsabilité est engagée. Si, l établissement doit faire l objet de travaux, l exploitant doit demander l autorisation de les faire. Un élu souligne le fait que la chambre de commerce et d industrie ne donne pas les renseignements nécessaires aux futurs exploitants sur la réglementation incendie et d accessibilité des E.R.P, notamment sur les démarches à effectuer (travaux, aménagements ). Madame DABRIGEON lui conseille de rencontrer la CCI pour s expliquer à ce sujet.

13 13 Monsieur le Commandant LAROCHE précise qu une action a été organisée en concertation avec la CCI, le conseil général et le SDIS sur les petits hôtels et que la CCI est prête à réaliser un audit de chaque établissement concerné. Les écoles primaires doivent-elles être visitées? Les écoles primaires sont des établissements de 5 ème catégorie sans locaux à sommeil et les visites ne sont pas obligatoires ; une visite de contrôle peut toutefois être sollicitée en cas de doute sur la sécurité au sein de l établissement. Les groupes scolaires (collèges, lycées par exemple) font quant à eux l objet de visites périodiques. Le maire doit-il autoriser l installation d un chapiteau situé sur le domaine privé? Un chapiteau installé sur le domaine privé doit être autorisé par le maire uniquement s il est ouvert au public, par exemple dans le cadre d un loto, d un banquet associatif, repas de quartier. Par contre dans le cadre d un mariage, le maire n a pas à donner une autorisation pour l installation d un chapiteau. Dans le doute, il convient de prendre l attache des services du SDIS, de la préfecture ou des sous-préfectures qui détermineront si la commission de sécurité doit être consultée. Comment gérer l arrivée d un cirque sur le territoire d une commune? Monsieur le Maire de Montmarault fait remarquer que les maires ne sont pas toujours informés de l arrivée d un cirque sur le territoire de leurs communes et qu il est par conséquent impossible de consulter au préalable la commission de sécurité en transmettant pour avis un dossier deux mois à l avance. Monsieur le commandant LAROCHE indique cependant qu il est impératif de solliciter auprès du responsable du cirque, l extrait du registre de sécurité du chapiteau sur lequel figure la date de validité de la toile et des installations électriques, qui indique également la hauteur pour la neige, la vitesse du vent... et l attestation de bon montage et de liaisonnement au sol.. En cas de refus par l exploitant, il faut demander l intervention des forces de l ordre. Une étude de sol doit-elle être demandée pour l installation d un parquet-salon, d un plancher? L organisateur de la manifestation et la personne responsable du montage de l installation doit fournir un certificat de bon montage. Attention, dans le cas où de telles installations seraient montées par des agents communaux, ceux-ci doivent être formés spécialement à ce type de montage. Les associations connaissent-elles toute cette législation et les obligations qui en découlent? Les associations doivent, avant d organiser une quelconque manifestation, prendre l attache du maire de la commune, ou des services de l Etat pour se renseigner (préfecture, SDIS, DDJS, ). Une information à leur intention sera communiquée aux maires.

14 14 Quelle est la réglementation applicable en matière de meublés? Monsieur l adjoint au maire de Néris les Bains fait remarquer que de nombreux hôtels, pour échapper à la mise en conformité aux nouvelles normes en vigueur, ont été transformés en meublés mais que les risques sont pourtant toujours existants. Monsieur le commandant LAROCHE explique que la réglementation a effectivement évolué pour les petits établissements avec locaux à sommeil qui devront être mis aux normes en 2011 et qu en raison de cette nouvelle réglementation, certains petits établissements ont été déclassés en meublés. Il est donc nécessaire que ces meublés fassent l objet, au cas par cas, d une étude particulière afin de leur imposer des prescriptions adaptées. Il convient d être attentif et de demander l avis de la commission de sécurité. L avis de la commission de sécurité doit-il être sollicité lorsqu un marché couvert est utilisé exceptionnellement de la préparation d une retraite aux flambeaux? Si la préparation dure cinq minutes, l avis de la commission ne sera pas nécessaire, en revanche, si la préparation est plus importante, il conviendra de solliciter cet avis. C est une question de bon sens. Dans le cadre d un salon, quelle réglementation s applique lorsque les exposants amènent leur propre tissu de décoration ou moquette ainsi que les produits qu ils présentent sur les tables? Le matériel utilisé doit être aux normes «classé au feu». C est au chargé de sécurité dont la présence est obligatoire pour ce type de manifestation, à intervenir pour les vérifications nécessaires. Quant aux produits présentés sur les tables, des mesures compensatoires peuvent être imposées. Comment peut-on vérifier le nombre de personnes dans une salle spectacle si l entrée est gratuite et sans billetterie? Que l entrée soit gratuite ou payante, le nombre autorisé de personnes dans une salle de spectacle ne doit en aucun cas être dépassé. * ACCESSIBILITE : Aucune question.

15 15 Avant de clôturer ces réunions d information, Madame Carole DABRIGEON, directrice de cabinet propose aux élus présents, la mise en place par l ensemble des intervenants, sur le site internet de la préfecture, d une rubrique d information en matière d E.R.P comportant des flashs actualisés, une fois par mois environ, sur des points particuliers. Lors de la réunion d arrondissement le 15 avril 2009 à Montluçon, Madame Carole DABRIGEON, directrice de cabinet a également signalé que dans le cadre de la gestion des avis défavorables des maisons de retraite du département de l Allier des visites de contrôles seront réalisées par la sous-commission départementale de sécurité et d accessibilité (commission comprenant les représentants de la préfecture, du SDIS, de la DDE, des services de police ou gendarmerie et éventuellement de la DDASS). Ces visites seront effectuées en présence des maires et exploitants concernés. Madame Carole DABRIGEON, directrice de cabinet remercie les maires de leur présence à ces réunions d information. signé : Le préfet, pour le préfet, la sous-préfète, directrice de cabinet, Carole DABRIGEON

16 16 ANNEXES (Fiches de présence des maires)

17 17

18 18

19 19

20 20

LES CONDITIONS D EXERCICE DE LA POLICE DES ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC PREALABLE

LES CONDITIONS D EXERCICE DE LA POLICE DES ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC PREALABLE LES CONDITIONS D EXERCICE DE LA POLICE DES ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC PREALABLE A/ Une réglementation et un contrôle spécifiques - une réglementation fondée sur le Code de la Construction et de

Plus en détail

LE MAIRE, LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC (ERP) LES COMMISSIONS DE SECURITE

LE MAIRE, LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC (ERP) LES COMMISSIONS DE SECURITE Dossier N 6 PREFET DU PAS DE CALAIS SIDPC GUIDE DES PROCEDURES A L USAGE DES MAIRES LE MAIRE, LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC et LES COMMISSIONS DE SECURITE Mise à jour : 7 septembre 2012 DOSSIER

Plus en détail

SECURITE ET ACCESSIBILITE DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC (ERP) GUIDE A L'USAGE DES MAIRES

SECURITE ET ACCESSIBILITE DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC (ERP) GUIDE A L'USAGE DES MAIRES SECURITE ET ACCESSIBILITE DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC (ERP) GUIDE A L'USAGE DES MAIRES Préfecture de la Marne Juin 2011 Alors que la sécurité incendie s impose comme une préoccupation majeure

Plus en détail

Le ministre de l'intérieur, de la sécurité intérieure et des libertés locales

Le ministre de l'intérieur, de la sécurité intérieure et des libertés locales DIRECTION DE LA DEFENSE ET DE LA SECURITE CIVILES SOUS DIRECTION DE LA DEFENSE CIVILE Paris, le 23 avril 2003 ET DE LA PREVENTION DES RISQUES Bureau de la Réglementation Incendie et des Risques pour le

Plus en détail

Le Maire et les Établissements Recevant du Public

Le Maire et les Établissements Recevant du Public Le Maire et les Établissements Recevant du Public ERP Guide pratique à l usage des maires EDITION 2007 1 2 3 TABLE DES MATIERES LA PRÉVENTION DANS LES ERP ET LES IGH... 8 1) Définition... 8 2) Principes

Plus en détail

COMMISSIONS DE SECURITE ET D'ACCESSIBILITE DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC

COMMISSIONS DE SECURITE ET D'ACCESSIBILITE DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC PREFET DU LOIRET COMMISSIONS DE SECURITE ET D'ACCESSIBILITE DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC VOUS ETES MAIRE! QUEL EST VOTRE ROLE ET QUELLES SONT VOS RESPONSABILITES? PREFECTURE DU LOIRET CABINET

Plus en détail

Les textes et règlements

Les textes et règlements Réglementation applicable aux chapiteaux, tentes et Note : cette fiche est extraite pour l essentiel de l ouvrage «Organiser un événement artistique dans l espace public : Guide des bons usages», édité

Plus en détail

Direction départementale des territoires NOTE DE PROCEDURE A DESTINATION DES SERVICES INSTRUCTEURS OU SECRETARIATS DE MAIRIE

Direction départementale des territoires NOTE DE PROCEDURE A DESTINATION DES SERVICES INSTRUCTEURS OU SECRETARIATS DE MAIRIE PRÉFET DES ARDENNES Direction départementale des territoires Service Sécurité et bâtiment durable Accessibilité ddt-accessibilite@ardennes.gouv.fr NOTE DE PROCEDURE A DESTINATION DES SERVICES INSTRUCTEURS

Plus en détail

Définition d un Établissement Recevant du Public (ERP) : Vos partenaires pour répondre à vos questions :

Définition d un Établissement Recevant du Public (ERP) : Vos partenaires pour répondre à vos questions : Définition d un Établissement Recevant du Public (ERP) : «Tous bâtiments, locaux et enceintes dans lesquels des personnes sont admises, soit librement, soit moyennant une rétribution ou une participation

Plus en détail

SOMMAIRE. Pages Editos 2. Les pouvoirs de police du Maire et la sécurité dans les Etablissements recevant du Public.

SOMMAIRE. Pages Editos 2. Les pouvoirs de police du Maire et la sécurité dans les Etablissements recevant du Public. SOMMAIRE Pages Editos 2 Les pouvoirs de police du Maire et la sécurité dans les Etablissements recevant du Public. 6 Qu est ce qu un Etablissement recevant du Public (E.R.P). 7 Classement des E.R.P.. 8

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE La sécurité des établissements recevant du public

GUIDE PRATIQUE La sécurité des établissements recevant du public GUIDE PRATIQUE La sécurité des établissements recevant du public Guide pratique destiné aux maires et aux élus Août 2013 SDIS de l Eure - Guide pratique destiné aux maires et aux élus. 2 SOMMAIRE 1 ERE

Plus en détail

NOTICE DE SECURITE POUR LES ERP

NOTICE DE SECURITE POUR LES ERP Le Service Départemental d Incendie et de Secours Préfecture du Gers NOTICE DE SECURITE POUR LES ERP GERS (En complément du dossier grand rassemblement) Objet de la démarche : Cette notice descriptive

Plus en détail

Guide pratique à l usage des maires. Le Maire et les Etablissements Recevant du Public. - Edition 2012 - PREFET DU JURA

Guide pratique à l usage des maires. Le Maire et les Etablissements Recevant du Public. - Edition 2012 - PREFET DU JURA PREFET DU JURA Le Maire et les Etablissements Recevant du Public (Centre Hospitalier de Lons-le-Saunier) Guide pratique à l usage des maires - Edition 2012-1 2 P R E A M B U L E Le risque d incendie d

Plus en détail

ACCESSIBILITE POUR LES PERSONNES HANDICAPEES

ACCESSIBILITE POUR LES PERSONNES HANDICAPEES ACCESSIBILITE POUR LES PERSONNES HANDICAPEES Situation : Au 1 er janvier 2015, l ensemble des ERP (Etablissements Recevant du Public) existants devront Etre accessibles aux personnes en situation de handicap

Plus en détail

G U I D E D E S E C U R I T E P O U R L E S E T A B L I S S E M E N T S R E C E V A N T D U P U B L I C R E G L E M E N T A T I O N A N N É E 2 0 1 5

G U I D E D E S E C U R I T E P O U R L E S E T A B L I S S E M E N T S R E C E V A N T D U P U B L I C R E G L E M E N T A T I O N A N N É E 2 0 1 5 G U I D E D E S E C U R I T E P O U R L E S E T A B L I S S E M E N T S R E C E V A N T D U P U B L I C R E G L E M E N T A T I O N A N N É E 2 0 1 5 Ce document regroupe 7 fiches pratiques à l usage des

Plus en détail

Dans quels cas doit-on préparer un dossier accessibilité pour la SCDA?

Dans quels cas doit-on préparer un dossier accessibilité pour la SCDA? Guide pratique Etablissements recevant du public Intégrer les règles d accessibilité dans les dossiers de demande de travaux ou de permis de construire Tous travaux dans un Etablissement Recevant du Public

Plus en détail

Accessibilité des personnes handicapées et à mobilité réduite, aux installations et établissements recevant du public.

Accessibilité des personnes handicapées et à mobilité réduite, aux installations et établissements recevant du public. Conseil Départemental d Ille-et-Vilaine - 16 rue Saint-Hélier - 35000 RENNES 02 99 67 46 27 02 99 67 46 28 ille-et-vilaine@oncd.org www.odcd35.fr Accessibilité des personnes handicapées et à mobilité réduite,

Plus en détail

ACCESSIBILITE POUR LES PERSONNES HANDICAPEES

ACCESSIBILITE POUR LES PERSONNES HANDICAPEES ACCESSIBILITE POUR LES PERSONNES HANDICAPEES Situation : Au 1 er janvier 2015, l ensemble des ERP (Etablissements Recevant du Public) existants devront Etre accessibles aux personnes en situation de handicap

Plus en détail

LES NORMES DES CABINETS MEDICAUX

LES NORMES DES CABINETS MEDICAUX Fiche technique n 4 LES NORMES DES CABINETS MEDICAUX Sources : CNOM, ANGAK, code de la construction et de l habitation 2010, Ministère de la santé Loi du 11/02/2005 pour l égalité des droits et des chances,

Plus en détail

COMMISSIONS de SÉCURITÉ

COMMISSIONS de SÉCURITÉ PRÉFET DU GARD CABINET DU PRÉFET SERVICE INTERMINISTÉRIEL DE DÉFENSE ET DE PROTECTION CIVILE COMMISSIONS de SÉCURITÉ Incendie / panique Accessibilité GUIDE PRATIQUE à l'usage des ÉLUS 2011 PRÉFET DU GARD

Plus en détail

Le ministre de l'intérieur. La ministre des sports, de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative

Le ministre de l'intérieur. La ministre des sports, de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative MINISTERE DE L INTERIEUR MINISTERE DES SPORTS, DE LA JEUNESSE, DE L EDUCATION POPULAIRE ET DE LA VIE ASSOCIATIVE SECRETARIAT GENERAL DIRECTION DE LA MODERNISATION ET DE L ACTION TERRITORIALE SOUS-DIRECTION

Plus en détail

MUSEE DEPARTEMENTAL DES ANTIQUITES MUSEUM MUNICIPAL D HISTOIRE NATURELLE

MUSEE DEPARTEMENTAL DES ANTIQUITES MUSEUM MUNICIPAL D HISTOIRE NATURELLE MUSEE DEPARTEMENTAL DES ANTIQUITES MUSEUM MUNICIPAL D HISTOIRE NATURELLE CONVENTION D UTILISATION COMMUNE DES INSTALLATIONS DETECTION-INCENDIE et INTRUSION 2 MUSEE DEPARTEMENTAL DES ANTIQUITES MUSEUM MUNICIPAL

Plus en détail

LES ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC (ERP)

LES ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC (ERP) Roger Cadiergues MémoCad na17.a LES ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC (ERP) SOMMAIRE na17.1. Les établissements recevant du public na17.2. Les établissements généraux na17.3. Les établissements spécialisés

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Contacts presse

DOSSIER DE PRESSE Contacts presse DOSSIER DE PRESSE Contacts presse : Bureau de la communication interministérielle - 02.48.67.34.36 pref-communication@cher.gouv.fr Préfecture du Cher - Place Marcel Plaisant CS 60022-18020 BOURGES Cedex

Plus en détail

Accessibilité des locaux professionnels aux personnes handicapées

Accessibilité des locaux professionnels aux personnes handicapées Accessibilité des locaux professionnels aux personnes handicapées Guide pratique de l accessibilité Version actualisée octobre 2014 2 Accessibilité des locaux professionnels aux personnes handicapées Guide

Plus en détail

L accessibilité des hôtels, restaurants et commerces de 5 ème catégorie

L accessibilité des hôtels, restaurants et commerces de 5 ème catégorie L accessibilité des hôtels, restaurants et commerces de 5 ème catégorie Guide pratique Règlementation, recommandations et préconisations Préambule 2 Définition d un ERP: Sont considérés comme des Établissements

Plus en détail

GUIDE DES PROCEDURES A L USAGE DES MAIRES DOSSIER N 4

GUIDE DES PROCEDURES A L USAGE DES MAIRES DOSSIER N 4 Dossier N 4 PREFET DU PAS DE CALAIS GUIDE DES PROCEDURES A L USAGE DES MAIRES LA SECURITE DES MANIFESTATIONS SPORTIVES, CULTURELLES OU RECREATIVES SUR OU HORS VOIE PUBLIQUE ET GRANDS RASSEMBLEMENTS DE

Plus en détail

1/4 N 13824*03. N de l autorisation. Le cas échéant, n de la déclaration préalable 1 effectuée au titre du code de l urbanisme :

1/4 N 13824*03. N de l autorisation. Le cas échéant, n de la déclaration préalable 1 effectuée au titre du code de l urbanisme : MINISTÈRE CHARGÉ DE LA CONSTRUCTION Demande d autorisation de construire, d aménager ou de modifier un établissement recevant du public (ERP) Cette demande vaut également demande d approbation d un Agenda

Plus en détail

Circulaire du 13 avril 2006 relative aux ventes au déballage

Circulaire du 13 avril 2006 relative aux ventes au déballage MINISTERE DES PME, DU COMMERCE, DE L ARTISANAT ET DES PROFESSIONS LIBERALES Circulaire du 13 avril 2006 relative aux ventes au déballage Les ventes au déballage, quelle que soit leur dénomination (vide-greniers,

Plus en détail

1 Définition d un ERP et ses obligations. 2 Règles générales applicables aux ERP. 3 Les possibilités de dérogation

1 Définition d un ERP et ses obligations. 2 Règles générales applicables aux ERP. 3 Les possibilités de dérogation SOMMAIRE SOMMAIRE 1 Définition d un ERP et ses obligations 2 Règles générales applicables aux ERP 3 Les possibilités de dérogation Accessibilité aux handicapés : quel handicap? Accessibilité aux handicapés

Plus en détail

Information de l acquéreur ou du locataire. Obligations du vendeur ou du bailleur

Information de l acquéreur ou du locataire. Obligations du vendeur ou du bailleur Information de l acquéreur ou du locataire Obligations du vendeur ou du bailleur Introduction La loi du 30 juillet 2003 relative à la prévention des risques technologiques et naturels et à la réparation

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 11 mars 2015 relative à la communication aux administrations publiques et aux organismes exerçant une prérogative de puissance publique d informations ou copies de pièces issues des procédures

Plus en détail

Les attestations. Auxerre, le 19 avril 2012. Fabien AURIAT. Florian SÉMENTA. CETE de Lyon/DLA/GBA/CIBEE. 27 septembre 2010

Les attestations. Auxerre, le 19 avril 2012. Fabien AURIAT. Florian SÉMENTA. CETE de Lyon/DLA/GBA/CIBEE. 27 septembre 2010 Les attestations Auxerre, le 19 avril 2012 Fabien AURIAT Florian SÉMENTA 27 septembre 2010 CETE de Lyon/DLA/GBA/CIBEE Ministère de l'écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement www.developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

SERVICE DEPARTEMENTAL D'INCENDIE ET DE SECOURS DE VAUCLUSE

SERVICE DEPARTEMENTAL D'INCENDIE ET DE SECOURS DE VAUCLUSE SERVICE DEPARTEMENTAL D'INCENDIE ET DE SECOURS DE VAUCLUSE GROUPEMENT PREVENTION PREVISION DES RISQUES JUIN 2014 SDIS Esplanade de l'armée d'afrique 84018 AVIGNON Cedex 1 Tél: 04.90.81.18.18 wwwsdis84.fr

Plus en détail

NOTICE TECHNIQUE DE SECURITE

NOTICE TECHNIQUE DE SECURITE MODELE N 2 Document disponible sur http://www.auvergne.pref.gouv.fr/protection_civile/etablissements _recevant_public/sec_incendie_erp/procedure.php NOTICE TECHNIQUE DE SECURITE Etablissement Recevant

Plus en détail

COMPTE RENDU DE LA SÉANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 13 Janvier 2014

COMPTE RENDU DE LA SÉANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 13 Janvier 2014 COMPTE RENDU DE LA SÉANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 13 Janvier 2014 L an deux mille quatorze, le treize du mois de janvier, le Conseil Municipal de la Commune de la Mothe-Achard, dûment convoqué par Monsieur

Plus en détail

Service départemental d incendie et de secours du Territoire de Belfort

Service départemental d incendie et de secours du Territoire de Belfort Service départemental d incendie et de secours du Territoire de Belfort Fiche technique 2011 / 01 Nouvelles dispositions prévues par le règlement de sécurité pour l évacuation des personnes en situation

Plus en détail

DOSSIER sur le transport des élèves à l UNSS

DOSSIER sur le transport des élèves à l UNSS 1) Le texte de référence DOSSIER sur le transport des élèves à l UNSS N.B. : ce texte sera toujours mentionné dans les diverses réponses des pages suivantes. UTILISATION DES VEHICULES PERSONNELS DES ENSEIGNANTS

Plus en détail

CONVENTION DE MISE A DISPOSITION SALLES COMMUNALES EMILE ROUSSEAU

CONVENTION DE MISE A DISPOSITION SALLES COMMUNALES EMILE ROUSSEAU CONVENTION DE MISE A DISPOSITION SALLES COMMUNALES EMILE ROUSSEAU ENTRE : Monsieur le Maire, agissant es-qualité en vertu des délibérations du 25 septembre 2014 et du 24 octobre 2013, Désigné ci-après

Plus en détail

Mise en œuvre d'un dispositif de vidéosurveillance nocturne du cœur de ville

Mise en œuvre d'un dispositif de vidéosurveillance nocturne du cœur de ville CONSEIL MUNICIPAL 1 Séance du 06 décembre 2012 Mise en œuvre d'un dispositif de vidéosurveillance nocturne du cœur de ville Direction Solidarité Urbaine - Tranquillité Publique - Rapporteur(s) M. Christophe

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DÉPARTEMENTALES. Pour les Maisons d assistants maternels (MAM)

RECOMMANDATIONS DÉPARTEMENTALES. Pour les Maisons d assistants maternels (MAM) RECOMMANDATIONS DÉPARTEMENTALES Pour les Maisons d assistants maternels (MAM) Edition 2008 2013 CDAJE 38 Commission départementale de l accueil des jeunes enfants CDAJE 38 1 Par dérogation à l article

Plus en détail

Réforme relative au permis de construire et aux autorisations d urbanisme

Réforme relative au permis de construire et aux autorisations d urbanisme Avril 2006 Note d information juridique Agence d Urbanisme du Territoire de Belfort Centre d Affaires des 4 As BP 107-90002 Belfort Cedex Tél : 03 84 46 51 51 - Fax : 03 84 46 51 50 Courriel : autb@autb.asso.fr

Plus en détail

LE DELEGUE INTERMINISTERIEL A LA SECURITE ROUTIERE A MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS MONSIEUR LE PREFET DE POLICE

LE DELEGUE INTERMINISTERIEL A LA SECURITE ROUTIERE A MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS MONSIEUR LE PREFET DE POLICE PREMIER MINISTRE Le Délégué Interministériel à la Sécurité Routière LE DELEGUE INTERMINISTERIEL A LA SECURITE ROUTIERE A MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS MONSIEUR LE PREFET DE POLICE OBJET: Agrément des

Plus en détail

Livret d accueil MISSIONS TEMPORAIRES. Centre Interdépartemental de Gestion de la Grande Couronne de la Région d Île-de-France

Livret d accueil MISSIONS TEMPORAIRES. Centre Interdépartemental de Gestion de la Grande Couronne de la Région d Île-de-France Centre Interdépartemental de Gestion de la Grande Couronne de la Région d Île-de-France MISSIONS TEMPORAIRES Livret d accueil 15 rue Boileau 78008 Versailles cedex Téléphone : 01 39 49 63 00 Fax : 01 39

Plus en détail

L EVACUATION DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP

L EVACUATION DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP L EVACUATION DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP Groupement prévention du SDIS 85 PREAMBULE La loi n 2005-102 du 11 février 2005 pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté

Plus en détail

Renouvellement du conseil d administration du CCAS/CIAS

Renouvellement du conseil d administration du CCAS/CIAS Renouvellement du conseil d administration du CCAS/CIAS Actes-types : 1 / Fixation du nombre d administrateurs 2 / Délibération portant élections des représentants élus 3 / Affichage pour publicité aux

Plus en détail

Office Central de la Coopération à l Ecole Association 1901 reconnue d utilité publique

Office Central de la Coopération à l Ecole Association 1901 reconnue d utilité publique , 22, rue des Sablières 33800 BORDEAUX Tel : 05 56 91 67 55 - Fax : 05 56 92 87 67 - Courriel : ad33@occe.coop Site Internet : http://www.occe33.net/ QUESTIONS posées à l OCCE lors de la FORMATION des

Plus en détail

CONSEILS PRATIQUES PRÉVENTION. Le patrimoine communal est le bien de tous : le protéger est de votre responsabilité ASSOCIATIONS BÂTIMENTS COMMUNAUX

CONSEILS PRATIQUES PRÉVENTION. Le patrimoine communal est le bien de tous : le protéger est de votre responsabilité ASSOCIATIONS BÂTIMENTS COMMUNAUX ASSOCIATIONS BÂTIMENTS COMMUNAUX Le patrimoine communal est le bien de tous : le protéger est de votre responsabilité CONSEILS PRATIQUES PRÉVENTION www.groupama.fr 1 Responsabilité des occupants en incendie

Plus en détail

STATUTS DE CONTACT PARIS ILE-DE-FRANCE

STATUTS DE CONTACT PARIS ILE-DE-FRANCE STATUTS DE CONTACT PARIS ILE-DE-FRANCE Chapitre 1 - BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION Article 1 Il est fondé entre les adhérent-e-s aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet

Plus en détail

Accessibilité des ERP

Accessibilité des ERP Guide pratique Accessibilité des ERP aux personnes handicapées Rappels Il n existe pas de curseur officiel qui déterminerait à quel degré une déficience devient un handicap. Cependant, on estimait en 2005

Plus en détail

STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE

STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE Article 1 - Constitution La présente association est une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901.

Plus en détail

PRÉFÈTE DES HAUTES-PYRÉNÉES

PRÉFÈTE DES HAUTES-PYRÉNÉES Direction des Libertés Publiques et des Collectivités Territoriales PRÉFÈTE DES HAUTES-PYRÉNÉES Bureau des Elections et des Professions Réglementées Epreuves sportives Dossier reçu le : DEMANDE D'AUTORISATION

Plus en détail

Principes généraux. www.architectes.org mars 2015 1 Les enjeux des Agendas d Accessibilité Programmée (Ad AP) en 9 points

Principes généraux. www.architectes.org mars 2015 1 Les enjeux des Agendas d Accessibilité Programmée (Ad AP) en 9 points www.architectes.org mars 2015 1 Les enjeux des Agendas d Accessibilité Programmée (Ad AP) en 9 points Au 1er janvier 2015, seule une partie des établissements recevant du public (ERP) ont répondu aux obligations

Plus en détail

Aide à l installation des Maisons de Santé Pluridisciplinaires en zones médicalement sous équipées

Aide à l installation des Maisons de Santé Pluridisciplinaires en zones médicalement sous équipées Pôle Culture, Sport, Santé, Associations Secteur Santé Aide à l installation des Maisons de Santé Pluridisciplinaires en zones médicalement sous équipées Nom du demandeur: Intitulé du projet : Contact

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision de recommandations - article 25 de la loi organique Domaine(s) de compétence de l Institution : Défense des droits

Plus en détail

PREFET DU BAS-RHIN. Le Préfet de la Région Alsace, Préfet du Bas-Rhin,

PREFET DU BAS-RHIN. Le Préfet de la Région Alsace, Préfet du Bas-Rhin, 1 Direction départementale des Territoires du Bas-Rhin PREFET DU BAS-RHIN Service Environnement et Gestion des Espaces 14, rue du Maréchal Juin BP 61003 67070 STRASBOURG CEDEX ARRETE PREFECTORAL portant

Plus en détail

La réglementation «accessibilité» en vigueur

La réglementation «accessibilité» en vigueur La réglementation «accessibilité» en vigueur Eric Heyrman Chargé de mission auprès de la déléguée ministérielle à l'accessibilité Ministère de l Écologie, du développement Durable, des Transports et du

Plus en détail

CONVENTION PORTANT SUR L INSTRUCTION DES AUTORISATIONS D OCCUPATION ET D UTILISATION DU SOL

CONVENTION PORTANT SUR L INSTRUCTION DES AUTORISATIONS D OCCUPATION ET D UTILISATION DU SOL COMMUNE DE... Textes législatifs CONVENTION PORTANT SUR L INSTRUCTION DES AUTORISATIONS D OCCUPATION ET D UTILISATION DU SOL Vu le Code Général des Collectivités Territoriales, notamment l article L5211-4-2

Plus en détail

NOTE ANNEXE EXEMPLES CONCRETS DE DIFFICULTES EN MATIERE DE VIDEOSURVEILLANCE

NOTE ANNEXE EXEMPLES CONCRETS DE DIFFICULTES EN MATIERE DE VIDEOSURVEILLANCE NOTE ANNEXE EXEMPLES CONCRETS DE DIFFICULTES EN MATIERE DE VIDEOSURVEILLANCE La présente note complémentaire vise à illustrer par des cas concrets rencontrés par la Commission les difficultés d application

Plus en détail

P.C.S. Plan Communal de Sauvegarde

P.C.S. Plan Communal de Sauvegarde P.C.S Plan Communal de Sauvegarde Plan Communal de Sauvegarde de CHINON Sommaire CHAPITRE 1 INTRODUCTION FI 1 Préambule FI 2 Objet du PCS et cadre réglementaire FI 3 Arrêté municipal de réalisation du

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du logement et de l égalité des territoires

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du logement et de l égalité des territoires RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du logement et de l égalité des territoires Instruction du Gouvernement du 28 Mai 2014 relative au développement de la construction de logement par dérogation aux règles

Plus en détail

ANNEXE VIII - DIRECTION NATIONALE D AIDE ET DE CONTRÔLE DE GESTION (D.N.A.C.G.)

ANNEXE VIII - DIRECTION NATIONALE D AIDE ET DE CONTRÔLE DE GESTION (D.N.A.C.G.) ANNEXE VIII - DIRECTION NATIONALE D AIDE ET DE CONTRÔLE DE GESTION (D.N.A.C.G.) DIRECTION NATIONALE D AIDE ET DE CONTRÔLE DE GESTION (D.N.A.C.G.) ARTICLE 1 : Conformément aux dispositions particulières

Plus en détail

Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage.

Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage. Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage. Une des problématiques récurrente pour les collectivités en matière d occupation illégale de son territoire tient

Plus en détail

Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C

Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la fonction publique Circulaire du 5 janvier 2012 Relative au Règlement intérieur type des comités techniques NOR : MFPF1200536C Le ministre de la fonction publique à

Plus en détail

VIE ASSOCIATIVE ORGANISATION D ACTIVITES FACULTATIVES GESTION DE FONDS DANS LES ECOLES

VIE ASSOCIATIVE ORGANISATION D ACTIVITES FACULTATIVES GESTION DE FONDS DANS LES ECOLES Office central de la coopération à l école de Seine Saint Denis. 63 allée du colonel Fabien, 93320 Pavillons sous Bois Tel : 08.70.59.93.94 Tel/Fax : 01.48.50.27.10 Mail : ad93@occe.coop VIE ASSOCIATIVE

Plus en détail

Bordeaux, le 22 mars 2010. Le Président Références à rappeler : Ch.R//CB/ROD II/ /033017992. Monsieur le Président,

Bordeaux, le 22 mars 2010. Le Président Références à rappeler : Ch.R//CB/ROD II/ /033017992. Monsieur le Président, Le Président Références à rappeler : Ch.R//CB/ROD II/ /033017992 Bordeaux, le 22 mars 2010 Monsieur le Président, Par lettre du 9 septembre 2008, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes

Plus en détail

CONTRAT DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC DES FOURRIERES

CONTRAT DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC DES FOURRIERES CONTRAT DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC DES FOURRIERES Entre les soussignés : - La commune de CLERMONT, Oise représentée par son Maire, Monsieur Lionel OLLIVIER, autorisé par délibération du conseil municipal

Plus en détail

Le fonctionnement du CHSCT

Le fonctionnement du CHSCT Le fonctionnement du CHSCT La personnalité civile du CHSCT La qualité à agir du CHSCT La capacité d ester en justice La prise en charge des frais de justice La capacité d acquérir et de contracter La responsabilité

Plus en détail

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 Organisation de la gestion de crise à Mayotte Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION AVANT LA CRISE PENDANT LA CRISE APRES LA CRISE 2 Service interministériel de défense

Plus en détail

LES HIPPOCAMPES DE PARIS STATUTS

LES HIPPOCAMPES DE PARIS STATUTS LES HIPPOCAMPES DE PARIS STATUTS Article préliminaire Il est rappelé que l association «Les Hippocampes de Paris» a été créée le 25 mai 1934 sous la dénomination «Les Hippocampes». Elle a été déclarée

Plus en détail

APPROUVE l acte constitutif du groupement de commandes pour l achat d électricité coordonné par le Syndicat d Energie des Yvelines.

APPROUVE l acte constitutif du groupement de commandes pour l achat d électricité coordonné par le Syndicat d Energie des Yvelines. PROCÈS VERBAL DE LA RÉUNION DU 12 FÉVRIER 2015 - Approbation du procès-verbal de la séance du 20 janvier 2015 - Adhésion au groupement de commande d électricité - Adhésion au groupement de commande pour

Plus en détail

ARRETE attribuant un emplacement de stationnement réservé. ------------- LE MAIRE DE LA VILLE DE SAINT-PIERRE.

ARRETE attribuant un emplacement de stationnement réservé. ------------- LE MAIRE DE LA VILLE DE SAINT-PIERRE. N 043-2012 ARRETE attribuant un emplacement de stationnement réservé. ------------- LE MAIRE DE LA VILLE DE SAINT-PIERRE. VU le Code Général des Collectivités Territoriales, articles L.2213-1, L.2213-2,

Plus en détail

Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C

Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C Secret de la défense nationale Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C Textes source : Articles 413-5, 413-7, 413-9 à 413-12,

Plus en détail

Commune de QUINT FONSEGRIVES 31130

Commune de QUINT FONSEGRIVES 31130 31130 Marché Public de fournitures courantes et services Surveillance et Gardiennage des Bâtiments Communaux CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Procédure adaptée passée en application de l article

Plus en détail

VERS UNE ACCESSIBILITÉ. généralisée. Accès à tout pour tous

VERS UNE ACCESSIBILITÉ. généralisée. Accès à tout pour tous VERS UNE ACCESSIBILITÉ généralisée Accès à tout pour tous La loi handicap du 11 février 2005 précise que les conditions d accès des personnes handicapées dans les E.R.P.* doivent être les mêmes que celles

Plus en détail

Direction des prestations familiales. Circulaire n 2008-002. Paris, le 16 janvier 2008

Direction des prestations familiales. Circulaire n 2008-002. Paris, le 16 janvier 2008 Direction des prestations familiales Circulaire n 2008-002 Paris, le 16 janvier 2008 Mesdames et Messieurs les Directeurs et Agents Comptables des Caf Certi Cnedi Mesdames et Messieurs les Conseillers

Plus en détail

Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie. Le règlement de Sécurité contre les risques d incendie. ERP et IGH de Type O

Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie. Le règlement de Sécurité contre les risques d incendie. ERP et IGH de Type O Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie JURIDIQUE Date : 31/01/2012 N : 04.12 Le règlement de Sécurité contre les risques d incendie ERP et IGH de Type O L arrêté du 25 octobre 2011 portant

Plus en détail

L accessibilité des équipements sportifs et de loisirs

L accessibilité des équipements sportifs et de loisirs FORMATION DRJSCS BASSE-NORMANDIE 26 OCTOBRE 2012 L accessibilité des équipements sportifs et de loisirs Objectif: acquérir des connaissances sur l accessibilité des équipements sportifs. Programme Eléments

Plus en détail

ARRETE NOR: EQUS0100026A. Version consolidée au 27 mars 2015

ARRETE NOR: EQUS0100026A. Version consolidée au 27 mars 2015 ARRETE Arrêté du 8 janvier 2001 relatif à l exploitation des établissements d enseignement, à titre onéreux, de la conduite des véhicules à moteur et de la sécurité routière. NOR: EQUS0100026A Version

Plus en détail

Pour pouvoir fréquenter le restaurant scolaire, l inscription préalable est obligatoire.

Pour pouvoir fréquenter le restaurant scolaire, l inscription préalable est obligatoire. Chaque famille demandant l inscription de son ou de ses enfants en restauration scolaire s engage à respecter tous les points du présent règlement, notamment les modalités d inscription, de facturation

Plus en détail

Loi n 1.162 du 7 juillet 1993 relative à la participation des organismes financiers à la lutte contre le blanchiment de capitaux

Loi n 1.162 du 7 juillet 1993 relative à la participation des organismes financiers à la lutte contre le blanchiment de capitaux PRINCIPAUTÉ DE MONACO Loi n 1.162 du 7 juillet 1993 relative à la participation des organismes financiers à la lutte contre le blanchiment de capitaux RAINIER III PAR LA GRACE DE DIEU PRINCE SOUVERAIN

Plus en détail

CONSEIL MUNICIPAL du 16 Février 2011. COMPTE-RENDU (art. L.2121-25 du Code Général des Collectivités Territoriales)

CONSEIL MUNICIPAL du 16 Février 2011. COMPTE-RENDU (art. L.2121-25 du Code Général des Collectivités Territoriales) DEPARTEMENT DES BOUCHES-DU-RHÔNE Rognes, le 18 février 2011 COMMUNE DE ROGNES CONSEIL MUNICIPAL du 16 Février 2011 COMPTE-RENDU (art. L.2121-25 du Code Général des Collectivités Territoriales) Etaient

Plus en détail

POUR L INSTALLATION TEMPORAIRE DE TRIBUNES ET GRADINS EXTERIEURS ET INTERIEURS

POUR L INSTALLATION TEMPORAIRE DE TRIBUNES ET GRADINS EXTERIEURS ET INTERIEURS RESUME DES EXIGENCES EN MATIERE DE PREVENTION DES INCENDIES POUR L INSTALLATION TEMPORAIRE DE TRIBUNES ET GRADINS EXTERIEURS ET INTERIEURS 1. Base Les prescriptions de protection incendie AEAI sont la

Plus en détail

REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DU 5 FEVRIER 2015

REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DU 5 FEVRIER 2015 REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL DU 5 FEVRIER 2015 L an deux mil quinze, le cinq février, à vingt heures, le Conseil Municipal, légalement convoqué, s est réuni à la mairie sous la présidence de M. Jean DUFRESNE,

Plus en détail

Introduction. Une infraction est un comportement interdit par la loi pénale et sanctionné d une peine prévue par celle-ci. (1)

Introduction. Une infraction est un comportement interdit par la loi pénale et sanctionné d une peine prévue par celle-ci. (1) Vous êtes victime Introduction Vous avez été victime d une infraction (1). C est un événement traumatisant et vous vous posez sûrement de nombreuses questions : Quels sont mes droits? Que dois-je faire

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION OUVERTURE D ACTION. Certificat de Qualification Professionnelle des Services de l Automobile

CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION OUVERTURE D ACTION. Certificat de Qualification Professionnelle des Services de l Automobile CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION OUVERTURE D ACTION Certificat de Qualification Professionnelle des Services de l Automobile A.N.F.A. Département Ingénierie et Compétences Mars 2013 SOMMAIRE INFORMATIONS

Plus en détail

CONTRAT DE PRESENCE POSTALE TERRITORIALE 2014-2016

CONTRAT DE PRESENCE POSTALE TERRITORIALE 2014-2016 Département Administration Paris, le 3 mars 2014 et Gestion Communales VP/AH/Note 11 Affaire suivie par Véronique PICARD CONTRAT DE PRESENCE POSTALE TERRITORIALE 2014-2016 La continuité - maintien du montant

Plus en détail

ASPECTS JURIDIQUES DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

ASPECTS JURIDIQUES DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF ASPECTS JURIDIQUES DE L ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Bases juridiques et dernières évolutions règlementaires Séminaire des animateurs territoriaux, le 26 juin 2012 Ludiana KORTH, chargée d étude juridique

Plus en détail

COMMUNE DE SAINT MAXIRE REUNION DU 14 AVRIL 2015

COMMUNE DE SAINT MAXIRE REUNION DU 14 AVRIL 2015 COMMUNE DE SAINT MAXIRE REUNION DU 14 AVRIL 2015 L an deux mil quinze, le 14 avril les membres du conseil municipal se sont réunis à la Mairie, sous la présidence de Christian BREMAUD, Maire. Nombre de

Plus en détail

Copropriété. Syndical en. Je veux entrer au Conseil Syndical

Copropriété. Syndical en. Je veux entrer au Conseil Syndical Copropriété Le Conseil Syndical en 10 Questions Je veux entrer au Conseil Syndical Association des Responsables de Copropriété 29, rue Joseph Python 75020 PARIS Tél. : 01 40 30 12 82 Fax : 01 40 30 12

Plus en détail

Statuts : Etoile Saint Amandoise.

Statuts : Etoile Saint Amandoise. Statuts : Etoile Saint Amandoise. Sommaire : Présentation But et composition Affiliation Ressources Administration et fonctionnement o Comité de direction o Le bureau o Assemblée générale Ordinaire o Assemblée

Plus en détail

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE A QUI INCOMBE LE RECOUVREMENT DES CHARGES? Le rôle du syndic : Le non-paiement des charges par un ou plusieurs copropriétaires oblige

Plus en détail

LA LISTE D'ATTENTE COMMUNALE (art. L. 3121-5 du code des transports)

LA LISTE D'ATTENTE COMMUNALE (art. L. 3121-5 du code des transports) LA LISTE D'ATTENTE COMMUNALE (art. L. 3121-5 du code des transports) MODIFICATIONS INTRODUITES PAR LA LOI N 2014-1104 DU 1 er OCTOBRE 2014 RELATIVE AUX TAXIS ET AUX VOITURES DE TRANSPORT AVEC CHAUFFEUR

Plus en détail

La formation en matière de santé et de sécurité au travail

La formation en matière de santé et de sécurité au travail Guide pratique 6 / 6 MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, MINISTÈRE MINISTÈRE DU BUDGET, DE DU LA BUDGET, FONCTION DES COMPTES DES COMPTES PUBLIQUE PUBLICS, PUBLICS, ET DE LA RÉFORME DE L ETAT DE

Plus en détail

Les obligations de l'exploitant

Les obligations de l'exploitant Guide technique : Sécurité > Les obligations de l'exploitant > Les obligations de l'exploitant Les obligations de l'exploitant L exploitant assiste aux visites de la commission de sécurité, ou s y fait

Plus en détail

COMMUNE DE VERQUIGNEUL SEANCE DU 29 SEPTEMBRE 2011 * * * CONVOCATION DU 21 SEPTEMBRE 2011 - ORDRE DU JOUR

COMMUNE DE VERQUIGNEUL SEANCE DU 29 SEPTEMBRE 2011 * * * CONVOCATION DU 21 SEPTEMBRE 2011 - ORDRE DU JOUR COMMUNE DE VERQUIGNEUL SEANCE DU 29 SEPTEMBRE 2011 * * * CONVOCATION DU 21 SEPTEMBRE 2011 * * * - ORDRE DU JOUR A) VIE COMMUNALE * * * 1 Annulation de la seconde partie de la délibération du 28 avril 2011

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS Ordonnance n o 2010-18 du 7 janvier 2010 portant création d une agence nationale chargée de la sécurité sanitaire de l

Plus en détail

MAISON DES ASSOCIATIONS

MAISON DES ASSOCIATIONS MAISON DES ASSOCIATIONS ESPACE CLÉMENT-MAROT PLACE BESSIÈRES 2 Situé au cœur de la ville à l espace Clément- Marot, la Maison des associations a pour vocation de promouvoir et de faciliter la vie associative.

Plus en détail